Vous êtes sur la page 1sur 140

Remerciement

Nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères et les plus profonds aux
personnes qui nous ont apporté leurs aides et qui ont contribué à l'élaboration de ce projet
ainsi qu'à la réussite de cette dernière année universitaire.

Un Particulier merci à Monsieur HADJ TAIEB.MOHAMED qui nous a bien formé et


accompagné tout au long de cette expérience en fournissant beaucoup d’effort avec beaucoup
de patience, de pédagogie et de souplesse.

Nous adressons aussi nos remerciements les plus vifs à Monsieur Omar MEZGHANNI de
nous avoir fait l’honneur d’accepter la présidence de notre jury.

Que Monsieur Mahmoud KETATA reçoit l’expression de notre profonde reconnaissance


d’avoir accepté d’être examinateur de ce travail.

Enfin, nous exprimons notre gratitude et notre respect à tous les enseignants qui nous ont
enseigné tout au long de notre formation.
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

SOMMAIRE
Introduction Générale.................................................................................................................1
Chapitre1 : Présentation du projet description architecturale ...............................................2
1.1 Présentation du projet .....................................................................................................2
1.2 Description Architecturale ..............................................................................................4
Chapitre 2 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul ....................................7
2.1 Caractéristiques des matériaux .......................................................................................7
2.2 Hypothèses de calcul ......................................................................................................8
2.3 Evaluation des charges ...................................................................................................9
2.4 Charges d’exploitation ..................................................................................................12
2.5 Autres charges ..............................................................................................................13
Chapitre 3 : Conception structurale du bâtiment ..................................................................14
3.1 Introduction ..................................................................................................................14
3.2 Les étapes de la conception ..........................................................................................14
3.3 Le pré dimensionnement ..............................................................................................21
Chapitre 4 : Modélisation sur ARCHE ...................................................................................23
4.1 Introduction ..................................................................................................................23
4.2 Principe de la modélisation de la structure ...................................................................23
Chapitre 5 : Calcul des éléments Structuraux ........................................................................29
5.1 Dalle pleine ...................................................................................................................29
5.2 Nervure hyperstatique...................................................................................................40
5.3 Poutre continue .............................................................................................................55
5.4 Poteau ...........................................................................................................................86
Chapitre 6 : Etude des éléments divers ...................................................................................91
6.1 Calcul d’un mur voile ...................................................................................................91
6.2 Etude de l’escalier ......................................................................................................103
6.3 Etude de la bâche à eau...............................................................................................111
Chapitre 7 : Etude de la fondation ........................................................................................122
7.1 Introduction ................................................................................................................122
7.2 Reconnaissances géotechniques .................................................................................122
7.3 Dimensionnement de la fondation ..............................................................................123
7.4 Ferraillage de la semelle .............................................................................................127
7.5 Familles de semelles retrouvés par Excel ...................................................................130
Conclusion Générale ...............................................................................................................131
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Bibliographie............................................................................................................................132
Annexe ......................................................................................................................................133
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Liste des figures

Figure 1.L’implantation du projet .................................................................................................................... 2


Figure 2.Façade principale ................................................................................................................................ 3
Figure 3.CoupeA-A ............................................................................................................................................ 3
Figure 4.Coupe B-B ........................................................................................................................................... 3
Figure 5.Coupe C-C ........................................................................................................................................... 4
Figure 6. Les Blocs ............................................................................................................................................. 5
Figure 7. Coupe type sur un plancher courant corps creux .............................................................................. 9
Figure 8. Coupe type sur un plancher terrasse corps creux ............................................................................ 10
Figure 9.Plancher en dalle pleine..................................................................................................................... 12
Figure 10.Exemple de poutre isostatique évitant le risque de soulèvement .................................................... 20
Figure 11.Exemple de talon ............................................................................................................................... 21
Figure 12.Arche ................................................................................................................................................. 23
Figure 13.Préparation du plan DXF ................................................................................................................ 23
Figure 14.Importation DXF ............................................................................................................................. 24
Figure 15.Caractéristiques de matériaux (béton) ............................................................................................ 25
Figure 16.Caractéristiques de matériaux(Hourdis) ........................................................................................ 25
Figure 17.Chargement Surfacique .................................................................................................................. 26
Figure 18.Chargement des poutres .................................................................................................................. 26
Figure 19.Création des semelles....................................................................................................................... 27
Figure 20. Résultat de l’option modifier-fusionner ......................................................................................... 27
Figure 21. Résultat de l’option analyser-vérifier-Saisie .................................................................................. 27
Figure 22.Le modèle en 3D .............................................................................................................................. 28
Figure 23.Schéma de la dalle étudiée ............................................................................................................... 29
Figure 24.Moments dans la dalle ..................................................................................................................... 31
Figure 25. Plan de ferraillage de la dalle (aciers inférieurs) ........................................................................... 37
Figure 26.Plan de ferraillage de la dalle (aciers supérieurs) ........................................................................... 37
Figure 27.Coupe sur plancher (16+5) .............................................................................................................. 40
Figure 28.Emplacement de la nervure dans le plan de coffrage ..................................................................... 40
Figure 29.Schéma mécanique de la nervure ...................................................................................................... 41
Figure 30.Coupe transversale d’une nervure .................................................................................................. 41
Figure 31.Théorie de calcul du moment fléchissant ........................................................................................... 42
Figure 32.Diagramme du moment fléchissant à l’ELU ................................................................................... 45
Figure 33.Diagramme du moment fléchissant à l’ELS ................................................................................... 45
Figure 34.Théorie de calcul de l’effort tranchant ........................................................................................... 45
Figure 35.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELU ...................................................................................... 46
Figure 36.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS ....................................................................................... 46
Figure 37.Schéma de ferraillage de la première travée par Arche ................................................................. 53
Figure 38. Schéma de ferraillage de la première travée par Arche ................................................................ 53
Figure 39.Coupe Transversale de la nervure .................................................................................................. 54
Figure 40.Ferraillage réalisé sur Autocade ..................................................................................................... 54
Figure 41.Emplacement de la poutre étudiée .................................................................................................. 55
Figure 42.Schéma mécanique de la poutre ...................................................................................................... 55
Figure 43.Répartition des charges sur la poutre ............................................................................................. 58
Figure 44.Effet de la charge concentrée .......................................................................................................... 60
Figure 45.Combinaison de charges CC ........................................................................................................... 61
Figure 46.Combinaison de charges CD ........................................................................................................... 64
Figure 47.Combinaison de charge DC ............................................................................................................. 66
Figure 48.Courbe Enveloppe des moments fléchissants à l’ELU donnée par Arche ...................................... 69
Figure 49.Courbe Enveloppe des moments fléchissants .................................................................................. 69
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 50.Effort Tranchant Enveloppe donné par Arche ............................................................................... 72


Figure51.Courbe enveloppe de l’effort tranchant ........................................................................................... 72
Figure 52.Arrêt des barres............................................................................................................................... 81
Figure 53.Barres bateau .................................................................................................................................. 82
Figure 54.Coupe Transversale ......................................................................................................................... 84
Figure 55.Ferraillage de la poutre modélisée par AUTOCAD ........................................................................ 85
Figure 56.Ferraillage de la première travée de la poutre donné par Arche .................... Erreur ! Signet non défini.
Figure 57.Ferraillage de la deuxième travée donnée par Arche .................................... Erreur ! Signet non défini.
Figure 58.Emplacement du poteau .................................................................................................................. 86
Figure 59.Ferraillage du poteau ...................................................................................................................... 90
Figure 60.Schéma de Mur Voile ...................................................................................................................... 91
Figure 61.Schéma de chargement .................................................................................................................... 92
Figure 62.Diagramme de phase ........................................................................................................................ 92
Figure 63.Diagramme des actions sur le Voile ................................................................................................... 94
Figure 64.Moments sur appui et en travée Selon Henry Thonier ................................................................... 94
Figure 65.Disposition des aciers intérieurs en Travée ................................................................................... 102
Figure 66.Disposition des aciers extérieurs en travées et sur appuis ............................................................ 102
Figure 67.Vue en plan de l’escalier à étudier ................................................................................................ 103
Figure 68.Coupe Longitudinale de l’escalier ................................................................................................. 104
Figure 69.Schéma mécanique de l’escalier à l’ELU ...................................................................................... 107
Figure 70.Courbe de moment fléchissant à l’ELU ........................................................................................ 107
Figure 71.Courbe de l’effort tranchant à l’ELU ........................................................................................... 107
Figure 72.Schéma mécanique de l’escalier à l’ELS ....................................................................................... 108
Figure 73.Diagramme de moment fléchissant à l’ELS .................................................................................. 108
Figure 74.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS ..................................................................................... 108
Figure 75.Schéma de ferraillage de la première volée ................................................................................... 110
Figure 76.Géométrie du réservoir ................................................................................................................. 111
Figure 77.Présentation de deux côtés de réservoir ........................................................................................ 111
Figure 78.Conditions d’appui des parois verticales et le fond du réservoir .................................................. 112
Figure 79.Notation des moments ................................................................................................................... 112
Figure 80.Moments pour aciers horizontaux des parois verticales ............................................................... 114
Figure 81. Moments pour aciers de fond et aciers verticaux des parois verticales ....................................... 115
Figure 82. Efforts de traction dans les parois du réservoir ........................................................................... 117
Figure 83.Répartition à 45° de la poussée totale pour déterminer les efforts de traction............................. 117
Figure 84.Coupe parallèle à la grande face ................................................................................................... 121
Figure 85.Coupe parallèle à la grande face ................................................................................................... 121
Figure 86.Vue en plan de la semelle............................................................................................................... 124
Figure 87.Schéma explicatif déterminant le débord ...................................................................................... 126
Figure 88.Vue de dessus ................................................................................................................................. 129
Figure 89.Coupe A-A de la semelle ................................................................................................................ 130
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Liste des tableaux


Tableau 1.Répartition des surfaces ................................................................................................................ 5
Tableau 2.Le système des planchers ............................................................................................................. 15
Tableau 3.Les avantages et les inconvénients de chaque type de plancher .................................................. 16
Tableau 4.Avantages et inconvénients du système poteau poutre................................................................ 17
Tableau 5.Avantages et inconvénients du système portique ........................................................................ 17
Tableau 6.Avantages et inconvénients du système planchers-voiles ............................................................ 18
Tableau 7.Sens de portée des dalles .............................................................................................................. 21
Tableau 8.Coefficient de sécurité de béton ..................................................................................................... 7
Tableau 9. Coefficient ϴ en fonction de la durée d'application des actions ................................................... 7
Tableau 10. Charge permanente du plancher courant CC (16+5) ................................................................. 9
Tableau 11.Charge permanente du plancher courant cc (19 +6) ................................................................. 10
Tableau 12.Charge permanente du plancher terrasse cc (16 +5) ................................................................. 11
Tableau 13.Charge permanente du plancher terrasse cc (19 +6) ................................................................. 11
Tableau 14.Charge permanente du plancher en dalle pleine ....................................................................... 12
Tableau 15. Charges d’exploitation .............................................................................................................. 12
Tableau 16. Charges Linéiques ..................................................................................................................... 13
Tableau 17.Numérotation des calques utilisés .............................................................................................. 24
Tableau 18.Choix de l’épaisseur de la dalle.................................................................................................. 30
Tableau 19.Les moments fléchissant dans le panneau isolé ......................................................................... 31
Tableau 20. Les moments en appuis et en travée à l’ELU et à l’ELS .......................................................... 32
Tableau 21 . Moments fléchissant retenus .................................................................................................... 33
Tableau 22.Choix des armatures longitudinales .......................................................................................... 35
Tableau 23.Vérification à L’ELS .................................................................................................................. 36
Tableau 24. ΩR, Rotation limite ................................................................................................................... 39
Tableau 25.Tableau récapitulatif des moments .............................................................................................. 44
Tableau 26.Evaluation des charges réparties ............................................................................................... 56
Tableau 27.Les hauteurs initiales choisies des travées ................................................................................. 57
Tableau 28.Tableau récapitulatif des charges sur la poutre ........................................................................ 58
Tableau 29.Les hauteurs finales choisies des travées ................................................................................... 59
Tableau 30.Récapitulatif des caractéristiques de chaque travée .................................................................. 59
Tableau 31.Moments Fléchissant sur appuis et en travées .......................................................................... 68
Tableau 32.Moments Fléchissant Sur appui et en travées ........................................................................... 68
Tableau 33.Effort tranchant à l’ELU ........................................................................................................... 72
Tableau 34.Récapitulatif des armatures Transversales ............................................................................... 76
Tableau 35. Répartition des armatures transversales sur la travée 1 .......................................................... 77
Tableau 36.Récapitulation des arrêts des barres ......................................................................................... 81
Tableau 37.vérification de la flèche .............................................................................................................. 84
Tableau 38.Descente des charges par ARCHE ............................................................................................. 87
Tableau 39. Section d'acier pour poteau 25.................................................................................................. 90
Tableau 40.Moments maximaux En travées et sur appuis ........................................................................... 95
Tableau 41.Les Coefficients de Henry Thonier ............................................................................................ 95
Tableau 42.Tableau Récapitulatif des Moments maximaux ........................................................................ 96
Tableau 43.Récapitulation de dimensionnement à l’ELU .......................................................................... 100
Tableau 44.Récapitulation de dimensionnement à l’ELS .......................................................................... 100
Tableau 45.Choix de l’acier ........................................................................................................................ 101
Tableau 46.Surcharges appliquées sur la paillasse autre que le poids propre ........................................... 105
Tableau 47.Charges permanentes sur palier .............................................................................................. 106
Tableau 48.Combinaison de charge appliqué sur l’escalier ....................................................................... 106
Tableau 49.Récapitulation .......................................................................................................................... 109
Tableau 50.Détails de calcul pour armatures principales .......................................................................... 109
Tableau 51.Les moments maximaux en travées et sur appuis .................................................................... 112
Tableau 52.coefficients des moments .......................................................................................................... 113
Tableau 53.Moments dans les plaques (cas idéaux) ................................................................................... 113
Tableau 54.Contrainte de calcul des aciers intérieurs en fonction du diamètre ........................................ 118
Tableau 55.Calcul des armatures dans les plaques du réservoir ............................................................... 120
Tableau 56.Choix d’acier .............................................................................................................................. 120
Tableau 57.Données et hypothèses de calcul .............................................................................................. 123
Tableau 58.Tableau récapitulatif des dimensions de la semelle ................................................................. 125
Tableau 59.Tableau récapitulatif de dimensionnement du gros béton ...................................................... 126
Tableau 60. Tableau récapitulatif de ferraillage de la semelle ................................................................... 129
Tableau 61.Famille des semelles obtenus par Excel ................................................................................... 130
Introduction Générale

Dans le cadre de l’élaboration de notre projet de fin d’études au sein de l’ECOLE


NATIONALE D’INGENIEURS DE Sfax, nous avons choisi d’orienter notre projet vers
l’étude et la conception d’une résidence touristique située à Hammam Sousse intitulé SPIG.

D’abord, on a récupéré les documents nécessaires à l’étude du projet tels que le


dossier architectural et le rapport géotechnique.

Ensuite, on a commencé le travail par une description architecturale de la structure


pour vulgariser la répartition des espaces adoptés dans chaque étage ce qui permet d’éclaircir
la conception structurale.

Puis, notre concentration s’est axée sur la conception de la structure du bâtiment. A


cette étape-là, il a été question de trouver un système porteur qui respecte les contraintes du
projet ainsi que les exigences de sécurité, de stabilité et de fonctionnalité.

Par la suite on a défini les hypothèses, les matériaux et les charges pour les différents
types de planchers et les divers types de cloisons en se basant sur nos données, et on a simulé
le système porteur retenu au moyen du logiciel Arche dans le but de dimensionner des
différents éléments de structure.

Après, nous avons effectué le calcul manuel de quelques éléments de structure qui
sont : une poutre, une nervure, une dalle pleine, un escalier, un poteau, un mur voile et une
bâche à eau.

Finalement, nous avons réalisé une étude de fondation en vue d’assurer la stabilité
de l’édifice.

1
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre1 : Présentation du projet description architecturale


1.1 Présentation du projet
Le projet, intitulé SPIG, consiste à concevoir et à dimensionner un immeuble à usage
touristique et résidentiel, composé d’un sous-sol, un RDJ, un RDC et 5 étages.

Il est composé de trois blocs A, B et C séparés par des joints de dilatation, avec 2 cages
d’ascenseurs par bloc et un escalier de secours à chaque étage.

Le projet est situé à Hammam Sousse.

Figure 1.L’implantation du projet


Le projet est conçu par les deux architectes « AFIF ABDELAHMID et SIRINE BETTAIEB
» et ce pour le compte de « la société de Promotion Immobilière SPIG ». Les études de
structures ont été confiées au bureau d’études « Ribat Ingénierie ».

2
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 2.Façade principale

Figure 3.CoupeA-A

Figure 4.Coupe B-B

3
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 5.Coupe C-C

1.2 Description Architecturale


Le projet «SPIG» est de surface 11197,52 m² et a une hauteur maximale de 21m.Pour
respecter les coefficients d’utilisation foncière de la zone, l’architecture a prévu des retraits à
partir du 3éme étage.
Il comporte :
-UN SOUS-SOL : composé d’un parking qui compte 69 places, la place de stationnement des
voitures est de 5 m de longueur et de 2,3m de largeur, de 3 escaliers et 6 ascenseurs.
-RDJ : à usage multiple. L’accès au sous-sol est assuré par une rampe de pente 18%. Il présente
une hauteur sous plafond de 4,12 m et comporte 8 places parking. L’accès du RDJ à la
superstructure est assuré par un escalier et 2 ascenseurs dans chaque bloc.
-RDC et 5 étages composés principalement de studios.
-Niveau terrasse : C’est une terrasse inaccessible.
La résidence est composée de 3 blocs et chaque bloc comporte 2 ascenseurs et 1 escalier.
Bloc A : est composé d’une piscine , une salle de sport ,des vestiaires et des douches au niveau
de RDJ ,3 locaux commerciaux à usage touristique, des studios d’habitation dans le RDC ainsi
que dans les autres étages .
Bloc B : est composé de six espaces pour services divers, deux offices d’étage ainsi que des
toilettes dans le RDJ, concernant le RDC et les autres étages, ils contiennent chacun 4 studios
d’habitation.
Bloc C : est composé des commerces touristiques, poste des transfos, bâche à eau et des studios
d’habitations dans les différents niveaux.

4
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 6. Les Blocs


Notre étude se focalisera sur le BLOC C.

La surface du bloc étudié est de 2594,4 m²et elle est répartie comme suit :

Tableau 1.Répartition des surfaces

Etage Surface (m²)

Sous-sol 757,11

Rez de jardin 527,54

Rez de chaussé2éme étage 390,3

3éme étage 302,64

4 éme 226,51

Le bloc C se compose principalement de :

 15 places de voiture, 3 SAS, escalier et deux ascenseurs au niveau du sous-sol.


 D’une Bâche à eau , Local suppresseur, 3 locaux de commerce à usage touristique et un
poste de Transfo au niveau du Rez de jardin.
 4 studios au niveau de chaque étage du premier au 3éme ainsi que 3 au niveau du 4 éme.

5
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Les joints de dilatation : ce sont des joints destinés à absorber les variations de dimensions
des matériaux d'une structure sous l'effet des variations de température. Ils s’arrêtent au
niveau de RDJ vu que le sous-sol est à l’abri des changements climatiques responsables des
dilatations à récompenser.

6
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 2 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de


calcul
2.1 Caractéristiques des matériaux
Introduction
Les matériaux de construction jouent un rôle important dans la résistance
des ouvrages et des bâtiments. Leurs choix s’effectuent suivant la cohérence entre des divers
critères tels que :
le coût, la disponibilité sur place et la facilité de mise en œuvre du matériau prévalent
ainsi que le critère de résistance mécanique. Ce dernier étant décisif surtout pour
les constructions de grandes dimensions.

Caractéristiques du béton
-La résistance caractéristique à la compression à 28 jours : fc28 = 25 MPa

-La résistance caractéristique à la traction à28 jours : ft28 = 0,6+0,06 × fc28 =2,1 MPa

-Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours pour les charges dont
la durée d’application est inférieure à 24 heures vaut :

𝐸𝑖 = 11000 3√𝑓𝑐28 = 32164,2 MPa

-Le module de déformation différée du béton à 28 jours pour les charges de longue durée :

Ev28 = 3700 3√𝑓𝑐28 = 10818,87 MPa

-Le coefficient partiel de sécurité du béton γb

Tableau 2.Coefficient de sécurité de béton

Coefficient de sécurité En situation courant En situation accidentelle

γb 1,5 1,15

-Le coefficient qui tient compte de la durée d'application ϴ :


Tableau 3.Coefficient ϴ en fonction de la durée d'application des actions

Durée d’application > 24h 24h > … >1h <1h

ϴ 1 0,9 0,85

7
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

0,85𝑓𝑐28
-La résistance de calcul de béton à l’ELU : 𝑓𝑏𝑢 = = 14,17 𝑀𝑃𝑎
ɣ𝑏 × 𝛳

-Le poids volumique du béton armé : = 25 𝐾𝑁⁄𝑚3

-La contrainte limite de compression dans le béton : 𝜎𝑏𝑐= 0,6 × 𝑓𝑐28 = 0,6 × 25 = 15 𝑀𝑃𝑎

Caractéristiques de l’acier
2.1.3.1 Armatures longitudinales
Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400 dont
les caractéristiques sont les suivantes :

-La limite d’élasticité : = 400 𝑀𝑃𝑎

-Le coefficient partiel de sécurité de l’acier : = 1,15

-La résistance de calcul des armatures à haute adhérence (HA) à ELU :


𝑓𝑒 400
𝑓𝑠𝑢 = = = 347,83 𝑀𝑃𝑎
ɣ𝑠 1,15
-Le coefficient de fissuration : = 1,6

-Le coefficient de scellement : = 1,5

-Module d’élasticité de l’acier : = 2 × 105 𝑀𝑃𝑎

2.1.3.2 Armatures transversales


Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance Fe 235 dont les
caractéristiques sont les suivantes :

-La limite d'élasticité garantie :fet = 235 MPa

-Le coefficient de fissuration :η = 1 (Pour les ronds lisses)

-Le coefficient de scellement :ψ𝑠= 1

-Module d’élasticité de l’acier : = 2 × 105 𝑀𝑃𝑎

2.2 Hypothèses de calcul


Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure et de l’infrastructure, on doit fixer
certaines hypothèses à savoir, le type de la fissuration et l’épaisseur de l’enrobage des
armatures.

8
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure


-La fissuration est considérée comme peu préjudiciable.

-L’enrobage des armatures sera égal à 3 cm.

Dimensionnement et ferraillage des éléments de l’infrastructure


-La fissuration est considérée comme préjudiciable.

-L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.

2.3 Evaluation des charges


Charges permanentes
Il s’agit des charges fixes au cours du temps, elles sont généralement constitué par le poids propre
du plancher, les cloisons et les divers revêtements, Il faut aussi prendre en compte le poids réel
des éléments mis en œuvre pour construire le bâtiment.

Plancher en corps creux

Figure 7. Coupe type sur un plancher courant corps creux


 Plancher courant
 Plancher courant (16+5)

Tableau 4. Charge permanente du plancher courant CC (16+5)

Epaisseur(m) Poids volumique Charge


(KN/m3) (KN/m²)
Matériau
Enduit sous plafond 0,015 22 0,33

Plancher 0,21 - 2,85


Lit de sable 0,05 17 0,85
Mortier 0,025 22 0,55
Carrelage 0,025 22 0,55
Cloison légère 0,1 - 1
Charge totale : G = 6,13 KN/m²

9
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Plancher courant (19+6)

Tableau 5.Charge permanente du plancher courant cc (19 +6)

Epaisseur Poids volumique Charge


(m) (KN/m3) (KN/m²)
Matériau
Enduit sous 0,015 22 0,33
plafond
Plancher 0,25 - 3,25
Lit de sable 0,05 17 0,85
Mortier 0,025 22 0,55
Carrelage 0,025 22 0,55
Cloison légère 0,1 - 1

Charge totale : G = 6,53 KN/m²

 Plancher terrasse

Figure 8. Coupe type sur un plancher terrasse corps creux

10
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Plancher terrasse (16+5)


Tableau 6.Charge permanente du plancher terrasse cc (16 +5)

Epaisseur(m) Poids Charge


volumique (KN/m²)
Matériau (KN/m3)
Enduit sous 0,015 22 0,33
plafond
Plancher 0,21 - 2,85
Forme de pente 0,1 20 2
Etanchéité - - 0,5
multicouche
Gravillon de - - 0,5
protection

Charge totale : G = 6,18 KN/m²

 Plancher terrasse (19+6)


Tableau 7.Charge permanente du plancher terrasse cc (19 +6)
Epaisseur(m) Poids volumique Charge
(KN/m3) (KN/m²)
Matériau
Enduit sous plafond 0,015 22 0,33

Plancher 0,25 - 3,25

Forme de pente 0,1 20 2

Etanchéité - - 0,5
multicouche

Gravillon de - - 0,5
protection

Charge totale : G = 6,58 KN/m²

11
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Plancher en dalle pleine

Figure 9.Plancher en dalle pleine


Tableau 8.Charge permanente du plancher en dalle pleine

Epaisseur(m) Poids volumique Charge


(KN/m3) (KN/m²)
Matériau
Enduit sous 0,015 22 0,33
plafond
Plancher e 25 25×e
Lit de sable 0,05 17 0,85
Mortier 0,025 22 0,55
Carrelage 0,025 22 0,55
Cloison légère 0,1 - 1

Charge totale : G = 3,3 + 25×e KN/m²

2.4 Charges d’exploitation


Les charges d’exploitations sont évaluées en fonction de la nature et la destination des locaux.
Tableau 9. Charges d’exploitation

Désignations Charge (KN/m²)


Logements y compris combles aménageables 1,5
Magasin 2,5
Locaux commerciaux 5
Balcons 3,5
Escaliers 2,5
Garages et parcs de stationnement de voitures légères 2,5

Terrasse inaccessible 1

12
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

2.5 Autres charges


Tableau 10. Charges Linéiques

Cloisons Charge (KN/m²)


Double cloisons de 35 3,5
cm
Mur de 30 cm 3
Mur de 25 cm 2,5
Mur de 10 cm 1
Acrotères 2,5

13
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 3 : Conception structurale du bâtiment


3.1 Introduction
La conception constitue la première phase de l’étude du projet, tout au long de laquelle,
la tâche du concepteur réside dans la définition de la structure porteuse. L’ingénieur donc,
prendra en compte toutes les données du projet et l’architecture générale du bâtiment.

3.2 Les étapes de la conception


Lecture et compréhension des plans architecturaux
On a accordé à cette étape un intérêt assez important pour se permettre de mieux comprendre les
différentes composantes du projet et les différentes fonctionnalités de chacun de ses espaces.

Choix du type de plancher


3.2.2.1 Définition
Un plancher se définit comme un ouvrage plan séparant les niveaux d’une habitation. Il a pour
fonction de supporter et transmettre les charges aux éléments porteurs d’un bâtiment (murs,
poteaux).

Il se compose de :

-Une structure porteuse, constituée de poutres en béton, en métal, en bois ou de dalles en béton.

-Un revêtement en carrelage, parquet bois, dallage ou autres revêtements synthétiques (sol
stratifié, PVC, etc).
-Un plafond en sous-face de la structure porteuse, revêtu de plâtre, de bois ou de tout autre
élément préfabriqué (faux plafond).

-Un plancher est présent à tous les niveaux d’une habitation, Toutefois, en fonction de sa
destination, sa composition et sa fonction peuvent varier :

-Au rez-de-chaussée : un plancher est « haut de vide sanitaire » quand il recouvre un vide
sanitaire ou « haut de sous-sol » quand il est construit au-dessus d’une cave. Dans les deux cas,
il doit protéger suffisamment contre l’humidité et les déperditions thermiques.

-Entre deux niveaux habitables : un plancher intermédiaire créant une séparation dans le volume
protégé d’une habitation, il joue un rôle particulier en matière d’isolation thermique et phonique.

14
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

-Au niveau des combles, la mise en œuvre d’un plancher peut différer s’il s’agit de combles
aménageables ou de combles perdus. En toit-terrasse, la surface d’un toit-terrasse peut être
accessible (ou non) aux piétons.

3.2.2.2 Types des plancher


Tableau 11.Le système des planchers

Type de plancher Définition Illustration

Ce mode de construction est basé


Planchers en
sur la réalisation d’une dalle en
béton armé (dalle
béton, coulée sur place à l’aide de
pleine)
coffrages.

Ces planchers sont composés


essentiellement de deux éléments;
les corps creux en terre cuite
servant de coffrage perdu
Plancher corps constituant le corps du plancher,
creux » et les nervures, considérées
comme étant des poutrelles en
forme de T en béton armé,
assurant la tenue de l’ensemble et
reprenant les efforts.
La dalle champignon est une dalle
continue, sans nervures, armée
Plancher- dans les deux sens reposant
champignon directement sur des poteaux et
constitue avec ces derniers un
cadre dans l’espace.

Les planchers alvéolés se


Plancher composent d’éléments creux
préfabriqués en usine.Ils se
Alvéolé manipulent au palonnier.

15
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 12.Les avantages et les inconvénients de chaque type de plancher

Type de plancher Avantages Inconvénients

- Il permet de réaliser des plans


de toutes tailles et de toutes
formes. -Grande quantité de béton
Planchers en béton
- Sa mise en œuvre ne demande - Surface à coffrer importante
armé (dalle pleine)
pas un matériel de levage trop - Relativement lourdes
important.
- Mauvaise isolation thermique
- Il présente une résistance au
feu élevé.

- Mise en œuvre facile, pas de - Portée limitée à 6 ou 7 mètres,


coffrage.
- Le plancher est relativement - « Mauvaise » isolation
Plancher à « corps léger. acoustique.
creux » - Isolation thermique améliorée.
- Mise en œuvre relativement
longue.

- Bonne Résistance au
Plancher-champignon - Espace libre limité sous la
cisaillement
colonne
- Plus grande portée.
- Complexité des coffrages et des
armatures.

- Préfabrication en usine,
- Portée atteignant 16 à 20 m - Coût élevé.
sans aciers complémentaires et - Problèmes de fixations
Plancher alvéolé sans hourdis. ultérieures.
- Généralement, pas
d’étaiement. - Joint très nombreux.

On fixe notre choix sur les planchers en corps creux vu leur flexibilité, facilité d’exécution, et
leur cout économique.

16
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Choix du système porteur :


Il existe plusieurs types de système porteurs dont on citera :
- Le système poteaux-poutres béton armé :
Ce système est composé principalement des poteaux et des poutres qui sont disposées de poutre
sur poteaux ou poutres sur poutres. Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux en béton
armé sur lesquelles reposent les planchers. Leur rôle est de supporter les planchers, rigidifier
l’ensemble des poteaux et elles servent de chainage horizontal. Les poteaux sont des éléments
porteurs verticaux en béton avec des armatures incorporées. Ils constituent les appuis pour les
poutres dont les rôles principaux sont de supporter les charges verticales transmises par les
poutres.
Tableau 13.Avantages et inconvénients du système poteau poutre

Avantages Inconvénients

Déformable sous l’effet des efforts


Facilité d’exécution.
horizontaux.

Légèreté (structure beaucoup plus faible


par rapport aux voiles armés). Des grands retombés en augmentant les
portées.
Flexibilité dans l’implantation des
Ne participe pas au contreventement.
poteaux et la répartition des cloisons.

-Le système portique :

Assimilé à des poutres encastrées à leurs appuis, ce système renvoie au système poutre
poteaux.Un portique est un système constructif composé d’un ensemble d’éléments linéaires
verticaux (poteaux ou montants) et horizontaux (poutres ou traverses).

Tableau 14.Avantages et inconvénients du système portique

Avantages Inconvénients

Possibilité de reprendre les charges L’inertie de la traverse n’est pas de même


horizontales. ordre que celle du poteau.

Portées importantes. Cout élevé.

Retombées minimalistes.

17
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

-Le système planchers-voiles :

Les voiles sont des murs qui peuvent être, ou non, porteurs, sollicités à la fois par des efforts
normaux dus aux charges verticales et par des efforts de flexion et de cisaillement dus aux charges
horizontales, ils sont classés comme étant des murs de contreventement. Vu leur rigidité
horizontale, ces murs sont généralement utilisés dans les conceptions parasismiques et pour les
bâtiments sollicités par des efforts horizontaux. Les voiles verticaux permettant de retenir une
masse de terre sont classés comme étant des murs de soutènement utilisés surtout pour les
constructions sous terraines et pour les sous-sols des bâtiments.
Tableau 15.Avantages et inconvénients du système planchers-voiles

Avantages Inconvénients

Un bon contreventement. Coût élevé.

Structure beaucoup plus importante en


Une faible déformation verticale.
poids que les poteaux.

 On optera pour le système poutre poteaux vu son efficacité, sa facilité d’exécution et son
coût économique.

L’emplacement des poteaux et les contraintes


Emplacement des poteaux :
- Traçage des axes :
Lors du traçage des axes, on doit suivre le plan architectural imposé. L’axe du poteau est
obtenu en s’éloignant du côté intérieur du mur vers l’extérieur et en laissant 1,5 cm pour
l’enduit intérieur et la moitié de la largeur de la poutre. Dans notre structure, on a les
murs extérieurs d’épaisseur 35 cm donc, on n’aura pas de problèmes dans l’emplacement des
poteaux tandis que les murs intérieurs sont d’épaisseur 10 à 25 cm alors on doit bien
déterminer leurs emplacements pour avoir une cohérence avec l’aspect esthétique.
- Mise en place des poteaux :

Le choix des emplacements des poteaux est une question d’optimisation .En fait c’est la
réflexion simultanée à minimiser les retombées des poutres ainsi qu’à favoriser au
maximum l’utilisation de poutres continues et prendre en compte le type du plancher à mettre
en œuvre.

18
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

De ce fait, comme première étape nous avons copié les trames de circulation du parking sur le
RDJ, RDC et les 4 autres étages, cette étape donne une bonne idée sur les emplacements les plus
adéquats de façon que le poteau soit continu tout au long du bâtiment.
L’implantation des poteaux a été faite par superposition des différents plans d’architectures
des étages. Mais, sous l’effet de certaines contraintes architecturales on a rencontré quelques
difficultés.

Contraintes :
- Pour les entrées du sous-sol & la circulation des voitures :

On a évité les poteaux au milieu de l’entrée et au passage des voitures telles que la distance entre
deux files de poteaux doit permettre le passage des voitures ainsi les voies de
circulation facilitent le stationnement des voitures.

- Retrait :
Pour le 3 éme et le 4 éme étage on a implanté des poteaux naissants à cause du retrait car ces
étages possèdent des chambres salon, salles à manger et des cloisons non superposées qui
empêche la prolongation des poteaux aux étages supérieurs, cette solution n’a pas d’effets
indésirables car les poteaux ne sont pas trop chargés.
Il faut prendre en considération le fait qu’un poteau naissant vaut une charge concentrée qui
intensifie le moment fléchissant lorsqu’il est placé au milieu de la travée. Ce qui nécessite de
rigidifier la travée par une inertie plus importante ou un ferraillage longitudinal excessif.
En passant du RDJ au RDC, nous avons éliminé les poteaux de rive qui ne seront pas
utiles dans les étages supérieurs à cause du retrait tout autour du bâtiment.

Gestion des poutres et contraintes rencontrées :


Gestion :

Les poutres supportent les planchers, les murs, les cloisons ainsi que toute sorte de charge
concentrée. Vu l’importance des charges qu’elles ont à acheminer aux poteaux, le réseau des
poutres de chaque plancher doit être soumis à plusieurs précautions de conception pour bien
répondre aux contraintes architecturales et structurales.

Ainsi on a intérêt à :

-Utiliser les poutres continues au maximum pour gagner dans la section puisque
l’hyperstaticité réduit la grandeur des sollicitations et par suite engendre une économie
des matériaux.

19
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

-Eviter les poutres traversant les pièces avec des retombées apparentes, qui perturbent l’espace
et qui causent des problèmes en ce qui concerne la hauteur sous plafond.
De ce fait, nous avons essayé de choisir la disposition des poutres de façon que les éventuels
retombés soient cachés dans les cloisons le maximum possible.

-Essayer d’augmenter la largeur de la poutre pour diminuer leurs hauteurs.

-Concevoir à l’avance les sens des nervures pour éviter les retombés apparentes.

-Poser les poutres entre deux porteurs verticaux (poteaux et/ou voiles) pour obtenir des nœuds
rigides, mais on peut poser une poutre sur une ou deux autres et on obtient ainsi des liaisons
élastiques. Cependant, il faut éviter qu’une poutre repose sur une autre dont les extrémités ne
sont pas en liaisons rigides pour ne pas obtenir un système tournant aussi il faut vérifier que la
hauteur de la poutre principale soit supérieure à celle de la poutre secondaire au minimum de
5cm, pour assurer un bon ancrage des aciers sur les appuis.
Durant cette étape de conception de ce projet, nous avons rencontré quelques contraintes que
nous avons essayé de les surmonter en effectuant des choix qui nous ont semblé raisonnables.

Contraintes :
- Présence des risques de soulèvement :

Nous avons évité au maximum les petites distances entre les poteaux, pour ne pas avoir dans une
poutre continue des travées de grandes portées et d’autres de petites portées, ce qui engendre ce
phénomène de soulèvement et lorsque la situation a exigé des poteaux de petite distance on a
opté pour des poutres isostatiques.

Figure 10.Exemple de poutre isostatique évitant le risque de soulèvement


-Présence des grandes portées :

Dans quelques parties des plans, nous avons rencontrés des portées importantes d’où le recours
aux poutres en T.

20
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 11.Exemple de talon


Une fois on aboutit à une structure qui répond à ces exigences, on passe à la modélisation via le
logiciel Arche avec un pré dimensionnement adéquat.

3.3 Le pré dimensionnement


Le pré dimensionnement vise à donner un ordre de grandeur des sections des éléments porteurs.
Il se base généralement sur des critères de limitation des flèches, de résistance au feu, d’isolation
phonique et acoustique tout en tenant compte des conditions d’exécution.
Le critère de limitation de la flèche est généralement dimensionnant.
Les résultats obtenus ne sont pas définitifs, ils peuvent être modifiés après vérifications de la
résistance et de la stabilité.

Condition de limitation des flèches


- Cas d’une dalle pleine :

Considérons un panneau de dalle ayant les caractéristiques suivantes :


𝑙𝑥: la plus petite portée de la dalle ; 𝑙𝑦 : la plus grande portée de la dalle

et 𝛼 = 𝑙𝑥/𝑙𝑦
e : épaisseur de la dalle.
Le Pré-dimensionnement dalles selon les règles BAEL 91 révisées 99 :

Tableau 16.Sens de portée des dalles

Dalle isolée Dalle continue


Dalle porte dans un seul sens 𝑙𝑥 𝑙𝑥
𝛼≤0,4 e> e>
20 25
Dalle porte dans deux sens 𝑙𝑥 𝑙𝑥
𝛼>0,4 e> e>
30 40

- Cas des poutres :

Selon les règles BAEL 91 :


𝑙 𝑙
Sur appuis simple :12≤ ℎ ≤ 10

21
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑙 𝑙
En continuité, généralement on prend la valeur de h la plus proche vérifiant ∶16≤h≤12

REMARQUE : Ces valeurs doivent tenir en compte les dimensions de coffrage disponibles.

- Cas des Nervures :

La nervure est une poutre en « T » travaillant à la flexion simple, Elle est caractérisée par :
Une largeur constante 𝑏 = 33cm
Une base constante 𝑏0 = 7cm

Conditions de stabilité au feu en sous-sol :


Le CCTP requiert une stabilité au feu de 2 heures pour l’ensemble du sous-sol. Un élément stable
au feu signifie qu’il garde sa résistance mécanique pendant la durée fixée. L’impact d’un incendie
sur une section en béton armé est un éclatement du béton, mais surtout une perte de résistance à
la traction et en compression de la section.

Les dispositions constructives pour l’obtenir seront prises en conformité avec les règles
simplifiées décrites dans le DTU P92.Elles sont classées suivant deux principaux points :
l’épaisseur minimale de la section et l’enrobage des aciers.

Conditions d’enrobage :
Pour assurer une meilleure durabilité des éléments structuraux (la bonne protection de l’acier
contre la corrosion, la bonne transmission des efforts (adhérence acier/béton) les règles BAEL
envisagent un des enrobages minimaux de :

-3 à 4 cm pour les ouvrages à terre.

-5 cm pour les ouvrages au milieu marin considéré agressif .

-2 cm pour les autres structures et 1 cm pour les locaux clos, chauffés et sans condensation.

22
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 4 : Modélisation sur ARCHE


4.1 Introduction
Le logiciel Arche Graitec sert principalement à calculer la descente de charge de la structure, et
à produire les plans de ferraillage de tous les éléments ainsi que les éléments de fondation.

Figure 12.Arche

4.2 Principe de la modélisation de la structure


Création d’un fichier DXF
La modélisation de la structure en béton armé sur Arche passe par deux étapes essentielles qui
sont la phase saisie-analyse et la phase calcul.

Dans un premier lieu, on prépare un document lisible par le logiciel Arche de façon que les
éléments porteurs soient caractérisés par une modélisation précise qui touche le style de dessin
et le nom du calque utilisé.

Figure 13.Préparation du plan DXF

23
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 17.Numérotation des calques utilisés

Calques Poteau Poutre Voile

Sous-Sol 1 2 3

RDJ 4 5 6
RDC 7 8 9
Premier Etage 20 21 22
Deuxième
23 24 25
Etage
Troisième
26 27 28
Etage
Quatrième 29 30 31

Importation du fichier DXF


Cette étape consiste à importer le fichier DXF étage par étage en modifiant la numérotation des
couches pour chaque étage.

Figure 14.Importation DXF

Choix des caractéristiques des matériaux


On fixe les propriétés des matériaux des différents types de planchers qu’on va utiliser.

Cette étape consiste à créer les panneaux des dalles avec leurs types de matériaux convenables :
Béton de 25 MPa pour les poutres, les dalles et les voiles.
Béton de 25 MPa pour les poteaux, le voile d’ascenseur et les semelles.
On fixera aussi le sens de portée et les épaisseurs des planchers en suivant les plans de coffrage.

24
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 15.Caractéristiques de matériaux (béton)


CC : pour les planchers en corps creux (densité=0).
Pour cela nous avons créé d’un nouveau type de plancher similaire au plancher voulu en corps
creux de densité nulle.

Figure 16.Caractéristiques de matériaux(Hourdis)

Nous avons mentionné dans cette création le sens de portée et les coefficients adéquats.

Les chargements
 Chargement Surfacique :

Après la création des dalles, on définit les charges permanentes et les charges d’exploitation.

25
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 17.Chargement Surfacique


 Chargement linéique :

On charge les poutres et les raidisseurs qui supportent des murs par la charge linéaire
correspondante.

Figure 18.Chargement des poutres

Création des semelles


On insère des semelles isolées au-dessous des poteaux du sous-sol en utilisant la commande
‘Générer automatiquement des semelles’.

26
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 19.Création des semelles

Calcul de la descente des charges


Avant de lancer la procédure de modélisation, il est nécessaire de s’assurer de la validité et de la
cohérence de notre modèle :

Activation de l’option (modifier-fusionner) : le programme va nettoyer la structure en supprimant


les éléments confondus.

Figure 20. Résultat de l’option modifier-fusionner


Activation de l’option (analyser-vérifier-Saisie) : le programme va préparer le modèle en vue de
calcul. Arche a mentionné plusieurs erreurs et avertissements qui sont dues principalement au
non performance au niveau de la préparation des plans de coffrages sur le logiciel « AUTOCAD
» : mauvais accrochage, superposition de quelque élément … on corrige la structure jusqu’à
l’affichage du message « il n’y a pas d’erreurs détectées ».

Figure 21. Résultat de l’option analyser-vérifier-Saisie

27
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Activation de l’option (analyser-calculer DDC) le programme va lancer le calcul de la structure.

Après avoir passé de toutes ces étapes et effectué le calcul néessaire nous avons visualisé la
structure en 3D.

Figure 22. Le modèle en 3D

Dimensionnement des éléments porteurs


Pour chaque élément poutre, poteau ou semelle, on sélectionne l’élément et on fait appel au
module convenable dans lequel on effectue les modifications convenables pour effectuer le choix
de la section définitive de béton et la quantité ainsi que la disposition du ferraillage.
- Les modules pris en considération pour ce modèle sont :

Une fois les calculs et les dimensionnements sont faits, des notes de calcul sont fournies
récapitulant les détails de ferraillage.

28
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 5 : Calcul des éléments Structuraux


5.1 Dalle pleine
Un panneau de dalle est un élément, généralement rectangulaire, dont l’épaisseur est
faible par rapport aux deux dimensions en plan.

L’étude que nous allons aborder concerne le plancher haut Sous-sol constitué de
panneaux de dalle en continuité, qui reposent sur des poutres porteuses. Lors de la conception, le
choix de la dalle pleine a été justifié par :

- La dalle pleine est plus étanche à l’eau et à l’humidité que le plancher en corps creux.

- La dalle pleine permet une meilleure tenue au feu et elle est plus résistante.

L’objet de l’étude consiste alors à déterminer les dimensions (épaisseur) des panneaux
ainsi que le dimensionnement (calcul des sections d’armatures) du plancher haut Sous-sol.

Pré dimensionnement du panneau


On a choisi le panneau ci-dessous situé au niveau du plancher haut sous-sol au bloc C

Figure 23.Schéma de la dalle étudiée


Soit Lx= 5,3 m
Ly = 5,58 m
Lx 5,3
α = Ly = = 0,95 > 0,4 La dalle porte dans les deux sens,
5,58

Soit h l’épaisseur de la dalle, il s’agit d’une dalle continue d’où l’épaisseur s’écrit :
5,3
h≥ = 0,13 𝑚 h retenu est 0,2m
40

29
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Puisque la dalle appartient au plancher d’un parking donc une vérification de la résistances au
feu, pour SF=2heures est nécessaire.
L’épaisseur minimale pour que la dalle puisse résister au feu est donnée par la formule suivante :
𝛼𝜃 × 𝛥𝜃 × ( 𝑙′𝑥𝑤 + 𝑙′𝑥𝑒 )
ℎ𝑚𝑖𝑛 =
2 × 𝛺𝑅
l’xwe = 0,8lx : si la travée est intermédiaire

l’xwe= lx : si la travée est de rive

l’xw= 0,8×lx =0,8×3,96=3,168 m

l’xe=0,8 ×lx=0,8×6,72=5,37 m

αѳ= 10-5 : coefficient de dilatation thermique du béton

ΩR=0,1 (Barre HA)


Δ𝜃
Pour déterminer l’épaisseur de la dalle il faut tout d'abord évaluer le rapport ( ) puis déduire

la valeur de h d'après le tableau ci-dessous :


𝛥𝜃 𝛥𝜃 2×0,1
≤ =
(3,168+5,37)×10−5
= 23,42℃/Cm
ℎ ℎ𝑚𝑖𝑛
Tableau 18.Choix de l’épaisseur de la dalle

Epaisseur de la SF 2h
dalle

h(m) Δ𝜃
(℃/Cm)

0,18 31,60

0,2 27,20

0,22 23,20

0,24 19,90

On déduit finalement d’après les résultats précédents que h=0,22 m


Evaluation des charges
Charge permanente : G =3,3+0,22×25=8,8KN/m²
Charge d’exploitation : Q = 5 KN/m²
ELU :Pu = 1,35G + 1,5Q = 19,38 KN/m²

ELS: Ps = G + Q =13,8KN/m²

30
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Détermination des sollicitations


5.1.3.1 Moment Fléchissant
 Moment dans le panneau de dalle articulé sur son contour :

Le panneau de dalle porte dans les deux sens pour une bande de largeur unité et au centre de la
1
dalle, on a : μx = = 0,029
8(1+2,4×α3 )

μy = α3 (1,9 − 0,9α) = 0,9

ELU : 𝐌𝟎𝐱 = μx × Pu × 𝐿2𝑥 = 0,029 × 19,38 × 5,32 = 𝟏𝟓, 𝟕𝟖𝐊𝐍. 𝐦

𝐌𝟎𝐲 = μy × M0x = 0,9 × 15,78 = 𝟏𝟒, 𝟐𝟎 𝐊𝐍. 𝐦

ELS :𝐌𝟎𝐱 = μx × Ps × 𝐿2𝑥 = 0,029 × 13,8 × 5,32 = 𝟏𝟏, 𝟐𝟒 𝐊𝐍. 𝐦

𝐌𝟎𝐲 = μy × M0x = 0,9 × 11,24 = 𝟏𝟎, 𝟏𝟏 𝐊𝐍. 𝐦

Tableau 19.Les moments fléchissant dans le panneau isolé

Designation ELS ELU

Mox(KN.m/m) 11,24 15,78

Moy(KN.m/m) 10,11 14,20

 Moment fléchissant dans le panneau continu :


Les moments dans les panneaux continus sont pris égaux aux moments "isostatiques" multipliés
par des coefficients forfaitaires.
Dans notre cas le panneau étudié est intermédiaire suivant X et Y :

Figure 24.Moments dans la dalle

31
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 20.Les moments en appuis et en travée à l’ELU et à l’ELS

Selon Lx Selon Ly
Max=-0,5×Mox=-5,62KN.m/m May=-0,5×Moy=-5,05KN.m/m
ELS
Mtx=0,75×Mox=8,43KN.m/m Mty=0,75×Moy=7,58KN.m/m

Max=-0,5×Mox= -7,89KN.m/m May=-0,5×Moy=-7,1KN.m/m


ELU
Mtx= 0,75×Mox= Mty= 0,75×Moy=
11,83KN.m/m 10,65KN.m/m

Vérification des moments à l’ELU :


-Il faut vérifier la condition suivante pour le moment en travée :

𝑀𝑡𝑥
𝑀𝑡𝑦 >  10,65>2,95 : condition vérifiée
4

-Il faut que le moment d’encastrement sur le petit côté est de même ordre de grandeur que le
moment d’encastrement sur le grand côté :

Ma=Min (Max, May) =Min (-7,89 ;-7,1)=-7,89KN.m/m

Vérification des moments à l’ELS :


-Il faut vérifier la condition suivante pour le moment en travée :

𝑀𝑡𝑥
𝑀𝑡𝑦 >  7,58>2,10 : condition vérifiée
4

-Il faut que le moment d’encastrement sur le petit côté est de même ordre de grandeur que le
moment d’encastrement sur le grand côté :

Ma=Min (Max, May) =Min (-5,62 ;-5,05)=-5,62KN.m/m

32
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 21. Moments fléchissant retenus

En travée Sur appui

Mtx Mty Ma
(KN.m/m) (KN.m/m)
ELU 11,83 10,65 -7,89

ELS 8,43 7,58 -5,62

5.1.3.2 Effort tranchant


Les valeurs de l’effort tranchant par unité de langueur :
Pour 𝛼 ≥ 0,4
ELU
𝐿𝑥 1
𝑽𝒙 = 𝑃 × × ∝ = 34,82 KN/ml
2 1+
2

𝑃×𝐿𝑥
𝑽𝒚 = = 34,23 KN/ml < VxOK
3

Calcul du ferraillage
Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur unité
travaillant en flexion simple.

Fissuration peu préjudiciable  dimensionnement à l’ELU

Dimensionnement des armatures


5.1.5.1 Armatures longitudinales :
Mtux = 11,83 KN.m /m ; Mtuy= 10,65 KN.m/m ; d = 0,9×h = 0,198 m

fbu= 14,17 MPa ; fsu= 347,83 MPa

• Section d’acier selon Lx :

Mtx 11,83×10−3
µ𝑏𝑢 = = = 0,021 < µ𝑙 =0,39 Asc= 0 cm² (pas d’acier comprimé)
b×d²×ʄbu 1×0,198²×14,17

𝑀𝑡𝑢𝑥
A stx = 𝑍×𝑓𝑠𝑢 avec :

Z=d-0,4yu = 0,196m

Yu=α×d =0,0051 m  Astx = 1,74 cm²/m

α = 1,25(1 − √1 − 2μ) = 0,02

33
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

• Section d’acier selon Ly :

Mty 10,65×10−3
µ𝑏𝑢 = = = 0,019< 0,39 Asc=0 cm² (pas d’aciers comprimés)
b×d²×ʄbu 1×0,198²×14,17

𝑀𝑡𝑢𝑦
Asty = 𝑍×𝑓𝑠𝑢 avec :

Z=d-0,4yu = 0,196 m

Yu=α×d =0,0047 m  Asty=1,56 cm²/m

α = 1,25(1 − √1 − 2μ)=0,024

5.1.5.2 Armatures sur appuis :


Ma =7,89KN.m/m

Ma 7,89×10−3
µ𝑏𝑢 = = =0,014<µL=0,39 Asc-0 cm² (Pas d’aciers comprimés)
b×d²×ʄbu 1×0,198²×14,17

𝑀𝑎𝑢
Asta = 𝑍×𝑓𝑠𝑢 avec :

Z=d-0,4yu = 0,196m

Yu =α×d =0,0035m  Asta=1,15 cm²/m

α = 1,25(1 − √1 − 2μ) = 0,0176

5.1.5.3 Sections minimales des armatures


• Selon ly :

12×h0: Pour les ronds lisses


Ay min= 8×h0 : Pour fe=400MPa
6×h0 : Pour fe=500MPa
Dons notre cas on a utilisé les aciers haute adhérence avec une limite élastique 𝑓𝑒 = 400 𝑀𝑃𝑎
donc :
Ay min = 8×0,22=1,76 cm²/m
Asty=1,56 <Ay min =1,76 on prend Asty= 1,76 cm²/m

34
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

• Selon lx :

3−𝛼
Ax min= × Ay min=1,80 cm²/m
2
Or Atx =1,74 cm²/m <Ax min=1,80 cm²/m  on prend Atx =1,80 cm²/m

5.1.5.4 Choix d’armatures


Puisque on a les conditions suivantes : Une charge répartie + fissuration peu préjudiciable donc
l’espacement maximal St max sera :

• Selon Lx :

𝑆𝑡𝑥 ≤ 𝑚𝑖𝑛( 3ℎ0 ; 33𝑐𝑚) = 𝑚𝑖𝑛( 66; 33𝑐𝑚) = 33𝑐𝑚


Donc 𝑆𝑡𝑥,𝑚𝑎𝑥 = 33𝑐𝑚
• Selon Ly :
𝑆𝑡𝑦 ≤ 𝑚𝑖𝑛( 4ℎ0 ; 45𝑐𝑚) = 𝑚𝑖𝑛( 88; 45𝑐𝑚) = 45𝑐𝑚

Donc 𝑆𝑡𝑦,𝑚𝑎𝑥 = 45𝑐𝑚

Tableau 22.Choix des armatures longitudinales

Suivant X Suivant Y Sur appui

Ast (cm²) 1,80 1,76 1,15

Stmax (cm) 33 45 33

Choix 4HA8 4HA8 4HA8

A réel (cm²) 2,01 2,01 2,01

St (cm) 25 25 25

5.1.5.5 Vérification des contraintes à l’ELS


La contrainte dans le béton 𝜎𝑏𝑐 ne doit pas dépasser à ELS la contrainte lime de béton𝜎̄𝑏𝑐
𝜎̄𝑏𝑐 = 0,6 × Fc28 = 15𝑀𝑃𝑎
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦
𝐼𝑆𝑅𝐻 1
• La position de l’axe neutre y1 :
𝑏 2
𝑦 + (15𝐴𝑠𝑡 + 15𝐴𝑠𝑐 )𝑦1 − (15𝐴𝑠𝑡 𝑑 + 15𝐴𝑠𝑐 𝑑′) = 0
2 1

35
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑏
𝑦2 + (15𝐴𝑠𝑡 )𝑦1 − 15𝐴𝑠𝑡 𝑑 = 0 (y1= 0,0316m)
2 1

• Le moment d’inertie par rapport à l’axe neutre de la section rendue homogène 𝐼𝑆𝑅𝐻 :
𝑏𝑦13 2 2
𝑏𝑦13
ISRH = + 15𝐴𝑠𝑐 (𝑦1 − 𝑑′) + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 ) = + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3 3
ISRH,= 0,834×10-4m
Tableau 23.Vérification à L’ELS

Travée Lx Travée Ly Appui


Ms(KN.m) 8,43 7,58 5,62

𝝈𝒃𝒄 (MPa) 3,19 2,87 2,12

𝝈𝒃𝒄 ≺ 𝝈̄ 𝒃𝒄 vérifiée vérifiée vérifiée

L’épaisseur de la dalle est 22 cm ≥ 20 cm donc on dispose d’une nappe supérieure d’anti


fissuration et aussi pour faciliter l’exécution de la dalle lors du bétonnage. On admet pour les
deux sens 4HA8/ml (2,01 cm²).

5.1.5.6 Arrêt des barres


Pour la nappe inférieure :

• En Travée :
Sens lx : On dispose 2HA8 par mètre filant et 2HA8 par mètre arrêté à 0,1𝑙𝑥 = 0,5 𝑚

Sens ly : On dispose 2HA8 par mètre filant et 2HA8 par mètre arrêté à 0,1𝑙𝑦 = 0,6 𝑚

Pour la nappe supérieure :

• En Travée :

Sens lx : On dispose 2HA8 par mètre filant et 2HA8 par mètre arrêté à 0,1𝑙𝑥 = 0,5 𝑚

Sens ly : On dispose 2HA8 par mètre filant et 2HA8 par mètre arrêté à 0,1𝑙𝑦 = 0,6 𝑚

Armatures transversales :
𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥
𝜏𝑢 =
𝑏×𝑑
Avec Vux=34,82 KN/ml
Vuy=34,23 KN/ml

34,82 ×10−3
Donc 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = 34,82 𝐾𝑁 et par la suite 𝜏𝑢 = = 0,176𝑀𝑃𝑎
0,18

36
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑓𝑐 28 22 𝑓𝑐 28
Or 0,07 × 1,5
= 0,07 ×
1,5
= 1,17𝑀𝑃𝑎 alors 𝜏𝑢 ≺ 0,07 × 1,5

Donc les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Figure 25. Plan de ferraillage de la dalle (aciers inférieurs)

Figure 26.Plan de ferraillage de la dalle (aciers supérieurs)

Vérification de stabilité au feu


 Classement du bâtiment :
D’après « La sécurité contre l’incendie dans les bâtiments d’habitation »

37
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Hauteur du bâtiment H =21m < 28 m


La cage d’escalier située à moins de 50 m d’une voie publique.
Dmax = 19,72 m < 50 m  D < 7 m n’est pas vérifiée Famille 3 A n’est pas vérifié.
Les circulations horizontales ne doivent pas excéder 15 m et seront soit désenfumées, soit à
l’air libre.
Bâtiment famille 3
Distribution de la température dans la dalle : θs
Pour une stabilité au feu exigée de 2h, on a d’après le diagramme du coefficient θs
U = 2,5 cm, SF = 2H θs= 650°C
-Moment résistant à chaud ultime sur appui :
En supposant que la température moyenne du béton de la zone comprimée est celle qui règne
au niveau des armatures inférieures.
U = 2,5 cm, SF = 2H θb= 650°C
-Détermination du coefficient d’affaiblissement du béton :
D’après l’abaque de coefficient de φb1 = 1,125(1 – 650 /1000) = 0,39 (courbe b)
𝐹𝑐28 25
On a As réel = 2,01 cm ²/m et Fc90 = = 0,9 = 27,77 MPa
0,9

𝐴 ,𝐹𝑒 2,01×10−4 × 400


Y1 = 𝐹𝑐90 = 0,8 × 0,39× 21,36= 0,012m
0,8 ,φb ,
1,3

U =0,4 x Y1 = 0,4 x 1,2 = 0,48 cm et on a SF = 2H θb= 780°C


Φb = 1,125 x (1 – 780/1000) = 0,25 (courbe b)
φb1 0,48
Y= x Y1 = x 1,2 = 2,3cm
φb 0,25

Zb = d-0,4y = 17 -0,4x3,1 = 16,08 cm

Maθ = A Fe Zb = 2,01 10-4 x 400 x 16,08 10-2 = 12,92KN.m


-Moment résistant à chaud ultime en travée :
Détermination du coefficient d’affaiblissement d’aciers :
φs =1,850-650/405 = 0,24 (courbe b)
d = h – 0,025 = 19,5 cm
Aθ = A x φs = 2,01 10-4 x 0,24 = 0,48 cm²/m
Aθ ,𝐹𝑒 0,48 10−4 × 400
Yθ = 𝐹𝑐90 = = 0,11 cm
0,8 ,b , 0,8 × 1 × 21,36
1,3

Zθ = d – 0,4 Yθ=19,5-0,4 x 0,11 = 19,45 cm

38
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Mtθ= AθZθ Fe = 0,48 10-4 x 19,45 10 -2 x 400 = 3,73KN.m/m

-Rotation des rotules plastiques :


Mg+q= - 0,5 𝑀0𝑥 = -0,5 x 15,78= -7,89KN.m/m
𝐸𝑖 ℎ′3 ∝θ Δθ
MΔθ = - 8 ℎ

3 25 10−5
Ei = 11000 √0,9 = 33313,88 MPa et α θ = °𝐶

D’après le diagramme de h’ en fonction de h, h=22 cm  h’ =15,5 cm


D’après le tableau de durée de stabilité au feu requise en fonction de l’épaisseur h
∆𝜃 23,2 °𝐶
h=22 cm donc =
ℎ 𝑐𝑚
33313,88× 0,1553 ×23,2
MΔθ= - = -359,764 KN.m/m
8
-Moment libère par rotation de la rotule plastique sur appui
𝐸𝑖ℎ′3 33313,88× 0,1553
K= = = 3,63
4(𝐿′ 𝑥𝑒+𝐿′ 𝑥𝑤) 4 × (3,168+5,37)

𝑀(𝑔+𝑞)+ MΔθ −Maθ (7,89+359,764−12,92),10−3


Ω= = = 0,097
𝑘 3,63

Tableau 24. ΩR, Rotation limite

h ≤ 25 cm ΩR (en rd)

Ronds lisses 0,25

Barres HA 0,1

Treillis soudé 0,08

ΩR=0,1 ≥ Ω
 Les aciers sur appuis ne se rompent pas, Le moment résistant ultime peut être mobilisé, et il
suffit de s’assurer que dans chaque travée :
𝑀𝑎𝜃𝑒+Maθw
Mtθ+ = 3,73 + 12,92 = 16,65 𝐾𝑁. 𝑚/𝑚
2

39
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

La dalle est stable


𝑀𝑎𝜃𝑒+Maθw
Mtθ+ ≥ M0x =15,78 KN.m/m
2

5.2 Nervure hyperstatique


La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures. La Nervure
est une poutre en "T" soumise á la flexion simple destinée á supporter les charges permanentes
et les charges d’exploitation ainsi que son poids propre.

Figure 27.Coupe sur plancher (16+5)


Dans la suite de ce chapitre, on s’intéresse au calcul manuel de la nervure N à 2 travées du
plancher haut du 4éme étage (bloc C). Pour notre projet, la conception a prouvé que ce plancher
soit en corps creux (16+5).
L’emplacement de la nervure est présenté dans la figure ci-après :

Figure 28.Emplacement de la nervure dans le plan de coffrage

40
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 29.Schéma mécanique de la nervure

Pré dimensionnement de la nervure


Lmax 3,12
h≥ = = 0,138m ≤ 0,21 m
22,5 22,5

 On va utiliser une nervure 16+5


La section de la nervure est :
Largeur de la table de compression : b=33cm
Hauteur de la table : ℎ0=5cm
Hauteur de l’âme : ℎ - ℎ0=16cm
Largeur de l’âme : 𝑏0=7cm

Figure 30.Coupe transversale d’une nervure


Evaluation des charges
Il s’agit d’un plancher terrasse (avec terrasse inaccessible) alors :

Charges permanentes : G = 6,18 KN/m2


Charges d’exploitation : Q = 1 KN/m2

Les charges de la nervure sont :

Charge permanente : G = 6,18 × 0,33 = 2,04 KN/m

Charge d’exploitation : Q = 1 × 0,33 =0,33 KN/m

On obtient ainsi :

À l’ELU : Pu = 1,35 G + 1,50 Q = (1,35×2,04) + (1,5×0,33 = 3,25 KN/m

À l’ELS :Ps = G + Q = (2,04 + 0,33) =2,37 KN/m

41
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Détermination des sollicitations


5.2.3.1 Choix de méthode de calcul
• Charges d’exploitation ≤ 2 × charges permanentes

Q = 1 KN/m2 ≤ 2× G = 2 × 6,18 = 12,36 KN/m2


• Charges d’exploitation Q = 0,33 KN/m ≤ 4,08 KN/m
• Inertie constante le long de chaque travée Vérifiées
3,23
• Rapport des portées successives compris entre 0,8 et 1,25 : R= = 1,07
3,01

• Fissuration peu préjudiciable

D’où la méthode Forfaitaire est applicable :

La méthode consiste principalement à évaluer les valeurs maximales des moments en travées et
des moments sur appuis à fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale du moment
M0 dans la travée dite de comparaison présentée par la travée isostatique indépendante de
même portée soumise aux mêmes charges que la travée considérée.

5.2.3.2 Calcul des moments fléchissant

Figure 31.Théorie de calcul du moment fléchissant


À l’ELU :

 Calcul des moments sur appuis :

MUA1=MUA3=0

Pu L1 2
MUA2= -0,6×Max (M012 ; M023) Avec M01= = 3,68 KN.m
8

Pu L2 2
M02= = 4,24 KN.m
8

M0= Max (M012 ; M023) = 4,24 KN.m

MUA2=-2,54KN.m

42
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Calcul des moments en travées :

q 1
α= = = 0,14
q + g 1 + 6,18
1,2 + 0,3×α
Travée 1 : Mt1 = ( ) × M01 = 2,28 KN. m
2

1+0,3×α
Travée 2 :Mt2 = ( ) × M02 = 2,63 KN. m
2

(Mw +Me )
 Vérification des moments en travées :Mt + ≥ Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 )
2

Travée 1 :
Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 ) = Max (3,83; 3,86) = 3,86 KN.m
MUA1 + MUA2 2,54
Mt1 = 2,28 KN, m > 1,042 M01 − | | = 1,042 × 3,68 −
2 2

= 2,59 KN.m ( Non vérifié)

𝐌𝐭𝟏 = 2,59 KN.m

Travée 2 :
Mt2 = 2,63 KN, m > 0,621 M01 = 2,63KN. m vérifié

Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 ) = Max (4,45;4,42) = 4,45 KN.m


MUA1 + MUA2 2,54
Mt1 = 2,28 KN, m > 1,042 M01 − | | = 1,042 × 4,24 −
2 2

= 3,15 KN.m ( Non vérifié)

𝐌𝐭𝟐 = 3,15 KN.m


À l’ELS :

 Calcul des moments sur appuis :

MSA1=MSA3=0

PS L1 2
MSA2= -0,6×Max (M012 ; M023) Avec M01 = = 2,68KN.m
8

PS L2 2
M02 = = 3,09 KN.m
8

M0= Max (M012; M023) = 3,09 KN.m

43
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

MUA2= - 1,85KN.m

 Calcul des moments en travées :

q 1
α= = = 0,14
q + g 1 + 6,18
1,2 + 0,3×α
Travée 1 : Mt1 = ( ) × M01 = 1,66 KN. m
2

1+0,3×α
Travée 2 : Mt2 = ( ) × M02 = 1,92 KN. m
2

 Vérification des moments en travées :


(Mw +Me )
 Mt + ≥ Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 )
2

Travée 1 :
Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 ) = Max (2,81; 2,79) = 2,81 KN.m
MUA1 + MUA2 1,85
Mt1 = 1,66 KN, m > 1,042 M01 − | | = 1,042 × 2,68 −
2 2

= 1,87 KN.m ( Non vérifié)

𝐌𝐭𝟏 = 1,87 KN.m

Travée 2 :
Max( 1,05M0 ; (1 + 0,3α)M0 ) = Max (3,24;3,21) = 3,24 KN.m
MUA1 + MUA2 1,85
Mt1 = 1,92 KN, m > 1,042 M01 − | | = 1,042 × 3,09 −
2 2

= 2,3 KN.m ( Non vérifié)

𝐌𝐭𝟐 = 2,3 KN.m


Tableau 25.Tableau récapitulatif des moments

Moments (KN.m)
ELU ELS
Sur appui Appui A2 -2,54 -1,85
En travées Travée 0-1 2,59 1,87
Travée 1-2 3,15 2,3

44
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 32.Diagramme du moment fléchissant à l’ELU

Figure 33.Diagramme du moment fléchissant à l’ELS

5.2.3.3 Calcul de l’effort tranchant

Figure 34.Théorie de calcul de l’effort tranchant


Les efforts tranchants maximaux sont donnés forfaitairement par les formules suivantes :
À l’ELU:
(Pu × L1 ) 3,25 × 3,01
V01 = = = 4,9 KN
2 2

45
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

(Pu × L2 ) 3,25 × 3,23


V02 = = = 5,3 KN
2 2
-1,15×V01 = -5,63 KN
1,15×V02 = 6,095 KN
À l’ELS :
(Ps × L1 ) 2,37 × 3,01
V01 = = = 3,56 KN
2 2
(Ps × L2 ) 2,37 × 3,23
V02 = = = 3,83 KN
2 2
-1,15×V01 = -4,09 KN
1,15×V02 = 4,4 KN

Figure 35.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELU

Figure 36.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS

46
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Ferraillage
5.2.4.1 Armatures longitudinales
• Moment référentiel MTu :

Mtu = h0 × fbu× b × (d - h20)

Si Mu< Mtu alors la table est suffisante


 L’axe neutre se trouve dans la table de compression (0,8 yu< h0)
 Le calcul se fait comme en section rectangulaire de largeur b (le béton tendu est négligé)

Si Mu> Mtu alors l’axe neutre se trouve dans la nervure


Le calcul se fait en section en T
La table est insuffisante
Dans notre cas :

h0
MTu = fbc × (d − )
2

Avec ∶ fbc = b × h0 × fbu = 0,33 × 0,05 × 14,17 = 0,234 MN

d = 0,9×h = 18,9 cm

0,05
MTu = 0,234 × 103 × (0,189 − ) = 38,37 KN. m
2

Mu≤MTu Le calcul se fait en section rectangulaire de largeur b = 0,33 cm et de hauteur h


égale à 0,21m.
• Dimensionnement à L’ELU :
Première travée :

Soit :
Mu = 2,59 KN, m

d = 0,9 × h = 0,189 m
b0=0,07 m ; h=0,21m ; fbu= 14,17 MPA

Mu 2,59 × 10−3
μu = = = 0,0155
b × d2 × fbu 0,33 × 0,1892 × 14,1 7

⟹ μu = 0,0155 < μl = 0,39 donc Ac = 0 𝑐𝑚² ∶ pas d’acier comprimé

Donc :α = 1,25 × (1 − √1 − 2μu ) = 0,0195

47
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Mu
z = d × (1 − 0,4α) = 0,187 m ⟹ Ast = = 0,398 cm²
z × fsu

• Condition de non fragilité :

(b0 h2 + (b − b0 )h0 ²) 0,07 × 0,212 + (0,33 − 0,07) × 0,052


v= = = 0,0674 m
2(b0 h + (b − b0 )h0 ) 2 × (0,07 × 0,21 + (0,33 − 0,07) × 0,05)
v ′ = h − v = 0,21 − 0,0674 = 0,143 m
3
v 3 b v ′ b0 (v − h0 )3
I= + − (b − b0 ) × ( )
3 3 3
0,33 × 0,06743 0,1433 × 0,07
= + − (0,33 − 0,07)
3 3
(0,0674 − 0,05)3
×( ) = 1,01 10−4 m4
3
I ft28 1,01 10−4 × 2,1
Amin = = = 0,218 cm2 < Ast
0,81hv ′ fe 0,81 × 0,21 × 0,143 × 400
Donc, la condition de fragilité est vérifiée.
Soit 1HA10 avec 𝑨𝒓é𝒆𝒍
𝒔𝒕 = (0,79cm2)

• Vérification à L’ELS :

On doit vérifier que la contrainte dans le béton 𝜎𝑏𝑐 n’a pas dépassé la contrainte limite dans le
bétonσ̅𝑏𝑐 , on a :

b
f(h0 ) = h20 + 15Asc (h0 − d′ ) − 15Ast (d − h0 )
2

(ℎ0) <0 Donc, l'axe neutre est dans l'âme et la section se comporte comme une section en T

*(ℎ0)>0 Donc, l'axe neutre se trouve dans la table de compression et la section se comporte
comme une section rectangulaire.
0,33
f(h0 ) = × 0,052 − 15 × 0,79 × 10−4 × (0,189 − 0,05) = 2,47 × 10−4 > 0
2
Alors, on peut conclure que la section se comporte comme une section rectangulaire.
𝑦1 est la solution de l’équation suivante :

b 2
y1 + (15 Asc + 15 Ast)y1 − (15Ast d + 15 Asc d′ ) = 0
2
0,33
 y1 2 + (15 × 0,79 × 10−4 )y1 − (15 × 0,79 × 10−4 × 0,189) = 0
2

48
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

y1 = 0,033 𝑚
b y1 3 0,33×0.0333
ISRH = + 15 Asc (y1 − d′ )2 + 15 Ast (d − y1 )2 = + 15 × 0,79 ×
3 3

10−4 (0,189 − 0,033)2 =2,89×10−5 m4


Avec Mser =1,87 (KN. m) et y1= 0,033 et ISRH = 2,89×10−5 m4
M ser
σbc = y1 = 2,13 MPa < σ
̅bc = 0,6 fc28 = 15 MPa ⟹ (Vérifiée)
ISRH

Deuxième travée :

Soit :
Mu = 3,15 KN. m

d = 0,9 × h = 0,189 m
b0=0,07 m ; h=0,21m ; fbu= 14,17 MPA

Mu 2,59 × 10−3
μu = = = 0,089
b × d2 × fbu 0,33 × 0,1892 × 14,1 7

⟹ μu = 0,089 < μl = 0,39 donc Ac = 0 𝑐𝑚² ∶ pas d’acier comprimé


Donc :
α = 1,25 × (1 − √1 − 2μu ) = 0,12

Mu
z = d × (1 − 0,4α) = 0,180 m ⟹ Ast = = 0,503 cm²
z × fsu

• Condition de non fragilité :

(b0 h2 + (b − b0 )h0 ²) 0,07 × 0,212 + (0,33 − 0,07) × 0,052


v= = = 0,0674 m
2(b0 h + (b − b0 )h0 ) 2 × (0,07 × 0,21 + (0,33 − 0,07) × 0,05)
v ′ = h − v = 0,21 − 0,0674 = 0,143 m
3
v 3 b v ′ b0 (v − h0 )3
I= + − (b − b0 ) × ( )
3 3 3
0,33 × 0,06743 0,1433 × 0,07
= + − (0,33 − 0,07)
3 3
(0,0674 − 0,05)3
×( ) = 1,01 10−4 m4
3
I ft28 1,01 10−4 × 2,1
Amin = = = 0,218 cm2 < Ast
0,81hv ′ fe 0,81 × 0,21 × 0,143 × 400
Donc, la condition de fragilité est vérifiée.
Soit 1HA10 avec 𝑨𝒓é𝒆𝒍
𝒔𝒕 = (0,79 cm2)

49
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

• Vérification à L’ELS :

0,33
f(h0 ) = × 0,052 − 15 × 0,79 × 10−4 × (0,189 − 0,05) = 2,47 × 10−4 > 0
2

La section se comporte comme une section rectangulaire.


𝑦1 est la solution de l’équation suivante :

b 2
y + (15 Asc + 15 Ast)y1 − (15Ast d + 15 Asc d′ ) = 0
2 1
0,33
 y1 2 + (15 × 0,79 × 10−4 )y1 − (15 × 0,79 × 10−4 × 0,189) = 0
2

y1 = 0,033 𝑚
b y1 3 0,33×0.0333
ISRH = + 15 Asc (y1 − d′ )2 + 15 Ast (d − y1 )2 = + 15 × 0,79 ×
3 3

10−4 (0,189 − 0,033)2 =2,89×10−5 m4


Avec Mser =2,3 (KN. m) et y1= 0,033 et ISRH = 2,89×10−5 m4
M ser
σbc = y1 = 2,62 MPa < σ
̅bc = 0,6 fc28 = 15 MPa ⟹ (Vérifiée)
ISRH

• Calcul des armatures sur Appui 1 :

Mu=2,54 KN.m ; b0=0,07 m ; h=0,21m ; d=0,189 m ; fbu= 14,17 MPA

Mu 2,54 ,10−3
𝜇 = b0×d2 ×fbu = 0,07×0,1892 ×14,17 = 0,071< 0,39

α = 1,25 (1 − √1 − 2𝜇) = 1,25 (1 − √1 − 2 × 0,071)= 0, 192

Zb= d (1-0,4α) = 0,189×(1-0,4× 0,192) = 0,174


Mu
𝐴𝑠 𝑡ℎ = = 0,42 𝑐𝑚²
Zb × fsu

• Vérification à L’ELS :

0,33
f(h0 ) = × 0,052 − 15 × 0,79 × 10−4 × (0,189 − 0,05) = 2,47 × 10−4 > 0
2

La section se comporte comme une section rectangulaire.


𝑦1 est la solution de l’équation suivante :

b 2
y + (15 Asc + 15 Ast)y1 − (15Ast d + 15 Asc d′ ) = 0
2 1
0,33
 y1 2 + (15 × 0,79 × 10−4 )y1 − (15 × 0,79 × 10−4 × 0,189) = 0
2

y1 = 0,033 𝑚

50
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

b y1 3 0,33×0.0333
ISRH = + 15 Asc (y1 − d′ )2 + 15 Ast (d − y1 )2 = + 15 × 0,79 ×
3 3

10−4 (0,189 − 0,033)2 =2,89×10−5 m4


Avec Mser =1,85 (KN, m) et y1= 0,033 et ISRH = 2,89×10−5 m4
M ser
σbc = y1 = 2,11 MPa < σ
̅bc = 0,6 fc28 = 15 MPa ⟹ (Vérifiée)
ISRH

 Choix des armatures Appui : 1HA10 A=0,79 cm2


• Arrêt forfaitaire des barres :

On a q < g et les charges sont uniformément réparties donc les barres peuvent être arrêtées
forfaitairement tel que :
L′ = max( 0,25 L ; 40 × ∅) du côté de la travée de rive
Armatures sur appui (1)= max(L1 , L2 ) = 3,23 m
L′ = max( 0,25 L ; 40 × ∅) = max( 0,25 × 3,23=0,8 ; 40 × 10=0,4) =0,8 m
Armatures Transversales
Les fissurations el les déformations dues à l’effort tranchant étant plus remarquables aux ELU
qu’aux ELS ce qui impose des justifications uniquement aux ELU,
Travée1 :

-Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :


Soit Vu = 4,9 KN
V𝑢 4,9 × 10−3
τ𝑢 = = = 0,370 MPa
b0 × d 0,07 × 0,189
Fissuration peu préjudiciable, les armatures d’âmes doivent être telle que :
f𝑐28
𝜏̅ = min (0,2 × ( ) ; 5MPa ) = 3,3 MPa > τ𝑢 = 0,623 ⟹ Vérifiée
γ𝑏
-Diamètre des aciers transversaux :
*Diamètre minimale
ℎ 𝑏 210 70
𝜙𝑡 ≤ min(𝜙𝑙 ;35 ; 100 ) =min (14 ; 35 ;10 ) =6mm

Soit 𝜙𝑡 = 6𝑚𝑚: 1 étrier 𝐴𝑡 =4×0,28=0,56 𝑐𝑚²


*espacement maximal
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ min(0,9 × d; 40cm)=min (17,01 ; 40cm)
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = 17𝑐𝑚

51
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

* Espacement initial St0 :


5×0,21 5×0,21
Vu0= Vu × (1 − ) = 4,9 × (1 − 3×3,01)= 4,33KN
3×l
Vu0 4,33 × 10−3
τu0 = = = 0,327 MPa
b0 × d 0,07 × 0,189
On est dans le cas d’une flexion simple sans reprise de bétonnage et pas de fissuration très
préjudiciable ⟹ K = 1

At b0 γs (τu0 − 0,3Kft28 )
( ) ≥
St thèorique 0,9fet

On est dans le cas d’une flexion simple sans reprise de bétonnage et pas de fissuration très
préjudiciable ⟹ K = 1

∗ 𝑓𝑡28 = 2,1𝑀𝑃𝑎
∗ 𝛾𝑠 = 1,15
𝑓𝑒𝑡 = 235𝑀𝑃𝑎

At 0,07 × 1,15 (0,327 − 0,3 × 1 × 2,1)


( ) ≥ = −0,012 cm2 /m
St thèorique 0,9 × 235
τu0 0,327
At sup (0,4, ) b0 sup (0,4, ) 0,07
2 2
( ) ≥ = = 1,19 cm2 /m
St min fet 235
At At
( ) ≥( )
St min St thèorique

At 0,56
St0 ≤ At
= = 0,47 m ⟹ St0 = 47 cm
(S ) 1,19
t Choisie

Or l’espacement maximal est égal à 17cm

L'espacement tout au long de la nervure est constant avec St = 17 cm . Le premier cadre


St
(étrier) est disposé à = 8,5 du nu de l'appui puis n x 25.
2

52
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 37.Schéma de ferraillage de la première travée par Arche

Figure 38. Schéma de ferraillage de la première travée par Arche

53
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 39.Coupe Transversale de la nervure

Figure 40.Ferraillage réalisé sur Autocad

54
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

5.3 Poutre continue


Les poutres sont parmi les éléments principaux de la structure. Leur rôle consiste
essentiellement à supporter les charges des planchers et les transmettre aux poteaux. Elles sont
sollicitées généralement en flexion simple. Dans cette partie, nous proposons de présenter en
détail le principe de dimensionnement d’une poutre, en partant de la descente des charges
jusqu'à la détermination du ferraillage et les vérifications nécessaires.

On traite, à titre indicatif, par un calcul détaillé une poutre continue à deux travées. Il s’agit de
la poutre E13 du plancher haut 2éme étage. Elle est soumise à des charges uniformément
réparties provenant de plancher et des deux charges concentrées issues des poteaux naissants.

Figure 41.Emplacement de la poutre étudiée

Figure 42.Schéma mécanique de la poutre

Évaluation des charges et pré-dimensionnement de la poutre


5.3.1.1 Evaluation des charges sans poids propre
La poutre subit un chargement uniformément réparti due à un plancher à corps creux (16+5) et
un mur d’épaisseur 25 cm et des chargements concentrés dues à des poteaux naissants.

55
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Chargement uniforme :
Tableau 26.Evaluation des charges réparties

Désignation Charges permanentes G Charges d’exploitation Q

L(m) g (KN/m²) Total(KN/m) L(m) q(KN/m²) Total(KN/m)

Plancher 3,12 6,13 19,12 3,12 1,5 4,68

Mur 25 3,1 2,5 7,75

Total 26,87 Total 4,68

Pu =1,35 G + 1,5 Q 43,29

Ps=G+Q 31,55

 Charges concentrées :
Chaque travée endure une charge concentrée issue du poteau naissant sur laquelle il repose,
pour tenir compte de son effet on fait appel au logiciel ARCHE pour prendre les valeurs des
charges permanentes et exploitations des deux poteaux naissants :

Travée 1 : D’après la descente de charge on a la charge appliquée sur le poteau naissant est
comme suit. Donc : F1g = 15,9T = 159 KN ; F1q=3,7 T =37 KN

F1S= F1g+ F1q = 196 KN

F1U=1,35F1g+ 1,5F1q=270,15 KN

Travée 2 : D’après la descente de charge on a la charge appliquée sur le poteau


naissant est comme suit : F2g = 11,7T = 117 KN ; F2q=1,8T =18 KN

Donc : F2S=F2g+F2q = 135 KN

F2U=1,35F2g+1,5F2q=184,95 KN

5.3.1.2 Pré-dimensionnement de la section de la poutre


D’après le règlement BAEL, le pré-dimensionnement de la poutre se base sur les deux critères
suivants : (on fixe la largeur de toutes les travées à 30 cm)

𝑙
• Condition de la flèche : ℎ ≥ 16

56
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Mt
• Condition des armatures comprimées : h 3√ 3
0,4×0,9 ×μlim×𝑓𝑏𝑢

Avec :

μlim= 0,39 pour fe E 400 et fc28≤ 30 MPa


fc28= 25 MPa

0,85×25
fbu= = 14,17 MPa
1,5

hc : La hauteur de calcul de la poutre

M0u : Le moment isostatique ultime de la travée

Avec :

𝑃𝑢 ×𝑥0 𝐹𝑢×(𝐿−𝑎)
Mu0 × ( 𝐿 − 𝑥0) + × 𝑥0 si x≤a
2 𝐿
𝑃𝑢 ×𝑥0 𝐹𝑢×(𝐿−𝑎)
× ( 𝐿 − 𝑥0) + × 𝑥0 − 𝐹𝑢(𝑥0 − 𝑎) si x≥a
2 𝐿

Pu et Fu sont respectivement : la charge répartie ultime dans la travée et la charge concentrée


ultime dans la travée.

Tableau 27.Les hauteurs initiales choisies des travées

Travée1 Travée2
L(m) 3,98 3,83
Pu(KN/m) 43,29 43,29
Fu (KN) 270,15 184,95
x0 2,925 2,13
a(m) 2,925 2,13
M0u(KN.m) 276,25 253,227
h>L/16 0,24 0,23
h 3√
0,65M0 0,48 0,46
3
0,4×0,9 ×μlim×𝑓𝑏𝑢

hcchoisie (m) 0,50 0,50

5.3.1.3 Correction des charges


Pour la correction des charges on ajoute le poids propre de la poutre dans chaque travée
comme suit :

57
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 28.Tableau récapitulatif des charges sur la poutre

Travée1 Travée2
L(m) 3,98 3,83
Poids propre 3,75 3,75
Gi (KN/m) 26,87 26,87
G (KN/m) 30,62 30,62
Q (KN/m) 4,68 4,68
Pu (KN/m) 48,357 48,357
Ps (KN/m) 35,3 35,3
Fu (KN) 270,15 184,95
Fs(KN/m) 196 135
a(m) 2,925 2,13

Figure 43.Répartition des charges sur la poutre

5.3.1.4 Redimensionnement de la section de la poutre


Considérant le changement de la charge permanente dans les travées on reprend le calcul de la
hauteur utile du chaque travée. En fait, on a effectué avec la hauteur fixé précédemment, mais
une vérification avec Arche poutre a abouti à une insuffisance de la section du béton d’où le
redimensionnement.

58
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 29.Les hauteurs finales choisies des travées

Travée 1 Travée 2
L(m) 3,98 3,83
Pu (KN/m) 48,357 48,357
Fu (KN) 270,15 184,95
a(m) 2,925 2,13
x0(m) 2,925 2,13
M0u(KN.m) 284,07 262,40
hc>L/16 0,24 0,23

h 3√
0,65M0 0,49 0,47
3
0,4×0,9 ×μlim×𝑓𝑏𝑢

hcchoisie (m) 0,55 0,50

Calcul des sollicitations


Pour le calcul des sollicitations, le BAEL 91 a donné trois méthodes de calcul (méthode
forfaitaire, méthode Caquot et méthode Caquot minorée) selon les quatre conditions suivantes :

a) Charges d’exploitation ≤ 2× Charges permanentes et q ≤ 5KN/m², Vérifiée


b) Les moments d’inerties sont identiques pour les différentes travées, Non vérifiée
𝐿𝑖+1
c) Les travées vérifient la condition : 0,8≤ ≤1,25 Vérifiée
𝐿𝑖

d) La fissuration est peu préjudiciable,Vérifiée

En plus de la condition (b) qui est non vérifiée, on a des forces concentrées donc pour plus de
précision on optera pour Caquot minorée,

Les Hypothèses de Caquot Minorée sont :

- Le calcul des moments d’appui dus aux charges permanentes se fait avec

2
𝑔 ’ = 3 𝑔 (uniquement pour le calcul des moments sur appui).

-On adopte des longueurs fictives l0 telles que :

l’=l pour les deux travées de rive et l’=0,8l pour la travée intermédiaire.

Tableau 30.Récapitulatif des caractéristiques de chaque travée

59
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Travée 1 2
Longueur fictive 3,98 3,83
Charge Permanentes G 30,995 30,62
Charge d’exploitation Q 4,68 4,68
F1g=159 F2g=117
Force Concentrée en KN F1q=37 F2q=18

5.3.2.1 Calcul des moments fléchissant et Moments sur appuis


 Calcul des Moments sur appuis :
 Moments dus à la charge répartie :

Les travées sont d’inerties variables, donc le moment sur appui due aux
′ 𝐾𝑒 𝐾𝑒
charges reparties est de la forme : 𝑀𝑖 = − [𝑀𝑤 × + 𝑀𝑒′ × (1 − )]
𝐷 𝐷

 Moments dus à la charge concentrée :

Figure 44.Effet de la charge concentrée


′ 𝑘𝑒 𝑘𝑒
𝑀𝑎𝑖 = − [𝑀𝑤 × + 𝑀𝑒′ × (1 − )]Avec :
𝐷 𝐷

𝑃𝑒 ×𝑙𝑒′2 ′2
𝑃𝑤 ×𝑙𝑤
𝑀𝑒′ = ′
et 𝑀𝑤 =
8,5 8,5
𝐼𝑒 𝐼𝑤
𝐾𝑒 = ;𝐾𝑤 =
𝑙𝑒′ ′
𝑙𝑤

1 𝑎𝑤 𝑎𝑤 𝑎𝑤
𝑘𝑤 = × ′ × (1 − ′ ) × (2 − ′ )
2,125 𝑙𝑤 𝑙𝑤 𝑙𝑤
1 𝑎𝑒 𝑎𝑒 𝑎𝑒
𝑘𝑒 = 2,125 × × (1 − ) × (2 − )
𝑙𝑒′ 𝑙𝑒′ 𝑙𝑒′

 Calcul des Moments en travée :

60
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

L’évolution du moment M(x) en travée pour un cas de charge est donnée par :
𝑥 𝑥
M(x)= μ(x) + Mw (1- 𝑙 ) + Me𝑙
𝑖 𝑖

𝑃𝑥 𝐹(𝑙𝑖 −𝑎)
μ(x) = (𝑙𝑖 − 𝑥) + 𝑥 pour 𝑥 ≤ 𝑎
2 𝑙𝑖

𝑃𝑥 𝑥
μ(x) = (𝑙𝑖 − 𝑥) + 𝐹𝑎(1 − ) pour 𝑥 ≥ 𝑎
2 𝑙𝑖

P: charge répartie appliqué sur la travée


Avec
F : Charge concentré appliqué à la distance a
Le Calcul sera détaillé à l’ELU

Combinaison de charge n°1 : CC

Figure 45.Combinaison de charges CC

 Appui1 –Appui 3 :
𝑀𝑢1 Charge répartie= 𝑀𝑢1 charge concentrée = 𝑀𝑢3 =0 KN,
 Appui2 :
- Effet de la charge répartie :
2 2
Pw = 1,35× (3 G1) +1,5× Q1 = 1,35×3 × 30,995 +1,5× 4,68 = 34,915 KN/m

2
Pe = 1,35× G2 +1,5× Q2 = 1,35× 3 × 30,62 +1,5× 4,68 = 34,578 KN/m

34,915×3,98²
M’w= = 65,06 KN.m
8,5

34,578×3,83²
M’e= = 59,673 KN.m
8,5

0,3×0,553
Iw= = 41,59 × 10−4 m4
12

61
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

0,3×0,53
Ie= =31,25 × 10−4 m4
12

0,004159
Kw= = 0,001044 D=0,009194
3,98
0,003125
Ke= = 0,000815
3,83
0,000815 0,000815
𝑀2 = − [65,06 × 0,009194 + 59,673 × (1 − 0,009194)] = -60,14K.,m

𝑴𝟐𝒓 =-60,14KN.m
- Effet de la charge concentrée :
2
Pw = 1,35× Gw +1,5× Qw = 1,35× 3159+1,5× 37= 198,6 KN
2
Pe = 1,35× Ge +1,5× Qe = 1,35 × 3117+1,5× 18 = 132,3 KN
1 1,055 1,055 1,055
𝑘𝑤 = 2,125 × × (1 − ) × (2 − ) = 0,159
3,98 3,98 3,98
1 1,7 1,7 1,7
𝑘𝑒 = 2,125 × 3,83 × (1 − 3,83) × (2 − 3,83) = 0,180

D =𝑘𝑤 + 𝑘𝑒 = 0,159 + 0,180 = 0,339


On a :
′ ′ ′
𝑀𝑤 = ∑ 𝑘𝑤 × 𝑃𝑤 × 𝑙𝑤 𝑀𝑤 = 0,159× 198,6× 3,98=125,68 KN.m
𝑀𝑒′ = ∑ 𝑘𝑒 × 𝑃𝑒 × 𝑙𝑒′ 𝑀𝑒′ = 0,180×132,3×3,83= 91,20 KN.m
Or 𝑎𝑤 =1,055m ;𝑎𝑒 =1,7m ; l’w=lw=3,98 ; l’e=le=3,83m donc :
0,180 0,180
𝑀𝑎2 = − [125,68 × 0,339 + 91,20 × (1 − 0,339)] =−109,50 KN.m

𝑴𝒂𝟐𝒄 =-109,50 KN.m


 Le moment total sur appui est : 𝐌𝐚𝐮 =- 169,6 KN.m

 Travée1 :
Travée 1 supporte une charge répartie P1 et une charge concentrée F1
P=1,35Gm+1,5Qm= 48,86KN/m

F=1,35Fg+1,5FQ=270,15 KN

62
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

48,86×𝑥 270,15 ×(3,98−2,93)


μ(x) = (3,98 − 𝑥) + 𝑥 pour 0 ≤𝑥 ≤ 2,93
2 3,98

48,86×𝑥 𝑥
μ(x) = (3,98 − 𝑥) + 270,15 × 2,93(1 − ) pour 3,98≤𝑥 ≤ 𝑙1
2 3,98

Donc :

M(x) = -24,43x² +115,9x pour 0 ≤𝑥 ≤ 2,93

M(x) = -24,43x² - 154,240 x +790,188 pour 2,93 ≤ 𝑥 ≤ 3,98 et

𝑑𝑀(𝑥)
L’abscisse du moment max est obtenu par = 0d’où :
𝑑𝑥

𝑙𝑖 𝑀𝑒−𝑀𝑤 𝐹(𝑙𝑖−𝑎)
𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,93]
2 𝑃×𝑙𝑖 𝑃×𝑙𝑖

𝑙𝑖 𝑀𝑒−𝑀𝑤 𝐹(𝑙𝑖−𝑎) 𝐹
𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,93 ; 3,98]
2 𝑃×𝑙𝑖 𝑃×𝑙𝑖 𝑃

Donc :

3,98 −169,6 270,15×(3,98−2,93)


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,93]
2 48,86×3,98 48,86×3,98

3,98 −169,6 270,15×(3,98−2,93) 270,15


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,93 ; 3,98]
2 48,86×3,98 48,86×3,98 48,86

Donc
𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 =2,58 ϵ [0 ; 2,93]

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = -2,94 ϵ [2,93 ; 3,98]

Alors l’abscisse du moment maximal est 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = 2,58 m.

M(𝒙𝑴𝒕𝒎𝒂𝒙 ) = -24,43×2,58² +115,9×2,58= 136,40 KN.m

 Travée2 :
Travée 2 supporte une charge répartie P2 et une charge concentrée F2.
P=1,35Gm+1,5Qm= 1,35×30,62 +1,5× 4,68=48,36 KN/m.

F=1,35Fg+1,5FQ= = 1,35×117+1,5× 18=184,95 KN.

μ(x)= -24,17𝑥² +174,7 𝑥 pour 0≤𝑥 ≤ 2,13

μ(x) =-24,17𝑥 2 − 10,25 𝑥 +393,94 pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 𝑙2

63
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑥 𝑥
Donc : M(x)= μ(x) + Mw (1- 𝑙 ) + Me𝑙
𝑖 𝑖

M(x) = -24,17x² +218,98x -169,6 pour 0 ≤𝑥 ≤ 2,13

M(x) = -24,17x² +34,03x +224,34 pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 3,83

3,83 169,6 184,95 ×(3,83−2,13)


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,13]
2 48,36×3,83 48,36×3,83

3,83 169,6 184,95×(3,83−2,13) 184,95


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ[2,13 ;3,83]
2 48,36×3,83 48,36×3,83 48,357

Donc :

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 =4,52 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,13]

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = 0,69 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,13 ; 3,83]

On trouve que les valeurs de x ne vérifient pas les deux conditions ; alors la valeur de x0 sera
l'abscisse du point d'application de la charge concentrée.

M(𝒙𝑴𝒕𝒎𝒂𝒙 ) = -24,17×2,13² +229,71×2,13 -210,702 = 168,923 KN.m

Combinaison de charge n°2 : CD

Figure 46.Combinaison de charges CD

 Appui1 –Appui 3 :
𝑀𝑢1 Charge répartie= 𝑀𝑢1 charge concentrée = 𝑀𝑢3 =0 KN,
 Appui2 :
- Effet de la charge répartie :
2 2
Pw = 1,35× (3 G1) +1,5× Q1 = 1,35×3 × 30,995 +1,5× 4,68 = 34,91KN/m

2
Pe = 1,35× G2 = 1,35× 3 × 30,620 = 27,558 KN/m

64
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

34,91×3,98²
M’w= = 65,05 KN.m
8,5

27,558×3,83²
M’e= = 47,558 KN.m
8,5

0,000815 0,000815
𝐌𝟐 = − [65,05 × 0,009194 + 47,558 × (1 − 0,009194)]= -49,102KN.m

- Effet de la charge concentrée :


2 2
Pw = 1,353GW+1,5Qw= 1,353 ×159+1,5×37= 198,6 KN
2
Pe = 1,353Ge =105,3KN

D =𝑘𝑤 + 𝑘𝑒 = 0,159 + 0,180 = 0,339


′ ′ ′
𝑀𝑤 = ∑ 𝑘𝑤 × 𝑃𝑤 × 𝑙𝑤  𝑀𝑤 = 0,159× 198,6× 3,98=125,68KN.m
𝑀𝑒′ = ∑ 𝑘𝑒 × 𝑃𝑒 × 𝑙𝑒′ 𝑀𝑒′ = 0,180×105,3 ×3,83= 72,59KN.m
𝑎𝑤 =1,055m ; 𝑎𝑒 =1,7m ; l’w=lw=3,98 ; l’e=le=3,83m donc :
0,180 0,180
𝑴𝒂𝟐𝒄 = − [125,68 × 0,339 + 72,59 × (1 − 0,339)] =−100,77 KN.m

 Le moment total sur appui est :𝐌𝐚𝐮=-149,88KN.m

 Travée1 :
Travée 1 supporte une charge répartie P et une charge concentrée F
P=1,35Gm+1,5Qm=48,809 KN/m

F=1,35Fg+1,5FQ= 270,15 KN

48,86×𝑥 270,15×(3,98−2,925)
μ(x) = (3,98 − 𝑥) + 𝑥 pour 𝑥 ≤ 2,93
2 3,98

48,86×𝑥 𝑥
μ(x) = (3,98 − 𝑥) + 270,15 × 2,925(1 − ) pour 𝑥 ≥ 2,93
2 3,98

μ(x)=-24,404𝑥²+168,730 𝑥 pour 𝑥 ≤ 2,93

μ(x) =-24,404𝑥² −101,41 𝑥+790,188 pour 𝑥 ≥ 2,93

Donc :

M(x) = -24,404x² +120,767x pour 𝑥 ≤ 2,93

M(x) = -24,404x² - 195,762x +790,188 pour𝑥 ≥ 2,93

𝑑𝑀(𝑥)
L’abscisse du moment max est obtenu par = 0 d’où :
𝑑𝑥

65
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑙𝑖 𝑀𝑒−𝑀𝑤 𝐹(𝑙𝑖−𝑎)
𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,925]
2 𝑃×𝑙𝑖 𝑃×𝑙𝑖

𝑙𝑖 𝑀𝑒−𝑀𝑤 𝐹(𝑙𝑖−𝑎) 𝐹
𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,925 ; 3,98]
2 𝑃×𝑙𝑖 𝑃×𝑙𝑖 𝑃

Donc :

3,98 −190,892 270,15×(3,98−2,925)


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,925]
2 48,86×3,98 48,86×3,98

3,98 −190,892 270,15×(3,98−2,925) 270,15


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,925 ; 3,98]
2 48,86×3,98 48,86×3,98 48,86

Donc :

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 =2,47 ϵ [0 ; 2,925]

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = -3,064 ϵ [2,925 ; 3,98]

Alors l’abscisse du moment maximal est 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = 2,47 m.

M(𝒙𝑴𝒕𝒎𝒂𝒙 ) = -24,404×2,47² + 120,767×2,47 = 149,414KN.m

Combinaison de charge n°3 : DC

Figure 47.Combinaison de charge DC

 Appui1 –Appui 3 :
𝑀𝑢1 Charge répartie= 𝑀𝑢1 charge concentrée = 𝑀𝑢3 =0 KN.
 Appui2 :
Calcul à l’ELU :
- Effet de la charge répartie :
2 2
Pw = 1,35× (3 G1) = 1,35×3 × 30,995 = 27,89KN/m

2
Pe = 1,35× G2+1,5×4,68= 1,35× 3 × 30,62 +1,5×4,68= 34,578 KN/m

66
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

27,89×3,98²
M’w= = 51,97 KN.m
8,5

34,578×3,83²
M’e= = 59,67 KN.m
8,5

0,000815 0,000815
𝐌𝟐 = − [51,97 × 0,009194 + 59,67 × (1 − 0,009194)]= -58,98KN.m

- Effet de la charge concentrée :


2
Pw = 1,35×(3GW)= 143,1 KN
2
Pe = 1,35× (3Ge)+1,5×Qe=132,3KN

D =𝑘𝑤 + 𝑘𝑒 = 0,159 + 0,180 = 0,339


′ ′ ′
𝑀𝑤 = ∑ 𝑘𝑤 × 𝑃𝑤 × 𝑙𝑤  𝑀𝑤 = 0,159× 143,1× 3,98=90,56KN.m
𝑀𝑒′ = ∑ 𝑘𝑒 × 𝑃𝑒 × 𝑙𝑒′ 𝑀𝑒′ = 0,180×132,3×3,83= 91,21 KN.m
𝑎𝑤 =1,055m ; 𝑎𝑒 =1,7m ; l’w=lw=3,98 ; l’e=le=3,83m donc :
0,180 0,180
𝑴𝒂𝟐𝒄 = − [90,56 × 0,339 + 91,21 × (1 − 0,339)] =−90,85 KN.m

 Le moment total sur appui est :𝐌𝐚𝐮 =-149,83 KN.m

 Travée2 :
Travée 2 supporte une charge répartie P et une charge concentrée F
P=1,35Gm+1,5Qm= 1,35×30,62+1,5× 4,68=48,35KN/m

F=1,35Fg+1,5FQ= = 1,35×117+1,5× 18 =184,95 KN

μ(x)= -24,17 𝑥² +174,682 𝑥 pour 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,13

μ(x) = -24,17 𝑥 2 − 10,26 𝑥 +393,94 pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 𝑙2

Donc :

M(x) = -24,17 x² +213,80x -149,83 pour 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,13

M(x) = -24,17 x² +28,86 x + 244,11 pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 𝑙2

d’où :

3,83 149,83 184,95×(3,83−2,13)


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [0 ; 2,13]
2 48,35×3,83 48,35×3,83

3,83 149,83 184,95×(3,98−2,925) 184,95


𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = + + - pour 𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 ϵ [2,13 ; 3,83]
2 48,35×3,83 48,35×3,83 48,35

67
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Donc :

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 =4,42 ϵ [0 ; 2,13]

𝑥𝑀𝑡𝑚𝑎𝑥 = 0,59 ϵ [2,13 ; 3,83]

On trouve que les valeurs de x ne vérifient pas les deux conditions, alors la valeur de x0 sera
l'abscisse du point d'application de la charge concentrée.

M(𝒙𝑴𝒕𝒎𝒂𝒙 ) = -24,17×2,13² +28,86×2,13 +244,11 = 195,92 KN.m

Récapitulation de calcul des moments fléchissant à l’ELU


Tableau 31.Moments Fléchissant sur appuis et en travées

Moments sur appui (KN.m)


Combinaisons CC CD DC
Ma2 -169,6 -149,88 -149,83
Moments en Travée (KN.m)
Combinaisons Travée 1 Travée 2
CC CD CC DC
Position de x0 2,58 2,68 2,13 2,13
Mt 136,4 175,99 168,92 195,92

La même Procédure de calcul se répète à l’ELS, en utilisant la combinaison des charges


adéquate, on récapitulera les résultats finis dans le tableau ci-dessous :
Récapitulation de calcul des moments fléchissant à l’ELS
Tableau 32.Moments Fléchissant Sur appui et en travées

Moments sur appui (KN.m)


Combinaisons CC CD DC
Ma2 -122,73 -109,55 -109,53
Moments en Travée (KN.m)
Combinaisons Travée 1 Travée 2
CC CD CC DC
Position de x0 2,75 2,9 2,13 2,13
Mt 118,46 127,63 123,53 140,63

68
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 48.Courbe Enveloppe des moments fléchissants à l’ELU donnée par Arche

Figure 49.Courbe Enveloppe des moments fléchissants

5.3.2.2 Calcul de l’effort tranchant


 Effort Tranchant sur appui :

L’effort tranchant maximal sur l’appui i est obtenue en fonction des moments sur les deux
appuis qui lui sont adjacents. L’effort tranchant maximal sur l’appui i à l’ELU est obtenue
lorsque les deux travées qui lui sont adjacents sont chargées les autres déchargées :

Mi −Mi−1
Vwi= -Vw0(x) +
lwi

Mi −Mi−1
Vei= Ve0(x) +
lei

Avec :

69
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Vw0 : l’effort tranchant isostatique à droite de la travée à gauche de l’appui i considéré.

Ve0 : l’effort tranchant isostatique à gauche de la travée à droite de l’appui i considéré.

Mi, Mi+1 : Moments sur appuis avec leurs signes.

 Effort Tranchant dans une travée isostatique :

Pour une travée supportant une charge répartie P et une charge concentrée F :

𝑙𝑖 𝐹(𝑙𝑖−𝑎)
V0(x) = P ( 2 − 𝑥) + pour 𝑥 < 𝑎
𝑙𝑖

𝑙𝑖 𝑎
V0 (x) = P( 2 − 𝑥) − 𝐹 𝑙𝑖 ) pour 𝑥 > 𝑎

L’effort tranchant maximal sur l’appui i est obtenue lorsque les deux travées adjacentes sont
chargées et les autres déchargées.

Le détail de calcul sera effectué à l’ELU :

Effort tranchant sur appui 1 :

L’effort tranchant sur le premier appui est donné par le cas de charge CD, M1=0 KN.m ; M2=
-149,88 KN.m ; P= 48,809 KN/m ; F=270,19 KN ; a=2,925 et l=3,98m

𝑃𝑙 𝐹(𝑙1 −𝑎) 𝑀2 −𝑀1 48,81×3,98 270,19(3,98−2,93) −149,88−0


V1= ( 21)+ + =( )+ + = 130,75KN
𝑙1 𝑙1 2 3,98 3,98

-Effort tranchant sur appui 2 :

L’effort tranchant sur le deuxième appui est donné par le cas de charge CC.

Gauche :

M1=0 KN.m ; M2= -169,6KN.m ; P=48,86 KN/m ;F = 270,15 KN ; a=2,925 et l=3,98 m

𝑃𝑙 𝐹𝑎 𝑀2 −𝑀1 48,86×3,98 270,15×2,925 −169,6−0


V2= −( 21 + 𝑙 ) + =− ( )- + = -338,72 KN
1 𝑙1 2 3,98 3,98

Droite :

M3=0 KN.m ; M2= -169,6 KN.m ;P=48,357 KN/m ;F = 184,95KN ; a=2,13 et l=3,83 m

𝑙 𝐹(𝑙2 −𝑎) 𝑀3 −𝑀2 3,83 184,95×(3,83−2,13) 0+169,6


V2=P( 22) + + = 48,357 × ( )+ ( ) + = 218,97KN
𝑙2 𝑙2 2 3,83 3,83

-Effort tranchant sur appui 3 :

70
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

L’effort tranchant sur le troisième appui est donné par le cas de charge DC,

M3=0 KN.m ; M2 = - 149,83 KN.m ; P=48,35 KN/m ; F=184,95KN ; a=2,13 et l=3,83 m

𝑙 𝐹𝑎 𝑀3 −𝑀2 3,83 184,5×2,13 0+149,83


V3= - 𝑝 ( 22) − 𝑙 + =-48,35 ( )- ( 3,83 ) + 3,83 = -156,2KN
2 𝑙2 2

Efforts tranchants en travée :

Travée 1 :

Calcul de l’effort tranchant à x=2,93m :

Gauche : L’effort tranchant à gauche du point d’application de force est donné par le cas de
charge CD :
M1=0 KN.m ; M2= -149,88KN.m ; P= 48,809 KN/m ; F=270,15 KN a=2,93et l1=3,98 m
𝑃×𝑙 𝐹(𝑙1 −𝑎) 𝑀2 −𝑀1
V2,925 = + − 𝑃 × 𝑥+
2 𝑙1 𝑙1
3,98 270,15×(3,98−2,93) −149,88−0
=48,809 × ( 2
− 2,93)+( 3,98
)+ 3,98
= -12,33KN

Droite : L’effort tranchant à droite du point d’application de force est donné par le cas de charge
CC :
M1=0 KN.m ; M2= -169,6 KN.m ; P=48,809KN/m ; F=270,15 KN a=2,93et l1=3,98 m
3,98 270,15×2,93 −169,6−0
=48,809 × ( 2
− 2,925)-( 3,98
)+ 3,98
= -287,37KN

Travée 2
Calcul de l’effort tranchant à x=2,13m :
Gauche : L’effort tranchant à gauche du point d’application de force est donné par le cas de
charge CC :
M3=0 KN.m ; M2= -169,6 KN.m ; P=48,357 KN/m ; F=184,95KN a=2,13 et l2=3,83 m
3,83 184,95×(3,83−2,13) 169,6
V2,13 =48,357 × ( − 2,13)+ ( ) + 3,83 = 115,98KN
2 3,83

Droite : L’effort tranchant à droite du point d’application de force est donné par le cas de charge
DC :
M3=0 KN.m ; M2= -149,83 KN.m ; P=48,357 KN/m ; F=184,95KN a=2,13 et l2=3,83 m
3,83 184,95×2,13 149,83
V2,13= 48,357 × ( 2
− 2,13)- ( 3,83
) + 3,83 = -74,14KN

71
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 33.Effort tranchant à l’ELU

ELU
V(KN) Appui1 Travée1 Appui2 Travée2 Appui3
D Xg=2,925 Xd=2,925 G D Xg=2,13 Xd=2,13 G
130,75 -12,33 -287,37 -338,72 218,97 115,98 -74,14 -156,2

Figure 50.Effort Tranchant Enveloppe donné par Arche

Figure51.Courbe enveloppe de l’effort tranchant

Calcul de ferraillage
5.3.3.1 Ferraillage longitudinal
Travée 1 :
b =30cm ; h= 55cm ; Mu=175,99 KN.m ; fbu=14,17 MPa FPP : La fissuration étant peu
préjudiciable, on va procéder par un dimensionnement de la section à L’ELU, puis une
vérification à L’ELS, ainsi que la vérification de la condition de non fragilité.

72
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Dimensionnement à l’ELU :
d=0,9×h=0,49 m
Mu 175,99 ×10−3
µbu = = =0,17 <µl =0,39Asc = 0
b×d2 ×fbc 0,30× 0,492 × 14,17

α=1,25(1 − √1 − 2μbu )= 0,23


Zb = d (1−0,4 α) = 0,49 (1−0,4 x 0,23) = 0,45 m
Mu fe 400
As = avec fsu = = 1,15 =347,82 MPa
Zb ×fsu γs

175,99 ×10−3
As= = 11,24 cm²  on choisit 6HA16 (12,06 cm²)
0,45× 347,82
Condition de non fragilité :

0,23×b×d×ft28 0,23×0,3×0,49×2,1
Amin = = = 1,77 cm²< Ast  vérifiée
fe 400

Vérification à l’ELS :
Puisque la fissuration est peu préjudiciable il suffit de vérifier que 𝜎𝑏𝑐≤𝜎
̅̅̅̅,
𝑏𝑐

𝑏
× 𝑦12 + 15 × 𝐴𝑠𝑡 × 𝑦1 − 15 𝐴𝑠𝑡 × 𝑑 = 0
2

0,15 × 𝑦12 + (15 × 12,06 × 10−4 )𝑦1 − (15 × 12,06 × 10−4 × 0,49) = 0
𝑦1 = 0,19 m
b × 𝑦13
Isrh = + 15 × 𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3 3
0,3×019
= + 15 × 12,06 × 10−4 × (0,49 − 0,19)2 = 23,14×10-4 m4
3

Mser ×y1 127,63×10−3 ×0,19


𝜎𝑏𝑐 = Isrh
= 2,31×10−3 𝑏𝑐 15 MPa  (Vérifiée)
̅̅̅̅=
= 10,50≤𝜎

Travée 2 :
b =30 cm ; h= 50 cm ; Mu=195,92 KN.m
Dimensionnement à l’ELU :
d=0,9×h=0,45 m
Mu 195,92×10−3
µbu = = =0,23< µl =0,39Asc = 0
b×d2 ×fbc 0,30× 0,452 × 14,17

α=1,25(1 − √1 − 2μbu )= 0,33


Zb = d (1−0,4 α) = 0,45 (1−0,4 x 0,33) = 0,39m
Mu fe 400
As = avecfsu= = 1,15 =347,82 MPa
Zb ×fsu γs

73
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

195,92×10−3
As= = 14,43 cm²  on choisit 6HA14+3HA16 (15,27cm²)
0,39× 348

Condition de non fragilité :

0,23×b×d×ft28 0,23×0,3×0,45×2,1
Amin = = = 1,63cm²< Ast  vérifiée
fe 400

Vérification à l’ELS :
Puisque la fissuration est peu préjudiciable il suffit de vérifier que 𝜎𝑏𝑐≤𝜎
̅̅̅̅,
𝑏𝑐

𝑏
× 𝑦12 + 15 × 𝐴𝑠𝑡 × 𝑦1 − 15 𝐴𝑠𝑡 × 𝑑 = 0
2

0,150 × 𝑦12 + (15 × 15,27 × 10−4 )𝑦1 − (15 × 15,27 × 10−4 × 0,45) = 0
𝑦1 = 0,2m
b × 𝑦13
Isrh = + 15 × 𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3 3
0,3×0,2
= 3 + 15 × 15,27 × 10−4 × (0,45 − 0,2)2 = 22,32×10-4 m4
Mser ×y1 139,94×10−3 ×0,2
𝜎𝑏𝑐 = Isrh
= 22,32×10−4 𝑏𝑐 15 MPa  (Vérifiée)
̅̅̅̅=
= 12,54≤𝜎

Sur appui :
Dimensionnement à l’ELU :
d=0,9×h=0,49 m
Mu 169,6×10−3
µbu = = =0,16 <µl =0,39Asc = 0
b×d2 ×fbc 0,3× 0,492 × 14,17

α=1,25(1 − √1 − 2μbu )= 0,22


Zb = d (1−0,4 α) = 0,49 (1−0,4 x 0,22) = 0,45 m
169,6 ×10−3
As= = 10,83 cm²  on choisit 6HA16 (12,06 cm²)
0,45× 348
Condition de non fragilité :

0,23×0,3×0,49×2,1
Amin = = 1,77 cm²< Ast  vérifiée
400

Vérification à l’ELS :
Puisque la fissuration est peu préjudiciable il suffit de vérifier que 𝜎𝑏𝑐≤𝜎
̅̅̅̅,
𝑏𝑐

𝑏
× 𝑦12 + 15 × 𝐴𝑠𝑡 × 𝑦1 − 15 𝐴𝑠𝑡 × 𝑑 = 0
2

0,150 × 𝑦12 + (15 × 12,06 × 10−4 )𝑦1 − (15 × 12,06 × 10−4 × 0,49) = 0

74
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑦1 = 0,2m
0,3×0,23
Isrh = + 15 × 12,06 × 10−4 × (0,49 − 0,2)2= 23,21×10-4 m4
3

Mser ×y1 122,73×10−3 ×0,2


𝜎𝑏𝑐 = Isrh
= 23,21×10−4
= 10,57 ≤𝜎 𝑏𝑐 15 MPa  (Vérifiée)
̅̅̅̅=

5.3.3.2 Ferraillage Transversal


Travée 1:
-Vérification du béton dans l’âme : Il faut vérifier que τu < ̅̅̅
τu
|Vumax | 338,72 × 10−3
τu = = = 2,30 MPa
b×d 0,3 × 0,49
Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α=90°,
𝑓𝑐28 25
τu = min {0,2
̅̅̅ ; 5MPa } = min { 0,2 ; 5MPa } = 3,33 MPa
𝛾𝑏 1,5

τu < ̅̅̅
τu Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement,
-Diamètre ∅𝑡 des armatures transversales :
h b
∅t ≤ min ((35) ; (10) ; ∅l ) = min( 1,57cm ; 3cm ; 1,2cm ) =1,2cm

-Détermination de 𝐴𝑡 :
On disposera 2 cadres RL ∅t = 6 mm → At = 1,13cm²
-Espacement maximal des armatures :
Stmax ≤ min( (0,9 × d) ; 40cm ) = 40 cm on prend Stmax= 40 cm
-Pourcentage minimal des armatures transversales :
5ℎ 2,75
Vuo = Vmax ( 1 − ) = 338,72 × ( 1 − 11,94 ) = 260,71 KN
3𝑙

Vuo 260,71×10−3
τu0 = = = 1,77 MPa
𝑏𝑑 0,3×0,49
𝜏
At sup(0,4; 𝑢0 )×𝑏 0,91×0,3
2
( )min = = = 11,29 cm²/m
St 𝑓𝑒𝑡 235

- Espacement théorique entre les cadres :


On est dans le cas d’une flexion simple sans reprise de bétonnage  k = 1
A (τu0 −0,3×k×ʄt28 )𝛾𝑠 ×b (1,77−0,3×1×2,1)1,15×0,3 A
( t )théo = = = 18,59cm²/m >( t )min
St 0,9×ʄet 0,9×235 St
𝐴𝑡 1,13
St0 = A A = 18,59 = 6,07 cm St0 = 6 𝑐𝑚
sup(( t )théo ;( t )min )
St St

75
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 34.Récapitulatif des armatures Transversales

Appuis 1 2 3
G D
Vumax (KN) 130,75 338,72 218,97 156,2
τu (MPa) 0,89 2,30 1,49 1,06
τu < ̅τ̅̅u̅ Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée
Vuo (KN) 100,68 260,81 168,60 120,27
τu0 (KN) 0,68 1,77 1,15 1,06
A 0,81 18,59 8,48 7,01
( t)théo (cm²/m)
St
A 5,1 11,29 7,34 6,76
( S t)min (cm²/m
t

A 5,1 18,59 8,48 7,01


( S t)choisi (cm²/m)
t

St0 (cm) 22 6 15 16
Stmax (cm) 40 40 40 40

Repartitions:
-Effort tranchant réduit:

Pu = 48,86 KN/m; F = 270,15 KN; h =0,55m; a = 2,93m; l=3,98 m


3ℎ 3×0,55
= = 0,82 < a=2,93m : pas de réduction de charge concentrée  la réduction ne
2 2
concerne alors que les charges uniformément reparties donc Fred=Fu.
-Equations de l’effort tranchant réduit :

L’effort tranchant réduit est donné par les formules suivantes :


5ℎ
0≤x≤ = 0,46 Vu1red = Vuo =100,68 KN
6
5ℎ 5ℎ
=0,46 ≤ x ≤ a = 2,93 Vured = Vuo - Pu (𝑥 − )=-48,86x+123,16
6 6
5ℎ 5ℎ
2,93 ≤ x ≤ l - 6 = 3,52  Vured = Vuo - Pu (𝑥 − )- Fred =-48,86x-147
6
5ℎ
l - 6 ≤ x ≤ 3,98 Vu2red= Vuo= - 260,81 KN

76
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 35, Répartition des armatures transversales sur la travée 1


A A
X(m) vured τu red
( t )min ( t )théo St théo Stmax Stchoisit Répartitions
St St
0 100,68 0,7 5,106 0,895 22,129 40 12 1x12
0,2 100,68 0,7 5,106 0,895 22,129 40 22
0,4 100,68 0,7 5,106 0,895 22,129 40 22
0,6 93,844 0,6 5,106 0,137 22,129 40 22
0,8 84,072 0,6 5,106 -0,947 22,129 40 22
1 74,3 0,5 5,106 -2,032 22,129 40 22
1,2 64,528 0,4 5,106 -3,116 22,129 40 22
1,4 54,756 0,4 5,106 -4,201 22,129 40 22
1,6 44,984 0,3 5,106 -5,285 22,129 40 22
1,8 35,212 0,2 5,106 -6,369 22,129 40 22
2 25,44 0,2 5,106 -7,454 22,129 40 22
2,2 15,668 0,1 5,106 -8,538 22,129 40 22
2,4 5,896 0,0 5,106 -9,622 22,129 40 22
2,6 -3,876 0,0 5,106 -9,846 22,129 40 22
2,8 -13,648 0,1 5,106 -8,762 22,129 40 22 nx22
2,9 -18,534 0,1 12,748 -8,220 8,864 40 11 11x7
3 -293,58 2,0 12,748 22,301 5,067 40 9
3,2 -303,352 2,1 13,172 23,385 4,832 40 9
3,4 -313,124 2,1 13,596 24,470 4,618 40 9 3×9
3,6 -260,81 1,8 11,325 18,665 6,054 40 6
3,8 -260,81 1,8 11,325 18,665 6,054 40 6 3x6
3,98 -260,81 1,8 11,325 18,665 6,054 40 6

Le calcul pour la deuxième travée est effectué de la même manière que celui de la première
travée :

La répartition des armatures retenue pour la deuxième travée : {6 + (2 × 11) + 12 + 13 +


16 + 17 + 19 + 21 + 6 × 22 + 2 × 21 + 18 + 17 + 2 × 19 + 10}

5.3.3.3 Armatures de peau


D’après le BAEL, la hauteur de la poutre dépasse 40 cm, Il convient de placer des armatures de
peau de façon à vérifier les deux critères suivants :
 La fissuration est peu préjudiciable  Parement de mètre A=3cm²
 L’espacement entre les armatures ne dépasse pas l’espacement maximal de 40 cm
 Soit 2HA8 (+épingle) à mi-hauteur de la section.

77
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

5.3.3.4 Arrêt des barres


Les moments ne sont pas constants le long des travées et des appuis, pour minimiser la quantité
d’acier il est préférable de faire l’arrêt des barres pour les lits supérieurs sur chaque travée et
chaque appui, Il y a la méthode analytique et la méthode graphique, on procédera dans ce qui
suit par la méthode analytique.

- En travée :
Travée1 :
On a deux lits de 3HA16 chacun, le premier lit sera prolongé jusqu’aux appuis.
Arrêt de barres du lit 2 :
Ast ×ʄsu 6,03×10−4 ×348
α= = = 0,12
0,8×b×d×ʄbu 0,8×0,3×0,512×14,17

ʓ = d × (1 − 0,4α) = 0,512 × (1 − 0,4 × 0,12) = 0,48 m

Mr= ʓ× Ast × fsu= 0,48×6,03×10-4×348×103= 102,72 KN.m

L’équation du moment en travée est :

M(x) = -24,404x² +120,767x pour 𝑥 ≤ 2,93

M(x) = -24,404x² - 195,762x +790,188 pour𝑥 ≥ 2,93

Soit x1 la position à partir de laquelle commence le lit 2 et x2 la position de l’arrêt du lit 2, pour
déterminer ces abscisses il faut résoudre le système : M(x) = Mr

M(x) = -24,404x² +120,767x =102,72

M(x) = -24,404x² - 195,762x +790,188 =102,72

x1= 1,09 m

x2 = 2,64 m

Pour tenir compte de l’effort tranchant au niveau de l’appui ainsi que l’inclinaison de la bielle
de béton, on doit décaler la courbe du moment d’une distance égale à 0,8h

x1’ = x1 - 0,8h = 0,65 m

x2’ = x2 + 0,8h=3,08 m

Le lit 1commence à 0,65 m et s’arrête à 3,08m.

78
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Travée 2 :
 Arrêt de barres du lit 2 :
Moment résistant du lit 1 :

Ast ×ʄsu 6,03×10−4 ×348


α= = = 0,14
0,8×b×d×ʄbu 0,8×0,3×0,45×14,17

ʓ = d × (1 − 0,4α) = 0,45 × (1 − 0,4 × 0,14) = 0,42 m

Mr= ʓ× Ast × fsu= 0,42×6,03×10-4×348×103= 88,13 KN.m

L’équation du moment en travée est :

M(x) = -24,17 x² +213,80x -149,83 pour 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,13

M(x) = -24,17 x² +28,86 x + 244,11 pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 𝑙2

Soit x1 la position à partir de laquelle commence le lit 2 et x2 la position de l’arrêt du lit 2, pour
déterminer ces abscisses il faut résoudre le système : M(x) = Mr

-24,17x² +213,8x -237,96=0pour 𝑥 ≤ 2,13

-24,17x² +28,86x +155,98=0pour 𝑥 ≥ 2,13

x1= 1,3m

x2= 3,2m

x1’ =1,3- 0,8 × 0,5 = 0,9m

x2’ = 3,2 + 0,8 × 0,5 = 3,6m

Le lit 2 commence à 0,9 m et s’arrête à 3,6m.

 Arrêt de barres du lit 3 :


Moment résistant des lits 1 et 2 :

Ast ×ʄsu 10,65× 10−4 ×348


α= = = 0,21
0,8×b×d×ʄbu 0,8×0,3×0,511×14,17

ʓ = d × (1 − 0,4α) = 0,511 × (1 − 0,4 × 0,21) = 0,468 m

Mr= ʓ× Ast × fsu=0,468×10,65 × 10−4 × 348 = 173,45 KN.m

Donc M(x) = Mr donne :

79
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

M(x) = -24,17 x² +213,80x -323,28 pour 0 ≤ 𝑥 ≤ 2,13

M(x) = -24,17 x² +28,86 x + 70,66pour 2,13 ≤ 𝑥 ≤ 𝑙2

Soit x3 la position à partir de laquelle commence le lit 3 et x 4 la position de l’arrêt du lit 3, les
racines des équations précédentes :

x1= 1,9 m

x2 = 2,4 m

Pour tenir compte de l’effort tranchant au niveau de l’appui ainsi que l’inclinaison de la bielle
de béton, on doit décaler la courbe du moment d’une distance égale à 0,8h

x1’ = 1,25m

x2’ = 2,8m

Le lit 3 commence à 1,25 m et s’arrêter à 2,8 m.

- Sur appui :
On a 2 lits : 3HA16+3HA16

 Arrêt du 1er lit

Du côté gauche :

L’expression du moment de la 1ére travée :

M(x) = -24,43x² - 154,240 x +790,188pour 2,93 ≤ 𝑥 ≤ 3,98

 M(x) =0 donne : x=3,34mx’= 2,9m

Du côté Droite :

M(x) = -24,17x² +218,98x -169,6 pour 𝑥 ≤ 2,13

M(x)=0 donne : x=0,85 x’=1,29m.

Le premier lit commence à la position x =2,9 m par rapport au premier appui et s’arrête à la
position x=1,29 m par rapport à l’appui 2.

 Arrêt du 2éme lit

Du côté gauche :

Mt12(x)= MLl avec :

80
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Mt12(x)= -24,43x² - 154,240 x +790,188

MLl=98,62 KN en effet

d=0,496 ; α =0,15 ; z=0,47

-24,43x² - 154,240 x +790,188 =98,62 donne x=3,03 d’où x’=2,59 m

Du côté Droite :

Mt21(x)= -24,17x² +218,98x -169,6= ML2=98,62 KN avec :

d=0,496 ; α =0,15 ; z=0,47

Finalement x=1,46 m  x’=1,9m.

Le premier lit commence à la position x =2,59 m par rapport au premier appui et s’arrête à la
position x=1,9 m par rapport à l’appui 2.

Tableau 36.Récapitulation des arrêts des barres

Désignation Forme L(m)

Travée 1 3HA16 4,42


3HA16 3,34
Travée 2 3HA16 4,15
3HA14 3,58
3HA14 2,43
Appui 2 3HA14 3,87
3HA14 3,57

Figure 52.Arrêt des barres

81
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

5.3.3.5 Barres bateau


Les deux travées de la poutre supportent un poteau naissant donc il faut mettre des armatures
en barres bateau :

Figure 53.Barres bateau


Travée 1 :

Pu = 270,15 KN

𝑃𝑢 270,15
As≥ = = 5,49 cm²  7HA10 As =5,5cm²
√2×𝑓𝑠𝑢 √2×347,82

Travée 2 :

Pu = 184,95 KN

𝑃𝑢 184,95
As≥ = = 3,75cm²  5HA10 As =3,93 cm²
√2×𝑓𝑠𝑢 √2×347,82

Vérifications du calcul
5.3.4.1 Vérification du béton dans la bielle d’about
2×|Vumax | 𝑓𝑐28
σbielle = ≤ 0,8 × = 13,33 MPa
a×b 𝛾𝑏

Avec aˈ = b – Enr – 2 cm =30 – 3 – 2 = 25cm


a = min (aˈ ; 0,9×d) = 25 cm
- Appui 1
2×|Vumax | 2×130,75×10−3
σbielle = = = 3,49MPa ≤ 13,33 MPa vérifiée
a×b 0,25×0,3

- Appui 2
2×|Vumax | 2×338,72×10−3
σbielle = = = 9,03MPa ≤ 13,33 MPa vérifiée
a×b 0,25×0,3

- Appui 3

2×|Vumax | 2×156,2×10−3
σbielle = = = 4,16 MPa ≤ 13,33 MPa  vérifiée
a×b 0,25×0,3

82
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

5.3.4.2 Vérification de l’acier de glissement sur les appuis


|𝑀𝑢 |
(|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 |− )
0,9×𝑑
Asg ≥ × 𝛾𝑠
𝑓𝑒

- Appui 1
|𝑀𝑢 |
(|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 |− ) 130,75
0,9×𝑑
Asg = × 𝛾𝑠 = × 1,15 × 10 = 3,75 cm²
𝑓𝑒 400

 On prolonge les armatures de flexion de la travée 1 au-delà de l’appui

- Appui 2

A gauche de l’appui

|𝑀𝑢 | 169,6
(|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 |− ) 338,72−( )
0,9×𝑑 0,9×0,49
Asg = × 𝛾𝑠 = × 1,15 × 10 = -1,32 cm²
𝑓𝑒 400

A droite de l’appui

|𝑀𝑢 | 218,97
(|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 |− ) 218,97−
0,9×𝑑 0,9×0,45
Asg × 𝛾𝑠 = × 1,15 × 10 = -9,25 cm²
𝑓𝑒 400

 Les résultats trouvés montrent que pour l’appui 2, le béton seul supporter l’effort tranchant,
mais il est conseillé de prolonger la nappe inférieure au-delà du nu d’appui gauche et droit.

-Appui 3

|𝑀𝑢 |
(|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 |− ) 156,2
0,9×𝑑
Asg= 𝑓𝑒
× 𝛾𝑠 = 400 × 1,15 × 10 =4,90 cm²

 On prolonge les armatures de flexion de la travée 1 au-delà de l’appui,

5.3.4.3 Vérification de la flèche


h 1
1- ≥ 16
l

h 𝑀0 ⋮ 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 𝑑𝑒 𝑟é𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒


𝑀𝑡
2- ≥ 10×𝑀 Avec ( 𝑀𝑢𝑡 ⋮ 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑚𝑎𝑥𝑖𝑚𝑎𝑙 𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 )
l 0
𝐴 ⋮ 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑒𝑛𝑑𝑢𝑒 𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒

83
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

A 4,2
3- ≤ =0,01
b×d 𝑓𝑒

Tableau 37.Vérification de la flèche

Travée 1 2
h(m) 0,55 0,5
L(m) 3,98 3,83
ℎ 0,14 0,13
𝐿
1/16 0,06 0,06
Condition1 vérifiée vérifiée
Mt (KN.m) 127,63 140,63
M0 (KN.m) 222,13 192,41
𝑀𝑡 0,057 0,073
10 × 𝑀0
ℎ 0,14 0,13
𝐿
Condition2 vérifiée vérifiée
A(cm²) 12,18 15,27
𝐴 0,0083 0,0099
𝑏×𝑑
4,2/fe 0,01 0,01
Condition3 vérifiée vérifiée
Calcul de la flèche inutile inutile

Schéma des ferraillages

Figure 54.Coupe Transversale

84
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 55.Ferraillage de la poutre modélisée par AUTOCAD

85
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

5.4 Poteau
Les poteaux sont les éléments supports de la structure, qui supportent en plus de leurs poids
propres les charges provenant des planchers, des poutres, des raidisseurs, des murs, des cloisons
et des acrotères, et les acheminent vers la fondation. Dans notre projet, les poteaux travaillent
uniquement à la compression centrée. L’amplitude de cette sollicitation est résumée par la
valeur de l’effort normal provenant de l’ensemble des charges permanentes et celui des charges
d’exploitations. Le dimensionnement se fait à l’ELU après avoir déterminer les caractéristiques
géométriques de l’élément (section, longueur). La justification sera faite à l’ELS.

On s’intéressera au poteau P25situé au niveau du sous-sol.

Figure 56.Emplacement du poteau

86
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Evaluation des charges


Tableau 38.Descente des charges par ARCHE

Etage NG(KN) NQ(KN) Nu (KN) Ns(KN)

4 124 19 195,9 143

3 332 62 541,2 394

2 589 124 993,3 713

1 836 185 1406,1 1021

RDC 1084 245 1830,9 1329

RDJ 1611 351 2701,35 1962

SS 1977 545 3486,45 2522

Pré-dimensionnement de la section du poteau


Pour le poteau 25 : G = 1977 KN, Q= 351 KN et Nu=3486,45

5.4.2.1 Longueur de flambement :


La longueur de flambement du poteau est égale à :

𝑙𝑓 = 𝑘 × 𝑙0 = 1 × 3,8 = 3,8 𝑚 , on va prendre k=1 le cas le plus défavorable.

Pour une section rectangulaire il est préférable de choisir λ≤35 pour faire participer toutes les
barres longitudinales au flambement, Soit λ=35.

5.4.2.2 Section réduite :


On a 𝐵𝑟 est la section réduite du béton pour tenir compte de la sensibilité aux défauts
d’exécution avec 𝐵𝑟 = (𝑎 − 2𝑐𝑚) × (𝑏 − 2𝑐𝑚).

𝐾×𝛽×𝑁𝑢
𝐵𝑟 ≥ 𝑓𝑏𝑢 𝐴 Avec : 𝐾 = 1 Car la moitié des charges est appliquée avant 90 jours
+0,85× 𝑙 ×𝑓𝑠
0,9 𝐵𝑟

pour éviter un ferraillage dense.

0,85 0,85 𝑓𝑐28


α= = 0,71 ; 𝛽 = =1,2 ; 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 = 14,17 MPa
𝜆 2 α 𝛾𝑏
1+0,2×( )
35

87
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝐾×𝛽×𝑁𝑢 1×1,2×3486,45
𝐵𝑟 ≥ 𝑓𝑏𝑢 0,85 𝑓𝑒 = 14,17 = 0,221m²
+ × 0,9
+0,0085×384
0,9 100 𝛾𝑠

𝑙𝑓 3,8
a= = =0,38m
10 10

𝐵𝑟
b = 0,02+ = 0,63 m
𝑎−0,02

Br(réel) = (a-0,02)×(b-0,02) = 0,239m²

 Soit a= 40 cm et b= 65 cm

Calcul de ferraillage
5.4.3.1 Elancement
𝑙𝑓
Elancement : 𝜆 = ; 𝑖 ∶rayon de giration de la section du béton.
𝑖

𝐼 𝑎 𝑙𝑓 ×√12
𝑖 = √𝐵 = →𝜆= =32,9≤ 𝜆 =35avec a=0,4.
√12 𝑎

3,2Calcul des armatures longitudinales :

Le poteau admet une section (40x65) et une hauteur sous plafond égale à 3,8 m.
𝑓
𝑘×𝛽×𝑁𝑢 −𝐵𝑟 × 𝑏𝑢
0,9
𝐴𝑙 ≥ 𝑓 Avec :
0,85× 𝑒
𝛾𝑠

0,85
α= 𝜆 2
= 0,73
1+0,2×( )
35

0,85
𝛽= =1,16
α

Br=0,239 m²

𝑓 14,17×103
𝑘×𝛽×𝑁𝑢 −𝐵𝑟 × 𝑏𝑢 1×1,16×3486,45−0,239× 0,9
0,9
Al ≥ 𝑓𝑒 = 3 =0,00095m² =9,5cm²
0,85× 0,85×348×10
𝛾𝑠

Quelques soit la valeur de Al retrouvé par la formule précédente la section d’acier doit
toujours vérifier :

5.4.3.2 Condition de non fragilité :


A min ≤Al≤ Amax

4 × U ∶ avec U perimètre de la section = 8,4 cm²


Amin = max { 0,2 × B
= 5,2cm²
100

88
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Amax=0,05B=135cm²
Al=9,5 cm² on choisit 4HA14 + 4HA12 = 10,67 cm²
5.4.3.3 Justification aux ELS :
Il faut vérifier que𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎̅𝑏𝑐

𝜎̅𝑏𝑐 = 0,6 × 𝑓𝑐28 = 15 𝑀𝑃𝑎

Nser 2522, 10−3


σbc = = = 9,13 MPa < σ
̅bc → Vérifié
B + 15 × Al 0,65 × 0,40 + 15 × 10,67 × 10−4

5.4.3.4 Calcul des armatures transversales :


 Diamètre :
ϕl
ϕt ≈ = 4 mm
3
ϕt ≤ 12 mm
On prendϕt = 6
 Espacement en zones courantes :
40 cm
St ≤ min { a + 10 cm = 50 cm , on prend St = 18 cm
15 × ϕlmin = 15 cm
 Longueur de recouvrement :

Lr = 0,6 × Ls , avec 𝐿𝑠 : longueur de scellement.


ϕlmax fe
Ls = × , avec τ̅u = 0,6 × ψ2s × ft28
4 τ̅u
1 RL
ψs = { → τ̅u = 0,6 × 1,52 × 2,1 = 2,83MPa
1,5 HA
1,2 400
Ls = × = 35,33 cm
4 2,83
Lr =0,6 ×Ls : Cas courant
Lr=Ls : Pièces soumises à des chocs
 On est au niveau de sous-sol on va prendre Lr =Ls=35,33 cm
Lr −10
St= = 12,66 on prend St=12 cm
2

89
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 39.Section d'acier pour poteau 25

Etage a ×b Choix St

4 0,22×0,22 4HA12 18

3 0,25×0,25 4HA12 17

2 0,25×0,3 4HA12 18

1 0,25×0,35 4HA14 19

RDC 0,3×0,4 4HA14 20

RDJ 0,35×0,5 6HA12 18

SS 0,40×0,65 4HA14+4HA12 18

5.4.3.5 Schéma de ferraillage :

Figure 57.Ferraillage du poteau

90
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 6 : Etude des éléments divers


6.1 Calcul d’un mur voile
Le sous-sol de l’immeuble est clôturé par un voile, qui est considéré comme un ouvrage
en béton armé vertical coulé en place, cet élément ayant deux dimensions plus grandes que la
troisième appelée épaisseur. Il assure la stabilité de la structure au niveau du sous-sol et de
même il soutient les charges provenantes de la poussée du sol ainsi que les surcharges
appliquées sur le terrain au voisinage de l’ouvrage. Le dimensionnement d’un ouvrage de
soutènement consiste à déterminer ses éléments géométriques et ses éléments structuraux pour
qu’il soit stable sous l’action des forces qui lui sont appliquées.

Données de calcul
6.1.1.1 Caractéristiques géométriques du voile
Le mur est au niveau du sous-sol.
L’épaisseur donnée par l’architecture est de 25 cm.
La hauteur sous-plafond du sous-sol est de 3,8 m.

Figure 58.Schéma de Mur Voile


Nous nous proposons, dans ce qui suit, d’étudier une portion du mur de longueur 4 m.

6.1.1.2 Caractéristiques mécaniques de sol et hypothèses de calcul


La couche d’encastrement des fondations est formée d’un sol à dominance silto-sableux.Par
conséquent, on suppose que le sol soutenu par le mur voile présente les caractéristiques
mécaniques suivantes :
Poids volumique du sol : γ = 18 kN / 𝑚3
Angle de frottement interne : φ = 30 °
Cohésion : c = 0

91
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝜋 𝜑
Le coefficient de poussée Ka=𝑡𝑎𝑛²( 4 − 2 ) =0,33

Fissuration préjudiciable (sol faiblement agressif type A1)

Surcharge au voisinage du mur : q = 5 KN/m (circulation routière)

La nappe phréatique se trouve à une profondeur de 1,8 m

Figure 59.Schéma de chargement

Détermination des actions sur le voile


6.1.2.1 Méthode de calcul :
Sol homogène et isotrope dont les caractéristiques de résistance sont c et φ.

Surface du sol est rectiligne

Frottement sol-écran est nul (écran lisse).

Milieu est en état d’équilibre limite.

Théorie du RANKINE sera utilisée pour le calcul des poussées.

6.1.2.2 Actions dû au sol :

Figure 60.Diagramme de phase

92
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

*Contrainte Verticale 𝜎𝑣 :

Pour z = 0 𝜎𝑣 = 0
Pour z= 1,8 m 𝑣 = γ × h = 18 ×1,8 = 32,4 KPa
Pour z=3,8 𝜎𝑣 = γ × h + ’ ×h
Avec : ’= sat -w : Poids volumique déjaugé
𝑤 (ws+wv)
sat= =
𝑣 (vs+vv)
𝑊𝑠
γd = = 18 KN/m3 : poids volumique des graines solides
𝑉

Or Ws = 27 KN  V = Vs + Vv = 1 + Vv (Vs = 1 m3)
𝑊𝑠 27
Donc Vv = γd - 1 = 18 – 1 = 0,5 m3

(27+10 ×0,5 )
D’où γsat = = 21,33 KN/m3
( 1+0,5 )

’= sat-w = 21,33 – 10 = 11,33 KN/m3


𝜎𝑣= 18 × 1,8 + 11,33 ×2 = 55,06 KPa
*Contrainte horizontale 𝜎h :

𝜎h = 𝜎𝑣 × 𝑘𝑎 + 2 × C × √𝐾𝑎 or c=0
𝜎h = 𝜎𝑣 × 𝑘𝑎
Pour z = 0 ; 𝜎h = 0
Pour z= 1,8 m : 𝜎h= 32,4 × 0,33 = 10,692 KPa
Pour z=3,8 m : 𝜎h = 0,33 × 55,06 = 18,169 KPa
6.1.2.3 Actions de la surcharge :
La surcharge appliquée au voisinage de ce voile est égale à 5 𝐾𝑁/𝑚2 donc on a :

𝜎𝑞 = 𝑞 × 𝐾𝑎𝑞 = 𝑞 × 𝐾𝑎 × 𝐶𝑜𝑠(𝜆 − 𝛽) Avec :

𝜆 = 0 : Inclinaison du mur voile

𝛽 = 0 : Inclinaison de la surface du sol

𝐾𝑎
𝑘𝑎𝑞 = =0,33
𝐶𝑜𝑠(𝜆−𝛽)

𝝈𝒒 = 0,33 × 5 = 1,65 Kpa

93
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

6.1.2.4 Actions de l’eau :


σw =  w × h w

Pour z= 1,8 m ; 𝜎w= 0 KPa


Pour z=3,8 ; 𝜎w = 10 × 2 = 20 KPa

Figure 61.Diagramme des actions sur le Voile

Figure 62.Moments sur appui et en travée Selon Henry Thonier

Calcul des sollicitations


Le voile est modélisé comme un panneau de dalle encastré en bas, encastré des deux côtés aux
poteaux et articulé en haut.

Pour le calcul des moments en travée et sur appuis, on résolue l'équation de Lagrange qui peut
𝑃𝑧( 𝑋,𝑌)
être écrite sous la forme suivante :𝛥(∆𝑤 ) = avec :
𝐷

𝜕²𝑦 𝜕²𝑦
𝛥= 2= + est l’opérateur Laplacien
𝜕𝑥 2 𝜕𝑥²

W(x, y) est l'équation de la flèche

−𝐸×ℎ3
D= la rigidité en flexion et Pz (x, y) est la charge appliquée.
12(1−𝑣)

94
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Henry Thonier[5] proposé une résolution de l'équation de Lagrange par la méthode des
différences finies avec un coefficient de poisson 𝜈 =0 (pour = 0,2𝜈 les déformations diffèrent
de quelques %).

P : une charge par unité de surface


𝑙 = min (𝑎 ; 𝑏)
Tableau 40.Moments maximaux En travées et sur appuis

Suivant la longueur (a) Suivant la hauteur (b)


Moment maximal en travées 𝑘𝑎 ×𝑃×𝑙² 𝑘𝑏 ×𝑃×𝑙²
Ma = Mb =
par unité de largueur 1000 1000

Moment maximal sur appuis 𝑘′𝑎 ×𝑃×𝑙² 𝑘′𝑏 ×𝑃×𝑙²


Ma’= Mb ’ =
par unité de largueur 1000 1000

Les coefficients 𝑘𝑎, 𝑘𝑏, 𝑘𝑎 ′ et 𝑘𝑏 ′ obtenus selon le cas de modèle, de charge et d’après
une interpolation dans les tableaux de Henry Thonier 6 :

Tableau 41.Les Coefficients de Henry Thonier

Cas de charge Diagramme a/b Ka Kb K’a K’b


Surcharge Rectangulaire 1,05 23,101 21,092 -61,864 -57,878
d’exploitation
Poussée du sol Triangulaire 1,05 10,561 10,632 -28,670 -35,566
Poussée de l’eau Triangulaire 2 5,726 25,579 -31,585 -61,204

On considère les deux combinaisons suivantes :

À l’ELS, P = G + Q

À l’ELU, P = 1,35 G + 1,5 Q

Charge rectangulaire (action des surcharges) Ps = 1,65 KN/m2

Pu = 1,5 × 1,65 = 2,47 KN/m2

Charge triangulaire (poussée du sol) Ps = 18,169 KN/m2

Pu = 1,35× 18,169 = 24,528 KN/m2

Charge triangulaire (poussée de l’eau) Ps = 20 KN/m2

Pu = 1,35× 20 = 27 KN/m2

95
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 42.Tableau Récapitulatif des Moments maximaux

Cas de charge En travée Sur appui


Ma Mb M’a M’b
(KN.m/m) (KN.m/m) (KN.m/m) (KN.m/m)
Poussé du ELU 3,74 3,76 -10,15 -12,59
sol
ELS 2,770 2,787 -7,521 -9,331
Poussé de ELU 0,618 2,762 -3,41 -6,61
l’eau
ELS 0,45 2,046 -2,526 -4,896
Action de ELU 0,37 0,38 -1,02 -1,26
surcharge
ELS 0,251 0,253 -0,68 -0,84
Moments Totales(ELU) 4,728 6,902 -14,58 -20,46
Moments Totales (ELS) 3,471 5,086 -10,727 -15,067

Calcul de ferraillage
6.1.4.1 Calcul des armatures en travée et sur appui :
α = b/a = 0,95> 0,4 Il porte dans les deux sens.

Section minimale d’armatures :



On a𝜙 ≤ 10𝜙 ≤ 25 mm

12×h0 RL
Aa min= 8×h0 FeE400
6×h0 FeE500
Aamin= 8h0 = 8 x 0,25 = 2 cm²/m (Fe E400)

 Aamin = 2 cm²/m
3− ∝
A b min= Aamin×( ) = 2,05cm²/m
2
 A b min= 2,05 cm²/m
Espacement maximale :

Puisque la fissuration est préjudiciable : 𝑆𝑡𝑎,𝑏 ≤ 𝑚𝑖𝑛( 2ℎ0 ; 25𝑐𝑚)

Et𝑆𝑡𝑎,𝑏 ≤ 𝑚𝑖𝑛( 40 ; 25𝑐𝑚)

Sta et Stb sont inférieures à 25cm.

96
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Hypothèses de calcul :

Le calcul se fait en section rectangulaire de largeur b = 1m et de hauteur h = 25 cm.

𝜎𝑏𝑐 = 0, 6× fc28 = 15 Mpa ; fc28 25 MPa ; fbu= 14,17 MPa ; fsu= 347,83 MPa .
ft28= 2,1MPa ; d=h-enrobage-ϕ/2 avec : enrobage sur appui=5cm ; enrobage en travée=3 cm.
- Cas de la travée sens // à coté a :
A titre d’exemple on détaillera le calcul pour le cas de la travée dans le sens // à coté a.
La fissuration du voile étant préjudiciable donc le dimensionnement se fait à l’ELU et à L’ELS
et on prendra le maximum des deux cas.
Dimensionnement à l’ELU :
Mu = Ma = 4,728 KN.m
d= 0,22 m
 Moment réduit :
Mu 4,728×10−3
μ =𝑏×𝑑²×fbu = 1×0,22²×14,17 = 0,0068

µ =0,0068< µlim=0,39 donc Asc = 0 cm²

α =1,25× [1−√1 − 2 × 𝜇]= 0,0087


Yu = α × d = 0,010 × 0,22 = 0,002 m
Z = d – 0,4 × Yu = 0,22 – 0,4 × 0,002 = 0,219m

 Quantité d’aciers :
𝑀𝑢 4,728×10−3
Ast = = 400 = 0,62cm²/m
𝑍×𝑓𝑠𝑢 0,219×
1,15

Dimensionnement à l’ELS :

Ms = 3,471 KN.m
2×𝑓𝑒
𝜎st = min ( ; 110 ×√𝜂 × 𝑓𝑡28 ) = 201,63 MPa
3

𝜎bc = 0,6 ×fc28 = 0,6 × 25 = 15 MPa


9 × fc28 9 × 25
𝛼1 =
̅̅̅ = = 0,52
𝜎st + (9 × fc28) 201,63 + (9 × 25)
1 ̅̅̅̅
𝛼
𝛼1 - 31 ) = 0,156 MN
Mrb = 2 bd²𝜎bc× ̅̅̅(1

97
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Aciers comprimés :
̅̅̅̅
𝛼1 ̅̅̅̅
𝛼1
µ rb = × (1− ) = 0,215
2 3

Ms 3,471× 10−3
µs = b × d2 × 𝜎bc = 1 × 0,222 × 15 = 0,005

µrb> µs ASC = 0 cm² (pas d’acier comprimé)


 Vérification de la contrainte du béton :
30 × Ms 30 ×3,471 × 10−3
μ= = = 0,0106
b ×d2 ×𝜎st 1 ×0,22²× 201,63

𝜆 = 1 +μ = 1 + 0,010 = 1,01
ϕ = cos-1 (𝜆-3/2) =9,9º
𝜙
α1 = 1+2√𝜆 × cos (240 + ) = 0,1
3

𝛼1 𝜎st
σbc = 1−𝛼1 × = 1,4
15

σbc ≤𝜎bc Donc la condition est vérifiée

 Quantité d’aciers :
b × d ×α1² 1 × 0,22 ×0,1²
As = = = 0,81 cm²/m
30(1−α1) 30(1−0,1)

 Choix :
Ast(Elu) <Ast(Els) < Amin = 2 cm²/m
soit 4HA8 donc Ast réel = 2,01 cm²/m
- Cas de l’appui sens // à coté a :
A titre d’exemple on détaillera le calcul pour le cas de l’appui dans le sens // à coté a.
Dimensionnement à l’ELU :
Mu = Ma’ = 14,58KN.m
d= 0,20 m
 Moment réduit :

Mu 14,58×10−3
μ= = = 0,025
𝑏×𝑑²×fbu 1×0,20²×14,17

µ =0,025 < µlim=0,39 donc Asc = 0 cm²

α =1,25× [1−√1 − 2 × 𝜇]= 0,032


Yu = α × d = 0,032 × 0,20 = 0,0065 m
Z = d – 0,4 × Yu = 0,20 – 0,4 × 0,0065 = 0,197 m

98
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Quantité d’aciers :
𝑀𝑢 14,58×10−3
Ast = 𝑍×𝑓𝑠𝑢 = 400 = 2,12 cm²/m
0,197×
1,15

Dimensionnement à l’ELS :

Ms = 10,727 KN.m
2×𝑓𝑒
𝜎st = min ( ; 110 ×√𝜂 × 𝑓𝑡28 ) = 201,63 MPa
3

𝜎bc = 0,6 ×fc28 = 0,6 × 25 = 15 MPa


9 × fc28 9 × 25
𝛼1 =
̅̅̅ = = 0,52
𝜎st + (9 × fc28) 201,63 + (9 × 25)
1 ̅̅̅̅
𝛼
̅̅̅(1
Mrb = 2bd²𝜎bc ×𝛼 1 - 31 ) = 0,128 MN

 Aciers comprimés :
̅̅̅̅
𝛼1 ̅̅̅̅
𝛼1
µ rb = × (1− ) = 0,215
2 3

Ms 10,727× 10−3
µs= = = 0,0178
b × d2 × 𝜎bc 1 × 0,202 × 15

µrb> µs ASC = 0 cm² (pas d’acier comprimé)

 Vérification de la contrainte du béton :


30 × Ms 30 ×10,727 × 10−3
μ= = = 0,04
b ×d2 ×𝜎st 1 ×0,20²× 201,63

𝜆 = 1 +μ = 1,04
ϕ = cos-1 (𝜆-3/2) =19,46
𝜙
α1 = 1+2√𝜆 × cos (240 + ) = 0,188
3

𝛼1 𝜎st
σbc = 1−𝛼1 × = 2,12
15

σbc ≤ 𝜎bc Donc la condition est vérifiée


 Quantité d’aciers :
b × d ×α1² 1 × 0,20 ×0,188²
Ast = = = 2,9cm²/m
30(1−α1) 30(1−0,188)

 Choix :
Ast(Els) >Ast(Elu) > Amin
Donc Ast = 2,9 cm²/m, soit 4HA10 Ast réel = 3,14 cm²/m

99
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 43.Récapitulation de dimensionnement à l’ELU

Dimensionnement à l’ELU
Désignation En travée Sur appuis
Mu (KN.m) Ma Mb Mˈa Mˈb
4,728 6,902 -14,58 -20,46
d(m) 0,22 0,22 0,20 0,20
𝜇 0,0068 0,010 0,025 0,036
µlim 0,39 0,39 0,39 0,39
ASC (cm²) 0 0 0 0
α 0,0087 0,0126 0,032 0,045
Yu 0,002 0,0027 0,0065 0,0091
Z 0,219 0,218 0,197 0,196
Ast (cm²/m) 0,62 0,906 2,12 2,996

Tableau 44.Récapitulation de dimensionnement à l’ELS

Dimensionnement à l’ELS
Désignation En travée Sur appuis
Ms (KN.m) Ma Mb Mˈa Mˈb
3,471 5,086 -10,727 -15,067
d(m) 0,22 0,22 0,20 0,20
̅̅̅̅
𝛼1 0,52 0,52 0,52 0,52
Mrb 0,156 0,156 0,128 0,18
µs 0,005 0,007 0,0178 0,0251
µ rb 0,215 0,215 0,215 0,215
ASC (cm²) 0 0 0 0
μ 0,010 0,015 0,04 0,05
𝜆 1,01 1,015 1,04 1,05
ϕº 9,9 11,9 19,64 22,85
α1 0,1 0,12 0,188 0,217
σbc 1,4 1,43 2,12 2,4
σbc ≤ 𝜎bc Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée
Ast (cm²/m) 0,81 1,19 2,9 4,028

100
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 45.Choix de l’acier

Désignation En travée Sur appuis


Ma Mb Mˈa Mˈb
Ast-cal (cm²/m) 0,81 1,19 2,9 4,028

Amin (cm²/m) 2 2,05 2 2,05

Choix d’armatures 4HA8 5HA8 4HA10 4HA12

Ast-réel (cm²/m) 2,01 2,51 3,14 4,52

 Nappe extérieure
L’épaisseur de la dalle =25 cm ≥ 20 cm, donc on dispose d’une nappe supérieure d’anti-
fissuration pour faciliter l’exécution du voile, dans les deux sens a et b .

On a Aamin = 2 cm²/m, on choisit alors 4HA8 avec Ast = 2,01cm²/m

Et on a Abmin = 2,05 cm²/m, on choisit alors 5HA8 avec Ast = 2,51cm²/m


 Arrêt de barres
En travée (Nappe intérieure) :
*En travée sens a :
On alterne 2HA8 par mètre filant et 2HA8 arrêté à L1 = 0,1×4 ≈ 0,4 m de rive
L1 =40 cm de rive
*En travée sens b :
On alterne 3HA8 par mètre filant et 2HA8 arrêté à L2 = 0,1×3,8 ≈ 0,38 m de rive
L2 =38 cm de rive
Sur appuis :
On a :
ls = 40 × ϕ pour (fe = 400 MPa)
*Suivant 〈𝑎〉 :
𝑙
100
l1 = Max { 4 l1 = max { = 100 cm de la rive
𝑙𝑠 40𝜙

101
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝑙𝑠 40𝜙
l2 = Max { 𝑙1 l2= max { = 50 cm de la rive
2 50

 On dispose 2 barres HA10/m arrêtés à 1 m et 2 barres HA10/m arrêtés à 0,5 cm.


*Suivant 〈𝑏〉 :
𝑙
95
l1 = Max { 4 l1 = max { = 95 cm de la longrine
𝑙𝑠 40𝜙

𝑙𝑠 40𝜙
l2 = Max { 𝑙1 l2= max { = 47,5 cm de la longrine
2
47,5

 On dispose 2 barres HA12/m arrêtés à 95 cm et 2 barres HA12/m arrêtés à 47,5cm.

Figure 63.Disposition des aciers intérieurs en Travée

Figure 64.Disposition des aciers extérieurs en travées et sur appuis

102
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

6.2 Etude de l’escalier


L’escalier est un ouvrage de circulation verticale composé d’une série de marches de même
hauteur permettant de passer à pied d’un niveau à un autre.

Il est défini par plusieurs éléments tels que :

-Paliers : plate-forme située au départ et à l’arrivée de chaque volée, On distingue les paliers
de départ, intermédiaires (ou de repos) et les paliers d’arrivée.

-Volée : la portion comprise entre deux paliers successifs.

-Echappée : hauteur libre de passage sous une volée, un plancher.

- Marche : s’appelle aussi « giron ‘g’ », désigne la distance entre deux nez de marches
consécutives.

- Contre marche : ou « hauteur de marche ‘h’ », c’est la distance verticale entre deux parties
horizontales.

- Paillasse : c’est une dalle inclinée supportant les marches et les contremarches.

-Trémie : ouverture dans le plancher pour permettre le passage de l’escalier.

-Emmarchement : largeur des marches perpendiculaire à la pente.

Figure 65.Vue en plan de l’escalier à étudier

103
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 66.Coupe Longitudinale de l’escalier

Considérant les paramètres de dimension suivants :


h : hauteur de contre marche variant de 0,13 à 0,17 m.
g : largeur de la marche variant de 0,26 à 0,36m.

α: inclinaison de la volée α = arc tg (𝑔) .

H : hauteur de la volée = hauteur libre sous plafond +l’épaisseur de plancher.


L : longueur projetée de volée.
e : épaisseur de dalle du paillasse et du palier.
La réalisation des escaliers nécessite le respect de certaines conditions :
-Être esthétique et fonctionnel.
-Être facile à gravir et sans fatigue.
Pour satisfaire la deuxième condition on doit respecter la relation de Blondel :

0,6 ≤ g + 2h ≤0,64m.
Pré dimensionnement de l’épaisseur de la paillasse
Soient :

n : Le nombre des contres marches étant égal à 19 marches.


H : Hauteur libre sous plafond + l’épaisseur du plancher = 2,8 + 0,3 = 3,1m.
𝐻 3,1
h : Hauteur du contre marche : 𝒉 = 𝑛 = = 0,1631 m soit h=16,31 cm.
19

104
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

g : Largeur de la marche
Vérification de la formule de BLONDEL :
2ℎ + 𝑔 = 2×0,163 + 0,3 = 0,626 𝑚𝜖 [0,6 ; 0,64]  vérifié

α : L’inclinaison de la volée : 𝜶 = 𝒂𝒓𝒄𝒕𝒈 (𝑔)
0,1631
𝜶 = 𝒂𝒓𝒄𝒕𝒈 ( )=28,53°
0,3

e : l’épaisseur de la paillasse : elle doit vérifier la relation suivante :


𝑒 3
= 0,018 √ρ ∗ 𝑒 + 𝑄′
𝐿
Avec Q’=toutes surcharges appliquées sur la paillasse autre que le poids propre y compris la
charge d’exploitation.
Tableau 46.Surcharges appliquées sur la paillasse autre que le poids propre

Désignation Formule Poids volumique Charges


(KN/𝒎𝟑 ) (KN/m)
g2:Enduit sous plafond (ep = 𝑒 25 0,37
× 𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛
1,5 cm) cos 𝛼
g3 :Béton Banché ℎ 24 1,95
× 𝜌𝐵,𝐵
2
g4 = Marbre sur 𝑒𝑚,𝑚(𝑔+4𝑐𝑚) 28 0,95
× 𝜌𝑀
marches 𝑔
(ep =3cm)
g5= Mortier de pose(ep = 1,5 𝑒 × 𝜌𝑚𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑟 22 0,33
cm )
g6= Marbre des contres- 𝑒𝑀,𝑐−𝑚𝑚 28 0,224
marches(e=2cm) ℎ − 𝑒𝑚, 𝑚
×( )
𝑔
× 𝜌𝑚𝑎𝑟𝑏𝑟𝑒
g7=Mortier de pose C-marche ℎ − 𝑒𝑚, 𝑚 22 0,146
(e=1,5cm) 𝑒𝑝𝑜𝑠𝑒 × ( )
𝑔
× 𝜌𝑚𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑟
g8=Garde-Corps 𝑃𝑔𝑎𝑟𝑑𝑒−𝑐𝑜𝑟𝑝𝑠 - 1
𝐸𝑚𝑚𝑎𝑟𝑐ℎ𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

Donc Q’=2,5+∑8𝑖=2 𝑔𝑖 + 𝑞=4,97+2,5 =7,47 KN/m².


ρ: Poids volumique du béton armé égale à 25 KN/m³.
q : Charge d’exploitation de l’escalier égale à 2,5 KN/m2.
L : la longueur projetée de la paillasse égale à : L = 2,7+ 1,5 + 1,4 = 5,6 m.
3
Alors e = 0,018 × 5,6 × √25 × 𝑒 + 𝑄′ la résolution de cette équation donne que e = 24cm
(0,2407 m donc on prend 0,24 m)

105
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de la flèche :


𝐿 𝐿
≤𝑒 ≤ → 18 cm ≤ e ≤ 22 cm : vérifié
30 25

Evaluation de charge
6.2.2.1 Charges permanentes :
Charges permanentes sur la paillasse sont :
𝑒
∑8𝑖=2 𝑔𝑖 + 𝑐ℎ𝑎𝑝𝑒 𝑑𝑒 𝑏é𝑡𝑜𝑛 =4,97+ ×𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛 = 11,8 KN/m
cos 𝛼

Charges permanentes sur le palier sont :


Tableau 47.Charges permanentes sur palier

Matériaux Formules Epaisseur Poids volumique Charge


(KN/𝒎𝟑 ) (KN/m)
Chape de 𝑒𝑏 × 𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛 × 1 0,24 25
béton (24cm) 6
𝑚
Marbre (3cm) 𝑒𝑚 × 𝜌𝑚 × 1 0,03 22 0,66
Mortier de emort × ρmort × 1 0,015 22
pose de 0,33
marche
(1,5cm)
Enduit sous 𝑒× 𝜌 ×1 0,015 25 0,375
plafond
Somme 7,36

6.2.2.2 Charge d’exploitation :


La charge d’exploitation est égale Q = 2,5 KN/m (escalier collectif)
6.2.2.3 Combinaison de charge :
G palier = 7,36 KN/m
G paillasse = 11,8KN/m
Tableau 48.Combinaison de charge appliqué sur l’escalier

A l’ELU : A L’ELS :
Pu=1,35G+1,5Q
Ps=G+Q
Pupalier= 13,686kN/m Pspalier=9,86 kN/m

Pupaillasse= 19,68 kN/m Pspaillasse= 14,3 kN/m

Calcul des sollicitations


Les réactions d’appuis :

106
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

ELU :

Figure 67.Schéma mécanique de l’escalier à l’ELU


 Moment fléchissant :

Figure 68.Courbe de moment fléchissant à l’ELU


 Effort tranchant :

Figure 69.Courbe de l’effort tranchant à l’ELU

107
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

ELS :

Figure 70.Schéma mécanique de l’escalier à l’ELS


 Moment fléchissant :

Figure 71.Diagramme de moment fléchissant à l’ELS

 Effort tranchant :

Figure 72.Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS

108
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 49.Récapitulation

ELU ELS

RA (KN) 46,27 33,5

RB (KN) 46,56 33,71

Mumax (KN.m) 70,84 51,38

Vu (KN) 46,56 33,71

Ferraillage
6.2.4.1 Armatures principales :
Le calcul des sections des armatures est réalisé pour une section rectangulaire travaillant en
flexion simple de largeur 1 m et de hauteur égale à l’épaisseur de la paillasse.


b=1m ; 𝑑 = ℎ − 𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒 − 2 = 0,21𝑚 ;𝑓𝑏𝑢 = 14,17 𝑀𝑃𝑎 ;𝑓𝑠𝑢 = 347,83 𝑀𝑃𝑎

Tableau 50.Détails de calcul pour armatures principales

En travée
Mu (KN. m /m) 70,84
Mu 0,107
μbu =
b × d2 × fbu
μlim = 0,39 > μbu Vérifiée
Asc (cm2 ) 0
α = 1,25, (1 − √1 − 2 × μbu ) 0,142
yu = α × d 0,031
Z(m) = d − 0,4 × yu 0,204
M 9,98
Ast = Z,f u (𝑐𝑚2 )
su
ft28 2,61
Amin = 0,23 × b × d ×
fe
Section choisie 8HA14
Section choisie (cm2) 12,32

6.2.4.2 Armatures en chapeau :


On considère forfaitairement un moment de flexion de 0,15×Mumax qui est équilibré par :
0,15×Ast = 0,15 × 12,32 = 1,85 cm2< Amin → Ast = 2,61 cm2 / ml
Soit 4HA10 = 3,14 cm2

109
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

6.2.4.3 Aciers de répartition :


La section des armatures de répartition est prise égale au quart des armatures principales :
𝐴𝑠𝑡
Ar = = 3,08 cm² /ml
4

Condition de non fragilité : Ar=3,08 cm2/ml>Amin (vérifiée)


Soit 6HA10 = 4,7 cm2
6.2.4.4 Vérification du calcul :
 Vérification vis-à-vis l´effort tranchant :
Vu à l ELS= 33,71 KN/m

𝑉𝑢 33,71 ×10−3 0,07× fc28


𝜏𝑢 =𝑏×𝑑= = 0,16𝑀𝑝𝑎 < = 1,16𝑀𝑝𝑎
1×0,21 1,5

Il n’est pas nécessaire de disposer des aciers transversaux.


 Vérification de la contrainte de compression dans le béton :
Il suffit de vérifier que∶𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎̅𝑏𝑐 = 0,6 × 𝑓𝑐28 = 15 𝑀𝑃𝑎
|Ms |
σbc = ,y
ISRH 1
Avec y1 : racine de l’équation suivante :
b 2
y + 15Ast y1 − 15Ast d = 0 y1=0,06 m
2 1
b
ISRH = 3 y13 + 15Ast (d − y1 )2 =4,88 (10−4)𝑚4
|Ms |
σbc = I , y1 (MPa)=6,31 MPa <σbc =0,6× 𝑓𝑐28 =15MPa (vérifié)
SRH

6.2.4.5 Schéma de ferraillage :

Figure 73.Schéma de ferraillage de la première volée

110
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

6.3 Etude de la bâche à eau


On se propose d’étudier dans ce chapitre une bâche à eau, qui est une source d’alimentation
pour la distribution publique : en effet cet élément est situé au niveau du Rez de jardin, prévue
pour le stockage d’eau potable, Pour son étude, on l’assimilera à un réservoir rectangulaire
non couvert.

Caractéristiques géométriques du réservoir

Figure 74.Géométrie du réservoir

Figure 75.Présentation de deux côtés de réservoir

Calcul des sollicitations par la méthode simplifiée


En béton armé, les liaisons au niveau des appuis ne sont ni des encastrements parfaits ni des
articulations parfaites, cependant en absence de calcul précis sur les taux d’encastrement il est
conseillé de prendre l’enveloppe des cas « encastré » et « articulé ».On considère pour chaque
panneau quatre types de liaison :

111
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 76.Conditions d’appui des parois verticales et le fond du réservoir

6.3.2.1 Méthode de calcul


Pour trouver une solution approchée au béton armé, on fait appel à son caractère adaptatif par
redistribution des moments en respectant la condition de fermeture :

MF =valeur absolue du moment sur appui+moment en travée = constante

Figure 77.Notation des moments


 Moments dans les cas idéaux :

Tableau 51.Les moments maximaux en travées et sur appuis

Avec P=⍴×h = 2×10 = 20 KN/m² (dans la grande paroi et la petite paroi).

112
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

P=2,53×10=25,3 KN/m² (dans le fond).

Tableau 52.Coefficients des moments

Pour une charge P (par unité de suface) Au coté de longueur a Au coté de hauteur b

Moment maximal positif en travée par unité de 𝑘𝑎 ×𝑃×𝑙² 𝑘𝑏 ×𝑃×𝑙²


Ma= Mb=
1000 1000
largeur

Moment maximal négative sur appuis ou en 𝑘′𝑎 ×𝑃×𝑙² 𝑘′𝑏 ×𝑃×𝑙²


Ma’= Mb’ =
1000 1000
travée par unité de largeur

Cas a b a/b Ka Kb K’a K’b


1 3,9 2 1,95 65,66 43,14 0 0
Grande 2 3,9 2 1,95 28,63 14,62 0 -108,52
paroi 3 3,9 2 1,95 41,75 33,38 -89,40 -0,722

4 3,9 2 1,95 24,97 14,71 -61,32 -82,63


1 2,53 2 1,26 43,41 26,68 0 0
Petite 2 2,53 2 1,26 28,72 14,5 0 -73,18
paroi 3 2,53 2 1,26 20,88 18,65 -49,13 -0,501
4 2,53 2 1,26 15,82 11,48 -36,42 -47,37

1 3,9 2,53 1,54 54,69 34 0 0


Fond 2 3,9 2,53 1,54 30,29 15,27 0 -90

3 3,9 2,53 1,54 19,96 18,76 -49,43 -0,18


4 3,9 2,53 1,54 10,5 34,78 -51,39 -75,21

Tableau 53.Moments dans les plaques (cas idéaux)

Cas Ma Mb M’a M’b


Grande 1 5,25 3,45 0 0
Paroi 2 2,29 1,169 0 -8,68
3 3,34 2,67 -7,15 -0,057
4 2 1,176 -4,90 -6,61

113
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Petite 1 3,47 2,13 0 0


Paroi 2 2,29 1,16 0 -5,85
3 1,67 1,49 -3,93 -0,04
4 1,26 0,918 -2,91 -3,78
Fond 1 8,85 5,5 0 0
2 4,55 2,47 0 -13,53
3 3,23 2,82 -8 -0,029
4 1,7 5,63 -8,32 -12,17

 Moments réels :

Dans ce qui suit, l’exposant prime est réservé aux moments sur appui, les indices a, b et c
respectivement aux côtés verticaux de longueur a, de longueur b et au fond. L’indice x aux
aciers horizontaux des parois verticales ou aux aciers du fond parallèles au côté de longueur a,
l’indice y aux autres aciers perpendiculaires aux précédents. Pour l’étude des aciers horizontaux
des parois verticales, on considère que la petite plaque de côtés b et h est partiellement encastrée
avec un moment M’xb= K×Mxbi en fonction de la valeur de moment parfaitement encastré
déterminé précédemment (voir tableau précédent).K est un coefficient multiplicateur du
moment qui vaut 1 pour un encastrement parfait. Pour un encastrement partiel, il est donné par
: K 1 k  k² avec k  b / a. Le moment en travée s’enduit par la règle de fermeture :Mxb=MFxb-
M’xb.

Figure 78.Moments pour aciers horizontaux des parois verticales


Pour la grande plaque de côtés a et h, on appliquera le même moment d’encastrement avec
M’xa= M’xb et le moment en travée s’enduit par la règle de fermeture : Mxa=MFxa-Mxa.
Quant à l’étude du fond et des aciers verticaux des parois verticales, on désigne par :

114
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 Mya et M’ya les moments en travée et sur appui de la plaque parfaitement encastrée dans le
fond, dans le cas le plus défavorable de paroi articulée ou encastrée le long de l’arête verticale
 Mya et M’ya les moments en travée et sur appui de la plaque de fond parfaitement encastrée
le long du côté de longueur a et, dans le cas le plus défavorable, articulée ou encastrée le long
des côtés de longueur b.
Le moment retenu comme moment sur appui est : M’ya=M’yc=Min (M’yalu ;M’yclu)

Le moment en travée est obtenu par soustraction au moment de fermeture, La procédure est la
même dans l’autre direction.

Figure 79. Moments pour aciers de fond et aciers verticaux des parois verticales
o Petite paroi :

Pour la petite paroi, on considère qu’elle est partiellement encastrée avec un moment :

𝑏 2
M’xa = K×M’xai avec k = = = 0,79 donc K= 0,83
𝑎 2,53

-Moment d’encastrement : M’xb = K× M’xbi =K×(-Max (3,93 ; 2,91) )= -3,3 KN.m/m

-Moment de fermeture : MFxb=Max((⎸𝑀′𝑎3 ⎸ + ⎸𝑀𝑎3 ⎸) ;(⎸𝑀′𝑎4 ⎸ + ⎸𝑀𝑎4 ⎸))

MFb=5,6 KN.m/m

-Moment retenu en travée : Mxb=MFxb-M’xb=2,3KN.m/m ≤ Max (3,47 ; 2,29) vérifiée

o Grande paroi :

Le moment en travée se déduit par la règle de fermeture :

-Moment d’encastrement : La même valeur par continuité M’xa=-3,3 KN.m/m

115
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

-Moment de fermeture : MFxa=Max((⎸𝑀′𝑎3 ⎸ + ⎸𝑀𝑎3 ⎸) ;(⎸𝑀′𝑎4 ⎸ + ⎸𝑀𝑎4 ⎸))

MFa=Max((7,15 + 3,34; )(4,9 + 2))=10,49 KN.m/m .

-Moment retenu en travée : Mxa=MFxa-M’xa= 7,19KN.m/m

Or 4,99 >Max(5,25 ; 2,29) le Moment retenu est 5,25 KN.m/m

o Fond : aciers parallél au petit côté :

-Moment d’encastrement : M’yc= -Min (M’bGrandes parois 2éme et 4 éme cas ; M’b Fond 2éme et 4émecas)

=Min(8,68 ; 6,61 ; 13,53 ; 12,17)= -6,61 KN.m/m

-Moment de fermeture : M1Fyc=2,47+13,53=16KN.m/m (⎸Mb⎸+⎸M’b⎸Fond cas 2)

M2Fyc=5,63+12,17=17,8 KN.m/m ((⎸Mb⎸+⎸M’b⎸cas4)

-Moment en travée=Max (M1Fyc ; M2Fyc)- ⎸M’yc⎸= 11,19 KN.m/m

-Moment de fermeture dans la partie verticale : M1Fyc=⎸M’b/2⎸ +⎸Mb⎸ (cas 2 Grand paroi)

M2Fyc=⎸M’b/2 ⎸+⎸Mb⎸ (cas 4 Grand paroi)

8,68
M1Fyc= +1,169 = 5,509 KN.m/m
2

6,61
M2Fyc= +1,176=4,48 KN.m/m
2

Donc MFyc=5,509 KN.m/m

Le moment dans la partie verticale à retenir est alors : Myc5,509 8,68/ 2  1,169 KN.m/m

o Fond : acier parallél au grand côté :

-Moment d’encastrement : M’xc= -Min (5,85 ; 3,78 ; 8 ; 8,32)= -3,78 KN.m/m

-Moment de fermeture : M1Fxc= (⎸Ma⎸+⎸M’a⎸Fond cas 3)=8+3,23=11,23 KN.m/m

M2Fxc= (⎸Ma⎸+⎸M’a⎸Fond cas4)=8,32+1,7=10,02 KN.m/m

-Moment en travée=Max (M1Fxc ; M2Fxc)- ⎸M’xc⎸= 7,45KN.m/m

-Moment de fermeture dans la partie verticale : Max M1Fxc= (⎸M’b/2⎸+⎸MbP,P cas 4)

M2Fxc= (⎸M’b/2cas 2 f+⎸Mbcas2 PP)

116
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

 MFxc = 2,8 KN.m/m

-Moment de fermeture dans la partie verticale à retenir est alors : MFxc-M’b/2P,P cas 4=0,91
KN.m/m

 Effort tranchant :

Les parois verticales deux à deux opposées sont équilibrées par des efforts de traction qui
transitent par les deux autres parois qui leur sont perpendiculaires et le fond comme montre la
figure ci-après.

Figure 80. Efforts de traction dans les parois du réservoir

Figure 81.Répartition à 45° de la poussée totale pour déterminer les efforts de traction
Ces efforts de traction proviennent d’une répartition à 45° de la poussée totale qui s’exerce sur
ces faces et qui vaut T  0,5 pah sur le grand et T  0,5 pb h sur le petit côté où p
désigne la pression hydrostatique à la base des parois.

Dans ce cas de chargement, les efforts de traction par mètre linéaire dans les parois sont
déterminés à partir des formules suivantes :

117
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

-Petit côté :

𝑃×𝑏 𝑏² 20×2,53 2,53²


T1= × (2×h-b+ )= × (2×2-2,53+ ) = 12,67 KN Soit T1 = 6,33 KN/m
8 6×ℎ 8 6×2

𝑃×𝑏² 𝑏
T2= ×(1- )=25,28 KN Soit T2= 10KN/m
4 6×ℎ

-Grand côté :

𝑃×𝑎 𝑎² 20×3,9 3,9²


T3= × (2×h-a+ )= × (2×2-3,9+ ) = 13,26 KN Soit T3 = 6,63 KN/m
8 6×ℎ 8 6×2

𝑃×3,9² 3,9
T4= ×(1- )= 51,33 KN Soit T4 =13,16 KN/m
4 6×ℎ

Calcul des épaisseurs des parois


Les moments maximaux en valeur absolue sont 4,99KN.m en travée et -6,61 KN.m sur appui.

6×𝑀
La traction du béton côté intérieur (côté eau) doit être limitée à : 𝜎𝑏𝑡 = ℎ²

Qui est égale à :𝜎𝑏𝑡 =1,1×θ×𝑓𝑡28 =1,1×1×2,1=2,31 MPa ou θ vaut 1en flexion simple, traction
simple et flexion composée avec traction. L’épaisseur minimale du béton est alors :

6×𝑀 6×0,001×6,61
hmin= √ =√ = 0,13 m soit h=0,2 m
𝜎𝑏𝑡 2,31

Section d’aciers :
La détermination des armatures des parois du réservoir est effectuée selon le fascicule 74 du
CCTG, En effet, ce règlement impose les dispositions suivantes :

 Contrainte de calcul des aciers des parois à l’ELS :

𝜂×𝑓𝑡28
Coté eau : 𝜎𝑠 =240 ×√ avec η=1,6 ; 𝑓𝑡28 =2,1 MPa et 𝝓 le diamètre des aciers.
𝜙

Le tableau suivant donne 𝜎𝑠 en fonction du diamétre :

Tableau 54.Contrainte de calcul des aciers intérieurs en fonction du diamètre

𝝓 en mm 6 8 10 12 14 16 20
σsen MPa 179,6 155,5 139,1 127 117,6 110 98,4

Coté extérieur : l’acier doit être calculé en fissuration préjudiciable ou très préjudiciable,

118
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Dans notre cas on considère une fissuration préjudiciable d’où la contrainte limite d’acier :

2𝑓𝑒
𝜎𝑠𝑡 min (
̅̅̅̅= ; 110×√𝜂 × 𝑓𝑡28)=201 MPa,
3

 Diamètre minimal des aciers : 8mm


 Espacement maximal des aciers côté eau : 1,5 fois l’épaisseur, soit 1,5 x 20 = 30cm
 Ferraillage en deux nappes car l’épaisseur est supérieure à 15 cm
 Armature minimale (flexion composée avec traction) :
0,23×𝑑×𝑓𝑡28 𝑁×𝑑
Ast min= -
𝑓𝑒 3×ℎ×𝑓𝑒

On calculera les aciers en flexion composée avec traction. Au niveau des points où les moments
s’annulent, on a uniquement des efforts de traction (T1, T2, T3 et T4 calculés
précédemment).Ces points ne peuvent pas être déterminés avec précision car d’une part les
appuis ne sont ni parfaitement encastrés ni parfaitement articulés et d’autre part leurs positions
changent suivant la hauteur de remplissage du réservoir. Par conséquent, on appliquera la
section minimale d’armature de traction pure à toute la paroi :

ℎ×𝑓𝑡28 2×0,2
As min = = = 10 cm²/m,
𝑓𝑒 400

Pour déterminer les sections d’acier en flexion composée, on utilisera la méthode du moment
h
par rapport aux aciers tendus : M1=M+N× (d- ) avec N ≤ 0, Si on choisit des HA12 comme
2
diamètre maximal 5cm d’enrobage (Fissuration préjudiciable, eau potable), on aura les hauteurs
utiles suivantes :

-Pour le premier lit coté paroi : d’= 0,06+0,5×0,01= 0,065m d= h-d’= 0,135m.

-Pour le 2 éme lit coté paroi : d’= 0,06+1,5×0,01=0,075m d=0,125 m.

𝑀1
 Le moment réduit à l’ELS est : 𝛽=
𝑑²

𝜂×𝑓𝑡28
 La contrainte de l’acier coté eau est : 𝜎𝑠 = 240×√ ou 201 MPa coté
𝜙

extérieur du réservoir, Si on note α la solution par itération de l’équation


90×𝛽 1−𝛼 𝛼
α=√ × 3−𝛼 et z =d (1- 3 ),
𝜎𝑠𝑡

𝑀1 𝑁
 La section d’acier est donnée par : Ast = - ,
𝑧×𝜎𝑠𝑡 𝜎𝑠𝑡

119
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Les résultats de calculs ainsi que le choix d’acier sont présentés dans le tableau ci-après :

Acier retenu Vérification section


Choix d’acier Coté eau Coté Coté eau Coté
extérieur extérieur
En travée horizontal - 2HA10 - 1,2≤1,57
Petit Sur appui H 4HA12 - 2,4 ≤4,52 -
coté En travée vertical - 2HA10 - 1,1≤1,57
Sur appui V 4HA12 - 2,75≤4,52 -
En travée horizontal - 3HA10 - 2,2≤2,36
Grand Sur appui H 6HA12 - 2,4≤6,78 -
coté En travée vertical - 3HA10 - 0,61≤2,36
Sur appui V 6HA12 - 4,71≤6,78 -
En travée G portée - 5HA12 - 2,9≤5,65
Fond Sur appui G portée 6HA12 - 2,85≤6,78 -
En travée P portée - 5HA12 - 5,2≤5,65
Sur appui P portée 6HA12 - 4,97≤6,78 -
Tableau 55.Calcul des armatures dans les plaques du réservoir

Calcul des sections N M(KN. d(m) M1(K 𝛽 α Z(m) Section d’acier


d’aciers (KN) m) N.m)

Contrainte dans l’acier Face extérieure 𝜙8 𝜙10 𝜙12


201 201 201
Face intérieure 139,1 127 117,6
T.Horizontale -3,31 2,8 0,135 2,68 0,147 0,155 0,128 1,2 1,2 1,2
Petite T.verticale -3,31 2,3 0,125 2,22 0,143 0,153 0,118 1,1 1,1 1,1
coté Ap.horizontal -3,31 -3,3 0,135 3,18 0,174 0,169 0,127 1,8 2,23 2,4
App.vertical -3,31 -3,78 0,135 3,66 0,2 0,182 0,126 2,32 2,54 2,75
Grande T.Horizontale -3,16 5,25 0,135 5,14 0,282 0,218 0,125 2,2 2,2 2,2
coté T.verticale -3,16 1,17 0,125 1,09 0,069 0,104 0,120 0,61 0,61 0,61
Ap.horizontal -3,16 -3,3 0,135 3,19 0,175 0,170 0,127 2,03 2,22 2,4
App.vertical -3,16 -6,61 0,135 6,49 0,356 0,247 0,124 3,98 4,36 4,71
T.G.Portée -5 0,91 0,125 0,78 0,049 0,088 0,121 2,9 2,9 2,9
Fond T.P.Portée -6,58 11,19 0,135 11,67 0,64 0,339 0,119 5,2 5,2 5,2
App.G.Portée -5 -3,78 0,135 3,60 0,197 0,181 0,126 2,41 2,64 2,85
App.P.Portée -6,58 -6,61 0,135 6,38 0,35 0,245 0,123 4,2 4,6 4,97

Tableau 56.Choix d’acier

120
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Schéma de ferraillage

Figure 82.Coupe parallèle à la grande face

Figure 83.Coupe parallèle à la petite face

121
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Chapitre 7 : Etude de la fondation


7.1 Introduction
La fondation est la partie de la construction qui permet de supporter et de transmettre
les charges appliquées à la structure au sol d’assise, Le sol doit être en mesure de supporter les
charges qui lui sont transmises. Ces fondations peuvent être de deux sortes, superficielles et
profondes.

Le choix du type de fondation va dépendre des caractéristiques du sol et de la descente


des charges amenées par la structure.

La limite entre ces types de fondations est difficile à établir, Nous retiendrons les
indications suivantes :

• Si 𝐷/𝐵 < 4 , nous sommes dans le cas des fondations superficielles.


• Si𝐷/𝐵 ≥ 10, la fondation est profonde.

D : profondeur de la base de la fondation par rapport au terrain naturel.

B : largeur ou diamètre de la fondation.

7.2 Reconnaissances géotechniques


Travaux exécutés
A la demande du client, la campagne de reconnaissance a comporté l’exécution de :

- Investigations in situ :
-Deux sondages carottés, désigné par SC1 et SC2, de 30m de profondeur chacun avec
réalisation des essais SPT dans les matériaux pulvérulents et prélèvement d’échantillons
intacts pour analyse au laboratoire.
-Deux sondages pressiomètriques, désignés par SP1 et SP2, de 30m de profondeur
chacun, avec réalisation d’essais pressiométriques tous les mètres.
-Un piézomètre hydraulique, désigné par PZ1, installé au niveau du sondage SC2 avec
prélèvement d’échantillon d’eau pour analyse chimique de la nappe.
- Essais de laboratoire :

Les échantillons prélevés ont fait l’objet d’essais :

• D’identification : granulométrie, sédimentométrie, limites d’Atterberg, équivalent de


sable, poids volumiques, teneur en eau naturelle…

122
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

• D’analyses chimiques : teneur en sulfates

Les détails et les résultats de l’étude géotechnique seront présentés dans une annexe juste
après le chapitre

Conclusion tiré à partir des essais :


Le mode de fondation retenu est superficiel sur semelles isolées, Le niveau d’assise des
fondations, serait à partir de -9,5m de profondeur par rapport à la côte actuelle du terrain naturel.

Pour une fondation superficielle sur semelles isolées, ancrées à partir -9,5m par rapport à la côte
actuelle du terrain naturel, un taux de travail de 3,5 bars peut être admis.

7.3 Dimensionnement de la fondation


L'étude de la fondation commence par un pré dimensionnement où on détermine la longueur,
la largeur et la hauteur de la semelle à partir des dimensions du poteau et aussi un
dimensionnement du gros béton. L’étape suivante consiste à faire les vérifications nécessaires.

Enfin, on fait le calcul du ferraillage correspondant.

Tableau 57.Données et hypothèses de calcul

Dimension du poteau porté par la semelle 𝑎 𝑏 = 60


(cm) = 35
G (KN) 2004
Q (KN) 545
𝐹𝑢 (𝑘𝑁) 3522,9
𝐹𝑠𝑒𝑟 (𝑘𝑁) 2549
La contrainte admissible du sol:𝜎𝑠𝑜𝑙 (𝑀𝑝𝑎) 0,35
Contrainte admissible du gros 0,6
béton:𝜎𝑔𝑏 (𝑀𝑝𝑎)
Fissuration Préjudiciable
L’enrobage (cm) 5

123
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Dans ce qui suit, on désigne par :


- 𝐴, 𝐵∶ les dimensions de la
semelle
- 𝐴’, 𝐵’ ∶ les dimensions du gros
béton.
- ℎ ∶ la hauteur de la semelle.
- 𝐻’ ∶ la hauteur du gros béton.
- 𝑑𝑎𝑒𝑡𝑑𝑏 : les hauteurs utiles de la
semelle.

Figure 84.Vue en plan de la semelle


Méthode de calcul
La méthode de bielle constitue la méthode de calcul la plus simple et la plus rapide. Dans cette
méthode on admet que, sous la combinaison d’actions la plus défavorable à ELU la semelle est
considère comme une succession des bielles optiques travaillant à la compression et
transmettant aux aciers inferieurs des efforts de traction on pose que la semelle soit
homothétique avec le poteau.

Dimensionnement de la section de la semelle


On considère une semelle dont la section est homothétique à celle du poteau, c’est-à-dire :

𝐴 𝑎 0,35
𝛼= = = = 0,58
𝐵 𝑏 0,60

La portance du sol est moyenne 0,14 ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 ≤ 0,56(𝑀𝑃𝑎) donc on utilise des semelles
reposant sur du gros béton afin d’augmenter cette portance et d'éviter le chevauchement des
semelles.

Puisque la semelle repose sur le gros béton, la répartition des contraintes est bitriangulaire
(semelle rigide sur surface rigide), on doit alors multiplier les efforts appliqués sur la semelle
3
par 2 .

3 × 𝑏 × 𝐹𝑠𝑒𝑟 3 × 0,6 × 2549 × 10−3


𝐷′ 𝑜ù 𝐵 ≥ √ =√ = 3,3 𝑚 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝐵 = 3,3𝑚
2 × 𝑎 × 𝜎𝑔𝑏 2 × 0,35 × 0,6

𝐴𝑖𝑛𝑠𝑖 𝑙𝑎 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝐴 𝑒𝑠𝑡 ∶ 𝐴 = 𝐵 × 𝛼 = 1,9 𝑚 , 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝐴 = 2𝑚

Les hauteurs utiles de la semelle doivent vérifier la condition de la rigidité tel que :

124
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝐵−𝑏
𝐴 − 𝑎 ≥ (𝑑𝑏 𝑒𝑡 𝑑𝑎 ) ≥
4
𝐵−𝑏
 𝐴 − 𝑎 = 1,65𝑚 ≥ (𝑑𝑏 𝑒𝑡 𝑑𝑎 ) ≥ = 0,67𝑚
4

En utilisant la méthode des bielles, on prend :𝑑 = 0,95𝑚


Par suite : ℎ𝑎 = ℎ𝑏 = 𝑑𝑎 + 𝐸𝑛𝑟 = 0,95 + 0,05 = 1 𝑚
Tableau 58.Tableau récapitulatif des dimensions de la semelle

A(m) B(m) h(m)


2 3,3 1

Dimensionnement du Gros Béton


Afin de dimensionner le gros béton, il faut prendre en considération le poids propre de la
semelle : 𝑃. 𝑃(𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒) = 𝐴 × 𝐵 × ℎ × 𝑏 = 2 × 3,3 × 1 × 25 = 165 𝑘𝑁

𝐿𝑎 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑎𝑝𝑝𝑙𝑖𝑞𝑢é𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝐺𝐵 ∶ 𝑃′ = 1,1 × 𝑃. 𝑃(𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒) + 𝐹𝑠𝑒𝑟 = 2730,5 𝑘𝑁

Avec 𝑃’ ∶ charge appliquée sur la semelle y compris son poids propre majoré de 10% pour tenir
compte du poids de gros béton.

𝑃′
𝑆𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝐴′ , 𝐵 ′ : 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑖𝑚𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑𝑢 𝑔𝑟𝑜𝑠 𝑏é𝑡𝑜𝑛 ∶ 𝐴′ × 𝐵′ ≥
𝜎𝑠𝑜𝑙

3,3 × 2730,5 × 10−3


𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑜𝑏𝑡𝑒𝑛𝑖𝑟 𝐵 ′ ≥ √ = 3,6 𝑚
2 × 0,35

𝐴
 On prend B ′ = 3,6 m et on déduit A′ = 𝐵 × 𝐵 ′ = 2,1𝑚

• 𝐻’ : la hauteur de gros béton est calculée de manière à permettre le développement des


bielles de béton à un angle compris entre 45° 𝑒𝑡 55°,


𝐵′ − 𝐵 𝐴′ − 𝐴
𝐻 = max ( × 𝑡𝑔𝛽 ; × 𝑡𝑔𝛽 )
2 2

Pour le cas plus défavorable, on prend 𝛽 = 55°, alors :

2,8 − 2,6 2,8 − 2,6


𝐻 ′ = max ( × 𝑡𝑔55 ; × 𝑡𝑔55 ) = 0,143 𝑚
2 2
Ce calcul a abouti à une valeur de hauteur inférieur à hmin, d’autre part, la valeur de contrainte
admissible dans notre cas est égale à 0,35 MPa ceci implique une hauteur de gros béton faible

125
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

d’où le recours à la valeur normalisée minimale, d’où le redimensionnement de h’ sur lequel on


va se baser pour déterminer le débord nécessaire.

Figure 85.Schéma explicatif déterminant le débord

 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝐻 ′ = 𝐻′𝑚𝑖𝑛 = 0,6 𝑚


 Le débord = cotg(55) ×0,6 = 0,56 cm

Tableau 59.Tableau récapitulatif de dimensionnement du gros béton

A’(m) B’(m) H’(m)


3,1 4,4 0,6

Vérification des contraintes


7.3.4.1 Contrainte appliquée sur le gros béton
𝑃′ 2730,5 × 10−3
= = 0,41 𝑀𝑝𝑎 < 𝜎𝑔𝑏 = 0,6 𝑀𝑝𝑎 → 𝑽é𝒓𝒊𝒇𝒊é𝒆
𝐴×𝐵 3,3 × 2
7.3.4.2 Contrainte appliquée sur le sol
𝑆𝑜𝑖𝑡 ∶ 𝑃𝑠 = 𝑃′ + 𝑃𝑟𝑒𝑚𝑏𝑙𝑎𝑖 + 𝑃𝑔𝑏 ∶ 𝐶 ′ 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑎𝑝𝑝𝑙𝑖𝑞𝑢é𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑠𝑜𝑙

𝐴𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑃𝑔𝑏 = 𝐴′ × 𝐵 ′ × 𝐻 ′ × 𝑔𝑏 = 4,4 × 3,1 × 0,6 × 22 = 180,05 𝑘𝑁

𝑃𝑟𝑒𝑚𝑏 = (𝐴′ × 𝐵 ′ − 𝐴 × 𝐵) × ℎ × 𝑠𝑜𝑙 = 12,67 𝑘𝑁

 𝑃𝑠 = 2730,5 + 180,05 + 12,67 = 2923,22 𝑘𝑁


𝑃𝑠 2923,22 × 10−3
= = 0,21 𝑀𝑝𝑎 < 𝜎𝑠𝑜𝑙 → 𝑽é𝒓𝒊𝒇𝒊é𝒆
𝐴′ × 𝐵′ 3,1 × 4,4

126
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Vérification vis-à-vis du poinçonnement


Il s'agit de vérifier que la hauteur de la semelle est suffisante pour empêcher le phénomène de
poinçonnement de se produire, On doit vérifier l'expression suivante :

𝑃𝑟𝑢 0,045 × 𝑓𝑐28


= ≤ 𝑙𝑖𝑚 =
𝑈𝑐 × ℎ 𝑏

(𝑎 + 2ℎ) × (𝑏 + 2ℎ)
𝐴𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑃𝑟𝑢 = 𝐹𝑢 (1 − )
𝐴×𝐵
(0,35 + 2 × 1) × (0,6 + 2 × 1)
= 3522,9 × (1 − ) = 264,21 𝑘𝑁
3,3 × 2

𝑈𝑐 = 2 × (𝑎 + 𝑏 + 2ℎ) = 5,9 𝑚 ∶ 𝑃é𝑟𝑖𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑓𝑒𝑢𝑖𝑙𝑙𝑒𝑡 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛

264,21 × 10−3
𝐴𝑙𝑜𝑟𝑠 ∶  = = 0,04 𝑀𝑝𝑎 < 𝑙𝑖𝑚 = 0,75 𝑀𝑝𝑎 → 𝑽é𝒓𝒊𝒇𝒊é𝒆
5,9 × 0,6

7.4 Ferraillage de la semelle


Calcul des armatures
Les sections d‘armatures Aa (parallèle à A) et Ab (parallèle à B) sont obtenues par les
formules ci-dessous :

On note𝑃𝑢 𝑡𝑜𝑡 = 𝑃𝑢 + 1,35 × 𝑃, 𝑃(𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒) =3745,65 KN

• Armatures parallèles à A et B sont respectivement :

𝑃𝑢 𝑡𝑜𝑡 × (𝐴 − 𝑎) 𝑃𝑢 𝑡𝑜𝑡 × (𝐵 − 𝑏)
𝐴𝑎 = ; 𝐴𝑏 =
8 × 𝑑𝑎 × 𝑓𝑠𝑢 8 × 𝑑𝑏 × 𝑓𝑠𝑢

3,74 × (2 − 0,35)
𝐴𝑎 = = 23,33 𝑐𝑚2
8 × 0,95 × 348

Au niveau de l’infrastructure, il faut considérer au moins une fissuration préjudiciable

la section d’acier obtenue doit être multiplié par 1,1

 Section retenue ∶ 𝐴𝑎 𝑟𝑒𝑡𝑒𝑛𝑢𝑒 = 𝐴𝑎 × 1,1 = 25,66 𝑐𝑚²


 Choix d’acier : 13 HA16 d’où Aa,réel= 26,13 cm²
 Espacement des armatures Aa est déterminé par :

127
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

𝐵−2×𝐸𝑛𝑟−𝜙 3,3−2×0,05−0,016
𝑆𝑡𝑎 = = = 27 cm
𝑛𝑏𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒−1 13−1

3,74×(3,3−0,6)
𝐴𝑏 = = 38,18 cm²
8×0,95×348

 Section retenue: 𝐴𝑏 𝑟𝑒𝑡𝑒𝑛𝑢𝑒 = 𝐴𝑏 × 1,1 = 42 𝑐𝑚²


 Choix d’acier : 14 HA20 d’où Ab,réel =43,96 cm²
Espacement des armatures Ab est déterminé par :

𝐴−2×𝐸𝑛𝑟−𝜙 2−2×0,05−0,020
𝑆𝑡𝑏 = = =15 cm
𝑛𝑏𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒 −1 14−1

Type d’ancrage
• Pour les armatures Aa (parallèles à A) et les armatures Ab (parallèles à B) :

1,6 400 𝐴
𝑙𝑠 = × = 57,14 𝑀𝑝𝑎 𝑒𝑡 = 50 𝑐𝑚 < 𝑙𝑠
4 2,8 4

 Les barres suivants A doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et il


faut prévoir des crochets d’ancrage,
• Pour les armatures Ab (parallèles à B) :
2 400 𝐵
𝑙𝑠 = × = 71,42 𝑀𝑝𝑎 𝑒𝑡 = 82,5 𝑐𝑚 > 𝑙𝑠
4 2,8 4
𝐵 𝐵
< 𝑙𝑠 < 4  Toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle,
8

mais peuvent ne pas comporter des crochets d’ancrage,

Armatures de montage
• La hauteur de la semelle est de 0,75𝑚> 0,5 𝑚 donc il faut ajouter des armatures supérieures
pour s’opposer à l’éventuelle apparition de fissurations autour du poteau. Pour cela on opte
pour une nappe d’acier de montage HA10 de même répartition que le ferraillage adopté
dans la partie inférieure de la semelle, avec un ancrage droit.

128
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Tableau 60.Tableau récapitulatif de ferraillage de la semelle

Armatures Selon A Armatures


St (cm)
principales
13 HA 16 27
Selon B Armatures St (cm)
14 HA 20 15
Type d’ancrage Ancrage courbe
Aciers de Selon A Armatures
St (cm)
montage
13 HA 10
27
Selon B Armatures St (cm)
14 HA 10 15
Type d’Ancrage Ancrage droit

Schéma de ferraillage

Figure 86.Vue de dessus

129
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Figure 87.Coupe A-A de la semelle

7.5 Familles de semelles retrouvés par Excel

Tableau 61.Famille des semelles obtenus par Excel


FAMILLE SEMELLE GROS BETON FERRAILLAGE
B A H B' A' H' Aa Bb
S1 (P : 1,8,21,28) 0,6 0,6 0,2 0,8 0,8 0,6 2HA12 2HA12
S2(P:2,3,4,5,7,9,11,14,22,26,29) 1,6 1,2 0,4 1,8 1,4 0,6 10HA10 7HA14
S3 (P : 10,15,30) 1,9 1,4 0,6 2,2 1,7 0,6 5HA16 7HA14
S4 (P:20,27,31,32,6) 2,1 1,5 0,8 2,4 1,8 0,6 5HA16 9HA14
S5(P:12,16,17,23,24,33,34,19) 2,7 1,9 1 3 2,3 0,6 8HA16 11HA16
S6(P/13,18,25) 3,3 2 1 4,4 3,1 0,6 13HA16 14HA20

130
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Conclusion Générale

Ce travail de fin d’études a eu pour but l’étude d’ossature porteuse en béton armé de
résidence touristique SPIG .Dans ce contexte nous avons proposé une conception qui répond
aux exigences de notre ossature en termes de retrait. En effet, on a opté pour des poteaux
naissants chaque fois où les poteaux fondés n’ont pas pu être prolongés telle que dans les zones
de circulation des voitures et dans le parking. Aussi on a opté pour des tirants de façade qui se
superposent aux limites des planchers des étages afin d’éviter la flèche verticale.

Du point de vue dimensionnement, on a opté pour le logiciel arche comme moyen de


vérification et support d’aide. Concernant la fondation, elle est superficielle sur des semelles
isolées. Pour l’étude de contreventement, il s’est avéré non obligatoire vu la hauteur de
l’immeuble qui dépasse à peine les 20 mètres.

Pour conclure, cette expérience nous a été instructive et enrichissante. Elle nous a permis
non seulement d’appliquer des théories et des connaissances académiques acquises dans notre
cursus universitaire en génie civil, mais elle a été aussi une étude pratique professionnelle dans
le domaine bâtiment.

131
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Bibliographie

1) Cours de béton Armé B.A.E.L 91 Calcul des éléments simples et des structures de
bâtiments « Jean-Pierre MOUGIN » 1995.
2) B.A.E.L.91 : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé, suivant la méthode des états limites.
« Jean PERCHAT » ; « Jean ROUX ».
3) Henry Thonier : Conception et calcul des structures de bâtiment – Tome 1

« Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées » 1999.

4) Henry Thonier : Conception et calcul des structures de bâtiment – Tome 5


« Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées » 1995.
5) Henry Thonier : Conception et calcul des structures de bâtiment – Tome 6
« Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées » 1999.

132
Etude de l’ossature d’une Résidence Touristique H.Laribi & N.Chtioui

Annexe

133

Vous aimerez peut-être aussi