Vous êtes sur la page 1sur 8

LES PROBABILITES

I) Définitions :

1) Expérience aléatoire:
Une expérience est dite aléatoire lorsqu’on ne peut pas prévoir avec
certitude le résultat.

Exemple :
On lance une pièce de 1 € et on observe le côté qu’elle présente une fois
retombée.
Le résultat est soit pile soit face : on ne peut pas savoir avant d’avoir jeté
la pièce. C’est une expérience aléatoire.

2) Issue :
Chaque résultat possible d’une expérience aléatoire est appelé une issue.

Exemple :
Reprenons l’exemple précédent, l’expérience aléatoire a deux issues :
- pile
- face

3) Evénement :
Un événement est constitué d’une ou plusieurs issues d’une expérience
aléatoire.

Exemple :
On jette un dé cubique dont les faces sont numérotées de 1 à 6 et on note
le numéro inscrit sur la face supérieure du dé.

Soit l’événement A : « obtenir un nombre pair »


A ={2;4;6 }
L’événement A est constitué de trois issues.

Soit l’événement B : « obtenir le 5 »


B = {5 }
L’événement B est constitué d’une issue.

1
II) Introduction aux probabilités :

1) Activité:

2) Interprétation :
Pour déterminer (voir approcher), la probabilité d’une issue ou d’un
événement, on répète un très grand nombre de fois l’expérience aléatoire.
La fréquence d’apparition de l’issue ou de l’événement tendra à se
stabiliser sur la valeur de la probabilité.

3) Autres approches:
 considération de symétrie
On jette un dé cubique non truqué. Pour des raisons de symétrie
liées aux propriétés du cube, on a le même nombre de chances
d’obtenir chaque face du dé. Comme il y a six faces, la probabilité
1
d’obtenir chaque face est .
6
 considération de comparaison
Une urne contient 7 boules : 3 rouges, 2 vertes et 2 bleues.
On tire au hasard une boule de l’urne. Par comparaison, on a trois
chances sur 7 de tirer une boule rouge et 2 chances sur 7 de tirer
une boule verte ou de tirer une boule bleue.

III) Calcul de probabilités :

1) Activité:

2) Définition :
La probabilité d’un événement est égale à la somme des probabilités des
issues qui le constituent.

3) Propriété 1 :
Lors d’une expérience aléatoire, la somme des probabilités de toutes les
issues est égale à 1.
Pour tout événement A,
0 ≤ P(A) ≤ 1

2
4) Propriété 2 :
Lors d’une expérience aléatoire, quand toutes les issues ont la même
probabilité , on dit qu’il s’agit d’une situation d’équiprobabilité.

La probabilité d’un événement A, notée P(A) est alors

nombres dᇱ issues constituant A


PሺAሻ =
nombre total d′issues

Exemples:

a) On lance un dé cubique, non truqué, dont les faces sont numérotées de


1 à 6.
Calculer la probabilité de l’événement A: « obtenir un nombre pair ».

b) On lance un dé cubique truqué dont les faces sont numérotées de 1 à 6.


La probabilité d’apparition de chaque face est donnée dans le tableau
suivant :

Face 1 2 3 4 5 6
Probabilité 0,181 0,198 0,154 0,160 0,175

1) Calculer P(3).
2) Calculer la probabilité de l’événement A: « obtenir un nombre
impair ».

3
5) Evénement certain :
Un événement est dit certain s’il se réalise nécessairement, sa probabilité
est égale à 1.

Exemple:
Reprenons l’exemple a) du dé non truqué.
Soit A l’événement : « obtenir un nombre compris entre 1 et 6 »
6
P(A) = = 1
6

6) Evénement impossible :
Un événement est dit impossible s’il ne peut pas se réaliser, sa probabilité
est égale à 0.

Exemple:
Reprenons l’exemple a) du dé non truqué.
Soit A l’événement : « obtenir le nombre 7 »
P(A) = 0

7) Evénements incompatibles :
Deux événements sont incompatibles s’ils ne peuvent pas se réaliser en
même temps.
La probabilité pour que l’un ou l’autre se réalise est alors égale à la
somme de leurs probabilités.
Si les événements A et B sont incompatibles
P (A U B) = P (A ou B) = P(A) + P(B)

Exemple:
On dispose d’un jeu de 32 cartes. On tire au hasard une carte.
Soit A l’événement : « tirer une figure »
Soit B l’événement : « tirer un as»
Les événements A et B sont incompatibles : on ne peut pas tirer une figure
et un as en une seule carte.
L’événement A U B est : « tirer une figure ou un as »
12 4 16 1
P (A U B) = P(A) + P(B) = + = =
32 32 32 2

4
8) Evénement contraire :
L’événement contraire d’un événement A est l’événement qui se réalise
ഥ ou non A.
lorsque A ne se réalise pas. On le note A
La probabilité pour que A ഥ se réalise est 1 – P(A).

ഥ ) = 1 – P(A)
P (A
ഥ ) + P(A) = 1
P (A

Exemple:
Reprenons l’exemple précédent.
Soit A l’événement : « tirer un trèfle »

ഥ : « tirer un carreau ou un cœur ou un pique »


A
P (Aഥ ) = 1 – P(A) = 1 – 8 = 1 − 1 = 3
32 4 4

5
IV) Représentation :

1) Arbre des possibles:


L’arbre des possibles d’une expérience aléatoire indique chacune de ses
issues.

Exemple:
Une urne contient 7 boules : 3 rouges, 2 vertes et 2 bleues.
On tire au hasard une boule de l’urne.

Arbre des possibles

boule rouge

boule verte

boule bleue

2) Arbre pondéré des possibles :


Quand on fait figurer, sur chaque branche de l’arbre des possibles, la
probabilité de l’issue correspondante, on obtient l’arbre pondéré des
possibles.

Exemple:
Reprenons l’exemple précédent

Arbre pondéré des possibles

3 boule rouge
7
2
7 boule verte
2
7
boule bleue

6
V) Expérience à deux épreuves :
Une expérience est constituée de deux épreuves. On dispose pour cela de
deux urnes.
L’urne 1 contient 3 boules bleues et une boule rouge.
L’urne 2 contient 4 boules jaunes, 3 boules vertes et 2 boules noires.

Dans un premier temps, on tire une boule dans l’urne 1 et on note sa


couleur puis dans un deuxième temps, on tire une boule dans l’urne 2 et
on note sa couleur.
Représentons l’arbre pondéré des possibles de chacune des épreuves.

Première épreuve Deuxième épreuve

Arbre pondéré des possibles Arbre pondéré des possibles

4 boule jaune ( J )
3 boule bleue ( B ) 9
4 3
9 boule verte ( V )
1
4 2
boule rouge ( R ) 9
boule noire ( N )

On peut alors construire l’arbre pondéré des possibles de cette expérience à deux
épreuves.

Première épreuve Deuxième épreuve Issue


4
9 J (B;J)
3
3 9
B V (B;V)
4
2 N (B;N)
9
4
9 J (R;J)
1 3
4 R 9 V (R;V)

chemin 2 N (R;N)
9

7
Sur l’arbre (pondéré) des possibles d’une expérience aléatoire, une
succession de branches est appelé un chemin.
Dans un arbre , la probabilité d’une issue à laquelle conduit un chemin est
égale au produit des probabilités rencontrées lors de ce chemin.

3 4 12 1
P(( B ; J )) = × = =
4 9 36 3

Exemple :
Un sac contient 6 jetons : trois numérotés 2, deux numérotés 4 et un
numéroté 6.

2 6 2
4 2 4

On tire au hasard un jeton, on note le numéro indiqué sur le jeton. On


remet le jeton dans le sac et on effectue un second tirage.

1) Construire l’arbre pondéré des possibles de cette expérience à


deux épreuves.

2) Calculer la probabilité de l’issue ( 2 ; 6 ).

3) Calculer la probabilité de l’issue ( 6 ; 4 ).

Vous aimerez peut-être aussi