Vous êtes sur la page 1sur 12

1.

Le complémentiseur
1.1 Notion du complémentiseur
En général, le complémentiseur est un élément qui introduit une
proposition complément d'une autre proposition.
Considérons les phrases suivantes:
1a- Marie pense que Pierre viendra.
b- Luc demande à Pierre si Marie viendra.

2a- [P1 Marie pense [P2 que Pierre viendra P2]P1].


b- [P1 Luc demande à Pierre [P2 si Marie viendra P2]P1]

Dans les phrases (1) et (2), le complémentiseur est "que" et "si".


2a- [P1 Marie pense [P2 que Pierre viendra P2]P1].

b- [P1 Luc demande à Pierre [P2 si Marie viendra P2]P1]

Ces deux éléments ("que" et "si") introduisent la proposition P2 qui


fonctionne comme étant l'objet du verbe principal, donc complément de la
proposition principale P1.

Le complémentiseur est donc un élément qui introduit une phrase


complément d’une autre phrase, autrement dit, une subordonnée
Rappel
Il ne faut pas confondre le subordonnant si introduisant une
interrogation avec le si introduisant une hypothèse. L’hypothétique
par si a les caractéristiques suivantes :

i- elle peut s’antéposer à la principale


a- Jean se réjouira si Marie réussit.
b - Si Marie réussit, Jean se réjouira.

ii- elle n’admet pas les temps en rai(s)


a- Jean se réjouira si Marie réussit.
b- *Jean se réjouira si Marie réussira.
c- *Jean se réjouira si Marie réussirait.
La complétive par si n’a ni la première caractéristique ni la seconde.

a- Jean veut savoir si Marie réussira.

b- Jean voulait savoir si Marie réussirait

c- *Si Marie réussira Jean veut savoir ø


Le complémentiseur est également un symbole abstrait noté COMP qui
précède chaque proposition.

L’introduction du nœud COMP représente un enrichissement de la


composante de base de la grammaire.

L'origine du complémentiseur est une constatation de parentés


morphologique et syntaxique entre les relatifs et les interrogatifs.

Les mêmes mots servent à la fois de pronom interrogatif et de pronom


relatif (en plus du subordonnant introduisant une complétive).
3- Je connais la fille à qui tu as
6- À qui penses-tu?
parlé.

7- Que penses-tu de Marie?


4- Le film que tu as vu est récent.

8- Où avez-vous passé les


5- La salle où nous travaillons est vacances?
grande.
Les interrogatifs et les relatifs partagent la propriété d'être à la fois
des pronoms (ils remplacent un nom) et des marqueurs (marqueur
d'interrogation et marqueur de relativisation). La nature du
marqueur est réalisée par "qu".
Dans les deux cas (la relative et l’interrogative), les marques en
"qu" peuvent jouer le rôle de subordonnant et de l'interrogatif.
La phrase à la tête de laquelle il se trouve, dépend d'une
principale.
9a- J’ai rencontré l’homme que tu connais.

b-Que racontes-tu?

10a- La femme qui arrive est ma cousine.

b- Qui parle?

12a- Voilà donc à quoi me sert la médecine .

b- A quoi pensez-vous?
Malgré cette similitude morphologique, il existe une différence essentielle entre les
relatifs et les interrogatifs.
En effet, les relatifs sont toujours placés au début de la proposition qui les contient
alors que les interrogatifs peuvent l’être mais ne le sont pas nécessairement.
13a- tu connais qui?
b- tu veux faire quoi?
c- Vous irez où?
Lorsqu’ils ne sont pas en début de propositions, les interrogatifs ne sont pas placés
n’importe où, mais doivent nécessairement occuper la place du syntagme qu’ils
remplacent et qui est questionné.
13a’- tu connais Marie.
b’- tu veux faire un tour en ville.
c’- Vous irez à Rabat.
Les interrogatives sont ainsi régies par deux transformations que l'on
appelle respectivement

i- placement de [+qu]

ii- et déplacement de l'élément marqué [+qu] .

► La première transformation prend comme input une structure


de la forme SN1 V SN2 et affecte à l'un des deux éléments de cette
phrase (à SN2) par exemple le trait [ +qu].

14 a- Pierre lit un livre

[+qu]
► La deuxième transformation déplace l'élément marqué [+qu]
en tête de la phrase. Cet élément est réalisé par "que"

14 b- Que lit Pierre?

+marqueur (+ C.O.D)

Si la transformation de déplacement ne s'applique pas dans le


cas de la phrase (14a) l'élément marqué [+qu] reste postposé
au verbe et il est réalisé par "quoi".

14c- Pierre lit quoi?

Vous aimerez peut-être aussi