Vous êtes sur la page 1sur 18

RAPPORT DE STAGE OUVRIER OU

RETROSPECTIVE
.R. CALVET
7, rue de Bonnel
69 LYON (3ème)
-

Le 5 février 1967
Monsieur MERLEN

Sociologie Industrielle

Mon Cher Ami,

Voici votre rapport de stage ouvrier, avec votre note. J’ai ajouté quelques

observations ou conseils.

Je vous souhaite de poursuivre avec succès, et sans trop de fatigue, votre


deuxième année, et les suivantes.

Bien cordialement vôtre.


I.N.S.A. de LYON

INSTITUT NATIONAL
DES SCIENCES APPLIQUEES
20, Avenue Albert-Eïnstein VILLEURBANNE (Rhône)
-

Téléphone LYON (78) 84-83-85

DÉPARTEMENT DES HUMANITÉS


SOCIOLOGIE INDUSTRIELLE

Conseils aux élèves de première année,


avant leur stage de formation ouvrière
BUT DU STAGE. Vous donner la possibilité de vous rendre compte directement des conditions de

vie des ouvriers et des problèmes humains qui en découlent.

Vous consignerez essentiellement dans votre rapport le résultat des observations faites, sur ce plan au
contact des travailleurs avec lesquels vous allez vivre pendant un mois. Vous réserverez une petite part aux
considérations techniques, mais seulement dans la mesure où elles éclairent les conditions générales du travail.

METHODE. Pour réaliser le plus efficacement ce contact et pendant toute la durée du stage, vous

devez vous conformer, suivant les instructions qui vous seront données sur place, ô la vie d’un ouvrier dans
l’usine. Il est également souhaitable qu’en dehors de votre travail vous cherchiez ô vous placer dans des
conditions telles que vous vous intégriez le plus possible dans le cycle normal de la vie ouvrière.

DOCUMENTATION. Les cours et conférences de Relations Humaines vous ont initiés ô la vie

d’usine. Des conseils précis vous ont été donnés dans le dernier amphi et développés par vos conférenciers; mais
il ne sera pas inutile, dans la mesure du possible, de vous documenter par vos moyens personnels (relations
amicales, élèves des années précédentes) sur les usages, les coutumes, le « climat » de l’usine dans laquelle vous
ferez votre stage.

BAGAGES. Emportez des vêtements de travail ainsi qu’un « bleu » (ne mettre celui-ci que
dans le cas ou c est l’usage dans l’atelier), des souliers de fatigue pas cloutés, des espadrilles, quelques
livres choisis parmi les ouvrages de vulgarisation, des vies des grands hommes ou des récits
d’exploration(pour prêter éventuellement à vos compagnons de travail) un carnet de notes ainsi que
des petites fiches. N’oubliez pas votre carte de Sécurité Sociale.

ARRIVEE. Vous présenter au directeur de l’usine (ou éventuellement à toute autre personne
qui vous aura été désignée par la Direction de l’institut). Vous serez orienté vers les responsables de
l’embauche et de l’accueil, puis auprès du contremaître de l’équipe à laquelle vous serez affecté, et qui sera
l’autorité dont vous relèverez directement; c’est donc celui-ci qui vous mettra en contact avec les compagnons
auprès desquels vous ferez votre stage. Ne pas dissimuler votre situation d’élève ingénieur ni fierté, ni
condescendance, beaucoup de simplicité. Prendre toujours la position du demandeur. Se rappeler que votre
interlocuteur n’accorde sa confiance que dans la mesure où il sent qu’on l’estime et qu’on le comprend.

La communauté d’âge vous permettra de gagner rapidement la sympathie des jeunes ouvriers qui
pourront faciliter le contact avec les ouvriers plus âgés.

Faire les premiers pas ; bien préciser aux cadres et aux ouvriers votre désir de ne gêner personne, de
vous instruire au maximum ; vous mettre à la disposition de tous dans la mesure où vous pourrez aider ou rendre
service. Vous serez ainsi très vite adopté par votre équipe.

L’INGENIEUR TUTEUR. — Le directeur de l’entreprise désignera probablement (nous le


lui avons demandé) un ingénieur auquel il vous confiera spécialement, et qui sera, en quelque sorte,
votre TUTEUR pendant votre stage. C’est à lui que vous pourrez vous confier; lui demander conseil
et, ou besoin, vous faire « remonter » en cas de défaillance. Si l’entreprise ne le désignait pas elle-
même, rechercher pour ce rôle un ingénieur compréhensif sorti depuis trois à cinq ans de son école.
Faites-fui lire la présente feuille « Conseils aux élèves ».

COMPORTEMENT DANS LE TRAVAIL.

— Obéissance stricte envers toutes les autorités dont vous dépendrez.

modes (y compris ceux du dimanche).


— Accepter tous les travaux qui vous seront confiés (dans le cas où vous auriez le
sentiment de ne pouvoir accomplir une tâche, le faire remarquer, en donner la raison, mais accepter de
tenter le travail).

— Suivre strictement l’horaire qui vous aura été fixé; au besoin demander — dans le cas
où l’on envisagerait pour vous un rythme spécial — à vous conformer à l’horaire des autres ouvriers.

— Vous porter volontaire pour les travaux les plus ingrats et les horaires les plus mal
commodes (y compris ceux du dimanche)

—Dans l’exécution du travail, faire preuve de la plus grande bonne volonté. Vous abstenir de porter
des jugements qui supposent une expérience que vous n’avez pas.

— Sécurité suivre scrupuleusement les consignes de sécurité. En particulier, ne fumez pas où cela est
interdit.
— Vêtements vous conformer à l’usage

— Vous ne devez pas entrer dans une usine avec un appareil photographique ou une caméra sans
avoir obtenu l’autorisation de la Direction.

— Conversations les orienter le plus possible sur le métier; éviter les sujets susceptibles d’éloigner (en
particulier les problèmes politiques) ; par contre, rechercher ce qui peut rapprocher (sports, souvenirs de voyage,
etc...) en faisant preuve en tout du plus grand esprit de tolérance.

En dehors du travail ne pas s’imposer, mais prendre le maximum de contacts avec les compagnons en
donnant la preuve que vous agissez non pas en « indicateur », mais en ami. Saisir toutes les occasions, y compris
celles de détente (un joueur de football n’hésitera pas à s’intégrer dans une équipe d’ouvriers, mais à condition
d’être un bon joueur; ne pas se ridiculiser). Participer éventuellement à une fête (d’usine, de village, de quartier).
.
CE QU’IL FAUT PARTICULIEREMENT OBSERVER

en ne perdant pas de vue le but qui est de découvrir le comportement et la mentalité de l’ouvrier.

a) A l’intérieur de l’usine

— Embauche, accueil.

—Cadre du travail hygiène (air, éclairage, salubrité, prévention de la fatigue) ; sécurité (les risques,
prévention des occidents) ; surveillance médicale, service social.

— Durée et horaire du travail (éventuellement « les trois huit », roulement des équipes, permanences,
etc...).

— Rémunérations solaire, primes diverses, allocations, avantages.

— Application de la législation du travail ; le rôle des délégués, des comités d’entreprise; rapports
avec les organisations syndicales.

— Rôle de la hiérarchie, organisation du commandement.

Formation des jeunes, des adultes, de la maîtrise; promotion ouvrière.

— Intérêt du travail.

b) Hors de l’usine

— Conditions de vie de l’ouvrier hors du travail (logement, détente, aspirations).

— Les dominantes des conditions de vie. La vie de famille (mère au foyer ou travaillant, enfants,
etc.).

— Organisation et utilisation des dimanches et vacances.

c) Personnes avec lesquelles il est souhaitable que vous preniez contact:

— un ingénieur;

— un contremaître;

— un membre du comité d’entreprise ou un délégué d’atelier;

— un médecin du travail;

— une assistante sociale;

— le plus grand nombre d’ouvriers de tous âges et de toutes conditions, particulièrement jeunes
ouvriers, apprentis

—l’ingénieur à la sécurité, etc...

Noter chaque soir les observations principales de la journée, telles qu’elles reviennent à la mémoire ;
vous les classerez plus tard lors de l’établissement du rapport dont elles seront les bases.

Une erreur à éviter : Au cours de vos conversations vous entendrez certainement exprimer des
doléances. Ne les enregistrez pas sans contrôle ou du moins sans explications qui vous seront données par votre
ingénieur-tuteur ou vos chefs.

Se ménager. La vie du stage est fatigante. Fournir votre effort maximum; mais ne pas dépasser vos
limites. Utiliser à fond les temps de repos. En cas de défaillance physique, consulter immédiatement un médecin.

Prendre congé. Venir remercier les différents éléments de la hiérarchie dont vous avez dépendu. Offrir
un « pot » d’adieu à l’équipe de travail à laquelle vous aurez été affecté.

RAPPORT DE STAGE.

Il s’agit bien d’un rapport, tant pour le fond que pour la forme (et non pas d’une dissertation française,
ni d’un compte rendu fastidieux et encore moins d’un reportage), dans lequel le stagiaire présentera l’aspect
humain de la vie de l’entreprise.

Le fond. Les indications ci-dessus détaillées et plus spécialement le paragraphe « ce qu’il faut

particulièrement observer » ont pour seul objectif de vous aider à vous rendre compte le mieux possible des
conditions de vie des ouvriers; mais elles sont simplement des indications. Il vous appartient de vous intégrer au
mieux dans cette vie d’usine, d’y faire le plus grand nombre d’observations, puis de les exposer dans un rapport
auquel vous devez donner un caractère très personnel. Si plusieurs élèves font leur stage dans le même
établissement, les rapports communs ne sont pas admis.

Ce travail doit traduire fidèlement vos propres impressions. Celles-ci comporteront probablement des
erreurs dues à la jeunesse de votre expérience, mais l’essentiel est que vous ayez vu et compris les dominantes de
la vie d’usine.

Certaines entreprises insisteront sur le caractère confidentiel de leurs procédés de fabrication vous
devez vous considérer dans ce cas comme lié par le secret professionnel et le rapport du stage doit être rédigé en
conséquence. Vous ne devez alors en confier le manuscrit à personne, même simplement pour la frappe, sans
l’accord préalable et formel de votre ingénieur-tuteur.

La forme. L’EXPOSE doit être clair, précis, concis; le style sans recherche, mais en excellent français

et si possible ce qui ne gâte rien élégant; l’ORTHOGRAPHE parfaite. Relisez le texte après dactylographie.
— —

LA LONGUEUR DU RAPPORT est laissée à votre appréciation, mais n interviendra pas dans la notation. Dix à
douze pages dactylographiées constituent un cadre suffisant avec possibilité de joindre en annexe des documents
qui auront paru utiles.

Présentation. Elle devra permettre une lecture facile. Le rapport sera fait en deux exemplaires, le

premier remis à votre employeur avant votre départ si vous avez pu le terminer ou dans les quinze jours qui
suivent si vous n’avez pas eu le temps de le rédiger. Si votre employeur s’offre à le faire taper, acceptez et
remerciez-le vivement, sinon faites usage d’un carbone et écrivez très lisiblement. Dans un cas comme dans
l’autre, faire usage d’un carbone à main (à l’exclusion du carbone machine). Le second exemplaire devra être
remis au service des Relations Industrielles au plus tard le 15 octobre. Il vous sera rendu avec la note qui vous
aura été attribuée par votre conférencier.

Notation. Le rapport sera coté de 0 à 20 dans les proportions suivantes


—Qualités d’observation sur le plan humain et intérêt sur l’organisation du travail (à l’exclusion des
problèmes techniques) 0 à 12.

— Clarté, style et orthographe 0 à 5.

— Présentation 0 à 3.

Les observations faites par la hiérarchie de l’usine sur votre comportement pendant votre stage pourront
donner lieu à une modification de la note ainsi calculée.
Et pour terminer, bonne chance!
Puisse ce premier contact avec le monde ouvrier vous amener
à mieux comprendre le sens de votre mission, à aimer ceux que
demain vous aurez l’honneur de diriger dans leur travail et à vous
faire aimer d’eux.
MERLEN Dominique GROUPE 6

RAPPORT DE STAGE OUVRIER

STAGE EFFECTUE A LA SOCIETE CALAISIENNE DE PATES A PAPIER

EN JUILLET 1966
INTRODUCTION

La S.C.P.P. fabrique dans son usine de CALAIS, à partir des


rondins de bois feuillus ou résineux, la pâte qui servira de matière
première au papier.

Comme dans toute usine chimique lourde, il existe un réseau


complexe et important de tuyauteries, avec des vannes, des cuves de
stockage. D’autre part l’usine fabrique elle-même son électricité, par
l’intermédiaire de turbines à vapeur. Enfin, la direction voulant sans cesse
améliorer les procédés de fabrication, il est nécessaire d’effectuer des
modifications dans l’appareillage. Réparations, travaux neufs, cela
implique, par économie, un atelier d’entretien à l’intérieur même de
l’usine.

C’est dans cet atelier que j’ai vécu mon stage, mais pas
exclusivement, puisque je me déplaçais avec mon coéquipier dans l’usine
même lorsqu’il fallait réparer ou poser du matériel neuf.

Pour plus de clarté j’ai jugé bon de diviser mon rapport en trois
parties :

I - Mes camarades ouvriers

II — L’ouvrier et l’usine

III— L’ouvrier et sa famille

Ces deux dernières parties peuvent d’ailleurs avoir des points


communs puisque, en quelque sorte, le vie de l’ouvrier chez lui dépend de
celle qu’il mène à l’usine.

MES CAMARADES OUVRIERS

A) DES APPRENTIS

~JEAN-PIERRE-

Son père venait de mourir dans un accident survenu à l’usine.


Il y est entré une semaine après moi. Pour subvenir un peu & sa famille, il
est obligé de travailler. Il était dans un centre d’enseignement technique
(CET) à CALAIS. Il a 16 ans et il lui restait un an à faire pour avoir son
C.A.P. d’ajusteur. Il trouve très différent ce ~u’on leur apprend h. l’école et
ce qu’il a déjà pu faire ici. Il m’a questionné sur l’INSA, en particulier sur la
discipline. Notre système d’autodiscipline semblait 1’ étonner.

DANIEL

Son visage ne m’était pas inconnu. C’est lui qui m’a adressé le
premier la parole et je l’ai reconnu quand il m’a dit que nous étions
ensemble à l’école primaire. Il devait être une classe au-dessus de moi. Je
l’avais perdu de vue dès mon entrée au lycée. Il est rentré ici à 14 ans et
demie; il en a maintenant 20. En ayant pourtant commencé sans aucun
bagage, il ne s’est pas mal débrouillé. Il travaille souvent en équipe avec
le meilleur ouvrier du service entretien “Ma Grosse”, comme l’appellent
ses camarades, un gaillard de 127 kg. D’autres exemples qui suivent
montrent que c’est la valeur de l’ouvrier qui compte, et non un CAP ou
autre.

B) DE JEUNES OUVRIERS

Ce sont des ouvriers revenus du service militaire, ayant déjà

une certaine expérience de leur métier.

MICHEL
Ce fut mon premier coéquipier. Il a 25 ans, est marié, sans en-
fant. Je ne tus avec lui que la première semaine car ensuite il partait en
vacances. Il m’expliquait un peu tout ce qu’on faisait ensemble. Il trouvait
normal que je fasse un stage :“cela te donnera de la pratique” me disait—
il. Il était rentré en atelier à 14 ans, dans une autre usine chimique. Il a
suivi des cours du soir et c’est maintenant un très bon ouvrier spécialisé
en chaudronnerie. Michel est aux “Pâtes” depuis quatre ans. Plusieurs fois
je l’ai entendu dire, quand cela allait mal : “Bien sûr on a de mauvais
moments, mail il y a aussi de bons moments”. Ses paroles reflètent
l’optimisme des jeunes ouvriers en général.

—MICHEL le soudeur—

C’est un célibataire, d’environ 27 ans. Il était

sympathique à
tout l’atelier. Son “royaume” c’est le peste de soudure, séparé du reste de
l’atelier par un paravent, à cause des lueurs de l’arc électrique. Il est très
bon soudeur mais ne veut pas passer la licence de soudeur professionnel,
car il a peur de ne plus avoir le droit que de souder.

C) UN OUVRIER MUR : ARSENE


C’est lui qui remplaça MICHEL auprès de moi. Il a 44 ans et est
ici depuis 14 ans. Il est également chaudronnier. Mais il a fait plusieurs
métiers avant d’entrer ici. Il était au collège mais la guerre est survenue et
son père l’a fait travailler. Entre autres il a déchargé les péniches, joué de
l’accordéon dans les cafés. A la fin de la guerre il s’engage dans la marine,
au service du déminage. La période de la guerre fut vraiment mauvaise
pour lui. De cette époque il Lut est resté un petit air triste. On dirait qu’il
regrette d’avoir vu ses études arrêtées : il est un peu devenu ouvrier par
obligation. Un jour, pendant la pause, il me parlait de ses études et me
disait : “Dans le fond je ne regrette pas. C’est la destinée. Je ne suis pas
plus malheureux pour cela». Il a quatre enfants, dont deux en bas age.
Pour améliorer leur situation, sa femme a repris une quincaillerie.
L’OUVRIER ET L’USINE

A) L’ENCADREMENT

Un Président Directeur Général Mr WEINBRECK


Un Directeur Général Mr PREVOST
Un Directeur technique de Un Directeur Administratif
fabrication Mr HEBERT Mr JOLY

Chef du service d’entretien, sous-directeur

Mr CRESTEY

Chef d’approvisionnement d’entretien

Mr BOUCHE
Contremaîtres d’ entretien

Sous chef d’ entretien—contremaître


responsable des travaux neufs

Mr BOULANGER

Chaque contremaître est chargé de faire effectuer un certain travail par


des ouvriers qu’il désigne, d’après des plans exécutés par les dessinateurs
du bureau d’études.
B) L’APPROVISIONNEMENT DE L’ATELIER D’ENTRETIEN

Ce service tient une place importante dans l’atelier. Bans arrêt


les ouvriers ont besoin de se ravitailler en tôles, tuyaux, brides par
exemple. Comme dans de nombreuses autres usines — le système
pouvant varier un peu — les contremaîtres sachant quel travail est à
effectuer par l’ouvrier, lui rédigent un bon de commande - Contre celui ci
les serveurs du magasin — ils sont quatre ou cinq — lui fournissent le
matériel demandé dans la mesure du possible. Les bons sont ensuite
transmis au chef du service d’approvisionnement d’entretien, Mr BOUCHE,
qui tient la comptabilité des entrées et sorties.

Il arrive souvent qu’un ouvrier ait besoin d’une échelle, d’un


palan, ou d’une paire de bottes pour effectuer son travail. Pour ne pas
encombrer inutilement l’atelier, ces objets sont stockés en magasin; et
l’ouvrier recevra ce qu’il demande contre une fiche avec un numéro
propre. Il. posséder ainsi 5 fiches seulement, afin d’éviter qu’il laisse
traîner trop de matériel dans l’usine.
Actuellement le magasin est en cours de réaménagement.
Tout le matériel est rangé par ordre de taille et plus ou moins loin de
l’entrée suivant la fréquence d’emploi. Le magasin est divisé en secteurs
« Electricité », « boulonnerie », « huiles » .
Tout ceci permet de servir bien plus rapidement les ouvriers et une
meilleure tenue des comptes.

C) LA SECURITE A L’USINE

Les dangers courus quotidiennement par les ouvriers dans une


usine sont nombreux. Il est donc normal de prévoir les accidents en
prenant des mesures de sécurité.

Ici, les accidents qui peuvent arriver sont nombreux et divers


main4 ou doigts coupés par une machine, une écorceuse à main par
exemple, asphyxie due à des émanations toxiques, chute des ouvriers
d’un échafaudage - entre autres

Pour empêcher ces faits regrettables pour tout le monde, la


direction fait tout pour prévenir l’accident. Ce sont d’abord les affiches
placées dans l’atelier et un peu partout dans l’usine, avec des dessins et
des formules suggestives telles que « échafaudage provisoire --incapacité
définitive ». D’autre part on met à la disposition des ouvriez des lunettes
ou des casques pour souder, des gants, des masques à gaz. On leur fait
attacher les échelles dont ils se servent, pour qu’elles ne glissent pas.
Quand un ouvrier travaille sur un moteur il accroche à proximité une
plaquette avec son nom. Ainsi personne n’a le droit de remettre en route
le moteur en question, tant que la plaquette reste là. Enfin les câbles
électriques ou les tuyaux de gaz des postes de soudure doivent être, dans
la mesure du possible, accrochés à deux mètres de hauteur environ, pour
ne pas les heurter avec le pied. Pour les ouvriers négligents, il a été crée
le système des blâmes. Au bout de trois blâmes les primes de fin d’année
sont amputées d’une certaine somme. C’est encore de l’avis de Michel, lé
meilleur système. D’ailleurs les ouvriers ne sont pas inconscients et
tiennent à la vie; si bien que généralement ils suivent les consignes de
sécurité qui leur sont données.

D) DUREE DU TRAVAIL -SES CONDITIONS


Le personnel du secteur “fabrication” suit le système des
“trois huit” car la fabrication ne doit pas s’arrêter. Il prend ses congés en
Août. Mais il est déjà arrivé qu’à la suite d’une commande urgente, une
partie de personnel soit rappelée. D’autre part certains secteurs, comme
l’entrée des bois”, n’ont arrêté cette année qu’une semaine, car il y avait
du bois à débiter en copeaux.
Le personnel du service d’entretien suit ordinairement
l’horaire 6h—12h15 — 14h—17h15, sauf le samedi (7h—13h), ce qui fait
42h. par semaine en décomptant le quart d’heure de pause non payé de
8h45 à 9h.
Mais c’est pour ainsi dire un minimum d’heures de travail, car
beau coup d’ouvriers sont appelés, suivant l’urgence de la réparation en
cours, à faire des heures supplémentaires. Pour rattraper les jours de fête,
comme au 14 Juillet, et pendant l’arrêt de l’usine, les ouvriers du service
d’entretien commencent à 7h.
Par mesure de sécurité, quatre ouvriers sont de service
chaque soir. Ils sont nommés à tour de rôle par les contremaîtres et la
liste, établie pour un mois, est affichée sur le mur du petit local réservé à
ceux-ci. Cela est assez gênant pour l’ouvrier, car il ne peut sortir de chez
lui le dimanche où il est de service. Mais cela l’est encore plus quand il
doit faire une “journée à la tire”, comme ils disent. Arsène a déjà dû
travailler 18 heures d’affilée. Cela se produit quand un accident survient
(une explosion de chaudière par exemple ou lorsque du retard s’est
accumulé. C’est extrêmement pénible et ils sont vraiment épuisés de
fatigue quand arrive la fin du travail. L’un des signes de cette fatigue est
une irascibilité croissante.
Encore à propos de la dureté de leur travail, j’ai travaillé une
journée avec des camarades qui devaient réparer le dessus d’une
chaudière endommagée par une explosion. Ils durent découper, puis
souder par une température supérieure à 35 °C, à cause de la proximité
des autres chaudières. La chaleur dégagée par les chalumeaux
oxyacéthyléniques n’était pas faite pour arranger les choses et je les ai
vus, la sueur ruisselant littéralement sur leur visage et trempant leur
chemise. Là, j’ai compris ce que “ça’ pouvait être leur travail.
Aussi leurs vacances sont-elles bien méritées. Contrairement à
ce qui se passait pour le service “fabrication’, ils les prennent en Juin, en
Juillet ou en Septembre mais pas en Août. En effet c’est pendant l’arrêt
qu’il y a le plus de travail, parce qu’on en profite pour tout vérifier. De
plus, ils prennent rarement toutes leurs vacances d’un seul coup. Ils
préfèrent conserver une semaine pour les fêtes de Noël. Mon premier
coéquipier, Michel, n’a pris cette année que 15 jours, réservant une
semaine pour Noël et une autre pour la naissance d’un futur bébé.

E)LA DETENTE A L’USINE

Dès ma première - journée de travail, j’ai goûté avec mes


camarades les moments de détente qu’on nous accordait.
Le premier c’est le casse-croûte du matin. Par un appel de
sirène à l’extérieur de l’atelier, le klaxon à l’intérieur, à 8h45, nous savions
que nous pouvions arrêter le travail. Chacun alors se précipitait sur son
casse-croûte. Le premier jour je n’en avais pas apporté mais dès le
lendemain je faisais comme eux.
Le deuxième moment de détente c’est ce que l’on pourrait
appeler la “pause pré-travail”. Comme son nom l’indique, c’est le quart
d’heure de battement avant le début effectif de la matinée ou de l’après-
midi de travail. Il est recommandé aux ouvriers d’arriver un petit quart
d’heure avant l’heure normale. Rares sont ceux qui n’observent pas cette
consigne. Des groupes se forment dans l’atelier, autour des établis — On
discute le sport, on raconte le dernier film. D’ailleurs les sujets ne
manquaient pas en ce mois de Juillet : le “duel” Poulidor-Anquetil, la coupe
du monde de football, le mauvais temps qui s’acharnait sur la France. En
réalité ce quart d’heure est un moment de battement qui permet aux
ouvriers de passer aux vestiaires et de “souffler” un peu avant le travail.
Ainsi ils commencent à l’heure juste.
Les ouvriers ont-ils d’autres moyens de se détendre à
l’intérieur de l’usine ?
On peut encore parler des douches comme détente, car elles
font du bien après les fatigues de la journée. Mais rares furent les ouvriers
que j’entendis parler de douches. Ils étaient souvent trop pressés de
rentrer chez eux, même s’ils étaient un peu sales. D’ailleurs ne faisais-je
pas comme eux ?
Enfin ou pourrait croire que les équipes de sport sont
florissantes à l’intérieur de l’usine, à entendre les ouvriers parler du sport.
Pourtant il y a deux obstacles majeurs : le premier c’est l’insuffisance de
jeunes, bien qu’il y ait environ quatre cents ouvriers au total. Bien sûr il y
a à l’atelier quelques jeunes sportifs, mais ils sont obligés de pratiquer
dans des équipes civiles. L’usine possède même un terrain de football,
mais il n’y a personne pour jouer dessus. Le deuxième obstacle, c’est la
fatigue des ouvriers à la fin de la semaine. En milieu de semaine, ils n’ont
pratiquement pas le temps de s’entraîner. Et quand arrive le dimanche, ils
n’ont plus envie d’accumuler de nouvelles fatigues.

F)LE SALAIRE DE L’ OUVRIER

—Le mode de paiement- Le niveau du salaire

Les ouvriers sont payés à l’heure et reçoivent leur “semaine »


tous les jeudis soir. Leurs entrées et sorties de l’usine sont contrôlées par
la machine à pointer.
Ici les ouvriers à part entière sont payés à environ 4fr de
l’heure. Mon premier coéquipier, Michel, recevait 4 Fr.. C’est l’un des
ouvriers les mieux payés du service d’entretien, où chacun est rémunéré
suivant sa valeur propre et ses progrès. Le salaire peut paraître assez
élevé par rapport à celui d’ouvriers embauchée dans d’autres usines de la
région. Mais la direction à tenu compte de la dureté du travail ici et
d’autre part le salaire horaire comprend les primes de salissure,
d’insalubrité et d’astreinte, plus une certaine partie de la prime
d’intéressement à la productivité, quand celle-ci devient trop forte.

-LE PAIEMENT DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

Au service Entretien

L’horaire légal compte 40 heures de travail par semaine. Ici les


ouvriers du service d’entretien font 42 heures par semaine. Ils ont donc
déjà 2 heures payées à 25% en plus. S’il. font des heures supplémentaires
entre 5h du matin et 9h du soir, elles lui sont payées 25% en plus. Le
dimanche le pourcentage est plus fort l’après-midi, où il atteint 75%. C’est
le même que pour un jour férié.

A la Fabrication

Quatre équipes assurent la fabrication de la pâte. Elles font


trois semaines de 40 heures pour une de 48. Ces huit heures de
supplément sont payées comme des heures supplémentaires ; de même si
l’équipe travaille un dimanche, ce qui arrive une fois sur quatre. En effet la
direction pourrait considérer, puisque c’est un service de fabrication6 que
le dimanche est un jour comme les autres. Mais elle ne le fait pas.
- LES PRIMES
Prime d’intéressement à la productivité
Cette prime fut créée ici en mars 1948 — L’usine était dans ce
domaine presque une innovatrice. On définit un certain taux
d’intéressement, calculé avec le tonnage de pâte fabriqué par rapport au
nombre d’heures de travail passées. Si le taux dépasse 21%, borne fixée
par les commissions paritaires, 10% sont automatiquement intégrés au
salaire de l’ouvrier. Bien entendu il s’agit de 10% du salaire ne tenant pas
compte des heures supplémentaires. Cette intégration est plus ou moins
bien vue par les ouvriers. Les jeunes en sont tout à fait satisfaits, car
même si le taux diminue ou devient nul, leur salaire reste assez élevé.
Pour eux, l’intégration est synonyme de sécurité. Les plus vieux par
contre, sont généralement mécontents, car ils ont l’habitude de conserver
les primes pour eux, tout en donnant leur salaire brut à leur épouse. On
comprend un peu qu’ils préféreraient ne pas voir baisser leurs primes qui
leur servent de « dimanche », au profit de leur épouse. De toutes façons
une intégration augmente forcément le salaire.

Ici la direction ne fait que suivre ce qui existe dans de très


nombreuses usines. Le taux de la prime suit à peu prés le nombre
d’années effectuées au service de la SCPP est de 1% an bout d’un an — la
prime porte dans ce cas particulier le nom de prime de fidélité de 15% au
bout de 15 ans. Michel a un taux de 4% et il reçoit sa prime tous les trois
mois.

Echelle mobile des salaires — Participation aux bénéfices

Les bénéfices sont calculés en fin d’année et ils sont distribués aux

ouvriers proportionnellement à ce qu’ils ont touché dans le courant de

l’année. Pour ceux-ci c’est un peu un treizième mois. La direction n’attend

pas que les délégués et les secrétaires syndicaux viennent “mendier” une

augmentation des salaires. Bien que l’échelle mobile des salaires ait été

officiellement supprimée, on s’y réfère encore. Ceci permet une meilleure

entente entre la direction et les ouvrier». Jamais, pendant mon stage, Je

n’ai entendu quelqu’un se plaindre qu’il était mal payé. Michel était même

content de m’expliquer les primes qu’il recevait.

G) LA DEFENSE DES INTERETS

Au cours de mon stage, J’avais trouvé plutôt minime l’action


syndicale à l’usine. Une seule fois on nous avait distribué un Journal
syndical, auquel d’ailleurs peu d’ouvriers avaient prêté attention, sur le
moment du moins. Ce calme s’explique quand on voit ce qui est fait pour
les ouvriers, en particulier au point de vue salaires. Depuis très longtemps,
bien avant la loi de Juin 1966, la direction a placé au même rang les
délégués du personnel et les secrétaires syndicaux. D’ailleurs lors des
réunions da comité d’entreprise, ces derniers sont toujours invités. L’un
des tourneurs de l’atelier est délégué. Il renseigne ses camarades, quand
par exemple ceux-ci ne comprennent pas bien leur bulletin de paye. Un
autre est délégué à la sécurité.
En effet la sécurité de l’ouvrier étant également de son intérêt,
quatre ouvriers sont désignée par le comité d’entreprise comme délégués
à la sécurité. Ce sont eux qui sont chargés de rapporter ce qui ne va pas
dans tel ou tel secteur, en dénonçant, si besoin est, l’insécurité d’un
travail ou le danger d’une machine.
Enfin Je peux citer l’existence d’une section d’entraide. Elle
possède son médecin et une assistante sociale. Au point de vue de la
participation ouvrière, elle regroupe deux membres désignés par le comité
d’entreprise et quatre autres élus par les ouvriers. Cette section d’entraide
couvre le complément des frais médicaux non remboursés par la sécurité
sociale ; elle a créé la maison familiale de Montflambert, près de Reims.
Elle s’occupe aussi des vieux ouvriers de l’usine.

L’ OUVRIER ET LA FAMILLE
A) INCONVENIENTS DU TRAVAIL OUVRIER POUR LA FAMILLE :

En général un ouvrier marié veut assurer un certain bien-être


à sa famille. Pour cela son salaire ne suffit pas tout à fait, car il ne permet
de se payer que le nécessaire. Donc il fait des heures supplémentaires, ce
qui est d’autant plus facile qu’il y a toujours du travail à l’usine. Mais
quand on sait déjà combien le temps passé à la maison s’écoule
rapidement, quand on est astreint à l’horaire journalier de travail d’un
ouvrier, on comprend que l’ouvrier n’est pratiquement plus chez lui, quand
il fait des heures supplémentaires. Ses enfants sont couchés quand il
rentre, ne sont pas levés quand il part.
t

Si son domicile est éloigné du lieu de travail 1’ ouvrier a juste


le temps de déjeuner. Arsène doit préparer lui-même le repas de midi, car
sa femme est tenue par la quincaillerie. Il n’aime pas beaucoup f aire des
heures supplémentaires, maintenant qu’ils ont cette quincaillerie, parce
qu’il a toujours du travail de rangement à y faire.

Lorsque la femme reste au foyer, l’ouvrier risque


malheureusement de devenir celui qui rapporte de l’argent toutes les
semaines.

On pourrait croire que l’ouvrier va rattraper cette absence de


chez lui pendant ses congés payés. C’est vrai seulement en partie en effet
il ne peut se payer de vacances bien loin de chez lui, à moins qu’il ait de la
famille. Et encore souvent il n’oserait pas la déranger. Pour lui. les
maisons louées par des particuliers dans les lieux de vacances — système
assez économique en développement — sont encore trop chères, et l’hôtel
bien plus. D’autre part les vieux ouvriers n’ont pas souvent de voiture et,
quand ils en ont une, ils ont peur de faire de trop longues routes. Sur ce
point ils sont beaucoup moins entreprenants que leurs jeunes camarades.

B) ASPIRATIONS DE L’OUVRIER A L’INTERIEUR DE SA FAMILLE

Si les ouvriers s’imposent des sacrifices, en faisant des heures


supplémentaires, c’est, je l’ai déjà dit pour se prouver un certain bien-être,
un certain confort, mais qu’il ne faut pas confondre avec le luxe. A
“tempérament” ils achèteront une gazinière, une machine à laver, un
récepteur de télévision, et même une voiture

Chaque ouvrier aspire à avoir sa maison, avec un petit jardin


où il peut cultiver quelques légumes et des fleurs qui égayeront son logis.
Souvent il élève quelques lapins et quelques poules, peut-être plus pour
s’occuper que pour en tirer profit.

Pour leurs enfants les ouvriers voudraient une situation plus


rémunérée que la leur, moins dure surtout. Aussi sont-ils très fiers des
résultats scolaires de leurs enfants. Mais ils hésitent à les faire poursuivre
leurs études, à moins qu’ils soient de très bons élèves. Par exemple
Arsène a un fils d’une vingtaine d’années, à l’armée actuellement. Il est
dans les transmissions et il y suit des cours d’électronique. Ainsi quand il
rentrera dans l’usine qui l’employait précédemment, il aura une meilleure
situation qu’avant de partir à l’armée. Comme disait Arsène : “Il n’aura au
moins pas perdu son temps à l’armée”.

C) LES LOISIRS DE L’OUVRIER CHEZ LUI

L’ouvrier sportif qui se marie arrête très souvent de pratiquer,


à moins qu’auparavant ce fût déjà un bon élément. A l’usine l’un était
capitaine entraîneur d’une équipe de l’intérieur des terres, un autre jouait
en Championnat de France amateur. Mais leur travail les empêche de se
donner à fond à leur sport favori.
La plupart sont sportifs devant leur récepteur de télévision. Ils
sont très nombreux à en posséder un. Souvent même ils en deviennent
les esclaves, se couchent fort tard pour regarder une émission qui les
intéresse. Par contre ils vont de moins en moins au cinéma, parce qu’ils
n’ont pas beaucoup le temps et aussi parce que c’est cher.
Le dimanche après-midi est souvent réservé, lorsqu’ils
possèdent une voiture — qu’ils ont pour la plupart achetée d’occasion —à
une petite promenade en famille, dans les bois alentour.
Pour les vacances, l’usine possède une maison de famille à
Montflembert dans la Marne, je l’ai déjà dit. Les ouvriers peuvent venir s’y
reposer avec leur famille, moyennant environ 5fr par jour et par personne.
C’est aussi une colonie de vacances pour les enfants. Cent peuvent y aller
tous les ans sur un effectif de trois cents environ en âge d’aller en colonie
de vacances. C’est une solution attirante pour les vacances des ouvriers,
mais ils sont souvent trop fixés à leur région. S’ils ont une voiture, ils vont
faire, pendant la durée de leurs vacances, des randonnées dans la
campagne alentour, près de la mer ou dans les bois. Ou bien ils profiteront
de ce moment de répit pour arranger un peu leur jardin, à moins qu’ils
aillent à la pêche en mer, sur la jetée du. port, ou encore aider un copain,
qui a besoin d’un coup de main pour construire un poulailler.

CONCLUSIONS SUR LE STAGE

Il me faut tout d’abord dire avec quelle gentillesse, quelle


compréhension j’ai été reçu par la direction avant mon entrée en stage,
pendant et après. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé, me
soutenant de leurs conseils et répondant aux questions que j’ai pu leur
poser, sur des points qui me semblaient obscurs.
Ce rapport n’est sûrement pas complet. On ne peut pas
comprendre totalement un ouvrier et ses problèmes en moins d’un mois.
J’ai peut-être été trop optimiste dans ma description de leur vie à l’usine.
C’est peut-être différent ailleurs, mais j’ai trouvé ici des ouvriers quand
même privilégiés, par rapport au reste de la population travailleuse
calaisienne. Il ne faut pas croire pour cela qu’ils soient enthousiasmés par
leur situation. Ils ont leurs peines et leurs joies. Comme disait Michel, “ il y
a de bons et de mauvais moments”.
Ce stage m’aura au moins appris à ne plus les sous-estimer. Je
me suis même fait des camarades. La meilleure preuve c’est qu’ils
voulaient que je reste encore avec eux, après quatre semaines passées
ensemble.