Vous êtes sur la page 1sur 117

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Scientifique
Université Ahmed Draia Adrar
Faculté Des Sciences et de Technologies
Département Des Sciences de Technologie

Mémoire De Fin D’étude En Vue De L’obtention Du Diplôme :


Master En Génie Civil
Option : Géotechnique
Présenté Par :
BEKAOUI IDRISS
THEME

Modélisation tridimensionnelle du sol retenu par un rideau de palplanches avec les


scenarios de déformation sous l’effet de corrosion

Dr. Akacem Mustapha Univ. Adrar Présidente


Mr. Moulay Omar Hassan Univ. Adrar Examinateur
Dr . Balegh benamer Univ. Adrar Encadreur
Pr . Mekerta Belkacem Univ. Adrar Co- encadreur

Année Universitaire 2019-2020


Je ne remercie jamais assez ALLAH, le tout puissant de
nous avoir permis de mener à bien ce modeste travail.
En premier lieu, je remercie le Professeur
BELKACEM MEKERTA, Professeur au
Département des Sciences et Technologie de
l’Université d’ADRAR et Docteur Balegh Benamar
Docteur au Département des Sciences et Technologie
de l’Université d’ADRAR qui ont bien voulu proposer
le thème de Master, pour son aide précieux, sa
disponibilité durant toute la durée de notre projet. Je
remercie également les membres de jury pour
L’honneur qu’ils nous font en acceptant de juger notre
travail. A tous nos enseignants à toute personne
ayant participé de près ou de loin à la réalisation de
ce travail, je dirai merci
DEDICACES

En signe de respect et de reconnaissance,


Je dédie ce modeste travail à
Toute la famille, mon père
Ma chère mère pour sa patience et ses sacrifices.
A mes frère et mes deux sœurs, à
Tous mes amis (es).

Toute la promotion du Master spécialité


géotechnique 2019-2020
Résumé :
En génie civil, l’utilisation des palplanches est très vaste, qu’elle soit provisoire ou définitive, au vu
des différents avantages qu’elles présentent, quant à la facilité de transport, de mise en œuvre, ou
d’arrachage. Ce mémoire vise à étudier les différents types de rideau de palplanches et leurs utilisation
dans le domaine de genie civil ainsi les méthodes de calcul et son durabilités durant leurs durée de
service également l’effet du phénomène de corrosion sur les ouvrages en palplanches. Une
modélisation tridimensionnelle du modèle et une analyse du comportement d'une structure de rideau
de palplanches corrodée soutenant le sol à l'aide d'un logiciel d'éléments finis pour une simulation en
3D a été élaborée. Les scénarios de comportement, mouvement et déformations du sol et rideau de
palplanches sous l’effet de corrosion sont analysés et comparés en tenant compte du déplacement
horizontal et vertical et des contraintes des sols et palplanches. Enfin, quelques suggestions et
recommandations pour l’étude et le suivi de surveillance des ouvrages en palplanches ont été
obtenues.

Mots-Clés : Rideau de Palplanches, Sol, Corrosion, Modélisation en 3D

-Abstract
In civil engineering, the use of sheet piles is very wide, whether temporary or final, in view of the
various advantages they offer, in terms of ease of transport, installation, or lifting. This thesis aims to
study the different types of sheet pile wall and their use in the field of civil engineering as well as the
calculation methods and their durability during their service life also the effect of the corrosion
phenomenon on sheet pile structures. A three-dimensional model modeling and behavior analysis of a
corroded sheet pile wall structure supporting the soil using finite element software for a 3D simulation
was developed. The behavior, movement and deformation scenarios of the soil and sheet pile wall
under the effect of corrosion are analyzed and compared taking into account the horizontal and
vertical displacement and the stresses of the soils and sheet piles. Finally, a few suggestions and
recommendations for the study and monitoring of sheet pile structures were obtained.

Keywords: Sheet piling, Soil, Corrosion, 3D Modeling


‫الملخص‪:‬‬

‫في الهندسة المدنية ‪ ،‬يعد استخدام الركائز المستعرضة واسعًا جدًا ‪ ،‬سواء كان مؤقتًا أو نهائيًا ‪ً ،‬‬
‫نظرا للمزايا‬
‫المختلفة التي توفرها ‪ ،‬من حيث سهولة النقل والتركيب والرفع‪ .‬تهدف هذه األطروحة إلى دراسة األنواع المختلفة‬
‫لجدران الدعامة الورقية واستخدامها في مجال الهندسة المدنية وكذلك طرق الحساب وقوة تحملها خالل فترة‬
‫خدمتها وكذلك تأثير ظاهرة التآكل على هياكل الركائز الصفيحة‪ .‬تم تطوير نمذجة نموذج ثالثي األبعاد وتحليل‬
‫سلوك لهيكل جدار كومة صفيحة متآكلة تدعم التربة باستخدام برنامج العناصر المحدودة لمحاكاة ثالثية األبعاد‪.‬‬
‫يتم تحليل ومقارنة سيناريوهات السلوك والحركة والتشوه لجدار التربة وأكوام الصفائح تحت تأثير التآكل مع‬
‫أخيرا ‪ ،‬تم الحصول على بعض‬
‫ً‬ ‫األخذ في االعتبار اإلزاحة األفقية والرأسية وضغوط التربة وأكوام الصفائح‪.‬‬
‫االقتراحات والتوصيات لدراسة ومراقبة هياكل الركائز المستعرضة ‪.‬‬
‫الكلمات المفتاحية ‪ :‬الركائز الورقية ‪ ,‬التآكل ‪ ,‬التربة‪ ,‬الكود األوروبي ‪ 3‬الجزء ‪5‬‬
Table de matière
Liste des figures ………………………………………………………………………………………. I
Liste des tableaux ……………………………………………………………………………………..V
Liste des symboles…………………………………………………………………………………….VI
Introduction général…………………………………………………………………………………...01
Chapitre 1 : Généralité sur les rideaux de palplanches
1.1 Introduction : ................................................................................................................................ 4
1.2. Définition : .................................................................................................................................. 4
1.3: Les différents types de palplanche : ............................................................................................. 5
1.4. Les serrures : ............................................................................................................................. 13
1.4.1. Les différents types de raccordement .................................................................................. 13
1.4.2. Différents types de profilés .................................................................................................. 14
1.4.3. Application des profilés ....................................................................................................... 15
1.5. Les éléments de rigidification : .................................................................................................. 16
1.5.1. Liernes : ............................................................................................................................... 16
1.5.2. Poutre de couronnement : .................................................................................................. 16
1.5.3. Les appuis : .......................................................................................................................... 16
1.5.3.1.Principaux types de tirants passifs : ................................................................................ 17
1.5.3.2.Tirants actifs ................................................................................................................... 18
1.5.4. Les butons : ......................................................................................................................... 19
1.6. Domaine d’application : ............................................................................................................. 19
1.6.1. Palplanches en acier : .......................................................................................................... 19
1.6.2 : Exemples d’utilisation des palplanches en acier : ................................................................ 20
1.7. Mise en œuvre des palplanches : ................................................................................................ 23
1.7.1. Battage : .............................................................................................................................. 24
1.7.2. Vibor fonçage : .................................................................................................................... 26
1.8. Enclenchement d’un rideau de palplanches : .............................................................................. 27
1.9. L’arrachage des palplanches : .................................................................................................... 28
1.10. Recepage des palplanches : ...................................................................................................... 28
1.11. Principaux étanchements des palplanches : .............................................................................. 28
1.11.1.Etanchement vertical.......................................................................................................... 28
1.11.2.Etanchement horizontal ..................................................................................................... 31
1.12 : Les avantages et les inconvénients d’utilisation des palplanches ......................................... 32
1.13 : Conclusions ............................................................................................................................ 32
Table de matière
Chapitre 02 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche
2.1. Introduction : ............................................................................................................................. 34
2.2 Définition de la poussée et de la butée : ...................................................................................... 34
2.3 Principe de calcul de rideau de palplanche dans le sol ................................................................. 35
2.4 La méthode classique ................................................................................................................. 36
2.4.1 Rideaux sans ancrage ........................................................................................................... 36
2.4.2 Ecrans ancrés........................................................................................................................ 39
2.4.2.1 Ecrans simplement butés en pied (La méthode de la butée simple) ................................ 39
2.4.2.2 Rideaux ancrés encastrés en pied. ................................................................................. 40
2.5- Méthode de Blum: dite de la « poutre équivalente »................................................................... 40
2.6 Méthode de Tschebotarioff ........................................................................................................ 43
2.7 Conclusion : ............................................................................................................................... 44
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.1. Introduction : ............................................................................................................................. 46
3.2. Les types de corrosion : ............................................................................................................. 46
3.2.1.La corrosion localisée par piqures ......................................................................................... 46
3.3.2 .La corrosion localisée par cavernes ...................................................................................... 47
3.3.3.La corrosion généralisée ou uniforme ................................................................................... 47
3.3.4. La corrosion galvanique ou de contact ................................................................................. 47
3.3.5. La corrosion inter granulaire ................................................................................................ 48
3.3.6. La corrosion sous contrainte ................................................................................................ 48
3.3.7. La corrosion par courants vagabonds .................................................................................. 49
3.4. Corrosion des palplanches : ....................................................................................................... 49
3.4.2. Phénomène de la corrosion électrochimique sur les métaux ............................................... 50
3.4.3. Principe de la protection par galvanisation .......................................................................... 50
3.4.4. Les étapes de la corrosion de rideau de palplanche en acier galvanisé ................................ 51
3.5.Les facteurs de la corrosion : ...................................................................................................... 52
3.6. Facteurs influençant la corrosion :.............................................................................................. 53
3.6.1. Nature de l'armature ........................................................................................................... 53
3.6.2. Influence des ions ................................................................................................................ 54
3.6.3. L’eau Même en très faible quantité ..................................................................................... 56
3.7. Effet mécanique de la corrosion des palplanches : ...................................................................... 56
3.7.1. Répartition de la corrosion .................................................................................................. 56
3.8. Différentes dégradations des rideaux de palplanches : ................................................................ 57
3.9. La protection contre la corrosion. ............................................................................................... 59
3.10. Lecture de l'Eurocode 3 - Partie 5 ............................................................................................ 60
3.11. Conclusions : ........................................................................................................................... 63
Table de matière
Chapitre 04 : Etape de modélisation par comsol
4.1 Introduction ............................................................................................................................... 65
4.2 Présentation de logiciel ............................................................................................................. 65
4.3 Conception d’un modèle ............................................................................................................. 66
4.4 Choix du matériau ...................................................................................................................... 67
4.5 Mécanique des solides : .............................................................................................................. 67
4.6 Les étapes de modélisation ........................................................................................................ 69
4.7 Conclusion : ............................................................................................................................... 72
5.1 Introduction ................................................................................................................................ 74
5.2 Modèle etudié : .......................................................................................................................... 74
5.3 Conception d’un modèle : ........................................................................................................... 74
5.4 Approche de conception : ........................................................................................................... 76
5.5 L’Analyse du modèle : ................................................................................................................ 76
5.6 Résultats et interprétations : ........................................................................................................ 77
Conclusion générale ......................................................................................................................... 85
Référence et bibliographie……………………………..…………………………………………… 87
Liste des figures
Chapitre 1 :Généralité sur les rideaux de palplanches

Figure 1. 1 Les palplanches à module ................................................................................................. 5


Figure 1. 2 : Les palplanches plates .................................................................................................... 5
Figure 1. 3 Palplanches laminées à chaud ........................................................................................... 6
Figure 1. 4 Palplanches laminées à froid. ............................................................................................ 6
Figure 1. 5 Les palplanches profilées à froid ....................................................................................... 7
Figure 1. 7 Types de raccords ............................................................................................................. 8
Figure 1. 6 Les palplanches raccords et les palplanches pliées ............................................................ 8
Figure 1. 8 Gabions circulaires avec des palplanches raccords à 35° ................................................... 9
Figure 1. 10 Gabions circulaires avec 2 arcs ....................................................................................... 9
Figure 1. 11 Gabions cloisonnés avec des palplanches raccords à 120° ............................................... 9
Figure 1. 9 Gabions circulaires avec 1 arc ........................................................................................... 9
Figure 1. 12 Gabion cloisonné ............................................................................................................ 9
Figure 1. 13 Rideaux mixtes (HZ/AZ) .............................................................................................. 10
Figure 1. 14 Assemblage des éléments de la structure ....................................................................... 11
Figure 1. 15 Combinaisons des éléments de la structure.................................................................... 12
Figure 1. 16 Utilisation des rideaux de palplanche comme soutènement provisoire dans un projet de
pont à la région d’Adrar .................................................................................................................... 13
Figure 1. 17 Serrure à la jonction de deux palplanches. ..................................................................... 13
Figure 1. 18 Différents types de raccordements ................................................................................ 14
Figure 1. 19 Raccordement Omega. .................................................................................................. 14
Figure 1. 20 Serrure des différents profilés ....................................................................................... 14
Figure 1. 21 Exemple d’application des profilés ............................................................................... 15
Figure 1. 22 Schéma de la palplanche Larssen .................................................................................. 16
Figure 1. 23 La disposition des liernes dans un rideau de palplanches ............................................... 16
Figure 1. 24 Schéma général d’un rideau de palplanches ancré en tête .............................................. 17
Figure 1. 25 Attaches articulées ........................................................................................................ 18
Figure 1. 26 ...................................................................................................................................... 18
Figure 1. 27 Schéma d’un tirant attaché à un écran de soutènement .................................................. 18
Figure 1. 28 Détail de raccordement du profilé HZ ........................................................................... 19
Figure 1. 29 Rideau partiellement fiché dans le sol. .......................................................................... 20
Figure 1. 30 Quai permettant l'accostage de superpétroliers .............................................................. 21
Figure 1. 31 Utilisation des palplanches comme batardeaux en rivière en France .............................. 21
Figure 1. 32 Terrassement dans le batardeau ..................................................................................... 21
Figure 1. 33 Chantier d’un barrage en travaux .................................................................................. 22
Figure 1. 34 Pose de canalisations .................................................................................................... 22
Figure 1. 35 En site industriel encombre ........................................................................................... 22
Figure 1. 36 Le grand barrage de Mont Saint Michel en France ........................................................ 23
Figure 1. 37 Chantier d’une reconstruction d’un pont en utilisant des palplanches métalliques. ......... 23
Figure 1. 38 Principe de fonctionnement du marteau hydraulique (brochure IHC). ........................... 24
Figure 1. 39 Chantier de battage ....................................................................................................... 25
Figure 1. 40 Perforage avant fonçage ................................................................................................ 27
Figure 1. 41 Enclencheur automatique .............................................................................................. 27
Figure 1. 42 Remplissage des serrures enclenchées avec un produit hydrocarboné. ........................... 28
Figure 1. 43 Illustration de la mise en œuvre du produit hydro gonflant. ........................................... 29
Figure 1. 44 Etanchement avec la soudure ........................................................................................ 29
Figure 1. 45 Etanchement avec combinaison bentonite ciment .......................................................... 29
Figure 1. 46 Illustration de la réparation des défauts d’étanchement dans les serrures ....................... 30
Figure 1. 47 Installation d’un système de drainage. ........................................................................... 30
Figure 1. 48 Etanchement horizontal dans le cas d’un tunnel ou une structure enterrée ..................... 31
Figure 1. 49 Etanchement d’une fouille avec un radier...................................................................... 32
Liste des figures

Chapitre 02 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

Figure 2. 1 Principe de la poussée et de la butée. .............................................................................. 35


Figure 2. 2 .Modèles : a) rideau sans tirant d’ancrageb) rideau ancré dans le sol. .............................. 35
Figure 2. 3 Distribution des contraintes sur un mur de soutènement .................................................. 37
Figure 2. 4 Pression des terres à court terme sur un rideau battu ....................................................... 38
Figure 2. 5 Rideau simplement buté en pied ..................................................................................... 39
Figure 2. 6 Schéma statique d'un écran ancré encastré en pied [2]. .................................................... 40
Figure 2. 7 Détermination du point de moment nul ........................................................................... 41
Figure 2. 8 Méthode de Blum ........................................................................................................... 41
Figure 2. 9 Distributions des pressions mesurées à l'issue des différentes procédures de construction 43
Figure 2. 10 Méthode de calcul de Tshébotarioff .............................................................................. 44

Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches

Figure 3. 1 Propagation d’une piqûre en milieu chloruré ................................................................... 46


Figure 3. 2 Corrosion caverneuse dans un milieu chloruré ................................................................ 47
Figure 3. 4 Pile due à l’aération ........................................................................................................ 50
Figure 3. 3 Pile due à l’hétérogénéité du métal.................................................................................. 50
Figure 3. 5 Pile simple « Fe-Zn » ...................................................................................................... 51
Figure 3. 6 Protection cathodique par zinc [13] ................................................................................. 52
Figure 3. 7 Formation d’une piqûre dans un métal recouvert d’une couche passivante ...................... 54
Figure 3. 8 Développement de la piqûre dans l’acier galvanisé [15] .................................................. 55
Figure 3. 9 Effet de la teneur en eau sur la résistivité du sol [10] ....................................................... 56
Figure 3. 10 Les aspects d’un solide métallique corrodé ................................................................... 57
Figure 3. 11 Dégradation de mur de quai à cause de corrosion de rideau de palplanche ..................... 58
Figure 3. 12Dégradation de rideau de palplanche sous l’effet de corrosion ....................................... 59

Chapitre 04 : Etape de modélisation par comsol


Figure 4. 1Conception d’un modèle .................................................................................................. 66
Figure 4. 2Choix du matériau ........................................................................................................... 67
Figure 4. 3Rideau de palplanche ....................................................................................................... 67
Figure 4. 4Mécanique des solides ..................................................................................................... 68
Figure 4. 5Condition Initiales et condition aux limites ...................................................................... 69
Figure 4. 6 Libre ............................................................................................................................... 69
Figure 4. 7 Symmetrie ...................................................................................................................... 70
Figure 4. 8Limite fixé (encastrement ................................................................................................ 70
Figure 4. 9Appui simpl ..................................................................................................................... 70
Figure 4. 10Limite de déplacement ................................................................................................... 71
Figure 4. 11Les surcharges ............................................................................................................... 71
Figure 4. 12Les contraintes horizontales de poussées ........................................................................ 72

Chapitre 05 : Résultat et discussion


Figure 5. 1Conception d’un modèle de Rideau de palplanche étudié ................................................. 74
Figure 5. 2maillage de modele .......................................................................................................... 77
Figure 5. 3Déplacement horizontal total de modèle (rideau de palplanches+sol ................................ 78
Figure 5. 4Déplacement vertical total de modèle (rideau de palplanches+sol) ................................... 79
Figure 5. 5Déplacement horizontal du sol et rideau de palplanches non corrodées en fonction de la
profondeur ........................................................................................................................................ 80
Liste des figures

Figure 5. 6Déplacement vertical du sol et rideau de palplanches non corrodées selon la profondeur . 80
Figure 5. 7Effet de l'épaisseur réduite de rideau de palplanches sur le déplacement horizontal de mur
et du sol en fonction de la profondeur ............................................................................................... 81
Figure 5. 8: Effet de l'épaisseur réduite de rideau de palplanches sur le déplacement vertical de mur et
du sol en fonction de la profondeur .................................................................................................. 81
Figure 5. 9Effet de l'épaisseur réduite de rideau de palplanches sur la contrainte horizontale dans le
sol .................................................................................................................................................... 82
Figure 5. 10Effet de l'épaisseur réduite de rideau de palplanches sur les contraintes verticales dans le
sol .................................................................................................................................................... 83
Figure 5. 11Contrainte horizontale du sol supportée par le rideau de palplanches non corrodées en
fonction de la .................................................................................................................................... 84
Figure 5. 12Contrainte verticale du sol supportée par le rideau de palplanches non corrodées en
fonction de la profondeur .................................................................................................................. 84
Figure 5. 13: effet de l'épaisseur réduite de la structure des palplanches sur les contraintes horizontales
du sol en fonction de la profondeur ................................................................................................... 84
Figure 5. 14 Effet de l'épaisseur réduite de la structure des palplanches sur les contraintes verticales du
sol en fonction de la profondeur........................................................................................................ 85
Liste des tableaux

Chapitre 1 :Généralité sur les rideaux de palplanches


Tableux 1. 1 Caractéristiques des palplanches................................................................................... 15
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
Tableux 3. 1 Quelques exemples de couples matériau-milieu sensibles à la corrosion sous contrainte48
Tableux 3. 2 Les facteurs de la corrosion .......................................................................................... 52
Tableux 3. 3 Perte d'épaisseur [mm] due à la corrosion pour les rideaux de palplanches en acier dans
le sol et eau ...................................................................................................................................... 62
Chapitre 04 : Etape de modélisation par comsol
Tableux 4. 1 .Tableau des données et paramètres .............................................................................. 66
Tableux 4. 2 Tableau des paramètres du sol ...................................................................................... 67
Tableux 4. 3 Tableau des propriétés issues du matériau .................................................................... 68
Tableux 4. 4 Propriétés issues du matériau........................................................................................ 68
Chapitre 05 : Résultat et discussion
Tableux 5. 1 Propriétés du Sol .......................................................................................................... 75
Tableux 5. 2 . Propriétés de rideau de palplanche .............................................................................. 75
Tableux 5. 3 Paramètres et définitions Globales ................................................................................ 76
Liste des symboles

Z : La profondeur…………………………………………………………………………. (m)

Fs : ………………………………………………………………………………………….

ka : coefficient de poussée…………………………………………………………………..

kp : coefficient de poussée …………………………………………………………………

Mmax : moment de flexion maximum ………………………………………………. (kN.m)

σmax : La contrainte maximum de rideau de palplanche ………………………………(kN/m2)

σa : La contrainte admissible de rideau de palplanche ………………………………. (kN/m2)

σe : La limite d’élasticité de rideau de palplanche …………………………………… (kN/m2)

E : module d’élasticité de l’acier de la palplanche…………………………………… (N/mm2)

I : moment d’inertie ………………………………………………………………………(m4)

H : hauteur de rideau de palplanche……………………………………………………… (m)

D : La fiche de rideau de palplanche……………………………………………………… (m)

Fa : La force de poussée ………………………………………………………………….(kN)

Fb : La force de butée…………………………………………………………………… (kN)

a : Déplacement coté de poussée…………………………………………………….…… (mm)

p : Déplacement coté de butée…………………………………………………………… (mm)

T : L’effort d’ancrage ……………………………………………………………………(kN)


Liste des symboles

a : distance entre tète de rideau et la position de l’effort de l’ancrage…………………... (m)

cu : La cohésion non drainé à long terme…………………………………………… (N/mm2)

c’ : La cohésion à court terme………………………………………………………. (N/mm2)

φ’ :L’angle de frottement à court terme………………………………………………… (deg)

ϒ : poids volumique du sol………………………………………………………….. (N/mm3)

σh : contrainte du sol………………………………………………………………… (N/mm2)

b : La largeur……………………………………………………………………………… (m)

Tu : Force ultime de l’ancrage ………………………………………………………….. (kN)

h : Hauteur du bloc d’ancrage …………………………………………………………….(m)


Introduction générale
Introduction générale

Introduction générale :
Les palplanches sont des pièces le plus souvent métalliques à section mince qui juxtaposées
constituent des parois planes appelées rideaux ou cylindriques appelées gabions. Il existe
beaucoup de types et de profils de palplanches, cela dépend de la résistance souhaitée. On
trouve des palplanches excessivement lourdes, grande résistance avant déformation et d’autre
très légère. Cela dépend de l’utilisation que l’on veut en faire.
Les palplanches s'utilisent aussi bien pour les ouvrages temporaires que permanents. Les
utilisations courantes sont la défense contre la mer, la conquête de terrain sur la mer, les quais
et les gabions. Les palplanches peuvent être épissées. lorsque des longueurs supérieures à 30
m sont nécessaires et bien que les palplanches soient, en général, réservées aux ouvrages en
ligne droite, par exemple les murs d'un quai, on peut employer les sections dans des formes
nombreuses y compris des cercles complets.
Les désordres observés sur les rideaux de palplanches métalliques des infrastructures soit
portuaires, fluviales et en bordure de mer ou soutènement des sols sont principalement
occasionnés par la corrosion qui se manifeste différemment sur les parties métalliques en
fonction des zones d’exposition (agressivité du sol, éclaboussures, marnage, immersion ou en
fiche). D'une manière générale, La connaissance de la cinétique de corrosion est importante
pour la vérification de la capacité portante des structures corrodées. En terme de
dimensionnement d’une palplanche, un certain taux de corrosion (mm/an) est supposé par les
différents règlements. Selon les prescriptions de l'Eurocode 3, la perte d'épaisseur due à la
corrosion atmosphérique dans les atmosphères normales est estimée à 0.01 mm par an et elle
devient 0,02 mm par an dans les endroits où les conditions marines peuvent affecter les
performances de la structure . Les taux de corrosion dans les sols dépendent du type de sol, de
la variation du niveau de la nappe phréatique, de la présence d'oxygène, des contaminants et
de la matière organique .
Pour cela on s’est intéressé par l’étude d’un rideau de palplanche métallique. Cette étude était
consacrée pour le comportement du sol en contact avec les palplanches sous l’effet de
corrosion et la poussée des terre-pleins de ce site.
Les méthodes de dimensionnement des rideaux de palplanches reposent sur une vérification
des efforts vis-à-vis des états limite de stabilité interne. L’approche que nous proposons
introduit : les effets du temps, via les scénarios de corrosion. Cette prise en compte du temps
peut être intégrée dans une approche de type dimensionnement : c’est ce qui est fait

1
Introduction générale
Dans l’outil Comsol Multiphysics dont il a été question au chapitre 4. Le calcul de l’évolution
des déplacements du rideau et déformations du sol c’est dans ce domaine que réside la
principale originalité de ce travail.
Le mémoire, est composé de cinq chapitres, comme indiqué au sommaire ci-dessus.
 Le premier chapitre contient toutes les généralités sur les rideaux de palplanche, les
différents types, leurs utilisations dans le domaine de génie civil, les capacités,
l’importance de ces ouvrages dans le monde et en Algérie.
 Le deuxième chapitre est une présentation de différentes méthodes théoriques de
calcul de l’interaction des palplanches métalliques avec le sol de fondation pour
les ouvrages géotechniques.
 Le troisième chapitre est une définition de phénomène de la corrosion des rideaux de
palplanches dans le sol, atmosphère et en contact avec l’eau.
 Le quatrième chapitre est consacré aux étapes de modélisation tridimensionnelle par

Comsol par la méthode des éléments finis à savoir la construction du modèle,


définition des matériaux, maillage, charges, conditions aux limites et la méthode
d’analyse.
 Le cinquième chapitre présente les résultats de modélisation tridimensionnelle du
modèle étudié de rideau de palplanches et le sol retenu ainsi les scénarios prévus de
comportement et déformation du sol retenu et le rideau de palplanche sous l’effet de
la corrosion.
A la lumière des résultats numériques obtenus, sont dégagés des conclusions et des
perspectives sur la stabilité des rideaux de palplanches sous l’effet de corrosion.

2
Chapitre 1
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
1.1 Introduction :

L'utilisation des palplanches est vaste dans le domaine du bâtiment et des


travaux publics [1]. Les palplanches permettent de limiter les dégâts des structures qui
sont l’influence de plusieurs paramètres. Les palplanches sont efficaces, utiles et
économiques dans les constructions.

1.2. Définition :

Une palplanche (composé de pal et planche) est un pieu conçu pour être battu en terre. Les
palplanches permettent de constituer un mur de soutènement, un batardeau, une palée ou
un écran imperméable. Les rideaux qu’elles constituent sont assimilables à des murs ou
des parois supportant la poussée des terres en place, ou des remblais et des dénivelés
d’eau. On distingue :

* Les palplanches à module ou à inertie, ils se comportent comme des poutres verticales,
mobilisant la butée au niveau de leur encastrement dans le sol et supportant les poussées dues
aux dénivellations de terrain et d’eau (appelés palplanches Larsens).

Les palplanches plates permettent de réaliser des enveloppes cylindriques fermées,
contenant des matériaux dont les poussées engendrent des tractions importantes dans les
joints.

La palplanche est une « pièce en métal de section spéciale, permettant de l'emboîter à


une autre et généralement utilisée à la constitution de parois étanches en terrains meubles,
aquifères ou immergés. La palplanche est souvent définie comme un «profilé métallique».
Il ne faut pas confondre «palplanche» et «rideau de palplanche» qui désigne l’ensemble
structurel formé par les palplanches assemblées entre elles (voir les figures 1.1 et 1.2).

4
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

Figure 1. 1 : Les palplanches plates[1]

Figure 1. 2 Les palplanches à module[1]

1.3: Les différents types de palplanche :

A : selon la géométrie et la forme :


On trouve : Palplanches en porte à faux et Palplanches avec étais ou ancrage.
A.1 : Palplanches en porte à faux :
Les palplanches peuvent êtres construites en plusieurs types de matériaux (métal, acier,
aluminium, bois, béton armé, glass en fibre, vinyle, PVC etc.).

 Le choix de matériaux dépend des conditions de terrain et d'autres facteurs.

A.1.1 : Palplanches métalliques:


a. Définition:
Une palplanche métallique est une barre d'acier dont la section est de forme "U". On la
plante dans le sol qui lui permet de s’emboîter avec les barres voisines grâce à des
nervures latérales. À partir des cloisons étanches ainsi formées, on bâtira des digues, ou
encore un mur de soutènement pour conforter une berge naturelle ou un quai.

5
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

b. Caractéristiques :
Le poids au mètre linéaire varie selon le profil, de 20 à plus de 120 Kg et l’épaisseur
de 5 à plus de 20 mm, la longueur varie de 1 à plus de 30 mètres. Les principaux types
de palplanches métalliques à module sont sous la forme de U ou Z.

C .Types de palplanches métalliques


Les palplanches métalliques sont obtenues par laminage à chaud ou profilage à froid :
(en U, Z et caisson)
 Palplanches laminées à chaud (voir figure 1.3).

Figure 1. 3 Palplanches laminées à chaud

 Palplanches Laminées à Froid (voir figure 1.4).


Figure 1. 4 Palplanches laminées à froid.

6
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
 Avantages des palplanches profilées à froid (voir figure 1.5).

 Epaisseur constante sur tout le pourtour du profil, 3 à 9mm.
 Grande largeur utile et manutention, avec un temps d’installation réduit.
 Pliage pour la réalisation d’angle.
 Application dans les serrures de produits d’étanchéité.
 Transmission des efforts tranchants dans l’axe neutre.
 Revêtement et traitement anti corrosion


Figure 1. 5 Les palplanches profilées à froid [3]

 Palplanches plates AS500 (voir figure 1.6).

Elles sont destinées à la réalisation des cellules cylindriques retenant un massif de remblai.
La stabilité des gabions ainsi constitués est assurée par leur poids propre. Les palplanches
plates sont principalement utilisées dans le cas de sols rocheux. En fonction des
caractéristiques du projet et des particularités de site, elles sont assemblées à des gabions
circulaires ou en gabionnades cloisonnées.
Les efforts qui se développent dans les palplanches sont essentiellement des efforts de traction
horizontaux, ce qui nécessite des serrures présentant une résistance suffisante pour reprendre
l’effort horizontal.
Il est possible d’employer les palplanches pliées pour réaliser des ouvrages de faible rayon.

7
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

Figure 1. 6 Les palplanches raccords et les palplanches pliées

 Raccords (voir figure 1.7).


Figure 1. 7 Types de raccords

8
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
Les figures 1.8, 1.9, 1.10, 1.11 et 1.12 montrent les différents types de gabions des
palplanches.

Figure 1. 8 Gabions circulaires avec des palplanches raccords à 35°

Figure 1. 9 Gabions circulaires avec 1 arc Figure 1. 10 Gabions circulaires avec 2 arcs

Figure 1. 11 Gabions cloisonnés avec des palplanches raccords à 120°


La largeur équivalente We
We = largeur de la cloison (dl) +2C

Figure 1. 12 Gabion cloisonné

9
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
d. Rideaux mixtes (HZ/AZ) (voir figure 1.13).
d.1 : Définition

Le rideau HZ est un rideau mixte constitué :


 D’éléments principaux profilés HZ utilisés comme éléments porteurs.

 De palplanches doubles AZ utilisées comme éléments intercalaires.
L'assemblage systématique de ces éléments de base permet une multitude de
combinaisons. Du point de vue de la stabilité, les éléments principaux remplissent deux
fonctions :

 celles d’éléments de soutènement reprenant à la fois les efforts horizontaux exercés
par le sol et par la pression hydrostatique.

 celle de pieux reprenant les efforts verticaux de la superstructure.

Figure 1. 13 Rideaux mixtes (HZ/AZ)

10
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

d.2 : Eléments simples (HZ) (voir figure 1.14).

- Possibilités d’assemblages.

Figure 1. 14 Assemblage des éléments de la structure [3]

11
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

d.3 : Combinaisons (voir figure 1.15).

- On distingue les combinaisons ci après :

12/AZ 13

14/AZ 13

24/AZ 13

26/AZ 13

Figure 1. 15 Combinaisons des éléments de la structure [3]

12
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

On montre sur la figure 1.16 un exemple d'utilisation des rideaux de palplanche au niveau de
la région d'Adrar.

Figure 1. 16 Utilisation des rideaux de palplanche comme soutènement


provisoire dans un projet de pont à la région d’Adrar

1.4. Les serrures :

Des serrures permettent d'assembler des rideaux de palplanches continus en les


fixant les uns aux autres. Les premiers profilés possédant de telles serrures ont été
utilisés aux Etats Unis vers 1910 (voir figure 1.17).

Figure 1. 17 Serrure à la jonction de deux palplanches.

1.4.1. Les différents types de raccordement

Les palplanches en acier ont connu un développement important. Initialement, elles ne


différaient pas des profilés métalliques et notamment en construction métallique. Il s'agit
de profilés en I ou en U assemblés de sorte à constituer des écrans continus, le raccord

13
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
étant constitué d'un profil en I dont les ailes ont été recourbées. L'utilisation de telles
palplanches est à réviser (voir figures 1.18 et 1.19) [1].

Figure 1. 18 Différents types de raccordements

Figure 1. 19 Raccordement Omega.

1.4.2. Différents types de profilés (voir figure 1.20).

Figure 1. 20 Serrure des différents profilés [4]

14
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

1.4.3. Application des profilés (voir figure 1.21).


Les profilés en Z et en U sont utilisés pour supporter des charges de flexion. Les profilés
plats sont utilisés pour supporter des charges de traction. Les profilés en Z et en U peuvent
être employés indépendamment ou combinés avec des pieux tubulaires ou des pieux HP
pour les cloisons combinées.

Figure 1. 21 Exemple
. d’application des profilés
• Les pieux tubulaires sont utilisés en combinaison avec des profilés en Z ou en U dans
la cloison combinée.
• Les pieux HP ou les pieux de fondation sont utilisés en combinaison avec des profilés
en Z ou en U.
Le tableau 1.1 et le schéma de la palplanche donnent quelques indications sur les
caractéristiques des différents profils de palplanches de type courant (voir figure 1.22).
Tableux 1. 1 Caractéristiques des palplanches. [2]

- la formule du module de résistance. W= 2 I /H


W : module de résistance
I : moment d’inertie
H : hauteur
Type de palplanche Hauteur (m) Poids de 1 m² de Module de résistance
paroi (kg). par mètre de paroi
(cm3)
Larssen I Jusqu’à 15 100 500
Larssen III Jusqu’à 24,7 155 1360
Larssen IV Jusqu’à 31 187 2040
Larssen V Jusqu’à 34,4 238 2960

15
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

Figure 1. 22 Schéma de la palplanche Larssen

1.5. Les éléments de rigidification :

1.5.1. Liernes :

La rigidité longitudinale de l’écran est assurée en disposant des liernes, profilés


métalliques I ou U, horizontalement, le long du rideau de palplanches. Ces liernes sont
disposés régulièrement sur la hauteur de l’écran, auquel elles sont souvent fixées par
boulonnage. Elles sont en principe disposées au droit des niveaux d’ancrage et servent
d’appui aux têtes d’ancrage (voir figure 1.23).

Figure 1. 23 La disposition des liernes dans un rideau de palplanches

1.5.2. Poutre de couronnement :


Cette poutre assure plusieurs fonctions :
 un élément de rigidification longitudinale de l’ouvrage ou chainage ;

 transmettre des efforts au rideau de palplanches.
Elle sert ainsi d’appui pour d’éventuels butons et constitue un élément architecturale de
l’ouvrage.
1.5.3. Les appuis :

Les appuis de l’écran sont constituées par le sol en fiche et par des tirants ou butons
disposés dans la partie libre de l’écran. L’appui de la fiche provient de la capacité du sol à
se mobiliser contre les déplacements de l’écran, mobilisation d’une butée dans le cas du

16
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
mouvement de translation de l’écran, mobilisation d’une butée et contre butée. Elle assure
aussi un encastrement dans le cas d’une rotation en fiche de l’écran. Les caractéristiques
des sols de fondation, ainsi que la rigidité de l’écran et la dimension de sa fiche,
déterminent le fonctionnement de cet appui en fiche (voir figure 1.24).

Figure 1. 24 Schéma général d’un rideau de palplanches ancré en tête

1.5.3.1. Principaux types de tirants passifs :


A: Tirants de type remblayés
Ils sont constitués de ronds d’acier filetés, ou barres d’acier à haute adhérence.
A.1: Par type d’ancrage
 Tirants à ancrage par plaque.
 Tirants à ancrage par contre rideau.
 Tirants à ancrage par dalle de frottement.
A.2: Par type de blocage
 Dispositif de blocage articulé à double articulation ou à bride et œil.
 Dispositif de blocage non articulé plaque d’appui et écrou.
B :Tirants de type battu constitués de profilés métalliques, de tubes, de pieux H ou
de palplanches
 Pieu battu injecté (armature tube métallique).
 Tirant battu injecté.
 Tirant à plaque pivotante de type Louis Ménard.

17
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
C: Tirants scellés ou forés (voir figures 1.25 et 1.26)
Ils sont constitués de ronds mis en œuvre dans un forage et scellés au coulis

Figure 1. 25 Attaches articulées

Figure 1. 26 Attaches ordinaires

1.5.3.2.Tirants actifs
Souvent appelés aussi tirants de précontrainte. Ils sont constitués d’une armature en acier de
précontrainte à haute résistance. La partie supérieure de l’armature non scellée au terrain est
protégée par une gaine plastique (voir figure 1.27).

Figure 1. 27 Schéma d’un tirant attaché à un écran de soutènement

18
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
Remarque : le rideau HZ peut être ancré au moyen de tirants inclinés ou injectés. Les
profilés HZ peuvent être fournis percés dans les lumières de raccordement pour les
ancrages. Les dimensions h et b varient en fonction du diamètre de tirant (voir figure
1.28).

Figure 1. 28 Détail de raccordement du profilé HZ

1.5.4. Les butons :

Ils sont constitués en béton armé ou de profilés métalliques prenant appui sur deux
structures construites en vis à vis, comme cela peut être le cas pour les soutènements de
tranchées ouvertes ou couvertes.

1.6. Domaine d’application :


1.6.1. Palplanches en acier :

La limite d’emploi est essentiellement liée d’une part à leur mode de mise en œuvre et,
d’autre part, à leurs caractéristiques dimensionnelles et mécaniques, Les palplanches
métalliques sont particulièrement bien adaptées pour la réalisation d'ouvrages de
soutènement et d'étanchement en site aquatique tels que :

systèmes de protection contre les risques de crue et dans l’aménagement de berges.


 Dans les nouvelles digues, ils peuvent remplir les fonctions d’étanchéité, de
soutènement et de stabilisation.
 Ils ont également largement employés pour les puits de fondation (blindage de
fouille) tant sur la terre ferme que dans l'eau, les batardeaux ainsi que les
constructions souterraines en général.

19
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

 Ils sont également utilisés pour renforcer des digues existantes, là où des
problèmes de place ou d’emprise se posent, par exemple dans les zones portuaires
ou en site urbain.

 Les profilés de palplanche sont employés pour la réalisation de constructions de
soutènement telles que les murs de quai maritime ou fluvial, travaux portuaires,
écluses, estacades de guidage et protections des berges de rivières et de canaux
navigables, quais d’accostages (construire un quai permettant l’accostage de
superpétroliers).

 Sont utilisés aussi comme coffrage perdu : pendant la réalisation des piles du pont,
travaux des constructions des barrages, et la déviation d’une route.

 Les rideaux de palplanches peuvent constituer des ouvrages provisoires ou
définitifs. Leur caractéristique essentielle est que le soutènement ainsi formé est
souple et étanche, pour aboutir à remplir cette fonction plusieurs essais ont été faits
au niveau du joint de la palplanche ce qui nécessite une méthode spécifique de
dimensionnement.

1.6.2 : Exemples d’utilisation des palplanches en acier :


• palplanche en soutènement routier (voir figure 1.29).

Figure 1. 29 Rideau partiellement fiché dans le sol [1]

20
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
 Quais d'accostage (voir figure 1.30).

Figure 1. 30 Quai permettant l'accostage de superpétroliers

 Batardeaux en rivière (voir figure 1.31).

Figure 1. 31 Utilisation des palplanches comme batardeaux en rivière en France

 Cas de présence de la nappe (voir figure 1.32).

Figure 1. 32 Terrassement dans le batardeau

21
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

 Construction d’un nouveau barrage (voir figure 1.33).

Figure 1. 33 Chantier d’un barrage en travaux

 Utilisations provisoires (voir figures 1.34 et 1.35).

Figure 1. 34 Pose de canalisations Figure 1. 35 En site industriel encombre

22
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
• La réhabilitation du barrage (voir figure 1.36).

Figure 1. 36 Le grand barrage de Mont Saint Michel en France

 Reconstruction d’un pont ferroviaire (voir figure 1.37).

Figure 1. 37 Chantier d’une reconstruction d’un pont en utilisant des


palplanches métalliques.

1.7. Mise en œuvre des palplanches :


La mise en œuvre des palplanches verticalement dans le sol se fait généralement par
battage, vibrage ou par presse hydraulique.

23
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
1.7.1. Battage :
A. Principe du marteau hydraulique : (voir figure 1.38).
Pour les marteaux hydrauliques, un cycle d’opération débute par la levée de la masse
frappante monobloc. La soupape P positionnée sur le circuit de pression est ouverte et la
soupape R placée dans le circuit de retour est fermée. Une fois que la course de levage
préréglée, en fonction de l’énergie souhaitée, est atteinte alors le fonctionnement des
soupapes s’inverse. La masse est alors libérée. Après l’impact, le cycle se répète
automatiquement. La masse frappante est guidée en haut et en bas. Grâce au gaz
pressurisé, le marteau peut fonctionner sous toutes les inclinaisons, même
horizontalement. A chaque impact, la masse frappante percute une enclume. Elle est la
pièce maîtresse, pour le transfert de l’énergie, du casque de battage qui a différentes
formes en fonction du type de palplanche à mettre en fiche.

Figure 1. 38 Principe de fonctionnement du marteau hydraulique (brochure IHC).

B. Matériels :
Le fonçage par battage d’un élément rigide dans le sol nécessite l’utilisation d’un mouton et
d’un système de guidage (voir figure 1.39).

B.1. Systèmes de guidage :


Le mouton venant se poser sur l’élément à foncer, il est indispensable d’utiliser un
système de guidage. Il se fait principalement suivant deux méthodes (le mât de battage ou
le guide de battage

24
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
B.1.1. Mât de battage :
En mode guidé sur mât, le porteur hydraulique (engin de chantier) est équipé d’un mât de
guidage sur lequel coulisse le mouton dans un système de rails : le mouton est solidaire du
mât. Le positionnement et le contrôle de la verticalité ou de l’inclinaison sont grandement
facilités. Ce mode est le plus adapté à la mise en oeuvre d’éléments inclinés.
B.1.2. Guide de battage :
En mode pendulaire, le mouton est suspendu au câble d’une grue à flèche. Avant de
positionner le mouton sur l’élément à battre, il est nécessaire de le maintenir dans un
guide de fonçage à la différence de la méthode précédente.
B.1.3. Moutons ou marteaux :
Le choix du système de battage approprié est essentiel pour foncer convenablement les
palplanches et parvenir à la cote souhaitée en toute sécurité. Les différents types de
moutons utilisables pour le fonçage par battage sont :
• les moutons à chute libre.
• les moutons diesel.
• les moutons hydrauliques à double effet.
• les trépideurs ou les moutons à double effet à l’air comprimé et à frappes
rapides.

Figure 1. 39 Chantier de battage

25
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
1.7.2. Vibor fonçage : (voir figure 1.40).
A. Principe :
Les vibrations générées par le vibrateur puis transmises au sol par l'intermédiaire du
profilé permettent l'enfoncement de celui ci si l'énergie est suffisante pour vaincre la
résistance du sol. Le profilé s'enfonce alors sous son propre poids et celui du vibrateur
avec des vitesses de pénétration pouvant aller jusqu’à plusieurs mètres par minute.
B. Matériels :
-1 ou 2 grues mobiles qui auront pour rôles : manutention des palplanches, guides, mise
en place du vibrateur sur les palplanches, mise en place des guides et tréteaux pour les
palplanches.
- 1 vibrateur hydraulique : les vibrateurs sont alimentés par un groupe hydraulique,
il est constitué d’un boitier vibrant, d’un étrier de suspension, d’un casque, et d’une masse
statique. Il existe 2 types de vibrateur : Vibrateur à moment fixe adapté pour les
palplanches et les profilés de grandes dimensions en conditions difficiles. Vibrateur à
moment d’excentricité qui fonctionne avec un déphasage des masses excentriques, lors
des phases de démarrage et d’arrêt, il peut être piloté par un ordinateur pour permettre de
contrôler l’excentricité. Les vibrateurs et les marteaux hydrauliques peuvent être utilisés
aussi bien en site terrestre, à l'air libre, qu'en site aquatique sous l'eau.
-guides : ils permettent de caler les palplanches avant et pendant leur enfoncement. Ils
mesurent généralement une dizaine de mètres.
 Types de Mise en Fiche :
-Pelle Mécanique pour sol sableux, terre marécageuse ou vaseuse.

-Vibrofonçage pour sol moyen de type Limon, Sable, Grave.

-Marteau permettant la pénétration dans les sols durs de type Marne.

-Brise Roche avec guide ou palplanche acier jumelé dans des sols difficiles.

26
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

Figure 1. 40 Perforage avant fonçage

1.8. Enclenchement d’un rideau de palplanches :

Cette opération consiste à enclencher la palplanche à mettre en œuvre, dans la serrure


de celle déjà fichée. L’emboitement a un triple but : (voir figure 1.41).
 Fournir un guidage au cours de l’enfoncement.

 Solidariser les palplanches, afin de réaliser un rideau contenu offrant une
résistance plus grande à la flexion.

 Réaliser l’étanchéité du rideau.

L’enclenchement des profilés présentant des risques importants, notamment de
chutes de hauteur et de heurts, il est conseillé d’utiliser un enclencheur, système
simple pouvant s’adapter sur différent profils par changement de drapeau. Il permet
l’enclenchement des palplanches à distance.

.
Figure 1. 41 Enclencheur automatique

27
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
1.9. L’arrachage des palplanches :
Les palplanches mises en œuvre pour des ouvrages provisoires doivent être le plus
souvent arrachées en fin de chantier. Cette opération doit être effectuée à l’aide des
appareils spécifiquement conçus et adaptées, associant les effets de traction et de
vibration. La traction doit être réalisée dans l’axe du profilé pour limiter l’effet du à
l’élimination brutale de l’effort résistant.

1.10. Recepage des palplanches :


Le recépage consiste à découper la tête des profilés de manière à les aligner à la hauteur
voulue. Tout recépage supérieur à 20cm doit faire l’objet d’un examen des relevées
d’enfoncement afin de vérifier que la fiche prévue a été atteinte. Les opérations
d’oxycoupage doivent être réalisées par une personne qualifiée L’élément
à couper doit être maintenu par l’engin de levage jusqu’a sa découpe complète. Afin
qu’il ne se balance pas, il convient d’assurer sa stabilité par des points d’attache.
1.11. Principaux étanchements des palplanches :
On distingue deux types d’étanchement : (voir figure 1.42).
1.11.1.Etanchement vertical
Il consiste principalement à rendre étanche les serrures des palplanches, plusieurs
systèmes d’étanchement possibles dépendant de degré d’étanchéité souhaité.
a. Produit hydrocarboné mis en oeuvre à chaud
a. 1.Conditions d’application Le comportement de ce produit lors de sa mise en œuvre
sous certaines conditions est résumé ci après :
• application sur métal -10°C à +70°C.
• durcissement sous pluie.
• séchage sous UV.

Figure 1. 42 Remplissage des serrures enclenchées avec un produit hydrocarboné.

28
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
b. Produit hydro gonflant mis en œuvre à froid :
b.1.Conditions d’application : (voir figure 1.43).
• application sur métal humide.
• polymérisation sous UV.

Figure 1. 43 Illustration de la mise en œuvre du produit hydro gonflant.

c. Soudure : (voir figure 1.44).

Figure 1. 44 Etanchement avec la soudure

d. Rideau de palplanches combiné avec une paroi bentonite ciment : (voir figure 1.45).

Figure 1. 45 Etanchement avec combinaison bentonite ciment

29
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches

e. Réparation des défauts d’étanchement dans les serrures : (voir figure 1.46).

.
Figure 1. 46 Illustration de la réparation des défauts d’étanchement dans les serrures

f. Etanchement par installation d’un système de drainage : (voir figure 1.47).

Figure 1. 47 Installation d’un système de drainage.

g. Etanchement avec Arcoseal :


Le joint d’étanchéité est posé dans les serrures en respectant les plans d’exécution
et en tenant compte du sens de progression du fonçage et de la position des serrures par
rapport à la pression hydrostatique.

30
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
h. Etanchement avec wadit :
Nous recommandons d’utiliser ce produit en le réchauffant à l’huile thermique et réglé
par un thermostat. Cela permet généralement d’éviter toute surchauffe locale de la masse
de scellement. Lorsque des serrures de rideau de palplanches sont scellées avec wadit, les
palplanches doivent absolument être logées à l’horizontale. Il faut surveiller en tout cas
que les pièces en acier soient propres, sèches et sans graisse, sinon la masse de scellement
ne pourra pas adhérer à l’acier. Si l’acier est neuf, il faut éliminer la peau de laminage
collée sur la surface (elle est composée aussi de graisses et d’huiles).
1.11.2.Etanchement horizontal : (voir figure 1.48).
Il concerne la jonction étanche entre la paroi de la palplanche et un élément d’ouvrage
horizontal. On distingue généralement deux types d’étanchement :

A: L’étanchéité avec la dalle de couverture

Figure 1. 48 Etanchement horizontal dans le cas d’un tunnel ou une structure enterrée

31
Chapitre 1 : Généralités sur les rideaux de palplanches
B: L’étanchéité avec la dalle de fond (voir figure 1.49).

Dalle de fond (radier)

Figure 1. 49 Etanchement d’une fouille avec un radier

1.12 : Les avantages et les inconvénients d’utilisation des palplanches

Les palplanches en acier ont des avantages exceptionnels qui en font l'un des plus importants
matériaux de construction à savoir durabilité, solidité, élasticité, pérennité, facilité et rapidité
de la mise en œuvre.
Contrairement le défaut des rideaux de palplanches métalliques est la corrosion notamment
dans les milieux marins, sols de nature agressifs même l’environnement. En outre les défauts
dus aux mauvaises conceptions et pre-dimensionnement, mauvaise exécution, exploitation,
environnement et autre agression physico-chimique, difficulté d’entretien.
1.13 : Conclusions
Les palplanches métalliques sont très couramment utilisées aujourd’hui pour la réalisation
d’ouvrages provisoires et définitifs.
Dans ce chapitre, on a présenté les éléments constituant l’ensemble d’un rideau de
palplanches. Ensuite on a donné le type, l’utilisation et la mise en œuvre d’un rideau de
palplanches. En ce qui concerne la localisation d’étachement, on a mis en évidence quelques
techniques et méthodes proposées par des chercheurs avec leur conditions d’application.
Cet exposé nous permet de conclure que l’application des rideaux mixtes est plus avantageux,
il se caractérise par des efforts supérieurs à ce que des palplanches courantes peuvent
supporter.

Pour mieux comprendre le comportement d’un écran de soutènement vis à vis de l’interaction
sol structure, le prochain chapitre sera consacré aux méthodes de calcul utilisées dans leur pré
dimensionnement.

32
Chapitre 2
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

2.1. Introduction :

Dans le but de comprendre l’interaction sol-structure et le comportement d’un écran de


soutènement en contact avec le massif du sol, il est important de montrer par des schémas
les modes de rupture éventuelles. On va présenter les méthodes de calcul qui sont
couramment utilisées pour la stabilité externe. La connaissance de ces méthodes est
indispensable pour connaitre les notions de poussée et de butée.
Les travaux réalisés dans le domaine des murs de soutènement font appel aux théories
de poussée développées, ainsi qu'à la statique et aux méthodes de la résistance des différents
matériaux. Elles ont permis le développement des méthodes dites « classiques ».

2.2 Définition de la poussée et de la butée :

Imaginons qu'un écran soit encastré à la surface d'un massif de sable. Si l'on procède à
un remblayage par dépôt successif de couches horizontales minces d'un côté du mur, tout
en appliquant une résultante F0 du côté opposé de façon à empêcher tout déplacement, on
exerce à la fin du remplissage une force F horizontale appelée poussée au repos. Si on
réalise une translation horizontale de l’écran, deux cas sont possibles :
A: Butée

D'une part le déplacement est imposé vers l'intérieur du remblai à droite, la force F
croît jusqu'à une valeur maximale Fp qui correspond à la mobilisation totale de la butée.
B: Poussée

D'autre part, partant d'une situation initiale identique, le déplacement se fait en


s'éloignant du remblai, alors F décroît jusqu'à une valeur Fa inférieure à F0, qui traduit
l'établissement de l'état de poussée. On notera que le déplacement p nécessaire à la
mobilisation totale de l'état de butée est beaucoup plus important que celui causant la
situation de poussée. Si H est la hauteur hors fiche du mur, on admettra les ordres de
grandeur suivants : (voir figure 2.1).

Δp ≈ H / 100 et Δa ≈ H / 1000

34
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

Dans ces deux cas extrêmes, on parle de poussée et butée limites


correspondant à la rupture du massif de sol [1].

Figure 2. 1 Principe de la poussée et de la butée.

2.3 Principe de calcul de rideau de palplanche dans le sol

Les rideaux plans ont des rôles pour supporter des efforts , comme il est montré sur la
figure 2.2, ces efforts sont :

o la poussée hydrostatique ;

o la poussée des terres avec charges fixes ou mobiles sur le terre-plein ;
o les charges verticales directes.

Figure 2. 2 .Modèles : a) rideau sans tirant d’ancrage b) rideau ancré dans le sol.

35
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

Le rideau de palplanche est considéré comme une poutre verticale. L’objectif du calcul est de
déterminer la longueur des palplanches, ainsi que de vérifier les déformations et les valeurs
maximales des réactions d’attache ou d’appui.
Les forces appliquées au rideau comportent en particulier des poussées et des butées dues au
terrain. Ces efforts ne sont connus que pour des équilibres limites de rupture du sol dans
certaines conditions.
2.4 La méthode classique

On présentera les travaux réalisés suivant la première méthode décrite


précédemment. Cette méthode utilise le critère de rupture et ne tient pas compte de la
rigidité propre des rideaux. Cette méthode a l'avantage de simplicité. L'évaluation des
efforts dans les murs de soutènement et en particulier les moments fléchissant maximaux
est grossière. Ces efforts serviront au choix du type de mur. La méthode classique ne peut
être utilisée qu’en avant projet ou en petits ouvrages.

2.4.1 Rideaux sans ancrage :


La stabilité du mur est assurée uniquement par les réactions du sol sur la partie
enterrée que l’on appelle la fiche, c’est le cas de la plupart des batardeaux.

La théorie classique considère que le rideau pivote autour d’un axe situé au dessus de son
extrémité inférieure (voir figure 2.3.a et b) [6].

 à partir du sommet du rideau et jusqu' au voisinage de l’axe de rotation, la distribution


des contraintes est de Boussinesq.
 à partir de l’axe de rotation, la contrainte à droite augmente brusquement du fait de la
contre –butée, mais à gauche au contraire elle tend assez vite vers zéro.

 Pour les besoins de calcul, on simplifie le schéma comme montré sur la figure.2.3.c

Poussée

Butée

Poussée Butée

a) Déplacement de l'écran b b) Distribution des pressions des terres

36
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

A
f0 f0
F B
O O
C O
C
Z

d) superposition de la butée
c) Distribution simplifiée et de la poussée

Figure 2. 3 Distribution des contraintes sur un mur de soutènement

On a un système est isostatique comportant deux inconnues fo et C

 La valeur de f0 est déterminée en écrivant l’équilibre des moments autours du point


O, ce qui donne une équation du troisième degré en f0.

 La fiche totale est égale: f = f0+z = f0+0.2f0 (la contre butée est mobilisée sur une
hauteur égale à 20% de la hauteur f0 sur laquelle est mobilisée la butée) donc f=1.2f0.

 la contrebutée C s'obtient par la différence des forces de butée et de poussée.



 Pour tenir compte d'un coefficient de sécurité par rapport à l'équilibre limite ainsi
calculé, on considère que la butée n'est pas totalement mobilisée. ce qui, dans les
calculs, conduit à remplacer Kp par Kp/Fs tel que : (Fs 1.5  2).

 Il est alors possible de déterminer la valeur maximale du moment fléchissant Mmax


dans l'écran à partir du diagramme des pressions de terres, ainsi le module de
résistance W est calculé à partir de l'expression suivante 2.1, qui permet de choisir le
type de palplanche ou l'épaisseur et le ferraillage de la paroi moulée.

Mmax
W  σa'

σ 'a : la contrainte admissible de l'acier.

37
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

 Cas des rideaux fichés dans l’argile

Les rideaux fichés dans l’argile et supportant un remblai de sol pulvérulent, ou les
rideaux foncés entièrement dans de l’argile avec dragage ultérieur, se calculent par des
méthodes tout à fait analogues. Il faut cependant noter que pour l’argile, le calcul doit être fait
à la fois à court terme
Cu ,u  0et à long terme c', '. Ainsi l’étude d’un rideau battudans une argile est
plus complexe que celui d’un rideau battu dans un sable, puisqu’il faut tenir compte de
l’évolution dans le temps du comportement de l’argile. À court terme, les efforts de poussée
et de butée sont évalués à partir de la cohésion non drainée cu du matériau d'une part, et
d'autre part on considère contraintes totales [8].

À long terme, où l’on utilise les caractéristiques inter granulaire de résistance au cisaillement

c' , ' , il faut tenir compte des pressions interstitielles correspondant au régime permanent.
L’équilibre des poussées et des butées s’exerçant sur un rideau non ancré dans une argile
n’est possible que si l’on a l’inégalité 2.2 (voir figure 2.4) :

c u  h / 4 (2.2)

Figure 2. 4 Pression des terres à court terme sur un rideau battu [7].

 Remarque :

Les murs autostables ne sont plus économiques dés que la hauteur d'eau ou le
terrain soutenu dépasse une valeur de l'ordre de 4m. On est donc conduit à soulager
le mur à sa partie haute par des tirants ou des buttons.

38
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

2.4.2 Ecrans ancrés

2.4.2.1 Ecrans simplement butés en pied (La méthode de la butée simple)

Cette méthode est basée sur l'hypothèse que le sol dans la partie inférieure de l'écran
est incapable de produire des pressions passives nécessaires pour induire les moments
négatives (contre butée), (voir figure .2.5).

On suppose que le mur est rigide et aucun point ne pivote au dessous du fond de
fouille, c'est à dire, aucune résistance passive ne se développe derrière le mur. Les pressions
des terres peuvent être calculées d'après la théorie de Coulomb ou d'autres méthodes
(Rankine, Caquot/Kerisel). A l'aide de ces hypothèses, le calcule devient un problème
isostatique comportant 2 inconnues la fiche f et l'effort d'ancrage A.

En écrivant que le moment résultant par rapport au point d'ancrage de l'ensemble des
forces appliquées est nul, on élimine A et l'on obtient une équation du troisième degré en f.

M1

M2

a) Moments fléchissants b) Contraintes

Figure 2. 5 Rideau simplement buté en pied [2].

La figure.2.5 montre que le moment fléchissant maximal se produit le plus souvent vers le
bas de la partie libre de la palplanche (moment M2).

En ce qui concerne la méthode de la butée simple, deux variantes ont été utilisées :


La première consiste à effacer la butée limite qui s'exerce sur la face externe de
l'écran, d'un coefficient de sécurité Fs=2 et à retenir pour le dimensionnement les
valeurs de la fiche f , du moment fléchissant maximal Mmax et de la réaction d'appui
A ainsi obtenues. Cette variante n'est applicable en toute rigueur que dans le cas des
écrans parfaitement rigides et conduit à une surestimations de M max et de A pour les

écrans présentant une certaine souplesse

39
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

 Le seconde consiste à effectuer un calcul à l'état limite sans minoration de la butée limite
(Fs=1) et à retenir pour le dimensionnement les valeurs du moment fléchissant maximal
Mmax et la réaction d'appui A ainsi obtenues ; la sécurité sur la fiche est obtenue en la
majorant. Dans le cas des sols purement frottant, la fiche correspondant à l'équilibre
limite est multipliée par 2.

2.4.2.2 Rideaux ancrés encastrés en pied.

Le calcul des murs encastrés en pied a quelque analogie avec celui des murs sans
ancrages (un mur sans ancrage est forcément encastré en pied). On utilise pour le calcul
des rideaux ancrés la même distribution des contraintes que pour les murs sans ancrage
avec les mêmes simplifications.

On a un problème hyperstatique, puisqu'il y a trois inconnues : la fiche f, l'effort


d'ancrage A et la contre butée C (voir figure 2.6).

M0 A

M1

a
B f0
M2

O
C
Z

a) diagramme de moment b) Contraintes

Figure 2. 6 Schéma statique d'un écran ancré encastré en pied [2].

2.5- Méthode de Blum: dite de la « poutre équivalente »

La figure 2.6.a représente la distribution des moments fléchissant dans un écran encastré
en pied, telle qu'on peut la calculer par la méthode de la ligne élastique. On constate qu'au
point O' situé légèrement en dessous du fond de fouille, le moment fléchissant est nul.
L'idée de Blum consiste à rendre le problème isostatique en fixant a priori la position de ce
point O' de moment nul.

En appliquant la méthode de la ligne élastique à de nombreux cas particuliers, Blum a


établit une relation empirique entre la position du point de moment nul (déterminée par la
longueur a de la figure.2.6.a et l'angle de frottement interne du terrain (voir figure 2.7)

40
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

Figure 2. 7 Détermination du point de moment nul [2].

(Méthodes de Blum)

En pratique, lorsque φ est compris entre 25° et 30°, on peut admettre a = 0.1d, on rend
ainsi le problème isostatique. Le calcul ne représente alors aucune difficulté.
Blum a observé que pour les écrans encastrés, le point de moment nul est relativement
proche du point de pression résultante nulle. Il a proposé que le moment fléchissant est nul au
point de pression nulle.
Il faut remarquer que le moment fléchissant maximal est généralement celui qui se
produit vers le milieu de la palplanche, là où la poussée est égale à l' effort d'ancrage (moment
M1 de la figure 2.6 a). Il est bien rare que le moment maximal dans la partie inférieure de la
fiche (moment M2) lui soit supérieur.

Il faut s'assurer que le moment au point d'ancrage (moment M0) n'a pas une valeur
plus forte, ce qui peut arriver lorsque l'ancrage est placé assez bas [2].

Figure 2. 8 Méthode de Blum [2]

41
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

L'écran sera décomposé en deux parties:


1- La partie au-dessus de point de moment nul peut être traitée comme une poutre
droite soutenue sur deux appuis, au point d'ancrage A et au point de moment nul. Suivant les
indications du figure.2.8, les réactions A et T ; et les moments de flexion peuvent alors être
déterminés à partir de la théorie statique de la poutre simple.
2- La partie inférieure, au-dessous du point de moment nul, peut également être
analysée comme une poutre droite de portée inconnue reposant sur deux appuis, au point de
moment nul et au point d'action de la contre butée C. La portée est inconnue, mais par contre
on connait la réaction d'appui R, les deux inconnues dans le calcul de cette deuxième poutre
sont donc la portée b=f0-a et l'autre réaction d'appui, c'est à dire la contre butée. Enfin,

comme pour les murs non ancrés, on adoptera f=1.2f0 [9].

a) Choix d’une palplanche et vérification

Le choix de la palplanche sera déterminé par la valeur du moment maximal que doit
reprendre cette palplanche tel que : M max ≤ M résistantes palplanches
Avec : 𝐼/ 𝑉 = 𝑀𝑚𝑎𝑥 /𝜎𝑎𝑑𝑚 et 𝜎𝑎𝑑𝑚 = 2/ 3 𝜎𝑒 Où σe est la limite élastique de l'acier (la
nuance d'acier en MPa). La détermination de I/V mini ou We (moment d’inertie) permet de
choisir une palplanche. La méthode de Blum se base sur des hypothèses nombreuses, ce qui
résulte que la méthode est approximative.

b) Critique des méthodes classiques


Dans le traité classique de la mécanique des sol, le calcul d'un rideau simplement buté
en pied s'accompagne toujours de l'utilisation d'un coefficient de sécurité, ce qui conduit à
adopter pour la fiche une valeur bien supérieure à celle qui correspond effectivement à la
rupture du rideau par défaut de butée. On peut se demander quelle est la signification du
moment maximal calculé, puisque ce moment se rapporte à une palplanche travaillant
vraisemblablement dans des conditions toutes différentes des conditions réelles, donc le
comportement réel du rideau n’a rien à voir avec le comportement théorique, dit aussi
classique.

42
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

2.6 Méthode de Tschebotarioff


Les travaux menés par Tschebotarioff entre 1941 et 1949 ont essentiellement consisté en
des essais menés sur des modèles réduits d'écrans de soutènement (Tschebotarioff, 1948). Ces
essais portaient sur des écrans souples fichés sur 30 % de leur hauteur totale dans des sables
moyennement denses à denses et maintenus en tête par un dispositif d'appui.
Les principaux résultats obtenus concernent d'une part, la distribution des pressions
appliquées à l'écran par les terres soutenues et, d'autre part, la distribution des pressions en
fiche de l'écran, et ceci pour différentes phases de remblaiement ou d'excavation du
soutènement (voir figures 2.9 et 2.10).

Figure 2. 9 Distributions des pressions mesurées à l'issue des différentes procédures de construction

Qualitativement, pour les longueurs de fiche expérimentées, les résultats obtenus par
Tschebotarioff confirment les hypothèses faites par Blum. On observe bien un encastrement
de l'écran dans le sol, résultant d'une forte mobilisation de la butée dans la partie supérieure
de la fiche et d'une contre butée en partie inférieure. Cette dernière reste toutefois beaucoup
plus modérée que ne le suggérait Blum dans ses schémas, puisque les valeurs atteintes sont
proches de la pression des terres au repos.

Cet encastrement se traduit par un point de moment fléchissant nul qui coïncide
davantage avec le niveau du fond de fouille, qu'avec le niveau du point de pression de la
résultante nulle (hypothèse de Blum). Ce dernier résultat conduit Tschebotarioff à proposer
une nouvelle méthode de dimensionnement des écrans souples ancrés en tête et encastrés dans
du sable, fondée sur le principe:

43
Chapitre 2 : Méthode de calcul des rideaux de palplanche

 d'une fiche égale à 30 % de la hauteur totale


 et d'une articulation de l'écran au niveau du fond de la fouille

A
h

f=0.43h
Point de moment nul

Figure 2. 10 Méthode de calcul de Tshébotarioff [2]


2.7 Conclusion :

On déduit que l’utilisation des méthodes classiques se basent sur différentes


hypothèses, et quelles restent insuffisantes pour la simulation d’un problème
géotechnique.
Chacune de ces hypothèses peut avoir une influence importante sur les résultats,
car les contraintes et les déformations du soutènement dépendent surtout du mode de
construction adopté. Bien que les conditions de calcul soient plus faciles, ces
hypothèses correspond rarement à la réalité.

44
Chapitre 03
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.1. Introduction :
La corrosion est définie, comme une «interaction physicochimique entre un métal et son
milieu environnant entraînant des changements dans les propriétés du métal et souvent une
dégradation du métal lui-même, de son environnement ou du système technique dont ils font
partie. Cette interaction est généralement de nature électrochimique ».
3.2. Les types de corrosion :
Il existe différents types de corrosion
3.2.1.La corrosion localisée par piqures :
C'est une forme de corrosion localisée produite par certains anions, notamment les halogènes
et plus particulièrement les chlorures, sur les métaux protégés par un film d'oxyde mince. Elle
induit typiquement des cavités de quelques dizaines de micromètres de diamètre. Elle
intervient sur le point faible d’une surface (joints de grains, inclusions de sulfures,
ségrégations, précipitations,…) en présence d’un milieu agressif.
Elle se manifeste par la formation de petites cavités (piqûres), alors que la surface passive
reste intacte. La propagation d’une « piqûre » peut aller jusqu’à la perforation totale de la
pièce métallique (Fig. 3.1)

Figure 3. 1 Propagation d’une piqûre en milieu chloruré

46
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.3.2 .La corrosion localisée par cavernes :
Ce mode de corrosion prend naissance dans des cavernes ou des crevasses ou des espaces
confinés dus à la conception des pièces ou des assemblages, ou à la présence de dépôts se
formant durant l’utilisation.
Elle se produit dans des zones de rétention des solutions agressives contenant des ions
chlorures. En fait, il s’agit d’une piqûre qui va croître rapidement du fait que la solution
corrosive en contact avec l’inox s’acidifie au cours du processus de corrosion. Ceci peut alors
conduire à la formation de trous assez dommageables qu’on appelle encore cavernes.

Figure 3. 2 Corrosion caverneuse dans un milieu chloruré


3.3.3.La corrosion généralisée ou uniforme :
C’est une perte de matière plus ou moins régulière sur toute la surface. Cette attaque est
observée, par exemple, sur les métaux exposés aux milieux acides. La corrosion uniforme
constitue la dissolution quasi uniforme de tous les points constitutifs de la surface d’un
matériau qui sont attaqués sensiblement à la même vitesse par le milieu corrosif. Les surfaces
anodiques et cathodiques se déplacent en contact avec l’agent agressif. Elle se traduit par une
diminution d’épaisseur par unité de temps ou par perte en poids par unité de surface, et par
unité de temps. La corrosion uniforme se rencontre le plus fréquemment lorsque l’alliage
métallique est en contact avec des acides tels que : l’acide sulfurique, l’acide nitrique, l’acide
phosphorique, etc.

3.3.4. La corrosion galvanique ou de contact :


Elle se manifeste quand deux métaux de nature différente sont en contact avec la
formation d’une pile galvanique.
Le métal ayant le potentiel de corrosion le plus négatif subit une corrosion accélérée par
l'autre métal, le métal le moins noble qui va se corroder.

47
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.3.5. La corrosion inter granulaire :
Elle s'attaquant aux joints de grains, rendant la structure mécaniquement fragile.
Elle se rencontre quand des carbures de chrome se forment lors d’un traitement thermique (de
soudage par exemple). Leur formation s’accompagne de zones déchromées et c’est dans ces
zones que la corrosion peut se propager sous forme de fissures.
Les joints de grains séparent des grains d’orientation cristallographique différente et
constituent, de ce fait, des sites favorables à la précipitation de carbures, de phases
intermétalliques ou à la ségrégation d’éléments solutés. Le cas le plus fréquent de corrosion
inter granulaire est celui d’un alliage dit «sensibilisé». Le phénomène de sensibilisation
consiste en la précipitation, aux joints de grains, de composés riches en chrome (carbures de
chrome).
3.3.6. La corrosion sous contrainte :
Elle se présente sous la forme de fissures inter granulaires et transgranulaires. Les premières
semblent suivre le contour des limites de grains.
Les locales fissurées sont habituellement perpendiculaires aux contraintes et possède une
branche unique ou plusieurs branches suivant la composition du milieu ainsi que la
composition et la structure du métal.La corrosion sous contrainte correspond à l’attaque d’un
milieu corrosif sur un matériau sous contraintes. Ces contraintes proviennent de deux sources,
soit les charges appliquées et les contraintes résiduelles engendrées par les soudures et le
travail à froid. L’attaque du milieu ne se fait pas uniformément sur toute la surface, mais elle
apparaît par une rupture ou par une cassure du métal.
Tableux 3. 1 Quelques exemples de couples matériau-milieu sensibles à la corrosion sous
contrainte

Matériau Milieu
Milieux caustiques, carbonates-bicarbonates,
Aciers au carbone
nitrates, phosphates...

Aciers inoxydables austénitiques Milieux chlorurés, milieux caustiques(T>80°C)

Eau à haute température avec H dissous


Alliages base nickel
(>250°C)
Alliages cuivreux Solutions ammoniacales
Alliages d’aluminium Chlorures
Alliages de titane Chlorures en milieu alcoolique
Alliages de zirconium Acide nitrique

48
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.3.7. La corrosion par courants vagabonds :
Ce mode de corrosion se rencontre sur des canalisations en inox près des ouvrages
ferroviaires, mais aussi dans les villes avec les installations de tramways. Les fuites de
courants électriques sont responsables d’une corrosion spécifique.
3.4. Corrosion des palplanches :
3.4.1. Données expérimentales sur la corrosion des métaux dans le sol :
Les informations, collectées sur 45 ans (1910-1955) ont porté sur 333 types de matériaux
enterrés dans 128 sites différents (dont certains non utilisés en terre armée : boues,
tourbes…). Les essais ont permis à Romanoff, l’auteur de l’étude, de montrer que la perte par
corrosion est plus importante dans les cinq premières années après enfouissement, puis
qu’elle diminuait jusqu’à une valeur quasiment constante. Il a proposé une relation empirique
pour calculer la perte par face P (en μm) en fonction du temps T en années ([10]; [11]):
P = A. Tn ……………………………………….. (3.1)
où A est une constante caractéristique du site, et n une constante toujours inférieure à 1, ce
qui traduit le ralentissement de la perte au cours du temps. Le caractère électrolytique était
clairement énoncé par Romanoff [12] « Pour que la corrosion électrochimique se produise, il
doit y avoir une différence de potentiel entre deux points qui sont raccordés
électriquement et plongés dans un électrolyte. Chaque fois que ces conditions sont remplies,
un petit courant circule de la zone anodique à travers l'électrolyte vers la cathode, et ensuite le
circuit se ferme à travers le métal, et le domaine de l'anode est celui qui a le potentiel le plus
négatif, et qui est la zone qui se corrode par la perte d'ions métalliques dans l'électrolyte. La
zone de la cathode est à l'abri de la corrosion en raison de la déposition d'hydrogène ou
d'autres ions qui transportent le courant ». L’étude de [10] ne rassemble que quelques données
sur l’aluminium et ses alliages après environ 10 années. Beaucoup d’échantillons étaient
entièrement détruits. Plus près de nous, il faut citer les travaux motivés spécifiquement par le
développement de la terre armée et notamment des essais en caisse réalisés par le LCPC
Dans le cas de l’ouvrage expérimental en vraie grandeur étudié par [14], mentionné dans la
section précédente, on peut signaler que la diminution d’épaisseur était conforme à la loi
puissance proposée par Romanoff [10].

49
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.4.2. Phénomène de la corrosion électrochimique sur les métaux :
Il convient de rappeler quelques notions fondamentales. Les fig. 3.3 et 3.4 suivantes montrent
que la corrosion des métaux dans un milieu aqueux est de nature électrochimique :
les réactions chimiques entre le métal et le milieu environnant (qui joue un rôle d’électrolyte)
libèrent des électrons à l’endroit où le métal se corrode (qui joue un rôle d’anode). Ils
circulent à l’intérieur du métal (courant électrique), atteignent des zones (cathode) où ils
pourront être captés lors d’une autre réaction chimique avec le milieu. A la surface du métal,
il se crée une multitude de micro-couples anode-cathode, causés par toute hétérogénéité
macro ou microscopique de la structure du métal ou du milieu environnant.

Figure 3. 3 Pile due à l’hétérogénéité du métal Figure 3. 4 Pile due à l’aération

différentielle en surface [13] Le taux de corrosion est proportionnel à l’intensité du courant


électrique issu des surfaces anodiques, selon la loi de Faraday de l’électrolyse.
3.4.3. Principe de la protection par galvanisation :
Une grandeur caractérise l’aptitude d’un métal à s’oxyder : il s’agit de la différence de
potentiel qui s’établit entre ce métal et l’électrolyte. Dans le cas du fer, cette différence est
négative (typiquement -0.15V). Pour les métaux nobles elle est positive. Le zinc est nettement
plus électro-négatif que le fer (-0.5V), de sorte que si on associe par un contact direct ou une
liaison électrique un morceau de zinc et un morceau de fer et qu’on les plonge dans l’eau
(Fig.3.5), on crée une pile électrique dont la force électromotrice (de l’ordre de 0.35V) est
suffisante pour modifier profondément les réactions chimiques à la surface des éléments

50
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches

Figure 3. 5 Pile simple « Fe-Zn »

Le fer constitue la cathode de la pile et se trouve ainsi protégé contre toute corrosion. Ce
phénomène décrit le mécanisme de la protection cathodique du fer, par anode sacrificielle en
zinc.
3.4.4. Les étapes de la corrosion de rideau de palplanche en acier galvanisé :
Dans le sol humide, qui constitue un électrolyte, la situation est similaire (voir la Fig 3.6).Les
expériences montrent que le comportement d’une armature en acier galvanisé peut se résumer
comme suit :
dans un premier temps, seul le zinc est au contact du sol. Il constitue un revêtement
parfaitement étanche et adhérent. L’acier reste donc totalement protégé.
Les réactions d’oxydation du zinc forment lentement des produits de corrosion qui restent à la
surface de l’armature et cimentent les grains du sol.
L’électrolyte se modifie et la vitesse des réactions diminue ; par endroits, le zinc aura disparu
totalement en tant que métal et l’acier sera mis à nu.
Du fait de la protection cathodique, le fer sera protégé par le zinc adjacent et ne subira pas de
corrosion tant qu’il reste du zinc métal à proximité. La couche de sol autour de l’armature
continue à s’enrichir en composés du zinc (hydroxydes, oxychlorures, carbonates, etc.…) et
forme une gangue adhérente Ensuite, l’acier commence sa dissolution dans un environnement
très différent du sol de départ, constitué par la gangue précédemment décrite. La vitesse de la
corrosion est alors beaucoup plus faible que celle que subirait l’acier s’il n’avait pas été
galvanisé. Au cours du temps cette vitesse de corrosion continuera à se ralentir. Bien entendu,
la durée de chaque phase dépend de l’agressivité du milieu.

La théorie de la corrosion électrochimique est simple : la corrosion se produit à travers la


perte d'ions métalliques à un point ou aux zones d'anode. Toutefois, la corrélation de cette
théorie avec le risque de corrosion des métaux enterrés est compliquée et difficile, en raison

51
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
des nombreux facteurs qui, seuls ou combinés, influent sur le courant électrochimique. Ces
facteurs déterminent non seulement la vitesse à laquelle se produit la corrosion, mais encore
le genre de corrosion

Figure 3. 6 Protection cathodique par zinc [13]


3.5.Les facteurs de la corrosion :
Les phénomènes de corrosion dépendent de plusieurs facteurs qui peuvent être classés en
quatre groupes principaux tels que les :
- Facteurs définissant les modes d'attaque,
- Facteurs métallurgiques,
- Facteurs définissant les conditions d'emploi,
- Facteurs dépendant du temps.
Tous ces facteurs sont représentés sur le tableau 3.2
Tableux 3. 2 Les facteurs de la corrosion

Facteurs définissant Facteurs Facteurs Facteurs dépendant du


les modes d'attaque métallurgiques définissant les Temps
Conditions
d'emploi
-Concentration du -Composition de -Etat de surface -Vieillissement
Réactif l’alliage -Forme des pièces -Tensions mécaniques
-Teneur en oxygène -Procédé sollicitations -Température
-PH du milieu d’élaboration mécaniques -Modification des revêtements
-Addition d’inhibiteurs -Impuretés -Emploi protecteurs.
-Température -Traitement d’inhibiteurs
-Pression thermiques -Procédés
-Addition d’assemblage
protectrices

52
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.6. Facteurs influençant la corrosion :
3.6.1. Nature de l'armature :
Examinons rapidement le comportement de quelques matériaux susceptibles de constituer
des armatures de terre armée.
a) Acier doux
Ces métaux se corrodent par dissolution homogène dans le cas d’un sol saturé en eau
ou par attaque plus localisée due principalement au phénomène d’aération
différentielle dans les autres cas (effet d’Evans). On constate que la formation des
produits de corrosion modifie la localisation des micro-piles et tend à uniformiser le
phénomène. Les zones attaquées sont larges et peu profondes, exemptes de fissures, et
conduisent globalement à une perte d’épaisseur relativement uniforme de la surface
métallique. Toutes les observations montrent que les produits de corrosion de l’acier
forment, avec le sol, une gangue protectrice très adhérente et qui semble jouer un rôle
déterminant dans la réduction de la vitesse de corrosion avec le temps d’exposition
[16].
b) Acier galvanisé
Dans ce matériau, on utilise le zinc comme écran de protection et, après disparition locale, il
intervient par sa propriété de créer une pile électrochimique dans laquelle le fer est la cathode.
Ce phénomène présente un intérêt considérable : le zinc joue le rôle d’anode sacrificielle et se
corrode en protégeant l’acier mis à nu, soit accidentellement, soit par le mécanisme même de
la corrosion du revêtement. Suivant la conductivité de l’électrolyte, cet effet protecteur se fait
sentir sur des distances plus ou moins importantes. De plus, les produits de corrosion du zinc,
insolubles, recouvrent la zone de fer découverte et tendent à colmater ce défaut Dans le cas de
l’acier galvanisé, les produits de corrosion du zinc contribuent efficacement à la formation de
la gangue protectrice, déjà évoquée à propos de l’acier, et prolongent ainsi l’action bénéfique
du zinc même après sa complète disparition de la surface du métal [16].
c) Métaux passivables
Ce sont typiquement les aciers inoxydables et les alliages d’aluminium. Ces métaux sont
très réactifs vis-à-vis de l’oxygène. Lorsque les conditions sont favorables, ils se recouvrent
spontanément d’un film d’oxydes protecteur et stable qui empêche toute attaque du métal de
base. Cependant, lorsque cette couche protectrice est détruite localement, soit
mécaniquement, soit chimiquement, et que les conditions ne sont pas favorables à sa
reconstitution, la corrosion se développe par formation d’une pile où l’anode de faible

53
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
dimension par rapport à la zone cathodique environnante est le siège d’un intense courant de
corrosion conduisant à des perforations parfois très rapides (voir la Fig 3.7).

Figure 3. 7 Formation d’une piqûre dans un métal recouvert d’une couche passivante

La présence dans le sol de certaines espèces chimiques spécifiques, notamment de


chlorures,accroît la probabilité d’apparition de ces désordres. Ces métaux, qui présentent
un grand intérêt dans les structures qui peuvent être examinées fréquemment, semblent à
proscrire dans le cas d’ouvrages enterrés. En effet, s’ils peuvent théoriquement assurer une
durée d’exploitation quasi illimitée à la plupart des ouvrages, ils peuvent conduire à des
destructions très rapides, peu prévisibles.

3.6.2. Influence des ions :


• Les sels solubles
La conductivité électrolytique globale d’une solution dépend des différents ions présents en
solution et de leurs concentrations. La plupart des sels participent au processus de
corrosion, esauf les carbonates. Les chlorures, les sulfates et les sulfites ont été identifiés
comme les agents essentiels de l’accélération corrosive .
a) Chlorures
Les chlorures minéraux sont très solubles et c’est pour cela qu’on les obtient dans l’extrait
aqueux. La Fig 3.8 illustre le processus de la corrosion en piqûre dans la zone contenant le
chlorure de sodium (produit le plus souvent utilisé pour le déverglaçage des routes qui peut
ensuite pénétrer la plate-forme) [15]. L’ion Clfacilite la corrosion métallique par formation
des chlorures de métaux complexes et l’hydrolyse.

54
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches

Figure 3. 8 Développement de la piqûre dans l’acier galvanisé [15]

b) Ion H+ :
La concentration en ion H+, mesurée par le pH, est un paramètre important du potentiel de
corrosion des métaux dans le sol. Le pH mesure l'acidité d'une solution, une valeur de 7
représente la neutralité, les valeurs inférieures caractérisent un milieu acide, les valeurs
supérieures un milieu basique. Les oxydes formés sur le métal sont insolubles et protecteurs
dans un certain domaine de pH ; dans le cas du zinc, cette plage correspond à un pH variant
de 5 à 12. En ce qui concerne l’acier, l’agressivité est d’autant plus faible que le pH est élevé
[18]. Dans les remblais en terre armée, le pH varie généralement entre 6 et 9.

c) Sulfates
L’extraction et la détermination de la teneur en sulfates du sol est plus complexe que pour les
chlorures. Les sulfates représentent seulement une fraction du soufre pouvant exister dans le
sol. Les sulfates inorganiques peuvent être solubles dans l’eau (sulfate de sodium), peu

solubles (gypse) ou insolubles (jarosite). Le sulfate soluble n’est donc pas la totalité de sulfate
contenu dans un sol, mais il peut être intéressant pour évaluer l’agressivité.
d) Sulfites
Les sulfites peuvent être la cause de sévères détériorations des armatures métalliques. Ils
peuvent se rencontrer dans les sédiments marins, les strates de houille et le lignite. Ils sont
rares dans les matériaux des remblais [16]
e) Oxygène
L’oxygène de l’air interstitiel se dissout dans l’eau et intervient en accélérant la corrosion,
mais il favorise également la formation de produits de corrosion insolubles et protecteurs.

55
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.6.3. L’eau Même en très faible quantité :
l’eau est l’agent indispensable du phénomène de corrosion. De façon générale, la vitesse de
corrosion augmente avec la teneur en eau du sol. Cette eau possède une conductivité
électrique d’autant plus élevée que la concentration totale en sels dissous est plus grande. La
corrosion augmente avec cette conductivité .L'effet de l'humidité sur la résistivité d'un sol
argileux est montré dans la ( Fig. 3.9) Lorsque le sol est presque sec, sa résistivité est très
élevée (et le potentiel de corrosion est donc faible). Toutefois, la résistivité décroît rapidement
avec l'augmentation de la teneur en eau jusqu'à une certaine teneur en eau, et ensuite, une
augmentation de l'humidité a peu ou pas d'effet sur la résistivité ([10] ; [12]).

Figure 3. 9 Effet de la teneur en eau sur la résistivité du sol [10]

3.7. Effet mécanique de la corrosion des palplanches :


3.7.1. Répartition de la corrosion :
Les principaux types de corrosion des armatures dans les ouvrages en terre armée peuvent
être la corrosion uniforme, par piqûre (corrosion localisée; en anglais pitting corrosion), par
bactérie, sous contrainte et la corrosion fragile [15] distingue également une dissolution
généralisée (corrosion uniforme), une dissolution localisée ou sélective ou une fissuration,
notamment lorsque le matériau métallique est fortement tendu (Figure 3.10).

56
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches

Figure 3. 10 Les aspects d’un solide métallique corrodé

a) Corrosion uniforme (corrosion généralisée)


La corrosion uniforme de la surface des armatures est causée par la réaction
électrochimique se produisant sur l’ensemble de la surface du métal par l’effet de micropiles
[17]. Quand il y a une corrosion uniforme de la surface, la perte du métal peut être estimée.
b) Corrosion par piqûre
La corrosion par piqûre du métal est le résultat d'une intense attaque localisée dans un
électrolyte. Elle est l'une des formes les plus destructrices de la corrosion. Sa vitesse et sa
localisation sont imprévisibles. Ce mode de corrosion se produit en absence de tensions, mais
celles-ci l’accélèrent. La réduction de la section à l’endroit le plus corrodé, va conduire à une
rupture ductile de l’armature. Les fissurations par corrosion sous contrainte peuvent sembler
similaires à des piqûres, mais elles provoquent une rupture fragile. La corrosion par piqûre est
le type de corrosion qui se produit sur une armature galvanisée.
Il est clair que selon le degré d’homogénéité de la corrosion, la même perte de masse totale
conduit à des conséquences différentes du point de vue mécanique.
Nous allons, pour examiner le lien entre corrosion et dégradation des propriétés mécaniques,
nous appuyer sur la littérature existante et aussi sur l’exploitation d’une base de données
établie par le réseau technique de l’équipement (Cette de l’Est, LRPC de Strasbourg) et la
société Pro fractal.
3.8. Différentes dégradations des rideaux de palplanches :
Les divers dégradations qui apparaissent sur une structure en palplanche dépendent de
la zone de manifestation et peut induire un désordre en relation avec le départ du matériau
retenue (tassement et affaissement), avec la stabilité de l’ouvrage supporté (déformation,

57
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
fissuration et éclatement) ou avec le fonctionnement de la partie mobile notamment la rupture
et descellement (voir la figure 3.11)
L'acier dans les rideaux de palplanche tend à se dégrader superficiellement lorsqu'il est
soumis à des milieux corrosifs comme le sol, l'air et plus particulièrement l’eau. Les
désordres observés sur les rideaux de palplanches métalliques des infrastructures soit
portuaires[17], fluviales et en bordure de mer ou soutènement des sols sont principalement
occasionnés par la corrosion qui se manifeste différemment sur les parties métalliques en
fonction des zones d’exposition (agressivité du sol, éclaboussures, marnage, immersion ou en
fiche) [18]

Figure 3. 11 Dégradation de mur de quai à cause de corrosion de rideau de palplanche

Les investigations ont prouvés que l’affaissement d’un rideau est souvent provoqué par le
départ de remblais retenus par le rideau de palplanche. Une déchirure ou perforation apparaît,
cet état de dégradation est l’effet de la corrosion très avancée qui n’a pas été décelée et
corrigée à temps.

Généralement Le désordre est lié à la corrosion accélérée en eaux qui se manifeste dans les
sites à grande hauteur de marnage. Le taux de corrosion pouvant se développer dans ces
conditions est celui de l’aération différentielle avec un rapport de surfaces en contact élevé.
La surface cathodique correspond à la surface aérée et mouillée (zone de marnage) et la zone
anodique correspond à celle moins aérée et immergée (zone immergée adjacente à la zone
aérée) comme il est indiqué dans la figure (3.12).

58
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches

Figure 3. 12 Dégradation de rideau de palplanche sous l’effet de corrosion

3.9. La protection contre la corrosion.

La durée de protection est principalement fonction de l’épaisseur de la couche de


galvanisation.
Les trois facteurs les plus déterminants, de cette épaisseur, sont :

L’épaisseur de paroi de l’acier : les épaisseurs minimales locales et moyennes


en fonction de l’épaisseur de l’acier sont données par la norme de
galvanisation.

La composition de l’acier : plus particulièrement sa teneur en silicium et en


phosphore.

Ces dernières déterminent la « réactivité » de l’acier vis-à-vis du zinc fondu.


Les aciers réactifs donnent des couches épaisses de couleur gris terne présentant un
aspect rugueux et irrégulier.

Rugosité de l’acier : un acier dont la surface est fort rugueuse


présente une surface spécifique importante et réagira dès lors de
manière plus violente avec le zinc fondu.
La protection contre ce phénomène est variée, la plus courante c’est la protection cathodique.

59
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
3.10. Lecture de l'Eurocode 3 - Partie 5
En ce qui concerne la vérification de la résistance des palplanches pour l'état de service et
l'état limite ultime, le Comité européen de normalisation de l'Eurocode 3 a déterminé la perte
d'épaisseur des parties de palplanches en contact avec l'eau ou avec le sol. [19], en fonction de
la durée de vie nominale requise de la structure. Lorsque les palplanches sont en contact avec
le sol ou l'eau de deux côtés, les taux de corrosion sont appliqués de chaque côté. Si
l'agressivité du sol ou de l'eau est différente sur les côtés opposés d'un rideau de palplanches,
alors les taux de corrosion donnés dans cette section doivent être considérés uniquement pour
la conception. La perte d'épaisseur due à la corrosion atmosphérique peut être de 0,01 mm par
an dans des atmosphères normales et de 0,02 mm par an dans des endroits où les conditions
marines peuvent affecter les performances de la structure. Les éléments suivants ont une
influence majeure sur les taux de corrosion dans les sols, le type de sol, la variation du niveau
de la nappe phréatique, la présence d'oxygène et la présence de contaminants.
La valeur recommandée de la perte d'épaisseur due à la corrosion de rideaux de palplanches
dans les sols avec ou sans eau souterraine est estimée pour 5, 25, 50, 75 et
100 ans, pour les cas suivants selon l'Eurocode 3 [19] et comme il est indiqué dans le tableau
(3.3):
En cas de contacte avec le sol, les cas définis sont:
• Sols naturels non perturbés (sable, limon, argile, schiste, ...)
• Sols naturels pollués et sites industriels
• Sols naturels agressifs (marais, tourbe, ...)
• Remplissages non-compactés et non-agressifs (argile, schiste, sable, limon, ...)
• Remplissages non-compactés et agressifs (cendres, scories, ....)
En cas de présence d'eau douce ou d'eau de mer, les cas définis sont:
• Eau douce commune (rivière, canal de navire, ...) dans la zone de haute attaque
(ligne d'eau).
• Eau douce très polluée (eaux usées, effluents industriels, ...) dans la zone
d'attaque élevée (ligne d'eau).
• Eau de mer dans un climat tempéré dans la zone d'attaque élevée (zones de
basses eaux et d'éclaboussures)
L'eau de mer dans un climat tempéré dans la zone d'immersion permanente ou dans la zone
intertidale.

60
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
Si la durée de vie de calcul spécifiée en exploitation est supérieure à la durée de vie réelle du
revêtement, la perte d'épaisseur qui se produit pendant le restant de la durée de vie en
exploitation doit être prise en compte dans les vérifications aux états limites de service et aux
états limites ultimes.

Remarque :
- Une combinaison de différentes mesures de protection pourrait s'avérer utile pour obtenir
une durée de vie en exploitation élevée. Le système de protection peut être défini en prenant
en compte le calcul de la structure et du revêtement de protection ainsi que la faisabilité des
contrôles.
- La possibilité que la corrosion ne soit pas uniforme sur la totalité de la longueur d'un profilé
peut être prise en compte, en permettant une conception économique par le choix d'une
répartition des moments dans les zones d’expositions de la corrosion.
En ce qui concerne les cordons de soudures il faut s’assurer qu’ils soient continus. On
supprime ainsi les interstices et facilite également l’application de peinture.
Les effets suivants exercent une influence importante sur les taux de corrosion donnés par
l’Eurocode 3 [19] :
- présence ou non en zone de marnage ;
- en mer ou estuaire ;
- le taux d'oxygène.

61
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
Tableux 3. 3 Perte d'épaisseur [mm] due à la corrosion pour les rideaux de palplanches en
acier dans le sol et eau [19]

Durée de vie 5 ans 25 ans 50 ans 75 ans 100 ans

Atmosphère 0,05 0.25 0.50 0.75 1.00

Sols naturels non perturbés 0,00 0.30 0.60 0.90 1.20

Sols naturels pollués et sols 0.15 0.75 1.50 2.25 3.00

Industriels

Sols naturels agressifs (marais, 0.20 1.00 1.75 2.50 3.25

tourbières, de la tourbe ...)

Non-compacté et non agressif fils (argile, 0.18 0.7 1.20 1.70 2.20
schiste, de sable, de limon)

Fills, ashes non compactées et 0.50 2.00 3.25 4.50 5.75

Agressifs

Eau douce commune (rivière, canal 0.15 0.55 0.90 1.15 1.40
maritime, ...) dans la zone d'attaque élevé
(ligne d'eau)

Eau douce très polluée (eaux usées 0.30 1.30 2.30 3.30 4.30
effluents industriels,...) dans la zone
d'attaque élevé (ligne d'eau)

L'eau de mer dans le climat tempéré dans 0.55 1.9 3.75 5.60 7.50
la zone d'attaque élevé (zones à faible
eau et les éclaboussures)

L'eau de mer dans le climat tempéré dans 0.25 0.90 1.75 2.60 3.50
la zone immergée ou d'une zone de
Marée

Les taux de corrosion dans les remblais compactés sont plus faibles que dans les régions non
compactées. Les remblais compactés dont les chiffres du tableau (3.3) devraient être divisés
62
Chapitre 03 : Corrosion dans les rideaux de palplanches
par deux. Le taux de corrosion le plus élevé se trouve généralement dans la zone de faible eau
et les éclaboussures ou au niveau bas de l'eau dans les eaux de marée. Cependant, dans la
plupart des cas, les contraintes les plus élevées se produisent dans la zone d'immersion
permanente. Les valeurs indiquées pour les 5 à 25 ans sont basées sur des mesures, tandis que
les autres valeurs sont extrapolées.

Concernant la conception et la maîtrise de la corrosion, les premières précautions doivent


être prises pour gérer la corrosion de l’acier, ces précautions devront faciliter l’entretien.
3.11. Conclusions :

Le problème de corrosion des rideaux de palplanches commence dès le début de ouvrages et


se développent sous l’effet de milieu environnant soit sol ou eau. La protection assure une
sécurité de l’acier pendant un temps et ensuite une corrosion plus uniforme et donc beaucoup
moins défavorable. Les procédés de protection et de l’épaisseur de rideau déposée, ainsi que
d’autres précautions ont nettement étudiés et améliorés.

63
Chapitre 04
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol
4.1 Introduction

Dans ce chapitre, On présente les différentes étapes de modélisation. Dans tous les cas, la
démarche consiste à savoir les procédures de modélisation numérique bidimensionnelle 2D
ou tridimensionnelle 3D de rideau de palplanches à l’aide de logiciel Comsol en prenant
compte [20], les charges, le comportement de matériaux, l’environnement de contacte et la
méthode élaborée.
4.2 Présentation de logiciel

Le logiciel COMSOL, créé en 1986 par des étudiants de Germund Dahlquist, dans la
suite de son cours consacré à la simulation numérique à l’Institut Royal de technologie à
Stockholm en Suède. La première version de COMSOL Multiphysics est sortie en 1998. La
version initiale (avant 2005) de COMSOL Multiphysics s'appelait FEMLAB (Finité Elément
Modeling Laboratoire). Pour mener notre étude par modalisation numérique, on a utilisé le
logiciel numérique COMSOL, qui est l’un des codes de calcul, basé sur la méthode
d’éléments finis [20].

Le logiciel «COMSOL » comprend plusieurs composantes telles que :


COMSOL/Professionnel, COMSOL/Multiphisics, COMSOL/Structural….etc. Chaque
composante est destinée à l’un des domaines d’ingénierie, et son choix met automatiquement
à la disposition de l’utilisateur les processus adéquats (type d’élément, conditions aux limites,

tracés,…etc.). Dans notre analyse, on a utilisé les modules structuraux dans


COMSOL/Multiphisics, qui permet de traiter la majorité des problèmes de mécanique à
savoir les contraintes, déformations et les déplacements. Il offre des outils puissants pour
l’analyse en deux et trois dimensions, On trouve dans le manuel d’aide de «COMSOL» toutes
les instructions qui permettent son exploitation à travers son interface utilisateur graphique
"Graphical User Interface" ainsi que toute la documentation nécessaire [20]. De nombreux
processus de calcul sont disponibles dans ce code et chaque processus est une sorte
d’ensemble de fonctions qui effectuent une tache spécifique. Par exemple, dans le pré-
processus général "Preprocessor ", on construit le modèle, le processus "Solution " dans
lequel on applique les conditions initiales et aux limites. Le processus "PostProcessor "
permet d’exploiter les résultats obtenus de différentes manières (Surface de distribution par
couleur ,courbes, tableaux …etc.)

65
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol

4.3 Conception d’un modèle


Tableux 4. 1 Tableau des données et paramètres

Expression Valeur Description


Nom
X_contraintes -5e3[Pa] -5000.0 Pa in-situ contraintes, xx composant

Y_ contraintes -8e3[Pa] -8000.0 Pa in-situ contraintes, yy composant


Z_ contraintes -5e3[Pa] -5000.0 Pa in-situ contraintes, zz composant
U_max -10[mm] -0.010000 m Déflection de rideau admissible
Profondeur 10[m] 10.000 m Profondeur (paramètre)

Couplage :
On utilise pour le couplage le type extrusion générale en zone de contacte rideau de
paplanche et sol dont la force d’interface est 0.67.
Géométrie :
Concernant la géométrie est en mètre et on a utilisé des formes des rectangles puis on
a Constitué l’assemblage de model .

Figure 4. 1 Conception d’un modèle

66
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol
4.4 Choix du matériau
Le Matériaux utilisés dans cette étude est l’acier dont les caractéristiques données dans le
tableau .

Figure 4. 2Choix du matériaux

Tableux 4. 2 Tableau des paramètres du sol

Nom Valeur Unité


Module de Young 20e6 Pa
Coefficient de Poisson 0.3 1
Masse volumique 1900 kg/m^3
Cohésion 0 Pa
Angle interne de frottement 35[deg] Rad

Figure 4. 3 Rideau de palplanche

67
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol
4.5 Mécanique des solides :

Le Comportement des matériaux (sols et de rideau de palplanche) est élastique linière


Tableux 4. 3 Tableau des propriétés issues du matériau

Propriété Matériau Groupe de propriétés


Module de Young Sol Basique
Coefficient de Poisson Sol Basique
Masse volumique Sol Basique
Module de Young Rideau de palplanche Basique
Coefficient de Poisson Rideau de palplanche Basique
Masse volumique Rideau de palplanche Basique

Plasticité du sol :
Le Critère de rupture du sol est de Mohr - Coulomb

Figure 4. 4Mécanique des solides

Tableux 4. 4 Propriétés issues du matériaux

Propriété Matériau Groupe de propriétés


Cohésion Sol Mohr-Coulomb
Angle interne de Sol Mohr-Coulomb
Frottement

68
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol

Condition Initiales et condition aux limites :

Figure 4. 5 Condition Initiales et condition aux limites


4.6 Les étapes de modélisation
Libre

Figure 4. 6 Libre

69
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol
Symmetrie

Figure 4. 7 Symmetrie

Limite fixé (encastrement)

Figure 4. 8 Limite fixé (encastrement)


Appui simple

Figure 4. 9 Appui simple

70
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol
Limite de déplacement

Figure 4. 10 Limite de déplacement

Les surcharges sont appliquées horizontalement et directement sur le sol dans les parties de
poussés et butée comme elles sont indiquées dans la figure (4.9)

Figure 4. 11 Les surcharges

Les contraintes horizontales de poussées sont appliquées perpendiculaires au rideau de


palplanches comme elles sont illustrées dans la figure (4.10)

71
Chapitre 04 : Les Etapes de modélisation par comsol

Figure 4. 12 Les contraintes horizontales de poussées

Notre logiciel comme tous les autres logiciels a ses propres outils de définition et de
visualisation d’entités géométriques, il propose un algorithme pour générer plus ou moins
automatiquement des maillages triangulaire libre dont la taille d'élément minimale et
maximale est respectivement 0.027- 6.03 et facteur de courbure est 0.3 ainsi le taux de
croissance maximum des éléments 1.3

4.7 Conclusion :

Au terme de ce chapitre, le Comsol Multiphysics est un logiciel général des éléments finis
utilisé pour résoudre les problèmes géotechniques des ouvrages de soutènement, il y a des
possibilités infinies pour l'utilisateur lors de la mise en place d'un modèle. Toutefois, cette
diversité ne toujours jouer en Comsol Multiphysics faveur lors de l'établissement d'un modèle
idéalisé simple.

72
Chapitre 05
Chapitre 05 : Résultat et discussions
5.1 Introduction
Afin d'étudier le modèle numérique tridimensionnel, une analyse du comportement du
sol soutenu par un rideau de palplanches corrodées en fournissant des limites inférieures et
supérieures rigoureuses résulte des données de contraintes et de déplacements. Le logiciel de
méthode par éléments finis (Comsol, 2016) a été utilisé. Par ailleurs, l'analyse paramétrique a
été réalisée pour les déplacements horizontaux et verticaux des contraintes des murs et des
sols.
5.2 Modèle etudié :
Le cas étudié est un mur de palplanches et du sol environnant, comme le montre la
figure 1, La méthode des éléments finis a été utilisée pour l'analyse des critères de rupture des
conditions du sol. L'élément fini Comsol Multiphysics est utilisé comme logiciel pour la mise
en œuvre du modèle proposé et pour effectuer le couplage entre le rideau de palplanches et le
sol, des modules de géomécanique et de corrosion sont utilisés [20].

Figure 5. 1 Conception d’un modèle de Rideau de palplanche étudié

5.3 Conception d’un modèle :


Afin d'étudier ce mur rideau de palplanches qui est en porte-à-faux, le choix du type de
palplanches est basé sur la fonction du mur, les caractéristiques des sols et la proximité du
mur avec les structures existantes. Alors que le rideau de palplanche utilisé a un epaisseur
t = 19.00mm, hauteur de H = 10m et encastrer dans le sol D = 5m (voir la figure (5.1)). Ainsi
les propriétés de palplanches utilisées pour le modèle qui sont données dans Tableau 5.1.

74
Chapitre 05 : Résultat et discussions
Tableux 5. 1 Propriétés du Sol

Propriété Sol
Density  19 kN/m3
Angle interne de frottement 35°
Cohésion 0 kPa
L’angle de dilatation Ψ 0
Module de Young 20000 kPa
Coefficient de Poisson 0.3
Coefficient d’interface Rint 0,67

Pour le modèle étudié, le critère de Mohr-Coulomb est utilisé dans le sol, et ses propriétés
sont données dans le tableau 5.2. La palplanche corrodée est constituée d'un matériau
élastique linéaire. La couche de sol inférieure est soutenue par une base rugueuse rigide et
parfaite. Par conséquent, une surcharge fixe sur la limite horizontale inférieure est appliquée.
Les contraintes de poussées et butées avec la fonction contrainte et déformations initiales sont
ajoutées. Notant que la contrainte engendrées par la gravité est compressive, ce qui est dans la
convention utilisée dans le module de mécanique structurelle signifie signe négatif. Les
contraintes expliquent les contraintes locales. Vous pouvez définir une valeur différente dans
les directions verticale et horizontale. La contrainte horizontale σ xx est utilisée et appliquée sur
le coté limite de mur de rideau de palplanche, de même que la contrainte verticale σ yy est
également utilisée et appliquée comme surcharge.

Tableux 5. 2 . Propriétés de rideau de palplanche

Propriétés Valeurs

Poids volumique 78,5 KN/m3


Module de Young 210.106 kPa
Coefficient de 0,3
poisson
Les définitions globales et les paramètres sont donnés dans le tableau 5.3 avec l’ajout d'une
paire d'identité au modèle pour la modélisation du contact entre le sol, la paroi de la
palplanche, et la charge limite sur la palplanche est progressivement diminuée. Au fond du
sol, il assure un déplacement initial nul. Ces opérateurs contraignent le déplacement normal
entre la palplanche et le sol à rester en contact, alors que le déplacement tangentiel est sans
contrainte.

75
Chapitre 05 : Résultat et discussions
Tableux 5. 3 Paramètres et définitions Globales

Paramètres Valeurs

Contraintes horizontales selon xx -20 [kPa]


Contraintes horizontales selon yy -30 [kPa]
Hauteur 10 [m]
5.4 Approche de conception :

La corrosion de l'acier est un phénomène naturel qui se produit dans certaines conditions,
dans le cas de rideau de palplanches en acier, le facteur principal ayant une influence sur la
corrosion dans le sol. La norme acceptable pour la perte estimée de l'épaisseur de l'acier peut
être trouvée dans la norme européenne EN 1993-Part 5, estimant la perte d'acier pendant la
durée de vie et prenant en compte en réduisant les propriétés de rideau de palplanche en acier
Dans cette étude, le rideau de palplanche a été étudiée dans le sol naturel sur la face en amont
d’une coté et autour de l'air dans la l’autre face comme indiqué sur la figure (5.1) et la
méthode d'équilibre limite a été utilisée, on suppose qu'il n'y a pas besoin de protection de
surface. Pour assurer la durabilité et la stabilité de rideau de palplanche avec la prise en
compte de la corrosion, il faut vérifier que le facteur de sécurité doit être supérieur à 1,5.
5.5 L’Analyse du modèle :

La modélisation par éléments finis comprend des analyses de déformation plane en utilisant
afin d’étudier le comportement du sol soutenu par le rideau de palplanches et les déformations
induites. Lors de l'utilisation d'un sol élastique linéaire dans l'analyse par éléments finis, la
profondeur de la limite du modèle sous la ligne a un effet linéaire sur le mouvement vertical
de la surface du sol au sommet du rideau de palplanches pendant la simulation constructive.
Sur le mouvement horizontal, le mur de palplanches est modélisé en utilisant des dimensions
de rectangles d'éléments de plaques élastiques.

Un modèle élasto-plastique est utilisé pour décrire la structure du sol . Le modèle constitutif
de Mohr-Coulomb pour les sols a été couramment utilisé pour la modélisation par
éléments finis du comportement des parois de soutènement . Le modèle de Mohr-Coulomb
est utilisé pour les sols granulaires dans cette étude pour modéliser le comportement
contrainte-déformation du sol qui est linéaire et parfaitement plastique .

76
Chapitre 05 : Résultat et discussions
Les paramètres nécessaires pour le modèle de Mohr-Coulomb sont le module de Young et le
coefficient de Poisson pour la composante de déformation élastique du comportement du sol
ainsi les paramètres de résistance à savoir la cohésion et l'angle de frottement

L'interface entre le rideau de palplanche et le domaine de sol environnant est définie en


utilisant des éléments de contact poutres-solides. Le comportement constitutif de l'interface
est simulé et défini à l'aide de l'objet Matière du contact 2D nD Matériel . Ce modèle
constitutif utilise une loi de frottement de Mohr-Coulomb régularisée permettant le collage et
le glissement par frottement. Dans cette étude, une force d'interface R int est définie, ce
coefficient définit l'amplitude de la force de frottement qui se développe pendant le
mouvement du sol.

Figure 5. 2 maillage de modele

5.6 Résultats et interprétations :


Les résultats obtenus à partir du critère de Mohr-Coulomb pour le modèle de sol dans le cas
de palplanches non corrodées d'une épaisseur de 19,00 mm et de palplanches corrodées avec
une épaisseur réduite à venir de 18,00 mm, 17,25 mm et 16,75 mm en fonction de la perte de
son épaisseur recommandée par Eurocode 3 (2007) en raison d'une corrosion en face avant
avec un sol naturel qui sont respectivement: dt = 1 mm, 1,75 mm, 2,25 mm

77
Chapitre 05 : Résultat et discussions
La figure 5.3 montre les déplacements totaux du modèle étudié avec différentes épaisseurs de
palplanches réduites (sans corrosion à t = 19 mm et avec corrosion à t = 18 mm, 17,25 mm et
16,75 mm consécutivement). Toutes les propriétés du sol et des palplanches sont constantes.
On voit qu'il y a une augmentation relative des déplacements totaux depuis le début du service
de rideau de palplanches, après que les déplacements totaux reviennent se stabilisent malgré
que l’epaisseur se reduit avec le temps, ce qui signifie que le sol se stabilisera après plusieurs
années. Comme illustré sur la figure 5.3, le déplacement horizontal a augmenté avec une perte
d'épaisseur de palplanches, et un déplacement horizontal maximal s'est également produit en
haut du mur.

t = 19mm t = 18mm

t =17.25mm t =16.75mm

Figure 5. 3 Déplacement horizontal total de modèle (rideau de


palplanches+sol

78
Chapitre 05 : Résultat et discussions
t = 19mm t = 18mm

t =17.25mm t =16.75mm

Figure 5. 4 Déplacement vertical total de modèle (rideau de


palplanches+sol)

Comme le montre également la figure 4, le déplacement vertical a augmenté avec la perte


d'épaisseur des palplanches, et un déplacement vertical maximal s'est produit au sommet du
mur. Comme il est évident sur les figures 5, 6, des déplacements horizontaux et verticaux
maximaux se sont produits en haut du mur de palplanches. Comme il est montré, l'analyse par
éléments finis pourrait prédire le comportement du déplacement du mur.

79
Chapitre 05 : Résultat et discussions

Figure 5. 5 Déplacement Figure 5. 6 Déplacement vertical


horizontal du sol et rideau de du sol et rideau de palplanches
palplanches non corrodées en non corrodées selon la profondeur
fonction de la profondeur

La figure (5.7) illustre les changements de déplacement horizontal sous l'effet de la perte
d'épaisseur de rideau de palplanche corrodées.La perte d'épaisseur du mur de palplanches
entraîne une augmentation de la variation du déplacement horizontal. Les valeurs des
déplacements horizontaux sont également affectées par la perte d'épaisseur des palplanches
sous l'effet de la corrosion. Le même phénomène est apparu à travers les changements de
déplacement vertical sous l'effet de l'épaisseur réduite des palplanches comme le montre la
figure (5.8).

80
Chapitre 05 : Résultat et discussions

0
0 2 4 6 8 10 12 14 14.6
-5
deplacment horizontal (mm)

-10
t=19mm
-15 t=18mm
t=17.25mm
-20 t=16.75mm

-25

-30
profondeur h (m)

Figure 5. 7 Effet de l'épaisseur réduitede rideau de


palplanches sur le déplacement horizontal de mur et
du sol en fonction de la profondeur

20
18
16
14
Profondeur(m)

12
t=19mm
10
t=18mm
8
t=17.25mm
6
t=16.75mm
4
2
0
0 -5.1 -6.7 -7.5 -10 -15 -20 -23.1
Deplacement Vertical (mm)

Figure 5. 8 Effet de l'épaisseur réduite de rideau de


palplanches sur le déplacement vertical de mur et du sol
en fonction de la profondeur

Dans la figure (5.9), on note qu’il existe une différence entre les quatre modèles qui
dépendent des contraintes horizontales sur la surface du sol. Les déformations plastiques sont
probablement dues au fait que le critère de Mohr-Coulomb tient compte des contraintes de
traction qui se sont propagées le long de la surface du sol.

81
Chapitre 05 : Résultat et discussions
Selon la figure (5.10), on peut voir aussi qu'il existe des différences entre les quatre modèles
qui dépendent des contraintes verticales à la surface du sol qui augmentent avec la réduction
de l’épaisseur de rideau de palplanches corrodées et par conséquent la réduction de sa
résistance au soutènement du sol par rapport au premier cas.

t = 19mm t = 18mm

t =17.25mm t =16.75mm

Figure 5. 9 Effet de l'épaisseur réduite de rideau de palplanches sur la


contrainte horizontale dans le sol

82
Chapitre 05 : Résultat et discussions

t = 18mm
t = 19mm

t =17.25mm t =16.75mm

Figure 5. 10 Effet de l'épaisseur réduite de rideau de


palplanches sur les contraintes verticales dans le sol

Comme cela est évident sur les figures (5.11) et (5.12), des contraintes horizontales et
verticales maximales se sont produites le long de 3 m au bas du mur de palplanches. Selon la
figure (5.13), les contraintes horizontales se sont augmentées avec la perte de l'épaisseur de
rideau de palplanches. Cela peut donc être dû à la perte d'épaisseur causée par la corrosion qui
a eu plus d'effet sur les contraintes horizontales dans le sol. Autrement les contraintes
verticales sont réduites du fait de la perte d'épaisseur de rideau de palplanche selon la figure
(5.14),

83
Chapitre 05 : Résultat et discussions

Figure 5. 11 Contrainte horizontale du Figure 5. 12 Contrainte verticale


sol supportée par le rideau de du sol supportée par le rideau de
palplanches non corrodées en fonction de palplanches non corrodées en
la profondeur fonction de la profondeur

0
9.8

2.1
6.2
3.9
2.8
2.6

1.6
1.3

0.8
0.5
0.2
15.1

0
13

-5000
-10000
Contraite Horizontale (N/m2)

-15000
-20000 t=19mm

-25000 t=18mm

-30000 t=17.25mm
t=16.75mm
-35000
-40000
-45000
-50000
profondeur(m)

Figure 5. 13 Effet de l'épaisseur réduite de la


structure des palplanches sur les contraintes
horizontales du sol en fonction de la profondeur

84
Chapitre 05 : Résultat et discussions

0.00
14.8013.9011.90 9.90 7.90 6.30 5.60 3.30 2.90 2.60 0.00
-20000.00
Contrainte Verti cale (N/m2)

-40000.00

t=19mm
-60000.00
t=18mm
-80000.00 t=17.25mm
t=16.75mm
-100000.00

-120000.00

-140000.00
Profondeur (m)

Figure 5. 14 Effet de l'épaisseur réduite de la


structure des palplanches sur les contraintes
verticales du sol en fonction de la profondeur

85
Conclusion générale
Conclusion générale
Conclusion générale

De cette étude numérique, les conclusions suivantes peuvent être soulevées:


- Les déplacements horizontaux et verticaux ont été augmentés avec l’augmentation de la
perte d'épaisseur de la palplanche. Les déplacements totaux et le mode ruine (région
plastique) montrent que les variations possibles du poids du sol, des forces actives et des
surcharges ont une influence sur stabilité et résistance de la palplanche.

- Le mode de ruine est sensiblement modifié pendant les périodes de service mais la durée
après laquelle les déplacements totaux deviennent importants au cours des années de service
en raison de la réduction de l'épaisseur de rideau de la palplanche et par conséquent de son
influence sur la ductilité et la résistance de rideau de palplanche.

- Les déformations le long du mur de palplanches se manifestent et la valeur maximal en


amont de rideau. Au lieu de cela, une raison possible de la déformation pourrait être que le
critère de Mohr-Coulomb permet des forces de traction dans le sol qui n'apparaissent pas dans
la plupart des sols.

- Dans les modèles étudiés, la région plastique de déformation du sol s'élargit profondément et
largement au cours du temps de service des palplanches en raison de la perte de son épaisseur
sous corrosion aussi elle s'élargit profondément et largement. Les déformations plastiques
sont probablement dues au fait que les deux modèles de Mohr-Coulomb tiennent compte des
contraintes de traction dans le sol qui s'est propagé le long de la surface dans le modèle actuel

- Par rapport aux résultats expérimentaux déjà étudiés par les chercheurs et qui prennent des
longue durée de contrôle et surveillance, sert à évaluer la précision des modèles numériques
en tant que directions de validation, de test et de diagnostic pour éviter les erreurs numériques
qui peuvent survenir dans les logiciels de simulation.

- Généralement, ces résultats peuvent être utiles aux chercheurs pour concevoir des murs de
palplanches résistants. De plus, la modélisation dans la méthode FEM serait une solution
appropriée pour prédire le scénario de corrosion au cours de la durée de service des ouvrages
géotechniques notamment les palplanches.

- Une modélisation tridimensionnelle par éléments finis a été menée pour étudier le
comportement du sol soutenu par les rideaux des palplanches. En raison du manque et de la
difficulté des tests expérimentaux, nous nous sommes intéressés à la prise en compte des

85
Conclusion générale
effets tridimensionnels afin de trouver les conditions optimales d'une modélisation qui pourra
donner des résultats et des conclusions satisfaisantes économiquement et pratique en
mécanique des sol

86
Référence

[1] HAJ ABDERRAHMANE Saida (2012) : Thèse de magister « étude de l’interaction d’un
rideau de palplanches avec le sol de fondation pour les ouvrages portuaires ». Université
Mouloud MAMMERI (Tizi Ouzou).
[2] SANGLERAT G, COSTET J, (1969. 1982) cours pratiques de mécanique des sols, calcul
des ouvrages, Ed. 2emetrimestre
[3] A. Houy, (1986) ‘’Dimensionnement des ouvrages en palplanches en acier’’.492 p., M.
Houy éd,
[4 ] Catalogue générale ; Arcelor Métallique (2006) : « Palplanche ».
[5 ] Eurocode 7 Potts, David, Cours de soutènement. Londres : Imperial Collège, non
publié.
[6 ] Briske, R (1980).: Erddruckumlagerung bei rückverankerten Bohlwänden, Die Bautechnik, 10, , pp.
343-356.
[7] Schlosser, F(1991). : Murs de soutènement, Technique de L’ingénieur. C244,
[8] Delattre,L.: Comparaison des méthodes classiques de dimensionnement des écrans de
soutènement ancrés , Bulletin des laboratoires des ponts et Chaussées, 227, Paris;
[9] Schlosser, F. (1990): Ouvrages de soutènement Poussée et butée , Technique de
L’ingénieur. C242,.
[10] Romanoff M. (1957). Underground corrosion. U. S. Department of Commerce.
Houston, TX, National Bureau of Standards, Circular .
[11] Alban M. (2007). Rapport de projet de fin d’étude: Expertise non destructive
des ouvrages en terre armée.
[12] Hubbell (2003). Corrosion Guide - Step 7 Helical Screw Foundation System Design
Manual for New Construction. A.B. Chance Company.
[13] Darbin M., Jailloux J.-M. et Montuelle J. (1988). "Durability of Reinforced Earth
Structures: The Results of a Long term study conducted on Galvanized Steel." Proc. Instn
Civil Engrs .
[14] Guilloux A. et Jailloux J. M. (1979). "Full scale failure test on reinforced earth
wall by accelerated corrosion." C.R. Coll. Int. Renforcement des sols.
[15] Elias V. (2000). FHWA-NHI-00-044 : Corrosion/degradation of soil
reinforcements for mechanically stabilized earth walls and reinforced soil slopes.
Federal Highway Administration.
[16] Weatherby D. E. (1982). FHWA RD-82-047: TIEBACKS. Federal Highway
Administration.
87
Référence
[17] H. Wall, L. Wadsö, , “Corrosion rate measurements in steel sheet pile walls in a marine
environment’’, Mar. Struct. 33, 2013, pp. 21-32.
[18] T.L Chau(2010), Effet de la corrosion des armatures sur le comportement des murs en
remblai renforcé par des éléments métalliques, Thèse de Doctorat, université Paris-Est,
[19] Eurocode 3(2007), Design of steel structures - Part 5: Piling, EN 1993-5:
(E), European Committee for Standardization, Brussels, 2007.
[20] Comsol,Version 5, .(2016) “Comsol Multiphysics User’s Guide”

88
Annexe

Contents
1. Global ........................................................................................................................... 90
2. Component 1................................................................................................................ 91
2.1. Definitions ..................................................................................................................................... 91
2.2. Geometry 1 .................................................................................................................................... 91
2.3. Materials........................................................................................................................................ 92
2.4. Solid Mechanics ............................................................................................................................. 93
2.5. Mesh 1........................................................................................................................................... 93
3. Study 1 ......................................................................................................................... 94
3.1. Stationary ...................................................................................................................................... 94
4. Results .......................................................................................................................... 95
4.1. Data Sets........................................................................................................................................ 95
4.2. Plot Groups .................................................................................................................................... 95
Annexe

Global
Used products
COMSOL Multiphysics
Acoustics Module
CAD Import Module
Geomechanics Module
Annexe

Component 1
Definitions
Component Couplings

General Extrusion 1
Coupling type General extrusion
Operator name genext1

General Extrusion 2
Coupling type General extrusion
Operator name genext2

Selections

Explicit 1
Selection type
Explicit

Selection
Edges 18, 20

Coordinate Systems

Boundary System 1
Coordinate system type Boundary system
Tag sys1

Geometry 1

Geometry 1

Units
Length unit m
Angular unit deg
Annexe

Materials
Sheet pile

Sheet pile

Selection
Geometric entity level Domain
Selection Domain 2

Soil

Soil

Selection
Geometric entity level Domain
Selection Domains 1, 3
Annexe

Solid Mechanics

Solid Mechanics

Features
Linear Elastic Material 1
Free 1
Initial Values 1
Free 2
Boundary Load 1
Fixed Constraint 1
Roller 1
Boundary Load 2
Prescribed Displacement 1
Prescribed Displacement 2

Mesh 1

Mesh 1
Annexe

Study 1
Stationary
Study settings
Property Value
Include geometric nonlinearity Off

Physics and variables selection


Physics interface Discretization
Solid Mechanics (solid) physics

Mesh selection
Geometry Mesh
Geometry 1 (geom1) mesh1
Annexe

Results
Data Sets
Study 1/Solution 1
Solution
Name Value
Solution Solution 1
Component Save Point Geometry 1

Data set: Study 1/Solution 1

Plot Groups
Stress xx (solid)

Volume: Stress tensor, x component (N/m2)


Annexe
Displacement xx

Volume: Total displacement (µm)

displacement (tassrment ) zz

Volume: Total displacement (µm)


Annexe
Stress zz (solid)

Volume: Stress tensor, z component (N/m2)

3D Plot Group 5

Volume: von Mises stress (N/m2)


Annexe
1D Plot Group 6

Line Graph: Displacement field, X component (mm)

1D Plot Group 7

Line Graph: z-coordinate (m)


Annexe
Strains tensor

Volume: Strain tensor, XX component (1)

1D Plot Group 9

Line Graph: Stress tensor, x component (N/m2)


Annexe
1D Plot Group 10

Line Graph: Stress tensor, z component (N/m2)

Vous aimerez peut-être aussi