Vous êtes sur la page 1sur 10

Keskon attend ?

ED ITO

A
ujourd’hui, les médias peinent à être objectifs. Nor- même tout ce qu’il y a à voir. Et ainsi développerait ce qu’il en pen-
mal. N’est-ce pas impossible? Quand il raconte quel- se. Un exemple de ce que cela pourrait donner dans le monde ré-
que chose, le journaliste que l’on est, est obligé d’a- el ? Dans notre ville de Châtellerault, l’entreprise Fabris a intéressé
voir un avis une opinion, non ? La presse ne peut-être la presse uniquement parce qu’il y avait à voir la violence des com-
neutre. Il n’existe pas de média neutre. Personne ne l’est. Un prof portements des employés. Alors que personne ne s’est demandé ce
est-il neutre ? Les programmes scolaires le sont-ils ? Et les forces de que ces personnes ont pu subir… Ulcérés par leur licenciement dû
l’ordre ? Et le gouvernement ? L’exemple ultime serait les partis à l’avidité des nouveaux patrons, ils avaient pris en otage l’usine,
politiques. Les journalistes sont soumis au même dilemme. Alors, menaçant de la faire sauter avec des bombonnes de gaz. Le média
au lieu d’osciller entre pseudo-objectivité et engagement-partisan, il parfait aurait rendu compte des actions des deux parties. Il aurait
ne reste plus qu’à inventer le média parfait. D’ailleurs j’en ai rêvé la donné son avis, sa vérité, sans occulter un seul fait. Ça, c’aurait été
nuit dernière. Dans ce rêve, la presse se méfiait des mises en scène, un engagement. Mais on finit toujours par se réveiller. C’est ce qui
se cantonnant à la vérité. Sa vérité. Car notre vérité n’est-elle pas m’est arrivé. Avec une irrépressible envie de pleurer. Le média par-
une question de point de vue ? Mais ce média montrerait tout de fait n’existe pas ! Florentin, Ophélie
RSA : Rembourser Son Aide ?
E
T
out d’abord, un ‘tite défini- recevant le RSA payent. Par exemple la solidarité, la société, n’en serait
tion (merci Robert). Qu’est- en travaux d’intérêt général. Alors plus une. C’est ce qui nous lie. Ce
d ce que c’est au juste, la que ces pauvres gens galèrent déjà qui nous distingue du règne animal.
solidarité ? Monsieur le pour trouver un travail, et reçoivent Alors considérer les personnes qui
i dictionnaire nous indique genti- seulement de quoi survivre ! Nous ont un besoin vital d’aide comme
t ment « fait d’être solidaire ». OK... Et
sinon ? « Relations entre personnes
devons nous serrer les coudes. Faire
payer la solidarité la dénature. La
un corps malade, un virus, et penser
qu’ils devraient travailler pour rem-
o ayant conscience d’une communau-
té d’intérêts, qui entraine un obliga-
personne dans le besoin devient
l’employé de la société qui l’affame.
bourser l’argent qui leur est néces-
saire pour vivre, c’est vraiment…
tion morale d’assistance mutuelle. » Ce deviendrait un job comme un Vraiment BIP !
Pas mal. Laurent Wauquiez devrait autre. Ce qui est sûr c’est que sans Florentin.
b en prendre de la graine.
Monsieur le médecin a quali-
i fié très élégamment les per-

s sonnes ayant besoin du RSA


de « cancer » de la société.
Cependant, lui, connaît le
dico par cœur. C’est pour-
quoi il préfère utiliser le
terme qu’il pense politique-
ment correct d’assistanat.
Super Larousse à la rescous-
se ? Assistanat est un dérivé
d’assistance, il vient
« d‘assister : être aux côtés
de », à mettre en parallèle
avec la charité. Donc d’une
action pas forcément gratui-
te qui souligne une vraie
différence entre celui qui
donne et celui qui reçoit.
C’est ce que docteur W. sou-
haiterait. Que les personnes

Nouveaux tarifs des gestes de solidarité : toute aide mérite salaire !


Faire traverser un aveugle : 11 euros (il faut être dévoué pour aider quelqu’un qui ne vous voit
même pas)
Ramasser un papier/ crotte : 0,50 pour le papier, 1 euro pour la crotte (penser au savon)
Aider pour les devoirs : 9 euros (si c’est le petit frère) et 12 euros pour le dyslexique
Porter le sac d’une vieille : 9 euros (ça dépend si elle discute ou pas)
Donner les réponses lors de contrôles : 5euros les 5 réponses
Donner une pièce à un mendiant : deux euros (si on a donné un euro)
Faire les courses d’une personne avare : 3 euros (ça peut être vite fait)
Partager sa chambre : 5 euros (toujours le tarif petit frère)
Prendre un auto-stoppeur en auto : 3 euros/ à vélo : 4 euros/ à pied : 5 euros

Partager son jardin pour barbec : deux euros (selon les grillades)
On n’a rien sans rien ! Floriane et Mathilde
R
J’accuse DSK, l’innocent !
’ Violeur ? Qui sait ? (vive la présomp-
h tion d’innocence) Attendons que la jus-
u tice donne son avis. En tout cas…
m
e
u
r
J ’accuse DSK de fainéanter dans
une suite à 300 m² quand il doit
passer une simple nuit à New
York ! J’accuse DSK de faire louer à
sa femme un appartement de 35 000
pour les prisons,
on connait la pri-
son qu’il se paye.
J’accuse les médias
d’avoir fabriqué pour DSK
euros, de 600 m² avec home cinéma, une image de présidentiable,
! terrasse, spa, et d’autres conforts tout d’homme au total contrôle, qui
aussi inutiles… Alors qu’il faut à un ne dérape jamais, alors qu’il
smicard trois ans pour dépenser cette serait un homme soumis à des
somme. Je l'accuse également de, lors- pulsions irrésistibles.
qu’il doit se déplacer, prendre soin de J’accuse Jean François Kahn
circuler en voiture de luxe : Porsche, je d’avoir eu une remarque ma-
crois . DSK, président du FMI, qui sort chiste et méprisante avec son
de l’argent facilement alors que le pays histoire de troussage de domesti-
ne s’en sort plus, ce n’est pas tolérable. que. C’est du mépris de classe et éga-
Il peut mettre des pays à genoux, com- lement de la femme. Je suis une femme
me la Grèce, il peut détruire les servi- du XXIe siècle, et le terme « Troussa-
ces publics : les hôpitaux, les écoles, la ge » n’est plus acceptable. Ils sont donc Non, M. DSK on
culture… Il aura toujours autant plein au moins, Jean François Kahn et DSK, ne vous jugera
de fric pour aller dans des cliniques coupables de machisme. pas sur vos
privées, pour mettre ses enfants dans Et DSK qui ne se comporte ni plus ni
des écoles privée. Il pourra toujours se moins que comme une star…. Alors, apparences...
payer des places d’opéra à 300 euro la innocent ? Peut être, oui, mais pas de
place. Pas besoin de payer d’impôts tout.
Mathilde, Florentin et Paola

En direct de Kahn, après la montée des marchés »,


voici le palmarès de la politique !
Le palmarès est désormais connu et présente une nouvelle fois des valeurs sûres, des
stars confirmées de la comédie.

T
out d’abord le prix du vrai acteur, capable de se sortir des meilleur scénario appartient sans
meilleur film! Et c’est pires machinations, avec l’argent discussions au « Diner de cons »
« La conquête » qui rem- nécessaire bien entendu. Passons avec comme convives Hollande,
porte l’oscar, pour la su- au meilleur rôle féminin : Christi- Lepen, Sarko. Conversation à vomir
perbe interprétation de Nico, la ne Lagarde (futur présidente du en perspective… Et enfin la palme
mise en place d’un personnage FMI). Et maintenant le meilleur d’or : Troussage à New York » d’a-
réel, dans une situation imaginai- rôle masculin. Et c’est encore Sar- près une idée de Jean François
re... Le meilleur acteur fut sans ko, cette fois pour son magnifique Khan, magnifiquement interprété
conteste DSK, pour sa superficialité rôle de Simplet dans « Blanche nei- pas DSK.
digne d’une star de Bollywood. Un ge et les sept nains ». Le prix du
Victor, Ophélie, Nourelhouda
Règlement de compte en
p « primaires»
o Le parti socialiste c’est comme une grande cour de récréation, les enfants
p

«
sont stupides, immatures, et se disputent pour tout et n’importe quoi !

o Ah ces jeunes ! On se Bref, voici une petite mise en scène


croirait dans la jungle ! » pour vous montrer, à vous lecteurs
l Si on jetait un coup d’œil du Keskon Attend, notre vision du
dans cette cour de ré-
i création, on pourrait peut-être aper-
monde politique actuel. Aujourd-
’hui, il est malheureusement
cevoir et écouter deux profs discu-
t ter entre eux : ce seraient les deux facile de comparer le compor-
tement des politiciens à ceux
anciens Mitterrand et Blum mi-
i amusés, mi-affligés. d’enfants jouant encore dans
Mitterrand : Tu sais que Martine
q
le bac à sable. Certains provo-
Aubry vient de se faire élire délé- quent des polémiques, d’autres se
guée de classe ? Depuis le temps
u qu’elle le voulait !
disputent du fait qu’ils n’ont pas
« tout à fait » les mêmes idéologies.
Blum : C’est vrai ? Ca a dû en rendre
e furax plus d’un ! Je ne vise personne Ils ne cessent de se mettre en
… avant et ne pensent qu’à eux et ne
Mitterrand : A qui le dis-tu ! Ségolè- se rendent pas compte qu’ils aga-
ne Royale s’est mise à bouder dans cent la population tout autour
son coin ! Elle refuse de parler à qui d’eux. Il serait peut-être bon qu’ils
que ce soit et ça en agace plus d’un !
Blum : Qu’elle est rancunière ! arrêtent de se mettre constamment
Mitterrand : Je ne te le fais pas dire ! devant les médias, ça devient érein-
Il y a aussi François Hollande qui a tant pour tout le monde. Donc voici
perdu du poids, je ne sais pas si tu un article coup de gueule qui mon-
as remarqué. tre notre ras-le-bol de ce compor-
Blum : A si c’est flagrant, ç’aurait été tement égocentrique. Sales gosses !
difficile de ne pas le voir ! D’ailleurs,
c’est parce que Martine Aubry lui a Florent, Arthur, Ma-
volé son goûter, la honte ! En plus, thilde, Paola
déjà qu’elle était un peu enrobée, ca
ne va pas arranger les choses !
Mitterrand : Au fait, tu as remarqué
qu’il manquait un élève ?
Blum : Ah oui, maintenant que tu le
dis, c’est Strauss-Kahn ! Il s’est re-
trouvé chez le directeur après s’être
amusé à soulever les jupes des filles
de CP. Il va surement être renvoyé,
d’ailleurs, c’est surement pas plus
mal !
Mitterrand : Tant mieux ! Je
l’ai toujours trouvé un peu
« suspect » cet enfant, je me
demande s’il tient ça de son
père ou de sa mère. En tout
cas il a hérité de son talent de comp-
table.
2073, samedi 28 mai.
D
Je me réveille à 9h 3O ...
o Je regarde aux hublots, toujours rien ! Cela fait 15 ans que
j’attends la venue d’un poisson dans la Seine. Je vis à Paris
écrite de tout ce bonheur après ma mort dans quelques
mois.
c (oui, je suis en vie) après les récents incidents nucléaires. « Cette année 2073 est une belle année. La meilleure de-
Seuls les plus riches ont survécu en se payant des abris puis que la terre a été dévastée par divers accidents nu-
u nucléaires sous-marins. Je vais dans mon salon. J’allume la cléaires qui ont succédé à Fukushima. Que le monde est
- radio. Toujours cette
même propagande
beau aujourd’hui ! Les maladies
sexuellement transmissibles ont
f pro-nucléaire… Fina- disparu car notre espèce est prati-
lement, je crois que quement stérile du fait des radia-
i j’ai fini par y croire. Je tions. A l’école, nous avons de la
c crois que j’ai fini par
croire au fait que le
chance : la Science de la vie et de
la terre est devenue beaucoup
t nucléaire a changé plus simple depuis que les ¾ des
i nos vies, a réglé les
problèmes économi-
espèces animales et végétales ont
disparu. La pêche est aussi deve-
o ques, comme les re-
traites ou l’aide socia-
nue très rentable : nos saumons
quotidiens sont devenus énormes,
n le. Effectivement, avec ne pèsent jamais moins que plu-
une moyenne de vie sieurs dizaines de kilos. Enfin,
de 23 ans, ces deux guerre et racisme ont pratique-
problèmes sont négli- ment disparu : un seul continent
geables. et tous de la même couleur ! Sans
A la table du petit parler du fait que nous avons réglé
déjeuner, je trouve du le problème de la retraite avec
saumon. Comme tous notre moyenne de vie… Question
les jours. La pêche au quotidien, c’est vrai que nous
filet est notre seul ressource nutritionnelle. 10 h 50 : je sommes forcés de faire faire nos vêtements sur mesure :
sors. J’aime bien aller dehors, même si on peut y aller que nous sommes, il faut le reconnaître de corps très diffé-
entre 10 h 30 et 11h 30, le laps de temps où les radiations rents les unes des autres mais il y a des avantages. Moi,
sont les moindres. Je trouve rigolo de regarder les affiches quand je tape sur mon clavier, je n’ai besoin que de quel-
publicitaires, Dior, Coca Cola, Chanel. C’est rigolo parce ques secondes pour aller au bout de ma chronique. »
qu’alors que toutes les formes de vie animale et végétale
ont disparu, que de très nombreux bâtiments se sont ef- Voilà, c’est l’heure de la sieste : j’enfile mes mitaines (j’en
fondrés, il restera toujours les affiches publicitaires. Sym- ai pour un petit moment : il faut loger deux douzaines de
bole de la facilité, de la luxure, du capitalisme, de toutes doigts). Et je laisse venir le rêve d’un avenir IR-RADIEUX.
les choses qui nous ont détruits. Je rentre chez moi et Ophélie et Victor
décide d’écrire une chronique pour qu’il reste une trace

Vuà Passatisfaitpasremboursé
latélé
RENCONTRE 2012
s
+ de bé bé
Cherche femme ou homme
politique honnête, tenant ses + de
p o lic
promesses, ne se préoccu- e
pant pas de son image, qui

ur
mange des kébabs, qui n’a
pas de potes milliardaires, qui
e p e
n’a pas de conseillers en
communication. + d
Non motivé s’abstenir.
+ de s perm e
Contact : écrire à la rédaction

ServiceAprèsVotenongaranti
s o n g e s
+ d e m e n Annonce et pub réalisées dans un délire fatigué collectif
Donnez de la voix
Au don d’organes
chance de continuer de problèmes particuliers s’il de-
dans de bonnes vient donneur. C’est faux. De plus
conditions ? le comportement de notre criminel
pousse même certaines personnes
Alors notre coupa- en attente d’organes à se rendre à
ble, comment le l’étranger, pour recevoir un organe
convaincre de plus rapidement.
choisir
‘innocence ? On pourrait enfin, pour le convain-
Comment le cre, aussi lui faire entendre le té-
convaincre de moignage de Mathias greffé depuis
s’inscrire sur la 2 ans qui dit «Cette greffe m’a sau-
liste des don- vée la vie ». Alors maintenant, si
neurs ? On tous ces arguments n’ont pas
pourrait lui convaincu notre coupable , peut-
dire qu’il y a être peuvent-ils vous convaincre
plus de vous : ne pas se déclarer donneur,
15 000 per- rester dans le silence, c’est refuser
sonnes en ce supplément de vie que la greffe
attente d’organes vous offre après la mort, c’est jeter
un trésor dans la poubelle de la

A u tribunal des
grands criminels,
Il faut que le nature. Réfléchissez, recyclez-vous !

Antoine et Florent
nous appelons au-
jourd’hui le non-
don reste une
donneur d’organes,
accusé de non assis- histoire de cœur
tance à personnes en
danger. En effet, cette personne,
celui qui ne dit pas de son vivant actuellement en France.
qu’il veut être donneur, est coupa- Alors que seulement 1 500
ble . Elle est coupable car elle refuse donneurs par an sont prêts
de faire don d’un ou plusieurs de à sauver une vie. De plus, il
ses organes. Sa religion ou son man- pourrait y avoir 3 000 don-
que d’information sont ses seuls neurs, mais seuls 30% peu-
alibis. Piètres alibis ! Comment, avec vent aller au bout de ce
de si stupides arguments, peut-on geste citoyen. Principale-
priver quelqu’un d’une vie ? Alors ment à cause du refus des
qu’il est si simple de lui donner la proches. Peut être l’accu-
sé pense-t-il être victime

Faire le bon geste ? Contacter l’agence de la Biomédecine ou chercher l’info : www.dond’organes.fr


Cage, comme une image
Stop aux clichés : plusieurs années de campagnes et cette année un
film de jeunes sur les jeunes « La réalité des banlieues » donne à voir la
L

«
vraie image de ceux qui sont avant tout des jeunes.

i Je m’appelle Romain, j’ai arrêté l’école à 15


ans et malgré les soucis que j’ai connus dans
faire passer des informations par le biais des paroles.
Par delà le jeune de banlieue, le jeune d’aujourd’hui

b ma jeunesse, j’ai réussi à obtenir mon CAP.


Malgré les bêtises que j’ai faites, j’ai réussi à
(tous jeunes mêlés) serait à la fois mou, geek, excité,
bruyant, tête en l’air, bordélique, nombriliste, egocentri-
trouver du travail. En ce moment-même, je suis en CDI. que, lunatique, exaspérant, dépressif…
é J’oubliais : je vis en banlieue. »
Ce témoignage, c’est effectivement celui d’un jeune de
En bref, un jeune ne peut pas être tout ça à la fois, mais,
surement quelqu’un d’autre…
r Banlieue, comme on dit. Il est extrait de « La Réalité des
banlieues », docu réalisé par la Junior Association
Floriane, Alizée

é « Collectif des jeunes Aulnaysiens ». Or, de nos jours,


vivre en banlieue veut forcément dire que tu ne peux pas
laisser ta voiture garée dans la rue sans qu’elle soit brû-
s lée, que tu n’auras pas d’avenir ou que tu consommeras
des stupéfiants… Pourtant ce reportage a le mérite de
nous montrer que la cité n’est justement pas cela, ce que
beaucoup croient. Romain prouve que même en habitant
en banlieue, le travail est possible. Les médias ne nous
montrent en fait qu’une opinion en exagérant la réalité.
Mohamed un des réalisateurs, explique par l’intermédiai-
re de ce reportage, que la violence, existe bien sûr com-
me en tout autre endroit. Il dénonce les clichés de la ban-
lieue, notamment, pour montrer la véritable facette de

O UV RE Z LA C AG E
ces cités. Le but ? Convaincre les personnes de croire en
la réalité et non aux images télévisées qui abondent en
viols, en rackets, vols, poubelles incendiées, voitures bru-
lées. Autre exemple, le rap, souvent montré comme agres-
sif, est aussi, pourtant, une façon de s’exprimer et de

Oussama, où ça, où ça ?
E
st-il vraiment mort ? C’est dans les moindres recoins. Jus-
La seule photo était qu’à Expresso, dans tout le centre
trafiquée et les améri- Louis Lumière. Et on l’a trouvé, le
cains ont ensuite ex- fameux Ben Laden ! La photo, nous,
pliqué qu’il n’y en aurait pas on la tient et on s’est donné la mis-
d’autres. Ben Laden est parti sion exceptionnelle de la communi-
sans laisser de traces… Parti ? quer. Cela n’a pas été sans une inten-
Nous, on n’y croit pas, comme se réflexion, une vraie concentration,
on en croit pas que Mickaël et la consultation de tous les mem-
Jackson est mort, non plus bres de l’équipe. Nous avons eu
qu’Elvis…On ne nous l’a fait peur, c’est vrai, des représailles de
pas. On nous a déjà fait le l’armée américaine, de la CIA, et
coup avec le 11 septembre... Il connaissons les risques que nous
paraîtrait que c’est un coup courrons. Mais, étant donné que
d’Homer Simpson ou de l’in- nous sommes présents à Expresso
croyable Hulk ! qui est quand même la Mecque de la
presse libre, nous n’hésitons pas,
Bref, cette fois-ci, on a décidé nous publions.
d’enquêter et à Keskon Attend,
l’enquête, ça nous connaît. Nourelhouda, Alizée
h
Revolucion, evolucion
i
s
t
o
r
i
q
u
e

I
l y a 13 siècles, en 732, les Sarrazins furent quoi Charles Martel s’est-il mêlé de fermer la porte à
repoussés en dehors de l’Europe par Charles un peuple qui était alors très en avance sur nous ? Le
Martel à Poitiers. Bien ! Tout le monde pensait grand-père de Charlemagne nous a en effet ralentis
être, à cette époque, débarrassé dans notre évolution, ralentissant les
d’eux. Mais voilà que 1300 ans sciences, la médecine, les mathémati-
plus tard, les revoilà avec l’en- ques… Alors, cette fois, ne recommen-
semble des révolutions arabes. Oppres- çons pas : ouvrons la porte et accueillons
sés par Kadhafi en Libye, Moubarak en des révolutions bénéfiques car elles per-
Egypte, Ben Ali en Tunisie, … les peu- mettent de se libérer d’une oppression.
ples arabes, révoltés ont influencé les La chute du gouvernement Tunisien a
pays aux alentours jusqu’à franchir le provoqué un effet « domino » dans le
mur du « bunker européen ». Passant monde entier et a permis de sauver plu-
par l’Espagne et l’Italie, l’influence ara- sieurs pays d’un régime totalitaire. En
be du refus des régimes autoritaires somme, ce que ces révolutions arabes ont
poursuivra sans doute son chemin à permis, elles pourront peut-être le susci-
travers l’Europe. La voilà aujourd’hui en ter ici en permettant encore aux Euro-
Espagne, peut-être demain, aux portes péens de se révolter pour une vie meil-
de Paris, au centre Louis Lumière, nou- leure. Alors demain, rendez-vous sur la
velle conquête des « indignés ». Puerta del Lumière ?
Et finalement, on se dit, en regardant tout cela, pour- Antoine, Florent
F
o Carton
o
t rouge
A
g
e
pour
D
e
Laurent
g
u
Blanc
e
u
L
e « Costauds, grands,
puissants» Ce sont
les noirs tels que
les décrit Laurent
Blanc, le nouveau
sélectionneur de l’équipe de
France de foot. Et surprise !
« Malins, intelligents» , ce se-
raient les blancs ? Ce ne
serait
pas un cliché raciste, ça ?
Il faut rappeler que la France en
1998, s’était vantée de son équi-
pe de France « multiraciale », la
fameuse équipe « black-blanc-
beur ». Mais voilà qu’aujourd-
’hui, elle la dénonce pour com-
porter une trop grande part de
Un joueur, même noir, même
blanc a sa place dans une équipe
de France, puisqu’il est français.
Aucun match ne serait valorisé
sans le mélange.
Tout comme dans le foot, on
pourrait distribuer des cartons
rouges en politique. Aux yeux de
footballeurs noirs (donc pas certains politiciens et de certains
français ?) chroniqueurs, noirs et arabes
seraient les principaux coupa-
Nous, nous pensons, pourtant bles des délits. Cliché raciste
que Laurent Blanc n’est pas ra- encore ! Ils sont tellement ren-
ciste, c’est un simple mauvais fermer dans leur pays dési-
joueur. S’il avait été raciste, il ré« pur » qu’ils ne se
n’aurait jamais choisi A. Diarra rendent pas compte que notre
comme capitaine. Mais comme pays ne pourrait vivre sans les
les derniers matchs de l’équipe cultures des autres. Ainsi le mé-
n’étaient pas convaincants, il lange fait un pays : le nôtre.
fallait bien rejeter la faute sur
une ou deux personnes ! Paola, Floriane et Mathilde
F
a Le tueur en série à la
glace en cornet
i
t

E
nfin, nous savons ! Le tueur
’ à la glace au cornet a été
attrapé. Après une longue
h série de meurtres, sur les
plages de l’île d’Aix, puis de
i l’île d’Oléron durant l’été 2011. Ce
v tueur psychopathe a fini de nuire. Il a
quand même empoisonné une trentaine
e de personnes. Cet homme sans histoires
cachait bien son jeu. Qui aurait soup-
r çonné un pauvre marchand de glace en
apparence inoffensif ? La police a décou-

Article qui fout les vert une forte quantité d’arsenic mélan-
gé à de l’insecticide dans son chariot à
glaces. Il ne laissait aucunes chances aux
boules à glace victimes.
Qu’est-ce qui a pu le pousser à une telle
boucherie glacée ? A qui profite l’ice-
crime ? On se perd en hypothèses. Peut
être à force de tripoter de la glace a-t-il
perdu le nord. Peut être a-t-il conçu une
haine féroce contre tous ces enfants
trop gâtés qui polluent les plages l’été.
On frissonne à l’idée qu’il puisse encore
proclamer son innocence et se justifier
en disant qu’il ne voulait rien faire d’au-
tre qu’inventer le parfum glacé absolu.
Toujours est-il que ce fou a provoqué
une vague de frayeurs chez les mères de
famille, qui refusent désormais de faire
manger des glaces à leurs enfants, de
peur qu’ils ne s’empoisonnent. L’ins-
tinct maternel aura-t-il raison, au moins
de cet autre tueur, dont on vient de
révéler qu’il tue plus que l’alcool et les
cigarettes : le sucre !
Ophélie

JOURNALISTES : Arthur Florent, Barbarin Floriane, Dubarry Victor, Essbai Nourel-


houda, Faugeroux Ophélie, Fayolle Alizée, Gaultier Mathilde, Michaud Paola, Michaux
Antoine, Tribot Florentin.
Pour les illustrations ©K’eskon attend et découpage par-ci par là...
Merci à toute l’équipe du festival
29 mai 2011, collège Descartes, Châtellerault
Directeurs de publication : Jacques Arfeuillère & Séverine Lenhard