Vous êtes sur la page 1sur 41

LA GESTION DE STOCK D’UNE ENTREPRISE COMMERCIALE : CAS DE L’ENTREPRISE X

SOMMAIRE
LISTERESUME
DES SIGLES
ABSTRACT
LISTE DES TABLEAUX
AVANT-PROPOS
SOMMAIRE

SOMMAIRE ​i
DEDICACE ​ii
REMERCIEMENTS ​iii
AVANT-PROPOS ​iv
LISTE DES TABLEAUX ​v
LISTE DES SIGLES ​vi
RESUME ​vii
ABSTRACT ​viii
INTRODUCTION GENERALE ​1
PREMIERE PARTIE : LA PRESENTATION DU CADRE
ET L’EVOLUTION DU STAGE ​2
CHAPITRE 1 : LA STRUCTURE DU CABINET GRANT
THORNTON ​3
SECTION 1 : LA PRESENTATION GENERALE DE GRANT
THORNTON CAMEROUN TAX AND LEGAL SA
(GT) ​3
SECTION 2 : LES ACTIVITES, LES STRATEGIES
COMMERCIALES ET LES MOYENS MIS EN ŒUVRE A
Grant Thornton ​10
CHAPITRE 2 : LE DEROULEMENT DU STAGE ET
L’ILLUSTRATION DU THEME ​15
SECTION 1 : LES ACTIVITES EFFECTUEES A GRANT
THORNTON ​15
SECTION 2 : La synthèse des difficultés observées et la
pertinence du sujet. ​21
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE ​25
DEUXIEME PARTIE : L’APPROCHE THEORIQUE ET LA
PRATIQUE DU SUIVI DE STOCK ​26
CHAPITRE 3 : L’APPROCHE THEORIQUE DE LA
GESTION DE STOCK ​27
SECTION 1 : LA GESTION DES STOCKS : LA THEORIE
ET LA DEMARCHE DE MISE EN PLACE ​27
SECTION 2: L’ANALYSE COMPTABLE DES
STOCKS ​31
CHAPITRE 4 : LA GESTION DE STOCK DE
L’ENTREPRISE
CHAPITRE 1 : LA STRUCTURE X : ANALYSE DU CABINET CRITIQUE GRANTET
DEUXIEME
PREMIERE PARTIE
CONCLUSION
PARTIE DE : L’APPROCHE
LA
: LATHORNTON
INTRODUCTION
SUGGESTIONS
PREMIERE
PRESENTATION
​40GENERALE THEORIQUE
PARTIE
DU CADRE ET
CHAPITRE
ET LA 2 : LE DEROULEMENT
PRATIQUE DU SUIVI DE DU STAGE ET
STOCK
SECTION L’EVOLUTION DU DE STAGE
L’ILLUSTRATION DU THEME DE L’ENTREPRISE
1: LA GESTION STOCK
X ​40
SECTION 2: L’ANALYSE CRITIQUE ET LA
PROPOSITION DE SUGGESTIONS ​45
CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE ​51
CONCLUSION GENERALE ​52
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ​54
ANNEXE ​55
TABLE DES MATIERES ​56
DEDICACE

A
MA FAMILLE

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
CHAPITRE
CHAPITRE 4:3
LA: L’APPROCHE
GESTION
CONCLUSION
CONCLUSIONDEDE
LASTOCK
THEORIQUE
DE L’ENTREPRISE
SECONDE
GENERALE DE LA GESTION
PARTIE X:
TABLE
ANALYSE DES
DE MATIERES
ANNEXE
CRITIQUE
STOCK
ET SUGGESTIONS
REMERCIEMENTS
La réalisation de ce mémoire de licence n’est nullement le fruit du travail de ma seule
personne, mais celui de diverses personnes. A cet effet les efforts consentis par ces dernières ne
peuvent passer sous silence. Mes sincères remerciements vont ainsi à l’égard de :

➢ Mme NGUEDEM Cécile notre encadreur académique pour son suivi permanent afin de
s’assurer de la progression de la rédaction du mémoire, ses précieux conseils, revues et
recommandations ;
➢ Mme NDJOCK pour son assistance et ses conseils en ce qui concerne le travail fournit ;
➢ M. ATANGANA Sorel l’encadreur professionnel pour sa disponibilité ainsi que Mme
NKONO Cynthia pour l’accueil ;
➢ L’équipe formée de M. DJEUMEZA Hilaire, Mme DOGMO Larissa, Mme
NTANKOUA Christelle, et Mme BODOK Aimée pour leur assistance lorsque nous
avons besoin d’informations ;
➢ Le cabinet GRANT THORNTON et son associé M. Jacques BAKELAK pour l’accord
des (03) mois de stage ;
➢ L’institut Universitaire Catholique Saint Jérôme nous ayant permis par son programme
académique d’effectuer ce stage enrichissant, (l’Archevêque, l’Administrateur général) au
travers de Saint – Jérôme
➢ Notre famille pour son soutien et tous ceux ayant contribués de près ou de loin à
l’élaboration de ce mémoire ;
➢ Un spécial remerciement à mon papa (M.NGATCHA Jean) de nous avoir soutenu tout au
long de notre parcours académique.

Les entreprises avec l’avènement de la mondialisation, évoluent dans un environnement


économique fortement concurrentiel, tant sur le plan local que sur le plan international.
L’Université Catholique Saint Jérôme est un établissement privé d’enseignement supérieur
basé à Douala. Sa création a été faite en réponse au défi de la mondialisation et aux mutations
économiques. Elle entend ajouter sa pierre à l’édifice pour la formation intégrale des jeunes
dans le respect de l’éthique et souhaite également leur inculquer la notion d’entrepreneuriat.
L’Université Catholique Saint Jérôme a pour slogan : « Scientia et conscientia ad sapientam et
comporte quatre écoles parmi lesquelles l’une nous concerne et qui est SJMB (Saint Jérôme
Management Science and Business School). Cette école comporte 4 filières à savoir :
− Comptabilité, Contrôle et Audit ;
− Banques et Institutions Financières ;
− Marketing, Supply Chain Management et Gestion des Ressources Humaines qui forment
«Global Management »

L’application du système LMD (Licence, Master, Doctorant), lui permet de délivrer aux
étudiants parvenus au terme de 3 années de formation assidue, un diplôme de licence dans leurs
filières respectives.
En ce qui nous concerne, c’est dans le but d’obtenir une licence en Comptabilité, Contrôle
et Audit que la pratique du stage de trois (03) mois à GRANT THORNTON a été prévue. Au
regard de la situation sanitaire actuelle (covid19), nous n’avons pas pu faire ces mois. De ce
fait, notre stage s’est écoulé sur une période de un mois et demi allant du 03/02/2020 au
24/03/2020.
Tableau 1 : La fiche récapitulative de la création de GT ​4
Tableau 2 : la fiche évolutive de Grant Thornton ​4
Tableau 3 : La Fiche d’identification de GRANTTHORNTON CAMEROUN S.A ​5
Tableau 4 : Le récapitulatif des tâches effectuées ​19
Tableau 5 : La fiche de stock ​29
Tableau 6: Le questionnaire ​48

CDE ​ ​ ​: ​Camerounaise des Eaux


CMPUACE ​ ​: ​Coût Unitaire Moyen Pondéré après chaque entrée
CNPS ​ ​ ​: ​Caisse nationale de prévoyance sociale
DEPS ​ ​ ​: ​Dernier entré, Premier sorti
DIPE ​ ​ ​: ​Document d’informations patronales-employés
DSF ​ ​ ​: ​ éclaration statistique et fiscale
D
ENEO CAMEROON: Energy of Cameroon
FIFO ​ ​ ​: First in, First out
GT ​ ​ ​: ​Grant Thornton
IR ​ ​ ​: ​ Impôt sur le revenu
IS ​ ​ ​: ​Impôt sur les sociétés
Mob CFI ​ ​: ​Mobilier. Comptabilité et Finance
OCAM ​ : Organisation Commune Africaine et Malgache
OHADA ​ ​: ​Organisation pour l’harmonisation en Afrique du Droit des
Affaires
PEPS ​ ​ ​: ​Premier entré, Premier sorti
SA ​ ​ ​: Société Anonym
TVA ​ ​ ​: ​Taxe sur la valeur ajoutée
US GAAP ​ ​: ​United Stated Generally Accepted Accounting Principles

GRANT THORNTON est un cabinet qui a pour activité l’assistance comptable, le


conseil fiscal et juridique. Notre stage académique dans cette structure, nous a permis
d’effectuer une mission d’inventaire chez l’un des clients de ce cabinet anonymé en entreprise
X. Lors de cette mission, nous avons détecté des insuffisances au niveau de la gestion de stock.
Il nous a donc paru judicieux de s’intéresser au thème suivant : « LA GESTION DE STOCK
D’UNE ENTREPRISE COMMERCIALE : CAS DE L’ENTREPRISE X ». L’analyse
critique de cette gestion s’est faite grâce à des observations, des entretiens et la pratique du
suivi de stock dans l’entreprise X. Cette analyse a permis de faire ressortir des points forts et
des points faibles. Comme points forts on a : la bonne gestion du personnel mise en place pour
atteindre les objectifs fixés et le respect de la méthode d’inventaire (Premier Entré Premier
Sorti, « PEPS ») à chaque achat d’une marchandise (pièces détachées). Par ailleurs, comme
faiblesses détectées on a des manquements au niveau de l’information dans la comptabilisation
du stock, la négligence du magasin des pièces, la faible communication au sein de l’entreprise,
la non-comptabilisation du stock final et le cumul de tâches. Au regard de ces faiblesses,
diverses suggestions ont été notamment : la fluctuation des informations dans l’entreprise, la
comptabilisation du stock, et la mise en place d’une comptabilité analytique.

Mots clés : Stock, gestion de stock, entreprise commerciale



GRANT THORNTON is a firm that provides tax and legal advice, but also provides
accounting assistance. Our academic internship in this firm, allowed us to carry out an
inventory mission at one of the clients of this firm which we will anonymize. During this
mission, we detected shortcomings in the inventory management. Therefore, we thought it wise
to focus on the following topic: "STOCK MANAGEMENT OF A COMMERCIAL
COMPANY: CASE OF COMPANY X". The critical analysis on this management is through
our observations, interviews and analysis of the stock monitoring carried out in Company X.
This analysis has brought out strong and weak points, as strong points we have: the good
management of the staff set up to achieve the objectives set and the respect of the inventory
method (First In First Out, "FIFO") at each purchase of a good (spare parts). In addition, as
weaknesses detected, there are shortcomings in the information in the accounting of the stock,
negligence of the parts warehouse, poor communication within the company, the non-
accounting of the final stock and the accumulation of tasks. Knowing these weaknesses,
various suggestions were made, including: fluctuating information within the company, stock
accounting, and the introduction of cost accounting.

Keywords: Stock, stock management, commercial company


Rédigé et présenté par : NGATCHA CYNDI STEFFIE ​
54

LA GESTION DE STOCK D’UNE ENTREPRISE COMMERCIALE : CAS DE L’ENTREPRISE X


L’atteinte de la performance est un souci majeur pour toute entreprise. L’atteinte de la
performance implique l’usage d’outils de gestion efficaces, à l’instar de la comptabilité
générale .La comptabilité générale a pour rôle de produire des informations nécessaires à la
prise de décision efficace. La comptabilité générale est nécessaire pour toutes les entreprises
quel que soit son secteur d’activité et plus particulièrement pour les entreprises commerciales.
Dans les entreprises commerciales, la comptabilité générale permet d’analyser la
répartition des ventes et des dépenses .Les entreprises commerciales ont pour objectif la vente,
mais aussi s’assurer de la bonne gestion de ces ventes. Cette dernière passe par une bonne
gestion de stock. Si certaines entreprises commerciales gèrent leur comptabilité en interne,
d’autres préfèrent se référer à des cabinets comptables et d’audit pratiquant l’assistance
comptable. C’est le cas de l’entreprise X, client du cabinet GT.

En vue de rapprocher la théorie à la pratique professionnelle, nous avons effectué un


stage académique au sein du cabinet Grant Thornton au département « Accounting ». Durant
ce stage académique, nous avons assisté à une mission d’inventaire physique des
immobilisations de l’entreprise X .Pendant cette mission, nous avons fait diverses observations
qui sont : la mauvaise tenue de la fiche de stock, la rétention d’information du magasinier à
l’égard du comptable qui conduit à une non constatation du stock final après inventaire
physique. Cette omission a poussé l’entreprise à payer de grosses amendes fiscales. A la suite
de ces constats nous avons décidé d’axer notre mémoire sur le thème : « LA GESTION DE
STOCK D’UNE ENTREPRISE COMMERCIALE : CAS DE L’ENTREPRISE X. »

L’objectif du travail est d’analyser le suivi de stock au sein de l’entreprise X .Il s’agit de
de présenter les forces et faiblesses du suivi de stock de l’entreprise X et d’y apporter des
suggestions pour une meilleure gestion. Pour ce fait, ce mémoire s’articulera en deux parties ;
la première partie portera sur la présentation générale du cabinet GT S.A et la description du
déroulement de notre stage. La seconde partie sera quant à elle sera consacrée à la mise en
évidence des généralités théoriques et pratiques du suivi de stock au sein de l’entreprise X et
son analyse critique.

Une entreprise est une entité économique jouissant d’une certaine autonomie de
décision, qui utilise les ressources mises à sa disposition (matérielles, immatérielles, humaines,
financières …) pour produire des biens et /ou des services qui seront par la suite proposés sur le
marché en vue de réaliser du profit. Dans le but de permettre aux étudiants de confronter la
théorie à la pratique, l’institut universitaire catholique Saint-Jérôme met à la disposition de ses
apprenants des stages académiques afin qu’ils puissent se familiariser au monde professionnel.
C’est dans cette optique que le cabinet Grant Thornton nous a accueillis dans ses locaux pour
un stage de 03 mois. Cependant, avant de décrire le déroulé du stage, il serait judicieux de
présenter la structure d’accueil .D’où l’intérêt de cette partie qui aura un double objectif. Dans
le premier chapitre il sera question de présenter la structure du cabinet Grant Thornton et le
second fera l’objet de l’évolution du stage et procéder à l’illustration du sujet.
Le cabinet GT est l’enceinte grâce à laquelle la rédaction de notre mémoire a été
possible. Il nous semble primordial de s’attaquer à l’essence même dudit mémoire puis
d’effectuer une description de celui-ci. GRANT THORNTON est un cabinet exerçant son
activité dans l’assistance comptable, l’audit et le conseil. Dans ce chapitre, il sera question pour
nous de consacrer deux sections à la présentation de ce cabinet où nous avons effectué notre
stage. Dans la première section, nous présenterons l’environnement général du cabinet GT, puis
les activités, les stratégies commerciales et les moyens mis en œuvre à GT.
SECTION 1 : LA PRESENTATION GENERALE DE GRANT THORNTON
CAMEROUN TAX AND LEGAL SA (GT)

Connaitre l’environnement dans lequel l’on est appelé à exercer son stage est
préalablement important pour mieux orienter le travail. En effet une présentation du cabinet
sera judicieuse. Pour comprendre la structuration et le fonctionnement de cette structure. D’où
l’intérêt de cette partie qui a pour objectif de le présenter. A cet effet, cette s section se fera en
deux parties : la première partie portera sur la présentation de la légende et de la fiche évolutive
de Grant Thornton (1) et la seconde partie se basera sur sa structure organisationnelle (2).

1. La légendaire et la fiche évolutive du Cabinet GT

Les entreprises connaissent une genèse qui leurs sont propre et qui leurs permettent de
s’identifier. Cette partie aura pour intérêt de présenter la création de Grant Thornton dans un
premier temps et dans un second temps l’évolution de Grant Thornton dans son ensemble.
1.1. La Création

Crée le 8 février 2011 SARL unipersonnel, le cabinet GT avait pour dénomination


International Accounting Services (IAS), au capital d’un million avec pour objet social
l’assistance comptable, l’audit et le conseil. Le 6 septembre 2011, cette structure a observé un
changement de dénomination sociale. Elle est passée d’International Accounting Services à
International Adviser Services, cette fois avec l’ajout de l’assistance juridique et fiscale à
l’objet social. Le 31 mai 2012, il y’ a eu augmentation du capital passant de 1 millions à 5
millions avec pour objet social le conseil fiscal, l’étude juridique et les prestations de service
er
intellectuelle. Le 1 octobre 2013, l’on assiste à un changement de la forme juridique, et de
dénomination sociale. A ce fait la société prendra la forme juridique de Société Anonyme
désormais appelé Fiduciaire Associés en Afrique S.A au capital de 10.000.000FCFA avec
administrateur Général. Le 23 novembre 2017 on assiste de nouveau à un changement de
dénomination sociale à la suite de l’entrée du cabinet dans un réseau international appelé Grant
Thornton (il se place au sixième rang mondial des groupes d’audit et de conseil).
C’est ainsi que le cabinet va passer de FIDUCIAIRE ASSOCIES en AFRIQUE SA à
GRANT THORNTON TAX & LEGAL SA.
Tableau 1 : La fiche récapitulative de la création de GT
ANNEES 08/02/2011 06/09/2011 31/05/2012 01/10/2013 23/11/2017
Forme Juridique Sarl Sarl Sarl unipersonnel S.A S.A
unipersonnel unipersonnel
Dénomination IAS (International IAS (International IAS (International FAA GRANT
sociale Accounting Service) Adviser Service) Adviser Service) (Fiduciaire THORTON
Associés En (entrée du
Afrique) Cabinet dans
un réseau
international)
Capital 1.000.000 CFA 1.000.000 CFA 1.000.000 à 10.000.000 10.000.000
5.000.000 CFA CFA CFA
Objet Social assistance comptable, Assistance Conseil Fiscal, Conseil Fiscal, Conseil
l’audit et le conseil Comptable, L’audit et Etude Juridique et Etude Juridique Fiscal, Etude
Le Conseil avec Prestation de et Prestation De Juridique et
Ajout de Service Service Prestation de
L’assistance Intellectuel Intellectuel Service
Juridique
Source : Document interne de l’entreprise ,

Apres avoir présenté le récapitulatif de la création du cabinet devenu GT dans ce tableau, il


nous semble nécessaire de planter le décor de son évolution en terme de son chiffre d’affaire.
1.2. L’Evolution du cabinet GT

Durant les dernières années, le cabinet a connu une évolution remarquable en ce qui
concerne son chiffre d’affaire, sa clientèle … etc. Le tableau ci-dessous nous la présente :
Tableau 2 : la fiche évolutive de Grant Thornton
Année 2015 2016 2017 2018 2019
Capital 10.000.000 10.000.000 10.000.000 10.000.000 10.000.000
Chiffre d’affaire 175.000.000 247.000.000 240.000.000 300.000.000 400.000.000
Effectifs 17 20 21 23 22
Clients 41 47 51 60 75
Bureaux 02 02 02 02 02
Source : Par nos soins
La fiche d’identification est la carte d’identité de l’entreprise, elle renseigne sur
l’entreprise.
Elle se présente comme suit :
Tableau 3 : La Fiche d’identification de GRANTTHORNTON CAMEROUN S.A
RAISON SOCIALE GRANT THORNTON CAMEROUN S. A
SIGLE GT
DATE DE CREATION 8 février 2011
FORME JURIDIQUE SA
REGIME Réel
SIEGE SOCIAL Akwa-Douala
SECTEUR D’ACTIVITE Tertiaire
DIRECTEUR GENERAL Jacques BAKELAK
N° DU CONTRIBUABLE M021100035260W
BOITE POSTALE BP : 362, Douala-Cameroun
TELEPHONE (+237)233-42-31-90
FAX (+237)233-42-37-17
NOMBRES D’AGENCES 02
E-MAIL contact@ossise-cm.com
SITE WEB www.grantthornton.cm
Source : Document interne de l’entreprise

Le cabinet bien qu’il a connu une évolution historique, celui - ci pour mener à bien ses
activités et son personnel utilise des structures différentes. ​ La prochaine partie de cette
section nous permettra de présenter celles-ci.

2. La structure organisationnelle et l’environnement de Grant Thornton



​Comme chaque entité, GT possède un ensemble d’éléments qui lui sont propres et qui la
caractérisent. Cette seconde partie aura pour but de présenter la structure organisationnelle de
Grant Thornton d’une part et d’autre part l’environnement de Grant Thornton.

2.1. La Structure organisationnelle de Grant Thornton

Selon Henry Mintzberg (1982), la structure d’une organisation peut se définir comme :
« la somme totale des moyens employés pour diviser le travail en tâches distinctes et pour
ensuite assurer la coordination nécessaire entre ces taches ». GRANT THORNTON utilise une
structure hiérarchique et celle-ci peut se résumer dans un organigramme (voir annexe 1).
Cependant, on distingue l’organigramme en bannière et l’organigramme normalisé ; dans le
cas d’espèces GRANT THORNTON utilise l’organigramme en bannière. Cette structure peut
se présenter comme suite :
➢ Le Directeur Général (Mr. Jacques Bakelak)
Il est le chef d’entreprise et coordonne l’activité. Il a pour rôle de :
- Définir la politique de l’entreprise
- Adopter des stratégies et actions de base à mettre sur pied pour une bonne application
de la politique générale
- Ordonner les dépenses
- Représenter l’entreprise partout au besoin

➢ L’assistance de direction (Mme Irène)


Son rôle est de :
- Organiser la tenue des réunions d’entreprises et la réalisation de leur compte-rendu
grâce à sa très bonne maitrise des outils et des techniques de communications
- Décharger le directeur de toutes les tâches administratives
- Organiser ses journées et ses voyages
- Assurer son secrétariat personnel et élaborer son courrier à partir de ses consignes
- Charger d’organiser les réunions de travail : elle prépare les dossiers, s’occupe de
prévenir les personnes concernées et assiste à ces réunions de travail pour en assurer les
comptes rendus.
➢ Le manager
Ses fonctions sont les suivantes :
- Anticiper les risques, les tendances, les opportunités, etc.
- Décider ou faire des choix stratégiques ou tactiques
- Organiser les ressources (ex : temps), les projets, les priorités, les normes (ex : les
procédures)
- Animer vise les ressources humaines : recruter, former, coacher, évaluer, recadrer,
collaborer, etc.
- Communiquer : écouter, rédiger, parler, présenter, exploiter le feedback, etc.
- Résoudre des problèmes, des tensions, des conflits, des écarts, etc.
- Performer ou créer une dynamique grâce à certains leviers : le changement,
l’innovation, la qualité, etc.
- Piloter veut dire contrôler, dont il (manager) s’occupe de tout le personnel de
l’entreprise
➢ Le Superviseur
Il a pour rôle de :
- Assigner les taches à ses collaborateurs ;
- Coordonner le travail ;
- S’assurer que les taches sont bien effectuées et dans les délais.
➢ Les Consultants
Leur rôle est de :
- Etudier et identifier les besoins spécifiques d’une entreprise pour résoudre un problème
qui lui est pose ou pour atteindre un objectif fixé ;
- Prescrire des stratégies de progrès nécessaires.
2.1.1. Les départements de Grant Thornton

Grant Thornton se compose de :

➢ Le Département d’Assistance et de Surveillance Comptable.


​Ayant à sa tête un Manager (Mr. ATANGANA Sorel) son rôle est de :
− La surveillance comptable
− L’assistance comptable
− Elaboration des états financiers et plans de financement.
➢ Le Département fiscal
Dirigé par un manager (Mr. CHATUENG ROMEO), Il s’occupe de tout ce qui se rapporte à
la fiscalité, au droit du travail, des sociétés et social dont les prestations qui relèvent de ce
département sont :
− Conseils en matières fiscales ;
− Contentieux d’ordre fiscal ;
− Elaboration et suivie des déclarations fiscales et sociale ;
− Audit fiscal et social ;
− Secrétariat juridique (contrats, actes, procès-verbaux d’assemblée……).
2.1.2. Les intervenants au sein des départements à GT

Plusieurs personnes interviennent dans les deux départements, nous pouvons citer entre
autres :
− Senior Manager ;
− Le manager (anticiper, décider et organiser)
− Le superviseur (assigner et coordonner)
− Les consultants junior, senior (étudier les problèmes et prescrire des stratégies).
2.2. L’environnement de Grant Thornton

C’est l’ensemble de tout ce qui anime et influencent autant positivement que


négativement la vie du cabinet en relation avec l’extérieure. Dans le cas du cabinet GT, nous
pouvons dire que son environnement est animé par une multitude de partenaires, les
fournisseurs, les clients, les banques, l’Etat et les concurrents ;
2.2.1. Les partenaires de Grant Thornton

GT interagit au quotidien avec divers partenaires .Notamment les fournisseurs, les clients,
les banques … etc. On distingue :
✓ Les fournisseurs de Grant Thornton
Il s’agit d’un ensemble de personnes physiques ou morales qui fournissent au cabinet GT
des biens ou des services à la demande. On peut citer entre autres : CAMTEL qui offre la
connexion internet, ENEO CAMEROUN S.A qui est le fournisseur d’énergie, CDE qui fournit
de l’eau au cabinet, WISE COMPUTERS qui approvisionne le cabinet en outils informatique
✓ Les clients de Grant Thornton
C’est l’ensemble de consommateurs de GT, que le cabinet cherche à satisfaire à travers son
vaste réseau d’activité. Nous pouvons citer : ACMAR MEDIA GROUP , DEVEA
CAMEROUN , S2C SARL , SOCATRANS SARL , SLOY EXCHANGE SARL , DEVEA
SARL , AXXEND CAMEROUN , DIGITAL , CIL SARL.

2.2.1.1. Les banques


Les banques partenaires de la société Grant Thornton Cameroun sont la BICEC et
AFRILAND FISRT BANK.

2.2.1.2. L’état
Il contrôle les activités du cabinet et se rassure qu’elle exécute ses tâches conformément
aux normes légales.

2.2.2. Les concurrents de Grant Thornton

Selon B. Barthelot ; la concurrence est définit comme étant des entreprises proposant un
produit ou service similaire à celui de l’entreprise prise en considération, par concurrence
indirecte, ce sont les entreprises proposant des produits et services différents, mais qui
répondent aux mêmes besoins que celui à laquelle l’entreprise cherche à répondre par son offre
commerciale. Cet ainsi que GT est certes confronté à une concurrence rude des prestations
effectuées ; mais le marché lui offre encore quelques opportunités. Parmi les concurrents dans
le cadre général on peut citer :
− FISCALIA INTERNATIONAL
− C2A FIDAL
− AGC CONSEILS
− CAFISCO
− PRICE WATER HOUSE & COOPERS
− ERNST AND YOUNG
− OKALLA AHANDA
− MAC-AUDIT
− TRUST CONSULTING
− Y&W CONSULTING.
Face à tous ces concurrents, GT a su définir une meilleure politique concurrentielle et
de positionnement pour conquérir et développer les parts de marché. En vue de satisfaire sa
clientèle, ce cabinet a mis sur pied plusieurs tâches et stratégies.

Dans cette section, il était question pour nous d’étayer la présentation générale de
GRANT THORNTON CAMEROU TAX AND LEGAL SA (GT).Ce qui est passé par la
présentation de sa genèse, son évolution, sa structure organisationnelle et son environnement.
Nous retenons que GRANT THORNTON est un cabinet à activité unique et bien organisée qui
met en œuvre tous les moyens nécessaires à l’atteinte de ses objectifs. Cette section a dévoilé
en la présentation générale de GT. Qu’en est-il de ses activités, stratégies commerciales et des
moyens mis en œuvre ?
SECTION 2 : LES ACTIVITES, LES STRATEGIES COMMERCIALES ET LES
MOYENS MIS EN ŒUVRE A Grant Thornton

Le cabinet met à la disposition de ses clients de nombreuses prestations dans le but de


leur apporter une satisfaction .Cette section portera sur la présentation des activités de Grant
Thornton (1) et par ailleurs sur la stratégie commerciale et les moyens mise en œuvre à Grant
Thornton.

3. Les Activités de Grant Thornton


​L’activité d’une entité est le processus qui conduit à la fabrication d’un produit
ou la mise à disposition d’un service .​ Trois principales activités sont menées au sein de
GT .Ces activités sont :

3.1. L’Assistance et la surveillance comptable

L’assistance comptable consiste en :


− La mise en place des procédures comptables
− Mise en place de comptabilité pour les entreprises nouvelles
− Le suivi comptable pour les anciennes entreprises conforme au plan comptable OHADA
− La mise en place des plans comptables OHADA
− La création des journaux comptables
− La collecte mensuelle des informations à caractère financier et comptable
− Le classement chronologique des informations
− Le classement mensuel par journaux
− La codification-imputation et saisie comptable
− Le contrôle des saisies
− L’édition périodique du grand livre et balance générale.
− Le rapport mensuel d’activité.
− L’élaboration des états financiers périodiques et annuels des clients.
3.2. L’Assistance fiscale, juridique et sociale

Les travaux à réaliser ici se subdivisent en deux parts à GT. D’une part les prestations
permanentes et d’autres parts les prestations ponctuelles :
Ce qui est des prestations permanentes elles sont de plusieurs ordres :
➢ Sur le plan fiscal : il s’agit des consultations fiscales orales ou écrites sur toutes
questions relatives à la fiscalité d’entreprise, la fiscalité des personnes et la parafiscalité. Nous
pouvons citer :
- Le suivi des déclarations mensuelles , cette activité consiste à collecter mensuellement
les informations et les documents nécessaires à l’établissement des déclarations
mensuelles avant le 05 de chaque mois, de les préparer , de les déclarer au service des
impôts compétents , de passer au paiement , retrait et classement des quittances et enfin
rédiger des courriers de réponses de tous genres exigés par l’administration fiscale.
- L’optimisation des opérations financières, comptables et commerciales est une activité
qui consiste à donner toutes les consultations dur toutes les questions en matière
fiscale, de rédiger pour le compte du client tous les actes sous seing privé se rapportant
directement ou indirectement au domaine fiscal, et de répondre à toutes les
préoccupations sur des questions fiscales.
- L’optimisation du traitement fiscal des salaires ,Cette tache porte sur l’élaboration des
bulletin de paie , du traitement et de la tenue des DIPE , de l’analyse du traitement
fiscal des éléments de salaires, d’assurer le respect de la législation fiscal en matière de
salaire, et d’assurer la régularisation annuelle des cotisations CNPS afin de réduire les
risques fiscaux latents .
➢ Sur le plan juridique : ce sont des consultations juridiques orales ou écrites sur toutes
questions relatives au Droit des affaires et particulièrement, le droit des sociétés, le droit social,
le droit des contrats.
➢ Sur le plan administratif et social : les travaux de GT consisteront au contrôle des
fiches de paie du personnel du client, le contrôle des déclarations fiscales et cotisations
sociales mensuelles et annuelles (CNPS), l’assistance à la gestion du personnel (Conseil, projet
de lettre d’embauche, rédaction de contrat de travail etc..), le conseil en matière de droit de
travail (recrutement, licenciement, mis à disposition du personnel etc..),
- La formation, cette activité se fait à travers des séminaires qui sont organisés soit sous
l’initiative du cabinet qui fait le choix du thème du séminaire et s’attèle à la demande
des contribuables ou des groupes organisés qui veulent acquérir des connaissances en
matières fiscale ; le thème est choisi par le cabinet ou par les séminaristes, et à la
demande des chefs d’entreprises dans le cadre de la formation du personnel.

➢ L’abonnement à la revue mensuelle Droit et fiscalité au Cameroun qui consistera


pour le cabinet à l’envoi de chacune de ses circulaires mensuelles d'informations juridiques et
fiscales.

En matière de prestations ponctuelles, les travaux à réaliser sont les suivants :


➢ En termes de contrôle : assister le client dans le cadre des contrôles fiscaux, contrôles
CNPS et de l’inspection du travail, la préparation du contrôle, l’élaboration des projets de
lettres à adresser aux différentes administrations et la participation aux éventuelles réunions de
travail avec l’administration, la préparation des états nécessaires au contrôle ou à la vérification
fiscale , le suivi du déroulement du contrôle en entreprise et hors entreprise , la rédaction des
correspondances nécessaires à la protection des intérêts du contribuable , le suivi de la
procédure de recours et de la procédure contentieuse devant les juridictions compétentes , la
représentation des contribuables devant les autorités fiscales et juridictionnelles en matière
fiscale sous réserve d’un mandat régulier , et l’audit fiscal des entreprise .

➢ En terme de secrétariat juridique : de sociétés à la rédaction des procès-verbaux des


Conseils d’Administration et Assemblées Générales (ordinaire et extraordinaire), des rapports,
la réalisation des formalités légales y relatives, ainsi que la tenue des registres d’actions (le cas
échéant).
GT procède également à la réalisation des formalités légales, notamment :
l’enregistrement, la publication, la déclaration d’inscription modificative au Registre de
Commerce, la déclaration complémentaire à la déclaration d’existence auprès des Services des
Impôts.
➢ L’Assistance à l’élaboration des contrats de travail des expatriés et l’obtention de visas
de contrats de travail expatriés et permis de séjour.
➢ La Revue fiscale annuelle de la DSF de l’exercice avant dépôt auprès des services des
impôts.
- L’établissement de la DSF (déclaration statistique et fiscale), dans le jargon comptable, la
DSF est un document qui se monte à partir de plusieurs éléments à savoir : les factures
et la balances, à partir de celles-ci le cabinet établit les états financiers des entreprises.
4. Les Stratégies commerciales et moyens mis en œuvre au sein de Grant Thornton

La stratégie est toute action qui permet d’atteindre un objectif général. Pour la satisfaction
des besoins des consommateurs, GT utilise comme stratégie commerciale la politique du prix.
C’est l’un des éléments de la politique de l’entreprise. Son choix est déterminant car il a une
influence sur la rentabilité.GT fixe ses prix en fonction de la concurrence ainsi que ses
différents coûts.
Pour assurer une croissance sans difficulté, Grant Thornton a mis en place certains moyens
parmi lesquels :

− Les moyens humains.


La ressource humaine est l’une des plus importantes pour l’entreprise. Pour cela, les
employés y mettent tous les moyens en jeu pour l’évolution de la société. Le Directeur Général
organise très souvent des réunions de formation du personnel afin de promouvoir la gestion de
la société.

− Les moyens financiers et matériels.


La constitution d’une société nécessite une fusion de plusieurs éléments ; ces éléments
peuvent être des apports en numéraire des associés ou des actionnaires.

− Les moyens financiers.


​Une organisation ne saurait fonctionner sans des fonds pour financer son activité.
Comme moyens financiers, nous pouvons citer l’apport en espèce du Directeur Général à
travers les dépôts en banque ou du CASH.

− Les moyens matériels.


On entend par moyen matériel, tous les investissements de l’entreprise. La société dispose
des investissements tels que :
▪ Le matériel informatique,
▪ Le matériel de bureau, etc.…
Le travail est informatisé, la circulation des informations est transmise à l’aide du réseau
internet installé dans l’entreprise, les bureaux sont équipés par les matériels tels que :
- Les tables,
- Les ordinateurs,
- Le climatiseur,
- Les calculatrices comptables,
- Les imprimantes,
- Les documents etc.
Au terme de cette première partie, nous avons analysé ce cabinet (GT) dans son ensemble.
De ce fait, pour mieux éclaircir sa structure organisationnelle nous avons mis sur pied
l’organigramme présenté ci-dessous :
Dans cette section, nous avons présenté GT sous un autre angle à travers ses activités
(l’assistance et surveillance comptable, assistance fiscale, juridique et sociale et conseil), ses
stratégies commerciales et les moyens mis en œuvre par le cabinet.

En résumé, ce chapitre a été consacré à l’environnement interne et externe de GT. Le
milieu interne qui présentait la société de sa genèse jusqu'à nos jours et déclinait sa structure,
cadre externe qui regroupait le micro et le macro-environnement de GT qui sont constitués
respectivement des partenaires et de la concurrence, ainsi que des divers facteurs qui
l’influencent. Nous retenons que GT est un cabinet créée pour assister les entreprises en ce qui
concerne la tenue de leur comptabilité et leur apporter des conseils juridiques et fiscaux.
Le chapitre précèdent a permis de décrire l’entreprise dans laquelle le stage a été
effectué. Le présent chapitre permettra d’expliquer clairement comment s’est déroulé le stage
au sein du cabinet. La période de stage est une expérience d’apprentissage pendant laquelle
nous avons eu à exercer des tâches au sein du département « Accounting ». L’objet de ce
chapitre est de dire comment nous avons vécu le stage et d’y présenter les problèmes
rencontrés. Le présent chapitre portera sur deux points : le premier point sera basé sur la
présentation des différentes activités effectuées et le second point sur des dysfonctionnements
observés, qui nous ont permis de choisir le thème.
SECTION 1 : LES ACTIVITES EFFECTUEES A GRANT THORNTON

GRANT THORNTON est un cabinet qui fait dans la prestation de service


auprès de ses clients. Ceci dans le but de satisfaire sa clientèle et atteindre les objectifs fixés.
Cette section permettra de présenter notre accueil à Grant Thornton et les activités
d’imprégnation (1) d’une part et d’autre part sur les tâches purement professionnelles exercées
au sein de ce cabinet (2).
5. L’accueil et l’imprégnation au sein du cabinet Grant Thornton.

Cette présente partie sera subdivisée en deux sous- parties : une sous-partie portera sur
l’accueil au sein du cabinet Grant Thornton (1.1) et l’autre présentera les activités
d’imprégnation (1.2).
5.1. L’accueil au sein du cabinet Grant Thornton

Le cabinet Grant Thornton, nous a ouvert ses portes lundi le 03/02/2020 à 9H45
minutes. Installée en salle de réception, la lettre d’admission nous a été présenté par la chargée
des ressources humaines madame NKONO Cynthia et ceci était dans le but pour nous de la lire
et de la déchargée. La décharge de notre part signifiait que nous sommes en accord avec toutes
les règles du cabinet que nous sommes consentant de débuter un stage de 03 mois dans ce
cabinet. Apres cette étape, nous avons été présentés dans les différents départements
(Accounting, tax and legal, auditing….) afin de connaitre les différents responsables de ces
départements. A la suite de l’étape des présentations, nous avons été installés dans l’un des
départements qui est celui d’Accounting. Un bureau nous a été alloué mais malheureusement
celui-ci n’avait pas de machine alors dans l’attente de l’installation d’une machine, nous nous
sommes occupés à la lecture d’un ouvrage (La comptabilité facile) portant sur la comptabilité.
Dans le cadre de notre séjour dans l’enceinte de ce cabinet, nous avons eu à effectuer certaines
tâches d’imprégnation dont nous les présenterons dans le paragraphe suivant.

5.2. Les activités d’imprégnation effectuées à Grant Thornton

Parmi les tâches effectuées durant la période de notre stage, nous avons eu à exercer
certaines qui nous ont permis de nous imprégner dans le cabinet. Nous pouvons citer entre
autres :
- Le classement des dossiers
Cette tâche nous été assigné par madame Marie-Rose. Elle consistait à ranger les
dossiers par mois (du plus ancien au plus récent), par date, département,
entreprises, banques…en fonction de chaque classeur.

- L’archivage des dossiers
Cette besogne consistait à ranger les dossiers, des plus anciens en années dans les
cartons d’archivages. Ceci en fonction de chaque classeur, et de chaque année.
Après les avoirs rangés dans les cartons, nous renseignons sur ces cartons
d’archivages l’année et le classeur à archiver.

- Réceptionniste à un séminaire (WASPITO) organisé par le cabinet à l’hôtel


SAWA
Ce poste nous a été attribué par Mr. Patrick Manga. Durant ce séminaire, nous
avons eu la responsabilité d’installer les hôtes(les différents partenaires) dans la
salle où le séminaire a eu lieu et par la suite leur partager le programme du
déroulement de ce séminaire. Ensuite leur conduit au lieu du gouter de fin de
séminaire.
- Travail de recherche ayant pour intitulé « l’innovation majeure de la nouvelle
réforme en terme de comptabilité : SYSCOHADA»
Cette tâche nous a été confié par Mr. Sorel Atangana .Ce travail de recherche
consistait à faire ressortir les nouvelles modifications qui ont été apporté par la
reforme entrée vigueur le 01/01/2018. Ces recherches nous ont permis de constater
que les principes comptables se distinguaient de deux manières. Ils pouvaient se
distinguer de par les postulats et par les conventions.
Au regard de tous ces activités de familiarisation, nous avons eu effectué d’autre
tâches qui seront présenter dans la prochaine partie.
6. Les Taches Purement Professionnelles Exercées A Grant Thornton
Notre stage à Grant Thornton S.A s’est déroulé dans le département de la comptabilité
et sous le soutien de notre encadreur professionnel Mr. Atangana Sorel. Notre mission était de
suivre la comptabilité de nombreuses entreprises. Cette présente partie permettra de faire
ressorti les missions effectuées au sein du cabinet (2.1) et par ailleurs les missions réalisées
hors du cabinet (2.2).

2.1 Les missions effectuées au sein du cabinet


Le stage au sein du cabinet Grant Thornton a permis que nous puissions effectuer
certaines tâches qui ont trait à ses activités. Parmi ces tâches nous pouvons citer :

- Le suivi mensuel des déclarations


L’opération ci - dessus nous a été confiée par Mr. Jean-Patrick. Elle portait sur les
vérifications des dates de déclaration d’avis d’impôt et de CNPS fait par les
entreprises. Elle consistait à informer les entreprises afin qu’elles sachent si elles
ont les pénalités à payer ou si elles ont dépassées la date de payement des impôts
qui est le 15 du mois de Mars.

- L’état de rapprochement bancaire


La présente tâche s’effectuait grâce au logiciel de comptabilité Sage Saari .Elle
consistait à rapprocher le compte bancaire d’une entreprise tenue en comptabilité
par le relevé bancaire reçu de sa banque. Ce rapprochement avait pour but de faire
ressortir les écarts entre ces différents comptes.

- La réception des différentes factures des clients de GT


C’est une tâche qui consistait à classer les factures de façon chronologique ( de la
date et du mois le plus ancien au mois le plus récent ) . Elle se faisait dans
l’optique de permettre qu’on puisse facilement les traiter.

- L’imputation des comptes


Cette tâche s’effectuait sur le logiciel cité ci-dessus .Et ce logiciel nous permet de
créer le plan comptable que nous aurons besoin tout au long de nos opérations
.L’imputation dans ce cas consistait à rattacher un numéro de compte à son
opération. Exemple : l’opération d’achat à pour numéro de compte 601, dans le
logiciel ce numéro de compte sera rattacher à l’opération « Achat ».

- La saisie des comptes


Celle-ci revient à saisir un numéro de compte en inscrivant sa contrepartie .Par
exemple, dans une opération de vente, le compte 601 « Achat des marchandises »,
le compte 4454 « Tva déductible » sont débités et leur contrepartie sera le compte
401 « fournisseur ».Elle se réalise aussi grâce au logiciel comptable.

- La télé déclaration des impôts/CNPS


C’est une opération qui consiste à déclarer les impôts ou les cotisations CNPS en
ligne (nécessite une connexion internet) tâche assignée par Mr Jean- Patrick. Elle
s’effectue sur le site ‘Fiscalis’. Une fois que nous avons intégré ce site, les
informations à remplir sont le nom et le mot de passe du contribuable pour qui
nous voulions effectuer sa télé déclaration.

- La centralisation de la paie
La présente tâche nous a été confié par Mme.BODOK AIMEE .Celle-ci se faisait
grâce au fichier Excel et les informations ressortissantes du bulletin de paie. La
dame ayant déjà inscrit les éléments constituants (la redevance audiovisuelle, le
crédit foncier, la retenue CNPS) le bulletin de paie d’un employé, nous avons à se
rassurer que les montant inscrit sur le bulletin soit exactement le même inscrit dans
la machine au cas contraire nous le modifions.

Bien que nous ayons effectuées certaines tâches au sein de GT, par ailleurs nous
avons eu à réaliser d’autres hors de son enceinte. Dans la prochaine sous-partie,
nous présenterons ces activités.

2.2 Les missions réalisées hors du cabinet GRANT THORNTON


Le stage académique nous a permis d’effectuer de nombreuses tâches hors de son
enceinte .Nous pouvons citer entre autres :

- L’inventaire des stocks de l’entreprise X


Notre séjour de stage au sein du cabinet GT nous a permis d’effectuer une mission
d’inventaire chez un de ces clients .Cette mission s’étalait sur une période de
deux semaines . Pendant cette mission, nous étions sous l’accompagnement et la
supervision de Mr. Djeumeza Hilaire. Elle consistait à répertorier toutes les
immobilisations (les matériels de bureau, les matériels informatiques, les autres
matériels) appartenant à ce client. Pour l’effectuer, notre équipe de mission se
constituait de 3 stagiaires à savoir, AYISSI LAETICIA, YANNICK et nous. Cet
inventaire s’est effectué dans les deux emplacements de l’entreprise (à la direction
générale située à Bonapriso et dans le garage situé au niveau de Yassa).

- L’identification des immobilisations de l’entreprise X
Ici, identifier se définit comme le fait de déterminer le bureau auquel appartient
une immobilisation. Pour mener à bien cette tâche, notre collègue de stage et nous
avions établis des références. L’établissement de ces références était dans le but de
pouvoir repérer chaque immobilisation se retrouvant dans chaque bureau de cette
entreprise. Par exemple, on aura : le matériel de bureau qui se trouve dans le
département comptabilité et finance, il aura comme référence MOB. CFI. OO1
désignant la table en bois qui se trouve dans ce département. Cette technique
d’identification nous a permis de mieux identifier les immobilisations et de les
repérer.

Toute entreprise faisant dans les prestations de service rencontre les problèmes au cours de
son activité. C’est pourquoi, la section suivante permettra de faire ressortir ces contraintes
d’une part et d’autre part permettra de décrire la justification du thème.

Tableau 4 : Le récapitulatif des tâches effectuées


SEMAINES ACTIVITES
Première semaine Prise de contact avec le personnel puis des documents
(du 03/02/2020 au 07/02/2020) comptables
Deuxième semaine Imputation des différentes pièces comptables et saisie dans le
(du 10/02/2020 au 14/02/2020) logiciel
Troisième semaines Etablissement des bulletins de paie et centralisation de la
(du 17/02/2020 au 21/02/2020) paie
Quatrième semaine Déclaration des impôts et CNPS
(du 24/02/2020 au 28/02/2020)

Cinquième semaine Etat de rapprochement bancaire


(du 02/03/2020 au 06/03/2020)
Sixième semaine La mission d’inventaire chez l’entreprise X
(du 09/03/2020 au 20/03/2020)
Source : Par nos soins

Cette section nous a permis de présenter la manière dont s’est déroulé notre stage, de
l’accueil chaleureux en passant par les diverses activités menées telles l’imputation des pièces
comptables, l’établissement des bulletins de paie, la centralisation de la paie, le renseignement
de la fiche mensuelle du suivi des déclarations. Nous allons à présent décliner les difficultés
rencontrées durant l’exercice de ces tâches.

SECTION 2 : La synthèse des difficultés observées et la pertinence du sujet.

Le stage est la période pendant laquelle nous nous formons .C’est ainsi que durant cette
formation, nous avons détectées de nombreuses anomalies. Parmi ces dernières, certaines nous
ont permis de définir le thème du mémoire. Cette section se basera sur l’analyse des
problèmes observés lors du séjour professionnel (1) et sur la mauvaise gestion de stock (2).
7. Les problèmes observés lors du séjour professionnel

​Durant notre période de stage, nous avons eu à observer des anomalies sur les
différentes tâches effectuées. Cette partie permettra de déboucher sur les difficultés observées
au sein de GT (1.1) et sur les difficultés portant sur la mission d’inventaire (1.2).

7.1. Les difficultés observées au sein du cabinet Grant Thornton

Dans l’exercice de ses activités, le cabinet GT faire face à de nombreuses contraintes .Nous
pouvons citer entre autres :

− Le problème de délestage
Notre stage nous a permis de constater que, au sein du cabinet les coupures d’électricité
pouvaient se manifestées sur de très longues périodes allant parfois d’une semaine à un mois.
Et celles-ci (coupures d’électricité) n’étaient souvent pas les bienvenues par le personnel du
cabinet car elles suscitaient l’arrêt de leurs activités, ne leur permettaient pas d’atteindre les
objectifs fixés et aussi ne leur permettaient pas d’honorer les contrats signés avec les clients.
− Le problème du départ des clients
Ce départ s’explique par le fait que, il y’ a les clients qui se retrouvent dans l’incapacité
financière de continuer à traiter avec un conseil .Cette incapacité est dû au fait que, ces clients
se trouvent souvent dans une situation de concurrence démesurée qui impacte de façon
négative leur activité .C’est pourquoi la volonté de pouvoir être assisté par un cabinet n’y est
plus et ils seront dans l’obligation de décliner le contrat avec le cabinet. De ce fait, cette
déclinaison impactera de manière diminutive sur le chiffre d’affaire de GT car si pour une
année N, il intègre ce client dans ses contrats et que par ailleurs le client n’existe pas, cette
non-existence ne lui permettra pas d’atteindre le chiffre d’affaire escompté.
− Le problème d’insolvabilité des clients
Ce problème s’explique par le fait que les clients ne respectent pas la date d’échéance
de payement des prestations effectuées par le personnel du cabinet. Et dû à cette insolvabilité,
GT se retrouve avec un retard de payement de salaires envers ses employés.
− Le problème lié au classement des dossiers
Il s’agit ici de nous exprimer sur la manière dont le cabinet classe ses dossiers et après
analyse nous avons jugé qu’il n’adoptait pas une meilleure méthode d’où nous pouvons citer
comme remarques : le mauvais rangement des dossiers, le non-suivie de l’ordre de classement
des chronos, absence d’espace pour ranger ses chronos.
− Le problème lié à l’archivage des dossiers
L’anomalie primordiale rencontrée à ce niveau est que les dossiers datant de plus de
10ans se retrouvent dans le département de la comptabilité, ce qui cause un encombrement
pour ce bureau. Nous savons tous que en comptabilité, les dossiers ont une durée de près de
10ans dans l’entreprise après quoi ils ne doivent plus exister ceci afin de céder place à de
nouveaux dossiers.
Il est bien vrai que nous avons effectué notre stage au sein du cabinet Grant Thornton,
mais à travers ce cabinet nous avons exercé certaines activités hors de son enceinte dans
lesquelles nous avons eu à mentionner certaines anomalies dont nous vous ferrons part.

1.2 Les difficultés liées à la mission d’inventaire


La mission d’inventaire ne s’est pas réalisée de façon aisée. Durant cette mission, nous
avons observés diverses anomalies .Ces anomalies sont les suivantes :

- La mauvaise organisation du magasin de stock


L’immensité du magasin ne nous a pas paru facile à repérer les stocks. Ce
phénomène se matérialise par le désordre qui sévit dans ce magasin. Pour le
comptage des pièces détachées qui s’y trouvaient dans le magasin, le magasinier a
mis à notre disposition une fiche physique répertoriant toutes les références de ces
pièces. Malgré la possession d’une fiche physique, répertorier les différentes pièces
de l’entreprise n’a pas été évident. L’inévidence de cette tâche se traduit par le
mélange des différentes pièces qui s’y trouvaient et qui n’avaient pas les mêmes
références. Ce qui rendait la tâche lourde. De ce fait, étant deux à faire cette
besogne, notre collègue et nous étions dans l’obligation d’établir une nouvelle
fiche physique afin de pouvoir avancé dans notre tâche. Après l’établissement de
cette fiche, le travail a été repartir de telle sorte que notre collègue relevait les
références qui s’inscrivaient sur les pièces et nous effectuons le comptage de
celles-ci. C’est dans cet esprit de travail que nous avons pu évoluer.

- Le problème lié à l’identification automobile


Cette tâche s’est réalisée au niveau du garage de l’entreprise qui se trouve à Yassa.
La difficulté ici était de pouvoir identifier tous les matériels se trouvant dans ce
garage et les identifier. Pour ce fait, il fallait connaitre exactement le nom de ceux-
ci. Et n’ayant pas de connaissance portant sur le matériel de garage, l’identification
de ces matériels n’a pas été facile à réaliser.
8. La mauvaise gestion de stock : une urgence à traiter

Grant Thornton est un cabinet qui assiste ses clients dans la tenue de leur comptabilité.
Parfois, il arrive qu’il se déplace pour effectuer ses missions dans les dites entreprises qui le
sollicitent .L’entreprise X a sollicité une prestation de service du cabinet GT parce que la
mauvaise gestion de ses stocks a eu effet sur elle .Cette mission d’inventaire des
immobilisations dans l’entreprise X s’est réalisé sur une longue période .Cet inventaire avait
pour but de faire ressorti les écarts, enfin d’aboutir au stock final. Cette présente partie
permettra de donner l’origine du problème (1.1) et ensuite analyser la pertinence du problème
(1.2).

2.1 L’origine du problème

Le problème de la mauvaise gestion de stock se matérialise par : La rétention des


informations de la part du magasinier à l’égard du comptable. Le comptable réclamant toutes
les informations (la quantité et la valeur) portant sur le stock, n’a malheureusement pas reçu ces
informations de la part du magasinier et s’en est pris autrement pour gérer la comptabilisation
de ces stocks ; l’absence d’un contrôleur de stock qui est un problème qui nous a paru impératif
car s’il existait un contrôleur de stock au sein de cette entreprise, il aurait dû fournit les
éléments nécessaires pour la comptabilisation du stock.

2.2 La pertinence du sujet

La pertinence de notre problème se résume au non - constatation du stock final en


quantité et en valeur. A la suite des inventaires, le comptable de l’entreprise X n’a pas constaté
le stock final .Cette non- comptabilisation a eu un double impact sur la situation de l’entreprise
.Tout d’abord, la non prise en compte du stock final remet en cause l’image fidèle et la sincérité
des comptes (compte de bilan et compte de résultat). Ensuite, l’entreprise a subit un
redressement fiscal. En effet, l’administration fiscale a considérée comme base d’imposition les
entrées des stocks. Ces dernières étant inférieur au stock réel physique ont entrainées une
minoration du résultat et par conséquent du montant d’impôts à payer. Etant donné que cette
entreprise a une activité commerciale, elle devrait mettre l’accent sur la bonne gestion de ses
stocks car ceux-ci représentent

Pour toutes ces raisons, nous avons opté d’orienter notre mémoire sur la gestion des
stocks .Comme thème nous avons choisi : « La Gestion de stock d’une entreprise
commerciale : cas de l’entreprise X. »
D’autre part, cette partie nous a permis de comprendre que notre passage à GRANT
THORTON était d’une immense nécessité parce qu’il nous a permis de prendre goût à la vie
professionnelle, nous a appris à faire certaines taches dont nous ignorons leur réalisation. Mais
aussi nous a permis de détecter certains problèmes liés aux différentes tâches qui nous ont été
assignées.
C’est pourquoi dans cette deuxième partie nous allons énoncer le problème qui a fait
l’objet de nos recherches.

L’objet de cette partie était de faire l’économie de notre séjour. Elle a ainsi été
l’occasion pour nous de présenter de manière détaillée l’entreprise qui nous a accueillis tant sur
le plan interne qu’externe. Aussi, nous avons présenté les différentes tâches effectuées ayant
permis de préciser le thème de notre mémoire. Il en ressort que GT est un cabinet qui a pour
principale activité l’assistance comptable et le conseil juridique et fiscal. Au sein de ce cabinet,
nous avons beaucoup appris en menant à bien des tâches diverses mais également détecté des
problèmes nous ayant orienté vers le choix d’un thème d’étude.
La première partie étant basée sur l’enceinte générale du cabinet GT et par la suite sur
l’évolution du stage terminée, la deuxième partie quant à elle permettra de développer le thème
choisi et se basera essentiellement sur l’approche théorique et pratique du suivi de stock dans
l’entreprise X. La gestion de stock est devenue une nécessité pour les entreprises commerciales
qui se veulent efficaces. Dans le but d’étudier la gestion de stock dans cette entreprise et en
faire des analyses critiques, il convient premièrement de présenter le point de vue théorique de
la gestion de stock ainsi que les concepts qu’elle implique, et par la suite confronter à la
pratique faite de cette gestion à l’entreprise. C’est dans ce sens que la présentation de
l’approche théorique de la gestion de stock (chapitre 3) se fera tout d’abord et ensuite dérouler
la pratique faite en entreprise, procéder à une analyse critique et apporter des suggestions face
aux manques relevés (chapitre 4).

La gestion des stocks est une fonction importante tant pour une entreprise commerciale
ou industrielle car elle permet à celle-ci de réaliser un chiffre d’affaires et une rentabilité. La
gestion de stock est un processus allant de la passation de la commande jusqu’à sa sortie du
magasin pour une livraison chez le client. C’est donc à juste titre que tout au long de ce
chapitre, nous analysons cette notion dans sa globalité (Section 1) et son aspect comptable
(section 2).

SECTION 1 : LA GESTION DES STOCKS : LA THEORIE ET LA DEMARCHE DE


MISE EN PLACE

​Bien que La gestion de stock soit un concept à part entière, il revêt d’autres notions
indispensables à sa compréhension. Cette section servira donc à abriter tous les concepts
gravitant autour de la gestion de stock et permettra également de mettre en exergue des notions
de base sur la gestion de stock.

9. La présentation, utilité, types de stock et valorisation de stock

La compréhension de la notion de stock passe par la connaissance de ses différentes


composantes. Cette partie sera basée sur la définition, l’utilité, et les différents types de stock.
9.1. La définition de la notion de stock

D’après l’Acte Uniforme Relatif au Droit Comptable en Afrique, le stock est un


ensemble de biens ou des sévices qui interviennent dans le cycle d’exploitation de l’entreprise
soit pour être vendu en l’état ou à terme d’un processus de production à venir ou en cours pour
être consommé généralement au premier usage. Nous pouvons donc dire que, dans une
entreprise commerciale, le stock est définit comme un ensemble destinés à la revente et
caractérisé par sa variété.

9.2. L’utilité du stock

Pierre Zermati (1990) présente plusieurs utilités du stock, mais nous nous appesantirons
sur trois qualités que sont :
▪ Il sert à pallier à la pénurie. En effet, lorsqu’une entreprise à un nombre important de
marchandises elle peut anticiper les périodes à venir et éviter les insuffisances et par
conséquent perdre de la clientèle.
▪ Il permet aussi d’assurer une consommation régulière d’un produit bien que sa
consommation soit irrégulière : En outre, prenons le cas des boissons telles que le vin.
Notons que le vin est consommé toute l’année et que certains individus stockent le vin
pour pallier à la pénurie en cas de récolte insuffisante.

9.3. Les différents types de stock

Les stocks se distinguent de différentes manières d’où :

▪ Le stock de matières premières :


​Il représente les produits achetés par l’entreprise, par l’intermédiaire de ses fournisseurs,
et destinés à une transformation ultérieures.
▪ Le stock des produits en cours de fabrication
​Il s’agit de produit non-finis qui ne peuvent être mis en vente qu’après avoir subi une
certaine transformation, pratiquée par l’entreprise.
▪ Le stock des produits finis
​Ce sont des articles qui ont subi une transformation par l’entreprise afin d’atteindre leur
niveau final de fabrication. Ils sont désormais prêts à la vente.
▪ Le stock des marchandises
On parle, ici, de stocks de commerçants composés de produits sans valeur ajoutée de
transformation de la part de l’entreprise qui les revend à profit. Bien que les stocks aient une
utilité au sein des entreprises (commerciales et industrielles), ceux-ci se valorisent aussi
différemment selon les entreprises. En d’autres mots, la fiche de stock retrace l’historique des
achats et ventes de l’entreprise. Elle récapitule tous les mouvements, permet de suivre
l’évolution du stock et de commander dès que le besoin se présente. Le tableau suivant
illustrera un type de fiche de stock.

Tableau 5 : La fiche de stock


SOURCE : par nos soins

Après avoir fait état de la notion de stock, présenté les différents types de stock et
expliquer la valorisation de stock (première section), nous passons à la deuxième section.
Celle-ci permettra de nous intéresser à l’analyse comptable de stock. En somme, après avoir
établir les stocks et procéder à leur valorisation il est nécessaire de les comptabiliser.
10. La gestion de stock et outils de la gestion manuelle de stock

Après avoir relevé les différentes composantes du stock, il serait nécessaire d’aborder la
gestion de stock et les outils de la gestion manuelle de stock.

10.1. Les Généralités sur la gestion de stock

Cette sous partie va s’appesantir sur la définition du terme et l’importance d’une bonne
gestion de stock.

10.1.1. La Définition du terme gestion

Selon Peter Drucker théoricien américain du management, la gestion est l’art de prendre
une décision rationnelle et informée. La décision se fait donc à partir d’une analyse complète et
réfléchie. Gérer s’oriente plus vers gouverner une organisation en précisant les buts et les
moyens pour les atteindre.
Voici une figure qui présente l’arborescence du mot gérer

GERER

Administrer Economiser Manager

Organiser Accroître les


prevoir conduire
richesses
commander diriger
rentabiliser
coordonner
contrôler

10.1.2. L’importance d’une bonne gestion de stock


Une bonne gestion des stocks est indispensable pour assurer la pérennité de l’entreprise.
De ce fait, les stocks doivent être bien évalués. Et pour l’être, l’entreprise a besoin de procéder
à la comptabilisation de ses stocks après inventaire. Par ailleurs, elle doit aussi s’assurer du
bon suivi de son stock en mettant en n’ouvre tous les éléments nécessaires pour le meilleur
suivi de son stock.

10.2. Les outils manuels de la gestion de stock

Pierre Zermati (1990), distingue plusieurs outils tels que la nomenclature et les fiches de
casier.
10.2.1. La nomenclature

La nomenclature est une liste ordonnée donnant pour chaque article une désignation
complète et précise. Elle permet de classer sur des rubriques différentes des articles distinctes et
sous une même rubrique des articles identiques. En principe, dans une même entreprise, deux
articles sont considérés comme identique s’ils sont inter changeables du point de vue de
l’utilisateur (l’utilisateur pouvant être le client qui achète l’article).Cette rubrique de
nomenclature est donc différente de l’élément de stock. Ainsi, l’établissement d’une
nomenclature présente un avantage à savoir : facilite la recherche rapide et sûre des articles(en
précisant le numéro de code de l’article, la désignation complète ou succincte de l’article).
10.2.2. Les fiches de casier

Elles se définissent comme des fiches rangées permanemment dans les casiers d’article.
Elle comporte un certain nombre de cases où sont inscrits le numéro de l’article, sa désignation,
son unité de comptage, et éventuellement d’autres paramètres liés à l’article (unité
d’emballage, stock critique) ; Le distributeur enregistre les caractéristiques des mouvements du
stock au fur et à mesure qu’ils se produisent. L’avantage de ce procédé est que l’on dispose de
l’historique de l’article lorsque l’on est devant le casier.
SECTION 2: L’ANALYSE COMPTABLE DES STOCKS

L’objet de cette section est de présenter l’analyse comptable. Comptabiliser les stocks
c’est connaitre les moyens propres aux techniques de la comptabilité, les existants en quantités
et en valeurs ; cette connaissance résulte de la tenue du compte spécialisé. C’est ainsi que tout
au long de ce chapitre, nous présentons la notion de l’inventaire, sa nécessité, ses pratiques et
enfin la comptabilisation des stocks.

11. La notion d’inventaire

Dans ce paragraphe nous allons tout d’abord présenter les généralités pour ce qui est des
inventaires et donner les types d’inventaires.
11.1. Les définitions de l’inventaire

Un inventaire consiste à recenser tous les biens d’une personne physique ou morale.
Lorsqu’on parle d’une entreprise, un inventaire fait la liste de tous les actifs et les passifs du
bilan. Cette technique permet de lister ou de répertorier ce que l’entreprise possède, son
patrimoine, incluant ses biens mobiliers et immobiliers, ses dettes, ses créances, etc. Il permet
d’obtenir une estimation précise du patrimoine d’une entreprise. Il est par ailleurs obligatoire
pour les entreprises de réaliser un inventaire physique .Celui-ci doit être fait à la clôture de
l’exercice comptable annuel. L’inventaire physique inclut le stock, la caisse, et le patrimoine
de l’entreprise.
Marc Galga (2003) dans son article intitulé procédure d’inventaire et valorisation de
stock définit l’inventaire comme étant une liste, à un moment donné, de tous les biens et dettes
envers l’entreprise.
Après avoir défini l’inventaire, il serait préférable de vous présenter les différents types
d’inventaires.
11.2. Les types d’inventaires

Réaliser un inventaire permet d’évaluer la situation, de ce que l’on possède. Il peut


s’agir des immobilisations d’une entreprise, les stocks, ou encore la caisse. De ce fait, l’on
distingue plusieurs types d’inventaires :

▪ Inventaire des immobilisations


L’inventaire des immobilisations se déroule à la fin de l’exercice comptable et concerne
toutes les immobilisations financières et corporelles. Il doit aussi être réalisé minimum une
fois par an.
▪ Inventaire des stocks
L’inventaire des stocks comprend les matières premières, les marchandises, les produits
finis et les produits en cours de fabrication. Il s’agit de tous les produits non vendu. Il doit être
réalisé obligatoirement au moins une fois par an.
Le but étant de n’avoir aucun écart : 0 produits en trop et 0 produits en moins. Si le résultat
montre des écarts, il faudra alors chercher pourquoi.
Bien qu’il existe plusieurs types d’inventaires, par ailleurs les méthodes le sont aussi.
Il existe différentes méthodes pour réaliser un inventaire, et plus spécialement l’inventaire des
stocks. Voici les deux méthodes principales :
- L’inventaire permanent
C’est une organisation des comptes de stocks, qui, grâce à l’enregistrement des
mouvements, permet de connaître de façon constante, en cours d’exercice, les existants chiffrés
en quantités et en valeurs. Cette méthode consiste à répertorier les entrées et les sorties de stock
au fur t à mesure, ou autrement dit en temps réel. Pour cela il faut comptabiliser chaque entrée
ou sortie de stock. Cette méthode est préférée par les entreprises qui ont beaucoup de stocks.
- L’inventaire physique
L’inventaire physique est parfois appelé « inventaire intermittent » ou « inventaire
tournant ». Il doit être effectué au minimum une fois par an, à la clôture de l’exercice. Il peut
bien sûr être fait plusieurs fois par an si besoin. L’entreprise doit temporairement arrêter son
activité pour réaliser l’inventaire.
​Par ailleurs le droit comptable OHADA, dans son article 17 alinéa 6, définit l’inventaire
physique comme étant l’opération qui consiste à faire ressorti tous les éléments du patrimoine
de l’entreprise en mentionnant la nature, la quantité et la valeur de chacun d’eux au jour de
l’inventaire.

11.3. La nécessité d’un inventaire

Il existe différentes méthodes pour réaliser un inventaire, et plus spécialement


l’inventaire des stocks. Voici les deux méthodes principales :

11.3.1. Une obligation légale

En effet, Procéder à un inventaire périodique et tenir un livre d’inventaire résulte d’une


obligation légale.
▪ Le droit comptable OHADA dans son article 17-6- énonce : « L’organisation comptable doit
au moins respecter les conditions de régularité et de sincérité, respecter le contrôle par
l’inventaire de l’existence et de valeur des biens, des créances et dettes de l’entreprise ».
▪ La tenue du livre d’inventaire est par ailleurs rendue obligatoire par le Droit commercial
OHADA article 13 et le droit comptable OHADA article 19.
En dehors de toute obligation légale établir un inventaire est indispensable pour la gestion saine
de l’entreprise.
11.3.2. L’inventaire est indispensable pour la gestion saine de
l’entreprisse

En outre, il serait inutile, voire dangereux d’élaborer des états financiers à partir d’une
comptabilité approximative, pleines de lacunes, une comptabilité qui est restée au niveau
théorique de la paperasse sans se soucier de la réalité. C’est pourquoi en fin d’exercice, il
convient avant tout de procéder à deux contrôles :
▪ Le contrôle de la situation réelle à l’aide d’un inventaire extra comptable (inventaire
physique dit matériel).
▪ Le contrôle des enregistrements
De tout ceci, nous pouvons donc dire que l’inventaire est une source d’informations (meilleure
connaissance du patrimoine, des résultats de l’exercice). L’inventaire contribue à l’obtention
d’une image fidèle de l’entreprise.

11.4. La pratique des travaux d’inventaire

Les états d’inventaires sont des listes dont chacune énumère et totalise les éléments qui
constituent un poste de bilan (Etat du matériel, Etat de stock, Etat de créance sur client, Etat des
dettes). Ils constituent des pièces justificatives qui permettent au comptable de passer les
écritures de régularisations Ils doivent être conservés pendant 10 ans. Etant donné que nous
traitons sur les stocks dans ce travail, nous présentons une pratique d’inventaire sur les stocks.
En effet, le travail extra comptable du stock comporte deux étapes : la constatation matérielle
des existants et leurs dénombrements en quantités et l’évaluation de ces existants.

11.4.1. Le Dénombrement des quantités :

Ce travail est assez délicat, difficile et souvent fastidieux. Les erreurs, omissions,
doubles emplois sont faciles.
- ​Phase préparatoire : Commencer par bien ranger les marchandises (par rayon, par
famille de produit, par type de produit) et rendre l’accès à sa marchandise facile. Ensuite pour
chaque rayon on prépare des états de détail. Enfin l’on doit former des équipes d’inventoristes,
Chaque équipe a deux inventoristes. Le premier compte, pèse, mesure et énonce à voix haute le
résultat en quantités. Le second inscrit les quantités.
Pendant cette phase préparatoire, la précaution à prendre est la suivante :

▪ Seules doivent figurer sur les états, les marchandises qui appartiennent à l’entreprise donc :
− Les marchandises appartenant à l’entreprise et se trouvant en magasin
− Les marchandises appartenant à l’entreprise et se trouvant en dépôt ou en consignation
chez les tiers représentants
− Les marchandises acquises avec clause de réserve de propriété

Dans certain cas cependant les marchandises non encore reçues peuvent être compte dans le
stock. C’est les cas des marchandises dites en cours de route (stock non encore reçus mais déjà
propriété de l’entreprise.

11.4.2. L’évaluation des existants

▪ La méthode du coût d’achat : les marchandises doivent être évalues au coût d’achat
(prix d’achat + frais accessoires). Ceci n’est pourtant valable que si les marchandises
sont peu nombreuses et individualises (tableau d’art, voiture).

Remarque : le coût des achats peut poser quelques difficultés

En effet, une seule facture fournisseur peut compter plusieurs articles pour lesquels le
transport et autres frais sont présentés globalement se pose alors le difficile problème de
ventilation. La tenue d’un livre des achats livre d’ordre hors comptabilité qui n’a rien à voir
avec un journal des achats suivi d’une répartition forfaitaire des frais d’achats sur base de clefs
de répartition peut apporter une solution.
▪ La méthode du coût moyen pondéré : Si les réapprovisionnements sont fréquents et à
des coûts d’entrées différents, l’on évalue le stock au coût moyen pondéré.
▪La méthode des entreprises qui ne calcule pas le coût moyen pondéré : Elles
prendront le prix de vente duquel elles déduiront un pourcentage représentant les frais
de commercialisation et de bénéfice (l’on obtient ainsi un coût estimatif).
Après avoir procéder à l’inventaire des stocks, il serait judicieux de passer à leur
comptabilisation.

12. La comptabilisation des stocks

La comptabilisation des stocks repose sur la tenue d’un inventaire permanent ou


intermittent. Les entreprises qui n’ont pas les moyens et dont l’activité ne permet pas de tenir
un inventaire permanent peuvent recourir au système de l’inventaire intermittent. Dans ce cas,
en fin de période à l’issu de l’inventaire physique des stocks, elles doivent passer les écritures
faisant apparaître les variations de stock de la période.

▪ Soit selon la méthode de l’inventaire intermittent, dans ce cas :


- Au courant de l’exercice il n’est pas fait usage d’un compte de la classe 3 (ce dernier ne sera
mouvementé qu’en fin d’exercice), mais des comptes : 601 ; 602 ; 604 ; 605 ; 608.
- En fin d’exercice la différence entre le stock initial et stock final sera porté au débit du
compte 603 ou 73 ( cas ou stock final inferieur au stock initial) ou au crédit des comptes 603
OU 73 (cas où stock final supérieur au stock initial).

▪ Soit selon la méthode l’inventaire permanent. Dans ce cas :


A chaque entrée ou sortie de stock, l’enregistrement s’effectuera en deux temps :
- Pour les achats, le compte des achats (compte 60 sauf 603 sera débité par le crédit du
compte des fournisseurs)
- Pour les stocks : Le compte de stock correspondant sera également débité par le crédit des
comptes 603 ou 73
Lorsque le stock est tenu en inventaire permanent, le système comptable OHADA
permet de choisir entre l’une des méthodes suivantes :
✓ Méthode P.E.P.S (premier entré premier sorti) ou F.I.F.O : encore appelé méthodes
d’épuisement des lots, le PCG préconise particulièrement le procédé de PEPS
(FIFO).D’après ce procédé, les sorties sont faites en tenant compte des couts de
premières entrées. Ce pendant les coûts suivent avec retard les variations des coûts, ce
qui peut fausser l’image réel du résultat. Car lorsque les coûts sont en hausse
(inflation), le bénéfice peut se trouver majoré et lorsqu’ils sont en baisse le bénéfice
peut se trouver minoré.
✓ Méthode de coût moyen unitaire pondéré : Cette méthode a certes l’avantage de
calculer le coût d’une sortie dès qu’elle se produit mais on est obligé de recalculer
fréquemment le coût unitaire lorsque les entrées sont nombreuses (pénible sur le plan
manuel mais facile en informatique). Le procédé serait alors adapté à une question
automatisée des stocks. La méthode du coût moyen unitaire pondéré elle a plusieurs
variables nous pouvons citer entre autres :
▪ Méthode du coût moyen unitaire pondéré après chaque entrée
(C.U.M.P.A.C.E)
Il a pour formule :

▪ Le coût moyen unitaire pondéré avec le stock initial


Il a pour formule :

Pour une meilleure explication nous présentons le cas pratique suivant :

12.1. Les stocks tenus en inventaire intermittent

Dans le système de l’inventaire intermittent, le compte de stock classe 3 n’est pas tenu durant
l’exercice. Il est procédé de manière suivante :
• Au courant de l’exercice,
- ​A l’occasion d’un achat, le prix d’achat des marchandises hors taxes ainsi que les droits
de douanes sont portés au débit du compte 60 achats .Les frais accessoire d’achats sont portés
du débit du compte de frais sur achats (comptes 6015 Frais sur achats de marchandises ,6025
frais sur achats de matières,6045 frais sur les achats stockés de matière et fournitures
consommables, 6085 frais sur achats d’emballages). Par frais accessoires d’achats, il faut
comprendre : le transport sur achats ; les frais d’assurances sur achats ; les services extérieurs
sur achats. Ensuite l’on crédite en contrepartie un compte de trésorerie ou de tiers (le compte de
stock n’est pas mouvementé).
- ​A l’occasion d’une vente ; l’on crédite le compte de produit 70 vente par le débit du
copte 41 ou d’un compte de trésorerie (le compte de stock n’est pas mouvementé).

• En fin d’exercice à la date de l’inventaire. Il faudra inventorier, valoriser et constater


comptablement le stock final. L’on débitera les comptes 31 ; 32 ; 33 et de 34 à 37 de la
valeur du stock final par le crédit des comptes 603 et 73 variation de stocks. L’on
annulera les stocks initiaux en créditant les comptes de la classe 3 par le débit des
comptes 603 ou 73
Notons que, l’inventaire intermittent est tenu par les entreprises qui ont des difficultés à
tenir un inventaire permanent.
12.2. Les stocks tenus en inventaire permanent

Dans le système OHADA, l’enregistrement d’une opération d’achat d’une part au


compte de tiers, d’autre part au compte de gestion, est obligatoire. Il n’est donc plus possible
comme dans le plan comptable OCAM d’enregistrer en inventaire permanent un achat
directement en classe 3.
• Au courant de l’exercice
- ​A l’occasion d’un achat : comme en inventaire intermittent, l’on débite le compte 60
pour constater le prix d’achat et les comptes 6015, 6025, 6045,6085 pour constater les frais
accessoires d’achat (par le crédit d’u compte de fournisseur ou de trésorerie).
A la différence de l’inventaire intermittent, l’on met à jour le compte de stock. L’on débite ainsi
les comptes 31,32, 33 de la valeur du coût d’achat (telle que déterminée par la comptabilité
analytique (prix d’achat + frais accessoires d’achats internes et externes) la contrepartie de
l’écriture est portée au crédit du comptes 603 ou 73 variation de stock.
- ​A l’occasion d’une vente : comme en inventaire intermittent, l’on crédite le compte de
produit : 70 ventes par le débit du compte 41 clients ou d’un compte de trésorerie. A la
différence de l’inventaire intermittent, l’on met à jour le compte de stock .L’on crédite ainsi les
comptes 31, 32 ,33 de la valeur du coût de sortie telle que préconisée par le système comptable
OHADA (dont sortie évaluée par FIFO, soit par le coût moyen pondéré) ; La contrepartie est
portée aux débits des comptes 603 ou 73.
• En fin d’exercice, à l’inventaire : Aucune autre écriture ne sera plus à passer.
13. L’incidence des écritures comptables dans l’entreprise x

Le choix de la méthode influe sur le résultat de l’entreprise car la valeur des stocks est
enlevée des charges pour être transférée à l’actif du bilan comptable. Ainsi, plus la valorisation
des stocks est importante, plus les charges sont réduites et plus le résultat est important.

13.1. L’impact de la non-comptabilisation du stock final

L’impact de l’écriture comptable des stocks touche les états financiers tels que : le bilan,
le compte de résultat, etc.
▪ L’incidence sur le bilan
L’impact du non comptabilisation du stock final ne rend pas le bilan crédible car il ne
traduit pas la sincérité et l’image fidèle de l’entreprise.
▪ L’incidence sur le compte du résultat
Le non enregistrement du stock final rend le résultat erroné car il ne le reflète pas
exactement dans ce sens nous diront que le résultat est sous-évalué. Exemple : supposons que
le stock final est de 3000 mais que au niveau de l’enregistrement on met 0 ceci sous évalue le
résultat car il n’est pas enregistré à sa valeur de 3000. Les écritures comptables bien qu’elles
ont un impact négatif sur les états financiers, celles-ci ont aussi une incidence positive
▪ L’incidence sur les normes comptables OHADA
En effet, la non-comptabilisation du stock final en une période peut mettre en péril les
principes suivant : le principe de la permanence des méthodes et le principe de la spécialisation
des exercices.
Le principe de la permanence des méthodes : En ce sens où l’entreprise ayant
débuté sa méthode de valorisation en choisissant comme procédé le PEPS alors dans l’exercice
suivant elle doit continuer avec ce même procédé
Le principe de spécialisation des exercices : En ce sens où, l’on sait que ce principe
voudrait que chaque charge soit rattachée à son exercice et ne doit pas traverser cet exercice-là.
Ainsi, une entreprise qui ne constate pas son stock final vas crées un déséquilibre, dans la
mesure où cette écriture qui doit avoir un impact sur des comptes de gestion va avoir une
incidence sur un autre exercice.
▪ L’incidence des écritures comptable lorsque le stock final est enregistré.
Les entreprises qui réalisent un inventaire physique pour la clôture de leur exercice comptable
doivent ensuite le valoriser et l’enregistrer en comptabilité. C’est une écriture très importante
pour l’établissement des comptes annuels.
- Sur le compte de bilan
Le bilan est un compte qui reflète l’image réelle de l’entreprise ; De ce fait, il présente
le patrimoine de l’entité tel qu’il est. Alors, l’enregistrement du stock final est impératif pour
l’entreprise car celui-ci lui permettra de connaitre précisément l’état de son stock de
marchandises et les quantités disponibles (pour une entreprise commerciale lorsqu’elle
s’approvisionne, elle aimerait que tout ce qu’elle achète puisse être vendu même si toute sa
marchandise ne finisse mais qu’au moins elle puisse sortir.).Dont si celle-ci comptabilise son
stock final elle aura respecté la norme OHADA qui voudrait que toutes transactions qui se fait
au sein d’une entreprise doit être comptabilisé.
- Sur le compte de résultat
Le compte de résultat est ce compte-là qui présente à la fin d’un exercice la situation
d’une entreprise (bénéficiaire ou déficitaire). Cependant, lorsque le stock final est enregistré à
sa valeur exacte et qu’il est bien comptabilisé l’on ne court aucun risque de sous-évaluation ou
de surévaluation du résultat .ceci due au respect des normes requises par l’OHADA.

Ce chapitre avait pour but d’apporter un éclairage théorique sur le thème de notre
travail. Après investigations, nous avons pu définir et aborder certaines notions telles que le
stock et les types de stock, ainsi que la gestion de stock objet de notre mémoire. Cependant il
nous est judicieux de passer à l’effectivité du suivi de stock au sein de l’entreprise X .Ce qui
sera d’ailleurs l’objet du prochain chapitre.

C.U.M.P.A.CE= (Valeur du stock en magasin avant l’entrée + valeur stock entrée)/


(Quantité en magasin avant l’entrée +quantité entrée)

C.M.U.P = (valeurs globales (SI + A+FA)/ quantités globales (SI + A)

L’aspect théorique du thème ayant été mis en exergue, il est impératif de le confronter
aux pratiques de l’entreprise X et mettre à nue les irrégularités constatées dans le but
d’apporter des propositions d’amélioration. Ce chapitre aura pour objectif de présenter la
pratique de gestion de stock de l’entreprise X et y apporter des suggestions.
C’est dans cette optique que ce chapitre se subdivisera en deux sections : la première
portera essentiellement sur la gestion de stock au sein de l’entreprise X, la deuxième quant à
elle, fera état de l’analyse critique en terme de forces et faiblesses de ce même suivi de stock en
prenant appui sur les références littéraires et apporter des suggestions au regard des faiblesses
détectées.

SECTION 1: LA GESTION DE STOCK DE L’ENTREPRISE X

Dans le but de confronter la théorie vue initialement avec la pratique faite, cette section
sera consacrée à la gestion de stock au sein de l’entreprise où la mission d’inventaire a été
effectuée .La gestion de stock au sein de cette entreprise se fait grâce à l’utilisation de divers
outils présentés dans cette section. Cette dernière exposera la pratique comptable exercée en
matière de stock dans l’entreprise X.

1. La présentation du cas et de la pratique de l’inventaire


Cette présente partie portera sur la présentation du cas proprement dit (1.1) et d’autre part le
déroulement d’inventaire au sein de cette entreprise (1.2).

1.1. La présentation du cas

Au cours de notre période de stage, nous avons effectué une mission


d’inventaire portant sur les immobilisations (corporelles) au sein d’une entreprise anonyme
X .Elle est une entreprise commerciale qui effectue son activité dans l’import/export et
commercialise des camions, des tracteurs et autres véhicules motorisés et les pièces
automobiles .Elle se situe à Douala plus précisément à Bonapriso au niveau de l’ancien
consulat de chine. Elle est client du cabinet GT. Pendant notre séjour de stage, elle a contacté le
cabinet pour qu’il puisse résoudre un problème précis qui est la non constatation du stock final.
De ce fait, le cabinet a trouvé judicieux de procéder à un inventaire physique de ses
immobilisations pour par la suite ressortir des écarts qui permettront d’aboutir à la constatation
du stock final. A la suite de cet entretien, nous avons débuté la mission d’inventaire le
09/03/2020 et tout au long de cette mission, nous avons faire des observations et des entretiens
avec elle pendant la période d’inventaire. Il sera question pour nous de décrire la mission et de
donner nos analyses personnelles.

1.2 Le déroulement de l’inventaire dans l’entreprise X


Dans le but de réaliser une mission dans une entreprise, nous avons assisté à un
inventaire réalisé par nous dans l’entreprise X. En effet, cette mission d’inventaire avait pour
objectif d’analyser le type, la méthode d’inventaire, par la suite évaluer les existants et le
dénombrement des quantités.

➢ La détection du type d’inventaire adopté dans l’entreprise X


Dans le but de connaitre leur patrimoine, chaque structure tout au long de l’exercice de
leur activité procède soit à l’inventaire permanent ou à l’inventaire intermittent. En ce qui
concerne l’entreprise X ; celle- ci procède à l’inventaire intermittent qui en est un qui se fait à
la fin d’exercice et une fois l’année. L’inventaire des stocks est un inventaire qui marque le
début et la fin d’un exercice et pour le réaliser, il faudrait que l’activité de l’entreprise soit
interrompue.

De ce fait, l’entreprise pour réaliser l’inventaire de ses stocks interrompre son activité
parce qu’il (inventaire) consiste à compter, identifier et répertorier tous les éléments de son
stock. Après cette étape, celle-ci leur permettra de calculer la variation de stock entre le début
et la fin de l’exercice ensuite gérer les approvisionnements. Par ailleurs cet inventaire physique
servira au comptable de faire un rapprochement entre le résultat du comptage numérique et
celui du comptage réel afin de procéder aux modifications si nécessaires.
Après avoir effectué cette étape, il serait légitime de passer à la comptabilisation des
stocks.

➢ La détection et analyse de la méthode d’inventaire utilise dans l’entreprise X


Pour avoir une bonne vue d’ensemble de son activité économique, les sociétés
commerciales procèdent par inventaire (ceci parfois en cours d’exercice ou à la fin d’exercice)
en passant par différentes méthodes (PEPS, DEPS, CMUP). Cependant, l’entreprise X ayant
pour activité le commerce des pièces détachées de voiture et la vente des camions, pour éviter
le risque de détérioration des stocks par la rouille, fait utilisation de la méthode d’inventaire
nommément celle du PEPS (premier entrée, premier sorti).

Ceci s’explique tout simplement par le fait que l’entreprise installée au Cameroun, est une
structure étrangère (chinoise) pratiquant l’import ;c’est-à-dire qu’elle fait importé les
marchandises de son pays qui est la chine et une fois réception de celles-ci (marchandises) ne
les commercialiseront pas de suite car avant leur arrivée il existait déjà un stock de
marchandise au préalable c’est pourquoi les anciennes marchandises seront commercialisées en
premier lieu et les nouvelles quant à elles le seront plus tard.

➢ Evaluer les existants


Tout d’abord, nous avons eu à porter des références sur chaque immobilisation de
l’entreprise car il fallait faire le comptage des éléments existants de l’entreprise dans chaque
bureau. Prenons par exemple l’inventaire réalisé dans le département de la comptabilité et de la
finance, nous avons inscrit comme référence MOB. CfI01 (mobilier du département des
finances).
Une fois terminée avec chaque bureau de l’entreprise, nous sommes arrivés au magasin
nous avons posé la question au chef de mission de savoir à quoi nous servait cet inventaire.
Grande était notre surprise quand il nous apprend que le consultant comptable n’a pas réaliser
un inventaire lui permettant de ressortir les écarts et de constater leur stock final en quantité et
en valeur.
Enfin, après minutieuse recherches nous nous sommes aussi rendus compte que dans la
liasse financière leur stock final était zéro et le fisc a conclu que, en l’inexistence d’un stock
final en quantité et en valeur toutes les marchandises importé par l’entreprise a été toutes
commercialisés ce qui n’était pas le cas. Ainsi, lorsque le contrôle fiscal a été réalisé
l’entreprise X s’est retrouvée à payer de colossales impôts.

➢ Les dénombrements des quantités

Cette tâche s’est avérée difficile pour nous. En effet, dès notre arrivée en magasin, nous
avons constaté que le magasin n’était pas suffisamment ordonné ce qui rendait l’inventaire
périlleux. Mais pour pouvoir y parvenir, nous nous sommes rapprochés du magasinier en lui
demandant de mettre à notre disposition des références de chaque article. Une fois que le
magasinier nous a fourni cette fiche, nous nous sommes rendus à nouveau au magasin, et
devant chaque article nous cochons la référence, contenue sur la fiche et enfin nous la
dénombrons.
Mais nous avons eu des situations où nous trouvâmes les articles mais leurs références
n’apparaissaient pas sur la fiche et nous fûmes contraints d’insérer ses références
manuellement. Ce remplissage manuel freinait le travail et nous étions justes en mission. Une
autre difficulté que nous avons rencontrée était au niveau des pièces inexistantes mais leurs
références étaient encore inscrits sur la fiche remis par le magasinier autrement dit le
magasinier ne mettait pas à jour les fiches de référence.
Après avoir illustré toutes ces étapes d’inventaires, fort est important de présenter la
comptabilisation des stocks au sein de cette entreprise.

2. L’analyse de la comptabilisation des stocks effectuée par l’entreprise X

La comptabilisation du stock est une étape importante pour l’entreprise .Cependant la


comptabilisation peut présenter des impacts tant positifs que négatifs si quelque part la
comptabilisation n’est pas bien faite ou n’existe même pas.

2.1 Les écritures comptables des stocks de l’entreprise X

L’enregistrement comptable des stocks ne s’est pas fait durant la fin d’exercice dans
cette entreprise parce que le stock final est inexistant. Ceci s’explique par le fait que le
magasinier n’a pas mis à la disposition du comptable le stock final en quantité et en valeur. De
ce fait, le comptable a omis de constater le stock final .Cette omission était dans le but de
minimiser le bénéfice comptable puisque c’est à partir de ce résultat comptable qu’on
parviendra à faire ressorti le résultat fiscal.
Par la suite déterminer le montant de l’impôt sur les sociétés à payer .Cette pratique
inappropriée de la part du comptable avait pour objectif de permettre à l’entreprise de payer en
moins les impôts sur les sociétés. Sauf que, cette pratique à causer des incidences couteuses à
cette structure.

2.2 Les conséquences du non enregistrement du stock final dans l’entreprise X

Chaque domaine professionnel présent des conséquences lorsque les règles le


définissant ne s’applique pas comme il se doit. Cependant, la comptabilité est une discipline
rude qui demande beaucoup de tact en ce qui concerne sa réalisation.
Alors, si dans une entreprise la comptabilité ne s’applique pas selon les normes régies
par OHADA (organisation harmonieuse des Droits d’affaire en Afrique centrale), elle
présentera de nombreuses conséquences. Dans le cas d’espèces, le gestionnaire n’a
volontairement pas constaté le stock final et ceci a entrainé des conséquences sur différents
plans :

▪ Sur le plan de la comptabilité


La comptabilité de l’entreprise sera moins prise au sérieux, car le bilan ne reflètera pas
l’image fidèle et sincère de celle-ci .Par ailleurs, nul n’est sensé ignoré que le bilan est un
document comptable qui présente le patrimoine d’une entreprise.
Si celui-ci ne reflète pas cette sincérité, et que par ailleurs la société a besoin de fond
pour faire tourner son activité, il ne pourra pas permettra à cette structure de faire des emprunts
auprès des institutions financières. A cause de la non-crédibilité de son bilan.

▪ Sur le plan fiscal


Dans l’article du code pénal des impôts, d’après notre entendement il ressort de celui-
ci que : si une entreprise importe des marchandises pour être vendue et que à la fin de son
exercice, elle ne comptabilise pas son stock final, celui-ci retiendra que toute la marchandise a
été commercialisé même si cela n’est pas le cas.
Cependant, l’entreprise X a fait importer les marchandises dont toutes n’ont pas fait
l’objet d’une vente. Alors en pensant vouloir bien fait les choses, le comptable a omis
d’enregistrer le stock final .Cet acte volontaire était dans le but de permettre à l’entreprise de
payer en moins les impôts sauf que lors du redressement fiscal, l’entreprise s’est retrouvée à
payer une forte somme d’impôt sur les sociétés.
Par ailleurs, même sur les marchandises qui n’ont pas été vendue elle a également payé
les impôts. L’absence du stock final a permis au fisc de tirer la conclusion suivante : s’il n’y a
pas comptabilisation de ce stock, cela signifierait que toutes les marchandises importées ont été
vendue hors ce qui n’est pas le cas dans cette entreprise.
Dans cette section, il était question de mettre en évidence la pratique effectuée sur le
suivi de stock dans l’entreprise X .Par ailleurs, la prochaine section portera sur un regard
critique de cette pratique et en fin apporter une contribution pour son meilleur suivi.
SECTION 2: L’ANALYSE CRITIQUE ET LA PROPOSITION DE SUGGESTIONS

Cette section permettra de faire ressorti les forces et faiblesses de l’entreprise X et par la
suite y apporter des suggestions .Cependant, ces solutions porteront non seulement sur la non-
constatation du stock final mais par ailleurs sur d’autres failles détectées.

14. Les forces et les faiblesses détectées au sein de l’entreprise X

Tout système ou processus possède des forces et faiblesses. Suite à notre analyse de la
gestion de stock au sein de l’entreprise X, nous en avons relevé quelques-unes que nous allons
présenter ci-dessous.
1.1. Les forces de l’entreprise X

L’entreprise possède quelques atouts qui seraient important de les relever avant de
soulever les faiblesses.

Ces atouts sont :

▪ La bonne organisation des tâches : ceci revient à dire que pour maintenir leur entreprise
propre et accueillante, celle-ci est formée de groupe d’employés dont chaque groupe connait
son jour d’entretien .ceci est organisé parce que l’entreprise ne possède pas d’agent d’entretien
et nous pensons qu’elle contribuerait aussi à réduire les dépenses de l’entreprise, mais par
ailleurs il favorise le travail en équipe.

▪ La bonne politique de motivation : dans le but de booster ses ventes, l’entreprise ayant
pour activité le commerce des camions et des pièces détachées de voiture, pour motiver ses
commerciaux elle les a mis aux défis en mettant à leur disposition un taux de 0 ,6% comme
commission sur chaque vente de camion. En voyant ceci, nous déduisons que les commerciaux
sont en concurrence car avec cet esprit de vouloir réaliser de fortes ventes, ils pourront
développer des stratégies qui leur permettront d’écouler rapidement leur stock de marchandise
ce qui sera un avantage pour l’entreprise parce qu’elle leur permettra d’atteindre les objectifs
fixés au départ.

▪ La préparation des réunions : comme dans toutes entreprises, la tenue des réunions est
importante car celles –ci permet aux responsables de connaitre si leur société évolue en terme
des objectifs fixés .Elle permet de faire le point sur comment s’organisera la semaine et quels
seront les objectifs à atteindre et comment faire pour les atteindre. Pendant cette séance chaque
employé propose des idées qui seront utiles à la survie de l’entreprise.

▪ La Possession d’un groupe électrogène : nous sommes tous conscients qu’il existe une
minorité de sociétés qui possèdent des groupes électrogènes. Lors des coupures de lumières, il
n’est pas évident de travailler et ceci ne favorise pas l’évolution du travail et ne permet non
plus d’atteindre les buts élaborés. C’est pourquoi nous considérons la possession de cette
machine très importante car elle apaise la tâche aux employés.
Comme toutes sociétés qui présentent des forces, en outre peut aussi révéler des faiblesses ;
d’où elles seront présentés dans le prochain paragraphe.

1.2. Les faiblesses de l’entreprise X

Aux côtés des forces relevées, la gestion de stock de l’entreprise X possède des failles
qui plus tard nous servirons de support à l’émission de suggestions. Pour le moment, nous
allons les présenter ces insuffisances sont ;

• La faible communication : celle-ci s’explique par le fait que l’entreprise est une
(entreprise) appartenant aux étrangers (chinois).Nous avons constaté que la communication est
difficile, malgré la présence des traducteurs. Dû à cette non évidence de communication, le
comptable n’a pas eu tous les éléments nécessaires pour enregistrer le stock final .Et il a
volontairement omis d’enregistrer le stock final.

• La mauvaise tenue des fiches de stock : celle-ci renvoie au désordre qui se trouve dans le
magasin où on stock les pièces. Car lors de la mission d’inventaire la rencontre des difficultés à
faire le comptage de ces pièces a été immense, parce que du au désordre qui sévit dans celui-ci
(magasin) il n’a pas été facile de repérer les pièces qui parfois se mélangeaient et créaient une
confusion.

• La mauvaise application de la méthode d’inventaire (PEPS) : car en procédant les


inventaires dans cette entreprise nous avons pu remarquer que leur méthode n’était pas
optimale. Ceci parce que en faisant le comptage de leur stock nous avons rencontrés certaines
pièces se détériorer voire perdre leur valeur à cause de la rouille. Or la méthode PEPS voudrait
que les premiers stocks entrés soient les premiers à sortir .Comment expliqué qu’il existe des
pièces rouillées.

Face à la présentation de tous ceci, il convient de passer à l’étape des entretiens et des
suggestions portant sur les insuffisances relevées dans cette entreprise.

2. Les entretiens et les suggestions face aux problèmes détectés dans l’entreprise x

Avant d’émettre des suggestions, il serait préférable de présenter les différents entretiens
portant sur l’entreprise X et par la suite y apporter des suggestions. Cette présente partie aura
pour but de présenter les entretiens faits dans l’entreprise X et ensuite passer à l’analyse des
suggestions de ces observations.

2.1. Les entretiens faits dans l’entreprise X

Cette mission d’inventaire faite dans l’entreprise X nous a permis de nous poser certaines
questions .Ces entretiens portant sur cette entreprise étaient dans l’optique pour nous de savoir
pourquoi est-ce que cette entreprise avait besoin qu’on refasse son inventaire. Le tableau
suivant présentera notre entretien.

Tableau 6: Le questionnaire

QUESTIONS REPONSES

La mission d’inventaire sera dans l’optique de faire


Pourquoi faire une mission d’inventaire
ressortir les écarts qui aboutiront à la détermination
chez le client X ?
du stock final.

Pourquoi aboutir au stock final stock On aboutit au stock final parce qu’il n’a pas été
final ? constaté en quantité et en valeur.

La rétention des informations portant sur le stock de


Pourquoi le stock final n’a pas été
la part du magasinier n’a pas permis au comptable de
constaté ?
procédé à la constatation du stock final.

Quel a été l’impact de cette non La résolution de cette non constatation du stock a
constatation du stock pour l’entreprise ? menée l’entreprise à supporter des amendes fiscales.

SOURCE : par nos soins


Au regard de ce questionnaire, nous pouvons donc apporter des suggestions face aux anomalies
rencontrées dans cette entreprise.
2.2. Les propositions sur la gestion de stock dans l’entreprise x

L’objet du mémoire étant la gestion de stock, il serait nécessaire d’émettre des suggestions par
rapport aux insuffisances détectées à ce niveau.

• Dans le but de mieux organiser leur magasin, l’entreprise devrait étiqueter ses pièces pour
que lors de l’inventaire que la tâche soit plus facile .Car vue l’immensité de leur entrepôt, il
n’est pas facile de se retrouver et par ailleurs ceci leurs aidera à maitriser leur stock en terme de
quantité et de valeur.

• Procéder à l’inventaire hebdomadaire permettra de facilité la tâche en fin d’exercice car


l’entreprise connaitra mieux l’état de son stock.

• Bien qu’il existe deux magasiniers dans cette entreprise, l’un se charge de l’enregistrement
du mouvement (entrée / sortie) des stocks et de la vente ; tandis que l’autre s’occupe de la
vente. Dans ce cas pour éviter le risque d’erreur et de fraude il serait préférable que les deux
magasiniers se chargent des ventes et de l’enregistrement du stock. Afin de pourvoir confronter
leurs résultats.

• Pour pallier au problème d’écart entre le comptage numérique et celui manuel, il faudrait
qu’une fiche de stock physique existe quitte à ce que lorsqu’il y’a mouvement de stock que
ceci (mouvement) puisse figurer sur cette fiche.

• Pour résoudre le problème de communication, il faudrait que le magasinier puisse apprendre


l’une des langues soit l’anglais ou le français.

• Pour pallier au problème de non enregistrement du stock final, il faudrait que le comptable
puisse dorénavant enregistrer le stock ceci d’abord pour l’entreprise mais aussi parce qu’il
présente des avantages à savoir :
− L’enregistrement du stock final permet de savoir s’il y’a rupture de stock ;
− Il permet à l’entreprise de mieux connaitre son actif (stock) ;
− Il permet également de mieux calculer le bénéfice comptable ;

• L’entreprise devrait offrir une formation portant sur le contrôle de stock à un emploi de
l’entreprise pour qu’il puisse apporter un coup de main au magasinier et fournir des
informations portant sur le stock au comptable.

• En ce qui concerne leur méthode d’inventaire, l’entreprise devrait optimiser l’application


de celle-ci en son sein quitte à ce qu’elle s’assure de bien suivre le principe de la
méthode PEPS.

En définitif , il était question dans cette section de porter un regard critique sur la mise
en œuvre du suivi de stock dans l’entreprise X et d’apporter une contribution .il en ressort que
l’entreprise X présente des forces et des faiblesses qui ont été relevés .il ressort aussi que les
propositions ont été faites face aux problèmes rencontrés dans l’entreprise X.

Arrivée au terme de ce chapitre dans lequel il fallait présenter la pratique faite du suivi
de stock dans l’entreprise X, effectuer une analyse critique et proposer des suggestions , il en
ressort que le suivi de stock dans cette entreprise est bien organisé mais présente aussi des
failles que nous avons pu faire sorti de l’ombre afin d’y proposer une contribution pour un suivi
exemplaire.
Au terme de cette partie, il était question de retenir que le suivi de stock pour une
entreprise commerciale est crucial si elle veut assurer une meilleure gestion. Dans cette partie,
l’ancrage théorique a été effectué dans le troisième chapitre. Le quatrième chapitre a exposé la
pratique sur la gestion des stocks dans l’entreprise X. Dans une analyse nous avons rapproché
les notions théoriques dans le but de ressortir les points faibles mais aussi les points forts de
l’entreprise X et ainsi apporter des suggestions. Les manques relevés mènent à un suivi de
stock dont l’efficacité et l’efficience pourraient être améliorées, d’où la proposition de
suggestions.
Arrivé au terme de ce mémoire, il est nécessaire de rappeler les différents éléments qui
ont été abordés. Le stage a été effectué au sein du cabinet Grant Thornton S.A, plus
précisément au département accounting pendant (un mois et demi), période pendant laquelle
nous avons rédigé le présent mémoire. Il est constituée de deux parties, la première a fait
l’objet de la présentation générale de l’entreprise d’accueil et a fait état de l’évolution du stage.
A travers la vue d’ensemble de GT qui a été développée, il est important de relever que c’est
une entreprise qui a été créé pour satisfaire un grand nombre d’entreprise rencontrant des
problèmes qui ont trait à la comptabilité ou ayant besoin d’assistance comptable, de conseil
fiscal et juridique. C’est dans cette entreprise que diverses tâches ont été effectués parmi
lesquelles : la gestion de paie, la déclaration des impôts, la réception des différentes factures, le
classement chronologique de ces factures dans les différents chronos, l’imputation puis la saisie
de ces factures. Ensuite la mission d’inventaire chez un client du cabinet dans laquelle nous
pouvons relever les insuffisances concernant le suivi de stock qui sont : la mauvaise
organisation du stock de marchandise, l’absence d’un contrôleur de stock, le manque
d’information portant sur le stock, le non – enregistrement du stock, le manque de main
d’œuvre au niveau du magasin. Ces insuffisances ont fait l’objet de la rédaction de ce mémoire
ayant pour thème : LA GESTION DE STOCK D’UNE ENTREPRISE COMMERCIALE :
CAS DE L’ENTREPRISE X.
La seconde partie du travail était destinée tout d’abord à mettre en lumière de manière
théorique les concepts gravitant autour du thème notamment le stock. Ensuite, il fallait décrire
la manière dont se déroule le suivi de stock dans l’entreprise X, la confronter avec la théorie,
ressortir une analyse en terme de forces et faiblesses pour en dernier lieu apporter des
suggestions face aux failles détectées. Il ressort de cette partie que le suivi de stock est un
processus de longue haleine et un travail de tous les jours. Les responsables doivent ainsi
s’efforcer d’effectuer un bon suivi de stock .La question posée est la suivante : comment
améliorer le suivi de stock de l’entreprise X ? Pour rapprocher à notre niveau le suivi de
stock de l’entreprise vers l’excellence. Les suggestions émissent pour un meilleur suivi à
l’instar de : la possession d’une fiche de stock physique, la bonne organisation de l’entrepôt, la
comptabilisation du stock final, l’étiquetage du stock.
Ce stage a été bénéfique à plusieurs niveaux .Tout d’abord elle a permis notre imprégnation
dans le monde professionnel et aussi savoir comment sont implantées dans une entreprise les
différentes notions théoriques abordées en cours. En effet, c’est grâce à ce stage que nous avons
su comment s’effectue le suivi de stock de manière pratique. Egalement, nous avons appris
comment se comporter dans une entreprise et comment interagir avec les collègues.

➢ OUVRAGES

▪ ANDRÉ NZAKOU, Difficultés fiscalo - Comptable : Tome 2. 10 édition de juillet 2017.


e

▪ MARC GALGA, Procédure d’inventaire et gestion de stock (2003).

▪ PIERRE ZERMATI, Pratique de la gestion de stock (1990).

➢ COURS NON-PUBLIÉS

▪ NDJOCK G., Cours de Comptabilité de gestion, IUCSJD Licence CCA année


académique 2019/2020.
▪ Dr. SADJO, Cours de comptabilité générale IUCSJD, Licence II.
▪ MANGA E., Cours de Méthodologie de rédaction du mémoire IUCSJD, Licence CCA
année académique 2019/2020.

➢ WEBOGRAPHIE

▪ http//www .chefdentreprise.com
▪ www.mémoireonline.com
▪ http //modules-iae-univ-lille.fr
▪ http //www.creer-gerer-entreprendre.fr
▪ https//www.cntrl.fr
ANNEXE 1

ORGANIGRAMME GRANT THORNTON CAMEROUN TAX AND LEGAL

SOMMAIRE ​i
DEDICACE ​ii
REMERCIEMENTS ​iii
AVANT-PROPOS ​iv
LISTE DES TABLEAUX ​v
LISTE DES SIGLES ​vi
RESUME ​vii
ABSTRACT ​viii
INTRODUCTION GENERALE ​1
PREMIERE PARTIE : LA PRESENTATION DU CADRE ET L’EVOLUTION DU
STAGE ​2
CHAPITRE 1 : LA STRUCTURE DU CABINET GRANT THORNTON ​3
SECTION 1 : LA PRESENTATION GENERALE DE GRANT THORNTON
CAMEROUN TAX AND LEGAL SA (GT) ​3
1. ​La légendaire et la fiche évolutive du Cabinet GT ​3
1.1. ​La Création ​3
1.2. ​L’Evolution du cabinet GT ​5
2. ​La structure organisationnelle et l’environnement de Grant Thornton ​6
2.1. ​ a Structure organisationnelle de Grant Thornton
L 6​
2.1.1. ​ es départements de Grant Thornton
L 7​
2.1.2. ​ es intervenants au sein des départements à GT
L 8​
2.2. ​ ’environnement de Grant Thornton
L 8​
2.2.1. ​ es partenaires de Grant Thornton
L 8​
2.2.2. ​ es concurrents de Grant Thornton
L 9​
SECTION 2 : LES ACTIVITES, LES STRATEGIES COMMERCIALES ET LES
MOYENS MIS EN ŒUVRE A Grant Thornton ​10
1. ​Les Activités de Grant Thornton ​10
1.1. ​L’Assistance et la surveillance comptable ​10
1.2. ​ ’Assistance fiscale, juridique et sociale
L ​11
2. ​Les Stratégies commerciales et moyens mis en œuvre au sein de Grant
Thornton 1​ 3
CHAPITRE 2 : LE DEROULEMENT DU STAGE ET L’ILLUSTRATION DU
THEME ​15
SECTION 1 : LES ACTIVITES EFFECTUEES A GRANT THORNTON ​15
1. ​L’accueil et l’imprégnation au sein du cabinet Grant Thornton. ​15
1.1. ​ ’accueil au sein du cabinet Grant Thornton
L 1​ 5
1.2. ​Les activités d’imprégnation effectuées à Grant Thornton ​16
2. ​Les Taches Purement Professionnelles Exercées A Grant Thornton ​17
SECTION 2 : La synthèse des difficultés observées et la pertinence du sujet. ​21
1. ​Les problèmes observés lors du séjour professionnel ​21
1.1. ​Les difficultés observées au sein du cabinet Grant Thornton ​21
2. ​La mauvaise gestion de stock : une urgence à traiter 2​ 3
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE 2​ 5
DEUXIEME PARTIE : L’APPROCHE THEORIQUE ET LA PRATIQUE DU SUIVI
DE STOCK ​26
CHAPITRE 3 : L’APPROCHE THEORIQUE DE LA GESTION DE STOCK ​27
SECTION 1 : LA GESTION DES STOCKS : LA THEORIE ET LA DEMARCHE DE
MISE EN PLACE ​27
1. ​La présentation, utilité, types de stock et valorisation de stock ​27
1.1. ​La définition de la notion de stock ​27
1.2. ​ ’utilité du stock
L 2​ 7
1.3. ​Les différents types de stock ​28
2. ​La gestion de stock et outils de la gestion manuelle de stock ​29
2.1. ​ es Généralités sur la gestion de stock
L 2​ 9
2.1.1. ​ a Définition du terme gestion
L 2​ 9
2.1.2. ​ ’importance d’une bonne gestion de stock
L 3​ 0
2.2. ​ es outils manuels de la gestion de stock
L 3​ 0
2.2.1. ​ a nomenclature
L 3​ 0
2.2.2. ​ es fiches de casier
L 3​ 1
SECTION 2: L’ANALYSE COMPTABLE DES STOCKS ​31
1. ​La notion d’inventaire ​31
1.1. ​Les définitions de l’inventaire ​31
1.2. ​ es types d’inventaires
L 3​ 2
1.3. ​La nécessité d’un inventaire ​33
1.3.1. ​ ne obligation légale
U 3​ 3
1.3.2. ​L’inventaire est indispensable pour la gestion saine de l’entreprisse ​33
1.4. ​ a pratique des travaux d’inventaire
L 3​ 4
1.4.1. ​ e Dénombrement des quantités :
L 3​ 4
1.4.2. ​ ’évaluation des existants
L 3​ 4
2. ​La comptabilisation des stocks ​5
3
2.1. ​ es stocks tenus en inventaire intermittent
L 3​ 6
2.2. ​ es stocks tenus en inventaire permanent
L 3​ 7
3. ​L’incidence des écritures comptables dans l’entreprise x 3​ 8
3.1. ​ ’impact de la non-comptabilisation du stock final
L 3​ 8
CHAPITRE 4 : LA GESTION DE STOCK DE L’ENTREPRISE X : ANALYSE
CRITIQUE ET SUGGESTIONS ​40
SECTION 1: LA GESTION DE STOCK DE L’ENTREPRISE X ​40
1. ​La présentation du cas et de la pratique de l’inventaire ​40
1.1. ​ a présentation du cas
L 4​ 0
​La détection du type d’inventaire adopté dans l’entreprise X ​41
​La détection et analyse de la méthode d’inventaire utilise dans l’entreprise X ​42
​ es dénombrements des quantités
L 4​ 3
2. ​L’analyse de la comptabilisation des stocks effectuée par l’entreprise X ​43
2.1 ​ es écritures comptables des stocks de l’entreprise X
L 4​ 3
2.2 ​Les conséquences du non enregistrement du stock final dans l’entreprise X ​44
SECTION 2: L’ANALYSE CRITIQUE ET LA PROPOSITION DE
SUGGESTIONS ​45
1. ​Les forces et les faiblesses détectées au sein de l’entreprise X ​45
1.1. ​ es forces de l’entreprise X
L 4​ 5
1.2. ​ es faiblesses de l’entreprise X
L 4​ 6
2. ​Les entretiens et les suggestions face aux problèmes détectés dans l’entreprise
x ​47
2.1. ​Les entretiens faits dans l’entreprise X ​47
2.2. ​Les propositions sur la gestion de stock dans l’entreprise x ​48
CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE 5​ 1
CONCLUSION GENERALE 5​ 2
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 5​ 4
ANNEXE 5​ 5
TABLE DES MATIERES 5​ 6
Rédigé et présenté par : NGATCHA CYNDI STEFFIE ​
54

Vous aimerez peut-être aussi