Vous êtes sur la page 1sur 8

La LOLF n° 130 - 13

Dahir n° 1-15-62 du ( 02 Juin 2015 )

portant promulgation de la LO n° 130–13 relative à la LF.

I Définition et types des LF :

La loi de finances (Art 1) : Pour chaque année budgétaire, elle détermine la nature, le

montant et l’affectation de l’E des ressources et des charges de l’Etat, ainsi que l’équilibre

budgétaire et financier qui en résulte.

Elle tient compte de la conjoncture économique et sociale qui prévaut au moment de sa

préparation, ainsi que des objectifs et des résultats des programmes qu’elle détermine.

-La LF de l’année (Art 3, 36): Elle prévoit, évalue, énonce et autorise, pour chaque année

budgétaire, l’E des ressources et des charges de l’Etat. Elle comprend 2 parties:

 La 1ère partie arrête les données générales de l'équilibre financier ;

 La 2ème partie arrête les dépenses du BG; des SEGMA, des CST.

-La LF rectificative (Art 4) : peut exclusivement modifier, en cours d’exercice, les

dispositions de la LF de l’année.

-La loi de règlement de la LF (Art 64) : constate et arrête le montant définitif des recettes

encaissées et des dépenses décaissées, se rapportant à une même année budgétaire, et arrête le

compte de résultat de l’Etat.

HasnaLAGSSAIAR 1 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

II Budget de l’Etat :

1 Budget de l’Etat : Acte par lequel sont prévues et autorisées les ressources et les charges

annuelles de l’Etat. Il est structuré autour de 3 composantes: budget général, budgets des

SEGMA et budgets des CST.

Ressources BE Charges BE
- Impôts et taxes ; -Dépenses du budget général ;
- Produit des amendes ; -Dépenses des budgets des SEGMA
- Rémunérations des services rendus et les redevances -Dépenses des CST.
-Produit de cession des biens meubles et immeubles ;
-Ressources des EEP ; ……….

2 Budget Général : Il retrace les recettes et les dépenses de l’Etat à l’exception de celles

retracées au niveau des budgets des SEGMA et des CST. Il comporte 2 parties :

Ressources BG = BE & Charges BG : Dépenses de fonctio, d’invest, de la dette publique.

Dépenses Dépenses d’investissement Dépenses


de fonctionnement de la dette publique.
-Dépenses de personnel Destinés à la réalisation des plans de -Intérêts &
et du matériel ; développement stratégiques et des commissions.
-Charges communes ; programmes pluriannuels en vue -Amorts de la dette à
-Dépenses imprévues… d’accroître le patrimoine national. MLT.

HasnaLAGSSAIAR 2 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

3 Procédure d’exécution des dépenses publiques :

 Phase administrative : Engagement, liquidation et ordonnancement ;

-Engagement: C’est l’acte par lequel l’organisme public crée ou constate une obligation de

nature à entraîner une charge.( soumis au visa préalable de la TGR).

- Constatation du service fait 1 et la liquidation 2 :


1
S’assurer de la réalité des faits, mais aussi de leur conformité aux actes d’engagement.
2
vérifier la réalité de la dette et arrêter le Mt de la dépense.

-Ordonnancement : Acte administratif donnant l’ordre de payer la dette de l’Etat.

(ordonnateur).

 Phase comptable : Paiement ;

- Paiement : Acte par le quel l’Etat se libère de sa dette.

4 Principes de Budget : ( = de FP )

La présentation du budget de l’État doit respecter :

- Annualité : D’une part, l’année budgétaire correspond à l’année civile, et d’autre part la mise
en œuvre du budget de l’année se fait après son approbation par le Parlement.

- Unité : Le budget est présenté dans un document unique traçant l’E des R & D de l’Etat.

-Universalité : -Règle de la non compensation entre les R & D.

-Règle de la non affectation des recettes aux dépenses.

-Spécialité : Il Impose d’indiquer le Mt et la nature des opérations prévues par la LF =>


Assurer une information suffisante => Contrôle efficace sur l’exécution du budget de l’Etat.

- Sincérité : (NV par LOF) -Sincérité Comptable : porte sur les comptes de l’Etat.

-Sincérité Budgétaire : porte sur les LF.

HasnaLAGSSAIAR 3 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

5 Processus de préparation du Budget :

Phase de programmation -Programmation Budgétaire Triennale ;


et de préparation. -Exposé du ministre chargé des Finances en Conseil
Janvier –15 Juillet du Gouvernement.
Phase de consultation -Consultation du Parlement ;
et d’orientation. -Lettre d’orientation.
Juillet
Phase d’arbitrage et d’élaboration -Commissions budgétaires ;
Septembre – Octobre -Elaboration du Budget de l’année n+1.
Phase des délibérations -Adoption après délibération du Conseil des Ministres
et d’adoption sur les orientations générales du Budget ;
Octobre -Adoption après délibération du CG sur le Budget.
Dépôt du « Budget » au bureau de la chambre des représentants avant le 20 Octobre.

6 Intervenants dans l’exécution du budget :

-Ordonnateur : Toute personne ayant qualité au nom d'un organisme public pour engager,

constater, liquider ou ordonner soit le recouvrement d'une créance, soit le paiement d'une

dette. (ordonnateurs de droit, sous-ordonnateurs, délégués, suppléants).

-Comptable public :Tout fonctionnaire ou agent ayant qualité au nom d’un organisme public

pour exécuter des opérations de R ou de D.

( Comptable de droit (C P du trésor, C P spécial) , comptable de fait ).

III Comptes de l’Etat :

1- L’Etat tient 3 types de comptabilités : Budgétaire Générale Analytique.

2- Les comptes de l’Etat doivent être réguliers, sincères, et refléter une image fidèle de son

patrimoine et de sa situation financière.

3- C’est la Cour des comptes qui certifie la régularité et la sincérité des comptes de l’Etat.

HasnaLAGSSAIAR 4 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

IV Examen et vote des LF :

1- Le ministre des finances expose aux commissions des finances du Parlement, avant le 31

Juillet, le cadre général de préparation du PLF de l’année suivante. Cet exposé comporte :

L’évolution de l’économie nationale, l’état d’avancement de la LF en cours, les données

relatives à la politique économique et financière, et la programmation budgétaire triennale.

2- Le PLF est déposé sur le bureau de la chambre des représentants, au + tard le 20 Octobre

de l’année budgétaire en cours. Il est accompagné des docs suivants (13):

REF, R/EEP, R/SEGMA, R/CST, R/ Dette pub, R/RH, R/compensation, ……

3- La 2nde partie du PLF ne peut être soumise au vote du Parlement avant le vote de la 1 ère

partie.

Si : Rejet de la 1ère partie => Rejet du PLF dans son ensemble.

Calendrier de mise en œuvre de la LOF

2016 - Nouveau calendrier d’examen & vote ;


-Réduction des CST ;
- Nouvelles règles de création des SEGMA ;
- + de Rapports.
2017 - Application du caractère limitatif des crédits de personnel.

2018 - Nouvelle nomenclature budgétaire ;


-Institution de la Comptabilité Générale ;
-Dépôt des projet des performances ;

2019 -Programmation budgétaire triennale.

2020 -Intégration des cotisations patronales dans les D de personnel ;


-Introduction de la comptabilité analytique ;
- Certification des Comptes par la CC ;
-Nouveaux Rapports ( R de performance + R d’Audit de performance ).

HasnaLAGSSAIAR 5 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

GLOSSAIRE :

-Finances publiques : Ensemble de règles et d’opérations gouvernant les finances de l’Etat

( opérations budgétaires Recette & Dépense / Opération de Trésorerie : endettement… )

- Programmation Budgétaire Triennale : vise à définir l’évolution sur 3 ans de l’E des

Ressources et des Charges de l’Etat.

-Cour des comptes : Une juridiction financière marocaine, chargée principalement de

contrôler la régularité et la sincérité des comptes publics de l’Etat, des CT, des EP.

-Comptabilité publique : l’E des règles qui régissent les opérations financières et comptables

de l’Etat, des CL, de leurs établissements et de leurs groupements et qui déterminent les

obligations et les responsabilités incombant aux agents qui en sont chargés.

-Comptabilité budgétaire :  Elle permet le suivi de l’exécution de la LF en comptabilisant

les recettes encaissées et les dépenses au titre de l'année budgétaire en cours par un comptable

public. (Art 32)

-Comptabilité générale de l’Etat :  l’Etat tient une comptabilité générale de l'E de ses

opérations. Les comptables publics sont chargés de la tenue et de l'élaboration des comptes de

l'Etat. Ils doivent être réguliers, sincères et reflètent une image fidèle de son patrimoine et de

sa situation financière. 

-Comptes de résultat de l’Etat : Il recense l'E des flux qui modifient le patrimoine de l'Etat

et récapitule les produits & les charges d’une année déterminée. Il donne lieu au calcul du

résultat de l'exercice, qui est à rapprocher du résultat de la comptabilité de l'Etat.

 -Equilibre budgétaire : Renvoie à la nécessité d’équilibrer les comptes de l’Etat de manière

à éviter la présence de déficit dans le budget de l’Etat.

HasnaLAGSSAIAR 6 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

-SEGMA : Ce sont des services de l'Etat, non dotés de la personnalité morale, dont l'activité

doit tendre essentiellement à produire des B ou à rendre des S donnant lieu à rémunération.

-CST : Comptes retraçant des opérations qui ne peuvent être incluses dans le BG en raison de

leur spécialisation, de leur continuité dans le temps, ou d’un lien de cause à effet réciproque

entre la R et la D.

-EEP : Organismes publics dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière, de

droit public ou privé, soumises au contrôle financier de l’Etat et auxquels sont confiés des

missions de service public. (DEPP)

-Crédits de paiement : Ils représentent le Mt de dépenses pouvant faire l’objet d’engagement

et de paiement au cours de l’année budgétaire considérée.

 -Crédits d’engagement : Ils représentent le Mt de dépenses qui peuvent être engagées au

cours de ladite année et des années ultérieures (Relatif aux D d’invest).

-Gestion axée sur les Rts : C’est une stratégie ou méthode de management orientée vers la

performance qui donne le primat aux résultats attendus.

- Gestion budgétaire axée sur les Rts : Mode de gestion qui cherche à travers la substitution

de la logique de Rts à la logique de moyens à renforcer l’efficacité de la dépense publique.

- Transparence budgétaire :  le fait de connaître, en temps opportun et de façon

systématique, l’E des informations budgétaires de l’Etat passées, présentes et futures.

-Morasse budgétaire : Ce sont des documents liés à la LF qui présentent, pour chaque

département ministériel ou Institution, le détail de ses dépenses.

- Politique publique : Objectifs gouvernementaux généraux qui influencent les

comportements au moyen de programmes en vue de l’atteinte des résultats attendus.

HasnaLAGSSAIAR 7 MEF 2019


La LOLF n° 130 - 13

-Reddition de comptes : 5 principes  1 Rôles et responsabilités clairs;

2 Attentes claires; 3 Equilibre entre les attentes et les capacités;

4 Crédibilité de l'information communiquée; 5 Examen raisonnable de la performance.

- REF : C’est un document d’accompagnement du PLF de l’année, qui se compose de 3 P :

= 1ère partie : Comporte une analyse de l’économie mondiale ainsi que les opportunités et les

défis qu’elle présente à l’économie marocaine.

= 2ème partie : Restitue les performances économiques enregistrées au niveau national.

= 3ème partie : Evalue les tendances des FP et présente le PLF (les prévisions macro-

économiques et financières, les hypothèses d’élaboration du budget, …)

-Charges communes : E de crédits du BG qui ne peuvent être ventilés par ministère, en

raison de leur caractère général.

-PIB : la somme des richesses nouvellement créées en une année dans le pays.

-Inflation : Une augmentation durable, générale, et auto-entretenue des prix des B & S.

-Engagement: C’est l’acte par lequel l’Etat s’engage juridiquement vis-à-vis d’un tiers

fournisseur ou prestataire de services (bon de commande ou marché).

-Ordonnateur: Toute personne ayant qualité au nom d'un organisme public pour engager,

constater, liquider ou ordonner soit le recouvrement d'une créance, soit le paiement d'une

dette.

HasnaLAGSSAIAR 8 MEF 2019

Vous aimerez peut-être aussi