Vous êtes sur la page 1sur 2

Le travail et la technique

I- L'homme face au travail et à la technique

Platon:
Le mythe de prométhée: parce que l'homme est naturellement faible et démuni et donc voué à disparaître,
prométhée lui offre le feu et l'habileté. L'homme est alors mis en possession des arts utiles à la vie: la
connaissance technique.
Le technique compense l'infériorité initiale de l'homme, pour se défendre et se protéger. Elle est purement
humaine, comme le travail.

Aristote:
L'homme est doué d'intelligence: la technique. La main est le prolongement de celle-ci en tant qu'outil. Elle
lui permet de façonner le monde, l'homme est un 'mani'pulateur.
« Ce n'est pas parce qu'il a des mains que l'homme est le plus intelligent des êtres, mais c'est parce qu'il est
le plus intelligent des êtres que l'homme a des mains ».
Homo faber: pour l'homme, le travail est un acte naturel: il fabrique.

II- Le monde humain est façonné par le travail et la technique

Bergson:
Les principales étapes de l'histoire sont déterminées par le travail et la technique.
Le travail façonne la société. L'homme, par les outils, « dénature » la nature. Il nie ce qui est naturel et
modifie l'histoire. Il est ancré dans un monde de plus en plus artificiel.

Marx:
Dans Le Capital, le système de travail engendre une organisation particulière et donc une hiérarchie. Elle
crée une division du travail qui conditionne la façon de vivre des hommes. Elle détermine l'organisation de la
société capitaliste.

Le travail et la technique sont à l'origine du phénomène de culture (≠ nature). L'homme, grâce à ses outils
et à sa technique, façonne le monde et lui impose ses propres règles, sa culture.
L'homme pouvant jouer sur l'histoire, il peut la faire évoluer en bien s'il le veut: c'est le progrès technique.

III- Le travail : libérateur ou alliénant ?

Marx:
Le travail est alliénant. Il critique le travail à la chaîne, qui entraîne une chosification de l'homme. Il devient
un maillon de la chaîne. Il n'est pas assez payé pour pouvoir sortir de ce cercle et s'adonner à la culture et à
la réflexion. Il est escave d'un système dans lequel il est dépassé par la technique. C'est l'alliénation.
Le travail est extérieur à l'ouvrier, c'est à dire qu'il n'appartient pas à son être et que dans son travail
l'ouvrier ne s'affirme pas, mais au contraire se nie.

Rousseau:
Dans les fondements des inégalités entre les hommes, Rousseau affirme que la relation maître / esclave est
apparue lors de la naissance de la propriété privée, c'est à dire quand l'homme a commencé à travailler pour
les autres.
Selon lui, le travail est libérateur pour qui n'a pas pour but le profit: seul le travail intellectuel (artistes) est
libérateur.

IV- La techique: libératrice ou dangereuse ?

Descartes:
La technique permet à l'homme de se rendre comme maître et possesseur de la nature. En effet, la
technique nous permet de modifier la nature et de la dominer. On évite ainsi toute contrainte.

Comte:
La technique nous permet de nous détacher des contraintes naturelles: “savoir pour prévoir, prévoir pour
pouvoir”.
Elle nous offre ainsi un plus grande autonomie, donc plus de pouvoir. Pour A. Comte, la technique est donc
libératrice.

Mais la technique apporte une dénaturation de l'homme, et rend le monde de plus en plus artificiel.
(problèmes environnementaux, dépendances, développement en exponentielle de la technique). Se pose
alors le problème de l'autonomie future de l'homme, de son destin face au pouvoir croissant qu'exerce la
technique sur lui.

V- travail technique, éthique et moral

Kant:
Agir moralement, c'est toujours faire en sorte de respecter la personne humaine comme une fin et jamais
comme un moyen. Or, parfois le travail utilise l'homme comme un moyen.