Vous êtes sur la page 1sur 1

Arrêté n° 1/MPEAT/SG/DGPEE/SMI du 27 janvier 1993

Portant fixation et révision des charges locatives dans les immeubles et locaux à
usage d'habitation ou à usage mixte

Article 1er : Les charges locataires ne peuvent excéder 8 % du montant licite des loyers inférieurs ou
égaux à deux cent mille francs CFA par mois et 12 % du montant licite des loyers supérieurs à deux cent
mille francs CFA par mois.

Article 2 : L'augmentation des charges est subordonnée au visa préalable du directeur général des prix
et des enquêtes économiques. Le taux d'augmentation maximum ne peut excéder 5 % du montant initial.

Article 3 : Dans les immeubles collectifs ou soumis au statut de la copropriété, le bailleur ou le syndic
devra fournir à la direction générale des prix et des enquêtes économiques, les justificatifs relatifs au
parties d'usage commun de l'immeuble, afin de permettre la vérification éventuelle sur pièces ou sur
place de l'exactitude de ces éléments par les agents de l'administration des prix.
Le bailleur devra également indiquer sur le contrat la nature et le montant des charges ou, à
défaut, porter la mention "sans charge".

Article 4 : les infractions aux dispositions du présent arrêté sont passibles des peines, outre celles
contenues dans l'article 8 de l'ordonnance n° 2/75 du 16 janvier 1975 relative à la fixation des prix des
loyers, prévues par les articles 37 à 46 de la loi n° 29/63 du 15 juin 1963 portant réglementation des prix
en République gabonaise.

Article 5 : Le directeur général des prix et des enquêtes économiques, les mairies, les officiers
généraux, commandants en chef des forces de sécurité, les gouverneurs sont chargés, chacun en ce qui le
concerne, de l'application du présent arrêté qui prendra effet à compter de la date de sa signature, sera
enregistré, publié et communiqué partout où besoin sera.

Fait à Libreville, le 27 janvier 1993