Vous êtes sur la page 1sur 244

La Librairie des Ecoles

Manuel de ■

aire

Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.
MAN UEL
DE
GRAMMAIRE
CM l - CM2

Annie Münzer,
professeur des écoles

Fawzia Barrage,
professeur des écoles

Édition refondue par Ingrid Riocreux,


professeur agrégé de Lettres modernes

Préface de Jacqueline de Romilly,


de l'Académie française

Maquette: Marine Lenglet


Tllu,tration, :Jean-Noël R.ochut

© La Librairie de, École,. 2012


10 place des Cinq Marlyrs
Lycée Buffon
75015 Pari,
TSBN: 978-2-916788-17-3

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Préface de Jacqueline de Romilly
de l'Académie française

J'aurais quelques scrupules à écrire pour ce livre une vraie préface.


D'abord, les difficultés de ma vue m'interdisent de le lire intégralement; et
surtout, bien qu'ayant passé toute ma vie dans l'enseignement, je n'ai pas eu
l'expérience des classes auxquelles le livre s'adresse.
Et pourtant je puis ici apporter un témoignage. Je puis dire, sans hésiter,
que, pour les études qu'ils feront ensuite, et pour la vie en général, il est
essentiel à mes yeux que les jeunes apprennent, de façon ordonnée et
systématique, les structures de leur propre langue. Trop souvent, on leur en
enseigne les rudiments un peu au hasard, et on les entraîne surtout à deviner.
Sans doute est-il facile, et même utile, de deviner; mais cela ne permet guère
d'aller de l'avant. De même, si l'on propose à des enfants de compléter la
phrase: • les oiseaux sont... », • les villes sont... », il est évident que la réponse
est très facile et l'exercice dépourvu d'intérêt; mais si cet exercice se fait sur
toute une suite d'exemples (NDLR: voir les exercices 3 et 4 page 15), le
rapprochement s'opère de lui-même, et tout naturellement, la notion se
dégage et l'on perçoit l'existence d'une catégorie grammaticale (celle de
l'adjectif), qu'il sera désormais précieux de savoir utiliser. De même pour
l'accord de ces adjectifs! Assimiler ces règles deviendra alors naturel et toutes
les possibilités du langage s'amélioreront rapidement. - Et. pour la lecture.
pour l'écriture, pour l'expression même de leur pensée, les élèves apprennent
à dépasser l'art de deviner pour vraiment analyser.
Oui, c'est là le seul moyen pour faire que les éléments se mettent
aussitôt à leur place, que les jeunes puissent varier et modifier l'expression,
bien saisir ce qui leur est dit, comprendre les textes, et aussi, plus tard, se
servir de cette maîtrise pour apprendre d'autres langues, les langues
étrangères, dont le fonctionnement s'expliquera en fonction de celui du

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


français. Quand les bases sont claires et bien maîtrisées, tout s'ouvre vers
l'avenir et vers des richesses sans cesse accrues.
Cela ne veut pas dire qu'un tel apprentissage soit nécessairement
ennuyeux, loin de là! On a beaucoup trop voulu, je crois, distraire les enfants et
les amuser, sans se soucier de leur véritable formation. À vrai dire, comprendre
la valeur de chacun des éléments dont est faite notre langue, comprendre
comment ils s'agencent entre eux, et percevoir comment chaque pièce varie
comme varieraient les différents morceaux d'un puule un peu raffiné, ce peut
être un très joli jeu, qui demande de l'attention, mais aussi de l'ingéniosité, et
donne, avec l'amusement, la joie qu'il y a toujours à comprendre comment les
choses marchent.
Mon ami Érik Orsenna avait écrit, il y a quelques années, un très joli livre
intitulé La Grammaire est une chanson douce: c'était un livre délicieux et
indiscutablement utile. Et j'aime, comme lui, la grammaire; mais je dirais
simplement que, pour une chanson douce, il faut un peu apprendre à chanter
et que, si l'on veut varier sa chanson, la modifier, l'affiner, un peu de précision
et d'entraînement ne serait pas du luxe. J'admets donc son titre, mais je dirais
que, pour moi, au nom de l'enseignement, la grammaire me paraît être surtout
le merveilleux apprentissage d'un art de s'exprimer et, par suite, de penser.
Cette• chanson douce" est aussi le plus beau des apprentissages.
J'ajouterai qu'au passage se précisent le vocabulaire et le contact avec
les petits textes. À partir de l'analyse grammaticale, tout s'ouvre et permet de
progresser.
L'enseignement du français, pour diverses raisons, est actuellement en
crise. Ce devrait être pourtant là le souci majeur de l'instruction publique. Tout
ce qui peut contribuer, de façon claire et, je le répète, systématique, à
développer chez les jeunes le sens et le bon maniement de leur propre langue
me paraît donc une tâche essentielle. Je le dis d'autant plus volontiers que
- comme je l'indiquais au début - j'en juge par les résultats qui se font sentir
dans les années qui suivent, et sans doute, dans la vie même des jeunes qui
ont été plus ou moins bien préparés dans ce domaine si capital.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


QU'EST-CE QUE LA GRAMMAIRE ?

La grammaire française est l'ensemble des règles


qu'il faut suivre pour bien parler et bien écrire le français.

Les mots - Pour parler et pour écrire, on se sert de n1ots.


Fleur, enfant, animal sont des n1ot~.

Les syllabes - Les 111o ts sont con1posés de syllabes. O n appelle syllabe


une ou plusieurs lettres gue l'on prononce ensen1ble. D ans ~eur, il y a une
syllabe; dans en-fant , iJ y a deux syllabes; dans a-ni-mal , il y a trois syllabes.
Les lettres - Les syllabes sont con1posées de lettres. Il y a vingt-six lettres
dans l'alphabet, qui sont: a, b, c, d, e, f, g, h, i,j, k, I, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z.
Les voyelles et les consonnes - Il y a deux sortes de lettres : les voyelles
et les consonnes. Il y a si.x voyelles, qui sont: a, e, i, o, u, y.
Il y a vingt consonnes, gui sont: b, c, d, f, g, h, j, k, I, m, n, p, q, r, s, t, v, w, x, z.
Les accents - Il y a trois sortes d'accents.
1) L'accent aigu ( ' ) se n1et sur le e. Le «e accent aigu » se prononce alors
con1n1e da ns les n1ots bébé, café.
2) L'accent grave (' ) se ni.et aussi sur le e. Le «e accent grave» se prono nce
alors con1n1e dans les n1ots mère, père, frère. Mais o n trouve parfois des accents
graves sur le a, con1n1e dans les mots là et au-delà, o u sur le u, con11ne dans le
rnot où. D ans ces cas, l'accent grave ne change pas la fa çon de prononcer.
3) L'accent circonflexe (A) rend les voyelles longues : pâte, tempête, ~ûte.
La lettre h peut être n1uette ou aspirée. Elle est n1uette quand elle ne se
prono nce pas, con11ne dans l'homme, l'histoire, l'honneur ... Elle est aspirée quand
elle fait prononcer du fond de la gorge la voyelle sui.vante : le hibou, la haine
La ponctuation - Les signes de po nctuatio n n1arquent une pause dans la
lectu re.
1) La virgule (,) n1argue une petite pause.
2) Le po int-virgule (;) marque une pause moyenne.
3) Le point(.) marque une pause con1plète.
4) Les deux point~(:) annoncent qu'on va dire quelque chose.
5) Le point d'interrogation(?) indique qu'on pose une question.
6) Le point d 'exciaination (!) indique une én1otion particulière.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE AU CM 1 ET AU CM2

La nature des n1ots - Il y a neuf espèces de n1ots.


1) Le 110111. Paul, maison, cirque, lion sont des non1s.
2) L' article. Le, la, les, un, une sont des articles.
3) L'adjectif. Petit, grand, bleu, rouge sont des adjectif5.
4) Le pronom. Je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles sont des pronon1s.
5) Le verbe. Manger, boire, dormir, courir, travailler sont des verbes.
6) L'adverbe. Heureusement, tristement, jamais, toujours sont des adverbes.
7) La préposition. De, à, après, avant, avec sont des prépositions.
8) La conjonction.Et, 011, mais, donc, car, or, ni sont des conjonctions.
9) L'interjection. Hé I ouf I Hop I son t des interjections.

La fonction des m ots - C haque mot a toujours la n1êrne nature, niais iJ


c hange de fonction selon son rôle dans la phrase. Vous allez apprendre à
A
reconnaitre :
- le sujet du verbe. Le chien aboie.
- le con1plén1ent d'objet direct ou indirect. Le chien mange un os.
- l'attribut du sujet ou du cornplén1ent d'objet. Le chien est fidèle.
- le con1plén1ent d'objet second. Je donne un os à mon chien.
- le con1plén1ent du non1 ou de l'adjectif. L'os du cili.en.
- le con1plén1ent circonstanciel de ten1ps, de lieu, de n1anière ...
Je suis allé promener mon chien dans le parc.

- le con1plément d'agent. Le chat est poursuivi par le Q1illl.


- l'apposition et l'apostrophe. Médor I va chercher 1
- l'épithète. Ce~ chien est très mignon.

- le déterminant.~ chien est un labrador.

L'analyse logique - En CM2, vous apprendrez à analyser des phrases


complexes, c'est-à-dire des phrases qui con1portent plusieurs
propositions. Vous saurez ainsi reconnaître :
- les propositions indépendantes. Le cha t miaule et le chien aboie.
- les propositions principales. Je te parie que ce chat a soif.
- les propositions subordonnées relatives. Le chat ,ayi miaule est un persan.

- les propositions subordonnées conjonctives. Je te parie que ce chat a soif.


- les propositions con1plétives infinitives. j'ai entendu ce chat miauler toute la nuit.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


SOMMAIRE

CHAPITRE l - LA PHRASE
La phrase - La proposition . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. 10
La phrase affirrnative - La phrase négative ............. 12
Les types de phrases ............................. 14
La ponctuation ..... . . .. . .. . .. . .. . ... .. . .. . .... 18
RÉVISION La phrase .............................. 20

CHAPITRE 2 - LE NOM
N o111 co111n1un et 110111 propre ......... . ........... 22
Le genre du non1 ............................... 24
Le genre du 110111 : forn1ation du fénunin du 110111 ....... 26
Le non1bre du 110111 : forn1ation du pluriel dn 110111 ...... 30
■ Les non1S con1posés * ....................... . .... 34
RÉVISION L'accord du no1n .. .. . .. . .. . ... .. .. . .. ... 36

Les fonctions du 110111 - Le 110111 sujet du verbe ......... 38


L'accord du verbe avec le 110111 sttjet ................. 40
Le 00111 attribut du sttjet ......... .. . ... .. . .. . .... 42
Le 00111 con1plén1ent d'objet ...................... 44
Le 110111 con1plén1ei1t d'objet second (ou d'attribution) .... 46
Le 110111 complétnent circonstanciel :
de lieu, de ten1ps, de nuu1ière, de cause ............... 48
■ de n1oyen, de but, de condition, de quantité .. . .. . .. . 50
Le 110111 complén1ent du 110111 ■ con1plément de l'adjectif* 52
L,appos1oon
.. *■ .L' apostrop h e * ................... ::>- 4
Analyse du 110111 ............. . .. • .. • . •. . •. . •. ... 56
RÉVISION Fonctions du nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

CI-IAPITRE 3 - l ' ARTICLE


L'article défini - L'article indéfi11i - ■ L'article p,trtitif* .. . 60
An:uyse de l'article . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. 62
RÉVISION L'article . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Les sont réservés au CM1. les ■ sont réservés au CM2. * hors '1rogramme

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


CHAPITRE 4 - L'ADJECTIF
L'adjectif quali ficatif . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . . 68
Féni.in in de l'adjectif qualificatif ....... . ............ 70
Pluriel de l'adjectif qualificatif - Les adjectifs de couleur ... 74
Il.ègles d'accord des adjectifs qualificatifs . . ............ 76
Les adjectifs dérivés * ■ Les adjectifs con1posés * ....... 78
■ Le con1paratif * - Le superlatif * ................... 80
Fonctions de l'adjectif qu:ùificatif .. . .. . . ............ 82
Analyse de l'adjectif qualificatif ........ . ............ 84
RÉVISION L'adjectif qualificatif . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

L'adjectif nun1éral .............................. 88


L'adjectif dén1onstratif - t:adjectif possessif ............ 90
■ L'adjectif.interrogatif - L'adjectif exclan,atif* ........... 92
L'adjectif indéfi ni * .............................. 94
Analyse des adjectifs non qualificatifs .... . ............ 96
RÉVISION Les adjectifs non qualificatifs . . . . . . . . . . . 98

CHAPITRE 5 - LE PRONOM
Le pronon1 personnel ............. • ............. 100
Les fonctions du pronon1 personnel :
Sujet et con1plén1ent d 'obj et .. .. . .. . . . . . . . . . . . . . 102
■ Autres fonctions ............................. 104
L'accord du verbe avec le pronon1 personnel sujet ....... 106
■ R..en1arques sur le pronon1 personn el ................ 108
■ Le pronon1 possessif ........ . .. . .. • ............. 110
■ Le pronon1 dén1on.5tratif .. . .. . .. . .. . .. • .. • .. • ... 112
■ Le pronon1 interrogatif .. . .. . .. . .. . . . . •. . •. . • ... 114
■ Le pronon1 indéfuù * .... . .. . .. . .. . ............. 116
Le pronon1 relatif ............................. 118
Fonctions du pronon1 relatif: st~et ■ autres fonctions .... 120
A11alyse des pronon1s pe rsonn els ................... 124
RÉVISION Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

Les sont réservés au CMl, les ■ sont réservés au CM2. * hors i,rogramme

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


SOMMAIRE

CHAPITRE 6 - LE VERBE
Verbes transitifs et intransitif~ ..................... 128
La conjugaison et les g roupes ..................... 130
Le radical et la ternùnaison ....................... 132

LES MODES ET LES TEMPS


Ten1ps si111ples - Te111ps co111posés - Les verbes auxiliaires .. 134

LES MODES CONJUGUÉS

Les ten1ps de l'indicatif:


Le présent de l'indicatif .......................... 136
R.en1arques sur quelques verbes au présent ............ 138
Le futur sin1ple - Le futur antérieur ................. 140
L'in1parfiùt - Le passé sin1ple ...................... 142
Le passé con1posé .............................. 146
Le plus- q ne- parfait - Le passé antérieur * ............. 148

Les autres n1odcs conjugués :


' tif present
L,.1n1pera ' - L''1n1pera
' tif passe' * . . . . . . . . . . . . . . . 150
.
Le conditionnel présent - Le conditionnel passé * ...... 152
Le subjonctif présent * ■ Le subjonctif inlparfait * .... 156
Le subjonctif passé * ■ Le subjonctif plus- que- parfait* .. 158
RÉVISION Le verbe (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

LES MODES IMPEilSONNELS:

l'infuùtif présent ..... . .. . .. . .. . .. . ... .. . .. . . .. 164


Le participe pœsent ... . .. . .. . .. . .. . .... . .. . .... 164
Le participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
R.ègles d'accord du participe passé .................. 168

Les voix du verbe - VoL'l active et voix pa.5sive ......... 172


Les verbes prononùnaux * ....................... 176
■ Les verbes à la tournure in1personnelle * ............. 180
Analyse du verbe .............................. 182
R~VISION Le verbe (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

Les sont réservés au CM1, les ■ sont réservés au CM2. * hors '1rogramme

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


CHAP ITR E 7 - L'ADVERBE
L'adverbe ................................... 186
Analyse de l'adverbe ............................ 188

CHAP ITRE 8 - LA PRÉPOSITION, L'INTERJECTION


La préposition ... . .. . .. . . .. . .. . .. ... . .. . .. . . .. 190
■ ' ' * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1°0
L,,1nterJect1on -;,

CHAPITRE 9 - LA CONJONCTION
La conjonction de coordination ................... 192
■ La conjo nction de subordination .................. 192
RÉVISION Les mots invariables . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

CHAP ITRE 10 - L'ANALYSE LOGIQUE DE LA PHRASE


Phrases sin1ples - Phrases con1plexes ....... .. . .. . . ... 198
La pro position indépendante .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . . 200
La proposition principale et la proposition subordonnée
(relative con1plé n1ent du 110111) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
La proposition subordonnée relative ................. 206
La proposition subordonnée conjonctive - La con1plétive * . 210
■ La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle
de ten1ps * ................................... 214
■ La proposition subordonnée conj onctive circonstancielle
de cause et de conséquence * ..................... 216
■ La proposition subordo nnée conjo nctive circonstancielle
de condition et de but * ......................... 218
■ La proposition subordonnée con1plétive infinitive* ..... 220
■ La concordance des ten1ps * ...................... 222
■ Groupe verbal et groupe nonlinal * . .. . .. . .. . .. . .. . . 224
■ Méthode d'analyse logique * .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . . 226
RÉVISION L'analyse log ique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228

Les sont réservés au CMl, les ■ sont réservés au CM2. * hors i:irogramme

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 1
10 LA PHRASE

CHA PITRE l - LA PHRASE

LA PHRASE

DÉFINITION - La phrase est une suite de mots qui a un sens. Elle


commence par une n1ajuscule et se termine par un point.

Il existe deux sortes de phrases : la phrase verbale et la phrase


nominale.

La phrase verbale - La phrase verbale contient un ou plusieurs verbes


. ,
conJugues.
EXEMPLES: Les lions vivent dans la savane.
Le petit prince, qui me posait beaucoup de questions, ne semblaitjamais
entendre les miennes. (A. 1>e SA1NT- Exui>i!Rv. Le l'cr,r PRrN ce)

La phrase nominale - La phrase nonùnale ne contient pas de verbe


. ,
COnJugue.
EXEMPLES : Merci, madame. - Interdiction de fumer. - Quelles jolies chaussures !

LA PROPOSITION

D ÉF INITION - La proposition est un ensen1ble de mots qui exprime


une action, un fait ou une idée à l'intérieur de la phrase. Elle
con1porte toujours tu1 verbe conjugué.

REMARQUES

1) Une phrase peut comporter une ou plusieurs propositions:


EXEMPLES: Le chat dort. (Une seule proposition.)
Le chien aboie et le chat miaule. (Deux propositions.)

2) Pour trouver le non1bre de propositions, on con1pte le no111bre de


verbes conjugués.
E XE M PLE: Je ferme mon livre, puis j'éteins la lumi ère.
Cette phrase contien t deux propositions, puisque les deux verbes fermer
et éteindre sont conjugués :
« Je ferme mon livre » et « j'éteins la lumière » sont deux propositions.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre l
LA PHRASE 11

EXERCICES

1 1 Classez ces titres de livres selon qu'il s'agit de phrases nominales ou de


phrases verbales :
1) Les Lettres de mon motù in. { ALPHONSE DAuoeT.)
2) Les Misérables. (V1 <:TOR HuGo.)
3) Les Dieux ont soif. {ANAT OLE 1°1~ANcE.)
4) Prcnucr de cordée. (R.oc:e1t F1t1s0N- RocHe.)
5) La Guerre de Troie n'aura pas lieu. OeAN G 1RAUDoux.)

2 ITransformez ces phrases nominales en phrases verbales.


Modèle : Intervention télévisée du président de la République.
Le président de la République interviendra à la télévision.
1) Stationnen1cnt interdit. 6)Bonjour, M onsieur.
2) Belle victoire pour l'équipe de France. 7)Parking payant.
3) De la soupe ? 8)Magasin fern1é.
4) Grève générale des chenunots. 9) Chasse interdite.
5) D écouverte d'une grotte préhistorique. 10) Tcn1ps plu vieux.

3 1 Transformez ces phrases verbales en phrases nominales.


Modèle : Ils ont amélioré les performances. - Performances améliorées.
1) Les coùts ont été réduits. 6) Les n1antcaux sont soldés.
2) Il est ü1tcrdit de 1narchcr sur la pelouse. 7) Cc tcrrai11 est arrosé.
3) fJ pleuvra toute la scn,ainc. 8) Des p.ierres risquent de chu ter.
4) Le nouveau filn1 sortira n1ercredi. 9) Cet in1n1euble sera rénové.
5) L'accusé est conda111né à 5 ans de prison. 10) Taisez-vous !

4 I Soulignez les verbes conjugués et retrouvez le nom bre de


propositions dans chaq ue phrase:
La mag ie des chansons
Louison et Frédéric s'en vont à l'école par la rue du village. Le soleil rit et les
deux enfant chantent. Ils chantent con1111e le rossignol parce qu'ils ont conm1c
lui le cœur gai. lis chantent w1c vieille chanson qu'ont chantée leurs grands-
n1èrcs quand clics étaient petites filles et q uc chanteront w1 jour les enfants de
leurs enfants ; car les chansons sont de frêles ünmortellcs ; clics volent de lèvre en
lèvre à travers les âges. Les lèvres tu1 jour se taisent et la chanson vole toujours.
Louison et Frédéric chantent ; leur bouche est ronde con1n1c une fleur et leur
chanson s'élance, aigrelette e t claire, dans l'air n1acinal.
ANATOLE Fl~AN CE . Nos ENFANT$

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 1
12 LA PHRASE

,
LA PHRASE AFFIRMATIVE - LA PHRASE NEGATIVE

Il existe deux formes de phrases : la phrase affirmative et la phrase


négative.

La phrase affirn1ative - La phrase affir1nativc cxprim.c une affirmation.


EXE MPLES: Le soleil brille.
ces abricots sont mûrs.
oui, je vais à la plage.

La phrase négative - La phrase négative exprin1e une négation.


EXEMPLES : Le soleil ne brille pas.
Ces abricots fil sont l2fil mQrs.
Non, je ne vais pas à la plage

REMARQUE - 1) Toute phrase affirn,ativc peut être tra nsforn,éc en phrase


négative en encadrant le verbe par :
ne ... pas ; ne ... plus ; ne ... jamais ; ne ... point; ne ... rien ; ne ... personne.
EXEMPLE : Transforn1ons la phrase affiru1ative suivante en phrase négative.
Je suis fatigué.
Je fil suis l2fil fatigué.
Je ne suis l'.)lus fatigué.
Je ne suis jamais fatigué.
Je ne suis aoint fatigué.

ATTE NTION - Quand le verbe con1111cncc par une voyelle o u un h n1uct, on


ren1place ne par n'. Ex EMPLES: Je !Lai l2fil faim. Je tLhabite /21.fil ici.

EXERCICES

1 1 Mettez les phrases suivantes à la forme négative.


Modèle: Le soleil brille. - Le soleil ne brille pas.
1) Notre cha t chasse les souris. 6)Le pélican attrape un poisson.
2) Cc chien ain1c les enfan ts. 7) Cc singe est affectueux.
3) Le coq chante chaque 111atin. 8) Cc mainate sait parler.
4) Les pigeons déan,bulcnt sur le trottoir. 9) Le dauphin su it le navire.
5) Cet écureuil a peur des randonneurs. 10) Ce serpent est venin1eux.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre l
LA PHRASE 13

2 I Même exercice, en utilisa nt successivement les formes su ivantes:


ne ... p!us - ne ... jamais - ne ... point.
1) Je stùs allé en Drctagnc. 6) N ous sonlffics allés au cinén1a .
2) Tu as n1angé du hon1ard. 7) Vous lisez les livres pour enfants.
3) Mo n père bo it du vin. 8) M es enfants o nt peur du noir.
4) Elle a cru ces histoires. 9) Cet élève fait l'idio t en classe.
5) Nous déjeunons à la plage. 10) Le n1arché a lieu le n1ercred i.

3 1 Mettez les phrases suivantes à la forme affirmative :


1) Laurent n'est pas rnon an,i depuis longcen1ps.
2) Je n'ai jan1ais vu un coucher de soleil sur l'océan .
3) Iris n'a point débarrassé la table.
4) Je ne vais plus en bus à l'école.
5) Nous n'avons jan1ais revu notre cousine éloignée.
6) Ces fleurs ne poussent pas très bien sous nos clin1at5.
7) D ans cette région, les chasseurs ne trouvent pas facilcn1cnt de gibier.
8) Cc chaton ne se n1éfic jamais des inconnus.
9) M a n1èrc ne n1c raconte plus d'histoires pour n1'cndornùr.
10) N ous n'avons point confiance dans ton jugement.

4 I Soulignez en rouge les phrases négatives et en vert les phrases


affirmatives :
Le roi et le petit prince
Le petit prince bâilla. Il s'ennuyait déjà un peu
,< Je n'ai plus rien à faire ici, dit-il au roi.Je vais repartir

- N e pars pas, répondit le roi qui était si fi er d'avoiI un sujet. N e pars pas, je cc
fa is ministre !
- Ministre de quoi ?
- De . .. de la Justice !
- Mais il n'y a personne à juger
- On ne sait pas, lui dit le roi.Je n'ai pas fai t encore le tour de 01011 royaume.Je suis
très vicux,jc n'ai pas de place po ur 01011 carrosse, et ça n1c fa tigue de n1archcr.
- Oh ! M ais j'ai déjà vu, dit le petit prince qui se pencha pour jeter encore un
coup d'œil sur l'autre côté de la planète. Il n'y a personne là-bas non plus ...
- Tu te jugeras donc coi-1nê111c, lui répondit le roi. C'est le plus difficile. Il est
bien plus difficile de se juger soi- rnên1e que de juger autrui. Si eu réussis à bien te
Juger, c'est que eu es un véritable sage.»
D'Ai>1~ès ANTOI NE De SA1NT- ExuPê1w , Li; Penr p1uN•~lJ

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 1
14 LA PHRASE

jLEs TYPES DE PHRASES

Il ex:i5te guatre types de phrases : les phrases déclaratives,


interrogatives, exclan-iatives et in-ipératives.

La phrase déclarative - La phrase déclarative permet de donner une


inforn1ation. C 'est la plus courante des phrases. Elle se ternune par un
point.
EXEMPLES: Le soleil brille.
La grenouille se repose sur un nénuphar.

La phrase interrogative - La phrase interrogdtive sert à poser une


guestion. Elle se ternune par un point d'interrogation.
EXEMPLES: comment t'appelles-tu 7 - Quel age as-tu 7 - OGI habites-tu 7
Lorsgu' une phrase interrogative contient une négation, on parle de ph.rase
interro-négative. Ex EM PLE: N'avez-vous pas vu mon chien 7
R EMARQU ES

1) Quand le sujet est un no1n, on place après le verbe le prono1n


personnel il o u elle. Ex EMPLE : L'enfa nt dort-il 7
2) On peut aussi placer les n1ots est-ce que en début de phrase, sans
changer l'ordre des m.ots. EX EMPLE : Est-ce que l'enfant dor t 7

La phrase exclamative - La phrase exclan1ative exprime une


émotion particulière : l'étonnen1cnt, la j oie, l'admiration, la surprise ...
Elle se tern1jne par un point d'exclan-iation.
EXEMPLES: Je suis si co ntent de te voir 1
Qu'ell e est jolie, la maison de tes parents 1

La phrase impérative (ou injonctive) - La phrase in-ipérative sert


à donner un ordre, un conseil, un avertissement. E lle comporte un
verbe à l'impératif
ExEMPLEs: Fermez la fenêtre. Ran0e ta chambre.
Mm ton manteau. SQ,Vons courageux.
REMARQUE - Une phrase in1p érative peut êt re égalen1ent exclam.ative.
EXEMPLE : Fais attention quand tu traverses la rue !

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re l
LA PHRASE 15

EXERCICES

1 ! Ind iquez le type de chacune de ces phrases :


1) Tl fait chaud aujourd'hui! 6) Pourquoi es-eu en retard ?
2) Prends con goô ccr. 7) Ces cerises sont délicieuses.
3) Marchez plus vice ! 8) J 'ai lu un beau livre sur l'aviat ion.
4) Quel beau bouquet de fleurs ! 9) Est- ce que tu partiras den1ain ?
,
5) Ecoutons les conseils de nos parents. 10) La porte est- elle fern1ée ?

2 I Transformez ces phrases déclaratives en phrases impératives :


l)Vous prenez votre livre d'histoire. 6) Tu travaiJles en silence.
2) Tu viens 1nanger tout de suite. 7) N ous chantons tous ensemble.
3)Vous finissez votre exercice. 8) Vous parlez doucen1ent.
4) Tu n1anges ta soupe. 9) Vous jouez aux cartes.
5) Nous ouvrons la fenê tre. 10) Nous allons au cinén1a.

3 1 Soulignez en rouge les phrases interrogatives,


en vert les phrases exclamatives et en noir les phrases déclaratives :

Les parents de Maurice s'inquiètent


pour leur fils et interrogent son
rneilleur a,ni à son sujet.
L'interrogatoire conu11cncc
,< Con11ncnt va-t-iJ ? Qu'est-
cc qu'il fajc ? Pourquoi ne
vient-il pas ? Esc-cc qu'il est
con cent ? ... »
Et patati ! E t pa tata ! Con1n1e
cela pendant des heures.
_M oi, je répondais de n1on
nùeux à toutes leurs questions, donnant sur 111011 anù les détails que je savais,
inventant effiontén1ent ceux que je ne savais pas, nie gardant surtout d'avouer
que je n'avais jan1ais ren1arq ué si ses fenêtres fern1aien t bien ou de q uellc couleur
était le papier de sa chan1bre.
,< Le papier de sa chan1brc ! Il est bleu, n1adan1c, bleu clarr, avec des !:,'Uirlandcs ...
- Vraiment ? » faisait la pauvre vieille attendrie; et c!Je ajoutait en se tournant
vers son 1nari : « C'est tu1 si brave enfant !
- Oh oui, c'est un brave enfant ! » reprenai t l'autre avec cnthousiasn1e.
A LPHONSE DAUüET, ~Ll:.l.llS.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 1
16 LA PHRASE

EXERCICES {SUITE)

4 I Certaines phrases sont à la fo is négatives et interrogatives :


on les ap pelle phrases interro-négatives. Transformez les phrases
suiva ntes en phrases interrogatives pui s en phrases interro-négatives.
Modèle : Papa a fermé le gaz.
1) Papa a-t-il fermé le gaz ? 2) Papa n'a-t-il pas fermé le gaz ?

1) Le Kilin1andjaro se trouve en Tanzanie. 6) Louis XIV était un roi orgueilleux.


2) Nos amis viendront nous rejoindre. 7) l~embrandt est un peintre hollandais.
3) L'orage éclatera bientô t. 8) Le 11 noven1bre est un jour férié .
4) C'est le postier qui vient d'arriver. 9) Les vendanges ont lieu en scptcinbrc.
5) Les chats aü11cnt n1angcr les souris. 10) Cc concert était n1crvcilleux.

5 I Dites ce qu'expriment les phrases impératives ci-dessous :


l'interdiction - l'ordre - la prière - la suggestion - le souha it.
1) Prenez deux con1prin1és par jour. 6) Allon5 au théâtre cc soir.
2) Passez de bonnes vacances. 7) N e ,n'en voulez pas.
3) N e n1archez pas sur la pelouse. 8) Excusez- n1oi pour cette erreur.
4) Prenez donc la peine d'entrer. 9) Arrêtez tout de suite.
5) Pardonnez- n1oi cette erreur. 10) An1usez- vous bien.

6 I Tra nsformez ces phrases déclaratives en phrases impératives.


Modèle : Tu dois bien te tenir. - Tiens-toi bien.
1) il faut que tu arroses les fleurs. 6) Vous devriez rentrer vite.
2) Je veux que vous sortiez imJn.édiatcm.cnt. 7) I1 faut que vous veniez dîner.
3) Tu dois finir rapiden1ent tes devoirs. 8) Tl est urgent que nous rcntri.ons.
4) Nous devons absolun1ent arriver à l'heure. 9) Tu dois partir tout de suite.
5) Vous ne sortez pas avant les autres. 10) Tu dois arrêter cette con1édie.

7 I Transformez ces phrases déclaratives en phrases exclamatives.


Modèle : Cette enfant est sage. - Comme cette enfant est sage !
1) Ce tableau n1e plaît. 6) Le paysage est n1agnifique.
2) Tu es spirituelle. 7) Cette initiative est courageuse.
3) Cet homn1c semble malheureux. 8) Ton raiso1u1cmcnt est compliqué.
4) Cc perroquet est bavard. 9) Le voyage me scn1blc long.
5) La voiture est garée loin. 10) Ton sourire est charn1an t.

8 I Écrivez quatre phrases interrogatives, qu atre phrases impératives


et qu atre phrases exclamatives.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop il re l
LA PHRASE 17

9 I Écrivez les questions auxquelles répondent ces phrases déclaratives :


- C'est n1a n1èrc qui viendra n1c chercher cc soir.
- Il est exactement seize heures.
- Je pleure parce que j'ai du chagrin.
- C'est Quentin qu.i est arrivé le prernicr.
- Nous ne reviendrons que l'année prochaine.

101 Transformez ces phrases négatives en phrases interro-négatives.


Modèle : Il ne vient pas. - Ne vient-il pas ?
1) Tu n'as pas peur d'avoir froid. 6) Solène n'habite plus ici.
2) Elles ne savent pas encore si elles viendront. 7) Philippe n'abandonnera jan1ai5.
,
3) Edouard ne se rend pas con1pte. 8) TI n'y a plus d'espoir.
4) On n'a plus jan1ais construit de châteaux. 9) Tu n'as pas assez attendu.
5) Vous n'avez jan1ais entendu cette histoire. 10) Tu ne n1e pardonneras pas.

11 1 Transformez ces phrases affirmatives en phrases interro-négatives


suivant le modèle.
Modèle : Il jouera avec moi. - Ne jouera-t-il pas avec moi?
1) Tu prends ton cartable. 6) Cette histoire est ù1tércssantc.
2) Vous nous accon1pagncrez à l'école. 7) Tu as con1pris la règle de grrunn1airc.
3) Il faut termjner cet exercice. 8) Nous avons fi11i de travailler.
4) Je peux trouver la solution tout seul. 9) Elle do.it encore s'entrainer.
5) N ous devons étudier cette leçon. 10) Je recomn1encerai cet exercice.

12 I Relevez dans le texte deux phrases interrogatives,


deux phrases exclamatives et deux phrases déclaratives.
Quelle p hrase de ce text e est à la fois exclamative et impérative ?
Je rencontrai une bonne fée qui courait comn1e une folle ,nalgré son grand âge.
A

,< Etes-vous donc si pressée de nous quitter, n1adan1e la Fée ? lui demandai-je.

- Ah, ne 111' en parlez pas ! réponrut-elle. TI y a quelques centaines d'années que je


n'étais venue sur la Terre etje n'y con1prends plus rien! J 'offie la beauté au.x jeunes
filles, le courage aux jeunes gens, la santé aux n1alades ... enfin, tout ce qu'une
bonne fce peut offrir à de bons hun1ains, et tous n1e refusent : « Avez-vous de l'or
et de l'argent? n1c ruscnt-ih. Nous ne dcn1andons que cela.» Or, je 1nc sauve; car
j'ai peur que les roses des buissons ne m.e dcn1andcnt des parures de ruamants.
- N on, non ! dirent en riant les petites roses. Nous avons des gouttes de rosée sur
nos feuilles. Nous n'avons besoin de rien d'autre.»

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 1
l& LA PHRASE

G A PONCTUATION

DÉFINITION - La ponctuation est l'ensemble des signes qui servent


à ordonner le discours. Ces signes ne se prononcent pas, 111ais aident à
la lecture.
1) Potu- tcrnuner une phrase, on utilise :
Un point (.) si la phrase est déclarative.
Ex EM PLE : j'aime me promener le long de la rivière.

Un point d'interrogation (?) si la phrase est interrogative.


ExEM PLE : Où allons-nous 7

Un point d'exclamation (!) si la phrase est exclamative.


ExEMPLE: Que de lenteur da ns tout ce que tu fais !

2) Pour séparer les parties d'une phrase, on utilise :


Une virgule (,) entre deux élé n1c nts ou plus.
ExEMPLES : La pomme, la poire, le raisin et l'orange sont des fruits.

(La virgule sépare trois n1ots qui se suivent .)


Je me brosse les dents, je me couche etje lis un livre.
(La virg ule sépare deux propositions qui se suivent.)
Un point-virgule (;) e ntre deux parties importantes d'une phrase.
ExEMPLE : venez voir notre nid immense ; nous avons de quoi vous loger.

( M. D ESH()RDES• VALJ\•t()R E.)

Deux points (:) devant tu1e citation, une énumération ou w1e explication.
ExEMPLE : Les trois plus grandes villes de France sont : Pa ris, Marseille et Lyon.

3) Pour encadrer les parties d'une phrase, on utilise :


Une double virgule (:, ,) pour e ncadrer une partie - un groupe de n1o t5
ou un con1plé n1en t - qui n'est pas indispensable au sens de la phrase.
ExEMPLE: Louis, mon petit frère, a cinq ans.
Deux parenthèses ( ) pour e ncadrer une réflexion ou une explicatio n.
ExEMPLE : Pierre n'a pas acheté de pommes (le marchand n'en avait plus) .

D es guillem ets (« ►) au con1n1c ncen1e nc et à la fin d'une c itatio n.


EXEMPLE : Le jeune homme s'exclame: « Quelle belle journée 1 »

D es tirets ( - ) pour séparer les parties d'un dialogue.


Ex EMPLE : « comment allez-vous 7

- Très bien. »

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre l
LA PHRASE 19

EXERCICES

1 1 Comp létez les phrases suivant es pa r les signes de ponctuation qu i


conviennent :

1) Con1m.ent t 'appelles-tu ...


2) Comme ce livre est intéressant ...
3) Sommes- nous perdus ...... N on je ne crois pas .. .

2 I Comp létez cette fable pa r les signes de ponctuation qu i co nviennent:


L' Araignée ... en ces n1ots ... raillait le Ver à soie ...
. . . Bon Dieu . . . que de lenteur dans tout ce que tu fais ...
Vois con1bien peu de ten1ps j 'en1ploie
'
A tapisser un mur d 'innon1brables file ts ...
. . . Soit ... répondit le Ver ... n1ais ta toile est fragile ...
Et puis à quoi sert-elle ... à rien .. .
Pour moi ... 111011 travail est utile .. .
Sije fais peu ... je le fais bien ... AN TOIN E FI\ AN ÇOI S L E ÜAILLY. FAllLES

3 1 Même exercice :
La pluie toinbait inaintcnant avec rage ... drue ... rapide ... pesante ... et tout à
coup les éclairs se succédèrent sans arrêt ... chaque coup de tonnerre ne faisait que
renforcer le précédent ... dont le début nous revenait déjà par les échos secoués ...
A' droite et à gauche ... nous entendions couler des nüsscaux ... qui roulaient des
graviers et des pierres ... et bouillonnaient au bas de petites chutes invisibles ...

4 I M ême exercice :
L'aube est rnoins claire ... l'air moins chaud ... le ciel n1oins pur ...
Le soir brumeux ternit les ast res de l'azur ...
Les longs jours sont passés .. . les n1ois charn1ant~ finissent ... .-----~
Hélas ... Voici déjà les arbres qui jaunissent .. .
C on1U1e le tcn1ps s'en va d'un pas précipité .. .
Il sen1blc que nos yeux ... qu'éblouissait l'été .. .
Ont à peine eu le tcn1ps de voir les feuilles vertes ...
Pour qui vit corrunc moi les fenêtres ouvertes ...
L'auton1ne est triste avec sa bise e t son brouillard ...
Et l'été qui s'enfuit est un anti qui part ...
V 1C TOR Huco. TouTµ li\ LYR §

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


1 LA PHRASE
z
-
0 Séparez les phrases d'un double t rait vertical, et déterminez le nombre
de propositions par phrase (en comptant le nombre de verbes conjugués) .
Lassie, chien fidèle
Tête basse, Lassie conten1plait cet anjmaJ inconnu.
Mais la belette avait sans doute pressenti
l'approche du danger car au n1on1ent n1ême
où Lassie bondissait, elle s'enfuit en
poussant des cris aigus. Avec la
rapidité cl 'un éclair, la petite
bête se fraya un passage parnù
les bruyères touffues. Lassic
tourna sur cllc-111ên1c pour
surveiller son adversaire. __ ,
En.1 c K Nf(;H T, LAS$([; CHlEN El Peu;

Même exercice :
' la poursuite du lapin blanc
A
Alice ne s'éta it pas fait le n1oindrc niai
et fut sur pied e n un 1non1e nt. Elle
leva les yeux, 1nais tout é tait noir
au- dessus de sa tê te. Devant elle
s'étendait un couloir où elle
vit le lapin blanc en train de
courir à toute vitesse. Elle se
trouvait à présent dans une
longue salle basse éclairée par
une rangée de lan1pes
accrochées au plafond. Il y avai t
plusieurs portes au tour de la salle,
niais elles étaient tou tes fern,ées à clé.
L EWIS CAR◊LL, ALICE AU PAYS DES M ERV EILLES

Complétez le texte suivant par les signes de ponctuation qui conviennent :


La pluie a ciré les branches nues des arbres L'hiver est venu Les nuits sont n1ortes
Il n'y a plus d'étoiles plus de bruit plus de vent Rie n que le gel La ville couchée
dans la boue a allu1né tous ses feux Elle sue de la fun1ée par tous ses n1urs
J EAN GIO N O. JEAN b§ BLEU

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


z
Q Soulignez toutes les phrases négatives :
PhiJeas Fogg étai e de ces gens 1nathén1atiquen1cnt cxact5, qui, jan1ais pressés cc -
0

coujours prêt5, sont éconon1es de leurs pas et de leurs mouvement5. Il ne faisait pas
une enjan1bée de trop, allant tottjours par le plus court. Il ne perdait pas un regard au
plafond. Il ne se pern1ettait aucun geste superflu. On ne l'avait jan1ais vu ni én1u ni
troublé. C'était l'honm1e le n1oins hâté du n1onde, n1ais il arrivait toujours à ten1ps.
j ULES V ERN E, Le 'TOUil OU f\H)ND E EN QUATR E - VINGTS (OUR S

Il - Com plétez les poi nti llés par la ponctuation qui convient.
- Soulignez en vert les phrases interrogatives et en rouge les phrases
exclamatives.
J'allais à grands pas rapides ... caressant de la n1ain la tête blonde des blés qui se
penchaient sous mes doigts e t n1e chatouillaient la peau con101e si j'eusse touché
des cheveux .. . Je contournai un petit pron1ontoirc e t j'aperçus .. . au fond
d \u1e plage étroite e t ronde ... une n1aison blanche bâtie sur trois terrasses gui
descendaient jusqu'à la grève ... Pourquoi la vue de cette n1aison n1c fit- clic
tressaillir de joie ... Le sais-je ... On trouve parfois ... en voyageant ainsi ...
des coins de pays qu'on croit connaître depuis longtcn1ps tant iJs vous sont
familiers ... tant ils plaisent à votre cœur ... Est-il possible qu'on ne les aitjan1ais
vus ... Qu'on n'ait point vécu là autrefois ... Tou t vous séduit, vous enchante,
la ligne douce de l'horizon, la disposi tion des arbres, la couleur du sable ...
Oh ... La jolie n1aison, de bout sur ses hauts gradins
Guv DE MAUPASSANT, À VENDR E

Soulignez en rouge les phrases interrogatives. Soulignez en noir les t rois


phrases négatives. Sou lignez en vert les trois phrases nominales :
i< D 'où viens-tu ? den1anda Gaspard.
- Qui es- tu ? » répondit la voix.
Gaspard se tut .. . Après un long silence, il reprit :
i< Pourquoi est-ce gue tu ne dors pas ? Il est trois heures du 1natin.
- Je ne peux pas dornm. Et toi ? »
Encore un long silence.
i< Pourquoi t'es-tu sauvé ?
- Je cherche mon pays.
- Quel pays?
- Je ne sais pas.J e cherche.»
ANDllÊ D HÔT f.l , L§ PI\YS OÙ l' O N N'ARIPV§ (AMAIS

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
22 LE NOM

CHAPITRE 2 - LE NOM

Thomas joue avec son chien.

Le nom est un mot qui sert à nommer les personnes,


DÉFINITION -

les anin1aux, les choses ou les idées. Par cxc111ple, Thomas, chien, lit,
bonheur sont des 110111.s.
EXEMPLES: Thomas est parti en vacances. - Le pianiste joue avec émotion.

Noms concrets et noms abstraits - Les noms concrets désignent


des choses que l'on peut voir, entendre, toucher ou sentir. Les
noms abstraits expriment une idée.
ExEMPLES: Maison: non1 concret - Bonheur : non, abstrait.

NOM COMMUN ET NOM PROPRE

D ÉFI NITION - Le nom commun désigne toutes les personnes, tous les
animaux, toutes les choses, toutes les idées de la même espèce.
EXEMP LE: Le cerf brame dans la forêt.
cerf et forêt sont des noms co1nn1uns parce qu'ils servent à
désigner to us les cerfa et co utes les forêts.

Le nom propre désigne une personne, un anin1al ou


DÉFINITION -

une chose en particulier. Il con1n1ence toujours par une n1ajuscule.


EXEMPLES : Marie dessine une maison. - Paris est la plus belle ville du monde.

Marie et Paris servent à désigner chacun une personne, un lieu


en particulier. Ce nom leur est propre.

EXERCICES

l l Écrivez en face de chaque nom s'i l s'agit d'un nom concret ou d'un nom
abstrait :
la table la patience la j alousie l'an1our
la gentillesse la télévisio n la confiance le cheval
la cuisine la générosité le 111.étro la nostalg ie
la fo rêt la colère la vo iture la n1usique
la volo nté le village l'avion I' an1i tié

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re 2
LE NOM 23

2 I Écrivez une petite phrase dans laquelle vous utiliserez chacun des noms
suivants :
,
fleuve occan école franchise
.'
r1v1crc conancnt fan1illc honnêteté
détroit archipel travail désordre
île lac leçon paix
,
source 111ontagne courage econonue

3 1 Donnez t rois noms prop res de :

fc n1111cs - homn1cs - peuples - villes - peintres - écrivains - reines - n1oncagncs


fleuves - îles - pays - continents - planètes - héros - con1.posiccurs - sportifa

41 Trouvez un nom concret de même racine que ces noms abstraits.


Modèle : la peinture - le peintre

l'enfance - la guerre - l'esclavage - l'avarice - la chasse - le jeu - la paresse


la poésie - la fraternité - l'héroi:sn1c - l'a1nitié - le 1nalhcur - l'arc - la royauté

5 1 Sou lignez en rouge les noms propres et en vert les noms communs :

La SciJ1c arrose Paris, la capitale de la France. Cette viJlc célèbre s'appelait


autrefois Lutèce. Cc n'était, au temps de César, qu'un bourg qui se bornait à la
C ité et qui était joint aux deux rives par deux ponts ; elle étal t la capitale d'une
peuplade gauloise, les Parisii. Elle s'étendit bientôt sur la rive gauche de la Seine.
En 451 , sainte Geneviève, qui est attjourd 'hui la patronne de la
ville, serait parvenue à convaincre les Parisiens de ne pas fuir
devant Attila et les H uns.

6 I Même exercice :
Un vieil ouvrier parisien
Victor Miraud, qui était de vieille souche
.. . .
par1s1enne, avait un visage et toute une
apparence physique, d'w1 type singulier, gu'on
retrouve de tcn1ps en tcn1ps dans de vieux
quartiers populaires, spécialcn1cnt en haut de
DcllcviJJc, à Ménilin.ontant, faubourg Saint-
Antoine ou sur la pente sud de la bu tte
Mo n tn1.a rtrc.
JU~ES R OMAIN S. Lgs H OMMES Pll JIONN!J VOLONTE

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont inte rdi tes .
Chopilre 2
24 LE NOM

LE GENRE DU NOM

Mon père est ouvrier et ma mère est institutrice.

D ÉFI NITION - En français, il y a deux genres : le n-iasculin et le féminin.


Les 110111s d ' ho11101e sont du genre n1asculin. Les 110111s de fen101c sont du
genre fcnùnm. De plus, les choses et les idées ont clics aussi un genre,
n1ascul_in ou fcnùnm.

REMARQU E - La plupart des no n1s ne peuvent pas changer de genre (par


exen1ple : la table, le soleil), niais les non1s qui désignent des personnes et
des animaux peuvent se m.ettre au fén1inü1 .
EXEMPLES : Un ami, une amie - Un chien, une chienne.

EXERCICES

1 1 Donnez le genre de chacun des noms su ivants :


A
dune baie cote récif
rivage plaine plateau colline
, . . .
altitude somm.et source preap1tat1on
fleuve .'
r1v1ere affiuent torrent
agglon1ération banlieue n1étropole carrefour

2 I Même exercice :
villa n1asure chalet pavillon
hutte fer111e palais château
bergerie dc111cLue résidence isba
appartcn1cnt igloo tipi yourte
i111111cublc tente chau111ière logis

3 I Même exercice :
SOie coton cachen1-ire lin
velours doublure flanelle bouton
agrafe bou to nnière cein ture col
cape niant eau redingote costun1.e

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 2
LE NOM 25

4 I Donnez le féminin des noms communs suivants :


'
pcrc gendre héros ogre
neveu "
lllaJtrC druide moniteur
parrain roi n1us1c1cn lecteur
,
filleul pnncc acteur gcanc
oncle en1.pereur ouvrier 111.ons1eur

5 I Même exercice avec ces noms propres :


,
Enule - Louis - D enis - Antoine - Paul - Christian - Laurent - Jules - Jean
Charles - Lucien - François - Clén1ent - Gabriel - Sin1on - Frédéric -Auguste

6 I Donnez le féminin co rres pond ant aux noms masculins su iva nts.
Modèle: le JeuiHage - la JeuiHe.
le grain le grêlon le n1édai11on le n1ati.n
le salon le village le vallon le fossé
le ballon le n1ont le nuage le rêve
le rocher le n1ur le tombeau le jour
l'espoir le sac le soir le grillage

7 1 Sou lignez d 'u n t rait les noms masculins et de deux t raits les noms
féminins :
L'Enfant, le Cheval et le Taureau
Un Cheval vigoureux, n1onté par un Enfant,
Sen1.blaic s'en amuser au milieu d'une plaine,
Tantôt d'un pied léger rasa.ne la terre à peine,
Tantôt sautant, caracolant.
- Quoi ! lui dit un Taureau n1ugissant de colère,
Un écuyer pareil te gouverne à son gré ?
Quelle honte !J 'en suis outré ;
Va, fais-lui n1ordre la poussière.
- Moi ? répond le noble coursier,
Cc serait là vraiment tu1 bel exploit de guerre !
Aurais-je à m.c glorifier
De jeter un enfant par terre ?
Moralité : On retire peu de gloire d'une victoire facile.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
26 LE NOM

FORMATION DU FÉMININ DU NOM

Règle - Le féminin d'un non1 se forme en ajoutant un e au


masculin de ce nom.
ExEMPLES : un ami, une amie. - un candidat, une candidate. - un voisin, une voisine.

- Les noms ternlinés en -e au n1asculin ne changent pas au fèminin.


EXEMPLES : un artiste, une artiste. - un pianiste, une pianiste.

À l'exception de quelques 1n.o t5 qui font leur fé1ninin en -esse :


Le maître, la maîtresse. - Le prince, la princesse. - Le comte, la comtesse.

- Les noms n1asculins terminés en -eur forn1ent leur fén1inin


en -euse.
E XE MPLES : un danseur, une danseuse. - Un nageur, une nageuse.
A' l'exception de quelques non1.s en -teur qui forn1.ent leur fén1.inin en
-trice : un acteur, une actrice. - un spectateur, une spectatrice.

- Les non1s n1asculins tern1inés en -er forment leur fénunin


en -ère.
EXEMPLES: un boulanger, une boulang~re. - un fermier, une fermi~re.

- Les non1s masculins ternunés en -el et -eau forn1ent leur


féminin en -elle.
EXEMPLES : un chameau, unechamelle. - un jumeau, une jumelle. - Gabriel, Gabrielle.

EXERCICES

1 1 Donnez le féminin de chacun des noms suivants :

UllJOUeur un aviateur un débiteur un directeur


un artiste w1. voleur un protectetu- w1. u1.st1tuteur
un soliste un débiteur un mspectenr un rôdeur
un danseur un acteur un expéditeur un ricaneur
un chanteur un gu1tartste un aclinixateur un balayeur
un voyageur un coiffeur un lecteur tu1 emprunteur

un Joueur un nageur un 111.e nteu r un conteur


un serveur un skieur un footba.lleur un coureur

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 2
LE NOM 27

2 I Donnez le nom des habitants des pays suivants au masculin


puis au féminin.
Modèle : !e Maroc - !e Marocain - !a Marocaine.
,
la France - l'Ecosse - l'Espagne - l'Allen1agne - l'Angleterre - l'Irlande
la Suisse - la Pologne - la Rournanie - la Bulgarie - la Belgique
le Luxen1bourg - la Suède - le Danen1ark - la Hollande - le Portugal
,
la Grèce - la H ongrie - la Russie - les Etat5-Unis - le Mexique - l'Argen tine
la Chine - le Japon - l'Irak - le Liban - le N iger - le Sénégal - le Congo

3 1 Écrivez au féminin les noms suivants:


le n1archand le prisonnier un JUn1eau un ogre
le boucher le juge un cousm un prmce
A
le fernuer le gendarn1e un parent un traitre
A
l'épicier le greffier un enfant un n1aitre
le client l'avocat un proche un sorcier

4 I Écrivez le texte ci-dessous comme si le personnage de Mangeclous était


une femme:

Le charlatan
M angeclous avait d 'inno1nbrables métiers. Il
était oculiste, savetier, f:,ruide, pâtissier, gérant
d'inu11eubles, guitariste, interprète, expert,
ren1pailleur, tailleur, vitrier, changeur, fripier,
précepteur, spécialiste, pein tre, vétérinaire,
irnprovisateur, poseur de ventouses, perforeur
de pain azyn1e, pilote, prestidigitateur, dentiste,
orgailisateur de sérénades et d'enlèven1ent~
amoureux, fossoyeur, ran1asseur de rnégot~,
précep teur de fausses taxes, détective privé,
tondeur, vidangeur, haimctonnier, annonceur
de décès, pêcheur à la dynanlite, créancier de
négociants en faillite, truqueur de chevaux,
destructeur de nlites et raconteur d'histoires
Joyeuses.
A LllEH.T COHEN, SQLAL

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 2
2& LE NOM

FORMATION DU FÉMININ DU NOM (SUITE)

- Les noms masculins terminés en -ien et -ion forment leur


féminin en -ienne et -ionne : un chien - une chienne; un lion - une lionne.

- Les noms n1asculins tern1inés par un - t ont un féminin régulier


en -e, sauf quelques exceptions : un chat - une chatte.

- Les non1s terminés au n1asculin par un -p ou un -f forment


le ur féminin en -ve : un loup • une louve ; un veuf • une veuve.

- Certains non1s changent to talen1ent de forn1e au fén1iJ1jn :

Liens fami liaux Titres

un mari - une femme un empereur - une impératrice

un gendre - une bru un serviteur - une servante


un parrain - une marraine un roi - une reine
un ~ls - une ~lie un duc - une duchesse
un neveu - une nièce un héros • une héroïne
un frère • une sœur un dieu - une déesse
un oncle • une tante

Couples d'anima ux
un bouc • une chèvre un jars • une oie
un canard • une cane un bouc • une chèvre
un lièvre• une hase un singe • une guenon
un veau - une génisse un bélier• une brebis
un taureau - une vache un porc - une truie
un cerf· une biche un cheval - une jument

EXERCICES

1 1 Donnez le nom des ha bitants (masculin et féminin) de ces pays et régions:


,
Italie - Egyp te - Autriche - Paris - An1érique - Bourgogne - Bretagne
Australie - Lettonie - Ca ,nbodge - Ukraine - Vietnan1 - Algérie - Israël

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
LE NOM 29

2 I Donnez le féminin de chacun des noms suivants :


un canard un sanglier un ours un cha111eau
un renard un loup un diJ1don un singe
A
un lion un anc un chien un chat
un coq un cheval un n1outon un bouc
un t1gre un lap in un taureau un cochon

3 1 Écrivez « masculin » ou « féminin » en face de chacu n des noms


suivant s et mettez l'article défini qui convient
, . ,
petunia geran1u n1 tulipe égla ntine
Jonquille 111.uguet n1argueri te 1ilas
,
SOUCI pen5ee acacia bouleau
hêtre peuplier chêne platane
saule sapm palniier tilleul

4 I Sou lignez les noms da ns le texte su ivant et rangez-les selon qu' ils sont
des noms de personnes, des noms d'animaux, des noms de choses,
des noms de sentiments. Dans les deux premiers cas, donnez le masculin.

J'appartenais à une ferniière


exigeante et n1échante.
Figurez-vous qu'elle
poussait la n1alice
. ,'
Jusqu a rainasser tous
les œufs que pondaient
ses poules, tout le
beurre et les fron1ages
que lui donnait le lait
de ses vaches, tous les
lé1:,'lln1es et les fruits
qui 111.ûrissaient dans -
la sen1aine, pour ren1plir les
paniers qu'elle n1ettait sur 01011 dos. Et quand j 'étai3 si chargé que je pouvais à
peme avancer, cette n1échante fen1111e s'asseyait encore au-dessus des paniers et
n1'obligeait à trotter amsi écrasé, accablé,jusqu'au n1arché qui était à une lieue de
la fcrn1e. J 'étais, chaque fois, dans une colère que je n'osajs n1.ontrer parce que
_j'avais peur des coups de bâton ; n1a n1aîtresse en avait un très gros, plein de
nœuds, qui n1e faisait bien mal quand elle n1e battait.
0

LA C()MTllSSe l)e SÉGUR. M ÎlMù plllS Ll UN ÀNE

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
30 LE NOM

G E N~MBRE DU NOM

En français, il y a deux non1bres : le singulier et le pluriel.

Le singulier - Un non1 est au singulier quand il ne désigne qu'w1e seule


personne, w1 seul animal, une seule chose, une seule idée.

Le pluriel - Un non1 est au pluriel quand il désigne plusieurs personnes,


plusieurs animaux, plusieurs choses, plusieurs idées.

FORMATION DU PLURIEL DU NOM

RÈGLE GÉNÉRALE - Le pluriel d'un nom se forme en ajoutant un ~ au


singulier. ExEMPLES: un chien - des chiens_; un lit - des li~.

- Les non1s ternunés en -s, - x , -z, ne changent pas au pluriel.


EXEMPLES : un bois. - des bois.; une voi~ - des voi~; un nez - des nez.

- Les 110111s tern1inés en -al forn1ent leur pluriel en -aux.


EXEMPLE: un cheval - des chevaux.
A' l'exception de quelques m.ots qui font leur pluriel en -ais :
Les carnav~ ; les chac~; les festiv~ ; les récit~ ; les rég~ ; les chor~ ; les b~.

- Les 110111s tern1inés en -eau , -au et -eu forn1 ent leur pluriel en ajoutant
un -x. EXEMPLES : Un veau - des veau~; un noyau - des noyau~; un lieu - des lieu~.
Sauf quelques non1s com n1e landau et pneu, qui prennent un -s au pluriel.

- Les non1s ternunés en -ou forn1ent leur pluriel en ajoutant un -s, sauf
les 110111s suivants : bijou - caillou - chou - genou - hibou - joujou - pou, qui
prennent un -x au pluriel.

- Les non1s tern1inés en -ail forment leur pluriel en ajoutant un -s, sauf
les no1ns suivants : bail - corail - émail - soupirail - travail - vantail, qui forn1.cnt
leur pluriel en -aux.

- Certains non1s ont des pluriels irréguliers :


EXEMPLES : Un aïeul - des aïeux ; un œil - des yeux.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
LE NOM 31

EXERCICES

1 1 Mettez les noms et exp ressions su ivants au pluriel :


1) la n1aison -le gaz - le fil - le fils - le rossignol - le vitrail -l'aïeul - le chacal
la n1.er - le feu - le chan1.eau - le cervea u - le fill eul - le genou - le choix
2) le n1.arteau et le clou - le niveau de l'eau - la tour du château - le sage et le fou
la chouette et le hibou - le cadenas et le verrou - le chou et le poireau
3) le bouleau, le buis et le houx - l'oasis du désert - l'eau du puits - le radis et
le navet - le renard et le corbeau - l'aveu du coupable - la toux du n1alade
4) le portai] de la viJla - le bétail de la fern1e - le bal du carnaval - la lar,ne à
l'œil - la signature du bail - le poitrail du cheval - l'étoile du ciel - le
chirurgien de l'hôpital - l'épouvantail pour l'oiseau - le total de l'addition

2 I Mettez les phrases su ivantes au pluriel :


1) Le n1étal est un n1inéral. Le poireau est un légu1ne. La guerre est un fléau.
Le neveu est le fils du frère ou de la sœur. Le pou est un insecte.
2) La queue du cygne est un gouvernail. L'arsenal est un n1agasin d'arrncs.
Le lionceau est le petit du lion. L'éponge est un anin1al de l'océa n. La bague
est un bijou.
3) Le corail est un végétal. L'étoile est un astre. L'aïeul est un parent. La guenon
est la fen1elle du singe. Le narval est un cétacé, con1n1e la baleine.
4) Le berceau est le lit du nourrisson. Le cheval est l'an1i de l'hon1n1e.
Le souriceau est le petit de la souris. Le jeu est un divertissen1ent. La position
de l'étoile est un repère.

3 1 Mettez les noms et exp ressions suivants au singul ier :


1) les préaux des cours - les pélicans et les alba tros - les chan1eaux et les
dron,adaires - les vitraux des églises - les carreaux des fenêtres
2) les hiboux des forêts - les an i1naux des can1pagnes - les joyaux des reines
les créneaux des tours - les cerceaux des danseuse5 - les jeux des enfants
3) les enjeux des paris - les n1ât5 des bateaux - les écrous et les boulons
les ad ieux des voyageurs - les feux des fourneaux - les blessures des genoux
4) les noyaux des pruneaux - les lun,ières des viJles - les renards et les corbeaux
les accusés et les coupables - les victin1.es des séisn1.es - les buis et les houx
5) les pentes des talus - les coquilles de noix - les noyaux des abricots
les chevaux des généraux - les n1.orceaux de journaux - les cailloux des ruisseaux

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 2
32 LE NOM

EXERCICES {SUITE)

4 I Soulignez d'un t rait les noms qu i sont au singulier et de deux t raits les
noms au pluriel :
Le père et ses enfants
Voyons, faisons la paix,je vous prie à n1ains jointes.
Tenez, crayons, papiers, n1on vieux compas sans pointe,
Mes laques et n1es grès, qu'une vitre défend,
Tous ces hochets de l'honm1e enviés par l'enfant,
J e vous livrerai tout, vous toucherez à tout.
VI C'l'OR H UGO, .bla.YOIX IN T ÈIUEUllES

5 I Trouvez c inq noms :


- qui fo nt lctrr pluriel en -s
- qui se tcrnüncnt par -au au singulier
- q LÙ se tcnnincnt par - eu au sin{,"Lilicr
- qw se tcrn1incnt en - ou au singulier e t prennent un - s au pluriel
- qui se tcrnunc nt en - ou au singulier e t prennent un -x au pluriel
- qui se tcrn1ine nt e n -ail au singulier et pre nne nt un - s au pluriel
- qui se te mùne nt e n -ail au singulier et fon t leur pluriel en -aux
- qui se ternùnent e n -al au singulie r et font leur pluriel e n -aux
- qui se ternùne nt en -ail au sing ulier e t prennent un -s au pluriel
- qui ne changent pas au pluriel

6 I Écrivez le nom des fruits ou des fleurs que donnent les plantes suivantes :
le ponunier - le noyer - le chêne - la vigne - le châtaigner - le cerisier
le n1ûrier - le framboisier - le citronnier - 1'oranger - le cocotier - l' atnandier
le noisetier - le pin - le bananier - le vanillier - le papayer - l'avocatier

71 Écrivez au plu riel les noms entre parenthèses :

Le chaland
li transporte des (cargaison)
Par (tas) plus hauts que sa n1aison :
(Sac de pon1n1e) vertes e t blondes,
(Fève) et (pois) , (chou) e t (raifort),
Et quelquefois des (seigle) d'or
Qui arrive nt du bout du rno ndc.
ÉM ILE V EllHA El~E N, TOUTE LA fLANPl\ll

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 2
LE NOM 33

8 I Mettez au pluriel les noms entre parenthèses :


1) Les (python) sont les plus gros des (serpent).
2) Les (cheval) et les (bœuf) sont des (anünal) de la fcrn1e.
3) Les (chan1eau) plient les (genou) pour recevoir les (fardeau).
4) Les Qynx), (chat) sauvages, ont des (œiJ) perçant5.
5) Les (chacal) sont des (anin1al) carnassiers qui vivent dans les (désert) africains.
6) Les petits (ruisseau) fon t les grandes (rivière).
7) Les (hi bou) sont des (oiseau) nocturnes.
8) On trouve au fond des (océan) des (corail) rouges et des (corail) blancs.
9) Les (wagon) glissent sur les (rail), traînés par des (locon1otive) .
,
10) Les anciens (Egyptien) vénéraient les (crocodile) e t les (chat).

9 I Même exercice :
Les Goue t) de Suzanne
Suzanne a une grande
corbeille pleine de
Qoujou), dont quelques-
uns setùen1ent sont des
(joujou) par nature et par
destination, tels que les
(a nin1aJ) en bois blanc et le (bébé) de caoutc houc. Les autres ne sont devenus des
(jouet) que par un tour particulier de leur fortune* : ce sont de vieux portc-
n1onnaie, des (chiffon), des fonds de boîte, des (rnètre), des (étui) à (cisea u), des
(bouillotte), un indicateur des (chen1in) de fer et des (caillou).
o' APRÈS A NP.TOLE )' RANCE, L E LIVR E DE MON AMI

* la fortune : la chance, le hasard .

10 1 Accordez en genre et en nombre les noms communs entre parenthèses :


À la cuisine
'
A cette (heure) où je descendais apprendre le (n1enu), le (dîner) était déjà
conu11encé, e t Françoise, conmiandant aux (force) de la (nature) devenues ses
(aide) conm1e dans les (feerie) où les (géant) se font engager conm1e (cuisinier),
frappait la (houille), donnait à la (vapeur) des (pon101c) de terre à étuver et faisait
finir à (point) par le (feu) les chefa-d' œuvre c tùinaircs d'abord préparés dans des
(récipient) de (céramiste) qui allaient des grandes (cuve), (marn1ite), (chaudron)
et (poissonJ1ière) aux (terrine) pour le (gibier), (n1oulc) à (pâtisserie) et pe tits (pot)
de (crèn1e) en passant par une (collection) de (ca5scrole) de toutes (din1ension).
MAl~CEL P I\OUST. pu CÔT É P li CHEZ SwANN

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
34 LE NOM


LES NOMS COMPOSES

Mon beau•fr~re m'a offert un aorte-monnaie.

On appelle non1 composé un nom forn1é de plusieurs


D ÉFI NITION -

n1ots. Ces mots sont généralement joints par un trait d'union.


EXEMPLES : un arc-en-ciel ; un chou-~eur.

REMARQUE - les n1ots qui forn1ent un 110111 con1posé peuvent être deux
110111s con101u11s, 111ais aussi deux 11on1s propres, un 110111 et un adjectif, un
nom et un verbe, un 110111 et un adverbe.
EXEMPLES : Jean-Pierre ; une basse-cou r ; un tire-bouchon; un passe-partout.

FORMATION DU PLURIEL DES NOMS COMPOSÉS

Dans les noms composés, seuls le nom et l'adjectif prennent la


marque du pluriel.
EXEMPLES: un chou-~eur; des choux-~eurs (non1 + non1).

une basse-cour; des basses-cours (adjectif + non1).


un tire-bouchon ; des tire-bouchons (verbe + 110111).
un passe-partout; des passe-partout (verbe + adverbe) .

Lorsque le nom composé est formé de deux parties unies par


une préposition, la pren1ière seule prend la marque du pluriel.
EXEMPLES : un arc-en-ciel ; des arcs-en-ciel.

un chef-d'œuvre; des chefs-.ctœuvre.


une pomme de terre ; des pommes de terre.

Le sens des non1s composés indique parfois le nombre à


employer dans les noms qui les forment.
EXE MPLES : un timbre-poste; des timbres-poste,

car iJ faut con1prendre « des tin1bres pour la poste ».


un pur-sang ; des pur-sang,
car il faut con1prendre « des d1evaux dont le sang est pur ».

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
LE NOM 35

EXERCICES

1 1 Ecrivez ces noms composés au pluriel :


un porte-avions un coup de poing une longue-vue un laissez- passer
un va-ec-v1enc un wagon- li e une porte-fenêtre un perce-neige
un oiseau- n1ouche un clin d 'œ iJ un rendez-vous un cerf-volant
. .
un sous-n1arm un agent de police un p1gue-n1que un sous-préfet

2 I M êm e exercice :
. .
un ca n11on-c1tcrne un garde-bo uc le rez-de-chaussée une bclle-sœur
un porce-n1.o nnaie un porte-bagages un portefeuiJle un porte-carte
un porte-parole un porce-plun1.e 01.011 beau-frère rna belJe-01.ère
. .
une plate-bande un œiJ-de-bœuf un garde-chasse un essu1e-n1ams

3 1 M ême exercice :
une porte-fenêtre un porte-drapeau LUlportc-docun1cnt
un garde-01.cuble un bas-fo nd un "vagon-restaurant
un wagon-poste un bas-relief une garde-robe
. .
un grand-père un lance-roquette une a1gue-n1anne
un rnouljn à vent un rnoulin à café un essuie-tout

4 I Sou lignez les noms composés, écri vez-les au singulier et au pluriel :


Le premier couteau
Avec son grand-père et Victor, O livier con1n1ença u n de ces casse-croûte
pa ntagruéliques con1n1.e o n en faisa it deux o u trois dans la j ournée en
supplé1n.ent des repas véritables. C hacun avait sorti son cou teau de sa poche ;
celui de Victor s' ornait de petits clous ; celui du pépé
con1portaü un décapsuleur et un tire- bouchon.Victor
fouilla dans un tiroir du buffet et tenrut un
couteau de bois clair à Olivier : « Ce sera
ton couteau. Tu le garderas, n1ais il
faut n1e donner un sou. »
.
Olivier, qLU co1u1a1ssait
l'usage, fouilla dans son
portc-1no1u1aic et Victor lui
promjt d'aiguiser la lan1e.
R.O llEllT SA llATI Ell, Les AllUM ~ TTllS SUÎjDOISES

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


• L'ACCORD DU NOM
z
-
0 Sou lignez d'un t rait les noms communs et de deux t rait s les noms
propres:
La Fran ce possède toutes les cultures et tous les ge nres de vie. Elle a le soleil
de ]'Espagne, qui mùrit l'olive de la Provence avec le raisin du Lang uedoc, et
les brun1es hun1ides de l'Angleterre, qui nourrissent les verts pâturages de la
Bretagne et de la Norn1andie. Con1I11e les terrains les plus divers s'y
rencontrent, les cultures les plus variées s'y produisent. La vigne abonde dans
les régions du Sud et de l'Est, dont les plaines du Bordelais et de Bourgogne
a britent sans doute les meilleurs vignobles du n1onde. Le Centre et l'Ouest
élèvent des chevaux et des bœufa dans les fraîches prairies de l'Auvergne, du
Li1nousin et de la Vendée, ou dans les herbages de la Bretagne et de la 13asse-
N or111andie. Les Grands Causses du Gard pern1ettent de nourrir les 111.outons.
La vallée du Rhône a l' an1.andier e t le n1ùrier; partout o n cultive la pon1n1.e
de terre. Presque un tiers de la France est couvert de forêts .
IYAPRÈS VICTOR DURUY

Mett ez au pluriel les expressions suivantes :


le barreau du cachot le vaisseau de I'an1iral
I'anjn1al du corail l'œil du hibou
le cheveu e t le sourcil la t ringle du rideau
le soupirail du caveau le prix du bijou
le cadeau de l'époux le cheval e t le poney

Corn piétez les propositions suivantes par des noms au pluriel :


1) Ma sœur a con1posé un joli bouquet avec des ... , des ... , des ... et des ....
2) Le libraire a disposé dans sa vitrine des ... , des ... , des ... e t des ... .
3) Sur le n1arché, nous avons trouvé des ... , des ... , des ... e t des ... .
4) Au centre con1I11.ercial, nous avons acheté des ... , des ... , des ... e t des ... .
5) Pendant la préhistoire, la terre était peuplée de ... , de ... , de ... et de ... .

Certains noms s'emploient toujours au pluriel. Ce sont, pa r exemple :


alentours - entraiUes - ténèbres - mœurs - ébats - Jiançai!tes - Junérai!tes
Complétez les phrases su ivantes à l' aide des noms ci-dessus.
La nuit plongea la forêt dans les .... - À sa 111.ort,Vic tor r.Iugo eut droit à des ...
nationales. - Les enquêteurs ont fouiJlé les ... de la 111.aison. - Tous les peuples
n'on t pas les n1ên1es .... - San1ed i, nous avons tèté les ... de nia sœur. -
Le printen1ps est la sa ison des ... an1oureux. - Les devins lisaient dans les ....

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
D Accordez les noms en genre et en nombre. Soulignez d' un t rait les
noms communs et de deux traits les noms propres : -
0

Maintenant, le Léonore a disparu, il n'est plus qu'une carcasse brisée, échouée


sur un banc de sable dans la baie de San Francisco. On a enlevé tout ce qui
pouvait servir de son corps, ses (n1â t), ses (planche) de pont, les (n1orceau) de
cuivre des (n1embrure), toute sa n1achinerie, et n1ên1e ses (garde- corps). Les
(pilleur) d'épave sont passés con1n1e des (oiseau) cruels, et ils n'ont laissé que
les (n1en1brure) à l'air, pareilles aux (côte) des (géant) sur les plages de
Californie et du Mexique, non pas blanches, dur~s et belles, 111ais noires et
pourries par la mer, incrustées de (varech) et de (ver).
J EAN- MAl~I E LE CLÉZ IO, PAWANA

D Sou lignez les noms au pluriel puis donnez leu r singulier :


Là-bas, en Cal ifornie, dans )'Océan, iJ
y a ce lieu secret où les baleines vont
n1ettre bas leurs petits, où les vieilles
fen1el1es retournent pour 1nourir. Il y
a ce réservoir, ce creux inlll1ense dans
la n1er où elles se réunissent par
-
------ ~ - -
-~ ~ -~ -- niilliers, toutes ensen1ble, les plus
jeunes avec les plus vieilles, et les
n1â1es fonnent tout autour une ligne de défense pour e1npêcher les orques et l~s
requins de venjr, et la mer bout sous les coups de nageoires, le ciel s'obscurcit
dans la vapeur des évents, les cris des oiseaux font un bruit de forge.
J EAN- MAR IE LE CLÉZ IO, PA)YANA

Il Soulignez d' un trait les noms communs et de deux t raits les noms
propres. Mettez une croix sous les noms au plu riel et donnez leur singulier :

Les n1arins venaient de toutes les parties du n1onde, on entendait parler des
langues extraordinaires, le portugais, le russe, le crunois. Il y avait des hon1n1es
des îles Canaries, n1aigres et noirs, des Norvégiens aux cheveux presque blancs,
aux sourcils et à la barbe décolorés par le sel. Il y avait des Canaques, venus de
l'autre bout du Pacifique, le visage tatoué, portant des boucles d'oreilles en nacre,
des Indiens Patagons venus du sud de l'Amérique, it11111enses, taciturnes, des
harponneurs de Havvaï, d'Alaska, des îles Açores.Tou, attendaient à Punta Dunda
l'arrivée des baleines grises et des rorquals venus du Pôle pour mettre bas leurs
petits dans les eaux tièdes du Mexique.
J EAN- MAIU E Le CLÉZ IO, PAWANA

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 2
3& LE NOM

LES FONCTIONS DU NOM : LE NOM SUJET DU VERBE

Les s12ectateurs applaudissent.

le nom est sujet du verbe quand il fait l'action


D ÉF INITION -

exprin1ée par le verbe ou qu'il est dans l'état indiqué par le verbe.

EXEMPLES : Paul lance le ballon. Qui est-cc qui lance le ballon ? C'est Paul.
C'est Paul qui fait l'ac tion de lancer. Paul est donc le sujet du
verbe lancer.

Elsa est grande. Qui est-ce qui est grande? C'est Elsa.
Elsa est donc le sujet du verbe être.

Comn1ent reconnaître le sujet d'un verbe - Pour connaître le sujet


du verbe, on pose la question : Qui est-ce qui ? quand il s'agit de personnes
ou d'anu11aux. Et Qu'est-ce qui? quand il s'agit de choses.

EXEMPLES: L'enfant joue. Qui est-cc qui joue? C'est l'enfant.


Enfant est le sujet du verbe jouer.

Le chien aboie. Qui est-ce qui aboie ? C'est le chien.


chien est le suJet du verbe aboyer.

L'étoile brille. Qu'est-cc qui brille ?


C'est l'étoile. Étoile est le sujet du verbe briller.

EXERCICES

1 1 Remplacez les pointillés par des noms sujets qu i co nviennent :


1) D ans le ciel s'an1onccllcnt ....
2) ... applaudissait le pianiste.
3) ... jouera au ballon après l'école.
4) Devant les vitrines se pressent ....
5) A' la nuit ton1bée ... rentrent au port.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 2
LE NOM 39

2 I Sou lignez les verbes conjugués et encadrez leurs sujets lorsqu'ils sont
des noms :
1) Les ho1nn1es naissent et demeurent libres et égaux en droits.
2) Les droits naturels de l' hon1n1e sont la liberté, la propriété, la sùreté et la
résistance à l'oppression.
3) La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
4) La loi est l'expression de la volon té générale.Elle doi t êt re la n1ên1e pour tous,
soi t qu'elle protège, soit qu'elle punisse.
EXTltAITS OE LA DÉCLARATION OE~ OROITS OE L'HOMME ET OU C ITOYEN

3 1 Même exercice :
Le thermon1è tre est descendu et affiche des ten1pératures néga tives. La
neige ton1be en flocons serrés. Le vent la fait voltiger. Les enfants sortent
aussitô t, la rarnassent et confectionnent de superbes boules pour
con1111encer une ba taille. Cette neige soudaine provoque de grosses
difficultés de circulation, n1ais les auton1obilistes roulent plus len tcn1ent.
Les services 111unicipaux salent la chaussée. Sur les trottoirs, les piétons
n1archent avec une cer taine appréhension. Mais le petit Bruno, lui, adore
!'hiver : il marche et ses chaussures laisse nt des emprein tes d ans la neige.
Sous son bonJ1et, son écharpe, et son gros manteau, ses yeux brille nt de
plaisir.

4 I Recopiez ce poème, sou lignez les verbes conjugués et entou rez leu rs
sujets lorsqu'ils sont des noms . Ajoutez les signes de ponctuation .
Saltimbanqu es
Dans la plaine les baladins
S'éloignent au long des jardins
Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises
Et les enfants s'en vont devant
Les autres suivent en rêvant
C haque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe
Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L'ours e t le singe anin1aux sages
Quêtent des sous sur leur passage.
GUI LLAUM E APOLLINAIR E, ALCOOLS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
40 LE NOM

L'ACCORD DU VERBE AVEC LE NOM SUJET

La forêt s'éveille, les oiseaux gazouillent.

1" règle - Le verbe s'accorde en nombre avec le nom sujet. Si le


sujet est au singulier, alors Je verbe est au singulier ; si Je sujet est au
pluriel, alors le verbe est au pluriel.
EXEM PLES : Le rossignol chante.
Le rossignol est au singulier, donc le verbe chanter est au singulier.
Les rossignols chantent.
Les rossignols est un pluriel, donc le verbe chanter est au pluriel.

2• règle - Quand le verbe a pour sujets plusieurs noms, il se n1et


au pluriel.
EXE MPLE: Le chien et le chat dorment dans le même panier.

R EMARQUE - En général, le 110111 sujet est placé devant le verbe. Mais dans
certains cas, iJ est placé derrière : on dit alors que le sujet est inversé.
EXEMPLES : De la montagne résonnaient des ~ de clochettes.

Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe.

EXERCICES

1 1 Écrivez les verbes qui sont ent re parent hèses en les accord ant avec
leurs sujets que vous soulignerez . (Utilisez le présent de l'indicatif.)
1) Lucie, Marie et leurs arnies (organiser) un pique-nique.
2) Football, tennis, ski ... Pierre (ain1er) tous les sport5.
3) D es boissons fraîches et des gâteaux (attendre) les invités.
4) La rivière (sortir) de son lit.
5) D e la boutique du boulanger (n1onter) des odeurs de pain chaud.
6) Les citoyens (devoir) voter aujourd'hui.
7) La nomination des chefa de classe (se dérouler) tra11quille1nent.
8) Un kj}o de pon1111es (permettre) de faire une bonne tarte.
9) Devant notre porte (passer) des files de voitures.
10) Les touristes (visiter) Venise.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
LE NOM 41

2 I Encadrez les verbes conjugués et soulignez les noms sujets :


1) Jeanne, Delphine et R. .aphaëlle partent en classe de neige.
2) Ski alpi11, ski de fond et patin à glace sont des sports d'hiver.
3) Tous les élèves de la classe son t heureux à l'idée de partir à la m.ontagne.
4) Le professeur donnera les cours le n1atin, et toute la classe ira skjer
I' après-n,idi.
5) Tous les enfa nts attendent avec in,patience le n101nent du départ.
6) Bonnets, écharpes, après-skis, gants, vêtem.e nts de rechange doivent être
rangés dans les valises.
7) Din1anche sera le jour du départ.
8) Les enfants et leurs parent~ se disent au revoir sur le quai de la gare.
9) Chaque élève devra écrire un con1pte rendu du séjour.
10) Les textes réu,ùs serviront à faire un journal pour l'école.

3 1 Même exercice :
Une brun1e d'argent flottait au ras de la terre et sur les eaux nmuitantes. Les
grenouilles causaient et, dans les prés, nous entendions la flûte n1élodieuse des
crapauds. Le chant des grillons
répondait au tremblem.ent
des étoiles. Le vent
froissait doucen1.ent
les branches. Des
collines, au-dessus du
fleuve, descendait le
chant fragile d'un rossignol.
L'enfant avait bien souvent entendu
tous ces bruits de la nuit, 1nais jan1ais il ne les avait entendus ainsi. Il aurait voulu
en1brasser les prés, le fleuve, les chères étoiles.
K ù MAIN R◊ LLANIJ. 1EAN - CHIUSTOl'H E

4 I Trouvez le ou les noms sujets des verbes soul ignés :


L'habitation est 01.odeste, avec cinq fenêtres de face. L'architecture des deux
pavillons donne de la grâce au logis. La fenêtre du nillieu sert de porte. Des
jardins, de l'autre côté de la tnaison, descendent jusqu'à une étroite prairie située
le long de l'Indre. Quoiqu'un chen1in conu11unal sépare cette prairie de la
dernière terrasse, cet espace sen1.ble faire partie des jardins. Au loin, derrière une
haie norn,ande, s.çrpcntc la rivière.
D' APRèS H O N ù llÉ DE BALZAC , LE Lys pANS bô YAL.bÎ:Jl

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
42 LE NOM

LE NOM ATTRIBUT DU SUJET

cet oiseau est une hirondelle.

D ÉFI NITION - Un nom est attribut du sujet quand il indique une


qualité ou une définition du sujet.
EXEMPLES: Mon voisin est dentiste.

Le chat est un animal carnivo re.

L'attribut du sttjet est séparé du sujet par un verbe d'état.


Les verbes d'état sont par exen1ple :
être - sembler - paraître - devenir - demeurer - passer pour - avoir l'air - rester

EXERCICES

1 1 Da ns les phrases suiva ntes, sou lignez les noms qui sont attributs du
sujet et mett ez une croix sous les sujets :
1) La capitale de la I-Iongrie est Budapest.
2) Cette famjjle reste propriétajre de sajoli.e n1.aison.
3) Cette chenille deviendra un papillon.
4) M on père est garagiste.
5) Platon était un gra nd phiJosophe grec.
6) Mon can1.arade a l'air d'un clown avec son pantalon trop large.
7) La ville sen1ble un désert le dimanche après- nùdi.
8) Ce violoniste deviendra le plus grand virtuose de sa génération.

21Mêm e exercice en don na nt le genre et le nombre des noms attributs :


1) Bruno est le cousin gue je préfère.
2) Il deviendra n1édecin con1111e n1on père.
3) M ên1e s'il paraît sérieux, n1.on oncle est en réalité wl grand farceur.
4) N otre n1aison de fanillle a l'air d'une vieille cabane hantée.
5) Les vacances que nous y passons sen1blent chaque fois une éternité.
6) Toute notre vie,je demeurerai ta 111.eilleure anùe.
7) L'Indre est un afiluent de la Loire.
8) L'Hin1.alaya est la chaîne de n1ontagnes la plus hau te du n1onde.
9) Un archipel est la réunion de plusieurs îles.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 2
LE NOM 43

3 1 Même exercice :
1) Mes parents sont conm1crçant5.
2) Lan1artinc fut un grand poète.
3) Cc n1onsicur est le père de Daniel.
4) Cette jeune fiJle deviendra professeur de danse.
5) Si je con1prends bien, vous êtes le cousin de Gabriel.
6) « Plus tard,je serai aviateur», répète sans cesse 111011 petit frère.
7) Ce n1édican1en t passe pour un ren1ède n1iraculeux.
8) L'évasion du prisonnier restera un n1ystère.
9) Ce tableau est un faux, affirn1e l'expert.
10) Cet élève est un n1odèle pour tous ses can1arades.

41 Même exercice :
1) Une Grenouille vit w113œuf
Qui lui scn1bla de belle taille.
J EAN OE LA l~O N TAIN E, L A C:llEN O U ILLE ()UI VEUT SE FAlllE AUSSI GllOSSE QU E LE UΠJ F

2) Je suis oiseau : voyez n1cs ailes ! (...)


Je suis souris : vivent les rats !
J EAN IJE LA F O NTAIN E, LA C HAUVE- SOURIS ET LE~ llEU X IIEh§ITll~

3) « Sire, dit le l~enard, vous êtes trop bon Roi.»( ...)


Tous les gens querelleurs,jusqu'aux sin1ple n1âtins
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
J EAN OE LA FONTAINE, L ES ANIMAUX MALAOES DE LA PESTE

5 1 À partir de la t roisième phrase du texte ci-dessous, soulignez les noms


attributs du sujet et mettez une cro ix sous le sujet.
,< Figurez-vous, dit-il, que les Chinois ont les idées les plus extravasrantes sur ce que
deviennent les anin1at1.X. Quand le yin, qui est la saison froide, succède au yang, qui
est la saison chaude, ils prétcndcnt que toute bête devient autre chose qu' clle-
n1ên1e... La n1ésangc devient une htûtre, la caille un n1ulot,
l'épervier un brochet ... Dans cc pays-ci, j'ai appris des choses plus
justes, 1nais n1oins réjotùssantes... Le bœuf y devient sotùicrs ;
la chèvre, gants ; le 111.outon, chaussettes ; le porc, conserves ;
le lapin, chapeau ; et 111oi, le chat, je sais, de science certaine, que je
deviendrai violon ... »
L EONCE B OUltLIAGUE T

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
44 LE NOM

,
LE NOM COMPLEMENT DU VERBE

Nous préparons le déjeuner.

Le nom est complén1ent du verbe quand il con1plète


D ÉF INITIO N -

le sens du verbe. E XE M PLE: Je mange un croissant.

LE NOM COMPLÉMENT D' OBJET

Le nom est complén1ent d'obje t quand il indique la


D ÉFI NITIO N -

personne ou la chose sur qui se fait l'action exprimée par le verbe.


E XE M PLES: J'ai acheté une baguette.J'ai parlé au boulanger.
,
LE NOM COMPLEMENT D'OBJET DIRECT

Le nom complém ent d'objet direct suit directem ent


D ÉFI NITIO N -

le verbe. IJ répond aux questions : quoi ? qui ?


EXE MPLE: Le navire quitte le 12Qtl. Le capitaine tient la barre. Les marins hissent

la rarand-vo;Je.
Port est un 110 111 con1111un con1plén1ent d'objet direct du verbe quitter.
Barre est un 110111 con1n1un con1plém.ent d'objet direct du verbe tenir.
Grand-voile est un 110111 cornm.un con1plément d'objet direct du verbe hisser.

LE NOM COMPLÉMENT D'OBJET INDIRECT

D ÉFI NITIO N - Le nom complém ent d'objet indirect est séparé du verbe
par .d.Q ou à. 11 répond aux questions : à quoi ? à qui ? de quoi ? de qui?
EXE MPLE: Le vieil homme parle de son enfance. il se souvient de son ™·
JI pense
à sa mère.
Enfance est un 110111 con1n1un cornplén1ent d'objet indirect du verbe parler.
Pays est un 110 111 con1n1un con1plén1ent d'objet indirect du verbe se souvenir.
Mère est un norn con11n1111 con1plén1ent d'objet indirect du verbe penser.

Attention - Les verbes d'état ne sont jamais suivis de


compléments d'objet. Il ne faut donc pas poser les questions : quoi ?
gui ? à quoi ? à gui? devant les verbes d'état : i?tre, sembler, paraître, devenir,
demeure r, rester, passer pour, avoir l'air.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
LE NOM 45

EXERCICES

1 1 Construisez dix courtes phrases avec un sujet et un comp lément d'objet


en ind iqua nt si ce dernier est direct ou indirect :

pa rler - entendre - croire - penser - reconnaître - pron1ener - s'intéresser

2 I Com p létez les phrases suivantes avec un nom complément d'objet


indirect :
1) Mon frère joue ... 6) Nous penso ns ...
2) Il se n1oque .. . 7) Je songe ...
3) Ce livre plaît .. . 8) N athalie parvient ...
4) Le bébé sourie .. . 9) Ce chan1pion de tennis renonce .. .
5) Mes grands-parent5 retournent ... 10) Daruel téléphone ...

3 1 Complétez les phrases suivantes avec un nom complément d'objet direct :


1) Paul prend ... 6) Sophie prépare .. .
2) Mes parents regardent ... 7) Le chat attrape .. .
3) Hélène garde ... 8) Ma tante apporte ...
4) L'hôtesse de l'air sert ... 9) Le facteur distribue ...
5) Mon père rentre ... 10) François n1ange ...

41 Ajoutez aux verbes su ivant s un nom sujet et un nom complément


d'objet :
Le ... arrose ... Le ... vend ... Le , .t .. .
... ecn
Le . .. enseigne ... Le ... dessine .. . Le ... pêche .. .
Le ... répare ... Le ... chante .. . Le ... joue .. .
Le ... transporte ... Le ... guérit .. . Le ... cuit .. .
Le ... goCite ... Le ... explore .. . Le ... invente ...

5 I Encadrez les verbes conjugués qu i ont un complément d'objet.


Soulignez d'un t rait les compléments d'objet direct et de deux trait s
les compléments d'objet indirect (uniquement les noms) .

Patricia écartait les fourrés, soulevait les arceaux d'épines, n1'avertissait des
passages difficiles et au besoin m.e frayait un che1nü1. La suivant, je contournai
une colline, un 111arécage, gravis un piton, m'enfonçai dans une haute brousse
qui sen1blait in1pénétrablc.
J OSEPH KESSE ~. Lll L(ON

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 2
46 LE NOM

,
LE NOM COMPLEMENT D'OBJET SECOND

Nous offrons un bouquet de fleurs à notre grand-mère.

Lorsqu'une proposition comporte à la fois un


D ÉFI NITIO N -

con1plém ent d'objet direct et un c on1plém ent d'objet indirect,


ce dernier est appelé << con1plén1ent d'objet second ».

EXE MPLES: Je do nne du lait à mon ci'.lfil.


Lait est le con1plém.ent d'objet direct du verbe donner.
Chat est le con1plém.ent d'objet second du verbe donner.

Le grand-père raconte une histoire à ses petits-enfants.


une histoire est le co1n.plém.ent d'objet direct du verbe raconter.
Petits-enfa nts est le con1pléinent d'objet second du verbe raconter.

j'achète un cadeau pour mon ami.


cadeau est le con1plén1ent d'objet djrect du verbe acheter.
Ami est le con1plé1nent d 'objet second du verbe acheter.

R EMARQUE

Lorsque le con1plén1ent d'objet second indique à quj s'adresse un discours, un


ordre, un don, etc. il est aussi non11né « c omplém ent d'attribution >>.

EXERCICES

1 1 Composez des phrases selon le modèle.


Modèle : biberon - bébé : La maman donne le biberon à son bébé.
grain - poule clé - frère lettre - anù fleurs - n1arrau1e
bonbons - enfants lait - chat conseils - fils cadeau - cousins
bicyclette - Jtùien co1nplin1ent - fille argent - 111.e ndiant histoire - neveu

21 Ajoutez un nom complément d'objet second aux propositions suivantes :


1) Il confie son secret .. .
2) Léo rend un service .. .
3) Le po n,pier sauve les enfants .. .
4) Ma grand-111.ère prépare une co nfi ture . ..

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 2
LE NOM 47

3 1 Sou lignez les expressions contenant un nom complément d'objet second :


Faire un don à autrui Voyager en Chine
Aider des dé1nunis D en1ander son chemin à quelqu'un
Raconter une anecdote à un a1ni Attribuer à chacun selon son n1érite
Parler à la foule Fern1er pour les vacances
Se sacrifier pour les siens Garder ses biens pour soi

4 I Soulignez les noms compléments d'objet second et


les noms compléments d'objet indirect.

1) N oén1ie parle à sa voisine et cela dérange la classe.


2) Le professeur fait une re1narque aux élèves.
3) Il faut toujours être généreux envers les dén1unis.
4) Ali prête son vélo à son anù.
5) Le bébé sourit à son frère.
6) Pierre offre un bouquet de roses à sa n1an1an.
7) En n1ontant dans le train, les enfants disent au revoir à leurs parent~.
8) Sacha raconte son voyage à ses an1is.
9) Sophie prête un livre à R énù.
10) Le chien obéit à son n1aître.

5 I Encadrez chaque nom complément d'objet direct et soulignez le nom


complément d'objet second.
])Veux-tu rendre ce jouet à ton petit frère?
2) Julien a donné une gifle à son voisin.
3) Ouvre la cage et rends sa liberté à l'oiseau.
4) Je confie tous n1es secrets à 111011 n1eilleur anü.
5) Le père fait une réprin1ande à son fils.
6) Nathalie joue un n1auvais tour à sa cousine.
7) Le public fait une ovation aux danseurs.
8) La grand-n1ère envoie un colis à sa petite- fille.
9) La caissière rend la n1oru1aie à la cliente.
10) Le jour de son anniversaire, Siinon a distribué des bonbons à la classe.

6 I Ajoutez un nom complément d'objet second aux p roposit ions suivantes :


1) Adèle de1nande des explications ...
2) Le professeur apprend la gra111maire ...
3) La fùJccce à oflèrc des fleurs ...
4) Joseph écrie une lettre ...

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
48 LE NOM

LE NOM COMPLÉMENT CIRCONSTANCIEL

Nous partirons ce soir ; nous irons à la campagne.

D ÉFINITION - Un nom est complén1ent circonstanciel quand il


apporte une précision supplén1entaire sur le temps, le lieu ou la
n1anière. Il précise dans quelles circonstances ou dans quelles
conditions l'action a lieu.
Le con1plén1CJ1t circonstanciel répond aux questions où ? quand ?

comn1ent ? pourquoi ? con1bien ? etc.

EXEMPLE: Je suis allé à la plage pendant les vacances.


Le non1 plage précise le lieu. Il répond à la question où ? où suis-je allé ?
à la plage. C'est un con1plé111ent circonstanciel du verbe aller.
Le 110111 vacances précise le temps. JI répond à la question quand ? Quand suis-
je allé à la plage? C 'est aussi un con1plén1ent circonstanciel du verbe aller.

Il existe différentes sortes de complén1ents circonstanciels :

Le complément circonstanciel de lieu - Il renseigne sur le lieu de


l'action et répond aux questions: où? par où ? d'où ? etc.
EXEMPLE : Nous avons trouvé un champignon dans la for~.

Le complén1ent circonstanciel de ten1ps - 11 renseigne sur le ten1ps


de l'action et répond aux questions : quand ? con1bien de temps ? depuis
con1bien de ten1ps ? etc.
EXE MPLE: ce matin, je suis allé à la piscine.

Le con1plém ent circonstanciel de n1anière - IJ rense1gi1e sur la


façon dont l'action s'est déroulée et répond aux questions: con1m.ent ? de
quelle façon ?
E XE MP LE: Le co nducteur roule avec prudence.

Le complément circonstanciel de cause - Il donne la raison, la cause de


l'action et répond aux questions : pourquoi ? à cause de quoi ? grâce à quoi ?
EXEMPLES : L'hirondelle est morte de froid. - Le cancre a été puni pour son insolence.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
LE NOM 49

EXERCICES

1 1 Ajoutez un nom complément de lieu à chacune des propositions suivantes:


Le banquier travaille ... Le chien ni.ange ... Les enfants jouent ...
La gazelJe galope ... L'arbre pousse ... Les fleuves se jettent .. .

2 I Ajoutez un nom complément de temps à chacune des propositions


suiva ntes :

L'ours hiberne ... Le hibou dort . .. Les élèves lisent ...


Les bourgeons éclosent .. . L'arbre bourgeonne . . . Le facteur passe .. .

3 1 Sou lignez les noms compléments circonstanciels et précisez s'ils sont


de lieu, de temps ou de manière :

1) Le directeur entre dans la classe.


2) Il ni.arche vers l'école avec lenteur.
3) Les élèves dessinent avec soin.
4) Les enfants vont dans la cour.
5) A' nudi, la sonnerie retentit.
6) La lune tourne autour de la terre et la terre tourne autour du soleil.
7) Pendant les vacances, not re école a été repeinte.
8) L'école se trouve à côté de la n1airie.
9) N ous visiterons le 111usée du Louvre vendredi prochain.
10) N ous entrons dans la salle de classe avec beaucoup de caln1e.

4 I Même exercice :
Les n'lanies de grand-mère
@]
Grand- n1ère tricotait des bas, c'est la seule
1
occupation que je hù connusse. Elle
tricotait tout le long du jour, à la manière
d'un i11scc tc. M ais con1mc elle se levait
fréquci1u11cnt pour aller voir cc que R ose,
la servan te, faisait à la cuisine, elle égarait le
bas sur quelque rncuble, et je crois bien
que personne ne lui en vit jai11ais achever
un. Il y avai t des conunencen1ent~ de bas dans tous les t iroirs, où R ose les renùsait
au n1atin en faisant les pièces. Quant aux aiguilles, grand- mère en pron1enait
toujours un faisceau, derrière l'oreille, entre son petit bonnet de tulle enrubaIUlé, et
le nùnce bandeau de ses cheveux gris jaw1âtre.
ANL>U. Ê G1t)E , S1 L§ ç:RôlN NI; fyll;LJllJ

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 2
50 LE NOM

LE NOM COMPLÉMENT CIRCONSTANCIEL (SUITE)

Elle dessinait pour le 12laisir avec un gros feutre rouge.

Le con1plément circonstanciel de moyen - 11 précise par guels


n1oyens l'action a pu être effectuée et répond aux questions : avec guoi ?
au n1oyen de quoi ? en quoi ?
EXEMPLE: Je fais un gtlteau avec des œJilS..

Le con1plém ent circonstanc iel de but - Il précise le but, l'intention


dans lesquels l'action a été fai te et répond aux questions : dans quel but?
dans guclle inten tion ? contre quoi ou qui ?
EXE MPLE: La marmotte prépare son abri pour l'hiver.

Le complément circonstanciel de condition - Il indique à quelle


condition l'action s'est réalisée (ou pourrait se réaliser).
EXEMPLE: Appelle-moi en cas de problème.

Le complément circonstanciel de n1esure -11 répond aux questions:


con1bicn ? à guel prix ?
EXEMPLE: Cette baguette coQte 85 centimes. Cette table mesure 2 mètres de long.

Place des complén1ents circonstanciels


Les con1plém.cnts circonstanciels se trouven t en général après le verbe.
EXEMPLE: Je me suis levé à huit heures.
Mais on peut les placer en début de phrase, notan1n1e nt pour insister sur
l'idée qu'ils exprin1e nt. EXE MPLE: À huit heures, je me suis levé.

EXERCICES

1 1 Ajoutez un nom complément circonstanciel de moyen à chacune des


propositions suivantes :
1) Le peintre fait tut portrait ... 5) L'avion décolle ...
2) Le bùcheron coupe les arbres .. . 6) Le randonneur s'oriente ...
3) La serveuse prépare Ia table .. . 7) La voiture roule ...
4) Le n1usicien in1provise ... 8) Le détective trouve le coupable ...

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re 2
LE NOM 51

2 I M ême exercice avec un nom circonstanciel complément de but :


1) L'élève révise ... 5) Le paon fo_it la ro ue ...
2) Le père travaille ... 6) Le paysan se prépare .. .
3) Le 111.usici.cn répè te ... 7) L'ouvrier se dévoue .. .
4) Le poète écrit un quatra in ... 8) L'écoiicr s'applique .. .

3 1 Ajoutez un nom complément circonstanciel à chacune des propositions


suivantes, et précisez la nature de ce com plément:

1) Le chien dort dans sa .. . 4) Je prépare une tarte pour le ...


2) L'oiseau chante sur la .. . 5) Je fa is un gâteau avec .. .
3) Le bé bé joue avec son ... 6) C e téléviseur coûte .. .

4 I Donnez la fonctio n d es noms sou lignés :


Le four f1an1bait. Le pétrin était débarrassé de sa pâte ; les pains saupoudrés de
farine reposaient chacun dans sa corbeille ronde, et le boulanger, vêtu d'une
longue cainisole de n1olleton, enfournait les nliches sur la large pelle de hêtre.
'
A l'entrée du four étaient allun1ées des bûchettes de bouleau, qui brûlaient
clair,jetant une lunli ère blanche et dansante dai1s la profondeur vo ûtée, o ù l'on
voyait se bo ursoufler les pain s ronds, syn1étriqucn1cnt alignés. Ce tte j oyeuse
illun,ination éclairait le plafond, o ù des pelles et des fo urgons étaient
suspendus horizontalcin.cnt, et pro n1cnait sur les murailles enfarinées la bizarre
silho ue tte du bo ulanger.Au bo ut d' un certain te n1.ps, on o uvra it la bouche du
fo ur et on reti ra it vivcn1e nt les ,niches croustlJlantcs, qui exhalaient une bo nne
odeur de pain chaud .
ANDRÉ T H EURI ET, L E F I LLEUL D"UN MA R QU I S

5 1 M ême exercice :

Quand le nliJieu du jour au repas les appelle,


Us couchent, sur le sol, le fer; l'honune dételle
Du joug tiède et fun1ant les bceufa, qui vont en paix
Sc coucher loin du soc sous w1 feuillage épais.
La n1èrc et les enfant~, qu'un peu d'on1brc rassemble
Sur l'herbe, autour du père assis, ron1pcnt cnscn1blc
Et se passent entre eux, de la n1ain à la n1ain,
Les fruits, les œufs durcis, le laitage et le pain ;
Et le chien, rega rdant le vi,agc du père,
Sujt d'un œil confiant les 1nicttcs qu'il espère.
A~PH O N Se D E LAMAI\.T I N E. L§S L,u1oy1tgu11s

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 2
52 LE NOM

,
LE NOM COMPLEMENT DU NOM

Dans la cour de l'école se trouvait un banc en bois.

Le non1 est complén1ent d'un autre non1 quand il


D ÉFINITIO N -

con1plète le sens de ce nom. Il est alors relié au non1 par une


préposition : à, de, dans, pour, sans ...

EXEMPLES :

Le chant du rossignol. Rossignol est le con1.plé1nent du 110111. chant.


un fer à cheval. Cheval est le co111.plé1nent du non1. fer.
un avion en papier. Papier est le con1plérnent du nom avion.

LE NOM COMPLÉMENT DE L'ADJECTIF

Delphine est amie avec Juliette.

D ÉFI NITIO N - Le nom est complém ent d'un adjectif qualificatif


quand il complè te le sens de cet adjectif. I] est alors relié à l'adjectif
par une préposition : à, de, dans, pour, avec, envers ...

EXEM PLES:

Le chasseur est fier de son chien.


Chien est co1nplén1.ent de l'adjectif fier.
La petite fille est timide avec les inconnus.
Inconnus est con1.plén1ent de )'adjectif timide.

EXERCICES

l I Ajoutez un nom complément aux noms et adjectifs qualificatifs suivants :


111.aison - château - vent - rner - rivière - plateau - falaise - colli11e - région
sac - bol - cu illère - assiette - parfum - fumée - saveur - chaleur - plaisir
fier comn1e - in1.patient avec - utile pour - agréa ble con1me - gentil avec
docile devant - beau con1n1e - généreux envers - drôle con1n1.e - nostalgique de

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopil re 2
LE NOM 53

2 I Sou lignez les noms compléments du nom :


Puis venaient les beaux poissons isolés, un
sur chaque plateau d'osier : les saun1ons
d'argent, dont chaque écaille sc1nblc un
coup de burin dans le poli du n1étal. Les
grands turbo ts, les grandes barbues d'un
grain serré et blanc con1n1e du lait ca illé ;
les thons, lisses et vernjs, pareils à des sacs
de cuir noirâtre.
ÉMILE Z e>LA , L E V ENTR E D E PAl'. IS

3 1 Soulignez les noms compléments du nom et faites une croix


sou s les noms qu'i ls complètent :
Les vêtements du petit berger
Un pantalon de grosse toile écrue, une veste de drap bleu, à longs poils, un
bonnet de laine : voilà 01011 costun1c. Je jette par- dessus un sac de coutil*, qui
s'entrouvre sur la poitrine con1111e une besace à grande poche. Cette poche
contient un gros 01orceau de pain noir, un fron1age de chèvre et t111 petit
couteau d'un sou, dont le n1anc hc de bois, n1al dégrossi, contient en outre une
fourchette de fer.
*coutil : tissu en 6J ou en coton.
A LPHON SE l)E LAM ART IN E. 1 es CONEIPCNC(Pi

4 I Même exercice. Sou li gnez en outre d' un


double t rait les noms comp léments de l'adjectif.
Un talent m erveilleux
i< Tu possèdes une qualité n1crvcilleuse, dit le

Jardinier àTistou , un vrai don du Ciel !Vois-tu, il y a


des graines partout. Non seulen1ent dans la terre ; n1ajs
il y en a sur le toit des n1aisons, sur les rebords des
fenê tres, sur les trottoirs des rues, sur les palissades des
terrains vagues, sur les n1urs . Des nlillicrs, des nlilliards
de graines qui ne servent à rien. Elles sont là, clics attendent qu'un coup de
vent les pousse vers un chai11p ou un jardin. Souvent, elles n1eurcnt, prises
entre deux pierres, sa11s avoir pu se changer en fleurs. Majs si un pouce vert se
pose sur une de ces graines, où qu'elle soit, la fleur pousse, instantanément. Je
suis heureux de cc talent que tu possèdes. Tu peux être fier de cc don.»
D'A PR ÈS M AUlll (;E DRUON. Î ISTOU LES P OUCES \l!)I\TS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
54 LE NOM

LE NOM MIS EN APPOSITION

La pomme, fruit du pommier, sert à faire le cidre.

D ÉFINITION - Le nom est nus en apposition quand il est placé à côté


d'un autre nom pour en préciser le sens. L'apposition désigne la
n1êmc personne, le rnên1c anunal ou la n1êmc chose que le non1 qu'elle
complète. Elle est séparée du nom par une virgule.

EXEMPLE : Paul, ton çoysin, viendra dîner chez nous ce soir.


Le nom cousi n est apposé au 110111 Paul.

LE NOM MIS EN APOSTROPHE

sonnez, hautbois I Résonnez, trompettes 1

D ÉFINITION - Un nom est mis en apostrophe quand il désigne la


personne ou la chose que l'on interpelle.

EXEMPLE:

Lucie, viens à table ! Le no1n propre Lucie est n1is en apostro phe.

EXERCICES

1 1 Da ns les ph rases suivantes, sou lignez les noms mis en apostrophe :

1) Madan1e, permettez- n1oi de vous interron1pre.


2) Monsieur,jc vous en prie, prenez la parole.
3) C onu11cnçons, chers anus, notre conférence.
4) Tiens, Fatin1a, lis cc poèn,c devant la classe.
5) Adèle, essaie de te concentrer sur la leçon.
6) Maîtrcssc,jc voudrais avoir la pcrn1ission de lire cc poèn1c.
7) PriJ1tcn1ps ! Nous attendons avec in1patience la douceur de tes jours.
8) Vencz, an1is ! R ejoignez-nous, con1pagnons ! Partons à l'aven ture!
9) Je t'ai111c, petit frère ! Tu es 111011 an1i le plus proche et je t'ai111cra i toujours.
A

10) 0 soleil, tu dardes tes rayons brülants sur les déserts livides.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


C h op ilre 2
LE NOM SS

2 I Com p létez les phrases suivantes avec un nom commun


ou un nom propre mis en apposition :

1) Monsieur Martin, notre ... de français, sera absent den1ain n1atin.


2) Le rnaire de notre ville, n1onsieur ... , assistera à notre spectacle de fin d'année.
3) Le lion, le ... des anin1aux , réunit tous ses sujet5 pour juger le pauvre âne.
4) Victor Hugo, le célèbre ... , est l'auteur du ron1an Les Misérables.
5) En 1885, un grand scientifique, ... , a découvert le vaccin contre la rage.
6) L'hon1n1e de théâtre, ... , a renouvelé le genre de la con1édie au XVII' siècle.
7) L'auteur des fa bles, ... , nous doru1e encore aujourd'hui de bonnes leçons de
sagesse et d'art de vivre.
8) La saison du renouveau, le ... , fait revenir les hirondelles après l'hiver.
9) Le célèbre tableau, ... , peint par Léonard de Vinci, se trouve au n1uséc du
Lo uvre à Paris.
10) Le courageux navigateur, ... , découvrit l' An1érique en 1492.

3 1 Soul ignez les noms mis en apposition et les noms mis en


apostrophe :

1-lomJne libre, toujours tu chériras la n1er !

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :


Hon1111c, nul n'a sondé le fond de tes abîn,es ;
A

0 mer, nul ne connaît tes richesses intitnes,


Tant vous êtes jaloux de garder vos secret~.

E t cependant, voilà des siècles mnon1brables


Que vous vous con1battez sans pitié ni ren1ords,
Tellen1ent vous ain1ez le carnage et la n1ort,
A

0 lutteurs éternels, ô frères in1placables.


CHA l,LES llAUOELAIRE, L ES FLEURS DU MAL

Poitevins, Bour6'1.ügnons, gens du pays pisan , L'étang reflète,


Bretons, Picards, Flan1ands, Français, allez-vous-en ! profond miroir,
Guerriers, allez-vous-en d'auprès de rna personne, La silhouette
Des can1ps où l'on entend 111011 noir clairon qui sonne. Du saule noir
V 1çToR H uc:o, LA LÎl <;ENIJE o es S1èc:, es Où le vent pleure.
i>AUL V EltLAI NE,
LA BONN E CHANSON

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 2
56 LE NOM

G NALYSE DU NOM

Pour analyser un non1, iJ faut indiquer :

- sa nature : non1 conm1w1 ou non1 propre.


(Si cc 110111, conm1un ou propre, est con1posé, iJ faut Je dire.)
- son genre : n1asculin ou fcnùnin ;
- son nombre : singulier o u pluriel ;
- sa fonction : sujet, attribut, complén1ent, mis en apposition, n1is en
apostrophe.

EXEMPLE:

Maurice me raconta son métier de boulanger. 0 osEPH J oFFo. UN s Ac o E u 1LLEs)

Maurice, non, propre, n1asculin singulier, sujet du verbe raconter.


Métier, 110111 con1n1un , n1asculin singulier, complém.ent d'objet direct du
verbe raconter.
Boulanger, 110111 conm1un, 1nasculin singulier, con1plén1ent du 110111 métier.

EXERCICES

1 1 Analysez les noms soulignés :


1) Le ciel s'obscurcissait lenten1ent. Un vent frais se leva et les feuillages de la
tonnelle bougèrent.
,
- Elisabeth, n1onte chercher ton gilet dans ta chan1bre, dit tante T hérèse.
H EN RI T ROYAT

2) Le facteur 1nonte la côte à longues enjan1bées. Rien ne le dist rait de son


. . , .
rummen1ent mter1eur. R.OCEI~ MA RT IN L>U CAR L>

3) Dès le n1atin, les abeilles bourdonnaient autour des rosiers. Ma grand- n1ère les
avait plantés avec amour. Des vergers du voisinage s'exhalait une savoureuse
odeur de fruit~ n1ûrs. ANoR Ê T Heu RrnT

4) Cet ân e était un anin1aJ farceur et malin : iJ soulevait très bien les loquets avec
sa bouche, et iJ entrait chercher le pain dans la cuisine. ÉM I LE Z O LA

2 I Écrivez cinq phrases dans lesq uelles le nom sera attribut du sujet.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 2
LE NOM 57

3 I Ana lysez les noms sou lignés :


1) La France est un pavs n1agnifi.q uc.
'
2) A l'aube nous nous mÎlncs en route.
3) Nous offrîn1cs des fleurs à la propriétaire du refuge.
4) Le 12,k du Midi, c in1c que nous devions atte indre, se dressait à l'horizon.
5) Nous déjeunân1.cs d'un cassc-croùtc e t bûn1.cs l'eau d'une source fraîche.

I
4 Comp létez les phrases suivantes pa r les noms compléments
qui conviennent, puis analysez-les :
1) Le n1édecin donne des n1édican1e nts au ....
2) Tant que la ... ne diininuera pas, tu resteras au ....
3) L'enfant reste au chaud sous sa ....
4) La .. . ton1bant à gros flocons a recouvert la . . ..
5) Les voyageurs allun1.ent un ... pour réchauffer leurs ... engourdis.

5 1 Même exercice :
1) La foule se réunit pour assister au ... .
2) Une belette dorn1.ait au pied d'un ... quand un gland lui to1nba sur la ....
3) Le vigneron fait son vin avec ....
4) Un fauteuil est un ... qui doit être confortable.
5) Le . . . , je nie lève e t je vais ache ter des ... croustillantes pour 111.a ....

I
6 Complément du nom . Associez à chaque nom de la colonne de gauche
un nom de la colon ne de droite :
l'arôn1e du rôti les griffes de l'honune
le fun1e t de la fleur les ongles de l'aig le
le parfun1 du café les serres du lion
le chant de l'aigle la carapace d'huître
le ran1age du coq la coq uille de tortue

7 1 Ana lysez les noms sou lignés :


Le père de San1 lui dit que le soleil et la lw1e ne plongent pas dans la 01.er, n1.ais
que la ltu1e fait le to ur de la terre, qui est ronde, et que la terre, accompagnée de
la lune, fait le tour du soleil. Il lui dit encore que les 111.onstrcs qu'il avai t aperçus
étaient des navires, que des ho1nn1cs vivaient sur ces navires, comn1c lui, Sam, sur
son île, et que cet œiJ qui s'ouvrait et se fcrn1ait dans la nuit était un feu allun1.é
par les ho1nm.cs pour guider les navires, au trcn1cnt dit un phare.
Ë DOUAllD P eisSON , .L& VoyAç;E p ' EptjAi\

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


•• FONCTIONS DU NOM
z
-
0 Analysez les noms soulignés :
Un duel
D' Arta~>nan se retrouva face à Jussac lui-n1.ên1e. Le jeune Gascon se battait
conm1e un tigre en fureur et cette lutte finit par faire perdre patience à Jussac.
Furieux d'être tenu en échec par celui qu'il avait regardé conm1.e un enfant, il
con1.n1ença à faire des fautes. D'Artagnan redoubla d'agilité. J ussac, voulant
désarn1er son adversaire, lui porta un coup qu'il croyait in1parabk~ ; niais
en1porté par son élan, il vint s'e,nbrocher sur l'épée de d'Artagnan. Le garde du
cardinal s' écrotùa con11ne une n1asse.
A LEX ANURC D UMA S, .w.J'BOIS MOllSQlJ§IAIBCS

Sou lignez d'un trait les compléments d'objet direct, de deux t rait s les
compléments d'objet indirect et mettez une croix sous les sujets :
L'anén1.one si 111.obiJe, .i ) ~,,.,., ..
' 4 :-

Frêle tribut du printen1ps, La gentille pâquerette ,._-.,, 4 •


Courbe sa tige débile S'égaye aux feux du n1.atin
Sous ses pétales flottants. E t, conune une collerette,
Ouvre ses plis de satin.

La prin1evère avec joie


Drise ses langes dorés ; Le thy111, né sur la colline,
La violette déploie Répand ses dons parfu1nés.
Sa robe aux pans azurés. Le narcisse qui s'incline
Se n1jre aux ruisseaux ain1.és.
Le fraisier brode sur l'herbe
Des festons de fleurs d' én1aiJ, Le n1.uguet sous les fougères
Lui qu'on verra plus superbe, courbe son front assoupi
• et le bleuet des bergères
Chargé de fruits de corail.
Va grandir près de l'épi.
CHAR LES NODIER, L E PRINTEM PS

Dans le texte ci-dessus, donnez la fonction des noms suivants :

tribut herbe colline


.
pétales é,nail ruisseaux
JOle corail muguet
langes collerette fougères
robe satin bergères

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
· Soulignez en rou ge les noms compléments d'objet direct et en vert les
noms compléments d'objet indirect :
La Guenon, le Singe et la Noix
-
0

Une jeune Guenon cueillit


Une Noix dans sa coque verte
Elle y porte la dent, fait la grimace.
i< Ah ! cerces,

Oie-elle, nia n1ère n1.cncic


Quand elle n1.'assura que les noix étaien t bonnes.
Puis, croyez aux discours de ces vieilles personnes
Qui tron1pent la jeunesse ! Au diable soi t le fruit 1 >>

Elle jette la Noix. Un Singe la ramasse,


Vite, entre deux cailloux, la casse,
L'épluche, la 01.ange, et lui dit :
,< Votre ,nère eut raison, n1a nue,

Les noix ont fort bon goC1t, niais il faut les ouvrir.
Souvenez-vous que dans la vie,
Sans un peu de travail, on n'a point de plaisir. >>
7LORIAN.
J EAN- PI ERRE CLAlllS D E 1 FAm C'i

Donnez la fonct ion des noms soulignés :


Les passagers de la voiture
Ceux qui sont dans la voiture. c'est, la plupart du tcrnps, tottjours les rnêm.cs: un
acheteur de lavande qui vient des villes de la côte ; un berger gui n1on te aux
pâtures, et qui taille régulièren1ent dans son pain un 111.orceau pour lui, un
n1orceau pour son chien ; une n1aîtresse de fern1e. toute sur son « trente et un >>
de la tête aux pieds ; et une de ces filles des cha,nps qui sont conu11e des fleurs
sm1ples, avec du bleuet dans l' œil. Quelquefois, il y a, en plus, le percep teur et sa
serviette assis à côté, conune deux personnes raisonnables.
J EAN G I ONO, B PfiAiN

Même exercice :
Une jeune fe111rne veuve arnèue son bébé avec elle quand elle va travailler...
Elle faisait des paniers. Elle aJlait au ruisseau. Elle coupait l'osier et elle tressait la
corbeille. Elle portait le jeune ho1nn1c dans un fil et, pendant qu'clJc travaillait,
clic le posait dans l'herbe et clic chantait. D restait tranquiJlc. Elle lui donnait des
fleurs pour l 'an1user.
J EAN G1ùNO, R eGAIN

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chopilre 3
60 L' ARTICLE

CHAPITRE 3 - L'ARTICLE

L'article est un petit mot qui précède le nom pour


DÉFINITION -

annoncer que ce nom est défini ou indéfini, c'est-à-dire


déterminé ou indéterminé. L'article pern1et de connaître le genre et le
non1bre des non1s auxquels il se rapporte. Il existe trois sortes d'articles :
l'article défuu, l'article indéfuu et l'article partitif.

L'article défini- LE, LA, LES


L'article défini annonce des personnes, des animaux, des choses
que nous connaissons, qui sont dé tern1inés.
EXEMPLES : .I.e château, 1Q forêt, Les champs.

L'articl e défini élidé - L'


D eva nt un non, con1n1ença nt par une voyelle ou un h n1.uet, on élide
l'article singulier, c'est-à-dire qu'on ren1.place e ou a par une apostrophe.
EXE MPLES : !.'. homme au lieu de« le hon1m.e » ; [armure au lieu de« la arn1ure ».

L'article défini contracté -AU, AUX, DU, DES


Au : Je vais QI! parc, à la place de « à le parc ».
Aux : Je joue aux dames, à la place de « à les dan1es ».
Du : La fin@ repas, à la place de « de le repas ».
D es : La ~n ~ repas, à la place de « de les repas ».
REMARQUE-L'article défini fènunin la et l'article élidé l' ne se contractent pas.
EXEMPLES : Je vais à la piscine. La fi n de l'été.

L'article indéftni - UN, UNE, DES


L'articl e indéfini annonce des personnes , des anin1aux, des
choses que nous ne connaissons pas, qui sont indéterminés.
EXEMPLES : un livre, une trousse, des cartables.

L'article partitif - DU, DE LA


L'article partitif ne désigne que la partie d'un tout. Il n'a pas de
pluriel. EXEMPLES : Papa boit @ café. Maman boit de la tisane.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 3
l ' ARTICLE 61

EXERCICES

1 1 Sou lignez les articles et don nez leur nature: défini ou indéfini.
un beau paysage le soleil couchant les nuages roses la rue déserte
un flan à la vanille un œuf à la crèn1e la soupe chaude le café au lait
les passants pressés un pauvre n1endjant une rame de n1étro les jardins publics
,
le n1eilleur an1i la n1ère chérie les cousins éloignés une sœur aunee
des ton1ates mûres un haricot sec les raisins rouges l'orange pressee,

2 I Mêm e exercice :
Bien avant que nous sachions lire, on nous a raconté Le Petit Chaperon rou,{!e,
Le Chat botté, Cend,illon, et aussi La Princesse sous un pois, et l'histoire du vilain
caneton gui devint un beau cygne, a1ais le pren1ier livre que nous avons lu ne fu t
1ù les contes de Perrault ni ceux d'Andersen, 1nais Robinson Crusoé.
$TANY, À TRAV ER S LE MOND E

3 1 Comp létez par l'article partitif qui convient du, de la, de l' :
1) Avez-vous pris ... potage au dîner ?
2) Prenez-vous ... café le soir ?
3) M ettez ... va1ùlle dans le riz au lait.
4) Allez cueillir ... thyn1 et ... laurier dans le j ardin.
5) J 'ain1e la couleur ... confiture de groseilles.
6) Prends ... farine : nous allons faire un gâteau.

4 I Rem pl acez l'article indéfini pa r l'article défini qui convient :


une artiste une habitude un hectare un œillet
une hélice un hérisson une honte un hangar
une île un abbé un héros un hanneton
. , .
un héron un empereur une un.pcratr1cc un hon1111e

5 1 Com plétez par l'article qui convient et donnez sa natu re :


1) Notre voiture est stationnée ... coin ... carrefour.
2) La sortie se trouve ... bout ... quai, en haut ... escalator.
3) Mon père revient ... Pays-Das. Il est allé ... n1uséc voir ... R en1brand t.
4) Je préfère la purée ... légun1es verts. Tu as ... goû ts difficiles !
5) Vasco de Gan1a a fait ... tour de ... Afrique pour aJler ... Tndes.
6) Mern1oz est ... pren1ier pilote à avoir fra nchi ... cordillère ... Andes.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 3
62 L' ARTICLE

REMARQUES SUR LES ARTICLES

REMARQUE 1 - On ne m et pas d'article devant les non15 propres de personnes


ou de villes, n1ais on en ,net devant les non1s de pe uples e t de pays.
EXE MPLES : Julie est malade. la France est un pays tempéré.
Christophe Colomb, un itali en, a découvert L'.Am~rique.

REMARQUE 2 - D evant un adjectif qualificatif ou dans une phrase négative,


l'article partitif du/ de la e t parfois l'article indé firù pluriel des son t
remplacés par de. On dit que c 'est la « form e réduite » de l'article.
EXEMPLES :

1) Je vois fil grands oiseaux. (forn1e réduite d e l'article indéfini pluriel des)
2) N'achète pas de pain. (forn1e réduite d e l'article partitif du)
3) Je ne mange pas de viande. (forn1e rédujte de l'article partitif de la)

ATTE NTIO N

1) Il ne faut pas confo ndre l'article contracté e t l'article partitif:


du , article partitif et du , article contracté.
E XE MPLES : Je demande (ill pain. Du est un article partitif.
Le coucher (ill soleil. Du est un article contracté.

2) il ne fa ut pas confondre des, article indéfini pluriel, et des, article


,
contracte .
EXEMPLES : Nous avons cueilli des mares. Des est un article indéfini pluriel.
Je me souviens oojours heureux. ( PAuL V ERLAIN E) Des est un article contracté.

ANALYSE DE L'ARTICLE

Pour analyser un article, on indique :


- sa nature : s'il est défini, indéfinj ou partitif; s'il est élidé, contracté ;
- son genre et son nombre: s'iJ est 1nasculin ou féininin, singi.ùier ou pluriel ;
- sa fonc tion : le 110111 qu 'iJ détern1ine.

EXEMPLE : L'adorable chaton boit du chocolat au lait.


L', article défini élidé, n1asculin singulier, d étern1Îne le 110111 chat.
Du, article partitif, rnasculin singulier, d étern1Îne le non1 chocolat.
Au, article d éfini contracté , n1asculin sin g ulier, dé ternlÎne le non1 lait.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 3
l ' ARTICLE 63

EXERCICES

1 Ajoutez un article devant ces noms propres si nécessaire :


... France ... Lauren t ... Monsieur Levert ... Italiens
... An1.érique ... Pays-Bas ... Lune .. . Saturne
... Victor Hugo ... Turcs ... Tistou ... Breton
... Louis XIV ... Capétiens ... Philippe le Bel ... IZévolution
... Algérie ... Phileas Fogg ... Jupiter . .. Anglais

21 Comp létez avec l'article qui co nvient en précisant sa n atu re :


En forêt
O n quitte ... grand-route et l'on prend ... sentier
Où flo tte ... bon parfun1 ... arôn1e forestier.
Dans ... gazon taché ... rose ... bruyères,
Surgissent, çà et là, ... ajoncs et ... pierres.
H ENRI DE l\i: 1:NIE ll, EN FOllÉT

3 1 Mettez un adjectif qualificatif devant chaque nom en ita lique et


remplacez l'article des pa r la forme réduite de.
Modèle : Des vaches paisse11t da11s le pré.
De grosses vaches paisse11t da11s le pré.
1) L'agriculteur a récolté des salades dans son chan1.p.
2) N ous avons visité des régions accueillantes.
3) N ous avons fait des promenades durant notre séjour à la can1pagne.
4) Des saunions remontent le cours de la rivière.
5) C haque nujt, nous regardons des étoi:les briller dans la nuit.
6) Des sources jaillissent entre les rochers.

4 I Soulignez d'un t rait les articles définis et de deux t raits les articles
indéfinis, pu is recop iez le text e au singu lier :
La Limagne
La Lirnagne est une plaine au nord du Massij'central, connue pour sa grande fertilité.
Des villages blancs, des n1ai5ons de can1pagne bland1es, de vieux châteaux noirs,
des collines rougeâtres, des planes de vigne, des prairies bordées de saules, des
noyers isolés qui s'arronrussent comn1e des orangers ou portent leurs ran1eaux
con1n1.e les branches d'un candélabre rnêlen t leurs couleurs variées à la couleur
des fron1ents.Ajoutez à cela tous les jeux de luntière.
l' llANÇOIS R EN Ê l)E C HATEAU lllllANI), VOYAGE À Cll!il MONT

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 3
64 L' ARTICLE

EXERCICES {SUITE)

SI An alysez les articles d ans les phrases su ivantes:


l) Tous les n1ati11s,j e pre nds le che n1in de l'école.
2) N ous allons souvent au n1usée avec la classe.
3) Aujourd'hui, nous avons fait des n1at hén1atigues, du français, de l'histoire e t
de la peinture. C 'était w1e journée bien ren1plie !
4) A' la boulangerie, nous avons acheté un paù1 au lait, un croissant au be urre et
du chocolat en barre. Nous allons faire un bon goûter.
5) La n1u1ùcipalité a fait planter des arbres le long du bo ulevard.J'ai hâte d'être
au printemps, po ur les voir fle urir.
6) N o us irons à la campagne dimanche.
7) M aman est partie fa ire des courses.
8) Léo devie ndra certaine1ncnt un gra nd rnusicie n.
9) Une te n1pête est annoncée. Les 111arins sont priés de reste r au po rt.
l 0) L'herbe de la pelouse est bie n ve rte.
11 ) Le poste de télévision est en pa1u1e.
12) Je reprendrais bien une tranche de rôti.
13) Le train de 8 h 45 aura du re tard.
14) D e nouveaux joue urs ont é té sélectionnés dans l'équipe.
'
15) Eve ain1e aller au bord de la n1cr po ur les vacances.
16) Le pâtissier a préparé des gâteaux, de la 01ousse au chocolat e t du flan.

6 I Soulignez tous les noms précédés d'u n article. Mett ez une cro ix verte
so us les articles définis et une cro ix rouge sous les articles indéfinis :

Respectons le bien d'autrui

La Tourd' Auvergne est le surno1n d'un capitaine des grenadiers, soldat de Napoléon, qui
fut célèbre pour sa bravoure et sa rnodestie.

Pendant la can1pagne des Pyrénées occidentales, après une lourde journée de


juin, La Tour d'Auvergne et sa cornpagnie, s'arrê tent pour can1per dans un
verger où les cerises sont 1nûres. Les pauvres soldats ont très soif. Ni puit5 1ù
source ; e t les cerises vern1eiHes sont bien appé tissantes. M ais le vie ux capitaine
est là, gui se pro n1.ènc, devant les faiscea ux. Les grenadiers n'oublie nt pas que
leur chef, d'aille urs si bon e t d' une sollicin1dc paternelle envers les hon1n1.cs,
serait iinpitoyable po ur le moindre acte qui ressemblerait à du pillage ; e t ils
passent to ute la nuit à la belle é toile, sous les arbres tentate urs, sans dé ro be r
une cerise.
1) 'Al'l~ÈS 171~ANÇOIS CO Pl'êE, u :ro, Il\ Il' ApyeRÇNQ

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 3
l ' ARTICLE 65

7 I Dans les phrases suivantes, l'article des est-il indéfini ou défini contracté ?
1) Le prince po rtui.,tais rie nri le N avigateur fut à l'origine des grandes découvertes.
2) Le soutie n que le n1.onarque apporta à des navigateurs an1bitie ux d onna l'élan
indispensa ble à l'aventure.
3) Les expéditio ns cntrcpr.ises grâce à lui 111.c nè re nt à la découve rte des îles
du Cap- Ve rt et à l'explo ration des côtes de la Gan1bie, ouvrant la voie à
l'exploita tion con1n1.erciale des côtes du golfe de Guinée.

8 I Complétez les ph rases suivantes par les articles du, de la, des ou de,
pui s analysez ces articles :

1) Une g rande partie de la I~ussie est couve rte ... vastes steppes.
2) Au trefois , ... cèdres gigantesques couvraien t les son1.n1et~ du Liban.
3) En N orn1andie, on peut voir ... troupeaux ... n1o utons dans les pât urages.
4) L'hiver, on voyait . .. non1bre uses bandes de loups rô der dans les can1.pagnes.
5) N o us avo ns gravi ... plateaux e t son1n1es descendus d ans ... pro fo ndes gorges.

9 I Mettez les phrases suivantes au pluriel puis analysez les articles :


1) La dan1e a do nné une fle ur à l'enfant.
2) Le jardinier c ueille une po nm1.e à la branche du ponmùer.
3) La clarté de l'éto ile ill LulÙne le cha1n p.
4) Un voyageu r courageux découvr it Lu1e terre ü1con11ue.
5) L'élève a fa it un bea u voyage l'année dcrni.è rc.

101 Sou lignez d ' un trait les articles définis, de deux t raits les articles
indéfinis et encad rez les articles partitifs :
La pêche aux crevettes
Dans les flaques flottent des chevelures
d'algue qui font des tapis merve illeux. '
Les poissons vous filent entre les
jan1bes quand on croit les tenir, les
crabes ont des ruses inattendues ; la
poursuite de ces bestioles est chose
passionnante. Précisén1ent, Line vo it une crevette gui nage le long d'un banc
d'oursins. Elle plo nge son file t dan s la flaque, le po usse sur le fond de sable,
l'approche do ucem.ent, très do ucem ent. M ais, à mesuœ que l'eng in s'avance, la tête
grise se1nble le flairer e t, défiante, la bê te recule. I111.patientée, Line faü w1
n1o uven1cnt brusque : la creve tte aussi. D'un seul coup de que ue, clic a rusparu.
ANDI\Ê i,1CH TENIIEl~GE I\, hJ.li!l

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


•• L'ARTICLE
z
-
0 Souli gnez en bleu les articles défi nis et en vert les articles indéfinis :
la laisse du chien une fleur des chan1ps les ton,a tes du potager
la fin d'un ron1an la douceur du n1atin l'an1our d'une rnère
le début d'une aventure le parfum des fleurs la manche de la chenùse
le souvenir d'un rêve le décollage de l'avion la fun1ée des usines
les ouvriers de l'usine l'église du village le devoir de l'écolier

El Complétez pa r l' un des articles contractés : au, aux, du, des.


une fille ... cheveux blonds le parfun1 ... fleurs fraîches
I'on1bre agréable ... arbres le n1érite ... courage
une o,nelette ... cha1npignons un gâteau ... chocolat
le repas ... dimanche le fracas ... tonnerre
le pain ... boulanger le prix ... légumes

Complétez le texte suivant par les articles indéfinis qui conviennent:


Nlonsieur Père el Mada,ne Mère, les parenls de Tisiou, étaient for / riches.
Ils habitaient ... magnifique maison à plusieurs étages avec ... perron, ... véranda,
... grand escalier, ... petit escalier, ... hautes fenêtres alignées par rangées de neuf,
.. . tourelles coiffées de chapeaux pointus, e t tout autour ... superbe jardin.
MAURI CE DRU O N. Trsrou LES POUCES \/ERTS

1/l Soulignez et analysez tous


les articles du texte suivant:
Quand la chèvre blanc he arriva dans la
Lnontagnc, cc fut un ravisscn1ent général.
J an1ais les vieux sapins n'avaient rien vu
d'aussi joli. On la reçut con1111e une petite
reine. Les c hâtaigniers se baissaient jusqu'à
terre pour la caresser du bout de leurs
branches. Les genêt5 d'or s'ouvraient sur
son passage, et sentaient bon tant qu'ils
pouvaient. Toute la n1ontagne lui fit fête.
C'est là qu'il y en avait, de l'herbe ! Jusque par-dessus les cornes, n1on cher ! Et
quelle herbe ! Savoureuse, fine, dentelée, faite de mille plantes ... C'était bien
autre chose que le gazon du clos. Et les fleurs donc ! D e grandes can1panules
bleues, des digitales de pourpre à longs calices, toute une forêt de fleurs sauvages
débordant de sucs capiteux.
A LPHONSE DAU DET, LA CHèVR§ Pl; MONSUilJR Sr!GUIN

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
El Soulignez en rouge des, article indéfini, et en vert des, article défini
contracté : -
0

1) J 'ai dessiné une rnaison, des hom1nes et des enfants.


2) J'aime l'odeur des tartes aux pon1n1.es et des gâteaux au chocolat.
3) Le marin revient des océans en furie et des îles inconnues.
4) Je suis agacé par la fun1.ée des cigarettes.
5) Ma n1.ère a acheté des journaux et des jeux de cartes pour notre voyage.
6) Je me souviens des jeux de n1.on enfance grâce à des photographies.
7) Nous avions loué des vélos et nous pédalions pendant des heures.
8) Au n1.arché de l~Lmgis, on vend des poissons frais venus des cü1.g océans.

D Soulignez et analysez tous les articles :


De loin, les grands peupliers font du bruit con,me une fontaine. C'est l'auton1nc;
ils laissent toinber des feuilles d'or, gui ont encore la gueue vivante et la peau
cendre conunc des poires. Cc que j'ain1e, c'est le soleil qui passe à travers les
branches et fai t des plaques claires, qui s'étalent con1n1e des taches jaunes sur un
capis ; puis les oiseaux qui ont des pa ttes élastiques con1n1.e des fils de fer, avec une
tête qu i remue toujours ; et surtout cet air frais, ce silence !
J ULES VALLÈS, L'ENFANT

Soulignez les articles définis. Sont-ils simples, élidés ou contractés ?

Le n1atin, au lever de l'aurore, tout est chargé de gouttes de rosée gui argentent
les flancs des collines et les bords des ruisseaux ; de longs rayons de soleil dorent
les cimes des arbres et traversent les forêts. Des nuées de papillons peints de ,njllc
couleurs volent sans bruit sur les Ocurs ; ici l'abeille et le bourdon 111.urn1.urcn t ;
là des oiseaux fon t leur nid ; les airs retentissent de n1illc gaies chansons. Les
notes n1.onotones du coucou et de la tourterelle servent de basse au ravissan t
concert du rossignol et aux accords vif~ et gais de la fauvette.
B ERNARDIN DE SAINT- PI El~R E, ÉTUDES

li Soul ignez et analysez tous les articles :


_l'ai toujours ain1é l'auto111.ne : la pluie, les vents, les frin1.as, en rendant les
con1.n1.Lu1ications n1oins faciles, isolent les habitants des can1pagncs ; on se sent à
l'abri des hon1.n1cs. Je voyais avec Lu1 plaisir toujours nouveau s'approcher la
saison des tcn1pêtcs, les corneilles se rassembler dans la prairie de l'étang en
innon1brablcs bataillons, et venir se pencher à l'entrée de la nuit sur les plus hauts
chênes du grand bois.
rttAN Ç(ll S R.EN Ê DE CHATEAULJRIANll. M Î! MOrRES PC MA 11 E

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
68 L' ADJECTIF

CHAP ITRE 4 - L' ADJECTIF

Le parfum délicat des fleurs mauves embaume toute la pièce.

D ÉF INITION - L'adjectif est un mot que l'on ajoute au nom, soit


pour en indiquer la qualité, soit pour en préciser le sens.

L' ADJECTIF QUALIFICATIF

L'adjectif qualificatif est un n1ot qui dit comment est


D ÉFI NITIO N -

la personne, l'anin1al ou la chose dont on parle, qui en fait


connaître la qualité .
EXEMPLE: Le l2f.ti.t garcon est trjste.

Règle - L'adjectif qualificatif s'accorde en genre et en nombre


avec le non1 qu 'il qualifie.
EXEMPLE : Le petit chien. Petit est n1asculin singulier puisque chien est masculin
singulier.

Place de l'adjectif qualificatif - L'adjectif qualificatif peut se placer


avant ou après le non1 qu'il qualifie.
ExEMPLE : un homme petit; un petit homme.

EXERCICES

1 1 Ajoutez à chacun des noms suivants un adjectif qualificatif exp rimant


une bonne qualité, puis une mauvaise qualité.
Modèle : une leçon intéressante - une leçon ennuyeuse.
une voix - un livre - une route - un son1n1eil - un repas - une promenade
une soirée - une n1archa nde - une boisson - une ten,péra ture - une crêpe

21 Dites, à l'aide de trois adjectifs qualificatifs, comment peuvent être :


une montagne une ville une chambre tu1pantalon
.'
une nv1ere un in1n1eu ble une cu1s1ne une chen,ise
une forêt un trotto ir un jardin une robe

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
l ' ADJECTIF 69

3 I Sou lignez les adjectifs qualificatifs dans le texte suivant, donnez leur
genre et leur nombre. Dites s' ils sont épithètes ou attributs du sujet :
Chaque jour, après le déjcw1cr, la vieille Mélanie, dans sa cha1nbrc sous les
co1n.blcs, chaussait ses souliers plats qui. reluisaient, nouait devant sa glace les
brides de son bonnet blanc, croisait sur sa poitrine son petit châJc noir et J'y
fixa it par une épingle. Elle prenait ces soins avec une studieuse application car, en
toutes choses, l'art est difficile, et Mélarùe n'abandonnait au hasard rien de ce
qu'elle jugeait de nature à rendre la personne hun1aine respectable, décente et
digne de sa divine origine.
ANATOLE i'RANC.:E, LE P ETIT PI ERR E

41 Sou lignez les adjectifs qualificatifs, donnez leu r genre et leur nombre:
Les yeux riaient, pétillant5, vif5, dans les faces épanouies par le rire, les grosses
joues, rebondies con1n1e de belles pon101es, hurlaient la santé et la joie ; les bras,
les jan1bcs, les pieds, les épaules, les n1ains, le cou, la tête, tout rcn1uait, tout
vibrait, tout sautait en eux.
LOU IS PER GAUl), LA Gurw.u E PES BOUTON!)

5 1 Même exercice :
Il n'y avait pas une â1nc dans cc triste han1cau. Les aiùinaux paissaient çà et là,
sans être gardés, sur une lande fertile en chardons, qui était toute la propriété
comn1unaJc des habit,u1ts.
G EORGE SANü, LE CHÊNC PARLANT

6 I Même exercice :
Le cygne
Forn1es arrondies, gracieux con tours, blancheur éclatante et pure, n1ouven1ent5
flexibles, tout dans le cygne plaît à nos
yeux. Son cou élevé et sa
poitrine relevée et arrondie
sen1blent figurer la proue
du navire fendant l'onde;
son corps penché en
avant se redresse a'
l'arrière et se relève en
poupe ; la queue est un vrai
gouvernail. - -
COMT E üE 13UFF()N , H I STùlll§ NATUR§LL§

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
70 L' ADJECTIF

LE FÉMININ DE L'ADJECTIF QUALIFICATIF

Règle du féminin - Pour forn1er le féminin d'un adjectif


qualificatif, on ajoute un -e au masculin.
EXEM PLES : un petit garçon • une petit.e. fille• des petits garçons• des petites filles.

Adjectifs en -e - Si le n1asculin est déjà tern1iné par un -e, l'adjectif


qualificatif ne change pas au fén1ü1in. ExEMPLE : Un large trottoir • une largg allée.

Adjectifs en -el, -eil, -ien, - on - Si le n1asculin est terminé par -el, -eil,
-ien, - on, le fcmini n est terminé en -elle, -eille, -ienne, - onne.
EXEM PLES : un sorcier cruel - une sorciêre cru~ ; un astre vermeil - la lune vermruk ;
un immeuble ancien - une maison anci™ ; un bon gâteau - une bonne tarte.

Adjectifs en -et - Si le n1asculin est tcrnuné par -et, le fenûnin est ternuné
en -ette. ExEM PLE : un da nseur ~uet - une danseuse ~uette
Exceptions - Les adjectif5 qualificatif5 complet, incomplet, discret, indiscret,
inquiet, désuet, di scret, secret forn1ent leur fén1inin en -ète.
ExEM PLES : un homme inquiet• une femme inqui~ ; un vœu secret • une promesse secr~ .

Adjectifs en - ot - Si le masculin est ternllilé par -ot, le fen,üun est ternûné


en -ote. ExEMPLE : un jeu idiot - une remarque idiote
Exceptions - Quelques adjectif5 qualificatif~ comn1e sot, pâlot forn1ent
leur fénunin en - otte. EXE M PLE : un élêve sot - une élêve sotte

Adjectifs en - s - Si le rnasculin est tern1iné par - s, le fén1ini11 est


tenniné en -sse. EXEMPLE : un cochon gras - une vache gra~
Exceptions - gris et mauvais fo rn1ent leur fénùnin en grise, mauvaise.

Adjectifs en -er - Les adjectifs ternunés en -er au masculin,


forn1ent leur féminin en -ère. EXE M PLE : un vent léger - une brise légm.

Adjectifs en -x - Les adjectifs terminés en - x au masculin forment


leur fénunin en -se. ExEMPLE : un garçon frileux - une ~llette frileu~.
Exceptions - Les adjectifs faux, roux font fausse, rousse au féminin.

Les adjectifs beau, nouveau, vieux, fou, mou s'écrivent bel, nouvel, vieil, fol,
mol devant des noms commencés par une voyelle o u un h muet.
Pour cette raison, ils forment leur féminin en belle, nouvelle, vieille, folle,
molle.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
l ' ADJECTIF 71

EXERCICES

1 1 M ettez au féminin les adjectifs qualificatifs entre pa rent hèses :


une voix (enfantin) une allée (forestier) une route (national)
une saison (neigeux) une voie (ferré) une déclaration (pacifique)
une fenune (honnête) une oie (gras) une rencontre (nocturne)
une Îete (costun1é) une idée (nouveau) une cérén1onie (t radit ionnel)

21Recopiez les phrases suivantes au féminin :


1) Mon grand- père est grand, rnince, vif, élégant, bienveillant, gentil, attentif,
ain1able, serviable e t serein.
2) Mon cousin est studieux, cultivé, sage, intelligent, an1bitieux, honnête, patient,
ordonné et brillant.
3) Mon frère est mince, élancé, agile, musclé, volontaire, bavard.

3 I Complétez en mettant l'adjectifqualificatif au féminin :


un beau printemps - tu1e ... saison un café an1er - une boisson .. .
un fruit roux - une feuille .. . un caramel n1ou - une pâte .. .
un n1eilleur rôti - une ... sa uce un poisson grillé - une viande .. .
un bon dessert - une ... glace un n1iel doux - une confi ture .. .
un repas joyeux - une fète ... un faux billet - une ... n101u1aie

4 I Employez les adjectifs qualificatifs suivants avec un nom féminin singulier :


violet con1plet fluet discret
,
secret enaer fier etranger
. .
lllUet passager inquiet dernier

5 1 Même exercice :
, .
gros serieux faux ancien frileux net
fou vieux las vermeil beau bon
Il10U fou nul éternel gras cruel

6 I Accordez les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :


J'avais une (petit) jun1ent (gris) qui galopait la tê te (bas). C'était désagrt'.able en
un sens, parce qu'on avait une (perpétuel) irnpression de vide devant soi. Mais,
les naseaux entre les pieds de devant, elle sautait de la façon la plus (suprenant) ...
Une bête (n1agnifique), jan1ais co111plètement (dressé). Le jeu de ses n1usclcs
1noirait sa (beau) soie (blanc) de reflets splendides.
I)' Al'l~ÈS M AUl~ICE CONSTANTIN-'W EY EI\, SùURCÇS pp (C•IE

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
72 L' ADJECTIF

LE FÉMININ DE L'ADJECTIF QUALIFICATIF (SUITE)

Adjectifs en -eur - Les adjectifs terminés en -eur au masculin


forn1ent leur féminin en -euse.
EXEMPLE : Paul est voleur. - Marie est voleuse.
Exceptions en - eur - Les adjectifs majeur, meilleur, mineur, supérieur,
inférieur, extérieur, intérieur prennent un sin1ple -e au fén1inin.

Adjectifs en -te ur - Les adjectifs terminés en -teur au masculin


forment leur féminin en -trice.
EXEMPLE : un regard admirateur - une foule admiratrice.
Exception en -teur - menteur fait menteuse au fén1inin.

Adjectifs en -gu - Les adjectifs terminés en -gu au masculin,


comme aigu, ambigu, contigu, exigu, prennent un tréma sur le e du
féminin, pour conserver la prononciation du u.
EXEMPLES : une note aiguë; une réponse ambiguë.

Adjectifs en -f - Les adjectifs tern1inés en -f au n1asculin,


forn1ent leur féminin en -ve.
EX EMP LE : un homme captif - une femme captive.

Adjectifs en -c - Les adjectifs terminés en -c au masculin,


comme turc, caduc, public forment leur féminin en -que.
EXEMPLE : un village turc - une ville turque.
Exception en -c - Les adjectif~ blanc, franc, sec forn1e nt le ur fénùnin en
-che : blanche, franche, s~che.
L'adjectif grec fo rn1e son fcminin en -cque : une île grecque.

Autres exceptions
1) L'adjectif frai s fa it son fé n1inin e n fraîche.
2) L'adjectif long fait so n fé n1inin en lo ngue.
2) L'adjectif doux fait son fé n,inin e n douce.
2) Les mots bénin et malin forment leur féminin en bénigne, maligne.
EXEMPLES : Une maladie bénigne; une infection maligne.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 73

EXERCICES

1 1 Ajoutez un nom féminin à chacun des adjectifs qualificatifs suivants :


,
sec grec superieur n1.eiJleur
blanc turc instructif n1.enteur
frais italien contigu franc
long espagnol mmeur voleur
soyeux bénin adnùrateur honteux

21 Dites à l'a ide de t rois adjectifs qualificatifs comment peuvent être:


une ville une forêt une note une parole
., . .' . .
une cite une r1v1ere une n1us1gue une 1ntent1on
,
une école une 1nontagne une chanson une pcnsee
. . .
une c u1s1ne une plage une fète une 111v1tat1on
une cba111bre une falaise une danse une e111brassadc

3 I Mettez au féminin les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :


,
Ecoutez la chanson bien (doux)
Qui ne pleure que pour vous plaire
Elle est (djsc ret), elle est (léger)
Un frisson d'eau sur de la 111.ousse !
La voix vous fu t connue et (cher)
M ais à présen t elle est voilée
C on1m .e une veuve (désolé)
Pourtant comme elle encore (fier) !
PAUL V El~LAIN E, SAG ESSE

4 I Accordez les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :


N otre collation (froid) au rez- de- chaussée fè ta les jan1bons largen1ent bardés de
lard. En bas, quarante vendangeurs avaient la (n1eilleur) table (servi) d' on1elettes,
de veau, de poules, de
cochon, et (arrosé) de
. .
cc vu1 qui, co1nn1e
les plus beaux rubis,
garde (clair) aux
lun1ières sa (sanguin)
e t (blanc) couleur.
COLE TT E, L E FANAL ULEU

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 4
74 L' ADJECTIF

FORMATION DU PLURIEL DE L'ADJECTIF QUALIFICATIF

Les beaux paysages méridionaux s'étendent à perte de vue.

R ègle du pluriel - Pour forn1er le pluriel d'un adjectif


qualificatif, on ajoute un -s au singulier. M ais il existe de
no1nbreuses règles d'accord de l'adjectif qualificatif au pluriel.

Adjectifs en -s et -x - Les adjectifs en -s et -x ne changent pas au


pluriel. EXEMPLES : Un vieux manoir - de vieu~ manoirs.
un nuage épais - des nuages épaii.

Adjectifs en -eau - Les adjectifs en -eau prennent un -x au


pluriel. EXEMPLE : un nouveau film - de nouveau/( ~lms.

Adjectifs en -al - Les adjectifs en -al forn1ent leur pluriel en


-aux. EXE MPLE : un homme loyal - des hommes loy~.
Exceptions - Les adjectifs banal, bancal, ~nal, glacial, naval, boréal
prennent un -s au pluriel.
EXEMPLES : Des hivers boréQ.Ji - des meubles bancQil.

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR

Règle 1 - Les adjectifs de couleur s'accordent en genre et en


nombre avec le nom qu 'ils accompagnent.
EXEMPLE : Des crayons noirs - des feuilles noires.

R ègle 2 - Les adjectifs de couleur forn1és de deux n1ots ne


s'accordent pas.
EXE MP LES : Des serviettes vert clair ; des rubans bleu foncé.

Règ le 3 - Les noms employés comme adjectifs pour exprimer


une couleur restent invariables.
EXEMPLES : Des cartables marron ; des trousses orange ; des peintures ocre.
En effet, marron et orange sont des non1s de fruits, ocre est un non1 de roche.
Exceptions - Les adjectifa rose, mauve, fauve, écarlate, incarnat, pourpre e t
vermeil qui s'accordent au pluriel. EXEMPLE :J'ai cueilli des lilas roses et mauves.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re 4
l ' ADJECTIF 75

EXERCICES

1 1 Écrivez ces exp ressio ns au pluriel :


un sourire an1icaJ nn nouveau journal
un plat régional un événen1ent n1ondial
un adjectif nun1éral un tableau original
un exen1ple gra1nn1atical un commerce provincial
un visage jovial w1 repas copieux
une belle journée d'hiver llll n1onsieur jovial

21 Même exercice :

un plan horizontal ou vertical un hynllle beau e t joyeux


un chenun creux e t tortueux w1 pelage gris e t roux
un conte fantastique et 111.oral w1 repas frugal ou copieux
un cwnat équatorial ou polaire une n1aladic virale ou nucrobicnnc
un enfant obéissant et affectueux llll angle aigu, droit ou obtus

3 1 Accordez s' il y a lieu les expressions su ivantes :

des chevelures (châtain) des océans (bleu foncé) des draps (paille)
des fleurs (rouge) des serviettes (rose) des gants (gris perle)
des foulards (crèm.c) des housses (fauve) des bancs (rouge cerise)
des cahiers (vert) des peintures (n1astic) des tentes (olive)
des ,naillots Gaune cit ron) des écharpes (,nauvc) des souris (gris)

4 I Copiez le texte su ivant en accorda nt les adjectifs qualificatifs entre


parent hèses :

Paysage
Les deux flancs de ce bassin (solitaire) sont tout (couvert) de bruyères aux (petit)
fleurs (violet), de (long) genêt5 Gaune) dont on fait des balais ; çà e t là, quelques
châtaigniers (gigantesque) étalent leur (long) branches à denlÎ (nu) . Les feuilles,
(bruni) par les prenuères gelées, pleuvent autour des arbres. Quelques (noir)
corneilles sont (perché) sur les ran1eaux les plus (sec) e t les plus (mort) de ces
(vieux) arbres ; clics s'envolent en croassant à notre approche. De (grand) aigles
ou éperviers très (élevé) dans le firman1cnt tournent au-dessus de nos têtes,
épiant les alouettes d.u1s les genêts ou les (petit) chevreaux qui se rapprochent de
leur 111.èrc. De (grand) 111.asscs de pierres (gris) (tacheté) et un peu Gauni) par les
n1ousscs sortent de terre, par groupes, sur les deux pentes (escarpé) de la gorge.
A LPH O f\ SE l)E LAMAlt TIN E. LES CONFI DE NCES

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 4
76 L' ADJECTIF


REGLES D'ACCORD DES ADJECTIFS QUALIFICATIFS

Règle - Tout adjectif qui qualifie plusieurs noms se met au


pluriel, parce que plusieurs singuliers valent un pluriel.

1., cas - L'adjectif est du n1asculin pluriel si les 110111s qu'il qualifie sont
du masculin.
EXEMPLE : Mon pantalon et mon chapeau sont noirs. Noirs est un n1asculin pluriel

parce que pantalon et chapeau sont du 1nasculin.

2• cas - L'adjectif est du fén1ini11 pluriel si les non1s qu'il qualifie sont du
fé n1i11i11.
EXEMPLE : Ma chemise et ma cravate sont noires. Noires est un fén1i11i11 pluriel

parce que chemise et cravate sont du féniirun .

3• cas - L'adjectif est du n1ascufu1 pluriel si les non1s qu'il qualifie sont de
différents genres, parce que le n1asculin l'en1porte sur le féminin.
EXEMPLE : Le pantalon et la veste sont noirs. Dans cc cas, en effet, pantalon est du

n1asculin, et veste est du fé1ninin ; noirs est donc du n1asculin pluriel.

EXERCICES

1 1 Complétez les noms suivants avec chacun des adjectifs qualificatifs


proposés.
Modèle : blanc : un manteau blanc; une robe blanche ;
une robe et un manteau blancs.
1) oral : une question, un exercice 6) creux : une assiette, un bol
2) décin1al : une fraction, un non1bre 7) feodal : une ville, un château
3) soyeux : un tissu, une étoffe 8) vert : un arbre, un buisson
4) belle : une aventure, une histoire 9) ü1structif: une visite, une journée
5) bref: un récit, une 11-istoirc 10) utile : tu1 conseil, une explication

2 I Accordez en genre et en nombre l'adjectif qualificatif entre parenthèses:


1) La poire et la pon1111e sont (111ùr). 4) Ta tance cc la nucnne sont (vieux).
2) La nier cc le ciel sont (bleu). 5) Ta trousse cc la mienne sont (neuf).
3) JI eu e une parole et un geste (an1icaJ). 6) Cc chiot et ce chaton sont (n1ignon).

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 77

3 1 Sou lignez les adjectifs qualificatifs et dites à quels noms ils se rapportent :
1) Ma sœur est blonde et 111a n1èrc est brune. Elles ont toutes deux les yeux bleus.
2) Le cygne avance d'une gracieuse et lente allure sur les eaux stagnantes.
3) Mes 111.eilleurs an,is 111.'ont offert tu1 cadeau 111.agnifique.

4 I Accordez en genre et en nombre les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :


Sur l'onde (cal1ne) et (noir) où dorn1ent les étoiles
La (blanc) Ophélia flotte comn1.e un (grand) lys,
Flo tte très lenten1ent, couchée en ses (long) voiles.
On entend dans les bois (lointain) des haJlalis.
Voici plus de nùlle ans que la (triste) Ophélie
Passe, fantô111e (blanc), sur le Qong) fleuve (noir).
AR.THUR R.IMllAUO. OPH ÉLI E

5 1 Accordez en genre et en nom bre les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :


L'albatros
Souvent, pour s'an1user, les honm1.es d'équipage
Prennent des albatros, (vaste) oiseaux des 01.ers,
Qui suivent, (indolent) con1.pagnons de voyage,
Le navire glissant sur des gouffres (amer).

'
A peine les ont-ils déposés sur les planches
Que ces rois de l'azur, (111.aladroit) et Q1ontcux),
Laissent p.iteuscn1en t leurs (grand) ailes (blanc)
Con1.n1e des avirons traîner à côté d'eux.
CHAl~LES BAUD ELAIR E. LES i7LEURS pu MAL

GI Même exerc ice, en précisant le gen re et le nombre de chaque adjectif


qualificatif, et le nom auquel il se rapporte :
Un jardin en auton1ne
Jan1ais 111.011 jardin ne 111.'avait paru si (beau). Les espaliers, un peu (défeuillé),
étaient (lourd) de pêches (111.ûr) et de grappes (doré). Les groseilliers s'étalaient
en touffes (clair), scn1.écs de quelques points (rouge), et dans cc soleil d'autonuie
qui fait tnôrir toutes les baies, éclater les graines, les 111.oincaux se poursuivaient
avec des vols (inégal), où l'on recon11aissait bien, à travers la bande, la recrue de
(nouveau) couvées. La chaleur (doux), où tout se meut si tranquillement,
donnait à cc (petit) coin (rustique) un calme (cxtraorrunaire).
A LPHON SE DAUDET. R,0ll§ RT H § LM0NT

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
7& L' ADJECTIF

jLEs ADJECTIFS DERIVES


• •

Certains adjectifs sont dérivés de noms. On les forme en


D ÉFINITION -

ajoutant un suffixe au nom.


E XE MPLES : le courage, courageux; la France, français.

LES ADJECTIFS COMPOSÉS

On appelle adjectif composé un adjectif qualificatif formé


D tFI NITION -

par la réunion de deux adjectifs qualificatifs.

Règle d'accord
1) Quand les deux adjectifa se rapportent au non1, ils s'accordent tous
deux avec lui.
EXEMPLES : Des jeunes filles sourdes-muettes.
Des cerises aigres-douces.

2) Quand l'un des deux prenù ers n1ots a le sens d'un adverbe, il ne
s'accorde pas.
EXEMPLES : Des enfants nouveau-nés ; des fillettes court-vêtues.

LES ADJECTIFS NU ET DEMI

Règle - Les adjectifs nu et demi sont invariables quand ils sont placés
devant le non1 et attachés au 11001 par un trait d'union.
EXEMPLES : Les vacanciers marchent nu-pieds.
Nous avons rendez-vous dans une demi-heure.

Mais, placés après le 110111, ils sont variables.


EXEMPLES : il avait les pieds fll!.S..
il est une heure et demie.

Attention - Quand demi est coordonné à un nom singulier ou pluriel, iJ


s'accorde en genre n1ais pas en 110111bre. EXEMPLE: Trois ans et demi.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 79

EXERCICES

1 1 Formez un adjectif dérivé à partir des no ms suivants et ajoutez chacun


d'eux à un nom pluriel.
Modèle : barbe - des hommes barbus.

n1er confort douleur école


A
ca1npagne '
poete ciel veten1ent
prmten1ps enfant charité alin1ent
hiver an n1ur nez

21Expliquez les expressions suivantes. Vous pouvez vous inspirer du nom, du


verbe ou de l'adjectif qualificatif dont est dérivé chaque adjectif. Le cas
échéant, cherchez la signification dans le dictionnaire:

une n1atière incon1bustiblc une anùtié indissoluble


un tissu ini11fla1n1nable un héros invulnérable
une j oie indicible une coutum.e antédiluvienne
une 111alad ie incurable une volonté inflexible
un visage impassible un bo nheur ineffable

3 1 Com p létez par l'adjectif qualificatif nu et demi en l' accordant:


A . .
n1archer ... - pieds sortir ... - tete deux heures et ... cinq Jours et ...
. .
les pieds ... la tête ... t rois 11101s et ... une ... -heure
le torse ... aller ... -jambes quat re ans et ... une heure et ...
à l' œil . . . des mains ... deux étages et .. . six siècles et ...
les bras ... un corps . .. sept litres et ... des ... - n1esures.

41Mettez les expressions suivantes au pluriel :


un œil grand ouvert une personne sourde- n1uette
un enfant nouveau- né un alcoolique ivre n1ort
une saveur aigre-douce un élève no uveau- venu
un enfant prenùer-né un repas fin prêt
une fùlette court-vêtue une robe vert clair

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
80 L' ADJECTIF

LES DEGRÉS DE SIGNIFICATION DE L' ADJECTIF

D ÉFINITION - Les adjectif~ qualificatif; peuvent qualifier les choses pour elles-
n1ên1es 111ais aussi en con1paraison avec d'autres. Il existe trois degrés de
signification de l'adjectif qualificatif : le positif, le con1paratif et le
superlatif.

L'adjectif positif- L'adjectif positif n'exprime aucune comparaison.


C'est l'adjectif seul. EXEMPLES : Elsa est séri euse. Julien est doué.

L'adjectif con1paratif - L'adjectif comparatif exprin1e la qualité


avec une idée de c omparaison. Il y a trois comparatif5 :

1) Le con1paratif d'infériorité, exprin1é par l'adverbe moins.


ExEMPLE : Elsa est moins séri euse que toi.
2) Le com paratif d'égalité, exprin1é par l'adverbe aussi.
EXEMPLE : Elsa est aussi sérieuse que Juliette.
3) Le comparatif de supériorité, exprin1é par l'adverbe plus.
ExEMPLE : Elsa est 12lus sérieuse que moi.

ATTE NTIO N :

- Le co1npara tif de supériorité de bon est meilleur.


- Le con1paratif de supériorité de mauvais est pire.
- Le con1para tif de supériorité de petit est moindre, uniquen1ent quand il ne
s'agit pas d'une con1paraison de taille concrète. EXEMPLE : moindre importance.

L'adjectif superlatif - L'adjectif superlatif exprin1e une qualité


portée au plus haut degré ou à un très haut degré .
EXEM PLE: c'est le 12/us beau ~lm que j'aie jamais vu.

On distingue deux cas :


1) Le superlatif relatif désigne une cornparaison par rapport à un
groupe. On ajoute un article ou un adjectif possessif devant le comparatif.
EXEM P LES : Je suis le plus grand de toute la classe. Tu es mon meilleur ami.

2) Le superlatif absolu désigne une qualité qui vaut par elle-111ên1e. On


l'expr in1e par un adverbe (très, fort, extrêmement), un suffixe (-issime) ou un
préfixe (super-, extra-, archi-... ). ExEMPLEs : Je suis très sa0e. 11fait extrêmement chaud.
Léo est richissime. Le métro est archi-12l ein .

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 81

EXERCICES

1 1 Sou lignez l'adjectif comparatif et ind iquez son degré de comparaison:


supériorité, égalité ou infériorité.
1) Ce chaton sen1.ble n1.oins farouche que sa m.ère.
2) Mon écharpe rouge est plus chaude que n1on écharpe bleue.
3) Cet hiver est aussi froid que l'hiver précédent.
4) R émi est plus turbulent que son frère.
5) L'océan Atlantique est 1noins étendu que l'océan Pacifique.
6) Picouic paraît ntieux dressé que Médor.
7) Les oranges que mai11an vient d'acheter au 01arché sont aussi juteuses que
celles de l'année denùère.
8) La voiture de n1a tat1te est n1où1s confortable que celle de n1a cousine.
9) La vitesse de la lu1njère est plus grande que celle du son.
10) Le clin1at de la Bretagne est plus ten1.péré que celui de l'Alsace.

2 I Soul ignez l'adjectif superlatif et ind iquez s'il est relatif ou absolu :
1) Le n1.eiJJeur élève de la classe s'appelle Olivier.
2) Le 111oindre compli111ent encouragerait Hélène et lui ferai t plaisir.
3) Le plus beau des dessins qui décoren t le gyn111ase est celui de Théo.
4) Cette élève fai t preuve d'une très grande concentration.
5) Justine a une voix très harn1onieuse. C'est la chanteuse la plus douée de la classe.
6) Ma cousine Lisa est très forte en anglais.
7) L'lùstoire est la n1atière la plus intéressante po ur la plupart des élèves.
8) R acontez-nous le plus étonnant de vos voyages, den1ande la n1aîtresse aux élèves.
9) Cette dictée étai t extrê1ncn1.ent difficile.
10) Le plus beau poème que nous ayons appris est L'Aibatros de Baudelaire.

3 I Soulignez les adjectifs comparatifs, puis réécrivez le texte en prenant le cerf


comme sujet . Modèle: S'il a plus de noblesse, plus de fo rce...
Le chevreuil se tient ordinairernent dans le feuillage épais des
plus jeunes taillis ; s'il a 1noù1s de noblesse, n1oins de force, et
beaucoup n1oms de hauteur de taille, il a plus de grâce, plus de
vivacité, et 111ên1e plus de courage que le ce1{; il est plus gai,
plus leste, plus éveillé ; sa forn1e est plus arrondie, plus élégat1te
et sa figure plus agréable ; ses yeux sont plus beaux, plus
briJlan ts, et paraissent anin1.és d'un sentiJn.ent plus vif ; ses
1nen1bres son t plus souples, ses n1ouve1nents plus prestes, et iJ bond it, sans effort,
avec au tant de force et de légèreté. C<>Mre Pe 13uFF<>N, H1sro11te NAIVl\llbbll

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
82 L' ADJECTIF

jf oNCTIONS DE L'ADJECTIF QUALIFICATIF

L'adjectif gualificatif peut avoir deux fonctions: épithète ou attribut.

L'adjectif épithète - L'adjectif qualificatif


. est épithète quand
. il est placé
à côté du non1.
EXEMPLES : Le petit chat; le chien méchant.

L'adjectif attribut du sujet - L'adj ectif qualificatif est attribut du sujet


quand il indique une qualité attribuée au sttjet par l'i11tern1édiaire d'un
verbe d'état : être, sembler, paraître, devenir, rester, demeurer, passer pour, avoir l'air.
EXEMPLES : L'écureuil est peureux. Peureux est attribut du sujet écureuil.

ce médecin semble compétent. compétent est attribut du sujet médecin.


Le chemi n devient boyeyx. Boueux est attribut du sujet chemi n.

Accord de l'adjectif attribut avec le sujet - L'attribut du suJet


s'accorde en genre et en nombre avec le sujet.
EXEMPLE : ce petit garçon est ~- sage est au 1nasculin singulier parce que

garçon est n1asculin singulier.

REMARQUE - L'adjectif attribut du sujet se n1et au pluriel s'il s'accorde avec


plusieurs sujets. ExEMPLE : Ali et Léa sont amis_.

L'adjectif qualificatif n1is en apposition - L'adjectif qualificatif est


nùs en apposition quand il est placé à côté du non1 et séparé de lui par
une virgule.
EXEMPLES : ~ . le renard n'hésite pas à tric her. - Nous les vîmes, détendus. heureux.

EXERCICES

l I Soulignez les adjectifs qualificatifs et donnez leur fonction :


1) La jeune fille semble triste en écoutant 1niauler le peti.t chat.
2) La plaine in1n1ense, blanche de neige, est in1n1o bile et silencieuse.
3) Tl parlait peu, d'une voix brève et cassa nte. JI était grand et fort. Lo ngten1ps iJ
n1'avait sen1blé très beau. (D ' At>,~Ès ALPH O N SE DAUD ET)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 83

2 I Sou lignez les adjectifs qualificatifs de ce texte et donnez leur fonction :


Le directeur de l' internat
C'était un hom111e de petite taille, toujours vên1
d'une longue redingote et d'un pantalon noirs.
Ses rnains, son visage et son crâ ne chauve
étaient aussi blancs qu'une feuille de papier blanc
n1ais ses n1oustaches à la gauloise et sa courte barbe
. , . . A
en pinceau eta1ent noires conuJ1e ses veten1ents.
Deux profondes rides creusaient ses joues.
ÉD, >UARD P E15SON, LE VovAc;E D' EDGAR

3 1 Sou lignez les adjectifs qualificatifs et donnez leur fonction :


1) Le professeur sen1ble froid et distant , en réalité il est attentif e t conciliant.
2) N'ous serons bientôt capables d'écrire de belles rédactions.
3) Appliquée, Elsa trace ses figures de géon1étric avec une concentration intense.
4) Doué, cet élève roux fait des exercices qui paraissent con1pliqués.
5) Les cours de géographie scn1.blcnt toLtjours trop court5 !
6) La meilleure élève de la classe est aussi la plus tinlide.

4 I Accordez les adjectifs qual ificatifs entre parenthèses, dites s'ils sont
épithètes ou attributs du sujet et à quels noms ils se rapportent :
Dans les anin1aux (féroce), la passion la plus (doux) devient (excessiQ e t la
tendresse (rn.aternel) est (extrên1e) . La lionne est (terrible) dès qu'elle a des petits,
elle devient alors encore plus (hardi) que le lion ; elle se jette avec la plus
(cornplet) indifférence sur les ani111aux qu'elle rencontre. Elle les n1et à 111.ort , se
charge ensuite de sa (lourd) proie et la porte à ses lionceaux auxquels elle apprend
de (bon) heure à déchirer la chair (palpitant). Quand on veut lui prendre ses
petit5, elle devient (furieux) et les défend jusqu'à la (dernier) extrénuté.
Ço~ffE DE BU FFON , HISTOIR E NATURELLE

5 1 Soul ignez les adjectifs qualificatifs et donnez leur fonction :


Jean- Paul é tait paresse ux, gourn1a11d, insolent, taquin, hari:,111eux, peureux,
sournois. Je n'en fulirais pas de vous donner la liste complète de cous les défauts
qui le distinguaient. Mais cc qui faisait de Jean-Paul un enfant tout à fait
1naussadc, c'était sa conduite 111.alicicuse envers ses camarades. Il semblait n'avoir
d'autre plaisir que le déplaisir des autres. Il battait les plus pe tits et les contraignait
à lui con1poser ses devoirs: aussi é tait-il fort ignorant.
!)' APld ,S P AUL D ESN OYllH.S. U N MAUVAIS âd;yg

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
84 L' ADJECTI F

G NALYSE ; E L'ADJECTIF QUALIFICATIF

Pour analyser un adjectif gualificatif, on dom1e :


- sa nature : adjectif gualificatif;
- son genre : n1asculin ou fénunin ;
- son nombre : singulier ou pluriel ;
- sa fonction : épithète du 110111, attribut du sujet ou nùs en apposition.

Rappels
- L'adj ectif qualificatif est épithète du 110111 quand il est placé avant ou
après le 1101n.
- L'adjectif guahficatif est attribut du sttjet quand il est placé après un
verbe d'état : être - paraître - sembler - demeurer - deve nir - passer pour - avoir
l'air - rester ...
- L'adj ectif qualificatif est n1is en apposition quand iJ est séparé du reste
de la phrase par une ou deux virgules.

EXEMPLE : Les petits enfants, immobiles. semblaient ébahis.


Petits : adjectif qualificatif, n1asculin pluriel, épi thète du non, enfants.
Immobiles : adjectif qualificatif, n1asculin pluriel, nùs en apposition au 110111

enfants.
Ébahis : adjectif qualificatif, n1asculin pluriel, attribut du sujet enfants.

EXERCICES

1 1 Ana lysez les adjectifs qualificatifs dans le texte suivant :

L'ami des oiseaux


Con1111e ils étaient vif5 et légers, les petit5 oiseaux de la rue, des jardinet5, des
haies d'aubépine ! Avec qucJle fervetu-, quelle tendresse, le pauvre petit infume
les suivait de ses yeux bleus ! Il lui scn1blait, quand il les regardait ainsi, comn1c
eux prendre son essor et voler, libre, dans le ciel. Il avait eu d'autres anùs, n1ais les
oiseaux avaient sa préférencc,justeinent parce qu'ils étaient si prestes, si légers ...
Dientôt, avec une joie profonde, il s'aperçut que ces petits êtres ailés étaien t aussi
intell igen t5 et, 111jeux encore, qu'ils étaient ain1ant5 et fidèles.
MAU lt l CE G EN EV(}I X

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re 4
l ' ADJECTIF 85

2 I Même exercice :
Elle était pâle, et pourtant rose,
Petite avec de grands cheveux.
Elle disait souvent :je n'ose,
Et ne disaitjan1.ais :je veux. VrCTOI\ H UC:O, LES CQNTQMl'hôII Q'!S

3 I M ême exercice, p uis ana lysez les noms soulignés :


J'ai des yeux bleus, des lèvres venneilles, des grosses joues roses, des cheveux
blonds ondulés. Je 111.'appclle An1andine. Quand je n1e regarde dans une ~lace,je
trouve que j'ai l'air d'une petite fille de dix ans. C'est norn1al : je suis tu1e petite
fille et j'ai dix ans.
J'ai un papa, une 111an1an, une poupée qui s'appelle !\rnanda, et aussi un chat. Je
crois que c'est une chatte. Elle s'appelle Claude, c'est pOtll'quoi on n'est pas très sûr.
Pendant qtùnzc jours, elle a eu un ventre énorn1.e, et un n1.atin,j'ai trouvé dans sa
corbeille quatre chatons gros coo1n1.c des sotU"is qui ran1.aient autour d'eux avec
leurs petites pattes et qui lui suçaient le ventre. MrcHELTour<.Nrt r~. AMANPINe

4 I Transformez ces phrases en ajoutant l'un des ces adjectifs qualificatifs


que vous mettrez en apposition aux mots sou lignés :
enchanteur - sauvé - favorable - curieux - inflexible

Modèle: Le vieux marin regardait ta mer. 1) Pensif, te vieux marin


regardait ta mer. 2) Le vieux marin regardait ta mer, pensif.
1) Les vents poussaient le navire d'Ulysse vers l'île des sirènes.
2) Le chant des sirènes appelle les 111arins, niais Ulysse leur a bouché les oreilles
avec de la cire.
3) U1vsse den1.ande à ses 111arins de l'attacher au niât du navire pour pouvoir
écouter le c hant sans céder à la tentation.
4) En entendant le chant 1nortel, Ulysse devient fou e t tente de se défaire de ses
liens, n,ai~ ses con1pagnons l'en en1pêchent.
5) Finalen1ent, le navire s'éloigne et le chant des sirènes s'éteint. U1vsse est
délivré du sort et retrouve sa raison.

5 1 Relevez et analysez les adjectifs qualificatifs :

1) Quand le jeune honm1e aperçut le scorpion, noir, il perdit l'esprit et, glacé, il
lâcha les rênes. (Ovr oe)
2) Paul avait inventé un nouveau jeu dont les règles étaient très sin1ples. (PAC:N(>L)
3) Un beau n1atin, au lever du soleil, ils aperçurent une île qui sen1blait
déserte. (Sou i>AULT}

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


.• • L'ADJECTIF QUALIFICATIF
z
-
0 Transformez les adjectifs épithètes en adjectifs attributs.
Modèle: une grande maison - Cette maison est grande.
une aventure palpitante une magnifique sculpture
un livre intéressant des peintures flam.andes
une histoire vraie une exposition ten1poraire
. ,
un destin édifiant un portrait en1ouvant
un ron1ai1 passionnant des bustes antiques

El Soulignez d'un t rait les adjectifs comparatifs et de deux trait s les adjectifs
superlatifs. Mettez une croix sous les adjectifs épithètes :
Il était une fois un bûcheron et une bûcheronne qui avaient sept enfants, to us
garçons. Ils étaient fort pauvres et leurs sept enfants les inco111D1odaicnt beaucoup,
parce qu'aucLu1 d'eux ne po uvait {,ragncr sa vie. Cc qui les chagrinait encore, c'est
que le plus j cLu1c était fort délicat et ne disai t n1o t. Il était fort petit et, quand il vint
au n1ondc, iJ n'étai t guère plus gros que le po uce, cc qui fit qu'on l'appela le Petit
Poucet. Cc pauvre enfant était le souffre-douleur de la 111aison et on lui donnait
toujours tort. Cependant, iJ était le plus fin et le plus avisé de to us ses frères et, s'il
parlait peu, il écoutait beaucoup.
CHAR LES P ERRAULT, CONTES

El Com parez les deux animaux à l'aide d ' un comparatif de supériorité.


Modèle : Le loup est plus sauvage que le chien.
le lièvre et la tortue la fournù et la cigale la vipère et la couleuvre
le dauphin et le requin le cheval et l'âne le guépard et le tigre
le taureau et le bœuf le pigeon et la 111ouette l'éléphant et le rhinocéros

Ajoutez un adjectif épithète et un adjectif attribut aux noms suivants.


Modèle : Ce petit chien est mig non.
Cc ... boulanger est . . . Cc ... explorateur est ... Ce ... carrefo tu· est ...
Cette ... n1aison est . . . Cette ... rivière est .. . Cette ... rue est ...
Ces ... montagnes sont . . . Ces ... voyages sont .. . Ces ... enfants sont ...

11 Formez des adjectifs dérivés des noms suivants et utilisez-les da ns une


phrase. Attention : il peut y avoir plu sieurs possibilités.
Modèle : mer - marin : Les poissons sont des animaux marins.

héros - jo ie - an1i - glace - con1111.unc - 111.usique - histoire - Italie - Pologne


n1ère - frère - tète - on1bre - vie - terre - ca n1pagnc - C hine - Maroc

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


.•
z
a Accordez en genre et en nombre les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :
Les cabanes des boucaniers son t encore debout. Elles son t fai tes d'un n1urcc de
-
0

pierres (sec), sur lesquelles s'appuyaient les branches et les palrn.es. Certaines sont
(consoljdé) avec les côtes (géant) des baleines, et les (long) lan1es (blanc), (poli)
par le vent et la 1ner, brillent au soleil.
J EAN- MARI E LE CLé ZIO, PA\VANA

Accordez et analysez les adjectifs qualificatifs entre parenthèses :

N ous nous pron1ènerons dans les campagnes (vert) ...


N ous parlerons toue bas de5 choses (infinj).
Tout est (grand), tout est (doux), quoique tout soit (obscur).
N ous ouvrirons nos cœurs aux (sombre) harn1onies
Qui ton1bent du (profond) azur.
V1ç r o 1l H uG<>, TouTE LA LY1le

Analysez les mots soulignés :

C'est l'arbre. Tl est opaque, in1n1obilc cc vivant.


TJ baigne dans le ci.cl, il trcn1pe dans le vent.
Une nuit verte inonde en plein jour ses ran1ures.
La moindre brise en tire un millier de murmures ...
11 se dresse, touffu, secret, vertigineux.
Son tronc énor.!:!)& est bossué d' énorn1es creux.
FERNANL) GREGH, CHOIX l)E POÉSIES

Accordez en genre et en nombre les adjectifs qualificatifs entre parenthèses.


- Soulignez tous les noms sujets.
- Mettez une croix sous les compléments du nom.
lJn Uoli) ruisseau descend de la n1ontagne, encaissé entre deux n1urs de pierres
(roulé) gui s'en1pourprent de pavots et de n1auves (sauvage) . Un sentier suit la
rive, bordé de n1aisons et de cha111ps de n1aïs ; il tourne au nlilieu d'oseraies e t de
saules ; ces longues tiges (ondoyant) (anù) des fleuves, ces fcLùllagcs (pâle) gui
pendent ont une grâce (infuù) pour des yeux accoutun1és au vert (vigoureux) des
1nontagnes. En tournant le rocher, on entre d ans LUl bois de chê nes gui monte sur
un d es vcrsant5. Tout en haut, entre les arbres, brille un pan de ciel (bleu) ; un air
(épais) cc (c haud) n1onte aux joues, c hargé d'én1anations (végétale).
H 1Pl'OLYTE 1 ' AINE. VOYAGE AUX P y1téNÊ1jS

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
8& L' ADJECTIF

jt, ADJECTIF NUMÉRAL

DÉFINITION -On appelle adjectif nun1éral un adjectif qui sert à


compter ou à énun1érer. ll existe deux sortes d'adjectif5 nun1éraux: les
adjectifs nun1éraux cardinaux et les adjectifs numéraux ordinaux.

,
L'ADJECTIF NUMERAL CARDINAL - UN, DEUX, TROIS ...

D ÉFI NI TION-Les adjectifs numéraux cardinaux servent à indiquer le


nombre, la quantité . Ce sont les non1bres que vous connaissez déjà
un , deux, trois, quatre, cinq , etc. EXEMPLES : IrQis enfants. -se.t:U chevaux.

Accord des adjectifs nun1éraux cardinaux - Les adj ectifa nun1éraux


cardinaux sont invariables, sauf un qui devient une au fcnùnin.
ExEMPLES : voici mes quatre ~lies. - ce sont s..el2t beaux chevaux.

REMARQUES

1) L'adjectif nun1éral cardinal un s'écrit une au fén1inin.


ExEMPLES : Je compte les fruits : un melon, deux melons, ... une poire, deux poires ...

2) Vingt et cent prennent un s quand ils sont précédés d'tu1 chiffre


n1ultiplicateur : quatre-vingts (parce que c'est quatre fois vingt) et deux cents
(parce que c'est deux fois cent). Mais ils ne prennent pas de s au pluriel quand
ils sont suivis d'un autre nornbre. ExEMPLES : Quatre-vingt-dix. - Deux cent trois.
3) On n1et un trai t d'unjon (-) entre les dizaines et les unjtés, sauf si elles
sont liées par et. ExEMPLES : Trente-trois . - Cinquante et un.

Fonction - L'adj ectif numéral cardinal déternüne le nom.

, '
L'ADJECTIF NUMERAL ORDINAL- PREMIER,DEUXIEME ...

DÉFINITION -Les adjectifs numéraux ordinaux servent à indiquer


l'ordre ou le rang. ExEMPLES : Le premier arrivé; le sixième mois; le douzième étage.

Accord des adjectifs numéraux ordinaux - Les adj ectifa nun1éraux


orrunaux s'accordent en genre et en nombre avec le no1n.
EXE MPLES : Le premier chemin à gauche ; la première rue à gauche.

Fonction - L'adjectif nnn1éral ordinal est épithète ou attribut du sujet.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
l ' ADJECTIF 89

EXERCICES

1 1 Écrivez en lettres les nombres contenus dans les phrases suivantes :


1) Le g rand écrivain Victo r r.Iugo a vécu 83 ans.
2) Le poète Arthur Rin1.baud, lui , n'a vécu que 37 ans.
3) Le fabuliste Jean de La Fontaine est n1ort à l'âge de 74 ans.
4) La France compte e nviron 60 000 000 habitants ; sa supe rficie est de
543 965 kn12 •
5) Le T GV n1et 2 heures pour relier Paris à Lyon, c'est-à- dire pour faire 480 km.
6) Quant à Marseille, gui se trouve à pe u près à 800 kn1. de Paris, le train à grande
vitesse y va en n1.oins de 4 h.

2 I Écrivez en lettres les adjectifs numéraux ordinaux su ivants :


1) M a grand- n1.ère va bientô t fê ter son 7 2• anniversaire.
2) M o n pe tit frère, lui, va souiller sa 7• bo ugie le m ois prod 1ain.
3) Pour vous rendre à la poste, prenez la 1•·• à droite, puis, co1nmc il y a des sens
interdits, prenez la 6' à gauc he e t vous serez dans la bo nne rue.
4) Cette pièce a beaucoup de succès, les acte urs la j ouent cc soir po ur la 100' fois.
5) Le XVI· siècle esc celui de la R e naissa nce, le XVII' siècle est le « siècle
classique », le XVIII' siècle est le « siècle des lun,iè res », e c le XIX• siècle
celui des révolutions.

3 1 Écrivez en lettres les adjectifs numéraux suivants :

Le petit prince a quitté la planète sur laquelle il vit pour visiter les planètes alentour.
La 7• planète fut donc la Te.rre. La Terre n'est pas une planète quelconque
O n y con1pte 111 rois, 7 000 géographes, 900 000 businessn1en, 7 500 000
ivrognes, 3 11 000 000 de vaniteux, c'est-à- dire environ 2 000 000 000 de
grandes personnes. Pour vous donner une idée des din1.ensions de la Terre, je
vo us dirai qu'avant l'inventio n de l'électricité on y devait entre tenir, sur
l' ensen1ble des 6 continents, une véritable arn1ée de 462 511 allun1eurs de
réverbères. D "APll ÈS AN TOI N E l)E SAIN T- E x u1•imv, LE PETI T PR IN CE

4 I Même exercice :
C 'était cela, Crastaing, no tre professeur de français . Les 4 dernières années de
notre enfance. 6<, Sc, 4<, 3•. À raison de 6 he ures de français par scmai11e. To tal :
984 he ures, 59 040 1ninutcs. Sans co1n ptcr les he ures de retenue qu ' il tenait à
surveiller lui- n1ê n1c.
D' Al'll ~S DAN IEL P ENN AC, KAM O ET M O (

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
90 L' ADJECTIF

G 'ADJECTIF DÉM~ NSTRATIF: CE, CET, CETTE, CES

On appelle adjectif dén1onstratif un adjectif qui sert


D ÉFINITION -

à n1ontrer les personnes, les animaux ou les choses dont on


parle. ExEMPLES: Écoute ce concert. Cette musique est émouvante.

Les adjectifs dén1onstratifs sont :


- ce, devant un non1 n1.asculin singulier conu11ença nt par une consonne
ou un h aspiré. EXEMPLES : ce chat; ce hibou.
- cet, devant un 110111 n1asculin singulier con1111ençant par une voyelle ou
un h n1uet. EXEMPLES : Cet ami; cet homme.
- cette, devant un non, fénùnin singulier. EXEMPLE S : cette table; cette vipère.
- ces, devant tous les non1s pluriels. EXEMPLES : Ces chats; ces tables.

R EMARQUE - Pour n1ontrcr des personnes, des aiùn1.aux ou des choses qui sont
proches, ou pour annoncer cc qui suit, on ajou te le n1ot -ci après le nom. :
- ~ homme.:.Cl (qui est ici, près de nous}- .ce livre.:.Cl (dont j e vais vous parler}.
Pour n1.o ntrcr des personnes, des anin1aux ou des choses qu.i sont éloignés,
ou pour désigner ce qui a précédé, on ajoute le mot -là après le 110111 :
- ~ homme.::JQ, (qui est là-bas, loin de nous}-~ livre-là (dont je vous ai parlé}.

Fonction - L'adjectif d~n,onstratif détcrnune le 110111.

L' ADJECTIF POSSESSIF: SON, SA, SES •••

-On appelle adjectif possessif un adjectif qui exprin1e la


D ÉFINITION

possession, c'est-à-dire qu 'il indique à qui appartient la


personne, l'animal ou l'objet dont on parle. EXEMPLE : voici .!'.Ilia maison.

Singu lier Pluriel


l '0 personne : mon ma mes notre nos

2• personne : ton ta tes votre vos

3° personne : son sa ses leur leurs

R EMARQUE -Devant un 110111 fénùnin con1111ençant par une voyelle ou un


h n1uet, on ren1place ma, ta, sa par mon, ton, son. EXEMPLES: Mon amie ; to n hôtel.

Fonction - L'adjectif possessif détern1ine le non,.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop il re 4
l ' ADJECTIF 91

EXERCICES

1 1 Com plétez par l'adjectif démonstratif qui convient:


.'
... nv1erc ... son1n1.cts ... plage ... bouées
.
... torre nt . .. pic . .. falaises ... dunes
... 1nontagnes ... vallon . .. digue ... hôtel
, ,
. ..chalets ... vallée ... port ... ete
, .'
... cm1.e ... paturage ... phare ... vacanc1ere

21 Remplacez l'article défini par mon, ma ou mes, puis par ton, ta ou tes :
la n1ère le père les mains lajan1be les cheveux
les tantes la sœur les dent5 le tronc la poitrine
l'oncle les frères le visage la cuisse le talon
les cousins le neveu les oreilles le ventre les genoux

3 1 Complétez par l'adjectif démonstratif qui convient:


Je n1e dis :« Tu es tranquille et au chaud dans ta n1aisonavec ton chien.Mais voilà un
tel qui a son plafond écroulé, voilà ... pauvre veuve dont la n1aison a br{1lé la se111aine
passée, voilà ... vieillard gui n'a plus son fils ; voilà ... trois orphelins qui n'ont ni père
ni n1èrc pour n1oissonncr leur seigle. Qui est-cc qtü ira à leur secours ? Allons, c'est
111.oi ! Bêchons la vigne de ... voisi11 n1aladc, coupons l'orge de ... vieille femn1e
aveugle, prêtons notre chèvre à ... pauvre nourrice dont la vache est ton1.bée dans le
ravin et qui n'a plus de lait pour ses petits ! Le peu que je puis pour eux leur
soulagera le cœur ; ils auront ni.oins de chagrin, ils dorn1jront ... nuit, ils n1angeront
... soir, ils coucheront à l'abri . . . hiver.»
ALPHONSE D E L AMAIUIN E, L E T AILLEUR D E PI E RR ES D E SAINT- POINT

4 I Recopiez le texte suivant en sou lignant les adjectifs possessifs, puis


écrivez entre parenthèses leur genre et leur nombre :
L'enfant et le chardo nneret
Posé sur son perchoir, le chardo1u1eret agitait la tête avec vivacité. 11
01' examinait et frétillait de to utes ses plun1cs. Je le regardais sans
bouger afin de lui inspirer confiance. A.igtùsant son bec
contre son perchoir, il fit entendre ses petits cris. Son
humeur sociable, son audace me plurent. Je devais lui
plaire 111.oi aussi, 111011 .in1n1obilité le rassura, iJ gazou illa.
J'étais devenu son an1i, il était devenu le n1ien.
H E\IRI Bosco, L'E NFANT ET LA RI YIÈR, I;

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 4
92 L' ADJECTIF

L'ADJECTIF INTERROGATIF: QUEL?

On appelle adjectif interrogatif un adjectif qui sert à


D ÉFINITIO N -

interroger, à poser une question.


EXEMPLES : Quelle heure est-il 7 .QYgl age as-tu 7 Quels livres avez-vous lus 7

Accord de l'adjectif interrogatif - L'adjectif interrogatif s'accorde en


genre et en non1bre avec le no1n sur lequel il pose une question.
EXE MPLES : .QYg,! est ton plus grand rêve 7 Quel est masc ulin siJ1gulier.
Qyelle est la taille de ton petit frère 7 Quelle est fén1iJ1in singulier.
Quels sont tes animaux préférés 7 Quels est masculin pluriel .
Qyelles sont les plus belles histoires que tu connaisses 7
Quelles est fén1inin pluriel.

R EMARQU E - Lorsque l'adjec tif interrogatif désigne plusieurs non1s des de ux


genres, on se sert du 1nasc ulin pluriel quels, parce que le n1asculin
l'emporte sur le féminin.
EXE MPLE : Quels sont les livres et les histoires que vous préférez 7

Fonc tion - L'adjectif interrogatif détern1ine le nom auquel il se


rapporte.
EXE MPLE : Quel train prends-tu 7 Quel détern1ine le 110 111 train.

L'ADJECTIF EXCLAMATIF: QUEL!

L'adjectif exclan1atif sert à exprin1er l'é tonnem ent,


D ÉFI NITIO N -

l'admiration, l'indi gnation.


EXE MPLES : .Q.Y..ci beau soleil I Qyelle paix I Qyels magni~ques paysages 1

Accord de l'adjectif exclamatif - L'adjectif exclan1atif s'accorde en


genre et e n non1bre avec le 110111 qu'il accon1pagne.
REMARQU E - les adjectif5 exclamatif5 sont les n1ên1es que les adjectifa
interrogatifa : quel, quelle, quels, quelles.

Fonc tion - L'adjectif exclan1atif d é ternline le non1 auquel il se rapporte.


EXEMPLE : Quelle jolie ~llette ! Quelle déternùne le non1 ~llette.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
l ' ADJECTIF 93

EXERCICES

1 1 Accordez en genre et en nombre l'adjectif exclamatif quel :


. , . 1
1) ... cerises appec1ssances .
2) ... brave homn1.e !
3) ... tendresse se lit dans les yeux de ce garçon
4) ... joie de partir en vacances !
5) ... bonheur de se retrouver en fanùlle
6) ... ravissantes tulipes !
7) ... chen1.in tortueux vous n1e faites prendre
8) ... agréable soirée nous passons !
9) ... bon n1édccin nous avons trouvé
10) ... superbes tableaux nous pouvons voir dan5 cc n1.uséc

2 I Accordez en gen re et en nombre l'adjectif interrogatif quel.


1) ... livre as-eu lu dernièren1ent ?
2) Pour ... raison n'es-tu pas venu ?
3) ... fruit préférez-vous ?
4) ... filn1 as-tu regardé hier?
-) . . . , Î
::> ••• anus avez-vous 1nv1tes .

6) D ans ... région passez- vous vos vacances ?


.
7) ... questions ailcz-vous poser
' Î.
8) A' ... distance d'ici se trouve la gare ?
9) D ans ... maison habite ta grand-m.èrc ?
10) ... chaussures va is-je 111cttrc cc 1nati n ?

3 1 Soulignez en vert les adjectifs interrogatifs et en rouge les adjectifs


exclamatifs :
Mademoiselle Perle
Pour la prenuère fois de 111.a vie, je regardai n1.adcn1.oiscl!e Perle et je 111.e dcn1andai
cc qu'elle était. Quel âge avait-clic ? Quarante ans ? Oui, quarante ans. Elle se
coiffait, s'habillait ridiculcn1cnt et, n1algré to ut, elle n'était point ridicule. Quelle
drôle de créature, vrai111cnt ! Sous sa chevelure, on voyait un grand front calme,
coupé par deux rides profondes, puis des yeux bleus, larges cc doux.Tout le visage
étai e fin cc discret. Quelle jolie bouche ! Et quelles jolies dents !Je trouvais qu'elle
était cent fois 111icux, plus fine, plus noble et plus fière que 111ada n1.e Chantal.
Guv Pl! MAUPASSANT, MAP!:MOISl:bbl; PeRLe

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
94 L' ADJECTIF

G 'ADJECTIF INDÉFINI : AUCUN, CERTAIN, CHAQUE, ..

D ÉFINITION - On appelle adjectifs indéfinis les adjectifs qui


désignent de manière in1précise les personnes ou les choses.
E XE M PLE : Plusieurs écoliers ont apporté leur goQter.
Dans la phrase ci-dessus, on ne sait pas exactcn1ent guels élèves ont
apporté le ur goC1ter, ni combien : plusieurs est un adjectif indéfini.

Les adjcctifa indéfi nis sont :


Masculin Féminin Deux genres
aucun aucune autre/ autres
certain/certains certaine/certaines même/mêmes
nul/nuls nulle/nulles quelque/ quelques
tel/tels telle/telles quelconque/quelconques
tout/tous toute/toutes chaque (invariable)
maint/maints mainte/maintes plusieurs (toujours pluriel)

R emarque Certains adjectifs indéfinis, c omme même et


quelconque, s'emploient toujours avec un article.
EXEMPLE : le même sac ; un sac quelconque

Pla ce de l'adjectif ind éfini - Les adj ectifa indéfi nis sont toujours placés
à côté d es noms auxquels ils se rapportent.
EXEMPLES : Aucun problème ; nul doute ; maint diamant.
Fonction - L'adjectif indéfini déternune le 110111.

EXERCICES

1 1 Mettez au féminin les adjectifs indéfinis dans les exp ressions suivantes :
aucun c he n,jn - ... route le 111ê n1e prix - la ... valeur
nul pays - ... région aucun bruit - ... inquiétude
certain loup - ... chèvre l'autre jour - 1' ... nuit
chaque pays - ... coutun1e tout flatteur - ... dupe

21 Mettez au pluriel les ex pressions su ivantes :


certain jour - l'autre cheval - gudquc sen1aine - tel jour - telle personne

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 4
l ' ADJECTIF 95

3 I Sou lignez et ana lysez les adjectifs indéfinis dans le texte suivant :
Certain lo up voyageait un jour avec un chien ; ils devisaient e nsen1ble
franc hem ent. M ais à to ute mj11ute , la conversatio n s'arrê tait : au n1oindre bruit, à
chaque fe uille gui to ,nbait, quand une o ,nbre quelconque venait à passer, no tre
loup dressait son o re ille e ffrayée.
,< Quelle n1ortelle inquié tude t 'agite ? lui dit le c hie n à plusieurs reprises. Je n'ai
Ja n1ais vu une telle an goisse ! M arc hons tranquille ment et libres de tout souci,
puisque nul danger ne nous n1e nace.
- Je ne le puis, lui répondit l'animal féroce :j'ai maint ennenlÎ à redouter ;j'ai
pour ennenlÎ tout le n1onde.
-Ah,je con1prends, ré pondit le chien: tu ne sais fain~ que le n1al. »
D 'APRÈS J EAN--B A11T1STE SAv, 1r Loue er, r CHIEN

4 I Même exercice :
L'oiseau-n1ouche
De to us les êtres
anin1és, voici le plus
élégant po ur la fo rme
et le plus brillant
pour les cotùcurs. Les
pic rœs et les 111é taux
polis par notre art ne
son t pas con1parables
à ce bijou de la
nature; elle l'a con1blé de tous les dons qu'elle n'a fait que partager aux autres
oiseaux : légère té , rapidité, prestesse , g râce et riche parure, tout appartient à ce
petit favori. N ullc crÉ'. ature ne l'égale en splende ur. L' én1craude, le rubis, la
to paze brille nt sur ses habit5 ; il ne les souille j an1ais d e la po ussière d e la terre ;
e t, d ans sa vie to ut aérienne , o n le voit à peine to ucher le gazon par instants ; il
est to ujo urs en l'air, vole de fl e ur en fle ur ; il a le ur fraîche ur comme il a le ur
éclat, il vit d e le ur nectar, n' habite que les quelque, clim.a ts o ù sans cesse c lics
se renouvelle nt.
D'APR ÈS LE COMTE l)E l3UFF0 N. HlSTOpt g NATURBbLE

5 1 Révision :
- Dans le texte ci-dessus, sou lignez en vert les adjectifs possessifs et en
rouge les adjectifs démonstratifs.
- Relevez les adjectifs qualificatifs et analysez-les.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 4
96 L' ADJECTI F

G NALYSE DES ADJECTIFS NON QUALIFICATIFS

Pour analyser les adjectif~ non gualificatif~, on donne :


- leur nature : nun1éral, possessif, dén1onstratif, interrogatif, exclai11atif,
indéfini ;
- leur genre : n1asculin ou fcnunin ;
- leur non'lbre : singulier ou pluriel ;
- leur personne (seulement s'il s'agit d'un adjectif possessif) ;
- leur fonction : déternùne le 110111, attribut du sujet, épithète du 110111.

R EMARQU E - La fonction des adjectifs non quali1icatifa est souvent de


déterminer Je norn (sauf dai1s le cas des adjectif.~ nurnéraux ordinaux,
interrogatifa et exclan1atifa). Pour cette raison, beaucoup de gran1111aircs
les appellent « adjectifs détern1inatifs » ou encore sin1plen1ent
« détern1inants ».

EXEMPLE :

quelle chance que notre ami nous fasse monter m ~ chevaux !


Quelle : adjectif exclan1atif, fénunin singulier, détermine le non1 chance.
Notre : adjectif possessif, l"' personne du pluriel, n1asculin singulier,
déternune Je 110111 ami.
Ces : adjectif dén1onstratif, n1asculin pluriel, déternune Je 110111 chevaux.
Deux : adjectif nun1éral cardinal, n1asculin pluriel, déternune le 110111 chevaux.

EXERCICES

1 1 Ana lysez les adjectifs dans le texte suivant :

Jusqu'à l'âge de huit ans, Tistou ignora l'école; sa 111a111an s'était chargée de son instruction.
Lorsque Tistou atteignit son huitièn1e anniversaire, Madai11e Mère considéra gue
sa tâche était ternunée, et qu'il fallait confierTistou à un véritable professeur. On
acheta donc à Tistou un très joli tablier à carreaux, des bottines neuves qtù lui
faisaient 111.al aux pieds, un cartable, un plumier noir décoré de personnages
japonais, LU1 cahier à grandes lignes, un cahier à petites li!:,rnes, et on le fit
conduire par le valet Carolus à l'école de Mirepoil qui avait très bonne
, .
reputat1on.
MAURI CE 1)1~UON, T 1ST QU l ~S P◊UC§S v µ llTS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 4
l ' ADJECTIF 97

2 I Relevez tous les adjectifs non qualificatifs de ce texte et analysez-les :


Fanchon est venue goûter dans le clos de sa grand-n1ère. Déjà elle a tiré son
couteau de sa poche pour couper son pain à la n1ode du village. Alors un petit
oiseau est venu voltiger auprès d'elle. Puis il en est venu un second, puis un
troisièrne. Et dix et vingt et trente sont venus autour de Fanchon. Il y en avait de
gris, iJ y en avait de jaunes, et de verts et de bleus. Tous ces oiseaux étaient jolis.
D 'APRÈS ANATOLE fit ANCE, Nos ENFANTS

3 I Ana lysez les adjectifs soulignés dans les phrases su ivantes :


1) Ce soir, nul1e étoile ne brille au firn1an1ent.
2) La rencontre entre les deux équipes s'est ternùnée par un score nul.
3) J'ai trouvé ce filn1 quelconque et sans intérêt.
4) La Terre n'est pas une planète quelconque.
5) Avant d'affirn1er quelque chose, il faut en être sûr.
6) Certaines personnes pensent davantage au bien qu'elles font qu'à celui
qu'elles reçoivent.

4 I Comp létez par les adjectifs qui conviennent, et précisez leur nature :
Le poète se souvient des soirées passées avec ... erifan.ts et ... f e1nrne.
Oh! que de soirs d'hiver radieux et charn1ants
Passés à raisonner langue, histoire, grammaire,
... quatre enfants groupés sur ... genoux, ... 111.ère
Tout près, qu ... an1js ca usant au coin du feu !
J'appelais ... vie être con tent de peu !
VI CT()lt H UG(>, L ES CONTEMPLATIO'IS

SI Ana lysez les adjectifs dans les ph rases suivantes :


1) Dans six nùnutes,je serai dans le train.
2) D e quel1e ville de France êtes-vous originaire ?
3) Vos roses sont n1agni:fiques ! - Je les ai cueillies ce n1atin.
4) Dans les 111ê1nes conditions, les 111ê1nes causes produisent les n1ên1es effets.
5) Certains écoliers font chaque jour huit à dix kilornètres pour al1er à l'école.
6) Quel ten1ps fera-t-il den1ain ?
7) Je ne trouve aucune trace de pas.
8) Nous avons acheté le mên1e stylo, c'est la deuxièn1e fois que cela nous arrive!
9) Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute. 0 eAN o e L A 1° 0 N T A1N c )
10) Lorsque je connus Mern1oz, il av.iit fait au-dessus de la côte africaine plus de
deux n1ille heures de vol. ù osel'H KesSE L)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


••
• LES ADJECTIFS NON QUALIFICATIFS
z
-
0 Com plétez les p hrases suivantes par l'adjectif interrogatif qu i convient,
et analysez-le :
"1) ... age
• as-tu '. 6) ... no,n as-tu donné à ton c lue n ?
'
2) Dans ... rue habit es-tu ? 7) A ... étage d en1eures-tu ?
3) ... rues pre nds-tu pour aller à l'école ? 8) . .. livres ,net~- tu dans ton cartable ?
' ., ,n ?
4) A ... he ure pars- tu de chez toi ? 9) ... maaere pre1eres- tu .
5) Dans ... quartier habites-tu ? 10) ... arbre 6rarde ses feuilles en hiver ?

Il Corn piétez les phrases suivantes par ces, adjectif démonstratif ou ses,
adjectif possessif :
1) ... j o urs- ci, le tcn1ps est devenu m oins clén1cnt.
2) Le voyageur a fait ... adieux ptùs il est parti en crn portant ... affaires.
3) R egarde ... so1n1ncts en neigés. Cc sont les Alpes.
4) E lle rcsscn1blc à son père : elle a ... yeux e t ... lèvres.
5) ... j o ue ts appartie nne nt àAntoine e t à ... sœurs.

Sou li gnez les adjectifs démonstratifs et mettez une croix sous les noms
auxquels ils se rapportent. Puis réécrivez la deuxième phrase au singul ier:
Pritzel, un e1·ifant alle111and, voit débarquer dans son village les << soldats de 92 >>,
c'est-à-dire les soldats de la Révolution française.
Toute n1a v ie , j e n1c rap pellerai ce tte rue silenc ieuse c nco,nb réc d e gens
c ndor n1i s, les un s é te ndus, les a utres re pli és, la tê te sur le sac. J e vo is e ncore
ces p.ie ds bo ue ux, ces se n1 clJcs usées, ces habits ra piécés, ces faces j e unes aux
te inte s brun es, ces vie ille s joue s rig ides, ces paupiè res c loses ; ces g ra nds
c hapeaux, ces é paule ttes d éte inte s, ces pon1pons , ces couve r tures d e laine à
bordure rouge, ple ines d e trous ; ces manteaux g ris, cette paille dispersée
d ans la boue.
E R ÇKMANN • CHATIU AN, MADAME THÉR ÈSE

Il Construisez des phrases interrogatives commençant par :


Quel ... ? - À quels ... ? - Sur quelle ... ? - En quelle ... ? - Dans quelles ... ?
Modèle : En quelle langue s'est-il exprimé ?

El Mettez ces ph rases à la forme exclamative en utilisant l'adjectif quel :


1) C'étai t un beau 1natch ! 5) Cc filin é tait très drô le.
2) Cc jo ue ur avait une ardeur inc royable ! 6) Les acteurs étaient excellents.
3) Le rés ultat a surpris to ut le n1o ndc ! 7) D es scènes é taient hilarantes.
4) Les adversaires étaie nt sportif5 e t loya ux ! 8) La fin était tendre et poétique.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


••

z
g Soulignez les adjectifs et analysez-les :
Ma bohème
Je 01' en allais, les poings dans n1es poches crevées,
-
0

Mon paleto t aussi devenait idéal ;


J'allais sous le ciel, Musc, et j'étais ton féal ;
O h ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées

Mon unique culotte avait un large trou.


Petit Poucet rêveur,j'égrenais dans 111a course
Des rin1es. Mon auberge était à la Grande Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou -frou .

Etje les écou tais, assis au bord des routes,


Ces bons soirs de septen1brc où je sentais des gou ttes
De rosée à 111011 front, con1n1e un vin de vigueur

Ou, rin1ant au nillieu des on1bres fantastiq ucs,


Con1n1c des lyres,jc tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur A1~THU R R.IMUAUIJ, l'OÉSIES

Complétez pa r les adjectifs possessifs qui convien nent


et soulignez les noms auxquels ils se rapportent :
Le poète revient dans la ,naison où il a passé son enfance.
Voilà le banc rustique où s'asseya it . .. père,
La salle où résonnait ... voix n1âle et sévère ;
Voilà la place vide où ... n1ère à toute heure
Au plus léger soupir sortait de . .. den1eure,
Et nous faisant porter ou la laine ou le pain,
Vêtissait l'indigence ou nourissait la fain1 ;
Voilà les toit5 de chaun1e où ... 111ain attentive
Versait sur ... blessure ou le nùcl ou l'olive.
ALPHONSE IJE L AMART IN E. MILLY o u LA TE1uu; NATALE

Sou lignez tous les adjectifs de ce texte :


Paris con1n1ençait à ren1ucr. Toutes sortes de run1eurs flo ttantes se dispersaient
sur cette cité à peine révciUéc. D éjà quelques fun1ées se dégorgeaient çà et là
sur toute cette surface de toits. La rivière qui fronce son eau aux arches de tant
de po nts, à la pointe de tant d'iles était couverte de plis d'argent.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
100 LE PRONOM

CHAPITRE 5 - LE PRONOM

DÉFINITION - On appelle pronom tout mot qui tient la place d'un nom.
E XEM PLE: Léa joue dans le jardin , elle monte sur la balançoire.

Les pronoms neutres - Certains prono111s peuvent être neutres, c'est-à-


dire qu'ils ne sont ni masculins nj fé1njnjns.
E XE MPLES : J't attache de l'importance. C'est- à-dire :j'attache del' in1portance
à cela, qui peut être une idée, une chose.

LE PRONOM PERSONNEL : JE, ME, MOI, NOUS, LEUR •..

Les pronoms personnels désignent les trois personnes


D ÉFI NITIO N -
grammaticales.
- La prernière personne est celle qui parle : Je chante. Nous chantons.
- La deuxièn1e personne est celle à qui l'on parle : Tu chantes. vous chantez.
- La troisiè1ne personne est celle dont on parle : li chante. lis chantent.
La troisièn1e personne sert aussi à représenter les êtres et les
choses dont on ne veut pas répéter le non1.
E xE MPLE : Léa aime son livre. Elle (Léa) le (le livre) relit sans cesse.

Les pronon1s personnels sont :

Singu lier Pluriel


l" personne : je, me, moi nous

2° personne : tu, te, toi vous

3° personne : Ma sc. il, le, lui, soi, se, I', on ils, eux, les, leur, se

Fém. elle, la, lui, soi, se, I', on elles, les, leur, se

Neutre en,y en,y

REM ARQUE - on est un prono1n personnel indéfini. Il est ut ilisé quand on


ne sait pas si l'on parle d'un homn1e ou d'une fenune. Ex EMPLE: On frappe à
la porte. On l'utilise aussi quand on parle de l'hun1anité en général.
E XEM PLE: On n'est jamais aussi malheureux qu'on croit. (LA R ocHeF<> u c AuLD}' 1
A TTE NTI ON -11 ne faut pas confondre les pronon1s le, la, les, I' avec les articles
défuus le, la, les, I'.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 5
LE PRONOM 101

EXERCICES

1 1 Soulignez les pronoms personnels dans les phrases suivantes :


1) Mon frère? Je reviens à l'instant de c hez lui.
2) R appelle-moi le titre du livre que tu 111.'as prêté.
3) Nous allons souve nt c hez eux pour boire le thé.
4) Lui,je n'ai jainais pu le comprendre.
5) J'ain1erais te dire ce gue je ressens pour toi, n1aisje suis trop timide.

2 I Mettez les pronoms personnels au pluriel de la même personne :


1) Il m'a pronùs de n1' accon1pagner à la piscine.
2) Toi,je te connais bien : ru es un casse- cou.
3) J e lui ai offert un beau livre. J 'espère qu'elle sera contente.
4) J e te préviens : si tu ton1bes, tu auras n1.al.
5) 11 fait to ut po ur ê tre digne de toi : il se lève tô t e t travaille dur.
6) Lui, il est bon dans tous les sports : il 111.' a to ut appris.

3 1 Complétez ces phrases avec des pronoms personnels qui conviennent :


1) Le cuisinier pèle l'oignon, ... énùnce e t ... 111.et dans la poêle.
2) M an1.a11 a su que tu avais re1nporté le prix ; ...... félicite.
3) La piscine ? j' ... viens à l'instant, et j ' ... retourne den1ain.
4) S'il te plaît, rends- ... le service que j e ... den1andc.
5) Ils ... ont battus la sen,aine dernière. Alors notre revanche, ...... tenons !
6) «Serez- ... là de n1ain ? - J' ... con1pte bie n ! »

4 I Soulignez les pronoms personnels et donnez leur genre :


Jean-Christophe est un petit garçon, qui
apprend à jouer du piano.
Le cœur lui bat, e n appuyant le doig t sur
la touche. Quelquefois , il le relève, après
l'avoir enfoncé à n1oitié, pour le poser sur
une autre. Sait-on ce gui va sortir de
celle- ci, plutô t que de celle-là ? Tout à
coup, le son n1onte. Il y en a de profonds,
iJ y en a d'aigus, il y en a gui tintent, il y
en a d'autres gui grondent. L'enfai1t les écoute longuement, un à un, diJninuer et
s'éte indre.
R OMAIN R OLLANU. ) EAN - ÇHIUSTOPH E

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
102 LE PRONOM

I LES FONCTIONS DU PRONOM PERSONNEL

Le pronon1 personnel, puisgu'il ren1place un non1, a les mên1es fonctions


gue le non1.

Pro no n1 personnel sujet :

Singu lier Pluriel


l '° personne je nous
2• personne tu vous
3• personne il, elle, on ils, elles

EXE MPLES : if chante ; nous courons ; elles jouent.

Pro no m personnel attribut du sujet :


lui (n1asculi11), elle (fèn1i11ü1), les (pluriel), eux (1nasc. pluriel), elles (fèm. pluriel).

EXE MPLES : c· est wi qui viendra nous aider. - ce sera ciLe notre déléguée de classe.
ce sont ~ nos équipiers.- ce sont ci1fi nos meilleures amies.

Pro no m personnel complém ent :

Singulier Pluriel
l " personne me, moi nous
2• personne te, toi vous
3• personne se, soi, lui, elle, en, y, l' se, leur, eux, elles, en, y

Prono n1 personnel complém ent d'objet direct :


Le (n1asculü1), la (fénmm1), les (pluriel), l' (élidé).

EXE MPLES : li regarde le chien : il le regarde. - il regarde la mer : il la regarde.


il regarde les chiens : il les regarde.

Pro no m personnel complém ent d'objet indirect ou complém ent


d'objet second :
E XE M PLES : il pane au gardien : il ll!.i parle. - il parle à la gardienne : il ll!.i pane.
il parle aux gardiens: il m parle.- JI parle à moi : il me parle.
JI parle de ses vacances : il en parle.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 5
LE PRONOM 103

EXERCICES

1 1 Da ns les phrases suiva ntes, sou lignez les pronoms personnels


le, la, les ou l'. (Attention : ne confondez pas avec les articles défin is.)
1) Le train de 8 h 45 est retardé,je le constate, car ils viennent de l'afficher.
2) La lune est derrière des nuages, n1ais je viens de l'apercevoir.
3) Ma poésie,je la connais très bien.
4) Ces livres,je les ai lus depuis lon6rtemps.
5) On apporte le gâteau,je le coupe.
6) Ma n1ère a acheté de belles fi.·aiscs, nous les n1angeons avec plaisir.
7) Les hirondelles partent pendant l'hiver, les pays chauds les accueillent et nou~
les revoyons au printemps.
8) Les vagues sont hautes, les marins les redoutent, les n1oucttcs ne les craignent pas.

21 Dans les ph rases suivantes, encadrez les pronoms personnels sujets et


soulignez les pronoms personnels compléments :
1) Je vous invite au cinén1a. 6) Tu le contredis tout le ten1ps.
2) Nous lui reprochons son attitude. 7) Elles lui parlent.
3) Vous les avertirez de votre arrivée. 8) Donnc-n1oi cc papier.
4) Accordez-lui la permission de sortir. 9) J 'y réfléchirai .
5) Il rn'a fai t part de votre proposition. 10) Nous en parlerons plus tard.

3 1 Soulignez les pronoms personnels et donnez leur fonction :


1) R apportcz-n1oi les livres que je vous ai prêtés le n1ois dernier.
2) Les pon1n1cs,jc les préfère bien juteuses et légèrcn1cnt acidulées.
3) N ous avons ain1é cc filn1 ; n1ais 111cs parents l'ont trouvé ennuyeux.
4) Vous prétendez que j'ai tort. J'en doute.
5) Le réservoir de 111a voiture est vide. Je viens de 111'cn apercevoir.

4 I Même exercice :
Le portrait de Suzon
J 'apportai à Suzon un rouleau de n1cs dessins. Je lui déclarai : « Je te le
donne! » Elle se pencha et n1'intcrrogca sur chacune de n1es feuilles pour
s'assurer qu'elle les con1prenait. Je la rem.crciai de son attention. Mes dessins
lui plurent ; après les avoir bien cxan1inés, elle n1c sauta au cou, 111c disant
,< Tu es un artiste ! »

Gfm. ARI) GA 1r,.r,.v, L'ENEAN(:I: Eiî LA lliUN §SS[!

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
104 LE PRONOM

LES FONCTIONS DU PRONOM PERSONNEL (SUITE)

Les pronoms personnels con1plén1ents circonstanciels :


- de lieu : Le chien a couru vers nous ;
- de n1oyen : Rends-moi mon stylo, je n'écris bien qu'avec lui ;
- de cause : Pierre ô retardéJeanne. Elle a raté son train ô cause de lui.

Les pronoms personnels complén1ents du non1 :


EXEMPLES : L'estime de fili. est un grand avantage dans la vie.

(soi, con1plén1cnt du non1 estime.)


j'habite cette maison depuis longtemps, j'm connais les moindres
recoins. (en, con1plément du non1 recoins.)

Les pronon1s personnels complén1ents d'adjectif:


EXE MPLES: Je suis ~er de .tQ.i. (Toi, con1plé1nent de l'adjectif ~er.)
Ève sait l'amitié que j'ai pour elle. Elle x. est sensible.
0;, con1.plé n1e nt de l'adjectif sensible.)

Les pronon1s personnels complén1ents d'objet second :


EXEMPLES : Éric m.'.a transmis le message.

Les pronoms personnels apposition du sujet :


EXEMPLES : Toi, je t'aime bien. - caroline sait bien, ru, comment faire.

Les pronon1s personnels apostrophe :


EXEMPLES: Toi, zodiaque! ~ . comètes éperdues! (v1c:To1t Huc;o)

EXERCICES

1 1 Soulignez les pronoms person nels compléments circonstanciels :


1) J 'ai déjà rencontré tes cousins : je les ai vus chez toi.
2) N 'aie pas peur du cheval. Approche-toi de ltù. Entre avec lui dans le manège.
3) M a sœur est très attachée à sa poupée. Elle dort toujours avec elle.
4) Si vous partez n1aintena nc, nous arriverons après vous.
5) Elle a dû quitter ses an1is. Elle e n est triste. Elle s'a111use beaucoup avec eux.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 5
LE PRONOM 105

2 I Sou lignez d'un t rait les pronoms personnels compléments du nom et de


deux t raits les pronoms personnels compléments de l'adjectif :
1) Il n 'y a rien de plus ridicule que l'amour de soi.
2) R egarde la bê tise que tu as fai te ! Tu peux ê tre fier de toi .
3) Vo tre projet est trop risqué. J'y su is opposé.
4) J'ai bie n reçu votre carte de vœux. J'e n suis ravi.
5) Ayez confiance e n n1oi,je ne vous ferai pas de n1al.

3 1 Soul ignez d'un t rait le sujet du verbe {nom ou pronom), et de deux traits
le pronom personnel apposition du sujet :
1) Théo, lui, n'a jamais eu de difficultés. 5) Lui,je ne le connais pas.
2) Pierre lui- n1ên1e a tenu à être là. 6) Toi, tu n'as jan1ais ain1é le cinéma.
3) 11s sont contents, eux, d'avoir chaud. 7) Henri IV, lui, é tait protestant.
4) Les rois e ux-n1ên1es craignaient la peste. 8) Tu penses, toi, q ne c'est facile.

4 I Soulignez d'un t rait les pronoms personnels apposition et de deux t raits


les pronoms personnels apostrophe :
1) Léo est gentil, lui. 5) Toi,jc ne t'ai rien den1andé !
2) J eanne et toi, approchez ! 6) M oi,je vais prendre m.on goûter.
3) Tc0 1,. traitre .I E t vous, sec, l'cra cs 1.
A
7) Louis sai t bi.en, lui, con1111ent faire.
4) M o i,j c n1'cn n1oquc. 8) Eux, r ien ne les é to nne.

5 I Indiquez la fonction des pronoms en et y et les nom s qu 'ils rem placent:


1) J'ai ache té un gâ teau à la boulangerie. Prends-en une part.
2) La n1aîtresse n1e fait un con1pli111e nt. J'y suis t rès sensible.
3) Ce vieux pan talon est troué. Ma 1nè re en fera un short.
4) Tu es e nfin arrivé. J 'en suis heure ux.
5) J e n'ai pas le ten1ps d'aller à la boucherie. S'il te plaît, vas- y à 111a place.

6 I Donnez la fonction des pronoms personnels soul ignés :


Quelquefois, des pluies d'orage nous surprennent dans ces grands bois- là ; nous
nous blottissons sous un chêne plus épais que les autres, e t, bien à l'abri, sans rien
dire, nous écoutons la pluie crépiter con1111e sur un toit. Et les sapinières ! Peu
profondes, elles, e t peu n1ystérieuses, je les ain1e pour leur odeur, pour les
bruyères roses e t violettes qtü poussent dessous, et pour leur chant sous le vent.
Avant d'i arriver, nous traversons des futaies serrées, et tout à coup, c 'est la
surprise délicieuse de déboucher au bord d'tu1 é tang, un é tang lisse e t profond ...
]) ',\PR ÈS COLETTE. ClAUDINlj À b' î;COL!!

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
106 LE PRONOM

L'ACCORD DU VERBE AVEC LE PRONOM PERSONNEL


SUJET

1"' règle - Le verbe s'accorde en personne avec le pronon1 sujet.


EXEMPLE : Je déjeune.
Je est de la 1"' personne, donc déjeune est à la l " personne.

2• règle - Le verbe s'accorde en non1bre avec le pronon1 sujet.


EXE MPLES : L'oiseau chante. Les oiseaux chantent. Je chante. Nous chantons.

REMARQUE - Quand les SUJets sont de différentes personnes, le verbe se n1et


au pluriel et s'accorde avec la personne quj a la priorité : la 2• personne a
la priorité sur la 3•. La 1... a la priorité sur la 2• et la 3• personne.
EXE MPLES : Toi, Rémi et moi chantons ensemble. chantons est à la 1"' personJ1e
du pluriel parce qu'un des sujets, moi, est à la 1"' personne.
Ali et toi allez au cinéma. Allez est à la 2• personne du pluriel
parce gu'un des suj et5, toi, est à la 2' personne.

Inversion et reprise do nom sujet


D ans certains cas, le pronon1 suj et est placé après le verbe :
- Dans les phrases interrogatives : Pourquoi pleures-tu ? rourquoi Éric pleure-t-il ? ;
- Dans les phrases introduites par aussi, à peine, sans doute, du moins, peut-être... :
Peut-être as-tu mal compris. Peut-être Éric a-t-il mal compris.

EXERCICES

l l Reprenez le nom sujet par un pronom personnel suivant le modèle.


Modèle : Jeanne a peut-être de !a peine. - Peut-être Jeanne a-t-e!!e de !a peine.
1) Chloé a sans douce eu peur. Sans douce ...
2) Jean est peut-être le seul à connaître le secret. Peut-être ...
3) Le fùn1 a à peine comn1encé. A' peine ...
4) Les vaches sont sa ns douce parties dans les alpages. Sans douce . ..
5) R obinson Crusoé a résolu de survivre. Aussi ...

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 5
LE PRONOM 107

2 I Dans les phrases suivantes, accordez le verbe entre pa renthèses avec


ses sujets et sou lignez le sujet qui a la priorité :

1) Toi et 1noi (1nangcr) à la cantine.


2) Elle et to i (bavarder) cnscn1blc.
3) Toi et Anne (aller) à la bibliothèque.
4) Toi et lui (participer) à ce concours.
5) Eux et leurs parents (aider) leurs voisins.
6) Sa n1ère et elle (ain1er) aller dans les grands n1agasins.
7) Elle et lui (préparer) un exposé.
8) Vous et n1oi (avoir) les n1ên1e goûts.
9) Elle et n1oi (nager) bien.
10) Lui et sa fcn1n1c (travailler) dans la n1ên1e entreprise.

3 I Réécrivez le text e suivant comme si vous pa rliez à un am i.


Modèle : Lorsque tu pleurais... Attention, il vous faudra éga lement
mod ifier les adjectifs possessifs : ... tes larmes s'arrêtaient de couler.

Lorsq ue j e pleurais, tu1c fcmn1c n1c


serrait si doucement dans ses bras que
n1cs larn1cs s'arrêtaient de coulcr. Jan1ais
je ne n1e couchais dans n1o n lit sa ns que
111a in.ère vînt 111'en1brasser, et quand le
vent de décen1bre collait la neige contre
les vitres blanchies, elle n1e posait les
pieds entre ses deux mains et elle restait
à n1e les réchauffer en n1e chantant une
chanson dont j e retrouve encore dans
n1a n1én1oirc l'air et quelques paroles.
Quand j'étais surpris par une nuit
d'orage, elle accourai t devant n1oi et me forçait à m'abriter sous un pan de son
111anccau, qu'elle 1n.c ran1cnaic sur la tête cc sur les épaules. En-6J1, quand j 'avais
une querelle avec un de n1.es ca n1aradcs, elle n1e fajsait raconter n1es chagr ins cc
toujours elle trouvait quelques bo nnes paroles pour n1e consoler.
H ECTOI~ MALOT. SANS FAMILLE

4 I Dans le texte ci-dessus, mettez une croix sous les pronoms personnels
sujets et un trait sou s les pronoms compléments d'objet direct.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
108 LE PRONOM

REMARQUES SUR LE PRONOM PERSONNEL

1'" remarque - Par politesse, on utilise le pronon1 personnel vous au


sinb"lllier à la place de tu, lorsqu'on s'adresse à quelqu'un de plus âgé ou à
quelqu'un d'énunent.
E XE MPLE : Bonjour Madame, comment allez-vous ?

2• remarque - Les pronon1s personnels moi, toi, lui, ell e peuvent servir à
insister sur l'expression.
EXE MPLES : Moi, je suis déjà allé à Paris. Toi, tu as toujours raison.

Pour donner encore plus de force à l'expression, on peut ajouter l'adjectif


indéfini même : moi-même, toi-même, lui -même.
E XE MPLE : Si tu ne veux pas y aller, j'irai moj-même.

3• remarque - Les pronon1.s le, en et y peuvent ren1placer non pas un


110111 seul 111ais toute une proposition.
EXE MPLES : Je viens de te le dire pour je viens de te di re où j'allais.

j'en. doute pour je doute que cela soit vrai.


J'y_ pense pour je pense à ce que tu as dit.

4° remarque - Le pronon1 personnel indéfini on :


. .
- est t0UJ0UrS SUJet ;
- est toujours suivi d'un verbe au singulier, n1êmc s'il désigne plusieurs
personnes. EXE MPLES : venez déjeuner, les enfants ! - on arrive !
- Ou s'accorde en genre et en nombre s'il désigne clairen1ent des noms
férnüùns ou pluriels. EXE MPLE: Mari e et moi, on est contentfi d'être arrivru 1

EXERCICES

l I Soulignez d'un trait les mots l', le, la, les quand ils sont articles et de
deux traits quand ils sont pronoms personnels.
1) Le 111.anuel de gran1n1aire,je l'ai oublié dans la classe.
2) Les carottes,je les ai111e cuites à la poêle et revenues dans le beurre.
3) Les animaux, on ne les voit qu'au zoo, dans la nature ou dans les docu111entaircs.
4) La grande sœur de Paul, nous la voyons tous les jours à la bibliothèque.
5) J'attrape le chato n,je le porte,je le caresse,je l'en1brasse etje le laisse partir.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 5
LE PRONOM 109

2 I Même exercice avec le texte suivant. Puis mettez entre parenthèses tous
les pronoms personnels qu i désignent la panthère et analysez-les :

La panthère. On la do1npte plutôt qu'on ne l'appl'Îvoise ; jan1ais elle ne perd


en entier son caractère féroce ; e t, lorsqu'on veut s'en servir pour la chasse, il fau t
bea ucoup de soins pour la dresser, e t encore plus de précautions pour la conduire
et l'exercer. On la m.è ne sur une c harrette, e nfern1.éc dans une cage dont o n lui
ouvre la porte lorsque le gibier paraît ; elle s'élance vers la bête, l'atte int
ordinaire111.en t e n trois ou quatre sauts, la terrasse et l'é trangle.
CHARLES MAQUET, COURS DE LANGUE FRANÇAISE

3 I Écrivez quatre propositions su r chacun des sujet s su iva nts en utilisant des
pronoms personnels selon le modèle.
Modèle : Le pain, nous tachetons à !a boulangerie.
Nous !e tartinons de beurre et nous !e mangeons pour !e goûter.
l'école - la voiture - la chan1bre - le soleil - la lune - la plage - la n1.usique

4 I Sou lignez les pronoms personnels d ans le poème suivant, dites à quels
noms ils se rap portent et analysez-les :
Le compère Thon1.as et son anü Lupin
Allaient à pieds tous deux à la ville prochaine.
Thomas trouve sur son chenün
Une bourse, de louis* pleine :
ll l' en1poche aussitô t. Lupin, d'un air content,
Lui dit : « Pour nous, la bonne aubaine* !
- N on, répond Thomas froide1nent,
Pour nous n'est pas bien dit ; pour 111oi, c'est différent. »
Lupin. ne dit plus rien ; 1nais en qu ittant la plaiJ1e,
[]s trouvent des voleurs cachés au bois voisin.
Thon1as t ren1blant (et no n sans cause),
Dit:« Nous son1m.es perdus ! - Non , lui répond Lupin.
Nous n'est pas le vrai n1ot ; n1ais toi, c'est autre chose. »
Cela dit, il s'échappe à travers les taillis,
[rnn1obile de peur, Tho111as est bientôt pris :
ll tire la bourse et la donne.
Qui ne songe qu'à soi quand sa fortune est bonne,
Dans le n1alheur n'a point d'anùs.

* le louis est une 111on naic utilisée autrefois en France.


* l'aubaine est un ternie fan1ilier qui sig nifie la c hance.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 5
110 LE PRONOM

LE PRONOM POSSESSIF : LE MIEN , LE TIEN, LE SIEN

DÉFINITION - Les pronoms possessifs tiennent la place d'un nom en


faisant connaître à qui appartiennent les personnes, les animaux
et les choses désignés par ce non1.
EXEMPLE : ce stylo est le mien.

Singulier Pluriel
Masc . Fém . Masc. Fém .
l '" personne sing. le mien la mienne les miens les miennes
2° personne sing. re tien la tienne les tiens les tiennes
3• personne sing. re sien la sienne les siens les siennes
1'0 personne plur. le nôtre la nôtre les nôtres les nôtres
2• personne plur. le vôtre la vôtre les vôtres les vôtres
3° personne plur. re leur la leur les leurs les leurs

ATTENTION : N e confondez pas notre, votre, leur, leurs qui sont des adjectif5
possessifs accon1pagnant un non1 : notre livre, votre cahier ... e t le nôtre, le vôtre,
le leur ... qui sont des pronon1s possessifs re1nplaçant un non1. Ils prennent
alors un accent circonflexe.

Fonction des pronoms possessifs - Les pronon1s possessifs ont les


n1ên1es fonctions que le non1.
EXEMPLE : J'ai perdu mon cartable. Le tien est dans la classe. As-tu vu le mien ?
Le tien est le sujet du verbe être ; le mien est le con1plén1ent
d'objet direct du verbe voir.

EXERCICES

1 1 Distinguez !eur adjectif possessif, pronom possessif, pronom personnel :


Leur train a du retard. - Je leur fais confiance. - M a 111aison est la leur. - No tre
père cc le leur sont an1js, - Prenez votre ballo n et rendez-leur le leur. - Leur
courage e n fit des héros. - Vo ici notre sac.Je n1c dernande où est le leur.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 5
LE PRONOM 111

2 I Comp létez les phrases suivantes avec un pronom possessif


Modèle : C'est mon jardin, c'est !e mien.
1) C'est ina chainbrc, c'est .. . 4) C'est 1non lit, c'est ...
2) C'est votre maison, c'est .. . 5) C'est leur voiture, c'est .. .
3) Cc sont leurs jouets, ce sont ... 6) C'est notre jardin, c'est .. .

3 I Soulignez les pronoms possessifs dan s les ph rases suivantes :


1) Voic i 1110n stylo, où est le tien ?
2) Vous avez vos défauts con11nc nous avons les nôtres.
3) Cette règle n'est pas la n1ienne, c'est la vôt re.
4) N ous avons des ennuis, vous avez les vôtres.
5) Cet atlas est à n1oi, c'est le nùen.
6) J e rai1ge n1es affaires, ce sont les nùennes.
7) Nous avons fini notre exercice, avez- vous ternùné le vôtre ?
8) Tu ne prends pas soin de tes livrcs,je ne te prê terai pas les nùens.
9) Mon anùc est vive, la tienne est caln1c.
10) Est-cc guc cette housse est la sienne ?

4 I Mettez aux trois personnes du singulier et du pluriel les pronoms


personnels et possessifs :
l)Voici des 1nanucls scolaires :je donne celui-ci ctjc prends le 1nicn.
2)Voici des gonuncs :j'essaie celle-ci ctjc garde la 111.icnnc.

5 I Da ns le texte su iva nt, remp lacez le nom et l'adjectif


possessif en italique par un pronom possessif :
Une abeille aperçoit une rnouche qui vole près de sa ruche.
- Que viens-tu faire ici, vil anin1aJ ? l~etourne d'où t u
viens ! lui dit-elle.
- Tu as raison, répond la M ouche : il est dangereux
d'approcher un peuple aussi colérique gue votre peuple.
- Aucun peuple n'est aussi sage gue notre peuple, réplique l' Abeille : nous passons
notre existence au nwieu des fleurs gui ont le plus doux parfun1, guand tu passes
ta vie sur les ordures ; nous faisons un n1icl délicieux et l'honm1c recherche notre
voisinage, tandis que votre voisinage lui est in1portun.
- Nous vivons conunc nous pouvons. La pauvre té n'est pas un vice, mais la
colère en est un grand. R appelle-toi cela cc sois indulgente envers ceux gui, sans
avoir des qualités aussi briDanccs que tes qualités, one aussi leurs qualités.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
112 LE PRONOM

LE PRONOM DÉMONSTRATIF: CELUI, CELLE, CE

DÉFINITION - les pronoms dén1onstratifs tiennent la place du nom


en montrant les personnes, les animaux ou les choses désignés
par ce nom.
EXEMPLE : Regarde ces ~eurs : celle-ci est une tulipe. cell e-là est une marguerite.

Au singulier

Mascu lin Féminin Neutre

celui, celui-ci, celui-là cell e, celle-ci, celle-là ce, ceci, cela

Au pluriel

Mascu lin Féminin

ceux, ceux-ci, ceux-là celles, celles-ci, cell es-là

Remarque - Celui-ci, celle-ci, ceci désignent les personnes ou les choses les
plus rapprochées. Celui-là, celle-là, cela les plus éloignées.

Fonction des pronoms démonstratifs - Les pronon1s dén1onstratifa


ont les mê1nes fonctions gue le no1n.
E XE MPLE: Regarde ces oiseaux: celyi-çi est un perroquet, mais je pré~re celyi-là .
celui-ci est le sttjet du verbe être ;
celui-là est le con1plén1en t d'objet direct du verbe préférer.

EXERCICES

1 1 Remplacez dans les phrases suivantes les pointillés par un adjectif


démonstratif ou p ar un pronom démonstratif:
1) ... livre- ... est plus intéressant gue ....
2) Pourguoi ... élève- ... est-il n1ojns attentif gue ...
3) ... dessin- ... est plus réussi gue ...
4) ... imn1eubles- ... sont plus élevés gue ...
5) ... n1usiques son t plus douces que ... guej'écoute d'habitude.
6) ... paysages sont plus valonnés que ... de Norn1andie.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
LE PRONOM 113

2 I Pour éviter les répétitions, remplacez le nom et l'article soulignés par


un pronom démonstratif :

1) Notre 1naison est plus petite que la 1naison de nos voisins.


2) De toutes les régions de France, c'est la région du Midi qui est la plus
ensoleillée.
3) Choisissez parn1i ces livres le livre que vous voulez lire.
4) J 'aiJne n1ieux ce chen1i11 que le c henun que nous venons de prendre.
5) La cloche que nous entendons est la cloche de l'école.
6) La profondeur de la Manche est moms grande que la profondeur de l'océan
Atlantique.
7) D e tous les n1étaux, le fer est le n1étal que l'on utilise le plus.
8) Je préfère ce restaura11t au restaurant qui se trouve dans n1a rue.
9) La voiture de n1on père est plus rapide que la voiture de 111011 oncle.
10) Le cours de la Seme est moins long que le cours de la Loire.

3 I Sou lignez d ' un trait les pronoms démonstratifs et de deux traits les
adjectifs démonstratifs. Donnez leur nature et leur fonction. Dans le cas
des pronoms, dites quels noms ils remplacent :

Aussitôt que les arbres ont développé leurs fleurs, mille ouvriers co1runencent
leurs travaux. Ceux-ci portent de longues pailles dans le trou d'un vieux 1nur ;
ceux-là n1açonnent des bâtin1ents aux fenêtres d'une église ; d'autres déroben t
un crin à une jurnent ou ce brin de laine que la brebis a suspendu à la ronce.
C haque nid voit des 111étan1orphoses charrnantes : un œuf br iJlant, ensuite un
petit couver t de duvet. Ce petit nourrisson prend des plun1es ; sa n1ère lui
apprend à se soulever sur sa couche. Bientôt il va jusqu'à se percher sur le bord
de celle- ci, d'où il jette un prenùer coup d'œil sur la nature.
FRANÇOIS REN É l) E CHATEAUUl~IANL>. G Ê NIE DU CHIUSTIANISM E

4 I Comp létez les phrases suivantes pa r le pronom personnel se, le pronom


démonstratif ce (qui peut être remplacé par ceci ou cela), ou l'adjectif
démonstratif ce qui précède un nom :
1) ... lever tô t pern1et de profiter de toute la n1atinée.
2) ... q ue vous 1ne dites 1n'intéresse au plus haut point.
3) Elle arriva tard et ... coucha tout de suite.
4) ... que j'aimerais, c'est pouvoir visiter Venise.
5) ... n1uséc ... trouve à quelques kilon1ètres d'ici.
,
6) Ecoutez bien ... que je vous explique.
7) ... tableau représente exacternent tout ... que j'ain1e.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
114 LE PRONOM

LE PRONOM INTERROGATIF: QUI, QUE, QUOI, LEQUEL .••

DÉFINITION - Les pronoms interrogatifs remplacent des noms sur


lesquels on s'interroge.
Ce sont: qui, que, quoi, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles ...
EXEMPLES : Q.!tl cherchez-vous 7 De ces robes, laquelle préfères-tu 7

Fonction des pronoms interrogatifs - Les pronoms interrogatifa


peuvent avoir les 111ên1es fonctions que le non1 :
Sujet : Q.!tl ose me déranger 7 Attribut du sujet : Q.!tl êtes-vous 7
Con1plém.en t d'objet direct : QL:1.e veux-tu 7 Lequel préfères-tu 7
Co1nplén1ent d'objet indirect : À .QYQi penses-tu 7
Co1nplén1ent d'objet second : À .QM.i offres-tu ces ~eurs 7 etc ...

Remarque - Pourquoi, comment, où et quand sont des adverbes


interrogatif~, et non des pronon1s. (Voir chapitre 7)

EXERCICES

1 1 Comp létez ces questions avec le pronom interrogatif qui convient:


1) ... t 'arr1ve-t-
. il '. 9) ... es-tu ?
2) ... ferai-je sans toi ' 10) ... est ton 11001 '
3) D e ces deux routes ... devons-nous prendre ?
4) ... de plus beau que d'assister à un coucher de soleil sur la n1er ?
5) Ces fruits sont rnagnjfiqucs .... sont les plus sucrés ?

2 I Soulignez les pronoms interrogatifs et donnez leur fonction :


A. u vo1eur 1. A. u vo1eur .' A' . l' assassin
. 1. A. u 111.eurtre .I Je suis
. perd u,Je
. suis
. assassine,
. '
on n1'a coupé la gorge, on m'a dérobé m.on argent. Qui est-ce? Qu'est-il devenu?
Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que feraj -je pour le trouver ? Où courir ? Où ne
pas courir? Hé ! Que dites-vous ? N'est-il point là ?
N'est-il point ici ? H élas, mon pauvre argent, n1on
cher anu. On n1'a privé de toi ! Sans toi, il n1'est
in1possible de vivre. C'en est fait. Je n'en puis plus,
je 01.e n1eurs, je suis n1ort, je stùs enterré. Qui
voudra 111.e ressusciter en me rendant n1on argent ?

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 5
LE PRONOM 115

3 I Répondez aux questions su ivantes par une ph rase com plète. Analysez le
pronom interrogatif dans chaque question et le nom dans chaque réponse.
1) Qui travaille à la boulangerie ? - Le ... travaille dans la boulangerie.
2) Que fait le boulanger ? - Le boulanger fait ....
3) Avec quoi le boulanger fait-il le pain? - Le boulanger fait du pain avec ... .
4) Dans quoi le boulanger cui t-il son pain ? - Le boulanger cui t son pain dans ... .
\

5) A qui le boulanger vend- il son pain ? - Le boulanger vend son pain ....
6) Qu'ajoute le boulanger à la farine ? - Le boulanger ajoute ... à la farü1e.
\

7) A quoi le boulanger fait-il attention ? - Le boulanger fait attention ....


8) Entre le pain con1plet et le pain blanc, lequel préférez- vous ?
\

9) A part du pain, que peut- on acheter chez le boulanger ?


10) Chez qui achète-t-on le pain?

41 Sou lignez les pronoms interrogatifs et donnez leur fonction :


1) Qui vous a appris à jouer du piano ?
\

2) A qui écris- tu cette lettre ?


3) De ces pulls, lequel est le plus chaud ?
\

4) A laquelle de ces aires d'autoroute nous arrêterons-nous ?


5) Qu'avez-vous retenu de la leçon?
6) Qu'attendez-vous de 1noi?

5 I En utilisant les mots interrogatifs que vous connaissez (adjectifs,


pronoms, adverbes) reformulez les questions de M r. Fogg :
Phileas Pogg a parié qu'il ferait le tour du 111onde en quatre-vingts jours. Il doir donc de
toute u,;gence trouver un navire pour traverser l'Atlanrique... C'est pourquoi il parle vite.
- Le capitaine ? dernanda Mr. Fogg.
- C'est n1oi.
- Vous allez partir... ?
- Dans une heure.
- Vous êtes chargé pour... ?
-Bordeaux.
- Et votre cargaison?
- Des cailloux dans le ventre. Pas de fret. Je pars sur lest.
- Vous avez des passagers ?
- Pas de passagers. Jamais de passagers. Marchandise encombrante e t raisonnantc.
- Votre navire 1narche bien ?
- Entre onze et douze nœuds.
JU~ES V Elt NE, !Jl.IOUR ou MONDE l; N ôUATR E-\IINC':TS (OURS

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
116 LE PRONOM

LE PRONOM INDÉFINI : RIEN, AUCUN, PLUSIEURS •••

DÉFINITION - "'
Les pronoms indéfinis représentent de n-ian1ere
imprécise des personnes ou des choses.
EXE MPLE: Quiconque entre est bienvenu. Quiconque est un pronon1 indéfini car il
, '.
peut representer n U11porte gui.
.

Liste des pronoms indéfinis


1) Certains pronon1s indéfinis s'écrivent toujours de la n1ên1e n1anière.
On dit qu'ils sont invariables : on • per3onne · plusieul'3 · quiconque • rien · autrui.

2) Certains pronon1s indéfinis varient en genre et en non1bre avec le non1


qu'ils représentent. Ce sont:

Mascul in Fém inin


Singu lier Plu riel Singu lier Pluriel
aucun aucuns aucune aucunes
certain certains certaine certaines
chacun chacune
l'un les uns l'une les unes
l'autre les autres l'autre les autres
tout tous toute toutes
quelqu'un quelques-uns quelqu'une quelques-unes

REMARQUES

1) Parnù les pronon1s indéfinis invariables, personne, quiconque, rien, autrui


sont neutres, c'est-à-dire qu'ils ne sont iù fémj1tins ru masculins.
2) Plusieul'3, gui est tottjours un pluriel, peut être soi t inasculin soit
fén1iJ1Ü1, scion le non1 gu'i] rcn1placc.
EXE MPLES: J'ai de nombreux cousins. Plusieurs sont venfil hier. (1nasculin)
J'ai de nombreuses cousines. Plysjeyrs sont venu~ hier. (fén1inin)

Fonction des pronoms indéfinis - Les pronon1s indé finis ont les
rnê rn.cs fonctions que le non1 : sujet, attribut, corn.plé1ne nt ...
EXEMPLE: chacun reste chez soi. chacun est le sujet du verbe rester.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 5
LE PRONOM 117

EXERCICES

1 1 Soulignez et ana lysez les pronoms indéfinis dan s les phrases su ivantes:
1) Ne fais pas à autrui ce gue eu ne voudrais pas subir.
2) Il fau t respecter le bien d'au trui.
3) Tous les oiseaux voyageurs ne n1igrent pas à la même époque : les uns
attendent l'hiver, les au tres le printemps, certains l'été ou l'automne.
4) l~ien ne sert de courir, il faut partir à point. UeAN DE LA FONTAIN E}
5) Perso1u1e n'est content des autres ni n1écontent de soi.
6) L'avis de plusieurs est souvent préférable à l'avis d'un seul.
7) Nul n'est prophète en son pays.
8) l~etenez bien tout cc que le professeur vous enseigne.

21 Soulignez en vert les pronoms indéfinis et en rouge le pronom


personnel indéfin i.
Tout frissonne ; le ciel, de teinte grise et n1atc,
Nous verse tristc1nent un jour de casen1ate.
C'est un 111ur de brouillard, sans couleur et sans forrne.
Rien au-delà.Toue cesse. On n'entend aucun son;
On voit le dernier arbre et le dernier buisson.
VICTOR H uc:o . T OUTE 66 bYllE

3 I - Soulignez d'un t rait les pronoms indéfinis et de deux traits les


pronoms démonstratifs. Donnez leu r fonct ion.
- Mettez une croix sous les pronoms personnels et don nez leur fonct ion.
(Attention : le pronom on est à la fois un pronom personnel et un
pronom indéfini.)
Le clocher de Vachère est tout bleu ; on l'a badigeonné
de couleur depuis la sacristie jusqu'au petit chapeau de
fer. Cela, c'est une idée de ce n1onsieur du don1aine de
la Sylvabelle. 11 n'a pas voulu en dén1ordre.
- Puisque je vous dis que je paye la couleur, n1oi, toute
la couleur ; et que je paye le peintre, n1oi ; puisque je
vous dis que vous ne payez rien et que je paye tout,
n1oi !
Alors on l'a laissé faire.
Cela n'est pas si vilain, et puis, cela se voit de loin.
JEAN G IONO, R EGAIN

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
118 LE PRONOM


LE PRONOM RELATIF: QUI, QUE, QUOI, DONT, OU ...

D ÉFI NITIO N - Le pronom relatif remplace un mot d'une proposition


dans une autre proposition. On appelle alors antécédent le non1 gue
re présente le pronom relatif. ll est souvent placé juste avant ce pronon1.

EXEMPLES: j'aime les biscuits (1" proposition) fllii croustillent (2• proposition).
Qui est pronon1 relatif et biscuits est son antécédent.
Regarde le pantalon (1" proposition) que j'ai acheté (2' proposition).
Que est pronon1. relatif et pantalon est son antécédent.

Liste des pronon1s relatifs :

Pronoms relatifs invaria bles

qui que quoi dont où

Singulier Plu riel


M asc. Fém . M asc. Fém.
lequel laquell e lesquels lesquelles

duquel de laquelle desquels desquelles

auquel ~ laquelle auxquels auxquelles

R ègle - Le pronon1 relatif est du n1ên1e genre et du n1ên1e non1bre gue


son antécédent.

EXERCICES

1 1 Dans les p hrases suiva ntes, encadrez les pronoms relatifs et soulignez
leurs antécédents :

1) Le chenùn gue nous prenons nous n1ènera à la fcrn1e.


2) Les oiseaux gui ont fait leur nid dans la grange ne sont pas craintif5.
3) Le livre dont vous 1n.'avez parlé est passionnant.
4) L'école où nous allons a été bâtie avec des briques.
5) Les to n1a tes que nous n1angeons ont poussé dans notre jardin.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 5
LE PRONOM 119

2 I Même exercice :
1) La chanson à laquelle je pense n1e rappelle n1cs vacances.
2) J 'ai reconnu la 111aison où nous passions nos vacances quand j'avais six ans.
3) Le vers auquel il fait allusion se trouve dans un poèn1e de Victor 1-Iugo.
4) Vo ic i un artiste dontj'adn1ire le talent.
5) R aconte-nous l'histo ire gu i t'a tant é n1u .

3 I Mettez l'antécédent au pluriel et accordez le pronom relatif :

1) Connais-tu le livre auquel je pense ?


2) Tu as revu le c he111jn sur lequel tu jouais étant e nfant.
3) Il chantait une chanson doncje 1ne souviendrai toujours.
4) Il prit un flacon dans lequel il versa une étrange potion.
5) C'est un ami sur lequel je con1pte beaucoup pour n1'aider à l'école.

41 Transformez chacun des groupes de deux phrases en une seule phrase


en ut ilisant un pronom relatif pour éviter la répétition :

1) J 'ai retrouvé n1on livre. J'avais perdu n1on livre.


2) Les élèves font le urs devoirs. Le professeur le ur a donné des devoirs.
3) N ous avons n1angé un bon gâteau. M an1an avait fait un bon gâteau.
4) N ous regardons un filn1. C'est un fil111 conùque.
5) Les policiers cherchent un voleur. Les policiers ont perdu la trace du voleur.
6) Il y a un rocher sur la côte. Les n1oucttes viennent faire leur nid sur cc rocher.
?) J 'entends le chie n. Le c hie n aboie.
8) Tu regardes les ca nards. Les canards barbote nt dans la rnare.
9) M éfie-toi des flatteurs. Les flat teurs ne te veulent pas du bien .
10) M a grand- n1ère coupe des roses. Ces roses sont déjà bie n ouvertes.

SI Soulignez les pronoms relatifs dans le texte su ivant :


Le château sen1blait abandonné depuis longten1ps. Les toits
paraissaient plier sous le poids des végétations qui y
croissaient. Les n1urs, quoique construits de ces pierres
schiste uses e t solides dont abonde le sol, offraient de
non1breuses lézardes où le lierre attachait ses griffes. D eux
corps de bâtin1ent, réu1ùs en équerre à une haute tour e t qui
faisaient face à l'étang, co1nposaicnt tout le château, dont les
portes e t les volets pendants et pourris, les balustrades rotüllécs, les
fenê tres ruinées, paraissaient devoir ton1ber au pren1ier souille d'une te n1pêtc.
H ONOIUi l)E 13A~ZAC, Les C tJOUA~S

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
120 LE PRONOM

I FONCTl ~ NS DU PRONOM RELATIF

Les pronon1s relatifs peuvent avoir les n1ên1es fonctions gue les non1s :
sujet, con1plén1ent, attribut .. . Leur forn1e change alors.

Pronoms relatifs suje ts : QUI


Qui : cet homme, fllii s'appelle Matthieu, âent une épicerie.

(Cet honm1e s'appelle M atthieu. Homme est sttjet du verbe s'appeler)


Lequel ; laquelle ; lesquels ; lesquelles :
j'ai rencontré ton oncle, lequel m'a salué avec chaleur.
(Ton oncle n1.' a salué. oncle est sttjet du verbe saluer.)

Pronoms relatifs compléments d'objet direct: QUE


EXEMPLE: Cet homme. que j'ai rencontré dans la rue, est un ami de mon père.

O'ai rencontré cet ho1nn1e.)

Pronoms relatifs con1plén1ents d'objet indirect : DONT


Dont : L'homme dont tu parles est un très bon ami. (Tu parles de cet hon1ll1e.)

Pronoms relatifs attributs du sujet : QUE


Que : Le poète .Q.!!e tu es sera sensible à ce paysage. (Tu es poè te.)

EXERCICES

1 1 Sou lignez les pronoms relatifs et donnez leur fonction :


1) J'ain1e les croissa nts qui craquent sous la dent e t dont la croô te est dorée.
2) Le livre gue j'ai lu raconte l'histoire d'un soldat qui part à la guerre.

21 1nventez cinq ph rases contenant un pronom relatif sujet.

3 I Même exercice avec un pronom relatif complément d'objet direct.

4 I Mêm e exercice avec un pronom relatif complément d 'objet indirect .

5 I Même exercice avec un pronom relatif attribut du sujet .

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 5
LE PRONOM 121

6 I Donnez l'antécédent et la fonction des pronoms relatifs :


1) Mon oncle nous a lu une lùstoirc que nous avons beaucoup aù11éc.
2) J 'ai mis dans le vase des fleurs qui sont bleues, blanches et jaunes.
3) Le 6h11 q uc je te raconte passe encore au cinén1a.
4) Le cadeau dont je déchire I' cn1ballagc a été offert par n1a grand-111.èrc.
5) Aujourd'hui, c'est toi qui feras la vaisselle, et c'est 1n.oi qui débarrasserai.

7 I Soul ignez les pronoms relatifs et don nez leur fonction :


Les hirondelles sont sur les fils du télégraphe, devant la n1aison, et celJes qui ne
peuvent s'y tenir se sont accrochées aux tuiles et font une frise sur la crête du
toit ... Le bruit qui devrait les chasser ne les dérange pas : une auto qui s'arrête
dans la rue, une porte qui se fer1ne violenunent, un volet qui s'ouvre et claq ue.
Mais le torchon qu'une fenm1e secoue à la fenê tre les enlève, et elles n1ontent
con1n1e des feuilles 01.ortes souillées par un tourbillon.
GASTON C H Êl~EAU, CHASSES ET PLEIN AIR EN FRANCE

8 I Mettez les pronoms relatifs et leurs antécédents au pluriel:


l)Voici la corde à laquclJe nous suspendons notre linge.
2) C'est la n1aison au tour de laquelle vous avez élevé un petit 01.urct.
3) Le vin auquel vous venez de goùtcr est un bordeaux.
4) Le voisin par lequel j'ai été informé de votre arrivée est serviable.
5) Le rongeur duquel nous craignons les nuisances est sans doute un rat.

9 I Donnez la fonction des pronoms relatifs dans les phrases suivantes :


1) Je fais cc qui 111c plaît.
2) Le livre que vous m.'avcz prêté n1'a bien plu.
3) Le gastronon1e que tu es va apprécier ce plat.
4) Il nous a décrit le pays dont il est originaire.
5) Une Grenouille vi t Lill Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout con1111e ull œuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
Pour égaler l'a1ùn1aJ en grosseur. U e AN IJE L A F o N T AIN E)
6) Si vous avez jan1ais passé la ntùt à la belle étoile, vous le savez : à l'heure
où nous dorn1ons un 111.ondc mystérieux s'éveille dans la solin1de et le
silence. ( A Ll'HONsc DAuo eT)
7) Sur un canapé de paille brossée est assise, dans l'angle que forn1ent la
chen1inée et l'alcôve, une fen1111e encore jeune. (A\l'H ◊N se IJ E LAMAt1.T1Ne)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 5
122 LE PRONOM

FONCTIONS DU PRONOM RELATIF (SUITE)

Pronoms relatifs complém ents d'objet sec ond

Aqui : L'enfant à qyi j'offre un cadeau est mon neveu. a· offre un cadeau à l'enfant.}
Pronom s relatifs con1pléments circonstanciels

Lieu : L'appartement QY.j'habite est très conforta ble. (où, dans lequel, d'où ... )
Temps : J'ai fait une sieste pendant laquelle j'ai rêvé. (pendant lequel, lors duquel. .. )
cause : La raison pour laquelle il est venu est simple. (dont, à cause duquel, pour lequel. ..}
Moyen : la raquette avec laquelle il joue coQte très cher. (avec lequel, grâce auquel ... }

Pronon1s relatifs com plém ents du nom et de l'adjectif

Dont : C'est un joueur dont tout le monde admire le style. (Le style du joueur.}
Auquel : La femelle émet un parfum auquel le mâle est sensible. (Sensible au parfun1.}

EXERCICES

l 1 1nventez cinq ph rases avec un pronom relatif comp lément circonstanciel


de lieu (où, dans lequel, d'où).

2 I Inventez cinq ph rases avec un pronom relatif comp lément circonstanciel


de temps (pendant lequel, lors duquel).

3 I M ême exercice avec un pronom relatif complément d'objet second.

4 I M ême exercice avec un pronom relatif complément du nom .

5 I Sou lignez les pronoms relatifs et don nez leur fonction :


1) C'est moi qui con1111encc la partie.
2) Le livre que je choisis m.e sC111ble .intéressant.
3) R egarde ces nuages auxquels le soleil couchant donne des reflets dorés.
4) L'élève à qu i le professeur fa it confiance est très ca!Jne.
5) R on1a in vient de recevoir une récornpense dont ses parents son t très fi ers.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 5
LE PRONOM 123

6 I Même exercice :
1) La n1aison où je passe n1cs vacances se trouve en Suisse norn1andc.
2) Le bois dont est fait cc 111.cublc est très rare : l'ébène.
3) Le 6h11 que j 'ai vu la sci11ainc dernière était très beau.
4) Le nuage qui s'avance dans la vallée apporte l'orage.
5) L'équipe de football dont je su is le capitaine ira au cha,npio nnat.

7 I Ratt achez les deux proposit ions avec les pronoms relatifs dont ou où :
1) Ma grand-111.èrc m'a offert cadeau. Je suis content de ce cadeau.
tu1

2) Saturne a des satellites. Le plus gros de ces satellites est Titan.


3) Mon frère étudie dans une école. JI est heureux dans cette école.
4) L'ennui est une ,naladie. Le travail est le re,nède de cette 111.aladie.
5) La Bourgogne est une région. Le vin est fan1.eux dans cette région.

8 I Donnez la fonction du pronom relatif dont dans les p hrases suivantes:


1) Nous vivions dans un appartement dont j'oubliais toujours les clefa.
2) Les gâteaux dont tu es fri and s'achètent au coin de la rue.
3) Je n'ai pas vu le filin dont tu parles.
4) Ce petit garçon, dont tu es le n1.eilleur anù, sera un grand tnusicien.
5) Prête-01.oi ce stylo dont tu n'as pas l'usage.

9 I Soulignez et ana lysez les pronoms relatifs dans les ph rases suivantes :
1) L'enfant à qui je donnais des leçons particulières a très vite progressé.
2) Les arbres que tu vois sur le bord de la route sont des orn1.es.
3) Le houx est un arbre aux feuilles piquantes dont les fruits sont du poison.
,
4) Ecoute bien le conseil que je te donne.
5) La tintidité dont elle souffre l' en1pêche de se faire des anus.

101 Même exercice :


1) Voici la conclusion à laquelle je suis arrivé.
2) Nous avons loué un apparten1.ent, lequel se situe en Seine-Saint-Denis.
3) Nous avons joué une pièce de théâtre dans laquelle j 'avais le prcnticr rôle.
4) Cc fut tmc soirée cranqtùllc, durant laquelle nous parlân1cs peu.
5) C'est un petit village dans lequel vivent à peine quelques centaines d'habitants.
6) Un rayon de soleil illunùnc la salle où l'on mangc,lc placard où Christophe se
cache pour jouer, le carrelage sur lequel iJ se traîne et l'horloge qui, nuit et
. .
JOUr,Jacasse. (R OMAIN R <.)LLAND)

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
124 LE PRONOM

ANALYSE DES PRONOMS


Pour analyser un pronon1, iJ faut donner :

- sa nature : pronon1 personnel, dén1onstratif, possessif, indéfini ou relatif;


- le nom qu'il ren1place ou, s'il s'agit d'un pronon1 personnel, sa personne ;
R appel : un pronon1 rcn1place parfois toute w1c proposition.
EXEM P LE : Je te dis où il est. Je te le dis.

- son genre : n1asculin, fcnùnin ou neutre ;


- son nombre : singulier o u pluriel ;
- sa fonction : sujet, co1n plé1nent du verbe, attribut du sujet, apposition.

EXEMPLE : ce pain, le !'.ai acheté dans la boulangerie ,rutl fait l'angle.


Je : pronon1 personnel, 1" personne du singulier, sujet du verbe acheter ;
I' : pronon1 personnel, ren1place le 110111 pain, 111.asctùin singulier, con1-
plé1nent d'objet du verbe acheter ;
qui : pronon1 relatif, re1nplace le 110111 boulangerie, fén1ü1in singulier, sujet
du verbe fai re.

EXERCICES

1 1 Analysez tous les pronoms dans les phrases suivantes :


1) Je préfère ma n1aison à la tienne : elle contient n1es souvenirs d'enfance.
2) On a souvent besoin d'être entouré par ceux qu'on ain1e.
3) On est toujours honteux du n1al que l'on a fait.
4) Tu as ren1ercié ton anu, auquel tu dois d'être encore en vie.
5) R everrons-nous la n1aison où j 'ai vu le j our ?

2 I Analysez les pronoms soulignés :


- Quel mall1eur que le m.onde soit si grand, dit Abeille : Q!1 peut s'i perdre et i
être séparé de ses anus.
Georges haussa les épaules : - Quel bonheur que le m.onde soie si grand ! On
peut y chercher des aventures. AbeiJle, ~ veux, quand~ serai grand, conquérir
ces n1on cagnes qui sont cou t au bou c de la terre. C'est là que se lève la lune ; j e
hl saisirai au passage, et j e ~ li!. donneraj, 111011 Abeille.
- C'est ~ . dit Abeille ; llJ. rne hl donneras et $ hl n1ettrai dans 111es cheveux.
ANATO LE i"l~ANC:E, AIIEILLE

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 5
LE PRONOM 125

3 I Remplacez les pointillés pa r les pronoms relatifs qu i conviennent.


Ana lysez- les pu is sou lignez leur antécédent :
1) Je n'arrive pas à retrouver le 111agazine ... j e lis régulière1nent.
2) N ous avons beaucoup apprécié la pièce ... tu nous as parlé.
3) L'honu11.e ... je viens de parler est notre n1édecin.
4) Le jardinier, ... ne colère pas les n1auva ises herbes, les arrache sans répit.
5) Jeanne a lu tous les livres .. . sa grand-111.ère lui a donnés.
6) Je ne n1e rappelle plus l'endroit ... j'ai rangé 111.es clefa.
7) J'ai appris par cœur un poème ... je n'oublieraijainais plus.

4 I Analysez les mots soulignés . Dites s'il s'agit de pronoms ou d'adjectifs


et donnez leur fonction :
J'avais une n1ontre, une inontre à 111.oi, dans n1a poche, à laquelle j e po uvais
regarder l'heure. Et je la tirai de n1a poche pour voir quelle heure il était : nüdi.
Cela n'avait aucune in1portance pour 111.oi gu'il file nùdi o u deux heures, 111ais je
fus très heureux gu'iJ fût midi. Pourquoi ? J 'aurais été
bien en1barrassé de le dire : 1nais ~ était.Ah ! 1nidi, déjà
n,idi,k savais qu'il était 111idi, .!!la montre m.e l'ava it dit:
quelle affaire! Et il ,ne se1nbla qu'une rnontre, c'était une
sorte de confident, à .Q1Ù l'on den1andait conseil, et avec
.q!ll l'on pouvait s'entretenir..
- Quelle heure est-il, rnon anlle la 1nontre ?
- Midi, 111011 cher R énü.
- Ah ! nudi ; alors je dois faire ceci et cela, n'est-ce pas ?
- Mais certainen1ent.
- Tu as bien fait de O1.e le rappeler: sans toi,je ï.o ubliais.
H ECT◊ll MALOT, SANS FAMILLE

5 1 Analysez les pronoms sou lignés:


Le prince héréditaire de Bru nswick veut surprendre un corps d'arn1.ée
con1mandé par le rnarquis de Castries. Le général français. gui se doute du
dessein du prince, fai t coucher son arn1ée sous les arn1es ; pendant la nuit, iJ
envoie le chevalier d' Assas, capitaine au régin1ent d'Auvergne, à la découverte.
'
A peine celui-ci a-t- il fait quelques pas que des grenadiers ennenùs en
en1buscade [ environnent et le saisissent à peu de distance de son régin1ent ; ils
lui présentent la baïo1u1ette, et lui disent que, s'il fai t du bruit, il est n1ort.
M. d 'Assas se recueille un n1on1ent pour nueux renforcer sa voix ; il crie :
,< À 01.oi, Auvergne, voilà nies ennenùs ! » 11 tombe aussitô t, percé de coups.
VOLTAlllE. R î;y O LUii O'jS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


LE PRONOM
z
-
0 Corn piétez pa r le pronom personnel qui convient :

1) ... jouons au parc pe ndan t que ... nagez à la pisc ine.


2) ... apprends ta leçon e t ......... faisons récite r.
3) . . . défais la nappe et ... déjeunons su r l'he rbe.
4) . ... . . ren1ercions pour le cadeau q u e . . .... as fait .

Corn piétez pa r le pronom relatif qui convient et an alysez- le :

1) L'homJ11e .. . tu parles est 111011 père. 4) Le chat .. . ronronne est mignon.


2) La voiture . .. tu conduis roLÙe vite. 5) L'air ... je chante est connu.
3) Le pays d' ... je viens est lointain. 6) Voici un ho1n1nage ... je suis fier !

• - Soulignez en vert les pronoms personnels et donnez leur fonction.


- Soulignez en rouge les adjectifs possessifs et analysez-les.

Les polissons de la ville é taient devenus 111es plus chers anus : j'en ren1plissais la
cour et les escaliers de la n1aison. Je leur ressen1blais en tout ; je parlais leur
langage ;j'avais leur façon e t leur allure ;j'étais vêtu con1111e eux, déboutonné e t
débraillé con1n1e e ux ; mes chenùses to n1baient en loques. J'avais le visage
barbouillé, égratigné , 1n.e urtri, les n1ains noii-es. M a figure é tait si é trange, que n1a
1nère, au n1ilie u de sa colère, ne pouvait s' en1pêcher de rire et de s'écrier :
- Qu 'iJ est laid !
Fll AN Ç(HS R.ENÎl l)B CHATEAU IU-IANU. M Ê!M O lllES µ'o unql-TOMHE

Sou lignez tous les pronoms personnels qui désignent le cercea u et


donnez leur fonction :
L'enfant avait descendu l'escalier de la n1aison, le cerceau accroché à l'épaule.
Une fois d ans la rue, il s'était placé au milieu du trottoir, l'avai t posé bien di-oit,
en le retenant légèrcn1ent avec les doigts de la 1naiu ga uche. Puis iJ lui ava it
donné un coup sec. Le cercea u s'était échappé. La po inte du bâton l'ava it
rattrapé aussi tô t pour le n1aintenir dans la bonne rou te.
J ULES R <>MAI NS, LES H QMM ES DE BQNN E VQLQNJ È

El Sou lignez les pronoms Indéfinis et donnez leu r fonction :


Quand on n1arche à pied, on s'appartient, on est libre et j oyeux ; on est tout
entier e t sans partage aux accidents d e la route, à la ferme où l'on déjeune, à
l'arbre où l'on s'abrite. On part, on s'arrête, rien ne gêne, rien ne retient. La
1narche berce la rêverie, la rêverie évite la fatigue. La bea uté du paysage cache la
long ue ur du c he n1in.
V I CTOR H u(:O

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont inte rdi tes .
z
Il Sou lignez d'un t rait les pronoms indéfinis et de deux t raits les adjectifs
indéfinis. Encad rez les adjectifs possessifs. Entourez les pronoms relatifs :
Tout présageait l'arrivée prochaine d'un ouragan. Les nuages qu'on distinguait
-
0

au zénith é taient à le ur centre d'un noir affreux, et cuivrés sur le urs bords. L'air
retentissait des cris d'oiseaux de n1arine, qui, malgré l'obscurité de l'atn1osphèrc,
venaient de to us les points de l'horizon chercher des retraites dans l'île. Tout le
inonde s'écria : «Voilà l'ouragan!» e t dans l'instant, un tourbillon affreux de vent
enleva la bruine qui couvra it l'île d'Arnbre e t son canal.
B ERNARl) IN l)E SAINT - PIERRE, PAUL llI Yil\ Cli'le

D Analysez les pronoms soulignés :


Le jardinier Lenôtre. qui a planté les jardins de Versailles et des Tuileries, n'est pas
devenu 111oins célèbre que les arclùtectes qui ont élevé ces palais. D e toutes
part5, on s'adressait à lui pour obtenir des plans e t des dessins de jardins destinés à
e1n b ellir les résidences royales e t les châteaux des grands seigneurs. Lenôtre n'en
conservait pas moins la sünplicité de manières .Qll'iJ devait aux exemples de son
excellent père, donc i] garda jusqu'à la fin le plus cendre souvenir.Trois 111ois avant
la more de Le nôcre, le roi, Q.!!i ain1aic le voir e t le faire ca user, le n1e na dans ses
Jardins, et, à cause de son grand âge, le fic rnettre dans une c haise que des porte urs
roulaient à côté de la sienne. Et Le nôtre disait : « Ah ! n1on pauvre pè re, si .ru vivais
et si tu pouvais voir un pauvre jardinier conu:ne n1oi, ton fils , se pro1nener en
chaise à côté du plus grand roi du inonde, rien ne n1anquerait à 111a joie. »
D'APR ÈS SA INT- SIM()N, M ÊMOlllES

Il Sou lignez et analysez tous les pronoms de ce texte :


Les Japonais sont les prcn,icrs équ ilibristes du n,onde.
L'un, anné de son éventail et de petit5 n1orceaux de
papier, exécutait l'exercice si gracie ux des papillons et
des fleurs. Un autre, avec la fun1ée odorante de sa pipe,
traçait rapiden1ent dans l'air une série de n1ots
bleuâtres, qui forn1aient un con1plin1ent à l'adresse de
l'assen1blée. Celui- ci jonglait avec des bougies
allun1ées, qu'il éteignit successiven1ei1t quand elles
passèrent devant ses lèvres. Celui-là reproduisit, au n1oycn
de toupies tournantes, les plus invraisemblables con1binaisons.
Les j ongleurs j onglaient avec elles, et elles tournaient dans l'air ; ils les lançaient
con,me des volants, avec des raquettes de bo is, et elles tournaie nt cottjours ; ils les
fourra ient dans leur poche, e t quand ils les retiraient, elles tournaie nt e ncore !
D 'APRÈS JULES V ERN E, U...,"('QUR PL MONOf: §N QUATRl; - YIN GIS IOU RS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
128 LE VERBE

CHAPITRE 6 - LE VERBE

DÉFINITION - Le verbe est un mot que l'on utilise pour exprimer


l'état ou l'action.

Verbes d'état et verbes d'action


~tre, paraitre, sembler, devenir, demeurer, rester, passer pour, avoir l'air... sont des
verbes d'état. EXEMPL ES: Je suis content. - il semble fatigué.

Plonger, dormir, descendre ... sont des verbes d'action.


E XEMPLES : Je plonge dans la rivière. - Je Q.Qll dans mon lit. - Je descends les escaliers.

VERBES TRANSITIFS ET INTRANSITIFS

Les verbes transitifs - Les verbes transitifs acceptent un


complément d'objet, direct ou indirect. Ils exprin1ent donc une
relation entre le sttjet du verbe e t son o bje t.
EXE MPLES: J'achète une baguette. (acheter, verbe transitif direct)
Je 12ense à mes parents. (penser à ,verbe transitif indirect)

REMARQU E - Certains verbes transitifa peuvent avoir un co1nplém.cnt


d'objet direct e t un com.plén1ent d'objet indirect. D ans cc cas, le
con1plén1ent d'objet indjrcct s'appelle complén1ent d'objet second.
EXE MPLE : Nous demandons des expli cations au professeur.

Les verbes intransitifs - Les verbes intransitifa n'ont pas de


cornplén1ent d'objet. Le sujet seul suffit à exprin1er l'action.
EXEMPLES : Le chien aboie. - Les ours hibernent. - Le soleil brille.

REMARQUE - Certains verbes peuvent être à la fois transitif.5 e t intransitifa


scion la 01.anjèrc dont on les emploie. Leur sens change alors légèrcn1cnt.
EXEMP LES : Le bébé boit son biberon. (boire, verbe transitif)
cet homme boit. (boire, verbe intransitif) C'est-à-dire : i] bo it
souvent de l'alcool ; il est alcoolique.
ce chien a mordu un passant. (mordre, verbe transitif)
ce chien mord. (mordre, verbe intransitif) C'est-à-dire : ce chie n
n1ord souven t: il est n1échant.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
LE VERBE 129

EXERCICES

1 1 Dites de chacun des verbes suiva nts s'il s'agit de verbes d'état ou d'action :
se111bler - paraître - danser - vouloir - cornprendre - sau ter - ê tre - derneurcr
saluer - rester - rouler - n1ôrir - devenjr - acheter - dire - chanter - monter

21 Utilisez chacun des verbes ci -dessus dans une phrase.

3 1 Enc ad rez les verbes d'action et sou lignez les verbes d'état :
'
A tout n1on1e nt, le R on1ain consulte les dieux et veut savoir leur volonté. f1
trouve toutes ses résolutions dans le vol des oiseaux. Il ne sort de sa n1aison que
du pied droit. Il ne se fait couper les cheveux que pendant la pleine lune. Il porte
sur lui des an,ulettes. Contre l'incendie, il couvre les n1urs de sa n1aison
d'inscriptions n1agiqucs. f1 sait des forn1ules pour éviter la n1aladie. Il est brave au
con1bat, n1ais à condition que les auspices lui assurent la victoire. Ce l~ornain
que nous présentons ici n'est pas l'honm1e du peuple que la nùsère et
l'ignorance retiennent dans la superstition . M ais partout et to ujours, sa pensée est
fixée sur les dieux. La crainte des dieux donüne tout.
FusreL l)ll COULAN(;(, LA Ç 1Tli /\NT IOUll

41 Même exercice :
L'enfant prend son crayon. 11 laisse courir sa n1ain sur la feuille blanche. Il trace
une ligne, puis une autre. Elles sont toutes differcntes niais cela do1u1e une
in1pression de vaf:,•ues : la nier paraît agitée. P uis, une autre ligne devient un
nuage. Pendant cc ten1ps, l'enfant reste tranquillcn1ent assis devant sa table, il
s'applique et sa mère le félicite.

SI Ajoutez, quand c'est possible, un complément d'objet direct ou indirect.


Rangez ces verbes en deux catégories : transitifs et intransitifs.
Attention: Certains verbes peuvent êt re da ns les deux catégories.

Je ter prendre partu savoir


A
naitre défiler lire dén1ontrcr
,
chanter donnir couru creer
.
devoir nre circuler rnanger
, ,
cternuer ecou ter o béir délibérer
,
JOUer ecnrc danser é tinceler

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
130 LE VERBE

I LA CONJUGAISON ET LES GROUPES

DÉFINITION -L'ensemble des formes que peut prendre un verbe


s'appelle la conjugaison.
Quand nous récitons : « Je chante, tu chantes, il chante, nous chantons,
vous chantez, ils chantent », nous conjug uons le verbe chanter.

Les trois groupes - On range les verbes en trois groupes d'après le ur


infinitif.

Le 1"' groupe rassemble les verbes se tern1inant en -er.


EXEMPLES: Chanter • manger • danser...

Le 2• groupe rasscn1blc les verbes en -ir et qui forn1ent la


1'" personne du pluriel en -issons.
EXEMP LES : Finir (nous finissons) - grandir (nous grandissons) . ..

Le 3• groupe rassernble tous les autres ve rbes.


EXEMPLES : Faire • aller - vouloir• croire • vendre - dormir ...

REMARQUE - On considère que les verbes avoir et être n'appartiennent à


aucun des trois groupes.

EXERCICES

l I Donnez les infinitifs des verbes soulignés et ind iquez leur groupe:
1) Je ~ en vacances.
2) Cette fenm1e se pare de ses plus beaux atours.
3) li dort profondén1ent.
4) La chale ur du four dore Je dessus du pain.
5) X avier, to ut à coup, fit une bê tise.
6) Cc fut un désastre car le beau vase se cassa.
7) Les deux amjs se serrent la n1ain.
8) La 111an1an sert un verre d'eau à son e nfant.
9) Il illÙ sa dic tée.
10) Il relie ce livre avec une couve rture e n cuir.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 131

2 I Sou lignez les verbes conjugués et ind iquez leur groupe :


1) J e tenais à cc que vous veniez n1c voir.
2) Nous partirons en vacances la SCJ11ainc prochaine.
3) Les élèves révisent leur leçon pour den1aü1.
4) J e reviens! Je crois que j'ai oublié n1.cs clés dans la voiture.
S)Vous n'avez pas pris la bonne route.
6) Le professeur rétablit la vérité.
7) Ma n1ère va au n,arché et choisit les meilleurs fruit5.
8) Mon voisin a trouvé la solution à ce problèn1e difficile.
9) Le soleil se lève e t illurnine la can1pagne.
10) Quand j'apprends n1a leçon de géographie,j 'in1agine que je n1e pron1ène sur
les 111.ontagncs, les vallées, les falaises, les chcnùns que je vois en photographie.

3 1 Relevez les verbes conjugués de ce texte, indiquez leur infinitif et le


groupe auquel il s appartien nent:
Les prin1evèrcs, les violettes, les n1arguerites fleurissent en avril. L'hyacinthe
bleue, le genêt doré, le 111uguct parfun1é, le trèfle rouge et le blanc ne se
n1ontrcnt qu'au n1ois de n1ai. Les églantiers épanouissent leurs guirlandes
fraîches et variées. Les fraises se colorent et les chèvrefeuilles parfi1111ent les
airs. Les buissons donnent leurs fleurs ; l'aubépine se couronne de nombreux
bouquets, les ronces laissent pendre leurs grappes, les néfliers entr'ouvren t
leurs larges feuiJles au sonunec d'un ram.ea u cotonneux ; les hê tres développent
leur superbe feuillage. Le printemps nous offre ses trésors, qui nous
surprennent et nous ravissent .
D'APRÈS B BRNARDIN DE SAINT- PIERRE

4 I Mêm e exercice :
Cosette reprit le chen,in de la source et
se nùt à courir. Elle sortit du village
en courant, elle encra dans le bois en
courant, ne regardant plus rien,
n'écoutant plus rien. Elle n'arrêta sa
course que lorsque la respiration lui
111anqua, mais clic n'intcrron1pit pas
sa m.archc. Elle allait devant elle,
éperdue. Tout en courant, elle avait
envie de pleurer.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
132 LE VERBE

I LE RADICAL ET LA TERMINAISON

Radical et terminaison - Le verbe est con1posé de deux parties


le radical et la terminaison.

Le radical - Le radical est la partie du verbe qui, en général, ne


change pas. li représenre l'idée principale con tenue dans le verbe : c'est
lui q ui no us indique le sens du verbe.
EXEMPLE: Si vous o bservez la conjugaison du verbe quitter :

Singulier Plu riel

je quitte nous qui ttons


tu qyj ttes l;OUS qyj ttez

il quitte ils quittent

elle quitte elles quittent

Vous vous apercevez que les prenùères lettres « quitt » ne changent jarnais :
« quitt » est le radical du verbe quitter.

La terminaison - La terminaison est la partie du verbe qui


change en fonction de la personne, du nombre, du mode et du
temps. Elle no us pern1ec ainsi de connaître le sujet du verbe. O n l'appelle
ainsi car elle se tro uve à la fin du verbe.

EXERCICES

l l Encadrez le rad ical de chaque verbe puis écrivez son infinitif:


nous partons vo us trichiez ils traînent j 'approche
il applatissait clics agissaient vous am1crcz nous travaillerons
., .
vous a11n.crez tu soignes vous p1et1J1ez il photographie
ils arrivèrent nous discutân1es il range j 'adn1ets
elles attendent nous bavardons tu dors vous choisissez
nous bondîrnes tu voulus iJ rêva nous prendrio ns

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductio ns et vidéoprojectio ns sont inte rdi tes .
Chop ilre 6
LE VERBE 133

2 I Séparez le radical et la terminaison des verbes et soulignez le radica l :


,
j'écoute nous ccoutons tu n1angcs vous n1angcz
il m.archc ils inarchcn t clic rentre elles rentrent
JC finissais nous finissions tu prendras vous prendrez
iJ partait ils partaien t elle sortira elles sortiront
Je réfléchis nous réfléchissons tu désirais vous désiriez

3 I Retrouvez l'infinit if des verbes su iva nts, dont le radical a changé :


J' ira i - nous cô nies - iJ croya it - tu fis - je viens - elle naqu it - i] se tut
qu'ils sachent - iJ a pu - je suis - il n1eurt - il s'assied - qu'il dise - qu'il veuille

4 I Donnez une forme des verbes suivants da ns laquelle le radical a changé :


aller : tu iras - faire : ... - croire : ... - être : ... - avoir : ... - revenir : .. .
devoir : .. . - naître : . .. - dire : .. . - parvenir : ... - vouloir : . .. - falloir : .. .

5 1 Séparez le radical et la terminaison des verbes soul ignés. Pour vous


aider, écrivez d' abord l'infinitif de chaque verbe:
Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il ain1ait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le chan1p couvert de n1orts sur qui ton1bait la nuit.
ll lui scn1.bla, dans l' 01nbrc, entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'arn1éc en déroute
Qu i se traînait sanglant sur le bord de la route,
R.âlan c, 2risé, livide et 111.o rt plus qu'à m.o itié,
Et qui disait : « A' boire, à boire, par pitié ! »
.M on père én1u tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhun1 qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé.»
Tout à coup, au n1on1ent où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'hon1n1e, une espèce de Maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front 111011 père en criant : « Caran1ba ! »
Le coup passa si près que le chapeau ton1ba,
Et que le cheval fit un écart en arr ière.
,< D o nne-lui cout de 111ên1c à bo ire », die 111011 père.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
134 LE VERBE

r LES TEMPS DU VERBE

Les temps sont les formes que prend le verbe pour


D ÉFINITION -

indiquer le n1oment de l'action ou de l'état : passé, présent et futur.

Les ten1ps sin1ples - On appelle temps simples ceux gui sont formés
d'un seul n1ot. EXE MPLES : Je marche. - Nous marcherons. - lis marchèrent.

LES VERBES AUXILIAIRES

D ~F1 N1T10 N - Les verbes auxiliaires sont ceux qui aident à conjuguer
les autres. Il y a en français deux verbes auxiliaires : avoir et être.
Il est donc in1portant de savoir. conjuguer les verbes avoir et être. Les voici
au présent de l'indicatif.

AVOIR ETRE
j'ai je suis
tu as tu es
il a - elle a il est - elle est
nous avons nous sommes
vous avez vous êtes

ils ont - elles ont ils sont - elles sont

Les temps composés - On appelle ten1ps con1posés ceux qui sont


forn1és de deux n1ots. Le premier de ces deux mots est l'auxiliaire avoir ou
être. Le second rnot est un participe passé (voir page 166).
EXEMPLES: j'ai marché.j'eus marché. (Marché est le participe passé du verbe marcher.)

EXERCICES

1 1 Sou lignez d 'un t rait les verbes conj ugués à un temps simple, et de deux
t raits les verbes conjugués à un temps com posé :

Je suis espagnol. Je suis grand. Tu es avare. Vous êtes loin.


Tu as grandi. Il avait n1angé. Il a les yeux bleus. Elle a un chien.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 135

2 I Soulignez de deux traits le verbe être et d'un t rait l'auxiliaire être :


1) N ous son101cs contents de vous voir. 6) Je suis parti tôt cc n1atin.
2) N ous nous so1nJncs tron1pés d'adresse. 7) Aujourd'htü, les nuages sont lourds.
3) M on père est architecte. 8) Elles sont sœurs ju1ncllcs.
4) Le m.auva is te1nps é tait revenu. 9) Ta le ttre est arrivée cc n1atin.
5) Le tigre est un redoutable prédateur. 10) L'alpiniste est arrivé au son1met.

3 1 Soulignez de deux t raits le verbe avoir et d'un trait l'auxiliaire avoir :


M . H affner a, dans la petite galerie, à une très n1auvaise place, un portrait de
fen1n1e du plus bel effe t. JI a, de plus, fait un paysage d'une couleur très hardie.
M. Flandrin n'a-t-il pas fait autrefois un gracieux portrait de fe1nn1e appuyée sur
le devant d'une loge ? Mais il a échoué dans le portrait de M. C haix. Nous
venons de trouver, ce gui nous a fait le plus vif plaisir, un nouveau portrait de
fenm1e de M. Flandrin gui nous a rappelé ses bons o uvrages. Cette peinture a le
n1érite de paraître fai te du prenùer coup. Le tableau de M. Lécurieux a un aspect
uniforn1c de cafc au lait. CH AllLEs BAuoe LAlllE, c,unoue t> AllT

4 I Sou li gnez d'un t rait les temps simples et de deux traits les temps composés :
1) N apoléon a conquis toute l'Europe. 4) J 'aurais ain1é te voir seul à seul.
2) Je révise mes leçons avec soin. 5) Le soleil perce les nuages.
3) Tu as eu beaucoup de courage. 6) Les volets étaient clos.

5 I Soulignez de deux t raits les verbes auxiliaires avoir et être et d'un t rait
les verbes avoir et être :

J 'ai trente ans passés.J 'ai eu la taille bien fai te quoique petite. Ma
n1aladie l'a raccourcie d'un bon pied. M a tête est un peu
grosse pour 111a taille. J'ai les yeux gros, l'un plus e nfoncé
que l'autre du côté où je penche la tête. J 'ai le nez d'assez
bonne prise. Mes dents, autrefois perles carrées, sont de
couleur de bois e t seront bientôt de couleur d'ardoise.
Mes jan1bes e t n1es cuisses ont fait prenùèren,ent un angle
obtus, puis un angle égal et enfin un angle aigu. M es
\
cuisses et n1on corps en font un autre et n1a tête se

I penchant sur mon cston1ac, je rcsscn1blc pas n1al à


tu1 Z. J 'ai les bras raccourcis aussi bien que les
/ jaJnbcs, et les doigts aussi. bien que les bras. Enfin, je
suis un raccourci de la n1isèrc bun1ainc.
l'AU L S<:AIUlON, Lg R OMA N COMIOU§

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
136 LE VERBE

-
LES MODES DU VERBE

D ÉFINITION -Les modes sont les différentes façons de présenter


l'état ou l'action exprimés par le verbe.

LES MODES CONJUGUÉS (OU MODES PERSONNELS)

L' INDICATIF

D tF1 N1T1O N - Le mode indicatif exprime une action réelle.


EXEMPLES : Je chante. vous marcherez.
Les rois ont régné en France pendant plus de dix siècles.

LES TEMPS DE L'INDICATIF: LE PRÉSENT

Le présent - Le présent de l'indicatif exprime une action qui a


lieu au mon1ent où l'on parle.
EXEMPLES: j'écris en ce moment. Aujourd'hui, je suis en congé.

Singulier Pluriel
, ,. personne je chante nous chantons

2° personne tu chantes vous chantez

3° personne il/elle chante ils/elles chantent

Valeurs du présent - On utilise égalen1ent le présent pour exprin1er :


- D es état5 gui sont toujours vrais (présent de vérité générale).
E XE M PLES: La Te rre tourne autour du soleil. Chaque matin, je me réveille à 7 11 30.

- D es actions gui viennent de se produire ou qui vont se produire très


bientôt (passé récent ou futur proche) .
EXEMPLES : Ta sœur ? Je la quitte à l'instant. - Ce soir, nous dînons au restaurant.

- D es actions passées, n1êrnes lo intaines (présent de narration). Cet usage


du présent pern1et de rendre un récit plus vivant.
ExEMPLE : Vercingétorix aperçoit l'armée de césar du haut des remparts.
Aussitôt, il envoie des hommes chercher du secours. Mais il est trop tard !

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 13 7

EXERCICES

1 1 Conjuguez à toutes les personnes du présent :


dormir cc rêver - descendre cc remonter - apprendre cc savoir - acheter cc vendre

2 I Conjuguez à toutes les personnes du présent les verbes entre parenthèses:


Retour à la n1ontagne
Dehors, Botasson, le cocher (battre) la sem.elle, car iJ (faire) très froid , et les deux
chevaux qui ont transpiré pour 111.onter la côte de la Mollard (p iaffer) et, chaque
fois qu'ils (secouer) l'encolure, il s' (échapper) un cintiru1abulernent joyeux, léger
et fait de mille notes. Mino (ranger) les bagages puis (monter) sur le siège à côré
du cocher, les deux fenm1.es s'(enmutoufler) dans les couvertures et les peaux de
bique, se (blottir) l'une contre l'autre, les pieds bien au chaud.
R O (;E R l' 1q SON - R OçH E, PREMI ER P E CORUÉE

3 I Même exercice. Soulignez le sujet de chaque verbe:


A la campagne
Ma vie (s'écouler) là,joycusc et claire conm1.c l'eau d'un ruisseau. Le 01.atin, dès
quatre hcurcs,j'(ouvrir) n1a fenêtre au vent qui (venir), ctj'(écoutcr) chanter les
prcnücrs oiseaux. Puis l'auberge clle-1nê1ne (s'éveiller). Je (descendre) alors en
blouse grise, chapeau de paille, arm.é d'un bâton vert avec lequel je (casser) des
bouquet5 d'orties, et je (rôder) à travers les bois bordés de n1argucritcs et to ut
pleins de jacinthes. Les rossignols effarouchés (s'envoler) ; des lapins, le 111.usea u et
la queue en l'air, 111.e (regarder) d'un air con1ique, et Je (sentir) 111011 â111e baignée
de fraîcheur et de sérénité. JuLes VALLÈ S, LA Rue

4 I Soulignez tous les verbes au présent de l'indicat if :


Ménalgue descend son escalier, ouvre sa porte pour sortir ; il la
refern1e. Il s'aperçoit qu'il est en bonnet de nuit ; et venant à
nueux s'exanuner, il se trouve rasé à 111.oitié ; il voit que son
épée est n1ise du côté droit, que ses bas sont rabattus sur ses
talons, et que sa chcnuse est par-dessus ses chausses. 11 entre à
l'appartcn1ent et passe sous un lustre où sa pcrn1que s'accroche
et dcn1cure suspendue ; tous les courtisans regardent et rient ;
Ménalgue regarde aussi et rit plus haut que les autres ; il
cherche des yeux, dans toute l'assen1blée, où est celu i qL1i
111.ontre ses oreilles et à qui il 111.anguc une perruque.
JEAN DE LA BRU YÈR E, Les Ç AJ\ACTÈJ\CS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
138 LE VERBE

- ,
REMARQUES SUR QUELQUES VERBES AU PRESENT:

Verbes du 1•• groupe

Les verbes en -yer - Les verbes dont l'infinitif se ternune en -yer


changent y en i devant w1e ternunaison n1ue tte :
ExEMPLES : Balayer - tu balaies - nous balayons; appuyer - il appuie - nous appuyons.

R EMARQUE - Certain s verbes e n -ayer pe uvent s'écrire des deux façons,


avec le y et avec le i. EXEMPLE: Payer - je paif o u je pa}œ.

Les verbes du type : lever, sécher - Certains verbes pre nnent un


accent grave sur le e deva nt une cern1inaison n1ue tte :
EXEMPLES : Lever - je lfve - nous levons ; sécher - il sè,che - nous séchons.

Les verbes du type : jeter, appeler - Les verbes en 1 ou t doublen t le ur


consonne 1 ou t lorsque ces consonnes sont suivies d'un e muet
EXEMPLES : jeter - je jette; appeler - tu appelles; feuilleter - il feuillette.

EXCEPTIO NS : Les verbes de la liste suivante prennent un accent grave devant


les tern1inaisons n1uettes :
acheter, fureter, haleter, geler, celer, ciseler, écarteler, marteler, peler, modeler, harceler...

Les verbes du type : lancer, manger - Pour conserver la


pro no nciation, il faut parfois aj o uter :
- un c céc.iille : lancer - nous lan,eons ;
- un e devant le g : manger - nous mangfons.

ATTENTION : Les verbes en -guer e t -que conservent tottjours le u .


EXEMPLES : Naviguer - nous navigld,ons ; risquer - nous ri sqld,ons.

Verbes du 3° groupe

Les verbes du type : mettre, paraître, mentir ... perdent le t de


leur radical au singulier :je mens - tu mens - il ment
nous ment ons - vous ment ez - ils ment ent

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 139

EXERCICES

1 1 Conjuguez au présent de l'indicatif: crever, enlever, épeler

2 1 Conjuguez au présent de l'indicatif:


1) Ciseler le persil et peler le ci tron. 4) Persévérer dans l'effort c c espérer.
2) Balayer le salon e t aérer la n1.aison. 5) M anger une pon1.n1.e e t digérer.
3) Ac heter du pain et le surgeler. 6) Ficeler un colis et l'envoyer par la poste.

3 I Conjuguez a u présent de l'indicatif : battre, disparaître, consentir.

4 I Conjuguez au présent de l'indicatif :


1) Apparaître e t disparaître. 4) R isquer sa vie e t plonger.
2) Partir e n n1er e t carguer la voile. 5) Aboyer e t devancer la n1arche.
3) Pressentir w1 m.alheur et s'inquiéter. 6) Marquer un but et battre l'adversaire.

5 I Conjuguez au présent de l'indicatif les verbes entre parenthèses :


Le déjeuner de l'oncle Saltiel
Sur le toit, devant la fenêtre, était son déjeuner.
Trois assiettes. Une olive, un oignon, un petit
/
cube de fron1age. 11 (prendre) délicaten1ent
l'olive et la (111.anger) avec une croûte de vieux
pain. 11 (siilloter) l'hyn1ne national français puis
(arroser) de quelques gou ttes d'huile le fron1age
qu'il (savourer) . JI (protéger) de la main gauc he
sa red ingote e t (approuver), les yeux fermés,
l'excellence de l'arôme. Une 111.ouche (se poser)
sur l'assiette où é tait l'oignon. L'oncle SaJtiel
(jeter) le bulbe souillé dans la rue déserte e t
(boire) avec satisfaction e t affabilité. Il (verser) l'eau de la cruche dans le cre ux de
sa n1ain, (asperger) sa figure aux traits n1obiles et fins, (passer) lenten,ent la paunte
sur la peau tendue, (rouvrir) les yeux, (reconnaître) le n1onde, (aspirer) avec force
et (expirer) délicieusement sans s'apercevoir que sa chère redingote de fête a é cé
largen1en t arrosée.
D'APl~È~ ALIIE RT COH E N , SOLAL

GI Réécrivez le texte ci-dessus en remplaçant l'oncle Saltiel pa r le pronom


personnel nous.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
140 LE VERBE

LES TEMPS DE L'INDICATIF: LE FUTUR

Le futur simple - Le futur sin1ple exprime une action qui se


produira dans l'avenir.
EXE MPLE : Demain, je visiterai le musée du Louvre.

Singulier Pluriel
1' personne
0
je chanterai nous chanterons

2° personne tu chanteras vous chanterez


3° personne il/elle chantera ils/elles chanteront

Le futur antérie ur - Le futur antérieur exprime une action qui se


produira avant une autre action future.
EXE MPLE: Quand vous arriverez, nous aurons ~ni de dîner.

Singulier Pluriel
l" personne j'aurai chanté nous aurons chanté

2' personne tu auras chanté vous aurez chanté


3c personne il/elle aura chanté ils/elles auront chanté

R EMARQUE - Le futur antérieur se forme avec le futur simple de l'auxiliaire


avoir ou être et le participe passé du verbe à conjuguer.

EXERCICES

l I Conjuguez au futur simple : avoir peur et détaler, sourire et remercier.

2 I Même exercice :
1) S'habiller, prendre son sac et aller à l'école.
,
2) Ecouter les q uestions, lever la main e t répondre.
3) Célébrer un anniversaire, offrir des présents e t chanter e n chœ ur.
4) N avigu er, parcourir le 111.onde e t explorer des contrées inconnues.
5) Accourir sur les lieux de l'accide nt et secourir les blessés.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 6
LE VERBE 141

3 1 Écrivez les phrases suivantes au futur simple


puis au futur antérieur :

1) N o us ache to ns un appartem ent. 6) Qui a goù té cc bo n gâteau ?


2) Tu prends l'ascenseur. 7) D o ivent-elles répo ndre ?
3) J é rô me plie son pantalon. 8) Tl ple ut su r Paris.
4) JI fait très froid. 9) Je su is partie à la piscine.
5) Tu organjses une g rande tète. 10) Le je une hon1n1e écrit un poè n1e.

4 I Écrivez les phrases suivantes au futur simple


puis au futur antérieur :

1) M e rcred i proc hain ,j e (aller) c hez le de ntiste.


2) J 'espè re que vous 111e (rendre) visite bientô t.
3) Les alpirustes (atteindre) le somn1et du mont Blanc dans d eux heures environ.
4) Cet après- nùru, 111a m ère n1e (conduire) chez n1on anù pour son anruversaire.
5) D eniain soir, nous (voir) une pièce de M olière au théâtre.
6) Quand tu (recevoir) n1a le ttrc,je serai sans doute de re tour en France.
7) D ans quelques jo urs, la circ ulatio n ro utière (rcd evcrur) no rn1ale.
8) Après trente nlinutes de c uisson, le gratin (dorer) dans le fo ur.
9) D ans une heu re, 111 0 11 père (revenir) du travail.
10) Après q uelq ues exercices d 'applicati.o n, les élèves (comprend re) la leçon.

5 1 Mettez au futur simple les verbes ent re parenthèses :


Le poète se rend sur la tornbe de sa fille.
Dcm ajn, dès l'aube , à l'heure o ù blan chit la ca 111pagne,
Je (parci r) .Vo is-tu ,je sais que tu n1'attc nds.
Je (aller) par la fo rê t,j e (aller) par la n1o ntagne.
Je ne puis de n1eure r loin de to i plus longten1ps.

Je (111archer) , les ye ux fixés sur n1es pe nsées,


Sans rien voir au dehors, sans en tendre aucun bruit,
Seul, inco1u1u, le dos courbé , les n1ait1s croisées,
Triste, e t le jour pour 111oi (ê tre) con1111e la nuit.

Je ne (regarder) ni l'or du soir qui ton1be,


N i les voiles au loin d escendant vers 1-Iarflc ur,
Et quand je (arrivcr) ,je (n1cttrc) sur ta to n1bc
U n bo uque t de ho ux vert e t d e bruyère e n fl e ur.
V 1CTOI~ H UC~O- Lgs Ç ONJEMPLAT(ON S

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
142 LE VERBE

-
LES TEMPS DE L'INDICATIF: L' IMPARFAIT, LE PASSÉ SIMPLE

L'imparfait - L'imparfait exprin-ie une action passée qui a duré


ou qui s'est répétée un certain temps.
EXEMPLES : Le soleil brillait à l'horizon.
Quand il .&ll.l; enfant, Napoléon travaillait beaucoup en classe.

chanter fi ni r mettre
je chantais je finissais je mettais
tu chantais tu finissais tu mettais
il/elle chantait il/elle finissait il/elle mettait
nous chantions nous finissions nous mettions

vous chantiez vous finissiez vous mettiez

ils/elles chantaient ils/elles finissaient ils/elles mettaient

Le passé simple - Le passé simple exprime une action brève, qui


s'est produite une fois et qui est terminée.
EXEMPLE : L'homme se promenait dans la forêt quand, soudain, une biche a1n1aryt
sur le sentier.

chanter fi ni r mettre

je chantai je finis je mis

tu chantas tu finis tu mis


il/elle chanta il/elle finit il/elle mit

nous chantâmes nous fi nl'mes nous mîmes

vous chantâtes vous finîtes vous mîtes

ils/elles chant~rent ils/elles finirent ils/elles mirent

ATTENTION : 11 faut parfois ajouter un c cédille ou une muet pour


conserver la prononciation du verbe.

EXEMPLES : Présent : je place. In1parfait : je plaçais. Passé sin1ple : je plaçai.


Présent : je mange. ln1parfait : je mangeais. Passé sin1ple : je mangeai.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 143

EXERCICES

1 1 Conjuguez les verbes suivants à l'imparfait : avoir peur, être inquiet.

2 I Même exercice :
1) Manger avec appétit et boire sans soif. 4) Crier, pleurer e t se réveiller en sueur.
2) Confier un secret e t exiger la discrétion. 5) Voyager e t voir du paysage.
3) Cuisiner et raconter des histoires. 6) Prendre l'avantage et gagner la partie.

3 1 Mettez au passé simple ou à l'imparfait selon l'usage convenable :


l)Touslesjours,j'(attcndre) ta lettre ;un n1atin,cllc (arrivcr).Jcl'(ouvrir) ctla (lire).
2) Nous (n1archer) dans un sentier, quand la nuit (ton1ber) soudain.
3) C haque vendredi, nous (partir) à la can1pagne e t nous (revenir) le din1anche soir.

41 Rangez ces verbes en t rois colonnes correspondants aux trois groupes


et conjuguez-les aux 1res personnes du singulier et du pluriel de l'imparfait :
vouloir - essayer - bondir - salir - devenir - prendre - jeter - espérer - entreprendre

5 1 Même exercice au passé simple :


n1cttn: - penser - rêver - pourrir - décevoir - vendre - bâtir - m.ouillcr - croître

6 I Mettez les verbes suivant s à l'imparfait (attention à la prononciat ion) :


nous (danser) je (manger) tu (soulager) elles (divaguer)
tu (placer) ils (exiger) eu (pincer) ils Qacer)
vous (distancer) ils (narguer) elle (plonger) je (fabriquer)

7 1 Mettez les verbes suivant s au passé simple (attention à la prononciation) :


nous (avancer) je (battre) tu (pâlir) elles (prendre)
nous (blanchir) ils (ranger) n1 (guérir) ils (distinguer)
Je (rire) ils (bâtir) elle (coucher) vous (renoncer)

8 I Mettez les verbes entre parenthèses à l'imparfait ou au passé simple :


Yann et Sylvestre (préparer) très vite leurs han1eçons et leurs lignes, tandis gue
l'autre (ouvrir) un baril de sel, e t, aiguisant son grand couteau, (s'asseoir) derrière
eux pour attendre. Cc ne (être) pas long. A' pein.c avaient-ils jeté leurs lignes dans
cette eau tranquille et froide qu'ils les (relever) avec des poissons lourds, d'un gris
luisant d'acier. Et toujours, et toujours les rnorues vives (se faire) pre ndre ;
c'(être) rapide et incessant, cette pêche silencieuse. L'autre (éventrer) avec son
grand couteau ; (aplatir), (saler), (con1pter), e t la satm1ure gui (devoir) faire leur
forn1ne au retour (s' en1pilcr) derrière eux, toute ruisselante et fraîche.
P1 eR1~e t o n . Pi;ÇH§URS p'lSlANP!\

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
144 LE VERBE

EXERCICES (SUITE )

9 I Écrivez cinq ph rases contenant deux verbes : le premier à l'imparfait, le


second au passé simple.
Modèle : Je lisais encore quand le soir tomba.

101 Mettez au passé simple les verbes entre parenthèses :


Tempête sur l'océan
Soudain (arriver) de l'horizon une vague énonne. Le vent (redoubler) de violence
et n1es voiles (se déchirer) le long des cou n1res.J' (avoir) juste le ten1ps de grin1per
à nu-hauteur du 01.ât quand la vague (déferler), furieuse, sur n1on bateau. Il
(hésiter) et (s'incliner) sous le choc ;je n1e (den1ander) s'il allait pouvoir revenir à la
surface. Des paquets d'eau (déplacer) en un instant tout ce qui se trouvait sur le
pont. Pourtant, le bateau se (dégager) lcnten1cnt et I' énorn1e vague (passer).
ALAIN G ERUAULT , SEUL A T RAV ER ,~ L'A T LAN T I QU E

11 1 Même exercice :
Atteint d'une étrange 1naladie, un horn1ne raconte à son rnédeân ...
Ayant soif un soir, je (boire) un dc1ni-vcrrc d'eau et je
(rc1narqucr) que 111.a carafe, posée sur la conunodc en face
de n1on lit, était pleine jusqu'au bouchon de cristaJ. J '(avoir),
pendant la nuit, un de ces son1n1eiJs affreux dont je viens de
vous parler. J ' (allun1.er) n1a bougie, en proie à une épouvantable
angoisse, et, comn1e je (vouloir) boire de nouveau,je m' (apercevoir) avec stupeur
que n1a carafe était vide. Je n'en pouvais croire mes yeux. Ou bien on était entré
dans n1a chan1bre, ou bien j'étais son1nan1bule. Le soir suivant,je (vouloir) faire la
n1ên1e épreuve.Je (fern1e1) donc n1a porte à clef pour être certain que personne
ne pourrait pénétrer chez n1oi. Je 111'(endornùr) et je n1e (réveiller) con1111e
chaque nuit. On avait bu toute l'eau que j'avais vue deux heures plus tôt.
Cuv l) E MAUl'ASSANT, Le H Ql\bô

12 I Mettez les verbes entre parenthèses à l'imparfait :


Lorsque n1a n1ère (aller) au n1arché, clic n1c Qaisser) au passage dans la classe de n1on
père, qtù (apprendre) à lire à des gamü1s de six à sept ans.Je (rester) assis, bien sage, au
premier rang et j' (admirer) la toutc-ptùssancc paternelle. IJ (tenir) à la 1nain une
baguette de bambou : clic lui (servir) à n1ontrer les lettres et les 111.ots qu'il (écrire)
au tableau noir, et quelquefois à frapper sur les doigts d'un cancre inattentif.
MAllCEL PA(;N O L, LA ÇLOpt ll pg MON i'Èil l}

© La Librairie des Écoles, Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites ,


Chop ilre 6
LE VERBE 145

13 I Sou lignez les verbes conjugués. Don nez le temps des verbes soulignés :
Un pauvre laboureur, sentant qu'il n1ourait, fit venir ses enfants e t leur dit :
- M es chers enfants, je vais vous confier un important secret. Je vous ai laissé
croire jusqu'à cc jour que j'étais pauvre : il n'en ,Ç,it rien. J 'ai reçu au trefois de
n1cs parents un trésor que j'ai e nfoui dans un de nos chan1.ps.Jc ne sa is plus e n quel
endroit iJ peut se trouver, rnais, si vous cherchez avec soin, vous le découvrirez.
Quand le père fut n1ort, les fils se ~ardèrent de vendre le petit hé ritage qu'il
leur avait laissé : ils creusè re nt, bêchè re nt, fouillè re nt leurs chan1ps, dans l'espoir
de d é terrer le trésor promis. Leurs recherches furent vaines, n1ais les chan1.ps,
n1ieux labourés, produisirent un récolte abondante. Les fils con1priren t alors le
secret de leur père : ils se rendirent con1.pte que le trésor dont il avait parlé,
c'é tait le travail.
Hês,oue. FAIILES

14 I M ett ez chaque verbe au temps indiqué (entre pa rent hèses) :


N o us (être, in1parfait) dans ce pays depuis dix ans lorsque M caulnes (arriver, passé
sin1plc). C'était un grand garçon de dix-sept ans environ. Je ne (voir, passé
sin1plc) d'abord de lui, dans la nuit ton1bantc, que son chapeau de feu tre paysan
et sa blouse noire sanglée d'une très grande ceinture comm.c en (porter, présent)
les écoliers. Je (pouvoir, passé sin1.plc) distinguer aussi qu'il (sourire, imparfait) ...
fi ,n'(aperccvoir, passé sirnple) e t sa ns aucu ne explicatio n iJ 111.c (demander, passé
sin1.ple) : « Vie ns- tu dans la cour ? » Je n'(hésiter, passé si111ple) pas long ten1.ps
et nous (sortir, passé simple) par la porte de la c uisine.
ALAIN- F (>Ul~NIEll, LE GllAND M EAULNES

l S I M êm e exercice, en soulignant les sujets de chaque verbe.


Soirée au théâtre
Enfin nous (arriver, passé sin1ple) ; l'ouvreuse nous (introduire, passé sin1ple)
dans une loge toute rouge qui (s'ouvrir, in1parfait) sur une vaste salle
bourdonnante, d'où (partir, in1parfait) les sons inharrnonieux des instruments
que les 01.usiciens (accorder, in1.parfait). La solennité des trois coups frappés sur la
scène e t suivis d'lll1 profond silence n1.'(én1ouvoir, passé sin1plc). Le lever du
rideau (être, passé sin1ple) vrain1cnt pour n1oi le passage d'un ni.onde à un autre.
Et dans quel n1ondc splendide j'(cntrcr, im.parfai.t) ! H abité par des chevaliers,
des pages, des daines et des da1noiscllcs, la vie y (être, imparfait) plus grande et
plus n1agnifiguc que dans le n1onde où n1a naissance n1'avait placé, les passions
plus terribles, la beauté plus belle.
ANATO LE l, l~AN CE, J..A.Y lll BN FLEUR

© La Librairie des Écoles . T outes reproductions et vidéoprojections sont inte rdites .


Chopilre 6
146 LE VERBE

, ,
LES TEMPS DE L'INDICATIF: LE PASSE COMPOSE

Le passé composé - Le passé con1posé exprime un fait passé proche.


EXEMPLE: Aujourd'hui, je suis allé au cinéma.

Ou un fait qui a toujours des conséquences sur le présent.


EXEMPLE : Je l'ai rencontré il y a deux ans et nous sommes devenus meilleurs amis.

Le passé con1posé, con1n1e son no n1 l'indique, est un te n1ps con1posé : iJ se


fo rn1e souvent avec le présent de l'auxiliaire avoir et le participe passé.

chanter fi ni r mettre
j'ai chanté j'ai fini j'ai mis

tu as chanté tu as fini tu as mis


il/elle a chanté il/elle a fini il/elle a mis

nous avons chanté nous avons fi ni nous avons mis

vous avez chanté vous avez fini vous avez mis

ils/elles ont chanté ils/elles ont fini ils/elles ont mis

M ais certain s verbes des l" e t 3• g ro upes se conjug uent avec l'auxiliaire
être e t le participe passé. Ce sont des verbes qui exprin1ent un
111ouven1ent (venir, partir, arriver, aller. .. ) e t d'autres verbes con1n1c
111ourir, naître, devenir, rester ... D ans cc cas, le participe passé
s'accorde en genre et en nombre.

entrer descendre sortir

je suis entré je suis descendu je suis sorti


tu es entré tu es descendu tu essorti
il est entré il est descendu il est sorti
elle est entr~ elle est descend.Y..e. elle est sortie

nous sommes entr~ nous sommes descendfil nous sommes sort~

vous êtes entr~ vous êtes descendl:!.S. vous êtes sort~

ils sont entr~ ils sont descendi& ils sont sort&


elles sont entré.es elles sont descend.Y..e.S. ell es sont sorti.es

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 147

EXERCICES

1 1 Conjuguez à toutes les personnes du passé composé :


R éviser la leçon et réussir le contrôle. R ecevoir une lettre et y répo ndre.
Lire un livre et pleurer d'én1.otion. Co ni.prendre le problèn1.e et le résoudre.

2 j Même exercice (attention à l'accord du participe passé) :


Aller à la plage et plonger dans l'eau. Monter sur la rnontagne et redescendre.
Sortir sous l'orage et le regretter. Partir en vacances et en profiter.

3 1 Mettez les verbes entre pa rent hèses au passé composé :


Nous (con1prendre) - Elles (danser) - li (vouloi1) - Us (descendre) - Je (écrire)
Elle (lire) - Tu (n1ettre) - Elles Uoindre) - Vous (acquérir) - No us (être) là
]'(boire) - Elles (feindre) - Vous (repartir) - Tu (apprendre) - Je (avoir) chaud
Us (apparaître) - Tu (pleurer) - lis (entrer) - Elles (pouvoir) - Il (être) fa tigué

4 I Indiquez le temps emp loyé: présent, futur, passé si mple ou composé:


No us choisirons - Elles dansèrent - Il a chanté - Ils téléphonent - Je cric
Elle est partie - Th as réussi - Elles sont descendues - Vo us allez - N o us rirons
J'accepte - Elles voulurent - Vo us prîtes - Tu sais - Je deviendrai - Il crut
Ils ain1èrcnt - Tu es parti - Ils o nt fait - Elles changent - Il 1nangcront

5 1 Mettez les verbes entre pa rent hèses au passé composé :

J'(rctourncr) 1na chaise et j e !'(placer)


co n1me celle du marchand de tabac parce
que j' (tro uver) que c'était plus con1n1.ode.
J' (fun1er) deux ciga rettes, j e (rentrer) po ur
prendre un n1orceau de chocolat et je
(revenir) le n1anger à la fenêtre. Peu après, le
ciel (s'asson1brir) et j' (croire) que nous
allions avoir un orage d'été. Il s'(découvrir)
peu à peu cependant. Mais le passage des
nuées (laisser) sur la rue con1n1e une
pron1esse de pluie qui )'(rendre) plus
so1n brc. Je (rester) longtcn1ps à regarder le
ciel. À cinq heures, des trarnways (arr iver)
dans le bruit.
A LUEl~T C AM US, L'ÉTRAN C~fül

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
148 LE VERBE

LES TEMPS DE L'INDICATIF: LE PLUS-QUE-PARFAIT,


LE PASSÉ ANTÉRIEUR

Le plus-que-parfait - Le plus- que-parfait exprime une action qui


s'est produite avant une autre action passée.
EXEMPLES : J'avais fini de déjeuner quand vous êtes arrivée.
Quand il avait fini de déjeuner, il sortait se promener.

chanter fi ni r mettre
j'avais chanté j'avais pni j'avais mis

tu avais chanté tu avais pni tu avais mis

il/elle avait chanté il/elle avait pni il/elle avait mis

nous avions chanté nous avions fini nous avions mis

vous aviez chanté vous aviez pni vous aviez mis

ils/elles avaient chanté ils/elles avaient pni ils/elles avaient mis

REMARQUE - Le plus- que-parfait se forn1e avec l'in1parfait de l'auxiliaire


avoir ou être et le participe passé du verbe à conjuguer.

Le passé antérieur - Le passé antérieur exprime une action qui


s'est produite juste avant une action passée, souvent exprimée au
passé simple. Le passé antérieur s'utilise surtout à l'écrit.
EXEMPLE: Dès qu'il eut fini sa lettre, il se leva.

chanter fi ni r mettre

j'eus chanté j'eus pni j'eus mis

tu eus chanté tu eus pni tu eus mis

il/elle eut chanté il/elle eut fini il/elle eut mis

nous eûmes chanté nous eûmes pni nous eûmes mis

vous eûtes chanté vous eûtes pni vous eûtes mis

ils/elles eurent chanté ils/elles eurent pni ils/elles eurent mis

REMARQUE - Le passé antérieur se forn1e avec le passé simple de l'auxiliaire


avoir ou être et le participe passé du verbe à conjuguer.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 149

EXERCICES

1 1 Conju guez les verbes su ivants au plus-que-parfait : avoir froid, être fier.

2 I Conj uguez à l'imparfait puis au plus-que-parfait les verbes suivants :


traverser l'Atlantique - voir des dauphins - survoler les Alpes - a111.errir en doue eu r

3 1 Conjuguez les verbes suivants au passé antérieur : avoir peur, être surpris.

41 Conjuguez au passé simple pu is au passé antérieur les verbes suiva nts :

dès que (partir en randonnée) - dès que (gravir la côte) - dès que (entendre
l'orage) - dès que (atteindre le son11net) - dès que (manger un petit encas)

5 I Donnez le tem ps des verbes sou lignés et mett ez au plus-que-parfait les


verbes ent re parent hèses :
1) Quand l'orage éclata, nous (rentrer) déjà nous n1.ettre à l'abri dans une grange.
2) Adèle ne fit aucune erreur puisqu'elle (apprendre) sa leçon.
3) Le soleil n'(lever) pas encore lorsque nous nous réveillân1.es.
4) Quand la neige (finir) de ton1.ber, nous nous pron1.enions dans les bois de pins.
5) Les voleurs (disparaître) quand les gendarmes arrivèrent sur place.

6 I Même exercice au passé antérieur :


1) Dès que le soleil (reve1ùr), les promeneurs fermèrent leurs parapluies.
2) Quand on (n1.ettre) le pyjaina du nourrisson, il cessa de pleurer.
3) Dès que nous (apprendre) la nouvelle, nous courî1n1es à votre rencontre.
4) Les 1nusiciens jouèrent dès que le chef d'orchestre (donner) l'ordre du départ.
5) Dès qu' ils Uouer) la dernière note, les spectateurs applaudirent à tout ron1.pre.

7 I Mettez au plus-que-parfait les verbes au passé simple :


On fit w,e barrière avec des petits bancs, et on o bligea Christophe à la franchir.
Le n1allieureux garçon rassen1.bla ses forces, se lança et s'allongea par terre.
Autour de 1tù, c'étaient des éclats de rire. 11 fallu t reconlll1.encer. Les larn1.es aux
yeux, il fit un effort désespéré et, cette fois, réussit à sauter. Cela ne satisfit pas ses
bourreaux, qtù décidèrent que la barrière n'était pas assez haute. Christophe
essaya de se révolter ; il déclara qu'il ne sauterait pas. Alors, une petite fille le
déclara lâche et ltü dit qu'il avait peur. Christophe ne put le supporter ; et,
certain de con1.ber, i] sauta cc con1.ba.
R OMAIN R OLLAN D. ] EAN - C HR I STOPt-rn

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
150 LE V ERBE

- , ,
LES MODES CONJUGUES : L' IMPERATIF

DÉFINITION - L'impératif exprime un ordre, un conseil, une


invitation.
EXEMPLES : Sortez immédiatement! - Ayez pitié des pauvres. - venez déjeuner à midi.

LES TEMPS DE L' IMPÉRATIF

Le présent de l'impératif - L'impératif présent exprime un ordre


ou un conseil donné au moment où on parle.
EXEMPLE: Aujourd'hui, soyez sages 1

chanter finir mettre


2° p. du singulier chante fini s mets

1'0 p. du pluriel chantons fini ssons mettons

2• p. du pluriel chantez finissez mettez

Le passé de l'in1pératif - L'impératif passé exprin1e une action


qui doit avoir eu lieu avant une autre action. C'est un ten1ps
raren1ent utilisé.
EXEMPLE : A,yez tini votre devoir quand je reviendrai.

ch anter finir mettre


2• p. du singulier aie chanté aie fini aie mis

1'0 p. du pluriel ayons chanté ayons fini ayons mis

2• p. du pluriel ayez chanté ayez fini ayez mis

R EMARQU E - L'iinpéra tif passé se forme avec l'impératif présent de


l'auxiliaire avoir ou être e t le participe passé d u verbe à conjuguer.

EXERCICES

l l Conjuguez à l'impératif présent puis à l' impératif passé :


écouter les conseils - rete ni r la leçon - écrire une le ttre de re n1erc1e n1e nts
fa ire le bo n c ho ix - c ho isir un itinéra ire - avoir du cou rage - dessine r un arbre

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 151

2 I Écrivez à l'impératif présent et à la personne indiquée les verbes entre


parenthèses :

Aujourd'hui, le professeur aao,npagne ses élèves au niusée. Il leur dit


i< (se 1n.c ccrc) to us e n rang par deux.» (2' personne du pluriel.)
,< (m.archcr) sur le trottoir.•> (2' personne du pluriel.)
,< (ne pas se bousculer).» (2' personne du pluriel.)
,< Séverine, (regarde r) devant toi ! » (2• pe rsonne du singulier.)
,< (allonger) le pas, car nous allons arriver en retard.» (l"' pe rson11e du pluriel.)
,< Olivier, (ne pas courir), (s'arrêter) au bord du trottoir, et (attendre) que je
donne le signal pour traverser. » (2' personne du pluriel.)
i< Nous sonm1es arrivés d evant le n1usée, (parler) 111ais (ne pas se faire)
rcn1arquer. » (2' personne du pluriel.)

3 1 Dans le texte suivant, relevez tous les verbes à l'impératif présent et


don nez leur infinitif :

Geneviève, il n1e faut cela, il rne fau t ceci ; apporte-n1oi J osette sur n1on lit,
rcn1porte-la dans son berceau e t berce-la du bo ut de ton pied jusq u'à cc qu'elle
dorn1c ; va n1c chercher n1on bas, ran1assc 111011 peloton ; va couper tu1c salade
au jardin, va au poulailler, hache les choux pour faire la soupe à con père, bats le
beurre, mets du bo is au feu, écu 1ne la n1armice gui bou t,je ttes-y du sel, é tends la
nappe, rince les verres, descends à la cave, ouvre le robinet, ren1plis au to nneau la
boute ille de vin .
ALPH O N SE D E LAMAtntN E. G BNEYI ÈYE

41 Même exercice :
La leçon d'escrin1e de
M. Jo urdain
i< Allons, Monsieur, la révére nce.
Tenez votre corps droit. Penchez-
vous un pe u sur la cuisse gauche.
M ettez vos pieds sur une n1ên1e
ligne.Ayez la pointe de votre épée à
haute ur de votre épaule. N 'allo ngez
pas toue à fait le bras. Soyez plus souple sur vos j an1bes. l~edressez la tête.
Avancez. Touchez-m.o i en ligne de quarte et achevez de mê1n.e. R em.ettez-vous.
Redoublez de pied fern1e. Faites un sau t en arrière. Portez la bo tte. Une, deux.
Avancez.Allons, touchez-rno i.En garde, M o nsieur, c.r1 garde ! »
M e>L1Èrn.e, LBBorntt:eop~ GBNTILHOMM E

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
152 LE V ERBE

I LE CONDITIONNEL

D ÉFI NITIO N - Le conditionnel exprime une action soumise à une


condition, imaginaire ou incertaine.
E XE M PLES: Si j'avais des ailes, je volerais. (Imaginaire)
Si j'avais une voit1,1re, je ferais le tour de la France. (soumis à une condition)
D'après ce qu'on m'a dit, sa mère serait guérie. (incertain)
Le conditionnel sert ainsi à forn1uler polin1ent une den1ande :
E XE M PLE: Pourriez-vous m'indiquer le chemin pour me rendre au musée d'Orsay 7
Le conditionnel exprime aussi le futu r dans le passé, c'est-à-dire
une action qui se situe dans l'avenir par rapport à une action
passée. E XE MPLE : Je savais que mon père rentrerait de voyage le lendemain.

LES TEMPS DU CONDITIONNEL


Le conditionnel présent - Le conditionnel présent exprime une
action future soumise à une condition présente.
chanter fi ni r attendre
je chanterais je finirais j'attendrais

tu chanterais tu pnirais tu attendrais

il/elle chanterait il/elle pnirait il/elle attendrait


nous chanterions no1,1s finirions nous attendrions

vous chanteriez vous pniriez vous attendriez

ils/elles chanteraient ils/elles pniraient ils/elles attendraient

Le conditionnel passé 1"' forn1e


chanter fi ni r attendre
j'aurais chanté j'aurais pni j'aurais attend1,1

tu aurais chanté tu aurais pni tu aurais attendu

il/elle a1,1rait chanté il/elle aurait pni il/elle aurait attendu


nous aurions chanté nous aurions pni nous aurions attendu

vous auriez chanté vous auriez fini vous auriez attendu

ils/elles auraient chanté ils/elles auraient pni ils/elles auraient attendu

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chopilre 6
LE V ERBE 153

Le conditionnel passé 2• form e

chanter fi ni r attendre

j'eusse chanté j'eusse fini j'eusse attendu

tu eusses chanté tu eusses fini tu eusses attendu

il/elle eQt chanté il/elle eQt fini il/elle eQt attendu

nous eussions chanté nous eussions fini nous eussions attendu

vous eussiez chanté vous eussiez fini vous eussiez attendu

ils/elles eussent chanté ils/elles eussent fini ils/elles eussent attendu

EXERCICES

1 1 Écrivez le premier verbe de chaque phrase à l'imparfait de l'indicatif


et le deuxième au présent du conditionnel :

1) Sijc (pouvoir),jc (faire) le tour du n1ondc.


2) Si nous (partir) en vacances, nous (aller) dans un pays chaud.
3) Si cc soleil (ne pas être) si brôlant, vous (se reposer) sur la plage.
4) Si n1es anlis (arriver) à ten1ps, nous nous (baigner) tous ense1nble.
5) S i le sable ne (brûler) pas les pieds, ils Uouer) au volley-ball.
6) S'il (faire) beau,j'(aller) n1e baigner.
7) Si tu (finir) ton travail, tu Uouer) au football avec tes anlis.
8) Sij'(oublier) mes clés,je ne (pouvoir) pas rentrer à la n1aison.
9) Si la terre (avoir) la taille d'une orange, elle (être) à plus d'w1 kilon1ètre du soleil.
10) Si nous (n1onter) dans le grenier, nous y (trouver) sans doute des trésors.

21 Écrivez le premier verbe de chaque phrase au plus-que-parfait


de l'indicatif et le deuxième au passé du conditionnel (1 ' forme) : 0

1) Si tu (casser) cette pile d'assiettes, tu l'(ren1placcr).


2) Si nous (ne pas avoir) le vertige, nous (n1ontcr) sur cc n1assif.
3) Sij'(vouloir) faire du ski,jc (partir) à la n1ontagne.
4) S'il m'(écrire) plus tôt,jc (venir) le voir.
5) Si Christophe Colo1nb (ne pas être) courageux, il (ne pas traverser) l'Atlantique.
6) Si la neige (ton1bcr), nous (glisser) dans la cour.
7) Si le train (avoir) du retard, nous (rater) la correspondance.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
154 LE VERBE

EXERCICES (SUITE )

3 I Conjuguez à la bonne personne les verbes ent re parenthèses en mettant


le prem ier au présent puis à l' imparfait. Attention, le temps (et pa rfois le
mode) du deuxième verbe change en fonct ion du prem ier. On appelle ce
phénomène la concordance des temps.
l) Je (croire) que M élanie (avoir) une bonne note à son contrôle.
2) N ous (espérer) que le beau ten1ps (revenir) .
3) Si je (partit) au pôle N ord, je (pouvoir) voir des ours blancs.
4) Cc nageur (penser) qu'il (faii·e) un n1eilleur tcn1ps au 400 n1 nage libre.
5) Sijc (savoir) coudrc,jc (tricoter) un gros pull- over pour l'hiver.

4 I Conj uguez au conditionnel les verbes ent re parenthèses:


M on plan était fait.Je (partir) de grand matin e t je (être) certainement guidé vers
la forê t par quelque corbeau de bon conseil. J '(arriver) sain e t sauf jusqu'au
château del' enchanteur.]' (cndorn1ir) les dragons en leur jetant quelques gâteaux
de 01011 dessert de la veille que j' (avoir) soin d 'cn1porter, et je n1c (glisser) ensuite
jusqu'à la salle d'honneur où je (trouver) la petite princesse Verte occupée à
peigner ses c heveux blonds avec un peigne d'or.
i\Nl)llÉ THEURlllT. Les ENCHANTÇMENTS f-l E LA PORÊI,

5 1 Écrivez ce texte à la 1'" personne du pluriel :


Si j'étais riche,j'aurais pour cour une basse-cour, et pour écurie une étable avec
des vaches, pour avoir du laitage que j'aim.e beaucoup. J 'aurais un potager pour
jardin, et pour parc un joli verger. S'il passait près de chez nous quelque paysan
retournant au travail, ses ou tils sur l'épaule,je lui réjouirais le cœur par quelques
coups de bon vin qui lui feraien t porter plus gaien1ent sa n1isère.
J BAN - JAC:QUES ROUSSE AU, L'ÉM ILE

6 I Continuez les phrases su iva ntes en m ettant les verbes de la deuxième


proposition au conditionnel présent :
1) Si je pouvais,je ... 6) Si vous êtes de vrais an1is, ...
2) Si j'étais plus o béissant,je ... 7) Si elles étaient venues, nous ...
3) Si nous étions plus grands, nous ... 8) Si cet élève ne s'était pas battu, ...
4) M an1an espérait qu'ils ... 9) Si tu n1' offrais ce cadeau, .. .
5) Si j'étais n1oins paresseux, . .. l 0) Si j'étais plus courageux, . . .

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 6
LE VERBE 155

7 I Conjuguez à toutes les personnes :


1) Si j'avais eu un bateau, j'aurais navigué et j'aurais pris n1cs anùs à bord.
2) Sijc l'avais pu,j'aurais gravi les montagnes et j'aurais trioinphé des obstacles.

8 I Mett ez les phrases suivantes au conditionnel présent :

1) Peux-tu venir avec n1oi ce soir ?


2) Nous devons classer ces livres.

9 I Mettez les verbes entre p arenthèses au présent du conditionnel :


Utilité des petits oiseaux
Sans les petits oiseaux, nos jardins (être) dévastés par une foule d'ennemis. Les
hannetons (dévorer) les jeunes pousses de nos arbres, les chenilles (s'installer) au
cœur de nos légun1es, les pucerons ne (laisser) pas fleurir nos roses ; nulle insectes
(n1anger) nos pêches, (pénétrer) dans nos poires, (en1pêcher) nos raisins de n1ûrir.

10 ! Indiquez à qu elle condition chacune des actions su ivantes pourrait


ou au rait pu êt re réalisée :

1) Si .. . ,je te serais à jan1ais reconnaissant. 6) Si ... , nous aurions pu skier.


2) Si ... , tu aurais de bons résultats. 7) Si ... , n1on père nous aurait conduits.
3) Si ... , nous aurions eu de beaux fruits. 8) Si ... , nous serions allés à la plage.
4) Si ... , ils aurai.cnt évité cet accident. 9) Si ... , elles auraient vu cc film.
5) Si ... , nous aurions bien 1nangé. 10) Si ... , j'inviterais des ainis.

11 1 Écrivez les verbes suivants au présent puis au passé 1•• forme du


conditionnel. Précisez le groupe de chacun de ces verbes :
Qc/nous) n1ontcr payer bondir aller
(eu/vous) saucer pncr grav1r vendre

12 I Écrivez les verbes suivants à la 3• personne du singulier


au conditionnel passé 1•• forme puis 2• forme :

sen tu: découvrir dire n1ettre


courir parcu faire aller

13 1 Conjuguez à toutes les personnes au conditionnel passé 2• forme :


1) ] '(préférer) que le cen1ps soit plus doux pour notre séjour au bord de la mer.
2) J' (ain1er) vivre auprès d'une jeune géan te. (CH AR LES BAu 1)ELA1Re)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
156 LE VERBE

LE SUBJONCTIF

DÉFINITION - Le subjonctif exprime un fait voulu ou possible, mais


incertain. Il est souvent sounùs à un sentin1ent ou à une volonté. Il est
souvent accon1pagné du n1ot que.
EXEMPLES : Je veux g_yg vous preniez le train. - Je crains que tu ne sois trop petit.

Je doute que tu aies assez d'argent.

LES TEMPS DU SUBJONCTIF: PRÉSENT, IMPARFAIT

Le subjonctif présent - Il s'utilise après un verbe conjugué au


présent ou au futur pour exprimer une action qui n'a pas eu lieu .

chanter fi ni r mettre
que je chante que je finisse que je mette

que tu chantes que tu finisses que tu mettes

qu'il/elle chante qu'il/elle fini sse qu'il/elle mette

que nous chantions que nous finissions que nous mettions

que vous chantiez que vous finissiez que vous mettiez

qu'ils/elles chantent qu'ils/elles finissent qu'ils/elles mettent

Le subjonctif imparfait - Le subjonc tif imparfait s'utilise après


un verbe conjugué à l'imparfait (csscnticllcm.cnt à l'écrit) .
E XE MPLES: il s voulaient que je chantasse. - Nous espérionsqu'il chantât.

chanter fi ni r mettre
que je chantasse que je finisse que je misse

que tu chantasses que tu finisses que tu misses

qu'il/elle chantât qu'il/elle finît qu'il/elle mît

que nous chantassions que nous finissions que nous missions

que vous chantassiez que vous finissiez que vous missiez

qu'ils/elles chantassent qu'ils/elles finissent qu'ils/elles missent

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 157

EXERCICES

1 1 Conjuguez au subjonctif présent pu is au subjonctif imparfait :


appeler au secours - j e ter aux ordures - conduire de nuit - n1.e ntir sans vergogne
lan cer la balle - atterr ir e n catastrophe - attendre un bébé - é teindre les braises

2 I Conjuguez les verbes entre parenthèses au subjonctif présent :


1) Je veux que tu (ranger) ta chan1.bre e t que tu (plier) tes draps.
2) Je souhaite que tu (dornùr) tranquillen1.ent e t que tu (faire) de beaux rêves.
3) Il prend son parapluie bien qu'il (faire) beau.
4) 11 fau t que tu (prendre) l'autoroute jusqu'à Caen, puis que tu (prendre) la
direction de Falaise.
5) Il est nécessaire que tu (essayer) cc pantalon avant de l'ache ter.
6) Il est préférable que nous (partir) plus tô t pour être sôrs d'arriver à l'he ure.
7) J 'ai1ncrais que tu (avoir) Lu1c bonne note à ton contrôle de mathé1natiques.
8) Je sou haite que vous (réaliser) tous vos rêves.
9) Il est inadn1jssiblc qu'elles (n1anquer) à nouveau l'école.
10) JI est bon que nous Oire) et (apprendre) correcte1n e nt nos leçons.

3 1 Même exercice :
Julie écrit à sa lrand-,nère qui habite loin de chez elle.
J'ain1erajs que tu (être) là le jour de la fête del' école et que tu (pouvoir) n1e voir
danser et chanter sur scène. M ais il faut que tu (avoir) le ten1ps et que ta santé te
le (pern1ettre) .J 'insiste : il fau t que tu (venir), cela n1e fera très plaisir. Je souhaite
que les vacances (arriver) bientôt pour que je (pouvoir) aller te voir dans ta
n1aison. Je rêve que no us nous (pron1encr) cnsen1blc au bord de la n1er, que tu
m' (apprendre) à jardiner, et que tu n1e (préparer) de bons goCitcrs.
Je t'emb rasse très fort, et j 'attends que tu (répondre) à ma le ttre.
Julie

4 I Soulignez les verbes conj ugués au subjonctif :


- J'adn1et5 que vous vous adressiez avec cette rudesse à un bœuf iE:,>norant. Mais
trouvez- vous convenable qu'un bœuf de n1on n1érite soit obligé aux travaux de
la terre ? Et pensez-vous, Monsieur, que la philosophie soit à sa place devant une
charrue?
- Tiœuf, pourq uoi ne n1'avoir pas parlé ainsi plus tôt ? J 'entends que désorn1ais
tu restes à la n1aison pour achever tes é tudes. Je ne veux plus que tu prennes sur
ton son1m.eiJ le tc1nps de tes lectures e t de tes 1nédi tations.
MAllCeL AvM ê, Les CoNTES pu CHAT l'IJ llÇHI)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
158 LE VERBE

-
LES TEMPS DU SUBJONCTIF : PASS É, PLUS-QUE-PARFAIT

Le subjonctif passé - Le subjonctif passé exprime une action


antérieure à l'action du verbe au présent de l'indicatif.
E XE M PLE : Je veux que tu aies fini tes devoirs.

chanter fi ni r mettre
que j'aie chanté que j'aie fini que j'aie mis
que tu aies chanté que tu aies fini que tu aies mis
qu'il/elle ait chanté qu'il/elle ait fi ni qu'il/elle ait mis
que nous ayons chanté que nous ayons fini que nous ayons mis
que vous ayez chanté que vous ayez fini que vous ayez mis
qu'ils/elles aient chanté qu'ils/elles aient fini qu'ils/elles aient mis

Le subjonctif plus- que-parfait - Le subjonctif plus- que-parfait


exprime une action antérieure à l'action du verbe à un temps du
passé de l'indicatif. E XE M PLE : Je voulais que tu eusses fini tes devoirs.

chanter fi ni r mettre
que j'eusse chanté que j'eusse fini que j'eusse mis
que tu eusses chanté que tu eusses fini que tu eusses mis
qu'il/elle eQt chanté qu'il/elle eQt fini qu'il/elle eQt mis
que nous eussions chanté que nous eussions fini que nous eussions mis
que vous eussiez chanté que vous eussiez fini que vous eussiez mis
qu'ils/elles eussent chanté qu'ils/elles eussent fini qu'ils/elles eussent mis

EXERCICES

1 1 Conjuguez aux subjonctifs passé pu is plus-que-parfait (introdu isez


chaque conjugaison p ar « Je souhaite que » au passé puis à l'imparfait) :
réussir son exa n1en - vivre heureux toute sa vie - répondre à ses le ttres e t lui
donner des nouvelles - ê tre courageux - se reposer e t guérir - faire bon voyage

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 6
LE VERBE 159

2 I Même exercice avec « Je doute que » :


arriver à tcn1ps - partir à l'heure - rencontrer des connaissances - voir l'artiste
retenir le code de la porte d'entrée - rc1nportcr la partie -avoü· assez d'argent

3 1 Conjuguez les verbes entre parenthèses au subjonctif passé :


1) que je (savoir) 4) qu'elles (lire) 7) que nous (être)
2) que tu (parvenir) 5) que vous (attendre) 8) qu'ils (écouter)
3) que nous (skier) 6) que tu (grandir) 9) qu'elles (avoir)

41 Conjuguez les verbes ent re parenthèses au subjonctif plus-que-parfait :


1) qu'il (adrne ttre) 4) qu'elles (réussir) 7) que je (dessiner)
2) que tu (obte nir) 5) que vous (faire) 8) qu'ils (écrire)
3) que nous (escalader) 6) que tu (ren1.bourser) 9) gu 'elle (revenir)

5 1 Complétez par un subjonctif et dites quel temps vous avez choisi :


1) J e n1.e réjouis que ... 4) I1 comprenait que ...
2) N ous n'avons rie n dit qui ... 5) Elle désire que ...
3) J 'étais fâché que ... 6) J 'avais souhaité que ...

6 I Mettez les verbes au mode et au temps indiqués (entre parenthèses) :


Gentille jeune fille
M arie, bien qu'elle (devoir, in1.parfait du

. . . ~-:' subjonctif) rester à la fern1e, avait fait toilette.


.....
., .,
- ...
'
'

Elle (porter, ii11parfait de l' ii1dicatif) une petite


robe de coton à fleurs, bien repassée, fraîche et
seyan te. Tante Victoire, gui l' (couper, plus-quc-
parfa it de l'indica tif), Oa isser, plus-que-parfait
de l'indicatif) un grand ourlet e n bas « pour
, pouvoir rallonger en cas de besoin », bien qu'il
n'y (avoir, in1.parfait du su bjonctif) plus aucune
chance que M arie (grandir, in1.parfait du
subjonctif) encore ... Elle n' (ê tre, in1.parfait de
l'mdicatif) pas très grande, 01.ais ses n1.en1.bres é taient élégants e t solides. Marie
(ignorer, in1parfait de l'indicatif) tous ces avantages, car personne ne les lui avait
jai11ais fait connaître. E t, pour que quelqu'un (pouvoir, plus-que-parfait du
subjonctif) les lui révéler, il (falloir, plus-que-parfait du subjonctif) q u 'clic lui
(plaire, ü11parfait du subj o nc tif) ...
RAYM ONl)E VIN CENT. ÇAMPAÇ)I E

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
160 LE VERBE

EXERCICES (SUITE )

7 I Écrivez les verbes su ivants au présent du subjonctif :


1) Ue, tu, iJ) jeter - appeler - acheter - payer - faire
2) (nous, vous, elles) déceler - noyer - n1odeler - n1ettre - sen1er

8 I M ême exercice :
que tu (venjr) - qu'il (prendre) - que je (décider) - que nous (n1anger) - que
vous (sortir) - qu'elles (avoir) - que nous (être) - que vous (peler) - qu'ils (granrur)
que je (voir) - que tu (dornùr) - qu'il (gronder) - que nous (faire) - que vous (lire)
qu'ils (boire) - que tu (étudier) - que je (plie1) - que vous (aller) - qu'elles (écrire)
que je (être) - que tu (battre) - que nous (avertir) - qu'elle (avou) - qu'il (n1cttre)

9 I Écrivez les verbes entre parenthèses aux temps ind iqués du subjonctif:
1) Je ne voudrais pas que n1a sœur (avou·, présent) du chagrin.
2) Il n'est pas possible que vous ne (réussir, passé) pas cette tarte.
3) Il faut absolument que nous (finir, présent) cc devoir à tc1nps.
4) Mes grands-parents aim.eraient que je (venir, présent) le plus vite possible.
5) Je crains fort qu'il ne (pouvoir, présent) arriver pour le dû1er.
6) Nous regrettons que tu (échouer, passé), n1ais ne perds pas courage.
7) Qu 'iJ ne (faire, présent) rien avant 111011 retour.

101 Écrivez les verbes entre paren t hèses au présent du subjonctif Pu is,
mettez le premier verbe de ch aque ph rase à l'imparfait de l'indicatif et
éc rivez les verbes entre parenthèses à l'imparfait du subjonctif.

1) J 'ain1erais que tu (aller) chez le coiffeur.


2) Tes parents souhaitent que tu (passer) quelques jours à la can1pagne.
3) Je doute que nos anus (venir) : il fait trop froid .
4) Votre n1èrc ne veut pas que vous (gaspiller) votre te1nps.
5) Nous ne pensons pas que ta sœur (avou) raison.

11 1 Conjuguez les verbes su ivants à la l '• personnedu pluriel, au subjonctif


présent, passé puis imparfait :
prendre savou lire peindre
venu choisir plai1·e patrner
,
copier rcusstr dessiner chanter
vouloir rnarchcr aller entreprendre
voir descendre perdre étendre

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 6
LE VERBE 161

12 I Mettez à l'imparfait du subjonctif les verbes entre parenthèses :


1) Mon grand-père continuait à travailler bien qu'il (être) très âgé.
2) N ous faisions des vœux pour que la neige (ton1ber) afin que nous (pouvoir)
skier.
3) Pour atteindre cc récif, iJ aurait fallu que tu (nager) parfaiccn1cnc.
4) Notre guide ava it voulu que nous nous (frayer) un passage à travers les
broussailles.
5) Le garagiste vérifia l'état des freins de crainte qu'un accident ne se (produire) .

13 1 Conjuguez les verbes suivants à l'i mparfait du subjonctif aux personnes


indiquées et dites à quel groupe appartient chaque verbe :
. .
Qe, tu) présenter aller pagayer n1a111ten_1r
(il, elle) prendre ttrer boire croue
,
(nous, vous) tenir sortu en1ouvorr craindre
(ils, elles) n1entir offrir ouvru nourrir

14 I Conjuguez à toutes les personnes du subjonctif présent puis du


subjonctif imparfait :
A

1) Etre confiant et aller de l'avant.


2) Avoir le cen1ps et prendre les bonnes décisions.
3) Jouer dans la boue et salir ses vêten1ent5.
4) Balayer le carrelage et essuyer la vaisselle.
5) N aviguer sur les océans et n1ouillcr dans une crique.

15 I Conjuguez les verbes suivants au plus-que-parfait du subjonctif :


Ue, nous) cueillir dorn1ÎJ· s'en aller recevoir
(tu, vous) souffrir permettre appuyer entrer
(il, ils) battre salir avoir être

16 I Conjuguez les verbes entre parenthèses et indiquez leur mode :


1) Ma sœur pense que j'(ain1er) les n1athén1atigues, quant à n1es parents ils
voudraient que j e les (apprécier).
2) Mes professe tirs, eux, veulent que je 01' (appliquer) davantage.
3) Mon professeur principal n1'a donné quelques conseils :
i< Il faut que tu (être) plus rigoureux, que tu (écouter) avec grande attention cc

que eu (refaire) les exercices systérna ciquen1enc. » Je (travailler) de 1110 11 nl ieux :


iJ faut que je (tenir) le rythrnejusqu'à la fin de l'année.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


LE VERBE ( 1)
z
-
0 Souli gnez en bleu les verbes d'état, en rou ge les verbes transitifs et en
vert les verbes intransitifs. Donnez ensuite leur mode et leur temps:
Sur le c hamp de foire
Les bêtes alignaient confusément Jeurs croupes inégales. D es porcs assoupis
enfonçaient en terre leur groin ; des veaux beuglaient ; les vaches étalaient leur
ventre sur le gazon et clignaient Jeurs paupières Jourdes sous les n1oucherons qui
bourdonnaient autour d'elles. Les jun1ent~ restaient paisibles tandis que leurs
poulains se reposaient à leur on1bre.
IY APKÈS GUSTAVE 17LAUUEl~T. MADAME BOVAllY

E1 Donnez le mode, le temps, l'infinitif, le groupe et le sens


{transitif ou intransitif) des verbes su ivants :
1) Lorsque nous eôn1es attein.t le son1n1et, nous aUân1es jusqu 'au bord du
, . .
prec1p1ce.
2) Il aurait fallu que vous vissiez avec nous ce paysage à couper Je souille.
3) N ous nous étions attachés les uns aux autres et D anùen nous entraîna de tout
son poids lorsqu'il tré bucha.
4) H eureusen1ent, il se releva rapiden1ent e t nous suivîn1es Je n1ouven1ent.
5) Pour rien au n1onde nous n'eussions rejeté la faute sur l'un d'entre nous.

Il Écri vez les verbes suivant s au temps ind iqué du mode indicatif,
pu is classez-les selon leur groupe :

J e (venir, passé sin1ple). Tu (franchir, plus-que-parfait).


Nous (fuir, passé antérieur). Ils (revoir, futur antérieur).
Elle Oeter, futur si111ple). Vous (découvrir, présent).
N ous (cueilJir, in1parfait). Tu (appeler, fu tur antérieur).
Elles (souffr ir, passé sin1.ple). Tu (deven ir, passé antérieur).
N ous (conquérir, passé co1nposé). Tu (soulever, plus-que-parfait).
Ils (abolir, fu tur simple). Vous (peler, fut ur antérieur).
J e (acheter, passé con1posé). Je (revenir, passé con1posé) .

Conjuguez les verbes suiv ant s au présent de l'indicatif, à la l "' personne


du si ngulier et à la l '0 personne du pluriel :
jeter n1odelcr épeler appuyer
1nounr recevoir envoyer aller
apparten1r tenir devoir coudre
counr faire venir vaincre
A A
naitre résoudre cra indre paraitre

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
Pour chacune des phrases suivantes, identifiez le temps du verbe puis
dites si c'est un verbe d'état ou un verbe d'action. Si c'est un verbe
d'action, indiquez s'il est transitif ou intransitif :
-
0

1) J 'ai acheté des croissant~. 5) Le bé bé pleure beaucoup.


2) N ous témoignerons au procès. 6) J 'ai lu toute la ntùt.
3) Ils semblent fatigués. 7) Les 1n.ouettes volent dans le ciel.
4) L'alanne a interron1pu la classe. 8) Elles se déguiseront pour la fête.

Mettez les verbes entre parenthèses au futur simple ou au conditionnel


présent selon ce que commande le sens des phrases:
1) Si tu as le tcinps,je te (de1nander) de n1' aider à apprendre 1na leçon.
2) M o n père pensait que tu n' (accepter) pas. Il s'est trompé.
3) (Vouloir)-vous n1e rendre un imn1ense service ?
4) On a préte ndu que le cha n1pion (perdre) son titre.
5) Je suis sûr qu' il (pleuvoir) aujourd'hui.
6) N ous avons appris avec plaisir que vous (être) présent à notre concert.
7) J 'ai la certitude que tu (réussir), tu en as les n1oyens !
8) N'ous (goûter) davantage aux plaisirs de la neige, si nous é tions nueux éq uipés.
9)Vous (patiner) sur le lac den1ain s'il neige cette nuit.
10) Si vous passiez par R on1e, vous (pouvoir) visiter le Colisée.

Donnez le temps, le mode et la personne des verbes conjugués :


,< C'est tout de n1ên1e dur d'étudier, dit Jean- Pierre qui partait pour l'école.
- H é ! tout est dur dans ce 01.onde ... Si les ponm1es et les poires roulaient sur la
grand'route, on ne planterait pas d'arbres. Si le pain venait dan~ notre poche, on
ne retournerait pas la terre, on ne sèn1erait pas le grain, on ne den1anderait pas la
pluie et le soleil, on ne faucillerait pas, on ne 111.ettrait pas en gerbes, on ne battrait
pas en grange, on ne vannerait pas, on ne porterait pas les sacs au n1oulin, on ne
1n.oudrait pas, on ne traînerait pas la fariJ1e chez le boulanger, on ne pétrirait pas,
on ne ferait pas cuire.»
E R CKMANN - CH AT RIAN , HISTOIRl; p'LJ N PAYSAN

lil Complétez les phrases suivantes selon le modèle.


Modèle : Si j'étais jardinier, je tai!!erais !es rosiers, je tondrais !a pelouse,
je ratisserais !es a!!ées.
1) Si j'étais pilote, .. . 3) Si j'étais avocat,... 3) Sij' é tais boulanger, ...
2) Si j'étais peintre, .. . 4) Si j'étais président de la R épubl ique, ...

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
164 LE VERBE

- -
LES MODES IMPERSONNELS (OU NON CONJUGUÉS)

L' INFINITIF
D ÉFI NITIO N - L'infinitif donne simplem ent le nom de l'action ou de

l'é tat qu 'il exprime.


EXE MPLES: Lire, penser, clonnir, cou rir, nager (infinitif présent) .

Avoir lu, avoir pensé, être allé (infinitif passé).

LE PARTICIPE
D ÉFI NITIO N - Le participe est un mode qui exprin1e à la fois une

action et une qualité. U a ainsi à la fois les caractéristiques d'un verbe e t


celles d'un adjectif. EXE MPLE: Le sportif épuisé se repose.

LE PARTICIPE PRESENT
DÉFINITION - Le participe présent exprin1e une action présente.
Il est toujours ternùné par -ant.
EXEMPLE : Espérant une récompense, l'élèves' applique beaucoup.

Le participe présent tient à la fois du verbe c c de l'adjectif:

Le participe présent employé comme verbe - Le participe présent


tient du verbe quand il 1nargue w1e action. li est alors invariable et peut,
conm1e un verbe, avoir des con1plén1ent5.
EXEMPLES : Nous avons vu des petits chats têtant leur mère.
Tout le monde apprécie les enfants obéissant ô leurs parents.
Le participe présent es t parfois précédé de en : on dit que ce groupe
forn1e un gérondif.
EXEMPLE: En travaillant bien ô l'école, tu fais la ~erté cle tes parents.

Le participe présent utilisé con'lme adjectif - Le participe présent


tjcnt de l'adjcctû quand il cxpri1nc un é tat. Conunc un adjectif, il
s'accorde alors e n genre e t e n non1brc avec le 110111 qu'il accon1pagnc e t
peut alors être épithète ou attribue. On l'appelle alors adjectif verbal.

EXE MPLES : Tout le monde apprécie les garçons obéissants et les ~lies obéissantes.
ces phares sont ébloyjssants.
Attention - IJ ne faut pas confondre le partic ipe présent e n1ployé con1n1e
adjectû, qui s'accorde, et le participe prése nt e mployé comn1e verbe, gui
ne s'accorde pas. EXEMPLE : La clame, connaissant la ville, nous indiqua le trajet.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 165

EXERCICES

1 1 Soul ignez une fois les participes présents utilisés comme adjectifs et
deux fois les participes présents utilisés comme verbes :
1) Mon père vient d'achever un travail épuisant.
2) Ce n1enteur, déformant la vérité, a répandu une fausse run1eur.
3) S'asseyant sur un banc public, le jardituer s'offre une petite pause bien méritée.
4) Nous rions aux édat5 devant ce miroir déforn1ant.
5) Le jeune prodige nous a fait un récital éblouissant.
6) Déboulant à toute vitesse dans le carrefour, la voittu-e a heurté le trottoir et a
provoqué un beau carainbolage.
7) H abitant cette ville depuis longtcn1ps,jc connais les non1s des rues par cœur.
8) Parlant facilement, ayai1t beaucoup d'hun1our, Oscar se fajsai t beaucoup d 'anù5.

2 1 Soul ignez les verbes à l'infinitif :


Calculer, avoir peur, être blên1c,
Ain1cr nucux faire une visite qu'un poèn1c,
R érugcr des placets, se faire présenter ?
N o n, n1.crc1."IN
. on, n1.crc1."IN
. on, n1.crc1"IM"
. ais ... c hantcr,
R êver, rire, passer, être seul, être libre,
AvoiI l'œiJ qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre ou faire un vers !
EoMONO R OSTANO. CYRANO OE B ERGER,\C

3 1 Soulignez une fois les participes présents utilisés comme adjectifs


et deux fois les participes présents utilisés comme verbes :
En forêt
Couché dans l'herbe pullulai1.te •
cl' insectes, Christophe regardait les
fournùs agitées, les araignées qui
dansaient en n1archant sur les
herbes, les sauterelles bondissantes,
les scarabées lourds et précipités. Les n1ains glissées sous la tête, les yeux fcrn1és, iJ
écoutait l'orchestre invisible, les rondes d'insectes tournant avec frénésie, dans un
rayon de soleil, autour des sapins, les fa nfares bourdonnantes des guêpes, les
essa in1s d'abeilles sauvages vibrant con1111c des cloches à la cin1e des arbres.
R OMAIN R OLLANO. ) EAN-ÇHIUSTOPHE

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
166 LE VERBE

,
LE PARTICIPE PASSE

Le participe passé exprime un état, une qualité.


DÉFINITION -

On distingue trois cas :

1) Le participe passé est avant tout un verbe : c'est la forn1e que


prend le verbe quand il est conjugué à l'aide d'un auxiliaire. Dans
cc cas, iJ est le plus souven t acco,npagné du verbe auxilia ire avoir ou être.
On le retrouve dans les conjuga iso ns de tous les cen1.ps con1.posés.
EXEMPLE : Je suis allé à la campagne.
(allé est un participe passé utilisé conune verbe.)
Il existe aussi une forme composée du participe passé : l'auxiliaire au
participe présent est alors suivi de la form.e simple du participe passé.
EXEMPLE : Ayant appris la nouvelle, tous les villageois accoururent.

2) Le participe passé pe ut s'employer seul, utilisé con1me un


adjectif qualificatif. Co1nmc un adjectif qualificatif, il s'accorde en
genre cc en no1nbre avec le non1 qu'il qualifie.
EXE MPLE: un trait tracé sur la carte indiquait le chemi n à suivre.

EXERCICES

1 ! Ind iquez :
le groupe de chacun des verbes suivants .
leur participe présent.
leur partici pe passé (uniquement la forme simple).

savoir éblouir can1per v1s1ter


VOU con1prendre finir salir
,
chanter epaissir étendre teindre

2 I Dans la phrase suivante, entourez le participe présent, sou lignez d'un


trait le participe passé de forme composé et de deux traits le participe passé
de forme simple.
Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je n,e suis pron,cné dans le petit jardin
Qu'éclairait doucen1.en t le soleil du matin ,
PaiJletant chaque fleur d'une hun,ide étincelle. PAUL V E RLAINE . APR ÈS TRQIS AN$

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 167

3 1 Accordez en genre et en nombre les participes passés entre parenthèses :


1) Les assiettes sont (ranger) dans le buffet.
2) Les élèves furent (conduire) à la piscü1e.
3) Des marrons jonchaient le sol, nous les avons (ran1asser).
4) Ils ont (courir) pour arriver à l'heure à la gare.
5) N ous avons (arracher) tou tes les n1auvaises herbes.
6) Les problè111es que les élèves ont (résoudre) n'étaient pas difficiles.
7) C'est le prin ten1ps. Les hirondelles sont (revenjr).
8) Les poissons sont (écailler) puis (vider) par le comn1erçant.
9) Les lettres sont (trier) par les postiers.
10) Ain1es-tu la n1usique que tu as (entendre) hier soir au concert ?

4 I Même exercice :
1) D rnutri et Sacha sont (partir) à la cai11pagne.
2) Irène est (aller) chez le coiffeur.
3) Notre chatte est (rentrer) cette nuit et elle a glissé sous 111a couette.
4) Les députés sont (revenir) dans l'hénucyclc.
5) Les enfants de 111a voisine sont (naître) cnAnglcterrc.
6) Nos aimes sont (intervenjr) pour essayer de calmer nos cainarades.
7) Les coureurs cyclistes sont (partir) en tron1be au signal du départ.
8) Delphine est (effrayer) par le gros chien de son voisin.
9) Henri est (fa tiguer) en cc n1.01n.ent.
10) La pluie est (ton1.ber) sans interruption toute la nuit.
11) Les conducteurs sont (éblouir) par les rayons du soleil.
12) Le salon de l'agriculture est (ü1au611,1rer) par des personnalités.
13) La directrice est (attendre) dans la classe.
14) Les pon1.picrs sont (descendre) par la grai1de échelle et la fille tte est (sauver).
15) Les colis sont (timbrer) par les clients et (envoyer) par la poste.

SI Sou lignez d' un trait les participes passés qui sont pleinement des verbes
et de deux traits les participes passés employés comme adjectifs :

1) Mes dessert5 préferés sont les tartes aux ponl.ll1.es et les n1ousses au chocolat.
2) Tron1péc par l'obscurité, la fillette angoissée a confondu le chat avec un
voleur.
3) Après une lutte acharnée, les joueurs de chaque équipe se sont félicités en se
serrant la main.
4) Après une longue journée de voyagc,j'avais une n1.ine fatiguée.
5) Surpr is par l'orage, iJ est rentré à la n1aison. Ses vêten1.ents étaient tren1pés.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
168 LE VERBE

. ,
REGLES D'ACCORD DU PARTICIPE PASSE

Participe passé conjugué avec l'auxiliaire être - Quand le participe


passé est conjug ué avec l'auxiliaire être, il s'accorde en genre e t en non1bre
avec le sujet.
EXEMPLES : Les hirondelles sont reparties. La route est gelée. Les toits sont couverts de neige.
Reparties s'accorde avec le sttjet hirondelles: il se n1et au fcminin pluriel.
Gelée s'accorde avec le suje t route : il se n1et au fcnù 1ùn singulier.
Couverts s'accorde avec le sttje t toits : il se n1e t au n1asculin pluriel.

Participe passé conjugué avec l'auxiliaire avoir - Le participe passé


conjug ué avec avoir s'accorde en genre e t en non1bre avec le con1plément
d'objet direct, quand ce complément est placé avant.

EXEMPLES : cette histoire, je !.'.ai déjà entendui:.


- Le pro 110111 pe rsonnel l' est le con1plé n1e nt d'objet direct du verbe lire.
- Il est placé avant le participe entendue, que l'on doit donc accorder.
- L', pronon1 personnel, re1nplace le 110111 histoire, dont il prend le genre e t
le nombre : fénùnin singulier.
- Donc, le participe passé doit être au fénùnin singulier.

Les biscuits que nous avons mangés_ étaient délicieux.


- Le pronon1 relatif que est le con1plén1ent d'objet direct du verbe manger.
-11 est placé avant le par ticipe mangés, que l'o n do it d o nc accorder.
- Que, prono n1 relatif, a po ur antécédent le 110 01 biscuits do nt il prend le
genre e t le non1bre : masculin pluriel.
- D o nc, le participe passé d oit ê tre au n1asculin pluriel.

Mais le participe passé,conjugué avec l'auxiliaire avoir, est invariable :

- Si le con1plén1ent d'obje t direct est placé après le participe.


EXEMPLES : Nous avons vu une éclipse. Elles ont mangt une tarte.
- S'il n'y a pas de con1plén1ent d'objet direct.
EXEMPLES : Elles ont déjeunt. Les lapins ont couru dans leur terrier.

REMARQUE - Le partic ipe passé conjugué avec avoir ne s'accorde jamais avec
le suje t.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 169

EXERCICES

1 1 Mettez les verbes entre parenthèses au participe passé :


Au printemps
Une averse tiède est (ton1.ber). La nature est fraîche, la terre est (gorger) d'eau. Le
gosier des oiseaux (rafraîchir) par la pluie exhale un c hant pur, vif et éclatant ;
l'air est (devenir) sonore et rete ntissant.
D 'innon1brables pon1nùers (fleurir) paraissent au loin conlllle des boules
(in1.n1aculer) , les cerisiers tout blancs dressent le urs éventails de fleurs (épanouir) .
MAURICE D E GU EIUN

21 Même exercice. Attention : le narrateur est une femme.

Reto ur au village
Dès que j e suis (entrer), les chiens o nt (aboyer). Puis ils 111' ont (ento urer) e t 111' ont
(lécher) les 111aù1s. Les chats qui dor111aient en boule sur le 111ur ont (dresser)
brusquement la tête, ont (étirer) l'échine et ont (quitter) la pierre chaude. Ils
1n.'onc (regarder) du coin de la paupière c c 111'ont (flaircr). Jc les ai (carcsscr). J 'ai
(retrouver) l'odeur de l'herbe, du bo is, de la paiJlc, cette odeur pénétrante cc
fa n1ilière que je n'ai (retrouver) nulJe part et que j'ai tout de sui te (reconnaître).
MAURI CE F'O MHEUR E

3 1 M ême exercice. Précisez si le participe passé est employé comme verbe


ou comme adjectif :

La bo nne bo ulan gère


,< C 'est un enfant qui a (voler) un pain >>, répétaient les
voix. M adan1e Mitaine, (étonner) d'un tel vacarme,
était (ve1ùr), elJe aussi, sur le seuil de sa boutique. Elle
resta to ute (saisir), lorsque le gendar n1e, s'adressant à
elle , dit : « Tenez, M adan1e, c'est cc vaurien gui vient
de vous voler cc gros paù1, là. »
Et, secouant N anct, iJ voulut le terrifier.
i< Tu sais que tu vas aller en prison ... Dis, pourquoi
as-tu (voler) un pain ?
- Je n'ai pas (,na nger) depuis hier, ma sœur non plus. »
Cepe ndant, n1adan1e Mitaine s'était (re n1ettre) . Elle dit
d'un air gai et paisible :
,< Vous faites erreur, gendarn1e, cet enfant ne n1'a pas (voler) ce pain. C 'est n1oi
qui le lui ai (donner) . »
ÉMrLE ZOLA. LES QUATRE ÉVANGILES

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 6
170 LE VERBE

EXERCICES (SUITE )

4 I Mettez au participe passé les verbes ent re parenthèses en les accordant


s'il y a lieu . Ju stifiez vot re réponse :
1) Il avait (neiger) et la neige était (rester) sur la terre. Les nuages étaient
(ren1onter) dans le ciel.
2) Au tour de la maison, les moineaux, avec leurs pattes, avaient (dessiner) des
centaines d'étoiles. (R ENÉ BAz1N}
3) Les livres de n1a bibliothèque, que j'avais (rassen1bler) avec an1our, vont être
(partager) entre nlille n1ains étrangères et sortir de ce petit cabinet où ils
étaient (garder) avec soin. (SYLVEST RE u E SAc Y)
4) Les coteaux ont (dépouiller) la rousse fourrure de l'autonu1e. (THÈOPH1Le C AuT1e1<}
5) Les premiers hon1n1es ont (aiguiser) leurs cailloux de silex en forme de hache.
(COM TE DE D uFFON)

51 Conjuguez au passé composé, puis au plus-que-parfait de l'indicatif :

1) J 'écris une lettre et je l'envoie à 1nes grands-parents.


2) J 'observe le paysage cc je le dessine.
3) J 'apprends n1es leçons ecje les récite.
4) Je soigne n1es cahiers e t je les range avec soin.

6 I Réécrivez ce poème en mettant tous les verbes au passé composé :


Minet bo it son lait
Tout d'abord, de son nez délicat, iJ le fla ire,
Le frôle, puis, à coups de langue très pet its,
Il le happe, et, dès lors, il est à son affaire,
Et l'on entend, pendant qu'il boit, un clapotis.
Il boit, bougeant la queue e t sans faire une pause,
E t ne relève cnfu1 son joli n1useau plat
Que lorsqu'il a passé sa langue rêche et rose
Partout, et propren1enc débarbouillé le plat.
EDM ON D R OSTAN D. LQS MUSARDI SE~

7 I Écrivez correctement les participes passés des phrases suivantes :


1) Ma1nan a (plier) les parasols et les a (ranger).
2) Nous avons (fern1er) les volets qui étaient (rester) (ouvert).
3) Papa a (garer) la voiture et a (con1n1enccr) à la charger.
4) N ous nous somn,es tous (entasser) sur le siège arrière et nous son11nes (partir).

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chop ilre 6
LE VERBE 171

8 1 Écrivez les participes passés des verbes entre parenthèses et justifiez vos
réponses. Sou lignez les compléments d'objet direct placés avant les verbes :
Le perroque t
Les a11jn1aux que l'hon1n1c a le plus (adnürcr) sont ceux qtù lui on t (paraître)
participer à sa nature ; il s'est (én1ervciJJcr) tou tes les fo is qu'il e n a (voir)
quelques-uns faire ou contrefa ire des actions hun1aines. Le singe, par la
ressernblance des forn1es exté rieures, et le pe rroquet , par l 'in1itation de la parole,
lui ont (paraître) des êtres privilégiés.
COMTE OE BUFFON, H I STOIR E NATURELLE

9 I Mettez les verbes soulignés au plus-que-parfait et justifiez-en


l'orthographe :
La fauvette
De tous les hôtes des bois, les fauve ttes sont les plus nombreuses comn1c les plus
ain1ablcs. Ces jolis oiseaux arriven t au 1n.01ncnt où les arbres développent leurs
feu illes e t con1n1e ncent à laisser épanouir leurs Ocurs; ils se dispersent dans toute
l'éte ndue de nos ca n1pagnes : les uns viennent habiter nos jardins, d'autres
préfèrent les avenues et les bosquets; plusieurs espèces s'enfoncent dans les grands
bois et quelques-unes se cache nt au milieu des roseaux. Ainsi les fauvettes
ren1plissent tous les lie ux de la terre et les anm1ent par les n1ouven1ents e t les
accents de le ur tendre gaieté.
COMTE oe. BUFFON HISIOIB:E· NATlJllHL t

10 1 Dans le texte suivant soulignez les participes passés et présents


employés comme adjectifs :
L'aube froide avait laissé aux branches, aux aiguilles des sapins, aux mailles des
clôtures grillagées, de fines ara besques de g ivre. C 'é tait au hau t des arbres, là où
s'affinent et s'évasen t les ran1iJles, que c'é tait le plus joli. Le ciel, cout à l'heure
plornbé, semblait rnonter de nünuce en minute, s'alléger, s'évaporer. Il y eut un
instant où les cin1es givrées des arbres se fondire nt dans sa blanc he ur, e t puis elles
furent blanches de nouveau et brilla11tes à cause du bleu tout frais. Les é tangs
étaient bleus dan5 le ur ceinture de roseaux jau1ùs et de broussailles rousses.
MAUKI CE GENEV()IX

11 1 Ajoutez le participe passé en l'accorda nt :


1) c ueillir - Vic toire a ... des fleurs. Les fleurs sont .... Les blés é taient ....
2) ton1ber - La nuit est .... M a sœur est .... Les nouvelles sont ....
3) fmir - As-tu ... to n travail ? Les travaux son t- ils ... ? N ous avions ... .
4) cuire - Le gâteau a trop .... Les gale ttes sont .... La tarte a bie n ... .

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
172 LE VERBE

LES VOIX DU VERBE : LA VOIX ACTIVE

DÉFINITION - A la voix active, le sujet fait l'action.


EXEMPLE: Le professeur corrige les copies. (Professeur est sujet du verbe corriger.}

LES VOIX DU VERBE : LA VOIX PASSIVE

D ~FI NITIO N - A' la voix passive, le sujet subit l'action. La voix passive
se fo rme avec le verbe être e t le participe passé du verbe.
EXEMPLE: Les copies sont corrigées par le professeur.
Attention, cc n 'est pas l'auxiliaire être (il n 'y a pas d e changen1ent de
tcn1ps par rap port à la phrase active) .
EXEMPLE: Le professeur corrige les copies. (voix active)
Les copies sont corrigées par le professeur. (voix passive)
Ces deux phrases sont au présent de l'ind ica tif.

Le complément d'agent - D ans la voix passive, celui qui agit s'appelle


le con1plé n1ent d'agent. Il est le plus so uve nt intro duit par le n1ot par.
EXEMPLE : Le voleur est arrêté par les gendarmes.
Le nom gendarmes est co1nplén1ent d'agent du verbe arrêter.

Toute phrase passive peut se n1e ttre à la forn1e ac tive : dans ce cas, le
con1plén1ent d'agent d evient le suje t. Quand le con1plén1ent d'agent n'est
pas exprin1é, le suje t d e la phrase active est o n.
EXEMPLE: Le voleur a été arrêté. (voix active) on a arrêté le voleur. (voix passive)

R EMARQU E - Seuls les verbes tra nsiti fa peuvent ê tre n1is à la voix passive.
D eux verbes intra nsitifs seulc,ncnt peuvent êt re 111is à la vo ix passive :
o bé ir e t pardo 1u1cr.
EXEMPLES: Le roi est obéi. - L'élève est pardonné.

EXERCICES

1 I Sou lignez les verbes qui ne peuvent êt re mi s à la voix passive,


et con struisez une phrase passive avec les verbes restants:
consoler - voir - e ntendre - 111iauler - connaître -n,arc her - diviser - tren1bler

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 173

2 I Écrivez les phrases suivantes à la voix passive :


1) Christophe Colon1b a découvert l'An1ériquc en 1492.
2) Mansart a fait les plans du château de Versailles.
3) Gutenberg a inventé l'in1prin1cric vers 1440.
4) En 1939, I'ar111éc aJlc111andc a envahi la Tchécoslovaquie.
5) N apoléon a réd igé le Code civil en 1804.
6) L'ai11iral N elson détruisit la flotte française à Trafalgar en 1805.

3 I Les ph rases su ivantes sont inspirées de fa bles de La Fonta ine.


Éc rivez-les à la voix active :
1) L'Agneau est mangé par le Loup.
2) Le Lion est gracié par le IZat.
3) Un roi est réclamé par les Grenouilles.
4) Le Loup est envié par le Chien.
5) Le Corbeau est tron1pé par le R enard.
6) Le Lièvre est dépassé par la Tortue.
7) La Cigale est narguée par la Fournù.
8) D es pron1csscs sont fai tes par deux Canards à la Tortue.
9) La Four1ni est sauvée par la Colon1bc.

10) L'Anc est conda1n11é par tous les animaux.

4 I Sou lignez d' un trait les verbes à la voix active et de deux traits les verbes
à Ia voix passive :
- On pourrait peut-être jouer à l'arche de Noé,
proposa D elphine.
Mar inette trouva l'idée très bonne et pensa que
la cuisine ferait un excellent bateau. Quant aux
bêtes, les petites allèrent à l'écurie et à la basse-
cour et décidèrent facilen1ent le bœuf, la vache,
le cheval, le mouton, le coq, la poule, à les suivre
dans la cuisine. Il y eut bien quelques grincheux,
con1111e le dindon et le cochon, qui ne voulaient
pas être dérangés, n1ais ils furent grondés par Marinette, gui leur déclara :
- C'est le déluge. Il va pleuvoir pendant quarante jours et quarante nuits. Si vous
ne voulez pas venir dans l'arche, tant pis pour vous. La terre sera couverte d'eau
,
et vous serez noycs.
Les grincheux ne se le firent pas dire deux fois et se bousctùèrcnt dans la cuisine.
D'APll èsS MA1~CEl AYM Ê, LES ÇONTC.S pu CHAT l'fülÇHÉ

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
174 LE VERBE

EXERCICES (SUITE )

SI Dites quelle est la voix des verbes suivants :


1) N ous avons été sévèren1.ent punis.
2) Mes recomn,andations ont été entendues.
3) Adèle renverra le forn1ulaire rapiden1ent.
4) Mes parents ont été reçus par leurs anus.
5) Partiras-tu la sen1aine prochaine ?
6) Les tableaux volés auraient été retrouvés.

6 I Transformez ces phrases d e la voix active à la voix passive.


Modèle : Le pâtissier ert.fourne les petits gâteaux.
Les petits gâteaux sont enfournés par le pâtissier.

1) Les bateaux transportent des n1archandises.


2) La n1er a englouti beaucoup de secrets.
3) Les pirates ont attaqué la caravelle.
4) Les marins hissent la voilure.
5) Les pêcheurs o nt ra n1ené de pleins filets.

7 I Da ns l'exercice précédent, observez vos répon ses et répondez aux


quest ion s su iva ntes :
1) Qu'est devenu le con1plé1nent d'objet de la phrase active?
?) Qu'est devenu le sujet de la phrase active?
3) Con1111ent est forn1é le verbe à la voix passive ? Change- t- il de ten1ps ?

8 I Comp létez les phrases su ivantes en ajoutant un comp lément d'objet


direct, puis mettez-les à la voix passive :
1) L'enfant écrit ...
2) La police recherchait ...
3) Les gendarn1es arrêtèrent ...
4) Le n1aître expliquera .. .
5) Le copilote exécute .. .

9 I Écrivez quatre phrases à la voix active et quatre phrases à la voix passive :


- au présent de l'indicat if ;
- au passé com po sé ;
- au pl us-que-pa rfait ;
- au passé sim p le.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 175

l OI Mettez les phrases à la voix active. Attention, le verbe de la voix active


est au même temps que le verbe être de la voix passive.
Modèle : Une va!se lente Ju.t jouée par !es musiciens (passé simp!e).
Les musiciens jouèrent une va!se !ente (passé simp!e).
1) D es valses de Strauss furent interprétées par l'orchestre de Vienne.
2) La Neuviè,ne Sy,nphonie de Beethoven sera présentée par I' Orf:,ranjsateur.
3) D e rnagnifiques pièces de théâtre sont réalisées par ce rnetteur en scène.
4) Toutes les places écajent occupées par les spectateurs.
5) Les perforn1ances ont été applaudies par le public.

11 1 Conjuguez ces verbes à la 3e personne du masculin pluriel à la voix


active, puis à la 3e personne du féminin pluriel à la voix passive.
Modèle : recevoir (passé simp!e). l!s reçurent ; e!!es Jurent reçues.
apprécier (in1parfajt de l'indicatif) gtùder (futur sir11ple de l'indicatif)
craindre (présent de l'indicatif) m.ettre (passé simple de l'indicatif)
gravir (passé co1nposé de l'indicatif) recruter (futur s.in1ple de l'indicatif)

12 I Mettez les phrases suivantes à la voix passive :


1) Parfois, des têtards traversa ient ces étangs tranqtùJlcs. Oc AN CuilHcNNO}
2) Paul én1ettait un siflJen1ent aigu. (MAit<:c L PAGNOL)
3) La puissante rivière fer tilisait la terre. ( H eN1t1 Bosco)
4) Monsieur Vernet posa le goujon dans l'herbe. OuLes R.ENA1u,)
5) Ses yeux dén1entajent ses paroles. (MAu1t1ce 1•0 MHeu1t e}
6) De petits bergers blonds gouvernajent dans le sous-bois un troupeau de
chèvres. OEAN G 10 No}

13 1 Même exercice :
1) Le vent poussa violen1n1.ent les nuages.
2) Les nuages rcn1plirent entièren1cnt le ciel.
3) L'orage effraya les chevaux de la ferrne.
4) Les rafales arrachèrent toutes les tuiles du toit.
5) La pluie gifla les fenê tres.

14 I Mettez les phrases suivantes à la voix active :


1) Les faJajses ont été sculptées par les vagues.
2) Les clés de la grange avajent été retrouvées.
3) Oriane aura été découragée par la difficulté de la tâche.
4) Les paniers auron t été tressés par des bohénliens.
5) Les raisins n1ôrs seront cueiJlis par les vendangeurs.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
176 LE V ERBE

LES VERBES PRONOMINAUX

DÉFINITION - Les verbes pronominaux sont ceux qui sont


accompagnés du pronom personnel complément d'objet appelé
« pronom réfléchi » : me - te - se - nous - vous - se.
Le pronon1 réfléchi peut être con1plément d'objet direct : je me sèche
indirect : je me mens, ou second : je me lave les mains.

Les verbes pronon1inaux aux temps simples de l'indicatif

présent futur imparfait


se sauver je me sauve je me sauverai je me sauvais

tu te sauves tu te sauveras tu te sauvais

il/elle se sauve il/elle se sauvera il/elle se sauvait

se sa lir je me salis je me salirai je me salissais

tu te salis tu te saliras tu te salissais

il/elle se salit il/elle se salira il/elle se salissait

s'étendre je m'étends je m'étendrai je m'étendais

tu t'étends tu t'étendras tu t'étendais

il/elle s'étend il/elle s'étendra il/elle s'étendait

EXERCICES

l I Composez de courtes phrases au présent de l'indicatif suivant le modèle.


Modèle : installer - s'instaUer : I! installe sa cuisine. I! s'instaUe avec sa Jami!!e.
sauver - se sauver laver - se laver
pro111cncr - se pro1n.cncr distinguer - se distinguer
A A
réfléchir - se réfléchir reconnaitre - se reconnaitre
. .
habituer - s'habituer ruiner - se ruiner
. . '. .
1nscnre - s inscrire conduire - se conduire

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 6
LE VERBE 177

2 I Sou lignez uniquement les verbes pronominaux et donnez leur infinitif :


1) Il se blesse avec un couteau . 6) Je n1'habillc corrcctcn1cnt.
2) Il le reconnaît facilc1ncnt. 7) Tu lui parles gcntiinent.
3) Tu te tron1pes souvent. 8) Elles s'approchent souvent.
4)Vous vous penchez par la fenêtre. 9) N ous lui faisons confiance.
5) Jls ne se connaissent pas. 10) Elle vous adresse la parole.

3 1 Soulignez les verbes pronominaux, donnez leur infinitif et leu r groupe :


De ten1ps e n te,nps, une feuille sèche se détachai t d' une branche et gl issa it sans
bnlit jusqu'à la c haussée, insignifiante dans l'air clair e t froid. [... ] Quand il avait
fini de lire les journaux, il se versait un peu de café à la casserole du poêle et
allun1ait une cigarette. Il ne se ren1ettait pas à lire tout de suite ; il essayait un
n1on1ent de s'in1agii1er la guerre qui venait, c'est- à-dire qu'il s'efforçait de bâtir un
canevas d'événen1ent5 à peu près plausible. [ ... ] Cc serait long : un duel d'artillerie
un peu acadénùque. Ou bien l'affaire se règlerait entre aviateurs. Quelquefois, il se
représentait deux arn1écs de sentinelles, contii1uant indéfiniment leur faction de
chaque côté d'un border* devenu une jungle d'herbes folles.
* border est un mot anglais qui signifie liinitc.
J l.LICN G RAC:O. UN BALCON ÇN FQRÉT

4 I Même exercice :
Les grandes personnes ont la n1an1e de vouloir à toute force expliquer
l'inexplicable. Tou t cc qui les surprend les agace, e t, dès qu' il se produit dans le
111.onde quelque c hose de nouveau, elJes s'acharnent à vouloir dén1ontrer que
cette c hose nouvelJe ressen1ble à une autre qu'elles connaissent déjà.
Qu'un volcan s'éteigne paisiblen1ent , con101e une cigarette à bout de course, et
voilà aussitôt une douzaine de savant5 à lunettes qui se penchent au- dessus du
cratère, écoutent, reniflent, se font descendre par des cordes, s'écorchent les
genoux, ren1ontent, enfern1ent de l'air dans des tu bes, font des dessms, écrivent
des livres, se disputent.
MAUlll (:E Dl~U()N. T 1sro u LES l'C}UCES l'E lCTS

5 I Conjuguez au présent, au futur pu is au passé simple les verbes ent re


pa rent hèses et sou lignez les verbes pronominaux :

Georges (se mettre) au travail, (creuser) des encoches dans la glace et (s'élever)
crès lcntc1ncnt, car il (être obHgé) de (tailler) d'une main, travail épu isant auquel
(venir) (s'ajouter) le froid qui (raidir) les doigts à travers les gan ts de laine. Il
(gagner) c inq à six n1è tres de hauteur. R_()(;ER F1t 1$()N- R.()CHE, P H,§ Ml§ R P§ C O ilOl;G

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
178 LE VERBE

LES VERBES PRONOMINAUX (SUITE)

Les verbes pronominaux aux ten1ps composés - Aux ten1ps


con1posés, les verbes prononunaux se conjuguent avec l'auxiliaire être.

passé composé plus-que-parfait


se sauver je me suis sauvé je m'étais sauvé
elle s'est sauvée elle s'était sauv~

nous nous sommes sauv~ nous nous étions sauv~

se sa lir je me suis sali je m'étais sali

elle s'est sal~ elle s'était sal~

nous nous sommes salis nous nous étions salis

s'étend re je me suis étendu je m'étais étendu

elle s'est étendJ.!.e. elle s'était étendJ.!.e.

nous nous sommes étendfil nous nous étions étendfil

ATTENTION - M ên1e si l'on emploie l'auxiliaire être, le part icipe des verbes
prononùnaux ne s'accorde pas toujours avec le sujet. Il ne s'accorde que
lorsque le pronon1 réfléchi est con1plén1ent d'objet direct.
ExEMPLE: Jeanne s'est lavée. (s' = con1plén1ent d'objet direct)
Mais le participe passé s'accorde toujours dans le cas des verbes
pronon1inaux exprin1ant le n1ouven1ent : s'envoler, se déplacer, s'en aller ...

EXERCICES

l I Mettez les verbes entre pa renthèses au passé composé :


1) Les enfant5 qui (se n1oqucr) de leurs can1arades seront punis.
2) Nous (s'enfoncer) plus profondén1ent dans la forêt.
3) J uliette (s'accroupir) près de l'oiseau blessé, !'(prendre) dans la paun1c de sa
n1ain cc (se dcn1andcr) conu11cnt le guérir.
4) La neige qui (s'accun1ulcr) sur les coteaux (étouffer) tous les bruit5 de la
can1pagne.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
LE VERBE 179

2 I Mettez les verbes entre parenthèses au plus-que-parfait de l'i ndicatif :


1) La belle Europe, fille du roi Agénor, (se pron1ener) sur le rivage.
,
2) Zeus la (conten1pler) ; une flèche décochée par Eros !'(atteindre) .
3) Le dieu (se sentir) ton1ber ain.oureux à l'instant 111ên1e.
4) Zeus (se 1nétan1orphoser) en un superbe taureau pour s'approcher de la princesse.
5) Le taureau (se parer) de guirlandes de fleurs et (s'en alJcr) vers la Crète.

3 1 Même exercice :
1) Le roi d'Argolide (ordonner) à Hercule de tuer le lion de Némée.
2) Hercule (s'élancer) à la poursuite du lion.
3) Il lui (décocher) plusieurs flèches gui (se planteri dans l'épaisse fourrure du
111.onstre.
4) Une lutte feroce (s'engager) et H ercule (étouffer) le lion.
5) Quand il (voir) revenir Hercule invincible, le roi, épouvanté par sa force, (se
réfugier) dans une jarre de bronze.

4 I Mettez les expressions su ivantes au passé composé à la 1è•• personne du


masculin pluriel , pu is à la 3•me personne du féminin pluriel :
se van ter sans cesse se décider à parti r
se sacrifier pour une cause s'en alJer précipitan1n1ent
se mentrr se reruer
se tenir correcte111ent à table se tenir la 111.ain
s'habiller se réfugier dans une grange

5 1 Mettez les ex pressions suivantes au plus-que-parfait, à la 3• personne du


féminin singulier, pu is du féminin pluriel :
se reposer s'en fui r
se blesser au ski se casser la jan1be
s'interdire de n1anger du chocolat se vendre bien
s'acheter w1e veste se dire que tout va bien

6 I Écrivez les verbes suivants au temps indiqué du mode indicatif,


puis classez-les selon leur groupe :

ns (se revoir, passé sin1ple). N ous (s'enfuir, passé antérieur).


Je (se souvenir, passé con1posé) . Elles (se lever, plus-que-parfait).
Nous (se con1prcndrc, passé antérieur) . Vous (se tromper, futur antérieur) .
Tu (se disputer, in1parfait). EIJcs (se 111.éprcndre, présent).
Elle (se distraire, plus-que-parfait). Il (s'arnuser, passé sin1ple).
Vous (se 1néprcndrc, passé con1posé). Tu (s'asseoir, présen t).

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
180 LE VERBE

LA TOURNURE IMPERSONNELLE

DÉFINITION - Les verbes à la tournure in-ipersonnelle sont ceux qui


ne s'emploient qu'à la troisième personne du singulier : il.

E XE M PLES: En hiver. il pleut. il neige ou il grêle.


Aujourd'hui, il fait beau.
il faut que tu ranges ta chambre.

Cer tains verbes ne s'utilisent qu'à la forn1e in1personnelle. Ce sont par


exen1ple les verbes falloi r, pleuvoi r, neiger ... D 'autres verbes peuvent
s' en1ployer à la for 111e personnelle et à la forn1e in1personnelle :

EXEMPLES :

L'herbe pousse drue dans ce champ. (fonne personnelle)


il pousse des orties cont re les murs. (forn1e in1personnelle)

L'élève mil un dessin. (forn1.e personnelle)


il fu.il mauvais temps aujourd'hui. (forn1e in1personne1Je)

Sujet réel et sujet grammatical - D ans la tournure in1personne1Je, le


pronon1 il ne désigne pas une personne, un anin1al ou une chose, il ne
ren1place aucun 110111, il sert seulen1ent à int roduire le verbe. On dit qu'il
est un « sujet grammatical ».
Mais le sujet apparent est parfois suivi d'un « sujet réel », une personne,
un anin1al ou une chose, gui est le vrai sujet de l'action.
EXEMPLE : il tombe des cordes. la fonction de il est : sujet gran1n1atical
La fonction de co rdes est : sujet réel

ATTENTION - Le verbe à la tournure impersonnelle ne s'accorde jan1ais avec


le sujet réel, 111.ais avec le sujet gran1n1atical : il est donc toujours à la
troisièn1e personne du singulier.

EXERCICES

1 1 Conjuguez à tous les modes et à tous les temps :


il neige - il fait beau - il pleut - il grêle - il fait chaud - iJ ton1be de la grêle
iJ ven te - iJ tonne - iJ bruine - iJ fai t un ten1ps superbe - iJ fai t un froid de loup

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopi lre 6
LE VERBE 181

2 I Mettez au mode impersonnel les ph rases suivantes :


Mentir est honteux. - Un silence se fit. - Deaucoup de gens passent dans cette rue.

3 1 Écrivez ces phrases à la tournure impersonnelle.


Modèle : Un grave accident a eu !ieu. - I! y a eu un grave accident.
1) Aucune personJ1e ne répondit.
2) D eux euros ,ne 111anqucnt po ur acheter cc livre.
3) Un gra nd bo nheur est arrivé dans cette fan1ille.
4) D es pâquerettes ont poussé le long de ce rnur.
5) Nous avons dù rentrer sous la pluie.

4 I Recopiez les phrases su ivantes, pu is soulignez les verbes impersonnels :


1) Il faut ternliner ce travail avant que la nuit ne tombe.
2) S'il se met à pleuvoir, dépêchez-vous de rentrer.
3) Au n1ois de n1ars, il grêle souvent.
4) Hier, il a beaucoup tonné. 11 faisait déj à nuit, quand de violents éclairs ont
iJlunùné le ciel.
5) Il a fait terriblen1ent froid l'hiver dernier.

5 I Transformez ces phrases en utilisant un verbe impersonnel.


Modèle : Évidemment, vous vous trompez.
Il est évident que vous vous trompez.
1) La neige est ton1bée hier.
2) D cn1ain , le ten1.ps sera pro bablcn1.cnt bea u.
3) Le gel a couvert la terre cette nuit.
4) Tu ne dois pas courir autour de la piscine.
5) Fais attention à ne pas ton1ber.

6 I Soulignez les verbes à la tournure impersonnelle :


1) Il était une fois une petite fille, 2) J'allais relever les rideaux pour savoir
la plus jolie qu'on eùt su voir ; s'il pleuvait toujours. Il pleuvait toujours.
sa 111ère en était folle, et sa Il y avait déjà quelques attelages en route.
mère-grand plus folle encore. Ils passèrent luisant de pluie. Il ne 111e fut
Cette dernière lui fit faire pas possible de mettre un nom sur les
un petit chaperon rouge, gui cochers. li était dix heures moins le
lui seyait si bien que partout quart lo rsque, fin prêt, j e 111js 1non
on l'appelait le Petit chaperon ro uge. 111.a ntca u. JI pleuva it to ujours.
CHARLES P ERRAULT. LEPcnr CHAPERON l\OUC':!! JeAN G 1ON O, Ln MOUbiN pe J>oLOC:Nll

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 6
182 LE VERBE

r ANALYSE DU VERBE

Pour analyser un verbe à un n1.ode conjugué, on donne :


1) sa nature : verbe ;
2) son infinitif et son groupe ;
3) sa voix (active, passive) ou sa particularité (verbe pronon1.inal,
tournure in1.personnellc) ;
4) son n1ode et son temps ;
5) sa personne, son genre et son nombre ;
6) sa fonction : verbe (identique à sa nature)

Pour analyser un verbe à l'infinitif, on donne :


1) sa nature : verbe ;
2) son infmitif et son groupe ;
3) sa voix o u sa partic ularité ;
4) son mode et son temps (présent ou passé) ;
5) sa fonction : l'infinjti f peut occuper les n1ên1.es fon ctions que le non1..

Pour analyser un verbe au 111.ode participe, on do1111e :


1) sa nature : verbe. Attention : si c'est un participe présent employé
comn1.e adjectif, sa nature est : adjectif verbal ;
2) son infmitif et son groupe ;
3) son n1ode et son temps ;
4) son emploi : en1.ployé conm1.c verbe ou conm1e adjectif;
5) son genre et son nombre si cc participe est cn1ployé con101c adj ectif
6) sa fonction : le participe présent cn1ployé conunc verbe et le gérondif
sont des con1plén1cnts circonstanciels, le participe passé et le participe
présent employés con1n1c adj ectif5 ont les mêmes fonctions que l'adjectif
qualificatif (attribut du sujet, apposé au non1, épithète du no1n).

E XE M PLE: Tous les hommes ont fait un jour le rêve de voler dans le ciel.
Ont fait : verbe fa ire, 3' groupe, voix active, indica tif, passé con1posé,
troisiè111e personne du pluriel, 111asculin.
Voler : verbe voler, 1cr groupe, voix active, infinitif présent, con1plén1ent du
A
110111 reve.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 6
LE VERBE 183

EXERCICES

1 1 Ana lysez les verbes dans les phrases su ivantes :


1) Je n'hésiterai pas à nie lancer dans ce projet gui n1.c tient à cœur.
2) Fasse le ciel que toue aille pour le n1ieux.
3) Ta besogne sera plus douce que la n,jenne, mais il faudra que eu la fasses.
( ANATOLE 1: u.AN<:e, LES Dêsrn.s ne JcAN Sen.vrnN)
4) Malheureusement, M. Segwn avait oublié la fenêtre.
(ALPHONSE DAUD ET, L A CHÈVRE DE- M. SEGUIN)

21 Ana lysez les verbes dans le texte su ivant:


Le n1aître avait fait, l'hiver précédent, l'acquisition d'un cabriolet. Il n'était pas
toue neuf, n1ais on é taie bien dedans lorsqu'on s'enfonçait profondén1enc sous la
capote et g ue le grand tablier de cuir étaie soigneusement rcfcrn1é sur les ja,nbes.
Le siège était très joli, avec des coussins gros bleu, rcn1bourrés et piqués de
boutons tout co1nn1c le dossier, qui rappelait par sa fonn.c certains canapés. I1 n'y
avait place que pour crois personnes, ni.ais, cc di1nanchc-là, vers dix heures,
lorsque le départ fut arrivé, nous y 1nontân1cs à cinq.
RAYM O NDE VIN CENT, CAMPAÇ)lll

3 1 Même exerc ice :

Ca therine s'assoi t. En ouvrant les ,nains, cUe répand sur elle sa 111.oisson fleurie.
EIJe en est toute parfumée et déjà les papillons voltigent autour d' elJe. Elle
choisit, elle assemble les fleurs, elle n1arie les tons pour le plaisir des yeux. Plus les
couleurs sont vives, plus elle les trouve agréables. EUe a des yeux tout neufa que
le rouge vif ne blesse point. Les yeux de Catherine sont de bons petits yeux gui
ain1ent les coquelicot5. Les coquelicots, voilà ce que Catherine préfère. M ais
leur pourpre fragiles' est déjà fanée. ANATO L E FRANCE, N os eNFANTs

I
4 Même exercice :

Antonio fit un paquet de son gros pantalon de velours et de son fusil. Il nut dans
sa besace ses cartouches, sa poire à poudre, son grand couteau, son lingot à
chevrotine, sa lime et un rouleau de corde. Il dénoua le paquet pour ajouter du
tabac à fun1cr et à chiq ucr. Il traversa le fleuve en souplesse, sans lutter, sans faire
d'écun1e, en profitant des jeux de l'eau. IJ regarda. Rien n'était n1otüJlé,juste un
peu la crosse du fusil parce gu'elJe dépassait. Il s'habilla. Il était sur une petite
plage en corne e t iJ voyait en a1nont le fleuve jusqu'à sa sorti.c des gorges.
J E AN G1 (>NO, LE CHANT DU MOND E

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


LE VERBE (2)
z
-
0 Donnez la personne, le nombre, le mode et le temps des verbes soulignés :
Le Lion et le Rat
Il fau t, autant qu'on peu t, o bljger tou t le n1onde :
On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
Entre les pattes d'un Lion
Un R at sortit de terre assez à l'étourdie.
Le R oi des anit11aux, en cette occasion,
Montra ce qu'il était, e t lui donna la vie.
Cc bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu'un aurait- iljainais cru
Qu ' un Lion d'tu1 R at e ùt affajre '
Cependant iJ advint qu'au sortir des forêts
Cc Lion fut pris dans des re ts,
D on t ses rugissen1ent5 ne le purent défaire.
Sire R at accourut, et fi t tant par ses den ts
Qu'une n1aille rongée emporta tout l'ouvrage.
Patience et longueur de ten1ps
Font plus que force ni que rage.
J E AN DE L A FONTAIN E, f'AHLES

Dans ce texte, analysez tou s les participes passés pui s tou s les verbes
conjugués
Philcas Fogg, carrén1cnt assis dai1s son fauteuil, les deux pieds rapprochés con1n1c
ceux d'un soldat à la parade, les n1ains appuyées sur les genoux, le corps droit, la
tête haute, regardait marcher l'aiguille de la pendule - appareil con1pliqué qui
indiquait les heures, les n1inu tes, les secondes, les jours, les q uantièn1cs e t l'année.
A' onze heures et den1i sonnant, Mr. Fogg devai t, suivant sa quotidienne
habitude, quitter la n1aison et se rendre au R eforn1 Club.

Juu~ VERN E, J.Jl.TOl Hl l)lJ MONDE EN QlJATB C- YINGIS (QlJllS

Mett ez ces phrases à la voix active :

1) La table était décorée d'un bouquet de roses, de tulipes et de violettes.


2) Le cycle de l'eau est constitué par l'évaporation et par les précipitations.
3) Les n1urs des temples égyptiens étaient décorés par les peintres de dessins
représentant dieux e t pharaons.
4) En 3200 avant J. C., l'écriture c unéiforn1e fut inventée par les Sun1éricns.
' ,
5) A la n1ên1e époque, les hiéroglyphes one été util isés par les Egyptiens.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
Transfo rmez les phrases suivantes à la voix passive puis mettez-les au
plus-que-parfait : -
0

1) Louis XIV a révoqué l'édit de N antes e n 1685.


2) Lenôtre a dessiné les jardins d e Versailles.
3) Louis XIV choisit le soleil pour en1blèn1e.
4) On appela Louis XIV « le R oi- Soleil ».
5) Les courtisans entouraient le roi pendant son dîner.
6) Les serviteurs apportaient plus de quinze plats par repas.
7) Tout le n1ondc l'adnurait e t le craignait.
8) Le !l oi-Soleil con1111anda une pièce de théâtre à M olière.
9) Louis XIV non1n1a .M olière « Grand organisate ur des divertisse111ents ».
10) Le grand n1e tteur e n scè ne combla les attentes du roi.

Dans le texte su ivant, analysez tous les participes présents.


Pu is, soulignez tous les infinitifs et donnez leur groupe.
,< Vous êtes Français et vous vous nomn1ez John ? den1anda Phileas Fogg.
- Jean, n'en déplaise à Monsieur, répondit le nouveau venu, Jean Passepartout,
un Strrnon1 qui n1' est resté , e t que justifiait 01011 aptitude naturelle à n1e tirer
d'affaire. J e crois être un honnête garçon, Monsieur, n1ais, pour ê tre franc, j'ai
fait plusieurs métiers. J 'ai été chante ur ambulant, écuyer dans un cirque , faisant
de la voltige co111me Léotard , e t dansant sur la corde comJ11e Blondin ; puis je
suis devenu professeur de gyn1nastique, afin de rendre n1es talents plus utiles, et,
en derni.er lieu,j'étais sergen t de po1npiers, à Paris. J'ai n1ên1e dans 111011 dossier
des incendies re1narquablcs. M ais voilà cinq ans que j'ai quitté la France e t que,
voulant goûte r de la vie de fan1ille,je su is valet de chan1bre e n Angle terre. Or,
n1e trouvant sans place et ayant appris que Mr. PhiJeas Fo 6rg é tait l'homn1e le
plus exact et le plus sédentaire du Royaw11e- Uni, je me suis présenté chez
Monsieur avec l'espérance d'y vivre tranquille e t d'oublier jusqu'à ce non1 de
Passepartout. »
JULE.S V ERN E, J,J;,J"ouR l)lJ MON Pt EN OUAIRE - YIN(iIS 10 , m S

Dans le texte suivant, analysez tous les verbes :

La descente recon101cnça cette fois par la nouvelle galerie.


Hans n1archait en avant, scion son habin1dc.
N ous n'avions pas fait cent pas, que le professetrr, promenant sa lan1pe le long des
murailles, s'écriait:
,<Voilà les terrains printitifa ! N ous son1mes dans la bo nne voie ! M archo ns! »
Ju r.ES V BRN ESr VOXAPC AU CCNI BC Pti LA TCBBfi

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 7
186 L' ADVERBE

CHAP ITRE 7 - L' ADVERBE

On appelle adverbe un mot invariable qui sert à


D ÉFINITIO N -

modifier le sens d'un verbe, d'un adjectif ou d'un autre adverbe.


EXEMPLES : il marche lentement. Lentement cornplète le sens du verbe marcher.
Julie est ~jolie. Très con1plète le sens de l'adjectif jolie.
Je me suis réveillé trop tard. Trop complète le sens de l'adverbe tard.

Liste des adverbes - Les principaux adverbes sont :

Ad verbes de temps : aujourd'hui - hier - demain - tôt - tard - bientôt - déjà -


toujours - jamais - encore - souvent - d'abord - ensuite ...
Adverbes de degré : très - trop - assez - peu - beaucoup - moins - plus ...
Adverbes de lieu : ici - là - ailleurs - dedans - dehors - derrière - devant -
dessus - dessous...

Adverbes de manière : lentement - justement - agréablement - gentiment -


facilement. ..

Adverbes d'affirmation : oui - sQrement - vraiment. ..


Adverbes de négation : non - ne ... pas - ne ... plus - ne ... jamais.
Adverbes de doute : peut-être - sans doute ...

Adverbes d'interrogation : où - quand - comment - pourquoi - combien


Adverbes d'exclamation : combien .. . 1- comme ... 1• que ... 1

REMARQUE 1 - Certains adverbes sont composés de deux rnots ou plus, qui


ont valeur d'adve rbe. On parle alors de l ocutio n adverbiale.
EXE MPLES : ne ... pas - ne ... j amais - sans cesse - à peu près - tout de suite - de travers -
de loin - un peu - de plus en plus - tantôt ... tantôt - à peine ...

REMARQUE 2 - Il ne faut pas confondre là , adverbe de lieu qui prend un


accent grave sur le a , et la , article défini , ou la , pronon1 personnel, qui ne
prennent pas d'accent.
EXE MPLES: Je suis arrivé@. par hasard.
Là (ici) désigne w1 endroit. C 'est un adverbe.
Regarde cette étoile qui brille. Regarde-la.
La est un pronon1 personnel qui tient pour le 110111 étoile.
En cas de doute, vous pouvez remplace r là par ici.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 7
L' ADVERBE 187

EXERCICES

1 1 Construisez de courtes phrases en emp loyant chaque fois un adverbe


différent:
1) Adverbes de lieu : ailleurs - devant - derrière - ici
2) Adverbes de ten1ps : souvent - hjer - aujourd'hui - den1ain
3) Adverbes de maruère : lenten1ent - doucement - brutalen1ent
4) Adverbes de degré : beaucoup - trop - très
5) Adverbes de doute : peut-être - sans dou te
6) Adverbes d'aflirn1ation: oui - certainen1cnt
7) Adverbes de négation : non - ne ... pas - ne ... plus
8) Adverbes d'interrogation: guand - pourquoi
9) Adverbes d'exclamation : co1nme ... ! - gue ... !

2 I Da ns les phrases suivantes, sou lignez les adverbes et dites à chaque


fois de quel type d'adverbe il s'agit.
1) N ous jouons souvent au ballon. Parfois, les petit5 se joignent à nous.
2) Henri court très vite. Comn1e j'ain1erais être aussi rapide que lui!
3) Mon cainarade devra travailler davantage s'il veut passer en 6' .
4) Quand êtes-vous allés au théâtre pour la derruère fois ?
5) Cette fille est plutôt n1aladroite, n1ais elle est très intelligente.
6) Tu as enfin ternùné cc livre que tu ain1cs tant. Que ce livre est passionnant!
7) Ma tante est vrain1cnt gentille : elle a toujours un con1plin1cnt à faire.
8) Léo arrive souvent en retard. Pourquoi ne fait-il aucLul cf:lort pour être à l'heure?
9) Mon cousin est encore parti à la montagne : il ain1e beaucoup marcher.
10) R ose est partie hier en vacances. Elle reviendra peut-être lundi.

3 1 Même exercice :
Je ne suis plus un jeune hon11TI.e. Et pourtant m.an1an Ma n1'en1brasse tottjours tel
un petit {:,>arçon aux joues fraîches. Je l'en1brasse à mon tour et je 111' échappe. Trop
vite, car elle dit humblen1ent: « Encore un! Encore un ! » Je l'en1bra5se une fois de
plus. C'est dix, vingt fois gu'il faudrait.Je ne suis pas un fils très tendre.Je serai pwu.
Mes fils se chargent déjà de venger leur grand-n1è1~. J'ain1e les cn1brasser. Ils sont si
frais ! Il sentent si bon ! Ils sont tcllcn1cnt à n1oi ! Mais ils sont toujours pressés. Ils se
dérobent toujours.Je les importune. Je les cn1pêchc de jouer. Je cric:« Encore un!
Encore un ! » Ils m.e donnent, au galop, le baiser dci11andé. Un seul, rapide et furtif.
J'en voudrais dix,j' en voudrais vingt.Je les prends, parfois, de force. Je leur rends, à
eux, toute la tendresse que tu n1'as donnée, et que je ne t'ai jan1ais rendue, 111.a
pauvre n1an1an Ma. I)' APRÈS Geou.ces D UHAM EL, LES Î'LA! Sm s ET LES Jeux

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 7
188 L' ADVERBE

r ANALYSE ; E l 'ADVERBE

Pour analyser un adverbe, on donne :

sa nature et son type : adverbe de ten1.ps, de lieu, de néga tion ... ;


sa fonction : n1.odifie le verbe, l'adjectif ou un autre adverbe.
Attention : les adverbes de te1nps, de lieu et de n1anière sont toujours
complén1.ents circonstanciels de ten1ps, de lieu, de n1.anière..

EXEMPLE: Charles n'est J2fil très heureux i.Q.


Ne .. . pas : locuti.on adverbiale de néE,>ation, modifie le verbe être.
Très : adverbe de degré, n1.odifie l'adjectif heureux.
ici : adverbe de lieu ; con1plén1.ent circonstanciel de lieu,
n1.odifie le verbe être.

REMARQUE - Parfois, l'adverbe n1oilifie un verbe qui n'est pas répété.


EXEMPLE: D'abord, l'ours mange un poisson ; ensuite, du miel; enfin, des myrtilles.
Ensuite e t en~n 111.odifient le verbe manger, qui n' est pas répé té.

EXERCICES

l I Tro uvez l'adverbe de manière qu i dérive des expressions suivantes.


Modèle: avec politesse - poliment.
avec patience avec n1éthode avec passion en silence
en vain , , :al
en gener en secret en souplesse
avec fern1.eté avec 111.échanceté avec tendresse avec Joie

21 Donnez le féminin des adjectifs qualificatifs suivants puis trouvez


l'adverbe de manière qui en dérive. Modèle : net - nette - nettement.
lent vu sec franc faux
frais froid chaud public bas

3 I Formez des adverbes à partir des adjectifs qualificatifs suivants.


Modèle: méchant - méchamment; prudent - prudemment.
, .
soigneux sen eux vaillant courageux
puissa nt insolent patient attentif
gentil fra nc fid èle abo ndant

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 7
L' ADVERBE 189

4 I Donnez les adverbes contra ires des adverbes su iva nts :


bien '
tres devant lCJ

tôt JTI01J1S avant tOUJOUrS


dedans gent1111ent lente1nent agréable1n.ent
0U.I ensu ite fortc1ncnt hier

5 I Soulignez et ana lysez les adverbes dans le texte suiva nt :


Ils arrivèren t enfin aux bains antiques, découvcrt5 en 1824, con1n1e le guide le
leur faisa it ren1arqucr. « Ici étaient les étuves, là le four à chauffer l'eau, plus loin
la saUe à cen1péran1re n1odérée » ; ces détails donnés en patois napolitain
mélangés de quelques désinences anglaises paraissaient intéresser 1nédiocren1ent
les visiteurs, qui déjà opéraient une volte-face pour se retirer, lorsque miss
Ethelwina s'écria : « Un honune ! »
- Cc sera sans doute quelque ouvrier des fouilles à qui l'endroit aura paru
propice pour faire la sieste.
Le prétendu dorn1eur ne bougea pas.
- Cc n'est pas un ho1n1n.c cndornü, c'est un mort, die un des jeunes garçons, qui,
vu sa petite taille, démêlait mieux dans l'ombre l'aspect du cadavre.
- Oh ! c'est vraiment désagréable de se trouver en présence de tels o bjets. Il ne
conv1cnc pas à de jeunes personnes bien élevées de regarder un spectacle si
1n1p rop rc.

T HÉOPHILE GAUTIER. CONT E$ FANTASIIQUES

6 I Même exercice :
Elle rentra dans sa chaun1ière avec sa douleur, cette vague douleur que la nuit
nourrit trop bien dans l'âme. Elle n'avait pas de colère, pas de jalousie. Ce fut
ainsi qu'elle passa la 1noitié de cette nuit, appuyée sur une petite fenêtre,
regardant courir la lune tantôt claire et radieuse, tantôt obscurcie par des nuages
qui couraient plus vite qu'elle ; ce qui attristait beaucoup ses rêveries. Elle
regardait aussi parfois la petite cabane du berger où dorn1ait sans doute Olivier.
MAll(;E LIN E D eS UOlt.U ES-VALM OllE, ~ V EILLEE$ DES AN TILLES

7 I Com plétez les phrases suivantes pa r des adverbes, que vous an alyserez :
1) On a ... besoin d'un ... petit que soi . o eAN u e LA FONTAINE)
2) N e rem.cttez pas à ... cc que vous pouvez faire ... ( P1,ov e1u.1e)
3) Un « tiens » vaut ... que deux « tu 1'auras ». (l'1t<>v eRue)
4) La raison du ... fort est ... la n1cillcure. OeAN ue 1.A r o NTA1N e)
5) Ne ren1cts pas à den1aiJ1 cc que eu peux faire .... ( P1,ov e1, ue)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 8
190 LA PRÉPOSITION

CHAPITRE 8 - LA PREPOSITION, L'INTERJECTION

LA PRÉPOSITION

La préposition est un mot invariable qui m et en


D ÉFINITIO N -

rapport un n1ot et son con1plén1ent.


Fonction - La préposition introduit un complément.
EXE MPLES: une table w La préposition en introduit le 110111. bois,
bois.
qui est con1.plé1ncnt du 110111 table.
Je vais .à Paris. La préposition à introduit le nom. Paris,
qui est con1.plé111cnt circonstanciel de lieu du verbe aller.

Liste des prépositions


Les principales prépositions sont : à - de - dans - pour - sans -sur - par - avec - chez.. .
Mais il en existe bien d'autres : entre - contre - depuis - parmi - sous - dès .. .
Certains n1ots gui sont aussi des adverbes devieiu1ent des prépositions
quand ils introduisent un con1plén1ent: après - avant - derrière -devant.
li existe aussi des locutions prépositionnelles, con1posécs de plusieurs
111.ot~ : jusqu'à, au lieu de, à cause de, à côté de, par rapport à ...

L'INTERJECTION

L'interjection est un mot invariable qui sert à


D ÉFINITION -

exprimer la joie, la colère , la douleur, etc. Elle ressen1ble à un cri.


EXEMPLES : Aïe ! Je me suis fait mal ! - Hop ! Le lapin a bondi dans son terrier.

Liste des interjec tions - Les principales interjections sont : Ah I o h !


Aïe ! Bah ! Bravo ! chut ! Hein ! Hop ! Hum ! ouf! crac ! clac ! clic I Eh ! Plouf !

EXERCICES

1 1 Complétez les expressions suivantes avec une des prépositions su ivantes :


sans - sous - sur - vers - avec - dans.
sauter ... un trampoline se cacher ... la table
le chevalier ... peur et ... reproche une n1.aison ... vue ... la 111.c r
le chen1in ... la gloire s'enfoncer ... la forêt

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 8
LA PRÉPOSITION 191

2 I Même exercice avec : à - de - en - pour - par.


sortir ... un froid glacial cueillir des fleurs ... sa 1nère
séj o urner ... Bre tagne rire ... bon cœ ur
arriver ... l'heure partir ... bon 111atin
passer ... un gounnand se baigner ... é té
prendre quelqu'un . .. té1n.oin être fier ... soi
un fer ... repasser se conduire ... héros
partir ... longten1ps aller ... Paris
'
etre . ... que1qu ' un d' autre
pris faire partie ... la fête

3 I Faites de courtes phrases avec chacune des interjections su iva ntes :

C hut ! -A:ie ! - Courage ! - Hourra ! - Bah ! - Pouah ! - Hélas ! - Ouf


Patatras ! - Bravo ! - Mian1 ! - I-Iun1 ! - Plouf ! - Paf ! - Crac ! - Hop

4 I Dites quel sentiment, quelle sensation ou quelle émotion peuvent


exprimer les interjections su ivantes. Modèle: « Aïe!» exprime !a douleur.

O uf! - Mian1 ! - Bof! - Pouah ! - Ah ! - Oh ! - Hélas ! - Ah bon ! - 1-Iun, !

5 I Da ns le text e su ivant, soulignez en rouge les prépositions et les


locutions prépositionnelles. Sou lignez en vert les pronoms relatifs.
Entourez les t ro is adjectifs indéfinis da ns les six prem iers vers p ui s
analysez-les.
La grande plaine est blanche, imJ11o biJe et sans voix.
Pas un bruit, pas un son, toute vie est éteinte.
Mais on entend parfoi s con1111e une n1orne plainte,
Quelque chien, sans abri, qui hurle au fond d'un bois.
Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds, plus de chances.
L'hiver s'est abattu sur toute floraison*.
Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fan tôn1es.
Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tren1blants, sans rien qui les protège
De leur œil inquiet ils regardent la neige,
Attendantjusqu'au jour la nuit qui ne vient pas.
Cuv l)C MAU PASSAN T, )' QèMES ET FABLES

* floraison : la flora ison est le développen1ent


des fleurs.
\

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 9
192 L A CONJON CTION

CHA PITRE 9 - LA CONJONCTION

DÉFINITION - La conjonction est un mot invariable qui sert à unir


deux mots entre eux ou deux parties de phrases entre elles.
EXEMPLES : Paul g Marie sont allés à la pêche.
Et, conjonc tion, relie les deux non1s propres Paul et Marie.
La baleine vit dans l'océan et se nourrit de plancton.
Et, conjonction, relie les deux propositions de la phrase.

On disting ue les conjonctions de coordination et les conjonctions de


subordination.

LA CONJONCTION DE COORDINATION

D tF1N1T 1O N - La conjonction de coordination sert à relier :


- de ux n1ots de même fonction dans une phrase
(deux sujets, deux verbes, deux con1plé1nents ... ) ;
- deux propositions de m êm e nature.
EXEMPLES: Le chat et le chien dorment dans le même panier.
Les non1s chat et chien, tous les deux sujets du verbe dormir, sont
reliés par la conjo nction de coordination et.
samedi, nous irons au cinéma Q1!. nous partirons nous promener.
Les deux propositions samedi, nous irons au cinéma et nous
partirons nous promener sont reliées par la conjonction de
coordination ou.

Liste des conjonctions de coordination


Les conjonctions de coordination sont : et - ou - ni - mais - or - car - donc.

LA CONJONCTION DE SUBORDINATION

D ÉFINITIO N - Les conjonctions de subordination introduisent les


propositions subordonnées (voir analyse logique) .

Liste des conjonctio ns de subordination - Les principales co1~onc tions


de subordination sont : que - si - comme - lorsque - quand - quoique - puisque.. .
les locutions conjonctives sont : dès que - avant que - pendant que - parce que .. .

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 9
LA CONJONCTION 193

EXERCICES

1 1 Enc ad rez les conjonctions de coordination d ans les phrases suiva ntes :
1) Mon chat e t rnon chien s'entendent très bien.
2) Tu es sérieux e t sage, donc tu réussiras tes études.
,
3) Evitez de ran1asser des charnpignons dar,s les bois car ils sont parfois
, ,
veneneux.
4) Ma sœur est difficile : elle n'ain1e ni le fron1age ni le poisson.
5) Mon père voudrait char1ger de voiture, or leur prix est très élevé.
6) Cet hiver, nous irons skier dans les Alpes ou dans les Pyrénées.
7) Je voulais n1cttrc n1cs nouvelles sandales cc n1atin, n1ais il pleut.
8) Dans cc rcstaurant,jc dois choisir entre fron1agc cc dessert.
9) H élène est gourn1andc, n1ais elle fait de gros efforts pour ne pas n1angcr trop
de gâteaux ou de bonbons.

2 1 Écrivez deux pro po sitio ns reliées par la conjonction de coordination et,


puis faites de même avec les conjonctions de coordination mais et car.

3 1 Écrivez deux propo sitio ns reliées par la conjonction de subordination


quand, p uis fai tes de même avec les conjonctions de subordination
puisque et dès que.

4 I Comp lét ez les phrases su ivantes pa r et, conjonction de coordination, o u


est, verbe être conjugué à la 3" perso n ne d u singulier :

1) C' ... l'été. Il fait beau ... les oiseaux chantent.


2) Quand l'herbe des prairies ... bonne à faucher, on coupe ... on fait sécher le foin.
3) A' nudi, le soleil ... brûlant ... on recherche la fraîcheur à l' on1bre des arbres.

5 I Comp létez les phrases suivantes pa r ou, conjonction de coordination ;


où, pronom relatif ; où, adverbe interrogatif :
A

1) Etre ... ne pas ê tre, telle est la question.


2) ... ai-je nùs 01011 téléphone portable ?
3) Je connais un endroit charn1ant ... nous pourrons déjeuner tranquillcn1cnt.
4) ... les hirondelles sont-elles parties? Vers le sud ... vers le nord ?
5) Que préfères-tu ? La glace au chocolat ... la glace à la fraise ?
6) Taisez-vous ... vous serez punis.
7) Cette toile, ... l'on voit Ariane cndorn1ic, est-clic de Rubens ... de Titien ?
8) ... se trouve le palais des Doges, à Venise ... à Pise ?

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 9
194 LA CONJONCTION

EXERCICES (SUITE )

6 I Soulignez les con jonctions de subordination


dans les phrases suivantes :
1) Antoine veut être m.usicien quand il sera grand.
?) Si vous avez un doute sur l'ort hographe d'un 1not, che rchez- le dans le
dictionnaire.
3) Je sais que vous ain1ez aJJer au théâtre.
4) Puisque le ten1ps le pern1et, nous ferons un pique- nique.
5) Ma voiture est chez le garagiste parce gu 'elle est en panne.
6) Quand le chat do rt, les souris dansent.
7) Lorsq ue les vacanciers arrivent dans le Midi, les hô teliers sont contents.
8) Pour que j e puisse choisir entre ces différcnt5 candidats à l'élection régionale,
j e vais lire le urs programn1cs.
9) Conm1.c la pluie a cessé, les e nfants peuvent j ouer dans la cour.
10) Puisque tu es n1on an1i ,je fais confiance à ton jugen1e nt.

7 I Soulignez les conjonctions de subordination


dans le texte suiv ant:

Pêche à la ligne
JI inve ntait d'attacher à son bâton une viciJle ficelle qu'iJjctait gravc1nent dans le
fleuve, iJ atte ndait que le poisson vînt n1ordre. Il savait que les poissons n'ont pas
coutume de ma nger tu1e ficell e sans appât, ni hameçon. Mais il pensait que, pour
une fois et pour lui, ils feraient exception à la règle. Il retirait sa ligne de ten1ps en
ten1ps, très ému, s'in1aginant que la corde était plus lourde. ll espérait qu'il
ra111.ènerait un trésor con1111e dans une histoire que lui avait contée grand- père.
R OMAI N R .OLLANIJ. JE AN -CHR IST O PH E

8 I Soulignez d'un t rait les conjonctions de subordination


et de deux traits les conjonctions de coordination :

On n1'avait appris à réciter à peu près décen1111ent les vers ; tandis qu'au lycée
(du n1oins celui de Montpellier) l'usage é tait de réciter indiffercn1111ent vers ou
prose d'une voix blanche le plus vite possible e t sur un ton gui enlevât au texte
j e ne dis pas sculcn1cnt to ut attrait, 111.ais to ut sens n1ên1c, de sorte que plus rien
n'en den1curait gui motivât le 111.al qu'on s'était donné pour l'apprendre. On
ava it beau connaître le texte, o n n'en reconnaissait plus rien ; o n douta i.e si l'o n
e nte ndait du français.
AN DR É GI DE, $1 L§ GRAIN Nli MEURT

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopi lre 9
LA CONJONCTION 195

9 I Même exercice :
1) Je vous dirai franchen1cnt qu'on se n1oquc de vou5. (M o u èKE)
2) Mes deux frères et moi, nous étions tout enfants.
N otre rnèrc disait :jouez, n1ais je défends
Qu'on n1archc dans les fleurs et qu'on n1.ontc aux échelles. ( V1 CTOR Huc:o)
3) Quelqu 'un aura it-il jan1a is cru
Qu'un lion d'un rat eCit affaire ? Ü EAN DE LA 1• O NTA1N e)
4) Je veux qu'à votre gré vous pu isiez dans m.a caisse. ( V1c TO R H ut': o)
5) Et je sais que de moi tu n1édis l'an passé. Ü EAN D E LA FONTAIN E)
6) Les Alouettes font leur nid
Dans les blés quand ils sont en herbe. 0 eAN D E LA F O NTAIN E)
7) Non,je te dis que je n'en veux rien faire, et que c'est à n1oi de parler et d'être
le n1aîtrc. (M o u èit E)

101 Sou lignez d'un trait les conjonctions de subordination et de deux t raits
les locutions conjonctives, puis mettez entre parenthèses les
propositions qu'elles introduise nt.
Exemple : Je ne viendrai pas (parce que je suis occupé).
1) Le forgeron se dépêche de battre le fer pendant qu'il est chaud .
2) L'élève évite le regard de sa n1aîtresse parce qu'il se sent coupable.
3) Con1n1e on fait son lit, on se couche.
4) Tu pourras nous accon1pagner en randonnée à condition que tu te prépares
physiqucn1cnt.
5) A' mesure que nous avançons, le paysage devient de plus en plus sauvage.
6) Quand l'expédition reviendra, nous ferons le point avec les explorateurs.
7) Je n1.c sens rassuré 111.aintcnant que nous son1mcs arrivés au refuge.
8) Puisque le trajet est long, nous nous lèverons de bon n1.atin.
9) Depu is que nous avons pr is la rou te, nous avons vu au rnoins dix rnarn1.ottes,
trois chevreuils et un bouquetin.

11 1 Complétez les phrases suivantes par le mot qui convient : ou, où.
ll n1'cn coûte de détruire les in1agcs pittoresques ... curieuses que les cartes
postales représentent. Elles n1c 1nontrcnt des paysages ... des villes, des sites ...
des m.o num.cnts, mille aspcct5 familiers . . . inconnus. Elles m.c rappellent les
voyages accon1plis ... 111c don11ent envie d'aller visiter les pays d' ... clics sont
venues.
I)' APRÎl$ H ENlll DE l'téGNIEI\

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


LES MOTS INVARIABLES
z
-
0 Dans le texte suivant, donnez la nature des mot s soulignés
JI vint, porté J21ll une esclave qui se disait sa n1.aîtresse. JI prit pied sans dédain
ill!: le tapis usagé de n1.a chan1.bre d'hôtel. N ous ne s(1n1.es d'abord que lui dire.
Mais iJ ne perdit pas pour si peu la parole, ni sa princière ~ fanliJière
contenance. Il était rose, d'un rose à peine cuivré, très près du sol par ses pattes
de devant, un peu haussé sur son train de derrière. Vêtu conm1.e une fée, il
sen1.blait nliraculeusen1.ent à l'aise au sein de son in1.age qui sur les flancs battait
à chaque pas et l'habillait par derrière d'une inm1.atériclle calotte floconneuse.
Sa robe foisonnait ill boucles sur sa poitrine et sur son ventre, et s'échappait,
en aigrettes courbes de l'une et l'autre g_ç ses oreilles.
COLETTE, LE FANAL BLEU

Dans ce text e, sou lignez les prépositions et entourez les conjonctions de


coordination.
Les Grecs, qui étaient fort sages en bien des don1aines, avaient pron1ulgué des lois très
sévères ill!: la protection ,dç_ la nature. Elles interdisaient la destruction des arbres et
des plantes ,dç_ toutes sortes. Co1nm.e en tout temps et en tout pays, il existait en
Grèce des gens gui se 111.oquaicnt de ces lois et qtü parvenaient à échapper à la justice
des hon11nes. Cependant, i] arriva un jour que la justice divine se n1.êla de) 'affaire.
13e n.NAU..1) CLAVl! L. LÊGl! NP1; $ PE:S MONTAGN 1; $ er FOR ÊTS

Soulignez les prépositions dans le texte suivant :


Sous ces saules touffus dont le feuillage sombre
A' la fraîcheur de l'eau joint la fraîcheur de l' 0111.bre,
Le pêcheur patient prend son poste sans bruit,
Tient sa ligne tren1blante et sur l'onde la suit.
Penché, l' œil in1mobiJc, il observe avec joie
Le liège qui s'enfonce et le roseau qui ploie. JACQUES D ELILLE, L" H û M M E DES CHAMl'S

Dans le texte suiva nt, ana lysez les mots sou lignés.
Palo,nbo va 111.ourir.
Une ou deux fois, quand je n1.' approchais de son lit, le m.alheureux me reconnut,
et pour n1.e ren1.ercier, 01.e tendit péniblement la n1ain, une grosse main râpeuse
et brûlante con1n1e une de ces briques sorties du feu ...
Triste veillée ! Au dehors, le n1auvais tcn1ps avait repris avec la ton1bée du jour, et
c'était un fracas, un rouJen1cnt, unjaillissen1ent d'écurne, la bataille des roches .!.'.1
de l'eau.
ALPH O N SE DAUDET, L §TTR§S P l; MON M O ULIN

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Soulignez les interjections dans le texte suivan t : z
M. R obert : Holà ! Holà ! Holà ! Fi ! Qu'est ceci ? Quelle i11fan1ie Peste
soit le coquin de battre ainsi sa fen1n1e !
Martine : Et je veux qu'il 111e batte, 1noi.
-
0

M. Robert : Ah ! J 'y consens de tout n1on cœur.


Martine : De quoi vous n1èlez-vous ?
M. R. .obcrt :J 'ai tort ... (il s' adresse au 111.ari) Con1père,j e vous dcn1andc pardon de
to ut n1011 cœur. Faites, rossez, battez, comn1c il îaut
votre fenune ; j e vous aiderai si vous le voulez.
Sganarelle : Il ne n1c plaît pas, moi.
M. R o bert :Ah ! C'est une au tre chose.
Sganarelle (revient vers sa fe111n1e) :
A

0 ça, faisons la paix nous deux.Touche là.


Martine : Oui ! Après ,n'avoir ainsi battue
Sganarelle : Cela n'est rien, touche.
Martine :Je ne veux pas.
Sganarelle : Eh !
M O LI Èl<. E, LE M ÈL>EC:IN MAL(;RÊ LUI

a Soulignez d' un t ra it les prépositions et de deux t rait s les conjonctions


dans le texte suivant. Précisez chaqu e fois s'il s' agit de conjonctions de
coordination ou de subordi nation :
Antonio fit w1 paquet de son gros pantalon de velours et de son fusil. 11 nue dans sa
besace ses cartouches, sa poire à poudre, son grand couteau, son lingot à chevrotine,
sa lin1e et un rouleau de corde. Il dénoua le paquet pour ajo uter du tabac à fun1cr et
à chiquer. Il traversa le fleuve en souplesse, sans lutter, sans faire d'écume, en
profitant des jeux de l'eau. Il regarda. R ien n'était m.ouillé,justc un peu la crosse du
fusil parce qu'elle dépassait. Il s' habilla. Il étai e sur une peti te plage en corne cc iJ
voya it en an1o nc le fleuve jusqu'à sa sortie des gorges. J EAN G10 No, r.e CHANI u11 fXJPNP I/

Il Dans le texte suivant, donnez la nature des mots invariables soulignés :


Eh bien ! vrai ! !lQ!l ! je ne n1e tron1pe pas !
c'est bien lui ! là-bas ! dans la Cour de l~on1e !
devant la gare Saint-Lazare !
qui se balade en long .c.t en large !
avec un autre type ! .c.t q u'est-cc que l'autre lui raconte!
q u 'iJ devrait aj ou ter un bouton !
ou i ! un bouton à son pardessus !
i, son pard essus .'
RAYM O NL> QUENEAU, E'. XE1U;1CES L>ll STYLE

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
198 ANALYSE LOGIQUE

CHAPITRE 10

ANALYSE LOGIQUE DE LA PHRASE

PHRASES SIMPLES - PHRASES COMPLEXES

Une phrase contient autant de propositions qu'elle a de verbes conjugués.

EXEMPLES: Le chien mange l'os.


(Un verbe conjugué, une propositio n.)

Le chien mange l'os puis il disparaît dans le jardin.


(D eux verbes conjugués, deux propositi.ons.)
Le chien mange l'os qu'il a trouvé puis disparaît da ns le jardin.
(Trois verbes conjugués, trois propositions.)

La phrase simple - On appelle phrase sin1ple une phrase qui ne


comporte qu'une seule proposition.
EXEMP LE: Je vais à l'école.

La phrase con1plexe - On appelle phrase con1plexe une phrase


qui comporte plusieurs propositions.
EXEMP LE: Quand le soleil se lève, je vais à l'école.

EXERCICES

1I Séparez les propositions dans les phrases suivantes, comptez-les


et indiquez s'il s'agit de phrases simp les ou de phrases complexes :
1) D ès que le réveil a so1u1é,je n1e suis levé.
2) Vercingétorix a é té vainc u par César lors de la bataille d' Alésia.
3) M ern1oz a franchi la cordillère des Andes avec son con1pagnon Collenot.
4) Quand l'hiver revient, les hirondelles migrent vers les pays chauds.
5) La source j aillit de la montas•nc, se transfor1ne en torrent puis dévale la vallée.
6) D en,ain, nous partirons tôt pour éviter les e n1.bouteillages.
7) M a 111.ère n1'a félicité pour les bo ns résultat5 que j'a i obte nus à l'école.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 199

21 Même exercice :
1) L'élève attentif écou te le professeur c c lève la n1ain pour poser une question.
2) Le gros c hat blanc, au poil long e t soyeux, trône au milieu du ca napé.
3) C 'est la rentrée, les e nfants qui viennent de l'école n1ater nelle découvrent les
nouveaux bâtin1e nt5.
4) Les jours de dépare en vacances se déroule à perce de vue une longue file de
voitures : des bleues, des rouges, des noires, des g rises ainsi que coutes sortes de
.
canuons.
5) Marie se reposait sur un banc quand je suis arrivé.
6) J 'ai appris la bonne nouvelle en lisant le journal.
7) L'inconnue enlève son n1ai1tcau e t s'assied, puis clic con101andc un café.
8) Le conseil de l'école aura lieu la semaine prochaiJ1c en présence des
professeurs.
9) Léo regonfle les pneus de son vélo.
10) Si j'avais rencontré ta tante,je lui aura is dit bonjour de ta part.

3 1 Même exercice :
1) Je ne sais si je m e tron1pe, n1ais il n1e sen1ble que tout le monde doit être un
'
peu poete. ÜULES R ENARD)

2) H on101e libre, toujours eu chériras la n1er. (CHA1~Les BAuoELA11~)


3) 11 écoutait froiden1cnt, se tenait le n1enton dans la n1ain droite en appuyant
son coude droit sur le revers de sa n1au1 gauche. ( H o N0 1~É o a BALz Ac)

4) La cabane est pauvre, 1nais bien close. (V1 cTcHt H u t:o)


5) D ans le ciel, qui con1n1ençait à prendre une teinte laiteuse, les étoiles
devenaient plus pâles. (ANATOLE l7 RA Nc:e)

6) Un Lion décrépie, gou tteux, n'en pouvant plus,


Voulait que l'on trouvâ t rcn,ède à la vieiJlcssc ... OeAN 1>e LA FONTA1N e)

7) Tl s'entendit à pe ine lui-1nê n1e à cause du vacarn1e de l'eau e t du vent.


( CHARLES VILDRAC)

8) L'hô telier entra dans une telle fureur qu'il se jeta sur don Quichotte les
poings fern1és. ( MIGU EL O E CERVANTÈS)
9) Malgré la pluie récente et le ciel changeant à toute nlÎnute, je partis n1e
pron1ener seul vers la grande route. ( MARCEL PRo u sT)
10) Je con1posais à haute voix d'intcrnùnablcs contes que n1a n1èrc appelait
mes ro1nans. (Ceo1u:E SAN D)
11) Booz était bon maître et fidèle parent ;
Il était généreux quoigu'iJ fùc éconon1c. ( V1CT01t H uGo)

12) L'hirondelle s'est sa ns façon cn1paréc de nos dcn1curcs, elle loge sous nos
fe nê tres, sous nos toits, dans nos c he n1inées. U uLes M1CHELET)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
200 ANALYSE LOGIQUE


LA PROPOSITION INDEPENDANTE

DÉFINITION - Une phrase peut contenir une ou plusieurs


propositions indépendantes les unes des autres, ce qui veut dire
que chacune se suffit à elle-même.

EXEMPLES : De gros nuages apparurent à l'horizon.


De gros nuages apparurent à l'horizon, le ciel devint noir et la pluie se
mit à tomber.

REMARQUE:

Les propositions indépendantes peuve nt avoir des sttjets différent5.


EXEMPLE : Les arbres étaient en ~eurs et les oiseaux chantaient.

Elles peuvent aussi avoir le 111ên1e sujet.


EXEMPLE : Le chien se dresse, reni~e et ouvre la gueule.
lei, le sujet chien est sous- entendu dans les propositions
indépendantes qui suivent.

Lien entre les propositions indépendantes


Les propositions indépendantes peuvent ê tre unies de deux façons :

- Par une conjonction de coordination : et, ou, ni, mais, or, ca r, donc.
On dit alors qu'elles sont coordonnées.

EXEMPLES: Le chien aboie joyeusement et remue la queue.


Je suis courageux mais je ne suis pas téméraire !
Tu es triste car tu n'as pas de nouvelles de tes parents.

- Par un sin1ple signe de ponctuation.


0 n dit alors qu'elles sont juxtaposées, c'est-à-dire placées l'une à côté
de l'autre.

EXEMPLES: Le chat miaule, s'étire, courbe son dos, râpe ses griffes sur le tapis.
Le printemps approche ; déjà les arbres fruitiers se couvrent de ~eurs.
Le professeur nous a posé une question : à quoi sert d'apprendre la
grammaire 7

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 10
ANALYSE LOGIQUE 201

EXERCICES

1 1 Com plétez les propositions indépendantes coordonnées pa r une des


conjonctions de coordi nation su ivantes : et, ou, mais, car.
1) Thon1as achè te des fl e urs ... les offre à sa n1ère.
2) A]j est fi er ... il a obtenu une note excelJente e n dictée.
3) Que fais-tu de mail1 ? Iras-tu à la pisc me ... voudras- tu aller jouer au parc ?
4) J ulie a trouvé un oisillon perdu ... l'a doucen1ent renùs dans son nid.
5) J 'ain1erais aller au cinén1a ... je n'ai pas assez d'argent.

2 1 Encadrez les conjonctions de coordination.


Soulignez en vert les propositions indépendantes coordonnées
et en rou ge les propositions indépendantes juxtaposées :
En forêt
La fe uille inquiè te frissonne to ujo urs e t frén1it con1111e une ro be du soir, une eau
invisible n1urn1ure sous l'herbe. U n caillo u, perdant l'équilibre o u po ussé par un
insecte, roule sur une pente, avalanche en n1iniature, entraînant quelques grains
de sable avec lui.
U n oiseau sort fu r tiven1c nt d'un arbre, un gland se dé tache, rebo ndit de fe uille
en feuille e t tornbc sur le gazon avec un bruit 111at. U ne bê te passe, fro issant
l'herbe, le pivert, avec un bruit léger, régulier ausculte, e t frappe du bec l'écorce
des ormes pour e n faire sortir les msectes.
T H ÉOPH I L E GAUTI ER

3 1 Soulignez les verbes conjugués, mettez une croix sous les sujets et
séparez les propositions indépendantes p ar un t rait vertica l.
Dites lesquelles sont juxtaposées, lesquelles sont coordonnées :

Le repos des bohémiens.


La t roupe errante vien t de planter ses te ntes sur la rive du fl euve. Entre les roues
des chariots, derrière des larnbeaux de tapis, on voit briller le fe u. La horde
alentour apprête son souper. Sur le gazon, les chevaux paissent à l'aventure. Un
o urs apprivoisé a pris son gîte auprès d' une tente. Tout est en n1o uven1ent au
nùlie u du désert; on part den1ain à l'aube, e t chacun fai t f:,raien1ent ses préparatif~.
Les fen1111es chantent, les enfants crient, les n1arteaux font résonner l' enclun1e.
Mais bientôt sur la bande vaga bonde s'étend le silence du sonun.ciJ, e t le calni.c
n'est plus troublé q ue par le hurlcn1cnt des chiens e t le hcnnisscn1ent des
chevaux. To ut repose : les fe ux s'éte igne nt, la lune br ille setùc dans le lo intain
des cieux.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
202 ANALYSE LOGIQUE

EXERCICES (SUITE )

4 I Soulignez tous les verbes conj ugués, sépa rez les différentes
propositions et dites si elles sont coordonnées ou juxtaposées :
A' travers champs
C 'était vers la fin d'avril. Les ormeaux n'avaient pas encore de feuilles, n1ais ils se
couvraient de bourgeons ; les prairies ne form.aient qu'un vaste jardin fl euri de
n1arguerites ; les haies d'épines étaient en fleur ; le soleil vif et chaud faisait
chanter les alouettes et sen1blait les attirer plus près du ciel, elles pointaient en
ligne droite et volaient haut.

5 I Séparez les différentes propositions et indiquez leur nature :


1) Le chat guette la souris, l'accrapc, puis la n1angc.
2) Le petit Sylva in j oue avec les cubes : il constr uit une co ur.
3) Paul a une voiture niais il p réfère les tra nsports en con1n1un.
4) Nous ne partons plus pour l'Espagne car notre voyage a été annulé.
5) Nous avons beaucoup travaillé et nous son1n1es fatigués n1ais heureux.

I
6 Même exercice :
1) La n1aîtresse relit une dernière fois la dictée, puis elle ran1asse les copies.
2) Les nuages s' an1oncellenc, l'air est étouffant, l'orage va bientôt éclater.
3) Je lave le linge.je l'essore et enfinje l'étends.
4) Le bébé s'endormit sans crainte car il savait que ses parents étaient là.
5) Le soleil brille n1ais le tc1nps est frais.

71 Même exercice :
Booz s'était couché, de fa tiE,'l.Je acca blé,
Il avait tou e le jour travaillé dans son aire
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.

I
8 Même exercice :
L'hon1111e presse ses pas ; la fen1n1e stùt à peine,
Tous, au bo uc du sillo n, arrivent hors d'haleine.
Ils s'arrêtent, le bœuf rumi ne cc les enfa nts
Chassent avec la 111.ain la 111.o uchc de ses Oancs.
A LPH ()N SE DE LAMARTIN E, 10 1'PI VN

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 203

9 I Construisez deux propositions indépendantes coordonnées par la


conjonction et, deux propositions indépendantes coordonnées par la
conjonction car, et deux propositions coordonnées par la conjonction donc.
Modèles : 1) Nous avons fait un Jeu et nous avons dormi à !a be!!e étoile.
2) Je suis parti de bonne heure mr: je voulais arriver en avance.
3) J'ai bien travai!!é ma grammaire, donc j'ai eu de bons
résultats.

101 Construisez trois propositions indépendantes juxtaposées


suivant le modèle.
Modèle : La Jeui!!e d'automne se détache de !'arbre, virevolte et tombe
sur !e trotte ir.

11 1 Terminez les ph rases suivantes pa r une proposition indépendante


coordonnée :
1) Le voyage ur s'arrêta quelques n1.inutes car ...
2) Ma voiture n'est plus to ute neuve, 01.ais ...
3) N ous suivions la route et ...
4) Il n'y a plus d'essence dans le réservoir, donc .. .
5) N ous nous arrê tons à une station-service, puis .. .

12 I Séparez les d ifférentes propositions de ce texte et donnez leur nature :


Vol d'oiseaux
Les vols d'oiseaux passaient sans
cesse. Ils venaien t tournoyer au-
dessus du village, planaient au-
dessus des c han1.ps, s'abattaie nt
sur les forê t5, s'accrochaient
au haut des peupliers nus,
garnissaient les tilleuls près de
l'église, les arbres du cin1etière,
les vergers, les arêtes des toits de
chaun1e, n1.ên1e les haies ... Puis, effrayés par la sonnerie des cloches, ils
s'envolaient brusquen1ent e t filaient à tire-d'aile vers les bois con101.e un nuage
noir. E t leurs cris aigus et stridents flottaient derrière eux. L'hiver sera rude !
disaient les paysans.
LADI SLAS R EYM O NT, LBS PAVSA'jS

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
204 ANALYSE LOGIQUE

LA PROPOSITION PRINCIPALE ET
LA PROPOSITION SUBORDONNÉE

La proposition principale est complétée par une ou


DÉFINITION -

plusieurs propositions subordonnées. La proposition subordonnée


complète une proposition principale sans laquelle elle ne peut
exister.

EXEMPLE : Je suis content parce que j'ai eu une bonne note.


Je suis content est la proposition principale ;
parce que j'ai eu une bonne note est la proposition subordonnée.

R EMARQU E - la proposition subordonnée pe ut se trouver avant ou après la


proposition principale.
EXEMPLES : Je m'éveille dès que le soleil se lève.
Dès que le soleil se lève. je m'éveille.

EXERCICES

1 1 Soulignez la proposition principale en rouge:


1) Le chat a n1angé la souris qu' il avait t rouvée sous l'arrnoire.
2) Lorsque le marché est ternüné, les pigeons picorent les restes de nourriture.
3) César, qui fut en1pereur de R on1e, a écrit ses n1én1oires.
4) N apoléon fut un grand stratège, qui parvint à soumettre presque toute
l'Europe.
5) N 'oublie pas ton porte-n1onnaie qui est posé sur l'étagère.
6) M aman achè te des légun1es dont elle fera une bonne soupe.

21 Soulignez les verbes conjugués, don nez leu r temps, leur mode.
Séparez les propositions, ind iquez les principales et les subordonnées :

1) Je n'arriverai pas à l'heure puisque 111011 train a pris du retard.


2) Le dim.anche, quand il fait beau, nous partons nous pron1ener en forêt.
3) L'enfant n'hésita pas à plonger bien que l'eau fût un peu froide.
4)Je te présente rna grand-111.ère à qui j e dois beaucoup.
5) Le buste que tu adn1ires tan t a é té sculpté par R odin.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 205

3 1 Séparez les propositions paru n tra it vertica l et écrivez entre


parenthèses laquelle est principale, laquelle est subordonnée.
Modèle: Je !is un !ivre (principale) qui me passionne (subordonnée).
1) La plupart des 1nagasü1s sont fcnnés parce que nous son1n1.cs din1anchc.
2) Dès que tu es prêt, appcllc-n1oi.
3) N ous irons nous prornener dans le parc où il y a un terra in de jeu.
4) Ensuite nous n1angerons les sand\vichs que nous avons préparés.
5) N ous rentrerons à la n1aison avant que la nuit ne tombe.

41 Même exercice :
1) Il grelottait de peur e t de froid, lorsqu'il entendit derrière lui une petite voix
très douce gui chantait. (Geoitt,e SANo)
2) Quand le soir approchait, je descendais des cin1es de l'île e t j'allais 111'asseoir.
Ü EAN C lllAUOOUX)

3) L'exercice que j'avais fait dans la n1atinéc et la bonne hun1cur qtù en est
ü1séparablc me rendaient le repas du dîner très agréable. OeAN -JAcQu es R.o u sse Au)

4) Comn1c le soir con1bait, I'homn1.c son1brc arriva


Au p ied d' une 111on tagnc, en une grande plaine. ( V1CT0 1t H u c::o)

5) Tout fla tteur vi t aux dépens de celu i qu i l'écoute. OeAN o e LA PONTA1N e)

5 1 Rempl acez les deux propositions indépendantes par une principale


et une subordonnée.
Modèle : Nous déjeunons avec notre voisin ; il est gentil.
Nous déjeunons avec notre voisin qui est gentil.
,
1) La n1aîtresse félicite Eric; il s'est donné beaucoup de n1al.
2) Les spectateurs applaudissent le footballeur ; il a n1arqué un but.
3) Le n1arin regarde le soleil ; il se couche à l'horizon.
4) La rivière coule dans la prairie ; elle fait des n1éandres.
5) La n1ontagne donlÜle la vallée; elle culnlÜ1e à plus de 3 000 mètres d'altitude.

6 I Ajoutez à chaque proposition principale une proposition subordonnée :


1) Nous n1archions dans la forê t quand ... 8) J'ai ain1é le fi.ln, dont ...
2) Nous serons en retard parce que .. . 9) llends- n1oi le livre que ...
,
3) Ma grand-n1ère m'a raconté que .. . 10) Ecoute l'oiseau qui ...
4) Les in.arins espèrent que .. . 11) Voici l'amj dont ...
5) Cette nuit,j'ai rêvé que .. . 12) Je con11ais des gens qui ...
6) En cc voyant,j'ai con1pris que .. . 13) Le rnartcau est un outil dont ...
7) Je ne suis pas fa tigué bien que .. . 14) Voici une fè te que ...

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
206 ANALYSE LOGIQUE

- ,
LA PROPOSITION SUBORDONNEE RELATIVE

DÉFINITION - La proposition subordonnée relative complète et


précise le sens d'un nom de la proposition principale. Ce 110111 est
alors appelé antécédent de la proposition subordonnée relative.

EXEMPLE: Écoutez les oiseaux (principale) qui chantent le printemps (relative).


La proposition relative qui chantent le printemps con1plète le sens de
l'antécédent oiseaux.

La proposition subordo1u1ée relative est reliée à l'antécédent


REMARQU E 1 -

par un pronom relatif : qui, que, quoi, dont, où, lequel, duquel , à laquelle ...

REMARQUE 2 - Il arrive que plusieurs propositions relatives aien t un seul


an técédent.
EXEMPLE: c'est un garçon aui t ravaill e t1eaycoy12 (1) et ayi a de bons résultats (2).
Le pronom relatif n'est pas toujours répété. EXEMPLE: ce chien qui joue avec son
maître et (qui) court après la balle s'appelle chouchou.

R EMARQUE 3 - La proposition su bordonnée relative peut se trouver au


111ilicu de la proposition principale.
EXEMPLE : Le week-end aye nous ayons passé ensemble était merveilleux.

Fonction de la proposition subordonnée relative.


La proposition subordonnée relative est toujours con1plément de
l'antécédent.
EXEMPLE : Le chat, dont on entend le miaulement, est un chat de gouttière.
Dont on entend le miaulement est con1plén1ent de l'antécédent chat.

EXERCICES

1 I Com p létez les propositions principales suivantes pa r u ne proposition


subordonnée relative :
1) Fais attention au cainion qui ... 5) C'est un anù en qui ...
2) L'ho1nn1.c dont ... est n1.enuisier. 6) As-eu des crayons dont ...
3) Le cheval que ... est fougueux. 7) La chèvre qui . . . est n1ignonnc.
4) Le labrador don t ... est très jeune. 8) J'ai perdu les ciseaux avec lesquels ...

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 207

2 I Encadrez les pronoms relatifs et soulignez les propositions


subordonnées relatives dans le texte suivant :
Le 1néd cciJ1 ausculte M axiJ11c qtù se plamt du d os. Les radios que le patient
présente au docte ur scn1.blcnt indiq uer un léger tasscn1cnt de la colo nne
verté brale. Le pra tic ie n lui p rescr it des séances de ki nésithérapie qu'il d evra
con1m.e nccr rapiden1.e nt. Les sy1nptô1nes do nt souffre le n1alade d evraie nt
s'atté nuer en quelques jours ; ce de rni.er den1ande au n1édecin l'adresse o ù iJ
doit alle r fair e ces séances qu i pourraie nt le soulager. M axiJne, qui pratiquait le
tennis, devra aussi arrêter ce sport pendan t tu1 cer taÎJl temps.

3 1 M ême exercice :

Chez grand-mère
Fanchon se fait expliquer pour la centièm e fois , avec un plaisir tout nouveau , les
curiosités de la rnaisonnette. Elle adnùre les fle urs de papier qui brillen t sous un
globe d e verre. Elle efile ure d'un doigt pruden t les tasses dorées dont quelques-
unes o n t perdu le ur anse. Elle regard e le fusil gui den1cure suspendu au- d essus de
la ch cn1ÎJ1éc, il pend à la cheville o ù grand -père l'attacha, po ur la d ernière fois,
trente ans auparavant.
ANATOLE FRAN CE, NQS EN FANTS

4 I M ême exercice. De plus, encad rez en vert les conjonctions de


coordination et soulignez dans la même cou leur les propositions
indépendantes coordonnées :
Un hérisson
Hicr, j 'ai tro uvé au n1j] ic u de cc sentier un pe tit hérisson in11no biJc e t to ut en
bo tùe. Il é tait blessé. Je le p ris d ans nia poche et le
portai à la n1aison, où une goutte de lai t le
raniJna. Il n1ontra son g roin noir, qui
a l'air d'être taillé dans une truffe.
U ouvrit les yeux e t j'eus la
fai blesse de n,e croire le bon
San1ar itain.
Cc n1atm 111011 anu
co urait dans le j ardin,
flairant la terre hunu dc,
et to utes les piq ues de
son dos reluisa ie nt. .,
ANATOLE FRANCE, Pll!ill\lJ N ùZiÈI\IJ

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont inte rdi tes .
Chopilre 10
208 ANALYSE LOGIQUE

EXERCICES (SUITE )

S I Séparez les différentes propositions et analysez-les


en donnant leur nature et leur fonction.
(Pou r vous aider, com mencez par encadrer les pronoms relatifs.)
1) L'o n1elette se gonflait sur les bords, où se fonnaient des bourrelets bru ns. ouLES
MARO UZE AU, \J N E E;N FAN (1;)

2) M alheureusen1ent , no tre créclit é tait limité et nous n'avions pu acheter ce bel


étui de quarante crayons de couleur, dont nous avions envie depuis
longten1ps. (VALÉRY L ARBAUD, ËNFANT1N e.s}

3) M algré l'hiver e t les engelures qui s'étaient ouvertes e t n1e faisaient


cruellen1ent souffrir,je n1e levais avant le jour. OuLEs M1c H ELET, M o N ENFAN CE}

4) La ro be de toile que je presse de ma joue sent le gros savon, la cire dont on


lustre les fers à repasser, e t la violette. (C OLETTE)
5) Il arrivait à notre professeur de se lever, de tirer d'un coffre une carte qu'il
suspendait au mur, pour nous n1ontrer les endroits où s'étaient passées les
grandes choses qu'il nous enseignait. ( L o ui s C u1LLo u x, LE Jeu DE PATI EN ce)

6) M essieurs les auton1obilistes sont priés de charger au passage les enfant~ qui se
rendent à l'école. ( H EN1t1 T ROYAT}
7) Je n1e souviens du ton1beau glacé qui se refern1a sur 111a tê te. ( ANDR É C HAMSON)
8) Gaspard, qui se pron1enait seul autour du village, un soir après l'école, fu t
. par un orage que personne n ' avait
surpris . vu verur.
'

Il se réfugia sous un poirier dont deux branches 111aîtresses étaient n1ortes.


(AN L> lti! D HÔTEL, L E PAYS OÙ L"ON Alllll VE (AMAIS}

6 I Mêm e exercice :
1) La pltùe entrait chez Christophe et Olivier qui logeaient sous le toit.
(R OMAIN R OLLAND)

2) C'était 111011 costume neuf; jusqu'alors je portais ceux de n1es frères aînés,
qu'on rafistolait pour 111.oi. Une couturière ajustait et racconun.odait sur place
les vête n1.ents que l'on 111e dcstinajt. ( H cN 1~1 B o 1~De Aux)
3) Cc sont mes grands-parents, deux êtres dont je suis toute la vie et qui ne
m'on t pas vu depuis dix ans. (A LPHONSc D Au 1>eT, LETTRgs Pll MON MOULIN}

4) Je pêchais volontiers dans la rivière où les truites étaient de chair délicate.


(AN DRÉ C 11Jc. S1 bll ÇRA(N NE MEURT)

5) Alexis s'intéressa à une haute gran1inée en forn1e de crotx et qu'il n'avait


. .
Jan1.a 1s vue. (A NDRÉ DHÔTCL, L' ENFANT Qlll P lSôiT N ' (MPQ(lTP Ql/Ql)

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 209

7 1 Comp létez les propositions principales suivantes par des propositions


subordonnées relatives. Précisez à chaque fois l'antécédent
et la fonction de la proposition relative:
1) Je viens d'acheter le livre dont ...
2) Le soleil qui ... réchauffe douccn1cnt la ca ,npagnc.
3) Nous é tions très heureux dans cette 111aison, où ...
4) Les pro,neneurs ont e n1prunté une route qui .. .
5) Des gou ttes de rosée n1ouillent le gazon que .. .

8 I Même exercice:
1) Les élèves qui ... réussiront nùeux que les autres.
2) Le feu d'artifice que ... a été offert par la mairie de la ville.
3) Le chat dont ... n1'appartient.
4) La plage à laquelle ... se trouve à quelques kilon1ètres d'ici.
5) Une pie qui ... 1ùche au son1n1et de l'arbre.

9 I Soulignez les différentes propositions, donnez leur nature et leur


fonct ion :
Le montreur de bête
L'autre soir, sur le boulevard, j'ai regardé un vieillard qui faisait travailler,
dans la bruine, deux rats blancs et deux fox-terriers qui clignaient les yeux
de lassitude. A' cô té de n1oi, un gan1in observait ces a nin1aux avec gravi té.
Au bout de quelques nlinutes, il a tiré de sa poche un gros portc-n1onnaie
usé et, avec un geste où i] y avait tout le bon cœur du peuple, iJ a jeté
quelques sous dans la sébile.
JULI EN GR 6E N. lOURNAL

101 Rem placez les deux propositions indépendantes pa ru ne principale


et une subordonnée relative.
Modèle : Nous admirons un tableau ; ce tableau se trouve au Louvre.
Nous admirons un tableau qui se trouve au Louvre.

1) L'alpuùstc gravit avec peine le son1n1et; ce son1n1ct est très escarpé.


2) Les enfants rapportent des nids de n1crle ; ils ont trouvé ces nids de n1crlc
aqjourd'hui.
3) J 'ai acheté de m.erveilleux livres; ces livres trônent dans n1a bibliothèque.
4) Nous avons vu un filin; vous nous aviez parlé de cc film.
5) Je donne des cours particuliers à un enfant ; cet enfan t s'intéresse beaucoup à
l'histoire et à la géographie.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
210 ANALYSE LOGIQUE

-
LA PROPOSITION SUBORDONNÉE CONJONCTIVE

DÉFINITION - La proposition subordonnée conjonctive complète le


sens du verbe. Elle est introduite par une conjonction de subordination.
EXEMPLES: Je dis que tu es mon ami. - Je mange parce que j'ai faim.

LA SUBORDONNÉE CONJONCTIVE COMPLÉTIVE

La subordonnée conjonctive complétive est une


D ÉFI NITIO N -

proposition introduite par la conjonction que.


EXEMPLES : Je pense que tu as raison. Qu'est-ce que je pense 7 - Que tu as raison.
Je vois aye tout va bien. Qu'est-ce que je vois 7 - Que tout va bien.

REMARQUE - la proposition subordonnée complétive est souvent introduite


par l'un des verbes suivants : dire - penser - voir - savoir - vouloir.

Les modes employés dans la subordonnée conjonctive complétive


L' iJ1dicatif: Je suis sûr que tu vi endras.
Le subjonctif : Je veux que tu viennes.
Le conditionnel : j'ai cru que tu yjendrajs.

Fonction - La subordonnée conjonctive complétive est très


souvent con1plément d'objet direct du verbe de la prmcipale.
EXEMPLE: Je pense que julie viendra. (con1plén1ent cl' o bjet direct)
Mais elle peut aussi être con1plén1ent d'objet mdircct ou second .
EXEMPLE: Je te préviens que je vai s perdre patience.(con1plén1ent d'objet second)

EXERCICES

1 1 Soulignez d'un t rait la proposition principale et de deux t raits


la proposition conjonctive complétive :
1) L'mconnu con1prit qu'il était suivi à la trace.
2) L'inspecteur devÎJla que le tén1om n1entait.
3) L'accusé a reconnu qu'il était coupable.
4) Les tén10ÎJ1s ont juré qu'ils disaient toute la vérité et rien que la vérité.
5) L'avocat veut que la fanlille tén1oigne.

2 I Comp létez par u ne propos ition s ubordonnée conjonctive complétive :


1) Le chien n'ajn1e pas que ... 3) L'entraîneur exige que .. .
2) Le peti t garçon a peur que ... 4) Le colonel ordonne que .. .

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 211

3 1 Remplacez le comp lément d'objet direct p ar une proposition conjonctive


complétive. Modèle : Je vois ta tristesse. - Je vois que tu es triste.
1) Je reinarquai le temps brLHn.eux. 3) J'attendai l'arrivée du train.
2) J'ai rêvé à 1non voyage sur la Lune. 4) Je veux la n1eilleure place pour toi.

4 l lnventez t rois phrases conten ant une proposition subordonnée


conjonctive complétive en util isant chacu n des verbes suiva nts :
dire que - penser que - savoir que - expliquer que - voir que - savoir que

5 1 Sou lignez les propositions subordonnées conjonctives complétives


et donnez le mode et le temps de leur verbe :
1) Le petit garçon a peur qu'un 1nonstre se cache sous son lit.
2) Jean Monnet voulait que les pays européens soient en paix pour toujours.
3) Nous espérons que le n1édecin arrivera le plus tôt possible.
4) Nous ain1erions que tu assistes avec nous au spectacle.
5) Magellan se doutait, sans en être vrain1ent sûr, qu'il pourrait passer au sud de
l'An1érique latine et rejoindre l'océan Pacifique.

6 I Soulignez d'un t rait les propositions subordonnées relatives et de deux


t raits les propositions subordonnées complétives :

Deux mLÙet5 traînaient à grands cffort5 une charrette, dont le


chargc1nent, caché sous des bâches, était dangereusement
haut. Le charretier tirai t la prcnüère bête par la bride, et
ava nçait à reculons en poussan t des cris rauques dont le vallon
retentissait. Derrière la charrette n1archait un honune qui, vu
l de loin, et à travers les ramures, paraissait in1mense et blond.
Lorsqu'il fut plus près, Ugolin vit qu'il était d'une bonne
taille, 111ais qu'il portait, à cheval sur son cou, une fillette aux
boucles dorées, dont les n1ains étaient croisées sur les cheveux
noirs de sa n1onn1rc. MA1tceL PAGNOL, JEAN DE l' Lo1t ETrE

7 1 Même exercice, puis analysez les différentes propositions subordonnées :


Le vieux ne voulut pas n1ên1e garder près de lui sa petite filleVivctte, une enfant de
quinze ans, qui, depuis la 1nort de ses parents, n'avait plus que son grand-père au
monde.Dans le pays, on pensait que le vieux meu1ùcr, en renvoyantVivette, avait agi
par avarice. On trouvait très n1al aussi qu'un hon1n1e du renon1 de 111.aître Cornille,
et qui,jusque-là, s'était respecté, s'en allât rnaintenant par les rues conune un vrai
bohén1ien, pieds nus, le bonnet troué. A LPHoNse DAuuor, Le 5eGl\llI 12e M&ïn1e CQi\NJbbe

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
212 ANALYSE LOGIQUE

EXERCICES (SUITE )

8 I Da ns les p hrases suiva ntes, rem placez le complément d'objet


pa r une proposition subordonnée complétive :
1) Les Gaulois redou taient l'invasio n des l~ on1ains.
?) Quaran te nulle légionnaires ron1ains atte ndaie nt le dé but des combats.
3) Vercingétorix espé rait l'arrivée des renfort~ gaulois.
4) L'armée gauloise vit les deux brèch es dans la barrière d e retranch en1en t.
5) Les Gaulois con1prirent alors que c 'était la fin de la bataille d'Alésia.

9 I Inversement, remplacez d ans les phrases su ivantes la proposition


subordonnée complétive par un complément d'objet :
1) Le vainque ur exigea que tous ses adversaires soien t enfern1és.
2) Les Gaulois craign aient que les l~on1ains ne les to rturent.
3) Vercingéto rix espérait que les prisonniers seraient libé rés.
4) L'H isto ire a retenu q ue Vercingétorix s'était montré très courageu x.
5) Les R o1nains décidèrent que le chef gaulois serai.t tué .

l OI Encadrez la conjonction de subordination que,


sou lignez les subordonnées complétives et donnez leur fonction :

1) M o n père 111.'avait expliqué q ue c'était un cr.in1e de 111ettre les o isea ux en cage.


Ü ULES R.ENAI\D)

2) Je p arie qu ' H o no rine a e ncore o ublié d' e nfenne r les po ules. U u Les R.eNAI\ D)
3) Je c rains que tu n e retrouves pas l'allée d e p euplie rs, et j'ai suspe ndu une
lanterne de c haque côté . (M A1\(;ue1uTE Auooux)
4) Je con1pris que ces gros piliers noircis et délabrés étaien t sin1plem en t d es
troncs de châtaigniers. (MA1\c;u eR1TE Auooux)
5) La fain1 n'a p as é té Je seul to urn1ent d e 111011 en fan ce. Je n1e souvien s surto ut
que j'ai e u froid. uuLes M 1ç HeLeT)

11 1 Même exercice :
1) ln1aginez un n1on1en t, ch er lecte ur, que vo us ê tes assis
devant un po t de vin to ut parfun1é e t que c'est un vieux
j o ueur de fifre qtù vous parle. (ALPHONSE DAuDeT)
2) E lle p assa.Je crois qu 'elle m'avait souri. (V1cT01\ H uGo)

3) Cade t a raconté depuis que, to ute la nuit, Jean avai t sanglo té . (A LPHONSE DAUDET)

4) Il fa ut q ue tu 111e re ndes un service, 111.0 11 an1i. (ALPH()Nse DAuDeT)


5) Peu d'ho n1n1es n1érite n t qu'o n les étudie. (C HAMFORT)

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 213

12 I Même exercice :

Le petit voleur de livres


,
[Edouard observe un enfant devant une librairie]
Je pensai que ce pardessus avait déjà dû servir à plusieurs frères, et que ses frères et lui
avaient l'habitude de rnettre beaucoup trop de choses dans leurs poches.Je pensai
aussi que sa n1ère était bien négligente ou bien occupée pour n'avoir pas réparé
cela. Mais, à ce 111on1ent, le petit s'étant un peu tourné,je vis que l'autre poche était
coute reprise, grossièrcn1ent, avec un gros solide fil noir. Aussitôt, j'entendis les
adn1onestations n1aternclles : « N e n1ets donc pas deux livres à la fois dans ta poche
; tu vas ruiner ton pardessus. Ta poche est encore déchirée. La prochaine fois, je
t'avertis que je ne ferai pas de reprises. R egarde-1n.oi de quoi tu as l'air! »
,
[Edouard voit l'enjanr voler un livre]
fi releva la tête, ren1argua 111.0 11 regard et con1prit gucje l'ava is vu. Du m.oins, il se
dit que j'avais pu le voir ; iJ n'en était sans doute pas bien sôr ; 1nais dans le doute,
il perdit toute assurance, rougit et con1n1ença de se livrer à un petit 111anège, où il
tâchait de se 111ontrer tout à fait à son aise, mais gui marquait une gêne extrême.
Je ne le guittai5 pas des yeux. AND1~è G10 E, L as FAux MoNNAv e1u1ts

13 1 Tra nsformez les propositions relatives en propositions conjonctives


complétives :
1) Je vois les oiseaux gui chantent. Je vois que ...
2) J 'entends la porte qui claque.
3) Le footballeur sent son épaule gui lui fait mal.
4) N ous attendons tous le décollage de l'avion.
5) Les enfants espèrent l'arrivée du Père Noël.

14 I Soulignez les propositions subordonnées conjonctives complétives :


1) A' cause de ce grand an1our pour la n1usigue, il fut décidé que je prendrais des
leçons de piano. ( Guv DE Po uttTALès)
2) Ma n1ère aurait voulu gue j e ne grandisse pas pour nùeux n1e serrer to ujo urs
contre elle. (ANATOLE r-,~Nce)
3) Il n1e semble que n1a poitrine s'élargit et qu'une n1outarde d'orgueil nte
m.onte au nez. OuLes VA LLÈS)
4) Il était bien rare qu'on ne le vît hors de son navire. (ÉDouARD Pe1ssoN)
5) Je ne crois pas que l'o n arrive au 111o nde le cerveau vide con1111.e o n y arrive
les 1nains vides. ( A,rvi li C ils~11~e)

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
214 ANALYSE LOGIQUE

LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE

D ÊFINITION Les propositions subordonnées circonstancielles


-

indiquent les circonstances de l'action exprin1ée par la


principale.

LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE TEMPS

D ÊFI NITION - La proposition subordonnée circontancieile de temps


indique à quel moment a lieu l'action exprimée par la principale.
Elle répond à la question : quand ?

EXEMPLES : Nous étions sur le point de partir lorsque tu nous as appelés.


Quand l'automne arrive, les arbres perdent leurs feuilles.

REMARQUE - Les propositions subordonnées circonstancielles de ten1ps


sont souvent introduites par les conjonctions de subordination :
quand - lorsque - d~s que - avant que - apr~s que - aussitôt que ...

Fonction - La subordonnée circonstancielle de temps est


complén1ent circonstanciel de ten1ps du verbe de la prü1cipaJe.

EXERCICES

1 1 Soulignez la proposition subordonnée circonstancielle de temps


dans les phrases suivantes :
1) Quand enfin nous arrivân1es, il faisait nuit.
2) Quand je suis fatigué,j 'aii11e n1'asseoir dans un fauteuil et lire un bon livre.
3) Nous avons joué dans la cour jusqu'à cc que la cloche sonne.
4) l\angc ta chan1brc avant que ton père arrive.
5) Les enfants débarrassent la table pendant que leur tante fait la vaisselle.

2 I Comp létez les phrases suivantes pa r une proposition subordonnée


circonstancielle de temps :
1) La foule applaudit chaque fois que ... 4) Je 1n.e pro1n.enais quand ...
2) Une voiture déboula précisén1ent quand ... 5) Le chien accouru t dès que ...
3) Ma 111.ère est contente quand .. . 6) Je suis parti après que ...

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 215

3 I Encadrez la conjonction de subordination et soulignez la proposition


subordonnée circonstancielle de temps dans les phrases su ivantes :
1) Quand J acq ues Cartier arriva au large du Canada, il vit des barques de
pêcheurs indiens gui vinrent à sa rencontre.
2) La Fra nce étai t déc hirée par les guerres de R eligio n lorsque Henri IV devint roi.
3) D epuis que la belle saison est arrivée, les p rairies son t couvertes de fle urs.
4) D ès qu'il eut trois ans, Mozart se n1it à co,nposer de petites n1élodies.
5) Les paysans é taient aux champs quand le volcan entra en éruption.

4 I Transformez la p remière proposition en subordonnée circonstancielle


de temps, et la seconde en proposition principale :
1) La pluie co1IB11e nce à ton1ber ; les passants sortent leur parapluie.
2) Nous avions du temps libre ; nous partions nous pron1ener en forêt.
3) La n1aîtresse arrive ; nous nous levons.
4) Notre père n1ourut; nous héritân1es de sa fortune.
5) M on frère devint n1ajeur; il comn1ença à travailler en entreprise.

5 1 Sou lignez les noms compléments circonstanciels de temps


puis remplacez-les par des subordonnées circonstancielles de temps :

1) N o us son1111es partis en randonnée au lever du jour.


2) Pendant son voyage autour du inonde, m.on oncle a vécu beaucoup d'avcnttucs.
3) Après la bataille de Waterloo, N apoléon fut exilé sur l'île d 'Elbe.
4) J e su is ton1bé n1,alade de la gr ippe cet hiver.
5) Nous so1n1nes arr ivés à la gare après le départ du train .

6 1 Encadrez en vert les conjonctions de subordination, en rouge les


pronoms relatifs et soulignez les subordonnées c.irconstancielles de temps :
Je m.e souviens d'un orage terrible, qui nous surprit à trave rs bois en descendant
le ballon d'Alsace. Quand nous guittân1es l'auberge d'e n haut, les nuages
étaient au- dessus de nous. Quelques sapins les dépassaient du faîte ; n1ais, à
n1esure que nous descendions, nous entrions dans le vent, dans la pluie, dans la
grêle. Ilien tô t, nous ffin1es pris, enlacés dans un réseau d'éclairs. Tout près de
nous un sapin roula foudroyé e t, tandis que nous dégringolions un petit
chenlin, nous vîn1es à travers un voile d'eau ruisselante un groupe de petites
filles abritées dans un creux de roches. Apeurées, serrées les unes contre les
autres, elles tenaient à pleines mains de petits paniers d'osier remplis de myrtilles
noires, fraîcbe n1e nt cueillies.
I)' APR ÈS ALPHO N SE DAUDET, ALSACll ! ALSACg !

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
216 ANALYSE LOGIQUE

LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE

Puisqu'il fait beau, nous allons nous promener.

La proposition subordonnée circontancielle de cause


D ÉFI NITIO N -

indique la raison de l'action exprimée par la principale.


Elle répond à la question : pourquoi ? Elle est souvent introduite par les
conj o nctions de subordination : comme, parce que, puisque ...
EXEMPLES : J'ai réussi mon examen parce qye j'ai bien révisé.
comme il fait beay, nous allons faire un pique-nique.

Fonction - La subordonnée circonstancielle de cause est


complément circonstanciel de cause du verbe de la principale.

LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CONSÉQUENCE

il fait tellement froid que l'eau de la rivière a gelé.

La proposition subordonnée circontancielle de


D ÉFI NITIO N -

conséquence indique les conséquences de l'action exprimée par


la principale. Elle est introduite par la conjo nc tion que précédée par :
tellement, tant, si, tel, de sorte, de façon, de manière à ce que.
ExEMPLE : j'ai tellement faim qye mon ventre gargouille.

REMARQUE - On peut transforn1er toute subordonnée circonstanc ielle de


conséquence en su bordonnée circonstancielle de cause :
EXEMPLE : Mon ventre gargouille parce que j'ai faim.

Fonc tion - La subordonnée circonstancielle de conséquence est


complém ent circonstanciel de conséquence du verbe de la principale.

EXERCICES

1 1 Comp létez les phrases suivantes pa r une subordonnée circonstancielle


de cause :
1) N ous nous e ndorn1o ns parce que... 3) Je suis co n conseil ptùsque ...
2) Mon père est en colè re parce que... 4) Co1nn1e ... , nous allons skier.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 217

2 I Soulignez les propositions subordonnées ci rconstancielles de cause :


1) Marine est contente parce qu'elle a résolu un problèn1e de n1athén1atiques.
2) Tu n'es pas seul puisque je stù.s là.
3) Con1n1.e la sai.son a été fructueuse, notre n1agasin a fait des bénéfices.
4) Puisque tu as été sage en classe, tu as n1.ér ité les félicitations de tes professeurs.
5) Con1n1.e l'hiver a été très froid, les fleurs de no tre jardin o nt souffert.

3 I Soulignez les propositions circonstancielles de conséquence :


1) Bru no s'est beaucoup appliqué afin que son dessin soit réussi.
2) Les pluies on t été si fortes que les rivières ont débordé de leur lie.
3) Notre réfrigérateur a tant servi qu'il est attjourd'hui bon à jeter.
4) Nous avons bien travaillé de n1anière à ce que tout soit prêt à temps.
5) Nos voisins font des travaux de sorte qu'ils aient une nouvelle pièce dan.s
leur apparten1ent.

41 Changez chacune des propositions circonstancielles de cause en


proposition circonstancielle de conséquence :
1) La brun1e, qui n'avait pas trop gêné leur atterrissage, parce qu'ils étaient les
. . ,, . . .
prcnuers a rentrer, s epa1ss1ssa1t. ouLES R.ov)
2) Il n'était question q uc d'une nouvelle cliente dont les paien1cnts seraient
durs parce qu'elle tenait un co1nJncrcc ünportant. (MARGue R1Te Auoc}ux)
3) Le jctu1e honm1.e se hâtait parce que sa ni.ère avai t faü11 ; il le sava it niais ne se
dépêchait pas trop par cra inte de renverser du liquide. o uLES Su r>e1<v 1eLLE)
4) Co1nn1.e on lui refusait l'entrée de l'école parce qu'il était trop jeune, il pleurait
beaucoup. (LAco1tu1è1te)
5) On me laisse seul puisque je boude. o eAN G11tAuuoux)

5 1 Encadrez les locutions conjonctives et sou lignez les propositions


circonstancielles de conséquence :
1) Le vent souilla si fort qu'il déracina plusieurs arbres.
2) An1élie s'était tellen1ent bien déguisée que personne ne la reconnut.
3) La balle de golf était ton1bée si loin que personne n'a pu la retrouver.
4) J 'ai classé tous les livres de 111a biblio thèque de sorte que je pourrai les
retrouver du premier coup d' œil.
5) La circulation est tellcm.cnt dense que nous ne savons pas à quelle heure nous
rentrerons.
6) Les chasseurs revêtirent des vêten1.cnts de can1outlagc de n1anière à cc qu'ils
soient presque invisibles dans les taillis.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chopilre 10
218 ANALYSE LOGIQUE

LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CONDITION

Si t u es libre ce soir, nous irons au ci néma.

La proposition subordonnée circontancielle de


D tF1N1r 10 N -

condition indique à quelle c ondition l'ac tion exprin1ée par la


principale est possible. Elle répond à la question : à quelle
condition ? Elle est souvent introduite par les co1~onctions de
subordina tion : si - à condition que - pourvu que - en supposant que

EXEMPLES : vous irez à la plage si le temps le permet.


Tu pourras jouer dehors à condition que tu aies fini tes devoirs.

Fonction - La subordonnée circonstancielle de condition est


complén1ent circonstancielle de condition du verbe de la principale.

R emarque - il ne faut pas confondre si adverbe de degré (il est si grand) et


si conjonction de subordination Ue te féliciterai si tu as de bonnes notes) .

LES AUTRES SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES

Il existe de non1.breuses aut res subordonnées circonstancielles :

- La subordonnée c irconstancie lle de but indique le but de


l'action.
ElJe est introduite par: pour que, afin que, de manière à ce que ...
EXE MPLE: Le dessinateur s'applique pour que son dessin soit réussi.

- La subordonnée c irconstancielle de conc ession indique un


obstacle, quelque chose gui e n1.pêche ou rend difficile l'action.
Elle e st introduite par : bien que, quoique, même si ...
EXE MPLES : il est généreux bien qu'il soit économe.
Nous irons nous baigner même si le temps est nuageux.

- La subordonnée circonstancielle de con1paraison con1pare


l'action à une au tre.
Elle est introdu ite par : comme, ainsi que, plus que, moins que, mieux que ...
E x EM PLEs : 11 sait danser comme il sait jouer de la mysiaue.
La tour Eiffel est moins grande qye je ne l'avais imaginée.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoproj ections sont interdites .


Chop ilre 10
ANALYSE LOGIQUE 219

EXERCICES

1 1 Com plétez les phrases suivant es pa r une subordonnée circonstancielle :


. . . , nous reviendrons din1anche. ... , nous te ran1.èncrons des cadea ux.
. . . , tu viendras nous chercher à la gare. Man1an préparera une tarte .. .
. . . , nous dînerons ensernble. N ous jouerons aux cartes .. .

2 I Sou lignez et ana lysez les propositions subordonnées condition nelles


d ans les phrases suivantes :
1) Tu dis toujours que tu veux être 111.illioru1aire. Si tu n'entres pas au lycée, tu
ne le seras jan1.ais. (MAisCEL PAC:NOL, L e CHATEAU oe MA MÈR el
2) Le Renard s' adresse au Bouc :
« Si le Ciel t'eût, dit-il, donné par excellence
Autant de jugcn1ent que de barbe au n1enton,
Tu n'aurais pas à la légère
Descendu dans cc ptùts. » U EAN o e L A f'o N TAIN E, L E ll,EN~1u, ET LE Bouc\
3) Si le renard peut franchir la clô ture, il ne perd pas un instant, iJ ravage la
basse-cotrr, il y m.et tout à n1ort, se retire lesten1ent en e1nportant sa proie
qu'il cache sous la m.ousse ou porte à son terrier. (COM TE o e Bu FFON)

3 I Comp létez les phrases suivantes pa r une subordonnée circonstancielle :


1) Je te prête mon vélo, à condition que ....
2) Adèle est arrivée à l'école à l'heure, bien que ...
3) Cet exercice est plus difficile que ....
4) Par ce te111ps neigeux, les routes ont été salées afin que ....

4 I Sou lignez et ana lysez les propositions subordonnées circonstancielles


de condition dans le texte ci-dessous :
Le petit prince essaie d'apprivoiser un renard.
Le lenden1.ain revint le petit prince.
" ll eût n1ieux valu revenir à la n1ên1e heure, dit le renard. Si tu VIens, par
cxcn1ple, à quatre heures de l'après-nùdi, dès trois hctu-es,jc con1n1cnccrai d'être
heureux. Mais si tu viens n' in1porte quand, j e ne saurai jan1ais à q ucllc heure
1n' habiJler le cœtrr. Il faut des rites. Il y a un rite, par cxe1nple, chez 111.cs
chasseurs. Ils dansent le j eudi avec les filles du village. Alors le j eudi est jour
111.crvciJicux ! Si les chasseurs dansaient 11'i111portc quand, les jotu-s se
rcsse111.bJeraient tous ct jc n'au ra is point de vacances.»
D'At>1tès ANTOI N E o e SA1NT- ExuPé1tv, LEPeIII p,uNr:e

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
220 ANALYSE LOGIQUE

LA PROPOSITION COMPLÉTIVE INFINITIVE

Nous avons vu les oiseaux s'envoler.

D É FINIT ION - La proposition complétive infinitive comprend un


verbe à l'infinitif qui possède son propre sujet, distinct du sujet du
verbe de la proposition principale.

La proposition infinitive con1plète un verbe gui exprin1e la perception :


voir, entendre, regarder, sentir ainsi que les verbes fai re, laisser, emmener.. .
EXEMPLES : Je sentais la brise me ca resser le visage.
As-tu vu l'oiseau s'envoler 7 Non, mais je l'entends chanter.
j'emmène les enfants se promener.

Fonction - La proposition infinitive est toujours complément


d'objet direct du verbe de la principale.
EXEMPLE: Nous regardâmes le soleil s'éteindre lentement à l'horizon .
La proposition infinitive le soleil s'éteindre lentement à l'horizon
est con1plén1ent d'objet direct du verbe regarder.

ATTENTION : Le sujet du verbe à l'infinjtif occupe aussi la fonction de


co1nplé n1e nt d'objet direct du verbe principal. Il a donc deux fonctions.
Pourquoi ? Parce que la proposition infinitive n'est pas une proposition
con1m.e les autres : elle n'a pas de verbe conjugué.
EXEMPLE: Nous regan:.lâmes le soleil s'éteindre lentement à l'horizon.
s V s V

EXERCICES

1 1 Sou lignez en vert les propositions subordonnées infin itives, mettez une
croix sous le sujet d u verbe à l' infinitif puis ana lysez ces propositions :

1) L'enfant se couchait sur le dos e t regardait courir les nuages. (R <>MA1N R.oLLANu)
2) Dien tô t je vis le jour s'éteindre autour de n1oi. (l'llANço, s ReNt u e C HATE Auu,uANu)

3) Je regardais les enfants s'en aller en courant dans la neige, et se lancer à la file
sur le verglas de notre fontaine. ( ERCKMANN - CH ATRIAN)
4) L'épervier décrit des ronds sur le village ; les volailles donnent des signes
d'inquiétude, une poule d'un cri bref rappelle ses petits, e t on e nte nd cacarder
les oies vigilantes d'une basse-cour à l'autre. Qu LcsS R eNA1~1))

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chop ilre 10
ANALYSE LOGIQUE 221

2 I Même exercice :
l) J 'ai senti n1cs tcn1pcs se gonfler et j'avais les oreilles pleines de bourdonncn1cnts.
Pendant que je vacillais sur n1a chaise, co1ru11c endormi, le bon viciJlard
parlait. C'est du rnoü1s cc qui n1'a scn1blé, ctjc crois 1n.c souvenir que j'ai vu
ses lèvres rcn1.ucr, ses n1.ains s'agiter, ses yeux reluire. (Vir.TOR H uc:o)
2) Je donnerais deux étés pour un au ton1ne. J 'ain1.e à n1.e réfugier dans le fond de
la chen1j11ée, ayant 111.011 chien entre rnes guêtres hun,jdes. J 'aüne regarder les
hautes flan1.n1.es lécher la vieille ferraille aux dents pointues et iJlunùner les
noires profondeurs. On entend le vent siffier dans la grange, la grande porte
claquer, le chien tirer sur sa chaîne en hurlant. ( l"1t.AN<,:01s R.eNt De CHATEAUBRIAND)

3 1 Ajoutez une phrase infinitive aux verbes suivants :


1) Le poète passait de longs mon1.ent5 à adnürer ...
2) Les 111.arms affolés sentirent avec effioi ...
3) Ne passez donc pas votre ten1ps à regarder ...
4) Ilien tô t ils virent s'allonger ...
5) Tôt, dans le village, on entendait chanter ...

4 1 Soul ignez les propositions, donnez leur nature et leur fonction :


1) On entendait de loiJ1 la rue, les commères rire entre elles, les dùcns aboyer
d'une voix plus claü'C, et les poules caqueter dans la cour. ( E1u :K1v1ANN - CH AT1~1AN)
2) De piquet en piquet, o n voit la jeune fiJlc se courber, se relever, se retourner cc
rire, égayée par ce trava il. o oser>H De PesQu rnoux)
'
3) AI' entrée du four étaient allurnées des bôchettes de bouleau, gui brôlaient clair,
jetant une lurnière blanche et dansante dans la profondeur voô tée où l'on
voyait se boursoufler les pams ronds syn1.étriquement alignés. {AND1tÊ T H e u1t 1eT)

5 1 Transformez ces subordonnées infinitives en subordonnées conjonctives


introdu ites pa r la conjonction que pu is pa r le pronom relatif qui.
Modèle : Les chasseurs virent soudain le sanglier se précipiter sur eux.
Les chasseurs virent soudain que le sanglier se précipitait sur eux.
Les chasseurs virent soudain le sanglier qui se précipitait sur eux.
1) Dans la forêt,j'obscrvais les écureuils sauter de branche en branchc,j'écoutais
les abeilles bo urdonner, les feuilles des arbres bruisscr.
2) Au coin du feu, j'écoutais les sarmcnt5 craquer, le chat ronronner et je
regardais les Oamn1.cs danser dans la chcnlinéc.
3) D ans la cour de l'école, la 111.aîtresse observa it les uns courir, les autres jouer à
cache-cache et quelques fiJles sauter à la corde.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
222 ANALYSE LOGIQUE

LA CONCORDANCE DES TEMPS

Quand le verbe de la proposition subordonnée est au subjonctif, il obéit


aux règles de la concordance des temps.

Première règle - Quand le verbe de la proposition principale est au


présent o u au futur de l'indicatif, le verbe de la subordonnée est :
- Au subjonctif présent.
EXE MPLE : Je doute qu'il réussisse (l'examen qui aura lieu cet après-midi).

- Au subjonctif passé, si l'action exprin1ée par la subordonnée se passe


avant celle exprimée par la proposition principale.
EXE MPLE: Je doute qu'il ait réussi (l'examen qui a eu lieu ce matin).

D euxièm e règle - Quand le verbe de la proposition principale est à un


ten1ps du passé de l'indicatif, le verbe de la subordonnée est:
- Au subjonctif in1parfait.
EXEMPLE: Bruno lui serra la main bien qu'il se méfiât de lui.

- Au subjonctif plus-que-parfait, si l'action exprimée par la subordonnée


se passe avant celle exprin1ée par la proposition principale.
EXEMPLE : JI arriva en retard bien qu'il fût parti à l'heure.

EXERCICES

1 1 Mettez le verbe entre parenthèses au temps qui convient:


1) Bien que nous (être) an1is, nous n'avions pas toujours les n1êm.es goôts.
2) Mes parent5 désiraient viven1ent que je (réussir) mes exan1ens de fin d'année.
3) Le professeur n'interron1pait pas son travail avant que toutes les copies ne
(être) corribrées.
4) lis ont attendu sous !'Abribus que l'averse (prendre) fin.
5) N e répondez pas avant que j e vo us (faire) signe.
6) J 'ai111erais vrai111ent que tu (aller) te coiffer.
7)J 'exige q ue vous (dü·e) la vérité.
8) Il faut que no us (arriver) à l'heure.
9) Il n'y a aucun plaisir q tü (valo ir) ccl u.i d'une bonne actio n.
10) JI n'y a que l'hon1n1c et le sin.ge qui (avoir) des cils aux deux paupières.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 223

2 I Mett ez le verbe de la principale à l' imparfait et appliquez la règle de la


concordance des temps à la subordonnée :
1) J 'apprécie qu'on déjeune sur la terrasse en été.
2) Le gu ide de 111ontagnc veut que les randonneurs atteignent le so1n111ct avant la
nu tt.
3) Nous cherchons un appartement qui puisse nous convenir.
4) Il est incroyable qu'un enfant si doué fasse autant de sottises.
5) Isabelle attend que tout le n1onde soit parti pour débarrasser.

3 I Mettez le verbe de la principale au présent et appliquez la règle de la


concordance des temps à la subordonnée :
1) Bien qu'elle fût fatiguée, clic allait faire ses courses tou te seule.
2) Il était in1possible que cette histoire fôt vraie.
3) Après le passage des dén1olisseurs, il ne restait rien qui pern1ît de reconnaître
le site.
4) Nous regrettions que nos invités fussent partis si vite.
5) Lola poussa son anue pour gu 'elle saluât son chanteur préféré.

4 I Mettez le verbe ent re parent hèses au présent du subjonctif :


1) Le chien est le seul anin1al dont la fidélité (être) à l'épreuve, le seul qui
(reconnaître) toujours son maître et les an1is de la n1aison.
2) Si vous êtes cer tain qu'il (être) innocent, pourquoi ne le défendez-vous pas ?
3) Si vous ne croyez pas qu'il (être) innocent, pourquoi le défendez-vous?
4) L'hon1111e est l'unique créature terrestre qui (faire) des sépultures pour
ses n1ort5.
5) Donnc-n1oi un seul indice gui n1c (pcrn1cttrc) de trouver le coupable.

5 1 Appliquez la concordance des temps au présent puis au passé :


1) Il faut qu'il (savoir) ses leçons et qu'il (partir) pour l'école. Il aurait fallu ...
2) Pour trion1pher de ses défauts, il fau t qu'il le (vouloir) .
3) Mon professeur ne veut pas que je (faire) tant de fau tes.
4) Ta mère ne veut pas que tu (aller) j ouer au pa1'C.
5) Mes parents veulent que je (présenter) n1cs excuses.
6) Il est gra11d tcn1ps que vous (arriver) pour 111c secourir.
7) Je ne crois plus que les licornes (exister).
8) D est utile qu'il (pleuvoir). D est agréable qu'il (faire) soleil.
9) Il est bon que tout le n1onde (savoir) lire et écrire.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
224 ANALYSE LOGIQUE

GROUPE VERBAL ET GROUPE NOMINAL

Le groupe nominal - Le groupe nominal est formé par le nom et


tous les mots qui l'accompagnent et en complètent le sens. On
dit gue le 110111 est le noyau du groupe nonunal.
EXEMPLE : La petite grand-mère. toyte ridée soys son larqe bonnet de linge blanc.
était assise dans son immense fauteuil.
Le non1 grand-mère est le noyau du groupe nonunal souligné.

Le groupe nonunal peut être forn1é par :


- article + nom.
EXEMPLE : La grand-mère ;

- article + nom + adjectif épithète.


EXEMPLE : La grand-mère ridée ;

- article + nom + con1plément du nom.


EXEMPLE: La grand-mère de Matthieu ;

- adjectif+ nom.
EXEMPLE : sa grand-mère ou cette grand-mère ;

- article + non1 + proposition relative.


EXEMPLE: La grand-mère que j'aime tant.

Fonction du groupe nontinal - Le groupe non1inal a la fonction de


son 110111 noyau : sttjet, attribu t, con1plén1ent ...

Le groupe verbal - Le groupe verbal est formé par le verbe et tous


ses compléments. On dit que le verbe est le noyau du groupe verbal.
ExEMPLE: Nous déjeunerons auand nous aurons faim.
Le verbe déjeuner est le noyau du groupe verbal souligné.

REMARQUE - le groupe verbal peut contenir un ou plusieurs groupes


nommaux.
ExEMPLE : L'homme fati gué revenait de la lisière de la forêt.
Le groupe verbal souligné contient le groupe non1inal la lisière
de la forêt, con1plén1ent circonstanciel de lieu du verbe revenir.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 225

EXERCICES

1 1 Retrouvez dans le texte les groupes nominaux dont les noms soulignés
sont le noyau , puis donnez leur fonct ion :
Le vallon, bordé par deux à-pics de roche bleutée, était plutô t une large gorge.
Le chenùn en longeait le fond sous la falaise de droite. Sur la gauche, il y avait
une suite de champs, séparés les uns des au tres par une marche d'un n1ètre de
hauteur, w1e sorte de mur en p ierres sèches qui soutenait le chan1p supérieur.
M ais à n1esure que le vallon n1ontait vers les collines, les cultures furen t
ren1placées par une herbe rude e t jaunâtre, donunée par des nulliers de fenouils,
des bouq uct~ de térébinthes, de jeunes pins, de grands btüssons d'églantines. Çà
et là, des pruniers hérissés de branches rnortes n1aigrcs et noires, ou quelque
antique figuier suffoqué par ses rejetons.
MARCEL PAGNOL. !§AN PU f bQI\ EICll

2 I Même exercice :
Au nord-ouest de l'île, à l'endroit où la grande prairie se perdait dans les sables,
fleurissait une plantation de cac tus et de cac tées qui avaient des formes et des
silhouettes les plus bizarres. On aurait dit un cortège de rnanncquins de
caoutchouc vert hérissés de piquants avec des boules, des raquettes, des queues,
des cro n1pes ...
Il faisait un ten1ps 111agnifique, et Vendredi chan tait de bonheur en courant sur le
sable blanc et pur de la plage. fi ran1assait des galets n1auves, bleus ou tachetés,
bien plus jolis dans leur vérité et leur simplicité que les gros bijoux con1pliqués
qu'il avait accrochés aux cactus.
MICH EL T(>U R NIER,V ENDR EDI O U LAVI E SAUVN ;E

3 1 Même exercice. Puis dites quels groupes nominaux font partie


d'un groupe verbal :
C'est un large buffet sculpté ;le chêne son1bre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert e t verse dans son on1brc
Conu11c un flot de vin vieux, des parfun1s engageants ;

0' buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,


Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lcntcn1cnt tes grandes .J.ill.[ill noires.
Al~T HUR RIMIIAUD. PQÊStES

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


Chopilre 10
226 ANALYSE LOGIQUE

MÉTHODE D'ANALYSE LOGIQUE

Faire l'analyse logique d'une phrase consiste à donner


DÉFINITION -

la nature et la fonction de ses propositions.

Pour faire l'analyse logique d'une phrase, procédez ainsi :


1) Soulignez tous les verbes conjugués afin de connaître le non1bre de
propos1t1ons.
2) Encadrez les conjonctions de coordination.
3) Entourez en vert les conjonctions de subordination.
4) Entourez en rouge les pronon1s relatifs.
5) D écoupez la phrase en encadrant les propositions par des crochets.

Il ne vous reste plus qu'à analyser les différentes propositions en donnant


leur nature et leur fonction.

LA NATURE DES PROPOSITIONS

On distingue :

- Les propositions indépendantes :


- coordonnées : Nous allons nous promener et nous cueillons des fraises.
- juxtaposées : IY as raison : noys partirons ay Qlys vite.

- Les propositions principales : Je pense que tu as raison.

- Les propositions subordonnées :


- relatives : Le soleil qui se couche a des re~ets dorés.
- conjonctives complétives : Je pense que tu as raison.
- infinitives complétives : Nous regardons le soleil se coucher.
- circonstancielles
- de temps : Quand il fait beay. nous allons nous promener.
- de cause : Je suis heureux parce qy'jl fait beay.
- de conséquence: il fait si beau que noys allons noys baigner.
- de condition : Je serais content si nous allions au cinéma.

LA FONCTION DES PROPOSITIONS

- La proposition subordonnée relative est toujours complément de


l'antécédent du verbe de la principale.
EXEMPLE : Le garçon qye ie viens de salyer est mon meilleur ami.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


Chopilre 10
ANALYSE LOGIQUE 227

- La propositionconjonctive complétive est le plus souvent


complément d'objet direct du verbe de la principale.
EX EMPLE : J'espère que tu viendras.

- La proposition infinitive complétive est touJours complén1ent


d'objet direct du verbe de la principale.
EX EMPLE : Je regarde les enfants jouer dans la cour.

- La proposition subordonnée circonstancielle est toujours


complément circonstanciel du verbe de la principale.

- La proposition subordonnée c irconstancielle de temps est


con1plément circonstanciel de ten1ps.
EXEMPLE : Je sors mon parapluie (quand ?) quand il pleut.

- La proposition subordonnée circonstancielle de cause est


con1plément circonstanciel de cause.
EXEMPLE : J'éteins la lumière (pourquoi ?) pour ne pas te déranger.

- La proposition subordonnée circonstancielle de conséquence


est complén1ent circonstanc iel de conséquence.
EXEMPLE : La gi rafe est tellement grande ( quelle conséquence ?) qu'elle peut
manger les teuilles des arbres.

- La proposition subordonnée circonstancielle de condition est


con1plément circonstanciel de condition.
EXEMPLE : Je viendrai déjeuner chez vous (à quelle condition ?) si cela ne vous
dérange pas.

ATTENTION - Ne confondez pas :

- QUI, pronom interrogatif : Qlli est le président de la république du Congo ?


QUI, pronom relatif: Le navire fil!i apparaît à l'horizon revient des Indes.

- QUE, pronom interrogatif: Qfil fais-tu ce week-end ?


QUE, pronom relatif: Le livre ~je viens d'acheter raconte l'histoire d'un marin.
QUE, conjonction de subordination : Je crois que tu te trompes.
QUE, adverbe exclamatif : .Qfil tu es habile !
' adverbe interrogatif: QlJ. as-tu rangé les ciseaux 7
- OU,
' pronom relatif: La ville Q.Y.je suis né ne se trouve pas en France.
OU,

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


L'ANALYSE LOGIQUE
z
-
0 Sou lignez les verbes, encadrez les pronoms relatifs, les conjonctions de
coordination et de subordination, et analysez les différentes propositions :
1) Quand le n1istral ou la tran1ontane ne soufflaie nt pas trop fort, je venais n1e
n1ettre entre deux roches au ras de l'eau, au n1.ilie u des goélands, des n1erles,
des hirondelles e t j'y restais presque tout le jour dans cette espèce de stupeur
et d'accablen1ent délicieux que donne la conten1plation de la mer.
(ALPHONSE DAUL> ET, L ETTR ES L>E MON MOULIN)

2) Une brun1e d'argent flottait au ras de la terre et sur les eaux nuroitantes. Les
grenouilles causaient e t l'on entendait dans les prés la flûte mélodieuse des
crapauds. ( R O MAIN l lO LLANL>, IEAN - CH 1u sTPPH E)
3) Au printen1ps, le verger se couvre d'une neige de fleurs e t il en1.baun1.e toute
la can1.pagne. C'est un plaisir d'y pénétrer e n avril, quand conu11encent les
cerises, ou bie n à la fin de septen1bre, quand les dernières pêches, riches de
sucre e t de parfun1, sen1ble nt sur le point de ton1.ber de la branc he et attirent
un tourbillon de guêpes ivres. ( H ENR1 B osco, L 'ENFANT ET LA R1 v 1llR e)

Même exercice :
1) On sort de Gap par une longue m.ontée dans laquelle l'attelage garda le pas.
D e c haque côté de la route, des bosquet5 de chênes, que leurs petites feuilles
neuves rendaient vaporeux, tordaient d'éclatant~ n1uscles noirs. 0 aAN G10No,ANr;eLo)
2) On cuisait le pain ce jour-là de sorte que Marie eût beaucoup de travail toute
la rnatinée, rnais lorsque tout fut fini, qu'on eût rnangé la galette aux pon1n1es
de terre au repas de nùdi et que le four fu t refern1é sur le pain qui achevait de
c uire tout doucen1ent, elle se nut à penser au départ de sa grand- n1ère.
(R, AYMO NL>E VIN ÇE NT, ÇAMi'ôGNf)

El Dans chaq ue phrase, soulignez les propositions subordonnées puis


dites si elles sont conjonctives ou relatives :

1) C résus, dont le non1 désigne aujourd'hui les personnes très riches, était roi de
Lydie au v1• siècle avant Jésus- Christ.
2) On crut longten1ps que la Terre é tait plate, n1ais Galilée ré ussit à prouver
qu'elle é tait sphérique.
3) Afu1 de restaurer la paix dans le royau1ne, rlenri IV, que le peuple aimait, signa
l'édit de N antes qui permettait aux protestants de pratiquer leur religion.
4) Col bert, que M azarin avait reconu11andé à Lou is XIY, fut un niinistre efficace.
5) N apoléon, qui vainquit les Autrichiens à Marengo, in1.posa aux Anglais de
signer la paix cl' An1ie ns en 1802.

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


z
IJ Même exercice:
1) Mess.ieu rs, j e ne vo us fera i pas l'insulte de dén1.o n trer que votre loi est -
0

tyrannique, n1ais j e dis que cette loi ne pourra j an1ais être votée par
l'Assen1blée nationale de France, d'abord parce que vous ne pouvez la fai re
appliquer. (M 1RABeAu. P 1scoutts su1t L'éM1GRAT1QN)
2) Et elle souriait toute seule, tandis qu'elle coupait le pain qui craquait en se
brisan t sous la lan1e. (H EN1q B osco, L E M AS T HÉOTIM E)
3) Conm1c ces prenùères chaleurs coincidèrent avec un accroissen1ent en flèche
du no111brc de victin1cs, q ui se chiffre à près de sept cents par scn1aine, une
sorte d'abatten1ent s'empara de la ville. (Aui ellT C AM :Js, L A PEs Te)
4) U n hon1n1.e encapuchonné, que j e voyais rôder depuis un m.0111.ent auto ur de
no tre feu et que j'avais pris po ur quelqu ' un de l'équipage, car j'ignorais qu'il y
eût un berger dans l'île, s'approcha de nous cra intivcn1cnt.
( ALP HONSE DAUüET, L A SÉM ILLANTE)

El Dans les ph rases suivantes, comptez les propositions puis ind iqu ez leur
nature.
1) J 'entendais 111011 o ncle gron1111clcr, se fâcher ; 6J1alcn1cnt, le valet de chan1brc
111C fit entrer. ( MARCEL PROUST)
2) Mes yeux dans ses forfaits rnê,ne ont su la poursuivre,
Tant que ses soins jaloux me permirent de vivre. ( ANDRÉ CHÉN1E1t, L A L AMPE)
3) La ligne droite n'est pas sur un voilier le plus court chenlin d'un point à un
autre. (A LAI N G ER BAULT, SEUL À TRAV ERS L'ATLANTIQU E)
4) Gervaise lavait son linge de couleur dans l'eau chaude, grasse de savon, qu'elle
avait conservée. (É MI LE Z (>LA, L 'AsSOMMOllt )
5) O n entendait braire un petit âne derrière la barrière fcr111éc. ( H ENR I T ROYAT)

D Même exercice :
1) Il vit de gros nuages s' an1asser à l'est. ( R o 1v1A1N GA1tv)
2) Je haussai les épaules et passai dans notre chan1bre. Elle était encon1brée de
deux lit5. (GEO RGES DuHAMeL, L e JA1tü1N ü ES HÊT Es sAuvAçe§)
3) A' la 111ê111c heure, le rapide de Paris file vers Le Mans e t s'é tire, parallèle
à sa fu111éc, à travers le bocage qui es t si bien l'une des régions du monde
o ù iJ y a le plus de vaches q ui regardent passer le train.
( H ERVÎl BAZIN, Yii'iii\ E ôl/ !'QING)
4) Poun1 était plo ngé dans sa lecture ; il y trouva it un intérêt si vif qu'il o ubliait
de ronger ses ongles. (PAuL ET V 1c T0 1t MA1tGumt1TTe, pouM)

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


1 L'ANALYSE LOGIQUE
z
-
0 lfl Analysez les propositions soulignées :
« Dors- tu ? I~ éve ille-toi , ni.ère de notre n1ère !
D'ordinaire, e n dorn1.ant, ta bouc he re rnuait,
C ar ton somn1eil souve nt re5sen1ble à ta prière.
Mais ce soir, on dirait la n1adone* de pierre* ;
Ta lèvre est inunobile et ton souille est rnuet.

Pourquoi courber ton front plus bas gue d e coutun1.e ?


Quel ni.al avo ns-no us fai t po ur ne plus no us chérir ?
Vois, la larnpç pâlit, l'âtre* scintille e t fun1.e ;
Si tu ne parles pas, le fe u qui se consun1.c ,
E t la lam.pe, e t no us deux, no us allo ns to us 111.o urir !

Tu nous trouveras n1orts près de la lan1.pe éte in te.


Alors, que diras-tu quand tu t'éve ille ras ?
Tes enfants, à leur tour, seront sourds à ta plainte.
Pour nous rendre la vie, en invoquant ta sainte,
Il faudrait bien long ten1ps no us serrer dans tes bras.

D ieu ! Que tes bras sont froids ! ro uvre les ye ux ... N aguère
Tu no us parlais d' un ni.onde où no us n1.ènent nos 1,?as,
E t de ciel, e t de tombe, et de vie éphém ère*,
Tu parlais de la 1nort. .. Dis-no us, ô no tre ni.ère !
Qu'est-cc do nc g uc la 111.ort ?Tu ne no us répo nds pas ! »

Leur gén1issante voix long temps se plaig nit se ule.


La j eune au be parut sans réveiller l'aieule* .
La cloche frappa l'air d e ses funè bres coups.
E t le soir, un passant, par la porte entr' ouver te,
Vit, devant le saint livre* e t la couche* déserte,
Les de ux pe tit~ enfan ts qui priaien t à genoux.
V 1cTOK H U GO. ÔDES ET BALLALJES

La m adone : la 111.èrc. Cc 0 0111 désigne ici la Vierge M arie.


La m adone d e pie r re est une statue de la Vierge M arie.
'
L'âtre : la che minée. Ephé m ère : très cour t.
L'aïeule : la grand- 111.è re. Le saint livre d ésig ne la B ible.
La cou che désigne le lit, l'endroit o ù l'on se couc he.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


z
Il Faites l'analyse logique de ce texte : :
Quand j'entrai dans la classe, les élèves ricanèrent. On disait : « Tiens ! iJ a une -
0

blouse ! » Le professeur fi t la grimace et tout de suite m.e prit en aversion*.


Depuis lors, quand iJ n1e parla, ce fut toujours du bout des lèvres, d'un air
n1éprisant. Jamais il ne n1'appela par 111011110111 ; il disait toujours : «Eh! vous, là-
bas, le petit Chose! » Je lui avais dit pourtant plus de vingt fois que je n1'appelais
Daniel Eyssette ... À la fin, n1es can1arades n1e surnonu11èrent « le petit Chose»,
et le surnon1 n1e resta. ALPHO NSE DAuo1rr, 1r Perce CHr§E

* Prendre quelqu'un en aversion, c'est se n1ettre à le détester.

El Même exercice :
Mes deux frères et n1oi, nous étions tout enfants.
Notre mère disait:« Jo uez, niais je défends
Qu'on n1arche dans les fleurs et qu'on n1onte aux échelles.»
Abel était l'aîné,j'étais le plus petit.
Nous mangions notre paiJ1 de si bon appétit
Que les fcn1n1cs riaient quand nous passions près d 'clics.
N ous n1o ntions pour jouer au grenier du couvent,
Et là, tout en jouant, nous regardions souvent
Sur le haut d'une arn1oire, un livre inaccessible.
Nous g rm1pân1es un jour jusqu'à ce livre noir...
V1ç ro 1t Huc;o, L es C O NTEMPLATIONS

œFaites l'analyse logique de ce texte :


Les n1enus de Françoise
Au fond pcrn1ancnt d 'œ ufs, de côtelettes, de pon1n1es de terre, de confitures,
de biscuits, qu'elle ne nous annonçait n1ême plus, Françoise ajoutait : une
barbue parce que la n1archande lui en avait garanti la fraîche ur, une dinde
parce qu'elle en avait vu une belle au 1narché de R oussainville-le-PiJ1, des
cardons à la n1oelle parce qu'elle ne nous en avait pas encore fai t de cette
n1anière-là, un gigot rôti parce que le grand air creuse et qu'il avait bien le
ten1ps de descendre d'ici sept heures , des épiJ1ards pour changer, des abricots
parce que c'étai t encore une rareté, des groseilles parce que dans q uiJ1ze j ours il
n'y en aurait plus, des fran1boises qu'un voisin avait apportées exprès, des
cerises, les premières qui vinssent du cerisier du j ardiJ1, du fromage à la crèn1c
que j 'aimais bien au trefois, un E,>â tcau aux a1nandcs parce qu'elle l'avait
co111111andé la veiJlc.
MA1tcEL P,,ousT, Du côT$ 1>e cHgz, SwANN

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


232 ANNEXES

,
REVISION D'ANALYSE GRAMMATICALE

LE NOM
POUR ANALYSER UN NOM, ON INDIQU E :

Sa nature : non1 propre, non1 conu11un, non1 con1posé.


Son genre : n1asculin ou fcnùnin.
Son non1bre : singulier ou pluriel.
Sa fonction : sujet, co1nplén1ent, attribut, appositio n ou apostrophe.

EXEMPLE: Marie achète un croissant.


Marie . nou1 propre, tèiuiuiu ,ingulie1, ,ujet du vl'rbe acheter.
Croissant : 11on1 co111mu11, nrn,culin ,ingulit:1, complément d'objet direct du verbe
acheter.

L'ARTICLE
P OUR ANALYSER UN ARTICLE , ON INDIQUE:

Sa nature : article défini, indéfini ou partitif.


S'il est élidé ou contracté, il faut le préciser.
Son genre : n1asculin ou fénùnin.
Son non1bre : singulier ou pluriel.
Sa fonction : détern1Îne le 110111.

EXEMPLE: ~ boulanger fait m brioches.


Le : a1ticle défini, ma,culiu ,iugulier, déternùue le 110111 boulanger.
Des: Jrtick i11défiJ1i, lè111iJ1iJ1 pluriel. déter11ii11e le 110111 brioche,.

L'ADJECTIF QUALIFICATIF
P OU R ANALYS ER UN ADJECTI F, O N IN D IQU E:

Sa nature : adjectif qualificatif, dérivé o u composé.


Son genre : 111asctùin ou fé1ninin.
Son non1brc : singulier ou pluriel.
Sa fon ction : épithète, attribut du sujet ou appos.ition.

EXEMPLE: Ce petit chat est ~ignon.


Petit: aqjcctif qualific:1tif. 1u:1sculu1 ,ingulier, épithC:tc du nom ch:11.
Mignon: adjectif qualificatif. ma,culin ,iugulier. attribut d11 ,ujct chat.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


ANNE XES 233

LES ADJECTIFS NON QUALIFICATIFS


POUR ANALYSER UN ADJ ECTI F NON QUALI FICAT IF, ON INDIQUE:

Sa nature : adjectif nun1éral cardinal ou ordinal, possessif, dén1onstratif,


interrogatif, exclan1atif ou indéfirù.
Son genre : n1asculin ou fcnùnin. Son non1bre : singulier ou pluriel.
S'il s'agit d'tu1 adjectif possessif, sa perso1u1e: l'\ 2' ou 3" personne.
Sa fonction : détermj11e le nom.

EXEMPLE: quelle amitié lie ces deux garçons !


Quelle : 3djcctif cxch1n:1tif, lëmi11i11 singulier, détcr11ü11c k 110111 3111itié.
ces: acjjectif démon1tratif. 111:1,culin pluriel, détermine le 110111 gar~·o11,.
Deux : adjectif 11u111é:·al cardinal, détermine le 110111 g;irçon~.

LE PRONOM PERSONNEL
POUR ANALYSER UN PRONOM PERSONNEL, ON INDIQUE!

Sa nat ure : pronon1 personnel. Sa personne : 1", 2• ou 3• personne.


Son non1bre : singulier ou pluriel. Son genre : n1asculin ou fenlinin.
Le 110111 qu'il re111place, quand il est connu.
Sa fonction : sujet, con1plén1ent, attribut, apposition ou apostrophe.

EXEMPLE: Noys sommes allés~ voir mercredi dernier, Damien.


Nous : pronom personnel. I" personne du pluriel, ,ujct du verbe voir.
le : pronom personnel, 2 per,onne du ,ingulier, complément d'objet direct du
verbe aller, re111place le 110111 Damien.

LES PRONOMS NON PERSONNELS


POUR ANALYSER UN PRONOM NON PERSONNEL, ON INDIQUE!

Sa nat ure : pronom possessif, dén1onstratif, interrogatif, indéfini ou relat if.


Le nom qu'il remplace, son genre e t son nombre.
S'il s'agit d'un pronon1 possessif, sa personne : l ", 2• ou 3• personne.
Sa fonction : sujet, con1plén1ent, attribut, apposition ou apostrophe.

EXEMPLE: J'aime regarder le soleil gMl se couche.


Qui : pronom relatif, remplace le nom ,olcil, 1111,culin ,ingulicr, sttirt du vcrb~ ,c coucher.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


234 ANN EXES

,
REVISION D'ANALYSE GRAMMATICALE

LE VERBE
POUR ANALYSER UN VERB E, ON INDIQU E :

Sa nature : verbe. Son infuùtif e t son gro upe : l " , 2' o u 3' gro upe.
Sa voix (sauf po ur les par ticipes passés en1ployés co1nn1e adjectifa) : voix
. . .
acnve o u vo1x passive.
S'il s'agit d 'un verbe pronomi nal o u unp ersonnel, il faut le préciser.
Son temp s e t son mode.
Sa personne : l'<, 2' o u 3• personne (dans le cas des n1odes conjugués) .
So n no n1bre : singulier ou plu r iel . Le genre de son sujet, s'il est connu.
So n e n1ploi (s'il s'agit d 'un par ticipe passé o u d'un participe présent).
Sa fon c tion (unique rne nt s'il s'agit d'un participe ou d'un infinit if).
EXEMPLE: Lucie. affolée. coyryt dans la maison pour se réfu13ier auprès de sa mère.
Affolée: verbe affoler, prcn1icr groupe, participe pas,é. c1nployé co111111c adjectif.
fè111inin ,illgulicr, Jppo~é au 110111 Lucie.
Courut: verbe courr. troi,ièmc groupe, voix active, indicatif. pa"é ,impie.
troisiè1nc personne du singulier.
Se réfugier: verbe se rétùgicr. prc111icr groupe, voi.x active, verbe prono1ninaJ,
infinitif pré,ent. complément circo11,ta11cicl de hui du verbe courir.

L' ADVERBE
POUR ANALYS ER UN ADV ERB E, O N INDIQUE:

Sa nature : adverbe de ten1ps, de lie u, de n1anière, de négation ...


Sa fonc tio n : n1odifi.e un verbe, un adjectif o u un autre adverbe.
EXEMPLE: Le soleil se couchera .tw bjentôt.
Très: ;1dverbe de degré, modifie l'adverbe bientôt.
Bientôt: adverbe de tcmp,, modifie k verbe ,c coucher.

,
LA PREPOSITION
POUR ANALYSER UNE PRÉPOSITION, ON INDIQUE:

Sa nature : préposition.
Sa fonction : introduit le con1plément.
EXEMPLE: Le train de 8 h 47 arrivera à Paris vers 11 h 30.
De: prépo\ition, i11t1nduit le con1plé111c11t du 110111 8 h 47.
A: prépo,ition, introduit le co111plé111cnt rircon,t:111cicl de lieu Pari,.
vers: préposition, introduit le complément circonsca11cicl de temps 11 h 30.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


ANNEXES 235

LA CONJONCTION
POUR ANALYSER UN E CONJONCTION, ON INDIQU E:

Sa nature : conjonc tion de coordination o u conjo nction de subordination.


Sa fonction : si c'est une coajonction de coordination, elle n1et en relation
de ux 1nots o u de ux propositions ; si c'est une conjonction de subordination,
elle introduit une pro position subordonnée.

EXEMPLE: Lucie et son frère sont partis avant que tu n'arrives.


Et: conjonction de loordination, relie k, n1or,, Lucie et frère.
Avant que: co11jonctio11 dt• ,ubordi11atio11, i11tn)t!uit la propo,ition ~t1bordonnée
conjonctive« avant que tu n'arrive~».

L' INTERJECTION
POUR ANALYSER UNE INTERJECTIO N, ON INDIQUE:

Sa nature : inte rjection.

EXEMPLE: Dring ! Le téléphone sonne.


Dring: intc1jcctio11.

LA PROPOSITION
P OUR ANALYSER UNE PROPOSITION, O N INDIQUE:

Sa nature : propositio n indépendante, principale, subordonnée o u infinitive.


D ans le cas d'une pro positio n indépe ndante, o n précise si elle est coo rdo nnée
. ,
o u JUxtaposee.
Dans le cas d'une propos1oon subordonnée, on précise s1 elle est relative,
conjonctive ou infinitive.
Sa fonct ion: con1plé n1ent d'objet direct , complén1ent circonstanciel ou , dans
le cas d'une proposition relative, complé n1ent de l'antécédent.

EXEMPLE: je te promets que tu seras contenl quand tu verras ton cadeau.


1 2 3
Je te promets: proposition principale.
Que tu seras content: propo,;ition subordonnée co11jo1:ctive co111plétive,
complément d 'o~jct disect du verbe promettre.
Q1.rnncl tu verras ton cadeau: propo,itio11 ,uhordo11nc'.•t co11jo11ctive circo11,ta11ciclk
de temps, complén1cnt circonstanciel de temps du verbe être.

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


236 ANN EXES

ETRE

INDICATIF SUBJONCTIF
Présent Passé composé Présent
Je suis J'ai été que Je SOIS
Tu es Tu as été que t u sois
Il/elle est Il/ elle a été qu 'il/ elle soit
Nous S0111ll1CS Nous avons été que no us soyons
Vous êtes Vous avez été que vous soyez
Ils/elles sont lis/ elles ont été qu 'ils/ elles soient

Imparfait Plus-que-parfait Imparfait


J'étais j'ava is été que j e fusse
T u étais Tu avais été que t u fusses
0/ elle était []/ clic avait été qu 'il/ clic fût
Nous étion~ Nous avions été qu e nous fussions
Vous étiez Vous aviez été que vous fussiez
Ils/elles étaient Ils/elles ava ient été qu' ils/ elles fussent

Passé simple Passé antérieur Passé


Je fus J'eus été qu e j'aie été
T u fus T u eus été que tu aies été
Il / elle fu t Il/ c)le eut été qu ' il/elle ait été
Nous fù1nes Nous eûn1es été que no us ayons été
Vous fûtes Vous eûtes été que vous ayez été
Os/elles furent Ils/ elles eurent été qu 'il~/ elles aient été

Futur simp le Futur antérieur Plus-que-parfait


' , , ,
Je serai J'aurai été que J eusse ete
Tu se ras Tu auras été que t u eusses été
ll/ elle sera Il/ elle aura été qu 'il/ elle eût été
Nous se rons Nous auro ns été que no us eussio ns été
Vous serez Vous aurez été qu e vous eussiez été
Os/elles seront fis/ elles auront été qu 'ils/elles eussent été

CONDITIONNEL
Présent Passé l " forme Passé 2•forme
Je se rais J'aurais été J'e usse été
Tu serais Tu au rais été Tu eusses été
11/ elle serait 11/elle aurait été 11/ elle eût été
Nous se rio ns Nous aurions été Nous eussio ns été
Vous seriez Vo us auriez été Vous eussiez été
Os/cil es se ra icnt fis/ elles au raient été Os/ e)les c usscn t été


IMPERATIF INFINITIF PARTICIPE
Présent Présent Présent
SOIS étant
soyo ns
soyez
Passé Passé Passé
, ,
aie été avoir été etc ayant été
ayo ns été
ayez été

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


ANNEXES 237

AVOIR

INDICATIF SUBJONCTIF
Présent Passé composé Présent
J'ai J'ai C U que J.'aie
.
Tu as Tu as eu qu e t u aies
Il/ elle a Il/ elle a e u qu 'il/ elle ait
N ous avons No us avons eu que no us ayons
Vo us avez Vous avez eu que vo us ayez
l is/ell es ont l is/elles ont e u qu'ils/ elles aient

Imparfait Plus-que-parfait Imparfait


j'ava is J'ava is eu quc J.' eusse
Tu avais tu avais eu que tu eusses
li/ elle avait []/ clic avait eu qu'il e ût
N ous avio ns N o us avions eu qu e no us eussions
Vo us aviez Vo us aviez eu que vo us eussiez
Ils/ell es ava ient Ils/elles ava ient eu qu ' ils/ cli cs eussent

Passé simple Passé antérieur Passé


J'eus J.'eus eu . eu
qu e J. ' aie
T u eus tu eus eu que t u aies e u
Il/elle e ut Il/ clic eut e u qu ' il/elle ait eu
Nous eûn1es '
no us eurnes eu que nous ayons e u
Vo us e ûtes vous c ûtcs eu que VO LIS ayez e u
lis/ elles eurent Ils/ elles eurent eu qu 'il~/elles aient e u

Futur simple Futur antérieur Plus-que-parfait


J 'aurai J'aurai eu que J.'eusse eu
Tu auras Tu auras eu qu e t u eusses eu
Il/elle aura Il/ elle aura eu qu 'il e ût e u
Nous auro ns No us auro ns eu que no us eussio ns eu
Vous aurez Vous aurez eu qu e vo us eussiez eu
Ils/elles auro nt lis/elles auront e u qu 'ils/elles eussent e u

CONDITIONNEL
Présent Passé l " forme Passé 2' forme
J'aurais J'aurais eu J'e usse e u
Tu aurais Tu aurais eu Tu e usses eu
Il/ elle aurait li/elle aurait e u Il/elle eût eu
Nous aurio ns No us aurio ns eu No us eussio ns eu
Vo us auriez Vo us auriez e u Vous eussiez eu
lis/cli cs auraient Ils/ clics a uraic nt eu Os/clics e ussent eu


IMPERATIF INFINITIF PARTICIPE
Présent Présent Présent
aie avorr ayant
ayo ns
ayez
Passé Passé Passé
:llC CU avo u· eu eu, eue ayant eu
ayo ns eu
ayez e u

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


238 ANN EXES

CHANTER
INDICATIF SUBJONCTIF
Présent Passé composé Présent
Je chante J'ai chanté que j e chante
Tu chantes Tu as c hanté que t u chantes
0/ elle chante Il/ elle a chanté qu 'il/ elle chante
N ous chanto ns no us avo ns chanté que no us chantions
Vous chantez vous avez c hanté que vous chantiez
Ils/elles chantent lis/ elles ont chanté qu'ils/ elles chantent

Imparfait Plus-que-parfait Imparfait


Je chanta is J'ava is chanté qu e j e c hantasse
Tu chantais Tu avais chanté que t u chantasses
0/ell c chanta it []/ clic avait chanté qu'il/ clic chantât
Nous ch:1nt ions Nous avions chanté qu e no us ch:111tassions
Vous chantiez Vo us aviez c hanté que vous chantassiez
Ils/elles chantaient Ils/elles ava ient chanté qu ' ils/ elles chantasse nt

Passé simple Passé antérieur Passé


Je chantai J'eus ch an té qu e j'aie chanté
T u chantas T u eus chanté que t u aies chanté
Il / elle chanta Il/ c)le eut chanté qu ' il/elle ait chanté
Nous chantân1es Nous c ûn1es chanté que no us ayons chanté
Vous chantâtes Vo us eûtes chanté que vous ayez chanté
Os/elles chantèrent Ils/ elles eurent chanté qu 'il~/ elles aient chanté

Futur simp le Futur antérieur Plus-que-parfait


Je chanterai J'aurai chanté que j'eusse chanté
Tu chante ras Tu auras chanté que t u eusses c hanté
ll/ elle chantera Il/ elle aura chanté qu 'il/ elle eût chanté
N ous chantero ns Nous auro ns chanté que no us eussio ns chanté
Vous chanterez Vous aurez chanté qu e vous eussiez chanté
Os/elles chanteront fis/ elles auront chanté qu'ils/elles eussent chanté

CONDITIONNEL
Présent Passé l " forme Passé 2•forme
J e chanterais J'aurais chanté J'e usse chanté
Tu chanterais Tu aurais ch an té Tu e usses chanté
11/ elle chanterait 11/elle aurait chanté 11/ elle eût chanté
Nous chanterio ns Nous aurions chanté Nous eussio ns chanté
Vous chanteriez Vous auriez chanté Vous eussiez chanté
Os/elles chante raient fis/elles auraie nt chanté lls/e)les e ussent chanté


IMPERATIF INFINITIF PARTICIPE
Présent Présent Présent
chante chanter chantant
chantons
chantez
Passé Passé Passé
aie chanté avoir chanté chanté, ée ayant chanté
ayo ns chanté
ayez chanté

© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.


ANNEXES 239

FINIR

INDICATIF SUBJONCTIF
Présent Passé composé Présent
Je finis J'ai fini que j e firtisse
Tu finis Tu as fini que tu fin isses
Il/ elle finit Il/ elle a fini qu'il/ elle finisse
Nous finissons Nous avons fini que nous finissions
Vous finissez Vous avez fini que vo us finissiez
lis/elles finissent lis/ elles ont futi qu'ils/ elles finissent
Imparfait Plus-que-parfait Imparfait
Je fi 11 issais J'avais fini que j e finisse
Tu finissais T u avais fini que tu finisses
li/ elle finissait []/ clic avait fini qu'il/ clic füût
Nous finissions Nous avions fini que nous finissions
Vo us finissiez Vo us aviez fini que vous finissiez
Ils/elles finissa ient Ils/elles ava ient fini qu 'ils/clics finisse nt
Passé simple Passé antérieur Passé
Je finis J'eus fini que j'aie fini
T u finis T u eus fu1i que tu aies fini
Il/elle finit Il/ c)le eut fini qu 'il/elle ait fini
Nous finîn1es nous eûrnes fini que nous ayons fini
Vous finîtes vous eûtes fi ni que vous ayez fi ni
lis/ elles finirent Ils/ elles eurent fini qu'il~/ elles aient fini
Futur simple Futur antérieur Plus-que-parfait
Je finirai J'aurai fini que j'eusse fini
Tu finiras Tu auras fi ni que tu eusses fini
Il/ elle finira Il/ elle aura fini qu'il/ elle eût firti
Nous fin irons Nous aurons fin i que nous eussions fin i
Vous finirez Vous aurez fini que vo us eussiez fini
lis/elles finiront lis/elles auront fini qu 'ils/elles eussent fmi

CONDITIONNEL
Présent Passé l " forme Passé 2' forme
Je fini rais J'aurais fini J'e usse fini
Tu fi nirais Tu aurais fini Tu eusses fini
Il/ elle finirait 11/elle aurait fini Il/elle eût fini
Nous fin irions Nous aurions fin i Nous eussions fini
Vo us finiriez Vo us auriez fini Vous eussiez fini
lis/elles finiraient Ils/ elles auraient fini ns/e)les e ussent fini


IMPERATIF INFINITIF PARTICIPE
Présent Présent Présent
finis finir finissant
finissons
finissez
Passé Passé Passé
aie fini avoir fin i fini, ie ayant fini
ayo ns fini
ayez fini

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


240 ANN EXES

VOIR

INDICATIF SUBJONCTIF
Présent Passé composé Présent
. .
Je vois J' ai vu que JC voie
Tu vois Tu as vu que t u voies
Il/elle voit Il/ elle a vu qu'il/elle voie
Nous voyons Nous avons vu que no us voyions
Vo us voyez Vous avez vu que vous voyiez
Ils/elles voient l is/ elles ont vu qu' iJs/c)les voient
Imparfait Plus-que-parfait Imparfait
Je voyais J' avais vu que Je VISSC
Tu voyais Tu avais vu que t u visses
0/ elle voyait []/ clic avait vu qu'il/elle vît
N ous voyions N o us avions vu que no us v1ss1ons
Vous voyiez Vo us aviez vu que vous v1ss1ez
Ils/elles voya ient Ils/elles ava ient vu qu' ils/e]les vissent
Passé simple Passé antérieur Passé
Je vis J' eus vu que j' aie vu
Tu vis Tu eus vu que t u aies vu
Il / elle vit Il/ e)lc eut vu qu'il/elle ait vu
Nous vîn1es Nous c ûn1es vu que no us ayons vu
Vous vîtes Vo us eûtes vu que vous ayez vu
Os/elles virent Ils/ elles eurent vu qu' ils/elles aient vu
Futur simp le Futur antérieur Plus-que-parfait
Je verrai J' aurai vu que j' eusse vu
Tu verras Tu auras vu que t u eusses vu
ll/ elle verra Il/ elle aura vu qu'il/ elle eût vu
Nous ve rro ns Nous auro ns vu que no us eussio ns vu
Vous verrez Vous aurez vu que vous eussiez vu
Os/elles verront fis/ elles auront vu qu'ils/clics eussent vu

CONDITIONNEL
Présent Passé l " forme Passé 2•forme
Je verrais J' aurais vu J'e usse vu
Tu verrais Tu aurais vu Tu e usses vu
11/ elle verrait 11/elle aurait vu 11/ elle eût vu
Nous ve rrio ns No us aurions vu No us eussio ns vu
Vo us verriez Vo us auriez vu Vous eussiez vu
lls/elJcs verraient fis/ elles au raie nt vu Os/ c)les e usscn t vu


IMPERATIF INFINITIF PARTICIPE
Présent Présent Présent
VOIS VOU' voyant
voyons
voyez
Passé Passé Passé
aie vu avoir vu vu, vue ayant vu
ayo ns vu
ayez vu

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites .


© La Librairie des Écoles. Toutes reproductions et vidéoprojections sont interdites.
Manuel de grammaire pour le CM1-CM2
88 leçons présentent tout le Des exercices systématiques
programme de grammaire de difficulté progressive
de l'école primaire. permettent de comprendre et
Les leçons encadrées en jaune de maîtriser toutes les règles
sont réservées au CMl et les et toutes les notions.
leçons encadrées en vert
sont réservées au CM2. fXERCtCU

""'-•"""'""""'"1• .....,..,....... ,......,.,..,..,....


l 'l,w,..dril, .,,1, tUffii",_ t...11..., ....., , .......
I>,_! ~ • 14 CONJONCTION

- i...----
-------·. .·.-----·-
,. .,..__ ...
·-· -·-·--·
·-- ... ..--
-----.....··-·-
·-·- •
___., ....
...,_,......._,._
· , ~
t" '-'"""'......
l'...,.hoouJ,mm,
1 n .,c,iw. ' "'"'
LrG,,._;-

-·--- ______
__·------.--
,.....,
... ,
_._
,.,,__,.__,_,

·-~·--__ __ __
_,,..._.,, __.____
...,
. _.. ,v..- • · - - - · - -
,, ...

. --------•;t•-
·----------
---·--
---~
"·--
u,.,._,..,._._ .. _ _ .... ...

---- ..-____
1 - - · - - - .. - · - · · - -

Des tableaux de conjugaison

.....
....._
_-·- •---~•- ·--
·--·---·-----
,_ .......,.._ .,.
.............._.---....,..,,.........
...
.._
avec tous les temps et tous
les modes.

_J
flNll
,,..,c,.,.
Les règles de grammaire sont
........::.._
appliquées dans des extraits
d'œuvres littéraires illustrés
à l'aquarelle.
~--
~=--
--
===-
-........
--·
::.::.
===
.....--..-
~~
_..--_...
-.......
i:E-._
---
1~=-
.. __ _ __
:,•.::;;:_

--
5 Mtnu. •11 futi. slmpl~ tel .,,,bts ,,me P<1•tfltt-f:!>f:1o
?E oP _ _ ...

AVillfiilli<'t
1¾'n1,110, d h I',111l,i. ,. llu:11~ (1\1 HJo,.1111 Li O HtJ''"\!"11( ...~-=-..:--_._
jç (J-.llhl) \fuo~(\IJ\• Wr1. <IUÇ IU 111'.Cl e-,oi),.
s-
J•· (,Dr,-) li i0,;1 jt t•tk-rJ r•r I• 1M ilt>1""c, ~~-
Je fil' 1--"llis ,fomruf\•r k11n Je, I.OI 1it,.. long,ic,np,,

,... (1n.w(bo-). k• y~tn tt.~.:-.. .,,,


nlO;"I J't'1"('1."'.
VI"' 111,'11 ''-'11 -"' <~11'1!~, ',1!1'11:lifl'II. .Ç WI \Ill l•1UII,
SruJ, 111.:()flnu le ""4 u,i.itiç, ~ n.,1111, - ~ ~ .
1 rw". 1:1 lc jow pow 1noi (O:"U\'> .-oc1.-.k' li nuit.

!•· nr i•q:,mk,) ni l'i., d~, ,.,... •rn 1t•mlv.


N• Ir, ,,,,k; ,uJ. lt•111,l.;.,c<",1J,,,,i ''"' l l,,11Anor.
f:1 ,1u.lllllj1: (u-nn•,••~ lm,ttm-) •IU' tl Wf!ib,,,
Un bo11quc1 J..• houx W11 "' dt brU)'~tl' e,1 a,...
~•,,,.fi, •· ! )$ Xlllrlt 1 M

Dans la même collection

www.lalibrairiedesecoles. corn

© La Librairie des Écoles . Toutes reproductions et vidéoprojections sont inte

Vous aimerez peut-être aussi