Vous êtes sur la page 1sur 227

J’AI L’aventure mystérieuse

LU
TRILOGIE.
CHUTE ET ASCENSION SPIRITUELLE.
LIVRE 3

CARMA
ET
COMPROMIS
PREPARATION POUR LE GRAND JOUR
DE LA RENOVATION .

JAN VAL ELLAM.

1
Dédicace

à Val Elliah, Val Elliah et Yel Liam,


compagnons de disgrâce et de rédemption.

2
ŒUVRES DE JAN VAL ELLAM

REINTEGRATION COSMIQUE 1996/2002*

CHEMINS SPIRITUELS 1997/2002*

CARMA ET COMPROMIS 1998/2002*

LE SOURIRE DU MAITRE 1998/2002

DANS LES CIEUX DE LA GRECE 1998

CADEAU COSMIQUE 1999

AVEC LES BATISSEURS DE LUMIERE 1 2000

TRES AU DELA DE L’HORIZON 2001

JESUS ET L’ENIGME DE LA TRANSFIGURATION 2002

FACTEUR EXTRA TERRESTRE 2004

LA SEPTIEME TROMPETTE DE L’APOCALYPSE 2005

AVEC LES BATISSEURS DE LUMIERE 2 2006

LE TESTAMENT DE JESUS 2006

*De la Trilogie Chute et Ascension Spirituelle

Ps : Les dates après les titres se réfèrent aux premières éditions.

3
INDEX

Résumé 6
Avis du traducteur et ami de l’auteur 7
Le ‘Projet Terre’. 9
Eclaircissement 11

Partie 1 .Prémices d’une Epoque. 12

1. Passé Cosmique. 14
2. Capela. Source du Systémique. 20
3. A Proximité du Maître. 23

Partie 2 .Problèmes à Capela. 28

1. Les Inquiétudes de Lucifer. 30


2. Les Postulants. 35
3. Influences Lucifériennes. 46
4. Les Partisans. 51
5. Absence d Discernement. 62

Partie 3 L’Exil. 68

1. Nouvelles Nécessités. 70
2. Options Equivoques. 78
3. Accompagnement du Maître. 83
4. Chemin de L’Exil. 86
5. Option : Terre. 95

Partie 4 .Mission ‘Planète Bleue’. 100

1. Arrivée des exilés. 102


2. Progrès Spirituel. 116
3. Décadence Atlante. 120
4. Regroupement des affinités. 133
5. Préparation du Chemin. 142
6. Inclinations du Passé 148.

Partie 5 .But Spirituel. 155

1. Compromis d’un groupe. 157


2. Dans l’Empire Romain. 161
3. Tentatives Récentes. 165
4. Succès et Fracas. 170

4
Partie 6 Rédemption Spirituelle. 174

1. Le 21E Siècle ; 176


2. Effort Actuel. 182
3. Travaux futurs. 189
4. Marque Evolutive. 194

Chronologie des Evénements. 200

Passé et Présent. 203

Trilogie : Chute et Ascension Spirituelle 206

Projet Orbum. 218

Eclaircissement Stratégique. 221

L’auteur. 225

5
Résumé.

Ce livre conclue la trilogie Chute et Ascension Spirituelle.

Dans les divers panneaux de cette triste et longue histoire


parsemée de tant d’équivoques, sont représentés les motifs de
chute dans le patron existentiel, dus à une brutale ‘fièvre
vibratoire’ qui atteignit et préjudicia tous les rebelles – comme
aussi les raisons de l’ascension, même lente, qui encore
aujourd’hui caractérise le stade évolutif de la majorité de ceux qui
dans le passé, prirent la résolution de suivre Lucifer.

Quant au combustible qui nous promeut au but progressif


par rapport à la verticalité de la sublime proposition par tous les
maitres de l’humanité terrienne, il provient de l’effort et du libre
arbitre de chacun de nous, sous l’effet du zèle du pasteur
Cosmique qui n’a pas oublié les brebis de son troupeau qui initia
un appel amoureux, pour la nécessaire recherche de rédemption
spirituelle.

Cependant, malgré que ce soit douloureux et difficile, notre


cheminement est d’espérance. Honorant Son effort en nous aidant
pour que nous puissions nous réintégrer à la convivialité avec
d’autres frères et sœurs d’autres mondes, c’est donc à eux que nous
offrons ce travail.

6
Avis du traducteur
et
ami de l’auteur.

Carma et Compromis, troisième et dernier volet de la trilogie Réintégration


Cosmique , que nous offrons au lecteur, clôture une parcelle infinitésimale de l’histoire
résumée de dizaines de milliers d’années, qu’une partie des hommes et des femmes terriens
d’aujourd’hui peuvent découvrir alors qu’ils étaient anges, ayant été atteints d’une terrible
maladie vibratoire, véritable cancer spirituel , qui les dépourvu de leurs capacités angéliques,
par leur manque de simplicité spirituelle et de capacité à pardonner et à aimer indistinctement.

S’étant eux mêmes rebellés aux lois cosmiques intrinsèques, ils finirent déchus et
expulsés des paradis pour venir s’expatrier en ultime recours sur l’unique bastion qu’ils
fondèrent, qui à ses origines était prévu comme un Portal Cosmique de relations et d’échanges
change inter galactiques. Véritable histoire inconnue des hommes et des femmes, cachée,
cette trilogie, véritable œuvre de science fiction pour certains, de fantaisies pour d’autres,
nous explique et nous donne dans de plus amples détails les éléments complémentaires aux
deux premiers ouvrages.

La référence au Continent de l’Atlantide, des civilisations mystérieuses et disparues


comme Hyperborée, Lémurie, Mu, en autre, explique le pourquoi des ces disparitions. Bien
que nous ayons du parcourir des millénaires à la quête de nos redécouvertes, la quarantaine
cosmique imposée, clôt son cycle afin de réintégrer le circuit de convivialité et de rouvrir nos
voies de communication par le retour avec et chez nos familiers, nous ayant perdu dans un
triste et profond désespoir, attendant notre retour dans nos patries , grande famille que nous
sommes tous, mais surtout, aussi, nous autres familles, formant une famille unique, en
convalescence que nous sommes.

Nous apprendrons comment nous nous sommes dégradés, avons perdu nos capacités,
pour devoir, par la rédemption dans nos corps matériels aller à la reconquête de notre
‘angélitude’, par le biais de la réincarnation jusqu’à nous libérer définitivement de son cycle
pour nous ascensionner de nouveau vers notre véritable état d’antan, retrouvant notre véritable
patrie spirituelle et revenant parmi nos familiers qui nous attendent.

Déchus de leurs paradis, ces êtres échouèrent par l’orgueil sur la planète bleue, loin,
très loin de leur pasteur, perdus dans l’immensité cosmique, isolés, mis en quarantaine
cosmique tant était contagieux leur état. Le sublime pasteur et ses assesseurs, jamais
n’abandonnèrent leurs frères et sœurs et après de tant d’efforts de récupérations de mondes
malades, l’ultime bastion plongé dans la folie, celui des exilés de la Terre, furent rejoint par le
pasteur et ses assesseurs pour la récupération des ouailles perdues. Quêtes et efforts sublimes
permettent depuis le passage des avatars, et principalement de Jésus, entreprenant par son
sacrifice, d’entreprendre la réhabilitation et la récupération de cette famille terrienne
cancérisée.

Efforts toujours poursuivis depuis les horizons invisibles et les passages d’entités
élevées pour tous dans cet effort commun accélérer notre rédemption et retour dans notre
foyer spirituel.

7
Nous retrouverons dans cette histoire, une partie infime de notre histoire enfouie dans
nos mémoires passées et présentes, mais qui cependant nous donne les explications de notre
expulsion du paradis perdu que nous tenons de retrouver.

A chacun par la lecture de ce dernier paragraphe, de comprendre le filagramme de


notre ascension, chute et salvation.

Yannick Saurin
France 2010-05-16

8
Le Projet Terre.

En fonctions des nombreuses informations provenant d’autres orbes, ou même des


environnements spirituels de la terre, à travers des entités qui ont pour but de rappeler un
passé distant et en même temps présent à beaucoup d’entres nous, nous avons décidé nous
autres éditeurs de commencer une nouvelle phase dont l’objectif est de divulguer les
connaissances réelles et nécessaires dans ce moment par lequel passe l’humanité.

Le projet Terre est aussi un rêve ancien, car il y a d’après les ouï-dires de nombreuses
informations provenant d’innombrables sources, en respect de la Terre et de son humanité. La
participation d’êtres de hiérarchie céleste au service de notre orbe, agissant dans des
dimensions plus subtiles, nous fait sortir de la position d’observateur pour apporter à
d’autres intéressés ces informations, qui devront être analysées par chacun de façon à sentir le
contenu du message avec le cœur et l’esprit ouverts, laissant de côté les idées préconçues par
rapport à l’inusité.

Les portes du troisième millénaire, l’évolution technologique nous bousculent à


chaque instant ; nous devons alors être déjà préparés pour que les voiles qui nous empêchent
la vision d’autres panneaux de l’existence soient ouvertes, les conséquences immédiates
seront un changement de paradigme avec de profondes altérations dans le champ social,
culturel, religieux et technologique.

Depuis quelques temps déjà, il est devenu commun de recevoir des messages d’êtres
d’autres orbes : Andromède, Sirius, Les Pléiades, Vega, etc… Il nous revient donc une
analyse plus apurée de ces phénomènes, sinon nous prenons le risque d’encourir un jugement
équivoque. Il est certain que dans un univers de messages, nous devrons utiliser le bon sens
dans la sélection du matériel à être publié, ou le tonique, soit l’Amour, pour s’agir d’une loi
universelle.

Nous connaissons les difficultés d’acceptation pour le nouveau, dans quelques esprits
compromis par les concepts séculaires de la peur, de la subjugation, du contrôle, du pouvoir
etc. A l’intérieur de l’univers spirite, par exemple, nous connaissons les difficultés que
beaucoup rencontrent, dans les moments, ou les nouvelles informations ne trouvent pas de
réflexion dans les enseignements laissés par Allan Kardec ou de ce qu’on y interprète. De
facile compréhension, cette prudence devra être utilisée cependant sans fermer la porte pour le
nouveau, observation faite par Allan Kardec lui-même.

Jésus nous a laissé le légat de ‘nombreuses habitations dans la maison du Père’,


montrant la diversité des frères existants dans l’univers. Comme frères, nous devons donc
attendre d’autres frères, l’appui dans des moments difficiles comme celui que nous sommes
en train de vivre maintenant.

Localisés sur d’autres niveaux vibratoires, ces êtres nous sauvent des souvenirs
d’anciens compromis assumés dans une période déterminée. Cette période se trouve dans la
phase finale, d’où l’énorme volume d’avis qui nous parvient. Nous devons les écouter, faisant
effort pour bien les comprendre, car la difficulté rencontrée par ces êtres pour se faire
comprendre à travers notre pauvre langage est beaucoup plus importante que l’on puisse

9
l’imaginer. Beaucoup parlent le langage de l’amour, provenant de niveaux ou le sentiment est
le langage courant. Ils se trouvent sur des plans, dépourvu de l’enveloppe charnelle comme la
notre, accédant à la source individuelle de la mémoire permanente, à laquelle nous autres
incarnés nous ne pouvons pas avoir accès.

Nous espérons que ce bref abordage puisse servir d’alerte pour que nous cœurs
s’ouvrent pour de nouveaux enseignements, cherchant, en notre intérieur, orientation et aide
pour les comprendre, ayant dans l’Evangile de Jésus la base et les paramètres nécessaire pour
l’analyse moral et étique des informations.

L’histoire ici relatée nous parle à propos du secours de notre mémoire cosmique de
nos compromis de retour aux origines, après avoir compris la leçon passée en temps
( terrestres) très lointains, et nous fortifier devant l’affirmation que nous ne sommes pas seuls.

Avec cette trilogie, nous avons commencé notre cheminement d’écouter les Etoiles, et
nous convions les lectrices et les lecteurs pour ensemble, faire ce voyage.

Les éditeurs.

10
Eclaircissement.

Il y a certains épisodes qui sont non communs à l’intérieur de l’optique terrienne. Ce


qui sera ici présenté, jusqu’à sous l’optique cosmique, pourrait aussi bien être classifié. Nous
avons conscience que beaucoup pourront être choqués et d’autres surpris positivement.
Cependant, l’ensemble de tous les événements qui seront décrits est véritable.

En vérité les informations constantes dans ce livre, composent les pages de l’histoire
d’un grand ensemble d’individualités spirituelles qui sont regroupées sur terre, depuis des
milliers d’années.

Complémentant les livres antérieurs, Réintégration Cosmique et Chemins Spirituels, la


présente trilogie se termine, avec l’approfondissement de quelques thèmes déjà présentés et
l’inclusion d’autres, ayant pour panneaux de fond, le long chemin des équivoques de ceux qui
un jour ont été si proches du maître, mais qui par des options dépourvues de raison, communs
aux esprits dominés pat l’orgueil malades, le trahirent.

Après l’exil et déjà regroupés sur terre de nombreux millénaires après, il y avait quatre
de ces entités spirituelles incarnées dans les personnages de deux personnages zélés crucifiés
au côté de Jésus, celle du centurion romain qui commandait la crucifixion et un de ceux qui
Le suivaient plus près. Ils ne le reconnurent pas.

Aujourd’hui tous nouvellement réincarnés , connaissant déjà les équivoques commis et


désireux de travailler pour lui dans le but de la consécration d’un grand Idéal de Fraternité
Cosmique, la plus grande bannière d’effort constant du Maitre , ils s’efforcent de faire
quelque chose au bénéfice de leur prochain , cherchant la rédemption des propres esprits.

Démérités complètement, cependant, convoqués par l’amour de Jésus que tous


embrasent dans les nombreux chemins de l’évolution des êtres si compliqués devant les lois
divines, fait que nous présentons ce travail d’éclairement fraternel pour les frères et sœurs en
cours évolutif.

Que votre paix soit avec nous.

Atlan, le 14 Juin 1996

Jan Val Ellam.

11
Partie 1.

PREMICES D’UNE EPOQUE.


‘Il y a des millions d’années en arrière…

Tant s’était déjà produit sur la Terre…

Mais ce passé lointain, très lointain


à peine sera dans le futur perçu.

Dans le présent à peine l’hier cosmique


immédiatement supportable, aura son
moment’.

Des Chroniques Célestes du vieux


Codificateur de Zian :

12
PREMICES D’UNE
EPOQUE

13
PREMICES D’UNE EPOQUE.

Partie 1 .Prémices d’une Epoque.

1. Passé Cosmique.

Quelques temps en arrière, il y a environ trois millions d’années terrestres sur la planète
Orbum dans le système de Capela, qui est la source du gouvernement du Maître des Maitres ;
il se produisit une magnifique rencontre entre les représentants des divers conseils
systémiques. L’ensemble de ces membres formait le collège, dont les membres sont les
assesseurs au Maître, par rapport à la planification et l’accompagnement de tout se qui se
produit dans la partie de la galaxie de la Voie Lactée qui est sous la directive de Son
administration aimante.

Diverses étaient les phalanges des êtres présents à la rencontre. En dehors du Maître et de
beaucoup d’autres représentants des mondes de Capela qui les administraient de plus près
sous Sa responsabilité , là étaient les admirables maitres de Véga et d’Antarès, les très dignes
représentants des universités des mondes de Tau Ceti, les êtres très spéciales de Proxima
Centauri et les dignitaires des mondes D’epsilon Eridani et de beaucoup trop d’autres
systèmes planétaires, tous pour justement, avec le maître, décider des buts futurs d’une partie
de l’ensemble des mondes qui étaient sous sa responsabilité.

Réunies dans un ample environnement d’une singulière et naturelle beauté, indescriptible


pour le patron des paroles terriennes, alors que nous devrions parler de cascades de lumière,
atmosphère environnementale colorée, etc…près de quatre cents entités là étaient en
confraternisation dans une sorte d’environnement qui de temps en temps était utilisé par les
Maitres de Capela.

Dans un environnement propice à la conciliation, des représentants de tous les courants


de travail de l’évolution cosmique et de groupes de même affinité de nombreux autres orbes,
échangeaient des expériences et des informations qui enrichissaient tous. Ce type de
convivialité et d’échange incessant de connaissances est un fait, normal et commun dans la
vie cosmique. De la même façon que nous savons être normal et très productif pour les
nations de la Terre la constante échange de procédés scientifiques et technologiques et que ce
fait est propulseur de progrès et d’évolution pour toute la communauté planétaire, alors
pourquoi ne le serait-il pas aussi pour la convivialité cosmique des civilisations
interplanétaires ?

Un peu plus et notre planète reviendra pour coexister avec d’autres réalités qui nous
entourent, mais qui, pour avoir été éloignés de cette convivialité temporairement, ont eu leurs

14
circuits de communication et de trafic interrompus jusqu’à ce que se complète la période de
quarantaine qui maintenant se clôture avec la réintégration cosmique de la Terre.

Tous conversaient, fraternellement par groupes distribués dans l’environnement même,


lorsqu’à un moment donné, ils commencèrent à sentir la vibration divine inégalable du
Maitre qui s’approcha pour présider la merveilleuse rencontre.

Ils Le reçurent dans un silence aimant, alors que de l’intérieur de chacun d’eux qui
étaient réunis, partaient les plus hautes émissions fluidiques de reconnaissance, de gratitude
et d’amour pour le Plus Grand Frère.

Lui à Son tour, les enveloppa tous, de Son regard et sourire suaves. Irrésistiblement
attirés par Son magnétisme personnel, ils tombèrent en admiration, émotionnés par la
Présence du Maitre, qui d’un local qui Lui était normalement réservé par rapport à
l’assemblée, se dirigea vers tous ; ‘Aimés Frères et Sœurs du Conseil des Mondes, nous
honorons l’Amour du Père dans notre recherche d’apprentissage intérieur’.

‘Je vous remercie tous pour l’attendement à notre sollicitation de concours fraternel,
uni à nos intentions et expectatives, qui, sous peu, est de réaliser une étape supplémentaire
d’expansion des possibilités de transformation entre les communautés sidérales sui se
potentialisent et travaillent ardument dans le spectre physico-matériel du Cosmos.

‘Pour ces frères et sœurs qui ont leurs sources conscientielles actuellement insérées à
l’intérieur des limites vibratoires du champ primaire existentiel des réalités transitoires de
l’Esprit, cette étape proportionnera des avancées que qui ennoblira beaucoup l’effort et le
mérité conquis tout au long des expériences évolutionnistes’.

‘Pour nous qui recevons la grâce de la Déité de pouvoir aussi potentialiser nos
consciences dans des niveaux existentiels plus avancés, cela signifiera un travail évolutif de
nombreuses conquêtes dans le champ des acquisitions de l’Esprit, comme aussi, dans
l’expression de nos plus intimes sentiments de solidarité et de coopération pour eux’.

‘Sans le développement des possibilités technologiques communes aux réalités


transitoires qu’il y a dans le champ physique, la base des expériences pour ses luttes
rénovatrices, alors une grande partie des fils et des filles du Père, en cours évolutif dans le
cosmos, demeurerait de plus en plus dans les tendances au stationnement évolutif avec la
conséquente accommodation qui, malheureusement, caractérisent toujours ceux qui sont
regroupés dans les niveaux existentiels plus modestes’.

‘Nous devons donc, cependant, réunir nos attentions et effort dans l’accompagnement
de ces communautés pour que l’harmonie de la grâce de la vie cosmique puisse, à son tour,
s’édifier chaque fois un peu plus parmi les mêmes’.

‘Cependant , avant de nous exprimer avec des attitudes opératives à la consécution de


nos intentions , nous devons avant procéder à un choix soigné des mondes actuellement non
habités , appartenant au faisceau vibratoire physique matériel, qui serviront de source pour
les bases d’appui, et , spécialement pour celle qui parmi tous, sera la future planète plateforme
pour l’expansion des possibilités de la convivialité cosmique’.

15
‘Ici réunis, ce sont nous autres,, tous ici présent qui avons la responsabilité directive
sur les communautés cosmiques qui nous sont en affinité . Nous étudierons donc, les résultats
primaires des évaluations, qui ont déjà été faites par les représentants des universités de Tau
Ceti’.
‘Ceux-ci ont conclu qu’il ne serait pas évident, en aucun monde déjà habités,
l’édification d’une base sidérale pour objectifs de lancements, dues aux émanations
magnétiques résultantes d’une opération d’une telle portée,. Etant ainsi, nous devons chercher
d’autres alternatives, en dehors de l’unique jusqu’au moment idéalisé quant à l’utilisation
d’un des mondes du système d’Antarès’.

‘Procédons ainsi, pour le cheminement des recherches avec pour vues cet objectif.
Lorsque seront conclus les nouveaux postulats, nous reviendrons pour nous réunir pour le
choix définitif’.

Et le maitre continua à commenter avec Ses assesseurs d’autres aspects de


l’administration céleste en relation au pacte de cette rencontre mémorable, car nombreux sont
les matières et les champs d’études de la vie cosmique.

Divers sont les chemins de l’Esprit dans la longue journée évolutive. Spécialement
quand on y trouve toujours le cheminement aux stades existentiels primaires de conscience. A
leur tour ces stages surviennent à travers de multiples vies menées à effet dans les mondes
transitoires comme dans le cas de la Terre et beaucoup d’autres appartenant au même niveau,
d’où l’on pénètre à travers les naissances dans des corps caractéristiques aux réalités locales et
seulement d’eux il est possible de s’en sortir à travers de la mort par ces mêmes véhicules
temporaires.

Dans chacune de ces réalités transitoires, il existe un ensemble spécifique de valeurs,


habitudes, tendances et possibilités. Pour chaque existence dans un corps temporaire (dans le
cas terrien, ce procédé s’appelle incarnation, ou soit l’esprit assume un corps charnel) il y a
toujours un programme d’effort évolutif.

Invariablement le contenu pragmatique de l’incarnation sera un facteur résultant des


conquêtes déjà atteintes par l’individualité qui ira naitre pour le monde-physique matériel, de
ses nécessités de curriculum spirituel encore à être remplies, tout comme des compromis
assumés par force des équivoques du passé, devant les lois carmiques qui déterminent les
relations de cause à effet de toutes les attitudes et postures de l’Esprit tout au long des vies
transitoires.

Etant ainsi, nous sommes en train d’affirmer, quelque soit le niveau existentiel, que
n’importe quelle communauté cosmique aura toujours des problèmes et difficultés à être
surmontées par l’effort individuel et collectif.

De la même façon que nous vivons ensemble réunis dans la même société, mais nous
résidons dans des foyers distincts, tous les êtres répandus dans les divers niveaux existentiels
du cosmos, ont été en réalité, une seule famille, bien qu’ils appartiennent éventuellement, à
des mondes différents.

Etant ainsi, nous sommes obligés de conclure ,(quant à l’analyse des responsabilités et
des aspects qui forment la vie de la collectivité) que nous devrons partir de la prémisse
correcte que l’être pensant, ou qu’il soit dans le cosmos, fera toujours usage des expériences

16
existentielles de surpassement et de conquêtes personnelles. Cependant, il sera inévitablement
engagé par des questions plus cruciales, en relation aux problèmes de la collectivité dans
laquelle il sera inclus. C’est de cette façon que la vie cosmique se potentialisera dans ses
nombreux niveaux.
Si à peine, dans une civilisation planétaire pour plus ou moins évoluée quelle soit, il
existe déjà des problèmes et des difficultés de tout ordre dans de nombreux champs de lutte
existentiel, imaginons ce que signifie administrer des dizaines ou même des centaines de ces
mondes, en dehors d’autres niveaux existentiels qui les circonscrivent ou avec lesquels ils
interagissent.

C’est justement cette fonction qui est celle du Maître et de Ses assesseurs qui
travaillent dans les conseils des mondes aidant les diverses communautés planétaire dans les
multiples chemins parcourus par le libre arbitre individuel et collectif.

Il y a fort longtemps (quelques phases de ce que nous pourrions appeler de journée de


fuseau horaire cosmique d’Orbum) se déroula l’assemblée à laquelle nous nous référons.
Lorsque les travaux furent considérés comme terminés, chaque équipe retourna à ses mondes
d’origine pour donner un développement au thème central de la réunion survenue, avec pour
vues une brève solution.

Le raccourcissement des distances est l’objectif de toutes les familles planétaires


répandues par le cosmos, quelles soient à l’intérieur d’un même plan existentiel ou entre des
niveaux différents.

Cet objectif, déjà résolu par peu des inimaginables quantités de civilisations cosmiques
existantes, est toujours le facteur de recherches et d’études de la part de la grande majorité
des associations des systèmes de mondes des diverses galaxies du cosmos, alors que beaucoup
d’entres elles arrivent à peine à se délocaliser à l’intérieur des grands espaces de la propre
galaxie. Quant aux autres, ils peuvent à peine être visités, et dans le cas de quelques uns plus
en retard et/ou compliqués devant les lois cosmiques, comme c’est le cas de notre planète
depuis si longtemps, les visites ne sont pas faites ouvertement devant la perception des
habitants de ces mondes problématiques.

Les civilisations qui ont déjà réussi à se délocaliser vers n’importe lesquels de recoins
du cosmos sont formées normalement par des êtres dont la graduation évolutive se ressemble
à celle du propre Maitre. Ce sont les mondes appelés de : Mondes supérieurs. Parmi les
résidents de ces habitations, sont choisis par la Déité, les êtres qui deviendront les
administrateurs des associations de mondes encore situés dans l’arrière place de l’évolution.

Celui qui sur terre a été connu sous le nom de Jésus est un de ces esprits de Portée qui
possède déjà une unicité avec le Père et pour cela, par les esprits plus en retard dans la route
évolutive, ils sont confondus avec la propre Père. Ce sont des êtres merveilleux, qui à la
demande de la Déité, ont laissé leurs modestes habitations pour réaliser des missions
administratives dans des mondes déjà suffisamment évolués, mais non pas encore considérés
comme supérieurs. Orbum, dans le système de Capela, planète de Résidence temporaire et
source de travail du maître, est l’exemple caractéristique de ce fait, pour autant que cela peut
surprendre beaucoup.

En rien, nous ne serions en train d’exagérer si nous appelions ces êtres de Fils de
dilection du Père ou Assesseurs de la déité. Ce sont en vérité, en utilisant une terminologie

17
plus singulière à la réalité terrienne, des êtres qui ont déjà atteints le fameux niveau
christique ; ils perçoivent le Père et avec lui ils convivent directement, à travers une espèce de
circuit amoureux d’unicité cosmique.

Entre Eux, il y a toute une hiérarchie organisationnelle ou fonctionnelle, comme nous


aimerions l’appeler et il est important d’indiquer que cette hiérarchie divine ne fonctionne pas
de façon comme nous l’entendons sur Terre. Mais ce sujet sera développé dans des travaux
futurs.

Tous ces aspects ont été ici abordés pour que puisse être perçu avec moins de
difficulté , que les civilisations qui composent l’association de systèmes de mondes
administrés par le Maitre sont en vérité, suffisamment évolués , mais pas encore considérés
comme des mondes supérieurs . Cependant, s’ils étaient comparés par rapport à la situation
terrestre ils pourraient être confondus avec le propre paradis.

Ces civilisations, cependant, pouvaient à peine se délocaliser, à cette époque, avec


l’aide et inter change technologique incessant parmi les parents, dans des régions de la propre
galaxie.

Cependant, il est important de rehausser, que de temps en temps, les habitants


d’Orbum et de quelques autres mondes déjà évolués, recevaient , comme ils reçoivent
toujours , des visites de civilisations dites supérieures de notre ou d’autres galaxies. Ces
événements se constituent en moments inoubliables pour ces êtres représentant le motif de
stimulation et de facteur d’évolution.

Même que nous ayons inclu quelque erreur descriptive devant certains aspects de la
vie cosmique il est important qu’un aspect soit rehaussé. A ce que nous entendons, l’ensemble
de civilisations planétaires qui forment la congrégation céleste, (qu’a en la personne du maître
Jésus, Son Divin Pasteur son Divin) n’est pas une des plus avancées, en terme d’évolution,
parmi les centaines d’autres congrégations qui existent uniquement dans notre galaxie.

Ainsi nous le disons pour affirmer, pour de nombreuses civilisations appartenant à


d’autres systèmes administratifs , en dehors de ce que nous sommes en train d’insérer, que le
déplacement , la convivialité avec d’autres frères d’autres galaxies, est un procédé commun
dans leurs quotidiens cosmiques. Cependant pour ceux qui appartiennent à la tutelle
amoureuse du Maître, ce n’était pas une circonstance commune à l’époque des faits pour
beaucoup d’entre elles, et encore ne l’est pas, même dans l’actualité.

Il y a quelque temps cosmique que ces mondes, sous la coordination amoureuse du


Maître, cherchaient de possibles alternatives pour résoudre la question de plateforme sidérale
avec vues de déplacements plus complexes.

Laquelle ou lesquelles parmi les diverses planètes non habitées dans la sphère physico-
matériel dans ce moment et qui appartient à l’association des mondes à laquelle nous faisons
partie, offraient des conditions climatiques, magnétiques, énergético-vibratoires, localisation
astronomiques, etc, pour répondre aux fins prétendues ? C’était justement la nécessité de
trouver ces réponses à la préoccupation constante de toutes les phalanges des êtres qui étaient
les assesseurs du Maitre.

18
Nombreux étaient les facteurs décisifs quant à l’analyse des critères pour le choix de la
planète en question. Spécialement (par ce que nous réussissons à comprendre des
informations véhiculées) le voisinage astronomique était un facteur essentiel dans ce procédé.

De cette façon, la propre localisation de la planète dans l’espace cosmique finit par
être un facteur impraticable à diverses possibilités qui existaient dans une première analyse,
spécialement, dans le système d’Antarès, qui à cette importance des événements, présentait la
plus grande quantité de planètes qui s’y proposaient.

Antarès, et nous imaginons que cela puisse surprendre beaucoup, conformément aux
informations reçues, est un système de mondes composé par des dizaines de planètes, dans sa
majorité habitées par des êtres dont les caractéristiques fuient notre capacité de
compréhension.

Même qu’il se trouve très distant de la Terre astronomiquement parlant, le


déplacement entre ces deux régions sidérales est de façon surprenante, rapide, du à l’existence
de ‘certains tunnels’ dans l’espace qui raccourcissent les immenses distances.

19
PREMICES D’UNE EPOQUE.

Partie 1 .Prémices d’une Epoque.

2. Capela. Source du Systémique.

Une nouvelle assemblée était marquée pour que soit résolue la question du monde
plateforme à être choisit. Toutes les équipes de travailleurs sidéraux se délocalisèrent pour
une des planètes du Systèmes de Véga, local ou se produisait la nouvelle rencontre.

Nouvellement s’étaient réunis les divers groupes de travail pour l’appréciation des
thèmes en débat.

Tous attendaient avec expectative l’arrivée du Maître et de son équipe personnelle


d’assesseurs, car quelle brebis ne manifeste pas d’admiration profonde, si est imminent la
rencontre avec son Pasteur ?

En dehors que, d’avoir l’opportunité de vivre, pour quelques instants que ce soit, avec
des êtres d’une telle portée christique, c’est de recevoir pour tous, comme une grâce de la
Déité.

Ces êtres, qui sont de véritables proposés du Père, qui dans la graduation cosmique, se
trouvent dans le premier échelon de la hiérarchie divine de ceux qui sont un avec la Déité ,
ont dans cette caractéristique, (qui se distinguent en termes énergétiques de tous les autres
qu’ils n’ont pas encore atteinte ce niveau), la majestueuse marque d’évolution cosmique qui
font qu’ils deviennent des espèces de quasi-dieux, si ainsi nous pouvons nous référer.

Mais ce sont eux-mêmes, qui informent le reste du Cosmos que Dieu même, il en
existe uniquement un : le Père amantissime.

De nombreux abordages préliminaires, étaient déjà en cours. Quelques hypothèses


furent présentées pour vérification initiale, avant l’arrivée du Maître.

Il arriva et vint avec Lui un autre être de Son même patron vibratoire-christique qui
superintendait une autre association de mondes dans notre galaxie. Cette association, parmi
les centaines d’autres qui existent à peine dans la voie lactée (la galaxie dans laquelle nous
vivons ou est connue la terre) était une des peu nombreuses qui avait déjà atteint la condition
de déplacement intergalactique. Et là il se trouvait présent, avec Son Frère dans la Déité, pour
la coopération fraternelle.

A titre d’explication, la forme ou la veste, comme Ils préfèrent l’appeler, avec laquelle
notre Maître se présentait dans sa vie cosmique est suffisamment proche de celle qui Lui a été
plasmée dans son expérience terrienne.

20
Les mentors disent même des ces travaux, qu’elle ne pourrait être différente
cependant de la condition génétique de la capsule qui a été insérée dans Marie pour rendre
possible Sa naissance entre nous, c’était en vérité une espèce de clonage adapté aux
conditions terriennes de la propre condition cosmique-personnelle du Maître, limitée à la
forme et au conditionnement humain héritée de sa mère. En d’autres mots, nous pouvons dire
que la forme physique de la personne de Jésus est une espèce de portrait approximatif ou un
modelage terrien de Sa forme cosmique.

Cet autre être, au contraire du Maître, se présentait, dans cette opportunité, si on le


compare au patron des formes terrestres, comme un homme d’âge quelque peu supérieur à
celui qu’avait Jésus lorsqu’il termina Son témoignage amoureux. Même étant extrêmement
simple, à l’exemple de ce qu’est le propre maître, la présence des deux adoucissait et apportait
un silence christique à tous, en raison aux altissimes vibrations qui émanaient de leurs
Esprits.

Disent les chroniques de la Spiritualité qu’un être christique, à peine dans sa forme
christique, réussit déjà à envelopper tout un orbe avec l’énergie découlant de sa vibration
personnelle ; essayons d’imaginer ce que signifie pour un être moindre en évolution de se
trouver présent dans un tel environnement ou se trouvent deux de ces êtres merveilleux.

A la fin de cette assemblée a été choisit une petite et belle planète bleue qui à ce
moment se trouvait inhabitée dans sa sphère existentielle physique. Même qu’était déjà
survenu des levées de vie pensante dans un passé lointain, fort lointain de ce monde d’un
système planétaire d’un unique foyer solaire, le même avait été choisit, parce qu’il répondait
complètement à tous les critères d’abordage technique.

C’était décidé, la planète du système bleue des mondes proche du bord de la galaxie
allait être le foyer, d’ici peu, d’un complexe système opérationnel interplanétaire pour
l’édification d’une base-plate forme intergalactique.

Après la prise de décision, la nouvelle fut transmise à tous les systèmes associés et de
façon spéciale, pour les mondes qui formaient le système de Capela.

Dans ces mondes résidaient des êtres qui avaient la grâce de pouvoir bénéficier de la
plus grande et de la plus proche convivialité avec le Maitre qui normalement, se délocalisait
de nombreuses fois dans des visites fraternelles.

Sur Orbum, étaient regroupés les êtres les plus évolués des systèmes qui composaient
(dans une analogie avec la situation gouvernementale terrienne), les ‘ministres’ des divers
champs spécifiques de la vie cosmique. Ils étaient en vérité les êtres qui formaient ce que nous
pourrions appeler de premier échelon. Ils ne résidaient sur cette planète, pas moins de 24
millions d’entités.

Dans d’autres mondes de capela, comme aussi dans les autres systèmes planétaires de
cette partie de la galaxie, étaient assemblés beaucoup d’autres êtres qui formaient les divers
départements technico-opérationnels liés aux ci nommés ministères d’Orbum.

Il est toujours important de spécifier, qu’indépendamment de la position fonctionnelle


que l’être occupe dans la grande organisation intersystémique, qu’il aura toujours à

21
développer des activités communes et particulières à son propre vécu sur le monde qui lui sert
momentanément de berceau planétaire.

Ne nous trompons pas. Le travail existe dans tous les niveaux existentiels du cosmos
et c’est un facteur important d’évolution. ‘Le Père travaille incessamment’, nous dit Jésus. Lui
aussi.

Tous ces ministères, départements et autres subdivisons se trouvent harmonieusement


distribués à l’intérieur d’un certain ensemble organisationnel que nous dénommerons de
hiérarchie céleste, de caractère bien différent de ceux auxquels nous nous sommes référés
antérieurement, hiérarchie divine, quant à l’abordage des mondes supérieurs.

Dans cette dernière il n’existe pas de distinction d’autorité et/ou de marque spirituelle
des êtres qui la composent parce que tous sont un avec le Père, alors que dans la hiérarchie
céleste, en dehors des aspects fonctionnels et opérationnels qui sont divers et distribués aux
diverses classes d’êtres qui la forment , se regroupent aussi des niveaux d’autorité et de
développement spirituel des individualités, formant un ensemble extrêmement complexe et
différent de tout ce qui existe dans les formes organisationnelles terriennes.

Spécialement dans les autres mondes du système de Capela, nous pourrions dire qu’en
eux se trouvent des communautés planétaires qui, dans leurs spécificités, forment la partie
opérative d’Orbum, ou, en d’autres termes, étaient des espèces de mondes d’appui à la source
du gouvernement céleste localisée sur la planète Orbum.

Si nous pouvions retracer quelque type de corrélation avec la situation terrienne ( ce


que nous ne devrions pas intenter, mais nous serons obligés de le faire pour une meilleure
compréhension , même qu’elle vienne un peu à préjudicier la vérité des faits) nous dirions
qu’à Orbum, se trouvaient simplement le palais ou la maison du gouvernement, les centres
ministériels et l’aide la plus directe. Et sur d’autres planètes du système, les parties d’appui,
de mise en œuvre, de contrôle opératif et d’autres organes départementaux appartenant à
l’organisation de niveau si complexe.

Orbum serait la capitale de l’aire cosmique gouvernée par le maitre avec toute sa vie
singulière richissime en activités diverses, en dehors de la fonction de gouvernance, inhérente
à la capitale d’une association de systèmes de mondes. Bien qu’il y ait une population d’une
quantité modeste d’êtres (si nous comparons par rapport à a terre), la vie dans ce monde est
exprimée dans un niveau d’intensité, de beauté et de multiplicité d’aspects jamais encore
atteints pour les patrons terrestres.

Ainsi les autres planètes de Capela qui en dehors des caractéristiques fonctionnelles
d’appui à Orbum qui lui sont propres, ont dans leurs aspects existentiels, tout un ensemble
d’activités qui surviennent dans le quotidien de ces mondes.

Finalement, nous pouvons affirmer que tout le système de Capela avec ses divers
mondes est, dans la réalité, la source gouvernementale de la partie de la galaxie ou nous
vivons.

Nous n’allons pas nous étendre dans des expositions autour des caractéristiques
fonctionnelles des autres systèmes de mondes (à l’intérieur d’autres) , liés à la situation

22
terrienne, à savoir, Vega, tau Ceti, Antaris, Epsilon Eridani et Proxima Centauri parce qu’ils
seront un sujet pour des travaux , qui au moment opportun seront publiés.

PREMICES D’UNE EPOQUE.

Partie 1 .Prémices d’une Epoque.

3. A Proximité du Maître.

Parmi les mondes de Capela, il y en avait deux dans lesquels résidaient les êtres les
moins évolués de tout le système. Ainsi nous le disons les comparant aux résidents d’Orbum.
Cependant, si nous les comparons aux autres mondes de l’association intersystémique, nous
serions obligés de dire que les mêmes possédaient une marque spirituelle (lisons un bagage
existentiel), déjà considéré suffisamment élevé.

Dans la vibration du langage terrien, les noms de ces planètes seraient quelque chose
proche de Dan et Zian.

Sur cette dernière, spécifiquement étaient réunis depuis là, beaucoup d’êtres qui dans
les derniers temps cosmiques avaient été conviés à y résider, avec l’objectif de développer
certaines activités nécessaires à cette partie du cosmos, étant déjà dans toute la communauté
sidérale, considérés comme des citoyens Capelinos.

Ces êtres, en dehors des activités normales appartenant à la vie de Zian, réalisaient des
travaux dans le champ de la recherche, codification et repassait des informations générales au
reste de la Voie Lactée, notre galaxie, pour le ministère que, (nouvellement nous utilisons
quelque patron comparatif avec la situation terrestre) nous pourrions appeler de Relations
Extérieures.

Ce ministère qui avait et qui a toujours sa source centrale dans une des régions
d’Orbum, parmi de nombreuses autres prérogatives, était en relation avec les diverses
associations intersystémiques de la galaxie et était en train de s’habiliter à commencer un
relationnement fonctionnel avec des associations d’autres galaxies.

De cette manière, il y avait quelques équipes de travaux de Zian qui devaient se


transporter constamment à la recherche d’informations et de vérifications-confirmations, in
loco, de certains aspects de la vie cosmique dans de nombreux endroits.

Une de ces équipes se caractérisait constamment, en dehors des voyages normaux aux
régions de recherches, à se diriger aussi à la source du ministère d’Orbum, ou normalement se
trouvait le Maître, parce que certaines informations particulières des recherches réalisées
étaient de son intérêt personnel.

23
Cette équipe formait à l’époque de ce que nous contons, 736 individus, (connue dans
ces temps comme la famille Val ou le groupe Val) qui se délocalisait en trois grands
vaisseaux et avec le temps et les travaux développés, devint une espèce d’équipe spéciale.

Due à la caractéristique des travaux développés, comme aussi pour d’autres aspects
qui peut être dans un futur seront mieux expliqués, elle commença à être constamment
sollicitée par la Maitre pour des contacts, qu’ils soient personnels ou à travers de certains
canaux de communications caractéristiques à cette technologie, pour l’échange d’informations
et/ou d’orientations.

Il est important de noter que parmi les coutumes de ces mondes, il y a avait ou l’on
ajoutait le nom de l’équipe de travaux au propre nom cosmique de l’individualité.

Ainsi, tous les membres du groupe de travail auxquels nous nous référons avaient le
‘val’ comme antécédent devant leur nom cosmique. De cette façon là, tous les êtres de Capela
étaient identifiés par leur propre nom cosmique, précédé d’une espèce de prénom qui
caractérisait le type de travail qu’ils développaient, comma aussi de la propre famille à
laquelle ils appartenaient. Là différemment de la Terre, les familles forment déjà les propres
groupes de travail des diverses communautés planétaires.

Sur terre, nous définissons la famille comme étant une réunion de personnes
apparentés qui vivent proches les unes des autres, affectivement ou physiquement parlant. Ce
sont des personnes qui ont la même ascendance, le même sang.

Notre planète, pour avoir été aussi longtemps un monde d’épreuves et d’expiations, les
familles qui s’y forment sont, en vérité, la réunion d’esprits compromis et qui normalement se
trouvent en débit spirituel les uns para rapport aux autres, ne possédant, nécessairement,
d’affinité entre eux.

A bien dire la vérité, ils sont presque toujours des adversaires de vies passées qui,
sous le domaine de l’inévitable consanguinité , sont obligés de vivre de dures peines. Avec
cela, lorsqu’ils réussissent à obtenir un minimum de succès, ils apprennent à se pardonner
réciproquement, naissant des liens d’amour et de gratitude, qui promouvront dans le futur , de
meilleurs conditions réincarnatoires. Ceci est malheureusement le panneau de fond spirituel
de la majorité des familles terriennes.

Il y a une autre caractéristique très représentative de ces mêmes familles qui est le fait
que des esprits, déjà raisonnablement évolués, reçoivent comme parents, des compagnons de
situations malheureuses du passé spirituel et qui se trouvent toujours dans des conditions
perturbatrices, pour tenter de les aider.

Mais beaucoup pourrait être dit sur ce thème, mais pour ne pas être l’objectif de ce
travail présent, nous dirons à titre de conclusion, que peu sont les familles terriennes qui se
réunissent sous le berceau de l’affinité parmi les esprits qui la composent.

Ce fait est emblématique dans les mondes en retard. En contre partie, dans les mondes
plus évolués, les familles se réunissent par affinités entre leurs semblables, qui professent les
mêmes idéaux, ont les mêmes intérêts et normalement développent des fonctions
professionnelles à l’intérieur d’un même champ de travail.

24
Dans le cas des quatre personnes spirituels présent dans cet ouvrage, trois étaient de la
même famille : Val Ellieh, Val Elliah et val Ellam. Le quatrième appartenait à une autre qui
sera décrite plus en avant.

Le sujet en question nous oblige, à développer succinctement un thème qui est le motif
de nombreuses discussions parmi les divers courants d’étude terriens. Il se réfère au fait que,
suivant les mentors du présent travail, qu’uniquement le Père est omniscient et omniprésent,
ou soit, il sait tout et est en même temps partout à la fois.

Quant aux autres êtres de la hiérarchie divine qui composent les hôtes de la Déité, du
fameux niveau christique cité ci-dessus, duquel fait partie Maitre jésus, ils peuvent être à
n’importe quel endroit et savoir n’importe quoi, mais ils ne peuvent pas être dans tous les
endroits en même temps ni même de tout savoir à n’importe quel moment.

Ces êtres indépendant du temps doivent se délocaliser parce qu’ils ne peuvent pas être
dans tous les lieux. Etant ainsi, ils peuvent s’harmoniser avec le circuit d’informations qu’ils
désirent, mais ne savent pas tout.

S’il se produit quelque fait, dans les nombreux recoins cosmiques, qu’Ils ne savent
pas, il est nécessaire qu’Ils soient informés. A partir de là, par une simple expression d’une
des multiples potentialités de Leurs corps cosmiques, Ils peuvent interagir dans n’importe
quel environnement ou situations qu’ils désirent.

Cependant, la famille Val avait l’opportunité d’une convivialité directe avec le Maitre.
Que ce soient par les délocalisations constantes jusqu’à Orbum, par les visites que le Maitre
faisait à Zian ou même par les contacts qu’ils maintenaient avec Lui lors des missions dans la
galaxie.

Si proche était cette relation que quelques représentants de cette équipe étaient appelés
pour quelques réunions sur Orbum.

Un autre détail doit être rajouté, même si nous venons, à titre d’utiliser quelques image
illustrative terrienne, distordant un peu du concept que nous voulons exposer.

Cela se réfère au fait que, due à la nécessité impérieuse de rester très longtemps sur
Orbum , procédant aux prises de décision quant aux sujets et problèmes divers sous sa tutelle,
le maitre conviait , dans des opportunités renouvelées, quelques membres de cette équipe pour
qu’Il le visitassent , afin de converser à respect des nombreux aspects qui traitaient des
voyages aux recoins de la Voie Lactée.

Quand ceci survenait, un des personnages appartenant à la Famille Val, cité


antérieurement, venait toujours avec son vieux maitre codificateur, responsable d’une espèce
de département sur la planète Zian, là ou convergeaient les informations collectées, non
seulement par la famille Val, mais aussi par toutes les autres qui travaillaient dans les divers
champs de la recherche cosmique.

Cet autre être, qui appartenait à une autre famille cosmique, était très respecté et même
vénéré par tous les capelinos. C’était un de rares que le maitre conviait pour

25
L’accompagner, alors pour ses incursions dans des mondes encore plus avancés que la propre
planète Orbum.

L’on n’a jamais su pourquoi, il se présentait sous la forme d’un être vénérable,
apparaissant avec suffisamment d’âge capelino. Il était Maître de quelques membres de la
famille Val, comme aussi membres d’autres familles, dans le domaine du ci nommé ; art de la
codification cosmique.

Une telle matière avait comme base logique les prémices, que le tout de la Déité, (et
ses attributs potentialisés et perceptibles), jamais ne serait inséré dans quelques unes de ces
parties, nécessitant pour cela, quelque méthodologie d’étude, qui le symbolisait ou
l’enregistrait en patrons résumés devant les très nombreux patrons évolutifs existants sur les
orbes répandus à travers le cosmos. D’ou l’impératif de l’art de la codification. Pour un tel
objectif, l’attribution de conquêtes morales et mentales était un facteur essentiel pour ceux
qui prétendaient initier leurs esprits dans cet apprentissage.

Le vieux codificateur de Zian, dans sa partie, était un exemple non pas uniquement de
ces attributs, mais aussi de beaucoup d’autres. Tous, Il adoucissait par sa présence simple et
amie. Sa connaissance était notable. Disons même il était déjà possesseur de l’unité avec la
Père, mais qu’il avait choisit volontairement, de travailler dans les mondes en évolution, sans
occuper quelque charge ou fonction de mandataire céleste.

Ça été avec lui le dernier contact de la famille Val, avant de se diriger vers la planète
bleue avec comme vues l’attendement à la sollicitation du Maître. C’est de lui que quelques
uns des membres Val reçurent son accolade avant de se délocaliser dans une mission
supplémentaire de recherche, aspect qui caractérisait tant les membres de cette famille.

Coïncidence ou non, quatre de ces entités finirent par être, dans un futur très lointain
des incarnations terrestres, bien après avoir été exilés sur Terre. Plus exactement, deux de ces
esprits réincarnèrent dans la famille de Paul, un autre esprit comme commerçant qui aida à
financer l’emprunt pour les terres d’Orient et le dernier esprit comme l’un des magistrats du
Grand Conseil qui gouverna Venise.

Liens étranges, ceux du destin cosmique, qui toujours réinscrit les nombreux chemins
conséquents aux options du libre arbitre de l’esprit, finissant par mettre les acteurs et
situations à se répéter dans de nouveaux personnages et actes de la grande pièce existentielle
qui est la vie cosmique de l’esprit éternel.

Dans les temps auxquels nous nous référons au Système de Capela, ces êtres étaient
cependant, observés avec soin et spéciale attention par les autres, pour bénéficier d’une sorte
de privacité de la grâce de l’intimité avec un Etre si majestueux.

C’étaient des jours capelinos de beaucoup de travail et de recherche.

Après la décision prise pour établir dans la très lointaine planète bleue, la si rêvée base
plateforme pour des délocalisations futures, le Maître sollicita à cette équipe qu’elle fît une
étude parallèle aux autres études qui étaient déjà entreprises par d’autres groupes de travail.

La sollicitation du Maître se rapportait à l’étude spécifique quant aux conséquences


énergétiques de l’installation de la base plateforme pour une certaine branche de mammifères

26
marins qui ont été le résultat d’expériences réalisées dans un temps très lointain dans les
océans de la terre par une autre civilisation du système de Capela, les Ardenyanos, qui
existaient , comme ils existent toujours dans les mers de notre planète.
Ces expérimentations visaient la semence de vie animale intelligente dans le milieu
aquatique terrestre, parce que celle-ci, en raison des conditions de l’époque, il y a plus de cent
cinquante millions d’années en arrière, était le plus propice ou, sous une autre optique de
l’analyse, le moins compliqué pour que cela puisse se développer. Il commençait à exister à
l’époque des faits, la domination des dinosaures qui commencèrent à régner sur les continents
et mers terriennes et qui commençaient à rendre l’existence sur Terre ferme suffisamment
compliquée.

Mêmes qu’il y ait eu des levées de vie matérielle pensante, venue d’autres planètes,
qui finirent par coexister durant quelques périodes avec ces animaux (à un cout, nous
acceptons cette information des mentors du présent travail, il n’y avait pas, devant les
possibilités d’analyse d’alors, des conditions de grands développements et d’expectative quant
à la vie pensante sur les continents.

Bien qu’il existât des membres de la famille des dinosaures qui vivaient dans le milieu
aquatique, c’était principalement sur les continents que résidaient la plus importante variété
des grands représentants de cette famille qui domina la Terre durant des dizaines de millions
d’années. La domination que les membres de cette famille exerçaient sur air et sur terre
rendaient insupportables la permanence des équipes, même uniquement sur des bases, durant
une longue période dans l’environnement terrestre. Il restait uniquement le milieu aquatique
comme environnement propice à la tentative de potentialiser quelque type de vie pensante.

Ceci c’était la mission des ardenyanos qui, en vérité sont des êtres aquatiques qui
habitent une planète pratiquement dominée par les océans, dans le système des mondes de
Capela.

Les studieux et les passionnés par les dauphins, les baleines et autres mammifères
marins, jusqu’à aujourd’hui sont intrigués des quelques caractéristiques qu’ils présentent. Ce
n’est pas extravagance.

Il viendra un temps ou tout ce procédé sera éclairé.

Avec cet objectif, l’équipe se délocalisa jusque sur Terre, établissant, conformément à
la planification préalablement préparée, des espèces de petites colonies sur deux des satellites
de Jupiter, (comme aussi sur la planète Mars ou il avait déjà existée une vie dans un passé
encore plus lointain) pour servir de base d’appui à de futures missions.

Non n’imaginons pas que ces êtres, à l’époque des faits en question, (qui dans un bref
futur seraient tous impliqués dans une grande équivoque, et exactement sur ce beau monde
bleue qu’ils étaient en train d’étudier), qu’ils iraient terminer leur longue et malheureuse
route d’exil.

27
Partie 2.

PROBLEMES DE CAPELA.
‘Et le moindre prétendit concevoir le plus
grand, comme si une infime petite partie
pouvait contenir le tout ’.

Des Chroniques de Dan.

28
PROBLEMES DE
CAPELA

29
PROBLEMES DE CAPELA.

Partie 2 .Problèmes de Capela.

1. les Inquiétudes de Lucifer.

Il y a environ un million deux cents milles ans en arrière furent apportées par trois
grands vaisseaux et toute leur logistique pour le commencement de développement des
travaux sollicités par le Maitre, les bases proches de la Terre.

Profitant d’une base opérationnelle qui existait déjà sur mars et qui commença à être
la principale (servant les deux autres qui existaient déjà , localisées sur les satellites de
Jupiter , Europa et ganymèdes, comme appui pour entrée et sortie sur le palier opérationnel du
système), l’équipe se préparait entrer en contact avec la faune et la flore si riches dans leur
diversité.

Constamment se délocalisant jusque sur la terre pour la réalisation des travaux dans
ses océans, toute l’équipe s’émerveillaient en délices avec la beauté naturelle présente en
toute partie.

Naviguant avec leurs vaisseaux d’appui dans les diverses mers de la terre, les
groupes de travaux procédaient aux vérifications qui avaient été demandées, ayant en vue le
soin du Maître pour toutes les formes existentielles alors émanent de la source éternelle de
l’amour éternel du Père.

Il y a encore beaucoup à être éclairé à respect des levées existentielles, soins des
équipes sidérales et autres événements qui ont eu comme palier les planètes terre, mars et
quelques satellites comme, par exemple les deux de Jupiter référés antérieurement, tout ceci
s’étant déroulé dans l’espace de nombreuses dizaines de millions d’années en arrière.

A son tour, toute cette histoire de luttes et de conquêtes incessantes, durant la


longue journée évolutive de l’esprit éternel qui est survenue dans notre système planétaire
sera évidement éclairée. Jusque là contentons nous avec la présente te modeste narrative d’à
peine un million et deux cents milles années en arrière.

30
Quand à cela sur capela, la vie cosmique développait son cours normalement. Les
diverses communautés planétaires continuaient dans leurs luttes ascensionnelles, ayant dans la
personne du Maître, le foyer irradiant des stimuli et orientations nécessaires.
Parmi les diverses équipes de travail distribuées à travers la grande hiérarchie,
personnes qui étaient les assesseurs du Maitre, il y en avait une qui possédait parmi ses pairs,
un être qui enchantaittous par sa capacité personnelle à développer des sujets et des thèmes les
plus divers, abordant nombreux des aspects de la vie cosmique.

Cette équipe était spécialisée, pour ainsi dire, dans l’étude et le développement de
patrons mentaux de perception (que nous pourrions dénominer de paradigmes de l’Esprit
Spirituel en évolution ou de quelque autre concept qui de ceci s’en rapproche), tant dans le
champ conscientiel comme dans l’instinctif.

En d’autres mots, il étudiait la forme de voir et percevoir les aspects extérieurs, de la


grande œuvre de la Création Universelle, aussi bien de la partie des êtres pensants comme
aussi de ceux d’une échelle existentielle inférieure, encore dépourvus de la lumière du
raisonnement, mais qui à travers de l’instinct ou d’autres formes perceptibles, interagissent
avec les environnements qui les entourent.

Si l’équipe à laquelle nous nous référons antérieurement, le groupe Val, était formé
de 736 êtres, celui-ci possédait une quantité de membres bien plus supérieure. A l’époque des
faits en question, elle était formée par 5420 individualités. Ses membres normalement
résidaient sur la planète Dan.

Cette équipe était ainsi nommée par une expression qui s’approchant des
caractéristiques terriennes, seraient quelque chose approximatif comme Yel.

Si nous prenons en considération que la terre n’a pas deux êtres humains égaux et
que chacun a sa perception distincte des autres, quant à tout ce qui nous entoure, imaginons le
cosmos qui palpite de vie dans tous ses recoins.

A l’exemple de ce qui arrive ici , nous pouvons aussi affirmer qu’il n’existe pas
deux êtres cosmiques égaux ( si ce n’est quelques cas rarissimes de certain patron de clonage
et d’autres expériences encore en carence de pouvoir être compris par le niveau actuel de
perception terrienne), et que chacun de nous d’une façon particulière , possède sa marque
évolutive, avec ses conquêtes et problèmes distincts des autres. Nous avons donc, aussi de ce
fait, notre forme personnelle de voir et de percevoir l’univers qui l’entoure.

C’était ceci, comme c’est toujours le cas, le champ merveilleux d’agissement de


cette équipe à laquelle appartenait le frère cosmique qui sur terre est connu comme Lucifer.
Dans les temps de Capela, cet être était appelé de Yel Luzbel.

Et à cette même famille cosmique, appartenait aussi celui qui futurement incarnerait
sur Terre, comme un des apôtres de Jésus dont le nom dans les registres de Dan était Yel
Liam.

Etudier, comprendre, cataloguer et de là inférer les patrons de la pensée cosmique


des êtres en évolution de façon singulière, dirions nous, était le plus grand objectif de cette
équipe.

31
La codification prétendue était et est de vitale importance pour qu’il y ait une justice
des lois cosmiques de cause à effet dans les mondes transitoires.

Il y a un sens gradualistique dans les lois du carma qui n’a pas été possible
jusqu’alors, d’être expliqué à la communauté terrienne (toujours parce que le moment n’était
pas arrivé suivant les mentors spirituels du présent travail, mais brièvement, ce thème sera
éclaircit.

Cette graduation vibratoire carmique à besoin du patron de raisonnement et de


perception de chaque être pour qu’uniquement sur ses conditions conquises, puissent se
verser les exigences, dans le champ des réalisations personnelles, des lois évolutives présentes
dans tout le cosmos.

En fonction de l’individualité qui caractérise tous les êtres dans la majorité des
patrons existentielle du cosmos, (ainsi nous nous référons, parce qu’il y a des cas qui fuient la
compréhension terrienne), chaque être cosmique est situé à l’intérieur d’une certaine tranche
évolutive ou les patrons de perception, les obstacles évolutionnistes et les possibilités de
conquêtes sont communs à tous ceux qui y sont insérés.

Sans le travail développé par cette équipe, autre devrait être la solution trouvée par
le Maître pour que le chaos et la dysharmonie ne soient pas la tonique du patron existentiel
dans la partie du cosmos sous Sa juridiction d’amour. Sans la contribution de la famille Yel il
ne pourrait pas y avoir la base légale et légitime dont tout ce qui se réfère aux lois de causes à
effets est la conséquence.

C’est avec cette base dans ce travail, que les marques énergétiques, qui
indélébilement se plasment dans la condition spirituelle de l’être à chaque posture intime
assumée et/ou acte par lui pratiqué, sont les caractéristiques pour un certain quantum
d’énergie vibratoire.

Cette équipe qui était suffisamment nombreuse, possédait divers groupes qui
traitaient de sujets spécifiques, car très nombreux étaient les aspects développés sur la
question en étude.

Lucifer, et toute son équipe, était l’être qui le plus se dédiait à la recherche dans le
champ spécifique de la perception de la Déité pour les êtres d’échelle moindre en évolution.

Dans la mesure que, à travers de la simple utilisation des potentialités de l’esprit, les
êtres en évolution ne puissent pas percevoir directement la Déité, il restait alors un certain
procédé dans le champ de la sensibilité spirituelle présente dans l’intime de chaque être, le
complément perceptif pour que le même puisse construire une idée plus sûre autour de
l’existence du Père.

Ce procédé certain sensoriel (que le lecteur nous pardonne pour l’utilisation de


mots, mais très grande est la difficulté pour définir, dans le langage terrien, patrons et faits des
autres mondes qui ne sont pas de similitude au notre), ou posture intime si nous comparons
avec la situation terrienne, fait que nous serons obligés d’observer sa similitude avec les
sentiments de croyance et de foi qui caractérisent ceux qui vivent sur terre.

32
Le fait est que d’étudier ce sentiment, qui en vérité était une espèce de complément
aux potentialités de l’esprit pour que devienne possible la perception de la Déité, était le
thème central et la préoccupation constante du groupe spécifique de travail auquel appartenait
Yel Luzbel et Yel Liam.

Ce qui inquiétait Lucifer, c’était la grande difficulté de nivaux perceptibles des êtres
en évolution répandus parmi tous les niveaux existentiels du cosmos. Et plus il étudiait et
réfléchissait à ce niveau en respect à ce sujet, il se commençait à se questionner pourquoi les
êtres de son niveau vibrationnel avaient pratiquement les mêmes difficultés que les autres
qui lui étaient inférieurs en terme d’échelle évolutionniste, quant à la perception des êtres de
hiérarchie divine et, spécialement, celui de Dieu.

Il percevait Le maître parce que Celui-ci (Jésus), à la demande du Père , avait laissé
sa condition normale d’Etre Divin (citoyen et habitant de mondes supérieurs appartenant au ci
nommé non temps’, qui n’est rien d’autre que le niveau le plus élevé de l’existence
cosmique , ou encore, le niveau existentiel ou se potentialisaient les êtres appelés , qui se
trouvent déjà dans l’unité avec le Père ) et était venu habiter Orbum pour gouverner la partie
de la galaxie qui lui avait été conférée par les puissances célestes.

Il percevait aussi quelques assesseurs directs, très peu, qui avec Lui vinrent sur
Orbum. En dehors d’eux aucun autre être humain de la ci nommée hiérarchie divine était
perçu par les autres êtres qui formaient la hiérarchie céleste et ni par les autres qui évoluaient
dans les incalculables temps ou réalités transitoires répandus à travers tout le cosmos.

Percevoir l’univers et ses nombreux niveaux ou survenaient les efforts évolutifs de


nombreux êtres n’était pas un problème pour Lucifer. Cependant percevoir Celui qui créa
tout et ses Préposés dans la grande hiérarchie divine était pour lui un facteur d’inquiétude.

Accepter que ses puissantissimes potentialités ne puissent même pas noter


l’existence de certains êtres de portée divine, allons nous ainsi dire, intermédiaires entre le
Maître et la déité, angoissait son intime.

Pourquoi est-ce-que cela devait être de cette manière ? Si ces êtres lui étant
supérieurs en vibration ; pourquoi ne se potentialisaiant-ils pas pour être perçus par tous ou
pour le moins, à ceux qui comme lui (à son jugement) avaient déjà les conditions pour tant ?

Lucifer pensait jusqu’à comprendre l’aspect impérieux de la question énergétique,


qui réunissait dans des niveaux existentiels distincts (par capacité et mérite vibratoires), les
divers êtres du cosmos. Cependant avec le passage du temps, il ne réussit pas à accepter que
c’était ainsi. Se plasma dans son propre intime, la posture équivoque de ne pas percevoir la
limite prudente de la propre imperfection et était très proche de confondre le droit de
questionner et de solliciter des éclaircissements avec l’attitude équivoque d’exiger que ses
questionnements et sollicitations soient attendues et, le pire à l’intérieur de ses possibilités de
compréhension.

Nombreuses ont été les rencontres promues par le groupe de Lucifer dans diverses
communautés planétaires pour la discussion du thème si complexe.

Pratiquement, tout au long d’une certaine période de temps cosmique, ce sujet fut
mené à tous les conseils locaux, planétaires et sidéraux, pour la nécessaire évaluation qui

33
promu par le groupe Yel, était suffisamment respecté et estimé par toute la communauté de
l’association de mondes coordonnée par la Maître.

A cette hauteur des faits, il n’y avait donc toujours pas le moindre indice, que cette
simple et édifiante discussion académique vienne à se transformer en rébellion ou en
événements de ce genre.

Les débats qui survenaient dans tous les endroits étaient débattus honnêtement par
ceux qui y participaient, ( inclusivement par Lucifer lui-même) comme un autre sujet
supplémentaire à être étudié comme facteur d’évolution pour tous.

Il est important de noter que l’acceptation des directrices des proposés de la Déité,
incluant celle du propre Maître, sont basées sur la convivialité fraternelle, dans
l’éclaircissement intime et dans l’adhésion spontanée de chaque être. Jamais aucune chose ou
fait est accepté par quelque type d’imposition.

Les lois qui existent dans les systèmes les plus évoluées de l’association des mondes
à laquelle appartient la Terre a pour base l’acceptation libre et consciente, de la part des
citoyens, de leurs préceptes, et, par conséquent, l’encadrement de leurs postures et attitudes,
de façon spontanée, à l’intérieur des critères de ces mêmes lois.

Ceux qui aiment beaucoup n’imposent jamais quelque type de joug, à moins que ce
ne soit le propre sentiment amoureux, le plus grand maillon entre tous les êtres du cosmos et
entre eux et le Père Amantissime.

C’est pour cela que Jésus disait et nous dit encore : ‘Venez à moi, vous tous qui êtes
fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes
instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est doux, et mon fardeau léger’. Matthieu 11:28-30

Il n’y avait cependant, pourtant, aucun type de préoccupation avec le sujet focalisé par
le groupe Yel. Les divers aspects de la question extériorisés par les membres du groupe, et en
particulier, par le propre Lucifer, durant les nombreuses opportunités pendant lesquelles le
sujet fut évalué, étaient loin de se transformer en facteur de contamination psychique ou
délétère pour ceux qui y participaient alors que ces réunions étaient acclamées par tous avec
bon grade et les meilleurs desseins.

Les propres assesseurs directs du Maitre y participaient y fournissant leurs opinions et


versions autres, que celles qui étaient offertes par le propre Maître, visant à l’éclaircissement
de tous.

Ainsi régnait la paix dans l’esprit et l’âme de tous les êtres qui formaient la
congrégation cosmique qu’il y avait dans la personne du Maître le grand préposé de l’amour
du Père. Mais, pour peu de temps !

34
PROBLEMES DE CAPELA.

Partie 2 .Problèmes de Capela.

2. . Les Postulants.

Comme nous l’avons dit antérieurement, le Maître à la demande du Père, laissa Sa


condition d’Etre Divin, (citoyen de niveau existentiel-vibrationnel ou sont assemblés les
mondes classifiés comme supérieurs), et justement avec quelques assesseurs qui appartenaient
à certains niveaux primaires de la grande hiérarchie divine, mais qui n’étaient pas encore
investis de condition christique de l’union avec la Déité, il vint habiter avec cette équipe sur la
planète Orbum.

Ce groupe d’assesseurs était formé par exactement vingt quatre êtres qui
bénéficiaient de la privacité de l’unité psychique et vibratoire avec le Maitre. De cela sept
eurent leurs attentions vouées pour la situation des mondes rebellés après la déflagration du
mouvement luciférien. Les autres continuèrent à aider le maitre dans l’administration des
autres aires affectées à sa juridiction.

C’était la mission de ces sept assesseurs d’accompagner le problème de plus près.


Ainsi, ils virent à avoir toute une histoire ensemble avec les êtres qui équivoquement suivirent
Lucifer.

Comme il a été antérieurement décrit dans le livre Réintégration Cosmique , après


que les rebellés aient ultradépassés ce point auquel l’on ne peut plus revenir , ou soit, lorsque
les hôtes de la Déité perçurent qu’il n’était plus possible d’éviter l’éclosion du mouvement
rebelle et ses conséquences en résultant , il a été déterminé que tous seraient réunis sur dix
neufs planètes et quelques satellites planétaires de plus, qui à leurs tour auraient leurs circuits
de convivialité cosmiques coupés, formant une espèce d’Ile cosmique qui resterait en
quarantaine jusqu’à ordre.

Nous devons cependant, expliquer, que cette espèce d’ile cosmique ne doit pas être
comprise, en termes de proximités astronomiques, car en vérité, les mondes rebelles forment
comme un ensemble ou une unité vibratoire de même patron de perturbation qui les
distingue des autres.

35
Ces sept assesseurs du Maître et plus une grande équipe d’êtres appartenant à
beaucoup d’autres orbes et divers niveaux existentiels auraient à partir de là, la mission
d’accompagner ces mondes.

Cette pléiade d’êtres, qui dans la tradition ésotérique finie par être connue comme
les anges et les archanges, etc, divisée en départements de travaux distincts qui forme
l’ensemble global de l’agissement amoureux du Maître joint aux mondes problématiques,
n’est rien d’autre que nos frères qui vivent dans d’autres environnements sidéraux , étant ,
cependant, considérés extraterrestres.

Ces êtres, en accomplissant leur ministère amoureux d’accompagnement et d’aide à


leurs frères terriens tout au long de notre histoire, (à chaque fois qu’ont été enregistrées leurs
présences personnelles près de la communauté terrestre, ils ont été au service de la divulgation
de messages, l’Annonciation de la naissance de Jésus à Maria, les avis de José référents à la
véritable provenance de Celui qui irait être son fils, comme aussi l’orientation de se diriger en
Egypte durant le massacre des innocents qui irait être perpétré par Hérode) , d’observation ou
même d’accompagnements, étaient , par le peu , ou quasiment aucune connaissance de ceux
qui ont réussi à les percevoir, comme des anges qui venaient du ciel…

Ces frères en réalité se délocalisèrent jusqu’à notre planète à travers de vaisseaux


qui en arrivant ici restèrent stationnés sur des bases proches de la terre, et dépendant du
niveau énergétique ou de la condition vibratoire dont ils sont porteurs, se potentialisèrent
jusqu’aux environnements terrestres utilisant leurs corps spéciaux en projections de tout
ordre qui enchantait ceux qui réussissaient à les percevoir.

Nous devons aussi indiquer que les êtres extraterrestres appartenant à d’autres
niveaux évolutifs ont été présents dans quelques pages de l’histoire terrienne et de la même
façon que les assesseurs du Maitre ont aussi été classifiés d’anges, dieux, etc… En temps
voulu ces faits seront éclaircis.

C’est ainsi que ces frères à qui nous devons tant nous ont accompagné tout au long
de notre histoire , sans pouvoir cependant apparaître en entier, en obéissance à une espèce
décret divin qui, par force des erreurs de ses habitants , isola la Terre, (depuis la sortie de
Jésus de l’environnement terrien) de quelque convivialité cosmique directe, jusqu’à ce que
l’ensemble des êtres qui y habitaient et y habitent réussisse à produire un environnement
énergétique qui rend propice les conditions de sa réintégration à la convivialité cosmique.

Comme tous les autres ordres rebelles ont déjà été réintégrés à la grande famille
sidérale, (à l’exception de notre planète qui, approximativement il y a environ cent milles
années terrestres est l’unique qui maintient toujours l’équivoque condition énergétique de
rebellé devant les lois cosmiques), ces êtres accompagnèrent directement le Maitre dans
l’actualité de la situation planétaire terrienne, pour être l’unique et ultime endroit du grand
problème cosmique.

Il est convenable de rappeler que sur la terre sont réunis ce qui encore reste ou ce qui
de pire il y avait de la rébellion de Lucifer.

Ceux qui sur terre ont été connus comme les anges ou archanges Gabriel, Miguel et
Raphael, n’étaient rien d’autres que les sept assesseurs déjà référés.

36
L’entendement de très nombreuses cultures et traditions religieuses est
suffisamment divers en respect à ces êtres classifiés comme anges. Par rapport à ce qui nous a
été divulgué, tout ce qui existe dans la culture terrienne à respect de ce sujet est à peine un
aperçu d’une équipe de travail formée par des êtres de divers niveaux de potentialités et de
graduation spirituels.

Il y a eu tellement de nouvelles perdues dans la nuit des temps, comme de très


nombreux travaux célestes qui accompagnèrent Lucifer dans son équivoque, comme aussi en
relation à ceux qui restèrent fidèles au Maitre , qu’ils existent actuellement de nombreux
héritages culturels et religieux de divers ordres, par rapport à ces êtres.

Les véritables registres, ou mieux, les informations légitimes à ce respect,


succombèrent avec l’ultime et le plus récent désastre des atlantes, restant une certaine page de
l’histoire des sumériens, autres nouvelles d’un certain groupe d’êtres extraterrestres qui ont
aussi été pris pour des Dieux, etc…

Depuis lors, de ce que l’on entend parler ou ce qui reste enregistré autour de ces
personnages célestes dans de nombreuses écoles initiatiques et doctrines secrètes tout au long
de l’histoire de l’humanité, laisse à désirer en termes d’exactitude, présentant de très
nombreuses opinons diverses et de distorsions de tout ordre.

Uniquement pour avoir une idée, dans l’actualité terrienne, il existe


approximativement, plus d’une dizaine de ces respectables opinions classificatrices, à peine
sur ce qui se réfère à la quantité des ci nommés ordres célestiels, groupe dans lequel seraient
distribués ces personnages célestes et leurs dénominations.

A peine à titre d’informations général, et pour mieux caractériser les informations


qui seront dispensées en avant, nous allons présenter quelques unes de ces classifications.

Conformément à Saint Ambroise, les ordres célestes sont au nombre de neuf à


savoir : les Séraphins, les Chérubins, les Dominations, les Trônes, les Principautés, les
Puissances, les Vertus, les Archanges, et les Anges. Suivant Saint Jeronimo, ils seraient sept.
Déjà, conformément aux traditions de la Tora, les ordres célestiels seraient au nombre de dix.

L’église catholique classifie en neuf chœurs les bons anges d’importance


décroissante, bien qu’une telle classification ne soit pas soumise à un acte de foi, à savoir : les
Séraphins, les Chérubins, les Trônes, les Dominations, les Vertus, les Puissances, les
Principautés, les Archanges, et les Anges. Nous disons les anges bons, parce que suivant le
catholicisme, il existe les bons anges (Michel, Gabriel, Raphaël, ainsi nommés dans les
Ecritures saintes) et les mauvais (Satan Belzébuth).

Une autre classification suffisamment complexe, est l’attribution à diverses


personnalités célestes d’appartenir à tel ou tel ordre célestiel.

Pour quelques uns Satan appartient à l’ordre des Chérubins, avant sa chute, pour
d’autres il faisait partie des Puissances. Déjà suivant d’autres opinions, il serait archange. De
la même façon Lucifer aussi a été pour beaucoup un ange ou un archange déchu.

37
Peu importe combien et quels sont les ordres ou groupements de cette hiérarchie.
Aussi, il n’est pas d’intérêt pour le moment planétaire de savoir si Gabriel est ange ou
archange ou même si Lucifer appartient à tel ou tel ordre.

Tout ce dont nous avons besoin de comprendre est qu’il existe une véritable équipe
de travail d’êtres célestes qui sont les assesseurs du Maître, laquelle nous nommons de
hiérarchie céleste. Ces êtres sont répartis en divers groupes d’affinité comme nous l‘avons
déjà expliqué antérieurement. Dans un passé lointain Lucifer et Satan, par exemple, était des
individualités qui appartenaient à des ordres célestes élevés mais qui résolurent de se rebeller
contre le Maitre.

Gabriel et Raphaël par exemple, étaient, comme ils le sont encore, des assesseurs du
Maitre appartenant à un ordre cosmique extrêmement élevés si l’on compare à ceux auxquels
appartenaient Lucifer et Satan.

Et encore plus ; beaucoup d’esprits qui sont dans le présent moment planétaire,
personnifiant, à travers le procédé de réincarnation , hommes et femmes du monde terrien , à
l’époque à laquelle nous nous référons , étaient, aussi des êtres de raisonnable bagage
cosmique qui appartenaient à des ordres plus modestes de cette hiérarchie céleste , mais qui
aussi, par équivoque , résolurent de suivre les postulats de Lucifer.

Pour une meilleure compréhension, nous devons indiquer que rien n’est plus distant
de la réalité cosmique que l’ensemble de concepts variés et des fonctions, disséminé, dans la
culture terrienne actuelle à propos de ces êtres. La réalité de la fameuse hiérarchie céleste est
très distante de ce qu’aujourd’hui l’on prétend comprendre sur les anges et archanges.

La façon comment ces êtres vivent et travaillent, leurs fonctions dans la grande
hiérarchie des assesseurs du Maître, les relations inhérentes à leurs activités avec ses diverses
réalités existentielles, et en particulier, avec les mondes spirituels en retard, comme c’est le
cas de la terre, à leur tour seront dûment éclaircis. Le moment propice surgira lorsque le sujet
sera plus mûr.

Comprendre pour croire est encore la meilleure conduite pour notre actuelle
situation vibratoire. Cependant l’on ne doit pas annihiler la croyance de ceux qui croient
aveuglément, parce que ce serait aussitôt leur retirer le sol sur lequel ils sont appuyés et ceci
pourrait leur causer une ‘chute’ suffisamment douloureuse dans leurs patrons psychiques.

Les ouvrages concernant les anges sont si nombreux, sujet de mode actuelle dans ces
dernières années du second millénaire, que nous ne jugeons pas convenable de disserter plus
sur ce sujet. Il y aura un temps certain pour tout.

Il faut cependant regretter que les habitants de niveaux célestiels de très grande
potentialité cosmique soient transformés, devant la commodité facile de procédés peu
profonds d’informations ésotériques, dans des êtres qui peu ou non rien à faire, si ce n’est
d’entretenir des inepties pour répondre aux stupidités de leurs prétendus protégés. Stupide
illusion. Entre autre, c’est ridiculiser une classe d’êtres cosmiques avec dés occupations que
même certains esprits nécessiteux ou perturbateurs- plaisantins (désincarnés) se permettraient
d’occuper.

38
Le rôle de l’ange gardien a été souverainement expliqué par la codification spirite
lorsqu’elle fait référence aux esprits amis et protecteurs qui nous environnent dans le concours
terrien , afin de nous orienter, de nous aider et de nous protéger, conformément à l’orientation
du Plus Haut.

Ce rôle dans la réalité terrienne, revient aux esprits amis désincarnés, jamais à des
êtres extraterrestres, qu’ils soient appelés anges, archanges, d’extra dimensionnels, équipages
sidéraux ou que ce soient. Ces êtres, éventuellement peuvent accompagner temporairement
(des environnements astraux planétaires) tel ou tel autre incarné avec pour vues quelque type
de mission. Gabriel donc, a été un de ceux là , justement avec Raphael, Miguel et d’autres ,
qui sont venus accompagnant le Maître dans la mission de gouverner la partie du Cosmos qui
Lui avait été confiée.

Ces êtres, pour ne pas avoir encore atteint la graduation cosmique du niveau
christique dénommé, possèdent une espèce de complément corporel qui leur sont
magnétiquement aimantés à leurs formes corporelles et qui, devant la vision à autrui, se
ressemblent à des ailes.

Ce sont comme des milliers de Chips interliés les uns aux autres, lorsqu’ils sont
actionnés par la propre émission vibratoire de la volonté mentale de l’être, assument une
espèce de coloration lumineuse diversifiée qui réellement enchante à qui à la grâce de les
percevoir.

Les anges et archanges ainsi appelés ou être ailés, sont en vérité, les assesseurs les
plus proches au maitre qui pour pouvoir vivre avec Lui et Lui prêter cette assistance
fonctionnelle due, ont besoin du concours de cette majestueuse technologie qui, sous la forme
d’ailes ou à quelque chose qui s’y ressemble, réunit un niveau de connaissance et de
possibilités qui en choquerait beaucoup.

Il est important de signaler, que dans l’aire cosmique dans laquelle nous vivons, il y
a deux autres classes d’êtres ailés (à l’intérieur de ce qui nous a été informé) qui a des
caractéristiques suffisamment diverses de celles qui normalement présentent les êtres qui
forment les assesseurs les plus proches du Maitre.

Superficiellement, (ce sujet sera dument développé dans des travaux futurs), nous
informons que l’une d’elles provient de trois planètes du Système d’Antarès, qui fournirent
les exilés pour la Terre durant une courte période de la rébellion de Lucifer et qui a une
relation directe avec quelques uns des légendaires Dieux qui comptent les très nombreuses
légendes et histoires de certaines régions planétaires. Une autre aussi du Système d’Antarès,
est la caractéristique existentielle d’une certaine planète ou, littéralement, ses habitants
possèdent, en dehors d’autres membres corporels, un ensemble d’ailes caractéristiques de
leurs corps.

Pour parler de ce thème, il existe un livre chinois, le Shan Haiching, qui fait
référence à une race humaine dotée d’ailes, appelée Miao. Cette race, vers 2500 av JC, se
serait déviée des enseignements du Seigneur d’En Haut, étant punis avec la perte de la
capacité de voler, conformément à ce qui est ici conté. Ne serais-ce pas une réminiscence de
l’exil survenu dans des temps immémoriaux?

39
Revenant aux assesseurs du Maitre imaginons un esprit lié aux plus puissants
ordinateurs, dans un échange incessant d’informations, avec la conséquente élaboration de
possibilités dans tous les champs des sciences cosmiques. Maintenant, un autre esprit, avec
ses respectifs archives, qui ait à sa disposition toutes les informations des diverses
réincarnations de chacun des deux milliards d’esprits réunis sur la Terre, avec la nécessaire
évaluation carmique de tous les actes pratiqués et les conquêtes atteintes. Voila donc des
exemples de cette technologie auxquelles l’humanité terrienne n’a donc pas la moindre plus
petite idée et qui caractérise le potentiel de ces êtres.

Chaque être de ceux qui font partie des assesseurs du Maitre ont leur fonction
spécifique quant à ces travaux. A chacun il revient une espèce de maitrise en référence au
sujet ou thème spécifique de l’administration cosmique

Pour qu’un être devienne habilité, en terme de condition énergétique, afin qu’il soit
possible de recevoir une aimantation de ce complément corporel, ceci est un sujet que nous
nous proposons de mettre en attente pour ne pas être le thème central de ce travail.

Tout ce que nous pouvons cependant affirmer est que de tels êtres existent, qu’ils
résident temporairement sur Orbum, dans la compagnie du Maitre, étant un de Ses assesseurs
dans toutes les aires de Son agissement, qu’ils se déplacent en vaisseaux mais aussi qu’ils
peuvent le faire de façon projectionnelle et qu’ils travaillent directement liés aux ci nommés
ministères d’Orbum et aux conseils directeurs intersystémiques et de mondes spécifiques.

C’est exactement parmi ces êtres que commença à se produire une espèce d’agitation
pour avoir perçu, entraperçu la possibilité de la survenue de problèmes avec la posture de
Lucifer.

Ils conversèrent avec la Maitre et de Lui, ils écoutèrent que déjà, avait été détecté
par ceux qui étaient des assesseurs direct avec le Père, la vibration d’inquiétude qui
commençait à dominer la conscience cosmique de Lucifer

Et avant de poursuivre plus en avant, nous nous obligeons à expliquer quelque


chose en respect aux niveaux conscientiels de l’être, même que superficiellement, parce que
ce sera un sujet qui sera développé dans le futur.

Les mentors nous éclairent que sur ce travail il y a quatre niveaux de conscience
basiques (comprenons par conscience la capacité potentielle de penser, d’établir des
évaluations morales des actes pratiqués et par eux, être responsables devant les lois divines
qui régissent l’évolution cosmique) dans lesquels baignent tous les êtres en évolution du
cosmos :

Cerveau physique temporaire : lorsque l’individualité cosmique incarne dans des


corps transitoires, dont la source perceptive uniquement apprendra ce qui par elle sera perçu
durant l’existence temporaire du corps physique. En d’autres termes les hommes et les
femmes du monde terrien peuvent à peine entendre par les sens cérébraux, les cinq sens
basiques du corps humain, qui caractérisent la vie sur Terre, ce qui peut être perçu. La
connaissance de ce cerveau sera à peine celle acquise dans une incarnation, car ce cerveau
nait et meurt comme le corps physique. Tout ce qui en lui est enregistré est automatiquement
enregistré dans l’esprit spirituel et par conséquent, dans la conscience cosmique de l’être.

40
L’esprit spirituel : esprit atemporel, ou soit, qui ne cesse pas d’exister avec la mort
du corps physique transitoire déjà qu’après la mort de celui-ci, il commence automatiquement
à être la source conscientielle de l’être, poste qui est contenu dans l’essence du propre esprit.
Il l’accompagne dans toutes les incarnations, que le même réalise dans des corps transitoires,
ayant pour cela, le registre propre de toutes les vies menées à effet dans un environnement
planétaire donné. Normalement il vibre avec la situation énergétique de l’orbe dans lequel il
est inséré.

Lorsque l’être qui est incarné dort, ou soit, lorsque le cerveau physico-temporaire est
partiellement annihilé durant le sommeil physiologique, cet esprit spirituel se réveille et se
met à commander l’esprit durant ses activités et vécus qu’il réalise normalement lorsque son
corps transitoire repose durant le sommeil réparateur.

De la même façon que toute l’eau de l’océan ne peut pas être contenue dans un
simple verre d’eau, tout le vécu de l’esprit spirituel aussi ne réussit pas à s’emboiter dans le
cerveau temporaire. De ces vécus, l’être aura uniquement des rêves, souvenirs et/ou
sensations fugaces de ce qui s’est produit quand il dormait parce que son cerveau connaît
uniquement la vie présente incarnée et ne sait rien à travers de la connaissance ou du propre
vécu , sur la vie spirituelle.

En désincarnant, déjà libéré du corps physique, l’être aura son esprit spirituel activé
qui commencera à commander ses pas lorsqu’il sera dans les environnements spirituels qui
normalement enveloppent les mondes physiques. Dans ces réalités existentielles, ou soit, dans
les environnements spirituels, tout ce qui là s’y passe, reste aussi enregistré dans la conscience
cosmique de l’être.

La conscience cosmique ; lorsque tout ce qui a été vécu et expérimenté par l’être
devient et reste potentialisé dans une condition existentielle encore transitoire, seulement plus
dans des mondes perturbés et/ou en retard, mais bien évidemment dans des mondes avancé,
ou l’être se potentialise déjà avec sa personnalité cosmique.

Cette condition existentielle est une espèce de très très long stage, car il présuppose
toute une série de potentialisations de l’être, vies ou l’être ne nait plus et ne meurt plus, mais
simplement vie dans un avancé stage de conquêtes mentales et morales, dans divers niveaux
existentiels hyperélevés, si on les compare à la situation terrienne. Exemple typique de ce cas
ce sont les situations existentielles de diverses planètes des systèmes de Capela, Vega et Tau
Ceti.

A la fin de cette étape existentielle l’être est habilité à atteindre la ci-nommée


condition christique, ou soit, de commencer à faire partie des niveaux existentiels ou tous
ceux qui vivent là, deviennent un avec la déité.

Un avec la déité ; l’être en dehors d’exister dans sa propre personnalité cosmique et


donc, déjà libéré de situations énergétiques communes aux divers niveaux existentiels en
évolution commencent à vivre dans les ci nommés mondes supérieurs ou tous jouissent de la
convivialité directe avec le Père.

C’est le ci nommé non-temps ou , si nous voulons, le véritable paradis.

41
L’incroyable est que, conformément à ce que nous informent les véritables auteurs
du présent ouvrage, il n’existe pas deux êtres qui ont le même niveau d’évolution ou, en
d’autres mots, la même marque évolutive dans aucun des stages de la conscience de l’être.

A titre d’exemple, dans le cas le plus primaire, qui est notre condition d’esprit
réincarnés sur Terre, il n’y a pas deux personnes qui possèdent le même patron vibratoire,
étant chacun d’entre nous détenteur d’une condition spirituelle qui le distingue des autres.
Ainsi est dans tous les niveaux de la vie cosmique.

La diversité est réellement un des attributs de la Déité plasmée dans toute Sa Grande
Œuvre.

Le Père a crée la diversité. Nous, nous avons crée les différences. Dieu n’a rien à
voir avec les différences profondes qui marquent l’existence terrienne. Elles ont été et sont
les produits de notre propre incapacité d’aimer autrui. Lorsque nous ne nous aimons pas les
uns les autres, nous réussissons à produire des histoires similaires à celles qui aujourd’hui
caractérisent la vie humaine sur Terre. Il y en a même beaucoup qui disent que c’est le Père
Célestiel qui a crée les brutales différences entre les terriens. Ou donc se trouve le libre
arbitre ? Et les relations de cause à effet?

Les lois constantes dans les postulats des sciences exactes disposent des trajectoires
des électrons autour du noyau, des planètes autour des étoiles et tout encore plus de ce qui
existe dans l’univers physique observable. Mais qui ou quoi détermine les trajectoires
existentielles des êtres pensants par le cosmos en dehors, si ce ne sont pas les lois de cause à
effet, action et réaction, conséquentes du libre arbitre des mêmes ?

Ou serait-il que Dieu à une préférence pour tel groupe de fils ou de filles ? Si nous
qui sommes pères et mères imparfaits, nous ne procédons pas de cette forme, serait-il licite de
supposer que quelqu’un de plus intelligent et sage que nous agirait ainsi ?

Lucifer et les autres personnages de cette histoire, cependant, étaient insérés dans la
condition existentielle caractéristique des êtres qui possèdent ou étaient investis de la ci
nommée conscience cosmique.

Nous avons dit que quelques êtres qui étaient les assesseurs de la Déité avaient déjà,
nous allons dire ainsi, avisé le Maître quant à la question vibratoire de Lucifer.

Toute l’équipe du Maitre commença à accompagner le développement des questions


cruciales promues par la famille Yel, qui étaient en train d’être évaluées dans les diverses
habitations de cette partie du cosmos. C’était pour ainsi dire, le sujet qui était en ligne de
mire.

Gabriel pris l’initiative de convier Lucifer pour une conversation fraternelle autour
des idéaux qui surgirent comme conséquence des postures de non acceptation des limites
vibratoires inhérentes à la condition conquise par chaque être.

Lucifer, même étant possesseur de condition existentielle inférieure à celle de


Gabriel ( tout aussi bien dans ce qui se réfère au champ de vibration personnelle , comme
aussi en terme de graduation cosmique), résolut d’affronter quiconque voulant lui argumenter
quelque chose et , particulièrement , quant à la question que l’humanité était aussi un facteur

42
d’évolution ce qui, dans le cas , était exactement le composant vibratoire qui lui manquait, ( à
Lucifer) causant avec ceci, une certaine cécité ou barrière perceptive qui le poussait à de telles
attitudes.

Mais le problème de la rébellion de Lucifer n’est pas survenu d’une heure à l’autre.
Si nous encadrions dans une échèle du temps ce qui là se produisit à l’intérieur de la
psychologie du temps terrestre, nous dirions que ce procédé s’était développé tout au long de
nombreuses années des temps de Capela.

Par de nombreux espaces de temps, dans le fuseau horaire cosmique, ces discussions
survenaient, contant toujours avec l’expression de consentement du Maître qui écoutait tous et
orientait par Son jugement suave. Gabriel avait tenté, dans diverses opportunités, d’éclairer
quelques points (qui étaient levés par Lucifer) comme étant en carence d’explication. Mais
aucun résultat ne fut obtenu.

De nombreux confondent, inclusivement, la rencontre survenue dans un des mondes


de Capela parmi les hôtes du Maître qui, dans l’opportunité étaient coordonnées par Gabriel et
la phalange luciférienne, comme ce qui viendra à être décrit plus tard dans l’Apocalypse de
Saint Jean. Ce dernier, en vérité relata un problème survenu dans les environnements astraux
terriens, aussitôt après la crucifixion de Jésus, ce qui fut entre Miguel (qui à l’époque
coordonnait les équipes du Maître qui étaient en train de travailler dans les environnements
astraux terriens) et Satan, qui se présenta accompagnant ce qui restait de l’armée de rébellion.

Même avec tout l’effort développé par les assesseurs du maitre dans tous les mondes
ou Lucifer semait son inquiétude, le problème commençait à assumer des proportions
angoissantes, car à chaque conférence de Lucifer, dans tel ou tel environnement planétaire, sa
forte condition psychique imprégnait une bonne partie de ceux qui écoutaient ou avec qui il
échangeait des idées.

Pour que nous puissions avoir une vision au mieux comprise de tout ce procédé, il
est nécessaire que nous comprenions le type d’interaction énergétique qui agit dans la
convivialité entre les êtres dans tout le cosmos.

Que ce soit sur terre ou dans un monde évolué, il suffit que deux êtres se regardent,
pour qu’il y ait un échange d’énergie. En se serrant les mains survient encore plus le procédé
de permutation énergétique, pour aussi rapide et apparemment insignifiant que puisse être le
contact, car les conditions énergétiques des deux souffriront invariablement l’influence
réciproque. En se donnant l’accolade ou quelque type de relation plus intime, l’échange se
procède dans des niveaux d’influence qui en surprendrait beaucoup. Dans les exemples ici
cités, tous sont dans une attitude active, ou soit, les deux se regardant, les deux se donnant
l’accolade etc…

Dans les cas ou quelqu’un parle (attitude active) et qu’un autre écoute (attitude
passive), le premier imprègnera le second avec son énergie personnelle, à travers de ses
vibrations ou de son magnétisme, et il sera inévitable que la condition énergétique de celui
qui écoute (dès que ce dernier à un patron énergétique similaire ou inférieur de qui est en train
de l’influencer) reste beaucoup ou peu imprégné par les vibrations de l’autre. Si celui qui a un
patron vibratoire supérieur à ce celui qui est en train de parler, une telle influence ne se
donnera pas nécessairement, pouvant survenir ou pas.

43
Lorsque dans le futur la science terrienne étudiera à fond les potentialités de
l’Esprit, elle finira par percevoir les aspects ci dessus énoncés. Alors que nous sommes
toujours en train d’essayer de percevoir si véritablement nous avons oui ou non un esprit
animant le corps terrestre. A vrai dire, véritablement même avec cela, nous ne nous occupons
pas des bonnes têtes de ceux qui vivent sur Terre, indépendamment de la profession qu’ils
exercent, ce qui est une peine.

Dans le cas de Lucifer, quelques ‘années capelinos’ sont passées depuis le début du
procédé, ou des milliards d’êtres qui l’écoutèrent et qui eurent avec lui des contacts dans les
plus diverses opportunités dans les thèmes qui ont été abordés, se retrouvèrent imprégnés par
les vibrations lucifériennes. C’était une espèce de contagion énergético-mentale qui jusqu’à
aujourd’hui continue à être évaluée dans les laboratoires des divers mondes de notre ère
cosmique.

Dans une des dernières réunions à laquelle il participa, a été présenté l’ensemble de
ses postulats, qui en ligne générale, se référait à l’apparente injustice qui était pratiqué avec
les êtres toujours en procédé d’évolution retardée, en relation aux conséquences carmiques par
les mêmes souffertes. Spécialement, un doute étouffait, suffoquait, contraignait quant à (aux)
preuve (s) concrète (s) de l’existence du Père universel et que ce mythe avait été crée pour
qu’en son nom le gouvernement céleste puisse être exercé.

Alors que le procédé déflagrateur de Lucifer, était (telle une espèce de cancer) en
train de pénétrer toutes les cellules des familles de ces mondes, le Maitre le convia a une
conversation personnelle dont la teneur jusqu’à aujourd’hui est enregistrée dans les annales
d’Orbum.

Après cette conversation Lucifer, ne se représenta plus sur ce monde et retourna sur
la planète Dan , ou était le siège de sa famille , et il s’isola de tous pour un long temps.

Une telle attitude généra une série d’événements dans le groupe Yel qui termina par
se fragmenter en quelques sous groupes avec des postures diverses. Cette crise qui commença
par la désagrégation de la famille Yel, jusqu’aux jours terriens actuels n’a pas encore été
résolue.

Quelques uns défendaient amoureusement l’internement de Lucifer pour les


nécessaires réajustements. D’autre trouvaient que Lucifer même s’il était certain quant à la
provenance des doutes, qu’il n’arrivait pas à contrôler ses propres vibrations et ceci était en
train de lui causer quelque espèce de maladie passagère et qu’il devrait se soumettre aux
recommandations de l’équipe du Maitre. Il y avait aussi ceux qui pensaient qu’il avait
entièrement raison, tout aussi bien sur la question conceptuelle des questionnements comme
aussi du fait d’assumer une posture plus forte devant l’absence de réponses et de
démonstrations du Maitre et de Son équipe, quant à l’existence de la Déité et d’autres aspects.

Les nouvelles se répandirent avec grande vélocité.

Il y avait la possibilité que Lucifer soit interné ou même interdit de continuer à


divulguer les inquiétudes qu’il portait avec lui de propagation de vibrations délétères qui
préjudiciaient beaucoup.

44
Quelques Mentors Cosmiques finirent même par proposer de telles mesures. Le
Maitre mit en avant des arguments démontrant que, si ainsi il était fait, pires seraient les
conséquences pour tous, de ceux qui étaient déjà contaminés par l’ensemble des convictions
lucifériennes.

Si Lucifer était maintenu ou quelque chose de similaire, en dehors d’être le leader


d’un mouvement, il pourrait devenir aussi victime d’un procédé qui en rien n’aiderait à la
résolution du problème. Au contraire, tout empirait, car ce qui importait le plus (qui était
d’éclaircir les doutes de Lucifer et de ses suivants) resterait caché devant une avalanche de
sentiments moindres qui commençaient à naitre, à l’intérieur des êtres rebellés.

Le Maitre résolut cependant, de donner libre cours au libre arbitre de tous. C’était
l’unique chemin à être suivi par la cohérence de l’amour et de la justice qui règnent dans le
cosmos.

45
PROBLEMES DE CAPELA.

Partie 2 .Problèmes de Capela.

3. Influences Lucifériennes

Quand plus évolué est un système de mondes plus grand sera la propagation des
effets vibratoires étant la conséquence des attitudes intimes des êtres qui y vivent.

Pour cela des individualités très perturbées, dont les vibrations provoquent une
dysharmonie dans l’environnement dans laquelle elles se trouvent, ne peuvent pas pénétrer
dans des habitations célestes développées.

Dans ces mondes, tout ce qui sort de l’intime de l’être ou qui émane de lui, se
propage de telle façon que l’atmosphère qui les entoure reste imprégnée par les fluides de ses
habitants. En raison à une caractéristique très spéciale des environnements vibratoires de cette
portée, ces fluides retournent ‘à travers l’air qu’ils respirent’ pour eux-mêmes, comme espèce
d’aliment étherique qui est la partie de processus alimentaire des êtres qui y vivent.

Tous les sentiments, sensations, pensées, postures intimes, actes et attitudes de


chaque être composent sa contribution particulière pour la formation de l’atmosphère
énergétique de ces mondes. Lorsqu’un de ses habitants, indépendamment de la position
hiérarchique dont il est habillé, commence à présenter des problèmes vibratoires,
l’environnement énergétique autour de lui commence aussi à se caractériser par la présence de
certaines distorsions magnétiques, ce qui est suffisamment désagréable pour ceux qui ne
s’affinent pas à de telles émanations.

Ces problèmes sont jusqu’à perçus visuellement par ceux qui sont en train de vivre
avec l’être malade. C’est une espèce de fièvre vibratoire qui est facilement perceptible par
tous, en raison des caractéristiques des environnements plus développés. Pour ces raisons et
d’autres, pour l’être peu évolué qui a l’état intime de son esprit caractérisé par des inquiétudes
de tout ordre (comme c’est le cas des terriens) il ne peut pas encore habiter des mondes plus
avancés dans l’échelle évolutive. Nos vibrations sont si inquiétantes qu’elles causeraient une
véritable explosion délétère dans l’atmosphère de ces mondes

Ce qui est intéressant est que ce ceux que nous considérons comme des saints ou
des esprits très évolués qui sont passés par ici, tout simplement , réussirent à atteindre cette
marque devant l’humanité par le fait, qu’aux yeux des autres , ils ont vécu d’une façon qui est
un exemple pour nous tous. Et nous ne sommes pas en train de nous référer ici aux grands
maitres de l’Humanité qui passèrent par la Terre, mais, à ceux qui simplement réussirent à
rendre leurs vies relevées et dignes devant le jugement des autres.

46
Cependant, il est intéressant de noter qu’ils n’avaient pas une vie intime pacifique.
Au contraire. Ils eurent à lutter beaucoup contre les propres instincts et tendances pour
pouvoir extérioriser à peine ce qui était constructif.

En vérité, la majorité a eut et a un grand mérite, que même sans réussir à empêcher
que certains sentiments, certaines volontés et inclinaisons surgissent dans l’intérieur de leurs
esprits, ils réussirent à contrôler de telles impulsions à travers l’effort méritoire de la
rénovation intime.

Ceux-ci, qui réussirent à se surmonter eux mêmes, ont été en réalité, ceux qui
auraient pu être considérés comme de grands esprits qui passèrent sur Terre, car même sentant
dans l’intime, l’héritage quasi irrésistible des actes imparfaits du passé, ils réussirent à
surmonter tout cet héritage spirituel d’eux-mêmes à travers de l’autocontrôle, de la recherche
incessante de l’auto connaissance. Sans ces outils quiconque ne peut se restaurer par lui-
même. Il n’y a pas d’autre chemin, si ce n’est la lutte engagée dans le silence et la solitude de
la propre âme.

Donc très bien. Dans les mondes plus avancés, ces mêmes esprits que sur Terre
nous considérons comme bien plus évolués que la moyenne de l’humanité, donc, réussiraient
à y vivre. Ils devraient alors premièrement s’éduquer intérieurement pour donner fin à la vie
intime suffisamment agitée.

Mais même réussissant à contrôler la charge vibratoire qui leur vienne de l’intérieur
avant d’être potentialisée en attitudes, même ainsi ils ne pourraient pas atteindre ces mondes,
parce que là, ils leur suffiraient à peine de penser ou de sentir d’une façon déséquilibrée pour
altérer l’atmosphère énergétique de ce qui les entoure.

Reflétons, donc, comment et combien nous devons évoluer pour reconquérir un état
intime qu’un jour nous avons eu, celui de l’autocontrôle et de la paix de l’esprit) mais que
nous avons complètement perdu du à une maladie vibratoire ou un cancer énergétique qui
finit par décomposer nos expressions corporelles liées au Je le plus profond.

En mots simples, la rébellion de Lucifer, n’est rien d’autres qu’une maladie


vibratoire, une espèce de fièvre énergétique qui affecta en rendant victimes tous ceux qui se
permirent de se syntoniser avec elle. Après avoir été syntonisé avec la vibration perturbatrice,
il est très difficile de ne pas tomber, car, dans ces cas, le remède ne peut pas être trouvé, ni
acquis dans aucun autre local, si ce n’est dans l’intime du propre esprit.

Si à peine un être malade perturbe déjà substantiellement l’atmosphère de ces


mondes, imaginons la portée gigantesque du problème lorsque des milliards d’êtres répandus
dans divers orbes commencèrent à présenter un degré de compatibilité vibratoire avec de
telles émanations fluidiques. En dehors de cela, d’elles ils s’en alimentent et en même temps,
ils contribuent par leurs vibrations malades à la dysharmonie, qui à cette hauteur, était un
facteur de préoccupation pour tous.

A peine pour titre d’illustration, ce procédé arrive aussi sur terre, seulement de
façon plus discrète, en raison du bas pouvoir de perception de l’être terrien comme aussi par
les basses et lourdes vibrations qui caractérisent toujours notre monde.

47
Il est bon même que nous ne puissions pas apercevoir ce qui se passe autour de nous,
en ce qui se réfère à nos propres émanations fluidiques et de l’influence de celles-ci dans
l’environnement psychique de la planète. Meilleur encore, de ne pas prendre en considération,
le fait de comment cette atmosphère nous enveloppe à nous tous, et spécialement à ceux qui
la génèrent, parce que si nous percevions tout cela, alors le niveau de folie serait bien plus
élevé parmi les habitants de la planète.

Pour le moins cela sert pour le bas patron vibratoire qui nous enveloppe, et ne nous
permet pas de voir ce qui est devant notre propre nez. Cependant, il faut prendre en compte
le sujet en question, jusqu’à ce que dans ce cas, son coté devienne positif.

Dans les mondes évolués, cependant, la situation vibratoire est propice à la perception
des émanations fluidiques et d’autres ordres.

En raison de cela, certains environnements considérés auparavant paradisiaques, si


comparés à ceux de la Terre, se trouvèrent profondément ébranlés comme si des tempêtes
dévastatrices étaient passées par là et avaient tout désorganisé, intoxicant l’environnement
avec des émanations délétères et perturbatrices.

Les êtres qui n’avaient pas encore été contaminés par l’influence luciférienne, se
trouvèrent proches de la limite de capacité de supporter la convivialité avec des patrons
vibratoires si compliqués.

C’est lorsque le Maître détermina, qu’il n’y avait plus aucune possibilité de résoudre
l’impasse énergétique crée, que tous les êtres rebelles furent regroupés dans ces mêmes
mondes ou il existait des conditions énergétiques perturbées, car sur ces orbes, était en train
de se dirigé, constamment, un flux incessant de voyageurs qui cherchaient le meilleur
positionnement stratégique devant le problème.

Avec le passage du temps et de façon naturelle, en raison des conditions énergétiques


régnantes, dix neufs orbes finirent par réunir, dans leurs environnements existentiels, la
majorité des êtres problématiques, car il y avait encore divers groupes de rebelles qui
insistaient pour rester dans leurs mondes d’origine et d’autres qui, hésitants, ne s’étaient pas
encore défini quant à l’objectif à être pris par les membres de leur famille.

De ce fait, la contamination psychique promue par Lucifer, telle une maladie


épidémique qui se propageait, avait marqué indélébilement les conditions spirituelles de
milliards d’êtres et seulement eux-mêmes pourraient dans le futur, promouvoir la propre
rénovation intime par la recherche de la rédemption de leurs esprits.

En mots simples nous dirions qu’il n’y avait pas de médecin disponible pour autant de
malades et cette maladie là même ne pouvait pas être traitée par des médicaments extérieurs,
ou soit, de ceux que nous achetons et que nous ingérons avec l’expectative de résolution du
problème.

Dans le cas en question, l’unique médicament possible devait être élaboré à l’intérieur
de chaque esprit malade à travers du propre effort rédempteur par les temps.

Sachant cela, le grand médecin des âmes était sur Terre, enseignant l’unique posture
intime capable de produire des conditions énergétiques pour que nouvellement, l’esprit puisse

48
s’élever en direction des habitations célestielles, plus avancées ; celle de l’amour
inconditionnel au prochain.

Nous savons déjà que l’être qui aime toujours produit, autour de lui, un environnement
vibratoire de très haute qualité, qui le rend digne de potentialiser son esprit dans les plus
hautes expressions existentielles du cosmos.

Ceci était l’unique chemin possible pour ceux qui désiraient la propre rénovation
intime. Il n’y a pas comment acquérir ou trouver ce remède.

Il doit être produit dans l’intime de chacun, même si ce doit être par un événement
d’importance comme la souffrance et/ou la douleur, pour les esprits aussi orgueilleux et têtus
comme nous qui sommes réunis sur Terre, dans l’absence de meilleurs professeurs, alors que
nous avons déjà tout fait avec ceux qui par amour à leur prochain sont venus ici apporter leurs
témoignages accomplissant le rôle rénovateur pour ceux qui malades craignent de rester avec
leurs postures démentes.

Mais est-ce-que cela va être perçu par l’ensemble des terriens, c’est une question qui
devrait être analysée en profondeur, car cela révèle d’une incroyable tendance psychique
héritée de l’option équivoque a toujours observér les prétendus droit de chacun – ce qui est
valide. Mais quant aux obligations dans notre niveau de discussion par rapport aux
obligations. Qui va maintenir qui ?

Ici sur Terre , nous nous habituons à voir des nations complètement désintéressées, à
se déposséder de quelque chose pour aider les autres, mais qui profèrent de très beaux
discours pour défendre les droits d’autrui , dans un style de mode de rhétorique stérile qui
cependant, en enchantent beaucoup. Nous voyons aussi, des personnes qui ne s’obligent pas à
en aider des autres, mais qui défendent de manière radicale que l’autre soit aidé-parce que
c’est un droit inaliénable de tous d’être aidés-mais par qui, si lui-même n’aide pas ?

Très bien. Toutes les nations, il est évident, doivent être aidées. Mais par qui ? Tous
les êtres humains ont des droits inaliénables dans leur condition d’êtres vivants, mais si nous
ne réussissons pas nous-mêmes, à qui allons nous exiger l’accomplissement de tels droits si
ce n’est aux propres nations? Mais qui sont les propres nations, si ce n’est les propres
individus qui les forment ? Seulement, nous continuons à exiger de Dieu, comme beaucoup le
font jusqu’à aujourd’hui.

Ou soit, l’éternelle et équivoque recherche d’un remède externe lorsqu’en vérité c’est
uniquement dans notre intime qu’il est possible de créer des conditions pour la résolution de
tous nos problèmes.

Mais bien que nous ayons réussi à consolider, même que ce soit en théorie, les droits
de l’homme et beaucoup d’autres ont été les héros de ce procédé de lutte infatigable pour
l’amélioration du niveau existentiel de l’être terrestre. Mais quant à ses obligations ? Alors
tant que nous n’aurons pas une conscience responsabilisée, les droits ne pourront ainsi être
exercés de façon consistante.

C’est dans les temps de Capela que surgirent les germes de cette posture qui jusqu’à
aujourd’hui nous caractérisent dans nos actes. Que vienne vers nous tout ce que nous
voulons, Mas de notre part…

49
En raison de la propre situation énergétique régnante, le maitre avait décidé de
l’isolement des êtres invariablement rebelles dans les dix neufs mondes qui étaient déjà
enveloppés vibratoirement avec ce problème.

Lucifer percevant qu’il était avec quelque problème d’ordre vibratoire (et de cela à ce
qui nous a été informé, il eut la certitude de qu’il avançait, s’étant expliqué personnellement
avec le Maitre dans la rencontre personnelle qu’ils eurent) il s’isola pendant longtemps sur sa
planète d’origine.

Mais par décision propre, et même avant que le maitre prenne la décision de
regrouper les êtres malades dans les mondes dans lesquels ils étaient plus en affinité, il résolut
de se délocaliser vers un de ces mondes, dans une espèce d’ultime geste de conscience envers
ceux qui ne l’acceptaient plus lui et ses assesseurs, car sa présence les incommodait
énergétiquement.

Quant à ceux qui n’étaient pas en accord par les postulats présentés, il est bon que soit
éclairci que Lucifer n’a jamais démontré quelque type de réprobation par le fait de ne pas
avoir ses idées acceptées. Au contraire. Il respecta toujours ceux qui ne partageaient pas ses
idées. A peine, il ne se sentait plus apte à vivre sous le joug d’un système de valeurs duquel il
ne partageait plus. Et se sentant détaché de l’environnement dans lequel il vivait, il se retira
lui-même, cherchant à éviter, par cela de plus grands problèmes pour tous.

Mais effectivement il avait dépassé ce point de non retour. Le problème était crée.

50
PROBLEMES DE CAPELA.

Partie 2 .Problèmes de Capela.

4. Les Partisans.

En raison du problème, il survint de véritables chocs énergétiques et même quelques


prises de position psychique les plus sérieuses dans le sein de la majorité des familles de ces
mondes.

La dysharmonie et la désagrégation qui aujourd’hui se caractérisent comme un des


grands symptômes de l’équivoque mode de vie terrienne, a commencé depuis ces jours, à
occuper un espace vibratoire dans l’esprit des êtres compliqués.

Beaucoup des comportements qui, encore aujourd’hui compliquent l’évolution


terrienne ont leurs semences qui ont germé dans ces temps d’équivoque. Et ce ne pourrait être
différent car l’héritage spirituel accompagne l’être dans tous ses chemins qu’il vient à
parcourir jusqu’à ce qu’il s’en libère par son propre effort rédempteur.

Ceci est notre dilemme ; uniquement nous savons quand les problèmes commencent ;
jamais comment et quand ils terminent.

A cette époque, en raison du libre arbitre d’un être cosmique, s’initia un procédé qui
n’est pas encore finit. Nombreuses des familles de Capela, de Vega et d’Antarès, eurent
comme ultimes recours la séparation de leurs membres, car la discorde était implantée
comme une épidémie ravageuse. La majorité d’entre elles a eut ses membres exilés et,
jusqu’à aujourd’hui, toujours, elle attend la réintégration de la Terre dans la convivialité
cosmique pour la grande réconciliation il y a si longtemps espérée.

Quelques unes cependant devront attendre encore un peu plus , car elles auront
quelques uns de leurs membres exilés de la Terre pour des mondes toujours inférieurs pour ne
pas avoir réussi à attendre le patron d’évolution minime exigé pour cet fin de cycle.*

*NT : De plus en plus d’ouvrages (Brésil), de croyances, de philosophies, de


domaines très différents, voire opposés pour certains (catholiques, évangéliques, spirites,
umbandistes, spiritualistes, ésotériques, sans religions mais croyant en Dieu, autres de
diverses religions etc…) parlent d’un Astre Intrus (symboliquement) mais surtout d’un
monde ou de deux mondes au plus, de ‘réiniciation’ de cours pour les élèves ayant échoués
à aimer leur prochain.

51
Il y a eut de nombreuse souffrances dans ces jours. L’angoisse dominante à l’intérieur
de tous par les faits crus. Particulièrement, l’affliction de ces peuples de l’inévitable exil pour
ses affectionnés. Jamais ils n’étaient passés par un problème similaire.

Même s’il était déjà survenu quelques problèmes d’ordres différents qui arrivèrent
réellement à perturber de façon localisée, la vie de quelques orbes qui appartenaient à la
juridiction du Maitre, tous se surprirent par le développement des faits, car rien de la sorte,
semblable ne s’était jamais produit. Dans les proportions dans lesquelles le cas était en train
de survenir, cela affectait indistinctement tous. C’était un problème qu’uniquement les grands
hôtes assesseurs de la Déité réussirent à comprendre dans toute sa profondeur et son
extension.

Uniquement le passé lointain, très lointain (non pas de l’histoire terrienne) des mondes
de ces systèmes, peut expliquer la relation de cause à effet cosmique si étendue dans des
mondes raisonnablement évolués. Peut être qu’un jour nous connaitrons le panneau de fond
de la rébellion de Lucifer. Tout ce que nous avons les conditions de savoir à l’intérieur de ce
qui nous est supportable (comme ainsi disent les mentors de ce travail) nous est peu à peu
informé.

Le maitre attendait toutes les délégations, qui entouraient Orbum à la recherche d’un
éclaircissement et de confort. Ses assesseurs aussi développèrent le rôle d’orientation et de
consolation pour les afflictions de ces jours.

Malgré tout le problème, il n’y avait pas de violence comme nous l’entendons sur
Terre, parmi les parties dans un conflit désespéré. Il survint oui, de véritables batailles
mentales qui laissèrent de très nombreuses séquelles, jusqu’aux temps actuels, dans beaucoup
de ceux qui participèrent aux chocs énergétiques.

La famille Yel, pour avoir été le foyer de propagation des inquiétudes qui terminèrent
par causer tout le problème, à été la première à se gangrener.

* NT : Du plus terrible des faits dans notre vie matérielle d’anges déchus ;
l’avortement pour celui ou celle qui doit revenir dans le berceau maternel , afin de
poursuivre sa route évolutive pour la rédemption des ses erreurs par l’intermédiaire de la
réincarnation qui le purifiera de plus en plus jusqu’à retrouver le vêtement nuptial, ainsi
que l’acte de désespoir insensé de ceux qui mettent fin à leur vie en voulant annihiler leur
création par le Créateur , l’exil sur une planète inférieure dans un objectif de recommencer
toute une série d’enseignements pour réapprendre à aimer véritablement, et devant
reprendre un cycle total qui comportera d’inénarrables et très longues souffrances, mais en
dehors de ces souffrances physiques, les morales seront bien au-delà, est, la pire des auto
punitions. Il faudra réapprendre à aimer en raison de la méchanceté, de la cruauté de
l’égoïsme si profonds qu’ils déstructurent, détruisent l’âme, sans oublier que là, exilé, sans
contact, accompagné de la disparition de toute technologie, de toute connaissance, de
mémoire vierge sans écriture, dessin et parole, du retour à zéro dans l’incarnation de corps
très primitifs , grossiers, est la pire des punitions, la pire, que le propre exilé s’infligera
par lui-même en raison de son inaptitude d’être divin à aimer. Unique recours pour se
réhabiliter là ou toutes les opportunités ont été offertes, mais non suivies. Il n’y a pour
nous pire auto punition.

52
Dans les premiers moments, même par manque de contestation de Lucifer, c’est parmi
les membres de cette famille que se forma ce que nous pourrions appeler; le premier échelon
de la révolte. Quelques uns d’entre eux, eurent, en vérité une participation plus radicale que
le propre Lucifer devant le Maitre et Ses assesseurs.

Le commandant de la rébellion évita toujours la confrontation avec le Maitre, car


malgré tout, il se reconnaissait en condition existentielle inférieure en termes d’acquisitions
méritoires. Il concorda uniquement à affronter Gabriel parce qu’il n’y avait même plus de
retour.

Au jugement de l’auteur terrien de ce travail, conformément à ce que j’ai pu émettre


des informations qui ont été données par les mentors, depuis l’éclosion du problème, Lucifer
commença à être une individualité tourmentée. Non pas qu’il ne portait pas assistance à ses
assesseurs, mais, par rapport à tout ce qui est indiqué, à la naissance de la question, il n’aurait
jamais pensé créer un problème d’une proportion aussi gigantesque. Par orgueil et d’autres
aspects de son esprit, il s’en remit à l’exécution de sa propre œuvre même avec l’amertume
qui lui caractérisait son intime. Cependant, il cherchait par tous les moyens à ne pas
démontrer sa propre inquiétude.

A mesure que son organisation corporelle était en train de perdre les diverses
potentialités , car à chaque fois qu’il rétrocédait dans des mondes de vibrations lourdes et
principalement, par les propres vibrations émanées de lui, le désespoir, la souffrance
énergétique, la révolte, et même, quelques fois le sentiment de terreur de ne pas pouvoir
revenir dans le temps et de réajuster ses propres attitudes, envahissaient l’esprit de Lucifer.

A ce que nous avons entendu c’est uniquement ‘retranché’ sur Terre, que son
comportement plongea dans les connivences avec des postures lourdissimes à niveau
cosmique qui le décaractérisèrent beaucoup. Mais qui pourra le juger? Nous ne pouvons là,
pas nous proposer.

Mais ce qui l’incommodait était la situation de ses partisans. Sa propre famille était
maintenant divisée, et même la très petite partie qui finit par rester au coté du maitre ;
contracta de sérieux problèmes vibratoires lesquels sont toujours traités dans les jours actuels
là à Capela.

Avec la scission survenue entre les membres du groupe de travail Yel, commença la
désagrégation générale. C’est exactement dans cette étape du problème que Lucifer décida de
sortir des environnements de Capela et se dirigea vers le premier monde qui exhiba la
bannière de la rébellion : une planète du Système d’Antarès qui commença à être connue,
depuis lors, faisant une approximation pour la langue terrienne, comme Alt’lam.

Quelques membres de la famille Yel sympathiques à la cause luciférienne suivirent le


malheureux leader. D’autres restèrent parmi les mondes du système de Capela, dans la
pratique de prosélytismes et de propagation énergétique parmi ces quelques peuples.

Parmi eux se trouvait la figure de Yel Liam qui attaquait avec ardeur et un discours
sagace l’injustice, à ses yeux, que les hauts dignitaires de la hiérarchie pratiquaient contre
Lucifer, à travers des irradiations magnétiques qui l’admonestaient et qui finirent par lui
miner les potentialités de son si puissant esprit.

53
Parcourant les mondes de Capela, ceux de Véga et ensuite de Tau Ceti, Yel Liam
tentait à tout pris, à travers des argumentations d’ordre philosophique et de présentation des
postulats rebelles, d’influencer qui il pouvait ? Naquit dans son discours radical la figure d’un
Lucifer, persécuté, calomnié, bombardé par de fort puissantes vibrations, trahi même dans sa
possibilité d’exiger des explications.

Lorsqu’il se trouva sur un des mondes de Tau Ceti, Yel Liam, rencontra un être qui
devint un des principaux partisans de Lucifer, et qui , après l’exil sur Terre, devint un des plus
important , dans quelques unes des étapes de l’histoire terrienne , que le propre leader rebelle.

Cet être qui s’était déjà présenté dès qu’il eut connaissances des postulats lucifériens,
avait provoqué, avec beaucoup de subtilités, des problèmes de tout ordre sur quelques
planètes habitées dans les systèmes de Tau Ceti. En rencontrant Yel Liam, immédiatement, il
s’incorpora au mouvement qui était en cours de transformer un vilain en héro.

A partir de là, Len Mion, qui ensuite finit par être connu sur Terre sous le nom de
Satan, s’intégra totalement parmi les rebelles.

Ce sont pourtant Yel Liam et Len Mion, les principaux déclencheurs des problèmes
qui survinrent sur quelques uns des mondes de Capela, à savoir Arden, Dan, Zian et Mollen,
comme aussi sur quelque uns de Véga, en dehors de ceux de Tau Ceti et de façon spéciale, sur
la planète qui servait d’habitation pour Len Mion qui dans le langage terrien serait quelque
chose proche de Gron Mion, qui finit par devenir un des mondes rebellés.

Avec ces deux êtres commença à surgir la préoccupation géopolitique de s’occuper


d’espaces, (bases et planètes répandues par les systèmes), stratégiques pour fortifier le
mouvement qui surgissait.

A partir de ce point, les postulats philosophiques qui formaient ce que nous pourrions
appeler de bannière de Lucifer étaient déjà des questions secondaires pour les êtres comme
Yel Liam et Len Mion, moins développés que le propre Yel Luzbel, plongés profondément
dans la question de la domination et de l’exercice du pouvoir.

D’autres être après un parcours très très long sur la route de l’exil finirent par se
regrouper sur Terre, vinrent à personnifier les figures de portée de certaines pages de
l’histoire terrienne comme napoléon, Tiradentes, Woodrow Wilson, Danton, Robespierre,
Pedro II, Trotski, Saora Machel et beaucoup d’autres qui dans le futur seront nommés. Dans
le cas, tous appartenant à la famille Yel s’intégrèrent au mouvement de distorsion des idées
lucifériennes même encore dans sa naissance.

A peine à titre d’information, quelque uns des personnages nommés et beaucoup


d’autres membres de la famille Yel sont actuellement incarnés sur terre. Quelques uns dans
des positions importantes ; D’autres, qui forment la grande majorité, et se trouvent dans
l’anonymat.

A ce qui nous est informé, un de ceux qui a été antérieurement nommé et qui
actuellement se trouve réincarné comme un homme simple du monde, à la conscience des
faits. D’ici à quelques années il est possible que beaucoup viennent à l’avoir.

54
La rébellion qui commença sans la réelle volonté, de la part du propre leader, se
transformant en mouvement de grande portée, commença à être dangereusement déformée par
d’autres êtres en raison de la maladie vibratoire régnante, ne se comptant plus comme propre
folie.

Comment peut-on convaincre un fou qu’il est réellement fou ? Le problème était
similaire , sauf que dans un autre ordre de facteurs , alors que même déjà perturbés , ces êtres
détenaient un grand potentiel dans leurs postures intimes pour développer des actions
nécessaires conformément aux objectifs qui les orientaient.

Quant au problème d’ordre philosophique il se transforma comme un événement de


grande anarchie, et ceux qui hésitaient toujours et restaient dans leurs mondes d’origine furent
conviés à se positionner de façon définitive quant aux chemins qu’ils désiraient poursuivre.

Dans tous les mondes des systèmes de capela, à l’exception d’Orbum, comme aussi
dans les mondes de Véga, tau Ceti, Epsilon, Eridani , Antarès et notre Système Solaire, il
existait des êtres qui étaient encore dans le doute, bien qu’ils présentaient déjà une
dysharmonie vibratoire parce qu’ils étaient affiliés avec le problème régnant.

Beaucoup de ceux qui se trouvaient dans cet état, que nous pourrions appeler de
perturbation initiale, bien que ne se sentant pas certains ou ne concordant pas avec tout ce qui
était en train de se produire et qui se trouvaient dans les mondes du Système Solaire et
d’Epsilon Eridani furent simplement renversés par les événements. Et pour ne pas avoir
acceptés les avis et les appels provenant d’Orbum, ils finirent par se trouver prisonniers de la
propre situation.

Dans les mondes de Capela et de Vega ; ceux qui se positionnèrent de façon hésitante,
dans leur grande majorité se dirigèrent vers la planète Gron Mion, dans le système de Tau
Ceti. D’autres finirent par suivre la planète Alt’Lam, dans le système d’Antarès, ou se trouvait
Lucifer.

De cette façon là, à Capela et à Vega aucun des mondes ne s’aligna aux rebelles
malgré qu’eux tous, à l’exception d’Orbum, comme nous l’avons déjà dit, ont eu une partie de
leurs fils exilés pour d’autres mondes.

Ce qui est intéressant dans la vie cosmique c’est que par exemple, Vega n’est pas le
berceau planétaire pour les êtres qui vivent sur quelques uns de ses mondes. En vérité les
habitants de Véga d’aujourd’hui proviennent d’un autre système de mondes dont l’étoile
principale commença à montrer des problèmes, les obligeant à se délocaliser vers une autre
habitation sidérale.

Les mondes de Véga ont été choisis pour être un système encore en ajustements
naturels de formation planétaire et avec la grande technologie qu’ils disposent, les habitants
de Véga sont un peu en train d’interférer dans les transformations qui surviennent. Il est
évident que cela leur occasionne quelques ordres de problèmes qui effraieraient quelques
scientifiques terriens.

Ce n’est pas en vain s’ils sont connus comme de grands voyageurs de cette partie de la
galaxie. Leurs moyens de transport sont les plus développés de tous les systèmes. Ils
exportent inclusivement quelques types de vaisseaux pour d’autres mondes.

55
Cela a été cependant dans le système d’Antarès qu’est survenue la plus grande vague
de rébellion.

Lucifer décida de se délocaliser vers une de ses planètes : Alt Lam, justement parce
que ce monde avait comme principale caractéristique le fait d’être un centre de recherche
comportemental des esprits en évolution. Bien que, presque la totalité de ses habitants étaient
sympathiques aux postulats lucifériens.

En dehors d’Alt Lam, de nombreux autres mondes d’Antarès s’alignèrent avec les
rebelles. Les minorités qui discutaient des postulats et qui vivaient dans ces mondes eurent
l’opportunité de migrer vers d’autres orbes qui étaient liés à l’administration d’Orbum.

De cette façon dix neufs ont été les mondes, alors habités, qui se rebellèrent et qui
finirent par réunir dans leurs environnements existentiels, (conformément au patron vibratoire
de chacun), tout l’ensemble des êtres qui se compliquèrent.

Parmi eux, il y en avait quelques uns qui possédaient des habitants natifs quant à
l’origine planétaire, d’autres qui avaient des populations provenant des autres orbes, comme
aussi ceux qui servaient habitation temporaire pour ces êtres en missions de divers ordres.

Les mondes qui se positionnèrent contre l’administration d’Orbum étaient ainsi


distribués :

Quatorze dans le système d’Antarès


Un dans le Système Solaire.
Deux dans Epsilon Eridani et
Deux à tau Ceti.

A peine pour informer, il faut se souvenir que sur ces planètes étaient réunis des êtres
provenant des systèmes de Capela et de Véga. En dehors, qu’il survenait aussi des problèmes
temporaires, avec quelques mondes de ces autres systèmes qui plus en avant seront expliqués.

Alors que les révoltés se dirigèrent ou étaient menés vers des mondes plus en affinité,
la famille Val qui se trouvait en mission sur la planète bleue, en percevant ce qui même était
irrémédiablement enveloppé dans le problème luciférien du à la forte tendance de ceux qui
habitaient temporellement la Terre en mission de travail,(avant même d’être décrété
l’isolement des mondes rebelles), se délocalisa et revint vers son monde-résidence , la planète
Zian , à Capela.

En retour sur sa planète d’origine, le groupe val trouva un environnement qui laissait
ses membres perplexes : c’était l’exact moment dans lequel les indécis étaient en train d’être
sollicités à assumer une posture définitive pour les représentants des hôtes du maître.
Beaucoup d’amis et d’affections étaient parmi ceux qui se trouvaient dans cette situation.

La propre famille était aussi divisée, et parmi ses pairs, malgré l’affection régnante,
des problèmes de vibration psychique commençaient à survenir.

56
Contactés durant le voyage de retour par le propre Maitre, qui se mettait avec toute sa
simplicité à la disposition de tous pour la conversation fraternelle, le groupe resta très très
peu de temps sur Zian, et de suite se dirigea vers Orbum.

Le maitre avec son inégale capacité de prescience, avait déjà perçu la situation de
chacun des membres de l’équipe pour lesquels Il dédiait une spéciale attention.

Recherchés, peut être par les faits et du au propre épuisement qui déjà dominait
l’intime de chacun , même avec l’attitude compatissante du Maitre, qui humblement, sans
tenter de convaincre quiconque de quelque chose, sollicitait que tous réfléchissent car dans
l’état vibratoire dans lequel se trouvaient beaucoup, uniquement le discernement et la
tranquillité intérieure, paix intime pouvaient produire l’environnement psychique nécessaire à
un procédé décisif conscient, sinon ils finiraient par se compliquer encore plus.

Le fait est que tous étaient déjà victimes d’une espèce de virus cancérigène qui
inexorablement se propageait à travers des effets nocifs d’attitude rebelle.

Ce virus, (ici nous parlons de façon figurée, car il n’existe pas dans le vocabulaire
terrien une expression correspondant qui puisse signifier ce qui réellement se propage à
travers les espaces célestes et contamine ce qui ont une inclinaison et/ou affaiblis par le
problème en question), réussit à déformer encore plus les postures intimes des personnes
engagées.

Les vibrations qui étaient en train d’émaner de l’intime de chacun de ceux qui se
laissèrent de quelque façon envelopper par le problème, (même si au commencement, à peine
de façon superficielle avec quelques aspects qui aient été de la question luciférienne),
perturbaient de telle façon l’environnement dans lequel ils étaient insérés, que si nous
pouvions tracer un parallèle , nous dirions que l’air était avec une odeur désagréable , donnant
de petits chocs à ceux qui le respiraient , ceci quand le même n’était pas irrespirable.

En dehors de cela nous pourrions indiquer aussi que gigantesque était la disharmonie
qui caractérisaient les êtres qui présentaient même une petite fraction de vibration
problématique, qu’ils ne pouvaient pas s’approcher les uns des autres.

En raison de ces aspects, la rencontre avec le Maitre a été d’un niveau si gênant que le
souvenir du fait immanquablement enregistré dans la source conscientielle la plus profonde de
l’être ( indépendamment de sa situation évolutive), il y a peu de temps a encore blessé avec
ses vibrations les esprits qui y participèrent , même s’étant déroulé autant de pages de vie
cosmique. Uniquement Sa présence sur terre réussit à effacer beaucoup des chocs
conscientiels des temps de Capela. Mais encore même ainsi, ils L’ont crucifié.

Malheureusement pour l’infortune de toute la famille, le comportement vibratoire de


la majorité de ces membres était déjà consommé. Le groupe se retira pour une réunion intime
afin de discuter s’il y avait quelque chose qui puisse être fait.

A peine quarante deux des sept cents trente six membres de la famille Val n’avaient
pas encore été, jusqu’à ce moment, contaminés par la question luciférienne. Ils essayèrent de
toutes les façons d’éclairer les autres, mais ils ne réussirent pas.

57
Dans cette rencontre qui a été réalisée sur une base sidérale proche d’Orbum, (espèce
de satellite artificiel de la planète), il y eu une décision prise, alors que le problème
vibratoire dans la grande majorité était irrémédiable ; les quarante deux décidèrent de suivre
la famille, même n’étant pas enveloppés intimement avec la question. Postérieurement ils
terminèrent aussi par se compliquer. Il était impossible que ceci ne survienne pas, car entouré
d’autant de vibrations malades, la contagion était à peine une question de temps.

De toute façon, ces quarante deux êtres, ont toujours réussit à maintenir un patron
vibratoire quelque supérieur au restant de la famille. Quelques uns inclusivement, il y a
quelques milliers d’années ne réincarnèrent pas sur Terre, restant dans les hautes sphères de
la spiritualité terrestre, aidant ceux qui se trouvaient toujours dans l’arrière garde évolutive.

Ce fait marqua le groupe Val, qui termina par agir de façon différente de toutes les
autres familles. Celles ci, (comme c’était le cas de la famille Yel), alors qu’il y avait parmi
ses membres quelques uns qui ne partageaient les postulats, finirent par rester divisées et
uniquement la parcelle rebelle finit par être exilée. Les autres restèrent dans leurs systèmes.
C’était la consternation de toutes parts. Jamais aussi peu d’êtres avait crée des problèmes de
cette envergure à autant de leurs semblables.

Toutes les familles qui se retrouvèrent engagées avec la question, à l’exception du


groupe Val, prirent la décision dans le sein de leurs propres membres comme marque, de les
accompagner jusqu’aux temps actuels.

Tout au long de nombreux parcours d’exil, qui finit par regrouper sur Terre
uniquement ceux qui étaient les plus compliqués, de nombreux retournèrent vers leurs
systèmes planétaire au fur et à mesure que les mondes ou ils vivaient par force de rébellion
étaient réintégrés à la convivialité cosmique.

Peu à peu toutes les familles étaient en train de se recomposer ou mieux étaient en
train de regrouper leurs pairs, qui après avoir accompli le procédé de rédemption spirituel
nécessaire, revinrent pour l’intégration à la convivialité avec les anciens compagnons.

Personne sur Terre, ne peut imaginer la joie non seulement des diverses familles, mais,
spécialement du propre Maitre et de ses assesseurs, lorsque même un seul des rebellés, se
rendait compte des évidences indubitables des erreurs commises et lorsque enfin possesseur
d’une nouvelle condition vibratoire conquise par le propre effort rédempteur, il sollicitait le
Maitre pour sa réintégration vers le local ou il avait été banni par force d’option désorientée

Cependant, dans les temps cosmiques actuels, la majorité des familles qui se
trouvèrent engagées avec le problème luciférien, n’ont pas réussi à regrouper tous leurs
membres. Peu ont eu cette grâce.

Ceux qui continuent de souffrir la douleur de la séparation espèrent anxieusement,


pour le moment la réintégration de la Terre pour pouvoir réaliser le grand rêve si attendu qui
est la réunion de tous leurs pairs.

Malheureusement quelques unes devront encore attendre, Dieu seul sait encore
combien de temps, car nombreux de leurs membres seront exilés de Terre pour des
environnements existentiels inférieurs, parce qu’ils ne réussirent pas à atteindre, après tant de
vies transitoires, le niveau vibratoire minimum de tendance fraternelle. Ceux-ci devront

58
accompagner et attendre des jours futurs sur un autre système planétaire pour réaliser le si
désiré rêve.

Cependant la famille Val a été et est toujours l’unique qui se trouve avec l’ensemble
total de ses membres réunie dans les divers niveaux terriens. Eventuellement, quelques uns
de ses membres (alors dans l’état d’esprits désincarnés) eurent de rapides expériences
existentielles dans d’autres environnements, mais, immédiatement retournèrent vers l’orbe
terrestre, ainsi qu’ils terminèrent leurs vies transitoires sur d’autres habitations cosmiques.

C’est pour cela qu’un des esprits lumineux qui des environnements spirituels qui
enveloppent la Terre, déversa ses lumières de douceur et aide à tous lorsque c’était possible
d’aider, fut récemment convié à retourner sur les mondes illuminés de Capela, car il avait déjà
accompli avec succès son procédé de rédemption spirituelle. Même ainsi, il sollicita du Maitre
que lui soit permis de rester sur Terre, car un compromis assumé avec la famille spirituelle à
laquelle il appartient depuis les temps passés de Capela, le maintient attaché à la situation
terrienne, ce qui lui a été concédé.

Nous ne citerons pas son nom par lequel il est connu ou son esprit répondant sur sa
propre demande.

De la même façon nous ne citerons pas les noms des véritables auteurs de ces livres en
attention à leurs sollicitations. Ce sont des travailleurs qui, dans le moment, ont leurs noms
spirituels fortement véhiculés à certains champs d’éclaircissements des hôtes du Maitre.

Un jour peut être, cet aspect sera éclairé. Si cela est de leur volonté ou de qui
coordonne amoureusement tout ce procédé. Quant à moi, je crois peu dans ce dessein.

A titre d’information pour conclure le présent chapitre, nous tenons à informer que le
nombre total des êtres qui s’engagèrent avec Lucifer et qui terminèrent par être réunis dans
dix neufs mondes rebelles, dépassa le cas des deux cents treize milliards d’individus.

Très peu de temps après en devenant l’ultime et unique monde à brandir la bannière de
la rébellion, la Terre comptait environ 20 milliards d’individus prisonniers de l’astral
planétaire. En dehors de cela il y avait encore cinq autres milliards de rebelles qui était en
situation existentielle plus critique encore que ceux qui avaient été réunis sur Terre et qui
étaient en train d’attendre, dans certaines régions planétaires, la possibilité aussi d’être logés,
ce qui survint postérieurement.

Cependant, il y a environ 102 000 ans approximativement, cent quatre vingt huit
milliards d’êtres avait été réintégrés à la convivialité cosmique.

Au commencement des années 80, la quantité de ceux qui étaient prisonniers de l’orbe
terrestre était passée dans sa diminution à vingt quatre milliards d’individualités, ou soit, à
peine environ un milliards d’individualités spirituelles, tout au long de ces cent deux milles
années terrestres qui réussirent la nécessaire rédemption pour retourner à la convivialité avec
leurs mondes d’origine.

A partir du mois de Juillet 1989 , (avec la fixation de mars, comme commencement de


nouveaux temps terrestres), commença le procédé d’exil spirituel pour ceux, qui déjà dans
l’état d’esprits désincarnés et qui n’avaient plus d’opportunité réincarnatoire sur terre , car ils

59
étaient déjà passé par toutes les chances auxquelles ils avaient eu le droit devant les lois
divines qui régissent l’évolution spirituelle, ces mêmes ainsi, ne réussirent pas à atteindre la
condition minime de vécu fraternel avec leur semblable.

Par cela , vers la fin des années 1995, c’est en relation à cette date que les mentors
donnèrent l’information et depuis le mois de Mars , qu’environ six milliards et demi d’esprits
avaient déjà été exilés dans de véritables convois spirituels pour d’autres orbes qui serviraient
d’habitation planétaire pour eux et les autres qui sortiront encore de la terre, durant plus d’un
cycle existentiel, jusqu’à ce qu’ils apprennent à potentialiser dans leurs postures ce qui nous
sollicite à la constitution cosmique qui régit la vie de tous les enfants crées : Aimez-vous les
uns les autres’.

Nous sommes cependant réunis sur l’orbe terrestre autour de 17 milliards et demi
d’âmes desquelles approximativement cinq milliards et neuf cents millions sont réincarnés.
Les autres se trouvent distribués dans les divers environnements spirituels : astraux qui
entourent la Terre, étant chacun d’entre eux dans un niveau vibratoire avec lequel il est en
affinité.

A partir du mois de mai jusqu’à décembre 1997, il devrait sortir plus ou moins un
convoi spirituel d’environ un peu plus d’un milliard et huit cents millions d’esprits qui, depuis
le début de l’année 1996, étaient déjà regroupés dans des environnements propre pour cet
objectif.

Doivent rester, à partir d’alors, dans les environnements terriens, quinze milliards et
sept cents millions d’esprits parmi les incarnés et les désincarnés.

Parmi ces derniers, dans les ombres terriennes, les environnements ou sont réunis ce
qui reste des esprits des ombres qui ne réincarneront plus sur Terre, mais qui n’ont pas encore
été secourus par les esprits travailleurs des hôtes du maitre, ils sont au nombre de trois
milliards d’individualités spirituelles qui fatalement seront, eux aussi, regroupés dans des
régions spéciales, jusque vers la fin de l’année 1998 , jusqu’à ce qu’ils soient retirés des
environnements liés à la terre , libérant définitivement notre planète de l’influence négative
des ces âmes malheureuses.

De ceux qui actuellement sont désincarnés, l’histoire spirituelle de la grande majorité


est déjà consommée. Une petite partie d’entre eux, environ quelques centaines de millions
d’esprits sont en train actuellement d’être aidés par la Spiritualité Supérieure dans une
tentative finale de leur éviter l’exil.

Quant à ceux qui sont incarnés, là bien sûr, il y aura des problèmes et tout effort sera
valide, car un peu moins de la moitié de la population terrestre incarnée est encore associé aux
vibrations des ombres. Et ce sera, comme c’est déjà sur le monde des incarnés, la scène de
grande lutte de l’éclaircissement qui sera menée pour unir la lumière et les ombres. Mais dans
cette lutte, il n’y aura pas de perdants, car tous vont gagner.

Nous devons indiquer, qu’à partir de la première décade du troisième millénaire, de


grandes phalanges d’êtres d’autres planètes seront, et sont déjà en train de se délocaliser vers
les environnements spirituels terriens pour l’adaptation vibratoire nécessaire à l’incarnation de
ces esprits suffisamment évolués sur la scène de lutte terrestre avec pour objectifs
l’amélioration planétaire.

60
Ces êtres, dans leur majorité, ceux qui ayant été exilés dans le passé, de nouveau
retourneront vers leurs mondes d’origine par la rédemption spirituelle qu’ils auront obtenue,
réussissant par leurs propres efforts bien avant le reste de la moitié des rebelles.

Ainsi, ils le feront parce qu’ils se sentent toujours responsables par les événements. En
dehors de cela, il existe une espèce de compromis conscientiel de tous les participants de
cette folle aventure, dans le sens de seulement se considérer comme une page tournée du
passé suite à l’équivoque événement, jusqu’à ce que le dernier des rebelles soit aidé. Comme
de nombreux seront encore exilés de Terre pour deux autres mondes, nous pouvons conclure
que nous aurons encore quelques pages de cette malheureuse histoire, à être écrites.

Pour celui qui avec attention a lu l’apocalypse, il percevra clairement la référence à ces
temps qui viendront. Mille années sur terre correspondront à des milliers d’années pour les
deux mondes qui recevront les exilés.

Si le propre Maitre et Ses assesseurs agissent ainsi de cette façon là, en dehors du
propre Lucifer, tous les autres ainsi le font. Nous percevons donc, combien de travail il reste à
être fait. Ce qui est incroyable est que très, très peu en ont une idée de cela, parce que si bien
fait à été le travail de distorsion des informations réalisé par les ombres tout au long des
siècles.

Il est nécessaire de ne pas oublier que du total de ceux qui sont réunis sur l’orbe
terrestre, approximativement 2/5 sont des esprits qui commencent leur journée évolutive
cosmique sur Terre, ou soit, ne sont pas des exilés d’autres mondes.

Eux, ils ne souffrent pas de la grande angoisse d’avoir été les agents de ce
gigantesque méfait, malgré que leur niveau de complexité de problèmes carmiques et leur
niveau de complexité de conquêtes spirituelles devront être résolus.

Finalement, il faut se souvenir que le Père crée constamment et que toujours quelques
enfants de Son amour seront en train de commencer la longue journée évolutive dans ce
monde ci ou un autre. Ainsi nous informe les mentors de ce travail.

61
PROBLEMES DE CAPELA.

Partie 2 .Problèmes de Capela.

5. Absence de Discernement.

Dans les mondes de capela et dans les autres systèmes, de suite après la sortie des êtres
compliqués énergétiquement, l’angoisse était la tonique des sentiments de tous.

Pour ne pas avoir été le premier événement de ce genre dans l’univers, alors les
assesseurs du Maitre, justement avec quelques Membres de la ci nommée Hiérarchie Divine,
se réunirent dans d’autres endroits du cosmos étudiant le problème survenu.

Le Maitre imperturbable, dans la certitude intime de savoir qu’il irait se dédicacer à


chacune de ses brebis éloignées de son pastorat aimant, invitât tous, à chercher l’équilibre
intime pour la fortification de la propre condition énergétique de chacun. Ainsi, comme il le
disait, le plus rapidement possible, ils le pourraient tous, ceux qui ne suivaient pas Lucifer,
réunir leurs efforts pour sauver les êtres chers.

De nombreux restèrent si perturbés, par tout ce qui était en train de survenir, et en


particulier, par la perte de la convivialité avec des êtres si aimés, que durant quelque temps
cosmique, ils contractèrent une espèce de maladie vibratoire qui, en psychologie terrienne,
serait quelque chose proche du fait que de nombreuses fois, nous avons besoin de raisons qui
réellement nous motivent l’intime pour nous permettre d’opter et de justifier les efforts et les
sacrifices d’une continuité existentielle.

Peut être que les paroles, ne suffisent pas pour expliquer correctement le problème
vibratoire de nombreux êtres qui continuèrent à vivre dans leurs mondes après la rébellion de
Lucifer, mais de manière simplifiée, les sentiments qui pourraient le plus caractérisés la
situation de ces temps étaient la perplexité et l’angoisse.

Uniquement le temps cosmique aiderait à soigner tant des blessures et de recomposer


autant de rêves évolutifs de groupes en affinité, qui terminèrent par se séparer. Le Maitre
visita tous les mondes habités de sa juridiction éclairant et stimulant tous avec des visites à
venir.

Quant à cela, la famille Val (après une prise de position), décida aussi de partir pour la
planète Alt’Lam, dans le système d’Antarès, ou là déjà se trouvait Lucifer et les plus extrêmes
de ses partisans.

62
Cette espèce de quartier général localisé à Alt’lam accompagnait le mouvement de
divers groupes de rébellion, alors que ceux-ci se délocalisaient vers d’autres mondes par des
tunnels de délocalisation ou des chemins sidéraux libres.

Pendant ce temps, les mondes qui restaient au coté du Maitre, (pour se protéger des
émanations magnétiques délétères, des êtres malades, qui lorsqu’ils étaient réunis en grande
quantité, rendaient la vibration assemblée difficile d’être supportée) , fermèrent leurs circuits
de délocalisation pour éviter la contagion des conséquences drastiques.

Cela a été un moment difficile car il est douloureux de fermer les portes pour ceux que
l’on aime vraiment. Tous les êtres qui restèrent dans les mondes liés au Maitre aimaient,
(comme ils aiment toujours), profondément les frères et les sœurs qui étaient malades.

Mais il n’y avait pas d’autre alternative.

Cependant quand ce fait fut perçu par le quartier général de Lucifer, les rebelles se
gonflèrent d’une profonde révolte, car quelle personne atteinte de démence se rend-elle
compte de sa démence, trouvèrent que ceci était une grande injustice qui étaient commises
envers eux.

Len Mion Yel et quelques autres devinrent les grands-portes paroles des sentiments
rebelles à partir de ce moment là.

Baissèrent encore plus leur état vibratoire et dans le sens existentiel déjà perturbé, ils
commencèrent à donner une proportion à la rébellion qui ne serait jamais passée par l’esprit
de Lucifer ; le concept de guerre entre les puissants et eux, les opprimés.

Ce qui avait commencé comme une simple discordance philosophique quant à certains
concepts de la vie cosmique dans ces temps, était devenue une espèce de guerre unilatérale
avec la préoccupation de tracer des stratégies et de vaincre l’autre, chose qui jusqu’alors,
n’avait jamais germé dans l’intime de quelque un des rebellés.

Lucifer se laissa envelopper complètement par les faits et à partir de là, devint
réellement une espèce de command d’une phalange de plus de deux cents milliards d’êtres
complètement divers entre eux.

Il y avait de tout parmi les rebelles. Dans leur grande majorité c’étaient des travailleurs
des divers départements de la vie cosmique avec un curriculum existentiel avancé et qui
n’avaient jamais rêvé, donc, de pratiquer quelque type de violence*. Pour des êtres de
polarité masculine et féminine qui sont toujours engagés dans des vies transitoires cela fait
partie de leur condition, comme nous le connaissons actuellement, mais sur des mondes bien
plus évolués que sur la Terre cela était impossible et inconcevable car n’existant pas.

* NT : A ce niveau d’évolution vibratoire, ces actions n’existent pas, sont totalement


inconnues, même le mot en lui-même n’a aucune signification, puisqu’ils vivent depuis des
millénaires dans une sorte d’amour universel qui est la base de tout.

63
D’une autre façon, il y avait aussi quelques êtres, qui par rapport à ceux cités
antérieurement, présentaient une marque évolutive un peu à part de ceux qui facilement se
laissèrent emporter par l’onde problématique.

La grande majorité de ces êtres provenait des mondes du système d’Antarès. C’est
cette parcelle qui a été la plus bruyante lorsqu’elle perçue que certains circuits de
délocalisations cosmiques avaient souffert des interférences promues par les hôtes du Maitre.

En dehors de cela, il y avait divers groupes d’origines planétaires et qui présentaient


des marques évolutives de tout ordre. Quelques uns restèrent retenus sur leurs propres
planètes ou ils vivaient et finirent par se transformer en monde rebelles.

Arrivant à Alt’lam avec ses trois grands navires, la famille Val fut aussitôt recherchée
par les membres de la famille Yel.

Il y avait une profonde affinité parmi les membres des deux parce que de nombreux
travaux communs avaient été réalisés dans le passé.

En vérité nous devons expliquer qu’uniquement des deux planètes de capela, Zian et
dan, plus de quatre milles sept cents familles étaient engagées dans la question.

En raison de la complexité du sujet et conformément à l’orientation des mentors, deux


ont à peine été choisies pour servir d’illustration aux faits.

La relation entre toutes ces familles se situait (dans les temps auxquels nous sommes
en train de nous référer) dans un niveau fraternel d’altissime vibration, comme il est toujours
pour ceux qui là y vivent.

Yel Luzbel et Yel Liam, accompagnés de Len Mion et d’autres êtres allèrent avec le
groupe Val. Lucifer percevant aussitôt qu’il y avait parmi les membres de cette famille
quelques uns qui étaient vibrant différemment des autres pressentit, qu’il n’y avait pas la
possibilité qu’il y ait quelques espions ou quelque chose de similaire dans le groupe.

Avec toute la noblesse possible (si est qu’il en restait encore à la hauteur de ces
événements), une des quarante deux qui n’était pas encore contaminées par l’énergie qui déjà
caractérisait les rebelles, expliqua, au nom des autres, la décision prise par la famille.

Beaucoup à contre cœur de ceux qui étaient là présents acceptèrent la permanence du


groupe Val avec la présence de ces quarante deux.

Len Mion commença à défendre, que toute la famille puisse aller vers un autre monde
d’Antarès ou même pour sa planète Gron Mion, dans le système de Tau Ceti, ou se trouvaient
encore de nombreux indécis.

Commença à être envisagé, le retour des quarante deux êtres, (à partir de là considérés
comme problématiques), vers Capela, mais en raison de l’interruption du flux des
délocalisations sidérales qui était en voie de consommation, cela n’était plus possible.

64
Malgré tout et après avoir passé quelque temps sur ce monde, la famille Val (même
avec la discordance de Lucifer qui désirait que la même reste ensemble avec lui pour des
affinités du passé) se délocalisa vers une autre planète rebellée voisine du système d’Antarès.

Quelques membres de la famille Yel commencèrent à discorder des directions que le


mouvement était en train de prendre. Mais dans cette époque, il n’y avait pas de conditions
pour une quelconque réflexion raisonnable à cette hauteur des faits. La grande folie était
consommée, et il n’était plus possible d’éviter le problème vibratoire crée. Tout ce qui pouvait
être fait était de l’administrer, pour que dans le moindre espace de temps, tout soit équationné
et surmonté.

A chaque action, dans toutes les discussions et dans n’importe quelle réunion qui se
faisait, tout empirait parce que le discernement, soit individuel, soit collectif, (alors
qu’auparavant tout jaillissaient de ces fontaines qui il y a encore peu de temps étaient
radiantes d’intelligence et de fraternité,) était altéré dans sa source.

Ceux qui discordaient de Yel Liam et de Len Mion finirent aussi par se diriger vers
d’autres mondes rebelles d’Antarès et, en particulier là ou se trouvait déjà la famille Val.

Le système d’Antarès est formé par des dizaines et des dizaines de mondes. C’est peut
être le plus grand, de tous ceux qui existent dans cette partie de la galaxie qui est formée par
des centaines de milliards de systèmes planétaires.

Cependant le succès du mouvement rebelle ne fut pas à la hauteur de ce qui était


espéré parmi les planètes du système d’Antarès. Sitôt que le quartier général de Lucifer perçut
qu’uniquement quatorze mondes d’entre eux, (ils espéraient beaucoup plus, en moyenne, car
les habitants des divers mondes de ces systèmes sont moins développés que ceux de Capela
et des autres systèmes) s’étaient assumés comme fidèles aux idées lucifériennes, conclurent
que fatalement, l’équipe du Maitre irait formée une base d’appui logistique aux autres
planètes pour étouffer la rébellion. Et ils n’étaient pas du tout dans l’erreur.

Non pas dans l’objectif d’étouffer ou d’empêcher quelque chose, mais avec l’intuition
d’accompagner et de donner un appui à qui le solliciterait dans les premiers instants de la
rébellion, de nombreux travailleurs liés au Maitre se délocalisèrent pour les mondes
d’Antarès qui étaient libres de l’influence des rebelles pour de là, promouvoir ce qui fut
possible en termes d’aide pour tous.

C’est ainsi, que les premiers mondes à être réintégrés à la convivialité cosmique ont
été exactement quelques uns des rebellés d’Antarès.

Dès que le problème a été perçu, Lucifer et son quartier général résolurent de se
délocaliser pour un autre monde proche d’un système solaire d’Antarès, mais ils n’obtinrent
aucun succès car ils furent empêchés par les hôtes célestiels. Par cela les plus révoltés se
dirigèrent vers Gron Mion, planète natale de Len Mion dans le système de tau Ceti.

Gron Mion commença à être la nouvelle source du quartier-général de la rébellion


durant quelque temps. Seulement en percevant les hôtes du maitre se concentrant sur les
mondes d’Antarès qui étaient libres de l’influence psychique des rebelles, Immédiatement
Lucifer retourna vers Alt’Lam établissant définitivement, dans ce monde la source du
gouvernement rebelle.

65
En temps terrestres, tout ce qui survint depuis la sortie de Lucifer des environnements
de Capela jusqu’à l’établissement définitif de son quartier à Alt’Lam, dura
approximativement trente milles ans.

Quant à cela, percevant le problème, la famille Val, suivie d’autres groupes d’exilés
qui se trouvaient à Antarès, pensa jusqu’alors à se délocaliser vers la planète bleue ou elle
était en mission, lorsque éclot le problème luciférien.

Avec toute cette confusion survenant, un monde appartenant à un système planétaire


relativement proche de notre système, qui était, inclusivement, administré par une autre
hiérarchie cosmique, (qui n’était pas coordonnée par notre maitre) et qui avait comme
principale caractéristique le fat de posséder un gouvernement suffisamment centralisé, résolut
d’appuyer la rébellion de Lucifer

Quelques uns de ses vaisseaux représentatifs de ce gouvernement, se dirigèrent vers


quelques points du système solaire pour construire des bases d’appui.

Immédiatement le ‘pasteur de cet autre ensemble cosmique’ (qui est inclusivement,


bien plus nombreux et bien plus évolué, dans sa mesure générale), que celui auquel nous
appartenons, sans plus attendre, décida de se diriger personnellement avec toute son
gouvernement céleste au monde problématique et là établit son gouvernement temporaire
jusqu’à ce que tout redevienne normal, ce qui survint quelque temps après.

Quant à ceux qui se dirigèrent vers le système solaire (approximativement huit milles
deux cents êtres), ils finirent par se mélanger aux confusions conséquentes à la rébellion et
jusqu’aux jours actuels, la grande majorité d’entre eux appartient au contexte terrien,
réincarnant avec tout le reste qui se trouve ici.

Cette question finit par empêcher la venue de la famille val et d’autres rebellés vers la
Terre à la hauteur de ces événements.

Le grand problème est quand aucun coin du cosmos il n’existe de remède contre
l’orgueil et la fascination de ce que l’on pense savoir. Lorsque les procédés subtiles
vibratoires, conséquents à ces postures intimes commencèrent à envahir la vie de
l’individualité cosmique et rompre, ou elle-même se traite ou sollicité l’aide éclairante et finit
par s’interner dans quelque hôpital cosmique ou chose de ce genre.

Lorsque cet être, cependant, mène avec lui de façon têtue sa posture intime en avant
obstinément, il transborde les actes et paroles de ce qu’il pense et de ce qu’il sent, alors le
problème se crée. Lorsque des milliards commencent à procéder de cette façon, il n’y a pas
d’autre solution, si ce n’est l’isolement temporaire de tous.

Il n’y a pas comment éviter le poids vibratoire sur notre propre esprit de tout ce que
nous pensons et sentons. Et il n’y a pas de lunettes ou de remède pour les stades initiaux de la
cécité spirituelle qui encadre tout ce qui voit à l’intérieur des patrons de sa propre fascination.

Passés environ quarante milles années terrestres après le commencement du problème


luciférien, l’absence de discernement était, la principale caractéristique des esprits spirituels
de ces êtres. La lumière de l’illumination se finirait. L’obscurité terrorisante était l’état

66
naturel de la vie intime de tous. Quelques uns mêmes en arrivèrent à exprimer ce malaise.
D’autres se turent, parce qu’ils n’avaient même pas équationné le chaos intérieur.

Les leaders du mouvement, cependant ne prirent même pas le temps de percevoir les
propres blessures intimes. Comme ceux voulant se tromper à eux-mêmes, à tout moment et en
toute opportunité, ils augmentaient encore plus le bruit d’un discours dont le public peu à peu
passa de la surdité à de l’indifférence devant les événements, par le simple fait de ne plus
avoir d’élan.

La rébellion de Lucifer a toujours eu dans son grand quartier général le feu


propagateur et activateur maintenant tout le mouvement. Le reste commença à servir comme
une mase de manœuvre.

Cela a été ainsi pendant très longtemps, jusqu’à ce que ce noyau de commandement
fût défait avec l’incarnation du Maître dans les environnements terrestres, lorsque finalement,
Lucifer se rendit aux évidences et à l’amour de Jésus.

67
Partie 3.

L’EXIL.

‘De l’équivoque apparut le problème :


ou emmener ceux qui ne peuvent plus vivre
dans les cieux ?

Créer une autre région ou transformer


une partie du ciel en enfer pour donner une
garde à ceux qui soufrent ?

Que faire devant le chaos apparent.

Des Chroniques d’Orbum

68
L’EXIL.

69
L’EXIL.

Partie 3. L’Exil.

1. Les Nouvelles Nécessités.

C’était une situation qui n’était jamais arrivée tout au long de la vie cosmique de ces
êtres.

Eux, qui depuis fort longtemps étaient habitués au patron de vie des mondes
raisonnablement évolués , avec ses niveaux, règles et valeurs de référence existentielle
clairement définis, étaient maintenant dépourvus de quelque raisonnement logique quant à
l’avenir.

Ils n’avaient pas la moindre idée de comment ils en étaient arrivés là en si peu de
temps.

Ils se sentaient comme prisonniers bien qu’avec une liberté pour agir à l’intérieur des
limites de l’environnement dans lequel ils étaient insérés ou qui puisse être atteint par la
capacité de délocalisation de leur technologie disponible, ces êtres commençaient à sentir
l’angoisse suprême des situations que certains points sont dépassés ou d’où l’on ne peut pas
revenir.

Sans l’inter change commun dans la vie sidérale, ils savaient que la décadence
immanquablement embraseraient les mondes rebelles. A niveau cosmique, le concept
d’isolement (situation vécue par des motifs divers par de nombreuses planètes dans le
cosmos) a été suffisamment étudié et les conséquences occasionnées par ce procédé étaient
connues de tous.

Mais alors ainsi, même connaissant ces postulats basiques de quelque matière de la
science cosmique, ces êtres insistèrent dans la manutention de la posture rebelle.

Peu à peu a été perçue l’amplitude de la rébellion dans ses nombreux aspects, à
savoir ; la quantité d’être rebelles, quels sont les mondes qui ont été considérés comme
rebelles, la technologie disponible pour les délocalisations parmi les systèmes et pour la
production d’autres biens nécessaires au type de vie qui leur était caractéristiques et d’autres
facteurs stratégiques.

Ils commencèrent à avoir certaines préoccupations avec les procédés technologiques,


car (quelques uns étaient en train de percevoir, alors que d’autres étaient à peine méfiants),
que les potentialités perceptives et la situation vibratoire de leurs ses corps déjà
commençaient à présenter des problèmes de divers ordres.

70
Ces êtres qui en situations normales de vibration, comme simple réflexe de leurs
volontés et de l’élévation de leurs patrons vibratoires à niveaux énergétiques qui leur étaient
en affinité, pouvaient concentrer leur attention dans certains niveaux existentiels ou dans
certaines situations et instantanément interagir avec la personne, l’objet ou la situation
prétendue, commencèrent donc, à pouvoir contrôler leurs propres émotions.

Aussi par volonté et concentration propres, ils pouvaient délocaliser le composant


spirituel de leurs formes existentielles et visiter, (à travers des dédoublements), d’autres
environnements et d’autres individus. Tout ceci ils pouvaient le faire. Ils étaient cependant,
maintenant, relégués à la condition de parias et ils réussissaient mal à avoir un moment de
paix intime pour refléter avec sérénité à respect de quelque chose.

C’était en tout une lamentable situation.

Mais survenue la cause, les effets sont inexorables. Nous pouvons à peine diminuer
son poids, mais il ne nous est pas donné de les éviter.

Pour être dans une situation singulière, jamais vécu par ces êtres rebelles, ils ne
savaient pas comment procéder ou que faire pour mettre fin au problème crée. Au contraire ils
se compliquaient à chaque fois plus.

La chute du patron existentiel dans lequel ils étaient habitués était flagrante. Même
réunis dans des mondes de raisonnable portée évolutive (si comparés à l’actuelle situation
terrienne, nous pourrions dire qu’ils étaient très évolués), ils percevaient que la vie déjà n’était
plus la même, soit par l’inquiétude constante dans leurs esprits ou même par le facteur de ne
pas savoir à qui recourir pour être aider dans la résolution de certains problèmes.

Tous étaient à l’intérieur d’une même situation existentielle compliquée et par


conséquent, souffrant les mêmes douleurs et affrontant les mêmes problèmes. Qui pourrait
aider qui ? Comment une personne ivre peut-elle en aider une autre ?

Au commencement, la préoccupation des principaux mondes rebelles a été, avec soin,


dans les procédés divers de technologie disponible, car il n’y avait rien d’autre à être fait. Se
trompant ci et là, ils suivirent les rebelles dans la lutte contre eux mêmes, pensant donc, qu’ils
étaient en train de lutter contre les hôtes du Maitre et de la Déité, si qu’il existait, comme
disaient quelques rebellés.

Si dans ce temps le maître devait se référer à la situation existentielle de ces êtres, de


leurs mondes et sociétés, de leurs constructions, véhicules de délocalisation et organisations
stratégiques, il pourrait dire ou même qu’il viendrait affirmer, lors de Son passage sur la Terre
(car, depuis cette occasion, ils pouvaient être considérés comme de véritables sépulcres
tombées) ; beaux à l’extérieur, mais, à l’intérieur, en état lamentable.

Peut être depuis cette époque, par force d’habitude contactée, sommes nous investis
de préoccupation inconcevable avec des aspects extérieurs alors qu’intérieurement, nous
vivons dans un état inférieur aux chiens, lions et autres animaux de nature terrestre qui pour
le moins tuent uniquement par pur instinct de défense et de survie.

71
Nous nous engageons et nous nous investissons dans le masque, dans la susceptibilité
excessive des aspects, nous oubliant d’alimenter le propre intime, source de la conscience
cosmique de chacun, d’où tout émane et par ou tout passe.

Depuis cette époque nous confondions déjà l’accessoire avec l’essentiel. De ci par là,
nous réussissons seulement à augmenter encore plus la distorsion de notre mode de procéder.
Et encore nous maintenons et continuons dans notre orgueil.

Orgueil qui ne manquait pas parmi les rebellés.

Même avec la sensation de décadence, rôdant autour de leur existence, ils


poursuivirent comme fanatiques, l’inutile tyrannie de conviction réciproque, qu’ils étaient
tous victimes des hautes sociétés du cosmos.

Oubliant que chaque nouvel instant est un moment qui rend propice la rénovation des
destins des êtres cosmiques, ils persistèrent comme fous dans les tentatives stériles de se
prouver à eux mêmes que ce qu’ils faisaient étaient correct, s’illusionnant totalement dans
l’analyse de la relation intelligente entre la cause et l’effet.

L’attitude du corps sera toujours la manifestation d’un simple effet, car lorsque le plus
intime de l’être (Esprit ou âme), désire quelque chose, sa forme énergétique qui lie le Je plus
profond dans le corps transitoire, commande l’action à la recherche, et le corps simplement
agit conformément à l’ordre qui lui vient de l’intime. Dans le langage terrien nous dirons que
l’esprit veut, le périsprit commande et le corps fait.

Devant les réalités existentielles de ces mondes, l’émergence de nouvelles nécessités


a été uniquement une question de temps. Ces nouvelles nécessitées par la simle attitude intime
de la volonté personnelle. Les vibrations découlant provoquèrent de sérieux problèmes dans
les constitutions corporelles de ces êtres, indépendamment d’agir ou non, conformément aux
nouvelles tendances intérieures, qui sans plus grand avis affleuraient en raison de la nouvelle
situation.

Commencèrent à surgir des mouvements désordonnés, ce qui préoccupa Lucifer et ses


principaux partisans.

Maintenant, si dans l’actualité terrienne, nous réussissons à percevoir avec clarté que
certains regroupements qui se caractérisent, possèdent quelques lacunes sociales, rarement
nous réussissons à avoir quelque type de cohésion, imaginons ces sociétés remplies de
différences vibratoires.

Les êtres qui réussissaient à vibrer de façon raisonnable devaient niveler leurs
émanations fluidiques à ceux qui leur étaient inférieurs, pour pouvoir vivre avec les autres,
alors que le contraire n’était plus possible.

Que peut-on espérer, cependant, d’une communauté planétaire ou les meilleurs


doivent empirer eux mêmes pour devenir supportable à la convivialité avec leurs pairs ?

Les fragilités de maintient du mouvement rebelle étaient patentes. Des situations


jamais vécues auparavant étaient en train de tous les affliger. Cependant, personne ne voulait
ou ne réussissait à percevoir quelque chose dans ce sens.

72
Personne ne progresse sans se renouveler. Cependant, ils voulaient évoluer même
inflexibles dans des postures si équivoques. Et pour ne pas évoluer, ils créditaient la
persécution du Maitre, ainsi ils commencèrent à croire (après un certain ou étaient mis en
évidence les symptômes d’une espèce de folie), le fait de ne pas pouvoir évoluer, suivant leurs
propres critères.

Imaginons un groupe de malades vivant comme s’ils ne l’étaient pas, sans accepter de
rechercher des soins pour la propre maladie, dans des mondes qui révéleraient des
caractéristiques d’élevé patron d’existence, se déplaçant dans des vaisseaux de possibilités de
délocalisations inimaginables pour l’actuel patron de connaissance terrien ; c’était cela enfin,
le cadre tragico-comique de la vie de ces êtres rebellés.

Si les facteurs qui parlent du concept, indiquant que la réalité est la matière, l’énergie,
le psychisme, la conscience, et la perception, nous pouvons déduire que des trois derniers
naissent toutes les possibilités que l’individualité cosmique doit percevoir de l’environnement
qui l’entoure. S’il en est ainsi, comment étaient les êtres, qui avec un niveau de perception en
flagrant procédé de décadence, avec le psychisme secoué et la conscience en lambeaux,
tentaient à tout prix de s’encadrer dans la nouvelle situation ?

C’est comme si nous autres terriens, des jours actuels nous croyons aveuglément que
toute la connaissance est uniquement possible d’arriver à nos esprits par l’intermédiaire à
peine des cinq sens du corps terrestre ? Ou soit, si ce qui peut s’emboiter dans notre
perception corporelle est réel, ainsi ce qui n’est pas possible d’être insérée, comme la
patience, alors elle ne peut ou ne doit pas exister.

Avec un tel niveau de conclusion perceptive notre psychisme se réduit à la taille de ce


que nous réussissons à percevoir, appauvrissant de cette façon, la posture psychique de l’être
terrestre devant le cosmos. Par cela quelle sera la conscience que nous avons de nous-mêmes,
si nous ne savons pas avec certitude, qui nous sommes, d’où nous venons et pourquoi nous
existons ? Nous pouvons ne rien savoir de tout cela, mais nous avons le sentiment d’orgueil
(sait-on le pourquoi ?) à caractériser notre configuration physique, notre état d’esprit qui sont
un fait publique et notoire qui en intriguent beaucoup dans le cosmos qui nous entoure.

Les rebellés tentèrent, cependant, à tout prix, de trouver une sortie pour l’impasse qui
devenait proche : leurs corps ne supporteraient plus pour longtemps cette situation.

Diverses possibilités scientifiques dans le champ de la médecine cosmique furent


tentées par les scientifiques qui suivirent Lucifer. Rien, cependant ne provoqua l’effet attendu.

Pour que ne survienne pas le fameux vide existentiel dans l’intime de ces êtres, les
leaders propagèrent chaque fois que ‘l’injustice était pratiquée contre eux par les hauts hôtes
de la Hiérarchie. Il fallait créer une bannière, un substrat psychique, qui les maintiennent
debout, avec la volonté de lutter contre les fantasmes par eux-mêmes crées.

Beaucoup de temps passa jusqu’à ce que, avec la crainte de la désagrégation, le


quartier général de la rébellion de Lucifer ordonna la nomination d’orientateurs pour chaque
groupe de familles et de gouvernants pour chacun des mondes rebellés. Dans la vision des
leaders, c’était l’unique façon pour qu’il n’y ait pas de défections ou même d’indécision s qui
puissent rendre propice l’interférence de ceux qui restaient fidèles au Maitre.

73
Naquit là, protégé par la nécessité de survie d’un mouvement d’être malades, le germe
du comportement tyrannique qui porte en lui l’insupportable forme de convivialité si
commune à l’éducation terrienne : la patrouille. Ces caractéristiques comportementales
commencèrent à caractériser la rébellion à partir de ce fait. Il se créa pour cette finalité, une
grande hiérarchie qui commença à être reconnue comme les fidèles à Lucifer.

Au début ce fut très difficile car presque tous étaient des êtres de similaires possibilités
spirituelles, ce qui rendait difficile l’acceptation du survécu à quelqu’un du même niveau. De
très nombreux problèmes survinrent et seulement, à grand cout Lucifer, réussit à maintenir la
cohésion du mouvement rebelle dans ces instants. Mais avec l’apparition de la hiérarchie
luciférienne, vint pour beaucoup, la timide sensation de vide existentiel. Lorsque ceci apparut
uniquement l’ouverture d’une caractéristique intime qui est commune aux mondes qui
présente un b as patron évolutif pourrait donner le support à ceux qui ainsi se sentaient ; la
nécessité de la foi.

Si tout était désillusion consciente quant au présent et au futur, quelque type d’aliment
intime devrait, vraiment en urgence être produit pour chacun des rebellés, pour rendre
possible la survie dans ces journées.

Au commencement de ce problème (et nombreux ont été ceux de ce type, de véritables


maladies intimes qui nous marquent jusqu’à aujourd’hui, qui surgirent tout au long du
développement de la rébellion), presque personne à Alt’Lam et sur les planètes rebelles
voisines se référait ouvertement au sentiment nouveau et inconnu qui commençait à naitre à
l’intérieur de ces êtres.

Pour aussi étrange que celui puisse nous paraître, la caractéristique intime récemment
surgie créa tout type de problème à Alt’Lam et ses adjacentes. Aussitôt la nouvelle de ce
virus se répandit à travers toutes les autres planètes rebelles.

De nombreux furent internés (qu’il me soit permis par les amis lecteurs et les amies
lectrices une brève parenthèse devant une telle tragédie , dans l’opinion de l’auteur terrien,
c’est à partir de cette occasion que surgit la dépendance devant les psychologues et
psychiatres) et les premiers qui réussirent exprimer leurs angoisses commencèrent à
apparaître pour parler de cette affliction régnante. Réellement quelque chose devait être fait
pour éviter le chaos, car la rébellion était prête à succomber devant les diverses espèces de
cancer vibratoire qui à tout moment les menaçaient d’attaquer l’ensemble des rebellés.

Devant l’inusité de la situation nombreuses ont été les tentatives crées par Alt’Lam
pour suffoquer le problème. Avec le passage des temps de ce monde, ceux qui n’avaient plus
d’autres possibilités, dans l’évaluation des fidèles à Lucifer, étaient regroupés dans espèce de
prison hôpital, ce qui compliqua encore plus le climat régnant.

Lucifer et ses assesseurs les plus proches, commencèrent à visiter les autres mondes
rebellés, tentant de maintenir allumer la flamme du mouvement. Mais les problèmes d’ordre
vibratoire commencèrent à s’élargir comme une fièvre que personne et aucun type de remède
ne pouvait soigner.

74
Normalement lorsque nous sommes devant une situation désespérée causée par nos
propres actes sans que nous nous apercevions de cela, nous avons l’habitude de chercher de
l’aide en dehors de notre juridiction spirituelle, et facilement et irresponsablement nous les
recherchons.

Ce n’est pas par hasard que l’humanité terrienne a hérité cette malheureuse
caractéristique jusqu’à présent ; héritage spirituel de nos propres actes pratiqués dans ces
époques.

Comme l’on ne pouvait pas remédier à la situation, l’alternative était de trouver des
coupables. Cela se reporta sur la famille Val, qui pour avoir quelques membres n’étant pas
encore atteints par tout le problème vibratoire furent immanquablement pointés du doigt
comme les semeurs de ces virus inconnus qui commencèrent à surgir.

C’était une très grande coïncidence pour ne pas être vrai, pensaient quelques uns. Dans
l’hypothèse la plus amène, la propagation de tels venins vibratoires était faite de forme
inconsciente, ou soit, sans aucun objectif de porter préjudice à la rébellion. Ainsi donc, dans
l’opinion générale qui commençait à se former, ces êtres devaient être éloignés du système
d’Antarès, qui était la source gouvernementale du mouvement rebelle. Dans la version la plus
cruelle, les espions du Maitre étaient délibérément ceux qui semaient ces quelques problèmes
avec pour vues le naufrage des rebellés.

Il est un dicton populaire qui dit que sur une terre d’aveugles celui qui est borgne est
roi, tout comme ces êtres qui furent pris dans ces événements. Commença alors une espèce de
révolution dans ces jours avec les caractéristiques qui communément viendront à survenir
dans l’histoire terrienne. Lucifer revint avec urgence et calma les plus exaltés.

Une réunion fut promue parmi tous les membres de la famille Val et au quartier
général de Lucifer, en dehors de lui-même.

Des postulats scientifiques divers sur les ci nommés maladies vibratoires, intrigues,
disputes et incompréhension furent la tonique de cette rencontre.

Les rebellés et en particulier, les membres assesseurs de Lucifer, ne voulaient ou


même ne pouvaient même pas percevoir que les problèmes vibratoires provenaient de la
posture intime causée par la rébellion. Le diagnostic correct pour le problème était même
impossible.

Les membres les plus malades de la famille Val s’exaltèrent et surgit la première
grande impasse interne de la rébellion. Val Elliah et Val Ellam, parmi d’autres, créèrent un
autre mouvement rebelle à l’intérieur de la propre rébellion.

Surgirent alors, confusions et conflits de tous les côtés.

Lucifer tenta de toutes les manières de temporiser. Mais pour ne pas répondre à la
véritable cause du problème, il était convaincu que, non pas par mauvaise foi, mais en raison
du niveau vibratoire d’une petite partie des membres de la famille Val, que c’était là que les
terribles problèmes avaient été générés. Par conséquent Lucifer proposa, qu’ils soient menés
vers un certain satellite d’une autre planète rebelle sur le système d’Antarès. La famille Val
n’accepta pas et les accusations commencèrent des deux parties.

75
Lucifer et les autres parties se sentirent trahis. De la même façon se sentait l’autre
partie de la question, car le groupe avait l’absolue certitude du manque de fondements des
affirmations calomnieuses quant à la partie de ses membres.

L’impasse était établie. Quelques uns commencèrent à défendre la prison de tout le


groupe, suggestion que le propre Lucifer, n’accepta pas. Entre temps, la convivialité du
groupe Val avec le quartier général de la rébellion, n’était plus possible.

Lucifer résolut de laisser à ses membres prendre la décision de la prise de position


quant à l’attitude et au critère envers la Famille.

A partir de cet événement la famille Val commença à se révolter contre les fidèles de
Lucifer. C’est ainsi que commencèrent à être appelés les membres du quartier général de la
rébellion et de la grande hiérarchie qui fut montée dans ces jours pour donner un support
général au mouvement ; fidèles de Lucifer.

Rebellés contre le Maitre et révoltés contre le traitement qui leur avait été donné par
les fidèles de Lucifer, les membres de la famille se retrouvèrent dans un chemin de croix
existentiel : Que faire et ou aller ?

Remis à eux-mêmes, à leur propre sort et dans l’impossibilité de plus grandes


délocalisations en dehors de la juridiction de la rébellion, ils résolurent dans une espèce
d’orgueil intime, se diriger vers le monde rebellé le moins compliqué du mouvement et qui à
cette hauteur des faits, là ou il n’y avait pas de plus grands feux populationnistes : la très
lointaine planète bleue qu’ils connaissaient déjà de missions antérieures et pour laquelle, ils
avaient déjà pensé avant de se diriger.

Lucifer et ses fidèles acceptèrent, parce que jamais ils n’auraient réussi à imaginer que
dans le futur ils seraient tous regroupés dans cette distante et peu importante planète, en
termes d’événements stratégiques qui caractérisait le mouvement à l’époque des faits en
question.

En termes de fuseau horaire cosmique, il s’était écoulé sur terre soixante dix mille
années depuis la déflagration de la rébellion sur les mondes de Capela.

Les grandes équipes des assesseurs du Maitre, pendant ce temps là, étaient en train de
prendre les providences d’isolement cosmique des mondes rebellés, parmi d’autres. Et c’est
avec surprise qu’ils perçurent trois grands navires se délocalisant pour la très très lointaine et
moins importantes des planètes rebelles.

Il y a environ six cents vingt milles ans terrestres, cependant, la famille Val arriva sur
terre, révoltée contre tout et contre tous.

Elle se répandit parmi les mondes rebelles, qui a la première défection de la rébellion
avait été, en vérité, une trahison à Lucifer. A partir de là alors, les membres de cette famille
furent considérés par les autres comme des traitres.

Il y a encore bien peu, les membres Val, même réincarnés sur Terre, étaient ainsi
référés par certains esprits nécessiteux, donnant leurs présences dans quelques réunions

76
spirites. L’important c’est que lorsque ceci survenait, ils étaient finalement aidés, mettant fin à
des milliers et des milliers de souffrances inénarrables d’une histoire qui commença dans les
environnements paradisiaques des mondes de Capela et qui est en train de se terminer dans
les environnements non pas moins beaux de la planète bleue, qui finit par se transformer en
véritable enfer.

Le ciel et l’enfer ainsi se confondirent dans la posture de leurs habitants.

77
L’EXIL.

Partie 3. L’Exil.

2. Options Equivoques.

Nombreux ont été les équivoques commis tout au long du problème luciférien. Non
seulement dans le champ des postures intimes mais aussi dans le débordement des mêmes,
comme aussi dans les options apparemment stratégiques qui furent choisies durant le
déroulement du procédé.

Si intimement les positions radicales, inflexibles et extrêmes, au bord du fanatisme le


plus stérile qui a pour base l’orgueil et la vanité spirituelle, peuplèrent la vie entière de ces
êtres, extérieurement les options équivoques étaient la tonique des procédés décisifs devant
les problèmes.

La famille Val, par pur orgueil, ne voulut pas se diriger vers un monde du système
d’Orion , qui connaisseur de l’impasse survenue et par-dessus tout, par sollicitation du Maitre
qui avait recouru à un autre de Ses frères dans la déité, dans le champ des administrations
célestes , formula une invitation fraternelle pour les accueillir.

Ce monde, dont le patron vibratoire énergétique pourrait être supporté par les
membres de la famille, envoya une modeste délégation jusque sur la Terre et, des
environnements proche à la planète, contacta les autres membres du groupe val offrant le
concours fraternel qui, s’il était accepté, aurait pu mettre fin au problème, pour le moins pour
cette famille.

Même ayant été informés que la vibration qui émanait de leur intime ne créerait pas
de problèmes pour les populations de ce monde, que le propre maitre était celui qui avait
sollicité cette intervention fraternelle et que dans une courte période d’années de ce monde il
leur rendrait la condition vibratoire temporairement perturbée, même ainsi, l’offre solidaire
n’apporta aucun effet. Tout fut tenté, mais l’orgueil aveugla inexorablement les membres Val
déjà perturbés.

Autre aurait pu être l’histoire de ces êtres, mais ils finirent par opter par ce qu’ils
jugeaient être la posture correcte devant les faits. A partir de ce point il n’y aurait plus de
retour. La terre servirait de berceau planétaire pour tous jusqu’aux jours qui courent. Très
belle décision !

Quant à cela Lucifer, se débattait avec les autres conséquences d’une autre option
équivoque : avoir amené et établit le quartier général de la rébellion à Alt’lam, un des mondes
d’Antares.

78
Le système d’Antarès est formé par plus d’une centaine de civilisations planétaires
qui variaient d’une vers l’autre de façon significative dans l’échelle évolutive des orbes. De
celles-ci, quatorze avaient embrasé les idées rebelles.

En vérité il y avait de tout sur Antares. C’est peut être que pour cette raison que
Lucifer se vit attiré par l’expectative d’influencer de plus en plus le système planétaire déjà
perturbé.

Paradoxalement, il y avait eu sur Antarès l’événement suivant ; la plus grande quantité


de mondes rebellés. Cependant, il existait aussi dans ce système, l’inquiétante et désagréable
proximité géographique d’un grand nombre de planètes qui n’avaient pas adhéré à la
rébellion.

Ce qui était un avantage se transforma en un flagrant inconfort. Mais qu’est-ce qui


pouvait être fait ?

Les autres mondes rebelles étaient répandus dans trois systèmes distincts :

- Deux dans le système de Tau Ceti qui étaient pourvus de nombreux indécis et aussi
dangereusement entourés par les membres des mondes-universités de Tau qui n’avaient pas
adhérés à la rébellion.

- Deux autres, appartenaient au système d’Epsilon Eridani, qui déjà possédant leurs
problèmes d’ordre génétique (indépendamment de la question luciférienne), à être affrontés,
étaient aussi entourés par d’autres mondes qui malgré qu’ils soient affrontant le même
dilemme cellulaire, n’avaient pas adhérer au mouvement.

- Finalement, il restait la très lointaine planète bleue, en terme de distance


astronomique relative au système d’Antarès, mais facilement atteignable par les
délocalisations faites à travers les tunnels ou cônes magnétiques, qui stratégiquement, ne
signifiait rien ou peu, pour le mouvement rebelle.

Le maitre se délocalisa avec ses assesseurs pour la sixième planète en orbite du


système d’Antarès, y établissant, la source du gouvernement provisoire. Sur Son ordre furent
potentialisés à partir de cet orbe, des chemins de délocalisations magnétiques dirigés à tous les
autres mondes rebelles, (déjà indiqués antérieurement comme tunnels ou cônes magnétiques)
qui rendaient propices des conditions inimaginables pour les voyages intersystémiques.

Comme cela, établissant la source (de ce que nous pourrions appeler la résistance
fraternelle sur la sixième planète d’Antarès et à partir de là, un accès rapide et stratégique
avec les autres mondes problématiques), fut montée la base de toute l’assistance nécessaire
pour quelque type d’aide même pour ceux qui ne désiraient pas être aidés. Cette base,
finalement, fonctionne encore jusqu’aux jours d’aujourd’hui.

Etait alors temporairement déterminée la domination géopolitique du système


d’Antarès comme centre principal d’irradiation tout aussi bien de la rébellion de Lucifer
comme du cercle amoureux du Maitre à ses frères et sœurs égarés.

Durant une très longue période, cette bataille psychologique, dans la vision des
rebelles, fut développée.

79
Le déroulement des problèmes et l’inexistence de quelque remède ou de quelque
chose de ce genre qui puissent mettre fin à cette maladie vibratoire qui incommodait encore
plus les rebellés réunis sur les mondes d’Antarès, augmentait chaque fois plus l’inquiétude
qui se faisait présente dans l’intime de tous.

Cette espèce de cancer énergétique de pouvoir hautement destructeur était, à ce


moment le grand ennemi de la manutention du mouvement rebelle.

La marque indélébile de la posture équivoque assumée apparaissait maintenant avec


des taches énergétiques de diverses tonalités qui surgissaient ici et là, dans le corps des êtres
rebellés.

Ils disaient que de telles marques étaient la dissémination proposée de certains circuits
vibratoires qui étaient en train d’être semés dans les mondes rebelles pour les martyriser.
D’autre affirmaient que le problème était temporaire, d’adaptation aux conditions de mélange
des énergies stellaires régnantes dans le système d’Antarès, et qui prochainement serait
résolu.

Durant quelque temps, ce fut la tonique de désespoir de ces mondes.

Lucifer et une partie de ses assesseurs résolurent de se délocaliser nouvellement pour


le système de Tau Ceti, tentant d’économiser leurs corps cette maladie qu’ils imaginaient être
provenant des vibrations de l’une de ces étoiles dont les irradiations dominaient
l’environnement.

Donc, ces étoiles qui formaient le système binaire d’Antarès n’avaient jamais présenté
quelque type d’irradiation qui puisse causer quelque type de problème. Etant ainsi, les
rebellés, (pour ne pas avoir découvert par déduction que le problème était, oui, dans leurs
propres vibrations intimes, étant donc, généré de l’intérieur vers l’extérieur et non pas par une
cause externe, et finirent réellement par accepter cette option comme la plus probable.

La seconde était que ceci provenait de quelque virus, dans le langage moderne, ou
quelque chose du même type, qui aurait été propagé pour mettre fin à la rébellion. Le fait est
que jusqu’à aujourd’hui nous avons l’irrésistible tendance à trouver des coupables et des
causes équivoques en dehors des frontières de nos propres responsabilités.

Quant à cela, dans les mondes rebelles d’Antarès, se répandait parmi de nombreuses
personnes l’inquiétante nouvelle de la non clémence du Maitre, qui permettait que tout ceci
survienne, sinon cela ne serait pas, Lui-même à promouvoir toute cette disgrâce vibratoire. A
tout ceci Il accompagnait imperturbable dans sa posture sereine de Berger Cosmique qui
donne tout et ne demande rien à ses frères et sœurs sous sa responsabilité.

Il accompagnait personnellement, tout ce qui survenait (pratique qui jusqu’aux jours


d’aujourd’hui est maintenu par le Maitre à ce qui se réfère toujours aux effets des problèmes
survenant de la rébellion) et déterminait les providences des divers ordres à être pris, à tout
instant.

Cependant avec le passage du temps, commencèrent à survenir sur un des mondes


rebelles d’Antarès des procédés de décomposition de quelques uns des corps spirituels de ces
êtres. En rien nous nous tromperions si nous appelions ces procédés de mort corporelle

80
similaire à ce que nous connaissons sur Terre. Simplement de nombreux êtres commencèrent
à se défaillir par pure incapacité des centres énergétiques caractéristiques de leur corps à se
maintenir vivant.

Un autre ordre de problème était en train de survenir.

En raison de la condition avec laquelle les esprits de ces êtres étaient en train de laisser
leurs corps caractéristiques de leurs origines planétaires, les mêmes restèrent errant, comme
s’ils étaient fluctuant de façon inconsciente, mais à tout moment, présentant, d’étranges
tremblements, à la vue de tous.

Lorsque ceci commença à apparaître, le Maitre fut encore plus, accusé de violences
de tout type, comme si c’était par Son ordre que tout ceci arrivait.

Si nous pouvions tracer un parallèle avec la Terre, c’est comme si chaque personne qui
venait à mourir restait avec son périsprit désincarné et désaccordé volant si et là à la vue de
tous.

Dans le cas terrien, du aux conditions environnementales, lorsque l’esprit largue son
corps matériel à l’heure de la désincarnation, normalement il n’est perçu visuellement par
aucune personne.

Dans ce monde d’Antarès, les caractéristiques environnementales, au contraire des


terriennes, (et ceci varie d’un orbe pour un autre), faisaient que ces esprits libres de leurs
corps, plus pesant restaient dans l’espace proche de la croute terrestre. Maladies de divers
ordres commencèrent à surgir de tous les coins de la planète.

Commencèrent à survenir des procédés de fuites désorganisées vers les mondes


rebelles les plus proches.

Avec le passage du temps et l’augmentation des problèmes quelques unes de ces


planètes ne voulurent plus recevoir les êtres provenant du monde problématique.

Lucifer dut retourner vers le système d’Antarès. En arrivant il perçut immédiatement


la gravité du problème.

Son semblable ne se souvenait plus de près ou de loin de l’être agréable et beaux des
perfections, qui étaient ses caractéristiques extérieures. Ce moment de rebellions était la
personnification du découragement et du désespoir intime. Simplement il ne savait plus que
faire.

Sur notre planète, il serait assez acceptable, comme du fait il l’est, que beaucoup
développent l’équivoque vision de ne pas comprendre, ni d’accepter l’apparence non
clémence divine devant tant de souffrance.

Si nous qui sommes imparfaits, de très nombreuses fois, nous ne supportons pas de
vivre avec la douleur des autres, et si elle était à nos côtés, nous mettrions une fin à celle de
notre prochain, donc comment est-ce donc, que Dieu étant le Père aimantissime, reste
impassible devant tant de douleur ? Si nous nous apitoyons de quelqu’un comment est-ce que
Lui-même ne se permet de procéder ainsi ?

81
Nombreux pensent ainsi pour méconnaitre la toile de fond spirituelle des douleurs qui
caractérisent la vie terrienne. Dès lors que nous ne connaitrons pas les lois cosmiques de
cause et d’effets qui régissent l’évolution de l’Esprit par les très nombreuses vies transitoires
tout au long de l’éternité, nous serons alors, toujours pensant suivants deux points : Dieu
n’existe pas, ou s’il existe, la faute est de Lui pour toutes les folies et les souffrances sur
Terre.

Pour autant que l’analyse mentale nous choque, c’est approximativement ce type de
posture que les rebelles dans leurs élucubrations commencèrent à assumer. A partir de ce
point, peut être pour ne pas avoir pris conscience et réparer en soit plus avec ce qui serait ou
ne serait pas raisonnable à titre de posture, Lucifer, alors leader d’un mouvement céleste,
commença à personnifier la propre rébellion infâme.

Il se perdit complètement.

82
L’EXIL.

Partie 3. L’Exil.

3. Accompagnement du Maître.

Les mondes rebelles étaient maintenant au nombre de dix huit.

Lucifer resta sur Alt’Lam lidearant le mouvement.

Le Maitre, après les providences nécessaires qu’il dut prendre personnellement dans le
monde qui fut abandonné par les rebelles, revint à la sixième planète en orbite du système
d’Antarès, source du gouvernement provisoire.

A partir de là, Lui et quelques uns de ses assesseurs promurent de véritables missions
‘dissimulées’ dans quelques uns des mondes problématiques.

Sans jamais interférer dans l’environnement dans lequel il se trouvait en mission


secouriste (aidant à peine comme simple ‘médecin’ directement à ceux qui étaient nécessiteux
et donnant ‘à César ce qui appartient à César’, ou soit sans s’immiscer dans les disputes de ce
monde), le Maitre cherchait à aider et à découvrir, à l’intérieur de la réalité de chacun de ces
orbes , ce qui pouvait être fait pour accélérer la fin de tant de souffrance . Il agit ainsi par
amour envers ses brebis affolées sans cependant, blesser le libre arbitre d’aucune d’entre elles.

Peut être qu’un jour, une de ces histoires sera racontées. Mais si dans le moment actuel
nous ne comprenons pas ce qu’il a promut sur Terre, comment pourrons nous comprendre ce
qui a été promut dans des contextes planétaires si différents du terrestre ?

Uniquement le temps et l’évolution des faits parleront de la possibilité de ces


informations à être ou non véhiculées à court ou moyen terme ou simplement, à ne pas être
menées à la connaissance terrienne , jusqu’aux nouvelles générations plus évoluées et moins
liées aux valeurs équivoques du passé, caractérisant la vie sur Terre.

De toutes les façons que nous ne le sachions ou pas, que nous le comprenons ou pas ,
le maitre a personnellement promut des pages et des pages de renoncement et d’amour pour
ses brebis égarées.

Comment fit-Il ? A travers des très nombreuses vestes célestes qu’un être de son
niveau peut assumer par la volonté et les sacrifices personnels, à l’intérieur de ce qui est
permis par les lois cosmiques.

83
Très nombreuses sont les vestes de l’Etre et leur quantité aura une relation directe avec
son niveau évolutif ou la marque spirituelle qui le caractérise à chaque instant cosmique. Tout
comme sont aussi très nombreuses les expériences existentielles que chacune de ces vestes
corporelles peut promouvoir à l’Esprit.

Même dans le cas terrestre , ou le retard spirituel est toujours la tonique de la vie de
ses habitants , il existe des milliers et des milliers d’opportunités incarnatoires spécifiques à
peine au type de vêtement spirituel qui caractérise l’être dans le présent moment cosmique.
Et que dire des situations existentielles plus évoluées que la terrienne ? Et dans le cas des
Esprits de très Haute Portée, comme c’est le cas de notre Maitre Jésus ?

C’est une peine que nous sachions peu ou rien à respect de ce sujet, alors que la
communauté planétaire aurait besoin d’être informée.

Mais un jour viendra ou tout ceci sera éclairé. Mais, allons souhaiter, et allons
soutenir pour que cette époque soit déjà la notre, ou soit celle dans laquelle nous sommes
réincarnés. Le problème est que l’être terrien ne sait toujours pas ‘avec certitude’ si la vie
après la mort existe;

Lorsque ce thème ne sera plus une question de croyance personnelle, mais une
connaissance planétaire acquise, probablement tout sera éclairci. Jusque là contentons nous
dans ce qui est possible d’être informé.

Le fait est que la Maitre n’a jamais cessé d’accompagner la folie, et les effets de celle-
ci, promue par ses brebis.

Jusqu’à aujourd’hui, Il nous regarde de façon compatissante et amoureuse, attendant


les opportunités générées par notre propre esprit, pour nous proportionner aide et appui. Il ne
pourrait pas en être d’une autre façon devant les lois cosmiques. C’est une peine donc, que
nous n’ayons pas encore conscience du problème et encore moins des lois qui régissent notre
existence.

A l’exemple d’un joueur qui rentre sur un stade méconnaissant les règles du jeu et qui
fatalement, entreprendra des efforts non nécessaires, commettra des fautes compromettantes,
se mettra dans des positions peu stratégiques et surement, aura un développement
douloureuxt durant la partie, ainsi nous sommes dans le jeu de la vie terrienne pour ne pas
connaître le véritable panneau de fond de nos existences transitoires sur la Terre.

En naissant, ou soit, en entrant dans le champ existentiel transitoire, personne ne nous


explique, (ou nous rappelle, qu’avant de renaitre, nous étions raisonnablement informés quant
aux lois qui régissent l’évolution spirituelle), les règles de comment bien vivre sur Terre.

Nos parents, dans la mesure des possibilités spirituelles qui caractérisent leurs
marques évolutives, tentent de nous fournir quelques types d’informations informant peu par
rapport aux règles existentielles et qui sont plus en relation avec l’optique de vie qui les
caractérise. Eux aussi ils sont nécessiteux d’éclaircissement spirituel tout comme leurs
enfants…

84
Déjà inclinés à suivre les impulsions qui nous viennent de l’intime, produits des
tendances des vies passées, et accélérées par le peu de vigilance éducationnelle de ceux qui
nous entourent, nous nous sommes habitués à cheminer par les sentiers de la vie
négligemment , sans la moindre notions des règles du transit spirituel.

Des infractions diverses et des amendes de tous les montants nous attendent, lorsque
nous désincarnerons, à l’heure de rénover nos licences spirituelles pour de nouvelles périodes
d’apprentissage, ou soit, de nouvelles vies sur terre. Cependant, tout ceci est encore,
malheureusement, une question de croyance pour beaucoup, de non croyance pour autant
d’autres et de certitude pour très peu. Mais le maitre ne s’altère pas, ni ne se perturbe. Il
espère patiemment l’opportunité et le temps corrects pour prendre dans ses bras chacune de
ses brebis égarées. Mais, ne nous illuminons pas, car lui-même nous a averti qu’il sera donné
à chacun suivant ses propres œuvres.

85
L’EXIL.

Partie 3. L’Exil.

4. Chemin de L’Exil.

Les temps planétaires des mondes d’Antarès avançaient rapidement. Les diverses
familles d’êtres rebellés réussirent à promouvoir la convivialité parmi leurs pairs de façon à ce
qu’ils puissent rester groupés sur le même monde.

Certains, déjà dépourvus de quelques uns de leurs membres qui furent touchés par cet
étrange type de maladie qui finit par annihiler leurs corps, continuaient dans la recherche
incessante, et ensemble avec les autres, de trouver quelque sortie pour l’inquiétant événement
énergétique dont ils étaient victimes, mais seulement de façon moins préjudiciant.

C’est comme si ceux qui avaient réussi à survivre à cette onde vénéneuse, même
présentant des séquelles de divers ordres, ne pouvaient plus succomber devant le problème.

Mais le désespoir et l’incertitude quant au futur étaient toujours la tonique de vie des
rebellés.

Ici et là, de quelques membres de déterminées familles capelines commençaient à se


questionner, à savoir si tout ceci n’avait pas été une grande erreur, une grande maladie
vibratoire promue par l’orgueil de ce que l’on pensait savoir.

Si ici sur Terre, (uniquement pour tracer quelques types de parallèle) une personne
reste très longtemps dans une posture mentale déterminée, comme par exemple le
découragement et la tristesse, elle finit par entrer dans un fort procédé de dépression qui de
très nombreuses fois, la mène au bord des divers abymes existentiels. Dans d’autres mondes
le stationnement mental dans certains postulats de ce que l’on pense savoir finit aussi par
provoquer ces problèmes.

Dans ce cas, ce n’est pas une simple dépression, mais une espèce d’accélération ou de
fièvre vibratoire indescriptible dans les actuels patrons de connaissances terriens, qui finit par
mener les êtres qui ainsi se permirent de vibrer dans les conditions d’une telle arythmie
énergétique qui démantèle le niveau conscientiel de l’être.

Cette possibilité était en train d’être analysée par de nombreux rebelles qui ne
réussissaient plus à supporter le type de vie qu’ils étaient en train de mener, destituée de

86
quelque raison existentielle plus noble. Et ce fait finit par devenir un facteur de désagrégation
parmi les milliers de familles qui se trouvaient répandues parmi les mondes rebelles.

Avec le temps et par ordre de Lucifer, qui à cette hauteur des faits, commença à agir
par pur orgueil, tous ceux qui ainsi pensaient pouvaient se réunir là ou ils le voulaient et
solliciter du Maitre le pardon dû , ou ce qui leur convenaient plus.

Il survint, qu’ils étaient tant ceux qui voulaient ainsi agir que, successivement, de
nouveaux mondes rebelles du système d’Antarès finirent peu à peu, réintégrés à la
convivialité cosmique. Les habitants de ces mondes, étant alors, à partir de ce moment, aidés
par les équipes du Maitre et par Lui-même, dans le sens de recomposer leurs patrons
vibratoires existentiels.

Les êtres cependant, qui persistaient toujours dans la posture rebelle, furent délocalisés
ou se dirigèrent vers des mondes qui encore continuèrent à soutenir la bannière des rebelles.

Quant à cela, arriva à Antarès la nouvelle que les deux mondes rebellés du système
d’Epsilon Eridani étaient en train de présenter des problèmes encore plus sérieux que ceux
qui caractérisaient ce qui avait été abandonné au propre sort des rebelles. C’était à peine une
question de temps pour que ces deux mondes soient assistés par la miséricorde du Maitre.

Lucifer percevant l’inévitabilité de l’événement désista de poursuivre dans la prise de


grands soins avec les mondes d’Epsilon Eridani et de suite les deux mondes furent relégués au
flux normal de l’interchange cosmique, malgré leurs problèmes d’ordre singulier, dans le
champ de la génétique qui leur était spécifique.

A cette hauteur des événements, (en terme de temps terrestre, deux cents soixante
milles années depuis le début de la rébellion), sept étaient les mondes encore rebelles, quatre
étant localisés dans le système d’Antarès, deux dans celui de Tau Ceti et un sur la planète
bleue ou s’étaient dirigées quelques familles, parmi lesquelles la famille val.

Ceci était la situation du mouvement rebelle il y a environ quatre cents trente miles
ans.

A Alt’Lam, Lucifer et son quartier général continuèrent de tenter à administrer ce qui


restait des forces rebelles.

Apparemment, les choses étaient plus calmes. Le travail était si important pour les
hôtes célestiels qui étaient entièrement afférés pour la réintégration des autres mondes rebellés
à la coexistence cosmique qu’ils n’avaient pas le temps, ou l’opportunité de s’investir contre
la source du gouvernement luciférien. Pour le moins, c’est ce que pensait Lucifer et ses fidèles
les plus proches.

Mais les problèmes continuaient.

Beaucoup d’êtres qui habitaient les mondes problématiques de Tau Ceti


commencèrent à présenter un autre ordre de problème vibratoire qui ressemblait à une sorte
de démence profondément perturbatrice.

87
En raison de l’isolement et avec le passage des temps cosmiques, ces deux mondes
avaient perdus la capacité technologique de se délocaliser jusqu’au système d’Antarès.
Ils demandèrent aide à Alt’Lam, mais n’obtinrent aucune réponse. Le quartier général
de la rébellion craignait que si Lucifer et/ ou ses principaux assesseurs s’absentaient du
système d’Antarès, que les quatre mondes encore rebellés soient envahis par quelques type de
stratégie ou même directement par les hôtes célestes. Le propre Lucifer avait cette crainte.

Lorsqu’ils furent informés de la décision des membres du commandement de la


rébellion de ne pas s’absenter d’Antarès, les rebelles réunis dans le système de Tau Ceti
s’emplirent de sentiment de révolte contre le propre Lucifer et même, sans plus grande prise
de conscience de la part de ceux qui là se trouvaient réunis. La réintégration cosmique de ces
orbes fut alors seulement une question de temps.

Les êtres restant toujours obstinés de ces deux mondes, soient par les idées
lucifériennes ou même par les problèmes énergétiques d’autre ordre, furent exilés vers la
Terre.

La rébellion commença à se résumer alors (il y a environ trois cents soixante milles
années en arrière) aux quatre mondes du système d’Antarès et à la planète bleue et ses
voisinages.

A cette époque là sur Antarès, les rebelles eurent une période de calme relatif, sans de
plus grandes préoccupations quant à l’imminente invasion ou chose de ce genre, qui aurait été
promue par la Maitre.

Lui-même, retournerait durant quelque temps à Orbum, à Capela avec une partie de
ses assesseurs.

Pendant ce temps là, certains problèmes commencèrent à apparaître dans le quartier


général de la rébellion.

Comme ce qui a tendance à se désagréger parait assumer une espèce de maladie


psychique qui fait que l’être perde les notions de limite, l’incapacitant à faire usage de
discernement pour faire cesser ses propres vibrations dysharmoniques devant les événements
de la vie cosmique , le mouvement rebelle lorsqu’il se libéra temporairement d’un ennemi
extérieur, (le maitre était retourné à capela) se concentra parmi ses propres pairs quant aux
chemins à être suivis par la rébellion.

Cependant ils s’aperçurent eux mêmes, (diverses factions avaient déjà été crées et elles
étaient toutes remplies d’une dangereuse certitude psychique) que le prétendu savoir, avait
alors été édifié sans aucune ou peu de base ou maintient moral. C’était l’orgueil de tous les
cotés.

Lucifer même étant le plus orgueilleux et prétentieux de tous, paraissait être toujours
possesseurs de quelque capacité de discernement, pour le moins sur le plan théorique, et
incitait tous ces principaux assesseurs à travailler pour l’unité du mouvement rebelle.

Len Mion, leader de la plus grande faction qui défendait l’usage des instruments qui
étaient nécessaires à la manutention de la ci nommée cause cosmique des expatriés de la
Grande Hiérarchie, défendait, avec raison, que si le mouvement rebelle ne parvenait pas à

88
disséminer ses postulats vers d’autres mondes, faisant par cela croître nouvellement le nombre
des adeptes à la si noble bannière défendue par eux, alors ce serait la fin de la rébellion. Il
défendait même la lutte incessante dans la tentative de perforer le cercle imposé par les hôtes
sidéraux qui ne leur permettaient plus de se délocaliser en dehors des frontières des mondes
rebellés.

Si grande était le pouvoir de persuasion de cet être, que réellement quelques tentatives
furent menées à effet, avec des vues pour cet objectif, mais toutes furent frustrées par la
préoccupante décadence technologique que l’isolement cosmique finit par imposer aux
mondes rebelles. Des critiques de toutes parts surgirent quant à Len Mion, en premier lieu et
ensuite Lucifer, pour avoir permis des tentatives fragiles qui uniquement affaiblissaient le
mouvement.

Yel Liam, qui leadérait une autre faction, (celles-ci se comptaient par dizaines, à tel
point que fut crée une espèce de conseil de la rébellion, formé par les leaders de chaque
faction), en dehors de critiquer Len Mion, défendait l’expédition d’une invitation directement
adressée au propre maitre afin qu’Il vienne jusqu’à Alt’Lam pour une discussion franche et
ouverte, jusqu’à ce qu’ils puissent arriver à un bon terme.

Si Lui, recevant l’invitation, ne se faisait pas présent à Alt’Lam, il serait apparemment


déformant la prédication de la pratique, pensait Yel Liam. Si au contraire, il venait, il
s’affaiblirait pour deux raisons : premièrement, il serait obliger de faire usage de son autorité
et ferait cesser le mouvement, transformant par cela les rebellés en victimes de Lui-même qui
se faisait passer pour le représentant de la Déité ou viendrait à discuter de nouveau autour des
préceptes et postulats déjà présentés auparavant par ses principaux assesseurs lors du
commencement de la rébellion.

Dans l’optique de Yel Liam, quelque option finirait par donner du prestige aux
objectifs de la rébellion et épuiserait le Maitre de quelque manière.

Il est intéressant de noter, que dans le futur des réincarnations terrestres, son esprit
viendra à assumer la personnalité de Judas Iscariote, exactement cet apôtre qui créa une
certaine situation qui passa dans l’histoire comme ayant été une trahison à Jésus.

Ce qui est étrange pour la mentalité ou l’optique terrienne, c’est que le maitre le
choisit, sachant donc, ce qu’avait été son esprit dans le passé lointain. Devant l’optique
cosmique, le plus probable serait qu’exactement pour cela, le Maitre l’aurait choisit pour être
un de ses apôtres. Mais ceci est les pages d’une autre histoire.

D’autres segments défendaient des options ou des stratégies complètement


dysharmoniques entre elles et qui n’aboutissaient à aucun type de consensus. Lucifer
personnellement, décidait de tout. Il n’y avait pas d’autres alternatives.

Ce fut même pour une question d’orgueil intime qu’il n’accepta pas la formule de Yel
Liam. Il ne voulait se retrouver et rencontrer de nouveau le Maître, alors que le mouvement
crée par lui-même était en position si défavorable, pensait Lucifer. Il ne se sentirait pas bien
devant lui pour un million de motifs. En vérité, cette rencontre irait seulement se faire sur la
scène terrienne.

89
Alors que tout ceci se produisait, les hôtes lucifériens se divisaient chaque fois plus.
Par tendance naturelle vibratoire, se trouvèrent concentrés sur Alt’Lam les êtres les plus
exaltés quant au destin de la rébellion.
Dans les autres mondes rebelles, la caractéristique des être là réunis, avec le passage
du temps, était plus un désespoir intime devant l’incertitude quant au futur et, principalement,
devant le vide existentiel qu’expérimentaient leurs esprits déjà profondément épuisés par les
faits conséquents à la rébellion.

En dehors de cela une nouvelle onde de problèmes vibratoires extrêmement


perturbatrice commençait à surgir dans ces mondes : les êtres qui étaient là réunis n’arrivaient
plus à se reposer. Avec cela, quelques organes sensoriels caractéristiques de leurs corps,
commençaient à présenter des problèmes et dans quelques cas, ils s’arrêtèrent de fonctionner.

Si dans le cas caractéristiques des corps terriens, cinq sont les sens sensoriels à travers
lesquels nous percevons l’univers qui nous entoure, dans le cas de ces êtres (provenant de
diverses origines planétariennes, chacun avec des corps planétaires adaptés aux mondes ou ils
vivent avant l’exil) divers étaient les sens sensoriels communs à leurs corps.

Si sur terre la vision, l’audition, l’odorat, le toucher et le goût caractérisent le pouvoir


perceptif du corps biologique planétaire, dans d’autres mondes, ceux-ci et tout une autre
gamme de sens corporels forment l’ensemble des organes perceptifs des êtres.

Mais mal comparant avec la situation terrienne, le problème qui commençait à


survenir chez les rebelles ( et pour eux cela était une désagréable nouvelle) était similaire à la
perte de la vision , parce que les yeux simplement s’arrêtaient de fonctionner’, etc.

En vérité nous sommes en train d’aborder un procédé de grande simplification,


comparé à ce qui n’est pas possible d’être comparé. Comment exprimer des attitudes et des
organes corporels inconnus à l’environnement terrestre ? Il n’y a pas de vocabulaire pour cela.

Cependant pour ce que nous souhaitons exprimer, il suffit de comprendre que


quelques individualités cosmiques étaient sans pouvoir vivre dans ces corps décadents.

Les procédés médicaux disponibles, (à l’intérieur des patrons de ces mondes), ne


donnaient aucun résultat quant à une possible amélioration ou progrès devant le problème
survenu.

Du à ce fait, surgit la nécessité (inconnu par eux jusqu’alors), de créer des hôpitaux ou
choses de ce genre, qui puisse recevoir une grande quantité de malades pour être traités.

Mais dans cet état des choses cela ne dura pas longtemps. Au contraire cela empira.

Pour ne pas avoir chercher par déduction les possibles solutions des problèmes qui
allaient surgir à tout moment , ignorant et bousculant les autres qui déjà existaient et qui
n’avaient pas été résolus, la désagrégation pénétra profondément dans l’esprit de ces êtres qui
étaient un peu plus distants du centre du pouvoir de la rébellion.

Le désespoir intime, le manque de perspectives quant à la possible résolution de ces


problèmes, le fait de n’avoir personne vers qui se diriger ou même pour demander quelque

90
chose, l’impossibilité de se communiquer avec les événements du passé pour ceux qui
n’adhérèrent pas à la rébellion et ce qu’ils savaient des problèmes qu’eux les rebelles étaient
en train de passer, et par-dessus tout, la méfiance qui commençait à naitre dans l’intime déjà
si fatigué de ces êtres, qui avaient déjà commis un grand équivoque, tout ceci les mena à
implorer intimement , (il n’y avait pas d’autre manière), le Maitre, contre lequel ils s’étaient
rebellés, le pardon du, et si possible quelque type d’aide.

Surgit alors le mécanisme de la prière véhémente, faite avec humilité qui tant
caractérise toujours notre esprit.

Avant la rébellion, autres étaient les types de prières qui partaient de l’intime de nos
esprits en direction du Plus Haut. Alors avec le problème crée par notre incurie spirituel, autre
ne pourrait pas être l’expression amoureuse du pasteur qui prenait soin de ses brebis et qui
depuis ces temps proférait l’appel rédempteur disant :

« Venez à moi vous tous qui êtes fatigués de porter un lourd fardeau et je vous
donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et laissez-moi vous instruire, car je suis doux et
humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vous mêmes. Le joug que je vous invite à
prendre est facile à porter et le fardeau que je vous propose est léger. »

Matthieu 11, 28-30

En percevant les nouvelles émanations fluidiques qui commençaient à envelopper ces


trois mondes, les êtres réunis à Alt’Lam commencèrent à critiquer cette posture couarde qui
fatalement, rendrait propices les conditions énergétiques favorables aux faits du Maitre et de
ses hôtes.

Et réellement le pouvoir de l’oraison ouvrit les portes de ces trois mondes, dans des
moments différents, pour être réintégrés à la convivialité cosmique.

Lorsque plus de la moitié de la population de chacun de ces mondes atteignit la


condition minime vibratoire, nécessaire à l’élévation morale et énergétique de ses habitants
les autres qui restèrent ancrés dans leurs postures lucifériennes se délocalisèrent ou furent
délocalisés vers Alt’Lam.

Ces délocalisations forcées des êtres (par les circonstances et d’autres aspects qui
commencèrent à exister de ces trois mondes autrefois rebellés d’Alt’Lam donneront suite à
des pages pour une autre narration.

La réintégration cosmique des trois mondes d’Antarès, consommée, il restait


maintenant ceux d’Alt’Lam et de la Planète bleue qui ne l’étaient pas encore. Maintenant ces
derniers étaient sous le pouvoir des rebelles, en dehors de quelques bases proches de la Terre.

A cette hauteur des événements, il y a environ deux cents dix mille années, Lucifer
avait déjà perçu que la très lointaine planète bleue serait la dernière et unique alternative au
cas ou Alt’Lam soit envahie ou soumise à un procédé similaire qui étaient survenu sur les
mondes auparavant rebellés.

91
En raison de ce fait, il ordonna que diverses opérations soient préparées pour, dans des
moments différents, qu’ils partent en direction de la Terre. L’objectif était de préparer la
planète pour une possible venue en masse de tout le contingent de la rébellion.
Des centaines d’expédition furent alors idéalisées. La majeure partie ayant été
exécutée conformément à la planification.

Durant approximativement, environ cent dix mille ans terrestres, Lucifer et ses hôtes
réunis à Alt’Lam réussirent à se confronter à ce qu’ils supposaient être un véritable fronton
céleste, avec diverses équipes préparées pour, à n’importe quel moment, leur prendre la
planète.

Erreur saugrenue, cependant.

En commençant à recevoir, encore sur Orbum, l’émanation des prières qui Lui étaient
adressées par les rebelles repentis et désespérés, et pour être grande la quantité de ceux qui
ainsi procédaient, le Maître se délocalisa nouvellement vers la sixième planète en orbite du
système d’Antarès.

Après les évaluations initiales, il résolut de se délocaliser personnellement vers les


mondes problématiques, les assistant par sa présence énergétique, et rendant propice des
conditions d’amélioration plus rapide pour tous ceux qui souffraient.

La réintégration consommée de ces trois mondes, procédé prit beaucoup de temps à


cause des réticents, fit que le Maître resta sur la base qui avait été édifiée sur la sixième
planète, accompagnant le déroulement et respectant le libre arbitre de ce qui restait de la
rébellion, sans interférer dans aucun des moments.

Mais il n’en était pas ainsi vu par Lucifer.

Informé de la présence du Maitre nouvellement sur les mondes d’Antarès et prenant en


compte que son quartier général se trouvait profondément divisé en centaines de tout type, il
résolut d’assumer le rôle de dictateur implacable, ce qu’il n’avait pas fait jusqu’à maintenant,
car il avait toujours permit que tous présentent leurs idées bien qu’il n’avait pas pris de
pouvoir décisif par une prise en main.

A partir de là, tous durent prier en fonction de leur patron de comportement ou


manière d’être. Même parmi ses principaux assesseurs qui leadéraient quelques factions,
personne ne pouvait discorder de ce qui émanait de la culminance du mouvement, c’est à dire,
Lucifer, Len Mion et quelques autres.

Yel Liam se sentant rejeté, commença à se mettre en compétition contre tout et contre
tous et finit par être expulsé vers la Terre dans une des diverses expéditions qui vinrent ici.
Ensemble avec lui et pour le même motif, beaucoup furent bannis vers la Terre.

Sur Alt’Lam restèrent à peine ceux qui étaient appelés les fidèles à Lucifer, qui à
chaque moment diminuaient.

Avant de sortir, cependant, quelques uns de ceux qui furent bannis créèrent un sérieux
problème sur Alt’Lam. Ils commencèrent à dire qu’ils étaient violentés dans leurs droits
cosmiques, parce qu’ils ne voulaient pas aller vers cette planète bleue, mais, désiraient être

92
rendus à leurs hôtes célestiels parce qu’ils ne supportaient plus le poids de l’équivoque
commis qu’ils commençaient à percevoir.

Yel Liam ne faisait pas partie de ceux qui pensaient ainsi. Len Mion, cependant,
commença à dire que ceci était son œuvre, car une majorité de ceux qui devaient être bannis
appartenaient à la faction qui durant un certain temps, avait eu en la personne de Yel Liam
une espèce de Leader.

En raison de cela, les deux s’affrontèrent violement dans le champ des accusations
mutuelles : Yel Liam accusant l’autre d’avoir été le responsable direct pour toutes les options
équivoques de Lucifer qui finirent par affaiblir le mouvement et Len Mion, de son coté
l’accusant d’avoir mis l’orgueil personnel au dessus des objectifs de la rébellion. Et bien plus,
l’ultime problème qui surgit sur les trois mondes et qui étaient en train d’être réintégrés ne
pouvait être que son œuvre, accusait Len Mion.

Yel Liam résolut sortir le plus rapidement possible d’Alt’Lam. Plus rien ne pouvait
être fait. Quant à cela, beaucoup de ceux qui restaient continuaient à perturber
l’environnement déjà inquiétant.

Lucifer postérieurement, détermina que tous ceux qui allaient à l’encontre de ses
droits, soient détenus et bannis vers la terre, conduits comme des prisonniers sidéraux. Le fait
est que beaucoup abordèrent ici dans cet état.

Jamais un tel type de violence tout au long de la rébellion n’avait été commis. Cet
événement finit aussi par créer un autre ordre de problèmes pour Lucifer.

Beaucoup d’autres êtres appartenant à la hiérarchie céleste et qui avaient des


affections parmi les rebelles à Alt’Lam se dirigèrent alors vers le Maitre, sollicitant, devant la
violence survenue, qu’ils leur soient permis de se délocaliser ouvertement vers la planète et
de demander à Lucifer une posture plus digne , parce que , s’ils continuaient à survenir des
faits similaires, les lois cosmiques permettraient que les autorités de niveau inférieur à celui
du maitre interviennent dans le procédé et prennent simplement les êtres rebelles et Lucifer
spécialement.

Ce qui jusqu’alors était traité comme une maladie cosmique vibratoire de proportions
épidémiques commença à être vue non plus comme une maladie, mais comme un crime.

Il est important que les sœurs et frères lecteurs de ces pages perçoivent ce fait, car
dans l’optique cosmique, une question est différente de l’autre. Les remèdes et les procédés
réajusteurs sont sous la responsabilité du discernement des autorités cosmiques, appartenant à
la ci nommée hiérarchie céleste.

En réalité, jusqu’alors, la question luciférienne avait été traitée comme une grande
maladie vibratoire. A partir du problème crée, bien qu’il ne soit pas cessé d’être observé
comme une douloureuse maladie, sera plus stratégiquement traité dans ses questions légales,
car grand était le niveau de l’événement qui commençait à être réalisé, et Lucifer savait au
nom de quoi.

93
Le pire est que continuaient à survenir des folies de tous les types, mais non pas
nécessairement promues directement par le chef rebelle. Sous certains aspects, il perdait le
contrôle de la rébellion.

Le maitre attendit la sollicitation des niveaux de sa hiérarchie céleste et ensuite fut


préparée une équipe pour se diriger pacifiquement et ouvertement à Alt’Lam.

Lucifer cependant, ne désirait pas ce contact, car il savait qu’il ne possédait pas
d’argumentations pour faire face à ce qui lui serait demandé et fatalement il resterait en
position de désavantage, mais encore plus que dans la situation dans laquelle il se trouvait,
son mouvement leadéré par lui pouvant même avoir une fin à n’importe quel moment.

Il ne pouvait plus rien être fait.

L’unique et dernière option des rebelles était la planète bleue. Avant que l’imminente
invasion d’Alt’Lam soit procédée, (ainsi le pensaient beaucoup des rebelles) ils devraient
tous se diriger vers l’ultime réduction de la rébellion.

Cependant, nombreux ont été ceux qui résolurent de rester, soit par défaillance
énergétique, désespoir, angoisse intime, discrète discordance, quant aux rumeurs du
mouvement, enfin, des êtres qui commençaient à adresser dans les recoins les plus profonds
de leurs esprits, quelque type de demande d’aide à qui puisse les écouter. Et le maitre les
écouta. Et quelque temps après, la planète Alt’Lam a eu ces circuits reliés à la convivialité
cosmique.

Lucifer et ses hôtes partirent, finalement vers la planète bleue et arrivèrent ici, il y a
environ cent mille ans . Seulement que dans la réalité vibratoire de la Terre, il y avait un
aspect qui désagrégea complètement les familles des exilés : la réincarnation.

Jusqu’alors, l’affinité était le facteur de liaison entre les membres de chaque groupe.
Avec l’arrivée sur la planète entre temps, autres seraient les liens qui feraient la liaison entre
chaque être et ceux avec qui ils iraient convivre dans les nombreuses situations existentielles.

Le grand problème des rebelles était donc en train de commencer. Il y avait un grand
prix à être payé pour chacun et pour tous.

La Loi Cosmique qui régit la vie est juste et amoureuse dans ses nombreux
mécanismes d’examiner avec exactitude les causes et disposer les conséquences de telle
façon que de très nombreuses fois, uniquement dans un espace plus grand d’analyse de pensée
ou d’action, nous pouvons percevoir comment et combien elle est infaillible.

A partir de la fuite de Lucifer et de ses hôtes pour la planète bleue, la question


luciférienne, en dehors d’être considérée comme une maladie, était aussi vue , comme un
mouvement criminel devant les lois cosmiques.

94
L’EXIL.

Partie 3. L’Exil.

5. Option : Terre.

A ces époques, la vie sur terre était suffisamment confuse indépendamment des
quelques aspects survenus dans les autres parties du cosmos.

Certains groupes de rebelles avait déjà commencé à arriver il y avait environ quelques
six cent vingt mille ans auparavant, à travers divers transports dans un procédé complètement
désordonné, qui donna pour résultat que la planète terrienne reçue des esprits exilés de
nombreux orbes.

Au commencement divers transports d’esprits furent menés ici par force de la loi
majeure qui régit le long cheminement du développement spirituel en relation aux problèmes
survenus sur quelques uns des mondes rebelles.

Obéissant aux critères énergétiques, beaucoup arrivèrent dans des corps spirituels,
restant dans les sphères astrales de la Terre, attendant les opportunités pour les réincarnations
rédemptrices. Leurs souffrances et toutes les difficultés quand ils arrivèrent ici, furent décrites
dans le second livre de la présente trilogie : Réintégration Cosmique ; Chemins Spirituel.

D’autres furent transportés dans des navires spatiaux, avec leurs corps physiques
matériels des mondes d’origine, déjà adaptés à l’environnement terrestre.

Dans des temps passés, il se forma de cette façon, l’actuelle communauté planétaire
terrienne qui, au commencement, avait une autre destination dans le majestueux concert des
mondes.

La population spirituelle terrienne commença à être, en réalité, formée par un


regroupement d’esprits qui avaient été expulsés de divers mondes en raison d’un
comportement inadéquat, mais ces autres, qui, natifs de l’orbe terrestre quant à leur origine
spirituelle, eurent leurs premières incarnations dans des corps matériels de l’homme terrien.

L’actuelle communauté planétaire, a cependant été (dans les temps immédiats de la


déflagration du mouvement rebelle), formée dans son composant spirituel par les
individualités qui en esprit vinrent sur la terre exilés des autres mondes à travers de véritables

95
convois spirituels et en plus, des esprits qui ont été crées par le Père pour commencer leur
journée évolutive réincarnant sur Terre.

Quant à son composant matériel et contrairement à ce que beaucoup pensent, il a été


formé exclusivement par des humanoïdes de diverses provenances planétaires distinctes, qui
dans leurs corps physico-matériels d’origine, vinrent vers la Terre dans des navires Spatiaux,
avec l’objectif d’édifier le grand portail cosmique.

Après des années de déflagration du problème luciférien, arrivèrent aussi beaucoup


d’autres êtres (déjà sous le stigmate d’exilé) qui ici abordèrent avec leurs propres navires. Du
croissement résultant de toute cette diversité fleurit l’actuel contexte de la population
terrienne.

Il est bon de ne pas oublier, qu’à cette époque, il y avait réellement une grande
quantité de représentants d’une certaine branche des singes. Ceux-ci possédaient aussi, sous
certains aspects, un patron similaire aux humanoïdes, cependant, ils n’étaient pas doués
d’intelligence.

Et de la même façon que l’homme moderne, (par exemple dans une expédition au
milieu d’une forêt à titre d’exploration) peut lutter contre les prédateurs, disputant le territoire
pour l’aliment, dans ces époques les étrangers et leurs descendants eurent à disputer de
nombreuses fois avec les singes l’alimentation en dehors de lieux privilégiés au
développement de la vie physique.

Sans rentrer dans de grands détails, pour ne pas être l’objectif central du présent
travail) nous sommes obligés d’affirmer que nombreuses ont été les espèces préhistoriques
dites comme ancestrales de l’homme actuel sapiens, qui ont été complètement décimées par
la génération plus proche de ce que nous entendons par l’homme moderne.

Si de fait est , que le genre humain terrien que nous connaissons à cesser d’être
anthropoïde bipède et s’est transformé en homo sapiens, ( je suis d’accord avec ceux qui
pensent que peu réussirent à atteindre le stade d’êtres humains dans la plénitude de ce
concept), beaucoup de nos ancêtres qui ont été le produit d’expériences et de reproductions
survenues tout au long de la ‘colonisation terrienne’ ont été en réalité , éteints du panorama
terrestre en raison de problèmes viral prévenants des arrivées des exilés avec leurs navires et
même par conséquence de véritables exterminations pratiqués contre eux.

Si nous observons bien, normalement les espèces du règne animal, possèdent des
parents proches, comme par exemple dans le genre des félins, le chat, le tigre, le léopard et le
lion. Dans le genre humain, nous sommes les uniques représentants. Les parents les plus
proches sont les macaques.

Tout au long de notre histoire, nous avons fini par exterminer les familiers les plus
proches, à savoir ceux que nous appelons les hommes de Neandertal, de Cro-Magnon et
autres.

Tant fut la folie, que nous imaginons avoir évolué à partir des singes. Jusqu’à ce que
justice soit faite, nous ne savons pas cependant, ce que nos parents les plus proches
penseraient à propos de la responsabilité d’avoir généré une horde d’êtres si problématique.

96
Il n’est pas trop de se souvenir de la situation ingrate et désespérée de ces esprits qui
ont été ici amenés, déjà suffisamment évolués, cependant engagés dans l’orgueil intellectuel
et ayant à réincarner dans des corps matériels très en dehors de leurs potentialités
spirituelles.

Avec le passage du temps et avec la propre dégradation dont ils souffrirent, ils
devinrent chaque fois moins évolués et de plus en plus adaptés aux pauvres conditions
terrestres, quant à ce qui se réfère au patron d’hygiène et aussi à la question alimentaire.

De ce fait nombreux arrivèrent dans leurs propres vaisseaux, en possession de leurs


corps originels qui devaient passés par diverses séries de véritables opérations (avec le
passage du temps), pour pouvoir survivre à l’environnement si divers et si différent de ce
qu’ils étaient habitués.

D’autres durent opérer leurs corps, pour la nécessaire adaptation, avant même
d’apponter sur la planète, sous peine de ne pas résister alors à la question gravitationnelle
comme en relation avec les autres aspects.

Cependant, la grande majorité était arrivée, et irait inévitablement continuer à arriver,


dans l’état d’esprits désincarnés. Ces derniers allaient être réunis dans des environnements
spirituels proches de la Terre, sous l’accompagnement amoureux de diverses entités qui,
attendant la sollicitation du Maitre, abandonneraient tout, pour venir donner assistance à ces
êtres si malheureux.

Dans la mesure où il y avait des corps disponibles, (résultants des croisements de


ceux qui étaient vivants dans des corps physiques, à la hauteur de ces faits, déjà caractérisés
de la vie terrienne), ils commencèrent à incarner sur la scène planétaire.

Tout au long du temps, étaient en train de surgir des regroupements sur divers
endroits et régions. Des êtres très savants, toujours dans la possession de leurs corps
originels, étaient de cette façon, en train de vivre avec d’autres toujours brutalisés, résultat des
expériences antérieurement survenues.

L’isolement cosmique qui avait empêché la continuité du procédé évolutif programmé


par ces quelques êtres, lorsque l’on promettait d’installer le Portal Cosmique qui permettrait
des vols extragalactiques, finirait, aussi par causer le plongeon de la communauté planétaire
dans les plus profonds niveaux de bestialité et d’ignorance.

Ceux qui cachent encore aujourd’hui les couches géologiques de notre planète quant à
l’époque à laquelle nous nous référons, est une question que seulement le propre temps pourra
élucider, quant à cette poussière si longtemps semée dans les tissus les plus extérieurs de la
croute terrestre qui sera portée vers les événements du futur.

Comme nous l’avons déjà indiqué, diverses familles avaient déjà apponté sur la
planète dans leurs propres navires. Parmi elles était la famille Val, qui depuis fut considérée
comme traitre, par le quartier général de Lucifer, famille qui résolut de venir se diriger ici sur
Terre.

97
* Ps: NT: Une source bien avant les écrits de ce livre et provenant du côté a opposé
ou a été écrit le livre, sans qu’aucun des informateurs se connaissent, affirme avec certitude
que : LA PLANETE TERRE EST UNE DES GRILLES DE L’UNIVERS AU NOMBRE
DE 28 AU TOTAL, ce qui confirment le rôle importantissime de notre planète comme Portal
de Communication dans une des parties de l’Univers.

En arrivant avec leurs vaisseaux, durant les premiers moments, ils réussirent à
naviguer vers les planètes et satellites voisins. Cependant avec la décadence provoquée par
l’isolement et spécialement, par la barbarie et le retard qui caractérisait la vie sur Terre, ils
perdirent aussitôt la condition de maintenir en état, pour le moins raisonnable, la technologie
qu’ils disposaient. Même si cela n’était pas survenu, là vers ou ils iraient se délocaliser sur la
Terre, il était à l’intérieur d’un circuit de navigation sidéral, restreint à peine aux mondes
rebellés ?

Après l’arrivée, avec les adaptations dans leurs corps originels du monde de Zian, ils
finirent par développer une longue vie physique*, si l’on compare à la possibilité actuelle du
corps terrestre à survivre aux cycles orbitaires autour du Soleil.

Inévitablement tous finirent, plus ou moins tôt ou tard par mourir (uniquement la
partie physique, qui n’est que temporelle et transitoire) et leurs esprits étaient emportés par la
bonté des travailleurs spirituels dévoués, vers les environnements énergétiques qui étaient
plus en affinité avec eux. Ils réincarnèrent, et le pire, sans plus se souvenir* (à chaque fois
qu’ils étaient dans le passage transitoire des corps matériels terriens) des problèmes survenus
par l’événement de la rébellion

Ce procédé survint avec toutes les autres familles qui finirent par arriver sur Terre.

Le type de vie et les caractéristiques des corps terrestres empêchèrent le souvenir du


passé et divisait, immanquablement, les membres des familles, qui, séparées par les
injonctions des lois de causes à effet en raison des attitudes pratiquées principalement alors
qu’ils étaient incarnés, commencèrent même à se combattre les uns les autres à l’intérieur des
diverses pages inconnues et connues de l’histoire terrienne.

En résumé : le procédé de réincarnation terrestre se répandit et divisa les membres des


diverses familles.

Très nombreuses ont été les familles qui surgirent et disparurent sans laisser de plus
grands vestiges passibles et possibles d’être retrouvés (en quantité inimaginable) par les
procédés archéologiques modernes. D’autres laissèrent de nombreux types de registres
toujours pas encore adéquatement compris par la connaissance actuelle.

* NT : Nous retrouvons dans la Bible ainsi que dans de nombreux textes


ésotériques des écrits indiquant des êtres ayant des centaines d’années d’existence
terrestre.

* NT : La perte de nos mémoires préréincarnatrices n’est que temporaire. Elle est


en relation avec la durée d’une nouvelle incarnation, ou l’esprit doit tout réapprendre de
nouveau, pour un autre stade évolutif, avec des contextes différents pour acquérir un

98
bagage d’expériences nécessaires à sa personne, cependant il conserve tous les attributs de
sa personnalité. Lors de sa désincarnation toutes ses mémoires antérieures reviennent
aussitôt, puisqu’il est totalement dégagé de la matière qui bloque cette accessibilité par
mesure de sécurité..

A la hauteur du moment où commencèrent à arriver sur Terre les expéditions provenant


d’Alt’Lam (il y a environ cent cinquante mille ans), une des communautés les plus évoluées de
celles qui regroupaient à ce moment la réalité résultat des regroupements terrestres qui vinrent se
développer tout au long du temps, commença à être le centre stratégique préférentiel
d’atterrissage des navires de ces migrations interplanétaires.

Nous disons préférentiel parce que nous allons nous référer à peine à la civilisation
terrienne qui donna abri aux rebellés de Capela. Les autres qui existaient aussi à cette époque
serviront au berceau rédempteur pour diverses familles de rebellés.

Les populations qui vivaient dans cette région commencèrent à avoir cependant, des
contacts directs avec les êtres qui arrivaient en possession d’une technologie qui les dépassaient
tous. Ils parlaient aussi d’une rébellion dont non seulement ils faisaient partie, comme aussi de
ceux qui étaient sur Terre.

Effrayés, ces nombreux terriens, ne se souvenaient plus, par la force des réincarnations,
qu’il y avait très longtemps, eux aussi étaient arrivés sur Terre de la même façon

Avec le passage des années, il se créa une culture, dans cette région planétaire, que la
Terre était un monde rebellé contre la domination d’un Seigneur Cosmique qui agissait au nom
d’un certain Dieu.

Déjà que la vie des corps était réellement très courte, (dans les temps auxquels nous nous
référons) les esprits réincarnaient et désincarnaient sous le joug de deux situations distinctes : la
première, au côté des réincarnés, déjà dominés par la culture développée par les rebelles qui
appontaient à tout moment ; la seconde dans des environnements spirituels, ou les esprits
désincarnés continuaient toujours à être assistés par les travailleurs spirituels qui tentaient, à tout
coût, de les informer quant à la vérité des faits et de les aider pour les futures réincarnations dans
un environnement déjà si compliqué.

A l’intérieur de cette culture qui commençait à prendre de la vigueur, aussi bien le nom
de la planète ou était localisé le grand leader de la rébellion tout comme de lui-même
commençaient à être basiquement vénérés.

Et dans une espèce d’hommage psychique inconscient, cette région planétaire commença
à être connue comme celle des fidèles d’Alt’Lam ou d’Aztlan, ou de Atlatlan, Atlan, ou encore
d’Atlantide, comme nous le voulons.

Cette civilisation serait la principale base qui donnerait le support au mouvement rebelle
durant très longtemps. C’est dans la survenue des pages de cette histoire, pas encore comptée, que
commencèrent de nombreuses causes karmiques qui encore aujourd’hui accompagnent
l’humanité dans de nombreux de ses effets, qui jusqu’à présent, embrasse encore son
cheminement évolutif le rendant encore plus difficile, alors qu’il était déjà pénible et désespérant.

Parallèlement à l’Atlantide, il existait d’autres grandes civilisations, notamment une qui


s’est répandue sur des centaines d’iles que nous connaissons aujourd’hui comme l’Océan

99
Pacifique, mais, sur lequel nous ne parlerons pas, pour appartenir à un autre ordre d’analyse et qui
est en relation directe aux familles de rebellés du système d’Antarès.

Cependant, centralisons notre attention sur la région planétaire qui servira de centre des
attentions de ce qui allait se produire.

Partie 4.

MISSION ‘PLANETE BLEUE’


‘Tout au loin, un doux pont bleu.

Comment une habitation si belle avait-elle pu


se transformer en prison pour les parias du
cosmos ?’

Des Chroniques de Zian.

100
MISSION ‘PLANETE
BLEUE’

101
MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

1. Arrivée des Exilés.

Comme nous l’avons déjà dit antérieurement, nombreuses ont été les civilisations qui
surgirent et qui disparurent avant même la domination planétaire des atlantes.

Dans la propre culture terrienne de l’actualité, se trouvent enregistrées les diverses


nouvelles en respect aux divers continents et/ou civilisations qui disparurent.

Dans les souvenirs et les registres culturelles des divers peuples européens, nous avons
les légendes nordiques en nous souvenant de l’hyperborée, les terres perdues de Lyonesse* ,
le Tyno Helig , sans oublier les scandinaves qui nous parlent de Thulé.

Dans les cultes américains nous trouvons le Toyan des contes mayas, l’Aztlan des
aztèques et Atlatlan ou Azatlan des nahoa.

Dans les traditions théosophiques nous avons des nouvelles de la légendaire Lémurie.
Diverses traditions culturelles de l’Inde nous parlent du continent de Mu. Hawaiki est le nom
de la légende du continent perdu des polynésiens existant toujours, et le Hiva des habitants de
l’ile de Pâques.

Pour finir, l’Atlantide, est présente dans la théogonie d’Hésiode, dans les tragédies
d’Euripide, et dans les dialogues et la République de Platon.

* NT : Nous citerons un unique exemple, le reste des informations pouvant être


recherché par nos aimables lectrices et lecteurs.

LES TERRES PERDUES DE LYONESSE. Il existe de nombreuses légendes sur


ces villes et ces pays submergés par les vagues, mais celle concernant le pays englouti de
Lyonesse est probablement la plus connue. Lyonesse, nous l'avons dit, était autrefois une
région qui prolongeait le Land's End et s'enorgueillissait de ses belles cités et de ses cent-

102
quarante clochers. Le 11 novembre 1099, une épouvantable tempête se déchaîna et la mer
en maraude inonda cette contrée, noyant ses malheureux habitants et submergeant le
royaume jusqu'à ce qu'on ne puisse plus en voir que les sommets de la montagne à l'ouest
que l'on connaît maintenant sous le nom des îles Scilly.

Comment serait-il possible à tant de peuples aussi distincts, qui vivaient dans des
régions géographiques spécifiques et beaucoup d’entre eux dans des époques différentes, de
parler d’un même thème s’il n’y avait pas eu une même provenance logique et réelle de ces
faits ?

Déjà que l’on ne peut pas prouver l’existence de l’Atlantide devant les actuels patrons
scientifiques*, que faire ? Se taire devant les révélations qui viennent d’autres sources qui ne
sont pas terriennes ou continuer avec les apparentes chimères ? Nous continuons donc, C’est
un objectif que nous nous fixons.

Surgit alors, la grande civilisation atlante qui donnera refuge et protection à un des très
nombreux groupes au pouvoir, pendant très longtemps, les hôtes de Lucifer.

L’Atlantide n’a pas été uniquement ce que l’on imagine aujourd’hui c'est-à-dire une île
continentale localisée dans une certaine région de l’Océan Atlantique. En vérité cette
civilisation était distribuée dans diverses iles, la grande majorité localisé à Atlantico, en
dehors des dizaines de bases répandues sur la Planète, qui ont aussi eu leurs histoires,
beaucoup d’entre elles confondues avec son centre politique principal.

Quant à ce dernier, il n’était toujours localisé dans le même endroit. Il variait suivant
les délibérations et les conséquences advenues de certaines disputes entre les diverses factions
atlantes. Cependant à ces époques là, il n’existait pas une source principale, alors que de
nombreuses pages de l’histoire atlante ont été marquées par les disputes par priorité politique
parmi les grands centres qui existaient.

Sous un autre aspect l’histoire de cette civilisation (dans les nombreuses et milliers
d’étapes de développement et de décadence qui la caractérisait), est si complexe et beaucoup
plus riche que la propre histoire terrienne, pour le moins, comme elle est codifiée et acceptée
dans l’actualité.

Si cette dernière possède uniquement des registres qui s’insèrent dans les actuels
patrons scientifiques et qui permettent un recul dans le temps de neuf à dix mille ans, Atlante
a approximativement, (même sous d’autres dénominations dans un passé très lointain), cent
quatre vingt mille ans de pages d’une histoire qui n’a pas encore été comptée, mais qui
viendra à son tour.

Cependant avec le continuel cycle de poses des vaisseaux qui venaient de Alt’Lam au
sein de la civilisation atlante, celle-ci finit par développée des niveaux technologiques
surprenants pour les patrons actuels.

Il y a approximativement cent trente mille ans, elle atteignit un de ses très nombreux
sommets évolutifs, en termes de conquêtes technologiques.

103
Même formée par de très nombreuses factions et jusqu’à même par des typologies
corporelles diverses, car ces êtres qui arrivaient à tout moment avaient des origines planétaires
distinctes, cette civilisation réussit à construire une espèce d’unité, alors que le peuple terrien
était basé dans l’orgueil ‘d’être de l’extérieur’.

* Nt : Parlons plus de la censure des historiens de la science officielle..


Même formée par de très nombreuses factions et jusqu’à même par des typologies
corporelles diverses, car ces êtres qui arrivaient à tout moment avaient des origines planétaires
distinctes, cette civilisation réussit à construire une espèce d’unité, alors que le peuple terrien
était basé dans l’orgueil ‘d’être de l’extérieur’.

Du à cela, nombreux de ceux qui étaient arrivés antérieurement, mais qui n’étaient
plus en possession de leurs corps originels et déjà réincarnés comme hommes et femmes,
furent traités à certaines époques, comme des êtres d’une caste inférieure.

De cette façon ceux qui étaient arrivés plus récemment exerçaient toujours le pouvoir
temporel sur les autres qui se trouvaient sur Terre depuis plus longtemps. Ce cycle générait
aussi ses problèmes.

C’était comme si à toute heure des dieux et de plus en plus de dieux étaient en train
d’arriver pour substituer ceux qui étaient déjà antérieurement arrivés et avaient succombé à
la réalité terrienne.

Ces derniers donc, qui naquirent dans les régions atlantes, comme nous l’avons déjà
dit, devinrent citoyens d’un autre segment social moins puissant que celui de gouvernants
récemment arrivés d’Alt’Lam. Divers cycles se succèdent ayant comme panneau de fond
politique cette situation.

A cette époque, à ce qui se réfère à ses aspects politiques et sociales, la civilisation


atlante se caractérisait par la stratification de sa société en trois grandes classes principales :
ceux des gouvernants, ceux naquis sur Atlantide, et les ci nommés natifs qui n’étaient rien
d’autres que des regroupements humains répandus sur la planète, qui lorsqu’ils étaient
subjugués, devenaient partie de la classe travailleuse, presque esclaves de cette civilisation.
De très nombreuses espèces aujourd’hui éteintes du genre féminin ont été exterminées tout au
long de ce procédé ; d’autres qui seront décrites plus en avant*.

Même avec toute cette diversité, l’ensemble de ces peuples espérait, dans une étrange
unité vibratoire, la possible arrivée de son leader, à cette hauteur des faits, jugé par la culture
atlante comme un demi-dieu, déjà que pour eux, il n’existait pas de Dieu. Si ainsi il n’avait
pas été, Lucifer aurait pu être considéré comme le propre. Réellement, pour le reste de la
population terrienne qui vivait en dehors des frontières des divers regroupements atlantes, il
commença à devenir un Dieu.

*NT : L’auteur lors de ses conférences a quelque eu développé ce thème. Des


espèces aujourd’hui disparues assez distinctes et en même temps proches de celle
d’aujourd’hui étaient nombreuses dans un passé très lointain ; étant que nous sommes
aujourd’hui limité à quatre races. Notre monde, la Terre, est une des rares planètes a
possédé autant de catégories d’individus ayant des caractéristiques raciales si diverses.

104
Nous constituons donc une grande richesse de par notre diversité, peu commune aux
mondes habités. Richesse phénoménale, dont nous ne prenons pas conscience. Il suffit de
regarder les centaines de peuples répandus sur notre globe, avec leurs caractéristiques ,
traits, physionomies … pour nous rendre compte de notre richesse d’être tous ensemble,
d’apprendre à nous connaître, à nous aimer comme une seule et unique famille que nous
sommes.

Une espèce de culte avec un caractère expressif de dévotion commença à surgir dans
toutes les classes de la société atlante dans l’aspect de celui qui viendra.

Quant à son arrivée, il y a environ cent mille ans, indescriptible a été l’émotion de tous
ceux avec qui elle interagissait directement ou indirectement.

La grande capacité technologique des atlantes promut dans tous les cieux de la Terre
des effets lumineux dans une démonstration de courtoisie, de respect et d’admiration à Yel
Luzbel, le Seigneur de la Lumière qui avec sa flotte de vaisseaux s’approcha de la planète
dans une espèce de cortège céleste.

Spécialement dans le local ou se produisit la pause du navire principal, et il est


nécessaire que soit éclairé, que ce local n’était pas situé à la source centrale du gouvernement
atlante d’alors localisé dans une des nombreuse iles qui formaient le grand archipel de
l’Atlantide (un peu moins grand que l’Indonésie, mais dans une des très nombreuses bases qui
existaient répandues sur toute la planète.

Dans le cas, en raison d’un ensemble de question référentes à la vibration , aux


facteurs climatiques, à la sécurité et principalement , à la nécessité de transformer en grand et
majestueux , devant les yeux des habitants terriens, (ce qui avait été un pur fracas à Alt’Lam),
dans une certaine base localisée pratiquement dans ce que nous pourrions appeler de coin du
continent sud américain, qui a été le lieu choisit pour la réception et le séjour durant quelque
temps, pour Lucifer et ses quelques assesseurs. Cette base aux temps auxquels nous nous
référons, était appelée Atlan.

Pour autant étrange que cela puisse nous paraître, de nombreux millénaires après,
surgit proche de ce lieu qui aujourd’hui est submergé à peu de kilomètres du littoral, la ville
de Natal, capital de l’Etat de Rio Grande do Norte au Brésil. Si nous observons bien, Atlan a
les mêmes lettres que Natal, à peine disposées d’une autre manière.

Cette anagramme cache bien plus que de simples effets du hasard. C’est le futur qui
éclaircira ce qui dans le présent peut être seulement traité comme une certaine coïncidence.

Postérieurement Lucifer se délocalisa vers la source du gouvernement central


d’Atlantide.

De toutes les façons, très nombreuses on été les délégations qui vinrent à Atlan prêter
hommage à son grand leader.

Le culte de sa personne devint alors une pratique constante et avec un tel degré de
fidélité qu’elle ferait envie à de nombreux leaders contemporains.

105
Surgit alors l’étrange habitude de l’humanité terrienne du prestige, de ‘prestiger’ les
aspects extérieurs au détriment des intérieurs qui comptent réellement pour le bien être
spirituel. C’est comme si par manque de maintien intime émotionnel ou de réalité intrinsèque
du psychisme de l’être, celui-ci recherchait un appui dans l’exagération des procédés
extérieurs à son propre Esprit.

La fameuse médecine scientifique des jours actuels cherchet, ( à l’exemple de ce qui


était fait à cette époque) , de produire une espèce de remède ou pilule miraculeuse qui puisse
proportionner un état immuable de félicité pour l’être humain , comme s’il dépendait des
aspects ou des productions extérieurs au propre Esprit.

Réellement les laboratoires pharmaceutiques seraient suffisamment heureux avec une


telle découverte, et nous espérons que d’ici quelques années, la félicité ne soit pas en vente
dans les pharmacies. Ce serait douloureux pour le reste de notre dignité d’esprits éternels.

Le fait est que nous ne réussissons pas encore à apprendre que la ci nommée félicité
est une conquête intime de l’esprit, à travers d’efforts rédempteur, des réformes intérieures, de
l’autocontrôle, de l’automatisation des postures d’humilité et de simplicité du cœur, de la
capacité de pardonner, d’aimer, de s’instruire soi même, enfin de croitre spirituellement, mais
jamais un produit qui s’achète dans quelque endroit. Il n’y a pas de remède qui remplisse le
vide intérieur qui accompagne l’humanité depuis ces temps et qui dans les jours actuels, parait
tourmenter de façon plus profonde les hommes et les femmes de cette fin de millénaire.
Lucifer ne savait pas cela à cette époque et il parait que jusqu’à aujourd’hui nous n’avons pas
encore réussit à apprendre le procédé si simple des lois évolutives. Ce n’est pas par manque
d’exemple que nous avons failli.

Des pompes, de l’apparat, du faste, des cultes, des vénérations, de rites et des
ostentations de tout ordre qui baignaient l’exquisité mentale, caractérisaient ces jours. Tristes
héritages de postures extravagantes qui nous portons jusqu’à l’actualité d’aujourd’hui. Il faut
se souvenir de la simplicité de Jésus devant les faits qu’il eus à affronter … C’est lui qui était
et est le plus grand de tous, qui se fit moindre et vécut avec tout ceci se soumettant
amoureusement aux lois du monde terrien, parce qu’il faut rendre à ‘César ce qui appartient à
César’.

En contre partie, vivant avec le pharisaïsme des postures des puissants de cette
époque, l’expression ne pouvait pas être autre pour désigner la préoccupation extrême avec le
culte extérieur : véritables sépulcres déchus.

Finalement une espèce de principe terrestre était maintenant, de ce fait, mais sans
aucun droit, en train d’exercer le joug du pouvoir temporel sur toute la planète.

Même dans les régions les plus distantes et appauvries, sans aucune technologie
disponible (d’une certaine façon similaire à ce qu’aujourd’hui il survient dans certaines
régions planétaires pour des questions apparemment bien différentes de celles de cette
époque), la nouvelle de l’importante arrivée était un facteur commun dans la conversation de
tous.

D’autres régions plus développées, mais qui n’appartenaient pas nécessairement à


l’empire atlante, virent, aussi en Lucifer son principe planétaire.

106
Il est bon de ne pas oublier qu’à l’époque des faits en question, la convivialité avec les
êtres d’autres orbes (dans sa grande majorité provenait des mondes rebellés avec cependant de
très rares exceptions) était un phénomène commun et fréquent, même si cela choque la
sensibilité de beaucoup dans l’actualité.

Notre héritage existentiel est tout extraterrestre et il n’existe pas de meilleures preuves
documentaires de ce fait que les propres narrations bibliques, védiques, etc… dommage que
l’optique des analyses actuelles soit prise à un prétend orgueil même partant d’un point ou
d’une idée élaborant un raisonnement profondément équivoque et qui malheureusement ne
rencontre pas de résonnance dans les faits ni dans les propres registres historiques, éliminant
complètement la possibilité d’interférence extraterrestre dans un passé lointain.

Le problème est que les générations du présent sont toujours prédisposées à se


considérer les possesseurs des vérités alors que les autres civilisations, distantes et à des
époques passées, n’étaient en rien stupides et ignorantes.

Les élites sont toujours offusquées par le brillant du propre pouvoir et des
convenances transitoires pour se permettre de penser le contraire. Le remède est de fermer les
yeux pour certains aspects intrigants de l’histoire et de les transformer en mythes ou de les
mystifier à la saveur d’intérêts équivoques, ou alors de ne pas du tout les conter.

Serait-il que l’on ne perçoit pas que la période historique la plus récente de l’histoire
de l’humanité, (de l’ère chrétienne), se caractérise par une involution dans quelques uns des
champs de l’existence humaine ?

Utilisons le cas de l’invention de la machine à vapeur. Quand fut-elle inventée ?


Pendant la révolution industrielle, par l’anglais James Watt, entre 1776 et 1782, ou est-ce par
Thomas Newcomb, aussi anglais, en 1712 ? Mais que dire d’un certain Héron d’Alexandrie
qui dans son livre Pneumatique décrit une machine appelée éolipyle qui fonctionnait à la
vapeur et dont le modèle fut exposé au premier siècle après JC, au musée de cette même ville.

Le plus intéressant est qu’il n’y a pas eu uniquement cette période d’apparente
involution. Survinrent de très nombreuses ; des centaines. Un jour viendra ou nous saurons,
avec une bonne dose d’approximation, combien de fois le terrien doit recommencer tout de
nouveau, rénovant toujours son effort évolutif sur la face de la Terre.

D’où remonte donc finalement, notre connaissance ou à partir de quel point de


référence pouvons nous partir pour affirmer ceci ou cela avec vérité.

Il n’y a pas d’œil qui puisse percevoir sous certains aspects si la vision est viciée. Il
sera observé ou perçu à peine ce qui est convenables aux idées des analyses.

C’est comme plus ou moins encadrer une histoire qui est cosmique dans une réalité
planétaire, et à partir de cela inverser ce qui est ce qui est la cause et ce qui est l’effet ,
transformant les aspects terriens ( simple effet des marées créatrices du cosmos), en principes
créateurs, au détriment de l’océan cosmique qui nous entoure. C’est comme si à partir de la
Terre, tout le cosmos avait été crée et non pas le contraire. C’est un anthropocentrisme aussi
anachronique qu’inconséquent, ridicule jusqu’à même par sa prétention.

107
Le pire est que de nombreuses élites mondiales se sentent enorgueillies de ce grand
fait ; juger que l’homme et le principe pensant qui l’habitent naquirent sur Terre et qu’à partir
de notre habitation, c’est de là que notre univers que nous percevons, sera peuplé.

Beaucoup de scientifiques d’aujourd’hui disent qu’ils ne croient pas en la magie parce


qu’il ne pourra pas y avoir de plus grand que de croire que l’être humain est le produit
terrien. Ils allèrent jusqu’à créer un maillon manquant (ou perdu) quant à un passé irrationnel,
comme si le principe de l’irrationalité pouvait générer la raison.

Créer des théories, étudier des possibilités, questionner toujours, cherchant par cela à
éloigner l’être terrien de l’ignorance est le facteur évolutif qui édifient tous ceux qui
cherchent. Cependant insister avec quelques thèses, même contre une série d’évidence est un
retard évolutif, c’est un stationnement stérile. C’est enfin, un type d’inertie mentale, qui
pratiqué avec orgueil, produit exactement l’actuel cadre qui caractérise le monde terrien :
misère, désagrégation et vanités intellectuelles de tous les côtés. Même les religions n’y
échappent pas.

Certaines postures scientifiques s’assument comme étant ‘la bonne lutte’ contre les
croyances, les exagérations, prétendant faire face aux idées téméraires et dépourvues de
quelque fondement, suivant l’optique qui les dirige.

Cependant ne pas percevoir les évidences est un pur aveuglément. Ce qui blesse plus
le bons sens de l’absurde certitude scientifique est que l’homme est le produit de la Terre. Ou
est notre faculté de discerner entre le vrai et le faux ?

Ou l’homme est le produit de la Terre ou il a été amené ici ? Ou il vient d’un ancêtre
terrien irrationnel ou il vient du cosmos qui nous entoure. Laquelle des deux propositions est
correcte ?

Serait-il plus intelligent de supposer qu’il vienne du macaque ?

La théorie de l’Evolution, dans ses prémisses et suppositions de base, est un ensemble


d’idées qui anoblissent la pensée humaine. Cependant assumer avec certitude scientifique des
règles qui sont correctement appliquées à part dans la pensée de la nature terrienne , comme si
elles valaient pour expliquer le procédé évolutif de la partie pensante de cette même nature
( même sans la moindre démonstration), est une posture académique aussi passible de critique
que les dogmes , qu’ils soient d’ordre religieux ou scientifique.

Il est déjà bon que la Physique, dans ses postulats astronomiques, cosmologiques et
cosmogoniques, ait déjà positionné la Terre devant le cosmos. Il manque à peine à la
population de cette planète de percevoir aussi le sien.

Avec l’arrivée de Lucifer, cependant, autres seraient les chemins terriens, à partir de la
fixation de son quartier général dans la principale faction du pouvoir atlante. Comme une
espèce d’empire central, les principaux assesseurs de Lucifer qui formaient la coupole
décisive, (toujours en possession de leurs corps extraterrestres), étaient considérés, en dehors
du propre, Lucifer, comme de véritables demi-dieux.

Dans leurs navires, ils se délocalisaient librement sur toute la planète, qui durant cette
époque de l’histoire atlante, était divisée en espèce de provinces, étant chacune d’entre elles

108
administrées par un préposé de Lucifer, malgré qu’ils ne se préoccupaient pas beaucoup de
cela. Ainsi ils le faisaient à peine pour maintenir le pouvoir et éviter quelque déconfort
politique.

Du à la vibration caractéristique de notre soleil, nombreux de ceux qui arrivèrent avec


Lucifer et lui-même, malgré des adaptations antérieurement déjà faites dans leurs corps,
avaient besoin de passer par une autre espèce de procédé avec la même finalité.

De temps en temps quelque type de problème atteignait les êtres qui étaient investis de
leurs corps extra terriens. Les scientifiques atlantes commencèrent donc, à développer en
laboratoires de nouveaux types corporels pour lesquels, il soit possible de transférer les esprits
des principaux personnages de la rébellion. Ils visaient pour cela différencier même au niveau
corporel les membres du quartier général rebelle de ceux du reste de l’humanité.

En d’autres termes, ils ne voulaient pas que Lucifer et quelques autres passent par ce
qu’immanquablement la majorité avait déjà souffert ; la mort du corps extra-terrien avec le
conséquent détachement de l’esprit qui resterait à la merci des lois réincarnatrices communs à
la situation énergétique terrienne.

Si la connaissance de l’humanité pouvait au moins imaginer ce qui fut fait à ces


époques, de tests de laboratoires, d’expériences bizarres, de corps de diverses couleurs et
même multicolores, des corps avec plus de capacité sensorielle que les cinq sens qui nous
caractérisent, autres que les membres et organes responsables de certains sentiments, enfin
c’était des tentatives de tout type pour préserver la caste dominante.

Dans toutes les tentatives et beaucoup d’entre elles ont réellement eu un succès partiel,
ne réussirent jamais dans ce qu’ils intentèrent, il y avait comme conséquence, une expurgation
qui était faite des produits des tests réalisés dans les laboratoires atlantes. Par cela beaucoup
d’êtres étranges furent répandus dans tous les environnements de la planète pour vérifier la
résistance et la capacité d’adaptation des mêmes devant la nature terrienne.

A cette époque, il y avait beaucoup d’incursions des atlantes, qui avec leurs vaisseaux
capturaient hommes et femmes considérés par eux comme inférieurs pour ne pas appartenir à
l’empire. Subjugués, ces êtres étaient emmenés pour servir de cobayes pour tout type
d’expérience. Là aussi, le facteur évolutif de la triste histoire terrienne s’est servi, pour
éliminer les plus récentes espèces qui étaient parentes de l’humanité. Pour cela nous restons
seuls dans le genre humain à maintenir orgueilleusement notre position évolutive.

Il n’y a pas beaucoup de différence entre les fameux cas d’abduction, (ils ne sont pas
tant, comme il est divulgué publiquement, mais de fait, existent depuis peu de temps),
survenus dans l’actualité. Ces incursions se faisaient jusqu’aux régions terrestres les plus
distantes de leurs bases.

En vérité, la relation de cause à effet entre le passé et le présent, à ces époques là, est
la principale cause de nombreux scandales qui inexorablement survinrent et encore
surviendront. C’est la loi qui est ainsi. Mais, continue toujours, l’avis du Maître qui nous
alerte quant aux responsabilités karmiques de ceux qui devinrent les agents de ces scandales.

109
C’est un sujet cependant qui doit être entendu par l’ensemble de l’humanité terrienne
et qui pour être suffisamment complexe et ne pas faire partie de l’objectif central de
l’éclaircissement du présent travail, fait que nous ne nous étendrons pas à ce respect.

Malgré toutes les tentatives, l’objectif le plus important ne fut pas atteint. Quelques
uns de ceux qui arrivèrent avec Lucifer commencèrent à mourir.

Diverses méthodologies de recherche furent alors entreprises avec pour vues un autre
objectif ; déjà qu’il n’était plus possible de préserver de forme consciente les esprits des chefs
rebelles dans leurs corps extra terriens ou qui chez d’autres furent crées, l’unique alternative
était la télétransportation pour le niveau astral.* Pour cela, Lucifer et les autres ne perdraient
pas la conscience quant à leurs identités et ni quant aux objectifs de la rébellion.

Le problème était que dans le cas ou Lucifer vint à mourir et qu’il eut à réincarner
dans un corps terrestre commun, fatalement il perdrait la conscience de qui il était et de ce
qu’il signifiait pour tant d’autres. Et si ceci survenait ils ne pourraient pas savoir ou, quand et
comment et dans quel nouveau corps il naitrait. Pour cela, l’unique alternative était de
dématérialiser les corps extra terriens déjà adaptés à l’environnement terrien, donc très
épuisés et de les matérialiser dans un niveau astral compatible, lié vibratoirement à la
condition existentielle de ceux qui venaient incarnés sur terre.

*NT : Nous donnons là, en explication supplémentaire, que le lecteur pourra


trouver dans les ouvrages traitant de l’apometria pour mieux faire comprendre un sujet si
complexe : une des lois intrinsèque de la physique cosmique, relative à la réincarnation.

……………………………………………………………
Apometria

Onzième Loi

Loi d’action tellurique sur des esprits désincarnés


qui évitent la réincarnation.

Enoncé ;
Chaque fois qu´un esprit désincarné possédant un esprit et une intelligence suffisamment
forts, réussit à résister à la Loi de la Réincarnation , maintenant sa propre application en lui
même, par de longues périodes de temps ( pour s´entretenir à des intérêts mesquins de pouvoir et
de suprématie sur les êtres incarnés et désincarnés ), il commence à souffrir l’attraction de la
masse magnétique planétaire , se syntonisant , en procédé lent mais progressif avec la planète. Il
souffre l’amoindrissement de son patron vibratoire, parce que la Planète exerce sur lui une action
destructrice, déformante, qui détériore la forme de l´esprit et de tout ce qui l´entoure en
dégradation lente et inexorable.

110
Technique ;
L’adaptation à l’environnement est la dynamique de la vie. D’elle, de ses niveaux variés
de complexité et de degrés évolutifs s’occupent les sciences biologiques. Mais la source de la vie
est l’esprit. Et l’environnement de l’esprit c’est l’éternité. A chaque fois qu’il réincarne,
plongeant dans un déterminé Temps de la Planète, d’un certain pays, d’une communauté, d’une
famille et d’humains avec qui il ira vivre en commun, à chaque nouvelle germination dans la
matière, l’esprit à une rencontre avec de cosmiques et éternelles options.

L’être évoluant, augmentant sa propre lumière, qu’il a conquise à travers d’expériences


antérieures depuis la nuit des temps, fabriquant ses propres ombres, ses douleurs et horreurs,
devra les supporter pour se réajuster à l’Harmonie Cosmique, qu’il a perturbée. De temps en
temps, de cycle en cycle, des pas grands ou petits vont être donnés. Et l’esprit avance toujours,
bien que, avec d’éventuels retours.

Quand un être humain s’attire des crimes variés, perversions et vices, de façon à
rétrograder de quelques degrés dans l’évolution, l’on sait qu’il sentira, en désincarnant tout le
fardeau des ces conséquences. Son esprit prendra la forme adéquate dans le milieu que lui même
s’est construit ; il aura un corps astral dégradé, difforme, monstrueux. Ce sera un Je, par
exemple. Et en voyant que d’autres compagnons sveltes, quand ils étaient incarnés, se
transforment et prennent l’apparence d’animaux, on comprendra que la dégradation de leurs
formes est accompagnée d’une dégradation spirituelle . Les légendes d’hommes se transformant
an animaux (zoanthropie) possède dans l’astral, une réalité permanente.

Mais de tels phénomènes de détérioration de formes, étant relativement rapides, sont aussi
passagers. Vus de l’Eternité, ils ont la durée d’une maladie curable. L’esprit, avec plus ou moins
de temps se réintègre au flux réincarnatoire et ainsi, vivant et mourant, il reconquit le chemin
perdu.

Mais beaucoup plus sérieux serait, le parce que irréversible, qui est une terrible
déformation que souffrent les esprits qui transgressent systématiquement la Loi de Réincarnation.
Ce n’est pas un phénomène commun, car seulement les entités extrêmement négatives et dotées
d’un puissant pouvoir mental, comme par exemple les magiciens noirs, ont les conditions et la
témérité suffisantes pour mépriser et récuser la Vie.

Nous observons soigneusement, il y a environ cinq ans ; des esprits qui évitaient par tous
les moyens de réincarner, arrivant à se soustraire à la propre réincarnation, durant un temps si
dilaté qu’il arriva à quelques millénaires ; ils commencèrent à souffrir une subtile et quasi
imperceptible mais lente et inexorable action du magnétisme de la planète, coercitive et primaire.

Le corps astral se ronge et s‘épuise, l’esprit perd son apparence et esthétique normales et
va se transformer en un être repoussant. Ce procédé a une similarité avec le vieillissement d’une
maison dont l’action du temps est en train de produire des signaux d’une progressive ruine,
comme la dislocation des murs, fissures, perte du crépi etc. Si lente est cette dégradation que
même l’esprit qui la souffre à la conscience de la sentir. Ce qui est d’une très grande gravité, car
la déformation, selon ce que tout indique, n’a pas de réversion. Nous avons déjà beaucoup observé
de magiciens noirs avec ces signaux de décadence. Plus de trente cas.

Personne ne peut s’opposer aux Lois Divines impunément. Qui se refuse au cycle des
réincarnations, repoussant les opportunités évolutives ; qui abomine comme répugnantes les
expériences dans la chair ; qui préfère les illusions du Pouvoir, à travers la domination
tyranniques des êtres incarnés ou désincarnés (de vastes régions de l’astral inférieur), s’accroche

111
inconsciemment et automatiquement, à la masse de la planète. Et plonge en elle dans une tragique
rétrocession.

Ce phénomène se produit seulement avec des esprits détenteurs d’une intelligence et d’un
pouvoir mental suffisant pour pouvoir maintenir leurs propres réincarnations durant des siècles.
Esprits intelligents. De grands pouvoirs mentaux. Mais inférieurs car sujets à la roue des
réincarnations et dépendants d’elles pour monter dans l’échelle évolutive. Dans les esprits
supérieurs qui, par mérites évolutifs, n’ont plus besoin de réincarner, ce type de dégradation
n’arrive jamais. Ils sont libérés ; échappant au magnétisme de la Planète en raison du degré de
dématérialisation qu’ils ont déjà atteint.

Nous avons appris que la connaissance de cette Loi d’Action Tellurique est de la plus
haute importance. Elle nous enseigne de profondes leçons spirituelles quant au déroulement de
l’évolution des êtres. Elle éclaire aussi, ces esprits endurcis, vieillis dans le Mal à travers du
pouvoir maléfique de leurs esprits.

L’importance de cette Loi nous porte à l’illustrer comme la représentation d’un cas. Nous
espérons que les détails de la technique et de son application soient bien clairs.

……………………………………………………………

De cette façon Lucifer et son cortège pourraient continuer à développer leurs objectifs et
leadérer la rébellion, car de ce niveau énergétique, avec les fortes expressions mentales qui les
caractérisaient, ils pourraient influencer directement le monde terrien. Ils pourraient même
apparaître et disparaître, quand ils le voudraient, matérialisant leurs corps ou à travers de
projections devant la vision commune terrienne. Pour le moins c’est ceci qu’ils pensaient, et de ce
fait, durant un certain temps, ils réussirent à procéder de cette manière.

Mais le fait est que, pour ne pas trouver d’autres alternatives, deux cents sept êtres
passèrent par ce type de procédé technologique qui permettait à chacun à son tour de passer par un
autre niveau existentiel. C’était, en vérité, un procédé de lente préparation car il ne pouvait
survenir aucune faille. Le pire est qu’il s’en produisit quelques unes, mais avec de malheureux
cobayes.

Lorsque tout fut planifié, l’être qui serait télétransporté, ou quelque chose qui le vaille,
était obligé à passer par un long procédé de préparation énergétique. Après avoir acquis l’aptitude
vibratoire nécessaire, déjà décédé et inconscient, le même était mis dans cette espèce de portal
énergétique.

A partir de là, Lucifer, Len Mion et d’autres devinrent des êtres potentialisés dans le
terrible niveau astral inférieur et n’eurent jamais une incarnation sur la Terre même. Chez
beaucoup d’entre eux avaient été fait des clones*, et ceux de Lucifer spécialement, restaient
vivant dans des espèces de recoins jusqu’à atteindre la condition corporelle propice pour être
énergétiquement enveloppés par lui-même qui des environnements astraux, cherchait à dominer
tout et tous.

*NT : Attention cela n’a absolument rien à voir avec le procédé terrien actuel. Est juste
employé un terme pour expliquer, donner un sens concret à des explications difficiles
d’interprétation. Dans le cas suivant l’âme et quelques uns de ses corps , sont détachés d’autres
corps qui seront substitués par une sorte d’ampoule d’autres corps, mais qui cependant avec le
temps devraient se dégrader et faire imploser les couches extérieures, comme par comparaison

112
aux boites des fameuses poupées russes, boites extérieures, qui s’abimeraient , pour devoir être
par la suite reconstruites de l’intérieur vers l’extérieur, par le principe des réincarnations
successives, loi cosmique relative au corps matériels. C’est une dégradation des corps
successives en raison d’un patron vibratoire descendant de plus en plus, qui en plus de violer
les lois universelles, dégradent encore plus , par la loi de cause à effet , devant reconstruire par
un procédé d’ascension beaucoup plus lent, difficile et pernicieux, suivant les dispositions à se
réhabiliter et autres.

Ces moments ont été très difficiles, car l’on peut cloner les corps terriens, mais jamais
l’âme ou l’esprit qui les animent*mais Lucifer dans son inquiétude, viola les plus intimes
procédés basique de respect à son prochain.

Cependant l’histoire de ces expériences dans le champ du clonage fournirent de


nombreuses pages de douleur et de stupidité de l’étrange tendance de la capacité spirituelle
de l’humanité terrienne à ultradépasser certaines limites de l’étique et du bon sen dans la
recherche de sa propre disgrâce. Tous ces détails pourront former, futurement, un autre
groupe de travaux à être publiés.

Pourquoi deux cent sept êtres et non pas cinq cents ou même dix mille ou plus ?
Simplement, parce qu’à partir d’une certaine étape du procédé, des problèmes commencèrent
à survenir qui finirent par empêcher la continuation du procédé, en raison de l’épuisement de
certains matériaux et de l’impossibilité de les substituer (à cette hauteur des faits beaucoup de
vaisseaux étaient pour la plupart en très mauvais état), comme aussi d’un fort cataclysme qui
s’abattu sur la source centrale de l’empire atlante. Mais, jusque là ceci avait été prévu pour le
moins en ce qui se réfère au premier ordre des problèmes qui surviendraient.

Quant au second, le grand séisme détruisit le local technologiquement préparé ou


Lucifer et les autres sans aucun effort ou épuisement de leurs facultés énergétiques
apparaissaient régulièrement pour le quartier général des incarnés.

Il est bon de noter que les membres du groupe qui commandait Atlantide à cette
hauteur des faits, de l’autre côté, ou soit des incarnés, étaient aussi des êtres qui étaient morts
et se trouvaient réincarnés. Lucifer de l’Astral, était celui qui choisissait ceux qui même
incarnés, continuaient fidèles à son commandement, car il accompagnait tout, sans difficulté
d’aucun ordre.

Avec le démantèlement de la source de potentialisation astrale des seigneurs de la


rébellion, les mêmes durent se faire valoir de leurs propres facultés énergétiques pour se faire
percevoir et influencer le cours des événements.

Il n’était plus même possible de faire construire une autre base parce qu’il n’y avait
pas de matériel et ni de main d’œuvre qualifiée ou d’ingénierie disponible pour un tel objectif.

Il est intéressant de noter que le passé terrestre est plus fantastique que quelque fiction
du présent et nous observons que seulement depuis des temps plus récents, il commence à être
divulgué.

Quelle ne serait pas notre surprise si nous découvrions que les légendaires Dieux de
l’Olympe, et autres de quelques cultures spécifiques de l’histoire terrienne, n’étaient rien
d’autres que quelques uns de ces deux cent dix sept êtres, qui des environnements astraux

113
proches de la terre, interférèrent dans de nombreux moments dans le déroulement des
événements ? Et il en fut ainsi.

*Nt : N’oublions pas que sans l’âme ou l’esprit accroché magnétiquement au corps,
la vie ne peut exister. Nous avons là uniquement un corps inerte donc sans vie, puisque
dépourvue de l’âme ou de l’esprit.

L’histoire de fond de ces faits est réelle. Sur les mêmes ont été crées les diverses
légendes ; mais quant à l’existence de ces dieux, avec des passions et des comportements
similaires à celui des humains, réellement certains de ceux qui ont été décrits dans les pages
mythologiques existèrent, pour autant que cela puisse choquer la sensibilité de beaucoup. En
commençant par le propre auteur terrien du travail présent qui seulement après quelques
années de réfutation, perçut finalement le possible fondement réel de tels faits.

Il est vrai cependant, qu’il y a eu beaucoup d’inventions et de croyances quant à ces


jours. Diverses ont été les passions héroïques comme aussi des dieux inventés à travers les
temps. Mais en vérité, beaucoup de ces dieux existaient qu’ils aient été des membres de
l’équipe des hôtes de Lucifer qui se sont projetés de l’Astral ou se matérialisèrent
temporairement ou d’autres êtres, d’autres origines qui arrivaient avec leurs vaisseaux et
étaient dits comme tel. Cependant ceci est un sujet pour d’autres travaux.

A cette époque Yel Liam et les membres de la famille Val étaient déjà perdus et
éparpillés, certains comme nouvellement nés citoyens atlantes et d’autres avec la
caractéristique d’être né en dehors des frontières de l’empire, ce qui les rendaient de simples
êtres terrestres.

Spécifiquement à partir d’un déterminé moment, il y a environ soixante dix mille ans,
la société atlante, se trouvait profondément divisée en diverses factions, inclusivement à
l’intérieur de la même caste, ou soit, dans le propre sein de ce qui a été connu comme les
fidèles de Lucifer, de là ou il choisissait ceux qui allaient gouverner, il existait divers courants
avec des positions idéologiques et des croyances distinctes.

C’était une société complètement désagrégée, similaire à ce que nous voyons dans
l’actualité terrienne.

Coïncidence ou non, cette désagrégation finit par générer diverses disputes, intrigues
et conflits de tout ordre qui perdurèrent environ cinq millénaires jusqu’à l’explosion d’une
grande guerre indescriptible pour les actuels patrons de connaissance.

Joint à cela, il survint un grand événement sismologique et, il y a environ de soixante


cinq mille ans, survint le premier grand désastre atlante qui annihila complètement, non pas
seulement le patron technologique de ces jours mais aussi les milliers d’êtres qui étaient, à la
hauteur des événements, les plus développés sur Terre. En dehors de tout ceci, ce cataclysme
emporta avec soi une grande partie de la civilisation qui existait dans le Pacifique. Rien ne
pourra se comparer à ce qui se produit dans ces jours là.

En raison de ce problème le reste de la communauté planétaire plongea dans le plus


profond chaos. Lucifer des environnements astraux terriens avait tenté de toutes les manières

114
possible d’empêcher l’affrontement entre les diverses forces qui se déchiraient. Mais il
n’obtint pas de succès.

A partir de ce fait, il perdra momentanément le contrôle sur ce qui se passait dans la


vie matérielle. Il résolut de répandre son cortège sur toute la Terre pour tenter la domination
de certains locaux, même mais si cela se faisait par la terreur envers ceux qui survivaient au
grand désastre en apercevant des phantasmes, dieux ou quoique ce soit comme l’on voudra les
appeler.

Des dizaines de régions planétaires durent délimitées à l’intérieur de la stratégie de la


domination luciférienne. Lui même, avec Len Mion et d’autres, continuèrent d’agir dans ce
que l’on pourra considérer comme le noyau renaissant des atlantes car il en existait très peu
qui avaient survécu à la première grande folie belliqueuse terrienne.

De nombreux membres de la famille Yel, Val et d’autres du système de Capela et de


Tau Ceti, principalement, avaient été les grands responsables de cette disgrâce planétaire.

Si nous savions que même dans la ci nommée Seconde Guerre Mondiale récemment
survenue, les principaux personnages étaient les mêmes esprits qui dans l’antique Atlantide se
disputèrent le pouvoir temporel terrien !

Beaucoup d’entre eux provienaient des mondes du système de Tau Ceti, (le même
dont était originaire Len Mion, qui dans le futur terrien sera connu comme Satan), étaient
réincarnés dans le milieu nazi. Ils ont alors été envahis par une étrange énergie venue de leurs
propres pairs dans l’astral, fournissant, de cette façon, le champ propice au surgissement de
tout type de sentiment dysharmonique

A partir de là alors, Satan au nom de Lucifer était quelqu’un qui agissait plus
directement pour tenter d’empêcher à tout prix la réintégration cosmique de la terre, comme il
est décrit dans le premier livre de cette trilogie.

Cependant, dans le principal noyau survivant à la tragédie tous les efforts furent
entrepris comme objectif d’élever quelque type de civilisation.

Même avec la déroute, cette région planétaire continua à être la moins sous
développée, ou sous l’optique plus généreuse, la plus avancée de celles qu’il y avait sur la
planète.

Mais la terre continuait à recevoir, bien que sporadiquement, un groupe par ci un


groupe par là d’exilés ou d’expurgés retardés, toujours dans la conséquence de la Rébellion.
Groupes qui arrivaient dans leurs navires et qui même n’ayant plus l’antique sophistication et
capacité technologique, étaient toujours les produits de la plus pure magie pour la condition
terrienne.

Par cela, peu à peu, non seulement la civilisation atlante, mais aussi d’autres qui
existaient à cette époque, répandues sur la Planète, commencèrent à se restructurer.
Cependant, spécifiquement quant aux atlantes, jamais ils ne réussirent nouvellement à
atteindre les niveaux de développement similaires à ceux du commencement. Même ainsi, si
comparés aux actuels, ils étaient encore bien plus en avance.

115
MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

2. Progrès Spirituel.

Autour de quarante deux mille ans en arrière, arrivèrent sur Terre de nombreux
groupes d’exilés qui totalisèrent autour de cinq milliards d’individualités. Quelques uns, mais
très peu dans leurs propres navires et la plus grande partie dans l’état d’esprits désincarnés.

Pour ces derniers, beaucoup étaient les réminiscences de procédés tardifs d’évaluation
spirituelle du problème luciférien. Cependant, considérable était la quantité de ceux qui
arrivèrent sur notre planète comme produits de recyclage vibratoire de quelques mondes,
comme vues d’autres objectifs évolutifs, mais qui pour des questions énergétiques, ont été
aménagés sur l’orbe terrestre.

A cette époque la terre comptait une population d’environ 20 milliards d’individualités


cosmiques, entre incarnés et désincarnés. A partir d’alors la population planétaire, passa à
environ 25 milliards d’êtres.

Avec l’arrivée de ces exilés un autre surgissement se développant, commença à


caractériser certaines régions planétaires.

La propre Atlantide se rajeunit de ses patrons existentiels et pour beaucoup la


question luciférienne était considérée comme des erreurs du passé. Rien n’avait plus rien à
voir avec les problèmes et les recherches de cette nouvelle génération atlante.

Avec l’arrivée de nouveaux navires, (peu à bien dire la vérité), et de divers êtres
toujours en possession de connaissances les plus avancées, (ces jours ont été marqués par de
nouveaux efforts évolutifs malgré que) , destitués des plus grandes préoccupations quant aux
aspects existentiels.

116
Même distribués en factions, les atlantes construisirent une espèce d’accord
stratégique qui servit comme trampoline pour de nombreuses réalisations.

Lucifer à titre de stratégies et même de réorganisation énergétique personnelle,


accompagnait sans interférer directement dans le cours des événements, car il avait perdu la
capacité de se matérialiser lui-même devant les incarnés et tout ce qu’il pouvait faire était de
se projeter, ce qui lui coutait beaucoup d’énergie, ou simplement d’envelopper avec ses
vibrations ceux qu’il souhaitait influencer.

Il répandit ses compagnons, vers les autres régions planétaires donnant une continuité
au procédé de domination qui était son objectif principal.

Il percevait avec une certaine préoccupation, l’incursion d’autres équipes sidérales qui
n’étaient pas véhiculées à sa lutte et avaient pris connaissance de sa présence comme
prétendu leader planétaire. S’ils avaient pris ou avaient connaissance de la rébellion ils ne le
laissaient pas transparaître.

Le fait est que d’autres civilisations pas aussi évoluées, avec d’autres ordres de
problèmes, commencèrent à s’approcher de la planète bleue car elle était apparemment
remise à son propre sort. Pour Lucifer, il était lui-même le seigneur de la Terre. Sous l’optique
cosmique d’autres mondes, alors, la planète était sans propriétaire ou sans gouvernement
parce que déliée de quelque circuit organisationnel du cosmos.

Le Maitre accompagnait tout. Devant les situations crées par la rébellion, la


convivialité avec d’autres civilisations (même quelque peu problématiques) du cosmos serait
nécessairement un facteur positif malgré que d’autres problèmes pourraient survenir de cette
convivialité.

Mais il était, et il est, de la loi cosmique, la permission pour que des planètes qui
représentent une situation vibratoire comme le cas de la terre, soient exposées aux propres
conséquences et effets de cette vibration.

Les incursions promues par ces êtres finirent par créer une série de réalités distinctes,
(bien qu’il y ait des parallèles) et des histoires spécifiques à l’intérieur du même contexte
planétaire.

Il y a environ vingt mille ans en arrière la Terre possédait des bases extraterrestres de
diverses origines planétaires répandues sur toute la planète, chacune responsable d’un objectif
évolutif spécifique, qui finirait par générer dans le futur, divers peuples avec des histoires
distinctes quant à l’origine de l’homme, la création universelle, les cataclysmes, les déluges,
les événements astronomiques, etc.

C’était les temps des dieux, de leurs histoires, de leurs faits, de leur convivialité qu’il
avait avec les hommes et les femmes terriens et de l’ensemble résultant de créatures vivantes
avec des yeux qui volaient dans les cieux, des êtres qui vivaient beaucoup que la moyenne de
l’humanité , de géants, de monstres et de toutes sortes d’événements.

Vérités et légendes, croyances et fanatisme se mélangèrent dans les entrelignes de


l’histoire. Les guerres, la loi du plus fort sur le plus faible donnait la tonique de la vie sur
Terre.

117
En Mésopotamie, une certaine civilisation extraterrestre avait commencé il y a très
longtemps une forme de convivialité face à certains groupes déjà existants dans les
environnements de la région. En dehors de cela, ils créèrent aussi ‘leurs propres êtres terriens’
pour vivre sur la planète. Ces derniers durant quelques temps remplirent pratiquement le rôle
d’esclaves devant les nécessités des ‘colonisateurs’.

De tout cet ensemble surgit de façon étrange pour la connaissance actuelle, un


intriguant peuple qui passa dans l’histoire comme étant les Sumériens. C’est de ces traditions
très lointaines qu’ont été hérités certains passages bibliques comme le cas d’Adam et Eve, le
Déluge Universel et autres.

De la très antique civilisation qui un jour avait été le légendaire continent de Mu, ils
restaient quelques iles qui avaient aussi leurs dieux qui descendaient des cieux.

Sur le continent américain, spécialement en Amérique du Sud, il existait à cette


époque, des groupes d’humains qui aussi recevaient des visites des dieux volants.

En Afrique des êtres originairement exilés du système d’Antarès, avaient réussi, à


grands efforts, à construire des fondements de civilisation suffisamment appréciables et
détenaient aussi le privilège de recevoir des visites des seigneurs des cieux.

En Asie deux foyers provenant aussi du système d’Antarès, à l’époque appelée Clon et
Chlin, commençaient à construire des sociétés quelque peu fermées mais qui présentaient un
étrange patron évolutif pour cette époque.

Lucifer quant à cela observait tout, influençant dans la mesure de ses possibilités, le
déroulement des événements.

A cette époque il y a environ quinze mille ans, les hiérarchies cosmiques décidèrent de
convoquer au service fraternel tous ceux qui désiraient et pouvaient aider quant à la question
terrienne.

De nombreux mondes, divers êtres se présentèrent sur la sixième planète en orbite du


système d’Antarès ou était provisoirement installé la source du gouvernement du Maitre
offrant leurs concours pour l’aide fraternelle à leurs infortunés frères cosmiques réunis sur la
planète bleue.

Après la vérification due des possibilités énergétiques de pouvoir naitre ou non sur
Terre, de nombreux eurent les offres acceptées par le Maitre, qui décida aussi, à cette hauteur
des faits, qu’au moment opportun il irait personnellement jusqu’à ce monde malheureux.

L’aide ne pourrait se donner uniquement à travers des incarnations car la situation


vibratoire de la planète ne permettait pas d’autre type de procédé cosmique.

De cette façon là, divers êtres vinrent dans l’état d’esprits désincarnés pour les
environnements terrestres et commencèrent à incarner ici et là, emportant des enseignements
et des témoignages rédempteurs à leurs frères déjà considérés simplement comme des terriens
car ils avaient eu des milliers d’opportunités existentielles dans le contexte terrestre depuis
qu’ils étaient arrivés.

118
Aucun d’eux ne passa dans l’histoire comme nous la connaissons aujourd’hui. De
certains d’entre eux, quelques légendes très lointaines perdues dans la nuit des temps,
pourraient donner quelque piste quant à leur existence.

S’il existait toujours certaines bibliothèques qui ont été malheureusement


criminellement détruites par l’ignorance humaine au long des étapes historiques, nous aurions
assurément des informations non seulement à respect de ces grands maitres de la lutte
évolutive humaine, mais aussi de certains peuples et événements du passé très éloigné.
A Atlantide, les problèmes continuaient. De nouveaux tests génétiques caractérisèrent
l’influence atlante dans quelques régions planétaires. Mais en dehors de cela la question de la
longévité corporelle était à la mode des discussions à cette époque là.

De ce fait quelques groupes d’atlantes vivaient beaucoup plus que d’autres et ceci était
un motif constant d’exigences et de disputes pour la possession de certaines connaissances.

En réalité, la manière de comment nous vivons interfère dans le temps de vie que nous
aurons. Mais ce qui se discutaient à cette époque étaient des manipulations chimiques et
génétiques qui promouvaient certaines conditions au corps terrien pour supporter, sans
vieillissement cellulaire, l’émanation énergétique caractéristique de notre soleil, qui
accompagnait les terriens dans de nombreux mouvements orbitaires autour du foyer stellaire.

Mais une fois de plus, ils oublièrent les valeurs intimes de l’existence, cherchant dans
les aspects et conditions extérieures la solution pour des questions autres et qui n’avaient pas
de relation directe avec le véritable problème de ces êtres, l’absence de la simplicité spirituelle
et de la capacité de pardonner et d’aimer indistinctement.

Des tests de tout ordre furent faits avec des cobayes capturés dans des locaux
éloignés, mais qui finirent par faillir dans la même limite ou toujours finissent par faillir
l’orgueil et la vanité humaine ; le peu ou aucune connaissance quant à l’Esprit et à
l’incapacité de dominer les procédés existentiels qui leur disent respect.

Les membres des familles Val, Yel et autres provenant du système de Capela
continuaient quant à eux à se joindre pour des questions vibratoires, dans le contexte de la vie
atlante, bien qu’ils n’aient plus la moindre idée (lorsqu’ils étaient réincarnés) en relation au
passé.

Là aussi étaient les mêmes personnages provenant de Tau Ceti, mais qui une fois
réincarnés, disputaient à tout prix le pouvoir temporel.

Len Mion (qui manipulait facilement ces êtres, par sa forte vibration, devenus des
espèces de fantoches utilisés à la saveur de ses intérêts), continuait à semer sa croyance à ce
segment d’êtres qui était ou qui n’avait plus rien à voir avec les objectifs de la rébellion, avec
laquelle Lucifer concordait.

Intrigues de tout ordre marquèrent ces jours et du à l’incurie de tous, un autre désastre
était en train de cheminer.

119
MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

3. Décadence Atlante.

Il y a un aspect qui n’a jamais été abordé, qu’uniquement à forts coûts, nous sommes
d’accords pour en développer quelque apparence à ce titre.

Depuis que nous en avons été informés par la Spiritualité, nous avons cherché par toutes
les manières à notre portée, de le relever à un aspect moins important, comme par une
tentative infantile de faire, pour que les mentors oublient quelque passage, pour être si
fantastique et difficile dans son abordage, pour le moins pour l’auteur terrien du présent
ouvrage.

Toutes les craintes accompagnaient notre esprit quant aux réflexions à ce respect et
nombreuses ont été les fois ou nous avons pensé faire cesser le flux d’informations, comme si
nous avions le pouvoir pour cela.

Notre libre arbitre, ou ce qui reste de lui à la hauteur de ce faits, a eu pour finalité, le
fragile courage de décider que si de nombreuses choses étranges avaient été véhiculées, une
de plus ou que de moins, n’aurait pas interférer ainsi dans l’opinion des patients frères et
sœurs lecteurs du présent travail.

Nous dirions, qu’il y a approximativement autour de vingt mille ans, la Terre possédait
des bases extraterrestres provenant de diverses origines. Ces noyaux étaient répandus sur toute
la planète, ce qui rendait propice ces élans évolutifs spécifiques. De cette conjecture surgit
plusieurs peuples avec des histoires distinctes quant à l’origine de l’homme, la création
universelle, les cataclysmes, les déluges, les événements astronomiques, etc.

Cette époque planétaire était immanquablement marquée pour une dispute que Lucifer
pour le moins réussit à percevoir en très grande profondeur.

Du au fait que la terre soit une espèce de monde de personne, ou soit, dévéhiculée de
quelque hiérarchie céleste ou de quelque type d’organisation sidérale, étant purement à la

120
merci des facteurs conséquents à la rébellion, était pour cela, un territoire libre pour des
incursions de tout ordre.

Pour aussi étrange que cela puisse paraître, il y a certaines civilisations extraterrestres qui
ne sont pas nécessairement harmonisées avec ce que nous entendons être une espèce de
fédération des forces liées au bien et non même du mal, de la façon comment nous le
concevons à travers des valeurs terriennes. Simplement elles évaluent par des chemins autres
que ceux qui sont si communs au pauvre discernement terrestre.

Il est évident qu’il existe ceux qui se trouvent confédérés à un certain objectif, qu’il soit
noble ou non, quant aux aspects de l’optique cosmique.

Nous allons dire pourtant, que la Terre pour se trouver dans la situation dans laquelle elle
était , aux temps auxquels nous nous référons, était le facteur d’attraction pour certaines
civilisations, qu’elles soient possesseurs d’un autre patron mental de valeurs perceptives ou
même inclinées à l’expansion de leurs dominations célestes à travers de moyens pas très
condescendants devant ce que nous entendons de fraternité cosmique.

De cette façon, dès qu’à été caractérisé sur notre planète l’isolement de celle-ci devant les
hôtes calepins qui commandaient, (comme ils le font toujours), cette partie du cosmos, les
civilisations qui avaient des intérêts de recherches ou de conquêtes, commencèrent à
construire leurs bases stratégiques avec des vues pour les objectifs prétendus.

Dans la vision de ces êtres, les terriens étaient une bande de fous et de criminels sidéraux,
qui étaient remis à leur propre sort, ne possédant pour cela de plus grands droits. Ainsi ils
pouvaient être utilisés ou détruits conformément à certains patrons de conduite de quelques
civilisations qui à l’exemple des animaux de nature terrestre qui même n’étant pas bon , ni
mauvais, mais qui détruisent et tuent lorsque c’est nécessaire, agissaient aussi de cette façon.

Quel est le sentiment d’erreur du lion à attaquer sa proie ? Pour autant que cela choque
notre sensibilité, il existe dans cet univers, diverses races qui même dotées de ce que nous
appellerions d’intelligence, sont encore destituées de certains principes qui caractérisent la
partie la plus évoluée de la vie cosmique. Mais ceci est un sujet pour d’autres temps, car dans
l’actualité planétaire il n’est pas convenable que nous développions un sujet si complexe.

Le monde terrien était réellement disputé par diverses forces dont les caractéristiques
étaient bien distinctes les unes des autres : Lucifer et son armée, neufs civilisations qui
faisaient des recherches et exploraient diverses richesses, comme des minéraux et six autres
qui prétendaient, dans un futur proche, simplement dominer la planète.

Les hôtes harmonisés avec le Maitre observaient tout, cherchant, toutes les fois qu’il était
possible de véhiculer les incarnations des esprits missionnaires qui se proposaient à une telle
intention. Rien ne pouvait être fait, parce que devant les lois cosmiques, l’humanité ne faisait
rien pour créer un champ méritoire passible de recevoir une aide directe.

Les prévisions quant au futur terrestre étaient dans cette opportunité, sombres, car l’on
n’apercevait pas d’amélioration rédemptrice à court ou moyen terme pour le problème
vibratoire des êtres ainsi réunis.

121
Il ne fut pas nécessaire que n’importe laquelle des races prétendent disputer la domination
planétaire avec la civilisation atlante, (à l’époque unique foyer terrien ayant la capacité de
s’opposer à n’importe quelle invasion) produise ou même déclare quelque type de conflit avec
les prétendus mandataires de la Terre, parce que ce sera nouvellement eux les Atlantes qui ,
seuls, promouvraient une autre grande catastrophe qui eut la particularité d’expulser de la
planète jusqu’à même la majorité des races qui avaient déjà leurs bases établies sur Terre.

Conjugué à la catastrophe, il y eu même un événement tectonique. Cet événement a été


bien plus proche, par ce qui nous a été informé, de ce qui viendra à être la thèse proposée par
le Professeur Charles Hapgood, mais dont les postulats n’ont pas encore été acceptés par la
science : la délocalisation en un seul bloc de toute la croute terrestre.

Analysant le fait, que des carcasses congelées de milliers d’espèce de grands


mammifères, principalement des mammouths aient été trouvées congelées et qu’ayant été
analysé le contenu de leur estomac , il ait été trouvé des restes alimentaires communs aux
pâturages des climats chauds, alors on se pose les questions de comment ils ont pu être dans
cette région de climat froid si intense et alors qu’au commencement cela n’aurait pas pu être
ce type de végétation.

Cependant, ces animaux sont trouvés actuellement dans le nord de la Sibérie et du


Canada, cependant très proche du Pole Nord. Et en vérité, ils moururent dans l’environnement
ou ils avaient vécu.

L’on conclue que la Terre ou ils étaient en pâturage, à travers de la délocalisation en


bloc de toute la croute terrestre, a été menée à un climat plus froid, de façon soudaine. De ce
fait des milliers et des milliers d’animaux furent congelés en un bref moment du temps
géologique.

Des antiques et inexplicables cartes de l’Antarctique (car elles ont été faites avant sa
découverte moderne) fournissent des indices que ce continent a aussi été congelé très
rapidement.

En d’autres termes, la couche la plus externe de la Terre fluctue sur une autre couche
semi liquide. Hapgood propose que la croute terrestre puisse se délocaliser entièrement, dans
sa totalité, comme la pelure libre d’une orange. Suivant cet homme, ce type de cataclysme
serait causé par un déséquilibre du poids du gel sur les calottes polaires.

Il est connu qu’avec le temps, le gel s’accumule sur les pôles, atteignant une épaisseur
jusqu’à 3,5km. Le grand poids du gel finissant par causer, de temps en temps, un déséquilibre
sur le globe. Dans un moment donné critique, le gel se délocalisa, s’inclinant vers un coté
déterminé, entrainant avec lui la croute la plus externe de la planète et avec cela, emportant
les continents, en un seul bloque et dans une très, très courte période géologique, pour de
nouvelles positions.

Maintenant, les antiques calottes polaires sont dans un climat plus chaud dans lequel
elles commencent à fondre alors que des terres tempérées sont dans des régions polaires
lesquelles commencent à congeler et accumuler de la glace. Ainsi l’équilibre sera maintenu
pendant des milliers d’années jusqu’à ce que (quelques scientifiques défendent l’hypothèse
d’intervalle de quarante et un mille ans entre les délocalisations) le gel définitivement

122
accumulé dans les pôles, provoque un autre mouvement d’adéquation et ajuste le globe
planétaire.

De cette façon, le professeur Charles Hapgood, conclut que des continents entiers
pourraient rapidement changer de position sur la planète. Et dans le dernier événement
survenu, ils se seraient délocalisés autour de 3,5 milles kilomètres dans le sens Nord-Sud,
dans une courte période.

Par cela, le continent de l’Antarctide, avant le climat tempéré, aurait été englobé par la
zone polaire, et en même temps, l’Amérique du Nord libérée du Circuit Polaire Arctique,
devenant une aire tempérée. De la même manière conformément à cette thèse, la région
planétaire actuellement connue comme le Brésil, était quasi complètement insérée dans
l’hémisphère Nord.

Lorsque Hapgood proposa la théorie de délocalisation de la croute terrestre en un seul


bloc, la communauté scientifique ne se prononça pas, sauf l’honorable Albert Einstein, qui
admit publiquement la possibilité que l’hypothèse soit correcte. Il est important de noter que
la thèse du professeur Hapgood n’a pas été formulée en fonction de la possible existence de
l’Atlantide.

Ceci dit, les mentors du présent travail nous informe qu’il y a environ 14 mille ans
survint un événement très proche de ce qui a été exposé par la théorie citée antérieurement.

En raison de l’ensemble des problèmes d’ordres si divers, de toutes les civilisations


qui étaient déjà structurées sur la planète, seulement trois réussirent à se maintenir.

L’une d’entre elles, volontairement se retira, quelques temps après, laissant l’origine à
l’histoire d’un peuple, qui à ce que nous sommes informés, sera en bref éclairé. Une autre fut
touchée par un problème d’ordre viral qui décima tous les membres de sa base terrestre. La
dernière perdit la connexion avec ses équipes, qui furent postérieurement empêchées de
s’approcher de la planète, ce qui provoqua la décadence d’un foyer existentiel dont la
communauté résultantes de tous ces événements très lointains et qui fort longtemps après
viendra à être connue comme les Mayas.

Cependant, ces pages appartiennent aux histoires qui a leur tour seront contées, non
pas nécessairement par cet écrivain terrien, mais parce qu’elles méritent une attention
spécifique.

A cette époque, après la consommation de la grande souffrance qui a été la dernière


hécatombe atlante, de nombreux exilés finirent par expurger leurs fautes karmiques les plus
lourdes.

Environ approximativement, les deux tiers d’entre eux, atteignirent, cependant une
certaine condition de nettoyage énergétique quant aux marques qui leur étaient
caractéristiques, ce qui permit au Maitre de déterminer l’établissement d’un champ protecteur
qui enveloppa la Terre durant une certaine période, empêchant de cette façon, l’incursion
d’équipes sidérales ayant des objectifs peu édifiants.

L’ultime grand désastre atlante (il en survint de nombreux tout au long de son histoire)
a aussi eu comme principaux personnages, les mêmes esprits qui dans le passé avaient promu

123
la plus grande hécatombe jamais vu dans cette portion du cosmos. C’est comme si ils s’étaient
entrainés pour dans un futur lointain dans le flux du temps terrestre, (durant la première et la
Seconde Guerre Mondiale), perpétrer d’autres folies, seulement que cette fois ci
complètement enveloppées par Satan qui à tout coût cherchait à atteindre ses objectifs
stratégiques pour empêcher la réintégration de la Terre.

Avec la dernière ,qui eu comme base de maintient les mêmes postures intimes viciées
dans le champ des disputes et des intrigues de toutes sortes, se créa enfin, l’espérance de
réintégrer la Terre à court terme. Il n’y aurait pas de conditions sitôt pour que ce procédé
puisse survenir.

En raison des grands désastres atlantes, spécialement le dernier, surgit définitivement


sur la scène terrienne la question virale comme potentiel ennemi à l’existence des corps
vivants sur la face de la Terre, spécialement celui des mammifères.

Ce problème commençait à se développer lentement depuis longtemps déjà. Les


atlantes par une stupide prétention crurent réussir à circonscrire ce problème, mais ils finirent
par la perte totale de quelque domination sur les questions virales, bactériologiques et autres
du genre, toujours pas encore complètement perçues par eux mêmes.

Depuis lors, dans de diverses opportunités, la vie sur la planète était menacée à des
moments déterminés pour des questions bactériologiques et/ ou virales qui finirent par ne pas
arriver à la connaissance moderne. La derrière dont nous avons eu des nouvelles, même de
façon superficielle et symbolique, a été ce qui survint à la région de Sodome et Gomorrhe, qui
dut être détruite pour éviter la propagation d’un certain virus surgit là, qui pu mettre fin à la
vie sur la planète.

En vérité, nous avons besoin de comprendre que les êtres humains et les microbes
coexistent depuis tout le long de l’évolution terrienne. A certaines époques du passé , en
raison de petites localisations, ces derniers furent circonscrits à une certaine région et par cela,
la population locale réussit à développer les anticorps nécessaires.

De nombreuses pages de l’Antiquité ont été écrites de cette façon là. Cependant de
temps à autre, des problèmes plus sérieux surviennent qui finissent par créer certaines
situations qui terminent complètement hors de contrôle. Cela a ainsi été avec Sodome et
Gomorrhe, qui eurent leur destruction décrétée par Jehova pour sauver le reste de la planète.

Un jour viendra ou l’humanité percevra l’angoisse suprême de ces êtres extraterrestres


en implantant l’unique option possible pour préserver la vie des mammifères sur la face de la
Terre.

Quelques autres exemples survinrent dans des époques plus récentes, comme le cas de
la peste bubonique qui provint de l’Asie à travers les armées de Gengis khan. Au quatorzième
siècle, moururent des millions de personnes (non pas seulement en Europe), qui avaient été
contaminée par l’’environnement aérien, car c’est ainsi que se propage la bactérie responsable
de ce problème. Autour des années 1665 la peste revint mystérieusement.

En 1969, de façon équivoque, les Etats Unis affirmèrent qu’étaient clos l’histoire des
fléaux promus par les microorganismes. Erreur absurde. Ils sont de retour et alors de
nombreux problèmes devront être affrontés dans ce champ de la lutte existentielle, jusqu’à ce

124
que nous puissions affirmer que les procédés en découlant de ceux appelés maintenant de
supermicrobes finissent de ce fait.

Dans la passé lointain, réellement pire a été l’ordre des problèmes en référence cette
question.

Seulement dans l’histoire du peuple atlante, et dans de nombreuses de ses périodes


historiques, divers fléaux survinrent, qui s’ils étaient analysés sous l’actuelle optique
scientifique, finiraient par emporter le plus obtus des scientifiques ? Cependant, il en a été
ainsi.
Ce problème d’une certaine façon a eu son commencement avec l’arrivée des diverses
levées des équipes des rebellés qui a tout moment atterrissaient sur Terre. Notre planète (qui
déjà avait son propre quota de problème dans ce champ, indépendamment de la contribution
externe), commença à avoir des cycles de propagation virale et bactériologique, comme aussi
dans d’autres niveaux énergétiques pas encore adéquatement perçus par la connaissance
actuelle.

Jusqu’à aujourd’hui cependant, nous administrons les effets d’un procédé de cause
fort lointain.

Mais indépendamment de ce que nous percevons ou pas de la cause éloignée de cette


question, nous pouvons en sentir son effet et ses conséquences qui sont encore à marquer
l’humanité terrienne comme une espèce de carma négatif d’ordre vibrationnel nous faisant
souvenir, à tout moment, les pages de ce passé équivoque. Et dès l’instant que nous ne nous
en libérerons pas, en terme de carma, ses barreaux rendront de plus en plus difficiles encore,
la journée évolutive de cette communauté planétaire qui pour elle seule est déjà suffisamment
compliquée.

Nous continuons à dépenser de plus en plus en armements et instruments de


destructions aux détriments des recherches nécessaires au bien être de l’être terrestre et nous
attendons ce que nous réserve le futur.

Dans l’Atlantide déjà décadente, proche de sa fin, il existait de tout ; des êtres
multicolores qui présentaient les plus bizarres aspects. Il y avait aussi d’autres groupements
qui avaient une unique tonalité de peau, qu’elle soit bleue, rouge, cendre, noire, marron
verdâtre, jaune ou blanche. Ceux qui appartenaient à un certains groupes ne se mélangeaient
pas aux autres, en terme de mariage. Toute cette multi diversité de tonalité de peau a été le
produit de nombreuses expériences génétiques et clonage de tout type survenu tout au long
des nombreux millénaires d’années de l’histoire atlante.

Ce qui est intéressant c’est que ces événements survenus approximativement entre
17000 et 12000 ans avant JC, si nous les analysons devant la connaissance moderne,
paraissent plus de la fiction qu’à proprement dit, de la réalité. C’est peut être pour cela, que
quelques écrivains de fictions, dirigent leurs histoires pleines de technologie vers le passé
terrien, au lieu du futur. Qui sait si cela n’est pas une crise de mémoire du subconscient,
mémoire spirituelle, confondue avec le procédé de création mentale ?

Dans cette période il survint une série d’événements géologiques, astronomiques et


humains qui finit par créer une espèce de barrière ou rideau en relation au passé.

125
Mais revenant à Atlantide, certaines branches de ses scientifiques appartenant
principalement aux tonalités rouge, noire, marron, blanche et jaune commencèrent à
apercevoir qu’en accord avec les registres historiques qu’ils détenaient dans leurs codex, était
proche le moment géologique ou pouvait survenir une délocalisation partielle ou totale de la
croute terrestre de proportions imprévisibles.

De part leurs registres, ceci s’était déjà produit peu de fois dans un passé qu’ils
connaissaient à travers de leurs archives historiques, en dehors d’être connaisseurs que l’axe
d’inclinaison de la planète variait sa position tout au long de ses évolutions autour du Soleil.
Par cela quelques continents qui avaient un climat tropical par exemple,
commençaient en peu de temps à avoir un climat glacial et vice versa ; il survenait de
nombreux tremblements de terre et d'éruptions volcaniques jusqu'à ce que les plaques
tectoniques s'ajustent raisonnablement au surgissement de quelques iles ou même de
continents, comme aussi à la disparition des mêmes.

Ils commencèrent alors à développer un procédé d'expansion de l'empire atlante à


travers la construction de nombreuses bases répandues sur la planète.

L'objectif était de construire sur chaque quadrant, planétaire quelque type de base qui
puisse servir (après une délocalisation de la croûte terrestre) de foyer de survivance ou même
de développement futur pour les atlantes qui survivraient au problème dans l'expectative de
beaucoup qui croyaient dans la possibilité géologique que cela survienne en grandes quantités

Parmi ceux qui pensaient ainsi, le continent actuellement appelé : Amérique du Sud,
en dehors de posséder diverses bases, allait devenir celui qui serait choisi pour recevoir la
majorité de ceux qui seraient construits.

D'autres défendaient un plus grand développement dans les délocalisations spatiales


pour la construction de bases qui seraient construites dans quelques points du système solaire.

Cependant, il y en avait beaucoup qui n'étaient pas d'accord avec les analyses en cours,
de ces jours, quant aux possibles problèmes de la coûte terrestre. Certains disaient que le
problème existerait, seulement que de le localiser dans l'instant historique dans lequel ils
étaient en train de vivre était un pur exercice de divination. D'autres admettaient la probabilité
scientifique.

Il survint des divergences et des conflits de tout ordre, non seulement pour cause de
cette question, mais principalement parce qu'il y avait une tentative en cours d'un groupe
déterminé qui voulait supposer aux autres pour se considérer comme les descendants directs
de Lucifer et provenant de la légendaire planète Alt'Lam. C'était une espèce de nazisme à la
façon atlante.

A cette époque, des membres de diverses familles d'exilés provenant principalement


de Capela et de Tau Ceti étaient répandus parmi les nombreux groupements atlantes.
L'antique affinité spirituelle qui les rapprochait était maintenant perdue dans les entrelignes du
karma terrien, assumé par la force des erreurs pratiquées dans les réincarnations passées.

Par d'autres injonctions par rapport aux temps auxquels nous nous référons, les esprits
de Yel Liam, Val Ellieh, Val Elliah et Val Ellam se trouvaient tous réincarnés dans des
groupements qui défendaient l'expansion de l'Empire en raison de la catastrophe imminente.

126
Déjà sans plus grandes notions du passé, ils savaient à peine, à l'intérieur de la
culture atlante qui étaient les étrangers sur terre, du à un problème célestiel survenu avec le
principal dieu, parmi les dieux atlantes, qui était exactement Lucifer, (à cette époque quelques
êtres dans le passé qui avaient été potentialisés dans l'astral terrien avaient déjà un culte qui
leur était adressé), tous furent expulsés de ce qu'ils pensaient être leurs mondes d'origine.

Les quatre personnages, bien qu'ils appartenaient à des familles différentes d'un des
tronçons appelés 'Fils de Alt'Lam, tous de peau suavement jaune pour une question de
descendance, et déjà avec des traits qui aujourd'hui s'accentue comme étant oriental, finirent
par se rencontrer dans un certain département de travail atlante qui recherchait à travers de ses
forces militaires, la si recherchée expansion de l'empire.

Val Ellieh, qui dans le futur d’autres réincarnations terriennes viendrait à être un de
ceux qui serait crucifié au coté du maitre et plus tard, Marco Polo parmi d'autres
personnifications de son esprit, était à la hauteur des faits, une autorité d'importance dans le
milieu des flottes aériennes de l'Atlantide du nord.

Val Elliah, l’autre qui a été crucifié au coté du Maitre et plus tard, à Venise, comme un
riche marchant qui d’une certaine façon finança une partie des aventures de Marco Polo, était
une espèce d’ingénieur d’armes’ de la flotte aérienne du Nord.

Val Ellam , pilote du vaisseau principal de commandement, réincarna par la suite au


temps de la grande Venise comme le père de Marco Polo.

Yel Liam, quant à lui deviendrait Judas Iscariote et ensuite un haut magistrat du
conseil de Venize à l’époque des Marco Polo, scientifique militaire spécialisé dans les forces
magnétiques minérales et très versé dans les philosophies politiques d’alors. C’était une autre
grande autorité de la flotte du Nord. Lui et Val Ellieh, appartenaient au ci-nommé Grand
Conseil Atlante de l’époque en question.

Ils appartenaient donc, à l’ensemble de ceux qui désiraient agrandir l’empire, mais
n’acceptaient pas la suprématie d’un autre tronc qui aussi s’auto-dénommait ‘Fils d’Alt’Lam’,
et encore plus comme étant les uniques qui encore pouvaient être considérés ‘Fidèles à
Lucifer’, ce qui se caractérisait par posséder la peau blanche.

Ce groupement appartenait à l’esprit de celui qui dans le futur réincarnerait sous la


personnalité d’Hitler, qui déjà à cette époque défendait la suprématie d’une race sur les autres.

Cependant, en dehors de la triste expectative d’une catastrophe naturelle qui était


attendue à n’importe quel moment, il fut détecté dans les quadrants de ciel terrien l’apparition
d’un étrange et inconnu corps céleste, qui suivant les calculs passerait très proche de la terre,
ayant même la possibilité d’avoir sa route dangereusement attirée vers la planète. Comme si
de tels problèmes ne suffisaient pas, quelques conflits entre régions militaires atlantes
s’engagèrent

En raison de l’entrain des disputes armées, toute l’attention de ces derniers jours était
portée principalement vers une espèce de guerre planétaire qui était en train de prendre
naissance.

127
Des explosions de tout ordre, provoquées ou accidentelles, survinrent sur toute la
planète et spécialement dans l’hémisphère nord. Un certain ensemble d’explosions nucléaires
de caractère propre ( sic) finit par rendre propices les conditions pour augmenter encore un
peu plus ce qui par soit, était un véritable enfer, et qui altéra définitivement l’orbite de cette
espèce de bolide céleste.

Quant la certitude du croisement orbital se fit dans les milieux militaires, le conflit
qui durait déjà depuis un an et demi cessa avec la déroute de tous les engagés. Mais il était
déjà trop tard.
Tous les efforts résultants se vouèrent non pas vers le possible problème de
délocalisation de la croute terrestre, (qui en vérité avait déjà commencé à se produire, mais
dont les effets encore suaves, étaient confondus avec les conséquences des explosions et des
autres problèmes), mais par l’astre instruit qui s’approchait inexorablement

Il survint réellement de grands tremblements de terre qui provoquèrent la disparition


de façon soudaine de quelques petites régions planétaires. Mais la disparition des diverses
bases atlantes et de ses noyaux centraux, comme beaucoup croyaient et suivant les rumeurs de
la tradition, ne se fit pas d’une heure à l’autre. Cela dura quelques décennies, car tout se
produisait suivant la mesure des événements singuliers qui allaient se développant.

Les bases et les noyaux centraux du grand empire distribué dans les nombreuses iles
de l’archipel qui existait dans l’Atlantique Nord, dans les peu nombreuses localisées en
Méditerranée, dans la région amazonienne, à Atlan qui était le point le plus à l’Est de
l’Amérique du Sud , au Mexique, en Bolivie , au Pérou, au Chili et quelques régions de
l’Antarctique actuellement couverts par le gel , en l’Egypte , dans quelques régions de
l’Afrique , au Nord de l’Europe et dans diverses autres dans plusieurs autres endroits ( en
nombre minime) commencèrent à se démanteler , ces jours-là.

Tout cet ensemble d’agglomérations atlante a été détruit dans la mesure que la croute
terrestre se déplaçait , avec des tremblements de terre et des explosions volcaniques, du à des
pluies chimiques résultantes principalement de l’explosion survenue à l’intérieur de
l’atmosphère terrienne de quelques parties fragmentées de l’agent céleste intrus, avec un
changement brusque des climats régionaux et principalement aussi de l’état technologique
affaibli et de la psychologie décadente des survivants ; tout ceci compose le panneau de fond
de la grande déroute de ce qui a été la plus grande forme politico organisationnelle qui se fit
présente sur Terre ; la civilisation atlante.

Dans un moment déterminé, ce qui restait de la flotte aérienne du Nord était en plein
vol lorsque la petite ile ou siégeait la base de ses opérations localisée dans l'Atlantique Nord,
(comme aussi ses familiers) disparue simplement sous les ondes d'un tsunami, étant
postérieurement atteinte par un séisme bien plus puissant que ceux qui avaient été prononcés
dans cet ordre. Littéralement, ces êtres malheureux finirent sans sol pour se poser.

Ils errèrent durant un certain temps vers d'autres bases qui étaient encore sur pieds,
recherchant toutes les forces, pour reconstruire quelque chose de l'antique pouvoir.

Avec eux, nombreux sont ceux qui réussirent à survivre au grand désastre. De
nombreuses générations d'esprits réincarnèrent encore dans les décadentes bases atlantes qui
avec insistance tentaient de maintenir vivant le rêve de l'empire planétaire.

128
Entretemps, avec une technologie déjà décadente et destituées d'instruments précis
d'ingénierie, il y a de cela environ treize mille ans, ou soit, approximativement 11 000 ans
avant J.C, de nombreuses générations d'Atlantes commencèrent à construire de véritables
œuvres , dans une tentative désespérée de préservation culturelle et même de survivance de ce
qui restait de l'orgueil atlante, tout au long des siècles.

Il est bon d'informer que les survivants atlantes étaient dans leur grande majorité des
ingénieurs et scientifiques. Les deux autres des principales classes sociales qui caractérisaient
l'Atlantide dans ses dernières périodes, des militaires et des sacerdoces, perdurent
étrangement presque la totalité de leurs membres, durant les diverses étapes de cette finale
tragique. Cependant, beaucoup d'ingénieurs et de scientifiques et très peu de sacerdoces et
militaires donnèrent le commencement aux principales entreprises.

Les premières qui furent construites constituent aujourd'hui des équations


énigmatiques pour la mentalité moderne : la ville de Tiahuanaco, en Bolivie qui finit par être
construite approximativement 10 000 avant J.C et le Grand Sphinx aussi construit vers cette
même époque.

En vérité ces deux principaux rameaux des descendants atlantes étaient à peine la
continuité de ce qu'antérieurement les groupes à qui ils appartenaient, les peaux rouges et
marrons sur le continent américain et les peaux noires et jaunes dans certaines régions de
l'Asie, l'Afrique et de l’Orient, avaient déjà décidé de construire lors de la tentative de
l'expansion de l’empire, avant la grande déroute. A cette époque des bases de ces
groupements avaient été fixées principalement dans les régions des Amériques et de l'Egypte.

Actuellement, l'on se demande dans les milieux académiques si de fait, il est possible
qu'est existée une civilisation avancée sur Terre, des milliers d'années avant le registre de
l'Histoire comme nous le connaissons. Cependant, il est bon de ne pas oublier que l'histoire
moderne est le résultat d'une autre à laquelle ont été extraits des milliers de papyrus, livres et
autres formes de préservation d'informations, dans les nombreux incendies, destructions et
folies pratiquées par les fanatiques tout au long de ce même procédé historique.

Etant ainsi , il existe divers monuments répandus par le monde, qui ont certains
aspects en commun qui par simple manque d'explications pour leurs existences à l'intérieur
des patrons dits acceptables par quelques scientifiques, devraient au moins mériter une
évaluation analytique moins tendancieuse qui a l'habitude d'encadrer dans ses intérêts ,
certaines fois inconfessables, à peine ce qui est convenable, ou pour le moins un de leurs
versants ou possibilités.

Que nous le voulions ou non, il y avait une technologie avancée avant que l'Histoire
enregistrée ait un commencement.

Dans les 'Chroniques du Pérou' écrites au 17ieme siècle, Garcia de la Vega, conte que
lorsque les Espagnols arrivèrent en Amérique du Sud, ils demandèrent aux Incas s'ils avaient
construit la ville de Tiahuanaco. Les Incas leur dirent que la même avait été construite il y a
des milliers d'années avant eux.

Peine, est que peu prennent au sérieux ce quelque historien sans compromis avec des
intérêts moindres percevrait : le fait d’exister une cité avec ses monuments, temples,

129
ingénieries toujours absente d’explications quant à la technologie disponible pour laquelle elle
a continué, en dehors du témoignage historique antérieurement cité.

Si l’histoire ne se prévaut pas de faits concrets comme ceux-ci, pour le moins qu’elle
se permette d’étudier une possibilité, que vaudra alors la recherche de la vérité quant au passé
terrestre ?

Il serait même intéressant d’imaginer la rage non contenue de quelques archéologues,


par le fait que certaines cités d’architecture mégalithiques existent, en dehors du grand Sphinx
et de nombreuses autres, qui finiraient par ruiner leurs thèse. Mais malheureusement pour eux
elles existent. Et pire, il y en a beaucoup.

Tiahuanaco, en Bolivie, de très nombreuses pyramides américaines, l’immense


forteresse de Sacsayhuanam au Pérou, le Grand Sphinx, les pyramides de Gizeh et le Sireion
en Egypte, Stonehenge en Angleterre et beaucoup d’autres , ont toutes été construites dans des
époques dans lesquelles l’on ne possède pas de registres historiques ; elles toutes engagées
dans leurs constructions de pierres, (la majorité de roches mégalithiques), qui pèsent des
centaines de tonnes et dont les jonctions mesurent moins de 1 mm ; toutes sont considérées
d’origine inconnue par la ci nommée science officielle ; celles de caractère astronomique ,
possèdent des alignements précis et dans le cas des pyramides américaines et égyptiennes,
toutes ont précisément été alignées avec les points cardinaux ; soit là qui les a érigées,
utilisant un style suffisamment singulier de construction inconnue jusqu’à la connaissance
actuelle ; aussi bien les cultures américaines que les égyptiennes momifiaient leurs morts
jusqu’à leur présenter des touches réelles de style semblable à leurs gravures et œuvres
artistiques.

La plus modeste conclusion à laquelle l’on peut arriver , dans la mesure que les
constructions existent , c’est qu’une très lointaine grande civilisation qui agissait au Mexique ,
en Amérique du Sud, en Egypte et d’ans d’autres parties , mais qui n’a pas toujours été
identifié par les historiens , répandit une série de constructions qui ont toutes été filles d’une
influence commune répandu sur la Terre.

Il existe le registre historique d’une légendaire civilisation atlante ; il existe le vide


historique de ‘qui construit’ ce qui de fait était construit dans les régions déjà citées ; peine
qu’il existe aussi la millénaire incapacité de l’être humain de surmonter l’orgueil du prétendu
savoir et de ses idioties et fugaces convenances qui fait que les constructions existantes
paraissent plus l’ouvre de quelque magie.

Quand est-ce que nous sortirons de ce circuit fermé qui promeut un éternel retour à
notre propre ignorance, à la tonique des faits, à chaque fois qu’ils exigent quelque réponse en
dehors de la posture orthodoxe commode ? C’est l’analyse que nous nous proposons faire.

Beaucoup cependant, ne comprennent pas pourquoi la Spiritualité fait usage


d’hommes et de femmes communs du monde pour appeler l’attention pour les événements et
les possibilités que la propre science pourrait traiter de façon plus adéquate et digne.

Alors, sortons de ce circuit qui nous offre la vie de l’esprit avec de nouveaux et
renouveaux retours à la lutte charnelle pour l’apprentissage du et à l’amélioration intime, et
continuons à analyser les informations que nous passent les mentors pour le présent travail.

130
Pour une meilleure compréhension, les principaux groupes renaissants du désastre
atlante se trouvaient répandus sur la terre dans les suivants foyers de civilisation.

- Les Atlantes qui s’échappèrent et se mélangèrent avec des groupes déjà existants sur
le continent américain , qui étaient les produits des expériences génétiques qui avaient été
distribuées spécialement en Amérique du nord ou même avec des êtres qui se trouvaient déjà
dans des bases localisées en Amérique du Sud.

Dans cette dernière, il existait quelques groupes stabilisés dans d’antiques bases de
quelques civilisations extraterrestres, qui tentèrent de dominer la planète ou qui cherchaient la
simple extraction de quelques produits minéraux et végétaux, en dehors de certains
composants génétiques de quelques animaux de nature terrestre.

De toute cette diversité, il résulta, plus tard, les peaux rouges américaines, les incas
les indiens brésiliens, les Mayas, les Toltèques et les Aztèques.

-Les Atlantes qui finirent par s’unir à un certain groupe extraterrestre provenant de la
planète Ra Am, de l’une des étoiles de la constellation du Lion, qui vint sur Terre pour tenter
de solutionner un certain problème énergétique de leur monde d’origine. De cette union
résulta l’Egypte ancienne.

Les Atlantes qui guerroyèrent avec certains groupes d’êtres exilés de la planète
Mathab, et qui se réunirent dans la région de l’Inde. Les conflits décrits dans les Vedas
décrivent certains panneaux de cette histoire. De ce foyer civilisé, surgirent ensuite les
Indous.

Les d’Atlantes qui s’unirent à un certain foyer indo-européen, qui était, en vérité, un
groupement d’esprits provenant de la planète Zaus-Maha, aussi du système d’Anatrès qui
dans le futur se transformerait comme l’empire perse.

Les Atlantes qui se mélangèrent avec le noyau d’un peuple qui dans le futur formerait
la culture hellénique.

Les Atlantes qui formèrent avec les êtres épars, exilés des foyers de la race jaune
provenant de deux mondes d’Antarès, les planètes Clon et Chlin, qui dans le futur
formeraient les civilisations de Corée et de Chine, respectivement

Les descendants des Atlantes qui se mélangèrent avec les foyers des exilés, tous de
race noire, aussi provenant de trois planètes du Système d’Antarès, à savoir ; Bainim, Beltim,
et Bo-Im qui formèrent depuis, trois des principaux groupes ethniques africains.

En dehors de ces noyaux de civilisation, à cette hauteur des faits , il existait d’autres
puissances ‘de l’extérieur’ , qui étaient fixées dans la tentative de dominer ou simplement
d’explorer la Terre ; la race Lemus répandue dans deux bases dans le Pacifique et un groupe
qui viendrait à fournir la base de toute l’histoire du futur des sumériens desquels surgiraient
plus tard la civilisation mésopotamique ; celle-ci à son tour sera le foyer originaire de toute
une histoire dont la culture politico-religieuse serait éternisée dans les livres de la Bible,
presque toujours confondue avec l’histoire du genre humain terrestre.

131
C’était la situation terrestre, quelque temps avant la fin de l’Empire atlante, autour de
10 000 avant J.C.

Durant les trois millénaires suivants, peu de ces noyaux évoluèrent considérablement.
Beaucoup stationnèrent et devinrent décadents avec le passage du temps, étant substitués par
d’autres cultures. D’autres simplement disparurent.

Par le produit de cette époque, il résulta, autour de 7 000 avant JC, quatre troncs
raciaux qui dominèrent le panorama terrestre jusqu’aux jours actuels : la race jaune en Asie, la
race noire en Afrique, la race blanche concentrée dans les forêts du continent européen et la
race rouge, sur le continent américain.

Toutes les autres variétés de l’humanité terrienne résultèrent de mélanges, de


combinaisons, de dégénérescences ou de sélections de ces quatre races matrices.

A cette époque aussi, un commença la culture plus actuelle des ‘dieux’ qui
convivaient avec les humains, plus principalement dans les traditions grecs ou même
mésopotamiques.

En vérité, beaucoup de ceux qui se transformèrent en dieux étaient de simples


survivants du désastre atlante qui se trouvaient dotés de certains composants énergétiques ou
même de produits de transformation de la technologie restante qui perdura pendant quelques
siècles , permettant à très peu de ces êtres, certaines doses de pouvoir mental-technologique
qui en impressionnaient beaucoup.

Yel Luzbel et Len Mion, étaient alors de ces dieux qui dans les environnements
astraux ‘dominaient la Terre’. Ils avaient tout accompagné sans pouvoir interférer.

132
MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

4. Regroupement des affinités.

Avec l’extermination de pratiquement toute la caste sacerdotale, deux des principaux


cultes de dévotions religieuse de culture atlante, celui de Luz Beyel et ou de Set Iam, finirent
aussi par se perdre dans la nuit des temps.

Ces cultes et d’autres dont l’objet de vénération était aussi des êtres potentialisés dans
l’astral planétaire ont été pratiqués durant toute l’histoire de cette civilisation. Dans ses
dernières étapes, cependant ces dieux finirent par être accusés d’avoir abandonné à leur
propre sort les fidèles atlantes, comme s’ils avaient pu faire quelque chose.

Dans l’astral, ils recevaient les clameurs de leurs frères incarnés, mais comme ils
avaient perdu leur ancienne potentialité, qu’ils avaient de leur esprit de pouvoir se projeter ou
même de se matérialiser parmi les ‘vivants’ du principalement au fait de certaines explosions
survenues dans les dernières périodes, ils se forcèrent alors à projeter une sorte de grande
image donnant et procurant à leurs fidèles une sensation ou un sentiment de satisfaction,
délectation.

Craintifs quant aux vibrations dominantes de ces jours, ils résolurent de s’éloigner au
maximum possible de l’environnement des incarnés pour préserver ce qui restait de leurs
forces.

Finalement, était complètement désagrégée la grande famille des exilés qui s’était
réunie sur terre comme l’espèce de l’ultime tronçon d’une bataille qu’ils étaient en train de
mener contre eux mêmes. Et réellement, jusqu’à nos jours, nous réussissons pour le moins à
percevoir un tel fait.

Nous continuons à transiter dans le monde à travers de multiples réincarnations


complètement non préoccupés quant aux règles du jeu existentiel, réclamant d’elles et

133
oubliant que ce qui doit être modifié ; c’est nous-mêmes et non pas les normes cosmiques
qui régulent la journée évolutive.

Dans les mondes transitoires les parents nous fournissent le corps transitoire, jamais
l’âme. Et si en dehors d’être transitoires, ils sont de caractères inférieurs, comme c’est le cas
de la Terre, les enfants qui arrivent sont normalement les divergences du passé et non pas les
affections de notre esprit.

Avec cela, les anciennes relations d’affinité qui unissent les êtres sous le contexte de la
situation terrienne, ont été substituées par les situations de coexistence concernant les lois de
cause à effet. Des âmes de même affinité, qui n’ont rien à voir avec les âmes de jumeaux,
étaient jusqu’à maintenant, séparées par les injonctions karmiques et seulement dans la
période post-Christ reviendront pour se rencontrer dans de déterminés noyaux familiers.

De ce fait chacune des familles des exilés qui finit par se réunir sur Terre, a eu
l’ensemble de ses membres perdu parmi les incarnations terriennes.

Comme sur la scène planétaire ,la situation existentielle immédiate parle plus haut, de
très nombreuses fois des âmes en affinité, mais qui ne se reconnaissent pas lorsqu’elles sont
incarnées, dans des situations de dispute, se permettant de baisser le patron vibratoire et de
commettre de véritables barbaries spirituelles au nom d’un pouvoir temporel, d’une passion
amoureuse, d’un crédo religieux, enfin , de quelque chose qui ait une relation avec l’orgueil
malade qui jusqu’à aujourd’hui nous caractérise.

Après tant de débits assumés, seulement après la purgation des mêmes, deviendra
alors possible, la rencontre dans des conditions satisfaisantes dans un même noyau familier.

Et ceci commencera seulement à être possible, sur l’échelle planétaire, après la


présence du maitre parmi nous.

En vérité chaque famille d’exilés a, à l’intérieur de l’objectif général de la grande


famille planétaire réunie sur Terre, un objectif spécifique à atteindre. Alors quand une bonne
partie de cette famille ne réussit pas à se libérer des débits les plus lourds, l’ensemble de ses
membres, dans sa totalité se retrouve dans l’impossibilité de mener en avant les projets
réincarnatoires avec des vues pour un objectif plus grand.

Imaginons donc, toutes les familles des exilés incapacitées de développer quelque type
de stratégie pour le surgissement d’un niveau existentiel planétaire durant très longtemps.
Ainsi la situation terrienne perdurerait jusqu’à ce que quelques foyers de civilisations
réussissent à se développer.

Ce n’est pas pour un autre motif, que dans leurs majorités, les périodes historiques
immédiatement postérieures à la déroute atlante sont restées comme perdues dans la brume du
passé.

De ce fait il reviendrait à la pensée moderne de se demander combien de fois


l’homme a été forcé de tout recommencer de nouveau sur la face de la Terre. Si quelque type
de réponse était donnée à ce questionnement, ce serait assurément un nouveau patron de
réflexion pour ceux qui cherchent à comprendre les origines de l’humanité terrienne. Et s’il
est véritable que la science terrienne vaut plus par les recherches qu’elle apprend à formuler

134
que proprement par la quantité de réponses qu’elle fournit, dans quelques type ou quel champ
d’étude se ferait alors quelque recherche, quant à la possibilité de l’origine de l’être humain
qu’il y ait ou viennent d’autres hypothèses qui est de ne pas avoir évolué d’une certaine
branche des primates, mais d’avoir une autre origine.

Imaginons que la Terre soit une planète aquatique, avec à peine une petite ile sur toute
la surface. Mais que sur cette ile il existe une faune et une flore. Un observateur attentif ,
percevant la fantastique quantité d’eau entourant un petit morceau de terre , comprendra
fatalement qu’il serait impossible à la petite ile d’influencer la totalité de l’océan, et il
admettrait que c’est de cette immense masse aquatique que seraient surgis les composants qui
finirent par influencer le surgissement de la vie végétale et animale sur ce petit ilot de terre.

Voyons maintenant, la situation de notre petite planète, entouré par l’immensité de


l’océan cosmique.

Serait-il que nous prétendons supposer que c’est de la terre qu’est sorti quelque type
d’influence sur le cosmos. Mais, quant aux bombardements des corps célestes survenus tout
au long de l’évolution planétaire et des quatre milliards et demi d’années, semant la vie à
travers des éléments chimiques ici déposés et des réactions de tout ordre promues pour
permettre l’interférence de cet immense océan sur la possibilité que tout ce qui existe sur
terre, en terme de vie , est le produit d’un lent procédé d’élaboration provenant de la rencontre
des ‘spermatozoïdes célestes et de l’ovule terrestre de la Mère Terre’ semant la vie dans les
patrons possibles à la nature terrienne ?

Pourquoi est-il si difficile de discuter impartialement de la possibilité de l’origine


extraterrestre de l’être humain, si tout ce qui existe sur terre est le produit de cette pluie
cosmique, de ce grand océan qui, dans les vagues de ses ondes existentielles, promeut la vie là
ou il est possible de la générer ?

Il est plus facile et intelligent de supposer que le soit disant ‘lien perdu’ entre
l’homme et le singe est une certitude ou possibilité scientifique plus raisonnable que
d’examiner les évidences de l’origine venue de l’extérieur des limites terriennes ? Quelle
peur, provoque le terme ‘extraterrestres’ chez de nombreux chercheurs pour faire que les
possibilités de plus en plus bizarres soient évaluées avec la bénédiction autoritaire de la
science au détriment des autres ?

Malheureusement, grande est la quantité de ceux qui supposent être la petite ile, qui en
dehors d’avoir générée la vie chez elle, doit, probablement, dans ce chemin d’analyse, finir
par semer dans le cosmos. Réellement nous avons des yeux, mais quelques fois nous
n’entrevoyons rien. Je me demande si de fait, nous voulons vraiment voir quelque chose.

Continuons, donc, cependant, dans notre modeste narration des faits sur l’Atlantide.
Les quatre troncs raciaux, qui autour de 7000 avant J.C caractérisaient tous les
groupements terrestres, étaient en lente marche évolutive.

Du à la misère régnante, (parmi les atlantes il n’y avait pas ce problème), la conquête,
quelle soit d’une région géographique, d’un objet, de quelqu’un ou d’un simple morceau de
nourriture commença à être chez certains groupements, la tonique de la survivance, durant de
nombreux siècles.

135
Peu de foyers de civilisations échappèrent à ce type de comportement bestial et
primitif

Même ainsi, quelques groupements réussirent à évoluer même que très lentement.

Alors que ne venait pas l’évolution , un autre composant comportemental, jusqu’alors


existant à peine de manière subtile, toujours difficile d’être perçu parmi les nuages chargés de
passions terriennes, surgit comme un cancer annihilant, le pouvoir de l’unique posture intime,
l’amour capable de racheter toute la collectivité ; surgit donc, la haine qui allait tout
démanteler.

Ceci a été le principal sous-produit hérité de l’exclusivisme atlante qui rendit


beaucoup d’êtres incapables de convivre avec les autres qui leur étaient et sont différents en
habitudes, coutumes et nécessités.

Ce n’est cependant pas sans explication, que les premiers registres qu’actuellement
l’on connaît de façon équivoque comme l’Histoire Universelle, héritière de
l’anthropocentrisme stérile de l’humanité, parle de comportements peu fraternels parmi ceux
qui ont été les personnages des pages initiales des groupements qui ensuite viendront pour se
transformer comme les civilisations égyptiennes, chinoise, mésopotamienne, indo-européenne
et d’autres foyers qui donnèrent origine à l’actuel période post-Atlantide que nous vivons.

Cela a aussi été un moment existentiel rempli de révélation primitives et surnaturelles


dans la mesure ou ce qui était naturel, la convivialité avec les êtres astraux, avec les
extraterrestres, comme produits étranges de manipulations génétiques, etc. est devenue avec le
passage des temps, rare et ensuite absent du panorama terrestre.

A cette époque, les principales civilisations de la Tterre leadéraient avec le souvenir


des dieux et de certains événements dits comme légendaires, tout ceci de façon très distordue
en relation aux facteurs originaux.

Des dieux qui vinrent dans leurs charriots volants , des humains qui étaient emportés
dans les cieux, des géants, des monstres exotiques, certains hommes et femmes qui vivaient
bien au-delà de la norme terrienne, l’apparition d’anges, des mythes et des héros , des
instructions données par les seigneurs des étoiles, tout ceci était le facteur commun à toutes
les civilisations de cette époque.

Abraham, dans la cité d’Ur grandit déjà avec les relations de la tradition sumérienne
quant aux dieux, leurs interférences dans la vie humaine, les nuages étranges dans les cieux à
persécuter ou à accompagner certaines levées de travailleurs sumériens et les
incompréhensibles disputes et les grandes futilités sumériennes.

Finalement, Enlil et Enki, dieux de la tradition sumérienne, de très nombreuses fois


disputèrent par rapport à des situations et des groupes de personnes au nom d’objectifs
inconnus à la mentalité terrienne, ou il y a quelque temps , des chercheurs renommés , prirent
le risque de citer leurs noms devant la communauté scientifique, tant était grande la quantité
d’indices , même inquiétants , de la présence extraterrestres parmi les humains dans le passé
de la Terre.

136
La race extraterrestre qui était derrière l’origine du peuple sumérien, qui quelques
temps plus tard, à partir de 4000 ans avant J.C, ensemble avec les acadiens et les Hurrites ont
donné naissance à la civilisation mésopotamique, depuis longtemps était déjà sortie du
contexte terrien.

Conviés à se retirer par l’équipe de Jehova, qui était prête à assumer le contrôle
planétaire pour préparer la venue du Maitre des Maitres, qui décida naitre comme un simple
homme terrien, cet autre groupe d’extraterrestres s’éloigna à contre cœur de ce qu’il jugeait
être une espèce de conquête de ses hôtes, car depuis très longtemps ils étaient venus extrayant
certains composants minéraux et interférant directement dans la vie terrienne dans une région
comprise entre l’actuelle Turquie et l’Irak. Si grande était l’influence et le pouvoir durant un
certain temps que d’autres régions qui sont restées libres de l’influence atlante, depuis la
grande déroute, ont été par ce peuple dominées.

Cependant lorsque Abraham, qui naquit avec cette mission, commença à être entouré
par des anges et autres événements d’origine dites comme divine, il n’en fut pas surpris ; il
était déjà habitué à des situation de ce niveau, à cette époque, tant les faits étaient normaux .

En vérité, le maitre ne choisit jamais le peuple hébreu pour être le berceau de sa


naissance, parce qu’à l’époque du choix il n’y avait pas de peuple hébreu. Il fut choisit, oui,
l’esprit qui incarna dans la personnalité d’Abraham, pour qu’à travers de sa descendance qui
irait être travaillée par Jehova, surgisse le peuple choisit pour le travail futur. Analyser le
passé avec les yeux du présent est un facteur de complication qui de très nombreuses fois
modifie la tonique ou même l’optique des faits. Un jour viendra ou tout ceci sera observé sous
d’autres optiques, qui n’est pas convenable aux valeurs actuelles de certaines religions. Ce
fait, en rien, ne diminuera l’histoire ou la croyance religieuse. Au contraire, si intelligemment
accepté, voire inévitable, deviendra plus beau et plus productif le panneau de fond des
religions terriennes.

Il est bon de rappeler pour le fait, que tous les événements du passé terrestre ont
uniquement eu leurs registres étudiés à partir du XIX siècle, ce qui démontre que beaucoup
doit encore surgir. Cependant même si cela n’a pas encore été suffisamment exploré, tout le
passé appartenant à cette époque, s’est déjà perdu dans une étrange ressemblance aux
narrations référantes aux dieux védiques et grecs. Si d’autres traditions avaient survécues à
l’ignorance destructrice de la propre humanité terrienne elles auraient aussi donné des
nouvelles mystérieusement ressemblantes avec les antérieures citées.

Les védas affirment que les dieux étaient tous les membres d’une grande famille.
Cependant, cette famille, n’a pas toujours vécue conformément au comportement que l’on
aurait pu attendre d’êtres dits comme tels. Certaines fois, ils laissaient à désirer, en terme de
comportement d’aimer leurs prochains, plus ou moins qu’une simple famille terrienne, disons
nous.

L’origine de toutes ces légendes de dieux et de héros, quelle soit de caractère grec,
hindou, mésopotamique ou d’autres civilisations de ce temps, avait un foyer commun ; les
êtres astralisés dans les périodes d’or d’Atlantide et qui encore, étaient commandés par
Lucifer et qui de temps en temps, réellement apparaissaient et quelques rares fois interféraient
directement dans le développement de la vie terrienne.

137
L’unique détail à ajouter c’est que, à la hauteur des faits, Lucifer avait déterminé qu’à
peine treize parmi tous ceux qui se trouvaient dans l’état astral, devraient coexister avec les
humains incarnés dans les principales civilisations de cette époque. Une telle mesure visait à
empêcher que tous s’épuisent, énergétiquement parlant, en une seule fois. Finalement, aucun
d’entre eux ne savaient comment serait le futur planétaire, et par conséquent, le propre futur,
de ce qui un jour avait été un mouvement rebelle.

Ainsi, la présence de douze êtres sur les scènes védiques et grecques et la grande
ressemblance parmi leurs noms : Dyaus et Zeus, Dyaus-Pitar et Jupiter, Varuna et Uranus, par
exemple. Pour des motifs peu importants pour notre modeste narration, le treizième n’apparut
jamais pour les ‘simples mortels’ ou simplement n’a jamais été dument perçu. Ce qui est
étrange est que la narration de ces temps est, qu’a été enregistré le numéro douze comme la
quantité des dieux qui ‘dominaient la Terre’. Dans le futur, étrangement douze, seront aussi
les apôtres de Jésus. Nous devons noter pour l’événement, qu’en réalité Jésus, plus douze, est
ce qui donnait l’exacte quantité réelle des êtres astralinés , qui, sous le commandement d’un
treizième, interféraient dans le panorama terrestre.

Il est bon de ne pas oublier que pour Lucifer, il était agréable l’existence de divers
dieux. Ceci l’aidait dans sa thèse cosmique à respect de l’existence ou non du Père Universel.

Cependant, commençait à surgir un peuple, qui parmi ceux de cette époque, était
l’unique qui n’avait pas de dieux, car eux, les Hébreux, avaient Jehova. Les autres dieux, (les
assesseurs de Lucifer), commencèrent à craindre la figure de Jehova, depuis qu’il assumait sa
condition de responsable de la préparation planétaire pour la venue de Celui qui irait racheter
tous, mais qui équivoquement, jusqu’aux jours d’aujourd’hui est considéré par de nombreux
frères et sœurs terriens, comme un messie exclusif d’un unique peuple parmi les autres
peuples terriens.

Comme nos convenances distordent la vérité des faits !

Lucifer, il y a encore peu de temps en arrière, était professeur de cette matière.

Un autre questionnement qui s’impose est en relation à l’objectif des peuples, qui à
cette époque historique, se réfère aux ‘charriots volants, dieux qui descendaient et montaient
des dieux et qui convivaient avec les hommes, enseignant, copulant et tuant’, de ce fait, ces
choses n’ont-elles pas existé ?

Comment tant de peuples distants, géographiquement parlant, et dans quelques cas,


d’époques distantes, pouvaient inventer le facteur extraterrestre et pourquoi l’auraient-ils
fait ? Serait-il même qu’ils auraient eu les conditions existentielles d’entrevoir l’aspect
extraterrestre s’il n’avait pas existé ?

Les registres historiques existent, et ceci est un fait. S’ils existent, que reportent-ils ?
L’aspect extraterrestre. S’il en est ainsi, qu’est-ce que la science a besoin de plus pour au
moins étudier avec sérieux et impartialité, sans maculations morales à ceux qui se sont dédiés
à ce type d’étude, la possibilité qui est impulsionnée pour apparaître devant les yeux du
présent ?

138
C’est cependant avec cette dose de préoccupation que Lucifer et ses assesseurs,
perçurent la présence d’un être venu de dehors, et qui maintenant s’était introduit dans le
panorama terrestre.

Tout changeait avec la venue de Jehova.

Jusqu’aux équipes d’êtres extraterrestres auxquelles appartenaient Enlil et Enki et qui


dominaient les terres mésopotamiques et adjacentes furent ‘conviées’ à se retirer du
panorama terrestre, ce qui du fait, ils firent.

Les dieux cessaient de se faire présent dans la vie des incarnés. Jehova et son équipe
utilisant la technologie dont ils disposaient, pratiquement, réussirent à isoler le panorama
terrestre de l’interférence directe, en dehors des êtres astralinés ou même de quelque équipe
extraterrestre encore présente dans l’environnement planétaire, depuis le moment ou ils
commencèrent à agir ouvertement.

Avec la destruction de Sodome et Gomorrhe par les hôtes de Jehova, il était clair pour
Lucifer que ‘quelqu’un était arrivé pour dominer la Terre’.

Préoccupé de ne plus posséder quelque type de technologie à disposition de son


influence, (ce n’était pas une simple coïncidence, que Jehova soit venu sur la terre
uniquement après la déroute atlante), Lucifer se vit forcé à opter pour une stratégie
d’obsession spirituelle, unique manière de tenter de continuer à exercer son influence et par
conséquent de dominer sur le destin de la planète.

Etait donc implanté l’unique et la moins dangereuse des options pour les êtres
terriens, (conformément à la planification des assesseurs du maitre), possible d’être
développée à l’intérieur du contexte vibratoire de la situation terrestre ; l’enveloppement
spirituelle conformément à la tendance de chacun des esprits ici réunis.

Cependant même sans avoir de procédés technologiques disponibles, les rebelles


avaient toujours le contrôle vibratoire karmique de pratiquement toute la situation existentielle
sur terre.

S’il était possible à cette époque, l’implantation d’une doctrine similaire à celle du
Spiritisme, nous n’en avons pas le moindre doute, la haute Spiritualité l’aurait alors
implantée. Malheureusement la situation énergétique de l’orbe terrien, à cette époque, ne
permettait pas un tel but ;

Pour incroyable que cela puisse paraître, ce que les premiers livres de la Bible
décrivent en termes des activités de Jehova et de son équipe sont suffisamment modeste,
comparé aux événements qui se sont réellement produits.

En vérité, les recherches des hôtes lucifériens, qui étaient en guerre déclarée contre
l’équipe des êtres commandée par l’impressionnante figure de Jehova, se préoccupaient à tout
moment, de la nécessité d’intervention des hôtes de Jehova. A chaque événement, les
membres de cette équipe céleste s’exposaient de toutes les formes possibles pour affronter
l’avalanche de disgrâces humaines promues par la furie désespérée des Ombres.

139
Tous les peuples de cette époque finirent par servir de masse de manœuvre pour les
autres, qui de l’Astral, tentaient d’exercer leur pouvoir.

Le peuple hébreu, pour avoir inséré dans son histoire future, (à travers l’annonce des
prophètes), la possible guérite de Celui qui viendrait, reçue tous les terribles assauts de
Lucifer, parce que suivant ce qui se répandrait dans les environnements terriens, ce serait de
cet étrange regroupement humain avec des habitudes si différentes des autres, que de là
apparaitrait Celui qui devrait venir.

D’un coté, les Ombres tentant à tout prix de détruire les hébreux, de l’autre, l’équipe
de Jehova tentant de le préserver, de l’éduquer, de le préparer pour sa future mission.

Pour tout le monde, c’était une époque de légendes, de héros et de mythes de tout
ordre. Les souvenirs du passé, remplis de ‘dieux de l’extérieur’ dans des ‘charriots volants’
qui interféraient dans la vie humaine, semant dans le présent l’environnement propice aux
incursions de Jehova avec le peuple hébreu et les circonstances de cette époque.

Spécifiquement quant à la sortie des hébreux du domaine de l’Egypte, sous la tutelle


de Moises, cette interférence arracha aussitôt les voiles interdimensionnelles planétaires. Il ne
fut jamais aussi clair pour tous ceux qui vivaient à cette époque que réellement, il existait une
interférence venue de l’extérieur, considérée comme divine parce qu’il n’y avait pas d’autres
façons de la considérer dans un monde sans aucune avancée technologique, qui se faisait
présent même dans les cieux, mais possible d’être perçue par tous et dont les effets seraient
sentis à travers des événements mirobolants qui modifieraient le cours de l’histoire.

Pour que ceci soit possible, de grands esprits incarnèrent, déjà, préparés pour servir
d’instruments médiumniques à ces forces extraordinaires qui émanaient de l’astral terrien.
C’est seulement ainsi que fut l’agissement des hôtes présents dans l’astral planétaire, qu’ils
soient lumineux ou des ombres.

Moises, dans son cas, parmi d’autres mérites conquis par son esprit éternel , a été un
des grands instruments de ceux qui ont servi Jehova pour faire accomplir sur la scène
terrienne , les desseins du Plus Haut avec des vues pour le futur.

Pour cette époque, nouvellement, les quatre personnages utilisés à peine comme sujets
illustratifs de la présente narration, bien qu’ils soient séparés par de nombreuses
réincarnations sur des points distincts de la planète affrontant des souffrances inénarrables
étaient nouvellement conviés dans un même moment et environnement historiques.

Yel Liam et Val Ellieh étaient réincarnés comme deux des plus proches compagnons
de Moises, lors de la sortie de l’Egypte. Val Elliah, comme un des soldats égyptien de l’armée
du pharaon et Val Ellam, comme un des sacerdoces égyptiens, qui tentèrent d’aider le pharaon
à affronter la ‘magie’ des hébreux, sans beaucoup de succès.

Si les diverses cultures de cette époque étaient déjà perméables à l’héritage des temps
de l’antique Sumer, remplie de composants extraterrestres, avec l’interférence de Jehova et
son équipe sur la question hébraïque en Egypte, c’est qu’entraient naturellement , alors, des
révélations surnaturelles de tout ordre. Inclusivement contre cet excès, le propre Moises plus
tard s’en préoccupera jusqu’à légiférer à ce respect.

140
De fait est, que dans le passé, l’intervention des extraterrestres ne produisait pas des
réactions d’hystérie et de crainte parmi les peuples primitifs pour une raison bien simple ; la
psychologie d’alors, avait la suprême et tranquille conviction intime de l’existence de réalités
supérieures (dieux), malgré qu’à l’époque de Moises , par exemple, il n’y avait pas la plus
minime capacité de compréhension technologique ou scientifique quant à ces réalités ;

Dans le moment présent, ces mêmes êtres n’auraient plus leur place dans le monde
moderne, car le psychisme humain les repousserait inconsciemment. Ils ne pourraient jamais
venir comme des dieux. Simplement s’ils se présentaient, ils le feraient comme de ce fait ils
sont ; des citoyens cosmiques qui résident temporairement sur d’autres habitations sidérales,
de la même façon que nous, êtres humains terriens, qui résidons transitoirement sur la Terre.

Mais la sortie des hébreux de la domination du pharaon fut une grande déroute pour
Lucifer.

Nous arrivons au point du présent récit dans lequel nous sommes obligés de suivre un
chemin déterminé qui afflige encore plus notre condition d’écrivain de ces nouvelles venues d’en
haut ; quelque chose à commenter sur le passé, comme il aurait pu être si d’autres options
historiques s’étaient produites.

La Spiritualité nous informe, que si les hébreux étaient restés sous le joug égyptien, ils
auraient perdu leur culture et leurs traits les plus marquants de leur personnalité, alors comme
peuple, parce que enclos dans une terre étrangère et prisonniers de la domination égyptienne , ils
auraient été une proie facile contre les attaques des ombres qui visaient à leur désagrégation et à
leur décaractérisation , au cas ou ils ne puissent pas simplement les détruire.

Cependant, sortir de l’Egypte et conquérir une ‘terre promise’ pour y prendre racine, (à
cette époque, les objectifs nécessaires pour le futur), était un facteur essentiel pour la future venue
du si espéré Messie. S’ils étaient restés comme esclaves en Egypte, et ceci était le plan de Lucifer,
les hébreux seraient devenus un autre de ces peuples qui disparurent au long de l’Histoire. Même
que mille ans plus tard, dominés par l’Empire romain, (pour le moins la culture gréco-romaine
était complaisante avec les coutumes des peuples conquis par lui, et qui devenaient natifs de leurs
provinces), le peuple hébreu, alors ainsi, pourrait servir de berceau à la venue du Maitre.

C’est cela portant, la stratégie que Jehova s’obligea à mettre en pratique, pris pour compte
sur son propre libre arbitre, pour préserver la future venue du Maitre ; retirer le peuple hébreu du
joug égyptien , même à cout d’interférence s directes, autant de sa personne comme de son
équipe. S’il n’avait pas agit de cette façon, il est probable que jusqu’aux jours d’aujourd’hui, le
Maitre ne serait pas venu sur Terre, ou pour le moins, il ne serait pas venu dans le temps dans
lequel il avait incarné comme Jésus. Nous serons de quelques façons, encore très distants du
moment de réintégration cosmique de notre planète.

Si les hébreux n’étaient pas sortis d’Egypte, autre aurait été l’histoire de la Terre.

‘La terre promise’ conquise, le peuple hébreu continua à être la cible des furies violentes
qui leur étaient lancées, comme nous l’avons dit, pour les désagréger, les décartactériser, ou
préférentiellement, les détruire.

Nombreuses ont été les tentatives menées à effet par le quartier général de Lucifer. Une
des plus marquantes a été au temps des Assyriens, (peuple le plus haï de l’antiquité en raison de
ses habitudes cruelles), leurs principales leadérances ont été complètement ‘dominées’ par la
stratégie luciférienne, à travers de procédés obsessifs, aux environs des années 722 av J.C, ou

141
toute la force de guerre de ce peuple tomba sur les royaumes d’Israël et de Juda, dominant
complètement le premier, qui était formé par dix tribus du nord.

Avant cela, donc, aux environs de 747 av J.C, Nabon Assar complètement obsidié par le
quartier général de Lucifer résolut de mettre le feu sur tous les registres culturelles, religieux et
historiques qu’il trouva devant lui, rendant de cette façon un énorme tord au futur de l’humanité.
A ce moment, s’accentua de plus en plus, ce lien perdu qui nous épare de ce passé lointain. Très
nombreux ont aussi été, les autres faits qui caractérisent la lutte entre la Lumière et les Ombres
avec des desseins dans l’avenir. Mais finalement, était arrivée l’heure de préparer objectivement
le chemin de Celui qui allait venir.

MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

5. Préparation du Chemin.

Autour approximativement des années 693 av .J.C

Dans les environnements spirituels proches de la Terre, dans un recoin d’indescriptible


beauté et de singularité qui se trouvait protégé par une certaine énergie venue de l’extérieure,
une importante rencontre se fit. Etaient présents de nombreux esprits, des ex-atlantes qui se
sentaient responsables de la déroute, présentant un minimum de conscience quant aux erreurs
commises, ainsi que divers autres qui avaient œuvré jusqu’alors dans les cultures chinoise,
égyptienne, hindoue, hébraïque, des peuples de Mésopotamie et de nombreuses autres régions
planétaires et qui présentaient quelques lucidités devant le problématique planétaire.

Tout cet ensemble se trouvait accompagné par une pléiade d’esprits mentors du monde
terrien. C’était ce que de meilleur il existait en terme de condition vibratoire sur la planète.
Sous une autre optique, c’était l’ensemble des êtres les moins compliqués devant les lois
cosmiques.

Pour se trouver avec ce groupe, un autre formé d’êtres qui étaient arrivés, dans l’état
d’esprits désincarnés, d’autres environnements planétaires pour commence à convivre avec
leurs malheureux frères terrestres, aussi se faisait présent dans cette véritable forteresse
énergétique de lumière et de beauté. En vérité, c’étaient des ex-rebellés qui s’étaient déjà
réintégrés à la convivialité cosmique et qui maintenant, déjà pleinement récupérés, s’offraient
pour aider leurs ex-compagnons de déroute.

Il faisait partie dans ce groupe de nombreuses personnalités d’esprits qui finirent par
personnifier divers maitres de l’évolution terrienne. Siddhârta Gautam, Bouddha, Lao Tsé,
Orphée, Confucius, Pythagore et d’autres fameux penseurs grecs, Elias et de nombreux
prophètes du peuple hébreu, sacerdoces anonymes de nombreux cultes du passé, scientifiques

142
que le monde ne connaît pas et d’autres illustres figures qui ont beaucoup contribué au
progrès terrien.

Tous attendaient l’arrivée dans les niveaux astraux de la Terre du propre maitre des
Maitres et de son équipe d’assesseurs, quelques uns, desquels avaient déjà même incarné sur
la scène terrestre dans un passé lointain. Parmi eux se trouvaient les légendaires figures
d’Hermès Trismégiste, Rama, Krishna et aussi celui qui irait réincarner comme Zoroastre.

Dès qu’il fit nuit dans cette région planétaire, (le lieu spirituel ou survint la rencontre
était proche de l’actuel Tibet) l’alliance sidérale pénétra dans l’environnement causant une
profonde sensation chez tous les présents. Il ya avait tellement de lumières et d’énergie
concentrées que, durant cette congrégation cosmique, les hôtes des ombres durent s’éloigner
au maximum qu’il leur était possible, car ils ne pouvaient pas supporter la vibration
découlant. En dehors de cela, Jehova et son équipe terminèrent d’éloigner encore plus, ce qui
restait d’éléments perturbateurs à cette rencontre.

Le Maitre annonça son irrévocable décision d’incarner comme un quelconque homme


terrien pour donner son témoignage personnel et de tenter d’aider dans cette situation si
désespérée autant de frères et sœurs cosmiques réunis ici depuis longtemps sur cette planète.

Pour cela il expliqua qu’était déjà en cours l’unique stratégie possible de créer des
conditions pour que soit possible sa venue, se référant au travail de Jehova et de son équipe.

Il expliqua qu’il devrait venir comme simple homme, pour que dans le futur, il puise
revenir dans son état normal d’Autorité Céleste, afin de présider la réintégration de la Terre.
C’était une question intime de son propre esprit, en dehors de répondre à d’autres nuances et
aspects de l’administration sidérale. Comme proposé au Père, il ne pouvait agir d’une autre
façon. Il dit que la grandeur était la différence, allons ainsi dire, vibratoire, entre la situation
terrestre et celle du Père, ou un de ses fils avait été choisi, uni avec la Déité, et qu’il
reviendrait, au nom du Père aimantissime pour accueillir tous dans ses bras.

En fin de compte, Lui seul aurait les conditions de ressusciter* de lui-même devant
les yeux du monde.

Pour la situation terrienne, disait le Maitre, il ne se faisait pas de différence entre Lui
et le Père. Les deux étaient comme Un seul. Comme il y en a eu tant d’autres comme Lui,
lorsqu’unis intimement au Père, ils formaient aussi, une seule Unité.

Dans le silence qui suivit la longue exposition du Maitre deux individualités


spirituelles qui étaient prises à la condition terrienne, ex-atlantes qu’ils étaient, demandèrent
permission pour parler, ce qui leur fut accordé.

Celui qui deviendrait dans le futur : Pierre, Simon Pierre, l’apôtre, sur lequel le Maitre
hisserait les bases de la foi rénovatrice de l’orbe, pria son Maitre aimé contre lequel il s’était
rebellé dans les temps anciens de Capela, qu’il ne vienne pas sur Terre, dans ces conditions,
car finalement cela ne donnerait pas de résultat. Qu’il souffrirait vraiment beaucoup trop et
qu’il n‘atteindrait pas le résultat prétendu En paroles simples, c’est exactement ce que cet
esprit voulu dire.

143
* NT : Ressusciter, terme approprié aux personnes des époques, mais qui par soi
même est entendu pour d’autres, comme renaitre, alors que finalement, ce sera le passage
d’un être de lumière en incarnation dans un corps charnel, désincarnant ensuite pour
reprendre sa forme initiale. Nous parlons là comme de reprendre son apparence spirituelle
et nous pas une reconstitution des cellules désagrégées, ce qui par les lois cosmiques
universelles est impossible. Le corps n’étant qu’une enveloppe temporaire qui disparaît
dissoute quasi complètement, par la décomposition, la formation de gaz … Dans ce cas là
la réincarnation, n’aurait aucune utilité. L’esprit lorsqu’il est définitivement détaché du
corps, reprend sa véritable condition d’être spirituel, avec ses défauts et qualités, devant par
la réincarnation, recomposer l’intégralité de ses corps spirituels, afin de se détacher
définitivement de la condition matérielle. Dans le cas de Jésus, sa mission était entre autre
de prendre un aspect dans un corps de chair pour mener à son maximum de possibilité, la
réhabilitation de nombreux des frères et sœurs de l’humanité terrienne..
Un autre dans le futur bref qui deviendrait Alexandre le Grand, pria aussi le Maitre ,
qu’il ne se permette pas une telle intention, car il ne rencontrerait pas de résonance dans
l’environnement terrien.

Après ces deux, quelques autres se sentirent plus à volonté et aussi exprimèrent leurs
opinions qui dans leur grand ensemble, concordaient complètement avec les deux qui ont été
décrits. Cependant, tout était déjà décidé.

Ce qu’il restait à faire était de préparer sa venue.

Pour ce ministère, beaucoup d’individualités cosmiques présentes offrirent leurs


concours fraternels pour pouvoir aider le Maitre dans sa difficile journée parmi les ombres qui
embrasaient la Terre.

Toute une planification stratégique d’incarnations émissaires du Maitre fut mise en


compte. Dans tous les recoins terrestres, ils incarneraient emmenant leurs enseignements,
conformément à leurs propres possibilités et aux conditions de chaque époque et de chaque
lieu.

Après la sortie du Maitre des environnements terrestres, commença le grand travail de


préparation de Celui qui allait venir. Le chemin avait besoin d’être ajusté à la modeste
condition de perception des êtres terriens. A partir de ce moment (qui dans l’histoire
spirituelle de l’orbe a été considéré comme la principale marque avant la venue du christ),
était fixé inexorablement le premier instant de réintégration cosmique de la Terre.

Après l’incarnation du Maitre, après une certaine période dont la durée n’avait
toujours pas été décidée, Il reviendrait pour présider personnellement le grand événement
espéré par tous les hôtes du cosmos. Finalement la terre était l’unique monde encore
complètement encadré dans la condition de rebelle.

Avec l’énergie conséquente de la rencontre, Lucifer, finalement, se conscientisa que


quelque chose de très sérieux était en train de survenir. Seulement, il pensa, par équivoque
que c’était l’œuvre de Jehova. Ce n’est pas par hasard que le même se potentialisa, ensemble
avec son équipe, devant les hôtes des ombres, durant la présence du Maitre dans les
environnements terriens, attirant pour eux l’attention des ombres.

144
Cependant, Lucifer, dans d’autres circonstances avec Jehova, il n’avait jamais
expérimenté une telle sensation intérieure ni senti des vibrations de cette portée. Mais il ne
réussit pas à percevoir ce qui était en train de se produire.

Même écoutant les avis prophétiques qui étaient véhiculés parmi les incarnés que
quelqu’un de très spécial viendrait pour tenter la rédemption du genre humain terrestre,
même ainsi, il ne perçu pas de fait ce qui devrait venir.

Et ainsi, surgirent dans cette période les grandes religions et autres mouvements
éclairants sur toute la Terre. Si nous observons bien, a été concentré pratiquement dans une
même époque historique, le surgissement premier des grandes religions et mouvements
philosophiques ; le zoroastrisme, le bouddhisme, le taoïsme philosophique, la doctrine
confucianiste , et autres cultes distincts répandus sur la Terre, en dehors de ce qui déjà
existaient comme par exemple le judaïsme, et ensuite de très nombreux mouvements
éclaireurs concentrés principalement dans le monde européen.

Etrangement, la convergence de toutes ces influences chemineraient dans le futur ,


vers l’empire romain car ‘tous les chemins mènent à Rome’ et, principalement pour une de
ses provinces qui était le centre des principales routes commerciales du monde d’alors ; la
Palestine , ou naquit Jésus.

Finalement, la terre ‘en autre promise’, était située au centre du monde et n’importe
quel empire qui s’établirait tenterait de dominer ce stratégique faisceau de terre. Pour cela
Jésus, naquit là pour que son témoignage puisse être, pour le moins, connu pour beaucoup
dans le futur.

Toute une planification avait été faite pour que le développement des faits produise
une unique option viable. Cependant, il y eut une autre alternative qui aurait pu modifier
complètement le cours des faits et faciliter pour beaucoup le soin du Maitre ; le rôle
d’Alexandre le Grand et l’héritage de son empire qui devaient être laissés sur toute la planète
dans les conquêtes morales et dans les évolutions techniques qui un jour entreraient en
ébullition dans le quotidien d’Alexandrie et tant d’autres cités d’alors.

Cela faisait partie du plan des intentions à la concentration d’une grande pléiade
d’esprits mentalement développés qui iraient concentrer leurs réincarnations dans cette région
planétaire. L’objectif était de créer, à cette époque, ce qui uniquement au temps de la future
révolution industrielle surviendrait au XVIII siècle en Angleterre, qui finalement a été
développée et donnât des possibilités aux procédés technologiques qui évoluèrent les siècles
suivants.

Nous sommes simplement en train de confirmer, en relation à ce qui nous est informé
par les mentors de ce présent travail, que l’évolution technologique qui aujourd’hui
caractérise le monde moderne, aurait pu survenir à partir d’Alexandrie. C’est comme si cette
région planétaire aurait pu représenter à cette époque ce que l’Angleterres représentera
environ vingt et un siècle plus tard. C’est exactement comme d’imaginer que l’avion et
l’ordinateur auraient pu surgir il y a de nombreux siècles en arrière. *

Nous savons de la réaction intime que ces informations causent. Nous-mêmes nous
avons été surpris avec les démonstrations fluidiques de certaines pages de l’histoire terrienne
(et cependant nous avons un minimum de discernement, ici,) qui sont véhiculées ; seulement,

145
nous pouvons aussi dire qu’il n’est pas facile pour nous d’écrire de telles choses. Finalement
nous avons fini par céder. Nous étions mêmes en désaccord avec ce qui nous a été informé,
mais comme cela a été éclairé dans les pages initiales du Livre ‘Réintégration Cosmique’, le
premier de cette trilogie, l’opinion de l’auteur terrien compte très peu.

A ceux qui auront un minimum de patience analytique, tout ce que nous pourrons
suggérer est qu’ils recherchent dans certaines inventions au temps d’Alexandrie mais qui
disparurent et qui seulement plus de vingt siècles plus tard vinrent à être réinventés en
Angleterre du XVIIIème siècle.

* Des sources ésotériques, spiritualistes et universalistes confirment de plus en plus


qu’à l’poque de la naissance de Jésus, il avait été planifié que la civilisation ait atteint le
seuil technologique informatique de nos jours.
Nous ne nous approfondirons ni dans la démonstration, ni dans l’analyse des faits qui
serviront d’argumentation à ce qui est exposé pour ne pas être le thème central du présent
travail. Et aussi parce que nous ne sommes pas en train de tenter de convaincre quiconque de
quelque chose. Dans le futur assurément, ce sujet si fascinant, sera abordé, mais avec plus de
profondeur.

C’est ceci ; ce qui aurait pu survenir à la hauteur des siècles qui anticipèrent
l’incarnation du Maitre, mais qui malheureusement, n’obtint pas de succès. Au contraire,
Lucifer investit fortement pour qu’il y ait même une involution pour difficulté quelque plan,
qui à son jugement était en cours pour réintégrer la Terre à la convivialité cosmique, ce qu’il
réussit avec beaucoup de succès.

Cependant , c’est avec cet objectif que les forces des ombres travaillèrent dans
l’obsession chez quelques leaders d’alors, donnant un champ d’ouverture à l’orgueil intime ,
par le manque de jugement, camp hautement propice aux agissements des esprits obsesseurs,
brulant à ces fins toutes les informations enregistrées avant eux.

Cela a été pour des motifs d’ordre religieux, de vanité politique ou autre folie
quelconque, qu’une phalange d’êtres obsessionnels entrainés pour un tel ministère enveloppa
tous ceux qui étaient emplis d’orgueil malade. Et nombreux ont été ceux qui se sont permis,
dans leurs folles postures intimes, d’être les instruments de ces forces des ombres.

Réellement, une époque qui était pour être de lumière fut dominée par les Ombres.
L’unique lumière de portée qui s’alluma fut celle du propre Maitre, qui par signal, brilla dans
ses reflets lumineux jusqu’aux jours d’aujourd’hui, comme une espèce de propagation
lumineuse d’une explosion d’amour survenue il y a très longtemps. Le foyer lumineux était
autour de trente cinq ans chez nous au niveau de la personne de Jésus. Cependant, l’effet
lumineux de cette présence nous illumine jusqu’aux jours d’aujourd’hui. Et ce sera cette
même lumière, promue par Lui-même lorsqu’il était ici, qui fera qu’il y ait un minimum de
luminosité et de champ vibratoire pour que Lui-même puisse revenir. Si le Maitre n’était pas
venu avant, il n’aurait pu revenir maintenant. Mais peu sont ceux qui comprennent ceci.

De fait, nous évoluons un peu. Mais assurément, pas suffisamment pour proportionner
une énergie suffisante pour qu’un préposé du Père ici, comparaisse. Même que nous ne le
percevions pas, tout ce qui de bon arrive au niveau de la communauté planétaire, survint
presque exclusivement, par l’action des efforts de véritables héros du progrès humain et

146
spécialement, par l’amour du propre Maitre, qui fait qu’aujourd’hui nous existons sous Ses
hospices d’amour.

Mais malheureusement, le plan qui enveloppa l’esprit de celui qui personnifia


Alexandre le Grand et beaucoup d’autres qui réincarnèrent dans cette opportunité ne donna
pas de plus grands résultats. Les passions terriennes, parlent toujours plus haut, ce qui rend
propice les meilleures conditions possibles aux incursions des ombres.

De toute façon, si la brillante personne de l’esprit d’Alexandre n’avait pas été,


l’Europe aurait été conquise par les Perses en 331, ce qui aurait donné un autre objectif à
l’histoire terrienne, et à ce que nous entendons, pire, aurait été ce qui serait arrivé. Si les
Perses avaient dominé l’Europe, peut être que la culture gréco-romaine n’aurait pas existé, qui
bien ou mal, donna libre cours à l’héritage spirituel du témoignage du Maitre et d’autres
conquêtes.

Lucifer, il est clair, était derrière ce mouvement perse avec l’intention de dominer
l’Europe.

Jehova assistait à tout, autour des années 331 av J.C lorsqu’Alexandre mis en déroute
Darius, roi des Perses, et à cette même période termina sa participation dans l’histoire
terrienne. Non pas parce qu’il le voulut ainsi, mais simplement, parce qu’il n’y avait pas
d’autre alternative. Lui et son équipe ne sortirent pas des environnements terriens. Si affaiblis
et nécessiteux d’un procédé énergétique réparateur, ils furent littéralement retirés par une
mission de ‘secours’ commandé par Michel, un des assesseurs les plus proches du Maitre.

Ils avaient tant lutté et s’étaient tellement épuisés, qu’ils n’avaient même plus les
forces pour sortir du mouvement propre de la terre. Ils durent être retirés de la même façon,
qu’après un grand désastre, les équipes de secours arrivent et emmènent les blessés sur des
civières et transports ambulatoires. Ce fut plus ou moins de cette façon là que Jehova et les
anonymes membres de son équipe réussirent à sortir des environnements terriens. Véritables
héros de l’humanité, mais pour savoir si peu, nous autres cependant, faisant partie de la
communauté planétaire, nous n’en avons pas la moindre idée, par rapport aux faits survenus à
cette époque.

A partir de la sortie de Jehova, le monde terrien ne vit plus d’incursions directes


d’extraterrestres dans le quotidien planétaire jusqu’au XXème siècle. A partir de cette
période, uniquement des événements discrets n’ont jamais cessé d’exister, dans un
accompagnement continuel.

Cependant quasi qu’une exception survient au temps de l’incarnation du Maitre, mais


il ne le permis pas.

147
MISSION ‘PLANETE BLEUE’ .

Partie 4. Mission ‘Planète Bleue’.

6. Inclinations du Passé.

Jésus naquit.

Homme étrange qui parlait et agissait amoureusement dans un monde qui ne Le


comprenait pas. Son royaume réellement n’était pas de cet instant terrien. Le monde d’alors
ne pouvait pas servir de base pour que soit édifié le Royaume de l’Amour du Père Célestiel.
Le Maitre le savait. Mais obstiné et amoureusement, il vint semer son amour comme un
homme quelconque du monde.

‘La lumière remplace les ombres et les ombres ne le comprennent pas’


(Jean, 1,5)

Réellement, le Verbe Divin, se fit chair et permit que sa lumière brille, illuminant les
ombres, mais le monde terrien ne Le reconnut pas.

Au temps de Jésus, réincarna tout le grand ensemble des membres des familles Val et
Yel, comme d’autres familles capelines qui ne furent pas citées, obéissant aux injonctions
karmiques individuelles et de la collectivité.

Etrangement , tous ces esprits qui un jour ont été rebelles, étaient maintenant, encore
plus compliqués devant les lois divines, beaucoup plus par force des erreurs commises sur
Terre, que par le fait de s’être rebellé contre la Déité, dans les temps anciens de Capela. Ils se

148
trouvaient, de cette façon là, toujours répandus dans les entrelignes des événements karmiques
terriens.

Des âmes de même affinité autrefois, étaient dans cette opportunité, dans des cotés
opposés à ce qui se réfère aux intérêts religieux et politiques d’alors.

La Haute Spiritualité reçut des ordres du propre Maitre pour ne pas interférer, en
aucune façon dans ce qui pourrait survenir.

Lucifer, qui seulement perçu la présence de cet homme étrange lorsqu’arriva le


moment du baptême du Maitre, survenu dans le Jourdan, commença à l’accompagner de plus
près.

Très importance avait été la conséquence énergétique de l’événement, et très grande


avait été l’explosion lumineuse dans les environnements terriens à l’heure ou Jésus accepta,
qu’il était venu, il y a peu et avec une certaine réticence intime à l’accepter ; que c’était Lui,
Celui que tous attendaient.

Il sut toujours depuis une certaine phase de son adolescence, que lorsqu’il deviendrait
adulte, si ainsi nous pouvons nous exprimer, qu’il serait initié aux mystères religieux et
deviendrait un maitre ou un rabbin. Lorsqu’il entreprit certains voyages et fut reçut par
d’autres initiés de cette époque, il fut informé qu’il aurait une importante mission personnelle.
Mais même, ces avis Lui furent repassés de façon équivoque, quant au véritable sens et
signification de sa mission parmi nous.

Qui pense que Jésus a toujours su que Lui, il était l’Envoyé du Père, et bien qu’il tente
de méditer un peu, car les faits ne se donnent pas de cette forme.

Avec l’incarnation, même étant chez Lui, un Esprit de très haute Portée, il se produisit
inexorablement, comme il survient avec tout esprit qui assume un corps transitoire, l’oubli de
tout ou plus*. Cela n’a pas été différent pour Jésus. En vérité le procédé magnétique sur son
esprit fut bien plus fort de ce qu’il survient normalement avec des esprits de vibration
commune devant le patron terrestre.

Il allait grandir, accoutumé, oui, avec certaines visites qui constamment se répétèrent,
de personnes d’autres terres, mages, sacerdoces et autres initiés dans certains mystères
orientaux, qui informés par leurs études que celui qu’ils espéraient naîtrait dans cette terres et
là, ils y seraient dirigés. Facilement ils localisèrent José et Maria, quelques amis et familiers
qui connaissaient (et ils le savaient) la ‘nouvelle’ qui courrait quant à la grâce de cette famille
de recevoir comme fils, le possible envoyé du Plus Haut. Rien que tout cela. Il est évident que
beaucoup ne croyaient pas. Pour d’autres, le sujet, était un motif d’ironies.

De toute façon, nombreux étaient les commentaires à ce respect. En vérité, José et


Maria tentèrent d’éviter aussi bien la propagation du sujet comme aussi de l’exposition de
l’enfant pour ne pas créer de problèmes.

Peu à peu, en raison de la propre curiosité de l’enfant et spécialement, parce que de


fait, certaines fois, ils survenaient d’étranges et surprenantes postures chez un enfant pour
l’âge qu’il avait, Maria décida, avec le consentement de José, de conter peu à peu, ce que
consciemment elle jugeait entendre et savoir.

149
Elle Lui expliqua quant aux rêves qu’elle eut avec des êtres magnifiquement
splendides qui lui annoncèrent sa naissance et le fait qu’ils parlèrent aussi d’une grande
mission qui L’attendrait dans le futur. Rien de plus.

Autour de Jésus, parmi les amis de la famille et les familiers, peu savaient que quelque
chose d’étrange enveloppait le jeune enfant, depuis sa naissance jusqu’à la manière comment
certaines fois de façon surprenante, Il se comportait. Quelques uns même eurent une posture
divertissante devant les commentaires qui couraient dans l’environnement familier.

* Nt : C’est une des caractéristique de la loi de réincarnations possédant des


caractéristiques propres étant inclus dans les lois cosmiques universelles, donc intrinsèques
et immuables à tous, dans l’égalité de la création.
Maria cherchât à tout prix de le préserver, devant l’inévitable épuisement
psychologique. Mais de fait, l’enfant n’était perturbé que de peu de chose.

En vérité, comme nous informent les mentors spirituels, même étant un enfant comme
tous les autres, Il se laissait difficilement perturber. Certaines fois, il abordait qui que ce soit
avec une simplicité habillée d’un étrange sens d’autorité morale. Dans la majorité des cas , il
enveloppait suavement ceux qui l’entouraient , qu’ils soient avec de bonnes ou mauvaises
intentions. Il nous est informé même qu’était inévitable et irrésistible le doux environnement
crée par l’expression personnelle du futur sauveur. Finalement, même étant un simple être
terrien, son esprit, bien que diminué en force et potentialité d’expression* était d’un taux
vibratoire complètement différent et supérieur à la normale terrienne.

Mais il affronta non pas seulement les mêmes difficultés que quelque autre personne,
mais aussi les plus subtiles qu’uniquement les êtres de sensibilité spirituelle très évoluée
sentent lorsqu’ils sont réincarnés sur Terre.

Il dut étudier beaucoup pour faire vibrer son cerveau physique terrien (transitoire) à la
hauteur de son esprit spirituel (éternel). Il se prépara de façon rare et singulière pour que soit
possible à l’intérieur de la situation existentielle d’un simple homme terrien, d’être investi par
l’Esprit du Père Célestiel. Même étant qui Il était, et incarnant comme un quelconque esprit
laissé à Lui-même dans le concours des lois évolutives à l’intérieur du patron terrestre, il dut
s’efforcer pour atteindre certaines conquêtes comme tout le monde, pour pouvoir s’habiliter à
servir uni intimement avec le Plus Haut.

La découverte de qui Il était, alors qu’Il était homme terrestre, survint, en vérité, avec
le passage du temps. Il sut toujours être possesseur de certaines caractéristiques intimes et de
potentialités perceptives que n’existaient pas chez les autres. Toujours, il perçut le pouvoir
personnel qui émanait de Lui et cherchait à se discipliner avec le propre sens moral qu’il
disposait pour bien administrer ces forces qui Lui venaient doucement de l’intérieur. Mais
réellement, il méconnaissait ce qui était derrière sa propre existence. Ceci se fit lentement.

Quant à la conscience de tout ce qui était derrière sa sublime personne se fit présent
de façon pleine et absolue, il n’avait alors plus la grâce de la bienheureuse et équilibrée
compagnie paternelle de José, car le même avait déjà désincarné. Il conta, à sa mère ce que
peu à peu il était en train de percevoir par rapport à lui-même. De ce que nous jugeons dans ce
qui nous est informé, ceci se donna aux environs des ses vingt cinq ans. Il commença aussi à

150
percevoir tous les aspects référents à Lucifer et les motifs pour lequel il résolut incarner de
cette manière là.

A cette période de sa vie, étaient aussi réincarnés tous les ex-rebellés répandus parmi
de nombreuses situations existentielles de cette époque, à savoir les soldats romains qui
servaient en Palestine, diverses personnalités judaïques et romaines, le peuple qui Le suivait et
écoutaient Ses prédications , les membres de quelques sectes judaïques , tous les membres du
sanhédrin, des apôtres, des disciples et des adeptes, des familiers et des personnes connues
proches, enfin, tout l’ensemble des personnes qui d’une façon ou d’une autre , interagirent
avec la vie de Jésus.

* Nt : Temporairement, et dans un but de protéger son organisme, pour que les trop
hautes énergies (retenues et diminuées ‘en taille’ et… ne détruisent pas son organisme de
chair. Les Gouttes de sang, dont il est parlé, étant un phénomène de sécurité.
Val Ellieh et Val Elliah, respectivement réincarnèrent comme personnage du peuple
juif et appartinrent à la secte des zélotes qui défendait la lutte armée contre la domination
romaine. Cependant ils connurent Jésus, et commencèrent à le suivre durant quelque temps.
Mais ils L’abandonnèrent quand ils conclurent que jamais cet homme ne leadèrait quelque
type de lutte contre Rome. Ils se rencontrèrent de nouveau, uniquement le jour de la
crucifixion, car ils avaient été pris et finirent comme étant crucifiés au coté du Maitre. Ils
n’étaient pas des voleurs, mais des révolutionnaires qui certaines fois volaient certaines
caravanes pour apporter des recours à la cause des rebelles.

Le premier, à l’heure de la crucifixion, entendu, de fait que le royaume de cet homme,


si est qu’il en avait un pensait-il dans sa douleur, n’était effectivement pas du monde terrien.
Pour cela, en respect au crucifié du milieu, car comme il disait, lui et l’autre, avaient fait
beaucoup plus de mal et probablement méritaient la souffrance. Mais, Jésus, n’avait jamais
commis quelque acte qui aurait pu blessé quelqu’un.

L’autre plus révolté que le premier, demanda au crucifié du milieu, le pouvoir


personnel divulgateur pour les libérer.

Yel Liam, aussi réincarna comme juif, personnifiant Judas Iscariote. Assurément le
plus brillant en termes d’intelligence et connaissance parmi ceux qui suivaient Jésus. Jamais il
ne prétendit le trahir de façon bon marché comme il passa dans l’histoire*. En vérité tout ceci
sera éclairé dans le futur.

Val Ellam, réincarna comme légionnaire romain, personnifia le centurion qui


commanda la crucifixion du Maitre.

Lucifer, qui commença à accompagner personnellement Jésus depuis le moment du


baptême, cherchait à tout prix en observant quelque fragilité dans cet homme étrange pour
qu’il puisse exercer son joug obsessif. Mais il ne la trouva pas.

Satan, entretemps, reconnu de près dans la personne de Judas Iscariote, l’antique


compagnon de rébellion, Yel Liam et avec le consentement de Lucifer, il commença à agir
vibratoirement avec lui aux points faibles de l’orgueil et de la vanité personnels de Judas,
lesquels, donc, il connaissait bien.

151
Il chercha cependant, par tous les moyens, à trouver quelque manière de retarder et de
mettre fin à l’incommode présence de cet homme étranger au patron existentiel terrien. Il
incommodait aussi Satan, le fait qu’Il le regarde dans les yeux, ce qui dans son analyse était
impossible puisqu’il se trouvait dans l’astral.

Quoiqu’il en soit, quoiqu’il prétende, pensait Satan, il fallait empêcher cet homme
d’aller plus en avant. Il commençait à incommoder disant, qu’il appartenait à ‘un royaume qui
n’était pas de ce monde’, d’un Père qui était dans le ciel et donc pour Satan, qu’il ne pouvait
pas aller plus en avant avec de telles idées qui commençaient à influencer beaucoup d’esprits.

* NT : D’autres sources, très sérieuses auxquelles on ne peut douter, confirment


que Judas Iscariote, chercha à protéger son Maitre, mais jamais à faire quelque marché,
comme il est indiqué ignoblement.

En Judas, il finit par trouver le champ propice à l’agissement obsessif. Mais de fait,
Satan, influença toutes les principales personnalités judaïques et romaines engagées dans cette
fatidique décision de crucifier le Maitre.

Lucifer en vérité, était si concentré et inquiet avec la personne de Jésus, que


pratiquement il abandonna la fonction ‘d’esprit pensant’ du mouvement. Satan et d’autres
beaucoup plus proches, à partir de ces événements, commencèrent à assumer, de fait, ce qui
restait de la rébellion.

Il y avait tellement de pression sur le Maitre que ses assesseurs (lorsqu’ils perçurent le
dédoublement inévitable du mouvement des ombres et de l’ignorance planétaire qui
culminerait avec la souffrance personnelle de Celui qui ne méritait pas de souffrir),
sollicitèrent du maitre ‘une rencontre personnelle’ avec Jésus. Ils étaient au point d’interférer
dans l’histoire planétaire.

De leurs navires stationnés proches de la Terre, ils accompagnaient profondément


perturbés le déroulement des faits. A chaque moment, cependant, ils se rappelaient, l’ordre
qu’il leur avait été donné par le propre Maitre avant d’incarner, qu’en aucune hypothèse, ils
interfèrent dans les événements. Mais tant était leur affliction dans l’intime, que pratiquement
ils envahirent les espaces les plus proches de la terre et stationnèrent dans un petit vaisseau
dans les hauteurs du mont.

Jésus alla les rencontrer accompagné de quelques uns de ses apôtres. Ceux-ci ne
supportant pas le magnétisme régnant, furent endormis pour qu’ils ne puissent pas témoigner
directement de ce qu’ils ne pourraient pas comprendre. Jésus, élevant ses propres vibrations
pour pouvoir interagir avec les occupants du navire, ‘se transfigura’ et, informé de l’intention
du commandement de la flotte capeline d’interférer une fois de plus dans cette histoire, il finit
par ordonner que sous aucune allégation, soit promut quelque acte de la part de ses hôtes.

Il devait accomplir la volonté du Père et qui était aussi sa propre volonté. Uniquement
l’amour pourrait avoir la condition de faire face à la haine et à l’ignorance. Si autre avait été
l’attitude à suivre, la rébellion aurait elle-même pu se finir, mais cela n’aurait pas résolu le
problème intime des rebellés. A cette hauteur des faits, la rébellion était seulement un fait. La
cause était qu’elle avait besoin d’être traitée et Lui et le Père savaient cela. Si simplement le
mouvement rebelle put être fini par quelque cause externe (et non pas par la propre

152
rédemption des consciences engagées), l’effet est qu’il serait traité, mais non pas la véritable
cause.

La ci nommée transfiguration, cependant, n’a jamais été rien d’autre qu’une tentative
des hôtes célestes d’empêcher la scandaleuse souffrance par laquelle Jésus irait passer. Pierre
un des peu nombreux apôtres présents, réveillé de l’évanouissement’, arriva cependant à
percevoir la présence de quelques êtres étranges, parlant avec le Maitre qui, sous son optique ,
à cette occasion, était uniquement de lumière’.

Lucifer perçut la préoccupation de Jésus à faire accomplir en lui-même toutes les


prophéties, se référant à Lui par les antiques prophètes. Il ne comprenait donc pas, cependant,
pourquoi cet homme agissait de cette manière.

Sous l’optique humaine, peu l’on peut percevoir quant à ce que Lucifer senti dans les
moments dans lesquels il accompagnait, des environnements astraux, les mouvements de
jésus. Il commença à éviter de plus grandes approximations, car à l’exemple de Satan, ce
qu’il l’inquiétait est le fait que cet homme le regardait directement. Ceci ne pouvait pas être
possible, pensait Lucifer. Mais de fait, si cela se produisait, c’était parce que cet homme
n’appartenait pas au patron vibratoire terrien. Cependant, c’était un simple homme et ceci
provoquait une profonde inquiétude dans le grand leader rebelle déjà fatigué.

Une nuit déterminée, Lucifer sentit des environnements astraux d’où il était, la
profonde angoisse de cet homme pleurant, le Maitre était en train de passer par des moments
de suprême angoisse, car il savait que prochainement, il serait fait prisonnier, il perçut de Lui
l’énergie découlant du désespoir dominant qui l’embrasait à cet instant de naturelle fragilité
humaine. Si grand était ce désespoir, qu’en respect jusqu’à même par ce qu’il ne pouvait pas
entendre, il s’éloigna le plus qu’il pu de l’endroit, le jardin de Getsemani ou se trouvait Jésus.
Ses compagnons le regardèrent avec préoccupation car ils ne comprenaient pas ce qui était en
train de se produire.

A ces heures, Satan avait déjà complètement enveloppé Judas et les autres membres
du Sanhédrin, ou d’ici peu, Jésus se laissa comme prisonnier.

Tout ce que Judas voulait était que le maitre assumasse sa condition de supériorité, (il
savait par la, propre convivialité, que Jésus, était supérieur en termes de pouvoir personnel,
aux autres hommes qu’il connaissait), et qu’Il commandasse une fois pour toute, le
mouvement qui soulèverait les juifs à dominer les autres nations. Il savait que ceci serait ce
qui de mieux pourrait arriver pour les nations, car il avait la certitude absolue de la rectitude,
de la sagesse, de la bonté qui émanaient de son Maitre aimé. Et il pensait qu’il ne pouvait pas
y avoir de meilleur roi que son Maitre.

Sous son optique, Jésus présenta toujours de la réluctance lorsque ceux qui
L’accompagnaient de plus près, insistaient pour qu’il assume la leaderance , alors qu’Il était le
messie si espéré. Judas n’avait aucun doute à respect de cela et déposa toute sa bonne foi et
ses intentions dans ce projet. Honnêtement, il croyait en tout ceci. A peine sous l’influence de
Satan, il commença à croire qu’il lui revenait,( alors que jésus ne se définissait pas), de créer
une situation qui provoquasse inévitablement dans la personne du Maitre quelque réaction
dans ce sens espéré.

153
Il conversa avec ses pairs au conseil judaïque et quelques membres du sanhédrin, qui
l’incitèrent à mener en avant l’objectif qu’il avait à l’esprit. Il fut remis des monnaies d’or à
Judas, qui équivoquement a été considéré, comme si il s’était vendu pour trahir le Maître, ce
qui n’était pas vrai.

De la même façon que les organisations modernes offrent certaines prestations à des
personnalités déterminées auxquelles elles désirent rendre hommage, le sanhédrin, à cette
époque, offrit ces monnaies comme une espèce de remerciement à ceux qui rendaient
d’importants services et qui s’engageaient à leurs risques personnels pour le bien de la nation.

De bonne foi, Judas agit et sa bonne foi fut trahie par le peu de vigilance intime. Sous
l’influence de Satan, les faits se déroulèrent complètement à l’inverse de sa volonté. Le
désespoir à partir d’alors, lui creva l’âme au plus profond des sentiments qu’un être humain
puisse sentir et ne supportant plus la convivialité avec lui-même, il plongea son esprit dans
l’enfer du suicide désespéré.

De cet état de souffrance, uniquement il sortit par la miséricorde du Christ qui le


recueillit et beaucoup de travail pour la rédemption de lui-même et de ceux qui l’entouraient.

En vérité les autres apôtres, rien ou peu savaient des plans de Judas et de ce qui
étaient derrière ses intentions. Pour cela, il passa dans les chroniques comme un traitre bon
marché. Mais il ne l’a pas été. De fait, il a été un des peu qui réussirent à percevoir, beaucoup,
de ce qui était derrière le Maitre. A peine, il observa de façon équivoque sous son optique
orgueilleuse, ce qui pouvait être vu sous d’autres aspects. En somme, il vit ce que très peu de
personnes réussirent à voir. Cependant il aperçut ce qu’il voulut ou ce qu’il pu apercevoir
suivant les valeurs d’alors et de ses propres inclinaisons de pouvoir et de grandeur.

Le Maitre, plusieurs fois tenta de lui expliquer qu’il était en train de se tromper quant à
l’aspect messianique de sa mission. Mais avec le passage du temps, et devant l’insistance
radicale de Judas, lorsque le sujet était abordé, à peine il le regardait avec un mélange de
tristesse et de et douceur. Dans certains moments, il réussissait jusqu’à même sourire devant
l’insistance de l’apôtre.

Le jour où Judas conduit les soldats pour le prendre, c’est aussi avec tristesse et
douceur que le maitre le regarda.

Il viendra un jour aussi, ou l’histoire de Judas sera totalement éclairci.

154
Partie 5.

BUT SPIRITUEL
‘Comment obtenir la liberté devant la
propre conscience vivant en plein enfer ?

Atteindre la rédemption : but de tous.

Des Chroniques d’Alt’Lam.

155
Emmaüs Le Mans

BUT SPIRITUEL.

156
BUT SPIRITUEL.

Partie 5. But Spirituel.

1. Compromis d’un groupe.

Avec la sortie de Jésus des environnements terriens, accompagné de ses hôtes et de


Lucifer qui finalement perçu la folie de ses attitudes et se rendit au pied de la croix, Satan
commença alors, maintenant, à être celui qui serait appelé de diable de démon, de bête, etc ;

Comme l’on sait, il n’existe pas de personnification du mal dans un être ou même dans
un groupe. Si avant la présence du Maitre sur terre, le diable était Lucifer, à partir de sa sortie,
la maudite dénomination a été héritée par Satan. Cependant, ni Lucifer, ni Satan, ni même
jamais personne ont été la personnification du mal, si pour cela nous comprenons le contraire
ou l’antithèse du Père, qui personnifie l’amour cosmique.

Ce qui est intéressant, c’est que nous percevions que ce pourraient être d’autres êtres
au lieu de Lucifer et de Satan. Mais le chemin par eux choisi, finit par les mener à un destin
jamais imaginé par personne, et principalement par eux-mêmes. Mais qui pourraient être les
autres à être considérés comme diaboliques. Il est évident aussi d’imaginer de la possibilité
de l’histoire du monde, comment elle aurait été si Charles Martel n’avait pris les décisions
stratégiques quant à l’imminente domination européenne de la part des arabes. Si de ce fait les
arabes avaient dominés l’Europe comment aurait été l’histoire plus récente du monde ?
Meilleure ou pire que ce que nous connaissons ?

157
Comment aurait pu être toute cette histoire si quelques unes des milliers de décisions
que prit Lucifer ou permis qu’elles soient prises en son nom, aient été différentes ou aient été
prises des cours divers de ceux qui finirent par survenir.

Et si dans cette confrontation entre Len Mion et Yel Liam dans un passé très lointain,
ou se dernier tomba en disgrâce, qui aurait été le principal assesseur de Lucifer au cas de
l’épuisement de Len Mion ? Dans ce cas ce serait Yel Liam car à l’époque du problème parmi
les deux, chacun prétendait être une espèce de premier ministre de la rébellion ou quelque
chose de similaire. Si ainsi, il avait été, le ‘diable’ de l’histoire terrienne, assurément aurait
été Yel Liam et non pas Len Mion, conformément au cours des faits qui suivirent.

Au contraire du fait qui survint, serait-il que le dernier acte organisé de la rébellion
sous la tutelle de Lucifer, qui a été appelé de trahison de Judas contre le Maitre, qui rendit
possible la crucifixion et la réédition du leader rebelle, ce serait produit ? Ou, en d’autres
mots, qui aurait été, l’instrument du scandale qui aurait du rendre victime le Maitre ?

Nous tous nous avons été malheureux, durant la période de cette histoire, poussant
dans notre tendance vers le désamour, l’intrigue, la désagrégation, la rébellion, le
comportement orgueilleux, tout autant qu’ont été Lucifer et Satan. Rien de plus.Cela aurait pu
être quelqu’un de nous au lieu de Satan. Mais ça été lui, avec ses pièges, stratégies, force et
désespoir communs, comme n’importe quel soldat en pleine fureur d’une bataille, au
commandement de ce qui restait du mouvement rebelle à partir de là.

Ce fut de cette forme là, ensuite après la crucifixion de Jésus, que Satan et les hôtes
des ombres, s’affrontèrent avec Michael et quelques membres des assesseurs du Maitre, dans
un déterminé environnement astral lié à la terre.

Satan exigea que lui soit informé à propos de Lucifer, qui selon lui, avait été kidnappé
ou même (sic) détruit, par les forces que lui-même n’avait pas perçu.

Michael expliqua, que Jésus était en vérité, la personnification terrienne du Maitre


Cosmique, contre lequel lui et Satan, s’étaient rebellés dans le passé et qui par amour pour
tous, Il s’était soumis à tout, pour pouvoir venir parmi ses frères et sœurs aimés, à peine
apportant la veste amoureuse d’un homme terrien qui donne tout et qui n’avait rien à
demander en échange. Il avait simplement aimé tout et tous. Et c’est devant cet amour que
Lucifer s’était repenti, et par pur incapacité énergétique de se maintenir debout, il succomba
devant le Maitre en raison de la perception de son erreur.

Mais pourquoi demanda Satan, Lucifer ne s’était il pas diriger directement à eux ?
Michael lui expliqua l’impossibilité d’un tel fait , pour la simple raison que Lucifer était en
train de passer par une espèce d’évanouissement ou d’implosion énergétique et qu’il avait
besoin d’un certain temps pour se refaire minimement.

Et il y eut une guerre dans les cieux, comme nous conte l’apocalypse (Jean, 12 :7-9)

Il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le
dragon et ses anges combattirent, 8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut
plus trouvée dans le ciel. 9 et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le
diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent
précipités avec lui.

158
Satan, de ce fait devint fou dans ce qu’il jugeait être une trahison devant les règles du
jeu cosmique et il commença, à agir comme le plus aveugle des généraux en plein désespoir
quand il perçoit l’imminence de la déroute. Dans les heures, survint la reddition ou tout devint
encore une fois plus confus. C’est ce qui arriva avec l’histoire de la Terre, à partir d’alors.

Comme général acculé dans sa dernière tranchée, Satan partit pour le développement
de stratégies qui lui permirent le contrôle énergétique de la planète. Il fit tomber son joug sur
les peuples et les nations.

Il traça toute sa planification, investie principalement dans la division, parce que sous
son optique, le grand danger serait la création future d’une espèce d’unité planétaire, ce qui
faciliterait la réintégration cosmique de la planète. Et réellement, nous divisons et
désagrégeons tant que nous perdons la notion d’ensemble. La citoyenneté planétaire devant le
cosmos existe. Nous sommes, oui, détenteur, de citoyenneté régionales, nationalistes, au
détriment d’un global qui nous identifie, véritablement comme terrien. Le troisième
millénaire assurément développera la vision d’ensemble, de ce qu’en vérité nous formons.

Diviser pour affaiblir. Ceci a été la première grande préoccupation de Satan.

Son implantation a été si bien faite que la nécessaire conscientisation devant le


problème commence seulement à se donner aux jours d’aujourd’hui et le pire : à niveau
individuel et non pas collectif. Mais c’est déjà quelque chose. En vérité pour le point ou nous
arrivons, c’est beaucoup de choses. Jusqu’à parce qu’il n’y a pas d’autre manière pour que
nous sortions de cette situation de stagnation.

De fait, il est difficile de percevoir les macro-forces qui nous gouvernent, vivant
insérés à l’intérieur du propre système.

Tout sur Terre est conventionalisé et défini conformément à des intérêts idéologiques
et des ambitions mégalomanes qui insensiblement, se superposent aux droits et aux nécessités
légitimes de l’être humain.

Les élites dominantes aussi méconnaissent le véritable sens des choses et du plan de
fond de l’existence humaine terrienne, car elles ont aussi été conditionnées depuis de très
nombreuses générations, résultant en esclaves de leurs propres ambitions limitations et
fragilités.

L’être humain uniquement transcendera s’il est disposé à une confrontation, à un


questionnement sincère, honnête et pur, dans lequel l’image de soi même , du monde, du
système qui l’entoure, de ses croyances, de ses objectifs actuels de la vie, connaissances de
bases, soient passibles de révision , réflexion, analyse et reformulation.

Une des grandes caractéristiques du monde actuel est le fait qu’il n’y a plus personne
qui réussisse à dire ce que tous pensent. Et ceci est irréversible. Cependant, nous nous
habituons à nous préoccuper avec de grandes calamités qui pourraient survenir lorsque le
véritable danger pour l’humanité ne sont pas les catastrophes qui surviennent aussitôt, comme
les explosions volcaniques, les tremblements de terre* etc… le grand problème sont celles qui
surviennent et sont formulées lentement au long du temps. Et Satan était maitre à formuler de
tels procédés et de les semer parmi l’humanité terrienne désavisé des plus grands objectifs

159
existentiels. Et il le fit avec une très grande propriété et efficacité. Jusqu’aux jours
d’aujourd’hui nous sommes tous en train de désarmer une grande bombe spirituelle fixée sur
notre Terre, dont l’architecte a été Satan.

Il travailla toujours très bien sur les élites dominantes. Il est difficile durant ces deux
derniers millénaires, d’avoir quelque groupe de type de pouvoir temporel incarné sur quelque
cadran de la Terre qui n’est pas été minutieusement étudié et postérieurement enveloppé, (que
ce soit par une partie de ses membres) par l’esprit de Satan et de ses stratégies de
désagrégation et de domination énergétique.

NT : L’auteur fait mention des catastrophes naturelles de physiologie terrestre,


intrinsèques à la nature planétaire mais nullement à des catastrophes causées et
provoquées par ingérence de l’homme, dont nous connaissons tous les résultats.

Après le débat désespéré avec Michael dans l’astral terrien, et pour ne se voir respecté
dans ses questionnements Satan plongea sur l’Empire Romain, alors le plus important de la
planète, et pénétra à fond dans les entrelignes du pouvoir temporel d’alors.

Caligula, Néron et autres de cette époque, servir ses desseins même inconsciemment.
la mort des chrétiens dans les cirques romains, les guerres, les intrigues et tout ce qui au plus
désagrégeait a été primitivement orchestré par Satan. Mais énormes étaient les passions
humaines qu’il avait uniquement besoin d’incendier au début. Le reste, venait en raison de
notre non vigilance. En vérité nous simplifions et nous facilitons beaucoup trop l’effort des
hôtes des ombres.

Cependant, après la crucifixion du Christ, peu à peu les membres des diverses familles
capelines qui étaient incarnées commençaient à retourner dans les environnements spirituels
et lorsque c’étaient possible, ils étaient informés, qui était réellement Jésus.

Avec la conscience des faits, l’ensemble de ces esprits malheureux, acquit une espèce
de trama conscientiel auquel ils n’ont toujours pas réussi à se libérer.

Pour la seconde fois, les membres de ces familles avaient affronté orgueilleusement le
Maître des Maitres. Et énorme était la charge énergétique de cette conscientisation, qu’ils
résolurent d’assumer un compromis ensemble de rédemption planétaire.

Tous eurent à partir d’alors, des réincarnations avec un grand poids karmique jusqu’à
se libérer des grilles conscientielles.

Pour cette période, quatre personnages engagés tout au long de ce présent travail ,
eurent des réincarnations comme personnes ayant des déficiences physiques, mutilations,
lépreux, esclaves et autres situations existentielles communes à la dure réalité terrienne ,
purgeant ainsi, un peu de leurs fautes.

Tout ceci survint sous l’égide de la Rome Impériale.

160
BUT SPIRITUEL.

Partie 5. But Spirituel.

2. Dans l’Empire Romain.

Avec la chute de l’Empire Romain de l’Occident, une profonde stagnation couvrit le


monde européen. L’analphabétisme et l’ignorance dominèrent en toute part. Seulement avec
Charlemagne (742-814) survint une certaine réorganisation du monde dispersé, car il fut mis
une fin à l’anarchie sociale et politique qui s’étaient établies. Il y eu une promotion, disons,
une renaissance de la civilisation et de la culture.

Les hôtes des ombres, alors, investirent personnellement, cherchant à provoquer, dans la
contrepartie terrienne, un autre important aspect énergétique que, lorsqu’il est produit dans les
cœurs les moins vigilants, laisse tous à sa merci : le fanatisme religieux.

En vérité une nouvelle version, plus moderne, de cette posture démente, car il y a très
longtemps, depuis les temps atlantes, elle a commencé à être pratiquée dans les entrelignes de
l’histoire terrienne. Il ne pourrait même ne pas en être différent, car ou manque la raison,
domine la croyance irrationnelle.

Un nouveau vent rénovateur balayât ces quelques moments dans lesquels la réforme
commençait à se faire présente dans le quotidien européen. Beaucoup tentaient d’améliorer et
de rendre digne le culte religieux mais tout ce qu’ils réussirent à faire fut d’avoir leur vie
annihilée par le feu inquisiteur.

161
Finalement surgit Luther. Lui-même tant bien que mal, tenta de développer chez les
chrétiens un minimum de dignité, et de ce fait retira du sein de l’Eglise catholique,
l’exclusivisme du culte du Christ.

Sa lutte personnelle, cependant, servie de base pour que s’accomplisse une des prophéties
constantes dans l’Apocalypse. Cette livre, pour information, devra en bref, dès que les
circonstances le permettront, recevoir diverses informations ‘plus modernes et actualisées’ de
ses mythes mystérieux. Beaucoup ont été accomplies, et quelques peu, avec un niveau
satisfaisant de faits, malgré, qu’aucune ne soit sortie qui interprète tout le livre des prophéties.

De nombreuses se réfèrent au Pape, comme étant celle de la Bête prédite par Jean Ce qui
n’a pas été le cas, mais, même avec toutes les fragilités du procédé religieux terrestre, les
masses ont toujours eu besoin de quelque type de leaderance qui les achemine pour quelque
sens dans la vie. Il est évident que survinrent beaucoup de mauvais chemins, mais l’on ne peut
pas débiter un problème général sur les épaules de peu d’individus.
L’Eglise catholique, avec ses faits et erreurs, a été, parmi les organisations terrestres
de l’époque à laquelle nous nous référons, l’unique à promouvoir quelque type d’organisation
dans le chaos qui dominaient le monde. Parfaite elle ne pouvait pas être, par le simple fait
d’être formée par des hommes et des femmes imparfaits, comme de ce fait, est ainsi tout ce
qui existe dans notre monde et qui a la main de l’être terrien.

L’on peut paraître surpris et trouver étrange que Satan n’est pas agit initialement avec
beaucoup d’emphase dans le milieu catholique pour affronter les grands missionnaires qui,
éclairés par la miséricorde du Christ, donnèrent le meilleur d’eux même, de leurs esprits
incarnés dans l’avancement de la foi de ceux qui croyaient dans l’Eglise d’alors, le grand
pont mystique qui les relierait à l’amour du Père.

Non, mais ensuite , il fit réincarner dans ce milieu, les esprits qui lui étaient de facile
domination vibratoire pour qu’ils exercent sous son commandement , de l’astral, son
douloureux joug. Et c’est sur cet aspect que certaines pages de l’apocalypse nous parlent.
Alors, allons concentrer notre attention sur le chapitre spécifique qui se réfère ‘aux deux
bêtes’.

Jean dans le chapitre 13 de l’Apocalypse dit :

‘ Puis je vis monter de la mer une bête’ (l’Eglise, quelques temps après François
d’Assise et Antoine de Padoue) ;

‘Le dragon (Satan) lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité. Et je
vis l'une de ses têtes comme blessée à mort (Luther et l’avènement de la réforme) ; mais sa
blessure mortelle fut guérie (avènement de la Contre Réforme catholique). Et toute la terre
était dans l'admiration derrière la bête.

Et ils adorèrent le dragon, (ils commencèrent à pratiquer leurs desseins à travers des
haines , des persécutions et du fanatisme de tout ordre à l’intérieur de la propre Eglise)
,parce qu'il avait donné l'autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable
à la bête, et qui peut combattre contre elle ? (qui pourrait affronter la force de l’Eglise à
cette époque ?)

162
Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ;
et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois. (Une certaine période de
temps)

Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints (esprits de lumière réincarnés au sein
de l’Eglise), et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute
langue, et toute nation. (L’Eglise interférait sur tous les gouvernements d’alors),
Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la
fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé. (Ces esprits qui en
désincarnant après la crucifixion de Jésus, se compromirent avec Sa cause fraternelle de
libérer la Terre des forces des ombres).

Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles
d'un agneau, (les inquisiteurs jésuites paraissaient étant en train d’agir au nom de Jésus,
l’Agneau du Père) mais qui parlait comme un dragon. (Mais agissait de façon diabolique et
horrible, comme était la volonté de Satan qui cherchait à tout prix, à maintenir le bas
patron vibratoire terrestre).

Elle (les jésuites inquisiteurs) exerçait toute l'autorité de la première bête en sa


présence, (les jésuites étaient alors protégés par l’Eglise) et elle faisait que la terre et ses
habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. (Qui n’adorait
pas l’Eglise était considéré comme hérétique, et alors, exterminé par les tribunaux
inquisiteurs).
Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, (les
verdicts des tribunaux de l’inquisition inspirés par Satan et ses assesseurs de l’Astral) et
qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués. (Les considérés
hérétiques, qui ne se soumirent pas à son joug inquisiteur).

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une
marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans
avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. (Qui n’était pas véhiculé à
l’Eglise était aussitôt maudit, ayant tous ses biens familiers volés, ne pouvant donc, plus
vivre dans les sociétés de l’époque dominées par le pouvoir de l’inquisition*).

Même possédant parmi ses membres des esprits merveilleux comme Antoine de
Vieira, Jose d’Anchieta, Manoël de Nobrega, parmi beaucoup d’autres, les jésuites finirent
par servir comme principal instrument, (ensemble avec des membres de tous les ordres
comme les dominicains et franciscains), au joug de Satan.

C’est de cette façon là que Satan implanta un autre grand venin dans l’œuvre
rédemptrice du Maitre : à travers le fanatisme qui n’est rien d’autre qu’une maladie psychique
de difficile soin, car elle établit un inter change entre les postures mentales désordonnées et
maladives, avec la respective production dans l’organisme biologique, de certaines substances
chimiques qui a leur tour, donnent une libre expansion à des actes de folie. L’acte violent
commis, destitué de quelque sentiment fraternel, plus de vibrations délétères produites pour
faciliter la domination des forces des ombres. Ceci a toujours été le jeu du quartier général de
ce qui restait de la rébellion.

163
Rendre le fanatisme une attitude mentale déterminante de ces jours pour faciliter
l’exécution de ses propres objectifs, a cependant été la seconde grande préoccupation de
Satan, depuis qu’il assumât le commandement en substitution de Lucifer.

Le livre prophétique de l’Apocalypse, bien qu’il avise, n’a pas encore été dument
compris. En dehors de ce qu’il a déjà été manipulé de nombreuses fois dans diverses époques.

Un jour viendra cependant, ou tout ceci sera dument éclairci.

NT : Que la lectrice, le lecteur se réfère aux prodigieux travaux effectués par le


Marquis de Pombal contre l’inquisition, qu’il ou qu’elle accède aussi aux livres d’Eugène
Sue ; ‘Les Mystères de Paris’, ou sont détaillés quelques uns des rouages de l’abominable
inquisition. Dans notre histoire européenne l’inquisition est un des pires fléaux qui soient
survenus, (nous arrêtant au début du siècle de notre histoire), car elle fit tomber dans le
chaos la civilisation et réussit presque à la faire disparaitre trainant et emportant avec elle
ses millions de morts.

En vérité certains avis très très importants ici présents, se réfèrent de façon singulière,
au temps présent. Il est dommage cependant, que peu ou rien ne soit perçu. Mais ne tardera
pas à ‘sonner la septième trompette’, parce qu’avec elle s’accomplira le mystère du Père, en
accord avec la bonne nouvelle qu’il confiât à ses serviteurs, les prophètes.

A l’époque de l’inquisition, divers membres de la famille Val et Yel, en dehors de


beaucoup d’autres aussi, sollicitèrent du Plus Haut l’opportunité d’inclure pour terminer ce
long mauvais cheminement spirituel qu’ils venaient alors de poursuivre et nombreux parmi
eux réincarnèrent pour mourir dans les buchers inquisitoires purgeant ainsi, leurs fautes
prétérites. Mais à l’intérieur de leurs possibilités, ils finirent enfin cette fois ci, pour de bon, à
rester fidèles aux nobles objectifs du Maitre, même lorsque le feu de l’ignorance d’alors
consumait leurs corps transitoires, libérant leurs esprits pour de nouveaux apprentissages dans
le futur.

164
NT : Note additive de l’auteur lors d’une de ses conférences à Natal au Brésil en
2008
Un des plans récents des ombres , pour tenter d’annihiler définitivement les efforts
conjurés des assesseurs du Maitre , a été dans leurs désespoirs en démence, juste avant la
seconde guerre mondiale de faire réincarner cinq esprits de la même portée qu’Hitler, mais
dans cinq pays différents. La haute Spiritualité, par l’intermédiaire d’une entité de très
haute portée spirituelle, réincarnée dans une tribu dite ‘primitive’, réussit à localiser et à
attirer magnétiquement vers elle chacun des ces esprits, par l’intermédiaire de la grossesse
et donna naissance à chacun d’entre eux, afin de protéger l’humanité d’un fléau
dévastateur, longuement ourdi par les ombres. En raison de la très haute énergie d’amour
émanée de cette mère, chacun d’entre eux (avec une énorme thérapie de réduction de leur
fréquence vibratoire karmique négative) ne pu supporter autant de lumière et ils décidèrent
les uns après les autres de s’en aller, en désincarnant brièvement (de leur propre chef)
après la naissance.

BUT SPIRITUEL.

Partie 5. But Spirituel.

3. Tentatives Récentes.

Courrait le temps terrestre au environ du XVIIIème siècle.

Guerres et conflits de tout ordre marquèrent le quotidien planétaire. Satan, donc, avait
besoin de se dédier à ce ministère, mais avec propriété, parce que c’était le propre être
humain, qui indépendamment des plus grandes influences venues de l’extérieur, promouvait
par sa propre animation d’infortune et la terreur à travers du culte effréné des passions qui
toujours caractérisaient sa vie intérieure.

Au milieu du chaos vibratoire, des esprits de diverses familles d’exilés réincarnèrent,


alors, avec des objectifs rénovateurs dans les domaines de la musique, de la philosophie, de la
religion, de la science et de la politique du monde terrien.

Il était nécessaire d’adoucir, un peu plus, la sensibilité humaine fatiguée pour la stimuler à
de nouvelles élévations de l’esprit.

Cela a aussi été l’époque des éclaircissements, des lumières et de libération politique.

165
Très nombreuses ont été les nations qui initièrent leurs procédés d’indépendance, pour,
dans le siècle suivant, atteindre la si désirée autodétermination.

L’indépendance des Etats-Unis survint en 1776. Ce fait finit par générer dans le reste du
monde des effets rénovateurs qui iraient, provoquer plus tard la Révolution Française et divers
procédés de luttes libératrices nationales.

Nombreux ont été les membres d’une autre famille d’exilés de Capela, la famille Ulsh, à
réincarner devant ces mouvements révolutionnaires.

Stratégiquement distribués sur les terres du Portugal et de l’Espagne, quelques uns


d’entre eux, et la grande majorité dans les terres du Nouveau Monde, découvertes à travers
des grandes navigations.

Cette famille spirituelle qui était formée, au temps de Capela, d’approximativement de


7800 individualités, avait comme objectif principal, à l’intérieur d’une grande stratégie
d’évolution planétaire, d’élever le niveau de vie du continent latino-américain.

A cette époque, environ la moitié de ses membres, se trouvaient toujours sur l’orbe
terrestre. Ce sont eux, qui durant presque trois siècles, se dédièrent aux causes
libérationnistes. D’autres familles d’exilés aussi participèrent à ce procédé mais sans
l’expression ni l’importance que les frères et sœurs d’Ulsh eurent.

Aux jours actuels nombreuses sont les familles qui ce dédient à ce ministère avec des vues
d’élévation de dignité existentielle des peuples africains.

Si l’histoire de la terre était un jour contée sous l’optique de chacune de ces familles…

Mais d’autres objectifs spécifiques étaient embrasés sous l’effort et l’attention de divers
groupes de travail.

Il était nécessaire de diminuer l’influence délétère que certains foyers organisationnels


répandent encore à travers le monde. Quelque chose avait besoin d’être fait, car la Terre devra
se préparer pour la future réintégration.

Quelques membres des familles Val, Yel et Ulsh, réincarnèrent obéissant à l’objectif
stratégique sur les terres du Portugal, de l’Espagne, de l’Italie et la France.

Quelques temps après, en 1767, le roi d’Espagne Carlos III, ordonna l’expulsion des
jésuites de tous les territoires espagnols. Les souverains de France, du Portugal et de
nombreux états italiens suivirent l’exemple.

Plus tard en 1773, devant la pression des principales cours catholiques, Clément XIV (Val
Ellieh) décréta la dissolution de la Compagnie de Jésus, dont une partie des membres,
insistait toujours de façon inconscience, dans les antiques idéaux sataniques d’empêcher le
progrès planétaire.*

L’on sait peu de l’importance qu’il y eut pour le futur de la Terre de la fin du jésuitisme
dans les patrons pratiqués d’alors. Même plus tard ayant ses filières recomposées, ce qui est
important est qu’il n’était plus au service vibratoire des forces des ombres.

166
Ce qui est important de savoir, c’est qu’à partir de 1773, Satan perdit le contrôle sur un
établissement hautement discipliné qui avait une pénétration dans les plus grandes nations ,
les jésuites répandus à travers le monde et sous l’appui de l’Eglise , avaient un libre accès
parmi la majorité des peuples, et dans cet aspect , résidait le principal composant de leur
force, car ils pouvaient facilement interférer dans tous les gouvernements promouvant des
intrigues et des conflits , afin de bloquer l’avancement des forces rénovatrices.

*NT : Que la lectrice, le lecteur se réfère aux prodigieux travaux effectués par le
Marquis de Pombal contre La Compagnie De Jésus (branche maitresse de l’inquisition),
qu’il ou qu’elle accède aussi aux livres d’Eugène Sue ; ‘Les Mystères de Paris’, ou sont
détaillés quelques uns des rouages de ce réseau souterrain de l’abominable l’inquisition.

*NT : La Compagnie de Jésus, finit par quasiment contrôler quelques uns des
principaux pays d’Europe, à savoir, le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie.

Il y a une certaine tendance à qualifier quelques segments religieux et philosophiques


comme étant ‘l’incarnation’ de ceci ou de cela, comme si une organisation déterminée,
système d’idées et/ou de cultes pouvait être par soi-même uniquement responsable pour
quelque chose. Il est évident que l’ensemble des idéaux, des formules de procédés, des idéaux
et des expectatives, forment un ensemble vibratoire qui attirera ou repoussera certaines
énergies.

Nous devons cependant, approfondir l’analyse et percevoir que le problème n’est pas
ou n’était pas dans l’Eglise Catholique, dans le Spiritisme ou quelque autre forme de religion,
dans le Capitalisme, dans le Communisme, dans la Monarchie, dans la république, dans les
dictatures et dans les démocraties, malgré que, nous en convenons, quelques uns de ces
procédés facilitent le progrès individuel et collectif alors que d’autres retardent ou même
empêche l’avancée évolutive. Le problème, en réalité, est dans l’élément qui forme la base de
quelque procédé organisationnel : l’être humain.

Il est simplement impossible qu’un quelconque de ces systèmes antérieurement cités,


ou quelques autres, fonctionnent bien, si le propre être humain ne donne pas sa contre partie.

Nous sommes à tout moment, tentant d’améliorer les systèmes qui nous entourent, et
c’est le mieux que nous fassions, mais nous ne pouvons pas oublier de nous améliorer nous-
mêmes sous peine que nous vivions comme nous l’avons fait jusqu’à aujourd’hui.

Au final du XVIIIième siècle, surgit le plus grand des mouvements libérateurs avec un
profond sens idéaliste, qui a été la Révolution Française, mais qui pour ne pas avoir rencontrer
la contrepartie due dans l’élément basique du procédé de changement, le propre homme, finit
par créer durant un certain temps une situation existentielle si délabrée ou pire que celle
qu’elle prétendait combattre.

L’on rêvait de modifier les systèmes, sans cependant modifier l’homme ; Imaginons,
comme toujours (de la façon équivoque comme nous imaginons), d’améliorer un monde
extérieur sans qu’il y ait la plus minime des améliorations dans l’intérieur de l’être humain.

167
Jésus connaissait en profondeur, la ‘manie des terriens’ à chercher à l’extérieur d’eux-
mêmes des remèdes pour les maux intime comme si cela était possible.

Beaucoup jusqu’à aujourd’hui L’appelait de révolutionnaire politique qui désirait


interférer dans le pouvoir temporel du temps dans lequel Il vécut. Erreur de leur part.
Lorsqu’il dit : Donnez à César ce qui appartient à César’, c’est parce qu’il savait que quelque
pouvoir temporel sur la terre, ne serait ni bon ni mauvais pour appartenir aux hommes de
telle ou telle nation. Il savait que le problème n’était ni à Rome, ni en Judée, ni en Grèce ou
dans quelque groupe ethnique.

Imaginons même, si un groupe d’alors, avec sa posture religieuse radicale, avait formé
un grand empire, à l’exemple de celui que fit Rome. Serait-il qu’il n’aurait pas imposé son
joug religieux sur toutes les nations, interdisant par l’intermédiaire de la violence, la liberté du
culte individuel et collectif de chaque peuple ? Le pouvoir de Rome pour le moins permettait
que les peuples conquis exercent avec une certaine liberté dès lors qu’ils n’interféraient pas
dans le pouvoir administratif de l’empire, le culte religieux qui les distinguait.

Sachant de tout cela et de beaucoup plus, le Maitre centralisa tout son témoignage
exactement dans le remède capable de soigner la profonde maladie spirituelle des terriens :
l’amour. Unique sentiment capable d’être généré dans l’intime de chacun et à partir de là,
améliorer tout autour de l’être humain, que ce soient les systèmes religieux et politiques
comme la propre coexistence avec les membres d’une société planétaire si divers dans leurs
caractéristiques existentielles.

Il fit plus. Il enseigna et témoigna jusqu’au pardon aux adversaires dans la journée
terrienne, aux ennemis apparents. Il le fit ainsi parce que sachant, alors que s’il n’existait
alors même qu’un seul sentiment de haine dans l’esprit de l’être humain, celui-ci ne pourrait
donc pas évoluer. Il se permit donc, d’être le meilleur exemple de pardon envers son prochain
jusqu’à ceux qui l’avaient crucifié, comme aussi pour tous ceux qui causèrent indirectement
sa mort.

Il fit encore plus. De façon merveilleuse, il exposa par le sermon aux ‘bienheureux
ceux qui souffrent’ (Voir le sens parabolique), toute la signalisation nécessaire pour ceux qui
seront les héritiers de la Terre, après la réintégration cosmique de la planète, et le royaume des
cieux.

Exhortant la simplicité du cœur, les douleurs terriennes, parce qu’il savait qu’elles
serviraient de facteur évolutif ; la mansuétude (pour ceux qui cherchent incessamment
l’amélioration planétaire), la miséricorde, le pardon et la pureté des sentiments. Le maitre
signala à tous l’unique manière de progresser et de nous libérer une fois pour toutes du
stigmate luciférien.

Pour cela il offrit sa propre souffrance parce qu’il savait que ce serait l’unique manière
d’éviter beaucoup plus de douleurs encore pour ses frères et sœurs, pour Lui pasteur de ses
brebis égarées.

C’est une peine que nous continuions à chercher en dehors de nous-mêmes le remède
qui n’existe pas. Comme toujours, nous ne le trouvons pas, et nous mettons la faute de
l’insuccès terrien dans les systèmes politiques et religieux crées par l’homme. Nous sommes
si malades, que nous faisons même des guerres pour défendre le capitalisme, le communisme,

168
le catholicisme, le protestantisme, l’islamisme et comme le disait John Lennon ; C’est
tellement. ‘Une doctrine par ici, une autre par là’, que nous oublions de donner la chance à la
paix.

L’Eglise, finalement, avec la dissolution des jésuites, était libre de la puissante


interférence des ombres. Elle se renouvela dans ses grandes filières et grande a été la quantité
d’esprits éclairés qui réincarnèrent dans le sein catholique à partir d’alors. Les Ombres ne
réussirent plus à dominer l’organisme religieux du catholicisme, et par chance, aucun autre de
ceux qui formaient la culture religieuse terrienne de cette époque.

Malheureusement, encore une fois, ils réussirent à envelopper temporairement


quelques membres de tel ou tel mouvement religieux. C’est inévitable qu’il en soit ainsi, car
dès lors qu’il y aura des ombres, il existera toujours quelqu’un chez les incarnés qui servira
d’instruments aux équivoques objectifs de ceux qui s’obstinent et tentent, à tout prix,
d’empêcher le procédé de réintégration cosmique de la Terre.

Ainsi ils procèdent parce qu’ils sont connaisseurs qu’avec la réintégration cosmique,
ceux qui vibrent en harmonie avec les idéaux des ombres, du désamour, de l’inquiétude, de
l’angoisse, des postures violentes etc… ne resterons pas sur terre. Est proche le moment dans
lequel nous n’aurons plus les ombres comme force organisatrice pour nous empêcher dans le
progrès planétaire. Ce qui restera, sera amoureusement traité, et il est bon de ne pas oublier
qu’il n’y a pas un seul être humain de ceux qui vivent actuellement sur Terre, qui un jour
n’ont pas été affilié avec leurs hôtes et qu’ils ont été aidé par quelqu’un ou par plusieurs dans
certains moments de leur journée évolutive. Il est l’heure donc, que nous recherchons à aider
ceux qui ont encore laisse tomber leurs esprits dans cette inertie existentielle.

Alors que l’Eglise était en train de commencer à perdre sa capacité d’interférer dans
les intérêts des nations, le quartier général de la rébellion résolut se dédier à peine à certaines
stratégies spécifiques Elle se retourna alors vers le champ de l’existence humaine dans lequel
elle avait peu agit jusqu’alors parce que l’être humain était le maître à promouvoir sa propre
disgrâce ; les guerres.

Cela commença avec l’avènement de la Révolution Française annihilant ses plus


nobles idées. Tout le travail des pensées des hommes et femmes illuminés, illustres esprits
appartenant à diverses familles d’exilés qui réincarnèrent avec l’objectif d’éclairer et de
rénover , ont été durant un certain temps assaillis par une avalanche de haines, d’intolérances
et d’ambitions de tout ordre qui servirent d’environnements propices à l’action de Satan et de
ses assesseurs.

De toute façon, la Révolution Française transforma de nombreuses circonstances


existentielles terriennes ; en finit avec le régime absolu, avec les criminelles obligations
féodales, avec les privilèges de naissance, avec l’union entre l’Eglise et l’Etat et transforma,
finalement les soumis en citoyens. Les idées révolutionnaires se répandirent dans toute
l’Europe à partir de Napoléon. Et cet ensemble de nouvelles valeurs et postures finit,
directement ou indirectement, par modifier l’environnement politique à ses côtés.

Depuis les temps de l’Atlantide, ces êtres ne s’étaient pas dédier avec autant
d’affirmation à une question d’ordre politique, sous l’optique terrienne et stratégique, sous
leur optique à eux. Même avec tout l’effort des ombres, le mouvement rénovateur réussit
quand même et encore à produire de bons fruits. Mais réellement, les ombres réussirent à

169
miner l’aspect de solidarité, du pardon au prochain, enfin, de l’amour. En vérité, elles
minèrent ce qui était le plus important et jusqu’aux jours d’aujourd’hui, divers esprits qui
participèrent à ces instants héroïques, ne se pardonnèrent pas encore pour certaines options
qu’ils se permirent de suivre.

BUT SPIRITUEL.

Partie 5. But Spirituel.

4. Succès et Fracas

Comme nous l’avons déjà affirmé antérieurement, depuis longtemps tout ce qui existe
sur Terre, se trouve définit en accord avec les intérêts non ‘confessables’ , qui sans aucun
type de scrupule et de forme criminellement insensible, se superposent aux droits légitimes de
l’être humain.

Ainsi donc, l’on ne devrait pas imposer des limites aux possibilités, parce qu’elles sont
infinies et que la prétendue connaissance humaine est finie. Cependant nombreux agissent de
cette façon là, démontrant par là que de l’infini nous avons à peine le propre orgueil.

Les forces des ombres, pour vivre en pleine illusion des sentiments pervertis,
s’organisent toujours dans le sens de distordre la vision de l’homme et de la femme
terriennes quant à certains aspects de la réalité existentielle. Grande a été leur intention et
apparent leur succès, durant de nombreuses époques, qu’il devint pratiquement impossibles à
percevoir les macros forces qui nous gouvernent. En dehors de cela nous naviguons dans le
propre champ de bataille et profondément compromis avec les vices du système politique en
vigueur, les élites politiques dominantes, facilement se permirent d’être contrôlés par les
esprits désincarnés hautement entrainés dans la technique de l’obsession, à partir de là, avides
et cruels instruments de domination de dehors.

Ce n’est pas en vain que la valeur de la vie humaine sur Terre a toujours été zéro, ou
pire en dessous de cette marque, parce que serait encore généreuse l’indifférence supposée

170
dans l’absence de quelque unité mesurable, qu’elle soit négative ou positive. Le fait est que,
durant très longtemps et encore aujourd’hui, l’on tue pour le plaisir. Un tel état d’esprit ne
peut être classifié, dans une échelle de marque zéro. Cela doit être nécessairement en dessous
de zéro.

Cela a été, et cela est toujours la principale caractéristique qui défigure notre
cheminement évolutif. Sur lui retombe lourdement les efforts des ombres depuis l’avènement
de la Révolution Française.

Des forces libératrices de quelques familles d’exilés provenant de Capela et de Tau


Ceti avaient été les responsables pour la tentative menée à effet en France.

A cette époque, toutes les familles d’exilés avaient commencèrent à faire une espèce
de balancement de réincarnations de chacun de leurs membres, car ils savaient être proches le
moment de la réintégration cosmique de la planète.

Avec un étrange sens de la surprise et de gratitude, ils perçurent que toutes les
individualités spirituelles réunies sur l’orbe terrien eurent, de forme relative et proportionnelle
au temps dans lequel ils étaient pris sur Terre, les mêmes quantités de chances et
d’opportunités réincarnationnistes.

Ces esprits qui cependant étaient encore avec quelques difficultés de plasmer dans
leurs propres organisations spirituelles, la vibration inhérente aux postures de l’amour et de la
fraternité, entrèrent dans une espèce de ‘dépression’ pour percevoir comment il était difficile
pour eux de réaliser en si peu de temps ce qu’ils ne réussirent pas après quelques milliers ou
centaines de réincarnations.

Et ceux pour qui il faudrait écrire leur cheminement évolutif le plus immédiat se
content par millions. Le problème immédiat pour ces frères et sœurs est, (ceux qui n’ont
toujours pas une tendance au bien et à la fraternité), s’ils resteront ou pas sur Terre. Etre le blé
ou l’ivraie, lors de la séparation entre ceux qui resteront et ceux qui devront être emportes
vers des mondes plus en retard, lors de la réintégration de notre planète à la convivialité
cosmique. En fin de compte, comment pourrons nous vivre en paix avec nous même et avec
les êtres d’autres mondes si sont toujours en train de vivre parmi les terriens des esprits
violents , de potentiels assassins , etc ?

Réellement, ce qui a été impressionnant, est la rencontre survenue, vers la moitié du


XVIIIème siècle dans les cieux américains, des représentants de nombreuses familles d’exilés
qui étaient avec ce problème à résoudre, ou soit, avaient parmi leurs pairs quelques ou de très
nombreux membres qui n’avaient pas encore atteints la condition vibratoire minime pour
rester sur Terre.

Ces esprits lumineux de tous les courants religieux, de mouvements philosophiques et


politiques, enfin, de tout ce qui avait composé l’histoire terrienne, se firent présents dans les
environnements spirituels proches du continent américain, au niveau de cette opportunité.

L’on ne réussit pas à atteindre certaines grandes conclusions, quant à ce qui pouvait
être fait pour aider ceux qui se trouvaient encore vibrant équivoquement. Il fut inévitable, la
perception commune qu’il y avait encore très peu à être tenté, qui puisse modifier la situation
angoissante de tant de personnes.

171
A chacun suivant ses propres œuvres, nous alerta Jésus. Et de ce fait il en est toujours
ainsi. Et il n’y a rien qui modifie ce principe cosmique qui régit l’évolution. Si cela était
différent, la Déité aurait des préférences, ce qui convenons le ne serait pas à la hauteur même
d’une modeste autorité judiciaire du monde terrien, quant au Père amantissime.

Cependant, la miséricorde tombe nécessairement sur les fils et filles par Lui crées.
Beaucoup des difficultés que nous affrontons, résultat de notre propre incurie, déjà nous
arrivent ‘adoucies’ par la miséricorde du Père. Car, cesser de les abandonner, n’est pas une
sollicitation. Il faut les adoucir, les écourter, les diminuer, tout ceci compose l’objectif de nos
prières, disons le ainsi, les plus éduquées.

Et tout ce que ces esprits purent adresser au Plus haut, dans cette opportunité, a été
un impressionnant ensemble de prières priant le Père amantissime, de l’unique composant
administratif des forces évolutives du cosmos qui revient encore à la réalité terrienne ; la
miséricorde divine.
Et c’est sous les auspices de cette miséricorde divine et de l’amour infatigable du Maitre
que nous sommes tous ‘encore sur pied’, tentant la propre rédemption spirituelle.

Nous avons besoin d’entendre que ‘sous l’option cosmique’, nous esprits criminels réunis
sur Terre, nous n’avons pas le droit a beaucoup de choses, si est que nous ayons le droit à quelque
chose.

Cependant, nous sommes experts et très bons connaisseurs quant aux droits humains. Il est
bon que nous le soyons. Mais quant à nos devoirs.

Nos caractéristiques spirituelles sont déprimantes. Nous attestons en nous-mêmes une


condition vibratoire à nos frères encore dépourvus de la lumière de la raison, qui avec nous font
partie de la chaine évolutive de la nature terrienne *.

Si quelque scientifique extraterrestre’, à travers d’appareillage propre devait faire une


quelconque évaluation quant aux caractéristiques vibratoires de l’enveloppe énergétique, (de
l’aura ou quelque autre dénomination qui se rapporte à cela) , d’un homme moyen, d’un singe,
d’un dauphin, d’un chien, d’un bœuf etc… assurément , notre représentant ne serait pas parmi les
premiers qualifiés en ce qui se réfère à ‘la beauté ou qualité spirituelle’.

N’oublions pas que tout ce que nous sentons, pensons, et faisons, finit plasmé dans notre
propre aura et de là, uniquement sortent les telles marques énergétiques lorsque réellement nous
nous modifions intimement.

De ce fait, nous sommes tels ceux qui vibrent de la miséricorde des autres et nous leur
rendons jusqu’à même difficile la vie, de ceux qui veulent nous aider. Et le plus incroyable de tout
est que nous sommes incroyablement orgueilleux. Mais de quoi ?

Nous avons tous eu les mêmes opportunités et affrontons les mêmes problèmes, à peine
avec des tonalités culturelles différentes, tout au long de l’histoire humaine de la Terre. Pour cela,
il n’est pas convenable, ni raisonnable d’analyser l’existence cosmique d’un esprit avec la base de
la vie présente. C’est simplement une des incontestables pages qui composent sa journée
cosmique.

172
Quant à cela, les nations d’Orient qui durant tant de temps ont enracinées leurs cultures,
commencèrent à être dominées par un autre venin semé par la stratégie de Satan, le colonialisme
des puissances occidentales émergentes.

Combien de folies promues par le colonialisme stérile et criminel sur les terres d’Afrique,
d’Amérique et d’Asie ?

Utiliser les ambitions du colonialisme, des conquêtes criminelles et des guerres fratricides,
a été la troisième grande stratégie de Satan avec des objectifs de domination planétaire.

S’il n’était plus possible de répandre ses intrigues à travers de ’l’excuse de la nécessité
d’évangéliser’ qui menèrent les jésuites à toutes les nations, Satan profita alors des ambitions
politique et commerciales des élites dominantes pour faire valoir son jugement sur Terre.

• NT : L’auteur entend le règne animal.

Partie 6.

REDEMPTION SPIRITUELLE.

Raison, connaissance, Foi, et croyance


religieuse.

Mais, ou est l’Amour?’

Pour être écrit.

173
REDEMPTION
SPIRITUELLE.

174
REDEMPTION SPIRITUELLE.

Partie 6. Rédemption Spirituelle.

1. Le 21e Siècle.

De nombreuses pistes du passé planétaire ne sont pas perçues par pur aveuglément et
orgueil scientifiques. Dans le domaine de la paléontologie, qui est l’évolution de l’homme, par
exemple, de nombreuses questions qui au commencement, devraient être formulées avec une base
sur les faits et non les évidences, deviennent des dogmes aussi, voire plus forts que ceux d’ordre
religieux. Quelques postulats dans ce domaine, de cèdent pas devant de nouveaux faits probants.

Fort heureusement que l’inquisition soit finie. Cependant, il reste la vanité intellectuelle,
son héritière fameuse, qui sourit de façon présentement supérieure devant quelconque nouveauté
et qui du haut de sa notoriété, annihile moralement, sans cependant tuer l’objet de son méfait. Elle
se contente par l’humiliation des vivants au lieu de produire des morts.

Cependant combien de pages du passé ne sont-elles pas à l’exemple des icebergs, avec
leur pointes émergentes entre les ondes de poussières du temps et qui certaines fois, par pur
orgueil de ce que l’on pense savoir et en raison d’autres convenances moindres de l’esprit
humain, d’elles nous n’en prenons pas connaissance et, même répandues sur toute la planète.
C’est comme si cela n’existait pas du tout.

Il reste une impression que tout cet ensemble forme une espèce de maillon perdu qui nous sépare
du passé. Mais en réalité, le fait est que nous avons perdu la sensibilité cosmique.

Imaginons un oiseau, qui pour avoir eu sa liberté encerclée, commence à vivre, comme
s’il était libre, à l’intérieur d’une cage. Là, il va là ou il veut, seulement qu’il ne peut pas sortir.

175
Pour cela il perd la notion du reste du monde. Ainsi nous sommes, pris à la condition existentielle
terrienne, déconnectés de notre perception du reste du cosmos. Ainsi mentalement distordus, nous
finissons par croire que la Terre est le centre de tout et l’homme la plus grande et l’unique
créature du Père.

Il y a eu tellement d’erreurs et si grand est l’orgueil qui caractérisent ces équivoques,


qu’inévitablement, nous avons rendu aveugle notre sensibilité perceptive et que nous entrevoyons
à peine le plus commode, le plus convenable à l’intérieur de l’optique terrienne. C’est comme si le
reste de l’univers avait été crée à partir de la terre et non pas le contraire.

Mais l’espérance que brièvement l’humanité terrienne atteindra une certaine maturité pour
produire un minimum de base philosophique, scientifique et morale pour les grandes réalisations
du futur, n’a jamais cessé de directionner les efforts de la haute Spiritualité.

Le XIXème siècle se caractérise pour être l’époque prévue par la Spiritualité, (après les
mouvements libérateurs et éclairants des consciences survenus dans les siècles antérieurs) pour
être le commencement de la préparation du futur procédé qui ira réintégrer la Terre à la
convivialité cosmique.

Ce qui fut tenté tout au long du II et I siècle avant JC , lorsque la culture grecque finit par
se fondre avec celle du Moyen Orient et commença à avoir à Alexandrie, le principal centre
propagateur du développement de l’époque , était nouvellement, entrain d’être mis en œuvre en
Europe, ayant la l’Angleterre et la France, comme principaux foyers des événements , quelques
uns déjà survenus , avec la Révolution Industrielle et d’autres qui surviendraient , d’ici peu.

Dans le passé, avant le Christ, la personnalité d’Alexandre le Grand avait été avec son
père Philippe II de Macédoine, le fondement du plus grand empire connu jusqu’alors.

Au XIXème siècle, ce même esprit retournera dans les liens de la chair dans la
personnalité de Napoléon Bonaparte, à travers de la Diplomatie et non de la force brutale, unir les
nations européennes autour d’une identité politique *.

Alexandre le Grand construisit son empire dans l’intervalle entre les deux grandes
civilisations occidentales de l’antiquité qui ont été la Grèce, dans la péninsule balkanique et la
romaine dans la péninsule italique. La première a eu son apogée dans les V et IV siècle avant JC,
alors que la seconde au I et II siècle après le Christ.

Si nous observons bien, nous percevrons exactement qu’au milieu de l’apogée de ces deux
grands élans de civilisations, s’établit la période historique connue sous le nom de l’Hellénisme,
ou il y eut l’union de la culture grecque avec celle du Moyen Orient, principalement la perse et
l’Egypte.

A cette même période, cette région planétaire connue une avancée dans quelques sciences,
(notamment les mathématiques), dans les arts et de nombreuses valeurs existentielles, qui s’il n’y
avait pas eu l’agissement des forces des ombres, aurait formé la base sur laquelle la philosophie
du Christ aurait inondée le monde romain qui naitrait dans le futur. Autre aurait été l’histoire de la
terre*.

Si à l’poque d’Alexandre, l’objectif était de semer dans l’empire conquis par lui, des
notions de base de la culture, des habitudes et des coutumes, en dehors du naturel progrès

176
enregistré dans le quotidien d’Antioche, Pergame et Alexandrie, et dans les centaines de milliers
de volumes de la grande bibliothèque de cette dernière, alors que le torrentiel progrès était en train
de se répandre sur la planète, les ombres réussirent à provoquer l’effondrement l’intention de la
Spiritualité Terrestre.

*Nt : Cependant Napoléon échoua : Une des principales causes fut de ne pas être
resté simple Premier Consul, ce qui affecta tous les principes de la République, s’aliénant
disgrâce aux niveaux des Républicains et des Etats, s’étant autoproclamé Empereur des
Français, développant ainsi une ambition et un orgueil démesurés, qui renoua avec les
principes de la monarchie absolue. Autre point, avoir fait passer ses intérêts personnels et
familiaux (Frères et sœurs placés aux postes clés de la souveraineté de certains ‘pays’) avant
ceux de l’Etat. Les principes et les idées de la Révolution restèrent, mais l’Europe sortie
meurtrie, divisée et appauvrie, bien qu’il y ait eu les fondements, les institutions et les bases de
nouveaux principes républicains et de liberté en marche, comme le Code Civil.

* NT : De sources diverses et diversifiés (une de l’auteur de ce livre durant une


conférence, une autre présenté dans l’ouvrage Akhenaton de Roger Bottini Paranhos abordent
séparément une des planifications établie par la Haute Spiritualité qu’au troisième siècle
avant JC, la civilisation terrienne aurait du être à l’ère de l’informatique, ce qui aurait permis
une expansion et une avancée prodigieuse de notre civilisation au niveau spirituel.

L’Esprit de Napoléon était imbu du même dessein, (même inconsciemment à ce qui se


réfère à sa conscience d’esprit réincarné) et investi par les mentors du monde terrien, comme
l’instrument possible pour rendre propice les conditions d’unité avec des objectifs pour la
propagation future d’un nouveau foyer lumineux pour les terriens : la codification de caractère
spiritualiste qui apparaitrait plus tard déjà sous l’égide d’une doctrine philosophico-religieuse
spirite, unique manière trouvée pour faire jaillir ‘les lumières du ciel’ sur la Terre, après la folie
napoléonienne.

Apparut alors, Napoléon, avec le compromis spirituel d’unir tous les peuples d’Europe
autour des idéaux communs qui pourraient propulser toute la planète en direction d’un futur
fraternel.

De grands esprits, (rebellés et déjà conscient de l’équivoque commis, cependant fragiles


en termes de posture spirituelle), réincarnèrent avec des missions dans divers domaines du
développement terrien.

A cette époque, la France occupait une position d’avant-garde dans le monde dit : civilisé.
La Révolution Française avait mis les idéaux de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité à
l’intérieur d’elle nés comme le centre de l’attention du monde. Tout ce qui de là pouvait venir
était motif de préoccupation et d’analyse, de joie ou de désespoir, pour le reste de la planète.

Cependant furent si nombreux les problèmes promus par les Ombres qu’Allan Kardec pu
seulement développer les principes basiques de la doctrine rédemptrice (1), quasiment à la fin de
sa vie. Ceci n’était pas le plan de la Spiritualité (2) mas c’est ainsi que se déroulèrent les choses.

Surgit alors le Spiritisme (3), la Théosophie (4), qui permettraient aussi de rallumer les
lumières du catholicisme et du protestantisme. Quel est l’inconvénient d’une construction si
lorsqu’elle, lorsque les ‘ingénieurs responsables de l’œuvre résolvent d’entre prendre quelque
modification, comme aux circonstances d’une maison bien élaborée qui se trouverait agressée par
de multiples agents extérieurs voulant empêcher d’assumer son rôle d’habitat sain.

177
(1) N.T : Doctrine Spirite, (le spiritisme), qui après son déclin est venue s’expatriée au
Brésil ou elle connait aujourd’hui un essor considérable, chez la nation brésilienne, possédant
déjà les attributs de croyances très ouvertes sur la vie de l’au-delà, la réincarnation, le monde
spirituel etc… Le peuple brésilien surtout, et ceux d’Amérique Latine possèdent une ouverture
au monde spirituel très a en avance sur l’Europe, et le reste du monde.

(2) N.T : Il existe plusieurs échelons au niveau de la Spiritualité. L’auteur parle là,
d’un échelon important, qui dépend à son tour d’un autre échelon spirituel, bien au-delà qui
savait des telles conséquences et avait prévu des planifications de substitution. A l’exemple
d’un sage qui forme un élève (déjà très avancé) devenant maitre, le même étant responsabilisé
et supervisé par le sage et corrigé dans ses travaux. C’est ainsi que nous pourrions ‘en quelque
sorte et de façon simple’, tenter d’interpréter cette ‘Première Spiritualité’.

(3) Allan Kardec, avec la codification spirite ; le Livre des Esprits, Le Livre des
Médiums, l’Evangile selon le Spiritisme, le Ciel et l’Enfer, la Genèse selon le Spiritisme, ainsi
que : Qu’est-ce-que le Spiritisme, Œuvres Posthumes… ainsi que la fameuse ‘Revue Spirite,
mensuel détaillant tous les faits, événements etc … en relation avec les phénomènes spirites…

(4) Hélène Petrovna Blavatsky ; La Doctrine Secrète, Isis sans Voile.

Si au XVIème siècle a été institué l’index Librorum prohibitorum, par le Pape Pie V ,
qui consistait en une indice de livres interdis avec les livres que les catholiques ne pouvaient
pas lire, sous peine d’être expulsés de l’église à travers de l’excommunication , surgit le
spiritisme au XIXème siècle défendant la thèse prudente qu’avant de croire , il était nécessaire
de comprendre.

Le Spiritisme et la Théosophie ouvrirent les esprits des personnes pour la recherche de


la lucidité et de la liberté d’analyse.

Cependant, nouvellement, les forces ignorantes attaquèrent et surgit dans le propre


sein du catholicisme l’infaillible papal, institué en 1870 par le pape Pie IX, qui amènera de
sérieuses conséquences pour le futur.

Quoiqu’il en soit le XIXème siècle a été une période très riche en acquisitions
existentielles pour l’humanité terrienne. La ratification planétaire quant à la généralisation du
travail salarié et la mécanisation des industries qui surgirent avec la Révolution Industrielle
commencée en Angleterre modifia le panorama des marchés et de la consommation.

Les individus effectivement commencèrent à se transformer en citoyens. Les régimes


absolus s’affaiblirent. Se rompit la stérile union entre l’Eglise et l’Etat.

Divers pays réussirent à obtenir leurs indépendances, comme par exemple le Brésil
(1822), le Chili (1818), la Bolivie (1825), le Pérou (1824), El Salvador (1821) , l’Equateur
(1830), l’Argentine (1816), le Venezuela (1821), l’Uruguay (1827), parmi d’autres.

De modernes procédés de production industrielle, avec leurs inévitables problèmes,


sont développés, aussi en dehors de l’Angleterre, atteignant la France, la Hollande, la
Belgique, l’Italie, la Russie, l’Allemagne, les Etats-Unis d’Amérique, le Japon, le Brésil.

178
Surgit des nations le libéralisme qui défendaient la propriété privée, l’idée de progrès
et les libertés individuelles, étant la bourgeoisie le milieu social propagateur ; du nationalisme
qui réunit les masses populaires et les classes moyennes pour la constitution des états
nationaux ; et du socialisme qui réunit la classe ouvrière autour des idées égalitaires.

Les mouvements libéraux se succèdent au Portugal, en Espagne, en France, dans les


Etats italiens et allemands qui seront unifiés dans le siècle en question, la Hongrie, la Prusse
et l’Autriche.

Surgit aussi le néocolonialisme qui, en raison des querelles pour les matières
premières et pour de nouveaux marchés consommateurs, finirent par provoquer la
colonisation de l’Afrique et de l’Asie par les nations européennes.

Toute cette course fit que les puissances d’alors s’armèrent et convergèrent leurs
intérêts vers de dangereuses alliances commerciales et politiques.

Les forces de la Lumières et des Ombres s’alternaient derrière les événements terriens.

Influençant et ‘payant leur tribut’ dans les bonnes et mauvaises tendances de


l’humanité incarnée, les hôtes du Maitre et de Satan cherchèrent, à leur façon , à l’intérieur
des limites imposées par l’étique et la charité chrétiennes , de la part de l’une et de l’absence
de critère chez l’autre, l’amélioration vibratoire ou la détérioration du déjà si difficile astral
terrien.

Cela ne fut pas difficile pour Satan et ses hôtes de provoquer la Première Guerre
mondiale, travaillant subtilement dans les entrelignes des patrons vibratoires humains.

Mais le 15 Avril 1919, jour noir de l’histoire planétaire, le monde assista à l’apparente
déroute de la posture noble du président des Etats-Unis d’Amérique, Woodrow Wilson, qui
bravement refusa de signer l’accord de la ci nommé paix dure au lieu de la paix juste.

Le monde sortit stupéfait d’une guerre que personne n’attendait, cependant tous
vécurent avec leurs absurdes et horribles conséquences, à travers de la douleur, de la
souffrance, de la mort de tant de personnes.

A l’intérieur du désespoir planétaire, le cri donné par le Président Wilson de ‘plus


jamais de guerre’ fut promptement absorbé, compris et accepté par tous les terriens.

Les conflits qui jusqu’alors menèrent à une lutte futile et inconséquente pour des
matières premières, marchés et territoires, acquirent une plus grande signification, comme si
la souffrance de toute une génération avait pour le moins servi pour que jamais plus une autre
guerre infâme modifie l’environnent terrestre.

Le paiement des indemnisations ou des réparations de guerre, la discrimination de


nouvelles frontières, étaient, pour la compréhension de l’homme Woodrow, des sujets pour
des experts et des commissions qui travaillaient conformément aux critères accordés à l’après
guerre. Ce que les dirigeants des nations avaient à faire était de créer et d’établir une paix
perpétuelle, ou soit, la paix juste et non pas la paix dure.

179
Le monde pria pour que la cause de Wilson trouve une guérite dans la posture
politique des autres leaders mondiaux. Si ainsi, il avait été fait, le chemin de la paix n’aurait
plus été traversé par la terreur de la guerre, parce que ce serait une garantie par accord entre
les parties et par la foi dans le grand royaume de la Loi.

Mais les difficultés et les susceptibilités des convenances politiques des détenteurs du
pouvoir temporel prévalurent sur la lucidité de cet homme hors du commun qui voulut que le
droit prévale sur le pouvoir, l’idéal sur le réel, les expectatives du futur sur les convenances
moindres du présent.

Accusé de sacrifier le monde réel à une utopie particulière, Wilson récusa avec le
cœur lourd et la conscience inquiète. La véritable paix fut reléguée à d’autres temps.

Une nouvelle et désespérée stratégie des Ombres était en cours avec des vues pour le
futur prochain. Les plus obtus des esprits qui dans le passé atlante avaient promu les
hécatombes qui menèrent les êtres terriens à recommencer pratiquement tout de nouveau,
étaient en train de se réunir dans les environnements spirituels proches de l’Europe, qui était
le centre du monde à l’époque des faits.

La région d’Allemagne avait été choisie, pour des questions d’affinité vibratoire avec
le passé récent de ceux qui y avaient vécu, pour recevoir ces esprits qui intimement, désiraient
toujours et encore espéraient la grâce d’être leaderés par un suprême mandataire , dans le cas
un super leader qui les guide , vers ou personne n’était jamais arrivé : à une domination par la
persécution si longuement désirée.

Ils auraient donc, leur ‘führer’, père de la nation allemande, car c’est ainsi qu’il avait
été vu au commencement, qui n’était rien d’autre que la personnification humaine de cette
volonté. En d’autres mots, comme décrit dans les traditions secrètes de certaine codification,
le verbe de la domination se fit chair et parmi les hommes habita et exerça son joug jusqu’ou
il lui fut permis’. Son esprit avait été habilement entrainé pour cela durant de nombreuses
réincarnations par un professeur très efficace qui désiraient, à n’importe quel prix, maintenir
la Terre dominée à l’intérieur des patrons vibratoires empêchant la réintégration : Satan.

Avec la Seconde Guerre Mondiale , vint un des plus grandes stratégies organisées par
les Ombres visant à la désagrégation totale de certaines forces planétaires et la tentative de
concentration de pouvoir temporel autour d’un noyau qui prétendait exercer , à travers de
réincarnations programmées pour une telle fin , le contrôle vibratoire de la terre pour très
longtemps.

Quelques temps plus tard, les hôtes sataniques profitèrent d’un profond instant de
rébellion planétaire et de peu de vigilance de beaucoup et semèrent la quatrième et dernière
stratégie avec des objectifs de perturbation générale planétaire ; le fameux sexe libre et
inconséquent quant à la possible de reproduction et l’usage de drogues comme une ‘chose
moderne’.

Cela a véritablement été un chaos vibratoire jamais observé dans les environnements
astraux terrestres.

180
S’il n’y avait pas eu les mannes-réservoirs de lumière et d’amour émanés du travail de
Mahatma Gandhi, du Spiritisme, étant comme le foyer le plus important de l’éclaircissement à
travers de l’amour et des efforts inégalables de Francisco Candido Xavier, de l’expansion de
la conscience du droit procédé bouddhiste sur la planète, de l’agissement précis et amoureux
de Jean XXIII défaisant de nombreuses grilles des Ombres autour du culte religieux chrétien,
entreprise objective et inconnue par de nombreux en Occident, par des composants générés du
Plus haut vers les terres de l’Inde, par exemple comme le frère Sai Baba et tant d’autres
travailleurs des hôtes de Lumière , réunis dans de nombreux segments du monde, quelques
uns connus, la majorité anonyme, alors la situation terrestre aurait empirée à tel point , que
simplement, l’isolement cosmique continuerait pour encore très longtemps.

Avant que l’astral planétaire nouvellement atteigne une condition minime d’équilibre
énergétique qui rende possible l’engagement d’une nouvelle programmation avec des
objectifs pour le progrès, les hôtes extraterrestres du Maitre se positionnèrent en orbite sur une
des planètes du système solaire. De là ils accompagnent et se laissent percevoir par d’autres
équipes sidérales qui aussi recherchent , conviées par la dangereuse situation vibratoire
planétaire, de profiter de la peu édifiante condition énergétique des habitants terriens, pour
dominer certaines de leurs émanations psychiques aussi comme pour la réalisation
d’expériences désagréables et de désagréables donations de quelques composants
biologiques en total désaccord avec la volonté ‘des choisis’*.

En percevant le ‘stationnement énergétique’ de divers vaisseaux capelins proches de la


terre, ces équipes se retirèrent peu à peu des environnements terriens.

C’est comme si notre planète avaient quelques chemins qui la reliaient aux routes
cosmiques les plus proches, et qu’à chaque croissement des ces chemins, les flottes capelines
avaient simplement quelques vaisseaux stationnés, même ‘sans rien faire’. Cependant qui
s’accompagne ou s’éloigne de la Terre, obligatoirement percevra la présence de la plus
grande force sidérale existante dans cette partie du cosmos.

Peut être pour ne pas savoir exactement ce que présentent ces hôtes lumineux, et en
cas de doute pour éviter des problèmes avec eux-mêmes, ces êtres extraterrestres que nous
pourrions appelés de ‘profiteurs’ de certaines fragilités de l’humanité ici réunie, résolurent de
s’éloigner une fois pour toute du compliqué monde terrestre.

Pour avoir une idée du problème, c’est seulement à partir de 1989 que le contrôle a
été établi. A partir de là alors à peine les équipes autorisées, avec quelques rarissimes
exceptions qui surviennent par le simple fait que la Terre n’a pas encore été officiellement
réintégrée au circuit de la convivialité fraternelle, peuvent s’approcher de la planète.

Autour de 1992, c’était approximativement, quatre vingt dix équipes distinctes qui
interagirent directement avec la vie terrestre, elles toutes sous la coordination amoureuse des
forces capelines. A peine deux autres rejoignirent, il ya encore peu de temps, et s’engagèrent
dans certaines activités terriennes avec des desseins et objectifs propres.

Par rapport à ce que nous jugeons de ce que nous sommes informés, en termes de
puissances extraterrestres, tous ce qui actuellement est proche de la terre sont des êtres réunis
autour de l’aide cosmiques à leurs infortunés frères terriens.

181
* NT : L’auteur fait référence aux cas de certaines abductions pratiquées.

REDEMPTION SPIRITUELLE.

Partie 6. Rédemption Spirituelle.

2. Effort Actuel.

Il y a un certain mystère que peut être jamais nous n’arriverons à percevoir dans toute son
amplitude. Nous nous référons au fait que dans l’actualité, sont réincarnés, exactement ces mêmes
esprits qui à l’époque dans laquelle le Maître était incarné, Le firent souffrir, Le crucifièrent, Le
trahirent, enfin rendirent difficile le développement de sa mission. D’autres furent relativement
proches ou même très proches du Maitre, mais rien ou peu ils firent dans le sens de développer
quelque travail missionnaire ou quelque autre attitude pour l’aider ou divulguer son témoignage.

Pourquoi, spécifiquement, ces esprits sont réincarnés et engagés dans le présent travail
d’éclaircissement planétaire ? Que de liens étranges réunissent ceux qui ont eu l’opportunité de
convivre avec Lui durant quelques moments de leur vie terrienne, comme d’offrir une espèce de
dernière opportunité de prêter service dans leur cheminement rédempteur, dans la fermeture de ce
cercle cosmique qui se clôture avec l’arrivée du troisième millénaire.

Pourquoi ne sont pas réincarnés dans cet instant planétaire si important, ceux qui de
forme, donnèrent leurs vies et leurs efforts au Maitre aimé et sa doctrine ? Pourquoi sont-ce ces
héros qui aujourd’hui forment l’équipe spirituelle astrale qui aident, des environnements proches
de la terre, les pusillanimes et les défaillants d’hier ?

Marie, José, jean baptiste, dix des douze apôtres qui réellement se dédièrent aux desseins
que le Maître leur sollicita, à l’exception de Jean l’Evangéliste qui était réincarné , allons nous
dire, en mission très spéciale, José de Arimathie, Ananias, et tant d’autres, pour quoi ces esprits
ne réincarnent pas dans un moment aussi crucial pour la planète ?

Pourquoi ces véritables apôtres et disciples de première heure aujourd’hui, se trouvent-ils,


tous, dans la condition d’êtres d’autres orbes ou d’esprits lumineux ?

Très simplement : ils acquirent le mérite spirituel d’habiter dans des réalités existentielles
bien plus développées et de pouvoir retourner vivre avec la personne du Maitre, inclusivement

182
dans les environnements de Capela, d’où un jour ils se sentirent obligés de s’éloigner en raison du
compliqué niveau de vibrations spirituelles qui alors les caractérisaient.

Il parait exister une loi évolutive qui dispose de l’obligation d’une collectivité d’esprits
d’entreprendre par eux même ou soit le surgissement moral de leurs pairs (même que ce soit avec
une aide de l’extérieur, qui sera toujours une conquête, et donc, les résultats de leurs propres
mérites.

Plus compliqué cela devient, lorsque ces esprits qui ont déjà perdu de très nombreuses
opportunité d’action rédemptrice. Dans ce cas, c’est comme s’ils perdaient le composant moral de
croitre par leurs propres efforts, dès qu’ils ne réussissent plus à le faire. Etant ainsi, ils sont
passibles d’être aidés par d’autres êtres par pure miséricorde de la Déité et de ses préposés qui
n’ont pas l’obligation de sortir de leurs environnements lumineux pour plonger dans de véritables
enfers, ayant comme paiement, l’ignorance et la violence de la part de ceux qui viennent les
aider.

Pour cela, ces esprits qui a travers d’efforts et de mérites personnels, vont réussir à
atteindre des marques vibratoires plus élevées après chaque réincarnation, arrivent à un point ou
ils se voient obligés à se diriger vers d’autres habitations célestes, se déliant vibratoirement, du
monde auquel ils étaient pris par la force du passé. Lorsque ceci arrive, il revient aux esprits qui
ne réussirent pas à nettoyer leurs propres consciences devant les lois et les patrons évolutifs du
cosmos, une espèce d’obligation morale de développer les meilleurs efforts possible, pour se
libérer de la situation existentielle si dégradante.

Si toujours les autres venaient faire pour nous ce que nous pouvons faire nous-mêmes,
quel mérite aurions-nous à progresser dans nos conditions spirituelles.

Ceci est notre problème. Ce qui doit être fait devra avoir comme instrument de cette
action, non pas ceux qui par mérite personnel se sont déjà libérés des grilles karmiques du passé
équivoque, mais bien évidemment, ceux qui encore devront contribuer avec l’actuel état des
choses du monde terrien ou ils sont insérés. Ainsi est-il dans tout le cosmos.

Cependant ces esprits ne réincarneront plus sur Terre, à moins que ce ne soient pour des
situations exceptionnelles, mais le travail devra être fait de toute façon. Mais par qui ?

Nous disons qu’il y a un certain mystère par le fait que soient réincarnés dans le présent
moment exactement ceux qui étaient avec Jésus dans quelques moments de leur vie et ne firent
rien de positif, et qui actuellement, tentent de faire quelque chose dans le domaine de
l’éclaircissement fraternel. Et nous affirmons que c’est exactement avec les membres des familles
Val et Yel, parmi d’autres qui furent exilées dans les périodes lucifériennes, que la Maître choisit
de travailler, comme avec ceux qui lui seront plus proches lorsqu’il vint sur terre ?

En dehors de cela, après avoir consumée sa première venue sur Terre dans la
personnification de Jésus alors qu’il vivait parmi des milliers de membres de centaines de familles
qui vinrent exilés dans le passé, lesquels étaient dans cette opportunité , réincarnés ,sans avoir la
moindre conscience des faits, mais Lui il avait, le Maître , résolut que ceux qui le condamnèrent,
comme il est écrit dans l’Apocalypse, que le préjudicieraient, qui le trahiraient, enfin qui ne le
reconnaitraient pas, soient réincarnés lorsqu’Il reviendrait ici.

Mais cependant, en dehors d’être réincarnés, ils auront été alors convoqués pour travailler
à sa doctrine amoureuse et participer activement aux préparatifs pour sa seconde venue.

183
Le fait est que depuis le moment ou le Maitre décida d’incarner sur Terre, parce qu’étaient
réunis sur terre les plus récalcitrants et tout ce qui restait de la rébellion de Lucifer, tous les efforts
de ses assesseurs convergèrent pour créer une stratégie qui rendisse possible son incarnation.

Cependant, lorsque Abraham, qui était un des membres les moins compliqués de la
famille Yel, apparut dans le contexte terrestre, avec lui, vint implicite la décision du Maitre que
parmi de nombreuses familles d’exilés, Il résoudrait travailler, dans ce ministre, principalement
avec les membres des deux familles référées.

Il est évident que dans ce travail et dans d’autres opportunités d’action rédemptrice
pour les exilés, le Maitre travaille et invite pour la coopération fraternelle dans divers
domaines de lutte existentielle terrienne, les membres de nombreuses autres familles d’exilés,
avec pour desseins le développement des objectifs élaborés.
A peine à titre d’exemple, la majorité des personnages qui étaient incarnés au temps
d’Alexandre le Grand et qui travaillaient dans les administrations des cités impériales qui se
formèrent ; ensuite dans la Rome Antique , au temps de Tibère et de Caligula, investis des
mêmes obligations ; au temps de Charlemagne, aidant à la réorganisation du monde dispersé
et plus récemment , dans deux périodes actuelles, lesquelles sont la création entre la Belgique,
la Hollande et le Luxembourg du Benelux et l’Unification européenne, sont les mêmes esprits
appartenant à une autre famille d’exilés de Zian , qui à son tour sera nommée.

Il y en a encore une autre, provenant de la planète Dan, aussi dans le système de


Capela, formée par quelques milliers d’individus, qui dans leur grande majorité viennent
réincarnant dans le sein de l’Eglise catholique depuis le XVIIIème siècle, donnant leurs
meilleurs efforts pour chaque fois plus la rendre digne et l’honorer dans ses plus nobles
objectifs.

Il en existe cependant, une autre dans le cas, provenant d’un des mondes d’Antarès qui
stratégiquement est répandue sur la planète dans diverses réincarnations de ses membres, et
qui travaille incessamment pour la fin de l’intolérance raciale. Ce travail étant l’objectif des
efforts de la part de cette famille durant les deux derniers siècles après la décision prise dans
la Spiritualité par l’ensemble de ses membres.

L’on sait qu’un grand ensemble spirituel d’êtres qui ont été exilés du système de tau
Ceti, développe, depuis le commencement du XIXème siècle, des travaux dans le domaine de
la médecine, spécialement dans les pays sous-développés.

A bien dire la vérité, ce sont des millions de familles spirituelles de diverses origines
planétaires qui fournirent des exilés durant la rébellion de Lucifer qui finirent par se fondre
sur Terre.

Sont donc, innombrables les groupes de travail qui lorsqu’il furent convoqués par le
maitre ou même par initiative propre résolurent , de réunir leurs membres dans des desseins
spéciaux dans tel ou tel domaine de lutte rédemptrice du genre humain.

Il n’y a pas un seul homme ou une seule femme qui ne soit pas affilié à un groupe
spirituel qui normalement se réunit dans les environnements spirituels cycliquement pour
évaluer l’avancement des travaux conformément aux objectifs prétendus.
L’on mesure l’effort et la condition de chacun de ses membres devant le contexte
général de la famille et les possibles providences pour les ajustements nécessaires.

184
Il survient cependant que certains membres, pour se trouver dans des situations
existentielles suffisamment compliquées, quelques fois, liées aux forces des ombres, ne
réussissent pas à participer à ces réunions qui fortifient les esprits de tous ceux qui se font
présents. D’autres fois, il y a des membres d’autres familles, (parce qu’il y a diverses familles
qui possèdent des affinités vibratoires depuis longtemps, et nous ne nous trompons pas, la
conciliation et l’inter change cosmique est un fait commun dans tous les cadrans du cosmos),
qui sont conviés pour l’échange d’expériences et de conversation fraternelle.

Normalement tous les membres d’une même famille ne réincarnent pas en même
temps dans un même instant historique. Ils en restent toujours quelques uns dans la spiritualité
pour là aider les frères et sœurs qui sont réincarnés.

Les réunions qui surviennent, comptent, cependant, avec la participation de ceux qui
sont désincarnés, plus quelques autres dans l’état de réincarnés, lors de l’annihilation partiel
du cerveau physico temporel, à travers le sommeil, ou ils délocalisent leurs âmes pour les
environnements ou se produisent ces rencontres.

De très nombreuses fois, lorsqu’ils se réveillent le jour suivant, quelques uns ont la
sensation d’avoir été dans une grande réunion, avec des personnes amies, mais dont ils ne
réussissent pas à se rappeler. Ceci se produit, (pour ceux qui le savent et les autres qui vont
l’apprendre) parce que c’est l’âme éternelle de l’esprit incarné d’autres temps et de vies
passées et n’ont pas le cerveau physico temporaire qui nait et qui meurt avec le corps
transitoire. Par delà le souvenir, il ne revient pas au cerveau physico temporel de justes
sensations mais des souvenirs fuyants, qui sont normalement distordus.

Il y a des moments historiques de grande magnitude dans lesquels de nombreux


membres de diverses familles d’exilés participent comme personnages. D’autres fois, la folie
d’un seul, lorsqu’il est investit du pouvoir temporel réussit à perturber la vie de millions
d’êtres de divers noyaux d’exilés et de telles liaisons karmiques, demeurent toute une
éternité, (de très, très nombreuses réincarnations), pour se réajuster. Mais ceci est un thème si
complexe qu’il aurait besoin d’un espace propre pour être développé, ce qui assurément
surviendra dans le futur.

Dans le cas spécifique des familles Yel et Val , (peut être pour avoir été dans la cas de
la première , un foyer de propagation de tout un problème qui maintenant se clôture avec la
réintégration de la Terre à la vie cosmique et la seconde, par le fait que ses membres aussi,
s’étant suffisamment compliqués), ont été les mêmes convoquées pour ce ministère. Qui sait
s’il n’y a pas une espèce de miséricorde pour diminuer la honte et l’inquiétude qui
jusqu’aujourd’hui sont incrustés dans l’intime de ces esprits ? Si dans la passé ils ont été un
facteur de désagrégation, dans le présent ils doivent servir comme maillon d’union. Il n’y a
pas d’autre manière d’évoluer. Pour cela le Maitre les convoqua.

Les membres de ces familles dans diverses opportunités de l’histoire terrienne,


faillirent de façon absurde dans certains moments cruciaux pour toute la collectivité
planétaire. Mais ce ne sont pas seulement les membres de ces deux groupes spirituels qui
faillirent répétitivement, dans de nombreuses des opportunités réincarnatrices qu’ils eurent.
Toutes les familles des exilés faillirent jusqu’à l’époque du Christ. Depuis son témoignage, ou
soit, il y a à peine deux mille ans, de façon générale, tous les groupes commencèrent à
améliorer, un petit peu plus, leur rôle depuis lors. Et le monde est tel qu’il est maintenant.
Imaginons, maintenant tout ce qui reste à être fait.

185
De cette façon, c’est depuis Abraham que les membres des familles Yel et Val
réussirent à se desvéhiculer des plus grands poids karmiques, venant à réincarner à l’intérieur
des programmes incarnatoires qui permettaient de rendre objectif et possible le
développement d’efforts avec pour desseins de rendre probable un jour, la réintégration
cosmique de la Terre. Et ce jour est arrivé.

D’Abraham à Moises, une étape de ce travail. De Moises à la première venue du


Maitre une autre. De son témoignage terrien jusqu’à sa Seconde Venue, l’ultime et,
exactement avec elle, se consumera la réintégration de la Terre à la convivialité avec d’autres
orbes.

Depuis Abraham, cependant les membres de nombreuses familles spirituelles d’exilés,


et de façon spéciale, ceux des familles Yel et Val viennent cycliquement réincarnant, avec
leurs divers succès et échecs, cherchant à contribuer pour que se ferme cette période
d’isolement cosmique qui apporta tant de maux pour nous tous.

Ces individualités qui ont déjà réussies à enregistrer dans leurs curriculums spirituels
une feuille satisfaisante de services prêtés à la cause du Maitre, au long des nombreuses vies,
ont déjà consumé leur participation karmique et de compromis dans le monde des incarnés et
reçurent le grand prix de rédemption spirituelle à l’époque dans laquelle le Maitre était
incarné parmi nous. Depuis lors, seulement en missions spéciales ou soins de portée
personnelle, ces individualités incarnent. Normalement elles aident et assistent avec la
potentialité de leurs esprits ceux qui sont restés réunis sur l’orbe terrestre, des propres
environnements existentiels dans lesquels ils sont insérés et pour eux se délocalisent vers la
Terre, à chaque fois que possible, pour aider en lieu, dans la mesure de nos possibilités, pour à
recevoir de l’aide.

A peine à titre d’observation, nous pouvons affirmer que beaucoup des actuels
travailleurs (qui sont dans le milieu chrétien véhiculés au catholicisme ( en Italie et au Brésil
de forme spéciale), au spiritisme ( au Brésil) et dans quelques Eglises Protestantes ( au Brésil,
aux Etats-Unis, en France et en Russie) ; quelques politiques ( au Brésil, en République
Tchèque, en Russie, aux Etats Unis et dans divers pays du Moyen Orient) ; des artistes en
général (au Brésil, en Angleterre, aux Etats unis, en Italie)) , peu à peu iront se réunir dans le
grand procédé de réintégration cosmique de notre planète, dans de nombreux domaines de
bonne lutte et de bon combat de l’éclaircissement devant l’ignorance des uns et du fanatisme
des autres appartenant à deux familles antérieurement citées.

Cependant, il est bon de ne pas oublier, que de nombreux membres d’autres familles
aussi sont déjà en train de travailler dans le procédé et que d’autres viendront, pour cet
objectif qui sera alors celui de toute la communauté planétaire.

Ce qui est intéressant c’est que normalement ces efforts étaient, jusqu’à la première
moitié du XXème siècle, développés dans le sein de quelque mouvement doctrinaire déjà en
cours ou simplement, dans la formation de nouveaux foyers d’éclaircissement comme cela a
été le cas de la Réforme Protestante, de la Codification Spirite et autres.

Cependant, actuellement, c’est le désir du Maitre de réunir toutes ses brebis avec des
vues pour un seul objectif qui est : la Réintégration Cosmique et de sa Venue et tout ce qui
avec ce procédé se confirme en termes de passé, présent et futur. Mais il faut bien se souvenir

186
que chaque brebis, qui est déjà véhiculée à quelque religion doit en elle continuer à
développer ses effets d’amélioration intime car ceci est l’unique facteur réellement nécessaire.
Cependant, personne n’a besoin de crédo religieux ou même d’arranger quelque chose. Tout
ce dont nous avons besoin est de l’effort intime pour nous éclaircir et nous améliorer.

Malheureusement, il existe une posture intime de caractère primitif qui encore


caractérise une bonne partie de la race humaine, qui est l’intolérance religieuse. Ce venin, fait
que les serviteurs d’une certaine religion ne puissent interagir avec les enseignements de
l’autre, et tout ce qui surgit d’une doctrine religieuse est, aussitôt combattu par les autres.

Devant ceci, nous nous demandons ; si c’est le désir du maitre de réunir toutes ses
brebis, alors comment le travail d’éclaircissement et de préparation de sa venue pourra être
fait par les membres de telle ou telle religion ?

C’est pour cela que le présent travail d’éclaircissement est en train d’être développé de
façon indépendante avec toutes les difficultés propres inhérentes à la vie actuelle ou soit sans
être véhiculé à tel ou tel crédo pour rendre possible dans le moment dans lequel le Maitre le
désire , la connaissance pour tous de ce qui est permis d’être informé pour eux de ce qui doit
arriver.

En d’autres termes, nous dirions qu’en raison de l’intolérance religieuse, les actuels
efforts de semer la nouvelle et les éclaircissements pertinents en relation à la seconde venue
du Maitre Jésus ne pourraient pas être contenus sous le joug de quelque segment religieux
parce que s’il en était ainsi , uniquement les fidèles de ce segment se prépareraient pour
l’événements et cette religion s’affirmerait , en raison du manque de vigilance morale de ses
pairs, comme étant l’unique vérité , les autres étant destituées de quelque signification. Quant
à son prosélytisme, qui ne pourrait être possible, il ne convient plus du tout dans l’actuel
moment planétaire.

Si le Maitre choisissait quelque segment religieux terrestre, au détriment des autres,


pour faire ce travail, Il serait en train d’en finir avec la base psychologique de la croyance de
nombreux et ceux-ci finiraient sans sol pour marcher, survenant par cela, des chutes morales
et des implosions spirituelles gravissimes. Il ne ferait jamais cela. Et donc, pour ne pas
rehausser un seul segment religieux et que les autres ne s’effondrent pas, jusqu’à parce tous,
ont été sollicités par son Cœur Auguste de Pasteur Cosmique, la décision a alors été prise, que
ceux qui réincarneraient pour donner les premiers pas initiaux dans le procédé
d’éclaircissement devraient boire à toutes les sources de la sagesse religieuse terrienne sans,
pour autant être véhiculé à aucune d’elle. C’était l’unique manière possible devant la réalité
spirituelle terrestre désagrégée.

Si cela avait été fait par quelque segment religieux aussitôt il serait repoussé par les
autres, qui ne seraient pas d’accord avec l’auteur terrien du présent ouvrage
d’éclaircissement. Mais de la façon, comme cela est fait, il court le risque d’être rejeté par
tous et ceci sera toujours le motif d’une angoisse pour l’écrivain préoccupé ayant écrit ces
lignes. Cependant suivant la Spiritualité, même si cela doit venir, ce sera à peine jusqu’à ce
que le Maitre ainsi le permette, parce qu’après qu’Il soit venu, la stratégie choisit par le Plus
haut offrira les résultats prétendus. Jusque là, il faut attendre avec la conviction intime de ne
pas être en train de faire mal ou de prêter quelque mauvais service que ce soit.

Un peu de temps et tout ceci sera éclairé. C’est ceci qui nous conforte.

187
Actuellement par ce qui nous a été informé de la famille Val, sont réincarnés 248
membres et de la famille Yel 957. De ce total d’incarnés, jusqu’au présent moment dans
lequel ces lignes sont écrites (juin 1996) à peine 56 de ceux en haut référés ont connaissance
de ce qui est en train de se préparer. Espérons que par les étranges chemins de la vie, le
présent message trouve une guérite dans le cœur de quelques uns qui liront ces pages, se
sentant surpris. Pour autant que cela puisse paraître quelques informations ici véhiculées ne
surprendront pas quelques esprits pour lequel ceci n’est pas une nouveauté.

Il est toujours bon de se souvenir que l’esprit spirituel sait de choses que le cerveau
physique ne connaît pas. Donc, lorsque ce dernier entre en contact avec certaines
informations qui sont déjà de la connaissance de celui là , l’esprit comme un tout vibre de
façon à s’affiner avec les amis et sensations provenant d’autres environnements existentiels.

A peine à titre de finalisation de ce chapitre avec l’objectif de donner une continuité à


l’histoire spirituelle des quatre personnes en référence au commencement de ce livre, Val
Ellieh, Val Elliah, Val Ellam, et Yel Liam , sont dans le moment, incarnés, comme des
hommes du monde, avec leurs difficultés et hésitations normales chez quelque être humain,
mais tous déjà pleinement conscients des faits et travaillant, (en dehors de leurs activités
professionnelles de survivance matérielle) dans les premiers pas qui sont en train d’être
données avec pour desseins le procédé de réintégration cosmique de la Terre.

188
REDEMPTION SPIRITUELLE.

Partie 6. Rédemption Spirituelle.

3. Travaux futurs.

Ayant cependant comme panneau de fond, un scénario de nombreuses erreurs, équivoques


et distorsions et seulement quelques très peu de travaux concluants de ce qui était espéré par La
Haute Spiritualité (de notre part), le groupe d’exilés de Zian, à l’exemple des autres, était une fois
de plus engagé dans un travail qui visait la spiritualisation planétaire.

Réincarnés dans le sein de quelques segments religieux à l’intérieur des courants


philosophiques, réalisant des travaux dans le champ scientifique et se dégageant de quelque
mandat ou fonction politique, les membres de ce groupe sont en train de s’efforcer dans un travail
de régénération intérieure avec la conséquente posture fraternelle de bien servir la communauté
dans laquelle ils sont insérés.

Quelques uns, dans une posture encore plus déployée travaillent dans la tentative de
sensibiliser et de démonter aux autres frères et sœurs qui se trouvent sur l’orbe terrestre
l’importance stratégique que nous puissions percevoir une nouvelle optique qui dorénavant
servira de ‘pont d’appui’ pour l’entendement de tout ce qui nous entoure, qui est l’optique
cosmique.

Des environnements spirituels, ceux du groupe qui ne sont pas réincarnés dans le moment,
fournissent fraternellement, dans le rôle des esprits désincarnés, un appui concret et stratégique à
titre d’accompagnement, appui essentiel au bon développement de quelque travail pour aussi
simple qu’il soit à être réalisé dans le monde des incarnés.

Indépendamment de l’environnement existentiel dans lequel sont réunis dans ce moment,


tous les membres de cette grande famille capeline, (à l’exception de quelque uns qui sont encore
profondément engagés avec des questions karmique suffisamment complexes), ils travaillent dans
la mesure de leurs possibilités, visant au progrès de l’orbe terrestre.

Dans ces efforts, sont engagés à peine quelques esprits qui sont déjà plus ou oins libérés
de grands débits spirituels devant les lois de causes à effets. Expliquant mieux, appelons , dans cet
ouvrage de ‘groupe de travail’ à peine ceux dont les membres réincarnèrent pour solder leurs

189
dettes passées qui engagea une grande quantité d’énergie spirituelle devant les actes malheureux
pratiqués dans le prétérit. Les membres actifs de ces groupes avec des missions d’éclaircissement
et d’avancement de progrès terrien, ont récemment terminé de solder leurs grandes dettes devant
la Comptabilité Divine.

Ce que nous sommes cependant en train d’affirmer, c’est que dans l’actuel moment, il y a
des milliers de groupes spécifiques de personnes qui ont une origine dans les mondes qui à la
Terre fournirent des exilés, qui travaillent dans tous les domaines de la société humaine , dans la
grande majorité sans avoir connaissance de leur origine céleste. Et ces esprits malgré qu’ils soient
raisonnablement développés à niveau spirituel sont encore suffisamment passible d’erreurs
spécialement de distorsions qu’ils peuvent commettre dans le déroulement de leurs fonctions
religieuses ou politiques.

Ce sont dans la réalité les esprits les plus âgés et expérimentés, cependant, les plus
compliqués, des milliards d’esprits qui sont réunis sur l’orbe terrestre.

Complémentant les informations, nous dirons, que tous les esprits qui réincarnèrent dans
l’environnement terrestre, agissent basiquement avec pour objectifs d’atteindre des résultats
dans cinq domaines vibratoires distincts, ayant une plus ou moins grande emphase dans tel ou
tel autre, conformément à leur marque évolutive et à leur capacité spirituelle.

Ce sont :

1. Paiement des débits et expiations.


2. Développement et amélioration de la Réforme Intérieure, ou soit conquêtes
spirituelles.
3. Epreuves et tests des conquêtes spirituelles réalisés.
4. Travaux spécifiques et localisés.
5. Missions de caractère régional et global.

Il y a des esprits qui en raison de leur bas patron vibratoire et leur grande quantité de
débits à être soldés dans de nombreuses vies, réussissent mal à réaliser des incursions
incarnatoires en dehors du premier domaine vibratoire. Ceci se produit parce qu’en raison des
très nombreuses tendances et inclinaisons inférieures desquelles ils sont porteurs,
normalement ils contractent de nouveaux et dangereux débits à chaque tentative
réincarnatoire.

Ce sont exactement ces frères et sœurs malheureux qui ne seront plus réunis sur l’orbe
terrestre, passant par leur dernière incarnation ici même , et qui souffriront le procédé d’exil,
à l’exemple d’un élève passant de classes en classes ne voulant pas travailler et perturbant la
totalité du groupe, il subira donc, l’exclusion du cours, pour dans un environnement plus
approprié ou il réinitiera son parcours.

D’autres, même ayant encore des débits plus suaves à être soldés, réussissent à agir
positivement dans divers secteurs de lutte planétaire, réalisant tout au long de chaque
réincarnation, un travail rédempteur dans le domaine des expiations moins douloureuses,
s’améliorant intimement. Et pour déjà posséder quelques conquêtes dans les vies passées ils
se mettent en épreuve dans telle ou telle situation spécifique et lorsqu’ils obtiennent du
succès, ils arrivent à développer des travaux d’extrême utilité pour la communauté dans
laquelle ils sont insérés. Ils forment dans l’actuel moment terrestre (même distribués dans

190
divers ‘petits’ niveaux de consécution de desseins spirituels) la grande majorité de la
population de l’orbe.

Mais qui délie, doit relier. Qui défait, doit refaire. Qui désagrège, devra un jour unir.

Les familles Val et Yel, plus que toutes les autres se sentent responsables pour tout ce
qui était survenu. Il existe encore diverses familles des mondes de Capela, qui en comparaison
avec celles d’autres orbes, ont aussi eu la grâce et le privilège de convivre très près du maitre
et de la même manière se sentent aussi, responsables pour beaucoup de ce qui est arrivé.

C’est une peine que nous ne puissions pas, dans le moment, décrire les histoires de
quelques unes de ces familles capelines et d’autres systèmes qui sous d’autres contextes,
eurent aussi la grâce de vivre avec Lui. Chaque page de ces narrations cosmiques sont de
véritables leçons qui montrent ô combien nous avons commis d’erreurs dans le passé et
l’inexorabilité des événements qu’aujourd’hui nous affrontons.

Il incombe donc, de fait, à toutes les familles capelines, beaucoup plus que d’autres
systèmes de mondes, la responsabilité par ce qui est survenu dans les temps de Lucifer. Pour
cela, tous les membres de ces groupes spirituels s’efforcent dans le présent, pour être aptes à
édifier dans le futur terrestre, ce qu’ils détruisirent dans le passé : divers collèges planétaires
qui gouvernèrent les mondes.

Là ou sont passés les rebellés dans leur longue et pénible route d’exil spirituel jusqu’à
arriver sur la Terre, ils laissèrent indélébilement enregistrés les marques de l’orgueil et de la
désagrégation, levant, par cela, divers mondes à la déroute.

Ils détruisirent des gouvernements planétaires ; semant la discorde ; ils créèrent des
disputes là ou existait la concordance ; ils ruinèrent les diverses unités de la politique céleste
au nom des plus absurdes et folles valeurs.

Ils se détruisirent et maintenant, c’est la loi qu’ils construisent.

Dans le prochain siècle, (l’ouvrage a été écrit en 1996) à partir d’un déterminé
moment dans lequel le jugement amoureux du Maitre décidera à partir de quel moment
s’initiera le procédé de visites des délégations d’autres orbes à notre planète. La Terre ne
pourra plus présenter la marque politique qui aujourd’hui la caractérise devant le cosmos ; une
collectivité d’êtres sans aucune conscience due de l’unité cosmique de ce qu’ils représentent.

Dans l’actuelle situation géopolitique de notre planète, vers lequel des gouvernements
devra se diriger une délégation d’êtres d’autres orbes ? Avec qui parler et négocier les projets
d’aide mutuelle si les intéressés des actuels gouvernements de la Terre sont plus proches de
la mesquinerie que de la fraternité ? Par forcément par méchanceté, mais simplement par
ignorance et retard spirituel. Ou alors, trouvons-nous que chaque race extraterrestre devra
choisir un des pays pour échanger des expériences avec lui ? Nos frères d’autres orbes ne se
soumettront jamais, au procédé aussi primitif qu’aucun solde positif ne trahirait.

Les gouvernements des diverses nations terrestres existeront pendant très longtemps.
Que l’on n’espère pas, ni que l’on ne prétende pas qu’ils cesseront d’exister. Au contraire.
Nous espérons qu’il existera un Collège des Nations Unis qui réellement détiendra la
légitimité pour représenter la Terre devant des civilisations cosmiques.

191
L’Organisation des nations Unis pourrait très bien être cet organe collège, mais non
pas comme de la façon comment elle se porte aujourd’hui, malgré les efforts de beaucoup qui
y travaillent ardemment.

Alors que l’ONU est à peine le reflet du jeu du pouvoir des élites mondiales, jamais
elle n’aura la nécessaire capacité d’être le plus grand collège de la planète, à influencer les
chemins de notre monde, servant non pas seulement comme point touristique ceux qui vont à
New York voir un bel établissement. De l’extérieure, réellement c’est très beau. Mais de
l’intérieur ?
Jusqu’à quand , (ce qui devait être un foyer politico-humanitaire , avec une autorité
morale pour diriger les efforts mondiaux pour la bonne lutte des droits humains , de la
médiation politique dans des moments critiques , du bon combat contre tout type
d’intolérance qui vienne à blesser les droits par elle défendus, être l’avocat pour la diminution
des effets de la misère découlant du procédé de concentration de rente dans les pays les plus
riches au détriment des pays les plus pauvres), sera-t-il encore un sépulcre architectural
d’apparat pour les intérêts pharisaïques de la politique mondiale.

Ou est le combat contre la faim ou meurent chaque semaines deux cent mille
personnes, ou est le combat pour les droits de la femme ? Quel est le rôle de l’ONU devant les
migrations décontrôlées, des nouvelles souffrances humaines qui surviennent , enfin devant la
quantité de réfugiés qui croît à chaque jour ? Et quant çà la question environnemental,
comment est ce que l’ONU est en train de participer devant se procédé de discussion ? Sera-t-
il que l’on réussisse à coordonner pour le moins de conversations planétaires autour de sujet
ou le même soit négocié de façon unilatéral ? Et le désarmement nucléaire, qu’est-ce-que
l’ONU peut faire, de façon comme cela est présenté aujourd’hui, pour mener en avant pour
donner une réussite dans des pas qui ont déjà été faits pour fortifier l’unique collège supérieur
que nous avons sur Terre.

Nous avons tous besoin de fortifier l’ONU ou quelque chose qui s’y réfère, parce que
la diversité terrestre est de tel ordre qu’est impraticable l’expectative des diverses nations
terrestres de confier dans un gouvernement unique, mettant fin aux administrations locales.
Ce qui a besoin d’être crée, c’est un nouvel esprit pour l’ONU ou en dernière instance, un
autre collège de nations, qui en dehors de refléter les divers regroupements terrestres, puisse
aussi les influencer et bien représenter toute cette diversité qui nous caractérise devant le
cosmos.

Les familles capelines qui se sentent responsables de cette question, ont déjà
commencé à s’engager de façon stratégique planifiée, avec d’autres familles d’exilés, pour
préparer la planète pour les temps qui viendront.

Le plus grand objectif de tous est que dans un futur bref, tous les courants des exilés
soient représentés dans un grand corps qui maintenant se forme pour lutter pour un monde
meilleur.

Sans lutte révolutionnaire, parce que de cela nous en sommes épuisés. Il est possible
qu’il n’y ait pas dans quelque recoin du cosmos, une collectivité planétaire qui au long de son
histoire, ait promu autant de révolutions et de guerres comme c’est le cas de la Terre. Et nous
nous trompons toujours. Même lorsque l’objectif était noble, les instruments utilisés parlaient
de notre état de barbarie spirituel. Nous avons renversé de nombreux monstres et nous avons

192
fini par en introniser tant d’autres. Notre objectif de lutte à presque toujours été équivoque :
nous luttons pour modifier les systèmes politiques régnants, les lois, les structures sociales,
oubliant, que de cela rien ne fonctionnera de façon satisfaisante, s’il n’y a pas une
amélioration propre de l’être humain.

Les grandes révolutions surviennent dans l’intime des personnes exactement ou Jésus
et tant d’autres ont semé dans les temps du futur avec toute la mansuétude et sagesse de leurs
esprits merveilleux

Il reviendra donc, aux familles provenant des mondes de Capela, la responsabilité des
premiers pas pour la réalisation de ce grand rêve qui est l’édification du grand idéal de la
Fraternité Planétaire pour que nous puissions ouvrir les portes de nos cœurs pour la
convivialité avec les frères et sœurs d’autres réalités existentielles.

Le travail futur qui nous espère tous, si nous réussirons à traverser ce moment de
transition entre un passé équivoque et un futur douteux, sera exactement de produire des
conditions pour qu’existe un collège planétaire légitime dans son autorité de représentativité
cosmique et agissant dans sa convivialité avec les problèmes d’avant-garde évolutif des
peuples de la Terre.

Ceux qui sont déjà réincarnés et ceux qui viendront, dans l’éternelle entrée dans le
champ de lutte terrestre, sont ceux là même, qui dans d’autres époques délièrent la lumière de
leurs esprits et maintenant doivent la rallumer dans l’intime parce qu’uniquement celle-ci
pourra orienter leurs propres pas. Ils défirent tous les liens fraternels qui unissaient des
milliards d’êtres autour d’une coexistence en ordre et fraternelle, et dans le moment, ils
recherchent à reconstituer les affinités d’antan, parce qu’ils agirent comme facteur de
désagrégation dans toutes les communautés dans lesquelles ils étaient passés et aujourd’hui ils
doivent construire la plus grande des convergences qui est la création d’une unité planétaire
devant le cosmos.

C’est le travail rédempteur qui nous attend tous, exilés du passé. Cependant, il est
raisonnable que nous n’oublions pas que qui prétend réformer le monde, doit avant tout se
réformer lui-même.

193
REDEMPTION SPIRITUELLE.

Partie 6. Rédemption Spirituelle.

4. Marque Evolutive.

Il y avait un homme parmi les pharisiens, appelé Nicodèmes, qui était un homme du
sanhédrin qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: ‘Rabbi, nous savons que tu es un
maitre’. Jésus lui répondit: ‘En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau,
il ne peut voir le royaume de Dieu’. Nicodème lui dit: ‘Comment un homme peut-il naître
quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître?’ Jésus répondit: ‘En vérité,
en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume
de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonne
pas que je t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau’.

Jean 3. 1-7.

Il y a deux grands aspects dans les entrelignes de cet enseignement du Maitre : le


premier qui se réfère au procédé de la réincarnation ; le second au fait que personne ne peut
évoluer spirituellement s’il ne s’améliore pas à travers de l’effort personnel dans les
nombreuses opportunités qui survient durant la vie/ les vies.

Le résultat de tous les efforts, de toutes les conquêtes réalisés, des apprentissages
effectivement pratiqués, est comme une espèce de voltage énergétique qui illumine chaque
fois plus une individualité spirituelle.

De la même façon qu’un éclairage de quelques volts illumine peu et atteint par sa
radiation lumineuse un environnement suffisamment limité, il en est de même ainsi (pour un
meilleur entendement représentatif), d’un esprit qui présente une modeste marque de conquête
dans le domaine de l’évolution spirituelle. Devant le contexte terrestre, posséder cette
condition vibratoire est déjà un facteur de gloire et de rédemption car il démontre que l’esprit
a déjà une tendance au bien, même présentant un bas patron vibratoire. Ce qui est important
c’est qu’il réussisse déjà à s’illuminer, et donc, illuminer aussi, pour le peu que ce soit,

194
l’environnement autour de lui. Chez les Ombres, la lumière de cet esprit brillera comme des
milliers de soleils pour ceux qui la rencontreraient.

Imaginons maintenant une lampe de 100 volts. Elle illuminera fortement des
environnements bien plus grands. Il en sera ainsi, aussi, avec un esprit raisonnablement
évolué, ayant réussit à plasmer en lui-même le brillant des conquêtes d’effort personnel, de
bonne lutte et de bon combat avec lui-même dans les nombreuses opportunités
d’apprentissage . Bien qu’il soit raisonnablement illuminé, sa vibration personnelle atteindra
de façon bien plus ouverte ce qui se trouve autour de lui, que ce soit des personnes ou des
situations. Lorsqu’il y a un contact avec les ombres, un esprit de cette portée s’oblige à
diminuer sa propre vibration pour ne pas aveugler ou offusquer ceux qui là y habitent
temporairement en raison d‘affinité énergétique avec la disharmonie et la souffrance.

Elevons le pouvoir d’une lampe phosphorescente avec un haut pouvoir de radiation


lumineuse qui réussisse à illuminer un immense environnement autour d’elle-même. Ainsi un
esprit suffisamment évolué, pour posséder déjà une si magnifique portée vibratoire,
difficilement se laissera perturber devant des situations désagréables. Même vivant sur Terre,
il suivra imperturbablement dans la recherche de son propre chemin de bien servir ses frères
et sœurs dans la route évolutive. Cet esprit réussit même lorsqu’il est incarné, avec son
émanation énergétique personnelle, à illuminer de grandes régions d’une planète enveloppant
beaucoup de ceux qui y vivent avec leurs propres émanations. Gandhi fit beaucoup plus que
ceci.

Comment serait donc la vibration lumineuse du Maitre Jésus ?

Lui qui est un avec le Père dans sa condition, par excellence, de Grand Préposé de la
Déité, investi d’une condition inhérente à l’état vibratoire de son esprit de Très haute Portée,
réussit à envelopper amoureusement tous les êtres qui vivent sur Terre, suffisant simplement
pour cela, qu’Il vibre avec cette intention.

La simple présence de sa personne cosmique dans les environnements proches de la


Terre, dès qu’Il le souhaite, sera déjà suffisante pour que toutes ses ouailles sentent dans
l’intime de leurs esprits l’appel du pasteur aimant, si grande étant le pouvoir amoureux de sa
condition spirituelle.

Ainsi il arrive conformément aux conquêtes évolutives qui sont entreprises par le
propre effort personnel de l’individualité. Personne n’illumine quoique ce soit autour de lui, si
en premier lieu, il ne réussit pas à s’illuminer de l’intérieur. C’est le procédé d’auto-
instruction, d’auto-illumination qui requiert de super-actions à tout moment dans la vie de
l’esprit.

L’éclaircissement, l’instruction ; l’amélioration intime avec la conséquente


amélioration de la condition vibratoire personnelle, seulement viendront par l’engagement de
beaucoup d’efforts. Ne nous trompons pas. Laisser le vide, de tout ce qui nous vient de
l’intérieur sans aucun type de contrôle , est la meilleure manière de continuer à être ce que
nous sommes, ou soit, des esprits orgueilleux qui se permettent d’irradier sur ceux qui sont
autour d’eux , toute leur triste et équivoque héritage du prétérit spirituel, qui sonne , à chaque
fois que nous nous affrontons avec des situations qui nous réveillent ces tendances et
inclinaisons qui caractérisent notre vie spirituelle depuis longtemps.

195
Qui ainsi procède, stationne, est pire, il crée autour de lui, une espèce de croute
vibratoire qui empêche que la lumière de l’extérieur pénètre dans son intime quand il
commence à s’auto-illuminer un tant soit peu. Et, là ou il n’y a pas de lumière, survient
l’obscurité parce que, qu’est-ce que les Ombres si ce n’est l’absence de lumière ?

Réellement, nous ne nous émerveillons pas de ce que Jésus nous a enseigné, qu’il est
nécessaire que nous venions à renaitre, jusqu’à reconquérir un état minime, que ce soit
d’acquisition vibratoire, qui nous permette un minimum d’auto-illumination avec la capacité
d’influencer et d’envelopper amoureusement, pour peu que ce puisse être, l’environnement
dans lequel nous sommes insérés.
En dehors de cela, à chaque opportunité incarnatoire, nous devons chercher à renaitre
intimement à chaque occasion d’apprentissage qui nous est donnée au long de la vie
terrienne. Qui ne cherche pas à faire cela, ne réussira donc pas à s’illuminer, un minimum
nécessaire pour se différencier des Ombres.

Cependant chacun de nous possède une marque spirituelle ou une marque vibratoire,
par rapport à notre condition vibratoire évolutive du moment dans lequel nous sommes en
train de vivre. *

Si notre esprit se fixe équivoquement dans certains aspects de l’existence transitoire,


au détriment de certaines valeurs éternelles, qui valent dans tous les mondes du cosmos, il
sera alors difficile de provoquer dans nos propres esprits la condition vibratoire si nécessaire
au moment présent, pour que l’entendement de beaucoup de choses qui doivent survenir
fluent plus suavement dans l’intime de nous tous.

Nous avons besoin d’améliorer à tout instant notre propre vibration personnelle,
jusqu’à parce que nous allions commencer à convivre avec des personnes plus évoluées que
nous vibratoirement parlant, et pour que la convivialité devienne plus facile et profitable c’est
un engagement que nous devons entreprendre et mettre en exécution.

Finalement, nous autres qui nous divisons, en Brésiliens, Allemands, sénégalais,


Arabes, Argentins, Angolais, Russes, Américains, juifs, Français, Chinois, etc… nous allons
commencer à convivre avec des êtres qui ont une plus grande conscience de la ci nommée
citoyenneté cosmique.

Pour être un des sujets du prochain livre à être édité : ‘Dans les Cieux de la Grèce’
nous n’allons pas nous approfondir sur ce thème si passionnant. Nous dirons à peine quelle
devra être la citoyenneté d’une individualité spirituelle qui durant un certain temps cosmique
vit sur une planète déterminée ; ensuite en autre, mais plus tard, se délocaliser pour vivre sur
d’autres mondes et ainsi successivement ? Seulement, il n’existe qu’une seule réponse ;
citoyenneté cosmique.

Maintenant quelle est la situation de citoyenneté d’un esprit qui par force des lois
incarnatoires, se trouve pris à une déterminée planète et y réincarne de plusieurs fois dans
diverses régions géographiques, à savoir, une fois au Japon, une autre au Chili, ensuite au
Soudan, plus tard en Suède, etc ? On ne peut uniquement admettre qu’une seule réponse ;
Citoyenneté Planétaire.

Mais quel est le niveau de conscience de citoyenneté que nous portons dans notre
intime ?

196
Modifier cette situation vibratoire de pur équivoque et d’illusion est une lutte
incessante qui doit directionner le chemin évolutif de nous tous.

*. NT : Nous possédons tous aussi une fiche karmique, une sorte de ‘Scanner
spirituel indélébile.’

Il n’y a pas très longtemps, sidéralement parlant, nous étions des citoyens cosmiques
qui du à des erreurs commises, avons été temporairement réunis sur une planète qui est restée
isolée du reste du cosmos. Aujourd’hui, nous continuons à être des citoyens cosmiques sans
que pour cela nous en ayons la moindre part de conscience. Nous réussissons à peine à nous
entrevoir comme des citoyens planétaires, alors que nous sommes beaucoup plus ; des
citoyens cosmiques. Mais cette perception changera exactement dans la même proportion
dans laquelle nous allons commencer à retirer de nos esprits certaines valeurs transitoires
profondément équivoques, qu’illusoirement nous cultivons comme si c’était de beaux patrons
de conduite. Pur retard de la vie spirituelle.

Réellement, il n’y a pas très longtemps que sur la planète Zian, à Capela, un vieux
Maitre codificateur, dans la source de son département de recherche, reçu un récit, en plaques
magnétiques, encore inachevé, d’une équipe qui était en mission sur une belle planète bleue.

Il se souvient toujours avec soin de ses élèves dans l’art de codifier. Il orientait de
nombreux groupes d’étudiants parmi lesquels, un qui était formé par cinq membres de la
famille Val. Spécialement, il se souvenait de l’un d’eux, avec qui il échangeait
coutumièrement des informations autour de la vie cosmique et des aspects évolutifs.

Il n’est jamais trop de refléter à respect du temps de vie utile des divers types et
catégories de corps communs à chaque planète ou groupe de planètes. Dans le cas terrestre, le
composant cellulaire du corps humain supporte en moyenne autour de quatre vingt
circonférences autour du soleil. En 2030, approximativement, la science espère que cette
expectative de vie soit environ de 130 ans. Cependant pour notre narration prenons la
moyenne d’une vie terrestre dans les conditions régnantes d’environ 100 ans ou cent
périodes complètes de circonvolutions autour du Soleil.

Extrapolant maintenant, ce thème sur le temps de la vie sur Terre pour d’autres
mondes , nous allons aussi supposer que la vie d’un être sur une quelconque planète , dure , en
moyenne autour de cents années, ou cent tours orbitaux de la planète autour de son étoile*,
dans le fuseau horaire de quelque orbe.

De cette façon Neptune, notre voisin proche, pour accomplir un tour orbital complet
autour de notre étoile aura besoin d’environ 165 années terrestres. S’il y avait à titre
d’exemple une vie sur Neptune, et supposant un temps de vie utile pour les neptuniens de
cent circonvolutions autour du soleil de la même façon come nous l’avons fait avec les êtres
terrestres, en termes de notre temps, un être qui là y réside vivrait environ 16 500 années
terrestres, ou soit, cent années neptuniennes. Dix années sur Neptune correspondraient à 1650
ans terrestres. Ou soit, sous l’optique du temps neptunien, le Maitre était sur Terre, il y a
approximativement douze années. Et sous l’optique du temps de Capela ? Cela peut être hier.

197
Allons maintenant imaginer que la période d’une orbite complète sur la planète Zian
autour d’un hypothétique centre gravitationnel dans le système multiple de Capela,
corresponde à une période de temps auquel la terre donnerait autour de quatre mille trois
cents tours autour su soleil.

* Suivant la masse des planètes et des étoiles, les durées de temps en comparaison à
la mase terrienne peuvent être très différentes. L’auteur comprend donc, des planètes ayant
des caractéristiques anatomico-géo-physiologiques très identiques à celle de la Terre.

Allons aussi supposer que sur Zian, en raison du niveau technologique avancé,
existant là, le temps de vie utile d’un corps commun à ce monde, ne soit pas comme dans le
cas terrestre, de cent périodes de translation, mais de mille.

Expliquant mieux, un être terrien est supposé vivre cent ans autour de son étoile, alors
qu’un être de Zian réussira vivre mille ans, soit mile tours planétaires autour d’un
hypothétique centre gravitationnel du système multiple de Capela.

De la même façon comme ici sur Terre , nous sommes aujourd’hui en train de nous
référer , par exemple, à la chute du mur de Berlin , survenue il y a quelques années, là sur
Zian , aussi dans les temps actuels, le chef du département de recherche et de codification ,
toujours en attente qu’une certaine famille revienne pour compléter un travail qui a été
interrompu , il y a quelques temps car pour lui, le problème survenu qui finit par retarder la
consécution des travaux , s’est produit, il y a peu de jours de ce monde.

A travers un déterminé mécanisme qui sur Terre paraitrait un puissant ‘écran de vidéo
tridimensionnel’ ou quelque chose comme cela qui s’yi rapporte, il commence à observer son
élève dans l’actualité planétaire du monde bleu, en pleine année 1996 (année ou a été écrit le
livre) , après la présence du Maitre parmi les terriens.

Le vieux Maitre codificateur rit en lui-même, se souvenant, que maintenant, cet élève
avec lequel il possède des affinités, était justement réincarnant sur le monde pour lequel,
initialement, il s’était dirigé, répondant à la sollicitation du Maitre, avec comme objectifs la
recherche d’influence de certaines vibrations sur quelques êtres aquatiques qui là y existaient.

Ce qui est intéressant, pensait-il, est que même sans avoir conclut l’apprentissage de
toutes les matières nécessaires à l’art de codifier, ainsi même, il était en train de développer
un travail de caractère codificateur sur le monde bleu, conformément aux circonstances là
régnantes. Ah ! Combien d’expériences il aurait à compter, pensait-il en lui-même.

Comme sont intéressants les chemins évolutifs, continuait à refléter le codificateur de


Zian. L’équipe Val pourrait compléter le récit des travaux d’ici à quelque temps et,
maintenant, avec beaucoup plus de connaissance de cause.

Il actionna un mécanisme qui ferma les registres des travaux inachevés, se souvenant
des membres Val avec soin. Il se souvint aussi de Yel Luzbel, son ancien élève et compagnon
de plusieurs recherches scientifiques, avec lequel, maintenant, il était en train de travailler
avec tous les soins possibles pour la réintégration Cosmique de cette dernière planète rebellée
au circuit de la convivialité cosmique.

198
Peut être, pensa-t-il, tout ce que Luzbel et ceux qui l’ont suivi devraient avoir perçu à
cette époque, c’est que le Père est intraduisible. Ses œuvres, créations et attributs, ceci oui,
sont passibles d’être traduits comme expression extérieures de la Déité et que ce sont
justement les moyens et les stimuli desquels se sert Son amour, pour faire évoluer, à travers
des éternités, tous les enfants répandues par le cosmos.

Mais le codificateur de Zian avait besoin de finir d’autres travaux avant d’aller se
reposer, car d’ici peu, la famille Val reviendrait et lui solliciterait les travaux inachevés pour
mettre fin à ce malheureux incident qui était survenu et avait empêché la réalisation de ce
travail.

Ah ! Se souvint-il aussitôt ; observant l’atmosphère de ce moment quelque vert étoile,


produit du mélange des émanations des étoiles qui formaient le système : il ne s’était pas
encore reposé depuis que ce problème avait commencé.

199
CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS

AVANT 3 MILLIONS D’ANNEES AVANT JC.


Expériences existentielles qui seront appliquées dans le futur.

APPROXIMATIVEMENT 3 MILLIONS D’ANNEES AVANT JC.


Arrivée des premiers groupes d’humanoïdes (êtres spécialement préparés pour la vie
sur Terre, possédant un grand niveau instinctif, mais pas encore dotés de la lumière de la
raison).

ENTRE 1 MILLION ET 950 MILLES ANNEES AVANT JC.


Quatre groupes distincts, déjà suffisamment améliorés, parce que résultants de
multiples expériences survenues au long du temps, ont été amenés sur Terre pour une espèce
de test final quant à l’adaptation climatique et spécialement la question gravitationnelle .A la
fin de la période de test et d’ajustements il sera décidé si un, plusieurs ou tous les groupes
resteront sur la planète. Ce qui résultera de ce procédé sera la base des humanoïdes qui,
justement avec des êtres plus évolués qui arriveraient dans un second moment (en dehors de
quelques souches humaines de chaîne évolutive de la vie terrestre),formeraient l’humanité
future .A cette hauteur, un groupe de plus ,d’esprits simples et ignorants ,mais avec l’héritage
Maior de la lumière du raisonnement et la conséquente responsabilité carmique, était apte à
initier une journée évolutive dans l’ascension spirituelle sur Terre, incarnant dans des corps
résultants de croissements de ces humanoïdes.

APPROXIMATIVEMENT 800 MILLES ANS AVANT JC.


Arrivée d’équipes d’êtres plus évolués de diverses origines planétaires pour vivre
directement avec ceux qui déjà existaient .Ces frères sont passés par toute une série
d’adaptations dans leurs conditions énergétiques et , spécialement , dans leurs corps pour
rendre possible la permanence sur Terre .L’objectif était l’édification d’un portal.

APPROXIMATIVEMENT 742 MILLES ANS AVANT JC


Commencement d’inquiétude de Lucifer dans le système de Capela.

200
APPROXIMATIVEMENT 687 MILLES ANS AVANT JC
Commencement de la rébellion de Lucifer .Durant les prochains 68 milles ans,
plusieurs de ses serviteurs ont visité la Terre et d’autres orbes, propageant les postulés de la
rébellion.

APPROXIMATIVEMENT 619 MILLES ANS AVANT JC


La Terre et d’autres mondes rebelles ont leurs circuits de convivialités coupés.
Commencement de la période d’isolement. Commencent à arriver les premiers exilés des
expurgés planétaires conséquents à la rébellion. Beaucoup arrivent sous l’aspect d’esprits
désincarnés ; d’autres, entre temps sont arrivés ici en navires spatiaux.

APPROXIMATIVEMENT 100 MILLES ANS AVANT JC


La Terre devient le dernier et unique monde rebellé. A partir de maintenant, tout ce
qui restait des forces conscientes de la phalange de Lucifer était agglomérée sur Terre.

APPROXIMATIVEMENT 63 MILLES ANS AVANT JC


Premier grand désastre atlante. Décadence totale de la civilisation planétaire .La Terre
entre dans une période d’impasse énergétique jamais connue par les hôtes de la Divinité , qui
perdura environ 23 ans.

APPROXIMATIVEMENT 40 MILLES ANS AVANT JC


Arrivent d’autres exilés (environ 5 milliards d’individualités, étant certaines dans leurs
propres navires et la majorité dans l’état d’esprits désincarnés), qui étaient les restants de
procédés d’expurgés retardés, provenant de la rébellion de Lucifer, aussi comme de
recyclages vibratoires d’autres mondes avec vues et autres objectifs évolutifs .A cette époque
la Terre comptait une population d’environ 20 milliards d’individualités cosmiques entre les
incarnés et les désincarnés. A partir de là, la population passa à être environ 25 milliards
d’êtres.

APPROXIMATIVEMENT 12 MILLES ANS AVANT JC


Fin de la civilisation atlante.

APPROXIMATIVEMENT 12 MILLES ANS AVANT JC


Arrivée de quelques dizaines de milliers d’exilés, tous dans l’état d’esprits désincarnés
provenant aussi de quelques expurgés retardés du système de Capela et d’Antares. Cela a été
le dernier groupe d’exilés qui est venu sur notre planète.

201
APPROXIMATIVEMENT 4 MILLES ANS AVANT JC
Jehova assuma la coordination des travaux de l’équipe du Maître sur la planète Terre.

APPROXIMATIVEMENT 300 ANS AVANT JC


Jehova a conclu sa mission et s’est retiré de l’ambiance terrestre .A partir de là les
extraterrestres ont commencé à accompagner discrètement l’évolution planétaire.

L’ANNEE 27 APRES JC
Crucifixion du Maître .Lucifer est retiré de l’ambiance terrienne. Satan, son principal
compagnon d’infortune assume le commandement de ce qui restait de la rébellion.

EN 1940 APRES JC
Les extraterrestres ont commencé nouvellement à se faire percevoir, obéissant à un
plan de préparation planétaire pour la réintégration cosmique de la Terre.

EN 1993 APRES JC
Dans un travail développé par la Spiritualité Maior, Satan est assisté fraternellement,
étant à partir de maintenant, retiré des ambiances astrales terriennes.

202
PASSE ET PRESENT

Il y a environ approximativement, deux mille années, l’auteur terrien du présent


ouvrage était personnifié par le centurion romain qui exécuta la crucifixion du Maitre.

La Spiritualité me fit alors souvenir, qu’à un certain moment après la mort du crucifié
du milieu, déjà après avoir aidé, (avec une certaine mal volonté), un groupe commandé par
José de Arimathie, à emporter le corps de Jésus jusqu’à une propriété déterminée qui lui
appartenait, localisée relativement proche du local de l’exécution, que je retournais au poste
de garde prétendant mettre fin à la ‘fatigante journée de travail’.

Les ultimes obligations conclues, je me dirigeais vers un local suffisamment agréable


que j’avais l’habitude de fréquenter depuis mon arrivée à Jérusalem et recherchant la solitude,
je m’assis pensif quant au futur. Mais à ce moment là, dans une espèce de nuage dense
rendant difficile ma vision, je convergeais tous mes inévitables souvenirs d’une série
d’événements singuliers qui étaient survenus il y avait à peine quelques heures.

Particulièrement marqué par la forme étrange et pacifique de ce crucifié, qu’il porta


jusqu’au dernier moment, je me demandais quelle était la signification de la vie et de la mort.
Ni d’une chose, ni de l’autre je n’en avais la moindre idée.

Peu ou rien, je ne réussis à conclure dans cette tentative pressée de réflexion, mais
intérieurement, le trouble était énorme. Dans cet instant perdu que j’entrevis l’inquiétude
intime, était aussi poignante que la sensation de ne pas exister. Ceci me paraissait plus animé
et moins compliqué que la vie.

Des problèmes et de plus en plus de problèmes. C’était uniquement ce que je


réussissais à conquérir, que ce soit certain ou erroné, était ce que je pensais à cet instant, alors
que je me retirais de ce local qui je considérais toujours agréable, mais qui à cette heure, me
paraissait le même que celui ou s’était produit la crucifixion. Enorme était l’héritage des
sensations vécues il y a peu.

Je me retirais, recherchant un environnement plus mouvementé, et alors la solitude


que j’appréciais tant, me parut la plus désagréable des compagnes.

203
Cheminant à travers les ruelles, je rencontrais un autre centurion qui était accompagné
d’un autre homme d’un certain âge, avec une apparence très distincte, que je jugeais être
d’origine grecque.

Convié à les accompagner pour une plaisante soirée, nous commençâmes par une
agréable détente, bien que je notais l’insistance avec laquelle le grec m’observait.

Après un certain temps, il me dit alors qu’il m’avait vu dans le commandement de la


crucifixion de l’homme qu’il appelait de grand Maitre. Et de façon fraternelle, sans aucune
agressivité, il nous dit aussi, qu’il était venu jusqu’à ces terres pour Le connaître, car Il devait
connaître la si recherchée vérité qu’il prêcha et témoigna jusqu’à l’heure de sa mort.

J’observai le profil du grec qui parlait regardant ‘vers nulle part’ fixé dans l’espace et
je lui demandais son opinion quant au respect de la vie ou de la mort. Lui sans changer la
direction de ses yeux, nous dit que la vie était le travail et l’engagement intérieur alors que la
mort, rien de plus qu’un passage rénovateur pour d’autres vies et de nouveaux travaux.

Nous sourîmes moi et mon compagnon centurion, à la mode supérieure des romains et
le grec, que je su être disciple des enseignements de Pythagore, car il appartenait à une
certaine école initiatique qui était aussi fréquentée par l’autre centurion connu qui nous
accompagnait. Il me regarda de face et m’affirma que la mort était en réalité la clé de l’infini
car les portes de l’éternité s’ouvraient uniquement lorsque nous mourrions.

Je souris nouvellement, et le grec qui n’avait pas cessé de me regarder fraternellement,


sourit aussi de façon suave et m’appelant par mon nom , il affirma que les travaux futurs ,
dans des vies futures que je ne pouvais pas rêver, attendaient mon esprit , et disait-il, attendait
uniquement avec la même efficacité avec laquelle je m’étais dédié à l’accomplissement des
lois de Rome crucifiant ces hommes , que je réussisse aussi à me dédier dans le futur au
travail de la culture et du plantage des semences de la Grande Vérité que ce même homme
que je venais de crucifié , nous avait légué à travers de son sacrifice personnel.

Je ne notais aucun type d’incrimination dans les entrelignes des paroles de ce grec
dont la posture fraternelle et respectueuse conquit ma sympathie. Aussi, je ne compris rien de
ce qu’il me dit, si est qu’il avait dit quelque chose en dehors des banalités, que de temps en
temps ,j’entendais , si communes à ceux qui cherchent à véhiculer quelque croyance ou
quelque autre type de stupidité , pensais-je en moi-même .

Nous conversâmes un peu plus, mais sans revenir au sujet abordé et nous nous
quittâmes fraternellement ensuite.

J’étais à la recherche d’un sommeil réparateur. Cependant avant de m’endormir, je


pensais ce que serait un ensemble de vie et de travaux futurs. Je souris de nouveau
intérieurement, avec ce sens de supériorité qui me caractérisait alors, comme âme romaine, et
je m’endormis pour me réveiller quasiment deux mille ans après, développant dans le moment
présent, des travaux qui rendraient profondément honte à l’épée et toutes les valeurs par elles
exaltées, alors empoignée dans le passé pour la gloire de Rome.

Se sentir en paix devant ce qui était en train de se faire était une sensation que ce
même centurion romain ne réussit jamais à conquérir alors qu’il accomplissait la loi du
monde, empoignant l’épée au nom du pouvoir des Césars.

204
La marque évolutive qui caractérisait son esprit dans ce temps était incompatible avec
la conquête de la paix intérieure.

J’ai du abandonné de nombreuses épées tout au long de mon cheminement pour tenter
d’évoluer à la recherche de la paix éternelle.

De l’ignorance de la force brute vers l’orgueil non moins ignorant de la raison. De


celle-ci vers la croyance. De la croyance vers la foi raisonnée. Aujourd’hui l’incertitude
humble que l’unique aspect méritoire de l’esprit réside à s’harmoniser avec le Père, le Maitre
et les autres frères et sœurs de cheminement cosmique, ou soit, tout se résume à ce que le
Maitre il y a fort longtemps nous a enseigné comme étant le plus grand des
commandements :’ Aimez-vous les uns les autres’.

La conquête de cette certitude humble, donc, immanquablement de tout ce que nous


avons besoin est l’amour et tout ce que nous devons faire est d’aimer immanquablement,
(même si nous ne réussissons pas en potentialités plus élevées), cela nous fournit l’équilibre
minime pour que les esprits encore si imparfaits comme ce qui me caractérise l’existence, se
permette de servir d’instrument, même rustique, pour des expressions informatives si
amoureuses.

Ces travaux étaient des rêves qui ne pouvaient pas être rêvés, par mon esprit à cette
époque. La miséricorde du Maitre permit, qu’à travers un rêve extérieur, d’un compagnon de
moment qui uniquement plus tard reviendra le retrouver que les semences soient plantées dans
mon esprit.

Aujourd’hui deux mille ans plus tard, les travaux futurs qui nous attendent dans ce
nouveau millénaire aussi ne peuvent pas être perçus, par nos esprits.

Le groupe Val et Zian, comme les autres qui actuellement appartiennent aux hôtes du
Maitre, après la conclusion de l’actuel procédé de transition par lequel passe l’orbe terrestre,
ou soit , la planète d’expiation vers un état de monde de régénération , se réunira dans la
seconde partie du premier siècle du troisième millénaire, pour une prise de position réunie et
la conséquente division des travaux et soins rédempteurs concernant le programme de
spiritualisation planétaire et ses conséquences cosmiques.

Si quelqu’un pouvait développer, même à titre de fiction, les possibles champs de


soins et les multiples nécessités qui surgiront à partir de maintenant au quotidien de la vie
planétaire, comme conséquence de l’élévation du niveau de vie terrestre et à la convivialité
entre les êtres et les sœurs d’autres orbes, assurément nous verrions des sourires d’apparente
supériorité devant nous.

Mais peu importe. Que le cheminement de ceux qui désormais lisent ces pages, objectif à une
future planification, soit plus amène et suave, que nos jours actuels qui se sont déroulés.

Que nos amis, grecs ou non, nous rencontrent dans les routes de la vie et nous fassent rêver de
nouveaux rêves sur le cheminement de la rédemption spirituelle, pour que nous puissions
conquérir, avec le travail réalisé, la paix pour nos consciences et les bénéfices existentiels
pour ceux qui nous entourent dans la journée évolutive.

205
J.V. Ellam.

TRILOGIE :

CHUTE ET ASCENSION SPIRITUELLE.

Il est de sens commun que normalement la vérité devienne victime de toute situation
ou la tonique soit le choc des intérêts divers. Il survient des cas ou elle est simplement cachée
pour que l’apparente réalité ne réussisse pas à l’accepter, transformant de cette façon, ce que
nous prenons de réel en stupide illusion. Mais de cela nous ne nous en apercevons pas. Dans
certaines occasions elle est toujours là pour être découverte. C’est ainsi dans le champ de la
foi religieuse, de la croyance fanatique, des événements politiques, enfin dans notre monde.

Il y en a d’autres qui, pour être la vérité, un concept de grande magnitude en relation


au manque d’élévation morale de l’humanité, le mieux que l’on puisse prétendre est
d’éloigner l’être terrien du mensonge et de l’ignorance. Bien ou mal, nous devons à ceux qui
se dédient aux sciences, le pavage du chemin, plus sûr pour chercher l’évolution avec des
bases solides. C’est dans le champ des postulats scientifiques qu’est mouvementé le grand
ressort propulseur du progrès humain. Ceux-ci seulement sont assumés comme vérités après
être démontrés. Il est bon qu’il en soit ainsi, même avec d’autres problèmes provenant de cette
méthodologie (non pas de la science en elle-même, mais, de certains scientifiques qui font de
la science un champ limité à leurs propres perceptions, quelques fois, fortement dogmatiques).
La connaissance scientifique est le chemin sûr de l’évolution dès qu’elle est illuminée par la
lumière de l’étique et de la morales humaines.

La science ne se permet jamais d’être un procédé finit, (soit devant notre actuelle
condition ou même d’autres niveaux existentiels), et le fait d’être toujours prête pour être
conclue, stimule l’être humain à cheminer, sans se maintenir dans des postures stationnaires
stériles qui intronisent de stupides orthodoxies.

Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas changer de paradigmes purement et


simplement à travers de la foi. Parce que c’est ceci que l’humanité terrienne fait depuis de
nombreuses étapes dans sa laborieuse histoire et le triste résultat est connu par tous. Parmi les
champs de recherche humaine, la science devra toujours donner le premier pas dans ce sens.
Seulement qu’elle ne peut pas assumer le rôle de jugement quant à ce qui se peut ou pas
rechercher, quant à ce qui doit ou non être pris comme probabilité de recherche humaine. Elle
ne peut reléguer certains thèmes, (uniquement pour satisfaire des questions de foi et de
croyance religieuse), à l’équivoque culte du mépris de certains de ses postulants quant à ceux

206
qui peut être possesseurs d’esprits plus ouverts, vivent dans certaines recherches d’avant-
garde. Ceux-ci, à leur tour, commencent à affronter la science comme s’il était possible
d’arriver à quelque résultat sans son concours.

Il existe une grande quantité de protosciences , comme le veulent certains , ou de


pseudosciences, comme préfèrent d’autres , surgissant chaque jour qui passe dans les champs
de l’existence humaine , ou la science classique , ayant peut être négligée une attention
nécessaire, pour que les thèmes qui lui sont pertinents soient étudiés avec les critères dus ;
ceux qui se relationnent avec la vie après la mort, l’esprit, la réincarnation, les méthodes des
sciences des peuples du passé de se prévaloir de possibilités futures, enfin de diverses
traditions ésotériques en général.

A peine comme exemple ; quelques fois je me demande quand est-ce que la médecine
occidentale, ne va-t-elle donc pas être digne de regarder la méthodologie et les actions avec
lesquelles se pratique l’art médical en Orient. Quelle est la plus ancienne ? Quelle est la
culture, que depuis bien plus longtemps, pratique et vie la médecine. L’occidentale ou
l’orientale. Si l’orientale a beaucoup plus ‘de temps de vie et d’apprentissage’ que
l’occidentale, pourquoi celle-ci ne recherche-t-elle pas pour le moins à étudier les caractères
de celle là ? Serait-il parce que la culture médicale orientale part du présupposé que l’être
humain possède un corps subtil, et comme tel, les diagnostics référents à son corps
biologique, laissent quelque chose à désirer devant certains problèmes que l’occident ne
réussit pas à résoudre ?

Mais demandons nous encore, et si ce corps si subtil existe même et possède une
anatomie et physiologie propres à lui même, et si réellement donc, il est la base sur laquelle
est constitué le corps matériel, que fera alors la médecine occidentale traitant des effets sans
la moindre notion des causes de certains problèmes qu’elle prétend attaquer ? Et si ce corps
subtil existait. Une telle conclusion, n’est pas une question de foi. C’est un simple résultat
d’un procédé d’observation.

Je ne sais pas si quelques pouvoirs actuellement peu connus cependant inhérents à la


constitution cosmique de l’être humain, quand ils sont utilisés pour des objectifs de soigner et
d’aider le prochain, n’irait pas contre les intérêts financiers de certains groupes.

De toutes les façons, l’homme ne renoncera jamais à la médecine orientale dans les
patrons dans lesquels elle est aujourd’hui pratiquée. Cependant, la pratique médicale de
l’Occident, pense quelle peut mettre de coté le grand arsenal des expériences et des
connaissances de la médecine orientale, et un tel fait se donne ou par orgueil, ignorance ou
intérêts qui ne peuvent être confessés. Que ce soit pour l’un, que ce soit pour l’autre, c’est un
‘déservice’ à l’humanité. Ceci aussi est un autre fait.

Sans la science nous n’irions nulle part. Cependant la science sans âme est de même
qu’un corps sans vie.

Sans la science pour éclairer l’attitude intime de la bonne foi et de la bonne croyance
religieuse, Dieu seul sait ou nous serions. De la même façon, sans le contenu moral des
attitudes humaines dues devant les possibilités scientifiques, nous n’aurions as besoin de
recourir à Dieu pour découvrir ; ce serait la fin de l’expérience existentielle terrienne. D’où
l’importance de la foi éclairée et de la science spiritualisée.

207
C’est une peine que de nombreux scientifiques soient véhiculés et par force de cela,
obéissants à des intérêts de très nombreuses fois qui ne peuvent être confessées, ce qui fait
que quelques uns confondent l’essence avec l’accessoire, ou soit, commencent à critiquer la
science alors que quelques scientifiques méritants la corrige quant à une posture assumée.
Ainsi nombreux vendent leurs âmes, au nom d’objectifs hautement malsains à la dignité
humaine.

Avec ces deux fondements regroupant la science et la morale humaines solidement


plantées sur terre, des cieux il pleuvra des lumières d’éclaircissement et de stimulation pour
l’éternelle recherche de la vérité, ou pour l’éternelle éloignement de l’ignorance et des
Ombres), conformément à la possibilité de la communauté planétaire.

Sans que nous puissions obtenir de réponses ou pour le moins de formuler des
questions intelligentes en respect de la signification de l’existence et de ses variables
circonstances, il ne serait pas convenables, devant ce que nous comprenons par rationalité, de
dogmatiser à respect de sujets aussi complexes qui pour autant se trouvent en dehors des
limites des possibilités de la science et de la perception humaines

Quelques uns de ces sujets, cependant, ont été adéquatement proposés par rapport à
des questions qui devront apporter leurs solutions. Même sans avoir totalement réussi à
donner une équation raisonnable à ce que l’on prétend découvrir, nous avons tendance à
présenter des réponses qui, avec de nouveaux paradigmes, dirigent les efforts de recherche, et
s’ils n’étaient pas en accord avec ce qui est convenable au modèle crée, ils seraient exécrés ou
considérés comme des choses moindres ou illusoires.

Si en raison de l’impasse crée par la propre humanité terrienne, d’autres niveaux


existentiels tentent, de quelque façon, de fournir quelques patrons de recherche et de réflexion
pour aider, (déjà que nous sommes pris à un modèle stérile de vivre, rempli de dogmes,
préconcepts et d’intolérance de tout ordre), tout ce qui vient de là, pourrait pour le moins être
examiné critérieusement avant d’être relégué à l’égout commun de ce qui est considéré comme
étant une mystification pauvre à la valeur commune bon marché ou de fiction de seconde
catégorie.

Cependant, mais pour combien de temps, ce qui vient de là, continue à ne pas être examiné
par certains courants scientifiques parce que le rationalisme établit l’acceptation à peine de ce qui
peut être démontré, comme si les cinq sens et l’intelligence des êtres terrestres pouvaient englober
tous les niveaux de la grande œuvre universelle.

Ce même rationalisme, dans sa version classique rêvait d’un passé et aujourd’hui prétend
atteindre ce que certain appellent de connaissance complète. De nombreux hommes et femmes
de science tentèrent de produire une espèce de formule finale qui expliquerait tout. Serait-il que
cela soit possible ? Sera–t-il que nous percevions le cosmos de forme approprié pour avoir une
telle prétention? Serait-il que cela soit acceptable et possible en termes d’analyse rationnelle ?

Un jour quelconque, quelqu’un vivant dans la condition terrienne aura-t-il les conditions de
tout apprendre ? Est-il raisonnable d’espérer que tout ceci survienne ? Ou ne serait-il pas plus sage
que nous reflétions en respect de ce que nous pouvons avoir un sens de tout, mais jamais apprendre
la totalité. Serait-il que nous ne prétendions pas transformer une omniscience qui si elle existe ( et
de ce fait elle existe par ce qui nous est informé ) sera toujours un attribut de la déité , en simple

208
conquête conscientielle terrienne ? Ne sommes nous pas en train de répéter Lucifer avec ce type de
posture ?
Nous sommes des parcelles incorporées à l’univers, ou soit, nous vivons à l’intérieur ou au
milieu de lui, dans ses nombreux niveaux existentiels qui, suivant la science classique, peuvent
réellement exister, malgré que , nous n’en ayons pas les moindres évidences Etant ainsi nous
pourrons seulement concevoir le cosmos avec des parcelles incorporées à ce que nous sommes en
train de décrire. Je me demande : sera-t-il que ce fait ne limite pas la rationalité et la perception de
l’être terrestre ? Nous devons prendre en compte notre propre incorporation au monde que nous
tentons de découvrir. Ceci fait que la perception scientifique chemine jusqu’à un certain point.
C’est la propre limite de l’imperfection et de la condition humaines.

Le rationalisme, à son tour, ne vit pas bien avec l’empirisme, qui admet l’origine de la
connaissance comme provenant uniquement de l’expérience.

La majorité des hommes et des femmes à une tendance au rationalisme, ce qui en soit,
n’est pas un problème ou une solution, car à notre point de vue, c’est à peine un des nombreux
chemins pour rechercher la vérité, ou ses très nombreux aspects qui en dernière analyse, éloigne
l’être humain de la croyance bon marché et de l’ignorance. Cependant, dépendant de ce que l’on
peu rechercher, il y a une notion de limite des potentialités scientifiques du moment, comme aussi
des ceux de la perception humaine.

Simplement parce que Dieu ne convient pas, ou ne peut être équationné par la science
terrienne, est-il donc intelligent que par procédé d’inférence si simplifiée, que nous affirmions qu’il
n’existe pas ? Que sait la science actuelle à respect de l’esprit, ou, que savons-nous de la réalité de
la vie. Ou même, qu’est ce que la réalité ?

Pour quelques uns, la réalité est ce qui peut être observée et mesurée. Evidemment, cela est
correct. Mais il existe des choses qu’il ne nous a pas toujours été données des percevoir ou de
connaître. Pour cela elles ne font pas partie de la réalité, par le simple fait que nous ne les
connaissons pas ? Mais si elles existent, et même sans être perçues, elles exercent quelque type
d’influence, (qui aussi ne peut pas être mesuré), sur l’humanité, alors comment pontifier à respect
avec autant de sécurité et de prétention ?

Il est clair que nous pouvons uniquement avoir conscience de ce qui peut être mesuré et
observé. La perception consciente est le procédé le plus immédiat de convivialité qui nous entoure.
Si nous n’avons pas conscience, nous ne pouvons pas agir intelligemment devant ce qui n’est ou
pas encore perçu. Mais si ce qui n’est pas ou pas encore perçu par les limitations humaines existe
réellement et influence certains facteurs de la vie terrienne, alors comment se comporter devant une
telle question ?

Ceci est le grand dilemme comportemental de l’humanité de nos jours d’aujourd’hui


devant les nouveaux temps qui déjà s’annoncent. Et tout ceci ou une partie, qui ne peut pas être
perçu objectivement, à n’importe quel moment va se faire percevoir, comme si le voile qui
couvrait tout était tiré par des mains miséricordieuses. Tout le contexte cosmique qui nous entoure
deviendra perceptible dans ses nombreux niveaux de complexité et surprendra tous.

Mais quant à la manière de penser et d’agir de l’être terrestre ? Qu’est-ce que l’homme est
en train de faire à son semblable. ? Et avec la Terre ? Et ce qu’il a déjà fait dans la passé ? Serait-il
que nous produisons toujours des résultats qui n’ont jamais été prétendus ? L’être humain a-t-il la
capacité de leadérer cette situation que lui-même produit ? La race humaine a-t-elle conscience de

209
ce qu’elle fait et encore de ce qu’elle est en train de faire ? En fin de compte, l’humanité terrienne à
conscience de quelque chose ? Serait-il que nous ne sommes pas en train de confondre conscience
avec connaissance et intelligence ? Il est bon de ne pas oublier que la majorité des hommes et des
femmes de la Terre ont connaissance et intelligence, mais n’ont pas conscience. Ils savent
certaines choses, mais n’ont pas conscience de ce qu’ils savent.

Mais qu’est-ce que la conscience ? Quelle est l’origine de la conscience ? D’où vient –
elle ? Puisqu’il y a eu une époque ou la Terre n’existait pas, ou, comment, pourquoi et quand
surgit-elle ? Si la conscience n’a pas surgi au long du temps ou pour un effet de celui-ci, comment
apparut-elle ? Si l’homme est réellement le descendant des primates, ou d’un ancêtre commun aux
deux, il serait intelligent de supposer que d’autres exemples de cette branche, seraient, aux jours
d’aujourd’hui, se transformant en homme acquérant la conscience ? Il faut convenir, que ceci ne
survient pas et une telle supposition ne trouve pas de maintient, même dans le peu que l’on pense
connaître à respect de l’origine de la conscience et de l’origine humaine.

Si ne concluons rien à ce respect d’un sujet si complexe, comment est-ce-que nous


prétendons établir des certitudes scientifiques quant à ce qui ne peut pas exister ou avoir existé
dans le passé terrestre ?

L’on dit que l’illusion peut seulement être perçue à travers de l’incohérence. Si de celle-ci
nous ne nous en apercevons pas aussi, nous n’en prendrons pas compte. Et qu’est-ce qui est plus
incohérent que l’actuel mode de vie terrienne ? Guerres, assassinats, drogues, envies, jalousie,
désamour, calomnies publiques irresponsables, intérêts mesquins, famines, avec ses 200 000
enfants dans le monde mourant chaque semaine de faim* etc., et nous trouvons tous cela normal.
Si nous ne percevons pas la propre incohérence, de quelle forme sommes nous donc, vivant, à ne
pas être dans un stade mental de brute illusion ?

Nous nous mettons en relation avec tout ce qui nous entoure à travers de procédés intimes
de perception et de coexistence avec l’environnement externe et non pas à travers de procédés
extériorisés qui vient de l’extérieur vers l’intérieur. La conscience est le produit de relation interne
avec le tout. Nous assimilons le tout que nous réussissons percevoir et nous agissons en relation à
lui à l’intérieur de nos limitations de perception. Ce que nous assimilons détermine basiquement ce
que nous sommes. Si nous assimilons si peu, que devons nous penser à respect de ce que nous
sommes ou prétendons être ?

*Nt : Ps : à la date d’aujourd’hui 27 Avril 2010, meurent donc de faim 200 000
personnes par semaine, soit,
28751 personnes par jours
1190 personnes par heure
19 personnes par seconde.
… et ceci ne fait que d’augmenter…

Remercions Kevin Carter et ses confrères d’avoir une fois de plus averti et montré aux
populations le visage de la faim que la propre société se cache pour ne pas s’incommoder des
autres.
Un homme politique, le Président de la république fédérative du Brésil, de 2002 à 2010,
Luiz Inácio Lula da Silva, a fait de la lutte contre la faim un objectif prioritaire de sa
campagne et à réussi en quelques années, malgré les attaques successives d’industriels et

210
de financiers, à réduire la faim de 8% dans un pays de 185 000 000 d’habitants, personne
à qui nous rendons hommage et avons le plus grand respect et estime.
Triste et pitoyable tableau de notre humanité et de nombreux de ses responsables
indifférents à ce fléau. Comment sommes nous perçus de l’extérieur par ceux qui nous
observent ?

Serait-il qu’il existe la conscience que nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial ?
D’aborder la vie sur terre sous une autre optique ?

Un autre grand problème est que les doctrines philosophiques sont très souvent fois
excluent, ce qui rend le monde scientifique, quelques fois, aussi ou plus dogmatique que le
religieux.

Le spiritisme est un bon exemple de cela. Pour être une doctrine philosophique spiritualiste
(et avoir comme foyer d’origine de l’existence de l’être et de ses effets intelligents , l’esprit éternel
et , encore plus pour avoir définit le chemin de l’évolution des postulats scientifiques inhérents au
facteur spirituel comme étant expérimental, étant ceci l’unique forme de procédé possible devant
les faits, uniquement dans les jours actuels), commence à être étudié par de courageux scientifiques
qui recherchent la vérité même s’ils sont critiqués par de nombreuses personnes.

Ainsi nous le disons, parce que la présente trilogie ne s’encadre dans aucun des champs
doctrinaires de la connaissance et n’appartient à aucune doctrine religieuse, parce que
probablement, elle ne serait acceptée par aucune, car, là ou il existe un système fermé de
croyances et d’informations, quelque aspect nouveau finit par perturber l’inertie de la pensée. Il est
normal qu’il en soit ainsi ; c’est la propre condition humaine. Ainsi disant, nous sommes
simplement en train d’affirmer, que les informations ici constantes, ne doivent pas être bien
acceptées par quelque personne qui soit radicalement véhiculée à quelque type de croyance ou de
méthode scientifique.

A bien dire la vérité, elles n’ont même pas besoin d’être acceptées, parce que même si elles
sont justifiées, le futur se chargera de le démontrer, à court terme, à l’intérieur même de la
psychologie du propre temps terrestre. Cependant, ce n’est pas la compréhension de l’auteur terrien
de la présente trilogie, que l’on croit qu’il accepte oui ou non, ce qui est en train d’être informé.
Ceux qui auront de la sensibilité spirituelle potentialisée par des stimuli de la propre Spiritualité
pour sentir, sentiront.

Aussi ne nous intimident pas le patrouillement et la déqualification personnelle personnels,


qui dans les jours actuels, ont beaucoup limité l’exercice de la pensée. Mais il est important que
tout ce qui ici à été informé soit analysé, recherché et réfléchit critérieusement, avant d’être admis
pour le moins comme une possibilité. Mais pour cela que l’on ne prétende pas, entrer dans le
champ de la croyance et de la foi, ce qui n’est pas le cas.

Nous nous demandons, justement, comment il serait possible à la Spiritualité, d’éclairer


quelque chose qui ne peut pas être contenu à l’intérieur des patrons scientifiques de l’actualité , ou
ce que l’on prétend éclairer est possible d’être mis à l’intérieur des critères des actuels modèles de
la perception, ou alors, peut être que ce soit mieux, tenter quelque type de procédé avec cet
objectif.

Mais, et le passé terrestre ? Est-il possible que la connaissance humaine soit tombée dans
une sorte de piège crée par sa propre ignorance ? Ou serait-ce l’orgueil et la tendance assassin de

211
tout détruire, de part la famille terrienne, qui rendent impossible ‘ le regard en arrière et de
percevoir quelques aspects basiques de notre histoire’ ?

Combien de registres historiques ont été par barbarie détruits par le prosélytisme assassin
de certaines postures religieuses ou même d’esprits devenus fous quant au traité avec l’exercice du
pouvoir temporel ?

Ceci , à peine pour rappeler quelque chose qui a été enregistrée dans la connaissance
humaine des folies faites dans le passé, par de nombreux dirigeants qui finirent par priver la
collectivité planétaire d’éclaircissements et d’informations qui auraient pu modifier pour beaucoup
les chemins que l’humanité finit par suivre.

Durant des siècles, quelque agent du pouvoir catholique, quoiqu’il perçoive, comme type
d’information de caractère religieux ou non, qui soit promu ou provienne de quelque autre
systèmes d’idées ou de croyance qui ne soit pas catholique, devait détruire de telles sources
diaboliques. De véritables œuvres d’art, de registres archéologiques, d’écrits divers et tout et plus
qui n’a pas été promu par l’Eglise catholique ont été détruits au nom de Celui qui est justement
venu pour aimer et éclairer.

Papes et autres autorités du clergé, au nom de l’intolérance (qui peut jusqu’à être enseigné
par quelqu’un, jamais par Jésus qui était et est l’exemple le plus grand de la tolérance pour tous car
il prêchait et témoignait l’amour, jusqu’aux propres ennemis, détruisirent de véritables trésors
d’antiquité, en référence aux religions dites primitives, ayant, inclusivement, copié d’elles de
nombreuses choses les travestissant à peine avec le vêtement catholique.

Reculant dans le temps, à Babylone, un roi dément ordonna que l’on détruise toutes les
bibliothèques et tous les registres de tout ce qui se référait aux périodes antérieures à son règne. En
chine en 213avant J.C ont été brûlées toutes les bibliothèques qui détenaient la connaissance des
derniers vingt cinq siècles.

Sera-t-il qu’avec tout ceci, (et beaucoup plus qui s’est produit dans le champ des buchers
de registres qui aurait pu modifier l’histoire de la Terre) nous ne perdions pas le véritable lien avec
notre véritable passé ?

Pourquoi, actuellement, certaines vérités historiques sont questionnées par de nouvelles


évidences ? Tout simplement, parce que l’Histoire ne sera jamais un produit fini. Elle évoluera
toujours avec les faits. Le minimum de bons sens, de logique, de rationalité, indiquent que si
l’histoire s’écrit dans la mesure où elle peut être perçue, alors sur ses pages l’on ne devrait pas
former des dogmes immuables. Mais à l’intérieur des cultures historiques des nations combien de
dogmes n’existent-il pas. Et pire encore, générés à partir de distorsions historiques.

Finalement qui a découvert l’Amérique : Colomb ou Leif Erickson, le viking, bien


longtemps avant le premier ? Mais et avant même le premier Leif Erickson.

Combien de vérités comme celles-ci ne sont-elles pas contestées de nos jours actuels ? Et
dans le futur, combien ne le seront-elles pas ? Le passé sera inévitablement revu parce que la
marche de l ‘évolution romaine l’impose ainsi. Mais dans les jours actuels comment procéder en
relation au passé ? Qu’est-ce que de lui nous pouvons dire, si est que nous pouvons en connaître
quelques chose de plus, en dehors de ce que l’on pense déjà savoir ?

212
Pourquoi de lui, sommes nous désertés comme des orphelins, séparés de façon irréversible
des origines de notre propre existence ? Serait-il que nous sommes immanquablement destinés à ne
jamais connaître le passé dans toute sa plénitude ?

Quelques uns même prétendent dévaloriser l’histoire comme si elle ne pouvait pas nous
offrir de leçons. Ils pensent que le progrès technologique promeut des changements et des
transformations de grande magnitude qui, en examinant le passé, serait une perte de temps et dans
la plus généreuse possibilité, une excentricité ou même une posture scientifique anachronique

L’on dit déjà en relation aux habitants de la terre qu’ils ne savent pas qui ils sont, d’où ils
viennent et vers ou ils cheminent et que le plus grand mystère qui existe sur cette planète, c’est en
lui-même, ou soit, le propre homme et en vérité il est le plus grand mystère parce que en relation
aux autres aspects qui composent le vie planétaire, la science a déjà perçu nombreuses des diverses
provenances au long des ères géologiques. Etant ainsi, ils veulent le dévéhiculer de l’unique source
capable de prouver et/ou de fournir des indices pour les réponses à ses recherches qui est son
propre passé.

Réellement, nous formons une race cosmique suffisamment étrange. Nous divisons et
finissons par désagréger tant de choses que nous avons peut être perdu la notion de réunion que
nous représentons, ou sous une autre optique d’analyse, de l’unité que nous le voulions ou pas, que
nous représentons devant le cosmos qui nous entoure.

Nous devons aussi nous demander ; avons-nous perdu le but ? Serait-il que les actuels
patrons philosophiques de la politique, de la religion et de la propre science deviennent impotents
pour renverser cette stagnation prolongée quant à la résolution des problèmes de l’humanité ?
Heureux de sciences et de politique, qui même dans certaines hésitations normales à l’actuelle
condition humaine, s’ouvrent pour recevoir de nouvelles valeurs et postulats. Mais quant aux
religions ? Alors que celles-ci n’acceptent pas de nouvelles vérités, d’autres seront toujours en train
de surgir, comme si tout ne provenait pas d’une unique source cosmique. Combien de religions
finiront-elles la trajectoire de l’humanité dans la recherche du Père ?

Sera-t- il que le passé sera uniquement accepté par le présent, s’il ne se courbe pas ou s’il
ne se limite pas à lui? Comment la science peut elle se tourner vers le passé éloigné avec ses
actuels patrons de recherche et de perception ? Et si en fait, dans certains aspects, il y avait eu une
rétrocession historique ? Une espèce d’involution dans quelques camps de la lutte humaine ?
Comment est-ce-que le présent percevra le passé si celui-ci a été beaucoup, beaucoup plus
complexe, pas nécessairement plus évolué dans quelques domaines, de ce que l’actuelle vaine
philosophie perçoit ?

Quant à la science et aux autres procédés considérés par elle comme non scientifiques,
comment se rejoindront-ils dans le même objectif d’évolution ?

Dès lors que ceci n’arrivera pas , la vérité restera cachée derrière le bas pouvoir du
discernement de l’être terrien ou même étant victime constante de stratégies peu éclairées, donc,
efficaces, dans son plus grand objectif de désinformer et de générer désagrégation.

Mais ou est-ce-que les faits s’enregistrent pour qu’ils soient ensuite perçus et évalués, afin
que quelque chose puisse être conclu à ce respect ? Comment se fait-il que la Providence si sage et
si parfaite dans ses attributions, oublie de créer un instrument pour le compétent registre des

213
événements ? Quelle est, parmi les sciences connues, celle qui pourrait servir de base pour le
registre exact et absolu des faits ?

Seraient-ce uniquement, par hasard, l’imprimerie, les registres littéraires et la mémoire


humaine qui serviraient de base aux registres qui aujourd’hui forment la grande banque de données
sur l’humanité dans ses computadeurs ? Mais lorsqu’il n’y avait pas d’imprimerie, et que
l’alphabétisme était l’état naturel des esprits humains dans de nombreuses périodes historiques ?
Serait-il qu’il est forcé de reconnaître que la mémoire humaine est l’unique témoin et observatrice
des faits qui l’entourent, en raison que les mécanismes crées ont toujours été détruits par des
cataclysmes, soient d’ordre naturel ou provenant de la dysharmonie des êtres humains ?

Ou est dans la nature, ce quelque chose, ou ce procédé, qui puisse remplir ce rôle de
rechercher la vérité et de l’enregistrer de façon intouchable ? Est-ce le propre homme l’unique
agent responsable par l’action, l’évaluation et le registre de sa propre vie ? Serait-il le personnage
et historien, roi et juge, créateur et créature de ses propres histoires et faits ?

Elevons un peu nos expectatives d’analyse !

Seraient-ce les esprits désincarnés et/ou les extraterrestres les responsables pour
l’accompagnement et le registre compétents des actes de l’humanité ? Comment feraient-ils cela ?
A travers de la presse de là ? Des registres littéraires et d’autres types qui leur sont déjà communs ?
Des fixations mémorielles qui les accompagnent ici sur terre ? Ou serait-il qu’ils aient quelque
instrument ou procédé à tout et à tous qui accompagnent, marque immanquablement, ce qui se
produit en circuits pour nous inconnus ? Mais d’une autre partie, qui les accompagnerait ? Qui
enregistrerait et évaluerait leurs actes ?

Existerait il dans quelque coin du cosmos, quelque organisation énergétique, procédé qui
ait la capacité, de tout enregistrer, évaluant aussitôt les attitudes et raisons, et motivations de chaque
être cosmique ?

Si cela existe, parfait. Si cela n’existe pas, il serait bon alors que la Déité réellement existe
pour se charger de cela, car sinon ou est la justice des conditions existentielles et de la diversité
spirituelle pour tout le cosmos, si tout n’était pas enregistré de quelque façon dans quelque
endroit ? Si Dieu, ne providencie pas cet objectif qui aurait alors les conditions de le faire ? Le
propre maitre affirme que ‘uniquement parfait est le Père’, Serait-il que Dieu soit l’unique
possesseur de toute la vérité ou, comme préfèrent quelques uns, de toutes les vérités qui existent.

Retournons à notre réalité existentielle, nous pouvons conclure que les faits et leurs vérités,
ne sont pas perçus dans leurs justes variabilités ou de forme absolue par aucun procédé humain
parce que l’esprit humain et les procédés et instruments qu’il peut créer seraient toujours une partie
de tout, et une partie seulement et uniquement une partie percevra une partie, jamais le tout.

La science terrienne, oui, est en train de cheminer dans une trajectoire sûre pour produire
des procédés et des instruments qui puissent prévoir les lois et pontifier autour des autres aspects
appartenant à une partie non pensante du cosmos, ou soit des trajectoires des planètes et des
galaxies, dans le macrocosme, des électrons autour du noyau atomique, dans les microcosmes.

Mais quant à la trajectoire des êtres cosmiques, comment percevoir ses orbites transitoires
et ses possibles délocalisations si nous naissons là ou nous ne voulons pas, que nous devons
mourir, mais même si nous savons avec certitude qu’il existe la vie après la mort du corps

214
transitoire, que va-t-il alors se passer après, si réellement il est quelques chose qui arrive à notre
esprit après la mort ? Sera-t-il qu’en réalité nous ayons une âme ?

Même sachant si peu sur nous même, et peut être encore moins , en respect à ce qui nous
entoure, l’être terrien, cependant, sait affirmer avec entière certitude qu’une telle chose se soit
produite ou se produise simplement parce que le fondateur de tel ou tel crédo ou telle doctrine dit
ce qui est ou n’est pas soit possible.

Nombreux affirment qu’il est impossible que ceci ou cela ait existé dans le passé.
D’autres , que ne peut exister la vie spirituelle et la réincarnation ; beaucoup cependant acceptent la
possible existence de vie extraterrestre mais croient improbable qu’ils se délocalisent jusque sur la
Terre. Peu importe. Cependant si l’existence de notre passé et de tout ce qui nous entoure
dépendait de l’opinion de l’humanité terrienne…

Il y a une époque ou croire que la planète était ronde était un motif de mort. Ensuite de la
situer dans son simple contexte de planète orbitant autour d’une étoile, fait que la même punition
était appliquée, parce que c’était le maximum, ou pire, que l’on connaissait pour punir quelqu’un.

Il y a peu d’années si quelqu’un avait parlé de télévision, fax, ordinateur etc… comment
auraient été l’expression de ceux qui auraient entendu de telles prédications ?

Il en est de même aujourd’hui de ceux qui parlent d’esprits et d’extraterrestres ? Et ceux


qui croient ou savent que les esprits existent et qu’avec l’humanité incarnée ils peuvent se
communiquer, mais n’acceptent pas l’existence d’autres êtres d’autres habitations planétaires ?
Seraient-ils alors plus modernes que les moines de l’antiquité qui n’acceptaient rien en dehors de
ce qui était prévu par les canons ?

Qu’est-ce qu’il serait possible aujourd’hui d’être fait dans le champ de l’éclaircissement ,
tant en relation à notre passé, comme spécialement , de ce qui entoure la collectivité terrestre dans
le présent moment et aussi quant à l’imminent futur qui surviendra et en surprendra beaucoup ,
sans que les sourires de supériorité intellectuel ou les spasmes d’orgueil et de vanité de ceux qui
pensent beaucoup savoir, tombent douloureusement comme des pierres devant la sensibilité de
ceux qui ont quelques chose à éclairer ?.

Dans la philosophie pythagorienne et parmi les postulats de la tradition ésotérique, il existe


une référence à une espèce de cinquième élément, ou état de la matière, (ainsi nous le disons
conformément à ce qui est défini aux niveaux des postulats ésotériques) appelé d’Akasha. C’est un
état vibratoire singulier de particules formatrices de ce qui est appelé éther célestiel qui occuperait
tout l’espace.

Ce serait conformément à ces principes, cette archive akashique, une espèce de circuit
cosmique de tout ce qui a été produit par les êtres pensants au long de toutes les existences
évolutionnaires, en dehors de celles qui viendront à être vécues. Les ésotéristes, défendent, que
cette archive peut être consultée par les voyants et clairvoyants qui perçoivent le passé et orientent
quant au futur, tout ceci avec l’objectif d’équilibrer les débits karmiques devant les lois de
l’évolution du cosmos.

Quant à ce qui nous est informé par les mentors du présent travail , tout ce que nous
pouvons dire , est qu’il existe , oui, un circuit vibratoire inimaginable pour l’esprit terrien , ou

215
littéralement tout est enregistré conformément à la pondération des lois énergétiques émanées de
la Déité à l’intérieur des patrons de justice et de mansuétude qui caractérise ses attributs.

En dehors des intérêts moindres et transitoires des sociétés planétaires en retard, il


survient , que nous le voulions ou non que nous l’entendions, ou non , que nous puissions le
percevoir ou non, que les registres karmiques de toutes les pages de l’histoire , que ce soit
individuel ou collectif, de tous les êtres vivants , dont les âmes possèdent déjà la capacité de penser
et de discerner , étant ainsi, complètement responsables de leurs propres actes, ici et ailleurs, soient
enregistrés et accessibles suivant certains critères.

C’est comme si des ondes lumineuses éternelles répandues à travers tout le cosmos avaient
le prodigieux pouvoir de tout et de tous photographier et enregistrer dans les archives et attributs de
la Déité, toutes les connaissances, qu’elles soient sur la Terre ou dans quelque autre recoin
cosmique. Ainsi étant, toutes les histoires planétaires seraient indélébilement enregistrées.

De ce circuit de la Déité, sous sa volonté et de ses Préposés, émanent des vibrations qui
rendent vives les histoires là enregistrées à travers des Eternités. De là s’irradient les possibilités du
futur. Tout cet ensemble d’informations est travaillé par des équipes très spécialisées tant au niveau
d’ordre spirituel, comme d’autres ordres, chargées de ce ministère, et à travers de ce groupe de
travail, les plus grandes nouvelles des cieux arrivent jusqu’aux réalités transitoires, comme c’est le
cas de la Terre. Mais pour qu’elles puissent être ici perçues, il devient nécessaire le concours de
médiums, sensitifs, canaux, prophètes, comme l’on veut les appeler, pour que les messages de là
puissent être écoutés par ceux qui vivent ici.

A ce qui nous est donné d’entendre, le procédé d’information est toujours là présent de là
par ici. Jamais le contraire. Mais ceci n’a pas beaucoup d’importance, pour ce que dans le moment
nous désirons exprimer.

Que doit-on donc faire de cette instruction, si elle n’est pas un procédé scientifique à
l’intérieur des actuels patrons de la Terre ? Comment l’appeler? La classifier simplement comme
religiosité ou fiction, lorsque dans le présent cas, elle n’est ni l’une ni l’autre.

Peu importe, et ainsi nous le disons, parce que le futur est inévitable. Et avec lui viendra
l’éclaircissement du passé, déjà que dans le présent, ce soin tombera toujours, pour de nombreux
dans les domaines et les classifications impropres.

Peut être qu’uniquement la convivialité claire et objective avec les frères d’autres orbes
nous permettra d’éclaircir tout ceci. Qui sait aussi, si certaines machines qui sont enterrées par le
passé terrestre, ne seront pas trouvées sous peu. ? En cela, tout ce que nous pouvons faire est ce qui
est en train de se faire.

Le plus grand combustible qui fait fonctionner l’auteur terrien du présent ouvrage est une
tentative, même ayant quelques erreurs et imprécisions, qui croit contribuer pour l’éloignement de
l’être terrien de l’ignorance et de la croyance primitive.

Malgré tout ce qui a été affirmé, quelques décennies devront s’écouler. Pour le moins c’est
ce que disent les auteurs de ces écrits et ce qui a aussi été démontré par la Spiritualité et l’auteur
terrien.

216
Il est important d’indiquer que pendant cinq ans, de nombreux ouvrages sont restés dans
des fonds d’armoire par hésitation personnelle devant tant d’informations et spécialement, par la
responsabilité des thèmes abordés. Le problème était : convivialité avec des êtres d’autres orbes et
avec les frères spirituels désincarnés, les percevoir dans leurs postures fraternelles, dont les
vibrations adouciraient l’esprit de quiconque, de recevoir d’eux toutes ces nouvelles et de ne pas
vouloir les publier. Mais c’est exactement ceci qui s’est produit pendant cinq longues années.

Seulement après quelques événements promus par la Haute Spiritualité, comme si pour
fortifier la conviction intime de l’homme si hésitant, est qu’à partir de ces faits, sa propre
conviction se transforma en certitude inébranlable, décidant cependant, de répondre aux
sollicitations, de divulguer ces informations reçues, même avec tous les problèmes qui pourraient
advenir.

Cela n’a pas été facile et n’est pas facile. Traiter de l’impondérable dans la condition
d’esprit incarné est un but qui d’un coté réveille l’apprentissage et apporte des améliorations de
l’intime, et d’un autre côté, l’angoisse, en raison de l’étroitesse de thèmes si élevés.

Nous remercions, finalement, de la patience de ceux qui passèrent par la lecture de cette
trilogie, nous excusant des erreurs commises. Dans le futur elles devront être corrigées par les réels
auteurs. Cependant, il reste dans notre inébranlable conviction, la certitude que d’ici peu, tout sera
indubitablement éclairci, non pas par des instruments terriens si petits et fragiles, comme c’est le
cas de écrivain préoccupé, mais simplement parce qu’il a l’autorité pour une telle objectivité.

J.V.Ellam.

217
PROJET ORBUM

218
PROJET ORBUM
Affilez-vous spirituellement à cette idée.

MANIFESTE.

‘Déclaration des Principes de Citoyenneté Planétaire ‘

Principes :

Exercez pleinement votre personnalité, mais n’oubliez pas : nous sommes tous des
citoyens planétaires.

Par conséquent nous formons une seule famille devant le cosmos .Il est bon de savoir
que, pour celui qui nous voit de loin nous ne sommes rien d’autres qu’une famille vivant dans
un berceau planétaire.

Si nous sommes une famille, il devient donc inconcevable ce manque d’indignation


devant l’état de misère –tant matériel que spirituel dans lequel vit une grande partie des frères
et sœurs planétaires.

Il existe une force politique dans notre société qui lorsqu’elle est stratégiquement
directionnée exerce dans toute sa plénitude, le droit et le devoir de recevoir des forces établies
le devoir honorifique des droits humains .Cette force intime est pacifique, mais active ; douce
dans sa tolérance, jamais violente, mais éternelle dans l’exigence continue de construire la
paix, l’harmonie et la conscience quant à la nécessité d’améliorer les conditions du niveau de

219
vie sur la Terre. Exercer cette activité au quotidien de nos vies, agissant localement avec une
attention tournée vers un meilleur aspect planétaire, est un devoir de chacun et de tous.

Respecter les forces politiques établies, les gouvernements régionaux et nationaux ;


valoriser les organisations représentatives de caractère mondial indissociables à l’évolution
terrestre –mais, par dessus tout prêcher la conscience nécessaire de l’unité planétaire devant le
cosmos.

En vérité nous sommes tous des citoyens cosmiques dans l’exercice éventuel d’une
citoyenneté planétaire, comme de reste, le sont tous nos frères et sœurs répandus à travers les
innombrables habitations de l’univers.

Donc du à notre actuel stage de perception qui caractérise celui qui travaille sur Terre,
chercher la conscience du plein exercice de la citoyenneté, de quelque niveau que ce soit, est
le grand objectif à atteindre.

Si vous êtes d’accord avec les principes et objectifs de citoyenneté planétaire,


rejoignez nous en pensées et attitudes .Assumez avec vous même le grand compromis de
construire sur Terre cette utopie, qui a été et qui est l’objectif de beaucoup qui vinrent
enseigner les notions de pleine exercice de citoyenneté cosmique, témoignant : aimer comme
posture basique et essentielle dans la convivialité entre les êtres.

Propager cette idée, spécialement pour les nouvelles générations.

Rêvez et travailler pour un monde meilleur .Sachez que beaucoup font exactement
pareil.

Ceci est un message de foi, d’espérance dans la vie et notre capacité de l’édifier
chaque fois plus.

Jan Val Ellam.

220
ECLAIRCISSEMENT STRATEGIQUE.

Nous avons résolu de distribuer les œuvres qui sont par nous préparées, à la demande
et sous l’orientation des mentors spirituels, en sept groupes distincts, dues aux caractéristiques
communes et objectivant mieux améliorer la visualisation pour qui désire percevoir en
profondeur la planification globale de la Spiritualité, pour le moins ce qui donne respect à
l’utilisation de cet appareil terrestre.

Tout ce travail a comme objectif le plus important le procédé d’éclaircissement


planétaire devant beaucoup d’aspects des vérités éternelles et de la connaissance nécessaire
de la vie cosmique pour que par elle, puisse la communauté terrienne être réintégrée
activement.

Dans ce sens, les écrits par nous reçus jusqu’en juillet 1995, sont didactiquement
distribués en sept groupes de livres, à savoir ;

221
Contexte philosophique spiritualiste.

Le procédé de réintégration de la Terre à la convivialité cosmique seulement pourra


être développé ayant comme base toute une préparation philosophique à niveaux de
compréhension et d’une nécessaire posture politique fraternelle des habitants de l’orbe
terrestre pour que la réintégration aux circuits cosmiques puisse être effectivement
consommée.

A cette fin ,ont été fournie, durant le long et pénible procédé de l’histoire humaine ,
toute la base politique, humanistique ,spirituelle et philosophique nécessaire à
l’éclaircissement de l’esprit humain , pour ceux qui réellement désiraient , ou désireraient ,
s’alimenter de lumière d’éclaircissement spirituel.

Beaucoup de maîtres de connaissance cosmique sur Terre ont été réincarnés


fournissant, dans la mesure des possibilités d’entendement dans les noyaux terrestres de
l‘époque leurs témoignages amoureux, qui ont étés les principales semences nécessaires au
développement de l’esprit.

Dans cette fin de siècle, ces mêmes maîtres, à la demande de Jésus, le Maître des
Maîtres auront leurs enseignements qui seront actualisés et adaptés pour les jours finaux de ce
millénium, fournissant, ainsi, la base philosophique nécessaire à la compréhension de ce qui
maintenant arrive avec la communauté des esprits agglomérés sur l’orbe terrestre.

En hommage à l’esprit ami et éclairé de Platon , nous entreprendrons dénommer


quelques uns des livres qui iront composer cette base philosophique comme référents à une
série Dialogues, parce que cela sera à travers la conversation de ces grands travailleurs du
progrès terrestre que les enseignements nécessaires et complémentaires à toute la base de
réflexion déjà existante pour cette fin de période cosmique viendront à nous tous présentés
sous une forme de dialogue car c’est effectivement de cette façon qu’ils se sont déroulés .

222
Livres publiés de ce groupe :

Dans les cieux de la Grèce-Dialogues 1


Très au delà de l’horizon

Contexte cosmique
Dans ce groupe sont les livres qui abordent l’aspect du cosmos, sa hiérarchie,ses
divers niveaux existentiels , les systèmes des mondes commandés par le Maître Jésus et ses
assesseurs, l’Histoire de la Terre sous l’optique cosmique,l’Histoire de groupes
d’individualités qui ont été exilés pour la Terre, certains ordres de problèmes cosmiques et
quelques autres aspects en relation avec la vie du cosmique.

Et de ce groupe le présent travail publié comme les deux autres qui composent la
trilogie : Chute et ascension spirituelle – Les Anges Déchus.

Livres publiés de ce groupe

Réintégration cosmique
Chemins spirituels
Carma et compromis
Souvenir cosmique

Contexte terrestre
Tout ce procédé de final de période cosmique avec la conséquente transition
nécessaire au troisième millénaire , les faits qui découleront de tout ce procédé et l’aperçu de
ce qui devra et/ou pourra arriver avec la communauté terrienne sont des sujets qui seront
abordés dans nos livres qui iront composer les thèmes relatifs à la vie sociale et politique des
terriens. Tout ceci est analysé sous la perspective de l’imminent procédé de réintégration à la
vie cosmique et aux autres aspects qui lui sont conséquents.

Explicatifs

223
Les thèmes généraux seront abordés dans nos livres qui iront composer ce groupe,
parce qu’ils sont nécessaires à la compréhension de tous.
Le phénomène de la mort , les prophéties , vie dans d’autres niveaux proche de la
Terre, la mystérieuse Atlantide , études sur la prière et beaucoup d ‘autres sujets seront
développés et étudiés comme compléments à la possibilité de compréhension et de perception
de comme tout est relationné et inter lié et qu’effectivement , aucun cheveux tombe de notre
tête sans que cela soit permis et prévu dans les lois cosmiques qui forment le grand circuit
cosmique qui émane du Père et par lui maintenu .

Livre publié de ce groupe

Les bâtisseurs de la Lumière 1


Les bâtisseurs de la Lumière 2

Contexte doctrinaire
Dans les livres ici regroupés seront présentés les divers aspects de la thématique de la
réincarnation à travers l’expérience d’individualités spirituelles qui conteront leurs multiples
réincarnations , observant spécialement , les postures heureuses et malheureuses quant aux
traitements des problèmes humains terrestres découlant des intolérances racistes ,religieuses,
politiques et quelques autres caractéristiques de l’esprit humain terrestre.

Ces livres apparaissent à peine comme appui à beaucoup qui a déjà été écrit à respect
de ce sujet par d’autres travaux concernant la cause du Maître ,et il est de notre devoir
d’insister que ce sera exactement l’opinion des esprits , conforme au degré d’évolution qui
leur est particulier , que défileront par les pages des livres qui composent cette série , et non
les enseignements de la Spiritualité Maior qui normalement caractérisent les œuvres avec des
propositions d’éclaircissement .Les autres livres de ce groupe abordent d’autres thèmes
spiritualistes.

Livre publié dans ce groupe :

Le sourire du Maître.

Contexte historique
L’analyse des faits historiques, ayant pour toile de fond l’éternelle réalité spirituelle
qui régit les aspects transitoires des évolutions planétaires, sera la base centrale des thèmes
qui seront abordés dans les livres qui composeront ce groupe.

Contexte religieux

224
Sous l’optique spirituelle, les mouvements religieux terrestres seront analysés,
séparant ce qui est un instrument d’apprentissage de la Spiritualité Maior et ce que
représentent les créations des propres hommes dans le contexte religieux. Il y a beaucoup de
création humaine qui a été représentée comme étant d’origine divine. Et beaucoup de ce qui a
été présenté à la Terre comme divin termina par souffrir des distorsions promues par les
limitations et inclinaisons inférieures du genre humain terrestre. Les livres ici regroupés
fourniront quelques patrons de réflexion pour de tels sujets.

L’auteur

Jan Val Ellam, nom adopté par Rogério de Almeida, professeur et exécutif, naquit à
Natal dans la région Rio Grande Do Norte au Brésil en 1959.

Encore jeune, des faits non communs commencèrent à se produire dans son
environnement, réveillant les aspects spirituels de la vie.

Après de nombreuses recherches et observations, vainquant une grande hésitation, il se


mit comme médium psychographe et psychophone à la disposition d’amis spirituels.

Il compte à son actif plus d’une dizaine d’ouvrages publiés, d’autres dans l’attente
d’une autorisation des mentors pour être présentés au public verront le jour sous peu.

Actuellement ,comme auteur conférencier , il parcours plusieurs fois par an les divers
continents (Amérique , Europe et Afrique) ou il expose les thèmes de la Réforme Intérieure ,la
Réintégration Cosmique, , l’Amour du prochain ,de la Spiritualité ,de l’Apometria etc …
laissant un témoignage de paix et d’amour du prochain pour la convivialité des êtres pensants
de ce monde ou chacun puise par son propre libre arbitre et sa propre pensée à l’amélioration
de nos conditions réincarnatrices existentielles et celles des futures générations .

225
Résumé

Chemins Spirituels
TRILOGIE CHUTE ET ASCENSION SPIRITUELLE - LIVRE III

JAN VAL ELLAM

Réflexion du Vieux Codificateur de Zian :

‘Que pourrait-il arriver avec une communauté d’êtres


qui, par le plus grand manque de maturité spirituel, crédules
quant aux fins et criminellement dans l’équivoque quant aux
moyens, il se révolta contre tout un ordre établit, propageant
dans une certaine région du cosmos une espèce de maladie
vibratoire qui l’empêcha de convivre avec les autres ‘.

TRILOGIE CHUTE ET ASCENSION SPIRITUELLE

LIVRE I Réintégration Cosmique.


LIVRE II Chemins Spirituels.
LIVRE III Carma et Compromis.

226
227

Centres d'intérêt liés