Vous êtes sur la page 1sur 33

RAZAFINDRALAMBO Tahiry

TAVERNIER Raphaël
DESS IIRR

Technologie GigaEthernet et évolutions

jj/05/OO
Technologie gigaEthernet et évolutions

INTRODUCTION :...............................................................................................................................................4
POURQUOI LES RÉSEAUX HAUTS DÉBITS ? ...............................................................................................................4
Evolutions futures des débits sur Internet :................................................................................................4
A PARTIR DE QUEL DÉBIT PARLE-T-ON DE HAUT DÉBIT ? ...........................................................................................5
BREF HISTORIQUE DU RÉSEAU ETHERNET................................................................................................................5
OBJECTIFS POURSUIVIS.........................................................................................................................................6
GIGABIT ETHERNET ............................................................................................................................................6
1. LE STANDARD :..............................................................................................................................................7
1.1. IEEE.....................................................................................................................................................7
1.1.1. Officiel............................................................................................................................................7
1.1.2. La standardisation........................................................................................................................8
1.2. INTRODUCTION DU STANDARD GIGABIT ETHERNET........................................................................................8
1.3. EVOLUTION PAR RAPPORT AU PRÉCÉDENT STANDARD ETHERNET......................................................................8
1.4. DISTANCES MAXIMUM DE RÉSEAUX.............................................................................................................8
2. PROTOCOLE...................................................................................................................................................9
2.1. TECHNIQUE " CARRIER EXTENSION "...........................................................................................................9
2.2. TECHNIQUE " FRAME BURSTING "............................................................................................................11
2.2.1. A. Emission d'un burst..................................................................................................................11
2.2.2. B. Réception d'un burst................................................................................................................13
3. COUCHE PHYSIQUE...................................................................................................................................14
3.1. UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE FIBER CHANNEL.....................................................................................14
3.1.1. Sous-couche PCS.........................................................................................................................15
3.1.2. L’intérêt du 8B/10B......................................................................................................................15
3.1.3. Sous-couche PMA........................................................................................................................16
3.1.4. Sous-couche PMD........................................................................................................................16
4. LES CÂBLAGES :..........................................................................................................................................17
4.1. SUPPORT PHYSIQUE.................................................................................................................................17
4.2. SIGNALISATION......................................................................................................................................17
4.3. 1000BASE-SX :................................................................................................................................18
4.4. 1000BASE-LX : ..................................................................................................................................18
4.5. 1000BASE-LH : ..................................................................................................................................18
4.6. 1000BASE-CX : ..................................................................................................................................18
4.7. 1000BASE-T : .....................................................................................................................................19
5. LES PRODUITS :...........................................................................................................................................20

6. LES SERVICES :............................................................................................................................................21


6.1. SERVICES OFFERTS PAR LE NIVEAU LLC1..................................................................................................21
6.2. SERVICES OFFERTS PAR LE NIVEAU MAC..................................................................................................21
6.3. SERVICES SPÉCIFIQUES............................................................................................................................22
6.3.1. Gigabit Full-Duplex.....................................................................................................................22
6.3.2. Gigabit Half-Duplex.....................................................................................................................22
6.3.3. Extension de porteuse...................................................................................................................22
7. MIGRATION VERS GIGABIT ETHERNET ............................................................................................23
7.1. MIGRATION VERS DES CONNEXIONS SERVEURS GIGABIT ETHERNET................................................................23
7.2. MIGRATION VERS UN BACKBONE GIGABIT ETHERNET...................................................................................24
7.3. ARCHITECTURE SIMPLE SUR GIGABIT ETHERNET.........................................................................................25
8. COMPARAISONS :.......................................................................................................................................26
8.1. COMPARAISON DES TECHNOLOGIES HAUT DÉBIT :.........................................................................................26
8.2. GIGAETHERNET CONTRE ATM...............................................................................................................26
9. EVOLUTIONS FUTURES : .........................................................................................................................27
9.1. L’ÉVOLUTION D’ ETHERNET :..................................................................................................................27

2/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

9.2. LE 10 GIGABITS ETHERNET....................................................................................................................28


9.2.1. Projet de standardisation de la norme 802.3ae : ........................................................................28
9.2.2. Prévision de l’évolution du marché du 10 GigaEthernet.............................................................29
9.2.3. Comparaison Gigabit 10 Gigabits...............................................................................................29
9.2.4. Objectif de distance d’Ethernet 10 Gigabit..................................................................................30
9.2.5. Modèle 10 gigabit Ethernet..........................................................................................................30
CONCLUSION :..................................................................................................................................................31

BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................................................32
LIVRES............................................................................................................................................................32
RÉFÉRENCES INTERNET......................................................................................................................................32
GLOSSAIRE........................................................................................................................................................33

3/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Introduction :

Le Gigabit Ethernet, plus connu sous le nom de GigaEthernet, est la suite logique de l'évolution
des normes Ethernet 10 Mbps et Fast Ethernet 100 Mbps.

Nous allons dans cette introduction tout d'abord exposer un bref historique du réseau Ethernet
et nous expliquons ensuite les objectifs poursuivis par l'IEEE 802.3z.

Pourquoi les réseaux hauts débits ?

Pour répondre à de nouveaux besoins, et ayant les possibilités technologiques de les


satisfaire.
Les architectures de type client–serveur et les applications multimédia (données, sons,
images animées (applications futures) ) sont gourmandes en bande passante.
Est naturellement apparu un besoin de réseaux multiservices hauts débits.

Evolutions futures des débits sur Internet :

4/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

A partir de quel débit parle-t-on de haut débit ?

Le terme « haut débit » ne précise pas de fourchette précise. Si le haut débit, il y a 15


ans, pouvait s’appliquer à des débits de l’ordre du Mégabit par seconde, il peut
aujourd’hui s’appliquer à des débits de l’ordre du Gigabit par seconde.

Bref historique du réseau Ethernet

L’évolution du réseau Ethernet peut être résumée de la manière suivante :

C’est en 1976 que la société Xérox a développé le protocole Ethernet. Initialement, le réseau
Ethernet opérait à une capacité inférieure à 3 Mbps, puis il a été standardisé à une capacité de 10
Mbps. C’est à partir de ce moment qu’Ethernet devient la technologie LAN la plus populaire. En
effet, ce standard est rapidement accepté par beaucoup de sociétés car Ethernet présente
notamment des avantages de fiabilité et de simplicité. D’autre part, le prix d’Ethernet n’est pas
trop élevé et il correspond exactement aux besoins des entreprises.
Progressivement, les entreprises ont utilisé de plus en plus d’applications nécessitant une
largeur de bande plus importante. C’est la raison qui a poussé le groupe de travail du standard
802.3 à développer Fast Ethernet offrant une capacité de 100 Mbps (100 BASE X).
Actuellement, des systèmes et des applications (telles que multimédia, vidéoconférence, etc.)
réclament une capacité de transmission beaucoup plus élevée. Le réseau Ethernet à 1 Gbps semble
donc l’évolution naturelle. Il est probable que ce type de réseau est promis à un bel avenir car
Ethernet est utilisé dans des millions d’installations dans le monde et l’actualisation des
installations existantes peut se faire à un coût très faible.

5/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Objectifs poursuivis
Le groupe de travail du IEEE802.3z s’est fixé notamment les buts suivants pour la
standardisation du Gigabit Ethernet :
1. Avoir une vitesse de 1000 Mbps

2. Utiliser le format de trame d’Ethernet 802.3

3. Vérifier les exigences fonctionnelles du standard 802

4. Préserver la taille minimum et maximum des trames du standard 802.3

5. Permettre des opérations en half duplex et full duplex

6. Avoir une topologie physique en étoile

7. Utiliser la méthode d’accès CSMA/CD supportant au moins un répéteur par domaine de


collision

8. Avoir un domaine de collision dont le diamètre est égal à 200 mètres

9. Utiliser la technologie Fibre Channel pour la couche physique


Nous constatons que tous ces objectifs sont fixés de telle sorte qu’il y ait un minimum de changements
à apporter au réseau Ethernet existant.

Gigabit Ethernet
Le Gigabit Ethernet est une évolution naturelle de la technologie CSMA/CD. Son
architecture générale est la suivante :
Le Gigabit Ethernet fonctionne en full-duplex dans le mode switch-to-switch et dans le
mode switch-to-end-station (de commutateur à commutateur ou à station) et en half-
duplex pour les stations raccordées directement à un hub.
Pour maintenir un diamètre de réseau suffisant en half-duplex (200 mètres), la fenêtre
de collision a été modifiée, la trame minimale étant portée à 512 octets.
Le Gigabit Ethernet se présente comme une solution d’attente ou un complément
plutôt qu’un concurrent d’ATM.
Exemples d’architecture :
Ces deux évolutions d’Ethernet sont généralement utilisées comme backbone sur les
réseaux locaux. Les machines ne travaillent pas nécessairement à 100 ou 1000 Mbps
mais les commutateurs qui forment la partie centrale du réseau l’utilisent.

6/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

1. Le standard :
C'est sous le nom de IEEE802.3z qu'ont été ratifiées en Juin 1998, les règles qui régissent le
standard gigaEthernet :

Operation en mode Half & Full-Duplex à 1000 Mbps


Utilisation des trames standard Ethernet 802.3 (comme Ethernet et Fast Ethernet)
Utilisation du mode CSMA/CD (Carrier Sense Multiple Access/ Collision Detect) avec support
d'un répéteur par domaine de collision.
Compatibilité avec les adressages Ethernet et Fast Ethernet.

– RTD est divise par 100 (par 10 pour Ethernet 100)


• Pour maintenir un domaine de collision de 200 m
– la taille minimale de la trame doit être de 512 octets (au lieu de
64)
• « extra carrier extension » si taille inférieure a 512 octets.
• « packet bursting) : agrégation des petites trames.

1.1. IEEE
802.3 Réseaux Ethernet - Norme IEEE de réseau local Ethernet - CSMA/CD. Du fait de la
domination de cette technologie sur le marché des réseaux, un grand nombre de normes
complémentaires ont été publiées dans cette série :
• 802.3u - Version 100 Mb/s 100BaseT
• 802.3x - transmission en duplex intégral (Ethernet full duplex)
• 802.3y - 100BaseT2
• 802.3z - 1998 - Ethernet 1 Gb/s 1000BaseSX, 1000BaseLX
• 802.3ab - Gigabit Ethernet 1000BaseT
• 802.3ac - VLAN tagging
• 802.3ad - agrégation de liens (trunking)
• 802.3ae - Ethernet 10 Gb/s. (futur)

1.1.1. Officiel
Le standard DIX a permis de porter la vitesse de fonctionnement d'Ethernet jusqu'à 10 Mbits/s.
Le système suscita un tel intérêt qu'il fut rapidement présenté à l'Institut des Ingénieurs en
Electricité et en Electronique (IEEE). C'est ce dernier qui spécifia, en 1985, la technologie réseau
dans le cadre du standard IEEE. Le titre officiel du document était IEEE 802.3 Carrier Sense
Multiple Access with Collision Detection (CSMA/CD) Access Method and Physical Layer
Specifications. Le standard IEEE a ensuite été repris par l'ISO (Organisation Internationale de
Standardisation) et est devenu un standard "réseau" d'envergure mondiale. Le IEEE 802.3 repose
en fait sur le standard DIX d'origine, tout en s'en différenciant. La dénomination Ethernet fait en
effet aujourd'hui uniquement référence à la version IEEE 802.3 et non plus à celle de DIX. Depuis
1985, le standard a été élargi à des vitesses de fonctionnement de 100 et 1000 Mbits/s
correspondant respectivement aux versions 802.3u et 802.3z.

7/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

1.1.2. La standardisation
• 1982. IEEE et DIX convergent
• Standards IEEE 802.3 et Ethernet V.2 (ou Ethernet II)
• Des différences mineures subsistent
• Autres organismes de normalisation...
• NIST (National Institute of Standards and Technology)
• ECMA (European Computer Manufacturers Association)
• ANSI (American National Standards Institute)
• ISO (International Standardization Organization)
• 1990. Standardisation ISO/IEC 8802-3

1.2. Introduction du standard Gigabit Ethernet

• 1998 : Standardisation IEEE 802.3z


• 1000 Mb/s = 1 Gb/s : Naissance d'Ethernet Gigabit
• Supports et codages inspirés de Fibre Channel
• 1000Base-X
• 1000Base-LX (paire de fibres grande longueur d'onde)
• 1000Base-SX (paire de fibres longueur d'onde courte)
• 1000Base-CX (2 paires de câble cuivré 150 Ohm)
• 1000Base-T (IEEE 803.2ab 1999) 4 paires UTP Cat 5
• GMII, autonégociation full/half-duplex, 8B/10B

1.3. Evolution par rapport au précédent standard


Ethernet
• 8 bits (« octets wide ») / 4 bits (nibble-wide)
• Gigabit MII (GMII) / MII
• Adoption de « Fibre Chanel » pour la signalisation (8B/10B)
• Une seule classe de répéteur
• Modification et généralisation de l'auto-négociation pour la fibre
• Extension de porteuse en CSMA/CD, mais nette préférence pour le Full Duplex

1.4. Distances maximum de réseaux

8/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

2. Protocole
Comme un objectif poursuivi est la préservation de la taille minimale de la trame (i.e. 512 bits),
un problème rencontré par le groupe de travail du IEEE802.3z concerne l’utilisation de la méthode
d’accès CSMA/CD sur une longueur de ligne raisonnable. En effet, du point de vue physique, la
longueur du domaine de collision d’Ethernet décroît proportionnellement avec l’augmentation de
la capacité de la ligne :
Pour Ethernet 10 Mbps, le domaine de collision est limité à un diamètre de 2,5 kilomètres

Pour Fast Ethernet, le diamètre de ce domaine ne doit pas excéder 250 mètres

Pour une capacité 10 fois plus grande que celle de Fast Ethernet, le domaine de collision doit
avoir un diamètre de 25 mètres
Avec un tel diamètre, Gigabit Ethernet ne présente aucun intérêt. Le groupe de travail du
Gigabit Ethernet s’est fixé comme objectif d’avoir un diamètre de 200 mètres. Comme le diamètre
est multiplié par un facteur 8, le nombre de bits à émettre doit maintenant être égal à 512 bytes
pour pouvoir détecter la collision. Le problème est qu'en augmentant la taille de la trame (par un
padding pouvant aller jusqu’à 502 bytes), les sous-réseaux reliés entre eux par des bridges et ayant
des vitesses de transmission différentes ne peuvent plus fonctionner convenablement. Les bridges
seraient obligés de reformater les petites trames venant d’un réseau plus lent pour les envoyer vers
un réseau Gigabit Ethernet. De plus, les trames courtes du Gigabit Ethernet ont leur longueur
inutilement multipliée par 8 (de 512 bits à 512 bytes), ce qui diminue l’efficacité des réseaux plus
lents qui doivent transmettre des trames de longueur plus importante. La solution est d’utiliser une
nouvelle technique appelée Carrier Extension.

2.1. Technique " Carrier extension "


Cette technique conserve la taille minimum de la trame (i.e. 512 bits comme pour Ethernet 10
Mbps ou 100 Mbps) pour pouvoir envoyer efficacement des trames vers les réseaux plus lents.
Lorsque l'émission se fait sur le Gigabit Ethernet, une extension est ajoutée après chaque trame,
afin d'atteindre si nécessaire 512 bytes. Précisons que par abus de langage, nous appelons longueur
d'un slot time le nombre de bytes émis pendant un slot time (soit 512 bytes).
Le principe de la technique " Carrier Extension " est le suivant :

L'émetteur envoie une trame.

S’il ne détecte pas de collision, il regarde la longueur de la trame qu’il vient d’envoyer.

• Si la longueur est d’au moins un slot time, il a terminé la transmission de sa


trame.

• Par contre, si la longueur est plus petite qu’un slot time, l'émetteur transmet juste
après la trame des symboles spéciaux (appelés carrier extension) jusqu’à la fin du
slot time. A ce moment, il aura fini la transmission de sa trame .

Si l'émetteur détecte une collision lors de l’émission de la trame éventuellement complétée par
un carrier extension, il arrête immédiatement celle-ci et envoie un signal pour prévenir toutes
les autres stations qu’une collision s’est produite.

9/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Pour la transmission d'une trame, l'émetteur envoie sur la ligne un flot de bit de la forme
suivante:

Lorsque nous observons la figure précédente, nous notons que le carrier extension est mis juste
après le champ FCS. En fait, il ne fait pas vraiment partie de la trame. Il s’agit d’un ajout artificiel
pour permettre la détection de collision. Il n’y a donc aucune modification du format de la trame.
Ajoutons aussi que le carrier extension est une opération locale qui est répétée à chaque domaine
de collision.
Une fois envoyée, la trame est traitée par tous les hôtes de la manière suivante :
Le récepteur détecte les bits du préambule et le délimiteur de début de trame.

Ensuite, il met les bits qui suivent le délimiteur dans un buffer jusqu’à la fin de la trame.

• Si le total des bits reçus est plus petit que le slot time, le receveur élimine la trame
car il y a eu forcément une collision.

• Sinon la trame est transmise à la couche MAC.


Parfois, il se peut qu’une trame correcte soit rejetée. En effet, cela peut se produire si la
collision a lieu lorsque l'émetteur envoie le carrier extension. Donc, le récepteur va écarter une
trame valide où il ne manque que le carrier extension qui n’a aucune signification. Ce choix
draconien évite tout risque de duplication de données.
Néanmoins, cette technique implique un gros inconvénient : elle gaspille énormément de bits
pour la transmission de petits paquets, ce qui entraîne une diminution de l’efficacité du réseau.

10/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

2.2. Technique " Frame Bursting "


Pour résoudre ce problème, le groupe de travail du IEEE802.3z a tout d’abord proposé la
technique du " Packet Packing ". Le principe de cette technique consiste à envoyer des blocs
constitués de plusieurs trames. A ces blocs est appliquée la technique " Carrier Extension ", si leur
longueur est inférieure à 512 bytes. L'inconvénient de cette technique est d'entraîner beaucoup de
complications:
L’unité de transmission est un bloc et plus une trame.

En cas de collision, l’émetteur doit transmettre à nouveau tout le bloc afin d’éviter toute
duplication.

L’implémentation du " Packet Packing " est très complexe.


Cette technique a été abandonnée au profit d’une autre appelée " Frame Bursting " qui permet
de résoudre le problème d’inefficacité du réseau. Le Frame Bursting consiste à ne plus transmettre
un bloc mais une suite de trames appelée burst. Ce burst a une longueur comprise entre 512 bytes
et un peu moins de 3000 bytes. Cette technique utilise un timer appelé burst timer qui permet de
connaître le nombre de bits émis. Si sa valeur est égale au temps pour émettre 1500 bytes, aucune
nouvelle émission de trame ne peut commencer.

2.2.1. A. Emission d'un burst


1. Faisons l'hypothèse qu'il n’y a aucune collision. Les opérations réalisées pour envoyer la
première trame sont les suivantes :

Si une collision a été détectée pendant l’émission de la première trame ou d’un


éventuel carrier extension, alors les opérations suivantes sont immédiatement
effectuées :

11/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

2. L’émission des trames suivantes se déroule ainsi :

Un exemple de structure d'un burst est donné par la figure suivante :

12/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Avant d’expliquer comment se passe la réception de trames d’un burst, il est important de
constater que:
• même s’il y a un carrier extension à la fin de la première trame, l’émetteur
place un espace intertrame
• l’envoi de la dernière trame doit commencer avant la fin du burst timer, mais
sa transmission peut se prolonger au delà de la limite du burst. Le burst a donc une
longueur d'un peu moins de 3000 bytes
• pour pouvoir envoyer la trame suivante, celle-ci doit être disponible avant la
fin de l’intertrame de 96 bits

2.2.2. B. Réception d'un burst


La réception d'un burst se déroule de la manière suivante :

Le groupe de travail du IEEE802.3z a adopté cette technique car elle est simple à implémenter
et des tests ont montré que l’efficacité du réseau est améliorée d’un facteur compris entre deux et
trois.

13/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

3. Couche Physique
Actuellement, le seul support physique qui va supporter le Gigabit Ethernet est la fibre optique.
On espère pouvoir utiliser dans un proche avenir des paires torsadées (UTP 5) bien que l’on estime
que la longueur du domaine de collision ne pourra jamais dépasser une centaine de mètres.
La fibre optique a comme principaux avantages :
• une bande passante très importante (de l’ordre de 2 GHz),

• un affaiblissement très faible (1dB/km),

• une très bonne qualité de transmission (taux d’erreur de l’ordre de


10-12).
De plus, l’IEEE 802.3z veut que le support physique soit aussi efficace sur des distances
courtes (200m) pour pouvoir utiliser le protocole CSMA/CD, que sur des distances plus
importantes (500m voire 2000m). La fibre optique permet de s’adapter à ces distances.

3.1. Utilisation de la technologie Fiber Channel.


La technologie que l’on va utiliser pour la couche physique a été développée initialement pour
la technologie Fibre Channel (FC). Celle-ci est un ensemble de standards qui définit une interface
de communication permettant le transfert de grandes quantités de données sur un support optique.
Cette technologie est déjà employée avec succès sur Fast Ethernet à 100 Mbps (100 Base X).
Comme indiqué dans la figure suivante, la couche physique se compose de trois sous-couches :

14/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

• PCS (Physical Coding Sublayer)

• PMA (Physical Medium Attachment)

• PMD (Physical Medium Dependent)

3.1.1. Sous-couche PCS.


Si nous voulons émettre à une vitesse de transmission de 1 Gbps sur de la fibre optique, il faut
absolument adopter un codage adéquat des bits. Nous utilisons le codage 8B/10B. Le principe est
de coder, à l’aide d’une table de correspondance une série de 8 bits en un symbole de transmission
de 10 bits (appelé Transmission Character) qui est ensuite envoyé sur la fibre. Ensuite, chez les
récepteurs, l’opération inverse est effectuée. Les Transmission Characters reçus sont décodés en
séries de 8 bits pour être envoyés aux couches supérieures.

3.1.2. L’intérêt du 8B/10B.


Un Transmission Character a 1024 valeurs possibles (210 combinaisons) ; parmi ces
combinaisons, nous n’en utiliserons que 256 pour coder les données (28). L’importante différence
entre le nombre de valeurs possibles et utiles permet de choisir avec soin quelle symbole de 10 bits
correspondra à une série de 8 bits. Parmi les 1024 combinaisons, nous ne retiendrons que celles
qui comprennent moins de quatre transitions et qui ont au plus six zéros consécutifs, même entre
les symboles. Cette dernière précision signifie qu’il n’y aura, par exemple, aucun symbole
finissant par 4 zéros et des symboles commençant par 3 zéros car s’ils étaient envoyés l’un après
l’autre, il y aurait 7 zéros de suite.
En ne gardant que des symboles possédant ces caractéristiques précises, on va pouvoir améliorer
le transfert de l’information via la fibre optique. Ce nouveau codage exclut le risque de perdre
la synchronisation-bit lors de l’émission de longues séquences de zéros. De plus, si l’on choisit
bien les symboles qui représentent une série de 8 bits, on peut diminuer la probabilité d’envoyer
un ou plusieurs bits erronés.
Certains des 768 symboles restants sont des caractères spéciaux employés pour diverses
opérations (ex. indiquer l’état de la liaison optique, délimiter les trames, etc.). La signification de
ces caractères se trouve dans une table présente dans les émetteurs et les récepteurs.

15/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Notons que le codage 8B/10B nécessite une vitesse de transmission supérieure à 1 Gbps au
niveau de la couche physique. En effet, la sous-couche PMD doit pouvoir opérer à 1250 Mbauds,
du fait que les Transmission Character de 10 bits sont 25% plus longs que les séries de 8 bits.

3.1.3. Sous-couche PMA.


Pour envoyer des données sur la fibre optique, il faut les transmettre de manière sérielle bit par
bit. La sous-couche PMA se charge de cette sérialisation et dé-sérialisation.

3.1.4. Sous-couche PMD.


Cette dernière sous-couche transmet les bits sur la fibre en les transformant en signaux
lumineux. Elle varie en fonction des caractéristiques physiques du support c'est-à-dire des
émetteurs et récepteurs optiques, des câbles, des connecteurs, etc.
Afin d’être compatible avec le câblage existant et les standards du Fibre Channel, on doit
employer des longueurs d’onde de 860 nm (une longueur d'onde courte) ou de 1300 nm (une
longueur d'onde longue).
Le tableau ci-dessous reprend les types de câbles et la source lumineuse nécessaires en
fonction de la longueur du câble.

Type de câble Source Distance du câble


62.5m Multimode Fiber Short Wavelength Laser 200 m ou plus
50m Multimode Fiber Short Wavelength Laser 450 m ou plus
50m Multimode Fiber Long Wavelength Laser 550m à 850m
62.5m Multimode Fiber Long Wavelength Laser 550m à 850m
Singlemode Fiber Long Wavelength Laser 3000m

En résumé, la transmission de bits via la couche physique se passe de la façon suivante :

16/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

4. Les câblages :
Lors de la ratification des normes en Juin 1998 ont été définies 3 standards de câblage. Deux
en fibre optique et un en câble cuivre blindé.

Un autre comité nommé IEEE802.3ab devraient prochainement ratifier un standard 1000Base-


T pour paires torsadées. Enfin, un cinquième type de transmission nommé 1000Base-LH répond à
des spécifications multi-constructeurs qui ont été précisées afin d'autoriser des distances
supérieures à celles spécifiées dans la norme 1000Base-LX.

4.1. Support physique


• 1000Base-CX: STP, 150 W. Taille max. 25 mètres.
• 1000Base-LX: (long) longueur d'onde: 1300 nm.
• Soit mono-mode (SMF): 3 km max.
• Soit multi-mode (MMF): 550m (50) et 440m (62,5).
• 1000Base-SX: (short) longueur d'onde: 850 nm.
• Multi-mode (MMF): 500m (50) et 220m (62,5).
• 1000Base-T: 4 paires UTP, Cat. 3. 100m max.

4.2. Signalisation
• 1000Base-X fibre: inspiré de Fibre Chanel
Au lieu de 4 bits simultanés comme pour 100Mb/s, il s'agit là de transmettre
8 bits simultanément.
• 1000Base-T: pulse amplitude modulation (PAM)
Modulation dans laquelle l’amplitude individuelle de chacune des impulsions
d’un groupe d’impulsions est modulée par le signal modulant.

17/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

4.3. 1000BASE-SX :
"S pour Short wavelength (onde courte)" spécifie les fibres et transmetteurs à utiliser. La fibre
doit être de type multimode et avoir une longueur d'onde comprise entre 770 et 860 nm
(habituellement appelée 850 nanomètres). Selon le diamètre de la fibre (50 ou 62.5 microns) et la
bande passante au kilomètre), les distances maximales peuvent atteindre 220 à 550 mètres. Le
tableau ci-dessous décrit ces variations :

Diamètre fibre Bande Passante Distance Maxi


Type fibre
(microns) (MHz * Km) (mètres)
Multimode 62.5 160 220
Multimode 62.5 200 275
Multimode 50 400 500
Multimode 50 500 550

4.4. 1000Base-LX :
"L pour Long wavelength (onde longue)". La fibre peut-être de type monomode ou multimode.
La longue d'onde doit être comprise entre 1270 et 1355 nanomètres. (habituellement 1350 nm). Il
est à noter que plus la bande passante est importante et plus la distance de liaison peut être
augmentée. Les spécifications du comité IEEE 802.3z sont particulièrement conservatrices face à
des conditions d'environnement et d'utilisation normales, il n'est pas rare que des distances trois à
quatre fois supérieures à celles définies sous dessous fonctionnent parfaitement.

Diamètre fibre Bande Passante Distance Maxi


Type fibre
(microns) (MHz * Km) (mètres)
Multimode 62.5 500 550
Multimode 50 400 550
Multimode 50 500 550
Monomode 9 --- 5000

4.5. 1000Base-LH :
"LH pour Long Haul (Longue distance). Mêmes si les spécifications 1000Base-LH ne sont pas
couvertes par un standard IEEE, de nombreux constructeurs proposent des transmetteurs autorisant
des distances plus étendues, mais qui restent compatibles avec le standard 1000Base-LX et
utilisent le connecteur d'interfaçage Gigabit (GBIC). Les architectes réseaux , s'ils doivent se
préoccuper des niveaux d'atténuation des fibres utilisent, peuvent se servir de ces transmetteurs
afin d'atteindre des distances de 10 à 40 Kilomètres .

4.6. 1000Base-CX :
Cette norme précise l'usage de câbles de cuivre blindés dont l'utilisation serait limité aux
jarretières et autres liaisons dans une armoire de brassage ou local technique de répartition. La
distance est alors limitée à 25 mètres. Il est important de noter qu'aucun constructeur à ce jour, n'a
annoncé de produits conformes à cette norme 1000Base-CX.

18/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

4.7. 1000Base-T :
Ces spécifications toujours en phase d'établissement devraient autoriser la transmission de
données à 1000 Mbps sur une distance maximale de 100 mètres et à l'aide de câbles paires
torsadées non blindés de catégorie 5, déjà utilisé dans le câblage Fast Ethernet 100 Mbps.

19/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

5. Les produits :
GigaEthernet utilisant le même mode de transmission, les mêmes paquets s'intègrent très
facilement dans un réseau existant Ethernet ou Fast Ethernet. On retrouve donc au niveau du
matériel les mêmes éléments.

1. Les Switchs sont les principaux équipements réseaux. Ils se divisent en deux séries :
• Les Switchs 10/100 Mbps à autonégociation Nway disposant de 1 ou
plusieurs ports Gigabit Ethernet, certains sont empilables.
• Les Switchs 1000 Mbps sont architecturés autour de plusieurs ports Gigabit
et disposent souvent soit d'un ou plusieurs slots, soit d'un ou plusieurs ports
permettant la connexion de ports Fast Ethernet 100 Mbps.

2. Une nouvelle gamme de produits semble également voir le jour . Il s'agit de répéteurs
multiports Full-Duplex également appelés distributeurs bufferisés. Ces produits fonctionnent
comme des Hubs. Ils envoient un paquet émis par un port vers l'ensemble des autres ports du
répéteur partageant ainsi une bande passante de 1 Gbps. Equipés de buffers, ils peuvent stocker les
paquets en attente autorisant ainsi les transmissions en mode full-duplex. En revanche, Ils ne
peuvent pas sélectionner, comme le font les switchs, les ports vers lesquels ils doivent envoyer
l'information, ne disposant pas de fonction de filtrage sur les adresses M.A.C.

Plus qu'une seule « classe » de répéteur


Tous les segments sont point à point (liens)
Deux « types » de répéteurs pour Gigabit:
• Unidirectionnels (principe half-duplex)
• Leur fonctionnement est classique CSMA/CD
• Limité à un seul par domaine de collision
• Bidirectionnels (principe full-duplex)
• « Diffuseur à mémoire répartie » (1 mémoire tampon / port)
• Domaine de collision = intérieur du répéteur (bus Ethernet)

3. Enfin les cartes Gigabit Ethernet sont disponibles pour différents slots S-BUS (pour
Sun MicroSystems), PCI (pour PC et Apple PowerMac). Les plus performantes s'adaptent au bus
PCI en mode 32 ou 64 Bits afin d'optimiser les performances. Un bus 32 bits PCI limitant le taux
de transmission des paquets.

20/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

6. Les services :
Les services offerts par le réseau Gigabit Ethernet sont identiques, pour des raisons de
compatibilité, à ceux des autres réseaux de la famille Ethernet. Nous les rappelons néanmoins ci-
dessous:

6.1. Services offerts par le niveau LLC1

Noms des primitives de Paramètres des primitives Req Ind


services
DL_UNITDATA Identificateur du LSAP source X X

Demande d’envoi d’un Identificateur du LSAP destination X X


L-SDU vers une
destination
Donnée X X

Priorité X X

6.2. Services offerts par le niveau MAC

Noms des primitives de services Paramètres des primitives Req Ind


MA-UNITDATA Adresse MAC station source - X
Adresse MAC station destination X X
Envoi d'un MAC-SDU Donnée X X
Classe de service X X
Statut de réception - X

MA-UNITDATA-STATUS Adresse MAC station source X


Adresse MAC station destination X
Information sur le transfert précédent Etat de transmission X
Classe de service fournie X

Depuis plusieurs mois, la demande de services associés à la transmission de données se fait


croissante. Et si le standard GigaEthernet n'intègre pas des fonctions de Qualité de services (QoS),
réservation de bande passante, de gestion de redondance de liens, de sécurité, il se repose sur les
standards de l'industrie pour effectuer ces opérations.

GigaEthernet comme ses prédécesseurs Ethernet et Fast Ethernet repose sur les couches ISO. Ainsi
les protocoles tels que RSVP, protocole de réservation de services (niveau 3 ISO), les standards
IEEE802.1p et IEEE802.1q sont parfaitement compatibles et utilisables dans un environnement
GigaEthernet.

Couche ISO Nom ISO Exemple


Niveau 4Transport Layer TCP
Niveau 3Network Layer IP, RSVP, ...
Niveau 2DataLink Layer Ethernet MAC, 802.1p, 802.1q
Niveau 1Physical Layer 10BaseT, 100BaseTX

21/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Informations : Les standards IEEE802.1p et IEEE802.1q, dont certains sont encore en cours de
ratification par leurs comités, autorisent la définition de classes de services et de niveaux de
priorité dans les transmissions de paquets. Ainsi les paquets de voix peuvent t'ils être transmis
prioritairement par rapport à des paquets de données. Il est également possible de définir des
priorités entre les paquets de même type. Ainsi un accès à une base de données peut avoir une
bande passante réservée (via RSVP) et être prioritaire par rapport aux échanges de la messagerie.
Les routeurs et switchs de niveau 3 qui commutent les paquets en fonction du protocole
(essentiellement IP) sont également utilisables. La plupart des switchs disposent désormais de
ports GigaEthernet. Seuls les routeurs de grande puissance (Souvent en chassis) offrent des ports
GigaEthernet.

6.3. Services Spécifiques

6.3.1. Gigabit Full-Duplex


• Pas de risque de contention
• CSMA/CD n'est pas appliqué
• Format des trames conformes aux normes
• Contrôle de flux
• Éviter la congestion dans les switchs
• Phénomène de « HOL » (Head of Line)
• Notion de « backpressure »

6.3.2. Gigabit Half-Duplex


• C'est le CSMA/CD qui gère les collisions / accès
• La vitesse, les fréquences imposent des restrictions.
• Pour autoriser des diamètres de 200 mètres, il faudrait augmenter la taille
minimale des trames.
• Pour compatibilité, 2 techniques sont utilisées:
• Carrier Extension (extension de porteuse)
• Frame Bursting (pipelining de transmission)

6.3.3. Extension de porteuse


• Afin d'autoriser de plus grands segments en half duplex: augmenter la taille
minimale de trame, au sens présence d'un signal sur le support.
• Slot time ou délai d'insertion classique Ethernet de 512 temps bits devient de
512 temps octets, soit 4096 temps bits.
• C'est le temps d'un aller et retour sur le domaine de collision.
• Implique que cette valeur soit également utilisée par l'algorithme de
repli (TBEB).
• Pour assurer la compatibilité avec 10 et 100 Mb/s
• Garder la taille min. de trame de 64 octets (512 bits)
• Ajout d'un mécanisme de bourrage systématique, mais spécifique:
• Lors d'émission d'1 trame entre 64 et 512 octets, cette trame
est inchangée mais on ajoute (pour atteindre 512) un bourrage.

22/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

7. Migration vers Gigabit Ethernet


Maintenant que nous avons montré comment transmettre sur un réseau Gigabit Ethernet,
montrons comment l'intégrer à des réseaux existants. Prenons l'exemple de la migration du Fast
Ethernet vers le Gigabit Ethernet.
Nous présentons deux types de migration :

7.1. Migration vers des connexions serveurs Gigabit


Ethernet
Actuellement, des entreprises sont équipées d’un réseau dont la topologie est la suivante :

Si ces entreprises veulent bénéficier de connexions serveurs à 1 Gbps, elles doivent apporter
les changements suivants au niveau physique et hardware:
1. remplacés par des serveurs hautes performances pouvant travailler à 1 Gbps
2. Le Fast Ethernet Switch est remplacé par un Gigabit Ethernet Switch ou
Repéteur
3. Les connexions entre le Switch et les serveurs sont remplacées si celles-ci ne
supportent pas une vitesse de 1 Gbps

23/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Dès lors, la topologie du réseau devient :

7.2. Migration vers un backbone Gigabit Ethernet


D’autre part, il est possible que des entreprises soient équipées d’un backbone Fast Ethernet
dont la topologie est :

Afin de pouvoir migrer vers un backbone Gigabit Ethernet, les responsables du réseau doivent
changer les Fast Ethernet Switchs par des Gigabit Ethernet Switchs ou Repéteur et les connexions

24/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

entre ces Switchs si elles ne supportent pas une vitesse de 1 Gbps.


D’autre part, ils doivent ajouter des serveurs hautes performances à l’ensemble des serveurs ainsi
que des connexions à 1 Gbps entre les Switchs Gigabit Ethernet et l’ensemble des serveurs ; ils
peuvent aussi ajouter au réseau de nouvelles liaisons à 1 Gbps
Finalement, la topologie du backbone est donnée par :

7.3. Architecture Simple sur Gigabit Ethernet

25/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

8. Comparaisons :

8.1. Comparaison des technologies haut débit :

8.2. GigaEthernet Contre ATM

Fonctionnalités Giga-Ethernet ATM


Qualité de Service 802.1p Oui
VLAN 802.1q Oui
Paquets Ethernet Oui (512 octets minimum) Oui
Paquets Token Ring Non Oui
Compatibilité IP Oui Oui
Multimédia Pas en temps Réel Oui
Extensible au WAN Non Oui
Connexion de Serveurs Oui Oui
Connexion de postes de travail Non Oui
BackBone d’Entreprise Si de petite taille Oui
Support : Fibre 802.3z Oui
Support : Cuivre 802.3ab Oui
Tolérance de pannes Non Oui
Gestion des congestions Non Oui
Gestion du trafic Non Oui

26/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

9. Evolutions Futures :

9.1. L’évolution d’ Ethernet :

27/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

9.2. Le 10 Gigabits Ethernet


Le 10 Gigabit Ethernet est encore en phase de développement, plusieurs groupes proposent
actuellement des solution techniques. Le but est d’augmenter les distances, tout en gardant une
compatibilité descendante. Le support utilisé ne sera à priori plus que de la fibre optique.
La norme IEEE qualifiant le 10 Gigabit Ethernet aura pour nom 802.3ae.

9.2.1. Projet de standardisation de la norme 802.3ae :

28/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

9.2.2. Prévision de l’évolution du marché du 10


GigaEthernet

9.2.3. Comparaison Gigabit 10 Gigabits

Gigabit Ethernet 10 Gigabit Ethernet

29/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

9.2.4. Objectif de distance d’Ethernet 10 Gigabit

9.2.5. Modèle 10 gigabit Ethernet

30/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Conclusion :

L’évolution vers le Giga-Ethernet semble une bonne solution, celui-ci restant en conformité
avec les standards Ethernet. Cette nouvelle technologie reste inter-opérable avec Ethernet et Fast-
Ethernet et utilise l’infrastructure existante.
C’est aussi une étape obligatoire pour la survie d’Ethernet qui arrivait à bout de souffle.
Le principal avantage est donc que c’est une évolution du réseau Ethernet existant et qu’il
utilise donc une technologie connue.
Il y a cependant quelques inconvénients inhérents au fait que le Giga-Ethernet est de la famille
Ethernet.
Ethernet n’est pas un protocole dit multimédia comme ATM qui assure des flux audio et vidéo.
Le protocole GigaEthernet ne permet pas de re-router les paquets en cas de panne.
Les distances restent inférieur à 4 km en GigaEthernet.
Il n’intègre pas de mécanisme de gestion de congestion, de contrôle de flux, ni de
confidentialité.
Et enfin il n’est pas encore complètement standardisé et utilise encore des mécanismes
propriètaires.

31/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Bibliographie

Livres

BOISSEAU, M.,DEMANGE, M., MUNIER, J-M., 1992. Réseau haut débit. Paris: Eyrolles.
HALSALL, F., 1996. Data Communications, Computer Networks and Open Systems. : Addison Wesley.
PUJOLLE, G., 1996. Les Réseaux. Paris: Eyrolles.

Références Internet

Voici une liste d’URLs qui nous on permit de nous documenter sur le sujet.

http://grouper.ieee.org/groups/802/3/ae/index.html

http://www.ots.utexas.edu/ethernet/10gig.html

http://www.iol.unh.edu/training/ge.html

http://www.ots.utexas.edu/ethernet/

http://www.urec.cnrs.fr/cours/Tutoriaux/haut-deb/

http://www.10gea.org/

http://www-l2ti.univ-paris13.fr/~fourmaux/DEA/S00-GIGA/1.html

http://www.guill.net/reseaux/rehd/Rle.html

http://www.cisco.com/warp/public/cc/pd/si/casi/ca6000/prodlit/_fr_c60ge_ds.htm

http://www.info.fundp.ac.be/~telecom/telecom/ethernet/referenc.htm

http://www-igm.univ-mlv.fr/~duris/RESEAU/LAN/ETHERNET/outline1.htm

http://www.languedoc-roussillon.pref.gouv.fr/grandsdossiers/tic/pdf/hauts_debits-
presentation_alcatel.pdf

32/33
Technologie gigaEthernet et évolutions

Glossaire
BROADCAST: connexion démission ou de diffusion. Tous les messages sont pratiquement reçus
en même temps par l'ensemble des systèmes, ils doivent donc filtrer tout ce qui ne leur est pas
destiné.

TOPOLOGIE DE BUS: une topologie de bus raccorde tous les postes du réseau à une à une
même ligne de connexion, celle-ci ayant un début et une fin.

PAQUET. unité de données expédiée sur un réseau. Un paquet comporte non seulement les
données p dites, mais aussi des informations d'adresses: celle de l'expéditeur et celle où doit
aboutir le paquet en question. Egalement appelé datagram ou frame.

REPEATER. relie deux réseaux entre eux par le raccord de deux câbles. Cela a pour effet de
renforcer le signal et peut donc aussi servir à raccorder un poste de réseau se trouvant au-delà de la
distance-limite de 100 ou 200 mètres. Un répétiteur à plus de deux ports de connexion est appelé
hub, même s'il existe une légère différence de définition dans la mesure où un répétiteur renforce
le signal de données alors que cela n'est pas le cas d'un hub ordinaire

RSVP
• RSVP (Resource ReSerVation Protocol)
développé par Xerox et l’Université Southern California, IETF
• Problème : les signalisations UNI et NNI permettent de véhiculer à
travers un réseau ATM des demandes de qualité de service
parvenant des bords du réseau
• But : Fournir la qualité de service de bout en bout sur un réseau
incluant des technologies hétérogènes (ATM et autres)
• Définit un schéma global de négociation de qualité de service,
indépendamment de la couche sous- jacente
• La jonction de la qualité de service globale (RSVP) et de la qualité
de service locale (signalisation UNI et NNI) reste à faire

COS et autres qualités de service


Ethernet promet des classes de service : COS
- Diffserv de l’IETF
- champ de précédence IP
• CAR (Commited Access Rate)
• WFQ (Weighted Fair Queuing)
• WRED (Weighted Random Early Detection)

DWDM
Filtres optiques DWDM Cisco ONS 15516 une solution de filtres optiques évolutive de 9 à 18
longueurs d'onde, unidirectionnelle
Les réseaux connaissent une croissance exponentielle, les entreprises et les consommateurs
exigeant toujours davantage de bande passante pour satisfaire leurs besoins quotidiens. Pour
suivre cette courbe de croissance, les opérateurs doivent déployer rapidement des terminaux
DWDM (Dense Wave-Division Multiplexing) et tirer parti des installations de fibre optique
existantes et nouvelles.

33/33