Vous êtes sur la page 1sur 5

Recherche sur la gestion financière

Module : Technique de la gestion d’entreprise

Réalisé par : Encadré par :


OUGHZIF Otmane Mme BELKHTAB Zineb
1. Définition de gestion financière
Gestion financière est une activité vitale dans toute organisation. Il s'agit du processus
de planification, d'organisation, de contrôle et de suivi des ressources financières en
vue d'atteindre les buts et objectifs de l'organisation. C'est une pratique idéale pour
contrôler les activités financières d'une organisation telles que l'approvisionnement en
fonds, l'utilisation des fonds, la comptabilité, les paiements, l'évaluation des risques et
tout autre élément lié à l'argent.
2. L’objectif de Gestion financière
La gestion financière regroupe l’ensemble des activités d’une organisation qui visent
à planifier et à contrôler l’utilisation des liquidités (argent) et des avoirs (biens) qui
sont possédés par l’entité pour réaliser sa stratégie. La gestion financière est donc un
outil de gestion prévisionnel à destination du gestionnaire. Elle est nécessaire et
indispensable au pilotage de l'entreprise.
3. Définition d’investissement :
Pour entreprise, investir c’est consentir à décaisser aujourd’hui une certaine
somme avec l’espoir d’encaisser ultérieurement, sur   plusieurs   exercices, des
Sommes plus   importantes permettant d’augmenter ainsi la valeur de l’entreprise.
Un investissement est acceptable dans la mesure où les gains attendus sont supérieurs
au capital investi.
De ce fait, évaluer un investissement consiste à comparer deux éléments à  
savoir :  les gains futurs et le capital investi.  
4. Les types d’investissement :
De   nombreuses   classifications   ont   été   proposées   par   différents   auteurs.
Elles permettent   d’utiliser   Des   procédures différentes   Plus ou   moins simplifiées,
suivant la catégorie de l’investissement. Parmi ces classifications :
Suivant la nature, où on peut distinguer :
- Les investissements industriels et commerciaux sous la forme d’actif physique
- Les investissements financiers : qui prennent   la forme de titres de participation
ou de prêts à long terme ;
- Les   investissements   incorporels   qui   comprennent   d’une   part les
acquisitions d’actifs incorporels (fonds de commerce, brevets…) et d’autre part
les dépenses d’études, de   recherche et de développement de formation.    
Suivant leur objectif, à savoir :
- Les   investissements   d’exploitation   dont   l’objet   est   l’accroissement   du  
potentiel   de production et de distribution.
- Les   investissements   de   renouvellement   dont   l’objet   est   le   maintien   du  
potentiel   de l’entreprise
- Les   investissements   de   modernisation   souvent   dont   l’objet   est  
l’amélioration   de   la   productivité.
- Les investissements de prestige dont l’objet est l’image de marque de l’entreprise
et   dont les effets non mesurables ne peuvent être qu’indirects ;
- Les investissements sociaux qui portent sur ce qu’on appelle « la qualité de vie »
dont les effets ne peuvent être directement mesurés.
5. Les critères de choix d’investissement
 La valeur actuelle nette (VAN)
- Le   critère   de   la   valeur   actuelle   nette (VAN) répond au principe de
compensation.  
- C’est   la   somme   actualisée   des   flux   financiers   pendant   les   périodes  
d’investissement   et   d’exploitation, somme qui s’exprime dans l’unité
monétaire du projet considéré.
- La   VAN   est un   critère   d’éligibilité : une   VAN   positive   implique   de
retenir   le   projet d’investissement et une VAN négative implique de le rejeter.
 Indice de profitabilité (IP)
- L’indice   de   profitabilité (IP) répond   au Principe   de compensation sous  
forme   d’un   ratio proche de 1.
- L’entreprise a intérêt à choisir les investissements les plus rentables par unité de
capital investi.
- L’indice de   profitabilité   représente le   rapport entre la valeur actuelle les flux
financiers   d’exploitation   générés   par   le   projet   et   le montant   de
l’investissement   initial.   Il reflète le revenu actualisé par unité monétaire
investie.
IP= Somme actualisée des flux financiers liés à l’exploitation/Somme actualisée des
flux financiers associés à l’investissement.
IP est un critère de comparaison :  entre deux projets, on choisira celui qui a
l’indice   de profitabilité le plus élevé

 Taux de rentabilité interne (TRI)


Le taux de rentabilité interne est le taux d’actualisation qui annule la VAN du projet.
Le TRI vérifie l’équation suivante :

Le TRI se   calcule par approximations successives puis, une fois   le résultat encadré,  
par interpolation :
⁻ On détermine deux taux :  Un taux t1 qui rend la VAN positive et un taux t2 qui la  
rend négative.  
⁻ Le taux qui annule la VAN se situe donc entre t1 et t2, on détermine   le   TRI   en  
faisant une interpolation linéaire.
Le TRI est un critère d’éligibilité à condition d’avoir une norme pour mesurer
l’intérêt du   projet. Un   projet   d’investissement   est   rentable   si   son   TRI   est  
supérieur   au   taux  
d’actualisation retenu.

Le   TRI Présente l’avantage d’être une donnée uniquement liée au projet étudié et  


contrairement à la VAN, n’est pas tributaire d’un taux d’actualisation.

 Délai de récupération en valeurs actualisées

Le délai de récupération en valeurs actualisées est le moment (la durée en années)  


où les flux actualisés positifs compensent les flux actualisés négatifs.
Pour le calculer, il faut déterminer le cumul des flux actualisés, et d’observer ensuite à
partir   de   quelle année   le cumul des flux actualisés devient égal au montant de
l’investissement initial, ou dans le cas échéant devient positif. Et ceci par le recours à
l’interpolation linéaire.

Entre deux projets, on   retiendra le projet avec le délai de récupération le plus court

Vous aimerez peut-être aussi