Vous êtes sur la page 1sur 7

Exercice 1.

Courant harmonique dans le neutre, surdimensionnement de celui-


ci(Solution.1)
Une installation triphasée (380/220 V) équilibrée comporte 3 lampes fluocompactes telles que le
courant Ieff sur chaque ligne est de 180 mA.
Le courant est fortement déformé
• le fondamental du courant est de 102 mA
• l’harmonique de rang 3 est de 90 mA.
1. Quel est le taux de distorsion harmonique du courant.
2. Quelle est la puissance déformante
3. Quel est l’intensité du courant dans le neutre si on suppose négligeables les
harmoniques de courant supérieur à 3.
4. Vérifier la valeur de la somme des harmoniques >3
5. Quelle sera leur influence ?

Solution.1. Exercice 1 :Courant harmonique dans le neutre, surdimensionnement de


celui-ci
1. Comme le (courant efficace)² est la somme quadratique des harmoniques qui le constituent
I 2 = I12 + I 22 + I32 + I 42 + ....
Le THD est défini par le rapport de la valeur efficace des harmoniques sur la valeur
efficace du fondamental (donc si le signal est sinusoïdal pur THD=0)

I
n=2
2
n
I 2 − I12 0,1802 − 0,1022
THD = = = = 1, 45
I1 I1 0,102
Ce qui signifie que les harmoniques sont 1,45 fois le fondamental.
2. La puissance déformante est définie par D = S 2 − P 2 − Q 2 peu utile dans ce cas
S = 3  V 2  I 2 = 3  (V12 + V22 + V32 + ...)  ( I12 + I 22 + I 32 + ...)
V12 + V22 + V32 + ... = V12 car on a une alimentation sinusoïdale en tension
 
I =  I = I + I + I + ... = I +  I n2 = I12 + THD 2  I12
2 2
n
2
1
2
2
2
3
2
1
n =1 n=2

Et comme S 2 = 3  V 2  I 2 = 3  V 2   I n2 = 3  V 2  ( I12 + THD 2  I12 )
n =1

Donc S
2
= 3 V I + 3 V I  THD = P 2 + Q2 + D2
2 2
1
2 2
1
2

Donc S 2 = 3  V I + 3  V I  THD 2 = P 2 + Q 2 + D 2
2 2
1
2 2
1

P2 +Q2 D2

Soit D = 3 V1  I1  THD


D = 3  220  0,102 1, 45 = 97, 6 VAd
3. L’intensité du courant dans le neutre est donnée par la somme des 3 harmoniques de rang 3
de chaque phase. Ils s’ajoutent dans le neutre car ils sont en phase.
I n = I1h3 + I 2h3 + I3h3 = 3  0,09 = 0, 27 A
4. Vérifions la valeur des harmoniques supérieurs à 3

 In2
n3

I =  I = I + I + I + I + I 52 ...
2 2
n 1
2 2
2
2
3
2
4
n =0


 I
n 3
2
n = I 2 − I12 − I 32 = 0,1802 − 0,1022 − 0, 092 = 0,117
5. Ces harmoniques ne sont pas négligeables et on peut être sûr que des harmoniques
multiples de 3 (h6, h9…) se retrouveront dans le neutre ce qui augmentera la valeur de
celui-ci

Exercice 2. BTS 2005 Métropole : Couplage d’un transformateur (Solution.1)


Rôle du transformateur triphasé placé entre le réseau HTA et la distribution BTA.

Le réseau HTA délivre des tensions sinusoïdales formant un système triphasé équilibré direct (UAB = UBC = UCA
= U1 = 20 kV). Il alimente le primaire d'un transformateur abaisseur de tension, de couplages triangle au
primaire et étoile avec neutre au secondaire. Le secondaire délivre un système triphasé équilibré direct de
tensions de valeur efficace U2 = 400 V.
Chaque colonne porte un enroulement primaire de N1 spires et un enroulement secondaire de N2 spires.
Le transformateur est supposé parfait. La figure B1 précise la désignation des différents courants et les
conventions adoptées.

B1. Caractéristiques du transformateur.


B1.1. Déterminer le rapport mC, de transformation par colonne du transformateur.
B1.2. Déterminer, en le justifiant, l'indice horaire Ih du transformateur.
B2. Premier cas de fonctionnement : l'ensemble des récepteurs constitue une charge linéaire
triphasée équilibrée. Les courants ia(t), ib(t) et ic(t) sont alors sinusoïdaux. On a
ia (t ) = I a 2 sin (t ) avec Ia = 900 A et f=50 Hz. Exprimer in(t) en fonction de ia(t), ib(t) et ic(t).
En déduire la valeur de in(t).
B3. Deuxième cas de fonctionnement : les récepteurs constituent une charge non-linéaire
triphasée équilibrée. Chaque courant en ligne au secondaire résulte de la superposition d'un courant
fondamental de fréquence 50 Hz et de courants harmoniques de fréquences multiples.
On ne prend en compte que les harmoniques de rang 3, les autres rangs sont négligés. Le courant ia(t)
(figure B2) a alors pour expression ia (t ) = I a1 2 sin (t ) + I a 3 2 sin ( 3t ) , av ec I a 1 = 900 A et
Ia3= 130 A.
Les courants ia(t), ib(t) et ic (t) formant toujours un système triphasé équilibré, ib(t) et ic(t)
s'obtiennent en
 2   4 
remplaçant respectivement .t par  t −  et par  t − .
 3   3 
B31. Vérifier, en exprimant ib(t) et ic(t), que les trois composantes de rang 3 sont en phase, comme
le montre la figure B2.
B3.2. Ecrire la loi des nœuds au point n. En déduire l'expression de in(t). Tracer son allure sur la
figure B3 du document réponse n°2. Donner sa valeur efficace.
B3.3. Etablir que les courants dans les enroulements primaires ont pour expression jA(t) = 0,0115
.ia(t), jB(t) = 0,0115 .ib(t) et jC(t) = 0,0115 .ic(t).
B3.4. Ecrire la loi des nœuds au point A. En déduire l'expression du courant i1(t).
B3.5. En déduire l'intérêt de ce couplage pour le réseau HTA.
Solution.1. Exercice 2 : BTS 2005 Métropole : Couplage d’un transformateur

B1. Caractéristiques du transformateur.


B1.1 Le rapport de transformation par colonne est

400
N 2 Van 3 = 11,5 10−3
mC = = =
N1 U AB 20000
B1.2 L’indice horaire est déterminé en trouvant le déphasage de UAB /Uab.
Les tensions en phase sont Van et UAB.
Uab UAB

Van

Indice horaire :11 Uab

Vcn Vbn
Angle 11x/6
Sens horaire
Exercice 3. BTS 2001 (Nouméa) Transfo relevement fp () (Solution.1)

Les caractéristiques du transformateur triphasé servant à l'alimentation de l'usine sont


- puissance apparente secondaire nominale S2n =250 kVA
- tension composée primaire nominale U1n = 20 kV à la fréquence f = 50 Hz
- tension composée secondaire nominale U2n = 400 V
- couplage: Dyn
Des essais ont été réalisés :
- essai à vide, sous la tension U10=U1n
Puissance absorbée au primaire P10 = 0,65 kW
Tension composée secondaire : U20 = 410 V
- essai en court-circuit, sous la tension U 1cc =4% de U1n
Puissance absorbée au primaire: P1cc = 3,25 kW
Intensité du courant de ligne secondaire : I2cc = I2n

1°). Déterminer la valeur efficace nominale I2n de l'intensité du courant de ligne secondaire.
U 20
2°). Déterminer le rapport de transformation à vide m=
U10
3°). On souhaite déterminer le schéma équivalent par phase ramené au secondaire, conformément à la
figure ci dessous.
RS jXS
I2 N1 spires
r1 résistances
f1 fuites

E2 V2

3.1. A l'aide de l'essai en court-circuit réalisé sous tension primaire réduite, déterminer Zs
3.2. Que représente la puissance P1cc absorbée dans l'essai en court-circuit ?
3.3. En déduire Rs puis Xs

Dans la suite, on prendra Rs = 8,3 m et Xs = 25 m

4°) On imagine pour l'instant un fonctionnement du transformateur, alimenté sous sa tension primaire
nominale, qui débite une intensité I2 = I2n en alimentant directement une charge triphasée équilibrée de
nature inductive, caractérisée par un facteur de puissance de 0,80.
4.1. Quelle est la tension disponible entre phases aux bornes de la charge ?
4.2. Quel est alors le rendement du transformateur ?
5°) En vu d'un éventuel accroissement de la puissance installée, il est envisagé de rajouter un deuxième
transformateur triphasé fonctionnant en parallèle avec le premier, ce qui rend indispensable la
connaissance de l'indice horaire, noté h, du transformateur déjà installé. Déterminer h.
A B C

n a b c

2. Etude de la charge
On suppose que la charge constituée par l'usine est alimentée sous une tension de valeur efficace constante
U = 400 V, de fréquence f =50 Hz, et qu'elle absorbe une puissance active constante P =150 kW , une puissance
réactive Q positive, avec un facteur de puissance très variable, évoluant entre 0,4 et 1.
On note Ps et Qs les puissances fournies par la source triphasée.
1°) Entre quelles valeurs Imin et Imax évolue le courant de ligne ?
2°) Pour quelle valeur du facteur de puissance de la charge atteint-on I = 360 A ? A quelle puissance apparente
de la source cela correspond-il ?
Un transformateur de 250 kVA convient-il pour tous les facteurs de puissance possibles, compris entre 0, 4
et 1 ?
Lorsque le facteur de puissance de la charge est faible, on branche en parallèle une batterie de 3
condensateurs identiques, de capacité C, montés en triangle
On note Ps et Qs les puissances fournies par la source triphasée, P ct et Qct les puissances absorbées par la
batterie de condensateurs et P et Q les puissances absorbées par la charge.
3°) Pour un facteur de puissance de la charge de 0,40 on veut que Isource = 240 A. Etablir un bilan de puissances.
En déduire la valeur de C

Solution.1. Exercice 3 : BTS 2001 (Nouméa) Transfo relevement fp ()


1. La puissance apparente secondaire nominale S n est reliée à I2n par la relation : Sn = 3U 2 n I 2 n . On
Sn 250000
obtient alors pour le courant nominal secondaire : I 2n = = = 360 donc I2n= 360 A
3U 2 n 3  400
410
2. Grâce à l'essai à vide, on détermine m : m= = 0, 02 donc m = 0,02
20000
3. Lors de l'essai en court circuit, la tension primaire étant réduite, on peut négliger
les pertes fer et le courant magnétisant. Toute la puissance absorbée sera donc
dissipée dans les trois résistances R S. Le schéma équivalent monophasé (étoile donc
il faudra prendre la tension simple) devient :

b. On peut alors écrire mV1CC = E2CC = ( RS + jX S ) I2CC = Z S I2CC soit en

mV1CC
valeurs efficaces : mV1CC = Z S I 2CC . L'impédance Zs vaut donc : Z S = soit
I 2CC
0, 02  0, 04  20000
ZS = = 0, 0256 donc ZS = 25,6 m
3  360
c. P1CC est la puissance absorbée dans les trois résistances RS donc : P1CC = 3RS I 22CC
P1CC
d. On en déduit RS : RS = et X S = Z S2 − RS2 .
3I 22CC
3250
RS = = 0, 0083  soit RS = 8,3 m
3  3602
X S = 0,02562 − 0,00832 = 0,024  soit XS = 24 m

4. a) On va utiliser l'expression approchée de la chute de tension en charge :


U 2 = U 20 − U 2 = 3 ( RS I 2 n cos 2 + X S I 2 n sin 2 ) où 2 est le déphasage entre la tension

simple aux bornes de la charge et le courant i2, cos 2 vaut ici 0,8.
La tension disponible entre phases est alors :
U 2 = U 20 − 3 ( RS I 2 n cos 2 + X S I 2 n sin 2 )

(
U 2 = 410 − 3 8,3 10−3  360  0,8 + 25 10−3  360  1 − 0,82 = 396 V )
Donc U2 = 396 V
b. Faisons le bilan des pertes. On est sous courant nominal secondaire donc les pertes Joule dans les
enroulements sont les mêmes que celles de l'essai en court circuit (c'est l'intérêt de faire cet
essai sous courant nominal secondaire) soit P1CC. On est de plus sous tension nominale primaire donc
les pertes fer sont les mêmes que lors de l'essai à vide soit P10.
La puissance dissipée dans la charge vaut 3U 2 n I 2 n cos 2 .
L'expression du rendement est donc ici :

3U 2 n I 2 n cos 2 3  396  360  0,8


= = = 98%
3U 2 n I 2 n cos 2 + P1CC + P10 3  396  360  0,8 + 3250 + 650
5. Pour déterminer H, il s'agit de déterminer le déphasage entre la tension simple vA et la tension

simple va en tournant dans le sens horaire. Ce déphasage est un multiple de . Le coefficient de
6
proportionnalité est H. D'après la figure et la disposition des bornes homologues, uAB et va sont en
phase. Représentons cela sur un diagramme vectoriel :
Il apparaît immédiatement que H = 11

Vous aimerez peut-être aussi