Vous êtes sur la page 1sur 15

III.

- DYNAMIQUE DES FLUIDES : HYDRODYNAMIQUE

III.1.- Les Principes de Base

III.1.1.- Principe de Conservation de Masse ou Equation de Continuité

Le principe de continuité exprime la conservation de masse , ce qui signifie qu’aucun fluide ne peut être créé ni
disparaître dans un volume donné :

Notion de débit d’écoulement :

Le débit d’écoulement s’exprime par les relations suivantes :

• Q  AV : Débit volumique ( volume par unité de temps ) , Unité SI = m3/s


• Qm  Q : Débit massique , Unité SI = Kg/s

Etant donné que le débit d’écoulement reste constant ( mouvement permanent ) , L’équation de continuité

s’écrit donc : Q  A1V 1  A 2V 2  C ste


III.1.2.- Equation Générale d’Ecoulement ou Equation de Bernoulli
a.- Cas des Fluides Parfaits ( non visqueux )

L’équation de Bernoulli exprime que , tout le long d’un filet liquide en mouvement permanent , l’énergie totale
par unité de poids du liquide reste constante ( dH/dx = 0 ) . D’après le schéma , on peut donc écrire que :

19
2 2
P v P v
Z 1  1  1  Z 2  2  2  H  C ste
g 2 g g 2 g
Cette équation s’écrit donc dans le cas général :

P v2
Z   H  C ste : Equation de Bernoulli pour un Fluide Parfait
g 2 g
b.- Cas des Fluides réels ( visqueux )

Contrairement au fluide parfait non visqueux , la charge H pour un fluide réel visqueux diminue dans la direction
de l’écoulement ( dH/dx < 0 ) .
Ceci est du à la nature visqueuse dy fluide qui dissipe une partie de l’énergie: cette perte d’énergie est appelée
‘’Perte de charge ‘’.
La représentation graphique en cas de fluide réel est donc montré par le schéma suivant :

L’équation de Bernoulli , pour un liquide réel , devient donc ( voir schéma ) :

2 2
P v P v
Z 1  1  1  Z 2  2  2  h w 12 : Equation de Bernoulli pour un Fluide Réel
g 2 g g 2g
avec : hw12 : Perte de charge totale entre les sections 1 et 2 .
Selon l’origine des pertes de charge , on distingue :

 La perte de charge primaire ou ‘’ répartie ‘’ , noté hr , qui est la conséquence de la viscosité du


fluide et de la rugosité des parois de la section d’écoulement
 La perte de charge secondaire ou ‘’ locale ‘’ ou ‘’ singulière ‘’ , noté hs , qui est la conséquence
d’une modification brusque dans la nature physique de la section d’écoulement ( élargissement,
rétrécissement, changement de direction , etc… ).
La perte de charge totale est donc la somme des 2 pertes de charge répartie et singulière :

hw  hr  hs

20
III.1.3.- Les Régimes d’Ecoulement : Le Nombre de Reynolds

Les écoulements sont classés en 2 régimes principaux :


 ‘’ Laminaire ‘’ et ‘’ Turbulent ‘’
 séparés par une phase transitoire appelée ‘’ régime critique ‘’
Pour caractériser ces régimes d’écoulement , on introduit un nombre adimensionnel , appelée
‘’ Nombre de Reynolds ‘’ , noté Re et calculé par la formule :

VD  VD
Re  
 
avec :
 V = Vitesse moyenne d’écoulement = Q/A
 D = Diamètre de la section d’écoulement ( circulaire )
 ν = Viscosité cinématique du fluide = µ/ρ
 µ = viscosité dynamique du fluide
En introduisant l’expression du débit et de la section d’écoulement ( circulaire ) , le nombre de Reynolds s’écrit :

4Q 4 Q
Re  
D D 
Les limites du Nombre de Reynolds définissant les différents régimes d’écoulement peuvent être résumées
comme suit :

▪ Re  2000 : Le régime est ‘’ LAMINAIRE ‘’


▪ 2000  Re  4000 : Le régime est ‘’ CRITIQUE ‘’ ou ‘’ TRANSITOIRE ‘’
▪ Re  4000 : Le régime est ‘’ TURBULENT ‘’

III.2.- Les Pertes de Charge

III.2.1.- Les Pertes de Charge Linéaires ou Réparties


a.- Notion de Rugosité des Conduites

Contrairement à une surface lisse , une surface rugueuse implique un état de surface dont les irrégularités ont
une action directe sur les forces de frottements .
Une surface rugueuse peut être considérée comme étant constituée par une série de protubérances élémentaires
caractérisées par une hauteur , notée k , et appelée ‘’ Rugosité ‘’ :

Afin de comparer la rugosité par rapport au diamètre de la conduite , on introduit le rapport :

k
  : Rugosité Relative
D

▪ Expression de la perte de charge due aux frottements :


La perte de charge linéaire est calculée par la formule de Darcy – Weisbach ( 1857 ) :

L V2
hr   : Formule de Darcy – Weisbach ( 1857 )
D 2g
21
Avec :
- L = Diamètre de la section d’écoulement ( m )
- L = Longueur de la conduite ( m )
- V = Vitesse d’écoulement ( m/s )
-  = Coefficient de frottement ( sans unité )

Plusieurs formules sont proposées pour le calcul de  et dépendent du régime d’écoulement :

64
b.- Perte de charge en régime laminaire : Re < 2000 
 
Re
c.- Perte de charge en régime turbulent : Re > 2000

Plusieurs formules de calcul du coefficient λ sont proposés par différents auteurs :

c.1.- Formule de Colebrook – White :

Cette formule montre que λ peut être influencée par :

1.- La Rugosité de la conduite à travers le terme k/D :

Dans ce cas [ λ = f ( k/D) ] , on parlera d’un ‘’ Ecoulement hydrauliquement Rugueux ‘’ et la formule de


Colebrook – White devient :

2.- La Viscosité du fluide à travers le terme Re :


Dans ce cas [ λ = f (Re ) ] , on parlera d’un ‘’ Ecoulement hydrauliquement Lisse ‘’ et la formule de Colebrook
– White devient :

3.- La Rugosité de la conduite et la Viscosité du fluide en même temps :

Il s’agit dans ce cas d’un régime de transition ou l’on a : λ = f (Re ;k/D ) ou l’on utilise la formule complète de
Colebrook-White pour le calcul de λ .

22
c.2.- Formule de Blasius ( 1911 ) :
0 , 316
Cette une formule proposée pour : Re < 10 : 5   0 , 25
Re
c.3.- Diagramme de Moody :

Les travaux de Nikuradse sur les pertes de charge dans les conduites ont permis d’élaborer un graphique (
Diagramme de Moody ) permettant de déterminer le coefficient λ en fonction de Re pour les différents types
d’écoulement et des rugosités relatives k/D allant de 1/30 à 1/1014 :

Le diagramme permet d’observer et d’identifier plusieurs régions :

1.- Zone à Ecoulement Laminaire : Re < 2000  λ = f(Re)


2.- Zone de transition : 2000 < Re < 4000
3.- Zone de Turbulence Lisse : λ = f(Re)
4.- Zone de Turbulence Transitoire : λ = f(Re ;k/D)
5.- Zone de Turbulence Rugueuse : λ = f(k/D)

c.4.- Formule de Chézy :


L V2
La formule de Chézy est inspirée de celle de Darcy-weisbach : hr  
D 2g
En introduisant la notion de ‘’ Rayon hydraulique ‘’ R égal au rapport entre la surface A et le périmètre
A D 2 D
d’écoulement P : R     D  4R
P 4 D 4
L V2  L 2
La formule de la perte de charge devient : hr    V
4R 2 g 8g R
hr
et comme :  J : Pente hydraulique
L

 V2 8g 8g
J  V2  RJ  V  RJ
8g R  

En posant : C 
8g
: Coefficient de Chézy , on obtient finalement : V  C RJ

ou bien , en introduisant le Débit Q : Q  AC RJ


De plus , Chézy propose la formule empirique suivante pour le calcul de C :
23
1 1/ 6
C  R avec : k = rugosité de la conduite
k
1 A
ce qui donne : Q  A R1/ 6 R1/ 2 J 1/ 2  R 2 / 3 J 1/ 2
k k
2 2/3
1 D  D 
et comme A = πD2/4 et R = D/4 : Q    J 1/ 2

k 4  4 
 1 8 / 3 1/ 2  1 8 / 3 hr1 / 2
Q  5/3 D J  5/3 D
4 k 4 k L1 / 2

 1 8/ 3
en posant : K D : Module de Débit ( L/S )
45 / 3 k
2
hr Q
on obtient : Q  K et donc : hr  2
L
L K
Remarque :
- Pour tenir compte des pertes singulières , on majore en général hr de 10 %
- Pour tenir des variations de vitesse,on introduit le coefficient de vitesse donné par des tables : β=f(V)
2
Q
Et la formule générale s’écrit donc :
hw  1,1 L
K2
III.2.2.- Les Pertes de Charge Locales ou Singulières

a.- Expression Générale d’une Perte de Charge Singulière

En plus de pertes de charge linéaires , la perte de charge singulière se produit localement au niveau d’une
modification brusque de la nature physique de la section d’écoulement . Elle se calcule par la formule

V 2
générale suivante : hs   s
2g
Avec : ξs = Coefficient qui dépend de la nature de la déformation

a.- Cas d’un élargissement brusque de la section d’écoulement :

2 2 2
 A1   A1  V1
Dans ce cas :  s eb   
 1    hseb  1   
 A2   A2  2 g

24
Remarque : Cas particulier d’une sortie vers un réservoir :

A1
Dans ce cas , le terme tend vers zéro du fait que la section du réservoir est très grande devant celle de la
A2
V2
conduite , et la formule précédente devient :  sor
 1  hsor 
2g
b.- Cas d’un rétrécissement brusque de la section d’écoulement :

V2
La formule de calcul s’écrit : hsrb   rb
2g
Avec : ξrb = Coefficient due au rétrécissement brusque donné par le tableau suivant :

A1/A2 0,1 0,5 0,7


ξrb 0,41 0,24 0,14

Remarque : Cas particulier d’une sortie à partir d’un réservoir :

V2
Formule de calcul : h sen   en Avec : ξen = 0,5
2g

25
c.- Autres pertes de charge singulières :

D’autres types de pertes de charge peuvent avoir lieu dans les conduites :
 Coudes
 Vannes
 Crépine , etc…
Exemple : Cas d’un coude :

III.3.- Applications Particulières de l’Equation Générale d’Ecoulement


III.3.1.- Cas d’un Ecoulement à travers un Orifice : Formule de Torricelli

Application de l’équation de Bernoulli entre les sections 1-1 et 2-2 par rapport à l’axe de référence O-O’ :
- Section 1-1 :
* Z1 = H
* P1 = Patm
* V1 = 0
- Section 2-2 :
* Z2 = 0
* P2 = Patm
* V2 = V
Patm Patm V 2
On aura donc : H  0 0   hw
g g 2g
Si nous négligeons les pertes de charge : hw = 0 , l’équation devient :

V2
H et donc : V  2 gH : Formule de Torricelli
2g

Si nous passons au débit d’écoulement à travers l’orifice :

Q  A'V avec A’ = Section contractée de l’ écoulement


 Q  A' 2 gH
En posant A’ = mA avec m = A’/A = Coefficient de contraction de l’écoulement

Q  A' 2 gH  mA 2 gH
4,5
avec : - m ≈ 0,597 ou formule empirique : m  0,592 
Re
26
III.3.2.- Cas d’un Ecoulement à travers un tube de Venturi

Le débitmètre de Venturi est un appareil qui utilise l’équation de Bernoulli pour mesurer le débit dans les
conduites , et ce à l’aide d’une simple mesure des pressions P1 et P2 :
Par rapport à OO’ , l’équation de Bernoulli appliquée entre les sections 1 et 2 donne :
- Section 1 :
* Z1
* P1
* V1
- Section 2 :
* Z2
* P2
* V2
2 2
P V P V
On aura donc : Z1  1  1  Z2  2  2  hw
g 2g g 2g
2 2
V V P P
Si nous négligeons les pertes de charge : hw = 0 : 2  1  Z1  Z 2  1  2  Z  H
2g 2 g g g
A2
Comme l’équation de continuité nous permet d’écrire que : A1V1  A2V2  V1  V2
A1
2
2
 V2 2 2   A 2 
Donc : V 2   A2 
V
 Z  H  2 1   2    Z   H
2 g  A1  2g 2g   A1  
 

1
Et finalement : V2  2 g H  Z 
2
A 
1   2 
 A1 

A2
Et comme Q = A2V2 : Q 2g H  Z 
2
A 
1   2 
 A1 

Remarque : Dans la plupart des cas , le débitmètre de Venturi est placé horizontalement ce qui fait que Z1 = Z2
A2
et donc : ∆Z = 0 et la formule précédente se simplifie : Q 2 g H
2
A 
1   2 
 A1 

27
d 2
et si on introduisait les diamètres d1 et d2 des 2 sections : A  :
4
2
d 2
Q  2 gH
4
d 
4 1   2 
 d1 
III.4.- Branchements de Conduites
III.4.1.- Conduite à Section Constante ( Conduite simple )
a.- Sortie à l’air libre

On se propose d’établir l’expression du débit d’écoulement du système :


Application de l’équation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’ :

- Section 1 :
* Z1
* P1 = Patm
* V1 = 0 ( niveau constant )
- Section 2 :
* Z2
* P2 = Patm
* V2 = V

Patm P V2 V2
Z1   0  Z 2  atm   hw  Z1  Z 2  H   hw
g g 2g 2g

V2 V2 L V2 V2  L V
2
H  hw     en  1     en 
2g 2g D 2g 2g  D  2g

1
et donc : V  2 gH
L
1     en
D

D 2
D2 Q 2 gH
et comme le débit : Q  AV   V : L
4 4 1     en
D
28
b.- Sortie immergée :

On se propose d’établir l’expression du débit d’écoulement du système :


Application de l’équation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’ :
- Section 1 :
* Z1 = H
* P1 = Patm
* V1 = 0 ( niveau constant )
- Section 2 :
* Z2 = 0
* P2 = Patm
* V2 = 0 ( niveau constant )
Patm P
H   0  0  atm  h w  H  h w
g g
L V2 V2 V2  L V
2
H  hw     en   sor      en   sor 
D 2g 2g 2g  D  2g

1
et donc : V  2 gH
L
   en   sor
D
D2
D2
Q 2gH
et comme le débit : Q  AV   V : L
4 4    en   sor
D

29
III.4.2.- Conduites à Section variable ( Conduites multiples )
a.- Branchement en Série

Equation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’ :


- Section 1 :
* Z1
* P1 = Patm
* V1 = 0 ( niveau constant )
- Section 2 :
* Z2
* P2 = Patm
* V2 = 0 ( niveau constant )

Patm P
Z1   0  Z 2  atm  0  hw  Z1  Z 2  H  hw
g g
2 2 2 2 2
L V L V V V V
H  hw  hr1  hr 2  hen  heb  hsor  1 1 1  2 2 2   en 1   eb 1   sor 2
D1 2 g D2 2g 2g 2g 2g
A1
Or , V 1 A1  V 2 A 2  V 2  V1
A2
2 22 2 2 2
L1 V1 L2  A1  V1 V1 V1  A1  V12
H  1  2     en   eb   sor  
D1 2g D2  A2  2g 2g 2g  A2  2g
2 2
 L L 2  A1  A  V 2

H  1 1
 2     en   eb   sor  1   1
 D1 D 2  A2   A2   2g
 

1
V1  2 2
2gH
et donc :  L L  A   A  
 1   2  1         1  
 1 D1 2 D2  A2  en eb sor 
 A2  
 

30
2
D1
Q 2 2
2gH
et le débit correspondant :  L 
L2 A1   A1 

 1
4 1  2     en   eb   sor 
 D1 D2  A2   A2  

Remarque : Simplification des Calculs : Utilisation de la formule de Chézy :

2
Q
On a vu que la formule de Chézy s’écrit : h w  1 ,1  2
L
K
Appliquée au système du schéma précédent , elle donne ( en considérant β = 1,0 et en négligeant les pertes

Q1
2
Q2
2 L L 
singulières ) : H  hw  2
L1  2
L2 et comme Q1 = Q2 = Q : H  Q2  12  22 
K1 K2  K1 K2 
H
et donc :
Q 
L1 L2
2
 2
K1 K2

Conclusion : Cas de n conduites placées en série :


- Les pertes de charge s’ajoutent : hw = hr1 + hr2 + … hrn
- Les débits sont égaux : Q = Q1 = Q2 = … = Qn

H
Et la formule générale de calcul s’écrit : Q 
n
L i
 1 K i
2

b- Branchement en Parallèle :

Equation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’ :


- Section 1 :
* Z1 = H
* P1 = Patm
* V1 = 0 ( niveau constant )

- Section 2 :
* Z2 = 0
31
* P2 = Patm
* V2 = 0 ( niveau constant )
Dans ce cas , on a vu que l’équation de Bernoulli donne : H  hw
Dans le cas d’un branchement en parallèle :
- Les pertes de charges sont égales : hr1 = hr2 = hw
- Les débits s’ajoutent : Q = Q1 + Q2
2
Q 1 h r1
Or , la formule de Chézy nous permet d’écrire que : h r1  2
L1  Q 1  K 1
K 1
L1
2
Q2 hr 2 hr1 h
et hr 2  2
L2  Q 2  K 2 d’où : Q  Q1  Q2  K1  K2 r 2
K2 L2 L1 L2

 K1 K2 
et comme : hr1 = hr2 = hw = H ( Equation de Bernoulli ) : Q    H
 L L2 
 1 

n
Ki
et d’une manière générale :
Q  H 1 Li
c.- Conduite assurant un service de route :

Le schéma représente une conduite de longueur L servant à la fois à Transiter un débit et distribuant
uniformément tout le long un débit de Route q ( m3/s/m ) .
Ce système peut être assimilé au cas d’une conduite équivalente de même Longueur et dans laquelle passera un

Débit calculé par la formule : Q  Q t  0 ,55 Q r


et la perte de charge correspondante est calculée en fonction de ce débit Q par la formule :

Q2 Q  0,55Qr  2

hw  2 L  t L
K K2
Remarque : Cas d’un débit d’alimentation complètement consommé en service de route :
Dans ce cas , cela veut dire qu’il n’y aura pas de débit de transit en fin de conduite et donc Qt = 0 et par

hw 
0 , 55 Q r 2 L
conséquent la formule précédente devient : 2
K

32
d.- Branchement Mixte ( Série et Parallèle ) :

Pour ce système on peut écrire les équations suivantes :

- H = hw ( Equation de Bernoulli )
- Q = Q1 = Q2 + Q3 = Q4
- hr2 = hr3 ( Conduites en parallèle )

Exprimons les pertes de charge à l’aide de la formule de Chézy :


2 2 2 2
Q1 Q2 Q3 Q4
hr1  2
L1 ; h r 2  2
L2 ; hr3  2
L3 ; hr 4  2
L4
K1 K2 K3 K4
2 2
Q Q
Comme on a : Q = Q1 = Q4  hr1  2
L1 et h r 4  2
L4
K1 K4
hr 2 h  K K 
et comme : Q = Q2 + Q3 : Q  K 2  K 3 r 3  hr 2  2  3 
L2 L3  
 L2 L3 
ce qui donne : h  Q2
r2 2
 K2 K3 
  
 L L3 
 2 
 
 
Q
2
Q
2  
et finalement , puisque : H = hw = hr1 + hr2 + hr4 : H L  Q2 2 L1 L4 1 
2 1
 2 L4 Q 2  2 
K1  K2 K3 
2
K4
 K K  K2 K3 
2

    1 4
  
 L L   L L
 2 3   2 3 

H
Q
et donc :  
 
 
 L1  L 4  1 
 K1 2
K4
2
 K2 
2 
  K3  

  L L3  
  2  

33

Vous aimerez peut-être aussi