Vous êtes sur la page 1sur 12

Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

I. Supervisory Control And Data


Acquisition (SCADA)
1.1. Définition
Le SCADA est un système de contrôle et d’acquisition de données en temps réel
(SCADA) (anglais : Supervisory Control And Data Acquisition).
Ce système ne remplace pas l’opérateur. Celui-ci possède toujours le pouvoir de prise
de décision (à partir des informations recueillies sur le système SCADA) et de
commande des actionneurs d'une usine, d’un réseau de distribution ou d’une
installation.

1.2. Historique
Auparavant, le contrôle des installations industrielles et des ateliers de fabrication
pouvait se faire manuellement à l'aide d'équipements analogiques et de boutons
poussoirs. Au fur et à mesure que la taille de l'industrie augmente, ils ont donc utilisé
des minuteries et des relais pour fournir un contrôle de supervision à un niveau fixe
pour une automatisation minimale. Ainsi, un système entièrement automatisé avec un
système plus efficace était nécessaire pour toutes les industries.
A des fins de contrôle industriel, les ordinateurs ont été mis en œuvre en 1950. Après
cela, le concept de télémétrie a été mis en œuvre pour la transmission de données
ainsi que la communication. En 1970, le système SCADA a été développé avec les
microprocesseurs ainsi que les Automates Programmables industriels.
Il est devenu possible d'actionner une commande de terrain depuis un centre de
contrôle à distance, plutôt que par une intervention manuelle sur site. Aujourd'hui, les
systèmes SCADA ont intégré de nombreuses avancées technologiques (réseaux,
électronique, informatique...) et sont devenus omniprésents sur les installations à
caractère industriel. De ce fait, leur fiabilité et leur protection sont également
devenues des enjeux importants. L’évolution de la technologie a permis d’avoir quatre
types différents systèmes pouvant être considérés comme des architectures de
SCADA.

1.1. Fonctionnalités du SCADA


Acquisition de données
Les données provenant d’éléments de l’usine telles que la lecture réelle des
transmetteurs, la position réelle des vannes, l’état de fonctionnement d’un
moteur, l’état actuel du processus et d’autres paramètres doivent être capturées
par le système SCADA pour fournir des informations précises et en temps réel.
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

Contrôle
IL permet le contrôle et le fonctionnement de différents éléments de l’installation
via le poste de travail distant.

Gestion des alarmes et des événements


Avec l’utilisation de SCADA, les alarmes et les événements de processus peuvent
être surveillés à partir du poste de travail SCADA central. Il donne à l’opérateur
de la centrale la capacité d’interagir à travers une interface homme machine et de
déclencher l’action appropriée par rapport aux alarmes et aux événements
actuels.

Tendances
Les tendances sont utilisées pour analyser le fonctionnement global du processus,
pour fournir une vue graphique d’un ou plusieurs paramètres et permettre aux
opérateurs de comparer, de zoomer et de dézoomer, de naviguer à travers les
périodes, de visualiser les détails des données avec des résolutions allant de
millisecondes à une seconde.

1.2. Architectures des systèmes SCADA


Pour faciliter la compréhension de l’architecture SCADA nous pouvons le répartir
en deux catégories :
Architecture matérielle
Architecture logicielle

1.2.1. Architecture matérielle


L’architecture matérielle de ce système est classée en deux parties :
▪ Couche client : Pour l’interface homme-machine ;
▪ Couche de serveur de données : pour le traitement des données.

La station SCADA se compose d’un seul PC. Les appareils et les serveurs de
données communiquent entre eux via des RTU ou des automates.
Les automates sont soit directement connectés aux serveurs de données, soit via
des bus et des réseaux. Ce système utilise le LAN et le WAN pour communiquer
entre les périphériques et la station maître.
Les capteurs sont connectés aux automates ou aux RTU qui convertissent les
signaux des capteurs en données numériques. Ces données sont ensuite envoyées
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

à l’unité principale pour obtenir les commentaires appropriés. Dès réception de


la rétroaction, les RTU appliquent les signaux électriques aux relais.

Figure 1 : Architecture matérielle SCADA

1.2.2. Architecture logicielle

Les serveurs sont principalement utilisés pour la base de données en temps réel
et le multitâche et sont responsables de la gestion et de la collecte des données.

Figure 2 : Architecture logicielle SCADA

L’architecture logicielle de ce système se compose de programmes qui


fournissent des informations de tendance et de diagnostic. Les programmes
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

aident également à gérer des informations telles que les informations logistiques,
les calendriers de maintenance, les schémas détaillés d’une machine ou d’un
capteur spécifique et les guides de dépannage.

1.3. Générations des systèmes


Les systèmes SCADA monolithiques

La première génération des systèmes SCADA est le système SCADA monolithique. Ce


sont des mini-ordinateurs indépendants que les entreprises utilisaient pour
optimiser leurs processus et leurs équipements. À l’époque, les systèmes SCADA
monolithiques n’utilisaient pas les services réseau communs ; donc un ordinateur ne
pouvait se connecter à d’autres systèmes. Les sites distants se connectaient grâce à un
système mainframe de secours. Pour cette première génération de systèmes SCADA
un ordinateur central de secours est connecté au niveau du bus informatique. Ces
systèmes étaient limités à des tâches de comptabilité horaires et quotidiennes, à la
surveillance des capteurs du système ainsi qu’à la signalisation de toute opération en
cas de dépassement des niveaux d’alarme programmés.

Figure 3 : Système SCADA monolithique

Les systèmes SCADA distribués

Pour la seconde génération, la fonction de contrôle a été répartie sur plusieurs


systèmes connectés à l’aide du réseau local (LAN) dans le but de renforcer des
opérations de contrôle. Ainsi le traitement des commandes et des données en temps
réel a été partagé aux sous-systèmes. Ces sous-systèmes échangent des informations
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

en temps réel pour traiter les commandes et réaliser des tâches de contrôle afin de
déclencher les niveaux d’alarme en cas de problèmes. Ils ont donc été appelés
systèmes SCADA distribués. Le coût et la taille de chaque station deviennent réduits.
Les protocoles réseaux restaient majoritairement propriétaires et les systèmes
SCADA soumis aux pirates informatiques.

Figure 4 : Systèmes SCADA distribués

Les systèmes SCADA en réseau

L’utilisation de protocoles
standards, a permis d’avoir des
systèmes SCADA actuellement
mis en réseau. Ces systèmes
communiquent par le biais d’un
réseau étendu WAN (Wide Area
Network) sur des lignes de
données ou par téléphone. Ils
utilisent généralement des
connexions Ethernet ou à fibre
optique pour transmettre des
données entre les nœuds. Ils font
également appel à des
Figure 5 : Système SCADA réseau
contrôleurs logiques
programmables (PLC) pour
surveiller ou ajuster les systèmes de signalisation de routine en cas de décisions
importantes. Si les systèmes SCADA de première et deuxième génération étaient
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

limités à des réseaux ou à des bâtiments uniques, celle de troisième génération utilise
l’Internet, ce qui implique souvent un problème de sécurité.

Les systèmes SCADA 4.0 basés sur l’Internet des Objets

En adoptant la technologie des objets connectés (en anglais, (the) Internet Of Things
« IoT ») avec le « cloud computing », les systèmes SCADA peuvent désormais
renseigner l’état en temps réel, utiliser des algorithmes de contrôle plus complexes et
renforcer la sécurité des informations sensibles des grandes entreprises. Cette
quatrième génération de systèmes SCADA a permis de réduire le coût de
l’infrastructure, l’intégration et la maintenance des systèmes, comparées à celles des
systèmes précédents. En matière de sécurité, l'utilisation de protocoles de réseaux
ouverts tels que TLS inhérents à l'Internet des objets offre un périmètre de sécurité
plus compréhensible et gérable que le mélange hétérogène de protocoles réseau
propriétaires typiques systèmes SCADA précédentes.

Figure 6 : Systèmes SCADA IoT

Notes :
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

▪ Le cloud computing correspond à l’accès à des services informatiques


(serveurs, stockage, mise en réseau, logiciels) via Internet à partir d’un
fournisseur.
▪ L'Internet des objets (IoT) désigne les objets physiques (véhicules,
électroménager, objets et autres) qui sont connectés à Internet pour
transmettre des données en ligne.
La Transport Layer Security (TLS) ou « Sécurité de la couche de transport », et
son prédécesseur la Secure Sockets Layer (SSL) ou « Couche
de sockets sécurisée », sont des protocoles de sécurisation des échanges
par réseau informatique, notamment par Internet.

1.3. Composants du système SCADA


Un système SCADA, est constitué cinq (05) éléments
indispensables : une interface homme-machine, un
système de supervision et de contrôle informatique, une
unité terminale distante (RTU de l'anglais Remote
Terminal Units), des automates programmables
industriels (API ou PLC, Programmable Logic Controller
en anglais) et des une infrastructure de communication.

▪ Interface Homme Machine (IHM)


Présente les données qu’il a traité à un opérateur humain et lui permet de superviser
et commander les processus ;

Figure 7 : Interface Homme Machine

▪ Automates Programmables Industriels (API ou PLC)


Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

Un automate programmable (API, ou bien PLC en anglais Programmable Logic


Controller) est un dispositif informatique qui reçoit des données, traite les
données recueillies et transmet le résultat à ses sorties. En fonction des besoins
de l'installation, ainsi que de la disponibilité des entrées, les PLC peuvent vérifier
des conditions spécifiques pour déclencher des actions correspondantes.
Ils sont constitués du module CPU (unité centrale), du module d'alimentation et
d’un ou plusieurs modules d'entrée/sortie (E/S) qui peuvent être analogiques ou
numériques. De même, des protocoles de communications et des interfaces
hommes machines viennent compléter le fonctionnement global de l'automate
programmable.

Figure 8 : Structure interne et schéma fonctionnel d'un API

Par son module d'alimentation électrique l’API reçoit le courant alternatif et le


convertit en courant continu pour faire fonctionner son circuit informatique
(sous 5VDC). Les capteurs ou des détecteurs de niveau ou d'autres instruments
de mesure, sont connectés aux API pour détecter les différents paramètres tels
que la pression, la température et le débit à travers les modules d'entrée. Des
interfaces homme-machine (IHM) doivent être mises en place pour traduire les
informations au sein des unités de traitement sous une forme compréhensible.
Les modules de sortie quant à elles, relient l'automate à des dispositifs de sortie
tels que des relais, des lumières, des vannes et d'autres composants pour traduire
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

les résultats des traitements de données en actions externes correspondantes


pour l'équipement lié.
Dans les systèmes SCADA, les API sont utilisés comme dispositifs de terrain
compte tenu de leur robustesse et du leur flexibilité due à leurs capacités d’être
configurable.

▪ Unité Terminale Distante (ou Remote Terminal Unit


« RTU »)

Généralement utilisé dans des applications industrielles, une RSU est un appareil
polyvalent utilisé pour la surveillance et le contrôle à distance de divers appareils et
systèmes d’automatisation. Il s’agit d’un API mais à un degré plus élevé et fonctionne
comme un ordinateur autonome.

Figure 9 : Une unité terminale distante

Dans un système SCADA, une unité terminale distante relie les capteurs convertissant
les grandeurs physiques (signaux) en flux de données numériques et permet
d’envoyer les données numériques au système de supervision où elles peuvent être
stockées dans une base de données distribuée.

▪ Système de supervision et de contrôle informatique

Permet l'acquisition des données des processus et l’envoi des commandes (consignes)
ou des opérations aux processus ;
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

▪ Infrastructures de communication

Relie le système de supervision et de contrôle aux éléments terminaux ainsi qu’aux


automates.

1.4. Domaines d’utilisation


C’est un système qui permet aux organisations de collecter et de traiter un grand
nombre de données, de surveiller en temps réel leurs opérations, de réaliser des
télémesures (techniques de mesure à distance) et de contrôler sur place ou à distance,
les installations techniques ainsi que les équipements sur tous leurs sites partir d’un
point central. C’est ainsi que le SCADA intervient dans plusieurs domaines de la vie
courante notamment en :

• Bâtiment
Les gestionnaires des bâtiments font souvent recours aux systèmes SCADA pour
contrôler les équipements de chauffage, de climatisation, de réfrigération et les unités
d’éclairage.
• Fabrication
Dans les industries de fabrication, les systèmes SCADA permettent de gérer les listes
de pièces à fabriquer, d’optimiser l’automatisation industrielle et de surveiller les
processus et les systèmes de contrôle qualité.
• Transport en commun
Comme susmentionné, les services de transport en commun peuvent faire appel aux
systèmes SCADA afin de réglementer l’électricité des métros, des tramways et des
trolleybus.
Dans d’autres cas, il est utilisé pour automatiser les feux de signalisation des systèmes
ferroviaires, pour suivre et localiser les autobus et les trains, pour contrôler les
barrières des passages à niveau des chemins de fer ou pour contrôler le flux de
circulation, en détectant par exemple les feux hors d’usage.
• Réseaux d’eau et d’assainissement
Même si les médias n’en parlent pas souvent, les systèmes SCADA sont bel et bien
utilisés dans le secteur de l’assainissement.
L’État et les municipalités peuvent avoir recours à ces systèmes pour surveiller et
contrôler des centres de traitement de l’eau, les installations de collecte et
d’évacuation des eaux traitées dans les meilleures conditions.
Bien entendu, d’autres industries utilisent ce genre de logiciel, comme celles
intervenant dans l’agriculture et l’irrigation, la production des produits
pharmaceutiques et les télécommunications, entre autres.
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

• Production, transport, distribution de gaz et d’électricité


Dans ces différents secteurs, les services publics utilisent par exemple les systèmes
SCADA pour détecter le flux de courant et la tension de ligne, pour surveiller le
fonctionnement des disjoncteurs, ou bien pour le contrôle de la distribution de
l’énergie électrique provenant de diverses sources d’énergie.
Ces outils peuvent également aider à la surveillance et au contrôle des pipelines, au
contrôle à distance des sites de stockage, de pompage ou de raffinerie, pour réguler et
surveiller le débit, l’état du réservoir, la pression dans les tuyaux de distribution.
• Réseaux de communication
Utilisés pour surveiller et contrôler les serveurs, les réseaux et les nœuds.

Figure 10 : Acquisition de données et contrôle avec le système SCADA

Dans ce cas, l’interconnexion des différents éléments du poste électrique au


centre de contrôle peut se en utilisant plusieurs méthodes de communication
comme :
❖ La méthode du « directement câblé » (utilisée pour de courtes distances) ;
❖ Les micro-ondes (utilisée très fréquemment) ;
❖ La méthode par fibre optique (couramment utilisé) ;
❖ Courant porteur en ligne (moins courant) ;
❖ La technique du « Spread-Spectrum » (utilisée en très haute fréquence) ;

1.5. Avantages du système SCADA


Les avantages du système de contrôle de surveillance et d’acquisition de données
comprennent :
Amélioration de la qualité de service
Amélioration de la fiabilité
Ecrit par NOUHOUM Nouhoum Yari

Réduction des coûts d’exploitation et de maintenance


Facile à surveiller les paramètres du système volumineux
Informations en temps réel à la demande
Réduction de la main-d’œuvre
Services à valeur ajoutée
Facilité de détection et de localisation des pannes (FDFL)
Réduction du temps de réparation (temps d’arrêt du système)

Vous aimerez peut-être aussi