Vous êtes sur la page 1sur 123

COURS D’AGRICULTURE :

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS


&
TECHNIQUES DE PRODUCTION

Octobre 2001

Hamma YACOUBA
i

TABLES DES MATIERES

PREMIERE PARTIE . TRAVAIL DU SOL. SEMIS ET CONTRÔLE DES MAUVAISES HERBES ...............1

INTFlODUCTJON ................................................................................................................................................... 2

CHAPITRE 1 : METHODES POUR RAISONNER GLOBALE-MENT LE PROBLEME DE LA MISE EN


PLACE D ‘UNE CULTURE ........................................................................................................... 4

INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 4
1 . 1. ATTITUDE DES AGRICULïEURS .................. ............................................................................................. 4
1.2.ATTITUDE DES AGRONOMES ET DES AGRICULTEURS QUI VEULENT PROGRESSER ......................................... 4
1.2.1. Que l’on dispose d’outils méthodologiqces .................... ............................................................... 4
1.2.2. Que l’on sache quel état est recherché ................................................................................................ 5
1.2.3. Que l’on sache comment on peut obtenir ces états idéaux .................................................................. 6
1.2.4. On doit également connaître les principaux phénomènes de l’évolution de la structure du sol et des
conditions physiques sans cultures ....................................................................................................... 6
CHAPITRE 2 : TRAVAIL DU SOL ...................................................................................................................... 8

..................................................................................................................................................
2.1. DEFINITION 8
DU TRAVAIL DIJ SOI,................................................................................................. 8
2.2. OBJECTIFS GENERAUX
2.2.1. Permettre une bonne germination et une bonne levée des plantules ................................................... 8
2.2.2. Permettre une bonne croissance du système racinaire ........................................................................ 8
2.2.3. Détruire les mauvaises herbes ............................................................................................................ 9
2.2.4.Mettre les éléments nutritifs à la disposition des plantes et répartir la matière organique ..................9
2.2.5. Mettre les graines dans le profil : semer ........................................................................................... 10
2.2.6. Modifier la dynamique et le bilan de l’eau ....................................................................................... 10
2.2.6.1.Economie de l’eau .......................................................................................................................
2.2.6.2.Evacuation de l’excès d’eau ........................................................................................................................... 11
2.2.7. Maintien de la fertilité et préparation des opérations ultérieures ...................................................... 11
2.2.8. Conclusion ........................................................................................................................................ 12
2.3. EVOLIJTION DE LA STRUCTIJKE ET DES CONDITJONS PHYSIQUES SOUS L’EFFET DES AGENTS NATURELS ET
DES OIITILS ............................................................................................................................................... 12
2.3.1. Dkfinition d’un état de référence ...................................................................................................... 12
2.3.2. Evolution de la structure sous l’effet des agents naturels ................................................................. 13
2.3.3. Dégradation de l’état structural ......................................................................................................... 13
2.3.4. Evolution de la structure du sol sous l’effet des outils de travail du sol ........................................... 17
2.3. LI3 OUTILS, LEURS CARACTERISTIQUES ET LEUR POSSIBILl’ïE DE REGLACE ............................................... 17
2.4.1. Classement des outils ........................................................................................................................ 17
2.4.2. Sous-soleuses :....................................... ................................................................................. 18
2.4.3. Caractéristiques des travaux profonds ... ................................................................................. 19
11

2.4.4. Description des labours ..................................................................................................................... 19


2.4.5. Le Chisel ........................................................................................................................................... 22
2.4.6. Araire et petite chamie ..................................................................................................................... 22

2.4.7. Les instruments de reprises superficielles .................................................................................... 23


2.5. CONCLUSION.............................................................................................................................................. 23
CHAPITRE 3 : LE SEMIS ................................................................................................................................... 25

3.1. INTKOL)UCTION .......................................................................................................................................... 25


3.2. SENIENCES .................................................................................................................................................. 2.5
3.2.1. Définition :........................................................................................................................................ 25
3.2.2. Les conditions de conservation ......................................................................................................... 26
3.2.3. Les critères technologiques relatives à la pureté des semences ........................................................ 26
3.2.3.1. 1der:iitéde la Semence : .................................................................................................................................. 26
3.2.3.3. La facu!té germination : ............................................................................ 27
TECHNIQUES RELATIVES AU SEMIS ...........................................................................................
3.3. DECISIONS 27
3 3.1. L’état du lit de Semence .................................................................................................................... 27
3.3.2. Contrôle de la profondeur de semis .................................................................................................. 28
3.3.3. Date et doses (ou densité) de semis .................................................................................................. 29
a). Date de semis ........................................ ......................................................... 29
b) . Doses et densité de semis...................... ....................... .....................................................
CONCLUSION...................................................................................................................................................... 33

CHAPITRE 4 : CONTROLE DES MAUVAISES HERBES ............................................................................... 34

................................................
4.i. INTRODUCTION .................................................................................... 34
4.2, PROBI. EM.4.rIQUE DU DESHERBAGE ............................................................................................................ 34
4.2.1. Aspect économique ........................................................................................................................... 34
4.2.2. Importance des pertes de rendement.. ............................................................................................... 34
4.2.2.1.Pertes en quantité : effets directs : ..................... ................................ 35
4.2.2.2. Pertes en qualité : effets indirects :.................... .................................. 35
4.2.3. Quand faut-il désherber?.................................................................................................................. 35
4.2.3.1. Géneralités :......... ................................ ...............................
4.2.3.2.La décision de désherber . ..................................... ........................................
4.2.3.3. La pratique du désherbage .......... ................. ...................................................... 36
DE LUTTE .....................
4.3. MOYENS ................................................................................. 36
4.3.1. Désh~erbagepar les techniques .......................................................................................................... 36
4.3.1. 1. Préparation du sol avant semis . ............................ ................................... 36
4.3.1.2.La destruction mécanique (ou manuelle) en cours de culture .... ................................... 37
4.3.2. TECHNIQUE
DE DESHERBAGE CHIMIQUE ..................................................................................... 37
4.3.2.1.Les possibilités et les contraintes du désherbage chimique ................................. 38
4.3.2.2.Modes d’action de herbicides ..................... ...................................... 38
a) . La pénétration : ................. ........................... ............................. ....................... 38
b) . Les époques de traitement ................................. 39
...
111

4.3.2.3. Les produits utilisés :...................................................................................................................................... 39


4.3.2.4.Formes des herbicides .................... 40
...................................... 40
DEUXIEME PARTIE : LA F
CHAPITRE 5 : NOTIONS DE FERTILITE D’UN SOL .........

5.1. bITRODUCTION .......................................................... ...................................................................... .43


5.2. L.4FERTILiTE : VALEUR FONCIERE NATURELLE, OU VALEUR ACQ PAR LES TECHNIQUES DE CULTURE ?
........ ......................................................................... .............................. 43
5.2.1. La fertilité : conjugaison de facteurs fonciers et de facteurs techniques ........................................... 43
5 2 .I . 1. Ceux que la nature impose à l’agriculteur : Facteurs fonciers
5.1.1.2.Ceux que I’agriculteur peut modifier facilement et rapidement par la technique agricole : Facteurs techniques
...................................................................................................
5 2 . 2 . La recherche d’une définition de la fertilité du sol .......................................................................... .44
5.3. L.AFERTILISATII)~’!OU AME1,IORATION DE LA i;ERTILI’rE ............................................................................. 45
5.J. 1. Généralit& ............................................................ .................................................................. 45
5.3.2. Ordre d’intervention ....................................................................................................................... ..46
CHAPITRE 6 : LES AMENDEMENTS ............................................................................................................. .47

..........................................................................................................................................
6.1. INTRODUCTION 47
6.1. INTRODUCTION .......................................................................................................................................... 48
6.2.1. Les rôles de calcium .............................. ........................................................................ 48
0.2.2. Les causes du besoin en chaux ......................................................................................................... 48
6 . ?.3. Signes visibles montrant le manque de calcium dans un sol ............................................................ 50
6.2.4. Utilisation des amendements calciques ............................................................................................ 51
6.2.4.1, Principaux amendements calcaires ....................................... ...............5 1
a). Les produits naturels ............................................................... ...................................... 5 1
b). Les chaux .............................. .............................................. ....................... 5 1
c). Autres sources de calcaires ............................................. ...............51
O 2.4.2.Pratique de la récalcification ............... ............................................................................... 52
a) La dose à apporter........................... ...................................................................
b). Le choix de l’amendement. ...................................................................
4.3. L,’ENTREIIEN HUMIQUE DU SOL ET LES AMENDEMENTS HUMIQUES............................................................ 53
6.3.1. Les rôles de I’humus ......................................................................................................................... 53
6.3.1.1. Action sur les propriétés physiques et chimiques du sol et sur l’activité bio ...................................... 5 5
a). Sur les propriétés physiques....... ...................................... 55
b). Sur les propriétés chimiques ........................................ ............................................................................ 5 5
c). Sur l’activité biologique.................... ...................................... 55
6 3.1.2. Rôle spécifique de I’humus et taux optimum.................. ................................................. 55
6.3.2. Le bilan humique ............................................................................................................................. .56
6.3.2.I . Evaluation des pertes........................ .................................................................... 56
6 3.1.2. Evaluation des restitutions........................................ ............................................................................. 5 8
...................................................
ent sont les variation deferii
b). Le taux d’humus d’un sol tend vers un équilibre ................................................
c). Trois conclusionspratigues sont à tirer de cette lenteur d’évolution du taux de
d). Le t a u d‘humus peut également baisser pour diverses raisons. parmi lesquelles ....................
iv

CHAPITRE 7 : ENGRAIS MINERAUX ........................................................................................................... .62

7.1. INTRODUCTION ................................................... ................................................................. .62


7.2. LES ENGRAIS ORGANIQUES ET MINERAUX.. ........ ..................................................................... .62
7.2.1, Classification des engrais ................................... ............... ............................................ ..63
7.2.1.1.Le nombre d’éléments fertilisants apportés ...........................
7.2.1.2.L’origine et la forme ......................................................................
7.3. LESENGRAIS SIMPLES.
7.3.1. Les engrais azotés ... ................................................................. .64
7.3.1.1. Les engrais azotés organiques ......................................................................... 64
7.3.12. Les engrais AMIQUES, UREIQUES et AMMONIACAUX ..............................................
7.3.1.3.Les engrais azotés NITRIQUES ......................................................................... 66
7.3.1.4.Les engrais zzotés AMMONIACO-NITRIQUES ......................................................................... 66
‘7.3.2. Les engrais phosphates ...................................................................................
........................ 68
7.4. L.ES ENGRAIS COMPOSES ....... ............................................................................................................. 70
7.4.1,Définition - Gén
7.4.2. Les binaires azotés et phosphatés (N-P) ................. .................................................................. 71
7.4.4. Les binaires phosphatés et potassiques (P-K) .... ....................................................................... 71
7.4.5. Les ternaires (N-P
CHAPITRE 8 : FERTILISATION MINERALE. ........................................................................................ 74

- GENERALITES
8.1, INTRODUCTION .......................... ............ ...................................... .74
8.2. QIJELLE QUAN FAUT-IL APPORTER ? ............... ............................................................ 74
8.3. POURQUOICHERCIIE-T-ON A ATTEINDRE UN CERTAIN NIVEAU DE RICHESSE DU SOL ? ............................... 76
DE REDRESSEMENT ......................................................................................................................
8.4, FUMURE 76
8.5. FUMURE D’ENIRETIEN ...................................... ................................................................................. 78
8.6,FERTILISATION AZOTEE................................. ......................................... ....................................... 81
8.6,I Dynamique de l’azote ...................................................................................................................... .8 1
8.6.!. i. Evolution de l’azote minéral au cours du cycle de la plante ........ ............................
8.6.1.2. Mouvement de l’azote lié à celui de l’eau
8.5.2. Les apports ............................. .......................................................................... ..82
8.6.2.1. Quantité à apporter ..............................................................
8.6.2.2. La ciose globale à appliquer ............ ................................................................................................. 83
rHOSPHO-POTASSIQUE .......................................................................................................
8.7. FERTILLSATION 84
CHAPITRE 9 : LES L,OIS THEORIQUES ET LES PRINCIPES D’UTILISATION DES ENGRAIS
MINERAUX ............................................................................................................................... .86

9.1. L6S LOIS THEORIQIJES DE LA FERTILISATlON.............................................................................................. 86


9.1.1. La loi du minimum ou des facteurs limitants .................................................................................... 86
a). Tous les facteurs de croissance peuvent se comporter en facteurs limitants ...................................................... 86
b). Les facteurs de croissance sont interdépendants ................................................................................................ 86
9.1.2. La loi des avances : les résidus de la récolte précédente constituent la première avance .................87
9.1.3. La loi des excédents de rendement moins que proportionnels .......................................................... 88
PRINClPES D’UTILISATION DES ENGRAIS MTNERAUX .................................................................
9.2. QUELQUES 89
'
1

DEUXIEME PARTKE : NOTIONSD'ELEVAGF.................................................................................................. 91


CHAPITRE 10. GENEKALITES SUR L'ELEVAGE .......................................................................................... 92

1O . 1 Définition .................................................................................................................................................... 92

10.2. Les trois pôles du sytème d'élevage ........................................................................................................... 92

10.2.1. L'éleveur et ses pratiques ......................................................................................................................... 92


10.2.2. L'animal ................................................................................................................. 93
102.2.1. Etude qualitative du troupeau ............................................................................................................. 93
a. Définitions .................................................................................................................... 93
b . Caractéristiques statiques ............................................................................................................................... 93

c . Caractéristiques dynamiques .......................................................................................................................... 95

10.2.3. Les ressolirces fouragères ......................................................................................................................... 97

lG2.3.1. Généralités .......................................................................................................................................... 97

1O . 2.3.2. Pâturages naturels ................................................................................................................................ 97

CHAPlTRE 11. DESCRIPTION DE L'ELEVAGE EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE ............. 101


11. 1. Les especes animales ............................................................................................................................... 101

11. 1 . 1. Bovins .................................................................................................................................................. 101

11 . 1.2. Ovins .................................................................................................................................................... 101

1i ..3.1 Caprins .................................................................................................................................................. 101

11.'!.4. Porcins .................................................................................................................................................. 101

11.'l.5. Volailles ................................................................................................................................................ 101

112 . Caractéristiques de l'élevage .................................................................................................................... 102

11-2.1. Elevage nomade .................................................................................................................................... 102

11.1.2. Elevage transhumant ............................................................................................................................ 102

11.2.3. Elevage sédentaire ................................................................................................................................ 102

11.2.4. Elevag-s de type industruel ............................................................................................................... 102

11.d !.S Embouche ............................................................................................................................................. 102

CH 4PITRE 12. HYDRAULIQUE PASTORALE .......................................................................................... 104

12.i . Introduction .............................................................................................................................................. 104

12.2. Besoins en eaux des animaux .................................................................................................................. 104

12.2.1. Pertes d'eau ........................................................................................................................................... 104

12.2.2. Apports d'eau ........................................................................................................................................ 104

122.3. Besoins en eau ..................................................................................................................................... 105

12.3. Rôle de l'hydraulique pastorale ............................................................................................................... 105


v1

12.3.1. Sur le plan social ................................................................................................................................... 105

12.3.2. Sur le plan alimentaire .......................................................................................................................... 105

12.3.3. Sur le plan sanitaire .............................................................................................................................. 106

12.3.4. Sur le plan économique ......................................................................................................................... 106

12.3.5. E!aboration d'un programme d'hydraulique pastorale .......................................................................... 105


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................................. 107

EXERCICES D'APPLICATION ........................................................................................................................ 108


PREMIERE PARTIE :
TRAVAIL DU SOL, SEMIS ET C O N T R ~ L E
DES MAUVAISES HERBES

1
INTRODUCTION

{{L’Affiquea à choisir entre développer coûte que coûte sa production, sous prétexte
que l’autosuffisance alimentaire n’a pas de prix ou au contraire adopter une stratégie mieux
orientée vers le marché et importer une grande partie de ses besoins de pays tiers ... En
s’abstenant de choisir clairement, nombre de pays africains, quarante ans après leur
indépendance, ont enregistré un déclin de leur agriculture . La production s’accroît de O à 1%
par an quand la population progresse en moyenne de 3 % l’an. La sécurité alimentaire se
fragilise, le nombre de variétés cultivées diminue, la dépendance vis-à-vis de l’alimentation
importée s’aggrave : le continent achetait à l’extérieur deux millions de tonnes de céréales sur
la période 1961-1965. En 1986, les commandes portaient sur plus de 8 millions de tonnes ».

<(La croissance urbaine semble laisser peu de temps à l’agriculture pour se moderniser
et répondre aux‘nouveaux besoins : alors qu’un agriculteur n’avait à nourrir en 1950 que 0,18
habitant non agricole, il devrait en supporter 1,21 en 2010, soit six fois plus ».

<( Plus que jamais pourtant, les africains ne doivent renoncer à une agriculture vivrière

dynamique, fondée sur des prix incitatifs pour le producteur, sur des aides aux achats
d’engrais, sur une intensification raisonnée des cultures, sur un resserrement des liens entre la
recherche et les groupements villageois. Que de chemin reste à parcourir ! Un paysan
d’Afrique utilise 10 kg d’éléments fertilisants par hectare, contre 210 kg pour son (( collègue D
européen. L’agriculture du continent restera précaire tant qu’elle n’assurera pas un revenu
stable et motivant. Sinon, 1’Afiique aura connu les pires affres de l’exode rural sans avoir tiré
ce qu’elle devait de sa terre. Cela s’appelle une impasse ».’

La première partie du cours (Agriculture Générale) nous a permis de définir un des


principaux milieux de la plante cultivée ou de la production agncole : le sol. Nous avons
défini ce milieu avec ses constituants organiques et minéraux, sa texture. Nous avons discuté
de ses caractéristiquesphysiques, physico-chimiques et hydrodynamiques.

Mais, ces propriétés et la richesse du sol ne sont pas inépuisables. Et pour aboutir à une
meilleure production agricole, nous devons sans cesse les améliorer. C’est là où commence le
véritable travail de l’agriculteur : la conduite pratique des sols de son exploitation dans le
double but de préserver et d’accroître sa fertilité.

Cette troisième partie du cours présente les principales techniques culturales qui ont
pour but de modifier le milieu pour le rendre plus favorable à la croissance et au
développement de la plante.

Modifier le milieu revient à :


1. la modification des facteurs du milieu, et
2. la modification des conditions du milieu.

En effet, chaque plante a des exigences et des tolérances propres. Augmenter les
rendements revient à satisfaire ces exigences pour mettre les plantes dans de bonnes
conditions de production.

-
’ Eric FOTTORINO. Jeune Afrique Economie no 137, Novembre 1990.

2
Par conséquent, les techniques peuvent être différentes, mais aboutir aux mêmes
résultats, c’est-à-dire a l’augmentation des rendements.

Le schéma suivant montre que la relation directe techniques culturales - rendement


n’existe pas et que tout passe par l’intermédiaire du milieu de vie de la plante :

f
Techniques culturales Rendement

L’agriculteur aura donc à se poser un certain nombre de questions. En effet, “toute


connaissance est une réponse à une question ; s’il n’y a pas de question, il ne peut y avoir de
connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit )) écrivait
BACHELARD. Quelles sont donc les questions que se pose l’agriculteur? On peut les
résumer ainsi :

1. Quels types de modification devrais-je apporter pour améliorer le milieu et obtenir


de meilleurs rendements ?

2. Comment hiérarchiser mes interventions pour les rendre plus efficaces et plus
efficientes ?

3. Comment apprécier la valeur de mes terres :

leurs qualités, leurs défauts, leurs réactions au climat, aux cultures et aux travaux
culturaux, et en définitive leur fertilité ?

4. Comment améliorer leur fertilité :

corriger leurs déficiences, rendre durables leurs qualités ?

Cette partie du cours essayera donc de répondre au mieux a toutes ces questions,
Nous terminerons, dans une troisième partie, par des notions d’élevage qui a n’en point
douter fait partie intégrante de l’agriculture.

3
CHAPITRE 1 :METHODES POUR RAISONNER GLOBALE-
MENT LE PROBLEME DE LA MISE EN
PLACE D’UNE CULTURE
INTRODUCTION

En général les agriculteurs savent souvent ce qu’ils veulent, mais de manière implicite
et par empirisme.

Les agronomes par contre doivent mettre au point des raisonnements explicites basés
sur des critères scientifiques et rationnels.

Dans le cas du travail du sol par exemple, le schéma de la figure 1 donne les différentes
relatioiis qu’il fait prendre en considération :

Lorsqu’on prépare un sol, on prend des décisions pour réaliser des objectifs très
ultérieurs, la réussite d’un peuplement par exemple. Et comme il est difficile à priori de
prévoir ce qui va se passer, deux attitudes sont possibles :

1.1. Attitude des amiculteurs

L’agriculteur travaille dans un système de routine, mais avec des normes. Ces normes
représentent en général ce qui marche bien dans la région dans le cadre des systèmes de
cultures pratiquées.

Ici, c’est donc l’expérience qui est valorisée. Mais, dans certains cas, cette expérience
constitue un obstacle au progrès technique.

1.2. ottitude des agronomes et des aririculteurs qui veulent propresser

Ils essaient de prévoir ce qui va se passer. Cela nécessite la prévision des états
intermédiaires. Et l’utilisation de cette démarche nécessite :

1.2.1. Que l’on dispose d’outils méthodologiques

Ce sont des outils de quantification des états successifs :

- Savoir décrire les états obtenus (lit de semence et profil) pour :


. mesurer les grandeurs physiques du profil
(densité apparente, humidité, etc.),
m pouvoir décrire sa structure,
calculer sa porosité,
pouvoir décrire la structure du peuplement végétal (disposition des racines, des
feuilles,. ..).

Ce qui suppose un vocabulaire et des moyens de mesure.

4
Composantes Rdt X P
du rendement

- Aiimentation
minérale de la
cuiture (Pl-P-K)
I - l I I -~imentation I

Eta ts successifs w ,t Etat des graines


t f Etat de croissance)
des racines
-- grosseur
sanitaire

concurrence
1
par les mauvaises

Etat du profil
Techniques EO
fa briqué
Culturales
Irrigation
Récol te f,,-Ef +---Ei

Figure 1 : Les différentes relations qu'il faut prendre en considération dans le cadre du
travail du sol.

Légende : Les différents états :

Ej : Les différents états success$s du sol (états physique, chimique et stock


des mauvaises herbes) entre le début de la campagne Guste avant le premier
travail du sol) et la récolte ;Es correspond Ù l'état du lit de semence.

1.2.2. QueJo-'n sache quel état est recherché

Pour chaqlie culture, dans les conditions de sol et de climat donnés ;


- quel est le rendement qu'on peut espérer obtenir ?
- quel état du lit de semence est-il idéal pour la germination et la levée ?
- quel est le peuplement qui permet la meilleure exploitation du milieu et le meilleur
rendement ?
- quel enracinement va assurer la nutrition hydrique et minérale idéale ?
- quel est le niveau maximum toléré pour les mauvaises herbes ?
- etc.
1.2.3. Que l’on sache comment on peut obtenir ces états idéaux

Et quelle est l’évolution ultérieure probable en fonction d’un climat moyen et à partir
d’un état initial Ei (schéma de la figure 1).

Toutes ces considérations nous ramènent en définitive à connaître I’action des outils sur
le sol en fonction des conditions d’utilisation. Il faut aussi être conscient du fait que les
agricu!teurs disposent des particularités limitées.

Exemple : la résistance au travail du sol ou la facilité de travail du sol.

La texture et l’état d’humidité d’un sol définissent 2 propriétés qui influent sur la
facilité ou la difficulté de travail du sol : la COHESION et 1’ADHERENCE (ou 1’Adhésivité).

- La COHESION : c’est le fait que les particules du sol soient liées entre elles. La
cohésion détermine la ténacité, la rksistance offerte par le sol à la pénétration des
outils.

Pour un même sol, la cohésion décroît avec l’humidité (figure 2). Pour différents
sols, cette propriété est liée à la teneur en argile du sol. Ainsi, plus le sol est riche en
argile, plus sa cohésion va être importante (cf. figure 2).

- L’ADHERENCE : c’est la faculté qu’a le sol de coller aux pièces travaillantes des
outils de travail du sol. Cette propriété augmente avec l’humidité du sol jusqu’à un
maximum au-delà duquel elle a tendance à diminuer (cf. figure 2). Cette propriété est
également liée à la nature du sol. (cf. figure 2). Ainsi par exemple :
les sols sableux sont peu cohérents et ont une adhérence faible ;
les sols argileux sont très cohérents et deviennent très adhérents lorsqu’ils sont
humides.

1.24. On doit également connaître les principaux phénomènes de l’évolution de la


structure du sol et des conditions physiques sans cultures.

Ceci est un grand problème, car on créé un état avant la culture qui ne sera pas celui du
mornerit de la levée et de la croissance des racines.

La connaissance du comportement des sols d’une région est importante. Ce qui explique
que le travail du sol reste encore une question d’expert.

6
Sol argileux Sol limoneux Ir Sol sableux
4 - _ - ~-

?
\

COHICSION I COaESION

l Humidit

I. Zone de rupture : fabricationde terre fine. Utilisation du CL ivateur, de la herse ou du


rouleau.
2 . L m e de labour moulé,
3. Zone dli gâchaze possible : charroi et roulage dangereux.

Zornrnentaires :

l n peut distinguer trois plages différentes :

1) la cohésion diminue pendant que l’adhérence augmente lorsque ’humidité augmente.


mais, au-delà d’une certaine limite le sol devient très plastique et non portant. Dans de
telles conditions, le tracteur patine et a du mal a avancer. Ce qui cause le gâchage de la
structure du sol : la densité augmente e la porosité diminue. Cette plage est d’autant plus
importante que le sol a une texture fine.

(2) Dans la gamme intermédiaire, on aboutit à un sol assez émietté et assez ameubli. C’est la
gamme favorable ou intervalle de travail du sol.

(3) Dans la gamme inférieure d’humidité, on travaille dans les conditions sèches. On forme
de grosses mottes qu’il est difficile d’affiner. En plus de ces conditions, il faut une
puissarice et une force de traction élevées.

Figure 2 : Représentation de la cohésion et de l’adhésivité en fonction de l’état d’humidité


pour 3 types de sol (d’après HENIN, 1970, cité par SOLTNER, 1990).

7
CHAPITRE 2 : TRAVAIL DU SOL
2.1. Définition

Le travail du sol est une opération basée sur l’utilisation d’outils spécifiques pour
remanier un certain volume de sol (la profondeur travaillée détermine le type de travail
réalisé).

Le but final étant l’optimisation des conditions de germination des graines, de


l’émergence des plantules, de croissance et de fonctionnement du système racinaire de la
plante cultivée grâce à l’amélioration des conditions physiques, chimiques et biologiques du
sol et à la destruction des mauvaises herbes.

2.2. Obiectifs Généraux du travail du sol

La structure et la porosité du sol évoluent dans le temps (cf. Cours d’Agriculture


Générale). Cette évolution a le plus souvent lieu dans le sens de la dégradation et, si les
amendements calciques et organiques ont un effet bénéfique sur la stabilité structurale (voir
chapitre 6), ils ne permettent pas, dans la plupart des cas, de maintenir une porosité suffisante
pour une bonne germination et un bon enracinement de la plante: le travail du sol est
indispensable pour créer un milieu favorable.

2.2.1. Permettre une bonne germination et une bonne levée des plantules

Ce qui revient à rassembler dans la mesure du possible les conditions optimales pour les
deux phases :

- Germination :

.
I
eau (humidité),
aération,
température (chaleur)
le contact entre le sol et la semence.

Remarque :pour que I ’eaupuisse circuler, il faut qu ’ily ait une différence de potentiel entre
la graine et le sol.

- Levée:
.. sans obstacle mécanique (cas de croûte de battance ou de grosses mottes),
lit de semence suffisamment tassé (support pour la jeune racine dans le sol,
assurer la circulation de l’eau).

2.2.2. Permettre une bonne croissance du système racinaire


- En densité, surtout pour l’absorption du phosphore et du potassium qui sont des
éléments peu mobiles dans le sol, et

- En profondeur, surtout pour l’eau et l’azote.

8
Pour la croissance racinaire, il y a une taille minimale des pores du sol pour que la
coiffe de la racine puisse pénétrer dans le sol. Cette taille minimale varie selon les espèces
végétales.

Beaucoup d’études ont montré que les exigences en taille des pores sont moins strictes
lorsque le sol est plastique, car la racine peut agrandir la taille d’un pore s’il n’est pas trop
rigide.

Cette aptitude est appelée pouvoir de pénétration et elle est également variable selon les
espèces. En effet, plus le diamètre de la coiffe de la racine est grand, plus la pénétration va
être difficile.

Les obstacles qui peuvent bloquer la croissance des racines peuvent être physiques.

Exemples :

- Cas d’un fond de labour lissé,


- Cas d’un horizon très compact où la taille des pores estfaible.

Il peut aussi avoir des obstacles chimiques.

Exemples :

- nappe d’eau créant des conditions asphyxiantes (grave surtout pour les plantes à
enracinement pivotant, les arbres fruitiers par exemple),
- nappe d’eau salée,.
- Gley (mutières organiques + conditions anaérobies)

2.2.3.Détruire les mauvaises herbes

Le travail du sol permet de lutter efficacement contre les mauvaises herbes, par
l’enfouissement, le hersage des plantules en germination, ou le griffage des plantes à rhizome.
11 permet également de détruire de nombreux parasites dont il expose les œufs, les larves ou
les spores aux actions du climat.

Cela se fait au travers des deux techniques suivantes qui seront développées dans le
chapitre 5 de ce cours :
- lutte par les techniques de travail du sol appelée lutte mécanique, et
- lutte par les produits chimiques appelée lutte chimique.
2.2.4. Mettre les éléments nutritifs à la disposition des plantes et répartir la matière
organique

On peut retenir que dans ce cas, les travaux avec retournement sont plus efficaces. Mais
l’incorporation du phosphore et du potassium dans un sol correctement pourvu n’est pas
nécessaire tous les ans : un labour pour réaliser uniquement cet objectif peut alors n’être que
très périodique.

En ce qui concerne la matière organique, la nécessité de son incorporation varie selon


son abondance et les nécessités pour les travaux suivants cette opération. Ainsi, si l’on passe
par la suite des appareils à dent, ou types vibroculteur, herse et semoir, un enfouissement mal
9
réalisé peut être très gênant et entraîner des bourrages engendrant une perte de temps et une
baisse de l’efficacité de ces travaux.

2.2.5. Mettre les gaines dans le profil : semer

La gaine peut être mise en place à une profondeur précise à l’aide d’un semoir qui peut
être considéré comme un outil de travail du sol parce qu’il modifie la structure du sol et joue
sur le contact terre-semence.

C’est une modification très localisée et faible du point de vue volumique, mais très
importante pour la levée.

Très fréquemment la mise en place de la graine est assurée par un passage d’outil qui,
en meme temps, prépare le profil après un semis à la volée.

Exemples :

- le semis suivi de l’araire : l’araire joue dans ce cas un rôle multiple et au minimum
prépare un lit de semence et enfouit les graines. On peut aussi avoir la succession -
araire - semis - araire

- la charrue : deux types de successions :


B Semis-charrue à socle ou semis-charrue à disques.

En général, les résultats sont mauvais parce que certaines graines sont enfouies
très profondément et ne peuvent pas lever.

rn Petite charrue - semis - herse :


cover crop - semis à la volée - cover crop ;
association : semoir - rotavator

La réussite de la levée avec toutes ces techniques variables est cependant en général,
moins bonne qu’avec le semoir. Ceci demande d’ajuster les doses de semis.

2.2.6.Modifier la dynamique et le bilan de l’eau

Deux possibilités :

2.2.6.1.Economie de l’eau

Plusieurs moyens sont possibles pour réaliser l’économie de l’eau. On peut citer :

4 Augmentation de la Réserve d’eau Utilisable du sol (la RU) ou même la W U par (cf.
Cours d’Agriculture Générale) :

- une amélioration de l’infiltration de l’eau en limitant le ruissellement. Ce qui peut


être réalisé par divers moyens :

* modelé du sol en terrasse,


* des banquettes ou des rideaux,
10
* des murs en pierre qui jouent en même temps un rôle de fixation du sol (voir
cours de CES),
* des labours parallèles aux courbes de niveaux et non dans le sens de la plus
grunde pente. Cependant, cela n’est pas possible dans tous les cas parce qu’il
peut y avoir des problèmes de stabilité du tracteur là où la pente est forte,
* des labours ouverts et non fermés : les premières pluies tombant sur un sol
travaillé s ’injltrent mieux que sur un sol non travaillé.
- un accroissement de la capacité de rétention en eau du sol par les amendements
humifères ;
- une augmentation de la profondeur d’enracinement des cultures.
. Freiner les pertes d’eau épuisant inutilement la RU ou la RFU par :
- une limit‘ation de l’évaporation du sol par :
*le désherbage,
* le binage et les techniques de mulching qui cassent la continuité capillaire et
permet de diminuer les pertes.
- une réduction de l’évapotranspiration potentielle par les brise-vent.

2.2. O.2. Evacuation de 1’excèsd’eau

Il faut combiner les exigences de l’irrigation gravitaire et l’évacuation de l’excès d’eau


en hivernage.

Dans le cas du labour, la forme et le sens du labour par rapport à la pente peuvent
permettre un drainage momentané. Un labour dressé par exemple, surtout lorsqu’il y a de la
matière organique, fait dans le sens de la pente, permet de réaliser cet objectif d’évacuation
d’excès d’eau. Mais, il peut en même temps favoriser l’érosion du sol.

Certains sous-solages effectués sur un sol stable permettent également d’aboutir à une
évacuation de l’excès d’eau en profondeur en favorisant les percolations.

2.2.7. Maintien de la fertilité et préparation des opérations ultérieures

Le maintien des potentialités de production du sol devrait être un objectif et un souci


obligatoires à prendre en compte dès que l’on fait l’opération de travail du sol. Le mode de
faire valoir des terres joue beaucoup et les attributions à court terme ne sont pas favorables à
la réalisation de cet objectif.

En effet, le travail du sol rend plus efficace le rôle de chacun des éléments chimiques,
apportés par les amendements et les engrais minéraux, susceptibles de prendre une forme
soluble et de participer à des réactions chimiques. Cela se fait en mélangeant dans tout le
profil des éléments insolubles retenus par le complexe argilo-humique et en remontant vers la
surface une partie des éléments en cours de lessivage.

Le travail du sol participe aussi à l’activation de la vie microbienne. En effet, la micro


flore et la faune du sol ont besoin pour vivre, de matière organique jeune et d’un milieu aéré,
tempéré et modérément humide. Le travail du sol favorise la vie de ces organismes par
l’incorporation des matières organiques, par la structure grumeleuse qu’il permet, structure
favorable aux échanges gazeux et par l’écoulement de l’excès d’eau qu’il assure.

11
2.2.8. Conclusion

Une opération de travail du sol remplit souvent plusieurs objectifs en même temps et il peut y
avoir antagonisme entre ces objectifs.

L’agriculteur doit alors faire un choix à partir d’une hiérarchisation des objectifs à réaliser,
c’est-à-dire qu’il doit savoir placer les opérations par ordre de priorité. Cette décision est
indispensable pour travailler.

Certains objectifs sont généralement prioritaires, en particulier la préparation d’un profil


favorable, d’un lit de semence et la mise en place des graines, le désherbage, etc.

La hiérarchisation des objectifs revient a déterminer les priorités parmi eux et de façon
objective. La priorité varie suivant les conditions de texture du SOI, d’humidité, du niveau
d’env,ahissement par les mauvaises herbes, des risques d’hydromorphie et les exigences de
semis.

Le scientifique ou l’ingénieur doit alors savoir distinguer les effets du travail du sol. Par
conséquent, il y a nécessité d’acquisition d’une méthodologie de raisonnement des effets de
travail du sol et des méthodes d’observation et de quantification de ces effets en vue
d’envisager la prévision.

Cette méthodologie d’approche est nécessaire aussi bien pour choisir les outils appropriés et
leur rkglage que pour en observer les effets à posteriori.

2.3. Evolution de la structure et des conditions physiques sous l’effet des agents naturels
et des outils

2.3.1. Définition d’un état de référence

De façon générale, un bon fonctionnement du système racinaire de la culture nécessite


une certaine aération, une certaine humidité, des températures et des disponibilités en
éléments minéraux. Il faut donc une bonne porosité, une bonne humidité, un bon contact entre
la graine et ‘le sol, une bonne circulation de l’aire dans le système poral ; l’azote et par
exempie assez mobile alors que le potassium et le phosphore le sont moins. Il faut donc que
les racines soient assez denses et assez profondes.

Ces conditions se trouvent réunies avec une structure fine en petits agrégats et
légèrement tassés. _- -

Ce type de structure constitue alors un état de référence où les conditions sont presque
optimales.

12
Par le travail du sol

Sol argileux
Actif et stable

Etat motteux Etat de référence ’


Dessèchement avec
Etat continu

succession humidification-dessication

Par le travail du sol

Sol limoneux
inactif et instable ==+
Etat motteux Etat de référence ’ Etat continu
Dessèchement avec
succession humidification-dessication

Figure 3 : Activité et stabilité structurale de deux types de sol.

On peut également avoir de dégradation par des phénomènes de pression qui causent
des fissures. A l’état sec, les fissures sont remplies de la terre fine. Et lorsque le sol
s’humecte, les fissures se ferment en emprisonnant cette terre fine et avec elle de la matière
organique fertilisante : c’est l’exemple des sols appelés vertisols riches en argile gonflante
(type rnonmorillonite) .Onles trouve très souvent dans les bas-fonds (figure 4).

La pression (tes outils de travail du sol peut également entraîner une évolution de la
structure du sol ;surtout en conditions humides (passage du tracteur par exemple). Il se
produit ainsi un tassement du sol. Et le degré de tassement varie en fonction de la texture du
sol :

14
- Sols argileux (A % > 40)
- Sables purs
Sensibilité - Sois limoneux
au tassement - sols sabbargiieux
- Sols sablo-limoneux
r
.
Etat sec

---
Il Fissures avec particules de terre fine et de la matière organique a l’intérieur.

Figure 4 : Schéma de la succession d’ouverture et fermeture desjssures dans un vertisol.

Il y a également l’amélioration de la structure par l’activité structurale. Ceci est lié au %


d’argile et encore plus pour les sols qui ont un grand % de monmorillenite, en présence des
phénomènes biologiques (racines des cultures,. , .). Ces facteurs biologiques jouent un rôle
important sous forêt dense et sous praires dans les zones de fortes pluviométries où l’activité
des verres de terre favorise une structuration du sol.

Encadre 2

Les matériaux les plus instables sont aussi les plus faciles à compacter. Les sols argileux
demandent peu de précaution, car les accidents sont vite effacés. L’agriculteur doit éviter
toute cause de dégradation de la structure du sol d’autant plus que le sol est peu actif et
sensible au tassement.

Pour les sols limoneux par exemple, on doit éviter de trop affiner le lit de semence, surtout
lorsque le risque de pluie est intense.

Dans tous les cas, avant d’intervenir, l’agriculteur doit déterminer la date et surtout le type de
travail en fonction de l’évolution probable ultérieure : on fait un pari sur l’avenir en prenant
un minimum de risque.

15
Exemple permettant de raisonner 1’interventionsur une parcelle
_ - - a-base p é n & a m e f & u e n t lelleex&erl&mre _I
Y __ - -- --
Il

200 - __ --

-
150
-
100 meâione

l 50

O
A M J J A S 0 N D mois

Figure 5 : Exemple de courbes fréquentielles de pluie :


Ql = quantile 1 : 75 % de chance d’être atteint
Q2 = quantile 2 :50 % de chance d’être atteint
Q3 = quantile 3 :25 % de chance d’être atteint

Selon cet exemple, on a au mois d’août :

- 3 années sur 4 (qîj d’avoir 200 mm depluie ;


- I année sur 2 (42) d’avoir 1.50 mm de pluie, et
- I année sur 4 (43) d’avoir 100 mrn depluie.

Ainsi donc, au mois de juin, on peut prendre le risque de travaillerJinement le sol.

Mais, on ne doit pas oublier que les risques dafinement du sol sont plus élevés dans
les sols stables.

Dans les sols instables par contre, on n’a pas intérêt à trop aflner les lits de semence
(“J tableau 1).

8 Dans certaines stations on a le choix de faire le travail du sol avant ou après les
pluies.

Exemple
- : -
Rotationkchère-maïs-sorgho ~ -. - _-
Pluies
---
-_ -
PlUitS

O S
r’ I 1

Al A2 A3

Pour le maïs :

L,’emmagasinement de l’eau est plus grand dans un sol travaillé que dans celui non
travaillé. En plus, le sol a beaucoup plus de chance de se restructurer après une succession
travail-pluie.

16
Par conséquent, le choix est fait après Ia jachère (Al) et non juste avant (A2).

On tient îe même raisonnement pour le sorgho.

Remarque, : on est ici en culture pluviale

Tailles des particules Germination Emergence Levée


- $

Grossière
__ --
@
I__ ___
20 % 100 Y0 20 %

Fine 100 % 10 Y0 10 %

Moyenne 60 Yo 80 % 48 %

Tableau 1 : Ordres de grandeur des pourcentages de germination des graines, de


l’émergence des plantules et de levée dans le cas des sols instables.

2.3.4. Evolution de la structure du sol sous l’effet des outils de travail du sol

Ce problème est difficile à aborder compte tenu de l’absence de méthodologie adaptée.


Car, dans l’état actuel des connaissances, on ne peut pas prévoir avec précision, l’état final à
obtenir à partir d’un état initial donné sur un sol.

Outil
El E2 (?)
I +
Cependant, la diversité des outils et leur mode de réglage permettent de contourner la
difficulté.

Exemple :

Outil 1 Outil 2

E E2
7

Si l’outil 1 ne permet pas d’obtenir l’état prévu (E2), après constatation d’un état
intermédiaire Ei, on fait passer un 2è outil pour approcher l’état E2 souhaité.

2.4. Les outils, leurs caractéristiques et leur possibilité de réglage

2.4.1. Classement des outils

La classification retenue est fonction de trois types de critères :


1. la profondeur travaillée,
2. le type de pièce travaillante, et
3. le type de traction utilisé.

17
Le tableau 2 suivant donne la classification de ces outils de travail du sol.

Dents rigides
Outils 3 Disques socs Vibrantes Autres (rouleaux)
Prise de force

Trésprofond
:’ 40 cm
1 - Sous soleuses
Profond à Charme à socs Chisel,
15 -- 35 cm disques scarificateur
Reprises Cover crop, - Cultivateur, Rouleaux lisses,
superficielles Stuble plow vibroculteur, Rouleaux :
herse, herse multupacker
vibrante
-- l I l
Croskill
Tableau 2 : Classification des outils de travail du sol.

2.4.2. Sous-soleuses :

- travaillent entre 40 et 60 cm le plus souvent, mais peut atteindre 1 cm dans certains


cas,
- nécessitent une puissance très élevée (de l’ordre de 30 à 80 chevaux par dent selon le
matériau sol),
- les pièces travaillantes ne retournent pas le sol, mais creusent un sillon et éclatent le
sol en profondeur,
- utilisation des appendices différents :
sous forme aiguë : éclatement du sol en profondeur
-

m sous forme d’obus : utilisé dans le cas du drainage.

- font un travail très coûteux qui n’est intéressant que si l’effet est durable (3 à 5
campagnes agricoles) est surtout valable dans les sols stables et où les couches
profondes ont des caractéristiques franchement défavorables.

18
2.4.3. Caractéristiques des travaux profonds

Le labour correspond à un travail à la charrue qui retourne le sol. Les caractéristiques


des travaux profonds sont résumés dans le tableau 3 suivant :

1 APPAREILS CHARRUE A DISQUES CHARRUE A SOCS CHISEL


Profondeur (2 en cm) 15 - 25 20-35 15-35

1 Besoins en traction assez faible


15-20 &disque 20-30 cWSocle 10-20 ch/Dent
moyen Très bien réalisé Sans
moyen Bon en fonction du médiocre
mauvaises herbes réglage l
7 Eclateinent du sol moyen Faible à moyen bon
1
!-
Remarques généraies - travail rapide - Travail lent - Travail rapide
- réglage réduit - Grosses possibilité mais souvent
- entretien faible de réglage peu profond
I - gâchage plus important - Utilisation en condition - pas de semelle
que la charrue à socs en de forte humidité de labour
humidité - inefficace en
forte conditions
humides

Tableau 3 :Principales caractéristiques des travaux du sol

2.4.4. Description des labours

Les charrues à socs sont soit réversibles, soit non réversibles. La différence se manifeste
dans les modelés de surface réalisés.

On peut décrire un labour vu de dessus selon :


- l’aspect de surface
- le degré d’émiettement des bandes,
- leur caractère & épaulé.
Voir exemple ci-après.

On distingue ainsi différents types de labour :


1. labour jeté et émietté : les différentes bandes ne sont pas visibles parce que le sol est
émietté, ameubli en surface,
2. labour arrondi : bandes légèrement visibles, mais bien disloqués, structure motrice ne
laissant plus d’espaces vides entre les bandes,
3. labour émietté et anguleux : bandes de labour bien nettes, épaulées ou non épaulées
(voir figure 6). Selon la continuité des bandes dans le sens du travail, on peut avoir :
des bandes en longs rubans, ou
des bandes en copeau
selon l’inclinaison des bandes, on distingue :
labours couchés : bandes presque totalement retournées,

19
labours inclinés ou labours dits dressés (a> 45”).
Labours émiettés : matière organique mélangée aux différentes mottes. Dans le
cas de charrue à soc on a le schéma théorique du labour présenté à la figure 6.
Exemple :

Modelé charrue à socs réversibles :

1. Surface plate après labour


2. Pas de sillon : le sol étant reversé du même
côté

-
Modelé charrue à socs non réversibles :

3. modelé du sol généralement avec creuse-


ment de sillon au milieu

L I 1
I
un silion au milieu

La charrue à socs découpe des bandes rectangulaires (3) qui sont retournées et appuyées
sur les précédentes (6) : le creux ainsi formé s’appelle le sillon (2). La partie non labourée est
coupée selon la muraille (1) par le coutre. Le travail de la rasette donne (4) sur le fond du
labour (5). L’inclinaison de la bande retournée est déterminée par l’angle a.

Le travail de la rasette permet un retournement complet des adventices.

Le coutre coupe le sol selon la muraille (1).

La profondeur de labour doit être toujours déterminée par rapport à la partie non
labourée, sinon on mesure h. La différence entre P et h (P-h) = foisonnement = gain de
porosité. Elle traduit l’augmentation générale de la porosité.

20
B

L = longueur de la partie travaillée


P = hauteur de la bande coupée
Lorsqu’on approfondi les labours, les bandes sont de plus en plus dressées : P’ r P et L = L’

c Le schéma suivant présente le cas théorique d’un retournement de terre.

----
-
_.-- --- - -__ __

Figure 6 : Caractéristiques du labour.

Le rôle de la rasette est d’enlever les mauvaises herbes et de les enfouir en même temps
que la matière organique qui peut se trouver sur le sol en avant du coutre. Ceci pour éviter les
bourrages et enfouir les adventices pour diminuer leur possibilité de repousse.

Remarques : On peut citer quelques accidents liés au labour :

- la semelle de labour : un ancien fond de labour plus profond que le labour actuel ;
on appelle semelle de labour la zone tassée correspondant à l’épaisseur entre un
labour ancien plus profond et le labour uctuel.

Ce tassement peut être dû à plusieurs raisons, parmi lesquelles

H le lissage du fond de labour si celui-ci est trop humide ;


la pression due aux pneumatiques du tracteur.
- Les tassements, pur les roues du tracteur, de la terre$ne dans les sillons ;
- L ’écrasement de la dernière bande lorsque la, bande est sufisamment proche de la
muraille etpar lepassage des roues qui sontplus larges ;
- Le lissage des bandes de labour lorsqu’on travaille en conditions humides.

Si le sol de la parcelle est humide en surface et que les roues patinent sur la partie
non labourée, il y a également un tassement qui produit un obstacle aux racines.
21
2.4.5. Le Chisel

Le chisel est un outil qui n'enfouit pas ou très mal la matière organique et les graines
d'adventices.

L'effet de son passage dépend de l'humidité (par le biais des courbes adhésion-
cohésion) et de l'état structural (figure 7).

Terre fme Mottes éclatées


-- bol sec et coherent
- ~
-

Il faut en général faire 2 passages de


-
diisel avec un angle a 30 à 45" pour
avoir un éclatement maximum du sol
l

Figure 7 : Effet du passage du chisel en fonction de l'état d'humidité du sol.

2.4.6. Araire et petite charrue

11 existe de petites charrues métalliques de plusieurs modèles en fonction de l'animal de


trait. Ces charrues travaillent normalement c o r n e les grandes charrues à socs à traction
mécanique. La seule différence étant la profondeur petite du travail.

Elles sont utilisées dans les binages des plantes sarclées et dans les labours sur sol à
texture légère. L'araire est un outil très ancien qui sert à la fois aux préparations superficielles
et profondes.

Ces outils sont utilisés en traction animale. Ils permettent en principe de labourer dans
les conditions humides, mais dans la pratique, il y a des limites d'adhésivité si le sol est trop
argileux.

22
2.4.7. Les instruments de reprises superficielles

1. Le Cover-crop

Le nombre de disque est variable de 12 à 24 et la largeur de travail de plus en plus


grande.

Il existe deux séries de disques opposés, fixés sur un bâti avec une articulation pour
régler l’angle d’attaque.

C’est un outil violent qui a tendance à tasser ; son efficacité est réduite en sol cohérent
sec ;il travaille entre 8 et 14 cm de profondeur.

2. Stuble-plow .

C’est une sorte de cover-corp lourd qui permet d’atteindre des profondeurs travaillées
de 12 à 18 cm.

3. Instruments à dents

Dents rigides : cultivateur canadien ou herse à dents droites.


9 Dents vibrantes : éclatent mieux les molles grâce à la vibration.

4. Les rouleaux :

9 Rouleaux lisses
9 Rouleaux sans pointes
Rouleaux avec pointes, intéressant pour la préparation du lit de semence.

2.5. Conclusion

La gamme des outils utilisés est extrêmement importante.

Un outil répond à un objectif bien déterminé. Ce qui a conduit à des chaînes longues de
travail du sol.

Exemples,

- labour
- reprise super-cielle
- préparation du lit de semence
- semis

Chaque opération est réalisée avec un type d’outil, réglé d’une certaine manière.

A l’opposé, on rencontre souvent la simplicité extrême : semis direct - araire, où l’araire


joue tous les rôles. On s’est rendu compte qu’une complexification très poussée n’est pas
toujours nécessaire. Elle est même souvent néfaste, car le nombre de passage élevé peut
fortement tasser le sol.

On a tendance aujourd’hui à revenir à des formes plus simplifiées. D’où la polémique


labour ou non labour (zéro tallage).
23
La culture minimale qui correspond au ((minimum tillage 1) ou e zéro tillage )), des
itinéraires techniques très simplifiés où on travaille le sol sur une faible épaisseur, soit sur
toute la surface, soit uniquement sur une partie de la surface, notamment la limite de semis.

Pour raisonner l’introduction de tel ou tel Itinéraire Technique* (ITK), il faut analyser
l’ensemble des rôles qui étaient remplis par des ITK précédents.

Si certains rôles ne sont pas remplis, il faut voir dans quelle mesure d’autres moyens
peuvent le faire.

L’évolution de l’état structural est un aspect important dont il faut tenir compte. Le
passage en surface des outils ou des roues d’engins risque d’entraîner une évolution
défavorable dans les sols sensibles au tassement et dont l’activité structurale est faible.

Les ITK de minimum tillage sont surtout conseillés dans le cas où les sols ont une
activité structurale satisfaisante et abondante.

C’est par exemple le cas de certains sols argilo-limoneux. Ces ITK ne permettent
cependant pas une bonne incorporation de la matière organique et des engrais dans tout le
profit. En outre, la modification de la répartition de la matière organique, des conditions de
vie des micro-organismes et la réduction des mauvaises herbes sont aussi les conséquences de
ces I’TK.

En outre le choix des outils doit se raisonner à partir des états initiaux, des effets
probables de leur passage et des états de profil que l’on veut créer. Par conséquent,
l’observation du profil cultural est un moyen privilégié de la décision.

Les exigences vis-à-vis des états structuraux du sol sont fonction des plantes et de leur
sensibilité au milieu en cours de germination, levée et implantation des systèmes racinaires.
Le maïs par exemple est très exigent en préparation du sol, car c’est une culture sensible aux
accidents structuraux et aux conditions de germination - levée.

Il n’y a cependant pas de recette à priori à réaliser systématiquement. Le passage de


l’outil est un moyen et non une fin en soi. Il ne faut pas oublier, par souci d’économie, qu’un
outil peut remplir plusieurs rôles à la fois.

On doit toujours partir de la plante cultivée, des états successifs du sol et de leur
évolution dans un milieu donné, connaître le coniportement probabIe du sol. Il restera alors à
déterminer sur place, en fonction de l’humidité du sol, des jours disponibles pour le travail du
sol, le réglage des outils pour avoir l’état du profil escompté. Il n’y a donc pas de recette qui
marche partout. Car il existe une très grande diversité régionale qui s’oppose à l’application
de telle ou telle recette de techniques culturales.

“ITK : Ensemble d’interventions au cours d’une culture d’un agriculteur sur une parcelle (date, densité
de semis, variété semée, période et quantité d’apports d’azote, fréquence et dose d’irrigation, travail du sol
protection phyto)

24
CHAPITRE 3 : LE SEMIS
3.1. Introduction

Le semis est une technique parmi les plus importantes pour plusieurs raisons :

1. De cette technique dépend la réussite de la culture qui conditionne le peuplement et le


rendement ;

2. Technique surtout importante là où il n’y a pas de tallage (exemple : le maïs) ni de


production d,etiges auxiliaires.

On parle de tallage pour les céréales (Sorgho, blé, riz notamment), ramification pour
les légumineuses (feve, niébé, arachide, etc.), le coton, etc.

Les espèces qui produisent des talles et des ramifications peuvent compenser une
fdiblesse du peuplement au départ ;

3. La date de semis conditionne la culture vis-à-vis des contraintes naturelles et


biologiques, des pluies, des ravageurs (les criquets notamment), etc.

Par conséquent, la date de semis engage l’avenir de la culture.

3.2. Semences

3.2.1. Définition :

On entend par semences, tout organe ou fragment de végétal capable de reproduire, en


se développant, 1’espèce dont il est issu. On a différentes natures de semences :

1. Semences sèches : cas des graines de céréales par exemple où le taux d’humidité
varie entre 8 et 20 %,

2. Semences aqueuses : cas des tubercules de pomme de terre ou des boutures de canne
à sucre par exemple où le taux d’humidité avoisine les 70 à 80 %,

Pour la canne à sucre, il faut que le semis (ou plus exactement la plantation) soit
suivi d’irrigation.

Du point de vue de la botanique, une semence peut être une plante entière ou une graine.

Du point de vue physiologique, les téguments de la graine sont différents et influencent


l’imbibition de celle-ci. On distingue des graines nues et des graines vêtues (le maïs et le blé
par exemple pour le cas des graines nues). ,

Du point de vue des réserves, on distingue des graines à réserve glucidique (céréales), à
réserves protéiques (soja et légumineuses) ou à réserves lipidiques.

25
3.2.2. Les conditions de conservation

Les graines sèches doivent être stockées à humidité faible :

m inférieure à 15 % pour les céréales ;


m inférieure à 10 - 12 % pour les oléagineux.

Il s’agit ici de l’humidité relative de l’air correspondant au rapport entre la pression


partielle de vapeur d’eau et celle de l’air à une température donnée (voir cours d’Agriculture
11).

Une humidité élevée entraîne une imbibition causant des graines et donc un dégagement
d’énergie. 11 en résulte un chauffage et la mort de l’embryon.

Le stockage doit également se faire à températures basses. En effet, plus la température


est élevée, plus l’humidité relative doit être faible pour ne pas altérer la faculté germinative
des semences.

L’humidité et la température doivent donc varier en sens opposé pour des meilleures
conditions de stockage. Et cela conditionne la longévité des semences stockées.

Exemples :
- cas des céréales : 4 à 10 ans ;
- légumineuses : 12 à 15 ans ;
- tournesol : 4 a 6 ans.

3.2.3. Les critères technologiques relatives à la pureté des semences

3.2.3.1.Identité de la semence :

Elle peut poser problème au niveau des variétés (groupement d’individus présentant des
caractères biologiques et culturaux identiques : capacité de tallage par exemple). Mais,
l’homogénéité est variable selon le mode de reproduction de la plante, la biologie florale de
l’espèce et le degré de sélection. Au sein d’une variété, tous les individus se ressemblent.

On parle ainsi de variété clone dans le cas de la multiplication végétative et de variété


lignée pure dans le cas de la multiplication sexuée chez les plantes autogames (fécondation à
fleur fermée), exemple : les céréales. On parle aussi des variétés population correspondant à
un ensemble d’individus hétérozygotes ayant des caractéristiques communes : cas des plantes
allogames (fécondation semée à fleur ouverte).

11 existe également des variétés synthétiques chez les plantes allogames où, par
autogamie forcée, on produit des lignées pures et par croisement on produit des hybrides qui
ne peuvent être utilisées qu’une ou deux années (dans le cas du maïs par exemple, ce sont les
hybrides de la Fl).

26
3.2.3.2. La pureté :

Juste à la fin d’un cycle de sélection, on définit les pourcentages d’impureté qui ne
doivent pas être dépassés pour les semences de base. Le taux de pureté exigé est de 98,8 %
dans le cas des semences de multiplication et de 99 % dans le cas des semences de céréales.

La semence sélectionnée donnée aux agriculteurs doit avoir normalement un taux de


pureté de 95 %.

3.2.3.3, La-facultégermination :

Il s’agit du pourcentage des graines qui germent en bonnes conditions. La germination


correspond à la percée de la radicule et la levée à la sortie de la radicelle à la surface du sol. Et
plus l’énergie germinative est grande, plus la vitesse de germination est grande : les semences
doivent donc avoir un bon état sanitaire.

3.3. Décisions techniques relatives au semis

3.3.1. L’ktat du lit de semence

Le lit de semence est l’horizon ou la partie du profil dans laquelle doit être placée la
semence.

Dans la partie travail du sol, on a répondu à plusieurs questions relatives à la qualité du


lit de semence. On doit tenir compte de la taille de la semence, le mode de germination
(hépigée lorsque les cotylédons sortent de la terre, hypogée lorsque les cotylédons restent
dans la terre).

Un certain nombre de conditions préalables doivent être respectées pour la durée de la


phase germination - levée :
- structure fine dans le cas des semences de grosse taille, avec absence d’obstacles ;
- sol humide;
- profondeur de semis ne dépassant pas l’horizon humide.

Pour un sol humide, quelle que soit la structure du sol, les graines germent, lorsque le
sol est moyennement sec la structure du lit se semence révèle donc une importance
considérable et le contact terre-graine devient important.

Les graines profondes ont en général des difficultés pour émerger. On doit donc
chercher un compromis entre les conditions de germination et d’émergence par le biais de la
profondeur de semis.

Dans le cas des céréales par exemple, la traction mécanique permet de préparer le lit de
semence :
passage d’un outil après labour, semis au semoir et tassement léger par un rouleau.

Cette technique permet d’avoir des pourcentages de levée plus forts

27
Germination :T
7s

(1) La graine ne peut pas germer : l’humidité


n’est pas suffisante ;

(2) Graine germée et émergée : l’humidité est


proche de aCC.

(3) O,, = teneur en eau à la capacité au


champ ;

(4) Op, = teneur en eau au point de flétrisse-


ment permanent
Plantation
- dans les zones sèches (arides et semi-
arides) : une profondeur de semis d’enviror
5 cm permet d’assurer la germination ei
l’émergence des plantules, surtout en sol
stable ;
- dans les zones humides où les risques de
battance sont plus importants (sols
instables) : les semis superficiels donneni
de plus bons résultats.
-
-:

Figure 8 : Profondeur de semis et condition d ’humidite‘.

En règle gi:rérale : un affinement du lit de semence plus une profondeur d’environ 4 crn
dans de bonnes conditions d’humidité assurent la meilleure germination et la meilleure levée.

3.3 -2.Contrôle de la profondeur de semis

Les séquences classiques utilisées par les agriculteurs aboutissent à une hétérogénéité de
la profondeur de semis qui peut varier entre O et 15 cm. Ceci se manifeste par une
hétérogénéité dans la germination et la levée due au fait que les graines de surface émergent
tandis que celles de profondeur tardent à émerger ou n’émergent pas du tout.
Les semoirs permettent de réduire ce phénomène. Mais, pour cela il faut affiner le lit de
semence.
28
3.3.3. Date et doses (ou densité) de semis

a). Date de semis

La date de semis est déterminée en fonction du début de la saison des pluies. En général,
plus on seme tardivement, plus on expose la plante à des déficits hydriques en fin de cycle.
Les semis précoces permettent d’utiliser au mieux l’eau des pluies (cf. figure 9).

A M J J A S O N D mois

Figure 9 :Exemple de date de semis en fonction de l’évolution de la pluviométrie.

Le semis doit donc être raisonné en fonction du climat dans la zone considérée. Le
raisonnement doit tenir compte de la durée du cycle cultural qu’il convient de bien caler par
rapport à la durée prévisible de la saison des pluies pour éviter au maximum les déficits
hydriques en fin cycle de la culture. 11 est donc nécessaire de connaître les deux paramètres :

- durée de cycle cultural : on doit choisir l’espèce et la variété qui présentent le moins
de risques.

Remarque :

les semis précoces doivent souvent être accompagnés de la lutte contre les
mauvaises herbes, surtout dans les zones les plus pluvieuses ;
les semis tardfs quant à eux, peuvent être exposés a un risque de chaudage;
rhduction des talles, nombre d’épillets faible chez les céréales par exemple.
- Durée de la saison des pluies : les figures suivantes montrent les différents types de
ciimais (en Afnque de l’Ouest et du Centre), illustrant la durée de la saison des
pluies appelée aussi cycle de pluie ou calendrier des pluies. La date et le nombre de
campagnes culturales son différents d’un climat à l’autre.

1. Climat guinéen ou tropical humide à 2 saisons des pluies.


- _.__
-..--- -
Ce climat permet de réaliser 2 saisons de
culture. Exemples de régions où ce climat se
dépasser les 1600 m m rencontre :
-- __I - ----_
- ~-.
~

Régions de :
I I II I I . Conakry, Lomé, Yaoundé. Bangui. .._
- -- -- -- -- - - - - -- - - - - -- - - -
Libreville. Brazzaville, Kinshasa
29
2. Climat soudanien ou tropical humide à 1 saison des pluies.
- -- -
Ce climat permet de réaliser 1 seule saison de
~

Le total des pluies annuelles peut

- -- - - -- - - --- -- _-- - - - - -
Nairobi. Lumubashi, .,,

3. Climat s d d i e n à une saison des pluies


-. -_ - -- _ Ce climat permet de réaliser 1 seule saison de
c

1 culture. Exemples de régions où ce climat se

- Exemple du déroulement du cycle végétatif, en relation avec le calendrier des pluies :


cas d’une variété de sorgho en climat soudanien (voir figure 10).

30
-____
Lhemdc :
60
1 haiitrnr de piulr par wmainr (rn mni) 4s
JI
35 35

;./
30

'1
25 25 ZR

E 3I j2c bc 1'. I'@r, br i pe2 , l * ~k* o , z Ir~ l121-


Br )3r lllr 1% llhc )7r
1
b8r )9r
'\
ter ptr
15,
FZr
II
03'
w p tcm hre
I 1'
~ J 15r
P
I
débui &.la
saunn srche
2r
b6e p7c FRe
ndnhre
2

atm m ri jiiiii jiiillrt anfit

Légende :
--i1besoin en eau d e la culture

Premier semis :mois d e mai :


montaison
Pluies hien installées : développenient normal
d e la culture, avec maturation ache& en
même temps qiie les dernières pluies.

c IZc Be 1-k fir [(r pr l8r pr lldr blc l l ï r y3r llfr P5e 116e F7e 118e Fer p@r Pte 1
Senisines
I

Légende :
.9besoin en eau d e In ciiltere
Deuxième semis : fin mars :
gerniination Les pluies du niois d'avril perniettent la gerniination des gr.aines
niais, les 15 jniirs de sécherewe qui oiif s u i v i ont entrainé le
flétris<eiitent c l w plantiileî : seirles qiielqiies plantec votif re
et atteindre 1% wiatiirité. les antres périrani La riroife sera

1. (Zr Br IJr Fr pr pr (Xr pr /l#r g i-


r F f . t t Il& ISr l t i w F7r llXr- f 9 r par PIr 1
Seniairies

_-_____------I
___-
I_----
~ - -__ - _ --
I --
-
I
I-.

Figure 1U : Le déroulement du cycle végétatif d'une vanéîé de sorgho en relation avec le calendrier des pluies et les besoins en eau (selon DUPRIEZ et de LEENER, 1983).

31
b). Doses et densité de semis

La dose de semis correspond au nombre de graines par hectare ou au kg de semence par


hectare. La densité de semis concerne le nombre de plantes/m2 ;

La densité de semis doit être fonction de ce que le milieu peut o f ~ enr terme d’eau, de
lumière et de nutriments. En effet, plus la densité de semis est importante, plus l’exploitation
du milieu est forte et intense. La densité de semis doit donc respecter les exigences de la
culture en relation avec les possibilités du milieu.

C’est la densité de semis qui donne par la suite, la structure du peuplement sur une
parcelle ou un champ.

Exemple de structure du peuple pour une culture de sorgho dans la région de


Ouagadougou.

--t--P Ligne de semis

e
Poquet

E = écartement entre les lignes de semis (0,80 m)


e = espacement entre poquets sur une même ligne de semis (0,40)

En fonction des possibilités du milieu (climat et soi) on va semer plus ou moins dense
en jouant sur E et e. On distingue ainsi les différents modes de semis suivants :

- Semis à la volée : aucun contrôle, ni en surface, ni en profondeur ;E et e n’existent pas


dans ce cas ;

- Semis en lime : contrôle, de la position et de la profondeur ; E est plus ou moins


grand en fonction des possibilités qu’offke le milieu ; le binage et le
sarclage sont facilités ; e n’existe pas dans ce cas où il faut
nécessairement utiliser un semoir ;

- Semis en poquet : cas de la figure ci-dessus. Dans le cas où on sème manuellement, il


faut beaucoup de main d’œuvre.

- Repiquage : cas du riz par exemple

Ce cas offke un meilleur contrôle du peuplement et de sa structure. La lutte contre les


mauvaises herbes est plus facile, car on donne une avance à la culture par rapport aux
adventices.

32
CONCLUSION

L’agriculture est une activité en perpétuel recommencement. Chaque année, à une


période déterminée du calendrier du temps, l’agriculteur est amené à recommencer les
mêmes travaux de défriche, labour, semis, entretien, récoltes, etc. Pour caractériser cette
activité recommençante, on parle du cycle cultural ou agricole.

Le cycle agricole est dépendant des plantes, qui elles aussi revivent chaque année les
étapes successives de leur cycle végétatif (germination, levée, montaison, floraison,
épiaison, maturation, etc.).

Le dkroulement du cycle végétatif des plantes est dépendant du cycle des saisons qui lui-
même est déterminé par la rotation de la terre autour du soleil.

C’est donc la quantité d’eau qui tombe sur le sol au cours des périodes assez courtes (5 à
10 jours) qui déterminera si les besoins en eau des plantes seront satisfaits ou non, sauf
s’il s’agit d’un bas-fond. Cette mesure de pluies par périodes courtes détermine le
moment de semis. Et aucun agriculteur n’est intéressé à semer tant que sa connaissance
du climat lui indique que la pluie risque de ne pas tomber sur ces champs avant de longs
jours, au moment où ses plantes en ont absolument besoin.

Grâce à l’observation du calendrier des pluies, année par année, le cultivateur apprend les
périodes au cours desquelles il y a les plus grands risques de sécheresse. S’il sait que
chaque année, dans sa région, il risque d’y avoir plusieurs jours de sécheresse au début de
juillet par exemple, il s’arrangera pour semer de telle façon que les plantes souffrent le
moins possible de cette sécheresse : soit en semant précocement pour que les jeunes
plantes, soit déjà bien établies au moment où revient la sécheresse, soit en semant plus
tard, afin qu’elles germent lorsqu’il n’y a plus de risque de voir se flétrir les jeunes plants.

Chaque région et même chaque localité ont leur calendrier agricole propre. L’activité du
travailleur de l’agriculture s’inscrit dans ce calendrier. Celui-ci dépend, comme nous
avons vu dans le cours d’Agriculture Générale, de ce que veut le cultivateur, de ce qu’il
peut et de ce qu’il ne peut pas faire. En particulier, il ne peut pas forcer les planes à vivre
dans un milieu où le climat ne leur convient pas.

DUPRIEZ et de LEENER (1983).

33
CHAPITRE 4 : CONTROLE DES MAUVAISES HERBES
4.1. Introduction

On n’a jamais pu faire d’agriculture en se débarrassant totalement des mauvaises


herbes. En effet, elles sont présentes partout, car là où elles sont réunies, les conditions
permettant la croissance des plantes utiles, les mêmes conditions font que certaines espèces se
développent. Une mauvaise herbe désigne toute plante indésirable dans un champ cultivé.

Mais, cette appellation est très relative :

- le sorgho par exemple est une mauvaise herbe dans un champ de maïs, de même un
pied de maïs l’est également dans un champ de blé ou de riz ;

- il existe des plantes de même famille botanique et qui sont les unes des plantes
cultivées, les autres des mauvaises herbes tel que le riz et le panicum ;

- enfin et surtout dans les conditions des pays du Sahel, les mauvaises herbes des
parcelles cultivées sont le plus souvent utilisées comme aliments pour le bétail, les
systèmes culturaux où il existe un assolement fourrager étant rares.

Deux méthodes sont utilisées pour se débarrasser des mauvaises herbes :

- le désherbage chimique : peut être fait aussi bien avant l’installation, à l’installation
de la culture qu’après le tallage ou la montaison ;

- le binage ou le sarclage sont aussi utilisés pour le désherbage.

4.2. Problématique du désherbaEe

4.2.1. Aspect économique

Toute décision technique dans le domaine agricole doit se justifier du point de vue
économique. En effet, les dépenses supplémentaires, engendrées par son introduction, doivent
etre largement compensées par le gain de production extérieure. C’est le cas du désherbage.
Mais, le choix n’est pas aussi facile et simple à faire, surtout dans nos conditions : il est
fonction de nombreux facteurs tels que le potentiel de production, la nature de la production et
la capacité de financement. Le choix est également délicat en matière de mode de désherbage
21 adopter : faut-il désherber manuellement par les techniques ou par les méthodes de lutte
chimique ?

L’option pour l’une ou l’autre des méthodes dépend à court terme du prix de revient et à
long terme de ses effets sur le milieu (état du sol, évolution de la faune, du stock de semences
de mauvaises herbes, de la pollution, etc.).

4.2.2. Importance des pertes de rendement

Les pertes de rendement peuvent être directes (pertes en quantité) ou indirectes (pertes
en qualité).

34
4.2.2.1. Pertes en Quantité :eflets directs :

Il est en général difficile d’estimer le gain de rendement qui résulterait du désherbage.


Car d’une part on a recours à différentes méthodes de lutte qui ne donnent pas les mêmes
résultats quant à l’efficacité, d’autre part parce que l’effet du désherbage peut se manifester à
court terme sur les cultures suivantes et enfin à long terme en réduisant le stock de semence
de mauvaises herbes dans le sol. Par contre, il est possible de chiffier les pertes de rendement
par rapport à un terrain désherbé. Et les cultures sarclées (coton, canne à sucre, arbres
fruitiers, etc.) sont plus sensibles aux mauvaises herbes. Car elles laissent beaucoup d‘espace
libre, et ont une vitesse d’installation faible au départ.

4.2.2.2.Pertes en qualité :effets indirects :

Elles peuvent être dues à la présence d’herbe toxique ou de grains pouvant poser des
problèmes sanitaires. Leur présence peut donc rendre le produit dangereux et inconsommable.

Dans les fourrages par exemple, certaines renoncules et oseilles et beaucoup d’autres
espèces peuvent causer des intoxications, des troubles hépatiques ou des problèmes de
digestion chez le bétail. Enfin la présence de graines d’adventices’ dans un lot de semences
peut réduire sa pureté.

4.2.3. Quand faut-il désherber ?

4.2.3.1. Généralités :

a) En général, il n’existe pas une seule mauvaise herbe dans une culture, mais toute
une série : on parle de cortège ou spectre de mauvaises herbes. Ce spectre varie sur
une même parcelle en fonction de la culture présente. Chaque culture, avec ses
trains techniques, crée un ensemble de conditions écologiques favorables à la
germination et à la croissance de certaines espèces ?

b) L’agriculteur ou l’agronome associe à chaque mauvaise herbe, un risque pour la


culture et le système de cultures, compte tenu de son abondance, de sa durée de
cycle, de sa période d’émergence et de sa compétitivité. Ceci doit déboucher sur
l’identification d’espèces sur lesquelles doit être orientée la politique de lutte.

c) L’objectif du désherbage n’est pas d’éradiquer toutes les mauvaises herbes, mais de
les maintenir en dessous du seuil de nuisibilité.

4.2.3.2.La décision de désherber

Elle tient en deux points :

a) Il faut connaître les adventices dominantes au sens défini ci-dessus, leur abondance
relative et le risque individuel et global sur l’ensemble du système de cultures.

Adeventice : terme surtout utilisé par les écologistes qui désignent par ce terme une herbe qui vient d’ailleurs.

35
b) Concevoir les opérations susceptibles de réduire à court ou à long terme l’infestation
et dégager celles qui sont possibles sur l’exploitation en tenant compte des
contraintes économiques et techniques.

4.2.3.3. La vratique du désherbage

Les pratiques des agriculteurs dans ce domaine se rattachent à 2 types de


comportement :
- soit un laisser-aller dans la conduite du désherbage du fait que l’on n’est pas
conscient des pertes de rendement engendrées par les mauvaises herbes ;

- soit qu’ils désherbent en se basant sur des connaissances empiriques en la matière.

Cette conduite (empirique) du désherbage autant routinière que raisonnée se rencontre


surtout dans les modes de conduite traditionnelle des cultures.

Si on admet l’absence du désherbage dans les zones arides et semi-arides oh les


rendements potentiels ne le justifient pas, dans les zones humides par contre, cette technique
est nécessaire et justifiée. C’est plus qu’indispensable dans les zones irriguées où le facteur
eau est maîtrisée et où l’intensification poussée permet de réaliser de rendements élevés.

4.3. Moyens de lutte

4.3.1. Désherbage par les techniques

4.3.1.1.Prévaration du sol avant semis :

Ces façons culturales qui ont par ailleurs d’autres objectifs que la lutte contre les
adventices (travail du sol, enfouissement des résidus et des engrais, etc.) peuvent être réalisées
dans les buts suivants :

- enfouir les graines tombées en surface dans la culture précédente. Si ces dernières
ont été abondantes, un travail avec retournement enfouira ces graines à une
profondeur située entre 15 et 25 cm où elles germent et émergent difficilement. Le
labour se révèle alors plus nettoyant qu’un travail avec outil qui ne retourne pas le
sol (chisel) ou ne le travaille qu’en surface (cover crop), car celui-ci laissera des
graines en surface où elles germent sans difficulté.

- détruire les mauvaises herbes levées depuis la culture précédente. La destruction se


fait soit par retournement du sol et enfouissement des adventices en profondeur (par
le labour), soit par arrachage avec un outil de reprise superficielle qui est en général
le cover crop.

Les possibilités d’obtenir une lutte efficace, c’est-à-dire d’avoir une réduction sensible
des mauvaises herbes, au moins dans la culture suivante, dépendant alors des intervalles
entres les opérations, de leur nombre et fréquence, de la nature du terrain, de la nature du
matériel utilisé et de son réglage.

36
Remarques :

une culture est généralement plus compétitive lorsqu ’elle est plus dense (dose de
semis), car elle peut coiivrir le sol rapidement et peut alors mieux exploiter les
facteurs du milieu (lumière, eau, éléments minéraux) et empêcher la repousse des
mauvaises herbes.

Certaines successions ou rotations culturales permettent également de lutter contre


les mauvaises herbes.

4.3.1.2. La destruction mécanique fou manuelle) en cours de czllture

Elle peut être le résultat soit d’opérations conduites spécifiquement dans le but de lutter
contre les adventices (cas du sarclage, du binage ou d’autres techniques) :

- Le binage : a pour but de travailler le sol superficiellement afin de limiter les pertes
en eau. Cette technique joue en même temps le rôle de désherbage ;

- Le billonnage : modelage en surface pour fabriquer des lignes hautes (billons) et des
lignes creuses (sillons). Le refaçonnage se fait également en cours de culture : cette
technique permet donc de contrôler la flore des mauvaises herbes.

Remarques : II existe d’autres moyens de lutte non chimiques

Lutte biologique :

Elle consiste à rechercher des variétis de culture plus compétitives que les adventices.
Ceci consiste à jouer :

Sur les caractères morphologiques :racines développées, feuilles plus larges, tiges
hautes et rigides, etc.

Sur les caractères biologiques : levée et croissance rapides, maturité précoce,


sécrétion de substances inhibitrices.

4.3.2. Technique de désherbaipe chimique

Dans le domaine des herbicides, il existe plusieurs produits commercialisés sous des
formes et des noms différents.

Les qualités qu’on exige d’un produit herbicide sont :

- l’efficacité : il doit détruire les mauvaises herbes visées ;


- la sélectivité : il ne doit pas être phytotoxique pour la culture en place ou la culture
suivante (durée de rémanence limitée).

Les produits pouvant présenter des problèmes ‘de toxicité pour l’homme ou les animaux
sont à écarter
- le produit ne doit pas être toxique pour la faune du sol ;
- le coût du produit doit être accessible aux producteurs (agriculteurs).

37
Il s’agit d’une technique d’usage relativement récent dans nos pays, qui ne s’oppose pas
aux précédentes, mais qui leur est complémentaire.

L’utilisation des herbicides a des possibilités intéressantes, mais présente également des
contraintes.

4.3.2.1. Les possibilités et les contraintes du désherbage chimique

Il permet la réduction du temps de travail réservé à cette technique ;le problème d’accès
aux parcelles en période humide peut être résolu.

Le recours au désherbage chimique permet dans beaucoup de cas la réduction des coûts
et finalement leur usage permet la pratique de nouvelles successions de cultures et une
simplification des façons culturales.

Cependant, le désherbage chimique présente des limites que nous résumons ainsi :

- il demande de la part de l’agriculteur, une bonne maîtrise technique, car les


herbicides doivent être utilisés dans des conditions et avec des choses bien précises.
Ils doivent ainsi tenir compte du stade de la culture et celui des mauvaises herbes,
mais également des conditions climatiques et édaphiques ;

- leur emploi peut modifier la flore adventice en sélectionnant les espèces résistantes ;

- si le produit est rémanent, il peut éliminer une culture de l’assolement.

4.3.2.2. Modes d’action de herbicides

a) La pénétration :

Elle peut se faire :

- par les feuilles adultes et peut avoir une action :


* soit par nécrose,
soit par blocage de la photosynthèse et de la respiration.

- à distance : cas des phytohormones qui sont transportés dans la plante et qui ont une
action sur les points de croissance ;

- par les racines du fait que les herbicides sont répandus en surface. Ils ne sont alors
efficaces qu’au premier stade de la germination des mauvaises herbes. Car ensuite
les racines actives ne se trouveront plus en surface ;

- par les téguments des graines au inornent du gonflement et de la germination.

38
Remaraues :

Les herbicides ayant le premier mode de pénétration sont surtout utilisés en cours de
culture (colorant nitré et phytohormone). Et ce sont les plus anciens, alors que les deux autres
sont surtout utilisés comme herbicides de pré-émergence ou en début de culture.

b). Les époques de traitement

Dans les cultures annuelles, nous distinguons les différentes situations de traitement
suivantes :

- Désherbage de pré-semis : ce mode est souvent utilisé lorsqu’on a une quelques


mauvaises herbes dominantes et pour lesquelles on ne dispose pas d’un produit
sélectif dans les cultures. On peut même envisager l’utilisation d’un herbicide total,
mais qui possède une rémanence très faible. On lutte ainsi contre le chiendent
rampant entre deux cultures avec par exemple le diquat et la paraquat. On réalise
alors le semis de la culture après la disparition du produit (le temps allant de la date
d’application du produit jusqu’à l’installation de la culture peut aller de quelques
heures à quelques semaines ) ;

- Désherbage de pré-levée ou pré-émergence de la culture et des mauvaises


herbes : il est fait au moment de semis ou juste après, avant la levée des cultures et
des mauvaises herbes. Les graines de mauvaises herbes susceptibles de germer dans
la culture et présente dans les premiers centimètres du sol sont intoxiquées dès leur
germination. La plupart des produits utilisés ont une sélectivité physiologique par
rapport à la plante cultivée ;

- Désherbage de post- levée de la plante cultivée : Cas le plus fréquent et le plus


anciennement connu. Tous les premiers produits mis au point (acide nitrique,
colorant nitré et phytohomone) étaient appliqués de cette façon. Alors
qu’aujourd’hui, le plus souvent, ils ne sont que désherbants de rattrapage, car les
adventices provoquent des dégâts très précocement. Et on cherche aujourd’hui à
désherber soit en pré-semis, soit en pré-émergence, à la limite en post-émergence
mais, avec des traitements applicables en tout début de culture.

La sélectivité des désherbants de post-émergence qui sont des herbicides de contact, est
généralement physiologique. Elie peut être mécanique par des traitements en jets dirigés dans
les cultures en ligne,

4.3.2.3.Les produits utilisés :

Quatre groupes de produits sont généralement utilisés. 11 s’agit :

- Des coinposés organiques :


Exemples :

Les acides organiques allogenés,


Les herbicides hormonés et dérivés,
Les carbonates,

39
Les dérivés de l’urée,
Les phénols,
Etc.

- des composés minéraux :


Exemple : les acides sulfuriques

- des huiles et dérivés de pétrole :


généralement utilisés en mélange avec les autres herbicides pour augmenter leur
mouillabilité.

- des mélanges :
de très nombreux herbicides commercialisés sont en fait des mélanges de 2 à 3
herbicides. Il faut qu’ils soient compatibles (qu’ils ne se neutralisent pas). En général
ils gardent leur action intacte et parfois il y a synergie, notamment dans le cas des
mélanges avec des huiles.

4.3.2.4.Formes des herbicides

Les herbicides existent sous différentes formes :

- formes de poudres solubles ou insolubles, mais mouillables, c’est-à-dire pouvant


donner lieu à des émulsions très fines ;
- forme de liquides : il est souvent rare que la matière active soit pure. Il faut donc en
connaître les proportions pour calculer les doses.

4.4.Conclusion

Dans les exploitations agricoles, les problèmes de lutte contre les mauvaises herbes
semblent devoir être examinés dans les termes suivants :

1. Lorsque les adventices ou les mauvaises herbes ont un rôle dans l’alimentation du
troupeau, il faut :

- essayer de chiffrer la valeur fourragère de ce produit en étudiant sa place dans le


calendrier d’affouragement ;

- voir si ce rôle d’affouragement est occasionnel (mauvaise année) ou régulier ;

- chercher des références locales : enquêtes et essais visant à comparer la


production globale sur plusieurs années climatiques sur une surface de cultures
non désherbées à celle d’une culture fourragère remplissant le même rôle que les
mauvaises herbes dans le cas d’un calendrier fourrager ;

- voir si certaines cultures ne sont pas plus justifiables d’un désherbage que
d’autres (hiérarchiser les interventions).

2 . Lorsque les adventices ne sont pas utilisés pour l’affouragement, leur rôle néfaste a
été suffisamment établi :
40
- dans le cas des contraintes d’assolement, il faut porter un jugement sur les
successions des cultures pratiquées du point de vue du contrôle des mauvaises
herbes, étayé par des enquêtes et observations de terrain ;

- examiner si les diverses possibilités de lutte contre les mauvaises herbes sont
correctement utilisées et l’on devra se rappeler que les techniques de lutte exigent
une bonne technicité.

41
42
CHAPITRE 5 : NOTIONS DE FERTILITE D’UN SOL

5.1. Introduction

Avant de chercher à améliorer la fertilité du sol, il convient de pouvoir la définir au


préalable. La fertilité d’un sol est-elle seulement son aptitude à produire ? le sol fertile e s t 4 le
plus riche en éléments assimilables, le plus riche en matière organique, celui qui bénéficie du
meilleur climat, ou celui que cultive le meilleur agriculteur ?

Voilà autant de questions auxquelles il faut répondre avant de chercher les voies
d’amélioration de la fertilité du sol (cette partie du cours s’appuie essentiellement sur
SOLTNER, 1990).

5.2. La fertilité : valeur foncière naturelle, ou valeur acquise par les techniques de
culture ?

5.2.1. La fertilité : coniwaison de facteurs fonciers et de facteurs techniques

L’abondance d’une récolte, critère de fertilité, résulte de facteurs de production parmi


lesquels il faut distinguer :

5.2.1.1. Ceux uue la nature impose à 1’agriculteur:Facteurs-fonciers

a) Le climat

.. Pluviosité : quantité + répartition


Variations des températures
9 Luminosité
Vents

1 rend possible interdit


1 I

. Profondeur (exemple :présence nermet . Telle ou telle


. de la cuirasse) ,
DisDosition des horizons culture

43
2. Caractéristiques pouvant être modifiées par les techniques culturales

. Teneur du sol en minéraux issus de la Roche Mère


Teneur du sol en humus

5.2.1.2. Ceux uue l’agriculteur peut modifier facilement et rapidement par la


technique agricole :Facteurs techniques

Techniques de régulation de l’humidité et d’aération du sol (drainage, irrigation,


travail du sol,. . .)

Amendements (améliorations de la structure du sol, régulation du pH et maintien de


1 ’activité biochimique),

Engrais (organiques et minéraux),

0 Sélection des variétés et d’espèces mieux adaptées au milieu climat-sol,

0 Techniques de cultures (rotation, association, techniques de semis ou de plantation).

Tous ces moyens sont autant des facteurs techniques qui permettent l’extension d’une
culture et l’augmentation de son rendement, dans des sols réputés peu fertiles, conférant ainsi
A ces sols une FERTILITE ACQUISE. Celle-ci corrige de plus en plus les différences de
fertilité foncière.

5.2.2. La recherche d’une définition de la fertilité du sol

La production d’un sol pourrait être désignée comme le produit suivant :

Coefficient de fertilité
- naturel, Caractéristique
agricoles
d’un sol du milieu Climat-sol

D’où la définition de G. BARBIER :

La fertilité d’un sol, sous son climat, se mesure à l’abondance des récoltes qu’il porte,
((

lorsqu’on lui applique les techniques agricoles qui lui conviennent le mieux D.

Le progrès se trouve précisément dans la recherche de ces {c techniques agricoles qui


lui conviennent le mieux >). C’est en cette recherche que consiste l’effort de FERTILISATION,
terme trop souvent confondu avec I ’apport de substances fertilisantes, engrais et
1

amendements.

44
5.3. La fertilisation ou amélioration de la fertilité

5.3.1. Généralités

Fertiliser un sol en lui fournissant uniquement, sous forme d’engrais minéraux, les 3
éléments N, P, K, en ignorant l’indispensable rôle de la matière organique, la
nécessité des apports calciques, l’impérative nécessité de l’aération, de l’élimination
de l’excès d’eau et de la prévention de sécheresse n’est plus à préconiser, car
fertiliser un sol, c’est tout cela à la fois.

Mais malgré cela, la fertilisation est vue aujourd’hui sous deux optiques très différentes.

lèreoptique :

Cela revient à baser la fertilisation sur une fourniture la plus précise possible, et dans
l’équilibre que l’on pense le meilleur, d’éléments nutritifs facilement assimilables par les
plantes ou solubilisables par la solution du sol.

Cette optique est la plus répandue aujourd’hui.

La principale difficulté réside dans la maîtrise des doses. Celles-ci sont souvent
exagérées et entraînent :

des pertes par lessivage donnant lieu à des <(consommations de luxe )> déséquilibrant les
aliments et les fourrages, polluant les nappes, rendant les plantes plus sensibles au parasitisme
et stimulant la croissance des mauvaises herbes.
2ème
~

optiaue :

Cette optique vise non plus à nourrir directement la plante, mais à favoriser le
développement naturel des cycles biologiques, c’est-à-dire les cycles du carbone, de l’azote,
du phosphore et de chacun des autres éléments, cycles réunis en un seul : le cycle des matières
organ igues.

Cela se fait en respectant toutes les étapes microbiennes, que l’on évite de perturber,
mais que l’on stimule au contraire par l’obtention d’un milieu favorable, et la fourniture
d’aliments organiques et minéraux non directement assimilables par la plante.

Cette seconde optique de fertilisation, moins conforme aux intérêts commerciaux et


industriels, est minoritaire.

45
Elle est appliquée entre autre par les agriculteurs pratiquant à des degrés divers les
techniques de fertilisation (( organo-biologiques D, communément appelées (( culture
biologique )> ou K agriculture D ou <( agrobiologie ».

0 Pour favoriser le développement des cycles biologiques :

Il faut améliorer à la fois :

(1). Les propriétés physiques du sol


- sa structure,
- sa stabilité structurale et la circulation de l’eau ;

(2). Ses propriétés physico-chimiques


- son acidité,
- son taux de saturation, et
- le bon fonctionnement de ses mécanismes d’échange ;

(3). Ses propriétés biologiques enfin :


- son aptitude A décomposer les matières organiques et à entretenir de puissantes
associations nutritives avec la plante.

Pour y arriver un certain ordre d’intervention doit être respecté.

5.3.2. Ordre d’intervention

La conservation et l’amélioration de la fertilité du sol nécessitent un ordre logique des


interventions. Dans bien des cas, l’ordre suivant est adopté :

(1). S’opposer à l’entraînement du sol par érosion


(Voir cours e Conservation des Eaux et des Sols).

(2). Régulariser l’humidité du sol


- en éliminant les excès et en luttant contre la sécheresse par les procédés d’économie
de 2 ’eau et d ’irrigation(cf Cours d’Irrigation et de Drainage) ;

(3). Stabiliser la structure et préparer un milieu biochimique favorable, par les


- amendements calcaires et les
- amendements humifères ;

(4). Aider à l’établissement d’une bonne structure et à l’obtention d’un bon profil
cultural par
- un travail du sol en temps opportun et avec les outils appropriés.
(5). Compléter enfin ces efforts de fertilisation en enrichissant le sol en certains
éléments minéraux et organiques qui risquent de lui manquer :
C’est le rôle de la fumure organo-minérale et des rotations des cultures.

46
-CHAPITRE 6 : LES AMENDEMENTS

6 1 . Introduction

Les objectifs recherchés par tout effort de fertilisation, la fertilisation au sens large, dans
laquelle l’engrais ne vient que compléter tous les autres efforts de mise en condition physique,
chimique et biologique du sol sont de deux ordres :

1. Rendre le sol plus meuble, plus perméable à l’eau et à l’air, plus profondément
accessible aux racines, et

2. Créer dans sa masse les conditions nécessaires à la prolifération microbienne et à la


nutrition des plantes.

Les amendements constituent, après le contrôle de l’humidité du sol, la seconde étape


de mise en condition.

Ce sont donc des substances incorporées au sol pour améliorer, en bloc, ses propriétés
physiques, chimiques et biologiques.

Si on s’oriente vers une fertilisation axée sur la stimulation de l’activité biologique,


avec emploi d’engrais organiques et minéraux insolubles, tous les apports sont destinées au
sol, et doivent s’insérer dans les grands cycles biologiques avant d’être utilisables par la
plante (contraire de la fertilisation minérale).

Dans ces conditions, on peut alors distinguer, dans un engrais organique ou un engrais
minéral insoluble, ce qui est destiné à l’amélioration des propriétés physiques, chimiques et
biologiques du sol, et ce qui est destiné à la nutrition de la plante.

Deux grandes familles groupent les amendements :

I , Les amendements calcaires destinés à régulariser l’état ionique de la solution du sol


et du complexe argilo-humique.

2. Les amendements humijêres qui servent de support et d’aliment aux micro-


organismes, et qui constituent la source de l’humus, colloïde organique du sol.

Remarque :D’autres substances pourraient aussi mériter le non d’amendement

Le sable, dont l’apport allège la texture des sols irop argileux, dans les
exploitations maraîchères ou horticoles ;

0 L’argile des marnes, qui, outre le calcium, apporte aux sols trop sableux un
peu des colloïdes qui leur manquent.

47
6.1. Introduction

6.2.1. Les rôles de calcium

Les différents rôles du calcium sont les suivants (cf. Cours d’Agriculture Générale) :

1. Floculation des colloïdes argilo-humiques,

2. Principal cation d’échanges dans le sol dont il permet le bon fonctionnement du


pouvoir absorbant,

Le calcium est le cation qui cède sa place dans les sols en bon état de culture.

3. Action favorable sur la fixation du phosphore.

4. Principale base du sol, il maintient le pH à un niveau satisfaisant (le pH des sols


cultivés varie généralement entre 4,5 et 8,2 mais, l’optimum se situe entre 6,2 et
7,5) ; on devrait cependant éviter son excès dans le sol,

5. Le calcium favorise la vie microbienne et accélère ainsi la décomposition des


matières organiques.

Tous ces rôles concernent les propriétés du sol. Mais, le calcium agit aussi directement
sur les plantes et les animaux.

En effet, il intervient dans

- la constitution des parois cellulaires et favorise :


la germination,
le développement radiculaire, et
0 la formation des nodosités des légumineuses.

- neutralisation des acides organiques permettant une bonne utilisation, sans excès du
potassium, magnésium, sodium, et cuivre.

Far ailleurs, on sait que les récoltes exportent entre 20 et 300 kg/ha/an de Cao.

En outre, chez les animaux, le calcium est un élément de développement et de santé. Il


est indispensable aux productions animales (1 litre de lait, par exemple, exporte, suivant les
espèces domestiques de 1,25 à 2,30 g de calcium). Les animaux doivent donc en trouver dans
les fourrages.

6.2.2. Les causes du besoin en chaux

Ces causes sont de plusieurs ordres :

1. L’origine aéoloaique : sols dépourvus de chaux. Ce sont par exemple

Les sols formés


- sur des massifs anciens (massifs granitiques.. .) ;
- sur les sédiments sablonneux, ou
48
- à partir des argiles à silex.

2. La décalcarification et la décalcification (cf. figure 11)

Sols autrefois bien pourvus qui perdent progressivement leur calcium par ces deux
phénomènes dus à un lessivage du calcium par les eaux de percolation. En effet, les eaux
chargées de gaz carbonique dissolvent le calcaire et une partie du calcium en excès est
entraînée par lessivage. C’est le phénomène de (( DECALCARTEICATION ».

1 Eaux chargées de CO2


1
Mise en solution

calcium du Complexe

I l l

Mise en solution - -+. Décalcification


\
dans le soi 1

Figure 11 : Schéma du processus de la décalcification.


+
3 ie pH des sols calcaires est généralement compris entre 7 et 8.

Ce phénomène entraîne le deuxième qui est la (( DECALCIFICATION )) :


l’entraînement du calcium de la solution oblige ainsi le complexe à relâcher progressivement
le calcium fixé. Ce calcium mis en solution peut également subir le lessivage.

Ces pertes par lessivage sont d’autant plus importantes que :


0 le sol est calcaire
la pluviométrie est élevée, et
la conductivité hydraulique importante.

49

I
Quelques ordres de grandeur :

Type de sol Pertes par lessivage (kghdan)

Sol calcaire s 600


Sol acide 2 à 300
Sol neutre 3 à 400

3. Les exportations Par les cultures, qui s’élèvent en moyenne à 50 - 80 kg/ha/an en


fonction des espèces et des variétés cultivées.

Chez les légumineuses ce chiffre peut atteindre 300 kg/ha/an.

4. Les phénomènes d’échanges qui permettent la fixation des cations des engrais (K+,
4
NH en particulier) à la place dii calcium sur le complexe argilo-humique.

Exemple :

I O0 kg de sulfate d’ammoniaque déplacent 100 kg de carbonate de chaux,


0 1O0 kg de chlorure de potassium déplacent 60 à 70 kg de carbonate de chaux,

L’ensemble des pertes représente 400 à 700 kg de CaO/ha/an pour les terres cultivées.
Si le sol est faiblement ou moyennement pourvu, il y a donc acidification progressive ; il faut
chercher à limiter ou à empêcher cette acidification grâce aux amendements calciques.

6.2.3. Signes visibles montrant le manque de calcium dans un sol

Certaines observations montrent la nécessité d’un apport d’amendements calciques :

- dans les sols désaturés :


9 le travail du sol devient plus difficile par suite de la dégradation de la structure ;
le sol se ressuie plus lentement et des flaques peuvent subsister en surface ;
6 la matière organique évolue difficilement et des tâches bleuâtres peuvent se former
autour des débris enfouis (fumier, paille, engrais vert) et le milieu s’asphyxie.

- la fiore spontanée se modifie et les plantes caractéristiques des sols acides


apparaissent ;

- les rendements diminuent malgré des fumures organiques et minérales normales.

Pour préciser l’importance des apports, l’analyse est indispensable. Par ailleurs le pH
renseigne sur l’acidification, mais il ne permet pas de déterminer les besoins en chaux qui
dépendent essentiellement du pouvoir tampon du sol (cf. Cours d’Agriculture Générale).

Dans la pratique, à partir du pH et de la teneur en argile et humus, on détermine une


dose moyenne dont on constate les effets sur Ie terrain.
6.2.4. Utilisation des amendements calciques

6.2.4.1. Principaux amendements culcaires

Ils sont destinés à apporter du calcium au sol ; selon l’amendement considéré, le


calcium est libéré plus ou moins rapidement, mais le dosage s’exprime toujours en terme de
Cao. Ce qui veut dire que le prix d’un amendement calcaire se calcule à l’unité de C a 0 qu’il
apporte.

Fû kg de CaCO3 = 74 kg de chaux éteinte Ca(0H)z = 56 kg de chaux vive Cao.


CaCOp : carbonate de calcium Ca(OH)2: hydroxyde de calcium Ca0 : oxyde de calcium

Les amendements calcaires peuvent être classés d’après leur origine et les traitements
qu’ils ont subis.

a). Les produits naturels

Il s’agit des produits qui sont extraits et immédiatement utilisables. On peut citer
comme exemples :

- Les marnes qui sont des roches tendres composées essentiellement de calcaire et
d’argile. Elles dosent en moyenne entre 15 et 30 % de Cao.

- Les craies : calcaires tendres et riches en C a 0 : entre 35 et 50 %. Elles sont


directement utilisables.

Les amendements d’origine naturelle sont en général assez pauvres en C a 0 ; ils doivent
donc s’utiliser à dose assez forte et sont surtout intéressants au voisinage de leurs lieux
d’extraction.

b). Les chaux

La chaux est un produit cuit, apportant le calcium sous forme d’oxyde de calcium ou
chaux vive (Cao), ou d’hydroxyde de calcium ou chaux éteinte (Ca(0H)a). Ces deux produits
sont donc obtenus par le passage au four à chaux de roches calcaires.

la chaux vive, en roches ou broyée, dose 80 à 95 % de C a 0 selon la pureté de la roche


la chaux éteinte, obtenue par traitement de la chaux vive à l’eau, dose 50 à 72 % de
Caû. Elle se présente sous forme d’une poudre blanche légère.

La chaux est un amendement à action rapide.

c). Autres sources de calcaires :

les calcaires broyés qui se différencient par :

- leur teneur en C a 0 : de 45 à 56 %

51
- leur granulométrie ou finesse qui s’exprime par le numéro du tamis qui les laisse
passer, et
- leur solubilité carbonique, pourcentage du produit dissout dans une eau chargée de
co2.

les produits mixtes : de mélange de chaux et de calcaires broyés, en proportion


variable. Ils dosent en moyenne 60 à 70 % de Ca0 et ils agissent rapidement par le
produit cuit et plus lentement par le produit cru.

les résidus d’industries tels que les écumes de défécation de sucrerie (45 à 50 % de
Cao) par exemple.

6.2.4.2. Pvatique de la récalcification

a). La dose a apporter

Elle dépend de trois facteurs :


- du pH initial ; éviter d’apporter une dose risquant de remonter trop brutalement le
pH, car il peut y avoir des accidents (blocage d’oligo-éléments en particulier). Le pH
ne doit pas remonter de plus de 0,8 à l’unité lors d’un seul apport :
pH tres faible entraîne une activité importante des éléments 3 toxicité
- du p H recherché ; le pH optimum dépend des sols et, en général, se situe entre 6,2
et 7 3 . Il n’est pas nécessaire de remonter un sol acide jusqu’à la neutralité,
* un pH très élevé entraîne la mobilisation des éléments 3 carence

- du pouvoir tampon du sol :en sableux il faut apporter des doses plus faibles qu’en
sol argileux pour une même remontée du pH (cf . Cours d’Agriculture Générale).

Compte tenu de ces éléments, on distingue les doses de redressement et les doses
d’entretien :
- les apports de redressement permettent de remonter le pH. On conseille, pour
remonter le pH d’environ 1 unité :
* 1,5 à 3 t de C a 0 en sols sableux,
3 a 5 t de Ca0 en terres argileuses ou humifères.

Selon la richesse de î’amendement utilisé, les quantités de C a 0 apportés varieront.

Exemple :

Pour 2 t de Cao, ilfaut 4 t d ’un amendement à 50 % (calcaire broyé),


a Alors qu’il faudra 1O t de marne pauvre à 20 %.

- Les apports d’entretien permettent de maintenir le pH au niveau souhaité. Ils sont


destinés à compenser les pertes. On conseille souvent :

en sols sableux : environ 1 t de Ca0 tous les trois ans,


en sols argileux : environ 2’5 t tous les cinq ans.
52
Les apports modérés mais plus fréquents sont toujours Préférables ; ils évitent les
modifications brutales du sol.

b). Le choix de l’amendement

Il dépend essentiellement de deux facteurs :

- Le prix de l’amendement qui se calcule à l’unité de C a 0 en respectant les données


techniques étudiées (par exemple la finesse du broyage, la solubilité carbonique,, ..),

- Le mode d’action des amendements


Sur le pH l’action des amendements diffère selon leur nature. Nous en donnons ici un
exemple pour trois types d’amendement calcique (cf. figure 12).

En sols sableux, les amendements à action lente (marnes, calcaires broyés


carbonate de calcium) sont préférables car ils modifient moins brutalement le pH et
les risques de pertes sont plus faibles.

En sols argileux ou humifêres, en général les sols acides à fort pouvoir tampon, il
est préférable d’utiliser les amendements plus actifs (chaux ou calcaires très
finement pulvérisés) qui permettront d’obtenir plus rapidement les améliorations
souhaitées (élévation rapide du pH).

Remarque : le moment d’upport et la pratique d’apport sont 6 étudier en fonction des types
de cultures et de système cultural pratiqués.

6.3. L’entretien humique du sol et les amendements humiques

Comme nous l’avons vu dans le cours d’Agriculture Générale, les matières organiques
font partie des constituants du sol et jouent un grand rôle dans les grandes fonctions de
1’activité biologique (minéralisation humification). Mais, les substances organiques servent
également d’aliment pour la plante et d’amendement pour le sol.

6.3,l. Les rôles de l’humus

Les matières organiques fraîches, les produits intermédiaires et l’humus jouent de


nombreux rôles dont certains sont mal définis mais dont I’influence sur les rendements a,
depuis longtemps, été démontrée.

53
0 La chaux vive (Ca0 : C a 0 + H28 -+Ca(0H)2= chaux éteinte

cao + H ~ O -Ca ___ ( 0 ~ ) - ~


= chaux éteinte
.._.
_.

-a-

-€Ca+ 20H -

@ Le carbonate de calcium (GaCB3) eppartenaat aux calcaires broyés

Le sulfate de calcium (CaS04) ou gypse : bon pour les cultures exigeantes en Ca (arachide, tabac par
exemple).
-_ - --- ___ - ___

-
- - - -

Ca"+ n

a0 -- Is

Figure 12 : Exemples d'action des amendements calciques sur le pH (d'après SOLTNER


1990).
54
6.3.1.1. Action sur les propriétés phvsiques et chimiques du sol et sur 1’activité
biologique

a). Sur les propriétés phvsiques

L’humus, constituant du complexe argilo-humique, permet la formation des agrégats


dans le sol et facilite l’obtention d’une bonne structure. 11 est également un des facteurs
essentiels de la stabilité structurale.

En outre, l’humus retient beaucoup d’eau et permet d’augmenter la capacité de rétention


en eau du sol. Et par sa couleur sombre, l’humus favorise le réchauffement.

Par ces actions, l’humus a une action bénéfique sur l’ensemble des propriétés physiques
du sol.

b). Sur les propriétés chimiques

Partie prenante du complexe argilo-humique, c’est-à-dire du complexe absorbant,


l’humus augmente la capacité d’échange du sol et permet de retenir les éléments nécessaires à
l’alimentation de la plante.

Il intervient favorablement dans l’utilisation du phosphore et limite la rétrogradation du


potassium en fixant les ions K’.

c). Sur l’activité biologique

L’humus est le support de nombreux micro-organismes du sol et sert d’aliment aux


bactéries hétérotrophes du sol.

C’est donc un élément fondamental de l’activité microbienne dans le sol. Il permet


I’accomplissement du cycle des principaux éléments : cycles de l’azote, du phosphore, du
soufie, etc.

6.3.1.2. Rôle spécifique de l’humus et taux optimum

L’humus exerce une action stimulante s u la croissance des végétaux.

Il accroît l’absorption de l’azote par la plante dans un milieu ayant une richesse
déterminée (cf. figure 13).

11 agit sur l’activité respiratoire et la croissance des racines est accrue en présence
d’humus. En résumé, l’humus augmente la capacité de production du sol.

Taux optimum d’humus

De la même façon qu’il n’est pas possible de donner un pH optimum, valable pour tous
les sols, il est difficile de préciser le taux optimum d’humus qu’un sol doit contenir.

Cependant, on peut retenir que le sol doit posséder en humus environ 15 % sa teneur en
argile.

55
Exemple : un sol contenant 20 % d’argile, devra renfermer environ :
20 x 15
=3% d’humus
1O0
~

t
avec humus

sans humus

Concentration
du milieu en azote

Figure 13 :Action de 1’humussur la croissance des plantes.

En outre, les valeurs minimales suivantes sont conseillées, valeurs en deçà desquelles la
teneur en humus devient insuffisante et provoque une diminution marquée de la fertilité :

0 en sols argileux : 2’5 %


en sols limoneux battants : 2 %
0 en sols sableux 1,3 %

6.3.2. Le bilan humique

Ce bilan doit permettre de préciser l’importance des pertes et des restitutions afin de
bien raisonner les apports permettant éventuellement de combler les déficits, Il ne faut donc
pas y voir un calcul précis. L’on ne dispose pas toujours, pour mener à bien ce calcul, de
données de l’entretien humique des sols d’une exploitation. En fait le bilan humique a pour
objectif essentiel de répondre aux questions suivantes que se pose l’agriculteur :

1. Quelle quantité d’humus est détruite par hectare et par an dans mes sols ?
2. Quelles quantités de matière organique dois-je incorporer pour renouveler ce stock ?
3 . Que se passe-t-il si les quantités apportées sont toujours supérieures ou toujours
inférieures aux pertes d’humus ?

6.3.2.1, Evaluation des pertes

L’humus disparaît par minéralisation sous l’influence de micro-organismes. Le taux de


minéralisation - appelé coefficient kz - est souvent compris entre 1,5 et 2 % du stock d’humus
du sol chaque année.

56
Ce coefficient de minéralisation dépend des conditions d’activités des micro-organismes
(lempérature et humidité, texture et structure du sol, pH, type de culture : il est plus bas sous
prairie que sous culture annuelle).

Exemple :(Ù traiter en exercice)

Un sol ayant 3 O00 t de terre utilisable par hectare contient 2,5 % d’humus. le
coefJicient kz est évalué ù 1,7 % du stock d’humus/an.

Quelles sont les pertes en kghaîan sur ce sol ? (Réponse :1275 kg/ha/an).

Quelles seraient ces pertes si ce même sol contenait 3 % d’humus au lieu de 2,s 9-6?
(REponse = 1530 kg/ha/an).

Que pouvezrvous en conclure sur lu nature des pertes en liaison avec 1 ’augmentation de
lu teneur du sol en humus ? Est-il alors possible, selon vous, de maintenir un taux d’humus
au-dessus de l’optimum pour le sol considéré ?

(Réponse :les pertes s ’accroissent avec la teneur en humus du sol dificile de maintenir un
taux supérieur ù l’optimum).

57

I
6.3.2.2. Evaluation des restitutions

Les résidus de récoltes (chaumes, racines, tiges, feuilles,. . .) restituent une certaine
quantité de matière organique au sol. Cette matière organique se transforme en humus avec un
rendement plus ou moins bas, déterminé par le coefficient isohumique. Ce coefficient
isohumique représente la quantité d'humus formée pour 100 kg de matière sèche apportée au
sol. La figure 14 en donne des ordres de grandeurs pour certains types de matière organique.

Exemple :(à traiter en exercice)

Sur le sol précédent, on apporte une tonne de fumier contenant environ 20 % de matière
sèche,

1. Calculer la quantité totale d 'humus ainsi apportée au sol (Réponse :1O0 kg d'humus).
2. Quelle sera cétte quantité si, au lieu d'une tonne defimier, on apportait :
- une tonne de paille enfouie avec 90 % de manière sèche ? 180 kg
- une tonne de résidus de récolte avec 15 96 de matière sèche ? 22,5 kg
3. Quelle conclusion pouvez-vous en tirer ?

Pour évaluer les restitutions, il faut toujours considérer une période assez longue, car
elles sont très variables selon les cultures. On prend, en général, une rotation entière ou au
moins 5 ans.

Racines & résidus .


de récoltes
KI # 0,15 h 0,20

Engrais vert -
Ki # 0,05 à 0,lO

Fumier compost minéralisation primaire


Ki # 0,3 à 0,4 (1 - kl) m

1' Fumier non compost


Ki # 0,4 à 0,s
'
\ /

f \

Amendements humiques
k, variable
-

Figure i 4 :Représentation schématique du bilan organique du sol pour quelques résidus.


6.3.2.3. Analvse du bilan

Le bilan humique permet ainsi de savoir s’il existe ou non un déficit. Par conséquent,
deux cas peuvent se présenter :

Le bilan humique est soit toujours positif soit toujours négatif.

Va-t-on alors assister a un relèvement rapide du taux d’humus du sol ou à son


abaissement ’?

En effet, des expériences de longue durée ont montré que :

a). Les variations du taux d’humas sont très lentes, et lentes également sont les
variation de fertilité du sol.

Cette lenteur a deux raisons :

(1). Le coefficient de minéralisation, 1,5 à 2 % par an en moyenne, est d’autant plus élevé
que l’humus foumi chaque année est plus abondant. Plus au contraire l’humus vieillit,
plus il devient difficile à dégrader, et plus par conséquent ce coefficient diminue.

(2). Pour un même coefficient de minéralisation, la quantité d’humus détruite par an est
d’autant plus grande que le stock est élevé, et d’autant plus faible qu’il est réduit.

59

I
b). Le taux d’humus d’un sol tend vers un équilibre

tx de m. o. du soi
4
1 Modification du régime
i des apports de m.n-
2,5 ?40 ......................................... ...[........................... B-.... ..........

équilibr
+ élevé
2 Y0

1,5 y” 1-
............................................ I ............................. -..... .........

Régime 10 à 50 ans selon


Initiai l’intensité de la
modification

l Temps

Figure 15 : Evolution du taux de la matière organique du sol selon le régime des apports
dans un sol cultivé.

(1) Si, prenant une terre avec 2 % d’humus (A) par exemple, un agriculteur réduit la
quantité annuelle des restitutions, le taux d’humus baissera, mais très lentement,
jusqu’à un nouvel équilibre entre les quantités apportées et celles détruites (C).

(2) Si au contraire il cherche à élever le taux d’humus de 2 à 2,5 % (B), il devra accroître
les apports organiques pendant de longues années, 10 à 20 ans peut-être, et ce temps
sera d’autant plus long que les techniques culturales seront plus intensives, donc la
minéralisation annuelle plus intense.

c). Trois conclusions pratiques sont à tirer de cette lenteur d’évolution du taux de
matière organique du sol

(1) La baisse de fertilité d’un sol, privé de restitutions organiques, sera peut-être lente,
mais elle est certaine. Et les fumures minérales, même optimales, ne parviendront
pas à éviter cette chute de fertilité.

(2) L ’élévation du taux d’humus d’un sol est lente, mais n’est pas un but en soi.
L ’essentiel est, moins de chercher Ci élever le taux d’humus d’un sol, que de veiller à
y entretenir une activité microbienne intense, favorable a la nutrition des plantes,
par des apports organiques rkguliers incorporés en un milieu favorable à leur
décomposition.

GO
(3) Le taux de matières organiques souhaitable dépend de la texture du sol.

Ordre de grandeur

Taux d’argile en % Taux souhaitable de MO en %


moins de 10 3 à3,5
de 10 à 15 2,5 à 3
de 15 à 2 0 2 à 2,5
de 20 à 25 235
de 25 à 30 2,5 à 3
plus de 30 3 à 3,5

d). Le taux d’humus peut également baisser Pour diverses raisons, parmi lestluelles

(1) La dissociation entre fermes d’élevage, au bilan humique positif: et fermes de


culture ù l’équilibre humique délicat, surtout si l’on brûle ou emporte les
pailles ;

(2) Le développement des cultures faiblement restitutrices d’humus, pomme de terre


par exemple ;

(3) Un approfondissement des labours dû Ù l’augmentation de la puissance des


tracteurs entraînant ainsi une plus grande (( dilution N d’humus.

Remarque :les restitutions peuvent être augmentées à travers difféYents moyens. Ce sont par
exemple :
- augmentation des rendements ;
- modification de la rotation ;
- apports defumier ;
- enfouissement des pailles ;
- cultures d éngsais verts si les conditions climatiques le permettent ;
- utilisation de sources externes, etc.

61

I
CHAPITRE 7 : LES ENGRAIS MINERAUX

7.1. INTRODUCTION

La fertilisation minérale doit intervenir pour corriger les déficits constatés ou prévisibles
en certains éléments minéraux du sol, notamment l’azote, le potassium et le phosphore. Elle
doit donc, pour être efficace et rentable, intervenir après l’amélioration des caractéristiques
physiques, physico-chimique et biologiques du sol.

La fertilisation ne sera donc pas productive si elle trouve un sol en mauvaise condition
physique, chimique et biologique. La productivité des apports pour nourrir la culture dépendra
de la mise en condition du sol qui a précédé les apports :

- une humidité suffisante, capable d’entretenir le courant d’eau traversant la plante et


sans excès pour maintenir l’aération du sol ;

une bonne aération, capable d’entretenir la respiration des racines, condition


nécessaire pour la nutrition de la plante ;

- un pH relativement neutre ou peu acide (entre 6’2 et 7,5) favorable à l’assimilation


de la plupart des éléments nutritifs ;

- un taux de saturation en bases suffisant du complexe argilo-humique, régulateur de


la solution du sol ;

- une intense activité biologique des microbes et de la rhizosphère, intermédiaires


entre les éléments minéraux et les racines.

Dans ce milieu favorable, l’agriculteur dispose ainsi de 4 sources d’aliments pour


nourrir ses cultures :

1. les restitutions organiques de la ferme (résidus de récolte et fumiers) ;

2. les réserves minérales du sol ;

3. la synthèse microbienne d’azote organique à partir de l’azote de l’air ;

4. les engrais organiques et minéraux apportés (d’origine extérieure à la ferme).

7.2. Les engrais organiques et minéraux

Un engrais est une substance destinée à fournir aux plantes, par 1’intermédiairedu sol,
un ou plusieurs éléments minéraux, jugés insufisamment abondants dans le sol pour nourrir
les cultures.

La valeur fertilisante d’un engrais s’exprime par sa teneur en l’élément ou les éléments
fertilisants qu’il est chargé d’apporter. Il s’agit alors :

62
1. de la teneur en élément pur N, pour l’azote ;
2. de la teneur en P205, pour le phosphate ;
3. de la teneur en &O, pour le potassium.

7.2.1. Classification des engrais

11 existe plusieurs classifications. On peut adopter celle qui est basée sur les deux types
de critères suivants :
1. le nombre d’éléments fertilisants apportés, et
2. l’origine et la forme des engrais.

7.2.1.1. Le nombre d’éléments fertilisants aDportés

On trouve alors :

9 les engrais dits SIMPLES n’apportant qu’un seul des éléments fertilisants considérés
comme (( majeurs )) N, P, K,

les engrais dits COMPOSES qui apportent au moins deux, sinon les trois éléments.

7.2.1.2. L origine et la forme

On distingue ainsi :

Les engrais organiques :

Issus de la transformation des matières organiques végétales ou animales, ils apportent,


sous formes organiques, les trois éléments N, P et K, mais aussi beaucoup d’autres éléments
(S, Mg, Na, Ca, ...) et la plupart des oligo-éléments. Ils sont ainsi considérés comme des
engrais composés.

les engrais minéraux :

Ils sont d’origine naturelle, quand ils proviennent des roches ou des sédiments, ou
produits de transformations industrielles.

Les éléments apportés ne sont pas sous forme organique, c’est-à-dire ne sont pas liés à
des chaînes hydrocarbonées.

Il existe deux grandes familles :

1, Les engrais minérilu SOLUBLES souvent qualifiés d éngrais chimiques

Ils se dissolvent dans l’eau du sol dès leur épandage. Ce sont :


- les engrais azotés nitriques, ammoniacaux et uréiques ;
- les phosphates rendus solubles par traitement industriel,
- les engrais potassiques,
- les engrais composés contenant les formes précédentes.

63
2. Les engruis minéraux INSOLUBLES ou PEUSOLUBLES

Ils ne se dissolvent pas ou peu dans l’eau du sol, ils ne se dissocient pas immédiatement
en ions.

Ce sont les engrais dits naturels, par exemple les phosphates naturels, par opposition
aux premiers qualifiés de produits de traitement par l’industrie chimique.

7.3. Les enprais simples

7.3.1. Les engrais azotés

Ils sont fournisseurs d’ions ammoniacaux et nitriques. On les classe en 4 groupes


d’après la forme sous laquelle ils présentent l’azote (cf. figure 16) :

7.3.1.1. Les engruis azotés orguniques

Ces engrais azotés organiques ne devraient pas être étudiés avec les engrais (( simples )>
puisqu’ils apportent aussi les trois éléments N, P et K et beaucoup d’autres. Mais on ne peut
omettre de les mentionner parmi les engrais azotés puisqu’ils sont très souvent employés
comme source principale d’azote.

Leurs caractéristiques principales les distinguant des engrais azotés minéraux


- ils sont insolubles dans l’eau,
- inassimilables directement par les plantes,
- leur minéralisation est régulière si l’activité biologique du sol est soutenue,
- ce sont en réalité des engrais (( composés »,
- ils fournissent aux plantes des substances organiques directement assimilables
(acides aminés, substances de croissance,...),
- apportés en surface, ils stimulent le développement des bactéries fixatrices d’azote
atmosphérique.

Leurs principaux intérêts tiennent à :

- leur fourniture régulière d’éléments variés, multipliée par l’activité biologique qu’ils
stimulent,
- la protection parfaite contre le lessivage des éléments qu’ils apportent.

7.3.1.2. Les engrais AMIOUESv UREIOUES et AMMONIACAUX

Ils limitent les risques de lessivage et ont une action soutenue.

Ces trois formes, qualifiées souvent d’engrais (( ammoniacaux », ont en commun 4


propriétés :

64
Familles d’engrais Principales caractéristiques
1. Les engrais azotés organiques Sont insolubles dans l’eau ;
- - __ ~ _ _ _ / - ~- _-
h
?Te sont pas immédiatement
issimilables par les plantes ; i
Se transforment en ammoniaque
:t en sels ammoniacaux ; l
4pportent également : P, K, S , 1
Ca, Mg & autres oligo-éléments ; l
h t une action régulière dans i e ~
sol
,
II. Les engrais azotés ammoniacaux Sont solubles dans 1’eau ;
-------___
- - __
sont retenus par le complexe
argilo-humique (CAH) ;

sont légèrement assimilables par


les plantes ;

se transforment en nitrates ;

constituent des engrais de fond


4 ‘ 5 d’action assez rapide dans le sol.

III. Les engrais azotés nitriques Sont solubles dans l’eau ;

ne sont pas retenus par le


complexe argilo-humique (CAH) :
ils peuvent être rapidement
lessivés par les eaux de
percolation ;

Il
IV. Les engrais azotés ammoniaco-nitriques
sont immédiatement assimilables
par les plantes ;

constituent des engrais ai. actior


rapide dans le sol.

ammoniacaux à l’action rapide


des nitriaues.

Figure 16 : Les familles d’engrais azotés et leurs principales caractéristiques ( S O L ~ E R ,


1990).

65
ils sont solubles dans l’eau ;
ils produisent des ions ammoniacaux, NH; retenus par le complexe argilo-humique
y

en remplacement des ions Ca’+. Ce sont donc des engrais acidifiants,


ils sont, sous forme ”
1 : légèrement assimilables par la plante,
y

leur azote ammoniacal est rapidement nitrifié, si les conditions sont favorables à
l’activités microbienne.

Ces engrais ont également une régularité d’action et sont protégés contre le lessivage.

7.3.1.3.Les engrais azotés NITRIOUES

Ils ontsune action immédiate et ont en commun 3 caractéristiques :

ils sont solubles dans l’eau,


ils produisent des ions NO? non retenus par le complexe argilo-humique : perte
par lessivage peut être importante,

ils sont directement assimilables par la plante.

L’intérêt de ces engrais réside dans leur rapidité d’action.

7.3.1.4. Les engrais azotés AMMONIACO-NITHOUES

Ils réunissent l’action rapide des nitrates et la durée d’action de l’ammoniaque.

7.3.2. Les enprais phosphatés

Ils fournissent les ions phosphoriques. Ils sont classés en 3 groupes d’après la solubilité
des phosphates qu’ils contiennent (cf. figure 17) :

- les engrais phosphatés solubles dans 1’eau,


- les engrais phosphatés hyposolubles, très peu solubles dans l’eau, mais solubles dans
le citrate d’ammoniaque,

- les engrais phosphatés insolubles ni dans l’eau, ni dans le citrate d’ammoniaque.


Cette classification répond à l’un des problèmes majeurs de l’alimentation phosphatée
des plantes dans le sol : la solubilité des phosuhates.

En effet, les plantes puisant dans la solution du sol presque uniquement l’ion
monovalent H2P04, le plus répandu dans la zone du pH favorable aux cultures, de pH 6’2 à
7 3 voire 4 3 à 7’5. Au-delà de pH 7’5 une priportion croissante d’ions bivalents HPOZ-
apparaît, que la plante peut également absorber : la disponibilité du phosphore est influencée
par le pH comme le montre la figure 18.

66
Il Familles d’engrais Principales caractéristiques
solubles
---__-__- -~ -‘ Sont assez solubles dans l’eau ;
Solubüité :
Libèrent des ions phosphoriques retenus par
le CAH et par les hydroxydes de fer et
d’alumine ;

Sont immédiatement assimilables ;

Sont des engrais d’action rapide pouvant être


apportés peu de temps avant la culture, ou
même en cours de végétation.

II. Les engrais phosphatés hyposolubles Sont peu solubles dans l’eau, mais assez
. _ - -_ __ -- _- -
.- solubles dans les acides faibles ;
Solubilité :
2i7rng/I Sont assez rapidement solubilisés par les
ip H 7 acides faibles du sol et par l’activité des
racines et des microbes ;

Après solubilisation par les acides faibles du


sol, ils donnent des ions phosphoriques
assimilables par les plantes ;

Sont des engrais d’action moyennement

r
rapide, qui doivent être rapidemeni
incorporés, avant une culture, d’autant plus
tôt que le pH est élevé.

III. Les engrais phosphatés insolubles Sont très peu solubles dans l’eau, plus ou
- __ - moins solubles dans l’acide critique à 2 % ;
Solubilité :
Selon leur finesse de broyage, sont plus ou
moins rapidement solubilisés par l’acidité et
l’activité biologique du sol ;

Après solubilisation par les acides faibles du


sol, ils donnent des ions phosphoriques
assimilables par les plantes ;

Sont des engrais d’action lente, à incorporer


longtemps avant la culture, en même temps
que la fumure organique.

Figure 17 : Les familles d éngrais phosphatés et leurs principales caractéristiques


(SOLTNER, 1990).

67
Entre pH 5’5 et pH 7 3 , il y a dans le sol une
majorité d’ions HzP04 et une quantité
croissante d’ions H2P04- . Les ions PO;- ne
se forment pas aux pH habituels du sol.

Figure 18 : La nature des ions phosphoriques dans les sols cultivés en fonction du pH
(SOL TNER, 1990).

Pour qu’un engrais phosphaté puisse élever la concentration en ions phosphoriques de la


solution du sol, il faut deux conditions :
- soit qu’il possède une solution nettement supérieure à 1 mg/litre.
Cas des engrais phosphatés solubles ou hyposolubles à pH 7,
- soit qu’il trouve, dans le sol, une acidité capable de le solubiliser, d’où nécessité de
l’entretien organique du sol.

Les engrais phosphatés solubles peuvent aussi être classés d’après leur origine :

- ceux qui proviennent des gisements de phosphates naturels (au Sénégal, au Togo et
au Burkina Faso par exemple), et
- ceux qui proviennent de l’industrie sidérurgique.

7.3.3. Les engrais potassiques, fournisseurs d’ions K’

Leurs propriétés communes sont nombreuses (cf. figure 19) :


- ils son tous solubles dans l’eau,
- ils fournissent des ions K’retenus par le complexe absorbant,
- ils sont directement assimilables par la plante,
- ils proviennent tous du sel brut de potasse.

Leur classification tient uniquement à la nature de l’anion associé au cation K’. On a


ainsi :
- les engrais potassiques contenant du SODIUM : la sylvinite :

ils ne peuvent convenir qu’aux sols sableux ayant une bonne capacité d’infiltration,
pour l’élimination du sodium en profondeur, évitant ainsi le problème de salinité.
Ils sont à éviter sur sol argileux à cause de la forte proportion du sodium.
- L’engrais potassique contenant du CHLORE : le chlorure de potassium :

68
.. !
Tous les engrais potassiques ont eri commun plusicrirs propriétés :
.-

1. 11s sont solubles 1. Ils previennet toits


de la sylvinite, sel
retenos par Ic complexe Imm6dfrtentent
argilo-humiqiie assimilables

ils ne diff6reiit que par le ou les élénrents associés au potassium :


K+Cl+Na K + c1 K+S K+S+Mg K+N
Ja sylvinite :40 % de K 2 0 Le Chlorure de Potassiiim : Le sulfate de potassium : 50 Le Pitcntkliü :28 % de K 2 0 Le nitrate de potasse : 44 O/
60 % de K 2 0 % de K 2 0 de K 2 0 et 13 % d'Amt

lontiennent environ 30 % de Contiennait environ 3 % de Contieruient environ 18 % de Contiennent environ 8 % de Engrais composé binaire azot
rlaCl (dangereux pour les sols NaCl : conviennent à tous les Soufre . recomtnaiidés pour la MgO, idem que le sulfate de potassique. Convient a tou
irgileux, ne peuvent être sols et à toutes les cultures pomnie de terre, les potassium mais, siirtout ai les sols et à toutes le
hlises que dans les sols (sauf les haricots et le tabac). maraîchages et les arbres sols légers cultures.
iableux). fniitiers,
-I

Figure 19 : Les engrais siniples potassiqires et leurs principales carnctéristiqrres (SOLTNER, I990).

69
Il convient à la majorité des sols et des cultures sauf, le haricot et le tabac notamment.

- Les enmais potassiques contenant du SOUFRE : le sulfate de potasse, ou du soufre


et de la MAGNESJE : le patentkali :

ils sont employés pour les cultures craignant le chlore, ou celles qui ont des
exigences particulières en soufre, ou encore dans les sols pauvres en magnésium
(pour le patenkali).

7.4. Les enmais composés (SOLTNER, 1990)

7.4.1. Définition - Généralités

Un engrais est composé lorsyu’il apporte au moins 2 des 3 éléments fertilisants


principaux, N , P et K, groupés .I
- Svit dans un même sel : le nitrate de potasse ou le phosphate d’ammoniac par
exemple I.
Soit dans deux ou plusieurs sels, tantôt simplement mélangés, tantôt combinés
chimiquement.

On désigne les engrais composés par une formule de 3 nombres, représentant, dans
l’ordre N-P-K, la quantité de chacun de ces éléments contenus dans 100 kg d’engrais solides
ou dans 1O0 litres de solution s’il s’agit d’engrais liquides.

Exemple : l’engrais composé 14-20-20 contient N 14 %, P205 20 % et K 2 0 20 % soit au


total 54 % ou 54 Kg ou unités fertilisantes pour 1O0 Kg d’engrais.

11 existe ainsi 4 familles d’engrais composés :

1. Les binaires azotés-phosphatés (N-P) ;

2. Les binaires azotés-potassiques (N-K) ;

3. Les binaires phosphatés-potassiques (P-K) ;

4. Les ternaires (N-P-K).

La destination d’un engrais composé contenant de l’azote (N-P, N-K ou N-P-K) exige
de l’agriculteur qu’il évite deux dangers :

1. celui d’un apport trop précoce pour l’azote, à un stade où la plante n’a beaucoup
besoin de cet élément. Un apport excessif provoquerait par exemple une croissance
excessive de la jeune plane, qui par exemple résisterait moins bien à la verse, ou
encore, faute d’être utilisé, l’azote serait perdu par lessivage ;

2. celui d’un apport trop tardif pour le phosphore et le potassium, qui, faute du temps
nécessaire à leur entraînement vers les racines, profiteraient mal à la culture.
7.4.2. Les binaires azotés et phosphatés (N-P)

Ils sont représentés par le nitrate de potasse (13 % d’azote nitrique et 44 % de


potasse) :

+ entièrement soluble dans l’eau comme tous les nitrates et tous les engrais
potassiques ;

+ ne laisse dans le sol aucun résidu acide (CI-, SO4-) ;

+ peut convenir aux apports en couverture ou en pulvérisation foliaire SUT les plantes
exigeantes en potasse (fleurs, arbres fruitiers.. .).

7.4.4. Les trinaires phosphatés et potassiques P-KI

+ Engrais de mélange de sels de potasse avec un engrais phosphaté ;

+ Association logique de 2 engrais de fond ne craignant pas le lessivage et à apporter


en fumure de couverture, au moment des labours.

+ Les binaires les plus concentrés sont obtenus par mélange de phosphate bicalcique
et de chlorure de potassium.

7.4.5. Les ternaires CN-P-K)

Sont des engrais ((de mélange D ou ((complexe)), cette différence importe peu
d’ailleurs ;

Plus leur dosage global est élevé, plus ils risquent d’être dépourvus d’éléments dits
G secondaires )) (Ca, Mg, S ) et d’oligo-éléments ;

+ Sont soit solides (le plus souvent granulés), soit liquides ;

+ Les ternaires liquides ont des concentrations relativement limitées par la présence de
sels de potasse qui élèvent la température de cristallisation.

+ Ils apportent les éléments sous les formes suivantes :


- N : urée, nitrate d’ammoniaque, sulfate d’ammoniaque :
- P : phosphates et polyphosphates d’ammoniaque ;
- K : chlorure et parfois carbonate de potasse.

Les dosages sont extrêmement variés selon les marques et la destination prévue.

Exemple :Ternaires bien pourvus en azote :


10-14-14 ;14-20-20; 15-7-15 ;15-15-25 ;15-13-22 ;8-8-28.
Ternaires à dominantes P-K :
4-20-20 ;5-12-24.

71
Ternaires spéciaux :

5-12-24 S ; 7-15-30 ou 10-8-19 S contiennent la potasse sous forme de sulfate et


non de chlorure pour les plantes craignnnt le chlore ou exigeantes en soufre.

Le tableau suivant résume les différents types d’engrais rencontrés (page suivant) :

72
Fertilisation :Teneurs et caractéristiques de quel( ies engrais simples et amendements
-- - Vol. Poids - -
N pz05 Ca0 so3 3olub rndice 4ction
Wrate de chaux
_O
15,5
-
(%) ("/.>
28
("/.) spécif,'
87-1O0
spécit2
1-1,15
w
176
-
sai.
53
pKS
+2 1
4mmoniîrate 333 115-140 3,71-0,87 192 IO5 -60
Sulfate
d'ammoniaque 21 60 100-125 0,8-1 75 69 -1 10
grée 46 145 IO5 75
037 -85
Zyanamide
Superphosphate
'
-
21 __I
-
54 - 100-125 0,8-1 ---
+63
simple 18 20 25 80-125 0,8-1,25 8
Superphosphate
concentré 25 20 20 80-125 O,% 1,25 8
Superphosphate
triple 45 18 3 80-100 1-1,2 10
Phosphate
bicalcique 37 32 2 140 097 +25
Scories 15-18 45-50 035 50 2
Phospal 34 Il 85 192
Phosphate
nonoammonique 12 61 90 20 30
191 -59
Phosphates
diammoniques 18-21 46-53 87-1O0 0,9-1,15 66 -88
Phosphates
naturels moulus 28 10 75 1,3
Phosphate
monopotassique
Chlorure de
--
51 -
34 - - 23 -
-
potassium6 61 80 1,25- 1,27 35 114 O
Sulfate de
potassium6 50 45 75-85 170-1,33 12 46 O
Nitrate de
potassium6 13 46 32 74 +0,25
Patentkali 30 10 45 80 1,25 30 O
Kornkali 38 5 105 0,36 38 O

---
34 - - 7 16 94-96 1,O6 -
40 - -O
35-40 10-13 - +50
Chaux
magnésienne --
40-45 -
30-35
litres occupé par O kg de produit.
---
+80
2- Poids spécifiqué. poids en quintaux de 100 litres de produit,
3- Solubilité en Kg dans 100 litres d'eau à 20°C.
CHAPITRE 8 : FERTILISATION MINERALE

-
8.1. Introduction Généralités

La technique de fertilisation vise à améliorer ou à entretenir le niveau de fertilité d’un


sol. Elle a deux buts essentiels :

(1) modifier dans un sens favorable, les propriétés physiques et les comportements
d’un sol : d e des amendements :
- Apport de matière organique : améliorer la stabilité structurale (cas des sols
limoneux par exemple), augmenter la CEC (cas des sols sableux par exemple),
augmenter la rétention de l’eau, améliorer les comportements mécaniques du
sol (intervalle de plasticité) ;

- Apport de calcium : relèvement du pH (sur sols acides), amélioration de la


structure du sol, des propriétés biologiques et des échanges chimiques.

(2) Améliorer l’alimentation minérale des plantes ; rôZe de la fertilisation minérale :


lorsque la quantité mise en jeu dans la nutrition des plantes est déficitaire.

Les éléments sont absorbés sous forme ionisée :

- Azote: N03‘; NH4’


- Phosphore : HzPOi ;H P O 4
- Potassium : K’.

Une certaine humidité suffisante est alors nécessaire. En effet, plus le sol est maintenu
dans des conditions d’humidité suffisante, plus le prélèvement des éléments est important. Et
l’eau, par son irrégularité ou par son absence, peut fkeiner l’absorption des éléments.

On tentera dans cette partie du cours, de répondre successivement aux questions


suivantes :

1. Quelle quantité faut-il apporter ?

2. Pourquoi cherche-t-on à atteindre un certain niveau de richesse du sol ?

3. Quelle différence y a-t-il entre une fumure de redressement et une fumure


d’entretien ?

4. Qu’est ce que la fertilisation azotée ? La fertilisation phospho-potassique ?

8.2. Quelle quantité faut-il apporter ?

La détermination de la quantité à apporter doit tenir compte des prélèvements et des


exportations.

Une telle quantité a été prélevée (racines, tiges , graines, feuilles, etc.) et une partie ou la
totalité de cette quantité a été exportée.
74
Il faut donc compenser la partie exportée et les pertes.

La principale difficulté réside souvent dans la détermination des pertes, les exportations
étant plus faciles à quantifier grâce à des analyses faites sur les différentes parties des plantes
récoltées.

Et même si on parvenait à mesurer les pertes, des expériences ont montré que cette base
de calcul ne donne pas toujours de réponses satisfaisantes. La figure 20 en donne un exemple.

Bonne réponse de la culture aux apports ; Telles exportations & pertes tel apports ;
Au delà du point A, on apporte plus qu’on Très bonne réponse de la culture aux
exporte. apports jusqu’au point A.
3 Le sol étant pauvre, on voit ici qu’il nc 3 Le sol étant riche au départ, 1;
suffit pas de compenser les pertes e compensation des pertes & exportation,
exportations pour avoir un bon rendement par les apports permet d’obtenir de bon
On doit tenir compte de la richesse initialt rendements. Mais, au delà du point A 1;
du sol. règle n’est plus à nouveau vérifiée,
Il semble donc évident qu’un certaii
niveau de richesse du sol soit nécessaire s
l’on veut obtenir de meilleure réponse dc
rendement pour les mêmes niveau]
d’apports.

Figure 20 : Exemples de réponse des rendements aux apports de P205.

Par ailleurs, les plantes ayant des exportations différentes, les engrais vont être
différents d’une plante à l’autre. La formule d’engrais à choisir dépendra donc de la culture.

Mais, les quantités d’engrais 6 appliquer k i r un champ cultivé dépendent aussi des
quulités du sol. Car les pertes par lessivage et par érosion vont être différentes en fonction de
la nature du sol et surtout de sa stabilité structurale. Et le lessivage est d’autant plus important
que le sol est sableux et pauvre en matière organique (cf. Cours d’Agriculture Générale).
8.3. Pourquoi cherche-t-on a atteindre un certain niveau de richesse du sol ?

On peut citer entre autres raisons, celles qui suivent :

1. Compétition entre la plante et le sol pour le prélèvement de l’azote lorsque le rapport


C/N est très fort (cf. Cours d’Agriculture Générale) ;

2. Généralement P & K diffusent peu (très peu solubles). Ce qui fait qu’il faut enrichir le
sol pour faciliter leur prélèvement à la plante. Pour cela, le système racinaire doit
avoir un développement optimum. C’est par les techniques de labour et
d’amendement qu’on peut y arriver ;

3. La plante absorbe toujours plus qu’on en exporte. Il faut donc toujours aller au delà
des exportations ;

4. L’essentiel de l’absorption, pour n’importe quelle culture, se fait pendant une période
très courte. Par conséquent il faut une quantité importante pendant cette période si on
ne veut pas que les plantes en souffrent. C’est l’utilité du fractionnement des apports.

8.4. Fumure de redressement

Il s’agit d’un apport destiné à un sol pauvre pour l’amener à un niveau de richesse jugé
acceptable.

Mais, cette technique est très difficile du fait qu’il n’est pas souvent évident de
déterminer, pour un sol et une culture donnés, ce seuil de fertilité juge acceptable.

Le seuil de fertilité à atteindre n’est donc pas une valeur absolue, car :

1. La richesse du sol ne s’apprécie qu’en fonction des cultures qui y sont pratiquées et
leur intensité (système de culture) ;

2. Toutes les plantes n’ont pas le même pouvoir d’extraction d’éléments minéraux
dans le sol. La figure 21 en donne quelques exemples.

Au niveau d’un système de culture, il faut tenir compte de la plante qui est la plus
exigeante.
N absorbe- -- -
4

__Ic
N
:l) Grains secs de Maïs (1) Gousses fraîches et fanes (1) Cerises sèches de Café
d’Arachides
12) Gousses fraîches et fanes (2) Gousses fraîches et fanes
d’Arachides (2) Grains secs de Maïs d ’Arachides

:3) Censes sèches de Café (3) Cerises sèches de Café (3) Grains secs de Maïs

Figure 21 : Exemples de niveau d’exportation d’éléments minéraux pour diférents types de


cultures.

3. Le pouvoir fixateur détermine également le niveau d’apports.

La détermination du seuil de fertilité à atteindre ne peut donc résulter que d’une


expérimentation locale faite par type de sol et par système de culture.

On doit également tenir compte de la forme d’apport. En effet, certains ions sont
fixés par les colloïdes du sol alors que d’autres ne le sont pas et peuvent donc être
lessivés lorsque leur quantité est importante dans le sol en présence des percolations
profondes. C’est l’exemple des ions nitrates Nos- (cf. cf. Cours d’Agriculture
Générale).

4. En outre l’extraction racinaire est fonction de plusieurs paramètres, notamment de


l’état d’humidité du sol, vecteur de mobilité des éléments minéraux. En effet, le
comportement des différentes parcelles dans un champ par rapport au passif de
fertilisation joue certainement un rôle important, compte tenu du fait que la
dynamique de la fertilité dans le sol est différente en fonction des cultures et du sol.
Cette dynamique peut être décrite suivant le schéma de la figure 22.

Source des Mobilité avec Racines


Eléments +
- Extractibiiité
minéraux Pour vecteur l’eau \ J

Figure 22 :Illustration de la dynamique de fertilité dans un sol cultivé.


77
Par conséquent, on peut dire qu’en améliorant l’aiimentation hydrique, on fait
varier le vecteur de mobilité qui est l’eau. Et en fonction de l’accessibilité aux
sources, l’extractibilité va être différente.

Remarques :Les dangers des apports de redressement :

Les apports excessifs dits {{ de redressement )) d’un élément minéral, surtout s’il est
apporté sous une forme soluble (chaux, sels de potasse ...) ou sous une forme insoluble mais
d’action rapide (calcaires broyés très fins), sont dangereux. A ces apports, capables
d’entraver l’absorption d’autres éléments, on préférera donc les apports légers et réguliers
(SOLTNER, 1990).

8.5. Fumure d’entretien

Il s’agit d’un apport destiné à un sol riche pour lui permettre de compenser les
différentes pertes et exportation, sans entamer ses réserves.

Les techniques de fertilisation diffêrent selon les modes de cultures également (culture
pluviale ou irriguée). Les pertes par lessivage (ou percolation) peuvent être plus ou moins
importantes en fonction de la nature du soi et des possibilités de percolation en profondeur.
On devra alors compenser ces pertes par des apports importants. Cela est d’autant plus
nécessaire qu’on a affaire à la fertilisation azotée. C’est pourquoi l’azote, plus que tout autre
élément fertilisant, doit être apporté au moment où la plante en a besoin pour réduire au
maximum ce type de perte. Et pour bien utiliser les engrais minéraux, on devrait respecter les
trois conditions suivantes :

1. Placer l’engrais minéral au bon endroit :

La règle générale étant que l’engrais minéral doit être déposé là où sont les racines
et plus particulièrement à proximité des poils radiculaires. Les figures 23 et 24 en
donnent quelques exemples. L’épandage des engrais doit être différent selon l’âge
des arbres.

2. Lutter contre le lessivage des engrais :

On peut y parvenir de plusieurs façons :


- enrichir le sol en matière organique bien enfouie ;
- favoriser le développement des racines ;
- associer des plantes dont l’enracinement est différent ;
- distribuer les engrais minéraux au moment où les plantes en font une grande
consommation ;
- donner de petites doses successives.

78
3. Fractionner la distribution des engrais :

Cela permet d’augmenter l’efficacité de consommation et de réduire les risques de


lessivage d’engrais (figure 25).

13 Plantation

Croissance

Arbres adultes

Figure 23 : Etapes d’une plantation de caféier avec la localisation de l’engrais minéral


(d ’aprèsDupriez et al., 1983).

79
c

Figure 24 : Localisation de l’engrais minéral dans le cas d’une association culturale Maïs-
Igname, très fréquent en zone de savane préforestière (d’après Dupriez et al.,
1983).

T t
T
Semaines
Engrais :Azote (urée) durant montaison
qeme

1 3émeEngrais : Minéral -N-K) avant montaison

2émeEngrais : Minéral (N-P-K) au moment du semis

le‘Engrais :Fumier mélangé au sol par les labours


/

Figure 25 : Exemple de fractionnement des apports sur une culture de sorgho (d’aprGs
Dupriez et al., 1983)

80
8.6. Fertilisation azotée

La fumure azotée doit compléter, si nécessaire, les sources naturelles d’azote. Cette
fourniture naturelle d’azote dépend du déroulement de la minéralisation au cours de l’année,
lui-même lié au climat, au sol et aux pratiques culturales. Les engrais azotés devraient être
considérés comme le complément occasionnel de cette fumure naturelle d’azote.

8.6. î . Dynamique de l’azote

L’azote se trouve dans le sol essentiellement sous forme organique (m 95 %). Or, les
plantes n’absorbent que de l’azote et de sa réorganisation, de même que le mouvement de
l’azote nitrique dû à l’eau de lessivage.

8.6.1.I . Evolution de 1’azote minéral au cours du cycle de la plante

L’azote organique dans le sol se trouve sous trois formes :

1. Humus :

environ 5 % de l’azote minéral ;

très lié aux colloïdes du sol et difficilement accessible aux micro-organismes :


Hwnus stable ;

taux de minéralisation faible, fonction de la quantité de l’humus (plus cette


quantité est forte, plus le taux de minéralisation est élevé), de la texture du sol (taux
élevé dans les sols sableux), des techniques culturales (le travail du sol par
exemple : un sol bien travaillé permet une bonne aération et entraîne une bonne
minéralisation), de l’irrigation (plus l’humidité du sol est proche de la capacité au
champ, plus le taux de minéralisation est élevé) et du climat (taux faible en climat
froid). Généralement ce taux varie entre 0’2 et 3,5 % (cf. cours d’Agriculture
Générale).

2. Azote des matières organiques non décomposées :

les racines, les feuilles, les tiges ... : leur évolution dépend généralement du
rapport C/N (lorsque C/N augmente, le prélèvement de l’azote minéral dans le
sol devient important).

3. Azote microbien :

il s’agit de l’azote entrant dans la constitution des corps microbiens : très


rapidement dégradante.

Quel que soit le type d’azote organique, il y a un type de minéralisation qui se fait. Le
problème est donc de savoir comment faire coïncider le moment de minéralisation
importante avec celui des besoins de la culture.

81
8.6.1.2.Mouvement de 1azote lié à celui de l’eau

Le lessivage est variable selon la texture du sol et son état d’humidité (cf. Cours
d’Agriculture Générale),

La perte d’azote par lessivage peut être importante en climat humide où la pluviométrie
est abondante, ou dans le cas des sols filtrants (sols plus ou moins sableux avec une
conductivité hydraulique (K(û)) élevée. Cette perte concerne les nitrates (NO3’), forme
d’azote non retenue par les colloïdes du sol. C’est pourquoi la fertilisation azotée est la plus
délicate à mener. L’apport doit suivre l’évolution de la culture : il faut une correspondance
entre la période d’apport et celle de la consommation de la plante (voir exemple dans la figure
25 ci-dessus).

Il se pose donc le problème de la quantification des apports.

8.6.2. Les apports

11 s’agit de répondre aux deux questions suivantes :

1. Quelle quantité apporter ?

2. Quand et à quelIe dose ?

8.6.2.1. Quantité 2 apporter

La détermination de la quantité d’engrais azotée à apporter est souvent très délicate. En


effet :

1. l’azote minéral apporté en excès sera perdu par lessivage, faute d’être retenu par le
complexe argilo-humique du sol (les ions NH4+ sont retenus, mais sont transformés
en nitrates dès que l’activité microbienne s’intensifie) ;

2. l’azote minéral apporté en excès provoque des chutes de rendement ou de qualité et


augmente la sensibilité des plantes au parasitisme.

La détemination s’appuiera donc à la fois :

1. sur la connaissance du précédent cultural, fournisseur ou non d’azote (légumineuse),


ayant restitué ou non de fortes quantités de matières organiques (enfouissement des
végétaux jeunes, libérant de l’azote, ou au contraire de pailles immobilisant I’azote
du sol) ;

2. sur l’observation de la culture en cours de végétation : densités de plantes au m2 ou


sur la ligne, couleur, vigueur.. . ;

3. sur l’expérience des années précédentes, surtout si l’on a pu réaliser des essais,
même très simples, da différentes doses.

Il faut donc avoir un moyen de diagnostiquer pour évaluer la richesse du sol en générai.
Cependant, pour l’azote le problème est très difficile. Car l’azote total peut être important

82
mais, la quantité libérée faible. En plus de cela, on doit multiplier les observations selon les
climats et les cultures et aboutir à des tendances résultant d’une longue durée (10 à 30 ans).

L’objectif de tout agriculteur devrait donc être de limiter au maximum l’emploi des
engrais azotés minéraux pour plusieurs raisons (SOLTNER, 1990) :

1. ils coûtent de plus en plus chers. En effet, leur coût est lié à celui des produits pétroliers :

pour faire 1 tonne d’ammoniac, il faut 0’8 tonne de naphta ou 1,1 tonne de gaz naturel (i
tonne de naphta = 1 tonne d’azote pur) ;

2. très lessivables, ils peuvent constituer des menaces de pollution croissantes des nappes
phréatiques et du système hydrographique (rivières, lacs, étangs). Cette pollution se
traduit de 2 manières :

une diminution de la potabilité des puits, source d’eau de consommation ;

une eutrophisation des rivières et des lacs entraînant entre autres effets, la
disparition de certaines espèces de poissons (Saumons et Truites notamment).

3. déséquilibrants, car non accompagnés de toutes les micro-substances organiques et


minérales que contiennent au contraire les engrais organiques, ils n’améliorent
qu’imparfaitement la qualité des produits (faibles taux d’acides aminés essentiels, de
vitamines et substances de croissance), et rendent les plantes généralement plus sensibles
au parasitisme.

8.6.2.2.La dose globale à appliquer

Très importante pour l’azote, car la plante répond toujours à l’apport de l’azote qu’il
soit en excès ou en manque. Il faut donc connaître pour cela un certain nombre de termes :

1. besoins de la plante (X) ;


2. reliquats non consommés par la culture (Rf) ;
3. pertes par lessivage (D) ;
4. prélèvement de l’Azote à partir des matières organiques à C/N élevé (P).
Et retrancher de cela :
5. la fourniture par les résidus A C/N faible (F) ;
6. l’Azote minéral au départ (Ni).

Cette opération permet alors d’obtenir la dose théorique à appliquer :

Mais, cela n’est pas évident vue la difficulte de détermination des termes de ce bilan.

83
- cette association n’utilise pas seulement les ions en solution mais peuvent aussi les
extraire directement des formes fixées ou insolubles ;

- les pertes par lessivage sont très faibles pour le phosphore et faibles pour le
potassium.

Dans ces conditions, il est inutile de calculer exactement les fumures phospho-
potassiques pour chaque culture. Il suffit de les calculer pour la rotation, et d’appliquer
chaque année une dose égale.

En effet, le niveau de la fumure phospho-potassique dépend de :

- la richesse du sol, connue par l’analyse des terres, faites par exemple tous les 10 ans
en culture de plein champ et plus souvent en culture maraîchère ;

- l’importance des résidus de récoltes, dont certains peuvent rendre une grande partie
des éléments exportés ;

- l’abondance du fumier et sa qualité, fonction de l’abondance des litières.

11 semble donc nécessaire de limiter les fumures phospho-potassiques aux exportations


réelles plus les pertes, dès que le sol a atteint la richesse suffisante D en chacun de ces
éléments. Cependant, cette richesse suffisante, si elle est atteinte le plus souvent par la plupart
des sols en ce qui concerne le potassium, ne l’est pas toujours en phosphore, élément dont les
sols ferrugineux tropicaux sont naturellement moins pourvus. D’où la nécessité très souvent,
d’associer aux fumures classiques en N et N-P-K, un engrais simple phosphaté (le phosphate
naturel notamment) que l’on dépend comme un engrais de fond au moment des labours.

85
CHAPITRE 9 : LES LOIS THEORIQUES ET LES PRINCIPES D’UTILISATION
DES ENGRAIS MINERAUX

9.1. Les lois théoriques de la fertilisation

En matière d’utilisation des engrais, trois lois sont généralement connues. Il s’agit de

1. la loi du minimum ou des facteurs limitants,

2. la loi des avances : les résidus de la récolte précédente constituent la première


avance, et

3. la loi des excédents de rendement moins que proportionnels.

9.1.1. La loi du minimum ou des facteurs limitants

N Le rendement d’une culture est déterminé par l’élément qui se trouve en plus faible
quantité dans les horizons du sol atteints par les racines relativement aux besoins de cette
culture ».

Cette loi, dite (( loi de LIEBIG », traduit la solidarité des éléments fertilisants entre eux.
En effet, elle peut s’énoncer ainsi K 1 ’insufisance d’un élément assimilable dans le sol réduit
I’efJicacité des autres éléments, et par suite diminue le rendement des récoltes », Ainsi :

a). Tous les facteurs de croissance peuvent se comporter en facteurs limitants

Chez les éléments fertilisants, c’est souvent l’azote qui constitue le premier facteur
limitant, celui dont l’insuffisance exerce l’action dépressive la plus marquée sur le rendement.

Le plus souvent, en sols tropicaux, les carences les plus graves sont celles en N
(minéralisation rapide des matières organiques) et en P.

En dehors des éléments fertilisants, d’autres facteurs limitants existent :


- l’eau, par son excès ou son insuffisance ;
- la présence d’ennemis et des maladies ;
- le travail du sol ;
- lavariété ;
- le climat
etc.

b). Les facteurs de croissance sont interdépendants

On parle d’interaction, l’action sur le rendement qu’exercent ensemble deux ou plus de


deux facteurs de croissance. Cette action commune peut augmenter ou au contraire réduire le
rendement, être (( positive )) ou (( négative )) (la figure 27 en donne un exemple entre le cuivre
et 1’ azote).

86
200 Kgha
3 de sulfate de cuivre

aucun apport
de sulfate de cuivre
‘01
O ‘ I 1 I I 1 1 1
0 20 40 60 80 100 120 Kg/ha d’azote

Dans un sol carencé en cuivre, l’augmentation des doses d’azote fait rapidemen
plafonner et même chuter le rendement : 1 ’interaction azote cuivre est ici négative au
delà de 80 unités d’azote/ha ;
& 3. Un apport de cuivre suffisant pour corriger la carence permet à l’azote d’influe
favorablement sur le rendement et (( valorise )) la fumure azotée : apportés seuls 1(
cuivre ou l’azote n’auraient pu accroître beaucoup le rendement. Apportés ensemble
ils 1 ‘augmentent considérablement : leur interaction est positive. Cependant, le chiffic
200 Kg/ha de sulfate de cuivre n’est pas la norme à retenir : il s’agit d’uni
expérimentation, sur sol très carencé. Un apport excessif d’oligo-élément peu
entraîner une toxicité. En générale on doit se limiter à 30 Kgha maximum, lorsque 11
sol est très carencé.

Figure 27 : Exemples d’interactions négatives et positives : interaction cuivre-azote,


obtenue sur une culture de blé (d’après MULDER, cité par SOLirlvER, 1990).

9.1.2. La loi des avances : les résidus de la récolte précédente constituent la première avance

{( Les avances d’éléments fertilisants sont nécessaires pour couvrir en temps voulu les

besoins de la culture ».

Les avances sont d’autant plus nécessaires que l’on utilise des engrais organiques et
des engrais minéraux insolubles : l’activité biologique du sol doit avoir le temps de
les transformer, les rendant progressivement assimilables.

Les restitutions organiques par les résidus de récolte de la culture précédente sont en
effet la première et la meilleure avance.
Dans le cas de l’azote par exemple, l’utilisation d’une dose moyenne déterminée par
avance sur la base d’essais, et pratiquée sans tenir compte du précédent (de la quantité et de la
nature des reliquats, qu’il laisse au sol), du climat de l’année (tout au moins jusqu’au moment
où l’on doit épandre l’engrais) entraîne d’une année sur l’autre une grande variabilité dans
1’EFFICACITEDE L’APPORT D’ENGRAIS AZOTE.

Il peut arriver des cas où cette efficacité (ou la réponse aux engrais) est très faible (la
figure 28 en donne une illustration).

87
Rdt

(1) Faible influence sur les rendements


3 en année de bonne minéralisation, on peut se passer des apports, car les avances du sol
jouent pleinement leur rôle ;
(2) Grande influence sur les rendements.
a bonne réponse de la culture aux apports, car la minéralisation n’est pas suffisante, ou les
avances sont faibles ;
(3) Très peu d’influence, et même en insistant les apports entraînent une baisse des
rendements.
a mauvaise réponse, qui peut être due à un lessivage important des apports et/ou une faible
mineralisation ou de faibles avances.
2 II faut relier la dose à 1’effet année climatique et précédent cultural.
Figure 28 : Exemple de variation de la réponse d’une culture aux apports d’azote en
fonction des années climatiques et du précédent cultural.

9.1.3. La loi des excédents de rendement moins que Droportionnels

Cette loi montre que l’augmentation des doses d’engrais a une limite.

Quand on apporte au sol des doses croissantes d’un élément fertilisant, les
((

augmentations de rendement obtenues sont de plus en plus faibles au fur et à mesure que les
quantitds apportées s ’&lèvent».

Cette loi, dite N loi de MITSCHERLICH )) est le corollaire de la loi minimum.

En effet, (( l’excès d’un élément assimilable dans le sol réduit 1’efficacité des autres
éléments, et par suite diminue le rendement des récoltes ». Aussi, chaque facteur ne peut
produire son plein effet qu’en présence d’une quantité suffisante de tous les autres.

Mais la dose maximale n’est pas forcément économique (la figure 29 en donne une
illustration).

88
Vi R t Dose permettant le rdt maximum
/
taUr
1
Engrais le rdt optimum
A

/Rdt ricolte
f

Supplément de récolte
insuffisant pour payer
la derniere dose d’engrais

Poids
O A B c
Rdt optimum Limite de Rdt maxi
économique rentsbüité théorique Dose d’engrais

DA: Plus on augmente la dose d’engrais, Dr = augmentation de rendement résultant dc


plus le rendement est élevé et la valeur l’augmentation des doses d’engrais (tou!
ajoutée est grande : les autres éléments étant constants) :
3 domaine du rendement économique * 1’apport optimal est atteint lorsque le prU
bénéficiaire croissant ; d’une nouvelle dose (d) d’engrais est ég
au prix du supplément de rendement (Dr,
4B : Le rendement augmente avec la dose,
qu ’ellepermet.
mais la valeur ajoutée baisse au fur et à
mesure qu’on approche du point B où Prix de l’unité d‘engrais
on a la limite de rentabilité :
Optimum = f(
Prix du Kg de récolte
1
* domaine du rendement économique
bénéfciaire décroissant ;
BC : l’augmentation du rendement est plus
faible que celle des doses d’engrais et la
valeur ajoutée devient négative,
correspondant à une perte :
3 domaine du rendement économique
bénéficiaire croissant :
Figure 29 : Deux façons d’illustrer la loi des suppléments de rendements moins que
proportionnels, ou loi des rendements décroissants.

9.2. Quelques princiges d’utilisation des engrais minéraux

La mécanisation des labours, non précédés et accompagnés par la recherche d’un équilibre
du complexe édaphique est à proscrire, de même que les variétés sélectionnées à haut
rendement, utilisées en dehors d’un contexte édaphique équilibré, entraînant l’épuisement
des sols.

La fumure organique et minérale doit chercher progressivement à enrichir le sol en


phosphore, potassium, magnésium, calcium, ou plus exactement à établir l’équilibre en ces
éléments, en corrigeant ses différences, révélées par l’analyse.

Il ne sert A rien, par exemple, d’épandre de l’engrais sur une terre, si la texture et la
structure du sol sont telles que celui-ci ne peut retenir ces engrais sous une forme
assimilable par les racines, et que la première pluie emportera en profondeur.
89
0 La fertilisation minérale ne peut donner sa pleine efficacité que si elle s’accompagne d’une
feèrtilisation organique régulière, source d’activité microbienne : il semble que les éléments
minéraux soient d’autant plus efficaces qu’ils sont passés, au préalable, par
(( l’intermédiaire microbien )) que constitue la rhizosphère.

1-a nutrition des plantes dans le sol est plus complexe qu’on ne le pense et les lois de la
fertilisation rie peuvent être que approchée, qu’on est souvent obligé de nuancer.

Les engrais minéraux - toujours très coûteux - ne sont, par exemple, pleinement efficients
que lorsque le complexe édaphique est capable de les absorber ou qu’ils sont assimilés par
les racines immédiatement après leur épandage.

* La valorisation de la fumure minérale se fait sur des sols dont la texture et la structure sont
sîti jfaisantes, riches en matières humiques (d’origine organique), correctement fractionnés
en argiles, limons et sables, de telles sorte qu’il y existe des équilibres hydriques
satisfàisants qui évitent les pertes en profondeur (lessivage) ou la formation des croiîtes ou
I..ien des carapaces minérales en surface, parce que l’évaporation est trop intense.

En outre, les apports d’azote, de phosphore, de potasse ne sont entièrement valables que
dakis des contextes ioniques équilibrés avec d’autres éléments (Ca, Mg, Fe, etc.) qui ne
petivent être mis en valeur que moyennant la première condition ci-dessus. Par exemple :

- un apport exclusif d’engrais azotés sur une culture va amener une- exploitation plus
intensive du phosphore, de la potasse, d.u fer, du zinc, du Mg, du calcaire, du bore,
etc.
- un apport complexe d’azote, de phosphore et de potasse renforce l’exploitation des
micro-éléments, qui devront donc être remplacés.

Le principe le plus satisfaisant pour ce qui est de la gestion des engrais est qu’ils soient
capiks par la biomasse d’équilibre ou de reconstitution et redistribués ensuite sous forme de
niatériaux organiques se décomposant progressivement sous l’effet de la vie micro-
biologique.

hlalheureusement, les techniques de développement ont tendance privilégier les


économiques et agricoles et à sous-estimer l’importance des autres facteurs. Ce qui
>L:jsr~ciie~
ç: ,&it à un dknigrement systématique de tout ce qui est traditionnel.

Les développeurs ont tendance à refuser les réalités humaines les plus contraignantes et
d st: m s j r au plus vite des modèles techniques et économiques inventés en dehors du modèle
!><::;San,car t 3s critères de rentabilité sont considérés comme critères prioritaires.

Lee. recherc:Se devrait être développée sur les points suivants :


. les sois et leur évolution,
- li: r6le écologique de la biomasse,
- la notion de productivité des facteurs,
- l’importance des périodes de reconstitution des sols après leur exploitation.
TROISIEME PARTIE :
NOTIONS D9ELEVAGE
CHAPITRE 10 : GENERALITES SUR L’ELEVAGE

10.1. Définition

La zootechnie est l’art d’élever les animaux domestiques. Elle étudie les relations qui
s’établissent entre un peuplement d’animaux domestique et son milieu, le tout considérés
cviarrie un ensemble soumis à l’homme.

Dans cette définition, trois catégories d’éléments (ou pôles) peuvent êtres distingués :

-Phhsmme (l’éleveur en particulier) en tant qiie organisateur de ce système,

=l’animalqui constitue l’élément central et caractéristique du système

-les ressources que le système mobilise (ressources fourragères)

! O 2 Les trois pôles du système d’élevage


10.2.I L’éleveur et sespratiques

Dans un système d’élevage, l’homme doit être considéré comme étant à la fois
décideur et acteur intervenant sur le réel.
Pour réaliser son projet, l’éleveur :
-arrête un certain nombre de choix (espèce, objectif final),
-met concrètement en œuvre ses décisions aux travers d’activités cohérentes et
finalisées que nous qualifierons de pratiques.

Les pratiques en tant qu’activités cohérentes et finalisées peuvent s’analyser en terme


de :
-modalités : que fait l’élevew ? comment le fait-il ?
”efficacité : analyse des effets et conséquences des pratiques :
+ quels sont les résultats obtenus par l’éleveur ?
f quels sont les conséquences de ses pratiques sur l’environnement

On distingue quatre types de pratiques d’élevage qui correspondent respectivement à


quatre grandes fonctions, et se combinent logiquement dans le déroulement
du processus de production.

10-2-1-1 Les pratiques d’agrégation

Elles déterminent la composition d’animaux : lot, troupeaux, laitières, jeunes, ...


I 0.2.1.2 Les pratiques de conduite

CZn en distingue 5 types :


- Pratiques de conduite alimentaire (pgturage, résidus de récoltes et de ménages,
coniplkments minéraux)
- Pratiques d’abreuvement (puits, forages, mares)
- Pratiques d’hygiène et de santé
- Pratique de logement
- Pratique de reproduction

92
10.2.1.3 Les pratiques d’exploitation

- abaiage, vente
- lait, fumier
- cuirs et peaux

10.2.1.4 les pratiques de valorisation

- transformation lait, viande, .. .


- intégration agricultureklevage : fùmier, travail, résidus

1O.2.2 L ’animd

C’est l’élément central et caractéristique du système d’élevage, l’animal confêre au


r$ystèmeson originalité.
L’aniirnzl a un double statut :
$- produzteur : il produit et se reproduit
-t i I est un produit
La représentation de l’animal varie en fonction des disciplines en amont de la
zooteciAe :
4-éconorî-iie
-t- sociologie
+agriculture

La fonction animale la plus importante est la mobilité. En effet, le contrôle plus ou


moins étroit exercé par i’homme sur l’animal passe d’abord par le contrôle de la composition
des zrocpeaux, ensuite par le contrôle des déplacement des animaux.
Dans les systèmes extensifs, la mobilité conditionne plusieurs pratiques concourant à
1’élabcration des performances socio-économiques (pratiques d’agrégation, de conduite,
d’exploitation, intégration agriculture/élevage).

10.2.2.1 Etude qualitative du troupeau

a. Définitions

Le terme troupeau doit être réservé à des ((unités de conduite n, à des groupes
d’mmalix conduits ensemble. Le troupeau est donc une structure sociale, constituée pour
répondr, h des objectifs donnés dans des circonstances données. Il est à tout moment
wsceptible de modifications, sous l’influence de décisions ponctuelles de portée générale (on
;L‘;is+c à U P ~ Jdate donnée, deux troupeaux jusque là séparée) ou individuelle (une vache est
traris1érSe dans un autre troupeau suite à son tarissement ou à une mise-bas).

b. Caractéristiques statiques

1! s’agit de connaître l’effectif du troupeau et de déterminer par classe d’âge les mâles,
femelles et tes jeunes (voir figure30 ) et d’estimer la fécondité à partir de la structure d’un
troupeai., (figure 3 1).

93
_ j .. ' . .- _-_. . II.-._ . . .... . -_--.._CI
*-

MALES MÂLES
FE MELLES -1 1
Forte exploitation
des mâles entre 2 et 9-10
4 ans 8-9
7-a
i
6-7
5-ô
5-6

~,4
.?yramiQe pente réguiiere (régime aémograpnique sraok). Régime dimographiçue stable &ni2 reguiierej avec une
assez ione ir'aioie rnortaiitéj ; Oase étroite = iaioie fécondité feconaiié eievée (jase eiargie) - Troc?eau laitier

MÂLES FEMELLES
11-12
10-11
9-10
a-2

-moEailié éievée
-_
I -u

des jeunes ; 6-7


CU une baisse 5-5
cataçtrophiaue
4-5 d-5
ae ia ieconaiié

2-3
7 -2
3-1
Pzs de jeunes : tous les
animaux sont achetés a 2
ans
11 11
L.3

;-?
O-! i
1I I
l

94
c. caractéristiques dynamiques

+ taux d’exploitation
C’est le pourcentage d’animaux prélevés chaque année dans un troupeau, qu’il soit
familial, régional ou national.

Nbre d’animaux prelevés dans l’année


Taux (en%)=
Effectif du troupeau

+ Taux de fécondité
Nbre de jeunes de moins de 1an
Taux de fécondité =
Nbre de femelles reproductrice x1O0

+ Croît du troupeau
C’est le pourcentage d’animaux conservé chaque année en plus du troupeau initial

Croît (en%) = Effectif année (t) -effectif année (t-1)


effectif année (t-1)

Normes de taux :

Bovins :Elevage traditionnel :2 à 4%


Elevage moderne :5 à 10%

OvinsîCaprins :O à 5%

Porcins :O à 5%

Volailles :Elevage traditionnel :O à IO%


Elevage moderne :O à IOO%

+ rendement numérique
C’est la somme de l’exploitation et du croît

Rendement (en %) = Nombre d’animauxproduits dans l’année


effectif du troupeau
Normes de rendement :

Bovins :Elevage traditionnel :8 à 18%


Elevage amélioré :20 à 25%
Elevage moderne :30 à 40%

Ovins : 15 à 30%

Caprins :20 c i 40%

Porcins :50 à 75%

Volailles :IOO%
95

. .. . . ._ ._ -
- -
.
_,-
- . ~.
+ Taux de mortalité

Taux (en %) = Nbre d'animaux morts dans l'année


effectif moyen au cours de l'année

Normes de taux de mortalité

Bovins :O a 1 an :30 a 40%


là2ans:5à10%
3 ans et + :2 à 5%

Ovins : O à 6 mois :30 à 40%


6moisàIan:15%
plus de 1 an :5%

Caprins :O à 6 mois :30%


6mois à 1 an :15%
plus de un an :5%

+ Gain moyen journalier

C'est le gain de poids réalisé en une journée (pesée mensuelle et bimensuelle).

Normes (animaux adultes/année normale)

Bovins :Elevage extensif traditionnel :50 à 1OOg/j


Elevage extensif amélioré :250g/j
Elevage intensif: 750g/j
Embouche :500 à IOOg/j

Ovins :Elevage extensif: 1O à 20g/j


Embouche :1O0 à 2OOg/j

Porcins (élevage moderne) :200 à 500g/j.

96
10.2.3 Les ressources fourragères

1O.2.3.1 Généralités

L’accroissement constant en besoins de produits animaux (lait, viande, cuir et peaux, . , .)


nécessite un effort régulier en faveur de l’élevage pour permettre au troupeau de produire
davantage en nombre et en qualité.
Pour cela, il est indispensable de lui assurer une nourriture abondante et un
abreuvement régulier.
L’alimentation animale doit provenir soit :
-des pâturages naturels,
-des pâturages sur jachères artificiels (prairies)
-des cultures fourragères

1O. 2.3.2 Pâturages naturels

Dans cette forme traditionnelle les animaux parcourent la brousse en broutant les herbes et
les feuilles d’arbres et arbustes. C’est le pâturage en libre parcours.

L’exploitation de ces pâturage est caractérisée par deux formes :


- le rythme : nombre et durée de passages des animaux sur une même aire
- la charge : nombre d’animaux pzr unité de surface, soit pour une année entière, soit
pour un passage.
Le rythme doit permettre la régénération des plantes entre deux passages, sinon il y a
dégradation du pâturage.
La charge est :
- adéquate quand la croissance des animaux est bonne et si le pâturage se maintien en
bon état.
- trop forte (surpâturage) quand les herbes envahissent le pâturage et se dégradent
- trop faible (sous-pâturage) quand les herbes envahissent le pâturage et se dessèchent.
On estinie généralement qu’il faut par tête adulte autant d’hectare que de mois de saison
sèche.

Cette méthode traditionnelle a pour inconvénients :


- un surpâturage donc une dégradation du milieu
- une fatigue du bétail qui doit faire de nombreux kilomètres par jour pour s’abreuver
- difficulté d’amélioration
- des conflits avec les agriculteurs.
L’amélioration des pâturages naturels peut-être obtenue par différentes méthodes :

0 Exploitation rationnelle

- le ranching dirigé : tout le pâturage naturel est divisé en “paddock” sur lesquels le
bétail effectue une rotation plus ou moins longue.
-le pâturage rationnel : les “paddocks” sont plus petits et plus nombreux et même
parfois clôturés avec des abreuvoirs. Ce système ne peut être pratiqué que lorsque le
pâturage est hautement productif.

97
L.a charge adéquate

C’est celle qui donne les meilleurs rendements en viande tout en préservant et même
en améliorant le pâturage.
Elle ne peut se calculer qu’après une longue expérience et varie selon la saison.

0 Le contrôle de la végétation

Pour maintenir un bon couvert végétal, il peut se faire de plusieurs façon :

BrGlage
II a pour avantage de limiter le développement des arbustes, supprimer les refus et de
détruire les parasites nécessaires à la germination de certaines graines. Ce brûlage est
déconseillé dans les zones sèches (pluviométrie inférieure à 500mm).
En effet, le brûlage favorise l’érosion et retarde la formation de l’humus.

Fi irchage mécanique
11 a des effets semblables au brûlage mais exige des moyens matériels importants.
L’époque et la périodicité sont déterminées par l’expérience.

Débroussaillage

Il s’agit de la coupe des arbustes pour favoriser la pousse de l’herbe. Il doit être
entretenu par la suppression des rejets.

Mise en défens
C’est l’interdiction absolue de pâturer pour permettre la régénération. Elle est plus ou
moins longue selon la qualité du pâturage.

10.2.3.3 Jachère artificielle

Définition

Dans la rotation, au lieu de laisser la brousse se repousser seule (jachère naturelle), on


améliore la jachère par des plantes spécialement choisies qui accroissent la quantité d’aliment
disponible pour le bétail.

* Avantage
-améliore le sol par apport de la matitire organique à partir des déjections animales
-le fourrage de la jachère par sa qualité fait entrer l’élevage parmi les spéculations de
l’exploitation
-elle permet également la sédentarisation de l’éleveur semi-nomades

Condition de mise en place

-le problème foncier doit être résolu


-l’agriculteur doit accepter de devenir en même temps éleveur,

98
-l’acceptation du paysan de faire un pseudo-culture pour nourrir son bétail en petit
nombre.

Caractéristiques

Il faut utiliser des plantes locales auxquelles on ajoute des espèces introduites qui ont
fait leurs preuves.
Il faut tenir compte de :

-la composition du mélange : accorder une grande importance aux légumineuses


-le mode d’exploitation (semis ou bouturage)
-la rapidité d’occupation par les bonnes herbes avant les mauvaises
-la profondeur d’enracinement
-la valeur nutritive et l’appétibilité
-le calendriek de la jachère : il faut produire pour le moment là où le bétail a besoin
d’un supplément de nourriture
-l’exploitation de la jachère : pâturage raisonné, pâturage au piquet, fauchage puis
affouragernent à l’étable, fauchage puis en réserve (foin, ensilage)
-fertilisation : la jachère peut, au moins, piofiter des engrais répandus sur les cultures
précédentes

Plantes fourragères
Pour faire du fourrage, on peut :
Soit cultiver des plantes qui existent déjà sur place dans les jachères ou dans la brousse
(fourrage naturel),
-soit cultiver spécialement des plantes particulières : ce sont les fourrages artificiels.
Ces plantes améliorées à partir de celles qui existent sur place ou introduites d’autres pays à
écologie semblables.
Les plantes fourragères appartiennent à deux familles :
-les graminées : c’est ce qu’on appelle plus généralement herbes
-les légumineuses qui sont des arbres ou arbustes et dont les fmits sont des gousses.

Le choix des espèces fourragères à utiliser dépend de :


-conditions naturelles du milieu
-leur mode d’exploitation (pâturage, fauche pour consommation en vert ou en sec)
-leur mode de culture : sèche ou irriguée
-techniques d’élevage : nomade, semi-nomade, sédentaire
-l’emploi du bétail :jeunes, viandes, lait, travail
-moyens techniques dont dispose l’exploitant
-conditions économiques

La gamme des plantes disponibles est assez étendue mais le choix reste difficile.
D’une manière générale, les plantes fourragéres :
-exigent les mênies méthodes culturûles que les autres plantes pour donner des
rendements satisfaisants : semis, sarclage, et même fumure.
-devraient entrer dans la rotation de l’exploitation
-peuvent être cultivées en sec avec l’aide de l’irrigation d’appoint
-permettent l’intégration agriculture/élevageau sein de la même exploitation
-devraient souvent être cultivée en association : graminées + légumineuses

99
Le calcul économique de la cuitwe fornagère ne devra jamais être négligé malgré les
rliificultés rencoctrées lors de l’établissement du prix de revient.
Compte tenu des différentes formes d’utilisation des fourrages, il est souvent plus
facile de comparer les rendements en viande obtenue avec le prix de revient des différentes
ratioms alimentaires du bbtail.
CHAPITRE 11 : DESCRIPTION DE L’ELEVAGE EN AFRIQUE DE L’OUEST
ET DU CENTRE

11 .l Les espèces animales

11.1.1 lesBovins

On rencontre deux types de bovins selon la zone :

-zone soudano-sahélienne et sahélienne : on trouve les zébus qui sont adaptés a la


chaleur mais supportent mal la trypanosomiase (maladie transmise par des insectes piqueurs
telle que la mouche tsé-tse3

Exemple : Zébu peul : cornes courtes (du Sénégal jusqu’en Centrafi-ique)


Zébu M’Bororo : longue corne (Niger et Tchad)
Zébu Gobra : longue corne (Ouest Sénégal, Sud Mauritanie, Nord-Ouest du
Mali)

-zone tropicale humide : on trouve les taurins. Ils sont caractérisés par une taille
petite et supportent les conditions de vie en climat humide.

Exemple : Race N’Dama (massif du Fouta Djallon)


Race Baoulé (Côte d’Ivoire, Sud Mali, Burkina Faso, Ghana)
Race Lagune (Côte d’Ivoire, Bas Congo, Bas Bénin, Sud Togo)

1 1.1.2Ovins

On trouve là aussi les races de grandes tailles vivant au Sahel et les races plus petites vivant
en zone soudano-guinéenne.

Exmple : Mouton Balé-Bal6 en zone sahélienne.


Mouton Djallonké en zone soudano-guinéenne

1 1.1.3 Caprins

On trouve la chèvre du Sahel de grande taille et le cabri (chèvre naine) qu’on rencontre
partout dans l e s ~ (zone
l côtière et Afrique du Centre).

11.1.4 Porcins

On rencontre les races locales et métissées

11.1.5Volailles

Les races locales sont rustiques, résistantes aux affections mais peu productrices. L’élevage
industriel fait appel à des races sélectionnées.

101
11.2 Caractéristiques de i’élevarre

On distingue schématiquement 3 types d’élevage traditionnel, auxquels s’ajoutent divers


élevages industriels.

11.2.1 Elevage nomade

II s’effectue dans les zones ii pluviométrie inférieure à 500m.


Il se définit comme le déplacement incessant des troupeaux, à la recherche de
pâturage, sans jamais revenir au point de départ.
Cet élevage concerne les bovins, les ovins, et les caprins.

11.2.2 Elevage transhumant (pluviométrie Sup. à 500mm)

11 se définit par un déplacement régulier des troupeaux à la recherche de pâturage et


des points d’eau, selon des parcours établis en fonction de l’alternance des saisons.
En géniral les déplacements se font dans la direction Nord-Sud.

11.2.3 Elevaae sédentaire

11 est caractérisé par une localisation autour d’un village, ce qui n’exclut pas des petits
phénomènes de transhumance.
C’est souvent un élevage mixte, groupant des effectifs de petite taille d’ovins, caprins,
porcins. Il n’existe pas d’association agriculturelélevage spontané et les conflits entre
agriculteurs et éleveurs sont fréquents.

i 1.2.4 ElevaRes de type industriel

Ils sont groupés autour des centres urbains ou dans les zones agricoles densément
peuplés. Ce sont les cas :
-des élevages des porcs en claustration
-des élevages de volailles en bâtiment ou sur parcours
-des élevages de bovins laitiers (plus rare)

11.2.5 Embouche

11.2.5. I Définition

L’embouche se d6finit comme l’engraissement et la mise en condition de certains types de


bétail (principalement les ovins, bovins, porcins) pour la boucherie.

I II2.5.2 Obiectzfi

La rentabilité, et par conséquent l’intérêt de l’embouche, est liée au prix de revient de


la viande produite.
Les objectifs à atteindre sont multiples :

-augmenter la production de viande

102
-valoriser le rendement de la carcasse et la qualité de la viande

-iralorisc.rles produits agricoles

-dirnir:iker La charge de pâturage.

I 1.2.5.3. Principales techniques

-Embouche herbagère sur pâturages naturels ou améliorés, irrigués ou non, avec distribution
de compléments alimentaires (résidus agricoles ou sous-produits agro-industriels).

-En;l,oucEie paysanne : engraissement de quelques têtes de bétail au moyen de fourrages et


df, s , c w .yr:duit qui proviennent des exploitations. Ce type d’embouche, fréquente en Afrique
: -,chirienne,est souvent confié aux femmes,
l

-:ft t * h : ~ & eindustrielle : dans ce cas l’alinientatioii est entièrement apportée dans l’auge.
i e L : t au iiioyen de tous les sous-produits disponibles.

,t w a ! s iéiâiisés par les service d’élevage ont abouti à la mise en évidence suivante :

a;:titude de certaines races à l’embouche

- M i e de l‘âge sur l’aptitude à l’embouche

.3? h1 c fondamental de la durée d’embouche

.’ ~v+i:c\:
;tés des mâles entiers sur les castrés pour les performances (rentabilité)

Y$( * -,> d’alimentation du bétail (pour chaque espèce et race) existent dans les services
+ s c * ‘ y ~ ; q t 8 7s cl’xkvage. Ces tables sont spécifiques à chaque pays (voir même région) car
E& i ~ ~ t compte
r t de la réalité agricole du rniiicu. Elles sont facilement disponibles.
~ ’ i î - m a d i q u epastorale concenie la fournitur e d’eau pour les besoins de l’élevage
cIi citu des animaux et construction des points d’eau vocation pastorale). De ce fait
les nc>rrnestechniques relatives à la consimctio~ide points d’eau restent les mêmes que pour
7: 5 xiiti-s secteurs (agriculture notamment)
fol coiliAnel’hydraulique agricole pour l’agriculture, l’hydraulique pastorale reste un
c !. &2veiappemait de l’élwage surtout cians les zones à déficit hydrique important
2 kc %J-jA par exemple

mids des animaux d’un or),ml;me vivant mima1 est constitué par l’eau.
VL di abreuvement entraîne donc des ?ri>ublespathologiques importants pouvant
:,;J~LI d les irréversibles.

-les d e j e ~ims
i (urines, fécès)
,aporaticiî (respiration, transpirdtioa)
!-\:

Y- productions (lait, gestation)

da .,lirn?Lt
i “fi~tJv:t&physique de I’animl (travd, &placement pour le pâturage)
*C f’lltat cie santé (dim-hée par exemple)

*
:+j...-;r~ sont réalisés par les abieuvr.liaerits et La quantité d’eau contenue dans les
’ i’ >
12.23 Besoins en eau des aniniaux

bovins : saison de pluies : 16 i/j


saison sèche : 20 i/j
C h chiffres sont de valem rmgrenncs et ne tiennent compte que du cas où
! ’ r i It-uve:rterit est régulier. Pour des cas irréguliers, 3n peut estimer à 60 litres en une journée
~miirTI-, “ r i b 911 ~ pleirie saison sèche qui ne s’iihrcuve qu’un jour sur deux et faisant des longs
uzpiaccm?nts.

Petits riiininants (ovins et caprins)

:-. ’ 5 cmsommation sntre 3 ei 4 litres p.ir jolir pour des animaux de format moyen.

s adapté à la sécheresse, il pcili wpportc.; ime privation d’eau pendant 8 jours (voir
rf c;;kwm froide). 11 peut consommer ai revatiche dms des circonstances jusqu’à 100
; ilqi q,w-t d’heure.

e : n tradjtiomiels (Peuls) d6pt~~ie-,i:


entièrement de leurs troupeaux. Le rôle
A 1’ri~drauliquepastorde est d ’iwdiorer l’abreuvement des animaux et de
’ expJioiation des nouvzaax pLtv-2ges c9a;ic. les zones où l’exploitation des nappes
! ’mrs des portee des rnoyerts i:a<iiticimels.Tout ceci a pour but de réaliser

ior, relative des éleverrrs p i i l . ; pri>pices a un développement social que le

sion des techniques modernes d’élevage.

2 -_
-’ 3::;. lepian alimentaire

1 .: : a %CF points d’eau, rno,nris graride est ‘la concentration des animaux, donc

inportant, en particulier les mares : il est


i j e 1,s m i v x i x ne puissent pas rentrer dans l’eau
!ie en béton) afin d’éviter le piétinement et
12.3.4 Sur le plan économique

En hydraulique pastorale, le critère économique n’a pas de sens. Ce sont les impératifs
sociaux et sanitaires qui priment.
Exemple: dans le Sahel, en saison sèche, le seul moyen d’avoir de l’eau est la
méthode des forages (méthode lourde en investissement et pas forcement rentable).

12.3.5 Elaboration d’un programme d’hydraulique pastorale

Etapes :

1. Inventaires des pâturages.


2. dénombrement du bétail (pour l’évaluation des quantités d’eau nécessaires).
3. Possibilités des techniques d’exhaures et surtout en saison sèche.
4. Détermination des points d’eau (il faut savoir que le bétail peut résister une journée
sans eau en parcourant un trajet de 10 Km environ sans dommage).
5. Détermination de la nature des ouvrages qui sont fonction de :
+la profondeur de la nappe aquifère
+ le débit à fournir aux utilisateurs
Ces points aboutiront à la connaissance :
-de l’emplacement, la nature, le diamètre, le débit des puits en service ;
-l’emplacement et le débit des forages ;
-l’emplacement et la variabilité des mares
-la densité et la valeur du pâturage vont permettre d’établir des priorités quant a la
mise en place d’ouvrages neufs (zones de pâturage d’eau existants mais détériorer ou
insuffisants).
Il n’y a pas de règle fixe : la conduite à tenir est dictée par les impératifs et
l’expérience. De façon générale, on peut noter que :
-les forages doivent et puits neufs seront éloignés au maximum des mares
s’asséchant après le mois de février.
-les forages se faire préférentiellement dans les vallées
-il faut associer dans une même région les différents systèmes d’exhaure.

Autres facteurs

“Création de points d’eau sur les routes de transhumance et de commercialisation du bétail et


sur les marchés du bétail.

“Mesures de prritection de certains pâturage (ouverture des points d’eau seulement en saison
sèche)

106
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BOUAZIZ, A. (1986). Notes de cours de techniques culturales, 4émeannée agronomie, U V


Hassan II, Rabat, 1986.

DUPRIEZ, H., DE LEENER, P. (1983). Agriculture Tropicale en milieu paysan aficain.


Collection (( Terre et vie, enda )), Editions
l’Harmattan, Dakar 1983,280 p.

ELLARD, J.-L. (1979). Manuel d’Agriculture Générale, base de la production végétale, dans
la collection <( Les manuels professionnels agricoles ». Editions J.-B.
BALLIERE, Paris 1979,344 p.

IBRAHIMA, A. (1994). Cours d’Agriculture : Techniques culturales .Polycop. de cours


EIER, Ouagadougou, octobre 1995, 116 p.

MACON C , , MERCY E., MOREL M. (1981). Notions de base sur l’élevage en zone
intertropicale africaine. Polycop. de cours EIER, Ouagadougou, 9 1 p.

MAXIME B. (1997). Notes de cours d’élevage. Faculté d’Agronomie de l’université de


Niamey. 30 p.
Ministère de la Coopération et du Développement (1991). Mémento de l’Agronome,
quatrième édition dans la collection (<Techniques rurales en
Afrique ». Paris, 1991.

MUSY, A. et SOUTTER A. (1991). Physique du sol. Collection gérer l’environnement,


Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.
Lausanne, 1991,335 p.

SOLTNER, D. (1990). Les bases de la production végétale, Tome 1 le sol. 18“e édition -
1990, dans la collection Sciences et Techniques Agricoles, Angers,
1990,467 p.
EXERCICES 'APPLICATION
Dites pourquoi les semences aqueuses sont elles plus délicates à conserver que les
semsnçes sèches ?

F’curquoi le problème de leur conservation est-il plus épineux en pays chauds qu’en
pays froids ?

Exercice 2

2.1. Qirelles sont les différentes conditioiis extenies de germination et d’émergence des
st:mences seches ‘7

A 2. La i n m e quantité d’eau pennet-elle à une graine de germer aussi facilement selon que
l u ml est sableux ou argileux ?

I ~ m sl e cas des risques de longues peliodes sèches après le semis, doit-on semer
qwficieilement ou profbnci ’?

L 4. Examiner ce qui risque de se passer au sol battant dans les trois cas de figure suivants :

Pluie Travail du sol Sécheresse


et semis

I) O 4
Travail du sol Fort9 pluie Sécheresse

n +
et semis
c
‘Travaildu sol Piuie prolongée
JJJ J
: ~ xi ,st I’anïendement qui améliore le plus la stabilité structurale, les engrais verts ou
!a y 9 % ?

3 ’: Qirdle est la pratique qui amdiore le plus la stabilité structurale, le brûlage des
dIGkLàmes ou leur enfouissement ?

~ deux cas, distinguez les effets à court terme et à long terme (utilisez la figure
k h r les
1 B.
@ Engraisverts
@ Paille
@ Fumier bien décompd

-.*
14 sgair..: 1 t Ktpr4sentation schématique dtts cl$& ents types de stabilisation par les matières
oïgsiniques enfouies (d'aprlI;.".WOAWTR 1965, cité par PAPY, 1977).

Lde la stabilité structuni!e au cours dzr temps dipend du type de matière


j i 1 0 h r . m ~

,t dans In niesure ou In décomposition de ces matières entraîne


u ) t q ~ t l enfouie
p~ qevefztindlerutevrt I 'action des corps microbiens ou des subtances préhumiques ou de
' h n c l s stable

d*e.ob!èrne: Etude des conditions de levée d'une céréaie d'après des essais réalisés dans
une région il climat semis aride.

B nr oncé

Silans uiit zone céréalière (climat semi-aride), en traction mécanique, l'outil utilisé pour
13 mépciâtion des parcelles de maïs est le covercrop (appareil à disque qui travaille
"~L.~rii~jei;erneni le sol sur 10 crn de proforideur au maximum et qui retourne légèrement).
i cc agriculteurs pratiquent traditionnellement la séquence technique suivante :

<,wt - semis à la volée - covercrop.


ertrq~

dir a cherché à savoir si on pouvait arriéliorer la préparation de la culture en utilisant un


vb apw?i~ 6mt : le chisel, qui, utilisé en condition sèche, fragmente le sol, sans qu'il y ait
, rh: irnernent, et un semoir spécial.
.- aseinair
( ~cc $ les graines sont mises en place dans le sol en descendant dans des tubes
rit.ii ~WLL situés juste derrière une dent métallique terminée par un soc ; derrière cet organe de
, w err>lueunie roue plombeuse, qui tasse le sol juste sur la ligne de semis et crée une
f t. igde (cl. dessin). - __
-_

r
---"Lr---
marque de la roue plombeuse

Ic- &raisi
On a çIt2rché à connaître les possibilites dc ces nouveaux outils en les utilisant dans des
i iru-rces techniques que l'on compare aux traditionnelles. Les traitements niis en
i ~ les suivants :
c:.n: r a ~ s o sont
1 0
* ri Covercrop - semis à la volée - covercrop (traitement témoin)
* T2 deux passages de covercrop -- semoir
* T3 chisel -- semoir
0 T4 chisel - semis à la volée - covercrop.
‘‘ les cas, on a semé la même dose de semences. L’essai a été fait sur un sol
:.i ;3&a
jatiant, Le précédent cultural est le même ; le terrain est homogène sur l’ensemble de l’essai.

quatre traitements ont été appliqiiés à une date de semis précoce (1 2 mai) et une
rnis tardive (12 juin). Mais, conime pour jouer son rôle de fragmentation du sol, le
&te; d’être utilisé en sec, dans tous Iss traitements où l’on utilise cet outil, on I’a
cm:z t‘.l vers le 15 avril,
- --- dans des conditions où 12 sol était sec (cf.
-~
figure).
- -
MjrS Mai JUm

Ch -t 9 ‘./-Cc I t cc-v-cc

Ch t 4 v-cc

(Lc = Covercrop ; Ch = Chisel; Sem = Semoir ; V = Semis à la volée)

* {mre 2 : &&tsmé des conditions dimutiques dans lesquelles ont étL rkalisés les différents
fruitemwis pour les deux dates de se.wis ainsi que les dates de (LI : levée des
aierni.pdit 12 niai ;L2 :levée des semis ah 12juin).

1 I ~ S U ! !de
~ la levée sont donnés dans le tableau 1.

! ‘ b * de !a place des façons culeuidles p; r rapport aux pluies, imaginez


r r c j ~ ~ rtenu des
. %pirciatioiircohérentes rendant conipte de l‘ensemble des résultats.

- >%,, iljpothèses explicatives n’ont d’mtérêl que si l’on sait les vérifier. On demande
l-’m d‘diquer, en les justifiant, les observations qu’il aurait fallu faire pour vérifier
b:, . iiypthieses.

Li,iis semaines après la levée, on a fait une estin-rationdu recouvrement des mauvaises
8:t-b U 1Ln pourcent.igri. Les résultats figurent au tableau 2.
2.1. Est-il logique, selon vous, de ïechercher un lien entre la réussite de levée et
l’erivahissement des mauvaises herbes ‘? Pourquoi ? Ce lien existe-t-il ici ?
Ex pl 1quez.

2.2, Comment expliquez-vous les différences de notes de recouvrement des mauvaises


herbes au sein des deux séries de dates de semis ? Comment expliquez-vous la
différence entre les deux séries de dates ?

‘1abneau 1 : Résultats de la levée de In culture sur Ses quatre traitements pour les deux dates
de semis.

1I---Traitements Semis
- du 12 nad
-_l_-l_-
Semis du 12 juin

bb!eau 2 : c?ecow-ement des mauvuises herbes trois semaines après la levée de la culture
sur les quatre traitements et pour les deux dates de semis.

Exercie 4

Sur une exploitation agricole d’une superficie de 1.3 ha, un agriculteur réalise du
maïs. LJ’analysc des sols effectuée avant la mise en place de la culture a donné les
résultats suivants :

F”17 T-5.5 ; dr 2.6 g/crn3 ; f(porosit6 totale) -- 40%


C;ra f~lnmétrie : A = 37% ; L = 14%;S = 48%

t h r relever le pH du sol à une valew de 6.4, I’agriculteur dispose du carbonate de


calciism (C’aCO3) et du Gypse (CaS0.I).

Masses atomiques : Ca = 40 ; G = 12 ;O = 16 ; S = 32

Vom êtes chargé de la gestion du pPnrnèirr dont fait partie ce t agriculteur.

4. ? Quel type d’amendement lui conseillerez-vous d’utiliser ? justifier votre réponse.


4.2 on suppose que pour relever le pH jusqu’au niveau souhaité, la quantité de Ca0
à apporter doit être de l’ordre de 1.2% de la masse totale du sol sur l’exploitation
pour une profondeur de 20 cm.

4.3 A la fin de la campagne, il calcule les pertes de calcium dues à l’exploitation par
la culture de maïs. Il trouve qu’environ 30 t/ha de C a 0 ont été exportées, mais le pH
du sol reste a un niveau satisfaisant (pH = 6.2).
Quel type d’amendement lui conseillerez-vous d’utiliser pour compenser ces pertes ?
Justifiez votre réponse.

4.4 Quel quantité de l’amendement choisi doit-on apporter pour compenser ces
pertes.

Exercice 5

L’analyse de sol d’une exploitation agncole a permis d’obtenir les résultats suivants :
Granulométrie : A : 30% ; L = 25% ; S = 35%
K20 échangeable : 0.42%, ;P205 OLSEN : O. i5%,.
Le tableau suivant donne les normes retenues dans la région où se trouve cette
exploitation en matière de K20 et P205.

Tableau 1 : Normes admise dans la région en termes de K20 échangeable et P205


OLSEN

Teneur en argile K 2 0 échangeable P205 OLSEN eho)


(%>
10 0.15 0.25
30 0.25 0.20
50 0.25 0.18

5.1 Dites, en justifiant votre réponse, si ce sol est nche ou pauvre en K 2 0 et en P20s.

5.2 Sur cette exploitation, on pratique une rotation maïs-haricot vert sur une
superficie totale de 1.6 ha. Le taux de minéralisation de l’humus est de 1.6% par an.
Les rendements obtenus sont de 30qha pour le maïs et 35qlha de gousses pour le
haricot vert.
Dans tous les cas, aucun résidu n’est laissé sur les parcelles.

5.2.1 Etablir le bilan humique de l’exploitation pour une rotation complète.

5.2.2 Combien d’années peut-on pratiquer le système maïs-haricot vert sur cette
exploitation, sans apport de potassium.

On estime que les exploitations par les cultures sont celles données dans le tableau 2.

113
Tableau 2 : estimation des exportations moyennes des plantes (en Kg par quintal de
produit récolté)

Plantes et parties exportées N ~ Pz05 KTO 1

1
Mais par q de grains produits I
Gram

Epis

Feuilles, Rafles et Tiges


1.50

1.80 1
l
0.65

8.80 0.70
o.55 1
l

Exercice 6

Dans une région semi-aride, on cherche à mettre au point la fertilisation azotée du blé. Le
schéma ci-dessous rappelle les principaux événements relatifs à la nutrition azotée pour une
culture annuelle, du semis à la récolte.

Drainage (D) Besoins de Reliquat après


Semis la plante (B) la récolte (R) Récolte

Reliquat début Minéralisation (M) Engrais (E) temps


de cycle (A)

On fixe un objectif de rendement de 25 qxka.

6.1 - Ecrire une relation de la forme f(A,B,D,E,M,R) = O correspondant à l’équilibre du bilan


azoté annuel.

6.2 - Calculer, à l’aide des données du tableau ci-dessous, la dose d’engrais E à apporter pour
que l’azote puisse satisfaire les besoins de la plante.

6.3- Calculer la quantité d’urée (46% d”) à apporter pour satisfaire cette dose.

Tableau : Variables à prendre en compte pour raisonner la fertilisation azotée.

Besoins du blé
1 Parties récoltées en kg d’azote nécessaire pour produire un
quintal de grains
Grains 272
Tiges + feuilles 0,57
Racines 0,43
Paramètres du bilan En kg d’azote pour la totalité de la
production
A = reliquat de début de cycle 31
D = drainage 28
M = minéralisation 19
R = reliquat de fin de cycle 12
Exercice 7

7.1 Dans une exploitation agricole on pratique une rotation maïs-mil. On a évalué les
apports humus stable pour les deux cultures à 100 Kgha pour le maïs et 700 Kgha
pour le mil.
On suppose que le stock initial en humus dans le sol est dè 30% de la masse du sol et
que le taux annuel de destruction est de 1.2%, établir le bilan humique au bout de 4
ans.
On donne da = 1.5 et Z = 20 cm.
On dispose du fumier humide dans l’exploitation. Ce fumier a un coefficient iso-
humique de 10%.
Calculer la quantité de fumier à apporter pour combler ce déficit.

Exercice 8

Un sol d’une exploitation agricole dose à l’analyse 2.3% de matières organiques par
hectare pour une profondeur de 20 cm et une masse volumique apparente sèche de
pas= 1.74g/cm3 . On considère que cette matière organique est totalement constituée
de l’humus stable. On y pratique une rotation culturale : maïs-arachide-coton-
j achère-maïs.
L’on enfouie chaque année, dans ce sol, 8 tonnes de matière sèche (M.S) de divers
résidus végétaux dont 1200 Kg se transforment en humus et s’ajoutent ainsi au stock
d’humus stable initial.
Chaque année également 1.5% du stock d’humus stable sont minéralisés.
10.1 Calculer le coefficient iso-humique (K1 en %) des résidus végétaux enfouis
chaque année.
10.2 Etablir le bilan humique de l’exploitation pour une rotation complète.
10.3 qu’en concluez-vous.

Exercice 9

Sur une exploitation agricole d’une superficie de 2 ha, un agriculteur réalise du maïs.
L’analyse des sols effectuées avant la mise en place de la culture a donné les résultats
suivants :

pH = 5.7 ; Granulométrie : A = 35% ; L = 16% ; S = 48%

Pour relever le pH du sol à une valeur de 6.7, l’agriculteur dispose du carbonate de


calcium (CaC03)’ de la sylvinite et du Gypse (CaS04).

Masses atomiques : Ca = 40 ; C = 12 ; O = 16 ; S = 32

Vous êtes chargé de la gestion du périmètre dont fait partie cet agriculteur.

9.1 Quel type d’amendement lui conseilleriez-vous d’utiliser ? Justifier votre


réponse.

9.2 En considérant que 0.1 T/ha de C a 0 permet de relever le pH de 0.4 unités, quelle
quantité de 1’amendement choisi doit-on enfouir sur l’exploitation ?

9.3 Si l’analyse du sol avait révélé une valeur de pH = 7, quel type d’amendement
aurait-il utilisé ? Justifier votre réponse.
115
Exercice 10

On dispose de 3 formes d’engrais :


Nitrate d’ammoniaque : 33,5% de N
Super Triple : 46% de P205
Kcl : 60% de K20
10-1 On demande la quantité de chaque source pour synthétiser 2 tonnes de 6-24-12.
10-2 On suppose que la tonne d’ammoniaque coûte 27.630 F, la tonne de super
triple 18.400F,la tonne de Kcl 18.000 F. On utilise la dolomie pour le remplissage à
un coût de 500 F/T.
Calculer le prix de revient de 2 tonnes de 6-24-12

Exercice 11

Soit un périmètre exploité en riz de 200 ha de superficie. On veut apporter :


135 kg d’azoteha sous forme d’urée (dosant à 45% d’Azote) en deux temps ;
1
67,5 kg de PzOsha en super simple phosphate (SSP) à 20% de P205 ;
30 kg de K20 sous forme de Kcl à 60% de &O.
L’objectif de rendement est de 6 î/ha.
Prix des engrais:
Urée : 240Fkg
SSP : 200 Fikg
Kcl : 300 Fkg
Le coût d’application est de 1000 F par hectare et par source.
11-1 Calculer la quantité de chaque source nécessaire pour traiter les 200 ha aux
doses recommandées.
11-2 Calculer les coûts des engrais et leur application
11-3 Sachant que le rendement sans engrais est de 2,5 t/ha et les autres opérations
sont fixes, quel est le bénéfice net réalisé. La récolte coûte 100 F/kg de riz paddy.

116

Vous aimerez peut-être aussi