Vous êtes sur la page 1sur 10

TP n°2

Capteurs de température (2)

Objectif :
Le but de ce TP est d’observer le fonctionnement d’autres capteurs de température comme les
thermocouples.

Définition :
Un thermocouple est un capteur servant à mesurer la température. Il se compose de deux
métaux de natures différentes reliées à une extrémité. Quand la jonction des métaux est
chauffée ou réfrigérée, une variable de tension est produite, qui peut être ensuite transcrite en
température. Les alliages thermocouple sont généralement disponibles en fils.

Les thermocouples sont des capteurs de température polyvalents et sont, par conséquent,
utilisés pour de nombreuses applications, du thermocouple à usage industriel au thermocouple
standard équipant les appareils et les équipements domestiques. En raison de la diversité des
modèles et des spécifications techniques, il est extrêmement important de comprendre leur
structure de base, le mode de fonctionnement du thermocouple ainsi que ses plages de
températures pour déterminer le type et la matière du thermocouple adapté à notre application.

Manipulation :

 L’étude d’un thermocouple de type K:

Définition :

Le thermocouple de type K (chromel-alumel) est le thermocouple à usage général le plus


courant avec une sensibilité d'environ 41 µV/°C. Il est peu coûteux et une grande variété de
sondes est disponible dans sa plage de -200 °C à +1350 °C (-330 °F à +2460 °F). Le type K a
été spécifié à une époque où la métallurgie était moins avancée qu'aujourd'hui, et par
conséquent les caractéristiques peuvent varier considérablement entre les échantillons. une
caractéristique des thermocouples fabriqués avec un matériau magnétique est qu'ils subissent
une déviation de sortie lorsque le matériau atteint son point de Curie, ce qui se produit pour
les thermocouples de type K à environ 185 °C.

1
1/ Réalisons le circuit suivant et remplissons le tableau :

T (°C ) -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

U(mV) -0.39 0.00 0.40 0.80 1.20 1.61 2.02 2.44 2.85 3.27 3.68

2/ Traçons la caractéristique U= f (T) :

U
4

3.5

2.5

2
U
1.5

0.5

0
-10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
-0.5

-1

 Nous voyons que la tension est proportionnelle à la température, et donc la courbe


caractéristique est linéaire.

2
3/ Déterminons la sensibilité du capteur :

Δ( grandeur de sortie ) Δ U
Sensibilité = =
Δ (mesurande) ΔT

A.N :

0 . 40−0. 00
S1 = =0.04 0 mV /° C=40 µV /° C
10−0

1.61−1.20
S2 = =0.04 1 mV / °C=41 µV /° C
4 0−3 0

2. 85−2 . 44
S3 = =0.04 1 mV / °C=41 µV /° C
70−60

3 .68−3 .27
S4 = =0.04 1 mV /° C=41 µV / °C
90−80

Intervalle de T (°C ) [0,10] [30,40] [60,70] [80,90]

Sensibilité ( µV /° C 40 41 41 41
)

 La sensibilité dans les différents intervalles est la même, donc nous pourrons dire que
le thermocouple de type K est linéaire.

4/ Comparons nos mesures avec celles de la table :

T (°C ) 0 20 40 60
U (mV) Obtenue 0.000 0.800 1.610 2.440
U (mV) Souhaitée 0.000 0.798 1.612 2.436

 Nous remarquons que les valeurs de la tensions sont tres proches.

3
 L’étude d’un thermocouple de type B:

Définition :

Les thermocouples de type B (70 %Pt/30%Rh–94 %Pt/6 %Rh) sont adaptés pour une
utilisation jusqu'à 1800 °C avec une sensibilité entre 5 et 10 μV/°C. Les thermocouples de
type B produisent la même sortie à 0 °C et 42 °C, limitant leur utilisation en dessous d'environ
50 °C. La fonction emf a un minimum d'environ 21 °C, ce qui signifie que la compensation de
soudure froide est facilement effectuée, car la tension de compensation est essentiellement
une constante pour une référence à des températures ambiantes typiques

1/ Réalisons le circuit suivant et remplissons le tableau :

T (°C ) -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
U(μV) / 0.00 -1.88 -2.58 -2.12 -0.5 2.28 6.19 11.3 17.4 24.8

2/ Traçons la caractéristique U= f (T) :

4
U
30

25

20
U
15

10

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
-5

 Nous voyons que la courbe caractéristique a une forme non linéaire et donc la non-
linéarité du capteur.

3/ Déterminons la sensibilité du capteur :

Δ( grandeur de sortie ) Δ U
Sensibilité = =
Δ (mesurande) ΔT

A.N :

−1. 88−0
S1 = =−0.188 µV /° C
10−0

−0.5−(−2.12)
S2 = =0.162 µV /° C
40−30

11. 3−6 .19


S3 = =0.511 µV /° C
70−60

24 . 8−17 . 4
S4 = =0.74 µV /° C
90−80

Intervalle de T (°C ) [0,10] [30,40] [60,70] [80,90]

Sensibilité ( µV /° C 0.188 0.162 0.511 0.74


)

 La sensibilité dans les différents intervalles n’est la même, et ça due à la non linéarité
du thermocouple de type B.

5
4/ Comparons nos mesures avec celles de la table :

T (°C ) 0 30 50 60
U (μV) Obtenue 0.00 -2.12 2.28 6.19
U (μV) Souhaitée 0.00 -2.00 2.00 6.00

 Nous remarquons que les valeurs de la tension mesurées sont proche a celles de
la table de reference .
 L’étude d’un thermocouple de type J:

Définition :

Le thermocouple de type J est un thermocouple très courant et à usage général. Il a une plage
de température plus petite et une durée de vie plus courte à des températures plus élevées. Il
se compose d'une jambe positive en fil de fer et d'une jambe négative en fil d'alliage
Constantan (cuivre-nickel). En raison du point de Curie du fer à 770 °C, le type J a une plage
de température limitée de -40 °C à 750 °C. Il ne doit pas être utilisé à des températures
élevées dans une atmosphère oxydante car le fer subit un changement moléculaire et perd de
façon permanente sa tension de sortie standard en fonction de la température. Il ne récupère
pas lorsque le fer est refroidi. Le type J a une sensibilité d'environ 50 μV/°C. Les dépenses et
la fiabilité du type J sont les mêmes que celles du type K. Pour un bon fonctionnement du
type J, une atmosphère de réduction par thermocouple est souhaitée et l'utilisation à basse
température n'est pas non plus recommandée.

1/ Réalisons le montage ci-dessous :

6
2/ Déterminons le rôle de chaque composant :

 : Un thermocouple type J, permettant de mesurer la température.

 : Un amplificateur opérationnel, permettant d’amplifier la tension de sortie.

 : Un voltmètre, permettant de mesurer la tension de sortie.

 : Générateur DC, pour l’alimentation de l’amplificateur.

3/ Effectuons les mesures suivantes :

T (°C ) -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
U(mV) 55.9 106 157 209 261 314 367 421 475 529 583

4/ Traçons la caracteristique du thermocouple U=f(T):

7
U
700

600

500

400 U

300

200

100

0
-10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

5/ Comparons nos mesures avec celles de la table :

T (°C ) 10 30 50
U (mV) Obtenue 157 261 367
U (mV) Souhaitée 0.507 1.537 2.585

 Nous remarquons que les valeurs obtenues ne correspondent pas aux valeurs de la
table de référence de thermocouple de type J.
 Pour obtenir ces valeur on doit ajouter un voltmètre lié directement au thermocouple
avant le circuit d’amplification :

8
Et d’où les nouvelles valeurs sont les suivantes :

T (°C ) -10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
U (mV) -0.5 0 0.51 1.02 1.54 2.06 2.58 3.12 3.65 4.19 4.73
Obtenue
U (mV) / 0 0.507 1.019 1.537 2.059 2.585 3.116 / / /
Souhaitée

Et la nouvelle courbe :

U
5

3
U
2

0
-10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
-1

Conclusion :

Dans ce TP on a réalisé trois montages en utilisant trois types différents des thermocouples,
le premier était de type K, ce dernier a une plage de température de [-250 , 1250] on a trouvé

9
que sa sensibilité était constante (≈41 µV /°C ) et que sa courbe caracteristique était une droite,
et d’où la linéarité de ce capteur.

Le deuxième thermocouple était de type B, ce capteur fonctionne très bien avec les valeurs de
températures élevées (250 à 1820 ° C ), et c’est pour cela qu’on a trouvé une sensibilité très
petite ((≈0 . 74 µV /°C ) pour les petites valeurs de la température, sa courbe caractéristique
n’était pas linéaire, et d’où ce type de thermocouple n’est pas linéaire.

Le dernier était de type J, sa plage de température est de [-210 , 1200] avec une sensibilité de
50 à 60 µV /° C . Ce capteur a donné un signal (une tension) de faible niveau, donc il était nécessaire
d’utiliser un amplificateur opérationnel pour atteindre des valeurs compatibles (sans perturbations)
avec les outils de mesure modernes (chaine de mesure électrique). Ce conditionnement de mesure
consiste à rendre exploitable la mesure issue du capteur. L’association capteur-conditionneur
détermine le signal électrique et ses caractéristiques. On effectue une adaptation de la source du signal
a la chaine mesure complète.

Illustration :

10

Vous aimerez peut-être aussi