Vous êtes sur la page 1sur 35

Assessment of Risk and Uncertainty Related to

Coastal Aquifer Management in Algeria

National report – Algeria


September 2012

Prepared by
A. HAOUCHINE
Laboratory of Geo-Environment and Water Resources -Faculty of Earth Sciences -
University of Sciences and Technology Houari Boumediene USTHB Alger / Algérie
Table des matières
1ère Partie: Description .................................................................................................................................. 1
1.1. Présentation générale .................................................................................................................... 1
1.2. Identification et caractérisation des aquifères côtiers ................................................................... 4
1.3. Utilisation des eaux souterraines côtières:.................................................................................... 8
1.4. Pressions, Sollicitations et vulnérabilité des aquifères ................................................................. 9
1.4.1. Population ............................................................................................................................. 9
1.4.2. Agriculture............................................................................................................................ 9
1.4.3. Tourisme et industrie .......................................................................................................... 10
1.4.4. Changement climatique ...................................................................................................... 11
2ème partie: Evaluation des risques .............................................................................................................. 12
2.1. Surexploitation, intrusion marine ............................................................................................... 12
2.2. Confrontations besoins-ressources, tendances ........................................................................... 14
2.3. Stratégie nationale ...................................................................................................................... 15
2.3.1. Dessalement de l'eau de mer ............................................................................................... 16
2.3.2. Réutilisation des eaux usées ............................................................................................... 17
3ème partie: Recommandations .................................................................................................................... 18
3.1. scientifiques: ............................................................................................................................... 18
3.2. de gestion:................................................................................................................................... 18
3.3. De politique: ............................................................................................................................... 18
4ème partie: cas étudiés ................................................................................................................................ 19
4.1. La plaine de la Mitidja ................................................................................................................ 19
4.2. La plaine d’Annaba .................................................................................................................... 21
4.3. La plaine alluviale de l’oued Kebir et le massif du Guerbes ...................................................... 23
4.4. Le plateau de Mostaganem ......................................................................................................... 24
4.5. La plaine de l’oued Nador ......................................................................................................... 25
4.6. Exemple de modélisation d'une intrusion marine: la plaine de la mitidja - est .......................... 26
Références bibliographiques ...................................................................................................................... 30
Table des figures
Figure 1 Carte des bassins versants côtiers de l'Algérie du Nord (extrait du MNT Algérie, Source :
http://www.gdem.aster.ersdac.or.jp/download.jsp) ...................................................................................... 1
Figure 2 Principaux domaines structuraux de l’Algérie du Nord (in http://www.anpm.gov.dz) ................. 2
Figure 3 Carte bioclimatique de l’Algérie du Nord (ANAT, 2004) ............................................................ 3
Figure 4 Extrait de la carte des précipitations moyennes annuelles de l'Algérie (ANRH, 2008) ................. 3
Figure 5 Carte de localisation et dénomination des aquifères côtiers en Algérie (Source: ANRH, 2010) ... 5
Figure 6 Carte de répartition de la densité de population en Algérie du Nord. (Etablie d'après le RGPH
2008, source: ONS) ...................................................................................................................................... 9
Figure 7 Carte d'occupation du sol de l'Algérie (INSID, 2011) ................................................................. 10
Figure 8 Carte de répartition des unités industrielles en Algérie (Kacemi, 2008)...................................... 10
Figure 9 Evolution de la température moyenne annuelle station d'Oran .................................................... 11
Figure 10 Evolution de la pluviométrie moyenne annuelle station d'Oran ................................................ 11
Figure 11 Evolution de la profondeur de la nappe de la Mitidja PZn°1 Hamiz/21 (Moustiri, 2011) ......... 12
Figure 12 localisation des différentes études de l'intrusion marine en Algérie .......................................... 13
Figure 13 Carte de répartition des stations de dessalement ........................................................................ 17
Figure 14 La Station d'épuration d'Oran en cours de réalisation ................................................................ 17
Figure 15 Carte géologique simplifiée de la plaine de la Mitidja (PNE, 2010) ......................................... 19
Figure 16 Carte géologique simplifiée des différentes nappes de la région de Annaba (PNE, 2010) ........ 21
Figure 17 Extrait de la carte hydrogéologique de la région de Mostaganem (Source: ANRH, 1978) ....... 24
Figure 18 Carte géologique simplifiée de la plaine de Oued Nador (PNE, 2010) ..................................... 25
Figure 19 Calage piézométrie Figure 20 Piézométrie mesurée ..................................................... 26
Figure 21 Calcul de la piézométrie et de la concentration en sels actuelles ............................................... 26
Figure 22 résultats de la simulation scénario 1 - Toit de l'aquifère ............................................................ 27
Figure 23 résultats de la simulation scénario 1 - Mur de l'aquifère ............................................................ 27
Figure 24 Résultats de la simulation scénario 2 - Toit de l'aquifère........................................................... 28
Figure 25 Résultats de la simulation scénario 2 - Mur de l'aquifère .......................................................... 28
Figure 26 Résultats de la simulation scénario 3 - Toit de l'aquifère........................................................... 29
Figure 27 résultats de la simulation scénario 3 - Mur de l'aquifère ............................................................ 29
Table des tableaux
Table 1 Bassins versants et Principaux cours d'eau de l'Algérie du nord ..................................................... 2
Table 2 Quelques caractéristiques des nappes côtières ................................................................................ 6
Table 3 Caractéristiques de certains aquifères côtiers (Djabri & al, 2003) .................................................. 8
Table 4 Les unités de dessalement d'eau de mer de grandes capacités (PNE, 2010) ................................. 16
Table 5 Les petites unités de dessalement d'eau de mer de type monobloc (PNE, 2010) ......................... 16
1ÈRE PARTIE: DESCRIPTION

1.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE


Avec une superficie de plus de 300 000 Km², l'Algérie du Nord se situe entre -2.23° et +8.67° en
latitude et 32.74° et 37.12° en longitude. Elle est limitée au Nord par la Mer Méditerranée, à l'Est
par la Tunisie, à l'Ouest par le Maroc et au Sud par l'Atlas saharien algérien (fig.1). Au-delà de
l'Atlas saharien, l'Algérie s'enfonce sur plus de 2400km dans le continent africain, au cœur du
Sahara.
Sur le plan hydrographique, cette zone se décompose en dix-sept (17) grands bassins versants
hydrologiques dont quinze présentent un exutoire vers la Mer Méditerranée et déterminent ainsi un
linéaire côtier de 1622 Km.

Figure 1 Carte des bassins versants côtiers de l'Algérie du Nord (extrait du MNT Algérie, Source :
http://www.gdem.aster.ersdac.or.jp/download.jsp)

D'une manière générale, le réseau hydrographique est assez dense, conséquence d'une lithologie à forte
fraction argileuse des terrains constituants les bassins versants (ANRH, 1993).
Les cours d’eau naissent sur les sommets des montagnes du Tell. Tout en étant parallèles, ces cours
d’eau descendent des flancs nord pour se jeter dans la mer en traversant les plaines alluviales.
Ces plaines côtières (sièges des principaux aquifères alluvionnaires) se succèdent d’Ouest en Est, en
unités isolées les unes des autres par les massifs maritimes. Elles sont dues, principalement, à des
affaissements et remplies d’importants dépôts alluviaux, arrosées à la fois par les précipitations et par
les rivières qui les traversent. Elles correspondent aux débouchés de ces cours d’eau qui présentent un
apport moyen annuel de 10.6 x109 m3/an. (MRE, 2010).

1
Le tableau qui suit récapitule les principales caractéristiques des bassins versants côtiers de l'Algérie.

Table 1 Bassins versants et Principaux cours d'eau de l'Algérie du nord

Surface Apport(Hm3/an)
N° Bassins versants Principaux oueds
Km² Période moyenne
Côtiers Oranais Ouest Oued El Malah
04 Côtiers Oranais Centre 5 831 50 la grande Sebkha d'Oran
Côtiers Oranais Est
16 Tafna 7 245 335 Oued Tafna
11 Macta 14 389 - Oueds El Hammam et Mekerra
01 Chéliff 43750 1540 Oued Chlef
Côtiers Algérois Ouest Oueds El Hachem, Nador, Mazafran, et El Harrach
02 11972 2850
Côtiers Algérois Est Oued Sebaou
09 Isser 4149 520 Oued Isser
15 Soummam 9125 700 Oued Soummam
Côtiers Constantinois Ouest Oueds Agrioun, Djendjen et Nil
03 Côtiers Constantinois Centre 11 566 3 250 Oueds Guebli et Safsaf
Côtiers Constantinois Est Oueds Mafragh et Bounamoussa
10 Kébir Rhumel 8 815 910 Oued El Kebir
14 Seybouse 6 475 450 OuedSeybouse
Total apports (Hm3/an) 10605

Sur le plan géomorphologique et climatique, trois ensembles fortement contrastés se distinguent


sur l'ensemble de l'Algérie (figs. 2, 3):
(a). Le Tell au Nord représente 4% uniquement de la surface totale du territoire. Il jouit d’un
climat méditerranéen avec des précipitations qui présentent une irrégularité interannuelle et
une répartition spatiale inégale de l’ouest à l’est.
(b). Les hauts plateaux et l’Atlas saharien qui occupent 9% de la surface totale sont caractérisés
par un climat semi- aride à aride
(c). Le Sahara au sud, domaine désertique aride, couvre 87% du territoire.

Figure 2 Principaux domaines structuraux de l’Algérie du Nord (in http://www.anpm.gov.dz)

2
Figure 3 Carte bioclimatique de l’Algérie du Nord (ANAT, 2004)

Le climat de l’Algérie, connu pour sa grande diversité spatiale et sa grande variabilité interannuelle, se
distingue par (fig.4):

Figure 4 Extrait de la carte des précipitations moyennes annuelles de l'Algérie (ANRH, 2008)

(a). une variabilité spatiale et temporelle marquée: S’il pleut uniquement 400 mm en moyenne
dans la région Ouest, cette moyenne peut dépasser les 1200 mm à l’Est et atteindre, certaines
années, les 2000 mm sur les reliefs élevés.
(b). une pluviométrie qui décroît rapidement vers le Sud: A la lisière du Sahara, la moyenne
devient inférieure à 100 mm
(c). une concentration des précipitations en un nombre réduit de mois durant l’année (de décembre
à avril).

Cette variété physiographique et climatique explique, en partie, la fragilité de la ressource hydrique sur
l’ensemble du territoire.

3
1.2. IDENTIFICATION ET CARACTÉRISATION DES AQUIFÈRES CÔTIERS

L’Agence Nationale des Ressources Hydriques (ANRH) a procédé durant l'année 2009 à
l’établissement de la carte des ressources en eau souterraine du Nord de l’Algérie, cette carte
constitue le document le plus récent en matière d’évaluation des ressources en eau. A cet effet, un
inventaire systématique de toutes les nappes aquifères a été effectué. Ainsi, 177 aquifères ont été
cartographiés avec des ressources exploitables globales de 2724 Hm3/an en année moyenne et de
762 Hm3/an en année sèche. Les valeurs qui correspondent à une probabilité d’occurrence de 50%
sont définies comme les valeurs « d’une année moyenne », tandis que les valeurs qui correspondent
à une probabilité d’occurrence de 90% sont définies comme les valeurs « d’une année sèche » et
celles qui correspondent à une probabilité d’occurrence de 10% comme les valeurs « d’une année
pluvieuse ». Au sens strictement théorique, les vraies années sèches sont celles pendant lesquelles
les valeurs, sont inférieures à celles dont la probabilité d’occurrence est de 90%.
Concernant les aquifères littoraux, l’exploitation de cette carte nous a permis de recenser 59
aquifères sur le littoral (fig.5), permettant une ressource exploitable globale de 914.5 Hm3/an en
année moyenne. Leur importance et disposition sont très variables. Cette importance reste
conditionnée par la nature lithologique des formations qui les constituent.
Ce sont en général des nappes alluviales de type 3 et type 5 selon la classification adoptée par
l’ANRH ; à dominante sableuse, argilo sableuse et argilo graveleuse. Dans la plupart des cas, elles
sont en relation avec un cours d’eau qui les traverse ; la fonction alimentation ou drainage est très
variable d’un aquifère à l’autre.
Les nappes de type 3 correspondent aux nappes alluviales étroites situées le long des cours d’eau
importants, et en liaison hydraulique avec eux. Les débits des ouvrages sont élevés, et les réserves
régulatrices faibles. (Isser, Sebaou, Cheliff).
Les nappes de type 5 sont celles situées dans les remplissages alluviaux des grandes plaines de
subsidence (exemple : la plaine de la Mitidja, la plaine d’Annaba, la plaine de l’Oued El Kebir). Ce
sont les aquifères les plus importants, constitués par un remplissage sableux et graveleux, avec des
épaisseurs de plus de 200 m. Ils sont localisés dans les zones telliennes à forte précipitation, et sont
en relation hydraulique avec les oueds. Le pouvoir régulateur de ces aquifères est très élevé et les
réserves importantes.
L'Ouest algérien, représenté par les bassins versants des côtiers oranais (BV n°4), comprend 17
aquifères avec un potentiel de 102.87 Hm3/an.
La partie Centrale de l'Algérie, délimitée par les bassins versants des côtiers algérois (BV n°2) est
composée de 26 aquifères et un potentiel exploitable de 398.25 Hm3/an.
Enfin, la partie Est, circonscrite dans les bassins versants des côtiers constantinois, est formée de 16
aquifères et présente un potentiel exploitable de 413.38 Hm3/an.

4
50000 100000 150000 200000 250000 300000 350000 400000 450000 500000 550000 600000 650000 700000 750000 800000 850000 900000 950000 1000000 1050000
450000 450000
PLAINE
PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
ALLUVIALE
ALLUVIALE DE
DE
DE LA
LA
LA MITIDJA
MITIDJA
MITIDJA PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
COLLO PLAINE
DE COLLO
COLLO PLAINE
PLAINE DE
DE
DE L'OUED
DE
DE L'OUED
L'OUED
L'OUED KEBIR
L'OUED
L'OUED KEBIR
KEBIR BOUTELDJA
BOUTELDJA MASSIF
KEBIR BOUTELDJA
KEBIR BOUTELDJA
BOUTELDJA MASSIF
MASSIF DUNAIRE
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE
OUED
OUED
OUED ZHOR
OUED
OUED
OUED ZHOR
ZHOR
ZHOR
ZHOR PLAINE
PLAINE D’AZZABA
PLAINE
PLAINE
PLAINE D’AZZABA
D’AZZABA
D’AZZABA
D’AZZABA PLAINE
PLAINE D’EL
PLAINE D’EL
D’EL KALA
D’EL KALA
KALA
KALA
PLAINE
PLAINE D'ANNABA
D'ANNABA
D'ANNABA PLAINE
PLAINE D’EL KALA
E E
OUED
OUED
OUED MAZAFRAN
MAZAFRAN
MAZAFRAN OUED
OUED
OUED DJENJEN
DJENJEN
DJENJEN PLAINE
PLAINE
PLAINE D'ANNABA
D'ANNABA


SKIKDA
SKIKDA ANNABA
ANNABA
A N OUED
OUED
OUED NADOR
OUED
OUED
OUED NADOR
NADOR
NADOR
NADOR VALLEE
VALLEE DU
VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
DU BAS
DU
DU BAS
BAS SEBAOU
BAS
BAS SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU CALCAIRES
CALCAIRES DE
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DE
DE BEJAIA
DE
DE BEJAIA
BEJAIA
BEJAIA
BEJAIA OUED
OUED NIL
OUED
OUED
OUED NIL
NIL
NIL
NIL




R R
CALCAIRES
CALCAIRES DE
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DE
DE TOUDJA
DE
DE TOUDJA
TOUDJA
TOUDJA
TOUDJA 



410000 OUED
OUED HACHEM
OUED
OUED
OUED HACHEM
HACHEM
HACHEM
HACHEM OUED
OUED AGRIOUN
OUED
OUED
OUED AGRIOUN
AGRIOUN
AGRIOUN
AGRIOUN JIJEL
JIJEL 



410000

T E OUED
OUED
OUED
OUED BELLAH
OUED
OUED BELLAH
BELLAH
BELLAH
BELLAH
BELLAH ALGER
ALGER
I TENES
D OUED OUED
OUED DAMOUS
OUED
OUED
OUED DAMOUS
DAMOUS
DAMOUS
DAMOUS
ALGER BASSE
BASSE
BASSE SOUMMAM
BASSE
BASSE
BASSE SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM BEJAIA
BEJAIA






M E OUED
OUED TENES
OUED
OUED TENES
TENES
TENES
OUED
OUED
OUED
OUED RAS
OUED
OUED RAS
RAS
RAS
RAS
RAS OUED
OUED
OUED HARBIL
OUED
OUED HARBIL
HARBIL
HARBIL
HARBIL TIPAZA
TIPAZA
TIPAZA
TIPAZA
TIPAZA








TIZI
TIZI OUZOU
OUZOU

OUED
OUED
OUED EL
OUED
OUED
OUED EL
EL KEBIR
EL
EL KEBIR
KEBIR OUEST
KEBIR
KEBIR OUEST
OUEST
OUEST
OUEST PLAINE
PLAINE
PLAINE D'EL
PLAINE
PLAINE
PLAINE D'EL
D'EL TARF
D'EL
D'EL TARF
TARF
TARF
TARF
370000 TENES
TENES OUED
OUED
OUED DJEMAA
DJEMAA
DJEMAA 370000
 PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED SAF
L’OUED
L’OUED SAF
SAF SAF
SAF
SAF SAF
SAF
SAF
SAF
OUED
OUED
OUED KRAMIS
OUED
OUED
OUED KRAMIS
KRAMIS
KRAMIS
KRAMIS  

 VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
DU
DU HAUT
HAUT
HAUT SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU


 VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
DU HAUT
HAUT SEBAOU
SEBAOU
OUED
OUED
OUED CHELLIF
OUED
OUED
OUED CHELLIF
CHELLIF AVAL
CHELLIF
CHELLIF AVAL
AVAL
AVAL
AVAL 



BLIDA
BLIDA CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DES
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DES
DES BABORS
DES
DES BABORS
BABORS
BABORS
BABORS OUED
OUED
OUED SEYBOUSE
OUED
OUED
OUED SEYBOUSE
SEYBOUSE AVAL
SEYBOUSE
SEYBOUSE AVAL
AVAL
AVAL
AVAL



 



PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE
DE MOSTAGANEM
MOSTAGANEM
MOSTAGANEM CONSTANTINE
CONSTANTINE
330000 R HAUTE
HAUTE
HAUTE ET
ET
ET MOYENNE
MOYENNE
MOYENNE SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM 


 SETIF
SETIF
SOUK-AHRAS
SOUK-AHRAS 330000
E 



CHLEF
CHLEF
MONTS
MONTS D’ARZEW
MONTS D’ARZEW
D’ARZEW
D’ARZEW
PLATEAU
PLATEAU
M
DES
PLATEAU DES
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DES
DES HASSIS
HASSIS
DES HASSIS
HASSIS
HASSIS
MONTS
MONTS D’ARZEW
MOSTAGANEM
MOSTAGANEM



 PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE ACHAACHA
DE
DE ACHAACHA
ACHAACHA
ACHAACHA
ACHAACHA
290000 PLAINE
PLAINE
PLAINE
PLAINE COTIERE
PLAINE
PLAINE COTIERE
COTIERE
COTIERE ORANAISE
COTIERE
COTIERE ORANAISE
ORANAISE
ORANAISE
ORANAISE
ORANAISE ORAN
ORAN 290000





TEBESSA
TEBESSA
MASSIF
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
MASSIF
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
DUNAIRE DE
DUNAIRE
DUNAIRE DE
DE TERGA
DE
DE TERGA
TERGA
TERGA
TERGA 



250000 PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU D’
D’
D’ORAN
D’ ORAN
ORAN
ORAN
BATNA
BATNA 


 250000
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU D’ ORAN PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE HABRA
DE
DE HABRA
HABRA SIG
HABRA
HABRA SIG
SIG
SIG
SIG
REGION
REGION
REGION DE
DE
DE OULHACA
OULHACA
OULHACA




PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE SIDI
DE
DE SIDI
SIDI SAFI
SIDI
SIDI SAFI
SAFI
SAFI
SAFI TIARET
TIARET
210000 210000

TLEMCEN
TLEMCEN
VALLEE
VALLEE
VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
DE
DE LA
DE LA
VALLEE DE LA
LA TAFNA
TAFNA
LA TAFNA
TAFNA
TAFNA











 SAIDA
SAIDA
AQUIFERES_COTIERS BISKRA
BISKRA
170000 VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
DE
DE L’OUED
L’OUED
L’OUED GHAZOUANAH
GHAZOUANAH
GHAZOUANAH 170000
ALLUVIONS
ALLUVIONS
ALLUVIONS
ALLUVIONS DE
ALLUVIONS
ALLUVIONS DE
DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED
L’OUED EL
L’OUED
L’OUED EL
EL
EL KEBIR
EL
EL KEBIR
KEBIR
KEBIR
KEBIR
KEBIR OUED
OUED
OUED
OUED DJENJEN
OUED
OUED DJENJEN
DJENJEN
DJENJEN
DJENJEN
DJENJEN OUED
OUED
OUED
OUED DJEMAA
OUED
OUED DJEMAA
DJEMAA
DJEMAA
DJEMAA
DJEMAA OUED
OUED
OUED
OUED SEYBOUSE
OUED
OUED SEYBOUSE
SEYBOUSE
SEYBOUSE AVAL
SEYBOUSE
SEYBOUSE AVAL
AVAL
AVAL
AVAL
AVAL PLAINE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE DE
DE
DE COLLO
DE
DE COLLO
COLLO
COLLO
COLLO
COLLO PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU D’
PLATEAU
PLATEAU D’
D’
D’ORAN
D’
D’ ORAN
ORAN
ORAN
ORAN
ORAN



CALCAIRES
CALCAIRES DE
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DE
DE BEJAIA
DE
DE BEJAIA
BEJAIA
BEJAIA
BEJAIA OUED
OUED HACHEM
OUED
OUED
OUED HACHEM
HACHEM
HACHEM
HACHEM OUED
OUED ESEBT
OUED
OUED
OUED ESEBT
ESEBT
ESEBT
ESEBT OUED
OUED TENES
OUED
OUED
OUED TENES
TENES
TENES
TENES PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE HABRA
DE
DE HABRA
HABRA SIG
HABRA
HABRA SIG
SIG
SIG
SIG MASSIF
MASSIF DUNAIRE
MASSIF
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
DUNAIRE DE
DUNAIRE
DUNAIRE DE
DE TERGA
DE
DE TERGA
TERGA
TERGA
TERGA
DJELFA
DJELFA
MONTS
MONTS
MONTS CALCAIRES
CALCAIRES DE
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DE
DE TOUDJA
DE
DE TOUDJA
TOUDJA
TOUDJA
TOUDJA OUED
OUED NIL
OUED
OUED
OUED NIL
NIL
NIL
NIL OUED
OUED GUEBLI
OUED
OUED
OUED GUEBLI
GUEBLI
GUEBLI
GUEBLI OUED
OUED ZHOR
OUED
OUED
OUED ZHOR
ZHOR
ZHOR
ZHOR PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE L'OUED
DE
DE L'OUED
L'OUED KEBIR
L'OUED
L'OUED KEBIR
KEBIR
KEBIR
KEBIR REGION
REGION DE
REGION
REGION
REGION DE
DE OULHACA
DE
DE OULHACA
OULHACA
OULHACA
OULHACA
MONTS DES
MONTS
MONTS DES
DES
DES TRARAS
DES
DES TRARAS
TRARAS
TRARAS
TRARAS
TRARAS
130000 CALCAIRES
CALCAIRES DES
CALCAIRES
CALCAIRES
CALCAIRES DES
DES BABORS
DES
DES BABORS
BABORS
BABORS
BABORS OUED
OUED AGRIOUN
OUED
OUED
OUED AGRIOUN
AGRIOUN
AGRIOUN
AGRIOUN OUED
OUED HARBIL
OUED
OUED
OUED HARBIL
HARBIL
HARBIL
HARBIL OUED
OUED ZITOUN
OUED
OUED
OUED ZITOUN
ZITOUN
ZITOUN
ZITOUN PLAINE
PLAINE DE
PLAINE
PLAINE
PLAINE DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED SAF
L’OUED
L’OUED SAF
SAF SAF
SAF
SAF SAF
SAF
SAF
SAF SYSTÈME
SYSTÈME AQUIFERE
SYSTÈME
SYSTÈME
SYSTÈME AQUIFERE
AQUIFERE DE
AQUIFERE
AQUIFERE DE
DE BOUTELDJA
DE
DE BOUTELDJA
BOUTELDJA
BOUTELDJA
BOUTELDJA 130000
DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE DE
DE
DE TICHY
TICHY
TICHY ET
ET
ET CAP
CAP
CAP AOKAS
AOKAS
AOKAS OUED
OUED
OUED ARARA
ARARA
ARARA OUED
OUED
OUED KRAMIS
KRAMIS
KRAMIS PLAINE
PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
ALLUVIALE
ALLUVIALE DEDE
DE LA
LA
LA BASSE
BASSE
BASSE SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM PLAINE
PLAINE
PLAINE D’AZZABA
D’AZZABA
D’AZZABA VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
DE
DE LALA
LA TAFNA
TAFNA
TAFNA
VALLEE
VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
VALLEE
VALLEE DE
DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED
L’OUED KISS
L’OUED
L’OUED KISS
KISS
KISS
KISS
KISS DUNES
DUNES
DUNES
DUNES DU
DUNES
DUNES DU
DU
DU SAHEL
DU
DU SAHEL
SAHEL
SAHEL
SAHEL
SAHEL OUED
OUED
OUED
OUED BELLAH
OUED
OUED BELLAH
BELLAH
BELLAH
BELLAH
BELLAH OUED
OUED
OUED
OUED MAZAFRAN
OUED
OUED MAZAFRAN
MAZAFRAN
MAZAFRAN
MAZAFRAN
MAZAFRAN PLAINE
PLAINE
PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
ALLUVIALE
ALLUVIALE DE
ALLUVIALE
ALLUVIALE DE
DE
DE LA
DE
DE LA
LA
LA HAUTE
LA
LA HAUTE
HAUTE
HAUTE ET
HAUTE
HAUTE ET
ET
ET MOYENNE
ET
ET MOYENNE
MOYENNE
MOYENNE SOUMMAM
MOYENNE
MOYENNE SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM
SOUMMAM PLAINE
PLAINE
PLAINE
PLAINE D’EL
PLAINE
PLAINE D’EL
D’EL
D’EL KALA
D’EL
D’EL KALA
KALA
KALA ET
KALA
KALA ET
ET
ET MASSIF
ET
ET MASSIF
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE
DUNAIRE VALLEE
VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
VALLEE
VALLEE DE
DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED
L’OUED GHAZOUANAH
L’OUED
L’OUED GHAZOUANAH
GHAZOUANAH
GHAZOUANAH
GHAZOUANAH
GHAZOUANAH
FLANC
FLANC SUD
FLANC
FLANC
FLANC SUD
SUD DU
SUD
SUD DU
DU MURDJADJO
DU
DU MURDJADJO
MURDJADJO
MURDJADJO
MURDJADJO OUED
OUED BOUDOUAOU
OUED
OUED
OUED BOUDOUAOU
BOUDOUAOU
BOUDOUAOU
BOUDOUAOU OUED
OUED MENCHA
OUED
OUED
OUED MENCHA
MENCHA
MENCHA
MENCHA PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
PLAINE
PLAINE
PLAINE ALLUVIALE
ALLUVIALE DE
ALLUVIALE
ALLUVIALE DE
DE LA
DE
DE LA
LA MITIDJA
LA
LA MITIDJA
MITIDJA
MITIDJA
MITIDJA PLATEAU
PLATEAU DE
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE ACHAACHA
DE
DE ACHAACHA
ACHAACHA
ACHAACHA
ACHAACHA VALLEE
VALLEE DE
VALLEE
VALLEE
VALLEE DE
DE L’OUED
DE
DE L’OUED
L’OUED KISS
L’OUED
L’OUED KISS
KISS
KISS
KISS
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
MASSIF
MASSIF
MASSIF DUNAIRE
DUNAIRE DE
DUNAIRE
DUNAIRE DE
DE BOUTELDJA
DE
DE BOUTELDJA
BOUTELDJA
BOUTELDJA
BOUTELDJA OUED
OUED CHELLIF
OUED
OUED
OUED CHELLIF
CHELLIF AVAL
CHELLIF
CHELLIF AVAL
AVAL
AVAL
AVAL OUED
OUED MESSELMOUN
OUED
OUED
OUED MESSELMOUN
MESSELMOUN
MESSELMOUN
MESSELMOUN PLAINE
PLAINE COTIERE
PLAINE
PLAINE
PLAINE COTIERE
COTIERE ORANAISE
COTIERE
COTIERE ORANAISE
ORANAISE
ORANAISE
ORANAISE PLATEAU
PLATEAU DE
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE MOSTAGANEM
DE
DE MOSTAGANEM
MOSTAGANEM
MOSTAGANEM
MOSTAGANEM VALLEE
VALLEE DU
VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
DU BAS
DU
DU BAS
BAS ISSER
BAS
BAS ISSER
ISSER
ISSER
ISSER
90000 MONTS
MONTS DES
DES
DES TRARAS
TRARAS
TRARAS OUED
OUED CORSO
CORSO
CORSO OUED
OUED NADOR
NADOR
NADOR PLAINE
PLAINE D'ANNABA
D'ANNABA
D'ANNABA PLATEAU
PLATEAU DE
DE
DE SIDI
SIDI
SIDI SAFI
SAFI
SAFI VALLEE
VALLEE DU
DU
DU BAS
BAS
BAS SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU 90000
00 MONTS
MONTS
MONTS DES
DES TRARAS
TRARAS OUED
OUED
OUED CORSO
CORSO OUED
OUED
OUED NADOR
NADOR PLAINE
PLAINE
PLAINE D'ANNABA
D'ANNABA PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DE
DE SIDI
SIDI SAFI
SAFI VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
DU BAS
BAS SEBAOU
SEBAOU
50
50 100Kilomètres
100 Kilomètres MONTS
MONTS
MONTS
MONTS D’ARZEW
MONTS
MONTS D’ARZEW
D’ARZEW
D’ARZEW
D’ARZEW
D’ARZEW OUED
OUED
OUED
OUED DAMOUS
OUED
OUED DAMOUS
DAMOUS
DAMOUS
DAMOUS
DAMOUS OUED
OUED
OUED
OUED RAS
OUED
OUED RAS
RAS
RAS
RAS
RAS PLAINE
PLAINE
PLAINE
PLAINE D'EL
PLAINE
PLAINE D'EL
D'EL
D'EL TARF
D'EL
D'EL TARF
TARF
TARF
TARF
TARF PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU
PLATEAU DES
PLATEAU
PLATEAU DES
DES
DES HASSIS
DES
DES HASSIS
HASSIS
HASSIS
HASSIS
HASSIS VALLEE
VALLEE
VALLEE
VALLEE DU
VALLEE
VALLEE DU
DU
DU HAUT
DU
DU HAUT
HAUT
HAUT SEBAOU
HAUT
HAUT SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU
SEBAOU

50000 100000 150000 200000 250000 300000 350000 400000 450000 500000 550000 600000 650000 700000 750000 800000 850000 900000 950000 1000000 1050000

Figure 5 Carte de localisation et dénomination des aquifères côtiers en Algérie (Source: ANRH, 2010)

5
Table 2 Quelques caractéristiques des nappes côtières

Superficie Potentiel (Année Moyenne)


Nom de l'unité hydrogéologique Type Fonctionnement
(km²) Hm3/an
Partie Est Libre /
PLAINE ALLUVIALE DE LA MITIDJA 1492 Sédimentaire / Alluvial 307.15
Partie Ouest captive

PLAINE ALLUVIALE HAUTE ET MOYENNE SOUMMAM 206 Alluvial Libre 68.60


PLAINE D'ANNABA 757 Alluvial / Sédimentaire Aquifère multi-couches 61.20
PLATEAU DE MOSTAGANEM 700 Sédimentaire Libre et semi captive 50.40
MASSIF DUNAIRE DE BOUTELDJA 255 Alluvial Libre 50.80
PLAINE ALLUVIALE DE LA BASSE SOUMMAM 92 Alluvial Aquifère bi-couches 39.00
PLAINE DE L'OUED EL KEBIR 61 Alluvial / Fissuré Aquifère multi-couches 32.50
VALLEE DU BAS SEBAOU 73 Terrasses Alluviales Libre 30.12
VALLEE DU HAUT SEBAOU 65 Alluvial Libre 26.12
OUED NIL 23 Alluvial Captive à semi captive 19.80
PLAINE ALLUVIALE DU BAS CHELLIF 824 Alluvial Libre 17.28
DUNAIRE DE TICHY ET CAP AOKAS 7 Alluvial Libre 16.40
VALLEE DU BAS ISSER 74 Terrasses Alluviales Aquifère bi-couches 14.49
FLANC SUD DU MURDJADJO 302 Karstique/Alluvial Libre 14.20
MONTS DES TRARAS 545 Fissuré / Alluvions Aquifères multi-couches 13.74
DUNES DU SAHEL 157 Alluvial Libre 11.41
VALLEE DU KEBIR /GUERBES 321 Alluvial Libre 11.08
OUED DJENJEN 49 Alluvial Libre 11.00
OUED AGRIOUN 20 Alluvial Libre 11.00
PLAINE D'EL TARF 110 Alluvial Aquifère bi-couches 10.59
PLAINE D'EL KALA ET MASSIF DUNAIRE 52 Alluvial Libre et semi captive 8.86
PLAINE DE L'OUED SAF SAF 100 Alluvial Libre 8.52
OUED SEYBOUSE AVAL 74 Alluvial Libre et semi captive 5.53
PLATEAU DE AIN TEMOUCHENT 245 Karstique/ volcano-sédimentaire Aquifère bi-couches 4.25
PLATEAU DES HASSIS 546 Alluvial / Fissuré Aquifère bi-couches 3.87
OUED DJEMAA 5 Alluvial Libre 3.30
PLAINE DE COLLO 37 Alluvial Libre 3.00
REGION DE OULHACA 75 Alluvial et fissuré Aquifère multi-couches 2.87
6
(Suite)
Superficie Potentiel (Année Moyenne)
Nom de l'unité hydrogéologique Type Fonctionnement
(km²) Hm3/an
PLATEAU DE ACHAACHA 277 Sédimentaire semi captive 2.76
MASIF DUNAIRE DE TERGA 185 Alluvial Libre 2.62
OUED ZITOUN 3 Alluvial Libre 2.40
OUED HACHEM 23 Alluvial Libre 1.85
OUED GUEBLI Altérites Libre 1.85
PLATEAU DE SIDI SAFI 146 Karstique et fissuré Libre 1.78
VALLEE DE LA TAFNA 78 Terrasses Alluviales Semi captive 1.71
CALCAIRES DE TOUDJA 13 Karstique Libre 1.45
OUED BOUDOUAOU 12 Alluvial Libre 1.43
OUED RAS 2 Alluvial Libre 1.43
OUED TENES 38 Alluvial Libre 1.27
VALLEE DE L'OUED GHAZOUANAH 51 Alluvial Libre 1.23
OUED MENCHA 131 Alluvial Captive 1.20
OUED ZHOR 160 Alluvial Libre 1.10
VALLEE DE L'OUED KISS 156 Alluvial Libre 1.05
CALCAIRES DE BEJAIA 13 Fissuré / Karstique Libre 0.92
OUED NADOR 10 Alluvial Captive 0.76
OUED CORSO 4 Alluvial Libre 0.42
OUED ARARA 5 Alluvial Libre 0.37
OUED DAMOUS 6 Alluvial Libre 0.35
OUED MAZAFRAN 6 Alluvions Mitidja Libre 0.28
PLAINE COTIERE ORANAISE 22 Alluvial / Eboulis de pente Aquifère bi-couches 0.27
OUED MESSELMOUN 5 Alluvial Libre 0.26
OUED HARBIL 3 Alluvial Libre 0.23
OUED ESEBT 3 Alluvial Libre 0.17
MONTS D'ARZEW 51 Fissuré / Altérites Libre 0.15
OUED BELLAH 2 Alluvial Libre 0.14
OUED KRAMIS 13 Alluvial Libre 0.14

7
En complément du tableau précédant, Le tableau suivant récapitule quelques caractéristiques de
certains aquifères côtiers de l’Algérie.
Table 3 Caractéristiques de certains aquifères côtiers (Djabri & al, 2003)

Aquifères Oran Mostaganem Tipaza Alger Béjaïa Jijel Skikda Annaba Bouteldja

Types de nappe NL+NC* NL* NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL
Perméabilités -4 -5 -4 -4 -5 -4 -4 -4 -6
10 10 10 10 10 10 10 10 - 10 4.10-4
moyennes (m/s)
Profondeurs (m) 5 à 80 80 10 à 65 5 à 50 10 à 130 10 à 100 5 à 120 5 à 100 120
Epaisseurs
15 - 30 30 5 – 10 3 - 30 15 - 30 20 - 70 20 - 60 15 - 80 10 - 150
moyennes. (m)
Nombre d'ouvraqes 13 30 30 202 56 75 118 87 81
Débit global extrait
230 350 400 1000 1287 1721 1560 1311 1264
(L/s)
Partie Ouest Partie Est
*NL= nappe libre, *NC= nappe captive

Les chiffres portés sur ce tableau ne donnent qu’un aperçu très exhaustif de l’état des sollicitations
des nappes. Nous notons néanmoins que ces formations alluviales sont plus importantes à l’Est qu’à
l’Ouest. Nous remarquons aussi que les débits extraits dans la zone Est sont nettement supérieurs à
ceux de la zone Ouest.
Cette situation est encore exacerbée par la variation des précipitations entre les deux zones. Par
conséquent, les contraintes se feront sentir plus à l’Ouest qu’à l’Est.

1.3. UTILISATION DES EAUX SOUTERRAINES CÔTIERES:


Nous ne disposons pas d'un quantitatif très précis concernant l'utilisation des eaux par secteur;
néanmoins, les besoins actuels de la zone côtière s'expriment comme suit:

Besoins Besoins
Type de besoins
(Hm3/an) en %
GPI 310
Agriculture 51.56
PMH 500
Industrie 63 4.01
A.E.P 698 44.43
Total besoins 1571
GPI: Grands périmètres irriguées
PMH: Petite et moyenne hydraulique

Ainsi, avec un volume régularisable des eaux superficielles de 445 Hm3/an (MRE, 2008) et une
ressource souterraine de 914 Hm3/an (en année moyenne), la ressource mobilisable totale serait
de1359Hm3/an; soit un déficit de -212 Hm3/an.

8
1.4. PRESSIONS, SOLLICITATIONS ET VULNERABILITE DES AQUIFERES
La zone littorale est un milieu très sensible. Elle est soumise à diverses pressions anthropiques
(croissance urbaine, agriculture intensive, développement industriel et tourisme) et à divers
phénomènes naturels (changement climatique) provoquant de fortes dégradations.
La fragilité naturelle du milieu défavorise les zones littorales qui restent très vulnérables devant les
risques naturels (inondations, érosion), et les actions anthropiques (eaux usées, extraction de sable,
engrais, pesticides, etc…).
Dans l'ensemble, les aquifères côtiers sont fortement sollicités par des usages concurrentiels:

1.4.1. POPULATION
Avec une population de 34,1 millions d’habitants (RGPH 2008), 63 % des Algériens vivent dans le
Nord, soit 4 % du territoire national ; 28 % sur les Hauts-Plateaux soit sur 9 % du territoire ; alors que
le Sud, c'est-à-dire 87 % du territoire n’accueillent que 9 % de la population (fig.6).

Densite_Population (RGPH,2008)
270 - 3 700
150 - 270
90 - 150
20 - 90

Figure 6 Carte de répartition de la densité de population en Algérie du Nord. (Etablie d'après le RGPH 2008, source: ONS)

Sur le littoral, la densité est donc de 281 Hab/km2 contre 12 Hab/km2 au niveau national. Cette
concentration de la population et des activités sur la frange littorale conduit donc à de fortes tensions
dans l’usage de la ressource hydrique.
En outre, La population rejette plus de 8 684 tonnes de déchets solides urbains, évacués vers 380
décharges sauvages implantées sur la bande littorale.

1.4.2. AGRICULTURE
Même si elle ne représente que 3.54% de la surface totale du territoire national, la majeure partie de la
surface agricole utile se concentre essentiellement sur le littoral où les conditions climatiques y sont
plus favorables et le sol de bonne qualité (fig.7). L’augmentation démographique généralisée en zone
littorale s’accompagne du développement des activités agricoles intensives, ce qui entraîne à coup sûr
une surexploitation des nappes côtières.

9
Figure 7 Carte d'occupation du sol de l'Algérie (INSID, 2011)

De plus, l’urbanisation anarchique sur les terres à vocation agricole participe fortement à
l’imperméabilisation des sols ce qui entraine une réduction drastique de la recharge des nappes par
infiltration des précipitations qui constituent dans la plupart des cas le mode d’alimentation essentiel.

1.4.3. TOURISME ET INDUSTRIE


Outre la forte concentration de la population permanente, le littoral algérien constitue la destination
privilégiée d’une population supplémentaire d’estivants. Nous ne disposons pas actuellement de
chiffres précis pour toute la côte, mais, pour la wilaya côtière de Tipaza, ce nombre a été estimé à 17
millions pour l'année 2011, et la corniche oranaise a affiché à elle seule le nombre 9 millions en 2005
(Kacemi, 2008).
Le littoral en Algérie est par ailleurs, caractérisé par une concentration des activités industrielles
(fig.8). Ainsi pas moins de 5 242 unités industrielles y sont implantées soit 51% du parc national
(MATE, 2000 ; in Kacemi, 2008).

Figure 8 Carte de répartition des unités industrielles en Algérie (Kacemi, 2008)

10
1.4.4. CHANGEMENT CLIMATIQUE
Dans une communication présentée lors du séminaire régional sur les changements climatiques en
méditerranée (oct.2008), O. Bessaoud montre que, dans le cas de l’ouest algérien :
Les températures ont augmenté de 1° à 2°C sur la période allant de 1926 à 2006 (fig.9), soit le double
de la hausse moyenne planétaire (0.74°C) et que pour la même période, la quantité moyenne annuelle
des précipitations a chuté de 15% (fig.10). En outre, il est fait mention que dans les zones côtières une
élévation du niveau de la mer est constatée. Ceci entrainera à coup sûr une forte pression sur la
ressource en eau et un grand risque de contamination des nappes côtières.

Figure 9 Evolution de la température moyenne


annuelle station d'Oran

Figure 10 Evolution de la pluviométrie moyenne


annuelle station d'Oran

L’Algérie a connu durant les 25 dernières années, une période de sécheresse intense et persistante,
caractérisée par un déficit pluviométrique important, évalué à près de 30%, sur l’ensemble du pays
(MRE, 2006)

11
2EME PARTIE: EVALUATION DES RISQUES

2.1. SUREXPLOITATION, INTRUSION MARINE

L'inégale répartition de la ressource en eau autour de la Méditerranée, sa rareté relative ainsi que sa
fragilité créent un risque majeur de pénurie qui augmente continuellement face à l'accroissement
démographique et aux besoins sans cesse croissants du développement socio-économique. Ce constat
général prend toute son importance en Algérie, pays considéré en situation de "pénurie hydrique" avec
un ratio de 530 m3/hab/an (situation de 2010), bien inférieur au seuil de rareté de 1000m3/hab/an fixé
par la Banque mondiale.
Les ressources souterraines sont le plus souvent exploitées au-delà de leur disponibilité entraînant
alors des rabattements considérables. En outre, leur taux de renouvellement étant tributaire des
conditions climatiques, elles sont par conséquent très sensibles aux changements climatiques.
En effet, la diminution drastique des précipitations suite à la sécheresse qui sévit depuis le début des
années 70 conjuguée à une utilisation intensive, a entraîné une nette diminution des réserves d’eau
souterraine des principales nappes aquifères du nord du pays. Dans beaucoup de plaines, le niveau des
nappes a déjà chuté dans des proportions alarmantes (> 20 m dans la plaine de la Mitidja. (Fig.11))

Figure 11 Evolution de la profondeur de la nappe de la Mitidja PZn°1 Hamiz/21 (Moustiri, 2011)

Aux risques d’épuisement et de dégradation qualitative de la ressource, se superpose le risque


d’intrusion marine. Les aquifères côtiers algériens avec leur système exoréique et leur différentes
caractéristiques hydrogéologiques (faible épaisseur des nappes, conductivités hydrauliques
relativement élevées, nappes libres majoritairement, faibles distances par rapport à la côte, …etc.),
constituent des aquifères très vulnérables au phénomène d'invasion des eaux marines.
Les pompages excessifs au cours de ces dernières années ont provoqué un abaissement significatif des
niveaux des nappes, en induisant dans certains secteurs une invasion des eaux salées à l’intérieur des
terres et en inversant, dans certains cas extrêmes, le gradient d’écoulement souterrain. Il en est ainsi
des plus importantes nappes côtières de la Mitidja, d’Oran, de Terga et d’Annaba.
Une fois envahis par l'eau salée, les aquifères sont alors très difficiles à dépolluer, et deviennent
impropres pour toute utilisation; l'exemple de l'aquifère de la plaine de Oued Nador est édifiant à plus
d'un titre.

Hormis quelques études réalisées dans un cadre universitaire (fig.12), très peu de travaux ont été
entrepris sur le problème de l’intrusion marine en Algérie.
Ces différentes études ont permis de mettre en évidence l’importance de l’extension de l’intrusion
marine dans ces aquifères et de proposer, dans certains cas, des scénarios d’évolution.
12
Figure 12 localisation des différentes études de l'intrusion marine en Algérie

13
2.2. CONFRONTATIONS BESOINS-RESSOURCES, TENDANCES
Les tableaux qui suivent (MRE, 2006) montrent, pour les zones côtières, un scénario élaboré en
fonction d’une persistance ou d’une périodicité importante de la sécheresse des trois
dernières années, avec réduction de 50% des apports superficiels et prise en compte des
potentialités en eau souterraine pour les années sèches.

Ressources

Type de ressources Situation 2006 Horizon 2020


Capacité de stockage (hm3) 1 371 3 000
Volume régularisable (hm3/an) 445 1 169
Ressources souterraines (hm3/an) 670 670
Total ressources (hm3/an) 1 115 1 839

Besoins
Type de besoins Besoins 2006 (hm3/an) Besoins 2020 (hm3/an)
G.P.I. 310/ (47 800 ha) 1 055/ (162 300 ha)
Agriculture
P.M.H. 500/ (150 000 ha) 500/ (150 000 ha)
A.E.P. 698 1 050
Industrie 63 120
Total besoins 1 571 2 725

Confrontation besoins-ressources
Horizons Ressources (hm3/an) Besoins (hm3/an) Bilan Observations.
Situation 2006 1 115 1 571 -456 Déficit
Horizon 2020 1 839 2 725 -886 Déficit

D'après cette analyse, nous constatons que les déficits importants observés sur la zone côtière
vont se creuser davantage à l'horizon 2020, malgré l'effort de construction de barrages
programmés (46 barrages en projet).
D'où la nécessité de:
 Recourir aux ressources non conventionnelles;
 Privilégier l'AEP en zone côtière, notamment à l'ouest, par le dessalement d'eau de mer;
 Veiller à réutiliser systématiquement les eaux usées épurées;
 Imposer des plans de culture et des procédés d'irrigation basés sur l'économie de l'eau.

14
2.3. STRATEGIE NATIONALE
Le Ministère des Ressources en Eau (MRE) qui représente l'institution compétente pour
l'ensemble des activités liées à "la recherche, l'exploitation, la production, le stockage, la
distribution de l'eau potable et industrielle, à l’assainissement et l’épuration des eaux usées pour
tous les usagers domestiques, agricoles et industriels" a opté pour une stratégie de l'eau qui
consiste en des programmes quinquennaux visant à réaliser les objectifs de la politique
nationale de l’eau. Cette politique de développement vise quatre objectifs stratégiques:
 Accroître et sécuriser la mobilisation des ressources en eau conventionnelles et non
conventionnelle;
 Garantir l'accès à l'eau et améliorer la qualité des services;
 Assurer l'accès à l'assainissement et protéger les écosystèmes hydriques
 Soutenir la stratégie de sécurité alimentaire avec l'extension des zones irriguées.

En effet, il est clairement noté que le plan d'action contenu dans le Schéma Directeur des
Ressources en Eau vise pour les vingt ans à venir :
 La couverture des besoins en eau potable, industrielle et agricole dans le scénario d'une année
hydrologique moyenne.
 La couverture des besoins en eau potable et industrielle ainsi que 60% des besoins en
irrigation dans le cas d’une année sèche.
 Dans le cas d'un scénario saison humide, il y aura une amélioration de la dotation journalière
par habitant qui atteindra 180 l/J/hab.

Ces priorités nationales sont encadrées essentiellement par les loi et textes règlementaires suivants:
 Loi n°05-12 du 4 août 2005 relative à l’eau.
 Loi n° 10-02 du 29 juin 2010 portant approbation du Schéma National d'Aménagement du
Territoire.
 Loi n° 83-17 du 16 juillet 1983 portant code des eaux.
 Ordonnance n° 96-13 du 15 juin 1996 modifiant et complétant la loi n° 83-17 du 16 juillet
1983 portant code des eaux.
 Loi n° 83-03 du 05 février 1983 relative à la protection de l’environnement
 Décret exécutif n° 05-375 du 26 septembre 2005 portant création de l'agence nationale des
changements climatiques, fixant ses missions et définissant les modalités de son organisation
et de son fonctionnement.
 Décret exécutif n°93-160 du 10 Juillet 1993 réglementant les rejets d'effluents liquides
industriels (J.O n°46/93)
 Décret exécutif n°93-163 du 10 Juillet 1993 portant institution d'un inventaire du degré de
pollution des eaux superficielles (J.O n°46/93)
 Décret exécutif n° 97-253 du 8 juillet 1997 relatif à la concession des services publics
d’alimentation en eau potable et d’assainissement;
 Décret n° 86-226 du 2 septembre 1986 relatif à la concession des travaux de recherche et de
captage d’eau;
Les documents de planification sont principalement:
 Le PNE (2010-2030) Plan National de l’eau ;
 Les PDARE (2005-2010) Plans directeurs d’aménagement des ressources en eau;
 Le projet GIRE (depuis novembre 2004) Gestion Intégrée des Ressources en Eau;
 Le Plan National de communication.

Enfin, même si à moyen terme, la demande en eau est satisfaite, la mise en place d'une politique
rigoureuse de gestion de la demande est nécessaire.

15
2.3.1. DESSALEMENT DE L'EAU DE MER
La stratégie nationale consiste en un programme ambitieux d’installation d’usines de dessalement
de petite et de grande taille. Plusieurs projets sont déjà réalisés, d’autres en cours de réalisation
(fig.13), ce qui permet de réduire la pression sur les ressources souterraines. 17 stations de
dessalement sont fonctionnelles actuellement avec une capacité totale de 847 500 m3/j, en attendant
la finalisation très proche de 08 autres de grande capacité, variant entre 100 000 et 500 000 m3/J.
Ce qui permettrait de produire un total de 2 367 500 m3/j à l'horizon 2030 (PNE, 2010)

Capacité Nominale
WILAYA Commune Sites Dates de mises en exploitation
m3/j
Tlemcen Honaine Honaine 200 000 Août 2010
Ain Temouchent Beni saf Chatt el Hillal 200 000 Mai 2009
Tlemcen Tlemcen Souk Tleta 200 000 Janvier 2010
Oran Mersa El Hadjadj Mactaa 500 000 Prévision 1er trimestre 2011
Oran Arzew Kahrama 90 000 Février 2005
Mostaganem Mostaganem 200 000 février 2010
Ténès Ténès Mainis 200 000 Novembre 2010
Tipaza Gouraya Oued Sebt 100 000 Novembre 2010
Tipaza Tipaza Fouka 120 000 Avril 2010
Alger Alger Hamma 200 000 Février 2008
Boumerdes Boumerdes Cap Djinet 100 000 Juillet 2010
Skikda Skikda Plage Oued Kikha 100 000 Octobre 2003
Taref El Taref Echatt 50 000 NC
Table 4 Les unités de dessalement d'eau de mer de grandes capacités (PNE, 2010)

Capacité nominale Dates de mise en


Wilaya Nom
en m3/ jour exploitation
Skikda 2 (2unites) 2500*2 Jul - 2007
Skikda
Skikda 1 (2 unites) 1000x2 Jul - 2007
Tizi Ouzou Tighzirt 2500 2004
Zeralda 1 2500 Fév-2005
Zeralda 2 2500 Fév -2005
Alger Ain Benian 1 2500 Mars -2005
Ain Benian 2 2500 Mars -20
Staoueli Palm Beach 2500 Jul - 2007
Tipaza Bou Ismail 5000 Jun - 200
Chlef Tenes 5000 Jul - 2007
Bousfer 1 3000 2005
Oran Bousfer 2 2500 2005
Les dunes Ain Turk 5000 Jun - 2007
Bouzedjar 2500 Aout - 2006
Bouzedjar 2500 Aout - 2006
Aïn Témouchent
Chatt El Ward 1 2500 Jul - 2006
Chatt El ward 2 2500 Jul - 2006
Ghazaouet 1 2500 0ct - 2003
Tlemcen
Ghazaouet 2 2500 Fév - 2004
Table 5 Les petites unités de dessalement d'eau de mer de type monobloc (PNE, 2010)

16
Figure 13 Carte de répartition des stations de dessalement

2.3.2. REUTILISATION DES EAUX USEES


Moins coûteuse, cette option repose sur les
750 Hm3 d’eau rejetés tous les ans; récupérer
40% de ces rejets équivaudrait à produire
l'équivalent de six (6) barrages d'une capacité
de 60 Hm3. Aujourd’hui (2012), 135 stations
d'épuration ont été réalisées et 41 sont en
cours de réalisation avec une capacité de
traitement de 567 Hm3/an, dont une grande
partie est exploitée dans l'agriculture. 176
stations d'épuration au total, formeront le parc
des STEP à l'horizon 2030 (PNE, 2010).

Figure 14 La Station d'épuration d'Oran en cours de


réalisation

Le développement de ces alternatives dans le Nord permettrait de dégager des ressources pour
pérenniser l’activité des grandes zones agricoles, déterminantes dans le développement du pays.
Dans l'optique d’une politique d’aménagement fondée sur la valorisation des Hauts-Plateaux, une
partie des ressources devra aussi être réaffectée vers cet espace.

17
3EME PARTIE: RECOMMANDATIONS
3.1. SCIENTIFIQUES:
 Acquisition des données nécessaires à l'étude de l'évolution des aquifères (monitoring) et
renforcer les réseaux de suivis existants avec des données de salinité au niveau des aquifères
côtiers.
 Encourager la mise en œuvre de la modélisation des aquifères côtiers avec des scénarios de
gestion de la ressource et acquisition de données complémentaires pour réaliser des
cartographies détaillées de la vulnérabilité sur les aquifères.
 Application de certaines techniques telle que la recharge artificielle des nappes afin de lutter
contre l'intrusion marine. Ceci aura des retombées scientifiques certaines et permettra
d'acquérir l'expérience nécessaire afin de mener ces opérations sur plusieurs aquifères côtiers
déjà contaminés.
 Développement et partage des connaissances et des expériences tant sur le plan international,
régional que national.

3.2. DE GESTION:
La mise en œuvre d'une gestion adéquate passe par la connaissance précise du fonctionnement du
système. Il faut par conséquent:
 Parfaire la connaissance de l'état des aquifères, en raison de l'information fragmentaire
existant au niveau de plusieurs institutions et du manque de coordination entre elles.
 Mettre sur pied un système rationnel de collecte, de structuration (statistique thématique), de
gestion et de valorisation de l'information relative aux aquifères côtiers (systèmes
d'informations géographiques et système d'aide à la décision).
 A cet effet, les tâches dévolues aux différentes agences de bassins hydrographiques doivent
être réactivées.

3.3. DE POLITIQUE:
La dimension stratégique et vitale de l’eau caractérisée par la rareté et la pénurie impose une
politique de mobilisation maximale et d’exploitation rationnelle de cette ressource.
L’Algérie a entrepris des actions de grande envergure, tant sur le plan des investissements engagés
que sur le plan de réforme et de gestion intégrée. Ces efforts ont permis d'enregistrer des
améliorations remarquables dans le domaine de la mobilisation et de la distribution de la ressource
hydrique. Toutefois, les actions engagées, et celles à engager ultérieurement, doivent s’intégrer
dans une approche systémique, et non des éléments fragmentés afin que les résultats soient
significatifs à l’échelle de l’ensemble du système.
L’adoption d’une telle approche a été recommandée autant par la Conférence internationale sur
l’eau et l’environnement qui s’est tenue à Dublin en janvier 1992 et qui insistait sur la mise en
œuvre d’une telle approche aux niveaux local, national et international, que par la Conférence des
Nations Unies sur l’environnement tenue en juin de la même année à Rio de Janeiro et qui déclarait
que « la gestion holistique de l’eau douce en tant que ressource limitée et vulnérable et l’intégration
des plans et programmes sectoriels relatifs à l’eau dans le cadre de la politique économique et
sociale des pays sont d’une importance primordiale pour les actions à engager dans les années 90 et
au-delà » (Tien Duc, 1994).
Enfin, en parallèle à une politique de sensibilisation et de communication, mettre en place une
politique rigoureuse de gestion de la demande fondée sur des mécanismes financiers et
réglementaires afin d'éviter les gaspillages et les déperditions de cette ressource vitale.

18
4EME PARTIE: CAS ETUDIES

4.1. LA PLAINE DE LA MITIDJA


Entièrement circonscrite dans le bassin versant des côtiers Algérois et orientée suivant une
direction SW-NE, la plaine de la Mitidja s’étend depuis l’Oued Djer à l'Ouest, jusqu’à Réghaïa à
l'Est (fig.14). Elle est bordée au sud par l’Atlas blidéen et au nord par les collines du Sahel. Elle est
de loin l'aquifère le plus important de l'Algérie du Nord. Elle correspond à un bassin de subsidence
qui a été comblé par des dépôts d’origine marine ou continentale, au cours de l’ère Tertiaire et de
l’ère Quaternaire.
La configuration actuelle de la Mitidja a débuté vers la fin du Pliocène. A cette époque les dépôts
marins et lagunaires qui formaient une aire anticlinale, ont subi un affaissement (subsidence),
dessinant en gros les contours de la Mitidja actuelle. Les reliefs du Sahel empêchaient toute
transgression de la mer vers l’intérieur des terres. Par la suite les matériaux résultant de l’érosion de
l’Atlas, se sont déposés sous forme de dépôts fluvio– lacustres (type marnes jaunes de Maison
Carrée). Au Quaternaire moyen, la Mitidja est envahie par une épaisse couche d’alluvions,
recouvrant ainsi les chenaux et les haut fonds marneux.
La Mitidja est constituée de deux systèmes aquifères qui sont les grès de l'Astien et la nappe de la
Mitidja formée des alluvions du Quaternaire.

L’Aquifère de l'Astien
Cet aquifère est constitué par des grès astiens et qui reposent sur les marnes bleues du Plaisancien.
Ils affleurent largement dans le Sahel notamment sur les collines. L’aquifère Astien est très peu
sollicité, sauf dans les zones où les alluvions du Quaternaire sont absentes, ou représentées
uniquement par d’importantes couches argileuses. La profondeur des forages captant l’Astien est
comprise en 200 et 300 m, et les débits sont peu importants (entre 15 l/s à 20 l/s en moyenne). Son
épaisseur moyenne est de l’ordre de 100 m, mais à l’Est notamment vers Réghaia, elle n’est que de
40 mètres. D’ailleurs, dans ces régions la nappe alluviale est inexistante et l’Astien qui a tendance à
se redresser constitue la seule nappe en exploitation.

Figure 15 Carte géologique simplifiée de la plaine de la Mitidja (PNE, 2010)

19
La nappe alluviale

La nappe alluviale L’alimentation L’exutoire

Elle constitue la principale nappe L’alimentation des nappes s’effectue par : Les relevés piézométriques
aquifère de la Mitidja. Elle est constituée effectués depuis les années
par des alluvions anciennes et récentes  L’impluvium, représenté par les affleurements 1970 ont abouti à l’identification
qui ont comblé le bassin subsident de la de l’Astien et des alluvions ; la surface offerte à de 4 bassins hydrogéologiques.
Mitidja. Dans la partie Ouest de l’infiltration est de l’ordre de 1600 km². Ce sont les bassins du lac
l’aquifère, les alluvions sont séparées de  Les rivières notamment les oueds El Harrach, Halloula (région de Hadjout –
l’Astien par un niveau imperméable de Chiffa, Mazafran, Hamiz. Le coefficient Ain El Ain), du Mazafran, d’El
marnes caillouteuses. A l’Est de l’oued El d’infiltration dans les alluvions est de 10% pour Harrach et du Hamiz. La pente
Harrach, elles sont en contact direct avec les alluvions récentes et de 15% pour les de la nappe est de l’ordre de
les grès de l’Astien. L’épaisseur des alluvions anciennes. 4‰.
alluvions qui est de l’ordre de 200 m en  Les volumes annuels infiltrés seraient de 70
moyenne diminue vers l’Est avant de hm3/an pour l’Astien et les alluvions anciennes
disparaître totalement, au môle de soit un débit fictif continu de 2.2m3/s et de 54
Réghaia. Le Substratum est constitué hm3/an pour les alluvions récentes soit un débit
par les marnes bleues du Plaisancien fictif continu de 1.7 m3/s.
qu’on peut observer à l’affleurement sur Les débits d’infiltration cumulés seraient donc de
les collines du Sahel. l’ordre de 4 m3/s.

Forages Débit Transmissivité Perméabilité


Les paramètres hydrodynamiques (l/s) (m²/s) (m/s)
Les transmissivités obtenues suite aux 14 bis 64 7.5x10-3 5x10-4
essais de débit réalisés à travers la Mitidja 15 26 2.4x10-3 2.4x10-4
sont nombreuses et variables. Nous -3
16 18 1.5x10 6.8x10-4
donnerons dans le tableau ci-dessous,
17 53 7.5x10-3 9.7x10-3
quelques valeurs de transmissivités.

Entrées
Eléments du bilan Sorties (Hm3/an)
(Hm3/an)
Infiltration par précipitation 129,03 -
Bilan de la nappe de la Mitidja Les Oueds 74,30 25.92
Apports par l'Atlas 79,02 -

Le bilan de la nappe de la Mitidja établi par Apport latéral par Astien


3,28 -
(Sahel)
le modèle mathématique réalisé par
SOGREAH pour le compte de l’ANRH se Apport Astien par drainance 21,53 -
présente comme suit : Prélèvements - 279.22
Fuites vers la mer - 10.40
Total 307,16 315.54

20
4.2. LA PLAINE D’ANNABA
La plaine d’Annaba est située dans l’Est de l’Algérie, non loin de la frontière Tunisienne. Elle est
limitée au nord par la mer, à l’ouest par le massif de l’Edough, et le lac Fezzara, au sud par les
Monts de la Cheffia, et à l’est par le Djebel Koursi. Sa superficie est de 757 km².
Elle est constituée par deux fosses de subsidence datant du Mio-Pliocène, et mises en évidence par
la prospection sismique. Ces fosses qui sont séparées par la butte de Daroussa sont la fosse de Ben
Ahmed orientée sud-nord et la fosse de Ben M’Hidi SW-NE. La bordure sud de la plaine forme
une structure complexe traversée par de nombreuses failles orientées essentiellement NE-SW.
La plaine d’Annaba renferme plusieurs aquifères (fig.15) constitués par les dépôts du Mio-Pliocène
et du Quaternaire formant le remplissage des fosses de Ben Ahmed et Ben M’hidi.

Figure 16 Carte géologique simplifiée des différentes nappes de la région de Annaba (PNE, 2010)

Le tableau ci-après récapitule les caractéristiques hydrogéologiques des différentes nappes

21
Paramètres Ressources
Structure de la nappe Alimentation Exutoires
hydrodynamiques exploitables
Le drainage se fait dans
Par l’infiltration des eaux Transmissivité des
Formations sablo- plusieurs sens: écoulement Le volume qui
La nappe argileuses renfermant de pluies, par infiltration formations à
au niveau de base du sud transite à
phréatique des lentilles de sable. dans les lits d’oueds par dominante sableuse
vers le nord, drainage par travers la nappe
les apports de la nappe (5x10-5 et 10-4 m²/s).
Des argiles grises les oueds, alimentation de la phréatique est
des hautes terrasses, ainsi Transmissivité des
compactes en nappe profonde par compris entre
que les apports des formations argilo-
constituant le drainance et évaporation 61,2 Hm3/an et
nappes dunaires et de sableuse (10-6 à 10-5
substratum. dans les zones basses et les 78,8 Hm3/an.
l’eau d’infiltration. m²/s)
marécages.
Niveaux discontinus L’alimentation de la nappe
La de graviers et de captive se fait: L’exutoire est constitué par Les transmissivités :
nappe sables avec parfois - à partir de la nappe des les pertes vers les oueds 1,1x10-4 à 3,1x10-2
captive de faibles lentilles hautes terrasses à l’Ouest (oued Seybouse entre m²/s. Les zones les
des la recharge de
d’argile qui forment le de la Seybouse, - par les Drean et Chihani, et l’oued plus perméables sont
graviers la nappe des
remplissage des massifs dunaires de Bou Namoussa dans la situées le long de
graviers évalué
fosses de Ben M’hidi. Bouteldja, plaine d’Asfour), les fuites Oued Seybouse. Le
à 35,9 Hm3/an,
La nappe s’étend sur - par les grès Numidiens vers la mer et par drainance coefficient
toute la plaine sauf - par la nappe phréatique vers la nappe phréatique. d’emmagasinement :
sous le massif (drainance), 4,8x10-5 à 4,5x10-2.
dunaire. - par le Lac Fetzara.
La Sables côtiers
nappe reposant sur un Les sorties sont assurées Transmissivités :
des substratum Numidien par les fuites vers la mer (5
L’alimentation se fait 5x10-4 à 6x10-3 m²/s ;
sables dans la partie est, et Hm3/an), les fuites vers la
principalement par les coefficients
du sur la nappe des nappe profonde et la nappe
précipitations, et par d’emmagasinement :
massif graviers au sud. Les phréatique (9,1m3/an). Le
ruissellements sur les 0,2 à 18%. Sables
dunaire sables renferment des drainage par les oueds.
reliefs Numidien. très perméables, par
lentilles d’argile. Leur
endroits, renfermant
épaisseur variable
des lentilles d’argiles..
mais ne dépasse pas
180 m.
Sables s’étendant
sous forme d’un l’infiltration dans
La cordon dunaire entre les sables du
nappe Annaba et Mafragh. Elle s’effectue Les sorties sont constituées cordon dunaire
du Le substratum est essentiellement par les par les fuites vers la mer et évaluée à 3,1
cordon constitué par des pluies. vers la nappe phréatique Hm3/an.
dunaire argiles. Cette nappe
constitue une barrière
contre l’invasion des
eaux marines.
La Par les oueds et
nappe Située au sud-ouest B. Gaud donne
Par les eaux de pluies, les alimentation des nappes
des de la plaine d’Annaba, pour la nappe
eaux de ruissellement sur phréatiques et profond
alluvions elle s’étend le long du des alluvions
les versants, par les crues pompage par des puits.
de haut massif Numidien une recharge
d’oueds, et les grès Entre Drean et Zerizer, la
niveau depuis l’oued Ressoul comprise entre
Numidiens dans la région nappe profonde n’existe que
à l’Ouest jusqu'à 6,4 et 12,6
de Drean. (Entre Drean et vers l’ouest. L’exutoire est
l’oued Besbes à l’Est. Hm3/an.
Zerizer). constitué par la nappe
phréatique.

22
4.3. LA PLAINE ALLUVIALE DE L’OUED KEBIR ET LE MASSIF DU GUERBES
La plaine de l’Oued Kebir, est située à 40 km à l’ouest de la ville d’Annaba, et s’étend entre la
confluence des Oueds Hammoum et Emchkel, et l’embouchure de l’oued Kébir. Sa superficie est
de 321 km².
Le massif dunaire est entouré par des dépôts alluviaux très argileux, et par des sables.
La vallée de l’oued Kébir renferme deux aquifères relativement importants, auxquels il faut ajouter
les cipolins de Berrahal, et le calcaires Jurassiques du Djebel Safia.

Tableau récapitulatif des caractéristiques hydrogéologiques des différentes nappes


Paramètres Ressources
Structure de la nappe Alimentation Exutoires
hydrodynamiques exploitables
Essentiellement par
infiltration des pluies,
Les essais de
mais il semble que les
La nappe est constituée L’exutoire est débits réalisés
grès Numidiens et les
par les alluvions en forme constitué par les sur les forages
calcaires du secondaire,
de terrasses anciennes ou marécages de la région de
et notamment les
récentes, formées de situés à l’aval Hadjar Soud ont
La plaine calcaires Jurassiques du
limons, de galets, de de l’Oued Kebir, donné des
alluviale Djebel Safia, participent
sables et de graviers au qui jouent le transmissivités
aussi à l’alimentation de
débouché de l’oued, et par rôle de surface comprises entre
la nappe. Les apports de
des alluvions fines argilo- évaporatrice. 2x10-2m²/s et
l’oued Kebir sont mal
limoneuses à l’aval. La 1.2x10-1m²/s, et
connus, mais compte
nappe est partout captive. un coefficient
tenu de la présence de
d’emmagasine
niveaux argileux, l’oued
ment de 6x10-3.
n’alimente la nappe que
sur certains tronçons.
Mises en place durant le
Quaternaire, les formations
dunaires sont formées par :
Les dunes du
- D’anciennes dunes Guerbes n’ont Estimations (13,5 à
consolidées par un ciment pas d’exutoire 24 Hm3/an).
Les dunes constituent un
calcaire formant les grès visible, mais L’étude la plus
bassin fermé, alimenté
(s’étendent sur 2 km à d’après J. récente de ENERGO
uniquement par les
l’intérieur des terres et Chemin, PROJECT (2009)
Le massif pluies. Cette infiltration
probablement en mer). l’écoulement estime les ressources
dunaire est estimée à environ 300
Leur épaisseur peut s’effectue vers de la plaine à 11
mm, correspondent à des
atteindre 50 m. la mer sur un Hm3/an en année
apports de l’ordre de 24
- Des sables rubéfiés front d’environ moyenne auxquels il
Hm3/an (Chemin, 1975).
argileux, qui s’étendent sur 14 km. Cet faut ajouter 6.8
toute la plaine, jusqu’à 30 écoulement a Hm3/an du massif de
km de la côte. été estimé à Berrahal.
- Les dunes récentes qui 170 l/s.
forment une bande de
sable blanc à une altitude
inférieure à 100 m.

23
4.4. LE PLATEAU DE MOSTAGANEM
D’une superficie de 700 km², le Plateau de Mostaganem occupe toute la partie est et sud de la ville
de Mostaganem située dans l’ouest algérien, à environ 80 km à l’ouest d’Oran. Le plateau est limité
au nord par l’Oued Chéliff, à l’ouest par la mer, au sud par la plaine des Bordjias, à l’est par le
synclinal de Bouguirat (fig.17).
La nappe aquifère principale, d’une épaisseur comprise entre 40m et 100m, est constituée par les
grès très perméables du Calabrien. Les grès et les dunes supérieures, moins perméables, peuvent
constituer une nappe de moindre importance, en relation avec le Calabrien. Les formations du
Miocène et du Pliocène inférieur, à dominante marneuse, qui forment le substratum sont
imperméables.
 Alimentation
L’essentiel de la recharge de la nappe du Calabrien s’effectue par infiltration directe au niveau des
affleurements, mais il y a également des apports par percolation à partir des couches supérieures, et
probablement par drainance ascendante, à partir des grès, de sables argileux, et des micro-
poudingues sous-jacents.
 Exutoire
L’exutoire est constitué par les sources, dont celle d’Ain Soltane. Il semble également que la plaine
des Bordjias, qui est en continuité hydraulique avec la Plateau, constitue une partie de l’exutoire de
la nappe du plateau.
 Paramètres hydrodynamiques
La répartition des transmissivités, telle que rapportée par la carte hydrogéologique du Plateau de
Mostaganem, montre que les zones productrices à fort débit sont concentrées autour de la ville de
Mostaganem, au centre et l’est du plateau. Les paramètres hydrodynamiques résultant des essais de
débit (Gauchez, 1981) sont consignés dans le tableau ci-dessous.
Perméabilité Coefficient
Aquifère Superficie (km2) Transmissivité (m2/s)
(m/s) Emmagasinement %
Grès Calabrien 700 3.5x10-3 à 1.9x I0-2 1.4 à 3.6x10-4 1à2

 Ressources exploitables
Le bilan de la nappe résultant du calage du modèle réalisé par l’ANRH/SOGREAH en 2009,
montre que la recharge s’effectue uniquement par les pluies. Elle est estimée à 50.4 Hm3/an.

Figure 17 Extrait de la carte hydrogéologique de la région de Mostaganem (Source: ANRH, 1978)

24
4.5. LA PLAINE DE L’OUED NADOR
Malgré ses dimensions modestes, cet aquifère est exposé ici parce qu'il présente la particularité d'être
envahi dans sa quasi-totalité par l'eau de mer.
La plaine de l’oued Nador fait partie des bassins côtiers algérois. Elle est limitée au nord par la mer, à
l’ouest par le Djebel Chenoua, au sud par la plaine de la Mitidja, et à l’est par la ville de Cherchell.
L’Oued Nador prend naissance au sud, au niveau de la chaîne crétacé de Soumata, là où plusieurs
petites rivières se réunissent pour former, à l’aval, l’Oued Nador. Ce dernier s’est créé un chemin entre
les bombements plio - quaternaires du Sahel et Djebel Chenoua.
 Géologie

Sur le plan stratigraphique, les


formations qui affleurent le long des
deux rives de l’Oued sont
représentées par (fig.18) :
 Le Pliocène : est représenté par des
terrains attribués à l’Astien et
présentant différents faciès. On
note ainsi l’existence d’un faciès
argileux ou argilo-sableux, d’un
faciès calcaire ou calcaro–gréseux
et d’un faciès de calcaires à
Lithothamniées
 Le Quaternaire couvre toute la
plaine alluviale, Il est constitué par
: (i) Des plages formées de sables;
(ii) des dunes actuelles; (iii) des
alluvions récentes représentées
généralement par des galets, des Figure 18 Carte géologique simplifiée de la plaine de Oued Nador
graviers et des argiles. (PNE, 2010)

 Hydrogéologie
La nappe d’Oued Nador est une nappe multicouche couvrant environ 2.5 km². Cette nappe est
constituée par des alluvions reposant sur des grès-calcaires astiens ayant une épaisseur maximale de
50m. Le substratum est constitué par des marnes du Plaisancien. L’alimentation de la nappe s’effectue
principalement par les eaux drainées par les petits oueds qui se rejoignent pour former à l’aval l’Oued
Nador ainsi que l'infiltration des précipitations et le retour de l'irrigation. A l’image des autres oueds
côtiers, l’écoulement se fait d’amont vers l’aval, c'est-à-dire vers l’exutoire constitué par la mer. Les
ressources en eau de la nappe de l’Oued Nador étaient comprises entre 1.6 et 3.2 Hm3/an (ANRH,
1974). Durant les années 1980, la nappe était exploitée par 12 forages fournissant des débits compris
entre 5 et 15 l/s, et destinés à l’alimentation en eau potable de la ville de Tipaza et des villages
avoisinants ainsi qu'une cinquantaine de puits paysans utilisés pour l'irrigation des petites parcelles
agricoles.
Actuellement, cette nappe n’est exploitée que par un seul forage d'une profondeur de 60 m et un débit
de 7 L/s, situé dans la partie amont de la nappe. Tous les autres forages sont contaminés par l’eau de
mer et abandonnés. La contamination est due à une avancée du biseau salé vers l’intérieur des terres
suite à une surexploitation de la nappe. De ce fait, la quasi-totalité de l'aquifère est envahi par l'eau de
mer. Cette situation a été prévue par le modèle établi pour cet aquifère (Haouchine, 1993). En effet,
dans le scénario de référence (gardant constantes les contraintes appliquées à la nappe) les résultats
obtenus pour la projection 1996 ont donné une intrusion marine s'étalant sur une distance de 2000 m à
la base de l'aquifère; au toit de la nappe, le front salé est localisé à 1400 m.

25
4.6. EXEMPLE DE MODELISATION D'UNE INTRUSION MARINE: LA PLAINE
DE LA MITIDJA - EST
Dans le cadre du projet GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau), une étude pilote a été menée
par l’Agence Nationale des Ressources Hydrique (ANRH) en collaboration avec SOGREAH, avec
comme objectifs la caractérisation de la situation actuelle et la compréhension des différents
phénomènes mis en jeu afin de proposer et de tester des scénarios pertinents de lutte contre l’intrusion
marine de la baie d’Alger (plaine de la Mitidja Est).
Après une phase de calage et une bonne restitution de la piézométrie de référence, tenant compte de la
variation spatiale de la densité de l’eau (figs. 19, 20), les premières conclusions de l’étude ont mis en
évidence une dépression piézométrique avec un niveau de -15m NGA, là où le niveau piézométrique
se situait à 10m NGA au-dessus du niveau de la mer il y a 30 ans (fig.21).

Figure 19 Calage piézométrie Figure 20 Piézométrie mesurée

Cette baisse piézométrique serait fortement responsable de l’avancée du biseau salé et constituerait
ainsi le moteur principal de l’intrusion marine.

Figure 21 Calcul de la piézométrie et de la concentration en sels actuelles

Des scénarii de lutte à l’horizon 2020 ont été définis et retenus:

26
 Un scénario de référence permettant d’évaluer l’évolution de l’intrusion marine sans modification
notable du fonctionnement hydrogéologique:

Les résultats de ces simulations (figs.22, 23) montrent que l’intrusion marine continue son avancée de
façon inquiétante dans le cas du scénario de référence.
La bordure nord occidentale du champ captant du Hamiz serait ainsi très rapidement envahie par
l’intrusion marine. La côte piézométrique, au niveau du champ captant du Hamiz, pourrait atteindre –
17m NGA, soit 5m sous le niveau piézométrique de janvier 2010.
Les teneurs en sel sont très importantes, notamment dans le nord du champ captant (concentration en
sel très supérieure à 10g/L dans certains forages). L’extension maximale de l’intrusion marine s’étend
sur près de 6km vers le champ captant du Hamiz.

Figure 22 résultats de la simulation scénario 1 - Toit de l'aquifère

Figure 23 résultats de la simulation scénario 1 - Mur de l'aquifère

27
 Un scénario de baisse des prélèvements, réduction de 30% de la production du champ captant du
Hamiz (figs. 24, 25):

Le scénario de baisse de prélèvement au niveau du champ captant du Hamiz semble être le plan le plus
efficace, pour faire remonter la piézométrie de l’ordre de 5m pour atteindre la côte de –7m NGA en
2020.
La salinité au niveau des ouvrages du champ captant est moins importante (concentration de 1 à 9 g/L
dans les ouvrages du Hamiz) que celle simulée dans le scénario de référence avec notamment un
gradient de concentration plus faible que pour la situation du scénario de référence.

Figure 24 Résultats de la simulation scénario 2 - Toit de l'aquifère

Figure 25 Résultats de la simulation scénario 2 - Mur de l'aquifère

28
 Un scénario intégrant une infiltration/injection d’eau en nappe, afin de limiter, voire de stopper
l’avancée du biseau en rechargeant artificiellement la nappe (figs. 26, 27):

Le scénario intégrant la recharge artificielle, par injection en nappe (10 forages à 100m3/h), montre
également que l’avancée du biseau salée est freinée par rapport au scénario de référence, malgré une
baisse du niveau piézométrique moins importante. En effet, la piézométrique atteindrait la côte de –14
m NGA en 2020, au niveau du champ captant du Hamiz.
La salinité atteint environ 7g/L, au niveau des forages du nord-ouest du champ captant du Hamiz et
environ 1 à 3 g/L pour les autres forages.
Ce scénario d’injection d’eau dans nappe s’avère être le plus efficace pour diminuer la concentration
en sel dans l’aquifère mais ne semble pas efficace pour remonter le niveau de la nappe dans le secteur.

Figure 26 Résultats de la simulation scénario 3 - Toit de l'aquifère

Figure 27 résultats de la simulation scénario 3 - Mur de l'aquifère

Enfin, ce modèle hydrogéologique pourrait servir de base à la simulation d’autres scénarios ainsi que
l'élaboration de modèles pour le cas d'autres nappes.

29
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANAT, (2004): Carte bioclimatique de l’Algérie du Nord


ANPM (2012): Principaux domaines structuraux de l’Algérie du Nord (in
http://www.anpm.gov.dz)
ANRH (1978): Carte hydrogéologique de la région de Mostaganem au 1/200.000ème (ex: DEMRH)
ANRH (2008): Carte des précipitations moyennes annuelles de l'Algérie au 1/500.000ème
ANRH / ENERGOPROJECT (2009): Carte des ressources en eau souterraine du nord de l'Algérie
ANRH / SOGREAH (2009): Modélisation de la nappe du plateau de Mostaganem.
ANRH / SOGREAH (2010): Etude de vulnérabilité de la nappe de la Mitidja. Rapport des sous-
missions 1-2 et 1-3. Mars 2010; n°1741002.
ANRH / GIRE / SOGREAH (2010): Lutte contre l'intrusion marine dans la baie d'Alger. Rapport
final. Octobre 2010; n°174 1274-R6.
Bessaoud, O. (2008): Changement climatique et activités humaines. Séminaire régional changement
climatique en Méditerranée.PNUE/PAM, Plan Bleu, CAR; octobre 2008.
Chemin, J. (1975): Etude Hydrogéologique de la plaine de Oued El Kebir et du massif dunaire de
Guerbes. DEMRH
Djabri, L. et al. (2003): L'Algérie, un pays en voie de développement, a-t-elle développé un biseau
salé? Technologia de la intrusion de agua de mar en aquiferos costeros: paises mediteraneos ©IGME.
Madrid 2003 ISBN. 84-7840-470-8.
Gaud, B. (1976): Etude Hydrogéologique du système aquifère d’Annaba‐Bouteldja‐Synthèse des
connaissances et recherche des conditions de modélisation –DEMRH‐
Gauchez, J. (1981): Etude Hydrogéologique de la région de Mostaganem (Algérie). Thèse ‐Université
Claude Bernard‐UER des Sciences de la nature ‐
Haouchine, A. (1993): Modélisation des transferts de masse en milieu poreux, exemple de la plaine
alluviale de Oued Nador (Tipaza). Thèse Magister. IST / USTHB.
Kacemi, M (2006): Protection du littoral en Algérie entre politiques et pouvoirs locaux: le cas du pôle
industriel d'Arzew (Oran-Algérie), VertigO – La revue en sciences de l'environnement, Vol7no3,
décembre 2006
Kadi, A. (1997): La gestion de l'eau en Algérie. Hydrological Sciences-Joumal-des Sciences
Hydrologiques, 42(2) April 1997
Mansour, H et al (2007): Impact du contexte géostructural et du biseau salé sur la contamination des
aquifères côtiers oranais (Algérie NW. Los acuíferos costeros: retos y soluciones. Coastal aquifers:
challenges and solutions). A.Pulido Bosch, J. A. López Geta y G. Ramos González (Eds.), ©Instituto
Geológico y Minero de España, Madrid, 2007. ISBN: 978-84-7840-712-5
Menad, W. et al (2009): Le risque d'inondation dans l'oued Koriche (Massif de Bouzaréah, Alger
Ouest), analyse systémique de l'aléa et facteurs de vulnérabilité. Risques naturels en méditerranée
occidentale. Actes du colloque international 16, 21 novembre 2009, Carcassonne, Aude, Languedoc-
Roussillon, France.
Moustiri, A. (2011): Stratégie et indicateurs du secteur de l'eau en Algérie. Le Caire, Novembre 2011
MRE (2010): Ressources en eau disponibles superficielles et souterraines. (in : www.mre.gov.dz)
MRE / SOFRECO (2010): Réalisation de l'étude d'actualisation du plan national de l'eau. Mission 2;
Volet2; Tome2. Version finale août 2010.
NASA (2012): extrait des données mission SRTM (in:ftp://e0srp01u.ecs.nasa.gov/srtm/)

30
ONS (2012): Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH 2008). Office National des
Statistiques. Alger
Petit V. (1987): Etude par modélisation mathématique de la plaine de Annaba –Bouteldja.
ANRH/BRGM
PNUD (2009): Problématique du secteur de l’eau et impacts liés au climat en Algérie.
Tien Duc, N. (1994) : Les besoins en eau douce, Futuribles, 188, 39-56.
UNESCO / PHI (2010): Vulnérabilité et adaptation aux impacts du changement climatique sur la rive
sud du bassin méditerranéen. Séminaire International sur la Gestion des Aquifères Côtiers. Rabat,
Maroc; juillet 2010.

31

Vous aimerez peut-être aussi