Vous êtes sur la page 1sur 2

Section Informations & Ressources

SIR-151007-F1

lundi, 30 mai 2011

La Science face aux OVNIs

Un scientifique doit avant toute chose, être curieux. Il doit pouvoir s`étonner et vouloir découvrir la raison de son
étonnement. Cette pensée n`est pas de moi malgré que je sois d`accord avec elle à cent pour cent, mais elle est plutôt
de Erwin Schrödinger, pionnier de la mécanique des quanta et philosophe de la science.

Avez-vous remarqué, lorsqu`on discute avec une personne qui possède une formation scientifique, et que l`on a le
toupet d`introduire dans la conversation le fameux problème des objets volants non identifiés. La réaction face au sujet
se traduit presque immédiatement par un petit sourire discret qui démontre une certaine agitation.

Un malaise, et le désir de se défendre devant ce que l`on ne peut pas encore expliquer probablement générée par une
sorte de gêne, ce sentiment d`inconfortabilité devant laquelle ils ne peuvent pas comprendre eux même ni même
expliquer sans l`ombre d`un doute.

Une telle attitude, chez ces soi-disant scientifiques, nous démontre un manque flagrant d`assurance et d`inconfort à
l`égard d`un problème auquel ils ne peuvent rien comprendre ou bien qu`ils ne veulent tout simplement pas accepter
encore.

Il est important de distinguer deux (2) classes par mis ses chercheurs qui se trouvent confrontés aux problèmes
insolites que sont les OVNIs.

1. Ceux qui tournent en dérisions tout ce qui attrait à ce problème ou bien traite par le mépris tout avenue possible
se refusant même à envisager une possibilité quelle que soit-elle. Ces soit disant hommes de science, ne doivent
pas s`attendre à ce que l`on prenne leurs opinions pour scientifiques parce qu`ils n`ont même pas envisagé les
données du problème.

2. Pour ceux qui disent, qu`après examen du problème, que le phénomène OVNI n`est qu`un problème d`ordre
psychologique. Alors là, aucun véritable et honnête chercheur, après avoir regardé et examiné objectivement la
question, ne pourrait soutenir longtemps que les objets volants non identifiés se rapportent uniquement à une
mauvaise interprétation d`événements ou d`objets normaux. Par contre, l`opinion de la deuxième classe mérite
notre attention, puisqu`elle est d`hommes de science qui ont pris au moins la peine de se pencher quelque peu sur
le problème qui persiste depuis maintenant plus de cinquante ans déjà.

L`un des aspects les plus intéressants de la question des OVNIs, c`est qu`elle est reliée inévitablement à celle de
l`avancement de la science.

Et oui, cette science qui doit absolument tenir compte de nouveaux schémas d`explications, se reposant sur de
nouvelles lois. D`où, cette prise de position du monde scientifique selon laquelle ou bien le phénomène OVNI ne
constitue pas une donnée scientifique ( où, à tout le moins, une donnée intéressant la physique ), ou bien il résulte
d`une erreur d`interprétation uniquement devant des phénomènes familiers et mal interprétée.

Bien sur, adopter une telle attitude équivaudrait à rejeter une condition primordiale à l`avenir de la
science.

Ives L. Young,
SARC/C.R.A.S.
Directeur International
Division Information and Resources
SIR-151007-F1

Monday, May-30-11

Science and the UFOs


A scientist must above all things, be curious. It `s amazing to be able and willing to discover the reason for
his astonishment. This isn’t `t thinking of me though I'm agree with it`s one hundred percent, but is rather
Erwin Schrödinger, a pioneer of quantum mechanics and philosopher of science.

Have you noticed, `when you talk to someone with a scientific background, and that`s it `s has the nerve to
introduce into the conversation the famous problem of unidentified flying objects. The response on results
almost immediately by a discreet smile that shows some agitation.

Discomfort, and the wish to defend what we `cannot yet explain probably generated by a sort of
embarrassment, that feeling of` inconfortabilite before which they cannot understand or even explain
themselves without the shadow of `a doubt.

Such an attitude among these so-called scientists, we demonstrated a serious lack of insurance and
discomfort in respect to a problem they cannot understand or that they may simply do not accept yet.

It is important to distinguish two (2) classes per set its researchers who are faced with unusual problems that
are UFOs.

1. Those who ridicule anything that appeal to this problem or treated with contempt any possible avenue is
refusing to even consider the possibility that what it is. These so called men of science should not expect `s
what we` take their opinions to scientists because that `they don `t have even considered the problem data.

2. For those who say, `that after reviewing the problem, that the UFO phenomenon is that` n `a`
psychological problem. While there is no genuine and honest researcher, after watching and objectively
examine the issue, could not sustain long as unidentified flying objects relate only to a misinterpretation of
events or `` normal objects. For cons, the opinion of the `second class deserves our attention, since it is` d
`men of science who have taken at least bother to think a bit about the problem that has persisted for more
than fifty years.

One of the most interesting aspects of the issue of UFOs is that she has become inevitably linked to that of
`the advancement of science.

And yes, the science that absolutely must take account of new patterns of `explanation, based on new laws.
Or, this position that the scientific world or the UFO phenomenon is not a scientific data (where, at the very
least, interesting given the physical), or it results from an error of `` interpretation only to familiar phenomena
and misinterpreted.

Of course, such an attitude would be to reject a key condition to the `future of science.

Ives L. Young,
SARC/C.R.A.S.
International Director