Vous êtes sur la page 1sur 16

Réf.

: BE9720 V1

Impact environnemental du
Date de publication :
10 octobre 2011 froid et efficacité
énergétique

Cet article est issu de : Énergies | Ressources énergétiques et stockage

par Paul RIVET

Pour toute question :


Service Relation clientèle
Techniques de l’Ingénieur
Immeuble Pleyad 1 Document téléchargé le : 05/02/2020
39, boulevard Ornano
93288 Saint-Denis Cedex Pour le compte : perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Par mail :
infos.clients@teching.com
Par téléphone :
00 33 (0)1 53 35 20 20 © Techniques de l'Ingénieur | tous droits réservés
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Impact environnemental du froid


et efficacité énergétique

par Paul RIVET


Gérant AF Consulting
Vice-président de la commission B2 de l’Institut international du froid (IIF)
Membre du groupe de travail de l’IIF sur les matériaux à changement de phase et les coulis
de glace (PCM)
Administrateur de l’Association Française du Froid (AFF)
Ancien enseignant de l’Institut Français du froid industriel au Conservatoire national des
arts et métiers (IFFI/CNAM)

1. Frigorigènes et environnement ............................................................ BE 9 720 - 2


1.1 Gaz destructeurs de la couche d’ozone. Protocole de Montréal .............. — 2
1.2 Gaz augmentant l’effet de serre. Protocole de Kyoto ............................... — 4
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

2. Évolution de la situation. Problématiques ozone et effet


de serre........................................................................................................ — 5
2.1 Destruction de la couche d’ozone............................................................... — 5
2.2 Effet de serre ................................................................................................ — 5
3. Effet de serre direct................................................................................. — 5
3.1 Calcul des émissions directes ..................................................................... — 5
3.2 Tendances d’emploi des frigorigènes ........................................................ — 6
3.2.1 Limitation d’emploi des HFC .............................................................. — 6
3.2.2 Utilisation de fluides naturels ............................................................ — 6
3.2.3 Utilisation de la réfrigération indirecte ............................................. — 7
3.2.4 Autres technologies de production de froid ..................................... — 8
4. Effet de serre indirect ............................................................................. — 9
5. Effet de serre total ................................................................................... — 10
5.1 Cas général ................................................................................................... — 10
5.2 Cas de la réfrigération indirecte.................................................................. — 10
6. Perspectives............................................................................................... — 10
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. BE 9 720

roid et conditionnement d’air sont indispensables à la vie aujourd’hui et


F demain du fait de leurs applications :
– production, transformation, conservation, transport et vente de nombreux
produits alimentaires ;
– élaboration, préservation de médicaments et vaccins ;
– traitements médicaux et opérations chirurgicales ;
– réalisations et améliorations des conditions de vie, de travail et de
déplacements ;
– procédés dans la quasi-totalité des industries (plasturgie, chimie, métal-
lurgie, recherche, spatial, nanotechnologies...).
Froid et conditionnement d’air sont en phase avec le développement durable
pour :
– l’aspect économique (tableau 1 extrait du rapport « Refrigeration drives
sustainable development » publié en 2007 par l’IIF et l’UNEP [1]. Ce secteur est
important ; il représentait à cette date un chiffre d’affaires mondial de 200 mil-

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 1

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

liards de dollars. Il est présent dans la production d’énergie, la production de gaz


(gaz de pétrole ou gaz naturel liquéfié, gaz industriels), le transport terrestre,
maritime, la production pétrochimique, pharmaceutique et agroalimentaire, la
fabrication de réfrigérateurs, congélateurs domestiques, pompes à chaleur et le
développement continu (solaire, frigorigènes naturels, nouvelles énergies) ;
– l’aspect social avec l’amélioration des conditions de travail, de vie, de loi-
sirs, de soins, et plus de 2 millions d’emplois qualifiés en 2007. L’évolution
prévue des effectifs en 2030 est de 28 % ;
– l’aspect environnemental avec la réduction des émissions et le captage de
CO2 , le maintien de la biodiversité et la cryopréservation des cellules, la réduc-
tion ou le bannissement de substances participant à la destruction de la
couche d’ozone ou augmentant l’effet de serre.
Au niveau mondial, la consommation électrique liée au froid et au
conditionnement d’air est de 2 850 TWh (15 % du total) et les émissions corres-
pondantes de gaz à effet de serre (GES) sont de 2 250 Mt équivalent CO2 (4,5 %
du total). Pour la France, les valeurs correspondantes sont 45 TWh et 2 % des
émissions de GES. Néanmoins, les équipements de froid et de conditionnement
d’air ont un impact sur l’environnement, lequel doit être réduit et maîtrisé.

Tableau 1 – Importance du secteur du froid et du conditionnement d’air


dans le monde (en pièces ou unités de matériel)
(selon rapport IIF/UNEP de 2007) [1])
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Parc de réfrigérateurs domestiques 1 300 millions


Production de réfrigérateurs domestiques 80 millions/an
Volume d’entreposage 350 Mm3
Parc de climatiseurs 340 millions
Nombre d’unités en supermarchés 477 000
Refroidisseurs d’eau 1 100 000
Camions réfrigérés 1 150 000
Bateaux 30 000
Containers 850 000
Wagons 80 000
Climatisation (véhicules, cars...) 450 millions (53 % du parc)
Pompes à chaleur 130 millions

1. Frigorigènes Les frigorigènes, qui ont permis et porté le développement du


froid et du conditionnement à partir des années 1930/1940, étaient
et environnement des produits de synthèse. Les chlorofluorocarbures (CFC) puis les
hydrochlorofluorocarbures (HCFC) se sont trouvés, dans les
années 1980 impliqués dans la destruction de la couche d’ozone, à
1.1 Gaz destructeurs de la couche cause de la présence du chlore (figure 1).
d’ozone. Protocole de Montréal Le protocole de Montréal concernant les substances qui appau-
vrissent la couche d’ozone, dont les agents propulseurs et certains
frigorigènes, signé en 1987 a défini une réduction puis une sup-
Se reporter au dossier [BE 9 740] Machines frigorifiques pression de ces fluides selon leur potentiel d’action ODP (Ozone
industrielles. Depletion Potential ) ou potentiel de destruction de l’ozone en fran-
çais (PDO) (tableau 4).
Certains pays et en particulier les pays européens ont pris des
La grande majorité des équipements de froid et de dispositions dès la signature du protocole ; cela s’est traduit par le
conditionnement d’air est réalisée sur la base du froid méca- règlement européen 2037/2000/CE du 29 juin 2000, refondu dans le
nique, lequel utilise des fluides frigorigènes pour la règlement 1005/2009/CE relatif aux substances qui appauvrissent
compression desquels l’entraînement du compresseur est la couche d’ozone (SAO) (tableau 2). Le bannissement s’appli-
généralement assuré par un moteur électrique. quant à des dates différentes dans les pays développés (2015) et

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


BE 9 720 − 2 est strictement interdite. − © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

_________________________________________________________________________ IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Tableau 3 – GES réglementés par le protocole


R AYONS de Kyoto

MÉSOSPHÈRE
50-55 km
SOLAIRES GES Formule
Dioxyde de carbone CO2
Méthane CH4
CHE D’OZON
COU E Oxyde nitreux N 2O
Hydrofluorocarbures HFC

STRATOSPHÈRE
10-50 km
Filtration des rayonnements Hydrocarbures perfluorés PFC
dangereux des ultra-violets du soleil
Hexafluorure de soufre SF6

Tableau 4 – ODP et GWP de différents frigorigènes


Mont Everest
Altitude 8,8 km
(valeurs révisées selon rapport IPCC 2007 [2])
des nuages
TROPOSPHÈRE
ODP GWP
Frigorigène
(base 1 pour R11) (base 1 pour CO2)
0-10 km

Effet CFC
de serre
R11 1 4 600
Ém
Ém
mission de pollua
uants par l’h
’homme
me R12 1 10 600
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

provoqu
oquant le trou
u de la couche d’ozone
’o R502 0,244 6 200
Gaz Utilisation
R13B1 12 6 900
Gaz CFC et HCFC Aérosols, réfrigérants,
conditionnement d’air... HCFC
Halons Extincteurs
Ex
R22 0,055 1 700 (1 810)
Bromure de méthyle Pe
esticide agricole
R124 0,022 620

Figure 1 – Couche d’ozone R142b 0,065 2 400 (2 310)


HFC
R134a 0 1 300 (1 430)
Tableau 2 – SAO réglementés par le protocole R227ea 0 3 500 (3 220)
de Montréal
R236fa 0 9 400 (9 810)
Substance Formule
R23 0 12 000 (14 300)
Chlorofluorocarbures CFC R404a 0 3 780
Tétrachlorure de carbone CCl4 R507 0 3 850
Halons – R422A 0 3 040
R407C 0 1 650
Trichloréthane C2H3Cl3
R422D 0 2 620
Bromure de méthyle CH3 Br
R427A 0 2 010
Hydrochlorofluorocarbures HCFC
R410A 0 1 980
Hydrobromofluorocarbures HBFC HFO
Bromochlorométhane (frigorigènes) BCM R1234yf 0 4
R1234ze 0 6
Fluides naturels
dans les pays en développement (2030) a été programmé en
premier lieu pour les fluides ayant l’ODP le plus élevé. R717 0 0
En Europe par exemple, les CFC sont interdits de manipulation R723 0 8
et pour le HCFC, le R22 (ODP de 0,05) a été interdit dans les
nouveaux équipements depuis le 1er janvier 2004, puis interdit fin R600a 0 3
2009 en produit neuf. Son utilisation est autorisée jusqu’à fin 2014
si il est recyclé ou régénéré. À partir de 2015, sa manipulation sera R290 0 3
interdite c'est-à-dire que l’on ne pourra plus faire de rajouts aux R1270 0 3
circuits. Néanmoins, les équipements pourront continuer à fonc-
tionner s’ils sont étanches. R744 0 1

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 3

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

rayons
solaires
5 % vers
l'espace

20 % ab
20 bs
bso
b orbé
bés
par ll'attm
tmoossph
sphè
hère
50 % versrs
s rayo
ray
rayons
infrar
infrarouges
aro
rouges
es s tenus
le so
ol
émi
mis
mis pa
par
par le
l sol
so
ol cha
o chau
cch uffé sphère

Déchets Énergie (production,


et autres information) CO2
Agriculture
4%
13 % 69,6 %
16 %
39 % CO2
H2O
27 % 55 %
20 % 12,4 %
%
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

21 % 2,2 15,8 %
Bâtiment
Transport PFC + HFC
CH4
N2O + SF6
Industrie 2% N2O
O3 CH4
2% 2%

Figure 2 – Effet de serre

1.2 Gaz augmentant l’effet de serre de l’environnement, articles R 543-75 à R 543-123, qui traite
également des substances appauvrissant l’ozone.
Protocole de Kyoto
Ces mesures ne prévoient pas, en 2011, de réduction de
Des mesures effectuées dans l’atmosphère ont montré une production et d’utilisation des HFC, mais des contrôles périodiques
augmentation de la teneur en CO2 , conduisant à un réchauffement ou non (liés à des interventions sur les circuits), de l’étanchéité des
du climat sur terre par réduction de la ré-émission de la radiation installations : règlement 1516/2007/CE repris dans l’arrêté du 7 mai
de la terre (effet de serre, cf. figure 2). Un panier de six gaz à effet 2007, de la qualification des entreprises manipulatrices (attestation
de serre GES (tableau 3) dont les frigorigènes HFC (hydrofluoro- de capacité), de qualification des techniciens (attestation
carbures) a été retenu par le protocole de Kyoto, signé en 1997 d’aptitudes), des obligations de suivi et de déclaration pour les
mais entré en vigueur effective en 2005 suite à sa ratification par distributeurs et les exploitants.
une majorité de pays.
Cependant, certaines entreprises utilisatrices d’équipements de
Au début des années 1970, pour les applications froid et froid et de conditionnement d’air, ont annoncé un engagement de
conditionnement d’air, les HCFC et en particulier le R22 ont ne plus utiliser certains HFC pour leurs nouveaux systèmes après
commencé à remplacer les HCFC lesquels ont seulement été 2015.
interdits de production et de consommation le 1er janvier 1996 et
continuaient à être utilisés dans les groupes de refroidissement de Les émissions des équipements de climatisation de véhicules
liquide, les pompes à chaleur de forte puissance et pour certaines ont fait l’objet d’une directive 2006/40/CE. Ne seront autorisés, sur
applications à basse température. les nouvelles plate-formes à partir de 2011, que les fluides ayant
un GWP inférieur à 150.
Au début des années 1990, les CFC visés par le protocole de
Montréal, ont commencé à être remplacés par des HFC qui ne De nombreux pays ont déclaré engager des mesures destinées à
contenaient pas de chlore. réduire les fuites de frigorigène (évaluées au plan mondial à
Les différents frigorigènes sont classés selon leur GWP (Global environ 15 à 25 % par an), fuites générant l’effet de serre direct. Le
Warming Potential ) ou potentiel de réchauffement global (PRG) protocole de Kyoto doit faire l’objet d’un nouvel accord en 2012 ;
(tableau 4) [2]. de même, l’efficacité de la réglementation européenne F Gaz fait
l’objet d’une étude qui pourrait donner lieu à une révision
Les règles du protocole de Kyoto ont été reprises dans le prochaine (fin 2011).
règlement européen 842/2006/CE du 17 mai 2006 (dit F Gaz), relatif
à certains gaz à effet de serre (dont certains frigorigènes), avec un Mais les équipements de froid et de conditionnement d’air
objectif de réduction des émissions de 5 % entre 2008 et 2012 par contribuent également à l’effet de serre indirect, par suite de la
rapport à 1990. Le règlement français 2007/737 transposant le consommation d’énergie en liaison avec les émissions de CO2 lors
règlement européen, traitant de certains fluides frigorigènes de la production d’électricité (énergie utilisée dans 95 % des
utilisés en froid et climatisation, a été annulé et repris dans le code équipements).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


BE 9 720 – 4 est strictement interdite. – © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

_________________________________________________________________________ IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

2. Évolution de la situation. 2.2 Effet de serre


Problématiques ozone
et effet de serre En Europe, les gouvernements ont défini pour 2020
l’objectif des 3 fois 20 : 20 % de réduction de la consommation
d’électricité, 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de
serre et 20 % d’énergie renouvelable.
2.1 Destruction de la couche d’ozone
Les décisions prises pour éradiquer les fluides contenant du Les décisions politiques prises dans de nombreux pays
chlore semblent porter leurs fruits. Les dernières mesures montrent une tendance à la réduction des émissions, grâce à
montrent un arrêt de la destruction et les experts tablent sur une l’utilisation d’énergies renouvelables et de fluides naturels ou à
reconstitution de la couche d’ozone entre 2065 et 2080. faible GWP tels que les hydrocarbures dans les réfrigérateurs et
congélateurs domestiques.
Les données du rapport IPCC Fourth assesment report 2007 ([2]
§ 7) (tableau 5) montrent entre 1998 et 2005 : Par contre, l’accroissement de l’utilisation des HFC entraîne une
– une légère réduction (– 1 %) de la teneur en CFC ; augmentation de leur concentration dans l’atmosphère (voir les
chiffres de l’enquête 2007 de Armines et les projections
– une augmentation de la teneur en HCFC + de 33 %, lesquels d’évolution [3]).
sont encore présents aujourd’hui dans plus de 50 % des
installations ; Afin de susciter des économies d’énergie, un système de certifi-
– l’augmentation de la teneur en HFC est par contre importante cats d’économies d’énergie (CEE) a été mis en place, décret
et varie de + 30 à 350 % selon les fluides, ce qui est compréhensi- 2009-803. Les « Obligés », vendeurs d’énergie (électricité, gaz, fuel,
ble, compte tenu de leur récente utilisation. carburants, réseaux de froid et de chaleur), sont soumis à des
objectifs de réduction définis par contrats triennaux exprimés en
Compte tenu que leur teneur de départ était très faible, malgré kWh CUMAC (cumulés et actualisés) prenant en compte la durée
la progression industrielle et l’impact des pays en développement, de vie de l’équipement et une application d’un coefficient de
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

l’augmentation globale des gaz à effet de serre GES est limitée à réduction de 4 % par an. L’objectif d’économie était de 54 TWh
+ 9 %, ce qui démontre l’apport positif des mesures gouvernemen- pour les vendeurs de carburants qui n’étaient pas impliqués dans
tales de réduction des GES. la période précédente. Une pénalisation est infligée en cas de
En France, les émissions de GES ont augmenté de 3,5 % entre non-respect des objectifs.
2009 et 2010, ce qui serait lié en grande partie au réchauffement
climatique d’une part et à un hiver froid d’autre part. Cette
augmentation pourrait rendre difficile les objectifs affichés d’une
réduction de 20 % des émissions de GES en 2020. 3. Effet de serre direct
Tableau 5 – Évolution des teneurs des fluides entre 3.1 Calcul des émissions directes
1998 et 2005 (rapport IPCC [2])
Les émissions directes représentent 20 % des émissions de GES
Teneur massique
Fluide au niveau mondial (d’après le rapport IIF/UNEP de 2007 [1]).
1998 2005 Il se calcule selon la formule :
CO2 ......................................... (ppm) 366 379 E = m GWP
CH4 ...........................................(ppb) 1 763 1 774 avec E (kg CO2) émissions pendant la durée de vie de
N2O...........................................(ppb) 314 319 l’équipement,
m (kg) quantité de frigorigène émis pendant la durée de
HFC 134a...................................(ppt) 8 35 vie de l’installation et lors de son démantèlement :
HFC 125.....................................(ppt) 1,1 3,7
m = (F D + P ) C
HFC 152a...................................(ppt) 1,5 3,9
F taux de fuite annuel,
HFC 23.......................................(ppt) 14 18 D (an) durée de vie,
SF6 .............................................(ppt) 4,1 5,6 P taux de perte en fin de vie,
PFC 14 – 74 C (kg) charge du système,

PFC 116 .....................................(ppt) 2,4 2,9 GWP selon EN 378-1 annexe E et à l’horizon 100 ans.

Total HCFC + 33 % Exemple 1


Total gaz Montréal (tableau 2) –1% Équipement chargé avec 500 kg de R 404A (GWP 3780) :
– fuite de 10 % par an ;
Total CFC –1%
– récupération en fin de vie de 95 % de la charge ;
Total gaz Kyoto (tableau 3) + 69 % – durée de vie de 15 ans.
Émissions directes :
Total GES +9%
ppt pour 10 –3 –6
; ppm pour 10 –9
et ppb pour 10 . [(0,1 × 15) + 0,05] × 500 × 3 780 = 2 929 500 kg CO2

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 5

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

Exemple 2 en fluide inflammable. En effet, la charge est faible (150 g dans un


Équipement équivalent chargé avec 600 kg de R134a (GWP 1300). réfrigérateur) donc le risque est très réduit.
Émissions directes : 1 209 000 kg CO2 . Dans les pays d’Europe du Nord, des applications avec du propane
(R290) se développent en groupes compacts pour chambres froides
et centrales de supermarchés en refroidissement indirect. Ces appli-
Exemple 3 cations nécessitent de nouvelles réglementations et impliquent des
Équipement équivalent chargé avec 300 kg de NH3 (GWP 0). contraintes d’installation, en particulier la mise en œuvre de disposi-
tifs de sécurité (détection, ventilation/ extraction...).
Émissions directes : 0 kg CO2 .
■ Ammoniac ou NH3 (GWP 0)
Au travers de ces trois exemples, les contraintes sur les frigori- Connu depuis 1850 et continuellement utilisé en froid industriel
gènes synthétiques sont mises en évidence, ainsi que les mais contraint, en France par des réglementations drastiques en
contraintes sur certains de ces fluides à fort GWP. L’intérêt 1998, ce fluide avec ODP 0 et GWP 0 se développe dans les
environnemental des fluides naturels (comme NH3) est net. groupes de refroidissement d’eau ou de frigoporteur, dans les
installations cascade avec du CO2 par exemple, entrepôts négatifs
La mise en application de procédures de qualification des et surgélation....
intervenants et procédures de suivi des émissions a permis de Classé fluide toxique, il faut veiller à prendre des mesures de
réduire, dans le domaine des supermarchés aux USA, les sécurité détection, ventilation/extraction, interventions de techni-
émissions de frigorigènes de 35 à 18 % et de 20 à 3 % en ciens qualifiés. Il faut également limiter son emploi dans les locaux
Hollande, avec la mise en place de la procédure de qualifica- de travail où il est préférable de l’utiliser en fluide primaire ou fri-
tion des intervenants STEK. gorigène, refroidissant un fluide secondaire ou frigoporteur.
■ CO2 ou R744 (GWP 1)
3.2 Tendances d’emploi des frigorigènes Connu et utilisé jusqu’au milieu des années 1950, le CO2
présente deux caractéristiques pénalisantes :
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

En plus des réglementations visant à confiner au maximum les – la température critique de + 31 oC ;


installations et limiter les fuites, trois tendances existent : – des pressions élevées 80 bar à cette température.
– la limitation d’emploi des HFC ; Il a été remplacé par les CFC développés dans les années
– l’utilisation de fluides naturels ; 1930-1940, beaucoup plus simples de mise en œuvre.
– l’utilisation de la réfrigération indirecte.
Depuis 2000, le CO2 (dont le GWP de 1 sert de référence) est
relancé :
3.2.1 Limitation d’emploi des HFC – soit en frigoporteur (figure 3) ;
Malgré les réglementations européennes pour maîtriser les – soit en cascade basse température (régime moyen – 40/– 5 oC,
émissions directes des frigorigènes synthétiques, certains pays figure 4) ;
européens ont pris des mesures de restriction ou d’incitation à la – soit en cycle transcritique (figure 5) ; ce dernier système est
limitation de l’utilisation des fluides halogénés (HFC). actuellement limité à des puissances réduites et dans des zones froi-
des à tempérées, par exemple en Scandinavie. En effet, compte tenu
Par exemple, le Danemark et la Norvège ont mis en place des du refroidissement des gaz comprimés et de la détente du gaz
taxes en fonction du GWP qui atteignent 75 €/kg, soit bien supé- refroidi au cours de laquelle se produit la liquéfaction, le rendement
rieures au prix du produit ou le Luxembourg, la Suisse et l’Autri- du cycle est limité, pénalisé par une température d’air ambiante plus
che ont des limitations d’emploi pour des équipements de faible élevée. Le développement de cycles à double détente et éjecteurs à
puissance. Pour les incitations, on peut citer en Hollande et en 2 étages peut améliorer la situation. Néanmoins, compte tenu des
Allemagne des subventions pour convertir des équipements exis- pressions élevées en cycle transcritique (120 à 140 bar), des puis-
tants fonctionnant au R22. Les fluides de substitution pouvant être sances frigorifiques élevées semblent hors d’intérêt.
du NH3 , du CO2 , des hydrocarbures (HC).
La première limitation d’utilisation pour un HFC, concerne le
R134a (GWP 1300) pour la climatisation automobile : la directive L’utilisation du CO2 , comme frigoporteur ou frigorigène
européenne 2006/40/CE demande l’emploi de frigorigènes dont le peut paraître contradictoire, compte tenu que l’on parle de
GWP est inférieur à 150. Le CO2 (GWP 1) a été pressenti mais ses réduire les émissions de CO2 et que celui-ci est la référence en
spécificités et, en particulier, les pressions élevées remettaient matière de GES, d’autant que, compte tenu des pressions de
totalement en cause le système de climatisation. Un nouveau fri- fonctionnement élevées, le risque de fuites n’est pas négli-
gorigène, classé HFO, le R1234 fy semble devoir être le fluide de geable. En fait, même si toute la charge de l’installation est
substitution : son GWP est de 4 et il ne nécessite que peu de modi- perdue, le bilan global est neutre, puisque le CO2 utilisé a été
fications du système. Il est officiellement retenu par General soustrait de la nature et provient d’une installation de récupé-
Motors depuis début 2011. ration.
Un dérivé du R1234yf, le R1234ze est évoqué pour des
applications dans des climatiseurs. En France, on note une
réduction d’emploi des HFC avec GWP élevés tels que le R404A ou Ce deuxième frigorigène peut être un HFC, mais préférablement
R507 et le développement du CO2 et du NH3 . un fluide naturel (NH3 , HC ou même CO2) ; parfois un frigoporteur
type eau glycolée est utilisé surtout dans le cas où celui-ci est
employé pour des besoins de refroidissement de locaux ou de
3.2.2 Utilisation de fluides naturels procédés.

■ Hydrocarbures : R290, R600a, R1270 (GWP 3) ■ Eau (GWP 0)


Depuis quelques années, les réfrigérateurs et congélateurs Compte tenu de sa faible production frigorifique volumétrique,
domestiques sont chargés avec un hydrocarbure, l’isobutane les systèmes utilisant l’eau comme fluide nécessitent des
(R600a) qui a remplacé le R134a (HFC), lui-même ayant remplacé compresseurs de très grand volume, type turbines, ce qui les rend
le R12 (CFC). Son emploi se généralise en dépit de sa classification peu compétitifs et de plus limités en température d’évaporation.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


BE 9 720 – 6 est strictement interdite. – © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

_________________________________________________________________________ IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Deux aéroréfrigérants
Deux aéroréfrigérants

Trois compresseurs pistons ou NH3


+ 38 °C Trois compresseurs HFC ou NH3
+ 35 °C

NH3 à – 8 °C Deux condenseurs


– 8 °C Deux condenseurs
– 20 °C
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Postes de distribution
Trois compresseurs pistons CO2

CO2 à
– 32 °C

Postes de distribution

CO2 à
– 32 °C

Le CO2 (fluide secondaire ou frigoporteur) circule grâce à une pompe. Il


n’est pas comprimé. Vaporisé dans les postes de distribution, il est
reliquéfié dans les échangeurs par évaporation du fluide primaire qui
peut être un HFC, du NH3, un HC ou même du CO2.
Le CO2 (fluide primaire ou frigorigène) utilisé au niveau inférieur de la
Figure 3 – CO2 frigoporteur cascade se vaporise dans les postes de distribution, est comprimé par
des machines spécifiques et condensé par un autre frigorigène au
niveau supérieur de la cascade.
■ Air (GWP 0)
Compte tenu des caractéristiques de ce gaz et de rendements Figure 4 – CO2 en cascade basse température
médiocres, les systèmes à air sont limités à des applications de
climatisation d’avions ou de trains ou de congélation vers – 40 oC.
De plus, cette solution permet d’utiliser en fluide primaire, un
fluide toxique (comme NH3) ou un fluide inflammable (comme
3.2.3 Utilisation de la réfrigération indirecte HC), qui pour des raisons de sécurité des personnes ne sont pas
distribués en particulier dans des locaux de travail ou pour des
raisons de risque alimentaire.
La réfrigération indirecte consiste à véhiculer vers les postes Malheureusement, l’emploi de frigoporteurs abaisse le
utilisateurs de froid, un fluide secondaire ou frigoporteur ; dans rendement des systèmes (coefficient de performance du
ce cas, le fluide primaire ou frigorigène est confiné dans le compresseur COP) par suite d’un échange supplémentaire (frigori-
local technique ou dans un groupe de production situé en exté- gène/frigoporteur) et de la présence d’une pompe de circulation
rieur, ce qui permet de limiter la charge de frigorigène de 85 à dont l’effet est doublement négatif : énergie absorbée par la
90 % par rapport à celle d’un système en évaporation directe pompe et transformation d’une grande partie de cette énergie en
centralisé ; de ce fait, les émissions directes sont réduites dans chaleur, ce qui entraîne une augmentation équivalente de la puis-
la même proportion (voir § 3.1). sance frigorifique du système.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 7

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

Les trois intérêts majeurs pour les mélanges diphasiques


liquide/solide sont :
– la possibilité d’accumuler efficacement de la chaleur en
Pression (bar)

120
période de faibles besoins ou de tarif électrique favorable, donc de
réduire le dimensionnement du système ;
40 °C 60 °C
100 – la réduction des débits en circulation par un facteur de 4 à 5
selon la concentration en solide, elle-même limitée vers 25 % en
20 °C 80 °C masse à cause des pertes de charge et de la facilité de circulation ;
80
point critique – la limitation de l’écart de température entre entrée et sortie à
quelques dixième de degré, soit un gain de 3,5 K, entraînant un
60 0 °C 100 °C
gain énergétique de 10 % environ par rapport à un système mono-
120 °C phasique.
– 20 °C
40

3.2.4 Autres technologies de production de froid


20
– 400 – 350 – 300 – 250 – 200 – 150 – 100 – 50 0 50 100 ■ Absorption
Enthalpie (kJ/kg)
Classé système de production chimique au lieu de froid méca-
nique, l’absorption fait appel à la capacité d’absorption, suivi d’un
Le CO2 est comprimé dans des machines spécifiques haute pression.
Dans le cas où le medium de refroidissement des gaz refoulés dépasse
cycle de régénération de deux fluides.
environ + 22 à + 25 oC, la température du CO2 dépasse celle du point
critique. Le CO2 ne peut être condensé mais seulement refroidi à une Exemples courants : eau + bromure de lithium ou eau + ammo-
température minimale, fonction de la température du médium de niac.
refroidissement. Le gaz est alors détendu. La pression en amont de la
détente est optimisée pour obtenir le meilleur rendement de cycle.
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Le système nécessite une source de chaleur (idéalement gratuite


ou récupérée) ainsi qu’une source de refroidissement, de l’eau
Figure 5 – CO2 en cycle transcritique industrielle par exemple. Pour un refroidissement optimal à + 7 oC,
la source chaude devrait être entre 110 et 140 oC. Maintenant,
grâce au développement des technologies, des sources à
+ 85/+ 95 oC sont acceptables en utilisant, par exemple, des
Se reporter au dossier [BE 9 730] Théorie des machines systèmes à double ou à triple effet.
frigorifiques. Machine à compression mécanique.
En 2011, la plupart des applications sont des refroidisseurs d’eau
de grande puissance et des pompes à chaleur de 15 à 100 kW.
La pénalisation énergétique, qui est de l’ordre de 10 à 15 %, peut
être compensée et limitée à 5 à 8 % par : Les applications basse température utilisant le couple
eau + ammoniac existent mais sont encore considérées comme
– les pertes de charge dans les conduites de retour de gaz des cas uniques.
(système à détente directe) ou de mélange vapeur + liquide
(systèmes à recirculation) ; L’idéal est de coupler production d’électricité, de chaud et de
– la surchauffe du gaz dans les canalisations isolées ; froid, (trigénération) mais les besoins concomitants sur un même
site sont rares (exemple le CNES à Toulouse). Le besoin de
– le remplissage partiel des évaporateurs lié au système à nouvelles unités de production d’électricité, pourrait être associé à
détente directe. un réseau de chaleur et d’eau glacée pour la climatisation.
Cette pénalisation de performances s’accompagne d’un investis-
sement supplémentaire de 5 à 10 %. ■ Adsorption

Les types de frigoporteurs utilisés sont : Le couple est dans ce cas un fluide changeant d’état (eau) et un
solide adsorbant (zéolithe) qu’il faut régénérer par chauffage. Il
– les fluides liquides monophasiques travaillant en enthalpie existe peu d’applications à grande échelle mais le développement
sensible ; les plus couramment utilisés (en dehors de l’eau en ins- de l’énergie solaire pourrait offrir un appui à cette technologie.
tallation au-dessus de + 4 K), sont les mélanges eau + glycol ou
eau + sels ou eau + ammoniac ; Un couple adsorbeur solide (à régénérer par chauffage) et
ammoniac est utilisé pour le maintien en température de
containers.
Se reporter au dossier [BE 9 570] Fluides caloporteurs et
frigoporteurs. Définitions. Critères de choix. ■ Froid magnétique

– les fluides diphasiques liquide/vapeur travaillant en enthalpie On utilise l’effet magnétocalorifique de certains métaux (gando-
de vaporisation, tels que le CO2 qui conduit à des débits réduits et linium par exemple), ce qui permet le réchauffement et le refroidis-
à une pénalisation énergétique limitée compte tenu de la suppres- sement suite à une exposition à un champ magnétique alterné.
sion de l’écart de température entre l’entrée et la sortie du fluide Actuellement, les matériaux sont utilisés à très basse température
puisqu’il se vaporise et est liquéfié à température constante ou (environ 200 K) et avec des champs magnétiques intenses (environ
presque. Ce gain est de 4 K environ ; soit 12 % en énergie par rap- 5 T), générés par des aimants supraconducteurs. De nouveaux
port à un frigoporteur monophasique ; matériaux (alliages complexes et encore confidentiels) sont en
cours d’essais et un prototype de réfrigérateur domestique devrait
– les fluides diphasiques liquide/solide travaillant en enthalpie prochainement voir le jour [4].
de fusion de la partie solide tels que les coulis de glace ou les
coulis d’hydrates. Les coulis de glace ont fait l’objet d’un certain Les intérêts sont nombreux : bon COP, absence de bruit et de
nombre de réalisations en refroidissement direct par contact mouvements, pas de frigorigène, plage de température de – 260 à
(refroidissement rapide de poissons ou de certains légumes) ou + 40 oC, mais il faut développer des aimants permanents et la puis-
indirect (refroidissement d’air ou de liquide via un échangeur). sance serait modeste, de l’ordre de 15 kW à court terme.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


BE 9 720 – 8 est strictement interdite. – © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

_________________________________________________________________________ IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

■ Réfrigération solaire Le rapport IIF/UNEP de 2007 [1] indique que le gain potentiel de
Il existe trois directions de développement : performances est de 35 %.
– la production d’électricité photovoltaïque pour entraînement Des études plus ciblées, pour les supermarchés aux États-Unis
du compresseur ; ou pour les entrepôts frigorifiques au Royaume-Uni, ont confirmé
– l’utilisation de l’énergie solaire pour cycle de Rankine ; ce potentiel.
– le refroidissement par absorption et adsorption. Une façon importante pour limiter l’énergie consommée est en
La solution avec production d’électricité photovoltaïque semble priorité :
devoir se développer pour des systèmes portables et dans des – de réduire les besoins dès la conception et la construction des
régions ne disposant pas de ressources énergétiques ; par bâtiments pour la climatisation, le chauffage et la ventilation ;
exemple, l’Afrique subsaharienne. – d’optimiser les flux dans les process ainsi que les niveaux de
températures ;
■ Thermo-acoustique – de gérer les ouvertures de portes, les périodes d’exploitation,
etc.
Se reporter au dossier [BE 8 060] Convertisseurs thermo- De nombreuses pistes d’économie d’énergie pour les instal-
acoustiques. Effets thermoacoustiques. lations frigorifiques sont inventoriées :
– haute pression flottante ;
– basse pression flottante ;
Les ondes sonores avec amplitude de fréquence élevée sont – variation de vitesse des compresseurs, ventilateurs, pompes ;
utilisées dans une atmosphère gazeuse pour extraire de la chaleur. – moteurs à commutation électronique pour ventilateurs ;
■ Thermoélectrique – compresseurs performants ;
– moteurs à haut rendement et moteurs synchrones ;
On utilise l’effet Peltier : création de flux thermique entre deux – fonctionnement en Économiseur pour les compresseurs
matériaux. rotatifs ;
■ Cryogénie – groupes de refroidissement et systèmes performants ;
– gestion de la marche à charge partielle ;
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Un certain nombre d’applications utilisent des fluides cryogé-


– récupération de chaleur ;
niques (azote ou anhydride carbonique).
– sous-refroidissement du liquide HP ;
– systèmes de gestion centralisée avec diagnostic et aide à la
Exemples : surgélation de produits alimentaires sensibles ou sujets maintenance ;
à déformation ou déstructuration (soumis à congélation trop lente), – accumulation de froid ;
conservation de tissus, plasma, transports médicaux et plus – échangeurs surdimensionnés ou à surfaces améliorées ;
récemment transport par camion frigorifique. – maîtrise des pertes de charge (puissances des compresseurs,
pompes et ventilateurs) ;
En dehors de l’aspect rapidité et atteinte d’une température plus – rideaux d’air et déshumidificateurs ;
basse, pour lequel le froid mécanique classique nécessite un inves- – choix du « bon » fluide et du « bon » système ;
tissement trop important, le froid cryogénique présente l’intérêt – free-cooling et prérefroidissement des produits par air ou eau
d’une absence de bruit, appréciable, par exemple, pour des disponible ;
livraisons en ville la nuit. – pompes à chaleur.
Il est nécessaire de prendre en compte l’impact pour la liqué-
Afin de stimuler les économies dans tous les secteurs, un
faction du gaz.
système de certificat d’économie d’énergie (CEE) a été mis en
■ Cycle de réfrigération Sterling et machine de Vuilleumier place en 2006 :
Le COP est comparable à celui du froid mécanique mais le – pour le tertiaire et le domestique :
procédé difficile à appliquer en grande puissance. • isolation thermique,
■ Humidification et déshumidification • pompe à chaleur,
Le refroidissement adiabatique de l’air ambiant par pulvérisation • chauffe-eau solaires,
d’eau permet pour certaines applications d’éviter le recours au • éclairage basse consommation... ;
froid artificiel.
– pour l’industrie :
De même, la déshydratation par produit dessicant est une
• moteurs à haut rendement,
alternative au séchage par application du froid.
• variateur de vitesse... ;
– pour le froid :
• sous-refroidissement du liquide condensé,
4. Effet de serre indirect • récupération de chaleur,
• CO2 en cascade,
L’utilisation majeure d’électricité pour l’entraînement des
compresseurs génère une émission de CO2 plus ou moins • meubles de vente avec portes et éclairage limité à LED ; etc.
importante selon le mode de la production électrique, exprimée en Pour les équipements de froid et de climatisation, les émissions
kg équivalent CO2 : indirectes représentent 80 % des émissions mondiales de GES
– en France, 0,11 kg CO2/kWh ; (rapport IIF/UNEP de 2007 [1]). Cependant, les exemples ci-dessous
– en Europe, 0,56 kg CO2/kWh ; montrent que ce ratio 80/20 entre émissions indirectes et directes
– en moyenne mondiale, 0,62 kg CO2/kWh. varie beaucoup selon le type d’installation (systèmes centralisés
Dans le monde, selon différentes statistiques, en moyenne 15 % ou non, indirects ou non, type de frigorigène, application), mais
de l’électricité produite est consommé pour le froid et le aussi le type de production d’électricité.
conditionnement d’air. Ce chiffre est sensiblement identique pour Le calcul des émissions indirectes E ′ est basé sur le coefficient
la France. de performance du compresseur COP (la consommation des

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 9

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

autres composants de l’installation pouvant être considérés indé-


pendants du rendement du cycle du compresseur) :
Tableau 6 – Calcul de l’effet de serre total TEWI
pour différents frigorigènes et différents systèmes
COP = Pf /Pe TEWI (direct + indirect) (kg CO2)
Frigorigène Système Système
avec Pf (kW) puissance frigorifique du compresseur,
de refroidissement de surgélation
Pe (kW) puissance électrique absorbée aux bornes du
compresseur exprimée. R404A 4 029 000 4 304 000
(2 929 000 + 1 100 000) (2 929 000 + 1 375 000)
E ′ = (Qo /COP ) N n Ee (73 % + 27 %) (68 % + 32 %)
R134a 2 309 000 2 584 000
avec Qo (kW) puissance frigorifique du système, (1 209 000 + 1 100 000) (1 209 000 + 1 375 000)
N (h) durée annuelle de fonctionnement à équivalence de (52 % + 48 %) (47 % + 53 %)
pleine puissance,
NH3 1 100 000 1 375 000
n (an) durée de vie de l’installation, (0 + 1 100 000) (0 + 1 100 000)
Ee (kg CO2/kWh) émissions par kWh d’électricité. (0 % + 100 %) (0 % + 100 %)

Exemple reprenant les installations des exemples du § 3.1


Premier cas : installation de refroidissement de 400 kW avec COP Tableau 7 – TEWI pour un système
de 3. de refroidissement indirect
Deuxième cas : surgélation de 250 kW avec COP de 1,5. Frigorigène TEWI (direct + indirect) (kg CO2)
Dans les deux cas, 5 000 h de fonctionnement par an, 15 ans de R404A 1 502 900 soit une réduction de 63 % des émissions
durée de vie, et 0,11 kg CO2/kWh : (292 900 + 1 210 000)
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Premier cas : E′ = (400/3) × 5 000 × 15 × 0,11 = 1 100 000 kg CO2 (20 % + 80 %)


Deuxième cas : E′ = (250/1,5) × 5 000 × 15 × 0,11 = 1 375 000 kg R134a 1 330 900 soit une réduction de 38 % des émissions
CO2 (120 900 + 1 210 000)
(10 % + 90 %)
NH3 1 210 000 soit une augmentation de 10 %
5. Effet de serre total (0 + 1 210 000)
(0 % + 100 %)

5.1 Cas général 5.2 Cas de la réfrigération indirecte


L’effet de serre total est l’addition de l’effet de serre direct et de
l’effet de serre indirect dénommé Total Equivalent Warming Si l’on prend le cas, d’un système de refroidissement du
Impact (TEWI), il représente les émissions du système frigorifique tableau 6 (cas plus courant d’utilisation de frigoporteur) et que l’on
ou de climatisation pendant son fonctionnement, hors de la géné- applique les informations du § 3.2.3, à savoir : une réduction de la
ration d’émissions lors de sa conception, de sa fabrication, de son charge de 90 % et une pénalisation énergétique de 10 %, le TEWI
installation, de sa maintenance et de son démantèlement. correspondant est modifié selon tableau 7.

Pour prendre en compte ces paramètres, on évalue les émis-


sions totales tout au long du cycle de vie de l’installation ou Life Il est difficile de définir des rapports entre émissions directes
Cycle Climate Performance LCCP. et indirectes. La valeur moyenne indiquée dans le rapport
Une nouvelle notion, celle d’éco-efficacité introduit en plus de IIF/UNEP de 80/20 [1] tient compte du fait que dans de nom-
l’aspect environnemental l’aspect économique, l’investissement, le breux pays (USA, Canada, Australie, Amérique du Sud,
coût d’exploitation, la durée de vie et l’amortissement. Royaume-Uni, Scandinavie, Allemagne, Espagne...), les instal-
lations industrielles sont réalisées en NH3 , (ce qui est l’inverse
À partir des exemples précédents, les différents TEWI sont repris en France et en Hollande, ou dominent les HCFC et HFC, à cause
sur le tableau 6. de réglementations restrictives) et les émissions indirectes liées
Les calculs ont été simplifiés en prenant l’hypothèse que les à la production d’électricité sont bien supérieures (facteur 5 par
performances sont égales pour les trois fluides retenus (R404A, rapport à la France à cause de l’origine essentiellement
R134a et NH3). Ce n’est pas tout à fait le cas et cela dépend des nucléaire de l’électricité).
technologies de machines utilisées (compresseurs à vis ou à
pistons), des cycles retenus (un ou deux étages) sachant que, en
règle générale :
– le R404A a un rendement inférieur de 10 % environ en réfrigé- 6. Perspectives
ration par rapport au R134a et à l’ammoniac ;
– le R404A et le NH3 ont des performances voisines en surgé- En liaison avec les objectifs de réduction des émissions de GES
lation sur des systèmes à vis avec économiseurs, généralement (un objectif de – 50 % minimum est régulièrement évoqué pour
utilisés ; 2050), pour limiter à 2 K environ le réchauffement de la planète, les
– le R134a est moins performant en surgélation et généralement évolutions ci-dessous semblent incontournables, dans l’attente de
utilisé en réfrigération ou refroidisseurs de liquide. nouvelles évolutions non connues à ce jour :
Néanmoins, l’hypothèse faite dans un but de simplification ne – le développement de l’utilisation de l’ammoniac grâce à des
modifie pas sensiblement la comparaison car elle impacte de ± 5 % assouplissements récents de la réglementation ainsi qu’aux
la valeur des émissions indirectes. solutions de réduction de charge ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


BE 9 720 – 10 est strictement interdite. – © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

_________________________________________________________________________ IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

– le développement de l’utilisation du CO2 : testés par différents constructeurs de climatiseurs et groupes


de refroidissement (newsletter de l’IIF d’avril 2011 [5]) ;
• en cascade associée à l’ammoniac,
– le développement probable de l’utilisation des hydrocarbures
• en pompe à chaleur haute température et pour des prépara- seuls ou en mélange, par exemple pour les réfrigérateurs domes-
teurs d’eau chaude sanitaire (ECS), tiques, le R441A (mélange breveté de éthane, propane, butane et
• en systèmes compacts transcritiques ; isobutène) annoncé avec un GWP 0 et une réduction de 48 % de la
puissance absorbée par rapport au R134a (newsletter de l’IIF
– l’utilisation de nouveaux échangeurs tels que des microcanaux d’avril 2011 [5]) ;
pour réduire les charges de frigorigène ; – des économies d’énergie :
– des installations de réfrigération indirecte permettant des
réductions importantes de charge et l’utilisation de fluides naturels • de nombreux systèmes peu utilisés jusqu’à présent sont
toxiques ou inflammables en primaires ; disponibles tels que variation de vitesse, haute pression flot-
tante, compresseurs et moteurs à haut rendement, analyse
– la limitation de l’emploi de fluides HFC à fort GWP ; prédictive des besoins et gestion de la production. Si ces
– l’emploi de fluides synthétiques à faible GWP par exemple : dispositifs sont faciles à mettre en œuvre pour de nouvelles
• présentation en octobre 2010 par Dupont de Nemours d’un installations, cela s’avère plus complexe et onéreux sur le
mélange de HFC avec GWP inférieur à 500 pour remplacer le parc existant (là où les économies sont potentiellement plus
R22 (GWP 1700 et ODP 0,05) et le R404A (GWP 3850), importantes) car il faut, entre autres, installer de nombreux
capteurs et enregistreurs pour avoir une idée précise du fonc-
• présentation en octobre 2010 par Honeywell de nouveaux tionnement et des performances réelles,
mélanges de HFC′ tels le HFO R1234 yf (GWP 4) pour la
climatisation automobile et les camions légers (approuvé • des aides sont disponibles via les CEE et auprès de l’agence
d’utilisation en Europe et au Japon et aux USA depuis le 28 pour le développement et la maîtrise de l’énergie (ADEME) ;
février 2011). Ce fluide ou le R1234 ze (GWP 6), lui-même – le développement de nouveaux procédés de production du
accepté pour la fabrication de mousses isolantes et d’aéro- froid. Certains semblent plus prometteurs comme l’absorption,
sols en Europe, Japon et USA depuis le 30 janvier 2011, sont l’adsorption, le solaire, le froid magnétique pour réfrigérateurs.
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. BE 9 720 – 11

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

P
O
U
Impact environnemental du froid R
et efficacité énergétique
E
N
par Paul RIVET
Gérant AF Consulting
Vice-président de la commission B2 de l’Institut international du froid (IIF)
Membre du groupe de travail de l’IIF sur les matériaux à changement de phase et les coulis
S
de glace (PCM)
Administrateur de l’association française du froid (AFF)
Ancien enseignant de l’Institut français du froid industriel au conservatoire national des
A
arts et métiers (IFFI/CNAM)
V
O
I
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

Sources bibliographiques R
[1] UNEP. – Refrigeration drive sustainable de- [5] Newsletter de l’IIF, avr. 2011. [9] Brochure IIF. – Handbook on ice slurries.
2005 IIF.

[2]
velopment. Rapport IIF, UNEP (2007).
IPCC. – Fourth Assesment report (2007).
[6] RIVET (P.). – Étude pour Ademe Languedoc-
Roussillon sur économies d’énergie en [10] Guide IIF. – Energy savings in refrigeration, P
agroalimentaire. Rapport 2010. air conditionning and heat pumps. 2009 IIF
[3]
[4]
Rapport sur les frigorigènes. Armines (2007).
4e Conférences de l’IIF sur le froid magnéti-
[7] DUMINIL (M.). – Frigoporteurs. AFF : 2005.
[11] International journal of refrigeration. Elsevier
IFF.
L
que à température ambiante. Termag IV,
Bautou (2010).
[8] TERRIER (M.F.), MEUNIER (F.) et RIVET (P.).
– Froid industriel. Livre PYC/Dunod 2005. U
S
À lire également dans nos bases

DUMINIL (M.). – Théorie des machines frigorifi- DUMINIL (M.). – Machines thermofrigorifiques. MARVILLET (C.). – Fluides caloporteurs. Propriétés.
ques. Machines à compression mécanique. Systèmes à éjection et à absorption. [BE 9 735] [BE 9 571] (2003).
[BE 9 730] (1996). (2002).
MARVILLET (C.). – Fluides caloporteurs et frigopor-
DUMINIL (M.). – Machines thermofrigorifiques. VRINAT (G.). – Machines frigorifiques industrielles. teurs. Definitions. Critères de choix [BE 9 570]
Classification. [BE 9 734] (2002). Introduction. [BE 9 740] (2009). (2003).

VRINAT (G.). – Machines frigorifiques industrielles.


Pour en savoir Plus. [Doc. BE 9 745] (2009).

Événements
Conférences du groupe de travail de l’IIF sur les coulis et matériaux à chan-
gement de phase (PCM), sur la réduction de charge des installations
(RCR), sur le froid magnétique
http://www.iifiir.org

Normes et standards
NF EN 378-1.2.3.4 04-08 Annexe E : Systèmes de réfrigération et
pompes à chaleur – Exigences de sécurité et
d’environnement (Annexe E : Refrigerating
systems and heat pumps – Safety and envi-
ronmental requirements)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. Doc. BE 9 720 – 1

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

P IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU FROID ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ________________________________________________________________________

O
U Réglementation
Décret no 2009-803 du 26 juin 2009 modifiant le décret no 2006-600 du
R Règlement (CE) 1005/2009 du Parlement européen et du Conseil du
16 septembre 2009 relatif à des substances qui appauvrissent la couche
d’ozone.
23 mai 2006 relatif aux obligations d’économies d’énergie dans le cadre
du dispositif des certificats d’économies d’énergie et le décret no 2006-603
Règlement (CE) 842/2006 du Parlement européen et du Conseil du 17 mai du 23 mai 2006 relatif aux certificats d’économies d’énergie.
2006 relatif à certains gaz à effet de serre fluorés, Code de l’environne-
ment, articles R 543-75 à R 543-123 relatifs aux substances qui appauvris- Directive 2006/40/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 mai 2006
sent l’ozone. concernant les émissions provenant des systèmes de climatisation des
E Règlement CE 1516/2007 repris dans l’arrêté du 7 mai 2007, de la qualifica-
tion des entreprises manipulatrices (attestation de capacité), de qualifi-
véhicules à moteur et modifiant la directive 70/156/CEE du Conseil.

Règlement (CE) 2037/2000 du Parlement européen et du Conseil du 29 juin


cation des techniciens (attestation d’aptitudes), des obligations de suivi et
N de déclaration pour les distributeurs et les exploitants.
Directive 2006/40/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 mai 2006
2000 relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

Code de l’environnement : chapitre 6, articles R 543-75 à 123 relatifs aux flui-


concernant les émissions provenant des systèmes de climatisation des des frigorigènes ayant un impact sur l’ozone et l’effet de serre et décret
véhicules à moteur et modifiant la directive 70/156/CEE du Conseil. 2011-396 du 13-04-2011 modifiant certains articles.

S Annuaire
A Organismes – Fédérations – Associations
(liste non exhaustive)
Association Française du Froid (AFF)
http://www.aff.asso.fr

V Institut International du Froid (IIF)


http://www.iifiir.org
Institut Français du Froid Industriel IFFI
http://iffi.cnam.fr
Agence pour le Développement et la Maîtrise de l’Énergie ADEME

O http://www.ademe.fr

I
Parution : octobre 2011 - Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11

P
L
U
S

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


Doc. BE 9 720 – 2 est strictement interdite. – © Editions T.I.

tiwekacontentpdf_be9720 v1 Ce document a ete delivre pour le compte de perso_morino - personnel // morino GANOU // 139.165.31.11
GAGNEZ DU TEMPS ET SÉCURISEZ VOS PROJETS
EN UTILISANT UNE SOURCE ACTUALISÉE ET FIABLE

Techniques de l’Ingénieur propose la plus importante


collection documentaire technique et scientifique
en français !
Grâce à vos droits d’accès, retrouvez l’ensemble
des articles et fiches pratiques de votre offre,
leurs compléments et mises à jour,
et bénéficiez des services inclus.

   
RÉDIGÉE ET VALIDÉE MISE À JOUR 100 % COMPATIBLE SERVICES INCLUS
PAR DES EXPERTS PERMANENTE SUR TOUS SUPPORTS DANS CHAQUE OFFRE
NUMÉRIQUES

 + de 350 000 utilisateurs


 + de 10 000 articles de référence
 + de 80 offres
 15 domaines d’expertise
Automatique - Robotique Innovation
Biomédical - Pharma Matériaux
Construction et travaux publics Mécanique
Électronique - Photonique Mesures - Analyses
Énergies Procédés chimie - Bio - Agro
Environnement - Sécurité Sciences fondamentales
Génie industriel Technologies de l’information
Ingénierie des transports

Pour des offres toujours plus adaptées à votre métier,


découvrez les offres dédiées à votre secteur d’activité

Depuis plus de 70 ans, Techniques de l’Ingénieur est la source


d’informations de référence des bureaux d’études,
de la R&D et de l’innovation.

www.techniques-ingenieur.fr
CONTACT : Tél. : + 33 (0)1 53 35 20 20 - Fax : +33 (0)1 53 26 79 18 - E-mail : infos.clients@teching.com
LES AVANTAGES ET SERVICES
compris dans les offres Techniques de l’Ingénieur

  
ACCÈS

Accès illimité Téléchargement des articles Consultation sur tous


aux articles en HTML au format PDF les supports numériques
Enrichis et mis à jour pendant Pour un usage en toute liberté Des contenus optimisés
toute la durée de la souscription pour ordinateurs, tablettes et mobiles

 
SERVICES ET OUTILS PRATIQUES

Questions aux experts* Articles Découverte Dictionnaire technique multilingue


Les meilleurs experts techniques La possibilité de consulter des articles 45 000 termes en français, anglais,
et scientifiques vous répondent en dehors de votre offre espagnol et allemand

 
Archives Impression à la demande Alertes actualisations
Technologies anciennes et versions Commandez les éditions papier Recevez par email toutes les nouveautés
antérieures des articles de vos ressources documentaires de vos ressources documentaires

*Questions aux experts est un service réservé aux entreprises, non proposé dans les offres écoles, universités ou pour tout autre organisme de formation.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

www.techniques-ingenieur.fr
CONTACT : Tél. : + 33 (0)1 53 35 20 20 - Fax : +33 (0)1 53 26 79 18 - E-mail : infos.clients@teching.com

Vous aimerez peut-être aussi