Vous êtes sur la page 1sur 34

Institut des Techniciens Spécialisés en Génie Rural et Topographie de Meknès

‫معهد التقنيين المتخصصين في الهندسة القروية ومسح األراضي مكناس‬

Mémoire des stages


Promotion2019/2021

Réalisé par : Asmae Belaid


Entreprise : ESSADIQI
ITSGRT

DEDICACES

A mes chers parents


Pour tout ce qu’ils ont fait pour moi et pour tout ce qu’ils continuent à
faire, leur amour, leurs
Sages conseils, leurs aides, leurs sacrifices, leurs encouragements et
les supports qu’ils ont
Consentis pour mon éducation et ma formation, aucune dédicace ne
saurait exprimer la
Profondeur de mon amour et de mon attachement pour eux. Que Dieu
les bénisse.

A mon frère
A toutes ma grande famille
A tous mes amis

1
ITSGRT

Remerciement

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, je vais


Commencer ce travail par des remerciements, à ceux qui m’ont beaucoup appris au cours
De ce stage.

Tout d’abord nous remercions DIEU qui nous a permis d’atteindre ce niveau d’étude et de réaliser ce
mémoire.

je tiens à remercier vivement tout le personnel de la


société ESSADIQI de leur chaleureux accueil et de leurs multitudes d’aides avec une grande sincérité
et gratitude.

Mes remerciements vont également à Mme la directrice de notre Institut I.T.S.G.R.T et à


L’ensemble du corps enseignant et administratif pour les efforts qu’ils fournissent dans le
but d’accomplir notre formation.

Remerciement spécial à nos chers professeurs d'avoir partagé avec nous votre passion
Pour l'enseignement. Nous avons grandement apprécié votre soutien, votre implication et
Votre expérience tout au long de l'année. Ainsi, nous tenions à vous écrire un « Merci »
Sincère pour votre soutien, votre enseignement et vos conseils tout au long de cette année
Qui vient de s'écouler. Nous voulions que vous sachiez que vos élèves garderont toute leur
vie un très bon souvenir de cette année d'étude.

Un grand merci à toute l’équipe du Groupement BETI pour ses efforts.

Finalement, mes remerciements vont vers toutes les personnes qui ont participé de près
ou de loin à la réalisation de ce travail.

2
ITSGRT

SOMMAIRE
DEDICACES.......................................................................................................................... 1
REMERCIEMENTS .................................................................................................................2
Sommaire..............................................................................................................................3
Sommaire..............................................................................................................................4
Introduction Génerale..........................................................................................................5
Structure du document........................................................................................................6
Chapitre 1 : les affaires subséquentes et les travaux topographique.............................. 7
Partie1 :les affaires subséquentes..................................................................................... 7
Mise a jour............................................................................................................................7
Mise a jour............................................................................................................................8
Mise a jour ..........................................................................................................................9
Mise a jour..........................................................................................................................10
Cpropriété ..........................................................................................................................10
Cpropriété...........................................................................................................................11
loutissement.......................................................................................................................12
loutissement.......................................................................................................................13
Partie 2 : travaux topographique......................................................................................14
Plan de situation.................................................................................................................14
Plan coté.............................................................................................................................15
Chapitre 2 : L’immatriculation foncière d’ensemble …………………...................................16
Procédure d’IFE..................................................................................................................16
Procédure d’IFE..................................................................................................................17
Procédure d’IFE..................................................................................................................18
Procédure d’IFE..................................................................................................................19
Procédure d’IFE..................................................................................................................20
Chapitre 3 : la lasergrammetrie.........................................................................................21
INTRODUCTION……………………………………………………………………………………………………….………21
Lasergrammétrie statique...................................................................................................21
Lasergrammétrie mobile …………………………………………………………………………………….………….22
Lasergrammétrie mobile......................................................................................................23
ETUDE EXPERIMENTALE…………………………………………………………………………………………………..24
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode statique..............................24
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode statique..............................25
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode statique..............................26
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile................................27
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile................................28
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile................................29
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile................................30
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile................................31
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile………………………...….32
Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile...............................33
Conclusion générale.............................................................................................................34

3
ITSGRT

Introduction Générale

Dans le cadre du bon déroulement des cours théoriques, et aussi bien dans le sens de motiver
l’aspect technique et pratique des étudiants , L’Institut des Techniciens Spécialisés en Génie Rurale et
Topographie, a organisé un stage au secteur privé et ceci dans l’esprit de permettre au stagiaire de
se familiariser progressivement avec la vie professionnelle.

Ce stage a pour but d’améliorer les connaissances de l’étudiant et de lui permettre de l’adapter à la
vie professionnel.

Le stage au sein d’un cabinet topographique est la suite logique de l’ensemble des travaux effectués
dans le cadre de notre formation en topographie, il vient de consolider nos connaissances pratiques,
c’est une précieuse occasion aussi permettant d’évaluer d’une manière concrète notre savoir-faire.

Du 1 mai 2021 au 15 juin 2021. J’ai effectué un stage au sein de l’entreprise ESSADIQI durant lequel
j’avais vu différentes travaux topographiques, et j’avais connu tous les opérations de levé lesquelles
on faisait, et plus de connaissance sur le lasergrammérie et la Photogrammétrie.

4
ITSGRT

Structure du document :

Ce document résume les grandes lignes de mon travail


Il est organisé en trois chapitres. Le premier chapitre fera l’objet d’une étude sur les étapes de
réalisation des affaires subséquentes et les composantes de dossier technique en suite on va voir
quelque travaux topographique réalisé par l’entreprise.

Le deuxième chapitre met l’accent sur la procédure de l’immatriculation foncière d’ensemble.

Le troisième chapitre concerne la lasergrammetrie et ses instruments tels que le Scanner laser
statique et mobile.

5
ITSGRT

Chapitre 1 : les affaires subséquentes et les travaux topographique

Partie1 :les affaires subséquentes

Mise a jour

Mise à jour C’est une opération topographique subséquente


à l’immatriculation qui consiste à ajouter toutes
constructions sur une propriété déjà immatriculée, pour
savoir est ce qu’il y a un empiétement au bien un délaissé.
Pendant la construction c’est à dire pour vérifier si la
construction a été édifiée sur ses anciennes limites du titre.
Et de refléter l’état actuel du lieu. Cette opération vise aussi
la valorisation du la propriété (cas de vente).
 Phase de consultation au cadastre :

Après que le client dépose son dossier le bureau est chargé de faire une consultation sur le titre
foncier objet de l’opération au cadastre, C’est la première et l’importante phase que le géomètre
topographe doit exécuter avant qu’on sorte sur terrain, on fait la consultation des pièces des titres
riverains qui la plus proche pour l’affaire et les plus récents pour la faciliter de travail : croquis de
levé, repérage des stations, les coordonnées des points de rattachement,plan,calcul de contenance.

 Phase de terrain

Dans notre cas les bornes B947, B965 sont déjà levées dans les mises à jour des titres riverains.
Donc on effectue le double rayonnement seulement pour B948, B949, B950 à partir de la station
ancien S12 et le point d’alignement SA qui a était créé entre S12 et S13. Et un seul rayonnement
pour les points de détails.
Complétement du levé par les travaux de chainages nécessaires : détails sur la terrasse, cage
d’escalier, cour, dépendance, entre-bornes…, et on prend des photos de façade et la terrasse...
Ensuite, on dessin un croquis pour nous aider à compléter le plan sur AutoCAD.

6
ITSGRT
Cas ne nécessitant pas un levé tachéomètre :

Cas de surélévation de la propriété:cas de l’ajout d’un niveau sur un niveau existant et


préalablement mis à jour.
Cas de levé antérieur sur le construit de la propriété:c’est lorsque la limite construite de la propriété
a été préalablement levée dans le cadre d’une opération cadastrale antérieure. « Morcellement,
immatriculation, … »
Cas de levé antérieur sur le construit des propriétés riveraines:c’est lorsque la propriété est
entièrement entourée par des propriétés préalablement mises à jour. Cela veut dire que la limite
entre cette propriété et les propriétés riveraines est déjà levée en construit. Dans ce cas, le relevé
des détails intérieurs des propriétés est réalisé par chaînage.
La phase du bureau
Dans cette phase on utilise deux logiciels nécessaires : Topogen et Autocad.

Le vidage des observations et La saisie des coordonnées anciens :

Dès qu’on ouvre le logiciel Topogen, on choisit nouveau fichier et on le nomme (de préférence
que le nom soit le titre foncier de la propriété).et on vide les observations :

Utilitaire lecture carnet électronique parcourir choix d’un fichier sous format SDR
démarrer lecture

7
ITSGRT

Apres on lance notre calcule de VZM de la station S12, d’alignement, des rayonnements et de
contenance. Une comparaison entre les coordonnées anciennes des bornes et celles calculées
(nouvelles) doit être effectuée. La discordance ne doit pas dépasser les 10cm. Si il dépasse 10cm
dans ce cas on doit faire apparaitre les deux limites (nouvelles et anciennes) sur le croquis de levé de
la présentation synoptique et on s’attache à agrandir les empiétements ou les délaissés. Comme
dans le cas des bornes B948 et B949.

8
ITSGRT
En deuxième lieu, on procède au dessin des éléments analytiques. Cette étape est consacrée à
l’établissement du plan cadastral et de la présentation synoptique qui comporte la cartouche, la
situation de l’affaire dans la mappe, calculs topographiques (cheminement, alignement, etc.), liste
des coordonnées, canevas polygonale, croquis de levé, repérage des stations nouvelles.

Finalement le topographe prépare une feuille auxiliaire et rédige un procès-verbal de mise à jour
(Rédaction après levé) qui est une pièce très importante car il décrit avec fidélité la nature des
bornes, des murs et des limites générales de la parcelle.
Le dossier technique de la mise en concordance est constitué par :
-Présentation Synoptique.
-Deux Procès Verbales.
-Plan cadastrale
-deux tirages du plan cadastral
-Feuille auxiliaire de calcul
- Chemise verte
-Plan d’architecte légalisé
-Tableau récapitulatif des surfaces.
-Photo.
-Contrat.
-Autorisation de construire
Copropriété
Définition
C’est une opération parmi les affaires subséquentes à
l’immatriculation qui permet l’organisation d'un
immeuble bâti ou groupe d'immeubles bâtis dont la
propriété est répartie, entre plusieurs personnes, par
lots comprenant chacun une partie privative et une
quote-part des parties communes. Tout immeuble
devisé est obligatoirement soumis au régime de la
copropriété organisé par la loi de 18.00. C’est une
opération topographique de morcellement en hauteur

9
ITSGRT
d’un titre foncier, elle permet l’immatriculation de

chaque appartement grâce à un règlement comprenant plusieurs articles qui font loi pour la gestion
de l’immeuble.
Cette opération donne lieu à la création des parties privatives (appartements, magasins,…) et des
parties communes (escaliers, murs des façades, piliers, gaines, terrasses, ascenseurs…).

 Sur terrain :
Avant de procéder au levé des détails d’une copropriété il faut faire une mise à jour pour s’assurer
qu’il n’y a pas d’empiètement.
Lors du levé, on chaîne tous les détails de chaque appartement et les parties communes de chaque
niveau y compris la terrasse, que l’on reporte provisoirement sur des copies des planches
architecturales afférentes ou sur un croquis dessiné manuellement sur place, sans oublier de chaîner
la hauteur de chaque étage.

 PHASE BUREAU :
L’opération de la mise à jour on la fait à l’aide du logiciel TOPOGEN et celle de la copropriété
s’effectue en se basant sur les coordonnées des bornes de la mise à jour, à l’aide du logiciel
AUTOCAD on reporte les détails de chaque niveau, on dessine Les planches Et on calcul à la fin la
contenance des fractions et indivises.
NB : On applique L’échelle de 1/50 ou 1/100 et dans les cas particuliers le 1/200 selon l’étendue de la
propriété .Ensuite l’établissement de règlement de copropriété et le PV de bornage. Pour la
préparation du dossier technique dématérialisé destiné à être déposé sur la plateforme en ligne de
l’ANCFCC.

CONSISTANCE DU DOSSIER TECHNIQUE DE COPROPRIETE :


_ Le contrat de prestation de service entre l’Ingénieur Géomètre Topographe et le propriétaire ou
son représentant légal
_ Une copie certifiée conforme à l'original de l'attestation du Conseil Régional de l'ONIGT certifiant
que l'Ingénieur Géomètre Topographe « IGT » est en situation régulière vis-à-vis des instances de
l'Ordre
_ Une copie certifiée conforme de l'autorisation de construire
_ Le plan de construction autorisé « Ne Varietur »
_ Le cahier de charges le cas échéant
_ La chemise verte
_ Le procès-verbal descriptif de division
_ Le règlement de Copropriété portant signature légalisée du propriétaire
_ Le tableau récapitulatif des superficies par consistance
_ Le tableau récapitulatif des superficies par niveau
_ Le tableau B des contenances
_ Les plans topographiques de Copropriété
NB :
Les documents de base dont l’IGT doit disposer avant le commencement des travaux afférents au
dossier technique de Copropriété sont :
-La pièce d’identité du propriétaire ou de son représentant légal
-Les informations foncières sur la propriété
-Le plan de construction autorisé « Ne Varietur »
-L’autorisation de construire.

10
ITSGRT
loutissement

Définition :
Constitue un Lotissement toute division par
vente, location ou partage d’une propriété
foncière, en deux ou plusieurs lots destinés à la
construction d’immeuble à usage d’habitation,
industriel, touristique, commercial ou artisanal,
quelle que soit la superficie des lots.
 EXECUTION DES TRAVAUX
Le dossier technique du Lotissement est élaboré
selon les phases suivantes :

o Consultation cadastrale.
 on cherche un rattachement homogène
par toute la zone à lever. Et on consulter
le calcul de contenance et le plan de la propriété.
o Etablissement du contrat entre l’IGT et le propriétaire ou son représentant légal.
Préparation technique du projet :
o L’établissement du plan coté
 C’est une représentation du terrain sur un plan sous forme de courbes de niveaux qui
Indiquent l’allure de ce terrain (tous les points sont représentés en coordonnées
« X, Y, Z ») dont on trouve les détails existant (constructions, arbres, regards, lignes
électriques et téléphoniques, les routes, les pistes, les trottoirs …)
o le plan de masse
 En se basant sur le Plan Coté, la note de renseignement et le plan d’aménagement,
l’architecte agrée procède à la conception du projet du lotissement (Plan de masse).
o Etude de VRD
 Donc Les études de la voirie et des réseaux divers sont réalisées par des ingénieurs
spécialisés (bureau d’étude) qui établissent un dossier technique de VRD et un cahier de
charge de lotissement.
o Implantation du lotissement
 L’implantation est une opération faite par le géomètre topographe et qui permet d’implanter
des points connus en (X, Y) sur le terrain à partir des éléments d’implantation (Gt, D). Ces
points sont généralement des coins de blocs, des axes de voies, des regards, des boites de
branchement.
o Bornage des lots par l’IGT
 L’opération de bornage se fait à partir des implantations des bornes intermédiaires
o Le plan de recollement
 Le plan de recollement est un plan établit par le géomètre topographe. Il permet d’identifier
les travaux effectués et représente l’existent sur le terrain (les bornes de chaque lot, les
voies, les espaces verts, les parkings …etc.).
o Sortie de reconnaissance sur le terrain
o Préparation du projet de levé
o C’est la première étape, comme il indique son nom c’est l’étape où le géomètre établie un
projet idéale pour lever tous les lots du lotissement. Dès la fin de la reconnaissance, le projet
de levé établi au bureau, sur lequel on représente les points de rattachement ainsi que les
points créés avec toutes les visées possibles

o Approbation du projet de levé par le Service du Cadastre suite à son dépôt électronique sur
la plateforme dématérialisée de l’ANCFCC.

11
ITSGRT
o Réalisation des travaux de levé sur le terrain : levé des limites de la propriété, de toutes les
bornes des lots et des détails à l’intérieur du Lotissement
o Réalisation des travaux de bureau : Calculs, dessin, établissement des plans
o Etablissement du Dossier Technique dématérialisé destiné à être déposé sur la plateforme de
l’ANCFCC : l’IGT confectionne les différentes pièces du dossier conformément à la norme de
l’ANCFCC en vigueur
 Les pièces de dossiers techniques de lotissement :
LES PIECES ADMINISTRATIVES
 Le contrat entre l’Ingénieur Géomètre Topographe et le propriétaire ou son représentant
légal.
 Une copie certifiée conforme de l'autorisation de lotir
 Le plan du Lotissement autorisé « Ne Varieteur »
LE SOUS-DOSSIER DE POLYGONATION
Le traitement d’un dossier technique de Lotissement suscite, dans certains cas, la création de
nouveaux points d’appuis en vue de densifier la zone de travail. Dans ce cas, l’IGT doit établir un
dossier technique de polygonation, « Densification cadastrale ».
LE SOUS-DOSSIER DE LOTISSEMENT
Le sous dossier de Lotissement comprend les pièces suivantes:
 La chemise verte
 Le procès-verbal de bornage de Lotissement
 Les éléments de levé
 Projet de levé approuvé par le Service du Cadastre
 Fiche de repérage des points nouveaux
 Observations d’angles
 Croquis de levé
 Calcul de gisement
 Les calculs de coordonnées
 Les coordonnées adoptées
 La liste des coordonnées
 Le tableau récapitulatif des superficies totales par affectation de Lotissement
 Le plan topographique de Lotissement
Toutes les pièces doivent être numérotées sauf le plan et le PV de bornage de Lotissement. Elles
doivent être également classées selon l’ordre ci-dessus présenté.
LES DOSSIERS INDIVIDUELS DES LOTS
Pour chacun des lots morcelés, il est établi un dossier individuel propre à chaque lot qui comporte :
 La chemise verte
 La chemise jaune
 Le tableau A des contenances
 Le calcul de contenance
 Le plan individuel du lot.

o L’éclatement des titres fonciers

12
ITSGRT

Partie 2 : travaux topographique

plan de situation

C’est un plan qui à pour but de présenter la situation d’une parcelle de terrain immatriculée ou
non immatriculés bâtis ou non bâtis par coordonnées ainsi par rapport aux parcelles riveraines.

Les phases de réalisation d’un plan de situation :

 Consultations :
On consulte les plans d’aménagements de préférence si non on consulte les mappes
cadastrales :
Consultation des plans d’aménagements, restructurations…, pour avoir la situation (agence urbaine)
Consultation des mappes cadastrales pour chercher le rattachement et la situation (cadastre)
 Terrain :
On cherche le rattachement et commence à lever les détails sur terrain (axe route, bornes des
parcelles, riverains, poteaux (électriques, téléphonique), regards…
 Bureau :
Dans le bureau on essaye de calculer les coordonnées planimétriques des détails puis en dresse
le plan de situation qui comporte :
Le cartouche : sur lequel en trouvent la nature de travail, la date d’exécution, l’échelle, la
contenance de parcelle à situer et le nom du propriétaire.
Un extrait du plan d’aménagement en 1/2000 ou des mappes cadastrales en 1/20000.
Le plan qui comporte l’habillage, les parcelles riveraines immatriculées ou non immatriculées (on
ajoute parfois les numéros des bornes pour les titres), ainsi que les détails levés sur terrain.

13
ITSGRT

Plan coté
Définition
Le plan côté est un document qui permet de représenter l’allure du terrain et tout détail
susceptible d’aider l’usager à s’orienter, c’est un document de base utile comme un appui à
l’architecte, à l’ingénieur, au technicien pour concevoir l’étude de projets tels que l’irrigation,
l’assainissement, la voirie, tout travaux d’ouvrage en génie civil ….
Autrement dit, c’est un plan horizontal, sur lequel figure les points remarquables de la surface
terrestre avec indication de leur altitude et leurs côtes (courbes de niveaux).
 Phase de consultation :
Consiste à consulter le plan et le calcul de contenance. Ainsi que tous les éléments
nécessaires de rattachement.
 Phase terrain :
Pour commencer on cherche les points de rattachement. Une fois trouvés on stationne le
premier point connu et on vise la référence connue aussi en X, Y, Z, on lève le maximum de points en
notant la lecture, la distance ainsi que la dénivelée qui est la différence entre hauteur de la station et
celle du point visé sachant que la hauteur de l’appareil doit être la même que celle de la canne pour
avoir la dénivelée réelle.
Le porte mire se déplace tous les vingt mètres ainsi qu’aux tous les points remarquables du
terrain : axe des pistes, les poteaux électriques, coins des murs, les trottoirs…etc.
 Phase bureau :
Au bureau on vide l’appareil sous logiciel Covadis puis on passe pour établir les plans cotés suivant
ces étapes :
COVADIS 2D → Points topographiques → Chargement de semis :
COVADIS 3D → Calcul de M.N.T → Calcul et dessin de M.N.T (sélection manuelle) sélectionner le
contour de M.N.T à calculer → cliquer sur Calculer.
COVADIS 3D → Courbe de niveau → Automatique/ M.N.T →fixer le nombre des pas entre les courbes
à dessiner après de choisir leurs ordre (selon l’allure du terrain), visualiser une fois que les courbes
sont bien réparti sur le terrain → cliquer sur OK.
En fin on lui ajoute le carroyage, la flèche NORD et la cartouche ainsi que la situation de l’affaire.

14
ITSGRT

Chapitre 2 : L’immatriculation foncière d’ensemble

Définition
L’immatriculation foncière d’ensemble est une procédure spéciale d’immatriculation prévue par le
dahir du 25 juillet 1969 relatif à
l’immatriculation d’ensemble des
propriétés rurales. Elle est
facultative et gratuite sauf en cas
d’oppositions. Autrement dit
L’immatriculation foncière
d’ensemble est une opération qui
transforme un ensemble de
propriétés non immatriculées du
système traditionnel (Melk) au
système des livres fonciers (Titre
foncier)
Elle présente une solution efficace
par rapport à la procédure
ordinaire de l’immatriculation
caractérisée par ses détails très
longs et son prix de revient
relativement élevé.
C’est une affaire qui vise l’immatriculation des propriétés dans des zones situées dans le territoire
d’une commune rurale afin d’obtenir un dossier technique de chaque parcelle enquêté.

 Procédure d’IFE

Choix du secteur : la zone intéressée par l’Ife doit être une Zone agricole à faible taux
d’immatriculation d’une superficie d’au moins 3000ha.

Consultation au niveau du cadastre :


Tout d’abord, L’IGT est tenu de consulter:
-Les photos aériennes.
-La délimitation de la zone IFE (DXF).
-Listes des coordonnées des points topographiques
de triangulation (réseau géodésique) existant dans
la zone IFE.
-Fichier DAT des propriétés immatriculé ou en cours
d’immatriculation existant dans la zone IFE.
- les titres fonciers et réquisitions existantes à
l’intérieur de la zone.
- Les tirages des mappes (repérage) au 1/20000.
-Tirages des plans des réquisitions et titres fonciers
et copies des listes de leurs coordonnées.
Confection de la photomosaïque :
Cette étape a pour but de fusionner les photos de la
prise de vue aérienne pour former une seule photo
en couleur à l’échelle 1/20000 ou 1/10000, cette
photo est assimilée à une carte provisoire pour le commencement des travaux de l’enquête
parcellaire.

15
ITSGRT

Cette photo mosaïque comporte : La limite de la zone IFE, Les limites des sous-zones, Les limites des
douars, Les limites des titres et réquisitions existant dans la zone IFE, Découpage des mappes
cadastrales.
Réalisation des Photos agrandies :

A partir de la photo mosaïque, l’IGT est censé réaliser des photos agrandies en couleur à l’échelle
1/2000 et cela en suivant le découpage en vigueur des mappes cadastrales.

Densification du réseau géodésique :

La densification de réseau géodésique permet la création d’un canevas couvrant la totalité de


la zone de projet en se basant sur les points
existants pour le rattachement.
la densification cadastrale doit être effectuée à
la base d'un minimum de 3 points anciens
stables et homogènes. Ce nombre de points
pourra augmenter selon l’importance du projet.
La phase de reconnaissance programmée par le
géomètre doit renseigner sur leur existence
effective sur le terrain et leur stabilité. Cette
stabilité est censée être vérifiée à travers des
séances d'observations effectuées sur le terrain.
Elle est matérialisée par une triangulation, alors
le géomètre constitue des figures fermées,
triangles, de manière à contrôler la fermeture des boucles.
Le choix des points nouveaux tiendra compte de la position des points anciens les plus proches qui
entourent le site de travail pour assurer une bonne homogénéité.

16
ITSGRT
Le type de matérialisation des points est exigé par le service du cadastre. Les bornes doivent être
solides sur un terrain dégagé, stable qui permet une longue conservation, facile pour l’accès au bord
de la route par exemple. Et Aussi permet un stationnement facile et précis.
Reconnaissance parcellaire, pose des bornes et Levé des parcelles
 Reconnaissance parcellaire
L’équipe de la reconnaissance parcellaire se compose de trois personnes, (un géomètre pour
délimiter les parcelles, les numéroter, les tracer sur les photos agrandies, remplir les fiches délivrées
aux propriétaires, et repérer l’emplacement des bornes, un aide-topographe pour lever les parcelles,
une troisième personne pour planter les bornes dont les emplacements sont marqués sur terrain) en
présence des propriétaires ou de leurs représentants ainsi que du représentant de l’autorité locale.
La reconnaissance parcellaire consiste à déterminer les limites, la situation, la consistance, les droits
réels et le propriétaire ou les propriétaires de chaque parcelle.
 Pose des bornes
Le choix de l’emplacement des bornes et leurs plantations par les ouvriers, s’effectue suivant les
indications des propriétaires présents et l’assistance.

 Levé des parcelles


Le levé est effectué par GPS en mode PPK (stop and GO). Il est
fait ainsi pour les bornes des propriétés, les bornes des
propriétés déjà immatriculées, les charges foncières ainsi que
tous les détails afin d’éviter des rejets tardifs lors du contrôle
des dossiers techniques.

Enquête parcellaire :
Après l’achèvement de la reconnaissance
parcellaire relative à un douar, l’enquête
parcellaire s’effectuera à la date et lieux fixés en
présence des propriétaires apparents ou de leurs
représentants, des riverains et de toute personne
intéressée par cette enquête, ainsi, du
représentant de l’autorité locale.
Documents utilisés :
Les photos aériennes : Sont des documents en
papier servent à localiser les parcelles
Non immatriculées, ce qui facilite la tâche de la reconnaissance sur terrain et informe sur le

17
ITSGRT
Nombre de bornes pour chaque parcelle et aussi sur les bornes communes.
Le carnet parcellaire (ZN1) :
Le carnet parcellaire est un document de plusieurs feuilles identiques à la fiche de
reconnaissance parcellaire. Il comporte les mêmes informations des fiches délivrées aux
Propriétaires. Il sert à établir l’état parcellaire et à veiller sur l’avancement de l’enquête
parcellaire.
Le carnet d’opposition (ZN3) :
Le carnet d’opposition est un document de plusieurs feuilles identiques à la fiche
d’opposition. Il comporte les informations sur les oppositions. Si le carnet est plein, les
oppositions sont continuées dans un autre carnet portant le numéro 2 (comme dans le cas du carnet
parcellaire).

Réalisation des Plans cadastraux :


Chaque parcelle doit avoir un plan cadastral, les plans doivent être établis à une échelle
convenable, en fonction de la superficie et de la forme de la propriété il doit mentionne: La situation
exacte de la propriété,Les largeurs des voies et leurs destinations,le numéro de la parcelle, le nom du
secteur et sous-secteurs, le nom des riverains, Les détails planimétriques et les droits et charges
grevant la propriété.
Le livrable :
Chaque mois les documents à livrer au service du Cadastre après achèvement des travaux d’un sous-
secteur sont :
o Le dossier de levé
o L’état parcellaire
o Le répertoire des coordonnées/ parcelles
o Tableau de contenance par sous-secteur
o Un sous dossier par parcelle (avant enrôlement) contenant :
 Le calcul de contenance
 Tirage de plan
 Photo A4 agrandie
 Les carnets de reconnaissance parcellaire ZN1, ZN3
L’enquête juridique
L’enquête juridique a pour objectif la clarification de la situation juridique des propriétés à
Immatriculer dans la zone IFE. C’est une étape effectuée par les agents de la conservation
Foncière.
Le bornage
La conservation foncière envoie les convocations pour l’opération de bornage pour les
intervenants.A ce stade un programme de bornage est établi au moins un mois avant la date fixée
pour le commencement des opérations de bornage. L’avis de bornage fait l’objet d’un affichage dans
les locaux du tribunal, caïdat et de la conservation foncière.
Le borneur doit arriver à l’heure prévue sur les lieux munis des plans parcellaires portant les
limites du douar à borner, le plan et le P.V de chaque parcelle, l’agent borneur doit parcourir
chaque parcelle en vue d’un contrôle définitif avant immatriculation, Le Borneur procède à
une vérification des limites et confrontation des plans de chaque parcelle, avec l’état
parcellaire et plan parcellaires Préétablis.
Immatriculation :
Le Conservateur procède à l'immatriculation et à l’établissement du titre foncier, après s’être
assuré de l’accomplissement de toutes les formalités prévues par la loi, de la régularité de la
demande, que les documents produits sont suffisants et qu’aucune opposition n’a été
formulée.

18
ITSGRT

Remarque :
Comme nous l'avons vu précédemment, la procédure de l'IFE demande beaucoup d'efforts soit par
l'équipe de terrain ou bureau et pour cela le groupement BETI a développé au collaboration avec des
informaticiens une application qui s'appelle IFE Collect installé sur des tablettes qui permet de
simplifier toutes les taches de la reconnaissance parcellaire et l’enquête parcellaire, il permet La
collecte des données terrains sur un fond d'image satellitaire Géo-référencer (Parcelles,
Construction, Détails naturels…) en inscrivant les noms des propriétaires ou de leur représentants
ainsi que les noms des riverains et tous les informations nécessaire.il permet aussi la génération
automatisée des différentes pièces techniques et juridiques de chaque parcelle conformément aux
normes et instructions cadastrales(PV de Bornage ; Photo agrandie (A4) ;Plan individuel ; Calcul de
Contenance ;Plan Parcellaire ; Tableau A ;Etat Parcellaire…). Ils n'ont pas encore commencé à
travailler dessus, il est donc encore au stade expérimentale.

19
ITSGRT

Chapitre 3 : la lasergrammetrie

 INTRODUCTION
Ces dernières années, les techniques de mesure topographiques ont connu une évolution qui a
permis de faciliter et automatiser l’acquisition des données au niveau du terrain. En effet, le Scanner
laser, statique ou mobile, présente de nombreux avantages (capture complète et rapide, plus de
précision topographique…) par rapport aux moyens conventionnels de collecte des données. Le
Scanner laser est un instrument qui mesure des points 3D (XYZ) sur une zone d'un objet de manière
automatique. Il en résulte un nuage de points 3D. Ce dernier est un ensemble de points 3D
représentant la surface relevée par l’instrument employé (scanner laser). Ainsi, le nuage de points 3D
peut être directement exploitable dans les différents logiciels de post traitement. Cette technologie
très prometteuse pour la topographie est déjà très utilisée dans le domaine industriel notamment en
rétro-ingénierie pour modéliser des pièces existantes. On peut distinguer deux types de balayage
laser : d’une part, le balayage laser statique à partir d’une position fixe qui permet d’obtenir une
précision et une densité de points maximale et d’autre part, le balayage laser dynamique pour lequel
les scanners sont en mouvement durant la mesure. Les scanners laser dynamiques sont utilisés sur
des véhicules de cartographie mobile, sur des avions ou sur des drones.
La lasergrammétrie : est une technologie qui utilise les propriétés d’une lumière laser renvoyée vers
son émetteur. Le levé laser est aussi connu sous le nom de « lidar », qui est l’acronyme de
l’expression « Light Detection and Ranging ». Les relevés laser permettent d’obtenir en temps réel un
nuage de points en 3D de l’objet mesuré. Chaque point scanné est immédiatement connu en
coordonnées relatives.
Classification :
 Lasergrammétrie statique :
La lasergrammétrie statique permet de réaliser un balayage laser statique à partir d'une
position fixe, ce qui permet d'obtenir une précision grâce à sa densité de points maximale. Les
scanners laser 3D en station fixe doivent, comme leur nom l’indique, rester immobiles au moment de
la capture. Couramment, un trépied sera utilisé comme support, toutefois certaines configurations
peuvent amener à utiliser d’autres types de supports. Lorsqu’une visibilité plus longue est souhaitée,
tout en en restant dans la limite des capacités du scanner qui varie selon le modèle.

20
ITSGRT

 Lasergrammétrie mobile
Le Mobile Mapping est un système de collecte des données contenant les différentes méthodes
de capture simultanément et en mouvement. Il est défini aussi par un système de cartographie
mobile. Le MMS permet de procéder à des mesures et à des inspections de précision, à une vitesse
adaptée à celle du trafic quotidien. Ainsi, les autres usagers de la route ne sont pas gênés et il est
possible d’éviter les fermetures de voies et les embouteillages qui les accompagnent. Au cours d’une
journée d’acquisition, il est possible de collecter les données de plusieurs dizaines de kilomètres sur
terrain.

Exemples du Mobile Mapping System ( groupement BETI)

 Composition du Mobile Mapping


o Une voiture robuste : L’appareil de cartographie dynamique est installé sur ce véhicule.
Capteurs de position : 2 capteurs GNSS, un situé à l'arrière permet de déterminer la
position (X,Y) et le deuxième situé devant sert à déterminer les azimuts, et un capteur de roue (DMI)
permettant de mesurer la distance parcourue.
o Caméra 360° : La caméra 360° prend des photos panoramiques géoréférenciées de type
. La distance entre ces deux photos panoramiques peut être réglée. Une photo est généralement
prise tous les cinq mètres sur le trajet.Les images à 360° sont utiles pour visualiser le trajet et
retrouver et mesurer rapidement des objets.
o 2 Scanners lidar : Chaque scanner envoie 500.000 impulsions par seconde et a une portée
allant jusqu’à 250 m. Les données sont converties en un nuage de points 3D précis offrant une
densité de points élevée.
Précision

21
ITSGRT

Le nuage de points 3D du système de cartographie mobile offre une précision de 1-2 cm. La
position absolue du nuage de points est supérieure à 5 cm lorsque la réception GNSS est bonne.

22
ITSGRT

 ETUDE EXPERIMENTALE

Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode statique.

Présentation du matériel
Le Trimble X7 Scanner Laser 3D
Le Trimble X7 Scanner Laser 3D est le tout nouveau système de
numérisation 3D lancé par la marque Trimble. Son principe se
résume comme suit : Un rayon laser, projeté en direction d’une
surface, va mesurer la distance entre sa source lumineuse et la
surface. Le calcul de coordonnées de points observés se fait à
partir de la mesure de la distance et la direction d’émission du
rayon laser. Un balayage (scan) du laser suivant différentes
directions permet de mesurer un nombre important de points 3D
dans l’espace environnant.
Présentation du logiciel
AUTODESK RECAP
permet aux utilisateurs de traiter et de gérer les données
numérisées de manière efficace et conviviale à l’aide du recalage
sur site en temps réel, de la reconnaissance automatique des
objets, du recalage et du positionnement des scans. Il permet
aussi de générer des données couleur de haute qualité de
manière simple et rapide en intégrant des images avec
positionnement automatique des scans grâce à une numérisation
3D avec ou sans cibles

Planification du levé par scanner statique


C’est l’étape préalable à tout levé, elle consiste en un choix préalable des stations de scan. Ce choix
doit être bien optimisé afin de lever un maximum de détails tout en minimisant le nombre de
stations.

Acquisition par scanner laser statique


(Trimble X7)
Notre levé a duré 16 min. Notre bureau
(INGETOP) a été relevé en 10 stations du
scanner laser terrestre Trimble X7,
chaque station a duré 1 min et 34
second. La première opération consiste à
la mise en station du scanner au niveau
des points (les 10 stations). Après le
démarrage du scanner, à l’aide d’une
tablette nous avons ouvrir le logiciel
timble perspective et créer un nouveau
projet. Une fois l’étape de paramétrage prend
fin, le scanner Trimble X7 commence le
scannage et la prise des photos.
NB : il est nécessaire de lier entre les stations
pour caler le dessin.

23
ITSGRT

Post-traitement du nuage de points


Après l’acquisition des données, le Post-traitement du nuage de points obtenu s’impose. En effet le Post-
traitement suit un enchainement de plusieurs étapes qui se résument dans l’organigramme suivant :
-Transfert des données
-Importation des donnés lever sur terrain pour commencer le traitement
- L’étape du nettoyage qui consiste à éliminer les points indésirables : nous avons procédé au
nettoyage du nuage de tout bruit et données indésirables tout en utilisant une multitude d’outils offerts
par le logiciel AUTODESK RECAP. Pour notre cas, nous avons utilisé la méthode manuelle, qui
consiste à la sélection des éléments indésirables à l’extérieur d’un polygone et par la suite les
supprimés

24
ITSGRT

Visualisation des données sur autocad 2021 et le dessin du plan

25
ITSGRT

Processus d’exécution du levé par Lasergrammétrie en mode mobile

Présentation des logiciels et du matériel utilisés


Présentation du matériel (MX2 Trimble)
Le MX2 de Trimble est un système d'imagerie spatiale installé sur véhicule qui combine mesures
haute résolution par scanner et positionnement précis pour collecter des nuages de points
géoréférenciés dans le cadre d'applications variées. Ce système à deux têtes contient un GNSS
Trimble et un module de géoréférencement inertiel (IMU) qui assurent la précision du
positionnement.

MX2 Trimble (groupement BETI)

Présentation des logiciels :


Fourni avec 4 logiciels Trident de Trimble pour l'enregistrement, l'extraction et l'analyse de
données, LV-POSView pour les données GNSS, Trident Capture réservé pour les photos et les nuages
de points et POSPac qui est un logiciel de Post-traitement.
Sur terrain, pour la capture, trois logiciels sur le laptot seront utilisés :
- LV-POSView, pour la communication avec le MX2, c’est le logiciel qui concerne les différentes
informations GNSS.

26
ITSGRT
Trident Capture, pour la communication avec la caméra et le contrôle de la mission.

LadybugCapPro, utilisé pour le contrôle et les réglages de la Caméra

Les logiciels de Post-traitement


Pour le travail au bureau, deux logiciels sont indispensables : POSPac MMS et Trident Imaging
Hub

27
ITSGRT

POSPac MMS : c’est un logiciel de


traitement des données GNSS,
permettant de faire des corrections des
trajectoires, afin d’avoir un nuage de
points avec des coordonnées plus
précises.

Trident Imaging Hub : il s’agit d’un logiciel exploité au niveau de la


technique du Mobile Mapping System (MMS), qui consiste à
extraire des objets à partir d’un nuage de points. L’interface Trident
est conçue pour le positionnement robuste des objets, la mesure, la
classification des nuages de points et la création des couches de
données.

Planification du levé par Mobile Mapping System


La planification d’une mission de collecte de données par le système mobile MX2 est nécessaire
pour la réussite du travail. Il faut prendre en compte plusieurs contraintes qui peuvent gêner le bon
déroulement de la mission. Les contraintes à considérer sont :
 La localisation d’une zone dégagée et peu éloignée du trajet d’intérêt
pour procéder à l’initialisation du système au début et à la finalisation
de la mission.
 L’existence de zones dégagées des obstructions sur le trajet d’intérêt.
Ces zones sont exploitées en cas de coupures de signal pour le
récupérer.
 L’existence d’un ou de plusieurs points connus pour y stationner les
récepteurs GPS durant la mission, qui jouent le rôle des points de base
lors du Post-traitement.

Post traitement des nuages de points au bureau

Pendant ce Post-traitement nous avons suivi les étapes suivantes :


 Ouverture de la base de données sur POSPAC.

28
ITSGRT

Ouverture de la base de données sur Pospac

29
ITSGRT

 Importer les données de la base GPS

 Cliquer sur GNSS inertial processor pour calculer la position de chaque point du trajet

 Le Post-traitement s’est réalisé sur le logiciel Trident Imaging Hub, qui exploite le fichier
sbet.out (résultat de POSPac MMS) afin de donner les bonnes coordonnées du nuage de
points.

30
ITSGRT

 Chargement des photos et des nuages de points

 Visualisation du nuage de points acquis par le MMS

Photo prise par MX2

31
ITSGRT

Remarque :
La lasergrammétrie statique est beaucoup exploitée dans les projets d’investissement moyen et
qui nécessitent plus de détails (patrimoine, décoration…). Tandis que le Mobile Mapping est réservé
pour les projets de grande envergure tels que les boulevards, les autoroutes…

Conclusion :

Grâce au scanner laser 3D (fixe), il est devenu possible de réaliser des relevés 3D de haute précision.
Il est important de noter que le scanner laser 3D est un appareil de numérisation et d’acquisition
tridimensionnelle de haute précision. Les risques d’erreur demeurent faibles par rapport à une
approche manuelle traditionnelle. La lasergrammétrie est donc une méthode révolutionnaire
permettant de mener à bien toute sorte de projets de construction. En ce qui concerne la technique
du Mobile Mapping System, l’un de ses avantages est la combinaison de deux opérations, la
première correspond à la capture des données calibrées aves des images, et la deuxième concerne
les nuages de points, assurant ainsi qu’aucun objet n’a été oublié pendant l’acquisition. Capturer une
vue complète de 360° et une acquisition LIDAR en même temps permet d'éviter un oubli et des
retours sur site.

32
ITSGRT

Conclusion générale

Les stages qu’on a effectué avec le secteur privée est une étape très importante pour s’intégrer dans le
milieu professionnel et toucher de près le côté technique des différents travaux effectués au sein des
entreprises.

Personnellement ces stage ont été très intéressant et profitable, car il m’a permet de connaitre et de
découvrir de proche la réalité pratique de différents travaux sans nier d’avoir apprendre des nouvelles
techniques de travail par TOPOGEN et autocad.

D’ailleurs pendant ces stages j’ai essayé de voir le maximum des travaux réaliser par un topographe soit
au niveau des travaux cadastrale comme MAJ, loutissement, morcellement, copropriete,fusion. Que j’ai
déjà eu la chance de les contrôler au cadastre durant le premier stage qui a été effectué au niveau de
l’ANCFCC.

j'ai aussi eu la chance de voir des procédures spéciale comme la procédure de l’immatriculation foncière
d’ensemble, sans oublie les travaux topographique comme les plans coté, plan de situation,
rétablissement de bornes, implantation…

En effet, j’avais connu tous les opérations de levé par station total, par GPS (mode RTK, PPK) et par des
technologie Sophistiqué comme le scanner laser et le drone.

En plus ces stage m’a présenté les différentes difficultés qu’un technicien peut rencontrer dans sa vie
autant que fonctionnaire, pour cela un topographe doit être sérieux et responsable. Car il joue un rôle
très importante et très précise dans plusieurs domaines.

En fin, je vais remercier tous les responsables de l’institut des techniciens spécialisé en génie rural et
topographie qui m’a donné l’opportunité de faires ces stages qui nous ont donné l’envie encore plus
dans le domaine de la topographie.

33

Vous aimerez peut-être aussi