Vous êtes sur la page 1sur 79

REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


ECOLE SUPERIEURE EN GENIE ELECTRIQUE ET ENERGETIQUE D’ORAN

MEMOIRE
Présenté par

Imad Eddine GUIA

Pour l’obtention du diplôme MASTER académique en électrotechnique

Spécialité : machines électriques

DIAGNOSTIC DES DEFAUTS


ROTORIQUES DANS UNE MACHINE
ASYNCHRONE TRIPHASEE PAR LA
METHODE DU COURANT STATORIQUE

Soutenu le : 25/06/2019 devant la commission d’examen

Mokhtar BENDJEBBAR Professeur USTO-MB Président

Noureddine BENOUZZA Professeur USTO-MB Examinateur

Abdellatif SEGHIOUR MCB ESGEE Oran Examinateur

Azzedine BENDIABDELLAH Professeur USTO-MB Encadrant


REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
ECOLE SUPERIEURE EN GENIE ELECTRIQUE ET ENERGETIQUE D’ORAN

MEMOIRE
Présenté par

Imad Eddine GUIA

Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur en génie électrique

Spécialité : machines électriques….

DIAGNOSTIC DES DEFAUTS


ROTORIQUES DANS UNE MACHINE
ASYNCHRONE TRIPHASEE PAR LA
METHODE DU COURANT STATORIQUE

Soutenu le : 25/06/2019 devant la commission d’examen

Mokhtar BENDJEBBAR Professeur USTO-MB Président

Noureddine BENOUZZA Professeur USTO-MB Examinateur

Abdellatif SEGHIOUR MCB ESGEE Oran Examinateur

Azzedine BENDIABDELLAH Professeur USTO-MB Encadrant


REMERCIEMENT

REMERCIEMENT

Les travaux présentés dans ce mémoire ont été effectués au Laboratoire de


Développement des Entrainements Electrique (LDEE) « Groupe Diagnostic »
de L’université des Sciences et Technologies d’Oran (USTO)

Je tiens d'abord à remercier:

Mr : Azzedine BENDIABDELLAH, Professeur au département de génie


électrique de l'Université des Sciences et Technologies d'Oran (USTO), pour ses
remarques ses encouragements qu’il a su m’adresser, sa grande expérience, ses
qualités scientifiques et humaines qui ont été toujours pour moi un générateur
de motivation. Ses conseils sont souvent judicieux et ses orientations suggérées
ont été pour moi autant d’aides inestimables.

Mr : Noureddine BENOUZZA, Professeur au département de génie électrique


de l'Université des Sciences et Technologies d'Oran (USTO), soit également
remercié pour l’honneur qu’il m’a fait en acceptant d’être l’un des
examinateurs de ce mémoire et qui a consacré un temps et une disponibilité
d'esprit considérables, Son rôle, ses précieux conseils et ses propositions m'ont
permis de mener à bien ce projet fin d’étude.

Mr : Moukhtar BENDJEBBAR, Professeur au département de génie électrique


de l'Université des Sciences et Technologies d'Oran (USTO), pour la
participation au jury en tant que président de jury.

Mr : Abdellatif SAGHIOUR, Enseignant chercheur à L’Ecole Supérieure en


Génie Electrique et Energétique ESGEE d’Oran pour la participation au jury en
tant qu’examinateur.

Je ne pourrai clore ces remerciements sans une pensée très personnelle :

À mon très cher père « Si NACER » qui m’a beaucoup soutenu avec ses
précieux conseils pour achever ce travail,

à ma très chère mère « SAOUDI Malika » bien aimée qui a accepté tous
les sacrifices pour mon bien être et aux membres de ma famille pour
l’inestimable soutien moral et les nombreux encouragements que j’ai toujours
reçu de leur part
REMERCIEMENT

Mr : Habib IMAM ALI, le directeur des œuvres universitaires de Bir Eldjir -


Oran pour ses encouragements qu’il a su m’adresser, qui ont été toujours pour
moi un générateur de motivation. Ses conseils sont souvent judicieux, ont été
pour moi autant d’aides inestimables.

J’adresse mes plus sincères remerciements à madame BELAOUNI Souhila la


directrice de la cité 19 mai.1956 C3 Oran de son soutien, aide et
encouragements tout au long de la réalisation de ce travail

Mes remerciements vont à tous les ami(e)s et collègues du Département


de Génie Electrique de l’Ecole Supérieure en Génie Electrique & Energétique et
du département de génie électrique de l'Université des Sciences et Technologies
d'Oran (USTO) et du laboratoire de développement des entrainements
électriques
DEDICACE

DEDICACE

Je dédie ce mémoire à mes très chers, ma mère et mon père

Pour leur soutien moral et matériel pour leurs encouragements et

les sacrifices qu'ils ont endurés dans les moments les plus ardus.

A mes frère NIDAL, ALLAA EDDINE, ILYAS

A mes sœur HADJER et NOURAN.

A mon encadreur Monsieur A. BENDIABDELLAH

A mes Chères amis


TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES

INTRUDUCTION GENERALE …………………………………………………………..01


CHAPITRE I : GENERALITE ........................................................................................... 03
Introduction & objectifs............................................................................................. 03
Le principe de fonctionnement machines asynchrones. ............................................ 03
Constitution de la machine asynchrone ..................................................................... 04
Le stator ................................................................................................................. 04
Le rotor................................................................................................................... 05
Les paliers .............................................................................................................. 06
Défaillance de la machine asynchrone ...................................................................... 06
Défaillance de circuits statorique ........................................................................... 07
Défaillance de circuit rotorique.............................................................................. 09
Défauts aux paliers ................................................................................................. 12
Les causes des défauts ............................................................................................... 14
Causes des défauts statoriques ............................................................................... 15
Causes des défauts rotoriques ................................................................................ 15
Causes des défauts des paliers ............................................................................... 15
Les effets des défauts ................................................................................................. 15
Les effets de défauts statoriques (court-circuit). .................................................... 15
Les effets de défauts rotoriques ............................................................................. 16
Les conséquences des défauts ................................................................................ 16
Méthodes de diagnostic ............................................................................................. 20
Approche modèle ................................................................................................... 21
Approche signal ..................................................................................................... 22
Technique utilisées dans traitement de signal ........................................................... 25
Transformée de Fourier Rapide (TFR) .................................................................. 25
Transformée en ondelettes (TO) ............................................................................ 25
Conclusion ................................................................................................................. 25
CHAPITRE II : MODELISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE A CAGE .............. 26
Introduction & objectifs............................................................................................. 26
TABLE DES MATIERES

Les hypothèses simplificatrices ................................................................................. 26


Modèle multi enroulements de la machine. ............................................................... 27
Equations des tensions statoriques ..................................................................... 27
Equations des tensions rotoriques ...................................................................... 28
Equations mécaniques ........................................................................................ 31
Calcul des inductances ....................................................................................... 32
Modélisation des ruptures des barres ........................................................................ 35
Conclusion ................................................................................................................. 36
CHAPITRE III : RESULTATS DE SIMULATION ......................................................... 37
Introduction & objectifs : .......................................................................................... 37
Simulation de la machine asynchrone ....................................................................... 37
Conclusion : ............................................................................................................... 44
CHAPITRE IV : RESULTAT EXPERIMENTAUX………………………...……………45
Introduction & Objectifs ............................................................................................ 45
Présentation du banc d’essai ...................................................................................... 45
Résultat expérimentaux : .................................................................................... 46
Conclusion ................................................................................................................. 49
CONCLUSION GENERALE ……………………………………………………………...50
ANNEXE A
ANNEXE B
BIBLIOGRAPHIE
LISTE DES FIGURES

LISTE DES FIGURES

CHAPITRE I : GENERALITE

Figure I.01: Eléments de constitution d’une machine asynchrone à cage d’écureuil [1]......... 04
Figure I.02: Stator d’un moteur asynchrone triphasé ............................................................... 05
Figure I.03: Vue schématique en perspective du rotor ............................................................. 06
Figure I.04: Défaut de court-circuit entre spires ...................................................................... 07
Figure I.05: Défaut de court-circuit entre phase....................................................................... 08
Figure I.06:.Défaut phase terre ................................................................................................. 08
Figure I.07: Excentricité statique ............................................................................................. 09
Figure I.08:.Excentricité dynamique ........................................................................................ 09
Figure I.09:.Excentricité mixte................................................................................................. 10
Figure I.10: Rupture d’une et deux portions adjacentes d’anneau de court-circuit. ................ 11
Figure I.11: Rupture de barre ................................................................................................... 11
Figure I.12: Roulement à bille.................................................................................................. 12
Figure I.13: Défaut de la bague extérieure ............................................................................... 12
Figure I.14: Défaut à la bague intérieure .................................................................................. 13
Figure I.15: Défaut de bille ...................................................................................................... 13
Figure I.16: Méthodes analytiques de diagnostic des défauts, [8]. .......................................... 20
Figure I.17: Méthodes de diagnostic par les observateurs, [10]............................................... 21
Figure I.20: Mesures vibratoires sur la machine asynchrone. .................................................. 23

CHAPITRE II : MODELISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A


CAGE D’ECUREUIL

Figure II.01: Circuit équivalent du rotor à cage d'écureuil…………………………………...26


Figure II.02: Champ crée par une maille rotorique. ................................................................. 33
Figure II.03: Circuit rotorique avec rupture d'une barre . ........................................................ 35

CHAPITRE III : RESULTATS DE SIMULATION

Figure III.01 Fonctionnement du moteur dans le cas sain ...................................................... 38


Figure III.02 Fonctionnement du moteur avec un défaut de cassure de barre rotorique ….…. 40
LISTE DES FIGURES

Figure III.03 Spectre linéaire du courant statorique (moteur sain) ......................................... 42


Figure III.04 Moteur en charge (Cr = 20 N.m) avec une barre cassée .................................... 42
Figure III.05 Moteur en charge (Cr = 20 N.m) avec 2 barres cassées .................................... 42
Figure III.06 Moteur en charge (Cr = 20 N.m) avec 3 barres cassées .................................... 43
Figure III.07 Moteur en charge (Cr = 20 N.m) avec 4 barres cassées .................................... 43

CHAPITRE IV : RESULTATS EXPERIMENTAUX

Figure IV.01 banc d’essai utilisé pour le diagnostic de défaut de barre ................................. 45
Figure IV.02 Représentation temporelle du courant statorique à l’état sain avec un défaut de
barre ......................................................................................................................................... 46
Figure IV.03 Spectre du courant statorique d’un moteur sain sous sa charge nominale et avec
un glissment de 3% ................................................................................................................. 47
Figure IV.04 Spectre du courant statorique d’un moteur avec défaut de cassure d’une barre sous
sa charge nominale et avec un glissment de 3% ..................................................................... 47
Figure IV.04 Spectre du courant statorique d’un moteur avec défaut de cassure 2 barres sous sa
charge nominale et avec un glissment de 3% .......................................................................... 48
LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES TABLEAUX

CHAPITRE I : GENERALITE

Tableau I.01: Synthèse des défaillances du stator sur la machine asynchrone ...................... 18
Tableau I.02: Synthèse des défaillances du rotor sur la machine asynchrone ....................... 19

CHAPITRE III : RESULTATS DE SIMULATION

Tableau III.01: L’amplitude des composantes (1±2g)fs et (1±4g)fs pour différents nombres de
barres cassées .......................................................................................................................... 44
LISTE DES SYMBOLES

LISTE DES SYMBOLES

B Induction magnétique. Tesla

Db Diamètre des billes. m

Dc Distance du centre des billes. m

𝑓 Fréquence des tensions triphasées d’alimentation. Hz

𝑓𝑏𝑒𝑥𝑡 Fréquence générée par un défaut au niveau de la bague extérieure Hz

𝑓 𝑏𝑖𝑛𝑡 Fréquence générée par un défaut au niveau de la bague intérieure Hz


𝑓𝑟 Fréquence de rotation du rotor Hz

 Déphasage entre va t  et isa t  rad


𝑖𝑚1
Valeur maximale du courant de la phase Ampère
𝑖𝑠𝑎 , 𝑖𝑠𝑏 , 𝑖𝑠𝑐
Courants des trois phases Ampère

J Moment d'inertie du rotor produit par la machine Kg .m2

𝑙 Longueur de la machine. m

𝐿𝑏 Inductance de fuite d'une barre rotorique H


𝐿𝑒 Inductance de fuite d’un segment d'anneau de court-circuit H

𝐿𝑖𝑖 Inductance propre de la iéme phase. H


ii

𝐿𝑖𝑗 Inductance mutuelle entre la iéme et la jéme phase (avec j i) H

𝐿𝑚𝑟𝑟
Inductance de magnétisation d'une maille rotorique. H

[𝐿𝑟𝑟 ] Matrice des inductances rotoriques

𝐿𝑟𝑖𝑟𝑗 Inductance mutuelle entre la iéme et la jéme maille rotorique H

[𝐿𝑠𝑟 ] Matrice des inductances mutuelles entre les phases

[𝐿𝑠𝑠 ] Matrice des inductances statoriques.

𝜇0 Perméabilité magnétique de l'air.

𝑛𝑏 Nombre de barres rotoriques.


LISTE DES SYMBOLES

𝑛𝑑 Nombre d’ordre d’excentricité.

𝑁𝑠 Nombre de tours de l’enroulement de la phase,

Φ Un angle décrivant une position dans l’espace

p Nombre de paires de pôles.

𝑅𝑏 Résistances d'une barre rotorique. Ω

𝑅𝑏𝑓𝑘 Résistance d’une barre rotorique cassée Ω

𝑅𝑒 Résistances d'un segment d'anneau de court-circuit. Ω

[𝑅𝑟 ] Matrice des résistances rotoriques.

e Epaisseur entrefer. m
INTRODUCTION
GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE

Grace à sa simplicité de construction, sa robustesse mécanique, sont faible coût d’achat et


de fabrication ; nous trouvons la machine asynchrone et spécialement le moteur asynchrone a
cage dans tous les domaines industriels et en particulier dans les secteurs de pointe comme le
nucléaire, le transport ferroviaire…etc.

Par contre malgré ses avantages ; ce type de moteur peut être affecté par des défauts
potentiels. En effet, une quelconque défaillance, même la plus anodine, peut mener à un
dommage matériel ou corporel inévitable entrainant un coût de réparation considérable pour
l’entreprise sans oublier les pertes de production durant la durée de la panne.

Il est donc indispensable d’assurer la sécurité des personnes et du matériel. Pour ses raisons
il est nécessaire de faire du diagnostic, de la surveillance et de la prévention afin d’améliorer la
fiabilité d’un système industriel

Le diagnostic des machines électriques s'est largement développé dans le monde industriel
car la volonté d'obtenir une chaîne de production de plus en plus sûre devient, pour certaines
applications, indispensable. Les chaînes de production doivent être dotées de systèmes de
protection fiables. C'est pour ce là ; la recherche, sur le plan international, s'emploie depuis
plusieurs dizaines d'années à élaborer des méthodes de diagnostic et aussi de prévenir les
utilisateurs (l’opérateur) d’un risque possible.

Le diagnostic des moteurs asynchrones a cage d’écureuil a deux rôles suivants :

 Détection des défauts.


 Identification des défauts.

Le premier c’est pour signaler l’existence de défaut et le deuxième pour le but de trouver le
type de défaut.

Les exigences industrielles en terme de maintenance orientent la recherche vers un


diagnostic utilisant des grandeurs électromagnétiques telles que (flux, courant statorique,
tension, etc.…) et plus particulièrement le courant statorique qui n’exige qu’un capteur de
courant qui donne une image sur le courant de la phase statorique.

Les techniques de traitement de signaux électriques sont le moyen efficace pour détecter les
défauts et la transformée de Fourier rapide (TFR) est l’outil universel dans l’analyse spectrale.

1
INTRODUCTION GENERALE

Ce projet de fin d’étude s’inscrit dans le cadre de diagnostic des moteurs asynchrones a cage
d’écureuil avec un défaut rotorique et plus précisément le défaut de cassure de barre.

A cet effet nous allons partager ce modeste travail qui contient 4 chapitre de la manière
suivante :

Le premier chapitre présente les différents constituants de la machine asynchrone et les


principaux défauts qui peuvent survenir sur chacun d’eux, ainsi que leur causes et
conséquences. Nous finirons ce chapitre par une analyse des différentes techniques de
diagnostic appliquées sur les moteurs asynchrones à cage d’écureuil.

Dans Le deuxième chapitre, on va présenter le modèle mathématique du moteur triphasé


asynchrone à cage d’écureuil dans le cas sain et le cas de défaillance (défaut de barre).

Dans le troisième chapitre on présentera les résultats de simulation de fonctionnement sain


et avec de défaut de barre.

Le quatrième chapitre, sera consacré à la présentation des résultats expérimentaux pour


valider ceux qui sont obtenus par la simulation et mener une interprétation de ces résultats

Finalement on va terminer ce travail avec une conclusion générale qui résume tout ce qu’on
a fait dans cette modeste travail.

2
CHAPITRE I
GENERALITE
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

CHAPITRE I : ETAT DE L’ART

I.1 Introduction & objectifs

Les machines asynchrones sont par excellence les machines les plus répandues dans
l’industrie. Elles possèdent en effet plusieurs avantages : le faible coût, la robustesse, la simple
construction, entretien facile, un bon rendement et son excellente fiabilité.
Elles possèdent l’inconvénient de consommation de l’énergie réactive.
Ce chapitre porte sur les machines asynchrones. La première partie fait un rappel sur le
principe de fonctionnement et la constitution des machines asynchrones et plus particulièrement
à cage d’écureuil.
La seconde partie traite les différentes défaillances qui peuvent affecter ce type des
machines et les causes de ces défauts et finalement dans la dernière partie on va mettre en
évidence les principes et les méthodes de diagnostic.

I.2 Principe de fonctionnement machines asynchrones

Le principe de fonctionnement d'un moteur asynchrone est basé sur l'interaction


électromagnétique du champ tournant crée par le courant triphasé fourni à l’enroulement
statique par le réseau et des courants induit dans le champ tournant. Le fonctionnement d’un
moteur asynchrone est équivalent à celui d'un transformateur à vide, le stator étant comparable
avec l'enroulement primaire et le rotor avec l'enroulement secondaire, qui peut dans le cas
général tourné.

 Vitesse de synchronisme ou vitesse du champ tournant


𝟐𝝅𝒇
𝒏𝒔 = (𝐈. 1)
𝒑

 L'écart entre les deux vitesses caractérise le glissement qui a pour expression :
𝒏𝒓
𝒈=𝟏−( ) (𝑰. 2)
𝒏𝒔
𝑛𝑠 : vitesse de synchronisme (rad/s)

𝑛𝑟 : vitesse rotorique (rad/s).

g : le glissement.

-3-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.3 Constitution de la machine asynchrone

La machine asynchrone triphasée se décompose, du point de vue mécanique en 3 parties


différentes Figure I.01 :

 Le stator, la partie fixe de la machine ou l’alimentation électrique est connectée.


 Le rotor, la partie tournante qui permet de mettre en rotation la charge mécanique.
 Le palier, la partie mécanique qui permet la mise en rotation de l’arbre du moteur.

Figure I.01: Eléments de constitution d’une machine asynchrone à cage d’écureuil [1]

I.3.1 Le stator
Il est constitué d’un enroulement bobiné réparti dans les encoches du circuit magnétique.
Ce circuit magnétique est constitué d’un empilage de tôles dans lesquelles sont découpées des
encoches parallèles à l’axe de la machine (Figure I.2). Le bobinage statorique peut se
décomposer en 2 parties : les conducteurs d’encoches et les têtes de bobines [2].

Les conducteurs d’encoches permettent de créer dans l’entrefer le champ magnétique à


l’origine de la conversion électromagnétique. Les têtes de bobines permettent, quant à elles, la
fermeture des courants en organisant la circulation judicieuse des courants d’un conducteur
d’encoche à l’autre.

-4-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

L’objectif est d’obtenir à la surface de l’entrefer une distribution de courant la plus


sinusoïdale possible, afin de limiter les ondulations du couple électromagnétique.

Seconde paire de pôles de la


Empilement de tôles phase c
magnétiques

Spires en court-
circuit

Mise en séries des


sections

Première paire de pôles


de la phase c
Tête de bobines

Sections

Prises intermédiaires de
court-circuit

Figure I.02 : Stator d’un moteur asynchrone triphasé

I.3.2 Le rotor

Dans le rotor à cage, les anneaux de court-circuit permettent la circulation des courants
d’un conducteur d’encoche (barre rotorique) à l’autre. Ces barres conductrices sont
régulièrement réparties, et constituent le circuit du rotor (Figure I-2). Cette cage est insérée à
l’intérieur d’un circuit magnétique constitué de disques en tôles empilés sur l’arbre de la
machine analogue à celui du moteur à rotor bobiné.

Dans le cas du rotor à cage d’écureuil, les conducteurs sont réalisés par coulage d’un
alliage d’aluminium, ou par des barres massives de cuivre préformées et frettés dans les tôles
du rotor [3].

Il n’y a généralement pas, ou très peu, d’isolation entre les barres rotoriques et les tôles
magnétiques. Mais, leur résistance est suffisamment faible pour que les courants de fuite dans
les tôles soient négligeables, sauf lorsqu’il y a une rupture de barre [4].

-5-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

La construction d’un moteur à cage d’écureuil est beaucoup plus simple que celle du moteur
à rotor bobiné. De ce fait, donc son prix devient moins élevé. De plus, il dispose d’une plus
grande robustesse.

Son inconvénient majeur est qu’il a, au démarrage, de mauvaises performances (courant


élevé et faible couple). Pour remédier à cette situation, 2 autres types de cages ont été développés
sont : Rotor à double cage et rotor à encoches profondes.

Anneaux de court-

Conducteurs rotorique barres

Figure I.03 :Vue schématique en perspective du rotor

I.3.3 Les paliers

Les paliers soutiennent le rotor et assurent la libre rotation. Le second palier est libre pour
assurer les dilatations thermiques de l’arbre. Une isolation électrique de l’un des paliers assure
l’élimination des courants dans l’arbre dus aux dissymétries des réluctances du circuit
magnétique. Ils sont, généralement, à roulements pour les machines de petite et moyenne
puissances.

Ces paliers, sont constitués de flasques et des roulements à billes insérés à chaud sur l'arbre.
Les flasques, moulés en fonte, sont fixés sur le carter statorique grâce à des boulons ou des tiges
de serrage comme nous pouvons le visualiser sur la Figure I.1. L’ensemble ainsi établi constitue
alors la machine asynchrone à cage d’écureuil.

I.4 Défaillance de la machine asynchrone

Bien que la machine asynchrone à cage d’écureuil soit réputer robuste, elle peut parfois
présenter diffèrent type de défauts.

-6-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.4.1 Défaillance des circuits statoriques

Pour le stator, les défaillances sont principalement dues à un problème thermique


(surcharge), électrique (diélectrique), mécanique (bobinage,) et environnemental (agression…
etc.). Les défauts qui sont les plus récurrents, localisés au niveau du stator, peuvent être définis
comme suit : [3].
A. Défauts d’isolant dans un enroulement
La dégradation des isolants dans les enroulements peut provoquer des court-circuit.
En effet, les différentes pertes (Joule, fer, mécanique… etc.) engendrent des phénomènes
thermiques se traduisant par une augmentation de la température des différents constituants du
moteur. Or, les matériaux d’isolation ont une limite thermique, électrique et mécanique. De ce
fait, si l’environnement de travail d’un matériau d’isolation dépasse une de ces limites, ce
dernier se dégrade de manière prématurée ou accélérée, jusqu’a à la cassure totale.
B. Court-circuit entre spires
Un court-circuit entre spires de la même phase est un défaut assez fréquent. Cette
défaillance a pour origine un ou plusieurs défauts d’isolant dans l’enroulement concerné. Il
entraîne une augmentation des courants statoriques dans la phase affectée. Une légère variation
de l’amplitude sur les autres phases modifie le facteur de puissance et amplifie les courants dans
le circuit rotorique. Ceci a pour conséquence une augmentation de la température au niveau du
bobinage.
De ce fait, une dégradation accélérée des isolants, peut provoquer, ainsi, un défaut en
cascade (apparition d’un 2ème court-circuit). Par contre, le couple électromagnétique moyen
délivré par la machine reste, sensiblement, identique hormis une augmentation des oscillations
proportionnelle au défaut.

Figure I.04: Défaut de court-circuit entre spires

-7-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

C. Court-circuit entre phases


L’apparition d’un court-circuit, proche de l’alimentation entre phases, induirait des courants
très élevés qui conduiraient à la fusion des conducteurs d’alimentation et/ou à la disjonction par
les protections. D’autre part, un court-circuit proche du neutre entre 2 phases engendre un
déséquilibre sans provoquer la fusion des conducteurs.
Les courants statoriques sont, totalement, déséquilibrés. Ce déséquilibre est proportionnel
au défaut qui apparaît. Les courants dans les barres ainsi que dans les anneaux sont augmentés
lors de l’apparition de ce défaut. La détection de ce type de défaut peut reposer sur le
déséquilibre des courants de phases [3].

Figure I.05: Défaut de court-circuit entre phases

D. Défaut phase terre


En présence de ce type de défaillance, la tension de la phase concernée ne change pas.
Cependant le courant circulant dans cette phase augmente avec la réduction de la résistance et
de l’inductance. Cette augmentation du courant se traduit par une augmentation de la
température pouvant entraîner des défauts l’isolant dans l’enroulement [5].

Figure I.06: Défaut phase terre

-8-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

E. Défauts de circuit magnétique.


Ces défauts aboutissent dans la plupart des cas à une dissymétrie au niveau du
fonctionnement de la machine, qui à son tour peut accentuer le problème par des phénomènes
de surchauffe, de surtension, d’élévation importante du courant, etc.
I.4.2 Défaillance de circuit rotorique
Les circuits électriques rotoriques peuvent être soumis aux défaillances suivantes :
A. Défaut d’excentricité

Parfois, la machine électrique peut être soumise à un décentrement du rotor, se traduisant


par des oscillations de couple (décalage entre le centre de rotation de l’arbre et le centre du
rotor, Ce phénomène est appelé excentricité (statique et dynamique) dont l’origine peut être liée
à un positionnement incorrect des paliers lors de l’assemblage, à un défaut de roulement (usure),
à un défaut de charge, ou à un défaut de fabrication (usinage) [7].

Trois cas d'excentricité sont généralement distingués [3]:


 Excentricité statique : généralement due à un désalignement de l'axe de rotation du
rotor par rapport à l'axe du stator. La cause principale c'est un défaut de centrage des
flasques.

Figure I.07: Excentricité statique

 Excentricité dynamique : Le rotor est positionné au centre de l'alésage mais ne tourne


plus autour de son axe.

Figure I.08 : Excentricité dynamique

-9-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

 L'excentricité mixte : Il caractérise les 2 cas, précédemment, cités.

Figure I.09 : Excentricité mixte

L’excentricité se manifeste par la création d’harmoniques dans le spectre du courant


statorique à des fréquences ( 𝑓𝑒𝑐𝑐 ) données par l’expression suivante :

(𝑘 𝑛𝑏 ± 𝑛𝑑 )
𝑓𝑒𝑐𝑐 = ( (1 − 𝑔) ± 𝑣) 𝑓𝑠 (𝐼-3)
𝑝

Avec :

𝑛𝑏 : Le nombre d’ordre d’excentricité

𝑛𝑑 = 0 pour l’excentricité statique, et nd = 1, 2, 3… pour l’excentricité dynamique.

𝑔: le glissement.

𝑣: représente l’harmonique de temps lié à l’alimentation du moteur asynchrone.

Dans le cas d’une excentricité mixte il y a une création des harmoniques de basses
fréquences𝑓𝑠.

𝑓𝑚 = 𝑓𝑎 ± 𝑘𝑓𝑟 (𝐼-4)
Avec :
𝒌 = Avec : k=1, 2,3… et
(1 − 𝑔)
𝑓𝑟 = ( ) 𝑓𝑎 ( I-5)
𝑝

A. Défaut de rupture des anneaux

La rupture de portion d’anneau est un défaut qui apparaît aussi fréquemment que la cassure
de barres. Ces ruptures sont dues soit à des bulles de coulées ou aux dilatations différentielles
entre les barres et les anneaux.
Ces portions d’anneaux de court-circuit véhiculent des courants plus importants que ceux
des barres rotoriques. De ce fait, un mauvais dimensionnement des anneaux, une détérioration

-10-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

des conditions de fonctionnement (température, humidité…) ou une surcharge de couple et


donc de courants, peuvent entraîner leur cassure. La rupture d’une portion d’anneau
déséquilibre la répartition des courants dans les barres rotoriques et de ce fait, engendre un effet
de modulation d’amplitude sur les courants statoriques similaire à celui provoqué par la cassure
de barres [8].

Figure I.10 : Rupture d’une et deux portions adjacentes d’anneau de court-circuit.

B. Défaut de cassure de barre

La rupture de barres d’une machine asynchrone est le défaut le plus couramment étudié aux
laboratoires. Ce défaut induit des modifications dans les courants du stator et entraîne donc
l’apparition d’harmoniques caractéristiques dans le spectre de ce signal. En effet, lors de
l’apparition d’une rupture de barre, des harmoniques de flux sont produits et induisent des
harmoniques dans les courants des enroulements statoriques aux fréquences [9] [10].

𝒇 = (𝟏 ± 𝟐𝒌𝒈) 𝒇𝒔 (𝑰-6)

𝒇 : La fréquence supplémentaire dans le courant d'une phase statorique à cause de cassure de


barre
𝒇𝒔 : Fréquence fondamental.
𝒈 : le glissement ; 𝒌= 1.2…

De plus les amplitudes des raies dans ces bandes latérales du fondamental augmentent avec
le nombre de barres défaillantes.

Barres totalement cassée Barres partiellement cassée


Barre totalement Barres partiellement
Figure I.11: Rupture de barre

-11-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.4.3 Défauts aux paliers


A. Défauts des roulements
Les roulements sont constitués généralement de deux bagues, intérieur et extérieur, entre
lesquelles existe un ensemble de billes ou de rouleaux tournants.

Figure I.12: Le roulement à bille

Les défauts de roulement sont généralement classés dans la catégorie des défauts liés à
l’excentricité [10].

Se manifestent à des fréquences de vibrations ( 𝒇𝒗(𝒆𝒙𝒕) ), qui sont données par les expressions
ci-dessous.

 Défaut de la bague extérieure


𝒃𝒅
𝒇𝒗(𝒆𝒙𝒕) = (𝑵⁄𝟐) (𝟏 − 𝒄𝒐𝒔(𝜷)) 𝒇𝒓 (𝑰-7)
𝒅𝒑

Avec 𝒃𝒅 diamètre des billes, 𝒅𝒑 distance du centre des billes, et 𝜷 l’angle de contact de
la bille avec la cage.

Figure .13: Défaut de la bague extérieure

-12-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

 Défaut à la bague intérieure


𝒃𝒅
𝒇𝒗(𝒆𝒙𝒕) = (𝑵⁄𝟐) (𝟏 + 𝒄𝒐𝒔(𝜷)) 𝒇𝒓 ( 𝑰-8)
𝒅𝒑

Figure I.14: Défaut à la bague intérieure

 Défaut de bille
𝟐
𝒅𝒑 𝒃𝒅
𝒇𝒗(𝒃𝒊𝒍𝒍𝒆) = (𝟏 − [ 𝒄𝒐𝒔(𝜷)] ) 𝒇𝒓 ( 𝑰-9)
𝒃𝒅 𝒅𝒑

Figure I.15: Défaut de bille


Avec :
𝑓𝑟 : est la fréquence de rotation, N : le nombre de billes, 𝑏𝑑 : Le diamètre de la bille,
𝑑𝑝 : La distance entre les centres des billes, et 𝛽 : L’angle de contact de la bille avec les
bagues du roulement.

-13-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

Au niveau du courant statorique la signature de ce type de défauts apparaît aux fréquences


suivantes [11].

𝒇𝒓𝒐𝒖𝒍 = |𝒇𝒂 ± 𝒎𝒇𝒗 | (𝑰-10)


Avec : m = 1, 2, 3… et 𝑓𝑣 est une des fréquences caractéristiques de vibrations. Soit
𝑓𝑣(𝑒𝑥𝑡) , 𝑓𝑣(𝑖𝑛𝑡) 𝑓𝑣. 𝑏𝑖𝑙𝑙𝑒

B. Défaillances du flasque

Les défauts créés par les flasques de la machine asynchrone sont le plus généralement causés
à l'étape de fabrication. En effet, un mauvais positionnement des flasques provoque un
désalignement des roulements à billes, ce qui induit une excentricité au niveau de l'arbre de la
machine [12].

C. Défaillances de l’arbre

L'arbre de la machine peut laisser paraitre une fissure due à l'utilisation d'un mauvais
matériau lors de sa construction. A court ou long terme, cette fissure peut mener à une fracture
nette de l'arbre provoquant ainsi un arrêt irrémédiable de la machine asynchrone. Les milieux
corrosifs peuvent aussi affaiblir la robustesse de l'arbre de la machine.

I.5 Causes des défauts

Les défaillances peuvent être d’origines diverses, électriques, mécaniques ou bien


magnétiques. leurs causes sont multiples et peuvent se classer en trois groupes [13]

 Les générateurs de panes: surchauffe du moteur, défaut électrique (court-circuit),


problème d’isolation électrique, usure des éléments mécaniques (roulements à billes),
rupture de fixations, etc.
 Les amplificateurs de défauts: surcharge fréquente, vibrations mécaniques,
environnement humide, échauffement permanent, mauvais graissage, etc.
 Les vices de fabrication: défauts de fabrication, composants défectueux, protections
inadaptées, mauvais dimensionnement de la machine, etc.

Maintenant on va citer les causes des défaillances qu’on a mentionner précédemment.

-14-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.5.1 Causes des défauts statoriques


 Défaut d'isolation : démarrage fréquent, décharge partielle, condition, température et
humidité extrême.
 Court-circuit entre spires : surtension, température excessive, vibration, humidité.
 Court-circuit entre phases : haute température, alimentation déséquilibre, défaut
d'installation.
 Défaut entre le stator et carcasse : cycle thermique, abrasion de l'isolant, encrassement
des spires par la carcasse, présence des points anguleux dans les encoches, choc.
 Défaut du circuit magnétique : défaut de fabrication, surcharge, cycle thermique
I.5.2 Causes des défauts rotoriques
 Excentricité : mauvaise installation, déséquilibre magnétique, défauts des roulements.
 Rupture d'une portion d’anneau : cycle thermique.
 Rupture de barres : cycle thermique, régime transitoire à longue durée. Déséquilibre
magnétique.
I.5.3 Causes des défauts des paliers
 Défaut de roulements : mauvaise installation, déséquilibre magnétique, haute
température, perte de lubrifiant, charge déséquilibrée, corrosion.
 Désalignement des roulements : défaut de couplage, mauvaise installation, surcharge.
 Déséquilibre mécanique : mauvais alignement, mouvement des anneaux de court-circuit.

I.6 Les effets des défauts

I.6.1 Les effets de défauts statoriques (court-circuit).

Les court-circuit des spires restent parmi les défauts les plus nocifs au bon fonctionnement de
la machine asynchrone, ils sont généralement présents au niveau du stator.

En effet une étude expérimentale a montré que la valeur de courant circulant dans les spires en
court-circuit est de l’ordre de dix fois plus importante que celle du courant nominal absorbé par la
machine.

Ce courant important entraîne une augmentation considérable de la température au niveau du


bobinage, qui engendre à son tour une dégradation continuelle des isolants, et par accumulation le
bousillage de la machine.

-15-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

De part ce qui est cité auparavant, ce genre de défaut fait apparaître des perturbations au niveau
du couple électromagnétique, synonyme d’une présence d’une composante supplémentaire du
couple ce qui affecte à son tour les courants statoriques, ainsi la création d’un champ magnétique
additionnel dans la machine de fréquence ±𝑓𝑠 (où 𝑓𝑠 est la fréquence de synchronisme).

I.6.2 Les effets de défauts rotoriques

En général les défauts les plus rencontrés au niveau du rotor de la machine asynchrone à
cage d’écureuil sont respectivement, barre cassée, et cassure d’une portion d’anneau qui
génèrent tous les deux des perturbations remarquables qui affectent le bon fonctionnement de
la machine.

Ce type de défauts entraînent une création d’un champ tournant de sens opposé à celui
généré par le stator, à son tour crée des courants supplémentaires dans le bobinage statorique à
des fréquences induites.

Ces courants vont générer un couple oscillatoire car il aura interaction entre ces courants et
le flux fondamental crée par l'alimentation statorique.

Dès lors, ce couple additionnel issu du produit du flux par le courant est proportionnel à
l'amplitude de courant et la fréquence (1 − 2𝑔) 𝑓. La fréquence d'oscillation sera donc de 2𝑔𝑓
et engendrera une oscillation de vitesse à cette fréquence dont l'amplitude dépendra de l'inertie
du (moteur + charge).

Cette oscillation de vitesse va générer une variation de flux, donc une force électromotrice
de fréquence fondamentale plus deux supplémentaires liées aux oscillations de vitesse. Celles–
ci sont proportionnelles à l'amplitude de la variation de la vitesse et généreront deux courants

additionnels de fréquence (1 − 2𝑔)𝑓 et (1 + 2𝑔)𝑓 [14].

I.6.3 Les conséquences des défauts

Les défauts qui surviennent sur les machines asynchrones conduisent à de multiples
problèmes qui affectent la rentabilité de l’installation globale, et qui peuvent aller jusqu’à l’arrêt
total. On cite parmi les conséquences des défauts:

a- Fluctuations au niveau du couple et de la vitesse.

b- Appel supplémentaire de courant.

-16-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

c- Déséquilibre au niveau de la tension et du courant de ligne.

d- Augmentations des arrêts non programmés, des pertes de production, et par conséquent, du
rendement global.

-17-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

Composants Défaillances Causes possibles Effets sur le système Observable


- Dégradations de l’isolant Court-circuit dans l’enroulement - Température
à la fabrication - Vibrations
Isolant dans un enroulement - Tension élevée - Courants
Machine asynchrone à cage d’écureuil

- Courant élevé
- Vibrations mécaniques
- Température élevée
- Vieillissement naturel
Court-circuit entre spires - Défaut d’isolants Elévation courants statoriques, variation - Température
d’amplitude sur les autres phases. - Vibration
Modification de facteur de puissance. - Courant
Elévation du courants rotoriques. - Puissance instantané
- Décharge partielle Proche de l’alimentation : - courants (déséquilibre)
Fusion des conducteurs - température
Stator

Court-circuit entre phases Disjonction par les protections - tension


Proche du neutre : - puissance instantanée
Elévation courants des les barres et les anneaux
déséquilibre des courants statoriques
- Dégradation des isolants - Elévation courant dans la phase - Courant de fuite
- élévation de la température
Court-circuit phase/bâti - création de défauts d’isolants
- apparition d’une composante homopolaire
- création couple pulsatoire
- Dissymétrie du fonctionnement de la machine - Température
Circuit magnétique - surchauffe, surtension - Courants
- élévation du courant - Tensions
- Problème sur le - Elévation des courants dans les autres phases. - Vibrations
réseau d’alimentation. - Elévation vibrations. - Courants.
Déséquilibre d’alimentation - Défaillance du - Elévation de l’échauffement. - Tensions.
convertisseur. - Puissance.

Tableau I.01 : Synthèse des défaillances du Stator et roulements sur la machine asynchrone [3]

-18-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

Composants Défaillances Causes possibles Effets sur le système Observable


- Réduction de la valeur moyenne de couple - Vibrations.
- Surcharge. .électromagnétique. - Couple électromagnétique.
Ruptures de barres - Oscillations de la vitesse. - Courant.
- Vibrations mécaniques.

- Bulles coulées. - Déséquilibre la répartition des courants - Courant.


entrainant la modulation d’amplitude des
Machine asynchrone à cage d’écureuil

- Dilatations
Ruptures d’anneaux différentielles. courants statoriques. - Vibrations.
- Surcharge du couple.
- Détérioration des
conditions de
fonctionnement.
- Positionnement incorrect des - Balourd (mécanique et magnétique) - Vibrations.
paliers lors de l’assemblage. entrainant les oscillations de couple.
Excentricité - Usure des roulements. - Courants.
- Défaut de charge.
Rotor

- Défaut de fabricaion.
- Couple.

- Usure - Oscillations du couple de charge entrainant - Vibrations


- Température élevée une augmentation des pertes et des
Roulements - Perte de lubrification vibrations. - Courants
- Défaut de montage - Altération de l’équilibre magnétique
- Huile contaminée - Puissance instantanée
Axe

- Variables mécaniques

Tableau I.02 : Synthèse des défaillances du Rotor et roulements sur la machine asynchrone [3]

-19-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.7 Méthodes de diagnostic

Un système de diagnostic de défauts consiste en trois étapes :

• La détection (décider que le système est en défaut ou non) ;

• La localisation (déterminer quelle partie du système est affectée)

• L’identification (estimer l'ampleur et le type des défauts).

L'approche traditionnelle consiste à ajouter des capteurs pour obtenir des informations
supplémentaires sur l'état du système : c'est la redondance matérielle. L’inconvénient principal
est le coût additionnel en équipement et en maintenance.

Par opposition la redondance analytique consiste à développer des algorithmes de détection


et localisation des défauts en utilisant les mesures disponibles sur le système. Ces algorithmes
peuvent être ou non basés sur un modèle du système. Ils doivent bien sûr tenir compte des
variations normales du comportement du système, des bruits de mesures, des perturbations
externes. Ainsi que des erreurs de modélisation, pour éviter les fausses alarmes ou les manques
à la détection,[15].

Les méthodes de diagnostic sont nombreuses et variées car elles correspondent à la diversité
des problèmes rencontrés. Sur un problème un peu complexe, il n'est d'ailleurs pas rare de
devoir utiliser plusieurs méthodes qu'on peut classer selon le schéma de la Figure I.16.

Figure I.16: Méthodes analytiques de diagnostic des défauts [8]

-20-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.7.1 Approche modèle


Cette méthode est basée sur l'estimation des signaux non mesurables ou sur le suivi des
paramètres durant le fonctionnement. Elles supposent une connaissance approfondie du procède
sous forme de modèle numérique. Dans le cas de la machine asynchrone, une modélisation dans
le référentiel triphasé ou biphasé 'équivalent est nécessaire [3]. Des paramètres (mécaniques ou
'électriques) de ces modèles sont relevés et utilisés pour avoir une signature des d’défauts. On
teste la cohérence entre les mesures et les calculs des modèles par des grandeurs caractéristiques
de l'état du procédé, appelées résidus. Le vecteur des résidus, nul en fonctionnement normal,
est comparé en ligne aux signatures de pannes.

Selon ce mécanisme de diagnostic, on distingue :

 Le diagnostic par les observateurs.


 Le diagnostic par redondance analytique (espace de parité).
 Le diagnostic par estimation paramétrique.

I.7.1.1 Diagnostic à l'aide des observateurs


Le principe de cette méthode est d'utiliser les erreurs d'estimation sur les sorties comme
résidus.

L'objectif est de construire des résidus structurés c'est-dire menant à la localisation des
défauts.

Dans certains cas l'utilisation de plusieurs observateurs, mis en batterie, peut être nécessaire
pour garantir la localisation des défauts [16].

Figure I-17: Méthodes de diagnostic par les observateurs, [10].

-21-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.7.1.2 Diagnostic par redondance analytique (espace de parité)


Comme pour les observateurs, la redondance analytique et la projection dans l'espace de
parité sont basées sur l'exploitation des résidus issus du modèle de bon fonctionnement.

La philosophie de cette approche est d'exploiter la redondance analytique existant dans les
équations d'état lorsque celles-ci sont écrites sur un horizon d'observation.

Le vecteur de résidus est alors généré en projetant les mesures observées sur cet horizon dans
un espace appelé espace de parité, [16]

I.7.1.3 Diagnostic par estimation paramétrique


Cette méthode de diagnostic utilise les paramètres structuraux d'un modèle de connaissance
et extrait par la suite les paramètres du système à partir des lois de connaissance pour détecter
et localises les défaillances.

Le point essentiel dans l'efficacité de cette méthode est le choix du modèle de


connaissance. En effet, le type de défaut que l'on voudra détecter sera fonction du modèle
utilisé.

I.7.2 Approche signal

L'analyse spectrale est utilisée depuis de nombreuses années pour détecter des défaillances
dans les machines électriques, essentiellement les ruptures de barres et ou de portions d’anneaux
au rotor des machines asynchrones, la dégradation des roulements, les excentricités et les court-
circuit dans les bobinages. Ces cas se prêtent bien à cette approche dans la mesure où de
nombreux phénomènes se traduisent par l'apparition de fréquences directement liées à la vitesse
de rotation ou à des multiples de la fréquence d'alimentation [17].

La surveillance par analyse spectrale de la machine asynchrone consiste à effectuer une


simple transformée de Fourier des grandeurs affectées par le défaut, et à visualiser les
fréquences parasites constituant la signature d'un défaut dans la machine.

Les grandeurs accessibles et mesurables d'une machine asynchrone peuvent être des
grandeurs électriques (plus particulièrement les courants de ligne), soit les grandeurs
mécaniques (vibration, couple électromagnétique).

-22-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

Les grandeurs accessibles et mesurables d'une machine asynchrone pouvant être utilisées
pour le diagnostic sont :

I.7.2.1 Analyse des courants statoriques.


L'analyse des courants statoriques dans le domaine fréquentiel reste la méthode la plus
couramment utilisée car le spectre résultant contient une source de renseignement sur la
majorité des défauts électriques et magnétiques pouvant apparaître au sein d'une machine
asynchrone [16].

Nous savons que le suivi de l'amplitude des composantes caractéristiques de fréquence dans
le spectre du courant permet de se renseigner sur l'état de la cage rotorique. Par d'exemple le
spectre du courant statorique lorsque la machine fonctionne avec un rotor sain et un rotor
défaillant (une barre cassée). Nous apercevons une nette augmentation de l'amplitude de ces
composantes, ce qui traduit la présence d'un défaut au sein de la cage d'écureuil.

I.7.2.2 Analyses vibratoires de la machine

L’analyse vibratoire de la machine asynchrone peut être menée grâce à des accéléromètres
placés sur les paliers dans les directions verticales, axiales et radiales.

Les vibrations de la machine fournissent des informations sur pratiquement tous les défauts
fréquemment rencontrés, notamment ceux mécaniques [17]. Cependant, ces analyses
vibratoires comportent certains inconvénients [18]:

 Problème d’accessibilité,

 Difficultés rencontrées dans les connexions mécaniques des accéléromètres pour


effectuer les mesures nécessaires au voisinage direct du défaut.

De plus, le coût de ces capteurs reste relativement élevé par rapport aux autres capteurs tels
que les capteurs de vitesse ou de courant.

Figure I.18: Mesures vibratoires sur la machine asynchrone.

-23-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

Pour s’affranchir de ces problèmes, les recherches focalisent leurs efforts pour détecter et
localiser les défauts par l’analyse d’autres signaux.

I.7.2.2 Analyse des flux


La conversion électromécanique de l'énergie est localisée dans l'entrefer. Cette conversion
est donc affectée par tout déséquilibre magnétique, mécanique, électrique ou électromagnétique
au rotor ou au stator.

Le flux d'entrefer, le flux embrassé dans les enroulements statoriques ou encore le flux de
fuite dans l'axe du rotor sont des paramètres qui, à cause de leur sensibilité à tout déséquilibre
de la machine, méritent d'être analysés [19].

Ces grandeurs sont difficilement mesurables mais des études ont été menées pour extraire
des signatures spécifiques à certains défauts. L'étude des variations de flux peut donc être une
solution pour détecter et localiser un défaut à travers de l'utilisation de bobines exploratrices
placées à l'extérieur de la machine, perpendiculairement à l'axe du rotor.

I.7.2.3 Analyse du couple électromagnétique


Le couple électromagnétique développé dans les machines électriques, provient de
l'interaction entre le champ statorique et celui rotorique. Par conséquent, tout défaut, soit au
niveau du stator ou au rotor, affecte directement le couple électromagnétique. L'analyse
spectrale du signal du couple (mesuré ou estimé), donne des informations sur l'état du moteur
[20].

Puisque les allures temporelles ne donnent pas beaucoup d’informations, on est obligé d’aller
vers les techniques de traitement de signal. Plusieurs techniques de traitement de signal ont été
utilisées depuis longtemps pour analyser le contenu spectral des différents signaux issus des
machines électriques tels que : les courants, les puissances, le couple, la vitesse, le flux, les
vibrations…etc. Dans ce que suit, on présente brièvement les transformées de Fourier rapide
(TFR), Fourier à fenêtre glissante (TFFG) et la transformée en ondelettes (TO) [20].

-24-
CHAPITRE I ETAT DE L’ART

I.8 Technique utilisées dans traitement de signal

I.8.1 Transformée de Fourier Rapide (TFR)


La transformée de Fourier rapide (TFR) est une technique largement utilisée pour la
détection des défauts dans les machines asynchrones. Elle donne de bons résultats pour des
fonctionnements à forte puissance ou à couple constant mais des difficultés apparaissent pour
les fonctionnements à couple de charge, vitesse de rotation et tensions d’alimentation variables.
La nécessité de trouver d’autres techniques de traitement de signal pour les signaux non
stationnaires devient donc nécessaire [20].

I.8.2 Transformée en ondelettes (TO)

La transformée en ondelettes est un outil récent de traitement de signal [21]. Son principe
repose sur la décomposition d’un signal dans une base de fonctions particulières. De ce point
de vue, elle est tout à fait comparable à l’analyse de Fourier [22].

Cependant, les ondelettes sont des fonctions oscillantes au sens large, rapidement amorties,
contrairement aux fonctions sinusoïdales de l’analyse de Fourier. Par ailleurs, les ondelettes
possèdent la propriété de pouvoir être bien localisées en temps ou en fréquence, ce qui les
différencie principalement de l’analyse temps-fréquence classique [22].

Plusieurs travaux utilisent la TO pour le diagnostic de défauts dans les machines asynchrones
triphasée à cage.

I.9 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons rappelé les éléments constructifs de la machine asynchrone à
cage d’écureuil et nous avons également décrit la majorité des défauts qui peuvent apparaître
ainsi que leurs influences sur le comportement de la machine.

Nous choisissons la modélisation des moteurs asynchrones à cage d’écureuil dans le but de
diagnostiquer des défauts de barres rotoriques dans les moteurs asynchrones à cage d’écureuil
par utilisation de la méthode d’analyse spectrale du courant statorique. Un modèle adéquat du
moteur asynchrone conçu doit être établi, chose qui sera abordée dans le chapitre suivant.

-25-
CHAPITRE II
MODELISATION DU
MOTEUR ASYNCHRONE
TRIPHASE A CAGE
D’ECUREUIL
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

CHAPITRE II : MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE


TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

II.1 Introduction & objectifs


Dans ce chapitre deux modèles dynamiques du moteur asynchrone à cage d’écureuil sont
utilisés pour étudier le comportement de la machine à induction dans les cas de fonctionnement
sain et avec défauts.

Dans le premier modèle nous considérons que la distribution du flux magnétique d’entrefer
est sinusoïdale. Les effets de la distribution d’enroulement, des ouvertures des encoches et de
la saturation sont négligeables. Dans ce qui va suit nous allons présenter la modélisation des
défauts de rupture ou cassure des barres.

II.2 Les hypothèses simplificatrices


Pour pouvoir nous concentrer sur la simulation des ruptures de barres, nous avons modélisé
le rotor par des mailles reliées entre elles électriquement et couplées magnétiquement, elles sont
formées par deux barres adjacentes et les portions d’anneaux qui les relient. Chaque barre et
segment d'anneau sont caractérisés par une résistance et une inductance (Figure II-1).

Figure II.01 : Circuit équivalent du rotor à cage d'écureuil.

Notre modélisation s’est établie à partir des hypothèses simplificatrices classiques : [27] [28]
 L’entrefer est l’épaisseur uniforme et l’effet d’encochage est négligeable.
 La saturation du circuit magnétique, l’hystérésis et les courants de Foucault
sont négligeables.

-26-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

 Les résistances des enroulements ne varient pas avec la température et l’effet


de peau n’est pas pris en compte.
Parmi les conséquences importantes de ces hypothèses, on peut citer : [29] [30]
 L’additivité des flux ;
 La constance des inductances propres.
 La loi de la variation sinusoïdale des inductances mutuelles entre les
enroulements du stator et du rotor en fonction de l’angle électrique de leur axe
magnétique.

II.3 Modèle multi enroulements de la machine.


II.3.1 Equations des tensions statoriques
Les équations en tension des trois phases statoriques s'écrivent alors :

𝑑[Ψ𝑠 ]
[𝑉𝑠 ] = [𝑅𝑠 ][𝐼𝑠 ] + (II-1)
𝑑𝑡
La matrice du flux statorique est donnée par :

[Ψ𝑠 ] = [𝐿𝑠 ][𝐼𝑠 ] + [𝐿𝑠𝑟 ][𝐼𝑟 ] (II-2)


Les vecteurs des tensions et des courants de phases statoriques et celui des courants rotoriques sont
respectivement donnés par :

[𝑉𝑠 ] = [𝑣𝑠𝑎 𝑣𝑠𝑏 𝑣𝑠𝑐 ]𝑇 (II-3)


[𝐼𝑠 ] = [𝑖𝑠𝑎 𝑖𝑠𝑏 𝑖𝑠𝑐 ]𝑇 (II-4)
[𝐼𝑟 ] = [𝑖𝑟1 𝑖𝑟2 𝑖𝑟2 … 𝑖𝑟𝑛𝑏 𝑖𝑒 ]𝑇 (II-5)
La matrice des résistances statoriques est donnée par :

𝑟𝑆 0 0
𝑅𝑠 = [ 0 𝑟𝑆 0 ] (II-6)
0 0 𝑟𝑆
En outre, la matrice des inductances statoriques est exprimée comme suit :

𝐿𝑎𝑎 𝐿𝑎𝑏 𝐿𝑎𝑐


𝐿𝑠 = [ 𝐿𝑏𝑎 𝐿𝑏𝑏 𝐿𝑏𝑐 ] (II-7)
𝐿𝑐𝑎 𝐿𝑐𝑏 𝐿𝑐𝑐

-27-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

La matrice des inductances mutuelles entre les phases statoriques et les mailles rotoriques, elle
est de 𝟑. (𝒏𝒃 + 𝟏) éléments , qui est donnée par :

𝐿𝑎𝑟1 𝐿𝑎𝑟2 𝐿𝑎𝑟3 … … … 𝐿𝑎(𝑛𝑏−1) 𝐿𝑎(𝑛𝑏) 0


𝐿 𝐿 𝐿𝑏𝑟3 … … … 𝐿𝑏(𝑛𝑏−1) 𝐿𝑏(𝑛𝑏) 0
𝐿𝑠𝑟 = [ 𝑏𝑟1 𝑏𝑟2 ] (II-8)
𝐿𝑐𝑟1 𝐿𝑐𝑟2 𝐿𝑐𝑟3 … … … 𝐿𝑐(𝑛𝑏−1) 𝐿𝑐(𝑛𝑏) 0

On remplace l'équation (II-2) dans l'équation (II-1), on obtient :


𝑑[𝐼𝑠 ] 𝑑[𝐼𝑟 ] 𝑑[𝐿𝑠𝑟 ]
[𝑉𝑠 ] = [𝑅𝑠 ][𝐼𝑠 ] + [𝐿𝑠𝑠 ] + [𝐿𝑠𝑟 ] + [𝐼𝑟 ] (𝐼𝐼-9)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡
𝒅[𝑳𝒔𝒓 ]
Le terme peut être représenté sous la forme :
𝒅𝒕

𝑑[𝐿𝑠𝑟 ] 𝑑[𝐿𝑠𝑟 ] 𝑑𝜃𝑟


= (𝐼𝐼-10)
𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟 𝑑𝑡
𝒅𝜽𝒓
= 𝝎𝒓 : représente la vitesse mécanique du rotor.
𝒅𝒕

L'équation (II-9) devient :

𝑑[I𝑠 ] 𝑑[I𝑟 ] 𝑑[𝐿𝑠𝑟 ]


[𝑉𝑠 ] = [𝑅𝑠 ][𝐼𝑠 ] + [𝐿𝑠𝑠 ] + [𝐿𝑠𝑟 ] + 𝜔𝑟 [𝐼 ] (II-11)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟 𝑟
L'ordre du système d'équations différentielles obtenu est de 3.

II.3.2 Equations des tensions rotoriques

La modélisation de la cage rotorique consiste à écrire les équations des tensions de 𝒏𝒃


mailles parcourues par 𝒏𝒃 courants indépendants. A partir de la Figure II.01 on tire les équations
des tensions des mailles rotoriques :

𝑑[Ψ𝑟 ]
[𝑉𝑟 ] = [𝑅𝑟 ][𝐼𝑟 ] + (II-12)
𝑑𝑡
𝑇
[𝑉𝑟 ] = [𝑣𝑟1 𝑣𝑟2 𝑣𝑟2 … 𝑣𝑟(𝑛𝑏) 𝑣𝑒 ] (II-13)

Dans le cas d'un moteur à cage, la tension 𝒗𝒆 de l'anneau est nulle, ainsi que les tensions des
mailles rotoriques 𝒗𝒓𝒌

Avec : k = 1,2,3,4…….𝒏𝒃 .

Le flux rotorique est exprimé par :

[Ψ𝑟 ] = [𝐿𝑟 ][𝐼𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑠 ][𝐼𝑠 ] (II-14)

-28-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

L'équation (II-12) devient :

𝑑[I𝑟 ] 𝑑[I𝑠 ] 𝑑[𝐿𝑟𝑠 ]


[𝑉𝑟 ] = [𝑅𝑟 ][𝐼𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑠 ] + [𝐼𝑠 ] (II-15)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡

La matrice des résistances rotoriques [𝑹𝒓]est symétrique de (𝒏𝒃 + 𝟏)(𝒏𝒃 + 𝟏)éléments. Elle est
donnée par .

Avec 𝑹𝒃 et 𝑹𝒆 sont respectivement la résistance d’une barre rotorique et celle d’un segment
d’anneau de court-circuit.

La matrice des inductances rotoriques est donnée par:

𝐿𝑚𝑟 : l’inductance de magnétisation d’une maille rotorique.


𝐿𝑚𝑟 : l’inductance de fuite d’une barre rotorique.
𝐿𝑚𝑟 : l’inductance de fuite d’un segment d’anneau de court-circuit.
𝐿𝑚𝑟 : l’inductance mutuelle entre la 𝑖 é𝑚𝑒 et la 𝑗 é𝑚𝑒 maille rotorique.

-29-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

Dans le cas d'un moteur avec entrefer uniforme la matrice des inductances mutuelles entre
les mailles rotoriques et les phases statoriques [𝑳𝒓𝒔] est égale à la transposée de la matrice
[𝑳𝒔𝒓].

On peut écrire donc :

𝑑[𝐿𝑟𝑠 ] 𝑑[𝐿𝑟𝑠 ] 𝑑𝜃𝑟


= ( II-16)
𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟 𝑑𝑡

𝑑𝜃𝑟
𝜔𝑟 =
𝑑𝑡

En remplaçant (II-15) dans (II-16), on obtient :

𝑑[I𝑟 ] 𝑑[I𝑠 ] 𝑑[𝐿𝑟𝑠 ]


[𝑉𝑟 ] = [𝑅𝑟 ][𝐼𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑠 ] + 𝜔𝑟 [𝐼 ] (II-17)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟 𝑠

Comme on a dit précédemment que : [𝑳𝒓𝒔] = [𝑳𝒔𝒓] 𝑻 donc (II-𝟏𝟕) sera :

𝑑[I𝑟 ] 𝑇
𝑑[I𝑠 ] 𝑑[𝐿𝑠𝑟]𝑇
[𝑉𝑟 ] = [𝑅𝑟 ][𝐼𝑟 ] + [𝐿𝑟𝑟 ] + [𝐿𝑠𝑟] + 𝜔𝑟 [𝐼𝑠 ] (II-18)
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟

En rassemblant les deux systèmes (II-11) et (II-19), on obtient un système d'équations


électriques global de la machine, qui peut s'écrire sous la forme suivante

[𝑉𝑠 ] 𝑅 0 [𝐼𝑠 ] [𝐿𝑠𝑠 ] [𝐿𝑠𝑟] 𝑑 [𝐼𝑠 ] 𝑑 [𝐿𝑠𝑠 ] [𝐿𝑠𝑟] [𝐼𝑠 ]


[ ]=[ 𝑠 ][ ]+[ ] [ ] + 𝜔𝑟 [ ][ ] (𝐼𝐼-19)
[𝑉𝑟 ] 0 𝑅𝑟 [𝐼𝑟 ] [𝐿𝑠𝑟] 𝑇 [𝐿𝑟𝑟 ] 𝑑𝑡 [𝐼𝑟 ] 𝑑𝜃𝑟 [𝐿𝑠𝑟]𝑇 [𝐿𝑟𝑟 ] [𝐼𝑟 ]

On pose que :

[𝑉𝑠 ] 𝑅𝑠 0 [𝐿𝑠𝑠 ] [𝐿𝑠𝑟] [𝐼𝑠 ]


[𝑉] = [ ] , [𝑅] = [ ] , [𝐿] = [ 𝑇 ] , [𝐼] = [ ]
[𝑉𝑟 ] 0 𝑅𝑟 [𝐿𝑠𝑟] [𝐿𝑟𝑟 ] [𝐼𝑟 ]

L'équation (II-20) devient

𝑑[𝐼] 𝑑[𝐿]
[𝑉] = [𝑅][𝐼] + [𝐿] + 𝜔𝑟 [𝐼] (II-18)
𝑑𝑡 𝑑𝜃𝑟

Le système obtenu est de 𝒏𝒃 + 𝟒 équations différentielles à coefficients variables.

-30-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

II.3.3 Equations mécaniques

L'équation du mouvement dépend des caractéristiques de la charge qui diffère d'une


application à l'autre. Dans cette étude, on ne prend en considération que le couple d'inertie et le
couple extérieur. En outre, l'équation mécanique s'écrit sous la forme suivante :

𝑑𝜔𝑟
𝐶𝑒 = 𝐽 + 𝐶𝑟 (II-19)
𝑑𝑡
𝑑𝜃𝑟
𝜔𝑟 =
𝑑𝑡
Où, 𝝎𝒓 la vitesse de rotation du rotor, 𝐽 le moment d’inertie, 𝐶𝑟 le couple de charge, et 𝐶𝑒
le couple électromagnétique produit par la machine.

Le couple électromagnétique est déduit de la co-énergie magnétique 𝑊𝑐𝑜 à l’aide de


l’équation suivante :

𝜕𝑊𝑐𝑜
𝐶𝑒 = (II-20)
𝜕𝜃𝑟
𝑾𝒄𝒐 : c’est l’énergie emmagasiné dans le circuit magnétique (Co-énergie).

Dans le but de faire une étude du fonctionnement de la machine du point de vue


électromécanique l’équation mécanique générale donnée dans (II-22) est associée au système
d’équations électriques (II-11). Le modèle complet de la machine prend la forme suivante :

𝑑[𝐿] [𝐿] [0]


[𝑉] [𝑅] + [0] [𝐼] 𝑑 [𝐼]
[ 𝐶𝑒 − 𝐶𝑟 ] = [ 𝑑𝜃𝑟 ] [𝜔𝑟 ] + [ ][𝜔 ] (II-21)
[ ] 0 0 𝐽 0 𝑑𝑡 𝑟
0 [0] [ ] 𝜃𝑟 [0] [ ] 𝜃𝑟
1 0 0 1
D’où on tire

−1
[𝐿] [0] 𝑑[𝐿]
𝑑 [𝐼] [𝑉] [𝑅] +
𝑑𝜃𝑟
[0] [𝐼]
[𝜔 ] = [ ] [ 𝐶𝑒 − 𝐶𝑟 ] − [ ] [𝜔𝑟 ] (II-22)
𝑑𝑡 𝑟 [0] [
𝐽 0
] [ ] 0 0
𝜃𝑟 0 [0] [ ] 𝜃𝑟
0 1 [ 1 0 ]
Étant donné que ces équations d'ordre 𝑛𝑏 + 6, qui sont non linéaires, une méthode
numérique doit être mise en œuvre.

-31-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

II.3.4 Calcul des inductances


L’enroulement statorique est de 2π/3 degré électrique. L’expression de FMM de la phase "a"
est donnée par la relation suivante :

2 𝑁𝑠
𝐹𝑎 (𝜑) = 𝑖 𝑐𝑜 𝑠(𝑝𝜑) (II-23)
𝜋 𝑝 𝑠𝑎
𝝋 : Un angle décrivant une position dans l’espace.
D’où l’induction créée dans l’entrefer :
2 𝜇0 𝑁𝑠
𝐵𝑎 (𝜑) = 𝑖 𝑐𝑜 𝑠(𝑝𝜑) (II-24)
𝜋 𝑒 𝑝 𝑠𝑎
Le flux magnétique dans l'entrefer par pôle est obtenu par intégration de l’expression autour
d’un intervalle polaire le long de la machine :

1 𝜋⁄
2𝑝
∅ = 𝐵 ∗ 𝑆 = ∫ 𝑑𝑧 ∫ 𝐵𝑎 (𝜑)𝑟𝑑𝜑 ( II-25)
0 −𝜋⁄
2𝑝

Il en résulte :

4𝜇0 𝑁𝑠 𝑙 𝑟
∅= 𝑖 (II-26)
𝑁𝑒𝑝2 𝑠𝑎
Le flux total traversant l’enroulement de la phase "a" dû au courant 𝑖𝑠𝑎 est donné par :

4𝜇0 𝑁𝑠 2 𝑙 𝑟
𝛹 = ∅ ∗ 𝑁𝑠 = 𝑖𝑠𝑎 (II-27)
𝜋 𝑒 𝑝2

L’inductance de magnétisation de la phase "a" est exprimée par :

𝛹𝑠𝑎 4𝜇0 𝑁𝑠 2 𝑙 𝑟
𝐿𝑎𝑚 = = 𝑖 ( II-28)
𝐼𝑠𝑎 𝜋 𝑒 𝑝2 𝑠𝑎
L’inductance totale de la phase "a" est égale à la somme de l’inductance de magnétisation,
et l’inductance de fuite correspond au flux de fuite d’encoche, flux de fuite des têtes de bobine
etc…, dont l’expression est :

𝐿𝑎𝑎 = 𝐿𝑚𝑎 + 𝐿𝑓𝑎 (II-29)


Les enroulements statoriques sont séparés par 2π/3. Par conséquent les inductances
mutuelles entre phases statoriques sont exprimées par :

-32-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

2𝜋 −𝐿𝑎𝑚
𝐿𝑎𝑏 = 𝐿𝑏𝑎 = 𝐿𝑎𝑚 cos ( )=
3 2
4𝜋 −𝐿𝑎𝑚
𝐿𝑏𝑐 = 𝐿𝑐𝑏 = 𝐿𝑎𝑚 cos ( ) = (II-30)
3 2
2𝜋 −𝐿𝑎𝑚
{ 𝐿𝑐𝑎 = 𝐿𝑎𝑐 = 𝐿𝑎𝑚 cos ( ) =
3 2

Etant donné que les enroulements statoriques sont symétriques, par conséquent les
inductances propres des trois phases et les inductances mutuelles sont égales.

Nous supposons que les barres rotoriques sont identiques et régulièrement décalées, séparées
l’une de l’autre par un angle 𝜶 = 𝟐𝝅𝒑/𝒏𝒃.

La Figure II.3 représente le champ crée pour une maille parcourue par le courant 𝒊𝒓𝒋 .

Figure II.02: Champ crée par une maille rotorique.

Chaque maille rotorique est considérée comme une bobine à une seule spire, parcourue par
le courant 𝒊𝒓𝒋 est le siège d’un flux propre exprimé par la relation :

𝜇0 𝑟 𝑙 𝛼
Ψ𝑟𝑗,𝑟𝑗 = (1 − ) 𝛼𝑖𝑗 (II-31)
𝑒 2𝜋

Le flux traversant la 𝑘 é𝑚𝑒 maille, produit par le courant 𝒊𝒓𝒋 circulant dans la maille 𝑗 est
donnés par :

𝜇0 𝑟 𝑙 𝛼
Ψ𝑟𝑘,𝑟𝑗 = (− ) 𝛼𝑖𝑗 (II-32)
𝑒 2𝜋

L’inductance de magnétisation de la maille j, est exprimée par la relation :

𝛹𝑟𝑗𝑟𝑗 2𝜋𝜇0 (𝑛𝑏 − 1) 𝑙 𝑟


𝐿𝑚𝑟𝑗 = = 𝑖𝑠𝑎 (II-33)
𝐼𝑟𝑗 𝑒 𝑛𝑏2

-33-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

L’inductance totale de la 𝑗 é𝑚𝑒 maille rotorique est égale à la somme de son inductance
démagnétisation, des inductances de fuite des deux barres et des inductances de fuite des deux
segments d’anneaux de court-circuit fermant la maille et dont l’expression est donnée par :

𝐿𝑟𝑗𝑗 = 𝐿𝑚𝑟𝑗 + 𝐿𝑏𝑗 + 𝐿𝑏(𝑗+1) + 2𝐿𝑒 (II-34)

Les mailles rotoriques sont magnétiquement couplées par l’intermédiaire du flux rotorique
d’entrefer. Les inductances mutuelles entre la 𝑗 é𝑚𝑒 maille, les mailles adjacentes et non
adjacentes sont exprimées par les relations suivantes :

𝛹𝑟(𝑗+1)𝑟𝑗 2𝜋𝜇0 𝑙 𝑟
𝐿𝑟(𝑗+1)𝑗 = − 𝐿𝑏(𝑗+1) = − − 𝐿𝑏(𝑗+1) (II-35)
𝐼𝑟𝑗 𝑒 𝑛𝑏2
𝛹𝑟(𝑗−1)𝑟𝑗 2𝜋𝜇0 𝑙 𝑟
𝐿𝑟(𝑗−1)𝑗 = − 𝐿𝑏𝑗 = − − 𝐿𝑏𝑗 (II-36)
𝐼𝑟𝑗 𝑒 𝑛𝑏2
𝛹𝑟𝑘𝑟𝑗 2𝜋𝜇0 𝑙 𝑟
𝐿𝑟𝑘𝑗 = = (II-37)
𝐼𝑟𝑗 𝑒 𝑛𝑏2

De la transformation dans le repère lié au rotor de l’équation (II-27) de la densité de flux


d’entrefer crée par le courant 𝒊𝒔𝒂 , il en résulte :

2 𝜇0 𝑁𝑠
𝐵𝑎 (𝜑′) = 𝑖 𝑐𝑜𝑠(𝑝(𝜔𝑡 + 𝜑 ′ ) (II-38)
𝜋 𝑒 𝑝 𝑠𝑎
Avec :

𝜑 = (𝜔𝑡 + 𝜑 ′ )

D’où le flux traversant la maille j est :

1 𝑗𝛼
𝛹𝑟𝑗𝑎 = ∫ 𝑑𝑧 ∫ 𝐵𝑎 (𝜑 ′ )𝑟𝑑𝜑 ′ (𝐼𝐼-39)
0 (1−𝑗)𝛼

L’inductance mutuelle entre la maille rotorique j et la phase "a" est donnée par la relation :

(2𝑗 − 1)𝜋
𝐿𝑟𝑗𝑎 = 𝑀 𝑖𝑠𝑎 𝑐𝑜𝑠 [𝑝 ( + 𝜔𝑟 𝑡)] (II-40)
𝑛𝑏
2 𝜇0 𝑁𝑠 𝑙 𝑟 𝑃𝜋
Avec : 𝑀 = 𝜋 𝑠𝑖𝑛( 𝑛 )
𝑔 𝑝2 𝑏

De même, les inductances mutuelles entre la 𝑱é𝒎𝒆 maille et les phases statoriques "b" et "c"
sont exprimées par :

-34-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

𝛹𝑟𝑗𝑏 (2𝑗 − 1)𝜋 2𝜋


𝐿𝑟𝑗𝑏 = = 𝑀 𝑖𝑠𝑏 𝑐𝑜𝑠 [𝑝 ( + 𝜔𝑟 𝑡) − ] (II-41)
𝐼𝑠𝑏 𝑛𝑏 3

𝛹𝑟𝑗𝑐 (2𝑗 − 1)𝜋 2𝜋


𝐿𝑟𝑗𝑐 = = 𝑀 𝑖𝑠𝑐 𝑐𝑜𝑠 [𝑝 ( + 𝜔𝑟 𝑡) + ] ( II-42)
𝐼𝑠𝑐 𝑛𝑏 3

II.4 Modélisation des ruptures des barres [31]

Nous allons étudier dans ce qui suit les défauts les plus fréquents qui surgissent dans les
moteurs asynchrones au niveau du rotor (cassure de barres), et de mettre en évidence les
modifications qu’il faut apportées au modèle du moteur sain décret auparavant.

La rupture d'une barre rotorique est peut-être modélisée soit par élimination des barres
considérées soit par augmentation de la résistance de la barre cassée.

La modélisation par élimination, consiste à considérer la rupture totale de la barre, c'est-à-


dire un courant nul circule dans la barre cassée Figure II.03, d'où le courant de la barre est
éliminé, et les deux courants des deux mailles adjacentes 𝑰𝒌 et 𝑰𝒌 + 𝟏 sont substitués par un
seul courant 𝑰𝒌.

Figure II.03: Circuit rotorique avec rupture d'une barre

Cela est introduit dans la matrice des résistances et des inductances par l'addition des deux
lignes et deux colonnes qui correspondent aux deux courants. Le courant Ik+1 est éliminé ainsi
que la tension correspondante d'où l'ordre du système à résoudre diminue.

-35-
CHAPITRE II MODILISATION DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASE A CAGE D’ECUREUIL

La modélisation par augmentation de la résistance de la barre cassée consiste à introduire la


cassure de la barre par augmentation de la résistance de la barre défectueuse, tout en considérant
que le courant n'est pas complètement nul.

La procédure consiste à additionner à la matrice des résistances rotoriques [Rr] une nouvelle
matrice [Rd], où les éléments non nuls de cette matrice correspondent aux éléments défaillants.
Dans le cas où le défaut concerne une barre k par exemple, la matrice [Rd] s'écrit comme suit:

On note que l'ordre du système d'équation à résoudre reste le même que celui du cas sans
défaut, seul certains éléments de la matrice [Rr] sont modifiés.

Dans notre étude, la méthode de la modélisation par augmentation de la résistance de la barre


cassée, est adoptée la valeur de cette résistance est multipliée par un facteur de 102
( 𝑅𝑏 𝑐𝑎𝑠𝑠é𝑒 =102 . 𝑅𝑏 𝑠𝑎𝑖𝑛 ).

II.5 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté un modèle permettant la modélisation de la machine
asynchrone triphasée à cage.

Ce modèle nous permet de bien modéliser les défauts de cassure de barres rotoriques. Le
chapitre suivant sera consacré à la simulation du comportement des machines asynchrones dans
le cas sain et en défaut de barre.

-36-
CHAPITRE III
RESULTATS
DE SIMULATION
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

CHAPITRE III : RESULTATS DE SIMILATION

III.1 Introduction & objectifs


La simulation des machines constitue une étape primordiale pour la mise au point d’une
procédure de diagnostic, elle permet la compréhension du fonctionnement sain et défectueux.

Dans ce chapitre, on considère la simulation du modèle multi enroulements, permettant de


représenter les différentes courbes du courant statorique, du courant dans les barres rotoriques,
du couple et de la vitesse.

La simulation est effectuée dans différentes conditions de fonctionnement : la machine à


l'état sain et avec défaut de barre. Ensuit on va analyser le spectre du courant statorique et à
travers ce dernier on détecte le défaut de la cassure de barre de notre rotor.

III.2 Simulation de la machine asynchrone


Les résultats présentés sont obtenus grâce à un programme de simulation en utilisant le
logiciel MATLAB. L’intégration du système est résolu par la méthode Runge-kutta d’ordre 4
pas constant.

Tandis que l’analyse spectrale du courant statorique réalisée en appliquant la transformée de


Fourier (TFR).

III.2.1 Résultats de simulation

Les paramètres de la machine utilisés en simulation sont donnés dans l’Annexe A

III.2.1.1 Représentation temporelle

A. Cas d'un moteur sain


Cette première simulation consiste à étudier un moteur asynchrone triphasé à cage d’écureuil
sain soumis à 2 charges différentes (05 N.m et 20 N.m). Considérons le cas d’une charge de 20
N.m appliquée à partir de 1s

Les figures (Figure III-1(A) ; Figure III-2(B) ; Figure III-3(C) ; Figure III-4(D)) représentent
respectivement la forme temporelle du courant statorique, le courant dans la barre rotorique, la
vitesse et le couple électromagnétique dans le cas du fonctionnement sien du moteur.

37
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Figure III.01: Fonctionnement d’un moteur sain sous sa charge nominale

38
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Interprétation des résultats :

 Lors du démarrage, on constate des pics de courants importants (le courant de démarrage
atteint presque la valeur 5 fois le courant nominal) qui s’atténuent avec l’évolution du régime
transitoire.
 Le courant dans la barre rotorique est bien ondulé (sinusoïdal)
 La figure III-1(C) représente l’évolution de la vitesse en fonction du temps.
 En régime transitoire on remarque un accroissement linéaire de la vitesse (système du premier
ordre), avec une tendance à osciller à cause de l’inertie des masses tournantes et du coefficient
d’amortissement du aux faibles valeurs des flux.
 On observe aussi que lors de l'application d'une charge la vitesse diminue.
 L’évolution du couple dans l’intervalle de temps 1s et 7s est une allure caractéristique type de
tous les moteurs asynchrones à cage. Celui-ci présente aux premiers instants des pulsations très
importantes. Pendant le régime transitoire, le couple est fortement pulsatoire, puis se stabilise en
fin du régime.
 On remarque que le passage d’un régime en charge vers un autre à l’instant t =1s (ou bien
d’un régime à vide vers un régime en charge) s’établie presque instantanément, sans oscillations,
avec un très faible dépassement.

B. Cas d'un moteur avec défaut rotorique

Dans la simulation suivante, on va supposer quatre défauts (rupture des barres rotoriques)
(une seule barre cassée à t = 3s ; 2 barres cassées à t = 3s ; 3 barres cassées à t = 3s et 4 barres
cassées à t = 3s). La machine était initialement saine et chargée Cr =20 N.m

La Figure III-02 (A) ; III-02 (B) ; III-02 (C) ; III-02 (D)) représentent respectivement la
forme temporelle du courant statorique, le courant dans la barre rotorique, la vitesse et le couple
électromagnétique dans le cas du fonctionnement avec le défaut de cassure de barre rotorique. Et
la même chose par rapport les Figures (III-03) et (III-04) et (III-05).

39
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Figure III.02 : Fonctionnement d’un moteur en défaut de cassure de barre rotorique (une barre)

40
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Figure III.03 : Fonctionnement d’un moteur en défaut de cassure de barre rotorique (Deux barres)

41
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Figure III.04 : Fonctionnement d’un moteur en défaut de cassure de barre rotorique (trois barres)

42
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Figure III.05 : Fonctionnement d’un moteur en défaut de cassure de barre rotorique (quatre barres)

43
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

Interprétation des résultats :

 Les défauts de rupture de barres se traduisent :


1) Dans les courbes du courant statorique : par l'apparition d'une modulation d'amplitude,

2) Dans les courbes du courant rotorique : par la déformation des oscillations initialement
sinusoïdales.

 Pour simuler la rupture de barre, on augmente sa résistance de 100 fois. Il s'ensuit une
augmentation de la valeur efficace du courant dans les barres voisines de la barre cassée.
Le phénomène est d'autant plus remarquable avec l’augmentation de nombre de barres
casées.
 Au moment de l'apparition du défaut, les grandeurs électriques sont caractérisées, par
rapport au régime normal, par des variations brusques.

III.2.1.2 Représentation fréquentielle (FFT)

Pour effectuer le diagnostic dans une installation, les opérateurs de maintenance analysent
un certain nombre de paramètres, tel que la température, le bruit, les vibrations... En s'appuyant
sur leur expérience, ces symptômes ne sont que la manifestation flagrante d'une modification
des caractéristiques temporelles et fréquentielles d'un certain nombre de grandeurs mesurables.

L'analyse spectrale du signal, est utilisée depuis de nombreuses années pour détecter des
défaillances dans les machines électriques, en particulier les ruptures de barres au rotor, la
dégradation des roulements, les excentricités, les courts circuits dans les bobinages. Les
méthodes d'analyse spectrale sont principalement utilisées dans les machines directement
alimentées par le réseau et fonctionnant en régime permanent [22] [17].

Les méthodes de traitement de signal disponibles pour le diagnostic des machines


tournantes sont nombreuses et dans ce travail on a utilisé l’analyse spectrale du courant
statorique.

L'analyse spectrale est certainement la méthode la plus naturelle pour le diagnostic des barres
cassées. En règle générale, la seule grandeur intéressante accessible au stator est le courant et
l'intérêt de son analyse spectrale est de pouvoir détecter et identifier l'élément défectueux en
fonction de sa fréquence

44
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

A. Cas d'un moteur cas sain

Moteur sain

Figure III.06 : Spectre linéaire du courant statorique (moteur sain)

B. Cas d'un moteur avec défaut rotorique

(1 − 2𝑔)𝑓𝑠 (1 + 2𝑔)𝑓𝑠 (1 − 2𝑔)𝑓𝑠 (1 + 2𝑔)𝑓𝑠

Figure III.07 : Moteur en charge Figure III.08 : Moteur en charge


(Cr=20 N.m) avec une barre cassée (Cr=20 N.m) avec 2 barres cassées

45
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

(1 − 2𝑔)𝑓𝑠

(1 − 4𝑔)𝑓𝑠
(1 − 4𝑔)𝑓𝑠

(1 − 4𝑔)𝑓𝑠
(1 − 2𝑔)𝑓𝑠

(1 + 2𝑔)𝑓𝑠
(1 − 4𝑔)𝑓𝑠

(1 + 4𝑔)𝑓𝑠

Figure III.09 : Moteur en charge Figure III.10 : Moteur en charge


(Cr=20 N.m) avec une barre cassée (Cr=20 N.m) avec 2 barres cassées

Interprétation des résultats :

 Les figures (III-06 a III-10) présentent le spectre de fréquence du courant autour de


50Hz. Ce qu'on peut observer sur le spectre du signal dépend de la résolution donnée par
le nombre de points. La tranche d'acquisition comprend 70000 points. La résolution
fréquentielle obtenue 0.1429

 Lors de la simulation du moteur sain ; aucune raie latérale.

 Lorsqu'une barre est rompue, on remarque l'apparition de raies latérales se manifeste


(Figure III-07). On voit bien que l'amplitude augmente avec l'augmentation du nombre
des barres cassées.

 La présence des multiples des harmoniques caractéristiques de défaut de barre


indique l’augmentation de la sévérité du défaut de barre.

46
CHAPITRE III RESULTATS DE SIMILATION

 Le tableau (III-01) met en évidence l’influence du nombre de barres cassées sur le


spectre de courant statorique.

L'état du moteur (1-2g) fs (1+2g) fs (1-4g) fs (1+4g) fs


1 barre cassée 2.613 03.50 00 00
2 barre cassées 05.61 05.176 01.813 01.38
3 barre cassées 12.24 09.16 03.111 06.904
4 barre cassées 25.29 11.84 0 17.22 07.187

Tableau III.01 : L'amplitude des composantes (1 ± 2𝑔)𝑓𝑠 𝑒𝑡 (1 ± 4𝑔) 𝑓𝑠 pour différents nombres
de barres cassées.

III.9 Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons étudié à l'aide du modèle multi enroulements les défauts dans
la cage rotorique. Les simulations nous ont permis de constater les effets de cassure de barre
sur le comportement de la machine. Ces défauts ont des effets similaires et engendrent ce qui
suit :
 Des oscillations sur le couple et la vitesse,
 L'apparition des harmoniques dans les courants statoriques,
 La diminution de la vitesse moyenne.

Nous avons présenté la technique de traitement de signal qu’on a utilisée pour la détection
des ruptures des barres, Cette méthode est l’analyse spectrale par une TFR qui a permis de
déterminer la composition fréquentielle du courant statorique et de trouver les raies associées
aux défauts. Les amplitudes des harmoniques (1 ± 2𝑔)𝑓𝑠 , associés au défaut, augmentent
avec le nombre de barres cassées.

Pour le quatrième chapitre on doit présenter et comparer les résultats de simulation avec les
résultats expérimentaux.

Pour valider nos programmes de simulation, nous avons comparé nos résultats à ceux
d'autres auteurs et ils apparaissent en, bonne concordance.

47
CHAPITRE IV
RESULTATS
EXPEREMENTAUX
CHAPITRE IV RESULTATS EXPEREMENTAUX

CHAPITRE IV : RESULTATS EXPEREMENTAUX

IV.1 Introduction & objectifs


Dans ce chapitre on va comparer les résultats de simulation trouvés dans le chapitre
précèdent et les confirmés par l’analyse des résultats obtenus à travers les essais expérimentaux.

IV.2 Présentation du banc d’essai


Nos études sont faites au Laboratoire de Développement des Entrainements Electriques
(LDEE) dont le système est représenté ci –dessous :

 La machine à étudier est alimentée par auto transformatrice connectée au réseau triphasé
380V et 50 Hz.
 Le moteur asynchrone à cage d’écureuil utilisé est un moteur de 3 KW ;1410 tr/min,7A.
Les phases du moteur sont couplées en triangle, les autres paramètres sont donnés dans
l’ANNEXE A.
 Une génératrice à courant continue alimente une charge résistive, l’ensemble constitue
la charge du moteur. Les caractéristiques de la génératrice sont données dans
l’ANNEXE B.

Nous avons utilisé 3 capteurs de courant, 2 capteurs de tension et une carte d’acquisition.
L’ensemble est relié à un PC pour le traitement et la visualisation des signaux captés.

2
4

1
5

Figure VI.01 : banc d’essai utilisé pour le diagnostic de défaut de barre. 1)-bloc
d’alimentation. 2)-capteur de tension. 3)-capteur de courant. 4)-PC et carte d’acquisition. 5)-
moteur à cage et génératrice.

-48-
CHAPITRE IV RESULTATS EXPEREMENTAUX

Dans ce chapitre nous allons présenter les résultats expérimentaux pour les différents cas du
fonctionnement (le cas sain et le cas défaillant).

VI.2.1 Résultat expérimentaux

VI.2.1.1 Représentation temporelle du courant statorique

sain defaut 1 barre defaut 2 barres


10 10 10
8 8 8
courant statoriques(A)

6 6 6

4 4 4
2 2 2

0 0 0

-2 -2 -2

-4 -4 -4

-6 -6 -6

-8 -8 -8

-10 -10 -10


0 0.01 0.02 0.03 0.04 0 0.01 0.02 0.03 0.04 0 0.01 0.02 0.03 0.04
temps(s)
Figure VI.02 Représentation temporelle du courant statorique à l’état sain et avec un défaut de barre

Interprétation des résultats :

Lors de la rupture de barre, il est difficile d'analyser directement la forme temporelle du courant
statorique. Ce dernier ne présente en effet qu'une faible modulation (Figure VI-01).

Dans le cas sain, bien que le rotor ne contient aucun défaut, la forme temporelle du courant
statorique a une légère déformation qui ne peut être que la manifestation de coexistence de
plusieurs harmoniques due du réseau d’alimentation pollué.

IV.2.1.2 Représentation fréquentielle du courant statorique


A. Cas d’un moteur sain

L’analyse par TFR permet de mettre en évidence les raies présentes dans le spectre du signal.

-49-
CHAPITRE IV RESULTATS EXPEREMENTAUX

Nous présentons les résultats de simulation de l'analyse du courant statorique par TFR en régime
permanent en charge.
Moteur sain

Figure VI.03 : Spectre du courant statorique d’un moteur sain sous sa charge nominale

Figure IV.04 : Spectre du courant statorique d’un moteur avec défaut de cassure d’une barre sous
sa charge nominale

-50-
CHAPITRE IV RESULTATS EXPEREMENTAUX

Figure IV.05 : Spectre du courant statorique d’un moteur avec défaut de cassure 2 barres sous sa
charge nominale

Interprétation des résultats

 Dans le cas sain le spectre du courant statorique contient en plus du fondamental des
harmoniques du temps dus à l’alimentation et les harmoniques d’espace dus à la
répartition non sinusoïdale des enroulement statorique (figure (IV-03)).
 La figure (IV-04) montre le spectre du même courant au tour du fondamental dans le cas
d’une cassure d’une seule barre.
 Dans ce spectre on constate, l’apparition de deux harmoniques au tour du fondamental de
fréquences (1 − 2𝑔)𝑓𝑠 et (1 + 2𝑔)𝑓𝑠.Ces harmoniques caractérisent le défaut de
barre.
 La figure (IV-05) représente le spectre du courant statorique mais cette fois avec défaut
de cassure de 2 barres rotoriques, on observe que dans ce spectre l’apparition de 4
harmoniques au tour du fondamental des fréquences (1 − 4𝑔)𝑓𝑠 et (1 − 2𝑔)𝑓𝑠 et
(1 + 2𝑔)𝑓𝑠 et (1 + 4𝑔)𝑓𝑠 ;avec une augmentation de l’amplitude de ces
harmoniques par rapport au cas précédent.

-51-
CHAPITRE IV RESULTATS EXPEREMENTAUX

 La présence des multiples d’harmoniques caractéristique de défaut de barre indique


l’augmentation de la sévérité du défaut de barre.

IV.3 Conclusion

A partir des résultats trouvés par les essais déjà réalisés ; on a confirmé les résultats obtenus
dans le chapitre III donc il est très clair que la forme temporelle du courant statorique ne nous
montre pas l’existence ou l’absence du défaut. C’est la raison pour laquelle, l’analyse spectrale
(TFR) devient un outil nécessaire pour la détection des défauts.

La présence des harmoniques de fréquence (1 − 2𝑔)𝑓𝑠 et (1 + 2𝑔)𝑓𝑠 dans le spectre du


courant statorique est un indicateur d’existence de défaut de barre.

L’augmentation de l’amplitude des harmoniques caractéristiques de défaut de barre présente


dans le spectre du courant statorique. Nous renseignons sur la sévérité du défaut de barre ; on a
remarqué que plus le nombre de barres cassées augmentent plus la sévérité du défaut augmente.

-52-
CONCLUSION
GENERALE
CONCLUSION GENERALE

CONCLUSION GENERALE

Le moteur asynchrone est l’élément le plus utilisé et l’un des plus important des systèmes
d’entrainements électriques. Sa surveillance et son diagnostic a fait l’objet de plusieurs études
et recherches pour le développement et l’amélioration.

Notre travail dans ce mémoire concerne le diagnostic des défauts rotoriques et plus
particulièrement des ruptures de barres du moteur asynchrone a cage d’écureuil. Notre choix a
été porté sur la méthode de l’analyse spectrale du courant statorique. Cette étude nous a permis
de vérifier pratiquement les fréquences des signatures qu’engendrent les défauts de cassure de
barres. Là où la sévérité des défauts dépend de l’amplitude des harmoniques caractérisant les
défauts de cassure de barre.

Dans le premier chapitre nous avons rappelé les éléments de constitution de la machine
asynchrone afin de préciser les différents défauts pouvant survenir sur les machines. Ensuite,
on a cité les divers techniques de diagnostic appliquées au moteur asynchrone triphasé a cage
d’écureuil

Dans la deuxième partie du mémoire on a présenté un modèle mathématique du moteur


asynchrone triphasé à cage pour qu’on dispose d’un outil de simulation suffisamment
représentatif des divers cas de fonctionnement (système sain ou défaillant).

Dans le troisième chapitre, nous avons présenté les résultats de la simulation par l’emploi d’un
programme écrit en MATLAB avec interprétations.

Les résultats expérimentaux sont présentés dans le quatrième chapitre dans le but de valider
les résultats obtenus par la simulation.

On conclut que l’apparition des harmoniques des fréquences (𝟏 − 𝟒𝒈)𝒇𝒔 et (𝟏 − 𝟐𝒈)𝒇𝒔


et (𝟏 + 𝟐𝒈)𝒇𝒔 et (𝟏 + 𝟒𝒈)𝒇𝒔 dans le spectre du courant statorique est une indication de la
présence d’un défaut de cassure de barre. On ajoute que l’augmentation de l’amplitude de ces
harmoniques est une signification sur la sévérité du défaut de barre.

-53-
ANNEXE A
ANNEXE A

ANNEXE A

Les paramètres du moteur asynchrone utilisé

Tension nominale 380 V

Courant nominal 7A

Fréquence d’alimentation 50 Hz

Couplage Triangle

Vitesse rotorique 1410 tr/min

Nombre de pôles 4 pôles

Nombre de tour 54

Nombre d’encoche statorique 36 encoches

Nombre de barre 28 barre

Résistance d’une phase statorique 5.5 Ω

Inductance de fuit statorique 0.06 H

Résistance d’une barre rotorique 150 µ Ω

Résistance d’une barre rotorique 1.59 µΩ

Inductance de fuite d’une barre rotorique 0.603 nH

Inductance de fuite de l’anneau de court –circuit 2 nH

Couple de charge 20 N.m

Moment d’inertie 0.04 kg.m2

Rayon moyen 0.04407 m

Longueur 0.1297 m

Epaisseur d’entrefer 0.0002 m


ANNEXE B
ANNEXE B

ANNEXE B

Les paramètres de la génératrice utilisée

Constructeur DELORENSO

Puissance 2.4 KW

Tension nominale 220 V

Courant d’induit 10.9 A

Courant d’excitation 0.65 A

Vitesse nominale 1410 tr/min 1410 tr /min

Classe d’isolation F
BIBLIOGRAPHIE
BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

[1] G. Benbouzid, « What Stator Current Processing Based Technique to Use for Induction
Motor Rotor Faults Diagnosis? » IEEE, Transaction on Energy Conversion, Jun 2003., vol.
VOL 18, n° % 12, pp. 238-244, Jun 2003.

[2] A. Bouguerne, Thèse « Diagnostic automatique des défauts des moteurs asynchrones, »
Constantine-Algérie, 2009.

[3] O. Ondel, Thèse « Diagnostic par reconnaissance des formes : Application a un


ensemble convertisseur – machine asynchrone », Ecole centrale de Lyon-France, 2006.

[4] K. mohamed, article « The existence of large interbar currents in the three phase squirrel
cage motors with rotor-bar and end-ring faults., » IEEE Transactions on Power Apparatus
Systems, vol. Vol. 103, n° %17, pp. 1854-1862, 1984.

[5] T. Boumegoura, Thèse Doctorat "Recherche de signature électromagnétique des défauts


dans une machine asynchrone et synthèse d‟observateurs en vue de diagnostic", Lyon, France:
Ecole centrale de Lyon, Mars 2001.

[6] B. Noureddine, Diplôme de magisteren Electrotechnique"Contribution Au Diagnostic


Des Machines Asynchrones »., CONSTANTINE: Université MENTOURI.

[7] J. Morlet, Sampling theory and wave propagation, vol. F1 NATO ASI, Springer, 1983,
p. 233–261.

[8] F. Oumaamar, « 6th international symposium on advanced electro mechanical motion


systems electromotion, » chez Novel method of broken rotor bars diagnosis in induction
machine by D.C supply, Sept 2005.

[9] M. Benbouzid, « "Induction motors‟ faults detection and localization using stator current
advanced signal processing techniques", » IEEE Transactions on Power Electronics, vol. 14, n°
%11, pp. 14-22, January 1999.

[10] L. Souad, « Thèse de magister“ Synthèse Des Méthodes De Diagnostic Appliquées A


La Détection Des Défauts Dans Les Machines Asynchrones”, » Université Des Sciences Et De
La Technologie, Oran, Algérie, 2005.

[11] R.ahmed., « “An unsupervised On-Line System for Induction Motor fault Detection
Using Stator Current Monitoring ”, » IEEE Transactions on industry applications, vol. 31, n°
%16, pp. 1280-1286, 1995.

[12] A.H.Bonnett, «Root cause ac motor failure analysis with a focus on shaft failures,» IEEE
Transactions on Industry Application, vol. 36, n° %15, pp. 1435-1448, September/October
2000.
BIBLIOGRAPHIE

[13] A. Bonnett et G. Soukup, « Cause and analysis of stator and rotor failures in three-phase
squirrel-cage induction motors, » Industry Applications IEEE Transactions on, vol. 28, n° %14,
p. .921 – 937, July-Aug. 1992.

[14] D. Zoheir, « Projet de fin d‟étude ”Diagnostic de défauts de la MAS à Rotor à Cage
d‟écureuil ", » Ecole Nationale Polytechnique, Alger, Juin 2006.

[15] C. Capdessus, Thèse d’ingénieur « Aide au diagnostic des machines tournantes par
traitement du signal ».

[16] N. D, « Doctoral dissertation (Electromagnetic flux monitoring for detecting faults in


electrical machines); » University of Technology, Helsinki, 2006.

[17] D. houssine, « Thèse d’ingénieur (Diagnostic de d’défauts de la machine asynchrone `a


cage d’écureuil par la méthode de reconnaissance des formes, » Ecole Nationale Polytechnique,
Alger, Juin 2007.

[18] D. A. B. S. BOUSBIA Salah Mohamed, « Diplôme d'ingénieur d'état (Identification des


machines asynchrones par la méthode SSFR vue de leur diagnostic) ».

[19] G. Didier, « Thèse de doctorat"Modélisation et diagnostic de la machine asynchrone en


présence de défaillances", » Université Henri Poincaré, Nancy, 2004.

[20] Antonino-Daviu, « “Validation of a New Method for the Diagnosis of Rotor Bar Failures
via Wavelet Transform in Industrial Induction Machines, » IEEE Transactions on Industry
Application, vol. 42, n° %104, p. 99, 2006.

[21] H. Bonnett, « "Cause and analysis of stator and rotor failures in three- phase squirrel-
cage induction motors”, » IEEE Transactions on Industry Applications, Vols. %1 sur %228, n°
%14, pp. 921-937, Jul/Aug. 1992.

[22] R. Hammoud, « Thèse de Doctorat (contribution à l’amélioration des modèles


Mathématiques des machines asynchrones, » Université de Ferhat Abbas, Sétif, 2007.

[23] Ondel O, « A method to detect broken bars in induction machine pattern recognition
techniques, » IEEE Trans Ind Appl, 2006.

[24] L. Mclees, « FEM optimal design of energy efficient induction machines, » Advances
in Electrical and Computer Engineering, n° %19, 2009.

[25] . J. Faiz, « A new pattern for detection of broken rotor bars in induction motors during
start-up., » Trans Magn, 2008.

[26] J. Faiz, « Locating rotor broken bars in induction motors using finite element method »
ENERGY CONVERSION AND MANAGEMENT, JANUARY 2009.

[27] P. Barret, régime transitoire des machines électriques tournante, Paris: Eyrolle, 1982.

[28] P I.M, théorie générale et processus transitoires dans les machines électrique, Moscou:
Vischaya Chkola, 1975.
BIBLIOGRAPHIE

[29] K I.P, modélisation mathématique des machines électriques, Moscou: Vishaya chkola,
1975.

[30] K. Adressâmes R, Modélisation des machines électriques, Batna: université de Batna,


1997.

[31] K. W. Yahiaoui, PFE master "Diagnostic des machines asynchrones à cage d'écureuil
par la méthode du flux magnétique", Oran: USTO, 2015.

[32] H. RAZIK, « Le contenu spectral du courant absorbe par la machine asynchrone en cas
de défaillance, un état de l’art, » IEEE, N°129, pp. 48-52, Juin 2002.

[33] K. Abdelfattah, « Mémoire magister "Etude comparative des modèles des machines
asynchrones utilisés en diagnostic des défauts », » université FERHAT ABBAS – UFAS,
SETIF, 11 / 04 / 2009.

[34] E. Hamdi, « Thèse de doctorat "Contribution au Diagnostic d’une Machine Asynchrone


Triphasée à Cage ", » Université de Biskra, 2006.

[35] Y. Khaled, « Thèse de doctorat "Contribution au Diagnostic de la Machine Asynchrone


Triphasée par une Approche signal ", » Université Mohamed Khider, Biskra, 2010.

[36] E. Schaeffer, « Thèse de doctorat "Diagnostic des machines asynchrones : modèles et


outils paramétriques dédiés à la simulation et à la détection de défauts", » Université de Nantes,
Nantes, 1999.

[37] R. Polikar, «"The wavelet tutorial", Available: http://users.rowan.edu/


polikar/wavelets/wttutorial.html, » [En ligne].

[38] J. faiz, « Locating rotor broken bars in induction motors using finite element method »
ENERGY CONVERSION AND MANAGEMENT, JANUARY 2009.
[39] T. Tudorache et L. McLees, « FEM optimal design of energy efficient induction
machines, » Advances in Electrical and Computer Engineering, vol. 9, 2009.

Vous aimerez peut-être aussi