Vous êtes sur la page 1sur 6

MPSI maths exercices déterminant : énoncés.

A_dtpdf du 18 octobre 2020


1. Calculer, sous forme factorisée, le déterminant de
(Edt01)  a si j < i
VanderMonde c. aij = a + b si j = i
b si j > i


1
1 ··· 1 Utiliser le déterminant D(x) obtenu en ajoutant des
a1 a2 an x partout. Montrer que c’est une fonction de x d’un
2 2
a1
a 2 a2n type simple qui se calcule facilement en deux valeurs
.. .. .. bien choisies.
. . .
n−1
a n−1
a2 n−1
· · · an Étendre en remplaçant (a, a + b, b) par (a, b, c).
1
d. ai,i = 2, aii+1 = 1, aii−1 = 3 et aij = 0 sinon.
2. (Edt02) Calculer et factoriser les déterminants On mettra le résultat sous la forme de la partie
imaginaire d’un nombre complexe.
1 1 1 1 a a a a

a
e. aij = min(i, j).
b c d a b b b
2 , a b c c ,

f. aij = Smin(i,j) avec
a
b2 c2 d2
bcd acd abd abc a b c d
1 1
Sk = 1 + + ··· +

b + c bc − 1 (b2 + 1)(c2 + 1)
2 k
c + a ca − 1 (c2 + 1)(a2 + 1)

a + b ab − 1 (a2 + 1)(b2 + 1) (
1 si j ≤ i

a+b b+c

c + a g. aij =
2 aj si j > i
a + b2 b2 + c2 c2 + a2 (
3
a + b3 b3 + c3 c3 + a3 xi si i 6= j
h. aij =
xi + yi si i = j
3. On note δn le déterminant de la matrice d’ordre
(Edt03)

n dont le terme d’indice i, j est : 6. (Edt06) Soit (P1 , · · · , Pn ) des polynômes dans Cn−1 [X]
 et
 a si i=j A= Mat (P1 , · · · , Pn )
(1,X,··· ,X n−1 )
1 si |i − j| = 1
0 si |i − j| > 1 Soit (x1 , · · · , xn ) ∈ Cn et V la matrice de Vander-

Monde associée
Montrer que la suite des δn vérifie une relation de ré-
currence linéaire d’ordre 2. Comment doit-on définir δ0 1
··· ··· 1
et δ1 pour que la relation soit valable dès l’ordre 0 ? x1 xn
V = .

En déduire une expression de δn lorsque a = 2 ch θ ou ..
.. .
2 cos θ avec |a| =
6 2. n−1
n−1
x
1 · · · · · · xn
4. (Edt04) Calculer les déterminants d’ordre n
Soit Y ∈ Mp (C) la matrice dont le terme d’indice i, j
x + 1 1 1 ··· 1

est Pi (xj ).
2 x + 2 2 ··· 2

Former une relation entre les matrices A, Y , V puis
3 3 x+3 ··· 3


.. .. ..

.. entre leurs déterminants.
..
.
. . .
. Application. Calculer
n n ··· n x + n 0
20 (n)0

1
1 ···
1 1

···
2
1 n n ··· n 3 (n + 1)
Dn = .

.. ..

n 2 n ··· n ..

. .
n
n 3 ··· n
nn−1 (n + 1)n−1 · · · (2n − 1)n−1
.. .. .. .. . .
. . . . .
On pourra utiliser le résultat de l’exercice dt01 pour

n ··· ··· n n
exprimer le déterminant de la matrice V .
−a1 a1 0 ··· ··· 0
7. Soit A, B, C ∈ Mn (K), D ∈ GLn (K) telles que
(Edt07)
0 −a2 a2 0 ··· 0
.. CD = DC. Montrer que
..

.. .. .. ..
. . . . . .  
A B

. .. .. ..
.. det = det(AD − BC)

. . . 0 C D
0
··· ··· 0 −an−1 an−1
1 1 1 1 1 1 En considérant D + λIn , montrer que la formule reste
vraie si D commute avec C sans être inversible.
5. Calculer les déterminants des A ∈ Mn (R) pour :
(Edt05)
8. Soit E un R espace vectoriel pour lequel existe
(Edt08)
a. aij = i+j−2

i−1 un endomorphisme f tel que f 2 = −IdE . Montrer que
b. aij = (a + i + j)2 , a réel fixé la dimension de E est paire.

Rémy Nicolai pour maquisdoc 1 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .
MPSI maths exercices déterminant : énoncés. A_dtpdf du 18 octobre 2020

9. (Edt09)On considère un entier non nul n, une matrice 13. (Edt13)Soit A et B dans Mn (K). On note r le rang de
réelle inversible A = (aij )(i,j)∈{1,··· ,n}2 , une famille de B. Il existe alors des matrices inversibles P et Q telles
2n nombres réels notés que l’on ait les décompositions en blocs suivantes :
   
(an+1,1 , · · · , an+1,n , b1 , · · · bn ) Ir 0 U V
P BQ = P AQ =
0 0 W T
et des réels (x1 , · · · , xn ) tels que
La fonction
t → det(A + tB)
 
 
x1 b1
 ..   .. 
A .  =  .  est polynomiale. Préciser son degré m, son coefficient
xn bn dominant et le coefficient de X m−1 .
14. Déterminant circulant.
(Edt14)
Montrer que : Calculer le déterminant de la matrice A de l’énoncé
Emm11.
an+1,1 x1 + · · · + an+1,n xn ≤ bn+1 15. Soit α1 , α2 , α3 , α10 , α20 , α30 six éléments non nuls
(Edt15)
 
b1 d’un corps K. On considère la matrice
 .. 
⇔ det A · det 
 A . 
≥0
 0
α2 − α30 α2 − α3 α2 α20 − α3 α30

 bn  M = α30 − α10 α3 − α1 α3 α30 − α1 α10 
an+1,1 ··· an+1,n bn+1 α10 − α20 α1 − α2 α1 α10 − α2 α20

10. (Edt10) On considère des nombres réels Soit C1 , C2 , C3 les trois colonnes de cette matrice. Mon-
trer que det M = 0 en considérant
α1 < α2 < · · · < αn β1 < β2 < · · · < βn
C3 − α2 C1 − α30 C2
L’objet de cet exercice est de montrer que det M > 0
où M ∈ Mp (R) avec La nullité de ce déterminant est utilisée dans l’exercice
ga03 de la feuille sur les espaces affines
mi,j = eαi βj 16. (Edt16) On considère n nombres réels
a. Montrer qu’une fonction du type : 0 < a1 < a2 < · · · < an
p
X et la fonction Pn , définie pour tout x réel par
x→ ci eai x avec (c1 , · · · , cp ) 6= (0, · · · , 0)
i=1

x a2 · · · an
..

et a1 < a2 < · · · < ap s’annule au plus p − 1 fois.

a1 x .
Pn (x) = . .
b. Montrer le résultat annoncé. On pourra considérer .. . ..


le déterminant :
a1 a2 x

αβ
e 1 1 · · · eα1 βp−1 eα1 x

αβ
e 2 1 · · · eα2 βp−1 Montrer que Pn admet n zéros réels distincts. On
eα2 x

.. pourra considérer la fraction
.. ..
. . .

eαp β1 · · · eαp βp−1 eαp x Pn (x)
Qn .
i=1 (x − ai )
11. (Edt11)Dans cet exercice, on utilisera le résultat suivant.
Le rang d’une matrice est la taille de la plus grande 17. (Edt17) Calculer le déterminant de la matrice n × n
matrice carrée inversible extraite. 2
x + 1 x ··· x

Discuter, suivant le rang d’une matrice carrée, du rang
..
de sa comatrice. Déterminer la comatrice d’une coma- x
x2 + 1 .
trice. . ..
..

.

12. Soit E un K-espace vectoriel de dimension n, soit
(Edt12) x ··· x x2 + 1
B une base de E et f ∈ L(E). Montrer que
18. Soit A ∈ Mn (K) telle que Ap = In . Montrer que
(Edt18)

∀(u1 , · · · , un ) ∈ E n : (Com A)p = In .


det(f (u1 ), u2 , · · · , un ) + det(u1 , f (u2 ), · · · , un )+ 19. Soit A une matrice n×n à coefficients réels. Mon-
(Edt19)
B B
trer que
· · · + det(u1 , u2 , · · · , f (un )) n n
!
B Y X
| det A| ≤ |ai,j |
= (tr f ) det(u1 , u2 , · · · , un )
B j=1 i=1

Rémy Nicolai pour maquisdoc 2 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .
MPSI maths exercices déterminant : énoncés. A_dtpdf du 18 octobre 2020

20. (Edt20) Soit A et B dans Mn (R). On suppose qu’elles c. Soit A ∈ Mn (K), en considérant d’abord le cas où
sont C-conjuguées c’est à dire qu’il existe P ∈ GLn (C) A est inversible, montrer que
telle que B = P −1 AP . On veut montrer qu’elles sont
R-conjuguées c’est à dire qu’il existe Q ∈ GLn (R) telle det(A + C L) = det(A) + L t Com(A)C.
que B = Q−1 AQ.
a. Soit R = Re P et S = Im P . Montrer que

RB = AR SB = AS

b. Conclure. On pourra considérer det(R + tS) avec t


réel.
21. (Edt21) Déterminant de l’opérateur de transposition.
a. Soit S le sous-espace de Mn (R) formé par les ma-
trices symétriques et I celui formé par les matrices
antisymétriques. Montrer que S et I sont supplé-
mentaires.
b. Soit δ l’endomorphisme de Mn (R) qui à une ma-
trice M associe δ(M ) = tM . Calculer det δ.
22. (Edt22) Pour tout (x, y, z, t) ∈ R4 , on pose
     
x y z t A B
A= , B= , M=
−y x −t z −B A

a. Calculer A tA. Que peut-on en déduire pour l’inver-


sibilité de A ?
b. Soit (x, y) 6= (0, 0). Calculer tA + tB A−1 B.
c. En utilisant des opérations élémentaires par blocs,
montrer que

det(M ) = (x2 + y 2 + z 2 + t2 )2 .

d. Montrer que le produit de deux nombres qui sont la


somme de 4 carrés d’entiers est encore la somme de
4 carrés d’entiers. (identité des quatre carrés d’Eu-
ler)
23. (Edt23)

a. Soit E un R-espace de dimension p et des endo-


morphismes f , g de E tels que rg(f ) = 1 et f + g
bijective. Montrer que dim(ker g) ≤ 1.
b. Montrer qu’une matrice qui ne contient que des
nombres entiers impairs sur la diagonale et des
nombres pairs ailleurs est inversible.
c. Dans un champ paissent p = 2n + 1 vaches. Lors-
qu’une vache (n’importe laquelle) s’isole, les autres
forment deux groupes de n bovidés. Il se trouve que
la masse totale des vaches est la même pour chaque
groupe. Montrer que toutes les vaches ont la même
masse.
On pourra considérer une matrice formée de 0, +1,
−1 ayant deux colonnes « naturelles » dans son
noyau.
24. (Edt24)

a. Soit T une matrice non nulle n × n de rang 1. Mon-


trer qu’il existe une matrice ligne L et une matrice
colonne C (non nulles) telles que T = C L.
b. Soit L et C des matrices ligne et colonne non nulles.
Montrer que

det(In + C L) = 1 + L C.

Rémy Nicolai pour maquisdoc 3 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .
MPSI maths exercices déterminant : corrigés. A_dtpdf du 18 octobre 2020

1. Cdt01.tex manque. b.
2. (Cdt02) c.
a. On suppose a, b, c, d non nuls. On sort abcd de la d. Notons δn le déterminant cherché. En développant
dernière ligne par linéarité. On fait entrer succes- suivant la première colonne, on trouve, pour n ≥ 5,
sivement a, b, c, d par linéarité dans les colonnes. δn = 2δn−1 −3δn−1 . On convient des petites valeurs
Après permutation circulaire, on retrouve un déter- pour que la formule soit toujours valable : δ2 = 1,
minant de VanderMonde. δ1 = 1, δ0 = 0. Les racines du polynôme caractéris-

tique de√cette relation de récurrence sont 1 + i 2
(d − a)(c − a)(b − a)(d − b)(c − b)(d − c)
et 1 − i 2. Après calculs, on trouve
b. En partant du bas, on soustrait à chaque ligne celle 1 √
qui est au dessus. On obtient une matrice triangu- δn = √ Im(1 + i 2)n
2
laire supérieure. Le déterminant est
e. En partant du bas et en remplaçant la ligne Lk par
a(b − a)(c − b)(d − c)
Lk − Lk−1 , on obtient le déterminant d’une matrice
c. Le déterminant (notons le δ) demandé est une fonc- triangulaire supérieure avec des 1 sur la diagonale.
tion polynomiale en c. Son degré est au plus 4. Le Le déterminant cherché est donc 1.
coefficient de degré 4 est nul car en fait aucune des f. Même méthode que pour le déterminant précédent
6 permutations intervenant dans la définition du avec des k1 sur la diagonale à la fin. Le déterminant
déterminant ne contribue au degré 4. Pour le de- 1
cherché est donc n! .
gré 3, plusieurs permutations contribuent mais leurs g. Toujours la même technique. Cette fois on obtient
contributions s’annullent le degré en c est donc au des a1 − a2 sur la diagonale sauf pour la première
plus 2. Par symétrie il en est de même pour a et b. ligne. Le déterminant cherché est
Lorsque deux parmi a, b, c sont égaux, le détemi-
nant est nul. On en déduit qu’il existe un λ réel tel a1 (a1 − a2 )n−1
que

∀(a, b, c) ∈ R3 , δ = λ(a − b)(b − c)(c − d) h. On développe en utilisant le caractère multilinéaire


et antisymétrique des colonnes. On obtient
On calcule λ avec a = 0, b = 1, c = −1, on trouve
0. b1 b2 · · · bn +a1 b2 · · · bn +b1 a2 · · · bn +· · ·+b1 b2 · · · an
d. On commence par ajouter toutes les colonnes dans
la première, on sort un 2 de la première colonne par 6. Cdt06.tex manque.
linéarité. On soustrait la première colonne aux deux 7. Cdt07.tex manque.
autres et on permute circulairement. On obtient 8. Cdt08.tex manque.

a b c 9. Cdt09.tex manque.
2 2 2
2 a b c = 2abc(b − a)(c − a)(b − c) 10. Cdt10.tex manque.
a3 b3 c3
11. Cdt11.tex manque.
3. On trouve δn = aδn−1 − δn−2 pour n ≥ 4 en dévelop- 12. (Cdt12) On vérifie que l’application δ définie par :
pant suivant la première ligne ou la première colonne.
La forme de la matrice rend indiscutable les valeurs de
δ(u1 , · · · , un ) =
δ2 et δ3 . On utilise la formule pour calculer δ1 puis δ0 .
On obtient δ1 = a et δ0 = 1. det(f (u1 ), u2 , · · · , un ) + det(u1 , f (u2 ), · · · , un )+
B B
D’après l’étude des suites vérifiant une relation de ré- · · · + det(u1 , u2 , · · · , f (un ))
currence linéaire, la suite δn est une combinaison de B

suites géométriques de raison


est multilinéaire et alternée. Il existe donc un λ tel que
θ
e ,e −θ iθ
ou e , e −iθ δ = λ detB . On calcule λ en prenant pour ui les vecteurs
de B.
On calcule les coefficients par les formules de Cramer 13. Le polynôme est de degré r et son coefficient dominant
en utilisant les conditions initiales δ0 et δ1 . On en tire est
finalement det T
sin(n + 1)θ sh(n + 1)θ det P det Q
δn = ou δn =
sin θ sh θ 14. Du résultat du produit matriciel, on tire
4. Cdt04.tex manque.
det A = P (1)P (w) · · · P (wn−1 )
5. (Edt05)

a. après simplification par det M .

Rémy Nicolai pour maquisdoc 4 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .
MPSI maths exercices déterminant : corrigés. A_dtpdf du 18 octobre 2020

15. On trouve On considère la fonction det(R + tS) c’est une fonction


  polynomiale de degré le rang de S (ex dt13). Elle est
0
constante si et seulement si S = 0 mais alors P = R est
(α1 − α2 )(α30 − α10 )  1 
réelle. Sinon il existe des t pour laquelle elle n’est pas
−1
nulle. La matrice R + tS est alors inversible et vérifie
À un coefficient multiplicatif près, le déterminant est (R + tS)B = A(R + tS)
donc celui de
α2 − α30 α2 − α3 0 α20 − α30 α2 − α3 0
0 ce qui prouve la relation demandée.

× ×

1 = × ×

1 = 0 21. (Cdt21)

a. L’intersection est réduite à la matrice nulle et toute


0
α1 − α20 α1 − α2 −1 α30 − α20 α3 − α2 0
matrice M se décompose en
16. (Cdt16)Notons Ci la colonne canonique qui ne contient
1 1
que des 0 sauf un 1 en position i et C la colonne qui M= (M + tM ) + (M − tM )
2 2
ne contient que des 0. | {z } | {z }
∈S ∈I
La colonne i de la matrice dont on veut calculer le
déterminant est égale à (x − ai )Ci + ai C. Quand on b. Comme δ ◦ δ = IdMn (R) , on peut d’abord remar-
développe le déterminant par multilinéarité on on ob- quer que det δ = ±1. La restriction de δ à S est
tient une somme de 2n déterminants. Tous ceux dans IdS . La restriction de δ à I est − IdI . En fait δ est
lesquels la colonne C figure deux fois sont nuls. Ils ne la symétrie par rapport à S dans la direction I. La
reste donc plus que n + 1 déterminants. Celui qui ne matrice de δ dans une base de Mn (R) dont les pre-
contient pas C qui est diagonal est égal au produit des miers vecteurs sont dans S et les suivants dans I
x − ai et ceux qui contiennent une fois la colonne C. est diagonale avec des 1 au début et des −1 à la fin.
Une permutation contribuant pour un terme non nul On en déduit
à un tel déterminant coïncide avec l’identité sur n − 1 n(n−1)
éléments. C’est donc l’identité. On en déduit : det δ = (−1)dim(I) = (−1) 2

n
X (x − a1 ) · · · (x − an ) 22. (Cdt22)
Pn (x) = (x − a1 ) · · · (x − an ) +
i=1
x − ai 23. Cdt23.tex manque.
24. (Cdt24)
d’où
a. Si T est de rang 1, toutes ses colonnes sont engen-
n
Pn (x) X 1 drées par une seule colonne non nulle. Notons la C.
=1+
(x − a1 ) · · · (x − an ) x − ai Il existe alors l1 , · · · , ln non tous nuls tels que
i=1

Notons ϕ cette fonction. Elle diverge vers +∞ ou −∞ (∀j ∈ J1, nK, Cj (T ) = li C)


de chaque côté de ai . Mais les signes sont opposés entre

⇒ T = C L avec L = l1 ··· ln .

a+i et ai+1 . Cette fonction admet donc n − 1 zéros dis-
tincts, un dans chaque intervalle ouvert. Chacun est un b. Notons δ le déterminant cherché et X1 , · · · , Xn les
zéro de la fonction polynomiale Pn qui étant de degré n colonnes de In . Ce sont aussi les vecteurs de la base
admet un n-ième zéro. Il est différent de tous les autres canonique des matrices colonnes. Alors :
sinon, dans un intervalle il devrait y avoir encore un
autre zéro. Cj (In + CL) = Xj + lj C
17. (Cdt17)Chaque colonne s’exprime comme une combinai- Dans le développement du déterminant obtenu par
son linéaire de deux colonnes dont une n’est formée que multilinéarité, il ne subsiste plus que les termes
de 1. En développant par multilinéarité, on trouve contenant au plus une fois la colonne C

(x2 − x + 1)n−1 (x2 + (n − 1)x + 1) δ = det(X1 , · · · , Xn )


| {z }
=1
18. (Cdt18)L’hypothèse entraine que (det A)p = 1 et que A n
est inversible. De plus, +
X
det(X1 , · · · , Xj−1 , lj C, Xj+1 , · · · , Xn )
j=1
| {z }
t
(Com A) = det A A−1 =lj cj

⇒ t(Com A)p = (det A)p (A−1 )p = In = 1 + L C.


p
⇒ (Com A) = In c. Dans le cas où A est inversible, on se ramène à la
question précédente en factorisant pas A
19. Cdt19.tex manque.
20. (Cdt20)La question a. est immédiate en identifiant les det(A + CL) = det(A) det(In + (A−1 C) L)
parties réelles et imaginaires des matrices. Lorsque R = det(A) + det(A)LA−1 C
ou S est inversible on a terminé. Mais que faire si au-
cune des deux n’est inversible ? = det(A) + L t Com(A)C

Rémy Nicolai pour maquisdoc 5 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .
MPSI maths exercices déterminant : corrigés. A_dtpdf du 18 octobre 2020

à cause de l’expression de la matrice inverse avec la


transposée de la comatrice.
Lorsque A n’est pas inversible, on obtient la for-
mule en l’approchant par des matrices inversibles
par exemple de la forme A + λIn avec λ non nul
mais assez petit pour n’être pas une valeur propre.

Rémy Nicolai pour maquisdoc 6 Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence “CC BY-SA 4.0” .

Vous aimerez peut-être aussi