Vous êtes sur la page 1sur 12

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET
DE LA RECHERCHES CIENTIFIQUE

UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA

FACULTÉ DES HYDROCARBURES, DES ENERGIES RENOUVELABLES, DES


SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’UNIVERS
Département des Hydrocarbures.

Thème

Les
pompes
à piston
Nom et prénom de l’étudiant  :

ADDOUDA AYMEN ZAKARIA Proposé par :

Chemmakh Zakaria Mr. Bouchiereb

  Zerari Fares

Promotion 2021/2022
Table des matières

I. Introduction...................................................................................................................................2
II. Histoire..........................................................................................................................................2
III. Le rôle de la pompe à pistons........................................................................................................2
IV. Les types de pompe à piston.......................................................................................................2
Il existe plusieurs types de pompe à pistons :.........................................................................................2
 Pistons axe en ligne (axiaux)..........................................................................................................2
 Pistons axe brisé (axiaux)...............................................................................................................2
 Pistons radiaux...............................................................................................................................2
 Pistons en ligne...............................................................................................................................2
1. Pompes à pistons radiaux et en ligne............................................................................................2
2. Pompe à pistons radiaux...............................................................................................................2
3. Pompes à pistons axiaux...............................................................................................................2
V. Le choix.........................................................................................................................................2
VI. Les pannes.................................................................................................................................2
VII. Fonctionnement.........................................................................................................................2
VIII. Quelques conseils......................................................................................................................2
IX. Avantages.......................................................................................................................................2
X. Conclusion.....................................................................................................................................2
I. Introduction

ne pompe est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler


un liquide (les compresseurs véhiculant des gaz compressibles). La plus ancienne pompe
connue est la pompe à godets inventée en Chine au Ier siècle apr. J.-C. Les pompes modernes
ont été développées à partir du XVIIIe siècle. Les pompes diesel et électriques, utilisées de nos
jours, peuvent avoir des débits de pompage très élevée, en basse pression pour la circulation
de l'eau et en haute pression plus de 400 bars pour l'oléohydraulique.

Les pompes hydrauliques à pistons axiaux ou aussi pompe oléohydraulique.

Les pistons sont situés parallèlement ou inclinés par rapport à l'axe d'entraînement.

Le cœur de la pompe est constitué d'un barillet, de glaces de distribution et de pistons.

Elle pénètre tous les secteurs : agriculture, industrie, sidérurgie, aéronautique, travaux publics,
etc.

II. Histoire
Le principe de la pompe est apparu dès que l'homme a su construire un habitat artificiel pour
se protéger des éléments naturels. Le besoin en eau nécessaire à sa survie l'obligea à trouver
un système de transport de cette eau, du puits ou de la rivière à son habitat. Il utilisa d'abord
simplement l'énergie développée par ses muscles pour transporter l'eau à l'aide de récipients
naturels ou artificiels. Plus la contenance et la distance étaient grandes, plus l'énergie
dépensée était importante. Jusqu'au début de l'ère industrielle (fin du XVIIIe siècle), les pompes
ne servirent que pour le transfert de l'eau. L'ancienne pompe à godets fut inventée en Chine
au Ier siècle apr. J.-C.

Les principes des pompes à piston, des pompes centrifuges et des pompes à vide sont
découverts à cette époque. De manière générale, durant la grande époque de la culture gréco-
romaine, de nombreux principes de physique et d'hydraulique sont découverts, mais pas
forcément développés. Ctésibios se heurte notamment à la difficulté de concevoir des
cylindres et pistons suffisamment réguliers pour jouer l'un dans l'autre sans accrocs. Toutefois
les réalisations mettant en œuvre ces principes ne servent cependant souvent qu'à la
démonstration des calculs mathématiques (jeux d'intellectuels) ou aux divertissements
(fontaines, jeux d'eau, tours de magie etc.).

En 1643, Torricelli explique pourquoi une pompe ne peut pas aspirer d'eau à plus de 10,3 m.

On doit aussi à cette époque l'invention des écluses (afin d'éviter les vitesses d'écoulement


trop rapide) et les dispositifs anti-béliers sur les conduites fermées, afin d'éviter l'éclatement
des conduites.

III. Le rôle de la pompe à pistons


Le rôle de la pompe à pistons est de générer un débit.

Elle transforme l’énergie mécanique du moteur thermique ou électrique en énergie


hydraulique.
IV. Les types de pompe à piston

Il existe plusieurs types de pompe à pistons :

 Pistons axe en ligne (axiaux)


 Pistons axe brisé (axiaux)
 Pistons radiaux
 Pistons en ligne

La pompe à pistons axiaux est utilisée sur de nombreuses installations. En fonction de sa


conception, la pression peut atteindre 350 bars (série moyenne haute pression), ou 450 bars
(série haute pression).

Au vu de sa conception, la pompe à pistons peut être à cylindrée fixe ou variable.

D’un coût élevé la pompe à pistons est réparable. (Le coût de la réparation est intéressant pour
les grosses cylindrées.)

Cylindrée : Volume refoulé pour 1 tour d’arbre.

Symboles :

 Pompe cylindrée fixe : circuit ouvert

 Pompe cylindrée variable : circuit ouvert

Pompe cylindrée variable : circuit fermé

 
1. Pompes à pistons radiaux et en ligne

Ce type de pompes est utilisé lorsque la pression de refoulement peut s'élever au-dessus de
300 bars. Il est bien représenté par la construction POCLAIN HYDRAULICS (cf figure ci-
dessous) qui utilise des pistons s'appuyant sur un excentrique, par l'intermédiaire de patins.

La gestion de l'entrée du fluide à l'intérieur des pistons est obtenue pour la phase d'aspiration
par la présence d'une lumière taillée dans l'excentrique. Pour la phase de refoulement, le fluide
traverse un clapet à portée plane situé dans le carter.

En fonction du nombre de blocs-cylindres, il est possible de séparer le débit pour alimenter


plusieurs récepteurs (vérins ou moteurs) indépendants. Sur la figure ci-dessous, il y 4 blocs-4
blocs-cylindres permettant de permettant de générer 4 débits séparés.
2. Pompe à pistons radiaux

On peut également trouver des pompes à pistons radiaux avec une construction comprenant
plusieurs pistons espacés régulièrement sur la circonférence. le mouvement alternatif des
pistons peut être obtenu en utilisant :

 Un bloc cylindre fixe : la cylindrée est fixe.


 Un bloc cylindre tournant : la cylindrée peut varier. (Voir fig : pompe RPK de
MOOG)

3. Pompes à pistons axiaux

Ce sont des pompes qui ont en général un meilleur rapport qualité / prix que les produits
utilisant la technologie à pistons radiaux pour des pressions de refoulement jusqu'à 500 bars. il
existe plusieurs solutions de construction qui permettent la réversibilité ou pas (utilisation en
pompe ou moteur).
V. Le choix
Les pompes à pistons sont onéreuses, mais elles sont réparables.

Les pompes à pistons résistent à des pressions jusqu’à 450 bars, mais sont très sensibles à la
pollution.

Les pompes à pistons sont plus silencieuses que les pompes à engrenages.

Les pompes à pistons aspirent mal, il est conseillé de les mettre en charge ou de les gaver.

VI. Les pannes


Le rendement d’une pompe à pistons neuve est proche de 1 ( 98%) (Varie en fonction des
constructeurs). A partir d’un rendement de 90% il est conseillé de la changer car elle arrive en
fin de vie.

Pour la tester, il faut comparer à l’aide d’un débimètre le débit théorique (ou mesuré sans
aucune pression) au débit réel mesuré pompe en charge (pression maximum du circuit).

Une fuite au joint d’arbre est souvent due à une pression trop importante dans le carter
provoquée par une usure importante de la pompe ou un tuyau de drainage surchargé.

La fuite au drain est représentative de l’usure de la pompe.

VII. Fonctionnement
La figure ci-dessus représente une pompe à pistons axe en ligne.

On retrouve :

 Rep 1 : Corps de pompe.


 Rep 2 : Arbre de pompe.
 Rep 3 : Joint d’arbre.
 Rep 4 : Roulements.
 Rep 5 : Plateau.
 Rep 6 : Patins.
 Rep 7 : Pistons.
 Rep 8 : Barillet.
 Rep 9 : Ressort.
 Rep 10 : Glace de distribution.
 Rep 11 : Drainage.
  Rep 12 : Débattement plateau (uniquement pour les pompes à cylindrée variable)

Les pistons coulissent dans le barillet. De manière générale ils sont de nombre impairs (9 par
exemple) ce qui limite le phénomène de pulsation. Une glace de distribution assure
l’étanchéité entre les pistons.

Lorsque la pompe est entraînée en rotation par un moteur thermique ou électrique, l’arbre de
pompe entraîne l’ensemble plateau, barillet, pistons. En fonction du degré d’inclinaison du
plateau, les pistons ont un mouvement de va et vient qui crée une aspiration côté (S) et un
refoulement côté (P).

Si la pompe est à cylindrée variable, le plateau pourra s’orienter à l’aide d’un servo piston
(non représenté sur la figure). L’inclinaison du plateau change la course des pistons et par
conséquent la cylindrée de la pompe.

 
Sur la figure (A) apparait une glace de distribution d’une pompe circuit ouvert. On distingue
un grand « haricot » qui se situe côté aspiration pour faciliter l’entrée de l’huile dans la pompe
et éviter les phénomènes de cavitation.

Sur l’autre demi partie de la glace apparait 3 « haricots » qui sont côté refoulement. Ces
renforts sont indispensables pour résister aux pressions importantes.

Sur la figure (B) apparait une glace de distribution d’une pompe circuit fermé ou d’un moteur
hydraulique.

On distingue plusieurs « haricots » de chaque côté. Les pompes circuit fermé ont un débit
réversible, il est donc indispensable de renforcer chaque côté de la glace. Cela implique qu’il
faut impérativement gaver les pompes circuit fermé.

VIII. Quelques conseils

La conduite d’aspiration doit être réalisée de façon à obtenir une vitesse de circulation
maximum de fluide de 2,5 m/s. (À réduire si possible, surtout pour les gros débits).

Ci-après, quelques indications de débits en fonction des dimensions des tuyauteries :


1 / 4 "   8 x 13 = 8 l / min

3 / 8 "   12 x 17 = 17 l / min

1 / 2 "   15 x 21 = 27 l / min

3 / 4 "   21 x 27 = 52 l/ min

1 "   26 x 34 = 80 l / min

1 "   1 / 4 33 x 42 = 130 l / min

1 "   1 / 2 40 x 49 = 190 l / min


2 "   50 x 60 = 295 l / min

2 "   1 / 2 66 x 76 = 513 l / min

3 "   80 x 90 = 750 l / min

Il est conseillé de placer le réservoir en charge, c'est à dire au - dessus de la pompe. (L’huile
par gravité gavera celle-ci).

Ne pas utiliser de matériaux souples pour confectionner la tuyauterie, la dépression et la


température ayant tendance à rapprocher les parois et à réduire la surface de passage.

Veiller au bon serrage des raccordements pour éviter les prises d’air.

La température de l’huile dans le réservoir ne doit pas dépasser 60°C maximum.

Le réservoir doit tenir compte de la quantité d’huile pouvant être prélevée pour assurer les
différents cycles afin d’éviter le déjaugeage de la pompe.

Le réservoir doit permettre au fluide de se décanter des émulsions éventuelles.

Toutes les tuyauteries retournant au réservoir doivent obligatoirement être retour plongeant.

Le réservoir doit être parfaitement propre et étanche aux impuretés extérieures.

Il doit être réalisé de forme simple, soit rectangulaire ou cylindrique.

Le circuit hydraulique doit être muni d’un système de filtration efficace.

IX. Avantages

 Excellent rapport poids / puissance


 Régime de rotation élevée, grâce à la faible inertie des masses tournantes
 Cylindrée élevée et le régime rapide permet de très grosse puissance
 Pression plus de 6 000 psi (420 bars)
 Le bon rapport qualité prix en fait une des pompes les plus courantes après les pompes à
engrenages
 Distribution par glace sans clapets, ce qui les rend auto amorçante
 La technologie est souvent réversible en moteur
 Cylindrée fixe ou variable
 Rendements mécaniques et volumétriques corrects

X. Conclusion

La pompe à piston est composée de plusieurs parties telles que la crépine, la soupape
d’aspiration, le piston, la tringle, le tuyau de refoulement ou la superstructure5.

Ce type de pompe utilise un piston coulissant de manière étanche dans un cylindre pour
repousser un fluide, admis précédemment dans le cylindre par l'intermédiaire d'un clapet,
d'une soupape ou d'une lumière, grâce à l'aspiration provoquée par le recul du piston.

Les performances sont élevées :

 pression de plusieurs milliers de bar, notamment pour le découpage jet d'eau ;


 débit jusqu'à 500 L/min ;
 Rendement > 0,951.

Vous aimerez peut-être aussi