Vous êtes sur la page 1sur 51

Ce document a été réalisé dans le cadre de la recherche PUCA par :

Lettre de commande n° F 0214 du 06/08/2002

Tribu
Agnès Démotié
Catherine Martos Agence Pattou & Associés Agence Tribu
Jean-Paul Mottier Dominique de La Gorce Alain Bornarel

Les partenaires sont :

ministère
de l’Équipement
des Transports
de l’Aménagement
du Territoire,
du Tourisme
et de la Mer

Plan
Urbanisme
Construction
Architecture
Sommaire

Introduction…………………………………4 3 - Promouvoir une utilisation


durable des ressources………………...30
1 - Faciliter l’intégration ..………………12 3.1. Energie
1.1. Accessibilité /Déplacements 3.2. Eau
1.2. Continuité spatiale et cohérence urbaine 3.3. Matériaux
1.3. Intégration sociale 3.4. Déchets
3.5. Patrimoine bâti et non bâti

2 - Assurer la diversité………………….19 4 - Assurer le bien-être et la santé………..38


2.1. Habitat et population 4.1. Confort, santé, qualité et sécurité des ambiances
2.2. Fonctions urbaines 4.2. Qualité de l’eau
2.3. Biodiversité, écosystèmes vivants 4.3. Pollution des sols
2.4. Répartition de l ’espace
2.5. Ambiances urbaines 5 - Organiser une gestion
durable du projet………………………...42

Annexes………………………………………..47
-notion de coût global
-index
-photothèque

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 3
INTRODUCTION

Le renouvellement urbain, une grande priorité de la métropole lilloise


A partir des années 1990, dans le cadre de l’élaboration du schéma directeur métropolitain, les acteurs
locaux ont clairement pris conscience que le renouvellement des territoires déqualifiés et dévalorisés de la
métropole lilloise devait devenir une priorité et un des axes privilégiés de la politique communautaire. Ces
sites rassemblent en effet environ 25 % de la population de la métropole, 30 % du territoire de certaines
communes concernées et environ 4 000 hectares de l’arrondissement de Lille.
Les fondements d’une stratégie de renouvellement urbain ont été alors élaborés à travers la mise en place
de la politique de « Ville renouvelée ».

Dans l’agglomération lilloise, le renouvellement urbain concerne plus particulièrement deux types de tissus
urbains hérités de l’histoire urbaine locale :

- les territoires issus du développement industriel intensif du 19ème siècle qui a généré de véritables
« villes ou quartiers - champignons » à Roubaix, Tourcoing ou Lille et dans les communes environnantes ;
ces quartiers sont le produit d’une urbanisation hâtive et intense qui a laissé peu de place aux espaces de
respiration en imbriquant étroitement habitat ouvrier individuel et industries ;
à partir des années 1970 le déclin des activités industrielles dominantes a entraîné dans ces secteurs
l’apparition de friches industrielles, la paupérisation des habitants et progressivement, la dévalorisation de
l’ensemble du cadre bâti ;

- les territoires d’habitat social collectif urbanisés après la seconde guerre mondiale et parfois jusqu’à
la fin des années 1970 ; situés souvent à la périphérie des villes sous forme de zoning mono – fonctionnel,
ces quartiers généralement enclavés et cernés par des infrastructures pénalisantes, ont également connu à
la fin du 20ème siècle une déqualification spatiale et sociale importante.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 4
Pour un renouvellement urbain durable
Parallèlement au mouvement de reconquête des territoires de « ville renouvelée », le besoin d’intégrer les
enjeux et la démarche du développement durable dans les opérations d’urbanisme est apparu peu à peu
comme un impératif et un facteur non négligeable de qualité urbaine.

« Renouveler, oui, mais pas n’importe comment »

Cette récente exigence s’inscrit dans le mouvement général de prise de conscience écologique et de l’intérêt
porté au développement local.
Ici, comme ailleurs, l’objectif « d’un développement durable qui réponde aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures » est partagé par un certain nombre d’acteurs.

La meilleure prise en compte des préoccupations environnementales, la nécessité d’une approche globale,
intégrée et transversale des problématiques spatiales, économiques, sociales et de gouvernance (contre les
logiques sectorielles), sont affirmées comme un objectif à atteindre dans les différents documents
d’urbanisme métropolitains.
Le schéma directeur de développement et d’urbanisme de Lille Métropole, les agendas 21 des villes ou de la
communauté urbaine, le projet d’aménagement et de développement durable du plan local d’urbanisme
approuvé le 8 octobre 2004, tous ces documents expriment à leur façon, l’ambition d’un aménagement
durable dans les opérations d’urbanisme et de renouvellement urbain.

Si cette préoccupation environnementale et globale n’est certes pas spécifique à la métropole lilloise, elle
prend ici une acuité particulière liée à l’état des sites que l’histoire, notamment industrielle, a laissé.
L’industrialisation intensive de la métropole a en effet généré des handicaps importants qui
nécessitent une approche environnementale particulière destinée à combler les retards ; cela concerne en
particulier la pollution des sols et des voies d’eau, le traitement des eaux usées, la préservation de la
ressource en eau, le déficit d’espaces publics et d’espaces verts, mais également la politique des
déplacements…

Cependant, actuellement, l’ambition du développement durable reste généralement théorique. Peu de


projets de renouvellement urbain parviennent à la concrétiser.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 5
La complexité des modes de faire, la multiplicité des intervenants et des compétences renvoyant
souvent à des échelles d’interventions différentes, la priorité donnée à des impératifs de très court terme
rendent difficile une véritable et complète prise en compte des enjeux du développement durable dans les
projets et opérations de renouvellement urbain.
Cette difficulté apparaît dès l’amont au moment de l’élaboration des cahiers des charges du projet
d’aménagement et des dispositifs de suivi mis en place par la/les maîtrise(s) d’ouvrage, mais se poursuit
ensuite dans l’élaboration du projet comme dans sa mise en œuvre.

Par ailleurs, si la démarche « Haute Qualité Environnementale » appliquée au bâtiment est relativement bien
identifiée, une démarche « Haute Qualité Environnementale » appliquée au renouvellement urbain et plus
largement au projet urbain reste encore assez floue et ne peut se réduire à la prise en compte d’un certain
nombre de cibles….

La recherche « Renouvellement urbain et environnement » a été saisie par notre équipe comme une
opportunité pour contribuer à construire une méthode permettant de mieux décliner et prendre en
compte les objectifs de développement durable dans les opérations de renouvellement urbain, à
l’échelle des quartiers.

La participation financière des collectivités locales à cette recherche témoigne de l’intérêt que ces dernières
portent à cette démarche.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 6
Un guide méthodologique pour un renouvellement urbain durable
Le « guide pour un renouvellement urbain durable de la métropole lilloise » se présente comme un outil
méthodologique destiné à identifier les thématiques et questionnements nécessaires à une approche durable
et environnementale des opérations de renouvellement urbain à l’échelle des quartiers.

Il a pour objectif premier de permettre aux maîtres d’ouvrages publics et plus largement aux acteurs du
renouvellement urbain de positionner leurs actions par rapport aux enjeux du développement
durable et de leur donner des outils pour orienter leurs projets dans ce sens.
Il vise, dans le même temps, à devenir une charte de qualité destinée à engager les partenaires locaux à
définir un niveau de « service urbain » à atteindre….

Le guide s’organise à partir d’une grille s’inspirant d’un certain nombre de travaux et réflexions existantes sur
le développement durable, mais il puise plus particulièrement ses références dans l’ouvrage de Françoise
Rouxel : « le développement durable, approche méthodologique dans les diagnostics territoriaux ».
Il se rapproche également de la méthodologie développée par l’association HQE2R « pour intégrer le
développement durable dans les projets d’aménagement urbain à l’échelle des bâtiments et des quartiers ».

Il ne vient pas concurrencer les autres démarches en cours mais se positionne comme un outil local élaboré
pour répondre aux problématiques de la métropole. Le guide est un outil vivant et évolutif qui sera testé
pendant un an, sur des opérations métropolitaines, puis complété et enrichi.

Le guide se nourrit cependant d’un certain nombre d’expériences étrangères présentées dans la première
partie de la recherche, et disponibles sous forme de fiches descriptives des opérations.

Un certain nombre de ces expériences sont reprises comme références dans les illustrations du guide.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 7
Cinq axes ont été retenus par l’équipe de recherche pour servir de charpente à l’organisation du guide (voir
sommaire) :

1 - faciliter l’intégration ;
2 - assurer la diversité ;
3 - promouvoir une utilisation durable des ressources naturelles ;
4 - assurer le bien être et la santé ;

et un objectif qui constitue un axe transversal :

5 - organiser une gestion durable du projet.


Ces axes recouvrent des approches transversales, multi-thématiques et multi-critères dans une volonté
clairement affirmée de décloisonnement, destinée à sortir des logiques sectorielles qui entravent souvent la
mise en œuvre d’une démarche de développement durable.
Ainsi, ces objectifs peuvent se décliner ensuite aussi bien en thématiques spatiales que sociales.

Dans le cadre de la recherche PUCA, ce guide évolutif, a vocation à être testé auprès de partenaires publics
et privés, et expérimenté sur des sites à renouveler, en tissu urbain traditionnel et en quartier d’habitat
collectif social.

Il permet d’enrichir l’approche urbaine classique, en proposant un questionnement préalable à toute


opération de renouvellement urbain qui se veut durable.

Il peut être utilisé à tout moment du projet :


-en amont du projet, pour orienter le cahier des charges,
-en cours du projet, pour une relecture de celui-ci sous un angle « durable »,
-en cours de réalisation, pour une gestion durable de l’« après-projet ».

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 8
Comment lire le guide ?
Le guide croise différentes entrées :
5 axes
1• faciliter l’intégration 1. Une entrée thématique que nous n’avons pas voulu découper selon les classiques volets
2• assurer la diversité environnement, social, économique et culturel. Pour rester en accord avec la démarche de développement
3• promouvoir une utilisation durable qui recherche la cohérence, nous avons choisi une approche transversale de ces trois volets
durable des ressources découpée selon les principales préoccupations de développement durable à l’échelle du territoire : (axes 1, 2,
naturelles 3, 4).
Une cinquième famille (axe 5), encore plus transversale, concerne les modes de faire, la concertation, la
4• assurer le bien-être et la
gestion du temps.
santé
2. Une entrée spatiale. En effet, un projet d’aménagement, quelle que soit la taille du terrain
5• organiser une gestion durable concerné, met en jeu toute une panoplie d’échelles de territoires, depuis celle de la parcelle, jusqu’à celle du
du projet grand territoire. Parmi toutes ces échelles, nous en avons retenu trois.
A l’échelle du territoire seront abordées les actions qui ont un impact sur la commune concernée, sur les
communes voisines, l’agglomération, voire le département (par exemple, pour ses compétences en matière
3 échelles de voirie, ou de collèges) ou la région (par exemple, pour ses compétences en matière de transports inter-
urbains, ou de lycées). A l’échelle de l’îlot seront abordées celles qui ont un impact sur des territoires plutôt
1• l’échelle du territoire de « privés », depuis l’îlot jusqu’à l’intérieur des bâtiments. Enfin, par subsidiarité est définie l’échelle du quartier.
référence (commune,
agglomération, département, 3. Une entrée temporelle. Pour ce faire, nous avons choisi de diviser le temps d’un projet depuis
région..) les premiers éléments de diagnostic jusqu’à sa mise œuvre.
2• l’échelle du quartier Il s’agit par là de repérer, du point de vue de la démarche de développement durable, la préoccupation
3• l’échelle de l’îlot (ou de principale de chaque phase. En phase « diagnostic », on recueille et on traite les données complémentaires
l’opération) qui permettront de donner au diagnostic classique sa dimension développement durable. En phase
« objectifs », on définit, on hiérarchise les enjeux stratégiques de développement durable adaptés à
l’opération et on communique sur ces enjeux. En phase « moyens », on définit les moyens à mettre en
œuvre à l’occasion des phases opérationnelles du projet (de sa conception à sa réalisation), pour lui donner
3 phases sa dimension d’urbanisme durable, et on décrit des solutions techniques et quelques exemples
1• diagnostic
2• objectifs Chaque fiche du guide traite un thème donné à une échelle de territoire donné. La fiche est elle-même
divisée en parties correspondant à chacune des phases temporelles (voir modèle fiche page 11).
3• moyens

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 9
GUIDE PROCEDURE DOCUMENT

Comment se servir du guide ?


Le mode d’emploi du guide, au cours du déroulement d’un projet de renouvellement urbain et d’urbanisme
grille de diagnostic Diagnostic durable suivra donc les étapes et les procédures suivantes :
diagnostic urbanisme synthétique
durable 1. A l’occasion du diagnostic urbanisme durable, un premier balayage complet de l’ensemble des fiches
thématiques en s’attachant au paragraphe « diagnostic » de chacune de ces fiches permettra d’établir le
volet développement durable du diagnostic. Deux documents sanctionneront cette phase :
. un document de travail, diagnostic complet détaillant les atouts et les contraintes du site du point de vue

acteurs institutionnels, population, techniciens


méthodologie de l’urbanisme durable, sur lequel seront construites les phases suivantes,
d’analyse du . un document de communication, diagnostic synthétique pour fonder le dialogue avec les différents
diagnostic et définition des charte acteurs en responsabilité sur le projet et la concertation.
de prise en axes d’objectifs
compte des prioritaires 2. La deuxième phase est celle de la définition des objectifs stratégiques d’urbanisme durable. Une
possibilités et urbanisme analyse du diagnostic permet d’abord de hiérarchiser, en dehors de tout contexte politique et opérationnel,
des volontés durable les atouts et contraintes prioritaires sur l’opération. La confrontation de cette hiérarchie aux volontés, et aux
des acteurs possibilités, des acteurs en responsabilité sur le projet aboutit à des propositions d’axes prioritaires
d’urbanisme durable, à valider par les instances ad hoc. On s’appuiera, pour ce faire, sur les paragraphes
« objectifs » des fiches correspondant aux thèmes prioritaires retenus. Le document de restitution de cette
phase est une charte d’objectifs d’urbanisme durable, véritable engagement politique des acteurs en
responsabilité du projet et qui servira de document cadre pour la suite des opérations. Les paragraphes
« objectifs » des fiches correspondent aux thèmes prioritaires retenus.

3. La dernière phase est celle de la mise en place des moyens pour un urbanisme durable. Les
traduction élaboration paragraphes « moyens » des fiches correspondant aux thèmes retenus constitueront les outils de cette
des priorités du cahier phase. Bien entendu, ces moyens sont adaptés à chacune des phases opérationnelles. Il s’agira, en règle
programme générale, de cahiers des charges d’urbanisme durable, plus ou moins détaillés, plus ou moins spécialisés
en termes des charges
de cahier urbanisme selon la phase concernée : programme, dossier réglementaire, cession des terrains …
des charges durable
Il peut s’agir aussi d’actions spécifiques menées sur le terrain : mise en place « d’ambassadeurs
développement durable, actions de sensibilisation avec les écoles, formation des services municipaux
« espaces verts », etc…
urbanisme
opérationnel

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 10
N°. Entrée thématique
Entrée spatiale : territoire de référence, quartier, îlot
Définition du thème, rapporté à l’échelle choisie.
Par exemple : que signifie la diversité des fonctions à l’échelle d’un quartier ?

E
À l’échelle du À l’échelle du quartier À l’échelle de l’îlot
territoire de référence

P
diagnostic diagnostic diagnostic

Questionnements permettant de donner au diagnostic classique sa dimension de développement durable.


Illustration

Y
objectifs objectifs objectifs

-T
Enjeux stratégiques de développement durable adaptés à l’opération.
moyens

E
moyens moyens moyens

Plateforme multimodale de
Freiburg Moyens à mettre en œuvre à l’occasion des phases opérationnelles du projet, pour lui donner sa
H
dimension d’urbanisme durable.
Illustration
C

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Principaux partenaires A l’échelle du territoire de Quelques conseils pour assurer la
impliqués dans l’opération de référence : données générales pérennité de l’opération
renouvellement urbain. de cadrage.
I

N°. AXE
OUTILS A l’échelle du quartier ou de
F

Base de données ou l’îlot : mesures évaluant l’apport


documents disponibles ou de l’opération dans un cadre
créés à l’occasion du projet. plus large.

Illustration
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 11
1.1. Accessibilité /Déplacements
À l’échelle du territoire de référence
Permettre à l’habitant du quartier de se déplacer selon ses moyens et par le moyen de son choix en
privilégiant les transports les moins polluants. Lui permettre d’avoir le choix des destinations, sans parcours
contraints exagérés par rapport au mode choisi. diagnostic
Repérer les modes d’accès au quartier (existence et qualité des liaisons) : en voiture, en camion
(livraisons), par les TC, par les modes doux.
Lister les projets et les échéances connues : projets de nouvelles liaisons, de développement de lignes à
haut niveau de service…
Définir, dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain, les marges de manœuvre par rapport aux
politiques de déplacement à l’échelle du territoire de référence (tester les priorités des autorités
Insertion du tramway dans la ville organisatrices) : par exemple, quelle possibilité d ’intervenir sur le positionnement d ’un nouveau
franchissement, sur le profil d’une voie ?
objectifs
Permettre l ’accès au quartier par des transports en commun performants, sécurisés, cadencés,

1. FACILITER L’INTEGRATION
accessibles.
Insérer le projet de développement des modes doux dans le quartier dans un schéma communautaire
(PDU..)
Restreindre les accès poids lourds et limiter l’envahissement par la voiture dans les secteurs d’habitat.

Plateforme multimodale de moyens


Freiburg Diversifier les points d’entrée au quartier. Effectuer les réserves foncières nécessaires au
désenclavement du quartier.
Optimiser les investissements publics : par exemple, densifier autour des stations de transport en
commun et valoriser les terrains desservis par les nouvelles voies.
Pôle multimodal : car-sharing, location/gardiennage de vélos Encourager la mutualisation des véhicules.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville , exploitant Nombre de points Organiser le covoiturage
transports publics, d’accessibilité au quartier
Département, Région… Faire respecter la réglementation
Existence et performance des (circulation, stationnement)
OUTILS transports en commun
Schéma Directeur
PDU Maillage des liaisons douces
PADD du PLU
Pertinence du jalonnement.

Piste cyclable en site propre FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 12
1.1. Accessibilité /Déplacements
À l’échelle du quartier
Permettre à l’habitant de faire ses courses et ses démarches au quotidien, à pieds, en vélo ou par les
transports en commun, quelque soit son degré de mobilité.
Permettre au visiteur de se repérer dans le quartier.
diagnostic
Repérer les générateurs de déplacements dans le quartier et aux alentours.
Repérer les modes d’accès depuis l’intérieur du quartier aux équipements de proximité (par quels
Rue piétonne où passe un tramway chemins ? Par quels moyens ?) :
ou un bus (Nantes, Amsterdam, - fréquence quotidienne : écoles, commerces de proximité,
Genève, Metz) - fréquence hebdomadaire : équipements sportifs et de loisirs.
Abri bus
objectifs
Favoriser l’accès des habitants aux équipements de proximité, ou créer de nouveaux pôles de proximité.
Adapter la politique foncière : acheter les terrains permettant de faire sauter les « verrous » (sources de

1. FACILITER L’INTEGRATION
ruptures dans le maillage viaire).
Favoriser l’usage des TC et des modes doux, à l’intérieur du quartier : par exemple, par des accès aisés
aux transports en commun.
Adapter la gestion du stationnement : politique tarifaire, offre publique/privée.
moyens
Assurer un maillage suffisant pour réduire les déplacements contraints à l’intérieur du quartier. Assurer la
continuité des cheminements piétons et cyclistes.
Prendre en compte les déplacements des personnes à mobilité réduite .
Contenir l’usage de la voiture (vitesse, accessibilité), « pacifier » les voies urbaines.
Espaces résidentiels sans voitures Eventuellement, réduire ou contraindre le stationnement. Limiter les stationnements pendulaires,
mutualiser les parkings.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville , exploitant Nombre et pourcentage d’élè- Encourager les initiatives en faveur
transports publics, ves se rendant en vélo à des modes doux (par exemple, par le
Département, Région, l’école. Offre en stationnement biais des écoles)
Associations d’usagers public/privé Faire respecter la réglementation
Part d’espace réservée à la (circulation, stationnement)
OUTILS voiture
Données LMCU : Maillage et qualité des liaisons
Fascicule Circulation et douces, et de l’accessibilité des
Sécurité, données micro-PDU personnes à mobilité réduite

silo à voitures à l’entrée d’un quartier d’habitat


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 13
1.1. Accessibilité /Déplacements
À l’échelle de l’îlot

Permettre à l’habitant, quelque soit son âge et son degré de mobilité, de se déplacer agréablement à pieds
à l’intérieur de l’îlot. Pouvoir laisser les enfants jouer dehors en sécurité.
Freiburg quartier Vauban (partage de la rue) diagnostic
Mesurer le degré de porosité de l’îlot : celui-ci, par sa taille, sa position, sa configuration, fait-il obstacle
aux déplacements dans le quartier ?

objectifs
Voie de desserte des logements /espace de jeux Assurer un meilleur partage de l’espace public.
Favoriser la perméabilité de l’îlot aux modes doux.
Ajuster le stationnement résidentiel à l’offre en transports en commun : par exemple, réduire le nombre de
places de stationnement à proximité des accès aux transports en commun.

1. FACILITER L’INTEGRATION
moyens
Définir les perméabilités fonctionnelles et visuelles à l ’échelle de l’îlot.
Privilégier le stationnement souterrain, ou dans l’emprise de l’immeuble, lorsque l’échelle de l’opération le
permet.
Prévoir des parkings à vélos visibles et sécurisés pour chaque unité de travail ou d’habitation.
Privilégier les cheminements au soleil, les parkings à l’ombre.
Garage à vélos

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Ville, bailleurs sociaux, Dimensions de l’îlot en rapport Mettre en place les dispositifs de
promoteurs, concepteurs, avec le tissu environnant gestion des usages en cœur d’îlot,
habitants Nombre de places de (gardien, clôtures, autogestion par les
stationnement/logement habitants, etc..), par exemple :
OUTILS Pourcentage d’espace dédié à - accessibilité voiture exceptionnelle
Carte des cheminements à la voiture sur l’îlot (pompiers, urgences,..)
l’intérieur de l’îlot - « dépose-minute »
Vision 3D de l’îlot

Cœur d’îlot fortement approprié par les habitants FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 14
1.2. Continuité spatiale et cohérence urbaine
À l’échelle du territoire de référence
Centre ville Permettre à l’habitant de sortir facilement de son quartier, et l’y inciter.
Permettre au visiteur de se rendre facilement dans le quartier, et de s’y sentir admis (voire accueilli).

diagnostic
Repérer les solutions de continuité existant entre le quartier et le territoire de référence : continuité des
tissus urbains, trame verte-trame bleue, réseaux des espaces publics.
Clos St Lazare Repérer les principales ruptures dans le tissu urbain : estimer les possibilités d’ intervenir sur ces
cité-jardin ruptures, et les échéances.
Repérer les facteurs d’attractivité du quartier : équipements, paysage urbain et naturel, activités.
Continuités/discontinuités des tissus urbains objectifs
Atténuer les coupures entre le quartier et le territoire de référence.
Choisir les fils directeurs à privilégier : tissu urbain, espace public, végétal, eau,…

1. FACILITER L’INTEGRATION
Choisir les sites d’intervention à privilégier pour assurer cette continuité :
-zones de franges, à partir desquelles la ville peut se « recoudre »,
-armatures d’espaces publics ou trames vertes à renforcer.
Choisir les programmes et leurs lieux d’implantation susceptibles de développer l’attractivité du quartier
vis à vis de l’extérieur.

moyens
Développer, par le projet de renouvellement urbain, une meilleure continuité spatiale à l’échelle du
territoire de référence : affectation ou qualification des « vides », traitement des ruptures d’échelle,
resserrement du maillage...

Continuité assurée par la voie d’eau

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville - Nombre et qualité des
« seuils » (points d’entrée et
OUTILS de sortie du quartier)
PLU - Surfaces représentées par
- carte pleins/vides les délaissés (espaces non-
- carte trames vertes et bleues affectés et non-affectables),
- carte des équipements en limite de quartier
- Ruptures d’échelles non
Cohérence de traitement d’un réseau de places traitées

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 15
1.2. Continuité spatiale et cohérence urbaine
À l’échelle du quartier
Permettre à l’habitant de s’orienter naturellement dans son environnement urbain, et de pouvoir « donner
sa route » au visiteur.
diagnostic
Repérer les lieux porteurs de l’identité (représentatifs) du quartier, les lieux « relégués » ou en cours de
relégation.
Décrire les relations que le quartier entretient avec les quartiers voisins : continuités / ruptures, qualité des
franges.

objectifs
Continuité de la trame viaire entre ancien et nouveau
quartier Choisir les vecteurs à privilégier pour améliorer la cohérence spatiale du quartier : le tissu bâti, les
espaces publics, l’ eau, le végétal...
Repérer les motifs de discontinuité à traiter en priorité, au vu de ce qui est souhaitable, et de ce qui
semble réalisable. (par exemple : infrastructures, « vides urbains »).

1. FACILITER L’INTEGRATION
moyens
Concevoir le projet en continuité des structures paysagères et du tissu urbain : formes, volumes des
constructions.
Assurer la continuité des espaces publics dans leur traitement (respect d’une « ligne » de matériaux et de
mobilier urbain, si elle existe).
Favoriser la continuité écologique (arbres d’alignement, haies …).
Prendre en compte les enjeux particuliers qui se dégagent au niveau des zones de contact et des franges
du quartier à renouveler (continuité urbaine ou limite du milieu rural), par un traitement de ces limites
Continuité des espaces entre quartier et parc (épaisseur, nature).

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, promoteurs, Surfaces représentées par les Définir un schéma de circulation
concepteurs, habitants délaissés, à l’intérieur du renforçant cette continuité spatiale
quartier
OUTILS Ruptures d’échelle non traitées
Photo aérienne à l’intérieur du quartier
Schéma des liens et des
ruptures

Continuité assurée par le traitement des espaces


extérieurs FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 16
1.3. Intégration sociale
À l’échelle du territoire de référence
Assurer la cohérence entre le projet d’aménagement et le projet de cohésion sociale à l’échelle du territoire
de référence (commune, agglomération).
diagnostic

Décrire la physionomie sociale du territoire de référence (CSP, composition familiale), et son évolution à
travers les opérations récentes.
Estimer l’impact attendu de l’opération de renouvellement urbain :
- sur le rééquilibrage des populations,
- sur les besoins en équipements et services,
Equipement culturel de quartier
- sur le développement des activités, à l’échelle du territoire de référence.

objectifs
Favoriser le maintien sur place de la population qui le souhaite, et le cas échéant, offrir des conditions de

1. FACILITER L’INTEGRATION
relogement acceptables pour les habitants.
Offrir, par le projet de renouvellement urbain, des programmes et des lieux susceptibles d’améliorer la
cohésion sociale à l’échelle du territoire de référence : par exemple, par l’implantation d’équipements, ou
par l’aménagement d’espaces susceptibles d’accueillir des manifestations sociales et (ou) culturelles.
Favoriser la dynamique économique : maintien du commerce de proximité, développement d’activités
compatibles avec le milieu urbain (PME…), en lien avec la population en place et les nouveaux arrivants.

moyens
Assurer la visibilité des éléments (équipements, espaces publics) qui, dans le cadre du projet de
Supermarché bénéficiant d’un éclairage naturel et renouvellement urbain, sont susceptibles d’apporter une meilleure cohésion à l’échelle du territoire de
accompagné d’espaces de détente
référence.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Ville, Département, opérateurs - Indices de dynamisation Mettre en œuvre dans les meilleures
sociale conditions, le relogement des
OUTILS - Nombre d’emplois/nombre de habitants éventuellement nécessité
Observatoire des évolutions logements par le projet
sociales et urbaines - Richesse du tissu associatif,
Carte des équipements à taux de mobilité…
l’échelle du territoire de
référence

Place accueillant de l’événementiel FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 17
1.3. Intégration sociale
À l’échelle du quartier
Proposer un projet de renouvellement urbain qui améliore le cadre de vie des habitants en place.
Créer les conditions d’une bonne relation d’échanges et de respect entre les nouveaux habitants et les
habitants en place.
Offrir aux habitants et employés du quartier les services utiles au quotidien .
Permettre à l’habitant qui emménage dans le quartier d’inscrire sans hésitation ses enfants à l’école du
quartier.
diagnostic
Analyser l’offre du quartier en équipements de proximité, et en espaces publics. En déduire les besoins à
satisfaire dans le cadre de la nouvelle opération.

Marché/restaurants
objectifs
Favoriser le développement de pôles de commerces de proximité.
Favoriser l’attractivité des équipements scolaires et renforcer le rôle de l’école dans le quartier.

1. FACILITER L’INTEGRATION
Garantir une offre de services adaptée à la diversité du peuplement. Permettre aux habitants de susciter
cette offre de services par eux-mêmes (par exemple, par le biais des associations).

Développer des espaces de loisirs accessibles à tous.

moyens
Développer et qualifier les équipements et les espaces publics du quartier : commerces et services,
équipements publics.
Jardins communautaires Créer des espaces de rencontres multigénérationnels (éviter le «compartimentage» des espaces publics).
Améliorer l’attractivité des équipements scolaires par la qualité des services péri-scolaires.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Ville, opérateurs, associations Evolution des demandes de Préparer l’accueil des nouveaux
d’habitants, gestionnaires logements sur le quartier habitants, et en particulier des familles
d’équipements, Inspection Taux d’évasion scolaire les plus fragilisées
académique, Conseil Général, Créations/fermetures de
Rectorat… commerces Encourager une vie associative
Taux de participation des susceptible de développer les
OUTILS habitants à la vie associative du échanges entre le quartier et le
Observatoire de la demande de quartier
territoire de référence
logements sociaux (ARHLM) Existence de lieux

Terrain de sports de proximité


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 18
2.1. Habitat et population
À l’échelle du territoire de référence
Proposer un renouvellement urbain durable qui s’inscrive de façon cohérente dans les politiques locales de
l’habitat de l’agglomération en termes de diversité d’offre de logements (localisation, typologie et qualité des
logements…).
diagnostic
Evaluer la place de l’opération de renouvellement urbain dans la « géographie sociale » du territoire de
référence, en termes d’habitat, mais aussi de population, d’équipements, d’offre de transports. Dans
Mixité d’habitat en tissu ancien de centre ville quelle « aire de marché du logement » l’opération se situe-t-elle ?

objectifs
Permettre que l’opération participe à la réalisation des objectifs des politiques locales en matière de
diversité de l’habitat et de peuplement, dans le cadre de partenariats public/privé : par exemple,

2. ASSURER LA DIVERSITE
grands logements dans les centres-villes, logements sociaux dans les quartiers qui en sont déficitaires,
logements spécifiques (jeunes, personnes âgées dans les communes péri-urbaines).

moyens
Mixité d’habitat en tissu ancien de faubourg Décliner de façon assez fine les politiques locales, notamment sur les territoires à enjeu de
renouvellement urbain : repérer les typologies déficitaires et les moyens existants à l’échelle de
l’agglomération pour assurer une meilleure diversité.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Villes, Opérateurs, Etat, Profil socio-économique des Mettre en place une politique de suivi
Département populations des évolutions en matière d’habitat
Typologie, âge et qualité des (existe déjà : que faut-il améliorer ?) à
OUTILS parcs de logements l’échelle de l’agglomération ?
INSEE
Observatoire des évolutions
sociales et urbaines
PLH

Mixité d’habitat en ZUP


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 19
2.1. Habitat et population
À l’échelle du quartier
Permettre à l’habitant de côtoyer dans son quartier des gens d’âge, de cultures et de conditions diverses,
de déménager dans son quartier au gré de l’évolution de sa famille. Lui donner la possibilité, lorsqu’il
déménage, de choisir son quartier, qu’il soit locataire ou propriétaire, de condition modeste ou aisée.
diagnostic
Evaluer le degré de diversité de la population actuelle du quartier, et son évolution : peuplement (type de
famille, origine, âge, catégories socio-professionnelles, emploi, revenus,.. ) et offre de logements (nature,
taille, accessibilité). Repérer les typologies de logement sous-représentées dans le quartier.
Identifier les caractéristiques sociales des nouveaux habitants : assiste-t-on à une spécialisation du
quartier ?
Mixité sociale et fonctionnelle à l’échelle du quartier objectifs
Renforcer la diversité de la population dans le quartier.
Développer les partenariats public/privé.
Programmer des typologies de logements sous-représentées par rapport aux produits courants du
marché, mais répondant à une demande « spécifique » : par exemple, logements pour jeunes, pour

2. ASSURER LA DIVERSITE
familles nombreuses, pour personnes âgées…

moyens
Définir un processus de constitution du nouveau tissu urbain susceptible de générer de la diversité à un
niveau fin : phasage, dimension des opérations, configurations spatiales.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Maisons de ville dans un quartier ancien LMCU, Ville, opérateurs, Evolution du degré de mixité du Mettre en place une politique de
concepteurs… quartier grâce aux nouveaux peuplement favorisant une mixité
programmes, croisant : taille sociale viable
OUTILS des logements, financement,
Carte des typologies d’habitat typologie architecturale. Part
et d’opérateurs des jeunes, des personnes
INSEE (îlots IRIS) âgées, des ménages en
Observatoire des évolutions accession, quotient familial,
sociales et urbaines taux de sur-occupation ou de
sous-occupation,
propriétaires/locataires

Mixité d’habitat en tissu ancien FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 20
2.1. Habitat et population
À l’échelle de l’îlot
Permettre à l’habitant de bénéficier d’un voisinage, d’un environnement urbain variés, et d’une offre de
services adaptée à ses besoins.
Eviter le développement des enclaves urbaines (ghettos).
diagnostic
Analyser l’occupation actuelle de l’îlot et évaluer les marges de manœuvre dans la partie d’îlot à
renouveler (étude de capacité).
Mixité sociale à l’échelle de l’immeuble
objectifs
Assurer une qualité des logements susceptible de générer de la mixité sociale à terme.
Garantir dès le départ des prix de sortie (en vente ou en locatif) compatibles avec les ressources des
acquéreurs ou des locataires que l’on souhaite accueillir (transparence du montage financier).
Favoriser la diversité des typologies au sein d’une même opération.
Associer en amont des partenaires (promoteurs publics et privés) susceptibles de porter ces enjeux de
diversité.

2. ASSURER LA DIVERSITE
Juger les opérations sur leur qualité, en fixant au préalable le montant de la charge foncière acceptable.
moyens
Croiser des typologies différentes pour les logements (tranches d’âges, catégories sociales, statut
d’occupation), au sein d’une même opération.
Par exemple : logements avec possibilité de chambre indépendante pour un jeune ou une personne
âgée.

Logements personnes âgées en cœur de quartier S’appuyer sur la localisation et la configuration des parcelles pour diversifier les typologies (parcelles
d’angle, orientation,..)

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, opérateurs, Physionomie sociale des Maintenir (ou rétablir) un équilibre de
concepteurs ménages habitant l’îlot peuplement dans les logements
Montant loyers+charges ou (et) existants
OUTILS Prix/m2 pour l’acquisition des Mettre en place une procédure
Plan simplifié du projet par taille futurs logements d’attribution des nouveaux logements,
de logement, par localisation, et favorisant une mixité sociale viable
par montant de loyer ou de
vente à la sortie

Ecole en pied d’immeuble FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 21
2.2. Fonctions urbaines
À l’échelle du quartier
Permettre aux habitants de pratiquer des activités professionnelles ou (et) de loisirs dans leur quartier.
Profiter de l’animation et du sentiment de sécurité que peut générer la présence d’activités et de services
au sein de leur quartier.

diagnostic
Repérer les activités et services compatibles avec l’habitat existant, et susceptibles de se développer
dans le quartier.
Reconquête du quartier du port sur la base
d’une mixité fonctionnelle objectifs
Promouvoir la cohabitation des fonctions : habitat, activités, équipements, services, culture et loisirs, y
compris à l’intérieur des programmes d’habitat.
Associer en amont des acteurs économiques et institutionnels susceptibles de s’impliquer dans le
montage de programmes complexes.

2. ASSURER LA DIVERSITE
Encourager la mixité des usages : par exemple, mutualisation des espaces de stationnement...

moyens
Croiser et équilibrer les fonctions : habitat, activités, équipements, services et loisirs
Organiser la cohabitation des fonctions.

Place pouvant accueillir de multiples fonctions

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Chambres consulaires, - Nombre d’emplois/1 000 Instaurer un mode de concertation
opérateurs habitants avec les entreprises (commerciales,
- Nombre de cellules industrielles ou tertiaires) du quartier
OUTILS commerciales/1 000
Carte des activités, services, habitants
équipements - Ouvertures/fermetures des
commerces
- Présence de services publics
dans le quartier

Centre commercial de quartier inséré dans l’habitat


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 22
2.2. Fonctions urbaines
Assurer la diversité des fonctions à l’échelle de l’îlot.

À l’échelle de l’îlot
diagnostic
Repérer les fonctions compatibles avec l’habitat existant et leur besoin de développement (commerces,
services, artisans, cabinet médical, maisons médicalisées…).

objectifs
Espace socio-culturel de proximité en cœur d’îlot Promouvoir le maintien et le développement des activités compatibles avec l’habitat.
Définir une programmation des nouvelles fonctions.
Favoriser une flexibilité et une évolutivité des usages.

2. ASSURER LA DIVERSITE
moyens
- Choisir des partis constructifs permettant le changement d’usage et l’extension des bâtiments, en
particulier au niveau des rez-de-chaussées.
- Au niveau de la programmation, solliciter en amont les habitants et structures en place afin de définir
les besoins de nouvelles fonctions ou le besoin d’évolution de celles qui existent.
Jardins familiaux en cœur d’îlot

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, opérateurs, - Surface activités / surface Etablir un mode de gestion des
associations, services, logement espaces réservés aux activités dans
entreprises, habitants… - Fréquentation des réunions l’opération, afin d’en garantir
de concertation l’occupation permanente
OUTILS
Carte des espaces réservés
aux activités avec ou sans
vitrine à l’intérieur de l’îlot

Local (garage) reconverti en crèche


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 23
2.3. Biodiversité, écosystèmes (flore et faune)

Assurer la reconquête de la biodiversité et de la nature en ville, en favorisant la variété, la continuité et la


taille des espaces végétaux et minéraux.

À l’échelle du territoire de référence


diagnostic
Repérer, au voisinage du projet :
- les écosystèmes remarquables (ZNIEFF, sites, espèces espaces classés),
- les autres écosystèmes d’intérêt écologique local existant et potentiels (friches par exemple),
Haie d’essences variées
- les corridors écologiques existant ou potentiels,
- les caractéristiques climatiques et de sol.

objectifs
Intégrer le projet au maillage d’écosystèmes vivants et de continuités écologiques (trames vertes et

2. ASSURER LA DIVERSITE
bleues) existant sur le territoire.

moyens
Définir les biotopes adaptés au territoire.
Se raccorder au maillage du territoire en utilisant :
- espaces verts, friches,
Espace humide - voies d’eau, espaces humides ou en eau, noues,
(bassin de tamponnement des eaux pluviales)
- cheminements piéton ou vélo plantés, haies, murs ….

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, associations de Nombre d’espèces vivantes Promouvoir la « gestion différenciée »
défense de la nature, dénombrées des espaces verts, formation des
universités, Ville, Département, équipes d’entretien, information du
Espace Naturel Lille Métropole, public
DIREN, Région
OUTILS
Diagnostics écologiques, inven-
taire des sites d’intérêt éco-
logique, inventaire des ZNIEFF

héron
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 24
2.3. Biodiversité, écosystèmes (flore et faune)
Introduire le critère de biodiversité et de constitution d’écosystèmes vivants dans la conception de
l’ensemble des projets publics et privés.
Inciter à utiliser le bâti comme un support de re-végétalisation.
À l’échelle de l’îlot
diagnostic
Prendre connaissance de l’environnement faunistique et floristique à l’échelle du territoire.
Espace vert « prairie » Prendre connaissance des continuités écologiques existant et potentielles.
Repérer les éventuelles essences végétales ou espèces animales remarquables sur le site.

objectifs
Décider des zones ou individus à préserver éventuellement.
Établir une liste des essences végétales adaptées au site et au climat.
moyens

2. ASSURER LA DIVERSITE
Etablir un cahier des charges paysager et un plan de gestion différenciée incluant des préoccupations
écologiques :
- choix des essences dans la liste d’essences adaptées,
- concevoir des espaces plantés fonctionnant comme des écosystèmes,
- concevoir des haies composées d’au moins 3 essences différentes,
- privilégier le traitement végétal des dispositifs de gestion des eaux pluviales (noues, fossés, bassins),
Toiture végétalisée
- encourager les terrasses végétalisées, le fleurissement des balcons…,
- privilégier les essences nécessitant peu d’arrosage, de tonte ou d’élagage.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, concepteurs, Ville, - Nombre d’espèces animales Mettre en place des méthodes de
associations et d’essences végétales « gestion différenciée » des espaces
dénombrées verts, formation des équipes
OUTILS - Rareté et implantation de ces d’entretien, information du public
Diagnostics écologiques, inven- espèces
taire des sites d’intérêt éco-
logique, inventaire des ZNIEFF

Noue et bassin

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 25
2.4. Répartition de l’espace
À l’échelle du quartier
Offrir des espaces diversifiés à l’intérieur du quartier.
diagnostic
Définir les types d’espaces et évaluer leur part relative dans le quartier : construit/non construit,
privé/public, minéral/végétal.
Définir le type d’espaces déficitaires par rapport aux besoins du quartier.

Densité maîtrisée dans le cadre d’un concours objectifs


promoteurs/architectes
Choisir les types d’espaces à développer dans le quartier : espaces verts, espaces publics de qualité.

Promouvoir une densité raisonnée, c’est-à-dire admissible au regard de l’existant et du marché, et


permettant une utilisation économe de l’espace.

moyens

2. ASSURER LA DIVERSITE
Assurer l’équilibre et la différenciation entre les espaces publics et privés.
Assurer une qualité d’usage aux espaces publics.
Chercher un équilibre entre espaces minéral et végétal. Réintroduire la nature en ville.
Construire une nouvelle image sur le “ vert ”, par l’espace public, les cœurs d’îlot ou les deux.
« Le bois habité » : un projet bâti sur la
structure végétale
Favoriser les contacts et relations entre activités et habitat.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, concepteurs, Part espace vert/habitant Mettre en œuvre une gestion
opérateurs Part espace public/espace différenciée des espaces verts.
privé Adapter les projets aux
OUTILS Part espaces publics/habitant comportements des habitants, et (ou)
Carte du statut des espaces (à comparer en fonction du type infléchir sur ces comportements par
Carte des COS réels, autour de quartier : central, des aménagements « incitatifs »
de l’opération résidentiel,..) accompagnés d’une sensibilisation
Guide de l’atelier des espaces
publics de Lille Métropole
Répartition des espaces publics et privés
À gauche : grand ensemble, à droite : cité-jardins

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 26
2.4. Répartition de l’espace
À l’échelle de l’îlot

Permettre à l’habitant de reconnaître l’espace de tous et l’espace du « chez soi ».


Offrir la nature en ville.
diagnostic
Définir la répartition des espaces et les usages permis au sein de l’îlot.

objectifs
Jardins privatifs en pieds d’immeuble, côté jardins Promouvoir une volumétrie et une qualité des espaces résidentiels, en référence avec ce qui préexiste
dans le quartier, et en tenant compte des choix en matière de stationnement.

moyens

2. ASSURER LA DIVERSITE
Assurer l’équilibre et la différenciation entre les espaces publics, privés et semi-privés au sein de l’îlot,
pour permettre des usages diversifiés.

Chercher un équilibre entre espaces minéral et végétal à l ’intérieur de l’îlot . Ne pas sacrifier les espaces
résidentiels au stationnement.

Construire une nouvelle image sur le “ vert ”.

Transition public/privé, côté rue

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Ville, LMCU, opérateurs, - Taux de minéralisation et de Optimiser la gestion des espaces
concepteurs, associations… végétalisation résidentiels
- Qualité des espaces Faire participer les habitants/usagers à
OUTILS minéraux et végétaux celle-ci : usages, propreté, entretien
Carte du statut des espaces : des espaces verts
privés, semi-privé, publics

Stationnement sur la parcelle FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 27
2.5. Ambiances urbaines
À l’échelle du quartier

Offrir à l’habitant (usager) des ambiances suffisamment agréables et variées pour l’inciter à pratiquer les
espaces publics du quartier.
diagnostic
Repérer les ambiances perceptibles et appréciables dans le quartier : favorables à la détente, à la
rencontre, à la promenade.

objectifs
Ambiance nocturne de centre ville
Caractériser les ambiances diurnes et nocturnes à développer dans les espaces publics du quartier, en
relation avec les facteurs d’attractivité préexistants.

2. ASSURER LA DIVERSITE
moyens
Créer des ambiances différentes, adaptées au contexte du quartier :
- ambiances visuelles : grand/petit, haut/bas, ouvert/fermé, ancien/nouveau, sombre/clair,
- ambiances thermiques,
- ambiances sonores,
- ambiances olfactives,
- ambiances aérodynamiques (effets du vent) …

Ambiance végétale créant une atmosphère intime

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, concepteurs, Attractivité des espaces Mettre en place les moyens pour
opérateurs… (importance et type de assurer la propreté et la tranquillité
fréquentation) des espaces publics : régies ou
OUTILS externalisation des services
Guides qualité urbaine Associer à des démarches d’insertion
Guide de l’atelier des espaces professionnelle
publics de Lille Métropole

Ambiance minérale FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 28
2.5. Ambiances urbaines
À l’échelle de l’îlot

Offrir à l’habitant des vues agréables depuis son logement, susceptibles de l’inciter à pratiquer les espaces
extérieurs de proximité.
diagnostic
Analyser les qualités d’ambiances préexistantes dans l’îlot, susceptibles d’orienter et d’enrichir le projet.

objectifs
Coeur d’îlot : jardin public Définir les ambiances recherchées pour les cœurs d’îlot : intime/ouvert, calme/animé, strict/spontané,
sécurisant etc…

moyens

2. ASSURER LA DIVERSITE
Diversifier les vues et les ambiances à l ’échelle de l’îlot.
- depuis les logements, offrir des vues diverses et agréables,
- à l’intérieur de l’îlot, favoriser le sentiment de sécurité, en particulier en favorisant l’appropriation des
lieux par les habitants.

Adapter l’usage des espaces à l’ensoleillement.

Cœur d’îlot boisé Faciliter l’entretien des cœurs d’îlot.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Opérateurs, structures de Usages, fréquentation et état Mettre en place les moyens pour
gestion des espaces, d’entretien des espaces assurer la propreté et la tranquillité
prestataires de services communs à l’intérieur de l’îlot des espaces en coeurs d’îlot :
associations d’habitants gardiens, entreprises extérieures,
associations d’habitants ou de
OUTILS propriétaires
Carte des points de nuisances
à l’échelle de l’îlot

Espace semi-public en cœur d’îlot


FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 29
3.1. Energie
Privilégier les énergies renouvelables et les productions collectives d’énergie (réseaux de chaleur) et définir

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


la bonne échelle de production (territoire, quartier, îlot).

À l’échelle du territoire de référence diagnostic


Repérer les sources d’approvisionnement classiques « de réseau » (gaz, électricité).
Evaluer la qualité environnementale des éventuels réseaux urbains existants.
Effectuer une analyse prévisionnelle des besoins énergétiques (chaud, froid, électricité spécifique), à
l’échelle du territoire, en quantité et en répartition dans le temps (année, semaine, jour).
Repérer et évaluer le potentiel des énergies renouvelables localement disponibles (solaire thermique et
photovoltaïque, bois, biomasse, biogaz, géothermie, petite hydroélectricité, vent …).
Centre de Valorisation Energétique des déchets
objectifs
Définir, sur la base du diagnostic :
- s’il y a lieu d’imposer le raccordement à un réseau de chaleur urbain (plutôt un quartier),
- s’il y a lieu de créer, et à quelle échelle, une production spécifique d’énergie.

Faciliter la mise en place de filières locales d’énergie renouvelable (bois énergie, cogénéralition, éolienne,
microhydraulique…).

moyens
Programmer, s’il y a lieu, des équipements centralisés de production d’énergie (chaud, froid, électricité,
cogénération …).

RESSOURCES
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, ADEME,Région, kWh énergie primaire Mettre en place une politique de suivi
producteurs d’énergie, consommée, émissions de (économique et environnemental) de
gestionnaires de réseaux CO2 la gestion des équipements de
Stocks de déchets radioactifs production collective d’énergie
OUTILS induits (notamment réseaux de chaleur)
AEU Quantité de KWH
Étude de faisabilité ENR, renouvelables produits
thermophotographies aériennes
des bâtiments

Eoliennes
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 30
3.1. Energie

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


Favoriser, dans les choix d’urbanisme et de morphologie urbaine, une approche bioclimatique dans
l’organisation du tissu urbain et la conception des bâtiments, en particulier l’utilisation de l’énergie solaire
passive.
À l’échelle de l’îlot et du quartier diagnostic
Repérer les sources de production d’énergie classiques et renouvelables.
Effectuer une analyse des besoins énergétiques, à l’échelle de l’îlot.

Exemple de logements très économes en énergie


objectifs
Définir une politique d’exigences pour les futurs bâtiments, concernant :
- le niveau de qualité environnementale (HQE) souhaité,
- des objectifs quantifiés en matière de consommation, d’émission (effet de serre) et de déchets
(radioactifs) induits par les consommations énergétiques,
- des objectifs quantifiés en matière de couverture par énergie renouvelable.

moyens
Prendre en compte les préoccupations bioclimatiques (privilégier des orientations adaptées à chaque
usage, maîtriser les masques au soleil et à la lumière, favoriser les ventilations traversantes, optimiser
l’efficacité des dispositifs solaires ….) dans :
- l’établissement des règles d’urbanisme (profils de voies, gabarits, alignements, mitoyennetés, densité..),
Chaufferie fonctionnant aux déchets de bois - la transformation de la morphologie du tissu urbain (démolitions, constructions neuves, orientations,
hauteurs, profondeur des bâtiments, distance des vis à vis …).

RESSOURCES
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, ADEME, Région, kWh énergie primaire Affichage des consommations
concepteurs consommée, émissions de d’énergie
Toiture CO2
constituée de OUTILS Stocks de déchets radioactifs
panneaux Étude de faisabilité ENR induits
solaires Héliodons Quantité de KWH
Outils de simulation dynamique renouvelables produits

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 31
3.2. Eau
- Eau potable : privilégier les solutions qui en évitent l’utilisation pour les usages qui ne le nécessitent pas.

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


- Eaux pluviales et usées : maîtriser l’engorgement des réseaux en cas d’orage et éviter le rejet à
l’exutoire naturel d’eaux polluées.

À l’échelle du territoire de référence


diagnostic

Evaluer la qualité des sols du point de vue de l’infiltration (perméabilité, profondeur et état des nappes).
Effectuer une analyse prévisionnelle des rejets d’eau usée et d’eau pluviale, et des besoins de
Lagunage tamponnage et de traitement à l’échelle du territoire.

objectifs
Définir, sur la base du diagnostic, une stratégie concernant la gestion des eaux pluviales et des eaux
usées et définissant :
- des objectifs de maîtrise de l’imperméabilisation des sols,
- la bonne échelle (territoire, quartier, îlot) pour chaque dispositif,
- le meilleur partage entre dispositifs centralisés collectifs et décentralisés privatifs.

moyens
Programmer, s’il y a lieu, et à l’échelle adéquate, des équipements collectifs d’épuration alternative ou de
tamponnage.
Epuration sous serre

RESSOURCES
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, Agence de bassin, - Evolution de la Mettre en place une politique de suivi
Mission Interservices de l’Eau, consommation d’eau potable (économique et environnemental) de
gestionnaires de réseaux… par habitant la gestion des équipements de
- Les prix de l’eau production d’eau potable et
OUTILS - L’état de la ressource en eau d’assainissement
AEU (Analyse - Les travaux de raccordement
Environnementale de à un système de traitement
l’Urbanisme) des eaux
Calcul des débits de fuite
Bassin d’eaux pluviales d’une aire d’autoroute

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 32
3.2. Eau
Réduire les consommations d’eau potable et maîtriser les rejets d’eaux pluviales et usées au réseau, par

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


des solutions techniques adaptées au site.
À l’échelle de l’îlot et du quartier diagnostic
Analyse fine du terrain (perméabilité, nappes).
Analyse des besoins en eau potable et des rejets (pluviales et usées), à l’échelle de l’îlot.
Analyse de la qualité des rejets d’eaux pluviales selon les surfaces de ruissellement (toitures, parkings,
voiries …).
objectifs
Définir une politique d’exigences pour les futurs bâtiments, concernant :
Caniveaux et rigoles - le niveau de qualité environnementale (HQE) souhaité,
- des objectifs quantifiés en matière de perméabilisation des sols, d’infiltration, de tamponnage à la
parcelle et de débit de fuite vers les réseaux collectifs,
- des objectifs quantifiés en matière de consommation d’eau potable,
- des objectifs quantifiés par usages en matière de récupération d’eau pluviale.
moyens
Lagunage à l’échelle
d’un quartier Définir, en fonction des stratégies de partage collectif centralisé / îlot / parcelle, et de la nature spécifique
du sol sur l’îlot, voire par zones :
- les choix de revêtements de sols, perméables ou non, selon les zones d’usage, de végétalisation des
espaces extérieurs et des toitures,
- les choix de traitement préalable (déshuileur, débourbeur) ou non des eaux de parkings et voiries,
- les choix de gestion des eaux pluviales sur l’îlot : infiltration et/ou tamponnage,
- les dispositifs de gestion des eaux pluviales adaptés à ces choix : stockage en terrasse, noues, fossés,
bassins, puits …,

RESSOURCES
- les usages couverts par de l’eau de pluie récupérée (arrosage, nettoyage public, process, sanitaires …)
et les dispositifs adaptés,
- les équipements éventuels d’épuration (eaux usées) à l’échelle de l’îlot.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


Assainissement LMCU, Agence de bassin, Coefficient de perméabilisation Développer les compteurs individuels
autonome gestionnaires de réseaux, des sols
opérateurs, concepteurs Débits de fuite (l/s.ha)
Consommation d’eau potable
OUTILS
AEU (Analyse
Environnementale de
l’Urbanisme)
calcul des débits de fuite
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 33
3.3. Matériaux

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


Par le choix des matériaux, maîtriser les prélèvements de ressources épuisables et favoriser les filières de
développement économique durable, locales ou non.

À l’échelle de l’îlot
diagnostic
Identifier les sites locaux de production et de récupération de matériaux de construction.

objectifs
Construction en bois Promouvoir et aider les filières locales de production et les techniques locales de construction.
Définir une politique d’exigences pour les futurs bâtiments, concernant :
- le niveau de qualité environnementale (HQE) souhaité,
- la prise en compte de préoccupations de développement durable concernant le choix des matériaux
(éthiques, matériaux renouvelables, filières de développement économique durable…).
moyens
Pour les espaces et équipements publics, mise en œuvre de critères de développement durable dans le
choix des matériaux, produits et systèmes constructifs :
- éviter les matières premières rares, les filières de fabrication énergivores, et privilégier les matériaux
renouvelables (bois), recyclés ou provenant de déconstruction,
- pour les ouvrages durables, privilégier les techniques, produits et matériaux à longue durée de vie,
- privilégier les techniques et les matériaux qui facilitent la déconstruction (techniques démontables) et
favorisent la valorisation (matière ou énergie) des déchets de déconstruction futurs, le cycle de l’eau et
le traitement du bruit,
Exemple d’utilisation du bois en espace public - favoriser les matériaux provenant de filières locales et les techniques constructives locales,
- se préoccuper de la gestion durable des exploitations d’origine et des conditions sociales,

RESSOURCES
environnementales et sanitaires de fabrication des matériaux choisis.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, concepteurs, Nettoyage : utiliser des matériaux non
opérateurs polluants et adaptés à la technique
Murs recouverts utilisée
de tuiles de bois OUTILS
Inventaire des lieux de
production locale
Délibérations communautaires
sur l’utilisation des matériaux
dans les espaces publics

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 34
3.4. Déchets

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


Favoriser la valorisation (matière ou énergie) des déchets ménagers, d’activité ou de chantier.

À l’échelle du territoire de référence


diagnostic
Effectuer une analyse prévisionnelle des déchets d’activité générés par le futur programme.
Repérer les filières locales (moins d’une cinquantaine de km) de valorisation (matière et énergie) et de
stockage (CET I, II, III) des déchets.
Plateforme de tri des déchets de chantier

objectifs
Définir, sur la base du diagnostic, une stratégie concernant la gestion des déchets d’activité et de chantier
et définissant :
- des objectifs de maîtrise de réduction à la source (emballages notamment),
- la bonne échelle (territoire, quartier, îlot) pour gérer le tri et la valorisation, par catégorie de déchets,
- le meilleur partage entre dispositifs centralisés collectifs et décentralisés privatifs,
- un mode de collecte adapté.
moyens
Programmer, s’il y a lieu, et à l’échelle adéquate, des équipements collectifs de tri (plateforme de tri de
déchets de chantier, déchetterie, centre de tri de déchets ménagers ….) ou de valorisation (UIOM,
Déchetterie méthanisation ...).

RESSOURCES
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, DRIRE, DDE, ADEME, Part de déchets valorisés par Mettre en place une politique de suivi
prestataires de service catégorie (économique et environnemental) de
la gestion des équipements de tri et de
OUTILS valorisation
AEU (Analyse
Environnementale de
l’Urbanisme)
Quantification des déchets

Centre de tri FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 35
3.4 Déchets

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


À l’échelle de l’îlot et du quartier
Par le choix des dispositifs décentralisés, assurer la meilleure cohérence avec les objectifs de tri et
valorisation des déchets mise en œuvre par la collectivité.
diagnostic
Effectuer une analyse prévisionnelle des déchets générés à l’échelle de l’îlot et des besoins en surfaces
de collecte et/ou tri ou valorisation.

objectifs
Maison des déchets
Définir une politique d’exigences pour les futurs bâtiments, concernant :
- le niveau de qualité environnementale (HQE) souhaité,
- la part des opérations de tri, voire de valorisation, à effectuer à l’échelle de chaque bâtiment,
- la rédaction d’une charte de chantier sans nuisance définissant les objectifs de valorisation des déchets
de chantier.

moyens
Définir, en fonction des stratégies de partage collectif centralisé / îlot / parcelle, les dispositifs de gestion
adaptés à chaque échelle :
- élaborer un organigramme de gestion des déchets à l’échelle de l’îlot,
- définir l’emplacement, la taille et la disposition des locaux intermédiaires et de regroupement,
- définir d’éventuels dispositifs de traitement décentralisé (méthanisation, compostage …),
Aire de regroupement des bennes de collecte - définir, à l’échelle de l’îlot, les éventuels dispositifs (plateforme de tri, poste de concassage …) de

RESSOURCES
gestion des déchets de chantier.

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, ADEME, prestataires de Part de déchets valorisés par Développement des programmes de
service, associations catégorie sensibilisation des habitants sur le tri à
d’habitants la source

OUTILS
AEU (Analyse
Environnementale de
l’Urbanisme)
Quantification des déchets

Conteneurs enterrés
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 36
3.5. Patrimoine bâti et non bâti
À l’échelle du quartier

3. PROMOUVOIR UNE UTILISATION DURABLE DES


Préserver les structures, les modèles et les œuvres humaines.
S’appuyer sur l’existant pour construire l’avenir.
diagnostic
Repérer les éléments identitaires du quartier, spatiaux et sociaux.
Repérer le patrimoine bâti ou non bâti remarquable.
Evaluer la fragilité de ce patrimoine.
objectifs
Privilégier, à priori, le maintien et la valorisation des structures bâties et non bâties existantes, par rapport
à leur destruction.

Sensibiliser les habitants à l ’intérêt du patrimoine identitaire du quartier.


Ancienne brasserie reconvertie en centre
culturel de quartier (maison folie)
moyens
Avant hypothèse démolitions, envisager toutes les possibilités de valorisation du (des) bâti existant :
réhabilitation et/ou ré affectation, déconstruction et réutilisation des matériaux.
Dans le projet de renouvellement urbain, chercher à conserver et valoriser les constructions et espaces
préexistants présentant un intérêt : tracés, structures paysagères, sites d ’intérêt écologique.
Evaluer la faisabilité de maintien et de valorisation des structures existantes au regard des critères
suivants : aptitude de l’objet patrimonial à fonder ou à s’intégrer dans le projet, coûts globaux,
sensibilisation et mobilisation potentielle des habitants.

RESSOURCES
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, Ville, Service Proposer un mode d’occupation
Départemental de l’Architecture Concentration et intérêt relatif provisoire des espaces en attente
(ABF), associations… des éléments remarquable du d’affectation
OUTILS patrimoine En assurer la sécurité
Inventaire du Patrimoine Faire connaître le patrimoine à
Architectural et Paysager préserver
ZPPAUP, Inventaires
patrimoniaux

Friche sidérurgique aménagée en parc


de loisirs FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 37
4.1. Confort, santé, qualité et sécurité des ambiances
À l’échelle du territoire de référence

Maîtriser risques et nuisances à la source afin d’améliorer le bien-être et la sécurité des usagers de la zone.

diagnostic

4. ASSURER LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTE


Effectuer un diagnostic environnemental à l’échelle du territoire mettant en évidence les sources de
pollution (air, électromagnétique), d’odeurs, de bruits ou de risques technologiques (activités et transports
dangereux).
Faire éventuellement effectuer des mesures complémentaires (qualité de l’air, bruit, champs
électromagnétiques).
Ecran acoustique objectifs
Définir, sur la base du diagnostic, une stratégie vis à vis des industriels ou des prestataires de services de
transport et concernant le traitement à la source de ces nuisances, pollutions ou risques.

moyens
Prendre les dispositions appropriées :
- stricte application des mesures réglementaires (installations classées),
- interdiction de transports de certains produits,
- limitations de vitesse.
Ou programmer, s’il y a lieu, des travaux d’amélioration :
- traitement de surface des voiries, longueur des rails, courbes ….),
- construction d’écrans acoustiques,
- déplacement de lignes HT, enfouissement.
Ligne HT

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, industriels, Mettre en place une politique de
propriétaires et gestionnaires prévention des risques et d’information
des réseaux, transporteurs, des usagers
DRIRE,DDASS, universités,
réseaux de mesure de la
qualité de l’air
OUTILS
Cartographie du bruit,
Classement des voies ou des
établissements
Antenne relais
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 38
4.1. Confort, santé, qualité et sécurité des ambiances
À l’échelle de l’îlot et du quartier
Mieux maîtriser les effets des risques et nuisances du site par les choix d’urbanisme, la conception des
bâtiments et le choix des matériaux, afin d’améliorer le bien-être, la santé et la sécurité des usagers de la
zone. diagnostic
Effectuer un diagnostic environnemental (nuisances, risques) à l’échelle de l’îlot.
Définir les conditions climatiques du site (températures, pluviométrie, vents).
Définir les conditions d’ensoleillement du site.

4. ASSURER LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTE


objectifs
Définir une politique d’exigences pour les futurs bâtiments et les espaces extérieurs, et le niveau de
qualité environnementale (HQE) souhaité :
Haies ou écran de protection contre le vent - les niveaux d’exigence en matière de confort thermique, acoustique, visuel,
- les niveaux d’exigence en matière de qualité de l’air extérieur et intérieur et de prise en compte des
risques santé dans le choix des produits et des équipements.
moyens
Prendre en compte, dans les choix de morphologie urbaine et de traitement des espaces publics les
préoccupations de :
- ensoleillement des espaces extérieurs préservant, selon les saisons, des zones ensoleillées et des
zones ombragées,
- régulation thermique des abords de bâtiments par la végétalisation des pieds d’immeubles, par la
solarisation ou non solarisation selon les usages) des façades,
- maîtrise des vents visant à se protéger contre les divers effets des vents les plus violents (Venturi,
tourbillons) et à ne pas créer de morphologie favorisant ces effets. Mais visant aussi à assurer une
aération du site par les vents,
- qualité acoustique des espaces extérieurs, protégés contre les bruits les plus nuisants, mais disposant
d’un paysage sonore intéressant,
Espaces extérieurs ensoleillés - qualité visuelle, valorisant les vues,
- qualité de l’air des espaces extérieurs, protégés contre les pollutions et les odeurs,
- maîtrise des risques sur la santé par la disposition par rapport aux sources de risques (électro-
magnétique, technologiques, voirie naturelles), par le choix d’essences végétales non allergènes …
PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE
LMCU, Ville, concepteurs, Enquêtes de satisfaction
associations d’habitants Facteurs d’ensoleillement
OUTILS
Héliodons, simulation des effets
de vent, simulations
acoustiques, cartographie du
confort thermique
Espaces extérieurs
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 39
4.2. Qualité de l’eau
À l’échelle du territoire de référence
Maîtriser la qualité de l’eau potable en amont.

diagnostic

4. ASSURER LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTE


Effectuer un diagnostic environnemental à l’échelle du territoire mettant en évidence :
- la qualité et la sécurité des sources d’approvisionnement en eau potable (sources, champs captants …),
- la qualité des réseaux de distribution (étanchéité, plomb).
Bassin d’aération d’une usine
de traitement de l’eau

objectifs
Définir, sur la base du diagnostic, une stratégie de protection des sources, voire de recherche de
nouvelles sources, et de travaux de mise aux normes des réseaux.

moyens
Prendre les éventuelles dispositions appropriées :
- travaux sur les sources,
- travaux sur les réseaux.

Laboratoire de contrôle et d’analyses

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, DDASS, Agence de Mettre en place une politique de suivi
bassin, gestionnaires de et de contrôle des sources et des
réseaux, universités… réseaux

OUTILS
Suivi des normes de qualité

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 40
Adduction d’eau
4.3 Pollution des sols
À l’échelle de l’îlot et du quartier
Fournir aux futurs usagers un terrain (sol, sous sol) ne présentant aucun risque pour la santé ou
l’environnement.
diagnostic
Effectuer un diagnostic de pollution à l’échelle de l’îlot, pouvant aller jusqu’à une Etude Détaillée des

4. ASSURER LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTE


Risques (EDR).
Stockage de produits dangereux
objectifs
Définir une stratégie par rapport à un risque de pollution des sols, basée sur les principes :
- se donner les moyens d’une connaissance détaillée des niveaux de pollution,
- prendre les mesures adaptées au traitement de cette pollution et à l’usage futur des terrains,
- maintenir la plus grande transparence pendant toute la durée des travaux en cas de découverte de
nouvelle pollution.

moyens
Mise en œuvre des éventuels travaux de traitement in situ (bio-remédiation) d’évacuation des terres,
stockage, dépollution.

Campagne de reconnaissance de la qualité des sols

PARTENAIRES INDICATEURS GESTION URBAINE


LMCU, Ville, DRIRE, EPF, Pôle Existence et concentrations de Suivi de l’état de pollution des sols par
de Compétence Sites & Sols polluants les autorités compétentes
Pollués, propriétaires et
exploitants du site
OUTILS
Archives départementales,
Cartographie des sols pollués
(BASIAS, BASIOL)
ESR, EDR
Traitements des sols pollués :
confinement
FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 41
5. ORGANISER UNE GESTION DURABLE DU PROJET
5.1 Modes de faire
5.1.1 - EN PHASE DIAGNOSTIC

Repérer les partenaires


Qui décide? Qui pèse dans les décisions? Qui a la compétence technique? Qui a la compétence
institutionnelle et finance?
- lister les organismes qui participent à la démarche en identifiant leur rôle
- quel niveau décisionnel pour quelle échelle de territoire ?

Faire un organigramme décisionnel-cadre avec :


- ce qui est systématique (= pour tous les projets de la Métropole) = document officiel
- ce qui change selon les projets, et les contextes.

Autres collectivités
Prestataires
LMCU Ville Privé ENM VNF SEM Habitants Société civile (Conseil Général,
de service
Conseil Régional)
Espaces publics
Déplacements
Equipements
Habitat
Activités
ETC…

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 42
5. ORGANISER UNE GESTION DURABLE DU PROJET
5.1 Modes de faire (suite)
5.1.1 - EN PHASE DIAGNOSTIC (suite)

Capitaliser les acquis :


- Rassembler études, projets.
- Mesurer leur degré de validation.

S'assurer que des comités de pilotage soient composés d'acteurs ayant le pouvoir décisionnel ou
une vraie délégation de pouvoir. Le comité de pilotage sert à construire le débat.
La validation est préparée en amont.
S'assurer que les privés qui pèsent soient présents.

Evaluer les « coups partis »


Les lister, évaluer leur flexibilité :
- à quelle phase en est-on ? (étude/décision politique/financement),
- quel est leur « poids » dans le projet ?

5.1.2 - EN PHASE OBJECTIFS

Elaborer une synthèse des enjeux (10 p maxi)


Formaliser un document organisé selon :
- un phasage probable (CT 0-5 ans/MT 5-15 ans / LT 15-50 ans),
- l’échelle de territoire concernée.

A présenter :
- aux instances décisionnelles publiques,
- aux partenaires privés,
- aux structures associatives.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 43
5. ORGANISER UNE GESTION DURABLE DU PROJET
5.1 Modes de faire (suite)
La mise en œuvre de projets urbains 5.1.3 - EN PHASE MOYENS (MISE EN ŒUVRE DU PROJET, de la conception à la réalisation)
complexes nécessite l’organisation d’une
maîtrise d’ouvrage cohérente et la Définir les maîtrises d’ouvrage impliquées dans le projet, et les moyens qu’elles y alloueront.
définition :
Désigner un chef de projet (ou une équipe-projet) missionné par les différents maîtres d’ouvrage, pour
-du rôle de chacun des intervenants dans toute la durée du projet, garant de la continuité de la démarche.
le processus de projet ;
-Des différentes étapes du projet ; Discerner l'ossature du projet et les parties évolutives (modifications possibles sans compromettre le
fond du projet) : non seulement physique mais en termes d'objectifs et d'orientation.
-Des différentes étapes de validation Ex. voirie : profil peut évoluer selon modes de déplacement.
technique et politique .
-Pour ce faire, le principe du chef de Adapter le niveau de définition du projet à l’ échéance de réalisation
projet doit être retenu dès la phase de Distinguer les objectifs à atteindre (qui doivent être précis), et les moyens d’y arriver, qui peuvent rester
programmation car il permettra : ouverts.

-- de faire le lien entre les différentes Adapter les choix techniques aux hommes et aux structures, en tenant compte de leur capacité
maîtrises d’ouvrage d’évolution.
-- d’assurer la transition avec les services Par exemple : entretien des noues, entretien d’une chaudière à bois, etc…
opérationnels des maîtrises d’ouvrage ;
Phaser le projet, de telle manière que la 1° phase ne compromette pas les phases suivantes,
-- de faciliter le dialogue avec la maîtrise par exemple: prévoir l’intégration de nouveaux modes de déplacements à terme.
d’œuvre .
Prendre en compte le coût global (cf annexe p 47)

Organiser la gestion provisoire des lieux en attente


Investir les lieux, en fixant dès le départ les règles d’usage, et le caractère provisoire de l’utilisation,
par exemple :
- usage provisoire en préfiguration de la destination future,
- gestion par un utilisateur « volant » (ex : pépinière dans terrains libérés à Lyon-Confluence, espaces
verts « tournants » au sein d’un quartier).

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 44
5. ORGANISER UNE GESTION DURABLE DU PROJET
5.2 Démocratie
5.2.1 - EN PHASE DIAGNOSTIC

Identifier les modes de concertation et les dynamiques locales en place et les évaluer
Choisir :
- le mode d'écoute :
- entretiens personnes ressources : temps dans la mission et grilles d'entretien,
- réunion publique,
- questionnaires.

- le mode de restitution auprès des gens sollicités (avec les élus)

Analyser les usages et comprendre les besoins et attentes des usagers par le biais d’études
sociologiques.

5.2.2 - EN PHASE OBJECTIFS

Organiser le débat sur les enjeux


Définir les structures de concertation adaptées au site du projet
Restitution des retours :
- en comité de pilotage,
- concertation des acteurs,
- démocratie.
Introduire le mode de priorité et de phasage, par exemple pour permettre de traiter en priorité les besoins
urgents.

5.2.3 - EN PHASE MOYENS (MISE EN ŒUVRE DU PROJET, de la conception à la réalisation)

Evaluer les possibilités d’associer les habitants à la mise en œuvre du projet.


Informer les habitants sur les conditions de mise en œuvre.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 45
5. ORGANISER UNE GESTION DURABLE DU PROJET
5.3 Promotion du projet

5.3.1 - EN PHASE DIAGNOSTIC

Identifier l'image véhiculée par le quartier depuis l'intérieur, et depuis l'extérieur, auprès des partenaires.

5.3.2 - EN PHASE OBJECTIFS

Enrichir la culture commune des décisions


- visites, conférences,
- images de références,
- construire une image commune du quartier à long terme,
- affichage du développement durable comme outil de communication (obligation d'en faire un peu).

5.3.3 - EN PHASE MOYENS (MISE EN ŒUVRE DU PROJET, de la conception à la réalisation)

Communiquer autour de l’image future du quartier.

Mettre en place d’une équipe « ambassadeurs Renouvellement Urbain Durable ».

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 46
COUT EVITES COUTS INDUITS Démarche coût global en ville renouvelée
COLLECTIVITES AMENAGEUR OPERATEUR
Par rapport à la démarche classique de coût global en bâtiment, son extension à une opération
d’aménagement en ville renouvelée présente certaines spécificités :
Acquisition
terrain
1. l’échelle du temps est fortement étendue. En aménagement, on peut distinguer le court terme
Etudes (les 10 à 15 ans de durée d’un projet d’aménagement), le moyen terme (15 à 30 ans, pour mesurer
l’impact du projet sur les premières dizaines d’année de vie du quartier) et le long terme (au-delà,
Viabilisation
et même bien au-delà des 30 ans, l’échelle d’impact de la plupart des actions de développement
Infrastructures durable. Donc, l’horizon économique, qui est de 20 à 30 ans pour un bâtiment courant, peut être
étendu en aménagement à des plages de l’ordre de 80 à 100 ans.
Espaces
publics
2. le champ de calcul du coût global, qui ne recouvre, en bâtiment que les dépenses et les gains
Equipements Bâtiments du maître d’ouvrage et des utilisateurs du bâtiment, doit être étendu, en aménagement, à ceux de
l’aménageur, mais aussi de la collectivité locale, voire à d’autres gains ou dépenses collectives à
d’autres échelles de collectivité.
Entretien Exploitation
3. le bilan en coût global, qui inclut traditionnellement des coûts initiaux (investissement) et

ANNEXE 1 : COUT GLOBAL


Services différés (exploitation), doit prendre en compte le fait que l’investissement se prolonge sur toute la
durée de l’opération d’aménagement, qu’il concerne aussi bien les investisseurs publics
Sociaux (aménageur, collectivité) que privés (promoteurs). Mais surtout, les coûts différés ne sont pas
seulement les coûts directs d’exploitation, mais doivent aussi inclure tous les coûts indirects,
Santé Confort induits ou évités, pour la collectivité.
Environnement
Une des principales difficultés de l’exercice tient au fait que, autant on sait bien évaluer des coûts
d’investissement ou d’exploitation, autant on ne sait pas aujourd’hui mesurer en termes économiques,
Principaux postes du coût global
dans la même unité, les coûts collectifs indirects. On devra donc se contenter de les évaluer
qualitativement.

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 47
AEU Analyse Environnementale de l'Urbanisme
ARHLM Association Régionale HLM
BRGM Bureau de Recherches Géologiques et Minières
CET Centre d'Enfouissement Technique
COS Coefficient d'Occupation des Sols
CSP Catégorie Socio-Professionnelle
DDASS Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales
DDE Direction Départementale de l'Equipement
DIREN Direction Régionale de l'Envionnement
DRIRE Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement
EDR Etude Détaillée des Risques
ENR Energies Renouvelables
EPF Etablissement Public Foncier
ESR Etude Simplifiée des Risques
HQE Haute Qualité Environnementale
Ilôts IRIS Un IRIS = 2000 habitants : périmètre de comptage INSEE
INSEE Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
LMCU Lille Métropole Communauté Urbaine
MISE Mission Inter-Services de l'Eau
PADD Plan d'Aménagement et de Développement Durable
PCSP Pôle de Compétence Sites et Sols Pollués
PDU Plan de Déplacements Urbains

ANNEXE 2 : INDEX
PLH Programme Local de l'Habitat
PLU Plan Local d'Urbanisme
PME Petites et Moyennes entreprises
PUCA Plan Urbanisme Construction Architecture
TC Transports en commun
UIOM Usine d'Incinération des Ordures Ménagères
ZNIEFF Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique
ZPPAUP Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager
ZUP Zone à Urbaniser en Priorité

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 48
Strasbourg. Amsterdam. : Quartier GWL.
p12 Tramway p16 Continuité de la trame viaire
p20 Londres : quartier Bedzed.
Mixité sociale et fonctionnelle à l’échelle de l’îlot
Source : Agence Pattou & Associés Source : ADULM Bill Dunster, architectes
Source : Agence Pattou & Associés
Freiburg Amsterdam.: quartier Wilhelmina Lille : Quartier de Moulins
Plateforme multimodale : location de vélos + car- Continuité du paysage urbain assurée par la voie maisons de ville
sharing d’eau Donnadieu, Bouillot, architectes
Source : Agence Pattou & Associés Source : : Dominique Mons Source : ADULM

Bruxelles : Logis Floréal Tourcoing


Piste cyclable en site propre Cité-jardin Mixité d’habitat en tissu ancien
Source : ADULM Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés

Lisbonne Lille : quartier Wazemmes p21 Saint Nazaire


p13 Abri Bus
p17 Maison-Folie : friche industrielle réhabilitée Maison du RADU
Source : Agence Pattou & Associés NOX, Architectes Vincenz Radu
Source : Agence Pattou & Associés Source : Internet

Amersfoort Greenwich. : Centre commercial Sainsbury Amsterdam : quartier GWL


Parc à vélos. Supermarché bénéficiant d’un éclairage naturel Logements personnes agées en cœur d’îlot
Kee Christiansee, architecte. West 8, paysagiste et accompagné d’espaces de détente. Source : Agence Pattou & Associés
Source : ADULM Source : Agence Pattou & Associés

Freiburg : quartier Vauban Lille : centre ville Freiburg : quartier Vauban


silo à voitures Place accueillant l’événementiel Ecole en pied d’immeuble
Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés Source : ADULM

Freiburg : quartier Vauban Freiburg p22 Lindholmen - Suède


p14 Voie de desserte des logements /espace de jeux
p18 Marché/restaurants Reconquête du quartier du port sur la base d’une

ANNEXE 3 : PHOTOTHEQUE
Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés mixité fonctionnelle
Source : Agence Pattou & Associés

Freiburg : quartier Vauban Villeneuve d’Ascq : Quartier des Fiacres Lisbonne.


Garage à vélos Jardins communautaires Espace pouvant accueillir de multiples fonctions
Source : ADULM Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés

Copenhague : quartier Vertebro Villeneuve d’Ascq : Quartier des Fiacres St Jacques de La Lande
Cœur d’îlot fortemant approprié par les habitants Terrain de sports de proximité Centre commercial de quartier inséré dans
Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés l’habitat
Source : Agence Pattou & Associés

Stains : Clos St Lazare et Cité-jardins Mixité d’habitat en tissu ancien p23 Copenhague: quartier Vestebro.
p15 Continuité du tissu urbain entre centre ville et
p19 Source : Ville de Lille Espace socio-culturel de proximité en cœur d’îlot
cité-jardin, discontinuité entre Clos St Lazare et Source : Agence Pattou & Associés
cité-jardin
Source : Agence Pattou & Associés
Amsterdam : quartier Wilhemina Mixité d’habitat en tissu de faubourg Le Plessis-Robinson.
Continuité assurée par le voie d’eau Source : orthophotoplan, LMCU, 2001 Jardins familiaux en cœur d’îlot
Source : Agence Pattou & Associés Source : Agence Pattou & Associés

Tournai Mixité d’habitat en ZUP Belgique


Réseau de places ayant fait l’objet d’un Source : orthophotoplan, LMCU, 2001 Crèche dans un garage
aménagement unifié Source : Agence Pattou & Associés
Source : Paysages

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 49
haie d’essences variées. Lisbonne. Harnes
p24 Source : D. Soltner, Planter des haies, collection p28 Ambiance nocturne
p32 Lagunage
sciences et techniques agricoles, 1994 Source : Agence Pattou & Associés Source : Paysages

Espace humide (bassin de tamponnement des Pays-bas : Hydespjaeldet. Epuration sous serre
eaux pluviales) Ambiance végétale créant une atmosphère intime Source : ADULM
Source : ADULM Source : Agence Pattou & Associés

Héron Lisbonne. Aire d’autoroute


Source : ADULM Ambiance minérale Bassin d’eaux pluviales
Source : Agence Pattou & Associés Bruno Mader, architecte
Source : ADULM

Espace vert « prairie » Lille:quartier du Vieux-Lille (rue des 3 Molettes) Malmö : quartier Augustenborg
p25 source : ECOZONE Initiatives p29 coeur d’îlot : jardin public p33 Caniveaux et rigoles
Source : Agence Pattou & Associés Source : Tribu

Malmö : quartier Augustenborg Copenhague : quartier Vertebro Amersfoort : quartier Nieuwland


Toiture végétalisée Cœur d’îlot boisé Lagunage à l’échelle d’un quartier
source : Tribu Source : Agence Pattou & Associés Source : ADULM

Caen : Citis Lille : Quartier Euralille 2 îlot Saint Maurice Landrethun


Noue et bassin - Espace semi-public en cœur d’îlot Assainissement autonome
Source : Tribu Fabienne Fendrich, paysagiste Source : ADULM
Source : Agence Pattou & Associés

Villeneuve d’Ascq : La Haute Borne Halluin p34 Construction en bois -


p26 p30

ANNEXE 3 : PHOTOTHEQUE
Concours promoteurs/architectes pour une Cevtre de Valrisation Energétique des déchets
Source : D. Gauzin-Muiller, l’architecture
densité raisonnée Source : ADULM
écologique, édition Le Moniteur
Source : ADULM

Lille : Quartier Euralille 3 Exemple d’utilisation du bois en espace public


Le bois habité : un projet bati sur la structure Source : Tribu
végétale
Source : Euralille

Stains : cité-jardins et Clos St Lazare Toufflers : Trois Suisses Caudry : lycée HQE
Répartition privé/public Eoliennes Murs recouverts de tavaillons
Source : Atelier Tel Source : ADULM Lucien Kroll,Quatr’A, architecte
Source : ADULM

Suède : Gardsten. Londres : quartier Bedzed p35 Plateforme de tri des déchets de chantier -
p27 Transition public/privé
p31 Cevtre de Valrisation Energétique des déchets Source : ARENE
Source : Agence Pattou & Associés Source : ADULM

Freiburg-in-Brisgau : quartier Vauban Londres : quartier Bedzed Métropole lilloise


Transition public/privé : espace « domestiqué » Chaufferie fonctionnant aux déchets de bois Déchetterie
entre l’immeuble et la rue Source : ADULM Trace, architectes
Source : Agence Pattou & Associés Source : ARENE

St Jacques de La Lande. Freiburg-in-Brisgau : quartier Vauban Métropole lilloise


Stationnement sur la parcelle Toiture constituée de panneaux solaires Centre de tri
Source : Agence Pattou & Associés Rolph Disch, architecte Source : ADULM
Source : ADULM

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 50
Suède : quartier Augustenborg Hempempont
p36 Maison des déchets p40 Bassin d’aération de l’usine de traitement d’eau
Source : Tribu potable
Source : Photos d’archives Société des Eaux du Nord

Laboratoire de contrôle et d’analyses des eaux


aire de regroupement des bennes de collecte de la Société des Eaux du Nord
Source : ADULM Source : Photos d’archives Société des Eaux du
Nord

Amsterdam : quartier Wilhelmina Adduction d’eau


Conteneurs enterrés
Source : Tribu

Lille: quartier de Moulins Stockage de produits dangereux


p37 Brasserie des 3 Moulins reconvertie en Maison p41 Source : environnement magazine, n°1627 mai
Folie (Lille 2004) . Baron-Louguet, architectes 2004, dossier sols pollués
Source : Agence Pattou & Associés

Duisbourg. Campagne de reconnaissance de la qualité des


Aménagement d’une friche sidérurgique en parc sols
de loisirs. Latz et Partners, paysagistes Source : www.cebtp.fr/fiche17.html -
Source : Agence Pattou & Associés

Villeneuve d’Ascq : friche Kulhman


Confinement des terres polluées

Ecran acoustique :
p38

ANNEXE 3 : PHOTOTHEQUE
Source : site
www.galatee.org/cabsoues/acoustique.htm

Antenne relais
Source : www. patients.impatiens.online.fr

Ligne Haute tension

Haies ou écran de protection contre le vent -


p39 Source : D. Soltner,
Planter des haies, coll. sciences et techniques
agricoles, 94.

Freiburg : quartier Vauban


Espaces extérieurs ensoleillés
Source : www.quartier-vauban.de

Espaces extéerieurs -
Source : D. Gauzin-Muiller, l’architecture
écologique, édition Le Moniteur

FEV. 05 - PUCA - Recherche-Action "Lille Métropole : pour un renouvellement urbain durable" ADULM - Agence Pattou & Associés - TRIBU - Dominique Mons 51