Vous êtes sur la page 1sur 6

QUESTIONS GRILLE DE DEPOUILLEMENT

1. L’audit est :
A. Un examen professionnel :
B. Une sorte de vérification
C. Un type de contrôle de gestion
D. Un processus méthodologique
2. Un auditeur interne peut être un :
A. Salariés de l'entreprise
B. Commissaire aux comptes
C. Intervenants externes
D. Etudiants
E. Aucune réponse.
3. Les normes générales de l’audit :
A. Sont fictives
B. Sont optionnelles
C. Sont obligatoires
D. Sont de nature comptable
E. Aucune réponse
4. Il y a un risque dans les situations suivantes :
A. Absence d'une répartition des tâches
B. Confusion des tâches
C. Évaluation forfaitaire des stocks
D. Sous-effectif du personnel comptable
E. Aucune réponse
5. Le risque en audit est composé du :
A. Risque inhérent
B. Risque de non-contrôle
C. Risque de non-détection
D. Risque global

6. Un auditeur est forcément un :


A. Commissaire aux comptes
B. Inspecteur
C. Expert-comptable
D. Professionnel de traitement de l'information
7. L'audit légal est :
A. Un audit optionnel
B. Un audit obligatoire
C. Un audit interne
D. Un audit externe.
8. Le mandat d'un commissaire aux comptes doit durer :
A. Une année
B. 2 années
C. 3 années

Page 1|6
D. 4 années
E. Aucune réponse
9. En matière d'audit légal, l'auditeur est tenu de :
A. Obligation de détection de fraude
B. Obligation d'amélioration de la gestion
C. Obligation de moyens
D. Obligation de résultat
10. Le contrôle interne est un ensemble de pratiques et de procédures mises en œuvre par la
direction en vue de :
A. Protéger le patrimoine de l'organisation
B. Publier les comptes
C. Contribuer au bon fonctionnement de l'organisation
D. Éviter complètement les erreurs et les fraudes
E. Aucune réponse
11. Lors de l'accomplissement d'une mission d'audit, l'auditeur n'est pas tenu de :
A. Tout contrôler
B. Revoir toutes les opérations passées d’un point de vue comptable
C. Planifier et orienter le travail de l'auditeur interne
D. Mettre en place tous les moyens nécessaires à la réalisation de la mission
E. Aucune réponse
12. Pour détecter les anomalies, l'auditeur peut faire appel aux outils suivants :
A. Des contrôles physiques
B. La technique des sondages
C. Des impressions personnelles
D. La technique des rapprochements
E. La revue de vraisemblance
13. Parmi les éléments suivants, lesquels peuvent faire l'objet de confirmation :
A. Les créances clients
B. Les provisions pour créances clients
C. Les dettes fournisseurs
D. Les amortissements des immobilisations corporelles
14.Au cours de son mandat, le commissaire aux comptes :
A. Peut toujours émettre une opinion sans réserve
B. Doit toujours exercer sa mission jusqu’ à son terme
C. A le droit de démissionner pour motif légitime
D. Ne peut jamais démissionner.
15.Le principe de la propriété peut stipuler que :
A. Un bien acquis par crédit-bail ne doit pas figurer à l'actif de l'entreprise
B. Le patrimoine d'une entreprise est constitué des actifs qui lui appartiennent
C. Toutes les opérations doivent être enregistrées et réelles
D. Aucune réponse
16.Dans un processus d'achat, la mise en concurrence de fournisseurs permet de :
A. Recherchez le meilleur qualité prix
B. Faire jouer la concurrence entre fournisseurs
C. Identifier les avances au fournisseur non récupérés
D. Aucune réponse
17.Un audit des achats permet de :
A. Mettre en évidence le risque de dépendance d’un seul fournisseur
Page 2|6
B. Mettre en évidence le risque de non mise en concurrence des fournisseurs
C. Remettre en cause l'existence d'une procédure d'achat bien élaborée mais non
respectée.
D. Aucune réponse
18.Lors de l'accomplissement d’une mission d’audit, un auditeur est tenu de :
A. Planifier et orienter la mission de chaque salarié au sein de l'entreprise
B. Sélectionnez les éléments à contrôler
C. Faire appel à un expert dans un domaine que lui ne maîtrise pas
D. Licencier l'auditeur interne en cas d'incompétence.

19. Le montant des provisions constatées attire l’attention de l’auditeur car :


A. La constatation des provisions est une obligation légale
B. il existe des méthodes de calcul précises
C. Il s'agit d'une simple estimation
D. Les provisions figurent aussi bien à l'actif comme passif du bilan
E. Les provisions peuvent impacter significativement le patrimoine de
l'entreprise
20. Dans quel cas parle-t-on d'une fraude
A. Une erreur sur la date d'enregistrement d'une opération
B. Une erreur sur le calcul arithmétique d'une opération
C. Le non-enregistrement d'une sortie de stock
D. L’enregistrement d'opérations effectives
E. Aucune réponse
21. Les dirigeants d'une entreprise ont arrêté les comptes annuels de
l'exercice après avoir procédé à une majoration importante de la valeur
des stocks et à une minoration significative des opérations et des
provisions, on peut parler dans ce cas :
A. Du respect du principe de prudence
B. D’une dissimulation de la situation financière de l'entreprise
C. D’une erreur
D. D’une fraude
E. Aucune réponse
22. La dégradation des niveaux de commande peut présenter
A. Un risque de sous activité
B. Un risque de suractivité
C. Un risque de crédit client
D. Un risque de conflit éventuel
E. Aucune réponse
23. La raison d'être d'un auditeur c’est :
A. Attaquer l'entreprise pour la pénaliser, tel un chien de police
B. Contrôler les biens de l'entreprise
C. Contrôler en permanence la trésorerie et les biens de l'entreprise
D. Tel un policier, sa présence au sein de l'entreprise est nécessaire pour
faire de l'ordre
E. Aider l'entreprise à maîtriser sa gestion et à fonctionner efficacement
F. Toutes les réponses sont justes.
24. L'auditeur a une obligation des moyens et non pas de résultat signifie que :
A. L’auditeur est responsable de la qualité du produit audité
B. L’auditeur a pour responsabilité de réaliser le produit
Page 3|6
C. De mettre en place les procédures de contrôle interne fiable
D. L’auditeur ne peut pas être certain à 100 % de conformité du produit
audité
E. L’auditeur doit avoir les moyens pour réussir sa mission d'audit
F. Toutes les réponses sont possibles
25. L'évaluation du contrôle interne consiste à :
A. faire des tests sur les comptes de l'entreprise
B. obtenir les éléments probants et déterminer les systèmes et domaines
significatifs
C. comprendre et vérifier le fonctionnement des procédures de contrôle
Manuel où informatisé mise en place dans l'entreprise
D. obtenir auprès des tiers des informations sur le solde de leur compte avec
l'entreprise
E. désigner le chef de mission ainsi que les collaborateurs et arrêter le
programme général de travail désigner le chef de mission ainsi que les
collaborateurs et arrêter le programme le plan de mission suivant les
normes de la profession

26. En audit les éléments probants sont :


A. Les biens et services
B. Les comptes annuels
C. les systèmes et domaines significatifs
D. les activités significatives
E. les pièces justificatives
F. les synthèses
27. Mettez les propositions suivantes dans leur ordre logique suivant les
événements intervenants dans une mission d'audit :
1) se forger une opinion
2) accepter la mission
3) planifier la mission
4) contrôler les comptes
5) évaluer le contrôle interne
A. 1-2-3-4-5
B. 4-1-3-2-5
C. 3-2-4-5-1
D. 4-2-3-5-1
E. 2-3-5-4-1
F. 3-2-4-1-5
28. L'audit est :
A. un type de contrôle
B. un type de vérification
C. une sorte de comparaison
D. un processus méthodologique
E. aucune réponse
29. L'approche par les risques a pour objectif de :
A. Définir les zones de risque
B. orienter le travail de l'auditeur
C. déterminer les forces et les faiblesses de l'entreprise
D. réaliser un diagnostic stratégique
Page 4|6
E. aucune réponse
30. au cours de la phase de prise de connaissance, l'auditeur s'intéresse au :
A. risques liés au secteur d'activité de l'entreprise
B. risque de non détection
C. la revue des procédures et le degré de respect de ces procédures
D. Risques liés à la structure organisationnelle
E. aucune réponse
31. Lors d'un examen des comptes, l'auditeur :
A. fait appel à la méthode de recoupement d'informations
B. s'intéresse à la vérification de la réalité des éléments de l'actif
C. s'intéresse à la vérification de la réalité des éléments du passif
D. réalise un contrôle exhaustif de l'information
E. aucune réponse

32. Toutes les opérations sont correctement enregistrées » cela signifie que les
opérations effectuées par l’entreprise sont enregistrées dans les comptes
correspondants conformément aux principes comptables et aux règles admises.
Il s’agit du critère :
A. de la Comptabilisation.
B. De la réalité
C. De la mesure
D. De l'exhaustivité
E. de la séparation des exercices
F. de la classification
33. Ce que le contrôle interne ne doit pas être :
A. Un outil de maîtrise des risques
B. un outil d'analyse et de réflexion sur ces organisations
C. un outil de dialogue
D. un outil de mesure de la performance
34. Le contrôle interne n’est surtout pas :
A. Un outil de sanction
B. une armoire de procédure
C. un outil lourd et contraire à la souplesse nécessaire à nos organisations
D. du flicage
E. un concept un peu lointain et théorique
F. aucune des réponses
35. En matière légale et réglementaire, la responsabilité du commissaire aux
comptes est :
A. Civil
B. Disciplinaire
C. Pénal
D. Loyal
E. Réglementaire
36. La composition possible d'une équipe pour une mission d'audit :
A. Les experts comptables où associés, les décisionnaires
B. Niveaux hiérarchiques et /ou techniques intermédiaires
C. Exécutants.
D. Les stagiaires.

Page 5|6
37. Comment se nomme le montant qui peut affecter la perception par l’utilisateur
d’une information comprise dans les états financiers ?
A. Risque d’audit.
B. Risque lié au contrôle.
C. Risque de non-détection.
D. Risque inhérent.
E. Seuil de signification.
38. Indiquer quel composant du modèle du risque d’audit n’est pas contrôlé par l’auditeur :
A. Risque d’audit.
B. Risque lié au contrôle.
C. Risque de non-détection.
D. Risque inhérent.
E. Seuil de signification.
39. Quelles sont les bonnes affirmations parmi les propositions suivantes ?
A. L’audit financier est à la fois un audit de conformité et un audit opérationnel.
B. Un des objectifs de l’audit financier est de valider la conformité des comptes par rapport à
un référentiel comptable établi.
C. La démarche de l’auditeur s’appuie sur une approche par les risques, et les erreurs relevées
ne sont retenues que si elles présentent un caractère significatif.
D. Aucune de ces propositions n’est pertinente.
40.Le(s)quel(s) des audits suivants sont des audits « légaux » ?
A. Commissariat aux comptes.
B. Audit réalisé par la Cour des Comptes.
C. Audit prévu par la réglementation des marchés publics.
D. Audit réalisé par les inspecteurs des finances ou l’administration de la douane.

Page 6|6

Vous aimerez peut-être aussi