Vous êtes sur la page 1sur 1

Moussa DIABATE

Juriste entreprise, fiscaliste senior


Conseil juridique postulant
(+ 225) 57250443 / 41998298

Abidjan, le 22 Janvier 2021

Personnel & confidentiel

Objet : synthèse de l’aménagement des dispositions relatives aux mutations foncières et à la


publication de certains droits de propriété foncière

L’article 18 de l’annexe fiscale à la loi de finances n°2020 – 972 du 23 décembre 2020 portant
budget de l’Etat pour l’année 2021 apporte des ajustements aux dispositions relatives aux
mutations foncières et à la publication de certains droits de propriété foncière.

Conformément aux dispositions de l’article 179 bis du code général des impôts, l’acquéreur d’un
immeuble ainsi que le propriétaire cédant ont l’obligation d’accomplir les formalités de mutation
foncière.

Toutefois, le constat démontre que de nombreux nouveaux acquéreurs se soustraient à cette


obligation, rendant fiscalement responsables indéfiniment, les anciens propriétaires d’immeubles
puisque ces derniers continuent de figurer au rôle de l’impôt foncier et sont imposés en
conséquence.

Afin d’apporter des corrections à cette situation, L’article 18 de l’annexe fiscale à la loi de
finances n°2020 – 972 du 23 décembre 2020 portant budget de l’Etat pour l’année 2021, met à
la charge du nouvel acquéreur l’obligation de produire auprès du service d’assiette d’impôt
foncier compétent, copie de l’acte de cession l’immeuble cédé, dès la signature dudit acte.
Le défaut d’accomplissement de l’obligation surexposée, est soumis au paiement d’une
amende de cinq cent (500 000) FCFA.

Cette obligation est étendue aux notaires rédacteurs des actes de cessions d’immeubles, qui ont
désormais l’obligation, de communiquer aux servies d’assiette et de recette de l’impôt foncier de
rattachement desdits immeubles, les informations relatives à l’identification précise du
propriétaire de ces immeubles.
Le défaut d’accomplissement de cette obligation nouvelle est sanctionné d’une peine
d’amende de trois millions (3 000 000) FCFA.