Vous êtes sur la page 1sur 41

> n°99 | juin 2011 Mensuel

L E M A G A Z I N E D E S C O S TA R M O R I C A I N S É D I T É PA R L E C O N S E I L G É N É R A L

Actualité Dossier
Projets de jeunes :
un grand rendez-vous le 18 juin
à Saint-Brieuc
Assistants maternels

Un vrai métier
> Page 7

Rencontre
Le réseau Bienvenue à la ferme
> Page 20

Actions
Le Mené vers
l'indépendance énergétique
> Pages 24 | 25

Patrimoine
L'internement des Tsiganes :
la mémoire retrouvée
> Pages 30 | 31

L’information
départementale
2

M A G A Z I N E En couverture
Photo Thierry Jeandot

Dossier
11 | 15 ➝
Sommaire Assistants maternels

Un vrai métier
4| ➝ Le temps où l’activité d’assistant maternel relevait
L’image de la garde élémentaire d’enfants par des personnes
du mois
pour lesquelles il s’agissait le plus souvent d’un choix
par défaut est désormais révolu. Aujourd’hui, les
5 000 assistants maternels du département exercent
5 | 10 ➝ A c t u alité un vrai métier et offrent un service de qualité aux
Tourisme : les Côtes d’Armor sur votre portable enfants qu’ils accueillent.
Hommage à John Nathan Denesha, aviateur américain
Grand rendez-vous de la jeunesse le 18 juin à Saint-Brieuc
Ur volekulenn hag ur spluzenn war ar marc’hallac’h
(À Pleudihen-sur-Rance, Les Celliers Associés valorisent les pépins de pomme)
Coupe de France de VTT : Julie Bresset dans son jardin
La présentation officielle du Tour de France en Côtes d’Armor

16 | 19 ➝ Persp e c t i ve s
Une centrale photovoltaïque au pôle Phœnix de Lannion
À Évran, du camembert au lait de vaches jersiaises
Insertion : Armor emploi s’installe à Quintin
À Saint-René, l’ébénisterie Couapault exporte son savoir-faire

Thierry Jeandot
20 | 22 ➝ Re n co ntre
Les épiceries du réseau Bienvenue à la ferme
À Tréguier, Carmina burana donne de la voix
Pierre Le Clézio aux mondiaux de canoë biplace
34| 37 ➝ Le Gui d e
23 | 29 ➝ A c t i o n s LE GUIDE DE VOS SORTIES
Art Rock, le festival de l’audace >
L’opération “Jardiner au naturel”
Le Mené vers l’indépendance énergétique Jour de foire à Locarn

Marie Taillefer
Le canton de Ploufragan, à la croisée de la ville et de la campagne La cuisine des châteaux
Les Maisons du Département, pour un service public plus proche de vous Les clarinettes de Glomel
Erquy inaugure son nouveau port de pêche

38 | 39 ➝ D é t e nt e
30 | 31 ➝ Pat r i m o i n e Recette : les profiteroles au chocolat
Internement des Tsiganes à Plénée-Jugon : la mémoire retrouvée
Le jardin médiéval
Les mots fléchés
32 | 33 ➝ Po r t e - p a ro l e
Expression des groupes politiques du Conseil général

Mensuel édité par le Conseil général des Côtes d’Armor. Direction de l’Information et des Relations avec les Citoyens (DIRC). 9 place du Général-de-Gaulle, BP 2371, 22023, Saint-Brieuc. Tél. 02 96 62 85 41.
Fax 02 96 62 50 06. Courriel : lemagazine@cg22.fr. Site internet : www.cotesdarmor.fr. DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Claudy Lebreton. COMITÉ ÉDITORIAL : Claudy Lebreton, Philippe Delsol, Michel André, Gérard Le Caër, Régine Angée,
Yves-Jean Le Coqû, Véronique Robitaillie, Benoît Cadoret. D IRECTEUR DE L ’I NFORMATION ET DES R ELATIONS AVEC LES C ITOYENS : Philippe Germain. R ÉDACTRICE EN CHEF : Laurence Ladier. R ÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT : Bernard Bossard.
J OURNALISTES : Joëlle Robin, Laurent Le Baut. P HOTOGRAPHE : Thierry Jeandot. O NT COLLABORÉ À CE NUMÉRO : Véronique Rolland, Stéphanie Stoll, Briac Morvan, Nono. photos : Bruno Torrubia, Philippe Josselin.
ASSISTANTE DE LA RÉDACTION : Émilienne Nivet. CRÉATION-EXÉCUTION-RÉALISATION : Cyan 100. IMPRESSION : Imaye Graphic - 81 boulevard Henri-Becquerel - 53021 Laval. DISTRIBUTION : La Poste. N°ISSN : 1283-5048. Tirage : 292 000 exemplaires.

POUR TOUT PROBLÈME DE RÉCEPTION DU MAGAZINE, CONTACTER LES SERVICES DE LA POSTE AU 02 99 77 02 87.
Magazine imprimé en France sur papier “Eural Premium”, recyclé à partir de vieux papiers et cartons désencrés et blanchis sans chlore, agréé par l’Association des Producteurs et Utilisateurs de Papiers Recyclés.
Éd i to > n°99 | juin 2011
3

Claudy
Lebreton

Thierry Jeandot
Président
6 7 du Département
des Côtes d’Armor

Au quotidien,
à vos côtés
Notre quotidien est fait de l’avenir de nos enfants,
du bien-être de nos aînés, de nos déplacements,
8 9 de nos emplois, de notre environnement…
Ce quotidien concerne le Conseil général. Chaque
jour, ce sont des agents du service public, des métiers,
des savoir-faire qui mettent en œuvre ces politiques
décidées par l’Assemblée départementale.

Au moment où le gouvernement affaiblit son propre


service public dans les écoles, dans les hôpitaux,
16 20 en matière de sécurité… le Département décide de
défendre sa vision d’une action publique efficace et
moderne, en la rendant plus proche et accessible
dans tous les territoires avec des Maisons du
Département.

Dinan, Guingamp, Lannion, Loudéac-Rostrenen,


Saint-Brieuc, sont désormais autant de Maisons
23 26 qui rassemblent les services du Conseil général.
Être dans la proximité et dans l’échange, coller
plus fortement encore aux réalités et aux spécificités
de nos territoires, mieux accueillir les Costarmoricains
pour les accompagner dans leurs démarches,
tels sont les objectifs assignés à ces espaces et
aux agents départementaux qui, tous les jours,
agissent pour vous et avec vous.
29 30
Le service public départemental est notre bien
commun. Il est très sûrement notre patrimoine
collectif.

36 37
4

L’image Pour ceux qui en douteraient encore, le point culminant des Côtes d’Armor est bien le mont Bel-Air, qui culmine à 339 mètres.
Pour symboliser ce statut de “toit des Côtes d’Armor”, la municipalité de Trébry, à l’initiative de Roger Quémart, adjoint au
du mois maire et du maire Didier Yon, a invité le 8 mai Bernard Hinault à dévoiler sur le site un large panneau indiquant “Col du Mont
Bel-Air 336 mètres”. Le maire, le champion et quelques courageux, précédés par un groupe de marcheurs, ont même effectué
l’ascension à vélo. Une sympathique initiative qui s’inscrit dans le cadre du projet de station VTT à Trébry. Décidément, à l’approche
du Tour de France, on n’a pas fini de parler de vélo.

Trébry, samedi 7 mai, 10 h 57

Photo : Thierry Jeandot - Conseil général des Côtes d’Armor


A c t u alité > n°99 | juin 2011
5

Tourisme

Les Côtes d’Armor


ne
sur votre téléphone
Il est 12 h, vous êtes au gement de la région. On y Pour son fonctionnement, ble des offices de tourisme Côte de granit rose
cap Fréhel ou sur la côte trouve donc les festou-noz, cotesdarmor.mobi puise et des pays touristiques le roc vivant
de Granit rose. Vous vous les pardons, les crêperies, dans une vaste base de don- du département qui l’ali-
Côte de granit rose, le roc vivant est
demandez où déjeuner. les restaurants de fruits nées : Sit Armor (Système mentent régulièrement
un livre de Xavier Brosse rassemblant
Rien de plus simple si vous de mer, etc. Et quelle que d’information touristique en informations.
de nombreuses photographies sur
disposez sur votre télé- soit la thématique choisie d’Armor). Elle relie l’ensem-
les paysages et les animaux que tout
phone portable de l’appli- parmi les huit, un moteur
promeneur discret et attentif peut
cation smartphone cotes- de recherche permet d’af-
contempler sur cette portion du littoral
darmor.mobi. Elle vous finer par mots clés ou par L’application costarmoricain. Un album photo,
indique les restaurants et géopositionnement, grâce cotesdarmor.mobi
accompagné de textes courts, dont
autres crêperies à proximi- au GPS intégré dans le télé- comprend huit
l’ambition “est d’inviter à la contempla-
té. Elle vous donne encore phone. “Par exemple, vous entrées vers plus
de 5 000 adresses tion, pour inciter au respect de la vie
les sites touristiques et les pouvez demander les hôtels
ou idées tourisme sauvage sous toutes ses formes”.
spectacles à ne pas man- situés à moins de 500 m d’où
dans le départe- 64 p, 18 €. Possibilité de commander sur
quer sur le secteur. Cette vous vous trouvez, explique ment. regard-sauvage.jimdo.com
application, lancée par Guillaume Tanguy, coor-
Côtes d’Armor Tourisme dinateur du Pôle Com-
en mars dernier, est télé- munication-Marketing à
chargeable gratuitement Côtes d’Armor Tourisme. De L’essor fulgurant
à partir de cotesdarmor. la même manière, où que l’on de l’agriculture
mobi. Seule condition : se situe dans le département,
disposer d’un smartphone l’application renseigne sur les
en Bretagne
avec une connexion inter- fêtes et les manifestations, Mettre en parallèle deux époques,
net. Cotesdarmor.mobi, ce par ordre chronologique et tel est l’objectif que s’est donné James
sont au total plus de 5 000 de la plus près à la plus loin. Eveillard dans son livre L’essor fulgurant
adresses ou idées tourisme Et lorsque vous cliquez sur de l’agriculture en Bretagne. Le début
renseignées et géoloca- une manifestation, pour- du XXe siècle, illustré par des cartes
lisées. suit Guillaume Tanguy, postales anciennes, montre des paysans
L’application recouvre huit vous obtenez une explica- bretons pratiquant une agriculture
thématiques : “Fêtes et tion détaillée, mais aussi de subsistance. Puis, viennent en
manifestations”, “Visiter”, une carte qui vous donne le contraste des photographies de
“Promenades”, "Sports tracé entre l’endroit où vous l’agriculture de pointe pratiquée
et loisirs", “Trouver un vous trouvez et le lieu de la aujourd’hui, dans une Bretagne
hébergement”, “Trouver manifestation”. désormais devenue la première région
un restaurant”, “Trouver agricole de France et la première
un office de tourisme” d’Europe pour l’agroalimentaire.
et “Ambiance Côtes d’Ar- En librairie, éd Ouest France, 128 p,
mor”. Cette dernière thé- 30 €. Ou auprès de l’auteur :
matique prend le parti de james.eveillard@wanadoo.fr
mettre en avant tout ce
qui relève de l’identité des
D.R.

Côtes d’Armor et plus lar- Le club d’astronomie


de Dinan
Art contemporain à Trédrez-Locquémeau la tête dans les étoiles
Dourven, un site, des expos Le club d’astronomie de Dinan fête
ses 10 ans. Le 21 juin, vous pourrez
L es expositions à la gale- de voir Vertigo de Lilian observer le ciel avec des spécialistes
rie du Dourven sont orga- Bourgeat jusqu’au 19 juin. de l’association, notamment
nisées par l’association L’artiste réalise des instal- un écliptique : la lune, dont l’inclinaison
Itinéraires bis, soutenue lations du quotidien surdi- sur l’horizon varie au cours
par le Conseil général, mensionnées, faussant de l’année, se déplace alors dans
le Conseil régional et la notre perception ordinaire, le ciel selon la même trajectoire
Drac. La galerie, dans une troublant notre appréhen- apparente que celle du soleil.
ancienne maison d’habi- sion de la réalité. Rendez-vous tous les vendredis soir
tation, est située dans le La galerie est à Trédrez- à 21 h à la salle des sports
domaine départemental Locquémeau. de la Nourais à Léhon.
du Dourven, à l’embouchu-
Lilian Bourgeat

re de la baie de Lannion. Samedi et dimanche,


Avant l’exposition de de 14 h à 19 h.
l’été, il est encore possible > 02 96 35 21 42
6 A c t ualité
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Ploufragan le 4 juin

L’hommage
Ce mois-ci sur

De la vidéo
pour en (sa)voir plus
Entreprises, actions associatives, por-
à un pilote
traits… désormais, chaque mois, Côtes
d’Armor vous propose des vidéos cour-
tes sur l’actualité départementale
développée par le magazine mensuel
américain
du Département. Ce mois-ci, découvrez
les répétitions menées à la baguette
Samedi 4 juin à 10 h 30, ment allié sur
une commémoration peu les plages de
par la chef de cœur de l’Ensemble vocal
habituelle se déroulera à Normandie.
de Tréguier, Françoise le Bolloc’h. Une
Ploufragan. Elle est orga- John Nathan
mise en bouche avant le concert du
nisée en l’honneur d’un Denesha, ainsi
11 juin à Lannion. Au chapitre économi-
jeune pilote américain de que 15 autres
que, vous pourrez pénétrer dans les
22 ans, le second lieutenant pilotes, ont
ateliers de fabrication de l’entreprise
John Nathan Denesha, dont pour mission
d’ébénisterie Couapault, à Hillion.
l’avion, un P-51 Mustang, de ratisser le
La société, qui emploie 17 salariés,

D.R.
touché par des tirs de territoire bre-
intègre le giron d’EMD, connu dans
batteries anti-aériennes ton pour trou- La famille américaine
le monde entier. À retrouver dans
allemandes, s’écrasa le 7 ver plusieurs cibles enne- par Jean-Michel Martin, a du jeune pilote assistera
la rubrique Multimédia.
juin 1944 dans un petit mies, de manière à empê- réalisé une biographie du à la cérémonie.
champ situé à Château- cher les forces allemandes jeune pilote américain. Un
Bily, à Ploufragan. John de rejoindre le front de travail qui a convaincu la
Numérique Nathan Denesha appar- Normandie. Le récit de cet ville de Ploufragan d’orga- de 10 h 30, pour se rendre
très haute définition tenait à la force aérienne événement, on le doit au niser cette commémora- ensuite au monument
américaine du 357th figh- travail remarquable réalisé tion. Des membres de sa aux morts du centre-ville.
au Planétarium ter group, basée à Leiston par l’Association bretonne famille doivent venir tout Tous les Ploufraganais sont
Le planétarium de Pleumeur-Bodou, (sud-est de l’Angleterre). du souvenir aérien 39-45. spécialement des États- invités à s’associer à cette
à deux pas du radôme, inaugure un Ce 7 juin 1944, on est au Cette association, repré- Unis. Un cortège se for- cérémonie.
nouveau système de projection lendemain du débarque- sentée en Côtes d’Armor mera à la mairie à partir absa39-45.com
numérique en très haute définition.
Venez visionner, comme si vous étiez à
bord d'un vaisseau spatial, des films
époustouflants de réalisme, comme Tennis handisport
par exemple un voyage autour de
saturne, ou une promenade autour de Christophe Pinna champion de France
la lune… au cœur de la galaxie, vous
aurez envie d’attraper les étoiles. Le C
hristophe Pinna, Tennis club de Langueux Un bilan impressionnant
Planétaraium propose également une licencié au Tennis a lancé une section han- pour ce joueur qui s’est
multitude d’activités pour grands et club de Langueux, disport - la première du entraîné jusqu’à trois fois
petits. Un voyage sidéral et sidérant. est devenu, diman- département - fin 2009. par semaine pour préparer
planetarium-bretagne.fr che 20 mars à Ca- Rappelons toutefois qu’il ces championnats. À no-
luire (69), champion fut médaillé aux jeux para- ter que le Conseil général
de France quatriè- lympiques de Sidney en a aidé le Tennis club de
me série de tennis tennis de table. Lors de ces Langueux en 2009 pour
L’hommage fauteuil. Un exploit championnats de France, la mise en place de sa sec-
D.R.

du collège de Paimpol Christophe Pinna


lorsque l’on sait que le Langueusien n’a laissé tion handisport, ainsi que
ce joueur a débuté le tennis que huit jeux à ses adver- Christophe Pinna pour ses
à une résistante en compagnie de ses deux
entraîneurs, Emmanuel Connan il y a un peu plus d’un an saires, au cours des cinq nombreux déplacements
Le nouveau collège, issu de la fusion des et David Le Mercier seulement, après que le matchs qu’il a disputés. en compétition.
deux collèges publics paimpolais, ouvrira
ses portes en septembre prochain. Il por-
tera le nom d’une résistante de la pre- Un nouveau site internet
mière heure, déportée à Ravensbrück,
Marie-José Chombart de Lauwe, née en La Roche-Jagu tisse sa toile
1923. Cette Bréhatine par sa grand-mère
maternelle intègre un réseau lié à L e domaine départemen- jardins et le château, des pratiques… bref,
l’Intelligence service britannique alors tal de La Roche-Jagu, qui dossiers pédagogiques, le vous saurez tout
qu’elle est étudiante en médecine à Ren- a accueilli début mai plus programme des ateliers sur cette propriété
nes. Depuis 1996, elle est présidente de de 20 000 visiteurs lors de découverte, un historique départementale
la Fondation pour la mémoire de la la fête des jardins, a désor- très complet du domaine, le où, décidément,
déportation. Contactée, Madame mais son site internet. programme détaillé de l’ex- il se passe bien
Chombart de Lauwe s’est montrée Un site très riche où vous position “Soyons fouilles”, des choses. Un pe-
honorée de voir l’établissement scolaire pouvez à loisir consulter qui vous fera découvrir les tit rappel : la vi-
paimpolais porter son nom. toute la programmation plus belles merveilles des site des jardins est gratui- (concerts, spectacles) pré-
des événements 2011, des découvertes archéologi- te, tout comme un grand vus durant l’été.
galeries de photos sur les ques bretonnes, des infos nombre de manifestations larochejagu.fr
A c t ualité > n°99 | juin 2011
7

Patrimoine
Thierry Jeandot

Tous à Lamballe
Le 3e Géofestival au cap Fréhel pour Atout cœur
Le 11 juin, les amateurs de cyclotourisme
sidée par Marc la pierre, le sol et la biodi- unique en France qui montre
auront le choix entre quatre circuits au
Lucas, avec le versité. Vous y apprendrez l’identité forte de notre terri-
départ de Lamballe, de 56 à 154 km.
soutien de la des choses insoupçonnées toire. Le but est que chacun
Depuis sa création en 1993, la rando
commune de sur le grès rose, la lande, d’entre nous le redécouvre à
Atout cœur a permis de récolter
Plévenon. De les oiseaux, l’habitat, les sa façon, avec un regard neuf,
350 000 €, reversés à Leucémie espoir et
nombreux pas- villages avec leurs tertres, pour se l’approprier pleine-
aux Paralysés de France pour financer la
sionnés – an- le bocage, les jardins, les ment comme un vrai patri-
Rendez-vous les 25 et 26 ciens, scolaires - ont tra- cultures, la pêche… bref, moine”. Le festival bénéficie recherche ou l’achat de matériels. Le
montant de la participation est de 27 €
juin au phare du cap Fréhel vaillé toute l’année sur la toutes les activités humai- du label “Planète Terre”, sous
pour les trois plus grands circuits et de
pour la troisième édition du mise en place d’expositions, nes liées à la nature. Pour l’égide de l’Unesco.
21 € pour le circuit de 54 km, ravitaille-
Géofestival, organisé par d’animations et de balades Marc Lucas, “Il s’agit là d’un Programme complet sur
ment et repas compris. Attention : ins-
l’association Géomnis, pré- sur le thème du lien entre événement festif et ludique geofestival.org
criptions au plus tard le 8 juin à minuit
sur internet (paiement sécurisé).
Le 18 juin, villa Rohannec'h à Saint-Brieuc > 02 96 31 22 94
lamballeatoutcoeur.fr

Aider les jeunes dans leurs projets


C omment, lorsqu’on est

Thierry Jeandot
jeune et plein de projets,
monter son association ?
Quelles sont les règles
juridiques de base ? Com-
ment se faire connaître,
communiquer, organiser
des événements ? C’est à Les jeunes
ces questions – et à bien
d’autres – que les jeunes et l’alcool au volant
Costarmoricains trouveront un sujet d’actualité
des réponses le samedi 18
L’association Mélodie, des clefs pour
juin à la villa Rohannec’h,
la vie, animée par Michel Le Guern,
de 10 h à 18 h, à Saint-Brieuc,
poursuit inlassablement ses actions
lors de la journée consacrée
de sensibilisation auprès des jeunes
par le Conseil général aux
sur les risques de l’alcool au volant,
initiatives de jeunes. De très
sujet d’autant plus d’actualité que les
nombreuses associations
soirées pour fêter le bac ou un diplôme
seront présentes pour faire
universitaire approchent. Depuis avril,
partager leur expérience Lucie Lemaître, de l'association des Figures, présentera une exposition sur “Le peuple des mamies du GR34” elle a organisé plusieurs opérations
au public à travers témoi-
de sensibilisation dans des lycées
gnages et expositions. ploi, de formation, de loge- profiter de leur expérience Conseil général dans l’orga-
et au pôle universitaire de Saint-Brieuc,
Elles agissent dans l’ani- ment, de transport, etc. Le dans l’accompagnement nisation de leurs projets.
et y a distribué 10 000 sets de table
mation locale, la solidarité but de cette manifestation de vos projets. Radio’Activ'
Service Jeunesse au message on ne peut plus clair.
à l’international, les arts est d’apporter des réponses (association Mikado), orga-
du Conseil général asso.melodie.free.fr
(musiques, danses, slam, les plus concrètes possibles nisera un plateau et diffu-
hip-hop, écriture, sports, aux questionnements des sera une émission musicale > 02 96 62 46 03
cinéma…). Un grand débat jeunes. Les MJC seront pré- “samedi trop rien d’écou-
est également prévu sur sentes, ainsi que plusieurs ter” de 18 h à 19 h 30. Chaque Rdv aussi sur Vieillissement :
le thème des attentes des structures d’éducation année, environ 200 jeunes cotesdarmor.fr
jeunes en matière d’em- populaire pour vous faire bénéficient du soutien du
Éducation - Jeunesse conférence à Trégueux
Une conférence intitulée “Mieux
communiquer avec nos parents
À Cavan, du 10 au 12 juin vieillissants” a lieu le 30 juin, à 20 h,
à la bibliothèque de Trégueux,
La fête nationale de la langue bretonne au lieu-dit la Ville-Junguenay. Elle
est animée par Danielle Thiébault,
Quatre scènes, 200 artistes Duval, disparue il a 30 ans. associations de défense psychothérapeute, et le docteur
(baroques, gothiques, trad, Les jeux celtiques seront de la langue bretonne Jacot Macé, médecin coordonnateur
rock…), tous ardents défen- aussi de la partie avec un est également prévu, à la résidence du parc, établissement
seurs de la langue bretonne. match de foot gaélique notamment pour exi- organisateur de l’événement. Cette
On citera N’Diale, Yann- ouvert à tous. Et pour les ger la ratification par conférence, ouverte à tous, sera
D.R.

Fanch Quemener, Nolwenn enfants, de nombreuses la France de la charte suivie d’un débat.
Korbel, Annie Ebrel (photo), animations sont annoncées : européenne des langues Du 10 au 12 juin. > 02 96 71 31 10
le bagad Brieg, Gweltaz contes, musique, jeux. Pour régionales. L’an dernier, la Tarif : 12 € la journée (forfait
Adeux. Cette fête nationale tous enfin, fest-deiz et fest- manifestation avait accueilli 20 € pour les 11 et 12).
de la langue bretonne est noz le samedi et le diman- plus de 6 000 participants et Restauration sur place.
dédiée à la poétesse Anjela che. Un forum pour les mobilisé 250 bénévoles. Camping à l'entrée du bourg.
8 A c t u alité
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Diouzh 19 tonennad
spluz bep bloaz e
c’haller tennañ
56 kilo a floridzin,
un danvez ker-ruz
war ar marc’had
(3000 euro ar c’hilo).

D.R.
En biotechnologie, À Pleudihen, Les Celliers Associés veulent valoriser les pépins de pomme
l’innovation peut
se nicher dans un pépin
de pomme. Les Celliers Ur volekulenn hag ur spluzenn
war ar marc’hallac’h
Associés, à Pleudihen-sur-
Rance, ont breveté
un système d’extraction
de la phloridzine. Mais
Floridzin. Petra eo an afer- eoulgimiezh(3), eme Patrice
la valorisation commer- mañ ? Ur volekulenn naturel Morel. Liammoù nevez a vo
ciale de cette vertueuse eo hag a vez kavet e spluz an neuze etre ar gimiezh hag
molécule relève d’une avaloù. Vad a ra d’ar yec’hed an ijinerezh gounezvoue-
ar floridzin. Ampech a ra ar del(4).” Kenlabouret o deus
autre complexité. glukoz da dremen er c’horf an daou den war ar spluz.
ha neuze e c’hall bezañ Er penn kentañ e oa ret
implijet enep an diabet pe kavout penaos dispartiañ
evit sikour an dud da voa- ar spluz eus mal an ava-
naat. Leun a floridzin (75 %) loù. Deuet ar soñj d’an ao.
eo plusk ar spluz avaloù. Lorée da feurmiñ servijoù D.R.

Tetrasem, hag a brodu had


“Lennet em boa se e-barzh ur edeier e-kichen Roazhon.
studiadenn embannet e 2003 War-lerc’h bezañ sec’het ar
gant CBB Développement, mal, eo bet tremenet war “War ar marc’had e vez 10 000 tonennad bep bloaz.
ur greizenn treuzkas tekno- taolennoù kroueriañ(5). Un kavet floridzin eus China, N’eo ket aezet gouzout betek
logiezh eus Roazhon,” eme taol-esae a zo bet graet aze : met ne vez ket gwall sur pelec’h mont gant ur raktres
Jean-François Lorée, rener diouzh 18 tonennad mal ez ordin ar produioù a-orin a seurt-mañ. Lakaet hon eus
uzin Les Celliers Associés eus bet tennet 478 kg spluz eus ar vro-hont, a zispleg kalz a arc’hant dija. Bremañ
en Pleudehen. Sistr a ra propr… 2,66 % ! Patrice Morel. Hor florid- emaomp o c’hortoz. Ma teufe
Les Celliers Associés met zin a zo eus Breizh. Glan eo ur chañs ganimp da werzhañ
klasket e vez ordin talvou- Tro an ao. Morel e oa da ouzhpenn, da lâret eo e c’hall floridzin e vefe tapet, sur !”
dekaat eil produioù evel ar labourat evit tennañ ar flo- ar gimiourien sevel produioù
mal avaloù(1). En em gavet ridzin diouzh ar spluz. Un nevez diwarni.” Koulskoude S t ép h an ie S to ll
e oa neuze Jean-François hent aes ha marc’hadmat n’eus bet kavet marc’had
(1) mal avaloù : marc de pommes Lorée gant Patrice Morel, en deus kavet. Met ne vo ebet c’hoazh evit floridzin
(2) bevgimiour, bevgimiezh : ijinour bevgimiour(2) e CBB ket lâret penaos ! Gouveet Breizh. “Diaes eo peogwir
biochimiste, biochimie Développement. e vo nemetken e vez tennet eo ret liammañ embrege-
(3) eoulgimiezh : pétrochimie 3 c’hilo floridzin diouzh un rezhioù(6) disheñvel-kenañ,
(4) ijinerezh gounezvouedel : “En dazont e vo ret kavout donennad spluz. E 2007, o a ouzhpenn Jean-François
industrie agro-alimentaire produioù o tont eus ar bev- deus lakaet Les Celliers ha Lorée. Hor micher n’eo ket
(5) kroueriañ : cribler gimiezh(2) da gemer lec’h CBB ur breved evit gwareziñ gwerzhañ floridzin met > Consultez la version
(6) embregerezh : entreprise ar produioù o tont eus an ha brudañ o c’havadenn. talvoudekaat hon avaloù, française de cet article
8 A c t u alité
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

À partir de 19 tonnes
de pépins, on peut
extraire, chaque
année, 56 kilos
de phloridzine, une
matière onéreuse
sur le marché
(3 000 euros le kilo).

Philippe Josselin
En biotechnologie, À Pleudihen, Les Celliers Associés veulent valoriser les pépins de pomme
l’innovation peut
se nicher dans un pépin
de pomme. Les Celliers Une molécule et un pépin
sur la place du grand marché
Associés, à Pleudihen-sur-
Rance, ont breveté
un système d’extraction
de la phloridzine. Mais
Phloridzine. Mais qu’est-ce chimiques par des produits
la valorisation commer- donc ? C’est une molécule biosourcés, expose Patrice
ciale de cette vertueuse naturelle que l’on trouve Morel. Il faudra donc nouer
molécule relève d’une dans les pépins de pomme. des partenariats entre les
Bonne pour la santé, elle grands chimistes et les socié-
autre complexité. bloque l’assimilation du tés agro-alimentaires.” Les
glucose dans le corps et deux hommes ont donc tra-
peut servir pour les régi- vaillé sur les pépins. Il fallait
mes anti-diabétiques ou d’abord trouver un moyen

Philippe Josselin
amincissants. Enfin, l’écorce de séparer le pépin du marc.
des pépins de pommes est M. Lorée a donc eu l’idée de
composée à 75 % de phlori- louer les services d’un pro-
dzine. ducteur de semences de la
région rennaise. Après avoir un brevet pour protéger et la phloridzine mais de valori-
“J’ai lu cela en 2003, dans une séché, le marc est criblé sur faire connaître leur trou- ser nos pommes, 10 000 ton-
étude de CBB Développement, des tables densimétriques. vaille. nes chaque année. Ce n’est pas
un centre de transfert de Un essai a été mené : de 18 facile de savoir jusqu’où aller
technologies de Rennes,” tonnes de marc, on a obtenu “Sur le marché, on trouve dans ce genre de projet. Nous
raconte Jean-François 478 kg de pépins propres… de la phloridzine de Chine, avons déjà engagé de l’argent.
Lorée, directeur d’exploita- 2,66 % ! mais parfois, son origine est Maintenant, on attend. Si des
tion des Celliers Associés douteuse, explique Patrice opportunités se présentent, on
à Pleudihen-sur-Rance. Les Au tour de M. Morel de Morel. Notre phloridzine est les saisira.”
Celliers produisent du cidre se mettre au travail pour d’origine bretonne. Et elle S t ép h an ie S to ll
tout en cherchant à valoriser extraire la phloridzine des est pure, ce qui permet aux
au mieux leurs co-produits, pépins. Il a donc mis au chimistes d’en faire des syn-
comme le marc de pomme. point une méthode facile thèses.” Toutefois, la phlo-
C’est ainsi que Jean-François et bon marché. Mais on ne ridzine bretonne n’a pas
Lorée a rencontré Patrice dira pas comment ! On se encore trouvé de marché.
Morel, ingénieur biochimis- contentera de savoir qu’il “C’est compliqué de mettre
te de CBB Développement. faut une tonne de pépin en relation des entreprises de
pour avoir trois kilos de milieux très différents, ajoute
“À l’avenir, il faudra substituer phloridzine. En 2007, les Jean-François Lorée. Notre
les produits d’origine pétro- Celliers et CBB ont déposé métier n’est pas de vendre de
A c t u alité > n°99 | juin 2011
9

Saint-Alban, Trébrivan, Mégrit et Pommerit-Jaudy


Les journées
Des petits déjeuners bio à la ferme du patrimoine de pays
Dimanche 5 juin, de 8 h 30 culture biologique. Voici les du travail d’artistes en rési- font revivre le passé
à 12 h, quatre fermes du adresses des fermes parties dence) ; la ferme de Raphaël Le 19 juin, la 14e édition des Journées
département proposent prenantes : l’EARL Kérouézé, Deschamps, Locriac, Mégrit du patrimoine de pays est associée à
des petits déjeuners bio, des La Grande-Goublaie, Saint- (sentier de découverte la Journée des moulins. Objectif : faire
visites à la ferme et diver- Alban (ateliers et anima- autour de la ferme, mini- découvrir au public le patrimoine archi-
ses animations. Ce rendez- tions pour les enfants, dia- marché bio) ; la ferme de tectural et paysager caché et les savoir-
vous matinal, organisé par porama “du grain au pain”, Lahuto à Pommerit-Jaudy faire. Professionnels et bénévoles seront
le Gab Armor, est aussi mini-marché bio) ; la ferme (techniques de jardinage sur le terrain pour vous montrer des
l’occasion pour le public de de Lisa, Goas-Vihan, Tré- bio, mini-marché bio). lieux parfois secrètement gardés, des
faire connaissance avec les brivan (animations pour usines ou des ateliers, des techniques
D.R.

techniques utilisées en agri- les enfants, présentation > 02 96 74 75 65 de fabrication, des fresques mais aussi
des recettes, des contes. Des visites
guidées gratuites seront proposées ainsi
Coupe de France de VTT à Saint-Brieuc que des animations, des démonstrations

Julie Bresset dans son jardin


et des randonnées. De nombreuses
communes participent à cet événement
comme Corseul, Loc-Envel, Pontrieux.
Programme dans les offices
de tourisme ou mairies et sur le site
Les 7 et 8 mai, le bois journeedepatrimoinedepays.com
Boissel, à Saint-Brieuc,
était noir de monde. De
plus, le temps, malgré
quelques grains orageux, Un trio de thriller
était de la partie. Il n’en Un critique de rock amoureux,
fallait pas plus pour que un ancien légionnaire, un flic
cette deuxième manche cycliste : c’est le trio de tête
de la coupe de France de du dernier thriller du Costar-
VTT soit une superbe réus- moricain Bruno Ségalotti,
site sportive et populaire. Souviens-toi que tu vas mourir.
Réussite sportive surtout Si l’intrigue remplit son contrat -
pour notre jeune cham- on est tenu en haleine jusqu’à
pionne plœucoise Julie l’épilogue - on s’attache aux personna-
Bresset, 22 ans qui, s’af- ges, y compris secondaires, qui ont
firme aujourd’hui comme tous une étoffe de héros du quotidien.
l’une des meilleures Un petit polar - complété par deux
mondiales de la spécialité nouvelles à découvrir en bonus -
(2e lors de la première man- à emporter en vacances.
Bruno Torrubia

che de la coupe du monde) Ed. Astoure. 8,50 €


et pratiquement intoucha- http://bruno.segalotti.over-blog.com
ble sur le circuit français.
Après avoir remporté la À 22 ans, la jeune Plœucoise s’affirme comme l’une des meilleures mondiales de la spécialité.
1re manche de la coupe de Concours photo
France à Saint-Raphaël il y 5,8 km (280 m de dénivelé) de Londres l’an prochain. track. Notons aussi la vic-
a deux mois, elle a parfaite- parsemé de sections très On rappellera que la veille, toire d’Elodie Hemon (Team sur l’Europe
ment assumé son statut de techniques. Une perfor- au parc des promenades, côte de Granit rose), dans la Alors que la manifestation d’Europe
favorite en s’imposant sur mance de bon augure en Julie avait également rem- catégorie masters. et d’Armor bat son plein dans le dépar-
un parcours vallonné de vue des jeux Olympiques porté l’épreuve de short- tement, il vous est proposé de partici-
per à un concours photo sur le thème
“L’Europe vue des Côtes d’Armor”.
Transports scolaires 2011-2012 Il s’agit de proposer au minimum

On peut se réinscrire en ligne trois photos, avec éventuellement


une légende explicative, illustrant

L e département des Côtes constitue aujourd’hui un


l’Europe dans les Côtes d’Armor.
A gagner, des cadeaux à l’effigie
d’Armor a orienté depuis enjeu important d’ouvertu- d’Europe et d’Armor et la publication
de nombreuses années ses re aux usagers de nouveaux des photos sur cotesdarmor.fr.
actions en faveur du déve- services accessibles par Envoyez les clichés avant le 20 juin au
loppement de l’usage des une simple liaison internet. Conseil général,
nouvelles technologies de Le premier service accessi- Dipodd, espace Bréhat,
l’information, de l’admi- ble aujourd’hui concerne 1 place du général de Gaulle,
Thierry Jeandot

nistration électronique et de le renouvellement des BP 2371, 22023 Saint-Brieuc cedex 1


l’amélioration des relations inscriptions au service ou par courriel à
avec les usagers. La mise à de transports scolaires au guideurope@cg22.fr.
disposition sur cotesdarmor. titre de l’année 2011-2012.
fr d’une nouvelle rubrique Une fois les enfants réins- gne. De nouveaux servi- Les parents peuvent réinscrire
“Services en ligne” - acces- crits, les parents pourront ces seront prochainement leurs enfants aux services de trans-
ports scolaires dès aujourd’hui.
sible dès la page d’accueil - suivre leur dossier en li- disponibles.
10 A c t ualité
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Du 9 au 12 juin, à Pléneuf-Val-André
D
ation p Bre g
Préconis Code de marque
adaptée au

François Jégou,
un résistant disparaît L’Open de golf fait le tour du monde
L’
François Jégou est décédé le 25 avril. Né
en 1920 à Maël-Carhaix, il n’a pas 20 ans
Plus de 150 joueurs de son. L’accès est gratuit. Ici, le dans le monde entier sur
vingt nationalités veu-
v spectateur côtoie le profes- Sport +, Euro Sport interna-
quand il s’engage dans la résistance en lent décrocher le titre de
le sionnel. Ni estrade, ni tribu- tional, Sky Sports UK, CNBD
centre Bretagne. Arrêté en août 1943 l’l’Open Allianz Côtes d’Ar- ne, le public suit les parties (Europe et Asie), the Golf
9 au 12 ju in
par la section de protection anticom- 2011 mor Bretagne, épreuve
m sur le parcours. Découvrez channel (USA et Canada),
e Green
Golf Blul-A

de l’environnement.
muniste, il est incarcéré et torturé au Pléneuf-Va
ndré
du Challenge Tour euro- ce spectacle de haut niveau M-Net (Afrique du sud).
le respect
uit

imprimé dans
atteurs
cèslesGr

Imprim’vert,
Ac specta

70 71 02/11
tous
commissariat de Saint-Brieuc. Transféré 02 96 61
à

péen, au golf Blue Green dans un cadre dominant


à Rennes, puis à Compiègne, le 27 avril, de Pléneuf-Val-André. la mer. Et pas besoin d’être Golf Blue Green
il est déporté vers Auschwitz puis www.bluegr
een.com

Toute l’élite du circuit golfeur pour se prendre au Pléneuf-Val-André


transféré au camp de Buchenwald dont www.allianz
golftour.com
N°1 sur l’économie

l’éducation,
faire
Côtes d’Armo
grandir
r

les talents
sera là en ce début de sai- jeu. Le tournoi sera présenté > 02 96 63 01 12
il participera à la libération le 11 avril LA TRIBUNE

1945. François Jégou a eu


de nombreux engagements. Le Tour de France, au plus près des habitants

Le cyclisme, l’identité de la Bretagne


Rdv aussi sur
cotesdarmor.fr
Culture et Patrimoine

J eudi 5 mai. La salle Her-


mione à Saint-Brieuc est
comble pour la soirée de
présentation du 98e Tour de
France. Une course qui se
déroule du 2 au 24 juillet et
comporte trois belles étapes
à travers les Côtes d’Armor,
Le peuple
l ddes carrières
iè les 5, 6 et 7 juillet. Hormis
le monde du sport et plus
en librairie précisément du cyclisme
Fruit de quatre années de collectage costarmoricain, avec ses
auprès des anciens carriers et de leurs nombreux clubs, beaucoup
familles, d’ateliers de création avec les d’habitants sont venus des
communes concernées par

Bruno Torrubia
habitants, de résidences d’artistes, etc.,
Le Peuple des carrières propose un voya- une arrivée ou un départ
ge dans la culture granitique du pays d’étape. “Ces trois étapes ont
de Dinan. Il s’agit d’un livre collectif écrit des charmes différents, par-
par les gens du bassin granitier eux- courant l’une la campagne
Le sourire de Miss France, entre Christian Prudhomme et Claudy Lebreton, a rayonné sur toute la soirée.
mêmes, à partir d’un important travail bretonne en Argoat, l’autre le
documentaire. Le tout complété par littoral en Armor”, commen- pes se jouera au cap Fréhel, Bretagne de montrer une ne présente plus, des mai-
des articles de spécialistes apportant te Claudy Lebreton, prési- site emblématique qui sera jolie performance. Un grou- res des communes étapes
un éclairage précieux sur l’histoire dent du Conseil général. sous le regard de millions de pe de musique et un fantai- - Dinan, Fréhel et Plévenon,
et la géologie du lieu. “La Bretagne est gâtée cette téléspectateurs de 188 pays siste interviennent égale- et Mûr-de-Bretagne - et de
Le peuple des carrières, éd Apogée, année, reprend Christian le 6 juillet. Le Département ment pour notre plus grand Cyril Gauthier, que l’on sui-
144 p, 25 €. Prudhomme, directeur du a mitonné une soirée de plaisir. Et puis surprise, Miss vra de très près sur la route
Tour, mais quoi de plus nor- présentation du parcours France est là aussi aux côtés du Tour. Et ce tour-là, sûr
mal quand on connaît le long précis des étapes et de leurs des élus, dont deux vice- qu’on s’en souviendra !
compagnonnage du Tour et caractéristiques et temps présidents du Conseil géné-
Trail convivial des Côtes d’Armor”. forts, à travers des inter- ral, Monique Le Clézio et Pour plus d’informations
à St-Nicolas-du-Pélem Grâce à une idée suggérée views d’élus et de sportifs. Loïc Raoult, de Daniel Gilles, cotesdarmor.fr/
aux responsables du Tour Le tout ponctué d’intermè- vice-président du Conseil tourdefrance2011
Dès 9 h 30 le dimanche 19 juin, prenez
par le président du Conseil des. L’occasion est belle pour régional en charge du sport,
le départ du trail organisé par l’office
général, l’une des trois éta- le cercle celtique de Mûr-de- de Bernard Hinault, qu’on
des sports de Saint-Nicolas-du-Pélem
et une poignée de bénévoles. Deux cir-
cuits : 12 km et 26 km. Le départ sera
donné à la piscine pour des parcours
À Tréveneuc et Ploumagoar
accidentés mais splendides. À l’arrivée :
galettes saucisses et verre de cidre
La rando accessible aux handicapés
pour tout le monde. Parallèlement,
de nombreuses animations gratuites
À l’instar de ce qu’a entre- créé un chemin accessible offrira un parcours
pris le Conseil général aux personnes à mobilité artistique de 3 km
sont prévues : tir à l’arc, promenades
dans de nombreux sites réduite. À Tréveneuc, c’est sous les bois, acces-
en calèche et un mini-trail
départementaux, les com- dans la vallée du Kerpont sible à tous. Cerise
pour les enfants.
D.R.

munes font en sorte que en direction de Saint-Marc sur le gâteau, trois


7 € - Inscriptions jusqu’au 17 juin
les personnes en situation qu’un bon kilomètre a été artistes, Kito, Marie-
> 06 89 01 65 22 de handicap profitent de aménagé pour elles avec Hélène Richard et Toma une réserve LPO (Ligue de
ou sur
balades agréables en pleine une pente de moins de 4 %. Ryse y exposent des œuvres. protection des oiseaux).
officedessports22480.
nature. Ainsi Tréveneuc et À Ploumagoar, à partir du Art et nature se conjuguent > 02 96 11 10 10
over-blog.com
Ploumagoar ont chacune 18 juin, le bois de Kergré parfaitement sur ce site avec ville-ploumagoar.fr
Dossier > n°99 | juin 2011
11

Pages 11/12 /13 Pages 14 / 15


• Assistants maternels • Délivrance des agréments
un vrai métier Le projet professionnel d’abord
• Monique Gentil, • Formation
assistante maternelle à Plévin Exercice obligatoire
Réd ac ti o n : Vé ron iq u e Rolland
Une journée avec les enfants • Annie Le Houérou
P h o to g ra p h i e s : T h i e r r y J e a n d o t vice-présidente du Département

Une première Maison des assistants maternels (Mam) a ouvert


ses portes au Gouray. D’autres devraient bientôt voir le jour.
Assistants maternels

Un vrai métier
Le temps où l’activité d’assistant maternel
relevait de la garde élémentaire d’enfants L e constat est clair, les assistants maternels
(le département compte une trentaine
d’hommes) d’aujourd’hui ne sont plus les
par des personnes pour lesquelles il s’agissait le nourrices d’hier. “La profession a sérieusement évolué
avec les lois de 1977, 1992 et enfin 2005, explique Chris-
plus souvent d’un choix par défaut est tine Massart, co-présidente de l’ADFAAM 22(*). Dotées
désormais révolu. Aujourd’hui, les 5 000 d’une convention collective, nous disposons désormais
d’un cadre législatif qui offre une vraie reconnaissance,
assistants maternels du département exercent même si, sur le terrain, il y a encore du travail pour faire
changer les mentalités”.
un vrai métier et offrent un service de qualité Formation initiale obligatoire, espaces-jeu, relais
aux enfants qu’ils accueillent. parents/assistants maternels… Grâce aux diver-
ses structures et partenaires, il n’est plus question
d’improviser et d’exercer la profession dans l’iso-

12 Dossier
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

“La profession Anne Letoret,


a sérieusement médecin et
évolué”, explique responsable
Christine Massart, de la Protection
co-présidente de maternelle
l’Association et infantile
départementale au Conseil
des familles général.
d’accueil
et assistant(e)s
maternel(le)s.

… Assistants maternels

Un vrai métier
lement. C’est une activité professionnelle qui, bien Du côté de la PMI (Protection maternelle et infan-
Le positionnement que s’exerçant au domicile, doit respecter un cadre tile, service du Conseil général) une seule ligne de
dans lequel on ne mélange pas vie professionnelle conduite : se préoccuper du développement de l’en-
de la Caf et vie privée. On a beau être chez soi, on ne peut tout fant en garantissant qu’il est accueilli dans un univers
Pour la Caisse d’allocations fami- se permettre, et toute l’organisation vise l’intérêt de propice. “Nous tentons de doter les assistants maternels
liales, il s’agit de maintenir dans l’enfant. de tous les outils, toutes les attitudes et postures pour
l’emploi les assistants maternels “Aujourd’hui, l’assistant maternel est une personne entiè- qu’ils puissent être vraiment des professionnels, insis-
en exercice et d’initier de nouvelles rement disponible, poursuit Christine Massart. Outre te Anne Letoret, responsable de la PMI et médecin.
vocations, afin de conserver la même les soins quotidiens, elle participe à l’éveil de l’enfant et Il s’agit d’être dans le cœur du métier de la petite enfan-
offre de gardes sur le territoire. au pré-apprentissage de la vie ce et de ne pas accepter de la garde

O
Ses moyens d’action :
Au niveau national, des aides finan-
de groupe, avant l’entrée à l’école
maternelle”. Les parents l’ont
La professionnalisation sauvage”.
C’est pourquoi, pendant tout
cières avec la prime à l’installation si bien compris qu’ils se mon- une garantie le parcours précédent l’agré-
et le prêt à l’amélioration de l’ha- trent désormais plus exigeants ment, y compris pendant et après,
bitat. En complément, la Caf 22 et se préoccupent du projet pour les familles la question du projet professionnel
propose un prêt de véhicule pour les de l’assistant maternel pour est constamment soulevée, afin que
assistants maternels allocataires. Elle leur enfant. Le tout étant de savoir garder la mesure chacun entre dans le métier en ayant toute conscience
vient également de lancer avec ses du rôle de chacun : ce n’est pas l’école maternelle. Par de ses contraintes. Cette professionnalisation est non
partenaires, notamment la PMI, un ailleurs, les familles n’ont plus le même rythme de vie. seulement une garantie pour les familles mais un atout
journal d’informations en direction pour les assistants maternels eux-mêmes.
des assistants maternels, “Avec la VAE - valorisation des acquis de l’expérience - et
Une seule ligne de conduite :
La Malle aux infos. leur formation, ils peuvent obtenir le CAP et s’ouvrir aux
O Le site Internet monenfant.fr : le développement de l’enfant métiers de la petite enfance en collectif, en accueil périsco-
les différents modes d’accueil, “De plus en plus de parents ont des emplois à horaires aty- laire”, indique Anne Letoret.
la liste des assistants maternels piques, constate la présidente. Nombreux sont aussi ceux En attendant, c’est un métier qui a sa spécificité et ne
et des structures d’accueil. qui ont des contrats précaires. En tant que dernier maillon doit pas être considéré comme concurrentiel au mode
O Sur le terrain, la Caf finance égale- de la chaîne, nous sommes tributaires de ce que vivent les d’accueil collectif. “C’est notre rôle à nous, institution, de
ment les 41 relais parents/assistants parents. Cela crée des amplitudes horaires énormes, des veiller à ce que sur un territoire, les parents aient le choix”,
maternels du territoire. accueils plus courts dans la durée et l’idée de travailler poursuit-elle. Un choix qui va s’élargissant, ne serait-ce
de 8 h à 18 h 30 n’est plus à l’ordre du jour. Nous devons que par le mode d’exercice de la profession, et l’arrivée
nous adapter à la demande, d’autant plus qu’un assistant des Mam (Maison des assistants maternels).
maternel est réputé être plus souple qu’une structure col- “Cette multiplication de structures aux statuts diffé-
lective. Mais le métier est encore précaire et fragile”. rents est appelée à se poursuivre, car il y a un manque
d’accueils collectifs, constate Anne
Letoret. Ces structures proposent des
réponses plus souples. Mais à la PMI
des Côtes d’Armor, on ne perd pas de
vue que, quel que soit l’accueil ou sa
souplesse, il faut garantir la sécurité
et le bon développement de l’enfant.
Nous ne devons pas brader cette qua-
lité. C’est une question de cohérence
et c’est la feuille de route de chacun
des intervenants”.

(*) L’Association départementale des familles d’accueil


et assistant(e)s maternel(le)s (adfaam22.over-blog.com)
est la principale association du département
avec Asmat 22 (asmat22.over-blog.com)
Dossier > n°99 | juin 2011
13

Monique Gentil, assistante maternelle à Plévin

Une journée avec les enfants


Terminé le temps où les “nounous”
faisaient leur ménage ou regardaient
la télévision pendant qu’elles
gardaient des petits. Au quotidien,
l’assistant maternel sait faire
la part entre vie privée et vie
professionnelle. Comme ses
collègues, Monique Gentil partage
un vrai projet de développement
avec les enfants.

C e lundi matin là, Basile, un an, préfère rester


dans les bras. Il est un peu renfrogné car il a
été malade ce week-end. Qu’à cela ne tienne,
Monique Gentil est entièrement tournée vers lui, en
attendant l’arrivée de Maëlys (2 ans), à 11 heures.
Depuis plus de 20 ans qu’elle exerce ce métier, elle a
gardé 34 enfants. “Au départ, on ne s’attend pas à avoir
autant de travail, donner autant d’énergie. C’est un métier
difficile car l’amplitude horaire peut être très large, et on Accueillir un enfant, c’est aussi accueillir sa famille.
est plus vigilant que pour nos propres enfants. J’ai eu moi- Monique Gentil a appris à s’adapter à chacun.
même trois enfants qui ont dû partager leur vie avec ceux Les crèches familiales
que j’accueillais. J’ai dû leur expliquer qu’il fallait partager permet de retrouver d’autres assistantes maternelles ou Ces structures permettent aux assis-
les jouets, les chambres… Difficile, surtout à l’adolescence, des parents. J’ai besoin de sortir et les enfants aussi, pour tants maternels, recrutés par une com-
quand ils ont besoin de s’isoler”. découvrir autre chose C’est important pour leur éveil, car mune ou communauté de communes,
Travailler chez soi réclame ainsi une véritable organisa- je n’ai pas tous les jeux et activités à la maison”. d’être sous la responsabilité d’une pué-
tion et l’assentiment de toute la famille. “Pour mon mari, Elle participe également aux “Randos poussettes” ricultrice. Si les enfants sont toujours
ça a été difficile aussi. D’autant que son travail réclame éga- organisées chaque mois, ou amène les plus grands à accueillis au domicile des assistants
lement beaucoup d’énergie. Alors, quand il y a des enfants la piscine. Désormais, elle ne se sent plus seule. “Il m’est maternels, ils bénéficient en plus d’acti-
jusque 20 heures, ça fait tard. Heureusement, nous avons pu arrivé d’appeler la PMI ou l’animatrice du relais quand vités collectives lors de regroupements.
aménager une pièce réservée, où il peut s’isoler du bruit. Et je sentais qu’un enfant avait un petit souci. Cela nous per- Les assistants maternels bénéficient
puis il aime être dehors. Alors entre le potager et la piscine, met aussi d’aider les parents, par exemple quand l’enfant également d’activités communes et
il arrive à se préserver”. dort mal… ”. de formation. Les parents sont déchar-
En rentrant, elle enchaîne directement le déjeuner pré- gés de la relation financière avec le pro-
paré dès le matin. Un bonheur pour les parents quand ils fessionnel et rémunèrent directement
Un engagement total savent que tous les légumes viennent du potager fami- le gestionnaire du service.
Avec cinq enfants en garde actuellement, Monique Gen- lial. Suit un petit séjour digestif dans le jardin et vers
til a, comme ses collègues, de plus en plus de temps par- 13 h 30, la sieste. Au fil des réveils, Monique Gentil pro-
tiels et, certains jours, une amplitude horaire importante. pose des activités plus tranquilles dans la grande salle,
“Le vendredi, j’accueille le premier enfant à 5 h 30 le matin, et le lieu névralgique de la maison où elle embrasse d’un Une Maison
le dernier part à 18 h 30. Les premiers temps ont seul regard la cuisine, l’espace repas et l’espace des assistants
été difficiles. Les journées sont très longues et Découvrir jeux. “Si je suis entrée dans ce métier par hasard,
maternels (Mam)
il faut s’adapter aux enfants parfois très éner- j’ai apprécié de plus en plus au fil des enfants.
vés, qui ne dorment pas. Nous sommes très autre Des améliorations restent nécessaires, notam- Une première Mam a ouvert ses portes
sollicités et c’est normal. Mais à la fin de certai- ment en matière de précarité. On ne peut pas
nes journées, j’apprécie de faire une pause”.
chose avec faire ce métier pour l’argent, avec un salaire de
au Gouray. Après avoir créé une asso-
ciation, deux assistantes maternelles
En attendant la pause, Monique Gentil les enfants 600 à 1 200 € les bons mois. Il faut vraiment employées par des particuliers se sont
n’arrête pas et apprécie avec enthousiasme aimer travailler avec les enfants”. regroupées dans une maison pour
les activités qui sont désormais à sa disposition Au bout de 20 ans, Monique Gentil s’investit toujours exercer leur métier. Outre l’avantage
(elle a attendu dix ans !) près de chez elle, à Plévin. pleinement. A l’initiative de son relais, elle vient même de bénéficier d’un vrai lieu de travail en
“Je demande aux parents de ne pas amener les enfants en de participer à l’enregistrement d’un CD de comptines, dehors de leur domicile, et de collègues
milieu de matinée car j’ai souvent des activités le matin”. dans lequel elle chante des chansons en breton. avec qui échanger, il s’agit pour elles
Espace jeux itinérant à Paule, Trébrivan, Glomel ou de proposer des horaires de garde plus
ailleurs, ludothèque ou relais parents/assistantes Vous cherchez un assistant maternel ? larges aux parents et d’offrir un maxi-
maternelles à Rostrenen, Monique Gentil et sa troupe Rendez-vous sur cotesdarmor.fr, rubrique “Rechercher mum d’activités aux enfants. D’autres
bougent beaucoup. "Pour les enfants, c’est agréable d’al- un assistant maternel” en page d'accueil. structures du même type devraient
ler à la rencontre d’autres enfants. De mon côté, cela me bientôt voir le jour.
14 Dossier
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

C’est par Gisèle Lainé


et ses collègues
conseillères techni-
ques à la PMI, que
sont instruites les
demandes d’agrément
du Département.
Renouvelé tous les
cinq ans, cet agrément
suit une procédure
d’accompagnement
permettant aux candi-
dats de prendre
la pleine mesure de
la profession.
Chaque année, 500 à 600 nouvelles

Délivrance des agréments demandes d’agrément parviennent


à la PMI.

Le projet professionnel d’abord


Une commission
départementale S ur quels critères instruisez-vous les deman-
des ?
Nous disposons désormais d’un référentiel
souhaitent pas modifier leur façon de vivre prennent la
mesure de l’investissement nécessaire lors des réunions
d’information ou dans la suite de l’accompagnement.
Le 21 avril dernier se tenaient les élections national sur lequel nous basons nos critères d’évalua- Les abandons en cours de route sont nombreux.
des membres représentant les assistants tion et les valeurs à prendre en compte. Sur le terrain,
maternels de la Commission consultative nos puéricultrices travaillent donc avec des critères Votre jugement repose alors sur les déclarations
paritaire départementale (CCPD), élue d’évaluation précis lors de la démarche au domicile. du postulant ?
pour six ans. Composée également Elles vérifient que les conditions matérielles de l’ac- Certes, et de ce point de vue, nous sommes assez souples.
d’élus et de la direction de la PMI, elle cueil sont garanties en matière de confort, d’hygiène Car depuis la loi de 2005, nous savons que les lacunes
est destinée à régler les contentieux entre et de sécurité. Cette visite au domicile est suivie d’un pourront alors être comblées par la formation obligatoire
les professionnels et la PMI. Les dossiers entretien prenant en compte les connaissances et les avant l’accueil. La régulation se réalise aussi, et heureu-
parviennent en CCPD après tout rappel à aptitudes sement par les parents qui sont les employeurs. Ce sont
l’ordre infructueux. Les assistants mater- les premiers témoins des conditions dans lesquelles
nels peuvent être représentés Comment évaluer le projet professionnel ? l’enfant est accueilli. Si nécessaire, ils ont la responsa-
par un avocat ou un membre d’une Quand le candidat ou la candidate évoque son projet, on bilité d’avertir le service de PMI pour nous mettre en
association. D’abord instance de travail, ne se contente pas de la simple motivation “j’aime les alerte. Dans ce cas, nous réalisons un contrôle. Ainsi,
la commission traite de situations très enfants”. Cela nous paraît un minimum et ce n’est pas l’agrément est octroyé si tout est conforme aux critères,
diverses : accidents d’enfants (manque- sur ce critère que l’on peut construire son projet. Nous mais si dans les faits ça ne l’est pas, nous réagissons.
ments à la sécurité), suspicions d’abus tentons donc de déterminer à quoi tient ce projet : parce
sexuels, dysfonctionnements des prati- que la recherche d’emploi n’aboutit pas ? Pour concilier Les candidats sont-ils pleinement conscients qu’ils
ques professionnelles, etc. vie de famille et vie professionnelle ? Les candidats à s’installent dans un véritable métier ?
Après exposition de la situation et débat, l’agrément y voient souvent la possibilité de pouvoir Pour certains, il s’agit simplement d’un revenu de
un vote anonyme à bulletin secret garan- rester travailler à la maison et s’occuper de leurs propres complément et parce qu’elles ou ils ne peuvent pas
tit la liberté de décision de chacun. Dans enfants, en ayant un revenu complémentaire. faire autre chose par manque de formation, de diplô-
notre département, la CCPD se réunit me… Pour autant, cela n’empêche pas la qualité du
quatre à cinq fois par an. Elle envisage Dans ces conditions, comment s’assurer de l’exercice travail effectué. D’autres, désormais les plus nom-
alors diverses dispositions : suspension réellement professionnel de l’activité ? breux, l’envisagent véritablement comme un métier.
immédiate de l’agrément à titre conser- Nous vérifions que la personne anticipe bien sur le Il y a quelques années, ce n’était pas le cas. A cet égard,
vatoire le temps de l’enquête, mise en travail qui sera le sien à travers son rythme de vie, la la loi de 2005 est importante. Elle est exigeante,
œuvre d’une évaluation suivie ou non réalisation des diverses tâches : comment se projette-t-elle mais pour celles et ceux qui en font une profession,
de suspension, retrait immédiat. Une fois dans ses taches ménagères ? Qui amènera ses propres cette loi les valorise.
l’avis rendu par la commission, il est sou- enfants à l’école ? Mangeront-ils à la cantine ou pas ?
mis au président du Conseil général qui Quand fera-t-elle les courses ? Elle doit réfléchir à une
prend la décision finale. Dans 90 % des organisation qui lui laisse du temps pour son travail.
cas, le retrait de l’agrément est décrété. Ceux ou celles qui n’ont pas de réelles motivations ou ne
Dossier > n°99 | juin 2011
15

Annie Le Houérou
Formation vice-présidente du Département
en charge de l’enfance et de la famille

Exercice obligatoire
La loi du 27 juin 2005, en offrant un statut au métier d’assistant maternel,
leur impose également une formation, une fois l’agrément obtenu.
Les objectifs : s’assurer de leurs compétences, améliorer leurs connaissances
et les doter d’une reconnaissance professionnelle. “ Nous avons

D ans le bâtiment D du lycée Saint-Joseph, à tif devant être de mener les petits vers l’autonomie et la
une grande
Lamballe, elles sont seize à suivre le cursus socialisation, indique la formatrice. Si, au départ, il est responsabilité”
depuis une quinzaine de jours. Dans une difficile pour la plupart des postulantes de reconnaître
semaine, la première partie de la formation sera termi- qu’il s’agit d’un métier, elles changent rapidement d’opi- Quelle est l’objectif majeur
née et elles pourront exercer. “La loi propose 60 heures nion”. du Conseil général vis-à-vis
de formation avant d’accueillir un enfant et 60 heures Au programme : comment sécuriser les espaces de vie, des assistants maternels ?
dans les deux ans qui suivent le premier accueil, explique assurer les soins d’hygiène et le confort, contribuer au
En tant qu’institution instruisant
Nolwenn Denez, formatrice à l’Association régionale développement et à la socialisation, organiser des acti- les demandes d’agrément et déli-
d’éducation permanente (Arep). De son côté, le Départe- vités, s’adapter à une situation non prévue, la nutrition, vrant ces agréments, nous avons
ment a opté pour 90 heures avant l’accueil, afin de bien le cadre juridique, la biologie, etc. une grande responsabilité en la
ancrer les acquis”. Dans la salle de formation, Rachelle, Sandy, matière. Ainsi, le Conseil général
À l’issue de la formation, toutes se présen- Claudine, Sylvie et les autres membres du est garant de la qualité de l’accueil
teront à l’examen de l’unité 1 du CAP Peti- “Avoir été groupe sont entre les mains de Céline Barbu, de chaque enfant, et de la qualité
te enfance. Une épreuve écrite et pratique, éducatrice de jeunes enfants. Cet après-midi- des professionnels qui exercent.
là aussi obligatoire, mais non soumise à mère ne là, à travers des mises en situation, elles tra- Comment s’assurer de la
obligation de résultat. “La plupart vont à
contrecœur à cet examen, note Nolwenn
suffit pas” vaillent la relation avec les parents, un des
aspects les plus délicats du métier. Quelles
professionnalisation des
assistants maternels ?
Denez. Mais quand elles constatent les bons questions poser lors du premier contact,
L’accompagnement lié à la demande
résultats qu’elles obtiennent, certaines tentent d’avoir comment réagir lorsqu’un parent amène un enfant
d’agrément a pour but d’informer
le CAP dans sa totalité. Quoi qu’il en soit, nous avons de malade… La majorité admet que l’idée de la formation sur les exigences de ce métier.
plus en plus de personnes diplômées (bac + 3 à + 5), et elles ne leur semblait pas nécessaire. La professionnalisation va de paire
ont quasiment toutes leur bac, contre 20 % à peine il y a “Contrairement à ce que nous imaginions, nous avons avec l’entrée dans un réseau
dix ans. Si auparavant l’activité était considérée comme appris beaucoup de choses, souligne une stagiaire. Par d’assistants maternels et
un pis-aller, c’est aujourd’hui un projet réfléchi”. exemple sur l’évolution psychologique ou la maltraitance. d’échanges de pratiques, c’est aussi
Cela permet d’avoir plus de recul sur ces questions et de une démarche collective. Par ailleurs,
si la formation initiale est bien
mieux gérer certaines situations”. Même parmi ceux qui
Une nécessité absolue ont déjà exercé le métier, la nécessité de la formation
en place, la formation continue est
à développer, elle est encore diffici-
En attendant, il s’agit avant tout de préparer l’accueil est devenue une évidence. “Avoir été soi-même mère ne lement accessible pour des raisons
et mettre en place les fonctions éducatives des enfants suffit pas lance une autre. Cela remet aussi en question administratives et d’organisation.
dont elles auront la charge. “À l’issue de la formation, nos principes éducatifs. Sans compter que nous prenons Pour autant, le Conseil général
elles doivent avoir pour seules préoccupations les besoins mieux conscience de nos responsabilités”. et de nombreuses collectivités,
de l’enfant et être capables de les identifier. Leur objec- Dans quelques jours, elles seront opérationnelles, initient des temps de réflexion
mais devront reve- sur l’enfance et la parentalité.
nir pour 30 heures Le département dispose-
supplémentaires t-il d’un nombre suffisant
après leurs premières d’assistants maternels ?
armes. “Entre-temps,
Aujourd’hui, nous avons un bon
on compte près de maillage, que ce soit en accueil indi-
18 % d’abandons, indi- viduel ou collectif qui sont complé-
que Nolwenn Denez. mentaires. Ma grande préoccupation
Certaines ont constaté concerne les 2-3 ans. Nous n’avons
que c’est plus difficile pas encore pris la mesure du fait que
que ce qu’elles imagi- les écoles maternelles n’accepteront
naient et ont laissé la plus les enfants avant trois ans. Or,
jusque-là, nous avions organisé les
place aux plus moti-
structures d’accueil autour d’un
vées”. besoin qui tenait compte d’une forte
scolarisation des enfants de deux
ans et demi à trois ans et donc une
prise en charge gratuite pour les
familles au sein des écoles mater-
nelles. Nous risquons de manquer
de réponses dans les années à venir.
Les familles et les collectivités seront
La formation permet confrontées à des questions de
de se mettre dans financement. Nous devons envisa-
des situations concrètes ger des solutions en lien avec
de la profession. la Caisse d’allocations familiales.
16 Persp e c t i ve s
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

La CCI lance Pôle Phœnix à Lannion


une newsletter
La CCI des Côtes d’Armor lance
une newsletter trimestrielle.
Une centrale solaire sur les toits
Baptisée Les repères économi-
ques, elle donne gratuitement
les informations clés de
La centrale photovoltaïque entrée
l’économie du département en service au pôle Phœnix permettra
(chiffres d’affaires, démographie d’éviter l’émission de 6,8 tonnes
des entreprises, tourisme, de CO2 par an.
taux de chômage, etc.).
Abonnement sur
tion totale d’énergie depuis
cotesdarmor.cci.fr
la mise en service de la cen-
trale, ainsi que l’économie de
CO2 réalisée.
Le bâtiment en question fai-
sait partie de l’ancien Centre
des télécommunications spa-
tiales, racheté en 2006 par
Lannion Trégor Aggloméra-
tion pour y créer le pôle Phœ-
Armor TV nix, destiné à accueillir des
Les Frères Jean activités économiques et tou-
ristiques. Ce vaste projet de
à Mellionnec
Lannion Trégor Agglomération

reconversion a déjà permis


Sur Armor TV, le vendredi
la rénovation de nombreux
24 juin, de 21 h à 22 h 30, en direct
bâtiments. Objectif : mettre
de Mellionnec, l’émission
à la disposition des porteurs
Les Frères Jean aura pour thème
de projets des bâtiments
“La Bretagne rurale fait son
BBC tertiaires diminuant de
cinéma”, en référence aux
40 % minimum les consom-
mations énergétiques.

U
Rencontres du film documentaire
qui se tiennent du 24 au 26 juin
ne centrale photovoltaï- Pour la réalisation de cette centrale, À ce titre, en plus d’accueillir une cen-
(lire aussi en page 35). Des jeunes
que est entrée en service Lannion Trégor Agglomération a trale photovoltaïque sur son toit, ce
documentaristes témoigneront
depuis la fin du mois de investi 539 000 € HT et estime à bâtiment du pôle Phœnix a fait l’objet
de leur passion pour cette
mars à Lannion. D’une puissance de environ 20 ans le temps de retour sur de travaux visant à réduire ses
approche cinématographique.
68 000 W, elle comprend 500 lami- investissement. En outre, cet équipe- consommations d’énergie : isolation
Un genre parfois considéré
nés photovoltaïques installés sur le ment permettra d’éviter l’émission par l’extérieur, installation de menui-
comme mineur et qui rencontre
toit d’un bâtiment du pôle Phœnix, de 6,8 tonnes de CO2 par an. series très isolantes, ventilation dou-
pourtant, depuis quelques
propriété de Lannion Trégor Agglo- Un compteur a même été installé ble flux, etc. À la clé, des consomma-
années, un écho très favorable
mération. Au total, 1 000 m2 de toiture sur la façade du bâtiment. Il donne la tions énergétiques divisées par 2,5.
auprès du public. Cette émission
ont été recouverts. L’électricité produi- puissance électrique injectée dans le
verra également la participation
te est vendue 0,50 € le KWh à EDF. réseau EDF en temps réel, la produc- lannion-tregor.com
de François Niney, réalisateur
et philosophe spécialisé dans le
cinéma documentaire.
Du 24 au 26 juin à Plestan
armortv.fr
La cidrerie Kerloïck ouvre ses portes
À Plérin
D ans le cadre d’Innov’action (*), ploie six personnes et pro-
opération de la Chambre d’agri- duit 200 000 bouteilles
des paniers garnis culture ayant pour thème cette par an de cidre fermier
année l’agriculture écologique- (brut, demi-sec, doux),
originaux ment intensive, la cidrerie Kerloïck mais aussi des produits
Nouvelle entreprise créée à Plérin à Plestan ouvre ses portes au public dérivés de la pomme, tels
le 1er avril sur la base d’une idée les 24, 25 et 26 juin, de 10 h à 18 h. que le jus de pomme, le
originale, Petit cœur des Côtes Au programme : découverte du ver- vinaigre de cidre, un apé-
d’Armor propose des paniers ger, de la chaîne de pressage, de la ritif breton et de l’eau-
garnis non alimentaires à offrir cuverie, de la chaîne de condition- de-vie. L’entreprise, qui
à l’occasion des anniversaires, nement et du tout nouveau maga- a conservé l’élevage de
des naissances, des baptêmes, sin proposant des produits locaux. porcs, propose aussi une
des départs en retraite, etc. Un service de restauration (galettes, gamme de charcuteries
Les paniers sont personnalisés crêpes, etc.) est également prévu cuites au cidre. À noter
D.R.

en fonction des goûts de ainsi que des dégustations de cidre. enfin que la cidrerie est
la personne destinataire C’est en 1999 qu’est née la cidre- en conversion bio depuis
et font la part belle aux produits rie Kerloïck, à l’initiative d’Anita et 2010 pour une partie de ses 10,5 ha Cidrerie Kerloïck
réalisés dans les Côtes d’Armor. Loïck Gouret. Éleveurs de porcs de- de vergers. Lancement de la gam- La Touche Cadieu à Plestan
> 02 96 73 67 02 puis 1986, ils ont souhaité se diver- me en 2013. > 02 96 34 80 14
sifier en développant une activité (*) Le programme d’Innov’action kerloick@free.fr
cidricole. Aujourd’hui, Kerloïck em- sur bretagne.synagri.com
Persp e c t i ve s > n°99 | juin 2011
17

Ferme des Aulnays à Évran

Du lait de jersiaises

Thierry Jeandot
dans le camembert
Pêche :
année correcte
pour la coquille
La saison de pêche à la coquille
Depuis 1994, saint-jacques, démarrée le 4 octo-
Jérôme et Annie bre 2010, s’est terminée le 28 avril
dernier. Le bilan est satisfaisant,
Le Goff fabriquent puisque les quelque 200 bateaux
à Evran du participant à la campagne ont
remonté environ 6 600 tonnes de
camembert bio coquilles, soit un tonnage sensible-
au lait cru de ment équivalent à celui de l’an
passé. Seul bémol : un prix moyen
vaches jersiaises. qui stagne aux alentours de 2 €.
Parallèlement, Du côté des débouchés, 60 % du
produit part en usine pour être
la ferme élève transformé, 26 % est vendu en frais
49 porcs sur paille et 14 % est racheté par les pêcheurs.

pour valoriser le
petit-lait résultant À la Cité des métiers
de la production en juin

Thierry Jeandot
fromagère. Ce mois-ci, la Cité des métiers vous
propose, le mercredi 8 juin, à 14 h 15,
un “zoom” sur les métiers de la peti-
À la ferme des Aulnays à Evran, entre 100 000 et 105 000 litres de lait sont valorisés te enfance, diffusé en visioconféren-
chaque année pour fabriquer du camembert bio moulé à la louche. ce depuis Ploufragan vers la Maison


de l’emploi et de la formation pro-
Nous travaillons avec du lait avec eux, en Nouvelle-Zélande, en Aus- Jura, sachant que le fromage représente
fessionnelle de Loudéac et la Mai-
issu de la traite du matin et tralie, aux États-Unis, etc. ” environ 80 % de notre activité”.
son du Département de Guingamp
du soir”, explique Annie Un lait de jersiaise qui se distingue De cette manière, la totalité du lait est
(sur inscription). Le mercredi 15, de
Le Goff. Le lait est d’abord chauffé à par sa couleur, laquelle tire sur le directement valorisée à la ferme. “Cela
14 h à 17 h, à Ploufragan, “zoom” sur
35 °C. Interviennent, ensuite la matu- jaune et se retrouve dans le fromage. nous plaît de maîtriser l’ensemble de la
les métiers de la maintenance
ration avec des ferments lactiques, “C’est lié au fait que la jersiaise stocke du production, du champ jusqu’à la vente.
d’équipement et du travail des
puis le caillage en bêta-carotène dans son Ça nous donne une indépendance et la
métaux. Le jeudi 16, à 18 h, au café
ajoutant la présure.
Quant au moulage,
Des vaches lait”. Quant au goût, il
est “surtout déterminé
satisfaction de voir ce que devient notre
produit. C’est aussi une grande diversité
Le Pixie à Lannion, soirée cité sur
il se fait à la louche. nourries à l’herbe par l’alimentation dans le travail, entre la traite, la fabrica-
toutes les facettes du métier de
chargé de communication. Le lundi
“Cela permet d’éviter des vaches”. En effet, tion du fromage, etc.”
20, à 14 h, à la Maison de l’emploi
d’émietter le caillé, ce qui donne une à la ferme des Aulnays, elles sont Laurent Le Baut
et de la formation professionnelle
texture de pâte beaucoup plus sou- nourries à l’herbe, les 48 ha de terres
de Loudéac, sur inscription, atelier
ple”, précise Annie Le Goff. Viennent de l’exploitation assurant une com-
“mon projet professionnel après
ensuite le salage au sel de Guérande, plète autonomie alimentaire. “L’herbe Contact
45 ans”. Enfin, le mercredi 22, de 14 h
le séchage et enfin l’affinage pen- permet d’obtenir une palette de goûts
à 17 h, à Ploufragan, “zoom” sur les
dant deux semaines environ. “En ce beaucoup plus riche qu’avec des rations Ferme des Aulnays
métiers de la sécurité privée.
moment, nous réalisons 200 camem- de maïs et de soja”, explique Annie. La Touch - 22630 Évran
> 02 96 76 51 51
berts par jour et nous valorisons au Côté débouchés, les fromages sont > 02 96 27 52 62
citedesmetiers22.fr
maximum 500 litres de lait par jour”. vendus à des grossistes dans le circuit fermedesaulnays.fr
Pour faire leur fromage, Jérôme et bio, directement à des magasins de
Annie Le Goff ont choisi d’élever Rennes et Dinan, dans quelques res-
42 vaches laitières de race jersiaise. taurants, sur les marchés et un peu en
“C’est un lait très riche en matière vente directe à la ferme.
protéique, permettant d’augmen-
ter le rendement fromager. Il faut
1,35 l de lait de jersiaise pour faire un
Comme une ferme
camembert, contre 1,8 l à 2 l de lait de du Jura
Prim’holstein. En outre, ce sont des Parallèlement, la ferme élève 49 porcs
animaux agréables à manipuler, vifs bio sur paille. “C’est de l’engraisse-
mais très dociles. C’est la deuxième race ment. Il s’agit de valoriser les 60 000
Thierry Jeandot

laitière au monde, particulièrement litres de petit-lait issus chaque année de


adaptée au climat océanique. Les Bri- la production du fromage. C’est le fonc-
tanniques l’ont amené un peu partout tionnement traditionnel des fermes du
18 Persp e c t i ve s
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Armor emploi à Quintin

Un tremplin vers un emploi durable


Armor emploi, association
intermédiaire d’insertion
par l’activité économique,
vient d’inaugurer
une nouvelle agence
à Quintin. Déjà implantée
à Saint-Brieuc et à Pordic,
l’association a salarié
354 personnes en 2010,
soit 23 équivalents
temps plein.

M énage, repassage, nettoya-


ge des vitres, préparation
des repas, courses, tonte
de pelouses, taille des haies, petit
bricolage… Les services proposés par

Thierry Jeandot
Armor emploi, le plus souvent en
direction des particuliers, sont nom-
breux. L’association, agréée par la
Direction départementale du travail,
Nathalie Delalande, conseillère à la toute nouvelle antenne d'Armor emploi à Quintin.
vise à favoriser l’insertion sociale et
professionnelle des personnes pri-
vées d’emploi. revient aux salariés. “Nous nous effor- missions effectuées, on trouve prin- turons. Si on y ajoute le fait que nous
Pour cela, elle sert d’intermédiai- çons de facturer au coût horaire. Et si cipalement l’entretien des jardins et prenons les chèques emploi service
re entre le salarié et l’utilisateur du nous réalisons un bénéfice, nous le réin- l’entretien de la maison auprès de préfinancés, ça devient très avanta-
service (particulier, association, vestissons dans la formation ou dans particuliers. “Les gens commencent à geux”.
entreprise, collectivité). Armor em- des chèques cadeaux pour Noël”. nous confier leur jardin régulièrement. Parallèlement, les personnes sala-
ploi est l’employeur et met le La rémunération, quant à elle, varie Ce sont surtout des personnes âgées riées bénéficient d’un accompagne-
salarié à la disposition de l’utili- de 9 à 11 € brut de l’heure, en fonction dont les enfants n’habitent pas par ici. ment : suivi des missions effectuées,
sateur à qui elle adresse une fac- de la technicité du travail demandé, Nous avons aussi valorisation des
ture. “Nous sommes comparables à pour des missions ponctuelles de beaucoup d’ac- expériences, for-
une agence d’intérim, à la différen- quelques heures par semaine. tifs qui souhai- “Autant de services mation, aide à la
ce que nous avons une vocation so- Armor emploi s’adresse aux deman- tent se libérer du recherche d’em-
ciale”, souligne Nathalie Delalande, deurs d’emploi, aux bénéficiaires des temps le week-
que de compétences” ploi, démarches
conseillère de la toute nouvelle minima sociaux, aux personnes sans end et qui nous administratives,
antenne de Quintin. ressources, aux travailleurs reconnus confient du ménage, le plus souvent etc. Sachant que l’objectif, comme
L’association n’a donc pas vocation à handicapés, aux personnes de plus ce qu’ils n’aiment pas faire, comme le rappelle Nathalie Delalande,
générer un profit, et si surplus il y a, il de 50 ans ne retrouvant pas de tra- le nettoyage des vitres par exemple”. “est que les gens inscrits ne restent
vail, et plus largement à tous ceux L’association propose aussi de l’aide pas, mais que l’association soit pour
qui ne parviennent pas à joindre les aux devoirs, de l’aide aux démé- eux un tremplin vers un emploi plus
deux bouts. nagements, des gardes d’enfants durable”.
À l’antenne de Quintin, qui a, pour de plus de trois ans au domicile, de Laurent Le Baut
l’heure, salarié une trentaine de l’aide à l’inventaire pour les grandes
personnes, Nathalie Delalande n’a surfaces, des cours de langue, etc. “Il
pas manqué d’être surprise par la y a finalement autant de services que
grande diversité du public accueilli. de compétences à proposer”.
“Nous avons aussi des personnes dont
Contacts
la retraite n’est pas suffisante, des com- Armor emploi
50 % de réduction
merçants, des professions libérales, des Quintin
anciens chefs d’entreprise, des anciens d’impôts > 02 96 74 07 53
cadres, des exploitants agricoles. On Et du côté des utilisateurs, l’avanta- Pordic
retrouve finalement toutes les couches ge de faire appel à une association > 02 96 79 08 67
sociales”. comme Armor emploi est bien réel. Saint-Brieuc
L’agence couvre le canton de Quintin “Ceux qui sont imposables peuvent > 02 96 61 72 03
et la commune de Plaintel. Parmi les
D.R.

déduire 50 % de ce que nous leur fac- armor-emploi.fr


Persp e c t i ve s > n°60 >| n°99
décembre
| juin2007
2011
3
19

Haméo
Les pépinières Aujourd’hui, René Couapault
est confiant. De nouveaux horizons
se profilent avec, pourquoi pas,
des perspectives d’embauches.

Le tremplin
des jeunes entreprises L’entreprise
Couapault, est
à un tournant
Le département compte deux pépinières d’entreprises, à Loudéac et à Saint-Brieuc. Solutions d’hébergements
de son histoire.
pour de toutes jeunes sociétés, les pépinières offrent des services mutualisés et un accompagnement des
En grande difficulté
dirigeants. Objectifs : que les jeunes pousses de l’économie puissent grandir dans les meilleures conditions.
il y a deux ans, elle
a su rebondir en

“ Dans l’atelier, attendent téléphonique) et la pépinière qui, elle,


les premières palettes de implique un accompagnement des
bûches de chauffages pro- dirigeants. À Cap Cidéral, qui met à
scellant un parte-
nariat avec EMD,
duites par HD Services. L’entreprise de disposition sept bureaux et quatre
10 salariés est hébergée depuis juin ateliers, cela consiste en un entretien
entreprise mondia-
2006 à Cap Cidéral, la pépinière d’en- trimestriel. “On fait le point avec eux lement reconnue,

Bruno Torrubia
treprises de la Commu- sur le développement
Ebéniste
nauté intercommunale à Tout
Saint-Renéle confort de l’entreprises en s’ouvrant ainsi de
pour le développement nous appuyant sur nouveaux marchés.
de la région et des d’une une analyse compta-
agglomérations de Lou- ble”, indique Nathalie
grosse boîte
Couapault exporte son savoir-faire
déac (Cidéral). “Ici, on Lucas.
se retrouve avec tout le À Saint-Brieuc, la
Cap Cidéral à Loudéac met
confort d’une grosse boîte, alors même pépinière Cap entreprises – qui Quant à l’accompagnement collectif, à disposition des entreprises
que l’on démarre”, confie Bernard inclut Cap entreprises 1 et Cap entre- il consiste en des formations avec des sept bureaux et quatre ateliers.
Hamon, directeur de HD Services. prises 2 – appartient elle aussi à l’in- professionnelles du monde de l’en-

D
Par confort, ilans fautlesentendre
années des
Gérard Couapault, bou-Communauté
langer, a envie de changerSaint-Brieuc,
entre-temps ouvert
1960,tercommunalité,
à Saint-Brieuc
treprise va compter
mais,
deux boutiques,
en l’occurrence

jusqu’à 35de
à la différence
la treprise.
un groupe
puis à Rennes, etdel’en-communiquer
d’agglomération
Ça peut
l’agencement
sala-à “Comment
mondialement

luxe, bureaux…),
(boutiques
avec
gérer son
un petit et
quipremier
connu pour
aller de “Comment
hôtels,de
budget”
va s’ouvrir.
sala-“J’ai
de métier. Les meubles anciens, ilCap riés. Pressentant
Cidéral, la gestion unde fléchissement
la structure durié”rencontré
ou encore uneRené
le Pdg, formation
Camart, qui avec
cher- Meubles
marché de la copiedes
connaît déjà : sa femme est anti-et l’accompagnement d’ancien, le jeunel’Urssaf,
entreprises chait unetc. “On fait aussi
sous-traitant pour venir
meubler des300 et agencements
quaire et il lui arrive de délaisser sonse font patronpardécide il y a six
une société privée, Inno dirigeants qui sont passés d’hôtel.
chambres par la pépi-
Le cou- Couapault
pétrin pour effectuer des réparationsTSD,ans dansdelesecadre
diversifier.
d’uneIldélégation nière afin qu’ilsrant
sur des meubles abîmés. “C’est commede service lance une gamme
public. de
“De nouveaux
27 entreprises y riences”.
partagent
est toutleurs expé-
de suite passé.
Pour l’anecdote, il est d’ori-
12 rue de Brest
Saint-René
ça qu’il a appris, sur le tas, se souvientsontmobilier
hébergées, contempo- horizons
dont une moitié en Des pépinièresgine pourbriochine.
quelles entre-
C’est un 22120 Hillion
son fils René. De plus en plus de genspépinière rain etetcréée uneennou-
le reste hôtel d’entre- prises ? “À Cap entreprises,
groupe qui aleà choix de de
son actif > 02 96 72 61 09
venaient faire restaurer leurs meubles,prises. velle
“Onmarque
permet “Koipo”, se profilent”
aux entreprises de la Cabri a été denombreux privilégierpalaces
l’accompa-
à Paris, couapault.com
tant et si bien qu’il a fini par céder sarester exclusivement
deux ans dans dédiée
la pépinière et gnement de sociétés New dans
York etdes marchés
Londres, et des
boulangerie pour ne plus faire que ça.ensuite, à l’aménagement
pour celles qui de dressings et
le souhaitent, il deprometteurs
boutiquesqui pourontHermès,
vocation à dépas-
Cartier, Vuit- Activité : Meubles en bois
bureaux aménagés,
Il a même des ateliers,
fallu embaucher une y a larangements.
un ébéniste, Une diversification
possibilité d’intégrer l’hôtel d’en-quiser la seule
ton… Le périphérie
projet de Renéde Saint-Brieuc”.
Camart, c’était massif, dressings, agence-
photocopieuse
puis deux…”. commune, un fax, treprises, n’évitera
pour pas
une àdurée
la PME de subir
maximale de deOn d’avoir
retrouve de des
moinssociétés
en moins de recours
servicesà la ments, meubles sur mesure.
une salle de réunion
L’ébénisterie avec possibilité
Couapault plein
naît ainsi offi-3 ans”, fouet laJean-Charles
explique crise de 2008.Minier, auxsous-traitanceentreprisesen(communication,
créant sa propre filiale
de visioconférence,
ciellement en 1965. l’accès
Renéinternet, “Le marché
grandit dansle directeur. À Loudéac,
s’est littéralement écroulé.informatique,
la durée d’hé- pour l’agencementetc.), des
et leentreprises
mobilier. Très Effectif : 17 salariés
le routage, etc. Leettout
les copeaux pourde70la€cire,
l’odeur parunebergement
Pour nous, est ça
limitée
a été àtrès quatre ans. spécialisées
douloureux. vite, il m’aen domotique
proposé d’intégrerousoninter-
grou-
moisatmosphère
qui s’ajoutent
qu’il au loyer. Autre
ne quittera jamais. “C’est Uneun petite
outil public, il fautdequ’il
entreprise salariés,venant
30 serve danscomme
pe. C’est le domaine des énergies
ça qu’EDM est devenu
avantage : une assistante est présente au plus c’estgrand
comme nombre” , justifie
une famille en 40 ansrenouvelable,
et,Natha- etc. À
notre actionnaire Cap Cidéral,
majoritaire” . on
en permanence, assure
Jusqu’à 35 salariés l’accueil phy- lie Lucas.
d’existence, nous n’avions jamais licen-dit accueillir
Pour tous
autant, types
René d’entreprises.
Couapault n’en- Vidéo
Vidé
éo sur
sique, téléphonique, et peut répon- cié personne. Nous nous sommes serréMais précise-t-on
tend toutefois : la
pas abandonner “lafabrica-
pépi- cotesdarmor.fr
dre ponctuellement
“En 1977, après maàformation
des besoins de
d’ébéniste, les coudes et je n’ai dû opérer ’que’ troisnière tionestetparticulièrement
la vente de meubles utile dans
pour sa Contact
Multimédia

secrétariat.
mon père“Chaque
et moientreprise de nous L’accompagnement,
dispose
avons décidé licenciements économiques. Et puis,des boutique porteurs de d’Hillion. “J’y ne
projets qui tiens, rien ne
connaî-
de salancer
lignedans
directe, mais
la copie deen cas d’ab-
meubles anciens une pour priorité change
réagir avant qu’il ne soit trop tard,traient deterritoire
pas le ce côté-là, c’est
car ellelafacilite
base de
Bruno Torrubia

sence,haut
il y a
derenvoi
gamme, systématique surXVI
du style Louis le auEt pour quel’entreprise
j’ai mis ces années en soient un unenotre
redressement et une. Aujourd’hui,
savoir-faire”
intégration mise en réseau. il est Cap Cidéral
standard” , précise
Directoire, Natahalie
en passant Louis-Phi-tremplin
par leLucas, efficace,
judiciaire, ducontinuant
tout en côté de Cap confiant.nouvelles,
à pros-Les activités “Nous avons peusauvé 17 emplois
connues du Rue Pierre Simon Laplace
animatrice économique
lippe. C’est là que l’entreprise s’est vrai-entreprises,
à la Cidéral. pecter del’accompagnement
nouveaux débouchésest et de
danspublic, nouveaux
peuvent quant horizons
à elles ysegagner
profilent 22603 Loudéac Cedex
Précisons que la Cidéral
ment développée, ça marchait foisbien,aussi
est à latrès une priorité.
l’agencement “On s’engage
d’intérieurs. à en visibilité”.
Nous avons L’entreprise
avec, pourquoi pas, desdeperspectives
Bernard, > 02 96 66 44 80
propriétaire destrès
il y avait une lieux,
fortegestionnaire
demande”, expli-assurer six jours
décroché pour aménagerHamon,
d’accompagnement
des marchés la première
d’embauche” à produire
. L’entreprise reprenddesdes www.capcideral.fr
et s’occupe
que René. elle-même de l’accom- individuel par an d’hôtels
des chambres et quatreoujours d’ac- bûches
des bureaux, de chauffage
couleurs. en Bretagne,
Pour preuve, en
elle travaille,
pagnement
Tout va pour des entreprises.
le mieux jusqu’aux Ce compagnement
essentiellementcollectif, a ouvertest un
explique
à Paris. Ça nous bel
avec exemple.
EDM, sur un projet de palace de Cap Entreprises
dernier
annéespoint est essentiel,
2006-2007. René,etqui
mar- a prisJean-Charles .
des portes”Minier. Tous les deux ou luxe à Bakou, en Azerbaïdjan.
Joë lle Robin Parc d’activités des Châtelets
que la succession
différence de entre
son ce qu’il
père est atroisEn
en 1990, l’occurrence,
mois on demande c’est
aula porte d’EDM,
dirigeant de Bernard Bossard 22091 Saint-Brieuc
convenu d’appeler un hôtel d’entre- tout mettre sur la table, tout ce qui ne > 02 96 76 63 63
prises (hébergement avec accueil va pas, afin de trouver les solutions”. www.cap-entreprises.com
20 Re n co ntre
Côtes d’Armor M A G A Z I N E
Rencontre avec des initiatives

Bienvenue à la ferme

Accompagner la diversification
Bienvenue à la ferme(*),
ce sont 65 exploitants
agricoles en Côtes
d’Armor. De l’héberge-
ment à la vente directe, Depuis l’été dernier,
une épicerie
en passant par l’accueil à la ferme est
installée chez
d’enfants, les marchés Béatrice et
Alain Bothorel,
à la ferme, ou encore les producteurs de
viande d’agneau
visites d’exploitations, à Pleudaniel. On y
nombreuses sont les trouve une dizaine
de produits locaux
voies de diversification et régionaux.

accompagnées par
le réseau. La dernière
en date : l’épicerie

Thierry Jeandot
à la ferme.

Contact
Karen Macé
C hez Béatrice et Alain Botho-
rel, installés à Pleudaniel et
adhérents du réseau Bien-
trouver toute une gamme de produits”,
explique Annie Martin, présidente
départementale et régionale de Bien-
rente. “Les gens nous demandent de plus
en plus des solutions dans l’immédiat,
explique la présidente du réseau. Cela
coordinatrice départementale
venue à la ferme, on vend directement venue à la ferme. peut consister à accueillir des enfants à
de Bienvenue à la ferme
au consommateur de la viande Une solution prometteuse, d’autant la journée dans le cadre d’une ferme
> 02 96 87 48 74
d’agneau. Mais pas uniquement. qu’il y a trois ans, le réseau lançait des pédagogique, ou encore à devenir famille
karen.mace@cotes-d-armor.chambagri.fr
Depuis l’été dernier, une épicerie fer- coffrets de produits fermiers avec agréée pour héberger des enfants en
bienvenue-a-la-ferme.com
mière est expérimentée sur l’exploita- 25 agriculteurs de la région. Ces périodes de vacances scolaires. Nous
tion. Outre l’agneau et paniers gourmands sont sommes en ce moment en campagne de
les merguez de la ferme, Paniers vendus en guise de sensibilisation pour faire connaître cette
on y trouve une dizaine cadeaux lors de congrès possibilité. Mais attention, si c’est moins
de produits locaux et gourmands et au moment des fêtes onéreux que de construire un gîte,
régionaux élaborés par de fin d’année. “Nos ven- accueillir des enfants est un métier, il ne
d’autres membres du réseau (cidre fer- tes augmentent sérieusement, constate s’agit pas de faire n’importe quoi”.
mier, jus de pomme bio, confitures, la présidente, sauf que ça restait limité D’où l’intérêt de l’accompagnement et
terrines de porc, miel, etc.). Il existe à ces événements particuliers. Nous des nombreuses formations proposées
trois épiceries de ce type dans le dépar- avons donc eu l’idée des épiceries à la par le réseau, quelle que soit la diversi-
tement. “Nous aimerions qu’il y en ait ferme que nous testons d’abord dans les fication choisie. “Nous avons des forma-
cinq ou six pour cet été, espère Karen Côtes d’Armor”. tions pour créer un site internet. D’autres
Macé, coordinatrice de Bienvenue à la Les Côtes d’Armor où les activités d’hé- sur le thème de la photo, pour bien pré-
ferme pour les Côtes d’Armor. Le fait bergement - gîtes et chambres d’hôtes senter ses produits et ses hébergements.
Annie Martin, présidente
de Bienvenue à la ferme :
d’être un réseau facilite ce type de projet. - restent encore majoritaires chez les D’autres encore pour mettre en valeur
“Nous testons les épiceries Et pour les producteurs, c’est la possibilité membres du réseau. “L’hébergement ses étals sur les marchés.”, poursuit
dans les Côtes d'Armor”. d’avoir d’autres voies de s’était développé à une époque où les Karen Macé.
commercialisation”. productions agricoles fonctionnaient C’est qu’un agriculteur choisissant par
L’intérêt des consomma- bien. Les exploitants faisaient alors des exemple de se lancer dans la vente
teurs pour ces épiceries gîtes pour entretenir un patrimoine et se directe devient du jour au lendemain
serait bien réel. “Suite à une constituer un capital en vue de la retrai- producteur, transformateur et com-
étude portant sur la consom- te”, observe Annie Martin. merçant. Dans ces conditions, “être
mation de produits fermiers, accompagné et bénéficier de l’expérience
nous nous sommes aperçus des autres membres du réseau permet de
que les gens, plutôt que de se Hébergement d’enfants gagner un temps considérable”, conclut
rendre dans trois ou quatre Quant à la vente directe, elle a connu Karen Macé.
exploitations pour s’approvi- son essor après la crise de la vache Laurent Le Baut
sionner, sont à la recherche folle. Et aujourd’hui, face au contexte (*) Bienvenue à la ferme est une marque
d’un point de vente unique à très difficile que traverse le monde des chambres d’agriculture.
agricole, la situation est encore diffé-
D.R.

la ferme, où ils pourront


Rencontre avec une association Re n co ntre > n°99 | juin 2011
21

160 choristes à Lannion le 11 juin

Le Carmina burana a de la voix


Parmi les nombreuses chorales des Côtes d’Armor, il en est une qui se distingue par son répertoire
et son originalité : c’est l’Ensemble vocal de Tréguier, qui se produit le 11 juin à Lannion.
Nous avons assisté à une répétition et rencontré sa chef de chœur, Françoise Le Bolloc’h.

S i vous avez manqué les


deux concerts de l’Ensem-
ble vocal de Tréguier (EVT)
en avril à Léhon et Trégueux, vous
pouvez encore assister à celui donné
au Carré magique à Lannion. Le 11
juin, il se produira dans une version
très personnelle de Carmina Burana,
une œuvre de Carl Orff (1895-1982)
écrite vers 1937.
Pour cette prestation, la chorale a
l’appui de deux formations, Musi-
calement vôtre de Léhon et Plena
voce de Plérin ; sur scène, 160 femmes
et hommes amateurs, une douzaine
d’enfants, autour de professionnels,
trois solistes, trois comédiens, deux
pianistes, cinq percussionnistes et
huit danseuses.
Au départ, une cantate créée à l’opé-
ra de Francfort en 1939, qui vient
d’un manuscrit trouvé dans un
monastère bavarois ; il rassemble
des textes des XIIe et XIIIe siècles que
Carl Orff a organisés en trois
tableaux, soit vingt-trois chansons
satiriques et à boire.

Carmina Burana
et Françoise Le Bolloc’h :
Bruno Torrubia

une passion
“Ce n’est pas la première fois que je
monte cette œuvre. Nous l’avons inter-
prétée en 2004 pour les 20 ans de la
chorale, et récemment pour les 50 ans La moyenne d’âge est élevée, en rapport Cette œuvre mêle musique, théâtre,
de l’Adapei (Association départemen- avec l’âge du chef. Il faut gérer les danse et poésie. Françoise a déniché
tale des amis et parents de personnes appréhensions quand une œuvre est une costumière, une chorégraphe.
Bruno Torrubia

handicapées mentales), explique difficile. Mais à la fin des spectacles, Quant aux décors, l’ingéniosité de
Françoise Le Bolloc’h. À la retraite ils sont enchantés”. certains choristes n’a pas de limite.
depuis deux ans, professeur hono- Les choix sont marqués par l’inven- Édouard, qui chante depuis 2001, en
raire de percussions à l’école de tivité et la fantaisie de Françoise, qui a à revendre. “Je trouve beaucoup de
Françoise Le Bolloc’h en pleine
musique de Lannion, elle dirige l’EVT aime déranger le plaisir dans nos
répétition.
depuis 1993. Le sujet est propice à une
mise en scène animée. Pour cette ver-
spectateur. C’est
le cas avec Car-
Une mise en scène répertoires. Mais
à un certain âge,
sion différente, je suis repartie sur de mina Burana qui presque extravagante la voix s’affecte,
nouvelles bases. Quand j’ai repris la prend des allures les morceaux sont Le 11 juin à 20 h 30
chorale, j’ai bousculé les habitudes”. d’opérette avec un chœur costumé fatigants. Tenir une note n’est pas évi- au Carré magique de Lannion
Françoise est exigeante mais elle et une mise en scène presque extra- dent. Et il y a aussi les problèmes rela-
ose et assume. “Elle est très perfec- vagante. “Ici, pas de choristes en blanc tionnels, les susceptibilités à ménager. adapei.com
tionniste. Tout est travaillé, jusqu’aux et noir. À chaque thème, à chaque Je trouve qu’il y a un certain turnover album souvenir sur
entrées en scène”, dit d’elle Simone, concert, une tenue. Il faut du temps dans le groupe qui chante d’abord pour monalbum.fr/Album=AJYKT6ZT
choriste depuis 12 ans. pour tout mettre en place parce que le plaisir”.
“Tous les 18 mois, nous changeons le je dois convaincre. Malgré le bénévo- Joë lle Robin
répertoire, reprend Françoise. Même lat, le budget se monte à 14 000 € Vidéo
Vidé
éo sur
avec ceux qui connaissent peu la musi- par concert et nous avons peu de cotesdarmor.fr
Multimédia
que, on obtient un travail de qualité. subventions”.
22 Re n co ntre
Côtes d’Armor M A G A Z I N E
Rencontre avec les gens d’ici

Pierre Le Clézio, originaire de Saint-Guen

Cap sur les championnats


du monde
P
Du 10 au 13 juin, Pierre aradoxalement, l’histoire motivation et le plaisir sont présents, ça dernière année au pôle France, je me
Le Clézio, 22 ans, licencié de Pierre Le Clézio avec va. Il se trouve que l’année dernière, j’ai battais pour gagner cinq petites secon-
au club de canoë-kayak le haut niveau a bien failli commencé à ressentir un ras-le-bol, des… Alors qu’en canoë, la marge de
s’arrêter. Formé en kayak monoplace, je n’arrivais pas à trouver l’équilibre progression est énorme. À présent, j’ai
de Guerlédan à Mûr-de- le jeune homme, originaire de Saint- entre la vie sociale - qui est très impor- retrouvé l’envie, c’est plaisant de sentir
Bretagne, prendra part, à Guen et licencié au club de canoë- tante pour moi - les études et le sport. J’ai que l’on peut évoluer”.
kayak de Guerlédan à Mûr-de- donc décidé, au début de cette année, Lors des sélections, en avril dernier,
Augsbourg en Allemagne, Bretagne, a gravi tous les échelons de d’arrêter le haut niveau en kayak mono- les deux coéquipiers débarquent un
aux championnats la discipline. Ses premiers coups de place et de quitter le pôle France”. peu dans l’inconnu. Qu’à cela ne
pales, il les donne dès l’âge de 7 ans. Pour autant, avec un ami, Marc Bro- tienne, ils décrochent la victoire dans
du monde de descente “C’est ma mère qui m’a amené au diez, qui a lui aussi quitté le pôle Fran- la classique(*) et terminent 3e et 5e des
en canoë biplace. kayak, raconte Pierre. ce, ils se laissent la possibilité deux manches du sprint. À l’arrivée,
Comme j’étais du genre “ J’ai de courir en canoë biplace. une deuxième place au classement
La descente n’étant pas hyperactif, il fallait trouver
retrouvé “Marc est vice-champion d’Eu- général et un billet pour les cham-
sport olympique, il s’agit un sport où je puisse canali- rope de classique en canoë pionnats du monde et d’Europe.
ser cette énergie et me défou- l’envie ” monoplace. Quant à moi, vu “Désormais, notre objectif est de rame-
de l’événement majeur ler”. Très vite, des amis le que j’étais l’un des rares à m’en- ner une médaille”, indique Pierre, qui
de la discipline. rejoignent au club et un groupe très traîner en kayak au pôle France de Ces- renoue avec la compétition, après
uni se constitue. L’environnement est son-Sévigné, il m’arrivait d’aller sur un avoir bien failli tout arrêter quelques
idéal et Pierre ne cesse sa progression, canoë pour trouver une ambiance plus mois plus tôt. C’est que l’on ne se
jusqu’à intégrer le centre labellisé compétitive. Il se trouve que je n’étais refait pas… “Quoi que je fasse, je suis
d’entraînement de Pontivy, où sont pas mauvais”. Les deux amis se moti- un compétiteur”, reconnaît-il.
formés les espoirs régionaux. vent et décident de préparer les sélec- Après les championnats du monde,
Puis, à 18 ans, repéré par la Fédération, tions pour participer aux cham- il aimerait continuer le haut niveau
il rejoint le pôle France de canoë- pionnats d’Europe et du monde sous une année de plus, avant de se consa-
kayak à Cesson-Sévigné (35). Menant les couleurs de l’équipe de France. crer à ses autres projets. Parmi ceux-
de front des études d’ingénieur en ci : la poursuite de ses études à l’Insa
électronique et informatique indus- (il est actuellement en 3e année),
trielle à l’Insa de Rennes, le rythme est
“Je suis un compétiteur” mais aussi des envies d’ailleurs.
Avec son coéquipier Marc Brodiez,
licencié à Fontenay-Le-Comte (85), intense et nécessite beaucoup de S’ils recherchent la performance, leur “J’aimerais partir un an à l’étranger,
Pierre Le Clézio (à l’arrière du bateau), sacrifices. “C’est un sport à performan- maître mot reste le plaisir. “J’avais le idéalement en Australie. Comme pour
a obtenu son billet pour les championnats ces avec un côté ingrat, comme en nata- sentiment d’avoir fait le tour de la le sport, il y a des choses dont j’ai envie
du monde de descente en canoë tion, explique Pierre. Tant que la question en kayak, explique Pierre. La de profiter tant que cela est possible”.
biplace, à Augsbourg en Allemagne,
du 10 au 13 juin.
Laurent Le Baut

(*) La descente comprend deux épreuves :


la classique et le sprint.

Palmarès
Voici un aperçu du palmarès
de Pierre Le Clézio :
• Vice-champion de France de
classique en cadet et en junior,

• Vice-champion d’Europe
et du monde junior par équipe,
7e (3e Français) de la course
internationale Breizh wildwater,

• Victoire en canoë biplace dans


l'épreuve de classique lors
de la coupe du monde à Sort
Thierry Jeandot

(Espagne) en avril dernier.


A c ti o n s > n°99 | juin 2011
23

Jardiner au naturel

Pour rendre ses qualités à l’eau


Retrouver la qualité des eaux est un combat de longue haleine. En Côtes d’Armor,
département riche en cours d’eau, nitrates et pesticides créent des pollutions importantes.
Leur réduction est devenue une question de santé publique. Pour cela, les pratiques de chacun
doivent évoluer. L’opération “jardiner au naturel, ça coule de source” y contribue.

Bienvenue
dans mon jardin
Les 18 et 19 juin, se tient la plus
grande porte ouverte de
jardiniers amateurs en France.
Pour la 10e année, ils ouvriront
leurs jardins pour échanger avec
les visiteurs sur leurs savoir-faire
et promouvoir les techniques
de jardinage “au naturel”,
sans utilisation de pesticides.
L'an dernier, 50 particulirers
costarmoricains ont ainsi parti-
cipé à l'opération. On parlera
paillage, compostage,
récupération d’eau de pluie,
accueil des insectes auxiliaires
et des oiseaux, engrais verts,
purins et extraits de plantes.
L’opération est organisée par
Alain
Jardiniers de France, la Maison
Flageul, au
Thierry Jeandot

magasin de la consommation et de
Point Vert l’environnement, l’Association
de Plessala. des communes du patrimoine
rural de Bretagne, Côtes d’Armor
tourisme, les pays touristiques

E
des Côtes d’Armor et le Conseil
n Côtes d’Armor, l’association passer des produits chimiques. Une charte vente des produits recommandés par
général.
Eaux et rivières de Bretagne a engage les signataires, les uns mettant la charte. “Près de 90 jardineries ont été
initié l'opération “Jardiner au en avant et développant les produits de sensibilisées, complète Xavier Laurent
cotesdarmor.com/pdf/
naturel, ça coule de source” en lien avec remplacement, et les partenaires institu- de l’association Cœur qui opère sur la
communique-jardin-2011.pdf
les bassins versants et les collectivités. tionnels menant des campagnes d’infor- Rance et la côte d’Émeraude. On fidélise
Si celles-ci limitent déjà les traitements mation et de communication”. les clients avec de bons conseils et de bons > 02 96 62 72 11
bienvenuedansmonjardin
chimiques dans l’entretien des espaces produits. Avec 80 000 tonnes de produits
bretagne.com
publics, les jardiniers amateurs sont Faire évoluer les pratiques épandus, les agriculteurs représentent
eux aussi concernés par l’utilisation de entre 70 % et 92 % des pollutions géné-
désherbants, engrais et autres insectici- Objectif numéro un, la protection de rées et les particuliers, avec 2 500 tonnes de
des. C’est pourquoi des actions ont été l’environnement à travers la diminu- produits constituent entre 8 et 29 %”.
entreprises auprès des responsables tion des ventes de ces produits. Le béné- Les petits ruisseaux font les grandes
des points de distribution “verts” dans fice premier est pour le contribuable, à rivières, dit le dicton qui
plusieurs territoires du département. travers la baisse des coûts engendrés s’applique ici et montre
C’est le cas dans les bassins par les pollutions. Les collec- que chacun peut et doit
versants comme l’Oust et le
Lié, le Léguer, la Rance ou le
La charte, tivités et associations sen-
sibilisent le grand public en
être acteur de la défense
de l’environnement.
Gouët. un esprit l’orientant vers les magasins Joëlle Robin
“L’objectif de cette opération, ayant signé la charte en met-
soutenue par le Conseil général, est de sen- tant à la disposition de ces derniers une
sibiliser les vendeurs des jardineries afin signalétique ; elles assurent aussi la for- Maison
qu’ils répercutent les informations aux mation des vendeurs sur les risques liés de la consommation
acheteurs, explique Roseline Durand du à l’utilisation des matières dangereuses et de l’environnement
Thierry Jeandot

Syméol, le Syndicat mixte environne- et les alternatives. Les enseignes sont Rennes
ment de l’Oust et du Lié. Car il existe des encouragées à jouer le rôle de conseil > 02 99 30 35 50
solutions naturelles qui permettent de se auprès des clients en privilégiant la jardineraunaturel.org
24 Actions
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Vers l’indépendance énergétique du Mené

De l’énergie à revendre
Soucieux de l’avenir économique et social de leur petit territoire rural
et anticipant sur les grands défis énergétiques de demain, les élus
et les habitants du Mené se sont engagés depuis une dizaine d’années
dans une démarche unique en France : parvenir, à travers le développement
des énergies renouvelables et les économies d’énergie, à une autosuffisance
énergétique durable. Aujourd’hui, ils semblent sur la bonne voie.

Les aides
du Conseil général
T out est parti d’un homme,
Paul Houée, sociologue et
maire de Saint-Gilles-du-
pte aujourd’hui 2 000 salariés”,
explique Marc Théry, chargé de
mission énergie à la commu-
Mené de 1977 à 1995. Il s’intéresse de nauté de communes.
Le Conseil général soutient très près au devenir des territoires “Très vite, reprend Jacky Ai-
financièrement le projet d’auto- ruraux et réalise à la fin des années gnel, un comité d’expansion

Thierry Jeandot
nomie énergétique de la com- 1960, avec des chercheurs de l’Inra, du Mené a vu le jour, puis un
munauté de communes du une étude approfondie du territoire syndicat mixte. Pour ma part,
Mené sur plusieurs axes : du grand Mené (englobant Jugon- j’ai toujours géré mon exploita-
O Aides au titre du développe- les-Lacs, Moncontour et Merdrignac), tion (des vaches allaitantes) de
ment de la filière bois énergie étude qui s’est ensuite recentrée sur façon raisonnée et autonome
O Cofinancement des études la petite communauté de communes et j’étais convaincu que l’on pouvait qui, à terme, avec la flambée des cours
préalables à l’implantation du Mené, qui regroupe sept villages : conduire ce territoire vers une auto- du pétrole, devrait sensiblement aug-
de parcs éoliens Le Gouray, Collinée, Saint-Jacut-du- nomie énergétique. La société prétend menter, estime Marc Théry. Si, avec
O Garantie d’emprunt (1 M€) Mené, Saint-Gilles-du-Mené, Langour- tout nous apporter, pourvu qu’on paye une capacité de 1 500 t d’huile par an,
pour la construction de l’unité la, Plessala et Saint-Gouéno. “On avait et qu’on ne se casse pas la tête… C’est elle ne fonctionne pas aujourd’hui à
de méthanisation Géotexia envie de refaire le monde”, se souvient cette vision des choses que nous vou- plein rendement, cela reste un investis-
O Cofinancement des rencontres
Jacky Aignel, alors jeune agriculteur, lons combattre”. sement sur le long terme. Il faut savoir
Énergies et territoires ruraux,
aujourd’hui maire de Saint-Gouéno qu’en Allemagne, 100 000 tracteurs
du 15 au 18 juin (lire page 25)
et vice-président de la communauté Naissance d’un projet roulent à l’huile de colza !”.
de communes chargé de l’énergie. Le Autre source d’énergie renouvelable,
but de l’étude était d’entamer une
de territoire le bois. Deux communes, Saint-Goué-
réflexion pour un développement La réflexion ne se limite pas aux élus, no et Le Gouray, ont déjà leurs réseaux
humain, solidaire et durable de ce elle s’étend à l’ensemble de la popu- de chaleur au bois alimentés par des
territoire rural. “La première préoccu- lation, notamment aux agriculteurs, plaquettes produites localement. Ces
pation de Paul Houée et de la commu- avec la naissance en 1997 de l’asso- réseaux alimentent des équipements
nauté de communes a été la défense ciation Mir (Mené ini- publics, mais aussi des
de l’emploi, avec le maintien de l’usine tiatives rurales) qui logements. Deux autres
Kermené, menacée en 1979, qui com- fédère agriculteurs et
“ Envie réseaux sont en cours de
non agriculteurs autour de refaire réalisation à Saint-Jacut-
d’un véritable projet de du-Mené et Plessala, et
territoire, en lien étroit le monde” trois sont à l’étude, à Lan-
avec la communauté gourla, Collinée et Saint-
de communes. Cette dernière obtient Gilles-du-Mené. “Non seulement
d’ailleurs le label “Pôle d’excellence ces réseaux fonctionnent bien, mais
Les agriculteurs rurale” en 2005 et se fixe pour objectif leurs coûts d’exploitation s’avèrent
se sont mis à
cultiver des par-
de produire, d’ici à 2030, plus d’énergie très compétitifs, précise Marc Théry.
celles de colza qu’elle n’en consomme. Nous consommons aujourd’hui 350 t
pour Ménergol, Plusieurs projets de production de plaquettes par an. Quand tous les
l’huilerie qui d’énergie renouvelable voient le jour, réseaux seront achevés, nous arrive-
alimente des à commencer par l’huilerie Ménergol rons à 1 000 t, soit l’équivalent de 300 t
tracteurs en
à Saint-Gouéno, inaugurée en 2007. de fioul”.
biocarburant
et produit des Créée sous forme de Cuma, (Coopé- Enfin, dans un secteur classé en zone
tourteaux pour rative d’utilisateurs de matériel agri- d’excédents structurels, c’est-à-dire
l’alimentation cole), elle regroupe une quarantaine où l’on produit plus de déjections
animale. d’adhérents. L’huilerie transforme le animales que l’environnement ne
colza en biocarburant et en tourteaux peut en absorber, l’usine de métha-
Thierry Jeandot

pour l’alimentation du bétail. Déjà, nisation Géotexia, qui entrera en ser-


une quinzaine d’agriculteurs utilisent vice dans les semaines qui viennent,
l’huile dans leurs tracteurs. “Un chiffre est une réalisation emblématique à
A c ti o n s > n°99 | juin 2011
25

D.R.

D.R.
Marc Théry, chargé de mission Jacky Aignel, vice-président
énergie à la communauté de de la communauté de commu-
communes : “Nos chaufferies nes chargé de l’énergie : “J’étais
à bois fonctionnent bien convaincu que l’on pouvait
et leurs coûts d’exploitation conduire ce territoire vers
s’avèrent compétitifs”. une autonomie énergétique”.

suit Marc Théry. Nous allons


Des rencontres publiques
accompagner les agriculteurs
du 15 au 18 juin
pour une meilleure maîtrise de
leur consommation, et l’usine Les 1res rencontres
Kermené s’est également enga-
gée dans une telle démarche. Énergies et
Pour ce qui est de l’ habitat, territoires ruraux
nous voulons agir sur le neuf et
La toute nouvelle usine de méthanisation sur l’ancien. Nous sommes en Forte de son expérience, la com-
Géotexia transformera en énergie 35 000 t train de lancer un programme munauté de communes du Mené
bien des égards. Porté par la com- de lisier et 40 000 t de déchets de construction de 30 maisons solai- ambitionne aujourd’hui de créer
de l’industrie agroalimentaire.
munauté de communes, l’associa- res réparties sur l’ensemble de notre un réseau de collectivités pouvant
tion Mir et la Cuma Mené énergie, territoire et, pari plus difficile, nous confronter leurs expériences et
ce projet associe trois actionnaires : essayons de mobiliser toutes les aides collaborer en matière de maîtrise
la Cuma (30 éleveurs, 34 % du capital), des particuliers, c’est unique en Fran- financières possibles pour permet- de l’énergie et de développement
la communauté de communes (34 %) ce, explique Marc Théry. Pour le grand tre la réhabilitation énergétique de d’énergies renouvelables. Dans ce
et la société Idex (32 %). éolien, nous avons cinq projets. Les 200 logements anciens par an”. but, elle organise, avec le soutien
études sont déjà engagées pour quatre Impossible ici de citer l’ensemble des du Conseil général, des rencontres
“Géotexia produira d’entre eux, dont un a déjà obtenu son projets de la communauté de commu- internationales sur ces thèmes,
l’équivalent permis de construire. Ce dernier, avec nes, qui développe également l’éner- du 15 au 18 juin.

de la consommation sept éoliennes de 750 MW chacune, gie photovoltaïque et s’intéresse à de O 15 juin : témoignages de représen-
sera implanté sur une ligne de crête, à nouveaux moyens de déplacements. tants de quatre territoires sur
de 2 700 maison” la limite de Saint-Jacut-du-Mené et de Toujours est-il qu’elle est aujourd’hui leurs démarches 100 % énergies
L’usine traitera 35 000 t de lisier et Saint-Gouéno. Le plus intéressant dans citée en exemple dans toute la France. renouvelables ; table ronde ;
40 000 t de sous-produits (déchets) cette démarche, c’est la part d’investis- “Ce qui frappe les autres collectivités, conférence sur les enjeux énergé-
de l’industrie agroalimentaire locale. sement participatif qui sera réservée c’est ce qu’on arrive à faire ici, sur un tiques mondiaux.
“La méthanisation produira du biogaz à la population. Ca aussi, c’est unique si petit territoire. En dehors de l’agri- O 16 juin : six ateliers thématiques
(méthane) qui alimentera un moteur en France”. culture et de Kermené, on n’avait rien. suivis de débats avec le public.
électrique de 1,3 MW, soit l’équivalent Pour autant, si la communauté de L’idée, c’est, en développant les éner- O 17 juin : restitution des travaux
de la consommation électrique de communes parie sur le développe- gies renouvelables, de créer de nou- des ateliers, suivie d’une table
2 700 maisons, précise Denis Dessau- ment d’énergies renouvelables, elle velles strates économiques et sociales, ronde. À 12 h, inauguration de
des, président de la Cuma Mené éner- agit également sur le terrain des éco- de renforcer notre attractivité. On se l’unité de méthanisation Géo-
gie. Cette électricité sera revendue à EDF nomies d’énergie. “Il faut que l’on par- donne une deuxième jambe en quel- texia. 19 h, soirée grand public
et la chaleur du moteur servira à sécher vienne à économiser un tiers de ce que que sorte”, conclut Jacky Aignel. avec animations, spectacle, débat
la matière organique pour en faire des nous consommons aujourd’hui, pour- Bernard Bossard et fest-noz.
engrais. Enfin les 50 000 m3 d’eau reje- O 18 juin : journée portes ouvertes
tés chaque année auront une teneur à l’huilerie Ménergol (Saint-
en nitrates inférieure à 10 mg/l et vien- Gouéno), à Géotexia (Saint-Gilles-
dront irriguer 14 ha de cultures de saules du-Mené), à la station d’épuration
Denis Dessaudes,
qui, outre leurs vertus épuratoires, seront de Kermené (Saint-Jacut-du-
président de la
utilisés par la filière bois énergie”. Cuma Mené énergie : Mené), aux chaufferies bois du
D’autres projets, tout aussi ambi- “Géotexia rejettera Gouray et de Saint-Gouéno et
tieux, ont été lancés par la commu- une eau avec un taux à la pépinière d’entreprises Mé-
nauté de communes, au premier rang de nitrates inférieur nerpôle (Le Gouray). À partir de
à 10 mg/l, qui ira irriguer
desquels on citera l’implantation de une plantation
17 h, fête de la musique à Plessala.
parcs éoliens. de 13 ha de saules”. Renseignements
“Nous avons 11 zones de développe- > 02 96 31 47 17
ment de l’éolien (ZDO), dont une partie Programme détaillé sur
D.R.

pour des projets de petit éolien chez http://energies.ccmene.fr


26 Actions
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Plérin

Le canton de Ploufragan
Saint-Brieuc

À la croisée de la ville et
LANGUEUX

À la fois urbain et rural, le canton de Ploufragan


affiche un dynamisme démographique qui n’a rien
d’étonnant. Le développement de l’agglomération
briochine et une qualité de vie prisée par les nou-
veaux résidents y sont pour beaucoup.

L e canton de Ploufragan se
caractérise par deux traits
essentiels qui en font un
Julien a lancé un projet pour un
nouveau service de restauration sco-
laire. Ce sont pour ces communes
territoire quelque peu atypique. des charges nouvelles, auxquelles le
Premier élément, il a vu sa popula- Conseil général apporte sa contribu-
tion doubler en quarante ans, pas- tion, tout comme il a contribué au
sant de 10 000 âmes en 1968 à plus financement des trois Ehpad (Éta-
de 21 000 aujourd’hui. Second point, blissements d’hébergement pour
la répartition de la population sur personnes âgées dépendantes), à
ce vaste territoire est très hétéro- Ploufragan, Plédran et La Méaugon.
gène avec, adossée à Autre équipement
Saint-Brieuc, la ville
de Ploufragan et ses
Solidarité essentiel pour le can-
ton, le collège de la
11 000 habitants. Plus intercommunale Grande Métairie, à
Thierry Jeandot

au sud, un vaste espa- Ploufragan, “qui affi-


ce rural où l’on retrouve les commu- che de très bons résultats scolaires”,
nes de Saint-Julien, La Méaugon, tient à préciser Christine Orain.
Christine Orain, Saint-Donan (entre 1 000 et 2 000 Il a tout récemment fait l’objet
conseillère générale habitants chacune) et Plédran, qui d’importants investissements du
de Ploufragan compte 6 000 habitants. “La progres- Département, avec la construction
et vice-présidente sion démographique s’explique à la d’un nouveau bâtiment abritant
du Conseil général.
fois par le dynamisme économique les enseignements généralistes, en
du canton et par le développement de attendant le démarrage d’un nou-
l’agglomération briochine qui, avec veau chantier : un autre bâtiment
la pression foncière, a permis dans un va sortir de terre, dédié aux ensei-
premier temps à Ploufragan d’être très gnements techniques et aux Segpa
prisée des nouveaux résidents et, plus (Section d’enseignement général et
récemment, de voir les autres commu- professionnel adapté).
Thierry Jeandot

nes se développer également, devenant


en quelque sorte une ‘seconde’ cou- Un tissu économique
ronne de l’agglomération”, explique
Christine Orain, conseillère générale
dense
Retrilog, une entreprise d’insertion
et vice-présidente du Conseil général. “Mais qu’on ne se méprenne pas, pour- de 25 salariés, collecte avant recyclage
Ce boom résidentiel représente pour suit la conseillère générale, si l’on vient les déchets d’équipements électriques
La rocade de déplacements les communes une nécessaire montée habiter dans notre canton, on vient et électroniques.
va permettre une bien meilleure en puissance des services apportés à aussi y travailler, avec un tissu écono-
desserte de l’ensemble la population, notam- mique dense dont les deux sites emblé- 5 M€ dans l’agrandissement de son
du canton. ment en direction de matiques sont la zone d’activités des usine. C’est un exemple en matière de
la jeunesse. La ville de Châtelets, à Ploufragan, qui représente management social. Il faut parler aussi
Plédran est sans doute environ 3 500 emplois, et le Zoopôle, de la filière de recyclage qui se déve-
celle qui accueille le où travaillent plus de 800 personnes loppe autour du centre de traitement
plus de jeunes ména- - chercheurs, techniciens de labora- des déchets du Smettral (*), avec notam-
ges. Elle a dû repen- toires, salariés d’entreprises de pointe, ment Retrilog, une entreprise d’inser-
ser son aménage- salariés de la Chambre de métiers et de tion qui emploie 25 personnes. C’est
ment urbain, notam- Véhipole”. Si des centaines de familles un domaine d’activité très intéressant,
ment dans un souci du canton restent encore meurtries qui répond d’ailleurs aux priorités du
de mixité sociale. Plé- par la fermeture il y a deux ans de Conseil général dans le cadre de son
dran construit une l’usine Chaffoteaux (plus de 200 agenda 21”.
nouvelle école, une licenciements), la zone des Châtelets L’économie du canton, c’est aussi
nouvelle salle polyva- n’en accueille pas moins des activités l’agriculture, très présente, notam-
lente. en plein développement. “Je citerai ment autour de Saint-Donan et de
Thierry Jeandot

Une école est égale- pour exemple l’entreprise de charpente Plédran. Une activité confrontée
ment programmée à métallique SMB (84 salariés), reprise aujourd’hui d’une part à la pression
Saint-Donan, et Saint- par ses salariés en 1984, et qui investit foncière résidentielle, d’autre part à
A c ti o n s > n°99 | juin 2011
27

de la campagne

Thierry Jeandot
Le barrage du Gouët
offre une multitude
d’activités nautiques,
à deux pas de la ville.
Sur la technopole,
plus de 800 chercheurs
circulation autour de sa ment la population dans des initiatives travaillent dans les domaines
ville centre, sera également culturelles, avec un vrai travail de mixi- de la sécurité alimentaire
et de la santé animale.
un atout considérable pour té sociale et de rencontres intergénéra-
le canton de Ploufragan, tionnelles. Tout cela, bien sûr, en lien
reprend Christine Orain. étroit avec le tissu associatif. Je citerai
Elle va irriguer notre terri- aussi l’école de musique de Ploufragan
toire et permettre notam- qui, avec le soutien du Département,
ment un désenclavement propose un très large éventail de pra-
de notre technopole, la ren- tiques musicales à l’ensemble des jeu-
dre plus lisible, renforcer sa nes du canton. C’est un bel exemple de
vocation de vitrine de nos solidarité intercommunale. Et l’on peut
savoir-faire. Car aujourd’hui, faire le même constat au niveau des
paradoxalement, le Zoopôle activités sportives, avec une myriade de
est plus connu en France et clubs et, pour ne citer que cet exemple,
à l’étranger qu’en Côtes d’Ar- notre base nautique du Pont-Noir, sur
Thierry Jeandot

mor. Or il y a là un concentré le plan d’eau du barrage départemen-


de centres de recherche, de tal du Gouët, qui attire des amateurs
laboratoires, d’entreprises de tout le département”.
de pointe. Nous avons aussi Pour conclure ce panorama, Christine
sur le même site le Véhipole, Orain revient sur sa conception du
des normes environnementales de seul pôle labellisé au niveau national développement local : “La recette du
plus en plus contraignantes, car nous en matière de formations aux métiers développement d’un territoire, ce sont
sommes ici sur le bassin-versant du de l’automobile, et notre Cité des scien- plusieurs ingrédients. C’est bien sûr le
Gouët. Pour Christine Orain, “le main- ces et des métiers, un superbe outil développement économique, mais il
tien de l’activité agricole doit être une d’information sur les métiers et de vul- faut aussi une vie sociale, c’est-à-dire
priorité. Les élus doivent se position- garisation de la culture scientifique”. une vraie qualité de vie pour les habi-
ner clairement par rapport à ça. Car, si À plus long terme, la tants, des services, des
nous voulons être dans une démarche deuxième portion de Une vie locale offres de formation,
de développement durable, il faut pré- la rocade prolongera des solutions de dépla-
Thierry Jeandot

server une production agricole au plus la voie rapide jusqu’au très riche cements… c’est grâce à
près des consommateurs”. nouveau quartier de la tous ces ingrédients que
Plaine-Ville, dont les travaux, engagés peut se développer un tissu économi-
La rocade de par la CCI, viennent de démarrer sur que et résidentiel. Tout cela s’inscrit La cité des métiers, un outil
déplacements, un enjeu l’immense site de l’ancien aérodro- complètement dans les compétences unique d'information sur
me. “C’est presque une ville nouvelle du Conseil général, aux côtés des collec- les métiers et de vulgarisation
majeur pour le canton de la culture scientifique.
qui va y voir le jour, avec 6 000 nou- tivités et du monde associatif. Pour ma
S’il est un sujet d’actualité qui va pro- veaux habitants, des activités tertiaires part, en tant que conseillère générale,
fondément modifier le paysage de ce et le nouveau siège de la CAF”, précise mon rôle est de porter les préoccupa-
territoire, c’est bien la construction Christine Orain tions des élus de ce canton au niveau
en cours, par le Département (70 %) Autre problématique liée à la situa- du Département, et notamment de
et l’Agglomération (30 %), du premier tion du canton : lorsqu’on parle d’un défendre des problématiques urbaines Véhipole, une structure
unique en France dédiée
tronçon de la rocade de déplace- territoire situé à proximité immédia- auprès d’une majorité d’élus de can- à la formation aux métiers
ments. Cette rocade aura pour voca- te d’une grande ville, se pose inévita- tons ruraux, faire passer de l’automobile.
tion de délester le RN12 en offrant blement la question de l’attractivité le message que les Côtes
une voie rapide de contournement de la ville, au détriment parfois de la d’Armor ne peuvent pas
par le sud de l’agglomération brio- vitalité sociale locale. se désolidariser de leur
chine, améliorant du même coup la Sur ce point, Christine Orain est caté- agglomération”.
desserte du canton. Les premiers kilo- gorique : “La vie associative, culturelle Bernard Bossard
mètres, entre La Crarée et le Zoopôle, et sportive est très riche dans tout le
devraient être achevés fin 2012, déli- canton. Nous avons deux grands
vrant notamment les riverains du pôles culturels : l’espace Victor-Hugo
bourg du Créac’h d’un flux de circula- à Ploufragan et la salle Horizon à
tion devenu insupportable. “À terme, Plédran. Ces deux structures ne se
Thierry Jeandot

(*) Syndicat mixte d'études, de tri


cette rocade, qui constitue un projet contentent pas de faire de la program- et de traitement des déchets
majeur pour l’ensemble du départe- mation de spectacles. Elles proposent ménagers sur la zone centrale
ment, notamment en fluidifiant la de multiples activités impliquant forte- des Côtes d’Armor.
28 Actions
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Le 1er juin marque un Maisons du Département


tournant dans l’organisation

Pour un service public


du service public départe-
mental. Avec l’entrée en
service des Maisons du
Département, le Conseil
général fait le choix d’un
service public de proximité
de proximité
renforcé visant à mieux
répondre à la demande
des usagers.

A partir du 1er juin, des Mai-


sons du Département,
avec à leur tête un direc-
teur, ouvrent dans quatre villes
des Côtes d’Armor (Lannion, Dinan,
Loudéac, Saint-Brieuc), auxquelles
s’ajoute celle de Guingamp, ouverte
depuis 2008. Ces cinq Maisons du
Département couvrent des territoi-
res correspondant aux bassins de
vie autour des villes moyennes des
Côtes d’Armor.

Une porte d’entrée


un réseau
Leur vocation ? Être une porte d’en-

Thierry Jeandot
trée unique répondant efficacement
à la demande des Costarmoricains.
Cela passe par une proximité géo-
graphique, mais aussi en faisant La Maison du Département de
travailler de concert les services du plus efficace sur ces questions de soli- responsables locaux”, poursuit Guy Guingamp, ouverte en 2008, a fait office
Conseil général dans ses principaux darités humaines et territoriales”. Le Coz. Ainsi, des agents du Conseil de site d'expérimentation.
champs de compétences (social, Si cette démarche de territoriali- général travaillant dans les domaines
routes, collèges). Objectif affiché : sation n’est pas propre aux Côtes de l’Apa (Aide personnalisée d’auto- départementales au territoire”, précise
mieux répondre aux grands enjeux d’Armor, elle se singularise par la nomie), du RSA (Revenu de solida- Guy Le Coz.
de société. “Aujourd’hui, explique priorité donnée rité active) et de À noter enfin qu’une mission trans-
Guy Le Coz, secrétaire général du
Département, les gens ont besoin de
à l’expérimenta-
tion de ce nou-
“Renforcer le lien l’enfance, ou encore
des aides aux étu-
versale, dite “développement”, voit
également le jour au sein des Mai-
réponses multiples car ils rencontrent veau dispositif avec les habitants” diants, quittent le sons du Département. Elle regroupe
plusieurs difficultés. Par exemple, pour avant sa généra- siège pour les ter- l’animateur en charge du dévelop-
trouver un emploi, cela nécessite par- lisation. C’est ainsi qu’une première ritoires. “Il s’agit de renforcer la pré- pement territorial, le conseiller sport
fois aussi de régler des problèmes de Maison du Département, véritable sence des services sociaux auprès des jeunesse et l’animateur emploi
mobilité et de logement. Il s’agit d’être site pilote, a été construite en 2008 à personnes. Notre objectif est d’avoir insertion. Le rôle de cette mission est
Guingamp. “Nous y avons regroupé, au des services qui soient l’interlocuteur de venir en soutien du directeur de
sein d’une même direction territoriale, le unique des familles, et par là même de la Maison du Département sur des
siège de la circonscription sociale dépar- renforcer le lien entre les habitants et le objectifs d’animation territoriale, avec
Guy Le Coz, secrétaire général du Département : tementale, celui de l’agence technique service public départemental”. l’ensemble des partenaires locaux.
“Notre objectif est d’avoir des services
qui soient l’interlocuteur unique des familles, départementale et l’ancienne antenne Laurent Le Baut
et par là même de renforcer le lien entre les du Conseil général. Toutes les autres
habitants et le service public départemental”. implantations et permanences du Con-
Tenir compte
seil général sur le bassin de vie seront des spécificités locales Cinq Maisons
conservées et travailleront en réseau Autre aspect à souligner : si cha- du Département
avec la direction territoriale”. que Maison du Département doit
• Dinan 52 rue du 10e d’Artillerie
Une territorialisation des services appliquer les politiques votées par
> 02 96 80 00 80
qui s’accompagne aussi d’un mou- l’Assemblée départementale, elle les • Saint-Brieuc 76 rue de Quintin
vement de personnels du siège de adapte aux spécificités du territoire, > 02 96 60 86 86
Saint-Brieuc vers les Maisons du en relation étroite avec les conseillers • Loudéac 42 bd Henri-Castel
département. “On déconcentre de généraux locaux. “Par exemple, les > 02 96 28 11 01
Saint-Brieuc vers les territoires toutes problématiques du haut débit ne sont • Lannion 5 allée du Palais de Justice
Thierry Jeandot

les missions dont on estime qu’elles pas exactement les mêmes à Lannion > 02 96 04 01 04
seront mieux accomplies sur le terrain, et à Rostrenen. À chaque fois, il faudra • Guingamp 9 place Saint-Sauveur
en confiant la prise de décisions aux penser à l'adaptation des politiques > 02 96 44 85 44
A c ti o n s > n°99 | juin 2011
29

Le port de pêche d’Erquy inauguré

Le nouveau visage

Thierry Jeandot
du 4e port de pêche français Les petits bateaux de pêche côtière
disposent désormais d’un vaste
quai et d’un plan d’eau de 8 ha
pour le mouillage.

Cinq fois plus de quais, un plan d’eau deux fois plus vaste, un grand terre-plein pour
le travail à terre… le chantier, lancé fin 2006 par le Département, vient de s’achever. Combien ça coûte ?
Erquy dispose désormais d’un port de pêche à la hauteur de ses ambitions. Coût total de l’opération :
24,16 M € (TTC) dont

A
• Conseil général : 54 %
près quatre années de concertation avec les usagers et les pour éviter les va-et-vient de camions.
• Conseil régional : 13 %
spectaculaires travaux, riverains du port. Le béton a été produit par une centrale
• Europe : 13 %
Erquy a son nouveau port. L’autorisation ministérielle est enfin installée sur place et il s’agit d’un béton
• Communauté de communes
Il n’en fallait pas moins pour le accordée en 2006 et les travaux spécifique évitant tout délavage du
de la côte de Penthièvre : 10 %
premier port de pêche des Côtes démarrent à la fin de la matériau dans l’eau de mer.
• Chambre de commerce
d’Armor, avec sa flottille de 70 bateaux même année. L’opération Plus de Les analyses d’eau que nous
et d’industrie : 10 %
de pêche côtière (7 à 15 m) et ses consiste à déconstruire la avons effectuées durant
14 navires hauturiers (25 m). La fi- vieille digue de 90 mètres 400 mètres tout le chantier en attestent.
lière pêche avec ses équipages, sa et à en reconstruire une, Et pour l’intégration de
criée, ses ateliers à terre, les activi- beaucoup plus longue, 150 de quais la nouvelle digue dans le Un gigantesque
tés de mareyage, etc. représente mètres plus à l’ouest, ce paysage, elle a été habillée chantier
la deuxième activité économique qui permet d’une part de doubler la de plaques de parement rose et de grès
de la commune - après le tourisme - surface du plan d’eau abrité et sécu- rose”. • 500 000 t de matériaux (enroche-
avec plus de 1 000 emplois. Les tonna- risé du port, et d’autre part d’offrir Aujourd’hui, le nouveau port d’Erquy ments) pour la construction de
ges, avec 10 000 à 11 000 t débarquées désormais 440 mètres de quais. Par vient d’être livré. Ses 440 mètres de la nouvelle digue, dont une partie
chaque année, placent cette criée ailleurs, il s’agit d’aménager un terre- quais sont divisés en plusieurs zones provenant de la déconstruction
au 4e rang national, juste derrière Le plein de 1,7 ha pour les activités por- affectées soit aux navires hautu- de l’ancienne digue
Guilvinec, Lorient et Boulogne. Et cela tuaires. riers, soit aux petites unités de pêche • 24 000 m3 de béton
en dépit d’infrastructures jusqu’alors “Le principal challenge aura été d’éviter côtière. Le plan d’eau a vu sa surface • 1 800 m2 de plaques de parement
inadaptées : un bassin trop petit, une l’impact des travaux sur l’environne- passer de 4 à 8 ha, améliorant consi- rose pour habiller la digue
courte digue de 90 m et trop peu d’es- ment et de réussir une bonne intégra- dérablement la sécurité de navigation et l’intégrer dans le site
paces pour travailler à terre. tion paysagère des nouveaux ouvrages et le mouillage des côtiers, et le vaste
Certes, le Conseil général, propriétaire dans ce site remarquable”, explique terre-plein vient répondre aux néces-
du port, a bien agrandi et modernisé Guillaume Chopin, de la direction de sités de stationnement et de circula-
la criée en 2000, mais cela ne réglait la mer du Conseil général. C’est lui tion des camions de livraison. Erquy
en rien les conditions périlleuses de qui a suivi ce gigantesque chantier dispose enfin d’un port de pêche à
débarquement et de circulation des pour le Département. “Sur le premier la hauteur des performances et des > L’interview
bateaux dans le petit port réginéen. point, les enrochements nécessaires à ambitions des pêcheurs de la côte de de Guillaume Chopin
Voilà pourquoi, la même année, le la réalisation de la nouvelle digue ont Penthièvre.
Département lançait une étude pour été amenés par la mer, sur des barges, Bernard Bossard
la faisabilité d’un agrandissement
important du port, avec une contrain-
te de taille : le site est situé en zone Finies les “bousculades” entre navires hauturiers et côtiers. Ici, le quai réservé aux hauturiers.
protégée “Natura 2 000”, impliquant
des réglementations drastiques en
termes de protection du littoral, des
milieux marins et des paysages.
Détail emblématique de la complexi-
té administrative du projet : sa réalisa-
tion était soumise à une autorisation
ministérielle.

Priorité à l’intégration
dans le paysage
Voilà qui expliquera pourquoi le
Conseil général, maître d’ouvrage et
principal financeur, a dû faire preuve,
avec ses partenaires (Région, Europe,
CCI, communauté de communes de
Thierry Jeandot

la côte de Penthièvre) de patience


pour le montage et l’instruction du
dossier, dans un souci constant de
30 Pat r i m o i n e
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Internement des Tsiganes à Plénée-Jugon

La mémoire retrouvée
Il en est des événements comme des mauvais souvenirs, que la mémoire
collective perd dans ses profondeurs. Mais si, comme l’entendait Paul Valéry,
“la mémoire est l’avenir du passé”, il faut se réjouir qu’après 70 ans,
la dramatique histoire de l’internement des Tsiganes en Côtes d’Armor,
comme partout en France, soit enfin connue - et reconnue - par tous.

G itans, manouches, tsiganes, romani-


chels… Peu importe le nom qu’on leur
donne, les Roms n’ont jamais eu bonne
merie poursuit dans son rapport : “Il est possible
d’y cantonner, au rez-de-chaussée, la troupe de garde
et les nomades sans abri, il est également possible d’y
presse. “Il faut remonter au début du XXe siècle avec la faire la cuisine dans deux pièces appropriées et une
loi du 16 juillet 1912, imposant aux Tsiganes un régime pompe à eau potable se trouve dans la cour. Dans les
administratif spécifique, pour bien comprendre le sort communs, on pourra vraisemblablement y trouver
qui a été le leur”, explique Marie-Christine Hubert(1), une salle de discipline”.
historienne et archiviste. L’ordre de réquisition est établi, les arrestations
Déjà, durant la Première Guerre mondiale, tous les effectuées. Ils est important de souligner que 90 %
nomades expulsés d’Alsace-Lorraine ou repliés, sont des internés dans les camps sont de nationalité
internés dans des camps en France. française, depuis plusieurs générations.
Le motif ? Leur mobilité fait peser sur Dans les “On retrouve des échanges épistolaires
eux des soupçons d’espionnage. Lors via la Croix-Rouge entre un père prison-
de la Seconde Guerre mondiale, en communs, nier de guerre en Allemagne et la famille
octobre 1939, la région militaire du française internée en France, remarque 90 % d’entre eux
Grand Ouest interdit la circulation une “salle Marie-Christine Hubert. Des situations
des nomades. “C’est surtout le 6 avril totalement ubuesques !”
1940 que le président de la République
de discipline” Parmi les premières familles in- tandis que l’on garde le reste de la famille en otage.
Albert Lebrun, promulgue un décret de ternées à la Ville-Neuve, sur la Démunis de tout, ils ont faim et froid, subissent des
loi qui interdit la circulation des nomades sur tout le cinquantaine arrêtée, celle de Monique Mou- brimades, sans parler de la peur du lendemain. Le
territoire et les assigne à résidence, poursuit Marie- vaux(2). “Mon grand-père Charles et ma grand- camp de Plénée-Jugon restera en service à peine
Christine Hubert”. mère Alphonsine ont été internés avec leurs deux deux mois, les autorités allemandes réclamant
Une opération rendue aisée par la loi de 1912 sur le enfants, Albert et Rachelle. Rachelle, ma mère, l’ouverture de camps régionaux, afin de réduire les
fichage. Toujours sous le prétexte qu’en tant que a eu 4 ans dans ce premier camp”. coûts de fonctionnement.
nomades, ils peuvent informer l’ennemi sur le “Ma famille a été transférée avec la roulotte au
stationnement des troupes françaises. Quelques D’un camp à l’autre camp de Coudrecieux dans la Sarthe le 20 novem-
semaines plus tard, la France est occupée… Les bre 1940, témoigne Monique Mouvaux. Ensuite
Allemands vont à leur tour “s’intéresser” au sort Organisé dans l’urgence, le camp de Plénée-Jugon au camp de Montreuil-Bellay. Entre- temps le petit-
des Tsiganes. ne reflète pas l’internement classique avec son frère Charles est né, en décembre 1941, mais il est mort
“Le 4 octobre 1940, une ordonnance allemande impose personnel administratif, son approvisionnement… fin 1943. Ma mère racontait qu’il pleurait toujours
l’internement de tous les Tsiganes de la zone occu- Certains enfants sont pourtant envoyés à l’école et avait des crises. Et que les Allemands, pour le cal-
pée dans des camps, poursuit l’historienne. Ceux-ci communale. Les adultes sont autorisés à sortir pour mer, lui mettaient la tête dans une bassine d’eau
devront être placés sous la surveillance des Français”. un maigre ravitaillement qu’ils payent eux-mêmes, et qu’à force il en était mort”.
Dans les Côtes-du-Nord comme dans de nombreux D’autres souvenirs de
autres départements, le préfet Jacques Feschotte sa mère sont restés an-
publie un arrêté préfectoral d’internement, trans- crés dans sa mémoire :
formant cette ordonnance allemande en un acte “ Dans les camps, les
juridique français. femmes étaient embau-
chées pour éplucher les
légumes. Elles essayaient
Le choix de Plénée-Jugon
de faire les plus gros-
Parallèlement, le chef de gendarmerie de la com- ses épluchures possi-
pagnie du département cherche un lieu propice bles car elles avaient
à l’installation d’un camp “destiné à la concen- le droit de les ramener
tration et à la garde de tous individus nomades en avec elles pour les cuire
circulation dans le département […] Tous les terrains
propices étant déjà réquisitionnés pour les besoins
des troupes d’occupation […] le choix s’est arrêté sur
le château de la Ville-Neuve et le parc y attenant, l’un Inauguration de la stèle
et l’autre situés à environ 300 mètres au nord-ouest de Plénée-Jugon, un premier
pas vers la reconnaissance avec
de Langouhèdre en Plénée-Jugon, en bordure de la
l’aide des Bistrots de l’histoire,
Serge Andrieu

route nationale n°12”. de l’association Itinérance 22,


Un lieu inhabité à l’époque et guère habitable de la commune de Plénée-Jugon
dans l’état où il se trouve. Mais le chef de gendar- et de la Ligue des droits de l’homme.
Pat r i m o i n e > n°99 | juin 2011
31

Thierrry Jeandot
Le château de la Ville-Neuve aujourd’hui.

Archives Bistrots de l'Histoire


Fichés
comme des criminels
Arc La loi de 1912 fiche individuellement
les nomades comme des criminels avec
l’instauration du carnet anthropométri-
que d’identité dès 13 ans. Dès qu’ils
entrent ou sortent d’une commune,
le carnet doit être visé en mairie, afin
sont Français que les autorités puissent suivre leur
circuit. Un carnet collectif le complète,
sur lequel sont mentionnées les per-
sonnes qui voyagent ensemble, les
à leurs enfants” . Début 1945, à
liens qu’elles ont entre elles et les
nouveau le départ pour un autre
enfants de moins de 13 ans. Accusés
camp, celui d’Angoulême.
de propager des maladies, ils ont égale-
ment des obligations vaccinales. Ces
“La guerre finie, visas seront en vigueur jusqu’en 1969.
pas l’indignité”
La victoire du 8 mai 1945 ne son-
ne pas la liberté pour tous. Loin de e Les Bistrots
délivrer les Tsiganes, le gouvernement pro- t-il attendre encore pour que les souffrances des nôtres de l’histoire
visoire prend à son compte l’internement soient reconnues au même titre que celles infligées
ordonné par les Allemands. L’objectif : les empê- aux victimes de la guerre et de la barbarie humaine ? L’existence du camp de Plénée-Jugon
cher de reprendre leur vie d’auparavant, leur incul- Y aurait-il des souffrances plus dignes de respect que et de son histoire a été révélée par les
quer des “principes” éducatifs et religieux et les d’autres ?” s’interroge aujourd’hui Monique recherches minutieuses des membres
sédentariser. “Se référant au décret du 6 avril 1940, le Mouvaux. de l’association des Bistrots de l’histoi-
gouvernement transforme l’internement en mesure Véronique Rolland re. Retrouvez leur travail et leur pro-
d’assignation à résidence, un passe-passe juridique, gramme sur bistrotsdelhistoire.com
indique Marie-Christine Hubert. Les Tsiganes ne
sont libérés d’Angoulême qu’en 1946, après le décret (1) Auteur d’une thèse
indiquant officiellement que la France n’est plus en d’histoire sur les
guerre”. Tsiganes pendant
La plupart tentent de retrouver ce qu’ils ont perdu : la Seconde Guerre
mondiale et co-
roulottes, chevaux… Mais le plus souvent le voi- auteur de l’ouvrage
sinage s’est servi des roulottes comme bois de Les Tsiganes en
chauffage, les chevaux ont été réquisitionnés… France, un sort à
Chacun s’est servi. “Ils n’avaient plus rien et étaient part, 1939-1946.
Éd. Perrin.
dans un état lamentable, confirme Monique Mou- (2) Retrouvez l’in-
vaux. Ma grand-mère tirait une petite carriole de tégralité de son
rémouleur, bien souvent malmenée par mon grand- témoignage sur le
père devenu violent. Ils dormaient dans les granges site Internet
des Bistrots de
et les fossés”. l’histoire ou en
Le 12 novembre dernier, une stèle dédiée aux Tsi- version CD audio
ganes internés a été inaugurée à Plénée-Jugon. à la bibliothèque
Une reconnaissance de ce qu’a traversé cette com- municipale de
Serge Andrieu

Paimpol.
munauté, encore trop souvent victime d’ostracis-
me. “Au nom de quoi a-t-on le droit de faire cela ?
La défense de la patrie ? Et combien de temps faudra
32 Po r t e - pa ro l e
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Groupe du Centre et de la droite républicaine


Alain Cadec - Député européen - Conseiller général de Saint-Brieuc Nord
Président du groupe du Centre et de la droite républicaine

Le Département a-t-il fait


le bon choix technologique
pour garantir l’Internet haut débit
D ébat sur la dépendance ou débat sur
à tous les Costarmoricains ? la perte d’autonomie ?
Tout d’abord, il faut rappeler que ce sujet
nous concerne tous. En effet, dans 20 ans,
un Français sur trois aura plus de 60 ans, et
L e président du Conseil général a déclaré
il y a quelques semaines dans la presse
Notre Département peut-il se satisfaire
d’avoir opté avec le WiMAX pour "l’Internet
15 % de la population aura plus de 75 ans.
Ensuite, et pour répondre à la question,
que “le Département n’a aucune obligation du pauvre" ? Notre Département a-t-il choisi il existe bien une différence entre le
d’assumer du haut débit sur les zones d’om- le WiMAX parce que c’est la technologie la terme “dépendance” et l’expression “perte
bre”. Même s’il n’a pas d’obligation légale, moins chère mais la moins performante au d’autonomie”. Au-delà des mots, il s’agit
le Conseil général s’est engagé dans le cadre plan technique ? Notre Département aurait-il de deux conceptions différentes de la prise
du schéma départemental haut débit à cou- privilégié un choix purement comptable au en charge des personnes âgées et handica-
vrir les zones blanches et favoriser l’accès détriment de l’efficacité technologique ? pées. Si la droite insiste sur la dépendan-
à Internet sur tout le territoire pour tous D’autres technologies comme le NRA-ZO(*) ce, c’est surtout parce qu’elle la considère
les Costarmoricains. permettent de couvrir les zones d’ombre et comme une charge. À gauche, nous préfé-
Le Département a choisi pour y parvenir de de garantir l’accès Internet haut débit dans rons utiliser le terme “perte d’autonomie”
déployer un réseau d’une trentaine de sta- les zones rurales. Des départements de toutes qui correspond à notre vision positive de
tions WiMAX à ondes électromagnétiques. sensibilités ont fait ce choix. la vieillesse et du handicap. Il faut rappe-
Ces stations doivent en théorie permettre à En Côtes d’Armor, la majorité départemen- ler que la perte d’autonomie ne concerne
chaque Costarmoricain et à chaque entreprise tale n’a pas voulu investir lors de l’adoption pas uniquement les personnes âgées mais
en zone blanche d’accéder aux services de l’In- du schéma haut débit dans le développement également les personnes en situation de
ternet haut débit. Or, force est de constater que des installations NRA-ZO parce que c’était une handicap.
la technologie WiMAX ne permet pas d’at- “solution trop coûteuse” comme l’a indiqué en Nous avons la conviction que l’allonge-
teindre cet objectif. Elle apparaît dépassée et février dernier dans une réunion le vice-prési- ment de la vie doit être considéré comme
elle est contestée, voire rejetée, par de nom- dent de l’époque chargé du numérique. une bonne nouvelle : les Français vivent
breux Costarmoricains. Le président du Conseil général reconnaît plus longtemps et en meilleure santé,
Depuis le début, notre groupe conteste le choix dans un courrier récent à un collectif anti-
du WiMAX pour couvrir les zones blanches WiMAX que la technologie NRA-ZO “présente
haut débit. Cette technologie est peu fiable, des avantages par rapport au WiMAX”. Dans
elle ne supporte aucun obstacle, ni aucun relief un entretien en mars dernier, il dit sa volonté
et sa portée est réduite. Elle permet d’accéder “d’essayer de développer du NRA-ZO pour ten-
seulement à des offres limitées (Internet + ter de remplacer le WiMAX” mais sous réserve
téléphone) et peu concurrentielles alors que la d’obtenir des crédits européens non consom-
liaison ADSL ou le satellite permettent l’accès més (Ouest-France du 14 mars 2011).
à des offres “triple play” (TV + Internet + télé-
phone). Le débit offert par le WiMAX est très
Pourquoi mettre cette condition alors que
des crédits existent déjà comme l’enveloppe
Une fois de plus,
limité : seulement 2 mégabits/seconde contre de 6 M € prévue pour construire une Maison une fois de trop !
20 mégabits avec la technologie ADSL. du Département à Lannion ? Nous considé-
La technologie WiMAX est aussi un échec com- rons que l’intérêt de cette opération n’est pas
mercial : en janvier dernier on dénombrait 120
abonnés alors que 27 stations WiMAX sont en
démontré et qu’il s’agit d’une mauvaise uti-
lisation de l’argent public. T hree Mile Island, Tchernobyl, Fukushi-
ma… combien de catastrophes avant
service dans notre département ! que la France ne remette enfin le nucléaire
Depuis plusieurs mois, les collectifs anti- Nous demandons donc au président d’affec- en question et que l’État apporte un sou-
WiMAX se sont multipliés sur notre terri- ter ces crédits au financement des installa- tien clair aux énergies alternatives ? Des
toire. Aujourd’hui, ils viennent de s’unir pour tions NRA-ZO dans les zones d’ombre haut entreprises et des citoyens s’engagent quo-
dénoncer "une technologie qui ne marche pas" débit du département afin que notre collecti- tidiennement en ce sens, tout en œuvrant
et dire qu’ils ne veulent pas “vivre au Moyen vité garantisse l’égalité entre les territoires et le pour des économies d’énergies toujours
Age numérique”. La majorité fait jusqu’ici la droit légitime des Costarmoricains à bénéficier plus poussées. Dans le cadre de l’écono-
sourde oreille à leurs revendications et leurs d’une offre Internet haut débit de qualité quel mie sociale et solidaire, nombreux sont les
critiques. que soit l’endroit où ils vivent. acteurs à s’être groupés en associations,
en coopératives, en sociétés coopératives
(*) NRA-ZO : Nœud de raccordements abonnés pour zones d’ombre

Contact > 02 96 62 62 43 | groupeopposition@cg22.fr


Po r t e - pa ro l e > n°99 | juin 2011
33

Groupe de la Gauche unie


Annie Le Houérou - Conseillère générale du canton de Guingamp
Vice-présidente en charge de l'enfance et de la famille
En avril dernier, le gouvernement a lancé un grand
débat sur la dépendance des personnes âgées.
Débat sur la dépendance : Nous faisons le point avec Annie Le Houérou,
présidente de la Commission des solidarités et
3 questions à Annie Le Houérou de la famille, vice-présidente du Conseil général.

il faut le rappeler. Avec l’âge, nous sommes aussi Quelles solutions peuvent être mises en œuvre bue en fonction de ses moyens et reçoit en fonc-
plus nombreux à avoir besoin d’aide et la ques- et comment les financer ? tion de ses besoins. En garantissant un nouveau
tion du financement est posée. Nous devons Là encore, les solutions de droite ne sont pas droit universel à la compensation de la perte
permettre à chacun de vivre sa vieillesse et les réponses de gauche. L’UMP souhaite enga- d’autonomie, personne ne sera exclu. Ce droit
son handicap dans les meilleures conditions ger les Français dans un système d’assuran- devra tenir compte des situations, des besoins
possibles. ces privées obligatoires pour financer la perte et du projet de vie de chacun. Ce sera par exem-
d’autonomie. C’est la solution de facilité, mais ple donner la possibilité à chaque personne de
Justement, la prise en charge des personnes également celle de l’injustice. Ce dispositif abou- choisir entre le maintien à domicile ou l’héber-
âgées ou handicapées doit-elle revenir aux tirait inévitablement à une prise en charge iné- gement en établissement.
familles ? galitaire, ce que nous ne voulons pas. Nous avons la conviction que le financement de
Cette prise en charge peut se concevoir de deux La proposition faite par le Parti socialiste, est la perte d’autonomie ne peut s’inscrire que dans
manières : soit on fait peser son financement sur de créer une 5e branche de la Sécurité sociale. une réforme globale de la fiscalité. Aussi, le Parti
les familles et chacun trouve une réponse à son Elle prendrait en charge une diminution ou socialiste propose de rétablir un droit de suc-
problème, soit la solidarité nationale assume une perte d’autonomie en raison d’une mala- cession sur les patrimoines les plus élevés qui
cette responsabilité et une égalité de prise en die, d’un handicap ou du vieillissement. En clair, permettrait de mobiliser les biens individuels
charge. nous souhaitons appliquer le même principe dans le cadre de la solidarité nationale.
Soyons clairs. Pour la droite, la prise en char- que pour la protection sociale : chacun contri-
ge doit, avant tout, être supportée finan-
cièrement par la famille. Au contraire, à
gauche, nous considérons que la solidarité
nationale doit permettre à chacun de vivre
dans la dignité. Cette solidarité nationale
existe et fonctionne déjà pour la maladie,
la maternité, le chômage ou les accidents du tra-
vail. Il serait logique d’y inclure la perte d’auto-
nomie.

La Réforme Gérard Le Caër


Conseiller général
territoriale du canton de Bégard

Sylvie Bourbigot
L
Conseillère générale
du canton de Perros-Guirec
a loi du 16.12.10 portant réforme des
collectivités territoriales prévoit deux
mesures obligatoires : l’intégration de toutes
les communes isolées dans une communau-
té, l’établissement d’un seuil démographique ce à l’État de décider pour nous ? Non, il appar-
de 5 000 habitants minimum. Il est préco- tient aux élus locaux de choisir l’organisation
nisé d’élargir les territoires, de supprimer territoriale comme ils ont su déjà le faire, dans
le plus grand nombre de syndicats, jugés le dialogue et dans le temps, avec la connais-
d’intérêt collectif, afin d’assurer la produc- obsolètes. C’est un véritable changement de sance du territoire, des populations et de leurs
tion et la distribution d’énergie alternative et fonctionnement, une autre vision de l’amé- habitudes de vie.
développer l’innovation dans ces domaines. nagement du territoire qui est ainsi déclinée C’est un schéma volontariste, librement partagé
Avoir une approche territoriale ambitieuse pour laquelle une fois de plus, nous avons et répondant aux préoccupations des gens, avec
en matière d’énergies renouvelables, c’est ce peu de temps pour y réfléchir. le souci de la proximité et de l’humanité qui
que je soutiendrai au Conseil général, à l’ima- C’est trop court pour un dossier si important doit être porté, la démocratie a tout à y gagner
ge de ce qui est en cours à la Région et dans qui va conditionner la vie des citoyens de dans notre pays, dit des droits de l’homme et
certaines intercommunalités. notre pays qui n’ont pas leur mot à dire. Est- du citoyen.

Contact > 02 96 62 63 86 | groupe.gauche.unie@cg22.fr


34 Le Gui d e
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

34 Musique 35 Coup de cœur 36 Exposition


“Jour de foire” Léon Hamonet
j ui n

Festival de Bobital
Cette année, le festival l’Armor à
sons, à Bobital, organisé par
l’association Bowidel avec le soutien
a
l ’a ge nda
du Département, a lieu au début
de juillet. Au programme :
Le 1er juillet, Nolwenn Leroy,
Sinsémilia, Raoul Petite, GiedRé,
Stupeflip et D-Day. 37 Festival
Le 2 juillet, Zaz, Dub Inc, Deportivo, Les esclaffades
Elmer Food Beat, Féloche, Didier
Super, Success et Users. Contact > leguide@cg22.fr Rubrique réalisée par Joëlle Robin.
Un camping et un parking sont M ERC I AUX ORGAN ISATEU RS D ’ ENVOYER LEU RS I N FORMATIONS 2 MOIS AVANT L A DATE DE PARUTION SOU HAITÉE
à la disposition des festivaliers
sur présentation d’un billet d’entrée.
25 € la journée ou 40 € le pass deux Musique
jours. Réservations sur France billet,
Ticketnet et Digitick ou à l’Estami-
net à Bobital, au Sulky à Caulnes,
au Triskell à Evran et à l’Office de
tourisme de Dinan.
bobital-festival.fr
D.R.

Art Rock à Saint-Brieuc


Staff Benda Bilili.
Festival de jazz à Ruca Le festival de l’audace
Les 11 et 12 juin, les amateurs de jazz La 28 édition du festival Art sera quelques silhouettes
e Les scènes du Forum de la Place de la Résistance, des
apprécieront ce festival aidé par le Rock, soutenu par le Conseil esquissées au pochoir sur les Passerelle et de Poulain-Cor- groupes entendus dans le
Département, dernier né d’un genre général, se déroule du 9 murs de la ville, son “street bion seront électriques et métro se succéderont à côté
qui revient sur le devant de la scène. au 12 juin. Événement très art” reconnaissable par tous. éclectiques. De Brian Ferry du restaurant organisé par le
C’est un événement porté par l’asso- attendu du public, il n’a pas Autour de la musique, les à Yann Tiersen en passant collectif Rock’n Toques, où les
ciation Les Ouïes de Ruca avec la pris une ride. Pour preuve, sa rencontres littéraires initiées par Staff Benda Bilili duCon- chefs costarmoricains rivali-
complicité de l’Atelier de pratiques popularité dépasse la Bre- déjà en 2010 et animées par go, Yelle et Cali ou encore seront pour vous faire goûter
musicales de la communauté de tagne et sa fréquentation Bernadette Bourvon, car “le Lilly Wood and the Prick et des plats de leur confection à
communauté. À l’honneur, le violon ne cesse de grimper avec rock est aussi un roman”, Julian Marley, le digne fils un prix modique.
dans toutes ses déclinaisons, aussi 70 000 spectateurs en 2010. commente Jean-Michel Boi- de son père, Art Rock pro- Et, pour aller jusqu’au bout
bien classique que traditionnel bre- Comme chaque année, la net, qui depuis toutes ces pose un large éventail de ce de sa logique originale, Art
ton, irlandais ou jazz. Il y aura quel- programmation est osée et années met le festival en qui se fait de plus innovant Rock propose des séances de
ques pointures, des complices de pluridisciplinaire. Le Japon y musique. La Passerelle et de plus inattendu dans yoga au parc des promena-
Stéphane Grappelli, Ronan Pinc … est à l’honneur, à travers une accueillera un spectacle mul- le monde musical. Il y aura des, pour récupérer plus vite
mais aussi des luthiers et des stages chorégraphie électronique timédia de Nan Goldin et aussi des groupes venus du des longues soirées. Un cru
de musique. de Hiroaki Umeda et deux The Tiger Lillies arrivant tout nord de l’Europe, Islandais, Art Rock qui promet de bons
festivaldesouies.free.fr groupes, dont un rencontré droit de la Cité de la musique Danois, Suédois, des Britan- moments !
> 02 96 41 12 53 dans le métro, Keisho Ohno. à Paris. niques et des Etatsuniens. artrock.org
L’ancien Monoprix sera Au parc des promenades, la

Gregoire Alexandre
investi par Miss.tic qui lais- compagnie Luc Amoros réa-
Le directeur lisera une fresque
collective en direct.
s’est pendu Un spectacle de rue Yelle.
Jean-Pascal Martin est enseignant pour tous les âges.
à Plounez. Il nous livre là un premier Car le jeune public
roman, ou plutôt un polar qui n’est pas oublié et
fait froid dans le dos. Au passage, sera enchanté de
il profite de son ouvrage pour découvrir égale-
épingler l’école et ses travers. Et ment les créations
dans ce monde de brutes, quand d’art numérique
les chères têtes blondes se sentent au musée de Saint-
en péril, elles font front, les victimes Brieuc.
font justice elles-mêmes et plus
rien ne les arrêtent … Mais ne
dévoilons pas trop vite l’intrigue.
Marie Taillefer

Hindi Zahra
Éd. Nuits blanches, 15 € haute en couleur.
Le Gui d e > n°99 | juin 2011
35
Exposition
La sculptures à l’honneur

j u in
JartDin à Saint-Michel-en-Grève L’art amateur
Les samedi 4 et dimanche Din, qui propose une ex- présenté son travail à à la Roche-Jagu
11 juin, les samedi 11 et position de sculptures La Roche-Jagu.
dimanche 12 juin, allez d’extérieur. Poussez le por- Le 19 juin, l’association Maldoror
faire un tour dans le nord- tillon de zinc au mouillage 32 route de Toul ar vilin, de Lannion organise pour la

l ’age n d a
ouest du département. de Toul ar vilin, et décou- Saint-Michel-en-Grève 8e année la journée des pratiques
De l’art du jardin à l’art aux vrez des structures de métal 14 h à 19 h artistiques amateurs au domaine
jardins, c’est le thème de ou de bois dont celles d’Irè- > 02 96 35 76 75 de La Roche-Jagu, propriété
la sixième édition de Jart- ne Le Goaster, qui a déjà jartdin.fr du Département. Comédiens,
musiciens, jongleurs, peintres,
sculpteurs appartenant à des
associations ou venant en indivi-
duels sont les bienvenus à ce “bœuf
Cinéma Manifestation
À Mellionnec Arts et terre du Mené à La Roche”, à la bonne franquette.
En effet, chacun est invité à appor-
Les Rencontres Les artistes s’exposent ter ses provisions pour un pique-

du film documentaire O nze communes(*) du nique collectif. Les représentations


auront lieu de 15 h à 18 h.
Mené se regroupent dans
L’association Ty Films un nouveau mouvement > 09 51 22 65 14
maldoror-theatre.com
pense que le cinéma culturel Arts et terre du
documentaire de qua- Mené. Du 4 au 12 juin, elles
lité a un public. Ainsi, ouvrent leurs portes à des
depuis 2007, elle orga- artistes de talent. Cette ma-
nise les “Rencontres nifestation, pensée comme
du film documentai- une nouvelle dynamique
re” à Mellionnec. Cette de découverte ou de redé-
année, rendez-vous les couverte des atouts et des

Thierry Jeandot
24, 25 et 26 juin. Ty Films charmes du Mené, sera
est active toute l’année ; programmée tous les ans.
elle produit des films de La médiathèque du Gou- tions dans les écoles. Parmi
commandes pour des ray, qui en est la vitrine, les artistes présents, le pein-
associations ou des collec- présente une œuvre de tre Tati Mouzo et l’écrivain Le lin
tivités et elle intervient à chaque artiste (peintre, Ricardo Montserrat.
l’école, où les enfants ont sculpteur ou écrivain) dont > 02 96 30 26 26 à Saint-Thélo et Uzel
pu réaliser des documentai- manifestation de qualité le travail est exposé dans Découvrez ou redécouvrez
(*) Plénée-Jugon, Collinée, La Malhoure,
res courts sur l’eau, le jardin aidée par le Conseil général. une commune différente. Langourla, Penguily, Le Gouray, Saint- la Maison des toiles à Saint-Thélo,
avec l’aide de Gaëlle Douël Des conférences sont pré- Jacut-du-Mené, Saint-Glen, Plessala, associée depuis 2010 à l’Atelier
et Jean-Jacques Rault. Une tyfilms.fr vues ainsi que des anima- Saint-Gouéno, Saint-Gilles-du-Mené. musée du tissage à Uzel. Là, vous
apprendrez tout sur le métier
de tisserand et la fabrication
des Toiles Bretagnes. Un pass,
Coup de cœur de la rédaction comprenant la visite des expositions
temporaires, permet
La Maison du patrimoine de profiter des deux musées
à prix préférentiel.
“Jour de foire” à Locarn > 02 96 56 38 26
laroutedulin.fr
> 02 96 28 85 81
Du 18 juin au 18 septem- et les savoir-faire qui en
bre, la Maison du patri- découlent.
moine de Locarn, labelli- Foires et marchés revê-
sée maison nature du taient un attrait particu-
Bernard Besret
Département, organise lier dans le monde rural. près des nuages
une exposition. “Jour de On s’y rassemblait, on y
C’est d’une auberge taoïste chinoise
foire” montre les pratiques faisait du commerce, on
que Bernard Besret nous livre ses
populaires acquises par les s’y distrayait. On y venait
réflexions. L’ancien prieur de
femmes et les hommes en aussi pour vendre ses
l’abbaye de Boquen y passe une
lien avec la nature, pour bêtes ou ses productions
partie de son temps. Il semble
se protéger, se nourrir, se et bien sûr dans le but
y avoir trouvé sa voie spirituelle
soigner, se divertir. Quelles de rencontrer les gens
et une certaine paix intérieure.
ressources utilisaient-ils ? des communes alentour.
Dans À hauteur des nuages,
Comment ? Sur quel terri- L’occasion d’échanger ces
Bernard Besret ne délivre aucune
toire ? C’est par le biais de fameux savoirs et savoir-
vérité mais raconte le parcours qui
la foire, par le chemine- faire.
l’a mené en Chine et sa manière
Tarifs : de 1 € à 5 € ment d’un étal à l’autre,
d’appréhender la vie et le monde.
Maison du patrimoine : que l’exposition “Jour de
Un livre captivant. Bernard Besret
> 02 96 36 66 11 foire” présente les rela-
organise aussi des voyages en Chine.
patrimoine-locarn.org tions des femmes et des
Ed. Albin Michel
hommes avec la nature
16 €
bernard-besret.com
36 Le Gui d e
Côtes d’Armor M A G A Z I N E

Exposition
Au château de Rosanbo à Lanvellec
jui n

La cuisine des châteaux


P eu de gens connaissent on peut visiter la biblio- Une table digne
le domaine de Rosanbo à thèque de Claude Le Pele-
a
l ’a ge nda
des plus grands !
Lanvellec. Parc et château, tier, successeur de Colbert,

D.R.
inscrits à l’inventaire, en ministre de Louis XIV.
font l’un des plus impor- Sont proposées des visites
Exposition Mathurin tants édifices de Bretagne. commentées du parc de
Méheut à Lamballe Ouvert au public depuis style néo-classique dessiné qui créa aussi celui de Vaux- juin donne lieu à plusieurs
1958, le château date du par Achille Duchêne (1866- le-Vicomte en Ile-de-France. temps forts : le thème de
L’exposition Dialogue en couleurs XIVe siècle. Du château privé, 1947), l’architecte paysagiste La première quinzaine de “La cuisine des châteaux”
qui a démarré le 23 avril se prolonge est abordé sous trois
jusqu’en décembre pour notre plus angles, à travers une expo-
grand plaisir. Elle met en parallèle sition des photographies
les toiles du peintre Mathurin de Claude Herlédan. Visi-
Méheut (1882-1958) avec tes guidées les 3, 4 et 5 juin
les autochromes, les premières autour de l’art de la table, et
photographies en couleurs du le 5 à 14 h, dédicace du livre
début du XXe siècle. La cuisine des châteaux de
Place du Martray, du mercredi Bretagne de Martine Bleu-
au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h zen du Pontavice.
à 18 h, les mardis et dimanches,
de 14 h à 18 h.
> 02 96 31 19 99
musee-meheut.fr Avril à octobre,
14 h à 18 h
Juillet, août,
Devenir clown 11 h à 18 h 30
> 02 96 35 18 77
avec Vis comica rosanbo.net
Si vous vous sentez une âme de

D.R.
clown et que vous voulez tester
votre capacité à faire rire, la compa-
gnie Vis comica peut vous aider.
Elle organise, à Quessoy, des stages Canal de Nantes à Brest Manifestation
les 2, 3 et 4 juin animés par Nathalie
Tarlet, une artiste clown. Formée Un spectacle pour les 200 ans
à l’École de cirque d’Annie Fratellini,
Nathalie Tarlet a sillonné le monde C’est le 15 avril en Loire- raconte la vie du canal en j
juin, à la salle polyvalente.
avant de se poser au lieu-dit Atlantique, qu’ont débuté suivant les personnages LLe canal comme vous ne
Le bas chemin, où elle propose les agapes pour fêter le qui se sont succédé au fil ll’avez jamais vu !
des formations pour amateurs et bicentenaire du canal avec de l’eau, des forçats d’hier
professionnels. Vis comica est un spectacle itinérant. Les aux mariniers et randon- T
Toutes les animations
soutenue par le Conseil général. 200 berges revisite l’histoire neurs d’aujourd’hui. cculturelles, touristiques
> 02 96 42 55 24 de cet ouvrage dont la Deux représentations sont eet sportives sur
viscomica.org construction débuta en 1811 données en Côtes d’Armor, b
bicentenaire-canal.com
et se déroula au prix de la à Gouarec, les vendredi 10 ccanaux-bretons.net
vie de nombreux bagnards. et samedi 11 juin, à l’école
Créé par la compagnie Notre-Dame, et à Glomel,
Festival Casus Délires de Redon, il les vendredi 17 et samedi 18
de jazz
à Gomené Exposition
Bibliothèque de Dinan
Les 11 et 12 juin,
le village de Gome- Les aquarelles de Léon Hamonet
né bougera au ryth-
me du jazz. À côté Né à Erquy en 1877, Léon débuté en avril, ferme ses
des vedettes invitées, Hamonet a choisi une voie portes le 29 juin.
c’est tout un territoire artistique. Très vite l’aqua-
qui s’investit pour relliste se fait connaître Mardi de 14 h à 18 h 15,
ce 9e anniversaire : à Dinan où il s’installe. mercredi de 10 h à 12 h
les enfants des écoles L’exposition, qui se tient à la et de 14 h à 18 h 15,
de Gomené bibliothèque de Dinan, vendredi de 10 h à 18 h 15
Collection Bibliothèque de Dinan

et Laurenan, l’atelier jazz et la fanfa- nous montre des œuvres et samedi de 10 h à 12 h


re jazz de l’école Musique et danse moins connues de collec- et de 14 h à 17 h 15.
de Penthièvre et aussi le Klezmer tions privées, des huiles, des bm-dinan.fr
Band du Mené. aquarelles et des croquis de
Le programme du festival, aidé la ville et de ses environs,
par le Conseil général, est sur : dont le Jerzual et les bords
gomenejazzfestival.com de Rance. L’exposition, qui a
Le Gui d e > n°99 | juin 2011
37
Festival Exposition
Du cirque à gogo Animaux et compagnie

ju in
Les Esclaffades à Saint-Hélen Au musée
Le nom est évocateur. Mais 26 juin ? On s’esclaffe, on spectacles de cirque pro-
de Saint-Brieuc
que fait-on à Saint-Hélen rit ! Pas étonnant quand on grammés. Par chance, ils se
près de Dinan les 25 et voit le nombre de petits produiront plusieurs fois

l ’age n d a
pendant ces deux jours.

D.R.
Ateliers, animations, manè-
ges et défilé de voitures
anciennes agrémenteront
l’ensemble. La manifesta-
tion est aidée par le Dépar-
tement.

6 € la journée

D.R.
ou 8 € le pass de 2 jours
et gratuit pour Le jardin des arts
les moins de 14 ans à Trébeurden
> 02 96 31 19 99
festival-esclaffades.com Les 11, 12 et 13 juin, 4e édition
> 06 13 30 25 04 du Jardin des arts à Trébeurden :
près de 35 artistes exposeront
J usqu’au 18 septembre, dans un grand jardin, comme
Deux jours de rigolade le musée de Saint-Brieuc en 2009. Des groupes de musique
près de Dinan. présente une exposition, (accordéon, flûte) apporteront
Animaux et compagnie, une note de convivialité à ces
au pavillon des exposi- trois journées.
Musique tions permanentes, fruit Sur la route Lannion Trébeurden,
d’un travail pédagogique 300 m après le restaurant
entre le musée et l’école Champ-blanc.
Les Petites clarinettes de Glomel des Beaux-arts de la ville. Entrée gratuite

Un instrument oublié Les animaux sont les


témoins de nos vies et
nous accompagnent tout
http://jardindesarts.monsite-
orange.fr

Le samedi 4 juin, pour leur qui met en valeur la musi- au long de nos existences.
deuxième édition, les Peti- que réunionnaise avec la Domestiqués, traqués, ou Festival Lady Mond
tes clarinettes reviennent fanfare de René Lacaille, proches de l’état sauvage,
à Glomel. Chaque année, Fanfaroné. ils sont les spectateurs de à Belle-Isle-en-Terre
l’association Paotred an La manifestation est aussi nos caractères essentiels Les 24, 25 et 26 juin, la musique
Dreujenn-Gaol (Les amis de l’occasion d’écouter Orhan jusqu’à devenir le miroir envahit Belle-Isle-en-Terre. La
la clarinette) anime ce Kilis, groupe de musique de nos comportements. musique de l’entre-deux-guerres,
bourg du Centre-Bretagne, gréco-turque, accompagné À travers des peintures, celle de cette nouvelle génération
en mettant à l’honneur cet de musiciens du Centre- dessins et photographies de compositeurs tournés vers
instrument un peu oublié Bretagne acquis aux ryth- de la collection du musée, l’innovation. C’est la caractéristique
de la musique tradition- mes des pays de la mer du XVII e au XXe siècle, les de ce Printemps de Lady Mond
nelle bretonne. Depuis Egée. rapports entre hommes que de se tourner vers un patrimoi-
2009, les Petites clarinettes et animaux sont mis en ne peu programmé comme Berg,
alternent en biennale avec Paotred lumière. Schönberg, Ropartz ou Cras.
la Rencontre internationale an Dreujenn-Gaol À découvrir.
de la clarinette populaire > 02 96 29 69 26 Du mardi au samedi, > 02 96 91 11 45
créée en 1989. paotred@wanadoo.fr de 10 h à 12 h printemps-de-lady-mond.com
Au programme, une balade clarinette-populaire.org et de 13 h 30 à 18 h Festival soutenu
en musique dans les envi- Dimanche et jours fériés, par le Département.
rons du village, un concours Manifestation soutenue de 14 h à 18 h
de clarinette traditionnelle, par le Département. Entrée libre
un apéro musical et, en soi- > 02 96 62 55 20
rée, le bal international mairie-saint-brieuc.fr
Au village
des artistes
à St-Cast-le-Guildo
Manifestation C’est au camping des Mielles
Brassens à Plouha
à Saint-Cast-le-Guildo que des
30e anniversaire de la disparition du poète créateurs montreront leurs travaux,
du 2 au 5 juin, dans un site qui
Une semaine tout entière, pour réaliser des exposi- Bondoux, a même imaginé lequel il joua Porte des Lilas. sent l’approche des vacances.
du 14 au 19 juin, pour hono- tions, des soirées et des pro- une randonnée autour de la Et tous en chœur, nous fre- Une 2e édition pour cette galerie
rer la mémoire de Georges jections autour du chanteur. maison du poète le 17 juin. donnerons Les copains de plein air sous tentes, avec
Brassens décédé en 1981, Une rencontre avec l’asso- On reverra également une d’abord. une vingtaine d’artistes qui
c’est le choix de la commu- ciation Les amis de Georges interview de Brassens, do- nous feront voyager à travers
ne de Plouha pour sa fête sera l’occasion d’un stage cument de l’Ina (Institut Une manifestation soutenue l’artisanat d’art.
de la musique. Il aura fallu de chant choral. L’élue à la national de l’audiovisuel), et par le Conseil général > 02 96 41 87 60
une année de préparation culture de Plouha, Monique un film de René Clair dans tourisme-lanvollon-plouha.fr
38 D é t e nt e
Côtes d’Armor M A G A Z I N E Chaque mois, le magazine vous propose : une recette de cuisine, des con
Cuisine

Profiteroles au chocolat
Pour 4 personnes
Pâte à choux
P âte à choux
Faire bouillir l’eau, le lait,
le sel, le sucre et le beurre.
Ajouter la farine hors du feu. Faire des-
125 g d’eau
125 g de lait
sécher à la spatule. Ajouter les œufs
5 g de sel un par un tout en remuant. Dresser
15 g de sucre à la poche sur une plaque a graissée.
120 g de beurre Dorer à l’œuf. Rayer à la fourchette.
150 g de farine Cuire au four à environ 200°.
4-5 œufs
Sauce au chocolat
Sauce au chocolat Faire bouillir la crème et la verser sur le
300 g de chocolat chocolat en morceaux. Mélanger.
300 g de crème fleurette
Montage
Découper les choux, les garnir de glace
et les napper de sauce au chocolat.

Recette élaborée par Thierry Fégar,


chef à la Cité du goût et des saveurs,
créée par la Chambre de métiers
et de l’artisanat des Côtes d’Armor
(Saint-Brieuc).

Cercles culinaires
Thierry Jeandot

La Cité du goût et des saveurs propose des stages


de cuisine au grand public animés par des chefs.
Inscription : 02 96 76 26 26
Informations : artisans-22.com

Jardinage

Un jardin médiéval à faire chez soi


À défaut de réaliser un jardin médiéval,
il est possible d’en créer un d’inspiration L e vrai jardin médiéval com-
prend un jardin de simples,
un potager, un verger et un
médiévale. On peut pour cela visiter les abbayes jardin d’agrément muni d’une fontai-
ne. De forme carrée ou rectangulaire,
qui en possèdent, ou plus simplement il est divisé en espaces réguliers suré-
rencontrer des jardiniers spécialistes levés délimités par des treillages et de
Solenne Le Dû

petites allées. Pour ces derniers, saule,


de la question en Côtes d’Armor(1). osier tressé, coudrier ou châtaignier
font l’affaire. Les plantes sont dispo-
sées dans ces espaces.
À l’époque où plantes et formes géo- l’absinthe, l’hysope, la marjolaine,
métriques possédaient une valeur la mélisse, la menthe, l’origan, la pim-
symbolique, rien n’était laissé au prenelle, le romarin, la sauge, le thym
hasard. Si les espaces étaient dévolus ou la verveine.
à des usages précis dans les différents Solenne Le Dû
carrés, aujourd’hui on associe certai- (1) La Roche-Jagu, à Ploëzal -
nes espèces. On dit par exemple que cotesdarmor.fr/larochejagu
le poireau aime la fraise. Autre carac- (2) Plantes sauvages récoltées
téristique, le retour aux simples(2), qui pour leurs vertus médicinales
Herbarius à Planguenoual - herbarius.net
reviennent en force ; ils agrémentent
la cuisine, relèvent les plats, ont des
Cette rubrique est réalisée en collaboration avec
vertus médicinales indéniables et
peuvent être à la base de tisanes et
d’onguents.
Au Moyen Âge, on cultivait près de 22260 Ploëzal
Slenne Le Dû

cent plantes, parmi lesquelles certai- > 02 96 95 62 35


nes nous sont bien connues comme cotesdarmor.fr
seils de jardinage, une grille de mots fléchés. Voilà de quoi occuper quelques moments de détente.
D é t e nt e > n°99 | juin 2011
39
Les Mots Fléchés de Briac Morvan

Chaque définition sur fond coloré concerne un mot que vous trouverez dans l’un des articles de votre magazine. Solution dans Côtes d’Armor N°100

Les gagnants… Jeu Côtes d’Armor Magazine n°98


Nom Prénom
Voici les 10 gagnants des mots fléchés du magazine
Côtes d’Armor n°98 tirés au sort parmi les bonnes réponses. Adresse
BERNARD Josette • BÉGARD LOZAC'H Bernadette • ROSTRENEN
DELORME Jean-Pierre • QUÉVERT PINEL Michel • SAINT-BRIEUC Votre grille, complétée avec votre nom et votre adresse, est à retourner au : Cadeaux aux couleurs
HERVIOU Denise • ROSTRENEN QUEFFELEC Astrid • SAINT-SERVAIS des Côtes d’Armor
Conseil général des Côtes d’Armor Un tirage au sort sera effectué
LE COQ Martine • PLÉRIN ROBIN Annick • BINIC Jeux Côtes d’Armor magazine
à gagner !
parmi les grilles gagnantes reçues
LONGFILS Denise • SAINT-BRIEUC VANNEUFUILLE Jean-Marc • PLESTIN-TRIGAVOU 9 place du Général-de-Gaulle avant le mercredi 8 juin.
22000 Saint-Brieuc

Vous aimerez peut-être aussi