Vous êtes sur la page 1sur 54

LESIONS ELEMENTAIRES EN DERMATOLOGIE

M.KHERROUBI
Module de Sémiologie
2019-2020
INTRODUCTION

 La peau est un organe particulier, directement accessible à l'examen


clinique, et la dermatologie est par conséquent une discipline d'abord
visuelle.

 L'identification morphologique précise des lésions élémentaires constitue


l'étape fondamentale du diagnostic dermatologique.

 La sémiologie dermatologique implique non seulement la reconnaissance


des lésions dermatologiques, mais également leur interprétation, qui est
d'autant plus aisée que les lésions sont récentes et traduisent le
processus lésionnel initial.

 Cette interprétation est compliquée par des remaniements liés à


l'évolution naturelle de ce processus ou à sa transformation par grattage,
surinfection ou traitements locaux.

 Ces remaniements caractérisent les lésions élémentaires secondaires, de


moindre signification diagnostique, par opposition aux lésions primaires.
RAPPEL DE LA STRUCTURE DE LA PEAU
• Le revêtement cutané
comporte la peau et ses
annexes.
• La peau est constituée,
de l'extérieur vers
l'intérieur par 3 zones
distinctes:
• l'épiderme, le derme et
l'hypoderme.
RAPPEL DE LA STRUCTURE DE LA PEAU
• 4 régions superposées :-

l’épiderme:
épithélium malpighien pluristratifié
kératinisant non vascularisé

• -Lajonction dermo-épidermique
(JDE)

• -le derme: tissu de soutien, collagène -couche basale


• -L’hypoderme: tissu graisseux
-couche epineuse
-couche granuleuse
- Couche claire
-couche cornée
RAPPEL DE LA STRUCTURE DE LA PEAU
• 1) L'épiderme • 2)Le derme
• L'épiderme est un épithélium malpighien
pluristratifié composé de 5 couches C'est un organe conjonctif constitué d'une
cellulaires: substance fondamentale, de fibres
· la basale: c'est la couche la plus profonde de conjonctives et d'éléments cellulaires
l'épiderme. Elle est formée d'une seule assise de (fibroblastes, fibrocytes).
cellules cuboïdes reposant sur une membrane
basale. Cette couche génératrice est le siège
d'une forte activité mitotique. Entre ces cellules • 3)L'hypoderme
basales s'intercalent les cellules responsables de
la mélanogenèse: les mélanocytes. C'est un tissu adipeux divisé en lobules par des
travées conjonctives. Dans le derme et
· la couche épineuse ou corps muqueux de l'hypoderme cheminent les formations
malpighi: c'est la couche la plus épaisse. Elle vasculaires et nerveuses.
comporte 3 à 10 assises de cellules polygonales:
Les kératinocytes. Ces cellules s'aplatissent peu à
peu vers la surface. • 4)Les annexes
La peau renferme diverses formations dites
· la granuleuse: comporte 1 à 4 assises de annexes:
cellules très aplaties pauvres en mitochondries.
· le follicule pilo-sébacé formé du poil et de la
glande sébacée appendue au canal pilaire.
· la couche claire: est formée d'une seule assise
de cellules très aplaties. · les glandes sudorales eccrines et apocrines

· la couche cornée: est la couche la plus externe.


Elle est plus ou moins épaisse et est dépourvue
de noyaux.
RAPPEL DE LA STRUCTURE DE LA PEAU

Les annexes
· le follicule pilo-sébacé formé du
poil et de la glande sébacée
appendue au canal pilaire.

· les glandes sudorales eccrines et


apocrines
PRINCIPALES FONCTIONS DE LA PEAU

• La peau, située à la limite • La protection:


du corps et du milieu
extérieur est prédestinée
 mécanique
à permettre certains  contre le
échanges entre ces deux rayonnement solaire
milieux et surtout à
assurer la protection du
 calorique
milieu interne contre un  microbienne.
environnement
extrêmement agressif.
CLINIQUE ET DESCRIPTION DES
LESIONS
L’EXAMEN CLINIQUE EN DERMATOLOGIE

Des informations importantes à obtenir de l'histoire clinique comprennent


•Les antécédents personnels ou familiaux d'atopie fournissent des
informations importantes (suggérant un eczéma atopique)
•Les expositions professionnelles (dermatite de contact)
•L'exposition prolongée à la lumière du soleil ou à d'autres formes de
radiation (tumeurs cutanées bénignes et malignes)
•Les maladies systémiques (diabète et Candida ou teignes, hépatite C et
cryoglobulinémie)
•L'anamnèse sexuelle (syphilis et gonorrhée)
•La consommation de drogues (syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse
épidermique toxique)
•L'anamnèse de voyages (maladie de Lyme, infections cutanées)

L'absence d'antécédent est aussi importante que leur présence.


L’EXAMEN CLINIQUE EN DERMATOLOGIE
L’anamnèse recherche :

- le maître signe fonctionnel est le prurit et l’on distingue de dermatoses prurigineuses et


d’autres non prurigineuses.
Autres signes fonctionnels : brûlures, tension, fourmillements...
- les modalités évolutives de l’éruption :
* son mode de début :
. localisé ou diffus,
. brutal ou progressif
l'aspect initial des lésions : les lésions actuelles sont elles identiques ou différentes de
celles qui ont inauguré la maladie ?
le mode d’extension des lésions
l'évolution générale de l’éruption permanente ou marquée de phases de rémission et de
rechute ?
• les traitements appliqués .

L’interrogatoire recherchera également les facteurs environnementaux susceptibles d’influencer


l’éruption tels les facteurs physiques (soleil, froid) chimique (entourage professionnel, application de
parfums ou cosmétique, contact avec des allergènes ...)
L’EXAMEN CLINIQUE EN DERMATOLOGIE
Examen dermatologique

L'inspection visuelle est le moyen diagnostique principal; de nombreux désordres


cutanés sont diagnostiqués par l'aspect caractéristique ou de la morphologie des
lésions ( Description des lésions cutanées élémentaires).

Un examen cutané complet, comprenant l'examen du cuir chevelu, des ongles et


des muqueuses, est effectué pour dépister les cancers de la peau et détecter des
indices de diagnostic d'éruption généralisée.

Le grossissement avec une loupe simple peut révéler les détails morphologiques.
Un dermatoscope portatif avec éclairage intégré est particulièrement utile dans
l'évaluation des lésions pigmentées.
De plus amples informations peuvent être recueillies à l'aide d'une diascopie ou
d'une lumière de Wood.
LESIONS CUTANEES
ELEMENTAIRES

Définition:
C’est la lésion initiale, primaire, telle qu’elle apparaît à l’œil nu. C’est
grâce à elle qu’on fait un diagnostic immédiat et par là, une classification
de la dermatose.

Cette classification a donc le mérite d’être clinique.

La lésion élémentaire évolue dans le temps ; beaucoup de facteurs


peuvent la modifier : la surinfection, le grattage, l’eczématisation, le
terrain, d’où la difficulté diagnostique qui peut en résulter.
Éléments de description d’une lésion élémentaire
Identification de la lésion élémentaire

Disposition et limite de la lésion élémentaire: ronde, ovale, polygonale, en


cocarde,annulaire, linaire,ombilication,
Plan en dôme, sessile,pédiculé, acuminé
bien limité, mal limité
Taille de la lésion

Couleur de la lésion

Anomalie de la surface

Consistance de la lésion: normale, molle, ferme, élastique, dure, infiltrée

Profondeur de la lésion
Lésion primitive Lésion secondaire
Macule Squames
papule Croûtes
Nodule excoriations
Tubercule Fissure
Végétations ulcération
Kératose atrophie
Vésicule érosion
Bulle sclérose
Pustule poïkilodermie
Nouures cicatrice
gommes gangrène
La lésion primitive
La macule
Lésions sans relief (non
palpable) ni infiltration
= une modification de la
couleur
- Erythème
- Macule vasculaire
- Macule purpurique
- dyschromie
MACULE
• Erythème: une rougeur localisée ou diffuse de
la peau, s’effaçant à la vitro pression
-érythème généralisé= exanthème: 3 types
-scarlatiniforme
-morbiliforme
-roséoliforme
-érythrodermie
-érythème localisé
-de type scarlatiniforme :
érythème rouge vif, en grands placards continus
sans intervalles de peau saine (exp. scarlatine,
rubéole, toxidermie)
- de type morbilliforme : érythème rouge
étendu fait d’éléments de petite taille (≤ 1 cm
de diamètre) avec intervalles de peau saine
(exp: rougeole, virale:MNI)
MACULE
• -de type roséoliforme : érythème fait de
taches roses, mal délimitées avec de larges
intervalles de peau saine( exp:syphilis
secondaire)
• -erythrodermie:
Erythème généralisé
qui touche plus de
90% de la Surface
Corporelle
Exp: psoriasis,eczéma,
Dermatite atopique,
toxidermie, lymphome
cutanée
macule
• Érythème localisé: exemples
-érythème pudique
-eczéma de contact
-lupus érythémateux
-photosensibilisation
-dermatomyosite
-érythème pigmenté fixe
MACULE
Macules vasculaires:
- Vasodilatation des vx
dermiques
-s’efface à la vitro pression
- exp:
- télangiectasie,
-angiomes plans
Macule purpurique:
-une tache rouge sombre ne
s’efface pas à la vitro pression
- évolue selon les teintes de la
biligénèse

-Les aspects cliniques sont :la


pétéchie l'ecchymose,
la vibice, le purpura nécrotique
• Dyschromies:
-hyperpigmentation = accumulation du pigment mélanique

-localisé: accumulation du pigment mélanique:


> Épiderme ( café au lait: brun, éphélides: rousseur)
>Derme (érythème pigmenté fixe, lichen)

-Généralisée: Addison, hémochromatose, Insuffisance rénale chronique


-achromies: de la qté de
la mélanine
Exp: vitiligo, albinisme,
pityriasis versicolor

-la leucomélanodermie:
une association
d'hypochromie et
d'hyperchromie mélanique.
PAPULE
Les papules= biopsie cutanée
• La lésion est en relief, pleine,
solide, circonscrite, ronde,
ovalaire, polygonale et/ou
ombiliquée.

• La plaque peut résulter de la


confluence de petites papules
NODULE
Les nodules
• élevure solide, peu saillante,
ronde ou ovalaire, profonde.
Elle est parfois douloureuse.
Elle est liée à une

• atteinte du derme ,de


l'hypoderme.

• nodosité (petite taille >0,5


cm), nodule (taille > 1cm),
nouure ( (taille > 5cm),
TUBERCULE

• Les tubercules:
-elevures saillante, circonscrite,enchassée dans
le derme, partellement détruite
-exp: tuberculose, syphilis tertiaire,lupus tuberculeux,
lépre
VEGETATION
Les végétations:
• une excroissances (aspect en choux-fleur).
• des aspects filiformes ou lobulés. La base est sessile
ou pédiculée, la surface sèche ou humide. Elle peut
s'ulcérer, se surinfecter.
• La verrucosité :une végétation sèche dont la surface
est cornée, squameuse, souvent grisâtre.
• Exp: pyodermite végétantes, tuberculose
Kératose et hyperkératose

Une kératose:
• un épaississement
corné.
• Lésions sèches épaisses
en relief
• Exp ( durillion,
kératodermie palmo-
plantaire, La corne)
• Sur les muqueuses: une
leucokératose.
VESICULE
vésicules
• La lésion est en relief, translucide, de petite taille (<5 mm de
diamètre)

• évolue vers la coalescence (bulle), vers un trouble du contenu


(pustulisation) ou vers la rupture (suintement, érosion,
croûte).

• Exp:
-sur peau saine: varicelle
-sur peau erythémateuse: herpes, zona, eczéma
BULLE
Une bulle
• lésion en relief, de grande
taille (= 5 mm) contient un
liquide clair, jaunâtre, ou
hémorragique qui s'écoule
après perçage.
• Le signe de Nikolski.
• Exp:
(impétigo,pemphigoïde,pemphigus,
syndrome de Lyell).
PUSTULE

Une pustule
• plane ou en relief,
inférieure à 1 cm, de
couleur blanche ou
jaunâtre contenant une
sérosité louche ou du
pus franc,.
GOMME

Une gomme:
• formation volumineuse saillante, solide,
dermohypodermique et inflammatoire
• 4 stades: crudité,ramollissement, fistulisation
et cicatrisation
• Exp: tuberculoses, pyococcique, syphilis tertiaire,
mycosique
Les lésions secondaires
SQUAMES
Les squames
• lamelles de la couche
cornée qui se détache
de l’épiderme
• plusieurs types:
-scarlatiniforme (en grand lambeau, en doigt de
gant) : au cours de la scarlatine,
• -pityriasiforme (petite, fine, blanchâtre,
pulvérulente) :pityriasis versicolor,
-ichtyosiforme (écaille de poisson) : les ichtyoses
-psoriasiforme (brillante, large, micacée, épaisse) :
le psoriasis, syphilis II
• -folliculaires : à l'orifice d'un poil
• -en collerette : fines, adhérentes au centre et
non en périphérie.
CROUTE

Les croûtes:
• le coagulum d'un
exsudat: séreux ou
hémorragique ou
purulent,
• de couleur jaune vif (=
mélicérique), ou rouge
sombre ou brune.
• se détache facilement
EROSION/ULCERE
L'érosion ou (exulcération):
• une perte de substance superficielle à fond plat,
bien limitée,guérissant sans séquelle cicatricielle.

• Le fond est humide et suintant, ou recouvert d'une


croûte secondaire.
EROSION/ULCERE
L'ulcération .
• Sa surface peut être rouge, ou jaunâtre (fond
fibrineux), ou croûteuse, ou noire (nécrose).

• L'ulcère est une perte de substance chronique sans


tendance à la cicatrisation.
EROSION/ULCERE

• La fissure :une érosion ou une


ulcération linéaire, siégeant
préférentiellement dans un pli, ou aux
paumes et aux plantes.
Exp: perlèche: candida, strepto syphilis II

• Le mal perforant :un ulcère indolore,


en raison d'un déficit sensitif
neurologique.
ESCARRE

• L'escarre :une nécrose


secondairement ulcérée au
point de pression (ischémie
d'appui).

• La gangrène :une nécrose


tissulaire d'origine vasculaire ou
infectieuse. diabéte
SCLEROSE

La sclérose:
• un épaississement et
une perte de l'élasticité
cutanée
• La peau est dure et a
perdu sa souplesse ,
impossible à plisser

Exp: sclérodermie
AUTRES
L’ atrophie:
• amincissement de la peau
• une lésion en cupule déprimée plus ou moins profonde,
lisse et nacrée.
• La surface se ride à la pression tangentielle.
• Exp: lichen atrophique, vergeture

Une poïkilodermie: associe atrophie, télangiectasie et


pigmentation réticulée
AUTRES
La cicatrice
• une lésion de réparation.
• Elle associe souvent atrophie et sclérose.
• Les formes cliniques:

-la cicatrice hypertrophique bombée, régulière et


dont l'évolution est en général régressive en 12 à
18 mois
la cicatrice chéloide, qui a
une évolution extensive
sur des années.
CORS ET DURILLONS

• Les cors et durillons sont des • Le diagnostic repose sur


l'aspect clinique.
zones circonscrites
d'hyperkératose à des endroits • Le traitement repose sur
de pression ou de friction. l'abrasion manuelle avec ou
sans l'emploi d'agents
• Les callosités sont plus kératolytiques.
superficielles couvrent une
surface de peau plus • La prévention implique une
importante, sont modification de la
habituellement biomécanique telle qu'un
changement de chaussures.
asymptomatiques. Rarement, la chirurgie peut
• Les cors sont plus profonds, être nécessaire.
plus focaux et fréquemment
douloureux.
CORS ET DURILLONS

Vous aimerez peut-être aussi