Vous êtes sur la page 1sur 4

Fiche semaine 2: Trafic d’esclaves

Définition esclavage : C’est le fait pour un groupe social d’être soumis à un régime
économique et politique qui le prive de toute liberté et le contraint à exercer les
fonctions économiques les plus pénibles sans autre contrepartie que le logement et la
nourriture (Larousse) (même une paie misérable).

« Esclave » vient de « Slave » -> les vénitiens/marseillais font des raides dans les
pays slaves, capturent des hommes et les vendent aux Arabes.

1e moitié du XIXe est l’âge d’or du système esclavagiste alors que la traite est de
plus en plus stigmatisée par les abolitionnistes.

Des traditions religieuses et légales donnent toujours une légitimité à ce système :

> Aristote/ droit romain : l’esclavage est une condition naturelle

> Pères de l’Eglise donnent leur bénédiction ou ferment les yeux. Au XVIIIe siècle, on
considérait que la Bible avait condamné les Noirs africains à vivre comme une race
inférieure (couleur de peau = Pêché originel)

> Certaines traditions islamistes (prisonniers de guerre) et bouddhistes (karma)


tenaient pour licites des formes de dépendance sociale

> L’avénement des « sciences » raciales au XIXe justifie l’esclavagisme par des
qualités raciales inhérentes : retard biologique raciale donne une nature primitive aux
Africains et une nonchalance despotique du Chinois ou de l’Arabe. La perfection donne
sa liberté à la race blanche.

> Vision paternaliste : maintenir le système de domination car les noirs/ femmes
sont considérés comme des « groupes inférieurs » qu’il faut faire grandir. (par des
blancs/ hommes et élites). G. Washington et W. Jefferson sont des humanistes mais
aussi propriétaires d’esclaves qu’ils émancipent = paternalisme. Si les territoires
amérindiens ne sont pas exploités + esclaves non civilisés = on peut se les approprier
-> légitime le droit colonial

> Les esclaves ne peuvent en aucun cas être des citoyens pleins et entiers, l’esclave
n’est que 2/3 d’un homme libre.
> Mentalité protestante (méritocratie) : vous avez réussi donc vous être libre de
dominer les autres.

Cependant 2 types d’esclavagisme :

- Dans l’Europe de l’Antiquité et les pays islamiques contemporains : dépendance


sociale à la famille ou à la ferme. Possibilité d’une reconnaissance envers l’esclavage
et même d’une certaine autonomie.

- Dans les plantations des Caraïbes/ Etats-Unis, le système est une forme prise par le
capitalisme moderne, l’esclave est complètement soumis au procédé productif sans
aucune liberté individuelle (déshumanisation) -> l’intérêt éco pour les planteurs/
négriers/ Etats explique la persistance du système jusqu'à la fin du XIXe siècle.

-> l’esclavagisme dans la vision capitaliste : système de production efficace


compatible avec les début de la production industrielle + le rôle culturel est
important en prévenant les conflits de classe et les désordres du capitalisme européen
(pas d’usine ni de classes ouvrières/ usinières en présence d’esclaves).

Chiffres de la traite d’Afrique vers l’Amérique (P.E Lovejoy):

- XV-XIX : entre 12M et 18M d’esclaves ont été déporté au sein du commerce
triangulaire.
- XVII-XIX = 550 000 esclaves déportés par les navires nantais. (autres : La
Rochelle, Le Havre, Bordeaux = villes prospères)

Mise en oeuvre du trafic :

Esclaves blancs (slaves) vendus aux riches arabes avant que le filon ne s’essouffle
parce que les pays fournisseurs se rattachent au christianisme. Dès lors les nobles
du monde arabo-musulman se concentre sur la région subsaharienne (Soudan =
« ils sont noirs »). L’Empire du Ghana ou encore du Mali organisent des axes
commerciaux de cette marchandise humaine = créations de comptoirs et de villes
comme Tombouctou ou encore l’archipel de Zanzibar (« Zanjibar » = Côte des noirs).
La traite transsaharienne s’étendra jusqu’en Chine en touchant le sud de l’Europe
(Espagne).
-> En Afrique, la capture et la vente d’esclaves sont une manne financière importante
(parfois la seule) pour l’aristocratie naissante, des commerçants et les élites
africaines. Pour éviter les révoltes, les maitres africains organisaient des sacrifices
humains rituels afin de terrifier les esclaves et avertir les criminels + Usage de castrer
les esclaves. Les graves épidémies en Afrique du Nord et au Moyen-Orient au début
du XIXe s’ajoutent à une croissance démographie faible et entraînent une pénurie de
main d’oeuvre + la possession d’esclave donne un statut social à la famille.

=> Pas de dimension racialisée du trafic

Les Européens s’installent dans le golf de Guinée. Pour exploiter le Nouveau-Monde


on épuise les Amérindiens puis en 1674 on instaure la traite transatlantique
(anglais, portugais, hollandais, français). La traite arabe fournit, des accords
commerciaux avec des chefs africains locaux assurent la capture. Ils sont vendus et
transportés dans des conditions inhumaines (2M de décès pendant le voyage sur
toute la période). -> Compagnie du Sénégal crée par Louis XIV.

Abolition de la traite par les anglais en 1807 mais la possession d’esclaves se


perpétuera dans les usages jusqu’en 1838. L’abolition est un processus long :

- Jamaïque : le travail effectué collectivement « slave gang » se poursuit jusqu’en


1830
- Antilles : Les rebelles noirs sont considérés comme des esclaves pendant encore 1
génération après l’abolition.
- Dans les anciennes possessions espagnoles et Portugaises du Nouveau-Monde :
esclavage se perpétue pendant encore plus d’1 génération.
- En Arabie et Afrique : le commerce et la possessions se perpétuent au moins
jusqu’à la 1e GM
- En Inde & Asie de l’Est : la forme islamique de l’esclavage se confond avec la
pratique hindoue du système de caste = catégories sociales asservies par d’autres
(ex: femmes, basses castes condamnées aux travaux ingrats)

=> La décision du Parlement britannique n’a que peu d’impact pendant au moins 1
génération même si la couronne organise des contrôles sur ses ressortissants mais
aussi sur les étrangers en plaçant des patrouilles le long des côtes africaines.
L’Espagne + Portugal montent des stratégies pour éviter les patrouilles anglaises.
> Le Nouveau-Monde a besoin d’une main d’oeuvre importante pour la pérennité
d’une production viable. L’immigration d’Europe ne couvre pas le besoin.

> L’économie sucrière enrichie considérablement les planteurs et les Etats ->
système d’ « apprentissage » à la liberté permet d’épargner l’économie sucrière
dans un premier temps après l’abolition.

> Posséder des esclaves sous les Tropiques donne un statut social.

Abolition au Brésil en 1888 afin d’attirer une main d’oeuvre libre d’Europe plus
efficace (esclavagisme devenu très impopulaire en Europe). Abolition à Cuba en 1886
mais l’usage des travailleurs asservis se poursuite jusqu'au début du XXe siècle.

-> Le trafic d’esclaves a eu des impacts de long terme considérable pour le continent
africain. Démographie : on considère une perte de 50% de la population africaine
sur le long terme à cause des pertes en vies humaines sur place et de la déportation
de masse de l’autre côté de l’Atlantique (12M sur 3 siècles). Ce trafic a placé le
continent africain dans une situation globale de dépendance aggravée au sein de
l’économie mondiale naissante.

Vous aimerez peut-être aussi