Vous êtes sur la page 1sur 12

11.

1 Les incertitudes et les erreurs dans les mesures et les résultats

vDéfinition d’une incertitude ou erreur


L'incertitude est la marge d'erreur associée aux valeurs mesurées ou
déterminées lors d'une expérience.
vFormes d’erreur
Incertitude absolue
C’est l’erreur maximale que l’on peut effectuer en déterminant une
mesure sur un appareil.
Incertitude relative :
L’importance de l’erreur par rapport à la grandeur mesurée.
Les différents types d’incertitudes

Il existe deux types d’incertitude ou d’erreurs dans une mesure : systématiques et aléatoires.
Les incertitudes systématiques
Les incertitudes systématiques sont dues à la fois à l'observateur
et à l'instrument utilisé.
Les incertitudes aléatoires
Les incertitudes aléatoires sont presque toujours la faute de
l'observateur
prévenir les erreurs.
Quelques notions
- Justesse de mesure
- fidélité de mesure
- infidélité de mesure
- appareil numérique
Une donnée statistique est une information codifiée, figée et
transmissible.
Une donnée statistique peut être une donnée à
caractère quantitatif ou qualitatif.
Quantitatives :Les données quantitatives sont des données qui
peuvent être mesurées (taille, poids…) ou repérées (température…). 
Qualitatives : Les données qualitatives sont des données auxquelles
on ne peut pas attribuer une valeur ou une caractéristique. 
• En règle générale, l'analyse statistique est plus facile avec des
données quantitatives que des données qualitatives. 
Les mesures
Mesurer une grandeur en sciences expérimentales ne consiste pas uniquement à lui
donner une valeur, mais aussi à lui associer une incertitude afin de qualifier la
qualité de la mesure.
Le mesurande = grandeur à mesurer
Le mesurage = ensemble des opérations permettant d’obtenir la valeur de la
grandeur .  
La valeur vraie (Mvrai) = résultat si le mesurage était parfait (sans aucune erreur)
La mesure (m) = valeur trouvée expérimentalement.
Le résultat du mesurage = ensemble des valeurs attribuées à un mesurande, assorti
d’un intervalle de valeurs possibles.
( L'erreur de mesure (m - Mvrai) = différence entre la valeur mesurée et la vraie.
Pourquoi mesurer en chimie ?
Mesurer pour informer 
Pour protéger et surveiller 
Pour agir 
• La loi de Beer-Lambert s’écrit :
• A=ℓ×ε×C
• avec A absorbance de la solution (sans unité), C concentration en
quantité de matière de l’espèce colorée en solution (mol · L−1), ℓ
épaisseur de solu­tion traversée (cm), ε coefficient d’extinction
molaire (L · mol−1·cm−1), qui ­dépend de l’espèce absorbante, de λ
et de la température.
• L’intérêt de cette loi est de lier par proportionnalité, l’absorbance
(facilement mesurable) à la concentration en quantité de matière
d’une espèce colorée.
RMN ( RESONNANCE MAGNETIQUE
NUCLEAIRE )
• La RMN est basée sur certaines propriétés magnétiques
• RMN permet de déterminer la structure d’une molécule
organique( aldéhyde, alcane,alcool) à partir de ses atomes
d’Hydrogènes qui sont les « protons ».
• Le Spectre RMN provient de l’énergie des noyaux dans un
champ magnétique.
• On mets des noyaux dans un champ magnétique, ils vont
résonner ( c-à-d émettre des pics d’énergie qu’on va pouvoir
capter sous forme de radiations et ensuite pouvoir les
interpréter.
• NOTATION DU SPIN NUCLEAIRE
Le noyau de l’atome H est un proton qui a une propriété qu’on
appelle le spin nucléaire noté I.
• On trace l’absorbance A en fonction de la longueur d’onde λ.







• Remarque : Si le composé absorbe dans le domaine du visible, il
absorbe la couleur complémentaire de sa solution. Exemple : β-
carotène : λ max = 455 et 485 nm (domaine du visible : absorption
dans le bleu, apparaît orange)
IR
Principe de la spectroscopie infrarouge
La spectroscopie infrarouge est l’étude de l’absorption des
espèces organique pour des rayonnements de longueur d’onde
comprises entre 800 et 1000 nm
Une liaison chimique entre deux atomes peut être vue comme
un ressort, où les atomes sont assimilés à des masses accrochées
à ses extrémités. Ce système présente
une fréquence d’oscillation qui lui est propre, dite fréquence de
résonance ou fréquence propre. Elle peut ainsi vibrer lorsqu’elle
est frappée par une radiation électromagnétique dont la
fréquence correspond à sa fréquence propre. Ce faisant, elle
absorbe la radiation. Chaque type de liaison (C-C, C-H, C-O, …)
possède une fréquence de résonance qui lui est spécifique.
-La technique structurale de la cristallographie aux rayons X sur
monocristal (DRX)

La Diffraction des Rayons X (DRX) est une technique consistant en l’envoi de rayons X


sur les matériaux cristallisés, qu’ils soient massifs, sous forme de poudre ou de
dépôts. En laboratoire, cette technique est principalement appliquée aux matériaux
inorganiques : minéraux, métaux, alliages, céramiques…. Cette technique repose sur
l'enregistrement des intensités diffractées par un monocristal soumis à un
rayonnement X et les informations obtenues permettent de déterminer la structure
tridimensionnelle des molécules à la résolution atomique.

 
-La technique structurale de la cristallographie aux rayons
X sur monocristal (DRX)
• Le principe est le suivant : les faisceaux de Rayons X produits par le
tube sont envoyés sur l’échantillon dans lequel ils sont déviés par les
atomes. Ces faisceaux diffractés interfèrent entre eux, conduisant à
la production d’un signal intense dans certaines zones précises de
l’espace. C’est ce signal qui est collecté par le détecteur, et tracé
sous forme d’une courbe appelée diffractogramme qui présente des
pics à des angles bien spécifiques de diffraction. La position de ces
pics est une véritable signature de l’arrangement des atomes à
l’intérieur d’un cristal (distance entre atomes, entre plans intra
cristallins). 

Vous aimerez peut-être aussi