Vous êtes sur la page 1sur 32

PRINCIPE

DE

LA

COMBUSTION

THERMIQUE

COURS
PROFESSEUR

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

1
Sommaire Général

I) La Combustion Thermique

1) Définition Page N°3


2) Les Différents Types de Combustion Pages N°4
3) La Chaleur de Combustion Page N°5
4) Les Pouvoirs Calorifiques Page N°6
5) Les Combustions Fondamentales Pages N°7 à N°9
6) Calculs des PCS et PCI des combustibles solides, liquides et gazeux Pages N°10 à N°12

II) Etude Quantitative De La Combustion

1) Les Différents Types de Combustion Pages N°13 à N°15


2) Les Diagrammes de Combustion Pages N°16 à N°18

III) Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

1) Objectifs Page N°19


2) Procédures Page N°19
3) Analyses Pratiques de la Combustion Pages N°20 à N°27
4) Détermination du Rendement Pages N°28 à N°30
5) Valeurs Pratiques Pages N°31 à N°32

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

2
La Combustion Thermique

1) Définitions :

La combustion :

- est une réaction chimique d’oxydation,


- est exothermique (dégagement de chaleur),
- apparaît le plus souvent sous forme d’une flamme constituée par le volume gazeux dans
lequel s’effectuent les réactions d’oxydation.

Combustible + Comburant = Produits de combustion + Chaleur

Les combustibles sont généralement constitués :

- de carbone (C),
- d’hydrogène (H),
- de soufre (S),
- d’azote (N).

L’azote est inerte, c'est-à-dire qu’il ne participe pas aux réactions de


combustion.

Exemples de combustibles :

- gaz naturel
- propane
- fioul domestique
- fioul lourd
- charbon
- bois
- etc…

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

3
La Combustion Thermique

Le comburant est l’air qui est un constitué essentiellement d’azote (N2) et


d’oxygène (O2).

La composition de l’air est la suivante :

Composition Composition
volumique massique
Oxygène : O2 21 % 24%
Azote : N2 79% 76%

2) Les Différents types de combustion :

Il y a 3 types de combustion :

- la combustion neutre, stoechiométrique ou théorique :

la combustion s’effectue avec la quantité de comburant strictement nécessaire à la


combustion complète du combustible.

- la combustion oxydante :

la combustion s’effectue avec un excès relatif de comburant (excès d’air).

- La combustion réductrice :

la combustion s’effectue avec un défaut de comburant (défaut d’air).

Exemple :

Combustion de l’hydrogène H2 dans l’air :

1
H2 + O2 → H2O + chaleur de combustion
2
2H2 + O2 → 2H2O + chaleur de combustion

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

4
La Combustion Thermique

3) La Chaleur de combustion :

C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion d’une mole de


combustible dans les conditions normales de température et de pression :

O°C et 101325 Pa.

Exemples :

C + O2 → CO2 + 393 kJ/mol

1
C+ O2 → CO + 119 kJ/mol
2

1
H2 + O2 → H2O + 240 kJ/mol (eau sous forme vapeur)
2

1
H2 + O2 → H2O + 280 kJ/mol (eau sous forme liquide)
2

S + O2 → SO2 + 292 kJ/mol

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

5
La Combustion Thermique

4) Les pouvoirs calorifiques :

4.1) Définition générale :

Le pouvoir calorifique d’un combustible est la quantité de chaleur dégagée par la


combustion complète de 1 kg de combustible si celui-ci est liquide ou solide ou de 1 m3
s’il est gazeux.

Le combustible, le comburant et les produits de combustion sont dans les conditions


normales de température et de pression : O °C et 101325 Pa.

4.2) Le pouvoir calorifique supérieur : PCS

Le pouvoir calorifique est dit supérieur quand l’eau produite lors de la combustion est
supposée ramenée à l’état liquide dans les produits de combustion donc on tient compte de
la chaleur restituée par la condensation de la vapeur d’eau dans les fumées.

4.3) Le pouvoir calorifique inférieur : PCI

Le pouvoir calorifique est dit inférieur quand l’eau produite lors de la combustion est
supposée restée à l’état vapeur dans les produits de combustion.

4.4) Remarques :

- Le PCS et le PCI sont exprimés en kJ/m3 pour les combustibles gazeux.

- Le PCS et le PCI sont exprimés en kJ/kg pour les combustibles solides et liquides.

- PCS >PCI sauf pour les combustibles qui ne contiennent pas


d’hydrogène, dans ce cas PCS = PCI.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

6
La Combustion Thermique

5) Les Combustions fondamentales :

5.1) Le carbone :

a) Le dioxyde de carbone : CO2

C + O2 → CO2 + 393 kJ/mol

Calculer le PCI et le PCS du dioxyde de carbone en kJ/kg et en kJ/m3.

PCI = PCS car il n’y a pas d’hydrogène.

12 g de carbone dégage 393 kJ


1 kg de carbone dégage X kJ (PCI et PCS)

X 1 1x 393
 => X =
3 3
393 12.10 12.10

X = 32750 kJ/kg

PCS = PCI = 32750 kJ/kg

22,4 l (litres) de carbone dégage 393 kJ


1 m3 de carbone dégage X kJ (PCI et PCS)

X 1 1x 393
 => X =3 3
393 22,4.10 22,4.10

X = 17545 kJ/m3

PCS = PCI = 17545 kJ/m3

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

7
La Combustion Thermique

b) Le monoxyde de carbone : CO

1
C+ O2 → CO + 119 kJ/mol
2
Calculer le PCI et le PCS du monoxyde de carbone en kJ/kg et en kJ/m3.

PCI = PCS car il n’y a pas d’hydrogène.

12 g de carbone dégage 119 kJ


1 kg de carbone dégage X kJ (PCI et PCS)

X 1 1x119
 => X =
3 3
119 12.10 12.10

X = 9917 kJ/kg

PCS = PCI = 9917 kJ/kg

22,4 l de carbone dégage 119 kJ


1 m3 de carbone dégage X kJ (PCI et PCS)

X 1 1x119
 => X =3 3
119 22,4.10 22,4.10

X = 5313 kJ/m3

PCS = PCI = 5313 kJ/m3

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

8
La Combustion Thermique

c) L’eau est sous forme liquide.

Connaissant la chaleur de combustion de l’hydrogène (voir §3), écrire l’équation de


combustion et calculer le PCS en kJ/kg et en kJ/m3.

1
H2 + O2 → H2O + 280 kJ/mol (eau sous forme liquide)
2
2 g d’hydrogène dégage 280 kJ
1 kg d’hydrogène dégage X kJ (PCS)

X 1 1x 280
 => X =
3 3
280 2.10 2.10

X = 140000 kJ/kg

PCS = 140000 kJ/kg

22,4 l d’hydrogène dégage 280 kJ


1 m3 d’hydrogène dégage X kJ (PCS)

X 1 1x 280
 => X = 3 3
280 22,4.10 22,4.10

X = 12500 kJ/m3

PCS = 12500 kJ/m3

d) Chaleur restituée par la condensation de la vapeur d’eau : Q

Q = PCS - PCI

Q = PCS - PCI = 140000 – 120000 = 20000 kJ/kg

Q = PCS - PCI = 12500 – 10714 = 1786 kJ/m3

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

9
La Combustion Thermique

6) Calculs des PCS et PCI :


des combustibles solides, liquides et gazeux :

6.1) Combustibles solides et liquides :

a) Remarque :

Le combustible est défini par sa composition centésimale massique en élément


combustible : C, H …

b) Rappel :

Les PCS et PCI des combustibles solides et liquides sont exprimés en kJ/kg.

c) Exemple :

Soit un charbon dont la composition massique est la suivante :


- carbone : 83%
- hydrogène : 5%
- résidus incombustibles : reste

PCSCHARBON = 0,83 x PCSCARBONE + 0,05 x PCSHYDROGENE

PCSCHARBON = 0,83 x 32750 + 0,05 x 140000

PCSCHARBON = 34182,5 kJ/kg

PCICHARBON = 0,83 x PCICARBONE + 0,05 x PCIHYDROGENE

PCICHARBON = 0,83 x 32750 + 0,05 x 120000

PCICHARBON = 33182,5 kJ/kg

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

10
La Combustion Thermique

d) Exercice n°1 :

La composition massique d’un bois est la suivante :


- carbone : 52,1%
- hydrogène : 5,9 %
- oxygène : 41,4%
- azote : 0,6%

1) Ecrire les équations de combustion.


2) Calculer le PCI et le PCS du bois.

Equations de combustion :

C + O2 → CO2 + chaleur de combustion

1
H2 + O2 → H2O + chaleur de combustion
2

Calculs des PCI et PCS :

PCIBOIS = 0,521 x PCICARBONE + 0,059 x PCIHYDROGENE

PCIBOIS = 0,521 x 32750 + 0,059 x 120000

PCIBOIS = 24142,75 kJ/kg

PCSBOIS = 0,521 x PCSCARBONE + 0,059 x PCSHYDROGENE

PCSBOIS = 0,521 x 32750 + 0,059 x 140000

PCSBOIS = 25322,75 kJ/kg

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

11
La Combustion Thermique

e) Exercice n°2 :

La composition massique d’un fioul domestique est la suivante :

- carbone : 84,3 %
- hydrogène : 12,4 %
- soufre : 0,5 %
- oxygène : 2%
- azote : 0,8%

1) Ecrire les équations de combustion.


2) Calculer le PCI et le PCS du fioul domestique.

Equations de combustion :
C + O2 → CO2 + chaleur de combustion
1
H2 + O2 → H2O + chaleur de combustion
2
S + O2 → SO2 + chaleur de combustion

Calculs des PCI et PCS :


PCIFIOUL = 0,843 x PCICARBONE + 0,124 x PCIHYDROGENE + 0,005 x PCISOUFRE

PCIFIOUL = 0,843 x 32750 + 0,124 x 120000 + 0,005 x 9125

PCIFIOUL = 42533,88 kJ/kg

PCSFIOUL = 0,843 x PCSCARBONE + 0,124 x PCSHYDROGENE + 0,005 x PCSSOUFRE

PCSFIOUL = 0,843 x 32750 + 0,124 x 140000 + 0,005 x 9125

PCSFIOUL = 45013,88 kJ/kg

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

12
Etude Quantitative De La Combustion

1) Les Différents Types De Combustion :

1.1) La combustion stœchiométrique :

Cette combustion est aussi appelée combustion complète neutre, elle s’effectue avec la
quantité de comburant strictement nécessaire à la combustion complète du combustible.

1.2) Combustion oxydante :

La combustion s’effectue avec un excès relatif de comburant, elle s’appelle aussi


combustion complète en excès d’air.

Pour éviter la formation de produits dangereux et toxiques, c'est-à-dire pour être sûr que,
dans tous les cas, toutes les particules du combustible (carbone et hydrogène) soient
oxydées, on introduit une quantité d’air plus grande que nécessaire.

La réaction de combustion se développe normalement et on retrouve, dans les produits


oxydés, une quantité d’oxygène et d’azote correspondant à l’air supplémentaire.

1.3) Combustions incomplètes :

a) Combustion réductrice :

La combustion s’effectue avec un manque relatif de comburant, elle s’appelle aussi


combustion incomplète réductrice ou incomplète en défaut d’air.

Le manque d’air se traduit par un manque d’oxygène, donc une oxydation incomplète des
molécules de carburant et, dans les produits de la combustion, on va trouver :

- du CO2, formé normalement,


- de l’H2O, formé normalement,
- du CO, formé par insuffisance d’oxygène,
- C et H2, en raison du manque d’oxygène.

Le monoxyde de carbone, CO est un gaz toxique et explosif.


Le carbone libre, C, va se déposer sur les surfaces d’échange de la chaudière et les
encrasser.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

13
Etude Quantitative De La Combustion

b) Combustion incomplète oxydante :

- Pour que les réactions de combustion soient complètes, il est nécessaire de mélanger
intimement tous les composants.

- Si ce n’est pas le cas, ces particules imbrûlées sortent de la zone de réaction (la flamme)
et la combustion n’est plus possible.

- Ce type de défaut entraîne une combustion incomplète et peut se produire même si


l’excès d’air est normalement suffisant.

- En principe, on rencontre ce type de combustion sur les brûleurs déréglés dans lesquels
une trop grande quantité d’air engendre des vitesses importantes du gaz et de l’air qui
entraînent le mélange en dehors de la flamme.

- Cette combustion incomplète en excès d’air (ou incomplète oxydante) se produit


également sur les brûleurs dont les têtes de combustion (là où se produit le mélange) sont
médiocres.

- Il est difficile de savoir, en réalité, s’il manque de l’air ou si le mélange est incorrect, car
à l’analyse, on retrouve les mêmes produits.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

14
Etude Quantitative De La Combustion

1.4) Différents types de combustion du fioul :

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

15
Etude Quantitative De La Combustion

2) Les Diagrammes De Combustion :

2.1) Définition et rôle :

Les diagrammes utilisés sont appelés :

- Diagramme de BIARD,
- Diagramme d’OSTWALD.

Ces diagrammes tracés en coordonnées rectangulaires sont la représentation


graphique des quatre types de combustion :

- Complète neutre (ou stoechiométrique),


- Complète oxydante,
- Incomplète réductrice,
- Incomplète oxydante.

Le type de combustion est déterminé à partir des mesures du taux de CO 2 et d’O2. Ces
mesures sont réalisées grâce à un analyseur de combustion.

2.2) Présentation du Diagramme:

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

16
Etude Quantitative De La Combustion

2.3) Exercices d’application :

a) Exercice n°1 :

Déterminer grâce au diagramme de combustion du fioul domestique les


différents types de combustion des points 1, 2, 3 et 4.
En déduire, pour chaque point :
- le taux de (CO2 + SO2),
- le taux d’O2,
- l’excès d’air,
- le défaut d’air.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

17
Etude Quantitative De La Combustion

Correction Exercice n°1

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

18
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé
1) Objectifs :

Le contrôle de la combustion a deux objectifs :

- régler le brûleur fioul pour optimiser le rendement de combustion,


- être en conformité avec la réglementation (pollution atmosphérique).

2) Procédure :

Le contrôle de la combustion doit donc porter sur trois points :

- l’opacité des fumées,


- la température des fumées,
- le pourcentage de CO2 ou la teneur en CO2.

Remarques :
- Il faut aussi mesurer la dépression dans le conduit de fumée (tirage de la cheminée) mais
cette mesure n’intervient pas pour le calcul du rendement de combustion.
- Les appareils utilisés sont :

 les analyseurs chimiques manuels,

 un analyseur électronique automatique.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

19
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

3) Analyses Pratiques de la Combustion :

3.1) Emplacement des mesures :

L’emplacement des mesures est un trou percé sur le conduit de fumée derrière la chaudière
à une distance environ égale au double du diamètre du tuyau de raccordement.
Ce trou doit avoir un diamètre d’environ 9 mm afin de pouvoir être rendue étanche à l’air
extérieur par un étrier de fixation.

Une fois les mesures terminées, l’orifice de contrôle doit être refermé.

3.2) Consignes avant d’effectuer les mesures :

Les mesures doivent être effectuées quand l’installation est en marche, c'est-à-dire au plus
tôt 2 minutes après la mise en route.
Pour les chaudières à eau chaude, les mesures sont à commencer seulement lorsqu’elles
ont atteint une température minimale de 60°C.

3.3) Ordres des mesures à effectuer :

1 : Détermination de la dépression dans le conduit de fumée,


2 : Détermination de l’opacité des fumées,
3 : Détermination de la température des fumées,
4 : Détermination de la température de l’air de combustion,
5 : Détermination du pourcentage de CO2 ou de la teneur en CO2,
6 : Détermination du rendement de combustion.
BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

20
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

3.3) Dépression dans le conduit de fumée :

a) Fonction :

La mesure de la dépression dans le conduit de fumée est réalisée avec un déprimomètre.


On peut aussi contrôler la dépression ou la surpression du foyer de la chaudière.

b) Descriptif :

Boîtier en bakélite noir avec dispositif latéral de mise à zéro et tuyauterie de mesure avec
sonde (longueur environ 2,5mètres).

Plage d’utilisation : + 0,1 à -0,5 mbar


Graduation : 0,02 mbar
Tolérance : ± 0,01 mbar

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

21
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

c) Principe de mesure :

Par introduction de la sonde dans le conduit de fumée ou dans la chaudière, indication


instantanée de la dépression ou tirage, éléments dont il faut tenir compte pour une bonne
combustion.

d) Procédure de mesure :

Avant la mise en service, en position verticale régler le point « 0 » (étalonnage) à l’aide de


la manette située à droite.
Ce réglage doit être répété avant chaque mesure.
Poser le Déprimomètre verticalement sur une surface plane ou l’accrocher au mur.
Introduire la sonde dans le conduit de fumée jusqu’à la moitié du diamètre.
Pour mesurer la dépression ou pression du foyer, introduire la sonde préalablement
rallongée dans une ouverture appropriée de la portière. La lecture s’effectue 30 secondes
après.

e) Recommandations :

- Veiller à ce que l’appareil soit à la température ambiante.

- Tenir compte des indications fournies par le constructeur de chaudière.

- Ne pas huiler le Déprimomètre.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

22
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

3.4) L’opacité des fumées :

a) Définition :

Mesurer l’opacité des fumées c’est déterminer la teneur en suie.


Une combustion incomplète produit des imbrûlés :

- la suie (imbrûlés solides) résulte d’un manque d’air, ou ce qui revient au même d’un
excès de fioul. Plus on produit de suie, plus les fumées sont noires.

- les goudrons (imbrûlés liquides) proviennent au contraire d’un grand excès d’air (ou ce
qui revient au même, d’un manque de fioul).

Il en résulte un jaunissement des fumées.

On détermine le noircissement des fumées (indice Opacimétrique ou indice


BACHARACH ou indice de noircissement ou SMOKE-TEST) grâce à la Pompe
Opacimétrique.

b) Descriptif :

Corps de pompe en fibre synthétique avec embout de


prélèvement, livré avec :

- échelle de comparaison ou échelle de Bacharach,

- sachet papier filtre,

- flacon d’huile.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

23
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

c) Mode opératoire :

Pour éviter le phénomène de condensation l’opacimètre devra être à la température


ambiante.

Pour cela aspirer à plusieurs reprises l’air ambiant de la chaufferie sans insérer de papier
filtre.

Insérer le papier filtre dans la fente prévue à cet effet.

Serrer légèrement l’écrou moleté afin d’immobiliser le papier filtre.

Introduire l’embout de prélèvement jusqu’à la moitié du conduit de fumée

Actionner régulièrement la pompe 10 fois.

Comparer le prélèvement avec l’échelle afin de déterminer l’indice de noircissement.

Si l’échantillon est plus foncé que l’indice 3, régler la flamme (manque d’air).

En règle générale, pour des petites installations, on recherche un indice de Bacharach


compris entre 1 et 2 : 1<IB<2.

d) Recommandation :

Le graissage de la pompe ne doit être effectué qu’à l’aide de l’huile spéciale fournie à
cet effet.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

24
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

3.5) La température des fumées :

a) Généralités :

On a intérêt à rejeter des fumées les plus froides possibles. C’est le signe d’un bon
échange de chaleur entre les fumées et la chaudière.
Cependant il ne faut pas descendre en dessous d’une température critique : le point de
rosée.
C’est la température en dessous de laquelle la vapeur d’eau des fumées forme avec les gaz
sulfureux, résultant de la combustion du soufre (impureté du fioul), de l’acide sulfurique.
Cette température varie avec la teneur en soufre.
On recherchera donc une température de fumées basse mais supérieure à 160°C.

b) Descriptif :

Boîtier : Ø 80 mm
Plage de mesure : 0 à 500°C
Graduation : par 10°C
Tolérance : ± 1,5 % de la plage de mesure
Plongeur : en bimétal Ø 6 mm, longueur
150 mm

e) Mode opératoire :

Introduire le plongeur dans le conduit de


fumée jusqu’à la moitié du diamètre
(minimum 50 mm).
La lecture s’effectue après stabilisation de
l’aiguille (environ 2 à 4 minutes).

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

25
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

3.6) Le pourcentage de CO2 ou teneur en CO2 :

a) Généralités :

La combustion avec excès d’air conduit à des pourcentages de CO 2 inférieurs à 15,6 %,


plus on augmente l’excès d’air, plus ce pourcentage diminue.

On devra toujours rechercher des réglages où l’excès d’air sera le plus faible possible.
En pratique, un excès d’air de 20 à 30 % (c'est-à-dire 1,2 à 1,3 fois ce qui est nécessaire)
doit donner de bons résultats et conduire à un rendement acceptable.

Plus de pourcentage de CO2 est élevé, plus le rendement de combustion est


élevé.

b) Descriptif :

Le pourcentage de CO2 se mesure grâce à un analyseur portatif.


Cet appareil est constitué d’un corps en plastique moulé avec une échelle mobile de lecture
et d’un élément de prélèvement avec filtre.
Il contient une solution de potasse (liquide rouge) qui absorbe le gaz carbonique.

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

26
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

c) Mode opératoire :

- Etalonner l’appareil (avant chaque mesure) : faire coïncider le zéro de l’échelle avec le
niveau du liquide dans le tube et serrer la vis de réglage de l’échelle.

- Introduire la sonde (1) dans l’orifice de prélèvement du conduit de fumée, en prenant


soin de l’enfoncer perpendiculairement à l’axe du conduit et jusqu’à la moitié de son
diamètre.

- Positionner l’embout caoutchouc (5) du flexible sur la valve de l’indicateur et enfoncer


celle-ci.

- Maintenir la valve enfoncée, et actionner la poire (3) du flexible 20 fois.

- En maintenant la poire pressée, ôter l’embout caoutchouc ; sous l’effet du ressort, valve
et pointeau remontent : l’étanchéité est assurée.

- Retourner l’appareil 2 à 3 fois de suite pour faciliter l’absorption du gaz.

- Maintenir ensuite l’appareil en position verticale et lire sur l’échelle le


pourcentage de CO2.

- Presser sur la valve pour évacuer le surplus de gaz.

1 : sonde (tube)
2 : filtre (laine ou coton hydrophile)
3 : poire
4 : clapets anti-retour
5 : embout caoutchouc

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

27
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

4) Détermination du Rendement :

4.1) Généralités :

Le calcul du rendement de combustion est l’aboutissement des mesures réalisées sur les
fumées. Il permet d’évaluer la qualité des réglages ou de détecter les dérives éventuelles
de la combustion. Le calcul peut être fait de façon très scientifique, en utilisant les diverses
courbes caractéristiques de combustion propres à chacun des hydrocarbures.

Exemple d’un diagramme des pertes par les produits de combustion

En fait, la précision du résultat dépend beaucoup plus de la qualité des mesures effectuées,
que de la méthode choisie pour calculer la valeur du rendement.

On peut retenir deux méthodes :

- Le calcul du rendement à l’aide de la formule de SIEGERT.

- La détermination du rendement par réglettes (données avec les mallettes


d’appareils de mesure ou distribuées par les constructeurs de gicleurs, de brûleurs
etc…).
BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

28
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

4.2) Formule de SIEGERT :

La formule de Siegert est l’équation la plus connue, elle permet de calculer le


rendement pour les combustions exemptes de CO. Son écriture simplifiée est :

t t
F  A
Rg = 100 – f ( )
CO 2

Dans laquelle on a :

tF : la température des fumées en °C


tA : la température ambiante ou de l’air de combustion en °C
CO2 : le taux de CO2 en %
Rg : le rendement de combustion en %
f : coefficient dépendant du type de combustible et de l’excès d’air

Tableau : Valeurs du coefficient « f », utilisé dans la formule de SIEGERT

EXCÈS D’AIR
COMBUSTIBLES
10 % 20 % 30 %
Gaz Naturel 0,482 0,471 0,461
Butane/Propane 0,530 0,519 0,510
Fioul Domestique 0,585 0,565 0,558
Fioul Lourd 0,640 0,621 0,615

Exemple :

Soit une installation fonctionnant au fioul domestique dont les mesures sont les suivantes :

- température des fumées : 220 °C


- température de l’air de combustion : 20 °C
- pourcentage de CO2 : 9,4 %
- excès d’air : 20 %
Calculer le rendement de combustion.

Rg = 100 – 0,565 ((220-20)/9,4)

Rg ≈ 88 %

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

29
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

4.3) Détermination du rendement avec une réglette :

La plupart des réglettes connues donnent soit :

- la déperdition en fonction de la température nette des fumées (température des fumées


moins la température de l’air ambiant) et de la teneur en CO 2.
On en déduit le rendement de combustion : 100 – déperdition.

Exemple précédent avec la réglette BRIGON :

- le rendement de combustion en fonction de la température nette des fumées (température


des fumées moins la température de l’air ambiant) et de la teneur en CO 2.

Exemple précédent avec la réglette WEISHAUPT :

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

30
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

5) Valeurs Pratiques :

5.1) Remarque :

Les valeurs ci-après sont considérées comme normales au cas où d’autres ne sont pas
données par le constructeur.

Dans tous les cas, il faut se référer aux données du constructeur !!!

5.2) Tirage de la cheminée :

Puissance nominale de
Surface chauffée Tirage de la cheminée
la chaudière
(environ) en mbar
Jusqu’à 35 kW Jusqu’à 5 m² -0,075 à -0,15
35 kW à 116 kW 6 à 15 m² -0,15 à -0,20
116 kW à 465 kW 15 à 55 m² -0,20 à -0,30

5.3) La température des fumées :

Les températures des fumées dépendent du type et de l’âge de la chaudière.

Température des
Âge de la chaudière fumées en °C

25 ans et plus 250 à 350


15 à 25 ans 200 à 250
Moins de 15 ans et chaudières à haut rendement 160 à 200
Chaudières à condensation à gaz 60 à 180
Chaudières à vapeur, selon pression 250 à 350

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

31
Le Contrôle De La Combustion : Le Brûleur Fioul à Air Soufflé

5.4) Opacité des fumées, pourcentage de CO2 et autres paramètres :

Paramètres de
la Combustion CO
Excès en ppm
Indice CO2 O2
d’air (parties
Opacimétrique en % en %
Combustibles en % par
million)

GAZ NATUREL

Petite puissance — 9 4,6 25 0 à 50

Moyenne puissance — 10,5 2 10 0 à 50

PROPANE — 12 3 15 0 à 50

BUTANE — 12,5 2,5 13 0 à 50

FIOUL
DOMESTIQUE

Petite puissance 0à1 12 4,5 ≈ 30 —

Moyenne puissance 0à1 13 à 14 2 à 3,5 10 à 20 —

FIOUL LOURD 1à3 11 à 12 5à6 30 à 40 —

BEETSCHEN.F/THIBEAUD.J/2020

32

Vous aimerez peut-être aussi