Vous êtes sur la page 1sur 16

chapitre

4 La fonction exponentielle
Activités (page 20)

ACTIVITÉ 1 ACTIVITÉ 2
1. a) Pour tout point M la tangente coupe l’axe des
1. f  t 0 + --- = f (t0) + --- f ′(t0) = f (t0)  1 + ---
1 1 1
abscisses donc f ′(x0) ≠ 0.  n n  n
b) y – f(x0) = f ′(x0) (x – x0).
1
c) (T) coupe l’axe des abscisses pour y = 0 et f (t0) = y0 = 1 d’où y = 1 + --- .
n
f ( x0 )
2. a) f  t k + --- ≈ f (tk) + --- f ′(tk) or f ′(tk) = f (tk)
et x = x0 – -------------- . 1 1
f′ ( x 0 )  n  n
2. a) TH = i équivaut à abscisse de TH est 1 donc f  t k + --- = f (tk) 1 + --- .
1 1
 n n
f ( x0 )
donc -------------- = 1 d’où f(x0) = f ′(x0).
f ′ ( x0 ) On choisit yk + 1 = yk  1 + --- .
1
 n
b) Il en résulte que f convient si et seulement si
1 k
f ′ = f. b) Par récurrence il est évident que yk =  1 + --- .
 n

Travaux dirigés (page 97)

D’après le tableau de variations :


TD 1
x –∞ 0 +∞
1. Pour tout réel x, f (x0 + x) = f (x0) × f (x) = 0 . f ′(x) – 0 +
Donc pour tout réel X, f (X) = 0 . 0 +∞
f
2. a) f (x + 0) = f (0) × f (x) , donc f (x)[1 – f (0)] = 0 0
pour tout réel x. Il en résulte que f (0) = 1 . Pour tout réel x : f(x)  0 donc (1 + x)  ex (1)
x 2 Pour tout réel x < 1, 1 – x < e– x, 1 – x > 0 et e– x > 0
b) f  --- + --- = f  --- = f (x) ,
x x
 2 2  2 1
donc pour tout réel X, f(X) > 0 . donc ex  ------------ (2).
1–x 1
---
3. a) g est dérivable sur  et pour tout réel y,
2. a) x = --- avec 0 < x < --- d’après (1)  1 + ---  e
1 1 1 n
g′(y) = f ′(x + y) = f(x)f ′(y) . n 2  n
b) Il en résulte que f ′(x) = f ′(0)f(x) = af(x) avec 1 n
donc  1 + ---  e (3).
a = f ′(0) .  n
c) f(x) = ke ax et f(0) = 1 donc k = 1 . 1
------------
n+1 1
4. e a(x+y) = e ax × e ay donc f(x + y) = f(x) × f(y) . b) x < 1 donc e  ---------------------
1 soit
1 – ------------
n+1
1
------------
TD 2 1 n+1
  1 + --- donc e   1 + ---
n+1 1
e ,
 n  n
1 1. a) f ′(x) = ex – 1. d’où le résultat.

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 45


2 n–1
x
2 1. a) g′(x) = e– x 1 + x + x----- + … + ------------------
-–1 – kt
2! ( n – 1 )! akbe
3. f′(t) = ------------------------------2-
– kt
x
2
x
n ( 1 + be )
– x – ----- … – -----
2! n! t –∞ 0 +∞
n f′(t) +
= e– x  – -----  < 0.
x
 n!  a - a
f(t) ----------
x 0 1 0 1+b
g′(x) – Pour a = 3, b = 2 et k = 1.
1 3
g(x)
On a la fonction f : t  --------------------
–t
-.
1 + 2e
Donc g(1) < 1.
On démontre de même que h est croissante sur 3
[0 ; 1] et que h(1) > 1.
2. Il résulte alors de l’étude précédente que

e– 1  1 + ----- + ----- + … + ----- < 1 et


1 1 1
 1! 2! n!
1 1 1
e– 1 1 + ----- + … + ----- + ----- > 1 donc
1! n! n!
O 1
1 1 1 1 1 1
1 + ----- + … + ----- < e < 1 + ----- + ----- + … + ----- + ----- (4)
1! n! 1! 2! n! n!
3 1. a) x′(t) = – kx(t) + 1 000k équation du type
3 1. n! + n! + … + 1! < n! e < (n! + n! + … + 1) + 1. y′ = ay + b donc les solutions sont :
En posant an = n! + n! + … + 1 il en résulte que f : t  λe– kt + 1 000.
an < n! e < an + 1. b) 40 = λ + 1 000 donc k = – 960°. Il en résulte que
n!p f(t) = – 960e– kt + 1 000.
2. a) Si q  n alors q divise n! donc --------- est un 7
q f(1) = 160 donc 160 = – 960e– k + 1 000 soit e– k = ---
n!p 8
entier. Or --------- est strictement compris entre deux 75
q – k 5 
f(5) = – 960(e ) + 1 000 = – --- × 960 + 1 000.
entiers consécutifs donc q  n est impossible.  8
b) Il résulte que quel que soit n > 1, q > n. Ce qui Soit f(5) ≈ 508°.
est impossible donc e est irrationnel. 2. Mise en mouvement d’un canot :
r F
mv′ = – rv + F ou v′ = – ----- v + ----- donc
TD 3 m m
r
– ----- t
1 m F
– --- v(t) = λ e + --- .
1 1. Il reste Ae 3 . r
r r
– ----- -----
+ --- soit λ = e  1 – --- 
2. m F m F
v(1) = F donc 1 = λ e
r  r
Quantité de médicament dans le sang
r r
-----
F – ----
-t
donc v(t) = e 1 – ---  e
mm F
+ --- .
 r r
F
La vitesse limite du canot est --- .
r
2,2A
TD 4
A=2
(heures) x
O 8 16 24 32 40 48 56 64 t 1 y – y′ = e----- .
2
x x
3. À partir de la troisième injection. e (x – 1)
1. h′(x) = ---------------------
2
-
x
x x x x
2 1. b > 0 donc 1 + be– kt > 0 pour tout réel t. e e e e
donc h(x) – h′(x) = ----- – ----- + ----2- = ----2-
x x x x
2. lim f(t) = a et lim f(t) = 0.
t→+∞ t→–∞ donc h est solution de (E).

46
x
e
2. g solution de (E) si et seulement si g – g′ = ----2- h(x) + h′(x) = ax2 + (b + 2a)x + c + b
x x = x2 + x
e
soit g1 – g′1 + h – h′ = ----2- . d’où a = 1, b = – 1 et c = 1 soit h(x) = x2 – x + 1
x x
e donc les solutions sont données pour tout réel x
Or h – h′ = ----2- donc g1 – g′1 = 0.
x par f(x) = λe– x + x2 – x + 1.
3. g1(x) = λex. 2. h′(x) = – a sin x + b cos x
x h(x) + h′(x) = (b – a) sin x + (a + b) cos x = 5 cos x
e
4. g(x) = λex + ----- . 5
d’où a + b = 5, b – a = 0, b = --- = a
x 2
5
et h(x) = --- (cos x + sin x)
2 1. h(x) = ax2 + bx + c 2
5
h′(x) = 2ax + b et f(x) = λe2x + --- (cos x + sin x).
2

Corrigés des exercices


Maîtriser le cours (page 101)

1. La fonction exponentielle 9 a) L’inéquation équivaut à e2x  1.


Soit 2x  0 et x ∈ ]– ∞ ; 0].
1 a) ex b) e– 3 c) 1 + e– 2x b) (ex – 1) (ex – 1) > 0 donc x ∈ –{0}.
d) e2 – x e) e4x f) e2y
10 Corrigé dans le manuel.
2 1. [g(x)]2 – [h(x)]2 = [g(x) + h(x)] [g(x) – h(x)]
soit ex × e– x = e0 = 1.
e +e
2x – 2x
+2 2. Étude de la fonction exponentielle
2. 2[g(x)]2 – 1 = ----------------------------------- – 1 = g(2x).
2
11 Corrigé dans le manuel.
1
2g(x)h(x) = --- (e2x – e– 2x) = h(2x).
2 12 f ′(x) = ex  1--- – ----
1
- .
x 2
x
3 Corrigé dans le manuel.
x
3e
13 f ′(x) = ------------------------
-.
4 Corrigé dans le manuel. x 2
( 2e + 1 )
5 a) 2e– x(ex + 2) = 1 soit 2 + 4e– x = 1.
14 f ′(x) = ex[2 cos x].
4e– x = – 1 pas de solution.
b) x = 2. (1 – x)
x
2
--- 15 f ′(x) = e---------------------
-.
x x 2
6 a) ex + 1 = e équivaut pour x ≠ 0 à x2 + x – 2 = 0 (e – x)
soit x = 1 ou x = – 2.
π π 5π 16 f ′(x) = 2x – 2xex = 2x(1 – ex).
b) Sin x = sin --- d’où x = --- + k2π ou x = ------ + k2π.
6 6 6
17 1. f ′(x) = 1--- (ex – e– x) = g(x).
2
7 a) L’équation équivaut à x2 + x – 6 = 0
1 x
soit x = – 3 ou x = 2. g′(x) = --- (e + e x) = f(x).

2
b) L’équation équivaut à x2 – x + 2 = 0 donc pas de
2 2
solution. g′ ( x )f ( x ) – g ( x )f ′ ( x ) [ f ( x ) ] – [ g ( x ) ]
2
- = -----------------------------------------
2. h′(x) = ----------------------------------------------------- 2
-.
2 f f
8 a) e x  e– 2 d’où x2  – 2 vrai pour tout réel x.
Or [f(x)]2 – [g(x)]2 = 1 (voir corrigé exercice 2)
b) L’équation équivaut à x3 – x – 6  0
1 1
ou (x – 2) (x2 + 2x + 3)  0 donc x ∈ ]– ∞ ; 2] et h′(x) = ------------- ou h′(x) = ----2- .
2
car x2 + 2x + 3 > 0 pour tout réel x. f (x) f

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 47


18 1. f(0) = 2 et f(– 2) = 0 donc 2 = b 28 1. f(x) – (x – 1) = e– 2x et lim e– 2x = 0 donc la
x→+∞
et 0 = (– 2a + b)e2 donc 2a = b = 2 ; a = 1 et b = 2.
Ainsi pour tout réel x, f(x) = (x + 2)e– x. droite d’équation y = x – 1 est asymptote à .
2. f ′(x) = (– x – 1)e– x et A a pour coordonnées (– 1 ; e). 2. e– 2x > 0 pour tout réel x donc  est au-dessus de la
droite d.
19
3 29 f(x) – x – 1 = 4e– x et lim 4e– x = 0 donc la
x→+∞
() 1
droite d’équation y = x + 1 est asymptote à la courbe .
e
30 f(x) – x – 2 = xex lim xex = 0
x→–∞

1 donc la droite d’équation y = x + 2 est asymptote à la


courbe .
2 = 3
j
i
O
31 1. lim f ( x ) = 2 et lim f ( x ) = – 3 d’où le
1 x→+∞ x→–∞
résultat.
x x x x
2e ( e + 1 ) – ( 2e – 3 )e
2. a) f ′(x) = --------------------------------------------------------------
2
-
x
–2 2 (e + 1)
x
5e
donc f ′(x) = ---------------------2- .
x
a) f1 : x  ex – 2. La courbe 1 est déduite de  par la (e + 1)
translation de vecteur – 2zj. b) x –∞ +∞
b) f2 : x  1 – ex. 2 se déduit de  par la symétrie par
f ′(x) +
rapport à l’axe des abscisses suivie de la translation de
2
vecteur jz (c’est-à-dire la symétrie par rapport à la f(x)
–3
1
droite d’équation y = --- ).
2
c) 3 = 2 si x < 0 et 3 est la symétrie de 2 par rap- 2
d
port à l’axe des abscisses x > 0.

20 Corrigé dans le manuel. 1

3. Des limites importantes O 1


1
21 lim f ( x ) = --- ; lim f ( x ) = + ∞ ;
x→0 2 x→+∞
lim f ( x ) = 0.
x→–∞

22 lim f ( x ) = 0.
x→+∞ –3
D
1
23 lim f ( x ) = --- lim f ( x ) = – 1.
x→+∞ 2 x→–∞
32 Corrigé dans le manuel.
24 lim f ( x ) = + ∞ lim f ( x ) = 1.
x→+∞ x→–∞
33 1. a) lim f ( x ) = + ∞ lim f ( x ) = + ∞.
25 Corrigé dans le manuel. x→+∞ x→–∞

2x b) f(x) + x = ex et lim ex = 0
26 f(x) = 2 × e----------------
–1
- donc lim f ( x ) = 2 x→–∞
2x x→0 donc la droite d est asymptote oblique à  en – ∞.
lim f ( x ) = + ∞.
x→+∞ 2. f ′(x) = ex – 1.
x –∞ 0 +∞
27 lim f ( x ) = 1 lim f ( x ) = 1
x→–∞ x→+∞ f′(x) – 0 +
lim f ( x ) = 0 lim f ( x ) = + ∞. f(x)
+∞ +∞
– + 1
x→0 x→0

48
f(– 1 ; 9)  e– 1,9 – 0,1  0,14
 f(– 1,8)  e– 1,8 – 0,2  – 0,03
d donc – 1,9 < α < – 1,8.
Même chose pour 1,1 < β < 1,2.
b) Il résulte que f(x) < 0 pour x ∈ ]α ; β[.
1
36 1. lim f ( x ) = 0 et lim f ( x ) = – ∞
x→–∞ x→+∞

O f′(x) = (2 – x)ex
1
d’où le tableau avec f(2) = e2.

34 1. lim f ( x ) = + ∞ e2
lim f ( x ) = – ∞.
x→+∞ x→–∞
4 4
2. a) f(x) – (x – 1) = --------------
x
et lim --------------
x
=0
e +1 x → + ∞ e +1
d’où le résultat.
x x
– 4e – 4e
b) f(x) – (x + 3) = -------------
x
- et lim -------------
- =0
e –1 x → – ∞ ex – 1
d’où le résultat.
x 3
4e O
3. f ′(x) = 1 – ---------------------2- . 2
x
(e + 1)
x 2
(e – 1) 2. Si m > 0 et m < e2 on a deux solutions et m > e2 zéro
f ′(x) = ---------------------2- .
x solution.
(e + 1)
x –∞ 0 +∞
f′(x) + 0 + 4. Des fonctions x  eu(x)
+∞
f(x) 1
–∞ ---
37 f ′(x) = e x – 1--- + 1 .
x

3 38 f ′(x) = 2ex – 1[x].

39 f ′(x) = esin x [cos2 x – sin x].


 d

40 Corrigé dans le manuel.

x
–3
41 1. a) x + e et x  x sont dérivables sur
]0 ; + ∞[.
(D) O 1

b) Pour tout x > 0, f ′(x) =  ------- + 1 e .


x x
–1  2 
f(x) – f(0) x
2. f(0) = 0 et -------------------------- = e .
x
x
35 1. lim f ( x ) = + ∞ lim e = 1 donc f est dérivable en x = 0.
lim f ( x ) = + ∞. x→0
x→+∞ x→–∞
2. f ′(x) = ex – 1. 2
42 a) f(– x) = e – x = f(x) donc f est paire et 
x –∞ α 0 β +∞ admet l’axe des ordonnées pour axe de symétrie.
f ′(x) – 0 + 2
–x
+∞ +∞ b) f ′(x) = – 2x e .
f(x) 0 0
–1
x 0 +∞
3. a) f bijection de ]– ∞ ; 0] sur [– 1 ; + ∞[ donc il existe f ′(x) 0 –
α unique de ]– ∞ ; 0] tel que f(α) = 0. 1
f(x)
De même pour β dans [0 ; + ∞[. 0

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 49


1
– --- x
51 a) f(x) = λe2x – 1--- . b) f(x) = λ e 3 + 2.
2
1
1 – --2- x 1 --- x
c) f(x) = λ e 3 + --- . d) f(x) = λ e 2 + 1.
2
 52 f(x) = λe– 3x.
O 1 1. f(0) = 1 d’où k = 1 et f(x) = e– 3x.
2. f ′(0) = 3 donc f(0) = – 1 et λ = – 1 donc f(x) = – e– 3x.
43 f ′(x) = 2e2x – 2ex = 2ex(ex – 1).
lim f ( x ) = 0 et lim f ( x ) = + ∞. 53 Corrigé dans le manuel.
x→–∞ x→+∞

x –∞ 0 +∞ 54 f ′(x) = – 6e– 3x donc f ′(x) = – 3f(x).


f ′(x) – 0 +
55 f ′(x) = – 6e– 2x d’où f ′(x) = – 2f(x) – 8.
+∞ +∞
f(x)
–1


6. Applications
56 1. a) f(x) – x + 2 = e– x, lim e– x = 0 donc la
x→+∞
droite d est asymptote à  en + ∞.
b) f(x) – (x – 2) = e– x > 0 donc  est au-dessus de d.
O
2. lim f ( x ) = lim f ( x ) = + ∞
x→+∞ x→–∞
–1 f ′(x) = 1 – e– x
f ′(x)  0 si et seulement si e– x  1 ou – x  0
44 1. f1(x) – f2(x) = e– x[1 – sin x]. donc x  0 f(0) = – 1.
π 3. f est une bijection de ]– ∞ ; 0] sur [– 1 ; + ∞[
sin x = 1 sur [0 ; π] ⇔ x = --- donc 0 a un antécédent unique α dans ]– ∞ ; 0],
2
 π – π---  de plus f(– 2) = e2 – 4 > 0 et f(– 1) = e – 3 < 0
donc un seul point commun A  --- ; e 2  . donc – 2 < α < – 1.
2 
De même f est une bijection de [0 ; + ∞[ sur [– 1 ; + ∞[
2. f ′(x) = – e– x f ′2(x) = e– x (– sin x + cos x)
π donc 0 a un antécédent unique β dans [0 ; + ∞[.
π π – ---
f ′1  --- = f ′2  --- = –e 2
donc les deux courbes ont une f(1) = – 1 + e– 1 < 0 f(2) = e– 2 > 0
 2  2 donc 1 < β < 2.
tangente commune en A.
K K
– ----
K 5 – ---- K – 5λ
57 I′(λ) = e λ
----7- – ----6- = e λ ----------------
-
7
5. Équations différentielles λ λ λ
K K
45 a) f(x) = λe3x. b) f(x) = λe– 2x. I′(λ) > 0 si λ < ---- et I′(λ) < 0 si λ > ----
5 5
K
3 5 donc I(λ) est maximale pour λ0 = ----
– --- x --- x 5
46 a) f(x) = λ e 2 . b) f(x) = λ e 3 . 5
5 –5  5 5
et I(λ0) = ------5- e = -------- .
47 1. f(x) = λe2x.  Ke
K
2. f(0) = 1 ⇔ λ = 1 donc f(x) = e2x. 58 Corrigé dans le manuel.
48 Corrigé dans le manuel. k
59 y′ = – ----
- y + g.
m k
49 f ′(x) = – 1--- f(x) 1
f ′(– 2) = ---
– ----- t gm
Les solutions dans  sont f(λ) = λ e m + -------- .
2 2 k
donc f(– 2) = – 1. k
gm gm – ----- t
1 Or f(0) = 0 donc λ = – -------- et v(t) = -------- 1 – e m .
– --- x k k
f(x) = λ e 2 et – 1 = λe
1
– --- x – 1 60 1. a) f(x) – (2x – 2) = (1 – x)e– x.
donc λ = – e– 1 et f(x) = – e 2 .
lim (1 – x)e– x = 0 donc la droite ∆ est asymptote à .
x→+∞
f  – --- = λe = 1
50 f(x) = λe– 2x 1
 2 b) f(x) – (2x – 2) = (1 – x)e– x si x < 1
d’où λ = e– 1 et u : x  e– 1 – 2x. f(x) > 2x – 2 donc  est au-dessus de ∆.

50
2. a) f ′(x) = 2 + e– x[x – 1 – 1] = xe– x + 2 (1 – e– x). 3. La tangente à  en A d’abscisse a est parallèle à ∆
b) Si x  0 e– x < 1 donc f′(x)  0. si et seulement si f′(a) = 2.
c) f ′(0) = 0. Soit ae– a + 2 – 2e– a = 2
soit e– a(a – 2) = 0 donc a = 2
x 0 0 +∞
et A a pour coordonnées (2 ; 2 – e– 2).
f′(x) 0 +
+∞
f(x) 0
–1

Apprendre à chercher (page 105)

61 Tangentes à une courbe issues d’un point 4. a) Pour tout x  0, ϕ(x) < 0. De plus ϕ est une bijec-
Les outils : tion de ]0 ; + ∞[ sur [– 2 ; + ∞[ donc 0 a un antécédent
● Étude d’une fonction.
unique α.
● Équations de droites. b) ϕ(1) = – 1
Les objectifs ϕ(2) = e2 – 1 > 0
● Savoir traduire un problème par un problème équivalent. donc α ∈ ]1 ; 2[
● Savoir utiliser un tableau de variations. α  1,28.
1. a) f(x) – (x – 1) = – ex lim ex = 0
x→–∞ 62 Famille de fonctions et lieu géométrique
donc la droite d’équation y = x – 1 est asymptote à 
en – ∞. Les outils :
b) f ′(x) = 1 – ex. ● Étude d’une famille de fonctions.
x –∞ 0 +∞
● Définir analytiquement un lieu géométrique.
f ′(x) + 0 –
Les objectifs
–2
f(x)
–∞ –∞ ● Savoir déterminer un lieu géométrique.
Du tableau il résulte que f(x)  – 2.
1. (x + m1)e– x – (x + m2)e– x = (m1 – m2)e– x.
2. a) M0(x0 ; f(x0)) et f′(x0) = 1 – e x0 d’où l’équation
Donc si m1 ≠ m2.
de T x :
0 (m1 – m2)e– x ≠ 0 donc les courbes  m et  m n’ont
y – x0 + 1 + e x0 = (1 – e x0 ) (x – x0) 1 2
pas de point commun.
d’où y = (1 – e x0 )x – 1 + e x0 (x0 – 1). 2. a) f ′m(x) = e– x(– x – m + 1).
b) O ∈ T x ⇔ (x0 – 1) e x0 = 1 (1). b) Pour tout réel m, Im a pour coordonnées
0
3. a) lim ϕ(x) = + ∞ lim ϕ(x) = – 1. (1 – m ; em – 1).
x→+∞ x→–∞
b) ϕ′(x) = xex. 3. a) x = 1 – m,
y = em – 1 d’où y = e– x.
x –∞ 0 α +∞
b) Ainsi Im appartient à la courbe Γ d’équation y = e– x.
ϕ′(x) – 0 +
–1 +∞ 4. x = 1 – m donc lorsque m décrit , x décrit . On en
ϕ(x) 0
–2 déduit alors que Im décrit toute la courbe (Γ).

Pour progresser (page 106)

1+x
Études de fonctions 2 ------------
• f ′(x) = ------------------2- e 1 – x ;
(1 – x)
63 • lim f(x) = 1--- ; 1
lim f(x) = --- ; x –∞ 1 +∞
x→+∞ e x→–∞ e
f ′(x) + +
lim f(x) = 0 ; lim f(x) = + ∞ . f 1 +∞ 1
---
+ – --- e
x→1 x→1 e 0

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 51


f(x) – f(1) b) 1,5 < α < 1,6.
• lim -----------------------
x–1 =0.
-
+
x→1 66 ● 1. lim f0(x) = 1 et lim f1(x) = 0 d’où les
x→+∞ x→+∞
y courbes.
x
2. f0(– x) + f0(x) = --------------x = 1 donc A  0 ; ---  est centre
1+e 1
 2
1+e
e de symétrie de 0. On démontre de même que A est
centre de symétrie pour 1.
–x
e 1
- = --------------x = f1(x)
3. f0(– x) = -----------------
–x
1 1+e 1+e
f donc l’axe des ordonnées est axe de symétrie.
1
e
4. a) f0(x) + f1(x) = 1.
O 1 x b) 1 est donc l’image de 0 par la réflexion d’axe la
1
droite d’équation y = --- .
2
64 1. lim f(x) = + ∞ ; lim f(x) = – 1 ; 67 ● 1. La tangente en A a pour équation y = x + 1
x→–∞ x→+∞
et (Γ) est au-dessus de cette tangente donc pour tout
lim f(x) = – ∞ ; lim f(x) = + ∞ . réel u, eu  u + 1 (1).
– +
x → –1 x → –1
2 (G)
2. f ′(x) = – e–x – ------------------2- < 0 ;
(1 + x) d
e
x –∞ –1 +∞
f ′(x) – –
+∞ +∞
f
–∞ –1
1
A
 y

O 1
2
1
–1
2. a) En posant u = – x d’après (1)
O 1
x e– x  – x + 1 soit e– x + x – 1  0.
–1 – x
e > 0 donc
1  ex(1 – x)
soit 1 + (x – 1)e  0 (2).
x

x
1 + e (x – 1)
3. f′(x) = -------------------------------
2
- . En tenant compte de (2),
x
f ′(x)  0 et la fonction f est strictement croissante sur
65 1. f(0) = – 1 g(0) = 1. ]0 ; + ∞[.
La courbe associée à g est celle qui présente un maxi-
mum au point de cordonnées (0 ; 1). ● ex – 1 2
68 1. a) f(x) – (x – 1) = x – -------------- – x + 1 = -------------- ;
2. a) h′(x) = f′(x) – g′(x) = 1 – ex + xex ex + 1 ex + 1
= 1 – (1 – x)ex = 1 – g(x). ex – 1 – 2 ex
f (x) – (x + 1) = – -------------- – 1 = -------------- .
b) x –∞ 0 +∞ ex + 1 ex + 1
h′(x) + 0 + b) lim f(x) = + ∞ ; lim f(x) = – ∞ .
x→+∞ x→–∞
–2 +∞
h(x) c) lim [f(x) – (x – 1)] = 0 et lim [f(x) – (x + 1)] = 0.
–∞ x→+∞ x→–∞

3. a) f(x) = g(x) si et seulement si h(x) = 0. Donc les droites ∆ 1 et ∆ 2 sont asymptotes à  respec-
Or h(x) = 0 s’annule pour une seule valeur α de tivement en – ∞ et + ∞ .
l’intervalle ]0 ; + ∞[. Or h(1) = 1 – e < 0 et h(2) = 2 > 0 d) Au voisinage de + ∞ ,  est au-dessus de ∆ 2 et au
donc α ∈ ]1 ; 2[. voisinage de – ∞ ,  est en dessous de ∆ 1 .

52
e –x – 1 1 – ex ●
2. a) f(– x) = – x – ----------------
- = – x + -------------- 70 1. a) lim f(x) = + ∞ ; lim f(x) = + ∞ .
e –x + 1 1 + ex x → –1 x→+∞
= – f(x) , e x ( 1 + x ) 2 – 2e x ( 1 + x ) e ( x – 1 ) x
donc f est impaire. 2. f ′(x) = ---------------------------------------------------------
- = ---------------------
-.
( x + 1 )4 ( x + 1 )3
2e x e 2x + 1
b) f ′(x) = 1 – ---------------------2- = ---------------------2- > 0 . 3. x –1 1 +∞
( ex + 1 ) ( ex + 1 ) f ′(x) – 0 +
x 0 α +∞ +∞ e +∞
f ---
1 4
f ′(x) --- +
2
+∞ 4. y
f 1
0
1 
La tangente en x = 0 a pour coefficient directeur --- .
2
3.
y ∆1


1
T e
1 4

O x
–1 1
x
O 1 α

71 1. a) g′(x) = ex – 1.
Pour tout réel x, g(x)  0 donc ex – x  1.
x –∞ 0 +∞
∆2 g′(x) – 0 +
+∞ +∞
g(x) 0
4. • f est strictement croissante
et f(]0 ; + ∞[) = ]0 ; + ∞[. b) ex – x ≠ 0 donc f est définie sur .
• 1,6 < α < 1,7 . 2. a) lim f(x) = 0 lim f(x) = – 1.
1 x→+∞ x→–∞
1 1 – ---
69 ●
1. f(x) =  1 + --- + ----2- e x et lim f(x) = 1 . x
e (1 – x)
 x x  x→+∞ b) f ′(x) = ---------------------2- .
x
1 (e – x)
x 2 + x + 1 – --x-
2. a) t(x) = -----------------------
-e ;
x3 x –∞ 1 +∞
1 1 f ′(x) + 0 –
--- = X et t(X) = (X + X2 + X3) -----X- ;
x e 1-
---------
f(x)
lim X = + ∞ donc lim t(X) = 0 . –1 e–1 0
x→0
+ X→+∞
b) Donc f est dérivable en 0 et le nombre dérivé en ce c) T a pour équation y = x
point est 0. – xg ( x )  Or g(x)  0,
1 1
f(x) – x = -----------------
x  x
– --- 1 1 1 1 2 1 – x – --x- e – x  donc e – x > 0.
3. a) f ′(x) = e x ----2- + ----3- + ----4- – ----2- – ----3- = -----------
-e .
x x x x x x4 Pour x  0,  est au-dessus de T et pour x > 0,  est en
dessous de T.
b) x 0 1 +∞
d) Tracé de T et .
f ′(x) 0 + 0 –
3 T
f ---
0 e 1

c) y 
3
e 
1 ∆

O x –1
1

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 53


● 1
72 A. 1. • lim f(x) = + ∞ , car si --- = X , 2. a) ϕ′(x) = ex(1 – x).
x→0
+ x
x –∞ 1 +∞
eX
f(x) = ------ et lim f(X) = + ∞ . ϕ ′(x) + 0 –
X X→+∞
e
• lim f(x) = + ∞ . ϕ (x) 0 –∞
x→+∞
1
---
b) ϕ(x) = 1 pour deux valeurs α et β de x
1
ex – 1 --- avec – 1,2 < α < – 1,1 et 1,8 < β < 1,9.
2. a) -------------- – 1 = xe x – x – 1 = f(x) – x – 1 .
1 3. On peut donc mener à  deux tangentes passant
---
x par A.
1
---
ex – 1 74 ● m
● 1. a) M a pour coordonnées (m ; e ) et N a
b) lim [f(x) – x – 1] = 0 , car lim -------------- = 1 .
x→+∞ x→+∞ 1 pour coordonnées (m ; e– m) donc I a pour coordon-
---
x m –m
nées  m ; ------------------------ .
e +e
Donc la droite d’équation y = x + 1 est asymptote à   2 
en + ∞ . x –x
1 1 1
e +e
--- b) y = --------------------- .
1 --x- --- x – 1
3. Pour tout réel x > 0 , f ′(x) = ex – --- e = e x  ------------ ; 2
x  x  x –x
e +e
c) I est un point de la courbe  d’équation y = --------------------- .
x 0 1 +∞ 2
f ′(x) – 0 + Or lorsqu’on décrit , x = m décrit  donc (Γ) = ().
x –x
+∞ +∞ e +e
f
e 2. a) f ′(x) = --------------------- .
2
B. 1. lim f(x) = – ∞ ; lim f(x) = 0 . x –∞ 0 +∞
x→–∞ x→0

f′(x) – 0 +
1 1
g(x) – g(0) --- ---
3. a) -------------------------- = e x ; lim e x = 0 . +∞ +∞
f(x) 0
x x→0

b) Donc g est dérivable en zéro et le nombre dérivé b) Les tangentes T1 en M à 1 et T2 en N à 2 ont res-
en ce point est zéro. pectivement pour équations :
c) x –∞ 0 y = emx + em(1 – m) et y = – e– mx + e– m (1 + m).
g ′(x) + Leur point d’intersection P a pour coordonnées
g
0  m
e –e
–m
2 
–∞  m – ---------------------
m –m m –m
- .
- ; ---------------------
 e +e e +e 
4. y  ∆
Il en résulte que IP a pour coordonnées
2
 e m – e –m (e – e ) 
m –m
e  – ---------------------
- ; – - .
------------------------------
 e m + e –m m
2 ( e + e )
–m

1 Ce vecteur est colinéaire au vecteur u de coordon-


m –m
nées  1 ; ---------------------- .
O x e –e
1
 2 
1 m –m
Or f ′(m) = --- (e – e ) donc (IP) est la tangente en I
2
à (Γ).

75 ● m
● 1. a) Mm a pour coordonnées (m ; e ) et Pm a
pour coordonnées (m ; m). La tangente en Mm à  a
pour équation y = em(x – m) + em donc Nm a pour
● coordonnées (0 ; em(1 – m)).
73 ● 1. a) M0 a pour coordonnées (x0 ; e x0 – x0)
Donc Gm a pour coordonnées
et f ′(x0) = e x0 – 1. Donc T x a pour équation
0
y = ( e x0 – 1)x + e x0 (1 – x0). m
----- ; --- [ m + e + e ( 1 – m ) ]
1 m m
2 4 
b) A ∈ T x ⇔ 0 = e x0 – 1 + e x0 (1 – x0)
soit  ----- ; --- [ m + e ( 2 – m ) ] .
0 m 1 m
(1)
soit e x0 (2 – x0) = 1 (1) 2 4 

54
b) De (1) on tire m = 2x b – b
 n n – 1 = an – 1
1 b)  b n – 1 – b n – 2 = a n – 2
donc y = --- [x + e2x(1 – x)].
2 
1  b2 – b1 = a1
2. a) f ′(x) = --- [1 + e2x(1 – 2x)]
2 n–1
f ′′(x) = – 2xe2x. d’où bn = 2 + ∑ ai .
1
b) x –∞ 1 +∞
n–1
f′′(x) + 0 – Or a1 + … + an – 1 = ------------ [3 + 2n – 1] = n2 – 1
2
1 1 donc bn = n2 + 1.
f′(x) --
2 –∞ 3. a) Si d divise an et bn, d divise α(2n + 1) + β(n2 + 1).
En prenant α = n et β = – 2, d divise (n – 2). Il divise
c) f ′(x) = 0 a une unique solution α dans ]0 ; + ∞[
ainsi : (2n + 1) – 2(n – 2) = 5.
2
1–e d = 5 si et seulement si 2n + 1 ≡ [5]
f ′(1) = -------------- < 0 donc α ∈ ]0 ; 1[.
2 soit 2n ≡ 4 [5] soit u ≡ 2 [5].
À la calculatrice on trouve α  0,65. b) Pour les autres valeurs de n, an et bn sont premiers
entre eux.
3. x –∞ α +∞
f′(x) + 0 – 78 ● ● 1. a) f1
(1) (x) = 2x(x + 1) = f + f .
1 0
1 f(α) 1 (n)
Si f1 (x) = nf0(x) + f1(x)
f′(x) -- --
–∞ 2 2 –∞ alors f1(n + 1)(x) = nf 0′ (x) + f 1′ (x)
2n = nf0(x) + f0(x) + f1(x)
76 ● ● 1. a) f ′n(x) = -------------------- + e
– x > 0 pour tout x de
( )
2 = (n + 1)f0(x) + f1(x)
[0 ; + ∞[. x + n
(n + 1)
d’où f1 = (n + 1)f0 + f1.
b) fn(0) = – 2 lim fn(x) = 1. Donc la proposition est vraie pour tout n  1.
x→+∞
b) La démonstration est analogue à la précédente.
x –∞ 0 2. f = 2f2 – 3f1
f′n (x) +
donc f (n) = 2[n(n – 1)f0 + 2nf1 + f2] – 3[nf0 + f1]
1
fn(x)
–2 soit f (n) = n(2n – 5)f0 + (4n – 3)f1 + 2f2.
D’où f(n)(x) = ex[2x2 + (4n – 3)x + 4(2n – 5)].
2. a) fn(n) = – e– n < 0.
b) Si n = 1, en + 1 = e2 > 3 donc vraie.
Si en + 1 > 2n + 1, en + 2 > e(2n + 1) > 2n + 3. Équations différentielles
3
Donc la proportion est vraie pour tout n  1. – --- x
79 ● 1. f(x) = k e 2 , k ∈  .
2n 1 1 1 2. a) f : x  ax 2 + bx + c ; si f est solution de (E′),
- = ---------------- – ------------ .
c) fn(n + 1) = 1 – ---------------- – -----------
2n + 1 e n + 1 2n + 1 e n + 1 alors, pour tout réel x,
1 1 4ax + 2b + 3ax 2 + 3bx + 3c = x 2 + 1
Or en + 1 > 2n + 1 donc ---------------- < -----------
- et fn(n + 1) < 0.
2n + 1 e n + 1 ⇔ 3ax 2 + x(4a + 3b) + 2b + 3c = x 2 + 1 ;
1 4 17
3. fn(n) × fn(n + 1) < 0 d’où l’existence d’une solution a = --- ; b = – --- ; c = ------ .
unique un telle que n < un < n + 1. 3 9 27
b) g est solution de (E′) ainsi que f, donc :
● 2g′ + 3g = x 2 + 1 = 2f ′ + 3f ,
77 1. a) f(1)(x) = ex(x2 + 3x + 2).

d’où 2(g′ – f ′) + 3(g – f ) = 0 ⇔ 2(g – f )′ + 3(g – f ) = 0.
b) Pour n = 1, f(1)(x) est de la forme ex(x2 + anx + bn) Ainsi (g – f ) est solution de (E).
avec a1 = 3 et b1 = 2. Réciproquement, si (g – f ) est solution de (E) :
Si f (n)(x) = ex(x2 + anx + bn) 2g′ + 3g = 2f ′ + 3f = x 2 + 1 ,
alors f (n + 1)(x) = ex(x2 + (an + 2)x + an + bn) donc g est solution de (E′).
c) Les solutions (E′) sont les fonctions :
d’où f (n + 1)(x) = ex(x2 + an + 1x + bn + 1) 3
– --- x
1 4 17
avec an + 1 = an + 2 (1) et bn + 1 = an + bn (2) x  ke + --- x 2 – --- x + ------ , k ∈  .
2
3 9 27
avec an + 1 ∈  ainsi que bn + 1. 3. On cherche pour (E′′) une solution de la forme
2. a) (an) est une suite arithmétique de premier terme a cos x + b sin x . Donc, pour tout réel x :
a1 = 3 et de raison 2. – 2a sin x + 2bcos x + 3a cos x + 3b sin x = cos x ,
Donc an = 3 + 2(n – 1) = 2n + 1. d’où 2b + 3a = 1 et 3b – 2a = 0 .

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 55


2 3 b) Le point d’abscisse – 1 a pour ordonnée αe – 1 et
Il résulte que b = ------ et a = ------ et les solutions de (E′′)
13 13 f ′(– 1) = – αe + 1 , donc la tangente au point d’abs-
3
– --- x cisse – 1 a pour équation :
3 2
sont les fonctions x  ke 2 + ------ cos x + ------ sin x , y – αe + 1 = (1 – αe)(x + 1) ou y = (1 – αe)x ,
13 13
k∈. donc elle passe par l’origine.
–x – x0
c) Au point (x0 ; α e 0 + x0) , f ′α (x0) = – α e + 1.
80 ● 1. g′(x) = – ae – x, d’où (– a + 3a)e – x = 2e – x
et a = 1 ; g(x) = e – x . La tangente en ce point a pour équation :
– x0 – x0
Pour les questions 2. et 3., le raisonnement est le y – αe – x0 = (1 – α e )(x – x0 ) ,
même que pour l’exercice 79. Les solutions de (E) – x0 – x0
ou encore y = (1 – α e )x + α e (1 + x0) [1] .
sont données par x  ke – 3x + e – x, k ∈  .
L’intersection de cette tangente et de 0 , d’équation
● –x
81 Comme pour l’exercice 80, on trouve : y = x, est donnée par α e 0 (1 + x0 – x) = 0 et x = 1 + x0.
g(x) = – 4 cos2x + sin2x, Donc, pour x0 donné, les tangentes en x0 à α passent
et les solutions sont les fonctions : par le point de coordonnées (1 + x0 ; 1 + x0) .
1
– --- x
x ke 2 – 4cos2x + sin2x , k ∈  . 83 ●
1. a) S’il existe x0 tel que f(x0) = 0 alors
f(x0) f ′(x0) = 0.
82 ●
1. a) y = z + x , y′ = z′ + 1 , d’où : Ce qui est impossible donc pour tout x de , f(x) ≠ 0.
y + y′ = z + z′ + x + 1 , donc z + z′ = 0 . b) g′(x) = – f ′(– x) f(x) + f(– x) f ′(x) = 0.
b) z = ke – x et y = ke – x + x , k ∈  . c) g(x) = k avec g(0) = [f(0)]2 = 16, donc g(x) = 16 pour
2. fα (0) = α , d’où k = α et fα (x) = αe – x + x . tout réel x.
a) f ′α (x) = – αe – x + 1 ; d) D’après la question précédente :
• f0 : x  x ; 16 f(x)
f(– x) = ---------- d’où f ′(x) = ----------
•α<0: f(x) 16
x –∞ 0 +∞ et f est solution de (E) avec f(0) = – 4.
1 1
f α′ (x) + ------ x
16
------ x
16
+∞ 2. ϕ(x) = λ e , ϕ(0) = λ = – 4 donc ϕ(x) = – 4 e .
fα α
–∞ Cette fonction est la seule fonction vérifiant les condi-
tions ().
•α>0:
x –∞ lnα +∞ 84 ● – f ′(x) f ′(x) 2
1. g′(x) = ---------------2- ; or, ---------------2- + --------- = 1, donc :

f α′ (x) – 0 + [ f(x) ] [ f(x) ] f ( x)
+∞ +∞ 2g – g′ = 1 [1] .

1+lnα
2. On détermine g suivant le principe des exercices 79
et 80 :
y
1 2
g(x) = ke 2x + --- , d’où f(x) = ----------------------- -, k∈.
α α 2 2ke + 1 2x
(α>0) (α<0)

α L’exponentielle dans les autres sciences


R
1+lnα – ---- t
85 1. a) I(t) = K e L E
+ ---- .
R
R
1 E E – ---L- t E
b) I(0) = 0 donc K = – ---- et I(t) = – ----e + ---- .
R R R
E
O 2. lim I(t) = ---- .
x t→+∞ R
1 lnα
1
--- t
86 1. a) g(t) = K e 4 .
0
1
--- t
4
α b) g(0) = K = 1 d’où g(t) = e .
1
--- t
4
c) g(t)  3 équivaut à e > 3 soit t = 5 années.

56
– u′ 1 – h′
2. a) h′ = ---------- et u = --- donc u′ = ---------
2
-. 2.
u h h
f (a)
u satisfait aux conditions (E2) si et seulement si :
– h′ ( t ) 1 1
- = ------------- – ------------------
h(0) = 1 et -------------- -
2
h (t) 4h ( t ) 12h ( t )
2

1 1
soit h(0) = 0, h′(t) = – --- h(t) + ------ .
4 12
1
– --- t
4 1
b) h(t) = K e + --- .
3
1
2 2 – --4- t 1
h(0) = 1 d’où K = --- et h(t) = --- e + ---
3 3 3
3
donc u(t) = -----------------------
1
-. O a
– --- t
4
2e +1
c) lim u(t) = 3.
t→+∞ Prendre toutes les initiatives
89 ● n ∈  ⇔ ex ≡ x – 2 ≠ 0.
87 1. a) f est paire, donc l’axe des ordonnées est
axe de symétrie de sa courbe représentative. Notons ϕ la fonction définie sur  par ϕ(x) = ex – x – 2.
ϕ′(x) = ex – 1 et
x x
1  ------ – ------
x –∞ α β +∞
b) f ′(x) = ------  e 41 – e 41 > 0 pour x > 0 . 0
41   ϕ′(x) – 0 +
+∞ +∞
x 0 180 ϕ(x) 0 0
–1
≈ 80,67
f
2 Il existe deux réels α et β et deux seulement tels que
ϕ(x) = 0 avec – 1,9 < α < – 1,8 et 1,1 < β < 1,2.
2. AB a pour hauteur approximativement 80,67 m.
Donc  = –{α ; β} et f(x) < 0 pour tout x de ]α ; β[.
x x
88 ● e + 1 – xe
A. 1. a) f′(x) = 10 ----------------------------
2
-. 90 ● f ′(x) = ex(2 – x).
x
(e + 1)
Existe-t-il x tel que ex(2 – x) = 2.
En posant g(x) = ex + 1 – xex Notons ϕ la fonction définie sur  par :
g(x) ϕ(x) = ex(2 – x) ϕ′(x) = ex(1 – x).
f ′(x) = 10 ---------------------2- .
x
(e + 1) x –∞ 0 1 β +∞
ϕ′(x) + 0 –
b) g′(x) = – xex.
e
x –∞ 0 α +∞ ϕ(x) 2 2
0 –∞
g′(x) + 0 –
2 Il existe donc deux valeurs de x pour lesquelles ϕ(x) = 2
g(x) 0 soit α = 0 et β ∈ ]1,6 ; 1,7[. Ainsi il existe deux tangen-
–∞
tes à la courbe  de coefficient directeur 2.
Il existe a unique de ]0 ; + ∞[ tel que g(α) = 0
avec 1,2 < α < 1,3. 91 ●
f′(x) = (2x + 3)e2x.
c) x 0 α +∞
3
f′(x) + 0 – x –∞ – -- +∞
2
f(α) f ′(x) – 0 +
f(x)
0 0
0 1- +∞
g(α) = 0 donc eα(1 – α) = – 1 f(x) – -------
3
2e
10α 10α ( 1 – α )
donc f(α) = ---------------------- = ----------------------------
1 –α 1 1 1
Or – --------3 > – ------ donc l’équation f(x) = – ------ n’a pas
1 – ------------
1–α 2e 16 16
= 10(α – 1). de solution.

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 57


92 ● La suite (un) est arithmétique de premier 1 3
terme u0 = 1 et de raison 1 donc vaut --- et – --- à gauche donc f n’est pas dérivable
4 4
un = 1 + n donc vn = e– 1e– n avec v0 = e– 1. en x = 0.
–1 –n–1
e (1 – e ) ●
v0 + … + vn = --------------------------------------
–1
-. 95 On doit avoir f(1) = e = a + b.
1–e
D’autre part :
1
lim (e– 1)n + 1 = 0 donc lim (v0 + … + vn) = ------------ . si x  1, f ′(x) = (x + 1)ex
n→+∞ e–1
et si x > 1, f ′(x) = a.
93 ● 1. v′1(x) = u′(x) eu(x). Il faut donc que f ′(1) = 2e = a
Or pour tout x ∈ ]– ∞ ; a[, u′(x) < 0 soit a = 2e et b = – e
donc v1 est décroissante sur cet intervalle. donc si x  1, f(x) = e(2x + 1).
2. v′2(x) = (u′(x) + u(x))ex. Dans ce cas f est dérivable sur .
Pour x > b, u′(x) > 0 et u(x) > 0.

Donc v2 est croissante sur ]b ; + ∞[. 96 La tangente en M a pour équation
x –x ax 0 ax 0
● e e y = ae (x – x0) + e .
94 f(x) = --------------
x
si x  0 et f(x) = --------------
x
si x < 0.
e +1 e +1
Donc T a pour coordonnée  x 0 – --- ; 0 et M a pour
x
1
e
Il en résulte que pour tout x  0, f′(x) = ---------------------2- et  a 
x
(e + 1) U H a pour coordonnées
coordonnées (x0 ; 0) donc T

–2–e
–x  1--- ; 0 . Ainsi TH = -----
1
ne dépend pas de la position
pour tout x < 0, f′(x) = ----------------------2 donc f ′(0) à droite a  a
x
(e + 1) de M sur .

Problèmes (page 112)

97 A. 1. a) d a pour équation y = x + 1 Le tableau de variation sur [0 ; 1] est :


donc m = p = 1 et f(x) = x + 1 + ϕ(x) x 0 α 0
avec lim ϕ(x) = 0 et lim ϕ(x) = 0. f ′′(x) + 2
x→+∞ x→–∞
2
b) Le point A(0 ; 1) est centre de symétrie donc f′(x) 1 – e 0
f(x) + f(– x) = 2. (1)
c) De (1) il vient : b) Sur [0 ; 1], f ′(0) f ′(1) < 0, il existe donc α unique tel
x + 1 + ϕ(x) + 1 – x + ϕ(– x) = 2 que f ′(α) = 0 (car f ′ est strictement croissante sur [0 ; 1].
donc ϕ(x) + ϕ(– x) = 0 et la fonction ϕ est impaire. f ′(0,51) ≈ – 0,005, f ′(0,52) > 0 d’où 0,51 < α < 0,52.
2
2. ϕ(– x) = (– ax + b) e – x .
2
c) 1 – (1 – 2α2) e 1 – α = 0.
Pour tout réel x on a : 2 α
2 Donc f(α) = 1 + α – α e 1 – α = 1 + α – -----------------2-
(ax + b + ax + b) e – x = 0 donc b = 0. 1 – 2α
3
De plus f ′(x) = 1 × ϕ′(x) or f′(0) = (1 – e). 2α
soit f(α) = 1 – -----------------2- .
Donc ϕ′(0) = – e. 2 1 – 2α
De plus ϕ′(x) = a(1 – 2x2) e – x soit a = – e. D’où ce minimum relatif a pour coordonnées
2
B. 1. a) f ′(x) = 1 – (1 – 2x2) e 1 – x  1 – 2α – 2α 
2 3
f ′(0) = 1 – e et f(0) = 1  α ; ---------------------------------
2
- .
donc la tangente en x = 0 a pour équation  1 – 2α 
y = (1 – 2)x + 1. ●
2 98 ● Partie A. 1. • lim f m(x) = 0 ;
b) f(x) – (1 – 2)x – 1 = 1 + x – x e 1 – x – x + ex – 1 x→–∞
2 lim f m(x) = + ∞ ; f ′m (x) = (x + m + 1)e x ;
f(x) – (1 – 2)x – 1 = ex[1 – e – x ]. x→+∞
2
1– e– x > 0 pour tout réel x donc si x < 0.  est en x –∞ –(m +1) +∞
dessous de T et si x > 0.  est2 au-dessous de T. ′ (x)
fm – 0 +
2. a) f ′′(x) = 2x(3 – 2x2) e 1 – x . 0 +∞
fm
Sur , f ′′(x) est donc du signe de 2x(3 – 2x2). –e–(m +1)

58
2. a) Sm a pour coordonnées (– m – 1 ; – e –(m+1)) . 3. a) • γ′(x) = – 8xe – 2x + 4e – 2x = 4e – 2x (1 – 2x) ;
b) Sm appartient à la courbe d’équation y = – e x . De • lim γ (x) = 0 ; lim γ (x) = – ∞ ;
plus m décrit , donc x décrit . Il en résulte que le x→+∞ x→–∞
lieu  de Sm est la courbe d’équation y = – e x . x –∞ 0
1
--- +∞
3. 2
y 0 γ ′(x) + 0 –
–1 2
γ 0 ---
–2 –∞ e 0

1 y
1
O
S0 x m
1
S–1 Γ

O 1 x
 1
2
S–2
b) f ′m (x) a le même signe que m – γ(x) , donc :
4. M(a ; b) appartient à m équivaut à =a+m, be – a 2
• si m > --- : pour tout réel x, f ′m (x) > 0 ;
donc m = be – a – a . Par M, il passe une courbe m et e
une seule. 2 1 
• si m = --- : f ′m (x) > 0 pour tout réel x ∈  –  ---  ,
x
e 2 
et f ′m  --- = 0 .
Partie B. 1. Mm a pour coordonnées (x0 ; (x0 + m) e 0 ) 1
x  2
et f ′m (x0) = (x0 + m + 1) e 0 . Donc Tm a pour équa-
2
x x • si 0 < m < --- : f ′m (x) s’annule pour deux valeurs α
tion : y = (x0 + m + 1) e 0 (x – x0) + (x0 + m) e 0 , e
x
ou encore y = e 0 [(x0 + 1)x – x02 + m(x – x0 + 1)] . et β et f ′m (x) > 0 pour x < α ou x > β ;
2. D’après l’équation précédente, Tm passe par A de • si m = 0 : f ′m (x) > 0 pour x < 0 , et f ′m (0) = 0 ;
x
coordonnées (x0 – 1 ; – e 0 ). • si m < 0 : f ′m (x) s’annule pour une valeur α < 0 et
f ′m (x) > 0 pour x < α .
Partie C. 1. Mα (x ; (x + α)e x) , Mβ (x ; (x + β)e x) , 4. • m < 0
Mγ (x ; (x + γ)e x). x –∞ α +∞
′ (x)
fm + 0 –
Donc M β M α a pour coordonnées (0 ; (α – β)e x) et fm(α)
fm
α–β –∞ –∞
M γ M α (0 ; (α – γ)e x).
Donc M β M α = ------------- M γ M α .
α–γ •m=0
2. a) N est le barycentre de (Mβ , 1) et (Mγ , – k) ;
x –∞ 0 +∞
β – kγ
donc N a pour coordonnées  x ;  x + --------------- e x . ′ (x)
fm + 0 –
  1–k  0
β – kγ fm
–∞ –∞
Ainsi N décrit une courbe α avec α = --------------- .
1–k
2
2 • 0 < m < ---
b) Pour k = 1 , β = 0 , γ = – 2 ; il vient α = --- = 1 . e
2
Donc E– 1 est 1. x –∞ α β +∞

● ′ (x)
fm + 0 – 0 +
99 ● A. 1. a) M(x0 ; y0) appartient à m équivaut à :
fm –∞ fm(α) +∞
2x fm(β)
y0 + 4x02 = m e 0 ,
– 2x 0
donc m = e (y0 + 4x02) . Ainsi par M(x0 ; y0) donné 2
• m = ---
passe une courbe m et une seule. e
b) y = me2a – 4a2 , donc m  me2a – 4a2 est une 1
x –∞ --- +∞
fonction croissante de m. 2
2. a) f ′m (x) = 2me2x – 8x = 2e 2x (m – 4xe – 2x) . ′ (x)
fm + 0 +
b) Il résulte de l’écriture précédente que f ′m (x) a le +∞
fm 1
même signe que m – 4xe – 2x . –∞

Chap. 4 • La fonction exponentielle • 59


2 • A(1 ; 0) appartient à m équivaut à 4 = me 2 , donc
• m > ---
e m = 4e – 2 et f 4e–2 (x) = 4e 2(x – 1) – 4x 2 .
x –∞ +∞
f ′m(x) +
y 1 2 4e–2 1
e 2
+∞
fm
–∞
B. 1. a) f ′m (X) = 0 donc 4Xe – 2X = m
1
et Y = me 2X – 4X2 .
b) Il en résulte que Sm appartient à la courbe d’équa-
tion : Y = 4 Xe – 2X e 2X – 4X2 ou Y = 4X – 4X 2
(équation d’une parabole ).
2. Pour tout réel X, m  --- , donc  --- ; 1 n’est pas
2 1 O
e 2  1 x
un point Sm .
3. a) Km (0 ; m) et f ′m (0) = 2m , donc la tangente Tm
en Km a pour équation y – m = 2mx ou encore
y = m(2x + 1) .
Donc pour tout réel m, Tm passe par le point A  – --- ; 0 .
1
 2 
b) • Voir figure ci-contre. –1 0 

C’est nouveau au bac (page 114)

100 1. a) Vrai, en effet f1(x) – f2(x) = xe– x(1 – x) et 4


Donc si h ∈ 0 ; ----2- , il existe trois réels pour lesquels
pour tout réel x ∈ [0 ; 1] 1 – x  0. e
Donc f1(x) – f2(x)  0. f2(x) = h d’où trois tangentes à 1.
b) Faux. En effet f1(x) = f2(x) si et seulement si x = 0
ou x = 1. Donc il n’y a pas de troisième point commun. 101 1. Vrai. En effet en posant ϕ(x) = ex – ax – b
2. a) Vrai car f ′1(x) = (1 – x)e– x et f ′1(x) + f1(x) = e– x. ϕ′(x) ex – a > 0.
b) Vrai. x –∞ α +∞
ϕ′(x) +
x –∞ 0 1 +∞
+∞
f′1(x) + 0 – ϕ(x) – ∞ 0
1
f1(x) 0 ---
e Il existe donc α unique tel que ϕ(α) 0 donc ex = ax + b
–∞ 0
a une solution unique.
1 1
Pour tout réel x, f1(x)  --- donc f1(x)  --- . 2. Vrai. En effet f′(x) = [u(x) + u′(x)]ex. Or u(x)  0 et
e 2 u′(x)  0, donc f′(x)  0 et f est strictement croissante.
1 1
c) Vrai car 0 < --- < --- d’où deux solutions distinctes. xe
1–x
e
1–x
e
1–x
4 e 3. Faux. En effet, ------------------- = ------------ et lim ------------ = + ∞.
3. a) Vrai. La tangente en M à 1 a pour équation x x x→0
+ x
y = (1 – m)e– m(x – m) + me– m. Ainsi f n’est pas dérivable en x = 0.
Elle coupe l’axe des ordonnées en N de coordonnées 4. Faux. En effet lim f(x) = 0.
+
x→0
(0 ; m2e– m). Or P a pour coordonnées (m ; m2e– m)
donc N et P ont la même ordonnée. 5. Faux. En effet l’équation y′ + y = 0 a pour solution
ϕ(x) = ke– x si ϕ(0) = 2 alors k = 2 et ϕ(x) = 2e– x.
b) Vrai. En effet : La tangente en un point quelcon-
que passe par H(0 ; h) si et seulement si m2e– m = h 102 2. f(x) = ceax + 20.
donc si l’équation f2(m) = h a des solutions. f(0) = 70 et f(5) = 60 donc 70 = c + 20
Le tableau de variation de f2 est : 60 = ce5a + 20.
4
x –∞ 0 2 +∞ Il résulte que c = 50 et e5a = --- .
5
f 2′ (x) – 0 + 0 – 3. f(30) = 50e30a + 20 = 50(e5a)6 + 20
+∞ 4- 4 6
f2(x) ----
2 soit f(30) = 50  --- + 20 ≈ 33°11.
0 e 0  5

60