Vous êtes sur la page 1sur 2

David Hume et l'empirisme radical

L'empirisme radical est l'école dominante en Grande Bretagne entre le 17ème et le 20ème siècle. Il
est précédé par le nominalisme, Bacon et Hobbes.
Les empiristes :
• John Locke
• George Berkeley
• David Hume
Idées en commun :
• Toute connaissance vient des sens (critique du rationalisme et rejet des idées innées.
• S'orienter vers une philosophie du sujet : la connaissance ne peut atteindre la réalité, elle se
limite à une perception (phénomènes)

L'empirisme radical de Hume


Il y a selon les empiristes deux types de sens, Hume distingue encore entre des images et des idées :
• sens externes, les 5 sens, déjà reconnus avant l'empirisme
◦ perceptions fortes (impressions : sensations)
◦ perceptions faibles (idées : images, idées généraux)
• sens internes, capacité d'éprouver des sentiments, émotions, passions etc., nouveauté des
empiristes
◦ perceptions fortes (impressions : sentiments, émotions)
◦ perceptions faibles (idées : souvenirs, idées générales)
Les idées sont des impressions affaiblies, des copies d'impressions.
Il y a ici une inversion de valeur. Auparavant des autres philosophes déclaraient que les idées
générales ont plus de valeur que les sensations. Chez Hume les idées générales ne sont que des
impressions dégradées et ils acquièrent leur sens par les impressions.
Première preuve : Tout vient de nos sens, même les idées complexes
Deuxième preuve : Un aveugle n'a pas d'idée de couleur.
La raison obéit au 3 lois d'association :
1. Loi de ressemblance : L'idée de quelque chose fait penser à quelque chose de semblant.
(blanc → neige)
2. Loi de contiguïté : L'idée de quelque chose fait penser à quelque chose qui lui est
habituellement associé (tableau noir → école)
3. Loi de causalité : L'idée de quelque chose nous fait penser à ce qui est sa cause ou son effet.
(feu ↔ fumée)

Le phénoménisme
La connaissance ne porte pas sur la réalité mais sur notre perception des choses. Il y a cependant
une vérité humain qui est décrit par une majorité.
De Dieu on ne peut dire ce que nos perceptions voient, la question de l'existence ne se pose donc
pas.
On s'arrête au percipio (je perçois) mais on ne réaffirme pas la réalité.

Critique de certaines idées


Il faut toujours une impression qui correspond à une idée si on veut affirmer que l'idée soit vraie. Il
y a certaines idées dans la nature humaine qui n'ont pas de corrélation directe avec une impression
et qu'il faut donc considérer comme fausses. Parmi ces idées trois ont été particulièrement
importantes dans l'histoire de la philosophie :
• substance matérielle (Aristote) : pour qu'il ait des accidents (couleurs, poids, etc.) il fait qu'il
y a de la substance
◦ Hume : si on enlève toutes les sensations, on ne peut plus parler de la même chose, il n'y
a donc pas de substance permanente
◦ Cette idée est née parce que souvent les impressions de qualité se ressemblent, on a alors
l'impression qu'on a affaire à un objet permanent
◦ Cette idée n'est néanmoins pas dévalorisé, car la constance des objets est à la base d'une
existence humaine équilibré
• substance spirituelle, le moi (Platon, Descartes)
◦ Il n'y a pas de moi permanent. Il existe dans nos croyances, car les sentiments et les
sensations dont on se rappelle se ressemblent.
◦ Cette croyance au moi et indispensable.
• causalité (philosophie, sciences)
◦ Selon l'idée de causalité, il y a dans la cause quelque chose qui produit l'effet. C'est-à-
dire ce qu'on perçoit est un fait qu'on appelle cause et un deuxième fait qui lui succède
(effet).
◦ Il n'y a cependant rien qui nous permets de prouver qu'il y ait un lien réel entre les deux
Ces idées sont extrêmement importantes mais fausses.

Importance pour la science


Cette critique apporte une différence à la conception de la science :
• La causalité selon Hume : Ce que l'on affirme a toujours été valable jusqu'à maintenant,
mais il pourrait y avoir des exceptions dans l'avenir. Ceci change beaucoup pour
l'épistémologie
• Il y a une branche qui doit disparaître de la philosophie selon Hume : la métaphysique, car
elle n'est pas fondée sur des impressions