Vous êtes sur la page 1sur 123

Professeur: Khadija OUBAL

FSJES-Souissi
Université Mohammed V de Rabat
 Connaître la spécificité des règles relatives à
la comptabilité de groupe;
 Circonscrire le périmètre de consolidation
d'un groupe;
 Déterminer les méthodes de consolidation
applicables;
 Enregistrer les écritures de retraitements des
comptes afin de préparer l'établissement d'un
bilan et d'un compte de résultat consolidé;
 Etre capable de décrypter des états
financiers consolidés.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 2


INTRODUCTION GENERALE

I PRESENTATION DE LA CONSOLIDATION
1.1 Cadre réglementaire et légal
1.2 Mesure du pourcentage d'intérêt et de contrôle
1.3 Définition du périmètre et méthodes de consolidation
1.4 Processus et modalités de consolidation

II RETRAITEMENTS DE PRE-CONSOLIDATION
2.1 Retraitements d'homogénéité
2.2 Elimination des écritures prises en application de législations fiscales
2.3 Le retraitement résultant de la comptabilisation des impositions
différées
2.4 Le retraitement d’évaluation ou d’affectation comptable
2.5 Conversion des comptes des sociétés étrangères

III ECRITURES DE CONSOLIDATION


3.1 Annulation des comptes réciproques
3.2 Elimination des résultats internes au groupe
3.3 Ecart de première consolidation
3.4 Ecart d'acquisition (goodwill)

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 3


 HIRIGOYEN(G.),DEGOS(J.-G.), comptabilité financière des
sociétés et des groupes, Eyrolles.
 OBERT (R.), DECF 6 Manuel et applications, Comptabilité
approfondie et révision, Dunod.
 GURFEIN (E.) Comptes consolidés IAS-IFRS et conversion
monétaire, Eyrolles 2007.
 PENE(D.),Evaluation et prise de contrôle de l’entreprise, tomes 1
et 2, Economica.
 MESPLE-LASSALE (D.), la consolidation des comptes: normes IFRS
et comparaison avec les principes français actuels, Maxima, Paris
2006.
 COLINET (F.) et PAOLI (S.), Pratique des comptes consolidés,
Dunod 2005.
 CASPARD(B.),ENSELME(G.), Manuel de comptabilité approfondie
et révision DECF n°6, Litec 2005.
 Comptes consolidés 2005, règles françaises, coll. »Mémento »,
Francis Lefebvre, 2005.
 FECHTALI(A.), comptabilité de la société anonyme, collection
comptabilité des sociétés, 2009.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 4


 Définitions

 Utilité des comptes consolidés

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 5


 Notion de groupe
 Selon la norme IAS 27 »une filiale est une
entreprise contrôlée par une autre entreprise
(appelée mère).
Une société mère (ou mère) est une entreprise
qui a une ou plusieurs filiales.
Un groupe est formé d’une mère et de toutes ses
filiales ».
Un groupe est donc un ensemble d’entreprises,
liées financièrement et économiquement (par
des participations ou des contrats) et qui
dépendent de l’une d’elle dite « société mère »
ou société consolidante qui en assure la
direction et le contrôle.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 6


 Selon le CGNC, vol 5, p 64 à 82:
 La notion comptable et financière du groupe
s’entend de l’ensemble constitué par
plusieurs entreprises placées sous l’autorité
économique et financière de l’une d’entre
elles, qui définit et contrôle la politique et la
gestion de l’ensemble.
 Une filiale est une société placée sous le
contrôle exclusif de la société mère

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 7


 Le groupe n’est pas une notion juridique;
 Un groupe n’a pas de personnalité morale,
donc pas de patrimoine, ni droits, ni
obligations;
 Le groupe a surtout une signification
économique.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 8


 Les participations

Est considérée comme ayant une


participation dans une société toute société
qui détient une fraction de capital comprise
entre 10 et 50% de façon durable. Article 143
de la loi n° 20-05 relative aux sociétés
anonymes

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 9


 Nature des liaisons financières
Nature des Explication Schéma
participations

Directes A possède des actions de B A B

Indirectes A possède des actions de B


B possède des actions de C A B C
C est une sous- filiale de A

Réciproques ou A possède des actions de B A B


croisées B détient des actions de A

Circulaires A possède des actions de B A B


B possède des actions de C
C détient des actions de A C

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 10


 Structure des groupes
 La société mère : elle exerce à la tête du groupe les pouvoirs
de direction et de contrôle.

 Sociétés dépendantes ou filiales : elles sont placées


directement ou indirectement sous le contrôle exclusif de la
société mère.

 Sociétés multi- groupes : la société mère partage le contrôle


d’une entreprise avec une ou plusieurs entreprises hors groupe.
les décisions résultent de leur accord collégial. Cette entreprise
est sous contrôle conjoint.

 Sociétés rattachées au groupe ou sociétés associés : La société


mère y exerce une influence notable. Cela est présumé lorsque
20% au moins des droits de vote sont détenus par le groupe,
directement ou indirectement.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 11


 Notion de comptes consolidés

 Etablir les comptes consolidés d’un groupe


consiste à présenter son patrimoine, sa
situation financière et les résultats de
l’ensemble des entités le constituant comme
s’il s’agissait de ceux d’une seule et même
entreprise.
 Les comptes consolidés représentent donc
l’image financière d’une entité économique
sans existence juridique.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 12


 Selon le CGNC:
 La consolidation est l’ensemble des
opérations conduisant à l’établissement des
« Etats de synthèse consolidés ». Lesquels
doivent présenter, comme ceux d’une seule
entreprise, le patrimoine, la situation
financière et les résultats de la société mère
et de toutes les filiales, dans le cadre d’une
intégration globale, mettant aussi en
évidence les « intérêts minoritaires » (part
des capitaux propres et des résultats nets
des filiales attribués aux titres qui ne sont
détenus ni par la société mère ni par la
filiale)
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 13
 Dans ces états de synthèse consolidés, le
montant des « titres de participation »
correspondant aux sociétés associées se voit
substituer, dans le bilan, la part des capitaux
propres et, dans le CPC, la part du résultat
net revenant au groupe, dans la méthode
dite de mise en équivalence.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 14


 Ils constituent un outil de gestion permettant de
mesurer la rentabilité et la situation financière
d’un groupe;
 Ils constituent également un instrument
d’information pour tous les intéressés par
l’évolution de l’entité économique formée par le
groupe (actionnaires, banques,…);
 Les comptes consolidés donnent une meilleure
vision de la réalité économique sous l’angle
 du patrimoine,
 de la situation financière
 et des résultats

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 15


 Visionplus complète du patrimoine géré par
le groupe
 Les actifs de chaque société consolidée par
intégration en lieu et place des titres
 Les actifs à leur valeur d’entrée dans le groupe
 La valeur des actifs est corrigée
 Juste valeur (en cas de normes IAS/IFRS)à la
date d’entrée
 Les valeurs provenant de cession interne sont
corrigées

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 16


 Les créances et dettes intragroupe sont
éliminés ;
 Seules apparaissent les créances et dettes
extérieures ;
 La situation financière du groupe peut être
très différente de celle des comptes
individuels de la société mère ;

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 17


 Les résultats représentent celui de
l’ensemble des entreprises consolidées
 Ils sont corrigés
 Des résultats et dividendes internes
 De l’amortissement des écarts d’acquisition
 De la fiscalité différée
 Des amortissements sur valeurs corrigées

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 18


1.1 Cadre réglementaire et légal
1.2 Mesure du pourcentage d'intérêt et de
contrôle
1.3 Définition du périmètre et méthodes de
consolidation
1.4 Processus et modalités de consolidation

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 19


 Au Maroc
 Code général de normalisation comptable, tome II,
chapitre IV;(Absence d’une présentation de la
méthodologie de consolidation, il n’a pas évoqué les
sociétés concernées par la consolidation)
 Méthodologie des comptes consolidés adoptée par le CNC
en 1999
 Plan comptable des établissements de crédits; (la loi
bancaire du 6 juillet 1993 relative aux établissements de
crédits « art 35 » a rendu obligatoire la présentation des
comptes consolidés, mais son application n’est entrée en
vigueur qu’avec l’adoption du plan comptable)
 Loi n°9-88 (modifiée et complétée par la loi n°’44-03
relative aux obligations comptables des commerçants
(caractère facultatif de la tenue des comptes consolidés).

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 20


 La loi n° 52-01 du 21 avril 2004 relative à la bourse
des valeurs qui rend obligatoire, pour les sociétés
cotées (inscrites au 1er compartiment) ayant des
filiales, la présentation de comptes annuels
consolidés selon la législation en vigueur, ou à
défaut, selon les normes internationales en vigueur.
 Un Avis du CNC est sorti en juillet 2005 pour préciser
que les sociétés ci dessus, doivent présenter les états
consolidés selon les normes marocaines ou les normes
IFRS.
 La loi n°34-03 relative aux établissements de crédit ou
organismes assimilés (14/02/2006),
 La loi n° 38-05 (publiée au BO en 2006) relative aux
comptes consolidés des établissements et entreprises
publics
 Un projet de loi et de mise à jour de la méthodologie de
consolidation est en cours d’élaboration.
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 21
- Les principales normes IFRS liées aux comptes
consolidés
1 – Les états financiers;
2 – Le tableau de flux de trésorerie;
8 – Résultat net de l’exercice, erreurs;
fondamentales et changements de méthodes
comptables;
12 –Impôts sur les résultats;
14 –Informations sectorielles;

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 22


21 – Effets des cours de monnaies étrangères;
22 – Regroupement d’entreprises;
27 – États financiers consolidés qui a été
amendée en 2011;
IFRS 10: Etats financiers consolidés ;
28 – Participation dans les entreprises associés
qui a été amendée en 2011;
IFRS 12: Informations à fournir sur les intérêts détenus
dans d’autres entités ;
31 – Participation dans les coentreprises qui a
été remplacée par la norme « IFRS 11:
partenariats ».

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 23


 Le pourcentage de contrôle traduit le lien de
dépendance direct ou indirect entre la
société mère et une autre société.
 Il s’exprime en pourcentage des droits de
vote. Il est égal à la somme du pourcentage
direct de la société mère sur la société
concernée et des pourcentages indirects à
condition que le pourcentage de
participation ne soit pas inférieur à 50% tout
au long de la chaîne.
 Il permet de déterminer la liste des sociétés
entrant dans le périmètre de consolidation.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 24


 Le pourcentage d’intérêt exprime la part des
capitaux propres détenus par la société
mère, directement ou indirectement, dans
chaque société consolidée.
 Il est égal au produit des pourcentages des
participations des sociétés qui forment le
lien plus le pourcentage de la participation
directe.
 Il sert à définir la part des intérêts des
actionnaires minoritaires.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 25


 Exemple 1: chaîne linéaire de participation
M Pourcentage Pourcentage
60% d’intérêt de contrôle
Indirectement Indirectement
A De M dans B 60% × 60% = 36% 60%

60% Indirectement Indirectement


De M dans C 60% × 60% × 55% = 55%
B
19,8%

55%
C

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 26


 Exemple 2:Participations multiples
M
70%

A 10% 25%

B C
30% 60%

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 27


Pourcentage d’intérêt Pourcentage de contrôle

De M dans B Directement: 10% Directement: 10%


Indirectement: Indirectement: 30%
70% × 30% 21%
Total 31% Total 40%
De M dans C Directement: 25% Directement: 25%
Indirectement: Indirectement: 0
(70% × 30% × 60%)
+ (10% × 60% ) 18,6% Total 25%
Total 43,6%

 Remarque: selon les normes IFRS, les pourcentages


d’intérêt directement détenus par des filiales sous
influence notable ou sous contrôle conjoint ne sont pas
retenus.
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 28
 Exemple 3
La société M participe dans le capital des
sociétés F1, F2, F3, F4, F5 et F6. Ces différentes
sociétés forment le groupe « M » dont
l’organigramme est le suivant :

M
80%
F1

80%
F2
10% 90%

10% F4
F3
15% 15%

F5 75% F6
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 29
% de contrôle % d’intérêt
M 100% 100%
F1 PD : 80% PD: 80%
F2 PI : 80% PI: 80%× 80% = 64%
F3 PI: 10% Hors périmètre de consolidation
F4 PI: 90% PI: 80%× 80% × 90% = 57,6%
F5 PI: 15% HPC
F6 PI: 15% HPC

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 30


Difficultés de calcul des pourcentages
Exemple 4 : Les actions à droit de vote
double
X possède 75% des actions de Y, 1/3 d’entres
elles sont à droit de vote double alors que Y
a la moitié de son capital composé d’actions
à droit de vote double.
Calculons le pourcentage de contrôle de X
sur Y:
% de contrôle = (75% + 25%)/ (100% + 50%)=
66,66%
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 31
Exemple 5: Les actions sans droit de vote
X possède 80% des actions de Y, la moitié
d’entres elles sont sans droit de vote alors
que Y a 50% de son capital composé d’actions
sans droit de vote.
% de contrôle de X sur Y = (80% - 40%)/(100% -
50%) = 80%

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 32


Exemple 6: Cas de participation réciproques
entre deux sociétés filiales
% de % d’intérêt
A
contrôle
B D: 40% b= 40% +60%c
40% 60% 65%
I: 60% b=
B C Total 100%
C D:65% c = 65% +30% b
30% I: 30% c=
Total 95%

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 33


Exemple 7: Cas des participations circulaires:

70%
A 10%
A
60% C
10%
60% C
B 55%
B
50%
 % d’intérêts majoritaires dans A = (1-c) / (1-abc)
 % d’intérêts majoritaires dans B = (1-c) a / (1-abc)
 % d’intérêts majoritaires dans C = (1-c) ab / (1-abc)

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 34


Exemple 8 : Cas de participations réciproques entre une
société filiale et la société mère (les titres d’auto
contrôle)
 On appelle titres d’auto contrôle les titres de la
consolidante détenus par elle-même ou par une société
contrôlée exclusivement ou conjointement (règlement 99-
02)
 Selon les normes IAS, on exclut de cette qualification les
titres détenus par une société sous C.C.
La société M possède 70% de sa filiale A qui détient elle-
même 8% des actions de M.
M
Pourcentage d’intérêt
De M dans A ((1-a)m)/1-am = 68,22%
8% 70%
a A m Du groupe sur M (1-a)/1-am = 97,45%
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 35
Exemple 9: cas d’existence de droits de vote potentiels
La société A possède 80% des actions et droits de vote de
B. Par ailleurs la société B a émis un emprunt à obligations
convertibles en actions représentant 15% du capital. La
société A a souscrit 40% de ces obligations.

Selon les normes internationales, il faut tenir compte des


droits de vote potentiels attachés aux obligations convertibles
en actions.
 Le pourcentage de contrôle de A sur B
= (80% + 15% x 40%) / (100% + 15%)= 74,78%
 Le pourcentage d’intérêt de A sur B = 80% (IAS 27 et 23)
(lorsque des droits de vote potentiels existent, les quotes-
parts du résultat ou de variations des capitaux propres
attribuées à la société mère et aux intérêts des
minoritaires sont déterminés sur la base de pourcentages
de participation actuels et ne reflètent pas l’exercice ou la
conversion possible des droits de vote potentiels)

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 36


1.3.1 Périmètre de consolidation
1.3.2 Méthodes de consolidation
1.3.2.1 L’intégration globale
1.3.2.2 L’intégration proportionnelle
1.3.2.3 La mise en équivalence

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 37


 On appelle périmètre de consolidation
l’ensemble des entreprises à consolider.
 Il est formé d’une société « mère » dite
société consolidante et des filiales et
participations qu’elle consolide. Ces
dernières sont appelées sociétés consolidées
ou sociétés « filles » (lorsqu’elles sont
majoritairement contrôlées par le groupe).
 Les sociétés exclues du périmètre sont dites
« non consolidées ».

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 38


La nature du contrôle exercé par le
groupe sur ses filiales et
participations permet de fixer le
périmètre de consolidation et de
sélectionner la méthode de
consolidation.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 39


 Qui doit consolider?
Les entreprises ayant :
 un contrôle exclusif
 un contrôle conjoint
 une influence notable (en France, l’IN n’est plus un critère pris en
compte pour déclencher l’obligation d’établir les comptes
consolidés).
dans une ou plusieurs entreprises

 Qui peut ne pas consolider (en France) ?


- Les sous groupes non cotés
- Les petits groupes qui ne dépassent pas pendant deux
exercices successifs, deux des critères suivants :
250 personnes (300 dans le projet de loi au Maroc))
 15 M€. de total du bilan (150 millions de dhs)
 30 M€. de chiffres d’affaires (250 Millions de dhs)
Ces seuils sont portés à 24 M€ de total bilan et 48 M€ de CA pour les
exercices ouverts à compter de janvier 2016.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 40


Au Maroc, selon le CGNC:
 Sont généralement à exclure de la consolidation
les filiales dont le contrôle semble très
temporaire, ou compromis (par exemple par
suite d’impossibilité de transferts de fonds,…)
ainsi que les sociétés dont les titres ne sont
détenus qu’en vue de leur cession ultérieure.
 Une entreprise normalement passible de la
consolidation, peut être en dehors de celle-ci
lorsqu’elle ne présente qu’un intérêt négligeable
au regard de l’objectif d’image fidèle du groupe,
et qu’il en est de même, le cas échéant pour
l’ensemble formé par des entreprises relevant
de ce cas.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 41


Selon le degré du contrôle, on distingue:
 Contrôle exclusif = intégration globale
 Droit de vote majoritaire
 Contrôle majoritaire de fait
 Clause statutaire ou contractuelle
 influence notable = mise en équivalence
 Présumée si contrôle ≥ 20 % < 50 %
 Existence de critères d’influence notable
 Contrôle conjoint = intégration
proportionnelle
 Existence d’un accord contractuel
 Communauté d’intérêt
 Nombre restreint de partenaires
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 42
« Le contrôle est le pouvoir de diriger les
politiques financières et opérationnelles
d’une entité afin d’obtenir des avantages de
ses activités » IAS 27 § 13

 Majorité de droit
 Majorité des droits de vote
 Majorité de fait
 Capacité de désigner, pendant deux exercices
successifs les dirigeants
 Présumé si % de contrôle≥ 40 % sans qu’aucun
autre associé détienne plus
 Majorité contractuelle
 Droit d’exercer sur la filiale par les statuts ou par
contrat « une influence dominante » lui donnant le
pouvoir de direction
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 43
 Une coentreprise « est un accord contractuel
en vertu duquel deux parties ou plus
conviennent d’exercer une activité
économique sous contrôle conjoint »
 Existence d’un accord contractuel (partage du
contrôle de l’entreprise) administration
collégiale
 Contrat
 Pacte d’actionnaire
 Communauté d’intérêt (exploitation en commun)
 Nombre limité d’associés

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 44


« l’influence notable est le pouvoir de participer
aux décisions de politiques financières et
opérationnelles de l’entreprise détenue, sans
toutefois, exercer un contrôle sur ces politiques »
IAS 28 §3

 Présumée si la société dispose durablement d’au


moins 20 % des droits de vote
 Existe si :
 Représentation au conseil d’administration
 Participation aux décisions stratégiques
 Opérations inter entreprises importantes
 Échange de personnel de direction
 Lien de dépendance technique
 Entreprise exclue si aucun critère d’influence
n’existe

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 45


Exercice de synthèse
M possède 65% de E1
M possède 80% de E2
M possède 30% de E3
M possède 25% de E4
M possède 50% de E5. M se partage le contrôle de E5 avec un autre
groupe titulaire de 50% des droits de vote.
E5 possède 40% de E6
E1 possède 55% de E7 et 30%de E6
E2 possède 20% de E8
E3 possède 80% de E9
E4 possède 25% de E12
E7 possède 60% de E8 et 40% de E10
E8 possède 35% de E4, 15% de E11 et 10% de E12
E9 possède 15% de E4
E10 possède 50% de E11 et 30% de E12

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 46


Exercice de synthèse (suite)

Travail demandé:
1. Construire l’organigramme du groupe M
2. Calculer les pourcentages d’intérêt, les
pourcentages de contrôle selon le CGNC,
règlement 99-02 et selon les normes IFRS et
indiquer les entreprises incluses dans le
périmètre de consolidation ainsi que les
méthodes retenues.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 47


Il existe trois méthodes de
consolidation:
l’intégration globale,
l’intégration proportionnelle
et la mise en équivalence

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 48


 Définition
 Principe général
 Structure du bilan et CPC consolidés
 Application

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 49


Définition
L’intégration globale consiste à:
 Intégrer dans les comptes de l’entreprise
consolidante les éléments des comptes des
entreprises consolidées, après retraitements
éventuels;
 Répartir les capitaux propres et le résultat entre
les intérêts de l’entreprise consolidante et les
intérêts minoritaires;
 Eliminer les opérations et comptes entre
l’entreprise intégrée globalement et les autres
entreprises consolidées... IAS 27 §15.
 Cette norme a été amendée en 2011.

Cette méthode est applicables aux entreprises sous contrôle


exclusif

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 50


Actif Passif
Passif

Actif consolidé : Capitaux propres :


Actif consolidé : Capitaux propres :
 actif de M  capital de M
 actif de M  capital de M
 - valeur comptable des titres  réserves consolidées
 - valeur comptable des titres de  réserves consolidées
de participations
participations F F ■ réserves de M
■ réserves de M
+
 + actif
actifdedeF F ■■++part
part de
de M dans le
M dans le capital
capital etet
réserves
réserves de
de FF
■■--montant des titres
montant des titresdedeFF
résultat
résultat consolidé
consolidé
■■résultat
résultat de M
■■++part
part de
de M dans
dans le
lerésultat
résultatdedeF F
intérêts minoritaires
intérêts minoritaires
part des
■■part des tiers
tiers dans
dans lelecapital,
capital,les
les
réserves et le résultat de
réserves et le résultat de F F
 Dettes de fin consolidées
 Dettes de fin consolidées
■ Dettes de fin de M
■ passif circulant de M
■ + Dettes de fin de F
■ + passif circulant de F
 passif circulant consolidé
 passif circulant consolidé
■ passif circulant de M
■ passif circulant de M
■ + passif circulant de F
■ + passif circulant de F
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 51
 Réserves consolidées = réserves de M + différence de consolidation
 Différence de consolidation = valeur réelle de participation –
valeur des titres F portés au bilan de M
 Différence de consolidation = (capital + réserves) de F x
pourcentage d’intérêt de M sur F– valeur des titres F portés au
bilan de M
 Résultat consolidé = Résultat de M + part du résultat de F
revenant au groupe
 Résultat consolidé = Résultat de M + résultat de F x pourcentage
d’intérêt de M sur F
 Intérêt des minoritaires = part de la situation nette revenant aux
associés hors groupe
 Intérêts des minoritaires =(capital + réserves + résultat) de F x
(100 – pourcentage d’intérêt détenu par M dans F)

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 52


Charges de M + charges de F Produits de M + produits de F

Résultat consolidé
 intérêts de la mère

■ résultat de M
■ part de M dans le résultat de F
 intérêts des minoritaires

■ part de des tiers dans le résultat de F

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 53


Exemple 10:
La société M a acquis, au début de l’exercice N,
70% du capital de la société F pour un prix de
420 000(4 200 actions F acquises à 100 DH)
Bilans au 31/12/N
Actif M F Passif M F
Immo. incorp. 30 000 60 000 Capital social 720 000 600 000
Immo. corp. 570 000 660 000 Réserve légale 72 000 60 000
Immo. Fin 420 000 Autres réserves 48 000 120 000
Stocks 90 000 132 000 Résultat net de l’ex 60 000 120 000
Créances de l’AC 60 000 108 000 Dettes de finan. 75 000 135 000
Trésorerie- actif 30 000 120 000 Prov D pour R et C 45 000
Dettes du passif cir 180 000 45 000

Total 1 200 000 1 080000 Total 1 200 000 1 080000

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 54


 Exemple 10(suite)
CPC au 31/12/N
Charges M F Produits M F
Charges d’exploitation 400 000 402 000 Produits d’exploitation 570 000 600 000
Charges financières 12 000 28 500 Produits financiers 7 500 18 000
Charges non courantes 96 500 45 000 Produits non courants 22 500 42 000
Impôt sur les résultats 31 500 64 500
Résultat net 60 000 120 000

Total 600demandé
Travail 000 660 000 600 000 660 000

Travail demandé: Etablir le bilan et le CPC consolidés selon la méthode


des tableaux et celle des écritures.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 55


 Définition
 Principe général
 Structure du bilan et du CPC consolidés
 Application

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 56


Définition

L’intégration proportionnelle consiste à:

Intégrer dans les comptes de l’entreprise


consolidante la fraction représentative de ses
intérêts dans les comptes de l’entreprise
consolidée, après retraitements éventuels;
aucun intérêt minoritaire n’est constaté.

Eliminer les opérations et comptes entre


l’entreprise intégrée proportionnellement et les
autres entreprises consolidées.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 57


 Selonles normes IAS, cette méthode était
applicable de manière préférentielle aux
entreprises sous contrôle conjoint.

 Cette méthode a été supprimée par la


nouvelle norme « IFRS 11: partenariats »
qui a remplacé la norme IAS 31 à partir de
l’année 2013.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 58


Principe général

 Les actifs, passifs et éléments du compte de résultat de la


société intégrée proportionnellement sont retenus à hauteur
du % d’intérêt détenu par la mère dans cette société.

 Élimination des opérations et comptes intra-groupe à hauteur


du % d’intérêt.

 Élimination des titres.

 Conséquence : absence d’intérêt minoritaires (capitaux


propres, résultat).

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 59


Actif Passif
Actif consolidé : Capitaux propres :
 actif de M  capital de M

 - valeur comptable des titres  réserves consolidées

de participations C ■ réserves de M
 + actif de C x % de M dans C ■ + part de M dans le capital
et réserves de C
■ - montant des titres de C
 résultat consolidé

■ résultat de M
■ + part de M dans le résultat
de C
Dettes de fin consolidées

■ Dettes de fin de M
■ + Dettes de fin de C x % de M
dans C
 passif circulant consolidé

■ passif circulant de M
■ + passif circulant de C x % de
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL M dans C 60
Charges de M + charges de C x % Produits de M + produits de C x %
de M dans C de M dans C

Résultat consolidé
■ résultat de M
■ résultat de C x % de M dans C

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 61


Exemple 11:
Soit le groupe composé de M, la société mère, et de C une filiale
dont elle possède 50% des titres (2 700 actions C sur 5 400) , les
autres 50% étant détenus par un autre groupe. Il y a contrôle
conjoint de M sur C.
Bilans au 31/12/N
Actif M C Passif M C
Immo. incorp. 60 000 120 000 Capital social 450 000 540 000
Immo. corp. 480 000 600 000 Réserve légale 45 000 54 000
Immo. Fin 302 400 Autres réserves 45 000 216 000
Résultat net de l’ex 135 000 108 000
Stocks 117 000 180 000 Dettes de finan. 316 200 42 000
Créances de l’AC 90 000 135 000
Dettes du passif cir 121 200 120 000
Trésorerie- actif 63 000 45 000

Total 1 112 400 1080 000 Total 1 112 400 1080 000
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 62
 Exemple 11(suite)
CPC au 31/12/N

Charges M C Produits M C
Charges d’exploitation 342 000 279 000 Produits d’exploitation 693 000 540 000
Charges financières 45 000 105 000 Produits financiers 3 000 12 000
Charges non courantes 108 000 57 000 Produits non courants 6 000 15 000
Impôt sur les résultats 72 000 18 000
Résultat net 135 000 108 000

Total 702 demandé


Travail 000 567 000 702 000 567 000

Travail demandé: Etablir le bilan et le CPC consolidés selon la méthode


des tableaux et celle des écritures.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 63


 Définition
 Principe général
 Structure du bilan et du CPC consolidés
 Application

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 64


Définition
« La mise en équivalence consiste à:

Substituer à la valeur comptable des titres détenus, la


quote-part des capitaux propres, y compris le résultat de
l’exercice, déterminée d’après la consolidation;

Eliminer les opérations et comptes entre l’entreprise mise


en équivalence et les autres entreprises consolidées… »
IAS 28 § 3. Cette norme a été amendée en 2011.

Cette méthode est applicables aux entreprises sous


influence notable et aux entreprises sous contrôle conjoint

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 65


Actif Passif
Actif consolidé : Capitaux propres :
 actif de M  capital de M

 - valeur comptable des titres  réserves consolidées


de E ■ réserves de M
 + titres de E mis en ■ + part de M dans le capital
équivalence = part de M dans la et réserves de E
situation nette et les résultats ■ - montant des titres de E
de E chez M
 résultat consolidé

■ résultat de M
■ + part de M dans le résultat
de E
 Dettes de financement
consolidées
■ Dettes de fin de M
 passif circulant consolidé

■ passif circulant de M
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 66
Charges de M Produits de M
Résultat consolidé
■ résultat de M
■ part de M dans le résultat de E

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 67


Exemple 12:
Soit le groupe composé de M, la société mère, et de E une filiale
dont elle possède 30% des titres (2 430 actions E sur 8 100). Il y a
influence notable de M sur E.
Bilans au 31/12/N
Actif M E Passif M E

Immo. incorp. 90 000 180 000 Capital social 675 000 810 000
Immo. corp. 720 000 900 000 Réserve légale 67 500 81 000
Immo. Fin 270 000 Autres réserves 67 500 324 000
Stocks 175 500 270 000 Résultat net de l’ex 202 500 162 000
Dettes de finan. 382 500 63 000

Créances de l’AC 135 000 202 500 Dettes du passif cir 90 000 180 000
Trésorerie- actif 94 500 67 500

Total 1 485 000 1620 000 Total 1 485 000 1620 000
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 68
 Exemple 12 (suite)
CPC au 31/12/N

Charges M Produits M
Charges d’exploitation 513 000 Produits d’exploitation 1 039 500
Charges financières 67 500 Produits financiers 4 500
Charges non courantes 162 000 Produits non courants 9 000
Impôt sur les résultats 108 000
Résultat net 202 500

Travail demandé
Total 1 053 000 1 053 000

Travail demandé: Etablir le bilan et le CPC consolidés selon la méthode


des tableaux et celle des écritures.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 69


1.4.1 Les processus de consolidation
1.4.2 Les modalités de consolidation

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 70


On distingue deux grands processus de
consolidation:
 la consolidation par les soldes
Elle consiste à:
-reprendre les comptes de L’année N des sociétés à 100%
en cas d’intégration globale ou au pourcentage de
détention directe en cas d’intégration proportionnelle, et
enregistrer les opérations de consolidation (ajustements,
retraitements et éliminations);
-répartir les capitaux propres de la société consolidée;
-éliminer les titres;
-en déduire les comptes consolidés.
Avantages: les balances de fin d’exercice ou les comptes
annuels de chaque entreprise sont faciles à obtenir.
Inconvénients: les risques d’omission peuvent apparaître
sur les opérations antérieures à l’exercice.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 71


 la consolidation par les flux
Elle consiste à:
 -partir de la balance N-1 des comptes consolidés du
groupe;
 -affecter les résultats N-1 en réserves consolidées;
- intégrer les flux de l’année en provenance des entités
intégrées au minimum une fois par mois;
- enregistrer les écritures spécifiques de consolidation;
- obtenir une balance consolidée;
- en déduire les comptes consolidés.
Avantages: ce processus est fiable pour la prise en compte
des éléments antérieurs à l’exercice.
Inconvénients: ce processus est lourd et nécessite une
bonne maîtrise des flux.
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 72
Exemple 13:
Soit le groupe M-F, M détient 70% des titres de F. Ces titres ont
été acquis à la constitution de F. M et F sont consolidées selon la
méthode de l’intégration globale.
Bilans au 31/12/N en KDH
Actif M E Passif M E

Immo. corp. 40 000 6 000 Capital social 30 000 4 000


Immo. Fin 2 800 Réserve légale 3 000 400
Stocks 800 600 Autres réserves 4 000 1 000
Résultat net de l’ex 800 200
Dettes de finan. 6 000 1 200
Créances de l’AC 1 200 400
Trésorerie- actif 400 200 Dettes du passif cir 1 400 400

Total 45 200 7 200 Total 45 200 7 200

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 73


Exemple 13 (suite)
Soit par ailleurs, la balance des comptes consolidés N-1 du
groupe M-F.
Elément Total débit Total crédit
Capital 30 000
Réserves consolidées 6 560
Résultat consolidé 1 420
Intérêt minoritaires réserves 1 440
Intérêts minoritaires résultat 180
Dettes de financement 4 800
Immobilisations corporelles 41 600
Stocks 1 600
Créances de l’actif circulant 1 400
Dettes du passif circulant 800
Trésorerie actif 600
TOTAL 45 200 45 200

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 74


Exemple 13 (suite)
 Les flux en provenance de M et F
Flux en provenance Flux en provenance
de M de F
Diminution Hausse Diminution Hausse
nette nette nette nette
4 000 400
Immobilisations
2 00
Stocks 400
200
Créances de l’actif circ
1 000
Dettes du passif circ
2 000 400
Dettes de finan.

Travail demandé: Présenter les comptes consolidés du groupe M-F selon les deux
processus.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 75


Lorsqu’une société contrôle par l’intermédiaire
d’une filiale une sous filiale -c’est-à-dire en cas
d’existence de sous groupes- la consolidation
peut s’effectuer selon deux techniques :

 la technique de la consolidation directe;


 La technique de la consolidation par paliers.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 76


La consolidation par paliers
Société M
Consiste à faire des consolidations
successives en commençant par la
Société F1
société placée à l’extrémité inférieure
de la chaîne, puis remonter vers la
Société F2
société mère.

Société F3
chaque sous-consolidation est opérée en
appliquant aux capitaux propres d’une F2 + F3 = sous-groupe 1
filiale le pourcentage de
participation détenu par la société F1 + (F2 + F3) = sous-groupe 2

qui joue le rôle de la mère dans le M + (F1 + F2 + F3) = sous-groupe 3


sous ensemble.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 77


Ce mode de consolidation conduit à
effectuer la consolidation des sous groupes,
puis insérer dans la consolidation principale
des comptes consolidés des entreprises
filiales de la société mère.

Avantage: Elle permet de mettre en évidence des


capitaux consolidés au niveau de chaque sous-
groupe.
Inconvénient: Elle est plus longue à réaliser

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 78


M M M
80% 70% 80%

F1 F1 F1
70% 50% 35%

F2 F2 F2

F2 est intégrée F2 est intégrée


F2 est mise en
proportionnellement
globalement dans F1, équivalence dans F1,
dans F1, puis le sous-
puis le sous-groupe puis le sous-groupe
F1-F2 est intégré groupe F1-F2 est
F1-F2 est intégré
globalement dans M intégré globalement
globalement dans M
dans M

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 79


Cette méthode consiste à consolider
chaque société du groupe directement
dans la société consolidante en utilisant
le pourcentage d’intérêts de la société
mère dans les sociétés consolidées.

Avantages: permet d’obtenir rapidement les


comptes consolidés, elle est plus pratique.
Inconvénients: ne permet pas d’avoir une
vision du sous-groupe.

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 80


M M M
80% 80% 80%

F1 F1 F1
80% 50% 30%

F2 F2 F2

F1 intégrée
F1 intégrée F1 intégrée
globalement dans M
globalement dans M globalement dans M
(80%), le reste (20%)
(80%), le reste (20%) (80%), le reste (20%)
aux minoritaires
aux minoritaires aux minoritaires
F2 intégrée
F2 intégrée F2 mise en
globalement dans M
proportionnellement équivalence dans M
(64%), le reste (36%)
dans M (40%) (24%)
aux minoritaires

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 81


Exemple 14:
Soit le groupe suivant:

A
Travail demandé: Etablir le bilan
60% consolidé selon les deux techniques
B

30%
C

Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 82


Exemple 14 (suite): Bilans au 31/12/N en KDH
Actif A B C

Immo. corp. 30 000 5 400 3 750


Immo. Fin (TP) 3 600 900
Stocks 600 450 225
Créances de l’AC 900 900 525
Trésorerie- actif 300 750 150

Total 35 400 8 400 4 650

Passif A B C

Capital social 24 000 6 000 3 000


Réserve légale 2 400 600 300
Autres réserves 2 850 450 150
Résultat net de l’ex 600 150 -150
Dettes de finan. 4 500 900 750
Dettes du passif cir 1 050 300 600
Total 35 400 8 400 4 650
Comptabilité des groupes Pr: K.OUBAL 83
Les retraitements sont effectués dans les comptes
individuels des sociétés consolidées. Ils comprennent:
2.1 Les retraitements d’homogénéisation
2.2 L ’élimination des écritures prises en application des
législations fiscales
2.3 Le retraitement résultant de la comptabilisation des
impositions différées
2.4 Le retraitement d’évaluation ou d’affectation comptable
2.5 la conversion des comptes établis en monnaie étrangère

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 84


Les retraitements d’homogénéité ont pour
but d’appliquer des méthodes d’évaluation
homogènes dans la consolidation.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 85


Les états financiers consolidés doivent être établis en
utilisant des méthodes comptables uniformes pour des
transactions semblables dans des circonstances similaires
(IAS 27 §28) :
• Homogénéité dans l’évaluation et la présentation des
éléments du bilan, du compte de résultat et des informations
fournies dans l’annexe;

• définition d’un plan comptable de consolidation fixant les


règles et les méthodes d’évaluation et de classement
retenues au niveau des comptes consolidés;

• retraitement des comptes sociaux non établis en normes


IFRS.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 86


Exemple 15: Amortissements et provisions:

La société ABC est consolidée par intégration globale au


sein du groupe XYZ. Cette société a acquis au début de
l’exercice N-1 une immobilisation pour une valeur de
400 000 (HT). Elle décide de l’amortir selon le système
dégressif sur 5 ans (coefficient 2), alors que les normes du
groupe imposent un amortissement linéaire sur la même
durée.

Travail demandé: Passer les écritures de retraitement, le


taux de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 87


Exemple 16: Evaluation des stocks
B est détenue par A à 60%. B évalue ses stocks de
marchandises selon la méthode du coût unitaire moyen de
période , alors que le groupe impose la méthode du
premier entré, premier sorti. L’ évaluation des stocks selon
les deux méthodes est la suivante:

Evaluation des stocks N N-1

CUMP 25 000 35 000


PEPS 20 000 32 000

Travail demandé: Passer les écritures de retraitement, le taux de


l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 88


Exemple 17:Intérêts intercalaires sur immobilisations et
stocks produits par l’entreprise:
Selon la norme IAS 23, les coûts d’emprunt sur des actifs qui
demandent une longue période de préparation ou de construction
avant d’être utilisables ou vendables, sont soit laissés en
charges, soit incorporés dans le coût des actifs lorsqu’il est
probable qu’ils généreront des avantages économiques futurs
pour l’entreprise et que les coûts peuvent être évalués de façon
fiable.
Exemple: A détient 65% des titres de B. B n’incorpore aucun frais
financier au coût de ses actifs. Le groupe a choisi par contre
l’inscription systématique de ces frais aux coûts de revient des
immobilisations. Les frais financiers supportés en N chez B sur un
bâtiment terminé le 30/06/N s’élèvent à 670 000 DH, dont
470 000 affectés à la composante « murs » (durée d’amt 20 ans)
et 200 000 à la composante « toiture » (durée d’amt 15 ans).
Travail demandé: procéder au retraitement, le taux de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 89


Il convient, pour neutraliser les enregistrements qui ont
été effectués exclusivement pour des raisons fiscales,
d’éliminer:
 la constatation ou la reprise d’amortissement dérogatoire;
 la constitution ou la reprise de provision réglementée;
 la reprise des subventions d’investissements en résultat;
 la comptabilisation en résultats de l’impact de changements de
méthodes.
Exemple 18 : les provisions réglementées et l’amortissement
dérogatoire:
B est détenue à 70% par la société mère A. Une provision
réglementée figure dans ses comptes en N pour 420 000 (dont
dotation de l’exercice N:120 000) , en N-1 pour 450 000.
Travail demandé: procéder au retraitement, le taux de l’IS est
de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 90


Exemple 19: Les subventions d’investissement
Selon les normes IFRS (IAS 20 §24), « les subventions liées à des
actifs, y compris les subventions non monétaires évalués à la
juste valeur, doivent être présentées au bilan soit en produits
différés, soit en déduisant la subvention pour arriver à la valeur
comptable de l’actif. »
Exemple:
B est détenue à 60% par A, une subvention d’investissement
figure dans ses comptes pour:
Montant N-1: 100 000
Subvention obtenue en N: 50 000
Reprise sur subvention d’investissement en N: 23 000
Montant N: 127 000.
Travail demandé: procéder au retraitement, le taux de l’IS est
de 30%

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 91


la norme IAS 12 (révisée) impose à une
entreprise de comptabiliser un passif d’impôt
différé ou sous certaines conditions, un actif
pour toutes les différences temporelles; sauf une
exception sur la valeur du goodwill lui-même
qui est calculé sans impôt différé.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 92


Ces retraitements sont obligatoires selon les normes IFRS,
alors qu’ils sont seulement préférentielles selon les règles
françaises et marocaines.
Ils comprennent:
 l’activation du crédit bail ou le contrat de location
financement;
 l’étalement des frais d’émission et des primes de
remboursement des emprunts;
 la comptabilisation des écarts de conversion au compte de
résultat;
 la valorisation des opérations partiellement exécutées
selon la méthode de l’avancement;
 le retraitement des frais de recherche et de
développement;
 le retraitement des frais d’établissement.
Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 93
Exemple 20: l’activation du crédit bail ou contrat de
location financement
La société XYZ a acquis au début de l’exercice N un bien
d’équipement par location financement dans les conditions
suivantes:
Valeur du bien au début du contrat: 1 000 000 DH
Loyer annuel payable à terme échu au 31/12:350 000 DH
Prix d’exercice de l’option d’achat en fin du contrat: 172 500
Durée du contrat: 3 ans
Durée d’utilisation : 5 ans
Travail demandé: passer les écritures de retraitements au
31/12/N+1, le taux de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 94


Il convient d’une part d’inscrire à l’actif la valeur du bien et de lui
appliquer un plan d’amortissement sur 5 ans, d’autre part d’inscrire
au passif un emprunt dont les annuités correspondent aux versements
des redevances.
Le taux d’intérêt actuariel (i) de l’emprunt fictif peut alors être déterminé
comme suit:
1 000 000 = 350 000 x 1 - ( 1+i) -3 + 172 500 ( 1+i) -3

i
Soit i = 10%
Tableau d’amortissement de l’emprunt
Année Capital restant dû Intérêt Amortissement Annuité
N 1 000 000 100 000 250 000 350 000

N+1 750 000 75 000 275 000 350 000

N+2 475 000 47 500 302 500 350 000


172 500 172 500

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 95


Ecritures de retraitement du bilan au 31/12/N+1:
Matériel et outillage 1 000 000
Dette de location financement 1 000 000
Dette de location financement ( 250 000 + 275 000) 525 000
Réserves 250 000 * 70% 175 000
Résultat 275 000 * 70%
192 500
Impôts différés (250 000 +275 000) * 30%
157 500
Réserves (200 000 x 70%) 140 000
Résultat (200 000 x 70%) 140 000
Créance d’impôts différés 400 000 * 0.3
120 000
Amortissements du matériel et outillage
400 000

Ecritures de retraitement du CPC:


Intérêts des emprunts et dettes 75 000
Résultat global ( 275 000 x 70%) 192 500
Impôt sur les bénéfices ( 275 000 x 30%)
82 500
Redevances crédit-bail
350 000

Dotations aux amortissements 200 000


Impôts sur les bénéfices ( 200 000 x 30%) 60 000
Résultat global ( 200 000 x 70% )
140 000

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 96


Exemple 21: La constitution d’une provision pour
engagement de retraite
Selon la norme IAS 19: les entreprises doivent inscrire au
bilan sous forme de provision, l’ensemble du montant des
engagements de retraite ou autres prestations assimilées.

Il convient :
 de calculer le montant des droits acquis par les salariés au cours
d’un exercice;
 de l’enregistrer au compte résultat par le biais d’une dotation
aux provisions;
 de constater les impacts de cette correction sur les impôts
différés, le résultat et les réserves.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 97


Exemple 22: L’étalement des frais d’émission et des
primes d’émission et de remboursements des emprunts

Selon la norme IAS 23: les frais d’émission et les primes


d’émission et de remboursement des emprunts sont à amortir
systématiquement sur la durée de vie de l’emprunt. Cet
amortissement se fait prioritairement selon le mode dégressif.
Il convient donc:
 de corriger le calcul des amortissements de ces frais et primes;
 de constater les impacts sur les résultats, les réserves et les
impôts différés.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 98


Exemple 23 : La comptabilisation des écarts de conversion
au compte résultat
Selon la norme IAS 21 (§ 15): les écarts de conversion, actifs ou
passifs, figurant dans les comptes individuels doivent être
enregistrés au compte de résultat consolidé.
Il convient donc:
 de virer les écarts de conversion actifs et passifs en résultat
financier;
 d’annuler, le cas échéant, la provision pour perte de change;
 de constater les impacts sur les résultats et les réserves.
N.B: il n’ y a pas d’impact sur les impôts différés.
Exemple: Dans les comptes de B, filiale de A à 60%, au 31/12/N figurent
les écarts de conversion sur des créances et des dettes suivants:

31/12/N 31/12/N-1
Ecart de conversion actif 50 000 60 000
Ecart de conversion passif 24 000 32 000
Provisions pour pertes de change 34 000 50 000
Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 99
Exemple 24: la valorisation des opérations partiellement
exécutées selon la méthode de l’avancement :
Les normes IAS 11 (§ 22) et IAS 18 (§20) imposent la méthode à
l’avancement pour les travaux partiellement exécutés à la
clôture de l’exercice, ce qui signifie que le résultat prévisionnel
est constaté dans les comptes, au fur et à mesure des travaux.

Il convient donc:
 d’annuler les comptes de stocks et, le cas échéant, la provision
pour dépréciation des stocks;
 d’extourner les comptes de clients créditeurs;
 de corriger les comptes de production stockée et de production
vendue;
 de constater les impacts sur les résultats, les réserves et les
impôts différés.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 100


Exemple 25 : Frais de recherche et de développement

Selon la norme IAS 38 révisée :


 Les frais de recherche doivent être comptabilisés en charges.
 Les frais de développement (si certaines conditions sont
respectées) doivent être considérés comme immobilisation...

Exemple:

La société ABC a dépensé, respectivement en N-1 et en N,


36 000 et 27 000 pour le développement d’un nouveau produit
appelé à être commercialisé en N+1.
Travail demandé: passer les écritures de retraitements, le taux
de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 101


Exemple 26 : Frais d’établissement

Selon les normes IAS, les frais d’établissement sont


obligatoirement comptabilisés en charges car ils ne répondent
pas à la définition des actifs.

Exemple:
A détient 70% du capital de la société B. B inscrit en N-1 des frais
d’établissement à l’actif de son bilan. Le groupe appliquant les
normes IFRS, il est demandé de désactiver ces frais au titre de la
consolidation de N.
Frais activés en N-1: 30 000, amortissements N-1: 6 000,
dotation: en N: 6 000, le taux de l’IS est de 30%.
Travail demandé: procéder au retraitement.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 102


Selon l’IAS 21: « Effets des variations des cours des monnaies
étrangères »:

 les actifs et les passifs de chaque bilan présenté doivent être


convertis au cours de clôture à la date de chacun des bilans;
 les produits et les charges de chaque compte de résultat
doivent être convertis au cours de change en vigueur aux
dates de transactions (cours moyen de l’exercice);
 tous les écarts de change en résultant doivent être
comptabilisés en tant que composante distincte des capitaux
propres;
 en pratique, les comptes de capitaux propres sont maintenus
au cours de change à la date de la comptabilisation initiale.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 103


 Les comptes consolidés doivent donner une image fidèle
de la situation du groupe, pour cela, il ne faut retenir que
les comptes exprimant une créance ou une dette vis-à-vis
des tiers, les opérations réalisées avec des tiers, et les
résultats issus des opérations réalisées avec des tiers.
 Il convient donc d’éliminer toutes les opérations intra-
groupe qu’elles soient avec ou sans incidence sur le
résultat, ainsi que tous les comptes de bilan réciproques
(3.1 et 3.2).
3.1 Annulation des comptes réciproques
3.2 Elimination des résultats internes au groupe
3.3 Ecart de première consolidation
3.4 Ecart d'acquisition (goodwill)

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 104


Quelques opérations
intragroupe

Opérations concernant le CPC:


Opérations concernant le bilan:
- Achats / Ventes.
- Prêt/ Emprunt.
- Charges d’intérêts / Produits
- Intérêts courus à recevoir/ Intérêts
d’intérêts.
courus à payer.
-Loyer payés, / Loyer reçus.
- Comptes courants débiteurs/
- Autres charges d’exploitation/
comptes courants créditeurs.
Autres produits d’exploitation.
-Clients / Fournisseurs.
-Subventions accordées/
- Effets à recevoir / Effets à payer.
subventions reçues.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 105


Exemple 27:
Soit un groupe composé de deux sociétés A et B. B est une filiale de A à
80% intégrée globalement.
 Dans les comptes de A, on note:
Fournisseurs B: 400
Achats chez B: 60 000
 Dans les comptes de B, on note:
Client A: 400
Vente à A: 60 000
Les comptes étant réciproques, il y a lieu de procéder à leur
contrepassation.
Remarque: les comptes interentreprises peuvent ne pas être réciproques
pour de multiples raisons: règlement en transit, marchandises en transit,
litiges, omissions, Etc. Dans ce cas, il faut procéder à l’ajustement des
comptes dans le journal de consolidation selon le principe de: « l’entité
réceptrice s’aligne sur l’entité émettrice »

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 106


Exemple 28:
Soit un groupe composé de deux sociétés A et B, B est filiale de A
à 60%.
 Dans les comptes de A, on note Fournisseurs (B) :200
 Dans les comptes de B, on note Client (A): 300
A a émis un chèque de 100 au profit de B le 29 décembre N. Ce
chèque n’a été reçu par B que le 03/01/N+1.
Travail demandé: Passer les écritures de retraitement

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 107


Exemple 29:
Soit le groupe formé par trois sociétés A ,B et C. A (la société mère) est
intégrée globalement, B proportionnellement (33 1/3%), C est mise en
équivalence.
 Dans les comptes de A figurent une créance de 200 sur B et une dette de
400 sur C.
 Dans la balance de consolidation, après reprise des comptes, on a:

Comptes de A Client (B) 200


Comptes de A Fournisseur (C) 400
Comptes de B Fournisseur (A) 66,66

Travail demandé: Passer l’écriture d’élimination

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 108


 Selon l’IAS 27 §17: « Les soldes et transactions intra-groupe ainsi
que les profits latents qui en résultent doivent être
intégralement éliminés. Les pertes latentes résultant de
transactions intra- groupe doivent également être éliminés… »
 On retrouve le même principe au niveau des normes IAS 28 et 31
pour les sociétés mises en équivalence et intégrées
proportionnellement.
 Ces résultats, qui ne sont à éliminer que s’ils ont un caractère
significatif, sont:

3.2.1 les dividendes


3.2.2 les marges sur stocks
3.2.3 Les cessions d’immobilisations
3.2.4 les provisions sur des entités du groupe

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 109


Selon les normes IFRS, la totalité des dividendes
enregistrés en produits financiers chez l’entité
bénéficiaire, doivent être éliminés indépendamment de la
méthode de consolidation.

Exemple 30:
soit le groupe composé de M et F(filiale de M à 80%). M a
encaissé au cours de l’exercice N 80 000 Dh de dividendes
au titre de l’exercice N-1.

Travail demandé: Procéder à l’élimination du résultat intra-


groupe.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 110


Exemple 31: Cas de deux entités intégrées globalement
A possède 70% de B. ces deux sociétés sont intégrées
globalement, B vend traditionnellement des marchandises à A.
Dans les stocks finaux de A, certains proviennent de B

N N-1
Stock en provenance de B 600 000 500 000
Marge contenue dans ces stocks 104 000 90 000

Travail demandé: procéder à l’élimination du résultat intra-


groupe, le taux de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 111


Exemple 32: Cas d’une société intégrée globalement et d’une société
mise en équivalence
A possède 30% de B. A est intégrée globalement et B est mise en
équivalence, B vend traditionnellement des marchandises à A. Dans les
stocks finaux de A, certains proviennent de B et la marge interne
correspondante s’élève à:

N N-1
Stock en provenance de B 200 000 250 000
Marge contenue dans ces stocks 33 000 45 000

Travail demandé: procéder à l’élimination du résultat intra-groupe, le


taux de l’IS est de 30%.
Remarques: Si les résultats à éliminer proviennent d’une société mise en
équivalence, l’élimination impacte directement la valeur des titres mis en
équivalence.
Si les résultats proviennent d’une société intégrée proportionnellement,
l’élimination est limitée au pourcentage d’intégration.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 112


Exemple 33:
La société F1 a acquis le 01/01/N un matériel pour une
valeur de 100 000 dh, qu’elle décide d’amortir
linéairement sur 10 ans. Au 01/01/N+4, F1 cède ce
matériel à F2 pour 75 000 dh, le bien sera amorti
linéairement sur 6 ans.

Travail demandé: procéder à l’élimination du résultat


intra-groupe.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 113


Exemple 34 :Provisions pour dépréciation des clients et provisions
pour risques et charges
Soit le groupe constitué de trois sociétés: A (société mère), B
(filiale à 60%) et C (filiale à 50%).
B et C ont des relations commerciales:
 A l’actif de B au 31/12/N, on note:
Client (C): 200 000
Provisions pour dépréciation des créances sur C: 50 000(dont
dotation de l’exercice 20 000)
 Au passif de C au 31/12/N, on note:
Fournisseur (B): 200 000
Par ailleurs, C en conflit avec B avait doté dès N-1 une provision
pour risques et charges pour un montant de 10 000 et cette
provision est toujours dans les comptes de C.
Travail demandé: Procéder aux éliminations nécessaires. Le taux
de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 114


Exemple 34 :Provisions pour dépréciation des titres de
participation.

Soit le groupe constitué de deux sociétés: A (société mère)


et B (filiale à 60%). B ayant des difficultés notables, A a
été amenée à provisionner les titres B à hauteur de 45 000
au 31/12/N.
Travail demandé: procéder aux éliminations nécessaires.
Le taux de l’IS est de 30%.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 115


 Lors de l’entrée d’une entreprise dans le périmètre de
consolidation d’un groupe, on constate généralement une
différence entre le coût d’acquisition des titres par la
société mère et la part correspondante dans les capitaux
propres de sa filiale. Cette différence est appelée écart
de première consolidation.

 Cet écart est décomposé lors de l’entrée d’une société


dans le périmètre de consolidation. Il comprend deux
parties :

 écarts d’évaluation
 écart d’acquisition

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 116


 Ils correspondent à la différence entre la valeur d’entrée (juste
valeur) des actifs et passifs identifiables dans le bilan consolidé
et la valeur comptable de ces mêmes éléments dans le bilan de
la filiale.

 Les actifs et passifs identifiables de l’entreprise acquise sont des


éléments susceptibles d’être évalués séparément dans des
conditions permettant un suivi de leur valeur.

 Selon, l’IFRS3, §37: l’acquéreur comptabilise séparément les


actifs, passifs et passifs éventuels identifiables de l’entreprise
s’ils satisfont les conditions suivantes:
 Leur juste valeur peut être évaluée de manière fiable;
 Dans le cas d’un actif financier ou corporel, il est probable que tout
avantage économique futur qui y associé, ira à l’acquéreur;
 Dans le cas d’un passif (autre qu’un passif éventuel), il est probable
qu’une sortie de ressources sera nécessaire pour éteindre l’obligation.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 117


 Il correspond au solde non affecté de l’écart de
première consolidation; c’est-à-dire à la différence
entre le coût d’acquisition des titres de participation
et la quote-part des capitaux propres ré estimés de la
filiale.

 Le goodwill est l’excédent du coût de regroupement


d’entreprise sur la quote-part de l’acquéreur dans la
juste valeur des actifs, passifs et passifs éventuels
identifiables (IFRS 3, §51b).

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 118


 L’écart d’acquisition peut être positif (le cas le plus fréquent ou
négatif (plus rarement).

 Positif, il représente un supplément de prix par rapport à


l’évaluation de la quote-part de la société mère dans les
capitaux propres réestimés de la filiale, payé en contrepartie
des avantages que procure la prise de contrôle de l’entreprise
: élimination d’une entreprise concurrente, amélioration des
conditions de production…

 Négatif « un écart d’acquisition négatif correspond


généralement soit à une plus value potentielle du fait d’une
acquisition effectuée dans des conditions avantageuses, soit à
une rentabilité insuffisante de l’entreprise acquise »

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 119


 l’écart d’acquisition est traité différemment suivant qu’il est positif ou
négatif.
 Ecart d’acquisition positif:
Il est inscrit à l’actif du bilan consolidé dans le poste Ecart d’acquisition.
Celui-ci doit être amorti en linéaire selon les règles françaises, alors que
l’IFRS3,§ 55 stipule que le goodwill acquis lors d’un regroupement
d’entreprises ne doit pas être amorti. Au lieu de cela, l’acquéreur doit
effectuer des tests de dépréciation (impairment test) périodiques. De
même que selon l’IFRS 3, §124: la dépréciation d’un goodwill ne doit pas
être reprise lors d’une période ultérieure.
Les impôts différés provenant de l’écart d’acquisition ne sont pas
comptabilisés (IAS12).
 Ecart d’acquisition négatif:
Il est inscrit généralement dans un poste particulier du passif en
provisions pour risques et charges. Cette provision doit être rapportée au
résultat selon un plan de reprise de provision.
Selon l’IFRS 3, §56: si l’écart d’acquisition est négatif, l’acquéreur doit
réestimer l’identification et l’évaluation des actifs, passifs et passifs
éventuels ainsi que leurs coûts et comptabiliser immédiatement en
résultat tout excédent subsistant après cette réestimation.

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 120


La société AZUR détient 50% du capital de la société AYOUR. Elle présente
des comptes consolidés par intégration proportionnelle de la société
AYOUR. Le bilan et le compte résultat des deux sociétés se présentent
ainsi au 31/12/N:

Actif AZUR AYOUR Passif AZUR AYOUR

Immob. Incorp. 6 285 000 1 200 000


Capital social 50 000 000 12 000 000
Immob. Corpor. 81 375 000 9 671 000
Réserves 32 600 000 2 400 000
Titres AYOUR 6 500 000 1 480 000
Résultat 6 300 000
Prêts 4 600 0005 3 000 000
Dettes de 30 987 000
Stocks 5 367 000 4 250 000
financement
Créances 54 872 000 9 340 000 6 860 000
Dettes du PC 42 346 000
Trésorerie 3 234 000 1 279 000

Total 162 233 000 25 740 000 Total 162 233 000 25 740 000

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 121


CPC au 31/12/N

Charges AZUR AYOUR Produits AZUR AYOUR


Achats 117 985 000 15 150 300 Ventes 210 517 500 27 890 000
Variation de stocks -1 458 000 -790 400 Autres produits 4 456 700 1 239 300
Autres charges d’exp. 84 997 000 10 890 000 d’exp.
Charges financières 7 957 500 2 670 000 Produits financiers 3 245 800 345 600
Charges non courantes 3 245 200 829 900 Produits non 2 456 700 1 450 000
Impôt sur les résultats 1 650 000 695 100 courants
Résultat net 6 300 000 1 480 000

Total 220 676 700 30 924 900 220 676 700 30 924 900

Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 122


Informations complémentaires:
 La société AYOUR a vendu au cours de l’exercice N pour 2 100 000 DH de
marchandises à la société AZUR en réalisant sur cette vente un bénéfice de
10% du prix de vente. 1/3 de ces marchandises figurent encore dans le stock
de AZUR en fin d’exercice. Aucune vente n’était intervenue entre les deux
sociétés en N-1.
 La société AZUR a vendu à la société AYOUR une immobilisation pour une
valeur de 1 000 000 DH, le 01/01/N. Cette immobilisation a été amortie par
AYOUR selon le mode linéaire sur la base d’une durée de vie de 4 ans. La
société avait acquis ce matériel le 01/01/N-6 pour 2 400 000 DH et l’avait
amorti en linéaire sur la base d’une durée de vie de 10 ans.
 Les dettes de financement figurant au bilan de la société AYOUR comprennent
un prêt de la société AZUR pour 2 000 000 DH.
 Les créances figurant au bilan de la société AYOUR comprennent une somme
850 000 DH due par AZUR au titre de ses achats de marchandises à AYOUR.
Travail demandé:
1. Passer toutes les écritures nécessaires au journal de consolidation de
l’exercice N, le taux de l’IS est de 30%.
2. Présenter le bilan et le CPC consolidé.
3. Indiquer les écritures de retraitement qu’il y aura lieu de passer au journal
de consolidation de N+1 pour l’immobilisation vendue à AYOUR en N et pour
le stock initial de AZUR.
Comptabilité des groupes Pr: K. OUBAL 123

Vous aimerez peut-être aussi