Vous êtes sur la page 1sur 90

Comme le souligne Jacques Fontanille, dans son introduction, l’émotion est la plus

reconnue, ou plutôt la plus reconnaissable des manifestations affectives, et la plus


identifiable à un processus sémiotique : un plan de l’expression bien visible ou possible à
décrire en termes de manifestations somatiques ; un plan du contenu qui renvoie où
renverrait à tous les états intérieurs ainsi exprimés. Des émotions comme « figures »,
donc, dès ce premier niveau de considération d’un processus sémiotique qui s’incarne,
prend corps et chair à travers la gamme expressive des émotions, tout au moins reconnue
comme telle.
Pour autant, ces figures de l’émotion ne constituent pas un tableau figé de corrélations ou
d’homologations entre un état intérieur et une manifestation physique, somatique,
identifiable dans les traits. Dans les termes mêmes de ce numéro de SEMIOTICA,
ces figures entrent précisément dans des configurations dynamiques, possibles déjà à
entrevoir dans la sémiotique des passions. Mais, au-delà des schémas passionnels
canoniques, qui se situent à un niveau de pertinence bien défini, il a fallu élargir le point
de vue sémiotique à des problématiques de plus en plus élaborées, susceptibles de rendre
compte des tensions, degrés, fluctuations qui affectent l’enchaînement et le déploiement
des phénomènes sensibles.
Compte tenu de ces phénomènes, le modal s’enrichit non seulement de modalités
plurielles mais demodulations ; les positions se renforcent ou se complètent
de dispositions, de dispositifs. On ne peut alors réduire la place de l’émotion à un point
unique de la séquence passionnelle, ni limiter sa fonction à des relations causales entre
état interne et figure expressive. Cette complexité permet de comprendre, pour une part,
l’instabilité du statut de l’émotion dans les approches sémiotiques qui se sont succédées
depuis une trentaine d’années. Comme la rappelle, là encore, Jacques Fontanille, dans son
introduction, à croire qu’il évoque son propre parcours, « on a pu ainsi décrire des
passions, construire des syntaxes affectives, déployer des analyses du sensible, ébaucher
une sémiotique du corps, sans parvenir pour autant à s’accorder sur le statut de
l’émotion » (p. 4).
L’une des difficultés, mais aussi des motivations de l’analyse, est de penser les
configurations dynamiques en jeu dans l’émotion, non simplement comme
des formes expressives ou des figures, ni même comme destransformations, dans le
passage d’un état à l’autre, mais bien comme un processus de formation qui informe le
sujet, prend forme et prend sens. Un sentir et un ressentir bien proches de ce que la
phénoménologie a éclairé, mais aussi une émergence de signes et de sens, dans la
formation de l’émotion et sa performativité, en contexte d’énonciation. Ici, le caractère
anaphorique et paronomastique que dessine l’enchaînement des termes - forme,
formation, information, transformation, et on pourrait sans doute y ajouter performance et
performativité dans le cadre des émotions tant individuelles que collectives – n’est pas un
simple jeu rhétorique : il rend compte de la dynamique même de l’émotion, qui en fonde
le caractère et la signification.
Le volume 163 de SEMIOTICA s’attache à décrire cette complexité, sous différents
aspects que nous pouvons à peine évoquer dans le cadre de cette note. Il est possible,
toutefois, de voir un principe organisateur dans la présentation des articles : un premier
volet, redevable à la dimension thymique et à la dynamique de la phorie ; dans le
deuxième volet, une attention prioritaire à l’émotion dans la formation du processus
sémiotique.
Dans un premier temps, donc, un groupe d’articles centrés sur la phorie, dans sa
dimension, sa propension à produire des formes, des figures, des motifs de l’émotion.
Qu’il s’agisse d’une ligne de champ qui figurativisela phorie et la rend perceptible,
descriptible (Tatit et Lopes), ou de la configuration dynamique d’une émotion
douloureuse à travers l’Autoportrait de Bacon, qui rend, précisément, à travers la tension
des formes et des figures, une « émotion esthétique », comme si la dimension plastique
venait prendre sur la dimension figurative de l’émotion (Ruiz Moreno et al.).
Modulée dans le chant, modelée dans la peinture, l’émotion se fige au contraire sur le
modèle en papier glacé, dans les publicités érotisées (Landowski). Des « beautés », des
figures figées, prises dans un triangle actantiel (modèle, partenaire, observateur), rabattu
sur la chose (le phallus) et l’objet (la marchandise), sans pouvoir, ni espoir de faire vivre
ce passage, précisément, du motif à l’émotif. Tout le contraire, donc, des valences
émotives possibles à ressentir, à éprouver, à partir du tableau de Bacon, qui figure, par là,
comme un contre-champ des stéréotypes publicitaires.
Le son, la voix, le trait, la trace, la position, l’angle, autant d’occurrences pour saisir
l’émotion dans ses variations figuratives, contrastées, contradictoires. Retour au texte,
alors. On attendait, bien sûr, quelque chose au niveau des figures rhétoriques,
précisément, la notion prenant ici un relief tout particulier. La dimension phorique nous
apparaît sous la figure de l’enthymie (Bertrand), contraction, condensation de
l’enthymème et de la thymie. En jouant l’ellipse, elle favorise la transduction active,
affective, entre sujets qui, en quelque sorte, se comprennent à demi-mots mais vivent
l’événement de leur individuation (Simondon), au moment où l’émotion prend forme
dans le raccourci des formes.
Autre voie d’exploration rhétorique : le corps et le verbe. Relation en forme
d’interrogation reprise par Jacques Fontanille, dans le cadre du témoignage. Une forme
d’énonciation incarnée qui repose sur les figures canoniques de l’argumentation (ethos,
pathos, logos) mais appréhendées sous la forme première du corps : qu’il s’agisse de
l’ethos corporel de l’énonciateur ou, versant pathos, des pathèmes faisant appel aux
figures corporelles de l’énonciataire. Des frontières labiles entre l’éthique et le
pathétique, dans l’expression sensible de l’efficacité persuasive du corps.
Le corps et le verbe. Le corps de l’écriture, aussi, dans son expression poétique (Dorra et
Estay Stange). Il fallait saisir ou sentir cette autre figure de l’émotion. A partir
de Carnets, de Rilke, on peut voir, dans les déplacements affectifs, les mouvements de
l’âme, des motions portées vers l’émotion (motions du discours, de la voix), au prix
d’une commotion du sujet, d’un ébranlement. Un je en débrayage, mis à distance pour
mieux s’incarner, se proférer, libéré des masques et des simulacres, dans la quête infinie
du Sens. Un travail en soi, sur soi, comme sur le corps du texte, qui est le propre de
l’expression poétique où l’émotion peut se révéler, dans le mouvement même de sa
formation.
Fin de parcours avec l’émotion au cœur de l’expérience vécue, comme instance
énonciative en acte (Basso). A cet titre, elle participe de dysfonctionnements dans l’agir,
à défaut de sémantisation, mais porte, dans le même temps, un pouvoir de sémantisation
qui s’appuie sur une forte économie figurale. Entre vertige et forme de vie, par exemple,
on peut voir deux régimes de prestation sémantique et analogisante, entre ce qui
déforme, désolidarise et marque un défaut de destinalité (inhérence du sujet à son
devenir), et la tension inverse, avec la réorganisation sémantique d’une forme de vie par
l’émotion, non plus dans le désordre des opérations modales (faire-ne pas faire ; pouvoir-
ne pas pouvoir, etc.) mais dans le réorganisation de valences orientées par la destinalité,
précisément.
Une constante. La dynamique du processus de formation de l’émotion, dans un jeu de
déformations et transformations, de décentrement et de restauration, de pluralisation des
états et d’unité du sujet. Une événementialité qui prend corps dans les figures de
l’émotion, c’est-à-dire dans la performance et la performativité d’une instance
énonciative en acte qui passe par tous les régimes expressifs : la voix, le trait, l’image, le
verbe, l’écriture, l’agir et le sentir de l’expérience. On ne peut que saluer la cohérence du
propos, pour ne pas dire la ligne prosodique de ce numéro sur les émotions qui, dans son
articulation, d’article en article, de figure en configurations dynamiques, restitue à la fois
le grain et l’épaisseur du sensible, dans sa dimension non seulement perceptive, mais
perceptible et descriptible.
Avant-Propos
L’analyse des passions, dans le domaine des recherches sémiotiques, a commencé
comme une analyse modale perfectionnée : d’un côté, il fallait passer des « modalités du
faire » aux « modalités de l’âme » (Greimas Du Sens II 83), et, de l’autre, il fallait passer
des positions modales mono-thématiques à des « dispositifs » (Greimas et Fontanille 91)
et à des « concaténations » (Parret 88), c’est-à-dire à des agencements syntaxiques de
plusieurs modalités. En somme, on ne pouvait parler des passions en termes de modalités
que si elles portaient sur l’ « identité » des actants sujets (notamment le sujet d’état) et si
cette identité était conçue comme un syntagme modal profond.
En outre, dans cette perspective définie dès le début comme syntagmatique, les
analyses passionnelles les plus heuristiques ont consisté concrètement dans la définition
de séquences types, les « séquences canoniques » des parcours passionnels. Autrement
dit, la sémiotique des passions parvenait alors à peine à « rattraper », en capacité
descriptive, la traditionnelle sémiotique narrative. Mais c’est pourtant à l’occasion de ces
descriptions syntagmatiques que l’avancée la plus spectaculaire a pu se faire. En effet,
c’est en essayant de
comprendre comment les séquences canoniques fonctionnaient, sur quel principe et avec
quel
« ressort » sémiotique elles se déroulaient, que la prééminence des fluctuations
d’intensité et
d’extensité est apparue. Quel que soit le nom que l’on donne à ces fluctuations, structures
tensives (Fontanille et Zilberberg 98), modulations de l’éprouvé (Hénault ??), contagion
sensible (Landowski), saisie impressive (Geninasca ???), elles reposent toujours peu ou
prou
sur des variations intensives et extensives.
L’intérêt pour ce type de phénomènes sémantiques, né de l’observation des règles
d’enchaînement et de développement des séquences passionnelles, a conduit à un
nouveau
déplacement des recherches. En effet, ces variations et modulations n’avaient d’autre
statut
possible que d’être des propriétés d’un plan de l’expression, dont le plan du contenu
devait
être passionnel ; en tant que plan de l’expression, il apparaissait très proche de ce que,
dans
l’analyse de l’image, on appelait déjà la « dimension plastique », c’est-à-dire, de facto,
des
propriétés infra-figuratives ou infra-iconiques, directement issues des qualités sensibles
des
phénomènes. En somme, il a fallu prendre en considération les données sensibles et
même
sensorielles des parcours passionnels.
L’histoire ne s’arrête pas là, et une nouvelle vague de recherches peut alors se
déployer. D’un côté, cet intérêt pour le sensible, s’il ne se fige pas en nostalgie théorique
pour
la phénoménologie, débouche nécessairement sur une sémiotique du corps, qui en déploie
les
figures, les rôles, génératifs et syntagmatiques, et qui réexamine l’ensemble des effets
théoriques d’une « incarnation » des structures sémiotiques. De l’autre, si l’on peut
considérer
les actants collectifs comme des « corps » sociaux, alors le même type de phénomènes y
prend une coloration toute particulière, puisque la circulation des affects et la solidarité
des
tensions passionnelles apparaissent alors, du point de vue de chaque acteur individuel, ou
d’une série d’acteurs individuels, comme un effet de « contagion » : ainsi peut se
développer
une théorie des passions collectives, passions qui sont en général « sans nom »
(Landowski
2003), mais parfaitement efficientes.
Dans ce panorama, la place de l’émotion est encore incertaine. Elle fut quelques
années une simple étape de la séquence passionnelle canonique, celle où l’actant exprime
pour lui-même et pour autrui les effets somatiques de la transformation passionnelle ;
mais
cette position ne correspond qu’à une des formes de l’émotion, et en outre, n’exprime que
son
aspect fonctionnel et adaptatif, et certainement pas ses propriétés spécifiquement
sensibles.
Elle fut aussi le nom, parfois, des moments critiques (au sens de « moments de crise »)
des
fluctuations tensives : une brusque variation d’intensité ou d’extensité correspond en effet
à
une émotion, mais, plus précisément, à une transformations émotionnelles, puisqu’on doit
aussi prendre en compte l’existence d’états émotionnels non critiques, sans fluctuations
brutales. Elle fut enfin directement sollicitée pour rendre raison des transformations des
figures du corps, et notamment, dans la perspective d’une sémiotique des « enveloppes
corporelles », des pressions, inscriptions et modifications structurelles qui s’exercent sur
ces
enveloppes.
Cette instabilité du statut de l’émotion, dans l’ensemble de ce parcours de recherches,
sur une trentaine d’années, ne laisse pas d’étonner. On a pu ainsi décrire des passions,
construire des syntaxes affectives, déployer des analyses du sensible, sans pouvoir
s’accorder
sur le statut de l’émotion. Mais il est pourtant clair aujourd’hui que l’émotion ne pouvait
pas
recevoir d’affectation stable dans un champ théorique et épistémologique qui n’avait
jamais
donné de statut explicite au corps, pas plus qu’à l’énergie et aux dynamiques.
Certes, la sémiotique narrative s’est toujours intéressée au changement et au devenir ;
mais cet intérêt ne dépassait pas la question des transitions de formes : la transformation
n’était rien de plus que le passage d’une forme à une autre, d’un état structurel à un autre.
En
revanche, quand on s’intéresse à la dynamique elle-même, c’est-à-dire, en somme à la
transformation conçue non comme un passage entre deux états, mais à la transformation
conçue comme événement sensible, alors l’émotion est au cœur de l’appréhension de la
signification. On pourrait même dire que l’émotion est le premier vecteur de
l’intentionnalité,
du côté du plan de l’expression : il y a quelque chose qui me touche, m’émeut, me meut,
et
par conséquent je commence à en explorer les formes signifiantes. Mais, bien entendu, je
ne
peux être ainsi touché que parce que je ne suis pas un simple computer cognitif, que
parce que
je suis un corps qui ressent, qui se meut et s’émeut, qui éprouve et qui pense.
L’émotion serait en quelque sorte la manifestation figurative (des énergies qui
s’exercent sur un corps en modifient les formes, les textures, les rythmes et les surfaces)
du
travail profond de l’énonciation, de la sémiose et de l’intentionnalité.
G r e i m a s, A l g i r d as J. et J a c q u es F o n t a n i l l e, Semiotique des passions.
Des états de choses aux états d'âme, Pa r i s, Seuil, 1 9 9 1, 3 35 p .
• Si la p r o b l é m a t i q ue du p a s s i o n n el r é a p p a r a ît a v ec for ce d a ns
de n o m b r e u s es a i r es s a v a n t es p ar
les t e m ps q ui c o u r e n t, s on i n t é g r a t i on au c h a mp de p e r t i n e n ce s e
m i o t i q ue n 'a r i en d ' un effet de
m o d e. Semiotique des passions, c o n j o i n t e m e nt r é d i gé p ar Algirdas J. Gr e
imas et J a c q u es Font ani l l e,
r e p r é s e n te l ' a b o u t i s s e m e nt d ' u ne d o u z a i ne d ' a n n é es de r e c h e
r c h es m e n é es p ar les m e m b r es du
Gr o u pe s émiol ingui s t ique, dit l ' é cole de Paris. Re couvr ant t rois s p h è r es d '
i n t é r ê t, soit l ' épi s t émologi e,
la t h é o r ie et la p r a t i q u e, c e t te s y n t h è se d e n se e st a s s u r é m e nt un
o u v r a ge i n c o n t o u r n a b le q ui
r évi se à p l us d ' un t i t re le visage de la s e m i o t i q ue «s t anda rd». C ' e st q ue
d a ns le c a d re d ' un « p r o j et
s c i ent i f ique» d o nt la jus t i f i c a t ion p r o p re r e l è ve de la c o h é r e n ce de
s es c o n c e p ts o p é r a t o i r e s,
o r g a n i s és en t e r m es de « p a r c o u r s» l o g i q u e, l ' o u v e r t u re s ur le p
a t h é m i q u e, i m p l i q u a nt la p r i se en
c o m p te d ' u ne s e m i o t i q ue du c o n t i n u, ne p o u v a it ê t re s ans c o n s é
q u e n ce s ur l ' e n s e m b le de la
d é m a r c h e, f o n d ée s ur l ' a c t i on et le d i s c o n t i n u.
Visant la forma l i s a t ion de l ' « ê t r e », a s s imi lé a ux «é t a ts m o d a u x» d o
nt d é c o u l e nt l es effets pa ss i o n n e ls en d i s c o u r s, les a u t e u rs p o s t u l
e nt d ' e n t r ée de j e u, q u a nt a ux p r é c o n d i t i o ns de la
s igni f i c a t ion, un « h o r i z on o n t i q ue » t r a v e r sé de « t e n s i v i té p h o r i
q ue ». À la fois a n t é r i e u re et n é c e ssaire à la s igni f i c a t ion, c e t te z o ne h
y p o t h é t i q ue d ' i n s c r i p t i on e x i s t e n t i e l le p r é s u p p o se un fondem
e nt p h é n o m é n o l o g i q ue au s e ns : e l le r e n v o ie à la p r o p r i o c e p t i v i
t é, où le p r o c e s s us de la signif i c a t ion r é s u l te de la m é d i a t i on du m o n
de p ar le c o r ps ( le s e n t i r ). Suivant la l o g i q ue émi s e, la
s c i s s ion de la ma s se p h o r i q ue p r o d u i s a nt un «pr e sque - suj e t» et u ne
« o m b re de va l eur», t o us d e ux
p r is d a ns un flux t ens if d ' a t t r a c t i o n - r é p u l s i o n, s ' a c c o m p a g ne d '
u ne «s ens ibi l i s a t ion» c a p a b le d' inve s t ir les d i v e r s es s t r a t es de saisie s
e m i o t i q u e. C o m p l é m e n t a i re d ' u ne p e r s p e c t i ve s t r u c t u r a le
(ma t h éma t i c o - i d é a l i s t e) de l ' i n s t a n ce ab quo du s e ns h é r i t ée de
Saus sur e, le s imu l a c re de l ' u n i v e rs
formulé en t e r m es p h i l o s o p h i q u es d'« é n e r g é t i s me » — « t e n s i on v
e rs l ' un ou d é b o r d e m e nt du t r o ppl e in» ( p. 25) —, d o nt la r a t i o n a l i
té s ' a p p a r e n te a ux s c i e n c es de la n a t u r e, i n s t a u re au s e in du
p a r c o u rs de la s igni f i c a t ion un e s p a ce du c o n t i n u. C e r t a i ns y v o i e
nt u ne c o n c e s s i on à la l o g i q u e,
soit u ne p r i se de p o s i t i on à l ' é g a rd du s e ns p l u t ôt q u ' un p r o c e s s us
d é d u c t if du s e n s; l es a u t e u rs
jus t i f i ent ce p r o l o n g e m e nt é p i s t é m o l o g i q ue en é n o n ç a nt l ' a u t
o n o m ie de la d i m e n s i on t h y m i q ue
du d i s c o u rs q u ' i ls c o n s o l i d e nt au m o y en d ' u ne é l a b o r a t i on s y s t
éma t i q ue de la s émios is du p h o r i q u e.
Études Littéraires Volume 25 N° 3 Hiver 1992-1993 ÉTUDES LITTÉRAIRES
VOLUME 25 N° 3 HIVER 1992-1993
Le n œ ud de la t h é o r i s a t i on se s i t ue au p l an de la « s y n t a xe i n t e r m o
d a l e» d o nt on c h e r c he à
d é g a g er le c o m p o r t e m e nt a u t o d y n a m i q u e, r e s p o n s a b le de l ' e n
c h e v ê t r e m e nt p r o c e s s u e l, de l'int e n s i té va r i able i n h é r e n ts a ux p a
r c o u rs p a s s i o n n e l s. La mo d a l i s a t i on de l ' ê t r e, ne se l imi t a nt p as
à la c o m p é t e n ce s t r i c te du s c h é ma a c t a n t i e l, c o n d u it à p o s er un «
a g e n c e m e nt mo d al de l ' ê t re » —
r égi p ar un « e x c é d e nt moda l» — q ue s o u t i e nt l ' a r t i c u l a t i on s y n t a
g m a t i q ue d es mo d a l i s a t i o ns
r e p r é s e n t é es n on p as en « s t r u c t u re c a t é g o r i e l le », ma is en «
dispositif» c o n s t r u it à p a r t ir de Uenchaî-
n e m e nt d es s u i t es m o d a l es m i x t e s, v o i re i n c o m p a t i b l es l es u n
es a v ec l es a u t r e s. R e n d re c o m p te
de la t r a n s f o r m a t i on de c es é t a ts m o d a ux h é t é r o g è n e s, c ' e st r e v
e n ir à u ne p r o b l é m a t i q ue irré-
s o l ue i n a u g u r ée p ar J e a n - C l a u de C o q u e t, à l a q u e l le l es a u t e u
rs r é p o n d e nt en s ' a p p u y a nt s ur la
l o g i q ue d i c t ée p ar le s o u b a s s e m e nt p h o r i q ue de la s igni f i c a t ion :
le d y n a m i s me i n t e r ne de la synt a xe i n t e r m o d a le s e r a it p r é f i g u ré
p ar l es «mo d u l a t i o n s» a s p e c t u a l i s é es — a s s imi l é es a ux p r o t ot y
p es : v o u l o i r, savoir, p o u v o i r, d e v o ir — de la c h a r ge p r o t e n s i ve (le
d e v e n i r) dé f ini s s ant l ' int e rr e l a t i on du p r o t o a c t a nt et de l ' « omb re
de va l eur» l o rs de la d i s j o n c t i on ini t i a l e. Mani f e s t ant dive rs
«styles» de s c i s s i o n, c e t te a r t i c u l a t i on f o n d a t r i ce d ' o r d re g r a d u
el v i e n d r a it à la fois h o m o g é n é i s er
et g é r er l es « t r a n s i t i o ns p a r a d o x a l e s» ( p. 77) de la s y n t a xe i n t e r
m o d a le g r â ce à la c o n v o c a t i on d es
m o d u l a t i o ns a s p e c t u a l i s é es au m o m e nt de la mi se en d i s c o u r s.
L' autosuf f i s ance de la d i m e n s i on t h y m i q ue s ' o b t i e nt au p r ix d ' un a j
u s t e m e nt t o u c h a nt à un
c e r t a in n o m b re d ' a s s i s es t h é o r i q u e s. D ' u ne p a r t, l ' a s p e c t u a l i
té p r o t e n s i ve q ui r é g it la di s cur s ivi s at i on du p a s s i o n n el p r é s u p p o
se u ne r é é v a l u a t i on du s t a t ut t r a d i t i o n n e l l e m e nt h i é r a r c h i q ue
de la
«valeur » : d é p o u r v ue de c o n t e n u, l ' a s p e c t u a l i té c o m me forme g r a
d u e l le p r e m i è re « ne p e ut se manif e s t er q u ' a p r ès avoir informé soit le t
e m p s, soit l ' e s p a c e, soit l ' a c t e u r» ( p. 7 9 ); elle se s i tue «en
de s sus» et «en de ç à» de la v a l e u r. Or la q u e s t i on e st de s avoir si l ' on s ' é
l o i g ne à vr ai d i re de la
r a t i o n a l i té m a t h é m a t i q ue s o u s - t e n d a nt la va l eur, c ar l ' a s p e c t u
a l i té a insi q ue sa forme d i s c u r s i v e,
l ' a s p e c t u a l i s a t i o n, s ' a r t i c u l e nt en t e r m es de «me sur e» c e r t es g r
a d u e l l e, ma is p as m o i ns ident ifiable à un o r d re r y t h m i q ue ou int ens if
q ui r e n v o ie à un f o n c t i o n n e m e nt c a l c u l a b l e. D ' a u t re p a r t,
p o ur r e n d re c o m p te de la r é c u r s i v i té t r a n s v e r s a le du c o n t i n u um
a s p e c t u e l, i m p l i q u a nt u ne int é-
g r a t i on d es g r a n d e u rs c o n t i n u es et d i s c o n t i n u e s, les a u t e u rs p r
o p o s e nt u ne r é v i s i on s u b s t a n t i e l le
du « p a r c o u rs géné r a t i f». R é a r t i c u l ée en t e r m es s o u p l es de d i s c r
é t i s a t i on ( r e c o u v r a nt la sommat i on et la c a t é g o r i s a t i o n ), la c o n v
e r s i on ne s ' a p p l i q ue d ès lors q u ' au p a s s a ge du s t a de d es pr é-
c o n d i t i o ns à c e l ui du sémio-narratif. Q u a nt à la mi se en d i s c o u rs du p a s
s i o n n e l, il s ' agit d ' u ne
o p é r a t i on de la « p r a x is é n o n c i a t i v e» ayant p o ur f o n c t i on de « c o n
v o q u e r» à la fois d es p r o d u i ts du
d i s c o u rs — l es m o d u l a t i o ns p r o t e n s i v es et les di spos i t i fs p a t h é m
i q u es — et d es p r o d u i ts de
l ' u s a g e, soit l es «primitifs», i s sus d es t a x i n o m i es c o n n o t a t i v es s p é
c i f i q u es a ux a i r es c u l t u r e l l e s.
Tels a m e n d e m e n ts a p p o r t és à l ' é c o n o m ie g é n é r a le de la t h é o r ie c
o n s t i t u e nt u ne r é p o n se
s t imu l a n te à la c r i t i q ue du p r i n c i pe n a g u è re c e n t r al de «géné r a t ivi t
é». De p l u s, u ne p r i se en c o m p te
154 SÉMIOTIQUE DES PASSIONS. DES ÉTATS DE CHOSES AUX ÉTATS D'ÂME
d es faits d ' u s a g e, s ans l aque l le l ' é t u de d es p a s s i o ns d e m e u r e r a it i
n c o m p l è te vu l e ur d é t e r m i n a t i on
s o c i o c u l t u r e l l e, r e p r é s e n te u ne s o l u t i on p r u d e n t e, p a r mi d ' a
u t r es (Eric L a n d ows ki s ' i n t é r e s se à
l ' é l a b o r a t i on d ' u ne « s o c i o - s émi o t i q u e » ), à l ' i n t é g r a t i on du « c
o n t e x t e ». On le voi t, c e t te p e r c ée
t h é o r i q ue n ' e st p as s ans g é n é r er de n o u v e l l es i n t e r r o g a t i o ns : la
c o m p l e x i té d es p a s s i o ns i d i o l e ct a l es n ' e x i g e r a i t - e l le p as l ' i n
t r o d u c t i on de d o n n é es e m p i r i q u es s u s c e p t i b l es d ' o c c u l t er l e
ur v a l e ur
t e x t u e l l e? Ne r i s q u e r a i t - on p as de b a s c u l er d a ns u ne p s y c h o - s o
c i o l o g i e?
Au r e g a rd d es a p p l i c a t i o ns p o r t a nt s ur les c o n f i g u r a t i o ns de l ' a
v a r i ce et de la j a l o u s i e, les
a u t e u rs font i n t e r v e n ir un c o r p us va r ié t i ré de la l e x i c o g r a p h ie f r
anç a i se a insi q ue d es d i s c o u rs
mo r a l i s te et l i t t é r a i r e. C e r t e s, l 'obj e c t if c o n s i s te à d é g a g er d es
m o d è l es de p r é v i s i b i l i t é, ma is la
d é p e n se forme l le r e s te s o u v e nt d i s p r o p o r t i o n n ée a ux o b j e ts d ' a
n a l y s e, ce q ui n ' e st p as s a ns
é v o q u er la d é m a r c he de Gr e imas d a ns s on Maupassant. De f a ç on g l o b a
l e, l ' i n v e s t i g a t i on a le
mé r i te d ' i l l u s t r er l ' h y p o t h è se s e l on l aque l le l ' u n i q ue s t r u c t u re
g é n é r a l i s a b le p o ur la p a s s i on s e r a it
u ne s t r u c t u re i n t e r s u b j e c t i ve en r a i s on de l ' i s o t o p ie g é n é r i q
ue de q u a n t i f i c a t i on q ui la s t i p u l e.
Doma i ne de p e r t i n e n ce d a ns d es d i s c i p l i n es aus si v a r i é es q ue l ' e t
h n o l o g i e, la g r amma i re t r a d i t i o nne l le et la p h i l o s o p h i e, la q u a n t i
f i c a t i on d a ns le c a d re de la s é m i o t i q ue se r e l ie a ux p h é n o m è n es
t ens i f s, a ux f o r c es d i s p e r s i v es et c o h é s i v es r é g i s s a nt le d e v e n
ir de la c o m m u n a u té e n v i s a g ée
c o m me t o t a l i té p a r t i t i v e. Dans c e t te o p t i q u e, l ' a v a r i c e, p r o t o t
y pe de la p a s s i on s o l i t a i r e, s ' a v è re
au fond u ne p a s s i on i n t e r s u b j e c t i v e: mû p ar un «style suspens i f» ( p.
140) à la fois c umu l a t if et
rétensif, l ' ava re r a l e n t it la l i b re c i r c u l a t i on d es b i e n s; il t r a n s f o
rme sa p a rt en u n i té i n t é g r a le et fait
ainsi e n t r a ve a ux f o r c es c o h é s i v es g a r a n t i s s a nt le d e v e n ir c o m
m u n a u t a i r e. Q u a nt à la j a l o u s i e, s on
i n t e r s u b j e c t i v i té se dé f init en t e r m es d ' u ne s y n t a xe d ' « e x c l u s i v
i t é» p r o j e t ée s ur l ' o b j et de v a l e u r,
ce q ui e m p ê c he la c i r c u l a t i on d es b i e n s, la c o n s t i t u t i on d ' u ne t o
t a l i té p a r t i t i v e. Le j a l o ux vi se la
c r é a t i on d ' u ne u n i té i n t é g r a le «dé s i r abl e», et s u s c i te a insi le s imu l
a c re d ' un p o s s e s s e ur v i r t u e l, le
rival q ui r é c l a m e r a it d es d r o i ts à la t o t a l i té p a r t i t i v e. R e n v o y a
nt à u ne i n t e r a c t a n t i a l i té c o n s t i t u t i ve
s i t u ée au n i v e au de la fiducie p r o t e n s i v e, la q u a n t i f i c a t i on e n r i c h
it la s y n t a xe p a s s i o n n e l le d ' u ne
c o h é r e n ce pa r fois i n a t t e n d u e, c o m me l ' a t t e s te en l ' o c c u r r e n ce
l ' ana lyse de la Jalousie. Re s te q ue
ce p r i n c i pe i m p l i q ue un d y n ami sme r e l a t i o n n el d ' u ne g r a n de g é
n é r a b i l i té e t, p a r t a n t, fait é c ho au
« f o n d ame n t a l i sme s é m a n t i q ue » q u ' on a à m a i n t es r e p r i s es r e p r
o c hé à la s é m i o t i q ue t r a d i t i o n n e l l e.
T o u t es p r o p o r t i o ns g a r d é e s, les a u t e u rs s o l l i c i t e nt p eu la s é m a
n t i q ue d i s c u r s i v e. À l ' i n s t ar d es
t h é o r i c i e ns de l ' a c t i o n, ils p r i v i l é g i e nt l ' é l a b o r a t i on d ' u ne g r
amma i re q ui a b o u t it au « s c h é ma p a t h é-
mi q ue c a n o n i q u e ». Re l evant de la p r a x is é n o n c i a t i v e, ce m o d è le h
e u r i s t i q u e, g é n é r a l i s a b le à t o ut
u n i v e rs p a s s i o n n e l, s ' a v è re la s y n t h è se — r é a r t i c u l ée de f a çon
s y n t a g m a t i q ue — d es p r o c é d u r es
c o e x t e n s i v es à la p a t h é m i s a t i o n. Un p a r a l l è le a v ec le « s c h é ma
na r r a t if c a n o n i q u e» s ' i m p o se au
p o i nt de faire s o n g er à u ne é v e n t u e l le s u p e r p o s i t i on d es d e ux m o
d è l e s, à u ne c o n c i l i a t i on
s y n t a x i q ue d es a c t i o ns et d es p a s s i o n s.
155 ÉTUDES LITTÉRAIRES VOLUME 25 N° 3 HIVER 1992-1993
S'il faut l o u er la r e m a r q u a b le c o h é s i on é p i s t é m o l o g i q ue de ce l
ivr e, v o i re s on a u d a c e, il e st en
m ê me t e m ps r e g r e t t a b le de c o n s t a t er le p eu d ' i n t é r êt a c c o r dé a
ux s o u r c e s. Cela di t, la c o n t r i b ut i on de Gr e imas et Font ani l le signale un
p as i m p o r t a nt v e rs la c o n s t r u c t i on de c e t te Mé t apsychologie
t a nt s o u h a i t ée p ar F r e u d, d o nt t i r e ra prof it l ' e n s e m b le d es s c i e n
c es du l a n g a g e.
Cécilia Wiktorowicz
Un i v e r s i té Laval
M o d u l a t i o ns p a s s i o n n e l l es
Je s e r a is c e n sé « r i p o s t e r» à Cécilia W i k t o r o w i c z, p o ur r e s p e c t er
le g e n re du d é b a t, d a ns la
m e s u re où e l le p r o n o n ce d es r é s e r v es et d es c r i t i q u es à l ' é g a rd
de Sémioique des passions. Mais
j ' a u r a is p l u t ôt e n v ie de la r e m e r c i er p o ur la l e c t u re a t t e n t i v e, «
c o m p r e h e n s i v e» et p e r t i n e n te
q u ' e l le a faite de ce l ivr e. C' e st j u s t e m e nt c e t te p e r t i n e n ce q ui d o n
ne e n v ie de d i s c u t e r, p l u t ôt q ue
de « r i p o s t e r ».
Je r e n c o n t re p o ur c o m m e n c er u ne p r e m i è re difficulté, d e v a nt l a q u
e l le je ne me d é r o b e r ai p a s,
q ui e st de s avoir au n om de qui je p r e n ds la p a r o le ici m ê m e, p u i s q ue
ce livre a é té c o n ç u, s i n on
é c r i t, en u ne i n t i me c o l l a b o r a t i on avec Algirdas J. Gr e ima s, n o t a m m
e nt s o us la f o rme d ' u ne
c o r r e s p o n d a n ce d o nt le v o l u me éga le c e l ui du livre lui -même. Bien d
es r é p o n s es a ux q u e s t i o ns
p o s é es p ar M
me
W i k t o r o w i cz se t r o u v e nt d a ns c e t te c o r r e s p o n d a n c e, d o nt j ' e
n t r e p r e n d r ai p e u t-
ê t re un j o u r, le t r ava il de d e u il é t a nt a c c o m p l i, la p u b l i c a t i o n.
Sémiotique des passions e st le fruit
d ' u ne n é g o c i a t i on s e r r é e, l o n g ue et i n t e n s e, s o u v e nt t e r me à t e
r m e, e n t re s es d e ux a u t e u r s; parad o x a l e m e n t, n o us a v o ns d é c i dé
la p u b l i c a t i on le j o ur où la d i s c u s s i on s ' e st t r o u v ée b l o q u ée s ur
p l u s i e u rs p o i n t s, c ar n o us a v o ns a lors i n t e r p r é té c e t te l imi te c o
m me c e l le en d e çà de l a q u e l le
l ' a c t a nt d u el p o u v a it a c c o m p l ir la p e r f o r m a n c e, et au de là de l a q
u e l le il r i s q u a it de se d i s s o c i e r.
Gr e imas n o us a q u i t t és en f évr i er 1 9 9 3; et m ê me si du c ô té du «mode»,
p o ur p a r l er c o m me
G e n e t t e, je p e ux r e p r é s e n t er l ' a c t a nt d u el de Sémiotique des passions,
du c ô té de la v o i x, je suis
d é f i n i t i v eme nt s e ul : j ' e s t i me d o nc ne p o u v o ir p a r l er q u ' en m on
n om p r o p r e, m ê me si j ' é c r i r ai ici,
d o r é n a v a n t, « n o u s ». Ce n ' e st p as s ans c o n s é q u e n c es sur l es r é f l
e x i o ns q ui s u i v e n t.
Par e x e m p l e, c o n c e r n a nt le j eu d es r é f é r e n c es b i b l i o g r a p h i q u e
s, é v o q u é es en t a nt q ue
« s o u r c es » p ar M
mc
W i k t o r o w i c z. Bien d es l e c t e u rs se s o nt é t o n n és de l ' a b s e n ce q u
a si t o t a le de c es
r é f é r e n c es ( e x c e p té u ne r é f é r e n ce à J e an-Cl aude C o q u et et u ne a
u t re à C l a u de Z i l b e r b e r g ), et je
156 SÉMIOTIQUE DES PASSIONS. DES ÉTATS DE CHOSES AUX ÉTATS D'ÂME
s u p p o se q u ' o u t r e - A t l a n t i q u e, où la l i t t é r a t u re e st un farci de r é f
é r e n c es s c i e n t i f i q u e s, on a dû s ' en
é t o n n er p l us e n c o r e. On ne p e ut p as ê t re s é m i o t i c i en et p r e n d re
c o m p l è t e m e nt au s é r i e ux c e t te
p r a t i q ue t r i b a l e: b i en sûr, c e la fait p a r t ie d ' un r i te de convivi a l i té s
c i e n t i f i q u e; é v i d e m m e n t, on
e st c o n t e nt d ' ê t re c i té et m é c o n t e nt de ne l ' ê t re p a s; c e la va m ê
me de soi en c e r t a i ns l i e ux et en
q u e l q u es d i s c i p l i n es — l es s c o r es de c i t a t i o ns d ' un a u t e ur d a ns
l es p u b l i c a t i o ns de s es p a i rs p e rm e t t e nt d ' é v a l u er la q u a l i té de sa
r e c h e r c he ( d ' où la d é c o n f i t u re d es «inc i t é s»).
D ' un a u t re c ô t é, et au de là de ce r i te d ' é c h a n ge de b o ns p r o c é d é s,
c ' e st la d é o n t o l o g ie
i n t e l l e c t u e l le q ui e st en c a u se : à p a r t ir de q u el d e g ré de diffusion u
ne i d ée tombe - t - e l le d a ns le
d o m a i ne p u b l i c? Bien e n t e n d u, q u a nd Font ani l le é c r it et s i g ne s eul,
il s igna le s es s o u r c es c h a q ue
fois q u ' il a c o n s c i e n ce d ' a v o ir d es s o u r c e s; ma is Gr e imas agissait a u t
r e m e n t, et a t e nu à ce q ue
p r e s q ue t o u t es l es r é f é r e n c es q ue je p r o p o s a is s o i e nt effacées. Il e
s t ima it ê t re un c r é a t e ur d ' i d é e s;
la q u e s t i on d es p a s s i o ns é t a it a g i t ée en F r a n ce d e p u is u ne d i z a i
ne d ' a n n é e s, c ' e st lui q ui en avait
fourni les p r e m i e rs f o n d e m e n t s, o r a l e m e n t, d a ns s on s émi n a i r e,
et p ar é c r i t, d a ns s on œ u v re
a n t é r i e u r e. Il ne s o u h a i t a it d o nc ni c i t er l es g r a n ds a u t e u rs a p p a
r t e n a nt au d o m a i ne p u b l i c, ni se
c i t er lui -même (il n ' a v a it p as b e s o in de s o i g n er s on s c o r e ! ), ni c i t
er c e ux q ui a v a i e nt p u, e n t re
t e m p s, t i r er p a r ti de s on e n s e i g n e m e n t. Avait-il t o r t?
Le c h a p i t re q ui n o us a le p l us c o û té e s t, on le d e v i ne a i s é m e n t, le
p r e m i er : d e ux a n n é es e n t i è r es
de d i s c u s s i o n s, d ' é c r i t u re et de r é é c r i t u r es s u c c e s s i v e s. Car, M
mc
W i k t o r o w i cz l'a b i en vu, il s'agissait d ' a g r a n d ir s a ns t o ut d émo l i r,
de r e m a n i er s a ns r o m p r e, de p r é s e r v er la c o n t i n u i té de l ' édi f i ce
t h é o r i q ue et de la d i s c i p l i ne t o ut en l es faisant p r o g r e s s e r. Le d o m
a i ne p a s s i o n n el e st un c o n s t a nt
défi au s t r u c t u r a l i s me «s t anda rd» ( c o m me on dit ici ou là) : c o m m e nt a
r t i c u l er le c o n t i n u? comm e nt t r a i t er en i m m a n e n ce l ' é n e r g ie et l
' i n t e n s i t é? c o m m e nt t r a i t er de m a n i è re i s o t o pe ce q ui
s emb le i r r é d u c t i b l e m e nt h é t é r o g è n e? e t c.
C o m me a u c un d es d e ux a u t e u rs n ' a v a i t, p ar t e m p é r a m e nt et p ar
c h o ix s c i e n t i f i q u e, le g o ût d es
r u p t u r es é p i s t é m o l o g i q u es s p e c t a c u l a i r es ( q u i, p ar a i l l eur s, s
o nt b i en p a s s é es de m o d e ), et
c o m me je suis p o ur ma p a rt i n t i m e m e nt p e r s u a dé q ue t o us n os
efforts d o i v e nt c o n c o u r ir à
c o n f o r t er la s é m i o t i q ue c o m me d i s c i p l i ne et p as s e u l e m e nt c o
m me m é t h o de ou c o m me t h é o r i e,
il d e v e n a it i n é v i t a b le de p r o c é d er à u ne r e f o n d a t i on é p i s t é m o l
o g i q ue de l ' édi f i ce t o ut e n t i er ( au
lieu de b â t ir un a u t re édifice à c ô t é ), en m o n t r a nt c o m m e nt la s é m i o
t i q ue p o u v a it r e n d re c o m p te
de la n o u v e l le p r o b l é m a t i q u e, et en é v a l u a nt le c o ût t h é o r i q ue
de l ' o p é r a t i o n.
C ' e st p o u r q u oi l ' e n s e m b le de la s y n t a xe i n t e r m o d a le e st s o u s - t
e n du p ar l es « m o d u l a t i o ns du
d e v e n i r », t o ut en r e s t a nt c o m p a t i b le a v ec la t h é o r ie c l a s s i q ue
d es m o d a l i t é s. N o us a v o ns r e p r is
p o ur c e la l ' i n t u i t i on ( q ue je t r o u ve p o ur ma p a rt d ' u ne p r o d u c t i v
i té e n c o re s o u s - e x p l o i t é e) q ue
Cl aude Z i l b e r b e rg ava it e ue n a g u è re : a n t é r i e u r e m e nt à l e ur d i s c
r é t i s a t i on s o us la f o rme de
d é t e r m i n a t i o ns du n i v e au sémio-narratif, les mo d a l i t és s o nt d es v a r i a
t i o ns c a l c u l a b l es au s e in d ' un
e s p a ce t ens if ; n o t re r e f o rmu l a t i o n, en t e r m es de m o d u l a t i o ns du
t e m po p r o j e t é es s ur un d e v e n ir
157 ÉTUDES LITTÉRAIRES VOLUME 25 N° 3 HIVER 1992-1993
e n c o re i n a r t i c u l é, p e r m e t, e n t re a u t r e s, d 'y i n t é g r er a u j o u r d '
h ui l es c o n s i d é r a t i o ns t o u t es r é c e nt e s
1
: c es v a r i a t i o ns du d e v e n ir c o n s i s t e nt à a c c é l é r e r, r a l e n t i r, a r
r ê t e r, a c c o m p a g n e r, s o u t e n ir ou
r e b r o u s s er le c o u rs d es c h o s e s. Ainsi se d e s s i n e nt d es p r o t o - m o d
a l i s a t i o n s, l es f o rmes t e n s i v es
p r é a l a b l es du v o u l o i r, du p o u v o i r, du savoir, du d e v o i r . ..
Mais je ferai à ce p r o p os d e ux o b s e r v a t i o ns à M
mc
W i k t o r o w i c z. La p r e m i è re t i e nt à la n a t u re de
c es «mo d u l a t i o n s» : elle l es a p p e l le d es « a s p e c t u a l i s a t i o n s », p a
r ce q ue c ' e st le p h é n o m è ne c o n nu
le p l us p r o c h e. Mais il ne s ' agit p as d ' a s p e c t u a l i t e; en effet, si on se r e
p o r te à Semiotique des
passions, le di spos i t if g é n é r a t if e st le s u i v a nt :
C' e st d i re q ue c es m o d u l a t i o ns ne s o nt ni de
la mo d a l i s a t i on ni de l ' a s p e c t u a l i s a t i o n, ma is
q u ' e l l es e n g e n d r e nt l es d e u x, à p a r t ir de d e ux
p r o c é d u r es d i f f é r e n t e s; en effet, la mo d a l i s a t i on
et l ' a s p e c t u a l i s a t i on s o nt e n g e n d r é es à p a r t ir
d es m ê m es a r t i c u l a t i o ns de la t e n s i v i té p r of o n d e, ma is l ' u ne p ar
la voie de la c a t égor i s at i on au n i v e au na r r a t if où elle suit d o nc la p r oc é
d u re de la c o n v e r s i o n, l ' a u t r e, p ar la voie de
la mi se en d i s c o u rs d es p r o c ès et d es c o m p o s a nt es f igur a t ive s, où e
l le r é p o nd à la c o n v o c a t i o n.
Dans le c as de la mo d a l i s a t i o n, l es modul at i o ns du d e v e n ir a f f e c t ent,
a p r ès c a t é g o r i s a t i o n,
les é n o n c és na r r a t i f s, et se d i s t r i b u e nt sur la j o n c t i o n, les suj e ts ou
l es o b j e t s, d ' où l'effet pa rt i c u l i er de «visée» p r é d i c a t i ve q u ' on o b s e
r ve à la sur f a ce d es l a n g u es n a t u r e l l e s, p u i s q u ' a l o rs la
p r é d i c a t i on ne p o r te p l us d i r e c t e m e nt s ur un s e g m e nt du d e v e n
ir ma is s ur u ne d es m o d u l a t i o ns
q ui en mo d i f i e nt le c o u r s, et p r o d u i s e nt ainsi du v o u l o i r, du devoi r, e t
c. ; il s ' agit en q u e l q ue s o r t e,
p o ur p a r l er un p eu c a v a l i è r eme n t, n on p as du c h a n g eme n t, mais du
« c h a n g e m e nt du c h a n g e m e n t ».
Dans le c as de l ' a s p e c t u a l i s a t i o n, les m o d u l a t i o ns du d e v e n ir a f f e
c t ent l es p r o c ès mis en
d i s c o u r s, a lors q u ' i ls s o nt déjà a c t u a l i s é s, et y d é t e r m i n e nt d es s
eui ls et d es l imi t e s, d es p h a s es et
d es t r a n s i t i o n s, ma is aus si b i en sûr, g r â ce à la r é i n t r o d u c t i on du t e
m ps et de l ' e s p a c e, de la vi t e s se :
il s'agit a l o rs d es f o rmes du d é r o u l e m e nt et de la s t r u c t u re i n t e r ne d
es s e g m e n ts de p a r c o u rs q u ' on
a p p e l le les p r o c è s.
1 Voir à ce sujet Claude Zilberberg, «Présence de Wôlflin», dans Nouveaux Actes
sémiotiques, Limoges, PULIM, n
0
* 23-24
(1992), ainsi que J a cques Fontanille, «le Ralentissement et le rêve. À p r o p os de
VÉloge de l'ombre de Tanizaki», ibid., n° 26 (1993),
à paraître.
M o d u l a t i o ns
C o n v o c a t i on /
et mi se en /
d i s c o u rs /
A s p e c t u a l i s a t i o ns
\ C o n v e r s i on et
\ c a t égor i-
\ s a t i on
M o d a l i s a t i o ns
158 SÉMIOTIQUE DES PASSIONS. DES ÉTATS DE CHOSES A UX ÉTATS D'ÂME
C e t te p r é s e n t a t i on e st c o n f o rme à l ' i n t u i t i on l i n g u i s t i q u e, p u i
s q ue l es m o r p h o l o g i es m o d a l es
et les m o r p h o l o g i es a s p e c t u e l l es s o nt s o u v e nt t r ès p r o c h e s, et
pa r fois m ê me en p a r t ie c o n f o n d u es
ou amb i v a l e n t e s, d a ns l es l a n g u es n a t u r e l l e s; t o us l es l i n g u i s t
es c o n t e m p o r a i ns l es c l a s s e nt t o u t es
d e ux d a ns la «visée é n o n c i a t i v e
2
», et c o m me faisant a p p el au m ê me g e n re d ' o b s e r v a t e u r. Bi en
e n t e n d u, e l le o b l i ge à un r e m a n i e m e nt du p a r c o u rs génératif, q ui ne
p e ut p l us ê t re l i n é a i re : l ' augm e n t a t i on p r o g r e s s i ve du s e ns p ar
c omp l e x i f i c a t i on d es a r t i c u l a t i o ns e st l imi t ée au p l an s émi
onarratif, et le p a r a l l é l i sme e n t re la c o n v e r s i on et la c o n v o c a t i on
(ma is aus si l e ur n a t u re profond é m e nt di f f é r ent e) r u i ne l ' e s p o ir de p o
u v o ir p e n s er un j o ur ce « p a r c o u r s» c o m me un c h e m i n em e nt u n i
q ue et r e c t i l i g n e.
Ma d e u x i è me o b s e r v a t i on c o n c e r ne le t y pe de r a t i o n a l i té mi se
en œ u v re d a ns c e t te affaire. Je
ne suis p as s ûr q ue les c o l l è g u es d es s c i e n c es de la n a t u r e, et en p a r
t i c u l i er c e ux q ui s ' o c c u p e nt
d ' é n e r g i e, de t h e r m o d y n a m i q ue ou de p h y s i q ue q u a n t i q u e, s e r
a i e nt t r ès h e u r e ux d ' a p p r e n d re
q u ' i ls p a r t i c i p e nt d ' u ne a u t re r a t i o n a l i té q ue c e l le d es m a t h é m
a t i q u e s. P o ur ce q ui c o n c e r ne la
l i n g u i s t i q ue et la s é m i o t i q u e, on a au mo i ns u ne c e r t i t u de : René T
h o m, J e an P e t i t o t, Wol fgang
Wi ldgen, Per Aage Br andt, n o t a m m e n t, o nt m o n t ré à l ' e n vi q ue l ' i n s t a
b i l i té et la s t a b i l i t é, le
c o n t i nu et le d i s c o n t i n u, l ' é n e r g é t i q ue et le t o p o l o g i q u e, e t c .,
é t a i e nt m a t h é m a t i s a b l es et q u e,
j u s t e m e n t, les h a b i t u d es forma l i s t es i s s u es d es a n n é es 50-60 é t a i e
nt p l us l o g i c i s t es q ue ma t h émat i q u es à p r o p r e m e nt p a r l e r.
Ce n ' e st p as p a r ce q ue la t h é o r ie d es p a s s i o ns e st a m e n ée à i n t é g
r er d es c o n s i d é r a t i o ns s ur d es
«flux», s ur l ' « i n t e n s i t é », s ur l ' i n s t a b i l i té a c t a n t i e l l e, s ur la l o g
i q ue d es f o r c es ( p l u t ôt q ue d es
p o s i t i o n s ), q ue s es a u t e u rs o nt a d o p té u ne p o s i t i on a n t i - m a t h é
m a t i q u e. Ce n ' e st p as p a r ce q u ' i ls
o nt é té c o n d u i ts à p o s t u l er u ne s o r te d ' e s p a ce t ens if q u i, t o u t es
p r o p o r t i o ns s é m i o t i q u es g a r d é e s,
s e r a it l ' é q u i v a l e n t, soit de l ' é n e r g ie en p h y s i q u e, soit d es p r o b a
b i l i t és s t a t i s t i q u es en b i o l o g i e,
q u ' i ls o nt é té t e n t és de p r ô n er je ne sais q u el o r g a n i c i sme é n e r g é t
i q u e. On t r a i te a u j o u r d ' h ui d es
p h é n o m è n es cognitifs liés à la p e r c e p t i on et à l ' émo t i o n, d a ns l es r e c
h e r c h es d i t es c o n n e x i o n n i s t e s,
à l ' a ide de r é s e a ux n e u r o n a ux forme ls q ui s o nt t h é o r i s és p ar d es m
a t h é m a t i c i e ns et d es p h y s i c i e ns
f o rmés à l ' é c o le de la t h e r m o d y n a m i q u e: il n 'y a d o nc p as d ' i n c o m
p a t i b i l i té de p r i n c i p e.
Le s o u ci de c o n t i n u er à a r t i c u l er l es g r a n d e u rs u t i l i s é e s, à p a r a
d i g m a t i s er et à s y n t a gma t i s er la
r e p r é s e n t a t i on s é m i o t i q ue d es p a s s i o ns n ' e st d o nc p as i n c o m p
a t i b le a v ec les n o u v e l l es p r é o c c u p at i o ns « t e n s i v es » a f f i ché es d
a ns Sémiotique des passions. Même si on t i e nt à l es a p p e l er d es « a s p e ct u a
l i s a t i o ns », les m o d u l a t i o ns du d e v e n ir d o i v e nt ê t re a r t i c u l é es p
o ur ê t re i n t e l l i g i b l e s. Mais ce q ui
e st a r t i c u lé e st «c a l cul abl e», n o us r e p r o c he en q u e l q ue s o r te M
mc
W i k t o r o w i c z; p o ur ma p a r t,
j ' e n t e n ds «c a l cul abl e» c o m me «conna i s s abl e» et « p r é v i s i b l e »: c o
m m e nt faire mo i n s?
2 Voir Bernard Pottier, Sémantique générale, Paris, PUF, 1992.
159 ÉTUDES LITTÉRAIRES VOLUME 25 N° 3 HIVER 1992-1993
Le défi l a n cé à la s e m i o t i q ue e st j u s t e m e nt là : p e u t - e l le r e n d re c o
m p te d es p a s s i o ns s ans « p e r d re
s on âme », s ans r é i n t r o d u i re d a ns sa p r o p re m é t h o d o l o g ie l ' i m p r
e s s i o n, la c o n f u s i o n, le v é c u, le
s e n t i, e t c .? En ce q ui me c o n c e r n e, je t r o u ve m ê me q u e, d a ns
Semiotique des passions, l ' e s p a ce
t ens if n ' e st p as a s s ez a r t i c u l é, e st e n c o re t r op intuitif. C e t te p r é o c
c u p a t i on e x p l i q ue l ' i m p o r t a n ce
a c c o r d é e, d a ns l es d e u x i è me et t r o i s i è me c h a p i t r e s, à la q u a n t i
f i c a t i on et à s es m o d u l a t i o ns
qualitatives
3
, q ui f o u r n i s s e nt d es a r t i c u l a t i o ns i n a t t e n d u e s, ma is déjà o p é r a
t o i r e s. Dans le m ê me
s e n s, je f o n de de g r a n ds e s p o i rs d a ns les r e c h e r c h es a c t u e l l es s
ur le t e m p o.
Un a u t re p r o b l è me e st c e l ui de la praxis é n o n c i a t i ve et de l ' i m p o r t
a n ce d es o r g a n i s a t i o ns
c u l t u r e l l e s, i d i o l e c t a l es et s o c i o l e c t a l e s. «Ne r i s q u e r a i t - on p
as de b a s c u l er d a ns u ne p s y c h os o c i o l o g i e ? », s ' i n t e r r o ge M
me
W i k t o r o w i c z. Je ne vois p as t r ès c l a i r e m e nt d ' où v i e nt le d a n g e
r,
ma is ce q ue je sais, c ' e st q ue n o us a v o ns a b s o l u m e nt v o u lu é v i t er
de t r a i t er d es p a s s i o n s, d ' u ne
p a rt e x c l u s i v e m e nt de l ' i n t é r i e ur d ' u ne c u l t u re — la n ô t re — e t,
d ' a u t re p a r t, de m a n i è re si
g é n é r a le q u ' on ne p u i s se p l us r i en a p p r e n d re d es p a s s i o ns - effets
de s e n s, et q u e, p o ur c e l a, il
fallait à la fois p a r t ir d es effets de s e ns a u x q u e ls n o us avions a c c ès d a ns
n o t re p r o p re c u l t u r e, et
n o us d o n n er les m o y e ns (à n o u s -mêmes et à n os l e c t e u r s) d ' en c e r n
er les l imi t es et les d é t e rm i n a t i o ns c u l t u r e l l e s.
Il r e s te q ue l ' i n s t a n ce q ui doit p r e n d re en c h a r ge l ' a r t i c u l a t i on
de l ' u s a g e, du c u l t u r e l, du s émiona r r a t if et de l ' e s p a ce t ens if e st s
e u l e m e n t, d a ns Semiotique des passions, mi se en p l a ce et définie
s o us l ' a p p e l l a t i on «praxis é n o n c i a t i v e ». Avant de n o us d e m a n d er
si c e t te i n s t a n ce n o us m e t t a it
en d a n g er de p s y c h o - s o c i o l o g i s a t i o n, il n o us fallait, de fait, n o us m
e t t re au t r a v a i l: c ' e st c h o se
faite, p u i s q ue le t h è me du Sémina i re i n t e r s é m i o t i q ue de Pa r i s, au m o
i ns p o ur d e ux a n n é es cons é c u t i v e s, e st j u s t e m e nt «la praxis é n o n c i
a t i v e ». C o n c e r n a nt un d es p r o d u i ts de c e t te praxis, le
s c h é ma p a t h é m i q ue c a n o n i q u e, je me suis e x p l i q ué l o n g u e m e nt
d a ns un a r t i c le à p a r a î t re d a ns
Protée, a u q u el je r e n v o ie v o l o n t i e rs le l e c t e u r.
Plus g é n é r a l e m e n t, on n o us a s o u v e nt déjà r e p r o c h é, d ' un c ô té d ' a
v o ir d é l i b é r é m e nt é c a r té la
p s y c h a n a l y se de n o t re h o r i z on — s i n on p o ur l ' é v o q u er c o m me
u ne d es a p p r o c h es a n t é r i e u r es de
l ' u n i v e rs p a s s i o n n e l
4
— e t, de l ' a u t r e, d ' a v o ir e x c e s s i v e m e nt «cul tur a l i s é» et «socialisé»
l ' u n i v e rs
p a s s i o n n e l. De fait, on le c o m p r e nd f a c i l eme n t, c es d e ux c h o ix v o
nt de p a i r, et ils s o nt
s t r a t é g i q u es : c o m m e nt p o u v o n s - n o us e s p é r er a u g m e n t er n o t
re c o n n a i s s a n ce d es p a s s i o n s, a p r ès
q ue d es p h i l o s o p h e s, d es t h é o l o g i e n s, d es p s y c h o l o g u e s, d es p
s y c h a n a l y s t e s, p e n d a nt p l us de
t r e n te s i è c l e s, a i e nt t o us ou p r e s q ue e m p r u n té c e t te v o ie « p s y c
h o l o g i q u e »? Qu el p e ut ê t re l ' app o rt or iginal et s p é c i f i q ue de la d i s
c i p l i ne s e m i o t i q ue sur u ne q u e s t i on d o nt p r e s q ue t o u t es les
3 On p e ut consul t er à ce p r o p o s, c omme un prolongement de c es pr éoc cupa t
ions, J a cques Fontanille éd., la Quantité et
ses modulations qualitatives, Limoges/Amsterdam, PULIM/Benjamins, 1992.
4 Peut-être est-ce le sens de l'allusion finale à la «Métapsychologie» dans la conclusion
de M
mc
Wiktorowicz?
160 SÉMIOTIQUE DES PASSIONS. DES ÉTATS DE CHOSES AUX ÉTATS D'ÂME
a u t r es d i s c i p l i n es o nt déjà m o n t ré la d i m e n s i on i n d i v i d u e l le et
p s y c h i q u e? Mais c es c h o ix s o nt
aussi é p i s t é m o l o g i q u e s. En effet, le c a r a c t è re s o c i o c u l t u r el du m o
n de d es p a s s i o ns ( et n on p as d es
p u l s i o ns ou m ê me de l'affectivité en g é n é r al !) é t a it u ne h y p o t h è se de
t r ava il q ui n o us p e r m e t t a it
de r e s p e c t er l ' i n t u i t i on l i n g u i s t i q ue la p l us o r d i n a i re : l ' u n i v e
rs d es effets de s e ns p a s s i o n n e l s, t o ut
c o m me c e l ui d es l e x è m es p a s s i o n n e l s, e st d é c o u pé et o r g a n i sé
d i f f é r emme nt p ar c h a q ue c u l t u r e,
de s o r te q u ' on n ' é p r o u ve u ne p a s s i on p a r t i c u l i è re q ue d a ns la m
e s u re où la c u l t u re à l a q u e l le on
a p p a r t i e nt la r e c o n n a î t, et n o us a a p p r is à la r e c o n n a î t r e
5
.
En o u t r e, B e n v e n i s te c o n s i d é r a it q u ' u ne d es p r e m i è r es c o n d i t
i o ns du s e n s, c ' e st la c o n d i t i on
d ' i n t e r s u b j e c t i v i té ( a v a nt m ê me l ' i n t e n t i o n n a l i t é, s e l on lui ),
d a ns la m e s u re où il se p l a ç a it
d ' e m b l ée d a ns la p e r s p e c t i ve du d i s c o u rs et de l ' u s a g e. Si la p a s s
i on e st un o b j et p o ur la
s é m i o t i q u e, elle ne p e ut l ' ê t re q u ' en t a nt q u ' e l le signifie en d i s c o u
r s; or elle ne signifie q ue g r â ce
à l ' a s s o m p t i on d ' au m o i ns un a u t re suj et q ue c e l ui q ui é p r o u ve la
p a s s i on : c et a u t re sujet p e ut ê t re
la c u l t u re t o ut e n t i è r e, l ' i n d i v i du lui -même en t a nt q u ' il é n o n ce
et c o n v o q ue s on p r o p re u n i v e rs
i d i o l e c t a l, un g r o u pe ou un p a r t e n a i r e.
La p a s s i on v é c ue et r e s s e n t ie e st é v i d e m m e nt d ' o r d re i n d i v i d u
el et p s y c h o l o g i q u e; b i en sûr, le
s e ns q u ' e l le p e ut r e c e v o ir p e ut ê t re lui aus si s t r i c t e m e nt i n d i v i d
u el et s i n g u l i e r. Mais le fait q u ' e l le
ait un s e n s, q ui justifie q u ' on l ' e x p l o re a v ec d es i n s t r u m e n ts forgés
au s e in d es s c i e n c es du langage, r e p o se s ur u ne a s s o m p t i on c o l l e c
t i ve ( l a rge ou é t r o i t e) d es f o rmes c u l t u r e l l es q ui l ' a c tual i s ent c o
m me effet de s e n s.
Jacques Fontanille
Un i v e r s i té de Limoges
5 Pour ne citer q u ' un exempl e, un de mes étudiants en thè s e, d'origine c o r é e n n
e, est en train de t e n t er de circonscrire ce qui cor r e spond dans sa culture à la
«jalousie», en écho au troisième chapitre de Sémiotique des passions: il ne parvient
pas à y retrouver l'«attachement», si dé t e rminant en français.
143
Malika Meksem
Doctorante, Université de Tizi-Ouzou
Mots-clés : Sujet - passion, pitié - pitié-mépris - pitié-compassion – simulacre - schéma
passionnel.
Abstract: This article which examines the forms of pity in La modification of Michel
Butor, bears on questions that refer to the semiotics of the passions, especially those
within the discursivation moods. This new field of investigation is mainly nourished from
the concrete analysis of literary texts. And this is the cause of this simple intervention
wich studies a text of one of the most illustrious La modification is the story of a
transformation process that affects the project, the representations and perceptions
of the character, but also his passions, among others, pity, and especially two of its
coexisting forms, that are called, according to Jacques Fontanille, pity-scorn and pity of
compassion. Our approach wich is located far from a psychological perspective or even
psychoanalytical or philosophical, is based on a semiotic approach, namely the theory
of Greimas and his followers (J. Fontanille, D. Bertrand, C. Zilberberg, A. Henault
Our objectiv is to identify the different forms of this passion, but also to describe .(...
their discursive development in the text to establish then the passional configurations
passionate and textual representations of these forms of pity.
Keywords: The subject – passion - pity, pity-scorn, pity of compassion, travesty,
passional scheme.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes
dans La Modification de Michel Butor
Résumé : Cet article, consacré aux formes de la pitié dans La Modification de
Michel Butor, prend appui sur des questions qui renvoient à la sémiotique des
passions, notamment à celles qui relèvent de la discursivation des états d’âme.
Ce nouveau champ d’investigation se nourrit essentiellement de l’analyse
concrète des textes littéraires. La Modification est l’histoire d’un processus de
transformations qui affecte les projets, les représentations et les perceptions
du personnage, mais aussi ses passions, entre autre, la pitié, et notamment
deux de ses deux formes que Jacques Fontanille nomme la pitié-mépris et
la pitié-compassion. Notre approche loin de se situer dans une perspective
psychologique ou même psychanalytique ou philosophique, se fonde sur la
sémiotique de Greimas et ses continuateurs (J. Fontanille, D. Bertrand, C.
Zilberberg, A. Hénault…). Il s’agit de déceler les différentes formes de cette
passion, mais aussi de décrire leur mise en discours dans le texte pour en
dégager les configurations passionnelles et les représentations textuelles. 144
‫ ﻫﺫﺍ ﺍﻟﻌﻣﻝ ﺍﻟﻣﺗﻭﺍﺿﻊ ﻋﻠﻰ ﻧﺹ‬.‫ﻫﺫﺍ ﺍﻟﻣﻘﺎﻝ ﻳﺗﻧﺎﻭﻝ ﺩﺭﺍﺳﺔ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﻭ ﺃﺷﻛﺎﻟﻬﺎ ﻓﻲ ﻧﺹ " ﺍﻟﺗﻐﻳﺭ" ﻟﻣﻳﺷﺎﻝ ﺑﻳﺗﻭﺭ‬: ‫ﺍﻟﻣﻠﺧﺹ‬
‫ﺃﺣﺩ ﺃﻟﻣﻊ ﻛﺗﺎﺏ ﺍﻷﺩﺏ‬
‫ﺍﻟﻣﻌﺎﺻﺭ ﻳﻌﺗﻣﺩ ﻋﻠﻰ ﺳﻳﻣﻳﺎﺋﻳﺔ ﺍﻟﻌﻭﺍﻁﻑ ﻭ ﺍﻷﻫﻭﺍء ﻭ ﻳﻁﺭﺡ ﺇﺷﻛﺎﻟﻳﺔ ﻅﻬﻭﺭ ﺍﻟﻌﻭﺍﻁﻑ ﻓﻲ ﺍﻟﻧﺻﻭﺹ ﺍﻷﺩﺑﻳﺔ ﻭ ﻛﻳﻔﻳﺔ‬
‫ ﺗﻌﺗﺑﺭﺭﻭﺍﻳﺔ " ﺍﻟﺗﻐﻳﺭ‬.‫"ﺗﺣﻠﻳﻠﻬﺎ‬
‫ ﺗﺻﻭﺭﺍﺕ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ ﻟﻳﻭﻥ ﻭﺃﻳﺿﺎ ﻋﻭﺍﻁﻔﻪ ﻭ ﻣﻧﻬﺎ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﺍﻟﺗﻲ ﺗﺷﻛﻝ ﻣﺣﻭﺭ‬،‫ﻗﺻﺔ ﺗﺣﻭﻻﺕ ﺗﻁﺭﺃ ﻋﻠﻰ ﻣﺷﺎﺭﻳﻊ‬
‫ ﻓﻲ ﻫﺫﻩ ﺍﻟﻘﺻﺔ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ‬.‫ﺩﺭﺍﺳﺗﻧﺎ‬
‫ ﻟﻛﻧﻪ ﻳﻔﻛﺭ ﺃﻳﺿﺎ ﻓﻲ ﻁﺭﻳﻘﺔ ﺍﻻﻧﻔﺻﺎﻝ ﻋﻧﻬﺎ ﺩﻭﻥ ﺍﻟﺗﺳﺑﺏ ﻓﻲ‬.‫ﻟﻳﻭﻥ ﻻ ﻳﻛﻑ ﻋﻥ ﺍﻟﺳﺧﺭﻳﺔ ﻣﻥ ﺯﻭﺟﺗﻪ ﻭ ﺍﺣﺗﻘﺎﺭﻫﺎ‬
‫ ﻭ ﻣﻥ ﻫﻧﺎ ﺗﻅﻬﺭ ﺇﺯﺩﻭﺍﺟﻳﺔ‬.‫ﻣﻌﺎﻧﺎﺗﻬﺎ‬
‫ ﻓﻬﻧﺎﻙ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﺣﺗﻘﺎﺭ ﻭ ﺳﺧﺭﻳﺔ ﻭ ﺍﻟﺗﻲ ﺗﺩﻋﻰ ﺍﻻﺯﺩﺭﺍء ﻭ ﺃﺧﺭﻯ ﺗﻣﻳﻝ ﺇﻟﻰ ﺍﻟﺗﺄﺳﻑ ﻭ ﺍﻟﺭﺣﻣﺔ ﻭ‬،‫ﻋﺎﻁﻔﺔ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﻓﻲ ﺍﻟﻧﺹ‬
‫ ﺗﺣﻠﻳﻠﻧﺎ‬.‫ﺗﻘﺎﺳﻡ ﺷﻘﺎء ﺍﻵﺧﺭﻳﻥ‬
‫ ﻭ ﻓﻲ ﺍﻷﺧﻳﺭ ﻧﺳﺗﺧﻠﺹ ﻣﺧﻁﻁ‬،‫ﻟﻬﺫﻩ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ ﻳﻧﺣﺻﺭ ﻋﻝ ﺍﺳﺗﺧﺭﺍﺝ ﺍﻟﺗﻣﺛﻳﻝ ﻭ ﺍﻟﺗﺻﻭﻳﺭ ﺍﻟﻧﺻﻲ ﻟﻣﺧﺗﻠﻑ ﺃﺷﻛﺎﻟﻬﺎ‬
‫ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ ﻟﻠﺷﺧﺻﻳﺔ ﻟﻳﻭﻥ‬.
‫ ﻣﺧﻁﻁ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ‬- ‫ ﺍﻟﺗﻣﺛﻳﻝ‬- ‫ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﻟﺭﺣﻣﺔ‬- ‫ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﻻﺯﺩﺭﺍء‬- ‫ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ – ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ‬- ‫ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ ﺍﻟﻔﺎﻋﻝ‬: ‫ﺍﻟﻛﻠﻣﺎﺕ ﺍﻟﻣﻔﺗﺎﺣﻳﺔ‬.
Nombreux les lecteurs pour qui l’histoire de La Modification semble assez
simple, peuvent la résumer comme suit : un homme de quarante cinq ans, Léon
Delmont, prend le train pour Rome afin de retrouver Cécile, sa maîtresse avec
qui il souhaite commencer une nouvelle vie. Cependant, au cours du voyage,
sa conscience se modifie, ses projets se transforment. Il décide de ne pas aller
voir Cécile et de rester avec sa femme à Paris.
En réalité, un complexe processus de transformations a affecté les projets
de ce dernier, ses perceptions et ses représentations, mais surtout il n’a pas
épargné ses états d’âme, ses sentiments à l’égard des deux femmes : Cécile/
Henriette. Partant de la pitié que lui inspire sa femme, de l’amour qu’il porte
à Cécile, son amie romaine, jusqu’à sa passion d’écrire, notre travail se limite
à la description d’une seule passion, la pitié, sa mise en discours dans le texte.
Nous commencerons par la description du sujet passionnel, ensuite nous
discuterons les différentes acceptions de cette passion. Nous dégagerons,
enfin, ses représentations textuelles. Nous solliciterons bien entendu les outils
théoriques de la sémiotique dite des passions.
1. Le sujet passionnel dans La Modification : Léon
Parallèlement au trajet qui mène le sujet Léon de Paris à Rome, un mouvement
intérieur (réminiscences, imagination, rêve et anticipation) se déroule à son
insu : « C’est le mécanisme que vous avez remonté vous même qui commence
à se dérouler presque à votre insu » (21).
Cet énoncé montre bien que Léon fonctionne comme une machine programmée.
Ce qui marque son passage du statut du sujet, voulant se libérer du joug de
sa vie parisienne, à celui de « marionnette » (J.-Cl Coquet, 1984 : 41), voire
du non sujet. Ce passage du statut du sujet à celui du non sujet ôte à Léon sa
volonté. Ainsi, sa conscience ne s’éveille pas par un effort volontaire, mais par
réaction des images, des détails les uns aux autres, ainsi que par l’influence
du monde extérieur. Autrement dit, ce sont les circonstances, les objets et les
paysages extérieurs qui ont mis en branle sa conscience, éveillent sa mémoire.
De ce point de vue, il lui suffit de tourner les yeux vers la fenêtre pour voir
« les cheveux autrefois noirs d’Henriette, et son dos détachant devant la première
lumière terne décourageante, doucement, brusquement, au travers de sa chemise de
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem145
nuit blanche transparente » (16), mais aussi d’ouvrir sa valise pour que les objets qu’elle
contienne lui permet d’entendre « […] les chamailleries des garçons qui devraient
pourtant à leur âge être devenus capables de se supporter mutuellement […] » (25).
Il est significatif que ces réminiscences surgissent rapidement sans que la
volonté du sujet y soit pour quelque chose. Par leur célérité, elles pénètrent
profondément l’être du sujet. De même, Léon n’assume pas son acte, car il
ne veut pas, en réalité, retrouver son passé, mais ces réminiscences émergent,
affluent à son insu sans pouvoir les chasser ou les arrêter. C’est ainsi qu’il se perd,
se fige « comme un somnambule » (196). Il est, en fait, englué dans les objets
et les paysages, dépassé par les nouvelles circonstances du voyage, la vitesse du
train, écrasé, voire désintégré. Ce sont les réminiscences, les rêves, ainsi que le
monde qui l’entoure, qui ont prise sur lui. Il perd, de ce fait, le contrôle de ce
mouvement intérieur, sombre dans l’indécision, l’incompréhension, voire dans
l’ignorance :
« Je ne sais quoi faire, je ne sais plus ce que je fais ici » (195).
« Impuissant, vous assistez à cette trahison de vous-même » (150).
Peu à peu, sa conscience se transforme imperceptiblement
« sans que vous parveniez à freiner cette hideuse déliquescence » (209). Il se dit
alors : « s’il n’y avait pas eu ces gens, s’il n’y avait pas eu ces objets et ces images
auxquels se sont accrochées mes pensées de telle sorte qu’une machine mentale s’est
constituée, faisant glisser l’une sur l’autre les régions de mon existence au cours de
ce voyage […] s’il n’y avait pas eu cet ensemble de circonstances, […] peut-être cette
fissure béante en ma personne ne serait elle pas produite […] » (276).
Enfin, ce mouvement intérieur a permis, pour la première fois, à Léon d’être
en totalité lui-même avec sa lâcheté et ses différents états d’âme. C’est de
ses réminiscences et de ses anticipations qu’émanent ses passions : la pitié,
l’amour et la passion d’écrire. C’est aux configurations passionnelles de la pitié
que nous nous intéressons uniquement.
2. La pitié
2.1. Définitions
La pitié constitue une passion dont l’histoire remonte à la grandeur du peuple
romain. Elle désigne ce sentiment consistant à « reconnaître tous les devoirs
à l’égard de la famille, de la patrie et des dieux » (J. Fontanille, 2005 : 1). Le
dictionnaire, Le Robert, distingue deux définitions différentes : la première
positive, la définit comme une forme de « sympathie qui naît de la connaissance
des souffrances d’autrui et fait souhaiter qu’elles soient soulagées », alors que
la seconde la considère comme un « sentiment de commisération accompagné
d’appréciation défavorable ou de mépris ». D’où l’adjectif piteux, servant à
désigner une personne qui inspire une pitié mêlée de mépris par sa médiocrité
ou son aspect misérable.
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel
Butor146
En effet, la pitié, visant à compatir avec l’autre, présuppose la compassion ; la
pitié-mépris ne s’appuie pas sur la compassion, mais « sur la reconnaissance de
l’état dysphorique (souffrance ou abaissement) de l’autre » (J. Fontanille, 2005 :
1). De plus, la pitié visant à « compatir avec » repose sur la constitution d’un
acteur collectif ou duel, puisqu’il s’agit de quelque chose que nous ressentons
par adhésion aux souffrances et aux maux d’autrui, voire par conjonction avec
quelqu’un, alors que la pitié-mépris repose sur une relation répulsive, voire
disjonctive, « entre celui qui plaint et celui qui est à plaindre » (J. Fontanille,
2005 : 2). C’est dans cette perspective que la pitié compassion se fonde sur une
« orientation unipolaire » (J. Fontanille, 2005 : 2), la souffrance d’un acteur est
partagée par les autres acteurs; alors que, la pitié, dans sa forme méprisante,
reflète les jugements. Eu égard à ce qui précède, la pitié, dans sa forme positive,
« est une absorption de la dysphorie de l’un par l’autre. » (J. Fontanille, 2005 :
2), et la pitié méprisante est un simple « renvoi de la dysphorie sur celui dont
elle émane » (J. Fontanille, 2005 : 2). Donc, l’absorption et le reflet constituent
les deux réactions du corps face au spectacle de la souffrance d’autrui.
Loin de faire une analyse purement lexicale, notre objectif s’oriente vers l’étude
des représentations de ces formes de pitié en présence dans notre texte. Partagé
entre la pitié-mépris que lui inspire sa femme et la pitié compassion, Léon ne
cesse de rabaisser le statut de cette dernière, mais aussi de se poser la question :
comment rompre sans faire souffrir la femme que l’on délaisse ?
2.2. Vers une syntaxe de la pitié
Dans le scénario de la pitié, il y a souvent deux protagonistes : d’une part,
celui qui donne et, d’autre part, celui qui reçoit et qui peut aussi se trouver
en situation de demandeur. De ce point de vue, la pitié constitue une aide,
elle s’accompagne immédiatement d’un plaisir qui émane du soulagement, de
la satisfaction d’autrui et de soi. Ce plaisir reçu constitue une demande de
continuation. Dès lors, la pitié prend la forme d’un contrat d’échange, appelé,
selon Jacques Fontanille, « une obligation », dont les partenaires sont appelés
respectivement l’obligateur et l’obligataire.
2.3. La pitié mépris/La pitié compassion
Rappelons, une fois de plus, que notre intention n’est pas de faire une analyse
psychologique, mais d’étudier les différentes formes de la pitié telles qu’elles se
déploient dans le roman.
En effet, selon Jacques Fontanille, la pitié, dans ses différentes formes,
implique que l’autre soit dans un état de détérioration, autrement dit, dans
une situation dysphorique. Cette dernière n’est pas sans conséquence, elle est,
en fait, soumise à des appréciations. Ces dernières peuvent être participatives;
nous nous mettons alors à la place d’autrui, nous partageons ses souffrances.
Bref, nous compatissons à ses douleurs. Cependant, l’appréciation « peut être
[…] évaluative, et c’est alors que la seule manifestation du jugement devient
dépréciative (il y entre « quelque chose de mépris ») » (J. Fontanille, 2005 :
3). C’est de cette deuxième forme de la pitié, de cette dépréciation, qu’il est
question au début du roman.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem147
Nous pouvons déclarer que c’est la vie parisienne du sujet Léon qui est la
source de son état d’âme : la pitié-mépris. Ainsi, Léon ne cesse de qualifier
négativement, comme le montrent les énoncés ci- dessous, les moindres gestes
de sa femme :
« […] resserrant avec sa main droite son col orné d’une piètre dentelle inutile sur sa
poitrine affaissée » (16).
« […] levant son bras nu, dont elle a noué nerveusement le cordon soyeux, et qui lui
donnait un air de malade avec ses traits tirés, soucieux, soupçonneux » (17).
« si elle (Henriette) s’est levée ce matin pour vous servir, c’est simplement par la
mécanique de l’habitude, par une certaine pitié au plus, toute colorée de mépris » (18).
« Il est plus clair que des deux (femme) c’est elle (Henriette) la plus lasse » (18).
« Jamais elle n’avait confiance en vous » (35).
« […] lorsqu’elle est sortie dans le corridor pour appeler Madeleine, avait son regard
morne, épuisé, son regard de morte, avec cette flamme de soupçon quand elle vous a vu,
de rancune, ce mépris dont elle vous accable comme si vous étiez responsable de son trop
évident amoindrissement » (39).
« […] ce cadavre de femme continuant illusoirement des gestes utiles » (39).
« Ah, comme elle (Henriette) vieillissait ! » (35).
« Depuis cette lourde ombre tracassière […] cette horrible caricature » (40).
La succession des figures dépréciatives : « cette horrible caricature », « regard
morne, épuisé, son regard de morte », « un air de malade », met l’accent sur
l’état défavorable dans lequel se trouve Henriette, mais aussi sur le mépris
qu’inspirent ses gestes à son mari. De plus, ces figures marquent la discordance
et la disjonction entre les deux acteurs : Léon et Henriette. Cette disjonction
est rendue manifeste dans le roman par les silences, le soupçon et le manque
de confiance, caractérisant les relations des deux acteurs :
« Certes, il n’y avait pas de douceur dans son regard à ce moment là […] incapable de
vous faire confiance […] » (17).
« Vous avez considéré la malheureuse Henriette dormant sur l’autre bord du lit, ses
cheveux déjà un peu gris étalés sur le traversin, la bouche entrouverte, séparée de
vous par une infranchissable rivière de lin » (42).
Outre la caractérisation dysphorique d’Henriette, nous assistons, dans La
Modification, à la mise en scène des différences lors du séjour de Cécile à
Paris. En introduisant sa maîtresse chez lui, le sujet Léon veut en quelque
sorte provoquer une situation où sa femme sera contrainte de reconnaître les
qualités de sa maîtresse et, par conséquent, d’avouer son infériorité. Donc,
nous assistons à la stigmatisation d’Henriette. Toutefois, cette mise en scène
des différences n’a fait que révéler au sujet Léon l’égalité des deux femmes.
Rappelons que la pitié-mépris n’absorbe pas les différences, les renvoie sur
celui dont elle émane, affirme son infériorité. Dans notre texte, le sujet Léon
constitue une sorte de miroir, renvoyant à Henriette des jugements implicites.
C’est pourquoi elle ne cesse de le soupçonner, d’essayer de le persuader. Il est à
signaler, enfin, que l’arrière plan de cette pitié mépris est l’amour. Cependant,
sans savoir pourquoi, le sujet Léon voit se desserrer ce lien qui l’unit à sa
femme. En outre, la rencontre d’une autre femme, Cécile, avec qui le parallèle
peut être établi, remet en cause le statut d’Henriette, voire la rabaisse. Il la
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel
Butor148
considère alors comme « une pauvre femme malheureuse qui voudrait me faire
couler avec elle dans son ennui » (178). C’est pourquoi il décide de la quitter.
Ainsi, la pitié-mépris constitue, selon l’expression de Jacques Fontanille,
« l’atmosphère » partagée par les deux actants. En dévalorisant, en rabaissant le
statut de sa femme, le sujet Léon, en réalité, se rabaisse lui-même. Désormais
la pitié-mépris se substitue à leur amour, les plonge dans une plainte muette,
silencieuse, couronnée par la fuite du sujet Léon. C’est ainsi qu’Henriette
perd ses prestiges, passe de l’état de la femme désirée à celui de la femme
répugnante. Son parcours modal peut être configuré comme suit :
Désirable (enviable) nuisible
Vouloir être vouloir ne pas être
Ne pas vouloir
ne pas être (non nuisible) ne pas vouloir être (non désirable.)
2.3.1. La perception comme source de la pitié-mépris
Contrairement à la perception du compartiment visant à identifier ce qui est
perçu par le sujet Léon au cours de son voyage, la perception du monde parisien
a des répercussions sur la pensée de ce dernier, suscite son état d’âme de pitié-
mépris. Cette perception permet, en fait, au sujet Léon de saisir l’effondrement
de sa vie parisienne. Plusieurs énoncés ne cessent de montrer la décomposition
de cet univers familial, de mettre l’accent sur le désordre qui y règne :
« […] parmi les vêtements pendus à leurs cintres, aux manches tombant toutes droites
et sans épaisseur, comme elles habillaient les bras raides et filiformes des ombres
impitoyablement ironiques dans leur silence et leurs balancements des précédentes
femmes de Barbe-Bleue […] » (16-17).
« Le cendrier sur la grande table, que l’un d’eux (de ses garçons) a dû voler dans
quelque café » (78).
« les livres scolaires qui avaient dû servir de projectiles » (78).
« (Sa fille Madeleine) affalée sur la bergère, plongée dans la lecture d’Elle » (79).
A cette perception visuelle s’ajoute la perception auditive qui ne fait, comme le
montrent les énoncés ci-dessous, qu’accentuer son mépris, susciter son dégoût :
« Toute cette semaine de cris et de malentendus » (40).
« […] les enfants n’ont pas cessé de ricaner sur leurs assiettes » (37).
« […] vous entendiez les criailleries d’Henri et Thomas dans leur chambre, les
criailleries d’Henriette s’y ajoutant, inefficaces, maladroites […] » (39).
Cet univers parisien constitue aussi un espace de tension. Cette pression atteint
son paroxysme lorsque Jacqueline, la fille de Léon, lui demande des nouvelles
de Cécile : « Tu as revu la dame ? […] Tu sais bien celle qui est venue autrefois
ici » (82) ; alors que sa femme survient à ce moment, « a regardé la petite
avec un tel air que celle-ci s’est mise à rougir et à pleurer » (82). Dès lors, le
sujet Léon ne cesse de s’interroger sur la signification de cette scène : s’agit-il
d’une innocente coïncidence ou d’une quête d’affirmation des hypothèses que
sa famille avait bâties ? Enfin, face à la dégradation, voire au pourrissement de
cette situation, Léon n’éprouve que mépris et dédain.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem149
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel Butor
2.3.2. La compassion
Contrairement à la pitié-mépris qui affirme l’infériorité de l’autre, la
compassion, sentiment de pitié éprouvé devant les maux d’autrui, vise à les
partager, voire à les soulager. Cette forme positive de la pitié se retrouve dans
le roman, marquant le sujet Léon durant son voyage. En effet, même si ce
dernier a fui sa famille, il ne cesse de penser à la future souffrance de sa
femme et à la perturbation de ses enfants. D’ailleurs, il réfléchit à la façon la
plus idoine pour les soulager. Ce dilemme accompagne Léon jusqu’à l’abandon
de son projet. Cette compassion naît de son amour pour ses enfants, de son
souci d’éviter le scandale, de l’incertitude de ses sentiments envers Cécile et,
par conséquent, de sa faiblesse :
« Maintenant Cécile allait venir à Paris et vous demeuriez ensemble. Il n’y aurait pas
de divorce, pas d’esclandre […] tout se passerait fort calmement, la pauvre Henriette
se tairait, les enfants, vous iriez les voir une fois par semaine à peu près » (36).
« Si vous avez hésité si longtemps devant votre amour pour Cécile, c’était à cause
d’eux (des enfants) bien sûr » (79).
De plus, tout au long du voyage, Léon se trouve envahi par un sentiment de
culpabilité. Ce dernier engendre un simulacre où il se voit envahi par la désolation,
tente de soulager sa femme, de partager sa souffrance dont il est l’agent :
« Je t’ai menti, comme tu t’en es bien douté […] c’est uniquement pour Cécile que je
suis allé à Rome […], pour lui prouver que je l’ai choisie définitivement contre toi […],
afin qu’elle me donne cette vie extraordinaire que tu n’as pas été capable de m’apporter
et que moi-même non plus je n’ai pas su t’offrir, je le reconnais, je suis coupable à ton
égard […] je suis prêt à accepter, à approuver tous tes reproches, à me charger de toutes
les fautes que tu voudras si cela peut t’ aider le moins du monde à te consoler, à atténuer
le choc […] tu sais bien que je ne suis pas une si grande perte, ce n’est pas la peine de
fondre en larmes ainsi […] vous savez bien qu’elle ne pleurera nullement, qu’elle se
contentera de vous regarder sans proférer une parole, qu’elle vous laissera discourir sans
vous interrompre, que c’est vous tout seul, par lassitude, qui vous arrêtez […]» (161).
Cette déclaration à la première personne marque la désagrégation du sujet Léon.
Il s’agit, en fait, d’une compassion qui s’adresse à la partie dysphorique de la
personne. Dans cet énoncé, Henriette apparaît comme un être morcelé ; l’adjectif
« incapable » montre bien, qu’en tant actant, il lui manque le / pouvoir faire /.
De plus, même si cette compassion vise les aspects négatifs d’Henriette, nous
décelons une grande compréhension de la part de son mari et qui se manifeste
dans les énoncés prédicatifs : « je reconnais », « je suis coupable à ton égard ». Il
semblerait que nous ayons affaire à une sorte de proposition / refus de contrat où
le sujet Léon vient de parler de sa compassion et Henriette refuse de répondre.
Par ailleurs, l’échec du projet du sujet Léon le condamne à revenir auprès
de sa femme. C’est pourquoi il recourt au pardon pour effacer la différence
antérieure et s’efforce de restaurer ensemble leur passé d’amour :
« […] nous reviendrons ensemble à Rome, dès que les ondes de cette perturbation se
seront calmées, dès que tu m’auras pardonné ; nous ne serons pas si vieux. »(285).150
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem
Issue de son sentiment de culpabilité, voire de sa fragilité, la compassion
constitue, pour le sujet Léon, une manière de se racheter et d’atteindre
l’apaisement. Le non aboutissement de sa quête le pousse jusqu’au pardon,
suspendant ainsi toutes les différences antérieures.
2.4. Les temps de la pitié
Selon Jacques Fontanille, la pitié et la compassion peuvent être rapportées
au sentiment « d’existence partagée ». En s’inspirant d’Heidegger qui oppose
le « Souci » et la « Préoccupation » de l’être avec, il a dégagé la composante
temporelle de la pitié. Ainsi, selon lui, le « Souci » est ouvert, orienté vers l’avenir,
tandis que la «Préoccupation » concerne la situation présente et actuelle de l’être.
Il distingue alors deux types de passions : l’une ouverte, tendue vers l’avenir ;
l’autre restreinte, ne s’occupant que de la situation immédiate de l’être.
C’est à partir de là que Jacques Fontanille a établi un parallèle entre ces formes
d’angoisses existentielles et la pitié. Ainsi, le « Souci » se trouve ouvert comme
la compassion, alors que ; la pitié-mépris, tout comme la « Préoccupation »,
concerne l’actualité, la situation immédiate d’autrui. Ce qui revient à dire que la
pitié-mépris ne peut porter que sur un état actuel, tandis que la compassion peut
être potentielle, sans actualité immédiate, fonctionnant comme une disposition
tendue vers les situations à venir. Bref, elle porte sur un « pouvoir être ».
Eu égard à ce qui précéde, dans La Modification, la pitié-mépris concerne l’état
immédiat, présent, d’Henriette. Elle la fige dans un état actuel de dysphorie.
C’est pourquoi la pitié-mépris peut être rapportée au régime temporel de
l’immédiateté, condamnant, de ce fait, l’autre dans son état d’infériorité. Par
ailleurs, la compassion ressentie par le sujet Léon envers Henriette s’oriente
vers le futur, vers le partage de la souffrance à venir une fois que son projet de
changer sa vie sera réalisé.
2.5. Le schéma passionnel
Le sujet suit, en général, un parcours qui prend la forme d’un schéma passionnel :
Commençons par la disposition : nous avons bien vu que c’est l’effondrement
du monde parisien qui met le sujet Léon en état d’éprouver la pitié mépris.
Autrement dit, la perception de cet univers décomposé le « dispose » à accueillir
cette pitié-mépris. Se succède la sensibilisation, qui constitue la phase de la
transformation pathémique, qui consiste au refus, aux rapports répulsifs entre
les conjoints (Léon et Henriette). Vient ensuite la phase de l’émotion au cours de
laquelle l’image de sa femme ne suscite que son dégoût et sa peur de s’enliser.
C’est pourquoi il la fuit.
Durant le voyage, l’idée consistant à ne pas faire souffrir sa femme l’obsède,
donne naissance à une nouvelle émotion qui prend la forme d’un sentiment de
culpabilité, de douleur morale, résultant d’un jugement éthique équivalent à
une sorte de remords. C’est pourquoi il projette à compatir à la future douleur
de sa femme, dont il constitue l’agent. Le schéma se clôt sur la sollicitation du
pardon de sa femme et, par voie de conséquence, la disparition de toutes les
différences affichées au départ. C’est le retour au passé d’amour. 151
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel Butor
Conclusion
En effet, l’analyse de la pitié nous a amené à remarquer l’ampleur de son
champ dans le roman. Elle est, à la fois, sentiment négatif confinant au mépris
et sentiment positif de compassion. Le sujet Léon vise tantôt à mépriser
Henriette, tantôt à partager sa future souffrance.
La pitié-mépris qu’éprouve le sujet Léon envers sa femme résulte de la
dégradation, voire de la décomposition, de son univers parisien. Dès lors, les
contenus de sa conscience se trouvent marqués par une très forte axiologie
négative d’Henriette, accompagnant la configuration de la pitié-mépris. Cette
dépréciation de sa femme n’est pas sans conséquence. Elle s’accompagne du
bouleversement de son être. L’association de la compassion à la pitié-mépris
souligne, une fois de plus, la fragilité et le déchirement de l’être de Léon. C’est
pourquoi il choisit le repos, préfère le retour à l’épouse, aux origines de leur
amour, faisant, par ce fait, table rase de toutes les différences antérieures.
Bibliographie
Barthes, Roland. 1964. « Il n’y a pas d’école Robbe-Grillet ». In Essais critiques, Paris :
Seuil,
pp. 101-105.
Butor, Michel. 1957. La Modification. Paris : Minuit.
Coquet, Jean-Claude.1984. Le Discours et son sujet. Paris : Klincksieck, t.I, Essai de
grammaire modale.
Dort, Bernard. 1958. « La forme et le fond : La Modification ». In Les Cahiers du sud,
n°334,
janvier, pp. 121-125.
Giraudo, Lucien. 1992. La Modification : Michel Butor. Paris : Nathan.
Greimas, Algirdas Julien, Fontanille Jacques. 1991. Sémiotique des passions. Des états de
choses aux états d’âme. Paris : Seuil.
Fontanille, Jacques. 2005. « La Pitié ». In dictionnaire des passions littéraires, Paris :
Belin.
Lalande, Bernard. 1972. La Modification : Butor. Paris : Hatier.
Leiris, Michel. 1957. « Le réalisme mythologique de Michel Butor ». In La Modification
(postface), Paris : Minuit, pp 289-314.
Ray, Josette, Ray Alain et Debove. 2002. Le petit Robert. Paris : Dictionnaires le Robert.
Roubichou, Gérard. 1973. Michel Butor. La Modification. Paris : Bordas.
Strueberg, Patricia.1994. La structure mythique de La Modification de Michel Butor.
New
York : Peter Lang.
Valette, Bernard. 1999. Etude sur Michel Butor. La Modification. Paris : Ellipses.
Van Rossum-Guyon, Françoise. 1970. Critique du roman. Essai sur La Modification de
Michel
Butor. Paris : Gallimard.

A. J. Greimas et J. Fontanille étendent ici l’analyse sémiotique à l’univers affectif et


passionnel, décrit comme un univers de modalités, dont il s’agit de construire la syntaxe.
La jalousie, par exemple, y apparaît comme un composé d’attachement et derivalité ; et
la rivalité doit être à son tour définie par rapport à l’émulation, l’envie ou l’ombrage…
Mais cette syntaxe s’avère différente de celle décrite dans les ouvrages précédents, elle
est faite de syncopes et de débordements, de chevauchements et de contradictions ; sa
description implique donc une révision complète de l’édifice sémiotique. L’examen des
passions conduit en effet à dégager un niveau « antérieur », plus élémentaire, un univers
précognitif, tensif, monde régi par le sentir, univers où il n’est pas encore possible de
connaître, mais seulement d’être sensible à. Les objets des passions y sont de simples
valences, des zones d’attraction et de répulsion, et les « états d’âme » des configurations
parcourues par un style sémiotique particulier ? états inquiets ou déprimés, tendus ou
détendus, fébriles ou calmes, impulsifs ou lymphatiques…
Ainsi analysée, la passion se laisse saisir là où on ne s’attendait pas forcément à la
trouver : au fondement de l’organisation sociale tout autant que dans l’aventure
individuelle de chacun ; et la sémiotique achève de trouver sa place ? celle d’une
composante essentielle de notre compréhension de l’homme comme être langagier, mais
aussi comme être affectif et social.

143
Malika Meksem
Doctorante, Université de Tizi-Ouzou
Mots-clés : Sujet - passion, pitié - pitié-mépris - pitié-compassion – simulacre - schéma
passionnel.
Abstract: This article which examines the forms of pity in La modification of Michel
Butor, bears on questions that refer to the semiotics of the passions, especially those
within the discursivation moods. This new field of investigation is mainly nourished from
the concrete analysis of literary texts. And this is the cause of this simple intervention
wich studies a text of one of the most illustrious La modification is the story of a
transformation process that affects the project, the representations and perceptions
of the character, but also his passions, among others, pity, and especially two of its
coexisting forms, that are called, according to Jacques Fontanille, pity-scorn and pity of
compassion. Our approach wich is located far from a psychological perspective or even
psychoanalytical or philosophical, is based on a semiotic approach, namely the theory
of Greimas and his followers (J. Fontanille, D. Bertrand, C. Zilberberg, A. Henault
Our objectiv is to identify the different forms of this passion, but also to describe .(...
their discursive development in the text to establish then the passional configurations
passionate and textual representations of these forms of pity.
Keywords: The subject – passion - pity, pity-scorn, pity of compassion, travesty,
passional scheme.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes
dans La Modification de Michel Butor
Résumé : Cet article, consacré aux formes de la pitié dans La Modification de
Michel Butor, prend appui sur des questions qui renvoient à la sémiotique des
passions, notamment à celles qui relèvent de la discursivation des états d’âme.
Ce nouveau champ d’investigation se nourrit essentiellement de l’analyse
concrète des textes littéraires. La Modification est l’histoire d’un processus de
transformations qui affecte les projets, les représentations et les perceptions
du personnage, mais aussi ses passions, entre autre, la pitié, et notamment
deux de ses deux formes que Jacques Fontanille nomme la pitié-mépris et
la pitié-compassion. Notre approche loin de se situer dans une perspective
psychologique ou même psychanalytique ou philosophique, se fonde sur la
sémiotique de Greimas et ses continuateurs (J. Fontanille, D. Bertrand, C.
Zilberberg, A. Hénault…). Il s’agit de déceler les différentes formes de cette
passion, mais aussi de décrire leur mise en discours dans le texte pour en
dégager les configurations passionnelles et les représentations textuelles. 144
‫ ﻫﺫﺍ ﺍﻟﻌﻣﻝ ﺍﻟﻣﺗﻭﺍﺿﻊ ﻋﻠﻰ ﻧﺹ‬.‫ﻫﺫﺍ ﺍﻟﻣﻘﺎﻝ ﻳﺗﻧﺎﻭﻝ ﺩﺭﺍﺳﺔ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﻭ ﺃﺷﻛﺎﻟﻬﺎ ﻓﻲ ﻧﺹ " ﺍﻟﺗﻐﻳﺭ" ﻟﻣﻳﺷﺎﻝ ﺑﻳﺗﻭﺭ‬: ‫ﺍﻟﻣﻠﺧﺹ‬
‫ﺃﺣﺩ ﺃﻟﻣﻊ ﻛﺗﺎﺏ ﺍﻷﺩﺏ‬
‫ﺍﻟﻣﻌﺎﺻﺭ ﻳﻌﺗﻣﺩ ﻋﻠﻰ ﺳﻳﻣﻳﺎﺋﻳﺔ ﺍﻟﻌﻭﺍﻁﻑ ﻭ ﺍﻷﻫﻭﺍء ﻭ ﻳﻁﺭﺡ ﺇﺷﻛﺎﻟﻳﺔ ﻅﻬﻭﺭ ﺍﻟﻌﻭﺍﻁﻑ ﻓﻲ ﺍﻟﻧﺻﻭﺹ ﺍﻷﺩﺑﻳﺔ ﻭ ﻛﻳﻔﻳﺔ‬
‫ ﺗﻌﺗﺑﺭﺭﻭﺍﻳﺔ " ﺍﻟﺗﻐﻳﺭ‬.‫"ﺗﺣﻠﻳﻠﻬﺎ‬
‫ ﺗﺻﻭﺭﺍﺕ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ ﻟﻳﻭﻥ ﻭﺃﻳﺿﺎ ﻋﻭﺍﻁﻔﻪ ﻭ ﻣﻧﻬﺎ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﺍﻟﺗﻲ ﺗﺷﻛﻝ ﻣﺣﻭﺭ‬،‫ﻗﺻﺔ ﺗﺣﻭﻻﺕ ﺗﻁﺭﺃ ﻋﻠﻰ ﻣﺷﺎﺭﻳﻊ‬
‫ ﻓﻲ ﻫﺫﻩ ﺍﻟﻘﺻﺔ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ‬.‫ﺩﺭﺍﺳﺗﻧﺎ‬
‫ ﻟﻛﻧﻪ ﻳﻔﻛﺭ ﺃﻳﺿﺎ ﻓﻲ ﻁﺭﻳﻘﺔ ﺍﻻﻧﻔﺻﺎﻝ ﻋﻧﻬﺎ ﺩﻭﻥ ﺍﻟﺗﺳﺑﺏ ﻓﻲ‬.‫ﻟﻳﻭﻥ ﻻ ﻳﻛﻑ ﻋﻥ ﺍﻟﺳﺧﺭﻳﺔ ﻣﻥ ﺯﻭﺟﺗﻪ ﻭ ﺍﺣﺗﻘﺎﺭﻫﺎ‬
‫ ﻭ ﻣﻥ ﻫﻧﺎ ﺗﻅﻬﺭ ﺇﺯﺩﻭﺍﺟﻳﺔ‬.‫ﻣﻌﺎﻧﺎﺗﻬﺎ‬
‫ ﻓﻬﻧﺎﻙ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﺣﺗﻘﺎﺭ ﻭ ﺳﺧﺭﻳﺔ ﻭ ﺍﻟﺗﻲ ﺗﺩﻋﻰ ﺍﻻﺯﺩﺭﺍء ﻭ ﺃﺧﺭﻯ ﺗﻣﻳﻝ ﺇﻟﻰ ﺍﻟﺗﺄﺳﻑ ﻭ ﺍﻟﺭﺣﻣﺔ ﻭ‬،‫ﻋﺎﻁﻔﺔ ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ ﻓﻲ ﺍﻟﻧﺹ‬
‫ ﺗﺣﻠﻳﻠﻧﺎ‬.‫ﺗﻘﺎﺳﻡ ﺷﻘﺎء ﺍﻵﺧﺭﻳﻥ‬
‫ ﻭ ﻓﻲ ﺍﻷﺧﻳﺭ ﻧﺳﺗﺧﻠﺹ ﻣﺧﻁﻁ‬،‫ﻟﻬﺫﻩ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ ﻳﻧﺣﺻﺭ ﻋﻝ ﺍﺳﺗﺧﺭﺍﺝ ﺍﻟﺗﻣﺛﻳﻝ ﻭ ﺍﻟﺗﺻﻭﻳﺭ ﺍﻟﻧﺻﻲ ﻟﻣﺧﺗﻠﻑ ﺃﺷﻛﺎﻟﻬﺎ‬
‫ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ ﻟﻠﺷﺧﺻﻳﺔ ﻟﻳﻭﻥ‬.
‫ ﻣﺧﻁﻁ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ‬- ‫ ﺍﻟﺗﻣﺛﻳﻝ‬- ‫ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﻟﺭﺣﻣﺔ‬- ‫ ﺷﻔﻘﺔ ﺍﻻﺯﺩﺭﺍء‬- ‫ ﺍﻟﻌﺎﻁﻔﺔ – ﺍﻟﺷﻔﻘﺔ‬- ‫ ﺍﻟﺷﺧﺻﻳﺔ ﺍﻟﻔﺎﻋﻝ‬: ‫ﺍﻟﻛﻠﻣﺎﺕ ﺍﻟﻣﻔﺗﺎﺣﻳﺔ‬.
Nombreux les lecteurs pour qui l’histoire de La Modification semble assez
simple, peuvent la résumer comme suit : un homme de quarante cinq ans, Léon
Delmont, prend le train pour Rome afin de retrouver Cécile, sa maîtresse avec
qui il souhaite commencer une nouvelle vie. Cependant, au cours du voyage,
sa conscience se modifie, ses projets se transforment. Il décide de ne pas aller
voir Cécile et de rester avec sa femme à Paris.
En réalité, un complexe processus de transformations a affecté les projets
de ce dernier, ses perceptions et ses représentations, mais surtout il n’a pas
épargné ses états d’âme, ses sentiments à l’égard des deux femmes : Cécile/
Henriette. Partant de la pitié que lui inspire sa femme, de l’amour qu’il porte
à Cécile, son amie romaine, jusqu’à sa passion d’écrire, notre travail se limite
à la description d’une seule passion, la pitié, sa mise en discours dans le texte.
Nous commencerons par la description du sujet passionnel, ensuite nous
discuterons les différentes acceptions de cette passion. Nous dégagerons,
enfin, ses représentations textuelles. Nous solliciterons bien entendu les outils
théoriques de la sémiotique dite des passions.
1. Le sujet passionnel dans La Modification : Léon
Parallèlement au trajet qui mène le sujet Léon de Paris à Rome, un mouvement
intérieur (réminiscences, imagination, rêve et anticipation) se déroule à son
insu : « C’est le mécanisme que vous avez remonté vous même qui commence
à se dérouler presque à votre insu » (21).
Cet énoncé montre bien que Léon fonctionne comme une machine programmée.
Ce qui marque son passage du statut du sujet, voulant se libérer du joug de
sa vie parisienne, à celui de « marionnette » (J.-Cl Coquet, 1984 : 41), voire
du non sujet. Ce passage du statut du sujet à celui du non sujet ôte à Léon sa
volonté. Ainsi, sa conscience ne s’éveille pas par un effort volontaire, mais par
réaction des images, des détails les uns aux autres, ainsi que par l’influence
du monde extérieur. Autrement dit, ce sont les circonstances, les objets et les
paysages extérieurs qui ont mis en branle sa conscience, éveillent sa mémoire.
De ce point de vue, il lui suffit de tourner les yeux vers la fenêtre pour voir
« les cheveux autrefois noirs d’Henriette, et son dos détachant devant la première
lumière terne décourageante, doucement, brusquement, au travers de sa chemise de
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem145
nuit blanche transparente » (16), mais aussi d’ouvrir sa valise pour que les objets qu’elle
contienne lui permet d’entendre « […] les chamailleries des garçons qui devraient
pourtant à leur âge être devenus capables de se supporter mutuellement […] » (25).
Il est significatif que ces réminiscences surgissent rapidement sans que la
volonté du sujet y soit pour quelque chose. Par leur célérité, elles pénètrent
profondément l’être du sujet. De même, Léon n’assume pas son acte, car il
ne veut pas, en réalité, retrouver son passé, mais ces réminiscences émergent,
affluent à son insu sans pouvoir les chasser ou les arrêter. C’est ainsi qu’il se perd,
se fige « comme un somnambule » (196). Il est, en fait, englué dans les objets
et les paysages, dépassé par les nouvelles circonstances du voyage, la vitesse du
train, écrasé, voire désintégré. Ce sont les réminiscences, les rêves, ainsi que le
monde qui l’entoure, qui ont prise sur lui. Il perd, de ce fait, le contrôle de ce
mouvement intérieur, sombre dans l’indécision, l’incompréhension, voire dans
l’ignorance :
« Je ne sais quoi faire, je ne sais plus ce que je fais ici » (195).
« Impuissant, vous assistez à cette trahison de vous-même » (150).
Peu à peu, sa conscience se transforme imperceptiblement
« sans que vous parveniez à freiner cette hideuse déliquescence » (209). Il se dit
alors : « s’il n’y avait pas eu ces gens, s’il n’y avait pas eu ces objets et ces images
auxquels se sont accrochées mes pensées de telle sorte qu’une machine mentale s’est
constituée, faisant glisser l’une sur l’autre les régions de mon existence au cours de
ce voyage […] s’il n’y avait pas eu cet ensemble de circonstances, […] peut-être cette
fissure béante en ma personne ne serait elle pas produite […] » (276).
Enfin, ce mouvement intérieur a permis, pour la première fois, à Léon d’être
en totalité lui-même avec sa lâcheté et ses différents états d’âme. C’est de
ses réminiscences et de ses anticipations qu’émanent ses passions : la pitié,
l’amour et la passion d’écrire. C’est aux configurations passionnelles de la pitié
que nous nous intéressons uniquement.
2. La pitié
2.1. Définitions
La pitié constitue une passion dont l’histoire remonte à la grandeur du peuple
romain. Elle désigne ce sentiment consistant à « reconnaître tous les devoirs
à l’égard de la famille, de la patrie et des dieux » (J. Fontanille, 2005 : 1). Le
dictionnaire, Le Robert, distingue deux définitions différentes : la première
positive, la définit comme une forme de « sympathie qui naît de la connaissance
des souffrances d’autrui et fait souhaiter qu’elles soient soulagées », alors que
la seconde la considère comme un « sentiment de commisération accompagné
d’appréciation défavorable ou de mépris ». D’où l’adjectif piteux, servant à
désigner une personne qui inspire une pitié mêlée de mépris par sa médiocrité
ou son aspect misérable.
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel
Butor146
En effet, la pitié, visant à compatir avec l’autre, présuppose la compassion ; la
pitié-mépris ne s’appuie pas sur la compassion, mais « sur la reconnaissance de
l’état dysphorique (souffrance ou abaissement) de l’autre » (J. Fontanille, 2005 :
1). De plus, la pitié visant à « compatir avec » repose sur la constitution d’un
acteur collectif ou duel, puisqu’il s’agit de quelque chose que nous ressentons
par adhésion aux souffrances et aux maux d’autrui, voire par conjonction avec
quelqu’un, alors que la pitié-mépris repose sur une relation répulsive, voire
disjonctive, « entre celui qui plaint et celui qui est à plaindre » (J. Fontanille,
2005 : 2). C’est dans cette perspective que la pitié compassion se fonde sur une
« orientation unipolaire » (J. Fontanille, 2005 : 2), la souffrance d’un acteur est
partagée par les autres acteurs; alors que, la pitié, dans sa forme méprisante,
reflète les jugements. Eu égard à ce qui précède, la pitié, dans sa forme positive,
« est une absorption de la dysphorie de l’un par l’autre. » (J. Fontanille, 2005 :
2), et la pitié méprisante est un simple « renvoi de la dysphorie sur celui dont
elle émane » (J. Fontanille, 2005 : 2). Donc, l’absorption et le reflet constituent
les deux réactions du corps face au spectacle de la souffrance d’autrui.
Loin de faire une analyse purement lexicale, notre objectif s’oriente vers l’étude
des représentations de ces formes de pitié en présence dans notre texte. Partagé
entre la pitié-mépris que lui inspire sa femme et la pitié compassion, Léon ne
cesse de rabaisser le statut de cette dernière, mais aussi de se poser la question :
comment rompre sans faire souffrir la femme que l’on délaisse ?
2.2. Vers une syntaxe de la pitié
Dans le scénario de la pitié, il y a souvent deux protagonistes : d’une part,
celui qui donne et, d’autre part, celui qui reçoit et qui peut aussi se trouver
en situation de demandeur. De ce point de vue, la pitié constitue une aide,
elle s’accompagne immédiatement d’un plaisir qui émane du soulagement, de
la satisfaction d’autrui et de soi. Ce plaisir reçu constitue une demande de
continuation. Dès lors, la pitié prend la forme d’un contrat d’échange, appelé,
selon Jacques Fontanille, « une obligation », dont les partenaires sont appelés
respectivement l’obligateur et l’obligataire.
2.3. La pitié mépris/La pitié compassion
Rappelons, une fois de plus, que notre intention n’est pas de faire une analyse
psychologique, mais d’étudier les différentes formes de la pitié telles qu’elles se
déploient dans le roman.
En effet, selon Jacques Fontanille, la pitié, dans ses différentes formes,
implique que l’autre soit dans un état de détérioration, autrement dit, dans
une situation dysphorique. Cette dernière n’est pas sans conséquence, elle est,
en fait, soumise à des appréciations. Ces dernières peuvent être participatives;
nous nous mettons alors à la place d’autrui, nous partageons ses souffrances.
Bref, nous compatissons à ses douleurs. Cependant, l’appréciation « peut être
[…] évaluative, et c’est alors que la seule manifestation du jugement devient
dépréciative (il y entre « quelque chose de mépris ») » (J. Fontanille, 2005 :
3). C’est de cette deuxième forme de la pitié, de cette dépréciation, qu’il est
question au début du roman.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem147
Nous pouvons déclarer que c’est la vie parisienne du sujet Léon qui est la
source de son état d’âme : la pitié-mépris. Ainsi, Léon ne cesse de qualifier
négativement, comme le montrent les énoncés ci- dessous, les moindres gestes
de sa femme :
« […] resserrant avec sa main droite son col orné d’une piètre dentelle inutile sur sa
poitrine affaissée » (16).
« […] levant son bras nu, dont elle a noué nerveusement le cordon soyeux, et qui lui
donnait un air de malade avec ses traits tirés, soucieux, soupçonneux » (17).
« si elle (Henriette) s’est levée ce matin pour vous servir, c’est simplement par la
mécanique de l’habitude, par une certaine pitié au plus, toute colorée de mépris » (18).
« Il est plus clair que des deux (femme) c’est elle (Henriette) la plus lasse » (18).
« Jamais elle n’avait confiance en vous » (35).
« […] lorsqu’elle est sortie dans le corridor pour appeler Madeleine, avait son regard
morne, épuisé, son regard de morte, avec cette flamme de soupçon quand elle vous a vu,
de rancune, ce mépris dont elle vous accable comme si vous étiez responsable de son trop
évident amoindrissement » (39).
« […] ce cadavre de femme continuant illusoirement des gestes utiles » (39).
« Ah, comme elle (Henriette) vieillissait ! » (35).
« Depuis cette lourde ombre tracassière […] cette horrible caricature » (40).
La succession des figures dépréciatives : « cette horrible caricature », « regard
morne, épuisé, son regard de morte », « un air de malade », met l’accent sur
l’état défavorable dans lequel se trouve Henriette, mais aussi sur le mépris
qu’inspirent ses gestes à son mari. De plus, ces figures marquent la discordance
et la disjonction entre les deux acteurs : Léon et Henriette. Cette disjonction
est rendue manifeste dans le roman par les silences, le soupçon et le manque
de confiance, caractérisant les relations des deux acteurs :
« Certes, il n’y avait pas de douceur dans son regard à ce moment là […] incapable de
vous faire confiance […] » (17).
« Vous avez considéré la malheureuse Henriette dormant sur l’autre bord du lit, ses
cheveux déjà un peu gris étalés sur le traversin, la bouche entrouverte, séparée de
vous par une infranchissable rivière de lin » (42).
Outre la caractérisation dysphorique d’Henriette, nous assistons, dans La
Modification, à la mise en scène des différences lors du séjour de Cécile à
Paris. En introduisant sa maîtresse chez lui, le sujet Léon veut en quelque
sorte provoquer une situation où sa femme sera contrainte de reconnaître les
qualités de sa maîtresse et, par conséquent, d’avouer son infériorité. Donc,
nous assistons à la stigmatisation d’Henriette. Toutefois, cette mise en scène
des différences n’a fait que révéler au sujet Léon l’égalité des deux femmes.
Rappelons que la pitié-mépris n’absorbe pas les différences, les renvoie sur
celui dont elle émane, affirme son infériorité. Dans notre texte, le sujet Léon
constitue une sorte de miroir, renvoyant à Henriette des jugements implicites.
C’est pourquoi elle ne cesse de le soupçonner, d’essayer de le persuader. Il est à
signaler, enfin, que l’arrière plan de cette pitié mépris est l’amour. Cependant,
sans savoir pourquoi, le sujet Léon voit se desserrer ce lien qui l’unit à sa
femme. En outre, la rencontre d’une autre femme, Cécile, avec qui le parallèle
peut être établi, remet en cause le statut d’Henriette, voire la rabaisse. Il la
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel
Butor148
considère alors comme « une pauvre femme malheureuse qui voudrait me faire
couler avec elle dans son ennui » (178). C’est pourquoi il décide de la quitter.
Ainsi, la pitié-mépris constitue, selon l’expression de Jacques Fontanille,
« l’atmosphère » partagée par les deux actants. En dévalorisant, en rabaissant le
statut de sa femme, le sujet Léon, en réalité, se rabaisse lui-même. Désormais
la pitié-mépris se substitue à leur amour, les plonge dans une plainte muette,
silencieuse, couronnée par la fuite du sujet Léon. C’est ainsi qu’Henriette
perd ses prestiges, passe de l’état de la femme désirée à celui de la femme
répugnante. Son parcours modal peut être configuré comme suit :
Désirable (enviable) nuisible
Vouloir être vouloir ne pas être
Ne pas vouloir
ne pas être (non nuisible) ne pas vouloir être (non désirable.)
2.3.1. La perception comme source de la pitié-mépris
Contrairement à la perception du compartiment visant à identifier ce qui est
perçu par le sujet Léon au cours de son voyage, la perception du monde parisien
a des répercussions sur la pensée de ce dernier, suscite son état d’âme de pitié-
mépris. Cette perception permet, en fait, au sujet Léon de saisir l’effondrement
de sa vie parisienne. Plusieurs énoncés ne cessent de montrer la décomposition
de cet univers familial, de mettre l’accent sur le désordre qui y règne :
« […] parmi les vêtements pendus à leurs cintres, aux manches tombant toutes droites
et sans épaisseur, comme elles habillaient les bras raides et filiformes des ombres
impitoyablement ironiques dans leur silence et leurs balancements des précédentes
femmes de Barbe-Bleue […] » (16-17).
« Le cendrier sur la grande table, que l’un d’eux (de ses garçons) a dû voler dans
quelque café » (78).
« les livres scolaires qui avaient dû servir de projectiles » (78).
« (Sa fille Madeleine) affalée sur la bergère, plongée dans la lecture d’Elle » (79).
A cette perception visuelle s’ajoute la perception auditive qui ne fait, comme le
montrent les énoncés ci-dessous, qu’accentuer son mépris, susciter son dégoût :
« Toute cette semaine de cris et de malentendus » (40).
« […] les enfants n’ont pas cessé de ricaner sur leurs assiettes » (37).
« […] vous entendiez les criailleries d’Henri et Thomas dans leur chambre, les
criailleries d’Henriette s’y ajoutant, inefficaces, maladroites […] » (39).
Cet univers parisien constitue aussi un espace de tension. Cette pression atteint
son paroxysme lorsque Jacqueline, la fille de Léon, lui demande des nouvelles
de Cécile : « Tu as revu la dame ? […] Tu sais bien celle qui est venue autrefois
ici » (82) ; alors que sa femme survient à ce moment, « a regardé la petite
avec un tel air que celle-ci s’est mise à rougir et à pleurer » (82). Dès lors, le
sujet Léon ne cesse de s’interroger sur la signification de cette scène : s’agit-il
d’une innocente coïncidence ou d’une quête d’affirmation des hypothèses que
sa famille avait bâties ? Enfin, face à la dégradation, voire au pourrissement de
cette situation, Léon n’éprouve que mépris et dédain.
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem149
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel Butor
2.3.2. La compassion
Contrairement à la pitié-mépris qui affirme l’infériorité de l’autre, la
compassion, sentiment de pitié éprouvé devant les maux d’autrui, vise à les
partager, voire à les soulager. Cette forme positive de la pitié se retrouve dans
le roman, marquant le sujet Léon durant son voyage. En effet, même si ce
dernier a fui sa famille, il ne cesse de penser à la future souffrance de sa
femme et à la perturbation de ses enfants. D’ailleurs, il réfléchit à la façon la
plus idoine pour les soulager. Ce dilemme accompagne Léon jusqu’à l’abandon
de son projet. Cette compassion naît de son amour pour ses enfants, de son
souci d’éviter le scandale, de l’incertitude de ses sentiments envers Cécile et,
par conséquent, de sa faiblesse :
« Maintenant Cécile allait venir à Paris et vous demeuriez ensemble. Il n’y aurait pas
de divorce, pas d’esclandre […] tout se passerait fort calmement, la pauvre Henriette
se tairait, les enfants, vous iriez les voir une fois par semaine à peu près » (36).
« Si vous avez hésité si longtemps devant votre amour pour Cécile, c’était à cause
d’eux (des enfants) bien sûr » (79).
De plus, tout au long du voyage, Léon se trouve envahi par un sentiment de
culpabilité. Ce dernier engendre un simulacre où il se voit envahi par la désolation,
tente de soulager sa femme, de partager sa souffrance dont il est l’agent :
« Je t’ai menti, comme tu t’en es bien douté […] c’est uniquement pour Cécile que je
suis allé à Rome […], pour lui prouver que je l’ai choisie définitivement contre toi […],
afin qu’elle me donne cette vie extraordinaire que tu n’as pas été capable de m’apporter
et que moi-même non plus je n’ai pas su t’offrir, je le reconnais, je suis coupable à ton
égard […] je suis prêt à accepter, à approuver tous tes reproches, à me charger de toutes
les fautes que tu voudras si cela peut t’ aider le moins du monde à te consoler, à atténuer
le choc […] tu sais bien que je ne suis pas une si grande perte, ce n’est pas la peine de
fondre en larmes ainsi […] vous savez bien qu’elle ne pleurera nullement, qu’elle se
contentera de vous regarder sans proférer une parole, qu’elle vous laissera discourir sans
vous interrompre, que c’est vous tout seul, par lassitude, qui vous arrêtez […]» (161).
Cette déclaration à la première personne marque la désagrégation du sujet Léon.
Il s’agit, en fait, d’une compassion qui s’adresse à la partie dysphorique de la
personne. Dans cet énoncé, Henriette apparaît comme un être morcelé ; l’adjectif
« incapable » montre bien, qu’en tant actant, il lui manque le / pouvoir faire /.
De plus, même si cette compassion vise les aspects négatifs d’Henriette, nous
décelons une grande compréhension de la part de son mari et qui se manifeste
dans les énoncés prédicatifs : « je reconnais », « je suis coupable à ton égard ». Il
semblerait que nous ayons affaire à une sorte de proposition / refus de contrat où
le sujet Léon vient de parler de sa compassion et Henriette refuse de répondre.
Par ailleurs, l’échec du projet du sujet Léon le condamne à revenir auprès
de sa femme. C’est pourquoi il recourt au pardon pour effacer la différence
antérieure et s’efforce de restaurer ensemble leur passé d’amour :
« […] nous reviendrons ensemble à Rome, dès que les ondes de cette perturbation se
seront calmées, dès que tu m’auras pardonné ; nous ne serons pas si vieux. »(285).150
Synergies Algérie n° 11 - 2010 pp. 143-151
Malika Meksem
Issue de son sentiment de culpabilité, voire de sa fragilité, la compassion
constitue, pour le sujet Léon, une manière de se racheter et d’atteindre
l’apaisement. Le non aboutissement de sa quête le pousse jusqu’au pardon,
suspendant ainsi toutes les différences antérieures.
2.4. Les temps de la pitié
Selon Jacques Fontanille, la pitié et la compassion peuvent être rapportées
au sentiment « d’existence partagée ». En s’inspirant d’Heidegger qui oppose
le « Souci » et la « Préoccupation » de l’être avec, il a dégagé la composante
temporelle de la pitié. Ainsi, selon lui, le « Souci » est ouvert, orienté vers l’avenir,
tandis que la «Préoccupation » concerne la situation présente et actuelle de l’être.
Il distingue alors deux types de passions : l’une ouverte, tendue vers l’avenir ;
l’autre restreinte, ne s’occupant que de la situation immédiate de l’être.
C’est à partir de là que Jacques Fontanille a établi un parallèle entre ces formes
d’angoisses existentielles et la pitié. Ainsi, le « Souci » se trouve ouvert comme
la compassion, alors que ; la pitié-mépris, tout comme la « Préoccupation »,
concerne l’actualité, la situation immédiate d’autrui. Ce qui revient à dire que la
pitié-mépris ne peut porter que sur un état actuel, tandis que la compassion peut
être potentielle, sans actualité immédiate, fonctionnant comme une disposition
tendue vers les situations à venir. Bref, elle porte sur un « pouvoir être ».
Eu égard à ce qui précéde, dans La Modification, la pitié-mépris concerne l’état
immédiat, présent, d’Henriette. Elle la fige dans un état actuel de dysphorie.
C’est pourquoi la pitié-mépris peut être rapportée au régime temporel de
l’immédiateté, condamnant, de ce fait, l’autre dans son état d’infériorité. Par
ailleurs, la compassion ressentie par le sujet Léon envers Henriette s’oriente
vers le futur, vers le partage de la souffrance à venir une fois que son projet de
changer sa vie sera réalisé.
2.5. Le schéma passionnel
Le sujet suit, en général, un parcours qui prend la forme d’un schéma passionnel :
Commençons par la disposition : nous avons bien vu que c’est l’effondrement
du monde parisien qui met le sujet Léon en état d’éprouver la pitié mépris.
Autrement dit, la perception de cet univers décomposé le « dispose » à accueillir
cette pitié-mépris. Se succède la sensibilisation, qui constitue la phase de la
transformation pathémique, qui consiste au refus, aux rapports répulsifs entre
les conjoints (Léon et Henriette). Vient ensuite la phase de l’émotion au cours de
laquelle l’image de sa femme ne suscite que son dégoût et sa peur de s’enliser.
C’est pourquoi il la fuit.
Durant le voyage, l’idée consistant à ne pas faire souffrir sa femme l’obsède,
donne naissance à une nouvelle émotion qui prend la forme d’un sentiment de
culpabilité, de douleur morale, résultant d’un jugement éthique équivalent à
une sorte de remords. C’est pourquoi il projette à compatir à la future douleur
de sa femme, dont il constitue l’agent. Le schéma se clôt sur la sollicitation du
pardon de sa femme et, par voie de conséquence, la disparition de toutes les
différences affichées au départ. C’est le retour au passé d’amour. 151
Sémiotique des passions : La pitié et ses formes dans La Modification de Michel Butor
Conclusion
En effet, l’analyse de la pitié nous a amené à remarquer l’ampleur de son
champ dans le roman. Elle est, à la fois, sentiment négatif confinant au mépris
et sentiment positif de compassion. Le sujet Léon vise tantôt à mépriser
Henriette, tantôt à partager sa future souffrance.
La pitié-mépris qu’éprouve le sujet Léon envers sa femme résulte de la
dégradation, voire de la décomposition, de son univers parisien. Dès lors, les
contenus de sa conscience se trouvent marqués par une très forte axiologie
négative d’Henriette, accompagnant la configuration de la pitié-mépris. Cette
dépréciation de sa femme n’est pas sans conséquence. Elle s’accompagne du
bouleversement de son être. L’association de la compassion à la pitié-mépris
souligne, une fois de plus, la fragilité et le déchirement de l’être de Léon. C’est
pourquoi il choisit le repos, préfère le retour à l’épouse, aux origines de leur
amour, faisant, par ce fait, table rase de toutes les différences antérieures.
Bibliographie
Barthes, Roland. 1964. « Il n’y a pas d’école Robbe-Grillet ». In Essais critiques, Paris :
Seuil,
pp. 101-105.
Butor, Michel. 1957. La Modification. Paris : Minuit.
Coquet, Jean-Claude.1984. Le Discours et son sujet. Paris : Klincksieck, t.I, Essai de
grammaire modale.
Dort, Bernard. 1958. « La forme et le fond : La Modification ». In Les Cahiers du sud,
n°334,
janvier, pp. 121-125.
Giraudo, Lucien. 1992. La Modification : Michel Butor. Paris : Nathan.
Greimas, Algirdas Julien, Fontanille Jacques. 1991. Sémiotique des passions. Des états de
choses aux états d’âme. Paris : Seuil.
Fontanille, Jacques. 2005. « La Pitié ». In dictionnaire des passions littéraires, Paris :
Belin.
Lalande, Bernard. 1972. La Modification : Butor. Paris : Hatier.
Leiris, Michel. 1957. « Le réalisme mythologique de Michel Butor ». In La Modification
(postface), Paris : Minuit, pp 289-314.
Ray, Josette, Ray Alain et Debove. 2002. Le petit Robert. Paris : Dictionnaires le Robert.
Roubichou, Gérard. 1973. Michel Butor. La Modification. Paris : Bordas.
Strueberg, Patricia.1994. La structure mythique de La Modification de Michel Butor.
New
York : Peter Lang.
Valette, Bernard. 1999. Etude sur Michel Butor. La Modification. Paris : Ellipses.
Van Rossum-Guyon, Françoise. 1970. Critique du roman. Essai sur La Modification de
Michel
Butor. Paris : Gallimard.

ès la première page de Sémiotique des passions, le «discours génétique et


générateur» qu'est la construction de la théorie, se dépasse et se transforme en un
«discours génératif» [7]. Tandis que la sémiotique de l'action (les états de choses)
a pour objet ou pour milieu (de vie) le monde discontinu (l'articulation, la
discrétisation, la catégorisation), la sémiotique de la passion (les états d'âme) a
plutôt comme forme (de vie) ou comme substance le continu. Dans le discours, se
manifestent l'état du sujet et l'existence sémiotique praesentia in absentia [10], le
mode d'existence sémiotique étant imaginaire et réel [12]. Se voulant toujours
hypothético-déductive (en profondeur) mais aussi inductive (à la surface) [7], la
sémiotique reconnaît qu'il peut y avoir «contamination de la description par l'objet
décrit», de l'analysant par l'analysé; mais voulant encore se garder contre
l'ontologie, elle se dit ontique [10] -- il se pourrait cependant que l'épistémologie
(ou la phénoménologie) y tienne lieu d'ontologie et la physique de
métaphysique...

Distinguant les universaux (sémiotiques) et les primitifs (généralisables) [11] et


conciliant la génération et la genèse [12], la sémiotique va mettre en place son
nouveau dispositif, son «dispositif de dispositifs» ou son «macrodispositif»,
comprenant un niveau épistémologique, un niveau sémio-narratif et un niveau
discursif. Le niveau épistémologique est celui de la "ceptivité" (intéroceptivité,
proprioceptivité et extéroceptivité), du sentir du corps propre, où un état modal (la
modulation ou l'ondulation du continu) régit l'aspectualisation et dont dépend la
modalisation du discontinu au niveau des conditions de la signification. Le niveau
épistémologique est celui des préconditions de la signification : de la
(pro)tensivité et de la phorie («simulacre tensif», «tensivité originelle»,
«protensivité phorique», «tensivité phorique» comme «écran de l'être»,
«soubassement phorique», «simulacre phorique», «masse phorique», «masse
thymique», «surplus pathémique», «excédent» «énergie», etc.). Il y a donc un
«espace tensif», celui de la «chair vive» ou de la «proprioceptivité sauvage»
[Husserl, Merleau-Ponty], qui se situe en deçà du «sujet énonçant» («sujet
d'énonciation» ou sujet de l'énonciation?) [13-20]. L'horizon ontique de la
sémiotique rencontre ou rejoint ici l'énergétisme, le vitalisme, l'élan vital, tel que
l'ont fait entendre les «autres voix, non moins intéressantes» en 1986
[Dictionnaire 2, 6 : NOVATIONS].

La «senteur» ou le «parfum» des passions relève de l'«organisation discursive des


structures modales» et de la «disposition d'ensemble» d'un «certain arrangement
moléculaire». Toujours au niveau épistémologique, niveau qui a pour seuil
«l'écran ontique» de l'être, l'«horizon tensif» n'est pas encore polarisé, catégorisé.
En appelant à la physique ondulatoire (des forces) ou à la physique corpusculaire
(des positions), il est alors proposé que le terme complexe ou le terme neutre (les
métatermes) est à l'origine et que la polarisation (les termes) vient après : le
syncrétisme (l'un) ou la neutralisation (l'inconciliable ou l'irréconciliable) précède
l'opposition binaire et ainsi la catégorisation. C'est donc un «univers
indifférencié» (l'in-différence) qui est postulé comme «précondition de toute
signification». Avant même qu'il y ait distension des termes, il y
atension ou protension vers l'unité, l'«esthésis originelle» qui fait que la
«dimension passionnelle» (la phorie) a comme contrepartie une «dimension
esthétique» (l'attente ou la nostalgie d'un retour à la «protensivité phorique»).
Passer d'un «état fusionnel» (l'un) à un «état scindé» (la scission du «protoactant
indifférencié») consiste à passer de la protensivité du sujet (l'ipséité du «sujet
tensif») à la fiducie (l'ensemble des valences), où advient l'intersubjectivité
(l'altérité du double ou des intersujets) : advient le devenir [22-35].

Le devenir a un «effet de visée» -- effet syntaxique -- avec un effet source (le


sujet) et un effet (ou une image) but (l'objet). L'effet de visée (prospective) a pour
inverse un «effet de saisie» (rétrospective). La modulation du devenir, la
modulation étant la «préfiguration de l'aspectualisation discursive», couplée avec
la discrétisation conduit à la modalisation. Il y aura alors «traitement du continu»
par la démarcation (source de modulation) et par la segmentation (source d'unités
discrètes : discontinues). Il ne manque pas d'y apparaître que le devenir est déjà
modulé par l'aspect, par l'orientation de l'aspect, les trois modulations (ouvrante,
clôturante et cursive) correspondant à la «triade aspectuelle» (inchoatif,
terminatif, duratif comme ponctuel ou itératif); il y a aussi une quatrième
modulation, une «ponctualisation de la modulation» : la «modulation
ponctualisante». -- L'économie générale de la théorie ne comprend-elle pas elle-
même trois modules [33-37]?

Il y a, en d'autres mots, une sorte de «triangle théorique» : tensivité phorique


(modulation), niveau sémio-narratif (modalisation) et discours (aspectualisation).
Ce qui fait problème, c'est évidemment l'"articulation" de la "trinité". Il y a
transition des préconditions de la signification aux conditions de la signification
par la négation; le sujet doit nier pour connaître : «La négation est la première
opération par laquelle le sujet se fonde lui-même comme sujet opérateur et fonde
le monde comme connaissable» [40, en italiques dans le texte]. La négation est un
acte de disjonction; c'est le «premier geste», un «acte pur», «l'acte par
excellence», acte par lequel il y a sommation : le «premier acte négateur et
fondateur» en est un d'arrêt-saisie; «[l]e second geste, qui n'est que l'autre face du
premier, est une contradiction, la négation au sens catégoriel» [41, en italiques
dans le texte]. Le sujet tensif devient donc un sujet opérateur, le sujet de la
sommation, qui va «catégoriser la perte de l'objet» ou la «potentialité de l'objet»
en (pro)formes; se met en place une «syntaxe élémentaire», celle de la
«sommation des phases de la protensivité» [38-43].

Se distinguent les «modalisations exogènes» (devoir vs pouvoir) du «sujet


hétéronome» et les «modalisations endogènes» (savoir vs vouloir) du «sujet
autonome», les «modalisations virtualisantes (devoir vs vouloir) du «sujet
virtualisé et les «modalisations actualisantes» (pouvoir vs savoir) du «sujet
actualisé», ainsi que les «modalisations stabilisantes» (devoir vs savoir) et les
«modalisations mobilisantes» (pouvoir vs vouloir). Quand le sujet tensif devient
sujet opérateur de la sommation, il peut y avoir «orientation axiologique»,
polarisation de la phorie, et le carré sémiotique intervient pour la projection du
protoactant («presque-sujet») en :
actant // négactant / antactant // négantactant.
Il y a scission de l'un en sujet et objet ou en intersujets; même s'il n'y a pas encore
d'anti-sujet (mais peut-être un «anti-objet» ou un «non-objet»), les structures
polémiques et contractuelles de la communication (polémique ou contrat,
antagonisme ou discorde, collusion ou conciliation) ne sont pas loin et l'on se
retrouve en terrain (re)connu, celui de la conversion ou de la transformation (de la
sommation à la catégorisation en passant par la discrétisation) [44-50].

La «syntaxe intermodale» -- ou «inter-modale» : le trait d'union (comme la


majuscule) est très volage ou volatil en sémiotique -- prend le devant de la scène
pour rendre compte des passions ou des «simulacres passionnels» ou du
«macrosimulacre passionnel» qui constitue l'univers de discours, dont
l'attachement est «le présupposé fondateur» [226]; mais il n'en sera guère question
ici directement, reconnaissant d'emblée la puissance de la «syntaxe passionnelle»
-- dont il y aurait quelques éléments chez Spinoza [105-109] -- par rapport à la
«nomenclature passionnelle». Entre le niveau sémio-narratif et le niveau discursif,
il y a une «double convocation» : celle des «formes sémiotiques de la
subjectivité» et celle des «formes [ou des forces?] tensives de l'actantialité» [62].

En somme, le dispositif général comprend : 1°) un dispositif "nodal" ou un «état


modal» (le niveau épistémologique des préconditions de la signification : le sentir
et le devenir, la tensivité phorique et continue, la protensivité, le sujet tensif, la
fiducie); 2°) un dispositif modal (le niveau sémio-narratif et discontinu des
conditions de la signification ou de la catégorisation et de la conversion des
structures élémentaires en structures narratives (par la syntaxe intermodale), ainsi
que les «styles de vie» (ou les «styles sémiotiques») assurant la «programmation
discursive»; 3°) la disposition (les opérations de la mise en discours : la «praxis
énonciative», l'instance de l'énonciation). Il y a conversion du premier dispositif
(les modulations) en le second (les modalisations) par la discrétisation (comme
sommation et catégorisation); la (double) convocation, exigeant un «réembrayage
sur le sujet tensif», intervient entre le second dispositif et la disposition (les
opérations discursives : les aspectualisations) [75-82].

Au niveau sémio-narratif, le parcours génératif comprend des grandeurs


universelles et des grandeurs généralisables; au niveau de la syntaxe narrative de
surface, la dimension thymique apparaît maintenant comme étant une dimension
autonome; au niveau discursif, se distinguent le rôle thématique (de l'action) et le
rôle pathémique (de la passion), les thèmes et les pathèmes comme «ensemble des
conditions discursives nécessaire à la manifestation d'une passion-effet de sens»
[85].

Par rapport à l'Introduction et à «L'épistémologie des passions», «À Propos de


l'avarice» et «La jalousie» présentent quelques variations sensibles : parfois le
dispositif en est un d'attachement et de détachement, d'attraction et de répulsion;
la disposition est celle des styles sémiotiques conduisant à une attitude ou à une
conduite, qui sont des formes de passage à l'acte [130-131]. Le dispositif
pathémique (de la jalousie) se voit défini comme «dispositif de dispositifs» [256],
où l'attachement rompu, le sujet est menacé de «régresser à un stade
présémiotique où rien n'aurait plus aucune valeur pour lui» [201]... Plus loin, la
transformation est accolée au niveau sémio-narratif, l'émotion au niveau discursif
et le comportement au parcours figuratif [261]. Par ailleurs, le caractère «dérive
directement de la récurrence fonctionnelle», tandis que letempérament est «la
domination d'un rôle pathémique sur les autres» [178].

Pour résumer ce qui précède, il est éclairant de mentionner la comparaison de


Greimas et Fontanille : «le sujet passionné fonctionne comme certaines mémoires
de sauvegarde en informatique : d'une part les fichiers sont stockés de manière
compacte, illisibles et inutilisables tels quels, et d'autre part il existe une
commande qui les restaure et les rend accessibles à l'utilisateur; le dispositif
modal serait à l'image de cette version "compressée" et non accessible, le principe
protensif et régissant serait la commande de restauration et la disposition serait le
résultat lisible et accessible et, par conséquent, opérationnel de l'ensemble de la
procédure» [77-78].

Notre entreprise n'en étant pas une de falsification (épistémologique) mais


d'homologation (épistémique), il nous semble préférable d'établir des
correspondances ou des équivalences entre les théories. Il appert que le parcours
génératif est vidé de sa sémiotique fondamentale au profit du niveau
épistémologique et qu'il se trouve ainsi réduit à la grammaire sémio-narrative et à
la sémiotique discursive. Bien d'autres réaménagements avaient déjà été proposés
auparavant -- par Zilberberg surtout [cf. Essai sur les modalités tensives, les
entrées signées C. Z. dans le Dictionnaire 2 et Raison et poétique du sens, ainsi
que notre article compte rendu] -- ou l'ont été depuis. Le dispositif de la
(pro)tensivité (tonicité, tonalité) n'a pas besoin d'être nécessairement ancré dans
l'intentionnalité (husserlienne) : il peut l'être dans la disposibilité(heideggérienne)
["Stimmung" comme prédisposition]. La protensivité, comme masse phorique ou
masse thymique, ressemble étrangement à la chora platonicienne et c'est la
définition kristevienne du sémiotique (par rapport au symbolique) qui réapparaît,
mais d'une manière non sémanalytique et non métapsychologique -- peut-
être présémiotique? En outre, la phorie (présyntaxique) n'est qu'un squelette sans
la chair de lathymie (présémantique).

Une décision (épistémologie) a été prise : celle qui consiste à ne plus identifier
la sémiosis et la forme, la valence débordant sur la substance [cf. infra]. Il est vrai
que la substance est déjà embryonnaire dans ladeixis; ce qui nous avait déjà
amené à proposer que la dénégation (déictique) précède la négation (sémiotique);
c'est la dénégation inconsciente (au sens métapsychologique), la (dé)négation
comme (dis)jonction, qui provoque «l'ébranlement de la plénitude tensive» [24],
«l'ébranlement du sens» (33], «le premier ébranlement du sens» [229],
«l'ébranlement phorique fondamental» [214-215]...

Par ailleurs, plutôt que de continuer de penser le dispositif en termes de niveaux,


de couches -- ce qui a pour effet de maintenir la discontinuité dans la continuité --,
il nous semble plus économique de distinguer lecours génitif du sens (signifiance
et signature; voix comme récit et rythme en analyse textuelle ou en grammaire du
texte) et le parcours génératif de la signification (grammaire). Le cours génitif est
un réseaucontinu et le parcours génératif est un ensemble discontinu de niveaux :
par rapport aux instances des niveaux (syndromes), il y a l'insistance ou
la résistance radicante du réseau (rhizome).

Le (par)cours génitif est au (dis)cours génératif ce que la passion est à l'action, ce


que la passion du récit est au récit de la passion : c'est la sève de l'arbre, des
racines aux feuilles; c'est le "principe vital", sans lequel le parcours génératif est
sans recours et d'aucun secours dans l'analyse du discours -- mais c'est sans doute
un principe davantage généalogique que génétique, un principe de vie irréductible
à un principe biologique ou anthropologique, parce qu'il a comme contrepartie
un principe de mort : c'est un principe anthropique!
1
CONVERSATIONS AVEC JACQUES FONTANILLE
Jean Cristtus PORTELA
1
Résumé : Cet entretien porte sur le parcours intellectuel de Jacques Fontanille,
fondateur du Centre de Recherches Sémiotiques de l’Université de Limoges et
responsable du Séminaire Intersémiotique de Paris, théoricien dont l’activité
scientifique se mêle au parcours historique et théorique de la Sémiotique d’origine
greimassienne. Dans cette interview par courrier électronique réalisée l’été 2006,
Fontanille parle des épisodes qui ont marqué les débuts de son travail comme
sémioticien et notamment des développements les plus récents de la Sémiotique.
Mots-clés : Sémiotique ; Passion ; Tensivité ; Epistémologie ; Didactique ; Pratique.
Quand on fait de la Sémiotique, on sait bien que dire d’un acte qu’il n’a pas de
sens ou qu’il n’obéit à aucune logique, c’est faire preuve de paresse intellectuelle.
D’une part, cela m’interdit de prétendre à quelque neutralité que ce soit dans cette
série de questions que j’ai posées à Jacques Fontanille ; d’autre part, cela m’oblige
d’emblée à rendre plus clair le projet initial de ces conversations : dans ce dialogue, je
n’avais pour but que de tenter d’éclairer quelques zones d’ombre dans le passé récent
de la Sémiotique, en interrogeant le parcours de celui qui est sans aucun doute un des
partisans les plus combatifs de ce véritable projet éthique (pour reprendre une
expression qui lui est chère).

1
Doctorant en Linguistique et Langue Portugaise à la Faculté des Sciences et Lettres,
Unesp, 14800-901,
Araraquara, São Paulo, Brésil. Doctorant en cotutelle de thèse en Sciences du Langage
(Sémiotique) à
l’École Doctorale « Sciences de l’Homme et de la Société », Unilim, 87036, Limoges,
Haute-Vienne,
France. Adresse électronique : jeanportela@uol.com.br .2
Pendant une quinzaine de jours nous avons échangé des messages qui montrent
le goût de ce chercheur pour la discipline dans laquelle il s’est engagé depuis bientôt
35 ans. Fontanille montre dans cet entretien que, pour un sémioticien, il n’y a pas de
mauvaise question et surtout qu’il n’y a absolument pas de mauvais questionnement.
Last but not least, poussé par une reconnaissance qui n’est pas du tout
rhétorique, j’aimerais remercier Jacques Fontanille pour avoir gentiment accepté cette
suite de conversations et pour avoir souvent et discrètement corrigé mon texte.
Limoges, juin-août 2006
Les années de formation
D’abord, si cela ne vous gêne pas, bien sûr, j’aimerais que vous parliez de vos origines
et de votre formation avant l’Université. Vous êtes limougeaud, d’ailleurs un des rares
limougeauds que je connais…
Je suis né à Limoges, dans une famille issue de la paysannerie limousine, et j’ai
fait mes études secondaires dans cette même ville. J’ai suivi ensuite une formation de
littérature et linguistique, et j’ai passé les diplômes universitaires de Lettres Modernes.
J’étais destiné depuis l’adolescence à entrer dans l’enseignement, puisque mes parents
m’avaient inscrit dans une filière qui préparait au métier d’instituteur, et ensuite j’ai
préparé le métier de professeur de collège et de lycée, avant de faire mes deux thèses et
d’entrer à l’université. Professionnellement, j’ai connu et pratiqué tous les types
d’enseignement, depuis la maternelle jusqu’au doctorat, mais avec des rôles très
variables.3
Oui, je suis limousin (« limougeaud » désigne l’habitant de Limoges, et je me
sens plus habitant de la région Limousin que de la ville de Limoges), et j’appartiens
donc à une espèce rare : le Limousin est une des régions les moins peuplées d’Europe.
Ce qui est rare est précieux, évidemment !
Êtes-vous particulièrement attaché à la culture du Limousin ? À l’occitan de chez vous,
à la gastronomie peut-être… ?
J’ai un peu parlé l’occitan avec mes grands-parents et leurs voisins, dans le
village où ils habitaient, et je l’ai surtout beaucoup entendu : je suis donc surtout un
occitanophone passif ! Mais cela ne m’a pas particulièrement marqué, sinon que par
nostalgie de mon enfance, j’aimerais encore aujourd’hui entendre l’occitan dans les rues
de Limoges ; mais c’est bien fini : on y entend plus d’anglais (d’Angleterre) que
d’occitan.
De fait, ce n’est ni la gastronomie ni la langue qui m’attachent au Limousin,
mais les paysages, qui ont profondément modelé mon rapport à l’espace, à la couleur et
à la lumière. Il y a des lieux et des points de vue, qui sembleraient anodins pour la
plupart des gens, que je regarde à chaque passage comme si je les voyais pour la
première et pour la dernière fois en même temps. Ces paysages, je les emporte avec moi
partout dans le monde, ils sont ma référence intérieure, et j’aimerais les emporter avec
moi jusque dans l’au-delà, si on m’y autorise…
Comment s’est passée votre formation universitaire ?4
Je vous ai déjà dit l’essentiel sur ma formation. Quand j’ai choisi les lettres, j’ai
déçu et fâché tous mes professeurs de physique et de mathématiques. Je ne sais pas
pourquoi j’ai fait ce choix, c’est ainsi.
Sur cette période universitaire, je retiens deux choses qui m’ont marqué.
D’abord, je suis entré dans l’enseignement supérieur en 1968-69, au beau milieu
des révoltes étudiantes, au moment où on inventait en France les nouvelles universités,
et cela laisse des traces ; je crois que c’est à ce moment-là que j’ai appris, tout
ensemble, la réflexion politique, la contestation des disciplines traditionnelles, le besoin
d’une recherche de pointe pour le renouvellement des enseignements, le goût de la
provocation et de l’insolence.
Et ensuite, de mes années de formation universitaire en littérature, j’ai appris,
non pas à lire, mais à me dégoûter définitivement de la rhétorique vaine des exercices
académiques ; j’ai même fait des expériences, avec mes professeurs, pour les « tester »
sans qu’ils le sachent : avec chacun, une fois je faisais « la dissertation du bon élève »,
avec la bonne rhétorique standard, et la fois suivante je faisais une étude structurale, ou
toutes sortes de choses qui ne respectaient pas la rhétorique académique. L’écart entre
mes notes était stupéfiant : de 5 à 18 sur 20, mais pas toujours dans le même sens, selon
les professeurs ; évidemment, c’était leur propre conception de l’analyse littéraire qu’ils
notaient ! Mais j’ai tout de même arrêté les tests pour pourvoir passer les examens et les
concours sans risque !
Vous n’aviez que 19 ans en mai 68…
J’entrais dans l’enseignement supérieur ! J’ai passé beaucoup de temps dans les
manifestations de rue. Et j’ai quand même réussi à passer mes examens…5
D’après vos analyses, on sait bien que vous aimez Aragon, Apollinaire, Eluard, Gide et
Proust, bien sûr… Vous aimez les « modernes », on le sait, mais il me semble que vous
n’aimez pas beaucoup l’expérimentalisme de vos contemporains, comme celui de
Queneau ou Perec, par exemple.
Je pense que ma formation y est pour quelque chose et que, quand on s’efforce
d’avoir une distance critique sur sa propre formation, on ne peut pas tenir cette exigence
sur tous les plans, sinon on se marginalise. En effet, ma formation était orientée vers les
programmes de formation à l’enseignement, et « mes » auteurs sont ceux que l’on
propose aussi aux élèves dans les lycées. Mais il se trouve que j’y prenais aussi du
plaisir, et qu’il y a chez ces auteurs de la ressource pour l’analyse. J’ai découvert
Queneau et Perec plus tard, mais sans enthousiasme.
Et votre amour pour Proust ? Cela date du début de vos études universitaires ?
Proust, c’est une autre histoire : j’ai commencé à lire La Recherche du Temps
Perdu dans les années 70, et je n’ai pas cessé pendant vingt ans. Il faut dire que je n’ai
jamais réussi à lire l’ensemble d’un bout à l’autre en suivant, et que si j’ai tout lu et relu
plusieurs fois, c’est parce que j’ai traité La Recherche comme un hypertexte : en
naviguant en avant et en arrière, en sautant des passages et en reprenant les mêmes à
satiété. Proust, c’était pour moi la résistance du texte, un texte qui m’échappait sans
cesse. La résistance du texte, c’est le début de la sémiotique, parce que la sémiotique,
c’était pour moi au début une méthode qui devait faire plus et mieux que la lecture 6
intuitive, et Proust résistait à la lecture intuitive. Perec, par exemple, ne résiste guère, et
la mécanique n’est pas même dissimulée sous le capot du moteur.
Proust, pour moi, c’est aussi un laboratoire permanent, multiforme. C’est une
banalité de dire cela, mais je ne connais pas d’œuvre qui soit aussi proche d’un
laboratoire sémiotique, et où la fiction ressemble à ce point à un essai philosophique,
psychologique et sémiotique.
La sémiotique (re)trouvée, la connaissance d’A. J. Greimas
Quand et comment avez-vous découvert la sémiotique ?
En lisant Sémantique structurale [1966] et le Maupassant [1976], et en
recherchant une théorie du texte qui soit compatible avec mes études de linguistique.
Cela se passait en 1972, j’avais réussi le concours de l’agrégation de l’enseignement
dans les lycées, j’étais en somme libéré des obligations antérieures, et je cherchais à
définir un projet intellectuel personnel. En fait, je ne recherchais pas la sémiotique, mais
une sorte de conciliation entre les sciences du langage et les approches textuelles ; j’ai
rencontré la sémiotique parce que Greimas est le seul des « maîtres » de l’époque qui ait
répondu personnellement à mon appel sur cette question, en m’écrivant « venez à Paris
voir ce que nous faisons ». Et c’est seulement en fréquentant le séminaire de Greimas
que je me suis rendu compte que sa « sémantique structurale » appliquée aux textes était
en fait une théorie générale de la signification. J’ai découvert alors l’ouverture du
champ sémiologique à l’ensemble des modes d’expression.7
Comment s’est passée votre première rencontre avec Greimas ?
Rencontre très ordinaire, d’un étudiant qui venait de Poitiers (où j’enseignais
dans un lycée) pour demander à un professeur de bien vouloir diriger sa thèse. En fait, il
m’a adressé à Coquet, sur le moment, mais avec Coquet, cela n’a pas marché, et
Greimas m’a pris sous sa direction.
Alors vous habitiez à Poitiers…
Oui, où j’avais terminé mes études universitaires et commencé ma carrière de
professeur « toutes catégories ».
Quel était-il le statut universitaire de la sémiotique à l’époque ?
A l’époque, la sémiotique était clairement un prolongement de la linguistique
dans l’analyse des textes. Il y avait aussi le projet d’une sémiologie générale qui venait
de Saussure, mais dans les faits, c’était l’époque des linguistiques textuelles, des
analyses structurales des textes, et d’une manière générale de la « nouvelle critique
littéraire » et du structuralisme.
Si on pense à J. Courtés, J.-C. Coquet, C. Zilberberg, E. Landowski, I. Darrault-Harris,
J.-F. Bordron ou encore au jeune F. Rastier que, dès la fin de années 60, travaillait
déjà avec Greimas – et cela pour ne citer que quelques collaborateurs français – vous
étiez le « cadet » des grands sémioticiens qui ont travaillé dans les premières années de
la théorie, n’est-ce pas ?8
Oui, nous étions deux « cadets » dans le groupe, arrivés la même année dans le
séminaire de Greimas, Denis Bertrand et moi. Si j’ose dire, on ne s’est plus jamais
quittés, lui et moi. Il nous a fallu un peu plus de temps pour nous faire accepter par les
plus anciens, juste le temps d’apprendre un peu de sémiotique.
J’explique à tous mes étudiants qui s’effraient de la difficulté de la sémiotique
qu’en arrivant dans le séminaire de Greimas, j’ai été frappé par quatre choses d’inégale
importance : (i) la densité de la fumée de cigarette qui nous mettait en apnée pendant
deux heures ; (ii) la voix hésitante et si étrange de Greimas, en public ; (iii) la foule, qui
débordait de la salle jusqu’au milieu des escaliers ; (iv) et le fait que la moitié des
participants du séminaire ne comprenait pas plus de 30% de ce qui se disait. J’ai mis six
mois (six mois de lectures acharnées) pour commencer à comprendre de quoi on parlait
dans ce séminaire.
Mais l’effort en valait la peine.
Vous étiez bien le cadet, mais, par contre, vous vous êtes engagé au projet greimassien
comme peu d’entre eux…
Question de tempérament et de constance ! Un des participants assidus de ce
séminaire, dont j’ai oublié le nom depuis et qui a disparu dans l’anonymat, avait
commenté aigrement mon attitude et ma place grandissante dans ce séminaire, en
disant : « finalement, il suffit de persister et de résister pour être toujours là ! ». Beau
pléonasme apparent : oui, mais persistance et résistance, ce sont des compétences
« humaines, pathémiques et morales », et pas des compétences « intellectuelles et
cognitives ». C’est avec Greimas aussi que j’ai appris que pour faire une carrière de 9
chercheur au plan international, il faut, disait-il par provocation, 20% d’intelligence
pure et 80% de facultés d’une autre nature, notamment de qualités humaines. C’est ce
qui manque aujourd’hui en France à la génération des jeunes sémioticiens : la
générosité, la disponibilité, la constance, l’abnégation. Jean-Luc Godard disait que le
« travelling » était au cinéma une affaire de morale ; moi, je soutiens que le carré
sémiotique et le parcours génératif, c’est aussi une affaire de morale intellectuelle et
d’éthique professionnelle.
Apparemment, un de vos premiers thèmes de travail en sémiotique a été le problème du
savoir, de la dimension cognitive. De cette époque datent votre thèse de troisième cycle
sur la dimension cognitive chez Aragon (1979) et votre thèse d’Etat sur le point de vue
dans le discours (1984), toutes les deux dirigées par Greimas…
C’était la question d’actualité, à l’époque, puisque le séminaire sur les modalités
venait juste de se terminer, le numéro 43 de Langages [1976] était publié, et l’article de
Greimas sur la véridiction aussi. Et de plus, Genette avait déjà publié Figures III [1972],
où ces questions sont au centre du chapitre « Discours du récit », et je proposais en
quelque sorte à Greimas de montrer la supériorité heuristique et analytique de son
modèle sur le terrain même de Genette (que j’admire beaucoup par ailleurs !).
Comment Greimas était-il en tant que directeur de thèse ?
Très libéral, discret et parfois intransigeant. Quand je lui montrais des chapitres,
il ne faisait pas grand chose d’autre que m’encourager à écrire la suite. Sa principale 10
intervention a consisté, pour les deux thèses, à m’arrêter : « ça suffit, c’est assez
volumineux, il faut soutenir ! »
En soutenance, il était terrible, sans aucune agressivité, mais aussi sans aucune
indulgence. Et il y avait chez lui une exigence que j’ai mis longtemps à comprendre (ce
qui me rassure, c’est que certains n’ont toujours pas compris !), et qui était de nature
éthique : la rigueur était chez lui une posture éthique, une exigence d’impersonnalité de
l’écriture scientifique, où les contraintes de l’objet et de la méthode d’analyse
fournissaient la seule armature de l’exposé écrit.
L’épistémologie, pour lui, devait être minimale (c’est ce qu’il appelait le
« minimum épistémologique »), et ce minimalisme était une règle d’éthique
intellectuelle. Concrètement, ce minimum, c’est le « minimum d’indéfinissables » : bien
sûr, cela alourdit considérablement le corpus définitionnel de la base conceptuelle, mais
c’est cela l’éthique sémiotique : s’imposer un système conceptuel totalement défini et
interdéfini, et laisser le moins de choses possibles dans l’ombre ! Et cette posture
intellectuelle interdit du même coup au « maître » de se comporter comme un
« gourou » ou un homme de pouvoir, car il doit tout déclarer, tout définir, et les notions
vagues, implicites ou trop générales qu’il ne parvient pas à expliciter sont sa part
d’impuissance, et non son savoir réservé et secret (le minimum épistémologique,
justement).
La réaction contre la théorie dans les sciences humaines, avec le retour de
balancier post-structuraliste, a consisté à renverser l’équilibre : moins de définitions,
moins de concepts identifiés et explicités, donc moins de métalangage, et plus
d’implicite, de savoir réservé, de procédures secrètes et de talents non partagés. A
l’époque de ma thèse, Barthes représentait pour nous (et d’abord pour Greimas)
exactement cette autre posture intellectuelle, puisque dans les dix dernières années de sa
11
vie, Barthes multipliait les indéfinissables et les indéfinis, faisait jouer son talent et son
charme intellectuels au détriment de l’exigence méthodologique et conceptuelle.
Greimas avait beaucoup de charme et de talent aussi, mais il n’en faisait usage que dans
la conversation privée et la relation amicale : dans la pratique scientifique, il s’imposait
une abstinence étonnante. J’ajoute qu’au début de la direction de ma première thèse,
comme j’écrivais des choses baroques et mal contrôlées pour avoir l’air intelligent à
meilleur compte, il m’a tout simplement proposé de passer sous la direction de Barthes :
la honte !
C’est auprès de lui que j’ai appris à diriger des recherches, en corrigeant un peu
sa méthode, qui n’était vraiment pas assez « interventionniste ». D’abord, le rôle d’un
directeur de thèse, ce n’est pas d’être un père, une mère ou un professeur : un directeur
de recherche créé les conditions scientifiques, dans une discipline, pour que des
doctorants trouvent matière à faire des recherches personnelles dans un projet collectif.
Greimas dirigeait ses doctorants à travers la méthode de ses séminaires et le contenu de
ses livres, et pas en réécrivant dans le détail les thèses de ses doctorants : j’ai essayé de
faire comme lui, tout en aidant un peu plus que lui chacun de mes doctorants. Ensuite, le
directeur de thèse est le premier lecteur, le premier critique, en même temps que le
coresponsable de la thèse, et il doit être sans aucune complaisance, jusqu’à la soutenance.
Je dois dire que c’est une position qui est aujourd’hui parfois difficile à tenir : il
se fait de plus en plus de thèses, avec de plus en plus de bourses de thèse, et avec de
plus en plus de doctorants qui n’ont pas toujours au départ l’envergure intellectuelle
pour faire une thèse ; on bute souvent aussi sur le fait que trop de ces candidats au
doctorat ont peur de la discussion intellectuelle, et s’effondrent dès qu’on discute trop
leurs écrits. Mais c’est aussi une position qui donne des résultats parfois magnifiques,
des thèses originales, des contributions essentielles à la discipline.12
A la fin des années 80, la sémiotique est en train de connaître une révolution… Quels
sont vos souvenirs de cette époque-là ?
La fin des années 80, une fois posée la théorie des modalités, qui faisait la
transition entre la sémiotique du récit et celle du discours, c’est d’abord le séminaire sur
les passions, le virage « sensible » des recherches sémiotiques, la montée en puissance
des approches phénoménologiques, c’est le moment où prend naissance la sémiotique
qui se fait aujourd’hui.
Mais c’est aussi l’époque de la « guerre des paradigmes » et du « combat pour la
succession », les deux allant de pair : la théorie des catastrophes (Petitot), la sémiotique
subjectale (Coquet), la socio-sémiotique (Fabbri, Landowski)…et autant de prétendants
à la succession de Greimas.
De fait, Greimas a essayé de préparer cette succession, en organisant mieux le
groupe de chercheurs qu’il avait réunis, en s’efforçant de créer une solidarité et de
nouvelles habitudes de travail, et suscitant des travaux et des projets qui devaient se
dérouler sans lui. Mais comme tout autre grand maître à penser, il n’a pas réussi à régler
sa succession, et elle s’est réglée toute seule, une fois qu’il a cessé de s’en occuper, si
j’ose dire par la force des choses, et malheureusement après sa mort.
Elle s’est réglée toute seule, en ce sens que ceux qui voulaient lui succéder pour
développer leur propre projet singulier ont continué à développer ce projet en se
marginalisant de plus en plus, ou en quittant le domaine sémiotique, et que ceux qui
avaient à la fois l’énergie et le souci de l’intérêt collectif de la discipline, se sont
retrouvés à gérer la « succession » sans l’avoir demandé.13
Au cours de ces dernières années de la vie de Greimas, je m’étais un peu éloigné
des querelles et des agitations, à la fois parce que j’étais en train de m’installer à
l’Université de Limoges, et que j’avais à faire ici, et aussi parce que je ne sentais pas
concerné par le « combat des chefs ». C’est à ce moment-là que Greimas m’a proposé
de faire avec lui (ou plutôt « pour lui », certains insinuent « contre lui ») le livre sur les
passions, et c’est à ce moment-là que les choses ont pour moi changé de dimension.
Mais il faut préciser à ce sujet qu’en faisant le livre sur les passions, et en le
faisant de la manière que vous connaissez, j’étais moi-même en train de créer, sans le
vouloir clairement, et parallèlement à Claude Zilberberg, un « paradigme », celui qui
deviendra « la sémiotique tensive » (dont je n’avais pas la moindre perspective à
l’époque). Cela aura quelques conséquences sur la vie du groupe fondé par Greimas.
Greimas a disparu en février 1992… Dans ce moment-là quel était le rôle de Greimas
au Séminaire, était-il toujours présent jusqu’à sa disparition ? Qui parmi ses
collaborateurs a pris la direction du Séminaire ?
Dans les dernières années, Greimas essayait de préparer sa succession : d’un
côté, il y avait ce que je viens d’évoquer, la bataille pour les paradigmes du futur, et de
l’autre, il y avait le séminaire, un outil collectif irremplaçable, un des seuls séminaires
créés l’époque du structuralisme qui fonctionnait encore (et qui fonctionne toujours !). Il
avait réparti les rôles, et j’étais chargé d’organiser ce séminaire, de faire les invitations,
le calendrier, et lui venait, et dirigeait les séances ; puis il est venu irrégulièrement, et
plus du tout, quand la maladie l’a saisi.
A cette époque, j’étais le seul de ses anciens élèves qui était à la fois « neutre »
dans la guerre des paradigmes, et intégré de manière durable dans l’université avec un 14
poste de Maître de conférences, puis de Professeur. Il m’avait demandé de reprendre la
publication des Actes Sémiotiques à Limoges, ce que l’ai fait, et de « gérer les acquis »
(le séminaire, la vie collective du groupe, etc.).
Quand il est mort, j’ai agi comme s’il était toujours là, sauf qu’il fallait à ce
moment-là choisir les thèmes du séminaire, définir l’avenir de la discipline, penser la
stratégie, et travailler à l’ancrage institutionnel de la sémiotique. Mais la « petite
bande » des fidèles était là, et nous avons depuis cette époque tout fait ensemble,
pendant quinze ans : Denis Bertrand, Claude Zilberberg, et plus tard Jean-François
Bordron. Eric Landowski avait pris ses distances (souvent quelques milliers de
kilomètres !), Jean-Marie Floch participait, mais il était trop occupé par son métier, et
sans doute aussi était-il tenté de prendre des distances. Anne Hénault résidait au
Canada, et elle était aussi de fait à distance. Joseph Courtés était « retiré sur ses terres »
à Toulouse, malheureusement pour des raisons personnelles préoccupantes, et qui ont
beaucoup affecté toute la communauté des sémioticiens. Jean Petitot et Jean-Claude
Coquet avaient leur propre séminaire, et surtout leurs propres perspectives théoriques ;
ils ont parfois participé au séminaire intersémiotique, mais comme conférenciers invités.
Il faut aussi rappeler que juste après la mort de Greimas, c’est grâce à Jean Petitot que le
séminaire intersémiotique a pu être inscrit à l’EHESS. Ensuite, il est devenu mon
séminaire à l’Institut Universitaire de France, mais il est toujours dans les programmes
de l’Ecole.
Pour beaucoup des anciens élèves de Greimas, le deuil a été difficile. L’idée
même que le séminaire et la recherche collective devaient continuer n’était pas partagée
par tout le monde ; pour certains, la moindre responsabilité assumée par l’un de nous
était déjà une prise de pouvoir menaçante ; pour d’autres, la moindre publication ou
republication des œuvres de Greimas était devenu une affaire d’Etat, ou d’Ego, selon le
15
cas. Pour ma part, je ne me suis posé aucune question superflue : Greimas m’avait
confié non pas sa succession, mais la charge de m’occuper du séminaire, des
publications et de l’avenir d’une partie de ses membres qui n’avaient pas de
rattachement universitaire, et je l’ai fait.
Sans oublier les belles « Considérations méthodologiques » à guise d’introduction au
Dictionnaire du moyen français (1992), que Greimas a publié avec Teresa KeaneGreimas
(à l’époque T. Mary Keane), on peut dire que c’est avec vous qu’il a fait ses
derniers écrits théoriques : Sémiotique des passions (1991), auquel vous avez déjà fait
allusion tout à l’heure, et l’introduction de Le discours aspectualisé (1991). Comment
se passaient ces collaborations ?
L’introduction au Discours aspectualisé, je l’ai faite seul et l’ai soumise à
Greimas pour la co-signature. Sémiotique des passions, c’est autre chose : il y avait le
recueil des notes de séminaire de Greimas (deux années consacrées aux passions),
recueil qui a été par ailleurs mis à disposition des chercheurs à la bibliothèque du Centre
de Recherches Sémiotiques de Limoges. C’est à partir de ces notes que j’ai tout rédigé.
Mais les différentes parties ont été traitées très différemment : le gros chapitre
« Epistémologie et méthodologie des passions » a fait l’objet de plusieurs « navettes »
entre Greimas et moi, a été très longuement discuté et même disputé ; je l’ai réécrit
entièrement plusieurs fois ; le chapitre sur l’avarice a posé moins de problèmes, et je me
suis contenté de le rédiger à partir des notes de Greimas, et d’ajouter mes propres
considérations, qu’il a acceptées ; le chapitre sur la jalousie a été entièrement conçu et
rédigé par moi, et Greimas a fait peu de remarques. J’ai enfin obtenu qu’il rédige
luimême une dizaine de pages d’introduction, et autant en conclusion.16
Pour écrire ensemble, on ne doit pas seulement partager une même vision de ce qu’on
fait, mais on doit aussi, avant tout, faire des concertations, de petites concessions…
Oui, plus que de « petites concessions », car si nous partagions le même objectif,
Greimas et moi, nous avions à l’évidence des conceptions différentes sur la manière de
l’atteindre. Ce même objectif, c’était d’exploiter le gisement théorique de plusieurs
années de travail collectif sur les passions. Mais la conception de Greimas consistait à
affirmer la « continuité » ; la mienne portait plutôt à la « rupture » ; d’où la tension,
dans ce livre, entre le rappel des « acquis » et la promotion de la perspective tensive.
Il faut préciser que, parallèlement, Greimas écrivait De l’imperfection [1987],
dans un dialogue permanent avec Teresa Keane-Greimas, et que sa « rupture » à lui était
plus esthésique que tensive. Il m’a confié un jour, en commentant le sous-titre de
Sémiotique des passions, « Des états de choses aux états d’âme », que dans ce livre, il
estimait que nous avions « manqué les états d’âme ». J’en conviens volontiers, mais les
« états d’âme », c’était son projet, et pas le mien.
Vos « auteurs fétiches » sont là, tout au long de Sémiotique des passions …
Un homme se définit aussi par les textes auxquels il revient toujours. C’est une
des vertus de la recherche sémiotique : on peut revenir pendant dix ans sur les mêmes
textes, et y trouver à chaque fois des choses différentes. C’est la raison pour laquelle j’ai
décidé quelques années plus tard de faire Sémiotique et littérature [1999] : la plupart des
textes que j’étudie dans ce livre m’ont suivi pendant une dizaine d’années. Et publier le
17
livre, c’était une manière d’arrêter ce processus infini : en finir, pour pouvoir passer à
autre chose.
Cognition, corps, transdisciplinarité
Pourriez-vous parler un peu de Le savoir partagé (1987) et de sa suite « naturelle », Les
espaces intersubjectifs (1989). Ce sont deux œuvres de souffle publiées à peine deux ans
une après l’autre…
Je vous ai expliqué que Greimas a dû m’arrêter dans la rédaction de ma thèse
d’Etat, car j’étais arrivé à huit cent pages bien tassées. Elle était soutenable, certes, mais
pas publiable, et pour plusieurs raisons : d’abord en raison de la taille, ensuite en raison
de la difficulté technique de l’exposé, et aussi parce que j’avais pris en certains passages
des risques excessifs et inutiles, et enfin parce qu’elle comportait plusieurs
problématiques enchâssées qui méritaient d’être extraites et publiées séparément.
J’ai donc tout repris, supprimé les parties les plus faibles, découpé en deux
ensembles ce qui restait, et tout réécrit en un an pour en faire deux livres systématiques,
cohérents et utilisables.
J’ai bien fait, parce que le devenir de l’un et de l’autre diffèrent en tout : Le
savoir partagé, qui était mon jardin secret (à cause de Proust, de la théorie du savoir, et
de la dimension cognitive), a été très peu lu, peu cité, vite oublié (le lieu d’édition y est
sans doute pour quelque chose, mais cela n’explique pas tout) ; Les espaces subjectifs,
qui était plus méthodologique, plus appliqué, plus « vendeur », mais moins essentiel à 18
mes yeux, a été lu partout, cité des milliers de fois, utilisé dans des dizaines de thèses, et
il fonctionne toujours.
Je dois reconnaître pourtant que le premier a moins bien vieilli que le second, et
qu’il témoigne d’une manière de faire de la sémiotique qui ne serait plus celle
d’aujourd’hui, et que ceci explique sans doute cela.
Vos travaux sur la dimension cognitive ont servi pour « faire le point » sur la question
du sujet connaissant en sémiotique : en postulant l’importance de la perception et de la
« sensibilité » du sujet – bien sûr, vous n’avez pas été le seul à le faire – vous êtes
finalement parvenu à construire un sujet doté de multiples facettes. A l’époque,
l’entreprise de « Sémiotique des passions » en est le point culminant, un éloge du sujet,
en quelque sorte ?
Je ne suis pas sûr d’avoir fait un éloge du « sujet ». D’abord parce que la
sémiotique des passions s’intéresse à l’« actant », et pas nécessairement au « sujet » ;
ensuite, parce que Coquet a bien montré, par ailleurs, que l’actant ne peut être un
« sujet » que sous certaines conditions méta-modales, et que l’état passionnel de l’actant
n’est pas la meilleure situation pour en faire un « sujet ». Je me suis d’ailleurs toujours
intéressé à l’actant, depuis la sémiotique de l’observateur jusqu’à celle du corps ; et
dans ce parcours, la « subjectivité » (plutôt que le « sujet ») a toujours été pour moi un
des « effets » possibles, un effet de la structure de l’actant.
A cet égard, j’ai toujours été fasciné par les conversions actantielles, et la
réversibilité des relations actantielles : le jeu des facettes et des combinatoires modales
et passionnelles permet de passer en effet de l’« objet » au « sujet », entre autres, avec
de nombreux stades intermédiaires. Si on se reporte par exemple à la manière dont la 19
théorie des catastrophes traite les relations actantielles, grâce à la modification des
énergies dans les « puits de potentiel », on s’aperçoit que la distinction entre sujet et
objet est strictement relative à l’état de ces potentiels, et non à une pré-détermination
indépendante.
La multiplication des paliers, des niveaux de pertinence, nous a bien montré combien le
sujet peut être « schizophrène », clivé, brisé, malgré l’ordre essentiel qui le tient…
malgré son corps ?
Si on se reporte à De l’imperfection, on constate que la déhiscence, le clivage, la
coupure, etc., sont des conditions élémentaires de l’émergence du sens. Dans
Sémiotique des passions, c’est la « sommation » qui joue ce rôle, avec sa part de
négation, qui arrête les flux, provoque une délimitation et une extraction, etc. Donc a
fortiori, si l’actant a un corps, ce corps ne devient signifiant que s’il connaît lui aussi de
telles déhiscences, de tels décrochages. Je ne sais pas s’il s’agit de schizophrénie ; je
crois que le « clivage » schizophrène, c’est justement celui qu’on arrive jamais à
réparer. Or le clivage sémiotique élémentaire étant une demande de sens, le sens, c’est
très exactement ce qui vient réparer la négation originelle. Donc un actant clivé et
« réparé » est tout simplement un actant chargé de sens !
Vous avez toujours eu le goût de la transdisciplinarité. Depuis votre thèse d’Etat – dont
l’esprit transdisciplinaire a bien été repéré par J.-L. Excousseau (1984) – à Soma et
Séma (2004), vous n’avez pas cessé de faire des allusions plus ou moins explicites au
cognitivisme, à la psychanalyse…20
Le goût de la transdisciplinarité, c’est sans doute d’abord celui du risque
intellectuel. Mais c’est aussi le signe d’une impatience : on affirme d’un côté que les
hypothèses et les modèles de la sémiotique ont une pertinence transversale, dans la
mesure où la signification est une propriété commune à l’ensemble des faits humains, et
on sait aussi que les exigences de scientificité imposent à chaque recherche particulière
de se fonder dans un champ disciplinaire strictement défini ; on espère donc un
croisement des résultats disciplinaires, qui ne vient jamais. Donc, quand on est
suffisamment impatient et imprudent, on est tenté d’opérer ce croisement tout seul.
Mais l’enjeu est de taille, car la sémiotique n’est pas une discipline parmi les
autres ; elle ne pourrait d’abord pas exister sans les autres disciplines, qui traitent de la
« substance » du contenu et/ou de l’expression ; ensuite, elle traite de la « forme »,
c’est-à-dire de ce qui se passe quand on réunit les deux plans d’une sémiotique-objet. Il
y a donc des « règles » ou des « régularités » à étudier, qui sont non seulement
transversales par rapport aux résultats des autres disciplines, mais en outre,
d’application ultérieure par rapport à ces résultats. J’ai écrit quelque part que la
sémiotique était une « trans-discipline d’aval » : les phénomènes sont hétérogènes,
plusieurs disciplines doivent s’en emparer, mais la résolution de cette hétérogénéité,
grâce à la sémiosis, n’appartient pas à ces disciplines, mais bien à la sémiotique, qui
construit la « signification » de ces phénomènes.
En ce qui concerne la psychanalyse, un des vos premiers articles scientifiques portait
justement sur un texte de Freud.
2
Et maintenant on voit le vieux Freud revenir en Soma
et Séma. Est-ce vraiment une affinité de longue date ?

2
Cf. Fontanille (1983).21
Affinité n’est pas le mot. Il y a à l’évidence de nombreuses zones de complicité
entre la sémiotique et la psychanalyse, et Ivan Darrault, par exemple, l’a montré très
clairement. Mais je n’en ai exploité qu’une seule, à la fois par prudence et par manque
de compétence : cette zone de recoupement se rencontre avec toutes les sciences
humaines et sociales, chaque fois qu’elles se donnent des modèles d’interprétation des
« effets de sens » qu’elles manipulent.
Et c’est bien le cas pour la psychanalyse : indépendamment de la métapsychologie et de
sa propre base théorique, et encore plus de ses objectifs cliniques, les
psychanalystes accèdent parfois à un niveau de modélisation qui est proprement
sémiotique.
C’est le cas souvent chez Freud, mais c’est aussi le cas chez Anzieu, dont j’ai
beaucoup exploité la théorie du « moi-peau ». La différence, c’est que Freud fait de la
sémiotique un peu pour la même raison que Proust : parce qu’il construit des procédures
d’interprétation plus ou moins formalisées ; alors qu’Anzieu fait de la sémiotique parce
qu’il modélise un processus signifiant en construisant explicitement d’un côté un plan
de l’expression et de l’autre un plan du contenu ; Anzieu se réfère d’ailleurs souvent à la
sémiotique, où il puise quelques uns de ses concepts.
Toujours sur ce goût de la transdisciplinarité, j’aimerais que vous parliez sur la
quantité et la diversité d’objets que vous avez déjà analysés dans vos travaux : d’abord,
les arts verbaux de tous les genres (le roman, la nouvelle, le récit ethnolittéraire,
l’essai, le poème, la lettre), les arts « plastiques » (la photographie, la peinture, le
cinéma, la mode), les médias (le reportage journalistique, la télévision, l’affichage)… et
encore des thèmes tels que la santé, l’asthme, le luxe, la cuisine, la conversation de 22
table, les pratiques amoureuses, etc. Il ne suffit pas de dire que c’est pure recherche
d’exhaustivité menée au nom de l’adéquation… C’est de la « gourmandise » quoi !
C’est surtout une liste qui révèle mon âge canonique et qui dénonce ma
productivité compulsive ! Si on compte environ vingt-cinq ans de recherches et de
publications, avec une moyenne d’une dizaine par an, comment voulez-vous rester vif et
créatif en faisant toujours la même chose sur les mêmes objets ? J’ai un plaisir profond
à faire de la sémiotique, à écrire de la sémiotique, et pour satisfaire ce plaisir sans qu’il
s’étiole, il faut tout de même un peu de variété !
Pourtant mes raisons ne sont pas toutes égoïstes : je me suis toujours efforcé de
rester à l’écoute des tendances, non pas par goût des vogues et des modes, mais parce
qu’il est indispensable d’avoir cette écoute (on dit aujourd’hui « cette veille
scientifique ») pour proposer aux étudiants des sujets de recherche qui soient en rapport
avec les attentes du moment. L’élargissement progressif de mes champs d’étude suit en
somme les résultats de cette « veille stratégique ».
Nos amis linguistes, les « vrais » linguistes, dirais-je, pour les satisfaire, nous
reprochent justement d’être toujours trop « gourmands » par rapport aux langages…
S’ils étaient lucides et bienveillants, ils devraient au contraire nous être
reconnaissants d’explorer en permanence les marges et les extensions de leur propre
champ, de leur éviter de le faire, et de prendre les risques à leur place ! Mais non
seulement ils ne nous sont pas reconnaissants de le faire, mais en outre, ils sont agacés
quand nous revenons dans le champ, sur leur propre terrain. Quelle ingratitude !23
Présence de Zilberberg
Vous avez déjà parlé sur le moment où la sémiotique a commencé à changer de manière
irréversible. Est-ce que vous ne croyez pas qu’à l’origine de ce changement se trouve,
au fond, l’Essai sur les modalités tensives (1981), de Claude Zilberberg ?
Je le crois en effet. Si j’ai souhaité faire un livre avec Claude Zilberberg, c’est
justement parce que j’ai voulu travailler avec lui l’intersection entre son œuvre
personnelle et les suites à donner à Sémiotique des passions. Au moment de la sortie de
l’Essai sur les modalités tensives, Herman Parret a dit publiquement que ce livre était
génial. Et puis tout le monde est passé à autre chose. Zilberberg pense et écrit de
manière très compliquée, mais ce n’est pas une raison pour s’épargner l’effort d’aller
avec lui au fond des choses.
Je crois que votre premier travail conjoint avec Claude Zilberberg a été un numéro des
Nouveaux Actes Sémiotiques, Valence/Valeur (1996). Après ces premières propositions
théoriques tout à fait bouleversantes pour l’avenir de la sémiotique, on a vu paraître
Tension et Signification (1998), une sorte de Dictionnaire III de sémiotique. Parlez-moi
à propos de cette expérience que vous avez déjà qualifiée comme « une des plus belles
aventures intellectuelles, et une des plus difficiles »
3
que vous avez connue.
Le projet était en effet très ambitieux, et à plusieurs étages. Tout d’abord,
renouer le fil entre les hypothèses de Claude, qui dataient de presque vingt ans, et les

3
Cf. Fontanille (2005).24
résultats de la sémiotique des passions. Ensuite, capitaliser sur cette sémiotique, et sur
ses développements « tensifs » ultérieurs, pour proposer un « corpus » théorique
cohérent. Enfin, en effet, proposer une sorte de suite au Dictionnaire de Greimas et
Courtés.
Nous avons travaillé de manière très systématique, en établissant la liste des
concepts que nous voulions traiter, en définissant une grille commune pour la
conception et la rédaction de tous les chapitres, et en nous répartissant ensuite les
différents chapitres. C’est à ce moment que les plus grandes difficultés sont apparues,
parce que la différence entre nos styles de pensée et d’écriture sémiotique a alors éclaté.
Nous avons alors retravaillé réciproquement nos chapitres respectifs,
longuement et douloureusement, jusqu’à ce que l’ensemble du texte soit homogène de
bout en bout. Un lecteur averti doit encore pouvoir reconnaître les chapitres qui ont été
rédigés à l’origine par Zilberberg ou par Fontanille, mais cela n’affecte pas la cohérence
d’ensemble. L’expérience est passionnante, parce qu’il faut alors pénétrer la pensée
d’autrui, intimement, la restituer, l’épurer, et surtout faire reconnaître et accepter cette
épure par l’autre. Il en résulte une complicité intellectuelle qu’aucun accident de la vie
ne peut effacer.
Mais la confrontation la plus difficile nous attendait encore : l’éditeur nous
demandait de réduire de 40% le volume : quelques chapitres ont disparu, et dans chaque
chapitre, une série régulière de développements parallèles a aussi été supprimée.
Chacun de notre côté, Claude dans le Précis de grammaire tensive [2002], et moi dans
Sémiotique du discours [1998], nous avons pu utiliser ces parties sacrifiées.
Quelle est l’importance que vous accordez au schéma tensif au sein de la sémiotique
dite tensive ? 25
Les schémas tensifs sont, dans les limites de la sémiotique tensive, la même
chose que le carré sémiotique, dans les limites de la sémiotique catégorielle et de la
sémantique structurale. Autrement dit, la structure tensive est l’articulation élémentaire
de la sémiotique tensive, le modèle minimal qui permet ensuite de savoir de quoi on
parle quand on décrit des tensions sémantiques. Mais la relation entre les deux
domaines est aussi importante : à savoir que le schéma tensif explique d’abord la
manière dont les valeurs se forment à partir des perceptions (en intensité et en étendue),
et ensuite les valeurs en question peuvent être organisées en « système de valeurs » par
le carré sémiotique, grâce aux opérations de négation et d’assertion.
Le carré sémiotique naît déjà « intégré » au parcours génératif - du moins comme on
l’entend jusqu’au Dictionnaire I (1979). On peut y « disposer » (ou superposer), en
encombrant ses quatre coins, des éléments extraits des plusieurs niveaux de
construction de la signification et, apparemment (ou naïvement ?), on n’y trouve pas de
grands problèmes d’intégration entre ces différents niveaux. En faisant opérer une
logique « schématique », « topologique », au contraire de la logique binaire exclusive,
le schéma tensif a imposé de nouvelles exigences à la théorie… Croyez-vous vraiment
qu’aujourd’hui nous sommes déjà capables d’extraire du schéma tout son pouvoir
heuristique ?
C’est une hypothèse de travail. Comme toute hypothèse, elle doit être validée
par des études concrètes et par des questionnements épistémologiques. Actuellement, on
peut dire que les tentatives de validation par l’analyse donnent des résultats intéressants,
en termes d’adéquation. Mais il ne faut jamais oublier que l’une des validations 26
nécessaires, au nom de la cohérence et non plus de l’adéquation, reste la possibilité
d’une conversion ultérieure en « structure élémentaire de la signification ».
En outre, la structure tensive permet d’articuler explicitement plusieurs couches
de catégorisation, au moins deux à deux. Elle fournit donc une solution pratique et
théorique à la fois aux « homologations sauvages » qui se traduisaient chez certains
sémioticiens par des « empilements » aux quatre coins du carré.
Encore une fois on voit qu’en sémiotique, comme dans le génie civil, on commence
toujours le bâtiment à partir de ses fondations, quand, de fait, en s’agissant d’idées, il
serait beaucoup moins risqué de faire l’inverse… Sommes-nous toujours des
idéalistes ?
L’idéalisme, dans les recherches sémiotiques, est battu en brèche de tous côtés.
Pour commencer, avec la structure tensive, on ne part plus d’une hypothèse idéale sur la
structure élémentaire, mais d’une prise en considération de l’ « impression » première,
de l’affect provoqué par un événement figuratif, une tension perçue entre des intensités
et des quantités. Ensuite, les tendances actuelles de la recherche sémiotique sont de plus
en plus « réalistes », et affrontent les pratiques sociales, les interactions vécues, la
complexité et l’hétérogénéité des sémiotiques-objets telles qu’elles se présentent en tant
que phénomènes.
« Tactiques didactiques »27
Vous écrivez dans l’avant-propos de Sémiotique du Discours (SD, 1
ère
éd. 1998, 2
ème
éd.
2003) : « Nous prenons ici le risque de ne pas attendre que le temps travaille à notre
place». Voilà un mea culpa tout à fait exemplaire qui touche le coeur de la question de
la transmissibilité de la sémiotique : le problème du point de vue du
théoricienenseignant…
En tant que projet scientifique spécifique, autonome, la sémiotique a à peine un
siècle. Elle est donc sans cesse en mouvement, entre plusieurs « paradigmes » ; des
courants théoriques se forment et disparaissent, d’autres se prolongent et se
convertissent ; en outre, comme elle appartient à plusieurs champs disciplinaires en
même temps, elle est soumise aussi aux mouvements propres à ces autres disciplines.
Du point de vue didactique, il nous manque toujours le recul qui permettrait de décider
quels sont les fondamentaux ; et, toujours pour les mêmes raisons disciplinaires, selon
qu’elle est enseignée dans la perspective des sciences du langage, des sciences de
l’information et de la communication, de l’histoire de l’art, ou même de la mercatique,
ce qu’on croit être les fondamentaux change aussi.
Dans les formations que j’ai créées à Limoges, nous accueillons des étudiants
qui viennent de la plupart des grands centres de sémiotique français et étrangers, et on
peut constater qu’ils ont appris des choses bien différentes : certains connaissent le carré
sémiotique mais sont incapables de faire une analyse narrative ; d’autres ont entendu
parler des passions mais ne connaissent pas la théorie des modalités ; d’autres font des
structures tensives mais ne savent pas un mot des structures actantielles.
La difficulté de l’enseignement de la sémiotique ne tient pas à sa complexité
propre, car toutes les sciences sont complexes, et certaines beaucoup plus que la
sémiotique. Il est vrai que la plupart des étudiants qui se tournent vers la sémiotique ont
28
rarement été préparés par leurs études antérieures à aborder une science difficile. Mais
le problème principal tient à l’instabilité de la complexité sémiotique : le jour où nous
seront capables de concevoir un vrai manuel (ce que les éditeurs américains appellent
un « handbook »), rassemblant toutes les connaissances nécessaires pour former des
sémioticiens, et dont on dira que celui qui ne l’a pas lu n’est pas un vrai sémioticien,
alors la question de l’enseignement de la sémiotique aura fait un grand progrès.
Si vous comparez, et vous allez le faire dans votre thèse, les différents
« manuels » de sémiotique existants, vous constaterez qu’ils se répètent sur certains
points, mais qu’ils sont aussi très différents les uns des autres, et pas seulement pour des
raisons de tactique didactique, mais bien pour des raisons d’options théoriques ou
méthodologiques. J’en étais conscient en écrivant mon propre « manuel », Sémiotique
du discours, et j’ai donc voulu clairement annoncer la couleur : ce livre ne prétend pas
redire et réorganiser les fondamentaux, il ne prétend pas être le manuel de référence
couvrant toute la sémiotique ; il cherche seulement à recueillir les acquis de dix ans de
recherches en matière de sémiotique discursive, tout en les ancrant dans les
connaissances antérieures.
En SD, vous ne citez que les précurseurs, que les auteurs fondamentaux – vos auteurs
fondamentaux, dirais-je. Or, cet ouvrage est un manuel didactique, genre censé
toujours être « accessible »…
Le discours didactique n’est pas un discours de seconde main, ou de nième main.
Justement, si un enseignant propose une approche originale ou personnelle d’une
discipline, il doit s’imposer de la référer aux ouvrages originaux. L’empilement des
manuels et des ouvrages plus ou moins vulgarisateurs, à l’intérieur desquels chacun fait
29
référence aux précédents, est la pire des choses en matière de construction didactique,
puisque les déformations et réinterprétations s’ajoutant les unes aux autres, on finit par
perdre de vue les concepts fondateurs.
En outre, les « auteurs fondamentaux » ne sont pas plus difficiles que d’autres,
parfois même ils peuvent être plus simples. Une des missions de l’enseignant de
sémiotique, c’est de conduire les étudiants à lire et travailler ces auteurs fondamentaux,
pas de les encourager à empiler les manuels. En somme, le fait que, dans ce livre, j’ai
choisi de ne faire référence qu’à quelques grands textes fondamentaux, au lieu de
parcourir toute la littérature sémiotique actuelle, y compris les textes de haut niveau
scientifique, c’est bien la preuve que ce livre est « didactique », même si ce n’est pas au
sens strict un « handbook ».
Vous donnez très peu d’exemples dans SD…
Il y en a quelques uns, mais ce sont plus des illustrations, pour alléger l’exposé,
que des exemples d’analyse. Je n’aime pas beaucoup les exemples, car à la différence de
la plupart des autres sciences, les sciences herméneutiques ne peuvent pas, dans chaque
situation-occurrence analysée, éliminer les variations non pertinentes ; il en résulte que
chaque objet d’analyse est irréductiblement spécifique, et que l’analyse ne vaut que
pour un cas particulier, même si le modèle et la méthode sont généralisables.
De plus, dans une véritable perspective didactique, les exemples devraient être
des exercices pratiques, réalisés non pas par l’auteur, mais par le lecteur, et en général,
dans les manuels existants, les analyses concrètes sont plus efficaces pour faire la
démonstration des talents de l’auteur que pour augmenter la compétence des lecteurs.
Dans Sémiotique et littérature, en revanche, il y a une étude complète dans chaque 30
chapitre, pour pousser jusqu’au bout les potentiels d’une hypothèse théorique ou
méthodologique ; mais justement, ce n’est pas un manuel…
D’après vous, quelle est la formation « idéale » pour le sémioticien ou plutôt pour
l’aspirant-sémioticien ?
Nous voilà revenus au point de départ, à la première question. Si je devais
aujourd’hui concevoir un programme d’enseignement complet de la sémiotique, il
comprendrait d’abord une série de lectures commentées des principaux auteurs
fondateurs, Saussure, Pierce, Hjelmslev, Benveniste, Greimas et Eco, notamment. Il
définirait ensuite une ligne théorique d’ensemble, à partir de ces auteurs, qui serait pour
moi celle de la sémiotique générative.
Pour en faire l’exposé, il pourrait s’inspirer du parcours génératif tel qu’il était
exposé à la fin des années 80, notamment par Courtés. Il faudrait en enrichir aujourd’hui
(i) la composante modale, (ii) la composante énonciative, et surtout (iii) la composante
figurative, puisqu’il y a eu récemment quantité de propositions sur la perception,
l’espace et le temps. Pour ce qui concerne le dernier étage du parcours génératif, celui
de la sémiotique discursive, il faudrait intégrer la théorie des instances énonçantes de
Coquet, la sémiotique des passions, les éléments de phénoménologie intégrés à la
sémiotique.
Mais une des évolutions les plus claires de la sémiotique d’aujourd’hui,
comparée à celle de Greimas et Courtés, tient justement à son rapport avec le parcours
génératif : dans les années 70-80, la perspective était surtout ascendante, et
constructiviste, le parcours génératif étant surtout considéré dans sa fonction
« générative », dans l’esprit des grammaires génératives de l’époque ; aujourd’hui, avec
31
les progrès de la sémiotique discursive, l’approche est plutôt descendante, partant de la
perception figurative complexe, pour retrouver des structures plus simples et plus
abstraites. Et cet usage analytique et catalytique du parcours génératif, plus propre à
décrire et expliquer, est aussi plus adapté aux attentes des étudiants d’aujourd’hui.
Enfin, l’apprentissage devrait se diversifier en fonction des compétences et des
parcours antérieurs des apprentis sémioticiens, qui doivent découvrir la sémiotique du
visible, des pratiques et des interactions sociales, des médias nouveaux et anciens…
Et, au cours de cet apprentissage, beaucoup de pratique dirigée, car la
sémiotique, c’est aussi un « tour de main », une manière de regarder, d’approcher un
objet, de conduire une interprétation, et surtout d’exposer une argumentation, de
manière à ce qu’elle s’approche le plus possible d’une démonstration. On sait bien qu’il
ne s’agit jamais d’une véritable démonstration (justement parce qu’on ne peut pas
éliminer les variations non pertinentes), mais au moins, en s’imposant cet exercice
ascétique, on s’épargne les facilités rhétoriques et les approximations descriptives.
On ne peut pas dire que ce n’est qu’une mode passagère parce que cela se pratique
depuis longtemps : chaque sémioticien fait son manuel à lui, et certains en font même
deux ou plus. Et cela se passe partout dans le monde… Qu’est-ce que vous en pensez ?
Je crois que j’ai déjà répondu à cette question, mais je vais y revenir sous un
autre angle. Oui, il semble qu’on ne peut être admis comme un sémioticien adulte et
chevronné que si on a fait un manuel ; je rappelle que, pour ma part, je fais quelques
réserves sur le statut de manuel de mon propre livre : c’est un livre qui est didactique à
propos de choses qui ne sont pas nécessairement des contenus de manuel.32
De fait la prolifération des manuels en annule la pertinence : s’il y en a autant, et
si chacun fait le sien, c’est qu’il est impossible de s’entendre sur le corps de
connaissances stables qui constitueraient les fondamentaux de la sémiotique. Ce n’est
pas seulement la faute des sémioticiens : c’est le malheur des sciences humaines et
sociales en général, et plus spécialement des sciences herméneutiques, qui sont très
sensibles aux effets de mode. A Limoges, auprès de mes étudiants, j’ai dû clairement
protester par exemple contre l’abandon des modèles narratifs et actantiels :
dédaigneusement, ils considéraient cela comme « la vieille sémiotique », et ne voulaient
plus entendre parler que de tensivité. Et c’est ainsi qu’on voit apparaître dans les
congrès et les colloques des sémioticiens manchots, unijambistes ou n’a-qu’un-œil : ils
connaissent une partie de la discipline, et pas les autres !
Mais il y a probablement une autre raison à cette prolifération : comparez les
listes de publications des uns et des autres, appréciez la proportion des livres et des
articles « de recherche », et celle des manuels et des exercices de vulgarisation. Il y a
finalement très peu de sémioticiens, dans le monde, qui produisent des idées nouvelles,
et surtout qui en produisent assez pour former des ensembles conceptuels cohérents,
susceptibles d’être synthétisés dans des livres « innovants », des livres « de recherche ».
Et vous conclurez avec moi que dans la plupart des cas, les manuels prennent la place
des livres de recherche qui pourraient faire progresser la discipline. Non, vous ne
conclurez pas cela avec moi, car vous êtes encore trop jeune pour prendre le risque de
vous mettre tout le monde à dos !
Je vais éviter de faire des listes, car ce serait vraiment cette fois une provocation,
mais je peux prendre deux exemples de sémioticiens français que je connais bien, et qui
n’ont jamais fait de manuel, et dont tous les livres sont des ouvrages de recherche :
Landowski et Coquet. Les deux, chacun à sa manière, ont fait progresser la recherche 33
sémiotique, y compris en malmenant les idées reçues : de manière très significative, ce
sont l’un et l’autre des sémioticiens qui ont construit leurs théories « contre » les
courants dominants et les systèmes établis, qui ont polémiqué et bataillé, mais il en
résulte une avancée significative de la discipline, l’un du côté des esthésies interactives,
l’autre du côté des instances énonçantes.
Ceci dit, il faut tout de même reconnaître que la prolifération des manuels de
sémiotique en toutes langues est aussi un signe positif, et en deux sens : tout d’abord,
c’est le signe que l’enseignement de la sémiotique motive les sémioticiens ; cela leur
donne le goût des cours systématiques, écrits, et donc, publiables ; et c’est ensuite le
signe d’un bon ancrage institutionnel de la sémiotique dans le monde : toute une
génération se retrouve aujourd’hui dans les universités, y a acquis une expérience et
souhaite la faire partager.
Le devenir de la sémiotique
À propos de l’épistémologie, Bruno Latour a dit qu’elle est « comme l’amiante. C’est
un produit dont on a floqué tous les bâtiments pour éviter les incendies et maintenant on
s’aperçoit qu’il y a des maladies professionnelles ».
4
Voilà une manière curieuse
d’envisager le problème des indéfinissables, duquel d’ailleurs vous avez déjà traité.
Est-ce précisément cela que la sémiotique a toujours voulu éviter ?
Dans la bouche de Bruno Latour, cette métaphore est amusante, car si quelqu’un
est capable de tenir un discours épistémologique de haut niveau, c’est bien lui.

4
Cf. Weill (2006).34
Mais il a raison : la tendance à faire proliférer le discours épistémologique est
souvent inversement proportionnelle à la puissance méthodologique et opératoire. Les
ennemis les mieux intentionnés des sciences humaines trouvent qu’elles manipulent
beaucoup de généralités, habillées d’une terminologie compliquée ; s’ils sont moins
bien intentionnés, ils disent que ces généralités sont des banalités, ou des poncifs
millénaires !
Dans les programmes de recherche nationaux, le domaine des sciences humaines
et sociales est le seul où l’on trouve normal de faire une place à part significative aux
questions épistémologiques. C’est tout de même étrange !
La sémiotique conçue par Greimas (tout spécialement celle-là) était conçue
justement, en effet, pour éviter cette dérive, et pour construire des modèles d’analyse,
pour expliciter des méthodes, et se nourrir de l’étude des corpus. C’est la raison pour
laquelle le niveau épistémologique selon Greimas, celui où l’on rassemble les concepts
indéfinissables, est aussi celui qui est le plus limité ; la notion de « minimum
épistémologique », que j’ai déjà évoquée, est destinée à cela : réduire au plus petit
nombre possible les indéfinissables, et développer au maximum le niveau inférieur,
celui de la théorie, où tous les concepts doivent être interdéfinis.
Votre intérêt pour la « sortie du texte » est de plus en plus croissant…
C’est un intérêt tactique, dans une perspective stratégique. S’il cela ne dépendait
que de moi, je n’aurai aucun intérêt à sortir du texte ; je m’y sens parfaitement à l’aise.
Mais j’observe d’un côté que le rattachement de la sémiotique aux sciences du langage,
rattachement qui repose sur la limitation textuelle, n’a pas rapporté grand chose à la
sémiotique. Les sciences du langage se sont tournées vers le cognitivisme, à la 35
recherche de positivités plus accessibles et plus tangibles que celles de la parole en
ellemême ; et les relations actuelles entre la sémiotique et la linguistique sont plus que
fragiles.
Et de l’autre, j’observe aussi que la demande est forte dans des domaines où la
limitation au texte est improductive : dans les domaines sociaux, dans les usages des
TIC, dans les applications mercatiques, en somme, dans presque toutes les occasions où
la sémiotique pourrait faire la démonstration de son utilité spécifique. Et il n’est donc
pas étonnant que beaucoup de jeunes sémioticiens, ou prétendus tels, s’engagent dans
cette voie.
Mais dans ces terres à défricher, il n’y a plus de repères, et cela peut conduire
soit à des extensions abusives des méthodes textuelles (à des objets d’analyse qui ne
sont pas des textes), soit à des improvisations où la sémiotique se dissoudrait
définitivement. Et c’est la raison pour laquelle je m’intéresse à ce qui n’est plus du
texte, aux pratiques, aux stratégies, pour anticiper sur le mouvement, et pour dire
clairement : allons-y, mais cette « sortie du texte » est un programme de recherche en
soi, un défi auquel il faut répondre explicitement.
Et concrètement, ce n’est pas du tout la même chose que de faire l’analyse
sémiotique d’une pratique, d’un comportement, d’une forme de vie, et d’un texte. La
sémiotique est la même, mais les concepts et les procédures ne sont pas tous les mêmes.
Il ne s’agit absolument pas ici de chercher à vous piéger, mais… qu’est-ce qu’une
pratique ?
Une pratique est constituée en surface d’un ensemble d’actes, dont la
signification est rarement donnée d’avance, et qui se construit « en temps réel » par des
36
adaptations de ces actes les uns par rapport aux autres. Elle se définit aussi par sa
thématique principale, qui fournit le « prédicat » central de la pratique, autour duquel
s’organise un dispositif actantiel comprenant un opérateur, un objectif et surtout
d’autres pratiques avec lesquelles elle interagit.
Si on se reporte à la sémiotique de Greimas (ou à celle de Rastier), la sémiotique
des pratiques constituerait un développement (extra-textuel et social) de la dimension
« thématique », dont on sait juste qu’elle est intermédiaire entre la figurativité et la
narrativité, qu’elle combine les deux, mais dont on n’a jamais fait grand cas.
Pour l’analyse sémiotique, une pratique doit être réduite pour commencer à une
« scène prédicative », c’est-à-dire à ce noyau syntagmatique qui caractérise le
fonctionnement des thématiques.
Encore là-dessus, pour reprendre la formule « doctrinale » que Greimas a introduite :
« Hors des pratiques, point de salut » ?
Non, pas du tout ! Les pratiques ne sont qu’un des ensembles signifiants dont
nous avons à rendre compte, à côté des textes, des objets, des formes de vie,
notamment. Si on tient au principe d’immanence, et j’y tiens pour des raisons
heuristiques (et non doctrinales), alors il faudrait dire « Hors des sémiotiques-objets,
point de salut ! »
La deuxième année de votre séminaire sur les pratiques vient de finir.
5
Considérez-vous
que le thème a été bien exploré ? Quels en seraient les développements « naturels » ?

5
Séminaire Intersémiotique de Paris: année 2004-2005, « Pratiques Sémiotiques » ; année
2005-2006,
« Pratiques & Stratégies Sémiotiques II : Formes syntaxiques ».37
Nous avons exploré une grande diversité de pratiques. Nous avons appris à sortir
du texte sans sortir du sémiotique, et aussi à articuler le texte et les pratiques qui en font
usage. Nous avons travaillé sur les pratiques sans en faire un horizon doctrinal, ce qui
nous différencie par exemple de la « praxématique ». Nous avons dégagé quelques
règles de la construction des valeurs dans les pratiques, notamment à travers l’analyse
de nombreuses formes syntagmatiques. Nous avons aussi validé quelques hypothèses
sur les composants, et sur les procédures d’identification des pratiques.
Les développements « naturels » seraient de trois types : (i) une étude
systématique des valeurs pratiques, qui nous conduirait sans doute à donner plus de
place à l’éthique et aux déontologies en sémiotique ; (ii) une ouverture plus volontaire
sur l’ensemble des pratiques sociales touchant aux médias, car les médias utilisent des
« textes » que nous connaissons bien par ailleurs (texte verbal, texte publicitaire, texte
visuel, etc.), mais dans une perspective médiatique, qui est déjà elle-même de nature
pratique et stratégique ; (iii) une théorie complète et explicite des pratiques, qui n’existe
pas encore.
Dans votre conférence de clôture
6
du dernier séminaire, vous avez affirmé que
l’émergence de l’étude de l’éthique et des pratiques en sémiotique est due, entre autres,
aux travaux de plus en plus nombreux sur les médias. Or, même les objets les plus
« esthétiques» relèvent eux aussi d’un champ de pratiques, d’un champ éthique.
Qu’est-ce qu’il y a dans les médias qu’on ne le puisse pas trouver dans les autres objets
déjà analysés aux débuts de la sémiotique ?

6
« Pratique et éthique », intervention de J. Fontanille au Séminaire Intersémiotique de
Paris du 31 mai
2006.38
Non, bien entendu, les médias ne sont pas les seuls objets d’analyse qui vont
nous permettre d’avancer. Mais si je compare au conte et au mythe populaires, je me
ferai mieux comprendre. Greimas a construit sa sémiotique narrative à partir de théories
anthropologiques du conte et du mythe, celle de Propp, celle de Lévi-Strauss, qui étaient
exclusivement textuelles.
Or tout le monde sait que les contes et les mythes entrent dans des usages
sociaux, dans des pratiques qui leur confèrent leur sens « pragmatique », c’est-à-dire
qui, même d’un point de vue textuel, leur confèrent une orientation tactique ou
stratégique qui ne peut pas ne pas infléchir la syntaxe discursive elle-même. Et ces
pratiques sont pour la plupart perdues, inaccessibles, et c’est pourquoi il faut nous
contenter d’une sémiotique textuelle !
C’est la même chose pour la rhétorique : la rhétorique générale a décliné, s’est
réduite à la rhétorique restreinte, à mesure que l’on perdait le sens de la pertinence des
pratiques argumentatives, des pratiques sociales où l’on faisait usage des figures et des
tactiques argumentatives.
L’avantage, avec les médias, c’est que les pratiques sont vivantes, présentes,
envahissantes, au point d’étouffer même les textes. Mais ce ne sont pas les seuls objets
d’analyse qui comprennent une pratique, évidemment.
Nous, les sémioticiens, nous sommes des drôles de types. Notre projet est dès son
origine mise en cause par les autres disciplines des Sciences Humaines. Je trouve que
ce n’est pas par hasard que nous avons volontiers le syndrome de la voix qui crie dans
le désert… Croyez-vous que nous sommes en voie d’extinction ?39
Tant qu’il y aura de jeunes doctorants de qualité, je garderai espoir. Et je ne me
considère ni comme une voix qui clame en vain dans le désert, ni comme un échantillon
d’espèce en voie de disparition.
Il y a des gens que vous appellent déjà « post-greimassien » ! Cela m’étonne un peu…
Est-ce vrai ?
Jouons un peu : il vaut mieux, vu mon âge, qu’on me considère comme « postgreimassien
», plutôt qu’ « anté-greimassien ». Je suis greimassien parce que j’ai trouvé
dans la théorie de Greimas l’armature d’un projet sémiotique de longue durée ; je n’ai
aucune préoccupation d’orthodoxie ou de fidélité (pas plus que d’hétérodoxie ou
d’infidélité) : aussi longtemps que cette théorie me semblera fondée pour le travail que
je souhaite accomplir, elle restera la mienne.
Mais j’ai développé, avec quelques uns de mes amis les plus anciens (Bertrand,
Zilberberg, Bordron), une méthode et un espace de discussion (le séminaire de Paris)
qui m’ont conduit à tracer mes propres voies, pour répondre à des questions qui se
posaient, dans le prolongement des derniers travaux faits avec Greimas : la tensivité, le
corps, etc. On peut toujours s’amuser à dire que c’est « post » ; pour moi, ce sont mes
propres voies, c’est tout.
Les préfixes dont on use depuis vingt ans (surtout « post ») n’ont pas beaucoup
de sens, du point de vue de l’histoire d’une discipline : c’est même une manière de ne
pas faire l’histoire d’une discipline que de se contenter de dire, même avec des préfixes,
« ça c’est avant », « ça c’est après ».
En revanche, ce qui a beaucoup de sens pour moi, c’est de rendre à Greimas ce
qu’il m’a donné ; et comme il n’est plus là pour recevoir quoi que ce soit, je ne peux 40
rendre qu’à ce qu’il a laissé, c’est-à-dire rendre à sa pensée et à sa théorie. Donc, je
m’efforce de « faire vivre » la pensée de Greimas ; et « faire vivre une pensée », ce n’est
pas la répéter à satiété, et à l’identique indéfiniment ; faire vivre une pensée, c’est la
travailler, explorer ses impensés, la pousser dans ses retranchements, expérimenter des
voies transverses, la confronter à ses propres silences, etc. C’est en somme penser par
soi-même avec l’autre, même absent.
Donc, globalement, ce qui ne donne pas l’impression d’une répétition fidèle et
orthodoxe, et pour qui ne sait pas ce que c’est que « faire vivre une pensée », c’est du
« post ».
Une dernière question. En m’abonnant pour l’année 2006 aux Nouveaux Actes
Sémiotique (NAS), j’ai appris qu’il serait la dernière année de la publication. Il fait
longtemps que vous êtes responsable par les NAS, dès sa création en fait… Quels sont
vos nouveaux projets à ce propos ?
J’ai décidé de passer la main. Anne Beyaert
7
reprend le flambeau, à sa manière,
avec ses objectifs, et un autre concept de publication. Depuis plusieurs années, je savais
qu’il fallait changer de concept, pour toucher de nouveaux publics, mais je ne voulais
pas le faire moi-même, et j’attendais de trouver quelqu’un qui soit motivé pour cette
nouvelle aventure. C’est fait.
Quant à mes propres projets, j’en aurai bientôt ! Pour le moment, je suis très
occupé à l’Université de Limoges, et mes projets sont ceux de mon université.
8

7
Anne Beyaert-Geslin, Maître de conférences à l’Université de Limoges.
8
Jacques Fontanille est Président de l’Université de Limoges depuis 2005.41
CONVERSATIONS WITH JACQUES FONTANILLE
Abstract: This interview is concerned with Jacques Fontanille's intellectual course, who
is the founder of the Semiotic Researches Centre (Limoges University, France) and also
the responsible for the Intersemiotic Seminar of Paris. Fontanille is a theoretician whose
scientific activity mingles with the historical and theoretical course of the Semiotics
inspired by A. J. Greimas. In this interview by mail finished in summer 2006, he speaks
about the episodes that marked the beginnings of his career and notably about the most
recent developments in Semiotics.
Key-words: Semiotics; Passion; Tensivity; Epistemology; Didactics; Practice.
Bibliographie des ouvrages cités
EXCOUSSEAU, J.-L. Thèse. Actes Sémiotiques (Bulletin), Paris, vol. VII, n. 31, p. 57-
60, 1984.
FONTANILLE, J. Pouvoir didactique/Pouvoir analytique chez Freud. Actes du
Colloque d'Albi - Pouvoir et Dire, Albi, n. 4, p. 44-82, 1983.
FONTANILLE, J. Le savoir partagé : sémiotique et théorie de la connaissance chez
Marcel Proust. Paris, Amsterdam: Hadès-Benjamins, 1987.
FONTANILLE, J. Les espaces intersubjectifs. Paris : Hachette, 1989.
FONTANILLE, J. Sémiotique du discours. Limoges : PULIM, 1998.
FONTANILLE, J. Sémiotique et littérature. Paris : PUF, 1999.
FONTANILLE, J. Soma et séma. Paris : Maisonneuve et Larose, 2004.
FONTANILLE, J. « Lettre à Claude Zilberberg (29 juin 2005) ». Disponible sur le site :
http://claudezilberberg.net/hommage/homset.htm. Dernier accès: 10 juin 2006.
FONTANILLE, J., ZILBERBERG, C. Valence/valeur. Nouveaux Actes Sémiotiques,
Limoges, n. 46-47, 1996.
FONTANILLE, J., ZILBERBERG, C. Tension et signification. Liège : Pierre Mardaga,
1998.
GENETTE, G. Figures III. Paris : Éditions du Seuil, 1972.
GREIMAS, A. J. Sémantique structurale : recherche de méthode. Paris : Larousse,
1966.
GREIMAS, A. J. Maupassant. La sémiotique du texte : exercices pratiques. Paris :
Éditions du Seuil, 1976.
GREIMAS, A. J. De l’imperfection. Périgueux : Pierre Fanlac, 1987.
GREIMAS, A. J., COURTÉS, J. Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du
langage. Paris : Hachette, 1979.
GREIMAS, A. J., FONTANILLE, J. Sémiotique des passions : des états de choses aux
états d’âmes. Paris : Éditions du Seuil, 1991.
GREIMAS, A. J., FONTANILLE, J. Introduction. In : FONTANILLE, J., (sous la dir.
de), Le discours aspectualisé. Limoges : Pulim, 1991.
GREIMAS, A. J., KEANE, T. M. Dictionnaire du moyen français. Paris : Larousse,
1992.
Langages, Paris, n. 43, 1976.
ZILBERBERG, C. Essai sur les modalités tensives. Paris, Amsterdam : Benjamins,
1981.42
ZILBERBERG, C. Précis de grammaire tensive. Tangence, Rimouski, Trois-Rivières,
n. 70, p. 111-143, 2002.
WEILL, Nicolas. Rencontres : Bruno Latour. Le Monde des Livres, p. 12, 28 avril 2006.