Vous êtes sur la page 1sur 174

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

A  A

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur en Bâtiment et Travaux Publics

____________________________

CREATION D’OUTIL DE CALCUL DE PONT MIXTE SUR MS EXCEL

ET COMPARAISON DES ANCIENS REGLEMENTS AVEC LES EUROCODES

Application : Pont d’AMBATAKAZO sur la RNS 34 au PK 53+065

____________________________

Rédigé par : RANDRIANTSIHETY Solofomahery Bonfils

Encadré par : Monsieur RAZAFINJATO Victor

Promotion 2013
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

A  A

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme


d’Ingénieur en Bâtiment et Travaux Publics
____________________________

CREATIONS DES OUTILS DE CALCUL DE PONT MIXTE SUR MS EXCEL

ET COMPARAISON DES ANCIENS REGLEMENTS AVEC LES EUROCODES

Application : Pont d’AMBATAKAZO sur la RNS 34 au PK 53+065


____________________________

Rédigé par : RANDRIANTSIHETY Solofomahery Bonfils

Membres de jury :
Président : Monsieur RAHELISON Landy Harivony, Maître de Conférences.
Encadreur : Monsieur RAZAFINJATO Victor, Professeur Titulaire.
Examinateurs :
─ Monsieur RAJOELINANTENAINA Solofo, Maître de Conférences.
─ Monsieur RAKOTOARIVELO Rivonirina, Maître de Conférences.
─ Madame RAVAOHARISOA Lalatiana, Maître de Conférences.

Soutenu le, 23 octobre 2014


Promotion 2013
REMERCIEMENTS

Cet ouvrage est le fruit de l’enseignement et de la contribution de plusieurs personnes


auxquelles, je tiens à exprimer ma profonde gratitude :

─ A Monsieur ANDRIANARY Philippe, Directeur de l’Ecole Supérieure


Polytechnique d’Antananarivo ;
─ A Monsieur RAHELISON Landy Harivony, Chef du Département Bâtiment et
Travaux Publics qui n’a jamais cesser d’améliorer notre formation, et qui est le
président cette soutenance ;
─ A Monsieur RAZAFINJATO Victor, mon encadreur pédagogique, d’avoir partagé
son énorme expérience et pour son suivi continu au cours de la réalisation de ce
travail.
─ A tous les membres de jury de cette soutenance et aux corps enseignants de l’Ecole.
─ A tous mes collègues pour leur soutien.

Je voudrais également remercier profondément mes parents et mes proches de m’avoir


soutenu moralement et financièrement durant la réalisation de ce mémoire. Particulièrement mon
cher père qui m’a fait part de son aide.

Page | I
TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS ......................................................................................................................... I

TABLE DES MATIERES ................................................................................................................ II

LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................ VIII

LISTE DES FIGURES ..................................................................................................................... X

LISTE DES ORGANIGRAMMES ............................................................................................ XIII

INTRODUCTION .............................................................................................................................. 1

Partie I : GENERALITES. ............................................................................................................... 2

CHAPITRE I - GENERALITES SUR LE PROJET...................................................................... 3

I.1 LOCALISATION DU PROJET. ...................................................................................................... 3

I.2 BREF APERCU SUR L’OUVRAGE EXISTANT. ......................................................................... 3

CHAPITRE II - PREVISION DU TRAFIC ET COMPARAISON DES VARIANTES. ........... 4

II.1 PREVISION DU TRAFIC. .............................................................................................................. 4


II.1.1 Trafic actuel............................................................................................................................................ 4
II.1.2 Projection du trafic................................................................................................................................. 5
II.1.3 Conclusion. ............................................................................................................................................. 5

II.2 COMPARAISON DES VARIANTES STRUCTURALES. ............................................................ 5


II.2.1 Pont en béton armé. ................................................................................................................................ 6
II.2.2 Pont en béton précontraint. .................................................................................................................... 7
II.2.3 Pont mixte. .............................................................................................................................................. 7
II.2.4 Prédimensionnement de chaque variante. .............................................................................................. 8
II.2.5 Devis estimatif sommaire de chaque variante ........................................................................................ 8
II.2.6 Analyse multicritère. ............................................................................................................................. 10

II.3 DESCRIPTION GEOMETRIQUE DE LA VARIANTE RETENUE. .......................................... 10


II.3.1 Profil longitudinal. ............................................................................................................................... 10
II.3.2 Profil transversal. ................................................................................................................................. 11

CHAPITRE III - APERÇU GENERAL SUR LES PONTS MIXTES. ...................................... 12

III.1 CONSTRUCTIONS MIXTES. ...................................................................................................... 12

III.2 PONT BIPOUTRE MIXTE. .......................................................................................................... 12


III.2.1 Domaine d’utilisation. .......................................................................................................................... 13
III.2.2 Elancement économique. ...................................................................................................................... 13
III.2.3 Morphologie d’un bipoutre à entretoise. .............................................................................................. 14

III.3 CADRE REGLEMENTAIRE. ....................................................................................................... 15


Page | II
III.3.1 Les anciens règlements français. .......................................................................................................... 15
III.3.2 Les Eurocodes. ..................................................................................................................................... 16
III.3.3 Choix de règlement. .............................................................................................................................. 17

CONCLUSION PARTIELLE. ....................................................................................................... 18

Partie II : ELABORATION DES OUTILS DE CALCUL DE PONT. ....................................... 19

CHAPITRE IV - DONNEES GENERALES ET PREDIMENSIONNEMENT. ....................... 20

IV.1 PROPRIETES DES MATERIAUX. .............................................................................................. 20


IV.1.1 Acier. .................................................................................................................................................... 20
IV.1.2 Béton. .................................................................................................................................................... 20
IV.1.3 Armatures. ............................................................................................................................................ 21
IV.1.4 Connecteurs. ......................................................................................................................................... 21
IV.1.5 Coefficients partiels de sécurité sur les matériaux. .............................................................................. 21

IV.2 CONDITIONS ENVIRONNEMENTALES. ................................................................................. 22


IV.2.1 Humidité. .............................................................................................................................................. 22
IV.2.2 Classe d’exposition. .............................................................................................................................. 22

IV.3 PHASAGE DE CONSTRUCTION................................................................................................ 22

IV.4 PREDIMENSIONNEMENT. [16] ................................................................................................. 24


IV.4.1 Charpente métallique. .......................................................................................................................... 24
IV.4.2 Dalle. .................................................................................................................................................... 27

IV.5 ACTIONS. ...................................................................................................................................... 28


IV.5.1 Charges permanentes. .......................................................................................................................... 28
IV.5.2 Action due aux retraits du béton. .......................................................................................................... 29
IV.5.3 Action due au fluage – Coefficient d’équivalence. ............................................................................... 31
IV.5.4 Charges d’exploitation. ........................................................................................................................ 32
IV.5.5 Actions sur le trottoir. ........................................................................................................................... 34
IV.5.6 Positionnement transversal des charges............................................................................................... 34

IV.6 COMBINAISONS D’ACTIONS. .................................................................................................. 36


IV.6.1 Situations de calcul............................................................................................................................... 36
IV.6.2 Combinaisons ELU autres que la fatigue. ............................................................................................ 37
IV.6.3 Combinaisons ELS................................................................................................................................ 37

CHAPITRE V - APPROCHES INFORMATIQUES. .................................................................. 38

V.1 CALCUL NUMERIQUE ET INGENIERIE. ................................................................................. 38

V.2 PROBLEMATIQUE. ..................................................................................................................... 38

V.3 OUTIL DE DIMENSIONNEMENT. ............................................................................................. 39


V.3.1 Présentation de l’outil. ......................................................................................................................... 39
V.3.2 Environnement de développement. ....................................................................................................... 39
V.3.3 Le langage VBA. ................................................................................................................................... 40

V.4 ORGANIGRAMME DE CALCUL DE PONT.............................................................................. 41


Page | III
CHAPITRE VI - OUTILS DE CALCUL SUR LES CALCULS HYDROLOGIQUES. .......... 42

VI.1 FONCTIONNEMENT DE « HYDROLAB.xlsm ». ...................................................................... 42

VI.2 CONCRETISATION SUR EXCEL. .............................................................................................. 42


VI.2.1 Partie Hydrologie. ................................................................................................................................ 42
VI.2.2 Partie Hydraulique. .............................................................................................................................. 43

CHAPITRE VII - OUTILS DE CALCUL POUR L’ANALYSE GLOBALE. .......................... 44

VII.1 ORGANISATION DE CALCUL POUR L’ANALYSE GLOBALE. ........................................... 44

VII.2 ORGANIGRAMME DE CALCUL D’ARMATURE. ................................................................... 44

VII.3 INTERFACE DU PROGRAMME................................................................................................. 44

VII.4 FONCTIONNEMENT DU PROGRAMME. ................................................................................. 47


VII.4.1 Gestionnaires d’études. ........................................................................................................................ 47
VII.4.2 Effet de retrait....................................................................................................................................... 47
VII.4.3 Lignes d’influences. .............................................................................................................................. 48
VII.4.4 Diagrammes des efforts ........................................................................................................................ 48
VII.4.5 Dalle de couverture. ............................................................................................................................. 52
VII.4.6 Support. ................................................................................................................................................ 54

CHAPITRE VIII - OUTILS DE CALCUL POUR L’ETUDE FINANCIERE. ......................... 55

VIII.1 FONCTIONNEMENT. .................................................................................................................. 55

VIII.2 PRESENTATION GENERALE. ................................................................................................... 56

CONCLUSION PARTIELLE. ....................................................................................................... 61

Partie III : APPLICATION ............................................................................................................ 62

CHAPITRE IX - CALCULS HYDRAULIQUES ET HYDROLOGIQUES. ............................ 63

IX.1 LES DONNEES DE CALCUL. ..................................................................................................... 63


IX.1.1 Hydrologiques. ..................................................................................................................................... 63
IX.1.2 Hydrauliques. ....................................................................................................................................... 64

IX.2 DEMARCHES DE CALCUL. ....................................................................................................... 64


IX.2.1 Partie hydrologie. ................................................................................................................................. 64
IX.2.2 Partie hydraulique. ............................................................................................................................... 65

IX.3 CALCUL AVEC HYDROLAB. .................................................................................................... 68


IX.3.1 Saisie et entrée des données. ................................................................................................................ 68
IX.3.2 Interface de sortie. ................................................................................................................................ 69

CHAPITRE X - ANALYSE STRUCTURALE DE LA DALLE. [7] .......................................... 70

X.1 EFFORTS APPLIQUES. ............................................................................................................... 70


X.1.1 Dus aux surcharges d’exploitation. ...................................................................................................... 70
X.1.2 Dus aux charges permanentes. ............................................................................................................. 72
X.1.3 Sollicitations à l’ELU et ELS pour la dalle. ......................................................................................... 73
Page | IV
X.2 ARMATURE DE LA DALLE. ...................................................................................................... 73
X.2.1 Hypothèses............................................................................................................................................ 73
X.2.2 Enrobages. ............................................................................................................................................ 73
X.2.3 Ferraillage de non fragilité. ................................................................................................................. 74
X.2.4 Calcul des armatures pours les sections ∑1 et ∑2. ............................................................................... 74
X.2.5 Plan de ferraillage de la dalle. ............................................................................................................. 77

CHAPITRE XI - ANALYSE GLOBALE. ..................................................................................... 78

XI.1 METHODES D’ANALYSE. [10] .................................................................................................. 78


XI.1.1 Prise en compte de la géométrie déformée. .......................................................................................... 78
XI.1.2 Prise en compte de la fissuration du béton. .......................................................................................... 78
XI.1.3 Prise en compte du trainage de cisaillement dans la dalle................................................................... 78

XI.2 CALCUL DES SOLLICITATIONS. ............................................................................................. 80


XI.2.1 Caractéristiques géométriques des sections. [11] ................................................................................ 80
XI.2.2 Calcul de sollicitation. .......................................................................................................................... 81

CHAPITRE XII - JUSTIFICATIONS AUX ELU. [10] ............................................................... 89

XII.1 Justification de la section sur appui P1........................................................................................... 89


XII.1.1 Géométrie et contraintes. ..................................................................................................................... 89
XII.1.2 Classe de la section. ............................................................................................................................. 90
XII.1.3 Justification en flexion. ......................................................................................................................... 92
XII.1.4 Justification à l’effort tranchant. .......................................................................................................... 92
XII.1.5 Justification sous l’interaction M-V. .................................................................................................... 95

XII.2 Justification de la section à mi-travée C0-P1. .................................................................................. 95


XII.2.1 Principe. ............................................................................................................................................... 95
XII.2.2 Géométrie et contrainte. ....................................................................................................................... 96
XII.2.3 Détermination de la classe. .................................................................................................................. 97
XII.2.4 Analyse plastique. ................................................................................................................................. 98

CHAPITRE XIII - JUSTIFICATION AUX ELS ....................................................................... 100

XIII.1 Limitation de contrainte dans la charpente. .................................................................................. 100

XIII.2 Respiration de l’âme. .................................................................................................................... 101

XIII.3 Maîtrise de la fissuration [20]....................................................................................................... 102

CHAPITRE XIV - DIMENSIONNEMENT DES CONNEXIONS ........................................... 103

XIV.1 RESISTANCE D’UN GOUJON A TETE. .................................................................................. 103


XIV.1.1 Mode de ruine. .................................................................................................................................... 103
XIV.1.2 Résistances de calcul. ......................................................................................................................... 103

XIV.2 DIMENSIONNEMENT. .............................................................................................................. 104


XIV.2.1 Flux de cisaillement à l’interface acier/béton. ................................................................................... 104
XIV.2.2 Dispositions constructives. ................................................................................................................. 105

XIV.3 Répartition des connecteurs. ......................................................................................................... 105


Page | V
CHAPITRE XV - JUSTIFICATION LOCALES DE LA DALLE. .......................................... 106

XV.1 JUSTIFICATION AU NIVEAU DES FERRAILLAIGES. ......................................................... 106


XV.1.1 Limitation de contrainte à l’ELS caractéristique. .............................................................................. 106
XV.1.2 Résistance en flexion a l’ELU............................................................................................................. 106
XV.1.3 Résistance à l’effort tranchant............................................................................................................ 107

XV.2 RESISTANCE AU POINCONNEMENT (ELU) ........................................................................ 108


XV.2.1 Contour de contrôle de référence. ...................................................................................................... 108
XV.2.2 Cisaillement 𝝉𝑬𝒅 sur le contour de référence. ................................................................................... 109
XV.2.3 Résistance au poinçonnement du béton seul 𝝉𝑹𝒅, 𝒄 . ......................................................................... 110

CONCLUSION PARTIELLE. ..................................................................................................... 111

Partie IV : ETUDES CONNEXES ............................................................................................... 112

CHAPITRE XVI - INFRASTRUCTURE DU PONT. ................................................................ 113

XVI.1 CUMUL DES CHARGES. .......................................................................................................... 113


XVI.1.1 Charges verticales. ............................................................................................................................. 114
XVI.1.2 Charges horizontales. ......................................................................................................................... 114

XVI.2 STABILITE DE LA PILE. ........................................................................................................... 116


XVI.2.1 Stabilité au renversement. .................................................................................................................. 116
XVI.2.2 Stabilité au glissement. ....................................................................................................................... 117

XVI.3 ANALYSE DES DONNEES GEOTECHNIQUES. .................................................................... 117


XVI.3.1 Coupe géologique du terrain. ............................................................................................................. 117
XVI.3.2 Données pressiométriques. ................................................................................................................. 117
XVI.3.3 Interprétations. ................................................................................................................................... 118

XVI.4 CALCUL DES PIEUX. ................................................................................................................ 118


XVI.4.1 Capacité portante ultime Q d’un pieu. ............................................................................................... 118
XVI.4.2 Nombre des pieux. .............................................................................................................................. 120
XVI.4.3 Disposition des pieux sous la semelle de répartition. ......................................................................... 121

CHAPITRE XVII - COMPARAISONS DES NORMES FRANÇAISES / EUROCODES. ... 122

XVII.1 HYPOTHESES DE CALCUL. .................................................................................................... 122


XVII.1.1 Retrait et coefficient d’équivalence. ................................................................................................... 122
XVII.1.2 Largeur de chaussée. .......................................................................................................................... 123
XVII.1.3 Voie conventionnelle........................................................................................................................... 123
XVII.1.4 Surcharges routiers. ........................................................................................................................... 124
XVII.1.5 Combinaison de calcul. ...................................................................................................................... 125

XVII.2 METHODE DE CALCUL. .......................................................................................................... 125


XVII.2.1 Prise en compte de la fissuration........................................................................................................ 125
XVII.2.2 Prise en compte du traînage de cisaillement. ..................................................................................... 126
XVII.2.3 Classification des sections. ................................................................................................................. 126
XVII.2.4 Contraintes limites aux ELS. .............................................................................................................. 126

Page | VI
XVII.3 DIMENSIONNEMENT DE LA DALLE EN BA........................................................................ 127
XVII.3.1 Méthode de calcul............................................................................................................................... 127
XVII.3.2 Bilan et résultats. ................................................................................................................................ 128

CHAPITRE XVIII - COUT DU PROJET. .................................................................................. 129

XVIII.1 COEFFICIENT DE DEBOURSE. ............................................................................................... 129

XVIII.2 BORDEREAU DE DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF. ................................................ 130

XVIII.3 EXEMPLAIRES DES SOUS DETAILS DES PRIX. .................................................................. 131

CONCLUSION PARTIELLE. ..................................................................................................... 133

CONCLUSION GENERALE ....................................................................................................... 134

BIBLIOGRAPHIES ET WEBOGRAPHIES. ............................................................................. 135

ANNEXES............................................................................................................................................ i

ANNEXE I. ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUES. ....................................................... ii

ANNEXE II. ETUDE GEOTECHNIQUE. ............................................................................................. iii

ANNEXE III. ABAQUES POUR LA FLEXION LOCALE D’UN BIPOUTRE A ENTRETOISE. ....... v

ANNEXE IV. BETON ARME. .............................................................................................................. viii

ANNEXE V. INFORMATIQUES. .........................................................................................................xiv

Page | VII
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Comptages routiers sur la RN34 .......................................................................... 4


Tableau 2 : Projection du trafic............................................................................................... 5
Tableau 3 : Dimensions des éléments pour chaque variante. ................................................. 8
Tableau 4 : Ratio d’armature pour chaque élément [18] ........................................................ 9
Tableau 5 : Quantités de matériaux. ....................................................................................... 9
Tableau 6 : Estimation de chaque variante. ............................................................................ 9
Tableau 7 : Tableau synoptique de comparaison de variante. .............................................. 10
Tableau 8 : Différentes parties des Eurocodes. ..................................................................... 16
Tableau 9 : Variation de fy et fu en fonction de l’épaisseur de tôle t ..................................... 20
Tableau 10 : Caractéristique du béton pour la dalle ............................................................. 20
Tableau 11 : Coefficient de sécurité à l’ELU. ...................................................................... 21
Tableau 12 : Coefficient de sécurité à l’ELS. ....................................................................... 22
Tableau 13 : Age du béton à la fin de chaque phase ............................................................. 24
Tableau 14 : Charges des équipements non-structuraux g3 .................................................. 29
Tableau 15 : Retrait à la mise en service (tini) ....................................................................... 31
Tableau 16 : Retrait au temps infini 𝑡 = ∞ .......................................................................... 31
Tableau 17 : Récapitulatif des coefficients d’équivalence ................................................... 32
Tableau 18 : Récapitulatif des charges du modèle LM1....................................................... 33
Tableau 19 : Débits maximaux au cours de 25 années consécutives .................................... 63
Tableau 20 : Caractéristiques du cours d’eau ....................................................................... 64
Tableau 21 : Moment au centre de la dalle ........................................................................... 71
Tableau 22 : Moment de flexion locale et globale de la dalle à l’ELU et ELS. ................... 73
Tableau 23 : Détermination des largeurs efficaces ............................................................... 79
Tableau 24 : Position de l’ANP sous moment négatif. ......................................................... 91
Tableau 25 : Contraintes normales suivant chaque phase de construction. .......................... 96
Tableau 26 : Position de l’ANP sous moment positif. .......................................................... 98
Tableau 27 : Diamètres des barres maximaux pour les barres d’armature HA. ................. 102
Tableau 28 : Valeur maximum des espacements de goujon. .............................................. 104
Tableau 29 : Charges venant de la superstructure. ............................................................. 114
Tableau 30 : Charge du aux poids propre de la pile. .......................................................... 114
Tableau 31 : Vérification de la stabilité au renversement................................................... 116
Tableau 32 : Résultats de l’essai pressiométrique. ............................................................. 118
Tableau 33 : Effort limite par frottement latéral. ................................................................ 119
Tableau 34 : Comparatif sur le coefficient d’équivalence .................................................. 122
Tableau 35 : Définition de voie conventionnelle. ............................................................... 123
Page | VIII
Tableau 36 : Comparatif des surcharges d’exploitation ..................................................... 124
Tableau 37 : Comparaison sur la combinaison de calcul. ................................................... 125
Tableau 38 : Type d’analyse ............................................................................................... 125
Tableau 39 : Limitation des contraintes aux ELS .............................................................. 126
Tableau 40 : Comparaison des résultats sur le calcul d’armature. ...................................... 128
Tableau 41 : Coefficients pris en compte dans le calcul de K1. ......................................... 129
Tableau 42 : Devis estimatif et quantitatif. ......................................................................... 130
Tableau 43 : Sous détails de prix du forage. ....................................................................... 131
Tableau 44 : Sous détails de prix du béton dosé 400 kg/m3. .............................................. 132
Tableau 45 : Sous détails de prix du PRS. .......................................................................... 132

Page | IX
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Localisation du projet. ............................................................................................ 3


Figure 2 : Coupe longitudinale de la VARIANTE n°01 ......................................................... 6
Figure 3 : Coupe transversale de la VARIANTE n°01 ........................................................... 6
Figure 4 : Coupe longitudinale de la VARIANTE n°02 et n°03 ............................................ 7
Figure 5 : Coupe transversale de la VARIANTE n°02 ........................................................... 7
Figure 6 : Coupe transversale de la VARIANTE n°03 ........................................................... 7
Figure 7 : Elévation du pont. ................................................................................................. 10
Figure 8 : Coupe transversale du pont................................................................................... 11
Figure 9 : Poutre non mixte et poutre mixte. ........................................................................ 12
Figure 10 : Bipoutre à pièces de pont.................................................................................... 13
Figure 11 : Bipoutre à entretoise ........................................................................................... 13
Figure 12 : Morphologie d’un bipoutre à entretoise. ............................................................ 14
Figure 13 : Principaux Eurocodes à utiliser dans le calcul d’un pont mixte ......................... 16
Figure 14 : Diagramme contrainte-déformation de l’acier. .................................................. 21
Figure 15 : Phasage de construction...................................................................................... 23
Figure 16 : Coupe transversale des poutres principales. ....................................................... 26
Figure 17 : Répartition des aciers.......................................................................................... 27
Figure 18 : Modélisation de la dalle. ..................................................................................... 28
Figure 19 : Détails des équipements non-structuraux ........................................................... 29
Figure 20 : Tandem TS. ........................................................................................................ 33
Figure 21 : Camion du modèle de charge de fatigue 3. ........................................................ 33
Figure 22 : Position transversale des charges uniformément reparties ................................. 35
Figure 23 : Position transversale des charges TS .................................................................. 36
Figure 24 : Tarif de location du logiciel PCP. ...................................................................... 39
Figure 25 : Calcul de la profondeur normale d’eau par itération. ......................................... 43
Figure 26 : Interface de BComposite. ................................................................................... 45
Figure 27 : Saisie des données. ............................................................................................. 46
Figure 28 : Dimensions transversales de la poutre................................................................ 46
Figure 29 : Travée symétrique par rapport à l’appui intermédiaire. ..................................... 46
Figure 30 : Fenêtre de calcul de retrait.................................................................................. 47
Figure 31 : Interface de calcul des LI.................................................................................... 48
Figure 32 : Interface de calcul des efforts pour les charges permanentes. ............................ 49
Figure 33 : Interface de calcul des efforts pour les surcharges. ............................................ 49
Figure 34 : Interface de calcul des sollicitations. .................................................................. 50
Figure 35 : Organigramme de l’Analyse Globale. ................................................................ 51
Page | X
Figure 36 : Interface du calcul d’armature. ........................................................................... 52
Figure 37 : Définition de la section. ...................................................................................... 52
Figure 38 : Caractéristiques des matériaux. .......................................................................... 53
Figure 39 : Calcul d’armature et note de calcul. ................................................................... 53
Figure 40 : A propos de programme. .................................................................................... 54
Figure 41 : Onglet personnalisé du COST. ........................................................................... 56
Figure 42 : Fenêtre pour le choix de la feuille à imprimer.................................................... 56
Figure 43 : Fenêtre de saisie des dimensions de la culée. ..................................................... 57
Figure 44 : Fenêtre de saisie des dimensions de la pile. ....................................................... 57
Figure 45 : Facturation des Personnels. ................................................................................ 58
Figure 46 : Coûts des matériaux de constructions. ............................................................... 58
Figure 47 : Coûts des matériels. ............................................................................................ 59
Figure 48 : Fenêtre de calcul de K1. ..................................................................................... 59
Figure 49 : Fenêtre permettant d’afficher le BDQE.............................................................. 60
Figure 50 : Section du cours d’eau après simplification ....................................................... 64
Figure 51 : Interface de saisie de donnée pour HYDROLAB. ............................................. 68
Figure 52 : Résultats de calcul d’HYDROLAB. ................................................................... 69
Figure 53 : Efforts sur la dalle de couverture ........................................................................ 70
Figure 54 : Efforts du à la charge de trafic (LM1). ............................................................... 70
Figure 55 : Distribution transversale des charges permanentes ............................................ 72
Figure 56 : Diagrammes des efforts dus aux charges permanents. ....................................... 72
Figure 57 : Calcul et justification pour les sections au droit des PRS. ................................. 75
Figure 58 : Calcul et justification du centre de la dalle (sens transversale). ......................... 76
Figure 59 : Ferraillage de la dalle de couverture................................................................... 77
Figure 60 : Longueur des zones fissurées ............................................................................. 78
Figure 61 : Travées équivalentes pour la largeur efficace de la semelle en béton ................ 79
Figure 62 : Section mixte non-fissurée. ................................................................................ 80
Figure 63 : Section mixte fissurée. ........................................................................................ 81
Figure 64 : Calcul des effets secondaires .............................................................................. 82
Figure 65 : Moments isostatiques et hyperstatiques dus au retrait........................................ 83
Figure 66 : LI du moment (à gauche) et de l’effort tranchant (à droite) pour x = 25 m. ...... 83
Figure 67 : LI des efforts dans la travée n°2 (x = 75 m). ...................................................... 84
Figure 68 : LI des efforts au droit de l’appui (x = 50 m). .................................................... 84
Figure 69 : Schéma de calcul pour l’action due aux poids propres. ..................................... 85
Figure 70 : Moments dus aux actions permanentes. ............................................................. 85
Figure 71 : Diagramme des efforts tranchants dû aux poids propres. ................................... 85
Figure 72 : Configuration la plus défavorable pour le moment en travée. ........................... 86
Page | XI
Figure 73 : Configuration la plus défavorable pour le moment sur appui. ........................... 86
Figure 74 : Moments dus aux charges d’exploitations.......................................................... 87
Figure 75 : Efforts tranchants dus aux charges d’exploitations. ........................................... 87
Figure 76 : Moments sous ELU et ELS ................................................................................ 88
Figure 77 : Efforts tranchants sous ELU et ELS. .................................................................. 88
Figure 78 : Principe d’évaluation des contraintes ................................................................. 89
Figure 79 : Contrainte à l’ELU dans la section P1................................................................ 89
Figure 80 : Contraintes dans la section à mi-travée C0P1. ................................................... 97
Figure 81 : Contrainte à l’ELS dans la semelle supérieure du PRS. ................................... 100
Figure 82 : Contrainte à l’ELS dans la semelle inférieure du PRS. .................................... 101
Figure 83 : Répartition des connecteurs sur la poutre. ........................................................ 105
Figure 84 : Disposition transversale des goujons. ............................................................... 105
Figure 85 : Calcul du moment résistant ultime. .................................................................. 106
Figure 86 : Contours de contrôle de référence. ................................................................... 108
Figure 87 : Détails de la pile. .............................................................................................. 113
Figure 88 : Efforts horizontaux sur la pile (sens transversale)............................................ 113
Figure 89 : Coupe géologique du site. ................................................................................ 117
Figure 90 : Valeur de qsi en fonction de pLM. ...................................................................... 119
Figure 91 : Disposition des pieux sous semelle. ................................................................. 121
Figure 92 : Largeurs de chaussée avec les Règlements Français. ....................................... 123
Figure 93 : Largeur de chaussée selon les Eurocodes. ........................................................ 123
Figure 94 : Comparaison sur le calcul d’armature. ............................................................. 127

Page | XII
LISTE DES ORGANIGRAMMES

Organigramme 1 : Etapes de calcul de pont en général. ...................................................... 41


Organigramme 2 : Fonctionnement d’HYDROLAB........................................................... 42
Organigramme 3 : Fonctionnement du programme COST. ................................................ 55

Page | XIII
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

INTRODUCTION

Au cours de ces derniers quarts de siècle, l'ossature mixte "acier-béton" n'a cessé de se
développer. Le nombre de pont mixte sur les réseaux routiers, autoroutiers et ferroviaires progresse
constamment. Etant formée par une dalle en béton armé et des profilés en acier, les structures
mixtes ont été inventées afin de tirer le meilleur profit possible de cette association. Une
optimisation qui conduit à des calculs complexes pénalisant les calculs manuels. Mais grâce au
perpétuel développement de l’informatique, cet embarras est résolu. Le calcul numérique peut
modéliser tout genre de problème de tel complexité soit – il. Ainsi, de grand nombre de logiciels ont
été réalisé pour calculer les ponts mixtes. Seulement, ces outils informatiques sont très chers dont la
location mensuelle s’élève jusqu’à 700 Euros.

Etant donné que tous les ingénieurs se sont familiarisés avec Microsoft EXCEL, la question
qui se pose est : « MS Excel est – il assez puissant pour traiter le problème d’un pont mixte ? ».
Ainsi, l’intérêt de ce mémoire est de créer un outil de calcul de pont à bipoutres mixte dans
l’environnement VBA (Visual Basic for Application) d’Excel. Il s’intitule: « Créations des outils
de calcul de pont bipoutre mixte sous Excel et Comparaison des Anciens Règlements avec les
Eurocodes. »

Le pont sur la RNS 34 au PK 53+065 a été choisi pour la mise en œuvre de l’outil ainsi créée.
Ce travail est alors reparti en quatre grandes parties :

─ La première partie concerne les généralités qui traitent les environnements du projet
lui-même, les études préliminaires et les aperçus généraux sur le pont mixte ;
─ La seconde, aborde l’élaboration des outils de calcul de pont ;
─ La troisième, sera consacré à l’application des outils crées et aux calculs manuels ;
─ Et en dernière partie les études connexes regroupant, l’étude de divers éléments de
l’infrastructure, l’étude financière et la comparaison des anciens règlements avec les
Eurocodes.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 1


PARTIE I : GENERALITES.
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE I - GENERALITES SUR LE PROJET.

I.1 LOCALISATION DU PROJET.

Le pont objet de cette étude se situe sur la RNS 34 (ANTSIRABE − MALAIMBANDY) au


PK 53+065 traversant la rivière d’AMBATAKAZO qui est l’affluant du TSIRIBIHINA. La portée
entre culée est de 100 𝑚.

Figure 1: Localisation du projet.

I.2 BREF APERCU SUR L’OUVRAGE EXISTANT.

L’ouvrage actuel étant en structure métallique et conçu pour une voie de circulation. Le
diagnostic effectué par les équipes techniques du MTPM présume que l’état du pont est très critique
et la sécurité des usagers n’est plus assurée. De plus, celui-ci n’a jamais reçu d’entretien depuis sa
mise en service en 1953.

Etant donné que cet ouvrage date de l’époque coloniale, il est assez raisonnable de concevoir
un nouveau pont au lieu de réhabiliter l’ouvrage existant. Non seulement la durée de vie est déjà
expirée mais les trafics futurs vont s’amplifier au cours du temps.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 3


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE II - PREVISION DU TRAFIC ET COMPARAISON DES VARIANTES.

La prévision du trafic a pour objet de projeter dans le futur le trafic actuel, dans le but
d’estimer le volume de trafic que le pont aura à supporter. Celui-ci permet ensuite de fixer la largeur
du tablier. Plusieurs méthodes permettent d’effectuer la projection mais du fait qu’on n’a pas assez
d’échantillon à analyser, la méthode exponentielle sera la plus adéquate.

La comparaison des variantes est une analyse multicritères. Parmi les variantes
envisageables, cette analyse détermine la structure du pont la plus adéquate aux contextes du projet.

II.1 PREVISION DU TRAFIC.

II.1.1 Trafic actuel.

Les différentes catégories de véhicules prises en compte sont :

 1 : voitures légères ;
 2 : voitures tout-terrain ;
 3 : minibus ;
 4 : autocars ;
 5 : camions marchandises deux essieux ;
 6 : camions marchandises trois essieux ;

Les données ci-dessous ont été obtenues auprès de la Société LBI.

Tableau 1 : Comptages routiers sur la RN34

Années 1 2 3 4 5 6 TOTAL

2000 52 53 58 34 40 15 252

2001 47 48 48 36 37 12 228

2002 32 33 37 30 33 7 172

2003 62 66 52 46 55 21 302

2004 60 64 53 44 55 19 295

Source : Louis Berger International (LBI)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 4


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

II.1.2 Projection du trafic.

On aura besoin du taux de croissance du trafic pour faire la projection. Ce taux est
directement lié au taux de croissance économique. Faute de données précise à ce sujet, il est pris
entre 3 et 7%. Dans le cas présent il sera pris égal à 6%.

𝛼 = 6,0 %

La projection par le modèle exponentiel utilise la formule suivante :

𝑇𝑛 = 𝑇0 ∙ (1 + α)𝑛 (1)
Dans cette formule :

𝑇0 – le trafic à l’année de référence.

𝑇𝑛 – le trafic estimé à la 𝑛𝑖è𝑚𝑒 année à partir de l’année de référence.

α – le taux de croissance du trafic.

Les résultats de la projection sont donnés dans le tableau suivant :

Tableau 2 : Projection du trafic

Années 1 2 3 4 5 6 TOTAL

2016 121 129 107 89 111 38 679

2041 518 553 458 380 475 164 2 912

2066 2 224 2 372 1 964 1 631 2 039 704 12 500

II.1.3 Conclusion.

Les résultats de la projection montrent que le trafic s’intensifie au cours du temps. Ainsi, le
tablier sera conçu à deux voies de circulation pour que l’ouvrage puisse recevoir sans difficulté le
trafic prévu.

II.2 COMPARAISON DES VARIANTES STRUCTURALES.

Plusieurs facteurs sont mis en jeu dans le choix de la structure d’un pont. Dans cette étude
on va s’appuyer essentiellement sur la longueur à franchir, l’intégration de l’ouvrage au paysage du
site et le coût de réalisation. La finalité de l’étude de variante consiste à choisir la solution
structurale la plus adaptée au contexte du projet.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 5


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Voici quelques types de structure envisageables :

 Pont en BA à 5 travées indépendantes (20 20  20  20  20 m) ;


 Pont en BP à 2 travées indépendantes (50  50 m) ;
 Pont mixte acier béton à 2 travées continues (50  50 m).

II.2.1 Pont en béton armé.

Il s’agit d’un pont en béton armé à 5 travées isostatiques de 20 m chacune.

Figure 2 : Coupe longitudinale de la VARIANTE n°01

Figure 3 : Coupe transversale de la VARIANTE n°01

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 6


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

II.2.2 Pont en béton précontraint.

Le pont est du type VIPP et composé de 2 travées isostatiques de 50 m chacune.

Figure 4 : Coupe longitudinale de la VARIANTE n°02 et n°03

Figure 5 : Coupe transversale de la VARIANTE n°02

II.2.3 Pont mixte.

C’est un pont bi-poutre mixte à 2 travées continues de 50 m chacune. L’élévation


longitudinale pour cette variante est le même que pour celle de la variante n°02. (Cf. Figure 4)

Figure 6 : Coupe transversale de la VARIANTE n°03


RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 7
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

II.2.4 Prédimensionnement de chaque variante.

Les dimensions proposées ici, sont issues de la consultation des ouvrages déjà existants.

Tableau 3 : Dimensions des éléments pour chaque variante.

VARIANTE
ELEMENTS Unités
n°01 n°02 n°03
POUTRES PRINCIPALES
Hauteur (m) 1.30 2.00 PRS
Epaisseur (m) 0.30 0.20 PRS
DALLE DE COUVERTURE
Epaisseur (m) 0.20 0.20 0.26
ENTRETOISES
Espacement (m) 5.00 8.00 8.00
Hauteur (m) 0.80 1.60 IPE 600
Epaisseur (m) 0.25 0.25
PILE INTERMEDIAIRES
- Colonnes Diamètre (m) 0.80 1.00 1.00
Hauteur (m) 5.80 5.80 5.80
- Chevêtre Epaisseur (m) 0.80 0.80 0.80
Longueur (m) 8.00 8.00 8.00
Largeur (m) 1.50 1.50 1.50
CULEES
- Mur en retour Longueur (m) 4.00 4.00 4.00
Hauteur (m) 2.40 3.10 2.90
Epaisseur (m) 0.30 0.30 0.30
- Mur garde grève Longueur (m) 8.00 8.00 8.00
Hauteur (m) 1.60 2.30 2.10
Epaisseur (m) 0.35 0.35 0.35
- Mur de front Longueur (m) 8.00 8.00 8.00
Hauteur (m) 6.60 6.60 6.60
Epaisseur (m) 0.80 0.80 0.80
SEMELLE DE REPARTITION
Epaisseur (m) 0.80 0.80 0.80
Longueur (m) 9.00 9.00 9.00
Largeur (m) 4.00 6.00 6.00
PIEUX SOUS SEMELLE
Nombres Unités 4 8 4
Diamètre (m) 0.80 0.80 0.80
Longueur (m) 5.00 5.00 5.00

II.2.5 Devis estimatif sommaire de chaque variante

Ayant les différentes dimensions des éléments pour chaque variante, on établit ensuite le
devis quantitatif. Le ratio du Tableau 4 a été retenu pendant l’estimation.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 8


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 4 : Ratio d’armature pour chaque élément [18]

RATIOS en kg/m3
Superstructure en BA 150
Câble de précontrainte 90
Armatures passives BP 95
Pile et Culée 90
Semelle de fondation 65
Pieux 80

Les quantités des matériaux pour chaque variante sont données par le Tableau 5.

Tableau 5 : Quantités de matériaux.

MATÉRIAUX Unités VARIANTE N°1 VARIANTE N°2 VARIANTE N°3


Béton m3 644,19 572,53 491,54
Armatures t 71,44 49,68 54,98
Câble Précontrainte t - 10,80 -
Profilé t - - 14,90

Le Tableau 6 donne le devis estimatif sommaire pour chaque variante. Les prix unitaires
utilisés dans cette estimation sont ceux mentionnés dans le rapport de l’ARM sur les prix de base
des travaux dans toutes les régions de Madagascar [6] .

Tableau 6 : Estimation de chaque variante.

Prix Unitaire VARIANTE VARIANTE


MATÉRIAUX Unité VARIANTE N°2
(Ar) N°1 N°3
Béton m3 400 000,00 257 674 759,86 229 011 857,53 196 616 990,64
Armatures t 5 000 000,00 357 200 919,05 248 405 153,94 274 892 521,57
Câble Précontrainte t 30 000 000.00 - 324 000 000,00 -
Acier t 22 000 000,00 - - 327 800 000,00
TOTAL 614 875 678,91 801 417 011,47 799 309 512,21

On remarque déjà que la variante en BA est le moins cher parmi les trois. Cependant, on ne
peut pas se fier uniquement à la comparaison des coûts, Il faut tenir compte d’autres critères.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 9


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

II.2.6 Analyse multicritère.

Cette analyse va dicter la variante retenue. Elle utilise plusieurs critères pour faire l’analyse.
Sera noté par « 3 » lorsque c’est meilleur, par « 2 » pour le résultat moyen et par « 1 » pour le
moins avantageux.

Tableau 7 : Tableau synoptique de comparaison de variante.

Critères VARIANTE N°1 VARIANTE N°2 VARIANTE N°3


Mise en œuvre 1 1 2
Délai d'exécution 1 2 3
Pérennité 1 2 3
Technicité des Entreprises locales 3 1 1
Entretien 2 3 1
Coût de l'ouvrage 3 1 2
Architecture 1 2 2
Structure moderne 1 2 3
13 14 17

Finalement, la variante structurale retenue est la structure mixte.

II.3 DESCRIPTION GEOMETRIQUE DE LA VARIANTE RETENUE.

II.3.1 Profil longitudinal.

Ce pont a une structure bipoutre mixte comportant deux travées continues de 50 m chacune.
La longueur totale entre culées est de 100 m. Voici les caractéristiques :

 Alignement horizontal rectiligne ;


 Face supérieure du tablier plane ;
 Chaussée à deux voies de circulation ;
 Poutres principales en acier et à hauteur constante.

Figure 7 : Elévation du pont.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 10


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

II.3.2 Profil transversal.

Les caractéristiques de la section transversale du pont sont :

 Gabarit de la chaussée 7,00 m ;


 Gabarit des trottoirs 1,00 m ;
 Largeur du tablier 9,00 m ;

L’ouvrage sera du type bipoutre à entretoise dont l’espacement de chaque entretoise est de
8,333 m (sept entretoises pour chaque travée). La coupe transversale de la dalle en béton armé et
des équipements non structuraux est symétrique par rapport à l’axe du pont. La géométrie adoptée
est illustrée par la Figure 8.

Figure 8 : Coupe transversale du pont.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 11


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE III - APERÇU GENERAL SUR LES PONTS MIXTES.

Les structures mixtes acier-béton sont devenues une tendance dans la construction de pont
de faible portée (80 à 140 m). Elles permettent une construction à la fois légère, flexible et robuste.

Environ 80% des ponts mixtes sont des bipoutres mixtes. Parmi ces bipoutres mixtes, on a
environ 70% de bipoutres à entretoises et 30% de bipoutres à pièces de pont (PDP).

III.1 CONSTRUCTIONS MIXTES.

Un élément structural est défini comme mixte lorsque il est composé de deux ou plusieurs
matériaux de nature et de propriété différentes. Ceci afin de tirer le meilleur profit de la résistance
mécanique issue de leur association. Pour une poutre mixte acier-béton, l’idée est donc d’utiliser :

 le béton, afin de résister aux efforts de compression ;


 l’acier, afin de résister aux efforts de traction et aux efforts tranchants.

Dans ce type de construction, le grand souci est d'assurer la parfaite homogénéité dans le
comportement des deux matériaux naturellement différents. Pour cela, des moyens mécaniques dits
« connecteurs » sont utilisés au niveau de l'interface béton et acier, pour leurs permettre de travailler
conjointement.

Figure 9 : Poutre non mixte et poutre mixte.

III.2 PONT BIPOUTRE MIXTE.

Les ponts mixtes entrent dans la catégorie des ponts à poutres. Ils sont constitués de
poutrelles métalliques longitudinales supportant une dalle en béton armé. Ils sont conçus
systématiquement avec seulement deux poutres (bipoutre) en coupe transversale pour des raisons de
simplicité de construction. Mais pour les tabliers de grandes largeurs, à partir de 13 mètres, on
utilise en général au moins trois poutres.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 12


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Pour les bipoutres, on rencontre deux grandes familles d’ouvrage :

 Bipoutre à pièces de pont pour les tabliers de grandes largeurs (cf. Figure 10) ;
 Bipoutre à entretoise dans le cas contraire (cf. Figure 11).

Figure 10 : Bipoutre à pièces de pont


Source : www.gramme.be

Figure 11 : Bipoutre à entretoise


Source : www.gramme.be

III.2.1 Domaine d’utilisation.

La gamme usuelle de portée des ponts mixtes va jusqu'à 80 ou 90 m pour les travées
indépendantes et jusqu’à 110 ou 140 m pour les travées continues. Au-delà de ces portées, il est
nécessaire d'adopter d'autres solutions (dalles orthotropes, ponts à câbles, etc.) pour des raisons
économiques.

III.2.2 Elancement économique.

Les valeurs indiquées ci-après correspondent à l'élancement de la structure métallique seule.


Pour obtenir l'encombrement total, il faut ajouter le dévers ou le bombement de la chaussée, ainsi
que l'épaisseur de la chaussée, de la dalle, et des renformis.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 13


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 1 : Elancement économique

Type d’ouvrage Elancement


Travée indépendante 1/22

Hauteur constante Hauteur variable


Travée continue à l’appui : 1/25
1/28
à mi-travée : 1/40 à 1/50

III.2.3 Morphologie d’un bipoutre à entretoise.

La figure ci-dessous montre les différents éléments englobant un bipoutre à entretoise.

Figure 12 : Morphologie d’un bipoutre à entretoise.

III.2.3.1 Entretoises.

Les entretoises sont généralement espacées de 6,0 à 8,0 m en fonction du risque de


flambement latéral des membrures comprimées. Les entretoises courantes sont constituées de
profilés laminés (IPE ou HEA en général) de 400 à 700 mm de hauteur. On rencontre souvent des
IPE 600. Des mouchoirs (ou goussets) sont parfois nécessaires pour permettre la transmission de
l’effort normal de l’entretoise aux montants.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 14


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

III.2.3.2 Dalle de couverture.

La dalle peut être d'épaisseur variable ou non, selon que l'on emploie des entretoises ou des
pièces de pont. Elle peut être aussi simplement armée ou précontrainte transversalement. Cette
dernière solution est intéressante à condition que le tablier soit large (plus de 13 mètres) pour que le
coût des ancrages ramené au mètre carré de tablier ne soit pas excessif et que les pertes de
précontrainte soient acceptables.

III.3 CADRE REGLEMENTAIRE.

Comme norme de calcul de pont mixte, il y a les Anciens Règlements Français et les
Eurocodes.

III.3.1 Les anciens règlements français.

Ils sont composés par :

 Le Fascicule 61 : Conception, calcul et épreuves des ouvrages d’art [22], et plus


précisément :
 Titre II : Programme de charges et épreuves des ponts-routes ;
 Titre V : Conception et calculs des ponts et constructions métalliques en acier ;
 Le Circulaire n°79.25 du 13 mars 1979 : Instruction technique relative au calcul des
constructions (DC79) ;
 Le Circulaire ministériel n° 81-63 du 28 juillet 1981 relative au règlement de calcul
des ponts mixtes acier-béton.

Ces règlements, qui souffrent de certaines lacunes compte-tenu de l’évolution des


conceptions des ponts, sont complétés par des guides publiés par le SETRA. Citons en particulier :

 Guide des Ponts métalliques, calcul et conception BT 5 du SETRA ;


 Guide « Conception et calcul des éléments transversaux dans les ponts-routes mixtes »
de J. ROCHE, Ingénieur au SETRA (BP Métal 11, 1985) ;
 Guide SETRA « Résistance à la fatigue » de mai 1996, qui faisait déjà référence à
l’Eurocode 3 ;
 Document du SETRA « Recommandations pour maîtriser la fissuration des dalles » de
septembre 1995 ;

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 15


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

 Bulletin Technique Ouvrages d’Art du SETRA de janvier 1991 en ce qui concerne la


définition du convoi de fatigue Bf30 ;
 Guide sur les conditions de passage des Porte-Engins-Blindés (PEB) sur les autoroutes
(février 1999).

III.3.2 Les Eurocodes.

Les Eurocodes constituent une entité unique découpée en 10 sous parties couvrant les
aspects techniques du calcul structural, du calcul au feu des bâtiments et d’ouvrages de génie civil.

Tableau 8 : Différentes parties des Eurocodes.

EN 1990 Eurocode 0 Bases de calcul des structures


EN 1991 Eurocode 1 Actions sur les structures
EN 1992 Eurocode 2 Calcul des structures en béton
EN 1993 Eurocode 3 Calcul des structures en acier
EN 1994 Eurocode 4 Calcul des structures mixtes acier-béton
EN 1995 Eurocode 5 Calcul des structures en bois
EN 1996 Eurocode 6 Calcul des structures en maçonnerie
EN 1997 Eurocode 7 Calcul géotechnique
EN 1998 Eurocode 8 Calcul des structures pour leur résistance aux séismes
EN 1999 Eurocode 9 Calcul des structures en aluminium
Source : Cours Construction Métallique à l’ESPA (2013)

La Figure 13 montre les différentes parties des Eurocodes qui vont être impliqués dans le
dimensionnement d’un pont mixte.

Figure 13 : Principaux Eurocodes à utiliser dans le calcul d’un pont mixte


Source : COMBRI Guide de conception [9]

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 16


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

III.3.3 Choix de règlement.

D’une part, les Eurocodes commencent à prendre leur place dans le domaine de conception
d’ouvrage d’art surtout aux pays membre de l’Union Européen. D’autre part, ces pays sont les
principaux bailleurs de fond de Madagascar. Alors l’Adoption imminente des Eurocodes n’est pas
aussi à exclure pour notre pays.

Vu que Madagascar est dans une phase transitoire pour ces deux règlements, une brève
comparaison des Anciens Règlements avec les Eurocodes a été insérée dans cet ouvrage dans le but
d’aider les ingénieurs à mieux comprendre la différence entre les deux.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 17


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CONCLUSION PARTIELLE.

Dans ces généralités, premièrement on a pu faire une description succincte de l’ouvrage


existant qui est à mono voie. Mais la projection du trafic a permis d’adopter un tablier à double
voies de circulation.

Deuxièmement le calage de l’ouvrage avec les études hydrologiques et hydrauliques a été


abordé. Ensuite, une étude comparative sur différentes variantes a fait ressortir que la variante
bipoutre mixte est la plus adaptée au contexte du projet.

Et dernièrement, concernant le règlement, les Eurocodes ont été choisis. On a pu apercevoir


que sur les marchés européens, seul les Eurocodes sont utilisés comme règlementation en matière
de conception et de calculs d’ouvrages. Ainsi, Madagascar ne peut pas se passer de cette règle tant
que l’Union Européenne figure parmi les principaux bailleurs de fonds.

La partie suivante sera consacrée spécialement à l’élaboration des outils de calcul de pont
mixte sur EXCEL.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 18


PARTIE II : ELABORATION DES OUTILS DE CALCUL DE PONT.
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE IV - DONNEES GENERALES ET PREDIMENSIONNEMENT.

IV.1 PROPRIETES DES MATERIAUX.

IV.1.1 Acier.

On utilise des aciers de nuance S355. Les caractéristiques mécaniques correspondantes sont
données dans l’EN10025-3.

Tableau 9 : Variation de fy et fu en fonction de l’épaisseur de tôle t

> 16 > 40 > 63 > 80 > 100


t (mm)
≤ 16 ≤ 40 ≤ 63 ≤ 80 ≤ 100 ≤ 150
fy (MPa) 355 345 335 325 315 295
fu (MPa) 470 470 470 470 470 450

Le module d’élasticité est pris égal à : 𝐸𝑎 = 210 000 𝑀𝑃𝑎. Afin d’éviter tout arrachement
lamellaire, la qualité de ductilité dans le sens de l’épaisseur de l’acier utilisé est Z15 pour l’âme
principale conformément aux EN 1993-1-10 et EN 10164. [3]

IV.1.2 Béton.

Du béton de classe C35/45 est utilisé pour la dalle en béton armé. Les principales
caractéristiques mécaniques sont les suivantes (EN 1992-1-1, 3.1.2, tableau 3.1) :

Tableau 10 : Caractéristique du béton pour la dalle

Valeurs
Dénominations Désignations
(MPa)

Résistance caractéristique à la compression sur cylindre à 28 jours 𝑓𝑐𝑘 35

Valeur moyenne de la résistance en traction normale 𝑓𝑐𝑡𝑚 - 3,2

Fractile de 5% de la résistance caractéristique en traction normale 𝑓𝑐𝑡𝑘,0.05 - 2,2

Fractile de 95% de la résistance caractéristique en traction normale 𝑓𝑐𝑡𝑘,0.95 - 4,2

Valeur moyenne de la résistance en compression sur cylindre à 28 jours 𝑓𝑐𝑚 = 𝑓𝑐𝑘 + 8 43

Module d’élasticité 𝐸𝑐𝑚 34 077

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 20


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Pour atteindre une telle résistance (𝑓𝑐𝑘 = 35 𝑀𝑃𝑎 à 28 jours), on utilise du ciment
CEM I 42,5 R suivant une condition de fabrication strictement contrôlée. C’est uniquement avec une
étude appropriée qu’on détermine le dosage de chaque constituant (ciment, granulats, eau, adjuvant)
pour atteindre fck.

IV.1.3 Armatures.

Les barres d’armature utilisées sont des barres à hautes adhérence de classe B (classe
normale) avec une limite élastique fsk = 500 MPa (EN 1992-1-1,3.2 + annexe C). L’Eurocode 4
autorise l’utilisation de Es = Ea = 210 000 MPa.

Figure 14 : Diagramme contrainte-déformation de l’acier.

IV.1.4 Connecteurs.

Des connecteurs de type goujons S355 de diamètre Ø22 mm et de hauteur h = 200 mm


seront retenus pour l’ouvrage dont la résistance à la ultime à la traction vaut fu = 450 MPa.

IV.1.5 Coefficients partiels de sécurité sur les matériaux.

Pour l’ELU :

Tableau 11 : Coefficient de sécurité à l’ELU.

Situation de 𝑪 𝑺 𝑴 𝑪


projet (béton) (acier passif) (charpente) (goujons)
𝑀0 = 1,0 Plastification, instabilité locale
Durable
1,50 1,15 𝑀1 = 1,1 Instabilité d’élément 1,25
Transitoire
𝑀2 = 1,25 Ruine de section nette tendue

Référence EN 1992 -1-1, 2.4.2.4 EN 1993-2,6.1 et Tableau 6.2 EN 1994-2

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 21


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Pour l’ELS :

Tableau 12 : Coefficient de sécurité à l’ELS.

𝑺
𝑪 𝑴 𝑪
Situation de projet (acier
(béton) (charpente) (goujons)
passif)
Durable et Transitoire 1,0 1,0 1,0 1,25
Référence EN 1992 -1-1, 2.4.2.4 EN 1993-2,7.3 (1) EN 1994-2, 6.8.1 (3)

IV.2 CONDITIONS ENVIRONNEMENTALES.

IV.2.1 Humidité.

D’après les informations obtenues au sein du Service Météorologie, l’humidité relative de la


région est de 𝑅𝐻 = 80%.

IV.2.2 Classe d’exposition.

Le projet se trouve dans un environnement à humidité modérée. Selon EN 1992-1-1 Tab 4.1
les deux classes suivantes seront retenues tout au long du calcul :

 XC3 pour la face supérieure du béton sous la couche d’étanchéité ;


 XC4 pour la face inferieure de la dalle.

IV.3 PHASAGE DE CONSTRUCTION.

Les hypothèses prises en ce qui concerne les phases de construction sont importantes pour
toutes les vérifications effectuées au cours du montage de la structure en acier et pendant le coulage
du béton. La détermination des valeurs des rapports modulaires acier/béton dépend également de
ces hypothèses (cf. § IV.5.3). Enfin, les phases de construction doivent être prises en compte pour le
calcul des sollicitations exercées dans le tablier. Cette mesure permet d’éviter l’endommagement
d’un béton partiellement durci dont le fonctionnement en mixte serait sollicité par les phases
ultérieures de bétonnage.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 22


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Le phasage suivant a été retenu :

 Mise en place de l’ossature métallique par lançage ;


 Coulage des segments de dalle (plots).

La longueur totale de 100 m a été découpée en 10 plots de bétonnage. Le coulage s’effectue


suivant l’ordre indiqué sur la Figure 15. Le décoffrage n’aura pas lieu que si le béton atteint une
résistance minimale de 20 MPa (EN 1994-2, 6.6.5.2(3)).

Dans le cas du béton utilisé dans ce projet C35/45 (cf. § IV.1.2), cette résistance est obtenue
en 3 jours.

𝑓𝑐𝑘 (𝑡) = 𝑓𝑐𝑚 (𝑡) − 8 MPa (2)

𝑓𝑐𝑚 (𝑡) = 𝛽𝑐𝑐 (𝑡) ∙ 𝑓𝑐𝑚 (3)

Où :
28
𝑠[1−√ ]
𝑡
─ 𝛽𝑐𝑐 (𝑡) = 𝑒
─ 𝑓𝑐𝑚 = 𝑓𝑐𝑘 + 8 𝑀𝑃𝑎

Avec : 𝑡 = 3 𝑗 ; 𝑓𝑐𝑚 = 43 𝑀𝑃𝑎 ; 𝑠 = 0,20 ; 𝛽𝑐𝑐 (3) = 0,663 × 𝑓𝑐𝑚 (3) = 28 𝑀𝑃𝑎

𝑓𝑐𝑘 (3) = 20 MPa

Les plots seront alors coulés en trois (03) jours : le premier jour est consacré au coulage du
béton, le second à sa prise et le troisième au déplacement du coffrage mobile. Pour assurer cette
vitesse de bétonnage, on utilise deux (02) équipages mobiles travaillant en parallèle et pesant 50
tonnes pour une longueur de 10 𝑚 soit 2, 50 𝑡/𝑚𝑙/𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒. La dalle sera achevée dans un délai de
30 jours. En supposant que la mise en place de la superstructure s’effectue en 50 jours, le tablier
sera entièrement réalisé en t = 30 + 50 = 80 jours.

Figure 15 : Phasage de construction

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 23


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

A partir de cet ordre, le Tableau 13 montre les âges des différents segments de dalle et la
valeur moyenne de l’âge to pour la totalité du béton mis en place à chaque phase de construction.

Tableau 13 : Age du béton à la fin de chaque phase

Plot
Bétonnage plot t to
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Bétonnage plot 1 0
Bétonnage plot 2 3 3 3
Bétonnage plot 3 6 6 3 4,5
Bétonnage plot 4 9 9 6 3 6
Bétonnage plot 5 12 12 9 6 3 7,5
Bétonnage plot 6 15 15 12 9 6 3 9
Bétonnage plot 7 18 18 15 12 9 6 3 10,5
Bétonnage plot 8 21 21 18 15 12 9 6 3 12
Bétonnage plot 9 24 24 21 18 15 12 9 6 3 13,5
Bétonnage plot 10 27 27 24 21 18 15 12 9 6 3 15
Fin de la prise du béton 30 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 16,5
Superstructures 80 80 77 74 71 68 65 62 59 56 53 66,5
Fin de la construction 80 80 77 74 71 68 65 62 59 56 53 66,5

IV.4 PREDIMENSIONNEMENT. [16]

Cette étape a pour objectif de définir d’une façon rationnelle et économique les dimensions
des différents éléments de l’ouvrage. On souligne toutefois que cette opération n’est qu’une
approche dimensionnelle qui peut éventuellement aboutir à des sous dimensionnements ou sur
dimensionnements.

Soient :

 B – largeur de l’ouvrage égale à 9,00 m ;


 L – longueur de la travée indépendante égale à 50 m.

IV.4.1 Charpente métallique.

La charpente métallique est composée par les deux poutres principales en Profilé
Reconstitué Soudé (PRS) et les entretoises.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 24


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IV.4.1.1 Poutre principale (PRS).

a) Hauteur de la poutre.

La formule courante de prédimensionnement des poutres continues à âmes pleines est :

ℎ 1
≥ (4)
𝑙 28

Cette formule donne une hauteur de 1, 80 𝑚. Mais avec cette hauteur les contraintes ne sont
pas admissibles. Alors on va garder une hauteur constante de 2,80 𝑚 pour la poutre principale.
Cette valeur est issue de la consultation de plusieurs ouvrages similaires. De plus, la vérification des
contraintes confirmera si ce choix est correct (cf. XII.1.3).

b) Largeur des semelles.

La largeur des semelles (inférieure ou supérieure) restera constante le long de la poutre. La


largeur des semelles inférieures est donnée par (5) et celle des semelles supérieures par (6).

𝐵 𝐿 𝐵
𝑏𝑖 = (0,25 + + ) (0,92 + ) (5)
40 125 150
𝑏𝑠 = 𝑏𝑖 − 10 𝑐𝑚 lorsque B ≤ 15 𝑚 (6)

c) Epaisseur des semelles.

Du fait de la variation de la courbe des moments, l’épaisseur des semelles variera vers
l’intérieur de la poutre. On gardera la même épaisseur pour les semelles supérieures et inférieures.
Pour les sections aux appuis, l’épaisseur de la semelle est donnée par (7) et par (8) pour les sections
en travée.

𝑏𝑖
𝑡𝑓𝑖 = 𝑡𝑓𝑠 = (7)
10
𝑡𝑓𝑖 = 𝑡𝑓𝑠 = 40 𝑚𝑚 (8)

d) Epaisseur de l’âme.

Sur appui : l'épaisseur de l’âme dépend des efforts que doit reprendre la section (V et M).
Elle est souvent comprise entre 25 et 28 𝑚𝑚. On prendra pour ce projet :

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 25


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝑡𝑤 = 26 𝑚𝑚 (9)

En travée: en service, l'effort tranchant est faible. Cependant les âmes sont sollicitées
pendant le lancement et ne doivent donc pas être trop fines (pas moins de 16 𝑚𝑚). L’épaisseur des
âmes à mi-travée est souvent comprise entre 16 et 18 𝑚𝑚. On prendra pour ce projet :

𝑡𝑤 = 18 𝑚𝑚 (10)

IV.4.1.2 Entretoises.

Les entretoises sont des profilés laminés (IPE ou HEA) de 400 à 700 𝑚𝑚 de hauteur. On va
prendre des IPE 600. Les entretoises sur appuis sont des PRS de plus grandes dimensions. Elles
sont soudées aux semelles des montants verticaux (en Té) des âmes des poutres principales.
L’espacement adopté est de 8,333 𝑚 (cf. § II.3.2).

IV.4.1.3 Résultats du prédimensionnement.

Après avoir effectué les calculs, la Figure 16 donne une représentation schématique de la
poutre prédimensionnée. La Figure 17 illustre la répartition des aciers dans la poutre principale.

Figure 16 : Coupe transversale des poutres principales.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 26


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 17 : Répartition des aciers.

IV.4.2 Dalle.

La dalle de couverture sera modélisée comme un rectangle dont l’épaisseur est donnée par la
relation (13).

Au centre de la dalle :

𝐿𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑥𝑒
e = 0,12 + (11)
50
Au niveau des poutres :

𝐵 − 𝐿𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑥𝑒
e = 0,13 + (12)
26

L’épaisseur considérée dans le calcul :

1 𝐿𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑥𝑒 𝐵 − 𝐿𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑥𝑒
e = [0,12 + + 0,13 + ]
2 50 26 (13)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 27


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

La Figure 18 illustre la modélisation adoptée dans le calcul des armatures de la dalle.

Figure 18 : Modélisation de la dalle.

IV.5 ACTIONS.

IV.5.1 Charges permanentes.

Pour les charges permanentes, une distinction est faite entre :

 le poids propre des poutres en acier g1 ;


 le poids propre de la dalle en béton armé g2 ;
 et le poids propre des équipements non-structuraux g3.

La masse volumique de l’acier est fixé à 77 𝑘𝑁/𝑚3 (EN1991-1-1, Tableau A-4). En


adoptant une épaisseur moyenne de 0,675 𝑚 pour les semelles inférieures et supérieures du profilé
et de 0,022 𝑚 pour l’âme, le poids propre du PRS est égal à 92 𝑘𝑁/𝑚𝑙. Les entretoises sont
estimés forfaitairement à 0,60 𝑘𝑁/𝑚𝑙 1 et les connecteurs à 0,08 𝑘𝑁/𝑚𝑙.

𝑔1 = 92,7 𝑘𝑁/𝑚𝑙

Compte tenu de la modélisation de la Figure 18, le poids propre de la dalle supporté par
chaque poutre principale est comme suit :

𝑔2 = 29,3 𝑘𝑁/𝑚𝑙

1
Valeur prise après consultation de plusieurs ouvrages similaires.
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 28
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Les valeurs nominales des charges pour les éléments non structuraux sont données par l’EN
1991-1-1,5.2.3, récapitulées dans le Tableau 14. La Figure 19 illustre les équipements non-
structuraux utilisés dans ce projet.

Figure 19 : Détails des équipements non-structuraux

Tableau 14 : Charges des équipements non-structuraux g3

Pondérations qnom qmax qmin


Eléments Caractéristiques Densité
Max Min kN/ml kN/ml kN/ml
Couche d'étanchéité 3cm d'ép. 25 kN/m3 1,2 0,8 2,63 3,15 2,1
Enrobé 8cm d'ép. 25 kN/m3 1,4 0,8 7,00 9,80 5,60
Support en béton Aire 1,00 x 0,20 25 kN/m3 1 1 5,00 5,00 5,00
Barrière de sécurité Type BN4 65 kg/ml 1 1 0,65 0,65 0,65
Corniche 25 kg/ml 1 1 0,25 0,25 0,25
g3 15,53 18,85 13,60

IV.5.2 Action due aux retraits du béton.

Il existe trois types de déformation due au retrait.

 Retrait endogène 𝜀𝑐𝑎 : il s'effectue à court terme, juste après la mise en œuvre du
béton, et traduit la poursuite de l'hydratation du ciment après la prise, ce qui entraîne
une diminution du volume initialement mis en œuvre.
 Retrait de dessiccation 𝜀𝑐𝑑 : il s'effectue sur le long terme, pendant la vie de
l'ouvrage, et traduit une évaporation progressive de l'eau contenue dans le béton.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 29


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

 Retrait thermique 𝜀𝑡ℎ : il s'effectue à court terme et traduit la différence de


température existant au moment du coulage entre le béton mou et la charpente
métallique déjà en place.

Seules les déformations de retrait endogène 𝜀𝑐𝑎 et de dessiccation 𝜀𝑐𝑑 seront prises en
compte dans cette étude, le retrait thermique ne sera pas considéré. La valeur du retrait de mise en
service 𝜀𝑐𝑠 sera donc égale à 𝜀𝑐𝑎 + 𝜀𝑐𝑑 .

Deux valeurs 𝜀𝑐𝑠 seront à calculer pour l’âge du pont égal à :

 tini = 80 jours ;
 𝑡 = ∞ (retrait au terme infini).

On a les formules suivantes :

𝜀𝑐𝑎 (𝑡) = 𝛽𝑎𝑠 (𝑡) ∙ 𝜀𝑐𝑎 (∞) (14)

Où :

─ 𝜀𝑐𝑎 (∞) = 2,5 × (𝑓𝑐𝑘 − 10) × 10−6 = 6,25 ∙ 10−5


─ 𝛽𝑎𝑠 (𝑡) = 1 − e(−0,2√𝑡) = 0,833

𝜀𝑐𝑑 (𝑡) = 𝛽𝑑𝑠 (𝑡, 𝑡𝑠 ) ∙ 𝐾ℎ ∙ 𝜀𝑐𝑑,0 (15)

Avec :

𝑓
𝛼𝑑𝑠2 𝑐𝑚
─ 𝜀𝑐𝑑,0 = 0,85 [(220 + 110 × 𝛼𝑑𝑠1 ) ∙ 𝑒 𝑓𝑐𝑚0 ] ∙ 10−6 ∙ 𝛽𝑅𝐻 ∶ retrait de dessiccation de
référence, 𝑓𝑐𝑚0 = 10 𝑀𝑃𝑎 : valeur de référence à la compression ;
𝑅𝐻 3
─ 𝛽𝑅𝐻 = 1,55 [1 − (100) ] ;
─ 𝛼𝑑𝑠2 et 𝛼𝑑𝑠1 sont des coefficients traduisant la rapidité de la prise du ciment. Pour un
ciment à prise normale : 𝛼𝑑𝑠1 = 4 et 𝛼𝑑𝑠2 = 0,12 ;
𝑡−𝑡𝑆
─ 𝛽𝑑𝑠 (𝑡, 𝑡𝑠 ) = où 𝑡𝑠 = 1 𝑗 l’âge du béton quand le retrait de dessiccation
𝑡−𝑡𝑆 +0,04√ℎ03

commence.
2×𝐴𝑏
─ ℎ0 = 𝑢
: rayon moyen avec 𝐴𝑏 aire du béton (1/2 tablier) et 𝑢 périmètre exposé à la
dessiccation (en contact avec l’extérieur).
─ 𝐾ℎ est une fonction de ℎ0 voir ANNEXE IV.3.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 30


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 15 : Retrait à la mise en service (tini)

Dénominations tini = 80 jours


Retrait endogène 𝜀𝑐𝑎 4,88 × 10−5

Retrait de dessiccation 𝜀𝑐𝑑 1,36 × 10−5

Retrait de mise en service 𝜀𝑐𝑠 6,2 × 10−5

Tableau 16 : Retrait au temps infini (𝑡 = ∞)

Dénominations 𝑡=∞
Retrait endogène 𝜀𝑐𝑎 (∞) 6,25 × 10−5
Retrait de dessiccation 𝜀𝑐𝑑 (∞) 1,77 × 10−4
Retrait de mise en service 𝜀𝑐𝑠 (∞) 2,40 × 10−4

IV.5.3 Action due au fluage – Coefficient d’équivalence.

IV.5.3.1 Fluage du béton.

Le fluage est la déformation évolutive au cours du temps d’une structure en béton soumise à
une charge de compression constante.

IV.5.3.2 Coefficient d’équivalence.

Dans une structure mixte, les charges de flexion longitudinale sont reprises par une section
résistante mixte homogénéisée. Pour homogénéiser la section mixte, on divise l’aire du béton par un
coefficient d’équivalence. Pour les charges ayant une courte durée d’application (les surcharges
routières) le coefficient d’équivalence est noté n0 et par nL pour les charges de longue durée.

𝐸𝑎
𝑛𝑜 = = 6,1625 (16)
𝐸𝑐𝑚
𝑛𝐿 = 𝑛𝑜 ∙ [1 + 𝐿 ∙ 𝜑(∞, 𝑡𝑜 )] (17)

Le coefficient 𝐿 traduit la dépendance du coefficient d’équivalence au type de charge


appliquée égale à 1,10 pour les charges permanentes et 0,55 pour le retrait du béton.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 31


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝑅𝐻
1 − 100 16,8 1
𝜑(∞, 𝑡𝑜 ) = [1 + 3
∙ 𝛼1 ] ∙ 𝛼2 ∙ [ ]∙[ 0,2 ]
(18)
0,10 ∙ √ℎ𝑜 √𝑓𝑐𝑚 0,10 + 𝑡0

2 × 𝐴𝑐 2 × 2,34
ℎ𝑜 = = = 472 𝑚𝑚
𝑢 9,92

─ 𝐴𝑐 et 𝑢 sont respectivement l’aire du béton et le périmètre exposé à la dessiccation. Il y a lieu


de soustraire les longueurs qui ne sont pas en contact direct avec l’atmosphère (largeur
semelle supérieure, surface couvert par des étanchéités) ;
35 0,7 35 0,2
─ 𝛼1 = ( ) et 𝛼2 = ( ) sont des coefficients qui tiennent compte de l’influence du
𝑓𝑐𝑚 𝑓𝑐𝑚

béton, prises égale à 1,0 lorsque 𝑓𝑐𝑚 < 35 𝑀𝑃𝑎.

Tableau 17 : Récapitulatif des coefficients d’équivalence

to
Chargements L 𝜑(∞, 𝑡𝑜 ) nL
(jours)
Bétonnage 1,10 16,5 1,623 17,1640
Retrait 0,55 1,0 2,732 15,4230
Superstructure 1,10 66,5 1,244 14,5983
Surcharges - - - 6,1625

IV.5.4 Charges d’exploitation.

Il existe trois paramètres essentiels dans les charges dues au trafic. Ce sont : la classe de
trafic, le découpage de la chaussée et les modèles de charge.

IV.5.4.1 Classe de trafic.

On distingue trois classes de trafic :

 1ère classe : adoptée pour des ouvrages destinés à supporter une grande proportion de
véhicules se rapportant à des activités utilitaires lourdes. Elle est également
recommandée pour les ouvrages larges en site urbain ;
 2ème classe : couvre les effets d’accumulations de véhicules comme la 1ère classe,
mais pour les compositions de trafic les plus courantes sur les réseaux routiers et
autoroutiers. On se place dans cette classe pour les projets de pont ;
 3ème classe : correspond à un trafic avec un très faible taux de poids lourds.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 32


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IV.5.4.2 Découpage de la chaussée.

La chaussée est divisée en voie conventionnelle de 3 mètres de large et le reste constitue


l’aire résiduelle. On appelle voie n°1 la voie donnant l'effet le plus défavorable vis-à-vis du
phénomène considéré, et ainsi de suite pour les autres voies.

D’après la coupe transversale de la Figure 8, la chaussée dispose 02 voies conventionnelles


de 3,00 m chacune ainsi qu’une aire résiduelle de 1,00 m au sens de l’Eurocode.

IV.5.4.3 Modèles de charge.

Les charges sont modélisées par le modèle de charge LM1 (Load Model 1), couvrant la
plupart des effets du trafic des camions et des voitures et par le modèle de charge LM2, couvrant les
effets dynamiques du trafic normal sur les éléments structuraux courts. Enfin, le convoi FLM3 est
utilisé pour les justifications en fatigue.

 LM1 : superposition d’un tandem TS et d’une charge uniformément répartie UDL ;


 LM2 : composé d’un essieu unique ;
 LM3 : un seul camion, circulant seul, centré sur une voie lente. Ce camion est
constitué de 4 essieux. Son poids est de 480 𝑘𝑁, soit 60 𝑘𝑁 par roue.

Figure 20 : Tandem TS. Figure 21 : Camion du modèle de charge de fatigue 3.

o Application du modèle LM1

Pour les trafics de classe 2, on a les valeurs de charge suivantes :

Tableau 18 : Récapitulatif des charges du modèle LM1

Voie 𝛼𝑄𝑖 𝑄𝑖𝑘 (kN) 𝑇𝑆 (kN) 𝛼𝑞𝑖 𝑞𝑖𝑘 (kN/m²) UDL (kN/m²)
No.1 0,9 300 270 0,7 9 6,3
No.2 0,8 200 160 1,0 2,5 2,5
Aire résiduelle - - - 1,0 2,5 2,5

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 33


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

o Application du modèle LM2

La valeur de la charge est 𝛽𝑄 𝑄𝑎𝑘 , la majoration dynamique est déjà inclue. On prend 𝛽𝑄 =
𝛼𝑄1 en l’absence d’une spécification particulière et 𝑄𝑎𝑘 est fixé par l’EC1-2 à 400 𝑘𝑁.

𝛽𝑄 𝑄𝑎𝑘 = 0,9 × 400 = 360 𝑘𝑁

IV.5.5 Actions sur le trottoir.

La charge sur le trottoir est modélisée comme une charge uniformément repartie notée 𝑞𝑓𝑘 .

𝑞𝑓𝑘 = 5 𝑘𝑁/𝑚²

IV.5.6 Positionnement transversal des charges.

Les charges sont positionnées transversalement sur le tablier de sorte à obtenir l’effet le plus
défavorable pour la poutre étudiée.

Pour les charges uniformes (𝑈𝐷𝐿 et 𝑞𝑓𝑘 ), on utilise la ligne d’influence transversale de la
charge verticale qui s’applique dans le plan de l’âme de la poutre étudiée. On charge uniquement les
parties positives (la voie n°2 n’est chargée que partiellement et l’aire résiduelle n’est pas chargée)
pour avoir l’effet le plus défavorable. La Figure 22 indique la répartition transversale des charges
uniformes sur le tablier.

Pour les charges concentrées, chaque essieu du tandem TS doit être centré dans sa voie de
circulation. Chaque voie ne peut supporter qu’un seul tandem dans le sens longitudinal. Les deux
tandems utilisés (un par voie) pourraient ne pas être nécessairement situés dans la même section. La
Figure 23 indique la répartition transversale des charges TS sur le tablier du pont.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 34


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

REPARTITION TRANSVERSALE DES CHARGES UNIFORMES SUR LE TABLIER.

Figure 22 : Position transversale des charges uniformément reparties

Soient 𝑅1 et 𝑅2 les réactions d’appuis respectif des poutres n°1 et n°2. En appliquant la
relation obtenue à partir de la ligne d’influence, la poutre étudiée reprend :

−1,75 0,25 3,125


𝑅1 = 5 × (1 − ) + 18,9 × (1 − ) + 6,875 × (1 − ) = 26,90 𝑘𝑁/𝑚𝑙
4,50 4,50 4,50

𝑅2 = (5,0 + 18,9 + 6,875) − 26,90 = 4,775 𝑘𝑁/𝑚𝑙

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 35


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

REPARTITION TRANSVERSALE DES CHARGES CONCENTREES SUR LE TABLIER.

Figure 23 : Position transversale des charges TS

0,25 3,25
𝑅1 = 270 × (1 − ) + 160 × (1 − ) = 299 𝑘𝑁
4,50 4,50

𝑅2 = (270 + 160) − 299 = 131 𝑘𝑁

IV.6 COMBINAISONS D’ACTIONS.

IV.6.1 Situations de calcul.

On considère les deux situations de calcul suivantes :

 Situations de calcul transitoires :


o pour l’acier de construction seule sous l’effet de son poids propre;
o pendant et après le bétonnage de chaque segment de dalle.
 Situations de calcul permanentes (projet durable) :
o à la mise en service ;
o à terme infini.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 36


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IV.6.2 Combinaisons ELU autres que la fatigue.

1,35 𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑢 1,0 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆 + 1,35 {𝑈𝐷𝐿𝑘 + 𝑇𝑆𝑘 }

IV.6.3 Combinaisons ELS.

− Combinaison à l’ELS caractéristique :


𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆 + 𝑈𝐷𝐿𝑘 + 𝑇𝑆𝑘
− Combinaison ELS fréquent :
𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆 + 0,4 ∙ 𝑈𝐷𝐿𝑘 + 0,75 ∙ 𝑇𝑆𝑘
− Combinaison ELS quasi-permanent :
𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆

Avec :

o 𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 : état caractéristique des sollicitations dans la structure sous charge


permanente défavorable en tenant compte du phasage de construction ;
o 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 : état caractéristique des sollicitations dans la structure sous charge
permanente favorable en tenant compte du phasage de construction ;
o S : enveloppe des sollicitations caractéristiques dues à l’action du retrait du béton

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 37


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE V - APPROCHES INFORMATIQUES.

Aujourd’hui plus que jamais, il est impossible d’imaginer la vie sans l’informatique.
L’informatique est partout : dans l’enseignement, dans l’industrie, dans la médecine, dans la vie
quotidienne, et de toute évidence dans l’ingénierie. Grâce à l’informatique, ou plus précisément le
« calcul numérique », les modélisations complexes sont rendu faciles. Non seulement, les résultats
sont beaucoup plus fiables et précises mais l’analyse est beaucoup plus rapides.

V.1 CALCUL NUMERIQUE ET INGENIERIE.

En matière de conception, on cherche toujours à optimiser les solutions. C’est dans ce


contexte que la méthode numérique est un outil très efficace pour les ingénieurs. En effet,
l’optimisation est plus aisée avec le calcul numérique et les résultats sont fiables.

Le monde de l’ingénierie est très compétitif actuellement, il faut profiter l’essor de


l’informatique et de la programmation pour y parvenir. La connaissance dans la programmation des
méthodes numériques n’est plus un PLUS, c’est une nécessité pour pouvoir manipuler et s’adapter
aux évolutions rapides dans la pratique de l’Ingénierie civil.

V.2 PROBLEMATIQUE.

Dans le calcul des ponts mixtes, la position du centre de gravité varie le long de la poutre.
Cette variation est due au faite que la section transversale lui-même n’est pas constante et aux
différents phénomènes prises en compte dans le calcul. Par conséquent, les grandeurs mécaniques
qui interviennent dans le calcul des sollicitations sont aussi variables. Le calcul de ce genre est très
compliqué et ne se fait pas manuellement. Ce qui explique la création de différents logiciels de
calcul de structure de pont.

De grands nombres de logiciels ont été mis au point par des ingénieurs pour automatiser le
calcul de pont comme : MIXTEWIN, CSi BRIDGE, PCP, Expert COMPOSITE, ST1, OM3, etc.
Mais ces logiciels ne sont pas à la portée de tout le monde, ils sont à prix élevé. Ce qui pose un
nouveau problème surtout pour les pays en voie de développement comme Madagascar.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 38


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 24 : Tarif de location du logiciel PCP.

Le grand défi dans ce travail est alors de créer un outil de dimensionnement accessible à
tous.

V.3 OUTIL DE DIMENSIONNEMENT.

V.3.1 Présentation de l’outil.

Afin de résoudre ce problème, on va créer des feuilles de calcul Excel préprogrammé pour
effectuer une tâche bien précise. L’interface du programme est simple et conviviale.

Rappelons toujours que le but de cette création est de faciliter la tâche des ingénieurs
concepteurs et de pouvoir optimiser autant que possible le résultat.

V.3.2 Environnement de développement.

On a choisi le tableur Excel parce que la majorité des ingénieurs en BTP s’est familiarisée
avec cette application. On peut dire même que c’est un outil de base pour les ingénieurs civils. De
plus, la Suite Microsoft ® Office (Excel, Word, Access, Powerpoint, etc.) est pour l’instant gratuit,
accessible aux grands publics et facile à utiliser.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 39


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Selon toute apparence, Microsoft EXCEL n’est qu’un simple Tableur comme tant d’autre
(OpenOffice, etc.). Mais dans son Onglet « Développeur 2» c’est un environnement de
développement très puissant.

V.3.3 Le langage VBA.

Un langage de programmation est un langage (comme le malgache, le français, l’anglais, …)


permettant à l’utilisateur de se communiquer avec l’ordinateur. En terme simple, un langage de
programmation est un ensemble de codes, à chaque code étant associée une action prise en charge
par le processeur, qui est le cerveau de l’ordinateur.

Le langage VBA (Visual Basic for Application) est un langage Visual Basic simplifié couplé
au modèle objet de Microsoft ® Office. Le principal avantage est que l’ensemble de logiciels dans
la Suite Microsoft ® Office est programmé avec ce langage. On peut ainsi créer d’autres fonctions
ou applications personnalisées à la guise de l’utilisateur.

2
Pour afficher l’onglet Développeur : Ouvrir Excel et allez dans : Fichier/Options/Personnaliser le
Ruban/Onglets principaux
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 40
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

V.4 ORGANIGRAMME DE CALCUL DE PONT.

Les étapes de calcul de pont peuvent être résumées par l’organigramme suivant :

Organigramme 1 : Etapes de calcul de pont en général.

La méthode d’analyse globale varie d’un type de pont à un autre. Mais dans cette étude, on
va s’intéresser spécialement à la méthode d’analyse d’un pont mixte.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 41


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE VI - OUTILS DE CALCUL SUR LES CALCULS HYDROLOGIQUES.

Le programme « HYDROLAB.xlsm » est une feuille de calcul Excel permettant d’effectuer


les calculs hydrauliques et hydrologiques.

VI.1 FONCTIONNEMENT DE « HYDROLAB.xlsm ».

Le calcul hydrologique mené avec l’application HYDROLAB est une analyse statistique.
Elle peut traiter jusqu’à 50 échantillons. A l’issue de cette analyse on trouve le débit de crue
maximale 𝑄(𝑇) pour une période de retour 𝑇. Ayant ce débit, on utilise la formule de MANNING
STRICKLER pour calculer la hauteur d’eau.

Organigramme 2 : Fonctionnement d’HYDROLAB.

VI.2 CONCRETISATION SUR EXCEL.

VI.2.1 Partie Hydrologie.

La loi de GUMBEL utilisée par cette application utilise deux paramètres d’ajustement
dont 𝛼 et 𝑄𝑜 . Ces paramètres se déduisent des paramètres statistiques 𝑄̅ (moyenne arithmétique) et
𝜎 (écart type). Les deux fonctions suivantes sont indispensables pour réussir cette analyse :

─ MOYENNE (plage) pour calculer 𝑄̅ des arguments qui se trouvent dans plage;
─ ECARTYPE.STANDARD (plage) pour calculer 𝜎 des arguments situés dans plage.
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 42
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Ainsi, les paramètres d’ajustement sont ensuite obtenus facilement. Pour plus de détails sur
le déroulement de calcul et les paramètres, consulter l’application correspondante dans §IX.1.

VI.2.2 Partie Hydraulique.

On connait maintenant le débit de calcul 𝑄(𝑇) on utilise ensuite la formule de MANNING


STRICKLER pour calculer la hauteur d’eau normale. Pour ce faire, on procède par approximation
successive. Grâce à l’ « analyse de scenarios 3» d’Excel on y parvient rapidement. Voici comment
utiliser l’analyse de scénarios sur Excel.

Figure 25 : Calcul de la profondeur normale d’eau par itération.

Pour simplifier l’utilisation du programme, on a créé un Macro permettant d’effectuer


l’itération.

Le code correspondant est comme suit :

Avec cette macro « Iteration_h » il suffit juste de cliquer sur le boutton « ITERATION sur
h » et l’itération est lancée.

3
Onglet Données/Analyse scénarios/Valeur cible
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 43
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE VII - OUTILS DE CALCUL POUR L’ANALYSE GLOBALE.

L’objectif de l’analyse globale est de trouver les sollicitations et les contraintes


correspondantes exercées dans toutes les sections transversales. Selon l’Eurocode 4, l’analyse
globale d’un pont bipoutre mixte est une analyse élastique linéaire au premier ordre prenant en
compte les phases de construction et la fissuration du béton autour des appuis intermédiaires.

Le calcul des diverses caractéristiques mécaniques des sections utilisées au cours de


l’analyse requiert la connaissance des largeurs efficaces pour chaque section (Cf. XI.1.3) et des
différents coefficients d’équivalence pour chaque situation de calcul (Cf. IV.5.3).

Le programme dénommé « BComposite » a été conçu pour assurer l’analyse globale et le


calcul d’armature avec l’EC2.

VII.1 ORGANISATION DE CALCUL POUR L’ANALYSE GLOBALE.

Le déroulement de l’Analyse Globale est illustré par la

Figure 35.

VII.2 ORGANIGRAMME DE CALCUL D’ARMATURE.

On note toujours que le calcul sera conduit selon le nouveau règlement EN 1992. Les
hypothèses sur les matériaux sont déjà exposées dans §IV.1.

L’organigramme correspondant est présenté en ANNEXE IV.1

VII.3 INTERFACE DU PROGRAMME.

Le programme comporte quatre (04) groupes dont :

─ Gestionnaires d’études : enregistrer, imprimer et réinitialiser le calcul ;


─ Effet de retrait : prise en compte du retrait ;
─ Ligne d’influence ;
─ Diagrammes des efforts ;
─ Dalle de couverture : calcul armature et note de calcul ;

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 44


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

─ Support.

L’interface du programme se présente comme dans la Figure 26.

Figure 26 : Interface de BComposite.

Le programme est lancé à partir du bouton de commande « Lancer le programme ». Après


avoir cliqué sur ce bouton, la fenêtre de saisie des données s’active. (Cf. Figure 27).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 45


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 27 : Saisie des données.

Les données attendues dans cette fenêtre sont:

─ Longueurs des tronçons (le nombre de tronçon est fixé à 4 dans le programme) ;
─ Longueurs des travées : variant de 2 à 10 travées ;
─ Coefficient d’équivalence ;
─ Caractéristiques de la dalle de couverture : largeur, épaisseur et armature tendue.

Les boutons de commandes sont :

─ « Détails » : afficher la fenêtre de saisie des dimensions du PRS (Cf. Figure 28) ;
─ « Symétrique » : générer une travée symétrique à la travée précédente (Cf. Figure 29);
─ « TRAVEE n°i » : enregistrer et passer à la travée suivante.

Figure 28 : Dimensions transversales de la poutre.

Figure 29 : Travée symétrique par rapport à l’appui intermédiaire.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 46


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

VII.4 FONCTIONNEMENT DU PROGRAMME.

VII.4.1 Gestionnaires d’études.

Ce groupe est formé par les commandes :

─ « Initialiser » qui permet de réinitialiser toutes les variables et débuter une nouvelle
étude ;
─ « Enregistrer » permettant de sauvegarder le travail en cours ;
─ « Imprimer » permet de lancer l’impression de la vue active.

VII.4.2 Effet de retrait.

─ « Retrait» affiche la fenêtre de calcul du retrait.

Figure 30 : Fenêtre de calcul de retrait.

(1) Déformations : calcul des déformations dû au retrait à la mise en service et à l’infini.


(2) Effets isostatiques : calcul des effets primaires
(3) Effets hyperstatiques : utilisé dans le cas des poutres continues uniquement

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 47


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

VII.4.3 Lignes d’influences.

Le groupe « Lignes d’influences » est formée par les deux commandes suivantes :

─ « Influence » qui permet de tracer les LI du Moment et de l’effort tranchant dans une
section ;
─ « Simulation » permet de déplacer la force unitaire le long de la poutre et tracer les LI.

La fenêtre de traçage des LI est présentée dans la Figure 31. Le champ de saisie en dessous
permet d’entrer l’abscisse en mètre de la section étudiée. On note que les fonctions d’influence sont
déterminées avec la méthode des foyers.

Figure 31 : Interface de calcul des LI.

VII.4.4 Diagrammes des efforts

On trouve les commandes suivantes :

─ « Permanent » permettant de tracer les diagrammes dus aux charges permanentes ;


─ « Exploitation » qui permet de tracer les diagrammes dus aux surcharges routiers.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 48


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

a) Diagramme dû aux charges permanentes.

Les éléments qui entrent en jeu dans le calcul sont détaillés dans le programme. On note
aussi que les charges permanentes sont des charges uniformément reparties dans le sens
longitudinal.

Figure 32 : Interface de calcul des efforts pour les charges permanentes.

b) Diagramme dû aux surcharges.

On rappelle qu’il existe deux types de charges :

─ Une charge concentrée TS ;


─ Une charge uniformément repartie UDL.

Figure 33 : Interface de calcul des efforts pour les surcharges.

(1) : Intensité du tandem TS (4) : Début de la charge UDL


(2) : Position du TS (5) : Fin de la charge UDL
(3) : Intensité UDL (6) : Traçage des diagrammes de M et V

Le calcul des intensités des charges TS et UDL ont été effectuées respectivement dans la
Figure 23 et la Figure 22. La position défavorable pour le TS est déterminée à partir la LI
longitudinale. Pour la charge UDL, on charge les travées de même signe pour avoir l’effort la plus
défavorable.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 49


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

c) Sollicitations.

Les combinaisons d’actions à considérer sont déjà détaillées dans §IV.6.

Figure 34 : Interface de calcul des sollicitations.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 50


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 35 : Organigramme de l’Analyse Globale.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 51


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

VII.4.5 Dalle de couverture.

Dans ce groupe, on trouve les deux commandes suivantes :

─ « Armature / EC2 » permettant de lancer la procédure de calcul d’armature ;


─ « Note de calcul » permet de générer la note de calcul.

L’interface de calcul d’armature est présentée dans la Figure 36. Elle comporte 4
onglets dont :

 EXPOSITION : permettant de définir la classe d’exposition.

Figure 36 : Interface du calcul d’armature.

 GEOMETRIE : permettant de définir les différentes dimensions de la section.

Figure 37 : Définition de la section.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 52


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

 MATERIAUX : pour les caractéristiques mécaniques des matériaux.

Figure 38 : Caractéristiques des matériaux.

 CALCUL : pour effectuer le calcul et de générer une note de calcul.

Figure 39 : Calcul d’armature et note de calcul.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 53


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

VII.4.6 Support.

C’est dans ce groupe que se trouvent les informations concernant l’auteur du programme et
le fichier aide.

Figure 40 : A propos de programme.

Remarque :

Le présent outil de calcul a été conçu dans le but d’aider dans le cadre de la conception des
ponts mixtes. Il est basé sur la norme EC4. En raison de la complexité du calcul, ce programme
s’adresse exclusivement à des utilisateurs professionnels du domaine de la construction mixte.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 54


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE VIII - OUTILS DE CALCUL POUR L’ETUDE FINANCIERE.

L’objet de ce chapitre est de présenter le programme de calcul dénommé « COST.xlsm ».


Ce dernier est destiné à effectuer l’étude financière.

VIII.1 FONCTIONNEMENT.

Le fonctionnement de COST.xlsm peut être illustré par la figure suivante :

Organigramme 3 : Fonctionnement du programme COST.

La manipulation des données est assurée par la fonction RECHERCHEV4. Une macro
personnalisée appelée NUMTEXT a été créée pour assurer la transcription des prix en lettre.

SYNTAXT :

RECHERCHEV(valeur_cherchée, table_matrice, no_index_col, [valeur_proche])

NUMTEXTE(Nombre;Type;Unité 1;Unité 2;Zéro;Liaison;Majuscule)

EXEMPLE :

NUMTEXTE("120 000";1;"#Ariary") donne « cent vingt mille Ariary ».

Pour plus d’information sur la fonction RECHERCHEV, consulter aide du MS EXCEL.


4

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 55


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

VIII.2 PRESENTATION GENERALE.

Le programme « COST.xslm » est une feuille de calcul Excel permettant d’effectuer


l’étude financière d’un projet de pont.

Un ruban personnalisé a été créé afin de donner plus de convivialité au programme.

Figure 41 : Onglet personnalisé du COST.

Cet onglet est divisé en cinq catégories bien distinctes :

─ Gestionnaire d’études :

Le bouton « Initialiser » : permet de réinitialiser la feuille donc toutes les variables.

Le bouton « Imprimer » : permet de lancer l’impression de la feuille.

Figure 42 : Fenêtre pour le choix de la feuille à imprimer.

─ Appui du pont :

Le bouton « Culée » : permet d’entrer les différentes dimensions de la culée. (Cf. Figure 43)

Le bouton « Pile » : permet d’entrer les différentes dimensions de la pile. (Cf. Figure 44)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 56


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 43 : Fenêtre de saisie des dimensions de la culée.

Figure 44 : Fenêtre de saisie des dimensions de la pile.

─ Composants des prix :

Le bouton « Personnel » permet de spécifier les coûts de Main d’œuvres pour chaque
catégorie de personnel. (Cf. Figure 45).

Le bouton « Matériaux » permet de spécifier les coûts des Matériaux. (Cf. Figure 46).

Le bouton « Matériels » permet de spécifier les coûts des Matériels. (Cf. Figure 47).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 57


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 45 : Capture d’écran sur la Facturation des Personnels.

Figure 46 : Capture d’écran sur les Coûts des matériaux de constructions.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 58


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 47 : Coûts des matériels.

─ Calcul du coefficient de debourse sec K1 :

Figure 48 : Fenêtre de calcul de K1.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 59


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Le bouton « BDQE » : permet d’afficher le Bordereau Détail Quantitatif et Estimatif. (Cf.


Figure 49).

Figure 49 : Fenêtre permettant d’afficher le BDQE.

─ Support :

Le bouton « Aide » : permet voir le fichier d’aide.

Le bouton « A propos » : permet voir les coordonnées de l’auteur.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 60


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CONCLUSION PARTIELLE.

Cette partie a été commencée en premier lieu par la présentation des données générales
propres au projet. Et en second lieu par les prédimensionnements des éléments structuraux.

Ensuite, on a évoqué le fait que l’ingénierie et les outils informatiques sont en effet
complémentaires, puisque grâce à l’informatique les ingénieurs peuvent s’aventurer dans des
modélisations plus complexes comme celle du pont mixte.

En parlant d’outil informatique, le choix du langage VBA sur Excel a été justifié par l’usage
courant du pack Office par les ingénieurs civils.

On a pu créer trois applications Excel permettant de faire les tâches majeures lors de l’étude
d’un projet de pont mixte. L’application « HYDROLAB » pour effectuer l’étude hydraulique et
hydrologique ; « BComposite » pour l’analyse globale c’est-à-dire, les calculs de différentes
sollicitations et l’application « COST » pour assurer l’étude financière. Ainsi, l’élaboration des
outils de calcul de pont a été concluante.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 61


PARTIE III : APPLICATION
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE IX - CALCULS HYDRAULIQUES ET HYDROLOGIQUES.

En tant qu’ouvrage de franchissement, les études hydrologiques et hydrauliques sont


inévitables. Le premier permet de calculer le débit de crue pour différente période de retour tandis
que le second permet de caler l’ouvrage. Ces études sont à la fois une analyse statistique et
itérative. L’application « HYDROLAB.xlsm » a été conçue à cet effet.

IX.1 LES DONNEES DE CALCUL.

IX.1.1 Hydrologiques.

On effectue une analyse statistique sur les échantillons de débits maximaux dans le Tableau
19. Dans cette analyse on utilise la LOI de GUMBEL.

IX.1.1.1 Débits maximaux.

Une enquête auprès de la Service Météorologie a donné les débits de crue suivants :

Tableau 19 : Débits maximaux au cours de 25 années consécutives

ANNEES 1979 1980 1981 1982 1983


Q (m3/s) 960 415 800 590 600
ANNEES 1984 1985 1986 1987 1988
Q (m3/s) 910 515 180 450 720
ANNEES 1989 1990 1991 1992 1993
Q (m3/s) 430 1190 420 490 1230
ANNEES 1994 1995 1996 1997 1998
Q (m3/s) 540 1300 580 390 380
ANNEES 1999 2000 2001 2002 2003
Q (m3/s) 765 550 370 520 735
Source : Service de la Météorologie (2003)

IX.1.1.2 Période de retour T.

On a choisi une période de retour 𝑇 = 100 𝑎𝑛𝑠, ce qui correspond à la durée de vie d’un
pont mixte.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 63


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IX.1.2 Hydrauliques.

IX.1.2.1 Caractéristiques du cours d’eau.

La section du cours d’eau est assimilée à une section trapézoïdale.

Figure 50 : Section du cours d’eau après simplification

Les données caractéristiques de ce cours d’eau sont données dans le tableau ci-après :

Tableau 20 : Caractéristiques du cours d’eau

Largeur au plafond 𝑏 (𝑚) 80

Fruit de la berge 𝑚 4

Pente moyenne 𝐼, (𝑚/𝑚) 2‰

Coefficient de rugosité k 22

On a 𝑘 = 22 correspondant à un cours d’eau avec méandres, avec quelques étangs et


endroits peu profonds propres, dont l’état de la berge et du fond est assez bon. Pour plus
d’information sur d’autres valeurs de 𝑘 (Cf. ANNEXE I.1).

IX.2 DEMARCHES DE CALCUL.

IX.2.1 Partie hydrologie.

Dans la partie hydrologie, le débit 𝑄(𝑇) par la loi de GUMBEL est comme suit :

1
𝑄(𝑇) = −𝜎 {[0,780 × 𝑙𝑛 (−𝑙𝑛 (1 − ))] + 0,45} + 𝑄̅ (19)
𝑇

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 64


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Le calcul des deux paramètres statistiques sont donnés par :

∑𝑄
𝑄̅ = 𝑛 𝑖 (20)
∑(𝑄𝑖 −𝑄̅ )2
𝜎=√ (21)
𝑛−1

Ainsi, on a 𝑄(𝑇) qui sera utilisé dans la partie hydraulique.

IX.2.2 Partie hydraulique.

IX.2.2.1 Hauteur d’eau normale h.

On commence par déterminer la hauteur normale d’eau ℎ en utilisant la formule MANNING


STRICKLER.

𝑄 = 𝑘 ∙ 𝑆 ∙ 𝑅 2/3 ∙ 𝐼1/2 (22)


Avec :

─ 𝑆 = (𝑏 + 𝑚ℎ)ℎ : la surface mouillée ;


─ 𝑃 = 𝑏 + 2ℎ√1 + 𝑚2 : le périmètre mouillé ;
─ 𝑅 = 𝑆/𝑃 : le rayon hydraulique.
─ 𝑘 = 22 et 𝐼 = 0,2% (Cf. Tableau 20.).

On varie ℎ jusqu’à ce que 𝑄 = 𝑄(𝑇) puis on a la hauteur normale d’eau. On calcule en


𝑄
même temps la vitesse d’écoulement par la formule : 𝑉𝐴𝑀 = 𝑆

IX.2.2.2 Calage de l’ouvrage

L’objectif est de déterminer la côte sous-poutre ou autrement l’altitude du tablier. Elle est
donnée par la formule suivante :

CSP = PHEC + tirant d′air (23)

IX.2.2.3 Plus Hautes Eaux Connues (PHEC)

PHEC = h + ∆Z (24)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 65


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

2
𝑄2 𝑉𝐴𝑀
∆𝑍 = − 𝛼 + ∆𝐻𝑓 (25)
2𝑔𝐶 2 𝑆 2 2𝑔

Avec :

─ ∆𝑍: La surélévation d’eau ;


𝑄2
─ : Perte de charge due aux caractéristiques hydrauliques du pont ;
2𝑔∙𝐶 2 ∙𝑆 2
2
𝑉𝐴𝑀
─ 𝛼× : Hauteur d’eau correspondant à la pression dynamique en amont ;
2𝑔

─ ∆𝐻𝑓 : Perte de charge due au frottement ;


─ 𝐶: Le coefficient de débit dépendant de plusieurs paramètres liés au cours d’eau ;
─ 𝑆 = 572,69 𝑚2 : Section mouillée correspondant au débit Q ;
─ 𝑉𝐴𝑀 : Vitesse d’écoulement en amont égale à 2,70 m/s ;

a) Calcul de la perte de charge

Le coefficient de débit 𝐶 est donné par l’expression (26), on utilise les abaques dans
l’ANNEXE I.2 pour avoir les valeurs de cette expression.

C = C𝐶 × C𝐸 × C𝜃 × C𝑃 × C𝐹 × C𝑌 × C𝑋 × C𝑆 (26)

Avec :
𝑇 𝑏
─ 𝐶𝑐 est le coefficient de contraction, fonction de 𝑚 = 1 − 𝑇 𝑜 et 𝐵 . Dans ce projet, 𝑇0 = 𝑇𝐴𝑀
𝐴𝑀 𝑜

alors 𝑚 = 0. La largeur moyenne de la culée est 𝑏 = 12,00 𝑚 et 𝐵𝑜 = 100 𝑚. On


trouve 𝐶𝑐 = 1 ;
─ 𝐶𝐸 est le coefficient dû aux conditions d’entrée, CE = 1 lorsqu’il n’y a pas de mur en aile ;
─ Cθ est le coefficient dû au biais θ, du fait que θ = 0 alors Cθ = 1 ;
─ CP est le coefficient dû à la présence des piles intermédiaires, CP = 0,96 pour un seul pile ;
𝑄
─ CF coefficient dû à l’influence du nombre de FROUDE 𝐹 = : 𝐹 = 0,35 ; 𝐶𝐹 = 0,95 ;
𝑆
𝑆√𝑔×
𝐵

─ 𝐶𝑌 coefficient dû à la profondeur relative de l’eau, pour m = 0, CY = 1 ;


─ CX coefficient dû à l’excentrement du pont, CX = 1 ∶ pas d’excentrement ;
─ CS coefficient de submersion, 𝐶𝑆 = 1 parce qu’on évite la submersion.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 66


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Ainsi, le coefficient de débit 𝐶 = 0,91 alors on obtient comme valeur de la perte de charge :

𝑄(𝑇)2 (1545)2
= = 0,44 𝑚
2𝑔 × 𝐶 2 × 𝑆 2 2 × 9,81 × 0,912 × 572,692

b) Hauteur d’eau correspondant à la pression dynamique en amont.

Dans ce projet, le coefficient de distribution du débit 𝛼 = 1.

2
𝑉𝐴𝑀 (2,70)2
𝛼× =1× = 0,36 𝑚
2𝑔 2 × 9,81

c) Perte de charge due au frottement.

Soient : 𝑇0 = 𝑇𝐴𝑀 = 𝑘 × S × 𝑅 2/3 = 22 × 572,69 × (4,541)2/3 = 34547,25 𝑚²

𝑄(𝑇) 2 𝑄(𝑇) 2 1545 2 1545 2


∆𝐻𝑓 = 𝐵0 ( ) +b( ) = 100 × ( ) + 12 × ( ) = 0,23 𝑚
𝑇𝐴𝑀 𝑇0 34547,25 34547,25

La surélévation d’eau ∆𝑍 est :

∆𝑍 = 0,30 𝑚

Et la Plus Hautes Eaux Connues est :

𝑃𝐻𝐸𝐶 = 5,90 𝑚

IX.2.2.4 Tirant d’air.

Situant dans la zone savane, un tirant d’air de 1,50 𝑚 est suffisant pour permettre le passage
des corps flottant et abriter les appareils d’appui contre les eaux.

La côte sous-poutre CSP est donc égale à :

𝐶𝑆𝑃 = 7,40 𝑚

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 67


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IX.3 CALCUL AVEC HYDROLAB.

IX.3.1 Saisie et entrée des données.

Figure 51 : Interface de saisie de donnée pour HYDROLAB.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 68


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

IX.3.2 Interface de sortie.

Figure 52 : Résultats de calcul d’HYDROLAB.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 69


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE X - ANALYSE STRUCTURALE DE LA DALLE. [7]

Pour l’étude d’un pont mixte la dalle de couverture est étudiée préliminairement. Lorsque la
dalle transmet les charges aux poutres principales, on parle de flexion locale ou flexion
transversale. Il s’agit de flexion générale lorsque les poutres transmettent à leur tour les efforts aux
appuis. On supposera que le béton transmet les charges des essieux aux poutres métalliques et
qu’elles participent à la flexion d’ensemble de l’ouvrage.

Figure 53 : Efforts sur la dalle de couverture

X.1 EFFORTS APPLIQUES.

Le but est de calculer les moments 𝑀𝑥 et 𝑀𝑦 permettant de dimensionner la dalle en BA.

X.1.1 Dus aux surcharges d’exploitation.

Les moments de flexion sont obtenus en lisant sur les Abaques de dimensionnement établis
par le SETRA [7]. Ces nouveaux abaques sont applicables aux dalles de bipoutres à entretoises
calculées avec les nouveaux règlements de charge (EN 1991-2).

Figure 54 : Efforts du à la charge de trafic (LM1).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 70


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

On considèrera deux sections caractéristiques :

− Section ∑1 : au droit des poutres principales ;


− Section ∑2 : au milieu de la dalle.


𝐸=𝑒+ (27)
2

𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑏𝑒𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑓𝑖𝑐𝑡𝑖𝑣𝑒 = 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑏𝑒𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒𝑙 − 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑟𝑖𝑛𝑒𝑟é𝑒𝑙 + 0,64 𝑚 (28)

Avec :

─ 𝑒 : épaisseur de la couche de revêtement égale à 11 cm (étanchéité + enrobé) ;


─ ℎ : épaisseur au centre de la dalle égale à 21 cm ;
─ 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑟𝑖𝑛𝑒𝑟é𝑒𝑙 égal à 1,00 m ;
─ 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑏𝑒𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒𝑙 égal à 2,25 m.

Les paramètres d’entrée de l’abaque sont les suivants :

− la hauteur de répartition des charges 𝐸 = 22 𝑐𝑚 ;


− l’encorbellement fictif égal à 1,89 𝑚 ;
− la distance entraxe des poutres égale à 4,50 𝑚.

Après lecture, les moments d’encastrement au droit de la section ∑1 valent :

− pour LM1 caractéristique : 𝑀𝑒 = −116 𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙 ;


− pour LM1 fréquent : 𝑀𝑒 = −84 𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙.

Pour le moment au centre de la dalle, les abaques donnent des valeurs correspondants à 𝐸 =
20 𝑐𝑚 et 𝐸 = 25 𝑐𝑚, pour avoir celui de 𝐸 = 22 𝑐𝑚 on procède par interpolation linéaire.

Tableau 21 : Moment au centre de la dalle

Moment fléchissant sous LM1 en 𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙


Caractéristique Fréquent
𝑀x = 38,5 𝑀𝑥 = 28,6
𝑀𝑦 = 87,5 𝑀𝑦 = 60,0

On note que le convoi LM2 n’a jamais été dimensionnant.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 71


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

X.1.2 Dus aux charges permanentes.

On considère une bande transversale de dalle, d’une largeur égale à un mètre longitudinal de
tablier, modélisée comme une poutre isostatique reposant sur deux appuis simples au niveau des
âmes métalliques.

Figure 55 : Distribution transversale des charges permanentes

La Figure 56 donne les moments de flexion transversale.

Figure 56 : Diagrammes des efforts dus aux charges permanents.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 72


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

X.1.3 Sollicitations à l’ELU et ELS pour la dalle.

Les combinaisons de calcul à considérer sont déjà explicitées dans IV.6. Les valeurs de
moments pour chaque combinaison sont récapitulées dans le tableau ci-après.

Tableau 22 : Moment de flexion locale et globale de la dalle à l’ELU et ELS.

ELS Fréquent ELS Caractéristique ELU


Sections
(𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙) (𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙) (𝑘𝑁𝑚/𝑚𝑙)
∑1 -178 -210 -300
∑2,y 72 100 148

X.2 ARMATURES DE LA DALLE.

X.2.1 Hypothèses.

Le dimensionnement sera conduit suivant la norme Eurocode 2. Les organigrammes de


calcul sont joints en annexes (cf. ANNEXE IV.1).

La dalle sera considérée soumise à la Flexion Simple. Pour les classes d’expositions X0, XC
et XA, aucune limitation de contrainte n’est prise au niveau du béton.

X.2.2 Enrobages.

L’enrobage est la distance entre l’acier le plus extérieur et la surface de béton la plus proche.
L'enrobage nominal est donné par l'expression :

𝑐𝑛𝑜𝑚 = 𝑐𝑚𝑖𝑛 + ∆𝑐𝑑𝑒𝑣 (29)

─ 𝑐𝑚𝑖𝑛 : enrobage minimale


─ ∆𝑐𝑑𝑒𝑣 : marge liée à la tolérance d’exécution dont la valeur recommandée est de 10 𝑚𝑚

L’enrobage minimale 𝑐𝑚𝑖𝑛 est égale à 25 𝑚𝑚 pour XC3 et 30 𝑚𝑚 pour XC4.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 73


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

X.2.3 Ferraillage de non fragilité.

Le ferraillage minimum de non-fragilité à mettre en œuvre pour les dalles des ponts mixtes
est donné par l’expression :

𝐴𝑐𝑡
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑘𝑠 × 𝑘𝑐 × 𝑘 × 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 × (30)
𝑓𝑠𝑘

Avec :

─ 𝑘𝑠 = 0,90 effet transfert d'effort de la dalle vers la charpente au moment de la fissuration ;


─ 𝑘 = 0,80 effet de non-uniformité des contraintes dans la dalle ;
─ 𝑘𝑐 = 1,00 considère la distribution des contraintes dans la section avant la fissuration ;
─ 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 = 𝑓𝑐𝑚 = 3,21 𝑀𝑃𝑎 (il n’est pas certain que la fissuration se produira au jeune âge) ;
─ 𝐴𝑐𝑡 = 1,170 𝑚2 représente la section de la dalle.

𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 12,10 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙

Ce qui donne un taux d’armature minimale égale à 0,46%.

X.2.4 Calcul des armatures pours les sections ∑1 et ∑2.

Le programme « BComposite » a été conçu pour automatiser le calcul d’armature pour une
section rectangulaire. Les étapes de calcul sont détaillées tout au long du programme.

On a gardé un espacement constant 𝑠 = 125 𝑚𝑚.

Les notes de calcul générer par le programme sont données par les Figure 57 et Figure 58
respectivement pour les sections ∑1 et ∑2.

Pour ∑1 le taux d’armature en place est de 1,51% , égale à 0,97% pour ∑2 , alors le taux de
ferraillage minimal est bien respecté.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 74


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 57 : Calcul et justification pour les sections au droit des PRS.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 75


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 58 : Calcul et justification du centre de la dalle (sens transversale).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 76


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Les armatures de la dalle sont alors constituées ainsi par mètre linéaire :

o Armatures suivant le sens longitudinal :


─ zones en travées : 8HA16 dans les nappes inférieure et supérieure ;
─ au droit de la pile : 8HA16 dans la nappe supérieure et 8HA14 dans la nappe inférieure.
o Armatures suivant le sens transversal :
─ au centre de la dalle (entre les deux poutres principales) : 8HA20 dans les nappes inférieure et supérieure;
─ au droit des poutres principales : 8HA25 dans la nappe supérieure et 8HA16 dans la nappe inférieure.

X.2.5 Plan de ferraillage de la dalle.

Figure 59 : Ferraillage de la dalle de couverture.

Randriantsihety S. Bonfils Page | 77


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XI - ANALYSE GLOBALE.

XI.1 METHODES D’ANALYSE. [10]

XI.1.1 Prise en compte de la géométrie déformée.

Dans le cas d'un pont à poutres, les effets de la géométrie déformée n'interviennent pas.
L'analyse est donc une analyse au premier ordre.

XI.1.2 Prise en compte de la fissuration du béton.

Contrairement aux règles françaises, les Eurocodes prend en compte la fissuration du béton.
Pour situer les zones fissurées, on procède premièrement à une analyse globale non fissurée5. Sous
la combinaison ELS caractéristique, on calcul les sollicitations et les contraintes longitudinales 𝜎𝑐
dans la dalle (Cf. Figure 35). On parle de zone fissurée dans les zones où 𝜎𝑐 ≥ −2𝑓𝑐𝑡𝑚 . Dans le
cadre de cette étude, on se limite à la méthode simplifiée pour déterminer ces zones. On suppose
que les zones fissurées se trouvent à 15% de part et d’autre de chaque appui.

Figure 60 : Longueur des zones fissurées

XI.1.3 Prise en compte du trainage de cisaillement dans la dalle.

Le traînage de cisaillement dans la dalle en béton est pris en compte par la réduction de la
largeur de la largeur de dalle réelle à une largeur « efficace ». Cette réduction influe donc sur les
propriétés des sections transversales utilisées dans l’analyse globale.(Cf. Tableau 23)

Il n’existe pas de zone fissurée donc le béton participe à la raideur en flexion dans toutes les sections
5

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 78


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

La largeur efficace de la dalle est déterminée par :

𝑏𝑒𝑓𝑓 = 𝑏𝑜 + ∑ 𝛽𝑖 𝑏𝑒𝑖 (31)


𝐿𝑒 𝑏𝑜
𝑏𝑒𝑖 = ≤ 𝑏𝑖 − (32)
8 2

On prend :

− 𝑏𝑜 = 750 𝑚𝑚 : entraxe des rangées extérieures des connecteurs ;


𝐿𝑒
− 𝛽𝑖 = 1 sauf au droit des deux culées où 𝛽𝑖 = 0,55 + 0,025 ≤ 1.
𝑏𝑒𝑖

Figure 61 : Travées équivalentes pour la largeur efficace de la semelle en béton

Tableau 23 : Détermination des largeurs efficaces

𝐿𝑖 (m) 𝐿𝑒 (m) 𝑏1 (m) 𝑏2 (m) 𝑏𝑒1 (m) 𝑏𝑒2 (m) 𝑏𝑒𝑓𝑓 (m)
Travée 1 50 42,5 1,875 1,875 1,50 1,50 4,50
Pile - 25 1,875 1,875 1,50 1,50 4,50
Travée 2 50 42,5 1,875 1,875 1,50 1,50 4,50

𝐿𝑒
Comme > 𝑏𝑖 le long de la travée alors la largeur efficace est égale à la largeur du demi-
8

tablier. Au droit des deux extrémités on a aussi 𝑏𝑒𝑓𝑓 = 4,50 𝑚. Alors il n’y a pas une variation de la
largeur efficace.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 79


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XI.2 CALCUL DES SOLLICITATIONS.

XI.2.1 Caractéristiques géométriques des sections. [11]

XI.2.1.1 Section mixte non –fissurée.

Cette section concerne les zones de moment positif (béton en compression). La participation
de l’armature à la compression peut être négligée. La dalle en béton armé et la charpente métallique
travaille ensemble.

Figure 62 : Section mixte non-fissurée.

𝐴𝑏
𝐴 = 𝐴𝑎 + (33)
𝑛
𝐴𝑏
𝐴𝑦𝐺 = 𝐴𝑎 𝑦𝐺𝑎 + 𝑦 (34)
𝑛 𝐺𝑏
1
𝐼 = 𝐼𝑎 + 𝐴𝑎 (𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑎 )2 + 𝐼𝑏 + 𝐴𝑏 (𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑏 )2 (35)
𝑛

Remarque :

Dans §III.1 on a évoqué que le béton et la charpente doit travailler conjointement d’où
l’intégration du coefficient d’équivalence 𝑛 dans les formules ci-dessus. Notons que 𝑛 varie suivant
la situation de calcul (à long terme6 ou à court terme7) considérée. Du coup, les grandeurs 𝐼, 𝐴, 𝑦𝐺
qui sont fonction de 𝑛, varient eux aussi tout au long de l’analyse. Ce qui rend encore une fois la
tâche difficile pour le calcul manuel. Cette variation de 𝑛 dans l’Analyse Globale est déjà pris en
compte dans BComposite.

6
On parle de situation de calcul à long terme pour les effets de retrait et les charges permanentes.
7
On parle de calcul à court terme pour les surcharges routiers n = 6,162
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 80
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XI.2.1.2 Section mixte fissurée.

Concerne les zones de moment négatif c’est-à-dire dans les régions où le béton est tendu. On
néglige le béton tendu et on le remplace par des armatures.

Figure 63 : Section mixte fissurée.

𝐴 = 𝐴𝑎 + 𝐴𝑠 (36)

𝐴𝑦𝐺 = 𝐴𝑎 𝑦𝐺𝑎 + 𝐴𝑠 𝑦𝐺𝑠 (37)

𝐼 = 𝐼𝑎 + 𝐴𝑎 (𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑎 )2 + 𝐴𝑠 (𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑠 )2 (38)

XI.2.2 Calcul de sollicitation.

On utilise la méthode des FOYERS pour calculer les efforts internes dans la poutre continue.
Il suffit juste d’entrée correctement les données, et tous les diagrammes des différentes sollicitations
sont générés automatiquement.

XI.2.2.1 Action due au retrait à long terme.

L’action du retrait entre dans le calcul sous forme d’effort normal 𝑁𝑏 appliqué au centre de
gravité de la dalle. Cet effort est équivalent au système (𝑀𝑏 ; 𝑁𝑏 ) appliqué au centre de gravité de la
section mixte. Avec 𝑀𝑏 = 𝑁𝑏 ∙ 𝑧𝑏 , 𝑧𝑏 étant la distance entre les centres de gravité de la section
mixte et la section de la dalle.

𝑁𝑏 (𝑡) = 𝐸𝑐𝑚 ∙ 𝜀𝑐𝑠 (t) ∙ 𝐴𝑏 (39)

𝑀𝑏 (𝑡) = 𝑁𝑏 (t) ∙ 𝑧𝑏 (40)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 81


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝐸𝑐𝑚 – Module d’élasticité du béton égale à 34 077 MPa


𝐴𝑏 – Aire du béton égale à 1,17 𝑚2 (½ largeur)

Pour la vérification à la mise en service 𝑡 = 80 𝑗 on a :

𝑁𝑏 (80𝑗) = 2,47 MN

Pour la vérification au temps infini 𝑡 = ∞ on a :

𝑁𝑏 (∞) = 9,57 MN

Pour la détermination des zones fissurées, les efforts « isostatiques » (ou « primaires »)
𝑀𝑏 (𝑡) sont appliqués dans toutes les sections de la poutre. On appelle effets « hyperstatiques » (ou
« secondaires ») du retrait, la différence entre les efforts internes de la Résistance des Matériaux
obtenus dans la poutre continue sous l'action des efforts isostatiques, et les efforts isostatiques eux-
mêmes.

Figure 64 : Calcul des effets secondaires

Dans cette illustration 𝑀𝐼𝑆𝑂 = 𝑀𝑏 , pour calculer 𝑀𝐻𝑌𝑃𝐸𝑅 on utilise le théorème de


CASTIGLIANO.

𝐿/2
𝑀𝑏 (𝑥) 𝜕𝑀𝑏
𝑣(𝑃1 ) = ∫ 𝑑𝑥 (41)
𝐸𝐼(𝑥) 𝜕𝑃
0

Les sollicitations dus aux effets de retrait sont obtenus par une analyse à long terme c’est-à-
dire 𝒏 = 𝟏𝟓, 𝟒𝟐.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 82


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Après calcul avec BComposite les diagrammes des efforts dus aux retraits sont présenté
dans la Figure 65.

EFFET DE RETRAIT
ISO HYPER ISO+HYPER POUTRE

020

010

000

-010

-020

-030
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Figure 65 : Moments isostatiques et hyperstatiques dus au retrait.

XI.2.2.2 Ligne d’influence des moments fléchissant.

On a utilisé la méthode de foyer pour tracer les lignes d’influence. Le bouton


SIMULATION permet de varier 𝑥 avec un pas de 1𝑚.

Figure 66 : LI du moment (à gauche) et de l’effort tranchant (à droite) pour x = 25 m.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 83


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 67 : LI des efforts dans la travée n°2 (x = 75 m).

Figure 68 : LI des efforts au droit de l’appui (x = 50 m).

Les discontinuités observées sur la courbe correspondent aux changements d’épaisseur des
membrures (Cf. Figure 17), à la prise en compte des zones fissures qui entrainent une variation de
moment d’inertie le long de la poutre.

XI.2.2.3 Action due aux poids propres.

Pour les poids propres on prend 𝒏 = 𝟏𝟕, 𝟏𝟔 c’est une analyse à long terme. L’action due
aux poids propres comprend : la poutre principale, la dalle et les éléments non structuraux (Cf.
Figure 19). Ce sont des charges uniformément reparties le long de poutre.

Pour les éléments non structuraux qui ne sont pas directement supportés par la poutre, on
utilise la ligne d’influence transversale (Cf. Figure 22) pour calculer la charge réellement appliquée
à la poutre.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 84


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Le schéma de calcul est le suivant :

Figure 69 : Schéma de calcul pour l’action due aux poids propres.

Figure 70 : Moments dus aux actions permanentes.

Le diagramme de l’effort tranchant est également disponible dans le programme.

Figure 71 : Diagramme des efforts tranchants dû aux poids propres.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 85


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XI.2.2.4 Action du aux charges d’exploitations.

Pour les surcharges on prend 𝒏 = 𝟔, 𝟏𝟔𝟑 c’est une analyse à court terme.

La ligne d’influence présentée dans la Figure 66 permet de définir aisément la section ou la


zone à charger pour obtenir l’effet la plus défavorable.

La Figure 72 montre la configuration de charge pour avoir le moment maximal en travée et


la Figure 73 pour le moment sur appui.

Figure 72 : Configuration la plus défavorable pour le moment en travée.

Figure 73 : Configuration la plus défavorable pour le moment sur appui.

Les diagrammes correspondant au cas de charge de la Figure 72 sont donnés par la Figure
74 pour le moment fléchissant et par la Figure 75 pour l’effort tranchant.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 86


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 74 : Moments dus aux charges d’exploitations.

Figure 75 : Efforts tranchants dus aux charges d’exploitations.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 87


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XI.2.2.5 Sollicitation pour les différentes combinaisons.

Les combinaisons à prendre en compte sont celui du §IV.6.

a) Les moments sous les différentes combinaisons :

Les trois zones déroulantes permettent de choisir la combinaison d’action à considérer, le


graphe est mis à jour automatiquement.

Figure 76 : Moments sous ELU et ELS

b) L’effort tranchant sous les différentes combinaisons :

Figure 77 : Efforts tranchants sous ELU et ELS.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 88


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XII - JUSTIFICATIONS AUX ELU. [10]

XII.1 JUSTIFICATION DE LA SECTION SUR APPUI P1.

Sur l'appui intermédiaire P1, à l'ELU, la dalle en béton est tendue sur toute sa hauteur. Sa
participation est donc négligée dans la résistance de la section. Les sollicitations dans cette section
valent 𝑀𝐸𝑑 = 66,54 𝑀𝑁𝑚 et 𝑉𝐸𝑑 = 3,88 𝑀𝑁.

Les contraintes de la Figure 79 sont calculées en conséquence et obtenues par sommation


des différents états en respectant le phasage de construction. La Figure 78 illustre le principe de
calcul.

Figure 78 : Principe d’évaluation des contraintes

XII.1.1 Géométrie et contraintes.

Figure 79 : Contrainte à l’ELU dans la section P1


RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 89
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XII.1.2 Classe de la section.

a) Semelle supérieure

La semelle supérieure est tendue donc de CLASSE 1.

b) Semelle inférieure

La semelle est en compression, on vérifie alors la relation (42) :

𝑏𝑖 − 𝑡𝑤
≤ 9𝜀 (42)
2𝑡𝑓𝑖
𝜀 = √235⁄𝑓𝑦 = √235⁄355 = 0,814 ; 9𝜀 = 7,322

𝑏𝑖 −𝑡𝑤 900−18
Comme = = 4,9 < 7,322 alors la semelle inférieure est aussi de CLASSE 1.
2𝑡𝑓 2×90

c) Ame

L’âme est tendue en partie haute et comprimée en partie basse. On cherche la position de
l'axe neutre plastique (ANP) :

 Résistance plastique des armatures :


Le béton tendu est négligé :

𝐹𝑎𝑝 = 𝐴𝑠 ∙ 𝑓𝑠𝑘 ⁄𝑠 (43)


On trouve : 𝐹𝑎𝑝 = 0,011 ∙ 500⁄1,15 = 4,78 𝑀𝑁

 Résistance plastique de la semelle supérieure :

𝐹𝑓𝑠 = 𝐴𝑓𝑠 ∙ 𝑓𝑦𝑓 ⁄𝑀0 (44)


On trouve : 𝐹𝑓𝑠 = 0, 800 × 0,090 × 315⁄1,0 = 22,68 𝑀𝑁

 Résistance plastique de la semelle inférieure :

𝐹𝑓𝑖 = 𝐴𝑓𝑖 ∙ 𝑓𝑦𝑓 ⁄𝑀0 (45)


On trouve : 𝐹𝑓𝑖 = 0, 900 × 0,090 × 315⁄1,0 = 25,52 𝑀𝑁

 Résistance plastique de l’âme :

𝐹𝑤 = 𝐴𝑤 ∙ 𝑓𝑦𝑤 ⁄𝑀0 (46)

On trouve : 𝐹𝑤 = 2, 620 × 0,026 × 345⁄1,0 = 23,50 𝑀𝑁

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 90


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

On a les relations suivantes pour trouver la position de l’Axe Neutre Plastique (ANP) :

Tableau 24 : Position de l’ANP sous moment négatif.

RELATIONS POSITION ANP


𝐹𝑓𝑖 ≥ 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ANP dans la semelle inférieure
𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 et 𝐹𝑓𝑖 < 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ANP dans l’âme
𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑎𝑝 et 𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 < 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 ANP dans la semelle supérieure
𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 < 𝐹𝑎𝑝 ANP dans la dalle

Ici, on a : 𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 et 𝐹𝑓𝑖 < 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 alors l’ANP est dans l’âme à une
certaine distance 𝑥 de la soudure âme/semelle supérieure. En écrivant l'équilibre des efforts autour
de l'ANP, on déduit :

𝐹𝑤 + 𝐹𝑓𝑖 − (𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 )


𝑥= (47)
2 ∙ 𝑡𝑤 ∙ 𝑓𝑦𝑤

𝑥 = 1,20 𝑚
On a :

ℎ𝑤 − 𝑥
𝛼= = 0,54 > 0,50
ℎ𝑤

Comme 𝛼 > 0,50 alors l'élancement limite entre la classe 2 et la classe 3 est donné par :

ℎ𝑤 41,5𝜀
> (48)
𝑡𝑤 𝛼

ℎ𝑤 41,5𝜀
= 100,75 ≫ = 63,25
𝑡𝑤 𝛼

On en déduit que l’âme est au moins de classe 3. On raisonne donc maintenant sur le
diagramme élastique des contraintes ELU de la Figure 79.

−237,86
𝜑= = −1
237,86

Comme 𝜑 ≤ −1 alors l'élancement limite entre la classe 3 et la classe 4 est donné par :

ℎ𝑤
≤ 62ε(1 − 𝜑)√−𝜑 (49)
𝑡𝑤

ℎ𝑤
= 100,75 ≤ 62ε(1 − 𝜑)√−𝜑 = 102,34
𝑡𝑤

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 91


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

On en déduit alors que l’âme est de classe 3.

Conclusion : La section sur P1 est de classe 3 et est justifiée par une analyse élastique.

XII.1.3 Justification en flexion.

La vérification consiste à vérifier les relations suivantes :

𝑓𝑦𝑓
𝜎𝑠,𝑠𝑢𝑝 = −237,86 𝑀𝑃𝑎 < − = −295 𝑀𝑃𝑎
𝑀0
𝑓𝑦𝑓
𝜎𝑠,𝑖𝑛𝑓 = 237,86 𝑀𝑃𝑎 < = 295 𝑀𝑃𝑎
𝑀0
𝑓𝑠𝑘
𝜎𝑎𝑟𝑚𝑎,𝑚𝑎𝑥 = −133,53 𝑀𝑃𝑎 < − = −434,8 𝑀𝑃𝑎
𝑠

Les vérifications sont ici faites sur les fibres extrêmes des semelles de charpente. On
rappelle qu'il est possible d'utiliser les contraintes dans les plans moyens.

Conclusion : La section sur P1 est justifiée en flexion.

XII.1.4 Justification à l’effort tranchant.

Il convient de vérifier l’âme pour le voilement par cisaillement si :

Pour une âme non raidie :

ℎ𝑤 72
> 𝜀 (50)
𝑡𝑤  𝑤
Pour une âme raidie :

ℎ𝑤 31
> 𝜀 √𝑘 (51)
𝑡𝑤  𝑤 𝜏
Dans ce projet, l’âme est raidie par des raidisseurs verticaux intermédiaires :

ℎ𝑤 2
𝑘𝜏 = 5,34 + 4 ( ) + 𝑘𝜏𝑠𝑙 (52)
𝑎

𝑘𝜏𝑠𝑙 = 0 car il n’y a pas de raidisseur longitudinal.


𝑎 = 8,333 𝑚 distance entre les raidisseurs transversaux.
 = 1,2 pour les nuances d’acier allant jusqu’à S460 comprise.

𝑘𝜏 = 5,735

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 92


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

On est dans le cas d’une âme raidie, la relation (51) est bien vérifiée alors l’âme doit être
vérifiée vis-à-vis du voilement sous cisaillement.

ℎ𝑤 31
= 100,75 > 𝜀 √𝑘 = 50,36
𝑡𝑤  𝑤 𝜏

La résistance maximale à l'effort tranchant s'obtient par :

𝑉𝑅𝑑 = 𝑀𝑖𝑛(𝑉𝑏,𝑅𝑑 ; 𝑉𝑝𝑙,𝑎,𝑅𝑑 ) (53)


Où,

𝑓𝑦𝑤
𝑉𝑏,𝑅𝑑 = 𝑉𝑏𝑤,𝑅𝑑 + 𝑉𝑏𝑓,𝑅𝑑 ≤ ℎ𝑤 𝑡𝑤 (54)
𝑀1 √3
𝑓𝑦𝑤
𝑉𝑝𝑙,𝑎,𝑅𝑑 = ℎ𝑤 𝑡𝑤 (55)
𝑀0 √3

 Calcul de 𝑽𝒃𝒘,𝑹𝒅 (participation de l'âme à la résistance au voilement)

𝑤 ℎ𝑤 𝑡𝑤
𝑉𝑏𝑤,𝑅𝑑 = (56)
𝑀1 √3

𝜋 2 𝐸𝑡𝑤
2
𝜎𝐸 = = 19,70 𝑀𝑃𝑎
12(1 − 2 )ℎ𝑤
2

𝜏𝑐𝑟 = 𝑘𝜏 ∙ 𝜎𝐸 = 112,98 𝑀𝑃𝑎

𝑓𝑦𝑤
̅̅̅̅
 𝑤 =√ = 1,33 ≥ 1,08
𝜏𝑐𝑟 √3

1,37
𝑤 = = 0,675
0,7 + ̅̅̅̅
𝑤

On en déduit :

𝑉𝑏𝑤,𝑅𝑑 = 8,17 𝑀𝑁

 Calcul de 𝑽𝒃𝒇,𝑹𝒅 (participation des semelles à la résistance au voilement)

2 2
𝑏𝑓𝑖 ∙ 𝑡𝑓𝑖 ∙ 𝑓𝑦𝑓 𝑀𝐸𝑑
𝑉𝑏𝑓,𝑅𝑑 = (1 − ( ) ) (57)
𝑐 ∙ 𝑀1 𝑀𝑓,𝑅𝑑
2
1,6 ∙ 𝑏𝑓𝑖 ∙ 𝑡𝑓𝑖 ∙ 𝑓𝑦𝑓
𝑐 = 𝑎 (0,25 + 2 ∙𝑓 ) (58)
𝑡𝑤 ∙ ℎ𝑤 𝑦𝑤

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 93


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

L’expression (57) nécessite le calcul préalable du moment résistant 𝑀𝑓,𝑅𝑑 des semelles
seules. 𝑀𝑓,𝑅𝑑 est calculé comme 𝑀𝑓,𝑅𝑑 mais en négligeant l'âme de la poutre métallique.

𝑀𝑓,𝑅𝑑 étant le moment résistant des semelles seules et calculé en négligeant l’âme de la
poutre métallique.

Comme 𝐹𝑎𝑝 + 𝐹𝑓𝑠 = 4,78 + 22,68 = 27,46 𝑀𝑁 > 𝐹𝑓𝑖 = 25,52 𝑀𝑁, l’ANP se situe dans la
semelle supérieure à la distance 𝑥 de sa fibre extrême supérieure :

𝑏𝑓𝑠 ∙ 𝑡𝑓𝑠 ∙ 𝑓𝑦𝑓 − (𝐹𝑎𝑝 − 𝐹𝑓𝑖 ) ∙ 𝑀0


𝑥= (59)
2 ∙ 𝑏𝑓𝑠 ∙ 𝑓𝑦𝑓

Donc 𝑥 = 88,92 𝑚𝑚 et par suite, on a 𝑀𝑓,𝑅𝑑 = 66,59 𝑀𝑁𝑚.

Après calcul, on trouve : 𝑐 = 2,580 𝑚,

𝑉𝑏𝑓,𝑅𝑑 = 0,757 𝑀𝑁

𝑉𝑏,𝑅𝑑 = 8,927 𝑀𝑁

 Calcul de 𝑽𝒑𝒍,𝒂,𝑹𝒅

𝑉𝑝𝑙,a,𝑅𝑑 = 14,86 𝑀𝑁

En tenant compte de (53) on obtient :

𝑉𝑅𝑑 = 8,927 𝑀𝑁

La justification à l’effort tranchant est concluante lorsque :

𝑉𝐸𝑑
3 = <1 (60)
𝑉𝑅𝑑

Conclusion : la condition (60) est vérifiée, la section est justifiée sous l’effort tranchant.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 94


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XII.1.5 Justification sous l’interaction M-V.

Lorsque 𝑉𝐸𝑑 est supérieure à la moitié de 𝑉𝑅𝑑 , 𝑉𝐸𝑑 diminue la résistance à la flexion. Alors
il faut considérer l’interaction flexion / effort tranchant.

On a : 𝑉𝐸𝑑 = 3,88 𝑀𝑁 < 0,5𝑉𝑅𝑑 = 4,46 𝑀𝑁

Conclusion : on ne procède pas à la justification sous l’interaction M-V.

XII.2 JUSTIFICATION DE LA SECTION A MI-TRAVEE C0-P1.

XII.2.1 Principe.

Le béton étant comprimé sur toute la hauteur du hourdis à mi-travée C0-P1, on tient compte
de sa participation dans la résistance de la section.

On adopte le phasage simple suivant :

 Phase 1 : Premièrement, on lance la charpente métallique seul et on suppose que le


béton est coulé en une fois ce qui simplifiera le problème. On raisonne ensuite à 1 jour, le béton n’a
pas encore fait prise et seule la charpente qui supportent les charges. 𝑛 = 17,16 ;
 Phase 2 : Deuxièmement, on considère ensuite qui le béton fait prise, on est en
fonctionnement mixte. On met en place la superstructure. 𝑛 = 14,60 ;
 Phase 3 : Dernièrement, On considère les surcharges de courte durée. 𝑛 = 6,16

On calcule les contraintes créées à chacune de ces phases. Après avoir cumulé ces
contraintes, on vérifie que l’on reste bien dans le domaine élastique et qu’il n’y pas de plastification
des aciers ou une forte compression du béton.

La contrainte normale dans le béton est donné par :

𝑀𝐸𝑑 ∙ 𝑣
𝑏 = (61)
𝑛∙𝐼

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 95


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

La contrainte normale dans l’acier est donné par :

𝑀𝐸𝑑 ∙ 𝑣
𝑎 = (62)
𝐼

La contrainte due à la prise en compte du retrait de béton :

𝑁 𝑀𝐸𝑑 ∙ 𝑣
𝑎 = + (63)
𝐴𝑏 𝐼

Dans ces expressions :

𝑛 − Coefficient d’équivalence variant suivant la phase de construction (Cf. Tableau 17)

𝑣 − Ordonnée de la fibre considérée, mesurée à partir de l’axe neutre.

Tableau 25 : Contraintes normales suivant chaque phase de construction.


𝒔𝒖𝒑 𝒊𝒏𝒇 𝒔𝒖𝒑 𝒊𝒏𝒇
𝑴 𝝈𝒃 𝝈𝒃 𝝈𝒂 𝝈𝒂
Phase 𝒏
(𝑴𝑵. 𝒎) (𝑴𝑷𝒂) (𝑴𝑷𝒂) (𝑴𝑷𝒂) (𝑴𝑷𝒂)
Bétonnage 34,07 17,16 0,00 0,00 33,59 -35,78
Superstructure 8,30 14,60 0,72 0,56 8,18 -30,44
Surcharge 9,37 6,16 1,93 1,50 9,24 -12,84
Retrait 5,05 14,42 8,18 8,18 13,16 -38,25
CONTRAINTE
10,84 10,24 64,18 -117,31
CUMULEE

XII.2.2 Géométrie et contrainte.

Les contraintes de la Figure 80 sont donc calculées en tenant compte du béton dans les
caractéristiques mécaniques mixtes et en respectant le phasage de construction du tablier. Les
efforts internes dans cette section sont :

𝑀𝐸𝑑 = 48,29 𝑀𝑁𝑚

𝑉𝐸𝑑 = 1,61 𝑀𝑁

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 96


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 80 : Contraintes dans la section à mi-travée C0P1.

XII.2.3 Détermination de la classe.

La semelle inférieure est tendue donc de Classe 1. La semelle supérieure mixte est connectée
selon l’EN1994-2, 6.6 donc de Classe 1 aussi. On cherche la position de l’ANP pour déterminer la
classe de l’âme.

 Résistance plastique du béton comprimé :

𝐹𝑐 = 𝐴𝑐 ∙ 0,85𝑓𝑐𝑘 ⁄𝑏 (64)


On trouve : 𝐹𝑐 = 1,170 ∙ 0,85 ∙ 35⁄1,5 = 23,21 𝑀𝑁

 Résistance plastique de la semelle supérieure :

On utilise (44) et on trouve : 𝐹𝑓𝑠 = 0, 800 × 0,040 × 345⁄1,0 = 11,04 𝑀𝑁

 Résistance plastique de la semelle inférieure :

La relation (45) donne 𝐹𝑓𝑖 = 0, 900 × 0,040 × 345⁄1,0 = 12,42 𝑀𝑁

 Résistance plastique de l’âme :


D’après (46) on trouve : 𝐹𝑤 = 2, 720 × 0,018 × 345⁄1,0 = 16,89 𝑀𝑁

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 97


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 26 : Position de l’ANP sous moment positif.

RELATIONS POSITION ANP

𝐹𝑓𝑖 ≥ 𝐹𝑐 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ANP dans la semelle inférieure


𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑐 + 𝐹𝑓𝑠 et 𝐹𝑓𝑖 < 𝐹𝑐 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ANP dans l’âme
𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑐 et 𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 < 𝐹𝑐 + 𝐹𝑓𝑠 ANP dans la semelle supérieure
𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 < 𝐹𝑐 ANP dans la dalle

Comme 𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 ≥ 𝐹𝑐 et 𝐹𝑓𝑖 + 𝐹𝑤 < 𝐹𝑐 + 𝐹𝑓𝑠 on en déduit d’après Tableau 26 que
l’ANP se trouve dans la semelle supérieure à la distance 𝑥 de la fibre extrême supérieure de cette
semelle. En écrivant l'équilibre des efforts autour de l'ANP, on déduit :

𝐹𝑓𝑠 + 𝐹𝑤 + 𝐹𝑓𝑖 − 𝐹𝑐
𝑥= = 26,6 𝑚𝑚
2 ∙ 𝑏𝑓𝑠 ∙ 𝑓𝑦𝑓

Puisque, l'ANP est situé dans la semelle supérieure, l'âme est entièrement tendue et sera
ainsi de classe 1.

Conclusion : La section à mi-travée C0P1 est de classe 1.

XII.2.4 Analyse plastique.

XII.2.4.1 Justification en flexion.

A partir de la position de l'ANP, on calcule le moment résistant plastique. Après calcul on


trouve : 𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑 = 72,29 𝑀𝑁𝑚

On vérifie que : 𝑀𝐸𝑑 < 𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑

Conclusion : La section est justifiée à la flexion.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 98


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XII.2.4.2 Justification sous effort tranchant.

Les démarches de calcul sont exactement comme dans XII.1.4.

ℎ𝑤 31
On a = 149 > 𝜀𝑤 √𝑘𝜏 = 50,36 , l'âme (raidie par les raidisseurs verticaux) doit être
𝑡𝑤 

vérifiée vis-à-vis du voilement sous cisaillement.

La résistance maximale à l'effort tranchant s'obtient par 𝑉𝑅𝑑 = 𝑀𝑖𝑛(𝑉𝑏𝑤,𝑅𝑑 ; 𝑉𝑝𝑙,𝑎,𝑅𝑑 ) en


négligeant la contribution des semelles à la résistance au voilement sous cisaillement.

𝑉𝑝𝑙,𝑎,𝑅𝑑 = 11,70 𝑀𝑁

𝑤 𝑓𝑦𝑤 ℎ𝑤 𝑡𝑤 𝑓𝑦𝑤 ℎ𝑤 𝑡𝑤


𝑉𝑏𝑤,𝑅𝑑 = 𝑀𝑖𝑛 ( ; ) = 𝑀𝑖𝑛(4,44 ; 10,64) = 4,44 𝑀𝑁
𝛾𝑀1 √3 𝛾𝑀1 √3

On vérifie que :

𝑉𝐸𝑑 = 1,61 𝑀𝑁 ≤ 𝑉𝑅𝑑 = 𝑀𝑖𝑛(4,44 ; 11,70) = 4,44 𝑀𝑁

XII.2.4.3 Justification sous l’interaction M-V.

Comme 𝑉𝐸𝑑 ≤ 0,5𝑉𝑅𝑑 , il n’y a pas lieu de faire la justification.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 99


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XIII - JUSTIFICATION AUX ELS

Selon EN1990, 3.4 les justifications aux ELS permettent non seulement d’assurer le bon
fonctionnement du pont en service, mais également de limiter les déformations affectant son aspect
et de maîtriser les dommages nuisant à sa durabilité ou à sa fonction.

A l’ELS, en flexion longitudinale générale, il convient d’effectuer la :

─ Limitation de contrainte dans la charpente ;


─ Respiration de l’âme ;
─ Maîtrise de a fissuration.

XIII.1 LIMITATION DE CONTRAINTE DANS LA CHARPENTE.

𝑓𝑦
𝜎𝐸𝑑,𝑠𝑒𝑟 ≤ (65)
𝑀,𝑠𝑒𝑟
𝑓𝑦
𝐸𝑑,𝑠𝑒𝑟 ≤ (66)
√3 ∙ 𝑀,𝑠𝑒𝑟

La variation des contraintes dans les semelles supérieures et inférieures est donnée par les
figures suivantes. On note que les courbes présentent des discontinuités à cause de la variation de
l’inertie et au voisinage de l’appui la contrainte est assez faible mais l’échelle ne permet pas de les
distinguer.

Convention de signe : (+) Traction ; (-) Compression

Figure 81 : Contrainte à l’ELS dans la semelle supérieure du PRS.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 100


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Figure 82 : Contrainte à l’ELS dans la semelle inférieure du PRS.

On constate que les contraintes réellement appliquées sont largement inférieures à la limite
d’élasticité de l’acier. Les différentes valeurs de 𝑓𝑦 sont données par le Tableau 9.

XIII.2 RESPIRATION DE L’AME.

On appelle « respiration de l’âme » sa légère déformation répétée hors de son plan, à chaque
passage de véhicules sur le pont, avant de revenir à sa position initiale. Cette déformation se fait
suivant l’allure de la déformée du premier mode critique de voilement, et est susceptible de générer
des fissures de fatigue à la jonction âme/semelle ou âme/raidisseur vertical. Elle peut être négligée
en limitant l’élancement des âmes pleines.

Pour les ponts routiers dont les âmes sont dépourvues de raidisseurs longitudinaux, les
risques de respiration de l’âme sont négligeables si :

ℎ𝑤
≤ 𝑀𝑖𝑛(30 + 4,0𝐿 ; 300) (67)
𝑡𝑤

𝐿 − étant la longueur de la travée


𝑀𝑖𝑛(30 + 4,0𝐿 ; 300) = 300

ℎ𝑤
Pour la section au centre de la travée qui est la plus élancée, = 151 < 300. La condition
𝑡𝑤

(67) est bien vérifiée donc la respiration de l’âme n’est pas à craindre pour la totalité du pont.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 101


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XIII.3 MAITRISE DE LA FISSURATION [20].

Il s’agit de vérifier que l’ouverture des fissures reste inférieure à 0,3 𝑚𝑚 dans les zones
tendues de la dalle sous combinaison ELS caractéristique. Cela suppose de connaître la contrainte
dans les armatures passives. Sous l'effet des retraits gênés (retrait de dessiccation, retrait endogène,
retrait thermique), on ne connaît pas cette contrainte. Le calcul conventionnel suivant est proposé :

𝐴𝑐𝑡
𝜎𝑠 = 𝑘𝑠 ∙ 𝑘𝑐 ∙ 𝑘 ∙ 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 ∙ (68)
𝐴𝑠

On remarque qu’il s’agit en fait de la formule du ferraillage minimum (30) lue à l'envers. Il
s'agit donc de la contrainte qui se développe dans les armatures au moment de la fissuration causée
par le retrait gêné.

Pour la zone courante en travée on a 𝜌 = 0,97% et 𝐴𝑆 = 110 𝑚2.

𝜎𝑠 = 245 𝑀𝑃𝑎

Tableau 27 : Diamètres des barres maximaux pour les barres d’armature HA.

Par interpolation linéaire, le diamètre correspondante à 245 𝑚𝑚 est ∅∗ = 16,5 𝑚𝑚.

𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓
∅𝑚𝑎𝑥 = ∅∗ × (69)
𝑓𝑐𝑡,0

Avec 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 = 3,21 𝑀𝑃𝑎 et 𝑓𝑐𝑡,0 = 2,9 𝑀𝑃𝑎

∅𝑚𝑎𝑥 = 18 𝑚𝑚

Comme l’armature mise en œuvre dans la zone en travée est de diamètre 16 𝑚𝑚, la
fissuration est contrôlée.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 102


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XIV - DIMENSIONNEMENT DES CONNEXIONS

La connexion a pour but, non seulement, d’empêcher les glissements relatifs entre l’ossature
métallique et la dalle en béton mais aussi de transmettre les efforts entre l’acier et le béton de la
structure mixte. Elle est vérifiée à long terme en service sous combinaisons rares, à l’ELS et à
l’ELU ainsi qu’à la fatigue. La limite élastique d’un goujon est de : 𝑓𝑦 = 235 𝑀𝑃𝑎. Son limite de
rupture est de : 𝑓𝑢 = 400 𝑀𝑃𝑎.

XIV.1 RESISTANCE D’UN GOUJON A TETE.

XIV.1.1 Mode de ruine.

On distingue deux modes de ruine pour ce type de connecteur :

─ la ruine par cisaillement de l’acier en pied, vis à vis de laquelle on a une résistance
caractéristique :

𝜋𝑑2
𝑃𝑅𝑘 (1) = 0,8 ∙ 𝑓𝑢 ∙ (70)
4

─ la ruine par écrasement du béton en pied, vis-à-vis de laquelle on a une résistance


caractéristique :

𝑃𝑅𝑘 (2) = 0,29 ∙ 𝛼 ∙ 𝑑2 ∙ √𝑓𝑐𝑘 ∙ 𝐸𝑐𝑚 (71)

La résistance caractéristique d’un goujon s’écrit :

𝑃𝑅𝑘 = 𝑀𝑖𝑛(𝑃𝑅𝑘 (1) ; 𝑃𝑅𝑘 (2) ) (72)

ℎ ℎ
Avec : 𝛼 = 0,2 (𝑑 + 1) lorsque 3 ≤ 𝑑 ≤ 4 sinon on prend directement 𝛼 = 1

XIV.1.2 Résistances de calcul.

Les résistances de calcul à l’ELS et ELU sont :

𝑃𝑅𝑑 (𝐸𝐿𝑈) = 0,8 ∙ 𝑃𝑅𝑘 (73)


𝑃𝑅𝑑 (𝐸𝐿𝑆) = 0,6 ∙ 𝑃𝑅𝑘 (74)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 103


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Les connecteurs utilisés sont des goujons de diamètre 𝑑 = 22 𝑚𝑚, de hauteur ℎ = 200 𝑚𝑚.
On dispose transversalement 4 files de goujons par poutre. On obtient alors : 𝑃𝑅𝑘 = 0,1368 𝑀𝑁 ;
𝑃𝑅𝑑 (𝐸𝐿𝑈) = 0,1095 𝑀𝑁 et 𝑃𝑅𝑑 (𝐸𝐿𝑆) = 0,0657 𝑀𝑁

XIV.2 DIMENSIONNEMENT.

XIV.2.1 Flux de cisaillement à l’interface acier/béton.

Pour chaque section transversale du tablier située longitudinalement à l’abscisse 𝑥, le flux de


cisaillement le long de l’interface acier/béton est obtenu par (en comportement élastique).

𝜇𝑐 𝑉𝐸𝑑 (75)
𝑣𝐿,𝐸𝑑 (𝑥) =
𝐼𝑚𝑖𝑥𝑡𝑒

Avec 𝜇𝑐 est le moment statique de la dalle en béton par rapport au centre de gravité de la
section mixte.

On divise l’ouvrage en 𝑛 tronçons de longueurs 𝑙𝑖 , 𝑖 ∈ [1; 𝑛]. Chaque tronçon ayant


typiquement une longueur comprise entre 5 et 15 𝑚. L’espacement maximum des rangées de
connecteurs dans chaque tronçon est :

4 × 𝑃𝑅𝑑 (76)
𝑒𝑖 =
𝑚𝑎𝑥(𝑣𝐿,𝐸𝑑 )

On propose de découper la poutre en des tronçons délimités par les abscisses suivantes :

0,00 5,00 10,00 15,00 20,00 25,00 32,00 40,00 45,00 50,00
55,00 60,00 68,00 75,00 80,00 85,00 90,00 95,00 100,00

Les calculs ont donnés les résultats suivants :

Tableau 28 : Valeur maximum des espacements de goujon.

Tronçons 0-5 5 - 10 10 - 15 15 - 20 20 - 25 25 - 32 32 - 40 40 - 45 45 - 50
𝑒𝐸𝐿𝑆 (𝑚𝑚) 150 200 280 450 1190 970 370 230 180
𝑒𝐸𝐿𝑈 (𝑚𝑚) 190 250 340 560 1470 1200 460 280 220

Les espacements maximaux pour la 2ème travée sont obtenus par symétrie.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 104


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XIV.2.2 Dispositions constructives.

L’espacement maximal est limité à :

𝑒𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝑖𝑛 (800 𝑚𝑚 ; 4𝑒) (77)

Pour une épaisseur de la dalle 𝑒 = 260 𝑚𝑚 :

𝑒𝑚𝑎𝑥 = 800 𝑚𝑚

L’espacement minimal est de :

𝑒𝑚𝑖𝑛 ≥ 5𝑑 (78)

𝑑 = 22 𝑚𝑚 étant la diamètre du goujon.

𝑒𝑚𝑖𝑛 = 110 𝑚𝑚

XIV.3 REPARTITION DES CONNECTEURS.

Pour assurer le fonctionnement mixte, on a besoin de 151 𝑟𝑎𝑛𝑔é𝑒𝑠 de connecteur sur


chaque travée dont la répartition longitudinale est donnée par la Figure 83 .

Figure 83 : Répartition des connecteurs sur la poutre.

Une rangée est composée de 4 connecteurs disposés comme dans la Figure 84.

Figure 84 : Disposition transversale des goujons.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 105


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XV - JUSTIFICATION LOCALES DE LA DALLE.

XV.1 JUSTIFICATION AU NIVEAU DES FERRAILLAIGES.

XV.1.1 Limitation de contrainte à l’ELS caractéristique.

Il convient de vérifier les limites suivantes :

𝜎𝑠 ≤ 0,8 ∙ 𝑓𝑠𝑘
(79)
𝜎𝑐 ≤ 0,6 ∙ 𝑓𝑐𝑘

o Pour vérifier les armatures passives, on effectue un calcul à long terme (𝑛 = 15) qui
fournit les valeurs les plus défavorables.
o Pour vérifier la limite de compression dans le béton, c’est généralement le calcul des
contraintes à court terme avec 𝑛 = 𝐸𝑠 ⁄𝐸𝑐𝑚 = 5,9 qui est défavorable.

Le programme BComposite permet de faire cette vérification. Cf. Figure 57 et Figure 58.

XV.1.2 Résistance en flexion a l’ELU.

On doit vérifier, à l’ELU, que le moment sollicitant est inférieur au moment résistant
ultime 𝑀𝑟𝑑 . Ce dernier, calculé à partir des diagrammes contraintes-déformations suivants :

─ pour le béton, un diagramme rectangulaire simplifié équivalent :


 = 0,80 et  = 1,00 car 𝑓𝑐𝑘 = 35 𝑀𝑃𝑎 ≤ 50 𝑀𝑃𝑎
𝑓𝑐𝑑 = 23,3 𝑀𝑃𝑎 ( avec 𝛼𝑐𝑐 = 1) et 𝜀𝑐𝑢3 = 0,35%
─ pour les armatures, un diagramme bilinéaire avec écrouissage8:
𝑓𝑠𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎 ; 𝑘 = 1,08 et 𝜀𝑐𝑢𝑑 = 0,45%

Pour la section au droit des poutres principales :

Figure 85 : Calcul du moment résistant ultime.

8
Pour les armatures de classe B au sens de l'annexe C de l'EN1992-1-1
RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 106
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝑀𝑟𝑑 est donnée par l’expression suivante :

𝑥
𝑀𝑟𝑑 =  ∙ 𝑥 ∙ 𝑏 ∙  ∙ 𝑓𝑐𝑑 ∙ (𝑥 − ) + 𝑓𝑠𝑑 𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑥) (80)
2
𝑑 ∙ 𝜀𝑐𝑢3
𝑥=
𝜀𝑢𝑑 + 𝜀𝑐𝑢3

Pour la section au droit des poutres principales 𝑥 = 1,67 𝑐𝑚 et 𝑀𝑟𝑑 = 0,368 𝑀𝑁𝑚 >
𝑀𝐸𝑑 = 0,300 𝑀𝑁𝑚. Et pour la section à mi-portée de la dalle 𝑥 = 1,52 𝑐𝑚 et 𝑀𝑟𝑑 =
0,335 𝑀𝑁𝑚 ≫ 𝑀𝐸𝑑 = 0,148 𝑀𝑁𝑚.

Conclusion : La résistance en flexion de la dalle est bien vérifiée.

XV.1.3 Résistance à l’effort tranchant.

Le diagramme des efforts tranchants dû aux charges permanentes est présenté dans la
Figure 56. Pour les charges d’exploitation, on utilise les résultats obtenus à partir des Figure 22 et
Figure 23. L’effort tranchant maximal est obtenu au droit des poutres principales lorsqu’on applique
le modèle charge LM1 à l’intérieur des deux poutres. La valeur de l’effort à l’ELU est :

𝑉𝐸𝐿𝑈 = 1,35 × 0,095 + 1,35 × (26,90 + 2,99) = 167 𝐾𝑁/𝑚𝑙

La résistance de la dalle en l’absence d’armatures d’efforts tranchant par 𝑚𝑙 s’obtient par :

1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑏𝑤 ∙ 𝑑 {𝑘1 ∙ 𝜎𝑐𝑝 + 𝑀𝑎𝑥 [𝐶𝑅𝑑,𝑐 ∙ 𝑘 ∙ (100 ∙ 𝜌1 ∙ 𝑓𝑐𝑘 )3 ; 𝑉𝑚𝑖𝑛 ]} (81)

Voici l’application numérique pour la section située au droit de la poutre principale :

0,18
𝑓𝑐𝑘 = 35 𝑀𝑃𝑎 ; 𝐶𝑅𝑑,𝑐 = = 0,12 ; 𝑑 = 230 𝑚𝑚 ; 𝑘1 = 0,15 ; 𝛾𝑐 = 1,5
𝑐

200 200
𝑘 = 𝑀𝑖𝑛 (1 + √ ; 2,0 𝑚𝑚) = 1 + √230 = 1,93
𝑑

𝐴𝑠𝑙 = 8 𝐻𝐴 25 = 3927 𝑚𝑚2 est l’aire de la nappe supérieure au niveau des poutres.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 107


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝐴𝑠𝑙
𝜌1 = 𝑀𝑖𝑛 (𝑏 ; 0,02) = 𝑀𝑖𝑛(0,17; 0,02) = 0,02
𝑤 ∙𝑑

0,34
𝑉𝑚𝑖𝑛 = ( ) ∙ √𝑓𝑐𝑘 est la valeur recommandée pour les dalles.
𝛾𝑐

Ici 𝜎𝑐𝑝 = 0 en l’absence de l’effort normale dans le sens transversale.

𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑉𝑚𝑖𝑛 ∙ 𝑏𝑤 ∙ 𝑑 = 0,308 𝑀𝑁/𝑚𝑙 ≫ 𝑉𝐸𝐿𝑈 = 0,167𝑀𝑁/𝑚𝑙

Conclusion : Il n'est donc pas nécessaire d'ajouter des armatures d'effort tranchant dans la dalle,
autres que celles résultant des dispositions constructives (recouvrement, poussée au vide, etc.). Un
minimum de 3 à 4 cadres par m² est nécessaire pour maintenir les aciers pendant le bétonnage.

XV.2 RESISTANCE AU POINCONNEMENT (ELU)

Il s’agit de vérifier que le cisaillement engendré sous l’effet d’une charge concentrée reste
admissible. Le cas échéant, il faut alors déterminer la quantité d’acier d’effort tranchant à mettre en
place pour assurer la résistance de la dalle. On considère l’effet de la roue LM2, qui représente une
charge localisée dont la surface d’impact est une rectangle de 0,35 × 0,60 𝑚2 . (Cf. IV.5.4.3)

XV.2.1 Contour de contrôle de référence.

La diffusion des efforts dans le béton a pour effet de répartir les effets des charges. Pour
tenir compte de cet effet favorable, l’EN1992-1-1 définit des contours de contrôle de référence. Il
est alors considéré que la charge se répartit de manière uniforme dans la zone située à l’intérieur de
ce périmètre 𝑢1 (Cf. Figure 86).

Figure 86 : Contours de contrôle de référence.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 108


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

𝑑 - correspond à la moyenne des bras de levier des aciers longitudinaux (𝑑𝑦 ) et transversaux
(𝑑𝑧 ) de la nappe inférieure, par rapport au plan de la surface d’impact :

𝑑𝑧 + 𝑑𝑦
𝑑= (82)
2

Pour calculer la hauteur d, on place le chargement LM2 dans la position la plus excentrée
possible sur la dalle en encorbellement.

Le centre de gravité de la charge se situe donc à 1,00 + 0,60/2 = 1,30 𝑚 du bord libre de
la dalle. A ce niveau, l’épaisseur de béton de la dalle vaut 0,26 𝑚.

On en déduit :

𝑑 = 0,5 × [(0,26 − 0,035 − 0,016/2) + (0,26 − 0,035 − 0,016 − 0,016/2)] = 0,209 𝑚

Le périmètre de contrôle de référence est défini à partir de la zone d’impact.

On obtient :

𝑢1 = 2(0,35 + 0,60 + 4 × 0,11) + 4𝜋𝑑 = 5,41 𝑚

XV.2.2 Cisaillement 𝝉𝑬𝒅 sur le contour de référence.

Le cisaillement se développe sur une surface de béton 𝑢1 ℎ et est donné par :

𝑉𝐸𝑑
𝜏𝐸𝑑 = 𝛽 (83)
𝑢1 ℎ

Avec :

𝛽𝑄 ∙𝑄𝑎𝑘 0,9×400
─ 𝑉𝐸𝑑 = = = 180 𝐾𝑁 : effort de poinçonnement
2 2

─ 𝛽 – facteur qui tient compte de l’excentrement, on prend 𝛽 = 1 (charge centrée).

𝜏𝐸𝑑 = 0,16 𝑀𝑃𝑎

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 109


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XV.2.3 Résistance au poinçonnement du béton seul 𝝉𝑹𝒅,𝒄 .

Elle est donnée par la relation suivante :

𝑉𝑅𝑑,𝑐
𝜏𝑅𝑑,𝑐 = 𝛽 (84)
𝑢1 ℎ
1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑢1 ∙ 𝑑 {𝑘1 ∙ 𝜎𝑐𝑝 + 𝑀𝑎𝑥 [𝐶𝑅𝑑,𝑐 ∙ 𝑘 ∙ (100 ∙ 𝜌1 ∙ 𝑓𝑐𝑘 )3 ; 𝑉𝑚𝑖𝑛 ]} (85)

On détermine les différents paramètres de calcul dans (85) comme dans (81), on prend
𝜎𝑐,𝑙𝑜𝑛𝑔
également 𝜎𝑐𝑝 = 𝑀𝑎𝑥 ( ; −1,85 𝑀𝑃𝑎) = −1,85 𝑀𝑃𝑎.
2

𝜏𝑅𝑑,𝑐 = 0,86 𝑀𝑃𝑎

Conclusion : On en vérifie que 𝜏𝑅𝑑,𝑐 > 𝜏𝐸𝑑 alors la résistance au poinçonnement est bien vérifiée.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 110


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CONCLUSION PARTIELLE.

Cette partie a été consacré sur la mise en œuvre des outils de calcul crées dans la Partie II.
Une étude détaillée a été faite dans le but de comprendre les démarches de calcul et avoir un moyen
de vérification sur les résultats donnés par les programmes.

Certaines études non couvertes par les outils de calcul ont été présentées à savoir : le calcul
des efforts à appliquer sur la dalle, les différentes justifications de section particulières et le
dimensionnement des goujons.

A travers cette partie on a pu constater la complexité de l’étude d’un pont bipoutre mixte. Et
que l’Eurocode 4 prévoit différentes valeurs du coefficient d’équivalence à chaque situation de
calcul. Une méthode d’analyse qui pénalise l’étude manuelle.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 111


PARTIE IV : ETUDES CONNEXES
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XVI - INFRASTRUCTURE DU PONT.

XVI.1 CUMUL DES CHARGES.

Considérons la pile intermédiaire P1. La pile aura la forme et les dimensions suivantes :

Figure 87 : Détails de la pile.

Figure 88 : Efforts horizontaux sur la pile (sens transversale).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 113


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVI.1.1 Charges verticales.

XVI.1.1.1 Venant de la superstructure.

Les charges venant de la superstructure supportées par la pile est donnée par le Tableau 29.

Tableau 29 : Charges venant de la superstructure.

Charge unitaire Charges verticales


Désignations Nombre
[kN] [kN]
CHARGES PERMANENTES :
Dalle 1 1 465 1 465
Poutre métallique (y compris entretoises) 2 4 635 9 270
Equipements non-structuraux 2 943 1 885
12 620
CHARGES D'EXPLOITATIONS :
UDL + TS
Poutre No. 01 1 1 644 1 644
Poutre No. 02 1 370 370
Trottoir 2 250 500
2 514

XVI.1.1.2 Poids propre de la pile.

La forme et les dimensions ont été choisies de façon à conférer une bonne stabilité à la pile.
Tous les éléments de la pile sont en béton armé, la charge due aux poids propre de la pile est
calculée dans le Tableau 30. On propose une semelle de répartition 5,00 x 3,00 x 1,00 m.

Tableau 30 : Charge du aux poids propre de la pile.

Densité Vol. élémentaires Charges verticales


Désignations
(kN/m3) (m3) (kN)
Chevêtre 14,74 369
Voile en BA 25 23,63 591
Semelle de répartition 15 375
1335

XVI.1.2 Charges horizontales.

XVI.1.2.1 Effet du vent.

La pression du vent cyclonique est égale à w = 4kN/m².

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 114


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVI.1.2.2 Freinage ─ démarrage.

La force horizontale due au freinage et au démarrage est notée par 𝑄𝑙𝑘 s’exerçant au niveau
du revêtement. Sa valeur caractéristique est donnée par :

180 × 𝛼𝑄1 [𝑘𝑁] ≤ 𝑄𝑙𝑘 = 0,6 × 𝛼𝑄1 × (2 × 𝑄1𝑘 ) + 0,10 × 𝛼𝑄1 × 𝑞1𝑘 × 𝑤1 × 𝐿 ≤ 900 [𝑘𝑁] (86)

Avec :

L = 100 m : longueur du tablier


𝑤1 = 3,00 𝑚 : largeur d’une voie conventionnelle

Ainsi :

162 𝑘𝑁 ≤ 𝑄𝑙𝑘 = 0,6 × 0,9 × (2 × 300) + 0,10 × 0,9 × 9 × 3 × 100 ≤ 900 𝑘𝑁

𝑄𝑙𝑘 = 567 𝑘𝑁

XVI.1.2.3 Effet de courant.

La force résultante exercée par les courants est donnée par :

1
𝐹𝐶 = ∙ 𝜌 ∙ 𝑣 2 ∙ 𝐴 ∙ 𝐶𝑥 (87)
2

Avec :

𝜌 : poids volumique de l’eau (= 1000 kg/m3) ;


v : vitesse d’écoulement au droit de l’obstacle (= 2,70 m/s) ;
A : maître-couple de la pile dans la direction de l’écoulement (= 9,26 m²) ;
Cx : coefficient de pénétration dépendant de la forme de la pile (= 0,6 pour une pile
hémicylindrique.)

Ainsi :

𝐹𝐶 = 147 𝑘𝑁.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 115


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVI.2 STABILITE DE LA PILE.

XVI.2.1 Stabilité au renversement.

L’étude de la stabilité se fait avec la combinaison d’action suivante :

1,1𝐺𝑚𝑎𝑥 + 0,9𝐺𝑚𝑖𝑛 + 1,5𝑄 (88)

𝐺𝑚𝑎𝑥 : action permanente défavorable


𝐺𝑚𝑖𝑛 : action permanente favorable
𝑄 : action permanente favorable

On vérifie ensuite la relation suivante :

𝐸𝑑,𝑑𝑠𝑡 ≤ 𝐸𝑑,𝑠𝑡𝑏 (89)

𝐸𝑑,𝑑𝑠𝑡 : effet des actions déstabilisantes


𝐸𝑑,𝑑𝑠𝑡 : effet des actions stabilisantes

Tableau 31 : Vérification de la stabilité au renversement.

SENS TRANSVERSAL SENS LONGITUDINAL


DESIGNATIONS Coef. FORCES Bras de FORCES Bras de
levier Moments Moments
(kN) (kN) levier (m)
(m) (kNm) (kNm)
Poids propre venant
0,9
SUPERSTRUCTURE 15 134 2,00 27 241 15 134 2,00 27 241
Poids propre de la PILE 0,9 1 335 2,00 2 403 1 335 2,00 2 403
MOMENT STABILISANT MS 29 644 29 644
Effet du VENT
- sur le chevêtre 1,5 10 6,88 103
- sur le tablier 1,5 696 9,05 9 448
- sur la voile (*) 1,5 2,20 6,08 20
Effet de courant 1,5 147 3,93 867
Freinage 1,5 567 10,6 9 015
MOMENT RENVERSANT MR 10 439 9 015
Marge de sécurité 2,84 11,36
(*) On considère uniquement la hauteur intéressée par le vent h = ht - PHEC

On voit bien que la stabilité au renversement est assurée.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 116


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVI.2.2 Stabilité au glissement.

Dans le cas présent il n’y a pas lieu d’étudier la stabilité vis-à-vis du glissement car les pieux
de fondation vont servir d’ancrage.

XVI.3 ANALYSE DES DONNEES GEOTECHNIQUES.

Les essais effectués remontent à 2011 durant les études de faisabilité de la RNS34.

XVI.3.1 Coupe géologique du terrain.

L’exploitation des données à partir du sondage sur site conduit à la coupe suivante :

Figure 89 : Coupe géologique du site.

XVI.3.2 Données pressiométriques.

Le sondage est arrêté à 21 m de profondeur pour l’essai pressiométrique. Les résultats de


l’essai sont annexés dans l’ANNEXE II.

Les valeurs mesurées sont reportées dans le tableau suivant :

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 117


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 32 : Résultats de l’essai pressiométrique.

Profondeur Valeur pressiométrique moyenne


Nature visuelle
[m] E [MPa] Pl [MPa]
0,00 à 1,50 Sable argileux gris 1,04 0,04
1,50 à 4,50 Argile sableuse fin grise 1,44 0,08
4,50 à 7,50 Sable fin moyen argileux micacé jaunâtre 1,64 0,16
Sable moyen légèrement argileux micacé
7,50 à 13,50 5,32 0,63
jaunâtre
13,50 à 17,50 Sable moyen à grossier micacé jaunâtre 13,10 1,46
17,50 à 20,00 Argile sableuse compacte jaunâtre + grains 21,20 1,91

XVI.3.3 Interprétations.

Au vu des faibles caractéristiques des sols (Pl < 0,50 jusqu’à 10 m de profondeur) on adopte
une fondation profonde. Pour la technologie de mise en œuvre, on va utiliser des pieux forés à la
boue. C’est le calcul qui déterminera la profondeur l’ancrage et leurs nombres. Pourtant, le diamètre
sera fixé à 1000 𝑚𝑚.

XVI.4 CALCUL DES PIEUX.

Le mode de calcul est celui prescrit dans l’ANNEXE C de l’Eurocode 7 – Partie 3. [5]

XVI.4.1 Capacité portante ultime Q d’un pieu.

En partant des résultats de l’essai pressiométrique, elle est donnée par la formule suivante :

𝑄 = 𝐴 ∙ 𝑘 ∙ (𝑝𝐿𝑀 − 𝑝0 ) + 𝑃 ∑(𝑞𝑠𝑖 ∙ 𝑧𝑖 ) (90)

Avec :

A : Aire de la base su pieu (= 0,785 m²) ;


pLM : valeur représentative de la pression limite à la base du pieu. (= 2,05 MPa à 19,0 m de
profondeur) ;

𝑝0 = 𝐾0 (𝜎𝑣 − 𝑢) + 𝑢

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 118


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Où :

𝐾0 = 0,50 par convention ;


𝜎𝑣 : contrainte verticale totale au niveau de la pointe : 𝜎𝑣 = 𝛾ℎ × 19 ≈ 0,342 𝑀𝑃𝑎 ;
u : pression interstitielle au niveau de la pointe : 𝑢 = 0 (pas de nappe phréatique);

D’où 𝑝0 = 0,17 𝑀𝑃𝑎

k : facteur de capacité portante. Pour un pieu foré k = 1,8.


P : périmètre du pieu (= 3,14 m)
qsi : résistance du fût par unité de surface pour la couche de sol i, donnée par la Figure 90.
zi : épaisseur de la couche 𝑖.

Figure 90 : Valeur de qsi en fonction de pLM.

Le calcul de 𝑞𝑠𝑖 est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 33 : Effort limite par frottement latéral.

Epaisseur zi Type de sol / Pl Courbe qsi


[m] catégorie [MPa] à utiliser [MPa]
1,50 Sable / A 0,04 1 0,000
3,00 Argile / A 0,08 1 0,000
3,00 Sable / A 0,16 1 0,001
6,00 Sable / A 0,63 1 0,003
4,00 Sable / B 1,46 2 0,007
1,50 Argile / B 1,91 2 0,008
∑ 𝒒𝒔𝒊 ∙ 𝒛𝒊 0,061

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 119


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

D’où :

𝑄 = 0,785 × 1,8 × (2,05 − 0,17) + 3,14 × 0,061 = 2,66 𝑀𝑁

La capacité portante ultime de calcul notée 𝑅𝑐𝑑 est obtenue en affectant les coefficients de
sécurité : 𝛾𝑏 = 1,6 pour la résistance de pointe et 𝛾𝑠 = 1,3 pour le frottement latéral.

𝑅𝑐𝑑 = 1,66 + 0,15 = 1,81 𝑀𝑁

XVI.4.2 Nombre des pieux.

Le nombre des pieux est donné par :

𝑅𝐸𝑑
𝑛𝑝 = 1,5 × (91)
𝑅𝑐𝑑
𝑅𝐸𝑑 étant la somme des charges verticales transmises à la fondation. En première
approximation 𝑅𝐸𝑑 est comme suit :

𝑅𝐸𝑑 = 15 134 (𝑆𝑢𝑝𝑒𝑟𝑠𝑡𝑟𝑢𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒) + 1 335 (𝑃𝑖𝑙𝑒) = 16 469 𝑘𝑁

Après calcul, on trouve :

𝑛𝑝 = 14 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥

Le nombre de pieux est trop élevé, alors on va essayer de descendre en profondeur pour
augmenter la capacité portante du pieu.

Le sondage est arrêté volontairement à 20 m de profondeur. Pourtant, en examinant l’allure


des courbes pressiométriques, on constate que la variation des pressions limites 𝑝𝐿𝑀 suit une
tendance linéaire. Ainsi, pour estimer les valeurs de 𝑝𝐿𝑀 dans les profondeurs en dessous de 20 m
on va procéder par extrapolation.

A 30 m de profondeur : 𝑝𝐿𝑀 = 3,20 𝑀𝑃𝑎.

𝑄 = 0,785 × 1,8 × (3,20 − 0,27) + 3,14 × 0,249 = 4,92 𝑀𝑁

𝑅𝑐𝑑 = 2,59 + 0,60 = 3,19 𝑀𝑁

𝑛𝑝 = 8 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 120


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVI.4.3 Disposition des pieux sous la semelle de répartition.

La distance entre axe des pieux est au moins égale à 2,5 fois le diamètre d’un pieu pour
éviter l’effet de groupe. En tenant compte de cette disposition, la semelle de répartition sera comme
suit :

Figure 91 : Disposition des pieux sous semelle.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 121


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XVII - COMPARAISONS DES NORMES FRANÇAISES / EUROCODES.

Ce chapitre sera consacré à la comparaison entre les Anciens Règlements Français et les
Eurocodes. On va se concentrer uniquement sur les grandes différences.

La comparaison s’effectue en premier lieu au niveau des hypothèses de calcul, puis aux
méthodes de calcul. Afin de faciliter la mise en évidence de la différence, des tableaux seront établis
pour chaque rubrique. Seules les différences fondamentales vont être évoquées.

XVII.1 HYPOTHESES DE CALCUL.

XVII.1.1 Retrait et coefficient d’équivalence.

Avec les Anciens Règlements, le retrait et les coefficients d’équivalence étaient pris en
compte forfaitairement. En effet, le retrait à court terme, qui regroupe retrait endogène et de
dessiccation, était pris égal à 𝜀𝑟 = 2,0 ∙ 10−4 , alors que celui à long terme inclut en plus le retrait
thermique, dû aux variations de température, pour une valeur finale prise égale à 𝜀𝑟 = 2,5 ∙ 10−4 .

Par contre, avec les Eurocodes la détermination des actions dues aux retraits est plus
complexe. (Cf. IV.5.2).

Une différence fondamentale apparaît également sur la prise en compte des coefficients
d’équivalence dans le calcul. (Cf. IV.5.3.2).

Tableau 34 : Comparatif sur le coefficient d’équivalence

Etat du béton Règlement Français Eurocodes


Coulage (*) 𝑛 = 6,162
Phase définitive à court terme 𝑛=6
𝑛 = 𝑛0 (1 +  ∙ 𝜑𝑡 )
Phase définitive à long terme 𝑛 = 18
(*) sans objet, sauf pour les poutres mixtes préfabriquées. Dans ce cas, n = 18 pour le béton de la
prédalle uniquement.

 Les Eurocodes traitent le phénomène de retrait d’une manière beaucoup plus précise que
les Règlements Français.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 122


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.1.2 Largeur de chaussée.

Les notions de largeur roulable (𝐿𝑟 ) et chargeable (𝐿𝑐 ) n’interviennent plus dans les
Eurocodes. Pour ce dernier, la largeur de chaussée est la distance entre bords intérieurs des trottoirs
ou entre les faces intérieures des dispositifs de sécurité.

Figure 92 : Largeurs de chaussée avec les Règlements Français.

Figure 93 : Largeur de chaussée selon les Eurocodes.

XVII.1.3 Voie conventionnelle.

Les Eurocodes diffèrent des Règlements Français non seulement sur la largeur de voie fixée
à 3,00 𝑚 mais aussi de la présence d’une aire résiduelle.

Tableau 35 : Définition de voie conventionnelle.

Fascicule 61 Titre II EN 1991-2


Largeur roulable 𝐿𝑟 = 7,00 𝑚
𝐿 = 7,00 𝑚
Largeur chargeable 𝐿𝑐 = 7,00 𝑚
Nombre de voies 𝐸𝑛𝑡(𝐿𝑟 ⁄3) = 2 𝑣𝑜𝑖𝑒𝑠 𝐸𝑛𝑡 (𝐿⁄3) = 2 𝑣𝑜𝑖𝑒𝑠
𝑤 = 3,00 𝑚
Largeur d’une voie 𝐸𝑛𝑡(𝐿𝑟 ⁄2) = 3,50 𝑚 𝐴𝑖𝑟𝑒 𝑟é𝑠𝑖𝑑𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 = 7,00 − 2 × 3,00
= 1,00 𝑚

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 123


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.1.4 Surcharges routiers.

Pour les surcharges routières, de nombreuses différences apparaissent entre l’EN 1991-2 et
le Fascicule 61 Titre II. En effet, l’uniformisation de la réglementation a conduit à considérer de
nouveaux convois, mais a également modifié la répartition transversale de ces charges.

Tableau 36 : Comparatif des surcharges d’exploitation

Fascicule 61 Titre II EN 1991-2


─ Système 𝐴(𝑙) : charge ─ Load Model 1 (LM1) :
uniforme ;  TS : Charge concentrée à double
─ Système 𝐵𝑐 : camion type ; essieux ;
─ Système 𝐵𝑟 : roue isolée ;  UDL : Charge uniformément repartie ;
Modèle de charge
─ Système 𝐵𝑡 : groupe de 2 ─ Load Model 2 (LM2) : charge d’essieu
essieux ; unique
─ Charge militaire ; ─ Load Model 3 (LM3) : véhicule spéciaux
─ Convoi exceptionnel. ─ Load Model 4 (LM4) : chargement de foule

Le principe reste le même pour la détermination des efforts pour les deux règlements. Mais
avec les Eurocodes, le coefficient de majoration dynamique n’intervient plus sauf dans le cas des
convois spéciaux. L’intensité des charges ne sont plus les mêmes, celles des Eurocodes sont
beaucoup plus pénalisantes.

Par voie de circulation, un seul tandem TS est autorisé contre deux camions 𝐵𝐶 par voie au
maximum avec le Règlement français.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 124


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.1.5 Combinaison de calcul.

Au niveau de la combinaison de calcul, la différence peut être facilement observée en faisant


un tableau.

Tableau 37 : Comparaison sur la combinaison de calcul.

Fascicule 61 Titre II EC 1
─ Combinaison rares : ─ Combinaison caractéristique :
𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 𝑄1 + ∑ 𝑜𝑖 𝑄𝑖 𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆 + 𝑈𝐷𝐿𝑘
+ 𝑇𝑆𝑘
─ Combinaison fréquente : ─ Combinaison fréquent :
ELS 𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 1 𝑄1𝑘 + ∑ 2𝑖 𝑄𝑖𝑘 𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆 + 0,4
─ Combinaison quasi-permanente : ∙ 𝑈𝐷𝐿𝑘 + 0,75 ∙ 𝑇𝑆𝑘
─ Combinaison quasi-permanent :
𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + ∑ 2𝑖 𝑄𝑖𝑘
𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑟 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆

1,35 𝐺𝑘,𝑠𝑢𝑝 (𝑜𝑢 1,0 𝐺𝑘,𝑖𝑛𝑓 ) + (1,0 𝑜𝑢 0,0) 𝑆


ELU 1,35𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 1,5𝑄1𝑘 + ∑ 1,30𝑖 𝑄𝑖
+ 1,35 {𝑈𝐷𝐿𝑘 + 𝑇𝑆𝑘 }

Bilan :

La grande différence entre les deux règlements apparaît sur la prise en compte du retrait.
Dans la combinaison fréquente, l’EC 1 affecte deux coefficients distincts sur les surcharges
routières. Et enfin à l’ELU le coefficient à affecter aux surcharges d’exploitation est différent.

XVII.2 METHODE DE CALCUL.

XVII.2.1 Prise en compte de la fissuration.

Une analyse globale « fissurée » est une nouveauté dans les Eurocodes, les sollicitations
obtenues avec les Règlements Français sont issues d’une analyse « non-fissurée ».

Tableau 38 : Type d’analyse

Règlements Français Eurocode 4


Limitation de fissuration 𝜎 ≤ −𝑓𝑡28 𝜎 ≤ −2 × 𝑓𝑐𝑡𝑚
Analyse non-fissurée fissurée

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 125


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.2.2 Prise en compte du traînage de cisaillement.

Ce phénomène est déjà détaillé dans § XI.1.3

XVII.2.3 Classification des sections.

L’instauration des classes de sections dans les Eurocodes permet de mener le calcul en
plasticité pour les sections de classe 1 et 2. Les sections de classe 3 et 4 soumises à un moment
positif sont à vérifier en élasticité.

Les justifications avec l’Ancien Règlement s’effectuent donc uniquement en élasticité. Mais
avec l’Eurocode les sections de classe 1 et 2 font l’objet d’une justification en plasticité.

XVII.2.4 Contraintes limites aux ELS.

Tableau 39 : Limitation des contraintes aux ELS

Anciens Règlements Eurocodes


𝜎𝑒 𝑓𝑦
Contraintes 𝜎𝐸𝐿𝑆 ≤ 𝜎𝑠,𝑖𝑛𝑓 ≤
1,15 𝛾𝑀,𝑠𝑒𝑟
normales dans
𝐴𝑣𝑒𝑐 𝜎𝑒 : limite élastique dépend de 𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑓𝑦 : limite élastique dépend de
l’acier
l’épaisseur de la semelle. l’épaisseur de la semelle et 𝛾𝑀,𝑠𝑒𝑟 = 1
Contraintes dans 2
𝜎𝑠 ≤ 𝑀𝑖𝑛{3 𝑓𝑒 ; 𝑀𝑎𝑥(0,5𝑓𝑒 ; 110√𝑓𝑡28 )} 𝜎𝑠 ≤ 0,8𝑓𝑠𝑘
les armatures
─ ELS caractéristique :
𝜎𝑐 ≤ 0,6 × 𝑓𝑐𝑘
Contraintes dans le
𝜎𝑏,𝐸𝐿𝑆 ≤ 0,6 × 𝑓𝑐28 ─ ELS quasi-permanente :
béton
𝜎𝑐 ≤ 0,45 × 𝑓𝑐𝑘

𝑓𝑦 0,6 ∙ 𝑓𝑦
0,6 ∙ 𝜎𝑒 𝜏𝐸𝐿𝑆 ≤ ≈
Contrainte de
√3 ∙ 𝑀,𝑠𝑒𝑟 𝑀,𝑠𝑒𝑟
𝜏𝐸𝐿𝑆 ≤
cisaillement 1,15
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑀,𝑠𝑒𝑟 = 1

Critère de Von 2 2
𝑓𝑦
2
√𝜎𝐸𝐿𝑆 2
+ 3𝜏𝐸𝐿𝑆 ≤ 𝜎𝑒 √𝜎𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑆 + 3𝜏𝐸𝑑,𝐸𝐿𝑆 ≤
Mises 𝑀,𝑠𝑒𝑟

On constate que l’Eurocode utilise mieux les matériaux : les contraintes limites sont plus
grandes par rapport aux contraintes limites avec l’Ancien Règlement.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 126


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.3 DIMENSIONNEMENT DE LA DALLE EN BA.

XVII.3.1 Méthode de calcul.

Dans sa globalité, le dimensionnement des éléments en BA peut être résumé dans


l’illustration ci-dessous.

Figure 94 : Comparaison sur le calcul d’armature.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 127


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVII.3.2 Bilan et résultats.

La première différence apparait sur la loi de comportement de l’acier qui influe directement
sur le calcul d’armature. Sur le calcul, avec l’EC 2 on dimensionne les sections à l’ELU et on
vérifie les contraintes à l’ELS ce qui n’est pas le cas avec BAEL91/99. Enfin, la vérification des
ouvertures de fissures est une nouveauté qu’apporte l’Eurocode 2.

Par exemple pour les cas de sollicitation dans les Figure 57 et Figure 58. Le tableau suivant
donne une comparaison des résultats.

Tableau 40 : Comparaison des résultats sur le calcul d’armature.

BAEL EC2
Exemple 1 : Exemple 1 :

Dimension de la section : Dimension de la section :


𝑏0 = 1,00 𝑚 ; ℎ𝑡 = 0,26 𝑚 ; 𝑑 = 0,23 𝑚 𝑏𝑤 = 1,00 𝑚 ; 𝑑 = 0,23 𝑚

Sollicitation de calcul : Sollicitation de calcul :


𝑀𝐸𝐿𝑈 = 0,300 𝑀𝑁𝑚 ; 𝑀𝑆𝐸𝑅 = 0,210 𝑀𝑁𝑚 𝑀𝐸𝐿𝑈 = 0,300 𝑀𝑁𝑚 ; 𝑀𝑆𝐸𝑅 = 0,210 𝑀𝑁𝑚

Classe de fissuration : Classe d’exposition :


FP XD
Enrobage minimale : Enrobage minimale :
𝑒 = 3 𝑐𝑚 𝑒 = 3 𝑐𝑚
Armature trouvé : Armature trouvé :
𝑨 = 𝟒𝟒, 𝟐𝟔 𝒄𝒎² 𝑨 = 𝟑𝟕, 𝟑𝟕 𝒄𝒎²
Exemple 2 : Exemple 2 :

Dimension de la section : Dimension de la section :


𝑏0 = 1,00 𝑚 ; ℎ𝑡 = 0,26 𝑚 ; 𝑑 = 0,21 𝑚 𝑏𝑤 = 1,00 𝑚 ; 𝑑 = 0,21 𝑚

Sollicitation de calcul : Sollicitation de calcul :


𝑀𝐸𝐿𝑈 = 0,148 𝑀𝑁𝑚 ; 𝑀𝑆𝐸𝑅 = 0,100 𝑀𝑁𝑚 𝑀𝐸𝐿𝑈 = 0,148 𝑀𝑁𝑚 ; 𝑀𝑆𝐸𝑅 = 0,100 𝑀𝑁𝑚

Classe de fissuration : Classe d’exposition :


FP XD
Enrobage minimale : Enrobage minimale :
𝑒 = 3 𝑐𝑚 𝑒 = 3 𝑐𝑚
Armature trouvé : Armature trouvé :
𝑨 = 𝟐𝟐, 𝟐𝟏 𝒄𝒎² 𝑨 = 𝟏𝟖, 𝟎𝟒 𝒄𝒎²

D’après les exemples traités, on aperçoit un gain autour de 17% en armature avec EC2. Ceci
est dû à la loi de comportement pris en compte dans le calcul.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 128


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CHAPITRE XVIII - COUT DU PROJET.

Ce chapitre couvre l’aspect financier du projet. Il a pour objet d’estimer le cout de l’ouvrage.
Pour ce faire, les travaux sont décomposés en des tâches élémentaires. Ensuite, chaque tâche est
évaluée séparément. Le montant de l’ouvrage s’obtient en faisant la somme des prix de chaque
tâche élémentaire. Pour que les prix soient réalistes, ils sont détaillés dans des sous détails de prix.

XVIII.1 COEFFICIENT DE DEBOURSE.

Le coefficient de déboursé sec est noté par K1. Il est donné généralement par la formule :

𝐴1 𝐴2
(1 + 100) (1 + 100)
𝐾1 = (92)
𝑇𝑉𝐴
1 − 𝐴3 (1 + 100 )

Où : TVA est la Taxe sur Valeur Ajoutée (TVA = 20%).

Les coefficients A1, A2, A3 se calculent en fonction des indices 𝑎𝑖 de la manière suivante :

A1 = a.1 + a.2 + a.3 + a.4


A2 = a.5 + a.6 + a.7 + a.8
A3 = a.9 = 0 pour une entreprise locale

Tableau 41 : Coefficients pris en compte dans le calcul de K1.

Indice de composition
Décomposition à l’intérieur de catégorie
Origine des frais Indice Valeur en %
de chaque catégorie de frais Valeur en
Indice
%
Frais d’agence et de patente a.1 3,00
Frais généraux Frais de chantier a.2 12,00
proportionnels aux A1 29,00
déboursés Frais d’études et de laboratoire a.3 3,00
Assurances a.4 1,00

Bénéfice et impôts sur le bénéfice a.5 10,00


Bénéfice brut et frais
financiers proportionnels Aléas techniques a.6 3,00 A2 22,00
au prix de revient Aléas de révision de prix a.7 5,00
Frais financiers a.8 4,00
Frais proportionnels au
Frais de siège a.9 - A3 -
prix de règlement

19 22
(1 + 100) (1 + 100)
𝐾1 = = 1,45
20
1 − 0 × (1 + 100)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 129


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

XVIII.2 BORDEREAU DE DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF.

Tableau 42 : Devis estimatif et quantitatif.


No. DÉSIGNATION DES TRAVAUX UNITÉ Qte PU MONTANT
1 - INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER
11 Installation de chantier
FFt 1 900 000 000,00 900 000 000,00
Le forfait à: neuf cents millions de Ariary
12 Repli de chantier
FFt 1 500 000 000,00 500 000 000,00
Le forfait à: cinq cents millions de Ariary
TOTAL INSTALLATION ET REPLI 1 400 000 000,00
2 - FONDATIONS
21 Forage
ml 480 404 005,00 193 922 400,00
Le mètre linéaire à :quatre cent quatre mille cinq Ariary
22 Béton dosé à 400 kg/m3 de ciment
m3 377 512 711,00 193 292 047,00
Le mètre cube à: cinq cent douze mille sept cent onze Ariary
23 Armature HA pour pieux (60kg/m3)
t 22,62 3 791 274,00 85 758 617,88
La Tonne à: trois millions sept cent quatre-vingt-onze mille deux cent soixante-quatorze Ariary
TOTAL FONDATION 472 973 064,88
3 - INFRASTRUCTURE
31 Béton dosé à 350 kg/m3 de ciment
m3 169 377 980,00 63 878 620,00
Le mètre cube à: trois cent soixante-dix-sept mille neuf cent quatre-vingts Ariary
32 Acier HA pour béton armé (80kg/m3)
t 13,52 3 791 274,00 51 258 024,48
La Tonne à: trois millions sept cent quatre-vingt-onze mille deux cent soixante-quatorze Ariary
33 Coffrage
m2 507 6 496,00 3 293 472,00
Le mètre carré à: six mille quatre cent quatre-vingt-seize Ariary
34 Enrochement
m3 117 55 000,00 6 435 000,00
Le mètre cube à: cinquante-cinq mille Ariary
TOTAL INFRASTRUCTURE 124 865 116,48
4 - SUPERSTRUCTURE
41 Profilé Reconstitué Soudé (PRS)
t 1418 1 452 955,00 2 060 290 190,00
La Tonne à: un million quatre cent cinquante-deux mille neuf cent cinquante-cinq Ariary
42 Goujons
U 1208 8 000,00 9 664 000,00
L'unité à: huit mille Ariary
43 Entretoise (IPE 600)
t 12 581 182,00 6 974 184,00
La Tonne à: cinq cent quatre-vingt-un mille cent quatre-vingt-deux Ariary
44 Béton dosé à 400 kg/m3 de ciment
m3 234 512 711,00 119 974 374,00
Le mètre cube à: cinq cent douze mille sept cent onze Ariary
TOTAL SUPERSTRUCTURE 2 196 902 748,00
5 - REVETEMENT
51 Imprégnation
t 1,94 2 012 767,00 3 904 767,98
La Tonne à: deux millions douze mille sept cent soixante-sept Ariary
52 Accrochage
t 1,6 2 479 664,00 3 967 462,40
La Tonne à: deux millions quatre cent soixante-dix-neuf mille six cent soixante-quatre Ariary
53 Béton Bitumineux ép. 5cm
t 93 900 000,00 83 700 000,00
La Tonne à: neuf cent mille Ariary
TOTAL REVETEMENT 91 572 230,38
6 - EQUIPEMENTS NON STRUCTURAUX
61 Barrière de sécurité
ml 110 90 000,00 9 900 000,00
Le mètre linéaire à :quatre-vingt-dix mille Ariary
62 Appareils d'appui
U 6 200 000,00 1 200 000,00
L'unité à: deux cent mille Ariary
63 Béton dosé à 250 kg/m3 de ciment
m3 40 248 000,00 9 920 000,00
Le mètre cube à: deux cent quarante-huit mille Ariary
64 Gargouilles
ml 40 8 800,00 352 000,00
Le mètre linéaire à :huit mille huit cents Ariary
TOTAL EQUIPEMENTS NON STRUCTURAUX 21 020 000,00
Montant HT 4 307 333 159,74
TVA 20% 861 466 631,94
TOTAL GENERAL 5 168 799 791,68

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 130


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Arrêté le présent Bordereau Détail Estimatif à la somme de : CINQ MILLIARDS CENT


SOIXANTE-HUIT MILLIONS SEPT CENT QUATRE-VINGT-DIX-NEUF MILLE SEPT CENT
QUATRE-VINGT-ONZE ARIARY SOIXANTE-HUIT (Ar 5 168 799 791,68 ) y compris la taxe
sur la valeur ajoutée au taux de vingt pour cent (20%) pour un montant de : HUIT CENT
SOIXANTE-ET-UN MILLIONS QUATRE CENT SOIXANTE-SIX MILLE SIX CENT
TRENTE-ET-UN ARIARY QUATRE-VINGT-QUATORZE (Ar 861 466 631,94 ).

Le cout au mètre linéaire est : Ar 51 687 997,92.

XVIII.3 EXEMPLAIRES DES SOUS DETAILS DES PRIX.

Tous les prix du DQE font l’objet d’un sous-détail des prix. Voici quelques exemples :

Tableau 43 : Sous détails de prix du forage.

PRIX No. 21
Désignations du prix : FORAGE
Rendement journalier : 40 Qté à realiser : 480 ml Durée (j) : 12,00
Composants des prix Coûts directes Dépenses directes TOTAL
Désignations U Qté U Qté PU (Ar) MO Matériaux Matériels (Ar)
1- Main d' œuvre
Directeur de chantier Hj 1 j 0,50 31 000,00 15 500,00
Conducteur des travaux Hj 1 j 0,50 20 500,00 10 250,00
Chef de chantier Hj 1 j 1,00 15 976,00 15 976,00
Ouvrier spécialisé Hj 3 j 1,00 10 652,00 31 956,00
Manœuvre Hj 8 j 1,00 10 436,00 83 488,00
Opérateur engin Hj 2 j 1,00 15 976,00 31 952,00
Total partiel Main d'œuvre 189 122,00
2- Matériels
Pelle Mj 1 j 1 800 000,00 800 000,00
Pompe Mj 1 j 1 500 000,00 500 000,00
Pompe Trido Mj 1 j 1 800 000,00 800 000,00
Post soudure Mj 1 j 1 17 200,00 17 200,00
Machine foreur Mj 1 j 1 1 500 000,00 1 500 000,00
Camion benne Mj 1 j 0,25 138 400,00 34 600,00
Groupe éléctrogène Mj 1 j 1 25 000,00 25 000,00
Lot d'outillage Fft 1 Fft 1 200 000,00 200 000,00
Total partiel Matériels 3 876 800,00
3- Matériaux
Bentonite t 0,075 t 3 350 000,00 1 050 000,00
Gasoil L 0,1 L 4 2 800,00 11 200,00
Lubrifiant L 0,02 L 0,8 5 000,00 4 000,00
Baguette Etui 5 Etui 200 30 000,00 6 000 000,00
Total partiel Matériaux 7 065 200,00
Déboursé Sec Global (DS) 11 131 122,00
PVHT = DS x K1/R 404 004,07
Arrondi à 404 005,00

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 131


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Tableau 44 : Sous détails de prix du béton dosé 400 kg/m3.

PRIX No. 22
Désignations du prix : BÉTON DOSÉ À 400 KG/M3 DE CIMENT
Rendement journalier : 12 Qté à realiser : 377 m3 Durée (j) : 32,00
Composants des prix Coûts directes Dépenses directes TOTAL
Désignations U Qté U Qté PU (Ar) MO Matériaux Matériels (Ar)
1- Main d' œuvre
Chef de chantier Hj 1 j 1,00 15 976,00 15 976,00
Chef d'équipe Hj 2 j 1,00 12 460,00 24 920,00
Ouvrier spécialisé Hj 4 j 1,00 10 652,00 42 608,00
Manœuvre Hj 10 j 1,00 10 436,00 104 360,00
Total partiel Main d'œuvre 187 864,00
2- Matériels
Betonière Mj 1 j 1,00 250 000,00 250 000,00
Pervibrateur Mj 1 j 1,00 150 000,00 150 000,00
Centrale beton Mj 1 j 0,50 500 000,00 250 000,00
Voiture de liaison Mj 1 j 0,25 34 400,00 8 600,00
Lot d'outillage Fft 1 Fft 1 20 000,00 20 000,00
Total partiel Matériels 678 600,00
3- Matériaux
Ciment kg 400 kg 4800 600,00 2 880 000,00
Sable m3 0,45 m3 5,4 15 000,00 81 000,00
Gravillon m3 0,85 m3 10,2 36 000,00 367 200,00
Eau de gachâge L 180 L 2160 20,00 43 200,00
Total partiel Matériaux 3 371 400,00
Déboursé Sec Global (DS) 4 237 864,00
PVHT = DS x K1/R 512 710,91
Arrondi à 512 711,00

Tableau 45 : Sous détails de prix du PRS.

PRIX No. 41
Désignations du prix : PROFILÉ RECONSTITUÉ SOUDÉ (PRS)
Rendement journalier : 1418 Qté à realiser : 1418 t Durée (j) : 1,00
Composants des prix Coûts directes Dépenses directes TOTAL
Désignations U Qté U Qté PU (Ar) MO Matériaux Matériels (Ar)
1- Main d' œuvre
Chef de chantier Hj 2 j 1,00 15 976,00 31 952,00
Chef d'équipe Hj 2 j 1,00 12 460,00 24 920,00
Ouvrié spécialisé Hj 10 j 1,00 10 652,00 106 520,00
Manœuvre Hj 10 j 1,00 10 436,00 104 360,00
Total partiel Main d'œuvre 267 752,00
2- Matériels
Usine Mj 1 j 1,00 300 000,00 300 000,00
Grue Mj 1 j 1,00 500 000,00 500 000,00
Lot d'outillage Fft 1 Fft 1,00 60 000,00 60 000,00
Total partiel Matériels 860 000,00
3- Matériaux
Acier t 1 t 1418 1 000 000,00 1 418 000 000,00
Total partiel Matériaux 1 418 000 000,00
Déboursé Sec Global (DS) 1 419 127 752,00
PVHT = DS x K1/R 1 452 954,63
Arrondi à 1 452 955,00

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 132


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CONCLUSION PARTIELLE.

L’étude de l’infrastructure a permis de fixer l’ancrage et le nombre de pieu pour assurer la


stabilité de l’ouvrage. Les sondages ont été arrêtés volontairement à 20 m. A cette profondeur, le
nombre de pieux est assez élevé, alors on a décidé par conséquent de descendre en profondeur pour
trouver une couche résistante. Puisque le dernier sondage est à 20 m, on a procédé par extrapolation
pour estimer les pressions limites dans les couches en dessous. Finalement on s’est arrêté à 30 m
avec 8 pieux de diamètre 1000 mm.

Dans cette dernière partie se trouve également le deuxième aspect de ce mémoire : la


comparaison entre les anciens règlements et les Eurocodes. On a ressorti que les grandes différences
se situent principalement dans les hypothèses de calcul et la méthode d’analyse. On a constaté un
gain de 17% en armature en modélisant avec EC 2 par exemple. Toutefois, on remarque que ces
comparaisons ont été effectuées sommairement car la comparaison de deux règlements différents
constitue un thème à part entière.

Et enfin, l’étude financière avec le programme COST a donné un coût au mètre linéaire
s’élevant à Ar 51 687 997,92.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 133


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

CONCLUSION GENERALE

A l’heure actuelle la technologie de construction de pont est en pleine expansion. Les


concepteurs ont inventé des structures modernes, parmi eux figurent les ossatures mixtes. Toutefois,
ces structures exigent des modèles de calcul complexe. C’est dans cette perspective
qu’interviennent les outils informatiques. Autrement dit, la création d’un programme de calcul est
inévitable.

Cette étude a été orientée principalement sur la création des outils de calcul de pont mixte
avec MS EXCEL. L’environnement Visual Basic déjà implanté dans Excel a rendu cette tâche
possible. Mais pour plus de convivialité au programme, on a fait appel au langage XML pour créer
des rubans personnalisés. Trois (03) applications sur EXCEL ont été créées : « HYDROLAB »
pour les études hydrologiques, « BComposite » pour l’analyse globale et « COST » pour l’étude
financière. Il est donc raisonnable d’affirmer que MS EXCEL est assez puissant pour traiter un
problème de pont mixte.

En plus, une comparaison sommaire des anciens règlements avec les Eurocodes a été faite,
pour mieux comprendre les différences entre les deux. Au cours de ce travail, on a parcouru toutes
les étapes de l’étude d’un pont en partant de l’étude préliminaires jusqu’à l’étude financière. Des
études manuelles ont pourtant été effectuées pour les parties qui ne sont pas couvertes par les outils
de calculs.

Le vrai obstacle dans le nouveau règlement est de se familiariser avec les notations et les
méthodes de calcul. La modélisation de la PRS à section variable aussi n’est pas très facile à
aborder. Cependant, ce mémoire m’a permis de faire une recherche sur un thème précis.

Enfin, ce travail ne traite pas d’une manière exhaustive l’aspect relatif à l’étude d’un projet
de pont mixte. Il est concentré surtout sur la partie superstructure.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 134


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

BIBLIOGRAPHIES ET WEBOGRAPHIES.

[1] EN 1990/A1, Eurocode : Bases de calcul des structures - Partie 1-1 : actions générales - Poids
volumiques, poids propres, charges d'exploitation des bâtiments., Avril 2002.
[2] EN 1991-2, Eurocode 1 : Actions sur les structures - Partie 2 : actions sur les ponts, dues au trafic.,
Septembre 2003.
[3] EN 1993-2, Eurocode 3: Calcul des structures en acier - Partie 2 : ponts métalliques., 2006.
[4] EN 1994-2, Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes acier-béton - Partie 2 : règles générales et règles
pour les ponts., Octobre 2005.
[5] EN 1997, Eurocode 7 : Calculs geotechniques., 2007.
[6] ARM, "PRIX DE BASE ARM/Toutes Régions," Antananarivo, Décembre 2007.
[7] Sébastien BRISARD, Bulletin d'Ouvrage d'Art n°54. France: SETRA, 2007.
[8] Jean Armand CALAGARO, The design of bridges with the EN Eurocodes. Workshop "Eurocodes :
Building the future in the Euro-Mediterranean Area". Varese, Italy, 2006.
[9] COMBRI+, COMBRI Guide de conception - Partie I : Application des règles Eurocodes., 2008.
[10] Laurence DAVAINE, Florent IMBERTY, and Joêl RAOUL, Eurocode 3 et 4 - Application aux pont
route mixte acier-béton.: SETRA, juillet 2007.
[11] Raed EL SARRAF, Davides ILES, and Stephen HICKS, Steel-concrete composite bridge design.
Wellington, New Zealand: NZ Transport Agency research report 525, 2013.
[13] Olivier LEBEAU. (2008, Mai) Comment personnaliser le ruban de Word 2007. [Online].
http://www.developpez.com
[14] Microsoft Corporation. (2014) CUSTOM UI XML MArkup Specification. [Online].
http://www.developpez.com
[15] Franco OLIVIER, Manuel pratique de formation pour cadre gérant de l'Entreprise. Genève, 1999.
[16] Aude PETEL, Gilles LACOSTE, and Jean-Michel LACOMBE, Projet de pont mixte.: ESTP, 2013.
[17] Landy Harivony RAHELISON, Cours de Management de Construction Routière. Vontovorona: BTP
I5, ESPA, 2013.
[18] Solofo RAJOELINATENAINA, Cours de PONT. Vontovorona: BTP I4, ESPA, 2012.
[19] Rivonirina RAKOTOARIVELO, RDM et Calcul des Structures. Vontovorona: BTP I4,ESPA, 2012.
[20] Victor RAZAFINJATO, Calcul des structures. Vontovorona, SUISSE: BTP L3, ESPA, 2009.
[21] J. ROUX, Pratique de l'Eurocode 2. Paris, France: Eyrolles, 2009.
[22] SETRA, Fascicule 61 : Conception, calcul et épreuves des Ouvrages d'Art.
[23] Thomas WOLFF. (2011) Calcul d'un ouvrage d'art de type bipoutre aux Eurocodes. [Online].
http://www.e-prints-insa.com

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | 135


ANNEXES
ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE I. ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUES.

ANNEXE I.1 Abaque pour le coefficient de rugosité k.

Etat des berges et du fond


COURS D'EAU NATURELS
Parfait Bon Assez bon Mauvais
1) Propres, rives en ligne droite, l'eau au niveau le plus
40 36 33 30
haut, sans fosse profonde
2) Le même que (1) mais avec quelques herbes et pierres 33 30 29 25
3) Avec méandres, avec quelques étangs et endroits peu
29 25 22 20
profonds, propres
4) Le même que (3), l'eau à 'étiage, pente et sections plus
25 22 20 18
faibles
5) Le même que (3) avec quelques herbes et pierres 30 29 25 22

6) Le même que (4) avec pierres 22 20 18 17


7) Zones à eau coulant lentement avec herbes ou fosses
20 17 14 13
très profondes
8) Zones avec beaucoup de mauvaises herbes 13 10 8 7
Source : R.E. HORTON, 1916

ANNEXE I.2 Abaques pour le coefficient de débit.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | ii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE II. ETUDE GEOTECHNIQUE.

ANNEXE II.1 Résultat des essais au Pressiomètre.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | iii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE II.2 Résultat des essais au Pénétromètre dynamique.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | iv


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE III. ABAQUES POUR LA FLEXION LOCALE D’UN BIPOUTRE A ENTRETOISE.

ANNEXE III.1 Abaque de lecture du moment d’encastrement – Trafic Classe 2.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | v


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE III.2 Abaque de lecture du moment longitudinal au centre – Trafic classe 2.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | vi


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE III.3 Abaque de lecture du moment transversal au centre – Trafic classe 2.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | vii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE IV. BETON ARME.

ANNEXE IV.1 Organigramme de calcul.

1) Contrainte de compression du béton limitée.

Classe d’exposition XD, XF et XS


Diagramme 𝜎 − 𝜀 à palier inclinée

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | viii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | ix


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Source : Pratique de l’Eurocode 2

2) Contrainte de compression du béton non limitée.

Classe d’exposition X0, XC et XA


Diagramme 𝜎 − 𝜀 à palier inclinée

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | x


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xi


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Source : Pratique de l’Eurocode 2.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE IV.2 Tableau des moments réduits 104.µlu

Source : Pratique de l’Eurocode 2.

ANNEXE IV.3 Valeur de Kh.

2 × 𝐴𝑏
ℎ0 = (𝑚𝑚) 𝐾ℎ
𝑢
100 1,00
200 0,85
300 0,75
 500 0,70

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xiii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE V. INFORMATIQUES.

ANNEXE V.1 Vue globale de la création d’un programme sur EXCEL.

Légendes : + avantages
─ desavantages

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xiv


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE V.2 MEMENTO VBA. : Les principaux Objets

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xv


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Les principaux Objets (Suite).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xvi


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE V.3 MEMENTO VBA. : Listes thématiques des principales instructions.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xvii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Listes thématiques des principales instructions. (Suite)

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xviii


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

ANNEXE V.4 Extraits du Code source.

Voici le code source pour la création du ruban personnalisé « ETUDE DE PRIX » pour le programme COST. (Code rédigé en language XML).

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xix


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Voici les codes sources pour le calcul du centre de gravité et le moment d’inertie.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xx


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Code sur le calcul des fonctions d’influence.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xxi


ESPA MEMOIRE D’INGENIORAT EN BTP

Quelques fonctions personnalisées dans BComposite.

RANDRIANTSIHETY S. Bonfils Page | xxii


Auteur : RANDRIANTSIHETY Solofomahery Bonfils
Adresse : Lot FVA 23 Fenoarivo Atsimondrano TANA 102
Email : bnfrnst@gmail.com
Tél. : 033 29 024 85

TITRE DU MEMOIRE.
« CREATIONS DES OUTILS DE CALCUL DE PONT MIXTE SUR MS EXCEL ET
COMPARAISON DES ANCIENS REGLEMENTS AVEC LES EUROCODES
Application : Pont d’AMBATAKAZO sur la RNS34 au PK 53+065 »

Nombres de pages : 135


Nombres de Figures : 94
Nombres de Tableaux : 45
Nombres d’organigrammes : 03

RESUME.
Le pont mixte est défini comme l’association d’une poutre métallique et d’une dalle en béton
armé. Ceci dans le but de tirer la meilleure partie des deux matériaux. Ce type de structure est réputée par
sa légèreté, se flexibilité et sa robustesse.

Cependant, le calcul d’une telle structure n’est pas très aisé. En effet, les propriétés mécaniques des
sections varient le long de la poutre. Ce qui constitue une difficulté majeure et le calcul est très
volumineux. Ce sont les raisons pour lesquelles on a fait appel à l’outil informatique qui est l’intérêt de ce
mémoire.

ABSTRACT.
The composite bridge is defined as an association of steel girder and concrete slab. This is made in
order to get the best part of both materials. This type is well-known as the best one owing to his lightness,
his flexibility and his robustness.

However, to calculate such a structure is not totally easy. So, mechanical properties of the cross-
sections change along the main girder. This is a major challenge and the calculation is very large. These
are the reason why I have decided to create a computer tools which is the real interest of this present
work.

Mots-clés : Excel, Eurocode, Règlement Français, Bipoutre, Comparaison normes.


Encadreur : Monsieur RAZAFINJATO Victor.

Vous aimerez peut-être aussi