Vous êtes sur la page 1sur 15

Préparation Oral CNSS

 Programme Tahfiz
Dans le cadre de la politique d’encouragement de l’emploi, le nouveau dispositif « Tahfiz »
d’appui à l’emploi au profit des entreprises et associations nouvellement créées (entre le
01/01/2015 et 31/12/2019) est entré en vigueur.
Il prévoit, dans son volet social, la prise en charge par l’Etat de la part patronale au titre des
cotisations dues à la CNSS ainsi que celles relatives à la taxe de formation professionnelle.
Cette mesure concerne 5 salariés au plus pour une durée de 24 mois à compter de la date de
leur recrutement.
Pour bénéficier de ce dispositif, les salariés doivent être recrutés dans le cadre d’un contrat de
travail à durée indéterminée et ce, durant les deux premières années à partir de la date de
création de l’entreprise ou de l’association.
Les entreprises éligibles à ce programme, doivent prendre attache avec l’agence ANAPEC de
rattachement afin de déposer leur demande de bénéfice.

 Présentation CNSS
Mission

Au-delà de sa mission d’établissement publique gérant le régime obligatoire de la sécurité


sociale de l’ensemble des salariés du secteur privé au Maroc, la CNSS se voit également
investie d’une seconde mission, celle d’œuvrer durablement pour l’amélioration de ses
prestations et d’assurer des services de protection sociale toujours plus efficients. Une
ambition citoyenne pour laquelle la CNSS mobilise toutes ses forces vives.

Notre signature « LE DEVOIR DE VOUS PROTEGER » illustre parfaitement cet état
d’esprit et notre engagement à satisfaire au mieux les besoins de nos clients.

Valeurs

La responsabilité sociale, l’Orientation client et la valorisation du capital humain sont


les trois valeurs que la CNSS met au cœur de ses activités pour réussir sa mission. 

Responsabilité Sociale : Nous œuvrons pour garantir l’accès aux soins de santé et la sécurité
du revenu pour nos assurés et à généraliser la couverture médicale et sociale pour l’ensemble
de la population des salariés du secteur privé et leurs ayants-droit. 

 Orientation client : Nous mobilisons toutes nos ressources pour se concentrer sur l’écoute,
le conseil, la satisfaction et l’anticipation des attentes de nos clients Assurés et Affiliés en
mettant à leur disposition des services interactifs qui répondent à leurs besoins dans les
meilleurs délais et ce de manière professionnelle, innovatrice et fiable. 

Valorisation du capital humain : Nous investissons dans les ressources humaines en


formant des collaborateurs motivés pour mettre leurs compétences au service de nos clients.

Histoire

Le régime de sécurité sociale géré par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale est né il y’a
plus de 50 ans. L’organisme considéré généralement comme l’ancêtre de la CNSS, La Caisse
d’Aide Sociale, a été créé en 1942 par le patronat pour servir des allocations familiales aux
travailleurs des grandes entreprises et des allocations aux femmes en couche.

C’est en 1959 qu’a été institué le régime de sécurité sociale des salariés de l’industrie, du
commerce et des professions libérales. Il a pour mission de protéger les assurés sociaux contre
les risques de suppression de leur revenu en cas de maladie, de maternité, d’invalidité et de
vieillesse, et de leur servir des allocations familiales et attribuer à leurs ayants-droit, une
allocation de décès et une pension de survivants.

Entré en vigueur le 1er avril 1961, ce régime a été étendu, depuis, aux secteurs de
l’agriculture et de l’artisanat. Il a, par ailleurs, connu des améliorations et extensions des
prestations servies et la mise en place d’un réseau d’établissements sanitaires sous forme de
polycliniques.
Chiffres clés

Gouvernance

Plusieurs instances veillent à la bonne gouvernance de la Caisse Nationale de Sécurité


sociale : Un Conseil d’Administration investi de tous les pouvoirs et attributions nécessaires à
l’orientation des actions de la Caisse et un Comité de Gestion et d’Etudes et deux Comités
Spécialisés.

Conseil d’administration

La Caisse nationale de sécurité sociale est administrée par un conseil d’administration


composé de 24 membres titulaires, nommés par décret pour une période de 3 ans, dont :

  8 représentants de l’état ;

  8 représentants des employeurs ;

  8 représentants des travailleurs.

Le conseil d’administration est présidé par le premier ministre ou par l’autorité


gouvernementale déléguée par lui à cet effet. IL se réunit aussi souvent que les besoins de la
caisse l’exigent et au moins deux fois par an.

Comité de Gestion et d’Etudes

Ce comité est présidé par le président du conseil d'administration ou l’autorité


gouvernementale déléguée par lui. Il est chargé, dans l’intervalle des réunions du conseil
d’administration, de suivre la gestion de la Caisse et éventuellement de régler toutes les
questions pour lesquelles il reçoit délégation du conseil.
Comités spécialisés

  Comité « Audit et Risques » : ce comité a un rôle consultatif, notamment en ce qui


concerne l’établissement des comptes, les missions des auditeurs et commissaires aux
comptes, le dispositif de contrôle interne et les risques.

  Comité « Stratégie et Développement » : ce comité a un rôle consultatif dans les


domaines des orientations stratégiques de la CNSS, les accords d’alliance et les
opérations stratégiques significatives.

Organisation
La Caisse Nationale de Sécurité Sociale s’est dotée en 2011 d’une nouvelle organisation à
même de lui permettre de relever les prochains challenges relatifs au développement de la
sécurité sociale au Maroc. Reposant désormais sur une organisation fonctionnelle en 6 pôles
de compétences, la CNSS repositionne le Client au centre de son action et renouvelle, ainsi,
les moyens de son leadership.
Actualités
la CNSS veille sur le respect de la bonne application des disposions de la législation de la
sécurité sociale en vigueur, par le biais de son corps d’inspection et contrôle.

A cet effet, la CNSS a mis en place des procédures normalisées. c’est dans ce sens, que les
missions d’inspection et contrôle, ordonnées par la CNSS, sont exécutées de façon collégiale
par plusieurs agents de contrôle et inspection dirigés par un chargé de mission ou le chef de la
division du contrôle, qui doivent décliner leurs identités, présenter leurs cartes
professionnelles et justifier leur mission par un ordre de mission signé par leur hiérarchie. Les
contrôleurs et inspecteurs sont assermentés et tenus par le secret professionnel.
Inspection
Missions
 Contrôle de la non et la sous déclaration des salaires
 Contrôle de la sur déclaration des salaires
 Salariés régularisés et redressés
Qui est habilité à vous inspecter ?
Un ou plusieurs inspecteurs, encadrés par un inspecteur principal et un chef de mission,
réalisent l’inspection ou la vérification comptable. Ils peuvent être accompagnés par un
inspecteur stagiaire qui est placé sous leur responsabilité.
Comme le corps du contrôle, les inspecteurs, les inspecteurs principaux, les chefs de mission
et le chef de division d’inspection sont assermentés et tenus par le secret professionnel. Ils
prêtent serment devant le tribunal de première instance de ne rien révéler des secrets de
l’entreprise dont ils peuvent prendre connaissance dans l’exercice de leur mission.
Ils sont titulaires d’une carte professionnelle, preuve de leur qualité ; carte dont il vous est
recommandé d’exiger la présentation.
Comment êtes-vous informé de la mission d’inspection ?
L’équipe chargée de l’inspection (Chef de mission, Inspecteur principal, Inspecteurs) se
déplace chez vous munie de cartes professionnelles et d’un ordre de mission
d’inspection signé et cacheté par le Directeur de l’Inspection et du Contrôle.
L’ordre de mission d’inspection vous informe sur la qualité et l’identité des agents
d’inspection, sur les années faisant objet de l’inspection, et sur la liste des documents et
supports à préparer.
Il mentionne que vous pouvez faire appel à un conseiller de votre choix pour vous assister, et
que la « Charte du contrôle ou d’inspection sociale » vous sera remise dès le début de
l’inspection. 
Si nécessaire, un relevé du personnel peut être effectué sur place pour identifier les salariés
présents dans votre entreprise ou dans les lieux d’activité. Un rendez-vous vous est proposé
pour l’examen des documents nécessaires à l’inspection.
D’autres documents, si nécessaires, peuvent vous êtes demandés par le responsable de la
mission.
En cas d’empêchement, vous pouvez demander, par écrit justifié, le report du rendez-vous
pour un délai n’excédant pas 15 jours.

Notez-bien :
Vous êtes tenu de recevoir les agents d’inspection, et de mettre à leur disposition tout document en relation
directe ou indirecte avec l’inspection. Les oppositions ou obstacles à ces missions sont passibles
de sanctions prévues par le code du travail en plus de l’instauration de la Taxation d’office.

Où se déroule l’inspection?
Selon votre convenance, l’inspection peut se faire :
  dans les locaux de votre entreprise ;
  dans les locaux de la CNSS ;
  chez votre expert comptable ou votre fiduciaire (avec l’accord du responsable de la
mission).
Sur quelles périodes porte l’inspection ?
L’Inspection initiale porte sur l’année en cours et les quatre années civiles qui précèdent le
début de l’inspection. Par exemple, en 2010, l‘inspection porte sur 2006, 2007, 2008, 2009 et
sur les périodes de l’année 2010 antérieures à l’ordre de mission.
Comment se déroule l’inspection ?
L’inspection s’effectue sur base des documents mis à la disposition de l’équipe chargée de
l’inspection. Toutefois, des documents complémentaires nécessaires à la réalisation de
l’inspection peuvent être demandés à l’employeur par échanges d’écrits (papier ou courrier).

Les modalités de l’inspection et les demandes de l’équipe chargée de l’inspection sont


adaptées à la nature de l’activité, à l’organisation et au système d’information de votre
entreprise. On peut donc être amené à vous demander tout document ou support informatique
en relation directe ou indirecte avec l’inspection. Vous devez présenter à l’équipe chargée de
l’inspection tous les documents nécessaires à la réalisation de leur mission.

Notez bien :
Le refus de communication de tous les documents ou d’une partie des documents demandés et la demande
répétée du report de la date de mise à disposition de ces documents sont considérés comme une opposition
à la vérification comptable, et exposent l’entreprise à des sanctions prévues par le code du travail, en
plus de l’instauration de la Taxation d’office.

Contrôle
Qui est habilité à vous contrôler ?
C’est un ou plusieurs contrôleurs, faisant partie de la Direction de l’Inspection et du Contrôle
(DIC) et dirigés par un contrôleur principal et/ou par le chef de la Division de Contrôle, qui
réalisent le contrôle. Ils peuvent être accompagnés par un contrôleur stagiaire qui est placé
sous leur responsabilité. Les contrôleurs, les contrôleurs principaux et le chef de la division du
contrôle sont assermentés et tenus par le secret professionnel. Ils prêtent serment devant le
tribunal de premières instances de ne rien révéler des secrets de l’entreprise dont ils peuvent
prendre connaissance dans l’exercice de leur mission.
Ils sont titulaires d’une carte professionnelle, preuve de leur qualité carte dont il vous est
recommandé d’exiger la présentation.
Comment êtes-vous informé de la mission du contrôle ?
Un contrôle peut intervenir à tout moment de la vie de l’entreprise. Il commence avec le
relevé du personnel. Bien qu’il soit souhaitable qu’il se fasse en présence du chef d’entreprise
ou de son représentant, le relevé du personnel peut s’effectuer, quand il ne peut y assister, en
son absence.
Cependant, le contrôle ne peut être autorisé sans la présentation, par l’équipe chargée du
contrôle, de l’ordre de mission de contrôle. Signé et cacheté par le chef de la Division de
Contrôle dont relève l’entreprise, l’ordre de mission vous informe de la qualité et de l’identité
des agents de contrôle, des années faisant l’objet du contrôle et de la liste des documents et
supports à préparer. La « Charte du contrôle ou d’inspection sociale » vous sera remise dès
le début de la mission du contrôle.
A la fin du relevé du personnel, un rendez-vous vous est proposé pour compléter le contrôle
en vous invitant à préparer les documents nécessaires à son bon déroulement.
D’autres documents, si nécessaires, peuvent vous être demandés par écrit (papier ou courriel)
par le responsable du contrôle.
En cas d’empêchement, vous pouvez demander, par écrit justifié, le report du rendez-vous.

Notez bien :
Vous êtes tenus de recevoir les agents de contrôle et de mettre à leur disposition tout document en relation
directe ou indirecte avec le contrôle. Les oppositions ou obstacles à ces visites sont passibles de sanctions
prévues par le code du travail, en plus de l’instauration de la Taxation d’office.

Où se déroule le contrôle ?
Le relevé du personnel se déroule naturellement dans les locaux de votre entreprise et sur les
lieux de votre activité professionnelle. Par contre, l’examen des documents nécessaires au
contrôle peut se faire à votre convenance :
  dans les locaux de votre entreprise ;
  dans les locaux de la division de contrôle dont vous relevez ;
  chez votre expert comptable ou votre fiduciaire (avec l’accord du contrôleur
principal).
Sur quelles périodes porte le contrôle ?
Le contrôle initial porte sur l’année en cours et les quatre années civiles qui précédent le début
du contrôle. Par exemple, en 2010, le contrôle porte sur 2006, 2007, 2008, 2009 et le cas
échéant sur les périodes de l’année 2010 antérieures à la période au cours de laquelle le
dernier relevé du personnel a été établi.
Comment se déroule le contrôle ?
Le contrôle repose, avant tout, sur un dialogue permanent entre le chef d’entreprise ou son
représentant d’une part, et le responsable de la mission de contrôle d’autre part. Ces échanges
permettent la prise en considération de l’ensemble des informations nécessaires au contrôle.
Les modalités de contrôle et les demandes de l’équipe chargée du contrôle sont adaptées à la
nature de l’activité, à l’organisation et au système d’information de votre entreprise. On peut
donc être amené à vous demander tout document ou support informatique en relation directe
ou indirecte avec le contrôle social. Vous êtes tenu de présenter à l’équipe chargée du contrôle
tous les documents nécessaires à la réalisation du contrôle.
L’équipe de contrôle peut également interroger les personnes rémunérées ; notamment pour
connaitre leur nom, la nature de l’activité exercée, le montant des rémunérations et les
avantages en nature accordés en contrepartie de ces activités.
Etapes post contrôle et inspection
Le contrôle ou l’inspection doit aboutir :
  soit, au constat d’une bonne application de la législation en matière de sécurité sociale
;
  soit, à des régularisations des déclarations des salaires acceptées par l’employeur
(régularisation normale) ;
  soit, à des régularisations des déclarations des salaires d’office (taxation d’office).
Communication des chefs de redressement
A la fin de la mission, un document daté et signé intitulé « Communication des chefs de
redressement » vous est adressé. Il précise :
  l’identification de la mission de contrôle ou de l’inspection ;
  les périodes contrôlées ou inspectées ;
  la date de fin du contrôle ou d’inspection ;
  la mention du délai de 45 jours dont vous disposez pour faire part de vos remarques ;
  la nature et le montant des insuffisances relevées.
Notification de la créance
Passé le délai de 45 jours après la date d’envoi des chefs de redressement, la créance devient
exigible et recouvrable selon la procédure de recouvrement des créances publiques.
A cet effet, une notification de la créance vous est adressée, accompagnée d’un Bordereau de
Paiement des Cotisations.
Toute contestation de la créance effectuée hors délai :
  ne peut stopper le processus de recouvrement forcé ;
  ne peut être étudiée que lorsque ce retard est justifié par un empêchement majeur.
Qui et quand devez-vous payer ?
Quand payer ?
Vous devez payer avant la date d’exigibilité indiquée à la fois dans la notification de la
créance et dans le Bordereau de Paiement des Cotisations (BPC) faisant suite au contrôle ou à
l’inspection.
Le montant de la créance est calculé avec application des pénalités de retard, au regard de la
date d’exigibilité mentionnée sur le BPC.
Qui payer ?
Le paiement peut s’effectuer auprès de votre banque habituelle moyennant le BPC (faisant
suite à la mission de contrôle ou d’inspection) qui fait place d’un ordre de virement que vous
adressez à votre banque afin de virer le montant dans le compte gestion de la CNSS ouvert
auprès de l’une des banques mentionnées sur le BPC.
Facilités de paiement :
Si vous avez des difficultés financières à régler le montant de la créance dégagée suite à un
contrôle ou une inspection, vous pouvez solliciter des facilités de paiement par lettre adressée
au percepteur de la région dont vous relevez.
Attention, en cas de non-paiement :
La procédure de recouvrement des créances est déclenchée si ces trois conditions sont
réunies:
  absence de règlement de la créance ;
  absence de sollicitation et d’obtention d’un accord de facilité de paiement auprès du
percepteur ;
  absence d’une contestation dans les délais.

Notez-bien:
La CNSS met à votre disposition un centre de communication (tél : 05 22 54 86 85) dédié aux volets du
contrôle et de l’inspection. N’hésitez pas à l’utiliser en cas de besoin et à télécharger la «Charte du
contrôle ou d'inspection sociale».

 
EN BREF
La CNSS dispose d’un corps itinérant chargé du contrôle et de l’inspection. Assermentés, les
agents qui composent ce corps sont tenus au secret professionnel. Ils ont le droit d’accès aux
entreprises pendant les heures d’ouverture. A chaque mission ils doivent être munis de leur
carte professionnelle et d’un ordre de mission.
Objectif du contrôle
Les opérations de contrôle ont un double objectif :
 Au titre des périodes écoulées, vérifier l’application de la législation et de la
règlementation de sécurité sociale et l’application de l’assiette de cotisation ;
 Au titre des périodes futures, conseiller et informer, sur l’interprétation de certains
textes règlementaires et les modalités pratiques de leur application.
La mission du contrôleur
Le contrôleur réalise des enquêtes relatives à l’affiliation, l’immatriculation et les déclarations
de salaires. De ce fait, il est appelé à interroger les salariés de l’entreprise pour connaitre
notamment leur nom, adresse, rémunération, date d’embauche, y compris les avantages en
nature dont ils bénéficient et le montant des retenues de Sécurité Sociale effectuées sur leurs
salaires. Le contrôleur est de par sa fonction habilité à :
1. Affilier votre entreprise si vous ne l’avez pas encore fait ;
2. Dresser un relevé exhaustif des salariés en activité dans votre entreprise, pour relever
notamment leur nom, prénom, adresse, date d’embauche ainsi que tous les
renseignements ayant trait à leur rémunération ;
3. Immatriculer les salariés en activité dans votre entreprise si vous ne l’avez pas encore
fait ;
4. Consulter les documents ci-après :
 Les doubles des bordereaux de déclaration de salaires ;
 Les doubles des bordereaux de paiement de cotisations ;
 Le livre de paie coté et paraphé ;
 Le registre des congés payés, les bulletins de paie ;
 Tout autre document administratif, tel que contrats de travail, contrats d’apprentissage,
convention collective de la profession et tout autre document juridique, tel que statuts,
registre de commerce, etc.
 Les cartes de travail ;
 S’assurer de l’affiliation des employeurs ;
 Procéder à l’immatriculation des salariés non encore immatriculés ;
 Procéder à la régularisation de la situation des salariés non déclarés par leur employeur
;
 Procéder à la mise à niveau des masses salariales déclarées ;
 Conseiller, informer et aider à une meilleure compréhension des textes législatifs et
règlementaires ainsi qu’à une plus grande maitrise des modalités pratiques de leur
application par les employeurs.
Important : A chaque visite, les contrôleurs doivent être munis d’un ordre de mission et de
leur carte professionnelle qui vous permettent de vous assurer de leur identité ;
1. Ils ont accès aux locaux de votre entreprise pendant les heures d’ouverture ;
2. Ils sont habilités à contrôler l’effectif de votre personnel, exiger la présentation de tous
documents comptables ou prévus par la législation du travail permettant la vérification
des déclarations de salaires ;
3. Ils sont tenus au secret professionnel
Relevé de comptes
Après traitement informatique de vos déclarations de salaires et de vos paiements de
cotisation, la CNSS édite à votre intention annuellement le relevé de compte Cotisation et
majorations de retard ainsi que le relevé de compte Taxe de formation professionnelle
reflétant votre situation comptable vis à vis de la CNSS.
Ces documents vous permettent soit de régulariser votre situation, soit de contester la créance
avec justificatifs à l’appui. Quand le paiement des cotisations n’est pas effectué
régulièrement, il s’ensuit des majorations de retard et des frais de poursuite.Les majorations
de retard sont appliquées en cas de non paiement de tout ou partie de la cotisation. Les taux en
vigueur sont :
 Avant le 1er janvier 1995, le taux est de 3 % par mois ou fraction de mois.
 A compter du 1er janvier 1995, le taux est de 3 % pour le 1er mois ou fraction de mois
de retard et de 1 % pour le mois suivant ou fraction de mois.
Recouvrement
Le recouvrement des créances de la CNSS, de même que les poursuites, sont exercées comme
en matière d’impôts directs, pendant un délai de quatre ans, à compter de la date de
notification faite au redevable de l’état de produit rendu exécutoire.Le processus de
recouvrement englobe l’ensemble des activités concourant à recouvrer la créance de la CNSS
notamment la planification des actions de recouvrement, l’exécution des actions de
recouvrement forcé ainsi que le ré-échelonnement des créances.
 Dès 1996, la CNSS a opté pour la décentralisation de l’activité du recouvrement forcé
au niveau de ses perceptions afin d’assurer : L’institution d’un recouvrement forcé et
réel des créances de la CNSS, à travers la mise en place des procédures de gestion par
des campagnes de recouvrement ;
 L’instauration d’un processus pour la gestion des facilités de paiement accordé aux
affiliés débiteurs en situation de difficulté dument justifiée ; Cette refonte dans
l’organisation était nécessaire compte-tenu de :
* L’augmentation du volume des créances à recouvrer ;
* La volonté d’instituer une nouvelle relation avec les partenaires sociaux et d’assurer
une meilleure réactivité de l’action du recouvrement.
Il y a lieu de noter que la décentralisation du recouvrement concerne notamment :
1. Le commandement,
2. La saisie,
3. La vente,
4. Les opérations exceptionnelles
Procédure de recouvrement forcé
En vue de recouvrer ses créances, la CNSS adresse aux affiliés un relevé de compte annuel
qui tient lieu de sommation sans frais. Il est émis au plus tard le 31 décembre de l’année N +
1, et concerne l’année N.
Ce document reflète l’état des créances vis-à -vis de la CNSS. Le défaut de paiement dans un
délai de 30 jours à compter de la date d’exigibilité mentionnée sur le relevé de compte,
conduit inévitablement au recouvrement forcé (le recouvrement forcé ne peut toujours être
engagé qu’après envoi d’un dernier avis) dont découle une série d’actions de poursuites de
gravité croissante telles que :
1. Le commandement
Il intervient 30 jours après la date de la date d’exigibilité mentionnée sur le relevé de compte
et s’accompagne de l’application d’une majoration de 2 % sur le montant de la créance
représentant les frais de commandement. Le commandement constitue l’acte par lequel le
débiteur est mis en demeure de régulariser sa situation vis-à -vis de la CNSS.
Le commandement est remis au débiteur en main propre par l’agent de notification et
d’exécution ou bien adressé par pli recommandé avec accusé de réception ou en cas
d’impossibilité de toucher le débiteur, signifié par voie d’affichage.
2. La saisie exécution
Elle intervient 30 jours après la notification du commandement demeuré sans suite, avec
application sur le montant de la créance d’une majoration de 2,5%, représentant les frais de
saisie. Le percepteur établit alors à l’encontre de l’affilié défaillant, un état de saisie-exécution
(loi 15-97 formant code de recouvrement des créances publiques), visé par le chef d’agence
régional de la Caisse nationale de sécurité sociale. L’objet de la saisie-exécution est de mettre
les meubles du débiteur sous main de justice.
Après établissement du procès verbal de saisie et au moment où la saisie va être pratiquée,
l’affilié peut demander à se libérer immédiatement de la totalité de sa dette.
3. La vente
Elle intervient 8 jours à compter de la date de saisie et sur autorisation de la direction générale
de la CNSS. Il est appliqué au montant de la créance une majoration de 1%, représentant les
frais de vente.
L’Agence régionale ou provinciale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale dont relève
votre entreprise, se tient à votre disposition pour recevoir vos éventuelles contestations sur ces
opérations ou vous fournir toutes informations complémentaires.
Comptabilité/Fiscalité CNSS et AMO
Taux des cotisations dûes à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS – AMO) au 01
Janvier 2017
Les taux ci-dessous sont fixés conformément aux dispositions de l’article premier du décret n°
2-14-207 (10 novembre 2014) modifiant le décret n° 2-05-734 (18 juillet 2005) fixant les taux
de cotisation dûes à la CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale).

Taux de cotisation à la CNSS au 01 Janvier 2017

Type de cotisation Taux Part Salariale Taux Part Patronale Plafond

Prestations Sociales court et long terme 4.48 % 8.98 % 6 000.00 MAD

Allocations Familiale - 6.40 % -

Taxe de formation professtionnelle - 1.6 % -

Taux de cotisation à l’AMO au 01 Janvier 2017

Type de cotisation Taux Part Salariale Taux Part Patronale Plafond

AMO (Assurance Maladie Obligatoire) 2.26 % 2.26 % -

Participation AMO - 1.85 % -

C.N.S.S      (  La caisse nationale de sécurité sociale )

Il faut savoir que le  régime de sécurité sociale au Maroc est institué par le dahir 1-59-
148 du joumada  II  1379 du 31 décembre 1959
La C.N.S.S  est place sous la tutelle administratif du  ministère  de l'emploi
La  caisse    est  chargée             :
A -  Des  allocations familiales
B-   Les prestations à court terme suivantes :
-Indemnités  journalière en cas de maladie ou accidents non régis par la législation sur les
accidents du travail  et les maladies professionnelle
-Indemnités  journalière en cas de maternité
-Allocation en cas de décès
C -  Les  prestations  à long terme suivantes :
& Pensions d'invalidité
& Pensions de vieillesse  ( Retraite )
& Pension de survivants
BORDEREAU de paiement C.N.S.S mensuel  se présente :
- ALLOCATION FAMILIALE                         =     6,40 % ( de la Masse  salariales )
- PRESTATIONS  SOCIALES                       =    13.46 % (de la Masse  salariales)
-TAXE DE FORMATION PROFESSIONNELLE  =      1,60 % (Masses salariales )
BORDEREAU  DE L'ASSURANCE  MALADIE OBLIGATOIRE  mensuel              A,M,O
PARTICIPATION  AMO --------------------------------------- 1.85 %(Masses  salariales )
COTISATIONS    AMO   ---------------------- -------------- 4.52% (Masses  salariales)
N.B   pour bénéficier de remboursements et  des avantages de l' AMO l'employé doit remplir
sans erreurs les formulaires de soins , ainsi ci-joint les pièces  demandées  par la CNSS ce là
pour éviter le 
le rejet ou  le retard du dossier médical .
Autres Immatriculés déposent des dossiers de remboursements   frauduleux
l'administration doit renforcer le contrôle  de  ses dossiers pour limiter le vol et le
retournement des fonds de la CNSS qui provoque une baisse des recettes de la
caisse provoquant une crise dans le futur  
PARTICIPATION   CNSS et AMO 
- L'EMPLOYÉ ( salarié ) participe  par ----------------------- ---------4.48 % CNSS    et 2.26%
AMO
- L'EMPLOYEUR (le responsable ) participe -----------------------16,98 % CNSS  et 4.11%
AMO
Pour bénéficie des allocations familiales le responsable doit déclarer un salaire au  moins de
1588.00 DHS c'est à dire   60% du S.M.I.G ( 2645.36  dhs) pour garder l équilibre financier la
CNSS
va augmenter le salaire déclaré a un seuil satisfaisant pour les 2 ( affilié et CNSS ...)
L’employé arrive à sa pension de vieillesse ( Retraite ) en accumulant   3240 jours du travail  .
L age de retraite au Maroc à 63 Ans et une pension de retraite de 50% du salaire moyen
déclaré  autrement dit :
** Minimum : 50% du salaire mensuel moyen pour l’assuré qui compte 3240 jours de
cotisation .
Pour l’assuré qui a réuni les 3240 jours de cotisation, le montant de la pension d’invalidité est
augmenté de 1% pour chaque période de 216 jours de cotisation accomplie en plus des 3240
jours.
**  Maximum : 70% du salaire mensuel moyen. Si l’invalide doit être assisté par une autre
personne, le montant de la pension est majoré de 10% du salaire moyen ayant servi au calcul
Les  assurés ayant atteint l’âge de 63 ans et ayant totalisé 3.240 jours de cotisations au
minimum ouvrant droit à 50 % du salaire mensuel de référence avec une augmentation
de 1% pour chaque période supplémentaire de 216 jours.
La pension maximale atteint 70% de la moyenne des 96 derniers salaires (plafonnés)
effectivement déclarés à la CNSS. La pension minimale est de 500 DH par mois.
**  Pension de survivants : servie aux ayants droit de l’assuré décédé qui avait rempli les
conditions requises pour bénéficier d’une pension de vieillesse (3 240 jours de cotisations) ou
d’invalidité (1 080 jours de cotisations). Le montant total de cette pension ne doit pas excéder
celui de la pension d’invalidité ou de vieillesse correspondante. de la pension.déclaré pendant 
la période de cotisation  Cnss et Amo  .
il faut noté que plus le salaire  déclaré est élevé ; plus la pension de retraite est élevée 
.  Exemple un SMIG en 2018 de    191 H X 13.46 dhs =2570.86dhs
-  La pension de retraite est  égale 2570.86dhs X 50%    =1285.43 dhs par Mois
En général la pension de retraite se calcul sur la base d'un salaire moyen déclaré pendant la
période des cotisations qui s' élevé à 3240 jours cotisés = 3240 / 26 jours
Si le salaire de l"employé reste 2650dhs pendant 7ans et augmente à 4500dhs pendant les
5années qui restent
sa retraite avec 3240 points seulement est calculée sur la base du salaire moyen (2650X7X12
+4500X5X12 / 12 ANS / 12 MOIS X 50% = 1711 dhs
si le nombre des points dépassent 6000 sa retraite augmente à 70% Soit 3421x70% = 2395dhs
ses calculs peuvent être modifies chaque fois il y a une reforme....
Un article est publié par l’économiste 30/05/2013 ( que chaque année 60000 assurés à la
CNSS partent à la retraite parmis eux 42500 n'arrivent pas au seuil de 3240 jours de cotisation
ouvrant droit à une pension .
Ces cotisations sont perdues au profit de la CNSS avec le projet de loi l'affilié pourra
récupérer ses cotisations ; majorés du taux de rendement  du fonds des réserves ...)
Les ayants droit éligibles au remboursement :
Dans le cas des assurés décédés , les ayants droit peuvent beneficier d'un remboursement dans
les memes conditions qu'une pension de survivant.
Le conjoint bénéficie de 50% des cotisations en cas de presence d'une coépouse( 2eme femme
)
la prestation est attribués à 25% pour chaque femme pour les enfants ils ont droit à 25% sans
conditions jusqu'à 16 ans les descendants agés de plus 21 ans doivent presentés une attestation
scalaire pour les enfants handicapés pas de limite d'âge.
L'amélioration des Télé-déclarations pousse la CNSS a passé du portail DAMANCOM1
au Portail DAMANCOM2 plus développé pour garantir aux affiliés la précision dans les
déclarations et l’accès   à d'autres options :  ( demande d affiliation - demande d
immatriculation -demande des attestations …

Vous aimerez peut-être aussi