Vous êtes sur la page 1sur 37

Rhétorique de l’image

Youssef Ait hammou

« L'art ne veut pas la représentation d'une chose belle

mais la belle représentation d'une chose. »

Emmanuel Kant

« Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée ! »

André Gide

« L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible. »

Paul Klee

« Une image vaut dix mille mots »

Proverbe chinois

INTRODUCTION
Qu’est-ce que l’image ? Où commence et où finit l’image ? L’mage a-t-elle un pouvoir ?
L’image est-elle un outil pour le savoir ? L’image peut-elle toujours dire la vérité ? L’image,
est-elle plus éloquente que les mots ? où se situe la rhétorique de l’image ? dans la
publicité ? dans l’art ? dans la propagande ? Dans le flux des images, l’arrêt sur images est-
il nécessaire ?

Les images sont-elles des objets de spectacle ou de méditation ?

Sommes-nous déjà dans la guerre des images ? Sommes-nous déjà dans l’hégémonie des
images ? Comment s’exprime la fracture sociale des images ? Faut-il apprendre à
décoloniser nos images et nos imaginaires ?
a- L’image suscite deux types d’attitude :

Iconodule, iconophile (orthodoxe, catholique, chiiste)

Attitudes

iconoclaste, iconophobe (juif, protestant, sunnite, )

b- Les quatre grandes croyances : croire que l’image est le réel, croire que l’image est évidente
et se passe de discours et de commentaire, croire que l’image n’a pas d’énonciateur, croire
que l’image est un simple divertissement
c- Finalités de l’analyse des images /production d’un discours sur l’image
- Décoder, décrypter les images
- Mettre en valeur la structure interne des images
- Apprécier l’esthétique
- Découvrir les sens cachés , implicites des images
- Distinguer les bonnes images des mauvaises
- Créer de la distance
- Verbaliser les images
- Approche rationnelle des images
d- Définition :

L’image est une structure sémiotique, culturelle, conventionnelle, qui représente de manière plus ou
moins réaliste les segments visuels de la réalité concrète. En fait, l’image représente notre
représentation cérébrale et notre perception du réel et dépend des outils utilisés (crayon, palette,
appareil photo, caméra…)

L’image se distingue des autres systèmes de signes de la communication humaine : l’écriture, la


parole, l’architecture, les objets, les parfums, les gouts, le toucher…

L’image ne se confond pas avec l’image mentale, l’image en mathématique, image poétique

L’imagination est un processus psychique qui permet de fabriquer de nouvelles images en


combinant plusieurs éléments visuels préexistants, fabriquer de l’inconnu à partir du connu,
fabriquer du neuf à partir de l’ancien. Elle est la base des activités scientifique, artistique,
mythologique…
e- Rhétorique, éloquence, pragmatique, sémiotique des images :
la rhétorique se définit comme :
- l’art du bien dire (ars bene dicendi), l’art de l’éloquence,
- l’art de la persuasion (ars persuadendi), l’art qui permet
d’argumenter, art de la pragmatique

L’image :
Structure, fonctions, communication, typologie
1- La communication visuelle/iconique

La structure de la communication visuelle se compose des éléments suivants :


Intenti Emetteur (artiste, photographe, cinéaste, dessinateur)
on

Message (idées, émotions, opinions)


Informer, s’exprimer, agir

Code visuel (signe visuel)

Canal, contexte, bruit

Récepteur intentio
n

Les étapes de la communication visuelle :


Processus physique ( réflexion de la lumière)

Processus physiologique (œil,


perception oculaire)

Processus
psychique(le
cerveau, aire
visuelle)

Champs visuel

Naturel Culturel

Iconique non iconique

Corporel non corporel

La communication iconique fait partie de la communication visuelle (œil, cerveau)

2- Structure et composants
L’image est une structure : ensemble d’éléments et de relations (de différences)

L’image est une figure qui se dégage dans un fond ou une surface plane :
Elle se constitue de cinq composantes :

- Le support matériel : papier, toile, roche, écran, tissu…


- Le signifiant, l’expression, la forme : cadrage lumière, couleurs, composition, formes ,
géométriques… l’image est multicodée : code chromatique, code spatial, code
gestuel…
- Le signifié, le contenu, le fond : thèmes, émotions, récit, personnage, lieu…, schéma
narratif de Bremond, schéma actanciel de Greimas…
- La compétence iconique et visuelle de l’émetteur et du récepteur (œil, le cerveau)
- Les conditions d’énonciation : conditions physique, physiologique, psychique,
contexte médiatique, contexte pédagogique, contexte artistique
Le signifié le conçu

signe

Le référent Le signifiant
L’objet Le perçu

3- Relations sémiotiques
L’image entretient des relations intersémiotiques sémiotiques avec d’autres modes de
communication. Ces relations sont soit formelles, soit sémantiques.

 L’image et le texte écrit : la bande dessinée, la presse, la publicité, le


scipto- visuel, les calligrammes
 L’image et le son (musique, parole, bruit) : le cinéma, la télévision,
les vidéos
 L’image, le son, l’écrit : cas du sous-titrage au cinéma et la télévision
 L’image et la réalité : illusion du réel, illusion optique, Magritte

Ces relations sont de trois types :

 Des relations formelles, spatiales, temporelles : la presse écrite, la


bande dessinée l’audiovisuel, la couverture d’un livre
 Des relations sémantiques : redondance, complémentarité,
contrepoint, relais, ancrage…
Magritte Trahison
des images
 Des relations intertextuelles, de transmédia : adaptation
cinématographique

Roman

film ba
nde dessinée

4- Les fonctions de l’image


Fonctions Définitions illustrations
référentielle En relation avec le réel, Le documentaire, le journal
copier le réel visuel, mimésis, télévisé,, l’image scientifique
la connaissance, le savoir et médicale, l’image militaire,
le courant réaliste en
peinture et cinéma….
Emotive, expressive En relation avec le sujet Le cinéma poétique, le selfie,
énonciateur, l’expression de l’autoportrait, l’album de
soi, expression de ses famille, la caricature…
opinions, expression de ses
émotions
Conative, impressive En relation avec l’autre, La publicité, la propagande, la
action pragmatique sur pédagogie, la religion, la
autrui, le faire faire, quand magie, les réseaux sociaux….
filmer c’est faire
Méta-sémiotique Reproduction des images La photographie d’un tableau
de peinture, le making off…
Poétique, plastique En relation avec le code La peinture, la photographie,
formel de l’image le cinéma, l’art vidéo, l’avant-
garde, l’art expérimental….
Phatique, de communion En relation avec le canal, Les réseaux sociaux
pour maintenir la
communication, insertion
sociale
ludique Jouer Les jeux vidéo

Les principaux domaines de l’image sont :


 Le domaine scientifique : l’image est référentielle,
dénotative, constative (image : savoir, réflexion)
 Le domaine artistique : l’image est le résultat d’un travail sur
la forme visuelle (peinture, cinéma) (image : émotion)
 Le domaine médiatique, journalistique : la presse écrite, la
télévision (image : action sociale), le dessin de presse,la
caricature…
 Le domaine sacré : la religion, les mythes…
 Le domaine populaire : les réseaux sociaux, photo de famille,
dessin d’enfant, vidéo de mariage…
 Le domaine brut : la vidéosurveillance

Les principales fonctions de l’image sont :

o La fonction épistémique (sciences, savoirs, réel) : film


scientifique, photographies de National Geographic,
film médical, photographie militaire, film
ethnogrphique
o La fonction esthétique (art) : peinture, photographie
de Cartier Bresson, art cinématographique, publicité
o La fonction éthique (idéologie, éducation, morale,
politique, religion) : films et images de propagande,
films pédagogiques, cinéma sacré

La typologie des images selon leur visée :

- L’image narrative : peinture, photographie, bande dessinée, cinéma


- L’image descriptive : la vidéosurveillance, le schéma, image scientifique, le portrait, le
paysage
- L’image injonctive : le code de la route, les pictogrammes, mode d’emploi
- L’image programme : prospectus, plan , croquis
- L’image argumentative : publicité, propagande, publicité sociale
- L’image expressive : le selfie

5- Typologie des images


 Les trois types de signe : image, indice, symbole, image-
symbole

symbole conventionnel, arbitraire

icône : similitude indice : causalité


indice image

symboles

image symbole

 image du visible/image de l’invisible (les saints, le sacré, les


génies, télescope, microscope)
 image isolée/images en séquence : photo, peinture/cinéma,
bande dessinée
 image fixe/image mobile : photographie, peinture, bande
dessinée/cinéma, télévision…
 Image brute première /image retouchée
 Originale/dupliquée
 Image-occurrence/image type : l’image d’un chat renvoie à
un chat particulier et à tous les chats
 Communication iconique basique/communication hybride
 Image pédagogique/image authentique
 Image manuelle/image mécanique
 Image monochrome/image polychrome….
 Les signes plastiques spécifiques à l’image(cadre, pose du
modèle, composition interne)et signes plastiques non
spécifiques hérités de la nature (couleurs, formes
géométriques, la texture, l’éclairage)

6- Image et réalisme

R.Magritte
Il existe deux types de réalisme des images :

- le réalisme du contenu iconique, dénotatif qui permet de référer à


des êtres et objets situés dans l’espace-temps visible
tangible(arbre, chien, Biden), ou des êtres surnaturels (Zeus, Satan,
mythes, Superman…)
- le réalisme de l’expression formelle qui renvoie aux choix
techniques et esthétiques de la mise en image (cadrage, angle de
prise de vue, couleurs…)

Réalisme du contenu Réalisme de


l’expression
PHOTOGRAPHIE 3D DE BARACK + +
OBAMA

Caricature de Superman - -
CARICATURE DE BARACK + -
OBAMA
PHO 3D DE SUPERMAN - +

De plus, l’image est une représentation partielle et partiale du réel : on ne filme pas tout le réel, on
filme à travers nos grilles de lecture du réel…
7- Echelle d’iconicité
Les expressions formelles varient en fonction de leur degré de réalisme : les images les plus réalistes
sont celles qu’on fabrique avec le maximum de technique réaliste (holographie, 3D couleurs), les
images les moins réalistes sont réalisées au moyen de méthodes ordinaires ne visant pas à être fidèle
au réel (dessin caricature)

iconicité, réalisme maximal, figuration

hologramme

film 3D couleurs HD 16K

Photo

Peinture réaliste

Dessin réaliste

Caricature

Schéma

Pictogramme/idéogramme

Iconicité, réalisme minimal, abstraction

Les différentes approches


de l’analyse de l’image
L’image est un objet de consommation quotidienne que peu de gens prennent la peine
d’analyser et d’interroger. Le plaisir premier d'ordre émotionnel, et l’information superficielle sont
satisfaisants pour le consommateur ordinaire. Or, l’analyse des images peut procurer au spectateur
averti un autre plaisir beaucoup plus intellectuel et beaucoup plus profond.

Au Maroc, on cite souvent l’exemple des tableaux de la Vierge Marie avec l’enfant qu’une
lecture naïve et superficielle limite à la seule information dénotative (une femme + un bébé + les
connotations sur la maternité) alors qu’une lecture attentive et profonde peut faire comprendre qu’il
s’agit d’une image chrétienne, celle de la Vierge et de Jésus-enfant. Cette analyse peut même
permettre de décoder les signes cachés révélant le courant artistique, le courant religieux de
l’artiste…
L’analyse des images est donc une procédure intellectuelle qui permet de connaitre
profondément une image en dehors de l’émotion première afin d'éviter le risque de mauvaises
interprétations. Il existe plusieurs approches d’analyse des images. Nous allons en voir les plus
importantes par ordre chronologique:

La méthode d’Erwin Panofsky

Dans ses Essais d’iconologie, E. Panofsky propose une méthode tridimensionnelle :

- La description pré-iconographique primaire : sujet principal, motifs, couleurs, formes,


support, auteur, titre
- La description iconographique : thèmes et esthétique, personnage, objets, décors
- La signification iconologique :contexte socioculturel, valeurs culturelles, courant,
interprétation, intention de l’auteur…

Le groupe mu

Dans son Traité du visuel, le groupe Mu distingue dans une une image deux types de signe :

- Les signes iconiques qui renvoient au réel (arbre, chat)


- Les signes plastiques qui sont autonomes : couleurs, formes géométriques

Roland Barthes

Dans sa Rhétorique de l’image, l’analyse d’une publicité comporte trois étapes :

 Le message plastique : couleurs, cadre, angle de vue


 Le message iconique : contenu
 Le message linguistique

La relation entre texte et image s’opère de deux manières :

 L’ancrage : le texte réduit la polysémie de l’image


 Le relais : le texte complète le sens de l’image

Laurent Gerveeau

Dans son livre Voir, comprendre, analyser les images, L. Gervereau propose une grille d’analyse
dont les principales étapes sont :

- La description : technique, thématique, stylistique


- Etude du contexte : contexte en amont, contexte en aval
- Interprétation : significations globales et personnelles de l’oeuvre

La méthode de Michel Martin

Michel Martin propose, dans son livre Sémiologie de l’image et pédagogie , deux étapes de la
perception des images :

- Les éléments de l’iconicité et les codes pseudo-naturels : les dimensions, l’échelle, la


substance, les couleurs, l’éclairage, le contexte, le cadrage ;
- Les codages proprement dits qui ne relèvent pas de l’analogie mais de la volonté de
communiquer un message ou une émotion de la part du photographe créateur : les effets
techniques, les effets de prise de vues, les effets de composition…

La méthode d’analyse de Cocula et Peyroutet

Dans leur ouvrage Sémantique de l’image , Cocula et Peyroutet proposent une grille pour
l’analyse du message visuel fixe composée de quatre étapes :

- Le préambule : auteur du message, titre, genre, support, dimensions… .

- Approche intuitive : réactions spontanées, jugements libres et sauvages.

- Approche iconique : inventaire des formes et des motifs.

- Approche iconographiques qui s’attarde sur les domaines, linguistique (signatures, inscriptions),
socioculturel (codes topologique, de reconnaissance du réel, de comportements, mythes, religions…),
psychocritique (rhétorique, psychanalyse…), esthétique (rhétorique, graphie, couleurs,
morphologie…).

La méthode d’analyse de Geneviève Cornu

Dans l’approche de G. Cornu, auteur de Sémiologie de l’image dans la publicité , la méthode


préconisée pour l’analyse d’une image publicitaire se compose de trois étapes:

- Dégager les icônes (figuratifs sous non (couleurs, lignes…) et leurs significations implicites.

- Dégager le théâtre de la publicité basé sur les allusions, les faits historiques, la mise en scène, des
histoires bien connues, des personnages, des lieux, des objets.

- Dégager les mythes anciens et modernes, les allusions à la religion et au polythéisme…

Cornu a l’avantage d’orienter l’analyse des images vers des interrogations intertextuelles et
historiques (religions, mythes…)

La méthode d’analyse de Martine Joly

Pour M. Joly, une meilleure méthode pour analyser les images n’existe pas, il n’y a que des
approches qui obéissent à des objectifs précis et à des conditions socioculturelles déterminées.

Son analyse permet de mettre en valeur la notion de permutation des éléments plastiques et
iconiques. C’est ainsi qu’elle dégage dans le tableau trois niveaux :

- Le niveau plastique : Il se compose de formes géométriques, de couleurs, de compositions et


de textures qui déterminent sa matérialité et créent une atmosphère d’étouffement et
d’enlacement.

- Le niveau iconique : Il permet de montrer des objets figuratifs qui renvoient à la réalité et qui
accentuent cette impression d’oppression et d’étouffement.
- Le message linguistique : le nom d’Usine à Horta Ebro accentue lui aussi le pessimisme et la
tragédie du tableau en raison des évènements dramatiques qui y ont eu lieu.

L’image tire sa force des mots qui la commentent, l’analysent, la traduisent, et l’accompagnent.

La méthode d’Yves Baudry

. L’approche de Baudry propose de suivre le cheminement suivant :

- Le quantitatif : formes, dimensions, constats, description, dénotation

- Le qualitatif: comparaison, connotation, rhétorique, émotion ajoutée à l’analyse,...

Il va sans dire que cette approche ne diffère des autres que par le fait de mettre en premier plan
l’analyse formelle et plastique. Yves Baudry a l’avantage aussi d’insister sur l’apport de l’émotion
affective du lecteur et de l’artiste.

La méthode d’analyse de Pierre Sadoulet

La méthode préconisée porte sur trois moments d’analyse :

- Le premier moment focalise l’attention sur les formants plastiques de l’image. L’auteur
recommande une analyse exhaustive et complète de l’image qui doit aboutir à «choisir les détails les
plus pertinents » . Cette analyse permet donc de repérer les formes géométriques, le fond, les motifs
qui permettent de créer un effet figuratif ;

- Le deuxième moment s’intéresse de plus près aux évocations et aux symboles de la scène
représentée.

- Le troisième moment s’occupe du traitement pictural c’est-à-dire la manière dont l’auteur a


traité le sens : choix des formes, le choix du réalisme.

Il conclut son analyse par l’insistance sur « la valeur émotionnelle et symbolique » à laquelle doit
aboutir toute analyse.

Analyse d’images/analyse de film


UNE SYNTHESE
Introduction

- Analyser : décomposer, déconstruire, chercher les unités minimales, chercher la structure de


base cachée, établir des liens entre éléments
- Lire une image : interpréter son sens à partir de théories générales
- Image : produit culturel iconique permettant de représenter artificiellement le réel visible
- Film : produit culturel basé sur l’image mobile, la lumière, le récit

Méthode d’analyse des images


1- Description : titre, auteur, date, lieu d’édition, taille, durée, source…
2- Analyse interne
a. QUOI ? le contenu dénotatif (émotions, thèmes, archétypes, personnages, lieux,
époques, objets, récits) ; le contenu connotatif (symboles, mythes, valeurs éthiques),
l’argumentation, le scénario
b. COMMENT ? le choix esthétique du cadrage, de la lumière, des couleurs, de la
perspective, des mouvements de caméra, de la musique, du montage, ancrage,
relais.. le choix rhétorique (ellipse, métaphore, métonymie)
c. POURQUOI ? intention explicite ou implicite de l’auteur, valeur pragmatique du
document, vision politique ou idéologique, visée éthique
3- Analyse intertextuelle
a. Recherche comparative entre l’œuvre étudiée et d’autres œuvres filmiques ou
iconiques
b. Recherche comparative entre l’œuvre étudiée et des produits culturels non
iconiques (musique, théâtre, mœurs….)
c. Définir la singularité de l’œuvre
d. Chercher les invariants culturels
4- Analyse externe (contextualisation)
a. Biographie de l’auteur
b. Genèse de l’image et du film
c. Explication et interprétation théoriques de l’œuvre : psychanalyse, sociologie,
anthropologie, histoire
5- Rédaction du compte-rendu de l’analyse

ANALYSE EXTERNE (CONTEXTE SOCIO-HISTORIQUE)

ANALYSE INTERNE

SIGNIFIANT /SIGNIFIE
A.INTERTEXTE
DENOTATION/CONNOTATION
A.IINTERTEXTE
Quelques figures rhétoriques dans les images

1- Allégorie

ALLÉGORIE DE LA SIMULATION
Lorenzo Lippi
Vers 1640
Huile sur toile
73 x 89 cm
Legs Goury , 1886
« Ce portait d’une jeune femme tenant d’une main un masque et de l’autre une grenade ouverte est une allégorie
peu commune car ces deux attributs ne sont jamais associés. Le masque est l’emblème du théâtre, de l’imitation,
mais aussi de la fausseté, du mensonge et de la dissimulation. La grenade, dont l’écorce renferme de nombreux
petits grains, évoque l’unité, voire la démocratie, mais aussi la fausse apparence car elle réserve parfois des
surprises une fois ouverte.
Les deux symboles associés pourraient signifier la simulation, idée présente à la fois dans le masque et dans la
grenade. La femme les montre dans un geste de balancement. Le thème de l’actrice ou de la courtisane s’y
ajouteraient. »

allégorie de la grammaire de : Laurent de La Hyre,


ALLEGORIE DE L ANGOISSE LE CRI DE MUNCH

Accumulation

La métonymie
Magritte le modèle rouge

Russel Lee les mains…

LA CHUTE D ICARE DE BRUEGHEL

La métaphore

« Ils viennent les chevaux de la


Mer ! » par Walter Crane (1893).
montage
métaphorique, Les temps modernes de CHALIE CHAPLIN

LA PERSONNIFICATION

DESSIN ANIME DE WALT DISNEY


PARALLELISME
CARTIER Bresson

L’ellipse
L’opposition : L’antithèse

RHETORIQUE DE L ART ENGAGE

PICASSO GUERNICA

DELACROIX LA REVOLUTION GUIDANT LE


PEUPLE
DOROTHEE LANGE
LES ILLUSIONS D OPTIQUE
Rhétorique et publicité
Définition : la publicité technique commerciale basée sur l’information et la séduction :
 informer sur l’existence d’un produit ou d’un service ou d’une cause
(publicité sociale),
 séduire et persuader par la création d’un univers euphorique, positif,
gratifiant…
 provoquer l’acte d’achat

Elle utilise la technique du syllogisme :

 tout homme est mortel


 Socrate est un homme
 Donc, Socrate est mortel

Publicité fixe

Publicité mobile (Evian, lexus, conte dans la publicité)

Culture marocaine dans Jayda ferkous

Le patrimoine artistique dans la publicité


Détournement et appropriation d’œuvres d’art par la publicité
LA VAGUE
Le conte dans la publicité
Images de propagande
La propagande est un système de communication qui vise à modifier les
attitudes et les comportements des masses, et à diffuser des idées, des
idéologies…

La propagande se base sur les stéréotypes et les clichés utilisés de deux


manières :

 La diabolisation de l’autre, la dévalorisation de


l’ennemi
 La déification de soi, la valorisation de ses valeurs

Les procédés majeurs de la propagande sont :

 Les stéréotypes et les clichés facilement


mémorisables
 La simplification des messages, les images choc
 L’uniformisation, le conformisme
 Le matraquage médiatique, l’éducation
 La manipulation de l’histoire, le mensonge
 La censure et l’autocensure
 Déification de soi et diabolisation de l’autre
 La peur de l’autre, les émotions
 Le refus de l’esprit critique
 L’effet grégaire, moutons de Panurge, la foule, la
masse
 L’usage des mass media

Vous aimerez peut-être aussi