Vous êtes sur la page 1sur 8

Le management technologique

Introduction :

Dans le contexte actuel, l’accroissement des dépenses en R&D et du nombre de


brevets déposés chaque année par les entreprises à l’échelle internationale prouve que le
monde d’aujourd’hui est un monde où la révolution technologique jouera une fonction
centrale dans le maintien des positions concurrentielles des firmes. Ainsi par exemple
Toyota, Microsoft, Samsung font de la l’innovation technologique un facteur clé de leur
développement et se trouvent en tête des plus gros dépendeurs dans les innovations
technologiques avec 3.8% du CA pour Toyota, 15,5% pour Microsoft et 5,5% pour Samsung.

Ce dynamisme innovateur montre que la maitrise des technologies reste un facteur clé
de succès imbattable pour l’entreprise aujourd’hui.

Par définition la technologie désigne un ensemble cohérents de savoirs et de pratiques


dans certains domaines techniques fondé sur des principes scientifiques.(Larousse).Dans le
champs managérial, la technologie est une application concrète de connaissance
scientifiques et techniques à la conception, au développement et à la fabrication d’un
produit. La technologie est aussi définie comme étant l’ensemble du processus de
transformation réalisé par l’entreprise, comprenant à la fois le flux de base des opérations
internes, l’ensemble de ce qu’elle achète et de ce qu’elle livre à l’environnement externe. Il
peut s’agir aussi bien de la fabrication de l’acier dans un groupe sidérurgique que du
traitement d’un dossier dans une compagnie d’assurance ou du cursus des étudiants dans
une université.

La technologie peut être une technologie de base qui est une technologie banalisée
très répondue dans une activité et ne constituent guerre les fondements de la concurrence,
une technologie élémentaire qui englobe des procédés ne pouvant faire l’objet d’une
décomposition ou bien une technologie émergente qui est une technologie au stade de
l’expérimentation susceptible de modifier à l’avenir les conditions de la concurrence d’une
activité.

1
L’ensemble des technologies possédées par une entreprise qu’elles soient exploitées
ou non est nommé patrimoine technologie ou bien portefeuille technologique.

L’expérience montre en effet que la technologie exerce une influence particulière sur
le management des organisations. De ce fait on parle souvent du management
technologique ou du management de la technologie.

Le management technologique et de l’innovation devient une discipline intéressante a


l’heure actuelle. La technologie se trouve aujourd’hui instrumentée au sein des entreprises
en terme stratégique (stratégie technologique).

Le management technologique désigne l’ensemble des techniques et méthodes


élaborées pour faciliter l’appropriation, la mise en œuvre et le contrôle de l’utilisation de la
technologie au sein d’une organisation. Le mangement technologique est selon Rennard
(2004) : « une approche managériale fondée sur l’optimisation de la perméabilité et de la
plasticité du système productif et entrepreneurial au regard de la dynamique technologique.
Réactif, il est structuré autour de l’appropriation souple des évolutions technologiques.
Proactif, il participe de l’émergence de formes alternatives du progrès technique ». Le
management technologique repose sur l’étude de l’impact de l’adoption d’une technologie
sur tous les aspects du management.

Figure 1. Une vision englobant du management technologique

La rel ation entre gestion de l a R&D, management de la


technologie et management technol ogique

Management Management
Gestion de la R& D de la Technologique
technologie

Aligner technologie et Comprendre et


stratégie d’entreprise
Contrôler les impacts
Optimiser et obtenir le meilleur
de la technologie sur
le budget de R&D retour sur les
toutes les fonctions
investissements
du management
dans la technologie

Source : Ch anar on & Joll y (1999).

2
Les entreprises doivent faire du management de la technologie un pilier de leur
développement. A cet effet le management technologique doit relever plusieurs enjeux :

 La concrétisation des potentialités de la recherche scientifique et technique en


innovations ;
 La mise en adéquation des potentialités technologiques et des attentes des marchés ;
 L’utilisation de ces potentialités technologiques pour assurer le développement et la
pérennité des entreprises.

Cependant, plusieurs contraintes freinent le succès d’un tel choix :

 L’augmentation de la complexité des nouvelles technologies ;


 L’augmentation exponentielle des coûts de la R&D ;
 L’accélération du processus d’innovation ;
 L’ampleur des changements qu’implique le changement de la technologie (impact sur
l’organisation et la structure de l’entreprise).

Pour répondre à ces défis, l’adoption d’une technologie doit être précédée par un
diagnostic préalable ayant pour but d’intégrer la technologie dans la réflexion stratégique
de l’entreprise et de prévoir les différents changements organisationnels qui peuvent en
résulter.

1. Technologie et stratégie :

Pour faire de la technologie une arme de son développement, les entreprises doivent
mettre la gestion de la technologie au centre de leurs préoccupations. Ainsi, elles doivent
engager une réelle réflexion stratégique sur les la place de la technologie dans la satisfaction
des objectifs de la stratégie d’entreprise (l’alignement stratégique de la technologie) :

- Quel rôle et quelle priorité affecter à l’innovation et à la technologie ?


- Quelles sont les technologies du futur ? Quelles sont les tendances lourdes susceptibles
d’en influencer l’émergence et le rythme de diffusion ?

3
- Quelles sont les compétences technologiques clés à maintenir, à développer, à
abandonner ? A quel rythme ?
- Quels sont les marchés du futur ?
Cette première réflexion permettra à l’entreprise de définir clairement les objectifs
stratégiques à atteindre et les modifications technologiques qui peuvent en résulter. Dans le
cas de d’adoption d’une nouvelle technologie, une réflexion est engagée sur son mode
d’acquisition:

- Faire, acquérir ou faire faire les développements technologiques ?


- Acquérir, fusionner ou développer des alliances technologiques ?
- Quels moyens humains et financiers ?

Dans le cas du développement des alliances technologiques, les entreprises peuvent se


trouver faces aux problèmes classiques d’intégration et du partage de pouvoir. Pour faire un
arbitrage la théorie des couts de transaction d’O. Williamson propose pour l’entreprise de
calculer le coût d’opportunité c'est-à-dire le coûts préalables à la réalisation d’une
transaction économique.(Dans notre cas il s’agit de l’acquisition d’une nouvelle technologie)
: coûts liés à la recherche d'informations, aux « défaillances du marché », à la prévention de
l'opportunisme des autres agents etc. Ainsi, certaines transactions se déroulant sur le
marché peuvent engendrer des coûts de transaction très importants. Dans ce cas il est
préférable de passer par ce qu’a appelé O.williamson des arrangements institutionnels
alternatifs permettant de minimiser ces coûts. Entre le marché et l'entreprise, de
nombreuses formes « hybrides » peuvent être identifiées (sous-traitance, concession, réseau
etc.).

Pour acquérir une nouvelle technologie, une entreprise engage un processus


d’innovation continue qu’il faut maîtriser à plusieurs niveaux :

- La gestion de la recherche-développement
- La gestion des savoirs et savoir-faire ;
- La gestion des compétences spécifiques des personnels techniques ;
- La gestion des personnels de recherche-développement ;

4
- La gestion des acquisitions, partenariats, alliances et contrats technologiques ;
- La gestion des budgets alloués à la recherche, à la veille technologique et au
marketing de l’innovation ;
- La gestion de la mise sur le marché.

Et finalement, la gestion des budgets alloués à la recherche et à la veille technologique.

Grosso modo, La gestion de la technologie au sein de l’entreprise revêt un grand


intérêt. Elle permet à l’entreprise d’en faire un facteur clé de succès qui lui procure un
avantage concurrentiel défendable sur le marché. Pour réussir la gestion de la technologie,
les entreprises doivent mener une réflexion stratégique autour de quatre points essentiels à
savoir : les opportunités stratégiques actuelles et futures que présentent les technologies à
acquérir en phase avec les objectifs stratégiques de l’entreprise, ensuite, réfléchir sur le
mode d’acquisition et du financement de la technologie, deux logiques sont à opposer : faire
ou faire faire, finalement, engager un processus d’innovation et de veille continue pour
prévenir l’obsolescence de la technologie adoptée. Plus l’entreprise est frappées par la
complexité technologique, plus elle a besoin de faire de l’innovation technologique un axe
important de son développement. En effet une entreprise doit avoir un porte feuille
technologique équilibré caractérisé par la présence de technologie exploitées mais en même
temps de technologies émergentes détectées grâce a la recherche continue pouvant
remplacer les technologies actuelles.

La gestion du cycle de vie de la technologie peut représenter un avantage


considérable, cependant, elle pose aussi un défi important. Les technologies évoluent à un
rythme effarant et la complexité des environnements devient plus grande que jamais car les
liens entre ses diverses composantes se multiplient. Finalement, une gestion rigoureuse des
budgets alloués à la R&D et à la veille technologique.

Une fois la nouvelle technologie est identifiée et approprié par l’entreprise, son
exploitation exigera des changements organisationnels souvent implorants qu’il faut gérer
pour réussir l’intégration de la dite technologie.

5
Le changement de la technologie impose certains changements au niveau de
l’entreprise.

2. Technologie et structure :

La technologie peut changer la division de tâches au sein d’une entreprise et aussi le


mode de coordination entre les unités chargées des différentes tâches .Cette diversité et ces
interdépendances définissent donc des formes de structures différentes. Pour C.Perrow, la
technologie détermine la structure de deux façons différentes :

 Par la variété des composantes qu’elle met en jeu : caractère ou non standardisé des
matières, fréquence des événements imprévisibles (incidences techniques,
commandes prioritaires), simplicité et complexité des équipements. Bref la
technologie peut mettre en œuvre des opérations comportant plus ou moins
d’exceptions.

 Par la nature de l’effort à fournir pour prendre les décisions techniques. S’agit-il
d’une démarche de routine, d’une recherche rationnelle de solutions donc analysable
ou au contraire d’une utilisation innovante des expériences antérieures ou de
l’intuition immédiate.

Ces deux paramètres permettent d’identifier quatre types d’organisation selon leur
technologie principale selon Perrow.

Peu d’exceptions Beaucoup d’exceptons

(structure rigide) (structure flexible)

Recherche non analysable Technologie artisanale Technologie de pointe


(facilement décentralisable)
Verre spéciaux Aérospatiale

Recherche Technologie routinière Technologie d’ingénierie


analysable(difficilement
automobile Equipements lourd
décentralisable)

6
Dans l’industrie automobile, par exemple, ou l’on produit en série, a partir de
minéraux aux normes codifiées et au moyen d’équipement technique bien maitrisé, suivant
un processus standardisé, les structures sont très fortement hiérarchisée et présentent un
haut degré de formalisation. Les fonctions sont définies de façon précise, les règles de
coordination et de planification opérationnelle sont très stables. En revanche dans les
entreprises de travaux public, où chaque chantier présente des caractéristiques propre, la
structure adoptée est en général plus flexible.une plus grande autonomie est laissée aux
concepteurs, chefs de chantiers, conducteurs e travaux et même chefs d’équipe pour
adapter leur organisation a chaque cas particulier.

A l’évidence, la technologie fait peser des contraintes très lourdes sur la définition
d’une structure surtout dans le cas de la modification de la technologie initiale.

En fin l’adoption d’une technologie est réussie s’il est basé sur une bonne maîtrise
des techniques-structures-homme. Cependant, il ne faut pas omettre que le changement de
la technologie est un changement organisationnel qu’il faut bien préparer, communiquer et
évaluer. Sa réussite dépend également de la qualité des compétences humaines engagées.

Conclusion :

Pour conclure, le management technologique présente aujourd’hui un intérêt


majeur, en effet on est à l’ère du raccourcissement du cycle de vie des technologies. Ceci
pose un défi grandissant pour les entreprises qui doivent accélérer les innovations
technologiques pour survivre. Mais en même temps celles-ci doivent bien gérer
l’appropriation des nouvelles technologies. D’une part, le management de la technologie
passe par une étude préalable portant sur la capacité de la technologie à adopter à servir les
objectifs stratégiques de l’entreprise et sur la recherche des moyens financiers et
organisationnels permettant de faciliter l’acquisition de la technologie. On parle alors de
l’alignement stratégique de la technologie. D’autre part, l’entreprise doit porter une
attention particulière à la gestion des changements induits par le changement de la
technologie notamment sur sa structure.

7
Par ailleurs, l’intérêt accordé au management technologique serait plus important
dans le futur. En effet, Le stock de technologies actuelle ne permet pas de répondre aux
défis économiques futurs (prix et disponibilité en pétrole brut, par exemple) et
environnementaux (réchauffement climatique, par exemple) : il faut donc accroître les
efforts de recherche-développement et multiplier les innovations de rupture pour répondre
à ces défis.

Vous aimerez peut-être aussi