Vous êtes sur la page 1sur 6

LOT N°1 bis – ECHAFAUDAGES

RAPPEL PRESCRIPTIONS GENERALES

LABEL / CERTIFICATION

Le Maître d’Ouvrage s’engage à ce que le bâtiment 4 de 20 logements en locatif social


soit conforme à la certification H&E, Profil A, note 3, option Economie de charge et à
demander la certification correspondante.

Tous les types de matériaux employés sur le chantier du bâtiment devront être
conformes aux exigences de la certification H&E profil A, aux indications stipulées et à la
liste de produits acceptés par Cerqual et aux conditions d’acceptation de ces produits
inscrits dans l’étude préparatoire et/ou l’évaluation provisoire établi par l’examinateur chargé
de suivre le dossier.

1 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES

1.1 DOCUMENTS TECHNIQUES PARTICULIERS

L'exécution sera conduite conformément aux règles en vigueur : (liste non limitative)

Dossier technique de l’ouvrage,


Règlement sanitaire départemental,
Code de la Construction et de l’Habitation,
Code de l’Urbanisme,
Documents Techniques Unifiés,
Recueil des DTU y compris toutes les mises à jour,
Avis Techniques (ATEC) Français ou Européens,
Agrément Technique d’Expérimentation (ATEX),
Règles professionnelles,
Normes françaises et européennes en vigueur,
NF EN 12810-1 (septembre 2004) : Echafaudages de façade à composants
préfabriqués – Partie 1 : Spécification de produits (indice de classement : P93-500-
1),
NF EN 12810-2 (septembre 2004) : Echafaudages de façade à composants
préfabriqués – Partie 2 : Méthodes particulières de calcul des structures (indice de
classement : P93-501-1),
NF EN 12811-1 (août 2004) : Equipements temporaires de chantiers – partie 1 :
Echafaudages – Exigences de performance et étude, en général (indice de
classement : P93-500-2),
N84 modifiées 2000 pour les actions dues à la neige,
Règles générales de construction des bâtiments d'habitation décret N° 69-596
du 14 juin 1969, ainsi que les arrêtés et circulaires d'application,
Contreventement des bâtiments (Annales de l’ITBTP n°149 de mai 1960
Arrêté du 29 mai 1997 relatif à la classification et aux règles de construction
parasismique applicables aux bâtiments de la catégorie dite "à risque normal",
Règles parasismiques dans les régions concernées (règles PS 92 de février
2001 ou PSMI89 révision 92).

Page 1 sur 6
Le référentiel Habitat et Environnement millésime 2012 mise à jour mars 2014 édité
par CERQUAL applicable au 01/03/2014 en vue de l’obtention de la certification
Habitat & Environnement en profil A, note 3, option Economie de charge pour le
bâtiment 4 social
Evaluation provisoire établie par l’examinateur missionné par Cerqual dans le cadre
de la certification Habitat et Environnement (H&E)

1.2 REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

1.1.1 Généralités :

L’opération bénéficie de la réglementation thermique de 2012 (RT 2012).


L’entreprise est tenue de prendre en compte tous les objectifs qualitatifs recherchés par le
Maître d’Ouvrage en vue du respect de cette règlementation thermique.
Dans ce cadre, une attention particulière est demandée au titulaire du présent lot, dans le
respect des prescriptions induites par cette règlementation, notamment dans le traitement
de la perméabilité à l’air du bâtiment. Le respect de la RT 2012 constitue une obligation de
résultat de l’entrepreneur vis-à-vis du Maître d’Ouvrage.

L’ensemble des corps d’états concernés par la validation des essais de perméabilité à l’air
devra se conformer aux :
- DTU et Avis Techniques correspondants,
- Préconisations et notices des industriels et fabricants,
- Classification et certification des matériaux et composants,
- Norme EN 13829 : norme utilisée pour mesurer la perméabilité à l'air de l'enveloppe
ou de certaines parties de bâtiments in situ
- Norme EN 12237 : norme spécifiant les prescriptions et les méthodes d'essai
relatives à la résistance et à l'étanchéité à l'air des conduits circulaires utilisés dans
des systèmes de ventilation et de conditionnement d'air des bâtiments

1.1.1 Test de perméabilité à l’air :

1.1.1.1 Phase préventive, logements témoins :

En phase de livraison des logements témoins, des essais d’étanchéité préventifs seront
réalisés selon la norme EN 13829 (février 2001) en présence des entreprises, du Maître
d’Œuvre et du Maître d’Ouvrage pour attester la conformité de l’étanchéité mesurée avec les
objectifs définis ci-avant.
La valeur de perméabilité retenue pour les calculs est de 1m3 / (h.m²) sous une pression de
4 Pascals, cf. RT2012.

1.1.1.2 Phase règlementaire avant réception des travaux :

Après achèvement des travaux de finitions (peinture, sols souples, etc.), des essais
règlementaires de test à la perméabilité à l’air des logements seront réalisés par un
organisme agréé par Qualibat et en présence des entreprises, du Maître d’Œuvre et du
Maître d’Ouvrage.

Page 2 sur 6
Ces tests seront à la charge du Maître d’Ouvrage.

Nombre de logements testés pour le respect de la règlementation :


Opération inférieure ou égale à 30 logements : 3 logements testés
Opération supérieure ou égale à 30 logements : 6 logements testés

1.1.1.3 Mise en conformité des ouvrages :

Dans l’éventualité d’une non-conformité de ces essais d’étanchéité, la réponse par un


traitement adéquat sera mise en œuvre par chacune des entreprises concernées afin de
palier aux éventuels défauts constatés, dans les plus brefs délais et sans aucunes
incidences financières pour le Maître d’Ouvrage.

Ces nouveaux essais concernant autant la phase préventive que règlementaire, seront
réalisés après rectification et remise en conformité par rapport aux exigences règlementaires
et seront à la charge des entreprises concernées. Ces essais seront toujours réalisés en
présence des entreprises intéressées, du Maître d’Œuvre et du Maître d’Ouvrage.

1.3 Divers H&E

Dans le cadre de la Certification Habitat & Environnement : il sera demandé ce qui suit :

Le « Chantier Propre » nécessite une organisation et une préparation prenant en compte le


respect de l’environnement et des riverains.

Dans tous les cas, il sera établi un programme comprenant :


• le planning prévisionnel d’exécution avec les différentes phases ou jalons du lot gros-
œuvre ;
• les moyens mis en œuvre pour cantonner la poussière et salissures et réduire les
nuisances (arrosage par exemple)
• les procédures pour réduire les bruits (choix des engins, outils et méthodes, sélection
des périodes d’émission, protections, fréquence) ;
• les méthodes de tri des déchets de chantier (zones de stockage, méthodes de tri,
solutions de récupération) et les procédures de traitement et d’élimination des déchets
définies par les autorités locales ;
• le flux d’enlèvement des bennes (nombre de camions par semaine, avec bâchage
obligatoire et nettoyage des roues en sortie de chantier).
• Suivant imposition mairie, règlement de ZAC, ou plus simplement nature du terrain et
sur décision du maître d’œuvre d’exécution, il sera installé un pédiluve à camion avec fosse
de décantation afin de limiter l’impact du « nettoyage » des voies publiques. L’entretien du
pédiluve à camion sera prise en charge par le compte prorata.

Les entreprises devront respectivement être en mesure de fournir au Maître d’Ouvrage, les
Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires (FDES) des produits de construction
se rapportant à la structure, à l’enveloppe, au cloisonnement et aux revêtements intérieurs,
relatifs à leur lot en référence à l’application de norme NF P01-010 et les Profils
Environnementaux de Produits (PEP) conformes à la norme ISO 14025 et ISO 14040.

Au moins 10 FDES (collectives ou individuelles) conformes à la norme NF P01-010 doivent


être fournies au Maître d’ouvrage parmi les produits choisis dans l’opération. De façon
préférentielle, 1 FDES (collective ou individuelle) pour chaque famille énumérée ci-dessous

Page 3 sur 6
sera fournie :
• Voirie / Réseaux Divers
• Structure – Maçonnerie – Gros Œuvre - Charpente.
• Façades ;
• Couverture – Etanchéité ;
• Menuiseries intérieures et Extérieures / Fermetures;
• Isolation
• Cloisonnements / Plafonds suspendus
• Revêtements des sols et murs – Peinture – Produits de décoration ;
• Produits de préparation et de mise en œuvre
• Equipement sanitaire et salle d’eau

Pour les produits n’ayant pas fait l’objet d’une transmission de fiche, les informations
concernant les impacts sanitaires doivent au moins être connues des entreprises. De plus,
elles doivent être disponibles sous une forme les situant par rapport aux exigences de la
norme NF P01-010. L’évaluation des risques sanitaires concerne actuellement :
• La contribution à la qualité sanitaire des espaces intérieurs ;
• La contribution à la qualité sanitaire de l’eau.

Ces informations pourront être, le cas échéant, comparées au niveau de performance


(quantitatif et qualitatif) fixé par le Maître d’Ouvrage.

Les FDES sur les équipements électriques, chauffage, ventilation, eau chaude sanitaire ne
sont pas obligatoires mais elles peuvent être fournies si elles existent.

• Les entreprises devront mettre à disposition les informations disponibles sur les
risques d’émissions de fibres et particules cancérogènes classées CMR 1 des
produits et matériaux utilisés dans l’opération et en contact avec l’air intérieur
des logements, tout en respectant l’arrêté DEVP0908633A du 30 avril 2009.

• Les produits ou procédés mis en œuvre, entrant dans le champ d’application


de l’Avis Technique (ATec) ou de l’Appréciation Technique Expérimentale
(ATEx), bénéficieront d’un Avis Technique ou d’une Appréciation Technique
Expérimentale favorable aux conditions d’emploi de ce produit ou de ce
procédé.

• Tous les isolants utilisés devront faire l'objet d'une certification ACERMI.

• Les laines minérales seront certifiées EUCEB.

• Emissions en formaldéhyde des dérivés du bois


Les panneaux en contreplaqué devront être de classe A selon la norme NF
EN 1084.
Les panneaux de fibres et de particules devront être classé E1 (NF EN
13986) et être testé selon la NF EN 120 définissant leur teneur en
formaldéhyde libre dans le panneau.

• Traitement de préservation du bois


La durabilité naturelle ou conférée du bois doit être adaptée à la classe
d'emploi (NF EN 350-2, NF EN 351-1, NF EN 335).

En cas de traitement ce dernier doit être réalisé par un produit biocide


(directive 98/8/CE) ou être un traitement n'utilisant pas de substance active
(avec procédure Atec ou Atex).

Page 4 sur 6
• Emissions de formaldéhyde et autres composés organiques volatils

Produits mis à disposition sur le marché avant le 1er janvier 2012 : A partir du 1er
septembre 2013, les produits de construction et de revêtement de mur ou de sol et des
peintures et vernis matériaux, sont étiquetés B au minimum au sens de l’arrêté du 19
avril 2011.

Pour les produits mis à disposition sur le marché à compter du 1er janvier 2012 : les
produits de construction et de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis
matériaux, sont étiquetés B au minimum au sens de l’arrêté du 19 avril 2011.

Tous les ouvrages (planchers, murs, etc.) devront avoir les épaisseurs conformes aux
prescriptions de Cerqual.

Cette liste n'est pas limitative.

1.4 INSERTION SOCIALE


Pour le bâtiment 4 social, il est prévu de réaliser un objectif d’insertion. Il s’agit de l’obligation
de recruter une ou des personnes en insertion dans une certaine mesure. En effet, l’objectif
d’insertion est décliné en % du nombre total d’heures travaillées durant la durée du marché.

Le présent lot ne doit pas heures d'insertion sociale.

2 ECHAFAUDAGE

Les travaux de ravalement en hauteur devront être effectués avec des échafaudages
adaptés au bâtiment, et en conformité avec la réglementation
Contrôle réglementaire après montage initial et visite périodique, par organisme agréé,
avec remise de PV au Maître d’Ouvrage.

Les échafaudages seront prévus pour les travaux de maçonnerie et de ravalement ainsi
que les travaux des lots Couverture, Serrurerie, Ravalement, Menuiseries extérieures et tout
autre lot pour lequel l'échafaudage serait nécessaire
.
Réalisation de tunnels de protections avec ossature métallique et panneaux
contreplaqués au-dessus des portes, au droit des porches d'entrées des bâtiments,
de l'entrée des locaux poubelles, de la chaufferie, etc…

L'échafaudage sera mis à disposition des entreprises intervenant sur le chantier.


Tous les éléments seront en aluminium ou en acier galvanisé en bon état,
Les travées seront de 3,00 ml maxi et la hauteur entre 2 planchers sera de 2,00 ml,
Les socles devront reposer sur consoles stables capables de supporter sans
déformation les contraintes de l'échafaudage,
En cas de bâchage, celui-ci devra être parfaitement fermé pour diminuer au
maximum l'effet de prise au vent,
Les garde-corps seront constitués de 2 lisses placées l'une à 1,00 ml, l'autre
à 0,45 ml du plancher,
Une plinthe de 15 cm sera posée sur le plancher,

Page 5 sur 6
Une signalisation adaptée à la localisation sera mise en place conformément
à la réglementation en vigueur,
Maintien en parfait état de fonctionnement pendant toute la durée des travaux,
Replis des échafaudages, des protections et de la signalisation en fin de chantier

Localisation :
A prévoir pour l’ensemble des travaux:
• des bâtiments collectifs et intermédiaires (périphérie et sur les murs pignons si
différence de hauteur)
• des 26 maisons;
• de tous bâtiments annexes (local vélo, OM, …)

Il sera également compris l’enlèvement et la repose en cours de chantier si besoin,


notamment lors des travaux d’étanchéité des terrasses accessibles.

2.1 CONTROLE & DIVERS

- Les cotes des plans sont approximatives et pourront être légèrement modifiées pour le
besoin de la construction ou autres.
- Les marques modèles et dimensions des appareils, matériaux et équipements
sont donnés à titre indicatif; la SCI se réserve à tout moment, sur demande du
Maître d’Œuvre, le droit de les remplacer par des équivalents, dans le cas de force majeure
tels que défaillance des fournisseurs, cessation de fabrication, délais non compatibles avec
l’avancement du chantier. Ces modifications dont la nécessité n’apparaît souvent
qu’en cours de travaux, n’altèrent en aucun cas la qualité des prestations. Elles seront
réalisées dans l’intérêt de l’Acquéreur. Ce dernier s’engage à les accepter sans réserve.
- Toute modification du plan ou du descriptif par l’Acquéreur, devra être préalablement
soumise pour approbation au Maître d’Œuvre qui sera libre d’en refuser l’exécution,
dans la mesure où elle apparaîtrait incompatible avec la qualité des règlements en
vigueur ou les droits des tiers. Les frais de dossier et honoraires d’étude seront à la
charge de l’Acquéreur. Aucune entreprise étrangère au chantier ne pourra pénétrer
sur celui-ci avant la terminaison de l’appartement et sa livraison.
- Le positionnement, le nombre ainsi que le dimensionnement des gaines techniques ne
sont pas contractuels. Celles-ci sont susceptibles de varier en fonction des impératifs
techniques d’exécution. Il en est de même pour les positionnements, sens
d’écoulement et d’évacuation des éviers de cuisine, baignoires ou receveurs, lavabos,
cuvettes WC, radiateurs.
- Les teintes de peinture et de matériaux des parties communes, des façades, la
décoration des parties communes en général, l’aménagement des abords et le choix
des plantations, seront déterminés par le Maître d’Œuvre, après accord du Maître
d’Ouvrage.
- Les travaux faisant l’objet de la présente notice descriptive sont vérifiés par le Bureau
de Contrôle.

Page 6 sur 6

Vous aimerez peut-être aussi