Vous êtes sur la page 1sur 11

UNITE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

(ULCC)

BILAN D’ACTIVITÉS

OCTOBRE 2007 –SEPTEMBRE 2008

ET PERSPECTIVES POUR L’EXERCICE 2008-2009

1. Statut juridique
2. Mission et Mandat
3. Axes programmatiques
4. Les objectifs fixés pour l’exercice 2007-2008
5. Les activités majeures réalisées au cours de 2007-2008: Résultats et contraintes
6. Conclusions et perspectives pour le prochain exercice

Annexes
1. Analyse des dépenses pour l’exercice 2007-2008

1
1. STATUT JURIDIQUE

L’U
Unité de Lutte Contre La Corruption (ULCC) a été créée par décret en date du 8 Septembre 2004. C’est un
organisme doté de l’autonomie administrative et financière et placé sous la tutelle du Ministre de l’Economie et des
Finances.

L’Unité de Lutte Contre la Corruption est dotée de la personnalité juridique et a son siège principal à Port-au-Prince
avec juridiction sur tout le territoire de la République d’Haïti. La Direction Générale de l’ULCC a déjà soumis au
Ministre de tutelle deux (2) projets d’Arrêté Présidentiel relatifs, l’un, à la formation du Conseil d’Administration de
l’institution, et l’autre, au Comité Consultatif Mixte.

2. MISSION ET MANDAT

Aux termes du décret du 8 septembre 2004, l’ULCC a pour mission de travailler à combattre la corruption et ses
manifestations sous toutes les formes au sein de l’administration publique, afin de :

 Protéger les biens publics et collectifs ;


 Assurer l’efficacité des mesures et actions visant à prévenir, à dépister, à sanctionner et à éliminer les
actes de corruption et infractions assimilées ;
 Favoriser la transparence dans la gestion de la chose publique.

Toujours selon ce décret, elle a pour mandat de :


 définir une stratégie de lutte contre la corruption avec une large participation du secteur public et des
organisations de la société civile. Une fois cette stratégie définie, l‘Unité doit assurer le suivi de sa mise
en application et sa révision selon l’évolution du contexte économique, financier, social et politique du
pays.
 compiler les textes relatifs au phénomène de la corruption dans la législation haïtienne, proposer des
amendements et élaborer une législation sur la corruption en vue de favoriser une meilleure
transparence et un bon fonctionnement de l’Administration publique en général et des agents de la
Fonction publique en particulier.

2
 mettre en place un code d’éthique et proposer un pacte d’intégrité devant encourager l’engagement
des tiers à renoncer à la corruption ou à tout autre comportement contraire à l’éthique dans les appels
d’offres pour la passation des marchés publics et l’exécution des contrats de services.
 assurer l’application de la Convention Interaméricaine contre la Corruption et s’attaquer en priorité aux
points de corruption les plus décriés, y compris les contrats portant sur les grands projets
d’infrastructures à entreprendre pour le compte de l’Etat haïtien.

 mettre en place un Système d’informations intégré et de Suivi ainsi qu’un système d’alerte permanente.

Avec la ratification par Haïti de la Convention des Nations unies contre la corruption (CNUCC), l’action de l’ULCC
s’étend également au secteur privé.

3. AXES PROGRAMMATIQUES
Les objectifs poursuivis par l’ULCC pour cet exercice s’inscrivent dans le cadre des axes
programmatiques définis par la mission et le mandat que le décret du 8 septembre 2004 lui a fixés. Il
s’avère donc nécessaire de rappeler ces principales lignes d’actions inscrites à l’article 7 du décret créant
l’institution.

- Education et sensibilisation

Il s’agit pour l’ULCC de sensibiliser la population haïtienne sur les méfaits de la corruption sur le
développement socio économique du pays tout en faisant la promotion de la bonne gouvernance, de la
transparence, de l’honnêteté, de la probité et de l’intégrité dans la gestion des affaires de l’Etat comme
facteurs de progrès économique et social

- Prévention

Il incombe à l’ULCC de dispenser des conseils pour la prévention de la corruption à toute personne ou
organisme public ou privé et recommander des mesures notamment d’ordre législatif et/ou réglementaire
visant à rendre la corruption plus difficile et plus risquée.

3
- Investigations et Poursuites

L’ULCC est chargée d’exploiter les informations et d’enquêter sur les dénonciations ou plaintes, portées
contre les auteurs présumés d’actes de corruption et d’infractions assimilées, dont elle est saisie. Elle est
également tenue de saisir les autorités judiciaires compétentes lorsque les investigations menées
débouchent sur des preuves irréfutables des faits dénoncés.

4. LES OBJECTIFS FIXES POUR L’EXERCICE 2007-2008


Le point de référence central permettant à l’ULCC d’orienter ses interventions et de mesurer son taux
de réussite ou d’échec est établi à partir des principaux objectifs suivants :

a. Développer et mettre en place un système d’informations statistiques et une base de données sur la
corruption ;

b. Renforcer la capacité institutionnelle dans l'obtention de résultats dans la lutte contre la corruption à
partir des enquêtes dans l'Administration Publique.;

c. Renforcer la capacité de l'ULCC à vulgariser sa mission, son mandat, ses objectifs et confirmer sa
détermination à lutter contre la corruption ;

d. Harmoniser la législation de répression de la corruption avec la Convention Interaméricaine contre la


Corruption, rendre l'ULCC plus performante dans le domaine de la répression de la corruption.

e. Renforcer l'efficacité de l'ULCC en facilitant l'accès en temps réel à toutes les informations susceptibles
de contribuer à la lutte contre la corruption.

f. Investiguer les pistes de corruption

g. Aider le personnel des différents services de l’Etat à comprendre leurs responsabilités et renforcer
les capacités d'intervention de l’ULCC auprès de ces dits services dans la lutte contre la corruption.

4
5. LES PRINCIPALES ACTIVITES MENÉES AU COURS DE 2007-2008 :
De manière globale, le présent bilan inclut la présentation des activités visant le renforcement de l’institution et
celles inscrites dans ses axes programmatiques. Plus spécifiquement, il présente les activités prévues dans le
cadre de référence 2007-2008 et réalisées par les différents services.

5.1 Campagne de sensibilisation et diffusion des résultats de l’enquête diagnostique sur la


corruption et la gouvernance

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation, L’ULCC a organisé, avec l’appui logistique de la MINUSTAH,
vingt-deux (22) forums à travers les dix départements géographiques du pays, du 23 Octobre au 13 Décembre
2007. Les suggestions reçues ont permis de formuler un projet de stratégie de lutte contre la corruption prenant en
compte les attentes de la population.

En raison des intempéries survenues aux mois d’Aout et septembre, la tournée de dissémination qui devait
s’effectuer au cours de la période du 8 au 19 septembre 2008 a été annulée et reportée à une date ultérieure.

5.2 Révision du cadre légal

Les cadres du service juridique de l’ULCC ont travaillé à l’élaboration de l’avant-projet d’une nouvelle législation
qui, selon les termes de référence préparés à cet effet, devrait constituer un instrument efficace aussi bien dans la
prévention que dans la répression de la corruption.

Le document de l’avant projet de loi sur la prévention et la répression de la corruption a été déposé à la Primature
pour discussions et mise en forme.

5.3 Stratégie nationale.

Depuis novembre 2007, l’ULCC a fait appel aux services de deux contractuels, Fritz Gerald PIERRE et Ronald
JOSEPH, en vue de produire un texte permettant d’aboutir à la présentation d’un avant-projet de stratégie.

L’approche participative a été priorisée dans le cadre de l’élaboration de cette stratégie. Plusieurs rencontres avec
différents représentants du secteur public et de la société civile ont permis de recueillir diverses suggestions et

5
propositions relatives aux mesure à adopter pour lutter efficacement contre la corruption . La chronologie de ces
différentes rencontres a été établie comme suit :

13 mai 2008 : Rencontre avec le comité de pilotage de la stratégie

10 Juillet 2008 : Vidéo Conférence à la Banque mondiale.

17-18 Juillet 2008 : visite d’un expert de l’Institut de la banque mondiale pour aider à réorganiser la matrice
opérationnelle de la stratégie

18 septembre 2008 : Rencontre avec les représentants des différentes institutions devant jouer une part
active dans la mise en œuvre de la stratégie afin de recueillir leurs suggestions sur la matrice
opérationnelle dudit document.

A la fin du mois de septembre 2008 le document a été finalisé et remis au Ministre de l’Economie et des Finances
pour approbation et présentation au Gouvernement.

5.4 Exploitation de l’accès au SYSDEP

A partir de sa connexion au SYSDEP, l’ULCC a la possibilité d’accéder plus facilement aux informations
nécessaires à la conduite d’investigations sur divers cas de corruption avérés ou soupçonnés. Par conséquent, la
sortie de rapports périodiques tirés à partir de cette base de données permet l’orientation de l’allure des
investigations pour l’exercice 2007-2008.

5.5 La loi sur la déclaration de patrimoine des agents publics

Cette loi a été votée au Parlement les 9 août 2007 et 12 février 2008 et publiée au Moniteur du 20 février 2008.
Depuis la publication de cette loi, des dispositions logistiques sont prises par l’ULCC en vue de permettre sa mise
en application. Ces mesures comprennent, notamment la préparation des formulaires de déclaration et des
registres destinés aux greffes des Tribunaux Civils du pays, la sensibilisation des agents concernés par des
émissions télévisés et des ateliers de formation.

Une Conférence de Presse a été donnée au local de l’ULCC en Avril 2008 en vue d’informer les journalistes sur la
publication de la loi sur la Déclaration de Patrimoine. Une vingtaine de représentants de média y ont pris part.

6
Deux sessions de formation ont été organisées à l’intention des agents engagés dans la lutte contre la corruption
(27-28Juin 2008) et des Directeurs Généraux de différentes institutions publiques (11 Juillet 2008).

En date du 8 Aout 2008, une séance de formation a été organisée à l’intention des doyens des Tribunaux de
Première Instance et des greffiers des dix-huit (18) juridictions pour leur expliquer la loi et également pour distribuer
des formulaires de déclaration de patrimoine et des classeurs métalliques.

5.6 Formation des cadres de l’ULCC.

Dans le cadre de sa politique de formation continue, l’ULCC a favorisé la participation de ses cadres à différentes
sessions de formation tant en Haïti qu’à l’étranger.

En effet du 15 au 19 0ctobbre 2007, Mesdames Darlyne LOISEAU, responsable du Service de statistiques et de


programmation, et Marie- Ange DESIR VILAIRE, agent attaché au service juridique, ont participé à l’atelier sur le
« renforcement des capacités fiduciaires » organisé par la Banque mondiale au Centre de formation professionnelle
et de perfectionnement des cadres de la fonction publique. (CEFOPAFOP).

Par ailleurs, les 11-12 Décembre 2007, M. Amos DUROSIER, Pierre-Louis OPONT, Raoul TRIBIE et Darlyne LOISEAU,
ont bénéficié d’un séminaire de deux (2) jours qu’organisait la Banque Mondiale (BM) autour des Projets
d’Assistance Technique pour la Gouvernance Economique : EGTAG I & II. Durant ce séminaire, l’ULCC a pu
partager son expérience avec le groupe de participants et les représentants de la BM sur les délais d’obtention de la
non objection et aux difficultés de décaissement des fonds dans le cadre de ce projet.

Le Programme d’Appui à la Gouvernance Economique (PAGE) a permis la participation de M. Donald MARCELIN,


responsable du Service Informatique, à la session d’hiver du Consortium international pour la gestion financière
intégrée (ICGFM) qui s’est tenue à Washington D.C. du 2 au 4 décembre 2007 sur le thème : «Utilisation de
systèmes d’information de gestion financière et de la responsabilité dans le secteur public ».

Du 2 au 8 Avril 2008, M. Raoul TRIBIE, FRITZ Gerald PIERRE, Ronald JOSEPH et Darlyne LOISEAU ont assisté à
un séminaire de formation sur la gestion des projets d’investissement publics.

7
Du 19 au 23 Mai 2008, le Directeur Général et trois autres cadres Darlyne LOISEAU, Serge Philippe PIERRE et
Thony BELLEVUE participent à la 22e conférence annuelle du Consortium international sur la gestion financière
gouvernementale (ICFGM).

Du 9 au 13 Juin 2008, deux cadres de l’ULCC, Messieurs Renoix LAVENTURE et Ernst CHALUMEAU participent au
séminaire de formation organisé à l’ENAF par le Bureau d’Assistance Technique de l’Ambassade des Etats-Unis
d’Amérique du Nord sur le thème «Financial Investigating Training».

Du 16 au 20 Juin 2008, quatre cadres de l’ULCC, Joachim FENESTOR, Magalie CINEUS, Sandra NOEL et Marc
Alberto DELCASSE, participent au séminaire de formation organisé à l’ENAF par le Bureau d’Assistance Technique
de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique du Nord sur le thème « Financial Analysts Training Course – FATC».

Du 26 au 28 juin 2008, trois agents de l’ULCC, Ednar ANTOINE, Magalie CINEUS et Renoix LAVENTURE
participent au séminaire de formation organisé par l’OCPAH sur «Les Normes Internationales de la Comptabilité».

Parallèlement dans le cadre du programme de formation continue initié à l’ULCC, tous les agents de l’institution ont
participé, aux sessions suivantes organisées au local de l’institution :

• 23 Janvier 2008 : le recouvrement des avoirs présenté par Amos DUROSIER

• 22 février 2008 : Les mécanismes d’application de la convention des Nations Unies présenté par Amos
DUROSIER

• 14 Mars 2008 : La loi sur la déclaration de patrimoine présenté par Me Emmanuel NICOLAS

• 30 Mai 2008 «Débriefing comparatif de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption et celle de
la Convention Interaméricaine Contre la Corruption» présenté par Amos DUROSIER

Il faut noter également les différentes participations du Directeur Général aux conférences des Etats parties sur la
mise en application de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption. :

• 21-24 Novembre 2007 : 22ième conférence annuelle de l’International Association of Anti-Corruption


Authorities (IAACA), Bali, Indonésie

• 28-Janvier- 1er février 2008 :2ième Conférence des Etats partis sur l’application de la Convention des
Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC) ; Bali, Indonésie

8
• 7- 9 Avril 2008 ; Consultation régionale sur l’application de la Convention des Nations Unies Contre la
Corruption (CNUCC) dans les pays de la Caricom ; Barbade

• 22 au 26 septembre 2008 : Conférence des Etats partis sur l’application de la Convention des Nations
Unies Contre la Corruption (CNUCC); Vienne, Autriche

5.7 Installation des bureaux de province

Cette activité a fait l’objet d’une attention particulière au cours du second trimestre de l’année fiscale 2007 -2008.
En effet, trois visites ont été effectuées à Miragoâne dans le but de réaliser l’aménagement de l’espace devant
accueillir le bureau de l’ULCC dans cette ville. En date du 2 juillet 2008, le dit bureau a été inauguré en présence
d’une soixantaine d’invités.

Par ailleurs des visites de prospection ont été réalisées à Saint- Marc et au Cap-Haitien. Des négociations sont en
cours vue de louer des locaux dans ces deux villes pour l’installation des bureaux régionaux de l’ULCC.

5.8 Activités diverses

Compte tenu de son rôle de premier plan dans la lutte contre la corruption, l’ULCC a été invitée à prendre par à un
certain nombre d’activités :
Participation à la rédaction de l’avant-projet de loi sur la criminalisation de la contrebande, de la corruption
et de la fraude fiscale.

Participation aux travaux préparatoires de l’avant-projet de loi sur l’accès à l’information entrepris par la
Fondation Héritage pour Haïti.

Participation à la formation des jeunes du Plan d’action universitaire pour le développement intégré
(PAUDI)

Participation à la 26e conférence plénière du Groupe d’Actions Financières pour la Caraïbe (GAFIC)
permettant le changement de la mention «Non-conforme» en «passablement conforme» aux exigences
relatives au contrôle du blanchiment d’argent et du terrorisme

9
Participation à diverses séances de travail avec le comité de suivi d’Haïti sur les recommandations du
GAFIC.

5.9 Investigations et enquêtes

Conformément à sa mission de poursuite, l’ULCC travaille sur un certain nombre de dossiers afin de permettre à la
justice de poursuivre les auteurs et complices d’actes de corruption éventuels. D’octobre 2007 à Septembre 2008,
L’ULCC a reçu vingt huit (28) nouvelles plaintes ou dénonciations de corruption. Ce qui représente une baisse de
11 % par rapport à l’année 2007. Le tableau suivant permet d’avoir une vue générale sur l’évolution des
dénonciations et des plaintes reçues par l’ULCC depuis sa création.

Tableau 1

Evolution du nombre de plaintes / dénonciations reçues à l'ULCC


Nombre de plaintes / dénonciations

35
31
30 28

25

20
Series1
15

10 7 6
4
5

0
2004
1 2005
2 2006
3 2007
4 2008
5
Année

10
6. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

L’ULCC est déterminée à poursuivre son mandat en projetant pour l’exercice 2008-2009 de procéder à la :

o Réalisation des travaux méthodologiques relatifs à l'élaboration définitive de l'indice de


performance par l’ULCC.

Réalisation d’études spécifiques sur la corruption en Haïti

- Vulgarisation et mise en application de la stratégie nationale de lutte contre la


corruption (SNLCC)

o Conduite d’enquêtes sur les dénonciations et /ou plaintes relatives à des cas de corruption

o Elaboration du projet d’implantation de points focaux dans l’administration publique et


réalisation de projets pilotes dans 1 ou 2 institutions publiques

o Sensibilisation d’un plus large public


- Proposition de nouveaux projets de loi dans le cadre de la prévention et de la
répression de la corruption
- Mise en application de la loi sur la déclaration de patrimoine
- Mise en place d’un mécanisme de suivi de l’exécution des marchés
- Etablissement de nouveaux bureaux départementaux

o au renforcement de l’expertise de ses cadres techniques et au partage de connaissances

La réalisation de ces projets nécessitera la collaboration des différents acteurs afin de favoriser une prise de
conscience collective sur les méfaits de la corruption qui devra aboutir à une baisse des pratiques malhonnêtes et
une meilleure application de l’éthique au sein de l’administration publique.

11