Vous êtes sur la page 1sur 74

RAPPORT FINAL

DES ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION

Février 2022

PHP & CNO


Table des matières
I-Contexte et justification...................................................................................................... 7
II-Objectifs des Assises......................................................................................................... 8
2.1. Objectif général .............................................................................................................................. 8
2.2. Objectifs spécifiques........................................................................................................................ 8

III- Résultats attendus............................................................................................................ 8


IV- Organisation des assises.................................................................................................. 8
4.1. Structures chargées de l’organisation.............................................................................................. 9
4.1.1. Panel des Hautes Personnalités(PHP) ......................................................................................... 9
4.1.2. Commission Nationale d’Organisation (CNO)............................................................................ 9
4.2. Méthodologie d’organisation des Assises ...................................................................................... 9
4.2.1. Organisation et activités du PHP................................................................................................ 10
4.2.2. Organisation et activités de la CNO........................................................................................... 12
4.2.3. Thématiques débattues .............................................................................................................. 13
4.2.4. Déroulement des Assises à l’intérieur du pays........................................................................... 15
4.2.5. Déroulement des Assises au niveau des Maliens établis à l’Extérieur ...................................... 15
4.2.6. Déroulement des Assises au niveau national ............................................................................. 16
4.2.7. Contributions diverses................................................................................................................ 16

V- Résultats analytiques...................................................................................................... 16
5.1. Questions politiques et institutionnelles - gouvernance électorale............................................... 16
5.2. Défense et sécurité – souveraineté – lutte contre le terrorisme – questions géostratégiques et
géopolitiques........................................................................................................................................ 17
5.3. Justice et droits de l’homme – gouvernance – transition numérique – médias............................. 17
5.4. Politique étrangère – Coopération internationale – Maliens établis à l’Extérieur – Intégration
africaine................................................................................................................................................ 18
5.5. Dialogue social : enjeux, défis et perspectives – réformes sociales-fonction publique – formation
– emploi des jeunes – entreprenariat.................................................................................................... 18
5.6. Planification développement économique et industriel – développement rural – questions
économiques et financières – fiscalités – dépenses publiques.............................................................. 19
5.7. Santé et affaires sociales – questions humanitaires – réfugiés et déplacés internes...................... 19
5.8. Administration du territoire – réorganisation territoriale – détermination des circonscriptions
électorales - décentralisation – accès aux services sociaux de base – questions foncières.................. 19
5.9. Paix, réconciliation et cohésion sociale – appropriation Accord pour la Paix et la Réconciliation au
Mali issu du Processus d’Alger – Démobilisation – Désarmement – Réinsertion............................... 19
5.10. Arts – culture – tourisme............................................................................................................. 20
5.11. Jeunesse – sport – éducation civique – construction citoyenne.................................................. 20
5.12. Développement durable – environnement – assainissement....................................................... 20
5.13. Education – questions scolaires, universitaires et recherche scientifique................................... 20
VI- Recommandations des Assises Nationales................................................................... 20

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


2
VII- Difficultés et contraintes ............................................................................................. 40
VIII- Budget........................................................................................................................ 41
IX- Leçons et suggestions................................................................................................... 41
X- Comité de suivi – évaluation.......................................................................................... 42

ANNEXES
Annexe 1: Discours de son Excellence Colonel Assimi Goïta Président de la Transition Chef de l’Etat à
l’Occasion de la Céremonie d’Installation des Membres du Panel des Assises Nationales
de la Refondation......................................................................................................................................... 45

Annexe 2: Discours de Son Excellence le Colonel Assimi Goita, Président de la Transition,


Chef de l’Etat à l’occasion du Lancement des Assises Nationales de la Refondation................................ 47

Annexe 3 : Discours de Son Excellence le Colonel Assimi Goita, Président de la Transition,
Chef de l’Etat à l’occasion de la Clôture des Assises Nationales de la Refondation................................... 50

Annexe 4 : Décret N° 2021-0729/PT-RM du 16 octobre 2021 portant création, missions, organisation et
fonctionnement des organes des Assises Nationales de la Refondation...................................................... 53

Annexe 5 : Décret N° 2021-0730/PT-RM du 16 octobre 2021 portant nomination des membres du Panel
des Hautes Personnalités des Assises Nationales de la Refondation........................................................... 56

Annexe 6: Décret N° 2021-0731/PM-RM du 16 octobre 2021 portant nomination des membres de la


Commission Nationale d’Organisation des Assises Nationales de la Refondation..................................... 58

Annexe 7 : Termes de Référence des Assises Nationales de la Refondation validés en Conseil des
ministres du 20 octobre 2021....................................................................................................................... 60

Annexe  8 : Liste des membres du Panel et de la Commissions Nationale d’Organisation........................ 69

Liste et contacts des membres du Panel des hautes personnalités............................................................... 69

Annexe  9 Liste des membres des sous commissions de la CNO et le personnel d’appui......................... 70

Annexes dans les archives autres que ce rapport......................................................................................... 72

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


3
Sigles et abréviations
ABFN : Agence du Bassin du Fleuve Niger
ADEMA-PASJ : Alliance pour la Démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice
AIGE : Autorité Indépendante de Gestion des Elections
AGEMPEM : Association des Groupements d’Eglises et de Missions protestantes Evangéliques au Mali
AMO : Assurance Maladie Obligatoire
ANPE : Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi
ANR : Assises Nationales de la Refondation
APEJ : Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes
ARP : Action Républicaine pour le Progrès
ASMA- CFP : Alliance pour la Solidarité au Mali-Convergence des Forces Patriotiques
BIT : Bureau International du Travail
CADRE : Cadre de partis et regroupements de partis politiques pour une Transition réussie
CANAM : Caisse Nationale d’Assurance Maladie
CEDEAO : Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest
CMAS : Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko
CNO : Commission Nationale d’Organisation
CNRST : Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique
COMATEX : Compagnie Malienne de Textile
CSCOM : Centre de Santé Communautaire
CSREF : Centre de Santé de Référence
CUMA : Coopérative d’Utilisation des Matériels Agricoles
DCI : Dénomination Commune Internationale
DNACPN : Direction Nationale de l’Assainissement, du Contrôle des Pollutions et des Nuisances
ECM : Education Civique et Morale
EPA : Etablissement Public Administratif
EPIC : Etablissement Public Industriel et Commercial
EPM : Alliance Ensemble Pour le Mali
FAFPA : Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage
FAMA : Forces Armées Maliennes
HUICOMA : Huilerie Cotonnière du Mali
IEC : Information, Education et la Communication
ISO : Organisation Internationale de Normalisation
M5-RFP : Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques
MDP : Mécanisme pour un Développement Propre
NINA : Numéro d’Identification Nationale
OCLEI : Office Central de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite
ODD : Objectifs du Développement Durable
ONG : Organisation Non Gouvernementale
ORTM : Office de Radiodiffusion Télévision du Mali
PANEL : Panel des Hautes Personnalités
PDESC : Programme de Développement Economique, Social et Culturel
PIB : Produit Intérieur Brut
PME : Petites et Moyennes Entreprises
RAMU : Régime d’Assurance Maladie Universelle
SC : Service Civique
TEJ : Taxe Emploi des Jeunes
TDR : Termes De Référence
TFP : Taxe à la Formation Professionnelle
TOKTEN: Transfer of knowledge of technology and research by expatriated Nationalities

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


4
Introduction
Le présent rapport est une consolidation des résultats d’analyse des données des Assises Nationales de la
Refondation de l’Etat (ANR). La méthode utilisée a été une approche de bas vers le haut en commençant
par les communes, les cercles, les régions et le niveau national y compris les zones des déplacés, les lieux
des réfugiés et de concentration des Maliens établis à l’Extérieur.
Ainsi, l’analyse ci-dessous porte sur les 100% des rapports disponibles de la tenue des Assises dans les
communes, les cercles, les régions, les six communes de Bamako, le District de Bamako, les Maliens
établis à l’Extérieur, les réfugiés et les déplacés.
Les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat se sont tenues, les 11 et 12 décembre 2021 dans 725
communes sur un total de 759 communes identifiées par le ministère de l’Administration Territoriale ; soit
un taux de couverture nationale de 95,52%. Seules les vingt-une (21) communes de Ménaka et les treize
(13) communes de Kidal n’ont pas pu tenir les Assises. Une vingtaine de participants de chaque commune
où l’insécurité a été signalée ont pris part aux Assises au niveau des cercles.
Au niveau des cercles, elles se sont tenues, les 15 et 16 décembre 2021. Au total elles ont pu se tenir dans 51
cercles sur 60 cercles incluant les 6 communes du District de Bamako; soit un taux de réalisation de 85%.
Seuls les cercles des régions de Ménaka et de Kidal n’ont pas pu tenir les Assises. Toutefois, à Ménaka la
formation des modérateurs/points focaux avait été lancée par le Directeur de cabinet du Gouverneur. Mais
à peine commencée la formation a été empêchée par des membres du Comité Stratégique Permanent (CSP).
De même à Kidal, les mêmes acteurs ont empêché la tenue des Assises.
Les Assises se sont tenues dans 26 juridictions de forte concentration des Maliens établis à l’Extérieur les
18 et 19 décembre 2021. Dans certaines de ces juridictions, pour des raisons d’organisation, elles se sont
tenues les 22 et 23 décembre 2021 dans deux villes différentes, Abidjan et Bouaké pour la Côte d’Ivoire ;
Alger et Tamanrasset pour l’Algérie.
Les Assises pour les réfugiés se sont également tenues les 18 et 19 décembre 2021 en même temps que pour
les Maliens établis à l’Extérieur.
A l’échelon régional les Assises se sont déroulées dans dix-sept (17) des dix-neuf (19) régions et dans le
district de Bamako, les 22 et 23 décembre 2021.
La phase nationale des Assises de la Refondation de l’Etat s’est déroulée les 27, 28, 29 et 30 décembre 2021
au Centre International de Conférence de Bamako (CICB).
Au total, les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat ont mobilisé 84 700 délégués répartis comme
suit :
-- échelon communes et cercles : 77 800 délégués ;
-- échelon région et le district de Bamako, y compris les déplacés internes : 3 100 délégués ;
-- Maliens établis à l’Extérieur et les réfugiés : 2 200 délégués ;
-- Niveau national : 1 600 délégués.
Les cérémonies d’ouverture et de clôture étaient placées sous la présidence de Son Excellence le Colonel
Assimi GOITA, Président de la Transition Chef de l’Etat (Annexe 1).
Au niveau des autres échelons, les cérémonies d’ouverture et de clôture ont été placées sous la présidence
des Sous-préfets, des Préfets et des Gouverneurs respectivement dans les communes, les cercles et les
régions.
A tous les niveaux, les treize (13) thématiques ont été exposées et débattues et des recommandations ont

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


5
été formulées par les participants. Les débats étaient ouverts et les modérateurs/points focaux ont assuré la
bonne conduite des différents ateliers ou groupes de travail.
Les participants au niveau des différents échelons ont choisi eux-mêmes les présidents ainsi que les
rapporteurs. Par ailleurs, les autorités administratives ont apporté les soutiens logistiques, techniques et
administratifs nécessaires au bon déroulement du processus.
Au niveau national, près de la moitié des participants sont venus des collectivités territoriales et des Maliens
établis à l’Extérieur.
Les débats ont porté sur les 13 thématiques telles que présentées dans les Termes de Référence. A cet
égard, la Commission Nationale d’Organisation en rapport avec le Panel des Hautes Personnalités a
présenté scientifiquement et techniquement des fiches servant de guide pour la tenue des Assises. Certaines
thématiques étaient présentées sous forme de questionnement, ce qui a permis de faire une analyse statistique
et qualitative par rapport aux conclusions des débats tenus au niveau des communes, cercles, régions et au
niveau national.
Au niveau national, certaines thématiques ont permis des ouvertures sur des questions spécifiques liées à la
vie de la nation qui ne figuraient pas de façon précise dans leurs formulations initiales telles qu’indiquées
dans les Termes de Référence.
La Commission Nationale d’Organisation a mis en place une base de données constituée à partir d’un
système d’information géographique (SIG) développé dans un logiciel (ODK) pour enregistrer en ligne
toutes les données issues des rapports de la tenue des ANR. Un extrait des données sur Excel a été effectué
permettant de faire une analyse à travers les tableaux dynamiques croisés.
La méthode d’analyse des données a consisté à faire un croisement des localités communes, cercles, régions
ou diaspora avec les sous thèmes des différentes thématiques.
Là où cela a été possible, les réponses ont été quantitativement et qualitativement évaluées pour établir les
options de refondation, les orientations stratégiques et les principales résolutions de refondation de l’Etat.
La validation des données est faite par recoupement avec les données des Assises du niveau national.
Les Assises ont adopté des recommandations sur l’ensemble des 13 thématiques qui figurent au point 5.2.3
du présent rapport. Les participants ont aussi évoqué et discuté la question de la durée de la transition en
tant que facteur essentiel pour la mise en place d’une base de la refondation de l’Etat. A cet égard, ils se sont
exprimés sur une durée de 6 mois à 5 ans.
Ces recommandations feront l’objet d’un chronogramme d’exécution par le Gouvernement qui doit inclure,
entre autres des tâches à caractère exécutoire et urgent dont l’exécution relèverait de la Transition. Le
Comité de suivi-évaluation à mettre en place doit avoir pour mission, entre autres d’assurer le suivi et
l’évaluation des recommandations des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat. Les attributions
spécifiques dudit Comité figurent au point XI du présent rapport.
Les enseignements tirés de l’organisation des Assises ont été formulés et portent sur les questions de
l’engouement des populations et la confiance placée aux structures d’organisation et aux autorités de
la Transition  ; l’engagement des acteurs à tous les niveaux (Gouvernementaux, socioprofessionnels,
populations déplacées et réfugiées, société civile, Maliens établis à l’Extérieur et acteurs politiques).

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


6
I- Contexte et justification
De son accession à l’indépendance (1960) à nos jours, le Mali s’est engagé dans un processus de
construction nationale d’une république démocratique, plurielle et laïque qui a souvent été ponctué de
crises sociopolitiques caractérisées par des ruptures de l’ordre constitutionnel établi.
Depuis 2012, le Mali est confronté aux conséquences d’une nouvelle rébellion dans le septentrion du pays qui
a favorisé l’avènement d’une crise multidimensionnelle ébranlant les fondements de la Nation elle-même.
En effet, la dégradation progressive de la situation sécuritaire, conséquence de la déliquescence accrue
de l’État pendant plusieurs décennies, s’est ajoutée aux dysfonctionnements des institutions étatiques, au
délitement du lien social et à l’effritement de la cohésion sociale.
En 2015, un accord intitulé Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger
est signé les 15 mai et 20 juin à Bamako. La signature de cet accord n’a pu produire les effets escomptés
notamment la paix, la réconciliation et la stabilité au Mali malgré la forte présence et l’assistance de la
Communauté internationale. Pire, l’insécurité s’est étendue aux régions du Centre, au Sahel occidental et
à certaines localités du Sud du Mali.
En 2020, la détérioration du climat politique et la grogne sociale ont entrainé un vaste mouvement de
contestation populaire porté par le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-
RFP). Ce mouvement populaire a exigé et obtenu la démission du Président Ibrahim Boubacar KEITA et de
son régime. Le concours des Forces armées et de sécurité conduit par le Comité National pour le Salut du
Peuple (CNSP) le 18 août 2020 a contribué au parachèvement de la lutte du M5-RFP.
Ces évènements avaient suscité un grand espoir chez les Maliennes et les Maliens épris de paix et de justice.
L’ensemble des forces vives s’attendait à une période de transition politique qui consacrerait la rupture tant
souhaitée. Mais des divergences de vue dans la gestion de la Transition entre les plus hautes Autorités n’ont
pas permis au processus de transition d’évoluer à hauteur des attentes. Cette situation a abouti le 25 mai
2021 à la démission du Président de la Transition, du Premier ministre et de son Gouvernement.
Ainsi, le pays a entamé une seconde phase de la Transition, avec l’investiture du Vice-président en qualité
de Président de la Transition le 07 juin 2021 et la nomination d’un nouveau Premier ministre. Un nouveau
gouvernement a été formé le 11 juin 2021.
Malgré la diversité des fora et cadres de débats ayant établi les diagnostics et propositions de réformes
en vue de corriger les dysfonctionnements de l’État, la volonté politique a très souvent manqué pour les
opérationnaliser. Ces solutions ont même été souvent repensées et peaufinées afin que l’ensemble des
forces vives s’y reconnaissent et participent activement à la réalisation des programmes et projets de
développement entrepris par l’Etat. D’innombrables conférences, fora, concertations, dialogues, rencontres
ont été tenus, du niveau local au régional, puis au national en passant par les pays de résidence des Maliens
de la Diaspora, notamment sur diverses thématiques liées aux questions politiques et institutionnelles,
électorales, économiques, sociales, sécuritaires.
La question est donc de savoir pour quelles raisons fondamentales le système malien de gouvernance n’a
pu capitaliser tous les efforts fournis ou n’a su tirer avantage d’un maximum d’approches ou de solutions
proposées afin de consolider la pratique démocratique, cultiver l’engagement citoyen, et former les jeunes
Maliens pour faire d’eux des citoyens responsables, conscients de leur place dans le concert des nations
dans un monde globalisé.
Dans cette perspective, la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) s’avère indispensable
pour un diagnostic sans complaisance de la gravité et de la profondeur de la crise et ses enjeux.
La volonté politique affirmée de rendre exécutoires les recommandations et l’inclusivité au niveau des
communes, des cercles, des régions, de la diaspora et au niveau national font la différence avec les
concertations et fora antérieurs.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


7
II- Objectifs des Assises
2.1. Objectif général
Faire l’état de la Nation et engager un véritable processus de refondation de l’Etat.

2.2. Objectifs spécifiques


-- tirer les leçons apprises à travers la synthèse des conclusions, recommandations et résolutions des
différentes rencontres, forums, assises nationales, états généraux, Conférence d’Entente Nationale,
Dialogue national inclusif (DNI), Journées de concertations nationales sur la Transition…) ;
-- mettre à jour les préoccupations actuelles des Maliens et des Maliennes ;
-- proposer un nouveau contrat national de stabilité sociale, politique, sécuritaire et économique tiré de
notre expérience en matière de gouvernance ;
-- avoir une compréhension commune des enjeux et défis pour le meilleur choix des réformes ;
-- recueillir les préoccupations fondamentales, propositions concrètes et choix de réformes des acteurs
locaux, régionaux, nationaux et des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- établir l’ordre de priorité des réformes globales à opérer dans le cadre de la Refondation de l’Etat et
identifier les actions à caractère exécutoire avec un chronogramme précis ;
-- mettre en place un mécanisme de suivi-évaluation des recommandations retenues ;
-- tenir les états généraux de la migration ;
-- proposer des éléments de réformes en vue de la révision de la Constitution du 25 février 1992.

III- Résultats attendus


-- les leçons apprises tirées de la synthèse des conclusions, recommandations et résolutions des différentes
rencontres sont faites ;
-- un nouveau contrat national de stabilité sociale, politique, sécuritaire et économique est obtenu ;
-- les acteurs locaux, régionaux, nationaux et ceux établis à l’extérieur (Diaspora) ont une compréhension
partagée des enjeux et défis de la Refondation de l’État et ont formulé des propositions concrètes de
choix de réformes sur la base des préoccupations fondamentales engageant l’avenir du pays (notamment
l’intégrité du territoire national, l’unité nationale, la souveraineté, la forme républicaine et laïque de
l’Etat, la sécurité, la justice, le vivre ensemble, la gouvernance, la mise en œuvre de l’Accord pour la
Paix et la Réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger) ;
-- la synthèse des actions prioritaires à caractère exécutoire assorties d’un chronogramme pour leur mise
en œuvre effective dans le cadre de la Refondation de l’Etat est adoptée ;
-- l’ordre de priorité des réformes globales à opérer dans le cadre de la Refondation de l’Etat est établi et
les actions à caractère exécutoire avec un chronogramme précis sont identifiées ;
-- un mécanisme de suivi-évaluation des recommandations retenues est mis en place ;
-- les états généraux de la migration sont tenus ;
-- les éléments de réformes pour la révision de la Constitution du 25 février 1992 sont disponibles.

IV- Organisation des assises


Les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat sont placées sous la haute présidence du Président de
la Transition Chef de l’Etat. Sous l’autorité du Premier ministre Chef du gouvernement, le Ministre de la
Refondation de l’Etat chargé des relations avec les Institutions, s’assure de la bonne organisation des Assises.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


8
Il est appuyé dans sa mission par le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation et la
Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des Réformes Politiques et Institutionnelles.

4.1. Structures chargées de l’organisation


Dans le cadre de la mise en œuvre et la conduite des Assises, les autorités ont mis en place un dispositif
institutionnel composé du Panel des Hautes Personnalités (PHP) et de la Commission Nationale
d’Organisation (CNO).
Les décrets de nomination des membres du Panel des Hautes Personnalités et de la Commission Nationale
d’Organisation ont été signés respectivement par le Président de la Transition Chef de l’Etat et le Premier
ministre Chef du gouvernement. Les copies desdits décrets sont en annexes 2, 3 et 4.
Le Panel des Hautes Personnalités et la Commission Nationale d’Organisation sont composés de femmes
et d’hommes crédibles, compétents et imprégnés des enjeux.

4.1.1. Panel des Hautes Personnalités(PHP)


Composé de dix-neuf (19) membres dont un président, le Panel a été mis en place auprès du Ministre de la
Refondation de l’Etat chargé des Relations avec les Institutions. Le Panel a été chargé de la facilitation des
travaux des Assises aux niveaux régional et national.
Il a proposé un document de travail qui a servi de guide pour les thématiques à débattre.
Le Panel a élaboré le Règlement intérieur des Assises qui a défini les modalités de fonctionnement de
l’instance, de l’organe et du déroulement des Assises Nationales de la Refondation.

4.1.2. Commission Nationale d’Organisation (CNO)


La Commission composée de trente un (31) membres dont un président a été créée auprès du Ministre de
la Refondation de l’Etat chargé des Relations avec les Institutions. Elle a assuré la préparation technique et
scientifique des treize (13) thématiques soumises au Panel ainsi que l’organisation logistique et matérielle
des Assises.
La Commission Nationale d’Organisation a bénéficié d’une indépendance de gestion et d’une autonomie
dans son fonctionnement. Elle a aussi obtenu l’appui et l’engagement fermes et diligents de tous les Ministres
et des cadres de l’Administration dans la collecte des données, l’appui financier et matériel, le transport et
la logistique, la sécurité et le service de santé.

4.2. Méthodologie d’organisation des Assises


Suite à la production des fiches thématiques et avant la tenue des Assises dans les différentes localités, le
Panel et la CNO ont organisé une retraite pour permettre à leurs membres de se familiariser avec :
-- les thématiques dans leur version définitive ;
-- la méthodologie de conduite des Assises sur le terrain ;
-- le mécanisme de rapportage ;
-- les questions logistiques.
Dans chaque région, une équipe de supervision a été constituée, comprenant des membres du Panel, de la
Commission Nationale d’Organisation avec l’assistance de la Mission d’Appui à la Refondation (MARE).
Une équipe de support au siège de la CNO a été constituée pour apporter une assistance méthodologique,
logistique et administrative aux équipes déployées sur le terrain.
Aussi, chaque équipe de supervision a assuré la formation des modérateurs/points focaux (niveaux
commune, cercle et région y compris le District de Bamako), regroupés au niveau régional, les 09 ou le 10

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


9
Décembre 2021. La formation des modérateurs/points focaux au niveau des Maliens établis à l’Extérieur a
été faite en ligne les 16 et 17 Décembre 2021.
La formation des modérateurs/points focaux a porté sur :
-- l’exposé des thématiques ;
-- la méthodologie de conduite des débats ;
-- le canevas de rapportage.
Conformément aux Termes de référence, l’animation des débats aux différents échelons a été assurée par
des modérateurs/points focaux choisis dans les communes, cercles et régions selon des critères définis.
Outre la formation des modérateurs/points focaux, les missions ont aussi supervisé les Assises aux différents
niveaux communes, cercles et régions.
L’organisation des Assises Nationales de la Refondation a été facilitée aux différents échelons  grâce à
l’assistance des :
-- Sous-Préfets dans les communes ;
-- Préfets dans les cercles ;
-- Gouverneurs  dans les régions et dans le District de Bamako ;
-- Maires dans les communes du District de Bamako ;
-- Ambassadeurs et Consuls dans les Ambassades et Consulats ;
Les participants sont venus de toutes les couches socio-professionnelles, des partis politiques, des
organisations de la société civile, des ordres religieux, des légitimités traditionnelles, des services techniques
de l’Etat et des Collectivités territoriales.

4.2.1. Organisation et activités du PHP


Le Panel des Hautes Personnalités a été structuré comme suit :
-- le Président ;
-- la Vice-Présidente ;
-- le Rapporteur Général ;
-- le Rapporteur Général Adjoint.
Pour un fonctionnement opérationnel, il a été mis en place trois (3) sous-commissions de travail (Annexe6):
-- la Sous-commission n°1 a travaillé sur le cadre démocratique, les questions politiques et institutionnelles
et juridiques ;
-- la Sous-commission n°2 a examiné les questions de gouvernance, de défense et de sécurité ;
-- la Sous-commission n°3 a travaillé sur les questions de planification et sur les questions économiques,
sociales, cultuelles et culturelles.
Conformément au Décret N°2021-729/PT-RM du 16 octobre 2021 portant création, missions et modalités de
fonctionnement du Panel des Hautes Personnalités, les activités ci-dessous mentionnées ont été conduites :
D’une part, les entretiens avec :
-- Dr. Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre Chef du gouvernement sur les objectifs visés et les
attentes du Gouvernement ;
-- M. Ibrahim Ikassa Maïga, Ministre de la Refondation de l’Etat chargé des relations avec les Institutions
qui a notamment clarifié plusieurs aspects en lien avec le processus ;
-- le Colonel-major Ismaël Wagué, Ministre chargé de la Réconciliation nationale, de la Paix et de la

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


10
Cohésion nationale, sur les questions relatives spécifiquement à la mise en œuvre de l’Accord pour la
Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger.
D’autre part, la tenue d’une série de réunions sur :
-- l’organisation interne de l’instance : mise en place d’un directoire, dispatching des rôles et responsabilités
des membres, etc. ;
-- l’élaboration du règlement intérieur du Panel et des Assises Nationales ;
-- la conception des directives pour une bonne conduite des travaux des ANR ;
-- l’identification et la répartition des thématiques ;
-- l’approbation d’un processus de coordination avec la CNO ;
-- la collecte des informations et de la documentation disponibles;
-- l’adoption d’une stratégie de communication ainsi que l’utilisation des langues nationales ;
-- la planification des activités du Panel.
Enfin des rencontres avec les partis politiques, les regroupements de partis politiques et les forces sociales :
le « Cadre de partis et regroupements de partis politiques pour une Transition réussie » qui est composé de
plusieurs partis politiques et associations de la société civile, dont l’unité de vues n’est pas homogène et
qui est structuré en :
(a) quatre regroupements de partis politiques que sont « Ensemble pour le Mali (EPM) », « Espérance
Djiguiya Koura », « Action Républicaine pour le Progrès (ARP)» et les «Partis Non-Alignés» ; et
(b) cinq Partis politiques que sont : ADEMA/ Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, Alliance pour la
Solidarité au Mali-Convergence des Forces Patriotiques - ASMA- CFP, Union Malienne du Rassemblement
Démocratique Africain - UMRDA, YELEMA - le Changement et Rassemblement pour le Développement
et la Solidarité – RDS.
D’autres partis politiques, associations et personnalités ont été également rencontrés :

-- Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) ;


-- Chérif Ousmane Madani Haïdara, Président du Haut Conseil Islamique du Mali ;
-- Imam Mahmoud Dicko de la CMAS ;
-- Son Éminence Cardinal Jean Zerbo, Archevêque de Bamako et la Conférence épiscopale du Mali ;
-- Révérend Dr. Nouh Ag Infa Yattara, Délégué général et des représentants de l’AGEMPEM (Association
des Groupements d’Eglises et de Missions protestantes Evangéliques au Mali).
-- les Représentants à Bamako de Mohamed Ould Cheickna dit Bouillé Haidara, Chérif de Nioro ;
-- les Membres des familles fondatrices de Bamako (Niaré, Touré et Dravé) ;
-- le parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI);
-- le Mouvement SYNERGIE 22 ;
-- les mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger ;
-- le Mouvement du 5 Juin - Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) ;
-- la Coordination des chefs de quartiers du District de Bamako ;
-- le Consortium des femmes leaders ;
-- le Réseau des communicateurs traditionnels pour le développement (RECOTRADE) ;
-- SEM Dioncounda TRAORE, ancien Président de la Transition ;
-- MM. Moussa MARA et Abdoulaye Idrissa MAIGA, anciens Premiers ministres.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


11
Ces entretiens ont été énormément facilités par les actions préalables entreprises par le Président de la
Transition Chef de l’Etat, le Premier ministre Chef du gouvernement et le Ministre de la Refondation
de l’Etat, chargé des relations avec les Institutions. Le déroulement des ANR a montré que le succès de
l’évènement était largement attribuable à l’inclusivité et à un certain nombre d’orientations et de conditions
préalables. Celles-ci sont décrites dans le Rapport d’étape du Panel en date du 27 novembre 2021(Annexe
13). Ces éléments ont été pris en compte dans l’organisation des débats. Outre les audiences, le Panel des
hautes personnalités a fait différents échanges et correspondances dans le sens d’une grande mobilisation
des acteurs dans le processus.

4.2.2. Organisation et activités de la CNO


Dans le cadre de la structuration de la CNO, il a été mis en place quatre sous-commissions de travail
(Annexe 6) :
-- la Sous-commission scientifique et technique ;
-- la Sous-commission organisation logistique et matérielle ;
-- la Sous-commission communication et mobilisation ;
-- la Sous-commission administration et finances.
En outre, le président de la CNO a été assisté par deux vice-présidents et un rapporteur général.

La Sous-commission scientifique et technique a réalisé les tâches ci-après :


-- collecte et exploitation des documents antérieurement produits dans une vision de rebâtir le Mali avec
une démarche inclusive ;
-- développement des thématiques en : état de la question, sous-thèmes, objectifs recherchés et résultats
attendus ;
-- développement d’un modèle conceptuel de collecte des données adapté aux thématiques ;
-- conception d’un système d’information géographique d’installation du guide-questionnaire ;
-- construction d’un lien informatique pour l’accès au guide-questionnaire en ligne pour une participation
effective des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- formation de personnes chargées d’animer les rencontres des Assises aux différents échelons
(modérateurs/points focaux) ;
-- agrégation, analyse et rédaction des rapports et documents de synthèse des Assises ;
-- présentation à la CNO et au Panel des Hautes Personnalités des rapports et documents de synthèse des
Assises Nationales de la Refondation de l’Etat.

La Sous-commission organisation matérielle et logistique a réalisé les tâches suivantes :


-- établissement d’une liste nominative et adresses complètes (numéro de téléphone, adresse électronique)
des points de contact (Gouverneurs, Directeurs de Cabinet des Gouverneurs, Présidents des Assemblées
régionales, Ambassadeurs) de chaque Région ou pays d’accueil en lien avec le Ministère de
l’Administration territoriale et de la Décentralisation et des Ministères en charge des Affaires étrangères
et des Maliens établis à l’Extérieur;
-- organisation des réunions de travail avec les Ministères en charge de l’Administration Territoriale et
de la Décentralisation  et des Maliens de l’Extérieur sur le processus d’identification rigoureuse des
délégué(e)s dans les communes, cercles, régions et les juridictions d’Ambassades et de Consulats ;
-- définition des responsabilités et des engagements des membres de la sous-commission ;
-- organisation avec la sous-commission technique et scientifique des rencontres en visioconférence avec

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


12
les points de contacts (Gouverneurs, Directeurs de Cabinet des Gouverneurs, Présidents des Assemblées
régionales, Ambassadeurs/Consuls) ;
-- établissement de la liste nominative des participants aux Assises pour chaque commune, cercle, région,
District de Bamako et les juridictions d’Ambassades et de Consulats ;
-- établissement de la cartographie sécuritaire du pays avec le concours du Ministère de l’Administration
Territoriale et de la Décentralisation ;
-- organisation de la formation des modérateurs/points focaux en rapport avec la sous-commission
technique et scientifique sur les modèles de rapportage ;
-- organisation du déplacement des membres du Panel et de la CNO pour la supervision des Assises aux
différents échelons.

La Sous-commission communication et mobilisation a réalisé les tâches ci-après :


-- élaboration d’un plan de communication pour chaque étape dans l’organisation des Assises Nationales
de la Refondation de l’Etat ;
-- collaboration avec l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM) ;
-- mise en œuvre et suivi du plan de communication ;
-- sélection des éléments de langage ;
-- élaboration des spots télé, audio et bulletins d’information ;
-- élaboration de bandes sonores et traduction dans les 13 langues nationales ;
-- coordination avec les médias de la diffusion de l’information et la mobilisation de l’opinion publique
nationale et internationale ;
-- organisation des débats d’orientation et de mobilisation de l’opinion publique.

La Sous-commission administration et finances a réalisé les actions ci-après :


-- appui des sous commissions dans l’évaluation des besoins financiers ;
-- agrégation des besoins financiers des différentes sous-commissions ;
-- analyse des cas spécifiques et information de la commission sur la situation financière ;
-- confection et mise à disposition des documents de travail ;
-- établissement et suivi de l’exécution du budget ;
-- apport d’assistance administrative aux membres de la CNO ;
-- gestion logistique et transports.
Chaque sous-commission a élu un président et un rapporteur.

4.2.3. Thématiques débattues


Les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat ont planché sur les treize (13) thématiques énumérées
ci-dessous :
-- Thématique N°1 : Questions politiques et institutionnelles – Gouvernance électorale ;
-- Thématique N°2  : Défense et Sécurité – Souveraineté – Lutte contre le terrorisme - Questions
géostratégiques et géopolitiques ;
-- Thématique N°3 : Justice et Droits de l’Homme – Gouvernance –Transition numérique – Médias ;
-- Thématique N°4 : Politiques étrangères – Coopération Internationale - Maliens établis à l’Extérieur –
Intégration Africaine ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


13
-- Thématique N°5  : Dialogue social  : enjeux, défis et perspectives – Reformes sociales – Fonction
publique – Formation –Emploi des jeunes – Entreprenariat ;
-- Thématique N°6  : Planification Développement économique et industriel – Développement rural –
questions économiques et financières – Fiscalités dépenses publiques ;
-- Thématique N°7 : Santé et Affaires sociales – Questions humanitaires, Réfugiés et déplacés internes ;
-- Thématique N°8  : Administration du territoire – Réorganisation territoriale/ Détermination des
circonscriptions électorales – Décentralisation – Accès aux services sociaux de base – Questions
foncières ;
-- Thématique N°9 : Paix, Réconciliation et Cohésion Sociale – Appropriation Accord pour la paix et la
Réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger-Démobilisation – Désarmement – Réinsertion ;
-- Thématique N°10 : Arts – Culture –Tourisme – Sport ;
-- Thématique N°11 : Jeunesse – Sport – Education civique – Construction Citoyenne ;
-- Thématique N°12 : Environnement – Assainissement – Développement Durable ;
-- Thématique N°13 : Education – Questions scolaires – universitaires – Recherche scientifique.
A chacun des échelons des Assises, les délégués ont débattu librement des 13 thématiques en groupes et en
plénière tout en privilégiant l’utilisation des langues nationales dominantes.
Au niveau national, elles ont été réparties en quatre ateliers, afin de faciliter les échanges au niveau des
communes, cercles régions, les Maliens établis à l’Extérieur, les déplacés et les réfugiés.
Les quatre ateliers au niveau national ont traité chacun 3 ou 4 thématiques en prenant en compte les
conclusions issues des Assises qui se sont tenues dans les communes, les cercles, les régions, les lieux
d’installation des réfugiés et les pays de forte concentration des Maliens établis à l’Extérieur :

-- Atelier n°1 : Questions régaliennes, légitimité, droits et devoirs, dévolution du pouvoir :


• Thématique N°1 : Questions politiques et institutionnelles – Gouvernance électorale ;
• Thématique N°2  : Défense et Sécurité – Souveraineté – Lutte contre le terrorisme – Questions
géostratégiques et géopolitiques ;
• Thématique N°3 : Justice et Droits de l’Homme – Gouvernance –Transition numérique – Médias ;
• Thématique N°4 : Politiques étrangères – Coopération Internationale – Maliens établis à l’Extérieur
– Intégration Africaine.

-- Atelier n°2 : Questions relatives à l’économie, à la planification du développement, à l’organisation


et à l’aménagement du territoire :
• Thématique N°6 : Planification Développement économique et industriel – Développement rural –
questions économiques et financières – Fiscalités dépenses publiques ;
• Thématique N°8  : Administration du territoire – Réorganisation territoriale/ Détermination des
délégués électorales – Décentralisation – Accès aux services sociaux de base – Questions foncières ;
• Thématique N°9 : Paix, Réconciliation et Cohésion Sociale – Appropriation Accord pour la paix et
la Réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger – Démobilisation – Désarmement – Réinsertion.

-- Atelier n°3 : Questions relatives au développement social, au genre, à la gestion des inégalités et
des équilibres :
• Thématique N°5 : Dialogue social : enjeux, défis et perspectives – Reformes sociales – Fonction

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


14
publique – Formation – Emploi des jeunes – Entreprenariat ;
• Thématique N°7  : Santé et Affaires sociales – Questions humanitaires, Réfugiés et déplacés
internes ;
• Thématique N°12 : Environnement – Assainissement – Développement Durable.

-- Atelier n°4  : Questions relatives à l’éveil et à la reconversion, à l’éducation, à la construction


citoyenne et à l’épanouissement de l’Homme malien :
• Thématique N°10 : Arts – Culture –Tourisme – Sport ;
• Thématique N°11 : Jeunesse – Sport – Education civique – Construction Citoyenne ;
• Thématique N°13 : Education – Questions scolaires, universitaires et recherche scientifique.
Au niveau national, les travaux des ateliers se sont déroulés les 27, 28, 29 et 30 décembre 2021. Chacune
des treize (13) thématiques a été introduite par un expert, alimentée par les recommandations issues de
l’échelon régional et celles de la diaspora. Les recommandations issues des débats ont été présentées et
adoptées en plénière le 30 décembre 2021.
Ces recommandations ont été intégralement lues lors de la cérémonie de clôture le 30 décembre 2021, sous
la présidence du Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition Chef de l’Etat.
A tous les échelons, l’engouement des populations à participer et à débattre des différentes questions a été
intense. Il est à signaler que toutes les sensibilités politiques, les couches socioprofessionnelles ont pris part
aux débats, garantissant le caractère inclusif des Assises.
Même des membres des partis politiques qui avaient formellement déclaré leur non-participation, ont pris
part aux débats sous diverses formes.

4.2.4. Déroulement des Assises à l’intérieur du pays


Au niveau des communes : les Assises se sont tenues les 11 et 12 décembre 2021 dans 725 communes
sur un total de 759, soit un taux de couverture nationale de 95,52%. Elles ont été empêchées dans les 21
communes de la région de Ménaka et les 13 communes de la région de Kidal par des groupes armés.
Au niveau des cercles et des communes du District de Bamako : les Assises ont été organisées les 15
et 16 décembre 2021. Elles ont pu se tenir dans 51 cercles sur les 60 ainsi que dans les 06 communes du
District de Bamako, soit un taux de réalisation de 85%. Les Assises n’ont pas pu se tenir dans les cercles
des régions de Ménaka et de Kidal.
Au total, 77 800 délégués ont participé aux Assises des niveaux communal et local.
Au niveau des Régions et du District de Bamako : les Assises se sont déroulées dans dix-sept (17) des
dix-neuf (19) régions et dans le District de Bamako les 22 et 23 décembre 2021.
Elles ont été empêchées dans les régions de Ménaka et de Kidal par des groupes armés.
A cet échelon, 3 100 délégués ont participé aux Assises Nationales de la Refondation de l’Etat.

4.2.5. Déroulement des Assises au niveau des Maliens établis à l’Extérieur


Les 18 et 19 décembre 2021, les Assises se sont tenues dans 26 juridictions de forte concentration des
Maliens établis à l’Extérieur. Dans certaines de ces juridictions, pour des raisons d’organisation, elles se
sont tenues les 22 et 23 décembre 2021 dans deux villes différentes, Abidjan et Bouaké pour la Côte
d’Ivoire ; Alger et Tamanrasset pour l’Algérie.
A ce niveau, 2 200 délégués ont participé aux Assises Nationales de la Refondation de l’Etat.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


15
4.2.6. Déroulement des Assises au niveau national
Les 27, 28, 29 et 30 décembre 2021, la phase nationale des Assises de la Refondation de l’Etat s’est déroulée
au Centre International des Conférences de Bamako (CICB). Elle a enregistré la participation de 1 600
délégués.

4.2.7. Contributions diverses


Le Panel des Hautes Personnalités et la Commission Nationale d’Organisation ont reçu diverses
contributions individuelles et collectives. En outre, une animation virtuelle a été organisée sur l’ensemble
des 13 thématiques dont les conclusions ont été analysées et traitées par la Commission.

V- Résultats analytiques
Les résultats analytiques découlent d’un traitement des données comprenant :
-- une base de données dans un système d’information géographique (SIG) ;
-- un extrait des données sur Excel pour faciliter les croisements ;
-- une analyse par tableaux dynamiques croisés.
Par la suite, une méthode d’analyse a permis de faire un croisement des localités (communes, cercles,
régions ou diaspora) avec les thèmes et sous thèmes des différentes thématiques. Les réponses ont été
quantitativement et qualitativement évaluées pour établir les options et les orientations stratégiques de
refondation de l’Etat. La validation des données est faite par recoupement avec les données des Assises du
niveau national.
Les résultats sont ci-dessous présentés par sous thème pour chaque thématique.

5.1. Questions politiques et institutionnelles - gouvernance électorale

La forme de l’Etat :
85% des résultats des différents échelons cumulés recommandent un Etat unitaire décentralisé et 15% un
Etat fédéral.

La question de la réforme de la gouvernance :


-- 100% des délégués des différents échelons se sont prononcés en faveur de la dépolitisation des postes
publics et de la mise en place d’un mécanisme de contrôle d’efficacité et d’efficience ;
-- 100% des localités se sont prononcées pour la lutte contre la corruption et l’impunité et ont requis de
rendre imprescriptibles les infractions en matière de corruption et de délinquance financière ;
-- 75% des localités ont proposé la réduction du nombre d’institutions de contrôle et des Institutions de la
République ;
-- 95% des localités se sont prononcées pour la révision des avantages des hauts cadres et une harmonisation
équitable des rémunérations.

La réforme du système des partis politiques et la gouvernance électorale :


-- 100% des localités ont demandé la relecture de la charte des partis politiques et une réduction drastique
de leur nombre (entre 2 et 5) ;
-- 90% des localités ont demandé la suppression du financement des partis politiques et 10% la réduction
de leur financement public.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


16
La Constitution du 25 février 1992 :
75% des localités ont proposé l’élaboration d’une nouvelle constitution et 25% sa révision.

La durée de la transition :
En vue d’assurer les élections et de mettre en place un fondement solide de la Refondation, les participants
ont introduit lors des débats un point sur la durée de la transition. A cet égard, plusieurs propositions ont été
faites. Les localités se sont prononcées pour une durée comprise entre 6 mois et 5 ans.

5.2. Défense et sécurité – souveraineté – lutte contre le terrorisme – questions géostratégiques et


géopolitiques
La thématique couvre la réforme du secteur de la sécurité (RSS) et l’organisation des Forces Armées y
compris la militarisation de la police :
-- les participants ont demandé la révision de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM)
en vue de l’élargissement de son champ d’action à des aspects spécifiques d’adaptation au contexte et
aux réalités actuelles ;
-- 100% des localités ont demandé la constitution d’une armée dépolitisée et modernisée ainsi qu’un
recrutement massif de soldats avec une forte implication de tous les niveaux (village/fraction, commune,
cercle).

5.3. Justice et droits de l’homme – gouvernance – transition numérique – médias


Ce thème couvre les points ci-après :

L’indépendance de la justice :
100% des localités ont demandé l’amélioration de la performance des services de la justice et son
indépendance.

L’accès facile et équitable à la justice :


100% des localités ont demandé le rapprochement de la justice et des justiciables ainsi que la garantie de
l’égalité des citoyens devant la justice.

Le financement adéquat des besoins de la justice :


-- 100% des localités ont proposé une augmentation substantielle du budget alloué à la justice et
l’instauration d’un système de contrôle efficace dans la gestion de ces fonds ;
-- 100% des localités ont requis de mettre les juges dans les meilleures conditions de travail et d’assurer
leur sécurité.

La lutte contre la corruption au sein de la justice et la responsabilité des acteurs de la justice dans le
cadre de l’exécution de leurs missions :
-- 100% des localités ont demandé une meilleure formation des magistrats et des acteurs de la justice
ainsi que la mise en place d’un organe régulateur (en matière de contrôle par les pairs du respect de la
déontologie) ;
-- 100% des localités ont sollicité la valorisation des autorités coutumières en matière de justice civile ;
-- 40% des localités ont souhaité la représentation au niveau national des légitimités coutumières et
traditionnelles.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


17
La lutte contre la cybercriminalité (infractions numériques) :
85% des régions et 95% des Maliens établis à l’Extérieur ont exprimé la nécessité de renforcer et d’appliquer
la règlementation relative à la lutte contre la cybercriminalité.
5.4. Politique étrangère – Coopération internationale – Maliens établis à l’Extérieur – Intégration
africaine

La diplomatie de paix, de bon voisinage et de coexistence pacifique :


Les participants ont sollicité la relecture de la carte diplomatique en tenant compte des nouvelles orientations
géostratégiques et géopolitiques.

L’organisation et la protection des Maliens établis à l’Extérieur :


Les participants ont sollicité d’une part, l’identification et l’enregistrement des Maliens établis à l’Extérieur
à partir d’un système d’information simplifié et sécurisé, d’autre part, de procéder à leur recensement
général.

La représentation des Maliens établis à l’Extérieur dans les Institutions de la République et la contribution
des Maliens dans le développement du Mali :
85% des localités ont demandé que les Maliens établis à l’Extérieur aient accès aux postes électifs et de
nomination dans les Institutions du pays à condition d’en avoir les expertises et les compétences requises.

5.5. Dialogue social : enjeux, défis et perspectives – réformes sociales-fonction publique – formation
– emploi des jeunes – entreprenariat

La problématique des organisations de la société civile :


65% des localités ont sollicité la formation des acteurs de la société civile pour améliorer leur offre de
service et leur permettre de jouer leur partition dans la construction citoyenne ;
95% des délégués ont demandé une meilleure organisation de la société civile et le respect de son caractère
apolitique.

Le syndicalisme et la politique :
-- les participants ont demandé de dissocier syndicalisme et activités politiques ;
-- ils ont réclamé l’organisation d’élections professionnelles permettant l’émergence de syndicats
représentatifs et de personnalités ayant une culture de l’intérêt général.

La stabilité sociale et syndicalisme :


95% des participants ont demandé l’instauration d’un syndicalisme professionnel et apaisé.
L’efficacité des services publics :
Les délégués ont réclamé la digitalisation des documents administratifs et le paiement électronique des
impôts et des taxes, ainsi que les péages routiers et le renforcement du système d’évaluation, de contrôle et
de suivi des agents publics. En somme la mise en place de e-gouvernance.

La gestion des handicapés, des indigents, des enfants de la rue, des talibés :
- 10% des participants ont réclamé l’établissement d’un plan de gestion du quota des handicapés aux
recrutements et création des centres ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


18
- les participants ont réclamé la rationalisation de l’emploi des ressources du fonds de solidarité ainsi que
la multiplication des centres d’accueil et de prise en charge des enfants de la rue et des talibés.
5.6. Planification développement économique et industriel – développement rural – questions
économiques et financières – fiscalités – dépenses publiques

L’espace territorial et les tendances d’utilisation des terres :


Les participants ont réclamé l’actualisation de la cartographie fine de l’espace territorial en mettant en
exergue :
-- la vocation des espaces et des ressources dans une perspective de transition agro écologique durable ;
-- le développement de réseaux d’infrastructures de désenclavement adaptés au contexte ;
-- la mise en place d’agropoles géo-spatialement adaptées.

La relance économique - fiscalité - dépenses publiques :


Les participants ont formulé plusieurs propositions dont l’élaboration d’une politique économique et
financière efficace basée sur une stratégie permettant de réaliser un taux de croissance moyen du PIB
supérieur à 10% par an durant les 30 prochaines années.

5.7. Santé et affaires sociales – questions humanitaires – réfugiés et déplacés internes


Cette thématique couvre :
-- la stratégie d’amélioration de la performance du secteur de la santé ;
-- la couverture sanitaire et qualité des services de santé publique avec des sous points relatifs :
• au cadrage du domaine de la santé et de l’exercice privé de médecine,
• à la recherche scientifique et pharmaceutique,
• à l’assurance maladie,
• à la gestion des déchets biomédicaux,
• à la formation ;
-- les actions humanitaires.

5.8. Administration du territoire – réorganisation territoriale – détermination des circonscriptions


électorales - décentralisation – accès aux services sociaux de base – questions foncières
Les échanges ont porté plus spécifiquement sur :
-- l’absence de représentants de l’Etat sur une partie du territoire national ;
-- les stratégies d’un découpage territorial consensuel ;
-- les entraves sécuritaires au déroulement normal des élections ;
-- la problématique du transfert effectif des compétences aux collectivités territoriales. 
5.9. Paix, réconciliation et cohésion sociale – appropriation Accord pour la Paix et la Réconciliation
au Mali issu du Processus d’Alger – Démobilisation – Désarmement – Réinsertion
Les délégués se sont exprimés sur :
-- le dialogue inter-malien comme facteur essentiel dans la recherche de la paix et de la cohésion sociale ;
-- la discrimination sociale comme sources de conflits ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


19
-- la promotion des mécanismes traditionnels de gestion et de règlement des conflits.
Au regard des résultats des Assises Nationales de la refondation de l’Etat, il est recommandé de faire une
relecture de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger. Les participants
ont indiqué la nécessité de prendre en compte des éléments dudit Accord dans la Réforme du Secteur de la
Sécurité (RSS) afin d’instaurer une paix stable et durable.  

5.10. Arts – culture – tourisme


L’analyse de ce thème a permis aux délégués de traiter les questions relatives à :
-- les arts ;
-- la culture ;
-- le tourisme ;
-- les politiques de professionnalisation du sport au Mali. 

5.11. Jeunesse – sport – éducation civique – construction citoyenne


Cette thématique a traité les questions relatives :
-- à la promotion de l’éducation civique et citoyenne ;
-- au sport ;
-- au service national des jeunes ;
-- à la problématique de la migration clandestine ;
-- à la promotion des activités de brassage de la jeunesse.

5.12. Développement durable – environnement – assainissement


Les participants se sont prononcés sur les politiques, stratégies et règlements en matière de développement
durable et sur les changements climatiques. Ils ont particulièrement insisté sur la lutte contre les pollutions
et les nuisances, la gestion durable des ressources naturelles et la promotion de l’information, l’éducation
et la communication environnementale.

5.13. Education – questions scolaires, universitaires et recherche scientifique

Les participants se sont prononcés sur :


-- l’instauration d’un système éducatif performant et compétitif ;
-- la problématique de l’éducation et des questions scolaires.
La base analytique ci-dessus a servi à la formulation des recommandations des Assises Nationales de la
Refondation de l’Etat.

VI- Recommandations des Assises Nationales


A l’issue des débats des ANR, les recommandations ci-dessous ont été formulées sur l’ensemble des 13
thématiques par les participants :
Questions politiques et institutionnelles-Gouvernance électorale

• Des mesures politiques et institutionnelles


- réduire le nombre de partis politiques en appliquant des conditions restrictives de création et de
financement ;
- relire la Charte des partis politiques, avec une réaffirmation du statut de Chef de file de l’Opposition ;
- mettre fin au nomadisme politique en cours de mandat ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


20
- réduire le nombre d’institutions de la République dans la Constitution ;
- réviser les compétences de la Cour Constitutionnelle en matière électorale ;
- mettre en place un Sénat et une Cour des Comptes ;
- ouvrir au citoyen la saisine de la Cour Constitutionnelle ;
- recomposer le Conseil National de la Transition conformément à la Charte de la Transition ;
- officialiser l’utilisation des langues nationales dans les fora officiels.

• De la forme de l’Etat
- maintenir la forme de l’Etat unitaire, républicain, décentralisé, laïc, démocratique et social.

• Du régime politique
- élaborer un mécanisme constitutionnel de destitution du Président de la République en cas de
forfaiture ou de non-respect de son serment ;
- relire le mode de désignation des membres de la Cour Constitutionnelle ;
- assurer la redevabilité des agents de l’Etat à tous les niveaux et l’élaboration des mécanismes
d’interventions citoyens dans le contrôle et la gestion des affaires publiques.

• De la Gouvernance politique et électorale


- relire la loi électorale ;
- mettre en place un organe unique indépendant de gestion des élections (AIGE) ;
- retenir l’échelon région/cercle comme circonscription électorale des députés ;
- confectionner un fichier électoral inclusif et fiable et la carte biométrique pour toutes les élections ;
- instaurer le mode de scrutin proportionnel pour l’élection des députés ;
- faire participer les Maliens établis à l’Extérieur aux élections législatives ;
- organiser les élections municipales avant les législatives et les présidentielles ;
- mettre en place un Conseil national des Autorités religieuses, traditionnelles et coutumières ;
- réaliser l’audit de la Transition.

• De la Constitution du 25 Février 1992


- élaborer une nouvelle constitution.

• Des questions spécifiques liées à la gouvernance


- assurer la lutte contre la corruption et l’impunité sous toutes leurs formes ; dans ce cadre, il est
fortement recommandé de rendre imprescriptibles les infractions en matière de corruption et de
délinquance financière.

• De la durée de la Transition
- les participants se sont prononcés pour la prorogation de la transition afin de pouvoir réaliser
les réformes institutionnelles structurantes et, par conséquent, permettre des élections crédibles,
équitables et transparentes. Les délais avancés varient de 6 mois à 5 ans.

Questions de Défense – Sécurité – Souveraineté - Lutte contre le terrorisme – Questions géostratégiques


et géopolitiques
-- mettre en œuvre la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) par la mise en place d’un
système informatique pour assurer la maitrise des effectifs et des moyens mis à la disposition des forces

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


21
de défense et de sécurité ;
-- poursuivre l’équipement des FAMA ;
-- accroitre la formation spécialisée de nos forces de défense et de sécurité en fonction des menaces
asymétriques ;
-- implanter de nouveaux camps aux effectifs conséquents en fonction de la nouvelle carte sécuritaire et
stratégique du pays et surtout de la géographie des menaces ;
-- développer de nouveaux partenariats militaires avec des puissances militaires pour mieux défendre la
souveraineté du Mali ;
-- dissoudre toutes les milices et les reverser dans l’armée ;
-- recruter dans tous les villages situés dans les zones d’insécurité ;
-- instaurer le service militaire obligatoire à partir de 20 ans ;
-- éviter d’affecter les éléments intégrés dans leurs localités d’origine ;
-- déployer les officiers supérieurs sur le terrain et non dans les ministères ;
-- construire des logements sociaux pour les militaires ;
-- revaloriser les primes et avantages des militaires ;
-- soutenir les femmes dans les camps par la mise en place d’activités génératrices de revenus ;
-- créer un fonds spécial pour la prise en charge des femmes et des enfants des militaires tombés au front ;
-- conférer au Président de la République, pour les besoins de la lutte contre le terrorisme, la sécurité et
la défense du territoire, le pouvoir de pendre un décret pour mobiliser les forces paramilitaires pour la
défense de la patrie ;
-- militariser la police ;
-- suspendre les revendications pour la période de défense du territoire et les besoins des syndicats ;
-- créer un observatoire de la défense de la sécurité ;
-- créer un observatoire des frontières.

Justice et Droits de l’Homme – Gouvernance – Transition numérique – Médias


-- rapprocher les administrations judiciaires des populations ;
-- faire des recrutements dans le cadre de la diversification des administrations judiciaires à travers le pays
pour rendre plus rapide et serein le fonctionnement de la justice ;
-- veiller au respect de l’indépendance de la justice par une séparation réelle des pouvoirs et une
dépolitisation de la justice ;
-- mettre en place un juge des libertés et de la détention ;
-- règlementer le secteur des médias en fonction des nouveaux canaux de communication tout en préservant
la liberté d’expression ;
-- préserver le régime de la pluralité des médias comme acquis démocratique en dépit de la législation
nécessaire, encadrant le secteur ;
-- indemniser toutes les familles victimes de guerre et terrorisme ;
-- regrouper les services de contrôle judicaire OCLEI, Vérificateur Général, Contrôle Général des Services
Publics en une seule structure ;
-- règlementer les médias sur les réseaux sociaux ;
-- accélérer la lutte implacable contre l’impunité ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


22
-- auditer la justice, former les magistrats, améliorer leurs conditions ;
-- rendre imprescriptibles les infractions en matière de délinquance financière ;
-- diffuser et vulgariser les textes sur la justice ;
-- établir une collaboration effective et complémentaire entre la justice classique et la justice traditionnelle
pour le règlement des litiges ;
-- multiplier de manière effective et rendre fonctionnelle le bureau d’aide juridique et judiciaire auprès des
tribunaux pour les justiciables démunis ;
-- rendre effective la médiation pénale pour désengorger les maisons d’arrêts ;
-- rendre opérationnelle la nouvelle réorganisation judiciaire ; 
-- simplifier et digitaliser toutes les procédures et démarches administratives ;
-- renforcer le financement de la justice ;
-- créer une institution dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité ;
-- autoriser la conception d’un logiciel de filtrage des fake news.

Politique étrangère – Coopération Internationale - Maliens établis à l’Extérieur – Intégration


Africaine
-- rendre notre diplomatie plus active et plus professionnelle ;
-- étendre la carte diplomatique en fonction des intérêts de notre pays ;
-- redéfinir les visées diplomatiques et la coopération en fonction des besoins nouveaux du Mali ;
-- faire émerger une diplomatie de la crise plus efficace avec comme points focaux la défense, la sécurité,
l’économie, l’industrie et surtout la protection des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- faire participer les Maliens établis à l’Extérieur aux élections législatives et poursuivre leur représentation
dans les Institutions de la République ;
-- organiser les Etats généraux de la migration ;
-- créer un cadre de concertation des Associations des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- créer un observatoire de la diplomatie ;
-- promouvoir et reprendre le projet TOKTEN ;
-- renforcer le centre d’études stratégiques ;
-- intégrer les besoins liés aux secteurs de la sécurité et de la défense dans les priorités de notre diplomatie ;
-- multiplier les partenariats et accords de coopération dans les domaines de la sécurité et la défense ;
-- poursuivre les efforts dans les domaines de la diplomatie économique ;
-- appliquer la réciprocité entre le Mali et les autres pays ;
-- initier la semaine des Maliens établis à l’Extérieur permettant de relever les talents novateurs scientifiques,
culturels, sportifs et artistiques ;
-- ouvrir des missions diplomatiques et consulaires dans tous les pays où résident au moins (1000) mille
ressortissants maliens ;
-- faciliter les démarches administratives et la création d’entreprise pour les Maliens établis à l’Extérieur ;
-- multiplier et diversifier les partenariats à tous les niveaux sur la base du principe gagnant-gagnant ;
-- choisir des conseillers consulaires parmi la diaspora ;
-- créer une carte d’identité biométrique, consulaire et électorale ;
-- créer la banque d’investissements de la diaspora ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


23
-- promouvoir et valoriser les entreprises maliennes dans l’espace sous régional.

Questions relatives à l’économie – à la planification du développement – à l’organisation et à


l’aménagement du territoire
-- planifier l’aménagement des terres agricoles, des zones Industrielles, des zones économiques spéciales
et des permis miniers et d’orpaillage dans les villages ;
-- développer un réseau d’infrastructures ferroviaire, routière et fluviale ;
-- développer des infrastructures de stockage, de commercialisation, d’eau potable et d’énergie renouvelable
(solaire notamment) dans les villages ;
-- adopter une stratégie pour valoriser les métiers liés à l’agriculture, à l’élevage, à la pêche, à l’artisanat,
au tourisme et à la chasse ;
-- élaborer une véritable politique économique et financière avec une stratégie permettant de réaliser un
taux de croissance moyen du PIB supérieur à 10% durant les 30 prochaines années ;
-- organiser les filières productives en développant des chaines de valeurs bien connectées, solidaires et
compétitives au plan international ;
-- renforcer le lien entre l’éducation et la recherche avec les secteurs productifs ;
-- donner la priorité à la formation technique et professionnelle pour doter le pays d’une main d’œuvre
qualifiée et compétitive ;
-- renforcer la gouvernance d’entreprise en améliorant les conseils d’administration et en encouragent les
certifications ISO et autres de nos entreprises ;
-- augmenter le nombre d’entreprises maliennes cotées en bourses ;
-- renforcer le secteur financier en vue de permettre de faire face aux besoins de financement à long terme
de notre économie (notamment pour le secteur privé) ;
-- mobiliser l’épargne publique nationale pour le financement du déficit compte tenu de la situation fragile
du pays (insécurité, instabilité et mauvaise gouvernance) ;
-- relire les codes des douanes et des impôts pour la mobilisation des ressources financières suffisantes ;
-- améliorer la gestion des exonérations et des subventions en les rendant plus transparents et conformes
aux règles de la concurrence ;
-- lutter contre la fraude fiscale et les pertes de ressources pour l’Etat en rendant transparentes les
conventions signées par l’Etat et en procédant à leur évaluation périodique ;
-- améliorer l’efficacité et l’efficience de la dépense publique en renforçant l’élaboration, la mise en œuvre
et l’évaluation périodique des budgets programmes ;
-- favoriser l’accès des entreprises nationales à la commande publique et à la sous-traitance des entreprises
minières ;
-- allouer 15% des marchés publics aux PME dirigées par les femmes et les jeunes ;
-- élaborer une politique nationale de contenu local (notamment au niveau du secteur minier) ;
-- auditer tous les permis miniers notamment ceux dont les bénéficiaires ne respectent pas les textes sur la
protection de l’environnement ;
-- créer une banque d’investissements qui sera ouverte à la participation des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- élaborer une politique d’industrialisation et de soutien au secteur privé ;
-- instaurer un système de redevabilité et de reddition des comptes pour toute personne ayant assumé des
responsabilités même à la retraite ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


24
-- augmenter la participation de l’Etat au capital des sociétés minières ;
-- mettre en place un système de contrôle des fonds de souveraineté.

Développement rural
-- mettre en place des pôles de développement dans les campagnes centrés sur les potentialités et le savoir-
faire de chaque localité en vue de créer des emplois et freiner l’exode rural ;
-- mettre en place une politique d’exploitation et de valorisation des eaux souterraines, de surface et
pluviales en utilisant les énergies renouvelables ;
-- valoriser les potentialités de l’Office du Niger et autres Offices en augmentant les superficies aménagées ;
-- engager des réformes au niveau du secteur Agricole touchant l’enregistrement des Exploitations
Familiales et des Entreprises Agricoles, la mise en place des Coopératives d’Utilisations des Matériels
Agricoles (CUMA), la prise de textes pour favoriser les achats institutionnels avec les producteurs
Agricoles et des centrales d’achat de stockage des produits afin d’éviter le bradage des productions et
de stabiliser la production pour les besoins de consommation intérieure ;
-- prendre les dispositions pour arrêter les changements de vocations des terres Agricoles au profit des
programmes immobiliers (constructions des maisons) ;
-- appliquer les dispositions de la Loi sur le foncier Agricole attribuant au moins 15% des terres aménagées
aux femmes, jeunes et groupes vulnérables ;
-- procéder à la relecture des dispositions de la charte pastorale ;
-- créer une Assurance Maladie Obligatoire (AMO) pour les producteurs Agricoles ;
-- mettre en place un plan d’investissements pour la transformation agro-industrielle de toutes les matières
premières en général et des produits Agricoles du Mali en particulier ;
-- renforcer la productivité Agricole à travers la gestion axée sur les résultats tout en utilisant des énergies
renouvelables ;
-- faire du secteur Agricole une priorité nationale pour un développement durable ;
-- renforcer la recherche Agricole.

Questions économiques et financières – Fiscalité – Dépenses publiques


-- adopter une stratégie pour stimuler l’économie formelle pour attirer les investisseurs privés ;
-- réaliser une raffinerie nationale pour contrôler la production d’or et maintenir la valeur ajoutée dans
notre pays ;
-- faire des choix stratégiques (relecture du code minier) pour augmenter les revenus miniers du Mali à
travers la création d’une société nationale qui fera l’option de choisir les 15% de la production d’or en
lieu et place des dividendes sur les 20% que détient l’Etat dans le capital des sociétés minières ;
-- mettre l’accent sur nos ressources en hydrogène et en lithium qui sont le futur énergétique du Mali ;
-- augmenter l’impact des ressources minières sur l’économie communautaire et nationale à travers la
construction d’infrastructures de base: route, école, centre de santé, électricité ;
-- adopter un système fiscal adéquat ;
-- créer une société étatique d’exploitation minière ;
-- informatiser/digitaliser l’administration, les recettes fiscales et non fiscales ;
-- promouvoir le e-gouvernance au niveau de l’État et le e-commerce y compris à l’exportation ;
-- mettre en place une politique de consommation des produits locaux.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


25
Administration du territoire – Réorganisation territoriale – Détermination des circonscriptions
électorales – Décentralisation
-- relire les textes de la décentralisation ;
-- relire les textes sur les élections, la charte des partis, le fichier électoral et la loi électorale ;
-- renforcer la politique de contrat plan Etat/région et le partenariat public/privé pour promouvoir le
développement local et régional ;
-- augmenter la contribution de l’Etat dans le financement des Collectivités Territoriales ;
-- opérationnaliser les transferts de compétences, de ressources financières et humaines de l’Etat aux
Collectivités Territoriales ;
-- rendre opérationnelles les nouvelles circonscriptions et collectivités territoriales ;
-- réorganiser le territoire sur la base des critères de populations, des potentialités économiques, socio-
culturelles et géographiques ;
-- procéder à la dépolitisation de l’administration publique (Gouverneurs, Préfets et sous-préfets, Directeurs
nationaux, Directeurs généraux, Présidents des CA des EPA) ;
-- prendre en compte les réfugiés, les minorités et les Maliens établis à l’Extérieur dans la détermination
des circonscriptions électorales ;
-- procéder au maillage du territoire par la présence de la Sécurité, de l’Administration et des Services
sociaux de base ;
-- améliorer le statut des élus des collectivités et supprimer le bénévolat pour éviter la mauvaise gestion
et les détournements ;
-- relancer les activités des Chemins de fer pour le désenclavement intérieur et extérieur et la promotion
des emplois et de l’économie locale.

Accès aux services sociaux de base


-- revoir le système éducatif pour faire l’adéquation entre le système et le marché de l’emploi (Etats
généraux sur l’Education, Forum Nation de l’Education et Conférence Nationale sur l’Education, etc.) ;
-- faciliter l’accès des personnes vivant avec un handicap aux services sociaux de base ;
-- faire le maillage des aires de santé sur toute l’étendue du territoire ;
-- favoriser la digitalisation de la délivrance des actes d’Etat civil ;
-- ouvrir un guichet sur le foncier dans les représentations des Maliens établis à l’Extérieur ;
-- simplifier la procédure d’obtention et de délivrance de la carte NINA en nationalisant leur confection.

Questions foncières
-- appliquer les textes sur l’octroi de 15% des terres aménagées aux femmes, jeunes et groupes vulnérables ;
-- assurer la vulgarisation à grande échelle des textes sur la nouvelle Loi domaniale et Foncière et la loi
sur le Foncier Agricole surtout le volet guichet unique portant sur les formalités d’acquisition du titre
foncier ;
-- rendre effective l’implication des légitimités traditionnelles et coutumières dans les commissions
foncières Agricoles ;
-- voter une loi sur le droit de surface à accorder aux villages afin de sauvegarder leurs terres Agricoles
par rapport aux permis miniers.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


26
Paix – Réconciliation – Cohésion Sociale
-- identifier et apporter des réponses adéquates aux priorités pour la stabilisation et le retour à la paix dans
le très court terme ;
-- entreprendre une évaluation stratégique de l’architecture des questions de paix et des causes structurelles
des conflits au Mali ;
-- élaborer une Approche/Vision cohérente et globale de paix et de développement durable ;
-- intégrer les questions de paix dans le système et les outils de planification nationale ;
-- intégrer la problématique de la paix dans les politiques publiques et les programmes nationaux ;
-- renforcer les capacités pour une meilleure prise en compte de cette intégration ;
-- mettre en place un cadre inclusif de concertation et de coordination intersectorielle pour la réconciliation,
la paix et la cohésion sociale au Mali ;
-- développer les perspectives de moyen et long termes pour mieux renforcer/ intégrer graduellement la
paix dans le processus du développement national ;
-- accélérer l’effectivité de la démobilisation, du désarmement et de la réinsertion des combattants des
mouvements signataires en mettant l’accent sur la démobilisation du combattant et non la récupération
des armes ;
-- relire l’Accord d’Alger, publier son Additif et accélérer sa mise en œuvre ;
-- mettre l’accent sur l’éducation civique et morale, le service national des jeunes et les activités de
citoyenneté ;
-- mettre en place un Haut Conseil des Légitimités Traditionnelles et coutumières ;
-- mettre en place la haute Autorité de la Cohésion et de la Réconciliation ;
-- instaurer la semaine de la paix et du dialogue au Mali ;
-- élaborer des modules de formations sur nos valeurs sociétales dans les écoles ;
-- organiser des colonies de vacances pour favoriser le brassage entre les jeunes des différentes régions
du pays ;
-- reconstruire les fondations de la réconciliation nationale en créant des dividendes de la paix ;
-- respecter les droits humains et lutter contre l’esclavage ;
-- renforcer la coopération entre les populations, l’administration et les forces de sécurité ;
-- lutter contre la corruption et l’impunité ;
-- promouvoir la justice transitionnelle comme instrument de gestion des conflits.

Dialogue social – Réformes sociales – Fonction publique – Formation – Emploi jeunes – Entrepreunariat
-- réorganiser la société civile pour plus d’autonomie et de rendement ;
-- parvenir à un syndicalisme constructif et apaisé ;
-- consolider la justice sociale au sein de la fonction publique ;
-- améliorer les conditions de vie des travailleurs ;
-- améliorer la performance des services publics ;
-- poser la problématique des quotas dans les recrutements ;
-- dépolitiser les nominations dans l’administration ;
-- renforcer le mécanisme de dialogue social entre la population rurale et l’administration publique ;
-- mettre en place des programmes d’incitation du secteur privé pour l’emploi des jeunes ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


27
-- prendre des mesures visant la promotion de l’entrepreneuriat, en particulier celui des femmes, des
jeunes et des personnes vivant avec un handicap ;
-- encourager l’entrepreneuriat et consolider le secteur privé.

Organisations de la société civile


-- dépolitiser la société civile ;
-- élaborer un code de bonne conduite de la société civile ;
-- créer un haut conseil national des organisations de la société civile ;
-- évaluer périodiquement les associations et organisations de la société civile.

Problématique : Syndicalisme – Politique – Stabilité sociale


-- dépolitiser les syndicats ;
-- organiser les élections professionnelles de représentativité des organisations syndicales ;
-- organiser une conférence sociale pour négocier un pacte social de stabilité et de croissance ;
-- signer une trêve sociale avec les syndicats ;
-- adopter un chronogramme de prise en charge des engagements de l’Etat pris dans le cadre des procès-
verbaux de conciliation ;
-- procéder à la relecture des textes sur la création des syndicats ;
-- appliquer la loi sur l’exercice du droit de grève dans les services publics et parapublics ;
-- faire jouer au statut général des fonctionnaires son rôle normatif.

Efficacité des services publics


-- regrouper en un seul ministère, les départements en charge de la fonction publique, du travail, et de la
sécurité sociale ;
-- maintenir le Service National des Jeunes pour les nouveaux admis aux concours de la Fonction publique ;
-- instaurer un contrat de performance dans les services publics (du niveau cercle jusqu’au niveau national) ;
-- planifier la relève des cadres partant à la retraite afin de mettre fin à la prorogation de l’âge de la retraite ;
-- moraliser le concours d’accès à la fonction publique ;
-- développer une synergie d’action entre les différentes structures de formation-emploi FAFPA, APEJ,
ANPE ;
-- développer et mettre en cohérence le système d’ingénierie de la formation entre les Ministères en
charge de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Technique, de l’Education Nationale et de
l’Enseignement Supérieur ;
-- procéder à l’enrôlement biométrique de tous les fonctionnaires de l’Etat et des Collectivité ainsi que les
Forces armées et de sécurité afin de prévenir la fraude ;
-- tenir les états généraux de l’administration publique ;
-- mettre en place un mécanisme de veille citoyenne pour les services publics et parapublics ;
-- récompenser le mérite et sanctionner les infractions ;
-- afficher les coûts des prestations dans tous les services publics ;
-- faire une réforme profonde de la fonction publique de sorte que les fonctionnaires qui ne donnent pas
de rendement puissent être licenciés au besoin ;
-- revoir les avantages accordés aux hauts cadres quand ils ne sont plus en poste ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


28
-- institutionnaliser la redevabilité des responsables dans la gestion des affaires publiques ;
-- répartir équitablement les ressources humaines sur l’ensemble du territoire ;
-- dématérialiser les procédures dans les services publics ;
-- instaurer des boites à suggestions au sein de tous les services de l’Etat ;
-- créer une structure de suivi/évaluation de la performance des activités du gouvernement (marchés
publics, projets, programmes) ;
-- créer un système de dénonciation en ligne.

Prise en charge des indigents – Enfants de la rue – Talibés


-- créer des centres de formation et de réinsertion des enfants de la rue et des talibés ;
-- intégrer dans le programme de formation des écoles coraniques la formation professionnelle et
technique ;
-- sensibiliser les maîtres coraniques sur les risques et dangers qu’encourent les enfants dans la rue ;
-- installer des centres d’écoute d’orientation et d’accueil pour la prise en charge des enfants de la rue ;
-- interdire la mendicité des enfants.

Rationalisation des Etablissements Publics à caractère Administratif (EPA)


-- plafonner les rémunérations des cadres et des dirigeants des Etablissements Publics personnalisés (EPA,
EPIC, etc.) ;
-- informatiser les prestations dans les hôpitaux pour lutter contre la corruption.

Mesures pour garantir la stabilité des cadres dans les hautes fonctions de l’Etat
-- dépolitiser les nominations dans les services publics ;
-- faire les nominations sur la base de la performance et des compétences (encourager l’excellence au
niveau de la fonction publique).

Emploi – Jeunes
-- intégrer dans le programme de formation scolaire et universitaire des modules incitant à l’entrepreneuriat
et l’auto emploi ;
-- encourager la création des emplois verts ;
-- rétablir la taxe emploi jeunes (TEJ) et la taxe à la formation professionnelle (TFP) ;
-- organiser régulièrement le concours d’entrée à la fonction publique ;
-- mettre en place une bonne politique de promotion de l’emploi en milieu rural ;
-- réinstaurer le service civique.

Entrepreneuriat
-- mettre en place un dispositif efficace de financement de l’entrepreneuriat ;
-- intégrer dans le programme de formation scolaire et universitaire des modules sur l’entrepreneuriat et
l’auto emploi ;
-- former les jeunes entrepreneurs et promouvoir l’octroi des marchés basés sur les compétences et non
sur les relations ;
-- élaborer une politique fiscale adaptée aux PME ;
-- créer un Département Ministériel dédié exclusivement à l’entrepreneuriat ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


29
-- soutenir la mise en œuvre des approches de gestion innovante des exploitations familiales rurales et des
entreprises agricoles ;
-- amener les Collectivités Territoriales à jouer leurs responsabilités dans la promotion de l’entrepreneuriat
rural en y investissant au moins 15% du budget régional et en facilitant l’accès sécurisé au foncier ;
-- définir et mettre en œuvre une stratégie nationale sur l’entrepreneuriat rural ;
-- créer un guichet unique pour l’assistance à la promotion de l’entrepreneuriat, à l’emploi et à la formation
professionnelle ;
-- créer une banque nationale d’investissement afin de faciliter l’accès au financement des entreprises
agricoles et péri-agricoles ;
-- renforcer l’entrepreneuriat des jeunes et femmes dans la transformation des produits de la filière bétail-
viande et des produits oléagineux ;
-- mettre à la disposition des producteurs et des structures d’encadrement les exigences d’assurance qualité
et de veille commerciale ;
-- favoriser la création d’emplois verts, décents et durables en milieu rural ;
-- renforcer les capacités des jeunes et des femmes en milieu rural en alphabétisation et dans le domaine
de la digitalisation ;
-- assurer la couverture totale du pays en réseau de communication notamment internet à travers la fibre
optique ;
-- renforcer le réseau d’électrification rurale ;
-- investir dans la formation des jeunes en data-science et intelligence artificielle ;
-- renforcer la synergie entre les différents départements dans la promotion de l’entrepreneuriat ;
-- promouvoir la protection sociale dans le secteur agricole au profit des jeunes et des femmes en milieu
rural.

Equité – Inclusion sociale


-- prendre en compte le préambule de la Convention 159 du BIT relative à la réadaptation professionnelle
et à l’emploi des personnes Handicapées ;
-- appliquer l’article 18 du statut général des fonctionnaires concernant le recrutement des personnes
vivant avec un handicap à titre exceptionnel ;
-- mettre en œuvre loi n° 2018-027 du 12 juin 2018 et de son décret d’application relatifs aux droits des
personnes vivant avec un handicap ;
-- assurer la participation des personnes vivant avec un handicap au Conseil Economique, Social et
Culturel ;
-- promouvoir la langue des signes pour une participation des malentendants à la vie de la Nation ;
-- traduire tous les documents importants de la Nation en braille ;
-- créer un Haut Conseil National pour les personnes vivant avec un handicap ;
-- respecter/appliquer la loi 2015-052 du 18 décembre 2015 portant sur le genre ;
-- rendre physiquement accessible tous les services aux personnes en situation de handicap ;
-- mettre en place une agence nationale de l’emploi des personnes vivant avec un handicap ;
-- inclure dans les politiques d’autonomisation économique et du travail les stratégies, les mesures et les
budgets pour faciliter l’accès au travail et à l’emploi des personnes vivant avec un handicap.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


30
Adéquation Formation/Emploi
-- développer le secondaire technique et professionnel et la formation professionnelle de l’enseignement
supérieur ;
-- adapter le cursus de formation à l’emploi ;
-- créer davantage de centres de formation professionnelle en tenant compte des avantages concurrentiels
territoriaux ;
-- mettre en place un mécanisme de suivi systématique des diplômés ;
-- faire participer les employeurs dans les conseils pédagogiques des centres de formation et Conseil
d’Administration des Universités pour mieux ajuster les formations aux besoins du milieu du travail ;
-- réhabiliter l’HUICOMA et la COMATEX.

Santé et des Affaires sociales – Questions humanitaires – Réfugiés et déplacés internes


-- respecter les dispositions de la loi hospitalière en matière d’exercice d’activités privées intra-hospitalières;
-- accélérer la mise en œuvre de la Couverture Médicale Universelle ;
-- améliorer la performance des structures sanitaires (financement, plateau technique et ressources
humaines) ;
-- améliorer l’encadrement du secteur de la santé ;
-- permettre une gestion nationale des réfugiés et des déplacés maliens ;
-- valoriser la médecine traditionnelle ;
-- relire la politique sectorielle de la Santé et la loi y afférente ;
-- veiller à l’application stricte de la loi hospitalière ;
-- créer des espaces pour l’exercice privé de la médecine dans les hôpitaux pour éviter l’exercice dans le
secteur privé pour les médecins des hôpitaux ;
-- mettre en œuvre un financement basé sur les résultats dans les hôpitaux permettant d’allouer des primes
de performance au personnel hospitalier ;
-- fidéliser et motiver les ressources humaines dans les zones reculées ;
-- élaborer le Code de santé publique et le statut du personnel de santé ;
-- créer le Conseil supérieur de la santé ;
-- appliquer les textes qui régissent la création des cabinets de santé ;
-- légiférer sur le statut des Directeurs Techniques des CSCOM;
-- appliquer strictement les textes règlementaires pour lutter efficacement contre l’exercice illégal de la
médecine ;
-- légiférer sur le statut des agents paramédicaux ;
-- relire la politique nationale de santé du Mali ;
-- finaliser/mettre en œuvre la politique nationale de la transfusion sanguine adoptée en 2008 ;
-- finaliser le document de politique de recherche sur les systèmes de santé ;
-- réaliser les infrastructures conformément à la carte sanitaire ;
-- améliorer le plateau technique des structures sanitaires ;
-- opérationnaliser et sécuriser le Régime d’Assurance Maladie Universelle prenant en compte les gratuités
pour les indigents, les maladies sociales, les soins aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes
enceintes y compris les césariennes ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


31
-- créer les CSCOM, conformément à la carte sanitaire des régions sans l’influence des partis politiques ;
-- améliorer le plateau technique afin de réduire les évacuations sanitaires ;
-- renforcer la qualité des soins dans les établissements de santé tout en prenant en compte : l’accueil,
l’hygiène des locaux, la sécurité des soins, la surveillance des infections nosocomiales, la maintenance
des équipements ;
-- revoir le système de gestion des déchets biomédicaux et radioactifs au niveau des structures de santé ;
-- élaborer des organigrammes des structures adaptés au contexte actuel ;
-- créer un Hôpital pédiatrique au niveau national et dans les Régions ;
-- créer des hôpitaux de hauts niveaux ;
-- instaurer des normes pour la construction des CSCOM ;
-- revoir le système de référence évacuation sanitaire ;
-- réduire les coûts par la prescription en DCI dans le secteur public ainsi que les structures privées
conventionnées ;
-- développer le secourisme au Mali pour améliorer les conditions des victimes avant l’arrivée de secours
sur le lieu ;
-- prendre une loi criminalisant la vente illicite et la contrefaçon des médicaments ainsi que les autres
produits de santé ;
-- ratifier la Convention Médicrime ;
-- élaborer une politique nationale d’industrialisation du secteur pharmaceutique ;
-- affecter des pharmaciens dans tous les CSREF et autres structures ;
-- interdire la vente des médicaments en dehors des pharmacies ;
-- faire appliquer le schéma directeur d’approvisionnement des médicaments à tous les niveaux de la
santé;
-- interdire l’usage des médicaments de la rue ;
-- réexaminer les coûts d’accès aux médicaments ;
-- appliquer l’Arrêté déterminant la liste des médicaments autorisés par niveau des structures sanitaires ;
-- communiquer sur le calendrier de garde des pharmacies ;
-- développer la médecine traditionnelle tout en insistant sur le renforcement des capacités et la
réorganisation de la médicine traditionnelle ;
-- analyser les médicaments des tradithérapeutes ;
-- créer un cadre de collaboration entre les agents de la médecine conventionnelle et les tradithérapeutes ;
-- renforcer les capacités de formation des spécialistes dans le domaine socio-sanitaire ;
-- assurer la formation en cours d’emploi ;
-- élaborer et mettre en place un cahier de charges entre l’Etat et les structures de formation des agents de
santé du niveau primaire et universitaire ;
-- harmoniser/appliquer un programme de formation commun des agents de santé avec ceux de la sous-
région (tant au niveau public que privé) ;
-- organiser les examens au plan national pour les structures privées et étatiques de formation des agents
de santé ;
-- améliorer le plateau technique au niveau des CSCOM ;
-- élaborer des plans d’urgence et de contingence pour les nouvelles maladies émergentes/réémergentes ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


32
-- équiper les hôpitaux et centres de santé de matériels pour la prise charge des personnes vivant avec le
handicap ;
-- suspendre les évacuations des hauts cadres à la charge de l’Etat ;
-- revoir les stratégies de motivation des agents au niveau public tout en octroyant des primes sur les
recettes afin de réduire la fréquentation du secteur privé ;
-- renforcer les capacités du personnel dans le domaine de la maintenance des équipements ;
-- recruter le personnel de qualité et assurer une répartition équitable entre les centres de santé des
différentes zones du Mali ;
-- évaluer régulièrement les directeurs des hôpitaux et prendre les sanctions qui s’imposent ;
-- nommer les directeurs sur la base des résultats ;
-- élaborer/veiller au respect strict des plans de carrière ;
-- doter tous les CSCOM de ressources humaines de qualité ;
-- créer d’autres écoles supérieures de santé ;
-- créer des unités de soins spécialisés et particulièrement bucco-dentaires dans tous les CSCOM pour
minimiser les références ;
-- moraliser l’emploi des médecins entre les hôpitaux et les privés ;
-- favoriser la création de centres de prothèses dentaires privés ;
-- revoir la méthodologie d’affectation des ressources aux collectivités ;
-- augmenter le budget alloué à la santé ;
-- mettre un mécanisme de gestion des déchets biomédicaux à tous les niveaux ;
-- garder le service d’hygiène à la santé et renforcer la collaboration entre santé et environnement ;
-- renforcer la télémédecine ;
-- élaborer une politique nationale de la recherche scientifique en général et celle du domaine de la santé
en particulier ;
-- mettre en place un fonds national pour financer la recherche scientifique ;
-- faire l’audit de la CANAM avant de basculer dans le Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU);
-- renforcer les capacités des Mutuelles de Santé à travers la mise en œuvre de l’Assurance Maladie
Universelle ;
-- élaborer et mettre en œuvre un plan socio-sanitaire pour les personnes âgées ;
-- prendre en charge l’encadrement des élèves coraniques par les collectivités ;
-- repenser le système social afin de prendre en charge les opérations à coûts élevés en particulier les
opérations du cœur ;
-- créer les conditions de retour des déplacés et réfugiés ;
-- rétablir la sécurité dans les zones de réinstallation ;
-- créer un cadre de réinsertion des réfugiés et déplacés internes dans leur milieu d’origine ;
-- réhabiliter et viabiliser les sites de réinstallation des réfugiés et déplacés ;
-- mettre en place les moyens permettant aux réfugiés de reprendre ou d’entreprendre des activités
productives ;
-- accélérer l’adoption de la loi sur les réparations et son décret d’application ;
-- déconcentrer les centres de gériatrie ;
-- créer un système de prise en charge des personnes victimes de catastrophes (interventions d’urgence,
résilience, relèvement) ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


33
-- prendre toutes les mesures urgentes pour sécuriser les populations en général les réfugiés et les déplacés
en particulier ;
-- sécuriser les ouvrages physiques d’eau potable, d’électrification rurale et de tous projets environnementaux
réalisés ou à réaliser par les ONG internationales ;
-- sécuriser le personnel local et étranger au cours des missions humanitaires sur l’ensemble du territoire
national ;
-- apporter toute assistance technique, matérielle, financière et sécuritaire aux opérations humanitaires des
ONG internationales au profit des populations locales ;
-- œuvrer à la restauration durable de la paix, au renforcement de la cohésion sociale et à la promotion du
dialogue communautaire avec le concours des ONG internationales.

Aspects politiques, règlementaires et institutionnels de la gouvernance environnementale

• Sur le plan politique


-- relire les grandes politiques en matière d’environnement, d’assainissement et de développement
durable pour les adapter aux Objectifs du Développement Durable (ODD), à l’Agenda 2063 de
l’Union Africaine et à la Vision de la CEDEAO 2050 ;
-- veiller à la mise en œuvre harmonieuse des différents documents de politiques et de stratégies au
niveau des différents secteurs et sous-secteurs ;
-- intégrer les préoccupations environnementales dans les décisions économiques et dans les PDESC
des Communes ;
-- promouvoir et valoriser les énergies renouvelables ;
-- intégrer nos valeurs culturelles dans la révision des grandes politiques ci-haut citées conformément
à la Charte de Kurukan Fuga entre autres et d’autres pratiques traditionnelles de protection de
l’environnement ;
-- renforcer la coordination des efforts de l’État et des Collectivités territoriales dans la mise en œuvre
des politiques environnementales et d’aménagement du territoire ;
-- développer et mettre en œuvre des plans de gestion, augmenter la productivité biologique des aires
protégées ;
-- établir les corridors biologiques pour connecter les aires protégées afin de faciliter la migration des
populations de faune et de flore ;
-- développer des partenariats entre l’État et les collectivités afin de réaliser des projets de conservation
et de restauration des habitats ;
-- accroître l’utilisation d’instruments économiques pour inciter les propriétaires fonciers à adopter des
pratiques agricoles et sylvicoles durables favorisant la biodiversité ;
-- développer des programmes de rétribution pour les services économiques rendus par les écosystèmes,
en particulier aquatiques et forestiers ;
-- mettre en place des programmes forestiers pour rajeunir la forêt, pour fournir de la biomasse pour la
production d’énergie et pour augmenter sa capacité à séquestrer le CO2 ;
-- promouvoir la coopération internationale, sous régionale et bilatérale concernant l’environnement et
le renforcement de la diplomatie environnementale.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


34
• Sur le plan règlementaire et juridique :
-- permettre une exploitation écologiquement rationnelle des ressources de l’environnement intégrant
les principes de prévention, de précaution et du pollueur-payeur (étude d’impact environnemental et
social, évaluation environnementale stratégique, audit environnemental…) ;
-- prendre en compte les préoccupations de gestion intégrée et participative du développement durable
(gouvernance, synergie dans la gestion du climat, de la biodiversité, de la sécheresse-désertification,
des pollutions et nuisances….) ;
-- miser sur les mesures préventives afin d’assurer une meilleure connaissance des textes
environnementaux par tous les acteurs de développement pour réduire les actions de détérioration des
ressources de l’environnement et contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations
vulnérables ;
-- répondre à l’objectif de gestion règlementée des ressources naturelles, comme outil d’aide à la
décision pour des politiques sectorielles de développement durable (modes de consommation et de
production durables, achat public durable, responsabilité sociétale des organisations et normes ISO
26000 portant lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale…) ;
-- élaborer des indicateurs juridiques sur l’effectivité des textes régissant l’environnement ainsi que des
outils d’évaluation de l’impact des instruments juridiques en matière d’environnement afin d’éviter
toute régression dans la protection de l’environnement au Mali ;
-- assurer l’effectivité de toutes les règlementations nationales et les conventions internationales
ratifiées par le Mali en matière d’assainissement et de protection de l’environnement ;
-- étudier la faisabilité pour le développement d’une fiscalité écologique ;
-- réaliser les plans stratégiques d’assainissement et schéma directeur d’urbanisation et d’aménagement;
-- promouvoir des modes de consommation plus durables par des mesures règlementaires et
économiques ;
-- renforcer les capacités des rédacteurs des textes juridiques relatifs à l’environnement au Mali.

• Sur le plan institutionnel


-- faire un audit des structures en charge de l’Environnement et de l’assainissement et proposer une
nouvelle architecture institutionnelle en la matière ;
-- étudier la faisabilité pour la création d’un Fonds national pour l’environnement ;
-- renforcer les capacités des institutions de lutte contre la désertification et l’ensablement des cours
d’eau en terme de ressources humaines, financières et technologiques ;
-- étudier la faisabilité de la Création d’une Agence de gestion des déchets ;
-- mettre en place un Dispositif de sauvegarde de l’environnement dans un contexte d’insécurité ;
-- renforcer les structures chargées du suivi, du contrôle et de l’évaluation des politiques de
l’environnement et du développement durable ;
-- ériger la Direction Nationale des Eaux et Forêts en Direction Générale des Eaux et Forêts ;
-- renforcer les capacités de la Direction Nationale de l’Assainissement, du Contrôle des Pollutions et
des Nuisances (DNACPN) en termes de ressources humaines, financières et technologiques ;
-- développer une synergie d’actions à travers l’instauration de cadres de concertation fonctionnels
entre le Ministère en charge de l’Environnement et les autres Ministères sectoriels en charge des

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


35
Mines, de la Santé, de l’Energie, de l’Eau, des infrastructures, des transports et du Développement
Rural ;
-- redynamiser le service d’hygiène et le transférer à l’Environnement ;
-- délocaliser toutes les unités industrielles situées à proximité des habitations ;
-- renforcer les capacités de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN) en terme de ressources
humaines, financières et technologiques ;
-- étudier la faisabilité de création des usines de montage de plaques photovoltaïques ;
-- étudier la faisabilité de création d’un Conseil supérieur de l’environnement à l’image du Conseil
Supérieur de l’Agriculture.

Lutte contre les pollutions et les nuisances


-- assurer l’amélioration des politiques urbaines pour minimiser ou mieux gérer les problèmes de
pollutions et nuisances, notamment à travers l’adoption de plans directeurs pour l’assainissement
des agglomérations urbaines ;
-- prendre en compte le lien entre pauvreté et environnement en luttant contre les phénomènes de
marginalisation et de taudis urbains ;
-- développer et mettre en œuvre un programme permanent d’appui au traitement des déchets et des
produits dangereux, en privilégiant les approches novatrices et participatives de gestion en ce qui
concerne les déchets solides et liquides urbains ;
-- prendre des mesures coercitives contre les unités industrielles qui déversent leurs effluents liquides
dans les cours d’eau sans traitement préalable ;
-- mettre en place, à tous les niveaux, un mécanisme de gestion des déchets biomédicaux.

Promotion de la gestion durable des ressources pour l’amélioration de l’économie malienne et le bien-
être de ces populations
-- améliorer la gestion durable des ressources naturelles, notamment des sols et promouvoir la conservation
et l’utilisation durable de la diversité biologique (faune, flore et écosystèmes) en mettant un accent
particulier sur l’intégration durable du secteur forestier et de ses produits dans l’économie nationale ;
-- lutter contre la dégradation des terres et la désertification en s’attaquant aux causes réelles de ces
phénomènes ;
-- trouver des activités de diversification comme alternatives à la coupe abusive du bois ;
-- promouvoir et valoriser les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la bioénergie ;
-- créer un fonds national d’efficacité énergétique.

Promotion de l’information – Education – Communication environnementale


-- promouvoir un programme national d’éducation relative à l’environnement à travers l’élaboration
et l’enseignement des programmes d’éducation environnementale dans tous les ordres et types
d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) ;
-- renforcer les activités d’IEC, mais aussi encourager et récompenser les bonnes initiatives des organisations
de la société civile et des individus qui concourent à une meilleure gestion de l’environnement ;
-- promouvoir la régénération Naturelle Assistée ;
-- sensibiliser les élus, les femmes, les associations de jeunes, les chasseurs pour leur implication active
dans la lutte contre la déforestation ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


36
-- encourager la création des bosquets villageois et la protection des bois sacrés ;
-- communiquer de façon efficace et efficiente pour un changement de comportement du citoyen malien
à l’égard de l’environnement ;
-- encourager l’instauration des journées des travaux communautaires en vue d’entretenir les lieux avec
en tête de file les autorités politiques et administratives ;
-- informer, éduquer tous les acteurs de l’environnement sur le Mécanisme pour un Développement Propre
(MDP), notamment sur les bénéfices que peuvent générer les crédits carbone à travers la plantation de
certains arbres (Jatropha), des activités relatives au foyer amélioré ;
-- sensibiliser les acteurs de l’environnement sur les enjeux de la transition écologique ;
-- prendre des mesures (campagne de sensibilisation – sanctions) de lutte contre la pollution
environnementale, notamment sur la base de la Loi n°2021-032 du 24 mai 2021 relative aux pollutions
et aux nuisances ;
-- intensifier les campagnes de reboisement en optant pour des plantations sécurisées ;
-- vulgariser les textes environnementaux dans les langues nationales ;
-- élaborer et mettre en œuvre un plan innovant de communication sur l’environnement de façon globale ;
-- renforcer l’information environnementale des citoyens au quotidien et à tous les niveaux en vue d’un
éveil de conscience en matière environnementale et d’assainissement.

Arts
-- créer un village des artisans dans chaque région ;
-- développer l’artisanat et établir le répertoire national des artisans ;
-- mettre en place un fonds de développement de l’artisanat et subventionner les activités artisanales ;
-- valoriser les tissus traditionnels nationaux ;
-- créer le Centre de Formation des tisserands ;
-- promouvoir les produits artisanaux locaux dans les commandes publiques (meubles, ameublement) ;
-- favoriser la formation aux métiers et former les jeunes diplômés pour créer des emplois dans le domaine
de l’artisanat ;
-- mettre en place une politique pour monétiser les Arts ;
-- organiser des foires et expositions de produits de l’artisanat malien ;
-- appuyer les artisans pour participer aux foires et expositions internationales.

Culture
-- organiser les semaines culturelles, sportives et artistiques aux niveaux local, régional et national ;
-- créer un fonds spécial pour soutenir les activités culturelles, sportives et artistiques ;
-- promouvoir les festivals culturels et restaurer les biennales artistiques et culturelles comme facteur
d’unification et de brassage ;
-- mettre sur pied un fonds cinématographique pour promouvoir notre culture à travers le cinéma ;
-- favoriser les échanges culturels entre les jeunes de différentes localités (caravanes culturelles) ;
-- accélérer le processus de rapatriement de nos œuvres d’art et renforcer le contrôle sur leur exportation ;
-- réhabiliter les monuments et sites historiques et touristiques ;
-- rattacher l’Institut Ahmed BABA de Tombouctou au Ministère de la Culture afin d’améliorer
l’exploitation des manuscrits de Tombouctou ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


37
-- favoriser l’appropriation des valeurs morales et sociétales du Mali à travers l’Education ;
-- redéfinir nos valeurs culturelles en fonction de la Charte de Kurukan Fuga ;
-- promouvoir le «Sinankunya» ;
-- développer des produits autour de notre folklore ;
-- officialiser les journées culturelles ‘Djonmine.’

Tourisme
-- favoriser la formation aux métiers du Tourisme et de l’Hôtellerie ;
-- répertorier nos sites touristiques et les protéger afin d’en tirer des ressources pour les collectivités
locales et le ministère du tourisme ;
-- développer l’éco-tourisme et promouvoir le tourisme national ;
-- renforcer les écoles hôtelières ; 
-- sécuriser les touristes ;
-- conserver et sauvegarder le patrimoine touristique et culturel ;
-- adopter des tarifs préférentiels dans les hôtels pour les Maliens ;
-- encourager les écoles à organiser des sorties touristiques ;
-- instituer une journée nationale du Tourisme.

Sport
-- valoriser les entraineurs locaux ;
-- augmenter les infrastructures sportives pour développer la pratique sportive;
-- développer les sports interscolaires ;
-- redynamiser l’athlétisme ; 
-- réhabiliter les espaces sportifs ;
-- encourager les clubs professionnels à recruter des lycéens ;
-- créer des lycées Sports et études ;
-- répertorier les sports traditionnels ;
-- créer des conditions pour la rémunération des sportifs et la formation des entraineurs.

Education civique – Construction citoyenne


-- créer des centres de rééducation civique pour les mineurs ;
-- mettre l’accent sur l’éducation civique et morale à l’école ;
-- instaurer le Service Civique (SC) et les centres d’Animation Rurale dans les cercles ;  
-- faire la promotion de l’interpénétration culturelle à travers le jumelage entre les villages ;
-- rétablir le service militaire obligatoire à partir de 20 ans et y instaurer un système d’apprentissage de
métiers et de formation au respect des valeurs républicaines ;
-- concevoir et diffuser des spots publicitaires et des émissions sur la citoyenneté ;
-- dynamiser le mouvement des pionniers ;
-- redonner force et vigueur à la famille, à l’école et à la communauté afin de favoriser un changement
radical ;
-- élaborer les recueils des griots ;  

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


38
-- instaurer une semaine d’éveil patriotique et d’éducation civique (du 15 au 22 septembre) ;
-- cultiver l’esprit de volontariat et de solidarité mutuelle (Des jeunes formés pour faire des travaux
d’utilité publique) ;
-- prendre en charge les conclusions du Comité d’experts chargés de l’élaboration du Programme national
d’éducation aux valeurs.

Education – Questions scolaires


-- pacifier l’espace scolaire et universitaire pour en faire un lieu d’acquisition de savoirs et de connaissances
et non de vandalisme et d’agressions permanentes ;
-- organiser les Etats Généraux de l’Education ;
-- rouvrir et sécuriser les écoles fermées ;
-- réviser la carte scolaire en prenant en compte la construction d’écoles techniques et professionnelles
publiques dans toutes les régions ;
-- mettre en œuvre le plan de carrière des enseignants et concevoir un plan de formation ;
-- valoriser la fonction enseignante ;
-- renforcer l’Education Civique et Morale (ECM) en augmentant le coefficient de cette matière à l’école
et l’inclure dans les examens y compris le Baccalauréat ;
-- créer une Ecole Nationale Vétérinaire ;
-- faire adopter la loi portant officialisation des langues nationales conformément à l’esprit du document
de politique linguistique et modifier conséquemment l’article 25 de la Constitution 1992 ;
-- éditer et publier le document de politique linguistique du Mali adopté par le Conseil des ministres du
03 décembre 2014 ;
-- renforcer l’utilisation des langues nationales dans tous les ordres et types d’enseignement ;
-- remettre à plat l’ensemble des curricula du préscolaire au niveau universitaire à la lumière des systèmes
traditionnels élaborés (exemple DO KAYIDARA) ;
-- recruter les diplômés en langue arabe dans la Fonction publique ;
-- moraliser les conditions de création, d’ouverture et de fonctionnement des écoles privées ;
-- veiller à la primauté de l’Ecole publique ;
-- développer les écoles d’enseignement spécial dans toutes les régions (malentendants, malvoyants, etc.) ;
-- concevoir et mettre en œuvre un plan quinquennal d’éradication de l’analphabétisme au Mali en utilisant
toutes les formes d’écriture des langues nationales (Tifinagh, N’Ko, Massaba, etc.) ;
-- valoriser les systèmes d’écritures endogènes qui font partie de notre patrimoine culturel (Tifinagh,
N’Ko, Massaba, Idéogrammes, etc.).

Recherche scientifique
-- organiser la recherche sur les traditions en vue d’une meilleure prise en compte de nos valeurs culturelles
dans la pratique démocratique au Mali ;
-- améliorer la recherche islamique (exploiter les manuscrits historiques) ;
-- construire une université des Sciences et Technologies à Kayes ;
-- réhabiliter les laboratoires et en construire là où il n’en existe pas ;
-- créer des espaces d’échanges et de collaboration entre les scientifiques, les ingénieurs et les artisans ;
-- instaurer une gouvernance de la recherche sur le plan financier et scientifique ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


39
-- valoriser la propriété intellectuelle et l’innovation ;
-- renforcer le financement de la recherche scientifique en dotant ce secteur d’un budget fixe représentant
1% du PIB national ;
-- valoriser et promouvoir les résultats de la recherche et de l’innovation ;
-- créer des universités ou des facultés supplémentaires dans les régions avec un seul examen national et
les doter de bibliothèques et d’accès internet ;
-- assurer la formation continue des enseignants du niveau supérieur ;
-- recruter les assistants et les motiver pour assurer la recherche et préparer la relève dans l’enseignement
supérieur ;
-- appuyer les inventeurs et innovateurs nationaux ;
-- restructurer le CNRST et le faire diriger par un chercheur et non par un administrateur ;
-- séparer le statut des enseignants chercheurs de celui des chercheurs mais en leur accordant les mêmes
avantages ;
-- recruter des enseignants pour tous les ordres et types d’enseignement ;
-- instaurer un système de bourses d’Etat pour les étudiants en Master et au Doctorat ;
-- corriger les lourdeurs administratives afin de faciliter le retour à l’activité des agents ayant effectué des
formations supérieures ;
-- construire l’observatoire astronomique du Mali ;
-- instituer un prix national de recherche et d’innovation remis par le Président de la République ;
-- valoriser et mettre au travail l’expertise malienne de l’intérieur comme de l’extérieur à travers des
projets porteurs dans le cadre de la refondation de l’Etat et de l’enseignement ;
-- confier des missions ciblées à des équipes de travail incluant la diaspora pour des résultats immédiats
sous forme de rapports ou de stratégies de mise en œuvre opérationnelle.

VII- Difficultés et contraintes


Les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat se sont déroulées dans un contexte marqué par des
contraintes et difficultés, notamment politiques et sécuritaires :
-- l’empêchement de la tenue des Assises par des groupes armées se réclamant du CSP dans les régions
de Kidal et de Ménaka. Malgré ces incidents, les participants de ces régions ont pris part aux Assises
au niveau national ;
-- la non-tenue des Assises dans certaines communes suite aux problèmes sécuritaires;
-- la délocalisation, pour des raisons sécuritaires, des Assises de certaines communes vers des communes
voisines.
-- l’enclavement, les difficultés d’accès et de mobilité à l’intérieur de certaines régions, ont entrainé un
léger décalage dans le calendrier de la tenue des Assises dans ces localités ;
-- la perturbation des réseaux de communication au nord du pays n’a pas permis aux équipes de supervision
de communiquer en temps réel et de collecter les rapports de certaines communes et cercles ;
-- le refus formel de certains partis politiques et associations d’assister aux Assises  ; ce qui n’a pas
réellement empêché des membres de ces entités d’y prendre part sous diverses formes et à tous les
échelons ;
-- le dépassement du nombre de participants prévus dans plusieurs localités impliquant des dispositions

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


40
organisationnelles et logistiques supplémentaires ;
-- une campagne de désinformation d’une partie de l’opinion.

VIII- Budget
Les ressources afférentes à l’organisation des Assises ont été mises à la disposition de la Direction des
Finances et du Matériel du Ministère de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions.
Les dépenses ont été exécutées conformément aux procédures du budget d’Etat. Un rapport financier détaille
l’état d’exécution du budget (Annexe 14).
Toutefois, l’exécution a connu un dépassement budgétaire du fait que le budget initial avait
été établi sur la base de 538 communes, alors que dans les faits, les ANR se sont tenues dans 725 communes.

IX- Leçons et suggestions


Dans le cadre de la capitalisation de l’expérience acquise à l’issue des Assises, les leçons et suggestions
ci-dessous peuvent être retenues : 
-- un engouement des participants à tous les niveaux pour prendre part aux Assises, afin d’exprimer leurs
opinions sur la refondation de l’Etat. A cet égard les participants se sont mobilisés à leurs propres
frais sans attendre des appuis financiers tels que perdiems ou tous autres avantages financiers. Cet
engouement est illustré par le fait que le nombre de participants prévu dans les termes de référence a
été dépassé à tous les niveaux ;
-- l’engagement des responsables administratifs, des chefs coutumiers, des organisations de la société
civile et des acteurs politiques, n’a point fait défaut aux préparatifs et à la réussite des Assises ;
-- les Maliens établis à l’Extérieur ainsi que les déplacés et les réfugiés se sont largement mobilisés et ont
apporté leurs contributions tout le long du processus ;
-- certaines zones initialement identifiées impossibles par le Ministère de l’Administrations Territoire
pour la tenue des Assises se sont avérées aptes à les tenir, ce qui a joué sur le budget ;
-- la noblesse de la cause de la Refondation du Mali est une réalité au niveau de tous les Maliens, ce qui
les a conduits à participer massivement aux Assises ;
-- la confiance que portent les Maliens aux autorités et aux organes d’organisation des Assises a aussi été
un facteur décisif dans la réussite de l’évènement ;
-- le caractère exécutoire des décisions issues des Assises annoncé par les autorités de la transition a aussi
joué un rôle dans la mobilisation des participants ;
-- la tenue des débats en langues nationales a non seulement facilité la compréhension des thématiques
mais aussi rendu dynamique les discussions ;
-- l’organisation des débats de la base au sommet (des communes jusqu’au niveau national) a conféré plus
de légitimité aux Assises et a permis la prise en compte de toutes les préoccupations des citoyens ;
-- la mise en place d’un système de rapportage et de traitement informatique des données a été un facteur
déterminant pour la qualité des informations recueillies et pour l’exécution des tâches dans un court
délai ;
-- l’installation des différents organes pour l’organisation d’un tel évènement devra précéder l’élaboration
du chronogramme y afférent ;
-- une bonne maitrise du système des transferts des ressources allouées à l’organisation des Assises à tous
les échelons ;
-- une attention particulière aux problèmes de sécurité dans les zones à risque ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


41
-- la mise en place en avance d’une bonne distribution des documents et supports à tous les niveaux ;
-- la programmation à temps des activités liées à l’organisation des évènements de cette nature ;
-- la prise de dispositions législatives ou règlementaires pour rendre exécutoire l’application des
recommandations des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat.

X- Comité de suivi – évaluation


Conformément aux Termes de Référence des Assises Nationales de la Refondation, un Comité de suivi-
évaluation des recommandations est adopté. Ce mécanisme, indépendant et apolitique, est un organe de
veille, de conseil, de suivi et d’évaluation. Il tire sa raison d’être d’une double légitimité réaffirmée dans
l’Adresse à la Nation de S.E. le Colonel Assimi Goïta, Président de la Transition Chef de l’Etat, le 09
décembre 2021 et dans l’Allocution de Dr. Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre Chef du gouvernement,
devant les membres de la Haute Administration, le 22 novembre 2021.
En outre, les populations, tout au long des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat, ont insisté sur
le caractère exécutoire des recommandations et de la nécessité de la mise en place du comité de suivi-
évaluation.
Le comité de suivi-évaluation est directement rattaché à la Présidence de la République afin de lui assurer
la stabilité et la solidité institutionnelles nécessaires.

a. Missions 
Le Comité bénéficiera du soutien technique de cadres professionnels compétents et intègres, familiers des
thématiques des ANR, afin de conduire les évaluations techniques et financières périodiques des programmes
publics et d’aider à faire opérer à temps et toutes les fois que nécessaires, toutes les corrections pertinentes
à apporter auxdits programmes publics.
Le Comité de suivi-évaluation appréciera les résultats de la mise en œuvre, en rendant publics ses
conclusions sur les progrès, les difficultés et les évolutions éventuelles du contexte opérationnel, afin de
maintenir une mobilisation forte et soutenue de la Nation malienne autour des actions de développement
du Gouvernement.

b. Membres 
Le Comité de Suivi-Evaluation sera composé de citoyen(ne)s connu(e)s, y compris de représentants des
Maliens établis à l’Extérieur, de notoriété établie, avec de solides aptitudes et compétences, ayant un sens
élevé de l’intérêt général, répondant tous aux mêmes critères de compétence, d’intégrité, de moralité,
d’honneur et de dignité. Il s’agit de citoyen(ne)s malien(ne)s, bénéficiant d’une solide crédibilité et pouvant
exercer, en accompagnement des actions du Gouvernement, une magistrature d’influence efficace et
respectueuse des valeurs sociétales supérieures de la Nation malienne.
Tous les membres du Comité de suivi-évaluation seront désignés par le Président de la Transition Chef de
l’Etat.

c. Organisation et fonctionnement
Le Comité de suivi-évaluation est dirigé par un Président, une personnalité de préférence apolitique, ayant
une compétence avérée de leadership, et jouissant par ailleurs d’une bonne moralité. En outre, il doit avoir
une connaissance avérée du pays, de ses institutions et de ses différentes composantes sociales.
Le Comité de Suivi-évaluation est représenté au niveau des Départements ministériels par des points focaux.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


42
Les points focaux ont pour rôle d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations relevant de leur
secteur. A cet effet, ils élaborent chaque trimestre l’état d’exécution desdites recommandations.
Le Comité de suivi-évaluation se réunit en session ordinaire une fois par semestre pour faire l’état d’exécution
des recommandations, et chaque fois que de besoin, en session extraordinaire. Par ailleurs, le Comité de
suivi-évaluation produit en fin de chaque année un rapport qui est soumis au Chef de l’Etat.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


43
ANNEXES

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


44
Annexe 1: Discours de son Excellence Colonel Assimi Goïta Président de la Transition Chef de
l’Etat à l’Occasion de la Céremonie d’Installation des Membres du Panel des Assises Nationales
de la Refondation

DISCOURS DE SON EXCELLENCE COLONEL ASSIMI GOÏTA PRÉSIDENT


DE LA TRANSITION CHEF DE L’ETAT À L’OCCASION DE LA CEREMONIE
D’INSTALLATION DES MEMBRES DU PANEL DES ASSISES NATIONALES
DE LA REFONDATION

Monsieur le Premier ministre,


Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Monsieur le Doyen du Corps diplomatique au Mali,
Mesdames et Messieurs les membres du Panel des Assises Nationales de la Refondation,
Mesdames et Messieurs,
Il me plaît de vous dire, à l’entame de mes propos, combien je suis heureux de présider cette cérémonie qui
revêt une importance de premier ordre pour le processus de la Transition et pour l’ avenir de notre Nation.
En effet, nous allons procéder à l’installation officielle des membres du Panel des Assises Nationales de la
Refondation.

Mesdames et Messieurs,
Ainsi que cela a été dit à maintes occasions, les missions des organes de la Transition découlent des aspirations
profondes de notre peuple, qui ont été exprimées en termes d’exigences et qui tiennent désormais lieu de
boussole pour ceux qui ont la charge de diriger le pays aujourd’hui. Il s’agit principalement d’assurer la
sécurité sur l’ensemble du territoire national ; de mener la lutte contre la corruption et l’impunité ; d’apaiser
le climat social et de mettre en œuvre des reformes institutionnelles en vue d’élections transparentes et
crédibles.
Le Gouvernement de la Transition que j’ai nommé et auquel j’ai adressé une lettre de cadrage, s’y attelle
avec courage et abnégation.

Mesdames et Messieurs,
Les maux qui minent notre Etat et notre société et qui nous ont conduits dans la situation complexe actuelle,
ont besoin d’être traités par des solutions endogènes et durables. C’est sur cette base que nous avons décidé
de donner la parole au peuple qui doit, en dernier ressort, déterminer son avenir, ainsi que les voies et
moyens pour y parvenir.
C’est tout l’esprit et l’objectif des Assises Nationales de la Refondation proposées par le Gouvernement
dans son Plan d’actions, validé par le Conseil National de Transition. Ces Assises devront permettre à
toutes les couches et sensibilités de notre peuple de se prononcer sur la situation critique de notre pays et de
décider des mesures à mettre en œuvre dans tous les secteurs de la vie nationale.
En réalité, nous nous engageons dans une œuvre de refondation de l’Etat pour organiser des élections
crédibles, avoir des institutions dont la légitimité ne sera pas contestée et d’instaurer une gouvernance
vertueuse.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


45
Mesdames et Messieurs
A l’évidence, la mission qui s’annonce doit rassembler, fédérer pour que toutes les Maliennes et tous les
Maliens, de l’intérieur et de l’extérieur, se donnent l’opportunité de dessiner, dans une véritable communion,
le Mali que nous rêvons de léguer à nos enfants.
Pour conduire une telle mission, il faut des filles et des fils de la Nation dont le patriotisme, l’expertise et
l’impartialité ne souffrent d’aucun doute. Les personnes qui ont été choisies pour siéger dans le Panel des
Assises Nationales de la Refondation, répondent bien à ces critères.

Mesdames et Messieurs les membres du Panel,


Je voudrais, au nom du peuple malien, vous féliciter pour le choix porté sur vous et vous remercier de
votre engagement constant pour notre pays. En acceptant cette lourde charge, vous devez prendre la pleine
mesure de votre responsabilité à partir d’aujourd’hui. En effet, sous votre clairvoyance et votre sagesse,
les Maliennes et les Maliens devront se parler pour procéder à un diagnostic sans complaisance de nos
problèmes et faire des propositions de réformes nécessaires.
Le peuple malien attend donc de vous, de créer les conditions d’un dialogue politique inclusif dans lequel
se retrouverait l’ensemble des forces vives du pays. Vos parcours et vos qualités respectifs seront, en n’en
pas douter, un atout incontestable pour y arriver.

Mesdames et Messieurs,
Le Mali, notre cher pays, a besoin qu’on en prenne soin, comme d’une vieille mère qui a tout donné à ses
enfants que nous sommes. C’est bien dans cette dynamique patriotique que nous devons tous inscrire nos
actions quotidiennes. Ce noble état d’esprit fera indéniablement du concept du MALI KURA une réalité.
Chers membres du Panel des Assises de la Refondation,
De même que les autorités de la Transition, vous êtes tous, par la force des choses, des acteurs de ce Mali
nouveau qui se dessine sur les cendres des erreurs du passé. Nous devons donc être à la hauteur des enjeux
actuels afin de mériter de notre chère Patrie.
Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens!
Je vous remercie.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


46
Annexe 2: Discours de Son Excellence le Colonel Assimi Goita, Président de la Transition,
Chef de l’Etat à l’occasion du Lancement des Assises Nationales de la Refondation

DISCOURS DE SON EXCELLENCE LE COLONEL ASSIMI GOITA, PRESIDENT


DE LA TRANSITION, CHEF DE L’ETAT A L’OCCASION DU LANCEMENT DES
ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION

Chers Compatriotes,
Commençant par rendre grâce à Dieu dans sa Miséricorde, je voudrais avoir une pensée pieuse pour toutes
les victimes civiles et militaires, notamment celles qui viennent de faire, il y a moins d’une semaine, les
frais d’une barbarie innommable à Songho, dans la région de Bandiagara.
Une fois de plus, les épreuves du moment s’accentuent tout en resserrant l’étau de l’insécurité autour de
nos paisibles populations. Cependant, à y voir de plus près, ces actes criminels, contraires à toute logique
de respect des droits humains, ne sont en réalité, que des signes de désespoir et de décadence des forces du
mal face à la volonté affirmée des Maliens et de leurs autorités, pour jeter les bases d’une nation équitable,
soucieuse du respect de la place qui revient à tous et à chacun.
En plus de la compassion du Gouvernement adressée aux populations éplorées de Songho, de fortes pressions
restent maintenues sur les groupes criminels dont la cruauté est fonction des restrictions de mouvements
que leur imposent les différentes opérations de sécurisation des populations et de leurs biens, engagées par
les Forces de Défense et de Sécurité sur le terrain.
Cet engagement, nous le devons au peuple malien sans la mobilisation et les contributions duquel, le
rééquipement et la montée en puissance de l’Armée seraient illusoires.
Chers compatriotes,
Il y a de cela quelques mois, le Conseil National de Transition validait le Programme d’Action gouvernemental
dans lequel est consignée la tenue des Assises Nationales de la Refondation. L’heure est enfin arrivée d’y
faire face avec détermination et sur fond d’amour ardent de la Patrie.
À cet égard, les Assises Nationales de la Refondation de l’État du Mali constitueront un moment privilégié
d’examen collectif de conscience et de prospective, un événement précurseur du processus de renaissance
de notre Pays.
C’est l’occasion rêvée de suspendre les clivages politiques, sociaux et idéologiques, pour créer une
dynamique novatrice de mobilisation sociale autour des idéaux historiques de la nation malienne. C’est
également l’opportunité de focaliser toutes nos énergies et nos intelligences sur le devenir de notre chère
Patrie qui en a vraiment besoin.
Les Assises Nationales de la Refondation, qui s’engagent ce samedi 11 décembre et se terminent le jeudi
30 décembre 2021, sont une aubaine pour instaurer entre toutes les filles et tous les fils de ce Pays un
dialogue franc, direct et fécond, afin d’atténuer les querelles infécondes qui tendent à miner le processus de
Transition en cours et nuire à l’espoir de renaissance du Peuple malien, pourtant épris de paix et de justice,
mais particulièrement attaché à ses valeurs.
C’est dans cette logique que les autorités de la Transition ont initié, en prélude aux Assises Nationales de
la Refondation, des consultations avec les acteurs sociaux et politiques en mesure de décrisper le climat

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


47
sociopolitique.
La même dynamique a été fort heureusement soutenue par le Panel des hautes personnalités en charge de
l’organisation des Assises nationales de la Refondation. Cette démarche inclusive aura indiscutablement eu
le mérite de fédérer plus d’énergies positives autour du processus historique que constituent ces Assises,
porteuses du flambeau d’un lendemain meilleur pour notre pays.
Les Assises Nationales de la Refondation de l’État sont, par vocation, ouvertes au Peuple malien, donc au
Mali profond, le Mali des paysans, des bergers, des artisans, des ouvriers, des ménagères, des personnes
âgées, dépositaires de notre sagesse, des communicateurs traditionnels, gardiens de notre patrimoine
culturel, des personnes déplacées ou réfugiées. Bref, le Mali de ceux qui souffrent le martyre en silence, le
Mali des sans voix.
Il s’agira pour le peuple, de s’exprimer en toute liberté, sans tabou et sans exclusive, suivant les règles
sacrosaintes du dialogue et qui sous-tendent l’écoute mutuelle. Il y va de la légitimité des recommandations
qui sortiront de ce débat national mais aussi de la nécessaire adhésion du peuple tout entier pour assumer,
accompagner et suivre la mise en œuvre des réformes audacieuses à entreprendre par la suite pour
l’avènement du nouveau visage de l’Etat malien.
La réussite de cet évènement hautement important pour le devenir du Mali, se mesurera à l’aune des
propositions fortes et pertinentes qui en sortiront et qui aideront à la conduite stratégique de la gouvernance
globale de notre Pays, en harmonie avec le voisinage immédiat et l’environnement international.
Chers Compatriotes,
Le concept de « Mali-Kura » a été adopté par l’ensemble du Peuple malien, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur
du Pays. Toutefois, ledit concept a ses exigences.
Ainsi, vouloir changer le Mali, c’est changer de prime abord le Malien lui-même. D’où la nécessité d’une
transformation fondamentale des mentalités et des comportements. Toute chose qui passe obligatoirement
par le renforcement de l’éducation familiale, formelle et non formelle ainsi que par l’instruction civique.
Ce faisant, nous ne devons nullement oublier que le Mali, en dépit des épreuves du moment, demeure
une grande nation qui a été admirée à travers le monde et qui a inspiré une partie de l’Afrique, voire de
l’humanité. Il est donc un devoir pour nous tous d’assumer ce bel héritage légué par nos ancêtres.
Les Assises Nationales de la Refondation nous offrent une occasion exceptionnelle pour nous interroger sur
le type de Citoyens que nous voulons être, les valeurs sociétales endogènes que nous voulons accroître et
promouvoir, le type de Mali-Kura que nous voulons bâtir, le type de leaders dont nous avons besoin pour
construire et conduire le Mali nouveau.
Pour ce faire, il faut convoquer notre histoire, nos valeurs pour dessiner les contours d’une nouvelle
gouvernance, une gouvernance empreinte de vertus, sous l’impulsion d’une nouvelle classe dirigeante,
responsable et crédible avec de nouvelles institutions réduites mais efficaces, inspirées de notre histoire et
adaptées à nos réalités sociales, comprises et portées par nos populations.
Chers membres du Panel des Hautes Personnalités et de la Commission Nationale d’Organisation des
Assises,
Il importe que les Maliens se retrouvent dans la vérité et dans la sincérité autour des problèmes cruciaux
qui conditionnent la survie de la nation. Cet exercice exaltant et laborieux de facilitation et de conduite des
Assises Nationales de la Refondation de l’État pour lequel je vous ai nommés, vous engage au respect de la
dignité humaine et à la convivialité, gages d’une réconciliation nationale résolument tournée vers l’avenir.
Conduire un tel processus, qui n’est pas sans tension, requiert, en plus de vos cursus universitaires, de vos

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


48
expériences professionnelles, des qualités de probité, d’impartialité, de neutralité et de savoir-faire, ne
serait pas une tâche aisée.
A travers déjà un premier rapport d’étape vous avez su vous hisser au-dessus des multiples contradictions
qui ont jalonné l’éprouvant chemin de ce dialogue social naissant tant attendu.
Je tiens, ici, à vous remercier et à saluer votre dévouement pour lequel je vous adresse mes encouragements
et mes vives Félicitations.
L’espoir étant toujours permis, faites en sorte que vous soyez cette passerelle qui conduira le Peuple malien
à ses aspirations profondes de refondation.
Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens.
Je vous remercie.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


49
Annexe 3 : Discours de Son Excellence le Colonel Assimi Goita, Président de la Transition,
Chef de l’Etat à l’occasion de la Clôture des Assises Nationales de la Refondation

DISCOURS DE SON EXCELLENCE LE COLONEL ASSIMI GOITA, PRESIDENT


DE LA TRANSITION, CHEF DE L’ETAT A L’OCCASION DE LA CLOTURE DES
ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION

• Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;


• Monsieur le Président du Conseil National de Transition ;
• Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
• Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
• Mesdames et Messieurs les Membres du CNT, Conseillers nationaux, Chefs des circonscriptions
administratives et autorités des collectivités territoriales ;
• Monsieur le Gouverneur du District de Bamako ;
• Monsieur le Maire du District de Bamako ;
• Madame le Maire de la Commune III ;
• Mesdames et Messieurs les Représentants des missions diplomatiques,
• Autorités morales, religieuses et coutumières ;
• Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations de la société civile ;
• Monsieur le Président du Panel des Hautes Personnalités des Assises Nationales de la Refondation;
• Mesdames et Messieurs les membres du Panel des Hautes Personnalités des Assises Nationales de
la Refondation ;
• Monsieur le Président de la Commission nationale d’Organisation des Assises Nationales de la
Refondation ;
• Mesdames et Messieurs les membres de la Commission Nationale d’Organisation des Assises
Nationales de la Refondation ;
• Mesdames, Messieurs les participants aux Assises Nationales de la Refondation ;
• Distingués Invités ;
• Mesdames et Messieurs ;
• Tout protocole observé ;
Nous voilà au terme des Assises nationales de la Refondation, un exercice à haute valeur démocratique dont
les Maliens avaient ardemment souhaité la tenue dans le cadre du redressement de notre chère patrie.
Au delà d’un simple exercice démocratique, le peuple malien vient de prouver à nouveau, par le dialogue,
sa grande maturité à la face du monde entier. C’est pourquoi, ce 30 décembre 2021 restera gravé dans les
annales de l’histoire contemporaine de notre pays.
Présentées par certains comme impossibles dès les premières heures, d’autres ont réussi, à force de
persévérance et d’engagement citoyen, à faire des Assises Nationales de la Refondation, un forum d’espoir
et de renaissance pour le Mali. D’où le constat d’un engouement généralisé aussi bien au niveau des
communes, des cercles que des régions, sans compter la mobilisation massive des Maliens de l’extérieur.
Mesdames et Messieurs, distingués invités
La phase Nationale qui vous a réunis du 27 décembre à ce jour, était tout aussi déterminante que celles qui

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


50
ont précédé, car constituant le niveau de validation des résolutions faites au sein des communes, des cercles,
des régions et par les Maliens établis à l’extérieur.
Tenir les Assises et les conduire à si bon port, était un défi majeur à relever dans un contexte politique
marqué par des dissensions.
Le mérite de cette réussite revient tout d’abord au peuple malien qui, par un sursaut national, a pleinement
adhéré à l’esprit et aux enjeux de refondation de l’Etat.
Ces Assises qui s’achèvent après trois semaines d’échanges fructueux et d’intenses discussions, auront permis
aux Maliens, dans leur diversité, de se pencher sur l’avenir du Mali sans complaisance ni compromission.

Chers participants aux Assises Nationales de la Refondation,


En vous soumettant à cet exercice de dialogue direct et sincère, vous avez donné la preuve de votre
attachement à la survie et à l’épanouissement du Mali.
Les thématiques abordées, que ce soit en atelier ou en séances plénières, étaient de la plus haute importance.
Entre autres, vous avez abordé les questions liées à la forme même de l’Etat ainsi qu’à la redevabilité des
gouvernants. Celles relatives à la paix, la réconciliation et la cohésion sociale ont également figuré en bonne
place dans vos échanges.
D’autres thématiques tout aussi importantes comme la défense et la sécurité, les questions de souveraineté,
de politique intérieure, de justice, d’administration, de gouvernance et de révision constitutionnelle, de
santé, d’éducation et de culture, ont particulièrement retenu votre attention pour avoir fait l’objet de
recommandations fortes.

Mesdames et Messieurs, distingués invités ;


Les préoccupations soulevées ainsi que les résolutions prises à l’occasion des Assises Nationales de la
Refondation, traduisent à suffisance le désir de changement des Maliens qui ne saurait, sous aucun prétexte,
être détourné.
Cela est d’autant plus imposant que nous avons le devoir d’y veiller avec détermination. C’est donc l’occasion
et le lieu de rassurer le peuple malien sur notre engagement quant à la mise en œuvre des résolutions issues
de ces Assises souveraines qui ont prouvé l’adhésion des Maliennes et des Maliens au projet de refondation
de notre Etat. Loin d’être un alibi ou un caprice, les Assises Nationales de la Refondation sont la réponse
aux maux et aux défis qui assaillent notre pays.
En se prononçant massivement en faveur des différentes réformes à entreprendre et dont certaines se
distinguent par leur urgence et leur impact immédiat sur la vie de la nation, le peuple malien démontre, une
fois de plus, sa sagesse dans l’épreuve et sa capacité de mobilisation patriotique.

Mesdames et Messieurs, distingués invités


Ceux et celles de nos concitoyens qui, pour une raison ou une autre, se sont désolidarisés de ce processus
National, doivent désormais comprendre que la sauvegarde de la nation est un devoir citoyen qui s’impose
à nous tous.
Maintenant que le diagnostic est posé par notre réflexion collective, les pistes de solutions identifiées, nous
avons cependant l’obligation historique de nous donner la main, sans appartenance ethnique, religieuse,
politique, afin de mettre en œuvre les changements voulus par le peuple pour son essor et pour la sauvegarde
des générations futures. En cela, les résultats des Assises contribueront à amorcer les réformes structurelles
qui vont repositionner notre pays en vue de son redressement, de sa stabilité durable et de sa transformation
économique et sociale.
Conformément aux recommandations issues des Assises Nationales de la Refondation, le Gouvernement

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


51
mettra très prochainement en place un chronogramme, visant à assurer le retour à un ordre constitutionnel
apaisé et sécurisé.
Par la même occasion, je voudrais saluer et remercier la communauté internationale en général et la
CEDEAO en particulier, pour son accompagnement du processus de la Transition.
C’est pourquoi, je souhaite que les pays frères de la CEDEAO accompagnent davantage le Mali dans la
réalisation d’actions soutenant l’organisation prochaine des élections.
J’en appelle également à leur solidarité agissante en vue de permettre au peuple malien d’atteindre ses
objectifs de changement et de développement harmonieux.
Je ne saurais terminer sans saluer la disponibilité et l’expertise des membres du Panel des Hautes Personnalités
et de la Commission Nationale d’Organisation des Assises de la Refondation. A ceux-ci comme à toutes
les personnes de bonne volonté ayant contribué à la réussite de ces Assises, j’adresse mes chaleureuses
félicitations.
Sur ces mots d’encouragement, je déclare clos les travaux des Assises Nationales de la Refondation.

Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens.


Je vous remercie.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


52
Annexe 4 : Décret N° 2021-0729/PT-RM du 16 octobre 2021 portant création, missions, organisation
et fonctionnement des organes des Assises Nationales de la Refondation

BT C/DLE REPUBLIQUE MALI


PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Un peuple-un But-Une Foi
SECRETARIAT GENERAL

DECRET N°2021____________ _/PT-RM DU

PORTANT CREATION, MISSIONS, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES


ORGANES DES ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION

LE PRESIDENT DE LA TRANSITION, CHEF DE L’ETAT,

Vu la Constitution ;
Vu la Charte de la Transition ;
DECRETE :

CHAPITRE I : DE LA CREATION ET DE LA MISSION

Article 1er : Il est créé, pour la conduite des Assises nationales de la Refondation ;
-- un Panel de Hautes Personnalités ;
-- une commission nationale d’organisation.
Article 2 : Le Panel des Hautes Personnalités est chargé :
-- de préparer les Assises nationales de la Refondation ;
-- de conduire les concertations avec les forces politiques et sociales, notamment les partis et regroupements
politiques, les faitières de la société civile, les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et
la réconciliation issu du processus d’Alger, les organisations socio-professionnelles, les légitimités
traditionnelles, les autorités religieuses et les organisations syndicales, en vue de préparer la tenue des
Assises et d’assurer leur participation ;
-- d’élaborer des éléments de directives et le règlement intérieur des Assises Nationales de la Refondation;
-- de mettre en œuvre le calendrier des Assises Nationales de la Refondation ;
-- d’élaborer un plan de communication sur les Assises et de suivre sa mise en œuvre ;
-- d’approuver les plans opérationnels des assises ;
-- de centraliser les rapports des étapes intermédiaires et les actes des Assises Nationales de la Refondation;
-- de produire et de soumettre au Président de la Transition un Rapport des Assises Nationales de la
Refondation. 
Article 3 : Sous l’autorité du Panel des Hautes Personnalités, la Commission nationale d’Organisation est
chargée :
-- d’assurer la préparation scientifique, matérielle et logistique des Assises Nationales de la Refondation ;
-- d’élaborer les plans opérationnels de conduite des Assises Nationales de la Refondation ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


53
-- de préparer les documents de référence devant servir à animer et encadrer les échanges lors des Assises ;
-- de faciliter la mise à disposition, à tous les niveaux, des documents de référence pour les Assises ;
-- de mettre en œuvre le plan de communication approuvé par le Panel des Hautes Personnalités ;
-- d’assurer la liaison entre les administrations de l’État et le Panel des Hautes Personnalités ;
-- d’organiser et de suivre le déroulement des Assises à l’intérieur du pays comme à l’étranger ;
-- de faciliter le transfert à temps des ressources nécessaires aux autorités déconcentrées pourra conduite des
Assises à l’intérieur du pays de même que le transfert des ressources aux représentations diplomatiques
et consulaires ;
-- de transmettre les directives de la conduite des Assises Nationales de la Refondation aux autorités
politiques et administratives ainsi qu’aux représentations diplomatiques et consulaires ;
-- de produire les bulletins hebdomadaires sur la conduite des Assises sous la direction du Panel des
Hautes Personnalités ;
-- d’élaborer et soumettre le projet de rapport des Assises en vue de son adoption par le Panel, des Hautes
Personnalités ;
-- d’assurer toutes autres tâches ou responsabilités que le Panel des Hautes Personnalités lui confie.

CHAPITRE II : DE L’ ORGANISATION ET DU FONCTIONNEMENT

Article 4 : La Commission nationale d’organisation assiste le Panel des hautes personnalités


et assure le secrétariat des Assises Nationales de la Refondation.
Article 5 : La Commission nationale d’Organisation dispose d’un personnel d’appui composé de ;
-- quatre (4) assistants ;
-- deux (2) secrétaires ;
-- quatre (4) agents de saisie ;
-- un (1) documentaliste/Archiviste ;
-- deux (2) Réneotypistes ;
-- deux (2) Chauffeurs.
Article 6 : Le Président et les membres de la Commission Nationale d’Organisation des Assises Nationales
de la Refondation sont nommés par décret du Premier ministre.
Le personnel d’appui de la commission nationale d’organisation des Assises nationales de la Refondation
est nommé par décision du ministre chargé de la Refondation de l’Etat.
Article 7 : Le Panel des Hautes personnalités rend compte régulièrement au Président de la Transition de
l’état d’avancement des travaux des Assises ainsi que des opinions et avis devant faire objet de décision.
Article 8 : Le Président et les membres du Panel des Hautes Personnalités des Assises nationales de la
Refondation sont nommés par décret du Président de la Transition.

CHAPITRE III : DISPOSITIONS FINALES

Article 9 : Au terme de leur mission, et dans un délai d’un (01) mois, à compter de la clôture de la phase
nationale des Assises nationales de la Refondation, le Panel des Hautes Personnalités remet au Président de
la Transition, les actes des Assises nationales de la Refondation ainsi qu’un rapport qui dresse le bilan de
son action.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


54
Le dépôt de ces documents consacre la fin du mandat des organes des Assises nationales de la Refondation.
Article 10 : Les frais de fonctionnement du panel des Hautes Personnalités et de la Commission Nationale
d’Organisation des Assises nationales de la Refondation sont pris en charge par le Budget national.
Article 11 : Un décret pris en Conseil des Ministres fixe les avantages accordés aux membres du Panel
des hautes personnalités, aux membres de la commission nationale d’organisation et au personnel d’appui,
chargés de conduire les Assises nationales de la Refondation.
Article 12 : Le présent décret sera enregistré et publié au Journal officiel.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


55
Annexe 5 : Décret N° 2021-0730/PT-RM du 16 octobre 2021 portant nomination des membres du
Panel des Hautes Personnalités des Assises Nationales de la Refondation

BT C/DLE REPUBLIQUE MALI


PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Un peuple-un But-Une Foi
SECRETARIAT GENERAL

DECRET N°2021_______ ______/PT-RM DU


PORTANT NOMINATION DES MEMBRES DU PANEL DES ASSISES NATIONALES
DE LA REFONDATION

LE PRESIDENT DE LA TRANSITION, CHEF DE L’ETAT,

Vu la Constitution ;
Vu la Charte de la Transition ;
Vu le Décret n°2021-0729/PT-RM du 16 octobre 2021 portant création, mission, organisation et
fonctionnement des organes des Assises Nationales de la Refondation ;

DECRETE :

Article 1er : Les Hautes Personnalités dont les noms suivent, sont nommées membres du Panel des Assises
Nationales de la Refondation, en qualité de :
Président :
-- Monsieur Zeyni MOULAYE, Ancien ministre ;
Membres :
-- Monsieur Seydou Idrissa TRAORE, Ancien ministre ;
-- Madame SANOGO Aminata MALLE, Médiateur de la République
-- Madame ZOUBOYE Fatoumata DICKO, Notaire, Association des Juristes Maliennes ;
-- Général de Division Yamoussa CAMARA, Secrétaire permanent du Conseil de Sécurité nationale ;
-- Madame MAIGA Sina DAMBA, Ancien ministre ;
-- Monsieur Mohamed Alhousseïny TOURE, Ancien ministre ;
-- Monsieur Mossadeck BALLY, Promoteur d’entreprises ;
-- Madame Marie Madeleine TOGO, Ancien ministre ;
-- Monsieur Mamadou DIAMOUTANI, Haut Conseil Islamique du Mali ;
-- Monsieur Baba Ould DEYE, Société civile ;
-- Madame DIALLO Fadimata Bintou TOURE, Enseignante à la retraite ;
-- Madame Bintou SANANKOUA, Historienne ;
-- Professeur Jean-Bosco KONARE, Historien ; 

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


56
-- Monsieur Boureïma Allaye TOURE, Société civile ;
-- Monsieur Oumar KANOUTE, Professeur de l’enseignement supérieur ;
-- Monsieur Fousseyni TOGOLA, Magistrat ;
-- Maître Amadou Tieoulé DIARRA, Avocat ;
-- Maître Fatoumata SIDIBE-DIARRA, Avocat.
Article 2 : Le présent décret sera enregistré et publié au Journal.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


57
Annexe 6: Décret N° 2021-0731/PM-RM du 16 octobre 2021 portant nomination des membres de la
Commission Nationale d’Organisation des Assises Nationales de la Refondation

BT C/DLE
PRIMATURE REPUBLIQUE DU MALI
SECRETARIAT GENERAL Un Peuple-Un But - Foi
DU GOUVERNEMENT
------------
DECRET N°2021 _____ ____/PM-RM DU
PORTANT NOMINATION DES MEMBRES DE LA COMMISSION NATIONALE
D’ORGANISATION DES ASSISES NATIONALES DE LA REFONDATION

LE PREMIER MINISTRE,

Vu la Constitution ;
Vu la Charte de la Transition ;
Vu le Décret n°2021-0729/PT-RM du 16 octobre 2021 portant création, mission, organisation et
fonctionnement des organes des Assises Nationales de la Refondation ;
Vu le Décret n°2021-0361/PT-RM du 07 juin 2021 portant nomination du Premier ministre,

DECRETE :
Article 1er : Sont nommés membres de la Commission Nationale d’Organisation des Assises Nationales de
la Refondation en qualité de :
Président :
-- Monsieur Mamadou Hachim KOUMARE, Ancien ministre ;
Membres :
-- Monsieur Harouna NIANG, Ancien ministre ;
-- Monsieur Modibo KADJOKE, Ancien ministre ;
-- Général Broulaye KONE, Militaire à la retraite ;
-- Monsieur Sidi Mohamed ICHRACH, Ancien Gouverneur de Région ;
-- Inspecteur Général Hildebert TRAORE, Officier de police à la retraite ;
-- Maître Cheick Oumar KONARE, Avocat ;
-- Maître Abdourahamane Ben Mamata TOURE, Avocat ;
-- Monsieur Abdoullah COULIBALY, Président de Forum de Bamako ;
-- Docteur Alfousseyni DIAWARA, Professeur de l’Enseignement supérieur ;
-- Madame DOUMBIA Mama KOITE, Enseignante ;
-- Madame SEYE Mariame TRAORE, Journaliste ;
-- Madame Coumba YARESSI, Enseignante à la retraite ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


58
-- Monsieur Hammadoun BA, Société civile ;
-- Maître Eliasse TOURE, Avocat ;
-- Madame Fatim SIDIBE, Journaliste ;
-- Madame MAIGA Oumou DEMBELE, Sociologue ;
-- Monsieur Abdel Kader MAIGA, Directeur d’entreprise ;
-- Monsieur Hinna Mahamar HAIDARA, Environnementaliste ;
-- Monsieur Ousmane SANOGO, Société civile ;
-- Madame MACALOU Bintou KONE, Spécialiste en relations publiques ;
-- Madame SIMPARA Assitan KEITA, Société civile ;
-- Docteur Mamady SISSOKO, Professeur d’enseignement supérieur ;
-- Monsieur Karim DRAME, Société civile ;
-- Madame Nana SANOU, Société civile ;
-- Madame TRAORE Oumou TOURE, Ancien ministre ;
-- Madame Habibatou MAIGA, Magistrat ;
-- Monsieur Haïbala Ould HAMA, Société civile ;
-- Colonel Karo KONE, Militaire à la retraite ;
-- Monsieur Souleymane KONE, Ancien Ambassadeur ;
-- Monsieur Bougouna SOGOBA, Société civile.
Article 2 : Le présent décret sera enregistré et publié au Journal officiel.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


59
Annexe 7 : Termes de Référence des Assises Nationales de la Refondation validés en Conseil des
ministres du 20 octobre 2021

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION
De son accession à l’indépendance à nos jours, le Mali s’est engagé dans un processus de construction
nationale d’une République démocratique, plurielle et laïque, souvent ponctué de crises sociopolitiques
caractérisées par des ruptures à l’ordre constitutionnel établi.
Depuis 2012, le Mali est confronté aux conséquences d’une nouvelle rébellion dans le septentrion du pays
qui a favorisé l’avènement d’une crise multidimensionnelle ébranlant les fondements de la Nation elle-
même. En effet, la dégradation progressive de la situation sécuritaire, conséquence de la déliquescence
accrue de l’État pendant plusieurs décennies, s’est ajoutée aux dysfonctionnements des institutions étatiques,
au délitement du lien social et à l’effritement de la cohésion sociale.
En 2015, un accord intitulé Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger
est signé les 15 Mai et 20 Juin à Bamako. La signature de cet accord n’a pu produire les effets escomptés
notamment la paix, la réconciliation et la stabilité au Mali, malgré la forte présence et l’assistance de la
Communauté internationale.
Pire, l’insécurité s’est étendue aux régions du Centre, au Sahel occidental et à certaines localités du Sud du
Mali.
En 2020, la détérioration du climat politique et la grogne sociale ont entrainé un vaste mouvement de
contestation populaire qui a engendré le Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques
(M5-RFP). Composé de partis politiques, de syndicats, d’organisations religieuses et de la société civile,
le M5-RFP a été créé pour, entre autres, lutter contre la corruption, la mauvaise gouvernance, le népotisme
et l’impunité, la prise en otage de l’Etat par une oligarchie. Ce mouvement populaire a exigé et obtenu le
départ de l’ancien Président et de son régime, avec le concours des Forces armées et de sécurité conduites
par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) le 18 Août 2020.
Ces évènements avaient suscité un grand espoir chez les Maliennes et les Maliens épris de paix et de justice.
L’ensemble des forces vives s’attendait à une période de Transition politique qui consacrerait la rupture tant
souhaitée. Mais des divergences de vue dans la gestion de la Transition entre les plus hautes autorités n’ont
pas permis au processus de transition d’évoluer à hauteur des attentes. Cette situation a abouti le 25 Mai
2021 à la démission du Président de la Transition, du Premier ministre et de son Gouvernement.
Ainsi, le pays a entamé une seconde phase de la Transition, avec l’investiture du Vice-président en qualité
de Président de la Transition le 07 juin 2021 et la nomination d’un nouveau Premier ministre. Un nouveau
gouvernement a été formé le 11 juin 2021.
Se fondant sur l’engagement pris par le nouveau Président de la Transition, Chef de l’État, le Colonel Assimi
GOÏTA, de s’atteler à la satisfaction rapide des besoins prioritaires des populations, le Premier ministre,
Chef du gouvernement, Choguel Kokalla MAÏGA a, dès l’entame, mis en exergue les axes d’intervention
suivants : le renforcement de la sécurité, les réformes politiques et institutionnelles, l’organisation d’élections
crédibles, la réduction du train de vie de l’État, la moralisation de la vie publique, la fin de l’impunité et la
satisfaction d’une part importante de la demande sociale.
La construction d’un État républicain et démocratique se fonde assurément sur trois idées forces que sont la
sécurité pour tous et sur l’ensemble du territoire, une justice indépendante et des réformes globales en vue
d’une gouvernance vertueuse.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


60
Lors du Conseil des ministres inaugural du 16 juin 2021, le Président de la Transition, Chef de l’État, a fixé
les missions confiées au Gouvernement en cinq (5) points essentiels : (1) le renforcement de la sécurité sur
l’ensemble du territoire national ; (2) les réformes politiques et institutionnelles ; (3) la bonne gouvernance,
la transparence et la réduction du train de vie l’Etat ;
(4) la mise en œuvre intelligente de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus
d’Alger ; et (5) l’organisation d’élections crédibles et transparentes aux échéances prévues.
Au sujet de ce dernier point, le Président de la Transition a insisté sur « les conditions idoines d’organisation
d’élections répondant aux attentes des Maliennes et des Maliens afin d’élire un Président légitime,
démocratiquement choisi et accepté par l’ensemble de la population, suite à des processus clairs et
transparents ».
Par ailleurs, les conclusions et recommandations issues du Dialogue National Inclusif (DNI) tenu en
décembre 2019, avaient préconisé entre autres mesures : la mobilisation de toutes les ressources nationales
pour ramener la paix et la sécurité dans le pays et promouvoir le vivre-ensemble ; le redéploiement de
l’Administration et des services sociaux de base dans les zones affectées par l’insécurité ; une revalorisation
du rôle des légitimités traditionnelles et autorités religieuses dans la prévention et la gestion des conflits.
Ces conclusions avaient également recommandé de renforcer les capacités et l’indépendance de la justice;
de réviser la Constitution de 1992 ; de relire la Charte des partis politiques, pour y intégrer entre autres des
critères mieux adaptés à la création des partis politiques et mieux encadrer le financement public des partis
politiques ; de relire la loi électorale; d’appliquer et généraliser les mesures relatives à l’appel à candidature
aux emplois supérieurs de l’État et des établissements publics; de mettre en place un organe unique et
indépendant de gestion des élections.
Constatant les difficultés inhérentes à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au
Mali issu du processus d’Alger, une frange importante du peuple malien réclame sa relecture dans le cadre
d’une large consultation nationale.
Malgré la diversité des fora et cadres de débats ayant établi les diagnostics et propositions de réformes en
vue de corriger les dysfonctionnements constatés de l’État, la volonté politique a très souvent manqué pour
les opérationnaliser.
Ces solutions ont même été souvent repensées et peaufinées afin que l’ensemble des forces vives s’y
reconnaissent et participent activement à la réalisation des programmes et projets de développement
entrepris par l’Etat. D’innombrables conférences, forums, concertations, dialogues, rencontres ont été
tenus, du niveau local au régional, puis au national en passant par les pays de résidence des Maliens de la
Diaspora, notamment sur diverses thématiques liées aux questions politiques et institutionnelles, électorales,
économiques, sociales, sécuritaires.
La question est donc de savoir pour quelles raisons fondamentales, le système malien de gouvernance n’a
pu capitaliser tous les efforts fournis, ou n’a su tirer avantage d’un maximum d’approches ou de solutions
proposées, afin de consolider la pratique démocratique, cultiver l’engagement citoyen, et former les jeunes
Maliens pour faire d’eux des citoyens responsables, conscients de leur place dans le concert des nations
dans un monde globalisé.
Au regard des recommandations faites depuis plusieurs décennies, nous pouvons légitimement nous
demander pourquoi le Mali est en état de déliquescence avancée et d’insécurité grave.
Face aux menaces existentielles de l’État et de la Nation, il est indispensable d’œuvrer à la Refondation
du Mali, qui s’inspirera en premier lieu du patrimoine politico-institutionnel et des valeurs sociétales déjà
partagées par l’ensemble du peuple malien.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


61
La période de Transition en cours est une opportunité pour le Peuple malien de se concerter autour de la
vision du changement et des réformes globales nécessaires, d’identifier les goulots d’étranglement qui
empêchent la mise en œuvre des propositions de solutions pour restaurer les principes républicains et
démocratiques et corriger les faiblesses et failles qui ont gangrené le système de gouvernance au Mali.
Dans cette perspective, la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) s’avère indispensable
pour un diagnostic sans complaisance de la gravité et de la profondeur de la crise et ses enjeux.
Tout le Peuple malien est invité aux ANR pour poser les bases de la Refondation du Mali.
2. OBJECTIFS DES ASSISES
2.1. Objectif général :
Faire l’état de la Nation et engager un véritable processus de refondation du Mali.
2.2. Objectifs spécifiques :
-- tirer les leçons apprises à travers la synthèse des conclusions, recommandations et résolutions des
différentes rencontres (forums, assises nationales, états généraux, Conférence d’entente nationale,
Dialogue national inclusif, journées de concertations nationales sur la Transition…) ;
-- mettre à jour les préoccupations actuelles des Maliens et des Maliennes ;
-- proposer un nouveau contrat national de stabilité sociale, politique, sécuritaire, économique et social
tiré de notre expérience en matière de gouvernance ;
-- avoir une compréhension commune des enjeux et défis pour le meilleur choix des réformes ;
-- recueillir les préoccupations fondamentales, propositions concrètes et choix de réformes des acteurs
locaux, régionaux, nationaux et des maliens établis à l’extérieur ;
-- établir l’ordre de priorité des réformes globales à opérer dans le cadre de la Refondation de l’Etat et
identifier les actions à caractère exécutoire avec un chronogramme précis ;
-- mettre en place un mécanisme de suivi-évaluation des recommandations retenues ;
-- faire les états généraux de la migration ;
-- proposer des éléments de réformes en vue de la révision de la Constitution du 25 février 1992.
3. RESULTATS ATTENDUS
-- les leçons apprises tirées de la synthèse des conclusions, recommandations et résolutions des différentes
rencontres sont faites ;
-- un nouveau contrat national de stabilité sociale, politique, sécuritaire, économique et social est obtenu ;
-- les acteurs locaux, régionaux, nationaux et ceux établis à l’extérieur (Diaspora) ont une compréhension
partagée des enjeux et défis de la Refondation de l’État et ont formulé des propositions concrètes de
choix de réformes sur la base des préoccupations fondamentales engageant l’avenir du pays (notamment
l’intégrité du territoire national, l’unité nationale, la souveraineté, la forme républicaine et laïque de
l’Etat, la sécurité, la justice, le vivre ensemble, la gouvernance, la mise en œuvre de l’accord pour la
paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger) ;
-- la synthèse des actions prioritaires à caractère exécutoire assorties d’un chronogramme pour leur mise
en œuvre effective dans le cadre de la Refondation de l’Etat est adoptée ;
-- l’ordre de priorité des réformes globales à opérer dans le cadre de la Refondation de l’Etat est établi et
les actions à caractère exécutoire avec un chronogramme précis sont identifiées ;
-- un mécanisme de suivi-évaluation des recommandations retenues est mis en place ;
-- les états généraux de la migration sont tenus ;
-- les éléments de réformes pour la révision de la Constitution du 25 février 1992 sont disponibles.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


62
4. THEMATIQUES
Les ANR plancheront sur les treize (13) groupes thématiques ci-après :
Thématique N°1 : Questions politiques et institutionnelles – Gouvernance électorale ;
Thématique N°2 : Défense et Sécurité – Souveraineté – Lutte contre le terrorisme – Questions
géostratégiques et géopolitiques ;
Thématique N°3 : Justice et Droits de l’Homme – Gouvernance – Transition numérique – Médias ;
Thématique N°4 : Politique étrangère – Coopération internationale – Maliens établis à l’Extérieur –
Intégration africaine ;
Thématique N°5 : Dialogue social : enjeux, défis et perspectives – Reformes sociales – Fonction
publique - Formation – Emploi des jeunes – Entreprenariat ;
Thématique N°6 : Planification Développement économique et industriel – Développement rural –
Questions économiques et financières – Fiscalités dépenses publiques ;
Thématique N°7 : Santé et Affaires sociales – Questions humanitaires – Réfugiés et déplacés internes ;
Thématique N°8 : Administration du territoire – Réorganisation territoriale/Détermination des
circonscriptions électorales – Décentralisation – Accès aux services sociaux de base
- Questions foncières ;
Thématique N°9 : Paix, Réconciliation et Cohésion Sociale – Appropriation Accord pour la Paix et la
Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger – Démobilisation – Désarmement
- Réinsertion ;
Thématique N°10 : Arts – Culture – Tourisme – Sport ;
Thématique N°11: Jeunesse - Sport – Education civique – Construction citoyenne ;
Thématique N°12 : Développement durable – Environnement – Assainissement ;
Thématique N°13 : Education – Questions scolaires universitaires et recherches scientifiques.
5. METHODOLOGIE - ORGANISATION DES ASSISES
5.1. Le dispositif de pilotage :
Les ANR seront placées sous la haute présidence du Président de la Transition, Chef de l’Etat.
Sous l’autorité du Premier ministre, Chef du gouvernement, le Ministre de la Refondation de l’Etat chargé
des relations avec les Institutions s’assurera de la bonne organisation des ANR. Il sera appuyé dans sa
mission, en étroite collaboration, par le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation et
le Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Réformes Politique et Institutionnelles.
Un Panel des Hautes Personnalités composé de dix-neuf (19) membres, dont un Président,1 est mis en
place auprès du Ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions. Ce panel
sera chargé de la facilitation des travaux des Assises aux niveaux régional et national. Il proposera un
document de travail qui servira de guide pour les débats. La structure du guide des Assises devra exposer les
thématiques à débattre de façon aussi objective que possible. Ce panel élaborera le Règlement intérieur des
Assises qui définira les modalités de fonctionnement de l’instance, de l’organe et du déroulement des ANR.
Une Commission nationale d’Organisation est créée auprès du Ministre de la Refondation de l’Etat, chargé
des Relations avec les Institutions. Elle sera chargée de la préparation technique et de l’organisation
logistique et matérielle des Assises2.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


63
5.2. La conduite des Assises
Les ANR seront conduites suivant une démarche participative et inclusive aussi bien sur le plan local,
régional que national. Elles devront mobiliser les Maliennes et les Maliens autour d’espaces de réflexion et
de dialogue inter-maliens en vue de dessiner les contours d’un nouvel avenir commun.
Etant donné le niveau élevé qui est attendu des débats, les délégués devraient être choisis par leurs mandants
en fonction de leurs capacités à apporter des contributions pertinentes dans un esprit de responsabilité
partagée. Certaines personnalités sollicitées à titre personnel, s’ajouteront aux délégués.
Les autorités administratives locales, régionales et celles du district de Bamako, les chefs des services
subrégionaux, régionaux et nationaux, ainsi que les responsables des missions diplomatiques et consulaires
du Mali à l’Extérieur, assureront la facilitation et l’encadrement logistique des travaux.
Le processus se déroulera de la manière suivante :
5.2.1- Au niveau communal
Les travaux seront présidés par deux personnalités, avec deux rapporteurs, tous choisis par les Délégués.
Les Assises rassembleront dans la Commune :
-- le Sous-préfet ;
-- les Conseillers communaux ;
-- les autorités traditionnelles de village et fraction ;
-- les chefs des services communaux ;
-- les représentants des partis politiques représentés dans le chef-lieu de la Commune ;
-- les représentants des confessions religieuses de la Commune ;
-- les représentants des mouvements signataires et non signataires de l’Accord pour la paix et la
réconciliation issu du processus d’Alger dans les circonscriptions où ils sont représentés ;
-- les représentants des associations et organisations de la société civile de la Commune ;
-- les représentants des organisations de femmes de la Commune ;
-- les représentants des jeunes de la Commune ;
-- les représentants des ordres professionnels et des chambres consulaires de la Commune ;
-- les représentants des organisations socio-professionnelles de la Commune ;
-- les représentants des communicateurs traditionnels et des griots de la Commune ;
-- les représentants des chasseurs traditionnels de la Commune ;
-- les représentants des personnes vivant avec un handicap de la Commune ;
-- les représentants des organisations communautaires de la Commune ;
-- les représentants de la presse ;
-- les personnes ressources.
Il est attendu 100 participants par Assises au niveau communal.
Le secrétariat des assises ainsi que la logistique seront assurés par la Commission Nationale d’organisation
avec l’appui des services déconcentrés de l’Etat.
5.2.2- Au niveau local
Les travaux seront présidés par deux personnalités, avec deux rapporteurs, tous choisis par les Délégués.
Les Assises rassembleront dans le Cercle :
-- le Préfet ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


64
-- le Président du Conseil du cercle ;
-- les chefs des services subrégionaux ;
-- les représentants des élus des conseils communaux des Communes du Cercle ;
-- les représentants des partis politiques représentés dans le chef-lieu du cercle ;
-- les représentants des autorités traditionnelles du Cercle ;
-- les représentants des confessions religieuses du Cercle ;
-- les représentants des mouvements signataires et non signataires de l’Accord pour la paix et la
réconciliation issu du processus d’Alger dans les circonscriptions où ils sont représentés ;
-- les représentants des associations et organisations de la société civile du Cercle ;
-- les représentants des organisations de femmes du Cercle ;
-- les représentants des jeunes du Cercle ;
-- les représentants des ordres professionnels et des chambres consulaires du Cercle ;
-- les représentants des organisations socio-professionnelles du Cercle ;
-- les représentants des communicateurs traditionnels et des griots du Cercle ;
-- les représentants des chasseurs traditionnels du Cercle ;
-- les représentants des personnes vivant avec un handicap du Cercle ;
-- les représentants des organisations communautaires du Cercle ;
-- les représentants de la presse ;
-- les personnes ressources.
Il est attendu 100 participants par Assises au niveau local.
Le secrétariat des assises ainsi que la logistique seront assurés par la Commission nationale d’Organisation
avec l’appui des services déconcentrés de l’Etat.
5.2.3- Au niveau régional (Région)
Les travaux seront co-présidés par deux personnalités, avec deux rapporteurs, tous choisis par les
Délégués.
Les Assises rassembleront dans la région :
-- le Gouverneur
-- le président du Conseil régional ;
-- les délégués des Cercles ;
-- les directeurs des services régionaux ;
-- les représentants des élus de la région ;
-- les représentants des partis politiques représentés dans le chef-lieu de la région ;
-- les représentants des autorités traditionnelles ;
-- les représentants des confessions religieuses ;
-- les représentants de la Coordination régionale des associations et organisations de femmes ;
-- les représentants des mouvements signataires et non signataires de l’Accord pour la paix et la
réconciliation issu du processus d’Alger dans les circonscriptions où ils sont représentés ;
-- les représentants des associations et organisations de la société civile ;
-- les représentants de la coordination régionale des femmes ;
-- les représentants de la coordination régionale des jeunes ;
-- les représentants des ordres professionnels et des chambres consulaires de la Région ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


65
-- les représentants des organisations socio-professionnelles et des syndicats ;
-- les représentants des communicateurs traditionnels et des griots ;
-- les représentants des chasseurs traditionnels ;
-- les représentants des personnes vivant avec un handicap ;
-- les représentants des organisations communautaires ;
-- les représentantes de la Coordination des Femmes des Partis politiques ;
-- les représentantes du Réseau des Femmes Anciennes Ministres et Parlementaires ;
-- les représentants des organisations de la presse ;
-- les personnes ressources.
Il est attendu 150 participants par Assises au niveau régional (20 régions).
Le secrétariat des Assises ainsi que la logistique seront assurés par la Commission Nationale d’organisation
avec l’appui des services déconcentrés de l’Etat.
5.2.4- Au niveau du district de Bamako
Les travaux seront co-présidés par une personnalité du district de Bamako et un membre du Panel des
hautes personnalités.
Les Assises rassembleront dans le District de Bamako :
-- le Gouverneur ;
-- le Maire du district de Bamako ;
-- les délégués des communes ;
-- les représentants du Conseil du district ;
-- les directeurs des services techniques du district ;
-- les représentants des élus du district ;
-- les délégués de la diaspora (Maliens établis à l’extérieur) ;
-- les représentants des partis politiques représentés dans le district ;
-- les représentants des autorités traditionnelles ;
-- les représentants des confessions religieuses ;
-- les représentants de la coordination des associations et organisations de femmes du district;
-- les représentants des organisations socio-professionnelles et des syndicats ;
-- les représentants de la coordination des jeunes du district ;
-- les représentants des ordres professionnels et des chambres consulaires du District ;
-- les représentants des communicateurs traditionnels et des griots ;
-- les représentants des associations et organisations de la société civile ;
-- les représentants des chasseurs traditionnels ;
-- les représentants des personnes vivant avec un handicap ;
-- les représentants des organisations communautaires ;
-- les représentantes de la Coordination des Femmes des Partis politiques ;
-- les représentantes du Réseau des Femmes Anciennes Ministres et Parlementaires ;
-- les représentants des cercles de réflexion ;
-- les représentants des organisations de la presse ;
-- les personnes ressources.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


66
Il est attendu 300 participants pour les Assises du District de Bamako.
Le secrétariat des assises ainsi que la logistique seront assurés par la Commission préparatoire des Assises
avec l’appui des services techniques de l’Etat.
5.2.5- Au niveau des Zones de concentration des Maliens établis à l’extérieur
Les phases Diaspora des Assises Nationales de Refondation seront organisées dans chaque pays de résidence
retenu des Maliens résidant à l’extérieur, y compris les réfugiés.
Dans l’ organisation de la phase diaspora des Assises, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME)
et le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) apporteront leur concours aux Ambassades et
Consulats, qui s’assureront, par ailleurs, de la participation des Maliens non représentés au sein desdites
organisations faîtières.
Les travaux seront co-présidés par deux personnalités désignées par les délégués en leur sein, ainsi que les
rapporteurs dans le pays de résidence.
Il est attendu 100 participants dans chaque Zone de concentration des Maliens établis à l’extérieur.
Le secrétariat des Assisses ainsi que la logistique seront assurés par la Commission Nationale d’organisation
avec l’appui des services du Ministère en charge des Affaires Etrangères et du Ministère en charge des
Maliens de l’Extérieur.
5.2.6- Au niveau national
Les travaux seront présidés par le Panel des Hautes Personnalités.
Les Assises rassembleront à Bamako :
-- les représentants des Institutions de la République ;
-- les représentants du Conseil National de Transition ;
-- les représentants des départements ministériels ;
-- les anciens présidents d’Institutions et les anciens Premier ministres ;
-- les représentants des forces armées et de sécurité ;
-- les représentants des Autorités administratives indépendantes ;
-- les délégués de la diaspora (Maliens établis à l’extérieur) ;
-- les délégués des régions et du district de Bamako ;
-- les représentants des partis et organisations politiques ;
-- les représentants des mouvements signataires et non signataires de l’Accord pour la paix et la
réconciliation issu du processus d’Alger ;
-- les représentants des autorités traditionnelles ;
-- les représentants des confessions religieuses ;
-- les représentants de la coordination des associations et organisations de femmes ;
-- les représentants du conseil national des jeunes ;
-- les représentants des ordres professionnels et des chambres consulaires ;
-- les représentants des organisations socio-professionnelles et des centrales syndicales ;
-- les représentants des communicateurs traditionnels et des griots ;
-- les représentants des faitières des organisations de la société civile ;
-- les représentants des Universités ;
-- les représentants des chasseurs traditionnels ;
-- les représentants des personnes vivant avec un handicap ;

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


67
-- les représentants des organisations communautaires ;
-- les représentantes de la Coordination des Femmes des Partis politiques ;
-- les représentantes du Réseau des Femmes Anciennes Ministres et Parlementaires ;
-- les représentants des cercles de réflexion ;
-- les représentants des organisations de la presse ;
-- les personnes ressources.
Il est attendu 1000 participants pour les Assises au niveau national.
Le secrétariat des Assises ainsi que la logistique seront assurés par la Commission Nationale d’organisation
avec l’assistance du Ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des relations avec les Institutions.
6. LIEU, DATE ET ACTIVITES
Les Assises Nationales de la Refondation auront un caractère décentralisé sur toute l’étendue du territoire
et dans les pays de résidence des Maliens établis à l’Extérieur, et se tiendront sur la période indicative de 9
à 15 semaines, allant de la semaine du 20 au 26 septembre à la semaine du 20 au 26 décembre 2021.
Elles se dérouleront en séances plénières et en groupes de travail, conformément au Règlement intérieur et
au calendrier qui seront adoptés par le Panel des Hautes Personnalités.

7. SUIVI - EVALUATION
Les résolutions des ANR seront exécutoires. Un comité de suivi-évaluation sera mis en place et reflètera la
configuration des participants. Les missions et les attributions de comité sont à définir.
8. CHRONOGRAMME
Cf. Annexe.
9. BUDGET
Le financement est assuré par le budget national.

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


68
Annexe  8 : Liste des membres du Panel et de la Commissions Nationale d’Organisation
Liste et contacts des membres du Panel des hautes personnalités

N° Prénoms/Noms Tél. Mails

1 M. Zeïni MOULAYE, Président 66 71 66 97 Zeinimoulaye12@gmail.com

66 78 32 52 /
2 M. Seydou Idrissa TRAORE seyjoko@gmail.com
70 15 77 04

3 Mme SANOGO Aminata MALLE 76 67 37 37 jugeami@yahoo.fr

4 Mme Zouboye Fatimata DICKO 66 75 42 10 etudezouboye@orangemali.net

70 08 02 08/
5 Général Division Yamoussa CAMARA yamouca@gmail.com
65 07 22 55
78 55 24 04/
6 Mme MAIGA Sina DAMBA maigsurad@gmail.com
66 74 13 43

7 M.Mohamed Alhousseiny TOURE 78 19 91 97 motoure1@gmail.com

8 M.Mossadeck BALLY 75 02 03 03 mossadeck.bally@azalaihotels.com

66 76 47 04/
9 Mme Marie Madeleine TOGO madeleinetogo@yahoo.fr
78 69 81 31

10 M. Mamadou DIAMOUTANI 66 6157 22 mdiamoutani@yahoo.fr

11 Baba Ould DEYE

66 79 14 00/
12 Mme DIALLO Fadimata Bintou TOURE diallofbintout@gmail.com
76 11 29 09

13 Mme Bintou SANANKOUA 79 40 40 94 bintousanankoua@yahoo.fr

14 Pr. Jeau Bosco KONARE 76 10 17 33

15 M. Boureima Allaye TOURE 76 25 27 62 boureimaallaye@yahoo.fr

66 68 20 10/
16 M. Pr Oumar KANOUTE profoumark@yahoo.fr
73 46 85 59

17 M. Fousséni TOGOLA 66 73 49 17 Ftogola2@yahoo.fr

18 Me Amadou Teoulé DIARRA 76 50 15 18 atdiarra@yahoo.fr

79 33 95 20/
19 Me Fatoumata SIDIBE- DIARRA maitre@fsdconseils.com
74 03 03 03

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


69
Annexe  9 Liste des membres des sous commissions de la CNO et le personnel d’appui

Bureau de la CNO
N° Nom et Prénoms Contact
1 Mamadou Hachim KOUMARE, Président  78108462
2 Me Abdourahamane TOURE, Vice-Président  70829920
3 Fatim SIDIBE, Vice-Présidente  64806093
4 Bougouna SOGOBA, Rapporteur Général  76474732
Sous-commission Scientifique et Technique
N° Nom et Prénoms Contact
1 Souleymane KONE, Président 76616696
2 Mamady SISSOKO, Rapporteur 73647686
3 Bougouna SOGOBA 76474732
4 Koumba Yaressi 75455887
5 Simpara Assitan Keita 66730849
6 Dr. Alfouseyni DIAWARA 77546480
7 Abdourahamane TOURE 70829920
8 Mme DOUMBIA Mama KOITE 76203732
9 Sidy Mohamed ICHRACH 62928119
10 Me Elias TOURE 75276775
11 Modibo KADJOKE 66748003
12 Hinna Mahamar HAIDARA 77936411
13 Harouna NIANG  66741049
Sous-commission Organisation Logistique et Matérielle
N° Nom et Prénoms Contact
1 Général Broulaye KONE, Président 76320955
2 Mme MAIGA Oumou DEMBELE, Rapporteur  74020609
3 Mme MACALOU Bintou KONE 75759558
4 Karo KONE 76319422
5 Hildebert TRAORE 76696904
6 Fatim SIDIBE 64806093
7 Abdoullah COULIBALY 76403373
8 Ousmane SANOGO  76463713
9 Karim DRAME  75393230
10 Mme TRAORE Oumou TOURE  64849272

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


70
Sous-commission Communication et Mobilisation
N° Nom Prénom Contact
1 Mariam TRAORE, Présidente 66784190
2 Cheick Oumar KONARE, Rapporteur 76369393
3 Oumar DEMBELE 66737217
4 Nana SANOU  66969648
5 Habibatou MAIGA  98610887
Sous-commission Administration et Finances
N° Nom et Prénoms Contact
1 Abdel Kader MAIGA, Président 76412021
2 Hamadoun BAH, Rapporteur  76294241
3 Mamadou Hachim KOUMARE 78108462
4 Haibala Ould HAMA  75186798
Personnel d’appui
N° Nom et Prénoms Contact
1 Gilbert DEMBELE, Spécialiste Géomatique Appliquée 79355944
2 Alkaïdi TOURE, Administrateur Civil 74658776
3 Mariam COUROUMA, Administration et Gestion 76107087
4 Youssouf BOIRE, Consultant en Informatique 75135502

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


71
Annexes dans les archives autres que ce rapport
Annexe 7 : Discours du Premier ministre d’installation officielle des membres de la CNO
Annexe 8 : Allocution du Président du Panel, Zeïni Moulaye, lors de l’installation du Panel
Annexe 9 : Allocution du Président de la CNO Mamadou Hachim Koumaré, lors de l’installation de la
CNO 
Annexe 10 : Règlement Intérieur des Assises Nationales de la Refondation
Annexe 11 : Directives générales relatives à l’organisation et au déroulement des Assises Nationales au
niveau décentralisé, de la diaspora et au niveau national
Annexe 12 : Liste des équipes de supervision des Assises au niveau des régions 
Annexe 13 : Rapport d’étape du 27 novembre 2021 du Panel des Hautes Personnalités 
Annexe 14: Rapport financier des ANR 
Annexe 15 : Monographies des Assises par Régions et par juridiction d’Ambassade
Annexe 16 : Cartographie des Régions du Mali pour les ANR 2021
Annexe 17 : Les supports pédagogiques des ANR,
Annexe 18 : Les contributions,
Annexe 19 : Les notes introductives des thématiques par les Experts,
Annexe 20 : Les comptes rendus du Panel, portant sur les visites de courtoisies et les concertations avec les
acteurs politiques et sociaux

Rapport Final des Assises Nationales de la Refondation


72

Vous aimerez peut-être aussi