Vous êtes sur la page 1sur 39

Réalisation des études techniques d’aménagement de 940 ha de plaine à Ditinn, Bodié,

Kolloum et la mare de Moukidigué dans les préfectures de Dalaba et Tougué, régions


de Mamou et Labé.

RAPPORT DE L’ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE


Préfecture de Dalaba : Plaine de Padag
SOMMAIRE

I- AVANT-PROPOS............................................................................................................ 4
II- METHODLOGIE DE L’ETUDE.....................................................................................4
2.1. DOCUMENTS ET OUTILS DE BASE...................................................................................4
2.2. TRAVAUX DE TERRAIN...................................................................................................4
2.3. TRAVAUX DE BUREAU....................................................................................................5
2.4. UTILISATION DES LOGICIELS DE SYSTÈME D’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG) ET DES
LOGICIELS D’ANALYSE DE SÉRIES CHRONOLOGIQUES.................................................................5

III- RESSOURCES EN EAU..............................................................................................6


3.1. PARAMÈTRES CLIMATIQUES ET PLUVIOMÉTRIE DE LA ZONE D'ÉTUDE...............................6
3.1 PLUIES MOYENNES MENSUELLES........................................................................................8
3.2 PLUIES MAXIMALES JOURNALIÈRES....................................................................................8
3.3 ETP ET AUTRES FACTEURS CLIMATIQUES.........................................................................10
4. BESOINS EN EAU........................................................................................................12
Besoin en eau des cultures...........................................................................................12
4.1 CALENDRIER CULTURAL...................................................................................................12
4.2 ESTIMATION DES BESOINS EN EAU DU RIZ.........................................................................13
4.3 ESTIMATION DES BESOINS EN EAU DE LA TOMATE.............................................................17
TOPOGRAPHIE................................................................................................................... 19
5. HYDROLOGIE............................................................................................................... 20
5.1. PARAMÈTRES PHYSIOGRAPHIQUES DES BASSINS VERSANTS.............................................21
5.2. OCCUPATION DU SOL......................................................................................................24
5.3 SOLS..............................................................................................................................26
6. DETERMINATION DES APPORTS ET DES CRUES DECENNALES..........................30
6.1 METHODE DU SCS : LE CURVE NUMBER.......................................................................30
6.2 METHODE ORSTM......................................................................................................32
6.3 METHODE CIEH...........................................................................................................34
7. NOTES DE CALCUL.....................................................................................................35
7.1. AJUSTEMENT DES CHRONIQUES PLUVIOMETRIQUES....................................36
7.2. CARACTÉRISTIQUES DU BASSIN VERSANT....................................................................37
7.3. APPORTS ET CRUES DE PROJET..................................................................................38
7.3.1. Etude des apports...........................................................................................38
7.3.2. Etude des crues..............................................................................................39
Liste des tableaux
Tableau 1: Pluviométrie annuelle à Dalaba.............................................................................6
Tableau 2valeur des quantiles de Gumbel..............................................................................7
Tableau 3 valeur des quantiles de Gumbel pour la pluviométrie annuelle...............................8
Tableau 4 pluies moyenne mensuelles...................................................................................8
Tableau 5 : Valeur des quantiles de Gumbel pour la pluie maximale journalière..................10
Tableau 6 : ETP, Humidité, Vent, Insolation et Température................................................11
Tableau 7: Calendrier cultural...............................................................................................12
Tableau 8 : Calendrier cultural..............................................................................................13
Tableau 9: Besoin en eau du Riz..........................................................................................16
Tableau 10: Besoin en eau de la Tomate..............................................................................18
Tableau 11 : Paramètres physiographiques des bassins versants (1)..................................22
Tableau 12 Reclassification des sols du BV par groupe hydrologique..................................29
Tableau 13 : Groupes hydrologiques -occupation du sol.......................................................30
Tableau 14 : Crues simulées par le logiciels HEC HMS........................................................32
Tableau 15 : crues calculée par la méthode ORSTOM.........................................................34
Tableau 16 : Crues calculées par la méthode CIEH..............................................................34
Tableau 17 : résultats des tests statistiques des ajustements...............................................37

Liste des Cartes


Carte 2 : Situation du site de parawy.....................................................................................19
Carte 2 : Situation du site de parawy.....................................................................................19
Carte 3 : Situation du site de parawy2...................................................................................20
Carte 4 : Bassin Versant du site de parawy..........................................................................21
Carte 5 : Carte des pentes du BV de Parawy.......................................................................24
Carte 6 : Carte des de l’occupation du sol du BV de Parawy...............................................26
Carte 7 : Carte des sols du BV de Parawy............................................................................28
Carte 8 : Goupe hydrologique du BV de Parawy...................................................................29
Carte 9 : Cartes du Curve number du BV de Parawy............................................................31

Liste des Figures


Figure 1 pluviométrie interannuelle.........................................................................................7
Figure 2 : Pluviométrie moyenne.............................................................................................8
Figure 3 : pluies journalières maximales annuelles.................................................................9
Figure 4 : Pluviométries maximales........................................................................................9
Figure 5 : Déficit hydrique à Dalaba......................................................................................11
Figure 6 : Graphique de l’évaluation des paramètres climatiques à la station de Dalaba......12
Figure 7 : courbe de régression de Gumbel pour les pluies interannuelles...........................37
Figure 8 : courbe de régression Gumbel pour les pluies maximales journalières..................37
I- AVANT-PROPOS
L’aménagement hydro-agricole est un outil de maîtrise de l’eau. C’est un moyen mis en
œuvre pour réaliser l’opération d’irrigation. Celle-ci vise à créer “ un ensemble technico-
économique, permettant une utilisation optimale d’eau disponible (fleuve, lac naturel ou
artificiel) à des fins d’intensification de la production agricole avec une contrainte de
rentabilité financière et économique de l’aménagement, assurant entre autres, sa
reproduction ” (Funel J.-M. et Laucoin G., 1980, p. 2).

Pour se faire, une étude hydrologique est nécessaire pour évaluer les crues et les apports
des bassins versants en aval desquels sont situés les sites à aménager afin de déterminer
leur irrigabilité et de prévoir leur protection vis-à-vis des crues.

Plusieurs modélisations seront tout d'abord proposée dans le but d'établir un bilan
hydrologique du bassin et de quantifier les débits qui ruissellent. En effet, quantifier les
apports en eau naturels tout au long de l'année sera la base de notre étude du contexte
actuel.

Dans le cadre de cette étude, nous considérons les débits ayant une probabilité de retour de
10 ans (débits décennaux) conformément aux termes de références.
L’étude la présente étude concerne la plaine du village de Parawi est situé dans la région
administrative de Mamou, préfecture de Dalaba, sous-préfecture de Matan.

II- METHODLOGIE DE L’ETUDE


2.1. Documents et outils de base
Pour la conduite de l’étude, il a été rassemblé toute la documentation disponible et
nécessaire. Il s’agit entre autres :
 Des dalles rasters de type srtm de résolution 30 *30 m importés du site de la NASA
USGS explorer
 Des images satellitaires du logiciel Google earth professionnel
 Des cartes satellitaires géoréférencés open sources, en ligne, exploitables sur le
logiciel QGIS (Google satellite et open topomap)
 Des données météorologiques des stations de référence de Dalaba.
 De la carte lithologique géoréférencée de la guinée
 De la carte des sols de la FAO
 Des ressources en ligne de google earth engine
2.2. Travaux de terrain
Compte tenu de la faible taille de certains bassins versants, nous avons fait recours aux
MNT de la NASA, pour leurs délimitations appuyées de photographies aériennes de hautes
résolutions de la zone.
Toutes ces informations ont été complétées par des enquêtes auprès des populations
riveraines notamment l’ordre de grandeur des lames d’eau, le temps de séjour et la
fréquence de submersion dans les différents périmètres.
La mission de reconnaissance de terrain nous a permis de géo référencer tous les exutoires
des bassins versants en tête des périmètres à aménager, une appréciation visuelle afin
d’avoir une idée sur le fonctionnement des ouvrages hydrauliques réalisées dans la zone du
projet a permis de consolider ces appréciations.
Aussi, des investigations approfondies ont été menées auprès des riverains pour une
meilleure appréciation des flux hydrauliques aux différents exutoires.
2.3. Travaux de bureau
Au bureau, les travaux ont consisté :
 A l'analyse et au traitement des données hydro climatiques, à l'ajustement fréquentiel
des valeurs maximum des pluies et des débits afin d'estimer le temps de retour d'une
valeur particulière. Cette prédiction repose sur la définition et la mise en œuvre d'un
modèle fréquentiel décrivant le comportement statistique d'un processus.
 A la Délimitation automatique des bassins versants.
Cette délimitation des bassins versants a été faite à partir des données SRTM
(Shuttle Radar Topography Mission) résolution 30 m de la NASA (National
Aeronautics and Space Administration) et de la NGI (National Geospatial-Intelligence
Agency ; ex-NIMA : National Imagery and Mapping Agency
 Au calcul des variables physiques des bassins versants
 A la détermination des débits de crue de fréquence décennale.
2.4. Utilisation des logiciels de système d’information géographique (SIG) et des
logiciels d’analyse de séries chronologiques
Les techniques classiques utilisées dans l’étude du complexe physique d’un bassin versant
sont basés essentiellement sur des méthodes manuelles dont les résultats sont sujet
généralement à de grandes imprécisions. Avec l’apparition du SIG, il est désormais devenu
facile de déterminer les paramètres de forme, et les typologies du réseau hydrographique.
Les logiciels exploités sont les suivants :
- QGIS est un logiciel libre multiplateforme publié sous licence GPL. Via la
bibliothèque GDAL4, il gère les formats d’image matricielles (raster) et vectorielles,
ainsi que les bases de données. Il nous a permis de concevoir sur la bases de
fichiers rasters ou vecteurs, toutes les cartes et plans de cette étude, et d’obtenir
l’essentiel des paramètres du bassin versant.
- SAGA GIS (System for Automated Geoscientific Analyses) est un logiciel de (SIG)
libre multiplateforme publié sous licence GPL. Il est destiné aux traitements spatiaux
aussi bien de type raster que vecteur. Le logiciel est décomposé en modules, en
nombre sans cesse croissant selon les versions. Il nous a permis essentiellement
d’extraire des fichiers rasters des zones étudiées, les données hypsométriques des
bassins versants
- GRASS GIS (de l'anglais Geographic Resources Analysis Support System) est un
logiciel (SIG) libre (GPL) de conception modulaire réalisé par le GRASS Development
Team. Il nous a permis de calculer les pentes du bassin versant. Il a permis aussi de
faire les simulations de remplissage de retenue et d’en estimer le volume, la hauteur
maximale, la superficie du plan d’eau.
- Hydrognomon, c’est un logiciel conçu pour le traitement et l’analyse de séries
chronologiques hydrologiques. Ses fonctions principales comprennent l’analyse
statistique, la régression et le remplissage des séries chronologiques, les tests, les
courbes intensité-durée-fréquence, la construction et les calculs de courbes de débit-
décharge, l’hydrométrie, la simulation hydrologique des bassins hydrographiques.

III- RESSOURCES EN EAU


La plaine de Malala Djiguiya située dans la Préfecture de Dalaba est traversée par deux
petit cours d’eau : le Djiguiya à l’Ouest et le Simiko à l’EST. Au Nord, il est bordé par le
grand cours d’eau la Téné dont les deux premiers sont les affluents.
3.1. Paramètres climatiques et pluviométrie de la zone d'étude
Ces données été fournis par la direction nationale de la météorologie
L’analyse de ces données pluviométriques est effectuée sur la base des relevés de la station
pluviométrique de Mamou et qui possède suffisamment de donnée pour une interprétation
pertinente. Cependant l’analyse portera sur la période 1981 – 2013 (31 ans) qui est à peine
suffisante pour une interprétation statistique sérieuse mais qui a cependant le mérite de tenir
compte de la tendance actuelle.
Pluviométrie annuelle
Les précipitations annuelles sont élevées et s’étalent entre 1000 et 2400 mm avec un
maximum en aout et quelques fois en juillet.

1.1.1. Pluies inter- annuelles


Le régime interannuel de la pluviométrie se caractérise par une variabilité moyenne entre
années (cf. graphique 1). Le tableau 2 donne les valeurs de pluviométrie annuelle de la
période 1981 – 2013.
Tableau 2 : Pluviométrie annuelle (1981 – 2018)
Pluies Pluies Pluies Pluies
Année (mm) Année (mm) Année (mm) Année (mm)
1981 1592,1 1991 1721,4 2001 1576,9 2011 1775,7
1982 1550,1 1992 1454,0 2002 1470,2 2012 1555,0
1983 1348,0 1993 1627,5 2003 1805,4 2013 1573,3
1984 1237,6 1994 1502,1 2004 1593,1 2014 1767,3
1985 1433,6 1995 1431,6 2005 1670,7 2015 1921,7
1986 1345,7 1996 1453,2 2006 1214,0 2016 1508,9
1987 1468,6 1997 1840,6 2007 1464,2 2017 1332,7
1988 1340,0 1998 1420,8 2008 1352,2 2018 1681,6
1989 1376,4 1999 1566,9 2009 1776,9
1990 1495,7 2000 1415,1 2010 1691,3
Tableau 1 : Pluviométrie interannuelle

Figure 1 pluviométrie interannuelle


Pluies annuelles à la station météorologique de LABE
2500.0

2000.0

1500.0

1000.0

500.0

0.0
81 983 985 987 989 991 993 995 997 999 001 003 005 007 009 011 013 015 017
19 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2

La moyenne annuelle est de 1535,6 mm. L’année la plus sèche sur cette période est
intervenue en 2006 avec seulement 1214 mm de pluie. L’année la plus Humide est 2015
avec 1921.7 mm de pluies.
 Analyse fréquentielle des chroniques pluies interannuelles
L’étude statistique des précipitations annuelles permet de déterminer les valeurs
fréquentielles des pluies en fonction de leur période de retour. Elle a été réalisée sur la série
complète de pluie de la de Labé. Pour cela, plusieurs lois sont privilégiées. Le choix de la
meilleure loi tient compte du test de Brunet-Moret et de la fréquence au dépassement. La
meilleure loi est celle qui a la valeur du test la plus faible et la fréquence au dépassement la
plus forte.
L’analyse fréquentielle par la loi de Gumbal des valeurs annuelles de la pluviométrie donne
les résultats présentés dans le tableau 3 ci-dessous.

Valeurs des quantiles de Gumbel


VARIABLE VALEUR DES
OCCURRENCE
REDUITE PROBABILITE F(X) QUANTILES
(ans)
DE GUMEL DE GUMBEL (mm)
1000 -1,9 0,001 1226,6
100 -1,5 0,01 1250,0
PERIODE
50 -1,4 0,02 1326,0
SECHE
10 -0,8 0,1 1377,4
5 -0,5 0,2 1498,3
MEDIANE 2 0,4 0,5 1661,0
5 1,5 0,8 1768,7
10 2,3 0,9 2005,7
PERIODE
50 3,9 0,98 2105,9
HUMIDE
100 4,6 0,99 1226,6
1000 6,9 0,999 1250,0
Tableau 2 valeur des quantiles de Gumbel pour la pluviométrie annuelle

3.1.2. Pluies moyennes mensuelles


La pluviométrie moyenne mensuelle au cours d’une année présente une variabilité très
importante (cf. graphique 2). Les moyennes mensuelles observées à la station de Labé au
cours de la période 1981-20118 sont résumées dans le tableau 4.
Tableau 4 : Pluies moyennes mensuelles
Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Dec

1,8 3,6 9,1 37,8 138, 230, 298, 374, 263, 143, 33,2 0,9
8 4 1 9 1 7

Tableau 3pluies moyenne mensuelles


Graphique 2 : Pluviométrie moyenne mensuelle (1981-2013)

Chart Title
400.0
374.9
350.0

300.0 298.1
263.1
250.0
230.4
200.0

150.0 138.8 143.7


100.0

50.0
37.8 33.2
0.0 1.8 3.6 9.1 0.9
Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Dec

Figure 2 : Pluviométrie moyenne


La répartition mensuelle des pluies est de type uni-modale avec un maximum en aout (374,9
mm).
3.1.3. Pluies Maximales journalières
La pluviométrie journalière maximale annuelle varie à Mamou de 35,4 mm à 194 mm au
cours de la période de 1981 à 2013. La moyenne journalière maximale annuelle observée
sur cette période est de 79 mm.

Pluies journalières maximales annuelles (1981 – 2017)


Pluies Pluies Pluies Pluies
Année (mm) Année (mm) Année (mm) Année (mm)
1981 77 1991 119,7 2001 81,2 2011 99,9
1982 62,2 1992 81,3 2002 69,1 2012 79,6
1983 65,8 1993 73,3 2003 46,9 2013 87,2
1984 40,4 1994 78,4 2004 53,3  2014 74,8
1985 76,4 1995 55,1 2005 62,7  2015 66,5
1986 80,7 1996 77,7 2006 45  2016 52,8
1987 51,3 1997 66,4 2007 65  2017 43,1
1988 61 1998 58,1 2008 73,5  
1989 60,2 1999 98,1 2009 155    
1990 59,7 2000 91,7 2010 60,3    
Figure 3 : pluies journalières maximales annuelles

Figure 1 : Pluviométrie journalière maximale à la station de Labé

Chart Title
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17
19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 20 20 20 20 20 20 20 20 20

Figure 4 : Pluviométries maximales

 Analyse fréquentielle des chroniques pluies Maximale journalières


L’étude de la pluviométrie maximum journalière les récurrences humides et sèches. Nous les
avons calculées pour avoir la pluie journalière décennale qui servira dans la
prédétermination de la crue décennale des bassins versants. L’étude fréquentielle des
hauteurs de précipitations journalières a consisté, après classement des averses
journalières, à rechercher pour chaque station l’ajustement d’une loi de distribution.
Pour le calcul de la crue décennale des bassins versants nous avons considéré les pluies
maximales journalières.
L’analyse fréquentielle des valeurs maximales journalières annuelles de la pluie donne les
résultats présentés dans le tableau 6 ci-dessous pour la loi de Gumbel.

Tableau 6 : Valeurs des quantiles de Gumbel


VARIABLE VALEUR DES
OCCURRENCE
PLUIE MAX REDUITE PROBABILITE F(X) QUANTILES
(ans)
DE GUMEL DE GUMBEL (mm)
1000 -1,9 0,001 29,2
100 -1,5 0,01 36,3
PERIODE
50 -1,4 0,02 39,2
SECHE
10 -0,8 0,1 48,4
5 -0,5 0,2 54,7
MEDIANE 2 0,4 0,5 69,4
5 1,5 0,8 89,3
10 2,3 0,9 102,4
PERIODE
50 3,9 0,98 131,3
HUMIDE
100 4,6 0,99 143,5
1000 6,9 0,999 183,8
Tableau 4 : Valeur des quantiles de Gumbel pour la pluie maximale journalière

La pluviométrie maximale journalière annuelle de fréquence décennale humide observée à


cette station est de 102,4 mm.

3.1.4. ETP et autres facteurs climatiques


Les autres facteurs climatiques tels que la vitesse du vent, le taux d’humidité, la température
sont consultables en annexe. L’ETP annuelle calculée à partir de ces différents paramètres
avec le logiciel de la FAO CROPWAT est de 1708,2 mm. On remarque qu’elle est supérieure
à la pluviométrie moyenne annuelle (1535,6 mm).
Mais la figure 5 montre que pendant la période entre mai et octobre, la pluviométrie est
largement supérieur à .
DEFICITE HYDRIQUE STATION DE LABE
400
350
300
250
200
150
100
50
0
Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Dec

PLUIES ETP

Figure 5 : Déficit hydrique à tougué

La température moyenne mensuelle oscille entre 26 et 21°C.


L’humidité relative moyenne annuelle est de 63 % avec des valeurs extrêmes minimale et
maximale observées respectivement pendant les mois de février (40%) et d’Aout (83%).
L’insolation annuelle enregistrée est de 84 heures.

Tableau 5 : ETP, Humidité, Vent, Insolation et Température


Figure 6 : Graphique de l’évaluation des paramètres climatiques à la station de Labé

1. BESOINS EN EAU

Besoin en eau des cultures


Les cultures envisagées sont définies par les TDR comme suit : Les aménagements hydro
agricoles porteront sur la riziculture, le maraîchage et les activités économiques
complémentaires pour l’amélioration des conditions de vie des populations tout en
maintenant et protégeant l’environnement d’une manière durable.

Dans le cadre de l'évaluation des besoins den eau des cultures, nous avons choisi deux (2)
cultures de références avec pour seul critère la demande en eau en période de pointe (climat
aride combiné à la phase de pleine croissance de la culture). Ces deux cultures de
références sont :

 Le riz
 La tomate

4.1 Calendrier cultural


Tableau 6: Calendrier cultural
juille
LABE mai juin août sept. oct. nov. déc janv fév. mars avril
t
Pluies
210,1 178,6 245,3 320,6 242,1 98,4 36,4 0,1 0,0 9,4 20,5 14,9
(mm)
Saison SAISON PLUVIEUSE SAISON SECHE

Riz Prép
irrigué aratio
Instal.
n de
Pépiniè
Cultures

Cultur sol , Vég Flor Muris


Tallage-développement- Récol re Récolt
es pépin étati aiso seme
épiaison te re et e
contre ière on n nt
prépa.
- et
du sol
saison repiq
uage
Tableau 7 : Calendrier cultural

4.2 Estimation des besoins en eau du riz

L’expression des besoins en eau du riz s’exprime ainsi qu’il suit :

Bn=( ETM −Pe ) + Hum+ ME ± Δh+ per

Avec :

ETM =Kc∗ETP
ETM (évapotranspiration maximale), fonction de l’évapotranspiration potentielle (ETP) du
lieu, de la nature et du stade végétatif de la plante représentée par le coefficient cultural (Kc).
Le Coefficient cultural (Kc) est égal à 1.35 (période de tallage et de formation des panicules)
L’évapotranspiration potentielle (ETP) prise en compte est celle calculée par la formule de
PEN MAN modifiée en utilisant Cropwat (logiciel de la FAO).
 Pe : pluie efficace prise égal à 80% de la pluie tombée.

 Hum : Humidification du sol : Elle consiste à remplir le sol afin de faciliter le


déchaumage et les labours. Dans le cadre de ce projet, cette valeur est prise
égale à 75mm à apporter pendant la préparation du sol
 ME : volume d’eau nécessaire à la saturation du sol (mise en boue)
Cette opération a lieu juste avant le repiquage. Les quantités d’eau nécessaires sont fonction
de l’état de l’humidité du sol.
da
ME=( θ s−θi ) .Z Avec Z= profondeur de la zone saturée, ici
100
Dans le cadre de ce projet, en considérant que la réserve en eau initiale est nulle (cas le plus
défavorable), la relation ci-dessus, s’écrit :
da
𝑴𝑬¿ θ . . Z=P∗Z Où P= porosité du sol;
100
Ici, P= 56% (valeur tirée des études pédologiques antérieures réalisées sur des
sols similaires);
Z= 300mm (profondeur de la zone saturée) ;

On trouve ME= 168mm


Δh : Variation de la lame d’eau : Cette opération qui précède le repiquage consiste en la
création de la lame d’eau dans le casier rizicole. Dans la zone du projet, une lame d’eau de
150 mm est recommandée. Afin de tenir compte de l’évolution de la hauteur de la plante, elle
sera envoyée au fur et à mesure jusqu’à atteindre 150 mm. La lame d’eau évoluera de la
manière suivante :
- 2 à 3 cm dans les casiers pendant deux semaines.
- De 15 à 20 jours après repiquage jusqu’à l’épiaison, maintenir la lame d’eau à une hauteur
d’environ 10 cm.
- De 15 à 20 jours après l’épiaison, faire monter la lame d’eau jusqu’à la hauteur
recommandée c’est-à-dire de 15 cm.
La lame d’eau une fois constituée et riz bien en place, il est nécessaire de l’entretenir à
niveau acceptable pour le riz. Dans le cadre de ce projet, cette variation ne devra pas
descendre au-dessous de 50mm (5cm).
 per : Pertes par percolation due à la charge de l’eau
Vu la nature des sols, argilo-limoneuse en générale, les pertes par percolation en situation
stabilisée seront prises égales à 4mm/jour. Donc, per= 4mm/j
Le besoin net pour le cycle (y compris les besoins en eau pour la préparation de la
rizière) est de

5316 m3/ha

Les résultats sont consignés dans le tableau ci-dessous :


Tableau 8: Besoin en eau du Riz
AMENAGEMENT DE 98HA DE BAS-FONDS DANS LA PREFECTURE DE LABE
CALCUL DES BESOINS EN EAU DU RIZ
Préparation
Repiqua Murisse
Phase de croissance du SOL et Tallage-développement-épiaison-formation produits
ge ment
pépinière
Mois juin juillet aout septembre octobre
Décade 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3
ETP (mm) en fin de 41,5
41,51 41,51 35,61 35,61 39,18 34,09 34,09 37,49 36,30 36,30 36,30 38,74 38,74 42,62
période 1
Kc 0,00 0,00 1,20 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35
1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 0,00
ETM(mm) en fin de 113,7
0,00 0,00 49,82 48,08 48,08 52,89 46,02 46,02 49,01 49,01 49,01 31,74 52,30 0,00
période 6
59,5 103,4 124,9 133,0
P(mm) 59,53 59,53 79,13 79,13 87,04 80,70 80,70 80,70 31,74 31,74 34,92
3 2 6 2
47,6 106,4
Pe(mm) 47,63 47,63 63,30 63,30 69,63 82,74 99,97 64,56 64,56 64,56 25,39 25,39 27,93
3 2
-
ETM-Pe (mm) en fin - - - - - - - -
47,6 2,19 -15,22 7,35 6,35 26,91 -27,93
de période 47,63 15,22 16,75 36,72 53,95 15,55 15,55 15,55
3
humidification (mm) 75,00 0,00 0,00
168,
ME (mm) /Rmax 0,00 0,00 0,00
00
Remp(mm) 0,00 0,00 100,00 0,00 0,00 10,00 15,00 25,00
Per(mm) 0,00 0,00 44,00 40,00 40,00 44,00 40,00 40,00 44,00 40,00 40,00 44,00 40,00 40,00 0,00
-
(ETM-Pe)+per (mm) - -
47,6 46,19 24,78 24,78 27,25 3,28 51,35 24,45 24,45 28,45 46,35 66,91 -27,93
en fin de période 47,63 13,95
3
-
BN(mm) 27,37 47,6 146,19 24,78 24,78 27,25 13,28 1,05 76,35 24,45 24,45 28,45 46,35 66,91 -27,93
3
Efficience globale 0,65
-
117,4
BB (mm) 42,11 73,2 224,91 38,12 38,12 41,93 20,43 1,61 37,61 37,61 43,76 71,31 102,94 -42,97
5
7
BB (m3/ha) 2670 1182 1395 1190 1742
Nécessité nécessité de
d'irriguer drainer
4.3 Estimation des besoins en eau de la tomate
Les périmètres comporteront plusieurs autres cultures que du riz, dont les plus importantes
sont : la tomate, le maïs, la pastèque, l’aubergine, le haricot. En effet, pour le
dimensionnement du réseau en fonction du besoin en eau, nous avons considéré les
résultats du calcul du besoin en eau de la tomate que nous jugeons le plus contraignant.
Pour la tomate qui constitue la culture de référence du maraîchage, les besoins en eau sont
constitués essentiellement de l'ETM et de la constitution de la réserve utile du sol (RU/RFU).

L’expression des besoins en eau de la tomate s’exprime ainsi qu’il suit :

Bn=( ETM −Pe )−βRFU

Avec :

 ETM =Kc∗ETP
ETM (évapotranspiration maximale), fonction de l’évapotranspiration potentielle (ETP) du
lieu, de la nature et du stade végétatif de la plante représentée par le coefficient cultural (Kc).
Le Coefficient cultural (Kc) est égal à 1.35 (période de tallage et de formation des panicules)
L’évapotranspiration potentielle (ETP) prise en compte est celle calculée par la formule de
PEN MAN modifiée en utilisant Cropwat (logiciel de la FAO).
 Pe : pluie efficace prise égal à 80% de la pluie tombée.
 ΒRFU : fraction de la réserve en eau facilement disponible à la plante

La pluie s’étant arrêté depuis au moins deux mois, et par raison de sécurité on considèrera
que le sol est sec et ne peut par conséquent libérer de l’eau pour la plante.

Et par conséquent le besoin en eau de la tomate est :

Bn=( ETM −Pe )

Le besoin en eau net du cycle est de 6117 m3/ha

Les besoins en eau ainsi obtenus sont consignés dans le tableau ci-dessous :
Tableau 9: Besoin en eau de la Tomate

 
Installation
pépinière et Récolte
Phase de croissance Végétation Floraison-formation du produit Murissement
préparation du s
sol
Mois Décembre janvier février mars avril
décade 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3 1 2 3
ETP (mm) en fin de période     52,23 51,59 51,59 56,74 58,20 58,20 46,56 63,86 63,86 70,24 59,80 59,80 59,80
Kc     0,00 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 1,15 0,20 0,20 0,00
ETM(mm)     0,00 59,32 59,32 65,26 66,93 66,93 53,54 73,44 73,44 80,78 11,96 11,96 0,00
P(mm)     0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 7,01 7,01 7,70
Pe(mm)     0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 5,61 5,61 6,16
ETM-Pe (mm)     0,00 59,32 59,32 65,26 66,93 66,93 53,54 73,44 73,44 80,78 6,35 6,35  
BN(mm)     0,00 59,32 59,32 65,26 66,93 66,93 53,54 73,44 73,44 80,78 6,35 6,35  
Efficience globale     0,60
BB (mm)     0,00 98,87 98,87 108,76 111,55 111,55 89,24 122,39 122,39 134,63 10,59 10,59  
  0 3065 3123 3794 212
TOPOGRAPHIE
Le site (Latitude : 10°56'36.24''N, Longitude : 12°13'36.45''O) concerné par cette étude est
constituée de plusieurs exploitants (villages).

Le bas-fond fait une longueur de 1 555 ml formant ainsi un point bas entre les 03 hauteurs à
l’Est à l’Ouest et au Sud.

Carte 1 : Situation du site de parawy

Carte 2 : Situation du site de parawy

Carte 3 : Situation du site de parawy2

HYDROLOGIE
L’étude hydrologique permet de caractériser le bassin versant, d’étudier les apports d’eau de
ruissellement, d’estimer les pertes d’eau et de déterminer les crues caractéristiques contre
lesquelles les ouvrages hydrauliques devront être protégés. La détermination de ces valeurs
nécessite le calcule d’une série de paramètres hydrologiques.
Ces paramètres hydrologiques et leur méthode d’évaluation sont passés en revue ainsi qu’il
suit :

20
Carte 4 : Bassin Versant du site de la Téné (au niveau du site)

21
Carte 5 : Bassin Versant du site de la Siminko (au niveau du site)

5.1. Paramètres physiographiques des bassins versants


Les paramètres morpho-métriques des bassins versant des sites étudiés sont regroupés dans
les tableaux suivants. Leur détermination est expliquée dans la suite.
BASSINVERSANT DE MALALA DJIGUIYA

22
MOUKIDJIGU SIMIKO
E
Caractéristiques Unité Valeurs Valeurs
X m 854408.91  
Coordonnées géographiques
Y m 1241135.36  
Surfaces Km² 458,00 7
Périmetres Km 222,00 17
Maximale : Hmax 1016.00
Moyenne : Hmoy 850.50
H exutoire 685.00
Altitudes Médiane : H50% m 980.72
Minimale : Hmin 685.00
H5% 1011.37
H95% 785.44
Indice de compacité / 2,90
Longueur du rectangle équivalent Km 106,71
Largeur du rectangle équivalent Km 4,29
Indice de pente globale Km/Km 52‰
Pente moyenne du bassin % 0,08
Longueur du réseau hydrographique Km 623,18
Longueur du cours d'eau principal Km 51,43
Densité de drainage Km/Km² 1,36
Pente moyenne du cours d’eau %    
Coefficient de sinuosité /    
KIRPICH 145.63 5.85
BRANDY WILLIAMS 106.80 70.96
Temps de concentration GIANDOTTI 308.65 105.29
PASSINI 414.00 43.95
minute
Clark 123.11 111.33
EAGLESON 304.02 20.09
Lag time CHOW 149.98 18.09
SNYDER 392.70 0.3

23
Tableau 10 : Paramètres physiographiques des bassins versants (1)

5.1.1 Méthode de détermination des Paramètres physiographiques des bassins versants


1. Les délimitations des bassins versants, Leurs surfaces (S), leurs périmètres (P), leur
réseaux hydrographique, leurs cours d’eau principal … ont été obtenus directement
dans Qgis via l’extension Grass gis par l’outil r.watershed et la calculatrice de champs
des entités vecteurs. L’indice de compacité de Gravélius (Kc), la longueur du rectangle
équivalent L (km), la largeur du rectangle équivalent I (km), sont déduits de ces
paramètres.
2. Les données hypsométriques des bassins versants ont été générés par le logiciel SAGA
gis via la fonction « terrain analyses ». Ces données ont permis de créer
l’hypsogramme, un graphique qui donne une vue synthétique de la pente du bassin et
sur lequel les valeurs d’altitude sont reparties sur l’axe des ordonnées, et en abscisse
est reporté la surface en pourcentage. Il permet de déterminer l’indice globale de pente
représentant le rapport de la différence de dénivelée entre les cotes correspondant aux
abscisses 5% et 95% et la longueur du rectangle équivalent. Ces paramètres permettent
de connaître la forme et le relief des bassins versants à savoir : l’indice de compacité de
Gravélius (Kc), la longueur du rectangle équivalent L (km), la largeur du rectangle
équivalent I (km).
3. La pente moyenne donne une bonne indication sur le temps de parcours du
ruissellement directe et donc sur le temps de concentration, et influence directement les
débits de pointes de l’hydrogramme de crue lors d’une averse. Pour estimer cette pente,
à partir du raster altimétrique du BV, nous avons utilisé la fonction « pente (slope) du
logiciel qgis pour générer un raster de pente en degré. Par le biais de la calculatrice
raster du logiciel, on a calculé l’arc tangente du raster altimétrique pour avoir un raster
des pentes du BV en pourcentage.
4. Temps de concentration et temps de latence (lag time) : nous avons utilisé le’extention
« TC ».ce plugin applique différentes équations empiriques pour estimer le temps de
concentration et le temps de latence. Le plugin fonctionne à partir d'un fichier de forme
fourni par l'utilisateur, représentant généralement des bassins. L'utilisateur attribue les
attributs correspondants aux variables requises pour le calcul de ces temps. Ensuite, en
fonction des attributs fournis, le plugin active exclusivement les équations calculables en
temps de concentration et en temps de latence, en fonction des paramètres
sélectionnés.

24
5.2. Occupation du sol
L’occupation de sol influence significativement le ruissellement. Le couvert
végétal retient, selon sa densité, sa nature et l'importance des précipitations, une
proportion variable de l'eau atmosphérique. Cette eau d'interception est en partie
soustraite à l'écoulement. Ce paragraphe décrit l’impact des différents types d’occupations des
sols sur le comportement hydrologique du bassin versant.

Les plans d'eau :

Parmi les éléments de la couverture du sol qui influencent le


comportement hydrologique d'un bassin versant, on doit prendre en compte la
présence de surfaces d'eau libre telles que les lacs et les dayas, qui jouent un rôle
important du fait de leur capacité de stockage temporaire d'un certain volume d'eau.
Ce stockage a pour effet de laminer les crues, c'est-à-dire de réduire le débit de pointe
de la crue.
Les surfaces urbanisées :

Elles sont généralement caractérisées par une forte imperméabilité. Les


surfaces imperméables jouent un rôle très important en hydrologie urbaine :
elles augmentent l'écoulement de surface et réduisent les infiltrations.
Les territoires agricoles :

Pour ce type d’exploitation, dont le couvert végétal est caractérisé par


une forte variabilité temporelle à l’échelle de la saison voire du mois, les
conséquences sur le comportement hydrologique sont principalement dues aux
modifications des propriétés hydrauliques du sol provoquées par les pratiques
agricoles (compactage par les roues des engins agricoles, labour, drainage
agricole...).
Laforêt :
La forêt intercepte une partie de l'averse par sa frondaison. Elle exerce
une action limitatrice importante sur le ruissellement superficiel. La forêt
régularise le débit des cours d'eau et amortit les crues de faibles et moyennes
amplitudes. Par contre, son action sur les débits extrêmes causés par des crues
catastrophiques est réduite (Andréassian, 2002).

5.2.1 Méthodologie de classification


A partir d’un raster mono bande d’image satellitaire du bassin versant, téléchargé depuis google
earth, nous avons identifié les types d’occupation du sol et les avons reclassifié suivant les 4
classes définies par la méthodologie du SCS (soil concervation service) : Water (1), Agriculturs
(4), forest (3), residential. (2)

Carte 5 : Carte des de l’occupation du sol du BV de kioma

25
26
Carte 6 : Carte des de l’occupation du sol du BV sur le koloum

27
5.3 Sols
La préfecture de DALABA est constituée en général de plateaux latéritiques et de bowé. Dans
la zone du projet, les bassins versants en amont des périmètres, sont constitués d’un
pourcentage moyen de terres cultivées, cependant dans le lit des cours d’eau, on a une
proportion moyenne de sols perméables avec des sols argilo gravillonnaires à pente
moyennement faible.

5.3.1 Classification FAO

- Selon la description de la carte mondiale des sol UNESCO-FAO, le sol du bassin


versant de la plaine de Moukidjigué est défini par l’unité cartographique ayant le
symbole suivant, I a b.
« I » désigne lithosol, ce sont des sols extrêmement superficiels, réduits à la roche-mère
dure et presque intacte qui abritent une activité microbienne qui s'établit sur des biofilms
à l'origine de la décomposition de la roche.
« A » et « b » représentent respectivement les classes de pente inférieur à 8% et
Entre 8 et 30%. Chaque classe s’applique à 50 ou 30 % de l’unité de sol dominant.

5.3.2 Carte géologique du ministère des mines, de la géologie et de l’environnement de


Guinée
BV de la Téné
- Selon la carte géologique du ministère des mines, de la géologie et de l’environnement
de Guinée, le bassin versant de la plaine de malala djiguiya sur la téné est constitué des
sols suivants par pourcentage de sa superficie:
o Argilite aleulorite, grès quartzite, argilite dolomitique 19%
o Dolérite gabrodolerite kongo diabase 10%
o Grès argilite aleulorite argilite calcaireuse dolomite 16%
o Grès quartzique, oligomite, lentille aleulorite, gravite conglomérat 45 %
Carte 2 : sol et géologie du bassin versant de la plaine de

Carte 7 : Carte des sols du BV de

5.3.3 Classification des sols par groupe hydrologique

Méthodologie du Soil Conservation Service

– Groupe A : les sols dont la capacité limite d’infiltration varie entre 7,6 et 10,2 mm.h-1,
reprenant les sols développés dans les sables et les limons .
– Groupe B : les sols dont la capacité limite d’infiltration varie entre 3,8 et 7,6 mm.h-1, les limons
sableux peu argileux,

28
– Groupe C : les sols dont la capacité limite d’infiltration varie de 1,3 à 3,8 mm.h-1, reprenant les
sols développés dans les limons argileux, les limons sableux, les sols à faibles teneurs en
matière organique et les sols à haute teneur en argile,
– Groupe D : les sols dont la capacité limite d’infiltration est inférieure à 1,3 mm.h-1, ce qui
correspond aux sols à forte teneur en argiles gonflantes.

Tableau 11 Reclassification des sols du BV par groupe hydrologique


GROUPE Classes
TYPE DE SOL HYDROLOGIQUE
Argilite aleulorite, grès quartzite, argilite 2
dolomitique 19% B
Dolérite gabrodolerite kongo diabase 10% A 1
Grès argilite aleulorite argilite calcaireuse 3
dolomite 16% C
Grès quartzique, oligomite, lentille aleulorite, 3
gravite conglomérat 45 C

29
30
Carte 8 : Goupe hydrologique du BV de wedou

2. DETERMINATION DES APPORTS ET DES CRUES DECENNALES


La détermination des crues de projet est précédée par l’évaluation d’une série de paramètres
hydrologiques qui permettront de calculer les différents débits en utilisant des méthodes de
calculs appropriées.

6.1 METHODE DU SCS : le curve number


La méthode du Curve Number ( CN SCS 1972) est basée sur une équation empirique qui
paramétrise le type d’occupation des terres et la texture des sols basée sur leur infiltrabilité.
Cette équation est utilisée pour estimer les crues et les infiltrations.
Le CN a été mise au point par le Soil Conservation Service ou SCS aujourd’hui appelé USDA. Il
est largement utilisé de part le monde et aujourd’hui en Afrique grâce au développement des
système d’information géographique qui permettent de mieux quantifier le degré de couverture
des sols et le type de sol des zones étudiées. C’est une méthode efficace pour déterminer le
niveau approximatif de ruissellement direct à partir d’un événement pluvieux dans une région
déterminée.
Le CN qui est un paramètre numérique déterminé empiriquement, intervient dans le model (CN)
qui estime l'excès de précipitations comme une fonction des précipitations cumulées, de la
couverture des sols et de l'humidité initiale du sol.
On a:

A chaque combinaison entre le type d’occupation de sol et le groupe hydrologique du sol


occupé, est associé un CN contenu dans le tableau suivant :

GROUPE HYDROLOGIQUE
Description A (1) B (2) C (3) D (4)
plan d'eau et
marécages 100 100 100 100
zones résidentielles 77 85 90 92
Agriculture 64 75 82 85

31
Forêt/Savanes 43 65 76 82
Tableau 12 : Groupes hydrologiques -occupation du sol

6.1.1 Génération du raster des CN


Sur QGIS, on calcule le CN raster qui est un modèle numérique de terrain du bassin versant
associant à chaque point du BV un nombre (CN). Il est obtenu par un calcul combinatoire entre
la table CN, les rasters binaires d’occupation de sol et les rasters binaires des groupes
hydrologiques, par le biais de la calculatrice raster.
Préalablement, Chaque raster est décomposé en raster binaire constitué des valeurs no data
(0) et (1), correspondant (pour la valeur (1) respectivement à un groupe hydrologique ou à un
type d’occupation de sol. "landmouk1@1" * ( "C@1" + "B@1" + "C2@1" + "A@1" ) * 100 +
"landmouk2@1" * ( ( "C@1" + "C2@1" ) * 90 + "A@1" * 77 + "B@1" * 85 ) * "landmouk3@1" *
( "A@1" * 43 + ( "C2@1" + "C@1" ) * 76 + "B@1" * 65 ) + "landmouk4@1" ( "A@1" * 64 +
( "C@1" + "C2@1" ) * 82 + "B@1" * 75 )

Carte 9 : Cartes du Curve number du BV de Padag (Téné)

Carte 10 : Cartes du Curve number du BV de Padag (Téné)

Selon ces cartes du CN, les valeurs du CN varient respectivement de 43 à 100 avec une
moyenne de 71.98 et 80 à 90 avec une moyenne de 82.78.
Pour cette méthode, nous utiliserons le logiciel HEC-HMS pour Hydrologic Modeling System (en
français système de modélisation hydrologique) qui est conçu pour simuler les processus de
précipitations-ruissellements des bassins versant dendritiques. Il est conçu pour être applicable
dans un large éventail de zones géographiques et inclus un très grand nombre de paramètres
permettant de résoudre un grand nombre de problèmes. Afin de simuler le comportement
hydrologique d'un Bassin Versant (BV), le logiciel HEC-HMS prend en compte les différents
paramètres.

- Evènement pluvieux : nous utiliserons la méthode de l’évènement pluvieux hypothétique


en considérant l’averse décennale humide calculée par ajustement statistique de la loi
de gumbal.
- Type d’averse : nous utiliserons les 4 types d’averse (1, 1A, 2 et 3) et choisirons …
- Curve number (CN) : il est donné par le CN raster généré plus haut
- Lag time (temps de latence) :il est calculé par différentes formule (voir paramètres
morphométriques du BV)
- Fonction de transfert de l’hydrogramme : le SCS unit hydrographe
- Méthode des pertes : SCS CN

La simulation de calcul donne les résultats suivants :


Tableau 13 : Crues simulées par le logiciels HEC HMS
TYPE DE DEBIT APPORT DU BV (million de BV
PLUIE (m3/s) m3)

32
TYPE A1 73.4 4 264 700 kioma
TYPE A1 20 398 200 koluom
Pour ce model hydraulique, nous prendrons en compte le débit Q = …… car il est calculé sur la
base du type d’averse (1A) qui correspond à la zone d’étude.

6.2 METHODE ORSTM


La méthode IRD requiert une bonne description des caractéristiques physiques et de
l’environnement climatique du bassin versant. Le choix de cette méthode n’est pas délibéré, car
une « check-list » nous est soumise et c’est la réponse aux questions qui détermine le choix. La
« check-list » qui repose sur une bonne connaissance des caractéristiques du bassin versant.
Les paramètres nécessaires à sa détermination sont :
- Q10 = crue décennale
- La pluie maximale journalière annuelle de fréquence décennale P10
- La superficie du bassin versant Sbv
- L’indice global de pente Ig
- Le coefficient de ruissellement décennal Kr10

Avec Q 10 =A* P10*Kr10* α10* S / Tb10

6.2.1 Estimation du coefficient de ruissellement


le coefficient de ruissellement décennal est déterminé avec les coefficients Kr 70 et Kr100
correspondant respectivement aux pluies ponctuelles décennales de 70 mm et de 100 mm. Ces
coefficients peuvent être déterminés par graphique ou analytiquement. La détermination
a
analytique se fait grâce à la formule Tb= + c avec S comme la surface du bassin versant
(S +b)
et a, b et c des coefficients déterminés en fonction des classes de perméabilité PI, I, RI, P et TP
et de l’indice de pente globale (crue et apport, bulletin FAO pour l’irrigation et le drainage N° 54,
page 51).
Que ce soit par la forme graphique ou analytique, Kr 10 est calculé par une interpolation linéaire
de la forme
P10 −P70
Kr 10=Kr 70+ (Kr 70−Kr 100 ) Avec :
P70 −P100
- Kr10 : coefficient de ruissellement décennale
- Kr70 : coefficient de ruissellement décennal pour P10 = 70 mm
- Kr100 : coefficient de ruissellement décennal pour P10 = 100 mm
- P70 = 70 mm
- P100 = 100 mm
- P10 : pluie ponctuelle décennale

33
6.2.2 Estimation du Temps de base
Le temps de base a été déterminés à partir des abaques tirés de « Maîtrise des crues dans les
bas-fonds, petits et micro-barrages en Afrique de l’Ouest » et de « bulletin FAO d’irrigation et de
drainage n° 54 ». Dans cette présente étude, la détermination analytique du temps de base est
faite par l’équation de la forme
0,36
Tbm =a . S +b❑ (1) ou a et b sont des coefficients donnés en fonction de l’indice de pente
globale du bassin versant (voir Crues et Apport FAO page 59) et S, la surface du bassin étudié.
Si l’indice de pente (Ig) du basin calculé ne figure pas dans la liste des Ig pris en comptes, on
fait une interpolation de la forme suivante :
Ig−n
Tb10=Tb n+ (Tbm −Tbn ) Avec :
n−m
- Tb10: temps de base décennale
- Tbn : temps de base calculé avec (1) pour un indice de pente de valeur n et avec la
surface S
- Tbm : temps de base calculé avec (1) pour un indice de pente de valeur m et avec la
surface S
- Ig: indice de pente globale du bassin versant étudié
- m et n : indices de pente global pour lesquelles a et b de la formule (1) existent
Les débits calculés sont les suivants :
Tableau 14 : crues calculée par la méthode ORSTOM
Kr10 Classe de Tb (mm) Ig DEBIT Apport BV
perméabilité (m3/s)
28.14 RI (P3) 4018 10‰ 24.6 kioma

33.28 RI (P3) 196 10‰ 5.05 koloum

6.3 METHODE CIEH

Avec les caractéristiques du bassin versant, plusieurs équations sont applicables. Parmi ces
équations, nous avons sélectionné celles qui montrent une valeur élevée de r² en favorisant les
échantillons pour lesquels n est élevé.

34
Tableau 15 : Crues calculées par la méthode CIEH BV kioma
N° Valeu Nbre Exposant des paramètres de Q10
Constante Q10
Eq de R² d'échantillon l'équation CIEH
n a S Ig Pm10 Kr10
17 0.764 117 30.2 0.492 -0.972 0.948 96.40
18 0.788 117 0.0678 0.661 0.412 1.05 124.74
101
25 0.628 295 1.41 0.542 0.511 95.93
26 0.654 295 146 0.479 -0.969 0.457 86.57
27 0.65 288 0.56 0.619 0.279 0.51 103.22

QCIEH étant la moyenne de tous les débits estimés par les équations de la méthode CIEH.

Le réseau hydrographique présente deux ensembles de cours d'eau qui peuvent provoquer un
décalage dans la réponse du BV vis-à-vis d’un évènement pluviométrique.
Selon la check list 3a1b du bulletin 54 du FAO ; pour la méthode CIER, le débit maximal doit
être réduit de x %, x a été estimé à 40% maximum sur ce bassin (Bulletin Fao d’irrigation).
Nous adoptons le debit suivant : Q10=221,9 m3/s

35
7. NOTES DE CALCUL

36
7.1. AJUSTEMENT DES CHRONIQUES PLUVIOMETRIQUES
L’ajustement des chroniques des pluies maximales journalières et annuelles a été fait avec le
logiciel libre Hydrognomo.

Figure 7 : courbe de régression de Gumbel pour les pluies interannuelles

Figure 8 : courbe de régression Gumbel pour les pluies maximales journalières

Tableau 16 : résultats des tests statistiques des ajustements

37
7.2. CARACTÉRISTIQUES DU BASSIN VERSANT
Les caractéristiques du bassin versant sont déterminées comme suite :
- La longueur (L) et la largeur (l) du rectangle équivalent ont été obtenues par la
résolution du système d’équations suivant : 2×( L+l )=P et L×l=Sbv
- Le coefficient d'abattement K, est déterminé par l'équation simplifiée de Vuillaume
161−0 , 042×Pan
K=1− ×log Sbv
(1974) : 1000
P
Kc=
- L’indice de compacité de Gravelius Kc est déterminé par la relation 2 √ π Sbv Kc = 1
pour un bassin circulaire et ce bassin est d’autant plus allongé que Kc > 1.
- La densité de drainage Dr est définie comme le rapport entre la longueur totale du

Dr=
∑ Li
réseau hydrographique et la surface du bassin versant, soit Sbv
- Perméabilité : la classe de perméabilité RI (relativement imperméable) est appliquée a
tous les sites car ils présentent une proportion à peu près égale de sol perméables et
imperméables (crue et apport, bulletin FAO pour l’irrigation et le drainage N° 54).
- La pente longitudinale (Il) est obtenue en éliminant 20% de part et d’autre de la longueur
du cours d’eau principal, les 60% restant sont rapportés à la différence de niveau du
cours d’eau
- la pente transversale (It) est la moyenne de 4 profils de plus grande pente sur le bassin
versant et elle vaut de 8 m/km
- L’indice de pente (Ig) est obtenu à l’aide de la formule Ig = H/L (H est la dénivelée
entre les points correspondant à 5% et 95% de la courbe hypsométrique et L est la
longueur du rectangle équivalent).
L’indice de pente corrigé est la moyenne entre Ig et It

7.3. APPORTS ET CRUES DE PROJET

7.3.1. Etude des apports


Les apports en eau susceptibles d’arriver par ruissellement sont donnés par la formule :
V =1000×Ke×Pan×Sbv avec :
- V : volume des apports en m3
- Ke : coefficient d’écoulement
- Pan : pluie annuelle en mm
- Sbv : superficie du bassin versant en km²

38
Le coefficient d’écoulement s’obtient à partir du déficit d’écoulement donné par la formule
0,7
D=(0,3+ )P=(1−Ke) P

tropicalisée de TURC :
- D : déficit d’écoulement en mm
√ 0,9+

(300+25T +0 , 05 T 3 )²

- T : température moyenne annuelle en °C


1
Ke=0,7(1− )

D’où √ 0,9+

(300+25 T +0 , 05 T 3 )²

7.3.2. Etude des crues


La crue de fréquence décennale est calculée par la méthode de Rodier-Auvrey (1965) avec des
classes de perméabilité RI. Elle est donnée par l’expression suivante :
α×K×Kr 10 ×P 10×Sbv
Q 10=
Tb avec :
- Q10 : débit de crue décennale
-  : coefficient de pointe
- K : coefficient d’abattement
- Kr10 : coefficient de ruissellement décennal
- P10 : pluie max journalière décennale
- Sbv : superficie du bassin versant
- Tb : temps de base

39

Vous aimerez peut-être aussi