Vous êtes sur la page 1sur 60

ELECTRICITE (niveau 1)

Les informations techniques figurant dans ces documents ne peuvent être utili-
sées par des non spécialistes dans le domaine de la réparation automobile. Elles
sont destinées à l’exécution de travaux de réparation et d’entretien des véhicules
de marque RENAULT exclusivement par des professionnels de la réparation auto-
mobile ayant les compétences nécessaires pour effectuer ces travaux. RENAULT
n’est en aucun cas responsable des travaux effectués, leurs auteurs en assumant
seuls l’entière responsabilité.
L’utilisateur des informations techniques RENAULT devra s’assurer que celles-ci
correspondent à la dernière mise à jour effectuée par RENAULT. RENAULT n’as-
sumera aucune responsabilité résultant de l’utilisation d’informations techniques
ne correspondant pas à la dernière mise à jour qu’elle aura réalisée.

1
2
SOMMAIRE
Notions d’électricité 4
Formules générales et types de circuits 12
Mesure des grandeurs électriques 20
Contrôle et mise en charge de la batterie 24
Procédures suite à un débranchement de la batterie 32
Contrôle du circuit de démarrage 36
Contrôle du circuit de charge 40
Connectique et faisceaux 44
Diagnostic et réparation d’un circuit électrique 47
Questionnaire 52

3
NOTIONS
D’ÉLECTRICITÉ
Le courant électrique 5
L’énergie électrique 6
Le circuit électrique simple 7
Les grandeurs électriques et leurs unités 8
La protection des circuits 11

4
Notions d’électricité

Le courant électrique
L’électricité fait partie de notre vie quotidienne. Elle est utilisée dans les véhicules
où elle sert à effectuer les opérations suivantes :
- alimenter les systèmes électriques.
- faire circuler des informations sous forme de signaux.

Définition du courant électrique

La matière contient des charges positives, les protons, et des charges négatives,
les électrons. Normalement, il y a autant d’électrons que de protons : la matière
est neutre, elle n’a pas de charge électrique.

Le déplacement de charges crée le courant électrique.

Sens du courant électrique

Par convention, on dit que le courant se déplace de la borne positive vers la borne
négative.

Sens du courant

5
Notions d’électricité

L’énergie électrique
L’électricité est une forme d’énergie.

Production d’énergie électrique

Pour produire un courant électrique, une autre source d’énergie est nécessaire,
par exemple :
- la batterie transforme l’énergie chimique en énergie électrique.
- l’alternateur transforme l’énergie mécanique en énergie électrique.

Producteurs d’énergie électrique

Consommation d’énergie électrique

L’électricité produite peut être transformée en une autre forme d’énergie, par
exemple :
- une ampoule transforme l’énergie électrique en énergie lumineuse.
- un moteur électrique transforme l’énergie électrique en énergie mécanique.

Consommateurs d’énergie électrique

6
Notions d’électricité

Le circuit électrique simple


Composition d’un circuit électrique simple

Un circuit électrique simple est une boucle contenant une source de courant élec-
trique et un consommateur reliés par des fils conducteurs.

Circuit électrique simple

Circulation du courant dans un circuit électrique

Un circuit électrique doit être fermé pour que le courant puisse circuler de la source
au consommateur et revenir à la source.

7
Notions d’électricité

Masse carrosserie

Dans un véhicule, on utilise couramment la carrosserie pour le retour du courant.


C’est ce que l’on appelle la masse carrosserie.

Masse carosserie

Les grandeurs électriques et leurs unités


Trois grandeurs définissent les caractéristiques des différents éléments d’un circuit
électrique :

• la tension

• la résistance

• l’intensité

Pour mesurer ces grandeurs, on utilise un multimètre.

La tension

La tension se définit comme une différence de potentiel entre deux points d’un
circuit.

8
Notions d’électricité

Tension

La tension est une grandeur électrique symbolisée par la lettre U.


L’unité de mesure de la tension est le volt symbolisé par la lettre V.

La résistance

On appelle résistance l’opposition à la circulation du courant dans un circuit élec-


trique.

Résistance

9
Notions d’électricité

La résistance est une grandeur électrique symbolisée par la lettre R.


L’unité de mesure de la résistance est l’ohm symbolisé par la lettre grecque Ω
(oméga).

Un matériau qui oppose peu de résistance à la circulation du courant est un


conducteur. Inversement un matériau qui oppose beaucoup de résistance à la
circulation du courant est un isolant.

L’intensité

L’intensité est la quantité de courant qui traverse à un moment donné un point du


circuit.

Intensité

L’intensité est une grandeur électrique symbolisée par la lettre I.


L’unité de mesure de l’intensité est l’ampère symbolisé par la lettre A.

La protection des circuits


Notion de court-circuit

Quand le trajet initial du courant est dévié dans un circuit de résistance presque
nulle, on emploie le terme de court-circuit.

Utilisation du fusible

Le fusible protège les circuits des courants de trop forte intensité.

10
Notions d’électricité

Lorsqu’un fusible a fondu, il est indispensable d’identifier la cause de la surinten-


sité et d’y remédier. Le calibre du fusible de remplacement doit être similaire à
celui d’origine.

Utilisation du fusible

11
FORMULES
GÉNÉRALES ET
TYPES DE CIRCUITS
La loi d’Ohm 13
Les circuits série et parallèle 14
La puissance électrique 15
Les notions d’électromagnétisme 16
Le moteur électrique 18

12
Formules générales et types de circuits

La loi d’Ohm
Définition

La loi d’Ohm est une des lois fondamentales de l’électricité. Elle relie par une
formule les grandeurs que nous avons vues précédemment. La tension U est
égale à la résistance R multipliée par l’intensité I.

Cette loi est représentée par la formule : U = R x I.

Loi d’Ohm

A tension constante, quand la résistance augmente, l’intensité diminue. A l’in-


verse, lorsque la résistance diminue, l’intensité augmente.

Exemples d’utilisation de la loi d’Ohm

Calculer la résistance d’un élément traversé par un courant de 2 A et dont la ten-


sion aux bornes est de 12 V.
Résultat : sachant que la résistance R est égale à la tension U divisée par l’inten-
sité I, la résistance est de 6 Ω (12 V ÷ 2 A).

Notion de chute de tension

La chute de tension est la baisse de potentiel constatée dans un conducteur de


grande longueur.

13
Formules générales et types de circuits

Les circuits série et parallèle


En électricité, il y a deux principaux types de circuit : les circuits en série et
les circuits en parallèle.

Circuit série

• Le courant emprunte un seul trajet et traverse les composants l’un après l’autre.

• L’intensité est la même en tout point du circuit.

• La tension totale aux bornes de l’ensemble des consommateurs est égale à la


somme des tensions aux bornes de chaque consommateur.

• La résistance totale équivalente est égale à la somme des résistances indivi-


duelles.

Circuit série

Circuit parallèle

• Le courant se divise pour traverser les composants situés dans des branches
différentes.

• La tension est la même dans chacune des branches.

• L’intensité totale est la somme des intensités passant dans toutes les branches.

• La résistance totale équivalente est inférieure à la plus petite des résistances


individuelles.

14
Formules générales et types de circuits

Circuit parallèle

La puissance électrique
Définition

La puissance correspond à la quantité d’énergie qu’un composant absorbe pour


son fonctionnement.

Dans un circuit électrique, la puissance électrique P est égale à la tension U mul-


tipliée par l’intensité I (P = U x I).

Puissance électrique

La puissance est une grandeur physique symbolisée par la lettre P.


L’unité de mesure de la puissance est le watt symbolisé par la lettre W.

15
Formules générales et types de circuits

Exemple de calcul de puissance

Calculer la puissance d’un moteur électrique traversé par un courant de 100A et


dont la tension aux bornes est de 12V.
Résultat : sachant que la puissance P est égale à la tension U multipliée par l’in-
tensité I, la puissance est de 1200 W (12 V x 100 A).

Les notions d’électromagnétisme


Magnétisme

Un aimant est un corps doté de propriétés magnétiques, c’est-à-dire qu’il a la ca-


pacité d’attirer les métaux ferreux. A ses extrémités, il y a deux pôles : un pôle
nord et un pôle sud. Autour de ces pôles, il existe un espace où s’exerce une force
d’attraction appelée “champ magnétique”.

Si on rapproche les pôles identiques (S/S ou N/N) de deux aimants, ils se re-
poussent. A l’inverse, si on rapproche les pôles opposés (N/S), ils s’attirent.

Electromagnétisme

L’électricité et le magnétisme sont deux phénomènes liés. En effet, faire circuler


un courant électrique dans un fil conducteur enroulé autour d’un noyau en fer doux,
permet d’obtenir un aimant. Lorsque l’on coupe le courant, le champ magnétique
disparaît. Un tel aimant se nomme “électroaimant”.

16
Formules générales et types de circuits

Electromagnétisme

Induction électromagnétique

Déplacer un aimant à proximité d’un fil conducteur génère un courant dans ce fil
conducteur. Ce phénomène se nomme “induction électromagnétique”.

Induction électromagnétique

17
Formules générales et types de circuits

Application de l’électromagnétisme : le relais

Le relais est une application de l’électromagnétisme. Il est constitué d’une bobine


alimentée par un circuit de commande et d’un contacteur maintenu ouvert par un
ressort. Quand on ferme l’interrupteur du circuit de commande, le courant circule
dans la bobine. La bobine devient un électroaimant et attire le contacteur pour le
fermer.

Application du relais

Grâce à un courant de faible intensité dans la bobine du relais, on peut commander


la circulation d’un courant de forte intensité dans le circuit de puissance. Dans un
véhicule, le relais permet de diminuer la longueur des fils de forte section et réduire
l’intensité du courant dans les interrupteurs et le câblage.

Le moteur électrique
Le moteur électrique constitue une autre application de l’électromagnétisme.

Le moteur convertit l’énergie électrique en énergie mécanique.

Dans un véhicule, les moteurs électriques sont alimentés par un courant continu
(exemples : le moteur de lève-vitre, le démarreur et les moteurs de ventilateur).

Constitution d’un moteur électrique

Un moteur électrique simplifié est principalement constitué d’un électroaimant


monté sur un arbre entre les deux pôles (sud et nord) d’un aimant permanent.
Chaque extrémité de l’électroaimant est reliée à un segment du collecteur d’induit
monté sur l’arbre. Les segments du collecteur d’induit sont isolés à la fois de
l’arbre et entre eux. Quand l’arbre tourne, les segments entrent en contact avec

18
Formules générales et types de circuits

l’alimentation électrique par le biais des balais. Les interactions entre les champs
magnétiques de l’électroaimant et l’aimant permanent créent et maintiennent le
mouvement transmis à l’arbre du moteur.

1) Electroaimant
2) Aimant permanent
3) Collecteur d’induit
4) Balai

""

Dans un moteur réel, il y a plusieurs bobines et segments d’alimentation.

19
MESURE DES
GRANDEURS
ÉLECTRIQUES
Le multimètre 21
La mesure des grandeurs électriques 23

20
Mesure des grandeurs électriques

Le multimètre
La plupart des mesures électriques sont réalisables à l’aide d’un multimètre.

Description du multimètre

Un multimètre est généralement doté des éléments suivants :


- un écran d’affichage
- un commutateur de sélection
- trois bornes de connexion ou plus
- deux cordons de tests de couleurs différentes, l’un noir, l’autre rouge

Multimètre

Le commutateur de sélection permet de définir la fonction du multimètre selon la


grandeur électrique à mesurer. Ce choix doit être effectué avant chaque mesure.
Il suffit de placer le commutateur en face du symbole correspondant à la grandeur
à mesurer.

21
Mesure des grandeurs électriques

La borne de connexion désignée par les lettres COM pour “commun” est exclu-
sivement réservée au branchement du cordon noir. Les autres bornes désignées
par les symboles des fonctions à mesurer, sont réservées au branchement du cor-
don rouge et utilisées selon la mesure effectuée. Une extrémité de chaque cordon
est équipée d’une pointe de touche pour assurer le contact avec l’élément à me-
surer.

L’écran du multimètre affiche la valeur de la grandeur mesurée. Un barregraphe


permet de rendre compte des variations de cette valeur dans le temps.

La mesure des grandeurs électriques


Mesure de tension

- Mettre le multimètre en position de voltmètre.


- Brancher le cordon rouge sur la borne correspondante du multimètre et le cordon
noir sur la borne COM.
- Placer la pointe de touche rouge du multimètre sur la borne positive et la noire
sur la borne négative.

Mesure d’intensité

- Mettre le multimètre en position d’ampèremètre.


- Couper le courant dans le circuit.
- Brancher le cordon rouge sur la borne protégée marquée 10 A et le noir sur COM.
- Insérer le multimètre en série dans le circuit.
- Rétablir le courant dans le circuit.

Le multimètre permet de mesurer les courants de faible intensité. Par construction,


il ne peut pas supporter plus de 10 A.

Pour des intensités supérieures à 10 A, on utilise la pince ampèremétrique, que


l’on place autour du câble sur lequel on désire faire la mesure.

Mesure de résistance

- Mettre le multimètre en position d’ohmmètre.


- Couper le courant dans le circuit.
- Retirer ou isoler le composant du circuit.

22
Mesure des grandeurs électriques

- Brancher le cordon rouge sur la borne correspondante du multimètre et le cordon


noir sur la borne COM.
- Placer les pointes de touche aux bornes du composant.

ATTENTION
En mesure de résistance, l’ohmmètre génèrant un courant, il est formelle-
ment interdit de mesurer la résistance des éléments pyrotechniques d’air-
bags et prétensionneurs de ceinture. En effet, ce courant peut déclencher
l’allumage des modules d’airbags.

CLIP en multimètre

CLIP, équipé du boîtier de mesure physique, permet aussi de mesurer la tension,


l’intensité et la résistance.

CLIP

23
CONTRÔLE ET MISE
EN CHARGE DE LA
BATTERIE
Composition et fonctionnement de la batterie 25
Consignes de sécurité 27
Contrôle visuel de l’environnement batterie 28
Contrôle de la batterie avec les outils de mesure 28
Charge de la batterie 30

24
Contrôle et mise en charge de la batterie

Composition et fonctionnement de la batterie


Le rôle de la batterie est de stocker l’énergie sous forme chimique et de la restituer
sous forme électrique.

Batterie

La batterie se présente sous la forme d’un boîtier doté de deux bornes : l’une po-
sitive, l’autre négative. Le bac en polypropylène est divisé en six compartiments.
Chaque compartiment de la batterie contient un élément constitué d’un empile-
ment de plaques positives reliées à la borne positive et de plaques négatives re-
liées à la borne négative. L’ensemble de ces plaques est plongé dans un liquide
conducteur appelé électrolyte qui est un mélange d’eau et d’acide.

La production d’énergie électrique est le résultat de réactions chimiques entre les


différents éléments de la batterie.

25
Contrôle et mise en charge de la batterie

Etiquette de la batterie

Une étiquette indique les principales caractéristiques électriques de la batterie.


Trois valeurs sont généralement mentionnées, comme par exemple 12 V ∼ 65 Ah
∼ 720 A :
- “12 V” est la tension nominale de la batterie en volts,
- “65 Ah” indique la capacité en ampères-heures de la batterie.
- “720 A” est l’intensité maximale en ampères que peut délivrer la batterie à basse
température.

Etiquette batterie

Consignes de sécurité
L’acide sulfurique utilisé dans la batterie est un produit dangereux. Avant de ma-
nipuler une batterie, il faut se munir de gants et de lunettes de protection. En cas
de contact de l’acide avec la peau ou les yeux, rincer abondamment avec de l’eau
claire et consulter un médecin.

En raison de la présence de matières actives, il est fortement recommandé d’évi-


ter la proximité de points chauds (cigarette, soudure, etc.) car il y a un risque
d’explosion.

Pour éviter un court-circuit, ne pas poser d’objet métallique sur la batterie.

Avant un branchement ou un débranchement de la batterie, couper tous les


consommateurs du véhicule.

26
Contrôle et mise en charge de la batterie

La sulfatation de la batterie

La sulfatation d’une batterie provient généralement d’un mauvais entretien (acide


entièrement utilisé, batterie déchargée pendant une longue période, etc.).

Batterie sulfatée

Courants de fuite

Les courants de fuite sont considérés comme normaux s’ils ne dépassent pas
quelques dizaines de mA. Sur les véhicules récents il y a des temporisations d’ali-
mentation. Il faut donc attendre quelques instants après avoir coupé le contact et
fermé les portes avant de mesurer les courants de fuite.

L’outil le plus approprié pour cette mesure est le multimètre. En effet, la pince
ampèremétrique ne mesure pas avec précision des courants inférieurs à 1 A. La
mesure s’effectue directement au niveau de la batterie ou à l’emplacement du
fusible coupe-consommateur.

27
Contrôle et mise en charge de la batterie

Contrôle visuel de l’environnement batterie


Avant de contrôler la batterie avec un outil de mesure, il est nécessaire de vérifier
les points suivants :

• l’absence de fêlure ou de cassure du bac et du couvercle

• l’état des bornes

• le bon serrage des liaisons électriques

• le niveau de l’électrolyte (selon le modèle de batterie). Généralement, un re-


père indique le niveau. Sinon, il doit se situer à environ 20 mm au-dessus des
plaques.

Environnement de la batterie

Contrôle de la batterie avec les outils de mesure


Midtronics

Le Midtronics permet le contrôle


de la batterie sans la débran-
cher. Le niveau de charge est in-
diqué en clair sur l’écran. L’inté-
rêt principal de Midtronics est sa
facilité d’emploi.

""

28
Contrôle et mise en charge de la batterie

Multimètre

Le multimètre permet non seulement


de mesurer la tension de la batterie
mais aussi d’effectuer la majorité des
contrôles électriques.

""

CLIP

CLIP, équipé de son boîtier


de mesures physiques, per-
met également d’effectuer des
contrôles électriques.

""

29
Contrôle et mise en charge de la batterie

Charge de la batterie
Les chargeurs

Deux chargeurs de batterie sont homologués par le service Méthodes : OPTELEC


et BOSCH.

Chargeur batterie

Consignes de sécurité pour la mise en charge de la batterie

- Le local doit être aéré car le mélange gazeux produit lors de la charge est explosif.
- La recharge de plusieurs batteries en série est interdite.
- La recharge de plusieurs batteries en parallèle doit être exceptionnelle.

Important : pour débrancher la batterie du véhicule, il est conseillé d’enlever


d’abord la cosse de masse de la batterie.

Branchement du chargeur à la batterie

- Débrancher et déposer la batterie du véhicule.


- Relier la borne positive du chargeur à la borne positive de la batterie (fil rouge).
- Relier la borne négative du chargeur à la borne négative de la batterie (fil noir).

30
Contrôle et mise en charge de la batterie

Caractéristiques de charge

Vitesse de charge

• La charge lente s’effectue avec un courant faible, généralement entre 1/20ème


et 1/40ème de la capacité de la batterie. Cette méthode est utile pour les bat-
teries en très mauvais état (batterie déchargée depuis plusieurs semaines).

• La charge normale s’effectue avec un courant de 1/10ème de la capacité nomi-


nale de la batterie. Une recharge complète dure plusieurs heures.

• La charge rapide permet de recharger sans dégâts les batteries chargées à


environ 80%.

Important : Si la charge continue alors que la batterie est chargée, il se produit


alors un bouillonnement dans les compartiments de la batterie. Il y a risque d’ex-
plosion.

Rendement de charge

Le rendement de charge d’une batterie est d’environ 80%. Cette valeur signifie
qu’une batterie ayant absorbé 100 Ah ne restitue qu’environ 80 Ah. Une batterie
de 40 Ah absorbe environ 50 Ah pour se charger. Une charge complète prend
entre 4 et 10 heures suivant la charge initiale de la batterie.

31
PROCÉDURES
SUITE À UN
DÉBRANCHEMENT
DE LA BATTERIE
Dépannage 33
Conséquences possibles d’un débranchement de la batterie 35
Procédures suite à un débranchement de la batterie 35

32
Procédures suite à un débranchement de la batterie

Dépannage
Pour dépanner un véhicule dont la batterie est déchargée ou hors service, on
utilise une batterie extérieure et des câbles de démarrage ou un démarreur auto-
nome. Ces moyens permettent de démarrer le moteur du véhicule.

Batterie extérieure et câbles de démarrage

- Utiliser des câbles électriques de démarrage en bon état et de section suffisante.


- Les deux batteries doivent avoir une tension nominale identique (12 V).
- La capacité de la batterie fournissant le courant doit être au moins égale à celle
de la batterie déchargée.
- Une batterie gelée doit être dégelée avant d’être alimentée.

Câbles de démarrage

Respecter l’ordre de branchement des câbles : positif dépanné puis positif dépan-
neur, masse dépanneur puis masse dépannée.

Démarreur autonome

Le démarreur autonome est un appareil portable comportant une batterie interne


de 12 V.

Il permet de démarrer tous les véhicules en panne de batterie et de sauvegarder


les mémoires de l’électronique embarquée lors de travaux sur les circuits élec-
triques.

33
Procédures suite à un débranchement de la batterie

L’appareil se branche sur le secteur ou sur la prise allume cigare pour recharger
sa batterie interne. Un écran ou des LED indiquent son niveau de charge.

Démarreur autonome

Conséquences possibles d’un débranchement de


la batterie
Quand on débranche une batterie pour la remplacer, les conséquences sont gé-
néralement non-immobilisantes. Nous allons vous exposer ces conséquences et
les procédures à réaliser suite à un débranchement de la batterie.

Conséquences

- la montre n’est plus réglée.


- le code autoradio doit être saisi.
- la fonction impulsionnelle des lève-vitres est inactive.
- la fonction impulsionnelle du toit ouvrant est inactive.

Le débranchement de la batterie n’intervient pas sur les éléments suivants :


- le poste de conduite mémorisé (sièges, rétroviseurs, réglages climatisation)
- le réglage des phares

34
Procédures suite à un débranchement de la batterie

Procédures suite à un débranchement de la batterie


Les procédures à réaliser suite à un débranchement de la batterie sont expliquées
dans la Documentation Technique :
- Manuel de Réparation (en particulier chapitre 8) ;
- Notes Techniques ;
- Notice Utilisateur du véhicule.

35
CONTRÔLE DU
CIRCUIT DE
DÉMARRAGE
Le circuit de démarrage 37
Les contrôles préliminaires 38
Les contrôles avec les outils de mesure 39

36
Contrôle du circuit de démarrage

Le circuit de démarrage
Les principaux composants du circuit de démarrage sont les suivants :
- la batterie
- le démarreur
- la couronne dentée
- le contacteur de démarrage
- les câbles de liaison électrique

La batterie a été décrite précédemment.

Le démarreur se décompose en trois parties distinctes qui sont :


- le solénoïde, qui déplace le lanceur par le biais de la fourchette et ferme dans le
même temps le circuit de puissance électrique pour alimenter le démarreur.
- le moteur électrique à courant continu, qui lance le moteur thermique.
- l’ensemble fourchette et lanceur, qui permet la liaison entre le démarreur et la
couronne dentée du volant moteur.

Coupe d’un démarreur


1

4 2

1. Solénoïde
2. Moteur
3. Fourchette
4. Lanceur

37
Contrôle du circuit de démarrage

La couronne dentée est placée sur le volant à inertie du moteur thermique. Elle
transmet le couple de rotation du démarreur au moteur thermique

Le contacteur de démarrage commande à distance le solénoïde du démarreur


(directement ou par l’intermédiaire d’un relais ou du boîtier d’interconnexion).

Les câbles de liaison électrique forment deux circuits d’alimentation distincts :


1. le circuit de puissance qui transmet au démarreur le courant provenant de la
batterie.
2. le circuit de commande qui transmet au solénoïde le courant de commande en
condition de démarrage.

Les contrôles préliminaires


Les contrôles visuels

Effectuer préalablement un contrôle visuel (traces de liquide, fixation des câbles


de liaison, état et intégrité des différents éléments du circuit de démarrage).

Les contrôles auditifs

Problèmes les plus courants constatés sous l’action du démarreur :

- Il n’y a aucun bruit : cela signifie a priori que le solénoïde n’a pas été excité.
La recherche peut être orientée vers l’alimentation du solénoïde, l’état des en-
roulements du solénoïde ou des balais du démarreur. Il ne faut pas oublier l’in-
tervention possible d’éléments extérieurs (antidémarrage, boîte automatique avec
rapport engagé, etc.).

- Il y a un bruit métallique intermittent mais ni le moteur électrique du démarreur


ni le moteur du véhicule ne semblent tourner : on peut suspecter un problème
sur l’un des bobinages du solénoïde ou sur l’alimentation du moteur électrique du
démarreur.

- Le moteur du démarreur tourne mais pas le moteur thermique : il y a un


problème d’engrènement (fourchette, lanceur).

- Le moteur thermique tourne mais ne démarre pas : il faut réaliser des tests
approfondis sur le circuit de démarrage. D’autres systèmes du véhicule sont peut-
être en cause (système antidémarrage, boîte de vitesses automatique etc).

38
Contrôle du circuit de démarrage

Les contrôles avec les outils de mesure


Contrôle des alimentations et masse

Il est également nécessaire de vérifier les alimentations et points de masse sur


le circuit de démarrage. Ce contrôle peut mettre en évidence des connexions
électriques dégradées.

Points de contrôle sur le circuit de charge et de démarrage

Contrôle du courant consommé

Le courant consommé sous l’action du démarreur varie entre 100 A (moteur es-
sence faible cylindrée) et 250 A (moteur diesel grosse cylindrée). Cette mesure
doit être réalisée avec une pince ampèremétrique.

Si le courant est très faible, on peut suspecter un problème de démarreur, une


batterie faible ou des liaisons électriques détériorées.

Si le courant est très élevé, on peut suspecter un court-circuit au niveau du dé-


marreur ou un élément mécanique bloquant le démarreur.

39
CONTRÔLE DU
CIRCUIT DE CHARGE
Le circuit de charge 41
Le contrôle préliminaire du circuit de charge 43
Les contrôles avec outils de mesure 43

40
Contrôle du circuit de charge

Le circuit de charge
Les principaux composants du circuit de charge sont les suivants :
- la batterie
- l’alternateur
- le régulateur de tension
- la courroie d’entraînement de l’alternateur

La batterie a été décrite précédemment.

L’alternateur est une machine tournante électrique entraînée par le moteur du


véhicule par l’intermédiaire d’une courroie. Son rôle est de transformer une éner-
gie mécanique en une énergie électrique pour alimenter les consommateurs élec-
triques et maintenir le niveau de charge de la batterie.

Alternateur

Le régulateur de tension, intégré à l’alternateur, adapte la production de l’alter-


nateur aux besoins de la batterie et du véhicule. Quand la tension en sortie d’al-
ternateur est trop faible, le régulateur augmente le courant d’excitation dans les
enroulements du stator. Quand la tension de sortie est trop élevée, le régulateur
diminue le courant d’excitation dans les enroulements du stator.

41
Contrôle du circuit de charge

La courroie d’entraînement transmet l’énergie mécanique du moteur à l’alter-


nateur. Il est nécessaire de contrôler l’état et la tension de la courroie selon les
préconisations du constructeur.

Courroie d’entraînement

Le contrôle préliminaire du circuit de charge


Effectuer préalablement un contrôle préliminaire visuel (fixation des câbles de liai-
son, état et intégrité des différents éléments du circuit de charge).

Les contrôles avec outils de mesure


Contrôles des alimentations et masses

Il est également nécessaire de vérifier les alimentations et les points de masse sur
le circuit de charge. Ce contrôle peut mettre en avant des connexions électriques
dégradées (mauvaise fixation, corrosion).

42
Contrôle du circuit de charge

Points de contrôle sur le circuit de charge et de démarrage

Mesure de l’intensité

Le courant produit par l’alternateur doit être supérieur au courant utilisé par les
consommateurs du véhicule :
- “I” décharge est le courant utilisé par les consommateurs ;
- “I” charge est l’intensité du courant en sortie d’alternateur.

Le bilan de charge est la valeur de charge à laquelle on retranche la valeur de dé-


charge. Le résultat doit être positif. S’il est négatif, l’alternateur ne peut satisfaire
à toute la consommation électrique, la batterie est donc sollicitée et se décharge.

Mesure de la tension

Mesurer la tension permet de vérifier le bon fonctionnement du régulateur.

Une valeur trop faible signifie que l’alternateur ne suffit pas à la consommation
électrique.

Une valeur trop élevée peut entraîner des dégâts électriques importants sur les
consommateurs, en particulier les calculateurs. Dans ce cas, le régulateur peut
être défectueux.

Contrôles automatisés

Les autres contrôles sont réalisés en test automatisé avec CLIP.

43
CONNECTIQUE ET
FAISCEAUX
Introduction à la connectique 45
Démontage/Remontage de la connectique 46
Réparation de la connectique et des faisceaux 46

44
Connectique et faisceaux

Introduction à la connectique
La connectique est associée à la notion de raccordement électrique. Elle com-
prend notamment les éléments listés ci-dessous :
- les connecteurs : mâle (porte-clips) ou femelle (porte-languettes)
- les cosses : mâle (clip) ou femelle (languette)
- les épissures : regroupements de plusieurs fils par soudure
- les barrettes : regroupements de fils par sertissage
- les boîtiers shunt : liaisons de fils par pontage

Tous ces composants peuvent être soumis à des contraintes variées.

1. Connecteur porte-languettes
2. Connecteur porte-clips
3. Verrou
4. Joint d’étanchéité
5. Détrompeur
6. Support pour fixation
7. Gaine thermorétractable
8. Mastic d’étanchéité

45
Connectique et faisceaux

Contrôle préliminaire des connecteurs

• Vérifier la position et l’intégrité des connecteurs.

• Vérifier qu’aucun élément parasite n’est susceptible de dégrader les connec-


teurs.

Démontage/Remontage de la connectique
Démontage

- Dans tous les cas, se reporter aux NT 8074 (au 01.07.2003) et MR.
- Ne jamais tirer sur les fils pour débrancher le porte-clips du porte-languettes.
- Faire attention aux fixations du faisceau sur le véhicule.

- Une fois la connectique démontée, vérifier son intégrité (traces de frottement,


partie ayant fondu, plot de centrage arraché, barrette de verrouillage cassée, joint
d’étanchéité endommagé, etc.).

Remontage

- Respecter les modes de montage d’origine afin d’assurer une fiabilité maximale.
- S’assurer de la présence d’un détrompeur et de son respect.
- S’assurer que l’éventuel joint d’étanchéité ne se vrille pas au remontage.
- Le verrouillage d’un connecteur s’accompagne généralement d’un bruit percep-
tible.

Remplacement ou réparation des faisceaux

Les faisceaux sont répertoriés dans les Notes Techniques Schémas Electriques.
L’étiquette de référence peut être indiquée dans la NTSE, ce qui facilite sa locali-
sation sur le véhicule.

Réparation de la connectique et des faisceaux


Il est nécessaire de consulter la Documentation Technique et de s’assurer que les
pièces nécessaires sont disponibles en pièces de rechange et qu’il est possible
d’obtenir un niveau de qualité au moins équivalent à la première monte (diamètre
de fil, clip de fixation, etc.). Utiliser un outillage adapté à la réparation.

46
DIAGNOSTIC ET
RÉPARATION D’UN
CIRCUIT ÉLECTRIQUE
Démarche de diagnostic 48
Exploitation de la NTSE 50
Contrôles électriques 50

47
Diagnostic et réparation d’un circuit électrique

Démarche de diagnostic
Etapes de la démarche de diagnostic

1. Collecte des informations


2. Analyse
3. Identification de l’origine du dysfontionnement
4. Elimination de la cause de dysfonctionnement
5. Correction du défaut
6. Validation de la réparation

Documentation technique : MR et NTSE

Pour diagnostiquer et réparer une panne électrique, consulter le chapitre 8 du


Manuel de Réparation du véhicule qui explique le fonctionnement des différents
éléments du véhicule. Il constitue une aide au diagnostic.

Parmi la documentation à disposition, on peut consulter les Notes Techniques


Schémas Electriques (NTSE). La recherche d’une NTSE nécessite l’identification
du véhicule par son appellation commerciale et son année modèle.

Documentation technique

48
Diagnostic et réparation d’un circuit électrique

Exploitation de la NTSE
L’utilisation de la Note Technique Schémas Electriques est ici expliquée briève-
ment. L’exploitation de la NTSE est détaillée dans le module Electricité niveau 2.

REMARQUE
Au début de chaque NTSE, une notice d’utilisation donne de plus amples
informations.

1) Index des fonctions

Cette partie permet de rechercher les numéros des planches correspondant à la


fonction défaillante du véhicule

2) Schémathèque

L’index des fonctions renvoie vers un lot de planches. La liste des critères permet
de déterminer la planche correspondant au véhicule étudié.

Pour lire les schémas, il est nécessaire de réaliser les opérations suivantes :
- identifier les alimentations et masses,
- identifier les organes,
- identifier les connecteurs.

3) Onglets “Organes” et “Raccordements”

L’onglet “Organes” permet d’identifier chaque organe par son numéro.

L’onglet “Raccordement” permet de déduire la planche “Passages câblages”

4) Passages câblages

Ce chapitre localise les circuits électriques sur le véhicule. Cette étape permet de
choisir les points de contrôle les plus judicieux (facilité d’accès, pertinence).

Contrôles électriques
Mesure de résistance

Une résistance électrique se mesure avec un ohmmètre. L’ohmmètre se branche


en parallèle (ou dérivation) sur la partie à contrôler.

49
Diagnostic et réparation d’un circuit électrique

En fonction ohmmètre, le multimètre envoie un courant faible (quelques dizaines


de mA) sous une tension faible dans le circuit contrôlé. En fonction de ce qu’il
mesure, il en déduit une valeur de résistance électrique. Il est donc impératif que
le circuit contrôlé soit isolé de toute source d’énergie électrique.

ATTENTION
Comme l’ohmmètre génère un courant, il est formellement interdit de me-
surer la résistance des éléments pyrotechniques d’airbag et des préten-
sionneurs de ceinture.

Contrôle de continuité
Ce contrôle permet de détecter une augmentation de la résistance d’un faisceau
électrique, une coupure dans le circuit ou un défaut de connectique ou d’épissure.

Contrôle d’isolement entre deux fils


Ce contrôle permet de détecter les courts-circuits entre deux fils ou faisceaux.

Contrôle d’isolement par rapport à la masse ou au + 12 V


Ce contrôle permet de détecter les courts-circuits à la masse ou au + permanent
(avant contact).

Mesure de tension

La mesure de tension s’effectue avec un multimètre en position voltmètre. On


place les pointes de touches aux bornes de l’élément pour connaître sa tension.
C’est une mesure en parallèle.

La mesure d’une chute de tension permet de détecter les pertes de potentiel dans
un câble. Cette chute de tension est produite par une résistance trop élevée du
câble ou une mauvaise connexion (borne mal fixée ou corrodée)

Mesure d’intensité

La mesure d’intensité s’effectue avec un multimètre placé en série dans le circuit


ou au moyen d’une pince ampèremétrique.

Le multimètre est précis dans la mesure de courants de faible intensité, par


exemple les courants de fuite. La nécessité de le placer en série dans le circuit
électrique limite son utilisation. En effet, le multimètre supporte généralement 10
A au maximum.

50
Diagnostic et réparation d’un circuit électrique

ATTENTION
La mesure d’un courant de forte intensité peut endommager le multimètre.

La pince ampèremétrique permet de mesurer les courants de forte intensité. Son


utilisation ne nécessite pas l’ouverture du circuit. Néanmoins, son manque de
précision ne permet pas de mesurer des courants de faible intensité.

51
Questionnaire

QUESTIONNAIRE
1. Quel est le symbole et l’unité de mesure de la tension ?

A U et volt (V)

B I et ampère (A)

C R et Ohm (Omega)

D P et watt (W)

2. Quel est le symbole et l’unité de mesure de la résistance ?

A U et volt (V)

B I et ampère (A)

C R et Ohm (Omega)

D P et watt (W)

3. Quel est le symbole et unité de mesure de l’intensité ?

A U et volt (V)

B I et ampère (A)

C R et Ohm (Omega)

D P et watt (W)

4. Quelle est l’intensité circulant dans un circuit simple, composé d’une alimenta-
tion 12 V et d’un consommateur d’une résistance égale à 4 Ohm ?

A 4,8 A

B 0,3 A

C 3A

D 48 A

52
Questionnaire

5. Quel est le symbole et l’unité de mesure de la puissance ?

A U et volt (V)

B I et ampère (A)

C R et Ohm (Omega)

D P et watt (W)

6. Quelle est l’intensité du courant dans un circuit composé d’une ampoule de 60


W et alimenté en 12 V ?

A 72 A

B 0,5 A

C 5A

D 720 A

7. Quelle est la mesure qui peut détériorer le fusible du multimètre ?

A La mesure d’une forte tension

B La mesure d’une forte intensité

C La mesure d’une forte résistance

8. Que faut-il faire lorsqu’un fusible fond ?

A Il faut le remplacer par un fusible de plus grand ampérage.

B Il faut le remplacer par un fusible de plus faible ampérage.

C Il faut déterminer la cause avant de le remplacer par un fusible de même ampérage.

9. Quel est la fonction de la pince ampèremétrique ?

A Mesurer une forte intensité sans ouvrir le circuit électrique.

B Mesurer un courant inférieur à 0,1 A de façon précise.

C Eviter une chute de tension.

10. Quelle précaution doit-on prendre lors d’une mesure de courant de fuite ?

A Attendre quelques instants afin de s’assurer qu’il n’y a plus de temporisation d’alimentation

B Utiliser une pince ampèremétrique afin d’éviter de fondre le fusible du multimètre

C Allumer tous les consommateurs afin de décharger la batterie

53
Questionnaire

11. A partir de quelle valeur, un courant de fuite est considéré comme anormal ?

A 0,001 A

B 0,03 A

C 0,3 A

D 1A

12. Quels sont les contrôles préliminaires à effectuer sur la batterie ?

A Contrôle visuel de l’état du bac, des cosses et des liaisons électriques

B Contrôle avec Midtronics puis avec Clip

C Contrôle de l’état de la batterie en phase de démarrage

13. Quelle batterie peut-on utiliser pour remplacer celle d’origine dont les caracté-
ristiques sont 12 V 50 Ah 350 A ?

A 6 V 30 Ah 300 A

B 12 V 50 Ah 400 A

C 24 V 60 Ah 500 A

D 12 V 50 Ah 300 A

14. Quelle précaution doit-on prendre lors du débranchement de la batterie d’un


véhicule ?

A Eteindre tous les consommateurs du véhicule et attendre l’arrêt des GMV.

B Attendre quelques minutes après coupure du contact.

C Fermer l’ensemble des ouvrants et verrouiller l’alarme.

D Débrancher le fusible coupe-consommateur.

15. Quelle précaution supplémentaire doit-on prendre lors du débranchement de la


batterie d’un véhicule équipé de Carminat ?

A Allumer tous les consommateurs du véhicule.

B Attendre quarante secondes après la coupure du contact.

C Ejecter le CD du système Carminat.

54
Questionnaire

16. Qu’occasionne l’utilisation de câbles de démarrage de très faible section ?

A Rien d’anormale

B Un échauffement des câbles et un risque d’incendie

C Un gain d’énergie pour la batterie dépannée

D Un court-circuit à la masse

17. Quel type de câblage ne peut pas être réparé ?

A Le câblage d’alimentation des moteurs électriques

B Le câblage de l’habitacle

C Le câblage d’injection

D Le câblage plat

18. Quel est le circuit sur lequel il est interdit d’effectuer des mesures électriques ?

A Les circuits liés au système d’injection

B Les circuits liés au système de navigation

C Les circuits d’airbags et prétensionneurs

19. Quelle opération est impossible à réaliser avec la pince Proner ?

A Dénuder un fil.

B Découper un fil.

C Sertir un fil

D Déclipser un raccordement.

20. Laquelle de ces codes couleurs ne fait pas partie des états électriques fonda-
mentaux Renault ?

A Noir

B Rouge

C Vert

D Jaune

55
Questionnaire

21. Quels sont les contrôles à effectuer sur le circuit de démarrage ?

A Contrôles visuel, auditif et avec un appareil de mesure

B Contrôles visuel et avec un appareil de mesure

C Contrôles avec un appareil de mesure

D Contrôles avec CLIP

22. Quel paramètre n’intervient pas dans le démarrage d’un véhicule ?

A Le système antidémarrage

B La température extérieure

C Le système d’injection moteur

D Le système de refroidissement

23. Quels sont les contrôles à effectuer sur le circuit de charge ?

A Contrôles visuel, auditif et avec un appareil de mesure

B Contrôles visuel et avec un appareil de mesure

C Contrôles avec un appareil de mesure

D Contrôles avec CLIP

24. Quel est l’élément de l’alternateur en cause si la tension de sortie dépasse


16,2 V ?

A Le régulateur

B Le redresseur

C Le rotor

D Le stator

56
49 39 8CF 015
©Renault − Reproduction ou traduction même partielle interdite sans l’autorisation de Renault − 12/2002

Vous aimerez peut-être aussi