Vous êtes sur la page 1sur 41

PHOTOGRAMMETRIE

1-GENERALITES

2-PRINCIPE DE LA PRISE DE VUE PHOTOGRAMMÉTRIQUE


2-1-PROBLÈME DE MISE Á L’ÉCHELLE D’UN CLICHÉ
2-2-MESURES DES VARIATIONS D’ALTITUDES SUR UN COUPLE DE CLICHÉ
2-3-RESTUTITION PHOTOGRAMMÉTRIQUE
2-4- ÉVOLMUTION DES APPAREILS DU RESTUTITION PHOTOGRAMMÉTRIQUE
2-5-STÉRÉOPRÉPARATION ET CANEVAS D’AEROTRIANGULATION
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES
2-7-UTILISATION DU G.P.S. EN PHOTOGRAMMETRIE
2-8-PHOTOGRAMMÉTRIE ET S.I.G

EMBTP –SETTAT TSGT 2017/201


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
I-Généralités
C’est une technique permettant
d’obtenir une représentation du
terrain { l’échelle et en trois
dimensions à partir de simples
photographies. Ces dernières
peuvent être
prises au sol –(photorammetrie
terrestre ) – { partir d’un avion
(photogrammetrie aerienne )pour la
cartographie
à moyenne et grande échelle) ou
encore { partir d’un satellite (pour
de la
cartographie à petite échelle
permettant dereprésenter
rapidement de très
grandessurfaces).

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

2-PRINCIPE DE LA PRISE DE VUE PHOTOGRAMMÉTRIQUE

Le principe de base est donc d’utiliser deux


photographies de la même zone de terrain
pourobtenir une vision en trois dimensions.
La vision du le relief d’une zone de terrain est
assurer par l’observation de deux
photographiesde la même zone de terrain, etant
que chaque cliché est vu par un seul oeil

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-PRINCIPE DE LA PRISE DE VUE PHOTOGRAMMÉTRIQUE

N.B: Pour pouvoire obtenir deux photograpie de la meme zone , il est veillé lors de
la campagne de photogrammétrie aérienne que les clichés soient ffectués de
sorte qu’il y ait un recouvrement longitudinal de l’ordre de 60 % entre deux prises de
vueconsécutives. Et un recouvrement transversal de l’ordre de 20 { 25 %
EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-1-PROBLÈME DE MISE Á L’ÉCHELLE D’UN CLICHÉ

Considérons un cliché unique réalisé depuis un


avion parfaitement horizontal.L’appareil de
prise de vue est unechambre métrique Sa
distance focale estf. Un point A du terrain est
photographié en a sur le film. On peut écrire :

sachant que L’ordre de grandeur des distances


focales utilisées est de f = 15 à 30 cm.

On constate que l’échelle n’est pas


constante sur toute la
photographie
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-1-PROBLÈME DE MISE Á L’ÉCHELLE D’UN CLICHÉ

Puisque l’echelle n’est pas constant il ‘est donc impossible d’utiliser le cliché brut
pour obtention d’une représentation {l’échelle de la zone photographiée. C’est
pourqoi on procede { la modification de l’echelle point par point en fonction de
l’altimétrie : cette operation est nomé (orthophotographie ) qui est un cliché
sur lequel auront été rectifiées ces variations d’échelle

APPLICATIONS

Une prise de vue aerienne a été effectuer au niveau de la ville de settat pour
l’etablissement des carte topographique ,
1-Sachant que la hauteur de vol été de 1.8Km determiner l’echelle de la carte
resultante
2-calculer la hauteur reel d’un edifice figurant sur le cliché si sa mesure sur ce
dernier et de 8mm

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

2-2-MESURES DES VARIATIONS D’ALTITUDES SUR UN COUPLE DE CLICHÉ

Pour d’obtenir la variation d’altitude entre


deux points on suppose que les
photographies sontréalisées depuis un
avion volant parfaitement horizontal cela
permet l’etabalissement d’une relation
permettant le calcul de la variation de
parallaxe notée p.

parallaxe :est la différence de


distanceau centre du cliché mesurée
entre lesimages d’un même point,
c’est-à-dire : p= x´ – x´´.

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

2-2-MESURES DES VARIATIONS D’ALTITUDES SUR UN COUPLE DE CLICHÉ

Démonstration

Soit B t la base de prise de vue : c’est la


distanceentre deux points de prise de vue

Sachant que

on obtient

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

2-2-MESURES DES VARIATIONS D’ALTITUDES SUR UN COUPLE DE CLICHÉ

Récapitulation

Il est donc possible dee mesurer la variation d’altitude dH entre deux points voisins
en mesurant lavariation de parallaxe dp.
Les mesures sur des couples de clichés sont réalisées sur ceprincipe.
les prncipaux Termes utilisés en photogrammetrie

l’espace-objet :c’est le terrain photographié

Espace image:c’est la représentation en trois dimensions de l’espace-objet.


Sachant Dans l’espace-image, le relief réel est transformé en un relief reconstitué plus ou
moinsdéformé : cette transformation est appelée anamorphose

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
les prncipaux Termes utilisés en photogrammetrie

Points homologues : c’est Les points a´ et a´´, qui


sont les photographies du point A

rayons homologues : sont Les segments Aa´ et Aa´´


issus du point A.

Le faisceau perspectif : c’est l’ensemble des segments


joignant un point de vue aux différents points observés.

Le stéréomodèle : c’est l’image du terrain observée en


trois dimensions dans l’appareilde restitution.

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-3-RESTUTITION PHOTOGRAMMÉTRIQUE

Cette operation est réalisée { l’aide d’un appareil de restitution photogrammétrique


dontles fonctions essentielles sont exposées ci joint
Calage du couple de clichés observé

Cette opération de calage des


clichés est effectuée dans l’appareil
de restitution ens’appuyant sur des
points connus en coordonnées
et/ou en altitude et repérés sur
lesphotographies. Pour caler une
photographie en planimétrie, il
suffit de deux points connus en
coordonnées (X, Y). Pour la
positionner en altimétrie, il faut au
moins trois points connus en
altitude. On utilise généralement
quatre points connus dans les trois
dimensions pour réaliser un
contrôle
EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-3-RESTUTITION PHOTOGRAMMÉTRIQUE

2-3-2Observation du stéréomodèle en vision binoculaire

L’opérateur observe une image en trois dimensions du terrain, appelée


stéréomodèle, sur laquelle il est possible de mesurer des cotes et des altitudes..

2-3-3Reproduction des mouvements de l.index de pointé stéréoscopique

L’opérateur restituteur redessine les détails de la photographie en déplaçant le


ballonnet.Ses mouvements sont transmis soit à un système traceur mécanique pour
l’obtentiond’une stéréominute, document graphique original qui, auparavant,
était réalisé à uneéchelle donnée, soit à un système de visualisation graphique sur
écran avec enregistrement numérique qui permettra, ensuite, l’impression du plan {
n’importe quelle échelle, en restant compatible avec la précision de restitution.

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-4- ÉVOLMUTION DES APPAREILS DU RESTUTITION PHOTOGRAMMÉTRIQUE

La première La deuxieme La dériniere


génération, génération, génération,
=Appareils analogique =Appareils analitique =Appareils numérique

Ce type d’appareils est


les principaux Cette génération caractérisé par l’absence
défauts de ce types caractériser pa l’utilisation des pièces mécanique. La
d’appareils sont leur de l’ordinateur ce qui permet seule
complexité, l’usure de limiter limitation en précision
des pièces considérablement le nombre devient celle de la prise
mécaniques et donc de pièces en mouvement, de de vue ou de sa
l’altération de la diminuer le nombre de numérisation ; les
composants optiques et meilleurs scanneurs
précision, leur d’améliorer la fiabilité et la actuels offrent une
ergonomie précision. De plus, la résolution de l’ordre du
rudimentaire et, restitution est obtenue sous micromètre. Une
enfin, le fait que les forme numérique, base de photographie
cartes ou données informatique plus noir et blanc de 225 × 225
stéréominutes, sont durable, plus précise et mm peut être numérisée
obtenues sur un pluscomplète que le support en cinq minutes avec des
support papier. papier pixels de 12,5
EMBTP –SETTAT TSGT 2018/2019
micromètres.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-5-STÉRÉOPRÉPARATION ET CANEVAS D’AEROTRIANGULATION

D’aprés le traitement du chapitre précedent on a constatés que L’opération de calage des


clichés nécessite la présence de quatre points d’appui par photographie,alors Il est très
rare de pouvoir observer quatre points connus sur une photographie. Cela nécessite donc
des opérations topographiques au sol avant les prises de vues : ces opérations sont
appelées stéréopréparation.
PRINCIPE STÉRÉOPRÉPARATION ET CANEVAS
D’AEROTRIANGULATION

Elles consistent à déposer au sol des


plaques visibles depuis l’avion ; leur
taille est fonction de l’échelle de la
prise de vue, de l’ordre de 30 cm × 30
cm, dont on détermine les
coordonnées par des méthodes
topométriques classiques
(triangulation, GPS, etc.).
EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 1-Limite de perception de l’œil humain

 2-L’effet de trainée sur la photographie

 3-Les effets de dérive, de tangage et de roulis

 4-La luminosité

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 1-Limite de perception de l’œil humain

 l’acuité visuelle de est l’aptitude de l’œil { séparer les plus petits détails
possibles dans les meilleures condition d’observation de cliches ,l’acuité
monoculaire est de l’ordre de g=4cgon elle est environ cinq fois plus petit en
vision stéréoscopique.
 L’ écartement moyen des yeux étant de e=65 mm, cette acuité permet de
détecter une différence de parallaxe jusqu’{ une distance D

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 1-Limite de perception de l’œil humain

L’ écartement moyen des yeux étant de e=65 mm, cette acuité permet de détecter une
différence de parallaxe jusqu’{ une distance D

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 2-L’effet de trainée sur la photographie

Provient de déplacement de l’avion durant le temps d’exposition de la


pellicule, cette effet rend flous des objets photographie en créent un filé
dans le sens de déplacement de l’avion

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 3-Les effets de dérive, de tangage et de roulis

 Ces effets de l’avion de


prise de vue sont
componsés par une
stabilisation
gyroscopique de
l’appareil de prise de
vue qui permet de
limiter l’influence de
ces mouvement
inévitable

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 3-Les effets de dérive,


de tangage et de roulis

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2-6-QUELQUES AUTRES DIFFICULTÉS PHISIQUES ET TECHNIQUES

 4-La luminosité

 La luminosité et le pouvoir de séparation des objets et le grain de la pellicule sont


autant de limitation physique à la précision des plus petits détails enregistrées

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
Utilisation du GPS en photogrammétrie

 Définition

G.P.S =globle positioning système ou système de localisation mondiale est un système


de géolocalisation fonctionnant au niveau mondial.

En photogrammétrie le G.P.S permet le calcule de la


position de l’objectif de prise de vue { tout instant dans
un système référentiel géocentrique ,et depuis
l'apparition des logiciels dits (on the fly)il est devenu
possible de déterminer cette position sans initialisation
statique et pour un objet en mouvement avec une
précision centimétrique.

EMBTP –SETTAT TSGT 2016/2017


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
 Principe de la methode utilisée en photogrammétrie

La méthode utilisée en photogrammétrie est appelés Mode différentiel


en tempe réel ou RTD

Le principe de cette
methode est de stationner
un récepteur GPS sur un
point connu et transmet en
permanence par réaction
des informations de
correction de position, ce
qui permet au récepteur
GPS embarque dans l’avion
de recalculer sa position en
temps réel
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
 Avantages de la R.T.D.

Cette technique permet :

d’obtenir les coordonnées du centre de prise


De suivre plus aisément le de vue à quelques centimètres près.
plan de vol en s’appuyant L’opérateur obtient alors de nouveaux points
sur un terminal de calage « en l’air » qui participent
d’ordinateur auxcalculs de compensation de
dans le poste de pilotage : l’aérotriangulation et évitent le recours aux
le plan de vol peut être inconnuesintermédiaires de calcul ; pour
suivi au plus près grâce aux utiliser ces données, il faut y associer la
informations GPS en mesure del’inclinaison de l’axe de prise de
temps réel. vue par un système inertiel.

Il est également possible d’utiliser le GPS pour obtenir rapidement des points d’appuis
au sol, solution efficace et permettant d’alléger le coût global de la stéréopréparation.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

*Définition de l’ortho-photographie
 l’ortho-photographie numérique est une technique
qui permet la transformation des clichés classiques
en images utilisables directement comme un fond
de plan , elle redresse les images à partir du
traitement des clichés aériens de sorte que chaque
point soit superposable à une carte plane qui lui
correspond. En d'autres termes, une ortho-
photographie semble être prise à la verticale ( la
projection orthogonale) de tous les points qu'elle
figure, ces points étant situés sur un terrain
parfaitement plat.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
Conservation de la valeur
objective de la photographie

contient une grande quantité


d’informations et a la même
précision qu’une carte

Géocodé : chacun de ses pixels


est repéré à jour en coordonnée Support idéal d’un
donc facile à mettre à jour SIG

Support d’une digitalisation et la


présence des couleurs permet de
réaliser des cartes thématiques (
zones forestière , désert ..)

L’obtention des vastes zones {


différentes échelles et même s’y
déplacer virtuellement
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
* Obtention d’une ortho photographie numérique

Scanneur de très Photo


Photo haute résolution numérisée
Par
Par
Logiciel de
corrélation L’opérateur
automatique sur La
un restituteur
numérique Rectification par
orientation de
points de calage
grâce au MNT
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

• Améliorer le contraste
Correction radio • Gommer les différences
métrique d’éclairement d’un cliché {
l’autre

La correction radiométrique s’effectue sur chaque cliché dans un premier


temps puis sur la photographie complète.
N.B
L’ortho photographie numérique est non seulement une sortie numérique
sur film ou sur papier, mais désormais une nouvelle information communicable
grâce aux supports comme le cédérom, disque optique dont la capacité de
plusieurs centaines de méga-octets permet le stockage de grandes quantité
d’informations. Cela permet la relation avec les SIG et les systèmes DAO (Dessin
Assisté par Ordinateur, ou CAD, Computer Assisted Design) dans le processus de
mise à jour cartographique.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
Les systemes d’information geographique SIG

Un système d’Information Géographique est un outil informatique


permettant de représenter et d’analyser toutes les choses qui existent sur
terre ainsi que tous les événements qui s’y produisent.

Les SIG offrent toutes les possibilités des bases de données (telles que requêtes et
analyses statistiques) et ce, au travers d’une visualisation unique et d’analyse
géographique propres aux cartes. Ces capacités spécifiques font du SIG un outil
unique , accessible { un public très large et s’adressant { une très grande variété
d’applications
Les enjeux majeurs auxquels nous avons { faire face aujourd’hui (environnement
, démographie, santé publique …) ont tous un lien étroit avec la géographie.
De nombreux autres domaines tels que la recherche et le développement de
nouveaux marchés, l’étude d’impact d’une construction, l’organisation du
territoire, la gestion de réseaux , le suivi en temps réel de véhicules, la protection
civile… sont aussi directement concernés par la puissance des SIG pour créer des
cartes , pour intégrer tout type d’information, pour mieux visualiser les différents
scénarios, pour mieux présenter les idées et pour mieux appréhender l’étendue
des solutions
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
• Photogrammétrie terrestre, procédés et instrumentsde terrain

Pour représenter les sujets dont l’éloignement varie entre quelques mètres et
quelques centaines de mètres les prises de vue terrestres sont généralement
exécutées { l’aide de chambres munies d’objectifs de faible ouverture (60mm,
64mm, 100mm, 165mm), car le point de vue étant stable on peut envisager des
temps de pose assez long.
Le matériel de prise de vues généralement utilisé est le suivant :
5.1. Photo théodolites.
Ils sont composés d’un théodolite monté sur un cadre qui support une chambre
de prise de vues.
Cette chambre est munie d’un axe inclinable par l’intermédiaire d’une
crémaillère.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

II. CARTOGRAPHIE

Topologie
Topométrie c’est la science qui analyse les
C’est l’ensemble des techniques lois générales de la formation
permettant d’obtenir les éléments du relief par les déformations
métriques indispensables à la lentes des aires continentales
réalisation d'un plan à grande ou appelées mouvements
très grande échelle. : épirogénique

GÉNÉRALITÉS
ET DÉFINITIONS

Géodésie
Cartographie : c’est la science qui étudie la
c’est l’ensemble des études et forme de la terre. Par extension,
opérations scientifiques, elle regroupe l’ensemble des
artistiques et techniques ayant pour but de
techniques intervenant à partir déterminer les positions
d’observations directes ou de planimétriques et altimétriques
l’exploitation d’un document en d’un certain nombre de points
vue d’élaborer des cartes, plans géodésiques et repères de
et autres moyens d’expression. nivellement.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

une classification des cartes en fonction de leur échelle et de leur finalité :

Échelles Finalité

1/1 000 000 à 1/500 000 Cartes géographiques

1/250 000 à 1/100 000 Cartes topographiques à petite échelle

1/50 000, 1/25 000 (base), 1/20 000 Cartes topographiques à moyenne échelle (IGN)

1/10 000 Cartes topographiques à grande échelle

1/5 000 Plans topographiques d’étude, plans d’urbanisme

1/2 000 Plans d’occupation des sols (POS), descriptifs


parcellaires

1/1 000, 1/500 Plans parcellaires, cadastraux urbains

1/200 Plans de voirie, d’implantation, de lotissement

1/100 Plans de propriété, plans de masse

1/50 Plans d’architecture, de coffrage, etc.


M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
2. FORMES ET DIMENSIONS DE LA TERRE

Un géoïde est une surface équipotentielle de référence du champ de pesanteur


terrestre ,. Legéoïde de référence est construit à partir du géoïdemarin. Celui-ci est la
surface moyenne des océans surface qui, selon les lois de l'hydrostatique, est une
équipotentielle.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE

Ellipsoïde de révolution
La surface la plus proche du géoïde est un ellipsoïde de révolution,
c’est-à-dire un
volume engendré par la rotation d’une ellipse autour d’un de ses deux
axes. La terre
tournant autour de l’axe des pôles (de demi-longueur b, fig. 2.2.), cette
rotation engendre un cercle équatorial de rayon a.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
Systèmes de coordonnées

Système géocentrique Système Géographique

Un système de référence géocentrique L’axe de rotation de la terre est l’axe


est un repère (O, X, Y, Z) tel que : des pôles PP¢. Le cercle
 est proche du centre des masses de
perpendiculaire { l’axe des pôles est
la terre (au mieux à quelques
dizaines de mètres près pour les l’équateur. La demi-ellipse
systèmes réalisés par géodésie méridienne passant par les pôles et
spatiale) ; par un point A est la méridienne de
 l’axe OZ est proche de l’axe de A
rotation terrestre ;
 le plan OXZ est proche du plan du
méridien origine.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
LES PROJECTIONS

1.DEFINITION:

Une projection est une transformation d’une forme quasi sphérique en

3D en une surface plane 2D (plan ou carte)

NB: Toute projection d’un ellipsoïde sur un plan entraine des déformations.
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
LES PROJECTIONS

2. LE PRINCIPE DE PROJECTION
Il consiste à projeter une ou plusieurs parties de la surface terrestre sur une surface
géométrique donnée: Un cylindre, un cône ou un plan. Ces figures géométriques
peuvent être tangentes ou sécantes { l’ellipsoïde.
Le choix d’un système de projection a pour but de minimiser les altérations et il
dépend de:
• L’étendue de la zone { projeter
• La situation de la zone par rapport à la surface géométrique
• La position de la zone sur la terre.

3. LES TYPES DE PROJECTIONS


a. La projection équivalente : conserve localement les surfaces.
b. La projection conforme : conserve localement les angles, donc
les formes.
c. La projection aphylactique: elle n'est ni conforme ni
équivalente, mais peut être équidistante, c'est-à-dire conserver les
distances sur les méridiens
M14:PHOTOGRAMMETIRE ET CARTOGRAPHIE
LES PROJECTIONS

Vous aimerez peut-être aussi