Vous êtes sur la page 1sur 58

Office de la Formation Professionnelle

Et de la Promotion du Travail
Direction de la Recherche et Ingénierie de Formation

Secteur : Tourisme Hôtellerie Restauration

Manuel de cours

M108 : Se situer au regard du tourisme durable

1ière année
Filière :
Management Touristique
(Tronc commun)

Technicien Spécialisé

1
Table des matières

Intitulé Page
Contenu du module 03
Introduction 05
Glossaire 07
Activités de groupes (Propositions) 11
Séquence 1 : Se familiariser avec le concept de développement durable. 11
I. Caractériser le développement durable 11
1. Evolution historique du développement durable 12
2. Sur quoi repose le développement durable ? 16
II. Caractériser les impacts des activités touristiques de point de vue de la 18
durabilité.
1. Les impacts économiques. 19
2. Les impacts environnementaux. 21
3. Les impacts socio-culturels. 23
III. Le développement durable au Maroc 24
Séquence 2 : Reconnaître les manifestations du tourisme durables dans les 27
principales activités touristiques.
I. Caractériser le tourisme durable au Maroc 28
1. Les effets négatifs du tourisme. 29
2. Le tourisme durable au Maroc : enjeux, défis et mesures prises 30
II. Connaître les pratiques durables dans les structures touristiques (Cas d’un 36
restaurant)
1. Construction et équipement écologique du restaurant. 37
2. Faire des achats responsables. 40
3. Proposer des menus équilibrés sur le plan nutritionnel 42
4. Réduire la consommation d’eau et d’énergie. 43
5. Réduire l’empreinte carbone du restaurant. 43
6. Trier et recycler les restes et déchets. 45
III. Pratiques durables dans une destination touristique 47
1. Un produit touristique durable, c’est quoi ? 48
2. Une destination touristique durable, c’est quoi ? 49
Séquence 3 : Adopter une position citoyenne en matière de durabilité appliquée au 51
tourisme
1. L’éthique environnementale. 51
2. L’interculturalité un outil pour pratiquer un tourisme durable. 53
3. Adopter des attitudes et des comportements durables dans son poste de travail. 54
4. Etapes de la mise en place d’une démarche de tourisme durable. 56
Annexes 58

2
Contenu du module : Se Situer au regard du Tourisme durable

Durée : 45 heures Code : TSMT-08

Contexte de réalisation Critères généraux de performance

 Individuellement  Pertinence de l’information consultée


 À partir de mises en situation et d’études de  Respect de la terminologie
cas
 À l’aide :
- De la documentation appropriée

Eléments de la compétence Critères particuliers de performance

A Se familiariser au concept de développement  Distinction juste des dimensions associées à la durabilité


durable  Reconnaissance juste des effets potentiels d’un projet de
développement

B Reconnaître les manifestations du tourisme  Reconnaissance juste des différences entre tourisme de
durable masse et tourisme durable
 Identification précise des actions de tourisme durable au
Maroc

C Déterminer sa position citoyenne en matière de  Évaluation réaliste de sa perception des enjeux associés au
tourisme durable tourisme durable au Maroc
 Identification juste des attitudes à adopter dans le cadre de
son travail pour favoriser la mise en place d’un tourisme
durable

Compétence 8 : Se situer au regard du tourisme durable Code TSMT-08

Durée : 45h Compétences Préalables : 1 et 7

Type de
compétence : Compétences en parallèle : 9, 10, 11, 12, 13 et 14
transversale

Eléments de la
Apprentissage de Base Eléments de Contenus Activités d´Apprentissage suggérées %MH
Compétence

A. Se familiariser A1. Caractériser le  Définition  Seul 35%


au concept de développement  Dimension sociale  À partir de consignes
développement durable  Dimension  À l’aide de documents utilisés en
durable économique environnement de travail
 Dimension  À l’aide de documents techniques
environnementale fournis par le formateur.
 Dimension culturelle

3
Eléments de la
Apprentissage de Base Eléments de Contenus Activités d´Apprentissage suggérées %MH
Compétence

A2. Situer le concept de  Histoire  Remplir les instruments de


durabilité dans la  Rapport Bruntland collecte fournis par le formateur
théorie du  Sommet de Rio  Participer à une plénière
développement  Principaux théoriciens
économique  Analyse de quelques
détracteurs
B. Reconnaître les B1. Caractériser le  Définition  Seul 35%
manifestations du tourisme durable  Charte du tourisme  À partir de consignes
tourisme durable durable au Maroc  À l’aide de documents utilisés en
 Principaux paramètres environnement de travail
 Importance des  À l’aide de documents techniques
différents paramètres fournis par le formateur.
 Enjeux  Remplir les instruments de
B2. Connaître les  Ecolodge collecte fournis par le formateur
modèles de  Village de tourisme
tourisme durable durable

C. Déterminer sa C1. Connaître les  Éthique  Seul 30 %


position citoyenne attitudes associées environnementale en  À partir de consignes
en matière de au tourisme durable tant que membre de la  À l’aide d’un modèle de rapport
tourisme durable communauté fourni par le formateur
 Attitudes face à  Présenter sa perception en
chaque paramètre matière de tourisme durable et
 Ouverture à des attitudes à adopter dans un
l’interculturel court rapport écrit
 Comportements Participer à une plénière
favorables

4
Introduction :

«Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde, aujourd’hui, je suis


sage et je me change moi-même » Jalal Eddine RUMI (1207-1273) Poète et soufi turque.
Le présent module n’a pas pour vocation de faire de vous des spécialistes du développement durable.
Il vise avant tout d’attirer votre attention sur le fait qu’en changeant votre façon de voir les choses et
d’adopter certains gestes et habitudes dans votre quotidien en milieu familial comme professionnel
vous contribuerez à l’application des principes du développement durable.
Dans notre vie de tous les jours, il arrive souvent que nos parents nous demandent d’éteindre les
lumières lorsqu’on quitte une pièce de la maison. Ils nous demandent aussi de ne pas laisser les
robinets couler inutilement.
Le souci principal de nos parents est, certes, de réduire la facture de l’eau et de l’électricité à la fin du
mois. Ces petits gestes qui peuvent nous paraître des fois exagérés voire inutiles s’inscrivent
pleinement dans le cœur du module que nous sommes sur le point d’aborder.
S’il y a une notion/pratique dont on a beaucoup parlé en ce début du 21ième siècle, c’est bien celle du
développement durable. Ce dernier est présenté comme une alternative aux modes de
développement que l’humanité a adopté durant le siècle précédent.
Ainsi des sommets sont tenus, des ONG sont créées, des approches et des stratégies sont proposées
des manifestations sont organisées, des labels créés…dans le but de matérialiser l’application des
principes du développement durable dans la vie de tous les jours.
Toutes ces actions se justifient par les bouleversements qu’a connus la vie sur terre durant les
cinquante dernières années :
 Surpeuplement de la planète ;
 Pollution massive ;
 Phénomènes climatiques extrêmes ;
 Immigration des pays du sud vers les pays du nord ;
 Population vivant dans une grande précarité dans certains pays ;
 Inégalités grandissantes au sein des pays et entre les régions du monde…
Toutes les activités humaines sont touchées par ces bouleversements, certes à des degrés et des
niveaux différents, néanmoins le constat est là. Ces phénomènes ne passent pas inaperçu.
Le secteur touristique comme activité humaine qui s’est développée depuis le 19ième siècle et a connu
un essor phénoménal avec l’avènement de la mondialisation n’échappe pas à cette tendance.
Le tourisme durable se propose comme une alternative qui permettrait d’humaniser les activités et les
déplacements touristiques et minimiser les effets nocifs du tourisme classique.

Moi, stagiaire dans la filière Management


Touristique, en quoi cela m’intéresse ? Je pense que
ces aspects-là ne concernent pas le métier que
j’exercerai dans deux ans et demi.

5
Les métiers qu’on exerce dans les agences de voyages, chez les TO, dans les stations touristiques, dans
les agences événementielles ainsi que ceux liés au management durable des destinations
touristiques...Appartiennent tous à l’industrie touristique.

Le Tourisme est, certainement, un des secteurs économiques les plus importants au niveau mondial
et local. Comme secteur économique, le tourisme regroupe un ensemble de branches, elles aussi
constituées de différentes entreprises comme nous l’avons vu ensemble dans le module « Se situer au
regard du métier et de la démarche de formation ».

Toutes les entreprises touristiques sont des structures qui consomment et produisent des biens et des
services. A partir de là le secteur touristique avec tous les acteurs qui le compose se trouve
naturellement au centre de la problématique du développement durable. De ce fait toutes les
personnes qui y travaillent sont directement concernées par cette problématique.

Comme on va le voir plus loin : Que vous soyez animateur touristique, guide touristique, conseiller en
voyages, forfaitiste, product manager, manager d’une structure touristique, agent de réservation …
vos gestes, vos actions, votre culture… peuvent avoir un impact immédiat sur l’implication de votre
établissement dans une démarche de tourisme durable.

La crise du Covid-19 avec tous les effets qu’elle a eu sur les activités du Tourisme Hôtellerie
Restauration (THR) a poussé à plus de prise de conscience de la part des consommateurs par rapport
à la problématique du tourisme durable. Ainsi ces derniers qui cherchent de plus en plus des
destinations et des établissements qui appliquent et respectent les principes du développement
durable. Une tendance qui s’installe doucement au Maroc.

Comme les voyages de demain ne ressembleront pas à ce que nous avons connu jusqu’ici, les
données et les informations sur les marchés joueront un rôle décisif.
Les équipes de la banque mondiale travaillent sur des enquêtes pour prendre le pouls des
entreprises, sur les changements stratégiques dans le secteur de l’aviation et sur des
études de marché. Toutes ces analyses indiquent qu’à court terme, les touristes
privilégieront la voiture et les voyages dans leurs pays ou dans un rayon proche, avec un
essor évident des activités de nature et d’aventure, signe de l’importance croissante que
les consommateurs accordent à la durabilité. Les programmes de relance du tourisme
devront miser sur une reconstruction plus durable des sites, avec, à la clé, des créations
d’emplois et un renforcement de l’attractivité de ces lieux.

Le tourisme dans un monde post-COVID : trois mesures pour construire un avenir meilleur
(worldbank.org) (21/04/2021) Auteure Mari Elka Pangestu (Directrice générale de la Banque mondiale
pour les politiques de développement et les partenariats)

Ce module a pour objectifs de vous permettre de :

 Connaître les principes et les enjeux du développement durable ;


 Connaître les principes et pratiques du tourisme durable applicables aux entreprises
touristiques;
 Adopter des attitudes favorisant votre rôle dans l’application des principes de la durabilité
dans les structures où vous allez travailler ou que vous allez créer.

6
Glossaire du tourisme durable :

Le tourisme durable : Il est défini par l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)


comme “un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et
environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels,
de l’environnement et des communautés d’accueil”.

Le tourisme équitable : Il est défini dans la « Charte du Tourisme Équitable » définie la notion
de la manière suivante : « Le tourisme équitable s’applique sur les principes du commerce
équitable. Les opérateurs touristiques sont en partenariat direct avec les communautés locales,
qui sont rémunérées équitablement et participent directement à l’élaboration commune et à la
gestion des séjours »
L’écotourisme : Il se définit selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), comme
toutes formes de tourisme durable qui présentent les caractéristiques suivantes :
Toutes les formes de tourisme basées sur la nature dans lesquelles la principale motivation
des touristes est l’observation et la jouissance de la nature et de la biodiversité qu'elle abrite,
ainsi que des cultures traditionnelles qui prévalent dans les sites naturels.

Cette forme de tourisme intègre des caractéristiques éducatives et d’interprétation du milieu


naturel, dans une logique de préservation et la valorisation de cet environnement.

Elle est généralement, mais pas exclusivement, organisée à l’intention de petits groupes de
personnes par des acteurs du tourisme : des voyagistes spécialisés pour valoriser le tourisme
dans une approche locale. Les partenaires fournisseurs de services à la destination sont en
général de petites entreprises locales sensibles à l’écotourisme. Elle minimise les impacts
négatifs sur l’environnement naturel et socio-culturel.

Le slow tourisme : Il consiste à prendre son temps en privilégiant les destinations proches et
en utilisant des moyens de transports moins polluants. Cette pratique a pour objectif de se laisser
aller et profiter de ses vacances sans planning strict.

Le tourisme solidaire : Il se définit comme une forme de tourisme qui mise sur la relation entre
les peuples, entre les visiteurs et les visités en incluant une notion de solidarité. En somme, elle
se caractérise par une contribution directe ou indirecte des voyageurs dans l’amélioration des
conditions de vie des communautés visités.

Le tourisme responsable : Il se définit selon Normand Hall (SOTDER), comme un


comportement qui vise à respecter les expressions culturelles des populations visitées, ainsi que
leur milieu naturel et habité. Dans cette optique, les organismes décideurs et les entreprises
peuvent aussi être parties prenantes d’un tourisme responsable, tant en ce qui touche leurs
politiques de développement que leurs produits.

7
Agriculture biologique : Mode de production agricole qui rejette totalement l’utilisation des
produits de synthèse comme les pesticides, le désherbant et l’engrais. Les produits (fruits et
légumes entre autre) qui en résultent ne contiennent aucun résidu chimique et sont donc
parfaitement sains et naturels.
Bilan carbone : Permet d’évaluer l’impact des activités humaines qui engendrent des émissions
de gaz à effet de serre. Il s’agit d’évaluer aussi bien les entreprises que les administrations, les
collectivités ou encore les associations.
Biodégradable : Un produit est considéré comme étant biodégradable si, une fois utilisé, il
disparaît de façon naturelle par l’action d’organismes biologiques.
Biodiversité : La biodiversité, c’est la variété des espèces et des écosystèmes sur la terre. Le
développement économique, la pollution, l’agriculture et la pêche industrielle intensive mettent
à mal cette biodiversité naturelle.
Commerce équitable : Mode de relations commerciales qui cherchent une plus grande équité
dans les rapports entre les pays du Nord et du Sud, en améliorant les revenus et les conditions
de travail des producteurs, et en respectant le milieu naturel des régions de production. Le
commerce équitable a pour but de garantir le respect des droits fondamentaux des personnes et
d’installer des relations économiques durables.
Compostage : Transformation par des micro-organismes des déchets organiques laissés à l’air
libre. Cette dégradation accélérée permet d’obtenir du compost qui pourra ensuite être utilisé
dans le jardin comme un engrais nourrissant et naturel.
Covoiturage : Mode de déplacement où plusieurs personnes utilisent une seule voiture pour
faire le même trajet ou presque, ce qui induit plusieurs avantages : partage des frais, réduction
de la pollution, création d’un lien social et de solidarité.
Eco-quartier : Habitat dense, diversifié et de faible hauteur qui privilégie le recours aux
énergies renouvelables et offre un accès facilité aux transports en commun, ainsi que des
services de proximité afin de réduire les émissions de CO2 des citoyens. Ce type de conception
repose sur plusieurs principes, comme une nouvelle façon de penser et d’agir, gérer la
croissance urbaine, organiser les déplacements, dessiner un quartier cohérent, repenser
l’habitat…
Ecolabels : Système d’homologation destiné à aider les consommateurs à distinguer les
produits et les services plus verts et plus favorables à l’environnement. Ces labels garantissent
le respect de l’environnement dans la chaîne de production et dans le cycle de vie des produits.
Eco lodge : Il le définit comme étant une « infrastructure d’accueil de 5 à 75 chambres,
financièrement durable, construite dans un souci d’harmonie avec la nature et dont l’impact
sur l’environnement est par conséquent minime. Il contribue à protéger les espaces
environnants fragiles, implique les communautés locales et leur permet de générer des
bénéfices, offre aux touristes l’opportunité d’une expérience interprétative et interactive, et
s’avère propice à une communion spirituelle entre nature et culture. L’écolodge est pensé,
conçu, construit et exploité en accord avec des principes environnementaux et sociaux
responsables. »

8
Ecosystème : Complexe dynamique composé d’un milieu, de plantes, d’animaux, et de
microorganismes. Ces éléments développement un système d’interdépendance permettant le
maintien et le développement de la vie.
Effet de serre : Phénomène naturel dû à certains gaz qui retiennent la chaleur du soleil rayonné
par la surface de la Terre. L’effet de serre assure une température favorable au développement
de la vie. Cependant, en s’accentuant sous la pression de l’activité humaine, il peut provoquer
des changements climatiques rapides et nuisibles à l’équilibre écologique.
Empreinte écologique : Appelée également empreinte environnementale, est une mesure
de la pression qu’exerce l’Homme sur la planète. Mesurée en hectares globaux (hag) ou
en nombre de planètes, elle permet d’estimer la surface terrestre nécessaire à chaque individu
pour subvenir à ses besoins.

Energie renouvelable : Energies tirées d’une source inépuisable, comme le soleil, le vent, l’eau
en mouvement et la biomasse. Ces énergies ont la particularité de ne pas porter atteinte à
l’environnement.
Gaz à effet de serre : Présents dans l’atmosphère, ces composés gazeux retiennent la chaleur.
Ils sont soit naturels soit créés par l’activité humaine. Les principaux gaz à effet de serre sont
le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d’azote ou encore les gaz fluorés.
Matériau écologique : Matériau prélevé sur une ressource renouvelable et n’entraînant pas de
pollution lorsqu’il est éliminé. Il peut aussi s’agir d’un matériau dont la fabrication n’entraîne
qu’un faible dégagement de gaz à effet de serre.
OGM : (Organisme Génétiquement Modifié) Organisme dont les caractères ont été modifiés
par l’introduction en laboratoire d’un ou plusieurs gènes étrangers.
Recyclage : Récupération des matériaux contenus dans les produits de consommation courante
et les équipements jetés après usage pour les réutiliser dans un nouveau cycle de production.
Cette activité permet d’économiser les ressources de la planète. Par exemple, prendre des
bouteilles usagées, les refondre, et en faire des bouteilles neuves.
Station d’épuration : Une station d’épuration est installée généralement à l’extrémité d’un
réseau de collecte, sur l’émissaire principal, juste en amont de la sortie des eaux vers le milieu
naturel. Elle rassemble une succession de dispositifs, empruntés tour à tour par les eaux usées.
Chaque dispositif est conçu pour extraire au fur et à mesure les différents polluants contenus
dans les eaux.
Transport alternatif (doux) : Ce mode de déplacement limite les dépenses énergétiques et les
émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit de la marche à pied, du vélo, des transports en
commun, du covoiturage…
Tri sélectif : Opération visant à séparer les déchets en différentes catégories : carton, verre,
métal, papier, plastique… Cette action facilite l’élimination dans des processus spécifiques à
chaque catégorie. Cette action n’a de réel impact que s’il existe de nombreuses poubelles
différentes et que tout le monde participe.
WWF : Organisation mondiale de protection de l’environnement. Sa mission est de promouvoir
le développement durable, de protéger les forêts, les espèces menacées… WWF cherche à
enrayer puis à inverser le processus de dégradation de la planète.

9
Activités : Proposez aux stagiaires dans le cadre d’activités de groupes de :

Veuillez adapter l’activité à proposer aux contenus des séquences pour tirer le meilleur
bénéfice en termes d’apprentissage et d’ancrage et de créativité des stagiaires.

1. Faire l’inventaire des SIBE (Site d’intérêt Biologique et Ecologique) de la


région où le centre est implanté.

2. Faire l’inventaire des sites culturels qui se trouvent dans une situation
détériorée.

3. Faire l’inventaire des établissements touristiques de la région qui optent pour


un développement durable ;

4. Atelier développement d’un espace pour les plantes aromatiques et les fines
herbes au sein de l’établissement ;

5. Faire l’analyse des pratiques durables au sein de l’établissement.

6. Créer un atelier chargé de la mise en place et le suivi d’un système de collecte


des déchets avec tri.

7. Faire le suivi de la consommation de l’eau et de l’électricité au sein de


l’établissement (Y compris détection et traitement des fuites d’eau) ;

8. Analyser les pratiques du CF en matière de développement durable (La grille


de l’Ecolabel la Clef Verte peut être exploitée dans ce sens).

8. Instaurez une distinction du meilleur stagiaire de la semaine/mois en termes


de gestes durables.

10
Séquence1 : Se familiariser avec le concept de développement durable.

«Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos


enfants. » Antoine DE SAINT-EXUPERY Aventurier et écrivain français.
Objectifs de la séquence :
 Connaître l’évolution historique de la notion du développement durable ;
 Caractériser les 3 piliers du développement durable ;
 Enumérer les impacts d’une entreprise touristique du point de vue du
développement durable.

Définitions :

Le développement durable : C’est un mode de


développement qui répond aux besoins des générations
présentes sans compromettre la capacité des générations
futures de répondre aux leurs.

I. Caractériser le développement durable :

Activités asynchrone :
https://youtu.be/eH2NK5eBNsc

Testez vos connaissances en durabilité :


Questions Choix 1 Choix2 Choix 3
1. Le développement C’est quand C’est le fait que C’est le fait que
durable c’est quoi ? l’entreprise respecte l’entreprise propose l’entreprise minimise
les lois. des produits qui les impacts négatifs de
satisfont les attentes son activité sur les
de ses clients. plans économiques,
sociaux et
environnementaux.
2. Le développement Utopique Faisable A adapter aux
durable est une particularités de
pratique : chaque pays et
activités
3. La croissance Développement Accroissement des Pollution des espaces
économique a économique. inégalités entre les naturelles.
contribué au pays et les individus.

11
4. Classez ces sources Charbon Fuel Electricité d’origine
d’énergie du plus au solaire.
moins polluant..
5. Le secteur du Oui Non Je ne sais pas
transport aérien est-il
polluant ?

1. Evolution historique du développement durable.


a. Bref aperçu historique.
La notion du développement durable n’est pas tout à fait nouvelle. En fait depuis les années 70
du 20ième siècle des textes ont présenté le sujet et l’ont abordé d’une manière détaillée.

Toutefois certains aspects de la notion ont été abordés bien avant :


 Protection des espèces animales et végétales ;
 Création de parcs naturels nationaux ;
 Discussion et réflexion sur les problèmes dont souffre l’environnement ;
 Intérêt croissant à l’écologie…
Le tableau ci-dessous retrace les principaux événements qui ont marqué l’évolution du
développement durable d’abord comme concept puis comme démarche à appliquer pour
favoriser un développement soucieux des équilibres écologiques, économiques et socio-
culturels des pays et régions du monde.
Evolution de la réflexion sur le développement durable

Période Evénement
1850-1860 Développement de la pensée sur l’écologie par le biologiste Ernst
HAECKEL
1948 Fondation de l’UICN (Union Internationale de Conservation de la
Nature.
1951 1ier Rapport de l’UICN sur l’environnement dans le monde.
1963 Publication du rapport « The Silent Spring » par la biologiste
Rachel Carson
1965 1ière conférence de l’UNESCO sur la biosphère
1968-1972 Publication par le Club de Rome du rapport « Les limites de la
croissance »
1972 1ier sommet de la terre à Stockholm

12
1987 Publication du Rapport BRUNDTLAND « Our Common
Future ». 1ière fois que la notion Tourisme Durable est
officiellement utilisée
1992 Sommet de la terre de Rio
1997 Protocole de Kyoto sur les émissions de gaz carbonique
2002 Sommet de la terre de Johannesburg
2015 COP 21 Accord de Paris pour diminuer le réchauffement
climatique.
2016 COP 22 à Marrakech

Bon à savoir :
 Rapport Brundtland (1987) :

« Le Rapport Brundtland a été publié en 1987 par la Commission mondiale pour


l'Environnement et le Développement (CMED) (WCED 1987) mise en place par l'ONU dès
1983, avec un mandat où apparaissent déjà les termes de "sustainable development". Pour
la petite histoire, la première traduction française du rapport paraît au Québec en 1988
utilisant le terme de développement "soutenable", tandis que c'est "durable" qui va
dominer en français dans les années qui suivent.

"Deux concepts sont inhérents à cette notion : - le concept de « besoins », et plus


particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus
grande priorité, et - l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre
organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins
actuels et à venir." »

Microsoft Word - Cours Géohistoire. Rapport Brundtland (ulb.ac.be)

13
 Déclaration de Rio « Sommet de la Terre 1992 »
Principe 1

Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable.
Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature.
Principe 2
Conformément à la Charte des Nations Unies et aux principes du droit international, les
Etats ont le droit souverain d'exploiter leurs propres ressources selon leur politique
d'environnement et de développement, et ils ont le devoir de faire en sorte que les activités
exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de
dommages à l'environnement dans d'autres Etats ou dans des zones ne relevant d'aucune
juridiction nationale.
Principe 3
Le droit au développement doit être réalisé de façon à satisfaire équitablement les besoins
relatifs au développement et à l'environnement des générations présentes et futures.
Principe 4
Pour parvenir à un développement durable, la protection de l'environnement doit faire
partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolément.
Principe 5
Tous les Etats et tous les peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de l'élimination de
la pauvreté, qui constitue une condition indispensable du développement durable, afin de
réduire les différences de niveaux de vie et de mieux répondre aux besoins de la majorité
des peuples du monde.

 Les ODD : Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030.


Une initiative lancée en 2015 par les Nations Unies, elle est adoptée par 193 pays. C’est une
stratégie étalée sur quinze ans. Normalement ces objectifs devraient être atteints en 2030.
https://youtu.be/ofNc9QM3JW8

Quizz :
1. Les ODD est une abréviation pour Objectifs du développement durable, mais qu’est-
ce que cela veut dire au juste ?
o 17 objectifs prioritaires adoptés par les Nations Unies pour un monde plus
juste, économiquement prospère et respectueux de l’environnement.
o Une revendication des altermondialistes ;
o Une utopie.
2. Parmi les 17 objectifs, on trouve :
o L’éradication de la pauvreté, l’égalité des genres (Femme/Homme), la lutte
contre le changement climatique ;
o Le développement des énergies fossiles, la possibilité pour chaque citoyen de
détenir une arme, La paix dans le monde ;

14
o Une croissance économique à deux chiffres pour tous les pays, la paix dans le
monde, l’abolition de la propriété privée ;
o Un smartphone pour chaque citoyen, une voiture de dernière génération pour
chaque famille, La lutte contre l’immigration illégale ;
3. Faut-il d’abord se focaliser sur certains objectifs parmi les 17 et laisser les autres pour
plus tard.
o C’est une évidence, on ne peut pas tout faire en même temps ;
o Non, tous ces objectifs sont liés entre eux. Il n’y pas de prospérité sans une société qui
va bien et un environnement préservé ;
o Oui, les États vont s’occuper des 5 premiers les dix prochaines années et s’ils sont
atteints, ils s’occuperont des autres, les 5 dernières années.
4. Qui peut contribuer aux ODD ? (Plusieurs réponses possibles)
o Les États ;
o Les acteurs économiques et financiers ;
o Les citoyens.
5. La « faim zéro », c’est l’objectif affiché pour 2030. Mais combien de personnes souffrent
encore de sous-alimentation dans le monde ?
o 203 millions ;
o 795 millions ;
o 1,5 milliard.

b. Le développement durable pourquoi ?

Toutes les réunions, rapports et réflexions liés à ce


sujet avaient, dans un premier temps, pour
objectifs de répondre à des problèmes causés par le
développement économique qu’a connu l’humanité
durant le 20ième siècle. Ils ont concerné dans un
premier temps les pays développés. Dans un
deuxième temps Les conséquences de ce
développement non contrôlé ont touché aussi les
pays du tiers monde.

Exemples de problèmes liés à la croissance économique non contrôlée :


 Disparition d’espèces animales ;
 Destruction des forêts ;
 Crises économiques majeurs (1929, 1973, 1982, 1998, 2008…) ;
 Inégalités sociales et spatiales (Des personnes et des régions très riches/ Des personnes
et des régions très pauvres) ;
 Pollution massive des espaces naturels : Forêts, océans, rivières…

15
 Multiplication des phénomènes climatiques extrêmes (Sécheresses/Pluies diluviennes).

Le développement durable se
veut une alternative aux
modes de développement
classiques, basés sur la
croissance économique
comme principal critère de
développement des nations.
Dans une optique de
développement durable, la
croissance économique est
prise en considération mais
les décideurs se soucient de la
limite des ressources
naturelles et de la nécessité de
les préserver pour les
générations futures :

Exemples de ressources naturelles limitées ou non renouvelables :


https://youtu.be/9MPI7YE6Bvk

 Eau potable ;
 Terres exploitables pour l’agriculture ;
 Ressources énergétiques d’origine fossile (Charbon, pétrole, gaz naturel) ;
 Les minerais (Fer, Potasse, Cuivre, Cobalte, Phosphates…) ;
 Les espaces habitables ;
 Ressources halieutiques (Poissons, mollusques, crustacés, algues marines…) ;
 Forêts…
2. Sur quoi repose le développement durable ?
https://youtu.be/o6NWZUn8Nc4

16
Le développement durable repose
sur trois piliers :

 Croissance économique ;
 Préservation de
l’environnement ;
 Epanouissement des
populations locales et
respect de leurs
particularités culturelles.

Le développement durable, comme alternative aux modes de développement classique, est une
démarche qui répond aux questions suivantes ?
 Peut-on assurer notre développement économique et social sans polluer ?
 Le développement est-il économiquement viable (réalisable/faisable/Rentable) ?
 Ce développement est-il bénéfique aux populations locales (Equité au niveau des
couches sociales et entre les régions, entre les femmes et les hommes/ respect des
particularités culturelles) ?
Ces questions résument les principaux défis résultant des modèles de développement classiques
tels qu’ils se sont développés tout au long du 20ième siècle et continuent à l’être de nos jours.
Pour faire la différence et atteindre ses objectifs (Création de la richesse, préservation de
l’environnement et bien-être social), la démarche du développement durable insiste sur le fait
que tous les projets doivent reposer sur les trois piliers suivants ;
 Viabilité économique ;
 Viabilité environnementale ;
 Viabilité sociale.
Viabilité économique :

Un projet est économiquement


viable, lorsqu’il permet de dégager
des bénéfices à ses promoteurs. Il
crée la richesse et améliorent les
conditions matérielles des parties
prenantes.

17
Viabilité environnementale :

Lorsque le projet minimise la


pollution, protège les espèces
végétales et animales dans
l’espace où il est implanté et
réduit la consommation d’eau et
d’énergie.

Viabilité sociale :

Lorsque le projet respecte les droits


des salariés, recrute « en priorité »
au niveau local et respecte les
particularités culturelles de la
population locale.

II- Caractériser les impacts des activités touristiques de point de vue de la durabilité.

Tous les projets ont ceci en commun :


 La rentabilité comme finalité ;
 L’influence sur le tissu social et culturel de l’endroit où ils sont implantés ;
 L’effet qu’ils pratiquent sur l’environnement naturel.

18
«Si l'on m'apprenait que la fin
du monde est pour demain, je
planterais quand même un
pommier. »

Martin Luther King

1. Les impacts économiques d’un projet touristique :


Tout projet touristique est créé dans le but de bien précis et déterminé. De la toute petite
structure établi dans un quartier populaire aux grandes multinationales qui opèrent dans
différentes régions du monde …L’objectif est le même : Celui qui crée le projet attend de gagner
de l’argent en fin de compte.
Sauf que sur le plan de la création de richesse qui résulte d’un projet touristique, les
bénéficiaires peuvent être multiples. L’examen du présent exemple permet de connaître les
impacts économiques d’un projet touristique :
Etude de cas : L’Agence Evénementielle « Couleurs du Maroc » :
Sara, vient de terminer sa formation dans les filières Arts Culinaires, Options Cuisine
Marocaine.
Ahmed de sa part a terminé sa formation dans la filière Management Touristique, option
Organisateur d’événements
Ayant tous les deux effectué des stages. Pour Sara dans la restauration traiteur, et Ahmed
dans des agences événementielles. ils décident de créer leur propre Agence Evénementielle
comme argument principal, la mise en valeur de la cuisine marocaine (Branche traiteur) et
de l’art de vivre marocain (Costumes, ustensiles, cérémonial…) ainsi que les monuments et
les différentes régions du Maroc
Pour y parvenir chacun d’eux a contribué par une somme de 50.000,00 Dirhams (Provient en
partie des économies qu’ils ont pu faire à partir des extras qu’ils ont effectué en plus d’aides
de la famille).
Ils ont obtenu un crédit bancaire Intelaka d’une valeur de : 200.000 Dirhams (remboursable
sur 5 ans).
Ils ont employé avec eux 3 commis polyvalents rémunérés à 3000,00 Dirhams chacun/mois.
Les quatre associés se font payés une indemnité mensuelle de 2000,00 Dirhams chacun (Les
frais de leurs tenues professionnelles ainsi que leurs déplacements font parties des charges
supportées par l’entreprise).
A la fin de la première année d’activité, les quatre associés ont fait le constat suivant :
 Chiffre d’Affaires (Ventes réalisées) : 650.000,00 Dirhams
 Charges engagées (Dépenses) : 516.340 Dirhams détaillés comme suit :
208.500 (Achat de denrées et matières premières)
204.000 (Salaires)
45.000 (Remboursement du crédit bancaire avec intérêts)
18.000 (Loyer)
21.840 (Energie)
16.000 (Transport)
25.000 (Impôts, Taxes).
19
 Résultat (Différence entre le total des ventes et le total des dépenses) :
(650.000 – 515.840) = 134.160,00 Dirhams

Travail à faire :
Demandez aux stagiaires de faire, individuellement ou en petit groupes, une lecture du
document et d’essayer de répondre aux questions suivantes :
1. Citez les parties qui ont contribué d’une façon ou d’une autre à la réussite de ce projet.
2. Combien les deux associés ont-ils gagnés en fin d’année ?
3. Quelles sont les autres parties qui ont, économiquement, bénéficié de ce projet ?
Analyse :
Les parties prenantes :
La lecture du document nous permet de distinguer que la réussite de ce projet passe par la
contribution des parties(Intervenants) suivants:

Clients

Banque Promoteurs

Couleurs
du
Maroc

Etat Salariés

Fournisseurs

20
 Les promoteurs du projet :
Les deux stagiaires (Idée,
efforts intellectuel et
physique, financement…) ;
 L’Etat : Autorisations,
contrôle, infrastructure,
sécurité…)
 Banque : Financement
partiel du projet ;
 Salariés : Travail ;
 Clients : Achats (génèrent
du chiffre d’affaires) ;
 Fournisseurs : Denrées
alimentaires, énergie,
transport, eau, transport…

A qui profite le projet sur un plan économique ?


L’activité de l’agence a des impacts économiques qui touchent plusieurs parties
prenantes :
Parties prenantes Contrepartie économique reçue
Les 02 Promoteurs Bénéfices/Salaires (230.160,00 MAD)*
Commis polyvalents Salaires (108.000,00 MAD)
Fournisseurs et prestataires de services Chiffre d’affaires (264.340 MAD)
Banque Remboursement crédit (22.500,00 MAD) **
Etat Impôts et taxes (25.000,00 MAD)

* MAD : Abréviation conventionnelle du dirham marocain.


** : Ce montant comprend le remboursement du capital emprunté et l’intérêt qui va avec (Revenu de la banque).

2. Les impacts environnementaux de l’agence événementielle :


Tous les projets sont implantés dans un environnement (Milieu) qui a ses propres
caractéristiques (Relief, climat, cours et plans d’eau, habitat, concentration humaine,
végétation, faune (espèces animales qui y vivent)…
A son arrivée le projet influence son milieu. Cette influence se matérialise de différentes
façons :

21
 Occupation de l’espace et
changement du paysage ;
 Consommation des ressources (Eau,
énergie, matière premières…) ;
 Pollution de l’air (Moyens de
transport utilisés pour le
déplacement du personnel et le
transport des marchandises…) ;
 Pollution de l’eau (Eaux usées) ;
 Pollution par les déchets générés
par l’activité de l’entreprise ;
 Le bruit causé par l’activité…

Examinons ce qui se passe chez l’agence « Couleurs du Maroc » (Quelques exemples):

Utilise des détergents et des


lessives pour le nettoyage :
Pollution de l’eau

Utilise trois camionnettes


deux pour le transport du
matériel et une pour la
livraison des plats aux clients :
Pollution de l’air

Utilise des moyen de


sonorisation et d’éclairage,
consomme de l’énergie,
produit du CO2 ainsi il
contribue au :
Réchauffement climatique

La transformation des denrées


en plats génère des déchets
solides : Pollution du sol

22
Certains événements
provoquent une
concentration importante
de personnes dans un
même lieu : Pollutions des
eaux et des sols.

Le schéma ci-dessous synthétise les éventuelles pollutions que pourrait générer l’activité de
l’agence.

Sol: Déchets des


préparations

Air: Gaz
provenant des Pollutions causées par Eau: Huile des
fritures/ Lavage
fours, du L'Agence: Coueurs du des ustensiles,
transport des
salariés/Repas
Maroc linges...

Acoustique: Bruit
des véhicules,
machines,
chambre froide...

3. Impacts socio-culturels de l’agence événementielle :


Tout projet qui se développe dans un pays, région ou localité a une incidence directe sur la
population. Cette incidence varie selon l’importance du projet.
Le premier impact à caractère social des projets réside dans la création d’emplois. Le
deuxième concerne la satisfaction des besoins de la clientèle visée. Le troisième a trait à
l’influence que le projet peut avoir sur les habitudes, traditions et valeurs culturelles de la
communauté qui l’accueille : Ici soit il va les valoriser ou à l’inverse, il les détériore.

23
Regardons ensemble ce que fait l’Agence « Couleurs du Maroc »

Création de 07 emplois
directs.

Satisfait les attentes de la clientèle


en matière d’organisation
d’événements familiaux et
professionnels

Valorise la culture locale et les


produits agricoles locaux (Puisque
son concept est basé sur des
produits issus du Maroc). Valorise
les espaces naturelles et culturelles
du Maroc.

III- Le développement durable au Maroc :


Activité asynchrone
Visualisez les vidéos ci-dessous :
https://youtu.be/MCtzzz1Z0vU

https://youtu.be/FxcTzL1tC4M

Le Maroc à l’instar de plusieurs pays est conscient des effets néfastes d’un modèle de
développement exclusif, polluant même s’il crée de la richesse.
Dans cette optique le Maroc a adhéré au programme des Nations Unies ODD (Objectifs du
Développement Durable). Ce programme comporte 17 objectifs qui devraient être atteint à
l’horizon 2030 :
1. Pas de pauvreté ;
2. Zéro faim ;
3. Bonne santé et bien-être ;
4. Education de qualité ;
5. Egalité entre les deux genres (Femme/Homme) ;
6. Eau propre et assainissement ;

24
7. Energie propre et d’un coût abordable ;
8. Travail décent et croissance économique ;
9. Industrie innovation et infrastructure ;
10. Inégalités réduites ;
11. Villes et communautés durables ;
12. Consommation et production responsables ;
13. Mesures relatives à la lutte contre le réchauffement climatique ;
14. Vie aquatique ;
15. Vie terrestre ;
16. Paix, justice et institutions efficaces ;
17. Partenariats pour la réalisation des objectifs.
Afin d’atteindre ces objectifs, le Maroc a lancé la Stratégie Nationale de Développement
Durable, il s’est inscrit dans un vaste programme pour sa transition énergétique qui accorde une
place importante aux énergies renouvelables. Il œuvre aussi pour un meilleur raccordement des
foyers aux réseaux électriques, d’eau potable et d’assainissement en milieu urbain et rural. Il a
introduit des stations d’épuration des eaux usées dans plusieurs villes ; ces eaux traitées sont
réutilisées dans l’irrigation des espaces verts des villes. Pour le même objectif des décharges
publiques nouvelle génération sont en gestation (favoriser le tri et le recyclage des déchets
solides). Plusieurs autres actions sont en cours pour permettre au Maroc d’atteindre ses ODD.
Pour approfondir vos connaissances par rapport à cette stratégie vous pouvez consulter le site à
partir des liens ci-dessous :
Stratégie Nationale de Développement Durable du Maroc – Competitivite Pacc (competitivite-
pacc.ma)

Dans le même cadre, le Maroc a lancé plusieurs chantiers qui visent à minimiser la pollution :
D’abord en optant pour la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables en 2021
les énergies renouvelables contribuent à hauteur de 37% dans le mix énergétique du Maroc*.
En plus de cela, le traitement des eaux usées connait une certaine évolution avec la création de
stations d’épuration dans certaines villes et la réutilisation des eaux traitées dans l’irrigation des
espaces verts.
Stations solaires Parc éolien Energie Hydraulique
Noor Ouarzazate Parc éolien Boujdour Les barrages construits
Noor Laayoune Parc éolien Jbel Khalladi sur les principaux fleuves
Noor Atlas Parc éolien Aftissat du Maroc produisent de
Noor Medelt Parc éolien Akhfennir l’électricité en plus de
Noor Tafilalet Parc éolien de Tarfaya l’eau potable et celle de
Parc éolien Foum El Oued l’irrigation.
*Source : ÉNERGIES RENOUVELABLES (mem.gov.ma)

25
A retenir :
De cette séquence nous retenons les points essentiels suivants :
 Le développement durable est une démarche qui est apparue pour pallier aux
déséquilibres causées par les modes de développement classiques ;
 La réflexion par rapport à ce sujet remonte à la fin du 19ième siècle ;
 L’objectif principal du développement durable est de répondre aux attentes de la
génération actuelle sans compromettre celles des générations futures ;
 Les ODD est une initiative des Nations Unies pour atteindre un développement
durable à l’horizon 2030
 Le développement durable repose sur trois piliers : Viabilité économique, viabilité
sociale et viabilité environnementale ;
 Le Maroc adhère aux ODD à travers une stratégie nationale intégrée qui comprend
plusieurs axes (développement humain, infrastructures, énergies renouvelables, plans
sectoriels pour le développement économique…) ;
 Toutes les entreprises, y compris celles du secteur touristique, ont, à des niveaux
variés, des impacts économiques, environnementaux et sociaux.

Evaluation formative :
1. Citez trois effets négatifs des modèles de développement classiques.
2. Définissez le développement durable.
3. Pourquoi les experts demandent-ils aux Etats d’encourager les projets qui ont un
caractère durable ?
4. Expliquez ce suit : Viabilité économique, viabilité environnementale et viabilité
sociale.
5. Expliquez dans un petit paragraphe la citation suivante : « Nous n’héritons pas la
terres de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ».
6. Quelles sont les principaux projets que mène le Maroc pour favoriser son
développement durable ?

26
Séquence 2 : Reconnaître les manifestations du tourisme durable dans les activités
touristiques.

« On ne fera pas un monde différent avec des gens indifférents » Arundhati ROY.
Ecrivaine indienne.
Objectifs de la séquence : A la fin de cette séquence
vous devez être capable de :

 Comprendre le tourisme durable et ses enjeux


au Maroc ;
 Connaître les pratiques durables applicables
dans les entreprises et destinations
touristiques.

Définition :
Tourisme durable : « Le tourisme durable
répond aujourd’hui aux besoins des touristes et
des régions qui les accueillent tout en
protégeant et en améliorant les ressources pour
l’avenir.»
http://www.world-tourism.org/code_ethics/pdf/languages/Codigo
20Etico 20Fran.pdf].

Schéma du développement durable du Tourisme

Activités asynchrone :
https://youtu.be/qzpbCtZRNmE

https://youtu.be/zsNWzcxFomQ

Importance du tourisme dans le Monde et au Maroc :


Le tourisme est devenu un secteur très important dans l’économie mondiale et à travers elle
dans les économies de plusieurs pays comme le Maroc. Le nombre de personnes qui se
déplacent à travers le monde a atteint des niveaux très élevés depuis le début des années 2000.
Ce mouvement a eu comme effets des transferts d’argent conséquent occasionnés par les
dépenses des touristes. Le secteur est devenu très attractifs pour les salariés au point d’offrir
presque deux cent millions de postes de travail à travers le monde.
Au Maroc, le tourisme a commencé son développement depuis le protectorat pour connaître
son essor depuis les années soixante du 20ième siècle. La première partie du 21ième siècle, avec
la vision 2010 va permettre d’atteindre la barre symbolique de dix millions de touristes. Cela a

27
fait du tourisme un secteur clé de l’économie marocaine avec une contribution de 8% dans le
PIB national.
Tourisme mondial en 2019 Le tourisme au Maroc en 2019
Arrivée touristiques 1.400 Millions de Arrivées 13 Millions de
touristes touristiques touristes
Recettes 1.700 Milliard USD Recettes 78 Milliard MAD
Emplois 200 Millions Emploi 500 Milles
personnes personnes
Statistiques du tourisme en 2019 au Maroc et dans le monde

Répondez aux questions suivantes :


1. Pourquoi considère-t-on que le tourisme est un secteur important au Maroc et dans le
monde ?
2. Comment peut-on définir le tourisme durable ?
3. Enumérez les piliers du tourisme durable ?
4. Pourquoi le Maroc doit-il encourager la pratique du tourisme durable ?
5. Quels sont les axes de la charte marocaine du tourisme durable ?
6. A votre avis les actions que préconise la charte marocaine du tourisme durable
permettraient-elles à notre destination de proposer une offre touristique durable ?

I- Caractériser le tourisme durable au Maroc.

Les enjeux environnementaux montent d'un cran


"Toutefois, les voyageurs souhaitent que ce soit aux opérateurs de trouver les solutions pour diminuer
leur impact et améliorer leurs politiques environnementale et sociétale" ajoute Sébastien Manceau. "Et
cette exigence passera notamment par un tourisme plus local et des hébergements et activités
écoresponsables".
"Le rural est un univers qui sort gagnant" ajoute de son côté Emmanuel Marill. "Ce qui est gagnant
également c'est la courte distance quelque soit la structure d'accueil."
Eric La Bonnardière souhaite passer la vitesse supérieure sur les projets liés aux enjeux sociétaux et
environnementaux. Les équipes du voyagiste travaillent à l'élaboration d'un projet baptisé "Better Trips"
afin d'impliquer toujours davantage tous les intervenants de la chaîne touristique.

Le tourisme d'après : la crise accélérateur des tendances pré-covid ? (tourmag.com)

28
Conscient des changements qui marquent les comportements des touristes du 21ième siècle : Ces
derniers cherchent de plus en plus de destinations et produits touristiques qui appliquent et
respectent les principes du tourisme durable, le Maroc a choisi depuis 2011 de faire de la
promotion du tourisme durable une composante de la vision touristique 2020. Pour la décennie
actuelle qui nous mène jusqu’à 2030, l’encouragement de la durabilité constitue le principal
défi du tourisme national.
1. Les effets négatifs du Tourisme
Le tourisme, malgré tous ses points forts et ses effets bénéfiques pour les pays où il est fortement
pratiqué mène avec lui son lot d’inconvénients.
Ces derniers sont variés, ils sont d’ordre :

Economique : Inflation que


subissent les destinations
touristiques (Augmentation des
prix ce qui n’arrange pas les
affaires de la population locale) ;
Forte dépendance des recettes
touristiques.
Les TO et les compagnies
aériennes des pays émetteurs
profitent plus que les opérateurs
locaux.

Environnemental : Pollutions de toutes


sortes (Air par les avions, les navires de
croisières, les autocars et voitures. Le sol par
les déchets solides produits par les structures
d’hébergement. L’eau par les eaux usées
générées par les structures touristiques.
Exploitation excessive des ressources en
eau…)

29
Socio-culturel : Les touristes apportent avec eux leurs habitudes et façons de faire qui
des fois sont très différentes des valeurs culturelles des autochtones (Habitants locaux
s’une destination touristique). Augmentation de la consommation de la drogue et de
l’alcool…
En plus de ce qu’on vient d’avancer, la sur-fréquentation, par les touristes, des sites
culturels (Sites archéologiques, monuments historiques…), des plages… conduit à leur
dégradation.

2. Le tourisme durable au Maroc, enjeux, défis et mesures prises :


L’adoption des principes du tourisme durable comme outils de management de la chose
touristique au Maroc comporte plusieurs avantages et répond à des enjeux multiples. Toutefois,
tenant compte de la difficulté de toute politique de changements, cette révolution de la manière
de développer et gérer le tourisme au Maroc impose plusieurs défis qu’il convient de gérer pour
atteindre les objectifs escomptés (Attendus) :

« Mieux vaut prendre le


changement par la main avant
qu’il ne nous prenne par la
gorge » CHURCHILL. Ancien 1ier
ministre britannique

30
a. Les enjeux de l’application des principes du tourisme durable au Maroc.

 Continuer à équilibrer sa balance de paiement grâce aux devises apportées par les
touristes ;
 Maintenir la création d’un nombre importants d’emplois par le secteur ;
 Favoriser le développement d’espaces géographiques ne disposant pas d’autres
alternatives de développement ;
 Contribuer à la diversification de l’économie nationale ;
 Favoriser la préservation des patrimoines naturel et culturel du pays…
b. Les défis de l’application des principes du tourisme durable au Maroc.
Comme pour tout changement, la résistance s’installe dès le départ. Cette résistance au
changement peut-être objective, dans la majorité des cas elle est subjective. Du fait que le
changement impose un changement dans les comportements des personnes. Cette partie-là est
souvent la plus difficile à opérer et nécessite beaucoup de pédagogie et de temps.
En relation avec le sujet qu’on aborde, les défis qui risquent de freiner la mise en place d’une
politique touristique durable au Maroc sont:
 Le manque de prise de conscience par rapport à la problématique chez bon nombre des
opérateurs touristiques nationaux ;
 Le peu de mesures incitatives qui peuvent encourager les opérateurs touristiques surtout
privés à l’adoption de projets touristiques durables ;
 L’absence de moyens de quantification des impacts du tourisme traditionnel sur
l’environnement et sur la société ;
 Le manque d’adhésion des responsables locaux (Conseils communaux) par
méconnaissance de l’intérêt de la démarche dans le développement de leurs
circonscriptions.
 Comment inciter les clients à changer leurs habitudes par rapport à l’utilisation de l’eau :
(Douches, changements des draps des lits et leurs lavage, piscines, parcours de golf…) ;
 Le gaspillage alimentaire…

c. Les mesures du Maroc pour développer son tourisme durable.


La charte marocaine du tourisme durable.
Cette charte a pour objectif de favoriser le développement du tourisme durable au Maroc afin
de minimiser les effets négatifs du tourisme tel qu’il est pratiqué au Maroc jusqu’à aujourd’hui.
La charte repose sur quatre axes :
 Protection de l’environnement et de la biodiversité ;
 Pérennisation de la culture et du patrimoine ;
 Priorisation du développement local et respects des communautés d’accueil ;
 Adoption de principes d’équité, d’éthique et de responsabilité sociale.

31
Ces différents axes sont détaillés dans les dix articles ci-dessous :

Article 1 : Contribution du tourisme à la compréhension et au respect mutuels entre


hommes et sociétés ;

Article 2 : Le tourisme, vecteur d’épanouissement individuel et collectif ;

Article 3 : Le tourisme, facteur de développement durable ;

Article 4 : Le tourisme, utilisateur du patrimoine culturel de l’humanité et élément


contribuant à son Enrichissement ;

Article 5 : Le tourisme, activité bénéfique pour les pays et communautés d’accueil ;

Article 6 : Obligations des acteurs du développement touristique ;

Article 7 : Droit au tourisme ;

Article 8 : Liberté des déplacements touristiques ;

Article 9 : Droits des travailleurs et des entrepreneurs de l’industrie touristique ;

Article 10 : Mises en œuvre des principes du Code mondial d’éthique du tourisme.

Malgré les difficultés citées ci-haut, le Maroc a mis en place des mesures qui ont pour but de
favoriser le développement du tourisme durable au Maroc et d’inciter les opérateurs touristiques
à opter pour des projets touristiques durables.

L’écolabel « La clef verte » :

La clef verte est un label international,


exclusivement touristique, créé au Danemark en
1994, qui fixe des critères de référence
internationaux pour les campings, les hôtels, les
auberges de jeunesse, les centres de vacances, etc

L’écolabel Clef Verte c’est quoi ?

32
Depuis 2007, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement a lancé, pour
développer le Tourisme Responsable au Maroc, l’écolabel, la Clef Verte.
« La Clef Verte est un label volontaire renouvelable annuellement dont l’octroi est basé sur un
référentiel international élaborée par la FEE et adapté au contexte national par la Fondation
Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement.
Ce référentiel couvre différents champs : Gestion environnementale, Implication du personnel,
Information des clients, gestion de l’eau de l’énergie et des déchets, achats éco- responsable,
valorisation des produits du terroir, sensibilisation des partenaires réalisation des activités
vertes,… etc. »
Objectifs :
Les objectifs de la Clef Verte sont les suivants:

 Objectif éducatif :
Sensibilisation des managers des établissements touristiques Formation et implication
du personnel Information et implication des clients ;
 Objectif environnemental :
Efficience dans l’utilisation des ressources naturelles ;
 Objectif économique :
Réduction des charges d’exploitation de l’établissement ;
 Objectif social :
Amélioration des conditions de travail du personnel et une meilleure satisfaction des
attentes des clients.
Cet écolabel a pour objectif de récompenser les meilleures initiatives en gestion
environnementale développées par les structures d’hébergement qui opèrent au Maroc.
L’écolabel « La Clef Verte » tel que développé par la FEE (Fondation pour l’Education et
l’Environnement) touche aussi l’activité de la restauration.
Critères d’octroi du label Clef Verte :
Pour un restaurant : (Il s’agit ici d’un sommaire et pas de la liste détaillée : Peut faire l’objet
d’une recherche que les stagiaires peuvent faire)
Gestion des déchets :
 Tri des déchets (Collecte sélective des déchets)
 Réduction des déchets (Le restaurant doit réduire les déchets qu’il produit)
Achats responsable :
 Alimentaire (Favoriser l’achat de produits locaux, biologique et de saison) ;
 Nettoyage et entretien (Opter pour des solutions qui ne polluent pas) ;
 Autres achats (Energies renouvelables, consommation d’eau…).
Cadre de vie :
 Espaces verts et extérieur (Pour le personnel et les clients)
 Bonnes pratiques (Des méthodes de travail et de gestion qui permettent à votre
établissement d’être respectueux de son environnement).
Pour un établissement d’hébergement :
33
Avant l’octroi du label l’établissement est audité par rapport aux aspects suivants :
Politique environnementale :
o Gestion environnementale ;
o Responsabilité sociale ;
o Formation des employés et parties prenantes ;
Sensibilisation de la clientèle à l’environnement :
o Information et sensibilisation ;
o Activités nature et développement durable.
Gestion de l’énergie :
o Gestion de la ressource ;
o Chaleur et rafraîchissement ;
o Equipement ;
o Energies renouvelables ;
Gestion de l’eau :
o Préservation de la ressource ;
o Robinetterie ;
o Arrosage.
Gestion des déchets :
o Tri des déchets ;
o Réduction des déchets ;
Achats responsables :
o Alimentaire ;
o Entretien ;
o Autres achats.
Cadre de vie :
o Intérieur ;
o Espace vert et extérieur
Bonnes pratiques.
En annexe, vous trouverez les tableaux qui détaillent les critères d’octroi du label La Clef Verte
pour différents établissements touristiques.
L’Ecolabel Pavillon Bleu :

« Créé par Teragir en 1985, le Pavillon valorise


chaque année les communes et les ports de
plaisance qui mènent de façon permanente une
politique de développement durable »

Pour avoir une offre balnéaire qui répond au mieux aux attentes des touristes nationaux et
étrangers le Maroc a introduit cet écolabel qui permet de distinguer les plages dont les
responsables font des efforts en matière de préservation des sites qu’ils gèrent (Eau, sol et air).

34
En tant que touriste : Se rendre
sur une plage Pavillon Bleu, c’est
choisir un site disposant d’un
certain nombre d’équipements
permettant de minimiser les
impacts de la fréquentation
touristique (Poubelles de tri,
sanitaires, sécurité, informations
sur la qualité de l’eau de
baignade et sur la faune et la flore
locales.

Activité :
Considérez le CF comme un établissement hôtelier qui aspire à l’octroi de l’écolabel la
Clef Verte.
A l’aide de la grille de labellisation Clef Verte des établissements hôteliers.
 Répartissez la classe en sous-groupes ;
 Demandez à chaque groupe d’évaluer un critère déterminé et d’élaborer la
synthèse ainsi que la présentation du travail réalisé ;
 Demandez à un groupe de faire la synthèse et statuer si l’établissement respecte
les exigences pour être labellisé.
 Demandez à chaque groupe de formuler des recommandations par rapport au
critère sur lequel il a travaillé pour aider le CF à être labellisé.

A retenir :

 Le tourisme dans sa version classique a beaucoup d’avantages pour les pays mais
il a aussi beaucoup d’inconvénients (Environnementaux et socio-culturels) ;

35
 Le tourisme durable est une alternative qui permet de concilier développement
du tourisme et des avantages qui vont avec tout en préservant l’environnement
et le patrimoine culturel immatériel et matériel ;
 Le Maroc s’est inscrit dans une politique de développement touristique qui
prend en considération la durabilité comme axe de sa stratégie globale ;
 Il existe plusieurs enjeux et défis à surmonter pour réussir l’implantation du
tourisme durable au Maroc ;
 Le Maroc a mis en place des outils pour favoriser l’implantation du tourisme
durable : La charte marocaine du tourisme durable, des écolabels (La Clef
Verte, Pavillon Bleu).

Evaluation formative 1:
1. Présentez quatre avantages du tourisme au Maroc.
2. Présentez cinq inconvénients du tourisme au Maroc.
3. Existe-il des projets touristiques durables dans votre région ? Enumérez-les s’ils existent.
4. Expliquez ce qui vous a convaincu à considérer les projets cités dans la réponse trois
comme des projets qui respectent les principes du tourisme durable.
5. Présentez les principaux piliers d’un projet touristique durable.
6. Quelle est l’utilité de la charte marocaine du tourisme durable ?
7. Pourquoi le Maroc a-t-il introduit l’écolabel « La Clef Verte » ?
8. Un restaurant, peut-il avoir l’écolabel « La Clef Verte » ? Justifiez votre réponse.
9. Pourquoi le Maroc a introduit la labellisation « Pavillon Bleu » ?
10. Comment une plage peut-elle avoir la labellisation « Pavillon Bleu » ?
11. A votre avis, que peut gagner un restaurant de la labellisation « La Clef Verte » ?

II- Connaître les pratiques durables dans une structure touristique (Cas d’un restaurant).

Introduction : Les activités et les destinations


touristiques s’alignent sur les principes de la
durabilité pour proposer des offres en adéquation
parfaite avec les enjeux du développement durable.
Au Maroc, certaines structures d’hébergement ont
opté pour le label « Clef Verte » pour se démarquer.
Malheureusement chez les autres la prise de
conscience de l’intérêt de la durabilité n’est pas bien
installée. Cela n’empêche pas qu’en tant que future
salarié ou entrepreneur dans le secteur, on doit
connaître certaines pratiques durables applicables
aux entreprises et destinations touristiques.

36
Toutes les entreprises touristiques, réunissent toutes les conditions pour conduire leur
développement selon une démarche durable. Dans cette partie du module, on abordera certaines
pratiques durables qui sont facilement applicables à condition que la prise de conscience et la
volonté soient au rendez-vous.
Activité Asynchrone :
https://youtu.be/C_AarCouHxs

Visualisez la vidéo et répondez aux questions ci-dessous :


1. Quel est le nom du restaurant dont on parle ici ?
2. Expliquez le terme « Ethicurien ».
3. En quelle année ce restaurant a-t-il été créé ?
4. Présenter brièvement la politique d’achat de ce restaurant.
5. Pourquoi ce restaurant opte pour cette politique ?
6. Expliquez comment la diminution des protéines animales dans les plats diminue-t-
elle l’empreinte carbone de ce restaurant ?
7. Que fait ce restaurant pour limiter le gaspillage ?

1. Constructions et équipements écologiques du restaurant.


a. La durabilité commence par la construction.

Pourquoi ?

Les matériaux utilisés dans la construction


des bâtiments ont un effet important sur le
niveau de pollution qu’un restaurant peut
générer. Dans les faits ces matériaux, en
fonction de leur nature, augmentent ou
baissent la consommation énergétique de
l’établissement.

Comment ?

 La planification des locaux et


annexes d’une façon concentrée
pour faciliter le circuit de
production : Diminue le coût de
l’énergie ;
 Les matériaux de constructions qui
favorisent l’isolation thermique et
ainsi diminuer la facture
énergétique et l’émission du gaz
carbonique.

37
Plan d’une cuisine centrale d’un restaurant

Pour approfondir :
https://youtu.be/Cqyx40vUzEs

https://youtu.be/gTyNUMbJChA

C’est quoi un bâtiment vert ?


Un bâtiment vert réunit un ensemble de techniques, de matériaux et de
technologies qui, intégré adéquatement dans une construction, contribue à en
rehausser la performance environnementale. Dans son incarnation idéale, la
construction écologique optimise l’efficacité énergétique, limite la consommation
d’eau, fait un usage maximal de matériaux recyclés, recyclables et non toxiques et
permet de générer le moins de déchets possible au cours de la construction
comme de l’occupation.

b. Installer des équipements éco responsables.

38
Pourquoi : Le bon choix de ces
équipements permet au restaurant
de réduire la facture de l’énergie
(Electricité) ainsi que ces émissions
de CO2.

Comment : Faire de la classe


énergétique un critère de choix des
équipements à acheter.

Faire appel à l’énergie solaire pour la


production de l’électricité et le
chauffage des locaux ainsi que de
l’eau.

39
Consommation de l’électricité en
kwh/m2/an. Plus on s’éloigne du A
plus cela signifie que le local ou
l’équipement consomme de
l’électricité. L’idéal c’est d’acheter
des équipements de classe A, A+,
A++ ou A+++

2. Faire des achats responsables :

C’est quoi ? C’est un achat de bien


ou de service respectant les trois
piliers du développement durable.
Pourquoi ? Effectuer des achats
responsables permet au restaurant de
réduire les impacts sur
l’environnement, favoriser l’essor de
l’économie locale et contribuer à
l’épanouissement de la société.
Comment : Préférer l’achat de
produits fabriqués localement.
Acheter les produits dont l’impact sur
l’environnement est minime.
Privilégier les entreprises qui
respectent les droits des travailleurs

La notion de cycle de vie : Ici elle


veut dire que toutes les phases de la vie
du produit soient prises en
considération avant de l’acheter:
Matière 1ière et son Origine, transport
et stockage, processus de
transformation, mode de distribution
et type de consommation et finalement
les possibilités de recyclage.

40
Pour approfondir :

La politique d’achat et d’approvisionnement pour un restaurant, est le cœur de l’action


de l’entreprise envers la durabilité, il commence par des actions multiples, parmi elles :
Achat local : Permet d’abord de hausser le niveau d’activité de la région et terroir. en
travaillant avec des producteurs locaux (généralement défavorisés). En plus les
produit vont passer un circuit court et permettra plus de fraîcheur dans l’assiette de
notre clientèle.
Achat équitable : l’achat doit être équitable surtout avec les petits producteurs
locaux, ce qui va nous amener à des relations commerciales plus justes et sur le long
terme respectueux des droits du travail et d’écologie.
Achat militant : en choisissant des critères de sauvegarde des ressources et de
durabilité, la présence même de certains produits sur la carte de menu de notre
clientèle. Aussi on assistera avec cette politique d’approvisionnement une
préservation et la valorisation des cultures et savoir-faire locaux,
Achter des produits bio : L’achat de productions sous signe de qualité « agriculture
biologique » sont une des réponses aux enjeux du développement durable, compte
tenu de leurs impacts sur l’environnement.

Vidéos à visualiser :
https://youtu.be/5XUgQfEVCqk
https://youtu.be/BO2IkF-pJRI

Aileron du requin : Un plat à base d’un achat irresponsable

La soupe d’aileron de requin, consommée


en Asie a fait des ravages sur l’espèce,
en effet les pêcheurs coupent seulement
les ailerons et jette le corps des requins à
la mer ce qui a mis l’espèce en danger
d’extinction dans certaines région du
globe.

41
3. Proposer des menus équilibrés sur le plan nutritionnel.

Pourquoi ? Plusieurs personnes


souffrent de maladies d’origine
alimentaire (diabète, tension,
obésité…). D’autres souffrent
d’allergies causées par certains
aliments (Produits laitiers, céréales,
poisson…). Faire attention à
l’équilibre du plat (glucides, lipides,
protéines, minéraux, vitamines…),
proposer des plats sans allergènes
permet au restaurant d’attirer plus de
clients.
Comment ? Effectuer les
préparations de base sur place au lieu
d’acheter de l’industriel ; Eviter
l’utilisation des matières grasses
saturées dans la cuisson ; Proposer
des plats végétariens et sans
allergènes…

42
4. Réduire la consommation d’eau et d’énergie :

Pourquoi ? Car l’eau, avec l’air, est


la principale ressource
indispensable à la vie sur terre. Elle
est rare dans beaucoup de pays y
compris le Maroc (Sécheresses
fréquentes). L’électricité, est dans
la majorité des cas produite à partir
de pétrole et de charbon. Plus on la
consomme plus on pollue.

Comment ? Utiliser l’eau de rinçage


pour laver ou arroser ; Installer des
robinets à débit réduit ; Utiliser des
douchettes et des chasses qui
économisent la consommation
d’eau ; Contrôler régulièrement la
consommation du restaurant ;

Lampe LED : Faire des constructions durables ;


Utiliser des équipements à faible
 Consomme beaucoup moins ; classe énergétique ; Produire sa
 Vit plus longtemps ; propre énergie ; Utiliser des lampes
 Illumine mieux ; LED…
 Emet moins de CO2

5. Réduire l’empreinte carbone du restaurant :

Pourquoi? Pour limiter les émissions de CO2 causées par les achats du restaurant
(Produits venant de loin). Cet approvisionnement de proximité permet de valoriser un
terroir parfois méconnu et de promouvoir la diversité culinaire, en remettant par exemple
certaines variétés de légumes anciens au goût du jour ! En agissant de la sorte on diminue
toutes les sortes de pollution que le restaurant peut générer.
Comment ? Connaître le calendrier des produits locaux (saisons des légumes et fruits)
pour éviter de proposer des plats à base de produits hors saison ou importés ;
Rationnaliser le transport du personnel et des plats à livrer aux clients ; proposer des plats
.dont la composante principale et des légumes, céréales et féculents…

43
Le schéma ci-dessous détaille les actions à mener pour réduire l’empreinte carbone d’un
restaurant :

Economiser
d’énergie

Transport Eviter les


plus propre Actions d’une Entreprise matériaux
Touristique pour réduire polluants
son empreinte carbone

Economiser
l’eau

Utiliser des
matières plus
bio

Pour approfondir :

https://youtu.be/w_QyQt25oQM

https://youtu.be/bnaw7OD7A4c

44
6. Trier et recycler les restes et déchets.

Pourquoi ? Le gaspillage
alimentaire est une marque des
sociétés modernes. Un restaurant
produit différents types de déchets :
déchets organiques, comme les
épluchures de légumes et de fruits,
emballages cartons et plastiques,
huiles alimentaires usagées,
serviettes, couverts et vaisselle
jetable. Pour cette question des
déchets, la règle des 3 « R » est
efficace : Réduire, Réutiliser et
Recycler.
Comment ? Réduire la production
des déchets (Achat de produits avec
moins d’emballages, préférer les
emballages biodégradables,
proposer pour les plats emportés des
emballages biodégradables,
proposer de l’eau de robinet ou
filtrée…).
Réutiliser : Valoriser les déchets
organiques en les transformant en
compost. Distribuer les plats
invendus à des associations locales.
Recycler : Mettre en place un
processus de tri des déchets (Verre,
plastique, papier, métaux,
organique…) ce qui facilite le
recyclage des déchets et permet de
leur donner une deuxième vie.

45
Pour approfondir :
https://youtu.be/34L3yv_ZhsU

https://youtu.be/rQQARG0P3Sk

https://youtu.be/3p7Z1NMz0b4

Recyclage des déchets de l’hôtellerie et de la restauration :

Matière Usage
Déchets organiques Compostages et méthanisation (gaz)
Huile de friture Recycler par filtration, fabrication de savon
et de lubrifiant
Verre Fabrication de nouvelles bouteilles et
matériaux de construction
Papier et cartons Fabrication de nouveaux papiers et cartons
Fer blanc, aluminium Fabrication de nouveaux produits

Ils ont réussi leur entreprise touristique durable

 Le Meurice, un
Grâce à
hôtel de luxe
l’instauration d’un Le chef britannique, Jamie
parisien, a
programme de Oliver, a créé en 2002 Fifteen,
découvert grâce à
gestion de l’eau, un restaurant qui emploie
son premier bilan
chaque chambre
carbone (outil chaque année 15 jeunes
de
pour comptabiliser apprentis en réinsertion, en leur
l’hôtel Andaluzau
les émissions de donnant la possibilité de
Nouveau-Mexique
gaz à effet de
consomme recevoir une qualification à la
serre) que 40%
seulement 93 sortie.
de sa
gallons d’eau par
consommation Le restaurant Konstam Cafe, à
jour
énergétique était
comparativement à Londres, entend proposer une
liée à ses achats
200 gallons, soit la cuisine locale et saisonnière.
de produits rares
moyenne par Plus de 80% des produits
et importés en
chambre selon la
cuisine. Ainsi, les utilisés en cuisine sont cultivés
Florida Department
propriétaires ou élevés dans la zone couverte
of Environmental
devront réfléchir à par le métro londonien.
Protection.
une façon de
garder les mêmes
standards en
réduisant leur
impact
environnemental.

46
A retenir :

 Les restaurants sont des structures qui peuvent appliquer les principes du
tourisme durable ;
 Un restaurant peut accéder à la durabilité en faisant appel à plusieurs outils ;
Construire et équiper d’une manière écoresponsable ;
Effectuer des achats responsables ;
Proposer des menus équilibrés sur le plan nutritionnel ;
Réduire la consommation d’eau et d’énergie ;
Réduire l’empreinte carbone du restaurant ;
Trier et recycler les déchets.

Evaluation formative :
1. Expliquez la notion de pratiques durables.
2. Comment la façon de construire aide le restaurant à réduire ses niveaux de pollution ?
3. Quels types d’équipement le restaurant doit-il choisir pour réduire sa consommation
d’énergie ?
4. Pourquoi est-il recommandé que les restaurants réduisent leur consommation en eau ?
5. Comment un restaurant peut-il réduire sa consommation d’eau et d’énergie ?
6. Pourquoi la proposition de menus équilibrés est-elle considérée comme une pratique
durable en restauration ?
7. Expliquez brièvement la notion d’empreinte carbone.
8. Expliquez comment l’approvisionnement local aide le restaurant à réduire son empreinte
carbone.
9. Pourquoi le tri et le recyclage sont considérés comme des pratiques durables ?
10. Proposez d’autres pratiques qui permettraient à un restaurant de s’inscrire dans la
durabilité.
III- Les pratiques durables dans une destination touristique :

Devenir une destination de tourisme


durable prend des années de travail
et demande l’engagement de tous les
acteurs locaux.
Les destinations commencent
généralement par l’encouragement
du tourisme de nature… Toutefois
même les destinations qui accueillent
un tourisme de masse peuvent
s’inscrire dans une démarche de
tourisme durable.

https://youtu.be/f3NBCZqmV9c
https://youtu.be/fntQd9D_wI8
https://youtu.be/DO1Zw-J0dp4

47
En tant que future technicien spécialisé en management touristique, vous serez appelé à
concevoir et commercialiser des produits touristiques. Pour favoriser le respect des principes
de la durabilité, non seulement les prestataires touristiques doivent les respecter, mais même
les territoires touristiques aussi.
1. Un produit touristique durable c’est quoi ?
Un point commun réunit les entreprises touristiques suivantes : Les TO, les agences de
voyages, les réceptifs, les agences évènementielles. Toutes ces entreprises conçoivent des
produits touristiques ou à caractère touristique (Des Circuits, séjours, Séminaires,
congrès…Comprennent des prestations : Transport, hébergement, restauration…).
Pour que le produit soit durable, son concepteur doit respecter les éléments suivants :

 Répondre aux attentes du


marché visé ;
 Contribuer à la conservation
de la nature ;
 L’attitude de l’agence ou du
voyagiste local en matière de
ressources naturelles ;
 La compréhension qu’a le
voyagiste local de la nécessité
de produits durables ;
 La compréhension des
bénéfices sur la durée ;
 La volonté de s’engager dans
une coopération durable ;
 L’application des principes
de conservation dans la vie
professionnelle au quotidien ;
 Faire appel et profiter à la
communauté locale ;
 Permettre aux touristes et à
la communauté locale de
s’instruire ;
 Calculer le coût du circuit et
d’estimer les bénéfices qu’il
devrait produire ;

48
Ici, il ne faut pas oublier que l’entreprise qui conçoit les produits touristiques doit elle-même
appliquer les principes du tourisme durable tels que nous les avons expliqué dans la 1 ière
partie de cette séquence.

Un autre élément qui détermine si les produits proposés par le TO, l’agence de voyages ou
l’agence évènementielle sont durables réside dans le fait que les prestataires qui
interviennent dans sa mise au point adoptent une démarche durable.

De ce fait, le concepteur d’un produit touristique qui se veut durable va privilégier : Les
compagnies de transport qui proposent des offres durables, les hôtels et restaurants
durables…

2. Une destination touristique durable c’est quoi ?

Une destination touristique durable d’après le TO allemand Wikinger Reisen :

Une destination touristique est durable lorsque son offre s’articule comme suit :
 Participation de la population locale, qui retire un profit direct du tourisme ;
 Prix, rémunérations et conditions de travail équitables ;
 préférence pour de petits fournisseurs indépendants ;
 Voyage en petits groupes ;
 Souci de montrer la culture et la nature de chaque territoire visité ;
 Conscience de l’importance des aspects culturels d’un voyage ;
 Conscience de la nécessité de conserver la biodiversité ;
 Affectation d’une partie des bénéfices à des projets environnementaux ;
 Expériences souvent menées hors des sentiers battus ;
 Vie au contact de la population locale ;
 Refus de consommer des espèces menacées (même si elles font partie des
préférences culinaires locales).

49
Bon à savoir :
La capacité de charge touristique : Le nombre de touristes qu’un lieu (/ un système
touristique) peut recevoir sans en être durablement modifié.
Indicateurs du tourisme durable : Un ensemble d’outils de mesure qui permettent de
savoir le niveau d’engagement d’une destination ou d’un établissement touristique dans
une démarche de tourisme durable (Nombre d’établissement labellisés, qualité de l’air,
beauté des paysages, propreté des lieux, niveaux des salaires…).

Parc national Rapa Nui Île de Pâques Polynésie Gravure rupestre Tazzarine Daraa-Tafilalet

50
Séquence 3 : Adopter une position citoyenne en matière de durabilité appliquée en
restauration.

« Dans un environnement qui change, il n’y a pas de plus grand risque


que de rester immobile » Jack CHIRAC Ancien président français.

Objectifs de la séquence :

 S’approprier l’éthique
environnementale ;
 Comprendre les enjeux de
l’interculturalité dans les
entreprises touristiques ;
 Produire des comportements
durables liés à son poste au sein
de l’entreprise.

1. L’éthique environnementale

L’éthique environnementale repose


la question des droits et devoirs de
vous comme restaurateur vis-à-vis
des espèces, de la naturalité et des
frontières posées par l'homme entre
lui-même et ce qu'il perçoit comme
la nature ou l'environnement. Elle
peut élargir les principes de
prévention et de précaution au
monde vivant, y compris pour des
espèces non jugées vitales ou utiles
pour l'homme.

51
Activité asynchrone :

https://youtu.be/kMfOL85xOcQ
https://youtu.be/BTUZ_DcBi4M
https://youtu.be/MLy83D2TIsQ
https://youtu.be/byhBIxLC8ns

De l’éthique environnementale :

« La gestion actuelle des ressources naturelles nous conduit à une impasse... Nous
maltraitons la terre parce que nous la considérons comme une marchandise en notre
possession. Le jour où nous la percevrons comme une communauté dont nous sommes
membres, nous la traiterons avec amour et respect ».

Les questions d’éthique environnementale sont incontournables dans le contexte actuel de


changements climatiques et de disparition accélérée d’espèces sauvages. D’abord, se posent
la question de notre responsabilité de préserver la biodiversité et l’environnement pour le
bénéfice des générations humaines futures, ainsi que celle de l’équité dans l’accès des
individus ou des groupes aux diverses ressources naturelles. Ensuite, se pose la question de
nos obligations morales envers les entités non humaines elles-mêmes, que ce soit les
animaux sensibles, les végétaux ou les écosystèmes.
L’éthique environnementale s’adresse à notre attitude vis-à-vis de nos semblables de la
nature avec toutes ses composantes.
L’éthique environnementale nous pousse à nous soucier de ce qui se passe au tour de nous,
à nous questionner par rapport aux effets de nos actes. L’acte que je fais faire a-t-il u impact
positif ou négatif sur la nature, sur un autre humain. Ce qui doit conduire mon
comportement c’est la justice vis-à-vis de mes semblables ainsi qu’envers l’environnement
naturel. Exemple : Le fait d’utiliser la voiture pour me rendre à une supérette qui se trouve
à 200 mètre de chez moi alors que je n’ai pas de contrainte de temps : Est-ce un acte qui va
impacter négativement l’environnement ou non ? La réponse est oui. Ici je dois me dire que
la bonne décision est de ne pas utiliser la voiture. A la place il faut aller à pied, à bicyclette
ou en utilisant un moyen de transport public (Bus/ Tramway)

Répondez au quiz ci-dessous :

1. Pour acheter vos vêtements, à part qu’ils vous vont, quel est le critère qui compte le
plus dans votre décision d’achat ?
Le prix La tendance Origine et matière quitte même à acheter moins
2. Pour acheter votre réfrigérateur le critère principal
La classe énergétique Le volume Les conditions de fabrications
3. Vous changez de smartphone
Tous les ans Lorsqu’il montre de petites faiblesses Lorsqu’il ne marche plus
4. Pour nettoyer les locaux de l’établissement vous proposez
Eau de Javel et détergent chimiques Produits éco labellisés et un peu de javel
Exclusivement des produits éco-labellisés, bicarbonates et savon noir
5. Pour les produits alimentaires du restaurant vous achetez

52
Les produits que vous propose le fournisseur Des produits locaux des produits
locaux et bio
6. Quel rythme vous proposez pour aérer les locaux où vous travaillez ?
Une fois par semaine Deux fois/Semaine Matin et après-midi
7. Le restaurant manque de pain, on vous charge de le ramener du fournisseur le plus
proche (15 min à pied)
Vous prenez la voiture vous utilisez la moto Vous allez à pied

2. L’interculturalité comme outil pour pratiquer tourisme durable

Le phénomène interculturel est


affaire de rencontres, du fait qu'il
n'existe pas une culture mais des
cultures, au sein desquelles
parfois d'autres cultures
coexistent et interagissent.
Chaque pays, peuple, être
humain, organisation possède une
culture différente.

Le propre des métiers du tourisme est l’ouverture La notion d'environnement


qu’ils permettent sur les différentes cultures du interculturelle qui se veut à la fois
monde. Celui qui les exerce doit développer son un outil théorique et pratique. Elle
aptitude à accepter l’autre malgré la différence doit être conçue pour que les
des croyances, couleur, genre… intervenants intègrent l'éducation
relative à la diversité culturelle à
Cette aptitude à accepter la différence de l’autre leur pratique dans un monde issu
nous permet d’accepter le droit de cet autre à de divers horizons culturels. Cela
jouir des mêmes droits que nous. permettrait d’appliquer les
Vous travaillez dans une structure touristique à principes du développement
Dakhla : Vous recevez des touristes marocains, durable dans leur dimension
américains, français, chinois, russes, socio-culturelle.
espagnols…Chacun a ses propres codes culturels
que vous devez respecter et à aucun moment
dénigrer ou mépriser.

53
3. Adopter des attitudes et comportements durables dans son poste de travail
Notre attitude au niveau individuel, les « éco-gestes » sont nécessaires pour diminuer notre
empreinte écologique (moins de déchets, de pollutions, économies d’eau, d’énergie, de
transport, de nourriture.…).
Mais le comportement durable concerne aussi les domaines de l’économie, la sphère
sociale, la participation politique. Là aussi, chacun peut avoir une influence et mettre ses
actes en conformité avec sa prise de conscience.
Vous, un stagiaire pour le moment, et un futur professionnel, commencez, maintenant,
pendant la formation vos actions durables!
En tant que membre dans une entreprise touristique, quelle est ma contribution dans cet
effort ?
Chef de produit/Forfaitiste/Technico-commercial :
 Connaître l’intérêt des actions durables pour moi et pour mon entreprise ;
 Faire des propositions en matière de développement durable ;
 Connaître la biodiversité des espaces touristiques que j’exploite ;
 S’intéresser aux sources de pollution qui affectent les espaces touristiques que j’exploite ;
 Connaître la capacité de charge des sites visités ou traversés ;
 Prospecter et référencer des destinations touristiques durables ;
 Prospecter et référencer des prestataires touristiques qui adhèrent aux et appliquent les
principes du tourisme durable ;
 Impliquer les petits prestataires locaux dans la chaîne de valeur touristique ;
 Privilégier le recrutement au niveau local ;
 Encourager les touristes à acheter les produits de l’artisanat local ;
 Inviter les touristes à consommer les plats de la cuisine local ;
 Proposer et encourager les touristes à une immersion dans la culture locale ;
 Sensibiliser les touristes aux pratiques durables ;
 Imposer aux prestataires de respecter les normes d’hygiène et de sécurité vis-à-vis de leur
personnel et des touristes ;
 Eteindre les lumières et autres appareils lorsqu’il n’est pas nécessaire de les utiliser ;
 Eviter d’imprimer les documents et se contenter des versions électroniques ;
 S’assurer de la sécurité de son équipe ;
 Effectuer le suivi de la consommation d’eau et d’électricité de l’entreprise.
 Former et sensibiliser son équipe aux gestes durables ;

54
Conseiller en voyages/commercial :

 Connaître l’intérêt de la durabilité pour soi, l’entreprise et l’humanité ;


 Faire des propositions en matière de développement durable ;
 S’informer sur les pratiques touristiques durables ;
 Connaître les particularités naturelles et culturelles des destinations qu’on commercialise;
 Privilégier la vente de produits et destinations touristiques durables;
 Sensibiliser les touristes aux pratiques touristiques durables;
 Inciter les touristes à consommer les plats des destinations qu’ils visitent ;
 Encourager les touristes à s’ouvrir sur les cultures locales et à les respecter ;
 Encourager les touristes à utiliser des moyens de transport public ;
 Eteindre les lumières et les appareils quand on n’en a pas besoin ;
 Sensibiliser ses collègues à adopter des gestes durables ;
 Eviter d’imprimer des documents inutilement ;

Guides/Accompagnateurs:

 Connaître l’intérêt et l’utilité du développement durable pour soi, l’entreprise où je


travaille et pour l’humanité ;
 Proposer des actions pour améliorer la politique de durabilité au sein de
l’établissement ;
 Connaître les particularités naturelles, culturelles et sociales des espaces où j’assure
mes activités ;
 Connaître les capacités de charge des différents sites que je propose à mes clients;
 Sensibiliser mes clients aux codes culturels et sociaux à respecter dans les espaces et
les localités qu’on visite;
 Inciter les touristes à ne pas jeter de déchets dans les espaces visités ;
 Eviter de gaspiller l’eau ;
 Connaître les mesures d’hygiène et de sécurité à appliquer pour protéger les clients
et la communauté;
 Eviter de mettre des composantes chimiques dans les préparations ;

55
4. Les étapes de la mise en place d’une démarche de tourisme durable :
1. Faites l’état des lieux de vos pratiques : questionnaire d’autoévaluation :
Utilisez un questionnaire d’autoévaluation (Celui de l’Ecolabel La Clef Verte en annexe). Il
vous permettra d’évaluer vos pratiques actuelles en termes de développement durable et celles
que vous pouvez modifier en fonction du positionnement de votre établissement touristique.
Repérez les pratiques où votre note est basse et passez à l’étape suivante !
2 Commencez par les actions visibles et à moindre coût :
Commencez par vous intéresser aux actions qui, à moindre coût, seront les plus visibles pour
vos clients, de sorte que leurs encouragements vous pousseront à continuer. Etablissez un
ordre de priorité en évaluant ce que cela va vous coûter mais aussi ce que cela peut vous
rapporter en termes de visibilité si vous valorisez judicieusement vos engagements auprès des
clients : par exemple installer des ampoules à économie d’énergie ; proposer des restaurants
qui servent des plats de la cuisine locale.
3. Faites la liste des actions à entreprendre et fixez-vous des objectifs :
Fixez-vous, action par action, des objectifs clairs et faciles à comprendre, que vous pourrez
également communiquer à vos clients. Dites par exemple : « à partir du premier septembre,
100% des hôtels que nous programmerons recyclent leurs déchets » ou « nous proposerons
des circuits 100% écoresponsables ».
4. Accompagnez et formez vos équipes :
Assurez-vous du soutien de vos salariés : consultez-les sur leur vision du projet, écoutez leurs
attentes et expliquez-leur quelles conséquences le projet va avoir sur leur travail. Vous pouvez
même solliciter vos équipes en organisant un concours d’idées. Si besoin, prêtez-leur des
DVD ou organisez une projection collective d’un film comme « Nos enfants nous accuseront
» (documentaire qui raconte le passage au bio d’une cantine scolaire dans un village français)
et discutez de ce que votre restaurant peut faire.
5. Trouvez-vous des alliés :
Dès le lancement de votre démarche, vous aurez besoin de pouvoir vous appuyer sur des
partenaires ayant une expérience et une compétence. Identifiez, parmi vos fournisseurs, ceux
susceptibles de répondre à vos demandes ou cherchez-en de nouveaux.
6. Rendez la démarche visible avec honnêteté.
Une fois votre démarche en place, n’oubliez pas de la communiquer auprès de vos clients.
Utilisez pour cela tous les supports à votre disposition, mais n’en faites pas trop quand même,
restez humble et transparent : dites ce que vous faites tout simplement !

56
A retenir :

 Tous les actes, minimes soient-ils ont un effet (s) sur les autres êtres vivants ;
 La protection de l’environnement commence par notre façon de voir le
monde et le questionnement continu de nos actes et leurs impacts sur notre
entourage ;
 L’ouverture sur l’autre, son acceptation et la reconnaissance de tous ses
droits est une condition pour favoriser la pratique d’un tourisme durable en
particulier et le tourisme en général ;
 Chacun, à partir du poste qu’il occupe au sein de l’entreprise, peut
contribuer très activement dans la démarche durable de son entreprise ;
 La réussite d’une démarche de durabilité résulte avant tout de petits gestes
durables pratiqués par tout le personnel de l’entreprise

Evaluation formative

1. Expliquez dans votre style la signification de l’éthique environnementale.

2. Citez quatre gestes, que vous pouvez faire quotidiennement, qui peuvent être dictés
par l’éthique environnementale.

3. Que pensez-vous de la visite des sites culturels comme Volubilis? Doit-elle être
contrôlée ou non ? Justifiez votre réponse.

4. A votre avis, un établissement touristique doit-il assurer son éclairage par de l’énergie
solaire ? Argumentez.

5. Pourquoi faut-il accueillir, tous les clients avec les mêmes égards ?

6. Que pensez-vous des étrangers qui immigrent au Maroc ? Argumentez votre réponse.

7. En tant que stagiaire de la filière Management Touristique quels sont les gestes
durables que vous pouvez pratiquer dans le centre durant votre période de formation ?

8. Précisez les phases de la mise en place d’une démarche de tourisme durable au sein
d’une entreprise touristique.

9. En tant que stagiaire dans la filière Management Touristique, que proposez-vous pour
que votre centre s’inscrive dans une logique de développement durable ?

57
Annexes :

 Grille de critères 2021 Hôtels Auberges de Jeunesse ;


 Grille de critères 2021 Restaurants.

58

Vous aimerez peut-être aussi