Vous êtes sur la page 1sur 11

Sommaire

1. Technologie WAN ............................................................................................... 1


1.1. Différences entre un réseau LAN et un réseau WAN ............................................ 1
1.2. Équipements utilisés dans un réseau WAN ....................................................... 2
1.3. Normes WAN ............................................................................................... 6
1.4. DSL .......................................................................................................... 10

1. Technologie WAN
1.1. Différences entre un réseau LAN et un réseau WAN
Un réseau WAN est un réseau de communication de données qui fonctionne au-delà de la
portée géographique d'un réseau LAN. Les réseaux WAN sont différents des réseaux LAN,
car ils utilisent les services d'un opérateur télécom, par exemple les liaisons RNIS (Réseau
Numérique à Intégration de Services) et Frame Relay, pour accéder à la bande passante
couvrant de vastes étendues géographiques. Un réseau WAN relie entre eux les sites d'une
même entreprise ainsi qu'une entreprise à d'autres entreprises, à des services externes (tels
que des bases de données) et à des utilisateurs distants. Il transporte généralement divers
types de trafic, tels que la voix, des données et des images vidéo.
Les technologies WAN fonctionnent au niveau des trois couches inférieures du modèle de
référence OSI : la couche physique, la couche liaison de données et la couche réseau. La
figure illustre la relation existant entre les technologies WAN les plus répandues et le modèle
de référence OSI.

Les services de réseau WAN les plus couramment utilisés sont les services téléphoniques et
de données. Ils relient le point de présence (POP) de l'immeuble au central téléphonique de
l'opérateur télécom. Le central téléphonique est le siège de l'opérateur Télécom auquel sont
reliées toutes les boucles locales d'une zone donnée et dont la fonction consiste à assurer la
commutation de circuits des lignes d'abonnés.
La figure représente un nuage de réseau WAN qui organise les services de l'opérateur
Télécom en trois catégories principales:

• Établissement de la communication - Service qui établit et met fin à la communication


entre les utilisateurs du système téléphonique. Ce service, également appelé
signalisation, utilise un canal téléphonique réservé uniquement à ce type de trafic. Le
service d'établissement de communication le plus répandu est le protocole de
signalisation CCITTN 7 qui utilise des messages et des signaux de contrôle
téléphonique entre les points de transfert situés sur la route de la destination appelée.

• Multiplexage temporel - La bande passante est allouée sur un seul média aux
informations provenant de diverses sources. La commutation de circuits utilise la
signalisation pour déterminer la route d'appel, qui est un chemin dédié entre
l'émetteur et le récepteur. Le multiplexage du trafic en tranches de temps fixes
permet d'éviter la congestion des équipements et les délais variables. Les services
téléphoniques de base et les RNIS utilisent des circuits de multiplexage temporel.

• Frame Relay - Les informations contenues dans les trames partagent la bande
passante avec d'autres abonnés Frame Relay. Contrairement au multiplexage
temporel, Frame Relay est un service de statistiques multiplex qui utilise des
identificateurs de couche 2 et des circuits virtuels permanents. De plus, la
commutation de paquets Frame Relay recourt au routage de couche 3 qui insère dans
les paquets les informations d'adressage de l'émetteur et du récepteur.

1.2. Équipements utilisés dans un réseau WAN


L'équipement situé dans les locaux de l'abonné est désigné par l'acronyme CPE (customer
premises equipment – équipement placé chez le client pour l'opérateur).

L'abonné est propriétaire du CPE ou le loue à son fournisseur d'accès. Un câble en cuivre ou
en fibres connecte le CPE au central d'échange ou téléphonique (CO – central office) le plus
proche du fournisseur d'accès. Ce câblage est souvent désigné par le nom boucle locale.

Lorsqu'une entreprise s'abonne aux services d'un opérateur télécom externe pour avoir
accès aux ressources réseau, le fournisseur lui indique les besoins en matière de
connexions, tels que le type d'équipement à utiliser pour recevoir les services. Comme
l'illustre la figure, les termes suivants sont le plus souvent associés aux principaux
composants des services de réseau WAN.
• Équipement placé chez le client pour l'opérateur (CPE) - Équipement installé
physiquement dans les locaux de l'abonné. Il comprend le matériel appartenant à
l'abonné et celui qu'il loue à l'opérateur télécom.
• Point de démarcation de service - Point auquel se termine l'équipement placé chez le
client pour l'opérateur et commence la partie de la boucle locale du service. Ce point
est souvent situé au point de présence d'un immeuble.
• Boucle locale - Câblage (généralement de cuivre) reliant le point de démarcation de
service au central téléphonique de l'opérateur télécom.
• Commutateur de central téléphonique - Unité de commutation assurant le point de
présence le plus proche pour le service de réseau WAN du fournisseur.
• Réseau interurbain - Unités et commutateurs collectifs (appelés lignes réseau) situés
à l'intérieur du nuage d'un fournisseur de réseau WAN. Le trafic de l'appelant peut
passer par une ligne réseau pour se diriger d'abord vers un central primaire, puis vers
un central de section et vers un central régional ou international lorsque l'appel doit
traverser de grandes distances pour atteindre sa destination.

Le site du client dispose d'une interface importante entre l'ETTD (Équipement Terminal de
Traitement de Données) et l'ETCD (Équipement de Terminaison de Circuit de Données). En
général, l'ETTD est le routeur et l'ETCD est le matériel permettant de convertir les données
de l'utilisateur au format ETTD en un format acceptable par les unités du service de réseau
WAN. Comme l'illustre la figure, l'ETCD est un modem, une unité CSU/DSU, un adaptateur
de terminal (TA) ou une terminaison de réseau 1 (NT1).
Le chemin de réseau WAN reliant les ETTD est appelé liaison, circuit, canal ou ligne. L'ETCD
sert essentiellement d'interface entre l'ETTD et la liaison de communication située dans le
nuage du réseau WAN. L'interface ETTD/ETCD est semblable à une frontière où la
responsabilité du trafic est transmise entre l'abonné du réseau WAN et le fournisseur de
services de réseau WAN.
Elle emploie divers protocoles tels que HSSI (High-Speed Serial Interface) ou V.35 pour
établir les codes utilisés par les unités pour communiquer entre elles. Cette communication
détermine le mode de fonctionnement de l'établissement des communications ainsi que le
mode d'acheminement du trafic utilisateur sur le réseau WAN.

Les types de ligne WAN

Les liaisons WAN existent à diverses vitesses, mesurées en bits par seconde (bits/s), kilobits
par seconde (kbits/s ou 1000 bits/s), mégabits par seconde (Mbits/s ou 1000 kbits/s) ou
gigabits par seconde (Gbits/s ou 1000 Mbits/s). Les valeurs en bits/s fonctionnent
généralement en mode full duplex. Ceci signifie qu'une ligne E1 peut transporter 2 Mbits/s
ou qu'une T1 peut en transporter 1,5 simultanément dans chaque direction.

Les équipements WAN de base

Les réseaux WAN utilisent, entre autres, les équipements suivants :

• Des routeurs, qui offrent de nombreux services, y compris des ports d'interface de
réseau LAN et WAN.
• Des commutateurs WAN, qui se connectent à la bande passante du réseau WAN pour
transmettre la voix, des données et des images vidéo.
• Des modems, qui servent d'interface aux services à fréquence vocale. Les modems
comprennent les unités CSU/DSU ainsi que les adaptateurs de terminal (TA) et les
terminaisons de réseau 1 (T1) qui servent d'interface aux services RNIS.
• Des serveurs de communication, qui concentrent les communications utilisateur
entrantes et sortantes.

La figure montre les icônes utilisées pour représenter ces unités WAN.

Les routeurs et les commutateurs WAN

Les routeurs sont des unités qui permettent de mettre en œuvre le service réseau. Ils servent d'interface à
une grande diversité de liaisons et de sous-réseaux, à des débits différents. Les routeurs sont des unités de
réseau actives et intelligentes, capables de participer à l'administration d'un réseau. Ils administrent les
réseaux en exerçant un contrôle dynamique sur les ressources et en prenant en charge les tâches et les
objectifs du réseau. Ces objectifs sont la connectivité, des performances fiables, la supervision et la
souplesse.

Un commutateur WAN est une unité de réseau multiport qui assure les commutations du trafic Frame
Relay, X.25 et des services de commutation de données haut débit (SMDS). Les commutateurs WAN
fonctionnent généralement au niveau de la couche liaison de données du modèle OSI. La figure illustre
deux routeurs situés aux extrémités d'un réseau WAN, reliés par des commutateurs WAN. Dans cet
exemple, les commutateurs filtrent, acheminent et diffusent les trames selon leur adresse de destination

La description des modems d'un réseau WAN

Un modem est un équipement qui interprète les signaux numériques et analogiques en modulant et en
démodulant le signal, ce qui permet de transmettre des données sur des lignes téléphoniques à fréquence
vocale. À la source, les signaux numériques sont convertis dans un format approprié pour la transmission
par des unités de communication analogique. À la destination, ces signaux analogiques sont reconvertis en
signaux numériques. La figure illustre une connexion simple entre deux modems sur un réseau WAN

Les unités CSU/DSU sur un réseau

Une unité CSU/DSU est une interface numérique - ou parfois deux unités numériques distinctes – qui
adapte l'interface physique d'un ETTD (par exemple, un terminal) à celle d'un ETCD (par exemple, un
commutateur) dans un réseau commuté. La figure illustre l'emplacement des unités CSU/DSU dans la mise
en œuvre d'un réseau WAN. Les unités CSU/DSU sont parfois intégrées au routeur

Les adaptateurs de terminal RNIS sur un réseau WAN

Un adaptateur de terminal RNIS (TA) est une unité permettant de relier des connexions BRI (accès de
base) à d'autres interfaces
1.3. Normes WAN
Les WAN utilisent le modèle de référence OSI, mais se concentrent principalement sur la
couche 1 et la couche 2. Les normes WAN décrivent généralement les méthodes de livraison
sur la couche physique et les caractéristiques requises pour la couche de liaison de données,
notamment l'adressage physique, le contrôle de flux et l'encapsulation. Les normes WAN
sont définies et gérées par plusieurs autorités reconnues.

Les protocoles de couche physique décrivent comment fournir les connexions électriques,
mécaniques, opérationnelles et fonctionnelles aux services fournis par un fournisseur
d'accès. Certaines des normes liées à la couche physique commune et leurs connecteurs
sont énumérés à la figure illustrée :

Norme Connecteurs de la couche physique

Les protocoles de la couche de liaison de données définissent la manière dont les données
sont encapsulées en vue de leur transmission vers des sites distants, ainsi que les
mécanismes de transfert des trames obtenues. Différentes technologies sont utilisées,
notamment RNIS, Frame Relay, ou le mode de transfert asynchrone ATM (Asynchronous
Transfer Mode). Ces protocoles utilisent tous le même mécanisme de tramage de base,
HDLC (high-level data link control), une norme ISO ou l'un de ses sous-ensembles ou
variantes.
*

Les formats d'encapsulation WAN


Les champs de trame de ligne série

Les deux modes d'encapsulation point-à-point les plus répandus dans les réseaux WAN sont les modes
HDLC et PPP. Toutes les encapsulations de ligne série partagent le même format de trame qui comprend
les champs suivants (voir la figure) :
• Drapeau - Repère indiquant le début de la trame, dont la valeur est le nombre hexadécimal
(Base 16) 7E.
• Adresse - Champ d'un ou deux octets indiquant l'adresse de la station d'extrémité dans des
environnements multipoints.
• Contrôle - Indique s'il s'agit d'une trame d'informations, d'une trame de supervision ou
d'une trame non numérotée. Ce champ contient aussi des codes de fonction particuliers.
• Données - Contient les données encapsulées.
• FCS - Définit la séquence de contrôle de trame.
• Drapeau - Identificateur de fin de trame 7E.

Chaque type de connexion WAN utilise un protocole de couche 2 pour encapsuler le trafic pendant qu'il
traverse la liaison longue distance. Pour employer le protocole d'encapsulation approprié, vous devez
configurer le type d'encapsulation de couche 2 à utiliser pour chaque interface série d'un routeur.

Le choix du protocole dépend de la technologie WAN et des unités de communication. Les protocoles
d'encapsulation pouvant être utilisés avec les types de connexion longue distance traités dans ce chapitre
sont les protocoles PPP et HDLC.

Les options de liaison WAN

Les deux options de liaison WAN de base

Comme l'illustre la figure, deux options de liaison WAN sont habituellement disponibles : les liaisons
spécialisées et les connexions commutées. Les connexions commutées peuvent être à commutation de
circuits ou de paquets. Les sections suivantes décrivent ces options de liaison.

Les liaisons spécialisées

Les liaisons spécialisées, aussi appelées lignes louées, fournissent un service continu. Elles sont
généralement utilisées pour transporter des données, la voix et, à l'occasion, des images vidéo. Dans la
conception de réseaux de données, les liaisons spécialisées fournissent généralement la connectivité du
cœur du réseau ou du backbone entre les principaux sites ou campus, ainsi que la connectivité entre les
réseaux LAN. Elles sont considérées comme des options de conception appropriées aux réseaux WAN.
Les connexions à commutation de paquets

La commutation de paquets est un mode de commutation WAN dans lequel les unités réseau partagent un
circuit virtuel permanent (PVC) similaire à une liaison point-à-point pour acheminer les paquets depuis
l'adresse d'origine vers une adresse de destination via le réseau d'un opérateur télécom, comme l'illustre la
figure. Frame Relay, le service de commutation de données haut débit (SMDS) et X.25 sont des exemples
de technologies WAN à commutation de paquets.

Les réseaux commutés peuvent acheminer des trames de tailles variables (paquets) ou des cellules de taille
fixe. Frame Relay est le type de réseau à commutation de paquets le plus répandu.

Les connexions à commutation de circuits

La commutation de circuits est un mode de commutation WAN dans lequel un circuit physique dédié est
établi, maintenu et fermé à partir du réseau de l'opérateur télécom pour chaque session de communication.
Très répandue dans les réseaux téléphoniques, la commutation de circuits fonctionne comme un appel
téléphonique ordinaire. La technologie RNIS est un exemple de réseau WAN à commutation de circuits.
Les connexions à commutation de circuits sont établies à la demande depuis un site vers un autre site et
nécessitent généralement peu de bande passante. Les connexions d'un service téléphonique de base sont
généralement limitées à 28,8 kbits/s sans compression et les connexions RNIS, à 64 ou 128 kbits/s. Les
connexions à commutation de circuits permettent principalement de connecter des utilisateurs distants ou
mobiles à des réseaux LAN d'entreprise. Elles servent également de lignes de secours aux circuits à haut
débit, tels que Frame Relay et les liaisons spécialisées.

1.4. DSL

Le DSL (Digital Subscriber Line) est une technologie à large bande qui utilise les
lignes téléphoniques à paire torsadée existantes pour transporter des données à
large bande aux abonnés du service. On considère que le DSL est un service à large
bande par rapport au service à bande de base des réseaux locaux typiques. Large
bande désigne une technique utilisant plusieurs fréquences au sein d'un même
support physique pour transmettre des données. Le terme xDSL désigne un nombre
de technologies DSL similaires, mais en compétition:

 ADSL (Asymmetric DSL)


 SDSL (Symmetric DSL)
 HDSL (High Bit Rate DSL)
 IDSL (DSL RNIS)
 CDSL (Consumer DSL), également appelé DSL-lite ou G.lite

La technologie DSL permet au fournisseur d'accès de proposer des services de


réseau haut débit à ses clients, au moyen de boucles locales de cuivre existantes. La
technologie DSL permet d'utiliser la ligne de boucle locale pour les connexions
téléphoniques normales, ainsi que pour une connexion toujours active offrant une
connectivité instantanée au réseau. Plusieurs lignes d'abonnés DSL sont multiplexées
en un lien unique à haute capacité au moyen d'un multiplexeur d'accès DSL (DSLAM)
dans les locaux du fournisseur d'accès. Les DSLAM incorporent la technologie TDM
pour agréger un grand nombre de lignes d'abonnés sur un support moins
encombrant, généralement une connexion T3/DS3. Les technologies DSL actuelles
utilisent des techniques complexes de codage et de modulation pour obtenir des
débits pouvant s'élever à 8 192 Mbits/s.
Le canal vocal d'un téléphone standard occupe la plage de fréquences entre 330 Hz
et 3,3 KHz. Une plage, ou fenêtre, de fréquences de 4 KHz est considérée comme le
minimum requis pour n'importe quelle transmission vocale sur la boucle locale. Les
technologies DSL effectuent les transmissions de données en aval et en amont à des
fréquences supérieures à cette plage de 4 KHz. C'est cette technique qui permet aux
transmissions vocales et de données de s'effectuer simultanément sur un service
DSL.
Les deux types de technologies DSL de base sont le DSL asymétrique (ADSL) et le
DSL symétrique (SDSL). Toutes les formes de services DSL entrent dans les
catégories ADSL ou SDSL et il existe plusieurs variétés de chaque type. Le service
asymétrique offre à l'utilisateur une bande passante supérieure pour le
téléchargement vers l'utilisateur à celle du transfert d'information dans la direction
opposée. Le service symétrique fournit la même capacité dans les deux sens.